Page 1

Modes, arts et création à Paris

Natalie Portman Nicole Kidman Saoirse Ronan Carnets de mode

Cinémode L’abstraction végétale L’AGENDA très parisien

Magazine cadeau

english texts


Collection Shards of Mirror avec Gigi Hadid GPAO_MESSIKA_FR_PALACE COSTE_FEV01_FW18_SHARDS OF MIRROR_410x275.indd 1

30/01/2019 17:14


M E S S I K A .C O M

#M e s sika Ro c ks High J ewe l r y

GPAO_MESSIKA_FR_PALACE COSTE_FEV01_FW18_SHARDS OF MIRROR_410x275.indd 2

30/01/2019 17:14


BASH_DP_Palace Costes_190219.indd 2

21/01/2019 11:47


BASH_DP_Palace Costes_190219.indd 3

21/01/2019 11:47


ANP-TK-Palace Costes FR FD1.indd 1

31/01/2019 17:54


ANP-TK-Palace Costes FR FD1.indd 2

31/01/2019 17:55

Collection de sacs / Photographie retouchĂŠe / thekooples.com


CAPTURE-MOI BRACELETS OR BLANC SERTI DIAMANTS & TITANE / DESSINÉS ET MANUFACTURÉS EN FRANCE BOUTIQUE 354 RUE SAINT-HONORÉ PARIS +33 1 40 13 64 04


photo ARNO BANI


Sommaire

76 Février - Mars

2019

La Météo des Modes 18. Cuir sans cuir. Le plastique, c’est chic? 20. Sober is the new cool. Hot cuisine. 22. Service Palace Les bons flans de boulangerie.

Talents

24. Natalie Portman «Les problèmes liés à la célébrité me concernent forcément». 28.Nicole Kidman «Ma vocation est d’être une actrice de composition, pas une star». 32.Saoirse Ronan «Je n’aurais jamais osé rêver la vie que je vis aujourd’hui».

ISSN 1955-9380 Dépôt légal à parution

36. Emil Humbert et Christophe Poyet «Nous cherchons avant tout à créer une émotion». 38. Emilia Clarke Une star et son parfum. 40. Khatia Buniatishvili Le piano glamour. 42. Antoine Laulhere et Giovanna Chitto Luthiers. 44. Hélène CarpentierPour le répertoire français. 46. Julien Colombier L’abstraction végétale. 50. Jérôme Wiss Les trompettes à la perfection. 52. VanilleDouce et forte. 54. Charles de Luca Le sur-mesure abordable. 56. Des gens que j’aime… Valeria Bruni Tedeschi. FÉVRIER / MARS 2019

12


Sommaire

76

Février - Mars

2 019

Carnet de Mode

58.Sébastien Létrange

«Nous proposons des sacs d’exception pour des femmes exceptionnelles». Mode

62.Ciné mode Photographies Mehdi Sef 80.2 PhotographiesMatthieu Delbreuve

94. Très profonds décolletés. Effets de manches.

100.Portraits habillés CollagesJohanna Goodman 112. Julien Creuzard Chasseur de talents.

113. L’AGENDATRÈS PARISIEN 114 . Galeries & Musées

Rouge. Toutânkhamon. Barry Flanagan. Jane Evelyn Atwood. Olivier Dassault. Retrouvez aussi votre magazine sur issuu.com, facebook, instagram

120 . Restos & Bars

Beefbar. Malro. Raw. Alegria. French Bastards. 124 . Musiques & Fêtes

Lomepal. Jeanne Added. Drake. Little Simz. 128 . Envies & Plaisirs

Afrique mon amour. Les rois des puzzles. 140 . Boutiques & Adresses 146 . Où trouver votre magazine cadeau. FÉVRIER / MARS 2019

14


ELISABETTAFRANCHI.COM

PARIS, RUE DE CASTIGLIONE, 12

000000-Francia-PALACE-COSTES-205x275-SS190049_n.indd 1

28/01/19 17:35


Rédaction Magazine édité par la société PalacePresse. Gérant Claude Maggiori R É DAC T I O N 64rue Tiquetonne, 75002 Paris. 0144882494 palace@palacepresse.com Directeur de la Rédaction, Directeur de la Création Claude Maggiori Rédactrice en chef Mode Anne Delalandre Mise en page, Chromie et Retouches Nader Kassem English Texts Tom Ridgway. Secrétariat de Rédaction Philippe Bottini Assistante et Assistante de Rédaction Sandra Hirth contact@palacepresse.com Ont collaboré à la Rédaction: Anne Delalandre, Jenny Chen (stagiaire), Sabine Euverte, Marie Godet (stagiaire), Sandra Hirth, Philippe Latil, Claude Maggiori Bertrand Raison, Sandra Serpero, Patrick Thévenin, Ellen Willer Juliette Michaud Correspondante à Los Angeles Photographies : Matthieu Delbreuve www.matthieudelbreuve.com Mehdi Sef www.mehdisef.com PUBLICITÉ. Palace Presse. 64 rue Tiquetonne, 75002 Paris 0144882494 I M P R I M E R I E . Imaye Graphic ZI des Touches 53022 Laval Cedex Gravure Nader Kassem. Suivi frabrication Annick Torrès/Rivages Tous les papiers utilisés dans cet ouvrage sont issus de forêts gérées durablement, labélisés 100% PEFC, ayant un Ptot de 0,01.

Photographie de couverture: Austin Hargrave

Making of Série Mode

L

a mode fait son cinéma. Avec leurs jeux de rôles et d’apparence, les chemins de la mode et du cinéma s’entrecroisent, chacun influençant ou s’inspirant de l’autre. Jouant avec des projections d’images cinématographiques et des reflets graphiques de lumière, le photographe parisien Mehdi Sef a réalisé notre série intitulée CinéMode où il met en scène la belle Ivanka Smilenko de l’agence IMG Models. «De tous les milieux créatifs que j’ai pu côtoyer, la mode est le seul qui me permet une totale liberté de création. Quand l’image de mode se rapproche de la photo plasticienne, c’est là qu’il se passe des choses intéressantes. On travaille en équipe, et j’adore ces moments avant les premiers clics où l’on se retrouve tous pour parler de la direction artistique que l’on va suivre. J’ai vraiment le sentiment d’être un chef d’orchestre. On m’a toujours appris qu’en photo “tout avait déjà était fait”, cette idée m’a toujours hanté, alors j’essaye d’apporter un point de vue différent en rendant l’ambiance la plus décalée possible de la réalité sans la dénaturer ni l’altérer. J’essaye de m’arrêter là où le surréalisme pourrait commencer. Je pense pouvoir shooter dans tout type de décors si j’y trouve un moyen de rendre la situation unique. J’ai particulièrement aimé la liberté de création ainsi que la confiance que m’a données l’équipe du magazine.» ANNE DELALANDRE Photographe: Mehdi Sef. Directrice artistique: Anne Delalandre. Stylisme: Coline Peyrot. Mannequin: Ivanka Smilenko@IMG Models. Ivanka porte une chemise et un top en cuir, Acne Studios,des créoles «Beverly Hills» et une bague «Cuzco» en or et diamants, Djula. Casting: Nicolas Bianciotto. Mise en beauté: Emilie Plume. Coiffure: Martyn Foss Calder. Manucure: Marie Rosa. (Photographie retouchée.) FÉVRIER / MARS 2019

16


La meteo des Modes L’observatoire des tendances d’ ELLEN WILLER et PIERRE-FRANÇOIS LE LOUËT

le plastique c’est chic?

a mise au pilori des matières premières animales devait bien naturellement provoquer un retour en faveur du plastique, PVC en tête. Déjà repéré les saisons précédentes dans de très chics pardessus transparents, il est adoubé par Chanel dans sa collection Croisière2019, avec des chapeaux, des bottes et des imperméables aux références très sixties. Aujourd’hui, il se réfère à des notions plus dans l’air du temps: innovation, rétrofuturisme, corps modifié, codes de la science-fiction, ultra-protection… Il se décline partout dans des vinyles, toiles cirées, polyesters, silicones, caoutchoucs, néoprènes, et se superpose à d’autres matériaux à effet plastique, comme le cuir laqué, l’organza irisé, les paillettes holographiques… Mais voilà, même si le plastique est proposé dans des formules apparemment durables et recyclées, la question se pose de son effet polluant pour la terre et les océans. Et la marque Courrèges, à l’occasion du premier défilé de sa nouvelle directrice artistique, l’Allemande Yolanda Zobel, annonce qu’elle renonce à son utilisation. Qu’en penserait André Courrèges, fondateur de la marque, qui avait inventé le blouson court en vinyle et les bottes basses en PVC, et y voyait un symbole fort de progrès?

A

près la food et la beauté, la mode s’interroge sur l’utilisation des matières premières animales. La fourrure est exclue de nombreuses collections et, désormais, c’est au tour du cuir de passer sur la sellette. La Fashion Week d’Helsinki annonce qu’il sera carrément interdit de défilés dès cette année. D’où l’arrivée de nombreux matériaux alternatifs. La start-up américaine Bolt Threads propose un cuir à partir de racines de champignons, dont Stella McCartney s’est aussitôt emparée pour recréer son célèbre modèle de sacFalabella, depuis exposé au Victoria&Albert Museum à Londres. Modern Meadow fabrique Zoa, un cuir à base de collagène issu de levures fermentées. Son tee-shirt graphique biofabriqué fait partie de la collection permanente du MoMA à New York. Pour l’italien Vegea, la solution se trouve dans le marc de raisin, peaux, tiges et pépins… Poétique Paris revisite le vestiaire féminin avec des perfectos et des mini-jupes leather-free. Rafa, une marque de chaussures de luxe made in L.A., utilise des textiles recyclés qui ressemblent au nubuk et Jean Louis Mahéfait de la haute maroquinerie vegan. Il faut mentionner Angela Roi, l’un des premiers labels vegan de luxe. Et le concept store dédié à la mode vegan à Paris, Manifeste011, avec une sélection de marques commeSydney Brown, Minuit sur Terre, Denise Roobol … As fur is now fashion’s bête noire, it’s leather’s turn in the stocks. At US start-up Bolt Threads, a leather substitute is made from mycelium or mushroom roots; Stella McCartneyimmediately used it for a sample version of her classic Falabella bag. Modern Meadowuses fermented yeast for its version, while Vegeaemploys grape skins, stalks and pips. For a vegan handbag, try New York-based Angela Roiand if in Paris, visit Manifest 011for it fine selection of animal-free brands.

Plastic has been spotted in various forms (vinyl, PVC, neoprene, polyester) in a number of collections recently, particularly in the boots and hats at Chanel’s 2019 cruise collection. But even if it is being offered in recycled and supposedly recyclable versions, it remains polluting plastic. Which is why Yolanda Zobel, the new designer at Courrèges, the pioneer of the plastic-fantastic aesthetic, recently announced that her label would stop using the material.

FÉVRIER / MARS 2019

18

©Forewer

CUIR sans cuir

L


00_Pub.qxp_Palace 12/09/2018 16:14 Page3

_ Ohoud Al Enezi _ djulajewelry www.djula.fr _


La Meteo des Modes

sober is the newcool

L

hot cuisine

e mouvement sans alcool illustre un changement notable des mentalités, lié à l’engouement pour le healthy . Il faut y ajouter l’effet Instagram: l’alcool ne rend pas très photogénique, sans compter ses effets sur la peau, qui se déshydrate, et les traits, qui se fatiguent… Au Royaume-Uni, selon une étude de l’université UCL à Londres, un jeune entre 16 et 24ans sur trois ne consomme jamais d’alcool, soit deux fois plus qu’il y a dix ans. Et cette année, le très british Dry January a débordé jusqu’à la France et la Suisse. Des communautés s’organisent partout pour accompagner et encourager les candidats à la sobriété. A New York, les événements organisés par Club Söda ne désemplissent pas. Three Jewels, un studio de yoga, accueille toutes les semaines des sessions de méditation dans le cadre des #soberfridays. Les marques suivent: Heineken s’apprête à conquérir le marché américain avec sa bière sans alcool Heineken 0.0. Selfridges, à Londres, qui a lancé en exclusivité le Seedlip, un spiritueux sans alcool, a vendu les 1000 premières bouteilles en trois semaines, les 1000 suivantes en trois jours et les 1000 d’après en 30minutes…

ux Etats-Unis, les champignons explosent. Avec leur goût proche, dit-on, du fameux umami (la cinquième saveur, selon les Japonais) et leur valeur nutritive, les shiitake, reishi, chaga et autres crinières de lion sont stars chez Purely Elizabeth, en café chez Four Sigmatic et même en produits de beauté chez Moon Juice. Réputé élixir de beauté depuis des siècles, le vinaigre de cidre, lui, devient un incontournable du mouvement bien-être: il favoriserait la perte de poids, le blanchiment des dents, l’amélioration du microbiome… Les plus conservateurs en assaisonnent leur salade, les plus courageux l’avalent sous forme de pilule, disponible chez The Tonik, en tonic fermenté chezKeVita ou en shot chez Ethan’s. Grâce à ses vertus relaxantes et antalgiques, le chanvre poursuit son ascension: le premier festival dédié au CBD, l’un de ses composants sans effet psychotrope, s’est déroulé avec succès à New York, avec des thés, huiles, gourmandises chocolatées, barres énergétiques, produits de beauté… Tandis qu’en Allemagne le géant du chocolat Ritter Sport a écoulé en moins d’un week-end son stock de chocolat infusé au chanvre.

The young are drinking far less than their addled elders, possibily because no one looks good wasted on Instagram. Support groups and events for non-drinkers are popping up all over the world, while new drinks for this new audience are hitting the market, such as Seedlip’s non-alcoholic spirits – “what to drink when you’re not drinking”.

Mushrooms are so hot right now in food, coffee and beauty products. Cider vinegar drunk neat or as a tonic or swallowed as a pill is supposedly helping people lose weight, whiten their teeth and improve their intestinal flora. And hemp – without the psychoactive THC – is being used in teas, oils, energy bars beauty products, and even Ritter Sport chocolate bars.

A

le pain,c’est trop bien

T

There is your ordinary white loaf and there is bread made with love and properly sourced flour from artisan millers. The kind used at Maison Saint Honoréin Marseille or Partisan Boulangerin Lyon or in Paris at Mamicheand Carré Pain de Mie, which sources its flour in Hokkaido, Japan. On the other side of the Channel, brewer Adnamshas made use of stale Marks & Spencer bread to create three new beers for the British brand’s stores. Pierre-François Le Louët est président de l’agence NellyRodi. FÉVRIER / MARS 2019

20

©Zzve

out se réinvente, même le pain. A l’heure du post-gluten free, au moment où on veut savoir d’où vient ce qu’on mange, le pain blanc standardisé est délaissé au profit de créations d’artisans, comme Circus Bakery et Mamiche à Paris, Maison SaintHonoré à Marseille,Partisan Boulanger à Lyon… Ces nouveaux boulangers partent à la rencontre des meuniers qui ne dorment pas et des paysans qui labourent, pour sourcer les blés bien nés, comme le Barbu du Roussillon et le Rouge de Bordeaux. Parfois, les farines viennent de plus loin: d’Hokkaido au Japon, par exemple, chez Carré Pain de Mie dans le Marais. Le pain est aussi candidat à la réduction du gaspillage alimentaire: Gail’s, à Londres, utilise son pain de la veille pour ses porridges du jour, la brasserie Adnams recycle le pain rassis de Marks&Spencer pour créer certaines de ses bières artisanales.


Lydia CourteilleCM3.qxp_Palace 08/02/2019 12:19 Page3

TRÉSOR ROYAL

231 rue Saint-Honoré Paris 1er Un tee-shirt en cadeau pour tous les clients qui viendront à la boutique avec le magazine PalaceCostes A gift will be offered to all customers who will come to the shop with the PalaceCostes magazine


Service palace

Les bons flans de boulangerie e flan pâtissier est un indétrônable de nos boulangeries. Mais ce classique, souvent pâteux et banal, connaît depuis quelques mois à Paris un véritable boom. Il est proposé à la vanille, aux fruits, au chocolat, plus ou moins parfumé, plus ou moins crémeux, avec une pâte brisée ou feuilletée... Même les grands pâtissiers de renom le mettent à nouveau en vedette. Mais, si la recette du flan est toujours aussi simple, il est toujours aussi difficile d’en trouver de vraiment bons! Alors, nous avons cherché, goûté… et trouvé. Pour une fois, nous avons laissé de côté les productions de nos chers pâtissiers stars, pour nous consacrer aux pâtisseries de quartier, celles près de chez vous, celle avec un rapport qualité-prix raisonnable. Le flan doit rester un gâteau de tous les jours, un ami simple et fidèle, doux et rassurant. Voici notre sélection des meilleurs flans de boulangerie et pâtisserie abordables. Chez No pain No gain, le flan a reçu la médaille de bronze au concours du meilleur flan d’Ile-de-France 2018. De plus, il est promu par le label «Fabriqué à Paris» de la Mairie de Paris. La petite merveille est réalisée dans les règles de l’art. Le flan est très épais et particulièrement onctueux: on a presque l’impression d’avoir une mousse de flan en bouche.No pain No gain.43rue Daguerre, Paris XIVe. A la Maison Doucet, ils font la différence en utilisant une pâte feuilletée pur beurre réalisée sur place. Du lait entier 100% français et une crème entière 100% française pour l’appareil à flan. Celui-ci est ensuite coulé à la louche dans le fond feuilleté. Le tout est cuit dans un fait-tout sur four spécial «à sole boulanger» à 220 °C. Le flan est délicieux et, en plus, la part servie est très généreuse! Maison Doucet. 234rue du Faubourg-Saint-Antoine, Paris XIIe.

Chez Alexine, le pâtissier Didier Secq propose des flans nature ou aux abricots conçus à base de crème, œufs, feuilletage, puis cuit à four boulanger chaud pour saisir l’appareil afin qu’il reste moelleux. C’est une des marques de la maison. Le résultat est onctueux et fondant. Alexine.40rue Lepic, Paris XVIIIe. Chez Mori Yoshida, la pâte brisée, très épaisse, est très bien cuite, presque torréfiée et croustillante à souhait. L’appareil bien crémeux est légèrement vanillé. Le flan est très demandé, il est prudent de commander... Mori Yoshida.65avenue de Breteuil, Paris VIIe. Le flan de chez Bo&Mie est très réussi, et plus particulièrement la version citronnée, aérienne, fraîche et ultra-légère. On aime aussi beaucoup la version vanille, avec son appareil bien vanillé, ferme et onctueux à la fois. Bo&Mie.18rue de Turbigo, Paris IIe. Chez Pain-Pain, le chef utilise une pâte brisée avec une pointe de sel, ce qui relève agréablement le goût. L’appareil est très peu vanillé et peu «collé», car il ne contient pas de maïzena. Ce qui donne à ce flan une grande légèreté en bouche. Pain-Pain.88rue des Martyrs, Paris XVIIIe. S A N D R A H I R T H Flan pâtissieris a classic tart sold in every bakery in France. The recipe is simple – a shortcrust- or puff-pastry base, eggs, milk, sugar, cornstarch and vanilla – but sadly, too often the result is tasteless. So we searched out the best flan in Paris. No Pain, No Gain’s version (43 rue Daguerre) has a deliciously light, mousse-like custard. Maison Doucet(234 rue du Faubourg SaintAntoine) uses puff pastry for a marvelous result. The apricot flan at Alexine(40 rue Lepic) is lovely, and at Mori Yoshida(65 avenue de Breteuil), the shortcrust pastry is a delight.Bo & Mie(18 rue Turbigo) has a splendidly airy lemon body, while Pain-Pain(88 rue des Martyrs) goes cornstarch free for a divinely light custard.

FÉVRIER / MARS 2019

22

Benoît Martin/Alexine/Bo&Mie

L


Ta l e n t s

Natalie Portman

E

lle a été une star presque toute sa vie. Depuis toujours. Dans Vox Lux, son dernier film, Natalie Portman dénonce les méfaits de la célébrité en incarnant une adolescente qui survit à une attaque terroriste dans son école pour devenir une pop star odieuse, dans un monde amoral où tout est permis… Un film choc, mal compris à sa sortie aux Etats-Unis, mais qui souligne les choix ambitieux de cette divine Miss Dior qui est aussi réalisatrice, productrice et une des égéries du mouvement #MeToo. Et une actrice très occupée: elle sera également à l’affiche, en mars, de TheDeath and Life of John F. Donovan, de Xavier Dolan.

«Les problèmes liésàla célébrité me concernent forcément» réalisateur était fou! Tout, dans ce film, qui a été mené à cent à l’heure, 22jours en tout de tournage, une dizaine pour moi, a été étonnant… mais c’était nouveau pour moi et au fond assez libérateur. De tous les personnages que vous avez joués, Celeste est le plus inclassable, le plus fou, mais aussi peut-être le plus proche de vous!

Il était difficile de m’identifier à une fille aussi infernale, et en même temps, c’est vrai, les problèmes liés à la célébrité, la perte de l’anonymat, le fait de grandir trop vite… me concernent forcément, moi qui ai commencé à 12ans dans Leon de Luc Besson, et qui, à 14 ans, jouait la «La célébrité fille d’Al Pacino dans Heat. Mais la célébrité est quand est quand même moins pesante pour les même moins pesante pour acteurs qui jouent des rôles que pour les pop les acteurs qui stars qui sont toujours en représentation.

Comment Brady Corbet, le réalisateur de Vox Lux, vous a-t-il parlé pour la première fois de son film, dont le titre signifie «voix de lumière»?

faire un film historique sur l’Amérique du XXI siècle, sous forme de fable sur l’image du mal. Il voulait aborder le rôle des médias, de la pop culture, et notre rôle à tous dans la façon dont la violence est dépeinte et vécue aujourd’hui, dans la façon dont la presse et la télévision accordent cette attention constante et exagérée aux personnes sans scrupules, aux criminels, en leur donnant ainsi toujours plus de pouvoir… e

jouent des rôles que pour les pop stars qui sont toujours en représentation»

Celeste, l’adolescente, est jouée par la même actrice, Raffey Cassidy, qui interprète ensuite votre fille. Comme si votre double de jeunesse était tout le temps là aux côtés de votre personnage, devenu une sorte de monstre.

