NORDIC MAGAZINE n°22

Page 1

nordic MAGAZINE

LES NOUVELLES AMBITIONS DE LA TRANSJURASSIENNE LEUR PREMIÈRE COUPE DU MONDE CHAMONIX LA NORDIQUE

Alexis

Bœuf L'esthète

Février 2017 mynordic.fr @nordicmag

22

#



É

EX ÉL

A

TÉL

CA

NS

ÈS PIÉTO CC

BIN E D E L


DÉCOUVREZ NOTRE ÉTUDE SUR LA CLIENTÈLE DES ACTIVITÉS NORDIQUES EN SAVOIE MONT BLANC !

#savoiemontblanc

www.savoiemontblanc.com

« Elle est blanche. C’est donc une poésie. Une poésie d’une grande pureté. Elle fige la nature et la protège. C’est donc une peinture. La plus délicate peinture de l’hiver. Elle se transforme C M Y B R V B continuellement. C’est donc une calligraphie. Il y a dix mille manières d’écrire le mot NEIGE. Elle est une surface glissante. C’est donc une danse. Sur la neige tout homme peut se croire funambule. Elle se change en eau. C’est donc une musique. » Extrait de « Neige » par Maxence Fermine 0 100 100 0

485

194 14 26

- RCS 513 638 171 - Crédit photo : © SMB - LEBEAU

nordic.fr

my


Votre magazine se prolonge sur Internet avec l'application nordic disponible sur MAG

QUAND LE DOUTE NOUS MÈNE À NOS RÊVES

D

epuis le début de l'hiver, le sauteur à ski Vincent Descombes-Sevoie a confiance en lui. Le Français, qui n'avait pas été sélectionné pour les Jeux olympiques de Sochi, en 2014, tutoie désormais les meilleurs mondiaux. « Je me suis rendu compte que c’était possible ! », confiaitil récemment à Nordic Magazine. Sa technique a certes progressé, l'arrivée de nouveaux entraîneurs a sans doute joué. Mais c'est surtout dans sa tête que la différence de niveau s'est construite. On résume à tort les sportifs à des mécaniques dont la seule identité serait un corps programmé pour réaliser des exploits. C'est évidemment caricatural. Dans le même sport que le Chamoniard, prenons la star autrichienne Gregor Schlierenzauer. Il y a un an, le doute s'est installé en lui. L'homme aux cinquante-trois victoires en coupe du monde — un record — ne comprenait plus pourquoi il n'y arrivait plus. Habitué à gagner, il se retrouvait dans le ventre mou des classements des concours qu'il enchaînait. Si bien qu'il décidait de mettre entre parenthèses sa carrière d'athlète. C'était comme s'il mangeait ce qu'il y avait dans son assiette sans ressentir le moindre goût. Il lui a fallu une année complète pour se reconstruire (un délai allongé par un accident de ski alpin). Une année pour remettre en place toutes les places du puzzle. On pourrait encore citer le Suisse Simon Ammann.

nordic.fr

my

En 2015, le quadruple champion olympique a été victime d'une chute lors de la Tournée des Quatre Tremplins à Bischofshofen (Autriche). Depuis, il « glisse lentement vers le fond », constatait le quotidien helvète Le Temps. Celui que la presse américaine surnomma « Harry Potter » lors de son double triomphe de Salt Lake City ne parvient pas à se remettre de cet accident, comme Thomas Morgenstern ou encore Thomas Diethart avant lui. La saison dernière, Peter Prevc était une étoile. Avec beauté, le Slovène dominait sa discipline. Ses concurrents ne pouvaient que l'admirer... et se soumettre à sa suprématie. Puis l'été est passé... et le numéro un mondial a pâli. Ne croyez pas que le saut à ski détienne le monopole de ces passages à vide. Même le grand Peter Northug Jr, trublion norvégien du ski de fond, n'a pas compris pourquoi son corps ne répondait plus et s'en est retrouvé déstabilisé, au point de s'éloigner des stades pour comprendre ce qu'il lui arrivait. Loïc Gouzerh est préparateur mental. « Le doute peut être constructif ou destructeur, cela dépendra de sa durée », explique-t-il dans un entretien publié dans ce numéro [lire p. 82-84]. Et de la réponse qu'on lui donnera. Dans tous les cas, les rêves doivent rester intacts. Cette vérité n'appartient pas qu'aux champions. Elle concerne tout le monde. Tous ceux qui veulent y croire, malgré tout.

nordic MAG

sur votre Smartphone

sur

sur

sur

Prochain numéro :

Juin 2017

nordic NUMÉRO 22

,

MAGAZINE

Nordic Magazine résidence des Épilobes 300, chemin des Mouillettes 39220 Prémanon Téléphone : + 33 (0)6 85 96 90 94 E-mail : nordicmagazine@live.fr Nordic Magaziest édité nordic par les Éditions du Jura SAS au capital de 5000 € RCS Lons-le-Saunier 538 166 166 Président : Franck Lacroix } Rédaction Directeur de la publication et de la rédaction : Franck Lacroix Rédacteur en chef délégué : Jérôme Martinet Ont collaboré à ce numéro : Emmanuel Jonnier, Marine Bouhier, Robin Duvillard, Karine Garnier, Marie Dorin-Habert, Bernard Morel, Antoine Delimare, Valentin Jacquemet, Samuel Cordier, Armand Spicher, Vincent Berlandis, Thomas Bray, Frédéric Machabert. MAGAZINE

nordic

MAGAZINE

} Publicité Téléphone : + 33 (0)6 75 93 56 12 Corentin Jacquot (Alpes) : + 33 (0)6 33 43 35 78 } Diffusion La liste complète des points dans les Alpes, le massif jurassien franco-suisse, les Vosges, les Pyrénées, Paris et Lyon sur www.mynordic.fr } Photo de couverture Louis Garnier www.louisgarnier.com } Impression Rotimpres } Abonnement 1 an - 4 numéros : 27 € Participation aux frais d'expédition et soutien à Nordic Magazine www.mynordic.fr ou encart page 72 Anciens numéros : 5 euros le numéro.

} Nordic Magazine sur le net cwww.nordicmag.info ­ Site partenaire d' cwww.f.com/NordicMagazine.info c@Nordicmag sur t cwww.w.com/c/nordictvfrch cwww.nordictv.fr cApplication disponible sur et

La rédaction n’est pas responsable de la perte ou de la détérioration des textes et photos qui lui sont adressés pour appréciation. La reproduction, même partielle, de tout matériel publié dans le magazine est interdite.

Création : décembre 2011 Dépôt légal : février 2017

Merci à Fabrice Guy, parrain, Laurence Rochat, marraine. Merci à Michel Roulet, Myriam et Daniel Comtet, Isabelle et Jean-Yves Begon, Karine Bouhier, Mathieu Dupuis, Arnaud Vanini, Christian Frossard, Laurent Mérat, Louis Garnier, Marie-Laure Brunet. Et merci à nos partenaires annonceurs.

ISSN : 2257-4638

5


Ils sont nombreux à venir encourager les skieurs lorsque ceux-ci sont enfin visibles, comme aux Rousses, à Bellefontaine ou à Chapelle-des-Bois.

A.Finistre/trAns'OrgAnisAtiOn

ÉDITO 5

nordic.fr

my

b

n

nordic.fr

my

DOSSIER LA TRANSJURASSIENNE EN MODE SPECTACLE

TEMPS FORTS CONSULTANTS TÉLÉ : LA VITRINE DES CHAÎNES

Que ce soit sur L’Équipe ou sur Eurosport, les anciens champions sont aujourd’hui les ambassadeurs de leur sport à la télévision .................................................. 46

,

En mode spectacle

LA TRANSJURASSIENNE

PORTRAITS ALEXIS BŒUF 52 SELINA GASPARIN 76

22

Le spectacle sera partout les 10, 11 et 12 février prochains. Histoire de retrouver le sourire après l’annulation de 2016. nordic

22

nordic

Magazine MAgAzINE

23

MAgAzINE Magazine

b TRANS'ORGANISATION

Course phare du ski de fond en France, La Transjurassienne est un rendez-vous spectaculaire pour les amoureux du nordique. Cette année, les organisateurs ont multiplié les animations ......... 22

LES FUTURES STARS NORVÉGIENNES

Ils s’appellent Tande, Klæbo, Riiber et incarnent la relève des Bjoerndalen, Northug ou Dæhlie. Enquête sur les pépites du nordique norvégien ................................................... 62

LEUR PREMIÈRE COUPE DU MONDE

6

b

NORDIC MAGAZINE

73

nordic.fr

my

reconnaissance médiatique

Alexis

Bœuf ,

SITE NORDIQUE CHAMONIX

52

Agitateur L'ancien biathlète de haut niveau commente désormais son sport à la télévision. Une activité qui vient s'ajouter à bien d'autres occupations. Le Savoyard avale les journées avec l’appétit du défi et le souci du travail bien fait. nordic

magazine Magazine

A 52 À la télévision, il est l'une des figures du biathlon, l'un de ses meilleurs ambassadeurs. À chaque étape de la coupe du monde, Alexis Bœuf officie à l'antenne de la chaîne L'Équipe, avec la légitimité de celui qui, en tant qu'athlète de haut niveau, a vécu au sein de cette équipe de France tutoyant les sommets avec son étendard Martin Fourcade. C'est pourtant en ski alpin que le trentenaire a découvert les sports d'hiver. Normal, sa petite enfance, il la vit d'abord à l'Alpe d'Huez. Mais, lorsque la famille déménage et pose ses valises à Saint-Jean-d'Arvey (73), au pied de la montée de La Féclaz, la route est toute tracée pour découvrir le ski de fond.

Le coup de foudre

Le premier déclic a lieu dans sa salle de classe de l'école primaire. À la demande de l'instituteur, le coach Mathieu Noly

Des compétences qui ont même attiré Martin Fourcade à faire appel à ses services pour des tournages vidéo. Et le numéro 1 mondial, qui est resté très proche de son ancien coéquipier, n'est pas du genre à faire les mauvais choix ! La chaîne sportive de la TNT a également vite vu ce que peut apporter le Savoyard : la couverture de la saison de biathlon s'en est trouvée enrichie, approfondie pour le plus grand plaisir des téléspectateurs, chaque jour plus nombreux à suivre le biathlon. Une reconnaissance médiatique qui fait plaisir au passionné qu'est Alexis Bœuf, heureux de pouvoir apporter sa pierre à l'édifice. Devenu le consultant numéro 1 du canal 21, après des débuts aux côtés de François Schlotterer sur Eurosport, le Savoyard jette un œil lucide sur sa vie de biathlète de haut niveau arrêtée presque brutalement en décembre 2014 : « Ma carrière m'aide dans mes projets actuels, elle me crédibilise ». Son palmarès dans lequel il ne manque qu'une médaille olympique, comprend une victoire en coupe du monde à Presque Isle, aux États-Unis, lors de la saison 2010/2011, trois podiums individuels et trois médailles aux championnats du monde. Mais le biathlète a aussi marqué des points en coupe du monde de ski de fond (20e du sprint de Davos, en 2010) et participé au sprint des championnats du monde d'Oslo en 2011, ratant de quelques dixièmes de seconde la qualification. Une dualité assez rare pour être signalée ! Le sprint en ski de fond, un temps envisagé une fois la carabine posée, a toujours éveillé en lui un intérêt certain : « Cela correspondait bien à mes qualités physiques et le collectif actuel de la Team Poney donne envie ! » Guillaume Claret le confirme : « Alexis n'a pas de regret sur sa carrière de biathlète. Je crois qu'il a le sentiment, et à juste titre, d'avoir fait le tour de la question, mais si c'était à refaire, il 

nordic

magazine Magazine

nordic

MAGAZINE

53

b

LOUIS GARNIER WWW.LOUISGARNIER.COM

se présente devant les enfants pour leur parler de nordique ; il leur diffuse un extrait d'une coupe du monde de ski de fond : « Le samedi suivant, Alexis Bœuf s'inscrivait au club, avec son frère Gaël », se rappelle-t-il. Avec Clément Noly et Richard Chapron, il devient l'un de ses premiers entraîneurs. Tous trois lui transmettront cet attachement profond aux disciplines nordiques. Un lien sincère, viscéral, presque amoureux. Son ancien coach se souvient « d'un garçon généreux et appliqué. Petit, il était déjà très pro dans sa démarche. On devait lui dire d'aller doucement ! ». Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'aujourd'hui encore, le jeune homme n'a guère retenu la leçon. En plein hiver, l'homme aux multiples casquettes (au sens propre, comme au sens figuré) a du pain sur la planche. Il y a la SARL Alexis Bœuf, la société Alyanski ou encore l'inénarrable Team Valoche. Kévin Charbonnier, qui œuvre à ses côtés dans cette dernière aventure, voit en son copain « un meneur toujours impliqué dans des tas de projets différents ». Cameraman attitré de cette équipe qui ose tout quand il s'agit de dépoussiérer l'univers dans lequel elle évolue, Alexis Bœuf a développé un rapport très intime à l'image, un sens aigu du tournage, du scénario. Le journaliste Guillaume Claret, qui commente à ses côtés le biathlon sur la chaîne L'Équipe, dit même de lui qu'il « a des compétences techniques que n'ont pas certains journalistes. C'est un vrai amoureux de l'image, il aime les belles choses, c'est un esthète. »

ENTRETIENS PIERRE-ALBERT VANDEL 34 MARIE-LAURE BRUNET/ LOÏC GOUZERH 82 Rarement associée au nordique, ChamonixMont-Blanc est pourtant une station où la pratique du ski de fond, du biathlon et du saut est bien vivace ................................................................. 88

b

46

b louis garnier

8 ZOOM 12 PLANÈTE NORDIQUE 73 RECTO-VERSO Jean Tiberghien 94 TERRE NORDIQUE 90 ans du Ski Amical Méaudrais 98 TERRE NORDIQUE Im Fang 102 AGENDA À Lélex, les vedettes de l'alpin en terre nordique

zoom

SOMMAIRE

,

CHRONIQUES ROBIN DUVILLARD 20 MARIE DORIN-HABERT 86 EMMANUEL JONNIER 122

FÉRÉDRIC MONS/L'ÉQUIPE

Pour la première fois, ils ont découvert la magie de la coupe du monde. Les jeunes fondeurs et biathlètes témoignent, les plus anciens se souviennent avec nostalgie ....................................... 68


SE DÉPASSER, LA SEULE RÈGLE DU JEU


SOMMET FRANCO-SUISSE C'est l'histoire d'une victoire. Au sommet de l'Alpe Cermis, juge de paix du Tour de Ski, dans le Val di Fiemme italien, Maurice Manificat est vidé. Le fondeur français est couché dans la neige, bouche ouverte, regard dans le bleu du ciel et spasmes au ventre. Ses jambes ne le portent plus. Le chef de file du ski de fond tricolore vient de tout donner. Dans sa tête, les sentiments se bousculent. Il y a de la tristesse, une épaisse couche de déception. Le podium était à sa portée. Il pouvait presque le toucher. Il n'y a jamais renoncé. Au pied de la montée, le Français a même fait alliance avec ses concurrents. Le Canadien Alex Harvey, le Finlandais Matti Heikkinen et lui ont une cible commune : avaler tout cru Dario Cologna, pour lui chiper la troisième place, et ainsi rejoindre le Russe Sergey Ustiugov et le Norvégien Martin Johnsrud Sundby sur la boîte. Mais seul Maurice Manificat parvient à rejoindre le Suisse qui l'a joué malin. Plutôt que de tout donner pour tenter d'échapper à son prédateur, il en a gardé sous le pied. Ses forces ne le trahiront pas au moment de l'assaut final. Sur le denier replat, cela a fait la différence. Le Haut-Savoyard a vu le voyant rouge de son carburant clignoter de plus en plus vite quand le Grison a appuyé sur l'accélérateur. On connaît la fin. Point de podium dans le classement général du Tour de Ski. Mais, dans la tête de "Momo", il y a aussi la joie d'avoir (enfin) gagné cette étape mythique dans la saison — il a été le plus rapide —, décrochant la septième victoire de sa carrière. Le douanier d'Agy va, dès lors, entamer les Mondiaux de Lahti avec sérénité.  Photo : Gianpaolo Piazzi/Agence Zoom


Dans la montée de l'Alpe Cermis, dernière étape du Tour de Ski, Dario Cologna et Maurice Manificat au coude à coude.


CHAUX-NEUVE ADOPTE GÉRARD Il n’en revient pas ! Le sourire jusqu’aux oreilles, dans l’aire d’arrivée de la coupe du monde de combiné nordique de Chaux-Neuve, il répond aux questions du speaker Thierry Champenois sous le soleil du Haut-Doubs. C’est qu’en ce dimanche de janvier, Antoine Gérard vient de réaliser la plus belle course de sa jeune carrière, en accrochant un top 10 sur la plus populaire des épreuves du circuit international. Devant près de 7 000 personnes, le Vosgien de 21 ans s’est fait la peau sur la piste du Lernier pour résister au train imposé par les Allemands Riessle, Rydzek et Frenzel, futur podium du jour. Dix bornes en tête, dix bornes à emmagasiner de l’expérience aux côtés des cadors du circuit, dix bornes à enflammer le public, également heureux de voir le natif de Sarrageois, François Braud, à la bagarre. Devant les journalistes présents, le jeune homme confie son bonheur et, surtout, tire déjà de précieux enseignements pour la suite de la saison : « J’ai sorti mes meilleurs sauts au bon moment et j’ai encore passé un cap en ski de fond. J’ai appris à faire la course avec les meilleurs, tout devant, pour la gagne. J’ai appris à me battre aussi. Je me suis fait un peu avoir au placement, mais il faut aussi passer par là pour progresser. » Le combiné de l’US Ventron, qui a pu compter sur l’appui de nombreux supporters vosgiens, a su rester dans sa bulle et maîtriser la pression d’un rendez-vous à domicile pour décrocher ce résultat plein de promesses. Et susciter un bel engouement autour de lui : « Chaux-Neuve a un nouveau chouchou », titraient ainsi Vosges Matin et L’Est Républicain. Nouvellement installé à Bois d’Amont, Antoine Gérard est lancé sur les traces de ses glorieux modèles, Jason Lamy Chappuis en tête.  Photo : Christophe Pallot/Agence Zoom


À Chaux-Neuve, Antoine Gérard a décroché une 16e puis une 10e place lors d’un week-end qui pourrait servir de déclencheur dans sa jeune carrière.


nordic.fr

my

S

DR

Yves Maréchal et Samir Azzimani à Mouthe.

b

a vie, Samir Azzimani ne se contente pas de la rêver. Il la vit à 100 %. Ce sportif fut le premier Marocain à participer aux Jeux olympiques de ski alpin à Vancouver, en 2010. Il rêve désormais de disputer le 15 km classique en Corée du sud l’hiver prochain, mais il préfère parler de « défi ». Le ski de fond est arrivé un peu par hasard dans sa préparation pour Sochi en 2014 et ne l’a plus quitté. Encadré à Mouthe (25) par Yves Maréchal, un entraîneur « engagé et

PYEONCHANG PYEONGCHANG LE FONDEUR MAROCAIN QUI RÊVE DES JO investi » qu’il surnomme « le Philippe Lucas du ski », le fondeur de 39 printemps a un an pour décrocher un ticket olympique pour la distance individuelle. Pour cela, il a d’abord dû travailler sa technique de fondeur en pratiquant le ski-roues… via un long raid de 1 700 km sur les routes marocaines ! « On m’a pris pour

12

« Je n’évolue pas à mon niveau en ce moment et j’ai besoin de me reposer mentalement, de me ressourcer, pour me rebâtir intérieurement et revenir fort en janvier. » C'est par ces mots que, le 12 décembre dernier, le fondeur de Villard-de-Lans a annoncé qu'il ne participerait ni à la coupe du monde de La Clusaz, ni au Tour de Ski qu'il apprécie pourtant. À alors débuté une longue parenthèse. Celle-ci a pris fin lors de l'étape de coupe du monde à Ulricehamn, en Suède, après une victoire sur la Ronde des Cimes, aux Fourgs (Doubs).

Le fondeur de La Féclaz Samuel Régé-Gianasso a terminé deuxième du Tour de Ski China qui a débuté le 1er janvier, derrière le Norvégien Haakon Hjelstuen. Il a notamment gagné l’étape de Xiwuqi, en Mongolie. Déjà présent en 2014 avec Romain Claudon, Baptiste Noël a, lui, fini au 8e rang. Un troisième Français était engagé dans cette compétition. Il s'agit de Noé Bellet. Samuel Régé-Gianasso devient le premier Français à figurer sur le podium du général. Campei !

Avant de retrouver la coupe du monde, Robin Duvillard a participé à quelques OPA.

DR b

Des titres nationaux ont déjà été conquis. Aux Saisies, Baptiste Gros a conservé sa couronne de champion de France de sprint. Chez les dames, c'est Marion Buillet qui a décroché l’or national. En Suisse, à Val Müstair, Seraina Boner a réalisé la meilleure performance sur 5 km skate et 10 km classique. Chez les hommes, Jason Rüesch (notre photo) s’est également imposé dans les deux styles sur 15 km. La deuxième partie se déroulera du 24 au 26 mars.

UN FRANÇAIS SUR LE PODIUM DU TOUR DE CHINE

AGENCE ZOOM

b

PLANÈTE NORDIQUE

,

ANDREAS MUNGER

Ils sont champions

PARENTHÈSE INATTENDUE POUR ROBIN DUVILLARD

b

PISTE ROUGE

un fou, mais je n’avais pas le choix. J’avais pris un retard technique considérable qu’il fallait que je rattrape, et il y avait mon corps de skieur alpin que je devais transformer ». Dans son pays d’origine qui n’est pas franchement la patrie du ski, Samir Azzimani croise le « regard fier et

enthousiaste » de ses compatriotes. Largement inspiré par l’histoire du Sénégalais Lamine Guëyë, qui a descendu la face de Bellevarde ou encore par les films Rasta Rocket ou Eddie the eagle, le Marocain a lancé une cagnotte participative sur Internet pour financer son projet. « 10 000 euros sont nécessaires pour parvenir à des résultats », souligne-til. Cette saison, il donnera des cours de ski à la station de Mouthe en février pour « renflouer les caisses ».

Samuel Régé-Gianosso a terminé à la deuxième place du classement général.

nordic

MAGAZINE



nordic.fr STANKO GRUDEN/AGENCE ZOOM

my Domen, Cene et Peter Prevc.

PISTE ROUGE

b

b

DR

STANKO GRUDEN/AGENCE ZOOM

b

L'aigle d'or pour Kamil Stoch

Le double champion olympique polonais a remporté la 65e édition de la Tournée des Quatre Tremplins. Son principal rival, le Norvégien Daniel-Andre Tande, a fait preuve de malchance dans le dernier concours à Bischofshofen. La fixation de son ski droit n’était pas attachée et il a manqué la chute de peu.

Les frères Prevc écrivent une page de l'histoire du saut

E

14

Dans Nordic Magazine n°20, nous vous présentions Enrique Cubillo qui développe la pratique du ski-roues à New York. Le 29 décembre, l'exbiathlète Corinne Niogret l'a rencontré lors d'un voyage aux USA. Elle a pu skier dans la 8e avenue, Central Park et Hudson River Park.

En baisse de forme sur les deux dernières étapes de coupe du monde en 2016, au point d'écourter sa présence à Nove Mesto, Simon Fourcade a passé des examens médicaux qui ont révélé qu'il souffrait d'une toxoplasmose. Il a effectué son retour à la compétition à Ruhpolding.

LAURENT SALINO/AGENCE ZOOM

> La photo parue page 80 dans notre précédent numéro est de Régis Ravegnani. > Page 44, nous avons écrit que Northug avait gagné le gros globe de cristal 2015 après le déclassement de Sundby. La victoire est en fait revenue à Cologna. Merci J.-P. Althaus.

SIMON FOURCADE SOUFFRE DE TOXOPLASMOSE

b

Erratums

CORINNE NIOGRET A SKIÉ À NEW YORK

FACEBOOK CORINNE NIOGRET

Le championnat du monde de ski nordique 2017 aura lieu à Finsterau, en Allemagne, du 10 au 19 février. Benjamin Daviet, Thomas Clarion, Anthony Chalençon et leurs guides ont été sélectionnés. A un an des Jeux de Pyeongchang, il sera important pour les sportifs français de répondre présents. En Ukraine, où s'est déroulée une coupe du monde mi-janvier, les tricolores ont rassuré : ils ont décroché six victoires.

précédent, l'avaient propulsé en tête du classement général), a eu droit de participer au rendez-vous suisse. Si l’on a peu entendu parler de lui jusqu'ici, c’est que le jeune homme a connu quelques problèmes de santé l’année dernière. Trois frères dans la même start-list, ce n'était encore jamais arrivé. Dans les années Trente, il y a bien eu la fratrie Ruud, originaire de Kongsberg, en Norvège. Sigmund, Birger et Asbjoern ont tous été champions du monde à plusieurs reprises, mais jamais ils n’ont eu à s'affronter. À la Tournée des 4 tremplins, les frangins Prevc ont également bataillé tous les trois. Sans résultat. Domen a même perdu son dossard jaune de leader de la coupe du monde.

b

PLANÈTE NORDIQUE

,

b

DR

Handisport : Mondiaux à enjeux

n décembre, l'étape suisse de la coupe du monde de saut à ski est entrée dans l'histoire. Parmi les athlètes qui ont participé à la compétition, figuraient les trois frères Prevc. Jusqu'ici, le monde entier connaissait le plus âgé, Peter, 24 ans, qui a tout gagné la saison dernière et qui a été élu athlète de l’année dans son pays, la Slovénie [lire Nordic Magazine n° 20]. Depuis le début de l'hiver, grâce à ses nombreuses victoires, les passionnés de cette discipline nordique ont découvert le plus jeune, Domen, 17 ans. Ils ont, enfin, fait connaissance du cadet, Cene, 20 ans, qui, pour s'être distingué en coupe continentale (deux victoires et une deuxième place à Vikersund, en Norvège, le week-end

nordic

MAGAZINE


:

nordic

MAGAZINE

15


nordic.fr

my

Le Russe Maxim Vylegzhanin a été écarté de la coupe du monde.

PISTE ROUGE

Juste avant Noël, et donc la Tournée des 4 Tremplins, une petite fille a pris son envol dans la famille DescombesSevoie. Rose (3,344 kg très précisément) est le deuxième enfant, après Louison, de Lauranne et Vincent. Le sauteur à ski Simon Ammann est, lui aussi, devenu père pour la deuxième fois. Sa femme a donné naissance à une petite fille qu'ils ont prénommée Charlotte. L'ancien combiné Sébastien Lacroix, aujourd'hui consultant à Eurosport, a également vu sa famille s'agrandir lors des fêtes de Noël.

PLANÈTE NORDIQUE

,

Les athlètes aux urnes

16

En février, les athlètes devront élire leurs représentants auprès de la Fédération internationale de ski pour la période 20172019 lors des Mondiaux de Lahti. Il pourrait ne plus y avoir de fondeurs. Jusqu'ici, seule Kikkan Randall siégeait en leur nom. Mais après cinq ans de bons et loyaux services, la jeune maman souhaite passer le flambeau, surtout depuis qu’elle pense mettre un terme à sa carrière après les JO de 2018.

Therese Johaug devant ses juges L’audience de la Norvégienne jugée pour avoir pris du salbutamol, produit dopant, devait avoir lieu du 25 au 27 janvier. Pas moins de 52 médias allaient couvrir l’événement.

b

b

DR

VIANNEY THIBAUT/AGENCE ZOOM

Les skieurs font des bébés

McLaren : le rapport qui enflamme la planète nordique

A

u départ, il y a tous les ingrédients d'un film d'espionnage. L’ex-patron du laboratoire antidopage de Moscou, Grigory Rodchenkov, confie à un grand quotidien américain, le New York Times, que les athlètes russes ont bénéficié d’un système de dopage planifié par Moscou durant les Jeux olympiques d’hiver de Sochi, en 2014, alors même qu'aucun n’a été contrôlé positif. Le Comité international olympique (CIO) demande à l’Agence mondiale antidopage (AMA) de « conduire immédiatement une enquête » [lire Nordic Magazine n° 19]. Celle-ci est menée par Richard McLaren qui, début décembre, remet son rapport final. Confirmant une « manipulation systématique d’échantillons et d’ADN » aux JO de 2014, mais aussi à ceux de 2012, sa conclusion est accablante : plus de 1 000 sportifs sont impliqués. La fédération internationale de biathlon, l'IBU, nomme un groupe d'experts chargé de se prononcer sur le sort de 31 biathlètes mis en cause. Le numéro 1 mondial, Martin Fourcade, prévient : si les sanctions ne sont pas à la hauteur de la faute commise, il réagira. L'idée d'un boycott est dans l'air. Le Français n'évoque pas directement l'étape de coupe du monde programmée du 9 au 12 mars à Tyumen, mais c'est bien celle-ci qui se retrouve en ligne de mire de plusieurs nations. La République Tchèque, la Norvège ou encore la Grande-Bretagne menacent de garder leurs athlètes à la maison. Sous la pression, la Russie fait dès lors savoir qu'elle renonce à accueillir la compétition

internationale, ainsi que les championnats du monde junior programmés à Ostrov. Deux des 31 biathlètes soupçonnés de dopage dans le rapport McLaren sont par ailleurs suspendus par les instances fédérales qui lancent une nouvelle enquête pour clarifier la situation des 29 autres. « Une mascarade », ne décolère pas Martin Fourcade. La tension monte encore d'un cran à Anterselva (Italie). Le 21 janvier, une réunion se tient à huis clos en présence du président de l’IBU, Anders Besseberg, et de la secrétaire générale Nicole Resch. À travers les portes vitrées, les journalistes entendent le Français lancer “C’est inacceptable”, avant de quitter la salle, entraînant le reste des participants derrière lui. Dans la nuit, l'IBU annonce la tenue d'un congrès extraordinaire le 9 février, avant l'ouverture des Mondiaux à Hochfilzen (Autriche). De leur côté, les fondeurs, également impactés, ne restent pas inactifs. Le CIO informe en effet la Fédération internationale de ski qu’il a ouvert des enquêtes sur six athlètes russes. Ceux-ci sont à leur tour provisoirement suspendus. Le président de la FIS, Gian Franco Kasper, estime que « les conclusions du rapport McLaren ont gravement porté atteinte à l’intégrité du sport ». Et d'ajouter : « Nous sommes déterminés à prendre les mesures nécessaires pour punir les infractions. » 105 athlètes de huit nations — dont neuf Français — signent une pétition réclamant des sanctions « plus rapides, sévères, cohérentes et transparentes » de la part de l’AMA. Des clips sont mêmes tournés pour défendre un sport « clean as snow. »

nordic

MAGAZINE


VICTORY

IN MIND

– Photos : Agence Zoom - Semaphore. *Le monde a besoin de votre regard. (1) La victoire toujours à l’esprit. (2) Arme de prédilection.

(1)

FULL VENTING

AIRLINK TEMPLE SYSTEM

AERO MARTIN FOURCADE /

WEAPON OF CHOICE (2)

Full Venting, Air Link Temple System et 3D Fit Nose : Martin Fourcade signe un promodel avec une ventilation et une tenue optimales. Et comme chez lui chaque détail compte, il ajoute des verres gravés à ses initiales, un tour de cou et des coloris assortis à sa carabine.

3D FIT NOSE

Martin FOURCADE Biathlète double champion olympique, neuf fois champion du monde

julbo.com nordic

MAGAZINE

17

*


nordic.fr

my

Leonteq Biathlon Cup : première organisation internationale pour Jura Ski Events.

L'INSTANTANÉ

b LAURENT MÉRAT

L'

PISTE ROUGE

18

La coupe du monde de ski de fond à Tyumen en Russie ayant été annulée [lire page 16], la FIS cherchait activement un autre lieu de compétition pour la dernière semaine d’épreuves du 16 au 19 mars. C'est Québec qui a été choisie. A noter que c'est Kontiolahti qui accueillera les biathlètes début mars pour les mêmes raisons.

UNE PREMIÈRE VICTOIRE POUR ANAÏS CHEVALIER

ÉMILIEN CLAUDE, ESPOIR DE L'ANNÉE DANS LES VOSGES

La biathlète des 7 Laux [lire Nordic Magazine n°20] se souviendra longtemps de son week-end de coupe du monde à Nove Mesto, en République Tchèque. Deuxième du sprint, elle a remporté le premier succès de sa carrière lors de la poursuite. « Je me suis découvert des capacités enfouies. C'est fou ! », a-t-elle réagi, des larmes dans les yeux, devant les caméras de L'Équipe. Imperméable à la pression, l'Iséroise de 23 ans a devancé l'Italienne Dorothea Wierer et la Russe Tatiana Akimova. Si elle n'a pas été la plus rapide sur les skis, elle a par contre été (presque) parfaite sur le pas de tir (19/20). A Pokljuka, en Slovénie, Justine Braisaz [lire Nordic Magazine n°21] a, elle, réussi son premier top 3, finissant 2e du sprint.

Au cours de la 25e édition des Mérites sportifs, le biathlète Émilien Claude a été élu meilleur sportif vosgien 2016 dans la catégorie espoir. Une récompense que le jeune homme a accueillie avec un grand bonheur : « Le sport de haut niveau, c’est beaucoup de sacrifices, d’efforts, pour des joies que l’on ne retrouve nulle part ailleurs ! Ces frissons, on ne les a pas souvent, et cela les rend encore plus extraordinaire ! ». Il a tenu à saluer le lycée de La Haie Griselle « qui fait un superbe boulot pour ses sportifs ». À noter que les céistes Gauthier Klauss et Matthieu Péché ont été élus sportifs de l’année lors de cette cérémonie qui s’est déroulée à la Rotonde de Capavenir Vosges à Thaon.

