Issuu on Google+

CULTURE

mercredi 7 septembre 2011

10

Un laboratoire des émotions

Fête du livre à Vianden Une histoire de goût Pour sa dixième édition, la Fête du livre de Vianden, les 10 et 11 septembre. a retenu le thème La littérature, la cuisine et le goût. Un thème qui se déclinera au travers d'un déjeuner littéraire, des contes à déguster, la présentation de livres gastronomiques, un show culinaire, des dégustations, des conférence.. Vianden sera le point de rencontre des collectionneurs, des amateurs de littérature et des éditeurs. www.cite-litteraire.lu

■ Le premier texte porte le titre éponyme de l'ouvrage et évoque la maladie d'Alzheimer du père de Jonathan Franzen au gré de l'évolution des sentiments de déni, d'impuissance, d'espoir ressentis par l'écrivain face à cette inéluctable tragédie familiale. Malgré la description scientifique de cette terrible maladie, Franzen reste convaincu que le «moi essentiel» de son père a survécu jusqu'à son dernier souffle et il tente de nous le démontrer à travers ses souvenirs. Dans le second essai Meet me in Saint Louis, l'écrivain raconte comment s'est déroulée une journée de prises de vue dans le

Histoires de légendes et de contes • Escobar. Dans le village de Dedos del Diablo, on raconte certaines légendes mayas aux touristes égarés dans ce coin perdu, en échange d'un verre d'alcool. On parle d’une créature incroyable nommée Ché-é ou El Diablo Negro qui apparaît lorsque la forêt ou son peuple a besoin d’elle. En plein cœur de la jungle, un groupe de mercenaires à la solde de l'industriel Rosario va subir l'attaque de cet esprit vengeur et félin. Sur fond de légende maya, Louis nous invite au combat manichéen entre les esprits sans peur de la forêt et ceux, sans pitié, de la cité. Flashbacks, scènes d'action explosives, une galerie de personnages variés et charismatiques, l'auteur met tout en œuvre pour un premier tome percutant. Et il y réussit brillamment tant son récit tient en haleine de bout en bout. Planches aux cadrages et découpages explosés, le trait vif et précis, Louis excelle une fois de plus par son sens exacerbé du mouvement et de la dynamique. • Le coupeur de bambous. Un vieux coupeur de bambous découvre au sein d'une de ses pousses une petite fille haute de vingt centimètres. Celle-ci ne tarde pas à grandir pour devenir la plus belle femme du Japon. Les prétendants se pressant pour lui demander sa main, elle leur lance des défis impossibles à réaliser. Tous échoueront, jusqu'à l'Empereur lui-même car la belle

parents aujourd'hui décédés. La résurgence de son passé ne l'enchante guère et il refuse catégoriquement de remettre les pieds dans la maison familiale. Mal du pays, nostalgie du passé, «tableaux de mémoire» à jamais disparus de la réalité? Jonathan Franzen se prête avec sincérité à une analyse des émotions de cette journée. Un livre au lit, troisième essai, est l'occasion pour l'écrivain de critiquer la culture de masse et le semblant de réconfort que prodiguent les normes auxquelles il faut appartenir sous peine d'être marginalisé. Dans ce contexte, il analyse sous son œil acerbe et provocateur le bienfondé des ouvrages d'éducation sexuelle. Car Jonathan Franzen souligne le besoin d'intimité de l'être humain, son besoin également d'être unique parmi et malgré la masse.

Alors que son roman Freedom est annoncé comme l'un des événements majeurs de la rentrée littéraire, la version poche d'un petit recueil d'essais permet au lecteur d'approcher la personnalité de l'écrivain américain Jonathan Franzen. Ledit recueil Le cerveau de mon père paru récemment aux éditions Points rassemble trois textes extraits d'une compilation intitulée Pourquoi s'en faire de 2003.

ne peut se marier: elle est originaire de la Lune... Ecrit entre 850 et 950 après J.-C., Taketori Monogatari ou Le coupeur de bambous est sans doute le conte japonais le plus ancien. Connu de tous les écoliers au Japon, il a déjà fait l'objet de nombreuses adaptations sous forme de mangas et dessins animés. Etonnant de modernisme, ce conte médiéval en trois temps touche aux thèmes les plus classiques de la science fiction... ■ Jean-Luc Delorme • L'esprit de la forêt, tome 1 de la série Escobar, le dernier maya» par Louis aux éditions Le Lombard; • Le coupeur de bambous, par Nishimura Eri et Ihara Daisuke aux éditions Delcourt.

quartier de son enfance lors d'une tournée promotionnelle pour son troisième livre Les corrections, le roman qui l'a propulsé sur les devants de la scène littéraire nationale et internationale. Pourtant ici, l'auteur ne s'attarde pas sur son succès mais relate les émotions que provoque ce retour forcé dans la banlieue de Saint-Louis (Missouri) où il vécut heureux avec ses