Quelles stars de la scène ont inspiré le film?

Pas une en particulier. Mais j’ai visionné plein de documentaires sur des chanteuses qui ont commencé très jeunes, pour réaliser à quel point leur mode de vie est stressant: prendre l’avion tous les jours, donner des concerts tous les soirs qui nécessitent l’énergie d’une athlète, courir sur les plateaux télé… Le film ne porte pas de jugement, mais interroge sur notre besoin de nous enivrer de tels spectacles, quand le monde va si mal.

C’est le procédé de Brady pour parler de l’identité, et la jeune actrice Raffey Cassidy est une vraie révélation. Au départ, je pensais que cela ne fonctionnerait pas, que notre FÉVRIER / MARS 2019

24

Miller Mobley

NATALIE PORTMAN. Il m’a dit qu’il voulait


{Talents}

Natalie Portman, dans le film de Xavier Dolan «The Death and Life of John F. Donovan»

Vous chantez vous-même dans le film, des chansons composées par Sia.

Sia est l’un des seuls génies musicaux actuellement, et la crédibilité du film dépendait de la participation d’une star comme elle. Elle réalisait un film au moment du tournage, nous n’avons pas beaucoup travaillé ensemble, mais j’ai beaucoup travaillé avec ses producteurs. La somme de travail que demandent des enregistrements de chansons est incroyable, vous savez! Un mot sur votre collaboration avec votre mari, Benjamin Millepied, avec qui vous aviez travaillé sur Black Swan. Nous avons déjà exploré ensemble les facettes sombres de la créativité. Son talent comme danseur et chorégraphe m’éblouit encore. Lorsque je me suis retrouvée, pour la séquence finale de Vox Lux, à chanter au milieu de danseurs ultra-pros dont certains arrivaient d’une tournée avec Beyoncé et d’autres d’un concert de Drake, sur la chorégraphie de mon mari, je me suis sentie vraiment toute petite! (Rires) C’est votre quatrième collaboration avec Jude Law… Nous avons tourné dans Cold Mountain d’Anthony Minghella quand j’avais 19ans. Ensuite il y a eu Closer de Mike Nichols, puis MyBlueberry Nights de Wong Kar-wai. J’ai aujourd’hui 37ans, voilà donc vingt ans que j’ai la chance de travailler avec Jude Law, qui est l’un des acteurs les plus gentils qui soient. Sur Vox Lux, la première scène que nous avons tournée ensemble est celle où je m’écroule sous l’effet d’un abus de drogues! (Rires) Il fallait que je puise dans la folie, mais être avec Jude m’a aidée à lutter contre le trac. Qui ne m’a jamais quittée depuis mes débuts…

Vous avez deux projets haut de gamme à venir: The Life and Death of John F. Donovan, de Xavier Dolan, et Lucy in the Sky, un film de science-fiction de Noah Hawley. Qu’est-ce qui guide vos choix? L’instinct, tout simplement. En ce moment, j’ai besoin d’expérimenter. Le film de Xavier Dolan parle aussi, à sa façon, de la célébrité. Je fais partie d’un casting en or, et je joue la mère d’un jeune garçon obsédé par une star de télévision. Le film de Noah Hawley, dont le titre n’est pas encore définitif, qui n’est pas vraiment un film de science-fiction, c’est l’histoire d’une femme astronaute qui revient d’une mission dans l’espace et qui a du mal à se réadapter à la vie sur terre. Petite, j’ai toujours rêvé d’aller dans l’espace… Propos recueillis par J U L I E T T E M I C H A U D

«The Death and Life of John F. Donovan», de Xavier Dolan, sortie le 13mars. «Voxlux», de Brady Corbet, sortie prévue prochainement. Natalie Portmanhas been a star for over 25 years, ever since her debut aged aged 12 in Luc Besson’sLeon. Today, aged 37, she is back on screens in Vox Lux, Brady Corbet’s acidic and wild story of a young girl who survives a school shooting, and turns into both a massive pop star and a massively awful person. Portman says Corbet explained his story as a “historical film about 21st-century America” played out as a fairy tale about the representation of evil. “Brady wanted to look at the media, pop culture, and our role in how violence is shown and experienced today,” explains Portman. He wanted to investigate how the press and TV give an exaggerated amount of attention to the utterly unscrupulous and so give them ever-more power. The film is choreographed by the actress’s husband, Benjamin Millepied (“I’m still amazed by his talent,” she says) and co-stars Jude Law. “We worked together on Anthony Minghella’s Cold Mountainwhen I was 19. He’s one of the kindest actors out there. In Vox Lux, the first scene we filmed was the one when I collapse from a drugs overdose. I had to dig deep to find a certain madness, but being with Jude was a great help.” Her next two films are Xavier Dolan’s The Life and Death of John F. Donovanand Noah Hawley’sLucy in the Sky. She chose them “quite simply, on instinct.”

FÉVRIER / MARS 2019

26

Shayne Laverdière

«Le trac ne m’a jamais quitté depuis mes débuts»


xx_Pub.qxp_Palace 05/02/2019 09:31 Page3


{Talents}

Nicole Kidman

E

lle a toujours été «prête à tout» devant la caméra. Nicole Kidman, actrice née, peut aussi bien jouer, à 51 ans, Atlanna dansAquaman qu’une flic déglinguée méconnaissable dans Destroyer de Karyn Kusama ou une mère qui convertit son fils à l’hétérosexualité dans Boy Erased de Joel Edgerton. Miss Kidman a pourtant l’air si sage, assise devant nous, avec sa natte blonde et son légendaire regard magique. Elle dit qu’elle partage son temps entre sa vie de famille, Nashville, Sydney et Los Angeles… Projets, confessions, fous rires : une star, une vraie, qu’elle le veuille ou non.

Dans Destroyer, on découvre une Nicole Kidman méconnaissable: une détective de Los Angeles en proie à ses démons, boiteuse, alcoolique, avec des prothèses pour modifier l’ossature de votre visage! NICOLE KIDMAN. J’avoue que ce polar ultra-noir ne ressemble à rien de ce que j’ai fait avant. Pour me mettre dans la peau du personnage, Erin Bell, la réalisatrice Karyn Kusama, dont j’avais tant aimé Girlfight, m’a fait regarder des images de coyotes traînant dans les rues de Los Angeles! J’ai pleuré la première fois que j’ai lu le scénario, et quand je me suis regardée dans le miroir en Erin, qui elle ne se regarde jamais dans une glace, je ne me suis pas reconnue. Je n’aime pas trop parler des secrets de fabrication d’un rôle, mais je peux vous dire que je me suis entraînée comme une folle avec un spécialiste militaire qui m’a appris à manier toutes sortes d’armes à feu dans notre ranch du Tennessee. C’était nécessaire. Et j’avoue qu’un rôle aussi déprimé, d’une femme détruite qui essaie désespérément de récupérer sa fille, a pesé sur moi et sur ma famille, car je le ramenais le soir à la maison. Mon mari a beau me donner tout l’espace artistique dont j’ai besoin, il commençait à se demander où j’allais m’arrêter. Mes filles, de 10 et 7 ans, bien qu’étant habituées à mon métier, étaient elles aussi très inquiètes (Rires).

Et pourtant, vous dites qu’un tel rôle est «un cadeau»…

«Mavocation est d’être une actrice de composition, pas une star» elles veulent se faire pardonner pour beaucoup de mauvaises choses qu’elles ont faites, est passionnant. J’ai eu plus de mal à trouver de l’empathie pour la mère de Boy Erased qui veut convertir son fils pour qu’il ne soit plus homosexuel. C’est tellement horrible, ce qu’elle fait, mais elle est persuadée de le faire pour le bien de son enfant. Dans Destroyer, il m’était impossible de tricher, car je suis dans tous les plans, et il y a beaucoup de gros plans, filmés avec plusieurs caméras. Cinématographiquement, il y a quelque chose de Mad Max… au féminin. J’ai trouvé ça puissant. Vous avez pris l’engagement de tourner avec des femmes réalisateurs?

Absolument. A travers ma maison de production Blossom Films, j’ai promis de tourner au moins tous les 18mois sous la direction d’une femme. Ce que j’ai réussi à faire: de Sofia Coppola à Karyn Kusama, mais aussi en télévision avec Jane Campion, ou Andrea Arnold qui a réalisé la seconde saison de Big Little Lies, et dans une nouvelle série très prometteuse à venir sur HBO, The Undoing, avec Susanne Bier, écrite par David E. Kelley. Que jouez-vous dans votre nouvelle série, The Undoing?

Une psy mariée à Hugh Grant, ce qui déjà me plaît bien (Rires). Il a réussi sa vie personnelle et professionnelle, Ryan Pfluger

Je venais de terminer le tournage de Boy Erased et, quatre semaines plus tard, je tournais Destroyer. Jouer des mères aussi opposées, mais qui en fait sont sur la même voie, car FÉVRIER / MARS 2019

28


{Talents}

Nicole Kidman méconnaissable dans «Destroyer» de Karyn Kusama.

jusqu’à ce qu’un crime fasse tout voler en éclat. Je produis et interprète aussi une autre série super prometteuse qu’on pourra découvrir sur Amazon, The Expatriates, sur un groupe de femmes très complexes qui vivent à Hongkong…

à Hollywood, entre actrices, nous nous serrons les coudes. (Elle prend une voix virile) J’ai dit: «N’aie plus peur de rien, Charlize, je suis là!» (Rires) Vous êtes une dure à cuir, dans la vie?

La parité à Hollywood, ça avance?

Il y a beaucoup trop peu de femmes sur les plateaux. Jusqu’à présent, par exemple, je n’ai travaillé qu’avec deux chefsopérateurs femmes. Il ne faut pas se leurrer, il y a encore beaucoup à faire, les mentalités évoluent très lentement.

Je peux faire des choses extrêmes. Je regrette au dernier moment, mais c’est trop tard, c’est parti! (Rires) Propos recueillis par J U L I E T T E M I C H A U D

«Destroyer», de Karyn Kusama, sortie le 20février. «Boy Erased», de Joel Edgerton, sortie le 27mars.

Comment jugez-vous votre carrière?

C’est une carrière en roue libre : de Stanley Kubrick à The Paperboy, rien de ce que j’ai fait n’était prévisible. J’aime de plus en plus les jeunes talents et aider les petits budgets. C’est génial, de faire partie d’Aquaman. Tout l’aspect glamour de ma carrière est merveilleux aussi et encore très excitant: les tapis rouges, la mode, surtout la mode qui est un art en soi… Mais ma vocation est d’être une actrice de composition, pas une star. D’ailleurs, c’est pour Big Little Lies, que j’ai produit avec Reese Witherspoon, que les gens aujourd’hui me reconnaissent le plus. Parlez-nous de la seconde saison de Big Little Lies et de vos projets cinéma.

Dans BigLitlte Lies2, Meryl Streep joue ma belle-mère! C’est elle qui nous a appelées, Reese et moi, pour faire partie de la série! C’est génial! Mais je n’ai jamais eu aussi peur de donner la réplique à un partenaire. J’étais terrifiée par Meryl! (Rires) Parmi mes projets cinéma, il y a un film du très drôle Jay Roach, avec Charlize Theron et Margot Robbie, sur le ponte de la chaîne d’ultradroite Fox News, Roger Ailes, qui s’est fait débarquer pour harcèlement sexuel… Je joue la journaliste Gretchen Carlson, qui le poursuit en justice. C’est un petit rôle que j’ai fait pour soutenir Charlize, qui produit le film. C’est ce que nous faisons maintenant,

In Karyn Kusama’s Destroyer, Nicole Kidman plays Erin, an alcoholic, deeply damaged cop fighting her demons. (To prepare the actress for the lone-wolf character she was about to play, Kusama showed her images of wild coyotes roaming Los Angeles.) The role required her to change both mentally and physically, including wearing heavy facial prosthetics. “I cried the first time I read the screenplay,” she says. “And when I looked in the mirror as Erin for the first time, I didn’t recognize myself!” She shot the film – which she admits was difficult both for her and her family – just four weeks after finishing Boy Erased, Joel Edgerton’s film about a couple forcing their child into “gay conversion therapy.” Kidman plays the mother and found it difficult to empathize: “What she does is so awful, even if she’s convinced she’s doing the right thing for her child.” Kidman has promised that she will work with a female director every 18 months and so far, she’s succeeded: on film with Sofia Coppola and Kusama; on TV with Jane Campion and Andrea Arnold (who directed the second season of the hit show Big Little Lies). Despite this she still believes that there are too few women working in film: “For example, I’ve only ever worked with two female cinematographers. There’s still so much to do.” Looking back on her career, she says it’s been a wild ride and completely unpredictable.”

FÉVRIER / MARS 2019

30

Copyright 2018 Concorde Filmverleih GmbH

«C’est ce que nous faisons maintenant à Hollywood, entre actrices, nous nous serrons les coudes»


Forte_Forte_Coste_Magazine_205x275.indd 1

22/01/19 10:46


{Talents}

Saoirse Ronan

«je n’aurais jamais osé rêver lavie que je vis aujourd’hui» N

e vous fiez pas à sa silhouette d’elfe et à son visage d’ange. Derrière la blondeur et le regard bleu pâle, aussi délicat que la jolie robe Calvin Klein que Saoirse Ronan porte pour notre rencontre, se dissimule une âme de guerrière. Si on trébuche encore sur son prénom (prononcer «Si-eur-sha»), cette Irlandaise précoce s’est déjà fait un nom en or à Hollywood. «Saoirse» signifie «liberté» en gaélique, et c’est en totale liberté que cette magnifique actrice de 24ans, couronnée l’an dernier du Golden Globe de la meilleure actrice pour Lady Bird, nous épate dans le rôle-titre de Mary Stuart, reine d’Ecosse, avec Margot Robbie en Elisabeth Ire. Vous avez dit Girl Power? Vous avez toujours voulu être actrice?

SAOIRSE RONAN. Mes parents étaient acteurs. J’allais tout

le temps voir mon père (Paul Ronan) sur les tournages. J’ai grandi avec le cinéma. Mais je n’aurais jamais osé rêver la vie que je vis aujourd’hui. Et encore moins endosser un rôle aussi culte que celui de Mary Stuart. Quel est le plus grand défi quand on joue une reine?

La rendre humaine. Après des mois plongée dans les livres d’histoire, il faut envoyer balader toutes les recherches pour approcher le personnage comme n’importe quel autre personnage de fiction.

Taili Song Roth

Qu’aimez-vous tant, chez Mary Stuart?

Elle symbolise l’indépendance de l’Ecosse et le pouvoir féminin. Ce qui m’a séduit, c’est le désir de notre réalisatrice, Josie Rourke, de dresser un parallèle avec notre époque. Quels sacrifices demande-t-on encore aux femmes qui gouvernent qu’on ne demande pas aux hommes? J’ignorais à quel point Mary Stuart et sa cousine ElisabethIre, l’une rebelle et sensuelle, l’autre ayant choisi le célibat pour conserver le pouvoir, s’admiraient. Leur rivalité a été montée par les hommes, jusqu’à conduire Elisabeth à faire enfermer puis FÉVRIER / MARS 2019

33


{Talents}

«Je fais surtout partie d’une génération d’acteurs très conscients de tout devoir à ses aînés»

© 2018 Focus Features LLC.

Saoirse Ronan dans une scène de «Mary Stuart, reine d’Ecosse», de Josie Rourke.

Vous venez de retrouver Greta Gerwig pour un remake des Quatre Filles du Docteur March, mais aussi Wes Anderson avec qui vous aviez tourné Le Grand Budapest Hotel, pour The French Dispatch. Dans les deux films, vous côtoyez Timothée Chalamet, votre partenaire de Lady Bird. Vous faites partie d’une nouvelle «famille» à Hollywood?

exécuter Mary Stuart. Mais derrière toute cette violence, le film montre qu’elles étaient au départ amies. Etiez-vous amie avec Margot Robbie avant le tournage?

Margot et moi nous connaissions par le biais d’amis communs, mais nous avons pris la décision mutuelle, pendant les répétitions, de ne pas nous croiser sur le tournage avant notre unique vraie scène ensemble. Lorsque, dans le film, je découvre Margot pour la première fois, c’est vraiment ma réaction que vous voyez à l’écran. Son look hallucinant, comme une armure, méconnaissable, m’a coupé le souffle. C’était mon premier jour de tournage et le dernier pour Margot, nous nous sommes mises à trembler et à sangloter en tombant dans les bras l’une de l’autre, submergées par l’émotion. C’est une des expériences les plus fortes que j’ai jamais connues sur un plateau.

Retrouver Timothée et Greta, oui, c’est comme une réunion de famille et d’amitié. Dans la version des Quatre Filles du Docteur March, je joue une fougueuse, et ma tante est jouée par Meryl Streep. Ensuite, je dois donner la réplique à Kate Winslet dans Ammonite, de Francis Lee, l’histoire vraie de la relation entre une paléontologue et une jeune fille convalescente. Meryl Streep! Kate Winslet! Je fais partie d’une génération d’acteurs très consciente de tout devoir à ses aînés.

De jouer la petite sœur jalouse de Keira Knightley dans Reviens-moi, de Joe Wright, un rôle complexe qui m’a valu à 13 ans ma première nomination à l’Oscar (elle a été nommée trois fois), était extraordinaire. Soudain, vous travaillez avec Cate Blanchett, Annette Bening... Brooklyn a marqué une étape: je joue une immigrée irlandaise dans le New York des années 1950, une histoire qui résonnait en moi, car si j’ai grandi à Dublin, où je vis toujours, je suis née dans le Bronx. Lady Bird et Mary Stuart, reine d’Ecosse m’ont vraiment permis de grandir. Lady Bird était un défi ultime, parce que la comédie est mon genre préféré, et j’avais si peur de déplaire à Greta Gerwig, la réalisatrice. Lorsque le film est sorti, ni Greta ni moi n’avions anticipé son succès. Hollywood était en train de changer et les choses commençaient à bouger pour moi. Je me suis retrouvée à devoir faire des choix professionnels tranchés.

“My parents were actors,” says 24-year-old, three-time Oscar nominated Saoirse Ronan. “I grew up with the cinema, but I would never have dared to imagine what I’m experiencing now.” And that includes the title role in Mary, Queen of Scots, opposite Margot Robbie’s Elizabeth I. “Margot and I took the decision during rehearsals not to meet before our only scene together. What you see on screen when I first see Elizabeth is my real reaction. She was unrecognizable.” Ronan’s first big break came in Joe Wright’sAtonement(Oscar nomination one, aged 13) and later, Brooklyn. The story of Irish immigrants in New York echoed with her own journey in reverse: born in the Bronx, she moved back to Dublin aged three. Number three Oscar nomination came with Greta Gerwig’s 2017 Lady Bird: “Comedy is my favorite genre and I was so scared of disappointing Greta.” Ronan recently finished Gerwig’s follow-up, an adaptation of Little Women, with Timothée Chalamet, Emma Watson, and, most excitingly, Meryl Streep. “I’m part of a generation of actors,” she says, “who are extremely aware of what we owe our elders.”

FÉVRIER / MARS 2019

34

©Paola Kudacki /©HFPA

Propos recueillis par J U L I E T T E M I C H A U D «Marie Stuart, reine d’Ecosse», sortie le 27 février.

Chacun de vos rôles semble vous aider à grandir.


{Talents}

EmilHumbert et ChristophePoyet

«Nous cherchons avant tout àcréer une émotion»

E

des projets résidentiels au Qatar, à Tel-Aviv et à Paris, la réalisation des restaurants Beef Bar, qui s’exportent en 2019 à Rome, Athènes, au Luxembourg et à Riyad en Arabie saoudite. Et un projet qui leur tient particulièrement à cœur: «Il s’agit d’un hôtel situé sur la route des vins près de SaintTropez qui aura aussi un espace restaurant. Un hôtel permet d’imprimer un univers et d’offrir une expérience globale. Pour nous, c’est très excitant. Le Hoxton Paris, notre premier hôtel, avait été une expérience incroyable, et nous sommes ravis d’être à nouveau sur un projet hôtelier. Nous en espérons d’autres…» SANDRA SERPERO “We approach our designs like film sets,” says Emil Humbert. “With my partner Christophe Poyetwe always want to imprint a certain joy upon our spaces. Our style is flamboyant and free of inhibitions, rich without being ostentatious.” It is inspired by the art deco, art nouveau, design from the 1950s and 1960s, fashion and contemporary art. Their latest adventure is a collection of lighting and furniture for Invisible Collection. “We’ve been designing lighting since our first project,” says Christophe, “so to celebrate our 10th anniversary, we decided to create a first, limited-edition collection.”