Come-back de Schlierenzauer

b JEAN-YVES BEGON

Le 13 janvier, le sauteur autrichien aux 53 victoires, qui avait suspendu sa carrière « pour une durée indéterminée » il y a un an, a effectué son retour en coupe du monde à Wisla, en Pologne.

b STANKO GRUDEN/AGENCE ZOOM

PLANÈTE NORDIQUE

,

b ANDRÉ-OLIVIER LYRA/SKI TOUR CANADA

Fin de saison au Canada

En 2020, les Jeux olympiques de la jeunesse doivent en partie se dérouler sur le stade des Tuffes, à Prémanon. Les épreuves de biathlon, de saut et de combiné nordique se disputeront en effet en France [lire Nordic Magazine n° 20]. Afin de préparer cet événement, les clubs jurassiens se sont fédérés au sein d'une association, Jura Ski Events. Mi-décembre, celle-ci a accueilli la Leonteq Biathlon Cup, une compétition suisse qui a réuni près de 170 biathlètes. Malgré le manque de neige, Han Ueli Hurzeler, délégué technique de l’épreuve, a apprécié la qualité de la piste de trois kilomètres. Les équipes ont également salué l’organisation. Autant de motifs de satisfaction pour Jura Ski Events qui considérait cette première organisation comme un « rodage » en vue des années à venir.

nordic

MAGAZINE


Erik Bjornsen, US ski team

LYCRA® est une marque d’INVISTA

Photo: Kennedy Russell

MOINS DE FATIGUE, PLUS DE CONFORT, SKIEZ A L’INFINI La performance est inscrite dans l’ADN de la marque. Chaque jour, les champions Rossignol s’attachent à donner le meilleur d’eux-mêmes pour atteindre le plus haut-niveau. Dans cette quête de l’excellence, nous devons leur offrir le meilleur : technicité, précision et innovation. C’est dans cet esprit qu’a été conçue la ligne de vêtements de compression. Cette nouvelle collection 16/17 garantit ces promesses d’excellence, en associant un tissu certifié LYCRA® SPORT, ultra-résistant et confortable, à la technologie brevetée de compression à gradient dynamique, et franchit un nouveau cap en apportant un nouveau style et des lignes plus contemporaines. Rossignol met le vêtement de compression au service de ses athlètes, des skieurs experts ou tout simplement des skieurs en quête de confort.

nordic

MAGAZINE

19


nordic.fr

my

S

uite de cette série des « pourquoi » des disciplines nordiques.

¢ Pourquoi les combinés nordiques font-ils du combiné nordique ? On pourrait légitimement penser que c'est tout simplement parce qu'ils aiment cette alliance de deux sports contradictoires, difficiles à dompter dans la même journée, que sont le saut à ski et le ski de fond. Mais en fait, non ! Le ''combinard'' (mot utilisé dans notre jargon nordique pour désigner cette étrange personne) est un sportif dont l'alchimie est plus complexe que les autres, car des études scientifiques très sérieuses et très poussées ont montré que c'est finalement le rassemblement de deux types de personnalités au sein d'un

vraie raison est autre. Depuis la nuit des temps, sauteurs et combinards (maintenant vous êtes habitués au terme) vivaient entre hommes et ne profitaient d'une présence féminine sur les compétitions que lors des rassemblements avec les fondeurs (et donc les fondeuses), soit sur les coupes du monde de début et fin de saison, soit sur les grands championnats. Or, avec le professionnalisme grandissant chez tous les athlètes, et donc la forte réduction des soirées en marge des épreuves, l'équilibre psychique des sauteurs et combinards devenait trop bancal. Aussi ont-ils eu la lumineuse idée d'intégrer directement les filles dans leur sport, et ainsi recréer un équilibre ! Eh ben, ils en auront mis du temps ! ¢ Pourquoi les sauteurs ont-ils besoin

du vent, le moment le plus opportun pour lancer son athlète, ou, au contraire, lui demander d'attendre un peu. On pourrait, oui... mais, ce n'est pas ça ! Non, vous croyez que les mecs ont vraiment envie de ne rien manger, de peser 50 kg et de s'envoyer en l'air sur un tremplin géant avec des skis plus larges, plus longs et plus lourds qu'eux aux pieds ? Ben non, évidemment ! Et le responsable de ça, c'est leur coach, précisément celui qui agite le drapeau pour leur dire de sauter. En fait, les mecs ont développé le syndrome de Stockholm avec leur bourreau et lui seul peut les pousser à sauter. D'ailleurs, vous croyez que c’est pourquoi qu'on appelle ça le syndrome de Stockholm ? Eh ben, cherchez un suédois qui fait du saut à skis. Y en a plus !

Le saut et le combiné en quatre “pourquoi” ?

20

¢ Pourquoi le saut à ski et le combiné nordique n'ont-ils autorisé les filles à pratiquer leur sport que très récemment ? On pourrait se dire simplement que c'est logique et plutôt bien d'ouvrir tous les sports aux deux sexes. Mais la

Robin Duvillard est membre de l’équipe de France de ski de fond et médaillé olympique à Sochi en 2014.

¢ Pourquoi certains sauteurs tortillent parfois bizarrement leurs épaules sur la phase d'élan de leur saut ? Je suis sûr que vous aussi vous trouvez ça bizarre. On se demande s'il n'y a pas quelque chose qui les gêne. Bon, nous, on ne pourra pas comprendre, mais avec leurs 50 kg tout mouillés, il paraîtrait que c'est en fait leurs côtes qui viennent leur chatouiller l'omoplate... Enfin ça, c'est la version officieuse, bien sûr ! 

nordic

MAGAZINE

SINDY THOMAS

que leur coach leur agite un drapeau au pied du tremplin pour leur indiquer quand s'élancer ? On pourrait croire que c'est une relation de confiance et que le coach étudie, en fonction

b

ROBIN DUVILLARD

,

même sport. Il y a ceux plutôt typés “saut”, mais qui n'étaient pas prêts à se priver de nourriture autant que leurs collègues du saut spécial, et les autres plus typés “ski”, mais qui n'avaient pas assez d'appétit pour manger autant qu'un fondeur. C'est aussi simple que ça ! Imaginez si demain ils sortent une étude sur la personnalité du décathlonien...


GET YOUR DOSE OF VITAMINS !

UN ESPACE DE LOISIRS POUR TOUTES VOS ENVIES L’hiver skiez dans l’un des plus beaux domaines de ski nordique français (plus de 200km de pistes) et dévalez les pistes de ski alpin sur plusieurs massifs dont un franco-suisse. Venez-vous ressourcer, rêver, laissez-vous balader avec les chiens de traineau. Amusez-vous en luge avec vos enfants. Pour les plus sportifs, découvrez le ski-joëring, le kite-surf et le biathlon.

Frontalière avec la Suisse, la Station des Rousses est située à une altitude idéale pour se ressourcer dans des espaces calmes et verdoyants ornés de forêts, de combes et de lacs naturels de montagne. L’été découvrez un grand nombre d’activités à partager en famille : randonnées pédestres et équestres, VTT, 2 golfs 18 trous, 2 lacs, parcours et souterrains aventure, canyoning...

Crédits Photos : S. GODIN - Station des Rousses

CONTEMPLATION

LESROUSSES.COM

BON DE RÉDUCTION 10% OFFERT*

sur une activité LES ROUSSES ESPACE LOISIRS : Ski alpin, ski nordique, raquettes, jardin de Rouxy hiver/été, Commando Games, randonnées pédestres, activités nautiques (cours et locations), le monde de Rouxy.

nordic

MAGAZINE

Nom :

Adresse : CP :

Email :

Prénom :

Ville :

Je souhaite m’abonner à la newsletter Station des Rousses.

21

Offre valable jusqu’au 02/04/2017 sur présentation de ce bon de réduction. * Valable sur forfait, séance ou entrée unique ne dépassant pas une journée. Offre non cumulable - NORDIC_MAG (11-2016).


nordic.fr

my

LA TRANSJURASSIENNE

,

Ils sont nombreux à venir encourager les skieurs lorsque ceux-ci sont enfin visibles, comme aux Rousses, à Bellefontaine ou à Chapelle-des-Bois.

22

nordic

MAGAZINE


A.FINISTRE/TRANS'ORGANISATION b

En mode spectacle Le spectacle sera partout les 10, 11 et 12 février prochains. Histoire de retrouver le sourire après l’annulation de 2016. nordic

MAGAZINE

23


La montée de l'Opticien, dans le cœur des Rousses. Après la forêt du massacre, les coureurs prennent un bain de foule.

nordic.fr

LA TRANSJURASSIENNE

,

b

AXXX

my

24

I

ls ne manqueraient ce rendezvous pour rien au monde. Chaque année, mi-février, le rituel se répète en FrancheComté, entre Jura et Doubs. Chaudement habillés, équipés de cloches ou toupins suisses, ils sont des centaines de supporteurs, férus de ski nordique, à se masser aux points stratégiques du parcours de La Transjurassienne, entre Lamoura et Mouthe, pour encourager champions et anonymes. Par tous les temps, l’épreuve peut compter sur ses aficionados occupant les points chauds qui ont écrit sa légende depuis près de quarante ans. Sur La Transju', le spectacle est sur... et aux bords de la piste. Même le départ, à 8 heures 30, dans la combe du lac de Lamoura, où le thermomètre flirte régulièrement avec la barre des -20 °C, vaut le déplacement. « L’ambiance y est particulière, détaille Laurent Mermet-Husson, speaker aux Rousses [lire notre entretien].

Elle monte en puissance, on voit les coureurs arriver sur site, s’échauffer, choisir leur emplacement sur les lignes… Un vrai compte à rebours démarre jusqu’au coup de canon qui libère les skieurs par vagues de départ impressionnantes. » Après cette déferlante, la longue caravane des « véhicules suiveurs » dans lesquels ont embarqué assistance et famille des athlètes, journalistes, partenaires... se met alors en branle, suivant les coureurs tout au long du grand parcours. Jusqu'à l'arrivée, ils vont enchaîner les arrêts aux secteurs stratégiques de l’épreuve, tous ou presque situés après une difficulté majeure : Les Rousses et sa célèbre montée de l’Opticien qui fait suite à la traversée de la forêt du Massacre, Bellefontaine qui apparaît après la montée-descente du Risoux, véritable juge de paix de l’épreuve, le Pré Poncet et la fameuse Célestine, ou encore Chaux-Neuve… C’est dans la descente en direction des tremplins de la coupe du monde de combiné, qu’en 2015, le podium avait été scellé. Une première dans

nordic

MAGAZINE


XXX.

XXX

nordic

MAGAZINE

Comment préparez-vous ce premier commentaire de la journée ?

b

NORDIC MAGAZINE

La base est de connaître les coureurs alignés au départ. La veille d’une course me permet de faire le point sur les favoris et les outsiders pour la gagne. Mais j’aime aussi descendre dans les start-lists pour trouver des locaux qui ont brillé au niveau régional et qui viennent se frotter aux gros bras, des concurrents qui viennent d’autres disciplines sportives, pour les mettre en valeur, ou encore des anciens dont je salue la longévité.

Quelle part prennent l’animation et le spectacle à l'arrivée ? Je dis souvent que je raconte une histoire en commentant une course. Pour la construire, il nous faut des chapitres et donc des informations sur la course

Quelle approche avez-vous par rapport au spectacle que “doit vendre” le speaker ?

J’essaye d’être le plus à l’écoute de ce qui se passe autour de moi, les capteurs sensoriels connectés pour percevoir le maximum de choses. Un accompagnement musical adapté permet d’intensifier cette sensation qu’il va se passer quelque chose et qu’on approche d’un événement. Idem avant l’arrivée ou lors des cérémonies protocolaires. La musique installe une émotion forte, pour les participants comme pour le public. Elle donne une saveur et une ambiance à un événement. Le spectacle est aussi lié à l’intensité de la lutte que se livrent les participants. Pour cela, on n’est pas obligé d’avoir des champions olympiques ou du monde au départ.

PAUL FOULONNEAU

Éric Davaine Je n’ai pas forcément de recette, il y a beaucoup d’improvisation, et, dès que possible, d’interactivité avec les spectateurs. Il suffit de quelques enthousiastes pour jouer, par exemple, sur le côté nationaliste, dans le bon sens du terme évidemment. C’est souvent plus délicat de faire monter l’ambiance sur un départ, y compris aux Rousses où j’officie. J’essaye d’inviter les gens à encourager les coureurs, même si, avec des moufles, ils ne font guère de bruit (Rires).

tout au long de l’épreuve. C’est avec ces infos qu’on va planter le décor, présenter les acteurs, faire monter la tension, installer une dramaturgie en faisant vivre ce spectacle tout en partageant cette émotion avec les gens présents.

b

Entretien avec l’homme au chapeau, speaker de La Transjurassienne, dont la voix véhicule le spectacle offert par les skieurs et le public. Éric Davaine nous dévoile sa méthode. NORDIC MAGAZINE Quelles sont vos recettes pour animer le stade de départ de la Combe du Lac à Lamoura ?

FERVEUR POPULAIRE La montée du Risoux est ensuite désertée par les spectateurs. Au chalet des Ministres justement [le point culminant du tracé, qu’on franchit après un long chemin de croix, N.D.L.R.], le ravitaillement le plus isolé est un monument à lui tout seul : « Ici, c’est une ambiance très spéciale. Tous les ans, une trentaine de ravitailleurs, dont la moitié a pris pour habitude de dormir sur place le samedi soir, est prise d’assaut par une marée humaine, skis aux pieds. C’est un moment incroyable, très fort, comme un coup de feu dans un restaurant qui dure trois quarts d’heure ! On fait en sorte de répondre à chacun d’entre eux. Pour cela, on monte sur site, durant toute la semaine précédant l’épreuve, près de 25 tables et 1 200 litres de boisson. » « Quand on sort de la forêt, on retrouve, à Bellefontaine, une ferveur populaire. 

ÉRIC DAVAINE COMMENT LE SPEAKER FAIT MONTER L'AMBIANCE

l’histoire de la course ! À chaque retrouvaille, le spectateur mesure toute l’intensité de la compétition aux changements de meneurs, à la composition des groupes de poursuivants, aux lâchés du jour… Bref, il vit l’histoire en direct. Ces lieux d’animation sont autant de moments chaleureux pour les athlètes qui bravent l’hiver jurassien durant près de 70 km. « La traversée des Rousses, avec la montée de l'Opticien, est un moment particulier car il y a toujours beaucoup de monde, et c'est un passage en pleine ville [qui a été spécialement enneigé et fermé à la circulation, N.D.L.R.]. Si on a le bonheur d'être devant, c'est vraiment un moment magique avec une ambiance folle ! Il faut faire attention à ne pas s'accrocher, car c'est un peu plus étroit, et aussi à ne pas s'enflammer car le chemin est encore long jusqu'à Mouthe ! », confirme le fondeur vosgien, Igor Cuny.

25


À Bellefontaine, le public s'est réuni en haut d'une côte qui précède le ravitaillement dit des Arméniens.

nordic.fr

my

XXX.

LA TRANSJURASSIENNE

,

•••

26

On profite un maximum de ce public, c’est très plaisant », note Jean-Marc Gaillard, troisième de la Transju'Classic en 2015 et médaillé olympique à Sochi, avec le relais tricolore. En haut d'une petite montée, la foule est bruyante, solidaire, affectueuse aussi : « D’abord parce que

LE SPECTACLE NE SERA PAS UNIQUEMENT SUR LA PISTE. DE NOMBREUX ÉVÉNEMENTS SONT PRÉVUS.

l’endroit est facilement accessible pour les automobilistes. Juste avant l’important ravitaillement dit des Arméniens, qui marque l’entrée dans le secteur du lac des Mortes ; c’est aussi, aux deux tiers de la course, un moment stratégique dans l’épreuve. Les meilleurs ont déjà fait le trou », détaille Alain Jacquet, responsable du site et membre de l’association Élan nordique Bellefontaine. Ces retrouvailles avec le public sont appréciées des coureurs  : « L’ambiance est à part dans les traversées de villages. Les encouragements nous incitent parfois à en remettre un petit coup et on accélère le rythme presque malgré nous, témoigne le double vainqueur de l’épreuve, Benoît Chauvet. Ce qui différencie La Transju' d’autres épreuves, c’est que les gens, dans les villages, encouragent tout le monde par son prénom, du premier au dernier ! » Après le Jura, c’est dans le Doubs que s’étire ensuite la longue file des skieurs… et des voitures, qui rejoint un haut lieu du nordique en France, le village de Chapelle-des-Bois. Le tintement des clarines redonne le sourire aux plus fatigués des parti-

cipants qui entament leurs 25 derniers kilomètres. « Les habitants se mobilisent avec plaisir. Sur le ravitaillement, on retrouve l’ambiance des courses populaires, témoigne Florian Greusard, chef d'orchestre de cette petite armée. À force de s’arrêter tous les ans pour voir la tête de course ou des proches, certains spectateurs sont même passés derrière les tables pour donner un coup de main et vivre l’événement de l’intérieur ».

NUIT DE LA TRANSJU'... ET ÉCRAN GÉANT Plus loin, le Pré Poncet, placé juste après l’un des “coups de cul” redoutés du parcours, est souvent la dernière halte de nombreux spectateurs qui se hâtent ensuite pour gagner l’arrivée où, cette année, de nombreuses animations sont programmées. Via un écran géant, on pourra notamment suivre les derniers efforts des skieurs : « C’est très important pour impliquer le public dans le récit d’une épreuve linéaire comme La Transjurassienne, appuie Thierry Champenois, grand connaisseur de la course qu’il commente depuis

nordic

MAGAZINE


Et le président de l’organisation, Pierre-Albert Vandel, de confirmer ce nouveau positionnement. En plus du spectacle lié à la course, avec les élites pour principaux acteurs, « dans les traversées de villages, on doit recréer une fête du ski, en lien avec les associations, les ski-clubs », appuie-t-il. Cette ferveur, les plus anciens s’en souviennent avec émotion. Des centaines de personnes massées dans les rues du centre de Mouthe assistaient à l’arrivée, sous le regard des caméras d’Antenne 2. Aujourd’hui encore, si cette culture nordique demeure, elle a quelque peu perdu de sa superbe, estime Thierry Champenois : « Cette haie de spectateurs qui attendaient les athlètes et agitaient les cloches à Mouthe et ailleurs, on ne l’a plus. Pour que cette Transju' arrive à redevenir un grand spectacle, il faudrait retrouver cet esprit d’antan, comme à Chapelle-desBois, où chaque coureur, du premier au dernier, était poussé par la fanfare du bourg ». « La Transju' doit devenir un événement pour tous, y compris pour les non-skieurs. On peut et on doit travailler aussi sur ce public captif familial », assure pour sa part le président de Trans'Organisation. 

nordic

MAGAZINE

Laurent Mermet est la voix de La Transjurassienne dans la fameuse montée de l’Opticien, au cœur du village des Rousses.

NORDIC MAGAZINE Pourquoi la course passe-t-elle par la célébrissime montée de l'Opticien ? Laurent Mermet-Husson La course n’est pas toujours passée par là, elle empruntait auparavant la montée de la Redoute. Elle est mythique, car elle traverse la station. Et puis elle est facilement accessible pour le convoi de voitures qui suit l’avancée de la course, et elle permet aux nombreux spectateurs présents de voir évoluer de très près les skieurs. Les concurrents attendent aussi cette montée car, après les moments de solitude, c’est le retour à la civilisation, à la ferveur populaire. Parfois, il faut écarter le public pour faire de la place pour les fondeurs ! Un peu comme sur l’Alpe d’Huez en cyclisme.

Quelle doit être la part de spectacle dans une course telle que La Transjurassienne à vos yeux ? Il y a le spectacle offert par les coureurs, par les spectateurs parfois déguisés, les supporteurs avec les clarines, les drapeaux “Allez papa”… Aux Rousses, on a aussi le ravitaillement qui donne lieu à beaucoup d’échanges. Les jeunes des ski-club ouvrent la piste avec leur entraîneur avant l’arrivée des skieurs. Ils vont ensuite donner, avec une grande fierté, les gobelets et ravitaillements à tous les coureurs. C’est tout ça La Transju' : le son, la couleur, les encouragements… J’ai eu l’occasion de faire la Vasaloppet, c’est une belle épreuve mais son ambiance n’a rien à voir. Les coureurs élite sont-ils essen-

tiels pour assurer le spectacle ? Pour faire un parallèle avec le vélo, je dirais que le Tour de France sans les champions n’est pas le Tour, mais le Tour sans la caravane n’est pas le Tour de France non plus ! Les élites sont indispensables car ce sont eux qui font venir les gens de bonne heure, qui font rêver les gamins, qui nous impressionnent. Mais s’il n’y avait qu’eux, ce ne serait pas La Transju' ; sur cette course, on cite les doyens, les plus jeunes... On relève aussi les performances de skieurs handisport. Le village est l’un des très rares endroits du parcours de La Transjurassienne spécialement enneigé. Imaginez-vous un jour une arrivée aux Rousses ? Pourquoi pas ! C’est du beau spectacle, un peu comme dans le temps où l’arrivée se faisait au centre du village de Mouthe… À l’origine, La Transjurassienne était prévue dans le sens Mouthe-Lamoura. On voit bien que les événements qui se déroulent en ville attirent du monde.

LAURENT MÉRAT/6X7

LA FÊTE DU SKI

LAURENT MERMET-HUSSON POURQUOI LA MONTÉE DE L'OPTICIEN EST MYTHIQUE

b

NORDIC MAGAZINE b

1992. Il faut donner à voir. » Mouthe ne sera pas seule concernée par cette volonté de Trans'Organisation d'animer le week-end. Optic 2000 va ainsi habiller la montée de l’Opticien, aux Rousses. Les spectateurs seront équipés de tap-tap en plastique pour encourager bruyamment les coureurs. À Bois d'Amont, avec le retour de la Nuit de La Transju', à Morez où le lunetier Julbo organisera une réception spéciale pour la remise des dossards aux étrangers détenteurs d’un passeport Worldloppet, les événements seront multiples. « En fait, résume Arnaud Vanini, chargé de la communication à l'association franc-comtoise, après l’annulation de 2016, on veut vraiment rebondir avec un programme festif, apporter un supplément d’âme et donner le sourire à tous ».

27


nordic.fr

my pour l’ensemble de l’équipe, tout en sachant que nous jouons aussi le classement général de la FIS Wordloppet Cup, souligne le manager de l’équipe. Nous avons tous cette course en tête. Le but sera de mettre l’un des nôtres devant. »

LA TRANSJURASSIENNE

, 28

b

Rien n'est jamais écrit à La Transjurassienne. La course est suffisamment longue pour réserver son lot de surprises.

TRANS'ORGANISATION

STRATÉGIES D’ÉQUIPE ? L'effectif au complet sera aligné : Benoît Chauvet, en lice pour un troisième succès, Bastien Poirrier, Toni Livers, Adrien Mougel, Jérémie Millerau, tenant du titre, Nicolas Berthet, local de l’étape... Une autre famille sera au grand complet : le Haute-Savoie Nordic Team. Auteurs d’un triplé au Marathon de Bessans, avec la victoire de Loïc Guigonnet devant Ivan PerrillatBoiteux et Gérard Agnellet, et d’un doublé sur la Dolomitenlauf, épreuve de la FIS Worldloppet Cup, les troupes d’Alban Gobert et Émilien Buisson débarqueront à Lamoura avec beaucoup d'ambition pour la course et le général de la coupe du monde des courses populaires. « Tout le monde fait de La Transju' la cible number one de la saison. L’annulation de l'épreuve jurassienne l’an passé et celle de la Foulée blanche cet hiver rajoutent de l’envie », apprécie le manager pour qui rien n'est écrit d'avance.

d’un coureur du team Grenoble Isère Nordique ? L’équipe qui compte dans ses rangs de prestigieux noms (Robin Duvillard, Simon Fourcade ou Marie DorinHabert) compte bien jouer plus qu’un rôle de figurant. « Cette course est l’un des objectifs stars de la saison, confirme l’entraîneur du team, Valéry Lelièvre. On fait en sorte de bien la préparer en tenant compte de la vie professionnelle et estudiantine des gars du team, car mon groupe sur la longue distance a une double activité. » Le coach ne cache pas son intention de mettre sur pied un plan de bataille autour du leader Thibault Mondon. L’expérience des Nicolas Perrier, David Picard ou de l’ex-champion de France de sprint Cyril Gaillard sera un bel atout dans le jeu de cartes des Isérois. Autre inconnue de cette équation : un coureur de l’équipe de France préparant le 50 km des championnats du monde de Lahti pourrait aussi s’aligner au départ du 68 km... tout comme quelques vedettes étrangères du circuit longues distances. Chez les dames, trois favorites se détachent déjà : Aurélie Dabudyk, en lice pour une troisième victoire consécutive, Tatjana Mannima ou encore la Suissesse du team Gel Intérim Rossignol, Seraina Boner auront les

La bataille des teams Les 11 et 12 février, La Transjurassienne sera le théâtre d’un affrontement pacifique et sportif entre les trois principaux teams du nordique français.

Q

ui succédera à Jérémie Millereau, dernier vainqueur en date sur La Transjurassienne ? Bien malin qui pourra répondre à cette question, mais une chose est certaine, par contre, les principaux prétendants appartiennent aux teams français. Avec, en premier lieu, Gel Intérim Rossignol. Les hommes de Stéphane Mouton seront remontés comme des coucous suisses pour cette édition 2017. « C’est un objectif important

« Il n'y a pas de stratégie sur les courses, plutôt de la tactique pour les moments déterminants. Avec l’homogénéité de notre groupe, on sait que les jeunes peuvent jouer devant. » « Transposer une stratégie de course sur La Transju' n’est pas aisé, la course est tellement longue, il peut se passer beaucoup de choses. Sur ce type de course, le meilleur coureur est celui qui a la technique la plus économique », apprécie Stéphane Mouton. Et si l’arbitrage, à l’image d’un Thibault Mondon deuxième en 2015, venait

faveurs des pronostics. En ce qui concerne la Transju’Classic, les débats seront ouverts. Le HautSavoyard Bastien Buttin, récent vainqueur à Bessans, aimerait bien accrocher une victoire en terre jurassienne. Les Vosgiens seront de sérieux outsiders. S'il est présent, le Pontissalien Alexis Jeannerod sera également un sacré client pour la gagne. Le Jurassien, 24e de La Diagonela, a prouvé qu’il figurait désormais parmi les trente meilleurs “pousseurs” du circuit international. 

nordic

MAGAZINE


PARTENAIRE DE LA TRANSJU’ DEPUIS 2003

Craft, une marque distribuée par NOREKO - 01300 St Benoît

www.craft-sports.fr

nordic

MAGAZINE

29


nordic.fr

my

LA TRANSJURASSIENNE

,

La Sapaudia mobilisée

30

Chaque année, la Sapaudia, qui agit en faveur du don de mœlle osseuse, se mobilise lors du week-end de La Transjurassienne. Au programme, le samedi : accompagnement des personnes porteuses de handicap sur le parcours spécifique Petite-Chaux Mouthe (7 km) et le dimanche sur le 68 km Lamoura - Mouthe (ou 25 km Chapelle des Bois - Mouthe). Each year, la Sapaudia, which acts in favour of the donation of bone marrow is mobilized during the week-end of La Transjurassienne. On the programme, Saturday : supporting persons with disabilities on the specific race Petite-Chaux - Mouthe (7 km) and Sunday on the 68 km Lamoura – Mouthe (or 25 km Chapelle des Bois – Mouthe).

TRANS'ORGANISATION

À Mouthe, l’arrivée sera au cœur d’un nouveau dispositif. Un écran géant permettra de suivre la course grâce à une retransmission assurée par des drones et des cameramen disposés aux points stratégiques du parcours, sans oublier le live vidéo sur les derniers kilomètres de l’épreuve. « Pour que le public participe, il faut vraiment de l’info course et de l’image pour les impliquer dans le récit, dans la dramaturgie de l’épreuve. C’est un plus pour fixer les spectateurs à un endroit, surtout sur une course en traversée comme l’est La Transju' », assure le speaker Éric Davaine. In Mouthe, the finish will be at the heart of a new setup. A giant screen will transmit the race thanks to filming by drones and cameramen placed at strategic points of the race, without forgetting the live footage on the last kilometers of the race.

LE RETOUR DE LA NUIT DE LA TRANSJU'

b

Un finish sur écran géant

Lors du week-end de La Transju', le spectacle ne sera pas que sur la piste empruntée par les milliers de coureurs. De nombreuses animations seront proposées en marge de la compétition. Pour preuve, le retour de la Nuit de La Transju', le vendredi 10 février, à partir de 18 h 30, à Bois d’Amont. Cette dernière eut lieu au Sentier voici de nombreuses années. Avec une montée impossible à ski, il y aura du spectacle. Imaginez un parcours d'environ 400 mètres, avec 65 m de dénivellation (dont les trente derniers à 40 %) à parcourir le plus vite possible. Les départs seront donnés au centre du village. Seul le temps de montée sera chronométré. Une fois en haut, il faudra rentrer à pied au village, où un vin chaud ne sera pas de trop (à consommer avec modération, bien sûr). Cette épreuve est ouverte aux catégories cadet, junior et senior. On peut s'inscrire sur le site du ski-club et sur place le jour J. Il en coûtera 3 euros par personne. Une somme qui s'ajoutera au bénéfice de la journée. Celui-ci sera ensuite versé à l'association « Un souffle pour Nina », une petite fille qui lutte contre la mucoviscidose. Déjà, Vincent Gauthier-Manuel, champion olympique et multiple champion du monde de slalom en handisport, et Marika Godin se sont engagés aux côtés des parents. Après le podium, place à un concert d'Almanak, groupe jurassien composé de trois amis d'enfance spécialisé dans la fusion des

genres, donné dans la salle de spectacle du village. Sur scène, ils proposeront à entendre une belle alchimie de rock puissant, de funk électrisant et de blues exultant. During the week-end of La Transju, the show will not just be happening on the track with its thousands of racers. Many activities surrounding the competition will be on offer. As evidence, the Transju’ night will return, on Friday, February 10th from 6.30 pm at Bois d’Amont. This event took place at Le Sentier many years ago. With an impossible climb, spectators are in for a show. Imagine a race of about 400 meters, with a 65 m increase in altitude (the last thirty being at 40 %) to run as fast as possible. Starts will take place in the heart of the village. Only the climb will be timed. Once at the top, we will be walking back to a warm cup of hot wine (to consume with moderation of course). This race is open to cadet, junior and senior categories. You can register on the ski club’s website or on the day at a cost of 3 euros per person. An amount that will be added to the proceeds of the day. This will then be given to the association “Un souffle pour Nina”, a little girl fighting against cystic fibrosis. Vincent Gauthier-Manuel, Olympic champion and multiple world champion slalom in handisport and Marika Godin have already joined the fight alongside the little girl’s parents. After the podium, a concert by Almanak, a band from the Jura, composed of 3 childhood friends specialized in blending styles, will be performing at the village hall. On stage, they will deliver a beautiful alchemy of powerful rock, electrifying funk and exultant blues.

nordic

MAGAZINE


©Arnaud Finistre

LA RÉGION SOUTIENT LA TRANSJURASSIENNE !

nordic

MAGAZINE

Depuis bientôt 40 ans, avec ses désormais 68 km au cœur de notre magnifique massif jurassien, elle n’en finit pas de nous enthousiasmer. Une épreuve sportive parmi les plus renommées en France et à l’international ? Certes. Mais la Transjurassienne est bien plus que cela : une vraie fête du ski et des sports de pleine nature, qui sait rassembler aussi bien les sportifs que les amateurs, les habitants, les communes du tracé et alentour, les collectivités locales, les services de l’État, les clubs, et plus d’un millier de bénévoles enthousiastes… Avec un objectif commun : faire de ce week-end, chaque année, un moment inoubliable. Les 11 et 12 février, c’est donc toute la Bourgogne-Franche-Comté qui tournera les yeux vers Lamoura, Les Rousses, la Chapelle-des-Bois ou Mouthe. Car la Transjurassienne est bien l’une des manifestations parmi les plus emblématiques de notre territoire. Or, après l’immense frustration née de son annulation l’an passé, du fait du manque d’enneigement, je sais l’attente redoublée autour de cette édition 2017, tant du côté des sportifs que parmi les spectateurs.

Je tiens à saluer et féliciter PierreAlbert Vandel, nouveau président de Trans’Organisation. Avec toute son équipe, et en particulier avec l’appui fidèle d’Hervé Balland, il a désormais la charge de répondre à ce qui, chaque fois, est un petit défi : assurer avec des milliers de partenaires la réussite de cette Transju’ que nous attendons tous. La Transju’, ainsi que toutes les courses qui l’accompagnent ! Car je ne veux pas oublier la Transjeune, en janvier, la Transju’classic, la Transju’Marathon et les deux Trans25, qui permettent à chacun de s’exprimer selon son goût. Je souhaite sincèrement à tous, amoureuses et amoureux du ski de fond, du sport, du Jura et de la nature, un formidable week-end au cœur de ces paysages qui font la fierté de notre grande et belle région. Marie-Guite DUFAY Présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté www.bourgognefranchecomte.fr

31


nordic.fr

my Un accueil pour les fondeurs de la Worldloppet Cette année, les détenteurs d'un Passeport Worldloppet, dont fait partie La Transjurassienne, seront particulièrement choyés. L'entreprise jurassienne Julbo les recevra, vendredi soir, à 18 heures, au Musée de la Lunette, où ils se verront remettre des cadeaux et proposer de déguster des produits locaux, le tout en musique. Ambiance assurée !Chaque année, des centaines d’étrangers viennent pour la première fois dans le massif du Jura.

En 2017, le Salon du Nordique devient Transju'Expo. Vendredi 10 et samedi 11 février, de 10 à 19 heures, à l'Espace Lamartine de Morez, les concurrents viendront chercher le dossard qu'ils revêtiront ensuite sur l'une des épreuves du week-end. Pour eux, le moment est important. Les passionnés de ski de fond l'attendent durant de longs mois. Du fait de l'annulation de la compétition en 2016, cela fait même deux années qu'ils patientent. Avant même de prendre le départ de la course, cet instant aura donc une portée toute particulière. Une fois le précieux sésame en poche (plus exactement dans le sac), les skieurs, ceux qui les accompagnent, et même des visiteurs qui ne chausseront pas les skis, aiment ensuite à parcourir les stands des partenaires de La Transjurassienne, dont celui de Nordic Magazine. Les équipementiers sont évidemment présents, il est aussi possible de déguster le fameux comté ou d'assister à l'une des nombreuses animations (sculpture sur glace, cornemuse avec Jean-Pierre Falcy, contrôle gratuit de la vue par Optic 2000...).

