Page 1

Rien d’impensable

La mobilité dans la vie courante, la profession et les loisirs facilite la réinsertion de personnes paralysées médullaires. Pouvoir se mouvoir seul signifie indépendance et liberté. Les para- et tétraplégiques y sont aidés par la technique la plus moderne qui exauce bien des désirs et stimule l’imagination pour créer des véhicules excep­ tionnels. Quatre intéressés racontent ce que la mobilité apporte à leur vie.

14 | Paraplégie, novembre 2013


REPORTAGE

Paraplégie, novembre 2013 |

15


REPORTAGE

Texte : Christine Zwygart | Illustration : Gabor Fekete | Photos : Walter Eggenberger, Astrid Zimmermann-Boog, zvg

P

our avancer seules dans la vie quotidienne, les personnes paralysées médullaires n’ont pas seulement besoin d’un fauteuil roulant, mais aussi de véhicules transformés. La technologie la plus moderne permet aujourd’hui de pallier de nombreuses limitations physiques. Pour rouler en voiture et à vélo, mais aussi pour des engins spéciaux destinés aux loisirs, au sport et au logement. Pour les para- et tétraplégiques, la mobilité individuelle signifie bien plus que la locomotion. L’indépendance et la liberté leur apportent plus d’autodétermination et de qualité de vie dans tous les domaines. Un logement sur roues Martin Senn a toujours ses quatre murs avec lui. Le Bernois de l’Oberland, 36 ans, habite depuis six bonnes années dans un bus transformé. « Je ne dors jamais deux fois de suite au même endroit », confie le tétraplégique en nous faisant faire le tour du propriétaire. À l’arrière, le lit, dans l’étroit couloir qui y

mène, à droite la douche et un WC chimique, à gauche la cuisine. En outre, une table formée d’une petite planche permettant au fauteuil de se glisser dessous et un élévateur pour entrer et sortir du bus. « En ce moment, cette façon de vivre me convient. » Après une reconversion, le serrurier-constructeur diplômé travaille désormais comme dessinateur en construction mécanique et modèle pour une société d’Eschenbach (LU) différentes pièces sur son ordinateur – il le peut partout. Le travail, les loisirs et son envie de voyager se combinent ainsi au mieux. Bricoler, arranger, améliorer L’idée d’aménager un bus à ses besoins est venue à Martin Senn pendant sa rééducation : « On m’a bien un peu regardé de travers, à l’époque, mais l’idée me plaisait. » Être libre, en route, indépendant – des sentiments qu’il connaissait déjà en tant que piéton. Après un accident d’escalade en 2001, il n’a pas voulu y renoncer. C’est pourquoi il acheta une grosse

fourgonnette, la fit équiper d’un élévateur et transformer de manière à pouvoir accélérer et freiner à la main. « Les premières années, j’ai essayé avec du mobilier de récupération pour trouver l’aménagement idéal de mon foyer. » Il a été vite clair que l’engin avait encore besoin de chauffage, climatisation, réservoir d’eau et générateur. Pendant deux ans, il a bricolé avec des amis, concevant des meubles et subdivisant l’espace. Quand la relation avec sa partenaire de l’époque rompit, il vida l’appartement, déposa chez des amis quelques caisses d’objets personnels et s’installa définitivement dans le bus. « C’était une sensation de véritable libération. » Bientôt millionnaire en kilomètres Depuis lors, Martin Senn a parcouru plus de 400 000 kilomètres avec son véhicule de sept mètres. Il a été dans de nombreux pays balkaniques, a sillonné l’Angleterre et la Scandinavie et aime particulièrement la côte ligurienne où le bus peut s’approcher tout près de la mer.

Voiture à vivre. Martin Senn vit dans son bus, sur quatre mètres carrés – assez pour pouvoir manœuvrer avec son fauteuil. Il peut y cuisiner, dormir et travailler.

