Issuu on Google+

About


About

Guide a l’usage des non-Polonais


ls11

• Gdynia •• Gdańsk 2 1

Sopot 

fm sp mu2 te4in5 un2

ls5

ls15

Olsztyn 

ls16

• Szczecin

2 sp in3

• Bydgoszcz fm4 • Toruń 3

sp un9

sp ls 3

13

• Poznań 3 te

ls7

• Łódź

ls1 un11 in1 Légende un Sites inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO te Festivals de théâtre fm Festivals de cinéma mu Festivals de musique sk Festivals d’art sp Événements sportifs in Autres événements ls Parcs nationaux et réserves naturelles

• Wrocław 1  5

fm fm sk un3 te2

un4 ls6

Forêts Parcs naturels Parcs paysagers Régions classées Natura 2000

sp6

3

un6 ls te1 fm3 mu4sk2

mumu 1

3

9

Katowice

un5

Kraków

12 un un 8

Zakopane 

sp5

ls12

sp6


Table des matières La Pologne et les Polonais

ls ls 10

in2 ls8

14

ls3

Villes

• 2

Białystok 

Warszawa (Varsovie) 48 Łódź 62 Katowice et la Silésie 72 Kraków (Cracovie) 84 Rzeszów 96 Lublin 102 Białystok et la Podlachie 110 Olsztyn et la Varmie 118 Bydgoszcz et Toruń 128 La Tricité (Gdańsk, Gdynia, Sopot) 136 Szczecin 148 Poznań 156 Wrocław 166

un1 ls

in4

• Warszawa 7  5

un te sp3sp4 fm1sk4

• Lublin

Entreprenante Pologne

un10

• Rzeszów un13

un14 ls4

Points forts 4 La Pologne : contre toute logique 22 10 raisons de se rendre en Pologne 30 Animaux sauvages de Pologne 34 Les Polonais, des conquérants romantiques 40

Business 177 Design 184 Science et innovation 188

Culture Cinéma 193 Musique pop 198 Arts visuels 202 Musique classique contemporaine 206 Architecture 209 Littérature 214 Performances 218

Sport et fitness 222 Nourriture 230


Sites inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO un1 Forêt de Białowieża un2 Château de l’ordre teutonique – Malbork un3 Halle du centenaire – ­Wroclaw un4 Églises de la paix– Jawor, Świdnica un5 Camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau

un6 Centre historique de ­Cracovie un7 Centre historique de ­Varsovie un8 Kalwaria Zebrzydowska : ensemble architectural maniériste et paysager et parc de pèlerinage un9 Ville médiévale de Toruń un10 Vieille ville de Zamość

un11 Géoparc transnational de Muskau / Mużakowski un12 Mines de sel royales – ­Wieliczka, Bochnia un13 Église en bois dans le sud de la voïvodie de Petite-­Pologne un14 Serkvas en bois de la région des Carpates en Pologne et en Ukraine

Festivals et événements Festivals de théâtre

Festivals de cinéma

Événements sportifs

te1 F  estival international de théâtre La Divine Comédie – Cracovie te2 Festival international de théâtre Dialogue – Wrocław te3 Festival Malta – Poznań te4 Festival Shakespeare – Gdańsk te5 Rencontres de théâtre de Varsovie

fm1 F  estival du film Docs Against Gravity – Varsovie, Wrocław fm2 Festival du film de Gdynia fm3 Festival international du cinéma indépendant PKO OFF CAMERA – Cracovie fm4 Festival international de l’art cinématographique ­CAMERIMAGE – Bydgoszcz fm5 Festival international du film T-Mobile Nouveaux ­Horizons – Festival de Wrocław

sp1 H  erbalife Ironman 70.3 ­Gdynia sp2 Mémorial Hubert Jerzy ­Wagner – itinérant sp3 Grand Prix polonais de speedway – Toruń, Gorzów Wielkopolski, Varsovie sp4 Marathon PZU de Varsovie sp5 Coupe du monde FIS de saut à ski – Zakopane sp6 Tour de Pologne

Festivals d’art sk1 F  estival international d’art éphémère Contextes – ­Sokołowsko sk2 Cracow Photomonth Festival sk3 Revue d’art SURVIVAL – Wrocław sk4 Festival Varsovie en construction

Festivals de musique mu1 Off Festival – Katowice mu2 Open’er Festival – Gdynia mu3 Festival de musique nouvelle Tauron – Katowice mu4 Festival Unsound – Cracovie

Parcs nationaux et réserves naturelles ls1 Parc paysager de la vallée de la Barycz (réserve naturelle Stawy Milickie, 12 zones de conservation dans le réseau Natura 2000) ls2 Parc national de Białowieża ls3 Parc national de la Biebrza (marais de la Biebrza – réserve naturelle de Czerwone Bagno) ls4 Parc national des ­Bieszczady ls5 Parc national de Bory ­Tucholskie (réserve de biosphère de l’UNESCO de Bory Tucholskie)

ls6 Réserve naturelle de Jaskinia Niedźwiedzia (Grotte de l’ours) ls7 Parc national de Kampinos (réserve de biosphère de l’UNESCO de la forêt de ­Kampinos) ls8 Parc paysager de Mazurie (réserve de biosphère de l’UNESCO du lac de Łuknajno) ls9 Parc national d’Ojców ls10 Vallée de la Rospuda ­(Natura 2000 : zone de conservation d’Augustów) ­ls11 Parc national Słowiński (réserve de biosphère de

Autres événements in1 Castle Party – Bolków in2 Festival Piknik Country & Folk – Mrągowo in3 Reconstitution de la Bataille de Grunwald in4 Reconstitution de la Ba­taille de Varsovie de 1920 in5 Foire de la Saint-Jean – Gdańsk l’UNESCO de Słowiński / Natura 2000 : Zone de conservation Słowiński) ls12 Parc national des Tatras (réserve de biosphère de l’UNESCO des Tatras) ls13 Parc national de l’embouchure de la Warta (réserve naturelle de Słońsk) ls14 Parc national de Wigry ls15 Parc national de Wolin ls16 Réserve naturelle ­Wyczółkowski de Cisy ­Staropolskie


5

Varsovie – Le Club Powiśle vu du pont Poniatowski. La billetterie de l’ancienne gare ferroviaire désaffectée Varsovie-Powiśle connaît une nouvelle vie : elle est l’un des bars les plus populaires de Varsovie •


6 La Pologne s’étend de la mer Baltique à la chaîne montagneuse des Tatras. Les plages de la mer Baltique sont une merveilleuse destination pour les vacances •


7


8

Varmie-Mazurie – La région polonaise des mille lacs. Le lac Jeziorak, qui est le sixième plus grand lac de Pologne (en termes de surface) est également le plus long •


9


10 Cracovie – Une ville de tradition et de divertissement. Les bords de la Vistule sous le palais royal du Wawel sont un point de rassemblement populaire pendant l’été •


11


12 Le port de Gdańsk est l’un des plus grands ports de la mer Baltique. Sa partie nord peut accueillir les plus gros bateaux qui naviguent sur la Baltique. Le DCT Gdańsk, le terminal à porte-conteneurs de haute mer le plus moderne de Pologne a été ouvert en 2007 •


13


14

La Pologne possède 15 aéroports, et l’aéroport Copernic de Wrocław est le cinquième en termes de passagers à l’embarquement. Six compagnies aériennes offrent des liaisons régulières avec l’aéroport de Wrocław, et de nombreux vols charters sont proposés pendant l’été. L’aéroport Copernic a remporté le Business Traveller Award deux années de suite •


15


16 Varsovie – Une capitale moderne et animée, imprégnée d’une histoire très particulière •


17


18 Les Tatras, qui s’étendent sur la frontière polono-slovaque, font partie des montagnes les plus pittoresques de ­Pologne. Elles sont incluses dans le Programme de l’UNESCO « l’Homme et la biosphère ». Les touristes peuvent escalader un total de 92 sommets, et le côté polonais des montagnes accueille plus de 3 millions de visiteurs chaque année. ­Morskie Oko est le plus grand lac de la chaîne des Tatras •


19


20


21

Les cigognes blanches – bien ­connues et bien aimées

52000 ­ couples de cigognes blanches vivent en Pologne Cela représente environ

20% de la population mondiale

Migration Les cigognes (photo de gauche) passent environ cinq mois par an en Pologne. Leur migration commence au mois d’août. Avant de s’envoler vers le sud, les cigognes se rassemblent en groupes nombreux (appelés sejmiki – ou assemblées) qui rassemblent tous les individus d’une zone donnée. Les lieux des assemblées sont choisis instinctivement par les oiseaux. Les cigognes quittent ensuite la Pologne et s’envolent vers le sud-est ; elles traversent le Bosphore, le Moyen-Orient et la Péninsule du Sinaï pour se rendre en Afrique orientale et en Afrique australe. Parmi leurs pays de destination, on trouve le Soudan, le Tchad, le Kenya, le Malawi, la Tanzanie, la Zambie et l’Afrique du Sud •

Ces oiseaux majestueux parcourent entre

6 et 11 000

km

pendant leur migration.

Lorsque les conditions sont favorables, elles peuvent parcourir

250

km par jour


22

La Pologne, contre toute ­logique et toute norme La Pologne s’étend des deux ­côtés de la Vistule. Et c’est le long de ce fleuve que se sont joués les événements, dramatiques ou non, qui ont fait de la Pologne le pays ­européen qu’il est aujourd’hui. Grâce aux Polonais eux-mêmes, et non aux enseignes lumineuses des multinationales qui éclairent les rues de Pologne depuis des décennies.


La Pologne & les Polonais

CI-DESSUS : Devant l’histoire de Cracovie et de ses protagonistes : des ouvriers qui ont construit Nowa Huta au pape Jean-Paul II et au poète lauréat du prix Nobel Czesław Miłosz • À gauche : L’affiche Le train sifflera trois fois du mouvement Solidarité pour les élections de 1989, avec Gary Cooper, a été imaginée par Tomasz Sarnecki. Son message était clair : votez pour aider à renverser le communisme •

La créativité, l’ingéniosité, l’enthousiasme et l’ouverture ont forgé ce pays, longtemps ignoré à la table des nations, qui brille dans les classements concernant l’esprit d’entreprise, l’innovation et les rendements. Surfant sur une vague de solidarité avec le reste du monde, la Pologne est sortie de sa profonde dépression provoquée par le communisme, quand les Polonais n’avaient

accès qu’à deux chaînes de télévision. Tout cela grâce à la détermination des Polonais qui ont mis à profit leur riche tradition et ont réussi à survivre aux pires moments, y compris aux coupures de courant à répétition et au manque de viande dans les magasins.

23


24

La Pologne & les Polonais

EN HAUT À gauche : La langue polonaise utilise l’alphabet latin mais comporte 32 lettres. Photo : le plus vieil alphabet polonais, Trinity College, collection de l’Université de Cambridge •

La Pologne s’étend des deux côtés de la Vistule. C’est sur les bords de ce fleuve qu’ont grandi les personnages contemporains qui tiennent lieu de modèles aux yeux des Polonais, comme le pape JeanPaul II et Lech Wałęsa, même si l’icône de la Pologne libre d’aujourd’hui est plutôt le footballeur Robert Lewandowski. Les lauréats du prix Nobel Wisława Szymborska et Czesław Miłosz ont donné à la Pologne une réputation de terre de poètes. La création littéraire est encouragée par la sonorité de la langue polonaise, parlée par plus de 40 millions de

À gauche : Panneaux bilingues avec les noms des villages kachoubes. Les régions habitées par des minorités linguistiques nationales, ethniques ou régionales, peuvent utiliser des panneaux bilingues avec les noms dans la langue de la minorité •

personnes en Pologne et à l’étranger. Connaissant l’expansivité des Polonais, il n’est pas exclu que leur langue soit parlée ailleurs dans notre galaxie, mais cela n’a encore jamais été confirmé. Le p ­ olonais utilise l’alphabet latin et il a évolué au cours des siècles jusqu’à devenir l’une des langues officielles de l’Union européenne. Ses règles de déclinaison et de conjugaison surprendront les téméraires qui chercheront à maîtriser cette langue. Difficile de comprendre pourquoi, lorsqu’un groupe d’amis dînent ensemble, on doit utiliser le mot jedzą s’ils sont en train


25

La Pologne & les Polonais

CI-DESSUS : Le musée Frédéric Chopin à Varsovie, situé dans le Palais Ostrogski. Une partie de sa collection est inscrite au registre « Mémoire du monde » de l’UNESCO. L’exposition multimédia met en œuvre les concepts de « musée ouvert » où les visiteurs choisissent euxmêmes leur parcours à travers les collections •

CI-DESSUS : Le pavillon polonais à l’Expo 2010 de Shanghai avait été conçu par le cabinet WWAA, il mettait en valeur le thème de l’art populaire en pa-

de manger, mais jadły une fois que le repas a été consommé s’il n’y avait que des femmes ou jedli s’il y avait des hommes. L’utilisation très courante de diminutifs laisse aussi les étrangers perplexes. Pour jouir de la vie, les Polonais dépensent tant leur argent (pieniądze) que leur « petit » argent (pieniążki), et ils boiront un petit café (kawka) au lieu d’un simple café (kawa). Plutôt que de faire une promenade (spacer), ils préféreront une petite promenade (­spacerek). Outre le polonais standard, différents patois et dialectes se sont dévelop-

piers découpés, adapté au langage de l’architecture contemporaine •

pés dans certaines régions. Les partitions du pays, de 1772 à 1918, ont entraîné une germanisation et une russification de la langue polonaise, qui se fait encore sentir aujourd’hui. De nos jours, en Silésie et en Poméranie, certains s’imaginent que szneka z ­glancem, un petit pain sucré glacé, est un terme d’origine polonaise, alors qu’il est composé des mots allemands qui désignent un escargot (­Schnecke) et un glaçage (Glanz). Il y a une autre langue officielle en Pologne, le kachoube. Cette langue est parlée par plus de cent mille Kachoubes, des descendants des tribus


26

La Pologne & les Polonais

poméraniennes slaves qui peuplaient la côte de la mer Baltique à l’époque médiévale. Pendant des siècles, la Pologne a été considérée comme un pays de grande tolérance, ce qui a poussé de nombreuses minorités à y chercher refuge pendant les périodes de troubles. Ce fut le cas des Tatars, des Juifs karaïtes, des Lemkos, des Roms, et même, plus récemment, du chanteuraccordéoniste Czesław Mozil. Et l’énorme héritage juif reste vivant dans la mémoire et la culture des Polonais. Le Polin, le tout nouveau musée de l’Histoire des Juifs po-

lonais de Varsovie, est à voir absolument pour sa chronique de la coexistence des Juifs et des Polonais sur ces terres. La Pologne s’étend des deux côtés de la Vistule. Ce fleuve relie le sud montagneux au nord côtier. La variété des paysages offerts par ce pays impressionne même les touristes les plus blasés, ceux qui ont « déjà tout vu » sur Internet. Les Hautes Tatras, les charmantes Bieszczady et les mystérieuses Karkonosze vous offriront leur air vif et des vues magnifiques des montagnes de Pologne, vous donnant l’occasion de prendre des photos spectacu-


La Pologne & les Polonais

La fête de la Saint-Jean (Noc Świętojańska) est célébrée dans la nuit du 23 au 24 juin. C’est un grand événement populaire qui attire les foules sur le bord des cours d’eau pour y jeter des couronnes de fleurs •

laires qui feront certainement un carton sur les réseaux sociaux. L’arôme du poisson grillé qui s’élève le long des larges plages de sable de la B ­ altique donne envie de s’at-

27

tarder sur le rivage pour y déguster une truite ou un flétan. La région des lacs de Mazurie a de quoi plaire aux aventuriers les plus exigeants, avec ses coins reculés et ses moustiques. Panneaux publicitaires, bannières et banderoles, portant des inscriptions comme « Plomberie et Conseil », ont beau être omniprésents, les esthètes les plus raffinés n’y feront plus attention tant il semble impossible d’abîmer de si beaux paysages. La Pologne s’étend des deux côtés de la Vistule. La Vistule et ses affluents


28

La Pologne & les Polonais

Le Parc des fontaines multimédia de Varsovie est un lieu de détente apprécié •

enrichissent en permanence la terre, permettant à l’agriculture de prospérer. Il n’est pas surprenant que la Pologne a été, jusqu’à récemment, un pays plutôt agraire. La culture et l’artisanat populaires y ont fleuri. Les principales marchandises d’exportation étaient les œufs de Pâques peints et les pantoufles de montagnards en cuir, et le groupe folklorique Mazowsze tenait lieu de vitrine culturelle de la Pologne. La Pologne d���aujourd’hui est un pays moderne dans lequel les jeunes gens se sont débarrassés des complexes du passé et abordent le monde comme ils l’entendent. Ceci ne signifie toutefois pas qu’ils ont oublié leur héritage populaire, ce que prouve l’excellent groupe de musique Kapela ze Wsi Warszawa, apprécié dans le monde entier. La Pologne s’étend des deux côtés de la Vistule. Un fleuve sauvage et imprévisible, tout comme les Polonais. La plupart

des jeunes évitent les sentiers battus, ce qui explique pourquoi la Pologne est connue pour ses solutions innovantes, sa pensée scientifique originale et sa riche vie culturelle, qui se manifeste dans les nombreux festivals du pays. Tout ceci vient de l’énergie incroyable qui se cache dans ce pays en évolution constante. L’ouverture de la Pologne au monde a élargi les horizons intellectuels des jeunes gens, inspirés par les études, les amours et les voyages à l’étranger. Il en résulte une floraison littéraire, musicale et artistique. L’économie est en expansion et, malgré leur pessimisme inné, les Polonais sont de plus en plus heureux. Il faut peut-être parfois les rappeler à l’ordre, mais c’est un pays qui mérite qu’on se décarcasse pour lui. La Pologne s’étend des deux côtés de la Vistule. Vous n’aurez pas besoin d’un GPS. Il vous suffit de venir ici guidé(e) par votre : (cochez la bonne case) □ esprit romantique, □ bon sens, □ curiosité. Toutes les raisons sont bonnes pour venir voir à quoi ressemble vraiment la Pologne. Et des raisons, il y en a beaucoup •


29

L’inspiration n’est pas le privilège exclusif des poètes ou des artistes. Il y a eu, il y a et il y aura toujours un groupe de personnes inspirées, des personnes qui ont choisi consciemment leur vocation et qui font leur travail avec passion et imagination Discours lors de la remise du prix Nobel, le 7 décembre 1996 Wisława Szymborska – poète, essayiste et ­traductrice polonaise, lauréate du prix N ­ obel de Littérature en 1996


30

La vie n’est facile pour personne. Mais qu’est-ce que cela peut faire ? Il nous faut être persévérants et surtout confiants en nous-mêmes. Nous devons croire que nous sommes doués pour quelque chose, et que cette chose doit être atteinte coûte que coûte. Maria Skłodowska-Curie (Marie Curie) – deux fois lauréate du prix Nobel (de physique et de chimie)

Tu vois ça ?

?? Qu’est-ce que c’est

J’ai enfin trouvé le seul endroit de la ville où il ne s’est jamais rien passé !


31

La Pologne & les Polonais

10 raisons de se rendre en Pologne par Fanny Vaucher – graphiste, auteur du blog Pilules polonaises

ce que 1 Découvrir l’histoire veut vrai-

ment dire. L’histoire de la Pologne est si riche que presque chaque pierre aurait beaucoup de choses à dire, et souvent des choses dramatiques. Chaque quartier de chaque municipalité semble avoir sa propre histoire tumultueuse et ses héros, dont on cultive le souvenir. C’est à en faire tourner la tête, ce passé qui reste si présent.

hip-hop en po2 Lelonais. Découvrir le

hip-hop dans une autre langue est toujours un plongeon dans les profondeurs d’une culture, de ses centres d’intérêt contemporains, de ses problèmes et identités. Le polonais étant la langue la plus belle et la plus étrange sur terre, n’est-il pas merveilleux de pouvoir écouter du hip-hop polonais ?

monument

musée

église

statue

mémorial de la guerre

champignons. 3 Les Des champignons

partout, de toutes les couleurs, de toutes les formes et pour tous les goûts. Un paradis pour les champignons forestiers. De petits marchés aux légumes avec des tas de paniers remplis de champignons. Des champignons séchés dans de petits sachets en plastique. La cueillette des champignons pendant les promenades dominicales en forêt. Des sauces aux champignons, des hamburgers aux champignons, des crêpes aux champignons, la soupe aux champignons, le thé aux champignons. Non, c’est une blague, il n’y a pas de thé aux champignons, mais il y a tout le reste.

tour

château héros de la Seconde Guerre mondiale

cimetière

ruines


32

La Pologne & les Polonais


33

La Pologne & les Polonais

4

Une rencontre avec un bison en liberté pendant une promenade en forêt. Si la plupart des bisons d’Europe vivent dans des zoos et des parcs, en Pologne ils vivent en liberté dans les forêts primaires de l’est. Il est possible de voir ces troupeaux silencieux en train de brouter entre les grands chênes ou de se faire surprendre par la silhouette d’un énorme bison traversant un paysage enneigé.

5

L’amour. Que puis-je en dire... Oui, bien sûr, vous allez tomber amoureux. Oui, bien sûr, ce sera l’amour le plus romantique de votre vie. Oui, bien sûr, « Pologne » veut dire « amour ». Et oui, cela changera votre vie pour toujours. Par amour, vous apprendrez le polonais et envisagerez des noces de trois jours. Par amour, vous déménagerez pour Radom et y vivrez heureux jusqu’à la fin de vos jours.

6

Au moins 6 diminutifs différents pour votre prénom. Quand vous vous ferez des amis et qu’ils commenceront à énoncer votre prénom avec des diminutifs affectueux (souvent en réalité plus longs que votre vrai prénom), ou quand l’amour de votre vie vous appellera à chaque fois d’une manière différente, vous vous sentirez fondre. C’est la tendresse à l’état pur.

7

Le Ł et le Ą. Les signes diacritiques particuliers de l’alphabet polonais sont autant de marques de beauté. Bon, il est vrai que je m’intéresse à la typographie, et c’est pour moi une raison de plus de visiter la Pologne, un pays de grands dessinateurs de caractères d’écriture et de grands typographes.

8

Le cidre (à la mode). Vous aviez toujours cru que cette boisson bizarre et gazeuse était surtout le petit plaisir coupable d’un vieil oncle de la campagne... jusqu’à ce que vous passiez une folle nuit à en vous rafraîchir sur les bords de la Vistule. Il goûte la douceur d’un million de pommes tirées des vergers polonais. Seul votre estomac vous dira lorsqu’il sera temps d’arrêter !

9

Gais cornichons. Je donnerais tous les chocolats suisses du monde pour des bocaux d’ogórki, ces petits concombres polonais marinés de type kiszone ou ceux, plus saisonniers, frais et peu salés, de type małosolne. La première fois que j’en ai goûté, c’était en soupe et cela me paraissait bizarre. Mais j’ai adoré dès la première bouchée. J’ai appris à préparer les bocaux d’ogórki małosolne l’été, dans la campagne près d’Olsztyn, avec les ingrédients du jardin : concombres, ail, aneth, raifort et feuille de cassis. Je cherchais toujours les plus petits et je pouvais en manger toute la journée. J’ai une amie dont le bébé suçait les cornichons polonais comme des bonbons.

10

L’art de l’ironie. Le sens de l’humour polonais me paraît être une combinaison subtile d’ironie et d’autodérision. Il dévoile généralement une conscience aiguë de ce qui est en jeu •


34

La grande variété d’animaux polonais comprend les ours bruns, les chevaux sauvages, les élans, les cerfs et les moineaux friquets •

La Pologne & les Polonais


La Pologne & les Polonais

Les ­animaux ­sauvages en Pologne La forêt de Białowieża abrite une population de 500 bisons d’Europe (CI-DESSUS). C’est la plus large population de ces animaux extrêmement rares (moins de 4 000 dans le monde), qui étaient déjà chassés en Europe durant le Moyen Âge et dont l’espèce s’était quasiment éteinte. Au total, il y en a environ un millier en Pologne. La forêt de Białowieża est la dernière grande forêt primaire du continent. C’est un des plus importants trésors naturels non seulement en Pologne, mais aussi en Europe. C’est pourquoi elle a été inscrite en 1979 au Patrimoine mondial de l’UNESCO •

35


36

La Pologne & les Polonais

Les us et coutumes du pays Miniguide de l’étrange et de l’insolite

the way

Śmigus-Dyngus (CI-DESSUS) : il s’agit d’une tradition , enracinée dans les rituels de printemps païens mais intégrée de manière informelle dans le calendrier chrétien, qui consiste à arroser les femmes et les filles avec de l’eau,. Aujourd’hui célébrée le lundi de Pâques, avec certaines différences régionales • La nuit de la Saint-Jean (À GAUCHE) était autrefois connue en polonais sous les appellations de Noc Kupały ou Sobótki. Célébrée durant la nuit la plus courte de l’année, généralement vers le 23-24 juin, elle est l’équivalent de la Saint-Valentin en Occident. Suivant la région, les gens font flotter des couronnes de fleurs sur l’eau, cherchent la fleur porte-bonheur de la fougère ou se font prédire leur avenir. De nos jours, ces coutumes s’accompagnent le plus souvent de festivals populaires et de spectacles •


37

La Pologne & les Polonais Stations du chemin de croix du sanctuaire de Kalwaria ­Zebrzydowska (À DROITE), inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Le mystère de la Passion est reproduit ici pendant la Semaine sainte, avant Pâques, dans un décor unique en son genre •

Reconstruction de la Bataille de Grunwald. En Mazurie, se tient en commémoration d’une des plus grandes batailles de l’Europe médiévale (le 15 juillet 1410). La programmation annuelle comprend plusieurs journées d’attractions sur le thème du Moyen Âge. Ces commémorations culminent avec la grande reconstitution de la bataille par des groupes de chevaliers, attirant des milliers de spectateurs de tout le pays. (Précision : la Pologne gagne toujours la bataille contre les Chevaliers teutoniques) • La tradition de construire des scènes de la Nativité, appelées szopki (crèches), remonte au Moyen Âge, mais au cours des années, les artisans ont développé leur propre style, qui n’est pas sans rappeler l’architecture des églises de Cracovie. Il y a chaque année un concours de la plus belle szopka. Richement décorées,

elles représentent la scène de la naissance de Jésus à Bethléem. Ces crèches et ces santons font de beaux souvenirs. C’est une des attractions de la période de Noël (voyez si votre agence de voyages propose des excursions spéciales en cette période) •


38

La Pologne & les Polonais

La noyade de Marzanna est une coutume qui remonte à l’époque païenne, si vieille que même les plus anciens habitants des montagnes ne s’en souviennent plus. Marzanna était la déesse slave de la mort et de l’hiver. Comme aucune femme saine d’esprit ne voulait jouer le rôle de cet horrible personnage, on en faisait des poupées. Ce jour-là, le

21 mars de chaque année, les effigies de Marzanna sont noyées partout où c’est possible : rivières, lacs ou étangs. Mais s’il le faut, une grosse flaque ou même une baignoire fera l’affaire. Noyer Marzanna est supposé faire venir le printemps et lancer un appel au Ciel pour que les récoltes soient abondantes et que les gens soient prospères.

La procession de la Fête-Dieu à Łowicz (CI-DESSUS) remonte probablement aux débuts de cette fête, instituée au XIIIe siècle par le pape Urbain IV.

La procession qui commence par une messe à la basilique Sainte-Marie est un élément inséparable des festivités dans cette ville de Mazovie.

­ arzanna est à ce point détesM tée que, pour s’assurer de sa mort, on met le feu à son effigie avant de la noyer, ce qui rend l’événement encore plus spectaculaire. Les enfants ne vont pas à l’école ce jour-là, mais tous n’assistent pas à la noyade de Marzanna ; certains s’en servent comme exutoire pour exprimer leur joie ou noyer leur chagrin •

Partant de la basilique, la foule suit un autel portatif, traditionnellement construit par les paroissiens. La Fête-Dieu à Łowicz est devenue célèbre pour la procession incroyablement bigarrée des habitants en costumes traditionnels ; elle a même fait l’objet, dans les années 1930, d’un reportage dans le magazine National Geographic. Les gens qui visitent Łowicz à d’autres moments de l’année sont déçus de voir que les gens n’y portent pas ces costumes colorés au quotidien. Des touristes viennent chaque année du monde entier pour la procession de Łowicz (en mai ou en juin). Pour eux, l’Évangile est lu dans quatre langues •


La Pologne & les Polonais

39 Le Jeudi gras est une fête dont la date varie en fonction du calendrier pascal. C’est le dernier jeudi avant le Carême, et il marque donc le début de la fin de la période du Carnaval. (Le calcul exact est fonction des phases de la Lune et de l’équinoxe de printemps, avec un peu d’arithmétique.) À la base, c’est une journée où l’on se goinfre, traditionnellement avec des pączki ou des faworki, deux types de beignets qu’aucun nutritionniste ne recommanderait au quotidien. Ces pâtisseries sont préparées et livrées par milliers dans les différents points de vente, et toute entreprise qui se respecte en achète des dizaines pour son personnel. Le poids que les gens prennent le jeudi gras sera perdu pendant le Carême •

La fête des moissons, Dożynki en polonais (À DROITE), se déroule à la campagne, quand les récoltes ont été ramassées et que les travaux des champs touchent à leur fin. On remercie alors pour les moissons de l’année et l’on prie pour qu’elles soient aussi abondantes l’année suivante. C’est l’occasion, pour les villageois, de mettre leurs plus beaux atours et de sortir leur nouveau tracteur ou leur nouveau vélo. La collectivité locale se rassemble pour fêter, danser et chanter. À l’époque Festivités tatares. Il s’agit de danses pleines d’entrain marquant la fin des fêtes religieuses célébrées par les Tatars polonais, des musulmans qui se sont installés à la fin du XIVe siècle sur le territoire de l’ancienne République des Deux-Nations ­polono-lituanienne  •

communiste, les Dożynki étaient célébrées à grande échelle, avec une grande propagande pour le Parti. Le but était de mettre l’accent sur la solidarité entre les paysans qui travaillaient la terre et le prolétariat urbain, et cela finissait souvent sous la table au bar le plus proche •

Le grand bal de Pourim est la fête la plus joyeuse du calendrier juif (généralement en mars), pour commémorer Mordekhaï et Esther qui sauvèrent les Juifs de l’anéantissement il y a 3 000 ans. Les communautés juives célèbrent cette fête avec des bals masqués •

D’innombrables foires et festivals se tiennent en Pologne tout au long de l’année. Les plus importants d’entre eux sont la Foire de la Saint-Dominique de Gdańsk (juillet / août), la Foire de la Saint-Jean à Poznań (juin), et la Foire de la Saint-Jacques à Szczecin (fin juillet) •


40

La Pologne & les Polonais

Les ­Polonais, des conquérants roman­ tiques Les Polonais sont une nation de conquérants. Dans le passé, ils ont accompli des actes héroïques pour sauver leur identité. Aujourd’hui, ils conquièrent les savoir-faire nécessaires pour poursuivre et satisfaire leurs passions. Leurs récents succès sportifs ne sont pas un hasard. Le championnat du monde de volley, les excellents résultats en athlétisme et en cyclisme, etc., reflètent le caractère polonais. Les Polonais se battent jusqu’au bout pour réussir. Ils grimpent sur les sommets himalayens et se distinguent dans tous les domaines de l’activité humaine. Les scientifiques polonais, les programmeurs, les entrepreneurs et les artistes n’ont pas à s’inquiéter sans arrêt pour savoir si l’histoire permettra « à la Pologne d’être la Pologne ». Ils font tout leur possible pour vivre aux étages les plus élevés, et peu nombreux sont ceux qui ont le vertige. Les Polonais sont un peuple avec un grand potentiel. On le voit dans cette imagination hors du commun, inhérente à chaque Polonais. Ce sont des gens qui n’aiment pas se comporter de manière schématique et suivre les sentiers battus. Ils créent de nouveaux concepts et, telle une pomme qui tombe de l’arbre, ils tombent sans cesse sur de nouvelles idées. Leurs actions peuvent parfois paraître irrationnelles, et elles ne sont pas toujours couronnées de succès. Mais ils essaient d’étonner le monde. Autrefois, on appelait cela l’impétuosité des

Gunia Nowik et Patrick Komorowski, né en France, fondateurs de Pola Magnetyczne, l’une des galeries les plus intéressantes de Varsovie, devant l’œuvre d’Emil Cieślar La musique des étoiles (2010-2015) •


La Pologne & les Polonais

41


42

La Pologne & les Polonais

CI-DESSUS : Les Polonais attachent beaucoup d’importance aux liens familiaux •

Uhlans – ces fringants cavaliers colorés portant le sabre dans les anciens régiments. Aujourd’hui, les Polonais sont les uhlans de la pensée créative. Ils ont la conviction que rien ne leur est impossible. Les jeunes en Pologne trouvent des manières non conventionnelles d’organiser leur travail, leurs voyages, leurs études et même leur alimentation. Ils aiment avec ferveur et ont une confiance romantique en la noblesse du monde. C’est peut-être pour cela qu’il y a tant de poètes parmi eux. Les Polonais attachent beaucoup d’importance à la vie familiale. Les membres de la famille sont très importants, comme en témoigne le nombre d’invités quand des noces sont organisées. Plusieurs générations vivent sous le même toit, pas uniquement parce que les jeunes ménages ne peuvent pas s’offrir un logement à eux, mais à cause des liens avec leurs parents et leurs grands-parents. Ils passent toutes leurs vacances ensemble, et des vacances, il y en a beaucoup. Les calendriers regorgent de dates écrites en

À DROITE : Les Polonais sont des gens qui travaillent dur et n’ont pas peur de se salir les mains •

rouge. Les Polonais adorent faire la fête et célébrer bruyamment toute occasion qui se présente. En plus des anniversaires, les Polonais célèbrent la fête du prénom, ce qui n’est pas une coutume universelle dans le monde. Les Polonais sont un peuple travailleur. Donnez-leur une chance et ils feront tout leur possible pour en tirer parti, que ce soit sur un gros chantier ou à la photocopieuse d’une grande entreprise. Ils ne reculent pas devant les défis. Grâce à cette attitude, ils développent la puissance économique de leur propre pays mais contribuent aussi à la croissance en Grande-Bretagne, en ­Norvège, aux États-Unis, et dans de nombreux pays désormais reliés à la Pologne par des vols directs. La nouvelle de la présence d’eau sur Mars a été immédiatement suivie de spéculations sur la présence probable, sur la planète rouge, d’un plombier polonais. Les Polonais sont connus pour leur hospitalité ! Ce n’est pas juste un slogan, mais une vérité qui découle de leur caractère. Plus un visiteur est culturellement diffé-


La Pologne & les Polonais

rent, plus l’accueil est chaleureux. Ceci est peut-être dû au fait que la nation polonaise étant devenue homogène, la présence d’un étranger faisait sensation dans le passé. Aujourd’hui, cela change avec l’arrivée de nombreuses personnes du monde entier qui ont compris que la Pologne était un endroit où il fait bon vivre. Les Polonais offrent à leurs invités ce qu’ils ont de meilleur, que ce soit la meilleure place à table, le fauteuil le plus confortable devant la télévision ou un simple mot gentil. Ils aident volontiers les gens dans le besoin, faisant preuve d’une générosité hors du commun. C’est pourquoi on les voit s’engager dans toutes sortes d’actions caritatives. Grâce à leurs largesses, l’énorme campagne organisée par Jurek Owsiak, appelée le Grand orchestre d’aide de Noël, est devenue un événement exceptionnel qui attire d’énormes foules, chaque hiver, lors de la finale ; cette campagne permet de collecter des dons dans tout le pays pour aider les personnes malades, et en particulier les enfants.