This year, Worldloppet passport owners, will be particularly pampered. The Jura company Julbo will receive them, on Friday evening at 6 pm at the Musee de la Lunette, presenting gifts and local products tasting, all in music. A guaranteed atmosphere! Each year hundreds of foreigners come to the Jura mountains for the first time.

LA TRANSJURASSIENNE 32

b DR

,

La Transju' sur Transju'TV

Pour tous ceux qui veulent suivre La Transjurassienne en direct, direction le site Internet www. transjurassienne.com et la page Facebook de la course. Des vidéos, des photos et le point sur la compétition aux principaux passages seront proposés. A suivre également sur livetrail.net For all of those who want to follow La Transjurassienne live, go to www.transjurassienne. com website and the Facebook page of the race. Videos, pictures and updates on the competition will be offered. Also to follow on livetrail.net

Transju'Expo, un passage obligé lors du week-end.

In 2017, the Nordic trade fair becomes the Transju’Expo. Friday 10th and Saturday 11th, from 10 am to 7 pm at Espace Lamartine of Morez, the competitors will pick up their bibs to wear on one of the races. For them, it is an important time. Cross country enthusiasts wait many month to have it. They have been waiting for two years due to the cancellation of the competition in 2016. This moment has a particular significance even before the race starts. As soon as the valuable asset is in the bag, the runners, those who accompany them and visitors too enjoy walking through the partner stands of La Transjurassienne, including Nordic magazine. The manufacturers are obviously present, it is also possible to taste the famous Comté cheese or to attend one of the many activities (ice sculpture, wind pipe with Jean-Pierre Falcy, free eyesight assessment by Optic 2000…).

TRANSJU'LAND AUX ROUSSES Aux Rousses, venez découvrir, du vendredi au dimanche, le nouveau MINI Countryman, ainsi que la gamme BMW xDrive sur le parc d’activité de l’Omnibus et réaliser des essais dynamiques accompagné d’un pilote expert. Un jardin d'enfants Smoby sera installé à proximité, tout comme le bus Gel Intérim - Rossignol. Les visiteurs pourront déguster du comté, assister au Carnavaski organisé par le conseil municipal des jeunes. Les commerçants de la station seront, eux aussi, mobilisés. Optic 2000 proposera pour sa part un stand de contrôle de vue devant l'ancien magasin d'optique situé en bas de la Montée qui lui donne son nom... Nul doute qu'il y aura du monde durant cette période de vacances scolaires. In Les Rousses, discover the new MINI Countryman from Friday to Sunday, as well as the BMW xDrive range at the activity park of l’Omnibus to carry out dynamic tests with an expert driver. A Smoby kindergarten will be set up nearby, as well as the Gel Interim – Rossignol bus. Visitors will be able to taste Comte cheese, attend the Carnavaski organized by the junior local council. The resort’s retailers will also be involved. Optic 2000 will set up an eyesight assessment stand in front of the previous Optic store located at the bottom of the climb. It will undoubtedly be crowded especially on school holidays.

nordic

MAGAZINE

b MATHIEU DUPUIS

L'INSTANTANÉ


LE FESTIVAL BLANC S'INSTALLE À MOUTHE b DR

Caravane publicitaire

À l’instar du Tour de France, La Transjurassienne aura sa caravane publicitaire, le dimanche 12 février. Elle passera par Les Rousses, Bois d'Amont, Chapelle-des-Bois et Mouthe. De nombreux goodies seront distribués. C'est le team Gel Intérim Rossignol qui l'animera. Like the Tour de France, La Transjurassienne will have its advertising caravan on Sunday February 12th. It will run through Les Rousses, Bois d’Amont, Chapelle-des-Bois and Mouthe. Expect many goodies to be distributed. The entertainer is Gel Interim – Rossignol Team.

Samedi et dimanche, le stade d'arrivée de La Transjurassienne, à Mouthe, s'annonce très festif. Bien sûr, le spectacle sera déjà sur la piste. Des milliers de skieurs sont attendus après des heures d'effort. Il s'agira de les accueillir avec les applaudissements qui s'imposent. Mais bien d'autres animations sont prévues. Dans une ambiance "fête foraine", les organisateurs ont imaginé des activités pour toute la famille : casse brique, Transju'Wall, Photobooth, Babyfoot, sans oublier une rencontre privilégiée avec les athlètes du Team Gel Intérim - Rossignol à proximité de leur bus. De son côté, Espace nordique jurassien et l'École de ski français Montagnes du Jura ont concocté un programme qui permettra de pratiquer le biathlon laser chronométré, de participer à un concours de sprint, des courses enfants (le 12 février à 11 heures), une épreuve en ski 3 places, des baptêmes en chiens de traîneaux (le 12 février de 12 à 16 heures), de la sculpture sur neige.

There will be a very festive finish line of La Transjurassienne in Mouthe on Saturday and Sunday. Of course the show will already be on the track and thousands of runners are expected after hours of hard work. It will be a matter of welcoming them with the necessary applause. Of course, many other festivities are planned. In a Fun Fair atmosphere, the organizers have thought up activities for the whole family: breakage bricks, Transju’Wall, Photobooth, Foosball, without forgetting the privileged meeting with the Team Gel Interim – Rossignol athletes nearby their bus. For its part, Espace Nordique Jurassien and the French Ski School of the Jura Mountains have put together a special program allowing a timed biathlon laser practice, taking part in a sprint competition, kids races (on February 12th at 11am), a 3 person ski event, dog sled inaugurations (on February 12th from 12 pm to 4 pm), ice sculpture.

Alpin

Là où bat le cœur de l’hiver Doubs www.otmouthe.fr

nordic

Tél : +33 (0)3 81 69 22 78 valdemouthe@wanadoo.fr

MAGAZINE

þ Sur présentation de ce magazine, l’Office de tourisme vous offre une boisson locale.

33

Photos : Y.VEJUX - Y.MARECHAL - Philippe VUEZ - Claude RAMPANT.

Chien de traineaux Ski de fond Raquettes


LA TRANSJURASSIENNE

,

Après l’annulation de 2016, le nouveau président de Trans'Organisation et son équipe ont établi une stratégie de développement à long terme.

34

NORDIC MAGAZINE Vous venez de prendre les rênes de Trans'Organisation après 15 années à occuper le poste de directeur technique de La Transjurassienne. Comment avez-vous vécu cette transition ? Pierre-Albert Vandel Très naturellement. C’est arrivé au moment où on se posait de nombreuses questions sur l’avenir de la course, avec une remise en cause de notre organisation liée aux autorisations du parcours de repli n° 4. À partir du moment où Hervé Balland avait acté son départ, il fallait un nouveau président pour poursuivre l’aventure, tout en apportant quelques évolutions. Je connais bien les faiblesses et les qualités de notre fonctionnement.

C’est à partir de là qu’est née votre nouvelle identité : « La Transju' / ski & trail passion ». Que signifie ce positionnement ? On réfléchit à l’horizon 2022. Jusqu’à maintenant, on créait des épreuves un peu en fonction d’opportunités et des nécessités : il y eut La Transjurassienne, La Transjeunes, La Transroller [qui n'existe plus aujourd'hui, N.D.L.R.], puis La Transjutrail. Aujourd’hui, nous relions nos trois événements phares, sous une même identité, avec pour dénominateur commun le terme “Transju”. À partir de là, ça nous permet de décliner notre marque forte et bien identifiée. Vous visez deux objectifs : une montée en gamme de vos événements et une augmentation de notoriété pour les trois courses de Trans’Organisation. Comment allez-vous procéder ? La montée en gamme passe par une augmentation de la fréquentation de nos événements populaires : localement et nationalement, ça fonctionne bien. C’est plus compliqué d’aller chercher les Nordiques. Il faut répondre aux attentes de ce public avide de ski classique, d’hébergements de qualité, de séjours alliant la participation à des activités touristiques, chez nous comme en Suisse… On sait que le réservoir du nordique est dans les pays scandinaves, à nous de le travailler. Concernant l'événement, nous souhaitons le densifier avec un riche programme d'animations et de spectacles pour en faire un rendez-vous populaire incontournable. En 2016, La Transjurassienne a été annulée trois jours avant l’événement. Pour quelles raisons ? Il y a eu un double concours de circonstances. En premier lieu, nous n'étions pas autorisés à emprunter le parcours de repli n° 4 qui passe par la forêt du Massacre, entre Lamoura et Prémanon, alors même que nous l'avions utilisé en 2008. Dès lors, on a envisagé d'autres possibilités, mais la météo, avec l’eau qui inondait le stade de départ à Lamoura et le manque de neige sur le tracé initial, a achevé nos réflexions. D’où le long délai avant l’annonce de l’annulation, ce qui était finalement une erreur de notre part, ne serait-ce que par respect pour ceux qui venaient de loin. Cette année, le Comité national de protection de la nature nous a donné le feu vert. Nous avons donc

nordic

MAGAZINE

NORDIC MAGAZINE

« Nous avons gagné en sérénité »

Nouveau président de Trans'Organisation après trois ans de mandat d'Hervé Balland, Pierre-Albert Vandel [lire Nordic Magazine n° 21] vise une montée en gamme et une augmentation de la notoriété des événements Transju. Pour Nordic Magazine, il détaille son plan de bataille.

b

Pierre-Albert Vandel

nordic.fr

my


b

Du coup, quels sont aujourd’hui les parcours de repli ? Il en existe cinq, en plus du tracé historique entre Lamoura et Mouthe. Une première variante nous emmène vers le Pré Poncet et Chez Liadet, pour redescendre ensuite sur Mouthe. Le parcours de repli n° 2, en cas d’impossibilité d’emprunter la vallée entre Prémanon, Les Rousses et Bois d’Amont, intègre un départ de Bois d’Amont avec une arrivée à Mouthe par le haut du village. Le n° 3 combine un départ des Belles Combes et une arrivée à Prémanon. Et le n° 4, de 50 km, utilisé trois fois en une quarantaine d’années, part de Lamoura pour revenir sur Prémanon, avec deux boucles à parcourir pour les coureurs. Tous sont autorisés et nous donnent une plus grande sérénité. On est prêt à envisager tous les scénarios de lieux de départ / arrivée, tout en sachant que d’un point de vue logistique, il nous faut des agréments indispensables (électricité, internet, parking, transports…).

A.FINISTRE/TRANS'ORGANISATION

toutes les cartes en main pour décider de la tenue ou non de la course, et ce dès le lundi précédent.

Pour Pierre-Albert Vandel, la découverte des paysages fait partie de l'ADN des courses populaires.

d'abord. On ne peut pas mettre en péril la survie des neuf clubs de Trans'Organisation en cas d’énormes surcoûts d’assurance. Indirectement, c’est environ 640 000 euros qui n’ont pas été dépensés sur le territoire (tourisme, hôtellerie…). Sans compter l’enjeu social et sociétal représenté par La Transju'.

Quand la Marcialonga, en Italie, enneige artificiellement les 70 km de son parcours, n’avez-vous pas le sentiment d’un “deux poids deux mesures” environnementales entre les courses organisées en France et les autres grandes épreuves de l'étranger ? On n’est pas du tout dans cette option d’enneigement ! Toutefois, il faut se poser des questions : malgré le fait d’évoluer dans des zones classées au patrimoine mondial de l’Unesco, la Marcialonga bénéficie de nombreuses autorisations, alors que notre côté, nous fréquentons des pistes que tout le monde utilise durant l’hiver, nous circulons dans une forêt parcourue toute l’année par des randonneurs, des forestiers ou encore des cyclistes… Bref, il n’y a que La Transjurassienne qui n’aurait pas le droit de l’utiliser sur un créneau de deux fois deux heures samedi et dimanche. D’autre part, skier sur un ruban de neige a beaucoup moins de sens que la découverte des paysages justement permise par les courses populaires. Pour sauver la course lors d’une année compliquée, je veux bien mais, au-delà, ça devient un problème.

NOTRE MARQUE EST FORTE ET BIEN IDENTIFIÉE. nordic

MAGAZINE

UN OUTIL DE PROMOTION DU SKI DE FOND La Transjurassienne va vivre en février 2017 sa 39e édition. Au fil des années, la plus grande course populaire de ski de fond longues distances de France a acquis une notoriété et une expertise EDITOreconnues POUR LA TRANSJURASSIENNE 2012 unanimement par la grande famille du nordique. La cohabitation de champions d’exception et La TRANSJURASSIENNE fait dorénavant descette courses de Longue Distance les plus de passionnés ontpartie fait de compétition prestigieuses du Monde et représente un événement incontournable du calendrier nordique unfrançais rendez-vous incontournable de la performance sportive, ancré et international. dans le calendrier international des compétitions et au cœur des Quelles que soient les conditions climatiques parfois très défavorables, la TRANSJURASSIENNE montagnes du Jura. a toujours été organisée d’une manière parfaite grâce aux efforts et à l’engagement de ses dirigeants et bénévoles. Cette épreuve fait partie intégrante du circuit national Marathon tiens à saluer le travail très professionnel de Trans’Organisation qui réussit à rassembler et SkiJe Tour de la Fédération française de ski et s’inscrit parfaitement à coordonner toutes les énergies nécessaires pour une excellente organisation tant sur le plan sportif que sur le plan dans la politique de populaire. développement et de promotion du ski de fond surmesnotre territoire. à l’ensemble des sportifs, skieurs de tous âges, confirmés ou Tous encouragements amateurs, qui se confrontent avec le plus grand plaisir. Tous mes encouragements à l’ensemble des participants, à la nouBondirection hiver à tousde et bonne TRANSJU 2012 !!!ainsi qu’à tous les bénévoles velle Trans’Organisation qui font de La Transju' un événement majeur et incomparable.

AGENCE ZOOM b

Comment envisagez-vous l'édition 2017 dans un hiver qui, jusqu'au moment où nous réalisons cet entretien, n'a guère été enneigé ? On sait qu’une annulation induit une perte d’environ 20 % du nombre d’inscrits l’année suivante. L’an passé, on a aussi perdu en crédibilité vis-à-vis des étrangers qui sont, pour certains, quand même venus chez nous… et ont pu skier ! Ils n’ont pas compris pourquoi la course n'a pas eu lieu ! Or, depuis une dizaine d'années, nous avions reconstruit cette confiance avec les skieurs. Cette annulation a cassé cette dynamique. Elle a également eu un impact économique, pour Trans'Organisation

Il y a 30 ans, les vedettes internationales du ski de fond ne manquaient pas La Transju'. Comment aujourd’hui imaginez-vous attirer les cadors de la discipline entre Lamoura et Mouthe ? C’est une priorité, car cela fait partie de l’ADN des longues distances. Mais La Transju' précède souvent les Mondiaux ou Jeux olympiques que les athlètes préparent parfois en altitude. Pour eux, difficile dès lors de s'engager dans une course de 50 km. Aujourd'hui, il existe un circuit fort en classique, le Visma Ski Classics avec la Birkebeiner, la Vasa... Il attire des teams professionnels. On hésite à prendre ou pas cette direction. 

Michel Vion, président de la Fédération française Le Président de la FFS de ski

Michel VION

35


nordic.fr

my 25•56 km CT

SPRINT

hors délai 11 h 45

SPRINT

SPRINT

hors délai 13 h 30

hors délai 16 h 15

Jean-Marc Gaillard

Une ferveur unique

36

Jean-Marc Gaillard A Unique Fervour

Je connaissais la première partie du tracé, un peu moins celle du côté de Bellefontaine. C’est ce retour aux sources à travers le massif qui m’a marqué. Cette course me faisait envie et je suis motivé pour revêtir une nouvelle fois le dossard, en skate cette fois et sur le grand tracé. » 

ALAIN GROSCLAUDE/AGENCE ZOOM

«  Quand je pense à La Transjurassienne, je me souviens surtout d’une ferveur populaire à part, qu’on retrouve très rarement sur d’autres courses. Il y a deux ans, j'ai pris le temps d’en profiter. J’ai aimé cette traversée des villages depuis Les Rousses, ce parcours itinérant et atypique. Haut-Savoyard, je suis habitué aux Glières, où l'on skie sur un site isolé. Alors qu’il faudrait aller davantage au contact des gens pour promouvoir le ski de fond. En cela, La Transjurassienne, avec son ambiance incroyable, est un format idéal. Quant au parcours, il y a quelques moments importants comme la montée du Risoux car jusqu’à son pied, il faut s’économiser et se placer idéalement. La course peut se perdre ici, mais pas se gagner. La sortie de la combe des Cives avec la Célestine peut aussi faire une différence avec les crampes qui arrivent. Ce sont des endroits où il faut en avoir gardé un peu.

b

LA TRANSJURASSIENNE

,

Troisième de la dernière Transju’Classic, le fondeur du Pays Rochois a découvert avec un grand plaisir l’ambiance si populaire de la course jurassienne.

Jean-Marc Gaillard est membre de l'équipe de France de ski de fond.

When thinking about La Transjurassienne I especially remember a popular enthusiasm rarely found in other races. I really enjoyed it two years ago. I loved this atypical itinerary going from Les Rousses across all the villages. Being HautSavoyard I am used to skiing in isolated site like Les Glières. Getting closer to the villagers can definitely promote classical skiing ambiance. For this, La Transjurassienne has an ideal format to promote its own spectacular atmosphere. As for the track, there are a few important sections like the Risoux climb because you know you’ve got to keep some energy and place yourself ideally from the start. It is a decisive spot where the race can be lost but not necessarily won. Coming out of la Combe des Cives and la Célestine can also make a difference with the cramping starting. Those are places where it is best to have some energy left. I knew the first part of the itinerary, not so much the part near Bellefontaine. This feeling of coming back to the source through the massif marked me. So I motivated myself to wear the bib again, this time skating the long race.

nordic

MAGAZINE


ACTION LA TRANSJURASSIENNE - 11/12FÉVRIER 2017

le Conseil départemental soutient le

SPORT JURASSIEN

… et l’ensemble des associations départementales

PLUS QUE JAMAIS, LE DÉPARTEMENT EST LE PREMIER PARTENAIRE DU DYNAMISME DES 1149 ASSOCIATIONS SPORTIVES ET DES 2167 ASSOCIATIONS JURASSIENNES QU’IL SUBVENTIONNE. nordic

MAGAZINE

37 www.transjurassienne.com


nordic.fr

my 25•48 • 68 km FT

SPRINT SPRINT

SPRINT

SPRINT

hors délai 13 h 30

SPRINT

hors délai 15 h 30

hors délai 17 h 15

Nicolas Berthet

Rien n'est jamais écrit

38

Nicolas Berthet The script is never written in advance

bien usé. Celui qui est encore frais peut faire un trou. À Mouthe, on est content de voir le bout de la course. J’espère y arriver un jour dans le groupe de tête pour jouer un podium. Le scénario n’est jamais écrit d’avance sur une si longue distance. » 

CHRISTOPHE PALLOT/AGENCE ZOOM

« Même si j’ai d’abord fait du ski alpin, l’image du ski de fond que j’avais en tête, c’était La Transjurassienne. Mes parents l’ont faite, mon grand-père aussi. Au départ, ça me paraissait irréalisable de terminer le parcours ! Depuis deux ou trois ans, c’est devenu l’objectif de la saison. Pour moi qui joue les courses nationales au sein du team Gel Intérim - Rossignol, c’est l’occasion de briller et de monter au niveau international ensuite, pour disputer l’Engadine par exemple. En tant que Rousseland, j’étais, il y a deux ans, la coqueluche car seul Jurassien dans le groupe de tête. Ce sont des moments forts à vivre, notamment la montée de l’Opticien, passage symbolique mais pas décisif sportivement. Les différences se font dans le Risoux et sur la fin du parcours. Avant ces difficultés, il faut savoir se placer, se préserver. Entre Bellefontaine et Mouthe, les endroits stratégiques ne manquent pas, dont la Célestine : on y arrive

b

LA TRANSJURASSIENNE

,

Jurassien pur sucre, Nicolas Berthet présente sa course de cœur : La Transjurassienne. Le Rousseland espère un jour y briller.

Nicolas Berthet est membre du team Gel Intérim - Rossignol.

Even if I first practiced alpine skiing, when I thought of cross-country skiing, what I had in mind was La Transjurassienne. My parents did it, my grandfather too. At first, it seemed impossible to finish the race! And for the past 2 or 3 years it has become the objective of the season. Since I am doing the national races in the Gel Rossignol team, for me it is my chance to shine and climb to the international level, to dispute The Engadin for example. Being from Les Rousses, 2 years ago I was the only Jurassien in the head group. Those are strong moments to experience, especially the Opticien climb, a symbolic but not decisive passage. The decisive turning points in the race are made in the Risoux forest and towards the end of the course: you really have to know how to place and preserve yourself. Between Bellefontaine and Mouthe, the decisive spots are not lacking , by the time you reach the Celestine we are pretty worn out with quite a lot of kilometers in the legs. When Mouthe comes into sight, we are happy to see the end of the race. One day, I hope to be in the fight for the podium there. The script is never written in advance in such a long distance.

nordic

MAGAZINE


www.comte.com/visiter Comité interprofessionnel de Gestion du Comté

nordic

MAGAZINE

Les Routes du Comté sont soutenues par le Comité Interprofessionnel du Comté, l’État, la Communauté Européenne, le Conseil Régional de Franche-Comté et les départements de l’Ain, du Doubs et du Jura. Conception : Nansen Développement / Création : www.berengerlecourt.com / Photos : CIGC - Studiovision - Agence Zoom

39


12

nordic.fr

my

FEVRIER

LA TRANSJURASSIENNE

LA TRANSJU'MARATHON

A. FINISTRE - TRANS'ORGANISATION

è 68 KM FT

11

FEVRIER

LA TRANSJU'CLASSIC

è 25 KM CT

Les Rousses } Mouthe Départ à 9h – Start at 9:00am

Chapelle-des-Bois } Mouthe Départ à 13h – Start at 1:00pm

,

Ouverture du stade de départ (Collège des Rousses) dès 7 h Arrivée à Mouthe : 1er à 11 h 40 et dernier à 17 h 15 Fermeture de piste : 17 h 30 Remise des fleurs : 12 heures Remise des prix : 13 h 30 sur l’estrade podium, à Mouthe. } Suivre la course par la route : Les Rousses → Mouthe. Rejoindre directement l’arrivée à Mouthe : emprunter la RD 415 jusqu’à Bois d’Amont puis rallier Mouthe par la Vallée de Joux en Suisse.

LA TRANSJURASSIENNE

LA TRANS 25 CT

è 56 KM CT

Worldloppet Gold Master

40

Lamoura } Mouthe Départ à 8h30 Start at 8:30am

Les Rousses } Mouthe Départ à 10h30 Start at 10:30am

Worldloppet (Hommes/Men Gold Master Dames/Women)

Worldloppet Gold Master

Ouverture du stade de départ dès 6 h 30 Arrivée à Mouthe : premier à 11 h 30 et dernier à 18 h 15 Fermeture de piste : 18 h 30 Cérémonie des fleurs : 11 h 45 Remise des prix : 13 h 30 sur l’estrade podium, à Mouthe. } Se rendre au départ : La circulation entre Les Rousses et Lamoura (D25) est fermée à partir de 5 h Pour rallier Lamoura depuis Morez, prendre la déviation par Longchaumois (D69). Pour rallier Lamoura depuis Les Rousses et Bois d’Amont : direction Mijoux puis Lajoux. } Suivre la course par la route : Lamoura → Mouthe Rejoindre directement l’arrivée à Mouthe : La Cure, Bois d’Amont puis Mouthe par la Vallée de Joux, Suisse.

Ouverture du stade de départ (Collège des Rousses) dès 8 h 30 Arrivée à Mouthe : Premier à 12 h 45 et dernier à 17 h 00 Fermeture de piste à 18 h 30 Remise des prix à 15 h  – Estrade Podium à Mouthe } Suivre la course par la route : Les Rousses - Mouthe. Rejoindre directement l’arrivée à Mouthe : emprunter la RD 415 jusqu’à Bois d’Amont puis rallier Mouthe par la Vallée de Joux, Suisse.

b

ç

è 48 KM FT

Opening of the start area: 7:00 am (Les Rousses College). First arrival in Mouthe at 11:40 am and last arrival at 5:15pm Track closure at 5:30pm Flower Ceremony at 12.00 am Award Ceremony at 1:30pm - Podium, Mouthe. } You can follow the race by car from Les Rousses to Mouthe. To go directly to the arrival in Mouthe, take the RD415 to Bois d’Amont and then the road through La Vallée de Joux, Switzerland.

Worldloppet Silver Master

Ouverture du stade de départ dès 12 h Arrivée à Mouthe : 1er à 14 h 10 et dernier à 16 h 30 Fermeture de piste : 17 h 30 Remise des prix : 15 h 00 sur l’estrade, podium, Mouthe. } Suivre la course par la route : Chapelle-des-Bois → Mouthe Opening of the start area from 12:00am First arrival at 2:10 pm & last arrival at 4:30pm Track closure at 5:30pm Award Ceremony at 3:00pm - Podium, Mouthe. } You can follow the race by car from Chapelle-des-Bois to Mouthe.

ULTRA TRANS L’UltraTrans additionne le temps du 56 km CT et du 68 km FT et récompense les six premiers hommes et les six premières dames. Remise des prix : dimanche à 15 h, à Mouthe. UltraTrans ranking adds the races time of the 56 km CT & the 68 km FT, the first 6 men and the first 6 women will be rewarded. Award Ceremony – Sunday - 3:00 pm - Mouthe.

Opening of the start area: 6:30am First arrival in Mouthe at 11:30am and last arrival at 6:15pm Track closure at 6:30pm Flower Ceremony at 11.45 am Award Ceremony at 1:30pm Podium, Mouthe. } Getting to the start: The road between Les Rousses and Lamoura (D25) will be closed from 05:00am. To go to Lamoura from Morez, take the D69 towards Lonchaumois. From Les Rousses and Bois d’Amont, take the direction of Mijoux then Lajoux. } You can follow the race by car from Les Rousses to Mouthe. To go directly to the arrival in Mouthe, take the RD415 to Bois d’Amont and then the road through La Vallée de Joux, Switzerland.

Opening of the start area from 08:30am (Les Rousses - College) First arrival in Mouthe at 12:45am & last arrival at 5:00pm. Track closure at 6:30pm Award Ceremony at 3:00 pm –Podium, Mouthe. } You can follow the race by car from Les Rousses to Mouthe. To go directly to the arrival in Mouthe, take the RD415 to Bois d’Amont and then the road through La Vallée de Joux, Switzerland.

nordic

MAGAZINE


FROID/SOLEIL : ATTENTION AUX YEUX

LA TRANS 25 FT

è 25 KM FT

Chapelle-des-Bois } Mouthe Départ à 13h Start at 1:00pm

L’effort et la solidarité font partie des valeurs que développe l’enseigne Optic 2ooo et ses 1 200 opticiens en France. Optic 2ooo a décidé de s’engager encore plus dans La Transjurassienne et d’y développer des actions de prévention pour la santé visuelle, en organisant des contrôles des performances visuelles des concurrents et du grand public. Protéger ses yeux des conditions extrêmes du soleil de montagne est primordial. Voici les conseils d’Optic 2ooo :

Worldloppet Silver Master

Ouverture du stade de départ dès 12 h Arrivée à Mouthe : Premier à 14 h 05 et dernier à 16 h 30 Fermeture de piste : 18 h 30 Remise des prix à 15 h  – Estrade Podium, Mouthe } Suivre la course par la route : Chapelle-des-Bois → Mouthe.

Protégez

vos yeux

During La Transjurassienne your eyes are also in danger. Cold weather can cause blurring or watering of the eyes. The snow reflects 85 % of the UV rays and that is not only in sunny weather. UV rays can cause a lot of problems like for example burning of the cornea and sunburn of the eyelids. Advice from the opticians of OPTIC 2 000 to avoid these problems : It is important to use glasses to protect your eyes ! 1) Always wear glasses which cover your eyes well (ie. sport glasses) 2) In a sunny weather your sunglasses should be equipped with sun protection of 3 or 4 3) In a bad weather your glasses should be clearer but remember that they should be protective enough. Also a visor can be useful. Those who use contact lenses should also use protective sports sun glasses. In case of really cold weather it is strongly advised not to use contact lenses at all.

!

Optic 2ooo vous conseille

b

A. FINISTRE - TRANS'ORGANISATION

Opening of the start area from 12:00 am. First arrival at 2:05pm & last at 4:30pm. Track closure at 6:30pm Award Ceremony at 3:00pm – Podium, Mouthe } You can follow the race by car from Chapelle-des-Bois to Mouthe.

Pendant La Transjurassienne, les yeux aussi sont mis à rude épreuve. Il serait dommage de gâcher son exploit sportif par des troubles. Soleil et réverbération peuvent provoquer au mieux, un inconfort au pire des lésions de l’œil importantes comme l’ophtalmie des neiges, brûlure de la cornée extrêmement douloureuse, ou des coups de soleil sur les paupières. Le froid intense, accentué par le vent, peut entraîner des gelures de la cornée qui se caractérisent par une baisse de l’acuité et une gêne à la lumière. Pour éviter picotements, yeux rouges, larmoiements et brûlures il est nécessaire de protéger ses yeux avec des lunettes de qualité. Les UV sont très nocifs pour le cristallin et leur quantité augmente avec l’altitude : ils doivent être arrêtés à 100 %. Le choix se portera donc sur des lunettes en classe 3 ou 4 comportant la mention CE, désormais obligatoire. La classe 4 convient aux conditions extrêmes de la montagne, mais ces verres foncés ne sont pas autorisés pour la conduite. Les lunettes choisies seront couvrantes et enveloppantes. Elles ne doivent pas laisser passer de lumière en dessous et sur les côtés. Elles doivent être adaptées à la morphologie du visage, tenir sur le nez et avoir les branches adaptées. Aujourd’hui, beaucoup de lunettes enveloppantes peuvent se réaliser avec verres solaires correcteurs. Les dernières visières relevables sont une

bonne alternative aux lunettes solaires. On peut d’ailleurs porter ses lunettes de correction dessous. Côté verres, les verres polarisants filtrent les rayons horizontaux, évitent l’éblouissement et donnent un excellent confort de vue. En cas de temps très couvert ou de brouillard, des verres jaunes ou orangés accentuent les contrastes et la vision des reliefs. En cas de beau temps, les verres aux tonalités « brun rouge » accentuent le contraste tout en assurant une haute protection. Peut-on porter des lentilles ? C’est fortement déconseillé en cas de grands froids car elles risquent de geler et d’abîmer la cornée, et de toute façon, les yeux doivent être protégés par des lunettes solaires bien enveloppantes. Pour bien choisir, il ne faut pas hésiter à se faire conseiller par l’un des 1 255 opticiens Optic 2ooo en France et en Suisse qui ajustera également la monture à la morphologie du sportif.

nordic

MAGAZINE

RELO2091215343.indd 8

16/12/2015 09:57

41


nordic.fr

my

LA TRANSJURASSIENNE

,

COMITÉ D’HONNEUR

42

Secr. d'Etat aux Sports Thierry Braillard Préfet de Région Christiane Barret Préfet du Doubs Raphaël Bartolt Préfet du Jura Richard Vignon Présidente du Conseil régional de Bourgogne/Franche-Comté Marie-Guite Dufay Président du Conseil général du Jura Clément Pernot Président du Conseil général du Doubs Christine Bouquin Sénateurs du Doubs Jean-François Longeot Jacques Grosperrin Martial Bourquin Sénateurs du Jura Gilbert Barbier Gérard Bailly Députés du Doubs Annie Genevard Frédéric Barbier Éric Alauzet Barbara Romagnan Députés du Jura Marie-Christine Dalloz Jacques Pélissard Jean Marie Sermier Conseillers Gilbert Blondeau départementaux François Godin Maryvonne Cretin-Maitenaz Jean-Louis Millet Philippe Alpy Françoise Vespa Michèle Letoublon MAIRES DE ... Lamoura Francis Leseur Prémanon Nolwenn Marchand Les Rousses Bernard Mamet Bois d’Amont François Godin Morez Laurent Petit Bellefontaine Régis Malinverno Chapelle-des-Bois Élisabeth Greusard Chaux-Neuve Dominique Bonnet Chatelblanc Samuel Hatri Petite-Chaux Pierre Roussel Mouthe Daniel Perrin MUNICIPALITÉ DE ... Le Chenit Jeannine Rainaud PRÉSIDENTS DE… Fédération Internationale de Ski Jean-François Kasper Fédération Française de Ski Michel Vion Comité Régional de Ski du Massif Jurassien Gilbert Carrez Comité Régional Olympique et Sportif Jean-Marie Vernet Comité Régional du Tourisme Philippe Lancelle Grande Traversée du Jura Guy Vacelet Communauté de commune Arcade Laurent Petit

Communauté de communes Les Rousses Bernard Mamet Communauté de communes des Hauts du Doubs Jean-Marie Saillard CDT du Jura Marie-Christine Chauvin CDT du Doubs Philippe Lebugle Directeur du CNSNMM Arnaud Pinguet

COMITÉ D’ORGANISATION TRANS’ORGANISATION

Relations presse Nicolas Bouveret Agence Nansen Directeur général Hervé Balland Ass. Coordinateur & Communication Arnaud Vanini Administration, Inscriptions Gaëlle André Développement durable & Matériel Coralie Turpain Réseaux sociaux Nicolas Bouveret Agence Nansen

Président d’honneur Jean-Claude Dalloz Président Pierre-Albert Vandel COMITÉ D’ÉPREUVES Vice-présidents Annette Lamy Chappuis Jacques Bianchi Délégué technique FIS Michel Leuxe Gloria Trettel Patrice Roydor Délégué technique National FFS Alain Paget Quentin Lebas Trésorière M.-Noëlle Bouveret-Niemaz Directeur d’épreuve Secrétaire Jocelyne Burtin Emmanuel Jonier PRÉSIDENTS DE... Secrétaire d’épreuve Ski Club US Lamoura Jean Louis Gauthier Sylvie Becue-Roydor Ski Club Prémanon Marilyne Vincent Chef de piste Michel Bouveret Skieurs Rousselands Stéphane Vuillaume (CNSNMM) Ski Club Bois-d’Amont Patrice Roydor RESPONSABLE… SC Le Brassus Jacques Bianchi piste Haut-Jura Michel Bouveret Ski Morbier- piste Suisse Grégory Golay Bellefontaine-Morez Thierry Cretin-Maitenaz piste Doubs François Guy Ski Club Mont-Noir Alain Fumey Chef chronométrage Patrice Roydor Risoux-Club Jimmy Mazier Chef de stade et juge départ Lamoura AS Mouthe (ski) Fabrice Wattebled Jean-Louis Gauthier COMMISSIONS Chef de stade et juge départ Les Rousses Logistique Jacky Prillard Roland Jeannerod Sécurité générale Bernard Menu Chef de stade Mouthe Protocole Dominique Michelin Rémy Michaud Relations publiques Jean-Claude Dalloz Juge d’arrivée à Mouthe Jean-Pierre Vallier Bénévoles André Monnier Patrice Roydor Assistance technique Frédéric Lamy-Chappuis Chef du service sécurité et sanitaire Ravitaillement Guy Génisset Bernard Menu Worldloppet Annette Lamy Chappuis Chef adjoint du service sécurité Animation M.-Noëlle Bouveret-Niemaz François Pailler RESPONSABLES SITE DE... Chef des informations aux médias Lamoura Jean Louis Gauthier Nicolas Bouveret Prémanon Marilyne Vincent Service d’ordre et circulation Jura (Saint-Claude) Les Rousses Franck Vaufrey Chef d’escadron Bois d’Amont Xavier Lacroix Cdt Jean-François Barette Le Brassus Jean-Pierre Griessen Service d’ordre et circulation Doubs (Pontarlier) Les Ministres Dominique Valenzisi Cdt Samuel Pruniaux Bellefontaine Jacky Grandvaux et Alain Jacquet Chapelle-des-Bois Florian Greusard Le Pré Poncet Philippe Clément Chaux-Neuve Petite-Chaux Mouthe

Guy Monnier Jean Marc Wurgler Michel Bigot

nordic

MAGAZINE


Ensemble, faisons avancer le Doubs

• Enfance famille • Insertion • Autonomie • • Action sociale • Habitat et logement • • Collèges et éducation • Routes départementales • • Développement numérique • Agriculture et forêt • • Ingénierie territoriale et soutien au bloc communal • • Environnement • Actions culturelles • Lecture • • Archives départementales • Sport et éducation populaire • • Tourisme • nordic

MAGAZINE

43


nordic.fr

my INSTANCES SPORTIVES

PARTENAIRES PRINCIPAUX

MÉCENAT

PARTENAIRES OFFICIELS

PARTENAIRES INSTITUTIONNELS

PARTENAIRES RACING

PARTENAIRES TECHNIQUES BESANCON LES ROUSSES PONTARLIER

PARTENAIRES MÉDIA

nordic

LA TRANSJURASSIENNE

,

MAGAZINE

44

PARTENAIRES RAVITAILLEMENT

PARTENAIRES Monts Jura

SUPPORTERS Ski Vandel Karbonic Rollx/Skibat Optic 2 000 Pontarlier Optic 2 000 Champagnole Optic 2 000 Morteau Les Fins Optic 2 000 Doubs CRIJ- Carte Avantage Jeunes Groupe Tétras Jura Grandes Traversées du Jura

Espace Nordique Jurassien Montagnes du Jura MSO Charles Obertino Fonderie de cloches Thomas Moulon Ferronnier d’Art Au Lis Martagon/A fleur d’eau Glisses Nordiques Distillerie Guy

Running Conseil Vuez & Decreuse Nestle France Pontarlier Clos Fleuri & Bois Gourmand Au Caprice des Neiges Brasserie des 3 épis Festival de La Paille Transport SLBO / PHM Group Piscineco WC Loc

HNS Yamaha Moto Performance Colombo Travaux Publics Anim Action GAN Assurance Burocom Besançon Cheney Sérigraphie Croix Rouge Française

nordic

MAGAZINE


nordic

MAGAZINE

45


nordic.fr

my

ENQUÊTE

,

S’ils contribuent à la reconnaissance de la puissance d’une chaîne, les consultants télé du ski nordique ne sont pas pour autant l’objet d’une bataille. Reste qu’Eurosport et L’Equipe prennent soin de recruter des anciens champions qui correspondent à l’état d’esprit de la chaîne.

