Page 1

arlementaires de

rance

MAGAZINE

© CNES/ill./SATTLER Oliver, 2017

L’information des élus et des acteurs économiques

© unsplash

© Institut Carnot

© CHU de Toulouse

MARS / MARCH 2019


Situé en plein cœur de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière est un centre de recherche dédié à la compréhension du cerveau et des maladies neurologiques. Fort de ses 700 experts (chercheurs, médecins, ingénieurs et entrepreneurs), l’ICM est placé au 2ème rang des 35 instituts internationaux en neurologie.

Son objectif : chercher, trouver et guérir. 2017-2025 : une feuille de route pour relever les défis du système nerveux : • Accélérer la recherche clinique ; • Être à la pointe en matière de neuroinformatique ; • Accélérer la valorisation économique de l’innovation médicale et scientifique.

www.icm-institute.org


arlementaires de

rance

MAGAZINE

SOMMAIRE - SUMMARY

Rédaction PUBLICOMM B 16, avenue Gabriel Péri 92120 Montrouge Tél. : +33 (0)1 57 19 53 64

Recherche et Innovation en France : Relever le défi de la compétitivité par l’innovation Research and Innovation in France: Meeting the challenge of competitiveness through innovation

Coordination éditoriale et journaliste Carine CHEVAL

Relations institutionnelles Communication Joëlle ALLALI

La recherche de base au service de l’innovation de rupture

Maintenir le continuum entre recherche fondamentale, recherche appliquée et innovation

Un entretien avec Mme Frédérique VIDAL, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation................................................................ 4

Un entretien avec M. Gilles ROUSSEL, Président de la Conférence des Présidents d’Université (CPU)............................ 10

Fundamental research fuelling breakthrough innovation Interview with Ms Frédérique VIDAL, Minister of Higher Education, Research and Innovation ............. 5

Publicité Au journal

Relever les défis de l’intelligence artificielle, la gestion des données, l’énergie et la santé Un entretien avec M. Gérard LONGUET, Sénateur de la Meuse (Grand Est), Président de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST). ................................................ 6

Impression COLOR 36 Z.A., route de Châteauroux F-36320 Villedieu-sur-Indre

Meeting the challenges of artificial intelligence, data management, energy and healthcare Interview with Mr Gérard LONGUET, Senator of Meuse (Grand Est),

Maintaining the continuum between fundamental research, applied research and innovation Interview with Mr Gilles ROUSSEL, President of the Conference of university presidents (CPU).............................................................................. 11

Maintenir l’excellence scientifique française en lien avec les attentes économiques et sociales Un entretien avec M. Alain DUPREY, Directeur général de l’AiCarnot..................................................................... 12

Maintaining French scientific excellence in line with economic and social expectations Interview with Mr Alain DUPREY, Managing Director of AiCarnot........................................................................ 13

Les thématiques prioritaires de la recherche en France

President of The Parliamentary Office For Scientific and Technological Assessment (OPECST) ............... 7

Garantir la qualité de l’évaluation en France

Mars / March 2019 ISSN 1771-0693 Dépôt légal à parution

Un entretien avec M. Michel COSNARD, Président du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres)................................................... 8

Ensuring assessment quality in France Interview with Mr Michel COSNARD, President of the High Council for the Assessment of Research and

© Pfizer France

Higher Education (Hcéres) ...................................................................................... 9

The priority themes of research in France

Toute reproduction, même partielle, des articles publiés dans ce numéro, nécessite explicitement le consentement écrit de l’éditeur.

Soutien à la recherche, la formation et la valorisation............................................................................................. 16

© unsplash

This publication is protected by copyright. Any reproduction, in full or in part, of articles published in this issue requires the explicit written consent of the publisher.

Centre national de compétences en nanosciences - C’Nano

Intelligence artificielle / Artificial intelligence

Support for research, training and valorization........ 17

March 2019

RECHERCHE REVUE 2019.indd 1

National Center for Nanoscience Competence - C’Nano

1 26/02/19 11:03


arlementaires de

rance

MAGAZINE

L ITIS - Laboratoire d’Informatique, de Traitement de l’Information et des Systèmes.......................................... 19

Institut Roche - Un accélérateur de l’innovation scientifique et biomédicale au service du patient...................................44

Intelligence artificielle L’innovation disruptive.......................................................................... 20-21

Institut Roche - An accelerator of scientific and biomedical innovation at the service of the patient. ..................................................................................................... 45

Un entretien avec M. Jean-Marc AUBERT, Directeur de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) au sein du ministère des Solidarités et de la Santé........................ 26

Santé / Health

L e MiPih - Leader de la dématérialisation en santé hospitalière.......................................................... 33

Improving the healthcare system through data

The MiPih - Leader in hospital healthcare digitalisation...................................................................................................... 33

Interview with Mr Jean-Marc AUBERT, Director of the Directorate of Research, Studies, Evaluation and Statistics (DREES), part of the Ministry for Solidarity and Healthcare ........................... 27

Recherche et innovation en santé Inventer la médecine de demain......................................... 34-35 Health research and innovation Inventing tomorrow’s medicine............................................... 36-37

© Pfizer France

Améliorer le système de santé grâce à l’exploitation des données

© unsplash

Artificial Intelligence Disruptive Innovation. ............................................................................. 22-23

Pfizer France - Inventer, accélérer, adopter Un entretien avec Dr Luca MOLLO, Country Medical Director, Chief Medical Officer de Pfizer France. .................... 46

Pfizer France - Invent, accelerate and adopt Centre européen d’études du Diabète - CeeD Vers de nouvelles solutions pour vaincre le diabète !.......................................................................................................... 38

Interview with Luca MOLLO, MD Country Medical Director, Chief Medical Officer of Pfizer France ............................................. 47

European Diabetes Study Center - CeeD Moving towards new solutions to Reverse diabetes! .............................................................................. 39

 acopharma - Votre partenaire en transfusion M sanguine et biothérapie..................................................................... 49

© CHU de Nantes

 acopharma - Your partner in blood transfusion M and biotherapy. .............................................................................................49

Coordonner sciences sociales et sciences de l’ingénieur en amont de la recherche

 HU de Nantes - Les données de santé C au service de l’innovation biomédicale. ................. 28

Un entretien avec M. Jean-Pierre GAUDIN, Professeur émérite de science politique à Sciences-Po Aix, Président du Conseil scientifique du Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme (GIS). ............................................... 50

 antes University Hospital - Health data put to N use for biomedical innovation................................................. 29

© Institut Pasteur de Lille

Coordinating social and engineering sciences upstream of research Interview with Mr Jean Pierre GAUDIN, Professor emeritus in political science at Sciences-Po Aix, President of the Conseil scientifique du Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme (Scientific Council of the National Network of Houses of Human Sciences - GIS). ............ 51

© CHU de Toulouse

L ’Institut Pasteur de Lille : objectif Longévité....................................................................................... 41  entre Hospitalier Universitaire de Toulouse C Recherche, soin et innovation pour une médecine Prédictive, Préventive, Participative et Personnalisée. .................................................. 30 U niversity Hospital of Toulouse Research, Care and Innovation for Predictive, Preventive, Participatory and Personalized Medicine. .......................................................................31

2 RECHERCHE REVUE 2019.indd 2

T he Institut Pasteur de Lille: targeting longevity. ................................................................................... 41

Inserm : du laboratoire de recherche au lit du patient. .................................................................... 42 Inserm: from the research laboratory to the patient’s bed. ............................................................ 43

Concilier performance environnementale, nouvelles attentes alimentaires et performance économique des exploitations Un entretien avec M. Philippe MAUGUIN, P-DG de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra)....................................... 54

Reconciling environmental performance, new nutritional expectations and economic performance in agriculture Interview with Mr Philippe MAUGUIN, CEO of the National Institute for Agricultural Research (INRA). ................................................ 55

Mars 2019

26/02/19 11:03


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Agroalimentaire et bio-ressources Des facteurs-clés de compétitivité..................................... 56-57

Les acteurs du financement et de l’accompagnement

© LIEC

Agri-foodstuffs and bio-resources Key competitiveness factors........................................................ 58-59

© Institut Carnot Plant2Pro

L IEC - Laboratoire interdisciplinaire des environnements continentaux ..................................... 73 L IEC - Interdisciplinary Laboratory of Continental Environments. ..................................................................................................... 73 © unsplash

The actors of financing and support

Institut Carnot Plant2Pro Au service de la compétitivité durable des productions végétales. ......................................................... 60

Un entretien avec M. Nicolas DUFOURCQ, © Jean-Louis Massé photographie

Institut Carnot Plant2Pro Working towards sustainable competitiveness in growing plants..........................................................................................61

70 M€ pour financer l’innovation de rupture Directeur général de Bpifrance................................................ 80

€70 million to fund breakthrough innovation Interview with Mr Nicolas DUFOURCQ, Managing Director of Bpifrance .............................................. 81

Favoriser l’interdisciplinarité pour répondre aux besoins des citoyens

© Institut Carnot Chimie Balard Cirimat

Un entretien avec Mme Hélène JACQUOT-GUIMBAL, Directrice générale de l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (IFSTTAR)..................................... 74

Interview with Ms Hélène JACQUOT-GUIMBAL, General Director of the French Institute of Science and Technology for Transport, Development and Networks (IFSTTAR)........................................................ 75

Institut Carnot Chimie Balard Cirimat Un entretien avec M. Yannick GUARI, Directeur du Carnot Chimie Balard Cirimat................................. 63

Institut Carnot Chimie Balard Cirimat

Promoting innovation Tailored funding and coaching. .............................................. 84-85

La recherche et l’innovation au service du développement durable.......................................................... 64-65

© unsplash

Décloisonner et rassembler les acteurs du développement économique Agroalimentaire / Food industry

Météo-France Une recherche de pointe pour la prévision du temps et l’anticipation du changement climatique Un entretien avec M. Marc PONTAUD, Directeur de la recherche à Météo France. ....................... 68-69

Météo-France Cutting-edge research on weather forecasting and predicting climate change Interview with Mr Marc PONTAUD, Research Director at Météo-France. .......................................... 70-71

March 2019

RECHERCHE REVUE 2019.indd 3

Environnement et énergie / Environment and energy Promotion de l’innovation Des financements et du coaching sur-mesure....... 82-83

Interview with Mr Yannick GUARI, Director of Carnot Chimie Balard Cirimat...................................... 63

Research and innovation working towards sustainable development................................................................. 66-67

© JJ Harrison

Promoting interdisciplinarity to meet the needs of citizens

La foi dans l’innovation, la construction européenne et la coopération internationale Un entretien avec M. Jean-Yves LE GALL, Président du Centre national d’études spatiales (CNES)......... 76

Faith in innovation, the European project and international cooperation Interview with Mr Jean-Yves LE GALL, President of the National Centre for Space Studies (CNES)......... 77

Un entretien avec M. Antoine ANGEARD, Délégué de la Fédération des agences d’attractivité, de développement et d’innovation - CNER ............................................ 86

Opening up and bringing together economic development stakeholders Interview with Mr Antoine ANGEARD, Delegate for the Federation of attractiveness, development and innovation agencies - CNER ............................. 87

Index des annonceurs................................................................................... 88 Advertisers’s index............................................................................................... 88

3 26/02/19 11:03


arlementaires de

rance

MAGAZINE

La recherche de base au service de l’innovation de rupture Un entretien avec Mme Frédérique VIDAL, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

© MESRI/XR Pictures

à leurs débuts, beaucoup se sont développées et plusieurs sont même devenues des « licornes  », actives par exemple dans les technologies pour la santé ou encore l’Internet des Objets. i-LAB a permis d’investir dans les innovations de rupture issues des laboratoires de recherche. Il a contribué à « casser les murs » et à faciliter la création d’entreprises par les chercheurs. Dans la droite ligne de ce concours, le projet de loi PACTE sur la compétitivité des entreprises porté par le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire prévoit un volet permettant de faciliter la création d’entreprises par les chercheurs. La connaissance génère toujours du progrès. Nos chercheurs sont de plus en plus nombreux à vouloir créer des entreprises ou y apporter leur savoir, notre rôle est de les aider et de les accompagner. Vous annoncez pour 2019 un renforcement des moyens pour les laboratoires, l’ANR et les très grandes infrastructures de recherche. Pourriez-vous nous en dire plus ? Le budget du Ministère augmente de 549 M€ en 2019 après avoir déjà crû de 707 M€ en 2018, soit 1,3 milliard supplémentaire en 2 ans. Cela traduit la priorité que le Gouvernement accorde à l’enseignement supérieur, à la recherche et à l’innovation. En 2019, 171 M€ supplémentaires seront alloués à la recherche (sans compter le PIA et les programmes prioritaires de recherche qui bénéficieront de plusieurs dizaines de millions d’euros). Sur ces 171 M€, 28 M€ seront affectés à la rémunération du personnel, 33 M€ à l’ANR (+ 65 M€ sur deux ans pour relever le taux de succès aux appels à projets), 23 M€ aux très grandes infrastructures de recherche et 25  M€ aux laboratoires pour soutenir leur fonctionnement et permettre aux chercheurs de travailler dans de bonnes conditions. Pourriez-vous nous parler des programmes prioritaires de recherche ? Ils consistent en des financements dédiés à la recherche en vue de produire de la connaissance pour des innovations ultérieures, selon les priorités sociétales que nous identifions. Il s’agit d’anticiper le prochain programme-cadre européen et de donner de l’avance à nos chercheurs. Ces programmes concernent à ce stade l’anti-biorésistance, la sortie des pesticides,

4 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 4

les maladies rares, l’intelligence artificielle, la lutte contre le changement climatique (avec une trentaine de chercheurs et des partenaires allemands). Comment l’État soutient-il le projet d’excellence Paris-Saclay ? Nous sommes partis de l’ambition des établissements du Plateau de Saclay et avons fixé le cap à l’automne 2017. Paris-Saclay sera structuré autour une grande université intensive en recherche qui bénéficie d’un statut expérimental englobant trois universités (Paris Sud, Versailles Saint-Quentin, Evry), une école normale supérieure et trois écoles d’ingénieurs (CentraleSupelec, Institut d’Optique Graduate School et Agro-Paris Tech). En complément l’Ecole Polytechnique fédère NewUni, un autre pôle d’ingénierie très actif de type MIT (École Polytechnique, ENSTA, ENSAE,…). Il est demandé aux grands organismes de recherche d’accompagner la montée en puissance de ces deux acteurs d’enseignement supérieur et de recherche. Près d’un milliard d’euros ont été alloués au site dans le cadre de l’Opération Campus et l’arrivée de nombreux laboratoires et centres de R&D d’entreprises permet de penser la future cité scientifique globale. i-LAB, le concours national d’aide à la création d’entreprises innovantes, fête ses 20 ans. Quel bilan en dressez-vous? C’est un grand succès : 2 000 entreprises innovantes ont été accompagnées par i-LAB

Quels sont selon vous les grands enjeux à venir pour la France en matière de recherche et d’innovation ? Il s’agit d’enjeux sociétaux qui concernent l’ensemble de nos concitoyens. Ces enjeux se traduisent par des défis scientifiques et technologiques mobilisant l’ensemble des disciplines : le changement climatique, le vieillissement de la population et la transition numérique qui représente un changement aussi important que les précédentes révolutions industrielles. Il faut y préparer les étudiants, les chercheurs, les innovateurs et les entreprises. C’est dans cette optique que j’ai inauguré le 19 octobre dernier la Cité du Numérique au Havre : elle permettra d’intégrer les nouveaux usages et de faciliter la création de start-up développant des solutions clé-en-main. De même, le plan Intelligence Artificielle s’avère pionnier car il place l’IA au service de l’humanité : les algorithmes seront développés en gardant à l’esprit ce que l’on veut en faire. Par ailleurs, nous avons d’ores et déjà décidé que le Fonds pour l’Innovation de rupture, récemment mis en place, soutiendrait deux thématiques fortes que sont l’amélioration du diagnostic médical avec l’IA et la sécurisation des algorithmes d’IA pour garantir leur fiabilité et permettre leur utilisation en toute confiance. Au mois de décembre 2018 nous avons lancé d’autres défis d’innovation de rupture. Là encore la recherche de base a toute sa place pour lancer et accompagner ces innovations de rupture. Mars 2019

25/02/19 16:05


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Fundamental research fuelling breakthrough innovation Interview with Ms Frédérique VIDAL,

© MESRI/XR Pictures

© MESRI/XR Pictures

Minister of Higher Education , Research and Innovation

Remise des prix du concours i-Lab / i-Lab Competition Awards Ceremony

Lancement de la Fête de la Science à la Cité des Sciences et de l’Industrie Launch of the Science Festival at the City of Science and Industry

For 2019, you are announcing an increase in resources for the laboratories, ANR and large research infrastructure. Could you please tell us more about this? The Ministry’s budget rose by €549 million in 2019, after having already increased by €707 million in 2018, an extra €1.3 billion in two years. This demonstrates the government’s commitment to higher education, research and innovation. In 2019, an additional €171 million will be allocated to research (not including the PIA and priority research programmes which will receive tens of millions of euros). Of this €171 million, €28 million will be allocated to salaries, €33 million to the ANR (plus €65 million over two years to increase the success rate for calls for projects), €23 million to large research infrastructure and €25 million to laboratories to support their running and allow researchers to work under good conditions.

de Saclay establishments and set the objective of autumn 2017. Paris-Saclay will be structured around a major research university which has an experimental status encompassing three universities (Paris Sud, Versailles Saint-Quentin and Evry), an Ecole normale supérieure and three engineering schools (CentraleSupelec, Institut d’Optique Graduate School and Agro-Paris Tech). In addition, the Ecole Polytechnique is coordinating NewUni, another very active MITstyle engineering cluster (École Polytechnique, ENSTA, ENSAE, etc.). Large research organisations are being asked to guide these two higher education and research institutions in their development. Close to a billion euros have been allocated to the site as part of Opération Campus and the arrival of a number of company laboratories and company R&D centres points towards a comprehensive future scientific city.

Could you tell us a little about your priority research programmes? They are funding dedicated to research with the aim of producing the knowledge to spur subsequent innovations, according to the societal priorities we identify. This means anticipating the new European framework programme and giving our researchers a head start. Currently, these programmes are in the fields of anti-bioresistance, moving away from pesticides, rare diseases, artificial intelligence and combating climate change (with around 30 researchers and German partners).

i-LAB, the national competition for assisting the creation of innovative companies is celebrating its 20th year. How would you rate it? It has been a real success: i-LAB has provided 2,000 innovative companies with guidance from their beginnings, with many of them having grown and some even becoming ‘unicorns’, active in fields such as health technology or the Internet of Things. i-Lab has allowed investment in breakthrough innovations coming out of research laboratories. It has helped ‘break down barriers’ and facilitated the creation of companies by researchers. Following straight on from this competition, the PACTE bill on company competitiveness from Minister

How is the government supporting the Paris-Saclay excellence project? We started from the ambition of the Plateau March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 5

for Economic Affairs and Finance Bruno Le Maire includes a section facilitating the creation of companies by researchers. Knowledge always leads to progress. We have increasing number of researchers wishing to create companies where they can provide their expertise. Our role is to help and guide them in this. In your opinion, what are the main issues on the horizon for France in the area of research and innovation? They are societal issues that affect all citizens. These issues take the form of scientific and technological challenges, calling on experts in all fields: climate change, population ageing and the transition to digital which represent as big a change as the previous industrial revolutions. Students, researchers, innovators and companies have to prepare for it. With this in mind, I inaugurated the latest Digital City in Le Havre on 19 October 2018: it will enable the integration of new practices and facilitate the creation of start-ups by developing turnkey solutions. Similarly, the Artificial Intelligence plan is proving to be pioneering as it puts AI to work for the benefit of humanity: algorithms will be developed while keeping what we want to do with them in mind. Moreover, we have already decided that the Breakthrough Innovation Fund, recently set up, will support two major areas, these being the improvement of medical diagnosis using AI and making AI algorithms more secure to ensure their reliability and to allow them to be used with complete confidence. In December 2018, we launched other breakthrough innovation challenges. Here too, fundamental research plays a role in launching and guiding these breakthrough innovations.

5 25/02/19 16:05


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Relever les défis de l’intelligence artificielle, la gestion des données, l’énergie et la santé Un entretien avec M. Gérard LONGUET, Sénateur de la Meuse (Grand Est), Président de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST)

6 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 6

du nouvel Office français de l’intégrité scientifique, et celle du président du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres) sur son rapport sur la position scientifique de la France dans le monde (2000-2015). Une matinée a été consacrée à la question « Femmes et sciences  », en lien avec les Délégations aux droits des femmes de l’Assemblée nationale et du Sénat. Sur quels sujets d’actualité scientifique l’OPECST prévoit-il de rendre prochainement des rapports ? L’Office a été saisi par la commission des affaires économiques d’une demande d’expertise sur la question de la valorisation énergétique

Pourriez-vous nous parler des activités internationales de l’OPESCT ? L’Office rencontre régulièrement des délégations internationales, comme dernièrement des membres de la commission de la recherche du Bundestag, ou, il y a quelques mois, des membres de la Douma et du Conseil de la Fédération de Russie. Nous avons également eu une très intéressante séance de travail avec le scientifique en chef du Québec. Par ailleurs, l’Office est associé au réseau des organismes parlementaires qui effectuent de l’évaluation scientifique et technologique. Deux réunions annuelles permettent d’échanger sur les travaux en cours dans ce domaine dans chacun des Parlements. L’Office compte enfin travailler sur la question de la diplomatie scientifique au cours des prochains mois. Quels sont selon vous les grands enjeux scientifiques et technologiques à venir pour la recherche française ? Ces grands enjeux sont nombreux. Si l’on s’en tient à quelques secteurs-clés, il faut mentionner a minima l’intelligence artificielle, la gestion des données, l’énergie, la santé.

© Sénat

Pourriez-vous aborder les études sur saisine, évaluations et auditions publiques d’actualité récemment réalisées par l’OPECST ? En 2018, l’Office a travaillé sur 3 saisines de commissions concernant les technologies des blockchains, l’expertise des risques sanitaires et environnementaux, et les scénarios technologiques à mettre en place pour atteindre l’objectif d’un arrêt de la commercialisation des véhicules thermiques en 2040 (les deux derniers rapports seront publiés prochainement). Comme le prévoit la loi, l’Office a également rendu un rapport sur l’évaluation de l’application de la loi de bioéthique de 2011. Parmi les nombreuses auditions publiques organisées en 2018, on peut citer les auditions sur les compteurs communicants, l’électro-hypersensibilité, les algorithmes publics et notamment celui du portail Admission Post-Bac devenu Parcoursup, les tendances de la recherche en matière d’énergie nucléaire, ou encore les perspectives technologiques ouvertes par la 5G. Plusieurs auditions ont concerné le domaine de la recherche, notamment celle du président

des terres agricoles. Ce sujet sera traité au cours des prochains mois. Par ailleurs, au début de 2019, plusieurs auditions publiques sont déjà programmées sur l’expérimentation animale, les zones à régime restrictif dans le cadre de la protection du potentiel scientifique et technique de la nation, les tendances de la recherche en matière d’énergies renouvelables, les publications scientifiques, etc.

© Sénat

L’OPECST a notamment pour mission d’évaluer la stratégie nationale de recherche. Quel regard portez-vous sur cette dernière depuis la parution d’un premier rapport en février 2017 ? Le rapport de l’Office de février 2017 a traité à la fois de la stratégie nationale de recherche et de la stratégie nationale de recherche en énergie, deux documents, élaborés en cohérence avec la stratégie de recherche de l’Union européenne. Dans ce rapport, l’Office a fait 15 recommandations, notamment sur la nécessité d’encourager les financements de long terme en cherchant à sélectionner les meilleurs chercheurs ; sur l’importance de respecter l’engagement européen d’un doublement de l’effort de recherche dans les énergies durables sur la période 2015-2020 ; sur l’enjeu de mieux associer à la fois le monde de la recherche et le monde de l’entreprise au pilotage de la stratégie nationale de recherche ; sur l’importance d’une meilleure évaluation de la recherche française notamment dans le domaine de l’énergie. Depuis, le Gouvernement a présenté plusieurs nouveaux documents stratégiques, comme, au printemps dernier, la stratégie nationale de recherche en intelligence artificielle ou, plus récemment, la programmation pluriannuelle de l’énergie. Ils définissent une trajectoire dans des secteurs clés pour l’avenir de notre pays. L’Office s’y intéresse de près, notamment à travers ses auditions.

Séance de travail de l’OPECST / Working session of OPECST

Mars 2019

25/02/19 16:05


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Meeting the challenges of artificial intelligence, data management, energy and healthcare Interview with Mr Gérard LONGUET,

© Sénat

Senator of Meuse (Grand Est), President of The Parliamentary Office For Scientific and Technological Assessment (OPECST)

Working session of OPECST / Séance de travail de l’OPECST/

One of the main missions of the OPECST is to assess the national research strategy. What is your view of this since the publication of an initial report in February 2017? The Office’s report from February 2017 looked at both the national research strategy and the national energy research strategy, two separate documents, drawn up in line with the European Union’s research strategy. In the report, the Office made 15 recommendations, in particular the need to encourage long-term funding by seeking to select the best researchers; on the importance of respecting the European commitment to doubling research efforts in sustainable energy over the period 2015-2020; on the challenge of ensuring a better link between research and businesses in steering the national research strategy; and on the importance of an improved assessment of the French strategy, especially in the field of energy. Since then, the government has presented several new strategic documents such as, last spring, the national artificial intelligence research strategy or, more recently, the multiannual energy programme. They define a trajectory for the sectors that are key for the future of our country. The Office is taking a strong interest in them, in particular via its hearings.

technologies, expertise concerning health and environmental risks, and technological scenarios to set up to achieve the objective of ending the sale of vehicles with combustion engines in 2040 (the latter two reports will be published soon). As laid down by law, the Office also issued a report on the assessment of the application of the bioethics law of 2011. Of the many public hearings organised in 2018, there were hearings on smart meters, electro-hypersensitivity, public algorithms and in particular that of the post-Baccalaureate admissions portal now called Parcoursup, research trends in nuclear energy, and even the technological prospects opened up by 5G. Several hearings have been held on the field of research, in particular that by the president of the new French Office for Scientific Integrity, and that by the president of the High Council for the Assessment of Research and Higher Education (Hcéres) on his report on the scientific position of France in the world (2000-2015). One morning was devoted to the issue of ‘Women and Science’, linked with the Delegation on the Rights of Women of the National Assembly and the Senate.

Could you talk about current studies on referrals, assessments and public hearings recently held by the OPECST? In 2018, the Office worked on three referrals by committees concerning blockchain

What scientific areas will the OPECST soon issue reports on? The Office has been requested by the Economic Affairs Committee to provide expertise on the issue of energy recovery

March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 7

from agricultural land. This area will be looked at in the coming months. Moreover, a number of public hearings are already scheduled for the start of 2019 on animal experimentation, restricted areas for the protection of the scientific and technical potential of the country, research trends in renewable energies, scientific publications, etc. Could you tell us about the international activities of the OPESCT? The Office regularly meets with international delegations, such as recently with members of the Bundestag’s research committee, or a few months ago with members of the Douma and the Russian Federation Council. We also had a very interesting working session with Quebec’s head scientist. Moreover, the Office is a member of a network of parliamentary bodies that conduct scientific and technological assessments. Two annual meetings allow us to discuss ongoing work in this area by each of the parliaments. Finally, the Office is planning on working on the issue of scientific diplomacy in the coming months. In your opinion, what are the main scientific and technological challenges on the horizon for French research? There are many challenges. To name just a few, artificial intelligence, data management, energy and healthcare.

7 25/02/19 16:05


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Garantir la qualité de l’évaluation en France Un entretien avec M. Michel COSNARD, Président du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres)

Dans 99 % des cas le Hcéres procède à une évaluation directe ; sinon il valide les procédures d’évaluation mises en œuvre par d’autres instances. Au total, en 5 ans, ce sont 300 établissements d’enseignement supérieur ou organismes de recherche (dont des établissements d’enseignement supérieur privé d’intérêt général – label EESPIG), 6 000 formations aboutissant à un diplôme national (Licence, Master, Doctorat) et 3 000 entités de recherche qui sont évalués par vague (de A à E). Cette évaluation, consubstantielle avec le contrat passé avec l’État, conditionne son renouvellement. Pour mener à bien ces quelque 2  000 évaluations par an, le Hcéres s’appuie sur un budget annuel de 17,8 M€ (plus 1,5  M€ de ressources externes), un personnel administratif et technique permanent de 100 personnes et 130 conseillers scientifiques à temps partiel recrutés pour une période de 2 à 6 ans. Le Hcéres fonctionne sur le principe de l’évaluation par les pairs : chaque évaluation allie transparence, équité, absence de conflit d’intérêt, bienveillance et exigence ; elle donne lieu à la formation d’un comité constitué d’une demi-douzaine d’experts et à la publication d’un rapport. Chaque année, le Hcéres fait ainsi appel à plus de 4 000 experts, français et étrangers. Pourriez-vous nous présenter les 8 départements du Hcéres ? En plus de l’OST et de l’Office français de l’intégrité scientifique précités, le Hcéres comporte quatre départements dédiés à l’évaluation (recherche, formations,

8 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 8

que si la France passe de la 5e à la 7e position, elle améliore la qualité de sa production scientifique et son indice d’impact la place dans le peloton de tête.

© Christian MALETTE

Quels sont les missions et les chiffres-clés du Hcéres ? Autorité administrative indépendante, le Hcéres est chargé d’évaluer l’ensemble des établissements, coordinations territoriales, formations (licence-master-doctorat) et entités de recherche. À cet objectif initial sont venues se greffer deux missions supplémentaires : l’observation de la production scientifique française, au travers de son Observatoire des Sciences et Techniques (OST), et la contribution à la définition et au soutien d’une politique nationale en matière d’intégrité scientifique, au travers de l’Office français de l’intégrité scientifique créé en 2018.

établissements et coordinations territoriales). Il s’appuie également sur un secrétariat général, compétent pour l’administration, la logistique et la gestion des évaluations, et un département du système d’information (DSI), chargé notamment de structurer, fiabiliser et valoriser le volume important des données transmises dans le cadre de l’évaluation. Quels sont les traits saillants de votre rapport d’activité 2017 ? Un bref retour en arrière s’impose. Après la mise en place du Hcéres nouvelle formule fin 2015, l’année 2016 a été celle de l’adoption d’un plan stratégique et l’année 2017 a vu sa consolidation, le développement de nouvelles compétences d’évaluation, la création d’un département, le renouvellement des certifications européennes ENQA et EQAR, la fin de la vague C d’évaluation et le lancement de l’évaluation des établissements Paris intramuros. C’est également fin 2017 qu’a été achevé un rapport de l’OST intitulé « La position scientifique de la France dans le monde 2000-2015 », rendu public en avril 2018. Ce rapport, qui a fait l’objet d’un débat à l’OPECST, est fort utile pour comparer la production scientifique pays par pays. De plus, il confirme le décollage de la Chine et son futur premier rang mondial, dès 2019, en tant que producteur de publications scientifiques ; enfin, il souligne

Comment le processus d’évaluation a-t-il évolué depuis la création du Hcéres ? Désormais c’est le Hcéres qui instruit l’accréditation pour les formations (jusqu’en 2016 cela relevait de la compétence du ministère). De plus, nous nous orientons vers une évaluation plus intégrée des coordinations territoriales : il s’agit de vérifier la bonne adéquation entre la stratégie de pilotage, les établissements qui les composent, l’enseignement et la recherche. À l’international le Hcéres est très sollicité pour l’évaluation de centres d’excellence en Afrique à la demande de la Banque mondiale ; il est également intervenu en Amérique centrale et latine, au Liban, au Vietnam… Et il est bien évidemment présent dans les réseaux européens. Par ailleurs, l’année 2018 a été marquée par le développement de référentiels spécifiques pour les établissements de recherche, les grandes écoles sans activités de recherche, la recherche clinique menée dans les CHU et les 8 IRT (en vue de leur renouvellement en 2019). À quels défis ce processus pourrait-il être confronté dans les années à venir ? J’en vois quatre. Il s’agit d’abord d’anticiper l’évaluation prochaine de la plupart des formations professionnelles, paramédicales et culturelles en tête, qui relèveront bientôt du champ universitaire. Il faudra ensuite simplifier nos procédures en automatisant le recueil des données de l’évaluation. Autre défi: aller vers plus d’analyses et de synthèses, à l’instar du rapport sur la recherche en archéologie achevé fin 2018. Enfin, le Hcéres continuera à promouvoir le respect de l’intégrité scientifique comme en atteste son intégration dans tous ses référentiels en 2017 : les établissements devront se doter de dispositifs ad hoc et miser sur la formation des étudiants et des chercheurs. La prévention vaut toujours mieux que la sanction ! Mars 2019

25/02/19 16:05


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Ensuring assessment quality in France Interview with Mr Michel COSNARD, President of the High Council for Evaluation of Research and Higher Education (Hcéres)

In 99% of cases, the Hcéres performs a direct assessment: otherwise, it validates the assessment procedures implemented by other bodies. In total, across five years, a total of 300 higher education institutions or research bodies (including public interest private higher education institutions – EESPIG), 6,000 national degree courses (bachelor’s, master’s, doctoral programmes) and 3,000 research bodies were assessed in groups (from A to E). This assessment is an integral part of the contract signed with the government and required for it to be renewed. To conduct these roughly 2,000 assessments per year, the Hcéres has an annual budget of €17.8 million (plus €1.5 million in external resources), a permanent administrative and technical staff of 100 employees and 130 part-time scientific advisers recruited for a period of two to six years. The Hcéres operates on the principle of peer assessment: each assessment combines transparency, equity, absence of conflicts of interest, consideration and strictness. It arranges the setting up of a committee of half a dozen experts and the publication of a report. Every year, the Hcéres calls on over 4,000 experts, both French and foreign. Could you tell us about the eight departments of the Hcéres? In addition to the OST and the Ofis, the Hcéres has four departments dedicated to assessment (research, training courses, institutions and territorial co-ordinations). It also has a general secretariat, responsible for administration, logistics and managing assessments, and an IT department, responsible March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 9

© Hcéres

What are the Hcéres’ missions and key figures? An independent public service authority, the Hcéres is responsible for assessing research institutions, territorial co-ordinations, education (bachelor’s, master’s, doctoral programmes) and research bodies. Added to this primary objective, it has two further missions: observing French scientific contributions, via its Science and Technology Observatory (OST) and helping to define and support a national research integrity policy through the French Office for Research Integrity (Ofis), created in 2018.

Réunion d’information et d’échanges du 25 septembre 2018 dans le cadre du lancement de la vague A (campagne 2019-2020) auprès des établissements d’Occitanie / Information and exchange meeting of 25 September 2018 for the launch of group A (2019-2020 campaign) with Occitanie establishments

for structuring, increasing the reliability of and making use of the large amount of data transmitted as part of the assessment. What are the key points of your 2017 activity report? First I need to give a little background. After the Hcéres was set up in a new form at the end of 2015, 2016 was when a strategic plan was adopted and 2017 was when it was consolidated, along with the development of new assessment skills, the creation of a department, the renewal of the European ENQA and EQAR certifications, the end of group C of assessments and the launch of the in-house assessment of Paris institutions. It was also at the end of 2017 that an OST report entitled ‘The scientific position of France in the world, 2000-2015’ was completed, and made public in April 2018. This report, which was debated at the Parliamentary Office for the Evaluation of Scientific and Technological Choices, is very useful for comparing scientific output by country. In addition, it confirms the rise of China and its future place as world leader, from 2019, in the production of scientific publications. Finally, it highlights that while France has fallen from fifth to seventh place, it is improving the quality of its scientific output and its impact index is in the leading group. How has the assessment processes changed since Hcéres was created? Now, it is the Hcéres that assesses the training course accreditation (until 2016, this was the responsibility of the ministry). In addition, we are moving towards a more integrated assessment of

territorial co-ordinations: this means ensuring consistency between the steering strategy, the institutions involved, education and research. Internationally, the Hcéres is highly sought after to assess excellence centres in Africa on request by the World Bank, as well as being active in Central and Latin America, Lebanon, Vietnam, etc. And of course it is involved in European networks. Moreover, 2018 was marked by the development of specific benchmarks for research institutions, major education establishments without research activities and clinical research conducted within university hospitals and the eight IRTs (technological research institutes), looking at their renewal in 2019. What challenges could this process face in the coming years? I see four of them. First is anticipating the next change to come in the majority of professional training, with paramedical and cultural training first and foremost, which will soon come within the competency of the universities. We then need to simplify our procedures by automatic data collection for the assessments. Another challenge is to perform more analyses and produce more summaries, such as the report on archaeology research completed at the end of 2018. Finally, the Hcéres will continue to promote respect for research integrity, as shown in its inclusion in all of our standards for external evaluation in 2017: institutions must have ad hoc mechanisms and count on training for students and researchers. Prevention is always better than punishment!

9 25/02/19 16:05


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Maintenir le continuum entre recherche fondamentale, recherche appliquée et innovation Un entretien avec M. Gilles ROUSSEL, Président de la Conférence des présidents d’université (CPU)

10 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 10

Quels sont selon vous les grands enjeux à venir en matière de recherche ? À l’heure où sévissent les « infox » les acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche sont là pour apporter un éclairage scientifique sur les grands enjeux sociétaux actuels. De plus, il est essentiel de démontrer que la recherche doit être pluridisciplinaire pour aborder des problématiques aux multiples facettes comme l’énergie ou le numérique. À ce titre, les sciences humaines et sociales doivent être intégrées en amont de ces recherches afin d’anticiper les usages et l’acceptabilité sociale des mutations technologiques en cours. Et n’oublions pas le maintien du continuum entre recherche fondamentale, recherche appliquée et innovation : l’université peut être un moteur pour ce processus. Rappelons que les grands défis, à l’instar de l’intelligence artificielle, dérivent de la recherche fondamentale en mathématiques. Il faut donc continuer à soutenir une recherche sans visée économique à court terme car elle représente le moteur des transformations de demain.

l’ensemble. C’est d’autant plus regrettable que l’université française n’a jamais été si plébiscitée par les étudiants. Formation et recherche sont-elles suffisamment articulées au sein des universités ? Ce sujet constitue un réel lieu de tension. En effet les enseignants-chercheurs se débattent pour assumer cette double mission de manière équilibrée. À cette fin, la CPU les accompagne en travaillant avec les établissements sur plusieurs dossiers : les ressources humaines, l’amélioration de l’articulation entre formation et recherche… Les universités peuvent aussi proposer aux enseignantschercheurs de prendre des congés de recherche ou de se familiariser avec la transformation des publics étudiants pour revoir leur approche pédagogique. En mars dernier la CPU a formulé 17 propositions pour «  l’Europe des universités » et en mai elle a publié une lettre ouverte au commissaire européen Carlos Moedas. Pourriez-vous nous en dire plus ? La question européenne s’est retrouvée au centre des réflexions de la CPU en 2017 et 2018. Elle a fait l’objet de plusieurs réunions avec l’ensemble des présidents d’université et d’un colloque. De nombreuses initiatives pro-européennes ont également été organisées pour saluer la réussite que représente l’espace européen de l’enseignement supérieur et de la recherche. Dans ce contexte, la CPU a appelé à une mobilité étudiante accrue et décidé de maintenir sa collaboration avec le Royaume-Uni post-Brexit mais aussi des pays comme la Hongrie où les libertés académiques sont quelque peu bousculées. À l’heure où le cadre financier de la mobilité étudiante (Erasmus) et du 9ème PCRDT sont

© CPU

Quel regard portez-vous sur le financement de la recherche française ? Je tiens à rappeler que les engagements européens de la France (processus de Bologne) l’enjoignent à consacrer 3 % de son PIB à la recherche. Or nous en sommes aujourd’hui à 2,3 %. Ce sous-financement a deux causes : le manque d’engagement de l’État et les investissements insuffisants des entreprises. Or seule la recherche, moteur de transformation et d’innovation, permettra à la France de maintenir sa compétitivité et sa position à l’international. Dans le PLF 2019 les moyens consentis en 2018 au titre de la loi ORE sont certes reconduits mais les charges fixes, aggravées notamment par l’augmentation du point d’indice ou de la CSG, ne sont pas compensées par une augmentation budgétaire. Au-delà, c’est la question démographique étudiante qui n’a pas été prise en compte. Héritiers du boom des années 2000, les étudiants sont de plus en plus nombreux : ces flux en hausse viennent s’ajouter au 1,5 million d’étudiants en formation dans les universités françaises, faisant planer une menace sur le niveau de qualification de

en cours de négociation, la CPU cherche à accompagner en France la définition et la création d’universités européennes tout en appuyant des demandes de financements européens plus conséquents pour ces universités.