43

Les Polonais ont dans leur vocabulaire un verbe, załatwić, qu’il est difficile de traduire dans une autre langue. Cela signifie en gros « arranger » les choses, mais le concept reflète le caractère d’un peuple qui a souvent eu à se débrouiller dans des circonstances défavorables. Les années de difficultés économiques et de carences des produits de base ont forcé les Polonais à exploiter leur ingéniosité pour survivre, et réussir malgré tout. Ceci leur a insufflé un incroyable sens de la « débrouille », qui est peut-être bien devenu un trait de caractère héréditaire, et leur permet de se sortir des situations les plus extrêmes. À l’époque communiste, un père était fier de « s’arranger » pour faire atterrir du veau sur la table familiale alors que les magasins en manquaient ; aujourd’hui, son fils est tout aussi fier lorsqu’il parvient à « arranger » un contrat de livraison de viande de veau à un client étranger. Les exigences et les réalités de la vie en Pologne ont changé, mais la débrouillardise est toujours valorisée. La manière non conforme de


44

La Pologne attire de nombreux étrangers. Le célèbre violoniste anglais Nigel Kennedy (EN HAUT) est le directeur artistique invité de la Philharmonie Karol Szymanowski de Cracovie, où il donne fréquemment des concerts. On le retrouve aussi dans les clubs de jazz de Cracovie, où on le voit de temps en temps participer à des jam sessions. Les Vietnamiens sont une des plus grosses minorités en Pologne. Ils lient leur avenir à ce pays. L’amour d’une femme polonaise (EN BAS) – elles sont connues pour leur beauté – a fait s’installer ici de nombreux étrangers •

La Pologne & les Polonais

penser des Polonais les aide dans la vie. Ils arrivent toujours à trouver une solution qui leur permet d’atteindre leur but. Les inspecteurs des impôts ne le savent que trop bien. Les Polonais ont réussi à tirer pleinement parti des possibilités qui se sont ouvertes à eux lorsqu’ils ont rejoint l’Union européenne. Le simple fait que le Conseil européen soit présidé par un Polonais est source de fierté, surtout qu’une telle éventualité était inimaginable il y a deux décennies, même dans les rêves les plus fous. À l’époque, les gens regardaient l’Ouest comme un beau gâteau derrière la vitrine d’une pâtisserie. Aujourd’hui, un monde meilleur est à portée de main, et les jeunes Polonais se sentent libres. Les frontières sont tombées et les voyages à l’étranger jouissent d’une énorme popularité. Les Po-


La Pologne & les Polonais

lonais s’aventurent dans tous les coins du globe et élargissent leurs horizons. Nouer des contacts avec d’autres nations ne leur pose aucun problème, et ils aiment apprendre les langues étrangères, que ce soit l’espagnol ou le portugais, l’allemand ou le russe, sans parler bien sûr de l’anglais que la jeune génération a appris aussi vite que ses tables de multiplication. Les Polonais ont tendance à toujours rechercher leurs racines. Ils attachent beaucoup d’importance à leurs origines. Ils respectent ce qu’ils ont réalisé et apprécient tous les aspects de la vie qui les ont formés. Pour la plupart, les Polonais ont un bon niveau d’éducation, et ils sont de plus en plus conscients de ce qu’ils sont et de ce qu’ils souhaitent accomplir. Ils invoquent la tradition dont ils tirent leur aspiration et

45

leur puissance créative. C’est la raison pour laquelle on note un intérêt accru dans tout le pays pour la culture juive, qui a été indissociablement liée à la réalité polonaise pendant des siècles. Les Polonais sont un peuple doté d’une sensibilité slave et d’un pragmatisme européen. Ce qui explique peut-être la créativité inhabituelle des habitants des territoires qui s’étendent entre la Baltique et les Tatras. Les Polonais ont un potentiel créatif qui sommeille en eux et qui n’a pas encore été entièrement exploité. Il n’est donc pas surprenant que la vie culturelle fleurisse et que chacun y prenne part, quels que soient son âge et son sexe. L’art, la littérature et la cinématographie polonais poursuivent leur développement dynamique grâce à des artistes capables d’exprimer la complexité de


46

La Pologne & les Polonais

Warszawa – Szaber Bowl – un skatepark DIY sous le pont Poniatowski, construit par les skateurs locaux •

l’esprit polonais, ce qui les distingue dans le firmament mondial du talent créatif. Les hommes polonais ont un charme qui leur est propre, tandis que les femmes polonaises sont considérées comme étant parmi les plus belles du monde. Et c’est peut-être d’ailleurs ce qui incite certains visiteurs à revenir en Pologne. Nombreux sont ceux qui sont charmés, dès le début, par la beauté des Polonaises ou le goût de plats typiquement polonais, comme le bigos, et qui décident de prolonger leur séjour dans le coin. Après avoir fait l’expérience, pendant plusieurs années, des autres joies de la vie sur les bords de la Vistule, certains décident de s’installer définitivement en Pologne. Ils peuvent ici développer leurs passions et obtenir une notoriété au-delà des frontières polonaises. Les meilleurs exemples en sont les musiciens éternellement jeunes John Porter et Nigel Kennedy. De nombreux étrangers qui vivent ici aident à améliorer la qualité de vie des Polonais par leur contribution à la vie sociale et culturelle. C’est, par exemple, le cas de Mamadou

Diouf, du Centre multiculturel de Varsovie, et de Larry Okey Ugwu, du Centre baltique de la culture à Gdańsk. En se décidant à devenir Polonais, ils font petit à petit de la Pologne un pays multiculturel, ce qui n’est pas quelque chose qui peut se mesurer au nombre de rouleaux de printemps ou de kebabs. Les Polonais sont faciles à vivre par nature, avec peut-être un penchant pour la râlerie. Leur état d’esprit est influencé par de nombreux facteurs. La composition du gouvernement, les bouchons dans les rues, la file d’attente à la poste, la difficulté à trouver un bon professionnel à recommander, ... et même la pression atmosphérique ! Oui, les Polonais croient que la pression atmosphérique est responsable de leur humeur. Vous vous sentez plein(e) d’énergie ? C’est que la pression est élevée. Vous êtes d’humeur morose ? Le baromètre a dû plonger. Avant de venir en Pologne, explorez les théories et conjectures dans ce domaine. Cela vous sera utile comme sujet de conversation ! •


47

Sur les 38 478 602 habitants que compte la Pologne, il y a : 19,858,793 habitants de sexe féminin, soit :

18,619,809 habitants de sexe masculin, soit :

51.6% Nationalités et groupes ethniques

48.4% Structure par âge

817k Silésiens 0–9 10-19 20–29 30–39 40–49 50–59 60–69 70–79 80–99 10.3% 10% 14.2% 16.4% 12.9% 14.0% 12.0% 6.2% 3.9% 229k

Kachoubes

126k

Allemands

49k

Religions

Orthodoxes   0.41% Témoins de Jéhovah 0.36%

Ukrainiens

Protestants (luthériens, calvinistes, méthodistes) 0.18%

49k Biélorusses

37

16k Roms

Gréco-catholiques 0.09%

13k Russes 11k Américains (USA)

millions de ­ Polonais

10k Lemkos

Pentecôtistes 0.07% Église mariavite 0.03%

9k Anglais

Autres 0.15%

8k Italiens 8k Lituaniens 7k Français 7k Juifs

4k Vietnamiens 4k Espagnols 3k Arméniens 3k Hollandais 3k Grecs 3k Tchèques 3k Slovaques 63k autres

N’appartiennent à aucune église

Inconnu 2,4% N’ont pas fourni de réponse

2.4%

1.63% 7.1%

87.6% Catholiques romains


48

Warszawa (Varsovie) Apprenez à connaÎtre cette capitale animÊe. La clÊ pour comprendre cette citÊ Êclectique, c’est de rÊaliser combien de fois Varsovie a dÝ repartir de zÊro, tout comme les gens qui viennent y commencer une nouvelle vie loin de leur lieu d’origine. La ville de Varsovie a ÊtÊ dÊtruite plusieurs fois par des agressions militaires, des soulèvements et des reprÊsailles. Quand elle a quasiment cessÊ d’exister en 1944, avec près de 90 % de ses bâtiments dÊtruits, cela semblait être le chapitre final de l’histoire de la citÊ à la sirène portant ÊpÊe et bouclier.

Ici et ailleurs î ?  AĂŠroport Chopin de ­Varsovie – 7 km î ?  AĂŠroport Modlin ­de ­Varsovie – 34  km îĄ? Berlin – 520 km Prague – 520 km Vienne – 395 km PrĂŠsentation đ&#x;›Ą 1323    1,8 m   517 km2 î Š 5 386 PLN î € 255 k Culture et nature

Manger et ­dormir

đ&#x;?Ś 59 î † 44   88 

 23 k   3.3k   531 


Warszawa

49

La place Grzybowski et l’église de Tous-les-Saints avec des gratte-ciel en arrière-plan •

Mais un an plus tard, les habitants ont commencé à revenir dans leur capitale bien-aimée pour la reconstruire péniblement, brique après brique. Sa forme et son ambiance contemporaines suggèrent un espace rapidement recréé visant à desservir différents besoins. On trouve ici des immeubles résidentiels modernes, qui voisinent parfois avec d’anciens bâtiments. Il y a aussi de nombreux édifices classiques qui rappellent le XIXe siècle. Ou encore des reliquats de réalisme socialiste, l’architecture imposée pendant la domination soviétique, comme,

au beau milieu de la ville, le Palais de la Culture que l’on ne peut ignorer. L’ambiance de l’ancienne Varsovie s’apprécie surtout en déambulant dans les rues du quartier de Praga, sur la rive droite de la Vistule. Le fleuve y est séparé de la ville par des berges naturelles à la végétation dense, faite de broussailles, qui bénéficient de la protection du programme européen Natura 2000. Les Varsoviens affluent dans ce coin sauvage pendant leurs loisirs, mais c’est aussi un paradis pour de nombreuses espèces d’animaux et d’oiseaux sauvages •


50

Les choses plaisantes à voir et à faire Anna Pięta et Magda Korcz – organisateurs de « HUSH Warsaw », le plus gros salon proposant des créations originales de la mode polonaise

Warszawa

Pour une escapade dans l’histoire de la mode, visitez la Manufaktura Królewska (manufacture royale) située dans le parc royal de Łazienki, la seule manufacture historique en Europe qui fonctionne en continu depuis le XVIIe siècle. Plus récemment, des tissus y ont été fabriqués pour des maisons de mode comme Chanel, Dior et Givenchy. La rue de la mode à Varsovie, dans le centre-ville, c’est la rue Mokotowska. Avant de commencer à descendre la rue Mokotowska, arrêtez-vous à la galerie marchande Mysia 3 qui, pour la création de mode, est à Varsovie ce que le Corso Como est à Milan. Anna Orska, la styliste de bijoux la plus créative en Pologne, y a une boutique. Il y a aussi le ‘concept store’ SHE / S A RIOT qui offre des vêtements de sa propre marque ainsi que des parfums du monde entier, des magazines et même des chocolats. La boutique NAP Moda a un beau choix de marques polonaises comme

ESTby ES., Zofia Chylak et Anna Gregory. Des trésors sont cachés le long de la rue Mokotowska, de la boutique écologique Wearso au magasin de la célèbre créatrice de mode polonaise Ania Kuczyńska en passant par de nombreuses autres boutiques. Prenez le temps de faire du lèche-vitrine et découvrez les meilleures marques polonaises. Le dimanche, les notes des concerts en plein air de musique de Chopin organisés dans le parc Łazienki (CI-DESSUS) flottent au-dessus de la piste cyclable qui longe l’avenue Ujazdowskie. Avant d’atteindre le Centre d’art contemporain qui porte le nom de Château Ujazdowski, avec ses œuvres engagées socialement exposées dans le jardin situé devant le bâtiment, vous devez absolument flâner dans la rue ­Koszykowa et la ravissante allée des roses, Aleja Róż ! Les boutiques sont un excellent endroit pour refaire votre garde-robe. Essayez donc Kyosk (EN HAUT


Warszawa

51

La mémoire vivante de Varsovie Jan Ołdakowski est le directeur du musée de l’Insurrection de Varsovie, l’une des institutions historiques les plus vivantes et les plus fréquentées de la ville, qui commémore le soulèvement du 1er août 1944 contre l’occupant nazi.

« C’est fantastique d’être à Varsovie le 1er août pour voir la célébration annuelle de l’Insurrection de Varsovie », affirme Jan Ołdakowski. « À 17h, les sirènes retentissent et toute la ville s’arrête. C’est toujours très impressionnant de voir ce gigantesque « flashmob », avec des centaines de milliers de personnes qui se tiennent immobiles pour une minute de silence, et quand tous les véhicules et les vélos s’arrêtent en hommage aux Varsoviens tombés. Les citoyens de Varsovie se sentent liés à l’histoire de la ville, une histoire compliquée, influencée par deux totalitarismes : nazi et soviétique. Cela a marqué l’aspect actuel de Varsovie : visuellement chaotique et souvent pas très joli, mais malgré cela, ou peut-être précisément grâce à cela, très dynamique, créatif et en perpétuel mouvement• À GAUCHE) et la salle d’exposition Kaaskas. Savourez des gâteaux chics chez Lukullus, surtout aux points de vente de la rue Mokotow­ ska (ci-dessus à gauche) et rue Francuska à Saska Kępa. L’aménagement intérieur est saisissant, et les gâteaux y sont préparés à partir de vieilles recettes polonaises et françaises. Les pâtisseries préférées de Magda sont les tartes Limoncello et le gâteau « Armani ». Les propriétaires collaborent étroitement avec des artistes locaux pour évoquer l’histoire de Varsovie et saisir son ambiance bohème. Le musée du néon à Soho Factory, au 25 de la rue Mińska (page de gauche), documente l’histoire des publicités lumineuses polonaises à travers les années. Le néon était le support préféré des autorités pour les magasins et les entreprises d’État à l’époque communiste, et certaines de ces pièces remarquables sont exposées ici •


52

La nuit en ville Michał « Borek » Borkiewicz – imprésario culturel et fondateur des légendaires cafés-clubs varsoviens Plan B, Plac Zabaw et Dwa Osiem. La place Zbawiciela (page de droite) n’a pas vraiment besoin d’être présentée, mais il ne faut pas la manquer. C’est un symbole vivant de la transformation sociale où les gens sont sortis de chez eux pour venir peupler les rues ! Tout a commencé avec le petit club Plan B, qui accueille de petits concerts, des réunions et des fêtes. Plus tard rejoint par le café-boulangerie Charlotte et plusieurs autres bars et restos informels, la place Zbawiciela est devenue le coin favori des artistes, activistes et pigistes varsoviens, et aussi des buveurs avertis. Pour les uns, c’est un lieu de détente et d’ouverture d’esprit, pour les autres, c’est le temple de la frime et des hipsters (qui qu’ils soient). J’adore cet endroit. Lado ABC est le plus important label musical à Varsovie, et peut-être même en Pologne. C’est aussi un groupe artistique, une communauté, une marque, une scène... Des dizaines de musiciens se rassemblent pour créer un tas de projets de styles variés. Il n’y a pas de bureau, de distribution officielle ou de stratégie de commercialisation, et pas de bénéfices non plus,

Warszawa

mais ce groupe produit beaucoup de bonnes choses. Les musiciens jouent dans les festivals mondiaux et dans les petits clubs. Plac Zabaw (la scène en extérieur du Plan B, sur la rive du fleuve), accueille chaque année le mini-festival de Lado ABC. La place Defilad (CI-DESSUS À gauche) combine l’énergie de plusieurs moteurs de la vie culturelle varsovienne, les cafés-clubs dans le Palais de la Culture et de la Science (Bar Studio et Café Kulturalna), ainsi que l’équipe de Teatr Studio et les initiatives de la mairie. Tous ces facteurs ont insufflé de la vie dans l’espace le plus visible mais aussi le moins exploité du centre de Varsovie : la place Defilad. Ici, un programme varié d’événements culturels, de débats, de

campagnes sociales et environnementales se mêlent aux événements officiels de la ville. La restauration et la culture étaient autrefois absentes des berges de la Vistule, on associait cet endroit aux saucisses grillées et aux bagarres entre voyous en survêtement. Aujourd’hui tout le monde vient au bord du fleuve et certains y passent même tout l’été. Cela vaut la peine d’aller voir ce qui se passe au Cud nad Wisłą, au Pomost 511, au Kurort, au Sezon, au Hocki Klocki, au Barka et, tout près, au Plac Zabaw (CI-DESSOUS) : tous ces endroits proposent un riche programme culturel ! Si vous voulez écouter de la musique dans une ambiance un peu plus calme et plus intime, je


53

Warszawa

vous recommande le Free Jazz à Pardon To Tu, Klubokawiarnia Towarzyska, Oleandrów 3, Chmury (dans le quartier pittoresque de Praga sur la rive droite du fleuve), Kawiarnia Fawory, et après cela un excellent falafel au Bejrut, dans la rue Senatorska. Vous pouvez vous rendre dans tous ces endroits à vélo ! •

L’argot varsovien Le parler varsovien, ce sont des expressions et des mots originaux, mais aussi une tonalité caractéristique de la voix, avec des raccourcis et des déformations verbales, un humour spécifique et un côté fanfaron. C’est avec les chauffeurs de taxi que vous avez le plus de chance d’entendre parler à la mode locale, ou encore dans les rues de Praga, sur la rive droite de la Vistule. Les particularités de ce parler spécifique se sont souvent développées avec des influences liées à certains quartiers et certains métiers, avec aussi des traces d’allemand et de yiddish. Avant la

Deuxième Guerre mondiale, ces différences étaient plus nettes que de nos jours. Après la guerre, l’argot a commencé à faire l’objet d’études scientifiques et à être utilisé dans la grande littérature. Aujourd’hui, la Société de l’Argot varsovien a pris sur elle de préserver cet argot qu’elle appelle le warsiaski. Cette association organise des ateliers et d’autres événements pour préserver la tradition, publie des glossaires en ligne et enseigne l’argot, afin que cet argot varsovien caustique et intelligent reste utilisé et ne disparaisse pas •

Exemples de termes d’argot warsiaki graba – la main gablota – une voiture (en polonais courant, c’est normalement une vitrine) piterek – un portefeuille

doliniarz – un pickpocket, un « habitant de la vallée » qui plonge dans les poches des gens taryfiarz – un chauffeur de taxi, qui applique un « tarif »


54

Warszawa

Les « bars à lait » pour tous Un phénomène qui existe pas uniquement à Varsovie mais qui y est particulièrement populaire, ce sont les « bars à lait », des restaurants populaires bon marché hérités de l’époque communiste. Malgré leur appellation, ils servent bien d’autres choses que du lait. On y mange des plats polonais simples (soupes, pierogi – sorte de ravioles, crêpes et autres spécialités de ce type), à des prix subventionnés très abordables. Ne soyez pas surpris de voir un homme d’affaires en train d’y prendre son déjeuner à côté d’un sans-abri. Certains des « bars à lait » conservent leur ambiance rétro tandis que d’autres ont eu droit à un lifting. Celui qui porte le nom de Bar Prasowy (À DROITE), situé dans la

rue Marszałkowska, est devenu une célèbre lorsque les autorités de la ville ont menacé de le fermer. Des activistes ont réagi en occupant le bar et en servant

eux-mêmes à manger. Un accord a finalement été trouvé et le Bar Prasowy a survécu et à même été mis au goût du jour avec un design amélioré •

l’ancien salon d’exposition des meubles Emilia (CI-DESSUS) mais où qu’il soit pour le moment – peut-être finira-t-il par trouver demeure dans son propre bâtiment dessiné par Thomas Phifer and Partners ? on y trouve toujours des expositions saluées par la critique,

des gens intéressants, le meilleur des albums et livres d’art et un excellent café ! •

Musée en construction Le Musée d’art moderne de Varsovie est un excellent exemple d’institution nomade. Alors qu’il attend depuis des années son siège définitif, il continue d’exciter l’agitation créative dans la vie artistique et sociale de la ville. Pour le moment, il est hébergé dans


Warszawa

55

La ville nous ­appartient ! Les ­activistes ­urbains en action Joanna Erbel – sociologue, activiste urbaine, candidate des Verts à la mairie de Varsovie en 2014 Osiedle Jazdów est une enclave verte dans le centre-ville, entre la berge de la Vistule et le parc Ujazdowski. Ce quartier de maisons finlandaises en bois datant d’après la Deuxième Guerre mondiale a été en 2012-2015 la scène d’une bataille féroce pour sauvegarder cet espace. À l’origine, les maisons devaient être démolies dans le cadre d’un projet de construction, mais à la suite de nombreux événements organisés par les activistes du groupe Open Jazdów, une lettre d’intention a été signée avec les autorités de la ville pour une action commune en vue de protéger l’héritage culturel du quartier. Hormis les résidents de longue date, Jazdów accueille de nombreuses ONG, deux jardins communautaires (CI-DESSUS) et des colonies d’abeilles. Les autres projets destinés à être mis en place dans cet espace sont le fruit de la première consultation sociale de ­Varsovie. Osiedle Przyjaźń est un autre quartier de maisons finlandaises qui est, lui, éloigné du centre-ville, dans le quartier de Bemowo. Comme à Jazdów,

elles ont été construites après la guerre pour loger les travailleurs qui devaient œuvrer à la reconstruction de Varsovie. Après leur départ, un quartier universitaire resté dans les esprit s’est développé ici, avec un cinéma, des bains publics, des cafétérias, une clinique et une école maternelle. Ce quartier est un témoin de l’histoire de la reconstruction de la capitale, et grâce à l’implication d’activistes en août 2015 le maire de Varsovie a reconnu son importance pour la ville. En admirant les espaces verts et l’architecture de ce coin de la ville, vous pourrez sentir aussi l’énergie sociale qui protège la communauté locale et son héritage. Le vélodrome désaffecté Nowe Dynasy du quartier de

Praga Południe, au numéro 11 de la rue Podskarbińska, est aujourd’hui au centre de l’énergie dépensée par les activistes urbains qui cherchent à préserver l’histoire locale et à redonner à la piste sa fonction d’origine : les compétitions cyclistes. En 2014, un groupe réunissant le café-club Dwa Osiem, la troupe de théâtre Koło, Zmiana Organizacji Ruchu et Studio Robot a lancé un débat public pour donner une nouvelle vie à ces installations. De l’argent a été levé sur un site de financement participatif pour construire une mini-piste de course (ci-dessus), la première étape pour redonner au vélodrome Nowe Dynasy son ancienne gloire •


56

Warszawa

Chose unique parmi les grandes villes européennes, la berge de la rive droite de la Vistule est en grande partie sauvage, envahie par les broussailles et non régulée. Les habitants font des pique-niques et des feux de camps sur ces plages de sable. De l’autre côté du fleuve, sur la rive gauche « civilisée », ils envahissent les cafés, les discothèques et le Centre des sciences Copernic qui a ouvert ses portes en 2010. Ce musée des sciences est l’un des plus attrayants en Europe. Il possède notamment un planétarium et un jardin sur

le toit avec vue sur le fleuve. « Je recommande aussi la vue sur Varsovie depuis le fleuve », indique Jan Ołdakowski. « Depuis un kayak loué, un ferry ou un «bus sur l’eau» qui traverse la Vistule en été. On a la meilleure vue près du pont Gdański, avec la Vieille Ville en premier plan, comme sur les peintures du XVIIIe siècle de Bernardo Bellotto, mais avec des gratteciel en verre dans le fond ». Un des ponts les plus modernes est le pont ­Świętokrzyski (CI-DESSOUS) qui relie le quartier de Powiśle à celui de Praga Północ •


Warszawa

57


58

Warszawa


Warszawa

59

Un miracle architectural Grzegorz Piątek – critique ­d’architecture, commissaire d’expositions architecturales et de projets artistiques

Ces paroles étaient un refrain qu’on entendait dans les rues du Varsovie des années 1950. Cette ville à l’histoire tragique s’est relevée grâce aux efforts de la nation tout entière. Il est important de se souvenir que Varsovie est une ville entièrement nouvelle, y compris la Vieille Ville (À GAUCHE) reconstruite dans les années 1950 après avoir été rasée pendant la Deuxième Guerre mondiale. La Vieille Ville a été inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO pour l’exceptionnalité de sa reconstruction au XXe siècle. Ce qui frappe tout de suite à Varsovie, c’est le centre-ville avec sa tour de style réaliste socialiste, le Palais de la Culture et de la Science, entouré de gratte-ciel modernes. Ces hauts immeubles pris séparément ne sont peut-être pas très distingués mais, ensemble, ils se démarquent des autres capitales européennes qui ont tendance à construire à plus petite échelle. Pour l’architecture contemporaine, il y a Powiśle. On y trouve notamment la

bibliothèque de l’Université de Varsovie, conçue par Marek Budzyński et Zbigniew Badowski : c’est le dernier grand bâtiment postmoderniste de Pologne. Il est admiré aussi bien par les professionnels de l’architecture que par les simples utilisateurs. Ouvert aux étudiants et au public, le bâtiment comporte sur son toit un jardin qui offre une vue panoramique sur Varsovie. Plus La maison particulière de Barbara et Stanisław ­Brukalski (1927–1929) •


60

Warszawa

Ce bâtiment moderniste a été achevé en 1952 pour devenir le siège du Comité central du Parti ouvrier unifié polonais (le Parti communiste polonais) (À gauche). Aujourd’hui, c’est un centre bancaire et financier (CBF) abritant également plusieurs bars populaires qui se spécialisent dans les bières artisanales et les cocktails (CI-DESSUS) •

loin, le tout nouvel édifice de l’Académie des Beaux-Arts, un projet du cabinet d’architectes JEMS Architekci, s’élève sur le quai Wybrzeże Kościuszkowskie.. Cette construction rationnelle en béton et en verre, colorée plutôt que froide, est un modèle d’architecture polonaise contemporaine. Les fans de modernisme voudront s’arrêter manger des pierogi et un steak tartare au bar Warszawa Powiśle qui se trouve tout près dans ce qui était à l’origine la salle des guichets d’une gare de trains de banlieue à partir des années 1950. Un joyau du Varsovie d’aujourd’hui, c’est Polin, le musée de l’Histoire des Juifs polonais, de l’architecte finlandais Rainer Mahlamäki. Il mérite d’être visité non seulement pour son impressionnante exposition permanente qui décrit un millénaire

d’histoire partagée par les Juifs et les Polonais, mais aussi pour son architecture aussi belle que monumentale. Les mordus d’architecture voudront peut-être épancher leur soif après tout cela. Voici un bon coin pour boire un verre : l’ancien siège du Parti communiste (CI-DESSUS) qui, comme par ironie, a ensuite abrité la Bourse de Varsovie. Le bar Cuda na Kiju sert des bières artisanales en vogue tandis que Zamieszanie est connu pour ses cocktails. L’ambiance hipster décontractée de ces bistrots souligne le poids de l’architecture monumentale officielle, et les soirées chaudes dans la cour font penser à l’ambiance animée d’une place italienne •


61 Palais de la Culture et de la Science wy 231 m bu 1955 ar Lew Rudniew

Cosmopolitan wy 160 m bu 2014 ar Helmut Jahn

Le Varsovie des gratte-ciel Au Moyen Âge, la ligne d’horizon était dominée par le clocher en brique de l’Église de la Visitation dans le quartier de la Nouvelle Ville. Au XVIIe siècle, le Château royal agrandi et la colonne du roi Sigismond III Vasa sont devenus le symbole du statut de capitale polonaise nouvellement acquis par Varsovie. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, les immeubles dépassaient rarement trois ou quatre étages. Mais les nouvelles méthodes de construction ont permis aux bâtisseurs locaux de passer enfin la limite des 50 mètres. Le record a été battu en 1908 avec l’achèvement d’une tour d’inspiration médiévale pour la compagnie de téléphone suédoise Cedergren (devenue la tour Immeuble Prudential wy 66 m bub1934 ar  Stefan Bryła, Marcin Weinfeld

PAST ou Pasta). En 1933, la tour Prudential, conçue par Marcin Weinfeld et Stefan Bryła, a pris la tête avec ses 66m de haut. Au milieu des années 1950, la barre a été placée beaucoup plus haut avec les 231 mètres du Palais de la Culture et de la Science qui était alors le deuxième édifice le plus haut d’Europe. Les tours de bureaux et d’habitation ont poussé en taille et en nombre récemment, donnant à Varsovie une des silhouettes les plus dynamiques et spectaculaires du continent. La tour résidentielle Cosmopolitan conçue par l’architecte germano-américain Helmut Jahn a recueilli bien des éloges pour son design chic • Tour de l’horloge, Château royal wy 40 m bu 1622 ar  Matteo Castelli, Gaetano Chiaveri

Bâtiment de la société de téléphone polonaise (Pasta) wy 51 m bu 1908 ar  Bronisław Brochwicz-Rogoyski

Colonne de ­Sigismond wy 22 m bu 1643 ar  Agostino Locci, Constantino Tencalla Église Sainte-Marie, Nouvelle Ville wy 32 m bu 1411 ar  Unknown


62

Šódź Šódź la crÊative Par rapport à d’autres villes polonaises, Šódź a une histoire plutôt inhabituelle. MalgrÊ son statut officiel de ville depuis le Moyen Âge, ce n’est qu’au XIXe siècle que sa population a augmentÊ de manière drastique. Depuis le dÊbut de la Première Guerre mondiale, la population de Šódź est passÊe de quelques centaines d’habitants à un demi-million. Cette croissance est due à la rÊvolution industrielle qui a fait de Šódź un des plus grands centres textiles europÊens. Cette prouesse est le fait de Polonais, d’Allemands, de Juifs et de Russes.

Ici et ailleurs î ? AĂŠroport de Ĺ Ăłdź – 7 km îĄ? Varsovie – 120 km Berlin – 425 km Prague – 400 km PrĂŠsentation đ&#x;›Ą 1423    711 k   293 km2  î Š 3837 PLN î € 83 k Culture et nature đ&#x;?Ś 19 î † 36   43

Manger et dormir  5848    727   97 


63

Łódź CI-DESSOUS : Le Centre de la culture du cinéma national fait partie du projet culturel et de redéveloppement Łódź EC1Ville de la culture. Le centre EC1 se situe dans grand complexe post-industriel de la première centrale électrique de la ville, aux abords de la gare centrale Łódź Fabryczna. Depuis 2010, ce site est aménagé en vue de le reconvertir et de l’adapter à des fins culturelles et de divertissement. Il fait partie d’un spectaculaire programme de développement d’une zone couvrant 100 hectares dans le centre de Łódź •

CI-DESSUS: Księży Młyn (« Le moulin des prêtres ») est un gros quartier de Łódź qui a survécu presque intact depuis l’âge d’or de l’ère industrielle. Karol

Les effets de cette diversité se voient non seulement dans les riches demeures des industriels et dans les zones postindustrielles, mais également dans les cimetières et lieux de culte des différentes religions. L’École de cinéma de Łódź (communément appelée Filmówka) fut fondée à l’époque communiste et c’est de cette école que sont sortis nombre des cinéastes polonais les plus célèbres, tels Andrzej Wajda, Roman Polański et Krzysztof Kieślowski. Les changements politiques de 1989 ont entraîné l’effondrement de l’industrie textile, provoquant le déclin de la ville. Mais ces

W. Scheibler, un des plus importants propriétaires d’usines du XIXe siècle, a construit cette usine et les logements comme une ville dans la ville •

derniers temps, Łódź semble reprendre vie et redécouvre son esprit créatif et innovant. De grands événements s’y déroulent, comme le Festival international de la bande dessinée et des jeux, le Festival des 4 cultures, le Festival de design et le FashionPhilosophy Fashion Week Poland, et la ville attire des créateurs dans des domaines variés. Łódź est aussi leader sur le marché de la fabrication de médicaments contre le cancer grâce à ses entreprises de biotechnologies qui se sont développées autour des centres universitaires locaux •


64

Łódź

Les films et les ­woonerfs

C’est vraiment quelque chose d’unique : nulle part ailleurs le tournage de films ne recueille autant d’aide et de compréhension. Le tissu urbain de Łódź est fait principalement d’anciens bâtiments d’usines qui se prêtent parfaitement à ces initiatives artistiques. La très belle rue Piotrkowska (CI-DESSOUS), la rue principale de Łódź, est situé en son cœur même. Une partie de cette énergie a été reprise par la Manufaktura (le centre artistique et commercial de Łódź) qui, malgré son caractère indéniablement commercial, a très

Łukasz Dzięcioł – producteur de cinéma, Opus Film Łódź est un endroit exceptionnel pour les cinéastes. Que ce soit au niveau de l’aide apportée par la ville et les autorités locales ou de l’accueil et du soutien des habitants, il n’y a pas d’endroits qui seraient plus ouverts à la production de films et où il serait plus aisé de les tourner.

bien su marier divertissements et culture. En plus des concerts et expositions qui y sont organisés, Łódź peut se vanter d’avoir le plus grand musée d’art moderne en Pologne, le ms2. Les rues latérales de la rue Piotrkowska se transforment de plus en plus en woonerfs, ou zones résidentielles. Ce sonts où la circulation automobile est limitée et où ont été créées des voies piétonnes. La rue du 6-Août (ul. 6 Sierpnia) est particulièrement populaire car c’était le premier woonerf de Łódź. D’autres continuent de fleurir •


65

Łódź

Nombre d’anciennes usines ont été démolies, mais certaines ont été converties en centres de commerces et de loisirs modernes : les anciens bâtiments de l’usine d’Izrael Poznański abritent désormais la Manufaktura, tandis que l’Usine blanche de Ludwik Geyer, rue Piotrkow­ ska, abrite le Musée central des textiles (CI-DESSUS). Plus d’une

centaine de vieilles cheminées d’usine sont encore visibles à travers la ville. La Salle néoplastique (CI-DESSOUS) du Musée des arts de Łódź a été conçue par Władysław Strzemiński. Le musée s’intéresse surtout à l’étude et à l’exposition d’art d’avant-garde et d’initiatives artistiques progressistes •


66

Aimez votre ville

Pola Stępień – créatrice de mode à l’origine de la marque Moda Polka « Pograjka łódzka » (CI-DESSUS) est une série de rencontres qui se tiennent tout au long de l’année, généralement sous forme de bals populaires, mais il y a aussi des ateliers de musique. Ce projet cherche à promouvoir la culture populaire par le divertissement à la fois éducatif et artistique. On s’y amuse, on y danse jusqu’au matin en laissant les rythmes folkloriques prendre possession de nos corps. Ces fêtes se déroulent généralement au théâtre Szwalnia au numéro 90 de la rue Struga. Le Centre de dialogue Marek Edelman est une institution qui assure la promotion active de l’héritage multiculturel et pluriethnique de Łódź, il porte une attention particulière à ses traditions juives et aux autres cultures qui ont eu un impact sur le développement de la ville.