46

CONSULTANTS Vitrine des télés nordic

MAGAZINE


MAGAZINE

47

b

nordic

FRÉDÉRIC MONS/L'EQUIPE

La chaîne de télé L'Équipe a recruté l'octuple champion du monde Raphaël Poirée pour commenter le biathlon et les exploits de Martin Fourcade.


nordic.fr

my

Quentin Fillon-Maillet lors de la coupe du monde à Ruhpolding, en Allemagne.

ENQUÊTE

,

D

48

Depuis deux ans, le paysage télévisuel a changé pour le ski nordique en France. Eurosport, la référence historique pour le cirque blanc, a dû lâcher du lest. Un peu à Ma Chaîne Sport, devenue SFR Sport, pour les étapes autrichiennes de la coupe du monde, beaucoup à L’Équipe, qui joue à bloc la carte biathlon, les succès d’audience à la clé. Avec cette nouvelle donne, le rôle des consultants a pris de l'ampleur. « C’est important d’avoir des noms, admet Arnaud de Courcelles, directeur de la chaîne L’Équipe. La reconnaissance de la puissance d’une marque ou d’une chaîne passe par là. » Guillaume Di Grazia, rédacteur en chef d’Eurosport en France, reconnaît aussi que le pedigree des consultants joue dans la communication d’une chaîne, avec toutefois un bémol : « Un bon consultant n’est pas obligatoirement une tête de gondole. Certes, un nom amène du monde, mais il n’est pas forcément bon à l’antenne. Souvent, on a de l’eau froide… » La voix du saut et combiné sur la chaîne payante, avant l'arrivée de Gilles Della Posta, n'est pas peu fière de son écurie : « En ski nordique, c’est la meilleure ! » Jason Lamy Chappuis, Sébastien Lacroix, Nicolas Jean-Prost, Roddy Darragon, Emmanuel Jonnier, Jean-François Devaux, Sandrine Bailly, Loïs Habert… « L’histoire, c’est de faire tourner tout le monde, dans un esprit de famille. » Il n’empêche que parfois, certains quittent la famille en question pour aller voir ailleurs. « Je remarque que les gens qui travaillent chez les voisins ont tous été formés chez Eurosport, note Guillaume Di Grazia. Cela montre qu’on est une bonne

maison qui sait détecter les talents, qu’on ne doit pas se tromper dans nos choix. » Présent à l’antenne d’Eurosport la saison passée, Raphaël Poirée a ainsi rejoint L’Équipe, aux côtés de Florence Baverel et Alexis Bœuf. « Au printemps dernier, lors des réflexions pour en faire un peu plus, on recherchait une incarnation pour événementialiser la chaîne. Et Raphaël Poirée était l’incarnation la plus forte », indique Arnaud de Courcelles, étonné d'attirer jusqu'à 900 000 téléspectateurs.

EXPERTISE ET PÉDAGOGIE Pour autant, parler de bataille des consultants s’avère excessif, selon le directeur de la chaîne L’Équipe. Le mercato ne ressemble d'aucune manière à ce que l'on peut observer dans d'autres sports, à l'exemple du football. Le transfert d'un Christophe Dugarry de Canal+ à la galaxie RMC-SFR Sport a fait les gros titres de la presse spécialisée. « On est des petits joueurs par rapport à eux. On essaie surtout d’avoir la bonne idée, car on ne peut pas surenchérir. Alexis Bœuf était une bonne idée, Raphaël Poirée aussi. » Être diffusée sur la TNT gratuite n'est pas sans contrainte : « Il nous faut mélanger l’expertise et la pédagogie, avec un consultant pour expliquer le sport et un autre pour l’incarner. On a le binôme parfait. Poirée, c’est le Platini ou le Zidane du biathlon, qui parle parfaitement de Martin Fourcade, le Griezmann de la discipline. Alexis Bœuf est moins connu, moins charismatique, mais il fait preuve d'une pédagogie exceptionnelle qui mêle passion et expertise. » Cette alchimie, la chaîne essaie de la conjuguer dans toutes les disciplines, avec Éric Boyer et Jérôme Pineau pour le cyclisme, ou Raymond Domenech et Johan Micoud pour le football. Platini ou Zidane du biathlon ? Raphaël Poirée avoue n’avoir jamais pensé à ça le concernant. Par contre, « commenter Martin [Fourcade], c’est un réel plaisir. Il réussit des choses exceptionnelles. Je l'ai connu quand il était junior. C’est comme si j’étais son père ! », plaisante-t-il, ravi de cette nouvelle expérience.

« UN AVIS FORT » « J’ai été attiré par cette télé gratuite, une première pour le biathlon en France », glisse-t-il. L'octuple champion du monde, qui a travaillé sur des plates-formes pétrolières en mer du Nord, avant de rejoindre une entreprise de travaux publics et de terrassement à Bergen, retrouve un milieu dont il ne s'est jamais éloigné trop longtemps. Après sa retraite sportive, en 2007, il a été, tour à tour, coach de l’équipe B de Norvège, des juniors féminines et de l’équipe de Biélorussie. En 2010,

nordic

MAGAZINE


LAURENT SALINO/AGENCE ZOOM b

on le retrouve aux Jeux olympiques de Sochi, en Russie, comme consultant de TV2, une des chaînes norvégiennes [lire notre entretien dans le numéro 1 de Nordic Magazine Le Supplément]. Il ne lui a pas fallu beaucoup de temps pour se

FRÉDÉRIC MONS/L'EQUIPE

Poirée, c'est le Platini ou le Zidane du biathlon.

b

Arnaud de Courcelles (L'Équipe).

retrouver dans le bain. « Il n’y a pas eu de gros changements. C’est surtout plus dense qu’avant. Je me concentre sur les nouveaux que je ne connais pas trop, notamment en équipe de

nordic

MAGAZINE

France. » L’œil reste aussi acéré qu’à l’époque où il dominait le circuit avec Ole Einar Bjoerndalen. « Je vois des détails, des attitudes qui expliquent certaines choses. Pourquoi quelqu’un fait des erreurs ou est plus fort qu’un autre. » Raphaël Poirée se sent bien dans la télé du groupe Amaury. « Je travaille en studio, avec une équipe sympa et motivée. Ils sont très professionnels, amoureux du biathlon et, en plus, ils ont des moyens. » Le patron de la chaîne diffusée sur le canal 21 apprécie en Poirée celui « qui n’hésite pas à dire les choses, même négatives quand il le faut ». « Un avis fort » pour les analyses d’avant et d’après course. Cette recherche d’expertise, Sandrine Bailly l’a vécue depuis fin 2010 sur Eurosport. « On attend notre jugement pour expliquer une contre-performance, pour détailler tous les paramètres qui entrent en compte dans l'obtention d'un bon résultat. Nous n’avons pas tous la même analyse. Libre à chacun de commenter comme il l’entend. » Une liberté d’expression cultivée par Guillaume di Grazia : « Le bon consultant, c'est celui qui va rester lui-même à l’antenne. Nous les connaissons bien, nous les avons rencontrés sur le terrain. Au micro, ils doivent aussi avoir une certaine aisance  49


nordic.fr

my

•••

FRÉDÉRIC MONS/L'EQUIPE b

Le bon consultant, c'est celui qui va rester lui-même à l’antenne.

FRÉDÉRIC MONS/L'EQUIPE

b

EUROSPORT

à raconter des histoires. Ils incarnent l’état d’esprit d’une chaîne. » Attirent-ils pour autant des téléspectateurs ? L'ex-biathlète originaire de l'Ain estime que les consultants sont « des produits d’appel pour une chaîne. S’ils sont renommés, c’est déjà ça de gagné. » Pour autant, Arnaud de Courcelles juge « impossible à quantifier » leur impact sur les chiffres de Médiamétrie. « On ne peut pas juger en termes d’audience, mais davantage en image et en qualité éditoriale. » Autrement dit, ils sont porteurs de messages à destination des téléspectateurs. Eurosport, en 2010, avait créé un plateau de filles pour le ski, constitué de Christelle Pascal, Sandra Laoura et Sandrine Bailly. « La chaîne voulait jouer la carte féminine, se souvient la championne du monde de biathlon. Les débuts de Hors Piste, c’était une époque sympa, on avait

b

Guillaume di Grazia (Eurosport). le temps d’expliquer ce qu’était la paraffine. J’avais aussi apporté un jour ma carabine sur le plateau. » Puis l'émission est devenue « moins intéressante » : « on est devenu des passeplats » entre les courses.

En haut : Guillaume Claret et Alexis Bœuf commentent la coupe du monde de biathlon sur L'Équipe. En bas : Depuis deux saisons, le journaliste Gilles Della Posta commente sur Eurosport le saut et le combiné avec, notamment, Sébastien Lacroix et Jason Lamy Chappuis.

ENQUÊTE

,

LE PLEIN DE NOUVEAUTÉS

50

Désormais, Hors Piste est une émission hebdomadaire, préparée comme il se doit et présentée par Laury Thilleman, Miss France 2011. « Il fallait changer les choses, se réinventer pour ne pas s’endormir », reconnaît Guillaume Di Grazia. « C’est plus décalé, plus magazine, cela permet des rediffusions, ce qui n’était pas possible avant, avec un plateau de consultants. » Sandrine Bailly apprécie le changement : « Cette émission me fait rire, même s’il y a moins d’experts de la neige ». Pour le rédacteur en chef de la chaîne appartenant au groupe américain Discovery Communications, elle permet de découvrir « de nouveaux visages, de nouveaux talents. » D’anciens champions qui, comme d’autres auparavant, affichent « une capacité à intégrer assez vite les fondamentaux. On gagne un temps incroyable. J’ai notamment été bluffé par Nathalie Péchalat », la patineuse artistique étant l'une des têtes d’affiche de ce nouveau rendez-vous diffusé le dimanche soir [avec Gauthier de Tessières, vice-champion du monde de super-G en 2013, et Xavier Bertoni, vainqueur des X Games en ski half-pipe en 2010, N.D.L.R.].

De nouveauté, il en sera aussi question pour la chaîne L’Équipe, qui retransmettra les Mondiaux de ski freestyle en mars et se dit vigilante sur les futurs droits disponibles pour les sports d’hiver. « Mais pour le moment, on se concentre sur le biathlon, on essaie de lui trouver la bonne place, le public est là », martèle Arnaud de Courcelles. Du côté d’Eurosport, on insiste pour rappeler que les audiences du biathlon « restent les mêmes » depuis que la concurrence est entrée dans la danse. Et on se félicite de la nouvelle dimension médiatique de la discipline. « On est content que le biathlon marche sur une chaîne en clair, affirme Guillaume Di Grazia. Les succès de Martin Fourcade et du reste de l’équipe de France amènent les gens vers le nordique dans un pays où la culture est davantage alpine. » Dans les états-majors, nul doute que l'on se prend d'ores et déjà à rêver de recruter l'actuel numéro un mondial comme consultant de luxe, pour qu'à son tour, le Catalan puisse commenter les exploits de la relève tricolore. |

nordic

MAGAZINE


www.maison-garnache.com

DEPUIS

L’A P

nordic

189

0

BS ÉRI U TIF DU HAUT-DO

51

estimprim

MAGAZINE

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTé. à CONSOmmER AvEC mODéRATiON. affiche 65x85 cm.indd 1

29/09/10 08:46


nordic.fr

my

ALEXIS L'ancien biathlète de haut niveau commente désormais son sport à la télévision. Une activité qui vient s'ajouter à bien d'autres occupations. Le Savoyard avale les journées avec l’appétit du défi et le souci du travail bien fait. nordic

MAGAZINE

LOUIS GARNIER WWW.LOUISGARNIER.COM

52

Agitateur

b

ZOOM

,

BŒUF


frère Gaël », se rappelle-t-il. Avec Clément Noly et Richard Chapron, il devient l'un de ses premiers entraîneurs. Tous trois lui transmettront cet attachement profond aux disciplines nordiques. Un lien sincère, viscéral, presque amoureux. Son ancien coach se souvient « d'un garçon généreux et appliqué. Petit, il était déjà très pro dans sa démarche. On devait lui dire d'aller doucement ! ».

LE COUP DE FOUDRE

A

À la télévision, il est l'une des figures du biathlon, l'un de ses meilleurs ambassadeurs. À chaque étape de la coupe du monde, Alexis Bœuf officie à l'antenne de la chaîne L'Équipe, avec la légitimité de celui qui, en tant qu'athlète de haut niveau, a vécu au sein de cette équipe de France tutoyant les sommets avec son étendard Martin Fourcade. C'est pourtant en ski alpin que le trentenaire a découvert les sports d'hiver. Normal, sa petite enfance, il la vit d'abord à l'Alpe d'Huez. Mais, lorsque la famille déménage et pose ses valises à Saint-Jean-d'Arvey (73), au pied de la montée de La Féclaz, la route est toute tracée pour découvrir le ski de fond. Le premier déclic a lieu dans sa salle de classe de l'école primaire. À la demande de l'instituteur, le coach Mathieu Noly se présente devant les enfants pour leur parler de nordique ; il leur diffuse un extrait d'une coupe du monde de ski de fond : « Le samedi suivant, Alexis Bœuf s'inscrivait au club, avec son

nordic

MAGAZINE

Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'aujourd'hui encore, le jeune homme n'a guère retenu la leçon. En plein hiver, l'homme aux multiples casquettes (au sens propre, comme au sens figuré) a du pain sur la planche. Il y a la SARL Alexis Bœuf, la société Alyanski ou encore l'inénarrable Team Valoche. Kévin Charbonnier, qui œuvre à ses côtés dans cette dernière aventure, voit en son copain « un meneur toujours impliqué dans des tas de projets différents ». Cameraman attitré de cette équipe qui ose tout quand il s'agit de dépoussiérer l'univers dans lequel elle évolue, Alexis Bœuf a développé un rapport très intime à l'image, un sens aigu du tournage, du scénario. Le journaliste Guillaume Claret, qui commente à ses côtés le biathlon sur la chaîne L'Équipe, dit même de lui qu'il « a des compétences techniques que n'ont pas certains journalistes. C'est un vrai amoureux de l'image, il aime les belles choses, c'est un esthète. » Des compétences qui ont même séduit Martin Fourcade qui a fait appel à ses services pour des tournages vidéo. Et le numéro 1 mondial, qui est resté très proche de son ancien coéquipier, n'est pas du genre à faire les mauvais choix ! La chaîne sportive de la TNT a également vite vu ce que peut apporter le Savoyard : la couverture de la saison de biathlon s'en est trouvée enrichie, approfondie pour le plus grand plaisir des téléspectateurs, chaque jour plus nombreux à suivre le biathlon. Une reconnaissance médiatique qui fait plaisir au passionné qu'est Alexis Bœuf, heureux de pouvoir apporter sa pierre à l'édifice.

RECONNAISSANCE MÉDIATIQUE Devenu le consultant numéro 1 du canal 21, après des débuts aux côtés de François Schlotterer sur Eurosport, le Savoyard jette un œil lucide sur sa vie de biathlète de haut niveau arrêtée presque brutalement en décembre 2014 : « Ma carrière m'aide dans mes projets actuels, elle me crédibilise ». Son palmarès dans lequel il ne manque qu'une médaille olympique, comprend une victoire en coupe du monde à Presque Isle, aux États-Unis, lors de la saison 2010/2011, trois podiums individuels et trois médailles aux championnats du monde. Mais le biathlète a aussi marqué des points en coupe du monde de ski de fond (20e du sprint de Davos, en 2010) et participé au sprint des championnats du monde d'Oslo en 2011, ratant de quelques dixièmes de seconde la qualification. Une dualité assez rare pour être signalée ! Le sprint en ski de fond, un temps envisagé une fois la carabine posée, a toujours éveillé en lui un intérêt certain : « Cela correspondait bien à mes qualités physiques et le collectif actuel de la Team Poney donne envie ! » Guillaume Claret le confirme : « Alexis n'a pas de regret sur sa carrière de biathlète. Je crois qu'il a le sentiment, et à juste titre, d'avoir fait le tour de la question, mais si c'était à refaire, il  53


En 2014, Alexis Bœuf dans le chaudron de Ruhpolding, lors du d'une coupe du monde.

L'homme aime s'entourer. Tous ses projets sont l'occasion y aventure collective. md'une

b

VIANNEY THIBAUT/AGENCE ZOOM

nordic.fr

••• ferait peut-être différemment, notamment vis-à-vis du sprint en ski de fond. » Mais la vision d'Alexis Bœuf ne s'arrête pas au cloisonnement des disciplines, les frontières entre ski de fond et biathlon ne lui parlent pas. Au contraire, il met un point d'honneur à promouvoir le Nordique avec un N majuscule, à apporter un « petit coup de neuf » à l'image de ces sports qu'il affectionne tant. Le lancement de l'Al'Aix Ski Invitational (devenu Aix Ski Invitational par la suite) va aussi dans ce sens : proposer un show nordique en centre-ville, avec la présence des meilleurs fondeurs et biathlètes tricolores, mélanger les genres et casser

les codes, le tout sous une bonne couche d'ambiance et de convivialité. Un format qui fonctionne bien à l'étranger mais qui, en France, n'a rien d'évident à organiser. Après trois années d'existence, cette compétition de fin d'été prend de l'envergure et l'édition 2016, avec l'ajout d'un pas de tir éphémère à quelques mètres du lac du Bourget, a sans doute fait entrer cet événement dans une nouvelle dimension. Même si la date ne rentre dans aucun circuit officiel, elle a la chance de pouvoir proposer un plateau royal et des confrontations musclées pour un spectacle sportif vraiment digne d'intérêt. Les excellents résultats des fondeurs et des biathlètes français la saison passée attisent la popularité de ces disciplines, l'exposition médiatique s'en trouve décuplée. La fédération s'y intéresse, les partenaires aussi : Aix Ski Invitational en profite et les athlètes aussi, c'est du gagnant-gagnant.

FIGURE DE PROUE Un cercle vertueux qui rejaillit aussi sur les petites catégories invitées cette année à prendre part à la fête et sur le Club des Sports de La Féclaz, auquel le consultant TV est resté fidèle. Fidélité : un mot qui définit également bien l'ex-biathlète, comme le confirme Mathieu Noly : « Il a gardé ses anciens co-

NORDIC MAGAZINE

54

b

ZOOM

,

Alexis Bœuf aime secouer le cocotier. C'est le cas avec l'Aix Ski Invitational qu'il organise au bord du lac du Bourget.

ALEXIS N'EST PAS DU GENRE À ATTENDRE QUE LES CHOSES SE FASSENT.

Kévin Charbonnier

nordic

MAGAZINE


LOUIS GARNIER WWW.LOUISGARNIER.COM b

pains du club et fait demi-tour pour serrer la main des anciens bénévoles vingt ans après ! ». Avec Patrick Rémy, directeur du club féclazien depuis 2001, le lien s'est tissé naturellement : le timing était idéal. Pour Alexis Bœuf, l'arrivée du Vosgien dans la station du Grand Revard lui a permis de passer un cap, de prendre conscience des efforts et des choix à faire pour le très haut niveau. Dans le même temps, les résultats de la vedette maison ont permis à Patrick Rémy de « tirer le club vers le haut », d'asseoir sa légitimité dans la politique sportive. La Féclaz est ainsi devenue l'une des locomotives du nordique français.

LE SOUCI DU DÉTAIL Alexis Bœuf se comprend donc aussi à travers ceux qu'il côtoie. Du temps où il enfilait la combinaison de l'équipe de France, il retient surtout le bonheur d'avoir été du carré d'as composé de Martin Fourcade, Simon Fourcade et JeanGuillaume Béatrix qui s'est si souvent illustré en relais. Ces quatre-là se connaissent par cœur, partageant l'argent mondial à deux reprises lors des championnats du monde en 2012 (Ruhpolding) et 2013 (Nove Mesto). L'homme aime s'entourer, le collectif est une valeur primordiale chez lui. Une valeur que l'on retrouve dans tous ses projets. Aux autres, alors, de se mettre au diapason de son énergie. Homme méticuleux, parfois pointilleux, Alexis Bœuf aime le travail bien fait et ne se satisfait pas de l'à peu près. Il le concède lui-même, il est capable « de passer plusieurs heures à fignoler un montage vidéo ». Un souci du détail qui fait sourire Kévin Charbonnier : « Alexis n'est pas du genre à attendre que les choses se fassent, il avance, quitte à être perçu comme un peu têtu », mais c'est « toujours pour la bonne cause. Donc, au final, on oublie vite ! ». Toujours cette quête de la qualité, du rendu parfait qui, à bientôt 31 ans, anime désormais sa nouvelle carrière de chef d'entreprise. Sans se défaire de cette impression délicieuse qu'avec Alexis Bœuf, le nordique français n'a pas fini sa mutation. |

nordic

MAGAZINE

www.O2score.ch 55


my nordic.fr

MARTIN FOURCADE. Le numéro un et le maillot jaune lui vont si bien :

d'équipe vers le haut.

nordic

MAGAZINE MAGAZINE

LAURENT SALINO/AGENCE ZOOM

56 56

MARIE DORIN-HABERT. Sous les flocons de Ruhpolding, la Dauphinoise règle la mire et tire ses collègues

b

PORTFOLIO

,

b

STANKO GRUDEN/AGENCE ZOOM

le Catalan est en route pour un sixième globe consécutif.


le Jurassien a épaté par sa vitesse de

b

déplacement, notamment à Antholz.

STANKO GRUDEN/AGENCE ZOOM

PORTFOLIO

QUENTIN FILLON-MAILLET. Au bout de l'effort et de l'engagement,

LA DREAM TEAM donner le meilleur sur la piste.

nordic

MAGAZINE MAGAZINE

57 57

b

ANAÏS BESCOND. La Morberande, embêtée par des petits pépins en décembre, s'est refait la cerise en janvier pour de nouveau

LAURENT SALINO/AGENCE ZOOM

Ce début d'hiver, les biathlètes français ont trusté les podiums. Retour en images sur la vague bleue.


nordic.fr

my

JUSTINE BRAISAZ. Fougueuse et pleine d'envie, la jeune Savoyarde mène le relais français vers le podium ;

b

STANKO GRUDEN/AGENCE ZOOM

le troisième en trois courses.

nordic

MAGAZINE

LAURENT SALINO/AGENCE ZOOM

58

b

PORTFOLIO

,

JEAN-GUILLAUME BÉATRIX. Le Français bascule vers les mondiaux avec quelques incertitudes concernant son tir. L'Isérois pourra s'appuyer sur un tir solide.


ANAÏS CHEVALIER. La Dauphinoise, ici en meneuse de groupe, s’est offert sa première victoire

b

LAURENT SALINO/AGENCE ZOOM

en coupe du monde, à Nove Mesto.

SIMON DESTHIEUX. Le biathlète d'Hauteville, qui lance ici Martin Fourcade, veut et peut mieux faire

MAGAZINE

59

b

nordic

STANKO GRUDEN/AGENCE ZOOM

que sa 25e place mondiale actuelle.


nordic.fr

my

SIMON FOURCADE. Handicapé par une toxoplasmose après un début de saison flamboyant, Simon Fourcade a les armes

b

LAURENT SALINO/AGENCE ZOOM

pour décrocher une nouvelle médaille.

CÉLIA AYMONIER. Venue au biathlon l'an passé, Célia Aymonier affiche une progression épatante.

nordic

MAGAZINE

STANKO GRUDEN/AGENCE ZOOM

60

b

PORTFOLIO

,

Le podium individuel est en vue.



À 20 ans, le palmarès de Johannes Hoesflot Klæbo est déjà bien garni. En Norvège, comme en France, on voit en lui les prémices d'un grand champion.

nordic.fr

my

TANDE KLAEBO RIIBER

les futures stars de Norvége

NISSE SCHMIDT/AGENCE ZOOM

62

b

ANALYSE

,

Petter Northug Jr, Marit Bjoergen, Bjoern Dæhlie ou encore Ole Einar Bjoerndalen ont régné sur le ski nordique. Les futures stars made in Norway se nomment désormais Johannes Hoesflot Klæbo, Jarl Magnus Riiber ou encore Daniel-Andre Tande.

nordic

MAGAZINE


MAGAZINE

En Norvège, les médias l'ont rapidement comparé à Petter Northug Jr. « J’ai l’impression qu’il s’en est beaucoup inspiré, comme nombre d’autres jeunes Norvégiens j’imagine. Il a poussé cette ressemblance jusqu’à adopter certaines mimiques que Northug peut avoir », observe Lucas Chanavat, autre fondeur tricolore. Mais sans aller jusqu'à ses provocations ! Malgré ses photos humoristiques qu'il publie sur son compte Instagram (@johanneshk), le Norvégien se révèle beaucoup plus tempéré. Pour le journaliste Simon Dos Santos, il est « plus sage » que son aîné. Or, estime Baptiste Gros, « c'est le panache et la provocation qui font de Northug une icône, pas seulement ses résultats. » « Ses principaux atouts sont sûrement son talent et ses aptitudes physiques. Il a aussi la grande chance de bénéficier d'un encadrement de très haut niveau », confirme la voix du ski de fond sur les antennes d'Eurosport. « Le plus bluffant pour moi est sa deuxième place au général du mini-tour de Lillehammer, sur un profil de course très exigeant et face aux meilleurs du circuit », continue-t-il. Les instances fédérales l'ont ensuite mis en retrait, « pour ne pas le brûler trop vite. » Mais Johannes Hoesflot Klæbo ne va pas tarder à faire son retour dans la cour des grands : « Je suis prêt à parier qu’il sera dans la sélection des mondiaux de 

Sur les réseaux sociaux, Johannes Hoesflot Klæbo soigne son image à la Northug.

63

INSTAGRAM

nordic

LE NOUVEAU NORTHUG

b

L

La légende veut que les petits Norvégiens naissent avec des skis aux pieds. Jarl Magnus Riiber, Johannes Hoesflot Klæbo et Daniel-Andre Tande semblent n'avoir pas échappé à cette tradition. Mais contrairement à beaucoup de garçons de leur âge, ces trois skieurs ont montré qu'ils possédaient un don supplémentaire. À seulement 19, 20 et 23 ans, ils sont déjà au plus haut niveau de leur sport. En suivant leurs exploits, les médias du royaume s’affolent et les voient déjà comme les prochaines grandes stars du pays, à l’image de Klæbo désormais surnommé « le nouveau Northug ». Leur histoire est similaire. « J’avais deux ans quand j’ai commencé », confie Daniel-Andre Tande à Nordic Magazine. Le sauteur poursuit : « Mon frère aîné faisait du saut et, dès mes sept ans, j’ai commencé l’entraînement et les compétitions. » Et là, c’est une évidence : « J’ai tout de suite su que c’était ce que j’aimais et ce que je voulais faire. » Mais, malgré sa place de numéro deux mondial à seulement 23 ans (il est vrai derrière un Slovène âgé de 17 ans), le jeune homme originaire de Narvik n’a pas pris la grosse tête. « Il n’est pas hautain, il est avenant et ce n’est pas toujours le cas chez les Norvégiens », admet Gérard Colin, entraîneur de l’équipe de France de la discipline. Un véritable atout, même si le tricolore rappelle que ça n’aide pas à gagner. « Tout ce qu'il lui manque, c’est un peu de chance, ajoute-t-il, mais il a les capacités pour être premier. » Le sujet du roi Harald V ne lui a d’ailleurs pas donné tort en endossant le dossard jaune le temps de la Tournée des Quatre Tremplins, avant de le perdre au profit de Domen Prevc sur un coup de malchance. En combiné nordique, le prodige s'appelle Jarl Magnus Riiber. Lui, qui dominait encore récemment l'épreuve de saut lors de la coupe du monde de Lahti (Finlande), ce sont des erreurs de jeunesse qu'il lui arrive encore de commettre. Il n'empêche, pour Sébastien Lacroix, double champion du monde en 2013 aux côtés de Jason Lamy Chappuis, aujourd'hui consultant à Eurosport, cet athlète se révèle être un « diamant ». « Il faut qu’il mûrisse encore un peu », complète-t-il, avant d'ajouter : « S’il conserve son niveau de saut, tout en gagnant en ski de fond et en mental, il ne restera plus à ses concurrents qu'à ramasser les miettes. » Le garçon qui a

commencé le saut à l'âge de quatre ans a de qui tenir : « Mon père pratiquait le combiné nordique, c’était naturel pour moi d’aller vers cette discipline », raconte-t-il. De l'avis de tous, Johannes Hoesflot Klæbo, est, quant à lui, déjà un fondeur complet. À 20 ans, son palmarès est bien fourni au niveau junior (depuis 2014, il a remporté huit médailles d’or, dont six individuelles). Au début de l'hiver, c'est avec panache qu'il est entré dans la cour des grands. Après avoir remporté le sprint lors des sélections norvégiennes de Beitostoelen, il a confirmé les semaines suivantes, notamment avec une troisième place lors de l'étape de coupe du monde de Ruka (Finlande). « Il a toutes les qualités physiques de ses aînés et, hormis quelques erreurs, il joue tactiquement en coupe du monde comme s’il faisait partie du circuit depuis longtemps », analyse Baptiste Gros, sprinteur français.


nordic.fr

my

b

b

STANKO GRUDEN/AGENCE ZOOM

ALAIN GROSCLAUDE/AGENCE ZOOM

Jarl Magnus Riiber n'a que 19 ans. Mais il est un « diamant », assure le Français Sébastien Lacroix.

Daniel-Andre Tande pourrait terminer la saison à la première place de la coupe du monde.

••• Lahti », lance Simon Dos Santos. Mais ces trois pépites du moment seront-elles capables de tenir la distance et confirmer, comme, justement, a pu le faire avant elles Petter Northug Jr, en accumulant pas moins de treize médailles d’or à des Mondiaux, deux à deux Jeux olympiques et trois gros globes ? Ou ces espoirs ne seront-ils, au final, que des étoiles filantes dans l’histoire du nordique ?