Francis Amiand

n dixans, ce duo d’architectes d’intérieur français est devenu une référence. Depuis leur rencontre et la création de leur agence éponyme en2008, le Parisien Emil Humbert et le Monégasque Christophe Poyet signent à travers le monde des projets sophistiqués. On leur doit entre autres la réalisation de l’hôtel Hoxton Paris, des restaurants Beef Bar (Monaco, Paris, Mexico, Mykonos…), du flagship parisien d’Alexis Mabille ou encore de la boutique Aquazzura à Soho. La recette de leur succès? «Nous cherchons avant tout à créer une émotion. Nous échangeons en permanence entre nous, et notre complémentarité est le socle de chacun de nos projets», confie Christophe Poyet. Si le travail des détails et l’utilisation de matériaux nobles sont une constante, leur patte s’exprime avant tout dans une réflexion scénographique: «Nous travaillons nos décors comme des scènes de cinéma. Nous cherchons toujours à imprimer une certaine allégresse: on aime la couleur, notre style est flamboyant et décomplexé, riche sans être ostentatoire, même si les matières brillantes ne nous font pas peur!» explique Emil Humbert. L’Art déco, l’Art nouveau, les années 1950 et 1960, la mode, l’art contemporain sont autant de sources d’inspiration pour le duo, qui mélange habilement dans chaque projet une pointe de nostalgie et une grande modernité. A l’unisson, ils clament l’importance capitale de l’éclairage. «Nous dessinons nos luminaires depuis notre premier projet et beaucoup d’autres objets. Et pour célébrer nos 10 ans, nous avons eu l’idée d’éditer une première collection en série limitée.» Disponible chez Invisible Collection, la collection présente des luminaires et du mobilier où l’on retrouve le chic de leur esthétique et leurs matériaux fétiches, tels le bronze, le marbre et l’albâtre. A venir: une collaboration avec le groupe Pierre Frey,

FÉVRIER / MARS 2019

36


«Nous travaillons nos décors comme des scènes de cinéma»

FÉVRIER / MARS 2019

37


{Talents}

E

milia Clarke, égérie du nouveau parfum The Only One2, et star de Game of Thrones, nous parle de sa participation à la campagne Dolce&Gabbana.

odeur très séductrice. Je pense qu’il y a quelque chose de merveilleux à regarder quelqu’un s’en aller et laisser un peu de son parfum derrière lui. Si The Only One 2 était une musique? Je pense que çe serait la très belle chanson «Quando, Quando, Quando», utilisée pour la campagne de publicité.

de la nourriture, de la convivialité… C’est très italien. Familial et féminin. Nous avons filmé de vrais gens, dans un décor réel, c’etait juste incroyable! Dolce&Gabbana reste fidèle à ses racines. Dolce&Gabbana représente pour moi la force, la joie de vivre, les femmes heureuses : un sentiment italien authentique auquel je suis très fière de faire partie aujourd’hui. Quand vous sentez-vous la plus féminine? Je pense que la féminité est un état d’esprit – si vous le ressentez, vous l’êtes. Mais utiliser le bon parfum aide également.

Pouvez-vous nous en dire plus à propos de l’ambiance de la campagne? Nous sommes dans une trattoria à Rome, il y a

Quelles sont les odeurs qui caractérisent l’Italie, selon vous? Le café et l’intérieur d’un glacier…

Si vous pouviez choisir seulement trois mots pour décrire The Only One2? Authentique, italien et féminin. C’est une

Emilia Clarke, star of Games of Thrones, is the face of Dolce&Gabbana’s latest perfume, The Only One 2. She describes it in three words as “authentic, Italian and feminine.” “It’s a seductive smell,” she says. “There’s something wonderful about watching someone walk away and leave a little perfume in their wake.” If The Only One 2 were a song, she says, it would be ‘Quando, quando, quando.’ The campaign was “shot in a trattoria in Roma, surrounded by food and friendly people. It was all so Italian – about family and femininity.” For her, Dolce&Gabbana has stayed faithful to its roots and today represents strength, joy and happy women. It’s an authentic Italian feeling of which she’s proud to be part. FÉVRIER / MARS 2019

38

Mark Williams+ Sara Hirakowa

Une star et son parfum


zz_Pub.qxp_Palace 06/02/2019 14:46 Page3


{Talents}

KhatiaBuniatishvili Le piano glamour

es boucles brunes virevoltent tandis qu’elle joue un mouvement allegro. Phénomène musical venu de Géorgie, Khatia Buniatishvili a fait souffler un vent de fraîcheur dans l’univers feutré de la musique classique. Avec son jeu captivant et son style glamour, elle est devenue en quelques années une star internationale du piano, de celles que le Festival de Salzbourg accueillera l’été prochain, entre deux soirées d’opéra. Ce parcours d’exception, Khatia le déroule avec modestie. «Quand on joue du piano tous les jours, on suit un chemin. C’est authentique et totalement naturel. C’est ma mère qui m’a appris la musique sur un petit piano droit.» Les années d’apprentissage suivent à Tbilissi, avant l’arrivée à Vienne en 2006. Le concours Rubinstein la révèle au monde en2008. Elle a 21ans et signe deux ans plus tard un contrat d’exclusivité avec Sony. Son premier album rend hommage à Liszt, le second à Chopin. «J’aime l’individualisme des compositeurs romantiques. Si on prend séparément Brahms, Liszt, Schumann, Chopin, Schubert, chacun a un univers complètement différent de l’autre, alors que dans le classicisme il y a plus de ressemblances.» Après Rachmaninov et ses concertos virtuoses en2017, elle revient aujourd’hui dans un répertoire intime avec un sixième album consacré à Schubert. «Il y aura la Sonate en si bémol majeur D960, quatre Impromptus et Ständchen (Sérénade). Ils montrent les différentes nuances de couleurs de Schubert, en restant dans les nuances plutôt que dans les grands contrastes. La direction émotionnelle se rapproche de celle d’un fleuve qui coule sans contre-mouvement. Pour aimer Schubert, il faut connaître l’art de la patience et voir la beauté cachée derrière les nuances du quotidien.»

Cette marathonienne s’apprête à jouer ce programme Schubert dans le monde entier. Son secret pour tenir le rythme? «On trouve l’équilibre dans certaines habitudes: le sport, la nutrition, le sommeil…» Quand elle rentre à la maison, c’est à Paris, où elle réside depuis2011. «J’aime la France. Elle correspond au mélange parfait selon moi des droits de l’homme, de l’art et de l’esthétique. C’est cela la grandeur de la France.» Et cette belle relation, Khatia l’a officialisée en2017 en acquérant la nationalité française. ALICE DE CHIRAC Récital Schubert & Liszt à la Philharmonie, le 25 mars. Album «Schubert» (Sony) disponible le 22 mars.

“When you play the piano every day, it’s like following a path,” says Georgian phenomenon Khatia Buniatishvili. “It’s authentic and totally natural.” Taught by her mother at home before moving to Vienna in 2006, she won the Anton Rubenstein Competition, aged just 21 in 2008. A recording contract with Sony quickly followed and after Liszt and Chopin, her new album, her sixth, is dedicated to Schubert: “His work is full of different shades. Its emotional direction is close to a river that moves without visible movement.” Buniatishvili has been based in Paris since 2011, even taking French nationality in 2017. “I love France,” she says. “It’s the perfect mix of human rights, art and aesthetics.”

Gavin Evans

S


www.zapa.fr #Z A PA PA R I S

PALACE_COSTES_ZAPA.indd 1

04/02/2019 11:51


{Talents}

AntoineLaulhere et GiovannaChitto luthiers passionnés

trielle, les musiciens professionnels réclament un outil à la fois technique et d’expression artistique. Ils entretiennent une relation particulière et intime avec leur violon. Chaque instrument produit par Antoine et Giovanna «sonne» différemment: il est le fruit d’une relation complice entre le luthier et le musicien. «Je lutte contre la standardisation des instruments, contre l’uniformisation du son, contre la hiérarchisation du violon. Je fais peut-être mieux vivre cette idée que d’autres luthiers, sourit Antoine. J’ai ma propre conception de l’instrument et ma relation particulière avec les musiciens. A la fin, on reconnaît un violon qui sort de chez moi.» Ce n’est pas un hasard, l’homme voulait devenir musicien. Il a suivi le conservatoire, pour devenir un bon musicien de jazz. Mais, à défaut de devenir professionnel, il a décidé de construire des violons. Après une école de lutherie à Crémone, en Italie, il revient à Gennevilliers à la fin des années1980, avec Giovanna, son épouse. Une dizaine d’instruments sortent de son atelier chaque année pour un prix moyen de 15000 euros. Le prix de l’excellence sur mesure. «Je compare souvent mon métier à la cuisine gastronomique. Il existe différents bois, colles et vernis, plusieurs façons de concevoir une voûte, d’assembler les pièces d’un violon. Le son, c’est comme l’odeur de ce que l’on cuisine. Et, comme la gastronomie, construire un violon, c’est culturel et instinctif!» Du caviar pour les oreilles, en somme...

L

ongtemps, les joueurs de violon ont rêvé de posséder un jour un stradivarius… Mais, hors de prix, ces instruments anciens sont désormais réservés à l’élite des musiciens professionnels. Mais, dans le même temps, la construction contemporaine de violons a gagné ses lettres de noblesse. Dans leur atelier de Gennevilliers, Antoine Laulhere et Giovanna Chitto exercent le beau métier de luthier et sont devenus au fil du temps une référence. Quand, en2008, le Centre de musique baroque de Versailles décide de recréer les Vingt-Quatre Violons du Roi, l’orchestre mythique de Versailles, c’est à la lutherie Laulhere-Chitto qu’il s’adresse. Ce sont douze «altos» français, de dimensions différentes et qui conféraient aux Vingt-Quatre Violons du Roi son architecture sonore particulière, que le couple va reconstruire. «Ce travail nous a demandé sixans, le temps de retrouver la mentalité, la manière de travailler, le tour de main de l’époque», confie Antoine Laulhere. La fabrication d’un violon est un sacerdoce que le profane n’imagine pas. Si les élèves se contentent pour leurs cours de violon d’une pièce indus-

PHILIPPE LATIL

“Ioften compare my trade to gourmet cooking,” says violin maker Antoine Laulhere, who runs Lutherie Laulhere-Chitto with Giovanna Chitto, just outside Paris. “There are different woods, glues and varnishes, different ways to design the arch, to assemble the pieces. If sound is like the odors of cooking, making a violin is like gastronomic cooking –it’s cultural and instinctive!” It is also a calling, a vocation; each handcrafted instrument is the result of a “unique relationship” between the maker and a musician. Every year, a dozen or so lucky musicians leave Laulhere-Chitto with their violins, which cost €15,000 on average. Call them caviar for the ears.

FÉVRIER / MARS 2019

42


TARAJARMON_PalaceCostes_19-02-2019.indd 1

25/01/2019 11:27


{Talents}

HélèneCarpentier

E

n quelques mois, Hélène Carpentier s’est retrouvée sous les feux de la rampe à seulement 23 ans. Tout a commencé il y a un an, à l’Opéra Comique. La soprano remportait le premier prix et le prix de la meilleure interprétation du répertoire français du prestigieux concours Voix nouvelles, qui fit connaître Natalie Dessay. Alors qu’elle vient d’être nommée révélation classique 2018 des Talents Adami, la jeune Picarde se confie avec humilité sur son parcours. «Un jour, j’ai vu un Don Giovanni à la télévision, je devais avoir 10 ans. Cela a été une révélation. Je ne me disais pas que j’en ferais mon métier, mais je voulais essayer, au moins.» Après des débuts en chant au conservatoire d’Amiens, une année à la Maîtrise de Notre-Dame de Paris complète l’apprentissage de cette pianiste et flûtiste de formation. En 2016, elle est admise au conservatoire de Paris, mais c’est le

concours Voix nouvelles qui la lance véritablement dans le métier. «Ce concours a fait décoller beaucoup de choses: j’ai rencontré mon agent; les directeurs des Opéras de France m’ont entendue; des propositions de contrats sont arrivées. Tous les répertoires m’intéressent, du baroque au contemporain, mais il est important de défendre le répertoire français.» Grâce à la tournée des lauréats, elle se produit sur la scène du Théâtre des Champs-Elysées, où elle reviendra en mai pour un opéra participatif, un Carmen transposé dans l’univers du cirque. En juin, elle chantera en soliste dans le Requiem de Mozart dirigé par Laurence Equilbey à La Seine musicale et mis en scène par Yoann Bourgeois, mais également la Messe de Clémence de Grandval, œuvre oubliée à redécouvrir lors du Festival Palazzetto Bru Zane au Théâtre des Bouffes du Nord. Et les grands opéras du répertoire ? «Si tout va bien, dans quelques années, j’aimerais chanter La Traviata de Verdi. C’est le standard de ma voix. Je voudrais aussi chanter Juliette du Romeo et Juliette de Gounod et la Donna Anna du Don Giovanni de Mozart. Le rôle de Blanche de la Force dans les Dialogues des Carmélites de Poulenc me fascine. J’adore ce compositeur, c’est tout à fait mon univers.» Pour son récital à La Seine musicale, elle a d’ailleurs choisi des mélodies de Poulenc. A L I C E D E C H I R A C Récital à La Seine musicale, le 30 mars. Concert des lauréats Voix nouvelles à l’Opéra de Massy, le 5 avril. «Une Carmen, étoile du cirque» d’après Georges Bizet, au Théâtre des Champs-Elysées, les 12 et 19 mai.

“When I was about 10, I saw Don Giovanni on TV – and it was a revelation,” says soprano Hélène Carpentier. “I didn’t know if I could have a singing career, but I knew I had to try.” In 2016, she was admitted to the conservatory in Paris and last year won two prizes at the prestigious Voix Nouvelles awards. “It was a real launch pad,” says the 23-year-old. “I’m interested in all types of repertoires, from Baroque to contemporary. I’d love to sing Verdi’sLa Traviata, as well as Gounod’s Roméo et Juliette and Poulenc’s Dialogues des Carmélites. It’s so important to continue singing in French operas.”

FÉVRIER / MARS 2019

44

Harcourt

«il faut défendre le répertoire français»


PubMichaok - 02.qxp_Palace 05/02/2019 17:30 Page1

ALEXANDRE VAUTHIER . ANJUNA . AU SOLEIL DE SAINT TROPEZCAMILLA . AVANT TOI BAOBAB . BICHE OPTIC . BRUNELLO CUCCINELLI . BY SOPHIE . CALARENA CAMILLA . CAPUCCINO . DJULA . ELISABETTA FRANCHI . ERMANNO SCERVINO . ETRO . FREE LANCE HANA SAN . HOTEL PARTICULIER . JIL D’HOSTUN . LE TRICOT PERUGIA LES INTERCHANGEABLES . LES NÉO BOURGEOISES . LOLA PANAMA . MANZONI . MARA DI LATTE MEXICANA . MM6 . NORMAKAMALI . OUD . PITUSA . SAVE MY BAG . ST BARTH STAR MELA . STUART WEITZMAN . THEN PARIS . VANITA ROSE . YVES SALOMON . HER SHIRT ICEBERG . MISSONI . MISSONI MARE . MES DEMOISELLES . KALMAR . GOLD HAWK . PHILIP KARTO

25, rue Marbeuf 75 008 Paris +33(0)1 49 52 09 09 22, boulevard Jean Jaurès 92100 Boulogne-Billancourt 70, rue Désiré le Hoc 14 800 Deauville www.michaconceptstore.com


{Talents}

FÉVRIER / MARS 2019

46


{Talents}

JulienColombier

L’abstraction végétale

J

ulien Colombier peint de magnifiques jungles luxuriantes et mystérieuses. «Des jungles fantasmées, précise-t-il. Je ne suis pas spécialement intéressé par la botanique. Mes morceaux de jungle ont plus à voir avec une sorte de poésie sensuelle. C’est aussi un sujet inépuisable pour jouer avec les couleurs, les compositions.» Ce que Julien Colombier aime, c’est créer des atmosphères, étranges, troublantes, où semblent se cacher des énigmes, ce qui permet d’imaginer toutes sortes histoires. Jeune, il a été marqué par les peintures de Matisse, Keith Haring et plus tard Alechinsky, Viallat, Hockney… «J’aime vraiment les artistes qui arrivent à exprimer quelque chose de joyeux, de positif… C’est assez dur, en fait.» Sa peinture à lui est plus intrigante que joyeuse. Très graphique, mais sombre. Et pas seulement à cause des couleurs. Il ne peint que des «morceaux de jungle», des «détails» d’une forêt plus vaste, réminiscence d’un monde perdu FÉVRIER / MARS 2019

47


{Talents}

ou témoin d’une invasion hostile. Julien a commencé en faisant des dessins à la craie sur de grands tableaux noirs. Pour ses peintures, il part d’un fond noir mat et pose des dégradés de couleurs de pastels gras pour faire apparaître le volume. Récemment, pour réaliser des grands formats, il a été obligé d’utiliser de l’acrylique et des rouleaux. Au-delà du mystère des images, les rythmes des formes et des couleurs créent une «géométrie végétale», une «abstraction végétale» unique qui fait le charme des peintures de Julien Colombier. C M Julien Colombierpaints jungles. “Fantasy jungles,” he notes. “I’m not really interested in botany.” His “abstract vegetations” are influenced by Matisse, Keith Haring and David Hockney – “I love artists who express something joyful and positive” – and create a deeply strange and troubling atmosphere. “My bits of jungle are more like sensual poetry,” he says, “as well as an inexhaustible way to play with color and composition.” FÉVRIER / MARS 2019

48

Exposition «Electric Ladyland» au centre d’art de l’abbaye de Maubuisson (95), du 19 mai au 5 octobre 2019. Julien Colombier est représenté par la galerie parisienne Le Feuvre & Roze.


zz_Pub.qxp_Palace 07/02/2019 15:40 Page3


JérômeWiss

J

Les trompettes à la perfection

érôme Wiss fabrique des trompettes d’un genre nouveau alliant savoir-faire traditionnel et nouvelles technologies: tous ses instruments innovants et originaux sont conçus sur ordinateur. Après une étude acoustique poussée. Car, dit-il: «C’est la géométrie de la perce qui définit sa justesse, sa couleur musicale et son timbre.» Cela lui laisse aussi une liberté maximum de conception et le temps nécessaire pour essayer d’obtenir la perfection. Une fois l’étape d’élaboration terminée, un prototype est fabriqué grâce à une imprimante 3D. Afin d’en parachever la conception, avant de réaliser un autre prototype en métal qui sera testé par des musiciens professionnels. C’est dire si ses instruments sont conçus avec le plus grand soin! Les établissements Wiss proposent aujourd’hui deux modèles de trompette: une trompette munie d’un pavillon avec un toner assez large, au son très doux, qui se marie très bien avec les répertoires jazz et

musique de chambre; un deuxième modèle muni d’un pavillon au toner de taille standard, ce qui lui donne un son très clair, timbré et perlé, et qui conviendra à tous les musiciens. Ces deux trompettes sont proposées avec un système unique de pistons à deux coquilles, supprimant 33% des trous présents sur les pistons classiques. Une évolution qui permet de gagner en étanchéité et laisse les musiciens respirer plus librement.

FÉVRIER / MARS 2019

50

Elodie Mattler

{Talents}


{Talents}

Vanille douce et forte

es bars et des petits clubs parisiens et bordelais qu’elle a écumés en y jouant seule, jusqu’à la première partie de Marc Lavoine, qui l’a embarquée dans sa tournée des grands Zénith de France, Vanille rêve. Vanille chante. Vanille compose. Vanille écrit. Et c’est ainsi qu’elle vient de sortir son premier album, Suivre le soleil,enregistré au Brésil et à l’écho prémonitoire, avec Glace Vanille, l’extrait de cet opus à la mélopée fondante, aux douces notes métissées de bossa-nova et de samba brésilienne. Un timbre de voix aux accents parfois jazzy, une certaine manière de dire les mots qui vous emmène vers la vie, complice, avec elle. Vanille est la fille de Julien Clerc, mais rien n’a été facile pour elle. «Tous les petits clubs et salles de concert de Paris, je les trouvais seule, j’envoyais des mails avec des photos, un lien avec deux ou trois chansons, et je les relançais par téléphone jusqu’à ce qu’ils en aient marre, confie-t-elle. Quand j’ai commencé l’écriture, j’ai eu l’impression de ne plus jamais m’ennuyer dans la vie. C’était une révélation.» Autodidacte et sans formation musicale, Vanille a commencé la guitare tard mais raconte avoir été bercée par la chanson française depuis toute petite. Les paroles de ses chansons légères, poétiques, profondes et authentiques, à l’image de ce qui se dégage d’elle, semblent toutes comme saupoudrées d’une lumière magique, d’un monde un peu féerique, à mi-chemin entre la nostalgie de l’enfance et une mélancolie heureuse, un gai savoir même dont Vanille a peut-être hérité de ses lectures, sa seconde passion. De Sagan à Duras, de Victor Hugo à Christian Bobin, de la littérature italienne et américaine, de Calvino, Auster à Frédéric Lenoir et Spinoza, elle puise probablement ses racines et ses émotions artistiques parmi ces auteurs et les mêlent à ses origines corses et guadeloupéennes. Sa journée type? «Des rendez-vous avec mon chien. Certains n’aiment pas, mais ce n’est pas grave, je vais pas mal au Bois, dans les librairies, j’aime les livres d’occa-

sion, les vieilles éditions et couvertures. J’aime beaucoup la nature, les chevaux, Montmartre. Je marche beaucoup dans les rues avec ma chienne qui ressemble à un loup. Et j’aime aussi bien manger!» Son ultime rêve musical: une tournée et plein de gens dans la salle. E L O Ï S E M A I L L O T N E S P O “I discovered all the little clubs and venues in Paris by myself,” says Vanille. “I would send them photos and a couple of songs, and then call them until they gave in! When I began writing songs, it was a total revelation to me. I suddenly felt like I’d never be bored again!” Whether playing in those small clubs she found or opening for well-known French singers in arena venues, Vanille continues to dream, sing, compose and write. Her first album, Suivre le soleil (Follow the Sun), was recorded in Brazil, and is a mix of bossa nova and samba over which her jazz-inflected voice carries the listener to new tropical heights.