Łódź

Ce centre se trouve au numéro 38 de la rue Wojska Polskiego. Mon restaurant favori est le « Lokal ». Leur devise, c’est « Manger local, avoir une action mondiale. Soutenez les initiatives locales, achetez la nourriture locale, écoutez les groupes locaux et allez à leurs concerts, soutenez les articles locaux. Étudiez, travaillez et vivez ici. Aimez votre ville ». C’est à la fois politique et convivial : la nourriture y délicieuse, la cuisine locale est inspirante et le programme artistique comprend de fréquents concerts et autres événements musicaux en soirée. Je dis toujours, depuis des années, qu’on sert le meilleur café de la ville à Owoce i ­Warzywa (À gauche). Ce café-club est maintenant dans le quartier rénové de la rue Traugutta qui a été transformée en woonerf, c’est-à-dire en zone résidentielle, au numéro 9 de la rue Traugutta. Juste à côté, on trouve le meilleur marchant de glace du monde ! « Łodziarnia » – Des glaces tout au long de l’année. Faites avec des ingrédients naturels, sans additifs artificiels, et préparées sur place, au numéro 9 de la rue Sienkiewicza. La boîte la plus intéressante de Łódź, DOM, a été fondée par des vétérans de l’avantgarde locale. Il se trouve à OFF Piotrkowska, dans l’ancienne

fabrique de coton de Franciszek Ramisch. Désormais c’est un espace envahi par des clubs, des restaurants, des salles d’exposition, des salles de répétition, des salles de spectacles et des concept stores, on y trouve également des studios de design et un café-club au 138/140 de la rue Piotrowska •


67

Łódź OFF Piotrkowska (À gauche) est aujourd’hui l’endroit le plus à la mode de Łódź, grâce à la transformation de l’ancienne usine de Ramisch en un centre débordant de créativité. Le centre abrite désormais des studios de mode et de design, des clubs de musique, des restaurants, des espaces d’exposition, des salles de répétition et bien plus encore •

Les rues cachées de Łódź

Les fresques du numéro 5 de la rue Roosevelta (CI-DESSUS) ont été créées par des artistes de rue, le Brésilien Os Gemeos et l’Espagnol Aryz, dans le cadre d’un projet de la galerie Urban Forms •

Le quartier de Bałuty à Łódź, de mauvaise réputation, joue un rôle central dans les bandes dessinées de Robert Popielecki. De petites rues vous attendent avec une splendeur et une élégance retrouvées, de nouveaux restaurants branchés ou des propositions artistiques intrigantes. D’autres gardent jalousement leurs secrets et restent fermées aux passants par des portails et des interphones. Comme si les visiteurs non désirés risquaient de priver les habitants des places de parkings pour leurs vieilles « beemek » (BMW) et leurs Audi, qui ont bien entendu toutes été converties au LPG par souci d’économise. On entre dans ces rues fermées à ses risques et périls. Néanmoins, flâner dans les petites rues de Łódź permet de s’imprégner de l’ambiance de la ville •


68

Łódź

Łódź, ville de la mode Née du commerce du textile, la ville de Łódź poursuit sa tradition dans le vêtement même si c’est aujourd’hui plus dans la création que dans la fabrication industrielle. Łódź est en train de devenir le Milan polonais, notre capitale de la mode et du design. La ville accueille les plus importants événements du monde de la mode, dont : FashionPhilosophy Fashion Week Poland, Złota

Pan tu nie stał (Vous n’étiez pas ici !) – est une entreprise de textile et d’habillement de Łódź créée en 2006. Elle propose une grande variété de vêtements décontractés et d’accessoires inspirés de l’esthétique communiste des années 1960, 1970 et 1980 (À DROITE) •

Nitka, le Gala des diplômes du Département de Création de mode de l’Académie des arts Strzemiński, le Fashion Lab et le RE-ACT Fashion Show, qui montrent tant le travail de débutants que celui de créateurs et de marques bien connus. Les stylistes et techniciens du textile peuvent apprendre leur métier dans plusieurs écoles supérieures de Łódź : le ­Département de Création

de mode de l’Académie des arts, l’École polytechnique et la Faculté de technologie des matériaux et design textile. Parallèlement, le Musée central des textiles, qui se trouve dans l’ancienne usine deLudwik Geyer, apprend au public l’histoire de l’habillement, du tissage et de la production de vêtements •


Łódź

69

Łódź Design Festival (CI-DESSUS ET À gauche) Un autre exemple de l’engagement de Łódź dans la production créative est ce festival qui s’est taillé une réputation bien méritée d’événement le plus important de sa catégorie en Europe centrale et orientale. Le festival montre différents aspects de la création moderne : du design industriel à la mode en passant par l’artisanat, la création graphique et l’architecture •


70

Palais Poznański Les grandes familles du secteur textile, comme les Poznański, les Scheibler, les Heinz, les Herbst et les Biedermannm ont laissé des palais monumentaux. Le plus important est le palais Poznański. En raison de ses magnifiques détails architecturaux, on l’a surnommé « Le Louvre de Łódź »  • 

Łódź


71

La terre promise du cinÊma polonais Cent cinquante films ont ÊtÊ tournÊs à Šódź et l’École de cinÊma de Šódź a formÊ de nombreux artistes polonais dont le travail est apprÊciÊ dans le monde entier • Andrzej Munk   1951 

Andrzej Wajda   1953 

Kazimierz Karabasz Les Musiciens Lion of San Marco, Venice đ&#x;?†  1959  î € Roman PolaĹ„ski



Roman PolaĹ„ski Cul-de-sac Ours d’or, Berlin đ&#x;?†  1966   1967  đ&#x;?† Jerzy Skolimowski Le dĂŠpart Ours d’or, Berlin La terre promise Andrzej Wajda fm  1975  LĂŠgende đ&#x;?† Prix fm Première î € DiplĂ´me

Le couteau dans l’eau Roman Polański fm  1962   1963   Jerzy Skolimowski

 1960 

Tango Zbigniew RybczyĹ„ski fm L’homme de fer Zbigniew Andrzej Wajda RybczyĹ„ski fm Tango Andrzej Wajda Oscar du meilleur L’homme de fer court-mĂŠtrage Palme d’or, Cannes animĂŠ Jan Jakub Kolski đ&#x;?† đ&#x;?† î €  1981   1982 1983   1984  1985 î € đ&#x;?† Ilona Ĺ epkowska Piotr Kielar Krzysztof Zanussi î € L’annĂŠe du soleil calme Trois couleurs : Bleu Lion d’or, Venise Krzysztof KieĹ›lowski Pan Tadeusz - Quand fm Lion d’or, Venise ­NapolĂŠon traversait le NiĂŠmen đ&#x;?† Andrzej Wajda  1993   1995 fm  1998 î €  1999  î € Xawery ĹťuĹ‚awski MaĹ‚gorzata Szumowska  2000  Roman PolaĹ„ski đ&#x;?† Andrzej Wajda Le Pianiste Ours d’or Palme d’or, Cannes Andrzej d’honneur, Berlin đ&#x;?† Wajda đ&#x;?†  2002   2003  Oscar  2006  đ&#x;?† d’honneur

Ida Photographie : Ryszard Lenczewski, Šukasz ŝal fm  2013 

Body/Ciało Małgorzata Szumowska fm  2015 

Roman Polański Le Pianiste Oscar du meilleur rÊalisateur

fm La chute du faucon noir Photographie : ­Sławomir Idziak


72

Katowice et la SilÊsie Pour un changement La SilÊsie fait peau neuve. La rÊgion vivait grâce au charbon, aujourd’hui elle se rÊinvente, faisant un pas audacieux vers la culture et l’innovation. À Katowice, vous pourrez visiter des centres d’art amÊnagÊs dans d’anciennes mines de charbon et vous mêler à la foule venue assister aux meilleurs festivals de musique en Europe. Les start-ups uniques en leur genre y fleurissent Êgalement. Mais dans leur quête du nouveau, les SilÊsiens n’oublient pas ce qui les rend particuliers : leur langue diffÊrente de celle du reste du pays, la tradition minière de dur labeur et l’architecture postindustrielle

Ici et ailleurs î ? AĂŠroport de ­Katowice – 24  km îĄ? Prague – 330 km Bratislava – 270 km Vienne – 300 km Budapest – 310 km PrĂŠsentation đ&#x;›Ą 1865    305 k   165 km2 î Š 5 199 PLN î € 58 k Culture ­et ­nature

Manger et dormir

đ&#x;?Ś 5 î † 10   11

 3.3k   409   74 


Katowice et la Silésie

73

CI-DESSUS : Concert dans la mine de charbon Guido de Zabrze •

Une chaîne de villes reliées par le rail et par des trams constituent la colonne vertébrale de la région : Katowice, Zabrze, Bytom, Chorzów, et de nombreuses autres municipalités postindustrielles, chacune avec son caractère unique en son genre. Ensemble, ces villes forment l’Association métropolitaine des villes silésiennes, une agglomération de près de 3 millions d’habitants appelée

familièrement la « Métropole silésienne ». La meilleure manière de saisir le contraste entre la Silésie du passé et la Silésie d’aujourd’hui est sans doute de plonger en ascenseur dans les profondeurs de la mine historique Guido de Zabrze. Équipés de casques et de lanternes de mineurs, les visiteurs de la seule voie ferrée minière suspendue en Europe qui soit ouverte aux touristes peuvent voir à quoi res-


74

Katowice et la Silésie

Le quartier culturel de ­Katowice est situé sur le site de l’ancienne mine de charbon Katowice, entre le légendaire « Spodek » (CI-DESSUS À DROITE) et les nouveaux bâtiments abritant le Centre international de congrès, l’Orchestre symphonique de la Radio nationale polonaise et le Musée de Silésie (À gauche) •

semblait le travail dans une mine de charbon du XIXe et du XXe siècle. À 320 m sous terre, ils peuvent prendre des boissons rafraîchissantes dans la salle des pompes ou regarder un spectacle du Théâtre Teatr na Poziomie sur la scène la plus profonde d’Europe. Une mine de culture Les traditions minières sont poursuivies aujourd’hui par de grosses compagnies silésiennes d’envergure internationale comme Kopex et Famur, qui fabriquent des équipements miniers exportés jusqu’en Chine. Mais si l’on regarde autour de soi, on voit de moins

en moins de cheminées industrielles rejetant des cendres dans l’atmosphère et de plus en plus d’institutions culturelles. À Katowice, capitale de la voïvodie de Haute-­Silésie, l’ancienne industrie lourde transparaît dans l’architecture moderniste d’avant-guerre et les projets impressionnants de l’ère communiste, comme le stade « Spodek », appelé de la sorte à cause de sa ressemblance avec une soucoupe volante. Si des extraterrestres devaient y atterrir aujourd’hui, ils y trouveraient de nouveaux miracles architectureux pour le moins osés : la nouvelle salle de concert de l’Orchestre symphonique de la R ­ adio na-


Katowice et la Silésie

tionale polonaise, le Centre international de congrès et le nouveau Musée de Silésie sur le site d’une ancienne mine de K ­ atowice (avec une impressionnante collection d’art naïf). Cet axe culturel est le nouveau visage fascinant de la ville postindustrielle. Petite patrie Le passé est préservé dans les quartiers de Giszowiec et Nikiszowiec, constitués de logements ouvriers uniques en leur genre en brique rouge caractéristique des immeubles collectifs appelés ici familoki. Ces propriétés portent le témoignage de l’histoire complexe d’une Silésie riche en minéraux, une région attractive pour les pays voisins, l’empire de Russie, l’empire d’Autriche et l’Allemagne, qui se sont partagé la S ­ ilésie et y ont régné jusqu’à la Première

75

Guerre mondiale. Ce territoire s’est ensuite retrouvé divisé entre la Pologne et l’Allemagne avant que la région ne soit finalement incorporée à l’État polonais en 1945. À travers ces bouleversements historiques, économiques et sociaux, ce fut une chance pour la Silésie d’avoir un peuple fasciné par sa propre « petite patrie ». Les Silésiens ont conservé un parler propre, ils ontune identité spécifique, née de l’interaction des influences polonaises et allemandes. Dans les faits, cette identité se traduit par un caractère pratique, une grande importance accordée à la famille et une éthique du travail hors du commun, traits provenant de la tradition minière de la région. Traits qui se révèlent particulièrement utiles lorsqu’il s’agit de dessiner des bâtiments, de mettre sur pieds des bars et des clubs ou d’organiser des festivals de musique ! •


76

La Silésie ­ depuis l’ar­rièrecour

Przemo Łukasik – architecte (Medusa Group). Concepteur du Bolko Loft (À DROITE), une maison acclamée par la critique qui a été aménagée dans la lampisterie d’une ancienne mine de charbon de Bytom, où il vit avec sa famille. La Silésie est un endroit qui peut donner lieu à différentes

Katowice et la Silésie

lectures. Je recommande une approche par l’arrière-cour, plutôt qu’une approche classique. Prenez le train, par exemple, de Chorzów à Bytom et à Katowice en passant par Ruda Śląska, et observez le visage de la Silésie depuis les voies ferrées. C’est un visage sans maquillage et sans fard, avec des graffitis vulgaires de fans de foot, des barbecues dans les petites arrière-cours des immeubles et des gens qui vivent leur vie sans aucun faux-semblant. Derrière la fenêtre vous verrez le long de la route du charbon les familoki (CI-DESSUS), ces immeubles en briques pour les travailleurs des sites industriels. C’est particulièrement fascinant pour ceux qui aiment la photographie. On peut prendre des photos intrigantes tous les quelques mètres. « L’Alternatif turistik » silésien est un terme apparu il y a quelques années lorsque le Centre Kronika d’art contempo-

rain de Bytom publia le guide des zones postindustrielles de Marcin Doś et Radek Ćwieląg. Les bâtiments que l’on n’avait même pas le droit de photographier jusqu’à récemment devinrent (officieusement) accessibles aux visiteurs... ­J’explore souvent ces sites avec un groupe constitué sur les forums Internet. Nous allons


Katowice et la Silésie

d’une usine à l’autre à vélo (CI-CONTRE), nous y jouons une partie de « turbo golf » (ci-dessus) et nous admirons la beauté des structures. Parmi ces bâtiments, il y a la centrale électrique Szombierki de B ­ ytom, une structure fascinante avec le même potentiel architectural et historique que le Musée de Silésie sur le terrain de la mine de charbon désaffectée de Katowice. Comme le reste de la Silésie, elle se cherche toujours un nouveau scénario. Peut-être pourrait-on y aménager un musée des sciences ? •

77


78

Pique –nique sur un terril

Katowice et la Silésie

Michał Kubieniec et ­Dominik Tokarski – créateurs du caféclub culte Kato et du concept store de design silésien Geszeft dans le quartier de Koszutka à Katowice

À Katowice, le modernisme d’après-guerre peut être observé dans de nombreux édifices datant de l’époque communiste qui ont été, pour reprendre les mots bien choisis de l’écrivain Filip Springer, « mal conçus ». Si le Spodek, autrement dit la « soucoupe volante », est le symbole de la ville, on remarque aussi la Superjednostka (Super unité) de 187 m de long, construite sur le modèle des immeubles d’habitation de Le Corbusier, et l’Osiedle Tysiąclecie (CI-DESSUS), un quartier de grands immeubles nommé ainsi pour commémorer le millénaire de l’État polonais (appelé familièrement « Tauzen »). Tous des endroits pour ceux qui préfèrent les solutions innovantes aux places des Vieilles Villes. Koszutka est le plus petit des quartiers de Katowice, mais c’est un terrain fertile pour les initiatives citoyennes, les activistes et les nouveaux artisans urbains. ­Pobudka Koszutka, une initiative informelle de « réveil » opère ici, de même que l’association « Réparez votre ville »

(Napraw Sobie Miasto) de Paweł Jaworski. Ils organisent des festivals de quartier et des campagnes localesw. Dans ce quartier, vous trouverez le meilleur tailleur de la ville, une boutique avec des accessoires de mode pour homme appelé Poszetka (À droite), le café-salon de thé Lokal, et la galerie indépendante la plus intéressante « Deux mains gauches » (Dwie Lewe Ręce) dirigée par Maciej Skobel. On y trouve également de nombreuses excellentes échoppes de légumes, un marché traditionnel, une boutique avec des produits arabes, une gargote servant des poissons frits, et plein d’autres endroits intéressants. Et pourquoi ne pas s’organiser un ­pique-nique sur un terril, un divertissement typiquement silésien ? Les terrils formés par l’exploitation des mines de charbon sont devenus un élément caractéristique du paysage des villes de Silésie, et les habitants y organisent des pique-niques, des barbecues et s’y adonnent à d’autres loisirs. Je vous recommande le


Katowice et la Silésie

terril du quartier de Kostuchna à Katowice, avec la mine Boże Dary toujours en activité en dessous et une vue au loin sur les Tatras. Festival Off, Tauron Nowa Muzyka et Ars Cameralis sont des festivals qui mettent en avant une musique ambitieuse. Ils se tiennent aussi sur des sites intéressants, comme les Musée de Silésie (un ancien site minier), la Dolina Trzech Stawów, ou, comme Ars Cameralis, en différents lieux répartis dans toute la Silésie. Pour la cuisine silésienne, il y a le restaurant SITG dans le charmant quartier de Nikiszowiec et la Karczma pod Młynem à Dąbrówka Mała. Vous pourrez vous y rassasier d’un dîner silésien classique, avec viande roulée, choux et pierogi, que vous rincerez avec une boisson de fruits faite maison, que les Polonais appellent « compote ». Ce repas consistant vous redonnera des forces pour poursuivre la visite de la ville ! •

79


80

Tourisme informel Karol Piekarski – expert en médias auprès de l’institution culturelle Katowice-Ville de jardins. Programmateur pour le projet expérimental Médialab Katowice qui combine le travail créatif à la recherche et à l’enseignement.

Katowice et la Silésie Pour ceux qui voudraient visiter la ville de manière moins guindée, je suggère la route des fresques de Katowice (CI-DESSOUS À DROITE). Vous pourrez jeter un œil aux cours rénovées en coopération avec les habitants dans le cadre du projet Plac na Glanc (en bas à gauche), vous pourrez chercher des enseignes lumineuses, visiter le skate park de Paderewa et trouver des endroits intéressants pour manger près de la rue Mariacka. Assistez à un concert à Leśniczówka dans l’ambiance rétro du Park Śląski de Chorzów (EN BAS À gauche). La salle de concert de l’Orchestre symphonique de la Radio nationale polonaise propose non seulement des symphonies classiques, mais aussi des concerts réguliers de l’Orchestre de musique nouvelle, en particulier les premières des nouvelles compositions. Sound Bureau Katowice rassemble régulièrement ceux qui s’adonnent à des expéri-

mentations dans le domaine de la musique électronique dans le cadre d’ateliers et de spectacles. Ce que j’aime le plus en ­Silésie, c’est la combinaison d’urbanisation dynamique et de nature. En dehors du Park Śląski, je recommande aussi la Dolina Trzech Stawów et les forêts qui s’étendent au sud de Katowice en direction de Mikołów et de Pszczyna, qu’on peut explorer à vélo pendant des heures. Le design silésien est intéressant pour ses allusions contemporaines à l’histoire de la région : on pense aux savons Sadza (EN HAUT) ou aux bijoux Brokat réalisés à partir de charbon, ou à la porcelaine Spodek de Bogdan Kosak. Vous pouvez engranger les gadgets silésiens à Gryfnie (ci-contre), une boutique tenue par ­Krzysztof et Klaudia ­Roksela, promoteurs du dialecte ­silésien •


81

Katowice et la Silésie

Un château débordant de design Cieszyn, capitale de la ­micro-région de Silésie de Cieszyn, a un nombre étonnant de monuments architecturaux, du roman à l’art nouveau. Mais la ville ne vit pas que de son passé. Elle abrite aussi l’institution de design Zamek Cieszyn (­Château Cieszyn) (CI-DESSUS et EN HAUT). C’est un centre qui combine le design contemporain à l’artisanat

traditionnel, et les métiers en voie de disparition aux technologies innovantes. C’est le siège d’un cluster du design silésien qui favorise la coopération entre le monde des affaires et les designers et qui est à l’origine d’EIDD Design for All Europe qui assure la promotion du design engagé socialement •


82

Katowice et la Silésie

owice above and below ground

CI-DESSUS : La salle de concert de l’Orchestre symphonique de la Radio nationale polonaise a été conçue par Tomasz Konior et est considérée comme ayant

une des meilleures acoustiques d’Europe •


83

Katowice en surface et sous terre

Vue (PAGE CI-CONTRE EN HAUT) et section transversale (CI-DESSOUS) du nouveau complexe du Musée de Silésie situé sur le site de l’ancienne mine de charbon Katowice. Les espaces d’exposition modernes sont

sr ltu lA ie -c te x at au i gr re zk le bu ód 03 de ew 20 e oj bl W t eu c or m ie xp m w le l’i iuro ta S 85 B l 19 ie -c r te fe at de gr le ns i 81 em 19 ch ng si es ou td h en R 70 HP tim f i ka bâ ct us le le nc ol 74 c ra 19 e xF bl au eu re m m bu l’i e d 68 e bl m 19 2  eu l6 m ie m -c l’i te at gr

34 19

62 m

1890 la mine de charbon Ferdynand 473 m

incorporés å cette mine du XIXe siècle, ils sont donc situés sous terre. Le bâtiment principal du Musée de Silésie comprend sept niveaux dont trois en sous-sol •

35 19

Les bâtiments les plus hauts et les mines de charbon les plus ­profondes de Katowice

Le Musée de Silésie

1913 la mine de charbon 1934 la mine Wujek de charbon 540 m Wujek 613 m

73 m

83 m

1962 la mine de charbon Wujek 680 m

90 m

99 m

105 m

1970 1981 la mine de la mine charbon de charbon Staszic Wujek 720 m 730 m Adaptation à partir d’une infographie de Medialab Katowice pour l’exposition Apetyt na radykalną zmianę (Appétit de changement radical), Katowice 1865–2015

125 m

2011 la mine de charbon Murcki-­ Staszic 980 m


84

Kraków (Cracovie) Cracovie (ou Kraków en polonais) est une belle citÊ royale de style gothique et Renaissance, fière de ses traditions, couronnÊe par le Château royal du Wawel oÚ les anciens maÎtres de la Pologne reposent pour l’ÊternitÊ. Mais Cracovie, c’est aussi la capitale polonaise de la fête, une ville qui ne dort jamais, qui attire des foules de touristes Êtrangers avides de visiter les impressionnants monuments de la ville et qui souhaitent aussi s’amuser et se divertir.

Ici et ailleurs î ? AĂŠroport de ­Cracovie – 11  km îĄ? Varsovie – 255 km Bratislava – 295 km Vienne – 330 km Budapest – 295 km PrĂŠsentation đ&#x;›Ą 1257    759 k   327 km2 î Š 4153 PLN î € 171 k Culture et ­nature

Manger et ­dormir

đ&#x;?Ś 51 î † 45   42

 20 k   1333   238 

À gauche : Vue de Cracovie dans La Chronique de Nuremberg de Hartmann Schedel, publiÊe en 1493 •


Kraków

On peut voir le visage traditionnel de ­Cracovie en se baladant le long de la Route royale qui va de la Barbacane au Château royal du Wawel en passant par la Basilique Sainte-Marie (CI-DESSUS), où se trouve un retable gothique de Veit Stoss.. L’ancien quartier juif de Kazimierz donne une impression totalement différente : après des années de déclin, il est devenu un coin à la

85

mode pour manger et boire, avec une ambiance évoquant le caractère de l’endroit avant l’Holocauste. Le quartier postindustriel de Zabłocie est récemment devenu un endroit très tendance depuis que le musée d’art contemporain MOCAK a ouvert ses portes dans l’ancienne usine d’ustensiles en émail d’Oskar Schindler, favorisant la redynamisation du quartier •


86

Kraków

Le Cracovie symbolique La ville de Cracovie a été inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO en 1978 et, en tant qu’ancienne capitale de la Pologne, elle a toujours revêtu une grande importance pour la tradition, la culture et la mémoire polonaises, en particulier pour la mémoire symbolique liée à l’identité nationale. La Cathédrale du Wawel (ci-dessous avec le Château royal du Wawel) fut le premier panthéon national, on y trouve les tombes de presque tous les rois de Pologne et de leur famille. Le premier roi à reposer ici fut Ladislas Ier le Bref, mort en 1333. Au cours des siècles, Cracovie est devenu le tombeau de personnages importants de la culture et de la science, de bardes nationaux et de dirigeants. Au XIXe siècle, la Crypte des Méritants de Skałka (également à Cracovie) est également devenue un mausolée national : c’est là que reposent Karol ­Szymanowski,

­ tanisław Wyspiański, Czesław Miłosz et S d’autres personnages illustres. Nowa Huta, qui est maintenant un quartier de Cracovie, fut construite à l’époque stalinienne en tant que cité d’ouvriers à part, avec un énorme complexe sidérurgique, afin de faire contrepoids à l’intelligentsia conservatrice de ­Cracovie. Cette ville avait été imaginée pour être la première cité entièrement socialiste de Pologne. Elle devait être belle et confortable, mais aussi constituer une place forte du prolétariat, un poste avancé sur le chemin de la soviétisation vers laquelle devait tendre l’ensemble du pays. Ce stratagème s’est retourné contre les autorités communistes car Nowa Huta est devenue un centre majeur du mouvement d’opposition Solidarność. De nos jours, c’est une curiosité pour les amateurs d’architecture et de planification urbaines utopiques •


Kraków

87 CI-contre : la Błonia, un vaste pré dans le centre-ville, à moins de 2 km de la Place du Marché de la Vieille Ville. Le centre de Cracovie est recouvert de constructions serrées et manque d’espaces verts. La proximité de ce grand parc ouvert avec une vue impressionnante sur la butte Kościuszko et la colline Sowiniec en fait un coin privilégié pour les promenades en vélo ou à pied et d’autres activités de loisir •

À DROITE : Les crèches cracoviennes (szopki) sont des structures à plusieurs niveaux richement comportant des versions miniatures des joyaux architecturaux de la ville. Cette tradition cracovienne qui remonte au XIXe siècle a pour but de représenter la scène de la naissance de Jésus. De nos jours, elles sont complètement différentes de ce qui se fait ailleurs en Europe et dans le monde •

À gauche : Nowa Huta n’est pas un quartier mais une ville dans la ville qui a été créée artificiellement au milieu de nulle part, explique Karol Konwerski, concepteur de jeux vidéo et habitant de Nowa Huta. Contrairement à Cracovie, ce n’est pas un patchwork de bâtiments anciens, d’églises et de sites historiques. « Huta » est un tout conçu selon le tracé d’une cité-jardin idéale de la Renaissance. C’est une ville idéale du réalisme socialiste, avec au moins un arbre et un espace refuge alloué à chaque habitant •


88

Kraków

L’appel de Sainte Marie (À DROITE) – musique jouée par un trompettiste à l’heure pile depuis l’une des tours de la basilique Notre-Dame. L’air joué à midi est retransmis en direct dans le monde entier par la première station (Program I) de la Radio polonaise. Deux trompettistes – des pompiers professionnels – restent en faction 24 heures durant, chacun d’entre eux jouant l’air 48 fois puisque l’appel est lancé dans quatre directions •

L’ancien Hôtel Forum (À gauche), de style brutaliste, a été conçu par Janusz Ingarden. Sa construction a duré de 1978 à 1988 et l’hôtel n’a été en service que 14 ans puisqu’il a fermé en 2002. Aujourd’hui, cette sombre structure a été ramenée à la vie par le café-club en vogue Forum Przestrzenie (CI-DESSUS) qui a été décoré avec les anciens objets datant des années de gloire de l’hôtel •


Kraków

89

De Podgórze à Zabłocie

Artur Wabik, artiste de rue, auteur de fresques et d’installations artistiques dans les espaces publics La mode de certains quartiers de Cracovie change tous les cinq ans. Il y a un certain temps déjà, Podgórze, situé en face du centre-ville sur l’autre rive de la Vistule, est devenu un lieu attrayant pour les artistes et les institutions culturelles indépendantes. Des studios, des galeries, des cafés et des clubs alternatifs devenus célèbres, tels le Spółdzielnia Goldex Poldex, s’y sont installés. En quelques mois, les rues Mostowa, Brodzińskiego, ­Nadwiślańska et Józefińska se sont transformées d’allées sombres en chemins de pro-

menade très tendance, remplis de restaurants et de bars avec terrasses noires de monde. Des fresques ont fait leur apparition sur les murs latéraux des immeubles délabrés, telles la « cloche » peinte par le célèbre artiste de rue italien Blu. Avec le temps on y a également vu fleurir des projets immobiliers publics et privés, comme la ­Cricoteka - Centre de documentation sur l’art de Tadeusz Kantor (CI-DESSUS) qui a ouvert ses portes en 2014. On nota récemment un glissement progressif mais notable de l’activité artistique et culturelle de Podgórze vers le quartier voisin de Zabłocie, dont le caractère postindustriel offre aux artistes une plus grande liberté créative. Ce phénomène suivit l’inauguration du MOCAK, le musée d’art contemporain de Cracovie (À DROITE). Quand on va à pied de Podgórze à Zabłocie, du site de l’ancien ghetto à l’usine de Schindler, on ne peut pas manquer la sculpture « Auschwitz-Wieliczka » de Mirosław Bałka, la première sculpture de cet artiste de renommée mondiale à avoir fait l’objet d’une installation perma-

nente dans un espace public en Pologne. Un autre endroit à visiter est l’ancienne usine de cosmétiques Miraculum où un conglomérat dynamique d’institutions culturelles s’est installé en 20102012 autour du club de musique Fabryka. Dans les étroites rues postindustrielles isolées de Zabłocie, vous trouverez un art de rue authentique non institutionnalisé : des autocollants, affiches et pochoirs, des compositions céramiques, des sculptures installées illégalement et des graffitis sur les toits •


90

Kraków

Jean Paul II

Il aimait le sport et le théâtre. Durant toute sa vie, il a randonné en montagne. Il avait beaucoup d’humour et son contact avec ses interlocuteurs était facile. Karol Wojtyła, qui fut pape durant près de 27 ans sous le nom de Jean Paul II, changea l’aspect de la papauté : il ouvrit le Vatican au fidèles. Sa vie ne fut pas facile. Né le 18 mai 1920 dans une famille pauvre d’un petit village de Galicie, Wadowice, il connut la tragédie dès l’âge de 9 ans, lorsqu’il perdit sa mère. Quelques années plus tard, c’est son frère, médecin, qui décéda. Malgré les conditions modestes dans lesquelles il fut élevé, « Lolek » était le meilleur élève de sa classe, il écrivait des poèmes et prenait volontiers part aux représentations théâtrales organisées par l’école, par ex. dans Antigone. Il jouait régulièrement au football, le plus souvent en qualité de gardien de but, il skiait et nageait excellement. Il commença ses études de philologie polonaise à l’Université Jagellone de Cracovie en 1938. La Seconde Guerre mondiale le força à interrompre ses études, il dut alors travailler comme manoeuvre dans une carrière. Il trouva pourtant le temps de déve­lopper sa passion pour le théâtre : avec des amis, il fonda le Théâtre Rapsodyczny.

En 1942, à la mort de son père, qui l’affecta énormément, il entra au Séminaire de Cracovie. Il fut ordonné prêtre quatre ans plus tard. Durant tout son pontificat, commencé le 16 octobre 1978, il ne cessa de nouer des contacts directs et vivants avec les gens, surtout avec les jeunes. C’est lui qui initia les Journées Mondiales de la Jeunesse, des rencontres de jeunes avec le Saint-Père sous la forme d’un festival religieux. Les premières Journées eurent lieu en avril 1984 à Rome, elles attirèrent pas moins de 300 000 jeunes. Les JMJ eurent lieu pour la première fois en Pologne en 1991, cette année-là plus d’un million et demi de jeunes pèlerins venus du monde entier se réunirent pour rencontrer le pape à Częstochowa. Lors de chacun de ses nombreux pélérinages – Jean Paul II visita 135 pays durant son ponti­ ficat – il attirait des foules nombreuses, et pas seulement durant les messes. La fenêtre du numéro 3 de la rue Franciszkańska à Cracovie, sous laquelle passèrent les fidèles lorsque le pape visita la Pologne, est maintenant célèbre : le souverain pontif y resta jusqu’à des heures avancées de la nuit pour y dialoguer avec la foule réunie. « Lorsque jadis j’étais à Cracovie, j’étais un garçon on


Kraków

91

Jean Paul II était connu pour son amour des voyages. Il écrivit dans l’une de ses proclamations : « Je désire de tout mon cœur que le tourisme soit toujours une manière de faire des rencontres fructueuses, avec soi-même, avec les autres et avec Dieu » •

ne peut plus rangé. Je ne me faisais jamais remarquer. Qu’est-ce qui me prend maintenant ? », plaisantait-il lors de son premier pélérinage le 6 juin 1979. La montagne était son milieu naturel. C’est là qu’il s’échappait pour réfléchir et respirer. Il fit de nombreux voyages dans les Alpes lors de son pontificat, mais ce furent toujours les Tatras qui eurent ses faveurs. Il y allait déjà dans les années 1930 avec son père et son frère, puis en tant que jeune prêtre, avec des amis et la jeunesse académique réunie autour de la paroisse Saint-Florian de Cracovie. C’est précisement durant ces excursions, qui selon ceux qui participèrent n’étaient pas des plus aisées, que l’on commença à l’appeler «­Wujek» (mon oncle), afin que les services de sécurité communistes méfiants à l’égard de l’Eglise ne s’intéressent pas au prêtre qui fraternisait de la sorte avec les étudiants. Au début de son action avec ces derniers, Karol Wojtyła s’engagea également dans des excursions en kayak. Il participa à de nombreuses descentes, notamment du canal Elbląg-Ostróda, d’affluents du lac Jeziorak et des rivières Rurzyca, Słupia, Brda et Wda (s’y trouve actuellement une promenade sur les traces de Jean-Paul

II). Il commençait chaque journée par une messe donnée devant un autel de fortune, fait de kayak et de pagaies, il les terminait par des chants et des prières devant un feu de camp. C’est durant l’une de ces excursions qu’il apprit qu’il avait été nommé évêque. Après son élection, le Pontife dit à ses amis : « Je suis passé du kayak à la Barque de Pierre ». Lorsque Wojtyła était cardinal de ­Cracovie, on lui demanda si cela convenait à un cardinal de faire du ski. Avec le style qui lui était propre, le futur pape répondit à cette question : « La seule chose qui ne convienne pas à un cardinal, c’est de mal skier ». Il aimait skier dans les Tatras, à Nosal, dans les environs de Kasprowy Wierch et de la Vallée de Chochołowska. Il revint dans les montagnes polonaises en 1983 et en 1997, après son élection au ­Saint-Siège. Dès qu’il avait l’occasion de se libérer momentanément de ses obligations pontificales, il prenait l’air lors de petites randonnées dans les Abruzzes toutes proches. L’homme a besoin de jolis paysages, disait Jean-Paul II des montagnes qu’il affectait tant. Il s’y sentait libre, sans soutane, en vêtements de sport et avec ses lunettes noires •


92

Kraków

Zakopane

La capitale ­hivernale de la Pologne Quand le ciel est dégagé et que l’air est pur (ce qui n’arrive pas bien souvent à ­Cracovie), vous pouvez admirer les monuments de la ville avec au loin les Tatras,

la plus haute chaîne de montagnes en Pologne. La beauté et le climat sain de ces montagnes attirent les touristes depuis la fin du XIXe siècle, époque où Zakopane est devenu une station de montagne populaire. Cette ville reste aujourd’hui encore la capitale d’hiver de la Pologne. Ville thermale, Zakopane est aussi devenu un centre culturel, visité et habité par des personnalités polonaises comme les écrivains Henryk Sienkiewicz et Stefan Żeromski, le compositeur K ­ arol Szymanowski, l’architecte Stanisław Witkiewicz et son fils, l’artiste Stanisław Ignacy Witkiewicz (Witkacy). Stanisław ­Witkiewicz a créé le style architectural propre à Zakopane, qui combine des éléments de l’art populaire de la région de Podhale avec le style art nouveau. Des villas de ce style (comme les maisons Atma et Dom pod Jedlami), de même que la chapelle Jaszczurówka (À gauche), continuent d’enjoliver cette ville visitée par par de très nombreuses personnes, en particulier pendant la saison des sports d’hiver •


Zakopane

93

Pour les gens actifs Jagna Marczułajtis, snow­ boarder, 14 fois médaille d’or en Pologne, deux fois championne du monde junior, médailles d’or et d’argent aux championnats d’Europe Outre la ville de Zakopane ellemême, qui est très jolie, il faut absolument se rendre à la station de ski de Witów, la plus grande station et aussi la plus exigeante de Pologne. Les amateurs de sports d’hiver y trouveront leur compte ! En été y est organisée une grande course de VTT : le Festival Joy Ride BIKE (À DROITE). Et pendant toute l’année, il y a forcément quelque chose à faire dans le quartier de Harenda à Zakopane. L’été appartient aux fans de cyclisme et de VTT, avec des circuits très difficiles pour les

meilleurs, tandis que l’hiver offre toutes les activités à faire dans la neige. Je recommande la visite du Centre de préparation olympique, où vous verrez des sportifs olympiques s’entraîner toute l’année, y compris les sauteurs à ski et la championne du monde de ski de fond Justyna Kowalczyk, plusieurs fois récompensée. Personnellement, j’adore la montagne Kas-

prowy Wierch qui reste très belle toute l’année. La vue y est toujours magnifique et la montée en téléphérique est quelque chose d’inégalé (EN HAUT). En bref, c’est un endroit merveilleux ! Une fois de retour à Zakopane, je conseille la visite du Théâtre Witkacy. Les pièces qu’on y joue, parfois exigentes, sont étroitement liées à Zakopane et à la culture locale •


94

CI-DESSUS : Le Festival de la Culture juive dans le quartier de Kazimierz à Cracovie se tient depuis 1988. C’est actuellement un des plus vieux et des plus grands festivals de ce type au monde. Chaque festival donne lieu à plus de 200 événements qui donnent à plus de 30 000 participants l’occasion non seulement d’observer la culture juive mais également de la vivre • À DROITE : La mine de sel de Wieliczka près de Cracovie est l’un des douze premiers sites à avoir été inscrits au Patrimoine mondial culturel et naturel de l’UNESCO en 1978. Cette « ville » souterraine à neuf niveaux, vieille de plus de 700 ans, a ses propres infrastructures bien ­développées •

Kraków


95

Cracovie vit du tourisme

10

millions de touristes

polonais et étrangers visitent Cracovie chaque année

Visiteurs par nationalité Britanniques 20 % Allemands 13,8 % Espagnols 9,3 % Italiens 9,1 % Français 8,4 % Russes 6,7 % Américains (USA) 4,5 % Irlandais 3,6 % Hongrois 2,3 % Israéliens 1,8 % Tchèques 1,6 % Suédois 1,6 % Hollandais 1,6 % Ukrainiens 1,4 % Japonais 1,4 % Canadiens 1,3 % Autrichiens 1,2 % Norvégiens 1,2 % Belges 1,1 % Finlandais 0,8 % Slovaques 0,7 % Danois 0,7 %

45

 milliards de zlotys

sont dépensés par les touristes annuellement

20%

des Cracoviens travaillent dans le secteur du tourisme


96

Rzeszów Rzeszów est une ville qui connaÎt une sorte de mÊtamorphose. Ces dernières annÊes, elle est passÊe du statut de capitale relativement pauvre de la rÊgion montagneuse des Basses-Carpates à celui de ville au dÊveloppement le plus dynamique en Pologne, occupant la première place des classements concernant la qualitÊ de vie, dÊpassant même en cela Varsovie. Avec seulement deux cent mille habitants, Rzeszów n’est pas une mÊtropole, mais sa poussÊe en matière d’innovation ne cesse de surprendre.