ANALYSE

,

DES ÉTOILES FILANTES ?

64

Dans le milieu du saut à ski, l’exemple de Phillip Sjoeen a marqué les esprits. Présenté il y a deux ans comme celui qui allait casser la baraque, le Norvégien est retourné dans l'anonymat le plus complet. Certes, il s'est blessé, mais après, il n’a pas eu le courage de revenir au niveau mondial. Ni la motivation. « C’est toujours dangereux d’annoncer trop tôt les jeunes. C’est leur mettre une pression énorme. On pensait qu’il allait

KLÆBO EST LE PLUS GRAND TALENT DEPUIS NORTHUG.

Niklas Dyrhaug

faire quelque chose d’exceptionnel, mais la tête n’a pas suivi. Ils restent des êtres humains », analyse Gérard Colin. « Tande est plus équilibré, constate le coach tricolore. Il a du recul, il est plus détaché. » Une combinaison secrète qui pourrait bien permettre au Norvégien de durer et, qui sait, de prendre la place de numéro 1, dont il s’est grandement rapproché. Jarl Magnus Riiber nourrit la même envie de remporter des victoires, voire des globes. Tant en combiné qu’en saut spécial. Il l’a déjà annoncé partout : il ne cessera de rêver de se confronter aux meilleurs sauteurs mondiaux tant qu’on ne lui aura pas donné sa chance. « Je suis sûr que dans les deux disciplines, il peut être très fort », confie Sébastien Lacroix, très intéressé par le choix que fera finalement le Scandinave quant à la poursuite de sa carrière. « Quand il progressera en fond, il pourrait bien baisser un peu en saut », rappelle le Bois d'Amonier qui connaît toute la complexité du sport qu'il a pratiqué. Quant à Johannes Hoesflot Klæbo, « tout dépend de son caractère et sa force de travail », estime Simon Dos Santos : « Au-delà du talent, il faut accepter de travailler dur pour rester au premier plan, surtout dans une équipe qui peut vite donner la place à quelqu'un d'autre. » « Il a toutes les cartes en main pour jouer devant ces prochaines années », affirme Baptiste Gros. Ce que confirme Fredrik Aukland, l’expert du ski de fond pour la chaîne de télévision NRK : « Je suis sûr qu’il faudra compter sur lui dans les années à venir. Il est agressif, rapide, courageux, tenace, et il a une bonne technique. » Même le grand Northug y est allé de ses encouragements : « C’est un futur champion », confiait-il, début décembre, à la première chaîne de télé norvégienne. Après les performances de son nouveau coéquipier, Niklas Dyrhaug opinait : « C’est tout simplement le plus grand talent depuis Northug. » |

nordic

MAGAZINE


e u q i d r o N e l t u a o r T u J u d s e n g a t ! t e r f f des Mon o c l u dans 1 se

Lia Ch ison ez Té Va lés len ki/ tin

La Chapelande

Hervé Balland

y

Fabr ic

e Gu

Les M

se) ienne (itin éraire cour

Transjurass

Comb (multiae des Cives ctivité s) D 46

km

7,6

rri ère

Be u La

Beauregard

Pour commander le coffret carto : CHAPELLE-DES-BOIS LOC

La Maison du Montagnon Les Sabots de Vénus Les Mélèzes

orte

s

Li M

ou rbi ère s

cs

les Mortes Les La

de

ran

orb e

La M

Cha let Pin Gre ffie r

ez

Job

l

MAGAZINE

ois Roz Les Cern

Chapelle-des-Bois * - 1090 m

r

nordic

e

.espacenordiquejurassien.com acie

Crédits photos : Laurent Cheviet le Glacier

Grandes Traversées du Jura

Log

LOC

oz

iche

www

Mont Risoux

s

la Chaumoz

l Le g

Le Glacier *

Les M

um

Le Petit Glacier

Bois Cernois Roz

FRANCE

orte

s

zM Che

les Prés Hauts

Cha

orte

in

e Guy Fabric

Les M

re

Bois des prés Hauts

tP

la Jaique 1380 m

la Combe desCives

e

e

rand

orbe

La M

orbiè La N

19,50€ Fo

La

la Norbière

ale

anc

t sur les itinéraires > Toutes les infos on M u ski de fondrêt det raquettes à neige

Ch

n vai e Syl llaum i Gu

Combe Verte

Nondance

d Non

e

n

ée

La C erné

r

Bois Greffier

rn Ce

Oratoire Combe David

Maison de Combe des Cives

Le Verdet

Chatel Griffon La C itad elle

re

Co Dav mbe id

s Pré Les aut d'H

Ve rte

la Grande Verrière

v Faî

be

Lac des Mortes

8 km

le Chalet Brûlé

Abri

iffo

etit e

Abri

r Le G

Eco-musée La P

ème

la Petite Landoz

La

Co m

Creux Maldru

Liaison Ci ta Chalet Br delle/ ûlé

é

rul

tB

Chalet Pin

Bacu

i No

la Cernée

La Citadelle

re verriè

la Cernée

la Perruque

plans des pistes à l’échelle 1:50 000 > Tous les itinéraires raquette et ski de fond des Montagnes du Jura

Combe *

ale

Gre

Le Lynx

t Les Prés d'Hau

> 11

t Bru

Chale

Ch

r ffie

e

te

le Laitelet

le Pré Poncet

ug

et

Le Pré d’Haut 1 274 m

Paradis

Gr

be

Com

La

o

e and

Mont Noir Sy Com 1 234 m lva be in Da Raccourcis Gu vi illa d S. Guillaume um sur les Gîts e

vid e Da m be illau Com in Gu va Syl

lav

La Courte

Sa

L

hie aT

LOC

La

la Chevry

La S

Abri

Parc Polaire

Le Pré-Poncet* - 1180 m

aut s d'H Pré Les

vid e Da um be uilla m Co in G lva Sye tt e l u

le Cernois

Le Gy

Liaiso les Chalets Chez n Village/ Valen tin chez Valentin

e in - 1016 m Chez Valentin* Sa a L

aine

Tremplin

La

le Fola

m 6k

s lsle

les Ruines

Ga

les Loges Dessus

te Sur les Co erne Lant

Liaison Chaux Neuve

870 m

Côte du Bayard

is

in

les Serments

s

Les

Sa

ier

ern Le L

16,

aradis Roche Fendue

La

« Les Montagnes du Jura vous réservent encore bien des surprises ! » ney oisi Le V les Bergines

FONCINE-LE-HAUT

Tél : 03 84 52 58 10 65


nordic.fr

my NORDIC MAGAZINE Il paraît que vous êtes l'un et l'autre

pline ou même dans d’autres sports ?

tombé dans la marmite nordique dès votre plus jeune âge ?

Johannes H. Klæbo J’ai toujours admiré Petter Northug pour ses résultats, mais Didrik Toenseth, qui est de mon club de ski de fond au Byåsen, a été un vrai modèle pour moi. J'aime surtout sa manière d'être généreux avec nous, les jeunes. Jarl M. Riiber En combiné, je n’ai jamais eu de modèle avant mes quinze ans. C’étaient plutôt les champions de saut et de fond qui me fascinaient, à cause de leur aptitude à faire le boulot et de l’ardeur qu’ils déployaient sur la piste. C’est aussi ce qui me fascine chez Eric Frenzel depuis quelques années et c’est lui qui m’a vraiment ouvert les yeux. Schlierenzauer, Northug et Frenzel, ce sont eux mes modèles ! Ils m’ont beaucoup influencé sur les choix que j’ai faits sur le plan sportif.

Jarl Magnus Riiber En effet, j’ai commencé le saut à l’âge de quatre ans. C’était un choix naturel, puisque mes deux frères sautaient déjà et mon père avait été lui-même combiné. Quant au ski de fond, vous savez, on le pratique depuis la naissance en Norvège. Johannes Hoesflot Klæbo Ma mère et mon père m’emmenaient également souvent skier quand j’étais enfant. À cette époque, j’étais tout le temps dehors pour jouer. Je m’amusais sur les skis, je construisais des petits tremplins…

Jarl, pourquoi avoir choisi le combiné plutôt que le saut ou le fond ? Jarl M. Riiber J’étais plutôt doué dans les deux disciplines, le choix m'a donc semblé évident. Et il faut dire aussi que je n’étais pas une machine de guerre sur les skis, aucun doute n'était donc permis.

Aviez-vous des idoles ou des modèles dans votre disci-

Puis est venu le jour où vous avez couru aux côtés de ces stars. Incarner la relève, cela a-t-il été difficile ? Jarl M. Riiber En combiné, j’étais le seul de mon âge, mais j’ai tenu bon. Forcément, j’ai toujours dû me confronter à des concurrents plus âgés. C’était presque pareil en fond : la Norvège a la chance de pouvoir aligner cent skieurs quand elle organise des

Klæbo vs. Riiber

b

GE

PA P

ICT

UR

ES/

HA

RA

LD

STE

INE

R

b

NISSE SCHMIDT/AGENCE ZOOM

confidence pour confidence

66

nordic

MAGAZINE


courses de fond. Aussi faut-il tout donner pour battre les autres... Johannes H. Klæbo J’ai travaillé dur pour arriver au sommet. À Beitostoelen, je me sentais suffisamment fort pour battre mes adversaires sur le sprint. Cela a été très motivant de bien démarrer ainsi. Pareil à Ruka. À Lillehammer, j'ai montré que je pouvais être performant aussi sur les distances. Mais j’ai encore beaucoup à apprendre et je ne l’oublie pas.

Faire partie d’une équipe si expérimentée, est-ce vraiment un atout ? Jarl M. Riiber Oui et non… On apprend énormément quand on fait partie d’une équipe aussi forte sur les skis. On découvre quelles sont les priorités et les erreurs à éviter. On écoute les aînés. Mais, j'ai ressenti un vrai manque de ne pas avoir de camarades de jeu avec qui me confronter après l’entraînement. Vous savez, toutes ces taquineries qui rendent les voyages moins ennuyeux. C’est un peu le problème quand on arrive aussi jeune dans une équipe aussi expérimentée. Mais depuis l’arrivée d’Espen Andersen cette saison, ça va bien mieux.

L'un et l'autre, vos exploits sportifs ont été remarqués par les médias qui vous ont élus stars de demain. Est-ce trop pression pour vous ? Jarl M. Riiber Je n’ai jamais ressenti de pression autre que celle que je m’impose. Ce que j’ai vécu ne m’a jamais influencé et c’est important d’avoir un peu de distance avec les médias quand je m’entraîne ou que je me repose.

La Norvège semble créer beaucoup plus de jeunes stars du ski que les autres nations. Quel est le secret ? Jarl M. Riiber Quand on voit l’âge des combinés norvégiens en coupe du monde et coupe continentale, j’ai plus l’impression que c’est l’inverse. Je pense que, justement, cette culture importante du ski empêche beaucoup de jeunes très talentueux d’aller plus loin. D’autres nations ont été meilleures que nous sur ce point. Pour preuve, elles ont davantage de jeunes athlètes que chez nous. Mais le système semble s’être amélioré et j’ai bon espoir que la Norvège compte beaucoup plus de jeunes combinés d’ici cinq ou dix ans. Johannes H. Klæbo Je suis d'accord. Il suffit d’y regarder de plus près : je suis le plus jeune de l’équipe de fond. Mais être toujours junior est aussi un avantage. Je peux m’entraîner avec les meilleurs de mon âge, même si la plupart du temps, on travaille seul ou avec son club local.

Si vous deviez vous décrire en trois mots ? Johannes H. Klæbo Je crois que je pourrais me décrire comme un jeune homme compétitif mais humble, et qui a un vrai souci du détail. Jarl M. Riiber Têtu, paresseux... et je crois en moi.

Et lorsque vous ne faites ni de ski de fond, ni de saut à ski, comment vous occupez-vous ? Johannes H. Klæbo Quand je ne m’entraîne pas, j’aime passer du temps avec mes amis et ma famille. Quand j’étais plus jeune, j’ai aussi pensé à devenir joueur de football. Du coup, j’aime aussi encore beaucoup taper dans un ballon.. Jarl M. Riiber Le plus souvent, je suis sur le canapé ou dans mon lit, avec de la bonne musique. J’essaie d’être créatif comme ça, de penser à des choses intelligentes. Je travaille aussi parfois, comme lorsque je réponds à Nordic Magazine par exemple.|

nordic

MAGAZINE

67


nordic.fr

my

b

VIANNEY THIBAUT

Gérard Agnellet a eu le privilège de courir sa première coupe du monde chez lui, à La Clusaz.

La Vosgienne Delphine Claudel n'a pas beaucoup dormi la veille de la course.

TÉMOIGNAGE

,

PREMIÈRE

68

FOIS De jeunes fondeurs ont découvert la coupe du monde lors de l’étape française à La Clusaz. Rencontre avec une relève qui a goûté au plus haut niveau.

nordic

MAGAZINE


L

Les 17 et 18 décembre, à La Clusaz, aux côtés des Heidi Weng, Martin Johnsrud Sundby, Sergey Ustiugov, Marit Bjoergen, Finn Haagen Krogh ou encore Maurice Manificat, huit apprentis tricolores vivaient leur première coupe du monde dans une ambiance électrique. Avec l’envie de bien faire, mais aussi la boule au ventre. Céline Chopard-Lallier fait partie des cinq filles qui ont découvert le plus haut niveau international. « Voir autant de monde, être à côté des meilleures mondiales, forcément ça met un peu la pression », témoigne la fondeuse

nordic

MAGAZINE

b

b

VIANNEY THIBAUT

VIANNEY THIBAUT

Céline Chopard-Lallier a été impressionnée de skier aux côtés des stars du circuit.

jurassienne. Du coup, la nuit d’avant-course n’a pas été de tout repos. Delphine Claudel et Flora Dolci partageaient la même chambre. Elles confient avoir eu du mal à s’endormir. « Je n’ai jamais autant rêvé de ski, je crois », livre, le sourire aux lèvres, la skieuse haut-alpine, finalement 44e le lendemain, lors du 10 km. D’autres disent avoir été plus sereines, à l’image de Laura Chamiot-Maitral : « J’étais assez détendue, j’ai pris la course comme un jeu, sans m'imposer des objectifs au niveau du résultat », raconte la Savoyarde qui ignorait qu'en janvier 2017, elle allait gagner en coupe d'Europe, à Planica. La situation était particulière pour Gérard Agnellet. Sur la piste des Confins, il était l’enfant du pays. Son fan-club avait d'ailleurs sonné la mobilisation générale. Même un bélier avait été recruté par le team éponyme, peint en bleu-blanc-rouge avec écrit « Gégé » sur sa laine : « C’était mon objectif de la saison. J’ai eu beaucoup de sollicitations en tant que local de l’étape. Au départ, il y avait un mélange de joie, d’excitation et de stress. J’ai essayé d’en profiter à fond », témoigne le skieur du Haute-Savoie Nordic Team qui n'a désormais qu'une envie : revenir au plus vite en coupe du monde. Tous ont apprécié le soutien des milliers de spectateurs, ainsi que les encouragements de la famille et des amis au bord de la piste. « C’est fort de sentir une foule si nombreuse et nos proches nous porter », confirme Constance Vulliet. Le Villardien Louis Schwartz a pris la mesure de l’événement le matin de la course : « Depuis 9 heures, on voyait les voitures monter en file. On savait qu’il y aurait du  69


nordic.fr

my

LEUR PREMIÈRE À EUX MARIE DORIN-HABERT BIATHLON

b

C. PALLOT/AGENCE ZOOM

« C’était en 2007. J’étais très contente d’aller en coupe du monde avec Loïs [son mari, N.D.L.R.] pour la première fois. J’ai terminé 39e de l’individuel et j’avais réussi à me qualifier pour la poursuite. J’étais très fière de prendre le départ aux côtés des grandes de l’époque, Sylvie Becaert et Sandrine Bailly. »

JEAN-MARC GAILLARD SKI DE FOND

b

C. PALLOT/AGENCE ZOOM

« C’était en début de la saison 2001 à Cogne, en Italie, avec une 80e place en classique. C’était un moment très spécial de rentrer dans le grand bain. Il y avait un manque de neige, mais j’étais content de situer mon niveau par rapport aux meilleurs. J’ai senti très vite qu’on montait d’un cran. J’avais les yeux qui brillaient. »

VINCENT DESCOMBES-SEVOIE SAUT À SKI

b

C. PALLOT/AGENCE ZOOM

« C’était à Lillehammer, en 2006. J’étais vraiment motivé et excité à l’idée de découvrir le niveau coupe du monde. Je me suis classé 47e avec un beau concours. Je garde en mémoire les magnifiques couleurs du coucher de soleil, du fjord et du grand tremplin qui domine la ville. »

MAURICE MANIFICAT SKI DE FOND

b

C. PALLOT/AGENCE ZOOM

« C’était aussi à La Clusaz il y a dix ans grâce aux extra-quotas. J’étais fier d’aller représenter la France au plus haut niveau, sur une étape à la maison. J’étais déjà content de finir la course sans prendre un tour (65e). On se rend compte du chemin qu’il reste à parcourir avant de titiller les meilleurs. »

SIMON DESTHIEUX BIATHLON

b

C. PALLOT/AGENCE ZOOM

« C’était à Östersund, en décembre 2012. Le temps était froid et la neige très sèche. J’étais plutôt stressé et donc les jambes étaient piquantes dès le premier tour. Je me rappelle de Stéphane [Bouthiaux] qui criait : “Allez, t’es pas sur une Transju'…” J’ai fini 52e, avec un tir à 17/20, plutôt content pour une première. »

MAXIME LAHEURTE COMBINÉ NORDIQUE

b

C. PALLOT/AGENCE ZOOM

« Je m’en souviens comme si c’était hier. C’était une super expérience. L’équipe A faisait l’impasse en vue des Mondiaux et on m’avait envoyé à Sapporo au Japon, juste avec mon frère. J’étais ultra motivé. Nous n’étions que 30 au départ et j’étais assuré de prendre mes premiers points. Finalement, je finis 20e et 25e. Un vrai bonheur ! » 70

••• monde. C’était magnifique ». Cette pression grandissante, l’encadrement des jeunes Français a dû la gérer. Pris par le doute, la plupart des « petits nouveaux » n’étaient pas certains d’être à la hauteur ; il s'agissait donc de les rassurer, comme l'explique Alexandre Rousselet, entraîneur de l'équipe de France féminine, ravi de pouvoir enfin disposer d’un groupe évoluant à ce niveau : « On n’avait pas fixé d’objectif pour la course, mais elles avaient peur de se faire laper [prendre un tour, N.D.L.R.] et d’être un peu ridicules. Finalement, le résultat global a été correct. Elles se sont rendu compte que les autres filles avaient deux bras et deux jambes, comme elles. » En « vieux routiers », les anciens ont dispensé de précieux conseils, à l’instar de Jean-Marc Gaillard, qui fréquente la première division depuis quinze ans [lire par ailleurs]. « Il ne faut pas se laisser griser par l’événement et courir comme s'il s'agissait d'une coupe d’Europe. Il faut rester dans sa bulle », a conseillé le Haut-Savoyard. Le fondeur de La Féclaz, Jean Tiberghien, qui avait fait son baptême du feu une semaine plus tôt à Davos, a apprécié ce partage d'expérience : « Ils m’ont donné quelques petits conseils sur la gestion de l’effort et la récupération. L’expérience de Vincent Vittoz a aussi été très positive pour moi. Il a toujours un temps d’avance sur les évènements et m'apporte de la sérénité. »

DIX ANS APRÈS MANIFICAT Pour leur première fois, aucun rookie n’est parvenu à marquer ses premiers points en terminant dans les trente places, même si certains ont tiré leur épingle du jeu avec des courses prometteuses, à l'exemple de Mickaël Philipot qui sera sélecionné pour l'étape d'Ulricehamn, en Suède. 36e sur le 15 km, il a bien failli débloquer son compteur : « C’est très positif

nordic

MAGAZINE


AVEC LE SOUTIEN DE :

Pour sa première coupe du monde, Mickaël Philipot a bien failli marquer ses premiers points.

b

AGENCE ZOOM

Commune Ormont-Dessous

pour la suite. Je travaille dans la bonne direction. » En tout cas, tous auront pris un immense plaisir. Et côtoyer les stars de leur discipline dont ils suivent les exploits à la télévision depuis des années, leur a donné des idées. « Voir le relais masculin français ou les sourires des Norvégiennes sur le podium, ça donne envie d’y goûter aussi », dit, avec gourmandise, la Vosgienne Delphine Claudel qui a retrouvé, mi-janvier, la coupe du monde lors des sprints de Toblach, en Italie. « On a envie d’être à leur place, même si on sait qu’il reste encore beaucoup de travail », confirme Flora Dolci. Quelle que soit la suite de leur carrière, La Clusaz restera à jamais la première fois de cette génération, celle que l'on n’oublie pas. Dix ans plus tôt, au même endroit, Maurice Manificat a lui aussi goûté à l'ivresse des sommets au pied des Aravis. « Je les invite à prendre cette première étape comme une expérience et non un but en soi. Il faut de la persévérance pour construire sa carrière, année après année. Notre sport nécessite de la maturité. S’ils s’impliquent dans le temps, ils peuvent aller loin ». |

ARISTIDE BÈGUE : « LE MÉTIER RESTE LE MÊME SUR LA PISTE » Victorieux en décembre de la poursuite de Val Ridanna en IBU Cup, le biathlète Aristide Bègue a vécu sa première sélection en coupe du monde lors de l’étape de Nove Mesto, en République Tchèque. C'était le même week-end que La Clusaz. Sans complexe, il livre : « Je n’avais rien à prouver. J’ai essayé de rester dans ma routine, en faisant abstraction de l’ambiance, de la foule nombreuse. Le métier reste le même sur la piste. Quand je me suis installé entre Schempp et Bjoerndalen à l’entraînement, j’ai quand même senti que je changeais de monde. C’était 100 % plaisir ». Le Pyrénéen a partagé sa chambre avec Martin Fourcade et se souvient des paroles du maître de la discipline, la veille du départ : « C’est simple. Tu tires à dix, c’est bien. Neuf, c’est moyen, huit ou au-dessous, c’est nul ». Finalement 62e à l’arrivée du sprint avec un 8/10, il rate sa première poursuite d’une petite seconde. « Je n’ai aucun regret même si j’aurais pu être plus performant. »

nordic

MAGAZINE

71


nordic.fr

my


re de Davos, À l’occasion du 30 km lib er la hiv vous avez découvert cet s est avec le coupe du monde, qui plu t ? } tai c’é nt me Com 1. rd dossa peu la un ti sen res Avant le départ, j’ai ie d’y aller env ent em tell ais J’av n. pressio le depart à que j’ai laissé du jus avant érience vraiexp une tait c’é is Ma 14 h 30. te. sui la r pou ment intéressante

les deux Vous avez été retenu pour neur et/ hon Un . saz Clu La courses de coupe du ou un bonheur de courir une mais surx, deu Les } ?   nce Fra monde en de Davos m’a tout du bonheur. L’expérience avec plus nt me éne l’év der bor permis d’a m’en tenir en de sérénité. Je savais à quoi paration, du pré de , tion nisa rga termes d’o beaucoup pris J’ai déroulement du jour J… de plaisir.

du 29 Que vous inspire la date it deux éch réfl n [Jea } 4 ? janvier 201 mme secondes] Ah, c’est Val di Fie chez les int spr de al ndi mo e avec le titr bé dessus ! juniors qui m’est un peu tom pris l’ai is ma ir, ven vu pas Je ne l’ai chose de avec plaisir. C’était quelque d’or. Je lle dai mé une ner gag grand de pte c’est la l’ai acquise, mais ce qui com suite.

de Vous étiez alors aux côtés avat. an Ch as Luc et ve Richard Jou pire ? } Oui Leur trajectoire vous ins spécialisent se ils qu’ ce par et non. Non, cipline dis le petit à petit vers une seu beaume j’ai que n Bie int. qu’est le spr ment nde gra cie coup ce format, j’appré rexe x deu de oin bes j’ai et la distance les car , oui Et ire. cices pour me constru en coupe du résultats qu’ils ont realisés monde sont top.

JEAN TIBERGHIEN L'INTERVIEW RECTO

b

N. S LA FORÊT DE PRÉMANO NORDIC MAGAZINE DAN

eys ou les Envie de rejoindre les pon France de e uip l’éq de distanceurs mal à du n bie rais J’au } r ? eni l’av à tanceur, dis tôt plu ait ser ce choisir ! Mais inteur, spr de s en conservant mes qualité t posple com s plu le ur skie pour être un cher tou de oin sible. Je pense avoir bes à tout.

qué d’exisEn France, est-ce compli compte ur, de fon ter pour un jeune  ? } Je ne tenu de la densité actuelle stion. que te cet nt me pose pas vraime panouir Je cherche simplement à m’é d. fon de ski du dans ma pratique lic ne Exister aux yeux du grand pub up avec uco bea est m’intéresse pas. On ux si les une belle densité, et tant mie me un com ent voi s autres nations nou réservoir pays fort, avec un important te cet , uel ivid de jeunes. À titre ind r ; c’est sse gre pro à ide m’a tion émula r des nte mo de ile beaucoup plus fac d’un urs sie plu est on nd qua es march les sur r nte fro con se niveau similaire à s. ale ion nat s pri com y s, course

x olymPensez-vous déjà aux Jeu se. L’an pen j’y i, Ou } ? 8 201 piques de Quand on prochain arrivera très vite… rêver ; fait qui truc un t c’es est sportif, mpique est remporter une médaille oly ent pour nem évé un st C’e . l’étape ultime nde se lequel tous les athletes du mo la marque est r-là jou ce ler bril : préparent des grands.

Le fondeur de La Féclaz se prête au jeu de l'entretien décalé de Nordic Magazine.

nordic

MAGAZINE

73


NAEJ NEIHGREBIT

nordic.fr

my

L'INTERVIEW VERSO

b

N. S LA FORÊT DE PRÉMANO NORDIC MAGAZINE DAN

t à l’uniOn dit que vous êtes addic posséme mê ’à qu jus rs, Wa vers Star de la saga ! der un caleçon à l’effigie me bien cet J’ai  ! pas re t-êt peu } Addict, gneur des Sei du univers, comme celui petit, on t Tou le. mp exe par Anneaux j’ai pris goût et n iso avait les DVD à la ma ciaux, spa aux sse vai des s aux combat aux sabres laser…

tôt “côté Dans la vie, vous êtes plu de la ux” ine lum té “cô ou r” scu ob envie de dire Force ? } Évidemment j’ai s des côtés tou lumineux, même si on a s. Je pense aut déf nos t obscurs. Ce son de positif. ’un quand même être quelqu c et je che d’é cas en ser Je sais relativi sur la suite. r jete pro me à n bie ssis réu

mandeQuels seraient les trois com} Patience ? n hie erg Tib i ments du Jed sévérance tu auras / Serein tu seras / Per tu afficheras.

la saga ? } Votre épisode préféré de dernier le , me Je retiendrais le troisiè côté du se pas n aki An sorti, quand intéoire ect traj obscur de la force, une spre d’im e rich est s opu ressante. Cet ux. sionnants effets spécia

74

} Je Qui est votre Maître Yoda ? de me e sai J’es ir. avo en pas pense ne lités à construire en prenant des qua ourage ent n mo s dan , che droite à gau i pas de personnel ou sportif. Je n’a lier. ticu par en ône d’ic modèle ou

r Wars, il Hormis le ski de fond et Sta Tibern Jea de y a quoi dans la vie varappe ! ghien ? }En ce moment, la de, grimpe ala esc Je suis bien branché s. J’aime ent em raîn ent des en dehors s allé du sui Je . m’évader en montagne avec ie, Ital en , ure Lig ale côté de Fin aussi m’a re frè n Jules Lapierre, et mo ssif du ma le et ges Bau les s dan emmené Mont-Blanc. de déUn endroit que vous rêvez espaces nds gra Les } r ? jou couvrir un a : des du nord canadien ou l’Alask mme l’ho t don tes vas et s du lieux per pect n’a pas encore modifié l’as routes des nt isa stru con y en sauvage nordique partout. J’aime la nature. Le r pleinefite pro n d’e urs ille permet d’a de glisse, de ment avec cette sensation . rté libe de vitesse et

un objet Des bouquins, un film et votre ns da z rie que vous emporte ntain ? } loi age voy un ur valise po n de Jack Ede rtin J’ai lu récemment Ma Enfants Les é, aim n bie j’ai que London Fourmis Les el, Au M. de la Terre de Jean J’em. ent lem éga r rbe We d de Bernar ective det e Tru de 1 porterais la saison teau cou un n, enfi et, rée ado que j’ai r partout. Opinel pour me débrouille

nordic

MAGAZINE


• • • • •

Une réponse précise à chacun de vos besoins Des produits disponibles en version SANS GLUTEN Un sélection d’ingrédients de qualité Une certification AFNOR (NF V 94-001) Made in france

________ Laetitia ROUX

5 titres de championne du Monde de ski alpinisme

Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière.

www.mangerbouger.fr

DIETE SPORT FRANCE - PLESCOP - Tèl. : 02 97 63 82 61 - RCS VANNES B 323 784 140 - © Erico d’Ario - Tristan Shu

L’ÉNERGIE DE VOTRE PASSION


nordic.fr

my

nordic

MAGAZINE

ANDREAS MÜNGER

76 76

b

PORTRAIT

,

Selina Gasparin dans sa tenue officielle de Swiss-Ski. À Sochi, la biathlète a été médaillée olympique. Une première pour la Confédération Helvétique.


Selina Gasparin La Cologna du biathlon Médaillée d’argent aux Jeux olympiques de Sochi, la biathlète suisse Selina Gasparin vient d’écrire son autobiographie. L’occasion de découvrir le parcours autodidacte de la première helvète vainqueur en coupe du monde.

E

Elle a eu le temps de se changer et de se réchauffer. Dans la zone réservée aux athlètes de l’immense complexe de biathlon de Sochi baptisé Laura, la longue attente commence pour la porteuse du dossard 27 à l’issue de l’individuel des Jeux olympiques en Russie. Selina Gasparin vient de réaliser une course parfaite. Créditée d’un 20/20 au tir, elle pointe alors à 1'45 de la future triple championne olympique, la Bélarusse Darya Domracheva. Mais de nombreuses athlètes sont encore sur la piste. Le temps passe, sans doute pas assez vite pour la Suissesse. Pourtant, ni Gabriela Soukalova, ni Anaïs Bescond et Veronika Vitkova ne viendront lui barrer la route vers son rêve olympique. La première médaille d'argent suisse en biathlon sera bien pour Selina

nordic

MAGAZINE

Gasparin. « Je me souviens très bien de cette journée, témoigne la jeune Lena Häcki, qui incarne la relève helvète. J’ai suivi la course à la télé. Elle avait fait du très bon travail ! J’étais tellement fascinée que j’ai regardé la course une deuxième fois sur une autre chaîne qui la rediffusait plus tard en soirée. » Décrocher cette deuxième place a non seulement suscité une joie immense chez Selina Gasparin, mais également le sentiment du devoir accompli. « Être la première à le faire m’a rendue fière et heureuse. C'est tellement difficile de trouver le chemin pour arriver au sommet que lorsque vous y arrivez, c’est un sentiment incroyable. Se rendre compte qu’on a pu le faire par soi-même est fabuleux. »

UNE AUTOBIOGRAPHIE À 32 ANS « J’étais tellement contente pour elle, se souvient MarieLaure Brunet, son amie de l’équipe de France, dix-septième de cette même course. Ça m’a fait énormément plaisir de la voir briller. Jusqu’en 2013, elle était la seule biathlète suisse engagée sur la coupe du monde, la seule  77


nordic.fr

PORTRAIT

,

•••

78

femme au milieu de tout un staff masculin ! Il lui a fallu la foi pour monter sur le podium ce jour-là. » A l’image d’un Dario Cologna en ski de fond, Selina Gasparin restera comme une pionnière pour avoir brillé au plus haut niveau international. En mode précurseur, elle fut la première vainqueur d’une coupe du monde, c’était du côté de Hochfilzen sur le sprint en décembre 2013, avant de briller à nouveau sur l'épreuve d'Annecy Le Grand Bornand. Chef de file d’une discipline alors parent pauvre des sports d’hiver en Helvétie, pays où l’alpin est roi, la jeune femme de 32 ans a tenu à se livrer dans une autobiographie où elle aborde sans tabou tous les sujets : son enfance, son éducation, la place du sport dans sa vie, ses sœurs, sa famille, son mari, sa fille… « J’ai toujours rêvé d’écrire un livre, témoigne la native de Samedan, une bourgade de 3 000 habitants située dans le canton des Grisons. Je voulais partager un peu de ma personnalité, de ma vie de sportive, de mon parcours, mais il est évident que sans ce succès à Sochi, je n’aurais pas eu suffisamment confiance en moi pour me lancer dans l’écriture. » Pourquoi se livrer maintenant et pas une fois les skis et la carabine raccrochés au clou ? « Je voulais rester sur les images et les émotions vécues à Sochi, ne pas perdre ce ressenti. Ce livre permet aux gens de découvrir le biathlon autrement. C’était aussi une façon d’emmener les lecteurs vers mon prochain rêve sportif : les Jeux olympiques de 2018 en Corée du Sud.