16 | Paraplégie, novembre 2013


Mobile au golf. Grâce à un cart moderne, Urs Bucher peut pratiquer son sport malgré sa tétraplégie. Pour le transport, il utilise une remorque spéciale.

« En été, tu ouvres les portières et as le plus grand appartement du monde. » Et ses plus belles aventures : des rencontres inattendues avec des gens. « Un quotidien dans un cadre fixe, je ne peux l’imaginer pour le moment. » Handicap malgré le handicap Quand Urs Bucher fait un parcours sur le golf de Rastenmoos près de Neuenkirch (LU), il attire d’abord des regards curieux, puis admiratifs. Le sexagénaire est dans un fauteuil roulant, ses jambes sont paralysées, ses bras et ses mains ont un fonctionnement limité. Pour que le Lucernois puisse cependant pratiquer son sport, il a besoin de ce qu’on appelle un Power Golfer. Les sangles autour des jambes et de la poitrine sont bien serrées – d’une pression sur un bouton, il peut se redresser en cinq secondes. C’est parti pour le coup. « Aucun partenaire ne doit jamais m’attendre. Contrairement à eux, j’ai toujours tout avec moi », dit-il en lançant sa balle vers l’horizon. Urs Bucher a appris le golf en tant que piéton, car l’architecte entretenait volontiers son réseau de relations sur le green. S’il est assis dans un fauteuil roulant depuis un accident de la circulation en 1990, il a gardé sa passion du sport. En regardant un tracteur à gazon, Urs Bucher eut soudain l’idée de génie : avec un collègue, il transforma un modèle de manière à pouvoir s’y asseoir, le conduire et jouer au golf. « L’engin fonctionnait à l’essence, sentait mauvais et faisait un bruit effroyable », se rappelle-t-il. Mais avec ce « Paramagic », il réapprit à jouer au golf en fauteuil roulant.

ménagent même le green, le gazon sensible autour du trou. Bien entendu, Urs Bucher se comporte sur le terrain comme n’importe quel autre golfeur. Il remet en place les touffes de gazon soulevées et ratisse le bunker. Ce n’est que quand le tétraplégique incomplet ramasse une balle avec une pince télescopique que de petites différences se font jour avec les piétons. Aujourd’hui, Urs Bucher est le meilleur golfeur européen en fauteuil roulant. « Le plus beau est que je joue généralement avec des piétons. » Et il ne s’agit pas, pour lui, d’une intégration amicale, mais d’une acceptation en tant que partenaire égal. « C’est alors que j’ai le plus de plaisir. »

Guère de différences avec les piétons Les carts modernes sont des merveilles techniques. Pentes et chemins escarpés ? Pas de problème ! Ils viennent à bout de pentes de 30 pour cent et même une inclinaison de 17 pour cent ne les fait pas basculer. Et : grâce à une meilleure répartition de la pression, ils

Permettre l’impossible La mobilité a toujours joué un rôle essentiel pour Rainer Küschall. Il avait à peine 16 ans quand il s’est fracturé trois vertèbres cervicales en plongeant dans l’eau. « Par mes projets, je veux montrer que le handicap le plus grave peut aussi se compenser », déclare, à 66 ans,

La mobilité pour la qualité de vie Si la voiture peut représenter le symbole même de la liberté et de la mobilité, c’est bien pour les personnes paralysées médullaires. Sans véhicule adapté individuellement, la meilleure réinsertion possible serait refusée à beaucoup d’entre eux. C’est pourquoi le réseau de prestations pour une rééducation intégrale de la Fondation suisse pour paraplégiques (FSP) compte, entre autres, une entreprise qui s’entend à transformer les véhicules pour les personnes en fauteuil. Une douzaine d’employés d’un département spécialisé d’Orthotec SA à Nottwil (LU) et, dès 2014, à Cugy (VD) modifient chaque année quelque 200 voitures et autres engins motorisés. Des clients profitent de l’expérience, du sens de la qualité et du goût de l’innovation du personnel, ainsi que de la collaboration étroite avec des spécialistes du Centre suisse des paraplégiques (CSP) de Nottwil, des scientifiques, des ingénieurs et des autorités. Sont déterminants dans chaque cas les besoins personnels du conducteur, mais aussi une sécurité totale et un rapport prix/prestation raisonnable. L’offre d’Orthotec SA s’étend des premières évaluations à la mise au point de prototypes, à la transformation proprement dite et jusqu’à l’homologation et la présentation au contrôle technique. Pour de plus amples informations : www.orthotec.ch