Ici et ailleurs î ? AĂŠroport de RzeszĂłw – 8 km îĄ? Varsovie – 255 km Bratislava – 415 km Vienne – 455 km Budapest – 355 km Kiev – 610 km PrĂŠsentation đ&#x;›Ą 1354    183 k   117 km2 î Š 4 087 PLN î € 47 k Culture et nature

Manger et dormir

đ&#x;?Ś 7 î † 2   14 

 2412    226   28 


Rzeszów

97 CI-DESSUS : La première passerelle circulaire de Pologne. Son diamètre extérieur est de 39 mètres et son aspect léger et plat crée une impression de flottement. Elle a été conçue par MWM Architekci et Promost Consulting • À gauche : Le Château Lubomirski est l’un des monuments historiques les plus remarquables de Rzeszów. De nos jours, le château accueille des expositions et des concerts, tandis que des spectacles en plein air sont organisés dans sa cour •

Une industrie de pointe se développe entre autres dans les secteurs pharmaceutique et des technologies de l’information. C’est néanmoins le secteur aéronautique, organisé autour de la toute proche Vallée de l’aviation, qui fait la fierté de la région. L’aéroport de Rzeszów-Jasionka et l’autoroute A4 assurent un accès rapide au reste du monde. Ceux qui préfèrent vivre lentement peuvent utiliser Rzeszów comme base pour explorer les Basses-Carpates, une région au charme resté intact. Elle est un melting-pot culturel dans lequel les différentes

traditions ethniques se reflètent dans la cuisine, l’artisanat et l’architecture locales. Les églises orthodoxes en bois font partie du paysage de cette région qui, au cours des siècles, a été habitée par des Ukrainiens, des Slovaques, des Lemkos, des Boykos, des Hongrois, des Juifs, des Allemands et des Ruthènes •


98

Rzeszów

L’harmonie des proportions Grażyna Bochenek, Radio Rzeszów

C’est une ville qui est appréciée aussi bien par ses habitants que les visiteurs. La qualité de vie à Rzeszów est liée à l’équilibre parfait entre la taille de la ville, ses ambitions et ce qu’on y trouve. Un réseau de pistes cyclables est actuellement en train d’être mis en place et il existe déjà un réseau municipal de location de vélos,

ce qui facilite l’exploration des berges du Wisłok. En été, la rivière permet de faire du kayak ou des excursions en bateau. En hiver, les gens viennent y nourrir les cygnes. Vous pouvez aussi monter dans la barge de la statue de Staszek Nitka. Ce légendaire passeur a fait traverser la rivière jusque dans les années 1980. Il ne disait jamais

rien, se contentant de fumer ses cigarettes nauséabondes. Je me souviens encore que nous glissions de l’argent dans la poche de sa veste sombre pour payer le passage. Parmi les endroits de la partie ancienne de Rzeszów à voir pour leur ambiance, il y a les avenues Pod Kasztanami et LubomirskichSe promener le soir pour admirer les maisons Art Nouveau illuminées vaut également la peine (CI-DESSUS). Les amateurs de théâtre voudront certainement visiter le Palais Lubomirski (À GAUCHE), où est né Jerzy Grotowski, le grand réformateur du théâtre, à la réputation mondiale connu du théâtre •


Rzeszów

99

Rzeszów est réputé pour ses statues originales : le Mouvement révolutionnaire (À DROITE), qui a provoqué la controverse à cause de sa forme vaginale, la statue de Stanisław Nitka, le passeur de Rzeszów, et la statue du célèbre musicien local T ­ adeusz Nalepa, que l’on peut voir rue du 3-Mai (ul. 3 Maja). Parmi les autres sculptures originales de Rzeszów, notons encore un casse-cou de la ville avec un lance-pierre, une composition intitulée « Podwójna krótka » représentant un match de volley et un monument commémorant le plus grand entraîneur polonais Kazimierz Górski (CI-DESSOUS) •

La ville des ­dessins animés du soir Jakub Półtorak WW – directeur de théâtre indépendant La rue principale de Rzeszów, la rue du 3-Mai (ul. 3 Maja), regorge d’attractions et d’endroits à vi-

siter. Il y a de beaux immeubles anciens, des églises et un monastère piariste ainsi que le musée de district (« Muzeum O ­ kręgowe ») où on peut admirer les travaux de peintres classiques polonais comme Stanisław ­Ignacy Witkiewicz (­Witkacy), Jacek Malczewski, Józef Chełmoński et Józef Mehoffer. À l’entrée du cinéma Zorza, il faut absolument goûter aux meilleures glaces de

Rzeszów, connues de tous sous le nom de « lody u myszki » (les glaces chez la souris). Le nom du magasin se réfère au dessin de Mickey sur l’enseigne. Parmi les autres attractions particulières à Rzeszów, on trouve le parcours souterrain ouvert aux touristes (« ­Podziemna Trasa Turystyczna ») et le Musée des dessins animés du soir (CI-DESSOUS) •


100

Rzeszów

Le peuple lemko Avant la Deuxième Guerre mondiale, les Lemkos formaient une communauté très unie dans plus de trois cents localités polonaises, ils avaient leur propre langue et leur propre culture. Dans le cadre de la politique de transformation de la Pologne pluriethnique en un État communiste homo­gène, les autorités de l’époque ont décidé de les disperser. On assiste cependant aujourd’hui à une renaissance de la culture lemko •

Natalia Hładyk, Union lemko Si vous voyagez dans la région, n’hésitez pas à vous rendre aux événements lemkos. Le Łemkowski Kermesz, un festival annuel de culture lemko, est une fête organisée par la communauté d’Olechowiec qui dure deux jours. C’est tout à la fois un événement culturel, une célébration religieuse et une foire où les habitants exposent leurs produits artisanaux, accompagnée de concerts et de compétitions sportives ainsi qu’une kermesse. Le dernier week-end de juillet, l’Union lemko organise traditionnellement la ­Łemkow­ska Watra (À gauche), c’est l’occasion d’y écouter des groupes folkloriques qui jouent de la musique traditionnelle et différents types de folk-rock mais également de goûter à la cuisine locale. La Zagroda ­Maziarska (CI-DESSUS) de Łosie est un autre endroit qui mérite le détour : il s’agit d’un musée en plein air exceptionnel qui vous aidera à prendre connaissance de l’artisanat traditionnel •


101

La Vallée de l’aviation La « Vallée de l’aviation » de Rzeszów abrite le siège de l’Association des entreprises de l’industrie aéronautique. C’est un groupe d’entreprises qui conçoivent, construisent et

Systèmes électroniques – instruments et systèmes de commande, systèmes de pilotage, systèmes d’acquisition de données Mielec

réparent des aéronefs et pièces d’aéronefs, et qui se spécialisent dans la recherche-développement dans le domaine aéronautique. Elle a aussi sa propre école de pilotage. Le but

de l’Association est de mettre en place, en coopération et de manière efficace, des projets nouveaux et innovants pour contribuer à la croissance du secteur •

Fuselages (Airbus, Boeing) Sędziszów Małopolski

Roulements Kolbuszowa

Revêtements métalliques Mielec Entraînement des pilotes Dębica

Fuselages Krosno Transmissions Dębica

Hélices Jasienica

Éléments de trains d’atterrissage Krosno

Éléments de moteurs d’avion Rzeszów Éléments de moteurs d’avion Jasionka

Applicateurs de graisse, appareils de lavage, cales, manchons de tuyau Jasło

Outillages pour l’industrie aérospatiale Instruments et dispositifs de commande Pièces de rechange pour roulements Pièces détachées Gestion des outils Services technologiques Produits chimiques de qualité aérospatiale KLX - Rzeszów, filiale de Lublin


102

Lublin Une ville qui inspire Lublin est la capitale de la jeunesse polonaise. Ce n’est pas surprenant si l’on considère que les Êtudiants forment un quart de la population de la ville. Les jeunes viennent en masse aux festivals de musique et de thÊâtre, dans les cinÊmas et bien entendu dans les clubs. En toile de fond de ces divertissements, la Vieille Ville, bien prÊservÊe, avec sa Place du MarchÊ à la forme irrÊgulière, l’ancien Tribunal de la Couronne d’oÚ part un parcours touristique souterrain long de 300 m, et les vieux immeubles de style Renaissance, baroque et nÊoclassique.

Ici et ailleurs î ? AĂŠroport de Lublin – 10 km îĄ? Varsovie – 155 km Budapest – 490 km Minsk – 450 km Vilnius – 425 km Kaliningrad – 410 km PrĂŠsentation đ&#x;›Ą 1317    343 k   147 km2 î Š 3 956 PLN î € 71 k Culture et nature

Manger et dormir

đ&#x;?Ś 9 î † 6   10

 2261    350   48 


103

Lublin ci-dessous : Le highline est une version extrême du funambulisme consistant à tendre des sangles en hauteur entre deux bâtiments. L’Urban

Highline de Lublin est l’un des événements les plus importants du monde dans le domaine de la highline et le seul à se tenir intégralement dans

Lublin, ce ne sont pas que des vieux murs et une histoire visible à l’œil nu, c’est aussi une approche moderne de la mémoire et des initiatives artistiques d’avant-garde. Ceci s’exprime par exemple dans les nombreuses fresques qui ornent la ville. Elles rappellent souvent la ville disparue, comme d’énormes files d’attente devant les magasins à l’époque communiste ou encore la culture juive (avant la Deuxième Guerre mondiale, la ville disposait du plus grand centre d’études talmudiques du monde, Chachmei Lublin Yeshiva). Il existe une manière originale d’apprendre à connaître

un centre-ville (principalement dans la vieille ville historique) •

la ville : suivre le cortège annuel qui s’achemine long de la route décrite dans l’œuvre de Józef Czechowicz, un poète de Lublin mort pendant la Deuxième Guerre mondiale. Cette sortie se déroule toujours durant une nuit de pleine lune de juillet •


104

CI-DESSUS : La Place du Marché avec en son centre le bâtiment du Tribunal de la Couronne. Le Tribunal de la Couronne a remplacé un hôtel de ville en bois qui a brûlé en 1389. Le nouveau bâtiment existe depuis le XVe siècle • À DROITE : Lublin mise sur l’écologie. C’est une des trois villes de Pologne où circulent des trolleybus et son réseau a récemment été étendu. La ville utilise aussi un prototype de bus électrique. On peut également y admirer une fresque représentant des trolleybus peinte par les artistes français Zoer et Velvet •

Lublin


Lublin

105

À DROITE : Lublin est un des centres théatraux les plus anciens et les plus importants de Pologne. La ville est toujours ouverte aux ferments alternatifs et créatifs, du Centre des Pratiques théâtrales Gardzienice au Karnawał Sztukmistrzów (carnaval du cirque et du théâtre de rue •

Au milieu du XIVe siècle, après un raid tatar, le roi Casimir III le Grand ordonna la construction de remparts et de portes autour de Lublin . La partie la mieux préservée de ces fortifications médiévales est la Porte de Cracovie (Brama Krakowska, CI-contre) dont le nom vient du faubourg et de la route qui y passait pour se rendre à ­Cracovie. La Porte de la Ville (Brama Grodzka, CI-DESSUS À GAUCHE), a été entièrement reconstruite, ainsi que les maisons attenantes (dans lesquelles se trouve actuellement le centre culturel « Brama Grodzka - Teatr NN ») et la Tour gothique ronde (CI-DESSUS A DROITE) •


106

Lublin

Panorama de la ville Jacek Lusiński – réalisateur, scénariste et auteur-compositeur

IJ’adore aller au restaurant de l’Hôtel Victoria (CI-DESSOUS). Les énormes lettres lumineuses de l’enseigne de l’hôtel émettent un halo rouge qui crée une ambiance particulière, et on peut y admirer le panorama de la ville tout entière. Le cimetière juif (EN BAS) est très beau. Il faut prendre rendez-vous avec un guide pour

le visiter, mais cela en vaut la peine. Le guide raconte des histoires fascinantes. Je me souviens tout particulièrement d’une pierre tombale mystérieuse décorée de manière très différente des autres. Dans la tradition juive, les gravures sur les tombes ont toutes une signification symbolique, et on retrouve les mêmes dans

tous les cimetières, mais cette matzevah ne ressemblait à aucune autre. Personne ne sait pourquoi il y a ces décorations, ni ce qu’elles signifient. Le cimetière est quelque peu sauvage, il y des broussailles en abondance, ce qui crée une ambiance très particulière. Pour vous relaxer, montez à pied sur la « colline Jeudi », Wzgórze Czwartek. Il s’y trouve une vieille église et une école, mais le but de cette randonnée, c’est de se détendre sur l’herbe, de pique-niquer et d’admirer la superbe vue sur Lublin •


Lublin

107

Musée de la vie rurale de Lublin Ce musée en plein air comprend des chaumières paysannes, des manoirs de nobles et deux églises en bois : l’une gréco-catholique (CI-DESSUS), l’autre catholique romaine. Le moulin traditionnel de style hollandais (À GAUCHE) a été entièrement rénové par un meunier expérimenté •

Majdanek

Le camp de concentration allemand de Lublin, communément connu sous le nom de Majdanek, a fonctionné d’octobre 1941 à juillet 1944. Il devait servir de source de main d’œuvre gratuite pour le Reich. Les prisonniers du camp venaient de près de 30 pays. Le monument à la lutte et au martyr, conçu par Wiktor Tołkin et Janusz Dembek, a été construit à la suite d’un concours d’architecture organisé à la demande d’an-

ciens prisonniers pour qui les monuments commémoratifs de l’époque étaient trop modestes. Le concours suscita

beaucoup d’intérêt dans tout le pays et quelque 140 projets furent soumis au jury •


108

Kazimierz

EN HAUT : La place du marché pavée de Kazimierz Dolny est le point central de la ville. Les maisons à arcades (À gauche) entourant la place ont survécu intactes jusqu’à aujourd’hui.

CI-DESSUS : Le parc paysager de Kazimierz a une des plus grosses concentrations de ravins d ­ ’Europe. Le ­Korzeniowy Dół (le Creux des racines) en est un des plus spectaculaires •


109

Kazimierz Les vues depuis les collines dominant la ville et la vallée de la Vistule sont à vous couper le souffle. Les opportunités de bronzage, randonnées à pied ou à vélo et promenades en bateau sont illimitées. Pendant l’hiver, il y a plusieurs stations de ski à proximité. L’endroit est aussi idéal pour le ski de fond, la luge et les promenades en traîneau. Les habitants contribuent à la magie de Kazimierz et ils adorent raconter des choses sur l’histoire et les légendes locales dans les cafés bordant la place du marché. En été, plusieurs festivals ont lieu : le Festival des groupes et chanteurs folkloriques, le Kazimiernikejszyn qui propose des concerts et des loisirs actifs, et le F ­ estival Deux rives. Le groupe Dziady K ­ azimierskie chante la beauté de K ­ azimierz et de ses environs lors de concerts qui attirent jeunes et moins jeunes •

Une ville de peintres Włodzimierz Dembowski, musicien du groupe Łąki Łan et Dziady Kazimierskie Situé à seulement 44 km de Lublin, Kazimierz Dolny est l’une des bourgades les plus jolies et les plus intéressantes de Pologne. Grâce à ses nombreux monuments historiques, l’endroit est considéré comme le joyau Renaissance de la région. Centre du Parc paysager de Kazimierz, composé de milliers de formations géologiques spectaculaires, le lieu est devenu la ville préférée des artistes, en particulier des peintres. Depuis plus d’un siècle, cette ville est la Mecque des artistes bohèmes, qu’il s’agisse de peintres ou de personnages du monde littéraire et cinématographique. Cette tradition culturelle est maintenue vivante aujourd’hui encore par des événements tels que le Festival du film et des arts des Deux rives (qui se déroule à Kazimierz et à Janowiec, de l’autre côté de la Vistule) •


110

Białystok et la Podlachie Le Nouvel Est Białystok est une ville situÊe à l’est de la Pologne, capitale d’une rÊgion diversifiÊe bien enracinÊe dans la tradition. Ce qui ne l’empêche pas de regarder l’avenir avec confiance en dÊveloppant son potentiel d’innovation scientifique tout en conservant son charme qui combine les aspirations d’une agglomÊration à celles d’une petite ville enfouie dans la verdure. Son nouvel opÊra, une construction de verre, de bÊton et de plantes vivantes, illustre parfaitement ses ambitions.

Ici et ailleurs î ? AĂŠroport d’Olsztyn – 150 km îĄ? Varsovie – 175 km Minsk – 305 km Vilnius – 220 km Kaliningrad – 245 km PrĂŠsentation đ&#x;›Ą 1691    295 k   102 km2 î Š 3 707 PLN î € 35 k Culture et nature

Manger et dormir

đ&#x;?Ś 6 î † 3   11

 1907    242   25 


Białystok

111

À DROITE : L’hôtel de ville de Białystok – ce bâtiment baroque tardif situé sur la place centrale, la place ­Kościuszko, abrite le Musée de la ­Podlachie •

À Białystok vous avez l’impression d’être dans un train qui vous emmènerait du XIXe au XXIe siècle. Cette ville au passé multi-­ ethnique a trouvé un nouveau souffle et cherche à devenir le centre moderne et plein de vitalité du nord-est de la Pologne. Pour voir cette évolution, vous n’avez qu’à vous promener dans le centre-ville et vous arrêter rue Lipowa, le principal pôle de la ville. Vous y verrez l’église Saint-Roch, audacieuse et moderne, des villas art nouveau, l’église orthodoxe Saint-Nicolas datant du XIXe siècle ainsi que la nouvelle « icône » de Białystok, le Centre d’art européen – Opéra et Philharmonie de Podlachie. Dans le centre ville, vous verrez le Palais Branicki, datant du XVIIIe siècle, entouré de jardins baroques à la française dignes d’un conte de fée. Ancienne résidence de la famille aristocratique

des Branicki, elle abrite aujourd’hui le siège de l’Université de Médecine de Białystok ainsi que l’Arsenal, la meilleure galerie d’art moderne de la région installée dans l’ancien magasin à poudre du palais. Avec confiance vers l’avenir De ses palais baroques à ses petites maisons en bois aux volets peints, Białystok avance avec confiance vers l’avenir. L’impressionnant Centre d’éducation moderne de l’Université de technologique Technologie de Białystok a produit des projets d’étudiants comme celui qui a reçu un prix pour ses plans de rover martien (EN HAUT). L’incubateur de start-ups du Parc des sciences et de la technologie de la ville est une autre contribution à la transformation de Białystok en « Nouvel Est » •


112

Białystok

Le Białystok ­alternatif

Mateusz Tymura – directeur de théâtre, acteur et activiste urbain. Créateur du théâtre indépendant Latarnia et co-­ fondateur de l’initiative « Le quartier de Bojary reste un lieu de culture ». Bojary est un quartier bizarrement intact aux anciens édifices en bois, une architecture en train de disparaître sous nos yeux. Pour comprendre cet endroit, mieux vaut le visiter avec un guide du coin ou un vieil habitant qui vous invitera peut-être à voir sa maison et son jardin. « Up to Date » est un festival de musique électronique (EN HAUT) qui se déroule en septembre. Il est organisé par des personnes jeunes et créatives qui en ont fait le meilleur événement musical de Białystok. Węglowa est un espace alternatif développé par l’association Kreatywne Podlasie

(Podlachie créative) dans d’anciens dépôts militaires des années 1930. Białystok est aussi le centre mondial de

l­’esperanto. La ville abrite le Centre Ludwik Zamenhof qui porte le nom de l’inventeur de cette langue extraordinaire •

La mosaïque de diversité de la Podlachie Toutes les cultures et les peuples de la Podlachie ont trouvé leur « chez eux » symbolique dans la fondation « Région frontalière des arts, des cultures et des nations ». Tenu par Krzysztof Czyżew­ski (À gauche), ce centre a son siège dans la petite ville de Sejny près de la frontière lituanienne. On vient ici de toute l’Europe et il s’y passe toujours quelque chose : conférences, concerts, excursions et ateliers. L’ancien manoir familial

du poète polonais prix Nobel Czesław Miłosz est également un lieu intéressant lié à la région frontalière.. Situé dans le village de Krasnogruda, ce manoir rénové abrite un musée dédié à la vie du poète ainsi que le Centre international pour le dialogue. Ce centre propose un excellent programme d’événements socioculturels stimulant la vie intellectuelle de toute la région •


113

Białystok

Tourisme local Monika Szewczyk – directrice de la galerie d’art Arsenal qui fait la promotion de l’art contemporain avec un accent particulier sur les relations culturelles en Europe de l’Est. Un des grands atouts de Białystok, ce sont les parcs magnifiquement entretenus, comme le parc du Palais ­Branicki, voisin de notre galerie au (EN HAUT). Nous avons aussi un réseau de pistes cyclables qui vous emmènent hors de la ville, jusqu’à la jolie municipalité de Supraśl, avec ses bâtiments anciens bien conservés et son très original théâtre de marionnettes Wierszalin. Si vous voulez passer la soirée en bonne compagnie et assister à des événements intéressants, le café-club Zmiana Klimatu situé rue Warszawska est une bonne adresse pour commencer. C’est un espace culturel informel qui invite le public à venir et rester un moment. Je recommande aussi la nouvelle (deuxième) filiale de notre galerie Arsenał, installée dans l’antre postindustriel très inspirant d’une ancienne centrale électrique (CI-DESSUS À DROITE). La disposition du bâtiment nous permet

enfin d’organiser des expositions à grande échelle. Je suis aussi un grand fan du Chemin du Patrimoine juif mis en place par la fondation de l’Université de Białystok. Sur la route de Kruszyniany, ou habite une minorité tatare, se trouve le village de Krynki qui abrite une organisation culturelle que j’admire vraiment, la

Villa Sokrates. Cette organisation dirigée par Paweł Grześ, qui travaille avec l’excellent artiste Leon Tarasewicz, est centrée sur les valeurs locales de la municipalité et de la communauté biélorusse et elle présente aussi les travaux des plus grands artistes polonais. J’ai toujours envie d’y faire un saut et de voir ce qui s’y passe •


114

Białystok

Podlachie

Barrière de corail Adam Wajrak –  journaliste, militant écologiste et auteur de plusieurs livres sur l’environnement. Adam vit actuellement dans le village de Teremiski en Podlachie.

Janów Podlaski Janów Podlaski abrite le plus ancien haras polonais. Il organise une vente aux enchères chaque année au mois d’août. Ses chevaux sont réputés pour leur beauté. En 2015, la somme record de 1,6 million d’euros y a été déboursée pour la pouliche pur-sang Pepita. Les chevaux de Janów Podlaski ont les faveurs des collectionneurs du monde entier. Ainsi, par exemple, Charlie Watts, le batteur des Rolling Stones, vient à ces ventes aux enchères avec sa femme depuis des années •


Białystok

115

La fierté et la joie de la Podlachie, c’est la forêt primaire de Białowieża, une zone boisée unique en Europe. Même en Amérique du Nord on ne trouve pas de forêts de basse altitude aussi bien préservées dans les régions tempérées. Si je devais comparer cette forêt à quelque chose, ce serait à la Grande B ­ arrière de corail.Le Parc national de Białowieża (CI-DESSOUS) est la partie la mieux préservée de la forêt, on peut y voir des loups, des lynx, des cerfs et bien sûr des bisons (À gauche), derniers représentants de la mégafaune européenne dont la population ne dépasse que légèrement celle du grand panda. Les voir à l’état sauvage, c’est comme revenir mille ans en arrière. Les marais de la Biebrza et le Parc national qui l’entoure sont des grands terrains découverts habités par de fiers élans, des grues et de nombreuses autres espèces d’oiseaux au printemps. Les meilleures vues sont celles que l’on a depuis la berge de la municipalité de Strękowa Góra ou lors d’une promenade sur la Biebrza en « canoës polonais », de longs bateaux traditionnels. Je recommande aussi d’aller se promener pour voir les castors au Parc national du Narew. Le Narew est une rivière aux nombreux affluents et embranchements, telle une version miniature de l’Amazone •


116 La riche culture de la Podlachie est visible partout. La population juive de la région a laissé derrière elle de merveilleuses synagogues à Orla et Tykocin (EN BAS À DROITE), deux villages qui font une extraordinaire impression avec leur architecture ancienne et leur agencement traditionnel bien préservé. À Tykocin également, il faut aller voir l’église catholique de la Sainte-Trinité, au style baroque tardif (EN BAS). Chaque bourgade de la région ou presque contient une belle église orthodoxe (À DROITE), les plus belles étant à Grabarka et Kruszyniany. Cela vaut aussi la peine d’aller voir la mosquée en bois et le cimetière tatar, sans oublier de goûter à la cuisine tatare dans une yourte locale (CI-DESSOUS) •

Białystok


117 Sejny

Mélange des cultures

jdksjd

L’héritage culturel de Białystok est au moins aussi important que son potentiel scientifique. Les églises catholiques et orthodoxes aux côtés de synagogues désormais abandonnées sont là pour vous le rappeler lors de vos promenades dans la ville. Białystok et la région de ­Podlachie présentent la plus grande diversité culturelle de toute la Pologne. Si la population juive qui était très importante dans l’entredeux-guerres a complètement disparu pendant la Deuxième Guerre mondiale, d’importantes minorités biélorusse, tatare et lituanienne vivent encore dans la région. Les villes et villages multiethniques sont entourés par la Forêt Białowieża, la plus grande forêt primaire d’Europe •

Gabowe Grądy

ck1 Sokółka Knyszyn

ckjd

kk�jd ck�

Bohoniki

isis Krynki

Supraśl

Tykocin

jd

jd

ckun

ck

Białystok

Kruszyniany

isis ckck

Légende

ck Église orthodoxe ck Cimetière orthodoxe ck Monastère orthodoxe unck M  usée des icônes muck Festival de musique religieuse

Bielsk Podlaski

orthodoxe

ckck

Chemin du Patrimoine juif à Białystok

Chemin du Patrimoine juif à Białystok 

fmjdjd Ancien théâtre Apollo te Ancien palais/théâtre juif jd1 Synagogue Cytron jdjd2 Synagogue Piaskower  Mémorial de la grande

 ry

jd2

Le

ick

jd

jjd

g io

n

te a

ie g

o

ow

icz a

wa

Br an

ew

no

jd

fm

c ki

g io

M

Le

jd1

al. J. Piłsudskiego

Mi

s­ ynagogue ry Rynek Sienny (Place du ­marché kiego foin) – site de l’ancienne place Piłsuds al. J.au Br du marché juif an ic   Ancien quartier juif kiego

ckmuck

Góra Grabarka

� Église catholique orientale � Cimetière catholique oriental ck1 Église des vieux-croyants

orientaux (Molenna) � Église protestante de la confession d’Augsbourg kk Cimetière catholique is Mosquée tatare is Mizar (cimetière musulman) jd  Synagogue jd Kirkut (cimetière juif)

Hajnówka

ck


118

Olsztyn et la Varmie L’Êco-ville Olsztyn a poussÊ sur des terres habitÊes par les tribus prussiennes qui adoraient les arbres, et la ville est toujours en relation Êtroite avec la nature. Chose exceptionnelle en ­Europe, elle a un grand nombre de lacs à l’intÊrieur de ses limites et une forêt urbaine de plus d’un millier d’hectares, ainsi que, depuis peu, la plus grande plage urbaine de Pologne. AssociÊ à l’hÊritage multiculturel complexe de la rÊgion, cela crÊe un mÊlange fascinant.

Ici et ailleurs î ? AĂŠroport d’Olsztyn – 56 km îĄ? Varsovie – 175 km Stockholm – 635 Minsk – 470 km Vilnius – 330 km Kaliningrad – 105 km PrĂŠsentation đ&#x;›Ą 1353    175 k   88 km2 î Š 3954 PLN î € 31 k

Culture et nature

Manger et dormir

un 4  8   13

 1611    143   38 


Olsztyn et la Warmia

Ce qui attire le regard lorsqu’on entre dans Olsztyn, ce sont les toits rouges qui émergent d’un océan de verdure. C’est une image que n’arrivent pas à effacer les gros immeubles du centre-ville. Le château médiéval du chapitre de Varmie domine la ville. Devenu une étape sur la route européenne du gothique en brique, ce château fut construit par l’ordre teutonique puis

119

administré par des évêques polonais (PAGE SUIVANTE EN BAS À DROITE). Au XVIe siècle, il fut défendu contre les Chevaliers teutoniques par Copernic lui-même qui était à l’époque l’administrateur des biens de l’évêché de Warmie. Sur le mur du château, on peut admirer la toilette, suspendue au-dessus du vide, de l’homme qui a arrêté le soleil et mis la Terre en mouve-


120

Olsztyn et la Warmia

ment, Copernic. Les monuments rappellent l’histoire complexe de ce territoire où le catholicisme s’est frotté au protestantisme et où les éléments slaves cohabitaient avec les éléments germaniques. Avant la Deuxième Guerre mondiale, la Varmie et Olsztyn (qui s’appelait alors Allenstein) faisaient partie de la Prusse allemande, mais depuis 1945 ce sont des territoires polonais. Ici, histoire et nature s’entremêlent. Olsztyn a les conditions naturelles pour devenir une éco-ville moderne. La ville s’appuie de de plus en plus consciemment sur les technologies vertes, elle développe des énergies renou-

velables et favorise les transports publics à faibles émissions (un réseau de tramways couvre toute la ville). Outre la nature, Olsztyn est aussi la capitale polonaise des danses de salon et des arts martiaux. Les sportifs qui s’entraînent ici ont remporté des compétitions dans le monde entier, tel le champion international de MMA, ­Mamed Khalidov •

CI-DESSOUS : le lac Ukiel, surnommé lac Tordu (Jezioro Krzywe). C’est le plus grand lac d’Olsztyn et sa profondeur atteint 43 mètres. Ses berges accueillent de nombreuses installations de loisirs, comme des ports de plaisance pour voile et kayak, une plage municipale et des centres de loisirs •

Ci-dessus : baignade dans les eaux glacées d’un lac d’Olsztyn pour prouver que les Polonais sont des durs •


121

Olsztyn et la Warmia

Kortowo Hanna Wróblewska, la directrice de la Galerie nationale d’art Zachęta de Varsovie, originaire d’Olsztyn, pense que les lacs sont le meilleur atout de la ville : « Je me souviens comme cela m’a paru étrange quand j’ai réalisé qu’il y avait des villes qui n’ont pas au moins une dizaine de lacs où l’on peut aller se promener ou se baigner quand l’envie nous en prend. » La cité universitaire de Kortowo à Olsztyn, qui fait partie de l’Université de Varmie et Mazurie, a été construite au bord du lac dans une ancienne caserne allemande pittoresque. Les étudiants peuvent aller directement à la plage en sortant des cours ! •


122

Olsztyn : suspendu entre nature et culture Edwin Bendyk –  journaliste et commentateur de l’hebdomadaire Polityka couvrant les questions de développement. Aujourd’hui basé à Varsovie, il garde toujours un œil sur sa ville d’origine, Olsztyn

Olsztyn et la Warmia

Olsztyn est suspendue entre nature et culture, même si la nature prend le dessus. Ce n’est plus une petite ville mais pas encore une agglomération. La ville essaie sans arrêt, avec plus ou moins de succès, d’exploiter l’énergie impressionnante qu’elle tire de ses réserves de capital social symbolisées par des associations comme Tratwa (qui active les communautés locales et les minorités culturelles, CI-DESSOUS) et Borussia (qui construit une culture du dialogue entre des personnes de différentes nationalités et traditions). Le phénomène OKO (Citoyens de la culture d’Olsztyn), un mouvement culturel progressiste dans une ville encore en

enfance est un signe d’espoir pour l’avenir, . En ce qui concerne la nature, le très populaire Jezioro Długie (le Long Lac ) est devenu un endroit charmant où les « hipsters » – encore peu nombreux à Olsztyn – et la classe moyenne cosmopolite viennent pratiquer leurs disciplines sportives en plein air et faire du vélo sur le chemin qui contourne le lac. Ce lac joue le rôle d’interface entre culture et nature, et sa rive nord longe la forêt municipale dont les arbres majestueux et sombres poussent l’imagination à chercher des traces du légendaire Smętek, un démon de la mythologie populaire de Varmie accompagné de lutins appelés kłobuki, apparaissant sous différents aspects. Mon endroit préféré pour sortir à Olsztyn ? Le pub Vinyl, dans la Vieille Ville. Il attire les fans des variétés locales de bière et de musique jouée sur de vieux disques vinyles •


Olsztyn et la Warmia

123

Zatorze et la forêt dans la ville Karol krl Kalinowski dessinateur et auteur de bandes dessinées travaillant à la bibliothèque municipale d’Olsztyn. Son œuvre Łauma a gagné le prix de la meilleure BD au Festival international de la bande dessinée de Łódź en 2009 et une version ­long-métrage animé est en cours de réalisation. Aux visiteurs, je recommande Zatorze (CI-DESSUS), le nom que les habitants d’Olsztyn donnent à tout ce qui se trouve « de l’autre côté de la voie ferrée ». C’est là que la ville est la plus jolie, grâce au charme de ses maisons, de ses églises, de ses parcs et de ses cimetières. Les flâneurs urbains y trouveront l’Olsztyn absent des cartes postales. Avant, ce quartier avait mauvaise réputation mais il ne reste de cette époque que cette image défavorable et

une ambiance particulière. Le lac Tordu (Jezioro Krzywe) – le nom donné au lac Ukiel – qui permet de se reposer comme sur une plage municipale, est un complexe de loisirs vraiment impressionnant. Si vous avez envie de ne rien faire, vous y trouverez tout le sable nécessaire pour y prendre un bain de soleil.

Pour les ambitieux, un port de plaisance et différents sports aquatiques dont je ne connais même pas le nom sont disponibles. Tout près de la jetée se trouve le restaurant Przystań où l’on peut venir en bateau •


124

Olsztyn et la Warmia

La Varmie Cette ville verte est le point central de l’environnement naturel charmant de la voïvodie de Varmie. La topographie régionale conviendrait parfaitement aux lutins : on y trouve des collines menues, des petits lacs et d’énormes forêts. La nature est omniprésente, on peut s’y promener et y admirer une architecture allemande préservée aux légendaires « murs prussiens » en brique et bois, une variété locale des murs à colombage. Les infrastructures touristiques de la région consistent surtout dans des pensions

de famille douillettes et de petites fermes traditionnelles. À la recherche de biodiversité ? Il y en a plein partout. La zone a toujours été réputée pour sa mosaïque de cultures : un champ de céréales par ici, du colza par là, quelques parcelles de légumes et un peu d’orchidées pour faire bonne mesure. La Varmie est un endroit merveilleux pour les vacances à la campagne, où une interaction avec une nature sans entraves est garantie et où de plus en plus de citadins fatigués décident de s’installer •


Olsztyn et la Warmia

Exode urbain Joanna Posoch originaire de Varsovie, dirige la ferme à lavande Lawendowe Pole (À gauche), le musée Lavande vivante et une ferme agrotouristique à Nowe Kawkowo, en Varmie. Nombre de « réfugiés » de grandes villes vivent en Varmie où ils ont enfin trouvé l’espace nécessaire pour s’investir dans leur activité de rêve pour

laquelle ils manquaient auparavant de temps et d’un environnement favorable. Glendoria est un site du village de Ględy qui fait la promotion du « glamping » (pour glamorous camping, le camping de luxe). Les visiteurs dorment dans des tentes spacieuses et luxueuses avec des planchers en bois. Au centre de la propriété, une grange a été transformée en club-house où l’on sert des repas et propose des massages (CI-DESSOUS À DROITE). Le spa mobile offre des traitements en plein air (EN BAS).