FÉVRIER / MARS 2019

52

© 2018 Isabelle Lindbergh

D


Pub.qxp_Palace 29/01/2019 15:24 Page3

www.redline-boutique.com


{Talents}

Charles deLuca

U

le sur-mesure abordable

n costume véritablement sur mesure et totalement personnalisable pour 2500 euros, telle est l’inédite proposition de la Maison Stark and Sons, tailleur à Paris depuis 1910. «Notre offre est absolument unique à Paris», insiste Charles de Luca, patron de Stark and Sons avec son frère Julien de Luca et leur père Marc de Luca. «Toutes les autres maisons font, au mieux, de la demi-mesure, quand ce n’est pas simplement de l’ajustage et pour un tarif souvent plus élevé que nous. Ici, le client a un premier rendez-vous pour une prise de mesure complète, il choisit son tissu, le nombre de poches, le tissu de la doublure, les boutons, et nous le conseillons sur la coupe et les détails comme le revers ou la carrure: l’expérience est totale!» Un patron sera ensuite dessiné et le costume réalisé dans l’atelier romain de la marque. Un mois et demi plus tard, le costume est prêt et livré lors d’un essayage pour les derniers réglages. Chaque client dispose ensuite de son patron à la boutique pour de nouvelles commandes plus rapides. «Nous parvenons à un tarif aussi abordable, sans rien sacrifier à la qualité, répond Charles de Luca quand on lui demande son secret, car nous sommes une maison familiale, artisanale et passionnée pour laquelle le niveau de la marge commerciale n’est pas l’unique préoccupation. Bien sûr, certains tissus et certains détails ne sont pas compatibles avec cette offre, mais nous avons surtout simplifié les opérations de création de nos costumes.» Le secret, en fait,

réside dans l’alliance du savoir-faire main le plus abouti à la souplesse des procédés de fabrication machine. Avant de lancer Stark and Sons, Charles de Luca dirigeait Camps de Luca, tailleur sur mesure des stars et des puissants. Fondée avec Joseph Camps, virtuose hors pair, la maison est devenue au fil du temps emblématique pour tous les connaisseurs. Il y a quatre ans, à la disparition d’Alain Stark, le «tailleur de la République», Charles de Luca imagine le nouveau positionnement de Stark and Sons. Plus jeune et plus tendance,Stark and Sons veut séduire les cadres actifs soucieux d’élégance. Car, comme il dit souvent : «Une fois que l’on a goûté au sur-mesure, c’est comme une drogue: on ne peut plus porter autre chose!»P H I L I P P E L A T I L “Our offer is unique in Paris,” says Charles de Luca, who heads up Stark & Sons, which offers genuinely bespoke suits for €2,500. “Everywhere else does half made-to-measure, but with us, our client is fully measured, then chooses the fabric, the number of pockets, the lining and buttons, and we advise on the cut and details. It’s the total experience!” After that the pattern is made and sent to Stark’s Roman atelier. The suit is ready six weeks later and the pattern kept on file so men can easily return – and they do: “Once you’ve experienced made-tomeasure, it’s like a drug. You can’t wear anything else!”

FÉVRIER / MARS 2019

54


Pub.qxp_Palace 15/01/2019 10:41 Page3

CrĂŠatrice de lunettes faites s en France @nathalieblancparis


{Talents}

Des gens que j’aime…

Valeria Bruni Tedeschi

«L

a principale différence entre le bonheur et la joie, c’est que le bonheur est solide et la joie, liquide », a écrit J.D. Salinger. Valeria Bruni Tedeschi est liquide. Elle bout et déborde, rit dans ses larmes, pleure aux éclats, frémit, arrose, inonde et vivifie. Elle aurait pu évoquer Chéreau, son père symbolique, ou Tchekhov, qui l’aide à vivre. Assoiffée d’amour, à la sortie de son film Les Estivants, «autobiographie imaginaire» sur son divorce, elle n’a quasiment choisi que des couples solides. 1. BARACK ET MICHELLE OBAMA. «Je trouve que c’est rare, déjà, dans l’histoire, d’avoir des miracles. Pour moi, Barack Obama est une personnalité miraculeuse. Il se trame plein de choses, des nouvelles horribles, et tout d’un coup, on élit Barack Obama. C’est la preuve qu’il peut y avoir des guides, des gens éclairés. Et que ces gens éclairés, à un moment ou un autre de l’histoire, puissent être reconnus, et qu’on leur donne le pouvoir, ça veut dire qu’un miracle est possible. J’ai choisi sa femme avec lui parce qu’il y a aussi quelque chose de miraculeux dans leur couple. Alors, c’est de l’extérieur – je ne sais pas ce qu’il se passe de l’intérieur, peut-être qu’ils se jettent des assiettes à la gueule, je n’en sais rien–, mais je me dis que c’est possible, une vraie entente, une vraie entraide, une vraie vie partagée sur tous les plans. Voilà. C’est ce que j’aurais voulu vivre et que je n’ai pas vécu. Je trouve merveilleux que ça existe, ça infuse de l’espoir. Ce n’est pas une image d’Epinal, c’est vraiment quelque chose que je ressens, en tout cas que j’ai envie de ressentir… Et puis, il y a la personnalité de chacun, indépendamment. Un couple, c’est aussi deux individus. Barack Obama, à chaque fois qu’il fait un discours, c’est un grand moment. Après, je ne remets pas en question l’analyse politique, je parle plus au point de vue… théâtral. Lorsqu’il parle, l’intelligence humaine de sa parole, on en a besoin. Elle aussi, elle est à chaque fois libre, intelligente… En général, j’aime beaucoup les beaux couples.» 2. JOHN CASSAVETES ET GENA ROWLANDS. «Beaux, sexy, intéressants, intelligents, excitants… et qui apportent de la lumière au monde. On a besoin de lumières. Leurs films, leur travail ensemble me donnent le sourire. Lui, Cassavetes, déjà, je pense qu’il fait à peu près l’unanimité auprès des femmes… Au niveau cinématographique, il y a cette nouvelle façon de faire des films à petits budgets, contre la grande industrie du cinéma, et puis, dans le jeu des acteurs, d’essayer à tout prix d’attraper la vérité. Elle, quand j’ai envie d’arrêter de jouer, c’est une des actrices qui m’inspire le plus. Elle a un mélange de féminité et de masculinité extrêmement puissant, l’autodérision en plus. Elle peut vraiment se moquer d’elle-même, elle a une très grande liberté et elle va très très loin. En tant qu’actrice, je trouve ça jouissif. Et j’aime, là aussi, le couple qui dure: le couple qui

parvient à ne pas céder à la facilité d’arrêter. C’est difficile et très romantique de ne pas céder à cette facilité.» 3. LES BADINTER. «Je les connais moins. Mais, toujours, leur parole m’intéresse. Même si je ne suis pas d’accord sur tout, il reste ce qu’ils ont déclenché. Lui, il a fait en sorte qu’on retire la peine de mort. L’abolition de la peine de mort, pour moi, c’est la base de la civilisation moderne. Dans ce sens, à mes yeux, l’Amérique, avec peine de mort et sans sécurité sociale, n’est pas une société civilisée. Dostoïevski, dans L’Idiot, a écrit des pages magnifiques sur la peine de mort. Quant à la sécurité sociale, c’est une des choses qu’Obama a essayé de faire.» 4. VINCENT PEREZ ET KARINE SILLA. «Eux aussi forment un couple qui tient vraiment amoureusement. Ils me donnent beaucoup d’espoir. Elle, elle écrit des livres que je trouve très intéressants. Et Vincent, il est dans mon film. Il a une participation, pas un grand rôle. Je rêverais de jouer avec lui, en tant qu’actrice, dans un film où il aurait le rôle principal. J’ai joué avec lui à Nanterre, avec Chéreau… C’est aussi un grand photographe, mais, en tant qu’acteur, il représente pour moi un mystère: là, il est totalement sous-employé. C’est un acteur magnifique qui peut aller dans une grande démesure, une grande prise de risques, et son absence, c’est comme si… on devenait invisible. Moi, je l’ai ressenti en tant qu’actrice. C’est quelque chose de très mystérieux: on n’est pas vu. Et tout d’un coup, on nous voit à nouveau. A la façon d’un jeu dans une cour d’école: un coup de baguette, toc: visible; toc : invisible… C’est vraiment mystérieux. Aussi mystérieux, d’ailleurs, que ça marche ou que ça ne marche pas. Ce qui m’amène à… 5. NOÉMIE LVOVSKY. Demain et tous les autres jours, sorti l’an dernier, son film le plus profond, le plus original, n’a pas été vu. Pourquoi? Comme si la société avait un inconscient, et qu’il accueille, ou non. Parfois même selon les époques de l’année… Il y a des chefs-d’œuvre, des années après, tout le monde est d’accord pour les appeler chefs-d’œuvre, mais au moment où ils sont sortis, ils n’ont pas été accueillis… Qu’à la fois on puisse être amies et travailler ensemble me donne aussi beaucoup d’espoir et de joie. Notre travail en commun sur les scénarios m’est très précieux, aussi précieux que celui avec Agnès de Sacy. C’est quelque chose qu’on creuse dans le temps, un chemin qu’on parcourt ensemble. C’est très important pour moi d’avoir comme une famille de travail. De me sentir en famille. Famille où on peut se jeter des assiettes aussi, comme je le disais tout à l’heure… On peut se disputer. Ce n’est pas grave. Par contre, ce qui est beaucoup plus grave, c’est de se séparer. C’est ce dont on parle dans le film. La séparation me renvoie à des paniques, des peurs

FÉVRIER / MARS 2019

56


© H&K

{Talents}

enfantines, des angoisses très profondes; à un sentiment d’abandon. “Le divorce touche directement à l’origine de l’angoisse et il la ravive. C’est la plus profonde des blessures que la vie peut nous infliger.” Cette phrase de Botho Strauss, au début du film, rejoint précisément mes petits désastres intérieurs.» Pour terminer, y aurait-il quelqu’un qu’elle regretterait de ne pas avoir cité? «Je vais dire que je regrette tous les autres… Il y a Philip Roth, qui est mort, mais, avant de mourir, il avait arrêté d’écrire, comme s’il avait voulu nous habituer à sa mort. Et aussi Woody Allen. Je pense qu’il faudrait s’insurger contre la situation où on l’a mis en ne lui permettant plus de filmer, de produire. Il a été jugé et acquitté, deux fois. C’est quelqu’un dont les films me faisaient vraiment du bien. Comme les livres de Philip Roth. La différence, c’est que Woody Allen est encore en vie. Ce serait bien d’en profiter.» S A B I N E E U V E R T E Valeria Bruni Tedeschiis an actress, writer and director. Her new film, The Summer House, is an “imaginary autobiography” about a divorcee, which might explain her heavily couple-filled selection of the people she admires. 1. BARACK & MICHELLE OBAMA: “Electing Barack Obama was proof o f the existence of guides, the enlightened. And when we give these people power, it means that a miracle is

possible. I chose Michelle because she is free and intelligent, and because there is something miraculous in their couple. They appear to have a real understanding, to help each other out, to share their lives on every level. It’s wonderful.” 2. JOHN CASSAVETES & GENA ROWLANDS: “Beautiful, sexy, interesting, intelligent, exciting people, the kind who bring light into the world – and we need light. Their films together make me happy. Whenever I feel I want to stop acting, Gena Rowlands is the actress who inspires me most.” 3. ELISABETH & ROBERT BADINTER: “I know them less well, but their writings have always interested me. Plus, he is the person who ensured the death penalty was abolished in France, and that’s the basis of modern civilization.” 4. VINCENT PEREZ & KARINE SILLA: “Their couple gives me hope. She write books I find really interesting. Vincent is an actor and a mystery – he’s totally underemployed. It’s really a mystery. You’re not seen, then you’re noticed again. Like someone waves a wand: visible, invisible, visible.” 5. NOÉMIE LVOVSKY. “Demain et tous les autres jours, her most original and profound film, went unseen. Why? Sometimes it takes years for a masterpiece to be acknowledged as such. Working with her on screenplays remains a truly precious experience. Our relationship has grown over time, like a path we’ve taken together. I need a work family. A family where we can throw plates and argue, but in the end, we’re still family.”

FÉVRIER / MARS 2019

57


Carnets de

Mode

Sébastien

Létrange

LaurenceRevol

«Nous proposons des sacs d’exception pour des femmes exceptionnelles»

FÉVRIER / MARS 2019

58


Carnets de

«A

tteindre l’excellence et la défier chaque jour», disait Armand Létrange en 1865. Aujourd’hui, la maison dirigée par Sébastien Létrange, veut rester fidèle à cette promesse. La maison Létrange a une longue histoire commencée au 10impasse du Doyenné, petite rue d’un quartier un peu mal famé de Paris collé au Palais du Louvre et aux écuries du Roi. La maison avait des clients célèbres: Jules Verne, Alexandre Dumas, Victor Hugo, Eugène Delacroix, Gustave Flaubert… Létrange fabriquait des selles, des harnachements pour les écuries. Et aussi des produits pour militaires, chasseurs, sportifs, voyageurs, photographes… Après la Deuxième Guerre mondiale, face à la pénurie de cuir, la maison se lance dans les tissus et la fabrication de chemises, sous la marque Orly. Puis, la maison connaît des difficultés et cesse son activité en 2007. Rencontre avec celui qui relance la marque. Comment vous est venue l’idée de relancer Létrange ? En 2014, j’ai une agence de pub. A un moment, j’ai travaillé avec Marithé et François Girbaud qui avaient sorti un bouquin absolument sublime sur leur travail. J’ai eu envie de faire un livre sur la maison Létrange: j’ai commencé à farfouiller dans les archives, j’ai rencontré des gens du secteur qui m’ont dit que ce n’était pas un livre que je devais faire, mais relancer la maison, parce que c’est un trésor. J’ai trouvé des investisseurs, un designer, Mathias Jaquemet, qui venait de chez Dior. L’idée était simple et forte: nous avions l’ADN

Mode

pour revenir sur le marché de la maroquinerie ultraluxe. Il fallait avoir un propos, utiliser notre historique et le savoir-faire de la maison, mais avec un discours particulièrement moderne: faire des sacs contemporains pour les femmes d’aujourd’hui, proposer des sacs d’exception pour des femmes exceptionnelles. Mathias Jaquemet a réussi à inventer une nouvelle façon de fabriquer des sacs avec un design très différent qui n’est pas juste esthétique, qui vient de la fonction et de la conception même du sac. Nous voulons proposer aujourd’hui des produits différents, modernes, variés, jamais vus. On part du principe que notre client, c’est à la fois Beyoncé, Michelle Obama, Brigitte Macron et Claire Chazal… Avez-vous conservé des signes historiques? Nous avons gardé trois éléments très significatifs: le porte-adresse, breveté en 1926, reproduit à l’identique, qui vient sur 80% de nos sacs; la signature des trois trous, qui ont une origine fonctionnelle, qu’on retrouve sur les produits; et les clous selliers, qui au début servaient à tapisser l’intérieur des carrosses en cuir… On a voulu conserver cet ancrage, mais proposer des choses innovantes. Par exemple, le sac L’Empreinte. Avec son «petit talon aiguille» au milieu qui lui donne cette silhouette unique. C’est un produit de pointe d’un point de vue technique et stylistique. C’est ce qu’on essaye de cultiver, être à la frontière de l’art et de l’artisanat. La matière de la poignée est tout à fait exceptionnelle. Elle est faite de matériaux composites avec sept couches de finitions métalliques, un premier fond en argent, un dernier en or 24 carats, palladium ou titanium… C’est pour ça que c’est aussi brillant. En plus, c’est extrêmement léger. C’est un sac bijou, un sac du soir. L’Ego est lui aussi un produit assez exceptionnel parce que l’intégralité du sac est en un seul morceau, une seule grande pièce de cuir, qui, quand on va le replier, formera un sac. Totalement asymétrique, à huit faces, et monté sans couture, comme un origami, vissé avec les clous selliers. Il faut deux mains pour l’ouvrir, c’est extrêmement féminin, sensuel et tellement différent. Nous n’utilisons pas de peaux exotiques. Nous voulons essayer de remplacer l’attractivité de ces peaux par du travail manuel. Ces sacs sont intégralement brodés main par un brodeur parisien. Et le fait de ne pas avoir de couture nous permet de pouvoir être brodé en total covering avec des perles de couleurs ou de Swarovski.

FÉVRIER / MARS 2019

59


Carnets de

Mode

quelque chose de pratique, d’efficace. L’Attachant a trois tailles différentes: On peut avoir le sac d’un côté et la petite le 7h05, le 9h18 et le 10h30, qui pochette de l’autre, mettre à la place de la correspondent aux besoins de la pochette son pull, son manteau, le manjournée. C’est un sac sans couture teau de ses enfants, une baguette de apparente sur les côtés, un monpain… C’est un sac qui permet d’explorer tout tage par des systèmes d’attaches et un tas d’options, d’où son nom Pourquoi Pas. d’encoches qui se montent comme les boîtes à pizza! J’assume de dire que je vais faire un sac ultra-luxe Propos recueillis par A N N E D E L A L A N D R E sur le modèle d’une boîte à pizza. A l’origine, c’est la pièce masculine de la collection. Finalement, elle a été achetée par des femmes. Nous voulons dépoussiérer le savoir-faire. Nous sommes une vieille maison, qui a 180ans, avec une histoire très forte… si nous réveillons juste le savoir-faire, ça peut devenir extrêmement ennuyeux, il faut de la fraîcheur et de l’innovation. Nous créons aussi de la petite maroquinerie, avec l’envie d’apporter des choses un petit peu rigolotes, des petits clins d’œil avec des formes de découpe. On veut séduire la clientèle d’Hermès qui a envie d’autres choses. Le client qui veut acheter du Vuitton parce que c’est reconnaissable n’est pas notre client. Pour cet été, nous lançons une nouvelle ligne en toile et cuir. Nous cherchons à inventer une nouvelle matière. Tout le monde «Le slogan fait de la toile enduite monogrammée, d’Armand Létrange, ce n’est pas notre histoire, on ne veut “Atteindre pas de logo… Ainsi est née cette toile l’excellence et la cloutée. Et où on retrouve les éléments défier chaque jour”, de signature Létrange: le portene doit pas être adresse, le petit clou sellier, les trois juste un slogan, trous… Le slogan d’Armand Létrange, mais devenir «Atteindre l’excellence et la défier une réalité» chaque jour», résonne en nous. Ce ne doit pas être juste un slogan, une idée, mais devenir une réalité. Nous comptions Jean-Baptiste Charcot, explorateur français découvreur de terres polaires, parmi nos clients historiques. Il a eu quatre bateaux d’exploration qui avaient tous le même nom,Pourquoi Pas, Pourquoi Pas 1, 2, 3 et 4… Il était venu chez Létrange commander des sacs fonctionnels et robustes pour transporter et protéger le matériel “Achieving excellence and renewing the challenge every scientifique de son expédition sur la banquise. J’ai day,” wrote Armand Létrange in 1865. Sébastien Létrange, demandé à Matthias d’imaginer le sac qui s’appellerait le who today runs the eponymous family business, works to Pourquoi Pas pour la femme d’aujourd’hui. Et il est arrivé remain true to this promise. In 2014, Sébastien owned an avec une idée absolument géniale: un sac dans lequel il y a advertising agency and decided he wanted to make a book une pochette intégrée, donc, en fait, c’est un deux ou troisabout the Létrange archives. “When I started to dig into them,” en-un. Quand on arrive à l’hôtel ou au bureau, on peut he remembers, “people kept saying to me that it wasn’t a book I sortir juste la petite pochette, partir avec la petite should be doing, but rather relaunching the house. So I found pochette en bandoulière et laisser le corps du some investors, a designer, Mathias Jaquemet, who was at sac. C’est un sac extrêmement qualitatif pour Dior. The idea was simple: we had the DNA to return to the la femme aventurière d’aujourd’hui, celle qui ultra-luxury leather-goods market. We needed to use our hisa des enfants, qui travaille, qui a besoin de tory and savoir-faire, but with a modern approach to make exceptional bags for exceptional women. We kept three elements from the past: the address tag, trademarked in 1926 and used on 80% of our bags; the three-hole signature detail; and the saddle nails, which used to be used inside coaches. We have a strong history, but if we had reawoken the savoir-faire without adding any new products and innovation, it would have been really boring.” FÉVRIER / MARS 2019

60


UJA_INSERTION_PRESSE_PALACE_COSTES.indd 1

30/01/2019 12:28


Chemise en acétate, top «Lara» en cuir de veau, et jupe en crêpe, Acne Studios. Créoles «Beverly Hills» en or blanc et diamants, Djula.


Cinémode Photographies

Mehdi Sef Direction artistique

Anne Delalandre Stylisme

Coline Peyrot

Blouse en mousseline, The Kooples. Jupe en coton, See by Chloé. Trois bracelets «Marquise» en or et diamants, Djula.


Veste et pantalon, Paul&Joe. Top en jersey, Christian Wijnants. Collier ÂŤBohemian ParadiseÂť en or jaune et diamants, collection Haute Joaillerie, Djula.


Veste en coton, chemise en mousseline, soutien-gorge et jupe en cuir, Miu Miu. Lunettes de soleil , Pierre Hardy x Hervé Domar. Escarpins en cuir, Francesco Russo. Boucles d’oreilles pendantes en or blanc et diamants et bague «Cuzco» en or rose et diamants, Djula.


Chapeau en feutre et sac en cuir, Saint Laurent by Anthony Vaccarello. Blouse en soie, Ba&sh. Pantalon en laine, Gauchère. Collier «Bohemian Paradise», collection Haute Joaillerie, en or jaune et diamants, bague deux doigts «Beverly Hills» en or blanc et diamants, Djula.


Veste, top col roulé, jupe crayon, gants, leggings et bottines-chaussettes en jersey, Marine Serre. Bague en or blanc et diamants, collection Haute Joaillerie, et boucles d’oreilles pendantes «Rock Angels» en or blanc et diamants, Djula.


Top à sequins, Attico x Matchesfashion.com. Pantalon, Diane von Fürstenberg. Boucle d’oreille single «Pluie de diamants», collection Haute Joaillerie, et boucle d’oreille single «Eventail» en or blanc et diamants, Djula.


Veste en tweed, Chanel. Boucles d’oreilles chandeliers, collection Haute Joaillerie, et bague «Toi et Moi» en or blanc, diamants et emeraudes, Djula.