Paraplégie, novembre 2013 |

17


Fièvre de la course. En 2013, Rainer Küschall a remporté sa première victoire dans son bolide rouge, ouvert. La sucette de son casque lui per­met de passer les vitesses – pour la technique, il a un professionnel.

le concepteur de fauteuils roulants et multiple vainqueur des Paralympiques. Comment ? Il concourt dans le Sports Car Challenge européen. Les adversaires du seul tétraplégique au monde à la licence internationale sont des piétons, certains même des pros. La vie de Rainer Küschall est marquée par la dépendance. Ou, comme il le dit lui-même : « Je ne peux me beurrer mon pain. Mais je peux participer à des courses. » C’est grâce à la technologie la plus moderne. Quand Küschall fonce à grand bruit sur la piste, il utilise une direction assistée qui réagit à un minimum de force. Son casque est équipé d’une sucette qui, par aspiration et souffle et au moyen d’une commande, enclenche ou déclenche les six vitesses en 21 millisecondes. Tant que le corps suit Bien que les transformations ajoutent 56 kilos à la voiture de Küschall, le coureur d’Allschwil (BL) réussit à se maintenir en tête. Après plusieurs podiums, il a enfin fêté, en juin 2013, sa première victoire, en Allemagne. « Je concours à un haut niveau. C’est pourquoi ce succès a été un moment de bonheur vraiment exceptionnel pour moi. » Et la récompense de beaucoup de cœur et d’idéalisme investis. Mais sa mission ne s’achève pas pour autant. Il travaille toujours à la finition d’un « modèle maison ». « Il manque encore cinq pour cent, mais ce sont les plus difficiles, comme l’ont montré des tests. » En outre, Rainer Küschall est en train de constituer une équipe composée de seuls paralysés médullaires désireux de participer ensemble à des courses d’endurance.

18 | Paraplégie, novembre 2013

Le premier départ est prévu en janvier 2014, à Dubaï (EAU). Si cela ne marche pas, reste quand même la volonté de tenter l’impossible. Et une chose est claire pour lui : « Tant que le corps suit, je veux rouler. Car en voiture, c’est moi seul qui décide quoi faire, quand et comment. » Une merveilleuse sensation Il brille comme la nacre, est scandaleusement beau et fait battre plus fort les cœurs des fans de Harley : un trike sur mesure – une moto avec deux roues arrière. Il est né dans l’atelier de Sven Traber, à Waltalingen (ZH) Son propriétaire, Cornel Sonderer, de Wängi (TG) est en fauteuil roulant. Les deux hommes ont combiné l’engin à partir d’une Harley Softail et un kit arrière. « Cette machine est le produit de beaucoup de travail manuel et de désirs particuliers », raconte Cornel Sonderer. Le défi technique consistait à adapter toutes les commandes en manuel et aux besoins d’un paraplégique. C’est ainsi qu’un châssis hydraulique abaisse le trike pour permettre au conducteur de l’enfourcher. Freins, phares, vitesses – le quadragénaire peut tout commander sans devoir lâcher le guidon. Et dans le grand compartiment sous le siège du passager, il peut même ranger un fauteuil pliant.


REPORTAGE Alois Kaufmann est expert pour les examens de conduite et le contrôle technique des véhicules au service des automobiles du canton de Lucerne. Il s’y contrôle entre 100 et 200 véhicules transformés par an.