125 Marcin Wiechowski s’est installé à Włodowo il y a plusieurs années et il s’est aperçu que les pommiers de Varmie produisent un fruit acidulé idéal pour le cidre (CI-DESSOUS À gauche). Il a créé une ferme appelée Kwaśne Jabłko (Pomme acidulée) spécialisée dans le cidre. Son cidre a remporté des prix et est proposé dans les meilleurs restaurants. Sa ferme offre aussi des prestations agrotouristiques dans des bâtiments combinant architecture traditionnelle et design contemporain •


126

Olsztyn et la Warmia

Le théâtre rural Węgajty (À DROITE), fondé il y a 30 ans, est un lieu formidable de la carte culturelle de la Varmie, avec des productions faisant allusion à l’œuvre du pionner du théâtre polonais Jerzy ­Grotowski. Les acteurs mettent en pratique les anciens rituels de Varmie en déambulant à travers les villages avec des instruments ou en jouant des pièces de Witold Gombrowicz dans une grange. La fondation Revita a son siège dans la petite ville de Jeziorany bien connue en ­Pologne car c’est le décor d’une émission de radio populaire. Cette fondation a été créée par Rafał Mikułowski qui s’est installé là-bas après plusieurs années passées au Mali et en France. Dans une galerie de la place principale, sa femme Marcelina et lui ont créé un espace ouvert qui rassemble des informations touristiques sur la Varmie en prove-

nance du terrain (CI-DESSOUS). Ils y présentent des artisans locaux, assurent la promotion des producteurs de denrées alimentaires traditionnelles et

animent un atelier intergénérationnel et un atelier textile social •


127

Les forêts couvrent 1 900 hectares, soit

21.5%

Le lac Ukiel, avec sa surface de

412 

hectares

de la surface de la ville

fait partie des 100 plus grands lacs de Pologne

Olsztyn Dans les seules limites de la ville d’Olsztyn, on compte 24 km de rivière, dont

17.5 

km

pour la seule Łyna

La ville abrite

2 

espèces de plantes protégées, dont l’orchis de mai (Dactylorhiza majalis)

130 

espèces d’oiseaux qui y font leur nid, dont le râle des genêts


128

Bydgoszcz et Toruń La rivalitÊ entre Toruń et ­Bydgoszcz, deux villes distantes de seulement 50 km, remonte au Moyen Âge. Toruń fut fondÊe par l’ordre teutonique, qui la gouverna pendant 221 ans. Bydgoszcz, en revanche, reçut son statut de ville du roi de Pologne et joua un rôle majeur dans la grande guerre qui opposa la P ­ ologne à l’ordre teutonique. On retrouve encore aujourd’hui les traces de cette division : les habitants de B ­ ydgoszcz se plaisent à qualifier ceux de Toruń de  Teutons  ; ceux-ci ne sont pas en reste puisqu’ils appellent les premiers  typhus , en rÊfÊrence à l’ÊpidÊmie qui dÊcima leur ville au XVIIe siècle.

Bydgoszcz

Toruń

Ici et ailleurs � ­AÊroport de Bydgoszcz – 4 km � Varsovie – 225 km Toruń – 46 km Berlin – 315 km

� AÊroport de Bydgoszcz – 44 km � Varsovie  – 185 km Bydgoszcz  – 46 km Berlin  – 360 km

PrĂŠsentation

đ&#x;›Ą 1346    359 k   176 km2 î Š 3678 PLN î € 36 k

đ&#x;›Ą 1233    203 k   116 km2 î Š 3876 PLN î € 27 k

Culture et nature đ&#x;?Ś 6 î † 3   31

đ&#x;?Ś 5 î † 8   4

Manger et dormir  2361    327   36 

 2670    189   56


Bydgoszcz et Toruń

129 Bydgoszcz est une ville extraordinairement musicale. L’Opéra Nova (À gauche), situé sur les berges de la Brda, est l’un des théâtres musicaux les plus modernes et les plus complets de Pologne. Le quartier de la ville où règne l’ambiance la plus musicale abrite la Philharmonie Ignacy Jan Paderewski de Poméranie. Sa salle de concert est réputée pour son excellente acoustique. Des musiciens à la renommée internationale y ont joué, notamment Rafał Blechacz, diplômé de l’Académie de musique de Bydgoszcz et lauréat du 15e concours international de piano Frédéric Chopin en 2005 •

CI-DESSUS : Vue du Toruń médiéval – la partie la plus ancienne de la ville historique (qui comprend aussi la « Ville Neuve » et le château des Chevaliers teuto-

niques). Dès ses débuts, Toruń était une ville commerciale et un centre important des échanges internationaux. Au Moyen Âge, Toruń était l’un des plus

grands centres d’art en Europe centrale. Aujourd’hui, les nombreux monuments historiques et objets anciens préservés témoignent de son ancien statut •


130

Bydgoszcz et Toruń

Bydgoszcz

Bydgoszcz, une ville qui flotte La ville de Bydgoszcz, située sur les bords de la Brda et du canal de Bydgoszcz, est naturellement liée à l’eau. La rangée de maisons du XIXe siècle sur l’île Młyńska (île des moulins, À gauche), le long de la Młynówkareprésente le cœur de la ville. Les greniers (CI-DESSUS) construits le long de la rivière par le marchand Samuel ­Gottlieb Engelmann à la fin du XVIIIe offrent une vue caractéristique représentée dans le blason de la ville. Les tours en bus sur l’eau sont l’une des grandes attractions de la ville, ils permettent aux touristes d’admirer la ville depuis la rivière •


Bydgoszcz et Toruń

131

Le ­caractère ­musical de la ville

Sławomir Janicki – fondateur du célèbre club de musique Mózg (cerveau), lié au monde du jazz et du rock alternatif. Bydgoszcz accueille plusieurs grands festivals, et en particulier des festivals de musique moderne : le Fonomo Music & Film Festival et le festival international de musique contemporaine et d’arts visuels Mózg. Le Festival de musique de Bydgoszcz, qui remonte à 1963, est l’un des plus anciens en Pologne. Le festival Musica Antiqua Europae Orientalis de musique ancienne d’Europe

centrale et orientale, fondé en 1966, attire les plus grands musiciens d’Europe. Le Festival d’opéra de Bydgoszcz (­CI-DESSUS), qui se déroule dans le bâtiment de

l’Opera Nova, est le point d’orgue du printemps. Tous les trois ans, le profil musical de la ville est dynamisé par le concours international de piano Paderewski •

Le Festival international de théâtre Inne Sytuacje (Autres situations, CI-DESSUS) est à la recherche de nouveaux phénomènes dans les arts du

spectacle. Mais le festival de Bydgoszcz le plus connu, c’est le Festival international du film Camerimage consacré au travail et à l’art des cinéastes •


132

Toruń

Toruń la gothique Les murs gothiques des monuments de Toruń, dont la Vieille Ville est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO (CI-DESSUS), invitent les visiteurs à faire un voyage dans le temps. On y trouve sans difficulté des traces des temps anciens, et notamment de l’histoire liée au célèbre astronome Nicolas Copernic (CI-DESSOUS À gauche) dont les découvertes ont mis l’univers sens dessus dessous. Le chemin qui mène de la maison natale de Copernic (À DROITE), de style gothique tardif, au planétarium moderne relie la pensée médiévale à la science populaire contemporaine •

Bydgoszcz et Toruń


133

Bydgoszcz et Toruń

CI-DESSUS : Œuvre présentée au festival Bella Skyway, l’un des nombreux événements culturels de portée européenne organisés à Toruń. Ce festival

se tient depuis 2009. Il avait été initialement lancé dans le cadre des efforts de la ville pour devenir capitale européenne de la culture 2016 •

Explorer la ville Magdalena Wichrowska, maître de conférences et auteur de Toruń, ville de femmes On ne sent pas les heures passer au centre d’art contemporain Znaki Czasu (À gauche). En dehors de ses expositions intéressantes, le centre d’art moderne de Toruń est un espace plaisant et accueillant où l’on peut facilement passer une bonne partie de la journée. Le cinéma qui s’y trouve propose une intéressante sélection de films artistiques et indépendants. Fouillez dans la librairie bien achalandée ou dans la salle de lecture conviviale Sömmerrings, puis arrêtez-vous au café Parter pour un snack appétissant, afin de reprendre des forces avant de poursuivre la visite de la ville. Le panorama de la Vieille Ville depuis la terrasse du Centre d’art contemporain est à ne pas manquer ! •


134

Bydgoszcz et Toruń

Toruń – Le cosmique et le quotidien Robert Czekański, entrepreneur de Toruń et grand fan de jeux de ­société

Le centre « Moulin de la connais­sance », ouvert dans les moulins de Richter comporte un pendule de Foucault de 50 pieds de long (À DROITE) tandis que le Centre d’astronomie de Toruń, géré par l’Université Nicolas Copernic dans le village voisin de Piwnice, est équipé du plus gros radiotélescope polonais. Les amateurs de confiseries et de pâtisseries ne ­voudrontpas manquer le musée du pain d’épices (CI-DESSUS ET PAGE CI-CONTRE), un nouveau centre interactif entièrement consacré à l’histoire du plus célèbre gâteau de Toruń •


135

Les pains d’épices de Toruń Les pains d’épices de Toruń sont célèbres depuis que la guilde des boulangers a commencé à les cuisiner à la fin du XIVe siècle. Membre de la Ligue hanséatique, Toruń avait un accès facilité aux épices nécessaires pour préparer la pâte du pain d’épices. La ville disposait aussi d’un miel local de grande qualité et de farine d’importation. Pendant longtemps, Toruń était en compétition avec Nuremberg, en Allemagne, pour le titre de

ville où l’on prépare le meilleur pain d’épices. Les guildes des deux villes ont cependant fini par s’entendre et elles se sont échangé leurs recettes en 1556. Néanmoins, aujourd’hui encore, le pain d’épices de Toruń est connu pour sa teneur en poivre noir nettement plus forte que chez son concurrent allemand. Il existe deux types de pains d’épices de Toruń • la pâtisserie de style gâteau, épicée et tendre, parfaite

pour manger sucré à tout moment • le pain d’épices dur décoratif (CI-DESSOUS), fabriqué avec des moules en bois (ou en cire) soigneusement sculptés. Ce deuxième type existe dans toutes sortes de formes et les pains d’épices ainsi produits sont généralement conservés comme souvenirs ou offerts en cadeau. Bien entendu, ceux en forme de cœur sont offerts comme preuve d’amour.

Poisson – forme populaire dont l’origine provient de la présence d’une grande ­communauté de pêcheurs à Toruń. Silhouettes de Toruń, avec les édifices les plus importants de la ville.

Cœur avec plantes médicinales – les plantes médicinales et les épices étaient très utilisés par les habitants.

Calèche – ancien mode de transport de la n ­ oblesse.

Cheval – les moules en forme de cheval se taillent la part du lion. Nicolas Copernic – né à Toruń.

Cavalier – seuls les riches pouvaient s’offrir un cheval, la plupart des gens voyageaient à pied.


136

La TricitÊ Gdańsk, Gdynia, Sopot Un ocÊan d’opportunitÊs La  TricitÊ  est une agglomÊration de plus d’un million d’habitants concentrÊe autour de plusieurs points, il s’agit d’une combinaison unique de trois villes dont chacune conserve un caractère bien distinct. Gdańsk est le berceau du mouvement pour la libertÊ qui a renversÊ le communisme en Europe. Sopot est une station balnÊaire ÊlÊgante et dynamique. Gdynia est une ville portuaire vivante reconnaissable à ses bâtiments modernistes des annÊes 1930. Le rÊseau ferroviaire SKM relie les trois villes et permet aux visiteurs d’apprÊcier sans difficultÊ les saveurs très diffÊrentes des trois villes.

Ici et ailleurs î ? AĂŠroport de GdaĹ„sk – 11 km* îĄ? Varsovie – 300  km* Berlin – 405 km* Vilnius – 430  km* Stockholm – 555  km*  * Distances depuis GdaĹ„sk PrĂŠsentation de GdaĹ„sk đ&#x;›Ą 1264    462 k   262 km2 î Š 4814 pln î € 79 k PrĂŠsentation de Sopot đ&#x;›Ą 1926    248 k   135 km2 î Š 4458 pln î € 15 k PrĂŠsentation de Sopot đ&#x;›Ą 1901    37 k   17 km2 î Š 4646 pln î € 2 k AmĂŠnagements touristiques combinĂŠs Culture et nature

Manger et dormir

đ&#x;?Ś 15 î † 7   5

 20k   76   8 


La Tricité – Gdańsk, Gdynia, Sopot

Gdańsk

La ville de la liberté Le premier arrêt, c’est le Długi Targ (Long marché) dans la Vieille Ville de Gdańsk, avec son hôtel de ville de style renaissance et la Cour d’Artus où les marchands se rencontraient autrefois. La Vieille Ville, en grande partie reconstruite après la Deuxième Guerre mondiale, rappelle la puissance marchande du centre portuaire à l’histoire ancienne où les influences slaves et germaniques se mélangeaient sans cesse. Gdańsk avait le statut de ville royale et de membre de la Ligue hanséatique, un groupe de centres portuaires et de marchands de la Baltique et de la Mer

137

CI-DESSUS : Le Vieux Port de Gdańsk, avec la grue portuaire médiévale (Żuraw) •

du Nord instauré au Moyen Âge. Gdańsk est aussi la ville où la Deuxième Guerre mondiale a commencé, c’est pourquoi on y construit un musée de la Deuxième Guerre mondiale. Les légendaires chantiers navals de Gdańsk sont ceux où ont éclaté les grandes grèves sous l’impulsion d‘un électricien charismatique, devenu plus tard prix Nobel de la paix et Président de la Pologne, Lech Wałęsa. Les grèves qui ont conduit à la création du syndicat indépendant Solidarność ont marqué le début de la fin du communisme dans cette partie de l’Europe. Arrêtez-vous donc près


138

La Tricité – Gdańsk, Gdynia, Sopot

Le stade Energa Gdańsk (CI-DESSUS) a été construit pour le championnat d’Europe de football de l’UEFA (EURO 2012) qui s’est déroulé en Pologne et en Ukraine. Il comporte 41 620 places assises •

des anciens chantiers navals lorsque vous visiterez le Centre européen de Solidarité (EN HAUT), pour observer les initiatives sociales et artistiques qui éclosent dans cet espace postindustriel, comme l’Institut de l’art Wyspa, ainsi que le nouveau quartier connu sous le nom de Młode Miasto (« Jeune Ville »). Gdańsk comporte de nombreux quartiers d’immeubles collectifs

tels que Przymorze, où se trouve le plus long bâtiment polonais, le « Falowiec » (860 m, CI-DESSUS À gauche) mais on y trouve également le quartier bucolique d’Oliwa, avec de vieilles maisons et des boutiques d’antiquités ainsi que l’ancienne cathédrale (qui accueille un Festival international d’orgues), le tout entouré d’un parc charmant •


La Tricité – Gdańsk, Gdynia, Sopot

139

Un chez soi non par naissance mais par choix Danuta Wałęsa– Première dame polonaise de 1990 à 1995. Épouse de Lech Wałęsa (À gauche : photo des années 1980), le célèbre leader de Solidarność et premier président démocratiquement élu de la Pologne d’après-guerre, et mère de leurs 8 enfants. Son autobiographie, le best-seller Rêves et secrets, a été publiée en 2011. Je suis une habitante de Gdańsk non par ma naissance mais par choix. J’étais ici à Gdańsk quand j’ai rencontré mon mari et fondé une famille. J’ai vécu les événements tragiques de décembre 1970, le joyeux mois d’août 1980 et la naissance du mouvement Solidarność avec ses espoirs de liberté, puis la tristesse de la loi martiale et pour finir la chute du communisme en 1989. Après toutes ces années, Gdańsk est pour moi la ville de ma renaissance. Quand mon mari est devenu le premier président démocratiquement élu de la Pologne d’après-guerre, j’ai eu l’opportunité de visiter de très nombreux endroits dans le monde. Chacun de ces endroits avait sa propre histoire fascinante, des édifices intéressants et un caractère et

une ambiance spécifiques. Mais Gdańsk est spécial et je n’échangerais son ambiance unique en son genre contre aucun autre lieu sur terre. Commençons par le Centre européen de Solidarité sur le terrain des chantiers navals de Gdańsk. Avec sa forme recouverte de tôles spéciales, le bâtiment rappelle un navire en construction. Sa riche exposition présente l’histoire de Solidarność et des autres mouvements pour la liberté qui ont conduit à la chute du communisme en ­Europe centrale et orientale, à la fin du Rideau de fer et à l’unification de l’Europe. Gdańsk, ce n’est pas que l’histoire moderne comme la chute du communisme ou l’endroit où la Deuxième Guerre mondiale a commencé. C’est une ville à l’histoire millénaire. Des siècles durant, c’était la ville la plus riche de la République des Deux-­Nations, cette union du Royaume de Pologne et du Grand-Duché de Lituanie.

La beauté de la ville est visible lorsqu’on se balade le long de la Route royale depuis la Porte dorée, en suivant la rue Długa et le Long Marché, avec sa Fontaine de Neptune, jusqu’à la Porte verte, en visitant au passage l’intérieur de l’Hôtel de ville et la Cour d’Artus. Mais avant de se diriger vers la Route royale, cela vaut la peine de jeter un œil au musée de de l’ambre (CI-DESSOUS), le seul du genre au monde. Pour beaucoup, Gdańsk est la capitale mondiale de l’ambre. Ici vous pouvez respirer les parfums d’une forêt à ambre, apprendre comment « l’or de la Baltique » s’est formé il y a plusieurs millions d’années, et examiner les anciennes et nouvelles merveilles faites dans ce matériau. Dans la rue Mariacka, on a l’impression que le temps s’est arrêté il y a plusieurs siècles. La basilique Notre-Dame est la plus grosse église en brique du monde, avec sa tour de 80 m de haut qui permet d’avoir une vue superbe sur Gdańsk et sur la baie. Une information utile pour ces dames : beaucoup de rues sont recouvertes de pavés, et mieux vaut donc éviter les talons hauts ! Après avoir erré dans Gdańsk, si vous avez envie de vous détendre en musique, je vous recommande un concert d’orgues à la cathédrale d’Oliwa •


140 Projection du film Olter pendant le festival Streetwaves de Gdańsk. Streetwaves est une initiative urbaine qui annonce le début du printemps en faisant sortir l’art des clubs et galeries dans différents quartiers de Gdańsk. Le festival abandonne le centre-ville pour découvrir de nouveaux lieux où l’art et la culture peuvent s’épanouir •

La Tricité – Gdańsk, Gdynia, Sopot


La Tricité – Gdańsk, Gdynia, Sopot

141


142

La Tricité – Gdańsk, Gdynia, Sopot

Le chic ­européen Prof. Jerzy Limon – spécialiste de littérature, directeur du Théâtre Shakespeare de Gdańsk Le Musée national de Gdańsk et son éblouissant triptyque « Le Jugement dernier » de Hans Memling (CI-CONTRE) qui est – après « La Dame à l’hermine » de Leonardo da Vinci exposé à Cracovie – la plus belle peinture que l’on peut admirer en Pologne. Le musée vaut la visite ne serait-ce que pour cette œuvre, mais il a aussi une très belle exposition de peintures hollandaises et polonaises. La Salle rouge de l’hôtel de ville, avec de grandes œuvres du peintre flamand Isaak van den Blocke. Le plafond impres-

Quand l’art anime la ville Aneta Szyłak – conservatrice et critique d’art, directrice artistique du festival Alternativa. Le Théâtre Shakespeare de Gdańsk est un joyau d’architecture conçu par l’architecte vénitien Renato Rizzi. Parfois appelé le Cercueil à cause de sa forme allongée et de son revêtement en céramique

sionnant constitué de 25 de ses toiles est une allégorie du commerce entre Gdańsk et la Pologne. De nombreux motifs bibliques, des scènes de genre

sombre, l’édifice fait allusion à l’architecture de Gdańsk tout en défiant la brique rouge sans âge de la ville. Le toit escamotable permet de présenter des spectacles sous les étoiles, comme c’était le cas à l’époque élisabéthaine. Le ­Festival Shakespeare se tient ici chaque année. Le Musée d’Art contemporain est en construction au chantier naval de Gdańsk, dans un ensemble d’espaces historiques où le Festival international d’arts visuels ­Alternativa se tient depuis 5 ans. ­Alternativa

et un panorama de la ville complètent ce chef d’œuvre •

propose aussi l’initiative communautaire Open Garden (À GAUCHE). Situé sur la péninsule de la Drewnica, sur les berges de la Martwa Wisła avec une vue sur les grues des docks et l’île industrielle d’Ostrów, le musée sera facile à trouver entre le Centre européen de Solidarité et le musée de la Deuxième Guerre mondiale. La Coopérative sociale Dwie Zmiany a été fondée par des artistes dans le légendaire restaurant appelé Złoty Ul dans le quartier de Monciak à Sopot. La renaissance du mouvement coopératif est particulièrement passionnante car ce mouvement aide les artistes avec des difficultés financières. Réunions, concerts et spectacles artistiques accompagnent les dîners •


143

La Tricité – Gdańsk, Gdynia, Sopot

Gdańsk Sopot Gdynia

Découvrez par vous-même Magdalena Grzebałkowska – écrivain, reporter, auteur d’un volume controversé de reportage historique 1945 : guerre et paix. Elle vit à Sopot. À Gdańsk, j’emmène toujours les visiteurs à Biskupia Górka, un quartier un peu à l’écart du centre et de ses monuments. Les bâtiments de ce quartier ne sont pas en très bon état, mais l’architecture d’origine a été préservée et de vieilles inscriptions en allemand apparaissent sous le stuc qui s’effrite. Żabi Kruk dans la Ville Basse, le long d’un bras de la rivière Motława, propose des locations de kayaks. On vous fournira un plan et une pagaie pour faire le tour de la Vieille Ville, un peu comme sur les canaux d’Amsterdam. Vous pouvez passer des écluses, naviguer dans le port et voir la ville sous une perspective entièrement nouvelle !

Je vis à Sopot depuis longtemps, mais c’est tout récemment que j’ai découvert l’Opéra forestier en errant le long des routes mentionnées dans le dernier roman de Paweł Huelle Chante les jardins. Pendant l’époque communiste, cet amphithéâtre dans les bois était le lieu de festivals de musique populaires. J’évite la zone bruyante de Monciak, mais j’adore visiter le Haut Sopot avec ses villas, ses jardins et ses coins magiques : l’endroit idéal pour une promenade à pied. Je recommande la délicieuse Villa Juncke au numéro 3 de la rue Goyki, construite pour un marchand de vin de Gdańsk, avec sa tour rectangulaire et le parc qui l’entoure. J’aime aussi l’impression-

nante M ­ aison Berger au numéro 24 de la rue Obrońców ­Westerplatte, l’un des plus beaux exemples de l’architecture des villas de Sopot. Le cœur de Sopot, c’est la jetée, encombrée de monde mais charmante malgré tout. La mouette apprivoisée Kasia vit tout au bout de la jetée. À Gdynia, les immeubles résidentiels modernistes le long de la rue Świętojańska sont un must ! Et bien entendu le Port de Gdynia : le long du Quai de France vous pouvez vous approcher des bateaux et même les toucher pour ressentir de manière concrète ce qu’est une ville portuaire. Sur le chemin, vous verrez la Gare maritime (CI-DESSUS) où à partir de 1931 les émigrants venaient s’enregistrer avant d’embarquer pour l’Amérique du Sud. Aujourd’hui, elle abrite un nouveau musée de l’émigration qui présente le sort des émigrants polonais. À Gdynia, j’adore le restaurant Serio (CI-CONTRE) qui propose une excellente cuisine italienne dans un espace industriel avec des détails visuels frappants •


144

La Tricité – Gdańsk, Gdynia, Sopot

Gdynia  

Le Bauhaus polonais

La plus jeune des trois villes de la Tricité, Gdynia, s’est développée sur le site d’un ancien village dans les années 1920 et 1930, elle se différencie par ses structures modernistes construites dans l’esprit Bauhaus de l’époque (EN HAUT ET À DROITE). La construction de la ville était un gigantesque projet de l’État polonais qui avait recouvré son indépendance. Il avait besoin d’un port libre des influences allemandes qui dominaient alors à Gdańsk. Gdynia fut construite en un peu plus d’une décennie, en tant que port et centre industriel modernes (PAGE CI-CONTRE EN BAS), ce que la ville continue d’être aujourd’hui encore. Achevés en 2009, les gratte-ciel multifonctionnels Sea Towers se dressent au-dessus du navire-musée Dar Pomorza (CI-DESSUS). La ville abrite aussi un certain nombre de festivals culturels d’excellente qualité, comme l’Open’er Festival (PAGE CI-CONTRE EN HAUT), qui compte parmi les meilleurs en Europe, le Ladies’ Jazz Festival et le Festival des cultures du monde Globaltical •


La Tricité – Gdańsk, Gdynia, Sopot

145


146

La Tricité – Gdańsk, Gdynia, Sopot

Sopot  

Une station balnéaire avec un air à elle Deuxième arrêt : Sopot. Cette ville est la station balnéaire la plus réputée de ce côté de la Baltique. Elle a su conserver son ambiance agréable grâce à ses parcs et ses villas. Sa jetée, la plus longue d’Europe (EN HAUT), son port de plaisance et ses plages de sable blanc lui attirent les faveurs des touristes. Sopot est aussi connu pour la vie insouciante aux terrasses des cafés en période estivale, le long de la principale zone piétonne, rue Bohaterów Monte Cassino, communément appelée « Monciak » (CI-DESSUS). Échappez aux foules de vacanciers en descendant dans les rues latérales

bordées de maisons de style sécession et de spas entourés d’espaces verts. Sopot a aussi une vie culturelle, dont le festival Artloop en septembre, qui amène l’art dans les espaces publics, y compris dans les recoins les moins exposés de la ville •


147

La Tricité – Plaque tournante des transports Les ports polonais sur la Baltique font partie des installations de transbordement de marchandises diverses à la plus forte croissance de tout le bassin de la mer Baltique et constituent une importante plaque tournante des transports internationaux. Dans la stratégie de l’Union européenne, le port de Gdańsk est un chaînon important du Corridor transeuropéen

dddd ddd Brofjorden

s ssss ssss swww wwww Ventspils

Göteborg kkkk kkkk dddd dddd Aarhus kkkk

ssss sss Rostock

de transport n° 4 (Corridor ­Baltique-Adriatique). Gdańsk DCT est le terminal à porte-conteneurs le plus grand et le plus moderne de Pologne. Son quait fait 650 m de long, dont 265 m avec une profondeur de 13,5 m et 385 m avec une profondeur de 16,5 m. Superficie totale : 49 hectares • kkkk Helsinki

dddd dddd Butinge

Szczecin/ Świnoujście ssss ssss ssss wwww w

La jetée la plus longue La jetée de Sopot (À DROITE), qui porte le nom du pape Jean-Paul II, est la plus longue jetée de la mer Baltique. Sa fonction a changé avec le temps : d’abord port de plaisance local, puis élément de terminal à hydravions, ensuite passerelle pour passagers de gros paquebots, et enfin aujourd’hui promenade donnant sur un port de plaisance •

kkkk kkkk www Gdynia Gdańsk kkkk kkkk kkkk ssss ssss dddd dddd wwww w

Klajpeda kkkk ksss ssss sss ssss

kkk kkkk kkkk kkkk kkkk kkkk ssss kkkk ssss kk dddd dddd Kotka/  wwww Hamina Saint-­ Petersbourg

kkkk ssss ssss ssss ssss ssss swww wwww wwwwwww Riga

Ust-Luga ssss ssss ssss ssss ssss wwww wwww wwww wwww wwww w

Légende k  Conteneurs (TEU) (10 000 unités) d  Pétrole (1 000 tonnes) s  Produits solides (1 000 tonnes) w  Charbon (1 000 tonnes)


148

Szczecin Le jardin flottant L’eau, la verdure et les espaces ouverts sont les trois dominantes du paysage urbain de Szczecin. Même si la ville n’est pas directement au bord de la Baltique (contrairement à ce que croient beaucoup de Polonais), elle est entourÊe d’eau.

Ici et ailleurs î ? AĂŠroport  ­Solidarność  de Szczecin-­ GoleniĂłw  – 29 km îĄ? Varsovie – 455 km Berlin – 125 km Copenhague – 281 km Prague – 370 km PrĂŠsentation đ&#x;›Ą 1243    408 k î Ľ 301 km2 î Š 4 177 PLN î € 45 k Culture et nature

Manger et dormir

đ&#x;?Ś 5 î † 6   15

 3805    443   62 


Szczecin

Szczecin se trouve à l’embouchure de l’Oder, le fleuve qui délimite une partie de la frontière occidentale de la Pologne et qui se jette dans la baie de Szczecin. Une rivière, la Regalica, traverse aussi la ville pour se jeter dans le lac Dąbie qui se trouve entièrement sur le territoire de la ville. Les autres plans d’eau comprennent trois lacs dans la forêt Wkrzańska : le

149

­Szmaragdowe (CI-DESSUS), le Słoneczne et le Głębokie. La ville est entourée de trois grandes forêts : Wkrzańska, Bukowa et Goleniowska. Le centre-ville est très vert, il comprend 15 parcs, dont Ogród Różany (le jardin aux roses), Jasne Błonia etle plus grand, le Park Kasprowicza, et 213 platanes le long de ses avenues. Les magnolias qui fleurissent chaque année dans les jardins


150

Szczecin

Un regard d’autochtone Maja Holcman-Lasota, productrice de séances photo, styliste photographie, styliste et décoratrice d’intérieur Quand je fais visiter Szczecin, j’aime commencer par les vues de la berge en terrasse à Wały Chrobrego, la Tour de la SainteVierge et le château des ducs de Poméranie, mais ce sont des choix évidents que l’on peut trouver dans n’importe quel guide. Je recommande donc de voir Szczecin sous un autre angle. Prenez la rue Nehringa jusqu’en haut de la colline pour admirer la vue sur le lac Dąbie. Allez prendre une

glace chez Lody Marczak et manger chez Public, dans l’ancienne Ville Neuve. Admirez la sculpture « Oiseaux » de ­Hasior dans le parc Kasprowicza (CI-DESSOUS) et baladez-vous dans les rues du quartier de Pogodno. Asseyez-vous sur les sièges en osier de la berge, regardez un film au Pionier, le plus vieux cinéma d’Europe, ou grimpez sur la tour de la cathédrale pour admirer le panorama. Si vous en avez la possibilité, prenez le bateau pour aller voir le chantier naval Gryfia depuis l’eau et explorez les joncs et les bras d’eau entourant la ville •


151

Szczecin

À gauche : Le plus vieux cinéma du monde encore en activité est à Szczecin : le Helios a été fondé en 1909 (il s’appelle aujourd’hui le Pionier) • CI-DESSUS À gauche : Le centre TRAFO d’art contemporain est la plus jeune institution de ce type en Pologne • À gauche : Le château des ducs de Poméranie sur la Colline du Château de Szczecin. À l’intérieur de la tour du château de style renaissance,

et sur les pelouses sont un autre élément caractéristique de Szczecin.. L’agencement urbanistique de Szczecin, qui date du XIXe siècle, a été calqué sur celui de Paris, avec des ronds-points en étoile et des boulevards le long de l’Oder qui débordent d’air et d’espace. Une vue superbe s’étend depuis la berge en terrasse connue sous le nom de Wały Chrobrego. C’est l’endroit idéal pour admirer les plus beaux voiliers du monde (CI-DESSUS ET PAGE PRÉCÉDENTE EN HAUT) qui viennent chaque année à Szczecin pour les courses Tall Ships’ Races •

les visiteurs peuvent étudier un pendule de Foucault, une démonstration scientifique de la rotation de la Terre •


152

Szczecin

À pied ou en ­deux-roues 

Inga Iwasiów, écrivain – Szczecin est la scène et le caractère principal de ses livres, comme Bambino et Vers le soleil Szczecin est fait pour être exploré à pied ou à vélo. Ce ne sont pas les pistes cyclables qui manquent, et la ville est entourée de forêts, de lacs, et des eaux de la baie de Szczecin. C’est une ville pour les touristes actifs et réfléchis, avec de nombreux coins verts, le parc Kasprowicza étant le lieu de rencontre le plus populaire. Le printemps est la bonne sai-

son pour visiter Szczecin : Festival des petites formes Kontrapunkt en avril, Festival des arts de rue de Szczecin (CI-DESSUS) en mai, ou encore Festival Spoiwa Kultury (festival Ciment de la culture) organisé en juin par le centre théâtral Kana. Le théâtre Kana est situé près de la place Hołdu Pruskiego, le nouveau centre d’architecture : à voir absolument ! La principale construction nouvelle, c’est la salle de concert de l’Orchestre symphonique de la Philharmonie de Szczecin (EN HAUT), dont le répertoire plaira

aux fans de tous les genres musicaux. Le bâtiment du Centre de dialogue Przełomy est en partie en sous-sol, devant la Philharmonie. Les patineurs ont pris possession de la partie en surface le long des marches de la terrasse de Wały Chrobrego : vous pouvez vous joindre à eux ! Non loin de là se trouve le Musée national Zachęta avec notamment sa collection régionale d’art contemporain •


153

Szczecin

Une sensation de grande ville tranquille Łona, rappeur, producteur de musique, diplômé de droit de l’Université de Szczecin, travaille pour un cabinet juridique Szczecin est le Paris du nord, cela ne fait aucun doute pour moi. Les qualités septentrionales de la ville sont les plus visibles quand on s’aventure dans ses quartiers nord. Il s’y trouve des zones belles, mystérieuses, et quelque peu négligées qui n’ont pas très bonne réputation. Il faut garder une certaine prudence quand on les visite. Pour les voyageurs qui n’ont pas spécialement envie de voir de près les manières « mouvementées » des habitants, je suggère de voir ces quartiers depuis le pont d’un bateau d’excursion. Vue de l’Oder, la partie nord de Szczecin est encore plus marquante. Je conseille de boire un café au Stojaki (CI-DESSOUS) où l’on sent bien l’esprit de Szczecin : cette sensation de grande ville d’une part, avec ce fleurisse-

ment hipster, et, d’autre part, ce côté petite ville endormie et ses habitants accoudés à des coussins sur les rebords des fenêtres des immeubles. Allez voir les jam sessions de la cave Piwnica Kany (CI-DESSUS, environ une fois par mois le vendredi) pour écouter d’excellents morceaux et fraterniser avec les bohèmes sans prétention de Szczecin, ou juste pour boire une bonne bière •


154

Szczecin


155

L’île des Vikings L’île Wolin était autrefois un centre marchand très actif. Elle débordait de vie ! Nous nous efforçons de recréer cette ambiance. Les touristes qui nous rendent visite peuvent voir comment les gens vivaient il y a mille ans. On peut observer le travail des forgerons, des potiers et des tisserands, écouter de la musique, regarder des duels et des bateaux historiques, et encore goûter à de la nourriture d’époque. Chaque

Wojciech Celiński, responsable du Centre Wolin-­ Jomsborg-Vineta des Slaves et des Vikings, organisateur du Festival des Slaves et des Vikings (page CI-CONTRE), le plus gros festival de ce type en Pologne, avec plus de 2000 acteurs prenant part à cette reconstitution historique annuelle

année, on choisit un nouveau thème, comme « Belles et vaillantes », à propos des femmes de l’époque qui ne vivaient pas forcément comme on le croit ! Nous nous sommes concentrés sur le personnage fascinant de Świętosława (Sigrid Storråda), fille du premier souverain de Pologne Mieszko Ier, devenue reine du Danemark, de Suède, de Norvège et même, pendant un temps, d’Angleterre •

À gauche : Fer de hache (Xe ou XIe siècle) récupéré dans le détroit de Dziwna

Centre des Slaves et des Vikings « Wolin-Jomsborg-Vineta » – Légende 6 Maison en pièce-sur-pièce à coulisse 7 Abri d’artisan 8 Temple 9 Palissade en bois avec talus et plateforme en bois (305 m)

1 Maison en rondins 2 Maison à clayonnage 3 Maison à palissade 4 Maison à ossature en bois, toit à deux croupes 5 Maison à ossature en bois, toit à deux versants

10 Tour en bois avec porte 11 Quai en bois de 142 m de long 12 Tour en bois avec porte au-dessus de l’appui de pont 13 Voies en rondins de bois

5

9 6

10

3

13

3

11

4

10

13

2

13 5

7

1

9 13

12


156

Poznań Le centre du bon sens Les habitants de Poznań, le berceau de l’État polonais, sont perçus comme Êtant des gens avec un grand sens des affaires qui sont en même temps un modèle de stabilitÊ bourgeoise. Mais ces traditions marchandes bourgeoises se frottent à la contre-culture de la ville et aux initiatives des activistes urbains, gÊnÊrant un ferment crÊatif permanent. Cette ville oÚ se tient le plus ancien salon commercial de Pologne accueille des entreprises internationales et propose des festivals culturels, des traditions musicales et des thÊâtres alternatifs.