© CPU

Quels sont les atouts et spécificités de la recherche produite dans les universités françaises ? Elle couvre l’ensemble des champs disciplinaires et remplit un rôle très structurant puisque la plupart des travaux de recherche sont menés au sein des universités, le plus souvent en partenariat avec les grands organismes de recherche. De plus, les universités disposent d’un vivier d’étudiants qui produisent à leur tour de la recherche, en tant que doctorants d’abord, en tant qu’enseignantschercheurs par la suite. Et la formation en licence et master est nourrie par les avancées les plus récentes d’une recherche située au meilleur niveau mondial comme en attestent les prix Nobel, médailles Fields et autres récompenses internationales prestigieuses. Cela dit, il a fallu attendre le début des années 2000 pour que soient identifiés les points forts des universités par le biais des appels à projets lancés dans le cadre de l’ANR, du PIA et des PCRDT européens. In fine, la recherche est une question centrale dans la reconfiguration en cours des universités qui veulent accroître la visibilité de la production universitaire française et mettre fin à la fragmentation de l’offre de recherche française.

Mars 2019

25/02/19 16:05


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Maintaining the continuum between fundamental research, applied research and innovation Interview with Mr Gilles ROUSSEL, President of the Conference of university presidents (CPU)

© CPU

lecturer-researchers take leave for research or to familiarise themselves with the changes to student audiences to revise their teaching approach.

Concours « Ma thèse en 180 secondes » organisé par la CPU / « My Thesis in 180 Seconds” Competition organized by the CPU

What are the strengths and distinctive features of research produced at French universities? The research covers all disciplines and fulfills a very structuring role as the majority of the research work is conducted within universities, most often in partnership with major research bodies. In addition, the universities have a breeding ground of students that produce research, and continue to do so as doctoral candidates and then as lecturersresearchers. In the bachelor’s and master’s courses, they learn about the latest research advances that are ranked among the best in the world, as shown in Nobel Prizes, Field Medals and other prestigious international awards. However, it took until the start of the 2000s for the strengths of the universities to be recognised through calls for projects launched as part of the ANR, PIA and European FPs. In short, research is a central issue in the ongoing reconfiguration of universities that was to increase the visibility of the work of French universities and put an end to the fragmented nature of the French research offerings. How do you view the funding of French research? So, here I should remind everyone that the European commitment made by France via the Bologna process is to allocate 3% of GDP to research. The figure currently stands at 2.3%. There are two reasons March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 11

for this under-funding: lack of commitment by the government and insufficient company investment. It is research alone, this driver of transformation and innovation, that will allow France to maintain its competitiveness and international standing. In the 2019 draft budget, the resources agreed in 2018 under the ORE law have certainly been continued, but fixed charges, rising due to the index point or medical insurance contributions, have not been compensated for by a budget increase. In addition, there is the issue of student demographics, which have not been taken into consideration. Coming from the boom in the 2000s, there are a lot more students than there were: this increase has led to an additional 1.5 million students at French universities, threatening the overall level of qualification. This is all the more unfortunate as French universities have never been so popular with students. Are training and research sufficiently flexible within universities? This is a real area of debate. The lecturerresearchers themselves struggle to take on this dual mission in a balanced way. To this end, the CPU guides them by working with the establishments in a number of areas: human resources, improving the flexibility between training and research, etc.The universities can also suggest that

Last March, the CPU formulated 17 proposals for the ‘Europe of Universities’ and in May it published an open letter to European Commissioner Carlos Moedas. Could you please tell us more about this? The European issue was at the core of the CPU’s discussions in 2017 and 2018. It has been the subject of a number of meetings with all of the university presidents and a symposium. A number of pro-European initiatives have also been organised to recognise the success of the European higher education and research space. In this context, the CPU has called for greater student mobility and decided to maintain its collaboration with the United Kingdom post-Brexit as well as other countries like Hungary, where academic freedom has been weakened. At a time when the financial framework for student mobility (Erasmus) and the 9th FP are currently being negotiated, the CPU is aiming to help define and create European universities in France, while also supporting larger European funding requests for these universities. In your opinion, what are the main issues to come in the field of research? In the time of ‘fake news’, higher education and research are there to bring scientific enlightenment on the major issues currently faced by society. In addition, it is essential to demonstrate that research must be multidisciplinary to tackle multifaceted issues like energy and digital technology. To this end, the social sciences and humanities must be integrated upstream of this research to anticipate uses and the social acceptability of ongoing technological changes. And we must not forget to maintain the continuum between fundamental research, applied research and innovation: universities can be the driver for this. Remember that the great challenges, such as artificial intelligence, came about from fundamental research in mathematics. This means we must continue to support research that does not have a short-term economic aim, as it is the driver of future change.

11 25/02/19 16:05


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Maintenir l’excellence scientifique française en lien avec les attentes économiques et sociales Un entretien avec M. Alain DUPREY, Quels sont les chiffres-clés du réseau des Carnot ? Le réseau rassemble 38 Carnot représentant 31 000 chercheurs dont plus de 9 000 doctorants (dont un tiers des bénéficiaires CIFRE : thèses en partenariat avec des entreprises). Le budget consolidé est de 2,5 Md€ (28 % de contrats directs avec les partenaires, 22 % de facturations sur les projets collaboratifs subventionnés de type UE, ANR ou FUI, 50 % de subventions annuelles). Entre 2016 et 2017, le réseau Carnot enregistre une croissance de 4 % des contrats de recherche avec les entreprises (9 000 contrats d’un montant cumulé de 437 M€) et confirme son effort en direction des entreprises à l’international avec plus de 79 M€ de contrats bilatéraux. De plus, il a contribué en 2017 à plus de 25  200 publications de rang A, soit le tiers de la production nationale, et déposé 1  020 brevets prioritaires, se plaçant ainsi au deuxième rang des déposants français. En quoi consistent les grands domaines de compétence du réseau ? Peu d’organisations de recherche dans le monde couvrent l’intégralité des domaines de compétences comme le fait le réseau des Carnot : l’industrie du futur, le numérique, les nouveaux matériaux, la santé (dans ses dimensions pharmaceutique et medtechs), l’environnement (traitement de l’eau et des déchets), l’énergie (extraction minière et énergies renouvelables), le transport…

© AiCarnot

Directeur général de l’AiCarnot

développés dans le cadre d’un partenariat stratégique de recherche avec le Carnot Télécom & Société numérique (EURECOM). Et n’oublions pas, sur le marché des implants dentaires, l’innovation signée Anthogyr et Ingénierie@Lyon : en maîtrisant les caractéristiques de nouveaux composites à base de zircone, Anthogyr améliore la stabilité de ses céramiques et en profite pour s’imposer à l’international.

métallurgie, Mode et Luxe, Nucléaire et Transformation et valorisation des déchets... Or ces filières recoupent de très près les 8 consortia Carnot filières, à savoir l’aéronautique, l’automobile et la mobilité, l’énergie, les industries extractives et de première transformation, le manufacturing et l’industrie du futur, le médicament, la mode et le luxe, le sport et le bien-être. Lancés il y a trois ans, ces consortia mobilisent tous les Carnot par filière en vue notamment de faciliter l’accès des PME-ETI à la R&D dans des projets de recherche partenariale. Chaque consortium dispose désormais d’une offre intégrée de compétences et de plateformes technologiques, mobilisables à la demande, sur lesquelles s’appuient des chargés d’affaires qui vont à la rencontre des PME-ETI de manière proactive. Aujourd’hui les consortia Carnot filières s’avèrent être l’interlocuteur incontournable des comités stratégiques de filières pour contribuer à la définition et la mise en œuvre de leurs stratégies. Une réflexion a également été engagée pour répondre aux enjeux des autres filières du CNI.

© AiCarnot

Pourriez-vous nous parler de votre activité de ressourcement scientifique et technologique ? Le label Carnot implique de conjuguer exQuel bilan dressez-vous des Actions Carnot cellence scientifique et activités de recherche Filières ? à visée applicative à moyen ou court terme. Notre action dans ce domaine est complémenAinsi, les Carnot anticipent les futurs besoins taire de la mise en place de filières industrielles des entreprises en investiguant de nouveaux par la DGE et la labellisation, par le Conseil champs scientifiques pour maintenir leur national de l’industrie, de 18 comités stratégiques attractivité et imaginer les innovations de de filières : Aéronautique, Alimentaire, Autodemain. C’est pourquoi 85 % de 62 M€ de Pourriez-vous nous donner quelques exemples mobile, Bois, Chimie et Matériaux, Eau, Ferrol’abondement Carnot annuel sont utilisés de success-stories des Carnot ? viaire, Industries pour la construction, Industries pour financer le ressourcement scientifique, Decathlon a conçu une chaussure de tennis électroniques, Industries navale et maritime, libre d’une logique industrielle plus court-terme adaptée aux pieds en croissance des enfants et Industries des nouveaux systèmes énergétiques, et porté par les chercheurs plus amont et les des adolescents en partenariat avec le laboraIndustries et Technologies de santé, Mines et doctorants du réseau. Cela se traduit, toire LAMIH du Carnot ARTS par exemple, par les appels à projets et l’ISM (Institut des Sciences et des concours annuels de bonnes du Mouvement, Université Aix idées organisés par certains Carnot Marseille) du Carnot STAR. En pour faire progresser les meilleures juin 2018, Inventec a lancé offijusqu’à la preuve de concept. Ce ciellement la pâte à braser attendue cercle vertueux me rend optimiste par l’électronique high-tech au même titre que les nombreuses grâce à l’expertise sur les matésuccess-stories illustrant l’action riaux du Carnot Chimie Balard des Carnot pour l’innovation des Cirimat, qui permet de répondre entreprises. Il y a des équipes de parfaitement aux exigences grande qualité scientifique dans sévères de l’électronique pour le chaque Carnot et nous pouvons spatial et l’aéronautique. Quant en être fiers ! J’y vois la volonté de à l’entreprise Data Moove, elle conserver notre avance de phase améliore l’information touristique et de renforcer notre attractivité des visiteurs grâce à des flux d’inLes rendez-vous Carnot à Lyon le 17 octobre 2018 / The Carnot meetings in Lyon on October 17th, 2018 auprès des entreprises. formations agrégés - des produits

12 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 12

Mars 2019

25/02/19 16:05


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Maintaining French scientific excellence in line with economic and social expectations Interview with Mr Alain DUPREY,

© Pascal Disdier-CNRS-IPCMS

© PhilippeDureuil_CEA_A3_CHRO_M3A4271_List

Managing Director of AiCarnot

Téléopération à retour d’effort / Teleoperation with force feedback

What are the Carnot network’s key figures? The network of 38 Carnots includes 31,000 researchers, of which over 9,000 are PhD Students. Globally, the network represents a consolidated budget of €2.5 billion (28% from direct contracts with partners, 22% from invoicing on EU-, ANR- and FUI- subsidised collaborative projects and 50% from annual subsidies). In 2017, research contracts with industry grew by 4% (to a total of 9,000 contracts and €437 million) and bilateral contracts with foreign companies (located out of France) was added up to €79 million. In addition, in 2017, the Carnot network totaled over 25,200 A-grade publications, i.e. a third of those published nationally, and registered 1,020 priority patents, becoming the number 2 French applicant. What are the network’s main areas of expertise? Few research organisations around the world cover the same range of areas of expertise as the Carnot network: manufacturing and industry 4.0, digital, new materials, healthcare (both pharmaceuticals and medical technologies), environment (water and waste processing), energy (mining and renewable energies), transportation, etc. Could you give us a few examples of Carnot’s success stories? Decathlon designed tennis shoes adapted for growing feet in partnership with the LAMIH laboratory of Carnot ARTS and the ISM (Institute of Movement Science, Université Aix Marseille) of Carnot STAR. In June 2018, Inventec officially launched the solder paste expected by high-tech electronics manufacturers, thanks to the materials expertise of the Carnot Chimie

March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 13

Station de mesure sous-pointe Karl Suss PM8. Equipement de caractérisation électrique des objets nanostructurés. STnano plateforme de nanofabrication de Strasbourg. / Karl Suss PM8 sub-point measuring station. Equipment for the electrical characterization of nanostructured objects. STnano nanofabrication platform in Strasbourg.

Balard Cirimat, which perfectly fulfils the stringent requirements of electronics in the space and aviation industries. As for the Data Moove company, it improves tourism information via aggregated information feeds – products developed through a strategic research partnership with Carnot Télécom & Société numérique (EURECOM). Also worth mentioning are the innovations made by Anthogyr and Ingénierie@Lyon in the dental implants market: by adjusting the characteristics of new zirconia composites, Anthogyr is improving the stability of these ceramics and making a name for itself internationally. How do you rate the activities of Carnot industrial sectors? Our activities in this area are run in complementarity with the setting up of industrial sectors by the Ministry of Industry and the recent labeling, by the National Council of Industry, of 18 strategic sector committees: aeronautics, food, automobiles, wood, chemistry and materials, water, rail, construction, electronics, shipbuilding and maritime, new energy systems, healthcare technologies, mines and metallurgy, fashion and luxury goods, nuclear and waste processing and recovery... These sectors intersect very closely with our 8 Carnot sector consortia, namely aeronautics, automobiles and mobility, energy, mineral extraction and first-stage processing, future manufacturing and industries, medications, fashion and luxury goods, sports and well-being. Formed three years ago, these consortia federate all the Carnot in a given sector in order to facilitate SMEs access to R&D projects that can help them boost their innovation and

productivity. Each consortia has designed an integrated offer of skills and technological platforms that can be deployed on demand, with the support of experienced project managers who actively seek out SMEs. Today, these Carnot sector consortia have proven to be an essential partner for strategic sector committees in helping define and implement their different strategies and roadmaps. Could you tell us more about your scientific and technological resource activities? The Carnot label recognizes public R&D organizations that both skillfully maintain their scientific excellence and conduct short- and medium-term collaborative research projects with industry to help improve the competitiveness and growth of their industrial partners. Proactively, Carnot institutes anticipate the future needs of companies by investigating new and relevant scientific fields to come up with future innovations. Accordingly, 85% of the Carnot annual contribution of €62 million is used to fund scientific resourcing, upstream research conducted by the network’s researchers and doctoral students. Every year, Carnot organize calls for projects and ‘bright idea’ competitions to push their best ideas forwards to proofs of concept. This virtuous circle and the numerous success stories showing contributions of Carnot for companies’ innovations make me very optimistic. I feel great pride when I see the exceptional teams of scientists of every Carnot and witness their desire to maintain our lead and to make us more and more attractive to companies.

13 25/02/19 16:05


© CHU de Toulouse

© CHU de Toulouse

© Institut Carnot Plant2Pro

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 14

25/02/19 16:06


Les thématiques prioritaires de la recherche en France

© Pfizer France

The priority themes of research in France

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 15

25/02/19 16:06


arlementaires de

rance

Publireportage

MAGAZINE

Centre national de compétences en nanosciences - C’Nano Soutien à la recherche, formation et innovation Reconnue unité de service du CNRS depuis 2017, C’Nano structure la recherche dans les nanosciences et nanotechnologies depuis plus de 10 ans. Il vise à faciliter la recherche et l’innovation dans les « nanos » pour renforcer la compétitivité de la France dans ce domaine. Il est constitué de 6 bureaux territoriaux et rattaché à trois instituts thématiques du CNRS : INP (physique), INC (chimie), INSIS (sciences de l’ingénierie et des systèmes). Ses missions s’articulent autour de trois piliers : « recherche », « formation & diffusion du savoir », et « innovation ».

C’

C’Nano promeut une approche transversale et transdisciplinaire de la recherche et soutient le développement de plateformes instrumentales de pointe. En matière d’animation scientifique, il organise divers colloques et workshops scientifiques (dont un congrès national annuel, un workshop franco-japonais sur les nanomatériaux) sur des thématiques ciblées en fonction de l’actualité scientifique dans les « nanos ». C’Nano développe depuis peu une activité de prospective continue, en lien étroit avec les acteurs de la recherche et les 3 instituts du CNRS, afin de détecter des signaux faibles en recherche et innovation sur différentes thématiques des « nanos ». Actuellement, il est impliqué dans deux études : une étude du PIPAME (Pôle interministériel de prospective et d’anticipation des mutations économiques) intitulée « Nanomatériaux, enjeux pour la filière française », menée avec la société de conseil In Extenso Innovation Croissance ; une autre, commanditée par l’association Record et menée avec la société Eco In’EAU, sur le potentiel d’usage des nez électroniques. Au niveau de la formation, C’Nano s’est fixé comme objectif de répertorier et cartographier les formations françaises en nanosciences, aujourd’hui trop diffuses pour être bien identifiées. Il s’agit de proposer la bonne formation en fonction du projet professionnel de l’étudiant, de l’actualité en recherche, des grands enjeux en « nanos » et de l’évolution de la réglementation. Le

16 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 16

© C’Nano

Nano fédère, au sein d’un réseau national, plus de 7 000 acteurs académiques dans les nanosciences provenant de plus de 300 laboratoires et 560 équipes de recherche du CNRS et de ses partenaires (universités, CEA, INSERM, INRA…). Il réalise un travail d’affichage, de promotion et de sensibilisation à la recherche et l’innovation en nanosciences, et à la perception des « nanos » par le grand public.

16 janvier 2019 C’Nano a organisé à Paris une journée de formation pour sensibiliser les étudiants du Master C’Nano des Universités de Nantes et de Rennes et des élèves de Polytech Sorbonne au concept « safer by design », qui vise à minimiser l’exposition ou l’écotoxicité des nanomatériaux en tenant compte de l’ensemble du cycle de vie, afin d’optimiser le rapport risque/bénéfice. Le LabEx SERENADE (Safe(r) Ecodesign Research and Education applied to NAnomaterial DEvelopment), partenaire de cette journée, a présenté ses activités de recherche et d’innovation sur le sujet. En matière d’échanges avec la société, C’Nano a monté des expériences au Palais de la découverte, notamment dans le cadre de l’Année de la Lumière en 2015. En partenariat avec différentes associations, il a piloté à destination des lycéens les projets «  Les nanos dans la peau » en 2012-2013 en région PACA et « Regards sur les Nanos » en 2015 en région Île-de-France. Dans ce cadre, les différentes thématiques «  nanos  », les métiers de la recherche et les enjeux sociétaux des « nanos » ont été abordés. Ces actions veillent aussi à développer l’esprit critique des élèves via l’analyse des données concernant les «  nanos  », l’évaluation des risques

et l’argumentation à partir de résultats scientifiques fiables et consolidés. En matière de transfert de technologies, C’Nano s’est appuyé sur sa proximité et sa relation de confiance avec les chercheurs et les doctorants pour monter un programme de valorisation incluant une école résidentielle annuelle « Valorisation de la recherche par la création d’entreprise  » à destination des doctorants en fin de doctorat (un partenariat avec Éric Langrognet, Professeur et Responsable de la filière Centrale Entrepreneurs à l’École Centrale). Il relancera bientôt son appel à projets « valo » pour les doctorants de son réseau : les porteurs des projets retenus bénéficieront d’une formation sur les métiers de l’entreprenariat suivie d’un coaching de 12 à 18 mois pour les accompagner, depuis les études de marché jusqu’au dépôt des statuts de la start-up avec, pour modèles, les start-up « nanos » soutenues par le C’Nano comme Abbelight (solutions innovantes pour la nanoscopie et l’imagerie membranaire en biologie), Cherry Biotech (développement de nouveaux médicaments) ou encore Polytheragene (technologies fondées sur des polymères). Mars 2019

25/02/19 16:06


arlementaires de

Publireportage

rance

MAGAZINE

National Center for Nanoscience Competence - C’Nano Support for research, training and valorization Recognized as a CNRS service unit since 2017, C’Nano has been structuring research in nanoscience and nanotechnology for more than 10 years. It aims to facilitate research and innovation in «nanos» to strengthen France’s competitiveness in this field. It consists of 6 territorial offices and is attached to three thematic institutes of the CNRS: INP (physics), INC (chemistry), INSIS (sciences of engineering and systems). Its missions revolve around three pillars: «research», «training & dissemination of knowledge», and «innovation».

C’

Nano federates, within a national network, more than 7,000 academic actors in the nanosciences from over 300 laboratories and 560 research teams from the CNRS and its partners (universities, CEA, INSERM, INRA...). It carries out a work of display, promotion and sensitization to research and innovation in nanosciences, and to the perception of “nanos” by the general public. C’Nano promotes a transversal and transdisciplinary approach to research and supports the development of advanced instrument platforms. In terms of scientific animation, it organizes various colloquiums and scientific workshops (including an annual national congress, a Franco-Japanese workshop on nanomaterials) on topics targeted according to the scientific news in the «nanos».

© C’Nano

C’Nano has recently been developing a continuous foresight activity, closely linked to research stakeholders and the 3 CNRS institutes, in order to detect weak signals in research and innovation on various “nanos” themes. Currently, it is involved in two studies: a study of PIPAME (Interdepartmental Pole of Foresight and Anticipation

March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 17

of Economic Change) entitled “Nanomaterials, issues for the French sector”, is conducted with consulting company In Extenso Innovation Growth; another one, sponsored by the Record association and conducted with the company Eco In’EAU, focuses on the potential of use of electronic noses. At the training level, C’Nano has set itself the goal of cataloging and mapping French training courses in nanoscience, which today are too diffuse to be clearly identified. It is a matter of proposing the right training according to the professional project of the student, the news in research, the big stakes in “nanos” and the evolution of the regulation. On January 16, 2019, C’Nano organized a training day in Paris to raise the awareness of the students of the Master C’Nano of the Universities of Nantes and Rennes and those of Polytech Sorbonne to the concept «safer by design», which aims to minimize the exposure or ecotoxicity of nanomaterials taking into account the entire life cycle, in order to optimize the risk / benefit ratio. The LabEx SERENADE (Safe (r) Ecodesign Research and Education Applied to NAnomaterial Development), partner of this event, presented its research and innovation activities on the subject. In terms of exchanges with society, C’Nano has set up experiments at the Palais de la Découverte, particularly in the framework of the Year of Light in 2015. In partnership with various associations, it has piloted for high school students the projects “Nanos in the skin” in 20122013 in the PACA

region and “Focus on Nanos” in 2015 in the Île-de-France region. In this context, the different “nanos” themes, the research professions and the societal challenges of “nanos” were discussed. These actions also help to develop students’ critical thinking through the analysis of “nanos” data, risk assessment and argumentation based on reliable and consolidated scientific results. In terms of technology transfer, C’Nano relied on its proximity and its relationship of trust with researchers and PhD students to set up an upgrading program including an annual residential school “Valorisation of research through business creation” for doctoral students at the end of their doctorate (a partnership with Éric Langrognet, Professor and Head of the Centrale Entrepreneurs sector at Ecole Centrale). It will soon relaunch its “valo” call for projects for doctoral students in its network: the promoters of the selected projects will benefit from training in entrepreneurship professions followed by a 12 to 18 month coaching to accompany them, from market studies to the filing of the statutes of the start-up with, for models, «nanos» start-ups supported by the C’Nano such as Abbelight (innovative solutions for nanoscopy and membrane imaging in biology), Cherry Biotech (development of new drugs) or Polytheragene (polymerbased technologies).

C’Nano CNRS UPS2000 Sciences Sorbonne Université Campus Jussieu – BC 179 Tour 44, 5ème étage, couloir 43-44, bureau 518 F-75252 Paris cedex 05 Tél. : +33 (0)1 44 27 60 87 E-mail : cnano_com@cnrs.fr http://www.cnano.fr

17 25/02/19 16:06


© unsplash

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 18

25/02/19 16:06


arlementaires de

Publireportage

rance

MAGAZINE

LITIS - Laboratoire d’Informatique, de Traitement de l’Information et des Systèmes

L

e LITIS est composé de 7 équipes de recherche dans les domaines de l’intelligence Artificielle, de la Science des Données, du Traitement d’Image et de l’Informatique Théorique.

T

he LITIS comprises seven research teams in the fields of artificial intelligence, data science, image processing and computer science.

Grâce à ses recherches, le LITIS a pu développer des systèmes de vision embarqués pour la robotique mobile et l’assistance à la conduite, des logiciels d’aide au diagnostic en imagerie cardiaque et pulmonaire, des moteurs de recherche et des systèmes d’information de santé, des systèmes de lecture automatique de documents pour constituer des bibliothèques numériques, des interfaces cerveau-machine, des logiciels d’analyse de données biomédicales pour le séquençage du génome, des logiciels de simulation de systèmes complexes…

Through its research, the LITIS has been able to develop on-board vision systems for mobile robots and driving assistance, software for diagnostic aid in cardiac and pulmonary imaging, search tools and health information systems, automatic document reading systems to build digital libraries, brain-machine interfaces, biomedical data analysis programs for genome sequencing, simulation software for complex systems and much more.

© LITIS

Created in 2006, the LITIS is supported by 90 teacherresearchers, 50 doctoral candidates, 10 postdocs and 7 technical and administrative supervisory staff. It conducts around twenty projects per year, with a budget of €2.5 M. It is a research unit attached to the University of Rouen Normandy, the University Le Havre Normandy and INSA Normandy.

© LITIS

Créé en 2006, le LITIS s’appuie sur 90 enseignantschercheurs, 50 doctorants, 10 post-doctorants et 7 personnels d’encadrement technique et administratif. Il conduit une vingtaine de projets par an pour un budget de 2,5 M€. C’est une unité de recherche rattachée à l’université de Rouen Normandie, l’Université Le Havre Normandie et l’INSA de Normandie.

Le LITIS a développé des collaborations industrielles avec un grand fabricant de cahiers (les notes prises sont dématérialisées par un smartphone et transférées dans le Cloud où un moteur de recherche spécifique permet de retrouver les notes prises), un fabricant d’écrans tactiles qui sont enrichis par un système de reconnaissance des gestes permettant d’interagir sans clavier, des laboratoires pharmaceutiques (pour retrouver des informations dans des documents de santé). Pour le LITIS, l’enjeu est désormais de disposer de plateformes pour le recueil et l’enrichissement de données afin de permettre à la machine d’apprendre à partir d’exemples réalistes pour concevoir les futurs systèmes intelligents. Le LITIS mise donc sur le développement de systèmes complets intégrant les données et les algorithmes de traitement en vue de maîtriser toute la chaîne de valeur. Un choix stratégique !

The LITIS has developed industrial collaborations with a major notebook manufacturer (notes taken are recorded by a smartphone and transferred to the Cloud, where a special search tool helps you find notes that you have taken), and manufacturer of touchscreens which include a gesture recognition system allowing for interaction without a keyboard, and pharmaceutical laboratories (to find information in health documents). For the LITIS, the issue is now having platforms to store and enrich data to allow a machine to learn from real examples to design future intelligent systems. The LITIS is thus working on the development of complete systems that integrate data and processing algorithms in order to control the entire value chain. A strategic decision! Laboratoire LITIS Université de Rouen Normandie, Université Le Havre Normandie, INSA de Rouen Normandie Avenue de l’université - F-76800 Saint-Étienne-du-Rouvray Tél. : +33 (0)2 32 95 50 11 E-mail : secretariat@litislab.fr - http://www.litislab.fr

March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 19

19 25/02/19 16:06


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Intelligence artificielle L’innovation disruptive Définie par l’encyclopédie Larousse comme l’ensemble des théories et des techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence, l’intelligence artificielle (IA) est souvent classée dans le groupe des sciences cognitives. Elle fait appel à la neurobiologie computationnelle (réseaux neuronaux), l’électronique, la logique mathématique, l’informatique (algorithmes, big data, calcul) et aux sciences humaines et sociales pour résoudre des problèmes complexes.

S

faire entrer la France dans le top 5 des experts en IA.

i les finalités de l’IA restent brumeuses pour beaucoup, son impact sur la sphère socioéconomique devient de plus en plus clair : finance et banques, secteur militaire, industrie, agriculture, énergie, commerce, médecine, droit, éducation et formation, logistique et transports, robotique, jeux vidéo, art, cinéma, journalisme… Dans tous ces secteurs (et bien d’autres) l’IA s’impose avec ses dispositifs de dialogue et traduction automatiques, traitement automatique du langage naturel, raisonnement et apprentissage automatiques, reconnaissance formelle, faciale ou vocale… D’ores et déjà l’IA intervient dans l’aide aux diagnostics et à la décision, la résolution de problèmes complexes tels que les problèmes d’allocation de ressources, etc. Elle semble être omniprésente, omnisciente, omnipotente. Au risque d’inquiéter.

Le 29 novembre 2018 le gouvernement a lancé sa stratégie nationale de recherche en IA, qui mobilisera 665 M€ jusqu’en 2022. L’État va consacrer 100 M€ aux Instituts Interdisciplinaires d’Intelligence Artificielle (3IA) : « MIAI@Grenoble-Alpes » (Grenoble), « 3IA Côte d’Azur » (Nice), « PRAIRIE » (Paris) et «  ANITI  » (Toulouse). Ces 3IA seront focalisés sur la santé (pour les quatre projets), l’environnement (Grenoble, Paris et Toulouse), les transports (Paris et Toulouse), le développement des territoires (Nice) et l’énergie (Grenoble). Il s’agit aussi, à terme,

20 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 20

de passer de 250 à 500 doctorats en IA soutenus par an et de créer 190 chaires dédiées. Plus de 170 M€ seront investis par le gouvernement et la Commission européenne dans les moyens de calcul dédiés à l’IA : d’une puissance supérieure à 10 pétaflops /s (1016 opérations par seconde), l’un des plus puissants supercalculateurs en Europe sera installé début 2019 au centre de calcul IDRIS du CNRS, sur le plateau de Saclay. 100 M€ seront consacrés au renforcement de la dotation de l’ANR avec un fléchage spécifique sur l’IA. Depuis 2018, 61 projets ont été déjà soutenus pour un montant de 27 M€. Et la recherche partenariale n’est pas oubliée : 65 M€ seront investis par l’État pour porter le volume total des projets à au moins 130 M€ : 20 M€ supplémentaires pour le programme Labcom, 10 M€ supplémentaires pour les Instituts Carnot et 35 M€ pour les IRT. Enfin, 115 M€ devraient être alloués pour les coopérations, notamment avec l’Allemagne, et 100 M€ pour les « Grands défis », à commencer par l’amélioration des diagnostics médicaux grâce à l’IA et la certification de ses algorithmes. Ces projets de rupture seront financés par le Fonds pour l’innovation et l’industrie (FII), doté à terme de 10 milliards d’euros. Au total, 1,5 milliard d’euros d’argent public seront mobilisés sur l’ensemble du quinquennat pour

Il faut dire que la recherche en IA est pour le moins protéiforme : du deep learning à l’usine 4.0 en passant par le véhicule autonome, la cybersécurité, l’ordinateur de demain, les systèmes embarqués ou encore les modèles de calcul, elle promet mille et une innovations de rupture. L’Inria, l’institut national de recherche dédié aux sciences du numérique, pilotera donc, à la demande du gouvernement, un programme national pour permettre à l’écosystème de l’IA française de se développer et d’accélérer sa croissance. Ce programme s’appuiera notamment sur le réseau des instituts 3IA. D’autres acteurs de premier plan contribuent à la recherche en IA. Le CNRS se distingue notamment par le laboratoire SATIE (avec l’ENS Cachan), le LIMSI, le Laboratoire d’Informatique de l’X (LIX, UMR École polytechnique / CNRS), le pôle de sociologie

© MESRI

C’est pour clarifier les enjeux et souligner les opportunités liées à l’IA que Cédric Villani, mathématicien médaillé Fields et député LREM de l’Essonne, a remis le 29 mars 2018 un rapport au président de la République. Dans ce rapport, il prône le développement d’une politique économique articulée autour de la donnée pour faire face à la concurrence des mastodontes actuels de l’IA (États-Unis et Chine) et des pays émergents comme Israël, le Canada et le Royaume-Uni. Il préconise aussi de concentrer l’effort sur quatre secteurs prioritaires (santé, environnement, transports-mobilités et défense-sécurité), de fédérer les acteurs de la recherche autour d’Instituts Interdisciplinaires d’Intelligence Artificielle dotés d’outils de calcul ad hoc et de rendre plus attractives les carrières dans la recherche publique.

La France est l’un des pays en pointe dans la recherche en IA grâce à son école mathématique : elle concentrerait 21 % des laboratoires européens dans cette discipline selon une récente enquête du cabinet Roland-Berger. En outre, elle compte 5 000 chercheurs, 250 équipes de recherche, 35 diplômes en master et 300 start-up spécialisées en IA. Cela dit, elle est devancée en nombre de start-up par la Grande-Bretagne et traîne largement derrière les États-Unis et la Chine, qui profitent de la fragmentation des stratégies nationales en Europe.

Présentée le 28 novembre 2018, la stratégie nationale de recherche en IA sera financée par l’État à hauteur de 665 M€ d’ici à 2022. / Presented on 28 November 2018, the national AI research strategy will be funded by the state for up to €665 million between now and 2022.

Mars 2019

25/02/19 16:06


arlementaires de

rance

MAGAZINE

quantitative du CREST / ENSAE et la fédération de recherche « Sciences Informatiques, Humaines et Sociales (SIHS) » qui regroupe les laboratoires CESDIP, CHCSC, DANTE, DAVID et PRINTEMPS de l’université de Versailles – Saint-Quentin et développe une thématique de recherche pluridisciplinaire sur les mobilités.

L’IA irrigue également les travaux des chercheurs à l’INRA (pour le développement d’une agriculture « augmentée »), l’Université Paris-Saclay (équipe-projet TAO sur l’apprentissage et l’optimisation, équipe RandOpt, LRI, Laboratoire de mathématique d’Orsay…), CentraleSupélec (laboratoire SONDRA, L2S, laboratoire de Mathématiques et Informatique pour la Complexité des Systèmes, Centre de la vision numérique…), l’École Polytechnique (initiative « Data Science »…), l’IFP Energies Nouvelles, l’IMT (par ses écoles Télécom École de Management, Télécom Sud Paris et Télécom ParisTech), dans les IRT SystemX (ingénierie numérique des systèmes du futur pour le transport, la communication, la sécurité numérique et l’énergie) et b<>com (technologies du numérique pour le développement et la mise sur le marché d’outils, de produits et de services améliorant la vie quotidienne)… Ces différents acteurs sont soutenus par DATAIA : spécialisé en sciences des données, intelligence et société, cet institut remplit quatre missions, à savoir développer une recherche de pointe en science des données, proposer des formations d’excellence, booster les relations entre les mondes académique et industriel (avec pour partenaires Air Liquide, Axa, EDF, IBM, le groupe Renault et Thales) et regrouper des expertises pluridisciplinaires. Aux côtés des chercheurs publics et privés, les start-up spécialisées dans l’IA font elles aussi preuve d’un beau dynamisme. Qu’il s’agisse de Vivoka (reconnaissance vocale), Owkin (découverte de médicaments), Amiral technology (maintenance prédictive), Dataswati (processus de production complexes), Ellcie (lunettes intelligentes), March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 21

© Paris Region

Tout aussi actif, le CEA est particulièrement reconnu pour les travaux du List, institut de CEA Tech labellisé Carnot qui focalise ses recherches sur les systèmes numériques intelligents, l’intelligence artificielle, l’usine du futur, l’instrumentation innovante, les systèmes cyberphysiques et la santé numérique. Le List participe en permanence à plus d’une dizaine de projets de R&D labellisés, principalement avec quatre pôles de compétitivité : Systematic (systèmes complexes), Medicen (santé et nouvelles thérapies), Cap Digital (contenus et services numériques) et Mov’eo (automobile et mobilité).

Plus de 100 start-up, dont 30 % d’entreprises étrangères, ont participé à l’AI Challenge Paris Region 2018. / More than 100 start-ups, of which 30 % were foreign companies, took part in the AI Challenge Paris Region 2018.

LightOn (coprocesseurs optiques), Panda (premier casque audio de réalité augmentée pour les personnes malvoyantes), Therapanacea (radiothérapie) ou encore Unsupervised (cobots robustes et autonomes en milieu industriel), elles développent des solutions innovantes pour améliorer l’existant, faire du neuf… et simplifier la vie. Encore faut-il ne pas perdre de vue la dimension éthique de l’IA. Car l’impératif de compétitivité internationale ne saurait suffire. La neutralité du Net et des plateformes, l’e-inclusion, l’e-éducation ou encore l’e-santé méritent amplement une concertation nationale. C’est ici qu’entrent en scène les sciences humaines et sociales – à condition qu’elles ne soient pas réduites à un simple agent d’adhésion sociale. L’imitation de la pensée humaine, le dépassement de l’intelligence humaine, l’émotion artificielle et même l’éventualité d’une subjectivité artificielle imposent de définir des limites éthiques et légales strictes même si les grands compétiteurs extra-européens peuvent sembler plus laxistes dans ce domaine. C’est tout

l’intérêt de l’apport du philosophe Éric Sadin : son dernier essai, intitulé «  L’Intelligence artificielle ou l’enjeu du siècle. Anatomie d’un antihumanisme radical  », a été publié aux éditions de L’échappée en octobre 2018. Moins radicales, d’autres contributions viennent alimenter les nécessaires réflexions sur l’IA  : celles de SMART Law (Scientific Mathematical, Algorithmic, Risk and Technology Driven Law) à HEC Paris, du CERNA (Commission de réflexion sur l’Éthique de la Recherche en sciences et technologies du Numérique d’Allistene), de la plate-forme TransAlgo pour le développement de la transparence et de la responsabilité des systèmes algorithmiques… De même, des cours d’éthique commencent à être dispensés dans les universités et des responsables de l’éthique apparaissent dans les entreprises. Pour penser ensemble éthique et technologie, inscrire le citoyen au cœur de la réflexion, cultiver un discernement individuel et collectif. In fine, l’IA est la responsabilité de tous et de chacun. Reste à savoir, pour paraphraser George Orwell, si elle nous rendra plus humains ou moins humains…

21 25/02/19 16:06


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Artificial Intelligence Disruptive Innovation In the Larousse encyclopaedia Artificial Intelligence (AI) is defined as a group of theories and techniques implemented to enable machines to simulate intelligence. It is often classed as a cognitive science. It uses computational neurobiology (neuron networks), electronics, mathematical logic, computer science (algorithms, big data and calculation) and human and social sciences to resolve complex problems.

A

lthough the aims of AI remain unclear for many, its impact on the socio-economic world are becoming clearer by the day: finance and banking, military sector, industry, agriculture, energy, commerce, medicine, law, education and training, logistics and transport, robotics, video games, art, cinema, journalism etc. In all these sectors (and many others) AI has established itself with its automatic dialogue and translation devices, automatic processing of natural language, automatic reasoning and learning, formal, facial and voice recognition, etc. From now on, AI will assist in diagnostics and decision-making, solving complex problems such as the allocation of resources, etc. It seems omnipresent, omniscient and omnipotent. To the point of causing concern.

22 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 22

Robot NAO en 2014 / NAO (robot) in 2014

projects), environment (Grenoble, Paris and Toulouse), transport (Paris and Toulouse), regional development (Nice) and energy (Grenoble). There are also plans to increase the number of doctoral candidates in AI supported each year from 250 to 500 in due course, and to create 190 dedicated chairs. More than €170 million will be invested by the government and the European Commission in calculation methods for AI: with a power higher than 10 petaflops /s (1016 operations per second), one of the most powerful supercalculators in Europe will be installed at the beginning of 2019 in the IDRIS calculation centre of the CNRS, on the Saclay plateau. €100 million will be allocated to reinforcing provision for the ANR with specific emphasis on AI. Since 2018, 61 projects have been funded totalling €27 million. And we must not forget research partnerships: €65 million will be invested by the state to bring the total to at least €130 million spent on the projects: an additional €20 million for the Labcom programme, an additional €10 million for the Carnot Institutes and €35 million

France is one of the countries at the forefront in AI research thanks to its mathematics school. It involves 21% of European laboratories in this discipline according to a recent survey by Roland-Berger’s consultancy. In addition, it has 5,000 researchers, 250 research teams, 35 Masters degrees and 300 start-ups specialised in AI. Having said that, Great Britain is ahead in terms of the number of start-ups and France is lagging way behind the United States and China, who are making the most of the fragmentation of national strategies in Europe.

© James the photographer

On 29 November 2018 the government launched its national Artificial Intelligence strategy which will mobilise €665 million between now and 2022. The State is going to allocate €100 million to the Interdisciplinary Artificial Intelligence Institutes (3AI): “MIAI@Grenoble-Alpes” (Grenoble), “3IA Côte d’Azur” (Nice), “PRAIRIE “ (Paris) and “ANITI” (Toulouse). These 3AI institutes will focus on health (for four

© Anonimski

It was to clarify the issues and underline the opportunities related to AI that Cédric Villani, a mathematician, Fields medal laureate and LREM Deputy of Essonne, submitted a report to the President of the French Republic on 29 March 2018. In this report, he advocates the development of an economic policy based around data to contend with the competition from the current giants of AI (the United States and China) and emerging countries like Israel, Canada and the United Kingdom. He also recommends to concentrate efforts on four key sectors (health, environment, transportation and mobility and defence and security), to group researchers in Interdisciplinary Artificial Intelligence Institutes fitted with ad hoc calculation tools and to make careers in public research more attractive.

for IRTs. Finally, €115 million is due to be allocated for cooperative activities, especially with Germany, and €100 million for “Great Challenges”, starting with the improvement of medical diagnostics by AI and the certification of algorithms. These breakthrough projects will be funded by the Innovation and Industry Fund (FII) with 10 billion Euro being granted over time. In all, 1.5 billion Euro of public money will be mobilised over a five-year term to push France into the top 5 experts in AI.