Sachant que mon autre rêve, dit-elle avec un joli sourire, c’est de devenir un jour la grand-mère d’une grande famille avec des enfants et petits-enfants qui aimeront passer du temps ensemble dans la nature. » Suivant donc la tendance des biographies lancée par des sportives comme Lindsey Vonn ou Anna Fenninger, Selina Gasparin décrit aussi tous les sacrifices à faire pour arriver au plus haut niveau. « Elle est une grosse bosseuse, capable d’encaisser un entraînement lourd et riche de nombreuses intensités, un peu selon le mode d’entraînement allemand, note, en connaisseuse, Marie-Laure Brunet, médaillée olympique à Vancouver. Mais c’est aussi une fille joyeuse, qui aime la vie et aller vers les autres, quelqu'un de curieux et d'enjoué. »

UN MODÈLE INSPIRANT Aujourd’hui modèle pour la jeune génération incarnée justement par ses soeurs Elisa (25 ans) et Aita (23 ans) qu’elle espère un jour voir évoluer dans les sommets qu'elle tutoie, l’aînée de la fratrie ne ménage pas sa peine pour les accompagner. « Parfois, je me mets à rêver d’un podium en relais avec Elisa et Aita, ce serait vraiment cool et totalement inattendu si je regarde la situation du biathlon suisse féminin il y a seulement quelques années… », glisse l'aînée. « Elle est mon modèle depuis que j’ai commencé le biathlon, assure pour sa part Lena Häcki. C’est une personne inspirante et impressionnante. Elle cherche toujours de nouvelles améliorations, elle travaille beaucoup et n’abandonne jamais. » 

nordic

MAGAZINE

b

En Suisse, Selina Gasparin n'a de cesse de montrer la voie : en 2013, c'est en France qu'elle offre à son pays sa seconde victoire en coupe du monde.

STANKO GRUDEN/AGENCE ZOOM

my


Le rêve rejoint la réalité...

www.photographit.ch

Sur les pistes de Romandie Ski de Fond!

nordic

MAGAZINE

www.skidefond.ch 79


nordic.fr

my

80

b

STANKO GRUDEN/AGENCE ZOOM

PORTRAIT

,

La vie de la biathlète est maintenant partagée entre son sport et sa famille, qui s'est récemment agrandie avec l'arrivée de Leila.

nordic

MAGAZINE


SELINA EST UNE FILLE JOYEUSE QUI AIME LA VIE ET ALLER VERS LES AUTRES. Marie-Laure Brunet

••• Cette manière de se comporter avec la relève témoigne de sa générosité : « Je me sers de mon expérience pour aider les plus jeunes sur des détails. » Une déclaration d’autant plus inspirée que Selina Gasparin est venue au biathlon très tardivement et en véritable autodidacte. D’abord fondeuse, elle a découvert son sport de prédilection à l’âge de 20 ans, en Norvège, au pays d’Ole Einar Bjoerndalen, où elle a fait une partie de ses études. La barrière de la langue n'a pas été une difficulté. Elle parle allemand, anglais, norvégien, français, romanche (la langue des Grisons suisses)... et pratique quotidiennement le russe, la faute à l’homme de sa vie, le fondeur Ilia Chernousov qu’elle a épousé en juin 2014.

MARI RUSSE ET NOUNOU HONGROISE Aujourd’hui maman d’une petite Leila née en février 2015, la Suissesse a retrouvé le circuit de la coupe du monde cet hiver où elle peut parler maternité avec Marie Dorin-Habert et Darya Domracheva… « Ce nouveau statut réclame une nouvelle organisation, complète Sandrine Bailly, consultante pour Nordic Magazine. Revenir, c’est peut-être plus difficile avec quelques années de plus. Mais Selina a les armes pour jouer sur une course d’un jour, si elle retrouve son meilleur ski. De toute façon, chaque parcours est différent lorsqu’on revient à la compétition. » L’intéressée l'admet : « Effectuer une carrière de haut niveau est déjà difficile sans enfant, alors avec… Je crois que pour réussir, il ne faut pas être mère. Mais d’un autre côté, cela donne un sens à votre vie, vous fait relativiser, vous donne tellement de joie. Et si on le veut vraiment et qu’on s’organise pour, cela devient possible. C’est sans doute mon plus grand défi à venir. » Le papa, qui court sur le circuit des longues distances Visma Ski Classics les week-ends, garde la petite la plupart du temps car Madame a fait le choix de ne pas l’emmener sur la coupe

DATES 3 avril 1984 : naissance à Samedan (Suisse) 14 février 2010 : vice-championne olympique à Vancouver 6 décembre 2013 : remporte le sprint de Hochfilzen Juin 2014 : mariage avec Ilia Chernousov Février 2015 : naissance de sa fille Leila

nordic

MAGAZINE

du monde. « Même si ce n’est pas évident pour une jeune maman, elle peut se concentrer à 100 % sur le biathlon avant de retrouver sa fille entre les étapes », note Marie-Laure Brunet. Une nounou hongroise, histoire de découvrir une autre langue chez les Chernousov-Gasparin, offre aussi un peu de latitude au couple. « Je prends la partie sportive de ma vie très au sérieux, mais une fois avec ma fille, j’ai plaisir à jouer avec elle. Le biathlon me donne de l’énergie pour ma vie de famille et viceversa », confie la Grisonne qui va mettre toutes les chances de son côté pour briller à Pyeongchang, l’hiver prochain. L’été dernier, elle a quitté avec mari, enfant et bagages sa chère vallée de l’Engadine pour s’installer à Lenzerheide, à deux pas du complexe de biathlon. « Ce stade offre des conditions d’entraînement optimales à Selina », se réjouit Ilia Chernousov. Pour améliorer sa régularité derrière la carabine, elle a d’ailleurs partagé un stage d’entraînement avec la Finlandaise Kaisa Makarainen, meilleure biathlète du monde en 2011 et 2014. « Un moment précieux et réconfortant » pour l’athlète suisse qui ne néglige décidément aucune piste pour revivre pleinement son rêve olympique.|

81


nordic.fr

my

82

MAGAZINE

NORDIC MAGAZINE

nordic

b

REGARDS CROISÉS

,

Marie-Laure Brunet et Loïc Gouzerh dans la salle de restaurant de l'entreprise Gel Groupe, à quelques kilomètres au nord de Lyon.


Marie-Laure Brunet Loïc Gouzerh

« Le doute peut être constructif ou destructeur » Marie-Laure Brunet, médaillée olympique de biathlon, et Loïc Gouzerh, préparateur mental sont tous deux passionnés par l’accompagnement du sportif. Ils se penchent sur la place du doute dans la vie des athlètes de haut niveau.

D

ans le nordique comme dans d’autres sports, chaque athlète vit avec le doute. Mais qu'est-ce qui se cache vraiment derrière ce terme passe-partout ? Est-il si négatif ?

sélectionneur de l’équipe de France de 1998 championne du monde, “le doute appartient à ceux qui sont audacieux, persévérants et intelligents”. Le doute est un outil fabuleux, à condition de respecter un certain dosage.

NORDIC MAGAZINE Le doute fait-il partie de la vie d’un sportif de haut niveau ?

LE MAKING-OF

Marie-Laure Brunet Clairement oui. Quand j’étais athlète, il faisait même partie de mon quotidien. La nuance ensuite, c’est de savoir s'il est bénéfique ou s'il va nuire à la performance. En fait, le doute est synonyme de remise en question. Pour être le meilleur, il faut savoir et oser pousser les barrières, aller de l’avant. Loïc Gouzerh J’aime bien le doute. Comme l’aurait présenté Aimé Jacquet, le

Rendez-vous est pris à St-André-de-Corcy, au nord de Lyon. Au cœur d’une ancienne friche industrielle, les locaux de Gel Groupe sont en pleine rénovation. Marie-Laure Brunet accueille Loïc Gouzerh, préparateur mental savoyard, dans la salle de restaurant flambant neuve. La décoration agrémentée de Vespa rouges, d’un cheval géant bleu, d’un billard et d’un baby foot, de palettes suspendues au plafond inspirent nos deux invités du jour.

nordic

MAGAZINE

Quelles sont les racines du doute chez un pratiquant ? Marie-Laure Brunet Suite à un échec, qui est en fait une phase de construction pour avancer, il y a une remise en question. Sans elle, l’athlète reste sur ses positions et se contente de ce qu’il connaît. Or, il faut parfois sortir de la zone de confort pour progresser et avoir cette capacité à dire : “je ne sais pas”, puis s’autoriser une autre façon de faire. Loïc Gouzerh C’est important de dissocier les deux approches que sont l’entraînement et la compétition, qui reste un formidable laboratoire à émotions. Le doute, on peut le voir sur le plan des émotions et sur celui de l’âme qui est au-dessus du mental. Le doute est le précurseur de la peur : on en a besoin, mais on ne veut 

83


nordic.fr

my

••• pas le laisser prendre la main sur nous. Il faut l’évaluer en permanence. Marie-Laure Brunet Je perçois désormais mieux le doute émotionnel et celui de l’âme. J’étais performante quand mon doute s’arrêtait aux émotions. Dès que j’ai commencé à avoir le doute sur le reste, donc à m’ouvrir au monde, je n’avais plus rien à faire dans le sport. Loïc Gouzerh Oui car vous aviez trouvé vos réponses ! Marie-Laure Brunet Un bon athlète doit être suffisamment clair dans ce qu’il

de vous quittant le relais olympique sur une civière, victime d’un malaise. Avec le recul, imaginiezvous que votre corps allait dire stop d’une manière aussi violente ? Marie-Laure Brunet : Ça faisait longtemps que les signaux d’urgence clignotaient chez moi, mais je n’ai pas voulu voir ces alertes car je n’avais pas de réponse à leur apporter. Avec le recul, si j’avais eu un accompagnement à ce moment-là, j’aurais oser regarder en face mes peurs et mes barrières, les verbaliser. Sans ce parcours, je ne m’intéresserais peut-être pas autant à l’accompagnement aujourd’hui [Marie-Laure suit une formation à l’Insep, N.D.L.R.]. Désormais, je n’ai plus peur de l’inconnu.

L’exemple de Marie-Laure pose une question : les sportifs doivent-ils écouter leur corps ou leur tête ?

REGARDS CROISÉS

, 84

b

« Le doute est comme un voyant orange qui s'allume dans la voiture », décrit Loïc Gouzerh.

NORDIC MAGAZINE

Loïc Gouzerh Je crois que l’intuition, le ressenti profond, le fait d’être à l’écoute de notre nature profonde, ce qu’on appelle le langage de l’âme, est l’une des clés. Je dis souvent que le foncier de l’entraînement mental, c’est la méditation. C’est difficile car ce n’est pas notre culture. Descartes dit : “Je pense donc je suis”. Il parle de la pensée créatrice, de notre capacité à imaginer, conceptualiser des idées.

fait, ce qu’il prépare et ce qu’il est. D’où l’intérêt d’un accompagnement pour travailler sur le long terme. Loïc Gouzerh On voit bien là que le doute peut être constructif ou destructeur, cela dépendra de sa durée. Le doute est comme un voyant orange qui s’allume sur la voiture : il va activer en nous une ressource profonde. Nous mettons alors en œuvre une action adéquate. En fait, le doute nous alerte avant une prise de décision lors d’une période de tension. Et finalement, il nous préserve et nous rassure, car on sait ensuite où on va !

Marie-Laure, vous dites que le « haut niveau, c’est la réussite d’un athlète appuyé par toute une équipe. » Comment l’entourage peut aider un sportif en plein questionnement ? Marie-Laure Brunet L’entourage doit être sensibilisé à cette problématique. Les coaches répètent : “la performance,

Janvier 2016. Le sauteur autrichien Gregor Schlierenzauer, bien que riche de 53 victoires, s'est mis à douter. Pendant un an, il a mis sa carrière entre parenthèses. « Je pense que le temps a été salvateur », XXXX confie-t-il. Plus récemment, c'est le fondeur français Robin Duvillard qui a eu besoin d'appuyer sur pause.

les personnes les plus proches des athlètes. Dans les faits, c’est un sujet délicat qui doit tenir compte des caractères, des tempéraments des athlètes. Je forme des entraîneurs pour répondre à ce besoin. Marie-Laure Brunet C’est aussi une question de génération : l’idée fait son chemin petit à petit en France avec un

LE DOUTE EST LE PRÉCURSEUR DE LA PEUR. Loïc Gouzerh

Marie-Laure Brunet, on se souvient

c’est 80 % de mental”, mais ensuite, on en fait quoi ? Les entraîneurs doivent être sensibilisés et avoir des clés pour accompagner les athlètes. Loïc Gouzerh Il y a deux ans, Fabien Saguez [DTN de la FFS, N.D.L.R.] a proposé cette idée, car les entraîneurs sont

trio regroupant “athlète, préparateur mental et entraîneur”.

Comment gérer la pression et les attentes de la famille d’un sportif qui peuvent parfois empirer cette situation ?

nordic

MAGAZINE


MARIE LAURE-BRUNET 20 novembre 1988 : Naissance à Lannemezan, dans les Hautes-Pyrénées Février 2002 : Découvre Raphaël Poirée aux JO de Salt Lake City et trouve sa voie dans le biathlon 2013 : Première conférence lors d’un stage d’entreprise chez Somfy Printemps 2014 : Elle décide d’arrêter le biathlon

LOÏC GOUZERH

b

JFK/EXPA/PRESSE SPORTS

16 juin 1964 : Naissance à Rennes, en Bretagne 31 décembre 2002 : Naissance du premier de ses trois enfants 2017 : Début d’un nouveau cycle de 9 ans en numérologie avancée

Loïc Gouzerh Quand on fait appel à moi pour des enfants de 12-14 ans, j’accepte désormais pour… aussi éduquer les parents ! Beaucoup de transferts conscients ou inconscients se font, allant même jusqu’à la violence physique ! La clé, c’est toujours la bienveillance et l’amour qu’on peut donner à nos enfants pour permettre leur épanouissement. Le parent est le garant d’une structure, d’un cadre, d’une sécurité, mais son job s’arrête là. Marie-Laure Brunet J’ai eu de la chance car mes parents ont été justes. Ils m’ont laissé partir en ski-études dans les Alpes, ils faisaient parfois 800 km le week-end pour m’encourager, montrer qu’ils étaient présents.

L’échec ne semble pas faire partie du vocabulaire du sportif. Loïc Gouzerh Tout dépend de ce qu’on met derrière ce terme… Le vocabulaire est important car il permet d’accéder à l’esprit. Plus on parle de l’échec, plus

nordic

MAGAZINE

on le fait vivre, c’est ce qu’on appelle le “verbe créateur”. Marie-Laure Brunet Il vaut mieux développer la positivité. Utiliser la formulation affirmative plutôt que négative. Loïc Gouzerh Certains athlètes utilisent des stratégies d’auto-handicap, qui font croire que ça ne va pas alors que tout va bien. Ce déclenchement de l’envie par la frustration ne marche pas, car il crée des blocages à moyen terme.

Comment aidez-vous un athlète dans une mauvaise passe ? Loïc Gouzerh Question subtile ! Le questionnement introspectif permet de faire remonter le ressenti à la conscience, il permet à l’athlète de s’élever. Ensuite, on voit comment on peut procéder via un objectif et des étapes intermédiaires pour y parvenir. L’objectif vient d’un projet et le projet vient des rêves, des grands rêves, des utopies. Quand on prend conscience de ça, la dynamique se met en place.

Marie-Laure Brunet Mon formateur à l’Insep dit toujours : “pour descendre à la cave, il vaut mieux allumer la lumière avant”. Donc renforcer les choses qui fonctionnent avant de se focaliser sur les points qui vont moins bien. Le projet doit être verbalisé par l’athlète et son encadrement pour devenir commun aux deux partis.

Mentalement, qu’est-ce qui différencie un athlète de haut niveau d’un immense champion ? Loïc Gouzerh Le mental ne pèse qu’un septième des capacités d’une personne ! Elle a aussi un physique, un corps énergétique, un corps émotionnel, un esprit… Le mental, c’est l’analyse, le diagnostic et la prise de décision. Quant au mental inférieur, il va se poser les mauvaises questions… L’état d’âme et l’esprit de la personne, donc sa lumière, ainsi que le tempérament inné mêlé au caractère forgé par le parcours, définissent en fait un grand champion. |

85


’ nordic.fr

my

I

l est l’heure aujourd’hui de vous dévoiler certains de mes secrets. Les mots possèdent un grand pouvoir. Les écrivains, en maîtres du langage, agencent toutes ces petites lettres parfaitement choisies, décuplant ainsi leur force en phrases dont la portée traverse les âges. Ce sont ces phrases que mes yeux boivent sans se lasser. Gravant leur mélodie dans ma tête, le message qu’elles contiennent se déplace lentement jusqu’au centre de mon cerveau, qui s’émerveille alors de leur exactitude et accepte le poème comme une vérité sans âge. La toute première que j’ai adoptée provient d’un poète que j’aime beaucoup. Traduisant l’état d’esprit qu’un compétiteur doit mettre en place pour atteindre ses objectifs, elle vise juste, en peu de mots :

« Agir en primitif  et réfléchir en stratège. » René Char Chaque entraînement est une répétition du geste parfait, une planification poussée à l’extrême de chaque bloc composant la vie d’un sportif de haut niveau : une journée, un événement, une année d’entraînement…. Et pourtant, chaque course comporte son lot de surprises, où l’adaptation et l’instinct guident le geste maintes fois répété. La réflexion n’a plus sa place dans les actions intenses où le corps semble se déplacer de lui-même, autonome, comme retourné à un état sauvage ancestral. Je l’aime bien cette phrase ! La seconde, du même poète, me plaît également pour sa musique et les rêves qu’elle fait naître dans ma tête :

« Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. À te regarder, ils s’habitueront. »

La troisième est plus technique, mais dans le cadre du biathlon qui est une discipline où la précision et l’efficacité se mélangent, elle s’applique idéalement. C’est vers cette vérité que je souhaiterais tendre afin de tirer plus vite et de trouver plus de relâchement, que ce soit derrière ma carabine comme sur mes skis.

« Il semble que la perfection soit atteinte non quand il n’y a plus rien à ajouter, mais quand il n’y a plus rien à retrancher » Antoine de Saint-Exupéry Je ne vais bien entendu pas dévoiler tous mes secrets, d’autant plus que vous allez finir par vous endormir.

Ces belles phrases qui me nourrissent

86

SINDY THOMAS

« Dans nos ténèbres, il n’y a pas une place pour la beauté. Toute la place est pour la beauté. »

b

MARIE DORIN-HABERT

,

Je termine donc sur une dernière tirade. Sans doute la plus belle, porteuse d’espoir et composée par le cœur. Dans ces périodes où l’horreur est parfois proche, où la haine et la facilité se donnent la main, où les dégâts causés à la planète et ses habitants ne se comptent plus, je cite une dernière fois René Char, en espérant que le pouvoir de ses mots dépasse le rectangle de feuille blanche sur lequel ils se gravent :

Marie Dorin-Habert, sextuple médaillée lors des Mondiaux de biathlon d'Oslo en 2016.

nordic

MAGAZINE


’

nordic

MAGAZINE

87


nordic.fr

my

HAUTE-SAVOIE

CHAMONIX

TERRE NORDIQUE

,

La nordique

88

On associe rarement Chamonix-Mont-Blanc au nordique. Et pourtant, ski de fond, biathlon et saut sont pratiqués dans la vallée où sont nés de nombreux champions.

nordic

MAGAZINE


MAGAZINE

89

b

nordic

PATRICE LABARBE

Chamonix dispose d'un domaine nordique d'une vingtaine de kilomètres.


nordic.fr

my

TERRE NORDIQUE

,

B 90

Bien sûr que le ski de fond existe à Chamonix et, avec lui, le biathlon, le saut et le combiné ! Dans l’illustre vallée - Mecque de l’escalade, de l’alpinisme et des sports extrêmes, siège des premiers Jeux olympiques d’hiver en 1924 -, ces disciplines alignent même une demi-douzaine de champions issus du club de ski nordique dans le célèbre Team Chamonix-Mont Blanc : Enora Latuillière, Damien Tarantola, Vincent Descombes-Sevoie, François Braud, Martin Collet et les jeunes retraités Geoffrey Lafarge et Mathias Wilbault. «  Aujourd’hui, le nordique est reconnu comme un élément essentiel de l’économie locale. Il fait vivre beaucoup de personnes dans la vallée. S’il n’était pas là, on n’aurait pas pu proposer une offre sportive convenable aux touristes qui ont débarqué lors des fêtes de Noël, surpris de ne pas trouver beaucoup de neige sur les domaines alpins. Mais il faut toujours avoir des projets, si l'on ne veut pas prendre du retard ». Marc Miretti, le président du club de ski nordique, veille au grain. Il peut compter sur Fabienne Ravanel, élue au conseil municipal, en charge justement du nordique : « Les subventions au club sont importantes et bien défendues ! On nous demande de développer des activités de masse

Des balades en raquettes sont possibles, avec le massif du Mont-Blanc pour décor.

et c’est ce que nous faisons, mais on attend aussi de nous de faire du haut niveau et, là, il faut beaucoup d’argent. À nous de trouver les moyens pour que ça fonctionne. » Bernard Bozon, le papa de Fabienne Ravanel, était, lui, de la première heure : « Dans la vallée, on est tous nés des skis aux pieds. Ce sont les

Vaud

Lausanne ThononLes-Bains

Genève

Haute-Savoie

Martigny

Valais

Chamonix

militaires qui ont développé l’activité nordique dans les années trente, puis, dans les années quarante, Alfred Coquoz et Clément Hugon ont proposé des séances de ski gratuites aux scolaires ; ils allaient dans les villages pour initier les gosses. Après la guerre, l’alpin s’est développé avec le tourisme et le fond est resté le parent pauvre », raconte ce grand homme sec, à la petite moustache, toujours président d’honneur du foyer. En effet, il faut attendre 1968 pour qu’un mordu du cru, Robert Baisse, alors directeur de l’équipe de France de ski de fond, mise sur la découverte des sports nordiques par le grand public. À cette époque, l’État souhaite développer cette pratique et missionne Jeunesse et Sports pour créer des foyers. Ainsi est né celui de Chamonix, avec des bouts

nordic

MAGAZINE


de ficelle. Personne n’y croyait vraiment au départ, mais celui que tout le monde appelait « Robby » a gagné son pari. Il a réuni autour de lui des passionnés et, le 23 janvier 1969, était organisée la première course du club de Chamonix, suivie, le 19 avril 1970, du premier grand prix de ski de fond ouvert aux compétiteurs des clubs. Josette Baisse, épouse de Robby et membre de l’équipe de France dans les années 1950, se souvient bien de cette époque de pionniers : « Le ski de fond a tout de suite participé à la vie de la commune. Des liens se sont créés. Du coup, des gens sont entrés dans cette grande famille et les résultats sportifs sont tombés. » Cinquante ans plus tard, où en eston ? Le club de ski nordique est l’une

À FOND EN VILLE

L

e club de ski nordique de Chamonix est privilégié. D’abord, il dispose d’un domaine de ski nordique d’une vingtaine de kilomètres tracés en alternatif et en skating. Il y a aussi 15 km à Argentière, un parcours dans un site pittoresque, vallonné et boisé le long de la rivière l'Eau Noire à Vallorcine, deux itinéraires (damés mais non tracés) combinant champs de neige et passages en forêt sur le plateau du Prarion ou encore deux boucles d'environ 3 km autour du lac des Chavants et qui se poursuit en forêt aux Houches. Il profite ensuite d’un bâtiment bien à lui, la Maison nordique Robby Baisse, où s'écrit, jour après jour, la légende du nordique. Ici, à côté de la Maison des Sports, les benjamins croisent les champions, les figures historiques évoquent les souvenirs, on discute stratégie… Et puis, on chausse les skis et c’est parti pour un tour. Quand on revient, on rejoint tranquillement le centre-ville à cinq minutes. Ces conditions optimales, les cadres du club n'y sont pas insensibles : « A Chamonix, tout a été mis en place pour que les athlètes de haut niveau puissent mener une carrière dans d’excellentes conditions. Le Team Chamonix Mont-Blanc apporte des conditions matérielles importantes. » En charge du nordique et des sportifs de haut niveau, Fabienne Ravanel Josette Baisse sait de quoi elle parle. Et puis, la station n’est semblable à aucune autre et le président Miretti en est bien conscient : « Nous sommes dans une ville internationale de 10 000 habitants. »

des 28 sections du club des sports qui regroupe 250 dirigeants et 3000 adhérents, dont une centaine d’athlètes de haut niveau. Dans ce contexte, se distinguer relève de la gageure, pourtant, avec une cinquantaine de kilomètres de pistes réparties entre Chamonix, Argentière, Vallorcine, Les Chavants et le plateau du Prarion, le territoire propose un stade de biathlon, un autre d’apprentissage nordique, un espace luge, un tremplin au pied du glacier des Bossons et un tremplin 4 saisons au Grépon, sans parler des circuits découvertes en raquettes, ou encore de la Maison nordique Robby Baisse, le saint des saints.

Fabienne Ravanel, ancienne championne et enfant du club, ne fait pas la fine bouche : « On nous demande souvent : mais où skiez-vous ? Dans le bois du Bouchet avec le secteur de la Norvège, la montée à Pépé et les sources on se satisfait de nos pistes de 9 et 11 km au pied des Drus parce que nous avons une chance inouïe de pouvoir skier à  500 m du centre-ville et

nordic

MAGAZINE

NORDIC MAGAZINE

OÙ SKIEZ-VOUS ?

b

b

PIERRE RAPHOZ

LE SKI DE FOND A TOUT DE SUITE PARTICIPÉ À LA VIE DE LA COMMUNE.

Fabienne Ravanel, une des figures nordiques de Chamonix. 91


« nordic.fr

my

•••

FIGURES

92

CARNET DE ROUTE

Office de tourisme 85 Place du Triangle de l'Amitié, 74400 Chamonix-Mont-Blanc Tél. : 04 50 53 00 24 Pwww.chamonix.com

b

A 92 ans, la petite dame de Chamonix n’en demeure pas moins la grande dame du ski de fond dans la vallée. C’est elle qui s’est classée première Française en 1952, aux JO d’Oslo, en terminant 15e du 10 km. Cette performance reste gravée dans les mémoires chamoniardes, puisque c’était la première fois que cette épreuve était inscrite aux Jeux olympiques. Bien sûr, elle vient s’ajouter à beaucoup d’autres, elle marque surtout de son empreinte une carrière dédiée au ski de fond qui, à cette époque, n’était qu’une discipline… secondaire. Josette Baisse, c’est la mascotte de la vallée pour tous les adeptes du nordique. Avec son sourire légendaire et son franc-parler, elle sillonne encore les pistes, « beaucoup plus lentement qu’avant », comme elle se plaît à le rappeler, mais elle est de tous les événements, de tous les rendez-vous importants. C’est aussi la mémoire du club qu’elle a créé au côté de son époux, Robby Baisse, qui a donné son nom à la Maison du nordique : « C’est loin tout ça, il n’existait rien à cette époque, il fallait se débrouiller seuls, mais, à quelques-uns, on a réussi à convaincre que le nordique faisait partie de la culture chamoniarde et qu’il avait toute sa place. Petit à petit, les gens ont adhéré et ainsi s’est écrite l’histoire du club… »

NORDIC MAGAZINE

Une grande dame de l'histoire du fond

Marc Miretti

La petite soixantaine, l’œil vif, ce Chamoniard pur sucre veille depuis deux ans sur les intérêts du club de ski nordique. En fait, cet ancien facteur, tout jeune retraité, est quasiment né dedans puisqu’il l’a rejoint en 1969, à sa création. Diplômé d’État de ski nordique, un peu de compétition (18e à La Transjurassienne en 1981), il a été pendant dix ans guide d’un malvoyant. Son credo, c’est surtout l’encadrement. De ce côté, le travail ne manque pas, avec 63 coureurs, de benjamins à seniors, et une section adulte de 80 personnes : « Nous avons des pistes à Chamonix, Vallorcine, Argentière, mais nous avons aussi le Val Ferret en Italie, à 30 minutes de voiture, qui nous sauve quand la neige est absente dans la vallée. » Le club, c’est avant tout une affaire de famille : « Notre force, c’est la solidarité. Nos champions n’hésitent pas à s’impliquer pour entraîner les jeunes. Enora [Latuillière] ou Martin [Collet] sont là quand on a besoin d’eux, ils viennent épauler nos entraîneurs, parmi lesquels Mathias Wibault qui apporte beaucoup. La difficulté, c’est peut-être de gérer à la fois le nordique de masse, ouvert à tous et le haut niveau qui est un monde différent. On a beau être à Chamonix, notre club ressemble à des dizaines d’autres en France… »

nordic

MAGAZINE

NORDIC MAGAZINE

Facteur-président-fondeur

b

TERRE NORDIQUE

,

Josette Baisse

aussi parce que l’enneigement artificiel nous permet de proposer une boucle de 3,5 km quand il n’y a pas de neige ailleurs ! » Luc Verrier, président du club des sports, ne dit pas autre chose : « Même si la station est réputée pour l’alpin, il y a des gens qui recherchent une pratique plus conviviale, plus tranquille et nos champions attirent aussi les jeunes. » Reste que rien n’est acquis, le nordique est tributaire des modes et de l’hyper-communication de ses athlètes. Viennent des saisons sans résultat et la sauce peut retomber. C’est pourquoi le foyer (association nordique pour les plus jeunes) chouchoute tellement les petits à travers le foyer, véritable machine à encourager la pratique nordique et à détecter les futurs talents. Sébastien Heckmann, son président, veille sur les jeunes pousses : « Nous prenons les enfants de 5 à 11 ans dans un esprit d’amusement, avec trois ou quatre rencontres inter-foyers dans la saison. » Ce n’est pas tout, la mutualisation des moyens semble être la solution pour l’avenir, mais elle se met en place lentement. Il y a deux ans, les foyers ont été invités à travailler en commun, avec un comité directeur, mais la situation n’est pas identique à Chamonix, aux Houches ou à Vallorcine, et l’histoire locale pèse toujours. Par exemple, Argentière a toujours son club des sports, avec sa propre section nordique. L’identité locale reste très ancrée dans les villages alentour. Reste que Fabienne Ravanel résume bien la situation quand elle affirme que « les stations qui n’ont pas pu développer le nordique à côté de l’alpin sont aujourd’hui en souffrance, car le nordique est un élément d’animation incomparable ! » 


Votre magasin spĂŠcialiste www.ravanel-sportshop.com

nordic

MAGAZINE

53 Avenue du Mont Blanc, 74400 Chamonix Mont Blanc Galerie alpina 04 50 53 02 49

93


SKI AMICAL MÉAUDRAIS

90 ans... et pas une ride

TERRE NORDIQUE

,

Le club du Vercors, malgré un faible contingent de licenciés par rapport à certains ogres de la région, récolte aujourd’hui les fruits d’une pédagogie atypique. Et enchaîne les belles performances.

94

Les fondeurs du Ski Amical Méaudrais lors d'une compétition à Autrans.

nordic

MAGAZINE

COLLECTION PRIVÉE b

nordic.fr

my


Il y a une dizaine d’années, nous avions ponctuellement un entraîneur. Maintenant, il est présent quotidiennement. Conséquence, les enfants sont présents. Et on sait que le sport, c’est souvent une histoire de potes qui se motivent entre eux », détaille Lilian Gaillard, président de la section fond et biathlon. Les Gaillard, voilà une autre famille liée à la vie du club. Maurice, le père de Lilian, était déjà licencié, avant que ce dernier ne skie toute sa carrière avec un bandeau orné du logo de la station alpine. Au total, il cumule 25 sélections en équipe de France pour des manches de coupe du monde. Son neveu, Cyril, touchera, quelques années plus tard, au graal olympique. C’était en 2012, à Sochi. En Russie, le fondeur a pris part au sprint classique avec, à la clef, une trentième place. « C’était fou, se remémore Manon Locatelli, autre figure du club. Forcément, sa participation a marqué l’histoire de Méaudre. »

Autre raison du succès du Ski Amical Méaudrais : un bel ancrage sur le territoire. « C’est assez rare d’avoir un club qui connaît une telle longévité », salue Vincent Duchène. L'état d’esprit propre aux Méaudrais n'est pas étranger à cette bonne santé. « Il faut toujours regarder d’où l’on vient. C’est important de garder ses racines », renchérit Lilian Gaillard. Et puis la commune a toujours accompagné l'association locale. Le maire, Pierre Buisson, est d’un soutien sans faille. « Cette aide nous permet aussi d’organiser régulièrement des courses nationales. La saison dernière, nous avons pu accueillir l'étape finale du Vercors Nordique Tour, grâce aux services municipaux qui ont enneigé le stade de départ. Or, on sait qu’on peut attirer de nouveaux pratiquants avec l’organisation de telles compétitions », atteste Lilian Gaillard. Pour ensuite les garder, les responsables ont cultivé l’état d’esprit maison qui, de génération en génération, se transmet tel un précieux héritage. 

LE MÉAUDRAIS OLYMPIQUE Le club méaudrais récolte également les fruits de ses investissements. « Petit à petit, nous nous sommes structurés.

nordic

MAGAZINE

95

ALAIN GROSCLAUDE/AGENCE ZOOM

Camille Laude dans sa combinaison de l'équipe de France.

b

Q

Quatre-vingt-dix ans et des promesses toujours aussi belles. Malgré son grand âge, le Ski Amical Méaudrais (SAM), qui a soufflé ses bougies le 27 décembre dernier, poursuit sa progression. Pas à pas. Saison après saison. Avec toujours le souci de préserver l’héritage d’un club né en 1926. « Certaines familles sont présentes depuis de nombreuses décennies au sein du club », note Vincent Duchène, président. Son propre grand-père, qui fut maire de Méaudre, a exercé les mêmes fonctions, tout comme sa mère avant lui. Dans le Vercors, le club recense plus d’une centaine de licenciés, répartis entre les pôles alpin et nordique. Qu’importe l’âge, seule la passion guide. « Nos plus jeunes licenciés ont sept ans. Nous avons également des vétérans qui ont passé la soixantaine. C’est cette diversité que nous aimons et que nous recherchons », détaille le Vertacomicorien. Comme dans beaucoup de clubs, la section nordique connaît une hausse récente du nombre de ses licenciés. Logique à en croire l’ancien fondeur. « Je pense que les résultats en biathlon au plus haut niveau aident au développement des petits clubs. Ici, il y a un vrai effet depuis quelques saisons. Désormais, tous les gamins connaissent les athlètes évoluant en équipe de France et ils ont envie de faire comme eux », note-t-il.