Veste en coton, Christian Wijnants. Chemise en popeline de coton, short cycliste et ceinture en cuir, Fendi. Escarpins en cuir, Y/Project. Deux chokers ÂŤMarquiseÂť et bague en or et diamants, collection Haute Joaillerie, Djula.


Veste en laine, Paul Smith. Brassière, 3.1 Phillip Lim. Lunettes de soleil en métal, Fendi. Trois chokers «Marquise» en or et diamants, Djula.


Robe imprimée en soie et cuissardes en cuir, Louis Vuitton. Créoles 8 cm en or jaune et diamants et bague «Cuzco» en or rose et diamants, Djula.


Chemise en soie et robe maille en peau d’agneau, Christian Dior. Collants, Mulberry. Chaussures en cuir, Marni. Boucles d’oreilles et manchette «Marquise», collection Haute Joaillerie, en or blanc et diamants, Djula.


Robe en crêpe, Gucci. Sac en veau et micro-perles, Marco de Vincenzo. Boucle d’oreille single «Pluie de diamants», collection Haute Joaillerie, et boucle d’oreille single «Eventail» en or blanc et diamants, Djula.


Top en jersey et bermuda en coton, Prada. Quatre joncs «Beverly Hills» en or jaune, or rose et diamants, Djula.

Photographe: Mehdi Sef. Directrice artistique: Anne Delalandre. Stylisme: Coline Peyrot @Opos Mannequin: Ivanka Smilenko @IMG Models. Casting: Nicolas Bianciotto @The Art Board. Mise en beauté: Emilie Plume @Carol Hayes Management Coiffure: Martyn Foss Calder @Airport. Manucure: Marie Rosa. Assistante styliste: Cylia Bousquet @The Art Board Assistant photographe: Nikita Miagkov. Assistante Mode: Jenny Chen. Photographies retouchées. Merci à The Bureau pour son formidable accueil. 16 et 28 cours Albert 1er, Paris VIIIe. www.thebureau.club


Robe en crêpe, Gucci. Sac en veau et micro-perles, Marco de Vincenzo. Boucle d’oreille single «Pluie de diamants» en or blanc et diamants, collection Haute Joaillerie, et bague deux doigts «Beverly Hills» en or blanc et diamants, Djula.


Elle: pantalon en coton, chemise en popeline de coton et sandales en cuir. Lui: trench-coat en coton, chaussettes et derbies en cuir cloutĂŠ, Dsquared2.


2 La collection Dsquared2 printempsété 2019 pour les garçons romantiques et les filles audacieuses

Elle: pull en laine et boucles d’oreilles en corde. Lui: chemise en coton, Dsquared2.

Photographies

Matthieu Delbreuve Direction artistique

Anne Delalandre Stylisme

Coline Peyrot


Elle: parka en gabardine et coton avec détails Néon, sandales en cuir et corde. Lui: débardeur en résille, pantalon en coton et parka en gabardine et coton avec détails Néon, Dsquared2.


Chemise en popeline de coton avec bijou chaĂŽne, pantalon en cuir et sac Ă dos banane en polyester, Dsquared2.


Tee-shirt rĂŠsille et casquette en coton, Dsquared2.


Manteau en cuir, pull-robe en alpaga, casquette ÂŤGavrocheÂť en laine, sandales en cuir et bracelet en PVC, Dsquared2.


Tee-shirt et pantalon en coton et jacquard iridescent, sandales en cuir et corde et collier en corde, Dsquared2.


Top en coton et lin, collier en corde, Dsquared2.


Coupe-vent en nylon, pantalon en coton, ceinture en PVC, et derbies en cuir, Dsquared2.


Pull en laine, pantalon et veste en coton, Dsquared2.


Photographe: Matthieu Delbreuve @Kaptive Directrice artistique: Anne Delalandre Stylisme: Coline Peyrot @Opos Mannequins: Luz Sanchez @Viva Adrien Lesueur @M Management Casting: Mitch Macken @MMcasting Mise en beauté: Camille Siguret @Marie-France Thavonekham Coiffure: Carole Douard @Call My Agent Assistante styliste: Cylia Bousquet @ The Art Board Assistant photographe: Dan Spigelman Assistante Mode: Jenny Chen Photographies retouchées. Merci à la Monnaie de Paris pour son formidable accueil.

Manteau en cuir et pull-robe en alpaga et sandales en cuir, Dsquared2.


A Très profonds

dieu, le soutien-gorge! Vive le décolleté! Pour le printemps, les collections dévoilent des vêtements aux décolletés ultra-profonds, vertigineux. Jacquemus propose une version sensuelle avec des vêtements de plus en plus mini. Prada imagine des bodys en jacquard plongeant masquant à peine les seins.

décolletés

Chemise Pavia et short Arancia en coton, Jacquemus.


Carnets de

Mode

De gauche à droite et de haut en bas: robe asymétrique en crèpe avec franges brodées, Givenchy; body en jacquard imprimé, jupe et chaussures en satin de soie, Prada; veste en technical tailoring, pantalon en gabardine de coton, escarpins en anguille, ceinture avec boucle en toile surpiquée, sac moutarde en cuir, Givenchy; body col bénitier et pantalon avec fentes sur les côtés, A.w.a.k.e; robe en soie orange, Poiret; robe en jersey brodé sur tulle, Roberto Cavalli; robe en tulle rebrodée de sequins, dos nu, Elie Saab. FÉVRIER / MARS 2019

95


Comme une boule à paillettes, cette «robe circulaire» met en valeur le savoir-faire couture de l’atelier parisien de la maisonBalmain. «Je crois que c’est notre héritage incomparable et ses normes élevées de couture, de sculpture et d’embellissement complexes qui nous distinguent», explique Olivier Rousteing, directeur artistique.


Carnets de

Mode

Effets de

manches

L

es manches structureront les silhouettes aux beaux jours: épaules extrarondes, boules oversize, nœuds gigantesques, épaules dénudées… L’essentiel tourne autour de la manche, pour une nouvelle architecture. Des paillettes, du lurex et des franges, des plumes d’autruche… et des silhouettes plus couture, comme cette incroyable chemise aux manches ballon extra-larges en soie plissée qui se déploient comme un origami, présenté par Alessandro Michele pour le premier défilé à Paris de la maison Gucci.

FÉVRIER / MARS 2019

97


Carnets de

Intitulée «Paris La Nuit», la première collection Celine by Hedi Slimane a scandalisé avec ses robes du soir glamour extra-courtes. Ici, une magnifique robe boule à pois noire et blanche.

Mode


Robe en velours et sequins, Mary Katrantzou.

FÉVRIER / MARS 2019

99


portraits habillés

L

es collages de Johanna Goodman sont saisissants. Parce que cette artiste qui vit à New York maîtrise parfaitement l’art du contraste. Un collage est toujours construit en exploitant le choc visuel d’un ou plusieurs contrastes. Johanna joue avec la mode et les contraires, le doux et le dur, le beau et le laid, l’élégant et le grotesque, le discret et l’explosif. Johanna dit que «les êtres imaginaires [qu’elle] crée ne sont pas du tout une critique de la mode, mais plutôt une célébration de la mode, de sa créativité, de son excentricité». Pour elle, tout peut faire habit. «Plus c’est délirant, mieux c’est», ajoute-t-elle. Et parfois, c’est étonnant comme ses costumes extravagants leur vont bien,à ses personnages! Johanna rêve même de créer une ligne de vêtement («portables», précise-t-elle) basée sur ses créations. Les femmes peuvent tout porter, même le monde. C L A U D E M A G G I O R I


Johanna Goodman’s collages are stunning for their contrasts: soft-hard, beautiful-ugly, elegant-grotesque. Her imaginary beings might look like criticism of fashion, but really, they’re a “celebration.” Indeed, the artist dreams of one day starting her own fashion label.


xx_Pub.qxp_Palace 07/02/2019 09:45 Page2


xx_Pub.qxp_Palace 07/02/2019 09:45 Page3


{Talents}

JulienCreuzard

Chasseur de talents e grand public a découvert son visage cet été lors de la diffusion d’Audition secrète, nouvelle émission de découverte de talents musicaux sur M6. Pourtant, tout le monde connaît l’une des œuvres de Julien Creuzard, producteur de musique depuis vingt ans: le mythique clip de Demon. Durant 3minutes et 36secondes, deux bouches s’embrassent goulûment sur le tube You Are My High. «J’ai eu l’idée de ce clip, et il est devenu complètement culte. Il a même été censuré à l’époque, car certains pensaient qu’il s’agissait de deux hommes.» C’était en 2000 et cela demeure le fait d’armes de 20000ST, la maison de production fondée par Julien Creuzard à 25ans, à sa sortie de HEC. «J’ai toujours été passionné par la musique, et, faute de réponses des majors à mes candidatures, j’ai créé ma boîte. Je voulais découvrir des talents et participer à leur évolution artistique.» En2007, il rejoint Universal Music France, heureux d’être délesté des problèmes de gestion pour pouvoir se concentrer uniquement sur l’artistique. Son ascension est rapide: il remplace Valéry Zeitoun à la direction générale du label AZ, auquel vient s’ajouter Polydor en 2016. Ces années-là, sous la houlette de Pascal Nègre, il découvre Yodelice, Chris Willis (la voix des tubes de David Guetta), The Avener, Fréro Delavega, Indila, Marina Kaye, fait venir Booba et produit Vieillir avec toi, important succès de Florent Pagny avec le single LesMurs porteurs. Enfin, en 2017, avec son ami Pascal Nègre, ils cofondent, avec le soutien de M6, le label 6&7. «Je voulais sortir du modèle industriel de la musique et revenir à quelque chose de plus artisanal où l’artiste est au centre du dispositif. On a un peu plus de temps pour travailler un artiste, on est un peu plus libre que dans une major et l’objectif est réellement de proposer quelque chose de qualitatif.» Kimberose et son Chapter One ou le retour victorieux de Zazie avec Essenciel et son single Speed signent les premiers succès de la jeune maison de disques. D’autres s’annoncent. Gagnants d’Audition secrète, ce télécrochet vraiment pas comme les autres (les candidats ne souhaitaient pas être candidat au départ et ne savaient pas qu’ils passaient une audition!), Lance Priester (Satellite), Sofiane Ledhem (Comme un signe), le duo Co & Jane (Les Châteaux de sable) et Déborah Lemoine (single à venir) promettent de beaux jours à Julien Creuzard. PHILIPPE LATIL

© 2018 Isabelle Lindbergh

L

“Ialways loved music and when I didn’t have any luck with my job applications with major labels, I started my own,” saysJulien Creuzardabout 20000ST, the company he founded aged 25 in 2000. “I wanted to discover new talent and help them grow as artists.” In 2007, he joined Universal, so he could concentrate on music rather than business, eventually ending up at the head of Polydor. While there he discovered a number of now popular French artists, including The Avener. In 2017, he left and founded another label Six et Sept: “I wanted to get out of the music industry and return to something more hands-on where the artist is at the center of everything.”

FÉVRIER / MARS 2019

112


Galeries&Musées Restos&Bars Concerts&Fêtes Envies&Plaisirs

L’AGENDA TRÈS PARISIEN

FÉVRIER / MARS 2019

1 13


G ALERIES &M U S É E S L

a commotion artistique qui a suivi la révolution d’Octobre est particulièrement à l’honneur à Paris. Le Centre Pompidou avait en effet consacré l’année dernière une exposition aux grandes figures de l’avantgarde russe issues de la révolution, à travers les œuvres de Kazimir Malevitch, El Lissitzky et Marc Chagall. Dans la foulée, on pouvait voir au même musée une rétrospective dédiée à deux artistes majeurs de l’avant-garde polonaise, Władysław Strzeminski et Katarzyna Kobro, qui s’étaient eux-mêmes formés dans les écoles d’art russes totalement reconfigurées par les bouleversements de 1917. Aujourd’hui, le Grand Palais reprend les fils de l’histoire et, cette fois, il ne s’agit plus d’aller piocher quelques exemples héroïques dans une épopée esthétique sans précédent mais de suivre les aléas d’une aventure extraordinaire qui finira très mal. Effectivement, l’utopie des débuts fut foudroyante, car il faut tout repenser

de A à Z, des beaux-arts à l’architecture en passant par le cinéma et le théâtre. Seulement, l’effervescence ne dura qu’une petite décennie et la reprise en main par Staline en1929 sonna le glas de toutes les espérances. Le grand maître du Kremlin allait mettre au pas ces femmes, Lioubov Popova, Varvara Stepanova, et ces hommes remarquables, Maïakovski, Rodtchenko, dont le destin sera pulvérisé par le nouveau mot d’ordre politique auquel tout devait se soumettre. On enterra prestement la fougue révolutionnaire sous le drapeau figuratif du réalisme socialiste magnifiant le nouvel homme soviétique au nom du seul art d’Etat désormais admis. GRAND PALAIS. Rouge. Art et utopie au pays des Soviets. 3avenue du Général-Eisenhower, ParisVIIIe. Du 20mars au 1er juillet2019.

Rouge

Art et utopie au pays des Soviets

Kuzma Petrov-Vodkine, «Fantaisie», 1925 ©Musée russe de Saint-Pétersbourg.

FÉVRIER / MARS 2019

1 14


Roux !

L

es roux ont désormais leur exposition. Au Musée JeanJacques-Henner, artiste lui-même roux. Une rétrospective qui se compose de cinq sections, montrant les différents aspects de la rousseur dans toute sa flamboyance et racontant son histoire dans la peinture et dans sa conception artistique. Un moyen aussi d’évoquer les préjugés autour de la rousseur.

MUSÉE JEAN-JACQUESHENNER. Roux! 43avenue

de Villiers, Paris XVIIe. Jusqu’au 20mai2019.

Le modèle noir de Géricault à Matisse

Jean-Jacques Henner, «La Comtesse Kessler», vers 1886, huile sur toile ©Rmn-Grand Palais/Franck Raux.

C

Toutânkhamon

Le trésor du Pharaon

L

e 4 novembre 1922, l’archéologue britannique Howard Carter fait une découverte extraordinaire dans la Vallée des Rois: le tombeau de Toutânkhamon, pharaon de la XVIIIe dynastie égyptienne. L’exposition célèbre le centenaire de cette découverte du tombeau royal en présentant une collection de chefs-d’œuvre d’exception dont de nombreux objets personnels du jeune souverain . Cette exposition dévoilera plus de 150 objets originaux issus du tombeau. Dont 50 pièces qui voyageront pour la première et la dernière fois hors d’Egypte.

ette exposition se penche sur les problématiques esthétiques, politiques, sociales et raciales que révèle la représentation des figures noires dans les arts visuels, de l’abolition de l’esclavage en France (1794) à nos jours. En mettant l’accent sur trois périodes clés : l’ère de l’abolition (1794-1848), la période de la Nouvelle Peinture jusqu’à la découverte par Matisse de la Renaissance de Harlem et les débuts de l’avant-garde du XXe siècle et les générations successives d’artistes contemporains. MUSÉE D’ORSAY. Le modèle noir de Géricault à Matisse. 1rue de la Légion-d’Honneur, Paris VIIe. Du 26mars au 14 juillet2019. Frédéric Bazille (1841-1870), «Jeune femme aux pivoines», printemps 1870, huile sur toile, Washington, National Gallery of Art, collection de M. et Mme Paul Mellon ©Courtesy National Gallery of Art, Washington, NGA Images. Marie-Guillemine Benoist (1768-1826), «Portrait de femme noire», 1800, huile sur toile, Paris, Musée du Louvre, photo ©Rmn-Grand Palais (Musée du Louvre)/ Gérard Blot.

GRANDE HALLE DE LA VILLETTE.

Toutânkhamon. Le trésor du Pharaon, 21avenue JeanJaurès, Paris XIXe. Du 23mars au 15septembre2019. «Toutânkhamon. Le trésor du Pharaon» ©Laboratoriorosso, Viterbo/Italy.

FÉVRIER / MARS 2019

115


Galeries & Musées

Luigi Ghirri

C

ette première rétrospective des photographies de Luigi Ghirri hors de son Italie natale est centrée sur les années1970. Géomètre de formation, il commence à photographier durant le weekend, arpentant les rues, places et faubourgs de Modène. Il pose sur le monde extérieur un regard attentionné et affectueux en observant les modifications apportées par l’homme au paysage et à l’habitat de sa province d’origine, l’ÉmilieRomagne. Luigi Ghirri a capté l’Italie saisie par la société de consommation, le tourisme et le développement immobilier. JEU DE PAUME. Luigi Ghirri. Cartes et territoires. 1Place de la Concorde, Paris VIIIe. Jusqu’au2 juin2019. Luigi Ghirri, «Modena», 1972, CSAC, Università di Parma ©Succession Luigi Ghirri.

Mircea Cantor

C

arte blanche à Mircea Cantor, figure majeure de l’art contemporain roumain, qui met à l’honneur les animaux sauvages. Dans ses œuvres, l’artiste émet une critique de la globalisation et de l’uniformisation des modes de vie à travers la sculpture, la vidéo et le dessin. Il s’intéresse à la relation très particulière que les Roumains ont développée avec les animaux sauvages. Tel un «chasseur d’images», il a sélectionné plusieurs œuvres, emprunté des objets d’art populaire au Musée du paysan roumain de Bucarest et en a commandé d’autres sur le thème de la chasse à ses amis artistes.

MUSÉE DE LA CHASSE ET DE LA NATURE.

Mircea Cantor. Vânatorul de imagini. 60rue des Archives, Paris IIIe. Jusqu’au 7avril 2019. ©2017 Mircea Cantor.

Barry Flanagan

B

La Collection Bührle

E

mil Georg Bührle est un collectionneur d’art allemand qui, entre1951 et1956, a réuni plus de 600 œuvres. Une partie de sa collection est présentée pour la première fois à Paris. On découvre un panorama de l’art français du XIXe au début du XXe siècle: les grands noms de l’impressionnisme (Manet, Monet, Pissarro, Degas, Renoir, Sisley); du postimpressionnisme (Cézanne, Gauguin, Van Gogh, Toulouse-Lautrec); les débuts du XXe siècle avec les nabis (Bonnard, Vuillard); les fauves et les cubistes (Braque, Derain, Vlaminck); l’École de Paris (Modigliani); pour finir avec Picasso. MUSÉE MAILLOL. La collection Bührle. 59-61rue de Grenelle, Paris VIIe. Du 20mars au 21juillet2019. Amedeo Modigliani, «Nu couché», 1916, huile sur toile, collection Emil Buhrle, Zurich ©SIK-ISEA, Zurich (J.-P. Kuhn). FÉVRIER / MARS 2019

1 16

arry Flanagan (1941-2009) aime les lièvres facétieux… mais pas que. Sculpteur, dessinateur, graveur, installateur, il est, comme la plupart des grands artistes, difficilement «classable». Cette exposition réunit des œuvres de 1980 à 2009 où l’on retrouvera le lièvre fétiche en position de penseur «à la Rodin», mais aussi des dragons, des cloches, un croissant de lune et un chien. GALERIE LELONG & CO.

Barry Flanagan. Solutions imaginaires. 13rue de Téhéran, ParisVIIIe. Du 14mars au 11mai2019. «Thinker on Computer», 1996, bronze, huit exemplaires ©The Estate of Barry Flanagan/courtesy Galerie Lelong & Co.


L’AGENDA

Le Musée Pouchkine

C

ette exposition exceptionnelle des chefs-d’œuvre de la collection du Musée Pouchkine est la première grande rétrospective des œuvres graphiques du musée moscovite en France. Elle couvre toutes les écoles de dessin européennes et russes du XVe au XXe siècle. A travers une sélection de plus de 200œuvres, l’exposition permet de saisir la richesse de l’exceptionnelle collection de dessins de grands maîtres européens et russes tels que Rubens, Kandinsky, Picasso, Matisse, Modigliani, Chagall ou encore Malevitch. FONDATION CUSTODIA. Le Musée Pouchkine. Cinq cents ans de dessins de maîtres. 121rue de Lille, Paris VIIe. Jusqu’au 12 mai2019. Henri Matisse (1869-1954), «Portrait de Lydia Delectorskaya», 1945, fusain et estampe, Musée d’Etat des beaux-arts Pouchkine, Moscou ©Succession H. Matisse.

La Collection Courtauld

S

ont mises à l’honneur plus de 110œuvres impressionnistes ayant appartenu à l’industriel Samuel Courtauld. Grand fabricant de textile et collectionneur, il va s’intéresser à l’art moderne français à travers les œuvres de Manet, Degas, Renoir et Cézanne, dont il appréciera vraiment le travail. Il se rend régulièrement à Paris pour acheter des peintures impressionnistes grâce au réseau de son conseiller Percy Moore Turner. Parmi les trésors de cette collection: leBar aux Folies-Bergère de Manet, Les Joueurs de cartes de Cézanne, Nevermore de Gauguin,La Loge de Renoir, Après le bain de Degas, Nu féminin de Modigliani, l’Autoportrait à l’oreille bandée de Van Gogh et dix aquarelles de J.M.W. Turner. Une occasion unique de retrouver à Paris quelques-unes des plus grandes peintures françaises de la fin du XIXesiècle. FONDATION LOUIS VUITTON. La collection Courtauld. 8 avenue du MahatmaGandhi, Paris XVIe. Jusqu’au 17juin2019. Vincent Van Gogh (1853-1890), «Autoportrait à l’oreille bandée», 1889, huile sur canevas ©The Courtauld Gallery, London. Edouard Manet (1832-1883), «Bar aux Folies-Bergère», 1882 ©The Samuel Courtauld Trust/The Courtauld Gallery, London.