Un supercalculateur IBM similaire à Deep Blue, qui a battu le champion du monde d’échecs en titre dans un match en 1997 / An IBM supercalculator similar to Deep Blue, which defeated the reigning world chess champion in a match in 1997

Mars 2019

25/02/19 16:06


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Leading players are contributing to research in AI. The CNRS is noted in particular for the SATIE laboratory (with the ENS Cachan), the LIMSI, the Information Technology Laboratory of X (LIX, UMR École polytechnique/CNRS), the Quantitative sociology cluster of CREST/ENSAE and the research federation “Computer, Human and Social Sciences (SIHS)” which brings together the laboratories CESDIP, CHCSC, DANTE, DAVID and PRINTEMPS of the University of Versailles - Saint-Quentin and is developing the theme of multidisciplinary research on mobilities. Equally active, the CEA is mainly known for the work of List, a CEA Tech institute approved by the Carnot network which is focusing its research on intelligent digital systems, AI, future industry, innovative instrumentation, cyberphysics systems and digital health. The List is continuously involved in over ten approved R&D projects, mainly with four competitiveness clusters: Systematic (complex systems), Medicen (health and new therapies), Cap Digital (content and digital services) and Mov’eo (automobile and mobility). AI also has an input in research work in the INRA (for the development of augmented farming), the University Paris-Saclay (TAO team project on learning and optimisation, the RandOpt team, LRI, Mathematics Laboratory of Orsay, etc.), CentraleSupélec (SONDRA laboratory, L2S, Laboratory for Mathematics and Information Technology for the Complexity of Systems, Centre of digital vision, etc.), the École Polytechnique (“Data Science” initiative, etc.), the IFP New Energies, the IMT (via the institutes Télécom École de Management, Télécom Sud Paris and Télécom ParisTech), in the IRT SystemX (digital engineering of future systems for transport, communication, digital security and energy) and b<>com (digital technologies for the development and marketing of tools, products and services that improve March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 23

© Cinerama 14

It has to be said that AI is at the very least shapeshifting: from deep learning to industry 4.0 and including driverless vehicles, cybersecurity, tomorrow’s computers, embedded systems and calculation models, it promises one thousand-and-one breakthrough innovations. The Inria, the National Research Institute devoted to digital science, will, at the request of the government, lead a national programme to help the French AI ecosystem to develop and increase its growth. This programme will rely mainly on the network of 3 AI institutes.

Le bâtiment d’Inria à Palaiseau, sur le campus de l’École Polytechnique (Paris-Saclay) / The Inria building in Palaiseau, on the École Polytechnique campus (Paris-Saclay)

everyday living) etc. These various players are supported by DATAIA: specialised in data science, intelligence and society, this institute has four missions, namely, to develop cutting edge research in data science, to provide training of excellence, to boost relations between the academic and industrial worlds (with Air Liquide, Axa, EDF, IBM, the Renault Group and Thales as partners) and to bring together multidisciplinary expertise. Alongside the public and private researchers, start-ups specialised in AI are also proving to be very dynamic. They are developing innovative solutions to improve what we already have, to create new things ... and to simplify life. They include Vivoka (voice recognition), Owkin (discovery of medicines), Amiral technology (predictive maintenance), Dataswati (processes of complex production), Ellcie (smart glasses), LightOn (optical co-processors), Panda (first augmented reality headphones for visually-impaired people), Therapanacea (radiotherapy) , Unsupervised (robust and autonomous cobots for the industrial sector), etc. However, we must not lose sight of the ethical dimension of AI. The need for international competitiveness will not suffice. Neutrality of the Internet and the platforms, e-inclusion, e-education and indeed e-health clearly deserve national consultation. It is here that human and social sciences come into play - unless they have been reduced to a simple agent of social adherence. The imitation of human thought, surpassing human intelligence, artificial emotion and even the possibility of artificial subjectivity make it necessary to define strict ethical and legal

limits even if the major non-European competitors may seem more lax in this field. This is the main point of the contribution of the philosopher Éric Sadin, whose most recent essay entitled « L’Intelligence artificielle ou l’enjeu du siècle. Anatomie d’un antihumanisme radical » (“Artificial Intelligence or the challenge of the century. Anatomy of radical antihumanism”), was published by Editions de L’échappée in October 2018. Less radical, other contributions have been feeding the necessary reflections on AI: those of SMART Law (Scientific Mathematical, Algorithmic, Risk and Technology Driven Law) in HEC Paris, of CERNA (Committee on reflection on Ethics of Research in science and technologies of Allistene Digital), of the TransAlgo platform for the development of transparency and responsibility of algorithmic systems, etc. In a similar vein, the universities are starting to organise courses in ethics and ethics managers are starting to make an appearance in companies. We need to think together ethically and technologically, to place the citizen at the heart of the reflection, to cultivate individual and collective discernment. In short, AI is the responsibility of each and every one of us. To paraphrase George Orwell, it remains to be seen whether it will make us more human or less human…

L’IRT SystemX se présente comme l’accélérateur de la transformation numérique. / The IRT SystemX presenting itself as the accelerator of digital transformation.

23 25/02/19 16:06


© unsplash

Mars 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 24

25/02/19 16:06


© unsplash

© unsplash

March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 25

25/02/19 16:06


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Améliorer le système de santé grâce à l’exploitation des données Un entretien avec M. Jean-Marc AUBERT, Directeur de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) au sein du ministère des Solidarités et de la Santé

Quelles recommandations ont été formulées pour faciliter la mise en œuvre du « Health Data Hub » ? Sur le plan législatif, il a été stipulé d’étendre le contenu du SNDS à toutes les données cliniques récoltées lors d’un soin remboursé par l’assurance-maladie. Le volet réglementaire porte sur les modalités d’autorisation pour travailler sur ces données : une réflexion est en cours avec la CNIL pour adapter le système au RGPD et à la loi sur la protection des données votée en 2018 (méthodologie de référence, outils existants, points à améliorer…). Il nous faut aussi déterminer la forme juridique du hub : il devra être à la fois un espace de dialogue, ouvert aux producteurs et aux usagers des données de

26 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 26

santé, et un espace opérationnel pour permettre à la France d’être compétitive à l’international dans le domaine de l’intelligence artificielle. Au niveau organisationnel enfin, le hub devra être largement ouvert aux demandes d’adhésion tout en travaillant avec les différentes organisations de manière partenariale. Nous prévoyons d’ici 2021 la labellisation de hubs locaux sur une base géographique ou thématique. Quels seront les points forts de ce « Health Data Hub » et quelles retombées en attendez-vous sur l’organisation du système de santé ? Le système de santé français est souvent considéré comme trop centralisé mais cette centralisation nous permet de disposer d’une masse élevée de données qu’il est relativement simple de retrouver. Avec ce hub nous cherchons à garantir la qualité des données tout en les rendant plus accessibles en termes de démarches administratives et de temps.

À titre d’exemple, on peut imaginer un partage de valeur entre producteurs et utilisateurs de données en cas de production d’algorithmes. Par ailleurs, les cas d’usage sont nombreux, plusieurs centaines ont ainsi été décrits par la communauté lors de la mission de préfiguration. Le hub pourrait aussi faciliter l’étude comparative des différentes prises en charge pour déterminer leur efficacité de manière plus facile et moins coûteuse. De même, le travail sur les données permettrait de créer des algorithmes en vue de faciliter le travail des professionnels de santé, qu’il s’agisse de la pose d’un diagnostic ou de soin. L’exploitation des données peut encore réduire les risques indésirables, en matière d’hospitalisation par exemple ; cela améliorerait la prise en charge grâce à un accompagnement différentié du patient comme cela se fait déjà aux États-Unis, en Chine ou au Moyen-Orient. L’intérêt est tout aussi évident pour la recherche fondamentale : on pourrait coupler les données génomiques et les données sur la dégradation de la santé dans une population donnée pour définir de nouveaux facteurs de risque. On pourrait aussi repérer plus facilement les signaux faibles par le rapprochement de données. Enfin, l’utilisation des données semble pertinente pour mieux comprendre les inégalités de santé ou pour élaborer des indicateurs de qualité afin d’améliorer l’allocation des moyens financiers aux hôpitaux. Grâce à ces données, on prend conscience de l’impact de nos décisions sur le système de santé et on peut dès lors définir une stratégie de transformation en vue d’améliorer la qualité des soins et la prise en charge des patients. Il suffit de développer des outils numériques efficaces !

© DREES

La Ministre des Solidarités et de la Santé a lancé le 12 juin 2018 une mission de préfiguration du futur « Health Data Hub ». Quelle en est la feuille de route ? Rappelons que ce projet vise avant tout à faciliter l’accès aux données de santé en France. Inscrit dans la continuité de la loi de 2016 qui avait déjà facilité l’accès aux données médicoadministratives comme celles de la CNAM (SNDS ou Système National des Données de Santé), il cherche à faciliter l’accès aux données cliniques, comme celles que les hôpitaux collectent, grâce à la mise en place d’infrastructures, de logiciels et autres services dédiés pour en faciliter l’exploitation. Le Health Data Hub devrait voir le jour sous sa forme définitive d’ici la fin 2019 en lien avec le projet de loi « Ma santé 2022 ». Il sera précédé par une structure provisoire dès le début 2019 pour élaborer l’infrastructure informatique nécessaire, lancer les premiers projets d’appariement entre les données cliniques et les données médico-administratives et préparer le fonctionnement de la structure définitive. Il nous faudra aussi réfléchir au modèle économique de l’utilisation des données et aux outils techniques à développer.

© DREES

Quelles sont les missions de la DREES ? La DREES remplit deux missions principales : en tant que service statistique ministériel, elle publie des données sur l’ensemble des champs allant de la solidarité à la santé ; en tant que direction de l’administration centrale, elle anime la recherche en matière de protection sociale, publie des études pour le ministère et assure le suivi des travaux sur le système de santé et la protection sociale. Elle offre ainsi un espace de dialogue entre la recherche et l’administration, ce qui concourt à l’élaboration des politiques publiques.

Remise du rapport « Health Data Hub » à la ministre des solidarités et de la santé Agnès Buzyn le 12 octobre 2018 / Presentation of the ‘Health Data Hub’ report to Minister for Solidarity and Healthcare Agnès Buzyn on 12 October 2018

Mars 2019

25/02/19 16:06


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Improving the healthcare system through data Interview with Mr Jean-Marc AUBERT, Director of the Directorate of Research, Studies, Evaluation and Statistics (DREES), part of the Ministry for Solidarity and Healthcare

© DREES

producers and users, as well as an operational space to allow France to be competitive internationally in the field of artificial intelligence. In terms of organisation, the hub should be broadly open to membership requests, while working with the various organisations on a partnership basis. By 2021, we anticipate the certification of local hubs, arranged on a geographical or thematic basis.

Remise du rapport « Health Data Hub » à la ministre des solidarités et de la santé Agnès Buzyn le 12 octobre 2018 / Presentation of the ‘Health Data Hub’ report to Minister for Solidarity and Healthcare Agnès Buzyn on 12 October 2018

What are the DREES’s missions? The DREES has two main missions: it is a statistics service for the Ministry, publishing data on all fields ranging from solidarity to healthcare, and in its role as manager of the central administration, it leads research on social protection, publishes studies for the Ministry and follows up on work on the healthcare and social protection system. It thus serves as a space for dialogue between research and the administration, which work together to develop public policies.

to use. The Health Data Hub should be unveiled in its final form by the end of 2019, linked with the government’s ‘Ma santé 2022’ government bill. It will be preceded by a temporary structure from the start of 2019 in order to develop the required IT infrastructure, launch the first matching projects for clinical data and administrative medical data, and prepare the operation of the final structure. We also need to consider the economic model for the use of the data and which technical tools to develop.

On 12 June 2018, the Ministry for Solidarity and Healthcare launched a pre-configuration mission for the future Health Data Hub. What is the roadmap for this? I would first remind everyone that the main aim of this project is to make it easier to access healthcare data in France. Following on from the Law of 2016 that already made it easier to access administrative medical data, such as that from the CNAM (SNDS – National Healthcare Data System), it seeks to make it easier to access clinical data, such as collected by hospitals, through setting up infrastructure, software and other services dedicated to making them easier

What recommendations have been formulated to make it easier to implement the Health Data Hub? In terms of legislation, it was stipulated that the SNDS content would be extended to all clinical data collected as part of services reimbursed by health insurance. The regulatory aspects relate to the means for authorisation for working on this data: discussions are ongoing with the CNIL to adapt the GDPR system and data protection law voted on in 2018 (reference methodology, existing tools, points for improvement, etc.). We also need to decide on the legal form of the hub: it should be both a space for dialogue, open to the healthcare data

March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 27

What will the strengths of the Health Data Hub be and what impact do you expect it to have on the organisation of the healthcare system? The French healthcare system is often considered to be too centralised; however, this centralisation provides a large amount of data that is relatively easy to find. With this hub, we are aiming to guarantee the quality of the data while also making it more accessible in terms of administration and time required. For example, one possibility is sharing value between data producers and users if algorithms are produced. Moreover, there are many possible uses, with several hundred described by the community during the pre-configuration mission. The hub could also facilitate comparative studies of different treatments to assess their effectiveness more easily and less expensively. Similarly, the work on the data could create algorithms to facilitate the work of healthcare professionals, when making a diagnosis or providing care. Data processing could further reduce undesirable risks such as in the case of hospitalisation; this would improve treatment by way of patient-specific support, as is already done in the United States, China and the Middle East. The draw is just as obvious for fundamental research: genomic data could be combined with data on health deterioration in a given population to define new risk factors. Weaker signals could also be identified more easily through combining data. Finally, the use of data seems an appropriate way to better understand health inequalities or to develop quality indicators in order to improve the allocation of financial resources to hospitals. Using this data, we can be aware of the impact of our decisions on the healthcare system and thus define a transformation strategy to improve the quality of care and treatment of patients. All that is needed is to develop effective digital tools!

27 25/02/19 16:07


arlementaires de

rance

Publireportage

MAGAZINE

CHU de Nantes Les données de santé au service de l’innovation biomédicale Faisant partie des dix premiers CHU chercheurs au niveau national, le CHU de Nantes emploie 3 000 personnels médicaux et 500 personnels d’appui dédiés à la recherche, mobilise 44 M€ pour la recherche, participe à 381 projets internationaux et produit 1 000 publications scientifiques par an en moyenne. De plus, il totalise 1 880 essais cliniques en cours incluant 15 922 patients (chiffres 2018).. Aujourd’hui il mise sur les données de santé pour améliorer la prise en charge des patients.

© CHU de Nantes

Spécialiste reconnue du mélanome, le Pr. Dréno coordonne une base nationale de 23  000 mélanomes (RicMel soutenu par le Groupe de Cancérologie Cutanée de la Société Française de Dermatologie) alimentée par 50 services en France. «  SUBSTRA  » vise à développer une médecine personnalisée (en oncologie cutanée) et prédictive via une infrastructure sécurisée, traçable et distribuée recourant à l’IA et la blockchain pour garantir l’anonymat des données.

Réception et essai d’un robot chirurgical au plateau technique médico-chirurgical / Reception and testing wwof a surgical robot at the medical-surgical technical platform

L

a révolution numérique et le déploiement du dossier patient informatisé rendent disponibles des quantités croissantes de données de santé au CHU. Leur exploitation à visée de recherche est un enjeu majeur de recherche et d’amélioration de la prise en charge des patients. Organisée comme un service clinique, la Clinique des Données, sous la direction du Pr. PierreAntoine Gourraud, rassemble plusieurs expertises en épidémiologie clinique et big data (Cellule Epidémiologie Clinique du CIC 1413). Elle accompagne les cliniciens dans leurs projets de recherche à partir des données du CHU et d’autres bases de données SNDS (système national des données de santé) en utilisant des méthodologies innovantes pour renforcer les compétences de chaque clinicien et exploiter au mieux les données disponibles. Depuis juin 2018, la Clinique des Données est autorisée par la CNIL à accéder à l’entrepôt de données recherche du CHU de Nantes, stockant à ce jour 50 millions de données structurées, 12 millions de documents et les données de 2.3 millions

28 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 28

de patients. Grâce à des algorithmes et techniques de NLP (natural language processing) il est désormais possible d’exploiter ces données dites « en vie réelle » et de les compléter par les données du SNDS. Des démarches similaires sont au cœur de la réflexion nationale dans le cadre du projet Health Data Hub. Le CHU de Nantes ambitionne d’exploiter les données pour une médecine de précision, une médecine personnalisée au service des patients du territoire. L’intelligence artificielle au service de la médecine personnalisée «  SUBSTRA  »  : c’est le nom d’un consortium constitué par des hôpitaux [CHU de Nantes, hôpital Saint-Louis à Paris (spécialistes du mélanome cutané), Institut Curie à Paris (spécialiste du mélanome oculaire), hôpital Avicenne à Bobigny et Centre Léon Bérard à Lyon] associés à la start-up Owkin (spécialisée en intelligence artificielle (IA) et basée à Nantes, New York et Paris), l’Université Paris V René Descartes, l’Université Paris Sud et l’École Polytechnique de Paris.

Le service de Dermatologie du CHU de Nantes travaille à partir de la base de données précitée et d’une base de photos obtenues à l’aide d’un PhotoFinder. L’objectif est de construire des algorithmes thérapeutiques pour identifier les patients pouvant répondre le mieux à un traitement par immunothérapie dans le cadre d’un traitement adjuvant après curage ganglionnaire et déterminer le profil des patients les plus à risques d’effets secondaires sévères lors de ce traitement. Un autre projet en construction implique l’Institut de Dermatologie du Grand Ouest qui rassemble les 6 CHU de la région autour de la recherche, l’enseignement et la clinique et vise notamment à optimiser la prise en charge du patient dans un contexte de désertification médicale. Le projet, en collaboration avec Owkin, viserait à établir un algorithme du parcours du patient à partir des données des patients des 6 CHU et de la CPAM. L’Institut de Dermatologie a déjà mis en place un service de télé-expertise et de téléconsultation pour éviter les déplacements inutiles. En définissant le niveau d’information nécessaire aux généralistes, aux dermatologues et aux infirmières de pratiques avancées, l’IA permettrait de définir un parcours de soins où chaque professionnel de santé trouverait sa légitimité, répondrait à la désertification et assurerait une prise en charge globale du patient. Mars 2019

25/02/19 16:07


arlementaires de

Publireportage

rance

MAGAZINE

Nantes University Hospital Health data put to use for biomedical innovation One of the ten leading research university hospitals in the country, the Nantes University Hospital employs 3000 medical staff and 500 support staff dedicated to research,, with a research budget of €44 M, participating in 381 international projects and with an average of 1,000 scientific publications a year. In addition, it has a total of 1,880 clinical trials ongoing including 15,922 patients (figures for 2018), Today, it is looking at health data to improve patient care. he digital revolution and the roll-out of digitalised patient records are making increasing volumes of health data available to the university hospital. The use of this data for research purposes is a major factor in research and in the improvement of patient care. Organised like a clinical department, the Data Clinic, directed by Prof. Pierre-Antoine Gourraud, brings together a range of expertise in clinical epidemiology and big data (Clinical Epidemiology Unit of CIC 1413). It assists clinicians in their research projects using data from the university hospital and other SNDS databases (national health data system) using innovative methodologies to support the skills of each clinician and make best use of the data available. Since June 2018, the Data Clinic has been authorised by the CNIL to access the research data warehouse of Nantes University Hospital, which currently stores 50 million structured data records, 12 million documents and the data of 2.3 million patients. Using NLP algorithms and techniques (natural language processing), it is now possible to use this ‘real-life’ data and complement it with data from the SNDS. Similar approaches are are at the heart of national thinking as part of the Health Data Hub project. Nantes University Hospital is hoping to use the data for precision medicine, personalised medicine for patients in the country. Artificial intelligence put to work for personalised medicine SUBSTRA is the name of a consortium of hospitals [Nantes University Hospital, Saint-Louis hospital in Paris (specialising in skin melanomas), the Institut Curie in Paris (specialising in eye melanomas), Avicenne hospital in Bobigny and the Centre Léon Bérard in Lyon] linked with the start-up Owkin (specialising in artificial intelligence (AI) based in Nantes, New York and Paris), the Université Paris V René Descartes, the Université Paris Sud and the École Polytechnique de Paris. A renowned March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 29

© CHU de Nantes

T

Robot Caducée Helmut à la pharmacie centrale / Helmut Caduceus Robot at the Central Pharmacy

specialist in melanomas, Prof. Dréno coordinates a national database of 23,000 melanomas (RicMel supported by the Skin Cancer Group of the French Dermatology Society) with data from 50 departments across France. SUBSTRA aims to develop personalised and predictive medicine (in skin oncology) via a secure infrastructure that is traceable and distributed, using AI and blockchain to ensure the anonymity of data. The dermatology department of the Nantes University Hospital is working using the data mentioned previously and a database of photos obtained using a photo finder tool. The aim is to create therapeutic algorithms to identify patients that can best respond to immunotherapy treatment as part of an adjunctive therapy following lymph node curage and determining the profile of patients at greater risk of severe side effects during this treatment. Another project being set up involves the Institut de Dermatologie du Grand Ouest, bringing together the six university hospitals in the region in the areas of research, education and clinical

care and aiming to optimise patient care in a context of health care desertification. The project, in collaboration with Owkin, aims to establish a patient pathway algorithm from patient data from the six university hospitals and the CPAM. The Institut de Dermatologie has already set up a distance-expertise and distance consultation department to avoid unnecessary travel. By defining the level of information needed for general practitioners, dermatologists and advanced practice nurses, the AI allows the definition of a care pathway where each healthcare worker can find their place, respond to medical desertification and ensure comprehensive care for the patient.

CHU de Nantes 5, allée de l’île Gloriette F-44093 Nantes cedex 1 Tél. : +33 (0)2 40 08 72 42 E-mail : bp-direction-de-la-recherche@chu-nantes.fr www.chu-nantes.fr

29 25/02/19 16:07


arlementaires de

rance

Publireportage

MAGAZINE

Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse Recherche, soin et innovation pour une médecine Prédictive, Préventive, Participative et Personnalisée Fort de 1 356 publications scientifiques en 2017, le CHU promeut activement la recherche et l’innovation dans ses domaines d’excellence : les pathologies cardiovasculaires et métaboliques, les handicaps (sensoriels, neurologiques, psychologiques, sensitifs), le vieillissement, les innovations technologiques en chirurgie avancée et le cancer (IUCT-Oncopole).

M

essais cliniques industriels. Il totalise en outre 42 brevets, 12 marques et 8 logiciels déposés pour valoriser l’activité innovante de ses chercheurs. Les redevances issues de la valorisation des résultats de la recherche du CHU sont réinvesties dans de nouveaux projets de recherche. Autant d’avancées prometteuses au service des patients.

En 2017 le CHU participait à 1 582 projets de recherche clinique en partenariat - 689 projets à promotion industrielle et 893 projets à promotion institutionnelle.

INSPIRE : un Institut pour la prévention, le vieillissement en santé et la médecine réjuvénative

Par ailleurs, le CHU organise ses propres essais cliniques afin de mener des recherches en physiopathologie, dans la recherche de nouveaux biomarqueurs, dans l’évaluation des organisations. Le CHU développe ses propres innovations dans le domaine des dispositifs médicaux, de nouvelles molécules ou cibles thérapeutiques. Ainsi le CHU est promoteur de plus de 300 essais cliniques qui ont permis à plus de 4 000 patients d’accéder à des prises en charge innovantes. En 2017, le CHU de Toulouse a obtenu la promotion de 9 programmes financés par le Ministère de la Santé : 5 PHRC (programmes hospitaliers de recherche clinique) et 4 PREPS (programme de recherche sur la performance du système des soins). Il participe en outre à 29 projets européens et internationaux financés par la Commission européenne au travers de ses différents instruments. Les équipes du CHU sont engagées dans plusieurs projets collaboratifs avec des start-up et PME régionales qui ont été accompagnées par la plate-forme d’évaluation des dispositifs médicaux (EDIT). Le CHU a le projet de développer un biopôle sur les sites de Purpan afin de coordonner les initiatives et les compétences industrielles, économiques et hospitalières pour améliorer l’accès aux marchés des dispositifs médicaux. Le CHU s’investit dans 71 projets de développement de l’innovation tels que des projets en télémédecine, dispositifs connectés… Le CHU de Toulouse développe des projets collaboratifs en s’appuyant sur ses 70 collections biologiques et séries

30 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 30

© CHU de Toulouse

enée en étroite collaboration avec l’Université Toulouse III-Paul Sabatier, l’Inserm et le CNRS, la recherche et l’innovation au CHU de Toulouse sont conduites par ses médecins et chercheurs, accompagnés par 420 personnes dédiées à cette activité de recherche sur les patients ou volontaires sains.

d’échantillons du corps humain pour mettre au point de nouvelles cibles thérapeutiques. En 2017, 6.41 M€ de recettes ont été attribuées par la DGOS (Ministère de la Santé) pour les Projets Hospitaliers de Recherche Clinique (PHRC), les Projets de Recherche Médico-Economiques (PRME) et les Projets de Recherche sur la Performance du système des Soins (PREPS). 13.46 M€ de recettes ont été obtenues auprès des industriels, des Agences de la recherche ou de la Commission européenne pour financer des projets de recherche (issus des chiffres clés 2017-CHU Toulouse). Le CHU dégage par ailleurs sur fonds propres des moyens importants dans le soutien direct à ses propres médecins chercheurs ou investigateurs : des ressources pour les appels d’offres locaux, de l’aide pour les jeunes chercheurs, des financements dédiés pour les Instituts universitaires porteurs des axes prioritaires - Cardiomet, Préserv’Age, ITAC - et le cancer. Mais aussi un soutien pour l’aide à la traduction et la rédaction des publications et la proposition de grands projets complexes. La valorisation de la recherche et de l’innovation est tout aussi dynamique : le CHU de Toulouse est au cinquième rang national pour le nombre de conventions uniques signées dans le cadre des

Lancé le 4 décembre 2018 avec le soutien de la Région Occitanie / Pyrénées – Méditerranée, INSPIRE vise à promouvoir le vieillissement en bonne santé conformément à la définition de l’OMS : « le processus de développement et de maintien des capacités fonctionnelles qui permet aux personnes âgées d’accéder au bien-être ». Il s’agit d’un véritable impératif dans la mesure où en 2050, 618 millions de personnes seront concernées par la dépendance. Le projet INSPIRE, dont le Pr. Bruno Vellas et le Pr. Louis Casteilla sont les Directeurs Scientifiques, est porté par l’Université Toulouse III Paul Sabatier, l’Inserm et le CHU de Toulouse en collaboration avec l’ARS et les collectivités territoriales. L’objectif est de créer, sur le site de Langlade à Toulouse, un biocampus centré sur la recherche, le soin et l’innovation rassemblant les acteurs hospitaliers, académiques et industriels. Ce biocampus regroupera des professionnels autour de 3 axes : une approche de biologie intégrative du vieillissement pour identifier des bio-marqueurs prédictifs de perte fonctionnelle ; une approche préventive renouvelée de la recherche et des soins ; et la transformation numérique de la recherche (environnements intelligents et télé-santé afin de détecter les premières pertes fonctionnelles des personnes vivant à domicile). Le projet prévoit également la création d’une école internationale et le développement d’un écosystème unique de laboratoires et d’entreprises. Une « silver economy valley - » à la toulousaine !

Mars 2019

25/02/19 16:07


arlementaires de

Publireportage

rance

MAGAZINE

University Hospital of Toulouse Research, Care and Innovation for Predictive, Preventive, Participatory and Personalized Medicine With 1,356 scientific publications in 2017, the University Hospital Center (CHU) actively promotes research and innovation in its areas of excellence: cardiovascular and metabolic pathologies, disabilities (whether sensory, neurological, psychological or sensitive), aging, technological innovations in advanced surgery and cancer (IUCT-Oncopole).

L

ed in close collaboration with the Toulouse III-Paul Sabatier University, Inserm and CNRS, research and innovation at the University Hospital of Toulouse are conducted by its doctors and researchers, accompanied by 420 people dedicated to this research activity on patients or healthy volunteers.

for Hospital Clinical Research Projects (PHRC), Medical-Economic Research Projects (PRME) and Research Projects on the Performance of the Care System (PREPS). € 13.46 million in revenue was obtained from industrial companies, Research Agencies or the European Commission to finance research projects (from key figures 2017-CHU Toulouse).

In 2017 the CHU participated in 1,582 clinical research projects in partnership 689 projects with industrial promotion and 893 projects with institutional promotion.

Moreover the CHU also relies on its own funds for significant resources in direct support to its own medical researchers or investigators: resources for local tenders, help for young researchers, dedicated funding for university institutes with priority axes - Cardiomet, Preserv’Age, ITAC - and cancer. But it also supports the translation and writing of publications and the proposal of large complex projects.

In 2017, the University Hospital of Toulouse obtained the promotion of 9 programs funded by the Ministry of Health: 5 PHRC (clinical research hospital programs) and 4 PREPS (research program on the performance of the healthcare system). It also participates in 29 European and international projects funded by the European Commission through its various instruments. CHU teams are involved in several collaborative projects with regional start-ups and SMEs that have been accompanied by the Medical Devices Evaluation Platform (EDIT). The CHU plans to develop a biopole at the Purpan sites to coordinate industrial, economic and hospital initiatives and skills to improve market access for medical devices. The CHU is involved in 71 innovation development projects such as telemedicine projects, connected devices... The University Hospital of Toulouse develops collaborative projects using its 70 biological collections and sets of samples of the human body to develop new therapeutic targets. In 2017, €6.41 million in revenue have been awarded by the DGOS (Ministry of Health) March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 31

The project also provides for the creation of an international school and the development of a unique ecosystem of laboratories and companies. A silver economy valley in Toulouse!

The valorization of research and innovation is just as dynamic: the Toulouse University Hospital is ranked fifth in the country for the number of unique agreements signed in the context of industrial clinical trials. It also totals 42 patents, 12 brands and 8 software packages to enhance the innovative activity of its researchers. Royalties resulting from the valorization of the CHU’s research results are reinvested in new research projects. These are promising advances in the service of patients. INSPIRE: an Institute for Prevention, Healthy Aging and Rejuvenative Medicine Launched on December 4, 2018 with the support of the Occitania / Pyrenees-Mediterranean Region, INSPIRE aims to promote aging in good health according to the WHO definition: «the process of development and maintenance of functional capacities that allows the elderly to access well-being. « This is a real imperative since 618 million people will be affected by dependence in 2050. The INSPIRE project, whose Prof. Bruno Vellas and Prof. Louis Casteilla are the Scientific Directors, is supported by the Toulouse III Paul Sabatier University, Inserm and the University hospital center in collaboration with the Regional health authority and local authorities.

© CCNES MEDES E. Grimault, 2014

In addition, the CHU organizes research in physiopathology, in the search for new biomarkers, in the evaluation of organizations. The CHU develops its own innovations in the field of medical devices, new molecules or therapeutic targets. The CHU is the promoter of more than 300 clinical trials that have enabled more than 4,000 patients to access innovative care.

The objective is to create, on the Langlade site in Toulouse, a biocampus centered on research, care and innovation which will bring together hospital, academic and industrial actors. 600 professionals are expected in the long term on this biocampus around 3 axes: an approach of integrative biology of aging to identify biomarkers predictive of functional loss; a renewed preventive approach to research and care; and the digital transformation of research (smart environments and tele-health in order to detect the first functional losses of people living at home).

Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse Hôtel-Dieu Saint-Jacques 2, rue Viguerie - TSA 80035 F-31059 Toulouse cedex 9 Tél. : +33 (0)5 61 77 22 33 www.chu-toulouse.fr

31 25/02/19 16:07


© unsplash

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 32

25/02/19 16:07


arlementaires de

Publireportage

rance

MAGAZINE

Le MiPih

The MiPih

Leader de la dématérialisation en santé hospitalière

Leader in hospital healthcare digitalisation

Fort de 562 collaborateurs répartis dans quatre agences, le MiPih est une structure publique de coopération inter-hospitalière développant des solutions pour le compte de ses 525 adhérents.

With 562 employees at its four agencies, the MiPih is a public organisation of inter-hospital cooperation developing solutions for its 525 clients.

T

he MiPih public interest group (GIP) is a leader in several fields. It is the leading developer of hospital management packages in France, the leader in payroll with over 300,000 monthly payslips and the leading host of health data with 315 facilities storing their data in the data centres in Toulouse and Amiens.

© MiPih

The MiPih was the first French recipient of HDS certification. This makes it far ahead of other hosts in regulatory compliance. The storage of data by a public operator ensures quality and credibility. Les futurs Locaux du MiPih à Amiens / The future facilities of the MiPhi in Amiens

L

e Groupement d’Intérêt Public (GIP) MiPih est leader dans plusieurs domaines : 1er éditeur de progiciels de gestion hospitalière en France, 1er producteur de paie avec plus de 300 000 bulletins mensuels, et 1er hébergeur de données de santé avec 315 établissements hébergés dans les datacenters de Toulouse et d’Amiens. Le MiPih est le premier bénéficiaire en France de la certification HDS. Elle lui offre une longueur d’avance sur les autres hébergeurs en termes de respect de la réglementation. Le stockage de données par un opérateur public est source de qualité et de crédibilité. Le GIP a anticipé, et accompagne aujourd’hui la réforme gouvernementale « Ma santé 2022 », en particulier sur la fluidité des parcours de santé. Il dispose des logiciels qui permettent de faire communiquer les différents acteurs, que ce soient les établissements de santé entre eux, ou encore les hôpitaux avec les partenaires libéraux. Dans ce cadre, le MiPih a par exemple conçu la messagerie sécurisée Medimail, qui facilite les échanges ville-hôpital.

The GIP anticipated and today provides guidance on the ‘Ma santé 2022’ government reform, in particular with respect to fluidity in the health pathways. It has software allowing stakeholders to communicate, whether it be healthcare organisations communicating with each other, or hospitals with liberal partners. For this, the MiPih has, for example, designed the secure messaging service Medimail, which facilitates communication between local authorities and hospitals. ‘Ma Santé 2022’ opens the way for MiPih to embark on two development areas: patient relations and big data. In response, the MiPhi developed patient portals and installed welcome terminals in many hospitals to allow patients be actively involved in the creation of the hospital admission file and thus reduce waiting time. The experiment was perceived very positively by the Gui-de-Chauliac hospital, a part of the Montpellier university hospital. wat its site in Amiens at the start of 2019. It will include a 1,200-m² environmentally friendly data centre, creating, alongside the data centre in Toulouse, the largest specialised healthcare storage centre in the country.

« Ma Santé 2022 » ouvre la voie à deux axes de développement pour le MiPih : la relation avec le patient et le big data. En réponse, le MiPih a développé des portails patients, et installé des bornes d’accueil dans nombre d’hôpitaux pour permettre au patient d’être acteur de son dossier admission à l’hôpital, et ainsi de réduire les temps d’attente. Une expérimentation jugée très positive par l’hôpital Gui-de-Chauliac, un des établissements du CHU de Montpellier. Fort de son dynamisme, le MiPih disposera de nouveaux locaux sur son site d’Amiens début 2019. Ils seront dotés d’un datacenter éco-responsable de 1 200 m², formant ainsi, avec le datacenter de Toulouse, le plus grand centre de stockage spécialisé santé du pays. March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 33

MiPih 12, rue Michel Labrousse F-31036 Toulouse Tel : +33 (0)5 34 61 50 00 E-mail : contact@mipih.fr - https://mipih.fr/

33 25/02/19 16:07


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Recherche et innovation en santé Inventer la médecine de demain Le développement des innovations numériques, technologiques et organisationnelles en santé est un enjeu-clé : la médecine de demain sera prédictive, personnalisée, numérique et adaptable aux nouveaux enjeux. Un pari que relèvent dès aujourd’hui politiques, chercheurs et acteurs du transfert de technologie.

A

financement, l’ANR a également lancé le 14 décembre 2018, dans le cadre du programme européen conjoint sur les maladies rares, un appel à projets de recherche pour accélérer le diagnostic et/ou explorer la progression et les mécanismes des maladies rares. Enfin, le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI), via l’ANR, et le ministère fédéral allemand de l’Éducation et de la Recherche (BMBF) ont lancé en décembre 2018 leur premier appel à projets conjoint sur la résistance antimicrobienne.

doptée officiellement par le gouvernement fin décembre 2017, la Stratégie Nationale de Santé 2018-2022 (SNS) vise à répondre aux risques sanitaires liés aux polluants et aux toxiques, aux risques infectieux, aux maladies chroniques et aux enjeux démographiques, épidémiologies et sociétaux. La SNS s’accompagne de plusieurs plans nationaux thématiques liés aux priorités de santé publique : Plan Cancer 2014-2019, Plan France Médecine Génomique 2025, Programme interministériel de maîtrise de l’antibiorésistance, Plan Maladies neurodégénératives (PMND) et Plan national Maladies rares.

© Ministère des Solidarités et de la Santé

Avec un marché estimé à 20 milliards d’objets connectés en 2020, l’e-santé est au cœur des préoccupations gouvernementales. Le programme « Territoire de soins numérique », lancé dès 2014 dans le cadre des Investissements d’avenir et doté de 80 M€, a abouti à la sélection de 5 projets concernant directement 1,4 million d’habitants  : XL ENS (Landes espace numérique de santé) pour la région Aquitaine, E_TICSS (Territoire innovant coordonné santé social) pour la région Bourgogne, TerriS@nté (« Le numérique au service de la santé en métropole du Grand-Paris »), PASCALINE (Parcours de santé coordonné et accès à l’innovation numérique) pour la région Rhône-Alpes et PLEXUS OI (Plateforme d’échange pour les nouveaux usages des TC en santé dans l’océan Indien). Quant à l’intelligence artificielle, elle irrigue le projet gouvernemental de Health Data Hub : opérationnel sous sa forme définitive d’ici la fin 2019, ce pôle facilitera l’accès aux données cliniques, notamment hospitalières. Grâce au Health Data Hub, les chercheurs pourraient coupler les données génomiques et les données sur la dégradation de la santé dans une population donnée pour définir de nouveaux facteurs de risque. Ils pourraient aussi repérer plus facilement les signaux faibles par le rapprochement de données, renforçant ainsi la prévention dans le système de santé.

34 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 34

Pour sa part, l’Agence nationale de la recherche (ANR) a pour mission la mise en œuvre du financement de la recherche sur projets sur un mode de sélection compétitive. Depuis sa création près de 15 600 projets ont été financés, dont plus de 74 % de projets collaboratifs. Les 48 axes de recherche de l’Appel à projets générique (AAPG) 2019 ont été regroupés par grands domaines et l’axe scientifique « Intelligence artificielle » fait son apparition. In fine, 35 axes de recherche sont présentés au sein de 7 domaines disciplinaires, dont les sciences de la vie. L’ANR s’est ainsi associée à l’ERA-NET NEURON III pour lancer le 9 janvier 2019 un appel à projets transnational conjoint visant le développement de biomarqueurs pour les maladies du cerveau. Par ailleurs, elle est impliquée dans le Consortium international de la médecine personnalisée (ICPerMed) et l’ERA PerMed, l’ERA-NET en support de la recherche en médecine personnalisée. À ce titre, elle a relayé la deuxième édition de l’appel à propositions d’ICPerMed pour identifier et encourager les bonnes pratiques en médecine personnalisée. La date limite de soumission des propositions était le 21 janvier 2019. En collaboration avec 32 organismes de

Acteur majeur de la recherche en santé publique, l’Inserm développe des programmes scientifiques transversaux sur le microbiote, le vieillissement et la variabilité génétique. Il a également mis en place des accélérateurs de recherche technologique (ART) sur les ultrasons biomédicaux, la bioimpression et la thérapie génomique et étudie l’opportunité de lancer un nouvel ART dans le domaine de l’intelligence artificielle en clinique. De plus, il co-anime le consortium Inserm - Aviesan REACTing (REsearch and ACTion targeting emerging infectious diseases). L’Inserm a été mis à l’honneur en 2018 grâce au Prix Recherche 2018 attribué à Nathalie Vergnolle, directrice de l’Institut de recherche en santé digestive (unité 1220 Inserm / Inra / Université Toulouse III - Paul Sabatier / Ecole nationale vétérinaire, Toulouse). Nathalie Vergnolle étudie les protéases, des enzymes qui sont dérégulées dans les maladies inflammatoires de l’intestin. Ses travaux ouvrent la voie au développement de thérapies innovantes pour les patients souffrant de la maladie de Crohn, de rectocolite hémorragique ou du syndrome du côlon irritable.