Retour à la normalité Dès sa rééducation au Centre suisse des paraplégiques (CSP) de Nottwil, Cornel Sonderer savait qu’il voudrait remonter sur une moto, un jour – lui qui était paralysé médullaire suite à un accident de moto. « Mais je n’étais pas fautif, je n’avais pas fait d’erreur. » Et c’est ainsi qu’est né le désir d’un nouvel engin, pour partir en vacances ou en excursion. Cornel Sonderer savait aussi précisément de quoi le trike devait avoir l’air. C’est ainsi qu’il a contribué à sa réalisation par de nombreuses idées. « Naturellement, ce n’est plus tout à fait comme autrefois », reconnaît-il. Sur trois roues, il ne peut plus se coucher dans les virages et sa moto de 400 kilos et 1600 cm3 est aussi plus large qu’un deux-roues. Toutefois, le collaborateur du service extérieur apprécie la possibilité de sortir avec des camarades, comme autrefois. Quelques problèmes douloureux n’ont pas manqué, au début. Lors du transfert, avant le premier essai, Cornel Sonderer s’est brûlé les chevilles au pot d’échappement pas encore protégé. « Mais cela ne t’arrivera pas deux fois », promet-il avec un haussement d’épaules. Le trike a demandé plus de 500 heures de travail. Mais chacune d’elles a valu la peine : « La moto me rend une bonne portion de liberté et de normalité. »

« Nous voyons parfois des créations exotiques » Les voitures de handicapés sont-elles soumises aux mêmes directives que les autres ? Pour adapter les véhicules aux besoins, on peut s’écarter des prescriptions d’équipement, si la sécurité le permet. C’est par exemple le cas des commandes et des aides à l’entrée. Pour le test, il importe que nous conduisions les engins nous-mêmes. La technologie moderne permet aujourd’hui de conduire même avec une paralysie haute. Est-ce sûr ? De fait, les véhicules peuvent subir des transformations très complexes, à l’exemple de la commande par joystick. Les composantes électroniques y sont en partie doubles, comme dans un avion. Les systèmes se surveillent eux-mêmes et, en cas de panne, le deuxième intervient automatiquement. Que conseillez-vous à quelqu’un qui veut transformer un véhicule – comment doit-il s’y prendre pour éviter les problèmes ? Les transformations doivent toujours être effectuées par une entreprise spécialisée, jouissant du savoir, de l’expérience et des connaissances nécessaires pour appliquer les dispositions juridiques. Avez-vous déjà vu des engins « exotiques » ? Oui, des véhicules à commande au pied, pour les personnes manchotes. Ou des voitures à boîte mécanique transformées pour la commande manuelle. On voit aussi de plus en plus de joysticks. Un semi-remorque ou un car peuvent-ils théoriquement être transformés pour un conducteur en fauteuil roulant ? Les exigences médicales figurent dans l’Ordonnance réglant l’admission à la circulation routière. Pour conduire un car, on ne peut avoir de paralysies, raideurs ou mutilations. Pour conduire un camion de catégorie C, il suffit au contraire au conducteur d’avoir une aptitude fonctionnelle. Les jeunes de moins de 18 ans bénéficient-ils d’un permis de conduire spécial en cas de nécessité absolue ? Oui, sur certificat médical, les autorités cantonales peuvent accorder aux personnes handicapées le permis de conduire des voitures, cyclomoteurs ou véhicules à moteur à la vitesse maximum de 45 km/h avant l’âge minimum.

Rêve de motard. Le trike ramène Cornel Sonderer à la normalité. Avec Sven Traber, il a construit l’engin de loisirs et, avec amour, l’a équipé de nombreux détails. Paraplégie, novembre 2013 |

19

Paraplégie Dossier 2013: Véhicules exceptionnels  

Revue de l’Association des bienfaiteurs de la Fondation suisse pour paraplégiques