E

Jane Evelyn Atwood

n 1976, Jane Evelyn Atwood, installée à Paris depuis cinq ans, commence à photographier des prostituées qu’elle suit dans la rue, dans les bars et les chambres de passes. Blondine et les autres filles de la rue des Lombards, puis, plus tard, ce furent Barbara, Miranda, Nouja ou Ingrid… Tout un peuple de travestis et de transsexuelles de Pigalle. MAISON DE LA PHOTOGRAPHIE ROBERT DOISNEAU. Jane Evelyn Atwood. Histoires de prostitution. Paris 1976-1979. 1rue de la Division-du-Général-Leclerc, 94250 Gentilly. Jusqu’au 21avril2019. Série «Rue des Lombards» ©Jane Evelyn Atwood. FÉVRIER / MARS 2019

1 17


Galeries & Musées

OLIVIER Dassault

A

partir du 11mars, dans le nouvel espace de sa GalerieW à quelques pas du Centre Pompidou, le galeriste Eric Landau, une référence artistique de la capitale, accueille le travail du photographe Olivier Dassault. Une vingtaine d’œuvres dédiées à la lumière, dont une installation totémique, d’une incroyable énergie, composée de cinq pièces de 2 mètres de haut. Dans le studio, le bureau croule sous les diapos. Partout, des piles de tirages tests. Et puis un projo, old school, un vrai, à l’ancienne, avec un carrousel, parce que c’est comme ça qu’Olivier Dassault travaille: «Tout part toujours d’une image projetée.» Ici, dans le studio, c’est l’ébullition. Après la BnF, Drouot, la Galerie Maeght, la Montresso Art Foundation et, plus récemment, la Galerie Marlborough à New York, Olivier Dassault prépare sa prochaine expo parisienne, qui se tiendra dans le tout récent espace du galeriste Eric Landau, au 5rue du GrenierSaint-Lazare. Une adresse mythique dans ce quartier qui a su découvrir et accueillir les plus grands noms du monde de l’art contemporain. Et une vraie première pour Olivier Dassault, qui est heureux de voir ses œuvres exposées dans cet environnement où plane l’esprit Beaubourg. «Beaucoup d’amateurs d’art s’intéressent à Beaubourg pour ce qu’il contient. Moi, il y a deux ans, j’ai eu envie de m’arrêter sur le contenant. Des détails architecturaux qui m’ont frappé, que j’ai voulu saisir, capter, isoler, métamorphoser. J’aime bien l’idée que, dans ma prochaine expo, trois des photos de ma série réalisée autour de Beau-

bourg soient présentes. J’aime bien les signes, les correspondances … Tout Beaubourg est construit autour de grands arcs de circulation. Circulation des rues, des gens, des idées, des œuvres…» Sous le titre de RéFlexions, la galerie W accueille une vingtaine de ses œuvres, toutes singulières, toutes impressionnantes, dans une scénographie originale. De très grands tirages définissent un vocabulaire très personnel, où les formes et les couleurs se détachent volontairement de leur sujet et s’affranchissent de l’objet reconnaissable. Où la photographie, par son format, par son support, par le travail de son auteur, devient un tableau. Et quand l’image se scinde, s’insère dans un socle, elle se réinvente en sculpture, stèle ou totem, dans toute sa verticalité. Pour Olivier Dassault, la photo est le moyen de donner à voir aux autres ce qu’il voit. Un travail quotidien, en liberté, avec la lumière comme matériau, comme alliée : «La lumière, c’est la peinture du photographe, c’est le marbre du sculpteur.» Et il la travaille à sa façon, unique en son genre. Il bloque le film, superpose les poses, les expositions, crée des surimpressions, pour composer des harmonies graphiques instantanées qui défient les apparences. «Je me laisse surprendre. Je donne un rythme, je joue avec les compressions, les expansions.» En pleine interview, un rai de lumière éclaire soudain le mur, visible de la fenêtre. Olivier Dassault s’excuse, s’interrompt, attrape son Minolta XD7, toujours le même depuis son enfance, vise, appuie une fois, une autre… De ses deux mains, il tourne l’appareil dans tous les sens: «Je cherche, j’improvise, pour créer des vues toutes différentes. Au même endroit, je ne ferai jamais deux fois la même photo.» Il ajoute en souriant: «Vous ne prenez pas une photo, vous la faites.» E L L E N W I L L E R GALERIE W. Olivier Dassault. RéFlexions. 5rue du GrenierSaint-Lazare, ParisIIIe. A partir du 11mars2019.

FÉVRIER / MARS 2019

118

Ben Dauchez

«La lumière, c’est la peinture du photographe, c’est le marbre du sculpteur»


xx_Pub.qxp_Palace 05/02/2019 10:36 Page3


R ESTOS &B ARS

Beef bar

viande d’exception ’est sous les ors de l’ancienne Fermette Marbeuf que Beefbar s’est offert la version parisienne de son concept à succès, créé en 2005 à Monaco par Riccardo Giraudi et exporté depuis de Dubaï à Hongkong en passant par Mykonos. Voilà donc le grill le plus chic du monde lové dans cette salle Art nouveau inscrite à l’inventaire des Monuments historiques. Aux manœuvres de la déco, le duo star

D

Francis Amiand

C

Humbert&Poyet, qui a redonné son lustre à ce lieu hors pair à grand renfort de moquettes, de cuir, de velours, de miroirs et de couleurs. Précieux écrin qui accueille les plus belles viandes, bœuf de Kobe en tête, qui se décline dans des recettes hautement savoureuses: cuite en teppanyaki, servie en tataki, en burger haute couture, mais aussi en gyozas, mini-tacos, bao buns… Claque magistrale à la dégustation du Jamón de Buey de Kobe ; comme une cecina, cette charcuterie fumée et affinée pendant 15mois délivre un goût et une texture uniques: fou! BEEFBAR. 5 rue Marbeuf, Paris VIIIe. 0144314000.

Malro

JP Combeau

éjà adulé, le beau escale en Malro (en lieu et place de l’ex-Beaucoup) Méditerranée roule des mécaniques dans son espace XXL et son décor raffiné signé par le collectif Weekends. A la tête de cette nouvelle adresse qui rameute le Paris trendy, le chef italien Denny Imbroisi (Ida, Epoca) et son associé Micaël Memmi (Zo, Duras), d’origine tunisienne, qui ont conjugué leurs talents pour donner vie à une cuisine solaire dédiée aux saveurs méditerranéennes. A la barre, le chef Francisco Raul Conforti, chargé de mettre en forme les beaux produits, d’envoyer la pasta al dente et d’enflammer le four à pizzas. Et là, voici la plantureuse pizza truffes-champignons! A suivre ce soir-là, le fameux houmous maison et son pain chaud au zaatar: exquis! Pour caler l’appétit, les affriolants

rigattoni cacio&peppe, et, pour la gourmandise, la tarte au chocolat gianduja: diabolique! Divertissant jusqu’aux boissons, cocktails jolis et vins italiens bien charpentés. On aime, on adore. MALRO. 7 rue Froissart, Paris IIIe. 0142773847.

FÉVRIER / MARS 2019

120


L’AGENDA

Saveurs d’Ailleurs

Café Lai’Tcha Asie impériale

A Francis Amiand

près le succès de son restaurant étoilé (Yam’Tcha), revoilà la cheffe Adeline Grattardpostée aux commandes d’un spot hybride, mi-restaurant, mi-traiteur. Dans une salle tout en longueur surmontée d’un plafond vertigineux, un comptoir en bois se charge des repas sur le pouce tandis que le fond de l’espace accueille des tables plus intimes. Inspirée de son Asie fétiche, la carte balance de jolies nourritures qui croisent les saveurs avec maestria. Que dire, sinon du bien, des nouilles de patate douce aux champignons et au tofu cinq parfums, du poulpe au lait de coco, du poulet à l’aigre-doux, des nems de légumes et du cake marbré vanille sésame, délicieusement exotiques. A savourer avec le fameux lai’Tcha, littéralement «café du matin», et dans les faits une boisson chaude à base de thé noir infusé longuement avec du lait concentré. Et encore une bonne nouvelle: c’est brunch asiatique tous les dimanches. CAFÉ LAI’TCHA. 7 rue du jour, Paris Ier. 0140260505.

Raw Saint-Germain healty spot

Edouard Caupeil

V

enue de Californie, portée sur le cru, proclamée thérapeutique et saine, la raw food se célèbre en élégance à la nouvelle adresse de William Pradeleix, qui inaugure son deuxième restaurant rive gauche. Dans la même veine que Raw Marais, la carte conserve ses fondamentaux, prône le partage et fait la part belle aux influences japonaises chères au chef. Une fusion food portée par la finesse française qui assure le goût entre terre et mer, avec des tatakis hauts en parfum, des tartares de bœuf, de thon ou de saumon flirtant tantôt avec une crème de truffe, tantôt avec une marinade saté-shitake. Ajoutez des dressages élégants, une belle sélection de vins bio et une ambiance cosy. A noter, l’inauguration rive droite de Raw To Go, la version take away de Raw. RAW SAINT-GERMAIN. 44 rue de Fleurus, Paris VIe. 0173732049. RAW TO GO. 56 rue de Turenne, Paris IVe. 0177183750.

Can Alegria saveurs méditerranéennes

Pierre Lucet Penato

J

oyeusement aguicheur, cet ancien cabaret planté à Pigalle qui accueillait Edith Piaf à ses débuts s’est mué en une adresse bien dans l’époque. La décoration a pris le large du côté de la Méditerranée, se piquant de bleu, de verdure et de matières naturelles. Au diapason, la cuisine exécutée par le jeune chef Marc-Antoine Colonna, tout juste rentré d’Ibiza, fait danser les beaux produits. La trancheuse Wismer assure l’introduction en balançant le meilleur de la charcuterie italienne. A la carte, des plats déjà stars avec l’incontournable poulpe grillé cuit six heures à basse température, la bouillabaisse aux poissons de roches, bonne comme là-bas, ou encore l’épaule de cochon noir confite au miel de thym. Et pour la soif? Une sélection de vins de caractère (chablis de Patrick Piuze, chianti de Silvio Messana...) et des cocktails bien roulés pour terminer la soirée en se déhanchant sur les airs de cumbia ou les sons électros de la playlist maison. CAN ALEGRIA, 73 rue Jean-Baptiste-Pigalle, Paris IXe. 0613105190.

Ibrik Kitchen cuisine des Balkans

A

près Ibrik Café, inauguré en 2017, la Roumaine Ecaterina Paraschiv double la mise en ouvrant Ibrik Kitchen en plein cœur du Sentier. Au programme, des saveurs inédites autour d’une cuisine identitaire où terroir et modernité se marient, où les assiettes nous font voyager dans de nouveaux territoires. Ce soir-là, polenta braisée fourrée au fromage mou, crème fraîche: fondante. A suivre, goulash de poulet bohémien et sa purée de pommes de terre: réconfortant. Et une belle surprise en terre sucrée avec les papanas, petits beignets fourrés de fromage blanc arrosés de confiture maison et de crème fraîche qui se dégustent du bout des doigts. Dépaysant. IBRIK KITCHEN. 9 rue de Mulhouse, Paris IIe. 0170694250.

FÉVRIER / MARS 2019

1 21


restos & Bars

French Touch

Substance moderne gastronomie

P

rock boulange

renez un trio masculin, un vrai savoir-faire, un sourcing impeccable, un lieu décontract’cool et saupoudrez le tout d’un brin de provoc’: bienvenue chez The French Bastards! Cette boulangerie nouvelle génération pilotée par Julien Abourmand, David Abehsera et Emmanuel Gunther balance une collection de pains rustiques élaborés à partir de farines bio ou CRC, et surtout au levain naturel. En guest, la baguette «bâtarde», des pains de campagne terriblement gourmands et une foccacia de haute volée. Et aussi des viennoiseries au feuilletage parfait, des sandwichs dingues, des tartes aux fruits de saison à tomber... En bref, une vraie bonne adresse. THE FRENCH BASTARDS. 61 rue Oberkampf, Paris XIe. Ouvert du lundi au dimanche, fermé le jeudi.

C

e repaire d’épicuriens a fait peau neuve et accueille désormais à sa tête Charles Nikitits, 31ans, qui nourrissait un rêve de restaurant, et le chef Charley Breuvart (ex-Park Hyatt), posté aux commandes des fourneaux. Baigné dans son jus bistrotier, L’Office se réinvente au fil d’une cuisine généreuse et sincère, d’une carte courte ancrée dans les saisons et d’un supplément d’élégance. Le produit phare? Le poisson qui arrive en direct de la crème des pêcheurs bretons. On plonge ce midi-là avec un épatant carpaccio de daurade, gelée de yuzu, jus d’agrumes et pickles. On poursuit le voyage en mer avec le bar sauvage, gnocchi, épinards, pois chiche: cuisson parfaite. Et on termine en gourmandise avec le gluten free citron sablé aux amandes, beurre salé et chocolat blanc. Verdict? Une table qui garantit le plaisir. L’OFFICE. 3 rue Richer, Paris IXe. 0147706731.

Poussin cave à manger

L

udovic Duboiset Judith Cercós, couple dans la vie et déjà à la tête de l’adresse franco-catalane Les Poulettes Batignolles, doublent la mise avec ce nouveau spot accolé à leur première adresse. Petit nid moderne avec ses chaises hautes, son comptoir ouvert et ses murs olive, Poussin, c’est des petites assiettes délicieuses franchement bistronomes, appliquées et limpides: tartare de veau, estragon et topinambour, saint-jacques, endives, noisettes, beurre blanc ou encore joli bao à la joue de bœuf braisée. Pour la soif, laissez-vous porter par les conseils avisés de Judith (ex-sommelière du Mandarin Oriental de Barcelone), qui tape toujours juste parmi les 130références de la maison. POUSSIN. 12 rue de Cheroy, Paris XVIIe. 0142931011.

Rubrique «Restos & Bars» réalisée par S A N D R A S E R P E R O FÉVRIER / MARS 2019

122

Culturefoood

bistronomie

The French Bastards

Aimery Chemin

L’Office

MarleneHuetStudio

D

ans un XVIe qui s’éveille à l’autrement, cette nouvelle adresse fait bouger les lignes en régalant franchement. Aux manettes, une fine équipe unie par les mêmes envies: Stéphane Manigold, le chef Matthias Marc (ex-Racines des Prés) et Anthony Pedrosa(ex-Lucas Carton). Leur credo? Chercher la vérité du produit dans une cuisine qui se raconte dans la complicité, le partage et la créativité et s’arrose de vins d’expression. Plongé dans une ambiance au chic décontracté qui n’a d’autre ambition que d’installer le moment dans la sincérité, les assiettes défilent et enchantent: épatantes huîtres pochées, crème crue au raifort, betterave et citron. A suivre, turbot rôti, panais snacké, condiment pamplemousse et sabayon kalamensi: parfait! Et final en grande pompe avec le soufflé au chocolat Sao Tomé, crumble cacao amer et crème glacée au sapin qui vient cajoler l’humeur. Vraiment bien. SUBSTANCE. 18 rue Chaillot, Paris XVIe. 0147200890.


© Bal du Mooulin R Rouge 2019 - Mooulin Rouge® - 1-1028499

Agencce o cédille - Photo Ben Massiot

zz_Pub.qxp_Palace 09/02/2019 10:45 Page3

LA REVUE DU PLLUS CÉLÈBRE É È CABARET DU MONDE ! - THE SHOW OF TTHE MOST FAMOUS CABARET IN THE WORLD! DÎNER ET REVUE À 19H À PAR A TIR DE 180€ - REVUE À 211H ET 23H À PAR A TIR DE 77€ - DINNER AND SHOW S AT 7PM FROM €180 - SHOW AT 9PM & 11PM FROM €77

MONTMARTRE 882 82, BLD DE CLICHY 7501 75 8 PARIS - TEL : 33(0)1 553 09 82 82 - WWW.MOULINROUGE.COM


M USIQUES & F ÊTES

Jeanne Added

E

C

lle fait partie avec Fishbach, Cléa Vincent, Chris & the Queens ou Juliette Armanet de cette bande de filles au caractère trempé qui redonnent du talent à la pop française. La petite quarantaine, ancienne chanteuse de jazz, Jeanne a en deux albums parfaits posés les bases de son univers, qui puise ses références dans le postpunk, la new wave et l’électronique, qu’elle relève, chanté en anglais, de sa voix profonde et envoûtante. JEANNE ADDED. Au Zénith de Paris. 211 avenue JeanJaurès, Paris XIXe, le 3avril.

Lomepal

hampion français toute catégorie de l’urban-pop, Lomepal a mis au point la recette parfaite entre hip-hop et chanson française, rythmes trap et variété sentimentale, grande gueule et cœur fragile, le plaçant d’emblée dans la bande des kids qui renouvellent le rap avec Roméo Elvis ou Caballero. Fort de Jeannine, un deuxième album qui trône fièrement en tête des charts et pour lequel Lomepal a placé la barre très haut, nul doute que le Zénith risque de tanguer émotionnellement ce soir-là. LOMEPAL. Au Zénith de Paris. 211 avenue Jean-Jaurès, Paris XIXe, le 20 février.

Jean-Baptiste Modino

R

The Blaze

évélé par un premier album tout en rythmes hip-hop ralentis, mélodies cinématographiques et voix déformées dans un tunnel d’écho, le duo français The Blaze s’est aussi imposé avec une poignée de clips d’une beauté éclatante tout en sociologie urbaine qui s’aventurent au plus près des ruelles de la Casbah d’Alger ou d’un mariage gitan. Enfants hipsters de PNL qui seraient passés par la case électro, leurs concerts minimalistes tout en néons sont une bulle de caresse. THE BLAZE. A la Salle Pleyel. 252 rue du FaubourgSaint-Honoré, Paris VIIIe, le 15 mars. FÉVRIER / MARS 2019

124

Neneh Cherry

L

a fille adoptive du célèbre Don Cherry n’a jamais rien fait comme les autres et a préféré sa liberté aux sirènes d’une célébrité qui semblait pourtant toute tracée, pour prendre son temps, ne pas s’exposer, emprunter des voix de traverse et explorer un trip-hop teinté de funk sur lequel sa voix à nulle autre pareille prend toute son ampleur. NENEH CHERRY. Au Trianon. 80 boulevard de Rochechouart, Paris XVIIIe, le 28 février.


L’AGENDA

Flavien Berger

O

n l’avait repéré en 2015 avec Léviathan, un premier album où la noirceur des années 1980 se mélangeait à une certaine idée du psychédélisme. Avec Contre-temps, un des plus beaux disques de la scène française sortis l’année dernière, le protégé d’Etienne Daho viendra poser son nom en lettres de feu, comme la consécration qu’il mérite, sur la devanture d’une des salles les plus mythiques de Paris: l’Olympia.. FLAVIEN BERGER. A l’Olympia. 28 boulevard des Capucines, Paris IXe, le 27mars.

F.Tijou

O

Thylacine

V

oyageur et rêveur dans l’âme, le français Thylacine a choisi d’aménager son studio dans un camping-car et de parcourir les routes sinueuses de l’Argentine pour y trouver l’inspiration et accoucher d’un album voyageur. Entre trip-hop lent et électro rêveuse, agrémentés de vocaux en espagnol et d’accordéons en roue libre, Thylacine se transforme en un drôle de guide du routard qui donne envie de danser au sommet de la cordillère des Andes. THYLACINE. A la Cigale. 120 boulevard de Rochechouart, Paris XIXe, le 21février.

RY X

riginaire d’Australie, mais désormais basé à Los Angeles, RY X modernise le concept de folk music, qu’il agrémente de sonorités électroniques, d’effets sur la voix, de piano et de guitares en échappée libre. En collaboration avec le groupe allemand Ame, comme une façon de mieux se rapprocher du dancefloor, ou remixant le Love on the Brain de Rihanna, qui a craqué sur lui pour mieux s’aventurer vers la pop, le barbu sexy livre avec Unfurl un disque tout en minimalisme, feu de bois et chair de poule. RY X. Au Cabaret Sauvage. 59 boulevard Macdonald, Paris XIXe, le 26février.

D

Drake

oit-on encore présenter Drake, le poids lourd du hip-hop capable avec son flow de mettre n’importe quel rappeur à terre? Adulé par une génération de 7 à 77ans, pourvoyeur de tubes comme Passionfruit, One Dance ou Hold On, We’re Going Home, tellement chauds qu’ils pourraient précipiter l’apocalypse climatique annoncée, le Canadien est à Paris pour trois dates lors de sa tournée européenne. Autant vous dire qu’il serait sacrilège de louper sa venue. DRAKE. A l’AccorHôtels Arena. 8 boulevard de Bercy, Paris XIIe, le 15mars. FÉVRIER / MARS 2019

125

Marc Almond

C

hanteur haut en couleur et en provocations de toutes natures du duo Soft Cell (et son inimitable Tainted Love qui a fait danser les ados des eighties), Marc Almond a depuis de longues années en solo aligné une œuvre sans fautes où son goût pour le flamenco comme pour Jacques Brel s’exprime pour élaborer une pop sophistiquée, maniérée et dramatique dont seuls les Anglais ont le secret. MARC ALMOND. Au Trianon. 80 boulevard de Rochechouart, Paris XVIIIe, le 30mars.


The Internet

Aya Nakamura

R

évélation de l’année avec Djadja, tube estival aux 300millions de vues, la Française d’origine malienne Aya Nakamura a posé avec son second album une sacrée bombe à retardement dans la mare du hip-hop français avec ses pointes zouk et afro et ses paroles libérées de fille forte et malicieuse. Adoubée par Booba himself, la chanteuse aux cheveux bleu électrique promet de nous faire chalouper de plaisir avec son flow vengeur et irrésistible. AYA NAKAMURA. A l’Olympia. 28 boulevard des Capucines, Paris IXe, le 31mars.

Modselktor

D

uo phare de la scène électronique berlinoise, Modselektor a réussi à combiner l’invitation à la dance avec l’énergie de lives percutants tout en projections et jeux de lumière. Leur quatrième album, après une longue absence, les voit, fidèles à leur réputation de traqueurs de sons, explorer le hip-hop, le dub, le reggae, la techno comme le rap, pour créer des tubes électriques qui convoquent autant la transe que la sueur, à l’image de leurs concerts parfaitement épileptiques. MODSELEKTOR. A l’Elysée Montmartre. 72 boulevard de Rochechouart, Paris XVIIIe, le 22 février.