© Mission Villani sur l’intelligence artificielle - https://www.aiforhumanity.fr

Logo de la conférence « AI for Humanity » organisée le 29 mars 2018 au Collège de France / Conference logo “AI for Humanity” organised on 29 March 2018 in the Collège de France

Mars 2019

25/02/19 16:07


arlementaires de

rance

La recherche biomédicale s’illustre aussi à l’Institut Pasteur. Avec ses 33 instituts dans le monde et ses 133 unités de recherche à Paris, il s’enorgueillit de 10 prix Nobel. La recherche est organisée en 11 départements, 5 centres de recherche, 21 centres de référence et 18 projets transversaux dont le LabEx IBEID (Integrative Biology of Emerging Infectious Diseases), Defeat Dengue, Afribiota, les grands programmes fédérateurs Microbes & Brain et Vaccinologie, Vieillissement et longévité, Lutter contre la résistance aux antibiotiques… En parallèle, la direction des Applications de la recherche et des relations industrielles (DARRI) s’appuie sur l’Institut Carnot « Pasteur Microbes & Santé », Bioaster, Institut de recherche technologique (IRT) spécialisé dans l’innovation technologique en microbiologie, et une équipe globale de transfert de technologie au sein du Réseau international des instituts Pasteur. Aux côtés des CHU, six Instituts Hospitalo-Universitaires (IHU) ont émergé depuis 2010. Ils rassemblent dans un lieu unique des chercheurs et cliniciens autour d’une thématique clinique unique : Imagine (Institut des maladies génétiques), MIX-Surg (Institut de Chirurgie Mini-Invasive Guidée par l’Image), POLMIT (Institut hospitalo-universitaire en maladies infectieuses), LIRYC (Institut de RYthmologie et modélisation Cardiaque), ICAN (Institut de CardiologieMétabolisme-Nutrition) et IHU-A-ICM (Institut de Neurosciences Translationnelles de Paris). Lancée en 2017, l’action « Instituts Hospitalo-Universitaires – IHU 2 » a permis la labellisation d’un nouveau IHU : Foresight, porté par le Pr. José-Alain Sahel. Il vise à relever les défis de l’ophtalmologie et des neurosciences de la vision avec le concours de l’hôpital des Quinze-Vingt (AP-HP) à Paris, de Sorbonne Université et de l’Inserm.

March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 35

Tests de résistance aux antibiotiques / Antibiotics resistance tests

Microfluidique, LSI (Logiciels et Systèmes Intelligents), MICA (matériaux innovants), Qualiment, Technologies Numériques @ UPSaclay (TN @ UPSaclay - technologies pour la médecine personnalisée) et « Voir et Entendre » (recherche neurosensorielle).

Si la recherche fondamentale sur le cancer demeure très active avec le soutien notable de l’Institut National du Cancer (INCa) et des 7 cancéropôles actifs à l’échelle régionale ou interrégionale, elle est stimulée par la recherche technologique sous toutes ses formes : imagerie, technologies associées au développement des médicaments, biotechnologies et bio-ingénierie, chirurgie et autres techniques interventionnelles, sans oublier les technologies associées à la santé numérique et à la télémédecine. On retrouve cette dimension de recherche appliquée dans les instituts Carnot en santé : Pasteur MS, CALYM (Consortium pour l’Accélération de l’Innovation et de son Transfert dans le Domaine du Lymphome), Cognition, Curie Cancer, l’Institut du cerveau et de la moëlle épinière (ICM), Imagine (précité), Inria (neurosciences et médecine numériques), Interfaces (robotique et technologies pour la santé), l’IPGG

Le transfert de technologie est aussi l’affaire de 2 SATT spécialisées : Paris Biotech Santé et Eurasanté en Nord-Pas-de-Calais (cf. encadré). Fondé en 2000 par l’Université Paris Descartes, l’ESSEC, l’Ecole Centrale Paris et l’Inserm, Paris Biotech Santé est un incubateur d’entreprises innovantes spécialisées dans le développement de médicaments, de dispositifs médicaux et de services innovants au bénéfice des patients. Paris Biotech Santé sélectionne et accompagne tous les ans la création et le développement de dix nouveaux projets d’entreprises. Depuis 2007, Paris Biotech Santé est l’animateur de la Pépinière Paris Santé Cochin, première pépinière de 3 500 m² dédiée au développement des entreprises en santé humaine et implantée au sein d’un hôpital (Cochin - AP-HP). Avec un credo valable pour l’ensemble des acteurs de la filière : innover en santé. Eurasanté : un vivier d’expertise au cœur de la Métropole Européenne de Lille

© Kashmiri / Domaina

Au CNRS, la recherche en santé est notamment portée par l’Institut des sciences biologiques (INSB) qui s’appuie sur 19 269 personnes réparties dans 244 structures de recherche et de service. En matière d’innovation, il est impliqué dans 19 structures mixtes avec des industriels (1 unité mixte et 18 laboratoires communs dont 7 labcom ANR) et affiche 493 contrats d’exploitation en cours, 29 unités impliquées dans 8 Instituts Carnot et 4 Tremplins Carnot ainsi que 16 projets financés dans le cadre du programme de prématuration. À l’international, l’INSB participe à 90 actions structurantes dont 44 Programmes internationaux de coopération scientifique (PICS), 38 Laboratoires internationaux associés (LIA), 7 Groupements de recherche internationaux (GDRI) et 1 Unité mixte internationale (UMI).

© Dr Graham Beards - en.wikipedia

MAGAZINE

Mode de transmission autosomique récessif du syndrome d’Aagenaes, une maladie rare / Autosomal recessive transmission mode of Aagenaes syndrome, a rare disease

Eurasanté est l’agence de développement économique de la filière Santé Nutrition des Hauts-de-France. Depuis plus de 20 ans, elle accompagne les chercheurs, porteurs de projets et entreprises de la filière Santé Nutrition dans leurs projets de recherche, de création et de développement d’activité grâce à un panel de services et d’expertises mis à leur disposition. L’agence s’appuie sur le Parc Eurasanté et le Bio Incubateur pour aider les entreprises à innover. Chaque année 300 entreprises et 20 projets sont accompagnés, 30 études de marché réalisées et 2 ateliers organisés. Un vrai facteur d’attractivité pour la métropole lilloise.

35 25/02/19 16:07


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Health research and innovation Inventing tomorrow’s medicine The development of digital, technological and organisational innovations in health is a key issue; tomorrow’s medicine will be predictive, personalised, digital and adaptable to new challenges. This is now a challenge for politicians, researchers and stakeholders in the technology transfer sector.

A

With a market estimated at 20 billion connected devices in 2020, e-health is at the core of government preoccupations. The programme “Digital Healthcare Territory”, launched in 2014 in the context of the Investment for the Future programme and granted €80 million, resulted in the selection of 5 projects directly affecting 1.4 million inhabitants: XL ENS (Landes health digital space) for the Aquitaine region, E_TICSS (Innovative territory coordinated social health) for Bourgogne, TerriS@nté (Digital technology at work for health in the Greater Paris Region), PASCALINE (Coordinated health pathway and access to digital innovation) for Rhône-Alpes and PLEXUS OI (Exchange platform for new ICT practices in health in the Indian Ocean).

© www.oncovia.com

dopted officially by the government at the end of December 2017, the National Health Strategy 2018-2022 (SNS) aims to address the health risks linked to pollutants and toxic substances, risks of infections, chronic diseases and demographic, epidemiologic and societal challenges. The SNS is guided by several thematic national plans linked to public health priorities: Cancer Plan 20142019, Gene Medicine Plan France 2025, Interministerial Programme for the Control of Antibiotic Resistance, Neurodegenerative Diseases Plan (PMND) and National Rare Diseases Plan. selection. Since its creation close to 15,600 projects have been funded, and over 74% of these were collaborative projects. The 48 areas of research in the call for generic projects (AAPG) 2019 were brought together by large research fields and the science field “Artificial Intelligence” made its appearance. In short, 35 areas of research were presented in 7 disciplines, including life sciences. The ANR became associated with the ERA-NET NEURON III to launch a call for joint transnational projects on 9 January 2019 with the aim of developing biomarkers for diseases of the brain. It is also involved in the International Consortium for Personalised Medicine (ICPerMed) and the ERA PerMed, ERANET in support of Personalised Medicine re-

search. As such, it took over the second round of the call for proposals of ICPerMed to identify and encourage good practices in personalised medicine. The deadline for submitting proposals was 21 January 2019. In collaboration with 32 funding bodies, the ANR issued a call for projects on 14 December 2018. This call was in the context of the joint European programme on rare diseases and the aim was to accelerate diagnostics and/or explore the progression and mechanisms of rare diseases. Finally, the Ministry of Higher Education, Research and Innovation (MESRI), through the ANR, and the German Federal Ministry of Education and Research (BMBF) launched their first call for joint projects on resistance to antibiotics in December 2018.

One of the tasks of the National Research Agency (ANR) is to organise funding for research projects by way of competitive

36 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 36

© Rocky Mountain Laboratories, NIAID, NIH

As for Artificial Intelligence, it is part of the Health Data Hub government project, which will be operational in its definitive form by the end of 2019. This hub will enable access to clinical data, especially from hospitals. Thanks to the Health Data Hub, researchers will be able to match gene data and data on health deterioration in a given population to define new risk factors. They will also be able to detect weak signals more easily by comparing data, thus reinforcing prevention in the health system.

Escherichia coli, l’une des espèces bactériennes sous-dominantes du microbiote intestinal / Escherichia coli, one of the subdominant bacterial species of the intestinal microbiota

A major player in public health research, Inserm is developing interdisciplinary scientific programmes on microbiotics, ageing and gene variability. It has also created technological research accelerators (ART) on biomedical ultrasounds, bioprinting and gene therapy and is preparing to launch a new ART in the field of clinical artificial intelligence. Moreover, it co-organises Inserm - Aviesan REACTing (REsearch and ACTion targeting emerging infectious diseases). Inserm was honoured in 2018 when the Prix Recherche (Research Award) 2018 was given to Nathalie Vergnolle, Director of the Digestive Health Research Institute (unit 1220 Inserm / Inra / Université

Mars 2019

25/02/19 16:07


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Acceleration of Innovation and its Transfer in the Area of Lymphoma), Cognition, Curie Cancer, the Brain and Spine Institute (ICM), Imagine (see above), Inria (neuroscience and digital medicine), Interfaces (robotics and health technologies), the IPGG Microfluidique, LSI (Software Programmes and Smart Systems), MICA (innovative materials), Qualiment, Technologies Numériques @ UPSaclay (TN @ UPSaclay - technologies for personalised medicine) and “Voir et Entendre” (See and Hear - neurosensorial research).

Toulouse III - Paul Sabatier / National Veterinary College, Toulouse). Nathalie Vergnolle is studying proteases, enzymes that are deregulated in inflammatory bowel diseases. Her work is paving the way for the development of innovative therapies for patients suffering from Crohn’s disease, haemorrhagic rectocolitis or irritable bowel syndrome. In the CNRS, health research is carried out mainly by the Institutes of Biological Sciences (INSB) supported by 19,269 people working in 244 research and service units. In terms of innovation, it is involved in 19 joint structures with manufacturers (1 joint unit and 18 common laboratories including 7 ANR labcom) and has 493 development contracts in progress, 29 units involved in 8 Carnot Institutes and 4 Tremplins Carnot as well as 16 projects funded as part of the prematuration program. On an international level, the INSB participates in 90 structuring initiatives, including 44 International scientific cooperation programmes (PICS), 38 associated international laboratories (LIA), 7 international research groups (GDRI) and 1 international joint unit (UMI).

March 2019

RECHERCHE REVUE 2019.indd 37

© Thomasbg

Eventually, technology transfer is done by 2 specialised SATT: Paris Biotech Santé and Eurasanté in Nord-Pas-de-Calais (see text box). Founded in 2000 by the Université Paris Descartes, ESSEC, Ecole Centrale Paris and Inserm, Paris Biotech Santé is an incubator of innovative companies specialised in the development of drugs, medical devices and innovative services for the benefit of patients. Every year Paris Biotech Santé selects and supports the creation and development of ten new company projects. Since 2007, Paris Biotech Santé has organised the Pépinière Paris Santé Implantation d’électrodes sur un patient atteint de la maladie de Parkinson / Cochin (health incubator at Cochin Implantation of electrodes on a patient suffering from Parkinson’s disease Hospital), the first 3,500 m² incubator dedicated to the devePOLMIT (University Hospital Institutes lopment of companies in human Biomedical research is also dynafor Infectious Diseases), LIRYC (Institute of health and located within a hospital (Cochin mic at the Pasteur Institute. With its 33 instiRhythmology and Cardiac Modelling), ICAN - AP-HP). This works on a principle that is tutes worldwide and its 133 research units in (Institute of Cardiology-Metabolism-Nutrivalid for all the stakeholders of the sector: Paris, it boasts 10 Nobel Prizes. The research tion) and IHU-A-ICM (Institute of Transhealth innovation. is carried out in 11 departments, 5 research lational Neurosciences in Paris). Launched centres, 21 reference centres and 18 multiin 2017, the initiative “Instituts Hospitalodisciplinary projects, including LabEx IBEID Universitaires – IHU 2” enabled the quality (Integrative Biology of Emerging Infectious DiEurasanté: a pool of expertise in the certification of a new hospital institute (IHU): seases), Defeat Dengue, Afribiota, the major heart of the European City Lille Foresight, led by Prof. José-Alain Sahel. It unifying programmes Microbes & Brain and aims to meet the challenges of ophtalmology Vaccinology, Ageing and Longevity, ComEurasanté is the economic developand vision neuroscience with the participabating antibiotic resistance, etc. At the same ment agency of Nutritional Health in tion of the hospital Quinze-Vingt (AP-HP) time, the Research Applications and Industhe Hauts-de-France region. For over in Paris, the Sorbonne University and Inserm. trial Relations Branch (DARRI) relies on the 20 years, it has supported researchers, Carnot Institute “Pasteur Microbes & Health”, project leaders and companies in the Even though basic research on cancer remains Bioaster, a Technological Research Institute Nutritional Health sector in their revery active with the notable support of the (IRT) specialised in technological innovation search projects and the creation and National Cancer Institute (INCa) and 7 active in microbiology, and an international team development of their business, thanks cancer clusters at regional and inter-regional for technology transfer within the network of to a panel of service providers and levels, it is boosted by technological research in international Pasteur Institutes. expertise at their disposal. The agency all its forms: imaging, technologies associated relies on the Parc Eurasanté and the with the development of drugs, biotechnologies Alongside the university hospitals, six Bio Incubateur to help the companies and bio-engineering, surgery and other interUniversity Hospital Institutes (IHU) have innovate. Every year 300 companies and vention techniques, not forgetting the technoopened since 2010. They bring together 20 projects are supported, 30 market logies associated with digital health and telemeresearchers and clinicians in a single place studies are conducted and 2 workshops dicine. You will find this dimension of applied around a single clinical theme: Imagine (Instiare organised. A real factor of attractiresearch in the Carnot Institutes dedicated to tute of Genetic Diseases), MIX-Surg (Institute veness for the Lille metropolis. health: Pasteur MS, CALYM (Consortium for of Image-guided Minimally Invasive Surgery),

37 26/02/19 10:57


arlementaires de

rance

Publireportage

MAGAZINE

Centre européen d’études du Diabète - CeeD Vers de nouvelles solutions pour vaincre le diabète ! Depuis plus d’un quart de siècle, le CeeD se distingue en plaçant le patient au cœur de sa lutte contre le diabète. Fédérant des équipes à la fois médicales et scientifiques, il poursuit des activités de recherche en laboratoire, valorisation, e-santé, dépistage, prévention et transmission du savoir. Il mise aujourd’hui sur deux projets phares prouvant ainsi que cette vision translationnelle n’est pas qu’une promesse…

© CeeD

compatibles avec l’arrivée de la télémédecine. Pour en optimiser l’utilisation, le CeeD prend l’initiative de sortir de son laboratoire ! Grâce à une équipe composée de cliniciens, de spécialistes en intelligence artificielle et pilotée par la diabétologue, Dr Anne-Hélène Spizzo, le CeeD développe une solution globale alliant une plateforme web et une application patient à une équipe médicale dédiée. En proposant d’assurer un suivi continu personnalisé, le CeeD souhaite réduire les complications et les hospitalisations des patients et ainsi relever le défi de la désertification médicale. Avec un objectif majeur à la clé, celui d’alléger le quotidien des patients et celui de leur entourage tout en optimisant les conditions de travail des professionnels de santé.

Dr Karim Bouzakri, directeur du laboratoire au CeeD Dr Karim Bouzakri, laboratory director at CeeD

Le muscle, matière première des médicaments de demain Maladie liée à l’insuline produite par le pancréas, le diabète est le résultat d’un dialogue complexe entre le pancréas, les muscles squelettiques (liés à l’activité physique) et d’autres organes (os, gras, foie, cerveau). Ayant des caractéristiques distinctes les uns des autres, chaque muscle secrète et libère dans le sang des molécules (myokines) bien différentes. Des études, réalisées par le centre et menées par le Dr Karim Bouzakri, ont identifié et isolé les molécules ayant un effet positif sur le bon fonctionnement du pancréas, doublé d’une capacité à protéger le pancréas chez les patients atteints de diabète. « Cela signifie que ce médicament sera destiné aux patients diabétiques (types 1 et 2) et en prévention auprès des populations à risque », précise le Dr Bouzakri.

Des projets prometteurs pour relever les défis que le diabète ne cesse de lui lancer Plus d’un français sur 10 est diabétique, même s’il ne le sait pas. Pour le Dr Karim Bouzakri : « nous sommes aujourd’hui confrontés à un paradoxe de taille : nous avons réussi à faire progresser l’espérance de vie du patient alors que les complications dues à sa maladie continuent d’affecter lourdement sa qualité de vie. Finalement, notre plus grand challenge aujourd’hui consiste à proposer de nouvelles thérapies qui permettraient de prévenir et ralentir l’apparition de la maladie et surtout l’apparition des véritables dangers de cette maladie : ses complications. Avec notre projet sur les myokines, nous approchons du but : améliorer la qualité de vie des patients au quotidien, mais aussi guérir et prévenir l’apparition de la maladie ».

Créé en 1991 par le Pr Michel Pinget, le CeeD compte à son actif plus de 27 salariés, plus de 80 publications scientifiques, 39 collaborations nationales et internationales, une centaine d’étudiants formés, 18 doctorants accueillis et la coordination de 4 projets collaboratifs européens. Le Centre européen d’étude du Diabète peut notamment se prévaloir de : • 5 succès : - 2002, création d’ASDIA, 1er prestataire de santé à domicile spécialisé dans le diabète en France ; - 2 011, création de Defymed, startup pour développer le MAILPAN®, dispositif médical implantable ; - 2015,  validation préclinique de l’insuline orale, ORAIL, avec transposition à l’échelle industrielle ; - 2018, création de CEED Formation pour former les professionnels de la santé et de la recherche médicale. - 2019, lancement de ILONOV, startup pour développer des médicaments issus des découvertes sur le muscle. • 3 reconnaissances : - reconnu de mission d’utilité publique ; - agréé par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ; - labellisé par l’Université de Strasbourg (Diabète et Thérapeutique EA 7294).

La télémédecine, socle d’une nouvelle organisation des soins des patients diabétiques Les outils connectés, déjà couramment utilisés par les patients font du diabète l’une des premières spécialités médicales d’ores et déjà

38 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 38

© CeeD

Des découvertes d’importance, puisqu’elles confirment par ailleurs les préconisations américaines faites auprès des patients diabétiques qui privilégient les sports de résistance aux sports d’endurance. Mais aussi pour explorer de nouvelles voies thérapeutiques : cancer du sein, ostéoporose, démence, dépression, maladies cardio-vasculaires ou encore pour contrebalancer le processus naturel de vieillissement général avec la perte musculaire qui l’accompagne.

Mars 2019

25/02/19 16:07


arlementaires de

Publireportage

rance

MAGAZINE

European Diabetes Study Center - CeeD Moving towards new solutions to Reverse diabetes! For more than a quarter of a century, CeeD has distinguished itself by placing the patient at the heart of its fight against diabetes. Bringing together both medical and scientific teams, specialized in laboratory research, valorization, e-Health, screening, prevention, and knowledge transfer. Today, CeeD is focusing on two major projects proving that this translational vision is not just a promise.

© CeeD

Established in 1991 by Prof. Michel Pinget, CeeD has more than 27 employees, over 80 scientific publications, 39 national and international collaborations, one hundred or so trained students, 18 doctoral students, and the coordination of 4 European collaborative projects. The European Diabetes Study Center’s success stories:

Muscle - the raw material of tomorrow’s medicine A disease related to insulin produced by the pancreas, diabetes is the result of a complex interaction between the pancreas, skeletal muscles (linked to physical activity) and other organs (bones, fat, liver, brain). Muscles have their own characteristics, but they all secrete and release quite different molecules (myokines) into the blood stream. Studies carried out by the Centre and conducted by Dr Karim Bouzakri have identified and isolated molecules that have a positive effect on the pancreas’ functioning, and moreover with a protecting capacity of diabetic patients’ pancreas. «This means that this product is intended for (type 1 and 2) diabetic patients and for high-risk population prevention,» Dr Bouzakri explains. These are significant discoveries; also confirmed by recommendations of American diabetic patients prioritizing resistance sports which are more beneficial than endurance sports. But also to explore new therapeutic approaches for breast cancer, osteoporosis, dementia, depression, cardiovascular diseases, or to counterbalance natural overall ageing process often accompanied by muscle loss. Telemedicine, foundation of a new healthcare organization for diabetic patients Online tools, already commonly used by patients, make diabetes one of the first March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 39

medical specialty that is already compatible with telemedicine emergence. To optimize its use, CeeD has decided to move outside its laboratory on the spot! With a team made up of clinicians and artificial intelligence specialists, led by Dr Anne-Hélène Spizzo – diabetologist. CeeD is developing a comprehensive solution combining a web platform and patient applications with a dedicated medical team. Providing continuous, personalized follow-up, CeeD aims to reduce patient complications and hospital admissions in an attempt to take-up the challenge of medical desertification. With a key objective to ease daily lives of patients and their families and by optimizing the health professionals’ working conditions. Promising projects to meet ongoing challenges faced by diabetic patients More than one in ten French people are diabetic, although they may be unaware. Dr Karim Bouzakri: «Today we are facing a major paradox: we have succeeded in increasing the patient’s life expectancy, but complications due to the disease continues to seriously impact their quality of life. Finally, our greatest challenge today is to provide new therapies that prevent or delay the onset of the disease and above all the emergence of the real threats of this disease: its complications.With our project on myokines, we are approaching our goal: to improve the quality patients’ daily life, but also to cure and prevent the disease.»

• 5 successes: - 2002: creation of ASDIA, France’s first home healthcare provider specialized in diabetes; - 2011: creation of Defymed, a startup that develops MAILPAN®, an implantable medical device; - 2015: preclinical validation of ORAIL, oral insulin, with subsequent transposition on an industrial scale; - 2018: creation of CEED Training - Training institute specialized in healthcare and medical research professionals; - 2019: launch of ILONOV, a start-up that will develop drugs from muscle discoveries. • 3 recognitions: - recognized as an organization of public benefit; - approved by the Ministry of Higher Education and Research; - a certified Strasbourg University Laboratory (Diabetes and Therapeutics EA7294).

European Diabetes Study Center / Centre européen d’étude du Diabète Boulevard René Leriche 67200 STRASBOURG (France) Tél : + 33 (0)3 90 12 12 Email : association@ceed-diabete.org www.ceed-diabete.org

39 25/02/19 16:07


© unsplash © unsplash

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 40

25/02/19 16:07


arlementaires de

Publireportage

rance

MAGAZINE

L’Institut Pasteur de Lille : objectif Longévité

The Institut Pasteur de Lille: targeting longevity

Fondation privée reconnue d’utilité publique depuis 1898, l’Institut Pasteur de Lille est un centre expert sur la longévité consacré à la recherche et la prévention en santé.

A private public interest foundation since 1898, the Institut Pasteur de Lille is an expert centre dealing with longevity, dedicated to research and prevention in healthcare.

© Institut Pasteur de Lille

T

L’

Institut Pasteur de Lille réunit six unités mixtes de recherche avec l’Université de Lille, l’Inserm, le CNRS et le CHU de Lille, soit 32 équipes impliquées notamment dans 3 laboratoires d’excellence (LabEx), deux services de recherche appliquée et 10 plateformes technologiques, dont deux équipements d’excellence (EquipEx). Au total, près de 800 chercheurs, ingénieurs et techniciens font avancer les connaissances et les traitements sur les maladies liées au vieillissement : cancers, maladies cardiovasculaires ou neurodégénératives, maladies infectieuses, maladies métaboliques ou encore le diabète. Les équipes de l’institut s’attachent à mieux comprendre les maladies, freiner leur développement et concevoir les traitements de demain. Ces avancées scientifiques sont le fruit d’un travail collectif des chercheurs, grâce à des collaborations académiques, des partenariats économiques et industriels. Le Centre de Recherche sur la Longévité est soutenu par un contrat Plan État Région et un financement FEDER sur la période 2017-2022, soutien que la fondation doit compléter et devra renouveler dans les années à venir pour poursuivre ses projets.

En lien avec ses activités de recherche, l’Institut Pasteur de Lille mène des actions de prévention en santé au travers de son Centre Prévention Santé Longévité en lien avec le CHU de Lille et développe ses expertises sur les nanoparticules et la pollution au sein de son pôle Pollutions Santé Longévité. Avec près de 15 000 bilans de santé par an, le suivi de plusieurs cohortes de patients et ses nombreuses actions de sensibilisation en santé, l’Institut Pasteur de Lille est un observatoire stratégique en santé. En lien avec le monde économique et industriel, l’Institut Pasteur de Lille soutient le développement des projets, des startups et des entreprises de biotechnologies et d’innovation en santé. L’objectif est de faire émerger de nouveaux services et produits d’analyse ou de diagnostic, directement issus des recherches fondamentales menées à Lille Membre du Réseau International des Instituts Pasteur (RIIP), financièrement et juridiquement indépendant, l’Institut Pasteur de Lille est habilité à recevoir dons, legs et mécénats pour ses projets de recherche. March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 41

he Institut Pasteur de Lille combines six research mixed units with the University of Lille, Inserm, CNRS and Lille University Hospital, with a total of 32 teams involved mainly in three Laboratories of Excellence (LabEx), two applied research departments and ten technology platforms, including two Equipments of Excellence centres (EquipEx). In total, close to 800 researchers, engineers and technicians are working to advance the knowledge and treatment of diseases related to ageing: cancers, cardiovascular and neurodegenerative diseases, infectious diseases, metabolic diseases and diabetes. The Institute’s teams focus on better understanding the diseases, slowing their development and devising future treatments. These scientific advances are the result of joint work by researchers through academic collaborations and economic and industrial partnerships. The longevity research centre is supported by a State Region Contract Plan and funding from FEDER from 2017 to 2022 – a support that the foundation must complete and will have to renew in the coming years to continue its project. Linked with its research activities, the Institut Pasteur de Lille conducts preventive health activities through its Centre Prévention Santé Longévité, linked with Lille CHU and is developing its expertise in nanoparticles and pollution in its Pollution-Health-Longevity cluster. With over 15,000 health assessments per year, monitoring of several patient cohorts and its range of health awareness activities, the Institut Pasteur de Lille is a strategic health observatory. In connection with the economic and industrial world, the Institut Pasteur de Lille supports the development of biotech and health innovation projects, start-ups and companies. The aim is to facilitate the emergence of new analysis and diagnostic services and products, directly resulting from basic research conducted in Lille. A member of the Réseau International des Instituts Pasteur (RIIP), but financially and legally independent, the Institut Pasteur de Lille is authorised to receive donations, bequests and sponsorship for its research projects.

Vivre mieux plus longtemps

Institut Pasteur de Lille 1, rue du Professeur Calmette F-59019 Lille Tél. : +33 (0)3 20 87 78 00 E-mail : communication@pasteur-lille.fr www.pasteur-lille.fr

41 25/02/19 16:07


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Inserm : du laboratoire de recherche au lit du patient Recherche biologique, médicale et santé humaine : l’Inserm se positionne sur l’ensemble du parcours allant du laboratoire de recherche au lit du patient. Zoom sur les activités de recherche et de transfert de cet établissement public à caractère scientifique et technologique créé en 1964.

F

L’Inserm est impliqué dans l’ensemble du continuum de la recherche. La recherche fondamentale est très présente au travers de programmes transversaux thématiques (microbiote, vieillissement, variabilité génétique, Human Development Cell Atlas) et d’études conduites dans le cadre du volet recherche des plans nationaux de santé. L’Inserm soutient aussi les études qui permettent la convergence des approches fondamentales conduites à l’échelle de la molécule et de la cellule, du tissu et de l’organe, de l’organisme et des populations. Sur le front de la recherche clinique, l’Inserm s’appuie sur ses 36 centres d’investigation clinique (CIC) : créés en 1992 et organisés en 54 modules thématiques, ils prennent en charge des recherches sur la personne humaine, saine ou malade, dans le cadre d’essais cliniques ou d’études épidémiologiques, des données de santé, des collections d’échantillons biologiques et des outils en technologie pour la santé. Tous implantés dans les CHU, ils sont ouverts aux investigateurs et promoteurs académiques, institutionnels ou industriels pour y réaliser leurs projets de recherche. Depuis 2005, certains CIC sont répartis en réseaux thématiques : cardiovasculaire, gastro-entérologie et hépatologie, neurosciences, pédiatrie, thrombose, vaccinologie, innovations technologiques, épidémiologie clinique et gynécologieobstétrique. La recherche en santé publique est menée au sein de l’Institut de recherche en santé publique (IReSP) qui rassemble plus de 110 équipes Inserm. Résolument pluridisciplinaire

42 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 42

© Flore Avram/Inserm

ort de 13 délégations régionales et 9 instituts thématiques, l’Inserm détient un portefeuille de plus de 1 650 familles de brevets, est le premier déposant européen dans les secteurs pharmaceutique et biomédical et le quatrième dans le secteur des biotechnologies. Avec ses 281 unités de recherche, ses 36 centres d’investigation clinique, ses 34 unités de service, ses 33 laboratoires internationaux ou européens associés, ses 2 unités à l’étranger et ses 24 contrats de coopération internationaux, il bénéficie d’une reconnaissance internationale avant tout due à l’engagement de ses 5 124 personnels titulaires et ses 2 682 contractuels.

Début 2019, une quinzaine de scientifiques sous la direction de Samuel Vergès, chercheur Inserm au sein du laboratoire “Hypoxie et physiopathologies cardiovasculaire et respiratoire”, vont mener une expédition scientifique sur l’effet du manque d’oxygène sur la santé à La Rinconada, la ville la plus haute du monde, à 5 300 m, au Pérou. / From 2019, around fifteen scientists under Samuel Vergès, an Inserm researcher in the ‘hypoxia, and cardiovascular and respiratory physiopathologies’ laboratory, will be conducting a scientific expedition to research the effect of lack of oxygen on health in La Rinconada, the highest town in the world, at 5,300 m, in Peru.

et transversale, elle fait appel à l’épidémiologie, aux biostatistiques, aux sciences humaines et sociales appliquées à la santé, à la biologie, à la génétique, à la toxicologie… Elle passe par l’analyse de données relatives à des échantillons de population plus ou moins vastes et s’appuie sur les études de cohorte (étude E4N étudiant la santé en relation avec l’environnement et le mode de vie moderne chez des sujets d’une même famille, ayant un terrain génétique et un environnement communs), les études cas-témoins (étude EGEA sur 400 asthmatiques et leurs familles ainsi que 415 témoins non asthmatiques pour identifier des facteurs génétiques et environnementaux associés à l’asthme, l’hyperréactivité bronchique et l’atopie), les études transversales comme les enquêtes nationales périnatales transversales, les registres de morbidité, les bases de données médico-administratives ou encore le Système national des données de santé (le Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès, unité de service de l’Inserm, joue le rôle d’opérateur d’extraction et de mise à disposition des données pour le monde de la recherche). Rassemblant une centaine d’équipes de recherche de l’Inserm, la recherche technologique pour la santé s’articule autour de 5 grands domaines :

l’imagerie, les technologies associées au développement des médicaments, les biotechnologies et la bio-ingénierie, la chirurgie et les autres techniques interventionnelles, les technologies associées à la santé numérique (application des TIC et de l’intelligence artificielle à la santé). Variant de 3 à 12 ans, les projets de recherche passent par 4 phases : l’émergence du concept, l’obtention de la preuve du concept technologique, celle de la preuve du concept industriel, la valorisation des applications envisagées et le transfert du projet vers un partenaire industriel. A cette fin, l’Institut thématique Technologie pour la santé de l’Inserm aide les chercheurs dans les trois dernières étapes en collaboration avec Inserm Transfert. L’Inserm se dote aussi d’accélérateurs de recherche technologique (ART) qui visent au développement de technologies innovantes et à leur mise à disposition auprès d’équipes de recherche qui pourront en tirer les bénéfices. Au sein de l’Inserm, la valorisation des résultats permet de réinvestir dans de nouvelles innovations prometteuses. En 2016, cette activité a généré 32 M€ issus des partenariats industriels. Pas étonnant, dès lors, que l’Inserm soit classée 9e institution publique de recherche la plus innovante au monde (classement Thomson-Reuters 2016) !

Mars 2019

25/02/19 16:07


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Inserm: from the research laboratory to the patient’s bed Biological, medical and human health research: Inserm is active in all areas, from the research laboratory to the patient’s bed. Zoom in on the research and transfer activities of this scientific and technological public institution, founded in 1964.

W

and cohort studies (E4N study looking at health in relation to the environment and the modern lifestyle in subjects from the same family, with a shared genetic pool and environment), case-control studies (EGEA study of 400 asthmatics and their families as well as 415 non-asthmatic controls to identify genetic and environmental factors associated with asthma, bronchial hyperactivity and atopy), cross-cutting studies such as the national cross-cutting perinatal surveys, morbidity registers, medical-administrative databases and the national health data system (the Epidemiology Centre for the Medical Causes of Death, an Inserm service unit, works to extract data and make it available for research purposes).

ith 13 regional delegations and 9 thematic institutions, Inserm has a portfolio of over 1,650 patent families and is the leading European holder of patents in the pharmaceutical and biomedical sector, and ranked fourth in the biotechnology sector. With its 281 research units, 36 clinical investigation centres, 42 service units, 33 international or European associated laboratories, 2 units based abroad and 24 international cooperation contracts, it has international recognition, primarily from the commitment of its 5,124 employees and its 2,682 contractual employees. Inserm is involved in all aspects of research. Fundamental research features heavily through cross-cutting thematic programmes (intestinal flora, ageing, genetic variability, Human Development Cell Atlas) and studies conducted as part of national healthcare plans. Inserm also supports studies that bring together fundamental approaches at the levels of individual molecules and cells, tissues and organs, the body and populations.

Research into public health is conducted within the IreSP (Public Health Research Institute) which has over 110 Inserm teams. Resolutely multidisciplinary and cross-cutting, it makes use of epidemiology, biostatistics, the social sciences and humanities as applied to healthcare, biology, genetics, toxicology, etc. It works on analysing data on larger and smaller population samples

March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 43

© Inserm/Naveilhan, Philippe/U913/IMAD

In clinical research, Inserm is supported by its 36 clinical investigation centres (CICs). Founded in 1992 and organised around 54 thematic modules, these centres are responsible for research on humans, whether healthy or ill, as part of clinical trials or epidemiological studies, health data, collecting biological samples and healthcare technology tools. All located within university hospitals, they are open to academic, institutional and industrial promoters and investigators to conduct their research projects. Since 2005, certain CICs have spread into thematic networks: cardiovascular, gastroenterology and hepatology, neuroscience, paediatrics, thrombosis, vaccinology, technological innovations, clinical epidemiology and obstetrics and gynaecology.

Bringing together around a hundred Inserm research teams, the health technology research works in five main areas: imaging, technologies linked to the development of medications, biotechnology and bioengineering, surgery and other intervention techniques, and digital

health technologies (application of ICT and artificial intelligence in healthcare). Running for between 3 and 12 years, research projects include four phases: the emergence of the concept, obtaining the technological proof of concept, then the industrial proof of concept, assessment of the anticipated applications, and the transfer of the project to a partner company. To this end, the Inserm’s thematic institute Technology for Health helps researchers in the last three steps in collaboration with Inserm Transfert. Inserm also has technology research accelerators (ARTs) which target the development of innovative technologies and make them available to research teams that could benefit from them. Within Inserm, the commercialisation of the results allows reinvestment in new, promising innovations. In 2016, this activity generated €32 million from company partnerships. Not surprising then that Inserm is ranked as the ninth most innovative public research institution in the world (ThompsonReuters ranking, 2016).

En étudiant le lien entre malnutrition périnatale et système digestif chez le rat, une équipe de chercheurs de l’Inserm en collaboration avec l’Inra et l’Université et CHU de Nantes a découvert des anomalies fonctionnelles digestives chez les ratons et une réponse inadaptée au stress. / By studying the link between perinatal malnutrition and the digestive system in rats, a team of Inserm researchers, in collaboration with the INRA and Nantes university and university hospital, discovered digestive functional abnormalities in young rats and an ill-adapted response to stress.

43 25/02/19 16:07


arlementaires de

rance

Publireportage

MAGAZINE

Institut Roche Un accélérateur de l’innovation scientifique et biomédicale au service du patient L’institut Roche construit et valorise des partenariats scientifiques de haut niveau, avec les équipes académiques françaises, contribuant ainsi à la découverte d’innovations thérapeutiques. C’est actuellement en France la seule structure entièrement dédiée à la recherche partenariale dans les sciences du vivant. Depuis 2009, il a permis de mener 140 programmes scientifiques et représente un investissement de plus de 40 millions d’euros dans des partenariats « publicprivé », qui ont donné lieu à 64 publications et 4 dépôts de brevet. Ses domaines de recherche sont la cancérologie, les neurosciences, l’ophtalmologie, les maladies infectieuses, l’immunologie et les maladies rares. Structure de recherche collaborative et multidisciplinaire, l’Institut Roche ambitionne de transformer rapidement les découvertes de la recherche fondamentale en applications cliniques pour le patient.

© Institut Roche

Diagnostics tout en soutenant le troisième pilier de la médecine de précision : l’intelligence artificielle et l’utilisation des données moléculaires ou d’imagerie des patients recueillies en partenariat étroit avec les centres d’excellence hospitalouniversitaires.

Patrice Denèfle, Directeur Général de l’Institut Roche Patrice Denèfle, General Manager of the Roche Institute

L

es missions de l’Institut Roche sont d’identifier les projets de recherche innovants et d’établir des partenariats scientifiques de haut niveau dans des domaines d’intérêt mutuels et d’être une interface avec la communauté scientifique. Structure entièrement et exclusivement dédiée à la recherche, l’Institut Roche est en interface étroite avec les pôles de recherche indépendants et autonomes du Groupe Roche. L’Institut Roche joue, depuis quelques années, un rôle majeur en France dans la construction et le pilotage scientifique de nombreuses collaborations entre les acteurs français de la recherche et ces pôles du Groupe Roche. Son ambition est d’être à la fois le portail d’accès et le catalyseur de l’Innovation pour les patients en France. Il relaie ainsi les investissements R&D translationnelle de Roche Pharma (thérapeutique) et Roche

44 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 44

À titre d’exemples, l’Institut Roche poursuit des travaux sur la maladie d’Alzheimer avec l’Inserm et l’AP-HP (étude IMABio3). Une autre collaboration (InfoR-Autism) avec la Fondation FondaMental, le CEA, l’Institut Pasteur et l’Inserm, porte sur les grands traits de l’autisme. L’Institut Roche collabore étroitement au travers de contrats-cadres avec des centres comme l’Institut Pasteur, l’Institut Curie, l’Oncopole de Toulouse, le centre régional de lutte contre le cancer Gustave Roussy à Villejuif... Autant d’investissements de moyen et long terme qui visent à améliorer les connaissances en vue de développer des solutions thérapeutiques appropriées. La « recherche translationnelle », pour accélérer l’innovation thérapeutique La coopération entre recherches publique et privée a donné naissance à la recherche dite « translationnelle », qui permet aux patients de bénéficier plus rapidement des progrès médicaux. La recherche translationnelle se définit comme le chaînon manquant entre médecine et science. Elle renforce en cela le lien entre recherche et applications thérapeutiques. Cancers, maladies neurologiques et psychiatriques, pathologies infectieuses, maladies inflammatoires et auto-immunes... Il est urgent d’accélérer l’arrivée de nouveaux traitements pour mieux prendre en charge et à terme guérir les personnes atteintes de maladies graves.