Ici et ailleurs î ? AĂŠroport de Poznań – 7 km îĄ? Varsovie – 280 km Berlin – 240 km Prague – 310 km Vienne – 470 km PrĂŠsentation đ&#x;›Ą 1253    548 k   262 km2 î Š 4 354 PLN î € 121 k  ulture C et nature

Manger et dormir

đ&#x;?Ś 18 î † 7   43

 7282    819   153 

 Un drôle de truc  – chaque jour à midi des boucs entrechoquent leurs cornes en haut de la tour de l’hôtel de ville de Poznań •


Poznań

157

CI-DESSUS : La Porta Posnania ICHOT (centre interactif du patrimoine de l’île de la cathédrale) présente l’histoire de l’île de la cathédrale de Poznań (Ostrów Tumski) •

À midi, au son d’un appel au clairon, deux boucs mécaniques émergent de la tour de l’hôtel de ville datant du XVIe siècle, sur la place du Vieux Marché, et ils entrechoquent leurs cornes. Ce spectacle quotidien est la marque de Poznań pour les touristes. La tour de style Renaissance forme un équilibre symbolique avec la flèche métallique au-dessus du site de la Foire internationale

de Poznań située tout près du centre-ville. C’est une des plus anciennes et des plus grandes foires commerciales en Europe. Elle existe depuis 1921 et incarne l’esprit d’entreprise de Poznań. Après Varsovie, Poznań est la deuxième ville la plus riche de Pologne et elle abrite un grand nombre d’entreprises nationales et internationales. Tout près de Poznań se trouve l’usine Solaris


158

Poznań

fondée par Krzysztof et Solange Olszewski, qui exporte des autobus dernier cri, ainsi que le siège de l’entreprise de bijouterie Yes dont la marque est mondialement connue. Le mariage de l’argent et de la culture n’a rien de nouveau à Poznań. Une des icônes les plus récentes de la voïvodie de Grande-­ Pologne est le centre de commerces, d’arts et d’affaires Stary Browar construit par Grażyna Kulczyk, la femme d’affaires la plus connue de Pologne doublée d’une collectionneuse d’art contemporain. La musique et la danse jouent un rôle majeur dans la vie culturelle de Poznań. Le

Théâtre polonais de la danse, maintes fois récompensé, est établi à Poznań depuis de nombreuses années, et la ville est aussi le lieu de naissance du fameux Chœur de garçons de Poznań (anciennement connu sous le nom de Rossignols polonais). L’académie de musique Ignacy Jan Paderewski est la seule institution de Pologne qui forme des luthiers (fabricants de violons) de classe mondiale au niveau universitaire. Les festivals fleurissent, on trouve par exemple le concours international de violon Henryk Wieniawski ou encore Malta, un festival du théâtre pluridisciplinaire qui se déroule de-


159

Poznań À gauche : Les spectateurs remplissent Plac Wolności (Place de la Liberté) pendant un événement du Festival de Malta. Malta est un des festivals artistiques les plus importants d’Europe centrale et orientale, avec un programme international de théâtre, de musique, de danses et de films très fourni. Lancé en 1991, ce festival a lieu fin juin-début juillet. Il tire son nom du lac Malta de Poznań • CI-DESSOUS : Rue Taczaka • EN BAS : Hôtel de ville de Poznań •

puis plus de 20 ans en différents endroits de la ville, notamment au centre sportif du lac Malta. Le lac Malta est un des plans d’eau de Poznań. Il se trouve près de la Warta, au milieu de la région des lacs de Grande-Pologne. Poznań est aussi la ville du plus ancien squat de Pologne, Rozbrat. C’est ici qu’a été fondé un des premiers mouvements urbains du pays, My-Poznaniacy (« Nous, Poznaniens »). Depuis une décennie, la rue Taczaka dans la Vieille Ville tient lieu de centre de la nouvelle vie urbaine, avec tout un tas de boutiques, clubs et cafés artistiques uniques •


160

Des ­endroits uniques à voir Piotr Voelkel – chef d’entreprise, fabricant de meubles fondateur du Groupe Vox et de l’école School of Form qui enseigne le design avec la méthode du gourou mondial Li Edelkoort Il n’existe aucun autre endroit comme le Stary Browar (l’Ancienne Brasserie, CI-DESSUS), gagnant du prix 2005 du meilleur centre commercial du monde décerné par le Conseil international des centres commerciaux. Cette très belle combinaison de brasserie du

Poznań

XIXe siècle et d’architecture contemporaine comprend un centre commercial, une galerie d’art contemporain et un centre de danses modernes. C’est ici qu’a lieu le Festival d’art et de mode. À l’intérieur, on peut admirer les sculptures d’Igor Mitoraj. La Cytadela est un parc de sculptures autour d’un fort historique, avec notamment l’installation Non reconnus de la célèbre sculptrice polonaise Magdalena Abakanowicz (À GAUCHE). La rue principale sur l’axe nord-sud de Poznań est l’avenue ­Marcinkowskiego qui passe devant le Musée national et une sculpture d’automate de l’artiste tchèque David Černý. La Plac ­Wolności (place de la Liberté) s’est taillé un surnom dans l’argot de Poznań : « Plajta ». C’est le lieu central des festivals Transatlantyk et Malta. Une imprimerie historique abrite le Concordia Design, un centre

de design avec des salles de conférence, un excellent restaurant et un festival de la créativité des enfants. Fondé à l’initiative de Piotr Voelkel, ce centre est dirigé par sa fille Ewa V ­ oelkel-Krokowicz. Le légendaire espace de théâtre alternatif Teatr Ósmego Dnia a été fondé par Lech Raczak puis dirigé par Ewa ­Wójciak. Le centre culturel Zamek, dirigé par Anna Hryniewiecka, attire les visiteurs qui s’intéressent à l’art, y compris à ses expressions les plus expérimentales. Il abrite aussi une superbe galerie de photographies. L’édifice a été érigé au début du XXe siècle en tant que château du dernier empereur d’Allemagne Guillaume II. Pendant la ­Deuxième Guerre mondiale, il a été transformé pour servir de résidence à Hitler •


161

Poznań

Śródka et Ostrów Tumski Les habitants de Poznań aiment se vanter de leur différence et cultivent une fierté locale. On peut le comprendre : certains historiens pensent que l’État polonais a commencé en 966 de notre ère à Ostrów Tumski (l’île de la cathédrale). La cathédrale gothique de la ville s’y dresse encore. Śródka, un quartier au bord de la Warta, est séparé du reste de la ville par l’eau. Longtemps négligé, ce quartier a retrouvé vie grâce à un couple de restaurateurs et activistes urbains, Jan et Monika Pawlak, propriétaires du Café La Ruina (À DROITE) et du restaurant Raj. Ils ne font pas que des plats influencés par la cuisine asiatique. Ils ont aussi insufflé de la vie dans cet endroit avec un mini-cinéma de 22 places qui accueille également des concerts et des réunions.

Faites donc un saut dans ce quartier à l’occasion d’une visite de l’île voisine d’Ostrów Tumski où se trouve la plus ancienne cathédrale gothique polonaise. Vous trouverez aussi dans le voisinage la Porta Posnania ICHOT. Cette

structure minimaliste en béton, primée, abrite le Centre interactif de l’histoire d’Ostrów Tumski (ICHOT) où les visiteurs peuvent découvrir les secrets de l’histoire de l’île de la cathédrale de Poznań •

Une serre remplie d’idées dans une ancienne imprimerie Radek Berent : « À Jeżyce il y a un endroit exceptionnel pour les petites entreprises comme la nôtre (Kwiaty i Miut y a son atelier) : PZG, l’ancienne usine d’arts graphiques de Poznań au numéro 39 de la rue Wawrzyniaka. Il s’y trouve une bonne douzaine de jeunes entreprises, qui vont de l’atelier de tailleur à des studios de pole dance, de céramique et de photographie, « Betonowy Wojtek » qui fabrique des dalles en béton sur commande, et l’atelier d’un vieux graveur où le temps semble s’être arrêté. C’est un endroit à l’ambiance conviviale qui fonctionne comme une serre d’idées. L’espace de bricolage Fab Lab Zakład est un atelier où chacun peut venir et se fabriquer quelque chose à l’aide des outils qui s’y trouvent pour des ouvrages de menuiserie, de métal, de tailleur, etc » •


162

Poznań

Recette pour passer une bonne journée Radek Berent et Łukasz Marcinkowski – ce duo composé d’un photographe/graphiste et d’un jardinier/concepteur de meubles est également fleuriste, leur magasin est doublé du concept store Kwiaty i Miut. Ils adorent sortir manger dans Poznań !

Nous recommandons le quartier de Jeżyc, dans lequel où nous vivons et travaillons. Nous pouvons passer toute la journée ici, parce qu’on y trouve tout ce qu’il faut pour vivre. Pour un breakfast savoureux, nous conseillons le ­Yeżyce Kuchnia (EN HAUT À DROITE), tenu par Julia Klorek et Marcin Czubala. L’ambiance est minimaliste, avec une tablée commune et un menu simple, et uniquement des plats locaux. Le meilleur endroit pour prendre un café est le bar à café Brisman où le grain confie ses secrets à Agnieszka Rojewska et Mateusz Gaca, comédiens et « anarchistes de café » autoproclamés. Pour dîner, le Modra Kuchnia (À DROITE) tout proche propose une cuisine polonaise contemporaine. Pour ceux qui ne mangent pas de viande, nous proposons le Wypas tenu par de vrais militants qui cui-

sinent végétalien et vendent du tempeh, du tofu et des produits à base de soja faits maison. Pour la restauration rapide de qualité, il y a le Kraszkebab rue Kraszewskiego, avec d’excellents kebabs et une incroyable variété de sauces, y compris une sauce à base de bananes cuites. Bien entendu, nous visitons aussi les autres quartiers. À Łazarz nous nous rendons aux puces du Rynek Łazarski, où nous cherchons des vases pour nos fleurs. Dans le quartier de Wilda, nous allons à la boulangerie appelée Pracownia GODny pour y acheter un pain exceptionnel. Il y en a trois sortes : le Godny, le Luj et le Czesław. Les propriétaires sont des fanatiques du pain qui ont mis plusieurs années pour développer leurs recettes. Ils organisent différents événements culinaires éducatifs. Nous évitons généralement la Vieille Ville, sauf pour nous

arrêter au bistrot Taczaka 20 ou chez les confiseurs Piece of Cake pour y déguster leur délicieux gâteau au fromage blanc. Nous nous dirigeons ensuite vers Grunwald avec nos chaises pliantes ou des couvertures pour les séances estivales de cinéma en plein air au bar à vin Pod Czarnym Kotem de Marcin et Dorota Kubiak •


Poznań

Lieu de rencontre des extrêmes

Kacper Pobłocki – sociologue de l’université Adam Mickiewicz, activiste urbain, co-fondateur de l’association My- Poznaniacy et du Congrès des mouvements urbains. Hormis Cracovie, Poznań a été la seule grande ville de Pologne à ne pas subir un énorme changement de population après 1945. La ville propose des extrêmes, allant d’une vision globalement conservatrice au Rozbrat, le plus vieux squat de Pologne qui est aussi un haut lieu de la culture alternative. C’est le siège

de la section poznanienne de la fédération anarchiste et de groupes comme « Rythmes de résistance » et « De la nourriture pas des bombes ». Il se passe toujours quelque chose ici : concerts, débats, rencontres avec des activistes sociaux. Rozbrat est à Jeżyce, un des rares quartiers anciens de Poznań à ne pas avoir été envahi par les

163

centres commerciaux. À Jeżyce, il y a aussi le centre culturel Amarant, dans l’ancienne ­Maison des employés du tramway. C’était autrefois un lieu important du prolétariat de Poznań. C’est aujourd’hui un centre de culture alternative. Pour moi, le symbole de ce Poznań de la liberté et de la contre-culture, c’est la rebelle Ewa Wójciak qui a longtemps dirigé le « Théâtre du huitième jour » (Teatr Ósmego Dnia). Poznań est la capitale polonaise des glaces ! Le penchant des Polonais pour les glaces artisanales est né chez un marchand de la rue Kościelna. Au départ, ce n’était qu’une petite fenêtre sur la rue devant laquelle les queues bloquaient le passage. D’une manière générale, les habitants de Poznań adorent consommer des délices comme les gâteaux au fromage blanc ou des glaces. Les croissants traditionnels de la Saint-Martin (une pâte feuilletée fourré au pavot) sont préparés le 11 novembre •


164

Poznań


165 6 6A 7

7A

8 8A

15

13 14

103 102

5A

4

3A

10 3

11

12

100 1

2

101

Foire internationale de Poznań La Foire internationale de Poznań a été fondée en 1921 et est l’un des plus anciens organisateurs de salons en Europe. Elle occupe aujourd’hui 110 000 m² de halles d’exposition et 35 000 m² d’espaces d’exposition en extérieur. Pavillon 1 – Halle ­industrielle bu 1947–1948 ar  Stanisław Kirkin et Lucjan Ballenstaedt wy  Largeur de la nef centrale : 32 m Largeur des nefs latérales : 10 m Une voie de chemin de fer reliée à la gare centrale de Poznań permet la livraison des gros équipements pour les salons.

Pavillon 4 – Halle bu 1954–1955 ar  Bolesław Szmidt

Pavillon 2 – Halle ­ de l’industrie lourde bu 1928 ar  Roger Sławski Reconstruite par Stanisław Kirkin et Lucjan Ballenstaedt, 1947

Pavillons 7, 7A, 8, 8A – « Quatuor » bu 1958–1977

Pavillon 3A – Halle des ­loisirs (À gauche) bu 1929 ar  Roger Sławski, wy  tour de 35 m Restes du pavillon anglais construit pour l’Exposition nationale universelle de 1929

Pavillon 10 – Pavillon du ministère des transports bu 1949 ar  Bolesław Szmidt

Pavillon 5  wy  Pavillon à la plus grande structure couverte, longue de 216 m pour un espace de 14 500 m². Pavillon 6A bu 2010 ar  Studio ads (Piotr Barełkowski)

Pavillon 9 – Halle italienne bu 1971–1972 ar Zygmunt Skupniewicz

Pavillon 11 – La flèche bu 1955  ar  Bolesław Szmidt

Pavillon 12 – Palais des foires (pavillon de l’industrie métallurgique) bu 1925, 1947 Pavillon 14  bu 1978 ar  Zygmunt Lutomski Pavillon 15  bu 1994 ar  Wojciech Tkaczyk Pavillon 100 – Centre des foires bu 1971–1972 ar  Henryk Jarosz Pavillon 101 – Bâtiment ­administratif bu 1925 ar  Stefan Cybichowski Pavillon 102/103 – Pavillon du Centre de commerce de l’industrie du bois bu 1951 ar  Jan Wellenger N’existe plus Pavillon des usa bu 1957  ar  Buckminster Fuller


166

Wrocław Basse-SilÊsie et Karpacz La ville des rencontres Il y a toujours quelque chose qui se passe ici ! La ville retient les visiteurs avec son Ênergie jeune et sans limites. Son histoire officielle est pourtant millÊnaire. À l’Êpoque de l’Empire romain, elle Êtait un centre majeur de transit sur la route de l’ambre. Les monuments y sont très nombreux, des Êglises gothiques aux joyaux du modernisme, notamment la Halle du Centenaire inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Ici et ailleurs î ? AĂŠroport de WrocĹ‚aw – 11 km îĄ? Varsovie – 300  km Berlin – 295 km Prague – 215 km PrĂŠsentation đ&#x;›Ą 1214    632 k   293 km2  î Š 4 338 PLN î € 126 k Culture et nature

Manger et dormir

đ&#x;?Ś 24 î † 14   68

 8688    902   155 


Wrocław

167 Un groupe de kayakistes à une écluse près du bâtiment principal de l’Université de Wrocław qui a la façade baroque la plus longue du monde.


168

Wrocław

Il n’y a pas que les sites touristiques qui valent la peine à Wrocław, le calendrier de la ville regorge de festivals et autres événements culturels : consacrés à la musique classique (Wratislavia Cantans), aux films ambitieux (Festival international du film T-Mobile Nouveaux Horizons), à la fiction policière (Festival international du roman policier), au théâtre des cultures en voie de disparition (Brave Festival), avec même une tentative annuelle de battre le record Guinness du jeu de guitare en groupe (des milliers de personnes jouent ensemble « Hey Joe » au Thanks Jimi Festival). Ce n’est pas étonnant qu’une ville aussi ouverte, où les influences tchèques, allemandes, juives et polonaises se sont entremêlées pendant des siècles, ait été choisie pour être la Capitale européenne de la culture en 2016. Ce qui est aussi particulier à Wrocław, c’est que cette ville porte en son cœur une autre ville : l’ancien Lwów polonais. Après la Deuxième Guerre mondiale, quand Lwów est devenue la ville ukrainienne de Lviv, ses élites intellectuelles, ses mathématiciens, ses écrivains, ses présentateurs de radio, ses juristes, etc., sont partis vers l’ouest à destination de Wrocław. Certains affirment que l’esprit de Lwów qu’ils ont amené avec eux dans la capitale de la Basse-Silésie contribue aujourd’hui encore au côté multiculturel de Wrocław • À gauche : La plus haute tour gothique de Pologne, et l’une des plus hautes d’Europe, orne l’église SainteÉlisabeth •

EN HAUT : La Halle du Centenaire, conçue par Max Berg, est un des chef-d’œuvres de l’architecture du XXe siècle. Ajoutée à la Liste du Patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO en 2006 en tant qu’ouvrage pionnier en matière d’ingénierie et d’architecture •


169

Wrocław

À voir de près Łukasz Rusznica, photographe, commissaire d’expositions de photographies, directeur de la galerie Miejsce Un endroit atypique et qui vaut la visite à Wrocław, c’est la librairie Tajne Komplety. C’est une VRAIE librairie qui vend de bons livres et est tenue par des connaisseurs ouverts et drôles. C’est aussi un bon endroit pour une part de gâteau et un café. Le quartier mésestimé de Nadodrze est à mon avis le coin le plus intéressant de la ville. Il y a peu de temps encore, il n’y avait pas grand-chose ici pour attirer les visiteurs, mais maintenant il y a de nouveaux cafés et de nouveaux bars qui surgissent de partout et font partie de la vie quotidienne. Vous trouverez encore des cordonniers et d’autres artisans traditionnels (À DROITE) CI-DESSUS : Le stade municipal de Wrocław a été construit pour le championnat d’Europe de football de l’UEFA (EURO 2012). Ce qui le caractérise, c’est sa façade translucide en mailles de fibre de verre revêtue de téflon. Il comporte 45 105 places assises •

parmi les petites boutiques. Parmi les endroits intéressants à découvrir et où il y a de bons moments à passer, je recommande UR, qui a une très bonne ambiance et accueille à l’occasion des événements culturels, et encore le club Das Lokal et le bar-restaurant Karawan. Ne pas manquer le TIFF (CI-DESSUS) qui se tient généralement en septembre. C’est l’abréviation de « festival de photographie un peu différent » en polonais. Son ambiance est incroyablement conviviale, supprimant toute distance entre l’artiste et le public. Ce festival se déroule en différents endroits de la ville et ses publications sont brillantes ! •


170

Wrocław

L’esprit de la ville Michał Zygmunt, écrivain

Un jeune qui voudrait comprendre la saveur allemande de Wrocław n’a qu’à aller faire un petit tour à Berlin. Il y a beaucoup de ressemblances : les façades des bâtiments anciens, l’architecture des gares ferroviaires d’avant-guerre, la répartition des parcs et même la forme des pavés. Le quartier résidentiel de Sępolno (CI-CONTRE EN BAS) est situé au milieu de la Grande Île qui occupe la partie orientale du centre-ville de Wrocław (Wrocław comprte 20 îles en tout). L’agencement de Sępolno suit le modèle de l’aigle allemand, mais comme le symbole de la Pologne est aussi un aigle, on peut tout aussi bien voir cela comme un accent polonais dans une ancienne ville allemande. Sępolno a été construit en tant que cité-jardin à bas coût pour les travailleurs, mais c’est maintenant un quartier cher plutôt réservé aux élites. Juste à côté, on trouve le beau

Rebelles bourgeois Piotr Czerkawski, critique de cinéma

quartier de Zacisze, qui ressemble au quartier berlinois de Zehlendorf avec ses maisons monumentales habitées par la bourgeoisie. Le quartier modèle de WuWa est inexplicablement ignoré par la plupart des touristes et apprécié des seuls étudiants en architecture qui viennent ici en pèlerinage du monde entier. C’est peut-être le meilleur de l’héritage architectural allemand à Wrocław, à égalité avec les grands magasins du centre-ville : Renoma, Feniks et Kameleon (CI-CONTRE EN HAUT). Le quartier moderniste de Popowice, c’est sur les photographie qu’il continue d’époustoufler : il a été remplacé par les immeubles de mauvaise qualité de l’époque communiste. L’héritage allemand à Wrocław a réussi à survivre sous différentes formes surprenantes. C’est comme si l’esprit de la ville restait inchangé indépendamment de l’origine de ses habitants • du matin. Mais ils se rattrapent le week-end. Il manque à cette ville un petit quelque chose pour obtenir le statut de métropole contemporaine mais les habitants et les visiteurs ont à leur disposition un immense choix d’événements artistiques. Il y avait vraiment de bonnes raison de nommer Wrocław Capitale européenne de la culture 2016. Grâce au festival Nouveaux Horizons qui a lieu en juillet (À gauche), c’est deveWrocław est comme un gosse de bonne famille qui vient d’ar- nu la meilleure ville de Pologne pour voir des films. Si ce festival river à l’âge rebelle. Il se veut subversif mais en réalité il garde ne dure que 9 jours, il y a également un cinéma d’art et d’essau sa stabilité bourgeoise. Cela impose des limites, comme les multiplexe ouvert toute l’année nuits de la semaine où tous les qui n’a pas d’équivalent ailleurs en Europe • clubs biens ferment avant 2h


Wrocław

Le complexe commercial et résidentiel de style brutaliste près de la place Grunwaldzki (communément connu sous le nom de « bâtiments sièges de toilettes » (sedesowce) ou de

171

Manhattan de Wrocław) a été conçu par Jadwiga Grabowska-Hawrylak en 1967-1970. Ce quartier résidentiel a été ajouté à la liste du patrimoine de la voïvodie de Basse-Silésie •


172

Wrocław

La Basse-Silésie

Les châteaux et le vin

Cette région riche en monuments ne se contente pas d’être pittoresque. Ses 760 châteaux et palais n’ont pas à rougir devant les châteaux de la Loire. Un quart des châteaux et palais polonais se trouvent en Basse-Silésie. Des sites comme Książ (CI-DESSOUS), Czocha (À gauche), Chojnik, Bolków, Kamieniec Ząbkowicki et Grodziec n’attirent pas les visiteurs que pour leur architecture ancienne et les traditions chevaleresques qu’ils cultivent. Le plus gros festival de musique gothique en Europe, la Castle Party, se tient au château de Bolków depuis maintenant 10 ans. Cocha attire les fans de Harry Potter pour des sessions de LARP (live action role-playing, ou jeux de rôle grandeur nature) durant lesquelles son château devient l’école de magie de Poudlard. La Basse-Silésie est également connu pour la renaissance de ses traditions viticoles. Les vignobles de Świdnica et ­Zielona Góra (dans la voïvodie voisine de Lubuskie) sont devenus un arrêt fréquent sur l’itinéraire de la route des vins •


173

Wrocław

  La montagne magique Karpacz

La ville de Karpacz, au pied du mont Śnieżka, le plus haut sommet des Sudètes, est un charmant centre thermal avec des pensions de famille du XIXe siècle. C’est également une station de sport d’hiver majeure grâce aux nombreuses installations modernes. L’endroit propose un large éventail d’attractions, de la randonnée en montagne à la luge d’été. Le « temple Viking » médiéval en bois est peut-être la chose la plus originale à voir à Karpacz.. L’église en bois de Vang (À DROITE) a été bâtie en Norvège au XIIe siècle. En 1842, elle a été démontée (une opération facilitée par le fait qu’elle avait été construite sans clous) et transportée via Szczecin jusqu’à Berlin (où elle devait à l’origine se dresser sur l’île aux Paons). Elle a finalement atterri dans les montagnes Karkonosze. Depuis 1844, elle appartient à la paroisse luthérienne locale. Elle est le plus vieux lieu de culte en bois de Pologne. Le musée du jouet possède une collection de jouets et de poupées du monde entier,

avec 2000 objets. L’exposition est basée sur la collection privée de Henryk ­Tomaszewski, fondateur du Théâtre de la Pantomime de Wrocław. Une chose à voir absolument : le sommet du mont Śnieżka. Il est couronné d’un observatoire météorologique constitué de trois soucoupes volantes (CI-DESSUS), et comporte des expositions d’instruments météorologiques et de photographies. Le panorama des montagnes Karkonosze, ou monts des Géants, peut être admiré depuis la terrasse d’observation. Lorsque la météo est favorable, on peut voir jusqu’à 200 km de distance •


174

Wrocław

À gauche : pont Tumski • EN HAUT : Ostrów Tumski (l’île de la cathédrale), si elle n’est plus une île, elle reste la partie la plus ancienne de Wrocław • CI-DESSUS : Pont de Grunwald •


175

Pont de Rędzin sur le boulevard périphérique de Wrocław bu 2011 arJan Biliszczuk wy122 m wy612 m

Pont de Grunwald bu 1910 arRichard Plüddemann Alfred von Scholtz wy20 m wy112.5m

Pont du Zoo bu 1897 arRichard Plüddemann, Karl Klimm wy62 m

Pont Tumski bu 1889 arAlfred von Scholtz wy6.90 m wy52.19m

Pont du Sable bu 1861 (un pont en bois se trouvait là depuis le XIIe siècle) ar Ernst Uber wy31.74m wy12.02m

La ville aux cent ponts Wrocław a le plus grand nombre de ponts de toutes les villes de Pologne, et est quatrième en Europe derrière Amsterdam, Venise et Saint-Pétersbourg. Avant la Deu-

xième Guerre mondiale, il y avait 303 ponts et passerelles dans les limites actuelles de la ville. Les calculs actuels (qui utilisent des critères un peu différents) en dé-

nombrent 117 (dont 27 passerelles pour les piétons). Les ponts les plus grands et les plus importants traversent le bras principal et les bras secondaires de l’Oder •


176

Entreprenante ­Pologne Du charbon à la Beacon Valley Charbon et textiles : si c’est ce à quoi vous fait penser l’économie polonaise, il est temps de vous mettre à jour. L’esprit d’entreprise p ­ olonais contemporain est ce qui a permis au pays de maintenir sa croissance pendant la crise économique mondiale. Et cette croissance se poursuit. Selon le FMI, le PIB polonais dépassera d’ici à 2020 celui de la Suède et de la Suisse, ce qui fera de la Pologne la 22e économie mondiale. Pour comprendre l’ampleur de ce succès, souvenez-vous que la Pologne n’a commencé à bâtir une économie moderne qu’en 1989. C’est seulement après cette date que des entreprises ont été créées à grande échelle. Aujourd’hui, les PME emploient les trois-quarts de la main d’œuvre et génèrent 67 % du PIB. Grâce à ses chefs d’entreprise, la Pologne a réussi à faire son entrée dans des domaines entièrement nouveaux. Sur la base de l’industrie chimique, un secteur des cosmétiques moderne s’est développé. Les textiles traditionnels se sont transformés en un mouvement de centaines de petites marques et d’ateliers de couturiers proposant des vêtements qui font concurrence aux grandes enseignes mondiales utilisant une main d’œuvre bon marché en

Asie. L’agriculture, qui était traditionnellement une force de la Pologne, connaît une résurgence non seulement dans la production de masse mais aussi dans les produits bio. L’industrie navale s’est trouvé une stratégie commerciale et a trouvé sa place après des années de difficultés. Mais d’abord et avant tout, c’est le secteur des technologies de l’information qui s’est mis à connaître une croissance vertigineuse en Pologne. Le développement de l’éducation a généré un boum des startups, conférant à la Pologne une position forte dans des domaines comme ceux des jeux électroniques et l’Internet des objets •


Business, science, innovation

177

The Witcher : One who rules them The Witcher (CI-DESSOUS), le sorcelleur, un chasseur de monstres doté de pouvoirs surnaturels, est le symbole d’une nouvelle spécialité polonaise : les jeux vidéo. Les trois titres de la série The Witcher sont basés sur les romans fantasy d’Andrzej Sapkowski qui jouit chez les lecteurs polonais d’une renommée équivalente à celle de Tolkien. Ces jeux ont fait connaître Geralt de Riv au monde entier et bâti le succès du développeur de jeux CD Projekt de Varsovie. Les deux premières parties ont été vendues

à 8 millions d’exemplaires au total et The Witcher 3: Wild Hunt (La Traque sauvage) a atteint le chiffre record de 4 millions d’exemplaires vendus dans le mois qui a suivi sa sortie. Il y a au moins cinq studios polonais de développement de jeux vidéo avec des ventes annuelles qui se chiffrent en dizaines de millions de dollars. Il y a aussi des centaines de petites entreprises dont plusieurs dizaines au moins ont connu du succès avec des applications de jeux pour appareils mobiles. « This War of Mine »,

des studios 11 bit, a connu récemment un grand succès. Ce jeu au titre insolite, lauréat de nombreux prix, permet aux joueurs de faire l’expérience de la guerre vue par la population civile plutôt que par les soldats combattant sur le front. Les coûts de production ont été récupérés dans les 48 heures qui ont suivi la mise en vente du jeu •


178

Business, science, innovation

Industrie


179

Business, science, innovation Raffinerie de pétrole Lotos à Gdańsk-Rudniki, près de la Martwa Wisła (« Vistule morte »). Lotos est la plus grosse compagnie de Poméranie et la deuxième plus grosse raffinerie polonaise après le site d’Orlen à Płock •

Solaris conquiert l’Europe L’histoire de Solaris qui tient son nom d’un roman de science-fiction de Stanisław Lem, aurait pu elle-même faire l’objet d’un roman fascinant. Ce n’est pourtant en rien une fiction. Dans les années 1990, Krzysztof et Solange Olszewski ont créé leur société quasiment à partir de rien. Aujourd’hui c’est un des cinq plus gros constructeurs d’autobus en ­Europe, et ses véhicules sont utilisés par plus de 600 villes dans 30 pays. Les autobus fabriqués pour un des clients français ont des toilettes pour les conductrices, ceux vendus à la ville alpine de Winterthur ont des vitres teintées à cause de la lumière du soleil particulièrement intense à une telle altitude, et les autobus construits pour Dubaï ont des filtres à sable et des compartiments séparés pour les hommes et pour les femmes. 2014 a été une année record pour Solaris, avec 1 380 autobus et trolleybus de vendus dont 80 % à l’export •


180

Chantiers navals : du symbole au secteur d’activité Les grues des chantiers navals de Gdańsk sont un symbole de la lutte contre le communisme. C’est ici que naquit Solidarność, le premier

Business, science, innovation

syndicat indépendant du bloc communiste. Paradoxalement, quand la Pologne est passée du communisme à l’économie de marché, les chantiers navals se sont retrouvés parmi les victimes des changements. Ils ont perdu les grosses commandes de l’URSS, et leur excédent de main d’œuvre, leur faible productivité et leur manque d’organisation les ont amenés au bord de la faillite. Mais grâce à la détermination d’hommes et de femmes, la situation est aujourd’hui toute différente.. L’industrie navale

polonaise s’est réorganisée autour des axes suivis ailleurs en Europe. Les chantiers navals emploient désormais 32 000 personnes, un chiffre en augmentation. La production et les ventes s’accroissent et les compagnies ont des contrats signés pour plusieurs années. Sur le modèle européen, elles ne construisent plus de gros navires simples mais des bâtiments plus petits, plus chers, et plus spécialisés. Aujourd’hui cette industrie est un symbole du succès de la transformation économique polonaise •

Une fenêtre sur le monde Ce n’est pas qu’un slogan. Les fabricants de fenêtres polonais Drutex et Fakro ont réussi à dominer le marché européen. Ces deux entreprises vendent leurs produits en Pologne et à l’étranger et elles sont réputées pour leur qualité élevée, leurs prix compétitifs et leurs concepts de plus en plus innovants •


181

Business, science, innovation Oceanic : soulager les allergies Tout a commencé avec Ignacy Soszyński. Avant la Deuxième Guerre mondiale, il était le propriétaire d’une usine fabriquant des crèmes. Cela n’a toutefois pas duré : il avait commencé son activité en 1939, juste avant la guerre. Il fonda une autre usine après la guerre, mais les communistes la nationalisèrent. Puis il aémigré et eut sa propre affaire dans le secteur des cosmétiques en France et au Maroc. Au début des années 1980, il revenint en Pologne et y fonda avec son fils Wojciech une entreprise qui produisait et distribuait des cosmétiques. En 1982, le jeune Wojciech créa sa propre entreprise, Oceanic. Celle-ci devint le leader sur le marché polonais des cosmétiques hypoallergéniques. De nos jours, il vend ses produits dans 29 pays répartis sur quatre continents. Il dirige la compagnie avec son épouse, ­Dorota Soszyńska, qui travaille chez Oceanic depuis 33 ans sans interruption •

Global IT La haute technologie polonaise, ce sont aussi des géants qui connaissent un succès mondial. Adam Góral et Janusz Filipiak (CI-DESSUS) sont derrière le succès mondial de leurs entreprises respectives, Asseco et Comarch. Les deux sociétés

comptent parmi les 100 plus gros éditeurs de logiciels européens. Asseco se place à la sixième place du classement Truffle 100 avec un CA annuel dépassant un milliard d’euros. Asseco ne se contente plus du marché européen et cherche à se développer notamment en Asie et en Afrique. E ­ nviron 70 % de ses contrats sont à l’étranger,

avec par exemple un système de facturation en Éthiopie et des investissements au Kazakhstan. Comarch, une société de ­Cracovie, a récemment avancé de 3 places en devenant 45e du même classement. Ses clients comprennent le groupe mondial de spiritueux Diageo, propriétaire de marques Johnnie ­Walker, Smirnoff et ­Captain Morgan •


182

Business, science, innovation

Technologie

Beacon ­ Valley Le futur prévu par la science-fiction est déjà là en Pologne, grâce aux « beacons ». Ces balises d’un type particulier sont de tout petits ordinateurs équipés de capteurs de chaleur et de mouvement ainsi que du Bluetooth, ce qui leur permet d’identifier les personnes équipées d’un smartphone ou d’une tablette

dans un rayon de plusieurs dizaines de mètres. Adam Jesionkiewicz et Michał Polak (CI-DESSUS), les fondateurs d’Ifinity, croient que cette solution révolutionnaire va amener le concept de l’Internet des objets dans les rues de nos villes. Ils ont convaincu la municipalité de Varsovie de lancer un projet pilote avec des balises de navigation dans un centre pour handicapés de la ville. Ces balises devaient permettre aux personnes aveugles de se déplacer librement sans l’aide de personne. Et cela a marché.