ESPRIT DE FAMILLE


nordic.fr

my

Seul licencié du Ski Amical Méaudrais à avoir participé aux Jeux olympiques, Cyril Gaillard a porté haut les couleurs du club. En février 2008, il participe à sa première manche de coupe du monde à Stockholm, en Suède. Au total, il totalisera 21 départs au plus haut niveau international, avec comme meilleure performance une 4e place sur le sprint de Szklarska Poreba, en Pologne, en janvier 2014. Spécialiste du sprint, il prend sa retraite en mars 2015. Depuis, l'ancien Poney est entraîneur de la section nordique au club.

LILIAN GAILLARD Enfant du club, Lilian Gaillard effectue toute sa carrière dans le club du Vercors. Avec un palmarès plus que fourni : double champion du monde master en 2009, 25 sélections en équipe de France — avec deux top 30 —, vainqueur de la Foulée blanche notamment. Une fois les skis raccrochés, il ne peut pas quitter le SAM et prend, logiquement, la direction de la section nordique du club.

b

AGENCE ZOOM

MANON LOCATELLI Mordue de sprint et de classique, Manon Locatelli conquiert en 2014 un titre de championne de France. La même année, elle accroche à son palmarès le Nordic Challenge et la Foulée classique. Elle raccroche les skis, en mars 2016, pour se consacrer à ses études.

ELIE REPELLIN Il est, pour le club, l’un des premiers sélectionnés en équipe de France. Dans les années 1930, Elie Repellin cumule les disciplines. Habile sur les skis, que ce soit en alpin, en saut ou en fond, il porte régulièrement les couleurs tricolores. Aujourd’hui, en sa mémoire, le club a créé le Challenge Elie Repellin.

96 Le Ski Amical Méaudrais regarde vers l'avenir.

Les résultats sportifs naissent de l'épanouissement des jeunes. Un credo assumé par les entraîneurs. Spécialiste du sprint et mordue de classique, Manon Locatelli, qui a raccroché les skis au printemps 2016, confirme : « Ce qui était génial quand j’étais enfant, c’est que tout l’encadrement nous faisait faire beaucoup de sorties ludiques. Il n’était pas rare de faire des descentes d’alpin sur nos skis de fond. Nous nous amusions ! Et la montée passait tellement vite. » S’amuser pour apprendre, une doctrine totalement assumée. « Le ski de fond est un sport tellement difficile, nous ne cherchons pas à pousser les gamins à en faire plus », explique Lilian Gaillard.

DEUX LOCOMOTIVES Et comment donner tort à l’ancien vainqueur de la Foulée Blanche ? Depuis trois ans, le Ski Amical Méaudrais se classe dans les dix meilleurs clubs de l’Hexagone lors des championnats de France jeunes. « Nous ne sommes pas ceux qui crient le plus fort au bord des pistes, mais les résultats sont là », sourit-il. Preuve que la méthode fonctionne. Aujourd’hui, le club s’appuie sur les belles performances de deux locomotives présentes dans les équipes de France de ski de fond. « Saison après saison, Camille Laude prouve qu’il est l’un des meilleurs espoirs français. S’il est capable de continuer sur cette voie, il pourra réaliser une très belle carrière, prédit Lilian Gaillard. Soléa Simonneau réalise également de belles performances. Sa première qualification sur le circuit OPA s’est très bien passée. C’est prometteur. » Mais il le sait, la route est encore longue pour ses protégés. Comme leurs aînés avant eux, les deux vedettes du Ski Amical Méaudrais reviennent régulièrement skier avec les jeunes. La transmission comme moteur, voilà le beau pari d’un club presque centenaire qui a encore de beaux jours devant lui. 

nordic

MAGAZINE

DR

b

FRÉDÉRIC MACHABERT

b

AGENCE ZOOM

CYRIL GAILLARD

•••

b

FIGURES


Construisons

ENSEMBLE votre avenir.

Nous soutenons le ski nordique en France. Des professionnels qui s’engagent... Pas toujours facile de suivre les nouvelles réglementations qui touchent le bâtiment et les travaux publics. Le Groupe Samse a acquis une expertise unique en ce domaine. Un savoir-faire récompensé et mis au service de ses clients.

... au plus près de leurs clients Pour satisfaire ses clients, le Groupe Samse mise beaucoup sur l’ancrage local, la proximité, l’engagement et l’expertise de ses collaborateurs.

www.samse.fr www.la-bao.fr www.e-brico.fr nordic

MAGAZINE

97


Le Centre nordique de la vallée de la Jogne, au pays de la Gruyère, représente un petit paradis pour les skieurs de fond.

nordic.fr

TERRE NORDIQUE

, 98

Un canon fait le bonheur d'Im Fang Le Centre nordique de la vallée de la Jogne est le premier en Suisse romande à s’être équipé d’un canon à neige.

L

«

e 7 janvier, nous n’aurions jamais pu organiser notre course nocturne, qui a réuni près de 200 skieurs, si nous n’avions pas eu la neige issue de notre canon. » Dans la voix de Paul Jaggi, président du centre nordique de la vallée de la Jogne, à Im Fang [La Villette, en français], on sent une grande satisfaction de constater que le choix d’acquérir un canon à neige pour cet hiver a été le bon. Jamais encore un centre nordique de Romandie Ski de Fond (RSF) n’avait bénéficié d’une telle installation. C’est en mars de l’année dernière que Paul Jaggi et ses amis ont décidé d’acquérir l'engin. « Nous y songions déjà avant et nous étions en contact avec 

nordic

MAGAZINE

b

DR

my


nordic

MAGAZINE

99


nordic.fr

my

LE TRIO MAGIQUE

UN CANON PEU GOURMAND

BERNARD MOREL POUR NORDIC MAGAZINE

100

Sans le canon à neige, Im Fang n'aurait pas pu accueillir ses habitués avant début janvier.

b

TERRE NORDIQUE

,

Si cet équipement n’a pas forcément bonne presse en raison du coût énergétique et du bruit qu’il engendre, il n’y a pourtant pas eu de réaction négative. « En hiver surtout, il y a peu d’animation dans la vallée et le ski de fond contribue à faire vivre l’économie locale, reprend Paul Jaggi. De plus, c’est un canon qui consomme sensiblement moins d’eau et qui est beaucoup moins bruyant que le modèle utilisé pour le ski alpin. Des gens habitent tout près et ne se sont pas plaints du bruit. Nous captons l’eau à une hydrante toute proche, ce qui offre l’avantage qu’elle est déjà sous pression. Par conséquent, nous n’avons pas eu besoin d’une pompe. » Bien sûr, un canon à neige représente un investissement financier important. « Pour cet hiver, nous payons un leasing de 5 200 francs suisses [4 855 euros, N.D.L.R.], relève Paul Jaggi. Si nous l’achetons, il nous faudra débourser environ 30 000 francs [28 000 euros]. Concernant les frais d’exploitation, ce sera la grande surprise. Le canon utilise 4 m3 d’eau à l’heure et il a fallu

BERNARD MOREL POUR NORDIC MAGAZINE

Toni Bächler, fabricant du modèle Bächler Snow, poursuit Paul Jaggi. À la fin de l’hiver dernier, nous sommes allés à Ulrichen, dans la vallée de Conches en Valais, dont le centre nordique est doté d’un tel équipement. Après quoi, nous avons passé commande. » A ce moment-là, rien ne disait bien sûr que le début d’hiver 2016-2017 serait aussi avare en neige. Mais c’est comme si les gens d’Im Fang avaient eu une prémonition puisque, grâce à cette machine à faire de la neige, ils ont pu tracer une piste de 2 km dès le 7 décembre. « Nous sommes idéalement placés pour avoir un canon, dit Paul Jaggi. Notre piste est en fond de vallée, où le soleil se fait très rare en décembre et janvier. De plus, notre sol est fait de pâturages, sans cailloux. Il n’y a pas besoin d’avoir une grande couche de neige. » Et Alfons Schuwey, chef technique, d’ajouter : « Cela nous a amené tout de suite pas mal de monde. Même Nathalie von Siebenthal est venue s’entraîner chez nous, juste avant de partir au Tour de ski, car elle ne pouvait pas aller au glacier des Diablerets à cause du vent. »

Ils sont trois, en première ligne, à faire vivre le Centre nordique de la vallée de la Jogne à Im Fang : Paul Jaggi (70 ans), président, ancien compétiteur et ancien entraîneur des juniors suisses, Alfons Schuwey (75 ans), chef technique et ancien compétiteur, et Elmar Buchs (66 ans), machiniste, ancien compétiteur et ancien chauffeur de camion. Cela fait de nomElmar Buchs (à g.), breuses années qu’ils donnent Paul Jaggi (au centre), Alfons Schuwey (à dr.). beaucoup de leur temps pour développer le site nordique de la seule commune alémanique de la Gruyère. C’est à l’initiative de Paul Jaggi que celui-ci a été créé en 1985. « C’est clair que ça demande du temps et surtout beaucoup de passion, relève Paul Jaggi. Sans elle, on ne va pas loin. » Et d’ajouter dans un sourire : « Un jour, ma femme m’a demandé si j’étais marié avec elle ou avec le centre nordique… » Tous trois retraités, ils ont encore beaucoup de plaisir à accomplir leur tâche car le ski de fond occupe toujours une place essentielle dans leur vie. « Mais il faudra quand même songer à trouver de la relève, soupire Paul Jaggi. Nous aurons besoin de nouvelles forces vives. »

b

•••

1 500 m3 pour enneiger les 2 km de la piste. Nous produisons encore un peu de neige pour en avoir encore en réserve pour la fin de saison. Nous ne savons donc pas à combien se monteront les factures d’eau et d’électricité. Cela dit, ce n’est pas l’équipement le plus coûteux auquel nous avons consenti. La première machine à tracer nous avait coûté 110 000 francs en 1985 et la dernière, il y a 4 ans, près de 180 000. En additionnant tout ce que nous avons investi, depuis 1985, nous arrivons au million de francs. Outre les machines, nous avons érigé trois ponts sur la Jogne. Il a fallu les construire à la fois assez larges pour permettre le croisement des skieurs et suffisamment solides pour supporter le poids de la machine. » À l’abri des regards du soleil, au pied de la Hochmatt, le Centre nordique de la vallée de la Jogne représente un petit paradis pour les skieurs de fond, avec ses 20 km de pistes, de Charmey à Jaun-Bellegarde et retour. Le centre nordique, avec vestiaires, est situé à Im Fang. « Ici, on est certains de trouver une piste praticable », faisait remarquer une skieuse le jour de notre visite. D’ailleurs, même avant l’arrivée du canon à neige, le centre était plutôt privilégié grâce à ses conditions climatiques. « Depuis 32 ans que nous l’avons créé, nous avons une moyenne de 110 jours d’ouverture par année », précise Paul Jaggi. Alfons Schuwey complète : « Beaucoup de monde apprécie de venir chez nous. Et on peut faire la distance qu’on veut car, comme notre piste est parallèle à la route cantonale, il y a la possibilité, grâce à plusieurs arrêts de bus le long du parcours, de revenir à son point de départ. » 

nordic

MAGAZINE


nordic LE MÉDIA RÉFÉRENCE DU NORDIQUE MAGAZINE INTERNET WEB-TV APPLICATION Le site des passionnés du nordique

www.nordicmag.info

nordic

MAGAZINE

101


nordic.fr

my

AGENDA

,

En 2009, la Station Monts Jura, dans l'Ain, avait dĂŠjĂ accueilli les championnats de France de ski alpin. Le public avait notamment pu encourager la Bornandine Tessa Worley.

102

nordic

MAGAZINE


Pinturault

Worley & Co Le massif du Jura est souvent associé au nordique. Toujours est-il que la station Monts Jura accueillera, du 25 au 27 mars, les championnats de France de ski alpin. En toute légitimité.

nordic

MAGAZINE

de skier sur la piste des champions », confirme Martine Nublat, chargée de promotion de la station. Et quelle fierté de se savoir connus et appréciés jusque dans les Alpes ! Les Sous des écoles de Mijoux et Chézery-Lélex assureront la logistique du repas sous chapiteau du samedi soir, préparé par la boucherie Grosgurin... de Lélex. « Des diots maison au Bleu de Gex accompagnés de pommes de terre pour 700 personnes », annoncent Cyril et Florian Grosgurin, qui tiennent ensemble le commerce ouvert en 1936 par leur grand-père.

MOBILISATION GÉNÉRALE

ZOOM

Les hébergeurs, à l’image de Florence et Michel Grossiord qui tiennent depuis trente-cinq ans l’Hôtel du Centre, ne boudent pas leur plaisir : « A cette date, c’est un plus pour la fin de saison, confie Madame, dont l’établissement est devenu le QG des organisateurs de compétitions. C’est une belle reconnaissance pour la station d’accueillir un événement de cette ampleur. Et on affûte nos graines de champions : les jeunes ont des étoiles plein les yeux. De quoi créer des vocations ! » La première édition des championnats de France 

bAGENCE

D

u boucher aux hôteliers, en passant par les jeunes du coin, tout le monde n’attend plus que ça. Du 25 au 27 mars, la 104e édition des championnats de France de ski alpin réunira les meilleurs slalomeurs français à Lélex-Crozet. De l’alpin de très haut niveau sur cette terre jurassienne plus habituée à accueillir les cadors nordiques ! Ce n'est toutefois pas une première. En 2009 déjà, l’événement avait attiré près de 10 000 visiteurs à Monts Jura, contribuant ainsi à la renommée de la « petite » station devenue grande. Il est loin le temps où Luc Alphand ironisait gentiment lors des premières compétitions FIS en 2004 : « J’ai dû chercher Lélex sur une carte de France… » Aujourd’hui, impossible de ne pas connaître le village de l’Ain, qui s’est fait un joli nom dans le monde du ski de compétition ! Depuis trois ans, l’association Monts Jura Sport Événement bataille dur pour faire venir Pinturault, Faivre, MuffatJeandet, Worley et consorts. Pari gagné pour cette équipe de 23 membres actifs qui n’ont qu’une envie : faire vivre la station au rythme des compétitions nationales et internationales. Et personne ne les contredira ! Ici, tout le monde est formel : les champions sont les meilleurs ambassadeurs de l’image de Monts Jura. « Les vacanciers adorent l’idée

103


L'hôtel de Florence et Michel Grossiord est très prisé des organisateurs des championnats de France.

nordic.fr

my

b ALEXIS

à Lélex avait laissé un sacré souvenir à tous. Les champions étaient impressionnés par l’engouement suscité par cette compétition de fin de saison, et les spectateurs fous de joie de revoir pareil spectacle après plusieurs années d’absence. « Quand je vais dans les Alpes, on me parle encore de 2009 comme d’un super moment », confirme Christophe Noiret, l’un des 23 membres de l’organisation où l'on retrouve aussi Stéphane Dalloz, grand ordonnateur d'épreuves internationales de ski alpin, spécialiste du marketing et accessoirement associé d'un restaurant d'altitude [lire Nordic Magazine n° 17]. Depuis le début de l'hiver, les résultats des Français en coupe du monde sont exceptionnels, en témoignent le parcours d'Alexis Pinturault, dont le palmarès est désormais plus riche que celui de Jean-Claude Killy (dix-neuf victoires pour le géantiste de Courchevel, contre dix-huit victoires en comptant ses trois succès olympiques en 1968 pour la légende tricolore). À 27 ans, Tessa Worley se rapproche, elle, de Carole Merle et Perrine Pelen. Avec d'aussi belles têtes d'affiche, l’édition « Lélex 2017 » promet du très beau spectacle ! 

BOICHARD/AGENCE ZOOM

•••

LE PROGRAMME DES ÉPREUVES ¢ Samedi 25 mars - Géant Hommes 9 h 00 : 1re manche 11 h 00 : 2e manche 13 h 00 : départ du slalom géant de la Jonquille ouvert à tous au profit de l’Institut Curie et la lutte contre le cancer 18 h 00 : remise des prix et tirage au sort public au centre du village de Lélex ¢ Dimanche 26 mars - Slalom Dames et Hommes 8 h 30 : 1re manche Slalom Dames 10 h 30 : 1re manche Slalom Hommes 12 h 30 : 2e manche Slalom Dames 13 h 30 : 2e manche Slalom Hommes ¢ Lundi 27 mars - Géant Dames 9 h 00 : 1re manche 11 h 00 : 2e manche

À Lélex, Alexis Pinturault sera très attendu du nombreux public.

AGENDA

,

LA PISTE DES RHODOS RECOUVERTE D’UNE NEIGE BÉTON

104

Si les vacanciers aiment la belle poudreuse, les champions, eux, préfèrent la neige béton ! Gérald Gros, nivoculteur, et Arnaud Demarie, responsable du damage, travaillent en étroite collaboration avec David Trambley, qui relaie en permanence les souhaits des staffs techniques des équipes de France. Quelques jours avant les championnats, une analyse de la piste permet de repérer les endroits de fonte où il faut remettre de la neige de culture. Cette année, la station s’est équipée de sonars placés sur la dameuse et sur la lame pour mesurer automatiquement la profondeur de neige, qui doit être au minimum de 50 centimètres. Finies les rudimentaires perceuses et mèches ! Puis, entre quinze et deux jours avant le Jour J, en fonction des températures et de la qualité de neige, Arnaud Demarie

ouvre la piste : « On passe la dameuse avec les chenilles pour faire entrer le froid ». Dans la foulée, Gérald Gros et son équipe arrosent la piste avant de laisser les dameurs la « refermer ». C’est l’étape cruciale réclamant expérience et patience ! « On roule tout doux à 3 ou 4 km/h sur 700 mètres de long, vingt ou vingt-cinq fois de suite, pour éviter la formation de boulettes, explique Arnaud Demarie. La fraise doit avoir le temps de mouliner la neige correctement. » Résultat : la neige est quasiment devenue glace ! Du premier au dernier coureur, la croûte en surface ne doit pas bouger d’un pouce. « On a toujours eu de bons retours des entraîneurs et du staff technique », se réjouit Arnaud Demarie, qui effectue sa quinzième saison à Lélex et trouve ce travail spécifique très valorisant.

nordic

MAGAZINE


GARNIER POUR NORDIC MAGAZINE bKARINE

Marcel Carlod a même une cabane de chronométrage à son nom.

MARCEL CARLOD, L’ÂME DE MONTS JURA Alexis Pinturault n’était pas encore né que Marcel Carlod, 79 ans, dévalait déjà le Crêt d’eau pour se rendre à l’école sur des skis en frêne. Il est l’un des bénévoles actifs de l’association Monts Jura Sport Événement. Avec de « très bons petits jeunes », il installe les affiches de promotion de la compétition, donne la main à l’installation et a même une cabane de chronométrage à son nom, « La cabane à Marcel » ! Marcel Carlod a effectué une belle carrière au CERN, en tant que responsable technique de chantiers de construction, mais il a toujours trouvé du temps à consacrer à l’alpin. Passion qu’il a d’abord transmise pendant dix ans aux élèves du ski-club de Lancrans (01), avant de créer, avec d’autres, une section ski alpin au Jura Gessien. Pour mutualiser les moyens et se donner toutes les chances de fonder une élite Jeunes, il a participé à la fusion du ski-club de Saint-Genis avec onze autres clubs du secteur pour créer le Groupement des clubs de ski de l’Ain. Au Comité régional, il a été responsable de l’homologation des pistes. Il se souvient avoir constitué « une équipe avec David, Guy, Pascal, Rémy et Pierrot, pour élargir à 30 mètres la piste des Rhodos à coups de tronçonneuses et de haches » ! Après de nouveaux travaux en 2004, elle peut aujourd’hui accueillir les super géants. « Cette station, on l’a vue naître et on veut qu’elle prospère, assure Marcel Carlod. Beaucoup ont appris qu’on pouvait venir skier ici grâce aux championnats de France. Et ils reviennent… »

LE SLALOM DE LA JONQUILLE Cette course chronométrée aura lieu samedi 25 mars, à partir de midi. 15 euros : c'est le prix à payer par les quidams pour se mesurer aux meilleurs Français de la discipline, au départ de Lélex. Les inscriptions (limitées à 200 participants) sont ouvertes jusqu'au 24 mars sur unejonquillepourcurie.fr ou jusqu’au 25 mars à 11 heures à la Maison du Tourisme de Lélex. Les recettes seront versées à l’Institut Curie pour la recherche contre le cancer.

Balades en raquettes

dans le Pays de Gex ! 20 km à parcourir

Pour découvrir la Haute Chaîne du Jura, cinq fiches « balade en raquettes » ont été réalisées par la Communauté de communes du Pays de Gex.

1720 m 1135 m

Vous pourrez découvrir des paysages aussi variés que surprenants et admirer des panoramas sur le Mont Blanc, les Alpes, le bassin lémanique, les Hautes-Combes du Jura, le Salève…

5 fiches à télécharger

Ces itinéraires balisés et jalonnés ont été élaborés avec la Réserve naturelle nationale de la Haute Chaîne du Jura.

ROCK FRIDAY Dès le vendredi soir, sous le grand chapiteau, l’association Val'zik de Mijoux organise un apéro live music et concerts à partir de 19 h 30, avec The Impressive Burricos de la Playa et Les Gwapps.

SKIEZ GRATUIT ! Les possesseurs d'une Licence Carte Neige achetée dans un club du massif jurassien bénéficieront d'un ski pass journée gratuit pendant les championnats.

nordic

MAGAZINE

105

Communauté de communes du Pays de Gex | 135 rue de Genève 01170 GEX Tél : 04 50 42 65 00 | Courriel : info@ccpg.fr | www.ccpg.fr | www.rnn-hautechainedujura.fr


nordic.fr

my

AGENDA

,

b

NORDIC MAGAZINE

Toutes les stars françaises du fond et du biathlon seront présentes en Haute-Maurienne.

106

Ultimes batailles avant la trêve Du 24 au 26 mars, athlètes et fondeurs participeront à Bessans aux championnats de France qui, pour les sauteurs et les combinés, auront lieu le week-end suivant dans le Haut-Doubs.

nordic

MAGAZINE


L

es 24, 25 et 26 mars, toute la famille nordique se retrouvera pour une grande rencontre. À l’exception des sauteurs et des combinés qui rejoindront les 1er et 2 avril le tremplin de Chaux-Neuve [avec le ski-club Mont Noir aux manettes], ses membres s'affronteront à Bessans, en Savoie. Des titres nationaux, très enviés, seront en jeu. Les décrocher permettra de terminer de belle manière un hiver plus ou moins riche en victoires. Une médaille d'or peut être la cerise sur le gâteau ou la bouée de secours pour qui se retrouve bredouille au printemps. L'autre intérêt de ces championnats de France, c'est, pour les participants, la possibilité de se confronter sur les mêmes épreuves. Des mois durant, chacun a mené sa route, les uns disputant la coupe du monde, les autres des OPA, des circuits internationaux comme la FIS Worldloppet Cup, le Samse national tour, des courses populaires... Si des individuels sont programmés dès le vendredi aprèsmidi, comme à l'habitude la journée de samedi sera la plus riche, avec, au programme, mass start pour les biathlètes et skiathlon pour les fondeurs. Le spectacle sera permanent. Evidemment, on pourra admirer toutes les stars des équipes de France, mais aussi la relève dont l'ambition sera tout aussi grande. Au total, ce sont plus de quatre cents athlètes qui voudront monter sur la plus haute marche du podium. Le dimanche, l'ambiance montera encore d'un cran avec les relais. Chaque comité régional aura à cœur de l'emporter. Un vent de chauvinisme soufflera en Haute-Maurienne. Un vent de fraternité aussi. La frénésie ne sera pas que sur la piste. Les spectateurs auront, eux aussi, à cœur d'encourager les représentants de leur terre natale. Corne de brume, clarines et même tronçonneuse grâce au turbulent team Valoche accompagneront la clameur. L'ultime fête pour les fondeurs sera le week-end suivant aux Saisies, avec le samedi les championnats de France des clubs qui regroupent plus de cinq cents coureurs. Le dimanche, avec comme support l’Étoile des Saisies, ce sera le championnat de France de longues distances. Enfin seulement, les héros pourront souffler un peu !

Une équipe passionnée

de ski nordique à votre service

Ils défendront leurs titres

¢ Biathlon Mass Start hommes : Simon Fourcade Mass Start hommes U21 : Emilien Jacquelin Mass Start hommes U19 : Martin Perrillat-Bottonet Mass Start dames : Marie Dorin-Habert Mass Start dames U19 : Myrille Bègue Mass Start dames U 21 : Justine Braisaz Relais hommes : Mont-Blanc - Relais dames : Dauphiné ¢ Ski de fond Mass Start hommes : Adrien Backscheider Mass Start hommes U20 : Jules Lapierre Mass Start dames : Anouk Faivre-Picon Relais hommes : Dauphiné - Relais dames : Massif jurassien ¢ Combiné nordique : François Braud ¢ Saut spécial : Vincent Descombes-Sevoie et Lucile Morat

nordic

MAGAZINE

107


nordic.fr RÉMI DUGNE

my

b

SKI DE FOND

Une traversée authentique du massif du Sancy dans un décor préservé, voilà la recette de la Sancy Blanche.

Passion Sancy Le 4 mars, la Sancy Blanche fêtera son 30e anniversaire au départ de la Bourboule (Puy-de-Dôme). Retour sur l’histoire de cette classique auvergnate.

AGENDA

,

L

108

es affres du temps n’ont pas vraiment de prise sur ses vieilles pierres. Dans un monde qui ne cesse de galoper, la Bourboule semble vivre dans un espace-temps éloigné du monde moderne. Lorsqu’on évoque cette petite ville nichée au cœur des volcans d’Auvergne, on pourrait parler des curistes qui débarquent en masse à chaque saison. Mais cette cité thermale, située seulement à une cinquantaine de kilomètres de Clermont-Ferrand, est également un lieu de pèlerinage pour les sportifs régionaux, été comme hiver. C’est ici, sur le plateau de Charlannes, qu’est née la Sancy

Blanche : « Je n’étais pas là au début de l’aventure », s’excuse presque Dominique Lambert, l’actuel président de l’association qui organise l’épreuve. Mais l’homme reprend : « À la base, la course s’appelait l’Équipée Blanche, il s’agissait d’un marathon dont les partenaires principaux étaient le journal L’Équipe et la SNCF. Si mes souvenirs sont bons, elle s’est déroulée jusqu’en 1997. » Avec l’appellation Sancy Blanche, l’épreuve s'est diversifiée : « Nous avons mis en place un semi-marathon, mais aussi un “dix kilomètres” et des épreuves pour les enfants », note le responsable. En trois décennies, la course auver-

gnate a su faire face aux caprices d’une météo hivernale pas toujours évidente pour perdurer dans le calendrier. Loin d’être une mince affaire. Les organisateurs ont dû trouver des solutions pour préserver leur épreuve : « Notre volonté était de la maintenir au cœur de l’Espace Nordique du Sancy. C’est pour cette raison que les sites de départ et d’arrivée peuvent varier entre La Bourboule, le Mont Dore, la Tour d’Auvergne, Chastreix, Picherande et Besse-en-Chandesse. » Pour la trentième édition, les concurrents s’élanceront du Plateau de Charlannes, en direction de Besse, pour une traversée du Sancy.

nordic

MAGAZINE


Les femmes pourront courir avec les garçons, ou entre elles.

b

Après une trentième édition ensoleillée qui n'a toujours pas permis à Benoît Chauvet de gagner à domicile (c'est l'un de ses coéquipiers du team Gel Intérim - Rossignol, le Franc-comtois Bastien Poirrier, qui, au sprint a décroché la victoire... et le VTT remis au vainqueur), le Marathon des Glières innove en 2017. Si historiquement il a toujours été ouvert aux dames, y compris en 1992 où il servait de support au championnat de France longue distance (il avait consacré Sylvie GiryRousset sur 30 km, senior, et Corinne Niogret, junior, toute fraîche médaillée d'or des JO d'Alberville), il proposera, dimanche 19 mars, une course interdite aux hommes ! Au moment du départ, le peloton qui reste mixte sur les 22-42 km (toutefois, il n'y aura pas de palmarès dames sur ces deux distances) partira vers le nord, tandis que les fondeuses, en route pour

NORDIC MAGAZINE

LE MARATHON DES GLIÈRES PENSE AUX DAMES

La journée aura également un versant solidaire : « Nous avons un partenariat avec la Fondation pour la recherche médicale. Lors de la course, des personnes seront présentes pour communiquer sur la recherche des maladies cardio -vasculaires. » Lorsqu’on demande à Dominique Lambert d’évoquer les grands noms de la Sancy Blanche, il n'hésite pas : Jean-François Duchampt. L’Auvergnat, aujourd’hui âgé de 57 ans et père de Félix (équipe de France de triathlon), compte plusieurs titres mondiaux chez les masters à son palmarès. Et il fut l’une des grandes figures du ski nordique régional. Dans les années Quatre-vingt-dix, il était également un sérieux candidat sur la Sancy Verte , épreuve VTT inspirée de sa grande sœur hivernale. Du côté de la Bourboule, on s’apprête donc à fêter cette édition spéciale avec humilité et avec l’envie d’organiser une belle fête du ski. 

30 km autorisés aux catégories jeunes et juniors, partiront en direction du sud et la plaine de Dran (sans la montée de Notre Dames des Neiges). Celle qui franchira la première la ligne d'arrivée se verra offrir un VTT de même qualité que celui du premier homme du Marathon.

31 e MARATHON des

4-5 MARS 2017

GLIèRes 18 et 19 mars 2017

COL DE ROUSSET HERBOUILLY VILLARD DE LANS

ENFIN UNE COURSE DAMES ! SAMEDI 4 35KM CLASSIC CHRONO RANDO

MAGAZINE

nemen

e

s éc

04 50 22 38 84 nordic www.marathondesglieres.com

o- o li d a i r e re s n s a po

bl

DIMANCHE 10, 22 et 42 km 30 km Dames

COL DE ROUSSET - VILLARD DE LANS

t

SAMEDI DUO USEP ET 4 km U14

E

COL DE ROUSSET - HERBOUILLY

DIMANCHE 5 53KM LIBRE CHRONO RANDO

INFOS WWW.TRANSVERCORS-NORDIC.COM 109


nordic.fr

my

TRANSJU'TRAIL : DIX ÉDITIONS ET DU MYSTÈRE

COURSES MARATHON DE LA CLARÉE LES ALBERTS/MONTGENÈVRE 19 FÉVRIER 2017 10, 24 et 42 km FT Pwww.marathondelaclaree.org

LA FRANCO-SUISSE LES CERNETS 19 FÉVRIER 2017 14 et 28 km FT Pwww.la-franco-suisse.ch

110

Aurélien Patoz en 2016, levaient à leur tour les bras sous l'arche installée près du tremplin de saut à ski de l'Omnibus. Courir La Transjurassienne à l'envers n'a pas toujours été une partie de plaisir. La météo a parfois contrarié les plus motivés. Dans une discipline qui n'a cessé de se développer en une décennie, la concurrence s'est également accrue. La course, où de nombreuses femmes ont également brillé (citons Aurélie Germann, Gaëlle Tannières, Séverine Vandermeulen, Delphine Biollaz, Muriel Lauriot, Elisabeth Moyne), est déjà riche en histoires, se forgeant sa légende année après année. Rien n'y est jamais écrit d'avance. Pour la dixième édition, Trans'Organisation enfonce le clou en imaginant un parcours mystère d'environ 55 km limité à 100 personnes (ils ne devaient être que cinquante, mais le succès a été tel que la capacité a été multipliée par deux). D'où partirontils ? Où arriveront-ils ? Quelques initiés le savent. Seule chose certaine, les coureurs ont rendez-vous à Morez, le matin, où des bus les attendent. À l’intérieur, dossards et roadbooks seront distribués. L'aventure pourra alors commencer. À noter que cette épreuve se déroule en autonomie complète (un seul point d'eau sur le parcours).

FOXTRAIL - FOND'ACTION LES MOSSES 26 FÉVRIER 2017 15 et 30 km FT Pwww.espacenordique.ch/foxtrail

LA ROYALE HERBOUILLY 25 FÉVRIER 2017 30  km CT et 30 km FT Pwww.vercorsskidefond.fr

MARATHON DU MEZENC LES ESTABLES 26 FÉVRIER 2017 21 et 42 km FT

MARATHON DU TURCHET LES PONTETS 25-26 FÉVRIER 2017 21 km CT (sa.) - 21 FT (di.) Le départ de la Savoyarde.

ALAIN GUILBERT

AGENDA

,

L

es 3 et 4 juin, ce n'est pas le dixième anniversaire de La Transju'trail, mais sa dixième édition. Le trail initié par les organisateurs de La Transjurassienne est né en 2008. Le palmarès de l'épreuve reine entre Mouthe et Lamoura a été inauguré par Christophe Malardé. Pour l'anecdote, le Breton figurait sur la toute première affiche. En 2009, il récidivait. Le plus jeune concurrent s'appelait alors Xavier Thévenard. Deux ans plus tard, le Jurassien franchissait le premier la ligne d'arrivée (il a aussi gagné l'édition 2013 et a terminé troisième en 2016). En 2012, c'est une autre star du trail qui s'imposait chez les hommes : sous une pluie battante, Dawa Sherpa profitait d'une défaillance de Jean-Marie Thévenard, le frère de Xavier, pour ajouter une ligne à son prestigieux CV. Le champion du monde de course d’orientation, François Gonon, finissait quant à lui à la première place du 18 km. 2014, ce fut l'année des nordiques, avec 0 °C au départ à Mouthe, la naissance de La Transju'Verticale (victoire de Geoffrey Lafarge et Roxane Lacroix) et le triomphe aux Rousses de François Faivre, actuel entraîneur de l'équipe de France de ski de fond. Puis Thomas Lorblanchet et une étonnante Helen Green en 2015, et

Pwww.la-siberienne.ch

b

b

GORAN MOJICEVIC

LA SIBÉRIENNE LA BRÉVINE 25 FÉVRIER 2017 15 et 30 km FT

nordic

MAGAZINE


PRAZ DE LYS SOMMAND TOURISME

LA BOUTIQUE EN LIGNE SPÉCIALISTE DU SKI DE RANDONNÉE NORDIQUE

LA TRACE VOSGIENNE

LA FÉCLAZ 11 - 12 MARS 2017 21 et 42 km CT (sa.) - 21 et 42 FT (di.)