Les sciences du vivant progressent continuellement et permettent de mieux comprendre les maladies. Mais pour que cette compréhension des mécanismes moléculaires des pathologies se traduise par un diagnostic plus précoce et des traitements plus sûrs et plus efficaces, il est important que les chercheurs du public et du privé dialoguent et travaillent ensemble. Le développement de la recherche partenariale est en effet primordial pour répondre aux enjeux d’une médecine de plus en plus personnalisée, avec des traitements qui ciblent des anomalies moléculaires précises tout en tenant compte des caractéristiques biologiques du patient. L’Institut Roche s’appuie sur les centres d’excellence en médecine translationnelle qui ont pu émerger grâce au Programme d’investissements d’avenir (PIA). Cet écosystème porteur facilite la découverte de nouveaux traitements dans le cancer, et notamment en immuno-oncologie, dans les maladies neurologiques comme la sclérose en plaques (avec une transposition réussie du savoir-faire en oncologie aux neurosciences), dans les maladies infectieuses (hépatite B, bactéries multirésistantes aux antibiotiques), ou encore dans les maladies rares (amyotrophie spinale, chorée de Huntington…). Distinct et complémentaire de la Fondation Roche, focalisé sur la recherche translationnelle de pointe en partenariat avec les pôles d’excellence académiques, l’Institut Roche est un exemple réussi de partenariats public-privé en France pour apporter plus rapidement des innovations thérapeutiques majeures aux patients. Mars 2019

25/02/19 16:07


arlementaires de

Publireportage

rance

MAGAZINE

Institut Roche An accelerator of scientific and biomedical innovation at the service of the patient

The missions of the Institut Roche are to identify innovative research projects, to establish high-level scientific partnerships in areas of mutual interest, and to act as an interface with the scientific community. With a structure entirely and exclusively devoted to research, the Institut Roche closely interfaces with the independent and autonomous research units of the Roche Group. The Institut Roche has for several years played a key role in France in the establishment and scientific steering of numerous collaborations between French research actors and these units of the Roche Group. It aims to act both as the access portal and as the catalyst of innovation for patients in France. It thus builds on the translational R&D investments of Roche Pharma (therapeutics) and Roche Diagnostics, while at the same time supporting the third pillar of precision medicine: artificial intelligence and the use of patients’ molecular or imaging data collected in close partnership with university hospital centres of excellence. For example, the Institut Roche is pursuing work on Alzheimer’s disease together with Inserm and AP-HP (IMABio3 study). Another collaboration (InfoR-Autism) with the Fondation FondaMental, the CEA, the Institut Pasteur and Inserm, covers the main features of autism. Through framework agreements, the Institut Roche works closely with centres such as the Institut Pasteur, the Institut Curie, the Oncopole de Toulouse, and the regional cancer centre Gustave Roussy in Villejuif. All these medium and long term investments are aimed at improving knowledge to develop appropriate therapeutic solutions. “Translational research” to speed up therapeutic innovation Cooperation between public and private research has given rise to so-called “translational” research, which allows patients to benefit from medical advances as rapidly as possible. Translational research is defined March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 45

© Institut Roche

The Institut Roche establishes and promotes high-level scientific partnerships with French academic teams, thus contributing to the discovery of therapeutic innovations. It is currently the only structure in France devoted entirely to partnershipbased research in life sciences. Since 2009, it has allowed the implementation of 140 scientific programmes, representing an investment of over €40 million in public-private partnerships, which resulted in 64 publications and 4 patent registrations. It conducts research in the areas of cancer, neuroscience, ophthalmology, infectious diseases, immunology and rare diseases. As a collaborative and multidisciplinary research structure, the Institut Roche aims to rapidly translate fundamental research discoveries into clinical applications for patients.

as the missing link between medicine and science. As such, it reinforces the link between research and therapeutic applications. Cancers, neurological and psychiatric disorders, infectious diseases, inflammatory and autoimmune diseases, etc. There is an urgent need to speed up the arrival of new treatments to ensure more effective treatment and eventual cure of people with serious diseases. Life sciences are continually developing and help us to better understand diseases. However, if this understanding of the molecular mechanisms of disease is to lead to earlier diagnosis and safer and more effective treatments, it is essential for public and private researchers to communicate and work together. The development of research partnerships is in fact vital to meet the challenges of increasingly personalised medicine, with treatments targeted at specific molecular defects, while at the same time taking into account the patient’s biological characteristics. The Institut Roche builds on the centres of excellence in translational medicine that have

emerged under the «Investing for the Future» programme. This supporting ecosystem facilitates the discovery of new treatments for cancer, and immuno-oncology in particular, neurological disorders such as multiple sclerosis (with the successful transposition of oncological knowledge to neurosciences), infectious diseases (hepatitis B, multi-antibiotic resistant bacteria), or rare diseases (spinal muscular atrophy, Huntington’s chorea, etc.). Distinct from and complementary to the Fondation Roche, focusing on cutting-edge translational research in partnership with academic centres of excellence, the Institut Roche is a successful example of publicprivate partnerships in France that allow patients to benefit from major therapeutic innovations as rapidly as possible.

Institut Roche 30, cours de l’Île Seguin F-92650 Boulogne Billancourt cedex Tél. : +33 (0)1 47 61 40 00 http://www.roche.fr/innovation-recherche-medicale/ institut-roche.html

45 25/02/19 16:07


arlementaires de

rance

Publireportage

MAGAZINE

Pfizer France Inventer, accélérer, adopter Un entretien avec Dr Luca MOLLO,

© Pfizer France

© Pfizer France

Country Medical Director, Chief Medical Officer de Pfizer France

Quels sont les chiffres-clés et les domaines d’expertise de Pfizer France ? Présent depuis 60 ans sur le territoire national, Pfizer France totalise 1  100 collaborateurs, 160 médicaments et vaccins sur le marché, 224 projets de recherche (chiffre 2017) et 76 essais cliniques en tant que promoteur. À l’échelle mondiale, Pfizer investit 15 % de son chiffre d’affaires annuel dans la R&D et compte une centaine de molécules en phase clinique qui devraient déboucher sur près de 25 nouveaux traitements d’ici 2022. Par ailleurs, Pfizer France est présent sur de nombreux domaines thérapeutiques dont l’oncologie, les maladies rares, l’inflammation, l’immunologie, la médecine interne, les vaccins, la santé de la femme et la santé familiale, les médicaments OTC… La société est en outre composée de 3 entités juridiques indépendantes  : Pfizer Biopharmaceuticals Group, Pfizer Santé familiale et Upjohn. Quels partenariats de recherche avezvous développés ? En plus des études sponsorisées par un partenaire académique et financées ou cofinancées par Pfizer France, des partenariats de recherche ont été conclus avec l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM), l’Inserm… Pfizer France participe également à des fonds d’amorçage et d’investissement comme InnoBio 1, des sociétés de biotech telles que Cellectis et au pôle de compétitivité Medicen Paris Region.

46 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 46

Pourriez-vous nous présenter vos médicaments en développement ? La société a beaucoup investi en oncologie et dans les maladies rares pour lesquelles il existe de nombreux besoins non couverts. Une nouvelle molécule, le tafamidis, sera bientôt mise sur le marché pour le traitement de la cardiomyopathie amyloïde. Dans d’autres domaines thérapeutiques, un médicament en phase III cible le traitement de la douleur lombaire chronique et de l’ostéo-arthrose via un anticorps monoclonal. De nouveaux vaccins sont également en cours de développement pour certaines maladies infectieuses, de même que plusieurs médicaments pour traiter une pathologie en forte croissance qu’est la stéatohépatite alcoolique. Enfin, d’autres médicaments en oncologie sont en phase avancée. Pourriez-vous nous présenter le Pfizer Healthcare Hub ? Lancé en septembre 2018 en collaboration avec l’ICM et son incubateur santé iPEPS hébergé notamment sur le site de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière le Pfizer Healthcare Hub est un programme d’accélération pour le développement de solutions digitales en santé et l’accompagnement de startups. Après une sélection sur les 32 dossiers de candidatures reçus, quatre startups - AD SCIENTIAM, KIWIFAB, LUCINE, SÊMEIA - ont été sélectionnées fin janvier selon des critères de maturité, de parcours de soin et de qualité de vie des patients. Elles pourront ainsi bénéficier de l’expertise de l’ICM et de Pfizer France

en matière médicale, pharmaceutique, clinique et règlementaire. Quels sont selon vous les grands défis qui attendent la recherche dans vos domaines d’expertise ? Notre principal défi consiste à mettre à disposition des patients et des professionnels de santé de nouveaux médicaments pour les besoins non couverts, comme par exemple en oncologie et maladies rares. Face à une attente énorme, la recherche prône une approche combinant les nouveaux mécanismes d’action, les nouvelles voies de signalisation et l’immunothérapie pour améliorer l’espérance de vie en bonne santé et la survie globale des patients. Beaucoup de progrès ont été faits en oncologie, mais à défaut de guérir les patients de tout type de cancers, nous espérons transformer les cancers en maladies chroniques susceptibles d’être contrôlées et surveillées sur le long terme. La recherche est également vitale pour les maladies rares, aussi invalidantes que mortelles : la thérapie génique et les mécanismes d’action innovants offrent des perspectives thérapeutiques prometteuses. Un autre enjeu de taille n’est pas médical mais administratif. Il s’agit de favoriser l’accès précoce à l’innovation. Les patients devraient pouvoir bénéficier plus rapidement des nouveaux médicaments innovants. Or la procédure est très longue : il faut attendre en moyenne un an et demi après l’autorisation de mise sur le marché pour qu’un prix soit fixé. Il est donc crucial d’accélérer cette procédure : c’est un défi majeur pour les autorités de santé et l’industrie pharmaceutique. Il en va de l’intérêt des patients. Mars 2019

25/02/19 16:07


arlementaires de

Publireportage

rance

MAGAZINE

Pfizer France Invent, accelerate and adopt Interview with Luca MOLLO, MD

© Pfizer France

© Pfizer France

Country Medical Director, Chief Medical Officer of Pfizer France

What are Pfizer France’s key figures and areas of expertise? Established in France for 60 years, Pfizer France has 1,100 employees, 160 medicines and vaccines on the market, 224 research projects (2017 figure) and 76 clinical trials as a sponsor. Worldwide, Pfizer invests 15 % of its annual turnover in R&D and has about one hundred molecules in the clinical phase which should lead to almost 25 new treatments between now and 2022. Moreover, Pfizer France is active in many therapeutic fields including oncology, rare diseases, inflammation, immunology, internal medicine, vaccines, women’s health and family health, OTC medicines, etc. The company is made up of 3 independent legal entities: Pfizer Biopharmaceuticals Group, Pfizer Consumer Health and Upjohn. What research partnerships have you developed? In addition to studies sponsored by academic partners and funded or co-funded by Pfizer France, research partnerships have been established with the Brain and Spine Institute (ICM), Inserm, etc. Pfizer France also contributes to start-up and investment funds such as InnoBio 1, biotech companies such as Cellectis and the competitiveness cluster, Medicen Paris Region. Could you tell us about the medicines you are developing at the moment? The company has invested heavily in oncology and rare diseases where there are many unmet needs. A new molecule, tafamidis, will soon be placed on the market for the treatment of amyloid cardiomyopathy. March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 47

In other therapeutic areas, a drug in phase III will target the treatment of chronic lower back pain and osteoarthrosis through a monoclonal antibody. New vaccines are also being developed for certain infectious diseases, as well as several drugs for alcoholic steatohepatitis, a pathology that is rapidly increasing. Finally, other drugs in oncology are at advanced phases. Could you tell us about the Pfizer Healthcare Hub? Launched in September 2018 in collaboration with ICM and its health incubator iPEPS housed especially on the site of the Pitié-Salpêtrière hospital, the Pfizer Healthcare Hub is leading an acceleration programme for the development of digital solutions in health and start-up support. After a selection of the 32 applications received, four startups - AD SCIENTIAM, KIWIFAB, LUCINE, SÊMEIA - have been selected at the end of January, according to the criteria of maturity, care pathway and patients’ quality of life. They will also be in a position to avail of the expertise of ICM and Pfizer France in medical, pharmaceutical, clinical and regulatory matters.. In your opinion what are the major challenges facing research in your area of expertise? Our major challenge is being able to provide patients and healthcare professionals with new drugs for unmet needs, such as in oncology and rare diseases. Faced with this huge expectation, research is advocating an approach combining new mechanisms of action, new signalling

pathways and immunotherapy to improve life expectancy in good health and overall survival of patients. Significant progress has been made in oncology, but if we are unable to cure patients with any type of cancer, we hope to turn cancers into chronic diseases that can be managed and monitored over the long term. Research is also crucial for rare diseases, both disabling and fatal; gene therapy and innovative mechanisms of action offer promising therapeutic prospects. Another major issue is not medical but administrative. This is the promotion of early access to innovation. Patients should be able to benefit more quickly from new innovative drugs. However, the procedure takes too long: on average, we have to wait a year and a half after marketing authorisation before a price is set. It is, therefore, crucial to accelerate this procedure. This is a major challenge for health and pharmaceutical sector authorities. The interest of patients is at stake.

Pfizer France 23-25, avenue du Dr Lannelongue F-75668 Paris Cedex 14 Tél. : +33 (0)1 58 07 30 00 E-mail : media-france@pfizer.com https://www.pfizer.fr/

47 25/02/19 16:08


© unsplash

© unsplash

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 48

25/02/19 16:08


arlementaires de

Publireportage

rance

MAGAZINE

Macopharma Créée en 1977, Macopharma s’appuie sur 2 500 collaborateurs répartis sur 2 sites dans le nord de la France et de nombreux autres en Pologne, Tunisie…

Created in 1977, Macopharma is supported by 2,500 employees across two sites in the north of France and many more in Poland, Tunisia, and elsewhere.

© Macopharma

Your partner in blood transfusion and biotherapy

© Macopharma

Votre partenaire en transfusion sanguine et biothérapie

À

Macopharma, l’activité de recherche est portée par une cinquantaine de personnes qui se consacrent à des projets innovants pour de nouvelles technologies et applications, sans oublier la recherche incrémentale pour le développement de nouveaux produits en lien avec les gammes existantes et en réponse aux besoins des clients.

A

Dans le domaine de la transfusion, Macopharma perfectionne en continu sa gamme historique qui inclut la collecte du sang et la préparation de composés sanguins labiles (plasma, concentrés de globule rouge, concentrés plaquettaires). La société propose aussi diverses solutions pour inactiver la charge virale et bactérienne du plasma et poursuit de nombreux projets sur la conservation longue durée des produits sanguins.

In transfusion, Macopharma is constantly working to perfect its long-running range, which includes blood collection and the preparation of labile blood compounds (plasma, red blood cell concentrates and platelet concentrates). The company also offers a variety of solutions to deactivate the viral and bacterial load in plasma and is working on a number of projects relating to the long-term storage of blood products.

t Macopharma, the research activity is conducted by around fifty people who work on innovative projects for new technologies and applications, as well as incremental research for the development of new products linked to existing ranges and according to the needs of clients.

Depuis une dizaine d’années Macopharma a initié une activité en biothérapie (médecine régénérative et thérapie cellulaire). Cette activité englobe la collecte de cellules, la congélation, l’expansion in vitro en vue d’obtenir des doses thérapeutiques et le traitement des cellules afin d’acquérir de nouvelles propriétés telles que la photophérèse extracorporelle (traitement ex-vivo des globules blancs aux UVA pour leur permettre de créer un mécanisme d’immunorégulation). Par ailleurs Macopharma a mis au point un lysat plaquettaire humain : issu du recyclage de plaquettes périmées, ce produit biologique humain favorise activement l’expansion des cellules souches à doses thérapeutiques grâce à sa teneur élevée en cytokines et autres facteurs de croissance. Ces recherches font l’objet de partenariats privés et publics en France, en Europe et au-delà.

Around a decade ago, Macopharma started biotherapy activities (regenerative medicine and cell therapy). This activity includes the collection of cells, freezing, in-vitro growth to obtain therapeutic doses and cell treatment to acquire new properties such as extracorporeal photophoresis (treatment ex-vivo of white blood cells with UVA to allow them to create an immunoregulation mechanism). In addition, Macopharma has developed a human platelet lysate: made from recycling expired platelets, this human biological product actively promotes the growth of stem cells to therapeutic doses through its high levels of cytokines and other growth promoters. This research has already been used in private and public partnerships in France, Europe and beyond.

Pour l’heure Macopharma entend bien explorer de nouvelles pistes de valorisation des produits sanguins et partir de sa gamme historique de transfusion pour développer des traitements injectables ainsi que des produits biologiques issus de produits sanguins applicables à différentes pathologies. Un positionnement stratégique.

Currently, Macopharma is looking to explore new areas where blood products could be used and to rely upon its long-running transfusion range to develop injectable treatments and biological products produced from blood products that can be applied to various pathologies. Strategic positioning indeed. Macopharma 200, chaussée Fernand Forest - F-59200 Tourcoing Tél. : +33 (0)3 20 11 84 00 - Fax : +33 (0)3 20 11 84 03 E-mail : sonia.chatellier@macopharma.com / bruno.delorme@macopharma.com https://www.macopharma.com/fr

March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 49

49 25/02/19 16:08


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Coordonner sciences sociales et sciences de l’ingénieur en amont de la recherche Un entretien avec M. Jean-Pierre GAUDIN, Professeur émérite de science politique à Sciences-Po Aix, Président du Conseil scientifique du Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme (GIS)

Quelles sont les priorités actuelles des Maisons des Sciences de l’Homme (MSH) ? Dès le départ du Réseau National des MSH, qui fédère aujourd’hui 23 Maisons, l’objectif a été de promouvoir, stimuler et offrir les conditions concrètes d’une plus grande interdisciplinarité. Aujourd’hui cet objectif s’élargit à ce qu’on peut appeler « l’intersectoriel », c’està-dire le lien avec les autres sciences. On peut en mesurer les conséquences favorables dans des domaines tels que les sciences cognitives, l’archéologie, les modèles urbains, l’histoire quantitative, le traitement des corpus linguistiques et littéraires, l’économie mathématique, l’analyse des statistiques électorales, la psychologie expérimentale ou la simulation de différents « mix énergétiques ». Il s’agit également, pour le Réseau National, d’assurer des contacts interinstitutionnels au sein de l’Enseignement supérieur et la recherche (notamment entre les grands partenaires du Réseau  : CNRS, Universités, Ministère de la Recherche) et dans le

50 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 50

© DR

souples avec les collectivités territoriales ou les établissements publics locaux. À la diffusion des travaux de recherche s’ajoutent donc la médiation et la valorisation vers la société (salons, comités de valorisation, concours, etc.).

même temps de veiller à ce que chaque MSH développe sa propre identité scientifique, avec des programmes de recherche propres. Enfin, le Réseau national des MSH accompagne et soutient des initiatives à l’international afin de nouer des coopérations pour des programmes européens et de diffuser l’expérience française des MSH. Mais cela ne saurait faire oublier l’importance, en même temps, de l’inscription territoriale de chaque MSH dans sa région, et sur son site universitaire. Cela passe par l’accueil d’équipes de recherche locales, la mise à disposition de matériels et de grands équipements en sciences sociales (notamment les plateformes Spatio pour les documents cartographiques, Scripto et Audio-Visio pour les archives écrites et audiovisuelles) ainsi que la définition d’appels d’offres incitatifs de recherche. Et les MSH se situent en même temps au carrefour d’interactions entre une diversité d’acteurs locaux, publics et privés, grâce à des partenariats

Comment les Sciences Humaines et Sociales contribuent-elles aux grands débats contemporains ? Les spécialités disciplinaires existent, certes, mais elles doivent coopérer de plus en plus face aux défis de la connaissance et développer une vision intégrée des situations multi causales. Il faut donc faire place à une véritable complexité des problèmes, et une des voies essentielles est celle de l’interdisciplinarité que promeut le Réseau National des Maisons des Sciences de l’Homme. De ce point de vue, il y existe une approche-clé, c’est celle de la contextualisation des analyses, c’est-à-dire, pour l’approche des questions de recherche, une prise en compte plus approfondie des espaces, des histoires et des cultures, avec leurs différences. Elle permet dans le même temps de répondre de manière plus riche aux demandes sociales fortes qui sont faites aux MSH en termes de préconisations, d’innovations à promouvoir ou de procédures pour convaincre. Mais il convient aussi d’aborder les problèmes en bonne coordination avec les autres sciences que les sciences humanes et sociales. En somme, ne pas recourir aux sciences humaines et sociales seulement en fin de parcours, pour prévoir une évaluation ex-post ou encore pour chercher à prévoir l’acceptabilité sociale des phénomènes ou de mesures envisagées. Le Réseau National des MSH promeut donc de plus en plus des coordinations entre sciences sociales et techno-sciences en amont des investigations.

© Loïc Damelet / CNRS-CCJ

Les Sciences Humaines et Sociales font face à de nouveaux types de défis de société. Quels sont-ils ? Parmi ces défis, un équilibre doit en particulier être trouvé entre ressources naturelles et activités humaines. Ainsi, la question climatique renvoie de plus en plus étroitement à celle de la protection de l’environnement ; qui elle-même nous interroge sur la protection des ressources naturelles et donc sur un développement plus durable et une économie qui intègre le temps long ; et par là même nous conduit aussi à réfléchir sur la transition énergétique avec notamment des métropoles urbaines qui pourraient être moins consommatrices en espace et en énergie. Mais nous sommes en même temps confrontés à des mutations technologiques essentielles qui représentent d’autres défis. Notamment, la multiplication rapide de systèmes intelligents (Intelligence Artificielle, algorithmes et data mining, modèles multi-agents) conduit à aborder de façon renouvelée aussi bien les politiques de santé et d’alimentation ou de bien-être que celles relatives à la sécurité publique et à la citoyenneté participative, par exemple. Ainsi les questions actuelles de société sont-elles souvent solidaires les unes des autres et elles appellent donc de plus en plus des approches scientifiques «  transversales  », c’est-àdire requérant des passerelles entre disciplines universitaires et l’analyse d’objets complexes qu’on ne peut « découper » selon les approches disciplinaires (cf. le Schéma National de la Recherche, 2014, et ses 10 défis principaux).

Salle Paul-Albert Février à la Maison Méditerranéenne des sciences de l’Homme / Room Paul-Albert February at the Mediterranean House of Human Sciences

Mars 2019

25/02/19 16:08


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Coordinating social and engineering sciences upstream of research Interview with Mr Jean Pierre GAUDIN, Professor emeritus in political science at Sciences-Po Aix, President of the Conseil scientifique du Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme (Scientific Council of the National Network of Houses of Human Sciences - GIS)

© CC BY RNMSH 2018

programmes. Finally, the MSH national network guides and supports international initiatives to form cooperations for European programmes and disseminate the French experience of the MSHs. However the importance of the territorial anchoring of each MSH in its region and university site must not be forgotten. This takes the form of hosting local research teams, making materials and large equipment available in the social sciences (in particular the Spatio platforms for cartographic documents, and Scripto and Audio-Visio for written and audio-visual archives) as well as drawing up calls for tenders that are incentives for research. The MSHs are also positioned at the crossroads of interactions between a range of local, public and private organisations, through flexible partnerships with local and regional authorities or local public institutions. Added to the dissemination of research work is mediation and promoting research in society (exhibitions, management committees, competitions, etc.).

The social sciences and humanities are faced with new types of societal challenges. What are these challenges? Among these challenges, a balance needs to be found, particularly between natural resources and human activities. As such, the issue of climate is increasingly closely linked to that of protection of the environment, which in turn involves the protection of natural resources and thus more sustainable development and an economy that considers the long term. This also in turn leads us to think about energy transition, especially urban centres that could become more space- and energy-efficient. However, at the same time we are faced with key technological changes that represent other challenges. In particular, the rapid increase in intelligent systems (artificial intelligence, algorithms and data mining and multi-agent models) is leading to renewed discussions on health, nutrition and well-being policies, as well as policies on public safety and participatory citizenship, for example. This means that the current issues in society are often collective issues that increasingly call for ‘cross-cutting’ scientific approaches, meaning those requiring links between different university disciplines and analysis of complex

March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 51

objects that cannot be broken down into specific fields (see National Research Plan, 2014, and its list of 10 main challenges). What are the current priorities of the Maisons des Sciences de l’Homme (Houses of Human Sciences - MSH)? From the beginning, the objective of the MSH national network, which is a federation of 23 Maisons, has been to promote, stimulate and provide tangible conditions to foster greater interdisciplinarity. Today, this objective has expanded to what could be described as ‘inter-sectorality’, or the link with other sciences. From this, we can see positive impacts in fields such as cognitive science, archaeology, urban simulation, quantitative history, processing of linguistic and literary corpora, mathematical economics, electoral statistical analysis, experimental psychology or the modelling of different ‘energy mixes’. For the national network, it also means ensuring interinstitutional contacts within higher education and research (in particular between major partners in the network: CNRS, universities, Ministry for Research) and at the same time ensuring that each MSH develops its own scientific identity and own research

How do the social sciences and humanities contribute to the major current debates? Specialist disciplines exist of course, but there is a need for greater cooperation to understand and to develop a comprehensive view of multi-causal situations. As such, space has to be opened up for the genuine complexity of issues, and one of the key ways to do this is via interdisciplinarity, promoted by the national network of the MSHs. From this perspective, there is a key approach, that of putting analyses into context, i.e. when approaching research questions, taking spaces, history, culture and their differences more into account. At the same time, this allows a more in-depth response to the major societal demands made to MSHs in terms of recommendations, innovations to promote or procedures to convince. It is also worth looking into the issues with good coordination with sciences other than the social sciences and humanities. In short, do not use the social sciences and humanities only at the end of the process, to plan for an assessment after the fact or to seek to predict social acceptance of phenomena or the measures planned. The national network of MSHs is thus promoting greater coordination between the social sciences and Science and Tech, upstream of investigations.

51 25/02/19 16:08


© unsplash

Mars 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 52

25/02/19 16:08


© unsplash

© unsplash

March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 53

25/02/19 16:08


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Concilier performance environnementale, nouvelles attentes alimentaires et performance économique des exploitations Un entretien avec M. Philippe MAUGUIN, P-DG de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra)

Pourriez-vous nous présenter votre activité en matière d’innovation, de transfert et d’offres de technologies et nous parler des partenariats de recherche que vous avez développés ? L’Inra doit rester à la pointe des connaissances et des technologies, et joue un rôle-clé dans l’innovation au travers de ses résultats

54 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 54

situent les lieux de débat de ces questions (GIEC, IPBES). Du pourtour méditerranéen aux confins de la Chine, où l’initiative 4 pour 1000 pour la sécurité alimentaire et le climat revêt tout son sens, notre engagement est grand. L’Inra est partie prenante de quelque 20 Laboratoires internationaux associés à travers le monde.

© Pascal Guittet_Usine Nouvelle

Pourriez-vous nous rappeler les principales thématiques de recherche de l’Inra et nous donner quelques exemples de projets de recherche en ours ? L’Inra produit des connaissances et des innovations dans les domaines de l’alimentation, l’agriculture et l’environnement pour accompagner la transition agro écologique et faire face aux défis de la sécurité alimentaire mondiale et du changement climatique. Assurer à chacun une alimentation saine et durable et permettre à nos agriculteurs d’adopter des pratiques plus performantes et plus durables nécessite d’explorer les déterminants de ces transitions pour proposer des solutions. Une démarche à laquelle notre mission d’appui aux politiques publiques donne tout son sens. Je souhaite souligner ici les travaux d’excellence menés sur la vigne et le vin avec à la clé de nouveaux cépages résistants au mildiou et à l’oïdium, permettant de diminuer de plus de 80 % l’utilisation de pesticides. Ces résultats de près de 30 années de recherche donnent à voir que les évolutions attendues par la société et les acteurs sont possibles. Je veux aussi illustrer par un exemple la transition de nos modèles agricoles avec le défi de la diversité des cultures et l’impératif de couverture des sols. Ceci doit aller de pair avec des recherches sur le développement de cultures comme les légumineuses qui jusqu’alors sont insuffisamment valorisées dans l’alimentation humaine. Concentrer des efforts de recherche sur la conception de nouveaux produits associant céréales et légumineuses (comme dans le cas de pâtes avec une teneur importante en légumineuse) est une des manières de concilier performance environnementale, nouvelles attentes sociétales en terme d’alimentation et aussi performance économique des exploitations par une meilleure valorisation de leurs productions.

fondamentaux, des collaborations avec les industriels, de son implication dans des innovations précompétitives, ou en appui à la création d’entreprises innovantes. Depuis 1999, 108 start-up ont été créées. Notre stratégie d’innovation, très opérationnelle, cible 17 domaines prioritaires, par exemple PlantInnov, au service de la compétitivité durable des productions végétales. Nos partenariats sont multiples, avec les acteurs socio-économiques, la société civile et l’enseignement supérieur. La vitalité des partenariats noués par les équipes scientifiques de l’Inra avec les partenaires professionnels des secteurs agricole, alimentaire, forestier et de l’environnement s’illustre par exemple au travers de la participation de notre Institut à 9 projets de Territoires d’Innovation de Grandes Ambitions (TIGA) retenus début 2018 dans le cadre du Programme d’Investissement d’Avenir (PIA3). Le TIGA VitiRev aspire à faire de la Nouvelle Aquitaine un territoire d’excellence pour la viticulture de demain, économe en pesticides. Le Laboratoire d’innovation territoriale « Ouest Territoires d’Élevage  » porte lui l’ambition d’améliorer les conditions d’élevage et de vie des éleveurs, le bienêtre et la santé des animaux de ferme. Enfin, l’internationalisation de nos partenariats est stratégique. C’est à cette échelle que se jouent les enjeux de recherche et que se

Quels sont selon vous les grands enjeux à venir dans le domaine de la recherche et auxquels l’Inra doit faire face ? L’Inra va poursuivre le renforcement du caractère interdisciplinaire de ses recherches au travers de grands programmes thématiques. Par ailleurs la compétition mondiale qui existe aussi dans le secteur de la recherche imposera de conforter nos partenariats et coopérations stratégiques au niveau européen et international tout en intensifiant nos partenariats avec des acteurs économiques. L’objectif est d’accélérer l’innovation sur les grands fronts de science. Tout cela se fera naturellement dans un contexte de transition numérique, l’intelligence artificielle devant être mobilisée au service des grands enjeux du développement durable. La fusion de l’Inra avec Irstea début 2020 nous permettra de conforter notre leadership sur les domaines de l’agriculture numérique, de l’eau, de la prévention des risques naturels et de la bioéconomie.

L’INRA en chiffres (2017) • Premier institut européen de recherche agronomique ; • Deuxième rang mondial pour ses publications en sciences agronomiques ; • Une communauté de 13 000 personnes ; • Plus de 250 laboratoires au sein de 17 centres de recherche en région ; • 340 familles de brevets, 443 certificats d’obtention végétale et 181 logiciels et bases de données ; • 980 contrats actifs avec un ou plusieurs partenaires.

Mars 2019

25/02/19 16:08


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Reconciling environmental performance, new nutritional expectations and economic performance in agriculture Interview with Mr Philippe MAUGUIN, CEO of the National Institute for Agricultural Research (INRA)

© cf. intitulés.

Territories) is aiming to improve the rearing conditions and lives of cattle farmers and the well-being and health of farm animals. Finally, the internationalisation of our partnerships is strategic. This is the level at which research issues are resolved and where discussions on these issues occurs (GIEC, IPBES). From the Mediterranean coastline to the fringes of China, where the 4 for 1000 initiative in food safety and climate takes on its full meaning, and we are heavily committed to it. The INRA is a stakeholder in around 20 linked international laboratories across the world.

Could you tell us about the main research topics of the INRA and give us a few example of research projects in progress? The INRA produces knowledge and innovations in the fields of nutrition, agriculture and the environment to guide the transition to ecological agriculture and face up to the challenges of world food safety and climate change. Ensuring that everyone has a healthy, sustainable diet and allowing our farmers to adopt higher performing and more sustainable practices requires us to explore the decisive factors in these transitions to suggest solutions. This approach makes complete sense given our mission to support public policies. I would like to highlight here the excellent work conducted on grapevines and wine, resulting in new varieties of vine that are resistant to downy mildew and powdery mildew, allowing a reduction in the use of pesticides of over 80%. These results come after nearly 30 years of research and show that the changes expected by society and stakeholders are possible. I would also like to give you an example of the transition of our agricultural models with the challenge of culture diversity and the necessity of soil coverage. This has to involve research on the development of cultures such as legumes, which so far have not been sufficiently valued in human nutrition. Concentrating research efforts on designing new products combining cereals and legumes (such as pasta with high legume content) is one way of combining environmental performance, new societal March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 55

nutritional demands and economic performance in farming by increasing the value of yields. Could you tell us about your activities in innovation, technology transfers and offers, and talk about research partnerships you have developed? The INRA has to stay at the leading edge of knowledge and technology, and plays a key role in innovation through its fundamental research, collaborations with industrial partners, and its involvement in pre-competitive innovations, or in supporting the creation of innovative companies. Since 1999, 180 start-ups have been created. Our innovation strategy, which is highly effective, targets 17 priority fields, for example PlantInnov, working towards sustainable competitiveness in growing plants. We have many partnerships, with socio-economic stakeholders, civil society and higher education. The vitality of the partnerships formed by the INRA’s scientific teams with professional partners in the agriculture, food, forestry and environmental sectors is shown, for example, through our involvement in 9 Territoires d’Innovation de Grandes Ambitions (Territories of Innovation of Great Ambitions TIGA) accepted at the beginning of 2018 as part of the Programme d’Investissement d’Avenir (PIA3 – Future Investment Programme). The TIGA VitiRev aims to make Nouvelle-Aquitaine a region of excellence in the viticulture of tomorrow, with limited use of pesticides. The regional innovation laboratory ‘Ouest Territoires d’Élevage’ (West Livestock

In your opinion, what are the major challenges to come in the field of research and that the INRA must tackle? The INRA will continue to step up the interdisciplinary nature of its research through broad thematic programmes. Moreover, the global competition of the research sector will force us to step up our strategic partnerships and cooperations at European and international level, while deepening our partnerships with economic stakeholders. The aim is to accelerate innovation in the major areas of science. All of this will, of course, will be carried out in a context of digital transition, and artificial intelligence will need to be applied to the major challenges of sustainable development. The merger of the INRA and the IRSTEA at the beginning of 2020 will allow us to step up our leadership in the fields of digital agriculture, water, natural risk prevention and the bio-economy.

The INRA in figures (2017) • Leading European agricultural research institution; • Ranked second globally in agricultural science publications; • A community of 13,000 individuals; • Over 250 laboratories in 17 regional research centres; • 340 patent families, 443 new plant variety certificates and 181 software programs and databases; • 980 active contracts with one or more partners.

55 25/02/19 16:08


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Agroalimentaire et bio-ressources Des facteurs-clés de compétitivité La transformation des filières agricoles et agroalimentaires nécessite un effort important en termes de recherche et d’innovation. Il s’agit d’accélérer la montée en gamme des productions, de faire face à la transition climatique et écologique, prendre en compte les attentes de la société pour une meilleure alimentation humaine et prévenir les risques sanitaires. Politiques, chercheurs et entreprises rassemblent leurs énergies pour relever ces défis.

R

emettre la photosynthèse au cœur de notre économie : c’est l’objectif de la stratégie nationale bioéconomie présentée le 18 janvier 2017 par Stéphane Le Foll, alors ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt. Une stratégie relayée dans le Grand Plan d’Investissement du gouvernement. Dans le cadre du PIA3, des appels à projets Concours d’Innovation sont lancés pour soutenir des projets de R&D et innovation portés par des PME ou start-up dont les coûts totaux se situent entre 600 k€ et 5 M€, et qui contribuent à accélérer le développement et la mise sur le marché de solutions et technologies innovantes. Cette action est portée par FranceAgriMer, Bpifrance et l’Ademe (thématiques « Agriculture Innovante » et « Alimentation intelligente »). Quatre priorités majeures en termes de recherche et d’innovation Par ailleurs, les États généraux de l’alimentation ont identifié quatre priorités majeures en termes de recherche et d’innovation  : la transformation des systèmes agricoles vers l’agro-écologie ; l’évolution de l’alimentation humaine pour répondre aux nouvelles aspirations sociétales, et ses enjeux en termes nutritionnels, environnementaux, économiques ainsi que de prévention

et de lutte contre le gaspillage alimentaire ; la bioéconomie à l’échelle des territoires, de la mobilisation des ressources à leur usage diversifié  ; la transformation numérique des filières agricoles et agroalimentaires et l’utilisation des données. Quatre outils sont ainsi mobilisés pour répondre aux enjeux d’innovation collaborative et territoriale, à savoir les Territoires d’innovation de Grande Ambition (TIGA), les Démonstrateurs de la Transition Écologique et Énergétique (5 sur les 8 appels à projets lancés par l’Ademe dans le cadre du PIA3), Agriculture et Agroalimentaire de demain, ainsi que les appels à projets de recherche appliquée et d’innovation financés par le CASDAR et opérés par la DGER, la DGAL et FranceAgriMer. En parallèle, le ministère mobilise deux outils pour répondre aux enjeux de transformation et de montée en gamme  : l’appel à projets « Structuration des filières agricoles et agroalimentaires » et Fonds avenir bio (pour la structuration des filières agricoles biologiques). Accompagner la transition agro-écologique Premier institut européen de recherche agronomique, l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) s’évertue à accompagner

la transition agro-écologique et faire face aux défis de la sécurité alimentaire mondiale et du changement climatique. Fort de 250 unités de recherche et 45 unités expérimentales, 1 849 chercheurs titulaires et 556 doctorants, l’Inra affichait en 2017, 44 nouveaux logiciels et bases de données déposés, 443 variétés végétales dont 13 nouvelles ainsi que 340 brevets en stock dont 43 nouveaux. Ses chercheurs travaillent notamment sur la vigne et le vin (nouveaux cépages résistants au mildiou et à l’oïdium), le développement de cultures comme les légumineuses, la conception de nouveaux produits associant céréales et légumineuses… De plus, l’Inra joue un rôle-clé dans l’innovation : 108 start-up ont été créées depuis 1999 et PlantInnov est placé au service de la compétitivité durable des productions végétales. L’Inra participe aussi à 9 projets de TIGA dont VitiRev, qui aspire à faire de la Nouvelle Aquitaine un territoire d’excellence pour la viticulture de demain. Partie prenante de quelque 20 Laboratoires internationaux associés à travers le monde, l’Inra devrait fusionner début 2020 avec Irstea (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture) pour conforter son leadership dans l’agriculture numérique, l’eau, la prévention des risques naturels et la bioéconomie.

© Elina Mark

De nombreuses unités de recherche en biotechnologies agroalimentaires et sciences de l’aliment contribuent également à l’avancée des connaissances. Parmi elles figurent le Laboratoire de biologie appliquée à l’agroalimentaire et à l’environnement (LBAE, Université de Toulouse 3), l’Institut régional de recherche en agroalimentaire et biotechnologie Charles Viollette de Lille, les UMR « Génie et Microbiologie des procédés alimentaires » (GMPA) et «  Ingénierie, procédés, aliments  » (AgroParisTech), l’UMR Qualisud (université de Montpellier) et sa plateforme de technologie agroalimentaire…

Fruits et légumes cultivés en agriculture biologique / Fruit and vegetables grown organically

56 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 56

Pour leur part, les Instituts techniques agro-industriels (ITAI) sont des organismes de recherche technologique, d’expertise, d’assistance technique et de formation au service des PME. Avec plus de 80 implantations en France employant 1 200 chercheurs, ingénieurs et

Mars 2019

25/02/19 16:08


arlementaires de

rance

MAGAZINE

© Hajhouse

Et n’oublions pas Food For Life France : reconnue dans le Contrat de la Filière Alimentaire comme le lieu privilégié de la R&D alimentaire de demain, cette plate-forme fédère l’ensemble des acteurs français de la R&D  : des professionnels aux distributeurs, des centres de recherche publics aux centres techniques spécialisés, des pôles de compétitivité aux pouvoirs publics en passant par les financeurs et les établissements d’enseignement supérieurs. Les projets de recherche soutenus par l’ANIA (Association nationale des industries alimentaires) portent sur l’alimentation intelligente et la santé, la qualité et la sécurité (éco-conception de la chaîne du froid avec le projet OPTICOLD financé par l’ANR), le développement durable et la formation. Avec, en ligne de mire, l’alliance réussie de la compétitivité et du développement durable.