L

©theonepointeight

Scratch Massive

N

é avec l’explosion electroklash qui fit les riches heures de feu le Pulp (soit le plus fou des clubs des nineties), le duo Scratch Massive a toujours privilégié au fil de sa carrière les ambiances cinématographiques plutôt que le matraquage du rythme. Leur dernier album, Garden of Love, qu’ils viendront défendre sur scène, pousse encore plus loin leur côté road movie électronique hanté de voix comme suspendues dans l’éther. SCRATCH MASSIVE. A la Gaîté Lyrique. 3 bis rue Papin, Paris IIIe, le 7mars.

Kompromat

a collaboration entre Vitalic (roi d’une techno lourde parcourue de riffs discoïdes) et Rebeka Warrior, ex-chanteuse de Sexy Sushi et désormais au cœur du groupe Mansfield.TYA, est une plongée en règle dans les années sombres de la new wave, quand les synthés et autres boîtes à rythmes étaient encore considérés comme des instruments non identifiés. Chanté en allemand, martial dans les rythmiques, sombre comme Berlin un jour d’hiver, Kompromat est assurément la sensation de ce début d’année. KOMPROMAT. Au Trabendo. 211 avenue Jean-Jaurès, Paris XIXe, le 18avril.

Rubrique «Musiques & Fêtes» réalisée par P A T R I C K T H E V E N I N FÉVRIER / MARS 2019

126

Birgit Kaulfuss

O

Kap Bambino

n était sans nouvelles de cette fierté nationale qu’est Kap Bambino et de son électro-punk bourrée de distorsions en forme de jolie claque aux foules survoltées. Après six ans de silence, le duo bordelais viendra prouver avec son nouvel album, dont le nom Dust, Fierce, Forever est déjà tout un programme, qu’il a gardé sa rage et sa sueur intactes. KAP BAMBINO. Au Trabendo. 211 avenue Jean-Jaurès, Paris XIXe, le 25avril.

ssu du crew hip-hop Odd Future, qui, dans les années2000, du haut de l’insolence de leur jeunesse, a changé la rap-game et engendré des Frank Ocean ou Tyler The Creator, le duo The Internet a posé les bases d’un r’n’b sexy et sirupeux, qui parfois s’orne de sonorités exotiques et n’est pas sans faire penser à Janet Jackson ou Luther Vandross par son érotisme déhanché. THE INTERNET. Au Bataclan. 50 boulevard Voltaire, Paris XIe, le 19mars.

Francois Quillacq

I


L’AGENDA

Little Simz

Simple et funky

Jack Bridgland

A

25ans, la jeune rappeuse anglaise Little Simz a déjà tout d’une grande. Elle n’a pas vraiment de souci à se faire, juste un peu de pression sur les épaules, dirons-nous, depuis que Kendrick Lamar a dit d’elle, alors qu’elle n’avait que 21ans, qu’elle était «l’une des meilleures rappeuses actuelles» et que le magazine Forbes, qui s’y connaît en plan de carrière, l’a retenue dans son classement annuel des «30 de moins de 30 ans qui comptent»! Née à Londres dans le quartier d’Islington, d’origine nigériane, Simbi Ajikawo, de son vrai nom, a très tôt manifesté un goût prononcé pour la musique, rappant et écrivant ses propres textes dès l’âge de 9ans, avec en tête l’idée d’une carrière comme celle de son icône absolue, à savoir Lauryn Hill, à qui elle a emprunté cette manière d’alterner chant et rap. Aujourd’hui, à 25 ans, Little Simz est une artiste qui peut s’estimer comblée. Avec deux albums encensés par la critique et des récompenses prestigieuses qui pleuvent, des mixtapes en veux-tu en voilà, un label, Age 101 Music, créé par ses soins, des featurings pour la sensation anglaise multicasquette Gorillaz, emmené par Damon Albarn, Little Simz est assurément la relève de la scène hip-hop anglaise aux côtés de stars comme Skepta ou Stormzy. Une relève forte en gueule qui refuse d’être considérée comme un modèle, car, déclare-t-elle, elle fait «des erreurs comme tout le monde», ou de se voir affublée de l’étiquette féministe parce qu’elle s’est faite toute seule, a monté son label et s’impose dans un univers encore très masculin, quand ce n’est pas macho. Bref, on l’aura compris, Little Simz n’est pas du genre à se laisser mener en bateau par les étiquettes du moment, et son troisième album, Grey Area, est la preuve du chemin parcouru en si peu d’années. Autant ses disques précédents nageaient dans une forme d’autarcie et de tonalités grises comme le reflet des vies urbaines,

autant, pied de nez à son titre, Grey Area s’ouvre à la lumière, se teinte d’instruments acoustiques par gorgées, offre son cœur à la soul et au funk, avec une poignée de chansons irrésistiblement groovy où le flow de Little Simz est une invitation irrésistible à la danse. PATRICK THEVENIN

Little Simz, «Grey Area» (Age 101/ Awal). Sortie le 1er mars.

FÉVRIER / MARS 2019

127


E NVIES &P LAISIRS

C

Quand les murs sont des tableaux C’est pourquoi elles prennent en compte l’esprit du lieu et profitent de ses volumes. Par leur traitement graphique, elles se laissent toujours explorer en détail au fil du temps. Selon les projets, nous travaillons en ton sur ton, comme en couleurs contrastées. Parfois, la feuille d’or, de nuances variées ou encore travaillée en oxydation, vient ajouter des touches de lumière. La nature est un motif récurrent dans nos créations, mais nous apprécions lorsque notre travail nous donne l’occasion d’aborder les thèmes les plus divers. C’est tout le challenge et la richesse de l’échange

FÉVRIER / MARS 2019

128

Fred Sautai

addous&Alvarez est un studio spécialisé dans la réalisation de fresques murales et d’imprimés pour le papier peint, la décoration et le textile. Toutes leurs créations sont dessinées à quatre mains. C’est en 2003, dans l’atelier de gravure de l’école Estienne que Cécile Alvarez et Hugo Caddous se rencontrent. Diplômés des Beaux-Arts de Paris et Marseille, le hasard les amène quelques années plus tard à travailler ensemble à la scénographie de vitrines pour une marque de joaillerie et à réaliser leurs premières fresques en duo, puis à développer des motifs graphiques pour le textile. Ils créent le studio de dessin Caddous&Alvarez en 2016. «Ni tableau, ni papier peint, nous aimons l’idée de réaliser des dessins à vivre qui s’inscrivent dans un quotidien. Nos fresques sont pensées pour s’intégrer dans des espaces de vie.


L’AGENDA

De gauche à droite et de bas en haut: bibliothèque ParisVe, acrylique; salle à manger Rueil-Malmaison, acrylique et feuille à dorer; entrée d’un duplex rue d’Alger; affiche illustrée en tirage limité.

avec le client, qu’il nous donne carte blanche ou qu’il nous sollicite pour une thématique personnelle. Nous avons eu le plaisir de commencer l’année avec le décor d’un restaurant dans l’Ouest parisien, ainsi qu’une collaboration avec Pierre Frey pour la réalisation d’un pro-

chain papier peint panoramique. Nous travaillons actuellement avec des cabinets d’architecture sur deux projets de fresque pour des hôtels ainsi que sur des créations à grande échelle destinées à l’espace urbain.»

FÉVRIER / MARS 2019

129


Envies & Plaisirs

the sound of hotel costes

ne bande-son éclectique entre musique vintage, curation contemporaine et remix inédits U sélectionnés par Studio HC en collaboration avec Watch Your Music sur Apple Music et Spotify. Musical treasures from the Hôtel Costes historical collection and current playlist selections curated by Studio HC in collaboration with Watch Your Music on Apple and Spotify. «Hôtel Costes» on Apple Music @hotelcostesofficial onSpotify

Tod’s,la révolution shoeker

T

od’s a créé No_Code, un atelier d’innovation. Pour réécrire les règles, débrider les codes, transcender les saisons, allier le luxe de la technologie à la haute qualité du savoirfaire made en Italy. Ce laboratoire vient de présenter le shoeker (shoe+sneaker), une basket hybride nouvelle génération née du mariage de la chaussure et de la basket, conçue par le designer coréen Yong Bae Seok.

Une nouvelle philosophie de produit. Avec des matériaux et des traitements nouveaux permettant d’obtenir une légèreté sans précédent et un design épuré. La chaussure a une semelle en caoutchouc expansé, qui stabilise chaque pas. Tod’s veut décidément révolutionner les façons de bouger dans le monde. 17-21 rue du Faubourg-Saint-Honoré, Paris VIIIe. www.tods.com

FÉVRIER / MARS 2019

13 0


L’AGENDA

Les rois des puzzles

U

©Jane

ne entreprise française fabrique des puzzles exceptionnels de 1000 ou 5000 pièces! Des challenges de haut niveau, de véritables casse-tête visuels, des heures de patience et d’attention… un délice de calme et de détente loin de l’agitation et du brouhaha du monde… Michèle Wilson, la fondatrice de l’entreprise qui porte son nom, a démarré son activité en 1975. Reprise ensuite par Sophie Ollé-Laprune. En 2013, c’est Julien Vahanian qui dirige la maison, laquelle aujourd’hui emploie une vingtaine de personnes entre Bourgogne et Paris. Le catalogue des puzzles en bois Michèle Wilson comprend une large sélection de très belles œuvres d’art: Bruegel, Bosch, Hokusai, Turner, Manet, Renoir, Degas, Cézanne, Van Gogh, Gauguin, Klimt, Modigliani, Chagall, Matisse, Picasso, Klee, Kandinsky, Dalí… La collection la plus impressionnante est celle du Club des 1000: des puzzles géants de 900 à 5000 pièces, réservés à un public de puzzleurs très expérimentés. Pour reconstituer le magnifique Arbre de vie de Klint, il vous faudra retrouver et regrouper 5000 pièces, fournies en trois sachets séparés.


Envies & Plaisirs Vo i t u r e s d e R ê v e

Le Nouveau Mercedes-AMG GT Coupé 4 portes

I

ls ont osé! Et réussi leur pari: allier la technologie exceptionnelle d’une voiture de sport, une fonctionnalité élevée et une habitabilité généreuse. Le Nouveau MercedesAMG GT Coupé 4 portess’adresse à des clients de voitures de sport qui souhaitent savourer leur plaisir en famille ou avec des amis. Un design expressif, une silhouette musclée et abaissée, un capot moteur effilé et un imposant hayon arrière soulignent les gènes sportifs de ce coupé 4 portes.

R

ouge Crush est la nouvelle collection de bijoux imaginée par la maison de couture On Aura Tout Vu pour le Moulin Rouge. Une collection au rouge éclatant reprenant l’essence même du Moulin Rouge. L’emblème de la fête parisienne depuis 1889 célèbre avec passion la féminité et le glamour. FÉVRIER / MARS 2019

13 2


L’AGENDA

L

e bureau de style de Majestic Filatures a créé sa toute première ligne de maroquinerie composée de quatre différents modèles. Et en particulier un sac cabas porté main aux lignes très épurées pour une allure chic et très parisienne. Clin d’œil à la marque, la première version est un tout-cuir glacé noir et la seconde est confectionnée avec leur matière de prédilection: le cachemire.

L

Sauver sa peau

a philosophie de la Maison Delbôve, marque de cosmétiques pionnière des soins botaniques, propose de se reconnecter avec sa peau, retourner à l’essence de son fonctionnement originel afin qu’elle révèle toute sa beauté. La Crème&l’Eau Sorcière ont des vertus exceptionnelles: l’émulsion de ce duo phare nettoie, rééquilibre et régénère l’épiderme pour une peau éclatante de beauté.

Romain Ricard

D

Cinq étoiles rue François-Ier

eux sœurs, un même sourire, une énergie communicative et une complicité qui se passe de mots. Au cœur battant du Triangle d’or de la capitale, l’Hôtel Grand Powers, le nouveau 5-étoiles de la rue François-Ier, à peine rouvert après une incroyable métamorphose, a déjà ses fans. Une façade admirable ponctuée de balcons, une double porte sur rue d’origine, tout comme la marquise, qu’il a fallu faire héberger chez un serrurier pendant toute la durée des travaux… Sous l’impulsion d’Alexandra etJulie Marang, cet hôtel centenaire a changé d’âme et d’esprit. Le luxe est toujours présent, mais jamais pesant, et le prestige se réconcilie joyeusement avec la gentillesse: «J’ai beaucoup voyagé dans mes vies précédentes, explique Julie, qui a longtemps travaillé dans la mode, et chaque fois que j’étais de retour, je venais faire un compte rendu à Alexandra. Lui dire ce que j’avais aimé, ce qui m’avait marqué…» Alexandra, elle, est depuis plus longtemps dans le métier: «J’accompagne mon père, qui est aux commandes de plusieurs établissements de luxe dans les plus beaux quartiers de Paris, depuis dix ans environ. Quand le permis de construire a

été accordé pour cet hôtel, qui est dans ma famille depuis 2005, mon père m’en a simplement tendu les clés. J’étais émue et excitée. Je savais que ce serait une des plus belles aventures de ma vie professionnelle. Qu’il était temps pour nous, ma sœur et moi, d’écrire notre propre histoire.» Avec Vincent Bastie et Arnaud Bezhadi, du cabinet d’architecture Artefak, et Cathy Crinon à la décoration, elles ont toutes deux suivi les travaux avec enthousiasme: «Travailler ensemble était un rêve de jeune fille. Nous sommes très complémentaires. Nous voulions allier le cosy anglo-saxon, la sensualité italienne et l’élégance à la française.» Des chambres avec vue, certaines sur la tour Eiffel, des suites comme de vastes appartements parisiens. Un spa, sublime, et un fitness en sous-sol. Et puis un restaurant, le 52, qui ouvre ses larges baies vitrées sur l’animation de la rue, qui, sous l’impulsion de son chef, Maxime Raab, sert une cuisine fraîche et healthy, très «snaking de luxe», facile à vivre et à savourer.

FÉVRIER / MARS 2019

13 3

ELLEN WILLER


Envies & Plaisirs

Glamour soleil et liberté

H

ale Bob propose des vêtements pour les femmes modernes et audacieuses. Celles qui font de leur féminité une force. Née en Californie, la marque est un symbole de liberté et de légèreté. La griffe a très vite représenté le style et le glamour des célébrités d’Hollywood : Eva Longoria, Halle Berry, Cameron Diaz, Britney Spears, Sharon Stone et Heidi

Klum sont quelques-unes des stars vues portant les imprimés de Hale Bob. «Chez Hale Bob, nous créons des vêtements qui distinguent les femmes de la foule. Nos imprimés exclusifs sont conçus dans notre studio à Los Angeles. Hale Bob capture l’essence de la féminité et nos vêtements rendent la femme belle, confortable et confiante», dit Daniel Bohbot le créateur.

T

he Kooples revisite ses it bags pour la saison printemps-été 2019 en créant des modèles en édition limitée. Une nouvelle égérie fait egalement son entrée dans la famille: le super-model russe Irina Shayk. Stella Maxwell apporte son œil créatif pour décliner son sac du soir audacieux en deux types de sacs banane: en cuir lisse ou velours, c’est l’accessoire sexy streetwear de la saison.

L

a maison de maroquinerie Labruyère a été créée en 2016, par Stéphane et Raphaël Labruyère, qui souhaitaient réunir les deux secteurs qui leur sont chers: la mode et l’architecture. Ils viennent de révéler une première collection de sacs à main sobres et résolument modernes, fabriqués dans des matériaux nobles sélectionnés avec le plus grand soin.

FÉVRIER / MARS 2019

13 4


L

’Afrique inspire la mode! Naji, un jeune graphiste parisien, né à Dakar, vient de lancerBab-Tou, sa marque de teeshirts et d’accessoires inspirés des wax et icônes africains. Il dit qu’il est un cocktail de cultures et de passions. «Toutes les cultures s’adaptent les unes aux autres, elles en ont besoin, c’est leur force», ajoute-t-il.

Afrique mon amour

Jean-François Deroubaix/Opale prod/Naji

www.bab-tou.fr et sur Skydeals

FÉVRIER / MARS 2019

13 5


Envies & Plaisirs

R

ose poudré, jaune citron, rouge grenadine, noir intense, la nouvelle collection du créateur Kendrick nous en fait voir de toutes les couleurs. Elégante et démesurément féminine, elle est constituée de quatre teintes déclinées en escarpins et bottines à talons aiguilles. Conçus à Paris et fabriqués en Italie, ces intemporels allient sens de l’épure et légèreté par des finitions soignées, des matériaux de grande qualité et une jolie cambrure.

D

ans la catégorie des objets extravagants, cette machine à café en forme de moteur de F1 V12 occupe une place privilégiée. L’Espresso Veloce Royale 01 est proposé par la marque Super Veloce. Elle est composée d’aluminium, d’acier et de fibre de carbone agrémentés d’argent, d’or et de diamants.28kg de luxe absolu, produite en édition limitée. Pour ceux qui aiment le café très corsé.

L C

’est en dessinant sa propre robe que Donatelle Godart a l’idée de créer sa ligne de robes de mariée. Tara Jarmon célèbre depuis toujours une élégance parisienne et une certaine joie de vivre à la française. Tara Jarmon et Donatelle Godart s’associent pour votre grand jour avec une collection capsule tout en légèreté, dessinée et fabriquée en France. Des robes de mariée qui insufflent délicatesse et fraîcheur grâce à leurs lignes fluides et féminines. Pour une mariée joyeuse et pétillante. FÉVRIER / MARS 2019

13 6

’huile d’olive Castello Monte Vibiano by Night est une huile exceptionnelle produite à partir d’olives récoltées la nuit! La production est forcément limitée : 1000 bouteilles par an. Les basses températures nocturnes permettent une conservation optimale des olives. Le résultat est une exaltation d’arômes et de saveurs qui ne peut être revendiquée que par la meilleure huile d’olive du monde.


L’AGENDA

Des imprimés à twister

Z

apa vous invite au voyage et à la douceur printanière. Avec une collection ultra-féminine entre influences safari, chic citadin et minimal nineties. Des imprimés à twister avec du denim, pois noir et blanc, rayures minimalistes, imprimés animaliers… Des classiques revisités dans des tons naturels et poudrés pour aborder l’été tout en douceur.

FÉVRIER / MARS 2019

13 7


Le conseil beauté de Martine

de Richeville

artine de Richevillea enfin trouvé son tandem! Célèbre pour sa technique de remodelage manuel unique qui allège la silhouette et libère le corps des toxines, elle s’associe aujourd’hui avec Laurence Albertini, conseillère en nutrition et naturopathe. «Nous sommes complémentaires, explique Martine. Il y a une réelle synergie entre nos méthodes. Après un questionnaire très complet, Laurence établit un programme privilégié qui correspond à votre métabolisme, à votre âge, respecte vos habitudes, votre mode de vie, votre culture et vos goûts, ceci sans frustration et tout en conservant une vie sociale normale. Elle peut prescrire les compléments alimentaires adaptés. Nous sommes dans la même énergie. Elle est douce et cadrante, une vraie main de fer dans un gant de velours!» Ce programme s’adresse aux femmes qui ont un problème de surpoids, des soucis de digestion ou de sommeil, et à toutes celles qui souhaitent trouver le chemin de l’équilibre. Ce n’est pas un régime, mais une méthode globale pour une meilleure hygiène de vie. «Car la nourriture est le premier des médicaments», conclut Martine. www.martinedercheville.com / 01 44 94 09 38.

L’art de la

passementerie

S

’il existe encore en France quelques ateliers de passementerie artisanale (moins d’une dizaine), Declercq Passementiersen est la fière et superbe incarnation, grâce à l’excellence de son savoir-faire et à son goût du détail. «Il y a beaucoup d’intelligence dans l’être humain. La main suit l’intelligence», raconte Jérôme Declercq, à la tête de l’entreprise avec sa sœur Elisa Declercq. La main-d’œuvre haut de gamme est formée sur le tas. Certains sortent d’écoles de broderie, d’autres sont d’anciens tapissiers, tous se révèlent dans cette maison familiale où galons, franges, rubans en fil parfois gainé d’or et d’argent sont tissés avec le plus grand soin. «L’œil Declercq, cela se transmet. Mon père me l’a transmis. Et lui en a hérité de sa grand-mère», confie Jérôme. Sur un des murs au fond de la boutique s’exposent en médaillon les portraits des membres fondateurs de cette saga familiale. «Tous les matins, je leur dis bonjour! Je pense qu’ils m’aident quand je suis dans la difficulté.» On fabrique ici des ornements sur mesure pour des

décorateurs, des tapissiers, des antiquaires, des musées et des particuliers destinés à la décoration de la maison, mais aussi des vêtements, comme pour une de ses dernièrescollaborations, avec le créateur de haute couture Franck Sorbier. «Je l’ai rencontré. J’aime beaucoup ce personnage. Je lui ai donné de la passementerie, des tissus. Nous faisons des échanges. Lui me prête des vêtements pour les exposer. Plus il y a de challenge, plus cela nous plaît», s’amuse Jérôme. Si sa sœur Elisa s’occupe de l’atelier des vingt-deux artisans aux doigts d’or, lui gère la création, le commercial et la gestion financière. Dernière innovation? La passementerie connectée avec de la fibre optique! ELOÏSE MAILLOT NESPO

FÉVRIER / MARS 2019

13 8

Thomas Dudan

M


L’AGENDA

Pédalo grand luxe

U

n pédalo au look de petit yacht, cela va en faire rêver plus d’un! Beau Lake propose le Runabout, un pédalo de luxe grand standing, élégant et racé, à l’allure très chic de ces bateaux en bois qui naviguent sur les lacs et les côtes italiennes. Un joystick est présent à l’intérieur pour permettre aux heureux utilisateurs de se diriger plus facilement. Le timon en bois est entièrement sculpté à la main. Vivement la mer ou les lacs!