La ville de Varsovie s’est présentée au Mayors Challenge 2014, une compétition organisée par Bloomberg Philanthropies qui met en concurrence les idées urbaines les plus innovantes d’Europe. Et la capitale polonaise a remporté un des cinq prix. Ce prix d’un million de dollars a été utilisé pour poursuivre la construction du système de microlocalisation. Il est prévu de mettre en place plusieurs milliers de « beacons » dans Varsovie •


Business, science, innovation

183

3D Poland Il y a deux ans un groupe de jeunes spécialistes des technologies de l’information originaires de la région d’Olsztyn, en Mazurie, ont fabriqué une imprimante 3D. Même s’il y avait déjà des tas d’appareils de ce type dans le monde, le leur avait été conçu pour faire tomber un des principaux obstacles à la diffusion de cette technologie : le prix. L’imprimante de la start-up polonaise allait proposer une qualité élevée à un prix abordable même pour les petits cabinets d’architecture. Ils ont obtenus les financements

nécessaires pour développer leur produit sur la plateforme de financement participatif Kickstarter, et leur imprimante Zortax (À GAUCHE) s’est avérée si bonne que le géant de l’informatique Dell en a commandé 5 000. D’autres entreprises polonaises ont suivi la voie tracée par la Zortax en développant leurs propres imprimantes 3D de plus en plus raffinées à destination à la fois des professionnels et des semi-amateurs. Du coup, les fabricants polonais représentent aujourd’hui 10 % du marché mondial des imprimantes 3D •

à fait sérieuses. Brand 24, qui propose une surveillance des marques sur les médias sociaux, a du succès sur de nombreux marchés, de la Thaïlande aux États-Unis. Le générateur de voix Ivona a été acquis par ­Amazon pour développer sa technologie d’analyse de la voix. Une autre start-up polonaise, F ­ ilmaster.tv, qui analyse les goûts des spectateurs et leur recommande des films, a été rachetée pour un million de dollars par les créateurs de BitTorrent.

Et dans la culture de fort soutien mutuel des start-ups, les entrepreneurs s’entraident et apprennent les uns des autres. C’est ainsi que fonctionne le réseau Geek Girls Carrots (CI-DESSUS) qui unit, instruit et inspire les femmes passionnées de hautes technologies •

La Pologne des start-ups Il est difficile de trouver en ­Pologne une grande ville qui n’ait pas plusieurs accélérateurs ou incubateurs d’entreprises ainsi que des investisseurs providentiels et des fonds investissant dans les start-ups. Par la nature des choses, de nombreuses start-ups disparaissent avant même d’avoir réellement démarré, leur activité ne dépassant pas le stade de la conception. Mais un certain nombre d’entre elles deviennent des entreprises internationales tout


184

Business, science, innovation

Design

Survêtements, tulle et moustache Pendant des années, la moustache symbolisait une certaine Pologne traditionnelle, provinciale et démodée. Mais il y a 8 ans, la Moustache est devenue la marque de fabrique d’une nouvelle mode contemporaine, indépendante, incarnée par des centaines de couturiers polonais. « Mustache », est un énorme salon de la mode organisé par Patrick Deba et Konrad Ozdowy qui attire quelque 400 exposants. Mais c’est également une plateforme en ligne, un magasin, un centre d’échanges et une base de connaissances pour les meilleurs jeunes talents de

la mode et de la couture. Et on n’a pas fait le tour du marché. La plateforme HUSH fonctionne de manière similaire, rassemblant un groupe important de couturiers qui y présentent leurs créations originales. Il y a également le salon Pretty Things Fair et Wzory, qui sert de point de contact entre les designers indépendants dans le domaine des arts décoratifs, du mobilier et de l’aménagement d’intérieur. Toutes ces initiatives ont introduit les ventes de charité chic dans les villes polonaises •


Business, science, innovation

185

Des illustrations qui parlent Les Mizieliński. Si vous n’avez jamais entendu parler d’eux, cela ne devrait pas tarder. Aleksandra Mizielińska et Daniel Mizieliński, couple à la ville et duo d’artistes graphiques, sont un vrai phénomène. En quelques années, ils sont devenus des auteurs de livres pour enfants connus dans le monde entier grâce à leurs illustrations caractéristiques qui parle à tous les publics. Cartes est leur plus gros succès, il s’agit d’un voyage fascinant à travers 42 pays sur tous les continents. Cet album a été publié en 20 langues dans 28 pays et a remporté, entre autres, le Prix Sorcières 2013 et le Premio Andersen 2013. Quand le New York Times l’a mis sur sa liste des six livres pour enfants les plus intéressants et les mieux illustrés de 2013, la Amazon a immédiatement vendu tous les exemplaires qu’elle avait en stock • La nouvelle forme de l’artisanat traditionnel La fabrique de faïence et de porcelaine de Ćmielów a été fondée il y a 225 ans. C’est un pan important de l’histoire du design. Le style bleu et blanc inspiré du folklore polonais y domina en maître pendant des années. Mais récemment de nouveaux projets – Qubus, Cosmopolitan et New Atelier – ont été lancés, ils renvoient aux classiques du design moderne des années 1950 et 1960 mais sous une forme bien plus contemporaine • LATO – une police de caractères développée par Łukasz Dziedzic qui a conquis le monde par accident ! Dziedzic avait été recruté par une grande banque pour développer une police de caractères, mais le client a annulé sa commande avant même la conclusion d’un accord. Le graphiste polo-

nais a alors mis sa police de caractères en accès libre sur Internet. Avec quel effet ? Selon Google statistics, Lato est la troisième police d’écriture la plus souvent téléchargée du monde. Ceci montre qu’on peut avoir un succès mondial sans même essayer ! •


186

Business, science, innovation

Concevez vos propres meubles Un groupe de jeunes concepteurs, architectes et entrepreneurs polonais de Tylko.com proposent une application permettant aux utilisateurs de concevoir leurs propres meubles ou au moins d’adapter les meubles à leurs besoins. Cette application utilise la technologie de la réalité augmentée pour permettre au client de

collaborer avec le designer et ajuster la conception du mobilier aux préférences de l’utilisateur et à son espace de vie. Tylko.com a débuté à design­ juction2015, le principal salon du London Design Festival, où il a été sélectionné parmi les dix projets les plus innovants et a obtenu 1,6 million de dollars de financements de la part de huit investisseurs étrangers •


Business, science, innovation

187

Meubles made in ­Poland Le design des meubles polonais a une histoire ancienne et réputée. Cela continue aujourd’hui grâce aux succès d’une jeune génération de designers. Przemysław « Mac » Stopa est un designer visionnaire inspiré par la couleur, la géométrie et la 3D. Il est le fondateur du studio varsovien Massive Design et a remporté un nombre record des prestigieux prix Red Dot Product Design Awards, les « Oscars du design ». En 2015, il a gagné trois prix Red Dot, pour la chaise Pelikan, la collection Breaking Form de revêtements de plancher modulaires, et son Hybrid ­Collection, des décorations créées en combinant différents matériaux sur une surface en verre. Agata Kulik-Pomorska et Paweł ­Pomorski ont fondé le studio Malafor dans lequel ils créent des meubles renvoyant aux concepts du recyclage, de l’écologie et de la réaffectation des matériaux et objets courants. En 2012, ils ont obtenu un prix Red Dot pour leur sofa Blow fabriqué à partir de sacs en papier recyclés. Oskar Zięta est aussi connu pour son mobilier gonflé. Il a créé une technologie avancée pour « pomper » le mobilier à partir de plaques de métal. Ses meubles sont FiDU  Une technologie originale développée par le designer et architecte Oskar Zięta pour la fabrication de constructions en tôle et mobiliers légers et durables. L’entreprise danoise Hay a lancé la fabrication du tabouret Plopp (CI-DESSUS) qui a valu un prix Red Dot à Zięta, le prix le plus prestigieux dans le monde du design. La technologie FiDU permet la fabrication d’éléments extrêmement durables à partir de tôles très fines, et le matériau peut être façonné librement (À DROITE) •

Fauteuil créé en 1958 par le designer polonais Roman Modzelewski à base de polyester, un exemple de classe mondiale de siège à coque organique moulée d’une seule pièce •

exposés dans des lieux comme le Centre Pompidou à Paris et le Pinakothek der Moderne à Munich. Le magazine Wired a qualifié les projets de Zięta de meubles du futur, et on ne serait en effet pas surpris de les voir sur Mars dans l’avenir. Ce n’est pas une blague. Un premier projet a même été dessiné pour une base sur une autre planète, avec une structure fabriquée à partir des profilés déformés de Zięta on another planet, with a skeleton made from Zięta’s deformed profiles •


188

Business, science, innovation

Science et innovation

Au service de la science et de l’humanité Les idées innovantes et parfois révolutionnaires des scientifiques polonais jouissent d’une reconnaissance mondiale depuis des années. Quand vous entendez parler de la conquête de Mars, d’une vie sauvée grâce aux endoprothèses ou d’une opération révolutionnaire de transplantation du visage, vous entendez parler de Polonais. Quand vous découvrez l’existence du graphène, une des découvertes les plus sensationnelles de ces dernières années, ce sont aussi des nouvelles de Pologne. Et quand l’épidémie de grippe attaque, vous pouvez éviter les sensations d’os douloureux et de congestion grâce au travail de scientifiques polonais •

Un peu d’histoire La scientifique polonaise Maria Skłodowska-Curie (Marie Curie) a été la première dans l’histoire à recevoir le prix Nobel dans deux disciplines différentes, en l’occurrence la chimie et la physique. Si vous vous intéressez au siècle écoulé, vous ne pouvez ignorer le professeur Jan Czochralski, un inventeur célèbre qui a attiré l’attention du monde en tant que créateur d’une méthode innovante pour produire des monocristaux. Son nom de famille est peut-être imprononçable pour les habitants

Le copernicium (Cn), un élément chimique de numéro atomique 112 découvert en 1996, a été nommé ainsi en l’honneur de l’astronome germano-polonais • de la plupart des pays, mais c’est un nom à retenir car on obtient aujourd’hui les cristaux de silicium contenus dans les téléphones mobiles, lecteurs de musique et même cartes de crédit à l’aide de la méthode de Czochralski. Même s’il a surtout travaillé à Berlin, son héritage scientifique fait honneur à la Pologne. Qui sommes-nous pour juger : Copernic parlait probablement surtout latin, mais l’homme qui a arrêté le soleil et mis la terre en mouvement était un fils du peuple polonais. Témoignage de la lon-

gévité de son œuvre, 2013 a été déclaré année Jan Czochralski en Pologne, car nous utilisons toujours son héritage scientifique 24h/24 et 7 jours/7. Le professeur Aleksander Wolszczan est un autre chercheur polonais notoire. À la fin du XXe siècle, il a découvert les trois premières planètes hors de notre système solaire. Grâce à lui, de nouveaux corps sont apparus dans le ciel au XXIe siècle aussi, avec la découverte de deux nouvelles planètes, et le nom de Wolszczan est connu dans le monde entier •


189

Business, science, innovation

Les scientifiques polonais ont changé le monde

Entendre la Pologne et le monde Grâce au professeur Henryk Skarżyński du Centre mondial de l’ouïe de Kajetany, des dizaines de personnes entendent pour la première fois les voix de leurs proches, la musique et les sons du monde après des années de silence. Cochlear MET est un nouveau type d’implant pour l’oreille interne. En plus d’être très efficace, cela a aussi révolutionné le marché des procédures médicales pour les personnes âgées • Plus rusé que la grippe Le docteur Marta Łuksza (CI-DESSUS), une Polonaise exerçant aux États-Unis, a développé un système capable de prévoir quelle souche du virus de la grippe sera la plus répandue dans un avenir proche. Cette technologie permet d’accélérer la production du bon vaccin. Avant, l’efficacité des doses de vaccin contre la grippe dépendait de la justesse (approximative) des prévisions sur les types de virus de la grippe qui allaient se répandre. Grâce à la recherche de Łuksza, l’efficacité

de l’algorithme de prévision est maintenant de 93 % •

pris part à cette conquête de l’espace depuis la Terre •

À la conquête de la planète rouge

Un nouveau souffle

L’envoi des humains sur Mars pourrait bien devenir réalité dans un avenir relativement proche. La Pologne méritera aussi d’y planter son drapeau. Des étudiants polonais sont impliqués dans la conception d’un véhicule pour une mission habitée sur Mars et ils obtiennent des succès spectaculaires. Mars est une planète très polonaise ! Au début de 2015, des étudiants de l’Université des Sciences et des Technologies AGH de Cracovie ont remporté le prestigieux concours European Rover Challenge pour la conception de robots destinés à explorer la surface de la planète. Une équipe américaine est arrivée deuxième, et une autre équipe polonaise, représentant l’Université de Technologie de Wrocław est arrivée troisième, suivie par des étudiants de Białystok. Les cinq équipes polonaises participant au concours sont arrivées parmi les dix premières de celles qui avaient

Chaque fois que Connie Culp sourit, elle sourit aussi à l’intention du docteur Maria Siemionow. Grâce à cette spécialiste des transplantations originaire de Poznań, Connie a retrouvé son apparence et sa volonté de vivre après que son mari lui avait tiré en plein visage en 2004. La greffe de visage réalisée par Siemionow en 2008 était la quatrième opération de ce type au monde, mais la première à avoir concerné un visage humain complet, ce qui était une percée importante dans l’histoire de la médecine mondiale. Outre l’avancée médicale réalisée par le docteur Siemionow, des barrières éthiques sont tombées. La transplantation faciale n’était pas considérée comme une opération pour sauver la vie du patient, mais Maria Siemionow s’est battue pour le droit au traitement de sa patiente. Sa détermination a conquis la commission de bioéthique. Tout cela au service de la science et de l’humanité •


190

Business, science, innovation

Dormez et rêvez en polyphases !! Si vous n’avez pas le temps de dormir, ne vous inquiétez pas ! Kamil Adamczyk, Janusz Frączek et Krzysztof Chojnowski n’ont certainement pas perdu le sommeil en pensant à leur projet révolutionnaire de sommeil polyphasique. Cette méthode divise le repos nocturne (qui n’est pas forcément pris la nuit) en des périodes de sommeil plus courtes mais plus efficaces qui forment ensemble des cycles de sommeil. Le sommeil de base ne prend pas toute la nuit, mais juste quelques heures. Le repos est ensuite pris par siestes courtes mais bien réparties. Le masque de sommeil NeuroOn est relié à une application de smartphone qui traite l’information et aide à déterminer le bon cycle de sommeil pour chacun. Avec ce système, vous pouvez passer moins de temps à dormir et plus de temps à explorer la Pologne ! • De la recherche dans chaque maison ! Zooniverse.org est une plateforme permettant aux citoyens ordinaires de participer aux études scientifiques. Avec des interfaces simples, les utilisateurs peuvent aider les scientifiques à classer différentes données. Il y a tant d’études et un tel volume d’informations en circulation qu’il est impossible aux scientifiques d’en suivre l’évolution par euxmêmes ! La plateforme Zooniverse a été présentée aux internautes polonais par le professeur Lech Mankiewicz, un astronome et physicien renommé, directeur du Centre de physique théorique de l’Académie polonaise des sciences (PAN). L’engagement des Polonais a dépassé les meilleures attentes des chercheurs. Plus de 150 000 bénévoles se sont impliqués dans ce projet, dépassant ainsi les autres pays •

Ça marche ! Le graphène

Professor Why

Une structure inhabituelle d’atomes de carbone avec un énorme potentiel scientifique. C’est un projet international, mais certains atomes viennent de Pologne ! •

Un jeu fantastique pour jeunes scientifiques créé par l’équipe polonaise de CTAdventure. Alors qu’il pourrait sembler impossible de montrer les expériences scientifiques dans la réalité virtuelle, ce jeu pour jeunes chimistes (et pour les plus vieux aussi) prouve qu’il n’y a rien d’impossible dans un monde informatisé •

ItraPol et LutaPol Une compétition saine (au sens littéral) pour ­Joanna Jurek et son utilisation fantastique des nanofibres. Les substances inventées au Centre national de recherche nucléaire viseront spécifiquement les cellules cancéreuses. Cette méthode est basée sur une utilisation classique des isotopes radioactifs combinés de manière innovante à différentes substances actives •

La pérovskite Olga Malinkiewicz a inventé une méthode pour la pose des couches de matériau photovoltaïque en pérovskite sur les surfaces plates. Cela a permis une révolution dans la construction des cellules solaires •

Egzotech Il s’agit d’une entreprise polonaise dirigée par Michał Mikulski, l’inventeur et le concepteur d’un exosquelette pour la rééducation du bras humain (CI-DESSUS). Il s’agit d’une machine placée au-dessus du bras qui analyse le travail des muscles et aide à améliorer leur fonctionnement, par exemple après un accident. Un exosquelette du même type sortira bientôt pour les jambes ! •


191

Les rovers martiens de Pologne Ă  la conquĂŞte de l’espace ! Hyperion 1 ar Étudiants de la FacultĂŠ de gĂŠnie mĂŠcanique, UniversitĂŠ de technologie de BiaĹ‚ystok đ&#x;?† 1e place - University Rover Challenge 2013 DĂŠtails : •c  onstruction Ă  six roues ĂŠquipĂŠe d’une suspension innovante : chaque roue est dirigĂŠe sĂŠparĂŠment. • s ystème de vision redondant (3 camĂŠras embarquĂŠes et deux ĂŠmetteurs fonctionnant sur deux frĂŠquences).

• deux outils embarquÊs : une pince de prÊhension (pour les opÊrations de maintenance) et un foret (pour rÊcupÊrer des Êchantillons de sol) • système GPS pour la navigation en milieu dÊsertique • conçu pour fonctionner en milieu dÊsertique sablonneux et rocheux. Peut monter des pentes à 60°.

Magma 2 ar Étudiants de la FacultĂŠ de gĂŠnie mĂŠcanique, UniversitĂŠ de technologie de BiaĹ‚ystok. đ&#x;?† 1e place - University Rover Challenge 2011.

DÊtails : • deux hexacoptères utilisÊs pour observer le terrain – première utilisation d’un objet volant dans le concours URC. • manipulateur articulÊ pour ramasser les Êchantillons de roche. • jeu de boÎtes de premiers secours pour porter assistance aux spationautes.

Scorpion ar Étudiants de l’École polytechnique de WrocĹ‚aw đ&#x;?† 1e place - European Rover Challenge 2014 3e place – University Rover Challenge 2015 DĂŠtails : • Suspension articulĂŠe  rocker bogie  (telle qu’utilisĂŠe dans les rovers de la Nasa) modifiĂŠe.

• Construction modulaire – le rover est hautement adaptable, il est possible d’ajouter facilement de nouveaux modules et de nouvelles fonctions. • Pneus en Cordura (un matÊriau très solide et rÊsistant à l’abrasion) remplis de granulÊs de polystyrène complÊtant les suspensions fixes, ce qui assure de très bonnes capacitÊs tout terrain et d’absorption des chocs.


192

Culture La culture polonaise est fraîche et disponible 24h/24, 7 jours/7, 365 jours par an. Elle remplit les cafés-librairies, les cinémas et les théâtres, les galeries d’art moderne et les boîtes de nuit agitées qui jouent notre musique. Parmi les adjectifs décrivant la production culturelle polonaise on retrouve sans nul doute « dynamique » et « variée » : chacun trouvera forcément quelque chose à son goût. Récemment, elle est devenue un espace d’entraînement pour parler du monde d’une manière différente, à la fois pour les jeunes artistes et pour les artistes confirmés. Ces expérimentations trouvent un public mondial, comme on a pu le voir récemment avec l’Oscar pour Ida, l’Ours d’argent du festival de Berlin pour Body/Ciało et de nombreuses expositions d’art polonais organisées par des musées et des galeries qui comptent parmi les plus influents au monde. Bien entendu, il y a aussi des spectacles dans les plus grands festivals de théâtre, les traductions en langues étrangères d’œuvres littéraires polonaises et les

ventes dynamiques de musique polonaise à l’étranger. Notre culture ne se contente plus de macérer dans son jus et elle s’est mise à exploiter son caractère local pour s’engager sur des thèmes universels. En choisissant de découvrir en profondeur ce que la culture polonaise peut proposer, vous découvrirez non seulement un nouveau contexte culturel, mais vous regarderez aussi votre propre monde d’un œil tout neuf •

Page suivante (haut) : image du film Miasto 44 (Varsovie 1944), de Jan Komas

Page suivante (bas) : image du film Katedra (La Cathédrale), un court-métrage de Tomasz Bagiński nominé aux Oscars en 2003


Culture

CinĂŠma

Le cinĂŠma aime la Pologne

193


194

Culture

Il était une fois un pays où vivaient un Oscar d’or et un Ours d’argent... Ne dirait-on pas que cela sonne comme le début d’un conte ? Ce n’est pas par hasard. Ces dernières années, la situation du cinéma polonais a changé comme d’un coup de baguette magique. Il ne s’agit pas uniquement de la reconnaissance longtemps attendue des films classiques polonais, que Martin Scorcese admirait au point d’organiser une

tournée mondiale de 21 films de réalisateurs comme Wajda, Has, Kawalerowicz, Zanussi et Kieślowski. Une nouvelle génération de talents a en effet vu le jour. Comme l’explique le vieux maître Andrzej Wajda, « les films polonais connaissent depuis peu un grand succès. Non seulement ils trouvent une audience réceptive en Pologne, mais ils se font aussi une place ailleurs dans le monde et y remportent des

Image du film Papusza, de Krzysztof Krauze et Joanna ­Kos-Krauze


Cinéma

prix. Le cinéma polonais se ressaisit après des années de difficultés. » En février 2015, Małgorzata Szumowska a gagné l’Ours d’argent du meilleur réalisateur au Festival international du film de Berlin pour ­­­ Body/Ciało. Elle a déclaré avoir fait un film sur la Pologne en tant que corps, un corps fatigué, mal aimé, négligé. Elle a avoué dans une interview que, pour elle, sa « polonité » n’est pas une croix et qu’elle veut continuer à tourner des films dans son pays. Pour elle, la Pologne est sa source d’inspiration. Il en va de même pour un autre réalisateur qui a vécu plusieurs décennies en Grande-Bretagne mais qui a eu son plus grand succès avec un modeste film en noir et blanc dont l’histoire se déroule à l’époque et dans le pays de son enfance. Il s’agit bien entendu de Paweł Critique de Variété de Marcin Koszałka dans The Red Spider (CI-DESSOUS) « Koszałka est un maître-­ marionettiste, il fait la démonstration de sa touche élégante et confiante, opérant autant que possible dans la tradition du «pur cinéma», où les scènes visuelles fortes peuvent se dérouler sans l’aide d’un dialogue explicatif ou d’indices sonores, au-delà de quelques brides d’émissions de radio et d’une musique discrète suscitant l’angoisse. » •

195

­Pawlikowski (­CI-DESSOUS), qui a remporté le premier Oscar polonais du meilleur film étranger pour Ida (CI-DESSOUS). Il appelle Ida une « lettre d’amour à la Pologne », à sa mentalité, sa musique et son art. Le pays attire aussi de jeunes cinéastes étrangers, le meilleur exemple étant Magnus von Horn, originaire de Suède. Il est venu à Łódź il y a plusieurs années pour étudier à la célèbre école nationale de cinéma et s’y est finalement installé . Il a tourné son premier film en suédois, avec une équipe composée majoritairement d’artistes et techniciens polonais. The Here After a eu sa première au Festival de Cannes. Le public en Pologne adore le nouveau cinéma polonais. Les films polonais ont dominé au box-office l’année dernière, battant même la méga-production internationale Le Hobbit. Pourquoi ? Parce que les réalisateurs ont enfin trouvé leur public, lui proposant des films policiers, des films à sensations, des drames, des comédies, des productions historiques, le tout réalisé avec grand soin et avec passion. Les spectateurs sont aussi attirés dans les cinémas polonais parce qu’ils ont évolué et proposent une intéressante sélection de films, ils organisent des discussions après les projections et des rencontres avec des artiste pour susciter un sentiment de communauté. Même aux festivals de cinéma où les dernières propositions de Cannes, Berlin ou Venise sont à l’affiche, ce sont les billets pour les films polonais qui se vendent le mieux•

Agnieszka Holland, réalisatrice « Les prix internationaux que nos films remportent prouvent qu’ils sont tournés avec des standards de plus en plus élevés. Il est clair que ces toutes dernières années le cinéma polonais renaît. Il s’est redressé comme un phœnix de ses cendres et Ida en est un magnifique couronnement. J’espère que cela va secouer tout le monde. Cela montre que choisir la voie de la facilité ne paye pas. Il faut viser haut. » •


196

Culture

Image du film Bogowie (Les Dieux), de Łukasz ­Palkowski

Marcin Wrona, réalisateur de longs-métrages. Son troisième film, Démon (CI-DESSUS), parle des événements incroyables survenant à une fête de mariage. Marcin Wrona est décédé le 19 septembre 2015 pendant le Festival du film de Gdynia. « Des films de plus en plus variés apparaissent en Pologne et nos productions sont visionnées dans les meilleurs festivals du monde : Berlin, Venise, Toronto, etc. C’est lié à la transparence du système de subventions de l’Institut du film polonais en faveur des pro-

ductions. Ceci ne veut pas dire que les films sont plus faciles à tourner qu’ils ne l’étaient il y a 10 ans, quand j’ai débuté. La concurrence est plus forte, mais grâce à cela le niveau des films polonais est plus élevé. Pour attirer l’attention du spectateur, vous devez proposer un jeu

d’acteurs intéressant qui aborde des questions importantes, mais de manière attractive. Et il faut raconter des histoires polonaises qui soient en même temps universelles et compréhensibles pour des publics internationaux. C’est cela le plus grand défi et tout l’art. » •


197

Cinéma Les réalisateurs de documentaires ont connu des succès importants, remportant des prix non seulement en Pologne mais aussi aux festivals de Locarno, Amsterdam et Copenhague. Les vieux maîtres comme Marcel Łoziński et Jacek Bławut continuent de tourner des films mais ils ont aussi formé la nouvelle génération de réalisateurs. Un des documentaires qui ont fait le plus de bruit ces dernières années, c’est le diptyque de Marcel et Paweł Łoziński (À DROITE), Père et fils et Père et fils en voyage. Ce documentaire montre un voyage pour Paris, présenté différemment par les deux réalisateurs. Ceci soulève la question des méthodes employées par les auteurs de films documentaires contemporains • Małgorzata Kuzdra, directrice du cinéma Muza de Poznań. Sommes-nous condamnés à ne voir les films que dans des cinémas multiplexes au milieu des relents de pop-corn ? Bien sûr que non, soutient Kuzdra

« Les cinémas d’art et d’essai en Pologne sont des centres culturels qui combinent tradition et modernité. Parmi les cinémas indépendants présents en Pologne, un tiers sont des cinémas d’art et d’essai au sens propre. On y présente une sélection de films soigneusement pensée, en projetant des œuvres qui ont obtenu des prix aux plus importants festivals européens, et on y prépare des événements spéciaux avec des attractions au programme. Ainsi, par exemple, lors de

l’événement Kino Dynamo, nous avions installé quatre bicyclettes fixes sous l’écran que les spectateurs utilisaient pour produire l’électricité nécessaire à la projection. Mais le plus important, c’est que nous sommes proches de nos spectateurs. Nous les connaissons et nous entretenons un dialogue avec eux. C’est pourquoi on aura toujours besoin de cinémas qui savent accueillir les bons films. » •

Panthéon de l’histoire du cinéma Wojciech Kilar est le compositeur de musique de film le plus populaire. Il est notamment l’auteur de la bande son du film Dracula de Francis Ford ­Coppola. Il s’en est fallu de très peu que ce compositeur silésien se voit aussi confier la création de la musique du ­Seigneurs des anneaux de ­Peter Jackson. Par contre, il a bien composé la musique de

films de réalisateurs comme Jane Campion, Andrzej Wajda et Roman Polański. D’autres compositeurs de musique de film polonais ont inscrit leur œuvre dans le marbre de l’histoire du cinéma, on pensera notamment à Krzysztof Komenda qui a créé la bande son de Rosemary’s Baby et du couteau dans l’eau de Roman Polański. Les films de Krzysztof Kieślowski éga-

lement n’auraient jamais été produits sans les compositions de Zbigniew Preisner. Un autre compositeur polonais, Jan A. P. Kaczmarek, a reçu un ­Oscar en 2003 pour sa musique du film Neverland. Le compositeur ­Stefan Wesołowski est le nouvel espoir de la musique de film polonaise, il a notamment créé la musique d’un documentaire sur Marlon Brando •


198

Culture

Musique pop

Riche et variée Le meilleur moment pour faire l’expérience de la richesse et de la variété de la scène musicale pop polonaise, c’est l’époque des festivals estivaux qui sont, bien entendu, très populaires. Il y a par exemple le festival post-hippie Przystanek Woodstock qui bat des records de fréquentation chaque année avec sa musique très originale. L’Open’er Festival, plus mainstream, fait concurrence aux plus gros événements musicaux d’Europe. Il y a encore le Festival OFF alternatif de Katowice, et le festival Unsound consacré à l’électro avant-garde dark qui se déroule chaque automne dans

la pittoresque ville de Cracovie. Même les personnes avec des goûts musicaux plus spécifiques trouveront quelque chose pour eux. Les fans de musique techno peuvent se rendre au festival Up to Date de Białystok. Pour les amateurs d’électro-dance (au sens large), il y a l’Audiriver à Płock. Ceux qui aiment la musique industrielle apprécieront l’Avant Art de Wrocław tandis que les fans de reggae iront plutôt à Ostróda. On peut bien sûr toujours retrouver les racines de la musique moderne au festival « Toutes les mazurkas du monde », un festival où les formes musicales traditionnelles sont


Culture

jouées par des joueurs de musique classique et de jazz et des orchestres de musique de village. La musique traditionnelle polonaise était particulièrement appréciée par Chopin et elle puise ses racines dans les trois danses populaires nationales : la mazurka, le kujawiak et l’oberek. La grande variété des festivals polonais a même retenu l’attention de références de la culture pop online, comme « Pitchfork » et « Wire » qui en assurent souvent la couverture médiatique. La force de l’indépendance Les maisons de disques sont aussi un véritable phénomène, depuis les labels hip-hop et leurs fidèles à la scène de métal toujours forte en Pologne, en passant par la musique électronique du label Lado

199

ABC et son groupe vedette Mitch & Mitch (CI-DESSUS), le rock indépendant du label Thin Man Records et le folk urbain du label Karrot Kommando. Il y a aussi les maisons de disques qui se spécialisent dans différents micro-styles underground sortant de la musique sur cassettes et disques vinyles comme Recognition Records, Pets Recordings, mik.musik.!., Instant Classic, Sangoplasmo Records, Requiem Records, BDTA et Transatlantyk. Le nombre de producteurs à lui seul garantit à la Pologne une bonne place sur la scène musicale mondiale. Nous sommes aussi une force avec laquelle il faut compter dans différents genres de musique métal : des groupes comme Behemoth, Decapitated et Vader sont des leaders mondiaux sur la scène du métal •


200

Culture

Connu de l’autre côté de ­l’Atlantique Paweł Sęk s’est taillé un succès de l’autre côté de l’Atlantique et a été nominé trois fois aux Grammies Awards. En tant que producteur de musique, il a travaillé avec des gens comme Taylor Swift, FUN., Jay-Z et Kanye West, et il a gagné un concours avec son remix d’une chanson de Beyonce réalisé en collaboration avec un autre producteur de musique, JIMEK. Une autre artiste polonais, la chanteuse originaire de Łódź Iza Lach (À DROITE), travaille avec la légende du rap Snoop Dogg depuis de nombreuses années •

Pas que du jazz Au début de 2014 Włodek Pawlik est devenu le premier pianiste de jazz polonais à gagner un Grammy. C’était dans la catégorie « Best Large Jazz Ensemble Album » pour son album « Night In Calisia ». Cet album a été enregistré à Kalisz avec Randy Brecker et l’Orchestre philharmonique de Kalisz. Ce n’était pas vraiment une surprise, mais plutôt la confirmation de l’excellente réputation du jazz polonais dans le monde : des joueurs et des fans de jazz dans le monde entier sont capables de nommer sans hésiter des légendes comme Zbigniew Namysłowski, T ­ omasz Stańko (À DROITE), ­Michał U ­ rbaniak et Krzysztof Komeda. Et le jazz polonais continue à évoluer, en

particulier sur la scène varsovienne centrée sur les labels For Tune et Lado ABC ainsi que le club Pardon To Tu. Des musiciens comme Marcin ­Masecki, ­Wojciech ­Mazolewski, Mikołaj Trzaska, Jerzy Rogiewicz, Wacław Zimpel, Ksawery Wójciński et Hubert Zemler introduisent dans le jazz de nouveaux éléments de musique ethnique, classique, minimaliste, mais également de l’improvisation, du rock et de la techno. Pour conserver son leadership, le jazz polonais fait tout ce qu’il peut pour ne pas être que du jazz •


201

Musique pop

À ajouter à vos favoris The Dumplings  Ce duo passa en six mois seulement de lycéens timides à musiciens parmi les plus recherchés de Pologne. « Nous avons commencé à quinze ans. Nous avons joué nos premiers concerts à l’école, à Noël ou à la fin de l’année scolaire, nos parents ont dû donner leur autorisation pour notre première tournée de concerts. Nous sommes tous les deux un peu bizarres et cela ressort dans notre musique et dans les paroles. À première vue, nos morceaux semblent dépourvus de sens, mais ils contiennent des tas d’allusions littéraires et de références à la vie quotidienne. Par exemple, notre chanson Słodko-słony cios parle de la combinaison de gaufrettes de riz et de Nutella • The Phantom Un certain Bartosz Kruczyński (en bas) se cache derrière ce pseudonyme. C’est un des producteurs de musique électronique les plus intéressants de Pologne. « J’adore passer du temps dans les parcs de la ville et me promener à pied le long de la Vistule à Varsovie, et j’adore la musique polonaise des années 1960, 1970 et 1980. Mon projet Ptaki (Les oiseaux) ne contient que des compositions rassemblées à partir d’échantillons de musique polonaise. Je laisse la production de musique originale à The Phantom. Si je devais hashtaguer le travail que je fais, je dirais #Romantisme et #Orientalisme. Mon dernier album tirait son inspiration de phénomènes naturels extrêmes comme les énormes grêlons lors de la chute de météorites en Russie •

juive, les gens attendaient des morceaux anciens, inchangés, et beaucoup d’artistes créatifs ont peur de faire quoi que ce soit de nouveau avec la culture juive. Ils ont peur de briser une sorte de tabou • Król Chaque année, au début du printemps, Błażej Król sort un nouvel album, avec de la musique électronique sombre, sous le nom de KRÓL (anciennement membre du duo UL / KR). Rencontre de la ponctualité suisse et de la mélancolie polonaise ?