Un champ en agriculture biologique / A field of organic farming

techniciens, les ITAI interviennent dans le secteur alimentaire et les valorisations non-alimentaires des produits agricoles et aquacoles. L’ACTIA (réseau français des instituts techniques de l’agroalimentaire et centres partenaires) fédère et dynamise les activités des 15 ITAI qui proposent des services sur-mesure : développement de produits et de procédés, fabrication de préséries industrielles, prestations analytiques, interventions de conseil. Pour une gestion des ressources optimisée Météo-France apporte également sa contribution : certains de ses chercheurs travaillent en effet sur des prévisions saisonnières de 7 à 12 mois afin de déterminer les grandes tendances et relayer les informations pertinentes sur la gestion des ressources. Son modèle climatique SURFEX permet de mener des études en surface sur la végétation, les eaux et les cultures – une bonne base pour fournir des outils d’aide à la décision et aider le monde agricole à optimiser ses récoltes dans un contexte climatique des plus incertains. Autres acteurs-phares du secteur : les pôles de compétitivité Industrie et agro-ressources (cf. encadré) et Valorial. Résolu à faire de l’ouest alimentaire le territoire de l’aliment plus intelligent, Valorial est le premier réseau dédié à l’innovation agroalimentaire en mode collaboratif. Il fédère 350 membres et une communauté de plus de 3  000 innovateurs autour de 5 domaines

March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 57

d’expertises stratégiques : qualité & sécurité des aliments, technologies innovantes, nutrition santé animale et humaine, usages & marketing alimentaire et ingrédients fonctionnels. De l’idée au marché, Valorial propose une palette de services à la carte associés à chacune des étapes-clés : l’idée, l’avant-projet, le projet, la réalisation et la valorisation. Et les résultats sont là  : depuis 2006, 405 projets collaboratifs innovants impliquant 880 industriels et chercheurs ont été labellisés, soit 675 M€ investis en R&D, plus de 3 Mds€ de chiffres d’affaires additionnel cumulé prévu et plus de 1  300 créations d’emplois prévues. Structures de recherche publique labélisées par le ministère de la recherche et pionniers de la recherche partenariale, les instituts Carnot se sont pour certains spécialisés dans l’agroalimentaire. Agrifood Transition, France Futur Élevage, Innovation Chimie Carnot (I2C), Inria et Irstea, Plant2Pro et Qualiment proposent leurs compétences au bénéfice de l’innovation des entreprises – de la PME au grand groupe – et des acteurs socioéconomiques. En accroissant l’impact économique des actions de R&D partenariale (création d’emploi, chiffre d’affaires national et à l’export, compétitivité), ils répondent aux besoins de R&I des entreprises tout en développant une action proactive de ressourcement scientifique orienté par le besoin. Un gage de compétitivité pour les entreprises !

IAR (Industrie et agro-ressources) : le pôle de compétitivité de la bioéconomie Le pôle IAR rassemble plus de 380 adhérents et totalise déjà plus de 270 projets labellisés et financés pour un investissement total de 1.7 milliard d’euros. Il travaille sur l’ensemble des thématiques liées à la production et la valorisation de la ressource biologique à des fins alimentaires, industrielles et énergétiques selon 4 axes stratégiques d’intervention : la production et la mobilisation des bioressources, les produits biosourcés, l’alimentation et l’énergie. À travers un accompagnement personnalisé, le pôle IAR propose des services visant à améliorer la compétitivité par l’innovation : IAR Projets, IAR Intelligence économique, IAR International, IAR Invest, IAR Academy et IAR Network. Une bonne manière de valoriser les atouts de l’écosystème du Grand Est et des Hauts-de-France, riche de centres de recherche et technologiques de pointe (ARD avec son démonstrateur industriel BioDémo, IMPROVE, PIVERT, EXTRACTIS…), d’universités et de grandes écoles (UPJV, UniLaSalle, Université de Lille, URCA, UTT…), de centres décisionnels d’entreprises (Roquette, Lesaffre, Avril, Vivescia, Soufflet…) et du Campus des Métiers et des Qualifications.

57 25/02/19 16:08


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Agri-foodstuffs and bio-resources Key competitiveness factors The transformation of the agricultural and agri-food sectors requires a huge effort in terms of research and innovation. We will need to increase the quality of products, to address the challenges of climate and ecological transition, to take into account the expectations of society for better food for humans and prevent health risks. Politicians, researchers and businesses are pooling their energies to meet these challenges.

P

utting photosynthesis back at the heart of our economy is the aim of the national bioeconomic strategy as presented by the then Minister for Agriculture, Agri-food and Forestry, Stéphane Le Foll, on 18 January 2017. This strategy was taken up in the government’s Grand Investment Plan. In the context of the PIA3 (Investments for the Future programme) calls for Innovation Competition projects have been launched to support R&D and innovation projects led by SMEs or start-ups, where the total cost is between €600 thousand and €5 million, and which contribute to the development and commercialisation of innovative technological solutions. This campaign is being led by FranceAgriMer, Bpifrance and Ademe (“Innovative Agriculture” and “Smart Agriculture” themes). Four major priorities for research and innovation The « Estates General of Food » have identified four major priorities for research and innovation: the transformation of farming systems towards agro-ecology; the development of food for humans to meet the new aspirations of society and its nutritional, environmental and economic challenges as well as preventing

and combating food waste; bio-economy at regional level and mobilisation of resources for various uses; and digital transformation of the farming and agri-food sectors and the use of this data. Thus, four tools have been mobilised to meet the challenges of collaborative and regional innovation, that is the Great Ambition Innovation Territories (Territoires d’innovation de Grande Ambition - TIGA), Demonstrators of Ecological and Energy Transition (5 out of the 8 calls for projects launched by the Ademe in the context of the PIA3), Agriculture and Agri-food of tomorrow, as well as the calls for applied research and innovation projects funded by the CASDAR and operated by the DGER, the DGAL and FranceAgriMer. At the same time, the ministry is mobilising two tools to meet the challenges of transformation and increasing the quality of products: the call for projects on “Structuring farming and agri-food sectors” and Fonds avenir bio (for structuring organic farming sectors). Supporting agro-ecological transition The National Institute for Agricultural Research (Inra), Europe’s top agricultural research institute, is striving to support the

agro-ecological transition and to meet the challenges of world food safety and climate change. With 250 research units and 45 experimental units, 1,849 research fellows and 556 doctoral candidates, the Inra registered 44 new software programmes and data bases in 2017, 443 plant varieties including 13 new ones as well as 340 patents in stock of which 43 were new. Its researchers are working, among others, on vines and wine (new grape varieties that are resistant to downy mildew and powdery mildew), the development of crops such as legumes and the design of new products using cereals and legumes, etc. Moreover, the Inra plays a key role in innovation: 108 start-ups have been created since 1999 and PlantInnov is committed to the sustainable competitiveness of crop production. The Inra is also involved in 9 TIGA projects including VitiRev, which is seeking to make Nouvelle Aquitaine an area of excellence for the viticulture of tomorrow. The Inra is involved in about 20 International Associated Laboratories throughout the world and is due to merge with Irstea (national research institute in science and technologies for the environment and agriculture) at the beginning of 2020 to reinforce its leadership in digital agriculture, water and the prevention of natural and bioeconomic risks.

© ACTIA

Many units of research on agri-food biotechnologies and the science of food are also contributing to the development of knowledge. Among these are the Laboratory of biology for agri-food and the environment (LBAE, University of Toulouse 3), the Regional Institute of research for agri-food and biotechnology, Charles Viollette de Lille, the UMR “Engineering and Microbiology of food processes” (GMPA) and “Engineering, Processes and Foods” (AgroParisTech), the UMR Qualisud (university of Montpellier) and its agri-food technology platform.

Carte des 15 Instituts techniques agro-industriels (ITAI) français / Map showing the 15 French agro-industrial technical institutes (ITIA)

58 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 58

There are also the agro-industrial technical institutes (ITIA), organisations of technological research, expertise, technical assistance and training for the benefit of SMEs. With more than 80 sites in France employing 1,200 researchers, engineers and technicians, the ITIAs work in the food sector and the

Mars 2019

25/02/19 16:08


arlementaires de

rance

MAGAZINE

the favored place for future food R&D, this platform brings together all French R&D stakeholders: from professionals to distributors, from public research centres to specialised technical centres, from competitiveness clusters to public powers, and also includes financers and higher education institutions. The research projects supported by the ANIA (national association of food industries) focuses on smart food and health, quality and safety (eco-design of the cold chain with the project OPTICOLD funded by the ANR), sustainable development and training. With a focus on the successful alliance of competitiveness and sustainable development.

© Maggilautaro

IAR (Industry and agro-resources): the bio-economy competitiveness cluster Semis direct de soja sur une céréale dans l’esprit de l’agro-écologie / Seeding soybeans directly into a crop in the spirit of agroecology

commercialisation of non-food agricultural and aquaculture products. The ACTIA (French network of agro-industrial technical institutes and partner centres) brings together and stimulates the activities of the 15 ITIAs that provide tailored services: product and process development, manufacture of preproduction models, analytical services and consultancy. Optimum management of resources Météo-France is also making a contribution: in fact, some of its researchers are working on seasonal forecasts of 7 to 12 months to determine the main trends and to pass on the relevant information about resource management. Its climate model, SURFEX, is used to study the surface of vegetation, water and crops - a good base for the supply of decision-making tools and assisting farmers in optimising harvests in an uncertain climatic context. Other key stakeholders include the Industry and agro-resources (see text box) and Valorial competitiveness clusters. Resolute to make the West the French territory of the most intelligent food, Valorial is the leading network for agri-food innovation in a collaborative structure. It brings together 350 members and a community of more than 3,000 innovators focused on 5 strategic areas of expertise: food quality & safety, innovative technologies, human and animal health nutrition, food

March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 59

marketing and habits and functional ingredients. From the idea to the market Valorial offers a range of tailored services adapted for each key phase: the idea, design stage, the project, implementation and marketing. The results are there as proof: since 2006, 405 innovative collaborative projects involving 880 manufacturers and researchers have been approved. €675 million has been invested in R&D, and over €3 billion additional accumulated turnover is expected with the creation of more than 1,300 jobs. Public research structures accredited by the Ministry of Research and pioneers of partnership research, the Carnot institutes are in some cases specialised in agri-food. Agrifood Transition, France Futur Élevage, Innovation Chimie Carnot (I2C), Inria and Irstea, Plant2Pro and Qualiment make their expertise available for the benefit of company innovation - from SMEs to large groups – and socio-economic stakeholders. By increasing the economic impact of partnership R&D activities (job creation, national and exportation turnover and competitiveness) they meet the R&I requirements of companies while at the same time developing proactive scientific resourcing geared towards company needs. This guarantees competitiveness for companies. Let’s not forget Food For Life France: recognized in the Food Chain Contract as

The IAR cluster brings together 380 members and already has more than 270 projects approved and funded with a total investment of € 1.7 billion. It is working on all subjects related to the production and promotion of biological resources in food, industry and energy. It is based around 4 strategic axes of intervention: production and mobilisation of bioresources, bio-sourced products, food and energy. Using personalised support, the IAR cluster offers services that aim to improve competitiveness through innovation: IAR Projects, IAR Economic Intelligence, IAR International, IAR Invest, IAR Academy and IAR Network. This is a good way of making the most of the advantages of the ecosystem of the regions Grand Est and Hauts-deFrance, which have an abundance of cutting edge research and technological centres (ARD with its industrial demonstrator BioDémo, IMPROVE, PIVERT, EXTRACTIS, etc.), universities and higher education institutes (UPJV, UniLaSalle, University of Lille, URCA, UTT, etc.), business decision centres (Roquette, Lesaffre, Avril, Vivescia, Soufflet, etc.) and the Campus des Métiers et des Wcations Campus).

59 25/02/19 16:08


arlementaires de

rance

Publireportage

MAGAZINE

Institut Carnot Plant2Pro Au service de la compétitivité durable des productions végétales Institut Carnot des productions végétales, Plant2Pro fédère 14 laboratoires de recherche académique portés par l’INRA et ses partenaires, et 3 instituts techniques agricoles (Arvalis, Terres Inovia et l’Institut Français de la Vigne et du Vin) pour proposer une offre de R&D intégrée et pluridisciplinaire « du laboratoire au champ ».

© Institut Carnot Plant2Pro

D

irigé par Carole Caranta, Plant2Pro rassemblait en 2017 plus de 1700 agents dont env. 500 scientifiques, affichait quelque 900 publications de rang A et un chiffre d’affaires de 12,3 M€ de recettes contractuelles (en progression régulière). Le Carnot a développé 3 domaines d’expertise : les biotechnologies vertes, la génétique et la sélection variétale ; la protection et la nutrition des plantes ; les systèmes de culture et l’agriculture de précision avec l’apport des technologies numériques. Ces domaines d’expertise se focalisent en particulier sur certaines filières (vigne, grandes cultures, oléagineux, protéagineux) et s’adressent en priorité aux semenciers et producteurs de plants, aux sociétés de biotechnologies vertes, aux sociétés actives dans le biocontrôle et la biostimulation, aux entreprises du numérique en lien avec le phénotypage et l’agriculture de précision et aux acteurs de la prescription agricole. L’offre de recherche de Plant2Pro est structurée autour de quatre défis. Premier défi : accélérer les processus d’innovation variétale et maximiser l’exploitation de la diversité génétique. Second défi : innover pour la protection et la santé des cultures par le développement du biocontrôle et

60 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 60

© Institut Carnot Plant2Pro

l’exploitation des régulations naturelles. Troisième défi : développer des systèmes de culture innovants et mobilisant l’agriculture de précision. Quatrième défi : proposer des solutions combinées pour la durabilité des productions végétales en les adaptant à la demande de l’aval. Pour aider ses clients à relever ses défis, Plant2Pro s’appuie sur plus de 30 plateformes technologiques permettant la caractérisation des plantes à différentes échelles. À l’échelle moléculaire, par exemple l’étude du métabolisme permet d’identifier des molécules d’intérêt pour différentes applications (chimie verte, santé, alimentation…). À l’échelle de la plante entière, la possibilité d’étudier les plantes dans diverses conditions permet de sélectionner des variétés adaptées à des conditions de stress ou encore d’évaluer des solutions de biocontrôle. Des plateformes de conception et d’évaluation de systèmes de cultures innovants permettent par exemple d’évaluer les effets des régulations naturelles pour limiter l’utilisation des intrants et des ressources fossiles. Et ce n’est pas tout : le Carnot propose 8 Centres de Ressources Biologiques (CRB) - des ressources génétiques ou génomiques - pour appuyer ses partenariats de R&D.

Grand acteur de la recherche partenariale public-privé à l’instar de tous les instituts Carnot, Plant2Pro cherche toujours à proposer la meilleure offre de recherche disponible. Il propose aussi un interlocuteur unique par projet de recherche, offre un maximum de professionnalisme dans l’instruction des contrats de recherche et garantit la qualité de la recherche : en témoigne l’obtention de la certification ISO 9001 pour l’appropriation des bonnes pratiques de contractualisation et de propriété intellectuelle avec les partenaires industriels. Différents types de collaborations peuvent être envisagés avec ces derniers : les contrats de recherche contractuelle ou subventionnée, les prestations de service, l’accompagnement au montage de thèses CIFRE, voire la mise en place de laboratoires communs avec l’accueil de l’entreprise partenaire dans les locaux du Carnot. En parallèle, Plant2Pro conduit des projets sur des fronts de recherche en interne afin de rester attractif pour ses partenaires. Son objectif : combiner les innovations variétales, les systèmes de culture innovants et les solutions de contrôle des bioagresseurs respectueuses de l’environnement pour accroître la durabilité et la compétitivité des productions végétales. Mars 2019

25/02/19 16:08


arlementaires de

Publireportage

rance

MAGAZINE

Institut Carnot Plant2Pro Working towards sustainable competitiveness in growing plants The Institut Carnot of vegetable productions, Plant2Pro is a collection of 14 academic research laboratories supported by the INRA and its partners, and 3 agricultural technique institutes (Arvalis, Terres Inovia and the Institut Français de la Vigne et du Vin) to offer integrated and multidisciplinary R&D services from ‘laboratories to the field’.

© Institut Carnot Plant2Pro

L

ed by Carole Caranta, Plant2Pro gathered in 2017 over 1,700 employees, including around 500 scientists, some 900 A-grade publications and a turnover of €12.3 M in contract receipts (increasing regularly). The Carnot has developed three fields of expertise: green biotechnology, genetics and varietal selection; plant protection and nutrition; and precision cultivation and agricultural systems using digital technologies. These fields of expertise are particularly focusing on certain sectors (grapevines, field crops, oilseed and protein crops) and are targeted towards seed manufacturers and plant producers, green biotechnology companies, companies active in biocontrol and biostimulation, digital companies connected with phenotyping and precision agriculture as well as agricultural regulation. Plant2Pro’s research services are based around four challenges. Challenge 1: Accelerating the varietal innovation process and maximising the exploitation of genetic diversity. Challenge 2: Innovating to improve the protection and health of crops through the development of biocontrol and the use of natural control systems. Challenge 3: Developing innovative cropping systems and mobilising precision agriculture. Challenge 4: Offering March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 61

© Institut Carnot Plant2Pro

combined solutions to increase the sustainability of plant production and adapting them to downstream demand. To help its clients meet their challenges, Plant2Pro relies on over 30 technology platforms allowing the characterisation of plants at different scales. For example, at the molecular level, studying metabolism makes it possible to identify molecules of interest that could be used for a range of applications (green chemistry, health, nutrition, etc.). Looking at plants as a whole, they can be studied under different conditions to select varieties adapted to stress conditions or even to assess biocontrol solutions. Design platforms and evaluation systems for innovative crops allow, for example, the effects of natural regulations to be assessed to limit the use of inputs and fossil resources. And that’s not all: the Carnot has eight Biological Resource Centres (BRCs) – with genetic and genomic resources – to support its R&D partners. A major player in public-private research partnerships like all Instituts Carnot, Plant2Pro always strives to provide the best research offer available. It also offers a single point of contract for each research project, guaranteeing a high level of professionalism in research contracts and ensuring the quality

of research. This is shown in having obtained ISO 9001 certification for the assimilation of good practices in contracts and intellectual property with respect to industrial partners. Different types of collaboration are possible with these industrial partners: contracted or subsidised research contracts, provision of services, accompaniment to CIFRE theses, or even the setting up of joint laboratories, with the partner enterprise having a presence on the Carnot premises. At the same time, Plant2Pro conducts in-house research projects in order to remain attractive for its partners. Its aim is to combine varietal innovations, innovative cultivation systems and pest control solutions that are environmentally friendly, to increase the sustainability and competitiveness of plant production.

Institut Carnot Plant2Pro INRA, UR1052, Génétique et Amélioration des Fruits et Légumes (GAFL) - Domaine St Maurice 67, allée des Chênes - CS 60094 F-84143 Montfavet Cedex Tél. : +33 (0)4 32 72 27 26 E-mail : plant2pro@instituts-carnot.fr http://www.plant2pro.fr/fr/

61 25/02/19 16:08


© JÅrgen

© F. Lamiot

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 62

25/02/19 16:08


arlementaires de

Publireportage

rance

MAGAZINE

Institut Carnot Chimie Balard Cirimat Interview with Mr Yannick GUARI,

Directeur du Carnot Chimie Balard Cirimat

Director of Carnot Chimie Balard Cirimat

Quelles sont les missions de l’institut Carnot Chimie Balard Cirimat ? Notre institut a pour mission principale de développer des collaborations de recherche avec les industriels de la chimie, des matériaux et des procédés. Il est en fait issu de la réunion de 4 Unités Mixtes de Recherche de la Région Occitanie (Institut Charles Gerhardt Montpellier, Institut Européen des Membranes, Institut des Biomolécules Max Mousseron, Centre Interuniversitaire de Recherche et d’Ingénierie des Matériaux – Cirimat). Il s’agit donc de faciliter l’accès des entreprises aux compétences de ces 600 chercheurs, et dans le même temps, de renforcer leur capacité d’innovation par le ressourcement scientifique.

What are the missions of the Institut Carnot Chimie Balard Cirimat? The main mission of our institute is to develop research collaborations with chemistry, materials and processes industries. It came about as a result of a gathering between 4 Mixed Research Units of the Occitan Region (Institut Charles Gerhardt Montpellier, Institut Européen des Membranes, Institut des Biomolécules Max Mousseron and the Centre Interuniversitaire de Recherche et d’Ingénierie des Matériaux – Cirimat). The aim is to make it easier for companies to access the skills of the 600 researchers within these units and at the same time increase their innovation potential through scientific resourcing.

© iStock

Un entretien avec M. Yannick GUARI,

Quels types de services et prestations proposez-vous ? Nous proposons avant tout à nos partenaires des solutions sur-mesure. Contrats de collaboration directe, prestations intellectuelles, accès aux plateformes technologiques de pointe : nos services doivent répondre aux besoins des entreprises avec lesquelles nous travaillons. Pour plus de lisibilité, nous avons structuré ces prestations en 5 grands domaines thématiques : énergie, santé et cosmétique, chimie et procédés durables, matériaux pour le transport et matériaux haute performance. Quelle stratégie et quels leviers pour être visible des entreprises en Occitanie et ailleurs ? Le Carnot Chimie Balard Cirimat a défini une stratégie de prospection commerciale conjuguant la présence à des rendez-vous d’affaires régionaux et nationaux ainsi qu’à des salons internationaux (comme l’édition 2018 d’ACHEMA à Francfort). On participe également à des groupes de travail, à des visites d’entreprises. Surtout, nous avons travaillé à augmenter notre visibilité en mettant en place des outils de communication pour les entreprises, en particulier via le web. Qui sont les partenaires industriels qui vous font confiance ? Ils sont très variés. En 2017, plus de 70 entreprises différentes ont signé des contrats avec le Carnot (grandes entreprises, PMEETI et entreprises étrangères, ces deux dernières catégories en forte progression). Je citerai par exemple Womed, lauréate de l’édition 2018 du concours i-Lab pour son dispositif visant l’amélioration de la fertilité féminine  ; Norimat, créée en 2016 et spécialisée dans les matériaux performants ou encore Mecaprotec, ancienne PME devenue ETI. De belles réussites !

What types of services do you offer? We mostly offer bespoke solutions to our partners, such as direct collaboration contracts, intellectual services and access to cutting-edge technology platforms. Our services need to meet the needs of the companies that we are working with. To make our services more comprehensible, we have organised them into five major themes: energy, health and cosmetics, chemistry and sustainable processes, transport materials and high-performance materials. What strategy and levers do you use to promote your visibility among companies in the south of France and beyond? The Institut Carnot Chimie Balard Cirimat has defined a commercial prospecting strategy combining attendance at regional and national business meetings, as well as international exhibitions (such as the 2018 ACHEMA in Frankfurt). We also participate in working groups and company visits. Above all, we have worked to improve our visibility by setting up communication tools for companies, making particular use of the Internet. Which industrial partners have made use of your services? There are a wide range of them. In 2017, over 70 different companies signed contracts with the Carnot (large companies, SMEs and foreign companies, with the latter two increasing quickly). One example is Womed, winner of the 2018 i-Lab competition with its device aiming to increase female fertility. Another is Norimat, founded in 2016 and specialising in high-performance materials. A third is Mecaprotec, formerly a medium-sized company but which has now grown into a company with more than 250 employees. Great successes! Institut Carnot Chimie Balard Cirimat E-mail : contact@carnot-chimie-balard-cirimat.fr www.carnot-chimie-balard-cirimat.fr ENSCM 240, avenue du Professeur Emile Jeanbrau 34296 Montpellier Cedex 5

March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 63

Université Toulouse 3 Paul Sabatier - Bâtiment CIRIMAT 118 Route de Narbonne 31062 Toulouse cedex 9

63 25/02/19 16:08


arlementaires de

rance

MAGAZINE

La recherche et l’innovation au service du développement durable Énergie, transport, développement durable et chimie : quatre disciplines complémentaires au service d’une même volonté de vivre mieux. Ministères, grands organismes de recherche, universités et grandes écoles, acteurs de la recherche partenariale et du transfert de technologie s’associent pour relever ce défi.

S

e déplacer autrement est un enjeu-clé. D’où l’intérêt du programme Investissements d’avenir (PIA) « Véhicule du Futur », doté d’un montant d’un milliard d’euros, et de la Plateforme French Mobility pour l’innovation et l’expérimentation des solutions de mobilité des différents acteurs. De même, l’ADEME a ouvert le 10 octobre 2018 l’appel à projets «  Ecosystèmes de mobilité hydrogène  » qui s’inscrit dans le cadre du Plan de déploiement de l’hydrogène pour la transition énergétique annoncé le 1er juin 2018. Les projets attendus sont des projets intégrés associant production, distribution et usages de l’hydrogène en flottes de véhicules. Les producteurs d’énergie renouvelable et les utilisateurs de flottes de véhicules étaient invités à faire connaître leurs services jusqu’au 11 janvier 2019. Même objectif avec l’appel à projets filière diesel lancé le 12 octobre 2018 dans le cadre des PIAVE «  Projets Industriels d’avenir  » et destiné aux entreprises impactées par la baisse des motorisations diesel. Axés sur la diversification, les dossiers de candidature sont à déposer en ligne au plus tard le 12 juin 2019 à 12h00.

Pour sa part, l’AllEnvi, l’alliance nationale de recherche pour l’environnement fédère les forces de recherche publique autour de nombreuses thématiques : agroécologie et sol, aliments et alimentation, animaux, biodiversité, climat, eau, écotechnologies, évaluation environnementale, mer, plantes, risques, territoires, villes et mobilités. Elle assure aussi le pilotage d’ensemble des dispositifs de recherche : infrastructures nationales de recherche en environnement, systèmes d’observation et d’expérimentation au long terme pour la recherche en environnement (Soere), plateformes technologiques IBiSA en biologie, santé et agronomie, groupe Infrastructures, systèmes d’observation, services d’information environnementale et climatique de l’alliance. De plus le Comité de valorisation de l’alliance (CovAllEnvi) a défini 4 domaines de valorisation stratégiques : la bioéconomie ; l’ingénierie d’intervention, les écotechnologies, la remédiation et la restauration sur différentes ressources et différents écosystèmes ; les services de mesure d’impact, de diagnostic de vulnérabilité et la mise en place de solutions pour s’adapter aux risques naturels et au changement climatique  ; les territoires et services environnementaux intégrant les briques technologiques de télédétection et les TIC.

Créée en 2009, l’Alliance nationale de coordination de la recherche pour l’énergie (Ancre) rassemble 19 organismes de recherche et innovation et conférences d’établissements d’enseignement supérieur. Elle vise à de répondre aux deux grands défis que sont une énergie propre, sûre et efficace d’une part ; la mobilité et les systèmes urbains durables d’autre part. L’Ancre s’intéresse notamment au potentiel d’électrification

© Hendee

Aux côtés du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le

des engins off-road et a publié en juin 2018 une feuille de route pour le développement des biocarburants aéronautiques en France. Par ailleurs, le CVT ANCRE (ou Consortium de Valorisation Thématique) a été mis en place dans le cadre du Fonds National de Valorisation (FNV) du PIA afin d’améliorer l’efficacité et le flux de transfert de technologies de la sphère publique vers les entreprises. En développant un maillage entre experts scientifiques et experts en analyse technico-économique, le CVT Ancre rapproche les offres des chercheurs académiques des besoins industriels dans les filières à promouvoir.

ministère de la Transition écologique et solidaire soutient de nombreux programmes de recherche sur l’acidification des océans, l’antibiorésistance, la gestion durable du littoral, la gestion et les impacts du changement climatique, la qualité de l’air à l’échelle locale, le biomimétisme, les algues sargasses, les expérimentations démocratiques pour la transition écologique et énergétique, les paysages et le développement durable, les ressources minérales profondes. S’y ajoutent le programme action publique, agriculture et biodiversité, le programme CopernicusMDD (initiative UE-ESA pour le développement de services opérationnels d’accès aux informations environnementales en chimie atmosphérique et océanographie côtière) ainsi que le programme sur les perturbateurs endocriniens.

Mesure du CO2 lors d’études sur l’acidification des océans / Measuring CO2 during ocean acidification studies

64 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 64

La recherche publique en environnement est bien représentée au sein du CNRS avec l’IN2P3 (Institut national de physique nucléaire et de physique des particules avec 8 thématiques de recherche fondamentale dont l’aval du cycle électronucléaire et l’énergie nucléaire Mars 2019

25/02/19 16:09


arlementaires de

rance

MAGAZINE

© Bj. Schoenmakers

(Védécom) à Satory, France Energies Marines à Brest, Greenstars dans le bassin de Thau (bioalgues), Institut français des matériaux agro-sourcés (IFMAS) à Villeneuve-d’Ascq, Institut photovoltaïque d’Île-de-France (IPVF) à Saclay et Supergrid à Villeurbanne. Ces ITE devraient permettre de renforcer les écosystèmes constitués par les pôles de compétitivité (Arronax, Derbi, Tenerdis, Capenergie, S2E2, Advencity, Mov’eo).

Ce lichen du genre Xanthoria, qui survit en milieu très sec et à une exposition intense aux UV grâce à l’association entre l’algue unicellulaire et le champignon qui le constituent, est une source d’inspiration pour le biomimétisme. / This Xanthoria lichen, which can survive in very dry conditions and under intense exposure to UV, thanks to the association between the single-celled algae and the mushroom that constitutes it, is a source of inspiration for biomimicry.

ainsi que l’environnement) et l’INP (Institut de Physique avec ses 6 axes principaux, dont l’axe matière condensée, matériaux, nanosciences, ses réseaux de plateformes technologiques, ses 2 UMR, ses 16 laboratoires communs avec des entreprises, les 65 start-up en activité issues de ses travaux et une moyenne de 45 brevets déposés par an). Tout aussi dynamique en matière de R&D et d’innovation, le CEA intervient dans 4 domaines dont l’énergie nucléaire, les énergies renouvelables (énergie solaire, hydrogène et pile à combustible, véhicule électrique, biocarburants de 2ème et 3ème génération, efficacité et sobriété énergétique dans le bâtiment, Energy Observer) et la recherche fondamentale (sciences de la matière et de l’univers, sciences de la vie, climat et environnement). Fin 2017 il affichait 762 dépôts de brevets prioritaires, 27 Equipex, 33 Labex, 3 Idex, 204 start-up technologiques depuis 1972, plus de 600 partenaires industriels et 17 pôles de compétitivité dont il était administrateur. D’autres organismes apportent leur contribution aux efforts de recherche nationaux : l’ANDRA et son projet Cigéo (Centre industriel de stockage géologique) d’enfouissement des déchets nucléaires de haute et moyenne activité à vie longue près de Bure, le CSTB, l’IFSTTAR, l’INERIS, l’IFPEN, l’IRSN. Les universités et les grandes écoles (MINES ParisTech, École des Ponts ParisTech, SupElec, INSTN, ESPCI) témoignent elles aussi d’une belle vitalité. March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 65

Conçus comme des accélérateurs d’innovation et lancés dans le cadre du PIA, les 8 instituts de recherche technologique (I.R.T.) sont basés sur des partenariats de long terme entre établissements d’enseignement supérieur et de recherche et entreprises. Ils font la part belle aux problématiques environnementales et énergétiques comme en témoignent NanoElec à Grenoble, Jules Verne à Nantes (technologies avancées de production pour les structures composites, métalliques et structures hybrides), Railenium à Valenciennes et Villeneuve-d’Ascq (infrastructures ferroviaires), M2P à Metz, Belfort-Montbéliard et Troyes (matériaux, procédés et métallurgie) et Saint Exupéry à Toulouse et Bordeaux (aéronautique, espace et systèmes embarqués). Dotés d’une enveloppe globale d’un milliard d’euros dans le cadre du PIA, les « Instituts d’Excellence dans le domaine des Energies Décarbonées » (IEED) ont donné naissance en 2017 aux instituts pour la transition énergétique (ITE) rassemblant l’industrie et la recherche publique dans une logique de co-investissement public-privé  : l’Institut national pour le développement des écotechnologies et des énergies décarbonées (INDEED) à Lyon, Picardie innovations végétales, enseignements et recherches technologiques (PIVERT), INES2 au Bourget-du-Lac (solaire photovoltaïque), Efficacity à Marne-la-Vallée, PS2E à Saclay (efficacité énergétique des procédés industriels), INEF4 à Bordeaux (construction durable), Geodenergies à Orléans (technologies du sous-sol), Institut véhicule décarboné et communicant et sa mobilité

La recherche partenariale est également portée par les instituts Carnot comme 3BCAR (Bioénergies, Biomolécules et matériaux Biosourcés par la valorisation du CArbone Renouvelable), le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières), le centre de ressources et d’expertise Cerema-Effi-sciences (risques, environnement, mobilité, aménagement), le Cetim (centre d’expertise mécanique français), Chimie Balard Cirimat, Energies du futur, ESP (Energie et Systèmes de Propulsion), Innovation Chimie Carnot (I2C), ICÉEL, IFPEN Transports Energie, Ingénierie@Lyon, IPGG Microfluidique, ISIFoR (ingénierie durable des géoressources), Leti (électronique et technologies de l’information), MECD (Mieux construire pour mieux vivre), MICA (matériaux fonctionnels, surfaces, interfaces et procédés associés), PolyNat (nouveaux matériaux et systèmes fonctionnels biosourcés) et TN @ UPSaclay (technologies pour le manufacturing, systèmes cyber-physiques). Ils sont complétés par des incubateurs spécialisés comme celui de la Green Tech verte du ministère de l’Environnement (inauguré en 2016 au sein de l’ENPC) et par les SATT axées sur le transfert de technologie. Des compétences multiples pour anticiper la transition numérique qui affectera profondément la recherche technologique. Agnès Poulbot et Jacques Barraud, prix de l’inventeur européen 2018 dans la catégorie Industrie Ingénieurs et chercheurs de l’entreprise Michelin, Agnès Poulbot et Jacques Barraud ont été récompensés en juin 2018 dans la catégorie « Industrie » pour l’invention d’une « bande de roulement auto-régénérante» permettant d’augmenter la durée de vie des pneus d’environ 20  %. Une découverte permise par le recours à la technique d’impression métallique 3D et leurs travaux basés sur les mathématiques appliquées. En améliorant la performance des pneus usés et en réduisant la consommation de carburant, la bande de roulement auto-régénérante montre que la recherche privée est facteur d’innovation et de développement durable.

65 25/02/19 16:09


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Research and innovation working towards sustainable development Energy, transport, sustainable development and chemistry are four complementary disciplines towards the same aspiration for a better life. Ministries, large research bodies, universities and institutes of higher education, partners in research and technology transfer are working together to meet this challenge.

A

key issue is finding other means of transport. Hence the importance of the Future Investments Programme (PIA) “Vehicle of the Future”, awarded one billion Euro, and the French Mobility Platform for innovation and experimentation of mobility solutions for the various stakeholders. In the same vein, the ADEME launched a call for projects entitled “Hydrogen Mobility Ecosystems” on 10 October 2018 within the context of the plan for deployment of hydrogen for energy transition announced on 1 June 2018. They are expecting integrated projects combining production, distribution and the use of hydrogen in fleets of vehicles. The producers of renewable energy and the users of fleets of vehicles were invited to explain their services by 11 January 2019. The same aim was stated for the call for projects in the diesel sector launched on 12 October 2018 in the context of PIAVE “Industrial projects for the future” and intended for companies affected by the fall in diesel motorisation. Focusing on diversification, the applications should be submitted online by 12h00 on 12 June 2019 .

For its part, the AllEnvi, the National alliance of environmental research, is combining the forces of public research around several themes: agroecology and soil, food and nutrition, animals, biodiversity, climate, water, ecotechnologies, environmental assessment, sea, plants, risks, territories, islands and mobility. It also ensures the overall management of research devices: national infrastructures of research on the environment, long-term systems of observation and trial experimentation for research on the environment (Soere), IBiSA technology platforms on biology, health and agronomy, the Infrastructures group, observation systems, environmental and climate information services of the alliance. Moreover, the Recovery Committee of the Alliance (CovAllEnvi) defined 4 areas of strategic recovery: bioeconomy; intervention engineering, ecotechnologies, remediation and restoration of different resources and different ecosystems; impact measurement services, analysis of vulnerability and the implementation of solutions to adapt to natural risks and climate change; territories and environmental services integrating remote sensing technological bricks and ICTs.

Created in 2009, the National alliance for the coordination of energy research (Ancre) brings together 19 organisations for research and innovation and conferences of higher education institutions. Its aim is to respond to two major challenges, namely clean, safe and efficient energy as well as mobility and sustainable urban systems. The Ancre is particularly interested in the potential electrification of off-road machines and in June 2018 published a road map for the development of aeronautic biofuel in France. Furthermore, the CVT ANCRE (or Thematic Recovery Consortium) was set up in the context of the National Recovery Fund (FNV) of the Future Investments Programme (PIA) to improve the efficiency and the flow of technology transfer from the public domain to companies. Through developing a network of science experts and experts in techno-economic analysis, the CVT

Public research on the environment is well represented in the CNRS with the IN2P3 (National Institute of Nuclear and Particle Physics, with 8 fundamental research themes including the back-end electronuclear cycle and nuclear energy as well as the environment) and the INP (Physics Institute with 6 main areas of focus, including condensed matter, materials, nanoscience, its technology platform networks, its 2 UMRs, its 16 laboratories shared with companies, 65 start-ups working on the results of its research and an average of 45 patents filed per year).

© ADEME

Alongside the Ministry of Higher Education, Research and Innovation, the Ministry of Ecological and Solidarity Transition supports many research programmes on ocean acidification, antibiotic resistance, sustainable coastal management, the management and

Ancre is bringing the proposals of academic researchers closer to manufacturing needs in the sectors to be promoted.

impacts of climate change, air quality at local level, biomimetics, Sargassum algae, democratic experiments for the ecological and energy transition, landscapes and sustainable development, deep mineral resources. In addition, there are the public action, agriculture and biodiversity programme, the CopernicusMDD programme (EU-ESA initiative for the development of operational access services to environmental information on atmospheric chemistry and coastal oceanography) and a programme on endocrine disruptors.

L’ADEME a ouvert le 10 octobre 2018 l’appel à projets «Ecosystèmes de mobilité hydrogène». The ADEME opened calls for “Hydrogen mobility ecosystems” projects on 10 October 2018.

66 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 66

Equally active in terms of R&D and innovation, the CEA is involved in 4 areas including nuclear energy, renewable energies (solar, hydrogen and fuel cells, electric vehicles, 2nd and 3rd generation biofuels, energy efficiency and energy saving in building, Energy Observer) and fundamental research (sciences of matter and the universe, life sciences, climate and the environment). At the end of 2017 it

Mars 2019

25/02/19 16:09


arlementaires de

rance

© Prof. Gordon T. Taylor, Stony Brook University

MAGAZINE

Diatomées marines vues au microscope / Microscopic view of marine diatoms

Other bodies contribute to the national research efforts: the ANDRA and its project Cigéo (Industrial centre for geological storage) for the burying of high and intermediate-level longlived radioactive waste near Bure, CSTB, IFSTTAR, INERIS, IFPEN, and IRSN. The universities and higher education institutes (MINES, ParisTech, École des Ponts ParisTech, SupElec, INSTN and ESPCI) are also very active. Created as innovation accelerators and launched in the context of the PIA, the 8 Institutes of Technological Research (I.R.T.) are based on long-term partnerships between higher education and research institutes and businesses. They focus on environmental and energy issues as can be seen from NanoElec in Grenoble, Jules Verne in Nantes (advanced production technologies for composite metallic and hybrid structures), Railenium in Valenciennes and Villeneuve-d’Ascq (rail infrastructures), M2P in Metz, Belfort-Montbéliard and Troyes (material, processes and metalwork) and Saint Exupéry in Toulouse and Bordeaux (aeronautics, space and embedded systems). With an overall grant of one billion Euro in the context of the PIA, the «Institutes of Excellence in the area of Carbon-free Energies” (IEED) gave rise to the creation of the institutes for energy transition (ITE) in 2017. These brought together industry and public research in a logic of public-private co-investment: the National Institute for the development of ecotechnologies and carbon-free energies (INDEED) in Lyon, Picardie plant innovations, teaching and technological research

March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 67

(PIVERT), INES2 in Bourget-du-Lac (solar power), Efficacity in Marne-la-Vallée, PS2E in Saclay (energy efficiency of manufacturing processes), INEF4 in Bordeaux (sustainable construction), Geodenergies in Orléans (underground technologies), the Institute for a carbon-free and autonomous vehicle and its mobility (Védécom) in Satory, France Energies Marines in Brest, Greenstars in the Thau valley (organic algae), the French Institute for agri-sourced materials (IFMAS) in Villeneuved’Ascq, the Solar Energy Institute of Île-deFrance (IPVF) in Saclay and Supergrid in Villeurbanne. These ITE should make it possible to strengthen the ecosystems formed by competitiveness clusters (Arronax, Derbi, Tenerdis, Capenergie, S2E2, Advencity and Mov’eo). Collaborative research is also led by the Carnot Institutes such as 3BCAR (Bioenergies, Biomolecules and Biosourced materials through the recovery of Renewable Carbon), the BRGM (Bureau of Geological and Mining Research),

Agnès Poulbot and Jacques Barraud, winners of the European Inventor Award 2018 in the Industry category In June 2018 Agnès Poulbot and Jacques Barraud, engineers and researchers with Michelin, were awarded in the Industry category for the invention of an “auto-regenerating tyre tread” that would extend tyre lifespan by up to 20%. This discovery was obtained by a 3 D metal printing technique and their work was based on applied mathematics. By improving the performance of used tyres and decreasing fuel consumption, the auto-regenerating tyre tread shows that private research is a factor in innovation and sustainable development.