L

a Harley-Davidson électrique arrive. Et elle donne des frissons. Son style agressif est superbe, sa puissance étonnante. Sa batterie haute tension produit une accélération incroyable: de 0 à 100 en moins de 4secondes. Le constructeur annonce 85km d’autonomie et une vitesse maxi de 148km/h. La LiveWire, c’est son nom, devrait être disponible en août.

FÉVRIER / MARS 2019

13 9

Harley électrique


B OUTIQUES &A DRESSES

forte_ forte 11 rue de Grenelle

P

Danilo Scarpati

our sa première boutique à Paris, forte_ forte a choisi la rive gauche. Un lieu délicat et accueillant, féminin et puissant. Le projet a été conçu par Robert Vattilana et Giada Forte. Un escalier sculptural vous accueille, puis une marche monolithe en onyx rose, puis on trouve du granit, enrichi par des éclats luminescents de quartz et des insertions de laiton. Des fauteuils et des vases, des rideaux de lin blanc sur toute la hauteur finissent d’apporter une atmosphère particulière. Les cabines d’essayage, dotées de portes battantes en laiton dépoli, sont accueillantes et feutrées. L’impression que l’on éprouve en entrant est celle de pénétrer dans un rêve de douceur. FORTE FORTE. 11 rue de Grenelle, Paris VIIe.

FÉVRIER / MARS 2019

14 0


L’AGENDA

Serge Lutens 324 rue Saint-Honoré lus de vingt-cinq ans après l’ouverture de sa première boutique au Palais-Royal, Serge Lutens nous convie à découvrir son univers sophistiqué et raffiné, rue Saint-Honoré. Loin de la confidentialité des arcades du Palais-Royal, la marque veut proposer ses produits exclusifs à une clientèle internationale. «Cette nouvelle adresse constitue la base de notre conquête des lieux les plus symboliques dans le monde», affirme Hassan Saad, directeur général de la marque. SERGE LUTENS. 324 rue Saint-Honoré, Paris VIIIe.

P

Courtois 17 rue de Sévigné ourtois Paris, le chapelier made in France, vient d’inaugurer un nouveau lieu rive droite, dans le quartier Saint-Paul, qui va ravir les amoureux de beaux chapeaux. Ce nouvel espace de 50m2, imaginé par l’architecte et décorateur d’intérieur FrançoisJoseph Graf, propose une sélection de chapeaux en paille, panamas, feutres, casquettes, bérets, toques, gants et bibis… La boutique disposera bientôt d’un atelier de confection sur place: four, machine à coudre, formes en bois et garnitures offriront la possibilité de réaliser des commandes sur mesure. COURTOIS. 17 rue de Sévigné, Paris IV e.

C

FÉVRIER / MARS 2019

14 1


Boutiques & Adresses

E

Boucheron 26 placeVendôme

n 1893, Frédéric Boucheron fut le premier grand joaillier contemporain à ouvrir une boutique sur la place Vendôme. L’hôtel de Nocé, bâti en 1717, est devenu au fil du temps bien plus qu’une simple boutique, le lieu magique où la maison a regroupé tous ses métiers. Ce monument historique vient de faire l’objet d’une profonde rénovation pour redonner à ce mythe endormi ses lettres de noblesse. La décoration intérieure a été confiée à Pierre-Yves Rochon. Il s’est attaché à donner à cet écrin le caractère d’une maison de famille. Dans chaque pièce se

mêlent le contemporain, des œuvres d’art et des pièces chinées. Plus que jamais, le 26 place Vendôme représente la quintessence de l’esprit Boucheron. Plus qu’un lieu de vente, il a vocation à être une nouvelle expérience. Les clients y seront reçus en ami. C’est dans un véritable appartement situé au deuxième étage qu’ils pourront se reposer, prendre un verre ou passer la nuit. BOUCHERON. 26 place Vendôme, Paris Ier.

FÉVRIER / MARS 2019

14 2


L’AGENDA

Bettina Vermillon

5 rue du Chevalierde-Saint-George a maison de souliers de luxe Bettina Vermillon a inauguré l’Etage Bettina, un lieu de vie et de découverte. Loin du concept habituel de boutique, l’Etage Bettina est un espace de 330m2, ouvert et modulable. Couleurs chatoyantes et pièces de mobilier en aluminium fabriquées sur mesure évoquent le design rigoureux des talons Bettina Vermillon, l’ADN de la marque. On y entre comme chez une amie, pour partager un moment d’exclusivité: accueillir des clientes, bien sûr, mais aussi des artistes à travers des expositions temporaires. BETTINA VERMILLON. 5 rue du Chevalierde-Saint-George, Paris VIIe.

L

Nous

48 rue Cambon près avoir imaginé l’univers du premier magasin Nous, l’Atelier Ha signe la nouvelle boutique. Le béton se fait plus discret que dans la première boutique, il laisse place à une trame or brossé qui donne une atmosphère chaleureuse. L’espace dédié à la cosmétique prend ici une place importante. NOUS.48rue Cambon, Paris Ier.

A

FÉVRIER / MARS 2019

14 3


Boutiques & Adresses

Le Sommaire des Marques Miu-Miu 1 rue du Faubourg Saint-Honoré, Paris VIIIe 0158625320 www.miumiu.com Modern Meadow www.modernmeadow.com Moulin Rouge 82 boulevard de Clichy, Paris XVIIIe www.moulinrouge.fr Mulberry 275 rue Saint-Honoré, Paris VIIIe 0142600064 www.mulberry.com

3.1 Phillip Lim 01 885 212 3175 www.31philliplim.com Acne Studios 124 Galerie de Valois, Paris Ier 0142601662 3 rue Froissart Paris IIIe, 1 quai Voltaire Paris VIIe www.acne studios.com

Angela Roi www.angelaroi.com Attico www.theattico.com 0143216833 www.matchesfashion.com A.w.a.k.e www.a-w-a-k-e.com

Nous 48 rue Cambon, Paris Ier 0140284075 www.nous.paris Ba&sh 215 rue Saint-Honoré, Paris Ier; 27 rue de Passy, Paris XVIe; 2 Place Michel Debré, Paris VIe 01 45 08 14 15 www.ba-sh.com

Paul&Joe 62 rue des Saints-Pères, Paris VIIe ;123 rue de la Pompe, Paris XVIe

Bab-Tou www.bab-tou.fr et sur l’application Skydeals Balmain 44 rue François Ier, Paris VIIIe www.balmain.com Beau Lake www.beaulake.com Bettina Vermillon 5 rue du chevalier de Saint-George, Paris VIIIe 0184794740 Boucheron 26 place Vendôme, Paris Ier 01 42 44 42 40 www.fr.boucheron.com

www.paulandjoe.fr Paul Smith 221 rue du Saint-Honoré Paris Ier; 32 rue de Grenelle, Paris XVIe www.paulsmith.com Pierre Hardy Jardins du Palais Royal, 156 Galerie de Valois Paris Ier; 01 42 60 59 75 www.pierrehardy.com Poétique Paris www.poetique-paris.com

Caddous&Alvarez www.caddousetalvarez.com Castello Monte Vibiano www.montevibiano.it/en Celine 53 Avenue Montaigne,Paris VIIIe 0140700703 www.celine.com Chanel 31 rue Cambon, Paris Ier 0100255005 www.chanel.com Chloé 253 Rue Saint-Honoré, Paris Ier; 50 Avenue Montaigne Paris VIIIe

Poiret www.poiret.com Prada 18 avenue Matignon, Paris VIIIe; 7 Rue de Grenelle Paris VIe www.prada.com

www.chloe.com

Roberto Cavalli 58 Avenue Montaigne, Paris VIIIe 0185146152

Christian Dior 30 Avenue Montaigne, Paris VIIIe 0144506600 www.dior.com Christian Siriano www.christiansiriano.com Christian Wijnants www.christianwijnants.com Courrèges 40 rue François 1er, Paris VIIIer 0140701460 Courtois 17 rue de Sévigné, Paris VIe 0982251874 www.courtoisparis.fr

www.robertocavalli.com

Denise Roobol www.deniseroobol.com Diane Von Furstenberg www.dvf.com Djula 269 rue Saint-Honoré, Paris Ier 0144860856 Galeries Lafayette 40 Boulevard Haussmann, Paris VIIIIe; 55 rue de Passy, Paris XVIe; 83 rue des Saints-Pères, Paris VIe www.djula.fr Djula Haute Joaillerie 25 rue du Faubourg Saint-Honoré, Paris VIIIe 0142666003 www.djula.fr Dolce&Gabbana www.dolcegabbana.com Dsquared2 249 rue Saint-Honoré, Paris Ier 0142865466 www.dsquared2.com Ellery www.eu.ellery.com Elie Saab 31 avenue George V,Paris VIIIe 0142566900 www.eliesaab.com

Saint Laurent 32 rue du Faubourg Saint-Honoré Paris Ier 0153058080 6 place Saint Sulpice Paris VIe www.ysl.com Serge Lutens 324 rue Saint-Honoré Paris Ier 0181694734 Stark and Sons 16 rue de la Paix Paris IIe www.starkandsons.com Sydney Brown www.sydney-brown.com Sirecci Champ-Elysées 27 rue Marbeuf ParisVIIIe 0140700718 www.sirecci-champselysees.com Stella McCartney 114-121 Galerie de Valois, Paris Ier 0147030380 231 Rue Saint-Honoré Paris Ier 0170753370 www.stellamccartney.com Super Veloce www.superveloce.co Tara Jarmon 73 avenue des Champs Élysées Paris VIIIe www.tarajarmon.com The Kooples www.thekooples.com Tod’s 17-21 rue du Faubourg Saint-Honoré, Paris VIIIe 0153431616 www.tods.com

Thom Browne www.thombrowne.com e

Fendi 51 Avenue Montaigne, Paris VIII 0149528452 www.fendi.com Francesco Russo 8 rue de Valois, Paris Ier www.francescorusso.fr Françoise www.françoise-paris.com Forte_forte 11 rue de Grenelle Paris VIIe 0143216833 www.forte-forte.com

Vera Wang www.verawang.com Versace 45 Avenue Montaigne, Paris VIIIe 0147428802 Y/Project www.yproject.com Zapa 98 rue Vieille du Temple,Paris IIIe;120 rue de la Pompe,Paris XVIe ;

Gauchère 188 Rue de Rivoli Paris Ier 0140264182 www.gauchere-paris.com Givenchy 38 Avenue Montaigne Paris VIIIe 0144439990 www.givenchy.com Gucci 0144941470 www.gucci.com

64 boulevard Haussmann Paris IXe www.zapa.fr

Hale Bob www.halebob.com Harley-Davidson www.harley-davidson.com Hervé Domar 48 rue Dauphine Paris VIe0146338899 www.hervedomar.com Jacquemus www.jacquemus.com Jean Louis Mahé www.jeanlouismahe.com Kendrick www.kendrick.it Kenzo 49-51 avenue George V Paris VIIIe 0147233349 www.kenzo.com Labruyère www.labruyere.paris Létrange Paris 332 rue Saint-Honoré, Paris Ier www.letrange.paris Louis Vuitton 2 place Vendôme Paris Ier www.louisvuitton.com Maison Delbôve Le Bon Marché, 24 rue de Sèvres Paris VIIe www.delbove.com Majestic Filatures 209 rue Saint-HonoréParis Ier; 59 rue Bonaparte Paris VIe ; 124 rue de la Pompe Paris XVIe 0143266484

Manifeste011 www.manifeste011.com Marco de Vincenzo www.marcodevincenzo.com Marni 231 rue Saint-Honoré, Paris VIIIe 01709176 6 www.marni.com Marine Serre www.marineserre.com Mary Katrantzou www.marykatrantzou.com Mercedes www.mercedes-benz.fr Micha Paris 25 rue Marbeuf, Paris VIe 0149520909 www.michabymicha.com Michèle Wilson 97 avenue Emile Zola Paris XV e 0145753528 www.puzzles-et-jeux.com Minuit sur Terre www.minuitsurterre.com

FÉVRIER / MARS 2019

14 4


PARIS XIVe - DENFERT-ROCHEREAU - 4 000 000 €

D

uplex de 290 m² donnant sur un jardin privatif de 150 m². Il comprend un salon/salle à manger de 63 m², une cuisine et cinq chambres. Au sous-sol, une salle de 40 m² pouvant être utilisée en salle de sport ou de cinéma. Un jacuzzi, un sauna et un hammam. Profession libérale possible. Réf : 2362463 Daniel Féau Luxembourg- 2 rue Vavin - 75006 Paris - 01 84 79 66 94 - luxembourg@danielfeau.com

PARIS Ie -SAINT-HONORÉ - 3 450 000 €

à

proximité de la Place Vendôme, au sein d’un immeuble Directoire, appartement de 182 m² rénové par un architecte de renom avec des matériaux de qualité. Il comprend une entrée, un salon, une cuisine dînatoire et trois suites complètes. Un appartement de 31 m² complète ce bien. Réf : 2564655 Daniel Féau Victor Hugo - 86 avenue Victor Hugo - 75116 Paris - 01 84 79 78 26 - victorhugo@danielfeau.com


Lieux Exclusifs

Où Trouver votre Magazine-Cadeau Paris Ier

Féau. 140 rue du Faubourg Saint-Honoré. Galerie Hélène Bailly. 71 rue du Faubourg-Saint-Honoré. Grand Hôtels Powers. 52rue François 1er. Jean-Claude Biguine. 10 rue Marbeuf. Karin Models. 9 avenue Hoche. L’Avenue. 41avenue Montaigne. 0140701491. L’Hôtel du Collectionneur. 51-57rue de Courcelles. Le Madrigal. 32avenue des Champs-Elysées. 0143599025. Le Marigny. 10 bisavenue des Champs-Elysées. 0186640640. Le Village. 25rue Royale. 0140170219. Martine de Richeville. 13boulevard Malesherbes. Opéra Gallery. 62rue du Faubourg-Saint-Honoré. Stratmedia. 38 rue de Bassano. Strellson. 94 rue du Faubourg-Saint-Honoré.

Hôtel Costes. 239 rue Saint-Honoré. 0142445000. Corto Moltedo. Jardin du Palais Royal-Galerie de Valois. Da Rosa Epicerie-Cantine. 19 bis rue du Mont-Thabor. De Grisogono. 358 bis rue Saint-Honoré. Guerlain. 356 rue Saint-Honoré. Institut Darphin. 350 rue Saint-Honoré. Jeu de Paume site Concorde. 1 placedelaConcorde. Kiehl’s. 217 rue Saint-Honoré. La Barbière de Paris. 7 rue Bertin-Poirée. 0140260101. La Pâtisserie des Tuileries de Sébastien Gaudard. 1 rue des Pyramides. Le Sanseveria. 248 rue de Rivoli. L’inavoué. 4 impasse Gomboust. Loup. 44 rue du Louvre. Lumen. 15 rue des Pyramides. Marc Deloche. 220, 222 rue de Rivoli. Messika Joaillerie. 259 rue Saint-Honoré. Nolinski. 16 avenue de l’Opéra. Pizzeria Iovine’s. 7 bis rue du Colonel-Driant. Stella Luna. 318 rue Saint-Honoré. White Bird. 38 rue du Mont-Thabor.

Paris IXe

Agence NellyRodi. 9 rue Cadet. Blanche. 21 rue Blanche. Braisenville. 36 rue Condorcet. Epicerie Causses. 55 rue Notre-Dame-de-Lorette. Féau. 52 rue des Martyrs. Grand Pigalle Hôtel. 29 rue Victor Massé. La Barbière de Paris. 14 rue Condorcet. Lacten. 58 rue du faubourg Montmartre. La suite Galeries Lafayette. 40 boulevard Haussmann. Le Mansart. 1 rue du Mansart. Le Sans Souci. 65 rue Jean-Baptiste-Pigalle. Le Sept Cinq. 54 rue Notre-Dame-de-Lorette.

Paris IIe

Angela Caputi. 15 galerie Véro-Dodat. Café Stern. 47 passage des Panoramas. Gripoix. 14 place des Victoires. Kiehl’s. 56 rue Tiquetonne. Le Klay. 4bis rue Saint-Sauveur. Le Moulin de la Vierge. 10 place des Petits-Pères. Maison Sarah Lavoine. 6 place des Victoires.

Paris Xe

B A B E L. 55 quai de Valmy. Gravity Bar. 44 rue des Vinaigriers. Hôtel Providence. 90 rue René-Boulanger. Mode ESTAH. 32 rue de Paradis.

Paris IIIe

Caves Saint-Gilles. 4 rue Saint-Gilles. 0148872262. Féau. 32 rue de Turenne. Fondation Henri Cartier-Bresson. 79 rue des Archives. Galerie Baudoin Lebon. 8 rue Charles-François-Dupuis. Galerie Daniel Templon. 30 rue Beaubourg. Galerie Emmanuel Perrotin. 76 rue de Turenne. Galerie Jousse Entreprise. 6 rue Saint-Claude. Galerie Paris-Beijing. 54 rue du Vertbois. Galerie Particulière. 16 rue du Perche. Galerie Thaddaeus Ropac. 7 rue Debelleyme. Galerie Xippas. 108 rue Vieille-du-Temple. Galerie W. 5 rue du Grenier-Saint-Lazare. Guerlain. 10 rue des Francs-Bourgeois. School Gallery. 322 rue Saint-Martin.

Paris XIe

Aux Jardins du Marais. 74 rue Amelot. Fauve Paris. 49 rue Saint-Sabin. Galerie Magda Danysz. 78 rue Amelot. L’Atelier des Artistes. 4 rue Rampon. Le Badaboum. 2 bis rue des Taillandiers. Le Perchoir. 14 rue Crespin-du-Gast. Picto Bastille. 53 bis rue de la Roquette. Paris XIIe

Arlette. 20 rue Saint-Nicolas. Le China. 50 rue de Charenton. 0143460809. Le Square Trousseau. 1 rue Antoine-Vollon. 0143430600.

Paris IVe Chez Julien. 1 rue du pont Louis-Philippe. Hôtel Bourg Tibourg. 19 rue du Bourg-Tibourg. Hôtel Emile. 2 rue Malher. MEP. 5-7 rue de Fourcy. Satellite. 23 rue des Francs-Bourgeois.

Paris XIVe

Fondation Cartier. 261 boulevard Raspail. Studio Pin-Up. 23/27 avenue Jean Moulin. Paris XVe

Au Roi du Café. 59 rue Lecourbe. Eclectic. 2 rue Linois. Le Moulin de la Vierge. 166 avenue de Suffren.

Paris Ve Benude. 3 rue Clotaire. Maison Marie. 222 rue Saint-Jacques.

Paris XVIe BON. 25 rue de la Pompe.

Paris VIe Carlotti. 40 rue Saint-Sulpice. Desi Road. 14 rue Dauphine. Féau Saint-Germain. 21 rue Bonaparte. Galerie Arty Dandy. 1 rue de Furstemberg. Galerie Catherine et André Hug. 40 rue de Seine et 2rue de l’Echaudé. Galerie Down Town. 33 rue de Seine. Galerie Jousse Entreprise. 18 rue de Seine. Galerie Kamel Mennour. 47 rue Saint-André-des-Arts. Hôtel Montana. 26 rue Saint-Benoît. Lapérouse. 51 quai des Grands-Augustins. La Société. 4 place Saint-Germain-des-Prés. 0153636060. Le Petit Lutetia. 107 rue de Sèvres. 014548 33 53. Liu Jo. 182 boulevard Saint-Germain. 25rue du Four. Relais Christine. 3 rue Christine. Yoga Kshanti. 13 rue du Vieux Colombier

Centre Porsche Paris 16. 17 rue Gros. Diet Kate Café. 111 rue de Longchamps. Ken Club. 100 avenue du Président Kennedy. Le Brach. 1 rue Jean Richepin. Le Saint-James. 5 place du Chancellier Adenauer. Liu jo. 53 galerie Passy-Plaza. Mokus l’écureuil. 116 avenue Kléber. Roméo. 6 place Victor-Hugo. Spa Nuxe. 1 rue Boulainvilliers. Paris XVIIe

Artnuptia. 70 avenue de la Grande-Armée. La Compagnie. 123 avenue de Wagram. Lexus. 4 avenue de la Grande-Armée. Liu Jo. 10 rue de Passy. Paris XVIIIe

Paris VIIe

Atelier Cologne. 38 rue du Bac. L’Esplanade. 52 rue Fabert. 0147053880. Le Bon Marché Rive Gauche. 24 rue de Sèvres. Le Moulin de la Vierge. 64 rue Saint-Dominique. Le Tourville. 43 avenue de La Motte-Picquet. Lily Wang. 40 avenue Duquesne. 0153860909. Paris VIIIe By Marie. 8 avenue George-V. Crazy Horse. 12 avenue George-V.

Vous pouvez aussi lire votre magazinecadeau sur www.issuu.com

Hôtel Particulier Montmartre. Pavillon D, 23 avenue Junot. La Machine du Moulin Rouge. 90 boulevard de Clichy. Tout près de Paris

Centre Porsche (Paris La Défense). 14/16 villa des Fleurs, Courbevoie. L’Arcouest. 100 rue de Sèvres, Boulogne-Billancourt. Ma Cocotte. 106 rue des Rosiers, Saint-Ouen. Moët&Hennesy Diageo. 105 blv de la Mission-Marchande, Courbevoie. Paris Première. 89 avenue Charles-de-Gaulle, Neuilly.

FÉVRIER / MARS 2019

14 6


ph. alessandrobencini.com

xx_Pub.qxp_Palace 02/02/2019 12:17 Page3

www.angelacaputi.com


Profile for PalaceScope

PalaceCostes 76  

PalaceCostes 76  

Advertisement