Il écrit à ce propos: «C'est l'énigme de l'individu confronté à des masses sur lesquelles il ne peut éviter d'en savoir plus qu'il ne le voudrait: je veux être seul, mais pas trop seul. Je veux être le même, mais pas différent.» Le cerveau de mon père se lit avec le plaisir d'un lecteur qui entre non pas dans le cerveau du père de l'écrivain, mais dans celui de l'écrivain lui-même. Tel un biologiste, Jonathan Franzen dissèque ses pensées, ses émotions et soulève des réflexions très pertinentes sur l'ère contemporaine de l'information. ■ Nathalie Cailteux Le cerveau de mon père, de Jonathan Franzen, traduit de l'anglais par Rémy Lambrechts, paru aux éditions Points, ISBN 978-2-75782472-6; 93 pages.

Participez à notre jeu-concours, organisé en partenariat avec LIBO, qui chaque mercredi met deux exemplaires du livre de poche sélectionné en jeu. Ce livre est par ailleurs mis en évidence au rayon littérature de la librairie. Pour tenter d'empocher le poche de la semaine, envoyez un SMS au 644 47 avec le code: Voix (espace) Nom (espace) Prénom (espace) Franzen. Les gagnants tirés au sort seront prévenus par retour de SMS et pourront retirer leur exemplaire à www.libo.lu la librairie LIBO au 11, rue du Fort Bourbon à Luxembourg.

La rentrée des héros • Coucou hibou! «Dans la forêt lointaine, on entend le hibou», le hibou bien célèbre de la comptine. Il revient ici pour une nouvelle balade grâce aux illustrations très colorées, inventives et rigolotes de Lucile Placin, dans un décor de forêt enchanteresse. Notre hibou rencontrera des personnages insolites comme le grand cagou mais aussi le mérou, croisé dans la rivière. Grâce au toutou, il retrouvera sa route qui le mènera au très joli tatou! Mais c'est surtout maman hibou qu'il cherche. Hibou est drôlement attachant avec ses grands yeux, ses deux plumes sur la tête et son veston rouge. Il emmène les enfants sur le chemin de la comptine dans un paysage où foisonnent les clins d'œil de l'auteur. Très séduisant et amusant! •Timo au parc, Timo à la montagne. Timo est un nouveau petit héros de la littérature jeunesse; il est craquant et prêt à vivre et partager ses aventures avec les petits. Créée par Emilie Gillet et Cyril Entzmann, Timo est une peluche mise en situation réelle, ici au parc et à la montagne. Les histoires s'appuient sur des photographies dans des cadres familiers ou à découvrir. Au parc, Timo s'ennuie, Monsieur Pigeon l'invite à imiter les enfants, en créant au bac à sable pâtés et jeux de billes. Puis cachecache, bascules et toboggans n'auront plus de secret pour lui.

A la montagne, il rêve de devenir champion de ski, un peu laborieux au début, l'apprentissage se révélera bien utile. C'est avec un Timo fatigué après sa première journée de ski que les enfants passeront un très bon moment de lecture. Voici donc deux livres à découvrir et un nouveau compagnon à suivre certainement. • Les listes de Wallace. Wallace est un souriceau très prévoyant que rien ne peut surprendre: il n'agit qu'en fonction des listes qu'il rédige. Une liste pour les choses à faire (arroser les plantes, aller se promener, dire bonjour à Albert), une liste pour ses petits bobos (genou égratigné, gros orteil tordu), une pour les endroits avec un nom amusant (Katmandou, Tombouctou,

Ouagadougou). Bref, une vie peu créative, pense Albert, son nouveau voisin. Celui-ci va quelque peu désorganiser la vie si ordonnée de Wallace. Un jour de terrible tempête, notre souriceau angoissé n'hésitera pas à aller sauver Albert. Les surprises vont alors s'enchaîner... Album plein de surprises, aux illustrations tendres et drôles où le personnage principal, timide et bien comme il faut, va oser se lâcher, pour son plus grand plaisir, finalement! ■ Marie Lempicki •Lucile Placin, Coucou hibou!,Casterman, coll. Queue leu leu, 2-4 ans, 24 pages, 9,95 euros; •Emilie Gillet, Cyril Entzmann, Timo au parc, Timo à la montagne, Gallimard Jeunesse, 3-5 ans, 32 pages, 5,90 euros; • B. Bottner, G. Kruglik, O. Lanström, Les listes de Wallace, Casterman, coll. Les Albums Casterman, 5 ans, 40 pages, 13,95 euros.


20110907 Jonathan Franzen