© Rufino Uribe

had filed 762 priority patents and took part in 27 Equipex, 33 Labex, and 3 Idex. It can also boast 204 technology start-ups since 1972, over 600 manufacturing partners and 17 competitiveness clusters which it administers.

the resource and expertise centre CeremaEffi-sciences (risks, environment, mobility and town planning), the Cetim (French centre of mechanical expertise), Chimie Balard Cirimat, Energies of the Future, ESP (Energy and Propulsion) Systems, Innovation Chimie Carnot (I2C), ICÉEL, IFPEN Transports Energie, Ingénierie@Lyon, IPGG Microfluidique, ISIFoR (sustainable engineering of georesources), Leti (electronics and information technologies), MECD (Better building for better living), MICA (functional materials, surfaces, interfaces and associated processes), PolyNat (new materials and biosourced functional systems) and TN @ UPSaclay (technologies for manufacturing and cyber-physics systems). They are supplemented by specialised incubators like the Green Tech of the Environment Ministry (launched in 2016 as part of ENPC) and by the SATTs focused on technology transfer. Multiple skills to anticipate the digital transition that will profoundly affect technological research.

La canne à sucre peut être utilisée pour produire des agrocarburants. / Sugar cane can be used to produce agri-fuels.

67 25/02/19 16:09


arlementaires de

rance

Publireportage

MAGAZINE

Météo France Une recherche de pointe pour la prévision du temps et l’anticipation du changement climatique Un entretien avec M. Marc PONTAUD, Directeur de la recherche à Météo France

Le CNRM, le laboratoire principal de Météo-France (cf. ci-après) porte l’essentiel de ces travaux de recherche. Il est un acteur majeur de la prévision numérique du temps au niveau mondial et l’importance des observations par satellite en fait un partenaire privilégié des agences spatiales. Animateur et coordinateur central de la recherche en prévision numérique régionale en Europe via une collaboration avec plus de 25 pays européens, il est aussi un des rares laboratoires dans le monde à participer au CMIP6 (Coupled Model Intercomparison Project) en amont de la rédaction du sixième rapport d’évaluation du GIEC qui servira à formuler des recommandations pour les politiques publiques. Ses études climatiques portent aussi à toute petite échelle sur la France métropolitaine et les territoires d’outre-mer. Elles permettent de mieux prendre en compte l’évolution des phénomènes physiques de petites échelles. Entre la prévision quotidienne et l’évolution du climat, Météo France travaille sur les prévisions saisonnières (jusqu’à 7 mois) pour déterminer les grandes tendances et les mettre à disposition des décideurs publics ou privés. Comment s’organise la recherche à Météo France ? Fruit d’une collaboration avec la communauté académique française et internationale, les travaux de recherche de Météo France sont portés par trois laboratoires. L’UMR Centre National de Recherches Météorologiques (CNRM - Météo France / CNRS), s’appuie sur 4 groupes de recherche implantés à Toulouse qui se consacrent respectivement à l’étude expérimentale des

68 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 68

processus, la modélisation des processus à fine échelle, la prévision numérique du temps à l’échelle globale ou locale et le climat passé et futur à l’échelle globale ou locale. S’y ajoutent les travaux d’un groupe de recherche basé à Grenoble qui élabore des prévisions sur les avalanches et le changement climatique sur les massifs enneigés. Enfin, une équipe basée à Lannion est dédiée à la valorisation des données satellitaires pour les autres groupes de recherche. Au total, le CNRM compte 90 chercheurs, 120 ingénieurs, techniciens et administratifs, 60 doctorants, 100 contractuels de recherche et une cinquantaine de stagiaires en master..

Fort de 25 ingénieurs, techniciens, pilotes et mécaniciens, Safire opère trois avions de recherche : le Piper-Aztec, bimoteur pour les basses couches atmosphériques, un ATR 42, turbopropulseur pour la troposphère (1 à 7 km d’altitude) et un Falcon 20, biréacteur pour la recherche en haute altitude (jusqu’à 12 km). Ces moyens sont essentiels pour améliorer la compréhension et la modélisation du « système Terre » et pour la calibration-validation des différents systèmes d’observation spatiale mis en orbite. Les travaux de Safire sont utilement complétés par le recours aux drones, en plein développement au sein de Météo France.

© CNRM - Météo France

Quel est le périmètre de la recherche à Météo France ? Météo-France est l’un des rares services météo-climatiques à prévoir tous les jours l’état de l’atmosphère, à haute résolution sur les zones d’intérêt (Europe de l’Ouest, territoires d’outre-mer, zones d’intervention des forces armées) et sur l’ensemble du globe, et à déterminer régulièrement les changements climatiques à venir au niveau mondial et régional. La recherche à Météo France poursuit une double vocation : la prévision numérique du temps à l’échelle mondiale et locale et l’apport de la meilleure expertise sur le climat et son changement.

Évolution de la densité du manteau neigeux au cours de l’hiver 2011/2012, en un point à 2370 m dans le massif de Haute-Bigorre (Pyrénées), simulée par Crocus, alimenté par les prévisions AROME incluant le diagnostic de précipitations surfondues. Les deux couches de glace observées durant la saison (21 décembre et 5 janvier) sont bien reproduites (flèches) et correspondent à des couches de densité particulièrement élevée. / Evolution of the snowpack density during winter 2011/2012, at 2370 m in the massif of Haute-Bigorre (Pyrenees), simulated by Crocus, driven by AROME forecasts including the freezing precipitation diagnostic. Both ice layers observed during the season (21 December and 5 January) are correctly reproduced (arrows) and correspond to high density layers.

Basée sur l’Île de la Réunion, l’UMR LACy (Laboratoire de l’Atmosphère et des Cyclones - Université de la Réunion / CNRS / Météo France) inclut une équipe dédiée à l’étude, la compréhension et la prévision des cyclones en appui à la mission internationale de Météo France de protection cyclonique sur tout l’ouest de l’océan Indien. Le LACy comprend 15 permanents, 4 doctorants et 5 stagiaires en master. Enfin, l’Unité mixte de services (UMS) Safire (Service des Avions Français Instrumentés pour la Recherche en Environnement – CNES / CNRS / Météo France) est située près de Toulouse, sur l’aéroport de Francazal.

Sur quels modèles météo-climatiques basez-vous vos travaux de recherche ? Météo France travaille avec ARPEGE, un modèle atmosphérique global co-développé avec le Centre européen de prévision météorologique à moyen terme (CEPMMT) depuis le début des années 90. Une version locale de ce modèle – AROME a ensuite été développée par Météo France et est maintenant porté avec plusieurs pays d’Europe et du Maghreb. Diverses versions d’AROME sont déployées sur l’Europe de l’Ouest, les territoires ultramarins et les théâtres d’opération des forces armées françaises. Le modèle SURFEX prend en compte les multiples interactions des surfaces avec Mars 2019

25/02/19 16:09


arlementaires de

Publireportage

rance

MAGAZINE

comprendre et prévoir les phénomènes de brouillard et répondre à des enjeux aéronautiques et de sécurité. Ces différentes campagnes ont toujours un objectif opérationnel : améliorer nos modèles numériques pour de meilleures prévisions et une meilleure représentation du climat.

Le modèle climatique global de Météo France est basé sur le système ARPEGESURFEX, couplé à un modèle d’océan tridimensionnel (NEMO) incluant un modèle de glace de mer. Une fois ce modèle climatique validé sur la reproduction des caractéristiques du climat passé (en général de 1850 à nos jours), il est utilisé avec les forçages des différents scénarios sociauxéconomiques, imaginés comme nos « futurs possibles », pour déterminer les évolutions possibles du climat global. Pour le milieu du XXIème siècle, l’incertitude sur le devenir du climat tient moins aux modèles climatiques qu’aux scénarios socio-économiques qui seront mis en place à partir d’aujourd’hui. C’est ensuite que le modèle AROME-SURFEX permet de raffiner le changement climatique au niveau des régions. L’expérience acquise au quotidien avec ces deux modèles en prévision numérique est un atout formidable en mode climatique. Avec la prise en compte du cycle carbone, le système climatique global devient ce que l’on nomme un « système Terre ». Ce système est particulièrement pertinent à l’heure où le dernier rapport du GIEC, rendu public le 8 octobre dernier, estime qu’il faudra mettre en œuvre des pratiques de géo-ingénierie si l’on veut ramener le réchauffement climatique sous la barre des 1,5 °C et contrer la hausse des émissions de CO2 dans l’atmosphère. Dans ce cadre, le « système Terre » permettra d’évaluer l’efficacité et les potentiels effets indésirables des choix de géo-ingénierie. Notons aussi les travaux conduits sur l’état de surface de la mer, son rôle particulier dans la prévision de la qualité de l’air au niveau européen et sa contribution à la plate-forme nationale PREV’AIR. Pourriez-vous nous présenter les projets et campagnes de mesures en cours ? Météo France mène régulièrement des campagnes de mesure sur les tempêtes en Atlantique, les événements méditerranéens, la formation et l’intensification des cyclones… À l’hiver 2019-2020 une campagne sera organisée pour mieux March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 69

années quelques centaines de mètres sur des sites à enjeux comme les grands aéroports parisiens. Manquant de stations d’observation météorologique pour décrire les phénomènes à ces échelles, nous misons sur les objets connectés pour enrichir nos bases de données, mieux comprendre les

© AJS

l’atmosphère et intègre la présence des villes – un impératif puisque 75 % des Français sont des citadins. Grâce à ce modèle de ville, Météo France a développé une expertise mondialement reconnue sur la prise en compte des îlots de chaleur urbaine dans la prévision du temps et du changement climatique. ARPEGE et AROME, couplés à SURFEX, assurent quotidiennement la prévision numérique du temps à l’état de l’art international.

Drone Boréal développé par la société AJS, en vol. L’utilisation de drones offre de nouvelles perspectives pour l’étude du brouillard. Boreal UAV developed by AJS Inc., during flight. The use of drones offers new perspectives for the study of fog.

Quels sont selon vous les grands défis à relever pour améliorer les prévisions météorologiques et anticiper les effets du changement climatique ? Le premier enjeu est celui de l’incertitude des prévisions. Il s’agit de réaliser plusieurs fois la « même  » prévision en modifiant très légèrement l’état initial de l’atmosphère ou la configuration du modèle pour déterminer la prévision la plus probable et la confiance que l’on peut lui accorder. Il s’agit aussi d’établir si une prévision isolée, a priori peu probable mais présentant un danger météorologique, pourrait se réaliser. Un travail de recherche important faisant appel à des méthodes d’intelligence artificielle (apprentissage profond) est en cours sur ces méthodes d’ensemble de prévisions et leur traitement statistique. Mais le défi est aussi technologique  : Météo France devrait acquérir d’ici 2020 un nouveau supercalculateur fonctionnant à l’aide de technologies de type CPU. Mais pour préparer la prochaine génération de calculateur (vers 2024-2025), nous devons nous préparer à de nouvelles architectures basées sur des processeurs de type GPU (graphics processing unit) dotés de fonctions pré-codées pour une exécution rapide et faisant appel à un langage de commande spécifique. Par ailleurs Météo France ambitionne toujours une plus haute résolution pour ses modèles les plus fins. Elle est actuellement de 1,3 km en France et devrait atteindre dans les toutes prochaines

processus de très fine échelle spatiale et ultérieurement les prendre en compte dans nos modèles de prévisions. Météo France continuera aussi à développer ses collaborations pour aller jusqu’aux impacts des phénomènes météo-climatiques. Ce sera fait, comme ça l’est déjà, avec le monde agricole, le secteur de l’énergie, etc., avec l’objectif de co-construire des outils d’aide à la décision sur la base de nos ensembles de prévisions pour une meilleure valorisation socio-économique de l’information météo-climatique. Et nous n’oublions pas l’enjeu majeur de la communication vis-à-vis de la population en cas de crise météorologique : il s’agit de développer des messages d’alerte « lisibles » par le biais de pictogrammes notamment. Pour y réfléchir nous nous rapprochons des acteurs de la recherche en sciences humaines et sociales.

Direction de la Recherche 42, avenue Gaspard-Coriolis F-31057 Toulouse Cedex 1 Tél. : +33 (0)5 61 07 93 71 E-mail : marc.pontaud@meteo.fr http://www.umr-cnrm.fr/

69 25/02/19 16:09


arlementaires de

rance

Publireportage

MAGAZINE

Météo France Cutting-edge research on weather forecasting and predicting climate change Interview with Mr Marc PONTAUD, Research Director at Météo-France

What topics does Météo-France do research on? Météo-France is one of the few meteo-climatic services to predict, every day, the state of the atmosphere, in high resolution for areas of interest (Western Europe, overseas territories and military intervention areas) and across the planet, and to regularly identify upcoming climate changes at regional and global levels. Météo-France research focuses on two areas: numerical weather prediction at global and local level and providing the best expertise on climate and changes to it. The CNRM, the main laboratory of Météo-France (see below) conducts most of this research work. It is a major player in numerical weather prediction at global level and the importance of its satellite observations makes it a privileged partner of space agencies. A leader and central coordinator of research in numerical weather prediction in Europe through collaborations with more than 25 European countries, it is also one of the few laboratories around the world to take part in CMIP6 (Coupled Model Intercomparison Project) upstream of the drafting of the sixth GIEC evaluation report, which will be used to formulate recommendations for public policies. Its climate studies also look at smaller scales in metropolitan France and the overseas territories. They allow better accounting for changes to small-scale physical phenomena.

is the work of a research group based in Grenoble that develops avalanche forecasts and climate change on snow-capped mountains. Finally, a team based in Lannion is dedicated to assessing satellite data for the other research groups. In total, the CNRM has 90 researchers, 120 engineers, technicians and admin staff, 60 doctoral candidates, 100 research contract agents and around fifty master’s interns. Based on Réunion, the UMR LACY (Atmosphere and hurricane laboratory - University of Réunion / CNRS / Météo-France) includes a team dedicated to the study, understanding and forecasting of cyclones providing support to the international mission of Météo-France in protection against cyclones in the west of the Indian Ocean. The LACy has 15 permanent staff, 4 doctoral candidates and 5 master’s interns.

for lower layers of the atmosphere, an ATR 42 with turboprop engine for the troposphere (1 to 7 km in altitude) and a Falcon 20 twin-jet for research in high altitudes (up to 12 km). These resources are essential for improving our understanding and the modelling of the ‘Earth system’ and for the calibration and validation of various space-based observation systems put into orbit. Safire’s work is supplemented through the use of drones, which are being developed within Météo-France. What meteo-climatic models do you base your research work on? Météo-France works with ARPEGE, a global atmospheric model co-developed with the European Centre for MediumRange Weather Forecasts (ECMWF) since the beginning of the 1990s. A local version of this model - AROME - was then developed by Météo-France and is now

How is the research at Météo-France organised? Through a collaboration with the French and international academic community, Météo-France’s research work is conducted by three laboratories. The UMR National Centre for Meteorological Research (CNRM - Météo-France / CNRS) has four research groups located in Toulouse who work on experimental studies of processes, fine-scale process modelling, numerical weather prediction at global or local level and past and future climate at global and local level. In addition, there

70 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 70

© CNRM - Météo France

In addition to forecasting daily weather and climate change, Météo-France works on seasonal forecasts (up to seven months) to determine the major trends and make them available to public and private decision makers.

Coupe horizontale de réflectivité dans le cyclone Fantala simulé par Meso-NH le 16 avril 2016 en configuration non couplée à 16 UTC (NOCPL, panneau de gauche) et couplée à 18 UTC (CPL, panneau de droite). L’encart montre l’évolution temporelle de l’intensité du système simulé dans les deux configurations sur la période simulée de 24 h (best-track en noir). / Horizontal cross-section of reflectivity in tropical cyclone Fantala as simulated by Meso-NH on 16 April 2016 without (left panel) and with (right panel) 3-D ocean coupling at 16 UTC and 18 UTC, respectively. The insert shows the temporal evolution of the system intensity in both configurations over the simulated 24-hour period (best-track in black).

Finally, Safire UMS (French Instrumented Aircraft Service for Environmental Research CNES / CNRS / Météo-France) is located near Toulouse, at Francazal airport. With 25 engineers, technicians, pilots and mechanics, Safire operates three research aircraft: the Piper-Aztec, a twin-engine plane

supported alongside many countries across Europe and the Maghreb. Various versions of AROME are deployed across Western Europe, overseas territories and areas where the French armed forces are active. The SURFEX model takes into account the many surface interactions with the atmosphere Mars 2019

25/02/19 16:09


arlementaires de

Publireportage

rance

MAGAZINE

Météo-France’s global climate model is based on the ARPEGE-SURFEX system combined with a three-dimensional ocean model (NEMO) that includes a sea ice model. Once validated on the reproduction of past climate characteristics (generally from 1850 to present), this climate model is used with different forced social and economic scenarios, imagined as our ‘possible futures’, to determine possible changes to global climate. For the middle of the 21st century, the uncertainty on the future climate has less to do with climate models and more to do with social and economic scenarios that will arise from now onwards. Next, the AROMESURFEX model enables regional climate change to be refined. The experience gained in daily numerical weather forecasting using these two models is a major asset for climate aspects. With the carbon cycle also being taken into account, the global climate system becomes what we refer to as an ‘Earth system’. This system was especially relevant when the most recent GIEC report was made public on 8 October last year, concluding that geo-engineering must be implemented if global warming is to be kept under 1.5 °C and to counteract the rise of CO2 emissions. In this context, the ‘Earth system’ will enable the assessment of the effectiveness and potential undesirable effects of geo-engineering choices. We should also note the work on the surface state of the sea, its special role in forecasting European air quality and its contribution to the national PREV’AIR platform. Could you tell us about the measurement projects and programmes currently in progress? Météo-France regularly carries out measurement programmes on Atlantic storms, phenomena in the Mediterranean, the formation and intensification of cyclones, etc. During Winter 2019-2020, a campaign will be organised to better understand and predict fogs and respond to aeronautical and safety concerns. These various programmes March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 71

always have an operational objective: improving our numerical models for improved forecasts and a better representation of the climate.

such as the major Parisian airports. Lacking weather observation stations to describe phenomena at these scales, we are relying on connected objects to add to our databases,

© Arnaud MANSAT / CNRS ULISSE

and integrates the presence of towns and cities - essential since 75% of French people live in urban areas. Thanks to this model of towns and cities, Météo-France has developed globally recognised expertise in accounting for urban heat islands in forecasting the weather and climate change. ARPEGE and AROME, combined with SURFEX provide international state-of-art numerical weather forecasts daily.

Le laboratoire volant ATR 42 en préparation avant un vol, Lomé, Togo. The airborne laboratory ATR 42 before a flight, Lomé, Togo

In your opinion, what are the major challenges that need to be overcome to improve meteorological forecasts and predict the effects of climate change? The first issue is that of forecast uncertainty. The ‘same’ forecast is performed several times by very slightly adjusting the initial condition of the atmosphere or configuration of the model, to determine the most likely forecast and the degree of confidence we can have in it. It also means establishing whether an isolated forecast, unlikely but presenting a meteorological danger, could occur. Major research work is in progress on these various forecast methods and their statistical processing, using artificial intelligence techniques. However, the challenge is also technological: Météo-France should, by 2020, acquire a new supercomputer operating using CPU technologies. However, to prepare for the next generation of computer (around 2024-2025), we have to prepare for new architectures based on GPU-style processors (graphics processing unit) with pre-coded functions for rapid execution and making use of a specific command language. Moreover, Météo-France is always striving for greater resolution for its increasingly detailed models. It currently stands at 1.3 km in France and should reach hundreds of metres in the near future for sites of interest

better understand the processes of very small scales and subsequently, include them in our forecasting models. Météo-France will also develop its collaborations to go beyond the impacts of meteoclimatic phenomena. This will be done, as has already been done, in cooperation with the sectors of agriculture, energy, etc. with the aim of co-creating decision-making tools based on our forecasts in order to make better socio-economic use of meteo-climatic information. And of course, we are not forgetting about the major issue of communication to the population in the event of a meteorological crisis: this involves developing ‘understandable’ alert messages, in particular in the form of pictograms. For this, we are working together with researchers in the social sciences and humanities.

Direction de la Recherche 42, avenue Gaspard-Coriolis F-31057 Toulouse Cedex 1 Tél. : +33 (0)5 61 07 93 71 E-mail : marc.pontaud@meteo.fr http://www.umr-cnrm.fr/

71 25/02/19 16:09


© Bdk

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 72

25/02/19 16:09


arlementaires de

Publireportage

rance

MAGAZINE

LIEC Laboratoire interdisciplinaire des environnements continentaux

Interdisciplinary Laboratory for Continental Environments

Créé en 2013 et fort de 125 personnes, le LIEC réunit une grande partie des forces lorraines en physicochimie environnementale, biogéochimie des sols et écotoxicologie intégrative pour comprendre et modéliser des écosystèmes continentaux fortement anthropisés.

Created in 2013 and with a staff of 125, LIEC brings together local actors in environmental physical chemistry, biogeochemistry of soils and integrative ecotoxicology to understand and model highly anthropised continental ecosystems.

T

© LIEC

he laboratory is built around 5 teams (Biogeochemical Cycles in Disturbed Ecosystems, Physical Chemistry and Reactivity of Surfaces and Interfaces, Microbial Ecology of Anthropised Environments, Environmental Toxicology, and Stress Ecology) organised around 2 transversal research lines: ecodynamics of elements and ecotoxicology/biodiversity.

L

e laboratoire est structuré en 5 équipes (cycles biogéochimiques dans les écosystèmes perturbés, physico-chimie et réactivité des surfaces et interfaces, écologie microbienne des milieux anthropisés, toxicologie de l’environnement, écologie du stress), positionnées sur 2 axes transversaux que sont l’écodynamique des éléments et l’écotoxicologie / biodiversité.

LIEC has developed Ecoscope, an experimental platform for ecology and ecotoxicology of aquatic environments. Operating at 3 levels and in as natural environments as possible, this platform comprises a terrestrial part and an aquatic part to study soil/water transfers. LIEC also builds on ImpactE, a technology transfer platform, to provide R&D services to businesses and local authorities. These are all valuable levers for addressing the great challenges of maintaining the continuum between geosciences and biology, the unity in the different study scales, the cocktail effect and the chronic effect of low concentrations, including the remediation of perturbed environments which should be made less polluting.

© LIEC

Actuellement le LIEC porte trois projets ANR internationaux actant pour la protection des ressources en eaux et l’établissement de normes environnementales. En collaboration avec l’Allemagne CLIMSHIFT cherche à comprendre les changements des écosystèmes d’eau douce particulièrement exposés à des stress multiples comme le réchauffement, les fertilisants et les pesticides dont les interactions sur les communautés aquatiques restent encore peu comprises. Avec le Luxembourg MOBISED étudie la remobilisation des sédiments lors de crues ou de réaménagement des cours d’eau et la libération des contaminants qui y étaient stockés depuis longtemps. ECOTREE se penche sur le comportement des éléments terres rares dans les rivières et leurs impacts sur les êtres vivants. Dans NEXT (New exploration technologies) qui réunit un consortium paneuropéen de 16 partenaires représentant l’ensemble de la chaîne de valeur des activités d’exploration de nouveaux gisements, le LIEC proposera des méthodologies plus respectueuses de l’environnement.

Today, LIEC manages three international ANR projects aimed at the protection of water resources and the establishment of environmental standards. In collaboration with Germany, CLIMSHIFT seeks to understand the changes in freshwater systems particularly exposed to multiple stresses such as climate warming, fertilisers and pesticides whose impacts on aquatic communities are as yet poorly understood. With Luxembourg, MOBISED studies the remobilisation of sediments during floods or redevelopment of watercourses and the release of contaminants that were stored there for a long time. ECOTREE addresses the behaviour of rare earth elements in rivers and their impacts on living beings. As part of NEXT (New EXploration Technologies), a pan-European consortium of 16 partners representing the entire value chain of the exploration of new deposits, LIEC will provide more environmentally friendly methodologies.

Le LIEC a mis au point Ecoscope, une plate-forme expérimentale en écologie et écotoxicologie des milieux aquatiques qui intervient à 3 échelles, au plus près des situations naturelles, et intègre une partie terrestre et une partie aquatique pour étudier les transferts sol/eau. Le LIEC s’appuie aussi sur sa plate-forme de transfert de technologie ImpactE pour offrir des prestations de R&D aux entreprises et aux collectivités territoriales. Autant de leviers précieux pour relever les grands défis que représentent le maintien du continuum entre géosciences et biologie, l’union des différentes échelles d’étude, l’effet cocktail et l’effet chronique des faibles concentrations, sans oublier la remédiation des environnements perturbés qu’il conviendrait enfin de moins polluer !

March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 73

LIEC UMR 7360 CNRS - Université de Lorraine 15, avenue du Charmois - F-54500 Vandœuvre-lès-Nancy Tél. : +33 (0)3 72 74 89 34 E-mail : laure.giamberini@univ-lorraine.fr - http://liec.univ-lorraine.fr/

73 25/02/19 16:09


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Favoriser l’interdisciplinarité pour répondre aux besoins des citoyens Un entretien avec Mme Hélène JACQUOT-GUIMBAL, Directrice générale de l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (IFSTTAR)

Quels sont les chiffres-clés et les missions de l’IFSTTAR ? L’IFSTTAR s’appuie sur près de 1 000 collaborateurs et un budget de 105 M€ dont, 75-80 M€ proviennent de subventions de l’État et le reste émane de ressources propres. De plus, il est adossé à deux tutelles : le ministère de la Transition écologique et solidaire et le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Pourriez-vous nous présenter quelques projets-phares de l’IFSTTAR ? R5G (Route de 5e Génération) valorise les nombreuses fonctions de la route : dépollution, piégeage du bruit et de la chaleur, fourniture d’énergie… De grands démonstrateurs sont en cours d’élaboration, dont un à Chatenay-Malabry en collaboration avec Eiffage, Total, et avec le double soutien de l’Ademe et de l’IDRRIM (Institut des routes, des rues et des infrastructures pour la mobilité). Pour sa part, Sense-City a permis d’aménager une zone intermédiaire de simulation pour tester l’efficacité de capteurs dans un environnement contrôlé, accroître le niveau de confiance dans les instruments de mesure et ainsi contribuer à la définition

74 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 74

de politiques publiques appropriées. Quant à Transpolis, il vise à intégrer les véhicules autonomes en ville. Une plateforme logicielle de 80 ha sera inaugurée en mars-avril 2019, à trois-quarts d’heure de Lyon, afin de vérifier que des systèmes différents parviennent à fonctionner ensemble – un prélude à l’homologation de nouveaux produits et systèmes. J’aimerais aussi parler du béton recarbonaté : le potentiel de carbonatation du béton démoli est estimé entre 5 et 10 millions de tonnes de CO2 par an. En outre, les agrégats de démolition ne sont plus poussiéreux : on gagne donc en qualité, en prix, et on n’a plus besoin de recourir aux carrières. On promeut ainsi l’économie circulaire. L’IFSTTAR finalise actuellement l’optimisation du processus de carbonatation en collaboration avec quelques gros cimentiers et fabricants d’agrégats. Pourriez-vous aborder vos technologies industrielles ? L’IFSTTAR a signé de nombreux contrats de recherche avec des entreprises pour la réalisation de tests et ses plateformes technologiques attirent start-up et PME sur le principe du hackathon.

Quels sont vos partenariats stratégiques à l’échelle européenne et internationale ? Nous sommes en lien avec des nombreux laboratoires européens et participons à la création d’un réseau européen sur la ville. De plus, nous nous sommes associés avec l’Université de Sherbrooke pour créer un laboratoire international (LIA) destiné à développer les écomatériaux de demain. Le LIA iLab-Spine sur la prévention des traumatismes du rachis s’inscrit au même titre dans une démarche collaborative avec entre autres l’École polytechnique de Montréal et l’hôpital du Sacré Cœur de Montréal... Nous avons également uni nos compétences avec celles du DLR en Allemagne pour créer l’institut de recherche hors-sol Innomob afin d’apporter des solutions à la mobilité européenne. Quels sont selon vous les grands défis que les chercheurs devront relever en matière de transport, d’aménagement et de réseaux ? Il s’agit d’anticiper la transition numérique et le changement climatique qui auront un fort impact sur l’aménagement des villes et des transports. L’autre enjeu est le comportement des personnes : il nous revient de proposer des changements d’habitudes les plus indolores possibles tout en définissant deux ou trois alternatives acceptables pour les politiques qui devront préparer les investissements de long terme pour prévenir d’éventuelles catastrophes.

© Nicolas Job

Pourriez-vous nous parler des axes de recherche de l’IFSTTAR ? Nos chercheurs travaillent sur la sécurité des systèmes de transport, la maintenance des grandes infrastructures, le développement de nanocapteurs à même de générer des alertes en temps réel ou encore les comportements individuels et collectifs. Il s’agit de faire sauter des verrous technologiques tout en intégrant la dimension collective.

© PhotoColpia

Quels défis sociétaux avez-vous identifiés ? Historiquement, l’IFSTTAR a commencé à travailler sur les transports et le génie civil. Puis il a élargi sa réflexion aux villes modernes en tenant compte de l’avis des élus, des besoins des usagers et des évolutions comme le changement climatique. Cette vision globale, qui implique de renforcer l’interdisciplinarité de nos travaux, guide la fusion, effective dès 2020, de l’Université Paris Est Marne-la-Vallée, de l’école d’architecture de Marne-la-Vallée (ENSAVT), de l’IFSTTAR et de trois écoles d’ingénieurs (ESIEE, EIVP, ENSG-Géomatique). Cette université, dédiée aux deux-tiers à la ville, sera une force de proposition pour les politiques publiques. Plus lisible pour les universités françaises et étrangères, elle devrait accueillir 17 000 étudiants dont un tiers en apprentissage.

De plus, il veille à l’applicabilité de champs de recherche comme la mutation de la production de poussières et particules fines ou les géophones qui, installés sur une digue, pourraient détecter les faiblesses à réparer. Autres exemples de valorisation, la start-up Stanley Robotics a mis au point un voiturier automatique pour augmenter la capacité des parkings tandis qu’Altaroad équipe les routes de capteurs de pression.

Manège de fatigue des structures routières situé sur le site nantais de l’Ifsttar / Fatigue test circuit for road structures at the Nantes location of the IFSTTAR

Mars 2019

25/02/19 16:09


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Promoting interdisciplinarity to meet the needs of citizens Interview with Mrs Hélène JACQUOT-GUIMBAL,

© Erick Merliot/Ifsttar

General Director of the French Institute of Science and Technology for Transport, Development and Networks (IFSTTAR)

Schéma en 3D de Sense-City avec visualisation d’une mini-ville sous la chambre climatique / 3D diagram of Sense-City with visualisation of a mini-city in a climate chamber

What are IFSTTAR’s key figures and missions? IFSTTAR has nearly 1,000 staff and a budget of €105 million, of which €75-80 million come from government subsidies and the rest from own funds. In addition, it is leaning against two guardianships: the Ministry for an Ecological and Solidary Transition and Solidarity and the Ministry of Higher Education, Research and Innovation. What societal challenges have you identified? Historically, IFSTTAR started working on transport and civil engineering. It then expanded into modern cities, taking into account the views of elected officials, the needs of users and changes such as climate change. This comprehensive vision, which involves stepping up the interdisciplinarity of our work, is guiding the merger, effective as of 2020, of the Université Parie-Est Marne-la-Vallée, the Marne-la-Vallée school for architecture (ENSAVT), IFSTTAR and three engineering schools (ESIEE, EIVP and ENSGGéomatique). This university, with a two-thirds focus on cities, will bring forward proposals for public policies. It will become more visible to French and foreign universities and boast 17,000 students, of which a third will be doing apprenticeship training. Could you please talk about the areas of research of IFSTTAR? Our researchers are working on the security of transport systems, maintenance of major infrastructure, the development of nanosensors able to generate real-time alerts or even the behaviours of individuals and groups. This means breaking down the technological barriers while incorporating the societal dimension.

March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 75

Could you tell us about some of IFSTTAR’s flagship projects? R5G (Fifth Generation Road) makes the most of the different roles roads play: depollution, trapping noise and heat, providing energy, etc. Large demonstrators are being worked on, one in Chatenay-Malabry in collaboration with Eiffage, Total, and with the dual support of ADEME and IDRRIM (Institute for Roads, Streets and Mobility Infrastructure). Sense-City has been able to arrange an intermediate test area to test the effectiveness of sensors in a controlled environment, increase the confidence level of the measuring instruments and thus help define appropriate public policies. As for Transpolis, it aims to integrate self-driving vehicles into cities. An 80-ha software platform will be opened in March-April 2019, three quarters of an hour from Lyon, to check that the different systems can work together - a prelude to the standardisation of new products and systems. I would also like to talk about decarbonated concrete: the decarbonation potential of ground concrete is estimated at between 5 and 10 million tonnes of CO2 per year. In addition, aggregates from demolition are no longer dusty: this means higher quality, lower cost and no longer needing to resort to quarries. This helps promote the circular economy. IFSTTAR is currently finalising the optimisation of the decarbonation process in collaboration with a number of cement and aggregate manufacturers. Can you tell us about your industrial technologies? IFSTTAR has signed many research contracts with companies to perform tests and its technological platforms are attracting start-ups and SMEs using the ‘hackathon’ principle. In

addition, it seeks to ensure the applicability of fields of research, such as the production of dusts and fine particulates, or geophones which, when installed on a dyke, could detect weaknesses to be repaired. Other examples of commercialization are the start-up Stanley Robitics’ development of an automated valet to increase car park capacity, and Altaroad equipping roads with pressure sensors. What strategic partnerships do you have within Europe and at an interntional level? We have links with several European laboratories and are involved in the creation of a European network on cities. In addition, we are associated with the University of Sherbrooke for the creation of an international laboratory (LIA) intended to develop the ecomaterials of tomorrow. The LIA iLab-Spine on the prevention of spinal trauma is part of a collaborative approach between, among others, the École polytechnique de Montréal and the Sacré Cœur hospital in Montréal. We have also joined our expertise with that of the DLR in Germany to create the virtual research institute Innomob, to provide solutions to European mobility. According to you, what are the main challenges researchers must tackle in the field of transport, city planning and networks? Researchers will have to anticipate the digital transition and climatic change, which will have a big impact on city planning and transport. The other issue at stake is individual behaviour: we need to suggest the most painless behaviour changes possible, while defining two or three acceptable alternatives for politicians that should prepare the long-term investments to prevent potential catastrophes.

75 25/02/19 16:09


arlementaires de

rance

MAGAZINE

La foi dans l’innovation, la construction européenne et la coopération internationale Un entretien avec M. Jean-Yves LE GALL, Président du Centre national d’études spatiales (CNES)

Quels sont les chiffres-clés du CNES ? Créé en 1961, le CNES s’appuie sur 2.400 collaborateurs répartis dans quatre centres d’excellence. Son budget, qui atteint les 2,4 milliards d’euros en 2019, sert à financer la recherche et la technologie, les programmes européens (le CNES est le premier contributeur au budget de l’Agence spatiale européenne) et ceux conduits en coopération internationale. Au cours des 10 dernières années, le CNES a déposé 465 brevets (systèmes et lanceurs) et il a signé 32 accords internationaux pour la seule année 2017.

Quant aux cinq domaines d’activité du CNES, ils concernent les lanceurs, qui garantissent notre autonomie d’accès à l’espace ; les sciences spatiales, pour apporter des réponses aux questions fondamentales sur l’origine du système solaire, des galaxies, de la vie ; l’observation de la Terre par les satellites ; les télécommunications à haut débit, la localisation, la collecte de données environnementales, la recherche et le sauvetage ; et la Défense. Pourriez-vous nous donner quelques exemples de projets au CNES ? En 2018, le CNES s’est mobilisé autour de trois grands projets. Le 19 octobre 2018, la mission de l’ESA et de la JAXA (Japan Aerospace Exploration Agency) BepiColombo a été lancée vers Mercure. Il s’agira d’en savoir plus sur cette planète très proche du Soleil, qui reste encore mal connue des planétologues. Pour sa part, le satellite CFOSat (Chinese French Oceanography Satellite) a été mis en orbite terrestre le 29 octobre 2018 afin d’étudier les vents et

76 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 76

© CNES

les vagues à la surface des océans. Ses données permettront de réaliser des prévisions plus fiables de l’état de la mer et de mieux comprendre les interactions entre l’océan et l’atmosphère. Enfin, InSight (INterior exploration using Seismic Investigations, Geodesy and Heat Transport) s’est posé sur Mars le 26 novembre 2018 avec à son bord le sismomètre français SEIS qui étudiera la structure interne de Mars pour mieux comprendre comment se forment les planètes rocheuses. Qui sont vos partenaires à l’échelle européenne et internationale ? Au niveau européen, le CNES est le premier partenaire de l’Agence spatiale européenne. Il participe aussi activement aux deux grands programmes de la Commission européenne, Galileo pour la géolocalisation et Copernicus pour l’étude de l’environnement. À l’international, le CNES entretient depuis près de 40 ans une coopération emblématique avec la NASA dans le domaine de l’océanographie et dans celui de l’étude de Mars. La Chine est un autre partenaire privilégié comme en témoigne CFOSat mais aussi SVOM (astrophysique) et Cardiospace (médecine spatiale). Le CNES coopère avec l’Inde sur la recherche atmosphérique (Megha-Tropiques) et l’altimétrie (Saral-AltiKa). Nous avons aussi une coopération très ambitieuse avec le Japon et la mission MMX qui a pour objectif de rapporter un échantillon de Phobos, l’une des lunes de Mars. Et avec la Russie, nous lançons les fusées Soyouz depuis le Centre Spatial Guyanais.

Quels sont selon vous les grands enjeux à venir en matière de recherche et d’applications spatiales ? L’innovation, la lutte contre le changement climatique et l’exploration spatiale sont sans conteste les trois grands défis qui structurent le spatial aujourd’hui. En ce qui concerne le climat, nous mettons en place le Space Climate Observatory (SCO) qui va mettre en commun les données collectées par l’ensemble des agences spatiales. Une première démonstration a eu lieu à Toulouse en juin 2018 et une charte rassemblant tous nos partenaires sera adoptée en 2019.

© CNES/ill./SATTLER Oliver, 2017

Pourriez-vous nous présenter les quatre centres d’excellence et les cinq domaines d’activité du CNES ? Situé dans le 1er arrondissement de Paris, notre Siège assure la définition et la mise en œuvre de notre politique spatiale. Le CNES dispose en outre d’une Direction des Lanceurs (Ariane) située sur le site de Paris Daumesnil dans le 12ème arrondissement. Par ailleurs, il est réputé pour le Centre Spatial de Toulouse (CST), véhicules et systèmes orbitaux, où se trouvent 72 % de nos effectifs. Et n’oublions pas bien sûr le Centre Spatial Guyanais (CSG) d’où sont lancées Ariane, Soyouz et Vega : il fait office de port spatial de l’Europe.

En 2016 une Direction de l’Innovation a été créée au sein du CNES. Pourriez-vous nous présenter ses activités ? Cette Direction de l’Innovation, des Applications et de la Science, vise la diffusion des technologies spatiales au bénéfice du grand public. De fait, l’utilisation de techniques spatiales adaptées aux besoins terrestres est très prometteuse en matière de santé, d’agriculture, de mobilité, de territoire ou d’environnement. D’ores et déjà, le CNES a signé de nombreux accords avec des partenaires industriels pour faire bénéficier la population de ces multiples retombées.

Le satellite CFOSAT (China-France Oceanography SATellite) a été mis en orbite terrestre le 29 octobre dernier afin d’étudier le vent et les vagues à la surface des océans. Ces données permettront de réaliser des prévisions plus fiables de l’état de la mer, mais aussi de mieux comprendre les interactions entre l’océan et l’atmosphère. / The CFOSAT (China-France Oceanography SATellite) satellite was put into orbit on October 29 to study wind and waves on the surface of the oceans. These data will allow for more reliable predictions of the state of the sea, as well as a better understanding of the interactions between the ocean and the atmosphere.

Mars 2019

25/02/19 16:09


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Faith in innovation, the European project and international cooperation Interview with Mr Jean-Yves LE GALL, President of the National Centre for Space Studies (CNES)

Could you tell us about the four excellence centres and five areas of activity of the CNES? Located in the 1st arrondissement in Paris, our headquarters draw up and implement our space policy. The CNES also has a Launcher Directorate (Ariane) at the Paris Daumesnil site in the 12th arrondissement. Moreover, it is renowned for the Toulouse Space Centre (CST), vehicles and orbital systems, where 72% of our staff are located. And of course don’t forget the French-Guiana Space Center (CSG), where Ariane, Soyouz and Vega were launched: it acts as Europe’s space port. As for CNES’ five fields of activity, they are launchers, ensuring independent access to space; space science, providing answers to fundamental questions about the origins of the solar system, galaxies and life itself; observing the Earth using satellites; high-speed telecommunications, location services, the collection of environmental data, research and rescue; and defence. Could you give us a few examples of projects at the CNES? In 2018 the CNES has focused on three major projects. On 19 October 2018, the ESA and JAXA (Japan Aerospace Exploration Agency) mission, BepiColombo, was launched towards Mercury. Its mission is to learn more about this planet that is so close to the Sun, and which is still little understood by planetologists. The CFOSat (Chinese French Oceanography Satellite) satellite was put into terrestrial orbit on 29 October 2018 to study the wind and waves at the surface of the oceans. Its data will enable more reliable predictions of March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 77

© NASA/JPL Caltech, 2018

What are the key figures of the CNES? Founded in 1961, the CNES has 2,400 employees across four excellence centres. Its budget, which has reached 2.4 billion euros in 2019, goes towards funding research and technology, the European space programmes (the SNES is the leading contributor to the budget of the European Space Agency) and those conducted via international cooperation. In the past ten years, the CNES has submitted 465 patents (systems and launchers) and signed 32 international agreements in 2017 alone.