Pwww.tracevosgienne.fr

Pwww.skinordiquelafeclaz.org

LA CHRONOPOUILLE

SAINTE-CROIX/LES RASSES 4 - 5 MARS 2017 12 - 25 km FT (sa.) - 12, 22 et 42 km CT (di.)

LA CHAUX-DE-FONDS 12 MARS 2017 12,5 et 25 km FT

Pwww.ski-mara.ch

Pwww.centre-nordique-pouillerel.ch

TRANS VERCORS NORDIC

COL DU MARCHAIRUZ 12 MARS 2017 15 et 30 km FT

Ptransvercors-nordic.com

Pwww.tropheedumarchairuz.ch

MARATHON DU GRAND BEC

SKIS DE RANDONNÉE NORDIQUE

CHAUSSURES

PULKA

ROSSIGNOL - MADSHUS - FISCHER

ALFA QUEST 75 ADVANCE

PULKA ENFANT FJELLPULKEN

04.76.39.79.67 info@aventurenordique.com

LIVRAISON 48 H

PAIEMENT SÉCURISÉ

TROPHÉE DU MARCHAIRUZ

HERBOUILLY - VILLARD DE L.ANS 4 - 5 MARS 2017 35 FT (sa) et 53 km FT (di)

CHAMPAGNY-EN-VANOISE 5 MARS 2017 21 et 42 km FT

aventurenordique.com

LA SAVOYARDE

GÉRARDMER 26 FÉVRIER 2017 25 et 42 km FT

LA MARA

SKIS DE RANDONNÉE NORDIQUE & PULKAS

b

La Traversée de la Ramaz aura lieu le 5 mars.

SORTEZ DES SENTIERS BATTUS AVEC NOS

LA CORALINE CREVOUX 19 MARS 2017 10 et 20 km FT

Pwww.marathondugrandbec.com

MARATHON DES GLIÈRES TRAVERSÉE DU MASSACRE PRÉMANON 5 MARS 2017 10, 21 et 42 km FT

PLATEAU DES GLIÈRES 19 MARS 2017 10, 22 et 42 km FT - 30 km dames. Pwww.marathondesglieres.com

Pwww.traverseedumassacre.com

SKI-24 TRAVERSÉE DE LA RAMAZ PRAZ-DE-LYS SOMMAND 5 MARS 2017 15 et 30 km FT P

LES MOSSES 1er - 2 AVRIL 2017 24 heures sur les skis en style libre Pwww.ski-24.ch

www.traverseedelaramaz.fr

ETOILE DES SAISIES LA SANCY BLANCHE SUPERBESSE 5 MARS 2017 21 et 42 km FT

LES SAISIES 2 AVRIL 2017 21 et 42 FT Pwww.sports-lessaisies.com

Pwww.facebook.com/sancyblanche

nordic

MAGAZINE

Plus d'informations sur www.nordicmag.info

111

ÉCHANGE OU RETOUR


nordic.fr

my La Run & Skate peut aussi se disputer en relais.

PISTE NOIRE

b

DR

b

ROBERT GOIN

Encore des trails sur neige

RUN & SKATE : NOCES D'ÉTAIN

C

ela fait dix éditions qu'à Chamonix, à l'initiative de Fabienne et Thierry Ravanel du magasin de sport Ravanel & Co, le trail et le ski de fond convolent en justes noces. Au départ, ce mariage n'avait rien d'évident. L'idée était pour le moins originale. La Run & Skate n'en a pas moins réussi à s'imposer dans le calendrier, y compris des athlètes de haut niveau. Les têtes d'affiche ont de quoi rendre jaloux plus d'un organisateur d'événement sportif. Vincent Defrasne, Alexandre Rousselet, François Faivre, Thibaut Baronian, Nicolas Perrier ou encore Xavier et JeanMarie Thévenard ont tous tenté l'expérience, n'hésitant pas, pour certains d'entre eux, à récidiver. C'est donc baskets aux pieds que les concurrents s'élancent depuis l'aire de deltaplane sur les chemins ennei-

gés qui sillonnent les moraines du Glacier des Bois. Douze kilomètres les attendent. Quand ils changent de matériel, quittant les chaussures de running pour des skis de skate, le chronomètre ne s'arrête pas ! Direction le domaine nordique d'Argentière pour dix-huit autres kilomètres. Depuis la deuxième édition, la Run & Skate peut se disputer en binôme : un coureur accomplit la première partie du parcours, un fondeur s'occupe de la seconde. Les équipes peuvent être mixtes. Les plus anciens se rappelleront que c'est sous la pluie qu'en 2008, les frères Gachet avaient été les plus rapides. Depuis les intrépides — dont le Vallorcin Sacha Devillaz ou encore Christophe Perrillat, dernier vainqueur chez les hommes — ont eu à lutter contre les épaisseurs de neige fraîche, les sentiers glissants, les pistes maltraitées par l'effet de foehn, le froid... Cela n'a pas empêché le nombre de participants de croître d'année en année. Quarante-sept à l'inauguration, ils étaient près de 200 en 2016. À noter qu'un trail blanc de 11 km de course à pied s'est ajouté au programme. Il rencontre un franc succès.

Avant le départ d'une belle aventure.

b

112

DR

Pwww.runandskate.fr

¢ Le 19 février : Ubaye Snow Trail Salomon. Au départ de Saint-Paulsur-Ubaye à 1 450 m, petit village typique de montagne, avec pour seul horizon un cadre somptueux et sauvage surplombé de sommets enneigés de plus de 3 000 m. Au choix, deux parcours de 22 km et 9 km 100 % neige, des passages à 2 250 m au pied du Brec du Chambeyron (3 389 m) et vers des lieux dépaysants en pleine montagne ... Pwww.ubaye-trail.fr

¢ Le 24 février : La Fée Blanche. Au cœur du domaine nordique des Aillons-Margériaz 1 400 m. Trail sur une distance de 10,5 km pour 220 m de dénivelé. ¢ Le 12 mars : la Yéti Race. Trail à obstacles d’environ 20 km et sur lequel les coureurs doivent passer par des épreuves spéciales ou parcours d'environ 10 km. Pwww.yetirace.fr

¢ Les 4 et 5 mars l'Oxfam Wintertrail : défi sportif et solidaire où des équipes de 4 personnes parcourent 60 km en moins de 30 heures en raquettes à neige et sans relais. Poxfamwintertrail.fr

¢ Le 2 avril : Aravis Snow Trail à La Giettaz-en-Aravis. Deux grands parcours – « Expert » et « Soft ». Le premier, le plus long (17 km), prévoit un passage par le sommet du Torraz, à 1930 m d’altitude, qui offre un panorama à 360°. Deux autres parcours sont réservés aux plus jeunes : Extra Solft (7 km) pour les 12-15 ans et la Croué Trail, un itinéraire ludique pour les 6-11 ans. Pwww.valdarly-montblanc.com

nordic

MAGAZINE


b

DR

STÉPHANE RICARD DÉFENDRA SON TITRE AUX MONDIAUX

Stéphane Ricard avait été sacré champion du monde en Italie. Stéphane Ricard a les yeux tournés vers les prochains championnats du monde de raquettes à neige. Du 23 au 25 février prochains, le Champsaurin tentera de conserver son titre acquis en Italie en 2016. Dans la province de New-York (États-Unis), il défiera les meilleurs de la discipline sur un parcours de 10 kilomètres. Cette discipline, encore mineure, a été en démonstration aux Jeux olympiques de Vancouver. Elle n'est pas développée en France, mais à l'étranger, c'est un sport reconnu comme en Italie, en Suède ou encore au Canada. « Je m’entraîne dans la vallée du Champsaur, et plus particulièrement dans la station d’Ancelle. Quand la neige est abondante, c’est un pur bonheur d’arpenter les sentiers ! », confie le Français qui, depuis trois ans maintenant, travaille spécifiquement la raquette, en plus du trail qu'il pratique aux beaux jours. « L’effort ressemble étroitement à du cross-country, avec davantage de côtes à gravir. Les passages trappeurs sont de plus en plus fréquents sur les parcours choisis par la fédération. Je multiplie aussi les séances de musculation, car celle-ci joue énormément en compétition ». Instituteur dans l’enseignement catholique à Gap, Stéphane Ricard essaiera donc de ramener un troisième titre en France, après la Suède en 2014 et l’Italie en 2016.

ET DE 10 POUR LE MARATHON DE LA CLARÉE C'est le terrain de jeu de Guillaume Berhault, Jérémie Millereau ou encore David Picard qui ont inscrit leur nom au palmarès, le Marathon de la Clarée en sera, le dimanche 19 février, à sa dixième édition. Cette année, il figure au calendrier du Marathon Ski Tour. Trois distances sont proposées : 10, 24 et 42 km avec un dénivelé positif de 685 m. Le départ du Marathon se fait depuis la plaine des Alberts, sur la commune de Montgenèvre, porte d’entrée de la Vallée de la Clarée. Le public pourra notamment encourager dans le village de Val-desPrès, première difficulté de la course, ou encore dans les ruelles du hameau de Ville Haute à Névache. Pwww.marathondelaclaree.org

nordic

MAGAZINE

113


nordic.fr

my TRAIL } TRAIL DES GLAISINS, samedi 1er avril, à Annecyle-Vieux (74). Nouveaux : 11,8 km, 17,4 km et 33,1 km. Pwww.usma74.fr

} TRAIL N LOUE, dimanche 23 avril à Mouthier-HautePierre (25). 12, 18 et 32 km.

dimanche 30 avril à St-Dié des Vosges (88). 19, 55 km solo ou relais. Pwww.traildesroches.com

} TRAIL NIVOLET REVARD, dimanche 30 avril à Voglans (73). 13, 27 et 51 km. Pwww.nivoletrevard.fr

} MONTÉE DU NOZON, samedi 6 mai à Croy (Suisse). 13,6 km. Pmontee-nozon.ch

} CHARTREUSE TRAIL FESTIVAL RAIDLIGHT, du 25 au 26 mai à St-Pierre-de-Chartreuse (38). KV, 12, 21 et 42 km. Le vendredi : 5 et 23 km. Pstationdetrail.com/fr/chartreuse

} GRAND RAID 73 ALLIBERT TRAIL, samedi 27 mai à Cruet (73). 10, 23 et 73 km.

Le Vercors et ses paysages dévoileront leurs mystères aux fondeurs.

b

} TRAIL DES ROCHES,

ERIC CHARRON

Ptrailnloue.com

La Trans'Vercors se fera aussi en style classique

L

es samedi 4 et dimanche 5 mars, avec la Trans'Vercors, participez à la plus ancienne course longue distance de France [lire Nordic Magazine n° 18]. Au programme, 53 km en compétition ou en randonée. Alors que les plus sportifs joueront le chronomètre, de très nombreux fondeurs en profiteront simplement pour skier à leur rythme, sur un terrain de jeu inaccessible le restant de l’année. C'est en effet l'une des spécificités de ce rendez-vous : le parcours est spécialement tracé pour l'occasion. Entre le départ à la station du Col du Rousset, dans la Drôme, et l’arrivée sur le domaine skiable du Haut Vercors, à la porte de Bois Barbu de Villard-de-Lans, en Isère, les coureurs ne croiseront d'ailleurs que

peu de traces d’activité humaine… Seules quelques cabanes forestières témoigneront d’une tradition forte de l’exploitation des forêts du Vercors. Initialement prévu pour l’édition 2016 qui, faute d’enneigement, avait dû être annulée, le nouveau parcours de 35 km en style classique fera son entrée officielle sur cette édition 2017. Ce sera l'occasion de renouer avec le ski nordique d'antan. Cette technique, qui n’a jamais perdu de sa ferveur en Scandinavie, avait été un peu délaissée chez nous, supplantée dans les années Quatre-vingt par le skating – ou pas de patineur. La Trans’Vercors offre désormais une nouvelle fenêtre sur le « classique » en solo en format rando ou chrono. Pwww.transvercors-nordique.com

Pwww.grandraid73.fr

} MAXI RACE DU LAC D'ANNECY, du 26 au 28 mai à Annecy-le-Vieux (74). Vertical race, 15, 42, 85 et 110 km. Pwww.maxi-race.net/fr/france/

} TRANSJU'TRAIL, les 3 et 4 juin à Morez (39). 10, 23, 36 et 72 km. Et la course mystère.

AGENDA

,

Pwww.transjutrail.com

114

} KV DE L'ALLEVARDINE, dimanche 4 juin, à Allevard (38). Kilomètre vertical. Pwww.goforitevent.fr

} TRAIL DE L'ABSINTHE, les 9 et 10 juin, dans le Val de Travers. 21, 42 75 ou 3 x 14 km.

TRAVERSÉE DU MASSACRE : BATAILLE INCERTAINE

Dans la forêt du Massacre qui doit son nom à un funeste combat du XVIe siècle, chaque premier dimanche de mars, près de 500 coureurs s'affrontent en un combat bien plus pacifique. Venus pour le seul plaisir de la glisse et du dépassement de soi, ils sont, chaque année, au rendez-vous d'un parcours réputé et quelque peu exigeant. Cette course inscrite au Marathon Ski Tour 2017, le challenge national des courses populaires, aborde sa 47e édition, sur une unique boucle de 42 km, 21 km ou 10 km. L'an dernier, le ski-club de Prémanon avait changé les tracés historiques. Le 5 mars, il n'y aura pas de nouvelle modification. Le 42 km filera tout droit vers Lamoura, avant d’escalader la forêt de la Sambine puis de traverser la route à la Darbella et de repartir sur les hauteurs du Massacre, avec un bouclage sur les hauteurs de la Regarde. Le retour se fera via la Frasse. En 2016, ce parcours avait semblé réussir à Romain Jacquier, avant que le Bois d’Amonier Romain Vandel ne prenne l’avantage. Chez les dames, Marion Blondeau n'avait pas été menacée. Nouveauté : pour ceux qui ne sont pas sportifs confirmés, ni amateurs d'efforts intenses, une rando raquette à neige a été ajoutée au programme.

Pwww.trail-absinthe.ch

nordic

MAGAZINE


LE TOURNOI DES DOUANES À MORZINE

Parmi les concurrents, le douanier Adrien Backscheider.

!

à décOUVrir AU mAgAsiN

DR

NOUVEAUTés skis-rAqUETTEs AlTAï

b

b

ALAIN GROSCLAUDE/AGENCE ZOOM

Nouveautés saison 2017 BÂTONS FART

b

DR

Du 20 au 24 mars, la station de Morzine accueillera le 64e Tournoi international de ski des Douanes, une compétition ouverte aux athlètes sous contrat avec l’institution. Organisé en France tous les cinq ans, c’est la première fois que la station du Chablais reçoit les meilleurs skieurs des nations alpines (Allemagne, Autriche, Suisse, Italie et France), et ce juste après les championnats du monde. Mardi 21 mars, la cérémonie d’ouverture se tiendra à 18 heures sur la place de l’office de tourisme. En nordique, Maurice Manificat, Jean-Guillaume Béatrix, Adrien Backscheider, Jean-Marc Gaillard, Marie Dorin-Habert, Justine Braisaz et Anaïs Chevalier défendront les couleurs tricolores. En face d'eux, il y aura Simon Schempp, Miriam Goessner, Roland Clara, Selina Gasparin ou encore Martin Jaeger. Les militaires tricolores, dont Martin Fourcade, ont également été invités. Au programme, mercredi, sur la piste de l’Erignée, un 5 km libre individuel dames et un 10 km libre individuel hommes. Jeudi, place aux différents relais, avant la cérémonie de clôture.

nordic

MAGAZINE

115


nordic.fr

my PISTE NOIRE

Alexis Jeannerod (au centre de la photo) a remporté l'édition 2016.

Classique et skate dans le Vaudois

b

DR

Le 5 mars, les classiqueurs ne manqueront pas La Mara, aux Rasses. Il s'agira de succéder à Mathias Inniger et Anouk Faivre-Picon. Cette classique attire plusieurs centaines d'amoureux du pas alternatif. Le 12 mars, les skateurs joueront le Trophée du Marchairuz qui, en 2016, avait réussi à Evgeny Bogdanov et Florence Golay-Geymond.

La Franco-Suisse : une course suisse qui plaît aux Français

Les chiens aux Fourgs et aux traîneaux

b

DR

L Aux Fourgs, les chiens de traîneaux s'affronteront, les 25 et 26 février. Les compétitions se dérouleront samedi de 13 à 16 h et dimanche de 9 h à 11 h 30. Des animations sont prévues : spectacle hivernal par LeZarti'Cirque, initiation au biathlon, maquillage pour enfants, mini-baptèmes en chiens de traîneaux, balades avec chevaux comtois...

a Franco-Suisse, qui se déroulera le 19 février aux Cernets-Verrières en Suisse, est une épreuve qui date de la fin des années Quarante. Elle a pris ce nom transfrontalier en 1980 lorsque le CSRP (Club des Skieurs Randonneurs Pontissaliens) de Pontarlier a commencé à collaborer avec les organisateurs du ski-club Les Cernets-Verrières. Le parcours se jouait alors de la frontière pour effectuer une boucle sur le territoire français. Depuis 2010, la collaboration avec le CSRP a cessé, le parcours est redevenu 100% suisse, mais le nom de l’épreuve demeure. Il faut dire que la participation est restée transfrontalière. Les skieurs français ont toujours apprécié de venir courir aux Cernets, surtout lorsque la Franco-Suisse était placée une semaine avant la Transjurassienne. La

participation française atteignait alors 50%. Depuis, elle a baissé de moitié, mais il peut arriver qu’elle soit plus importante, comme l’année dernière, en raison de l’annulation de La Transju'. Un tiers des coureurs était Français, dont Alexis Jeannerod, brillant vainqueur. Plusieurs fondeurs de renom sont venus aux Cernets, notamment Maurice Manificat, deuxième en 2009. L’édition 2017 sera, comme c’est le cas depuis 1998, la septième des dix manches de la Swiss Loppet. Le parcours sera long de 14 km avec une dénivellation de 270 m. Les concurrents auront le choix entre deux distances : 14 km (1 boucle) et 28 km (2 boucles). Seule la course des 28 km comptera pour la Swiss Loppet. Les inscriptions sur place sont possibles dès le samedi.

LES MONDIAUX MILITAIRES EN TERRE RUSSE

AMBITIONS MONDIALES

Pwww.la-franco-suisse.ch

Pwww.si-lesfourgs.fr

AGENDA

,

Une nocturne Run & Ski à Mouthe

116

Dans le but de créer un évènement festif accessible au plus grand nombre (compétiteurs, pratiquants locaux et touristes) et pour changer des formats de course habituels, le team Origin’haut propose, jeudi 16 février, un Run & Ski par équipe de deux en nocturne à Mouthe. Chaque coureur effectuera trois tours de piste en relais à l’américaine. L'équipe la mieux déguisée sera également récompensée. Pwww.originhaut.com

Les Jeux mondiaux militaires se dérouleront à Sochi du 21 au 28 février. Pour les disciplines nordiques, les épreuves seront un relais mixte, un sprint et une patrouille (la course phare par équipe de quatre, trois qui tirent et un dernier qui ne tire pas). Les fondeurs disputeront un team sprint skate et un 10/15 km skate. Il y aura enfin une patrouille mêlant fondeurs et biathlètes. Les installations des JO de 2014 seront utilisées. Si les meilleurs Russes seront présents, il n'en sera pas de même pour les autres nations. La date coïncide avec les championnats du monde de Lahti, du 22 février au 5 mars. La France sera malgré tout représentée, mais avec une équipe B qui aura à cœur de briller lors des compétitions.

Après la razzia d’Oslo, les biathlètes français seront attendus à Hochfilzen où se dérouleront les Mondiaux, du 9 au 19 février. Martin Fourcade débarque en Autriche avec quatre titres à défendre ! Marie Dorin-Habert aura sans doute du mal à faire mieux que ses six médailles. Les tricolores peuvent monter sur le podium lors de chaque course : trois relais et quatre courses individuelles. Les nordiques, eux, seront à Lahti, en Finlande, du 22 février au 5 mars. Brillants à Falun, les fondeurs tenteront de décrocher une troisième médaille internationale lors du relais. Les Poneys de Cyril Burdet auront une belle carte à jouer. Pour le combiné nordique, l’objectif sera de décrocher une médaille. En saut, Vincent Descombes-Sevoie sera dans la peau d’un outsider.

nordic

MAGAZINE


e l o n g a p m a h C c r A ’ d Jeanne le Merci à mon éco

ENSEMBLE, s nous partageoni. la passion du sk

Photo : Romin a Eggert

Photo : Nordic Magazine

el n n o i s s e f o r p t e e qu Lycée technologi

LER Laurent MUHLETHA

avenir ! e tr o v r u o p t u double ato n u , E T N E V T E t avec le I a K ri S a n N e rt a IO p T n A e t, IC n IF e L li BIQUA tion Relation C ia c o g é N S T B t e I K S Diplôme d’état UVERTES h Rue Clovis Brocard à Champagnole PORTES O 21 à 18 de s, ar m 4 di www.lajeanne-champa.com BTS - Vendre ril, de 9 à 12 h 30 Lycée - Samedi 2 av

SAUGEATHLON

6 & 720 LIÈVREMONT Mai 17 MAISONS-DU-BOIS

LES NUITS DU SAUGEATHLON

SAMEDI 6 MAI tte e d e v n E Hommage à Jean-Jacques Goldmann

«Tribute GOLDMEN & Fredericks & Jones» 1re partie «INEPS’ID»

3e partie «SANG D’ENCRE - LET’DZUR»

nordic

www.saugeathlon.com MAGAZINE

DIMANCHE 7 MAI 117 Repas & bal gratuit - Element - Les Snails


LE SKI

nordic.fr

my

sur toile

CARNET DE VOYAGES

,

Damien Ambrosetti, projet d'affiche pour la coupe d'Europe de Chamonix-Mont-Blanc, acrylique sur toile (42 x 59 cm), 2013.

118

Depuis la fin du XIXe siècle, le ski nordique inspire les peintres. De Cuno Amiet à Damien Ambrosetti, évocation d'un domaine peu exploré par l'histoire de l'art.

nordic

MAGAZINE


L

L’une des plus anciennes représentations de l’usage du ski par l’être humain a été réalisée voici 5 000 ans. Il s’agit de la gravure d’un homme se déplaçant avec deux grandes lattes sous les pieds – qui ressemblent fort à des skis – découverte sur une façade rocheuse de l’île de Tro, dans le Nord de la Norvège. Cette gravure, issue d’une scène de chasse, a notamment inspiré le logo des Jeux olympiques d'hiver de Lillehammer en 1994 ! Si les relations entre l’art et le ski semblent donc ancrées dans un passé lointain, les représentations des sports nordiques par les peintres se font néanmoins rares, à l’exception des affichistes. Si le contraste entre l’immensité blanche et les skieurs peut apparaître comme un thème intéressant à explorer pour les artistes, le mouvement semble plus complexe à restituer. NORVÈGE ET SUISSE. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, plusieurs peintres traitent le sujet au moment du développement du ski sportif en Norvège, puis dans toute la Scandinavie, dont le célèbre Frits Thaulow. Ainsi, son Ski sur une colline de 1884, présenté au Musée d’art de Boston, ou Un jour d'hiver en Norvège de 1886, accroché à Orsay, à Paris, figurent parmi ses toiles les plus célèbres. Le musée installé dans l'ancienne gare d'Orsay construite par Victor Laloux de 1898 à 1900 conserve également Paysage de neige, dit aussi Grand hiver, une toile d’une modernité étonnante – elle a été réalisée en 1904 – représentant un skieur. L’auteur, le peintre suisse Cuno Amiet, élève du célèbre Ferdinand Hodler, met en scène un skieur, qui semble minuscule, au milieu d’une immensité blanche, de plus de quatre mètres carrés. La trajectoire de ce skieur, dans ce désert blanc, aveuglant, silencieux et mystérieux, évoque la place et la quête de l’Homme dans une nature grandiose.

nordic

MAGAZINE

AFFICHES PUBLICITAIRES. Au début du XXe siècle, avec l’essor des sports d’hiver, de nombreuses affiches publicitaires mettent en scène des skieurs et des skieuses dans les plus célèbres stations des Alpes. Au début, les autres massifs sont moins représentés. Elles sont souvent composées par des peintres, comme le Suisse romand Albert Muret et ses moines quittant en file indienne l'hospice du Grand-Saint-Bernard. Burkhard Mangold est l'auteur d'une série de cinq affiches sur Davos, autant qu'il y a de lettres dans le nom de la station suisse des Grisons. Le Lyonnais Abel Faivre, qui fut aussi caricaturiste, figure parmi les peintres qui mettent en scène les activités proposées dans les stations. Ce sont elles qui passent commande aux artistes, tout comme le feront les compagnies de chemin de fer. Le train est alors le seul moyen de locomotion pour rejoindre les massifs. Ce sont alors des personnages en pull-over dans des décors de montagnes grandioses qui sont représentés. Avec, souvent, dans l'image, un palace. La montagne est alors prisée par une clientèle fortunée. Les compétitions sportives ont également eu besoin de faire leur promotion. À l’origine, la discipline qui a été la plus représentée est le saut à ski. Citons Johann Emil Müller qui, vers 1930, a représenté un sauteur à ski en plein vol, avec le lac de Joux en contrebas, dossard 13 et béret sur la tête. Aussi, dans l'entre-deux-guerres, les affiches n'ignorent pas l'Art déco. L'air du temps souffle dans les ateliers. Le rouleau compresseur de la publicité est en marche. Au même moment, un certain Paul Gayet-Tancrède, plus connu sous le nom de Samivel, se fait connaître par des dessins, des aquarelles et des illustrations d’ouvrages consacrés à la montagne. Au tout début des années 1930, avec ses albums comme Sur les planches ou Sous l’œil des choucas, il met en scène de nombreux skieurs. Ses aquarelles « à l’eau » sont proches de la peinture extrême orientale et souvent peuplées de personnages les skis aux pieds. Avec humour et poésie, il a raconté le monde de la montagne qu’il connaît comme personne, du ski, mais aussi de l’essor des stations comme dans Les chenilles processionnaires. LE PEINTRE DE LA NEIGE. À la fin des années 1940, le peintre jurassien Pierre Bichet réalise plusieurs œuvres dans lesquelles des skieurs sont présents. Contrairement à son ami Samivel, il ne propose pas d’œuvres humoristiques. Il représente le Haut-Jura, « exprime souvent la rudesse de la relation à la nature et la nécessaire collectivité des hommes », souligne Vincent Bichet, son fils, comme dans La corvée de neige (1953) ou Le chasse-neige (1959). Mais il n'ignore pas les joies de l’hiver, comme dans Les skieurs (1949) ou même une Adoration des bergers (1949) dans laquelle les personnages sont chaussés de skis. Au fil des années, avec ses lithographies, Pierre 

119


Pierre Bichet, Classe de neige, lithographie (28 x 18), 1995.

CARNET DE VOYAGES

,

•••

120

Bichet construit une relation indéfectible avec les gens de son pays. Plusieurs d’entre elles comprennent des skieurs. Ainsi, en 1957, sa première lithographie en couleur représente un couple de skieurs et, jusqu’en 1995, ceux-ci réapparaîtront plusieurs fois dans ses estampes qui appartiennent aujourd’hui à l’imaginaire collectif des habitants du massif du Jura. Ces dernières années, Damien Ambrosetti, ancien fondeur, a abordé le thème du ski à plusieurs reprises dans des toiles. « C’est un sujet difficile, souligne l’ancien membre du Comité du Mont-Blanc. Ce que j’aime dans la peinture de montagne et de ski, c’est le mouvement de la neige. Le sujet du ski est assez fréquent dans les anciennes affiches des stations, mais plus rare dans la peinture ». Plusieurs de ses peintures ou illustrations ont d’ailleurs illustré des affiches annonçant des épreuves de coupes d’Europe ou de la fameuse Gliss’ade de Métabief. Aujourd’hui, le genre est renouvelé dans les Alpes par l’illustrateur et affichiste chamoniard Charlie Adam. Comme dans les années 1930, ses affiches au graphisme rétro évoquent les sports d’hiver, version chic et glamour, dans des paysages grandioses. Ses dessins entièrement réalisés sur ordinateur sont empreints de nostalgie graphique et d'une ironie certaine. Le sujet inspire toujours !  PSamivel, L’Opéra de pics, éditions Glénat, 2013. Pierre Bichet, Lithographies, éditions du Sekoya, 2016. Affiches de sports d'hiver, éditions Citadelles & Mazenod, 2014

nordic.fr

my

PIERRE BICHET, GÉOGRAPHIE SENTIMENTALE Pour la première fois, un ouvrage rassemble le catalogue intégral des lithographies réalisées par le peintre de la neige, entre 1948 et 2001. Pourtant, au-delà du simple inventaire, ce livre déjà épuisé alors même qu'il est paru en décembre, explore la diversité de l’œuvre lithographique de Pierre Bichet (1922-2008), ses influences, l’évolution de son style graphique et de sa technique. Le lecteur trouvera également une cartographie qui localise les lieux représentés par l’artiste dans le Jura – le centre de sa cartographie du monde -, une notice biographique et quelques pages consacrées à la technique de la lithographie. Jusqu’à la fin des années 1960, les lithographies de Pierre Bichet, comme La corvée de neige (1958), demeurent habitées de personnages illustrant la rudesse de la relation à la nature jurassienne et la nécessaire collectivité des hommes au cours de l’hiver. Depuis sa lithographie Skieur à l’arrêt (1951), l’ouvrage montre que Pierre Bichet – lui-même sportif accompli – a régulièrement traité la thématique des sports d’hiver. Pour quelles raisons de nombreux skieurs ont-ils accroché sur leur mur une lithographie de Pierre Bichet au format allongé, apte à représenter un paysage d’hiver jurassien, fermé par une ligne forestière, d’où émergent des fermes comtoises ou, parfois, des falaises discrètes ? « J’aime faire des dessins qui parlent aux gens, leur montrer le pays qu’ils aiment avec parfois les choses qu’ils n’ont pas su voir », écrivait le peintre. Cet ouvrage a été imaginé et réalisé par Vincent Bichet et Samuel Cordier, collaborateur de Nordic Magazine depuis son premier numéro !

nordic

MAGAZINE


nordic

MAGAZINE

121


’ nordic.fr

my

I

ci Nagano, il neige*. Cela rappelle-t-il des souvenirs à quelques-uns ? C’était le bon temps des JO de Nagano, où les épreuves de ski étaient sans cesse reportées, car il neigeait trop fort. Depuis quelques années, les courses de début de saison sont elles aussi reportées ou déplacées, mais pour d’autres raisons… « Ici forêt du Massacre… ben, toujours pas de neige ». Alors on déplace la course ! Avouez que ça ne claque pas tellement ? ! Évidemment, les stations ont réagi et se sont organisées pour que, dès l’automne, leurs pistes soient enneigées, sans devoir attendre

de figure que nous avons rencontrés ces dernières années : - La température de l’air est trop proche de 0 °C et les microgouttelettes d’eau ne peuvent se transformer en neige. C’est le grand classique ! - L’air est froid, mais la terre encore trop chaude, la neige fond par le sol. - L’air est froid, mais l’eau est trop « chaude », elle retombe au sol en eau… froide ! - L’air est froid, le sol est gelé, mais les réserves d’eau sont trop basses, la production de neige est interdite. Skier, c’est top, boire c’est quand même très bien aussi… Ne pouvant plus compter « que » sur la neige de culture, les exploi-

qu’un nuage se décide à tousser audessus du domaine skiable. Ce fut d’abord les fameux canons à neige. Objectif, renforcer l’enneigement des parties de pistes les plus exposées. Durant de nombreuses années, c’était l’arme absolue pour les stations de moyenne altitude, comme les nôtres. Assez rapidement, de quelques canons en bas des pistes, cela est passé à un réseau de canons sur tout le tracé de la piste. Malheureusement, aujourd’hui, malgré tout ce dispositif, cela ne suffit plus. Premièrement, c’est la faute au Jurassique, notre vaillant massif s’est bien ratatiné durant ces milliers d’années d’usure et l’altitude commence à manquer. Mais pour revenir à nos canons, il fait trop chaud… Ça, c’est de l’info, me direz-vous ! Ce réchauffement climatique nous surprend chaque saison par son ingéniosité et ses effets sur la neige de culture. Voici les différents cas

tants de sites ont diversifié leurs ressources. La plus incroyable expérience que j’ai vécue est cette coupe du monde en Russie, où nous skiions sur un lit de sciure recouverte de 40 cm de glace pilée tirée de la Volga voisine ! Une autre originalité, en Russie encore, lors des JO de Sochi, la moitié de la piste de combiné nordique était enneigée par un procédé spécial : une râpe géante limait un bloc de glace que formait un immense congélateur. Vous pouvez visionner la scène dans le dessin animé Walt Disney La

fée Clochette et le secret des fées ! Beaucoup plus proche de chez vous, on procède maintenant au snowfarming. L’idée n’est pas nouvelle, elle consiste à stocker de la neige sous un épais manteau de sciure qui va l’empêcher de fondre durant les mois chauds, pour la dégager et l’étaler l’automne venu. C’est en grande partie sur ce type de neige que notre équipe de France de fond a peaufiné sa préparation d’avant saison du côté de Davos et de Prémanon ! 

*Parodie de Pierre Fulla, journaliste sportif, par les Guignols de l’info (Oui, Canal+ a été une chaîne intéressante… Mais ça, c’était avant !)

122

NORDIC MAGAZINE

Emmanuel Jonnier, ancien fondeur français, fait aujourd’hui partie de la “cellule glisse” de l’équipe de France.

b

EMMANUEL JONNIER

,

Ici Nagano, il neige...

nordic

MAGAZINE


’

nordic

MAGAZINE

123


Les valeurs de l'excellence

Petite

Avec

faire de

grandes choses Anaïs Bescond biathlète

Visite guidée des caves d'affinage au Fort Saint-Antoine toute l'année sur réservation : 03 81 69 31 21 La Crèmerie Marcel Petite au centre ville de Pontarlier 1, rue Saint-Antoine. Comtés, fromages, produits régionaux, épicerie fine, vins...

www.comte.petite.com