Illustration de l’atterrisseur Insight (INterior exploration using Seismic Investigations, Geodesy and Heat Transport). InSight a pour but d’étudier la structure interne de Mars, via le déploiement à sa surface d’une station géophysique, embarquée dans un atterrisseur fixe. Il a pour objectif d’élucider les mécanismes qui président à la formation des planètes rocheuses du système solaire. Grâce au sismomètre SEIS (Seismic Experiment for Interior Structures), le dispositif mesurera l’activité tectonique de Mars, ce qui permettra d’en déduire des informations sur sa structure (taille du noyau, épaisseur du manteau…). / Illustration of the Landing Insight (INterior exploration using Seismic Investigations, Geodesy and Heat Transport). InSight aims to study the internal structure of Mars, through the deployment on its surface of a geophysical station, embedded in a fixed lander. It aims to elucidate the mechanisms that preside over the formation of rock planets in the solar system. Thanks to SEIS seismometer (Seismic Experiment for Interior Structures), the device will measure the tectonic activity of Mars, which will allow to deduce information about its structure (size of the core, thickness of the mantle ...).

sea conditions and better understanding of the interactions between oceans and the atmosphere. Finally, InSight (INterior exploration using Seismic Investigations, Geodesy and Heat Transport) landed on Mars on 26 November 2018 with the French seismometer SEIS, which will study the internal structure of Mars to better understand how rocky planets are formed. Who are your European and international partners? In Europe, the CNES is the leading partner of the European Space Agency. It also actively participates in two major programmes for the European Commission, Galileo for geolocation and Copernicus for studying the environment. Internationally, for nearly 40 years the CNES has been maintaining an iconic cooperation with NASA in oceanography and studying Mars. China is another privileged partner, as seen with CFOSat as well as SVOM (astrophysics) and Cardiospace (space medicine). The CNES cooperates with India for atmospheric research (Megha- Tropiques) and altimetry (Saral-AltiKa). We also have a highly ambitious partnership with Japan and the MMX mission, aiming to retrieve a sample from Phobos, one of Mars’ moons.

And with Russia, we are launching the Soyous spacecrafts from the French-Guiana Space Center. In 2016, a Directorate of Innovation was created within the CNES. Could you tell us about its activities? This Directorate of Innovation, Applications and Science seeks to disseminate space technologies for the benefit of the general public. In fact, the use of space technology adapted to terrestrial needs is very promising in healthcare, agriculture, mobility, land and the environment. The CNES has already signed a number of agreements with industrial partners to put these technologies to use for the general population. In your opinion, what are the main issues to come in the field of space research and applications? Innovation, combating climate change and space exploration are undoubtedly the three biggest challenges being looked at in the space sector currently. For climate, we set up the Space Climate Observatory (SCO) which will pool data collected by the various space agencies. An initial demonstration took place in Toulouse in June 2018 and a charter listing all our partners will be adopted in 2019.

77 25/02/19 16:09


© iStock

© iStock

Mars 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 78

25/02/19 16:09


Les acteurs du financement et de l’accompagnement

© unsplash

The actors of financing and support March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 79

25/02/19 16:09


arlementaires de

rance

MAGAZINE

70 M€ pour financer l’innovation de rupture Un entretien avec M. Nicolas DUFOURCQ, Directeur général de Bpifrance

L’activité de fonds propres a mobilisé 2 Md€ en 2018 en investissement direct et indirect via 50 fonds partenaires. Nous avons ainsi apporté 200 M€ de capitaux aux PME et réalisé 39 prises de participation au capital d’ETI.

© Bpifrance

Avec 1,2 Md€ d’aides et financements accordés en 2018, l’activité Innovation affiche un recul de 10%, mais reste à un haut niveau. Le capital innovation enregistre un triplement des investissements entre 2013 et 2018 à 328 M€.

Quels sont les chiffres-clés de Bpifrance ? Son âge : six ans. Sa place : Bpifrance figure parmi les dix premières banques françaises régulées par la BCE. Sa croissance depuis 2013 : elle a plus que doublé dans toutes ses composantes. Bpifrance ce sont aussi 2750 collaborateurs et 50 agences, y compris dans les outre-mer. Quels sont les traits saillants de votre rapport d’activité 2018 ? Le trait saillant est le maintien de l’activité à un niveau élevé après six années de croissance. En tant que banque des entrepreneurs nous avons cofinancé leurs investissements pour 7,5 Md€ et leur trésorerie pour 10,4 Md€. Soit une progression de 11  % sur 2017. L’activité de garantie des prêts bancaires se stabilise à 8,7 Md€. Elle cible à 90% des TPE. La garantie bénéficie principalement aux opérations de création et de transmission dans les secteurs comme la restauration, la construction et le commerce, où l’accès au crédit est parfois difficile.

80 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 80

Si l’entreprise se lance à l’international, l’Assurance Prospection, que nous avons simplifiée, est quasi indispensable. Elle offre un soutien à la trésorerie et une assurance contre le risque d’échec. La solution est désormais accessible en ligne et plébiscitée par les PME. Si l’entreprise débute dans l’innovation elle peut solliciter une aide pour la faisabilité. Elle valide le projet sur les plans commerciaux, techniques, etc. et s’ouvre ainsi la porte à une gamme très large de financements.

L’activité Export de Bpifrance a connu une croissance de 10 % du nombre d’entreprises financées et assurées en 2018. Les produits d’assurance export confirment leur progression depuis leur reprise par Bpifrance en 2017.

Pour renforcer son capital, l’entreprise peut rechercher des investisseurs. Nos fonds et ceux de nos 400 partenaires sont à leur disposition, quel que soit le secteur d’activité ou la région de l’entreprise.

En 2018 l’Accompagnement s’est traduit par 3 600 missions de conseil, 10 000 entrepreneurs mis en réseau, 8 000 personnes formées via notre plateforme e-learning et 2 600 entreprises accompagnées à l’international avec Business France. De même, les accélérateurs se sont multipliés en collaboration avec les Régions et les filières industrielles. 4 000 entreprises y seront accueillies d’ici 2021.

Améliorer sa compétitivité passe souvent par un accompagnement réussi. C’est à nos yeux, le pendant indispensable du financement. Les accélérateurs en offrent un condensé premium. Le bilan des deux premières promotions de PME accélérées fait ressortir une croissance moyenne des ventes et des effectifs de 25 % au bout de 2 ans.

Pourriez-vous nous présenter les différentes solutions de financement que vous proposez aux entreprises et nous donner quelques exemples de projets accompagnés ? Nous intervenons à chaque étape de la vie des entreprises. Voici quelques exemples de solutions apportées. En création nous apportons une garantie aux banques qui peut atteindre 70 % du crédit accordé. Avec la reprise des actions de l’Agence France Entrepreneur début 2019 et le lancement de Bpifrance Création, nous assurons désormais la promotion de l’entrepreneuriat avec les réseaux d’accompagnement. À terme nous mobiliserons 70M€ pour accompagner 45  000 créations par an, notamment dans les quartiers et les territoires fragiles. Pour les investissements immatériels le prêt Bpifrance sans garantie apporte le complément nécessaire aux financements bancaires pour l’immatériel et le financement du besoin en fonds de roulement. Et nous développons également une offre de prêts directs aux TPE entièrement en ligne où nous visons 100 M€ de crédits par an d’ici 2020.

Quels sont selon vous les grands enjeux à venir en matière de financement de l’innovation en France ? Dans le monde de l’innovation nous avons contribué à déclencher un effet boule de neige autour de la French Tech. Nous voulons dupliquer cette action dans le cadre de la French Fab et de la modernisation de l’industrie. En 2018 Bpifrance a par ailleurs élaboré un plan deeptech pour doubler, d’ici 2023, le nombre de start-ups mobilisant des technologies de rupture. Nous créons pour cela un continuum d’accompagnement de la création jusqu’à l’investissement en fonds propres. Justement, proposez-vous un accompagnement spécifique pour les entreprises de la deep tech afin de faciliter ces innovations de rupture ? Ces entreprises se verront bien entendu proposer l’ensemble de nos prestations d’accompagnement. Ce qui caractérise les métiers de la deeptech réside dans les indispensables transferts de technologies des laboratoires publics vers les entreprises. Nous devons développer ces transferts, les fluidifier, faciliter l’émergence de ces start-up deeptech, puis leur accélération, avant d’en faire des scale-up, des futures licornes ! Mars 2019

25/02/19 16:09


arlementaires de

rance

MAGAZINE

€70 million to fund breakthrough innovation Interview with Mr Nicolas DUFOURCQ, Managing Director of Bpifrance

What are the key figures of Bpifrance? It has been running for five years. It is now one of the ten leading French banks regulated by the ECB. Since 2013, it has grown by more than double in all areas. Bpifrance has 2,750 employees and 50 branches, including those in overseas territories. What are the key points of your 2018 activity report? The key point is maintaining activities at a high level after six years of growth. As a bank of entrepreneurs, we co-financed their investments for € 7.5bn and their cash for € 10.4bn. This is an increase of 11% over 2017. The guarantee activity for bank loans stabilized at € 8.7 billion. It targets 90% of VSBs. The guarantee mainly benefits creation and transmission operations in sectors such as catering, construction and trade, where access to credit is sometimes difficult. Activity involving equity rose to €  2 billion in 2018 in direct and indirect investment via 50 partner funds. We thus contributed € 200 million to SMEs and made 39 equity investments in MSCs.

In 2018 Accompagnement resulted in 3,600 consulting assignments, 10,000 entrepreneurs networked, 8,000 people trained through our e-learning platform and 2,600 companies supported internationally with Business France. Similarly, accelerators have multiplied in collaboration with the Regions and industrial sectors. 4,000 companies will be welcomed there by 2021. Could you talk about the different financing solutions you offer companies and give some examples of projects supported? We intervene in every stage in the life of companies. Here are a few examples of solutions provided. At creation we provide guarantees to banks of up to 70% of the credit granted. With the takeover of Agence France Entrepreneur’s actions in early 2019 and the launch of Bpifrance Création, we are now promoting entrepreneurship with support networks. Eventually we will mobilize 70M € to support 45,000 creations per year, especially in neighborhoods and fragile territories. For intangible investments, Bpifrance’s guarantee-free loan provides the remaining amounts needed for the intangible and

© Bpifrance

With € 1.2bn of aid and funding granted in 2018, the Innovation activity posted a decline of 10%, but remains at a high level. The innovation capital recorded a tripling of investments between 2013 and 2018 to € 328 million.

Bpifrance’s Export activity experienced a 10% growth in the number of companies financed and insured in 2018. Export insurance products confirm their growth since their acquisition by Bpifrance in 2017.

Siège de Bpifrance à Maisons-Alfort / Headquarters of Bpifrance in Maisons-Alfort

March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 81

the financing of working capital requirements. And we are also developing an online VSB direct loan offer, targeting € 100m of loans per year by 2020. If a company is launching internationally, export credit insurance, which we simplified, is almost essential. It provides cash flow support and insurance against the risk of failure. The solution is now available online and is popular with SMEs. If the company is beginning work in innovation, it can ask for assistance for the feasibility study. It validates the project commercially, technically, etc. and thus opens the door to a very wide range of financing. To strengthen its capital, the company may seek out investors. Our funds and those of our 400 partners are at their disposal, regardless of the sector of activity or the region of the company. Improving competitiveness often involves successful guidance. This, in our view, is an essential complement to financing. The accelerators provide a premium digest. The results of the first two accelerated SME promotions show an average growth of sales and workforce of 25% after 2 years. In your opinion, what are the main issues to come in the field of innovation in France? In the world of innovation, we have helped to trigger a snowball effect around French tech. We want to duplicate this action in the framework of the French Fab and the modernization of the industry. In 2018, Bpifrance has also drafted a plan to double the number of start-up companies mobilizing disruptive technologies by 2023. For this purpose, we create a continuum of support from creation to equity investment. So, you offer specific guidance for deep tech companies to facilitate these breakthrough innovations? These companies will of course be offered all of our guidance services. What is distinctive with deep tech is primarily the essential transfer of technology from public laboratories to companies. We have to develop these transfers, to make them more fluid, facilitate the emergence of these deep tech start-ups, then their acceleration, before turning them into scale-up, future unicorns!

81 25/02/19 16:09


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Promotion de l’innovation Des financements et du coaching sur-mesure

© Paris Biotech Santé

Du laboratoire de recherche fondamentale au marché le chemin est souvent long. Les acteurs du financement et de l’accompagnement se mobilisent pour accélérer le transfert de technologies et promouvoir la commercialisation de produits, services et procédés innovants. Tour d’horizon.

Paris Biotech Santé, un incubateur axé sur le développement de projets en santé humaine

P

arce que l’innovation est essentielle à la croissance de l’économie, le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) s’engage sur trois enjeux stratégiques : l’accélération du développement de l’entreprenariat  ; l’intensification des interactions de la recherche publique avec les entreprises ; et la structuration du paysage de la valorisation de la recherche autour du campus d’innovation. Dans le cadre du premier enjeu, il s’efforce de lever les freins culturels et juridiques et de favoriser l’entreprenariat des chercheurs (loi PACTE, Plan en faveur de l’entrepreneuriat étudiant lancé en 2013). S’agissant du deuxième enjeu, le Premier ministre a présenté le 3 mai 2018 le plan gouvernemental intitulé « Soutenir les entreprises innovantes ». Avec trois priorités : favoriser l’entreprenariat des chercheurs, faciliter l’accès à la propriété intellectuelle et mobiliser des moyens pour stimuler l’innovation de rupture à forte intensité technologique. Le Conseil de l’Innovation, mis en place le 18 juillet 2018, a justement pour mission

82 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 82

d’encourager le développement d’innovations de rupture et de piloter la simplification d’un système d’aides devenu trop complexe. Pour sa part, le MESRI soutient la création de start-up portant les innovations de rupture et issues de la recherche publique et l’intensification de la recherche partenariale avec les entreprises, lance de grands défis à forts enjeux sociétaux et technologiques, et rend lisible l’écosystème de l’innovation. Troisième enjeu : la création de campus d’innovation d’envergure mondiale rassemblant universités, grandes écoles et grands organismes de recherche. Une volonté de relance de l’économie relayée au niveau européen (futur Conseil Européen de l’innovation dans le cadre du 9ème programme-cadre, développement de l’innovation ouverte…). En parallèle, le Grand plan d’investissement 2018-2022 comporte un volet 3 « Consolider l’innovation et la compétitivité » prévoyant 3,5 milliards d’euros pour soutenir l’excellence scientifique et 4,6 milliards d’euros pour améliorer l’innovation dans les entreprises.

Un appui multiple aux entreprises innovantes Le gouvernement propose un appui polymorphe aux entreprises innovantes. Aux côtés d’i-LAB (cf. encadré), le prix PÉPITETremplin pour l’entrepreneuriat étudiant récompense des projets de création d’entreprises innovantes, et pas seulement de technologies innovantes. Créé en 2014 par le ministère et organisé en partenariat avec la Caisse des Dépôts, il s’inscrit dans le second volet de i-LAB et vise à soutenir les projets de création d’entreprises chez les étudiants et les jeunes diplômés en récompensant les meilleurs projets innovants issus des Pôles étudiants pour l’innovation, le transfert et l’entrepreneuriat (PÉPITE). L’édition 2017 a permis de récompenser 53 lauréats nationaux : 3 grands prix de 20 000€, 20 prix de 10 000€ et 30 de 5 000€. Les incubateurs apportent un appui en termes d’hébergement, de conseil et de financement, avant la création et lors des premières étapes de la vie de l’entreprise. Créés dans le cadre des dispositions de la loi sur l’innovation et la

Mars 2019

25/02/19 16:09


arlementaires de

rance

MAGAZINE

recherche de 1999 avec le soutien du ministère, les 21 incubateurs de la recherche publique favorisent la création d’entreprises innovantes à partir des résultats de la recherche publique ou en liaison avec la recherche publique. S’ils sont pour la plupart multisectoriels, 3 se sont spécialisés : Paris Biotech Santé et Eurasanté en Nord-Pas-de-Calais, Bellede-Mai à Marseille (TIC et usages liés). Par ailleurs 2 Sociétés d’Accélération du Transfert de Technologies (SATT) assurent une activité d’incubation en leur sein : Pulsalys à Lyon et Linksium à Grenoble. Entre 2000 et fin 2018, les incubateurs ont accueilli 4  500 projets d’entreprises innovantes dont environ 41  % issus de la recherche publique et 39 % liés à la recherche par une collaboration avec un laboratoire public. Sur la même période, ces projets ont abouti à la création de 3 100 entreprises innovantes. Les projets incubés sont répartis entre les sciences de la vie (31  %), les TIC (37 %), les sciences pour l’ingénieur (28 %) et les sciences humaines et sociales (4 %). Sur le plan réglementaire, les entreprises peuvent bénéficier du crédit impôt recherche (CIR), des conventions industrielles de formation par la recherche (CIFRE) et des statuts de Jeune entreprise innovante (J.E.I.) et Jeune entreprise universitaire (J.E.U.). Le transfert de technologie est aussi l’affaire des 14 SATT en activité (10 778 projets innovants détectés et analysés, 2 488 brevets prioritaires déposés, 757 licences d’exploitation signées avec les entreprises, 320 start-up créées et 819 offres de technologies disponibles), du Consortium de valorisation thématique (C.V.T.), de France Brevets, des structures de diffusion de technologies axées sur les PME, et bien sûr des grands acteurs de la recherche partenariale publique/privée que sont les 38 Carnot (29 Instituts Carnot et 9 Tremplins Carnot), les 8 Instituts de recherche technologique (I.R.T.) et les pôles de compétitivité, dont la phase IV (2019-2022) a été lancée par un appel à candidatures publié en juillet 2018. Les pôles devront renforcer leur ambition européenne (faire émerger davantage de projets collaboratifs dans les appels à projets d’Horizon Europe) et améliorer la lisibilité du label grâce à des objectifs mieux définis, des critères plus exigeants et une cohérence renforcée avec les autres écosystèmes innovants ou avec les Comités Stratégiques de Filières. Une montée en puissance du capital innovation Forte de 2  600 collaborateurs et 50 agences, Bpifrance est une banque d’entrepreneurs : de 4 levées de plus de 20 M€ sur le marché en 2013 à plus de 30 levées en 2018, le capital innovation affiche clairement sa montée en puissance. Le Fonds pour l’innovation de rupture, opérationnel début 2019, sera doté de 10 Md€ et

March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 83

produira un rendement de 260 M€ par an. Il abondera French Tech Seed, un fonds d’investissement doté de 400  M€ issus du PIA pour soutenir les startups technologiques de moins de 3 ans, ancrées sur une technologie innovante mature. Bpifrance en opérera une partie (70 M€) pour financer la deep tech, l’innovation de rupture. Mais les fonds doivent être complétés par un accompagnement idoine. Plus de 7 500 entreprises ont bénéficié de missions de conseil, de formation ou de mise en relation d’affaires en 2017 et les Accélérateurs Bpifrance se sont multipliés en collaboration avec les Régions et les filières industrielles. 4  000 entreprises y seront accueillies d’ici 2021. En outre, Bpifrance s’engage pour accélérer les indispensables transferts de technologies des laboratoires publics vers les entreprises (actuellement ils sont de deux ans en moyenne). Pour sa part, la Fédération des agences de développement économique (CNER) a joué un rôle de pionnier : de nombreuses agences ont participé à la création des clusters et pôles de compétitivité et aujourd’hui le CNER collabore à leur pilotage avec la fédération France Clusters. Par ailleurs les agences régionales de développement et de l’innovation facilitent l’accès des entreprises aux fonds européens, favorisent la R&D par la recherche de partenaires… Dans le cadre d’une expérimentation récente, le CNER a proposé aux agences volontaires de promouvoir les conventions CIFRE auprès des PME de leurs territoires. Une réussite qui mériterait d’être élargie à l’ensemble du territoire national. En attendant le CNER anticipe les modalités futures d’accompagnement de l’innovation. Cela implique la mise en réseau des développeurs territoriaux, l’amélioration du dialogue entre entreprises et pouvoirs publics et le passage à une animation numérique des réseaux des agences, en phase avec la révolution du numérique et la montée en puissance des start-up. Une triple opportunité à saisir ! i-LAB : concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes Encourager la création d’entreprises technologiques innovantes, détecter des projets de création, soutenir les plus prometteurs grâce à une aide financière et un accompagnement adapté  : c’est l’objectif de ce concours national co-organisé par le MESRI et Bpifrance Financement qui a fêté ses 20 ans en 2018.

Depuis 1999, i-Lab a permis la création de plus de 1 914 entreprises. Véritable tremplin pour les entrepreneurs de la Deep Tech, il constitue le premier dispositif d’amorçage en France. En 20 ans, le ministère a distribué plus de 430 M€ d’aides au financement du programme d’innovation des projets lauréats. Ce dispositif, unique au niveau européen, intervient en subvention lors de la création de l’entreprise. Lors de l’édition 2018 cinq grands prix coups de cœur du jury ont été décernés : Quandela, qui commercialise des briques de base pour les technologies de l’information de demain  ; Altaroad, qui veut rendre la route intelligente grâce à des nanocapteurs pour déterminer l’impact du trafic routier et le moment où elle doit être réparée ; Treefrog, qui développe la culture en 3D, en bioréacteur, de cellules souches pour les futurs traitements des maladies chroniques et du vieillissement  ; Moïz, qui développe des capteurs sur puces de silicium à la fois communicants et autonomes ; et Exotrail, qui conçoit un système de propulsion pour permettre le changement d’orbite après lancement des constellations, de petits satellites 1 000 fois moins coûteux que les satellites classiques. En 2019, la 21ème édition d’i-Lab, financée par le ministère et abondée par le Fonds pour l’innovation et l’industrie, permettra d’aider la création de start-up deep tech jusqu’à 20 M€. La subvention, destinée à financer le programme de R&D pour la finalisation du produit, procédé ou service technologique innovant, pourra atteindre jusqu’à 600 000E. Peuvent candidater les porteurs de projet d’entreprise non créée ou d’entreprise ayant moins de 2 ans. La date limite pour le dépôt des candidatures était fixée au 26 février 2019.

83 25/02/19 16:09


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Promoting innovation Tailored funding and coaching It is often a long journey from the fundamental research laboratory to the market. Funding and assistance providers work to accelerate technology transfer and promote the sale of innovative products, services and processes. Overview.

B

ecause innovation is an essential part of economic growth, the Ministry of Higher Education, Research and Innovation (MESRI) is committed to three strategic areas: accelerating the development of entrepreneurship; stepping up interactions between public research organisations and companies; and structuring an environment to commercialise research, based around an innovation campus. For the first area, this means removing cultural and legal obstacles and promoting entrepreneurship among researchers (PACTE law, promoting student entrepreneurship launched in 2013). For the second area, on 3 May 2018, the Prime Minister presented the ‘Support innovative companies’ government plan. It includes three priorities: promoting the entrepreneurship of researchers, enabling access to intellectual property and mobilisation of resources to stimulate breakthrough technological innovation. The Innovation Council, which was set up on 18 July 2018, is tasked with encouraging the development of breakthrough innovations and piloting

84 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 84

the simplification of a help system that has become too complicated. For its part, the MESRI supports the creation of start-ups involving breakthrough innovations and public research, as well as the intensification of research partnerships with companies, while also launching major challenges to significant societal and technological issues, and making the innovation ecosystem easier to understand. The third challenge is the creation of a global innovation campus, bringing together universities, higher educational establishments and major research institutions. There is a desire to stimulate the economy at European level (future European Innovation Council as part of the 9th future programme, development of open innovation, etc.). At the same time, the Big Investment Plan 2018-2022, in section 3, includes ‘Consolidate innovation and competitiveness’, setting aside 3.5 billion euros to support scientific excellence and 4.6 billion euros to improve innovation in companies.

Comprehensive support for innovative companies The government is providing support in multiple areas to innovative companies. Alongside i-LAB (see box), the PÉPITE-Tremplin Prize for student entrepreneurship is awarded to plans to create innovative companies, not just innovative technologies. Founded in 2014 by the Ministry and organised in partnership with the Caisse des Dépôts, it falls under the second focus of i-LAB and aims to support company creation projects by students and young graduates by awarding the best innovative projects from student clusters for innovation, transfer and entrepreneurship (PÉPITE). The 2017 PÉPITE-Tremplin Prize was awarded to 53 national nominees: 3 grand prizes of €20,000, 20 prizes of €10,000 and 30 prizes of €5,000. The incubators provide support in the form of premises, advice and funding, both before the creation itself and during the first steps of the company’s existence. Created as part of the provisions of the law on innovation and research of 1999, with the support of the Ministry,

Mars 2019

25/02/19 16:09


arlementaires de

rance

MAGAZINE

the 21 public research incubators promote the creation of innovative companies from public research results or linked with public research. While for the most part they are multisectoral, three are specialised: Paris Biotech Santé and Eurasanté in Nord-Pas-de-Calais (healthcare), and Belle-de-Mai in Marseille (ICT and related uses). The other two are technology transfer acceleration companies (SATT), carrying out incubation activities at their premises: Pulsalys in Lyon and Linksium in Grenoble. Between 2000 and the end of 2018, the incubators hosted 4,500 innovative company projects, of which 41% derived from public research and 39% were linked to research via a collaboration with a public laboratory. Over the same period, these projects resulted in the creation of 3,100 innovative companies. The incubated projects were spread across the fields of the life sciences (31%), ICT (37%), engineering sciences (28%) and the social sciences and humanities (4%). In terms of regulations, the companies can benefit from research tax credits (CIR), industrial training via research agreements (CIFRE) and innovative start-up (JEI) and university start-up (JEU) status. Technology transfer is also a focus of 14 active SATTs (10,778 innovative projects identified and analysed, 2,488 priority patents submitted, 757 operating licenses signed with companies, 320 start-ups created and 819 technology offers available), the Consortium de valorisation thématique (Thematic Valorisation Consortium - CVT), France Brevets, technology transfer facilities focusing on SMEs, and of course major players in public/private research partnerships, such as the 38 Carnots (29 Instituts Carnot and 9 Tremplins Carnot), the 8 Technology Research Institutes (IRT) and the competitiveness clusters, for which phase IV (2019–2022) was launched via a call for applicants published in July 2018. The clusters must step up their European ambitions (work towards the creation of more collaborative projects in the Horizon Europe calls for projects) and make the brand easier to understand through better defined objectives, more stringent criteria and greater consistency with other innovative ecosystems or with the strategic sector committees.

A rise in innovation capital With 2,600 employees and 50 branches, Bpifrance is a bank for entrepreneurs: from four rounds of fundraising of over €20 million on the market in 2013 to over 30 rounds of fundraising in 2018, innovation capital is clearly on the rise. The Breakthrough Innovation Fund, operational as of the start of 2019,

March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 85

will have €10 billion and produce a return of €260 million per year. It will abound French Tech Seed, an investment fund with €400 million from the PIA to support technology startups under 3 years old, anchored on a mature innovative technology. Bpifrance will operate part of it (70 M €) to fund deep tech, breakthrough innovation. However, the funds must be supplemented by appropriate guidance. Over 7,500 companies received advice, training or business links support in 2017 and the Bpifrance accelerators have increased in collaboration with the regional and industrial sectors. It will host 4,000 companies by 2021. In addition, Bpifrance is committed to accelerating the essential technology transfers from public laboratories to companies (currently, this takes on average two years). As for the Fédération des agences de développement économique (Federation of Economic Development Agencies - CNER), it plays a pioneering role: several agencies have participated in the creation of competitiveness clusters and today, the CNER is collaborating in steering them alongside the France Clusters federation. Moreover, regional development and innovation agencies are facilitating access to European funds for companies and promoting R&D via research partnerships, etc. As part of a recent experiment, the CNER proposed that agencies that were interested in doing so promote CIFRE agreements among SMEs in their regions. It has been a success and is worth expanding to the entire country. In the meantime, the CNER is anticipating future methods for assisting with innovation. This involves networking developers in the country, improving dialogue between companies and the public authorities, and transitioning to digital means of leading networks of agencies, in line with the digital revolution and the rise in power of start-ups. A trio of opportunities to be seized! i-LAB: a national competition to support the creation of innovative technology companies

national competition, co-organised by the MESRI and Bpifrance Financement, celebrating its 20th instalment in 2018. Since 1999, i-Lab has enabled the creation of over 1,914 companies. A real springboard for deep tech entrepreneurs, it is the leading booster in France. In 20 years, the Ministry has distributed over €430 million in funding assistance for the innovation programme of winning projects. The competition, one-of-a-kind in Europe, helps subsidise the creation of the company. In the 2018 instalment, five grand prizes won the jury’s hearts: Quandela, which sells the basic building blocks for the IT of tomorrow; Altaroad, which aims to make roads ‘smart’ using nanosensors to identify the impact of road traffic and when they should be repaired; Treefrog, which is developing 3D culturing, in bioreactors, of stem cells for future treatments of chronic diseases and ageing; Moïz, which is developing sensors on silicon chips that communicate and are autonomous; and Exotrail, which is designing a propulsion system to allow orbit changes after launching constellations, small satellites 1,000 times cheaper than regular satellites. In 2019, the 21st instalment of i-Lab, funded by the Ministry and matched by the Innovation and Industry Fund, will enable the creation of deep tech start-ups for up to €20 million. The grant, intended to fund the R&D programme for the finalisation of the innovative technological product, process or service, could be as much as €600,000. Any project leaders for planned companies that have not yet been created, or companies that are less than 2 years old can apply. The deadline for submitting applications is 26 February 2019.

Encouraging the creation of innovative technology companies, identifying creation projects, supporting the most promising among them via financial assistance and tailored guidance: these are the aims of this

85 25/02/19 16:09


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Décloisonner et rassembler les acteurs du développement économique Un entretien avec M. Antoine ANGEARD, Délégué de la Fédération des agences d’attractivité, de développement et d’innovation - CNER

Pourriez-vous nous présenter les missions et les chiffres-clés du CNER ? Animé par une équipe de 7 personnes et rassemblant un réseau de 80 agences, le CNER remplit 5 missions : la représentation de nos membres en valorisant leurs bonnes pratiques et en mettant leur expertise et leurs actions concrètes au service de débats nationaux ; l’animation du réseau ; l’information (benchmark, notes thématiques, comptesrendus de bonnes pratiques, études, guides pratiques et même ouvrages comme celui sur l’intelligence économique des territoires publié en 2018) ; la formation ; et l’expertise au service des collectivités et des structures de développement territoriales (depuis la réforme territoriale notre service CNER Expertise sert d’interface entre experts indépendants « labellisés » et collectivités exprimant des besoins d’ingénierie). Selon moi il est urgent de décloisonner et rassembler les acteurs publics, associatifs et privés du développement économique pour gagner en cohérence. Quels services proposez-vous à vos membres en matière d’expertise et d’animation ? Le CNER apporte son expertise pour la création d’agences de développement, l’élaboration de stratégies d’attractivité et de développement économique de territoires (attraction de talents, mise en place d’« ambassadeurs », etc.), le coaching d’équipes, le management de la transition…

86 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 86

Pourriez-vous nous parler de votre activité de formation ? Cela fait plus de 10 ans que le CNER propose une formation généraliste en développement économique pour répondre à un paradoxe : le métier de développeur se professionnalise à toute allure et pourtant il s’apprend encore sur le tas. Notre programme est à la fois national, décentralisé (sur demande et sur-mesure) et bientôt certifiant. Il regroupe 40 formations sur différents volets du métier : stratégie, intelligence économique, attractivité, innovation, aménagement, développement touristique… L’objectif est d’accroître les compétences des développeurs dans leur démarche d’accompagnement des entreprises et des territoires. Quelles prestations vos membres proposentils aux entreprises en matière de soutien à l’innovation et aux clusters ? Rappelons que de nombreuses agences ont participé à la création des clusters. D’ailleurs Cosmetic Valley a été créé 10 ans avant le lancement de la politique des pôles de compétitivité par des directeurs d’agences. Aujourd’hui le pilotage des clusters et des pôles relève d’autres fédérations, France Clusters, l’association française des pôles de compétitivité avec lesquelles le CNER collabore. Par ailleurs les anciennes agences régionales de l’innovation ont fusionné il y a 6 à 8 ans avec les agences régionales de développement. Ces nouvelles agences facilitent l’accès des entreprises aux fonds européens, favorisent la R&D par la recherche de partenaires… Dans le cadre d’une expérimentation récente, le CNER a proposé aux agences volontaires

de promouvoir le dispositif CIFRE auprès des PME de leurs territoires. L’expérimentation est une réussite et nous en sommes déjà à notre deuxième saison. Cette articulation souple entre État (Association Nationale de la Recherche et de la Technologie) et acteurs territoriaux est très intéressante mais nous manquons de moyens, de part et d’autre, pour élargir cette expérimentation à l’ensemble du territoire national. Quels sont selon vous les futurs défis pour le développement économique des territoires ? J’en vois deux. Le premier est la mise en réseau des développeurs territoriaux, quelle que soit leur structure, pour leur permettre de partager des constats, des objectifs et de mieux articuler leurs expertises sur le terrain pour gagner en efficacité. C’est un rôle crucial et historique des agences de développement et du CNER. Le second défi consiste à faire dialoguer davantage entreprises et pouvoirs publics afin de rendre ces derniers plus réactifs aux besoins de premières. Les agences de développement sont tout à faire pertinentes pour faciliter ce dialogue public-privé puisqu’elles sont elles-mêmes bilingues en la matière ! Par ailleurs, les agences de développement devront elles aussi rester réactives face à un monde économique en mutation rapide avec la révolution du numérique et des start-up. Elles devront, pour ce faire, passer à une animation numérique, plus que physique, de leurs propres réseaux. C’est ainsi qu’elles moderniseront leur action et qu’elles répondront au mieux aux nouveaux besoins des entreprises.

© CNER

© Bruno Tocaben

Quant à nos services d’animation, ils comprennent des groupes de travail, des clubs thématiques, l’organisation de colloques et bien sûr notre événement annuel Dev&Co (le dernier a eu lieu les 4 et 5 octobre 2018), la mutualisation de services mais aussi, et c’est là une originalité du CNER, la proposition d’expérimentations thématiques sur des territoires volontaires. Le CNER aide aussi ses adhérents à organiser des événements sur leurs territoires en mobilisant son réseau d’universitaires et d’experts en entreprise, des événements rassembleurs afin de décloisonner les différents acteurs. De plus, nous lancerons en 2019 des projets numériques, comme une plateforme de services pour mieux animer la communauté des développeurs.

Frédéric Cuvillier, Président du CNER, Maire et Président de l’Agglomération de Boulogne-sur-Mer / Frédéric Cuvillier, President of the CNER, Mayor and President of the Agglomeration of Boulogne-sur-Mer

Mars 2019

25/02/19 16:10


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Opening up and bringing together economic development stakeholders Interview with Mr Antoine ANGEARD, Delegate for the Federation of attractiveness, development and innovation agencies - CNER

March 2019

RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 87

Could you tell us about your training activities? The CNER has been offering general training in economic development for over ten years, in response to a paradox: the profession of developer has been becoming professional rapidly, however, people are still learning on-the-job. Our programme is national, decentralised (on demand and customised) and will soon be accredited. It has a collection of 40 different training courses on different areas of the profession: strategy, economic intelligence, attractiveness, innovation, development, touristic development, etc. The aim is to increase the skills of developers in their efforts to guide companies and regions. What services do your members offer companies in terms of supporting innovation and clusters? Remember that many agencies were involved in creating the clusters. Moreover, Cosmetic Valley was created 10 years before the launch of the competitiveness cluster policy by agency directors. Today, the steering of clusters is the responsibility of other federations, France Clusters, the French association of competitiveness clusters with which CNER collaborates. Moreover, the former regional innovation agencies merged 6 to 8 years ago with the regional development agencies. These new agencies facilitate access to

European funds for companies, promote R&D through partner research, etc. As part of a recent experiment, the CNER proposed that agencies that were interested in doing so promote the CIFRE device (industrial conventions for training through research) with SMEs in their territories. The experiment was successful and we are already in our second round. This flexible relationship between the government (National Association of Research and Technology) and territorial players is very appealing, but we lack the means, on both sides, to expand this experiment to the whole country. What do you think are the future challenges for the economic development of the regions? I think there are two of them. The first is the networking of regional developers, whatever their structure, to allow them to share observations, objectives and better combine their expertise on the spot to increase effectiveness. It is a crucial role and one that development agencies and the CNER have a history of being involved in. The second challenge is generating greater dialogue between companies and the public authorities in order to make the latter more responsive to the needs of the former. The development agencies are absolutely appropriate for facilitating this public-private dialogue as they themselves speak both languages in this area! Moreover, the development agencies should also remain responsive to the economic world, which is changing rapidly with the digital revolution and start-ups. They should, to do this, transition to digital leadership, instead of physical, of their own networks. This is how they will modernise their actions and better respond to the new needs of companies.

© CNER

© CNER

© CNER

What services do you offer your members in terms of expertise and leadership? The CNER provides its expertise in the creation of development agencies, the development of strategies to enhance regional attractiveness and economic development (attracting talent, instituting ‘ambassadors’, etc.), coaching of teams, managing transitions, etc. As for our leadership services, they consist of working groups, thematic groups, organising conferences and of course our annual Dev&Co event (the last took place on 4 and 5 October 2018), the pooling of services as well as, and this is an innovation of the CNER, proposals for thematic experiments in volunteer

regions. The CNER also helps its members organise events in their regions by mobilising its network of universities and company experts, events that bring the various stakeholders together. In addition, in 2019 we will be launching digital projects such as a service platform to provide better leadership of the developer community.

© CNER

Could you please tell us about the missions and key figures of the CNER? Led by a team of seven people and bringing together a network of 80 agencies, the CNER carries out five missions: representation of our members by developing their good practices and adding their expertise and tangible actions to national debates: leading the network; information (benchmarks, thematic notes, reports of good practices, studies, practical guides and even documents such as the one on the economic intelligence of regions, published in 2018); training; and providing expertise to regional development authorities and bodies (since the regional reform, our CNER Expertise section acts as a link between ‘certified’ independent experts and authorities needing engineering services). I believe we urgently need to open up and bring together public stakeholders, associations and private stakeholders in economic development to increase cohesion.

87 25/02/19 16:10


arlementaires de

rance

MAGAZINE

Index des annonceurs • Advertisers’ index

C Centre national de compétences en nanosciences - C’Nano

M Macopharma . ..................................................................................................................................................... 49

National Center for Nanoscience Competence - C’Nano............. 16-17

Centre européen d’étude du diabète – CeeD

Météo France........................................................................................................................................... 68-71

European Diabetes Study Center - CeeD. ..................................................... 38-39 MiPih ..................................................................................................................................................................................... 33 Institut Carnot Chimie Balard Cirimat.................................................................................. 63

P

CHU de Nantes Nantes University Hospital............................................................................................................ 28-29

Institut Pasteur de Lille .................................................................................................................................. 41

Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse University Hospital of Toulouse............................................................................................ 30-31 Pfizer France ..................................................................................................................................................... 46-47

L Institut Carnot Plant2Pro.................................................................................................................... 60-61

LITIS - Laboratoire d’Informatique, de Traitement de l’Information et des Systèmes ........................................................................................................................................................ 19

R LIEC - Laboratoire interdisciplinaire des environnements continentaux ................................................................................................................................................................ 73

88 RECHERCHE INNOVATION 01-2019.indd 88

Institut Roche. ................................................................................................................................................... 44-45

Mars 2019

25/02/19 16:10


arlementaires de

rance

MAGAZINE

L’information des élus et des acteurs économiques

Eau et Environnement, Recherche, Transports, Sécurité alimentaire, Sécurité intérieure, Architecture et Urbanisme, Intercommunalité… Parlementaires de France Magazine aborde des thèmes de dimensions locale, régionale, nationale, européenne et internationale. Water and Environment, Research, Transport, Food Security, Homeland Security, Architecture and Urban planning, Groupings of towns... Parlementaires de France Magazine adresses themes of local, regional, national, European and internation dimensions.


Profile for Offset5

Parlementaires de France Magazine  

Recherche et Innovation en France : Relever le défi de la compétitivité par l’innovation Research and Innovation in France: Meeting the chal...

Parlementaires de France Magazine  

Recherche et Innovation en France : Relever le défi de la compétitivité par l’innovation Research and Innovation in France: Meeting the chal...

Profile for offset5