Raphael Rogiński Un des guitaristes les plus originaux de Pologne (CI-DESSUS), il se sent à l’aise en jouant de l’avant-garde, du jazz, de la musique folk ou du bon vieux rock’n’roll. Mais c’est la musique klezmer juive qui a éveillé son intérêt au départ : « J’écoutais tant de musique hassidique que je l’entendais même pendant mon sommeil. J’ai fini par créer le groupe « Shofar » avec les éminents musiciens polonais Mikołaj Trzaska et Macio Moretti et nous avons essayé de recréer ce que j’avais vu dans mes rêves. Mais tous n’aimaient pas notre approche contemporaine de la musique traditionnelle. Dans les festivals de musique

« Ma musique est comme une transe et elle est imprévisible. Elle doit piquer l’auditeur là où il veut être chatouillé, et le chatouiller là où il veut être blessé. Pour être honnête, j’enregistre ces albums pour ma femme, pour qu’elle puisse se divertir en voiture • Dawid Podsiadło Dawid Podsiadło, un jeune homme de 22 ans, est l’enfant prodige du pop polonais qui a gagné la première édition de l’émission de « X Factor ». Il chante aussi en solo, sous son nom, et il fait partie du groupe de garage rock Curly Heads. Son premier album a été un best-seller disque de diamant. « Je suis un incurable anglophile. Je suis aussi un peu accro aux jeux vidéo. Les titres de mes deux albums sont étroitement liés au jeu Final Fantasy •


202

Culture

Arts visuels

Le pouvoir de l’art

Le street art L’art polonais sort des galeries et occupe les espaces publics. L’installation de Joanna Rajkowska dans le centre de Varsovie, connue tout simplement sous le nom du Palmier – ou, pour utiliser son titre complet, « Salutations de l’avenue de Jérusalem », (CI-DESSUS) – prouve que l’intervention artistique peut parler la langue de la rue. Les initiatives comme « L’avion doré » de Paweł Althamer a superbement montré à quel point l’art peut faire tomber les barrières là où la politique n’y parvient pas :

le célèbre artiste polonais avait fait prendre l’avion pour Bruxelles à des dizaines d’habitants de son quartier de Varsovie dans le cadre de son projet « Tâche commune ». L’art en fait constamment la démonstration à travers des personnalités telles que Artur Żmijewski ou Katarzyna Kozyra, dont l’art critique, exprimé dans des œuvres comme la « Pyramide des animaux » de Kozyra, a attiré l’attention sur des problèmes que nous reconnaissons maintenant comme des éléments naturels du débat public : les questions

de handicap, le traitement des animaux et la tolérance vis-àvis des différences ethniques et sexuelles. Comme forme de soft power, l’art polonais éclaire et diversifie les discussions publiques, et les jeunes artistes affichent de plus en plus des attitudes artistiques autonomes, radicalement individuelles. Les artistes engagés du groupe Penerstwo de Poznań – Wojciech Bąkowski, Konrad Smoleński et Radek Szlaga – dont les travaux sont souvent exposés à l’étranger, en sont un excellent exemple •


203

Culture

L’art polonais enflamme ! Il titille, contrarie, suscite la controverse... et change le monde. Comme le savent bien les commissaires d’institutions prestigieuses dans le monde, cela paie de garder un œil sur l’art polonais. Les collectionneurs le savent aussi. Les musées, les galeries publiques et les initiatives privées sont tous impliqués dans la promotion de l’art dernier cri en Pologne. Chaque année, 21 galeries privées de Varsovie accueillent le Warsaw Gallery Weekend, chacune d’elles est l’hôte d’une nouvelle exposition, de rencontres, de conférences et d’événements liés au

secteur. Le WGW fait la promotion de l’art polonais le plus contemporain en présentant les travaux d’artistes qui ont généralement moins de 40 ans. On ne compte plus les institutions artistiques actives des villes éloignées du centre du pays, comme à Tarnów, Zielona Góra, Bytom et Białystok. Leurs collections sont créées avec l’aide de financements du ministère de la Culture et du Patrimoine national •

À l’assaut de la scène ­internationale L’artiste Katarzyna Krakowiak (À DROITE) a gagné un prix lors de l’édition 2012 de la Biennale d’architecture de Venise, elle devenait la première femme polonaise à bénéficier d’une reconnaissance dans le cadre de cet événement prestigieux. Son prix suivait les lions d’or remportés à la B ­ iennale d’architecture quatre ans plus tôt par les Polonais ­Kobas Laksa et Nicolas Grospierre. Les artistes polonais sont actifs sur l’arène internationale. L’illustratrice Agata « Endo » Nowicka dessine pour le New Yorker et le Wall Street Journal. Joanna Mytkowska, directrice du musée d’art moderne de Varsovie, est un des juges du prix ­Turner pour les

jeunes artistes britanniques les plus intéressants. Artur Żmijewski était commissaire d’exposition de la Biennale de Berlin en 2012, et le festival documenta 2017 de Kassel sera dirigé par Adam Szymczyk qui est à la tête de

la Kunsthalle Basel depuis de nombreuses années. Les œuvres d’artistes comme Wilhelm ­Sasnal, Piotr Uklański et Mirosław Bałka sont plus souvent exposées à Londres ou New York que dans les galeries polonaises •


204

Culture

Portraits

Wojciech Bąkowski (CI-DESSUS) « Quand j’ai commencé mes études, je voulais décrire la poésie des immeubles collectifs de Poznań et en particulier comment ma vie intérieure s’inscrit entre ces immeubles », explique Wojciech Bąkowski, un artiste formé par le studio Audiosfery de Leszek Knaflewski. Lorsqu’il était étudiant, il jouait dans les groupes expérimentaux Kot et Czikita. Avec des amis de son école d’art, il a fondé le groupe artistique Penerstwo, qui se concentre sur l’enregistrement des états émotionnels internes et la trivialité apparente du quotidien. Il est aussi le créateur de la série de films animés « Filmy mówione » (Films parlés) et il a gagné un grand nombre de prix artistiques importants en Pologne. On peut entendre les strophes de Bąkowski lors de concerts en solo ou dans les enregistrements du groupe Niwea, qui n’existe plus •

Agata « Endo » Nowicka (CI-DESSUS) Dans les années 1990, Endo a fait ses premiers dessins en utilisant le logiciel Paint de Microsoft, ses travaux sont maintenant parmi les plus facilement reconnaissables dans les médias imprimés, on les retrouve dans des magazines comme Harper’s Bazaar et The New Yorker. En 2013, elle a organisé avec Maria Zaleska au Musée d’art moderne de Varsovie une exposition d’illustrations sous le titre de Peintres d’illustrations. Elle travaille actuellement avec le Wall Street Journal Magazine •

Joanna Mytkowska (EN HAUT) Quand elle a pris la tête en 2006 du Musée d’art moderne qui venait d’ouvrir à Varsovie, elle avait déjà plusieurs années d’expérience de commissaire et organisatrice à la galerie ­Foksal, la Fondation de la galerie Foksal et au pavillon Polonia à la Biennale d’art de Venise. Puis elle a pris en charge l’avenir de la plus grande institution artistique polonaise. ­Mytkowska est une des nombreuses femmes actuellement à la tête des plus importantes institutions artistiques du pays (rien qu’à Varsovie, la Galerie nationale d’art Zachęta est dirigée par Hanna Wróblewska, le Musée national par Agnieszka Morawińska, et le Centre d’art contemporain – Château Ujazdowski par Małgorzata Ludwisiak) •


Arts visuels

205

Wilhelm Sasnal (CI-DESSUS)

Piotr Uklański (EN HAUT À DROITE)

Anda Rottenberg (CI-DESSUS)

Quand Sasnal a fondé le groupe Ładnie (Joliment) en 1996 avec ses amis, ils ont pris le tournant le plus radical de l’art polonais des années 1990. Ładnie parlait des problèmes concernant l’entièreté de l’éventail des changements économiques, culturels et sociaux, en les illustrant souvent avec des peintures au réalisme blagueur. Nombre d’œuvres de Sasnal sont proches de l’art critique, comme la série « Maus » inspirée par les bandes dessinées d’Art Spiegelman. Avec son langage visuel transparent, son contenu amusant et son style particulier, Sasnal est rapidement devenu le peintre polonais qui se vend le mieux, ses œuvres sont montrées dans les meilleures galeries du monde, chez Anton Kern à New York ou au Whitechapel de Londres. À côté de ses peintures, il tourne également des films avec sa femme Anna •

Incarnation artistique du rêve américain, Piotr Uklański vit et travaille à New York tout en travaillant avec la Fondation de la galerie Foksal de Varsovie et la galerie Gagosian. Uklański glisse avec aisance sur des thèmes aussi disparates que la philosophie contemporaine et l’esthétique du kitsch dans la culture populaire. En plus de ses installations, de ses photographies et de ses photomontages, Uklański a dirigé un long métrage dans le style western dont l’excentricité reflète entièrement la nature du travail de l’artiste •

Commissaire d’exposition et auteur de livres popularisant l’art contemporain. La vision d’Anda Rottenberg en tant que curateur à souvent suscité des critiques et favorisé des changements dans le discours public en Pologne tout en reflétant les malaises de la culture polonaise. Une des plus grandes réalisations de Rottenberg en tant que commissaire a été l’exposition de Côte à côte en 2011. Pologne-Allemagne. 1000 ans d’histoire dans l’art au Martin-Gropius-Bau de Berlin •


206

Culture

Musique classique contemporaine

Les plus grands depuis Chopin

C’est ainsi que les critiques et journalistes de musique décrivent la génération des compositeurs célèbres du XXe siècle en Pologne. Karol Szymanowski et Witold Lutosławski se sont forgé une renommée internationale comme cela a été le cas des personnes liées à l’École de composition polonaise, dont ­Krzysztof Penderecki, Henryk Mikołaj Górecki et Wojciech Kilar. Tous ces noms ont gagné une place permanente sur la scène musicale polonaise, en apparaissant non seulement dans le répertoire des orchestres mais aussi dans les programmes de concerts qui s’adressent à public un plus large. Leurs compositions sont aussi un point de référence important pour de nombreux jeunes artistes, en particulier ceux qui développent leur propre style au croisement de la musique classique, du jazz et de la musique pop.

De Bach à Aphex Twin Les compositions de Penderecki jouissent d’une nouvelle vie grâce à Aphex Twin et à Jonny Greenwood de Radiohead, comme cela a aussi été le cas pour la Troisième symphonie de Górecki (Symphonie des chants plaintifs), qui a été chantée par Beth Gibbons du groupe Portishead. L’œuvre de Szymanowski a également inspiré Kwadrofonik, un groupe polonais aux multiples talents. Lutosphere, le groupe du pianiste de jazz Leszek Możdżer, du violoncelliste Andrzej Bauer et du DJ m.Bunio.s, a été créé en mémoire de Lutosławski, dont l’esprit perdure aussi dans les œuvres de deux compositeurs de formation classique : Paweł Szymański et Paweł Mykietyn. Véritables maîtres, les compositeurs polonais du XXe siècle ont composé avec succès dans


207

Culture

Le son du futur

des styles historiques variés et n’ont pas eu peur de s’inspirer des œuvres de géants de la musique comme Bach ou Mozart. Une voix musicale propre La scène musicale polonaise est en effervescence. De jeunes artistes suscitent une excitation artistique et intellectuelle à travers le monde, en apparaissant dans les festivals les plus importants et en remportant des prix internationaux prestigieux. La liste est trop longue pour les énumérer tous. En voici quelques-uns : Agata Zubel, Andrzej Kwieciński, Jagoda Szmytka (PAGE DE GAUCH), Wojciech Ziemowit Zych, Dobromiła Jaskot, Wojciech Blecharz, Dominik Karski, Cezary Duchnowski, Sławomir Wojciechowski et Aleksandra Gryka, tous travaillant sans répit pour dévelop-

Les éminents chanteurs d’opéra Piotr Beczała, Aleksandra Kurzak et Mariusz Kwiecień ont réussi à conquérir les opéras les plus célèbres du monde. Et parmi eux le Metropolitan Opera de New York, La Scala de Milan ou encore le Royal Opera House de Londres, où ils tinrent les rôles principaux dans les plus grands opéras de Mozart, Donizetti et Verdi. L’opéra polonais est lui aussi fécont en des œuvres . Depuis quelques années, l’Opéra national de Varsovie réalise le « Projekt P » pour aider les jeunes compositeurs les plus prometteurs de Pologne à lancer leurs opéras. Parmi les bénéficiaires, on compte ­Jagoda Szmytka, Wojciech Blecharz, Sławomir ­Wojciechowski, Marcina ­Stańczyk ainsi que Sławomir Kupczak et Katarzyna Głowicka. « La création de la musique d’opéra du futur est la prunelle de mes yeux. Nous cherchons le prochain Penderecki », explique Mariusz Treliński, directeur artistique de l’Opéra national en parlant du projet • 

per leur propre voix musicale. Ils utilisent de nouveaux types de médias, en exploitant adroitement les nouvelles possibilités d’enregistrement et de remaniement des sons et des images, et en enrichissant leurs compositions avec des éléments d’interprétation. Depuis plus de 10 ans, Glissando joue un rôle énorme dans la popularisation de leur travail et c’est le premier périodique dédié aux développements les plus intéressants de la musique contemporaine. Depuis peu, il est aussi publié en anglais •


208

Contemporary Classical Music

Qui fait monter la température ?

Musique ancienne – Persona Grata L’orchestre baroque Arte dei Suonatori a été fondé en 1993 par deux violonistes, Ewa et ­Aureliusz Goliński. Cet excellent ensemble spécialisé dans la musique ancienne est très connu sur la scène musicale internationale, et il a été chaudement applaudi par les critiques pour ses enregistrements. Arte dei Suonatori accueille aussi le festival de musique ancienne « Persona Grata », qui se déroule pendant l’année dans différentes villes de Pologne • Eugeniusz Rudnik (CI-DESSUS) À la fin des années 1950, la radio publique polonaise Polskie

Radio a mis en place le Studio expérimental, une des premières stations électro-acoustiques en Europe. Eugeniusz Rudnik travaillait comme technicien, il devint ensuite ingénieur du son. Il a aussi assisté des compositeurs venant travailler à la radio (en provenance d’Europe et des États-Unis) pour faire fructifier leurs idées artistiques. Rudnik a pris activement part au processus créatif, en apportant son assistance et ses conseils en cours de route et aussi en produisant l’œuvre finale. Il a aussi expérimenté en tant que compositeur lui-même et a remporté des prix dans de nombreux festivals internationaux prestigieux. Des enregistrements sur bande magnétique sont aujourd’hui conservés, entre autres dans les archives à la Bibliothèque nationale de France, et Rudnik a aussi sa réserve personnelle rangée dans son canapé-lit. Nombre de ces morceaux sont aussi sortis sur CD. Un film documentaire intitulé 15 coins du monde a été tourné en 2014 pour célébrer son travail. La réalisatrice, Zuzanna Solakiewicz, a reçu un prix pour son portrait du compositeur au Festival du film de Locarno • Rafał Blechacz (À gauche) En 2005, à 20 ans, le pianiste Rafał Blechacz a remporté de manière spectaculaire le Concours international de piano Frédéric Chopin en obtenant la première place (le deuxième prix n’a même pas été attribué !) et l’attention du public en plus

d’autres prix spéciaux et distinctions. Au cours des 10 dernières années, il a continué à travailler assidument, enregistrant pour Deutsche Grammophon et en donnant des concerts à travers le monde. Le 200e anniversaire de la naissance de Chopin en 2010 l’a même vu dépasser sa moyenne annuelle de 40-45 concerts. « Je pense que c’est un bon chiffre », a-t-il révélé dans une interview à un journal local. « Cela me permet d’avoir un certain équilibre dans ma vie, dans le sens où je peux développer mes autres centres d’intérêts et trouver du temps pour la détente. » Rafał a aussi trouvé du temps pour poursuivre son doctorat à l’Institut de philosophie de l’Université Nicolas Copernic de Toruń. Il dit qu’étudier la philosophie l’aide à comprendre la véritable essence d’un air de musique. Il a été récompensé du prestigieux prix Gilmore Artist Award en 2014 • Kwadrofonik Avec deux pianistes, Emilia Sitarz et Bartłomiej Wąsik, et deux percussionnistes, Magdalena Kordylasińska et Miłosz Pękala, Kwadrofonik se spécialise dans la musique contemporaine et joue les œuvres de jeunes compositeurs polonais. Leur deuxième passion, non moins importante, c’est la musique populaire polonaise. C’est une victoire au festival de musique populaire Nowa Tradycja (Nouvelle tradition) qui a boosté leur carrière •


Culture

Architecture

L’âge d’or

209


210

Culture

L’architecture polonaise a connu de nombreuses transformations couronnées par l’obtention en 2015 du plus important prix d’architecture en Europe : le prix Mies van der Rohe pour la nouvelle salle de concert de la Philharmonie de Szczecin (page précédente). La masse de ce bâtiment époustouflant a été comparée à un iceberg luisant. Le bâtiment de la philharmonie, qui fait penser à une sculpture abstraite se fondant harmonieusement dans le tissu urbain de la ville, a été développée par Fabrizio Barozzi et Alberto Veiga dans leur studio de Barcelone. Ce n’est pas le seul bâtiment surprenant érigé en Pologne ces derniers temps. Les espaces d’exposition du musée de ­Silésie à Katowice ont été ensevelis sous terre par les architectes autrichiens du cabinet Riegler Riewe, une manière de de préserver le paysage minier en surface. L’élégante salle de concert de ­l’Orchestre symphonique de la Radio nationale polonaise (conçue par Konior Studio) est une paraphrase contemporaine de l’architecture du début du XXe siècle dans le quartier minier de Nikiszowiec, tandis que le Forum national de la musique à Wrocław (conçu par Kuryłowicz & Associates) est

La Porta Posnania ICHOT (ci-dessous) est reliée à l’île de la cathédrale par une passerelle sur la Cybina. Conçue par les architectes Ad Artis Emerla, ­Jagiełłowicz, Wojda •

inspiré d’une caisse de résonnance de violon. Le nouveau Musée Cricoteka Tadeusz Kantor à Cracovie (conçu par Wizja + ­nsMoonStudio) est un bâtiment en forme de pont revêtu d’acier Corten recouvert de rouille s’élèvant au-dessus des structures d’une ancienne centrale électrique. À Varsovie, le Polin – le musée de l’Histoire des Juifs polonais - ressemble à un coffret à bijoux en verre renfermant non seulement un espace d’exposition exceptionnel mais également un hall spectaculaire et expressif avec des murs en béton formant des ondulations (conçu par Lahdelma & Mahlamäki). Même si c’est l’architecture de grands ouvrages culturels et sportifs ouverts au public qui retiennent l’attention, d’autres projets ordinaires dans le domaine des immeubles collectifs et de bureaux ont aussi une architecture bien pensée. L’intérêt des architectes polonais va encore plus loin. Nombre d’entre eux combinent leur métier d’architecte et des initiatives sociales, cherchant des alternatives aux matériaux de construction traditionnels et brisant les stéréotypes sur la manière d’aborder la conception, le tout pour le bénéfice des espaces dans les villes polonaises et des habitants qui les utilisent •


211

Architecture

3 — Concepts pour l’avenir Cohabitat How to design a civilization for the next 1,000+ years? It requires tools for effective regeneration of human health as well as renewal of the environment. The Cohabitat Foundation rises to this challenge by building a model of the autonomous town of the future. It experiments with constructions from blocks of straw and clay, production of energy from biomass, and local fabrication in the spirit ‘let’s do this together’. Thousands of people participate in online seminars and workshops and read books published by Cohabitat •

1 — Courage WWAA (ci-dessus) « Ce que nous essayons en permanence de faire respecter dans notre équipe de conception, c’est l’ouverture aux nouveaux concepts et la volonté de relever les défis », expliquent Natalia Paszkowska et Marcin Mostafa, fondateurs du jeune mais très expérimenté studio WWAA. « Nous n’avons pas peur d’expérimenter, que ce soit au niveau de l’échelle, de la fonctionnalité, de l’esthétique ou des solutions techniques. Qu’il s’agisse de concevoir des bâtiments d’habitation, des installations pour les expositions de musée, des pavillons temporaires ou des bâtiments publics, nous pensons que tout est intéressant et de grande valeur. À une époque où notre profession devient de plus en plus diversifiée, fracturée entre des spécialisations de plus en plus cloisonnée, nous aimerions conserver le bon équilibre et participer à autant d’aspects différents du projet architectural que possible •

2 — Communauté H2 Architekci et association Odblokuj (« Débloquez ») Ils s’expriment à la frontière de l’architecture et de l’activisme social. Concepteurs actifs, les architectes du Studio H2 ­Architekci créent des concepts pour les bâtiments publics, bibliothèques et maisons de quartier et, comme l’Association Odblokuj (« Débloquez »), ils réalisent des projets dans des espaces urbains généralement dévalués, oubliés et négligés comme les quartiers

de grands immeubles collectifs. Avec des initiatives temporaires, ils redonnent leur identité profonde à ces emplacements en rappelant leur histoire et en démontrant leur caractère unique. Cette association poursuit tous ses projets en coopération avec les résidents, parce que le développement d’une conscience communautaire et l’intégration de la société locale sont ses objectifs clés •


212

Culture

4 — Originalité


213

Architecture

une idée ou un concept, spatial KWK Promes et Robert ­Konieczny (ci-dessus : l’Arche de ou formel, qui peut ne pas être Konieczny, maison de l’architecte) apparent à première vue mais qui amène à la réalisation de quelque « Ce qui m’intéresse le plus dans chose d’exceptionnel. L’architecture contemporaine est dominée l’architecture, c’est le double fond », explique Robert Konieczny, par les conceptions bruyantes qui attirent l’attention mais manquent un des architectes les plus red’originalité. Je pense qu’en arnommés en Pologne, dont les maisons individuelles ont acquis chitecture les murs ne sont pas aussi importants que les espaces notoriété et compliments sur l’arène internationale. « Je valorise entre eux. Les modes passent,

les matériaux vieillissent, mais un espace bien conçu résistera toujours et conservera toujours sa valeur. J’espère que nous avons réussi à obtenir ce « quelque chose »’ dans certains projets, comme les Aatrialny, OUTrialny et Bezpieczny. Il n’est pas toujours possible d’y parvenir, mais c’est le genre d’architecture que j’estime le plus •


214

Culture

Littérature

Les ­écrivains écrivent et les lecteurs lisent Le plus gros défi pour la littérature polonaise, comme pour la littérature d’autres pays de petite ou moyenne taille dont la langue est peu parlée ailleurs, est lié au besoin de s’intégrer au système de diffusion de la culture mondiale (qui est de facto la culture anglophone) tout en défendant sa différence et sa saveur locale. La fiction écrite par la prochaine génération de Polonais ne doit pas devenir une simple pousse de la littérature anglophone ou mondiale, ou même de la littérature polonaise. La littérature polonaise du milieu de la deuxième décennie du XXIe siècle comprend les réalités du libre marché des biens culturels. Les auteurs ont appris à exploiter la langue et les traditions de la convention littéraire. Les critiques commencent progressivement à pardonner aux auteurs leur imagination. Les éditeurs ont compris qu’aujourd’hui les livres doivent se battre pour attirer l’attention des lecteurs à l’heure des films, des médias sociaux et des émissions de télévision. Surtout des émissions de télévision. Mais même avec tout cela, les lecteurs lisent encore •

Lexique des ­phénomènes ­littéraires ­ polonais, édition abrégée

Mode d’emploi : Vous pouvez lire les entrées dans l’ordre que vous souhaitez. Mettez votre cerveau au défi de réfléchir autrement.

E pour enfants Élever les enfants pour être d’avides consommateurs de littérature ! L’importante responsabilité de partager la magie de la lecture avec les plus jeunes est entre des mains talentueuses. Aleksandra et Daniel Mizieliński ont conquis le monde avec leurs livres Mapy (Cartes) et Co z ­Ciebie wyrośnie? (Que vas-tu devenir ?). La maison d’édition Dwie Siostry est exemplaire dans le domaine de la promotion d’une littérature jeunesse exigeante et unique en son genre, avec une écurie d’auteurs et d’illustrateurs de la jeune génération comme Grzegorz Kasdepke, Agata Królak et Agata Dudek (CI-DESSUS). Il existe aussi une forte demande pour la réédition de classiques comme les œuvres innovantes de Stefan et Franciszka Themerson •


Culture

215

A pour auteurs La tâche des écrivains est ardue : ils doivent capter et retenir l’attention de publics bombardés de la culture facile des émissions de télévision et d’Internet. Les écrivains sont donc devenus des marques. Ils prennent soin de projeter une image cohérente et un message constant. Michał Witkowski, auteur du roman gay Lubiewo, électrise les sites Web avec les potins le concernants et les théoriciens de la littérature avec son incarnation provocante de littérature à la limite de l’art de la scène. Jacek Dehnel (À gauche) charme les lecteurs avec une aura d’écrivain gentleman, sa prose érudite, légèrement nostalgique et incrustée d’allusions à la littérature classique. C’est une stratégie

différente qu‘adopte Szczepan Twardoch, auteur du bestseller Morphine, spécialiste du climat silésien et de l’élégance masculine des durs à cuire à la James Bond. Le centre du terrain littéraire est occupé par la fiction criminelle, produite aussi bien par des écrivains au registre élevé que par des spécialistes du roman policier (tels Marek Krajewski, Katarzyna Bonda et Zygmunt Miłoszewski). De temps à autre, les critiques littéraires renouvellent le débat pour savoir s’il est mieux de promouvoir la littérature populaire pour séduire les masses qui résistent à la lecture, ou les laisser à la merci des autres médias et renforcer les remparts du Grand Art. Nous n’avons pas encore la réponse •

F pour festivals Quelle est la manière la plus efficace d’atteindre les lecteurs ? Personne ne le sait vraiment, mais vous devez essayer, avec des encouragements, de la ténacité et de la promotion. La Foire du livre de Varsovie qui se tient au Stade national cible un large public, tandis que le Festival Conrad de Cracovie décerne un prix littéraire aux écrivains débutants. Les initiatives mises en place par des personnes enthousiastes sont une alternative aux événements de masse. Elles sont soutenues par le financement participatif et cherchent à attirer des lecteurs fortement engagés dans les récits littéraires entremêlés dans le tissu urbain. « Varsovie lit » est une série d’événements autour d’un seul livre choisi par un vote informel. « Czytaj! », le Festival de Częstochowa pour la Déconstruction de la Parole, repose sur des pratiques littéraires transmédiatiques. Avezvous jamais essayé de coudre un poème avec une aiguille et un fil ? •

C for comics Appelée affectueusement l’enfant bâtard de la culture. Ce moyen d’expression, longtemps associé aux séries moralisatrices parlant de courageux officiers de police ou de héros américains en collants, s’est désormais imposé comme un moyen frais et habile de décrire la réalité. Les uns après les autres, les éditeurs étrangers (France, Italie, Espagne, ­Canada, Allemagne) ont repris Fugazi, la vision de Marcin Podolec de la scène musicale

des années 1990, tandis que l’histoire dans l’histoire de Maciej Sieńczyk Aventures sur une île déserte a été publiée en Grande-Bretagne et en ­Italie. Les BD postmodernes du groupe Maszin inspirées par l’École polonaise de graphisme et d’art des affiches méritent elles aussi toute votre attention • CI-DESSUS : la bande dessinée Mikropolis de Krzysztof Gawronkiewicz/Dennis Wojda


216

Culture

B pour ­bibliothèques Désolé pour ceux qui aiment l’odeur du vieux papier. Ces dernières années les bibliothèques ont été dépoussiérées, mises à jour et informatisées. Elles tiennent désormais des clubs de discussions et organisent des lectures d’auteurs et des ateliers. Elles peuvent être une vitrine pour la ville tout entière. La bibliothèque

de l’Université de Varsovie est une icône de l’architecture, et les visiteurs s’attroupent dans le jardin sur son toit. À Opole, la bibliothèque municipale

P pour poètes

R pour reportage

La ville de Cracovie est considérée comme le bastion des poètes. Elle est étroitement liée à l’avant-garde des années 1920 et aux prix Nobel Wisława Szymborska et Czesław Miłosz (CI-DESSUS). La vague moderne est représentée par les experts lyriques liés aux cercles de Korporacja Ha!art et à la poésie « cyberbum » : dure, énervante et diffusée sous licence Creative Commons •

Les Polonais adorent les reportages et les lisent avec avidité. Ryszard Kapuściński reste le roi du genre, suivi entre autres par Wojciech Jagielski, spécialiste de l’Afrique et du MoyenOrient, et Mariusz Szczygieł, qui examine sa ville bien-aimée de Prague avec un sens de l’humour d’une compassion exceptionnelle. De nouveaux excellents écrivains continuent d’émerger dans ce domaine. Filip Springer est devenu une star de la nouvelle génération,

semble dériver avec le courant du fleuve •

en faisant le diagnostic adroit des maladies affectant les nouveaux citadins trentenaires. La vérité est plus étrange que la fiction et les libraires proposent de plus en plus de titres de « littérature des faits » sur chaque sujet que vous aimeriez connaître ou, plus souvent encore, que vous préféreriez oublier •


217

Littérature

Les ­champions de la force (­littérature)

Olga Tokarczuk (née en 1962) Un auteur qui a réussi l’impossible : elle est complimentée par les critiques et adorée par les lecteurs. Chaque livre de Tokarczuk est un événement dont débattent les spécialistes et les médias sociaux. Ses romans sont bourrés de mythes, de bavardages, de légendes et de tranches de vie quotidienne. Dans ses livres, vous trouverez tant l’histoire d’une sainte à barbe et une recette de gâteau aux agarics psychédéliques et vénéneux que l’astuce pour éviter le diable selon les Beguny, une secte de vieux-croyants : être toujours en mouvement. Son pouvoir spécial : les plus beaux dreadlocks de la grande littérature polonaise • Dorota Masłowska (née en 1983) Elle a débuté en 2002 avec Polonococktail Party, une composition virtuose emplie d’emprunts au langage de la rue, à la pop culture et à l’amas de bêtises quotidiennes des mass-médias. Masłowska (CI-DESSUS) capture des images

du climat polonais en agitation constante, visant haut mais s’enfonçant dans un marais de complexes et d’illusions. Depuis peu, elle fait la même chose en écrivant des chansons (sous le pseudonyme de Mister D.). Son pouvoir spécial : un charme de petite fille. Masłowska s’est aventuré sur la scène littéraire il y a plus d’une décennie mais reste un enfant terrible explosif • Andrzej Stasiuk (né en 1960) Il écrit des romans, des histoires et des essais, et est co-propriétaire – avec Monika Sznajderman – de la maison d’édition Czarne qui se spécialise dans la promotion de la littérature d’Europe centrale et orientale et des reportages. L’œuvre de Stasiuk convient à tous les goûts, allant d’histoires d’escapades sexuelles à des essais sur des voyages méditatifs dans les contrées sauvages isolées de la « moins bonne Europe ». Chose surprenante, l’œuvre de Stasiuk comprend aussi un volume de poèmes d’amour •

Son pouvoir spécial : le recul. L’écrivain vit dans le village de Wołowiec dans les Basses Beskides et il quitte rarement sa cachette. Vous ne le verrez pas rouler avec les médias • Jacek Dukaj (né en 1974) Il chasse le mythe selon lequel à partir d’un certain âge on ne peut plus dire « Mon genre littéraire préféré, c’est le fantasy ». Une de ses nouvelles, La cathédrale, a été mise à l’écrant dans un court-métrage animé de Tomasz ­Bagiński, nominé aux Oscars. L’œuvre la plus connue de Dukaj, c’est son monumental roman Glace qui décrit un monde alternatif où, au seuil du XXe siècle, ­l’Europe gèle complètement et la Russie devient une puissance scientifique et industrielle. Son pouvoir spécial : la diversification. Glace est un véritable pavé – l’édition reliée fait 1054 pages – mais Dukaj a aussi écrit l’œuvre hypertexte éphémère Starość Aksolotla, vendue exclusivement sous forme de livre électronique •


218

Culture

Les arts de la scène

Jouer contre la routine

Même si vous ne parlez pas polonais, vous rendre dans un théâtre polonais ne serait pour vous du temps perdu. L’art dramatique polonais parle un langage universel qui atteint les publics de chaque continent. Le théâtre polonais contemporain adore se jeter dans la mêlée et être engagé. Les metteurs en scène comme Krzysztof ­Warlikowski (CI-DESSUS Les Français, 2015), Grzegorz ­Jarzyna, l’incontrôlable Maja Kleczewska, ou le duo radical et intransigeant formé par Monika Strzępka et Paweł Demirski envoient des coups de pied dans la fourmilière des thématiques sociales pressantes. Leurs spectacles sont une voix importante et souvent controversée dans le débat public et ils ne reculent pas lorsqu’il faut défier et pointer les défauts du public. Une jeune génération de metteurs en scène, de dramaturges et de programmateurs conquiert de plus en plus de scènes majeures à Varsovie, Bydgoszcz et Kalisz. Il y a plus de théâtres à Varsovie qu’à Berlin, ce qui illustre le rôle significatif de l’art dramatique dans la culture polonaise •


219

Culture

Une tradition ­d’expérimentation La Pologne est le pays de deux traditions d’art de la scène liées au travail d’éminents metteurs en scène de théâtre adeptes de l’expérimentation : Jerzy Grotowski et Tadeusz Kantor (CI-DESSUS). Jerzy Grotowski a fondé le Teatr Laboratorium à Wrocław où il a réalisé le credo du « théâtre pauvre » qui débarrasse le spectacle de tout ce qui n’est pas

essentiel, afin de se concentrer sur les relations entre le public et l’acteur. Kantor était un créateur de théâtre d’avant-garde mais également d’art visuel doublé d’un théoricien. Il a été un pionnier des happenings et a introduit l’art informel en P ­ ologne, et aussi le « ready-made » spécifique qu’il appelait « objets de rang inférieur » •

Une ­communauté qui ­s’organise elle-même Aujourd’hui, l’impulsion vient d’artistes qui défient ces traditions et sont proches du langage postdramatique, posthappening de la néo-avant-garde américaine. Le théâtre indépendant ­Komuna//Warszawa (À DROITE), Centrum w Ruchu (Centre en mouvement, un groupe de jeunes chorégraphes) et Wojtek Ziemilski (directeur et fondateur du mini-théatre XS) expérimentent avec les différentes disciplines et proposent de nouveaux modèles d’institutions et de contact avec

le public. La danse vit un véritable boom après qu’un groupe de chorégraphes ambitieux – notamment Marysia Stokłosa, Karol Tymiński et Magda Ptasznik – est rentré au pays après des études dans les meilleures écoles à l’étranger. Ils ont trouvé des soutiens professionnels dans des centres tels

que le Stary Browar/Nowy Taniec (­Ancienne Brasserie/­ Nouvelle danse) à Poznań où le festival Ciało/Umysł (Corps/Esprit). des artistes comme Oskar Dawicki et ­Konrad Smoleński incorporent de plus en plus le spectacle dans leurs travaux à l’intérieur des murs de musée •


220

Les arts de la scène

Weronika Szczawińska – ­directrice de théâtre, directrice artistique du Théâtre Wojciech Bogusławski de Kalisz

Marysia Stokłosa – ­chorégraphe

Aujourd’hui, ce qu’il y a de plus fascinant dans les arts de la scène en Pologne se trouve loin du mainstream. Par exemple, ­Komuna//Warszawa ne se contente pas de préparer ses propres spectacles en incorporant des arts dramatiques et visuels, car on y invite aussi des artistes extérieurs pour réaliser des projets multidisciplinaires. Ceci oblige à des rencontres entre artistes de différents domaines qui sont tous intéressés par le développement de l’art engagé. La communauté de la danse connaît aussi un boom, avec des personnalités comme Agata Maszkiewicz et Agata Siniarska • Piotr Gruszczyński – critique de théâtre et dramaturge affilié au théâtre MCK Nowy Teatr de Varsovie La manière dont fonctionnent les théâtres institutionnels en Pologne est en train d’évoluer. Le Centre international de la culture Nowy Teatr est un endroit particulier, non seulement du fait de son directeur artistique, Krzysztof Warlikowski, et de l’endroit où il a été construit, mais également à cause de son concept consistant à construire un espace qui mélange les disciplines et les genres. Le mot « Théâtre » apparaît dans le nom de l’institution, mais avec la philo­sophie de Warlikowski nous rejetons la notion de théâtre ou de théâtralité qui a un goût de routine ou de conventions usées •

Après 10 ans passés à Londres, Amsterdam et Berlin pour étudier et travailler, je suis retournée en Pologne et je me suis plongée dans le développement de la communauté de la danse. Avec un groupe de plus d’une douzaine de chorégraphes, j’ai fondé Centrum w Ruchu (Centre en mouvement), un collectif et un site pour la chorégraphie expérimentale à Varsovie. C’est un noyau qui attire les artistes de la scène audacieux, les critiques et un public croissant • Marta Keil – la commissaire qui a réinventé le festival des Confrontations théâtrales de Lublin avec Robert Reszke Ces vingt dernières années nous avons été témoins d’une explosion de festivals de théâtre : il y en a déjà plus de 400 et on en crée constamment de nouveaux. Les festivals ne sont plus uniquement un forum pour montrer le travail d’un artiste donné, ils contribuent de plus en plus activement à la création d‘une scène contemporaine, en produisant de nouveaux spectacles, en se joignant à des coproductions nationales et internationales et en accueillant des stages pour artistes. Les festivals

polonais accroissent rapidement leur renommée dans le circuit international et établissent des coopérations avec les principaux festivals européens. Ils sont aussi coproducteurs de certains des artistes contemporains les plus électrisants, comme Gob Squad, Andcompany et Forced Entertainment. Les troupes reviennent volontiers en Pologne parce qu’elles ne trouvent pas de publics aussi enthousiastes ailleurs • Joanna Leśnierowska – ­ programmatrice de danse et chorégraphe, initiatrice du premier espace en Pologne exclusivement consacré à la danse, Stary Browar/Nowy Taniec (Ancienne Brasserie/Nouvelle danse) à Poznań (CI-DESSOUS) La dernière décennie a été marquée par la jeune chorégraphie polonaise. Une génération entière de créateurs talentueux et ambitieux est rentrée en Pologne après des études à l’étranger et ont donné le ton à la scène actuelle de la danse. Leur travail a aidé la Pologne à trouver une place durable sur la carte mondiale de la danse. Les nombreux festivals internationaux et les projets innovants ont fait de la scène de la danse polonaise un des centres les plus intéressants de la danse en Europe centrale et orientale •


221

La plupart des Muses travaillent avec un laptop.


222

Bougez-vous ! Le sport, c’est la santé et c’est intéressant Les Polonais se sont levés de derrière leurs bureaux ou de devant leurs téléviseurs, ils sont sortis de leurs voitures et se sont mis à faire du sport. Gymnases, piscines et centres de fitness ont poussé dans tout le pays comme des champignons. Il semble qu’il y ait une école de yoga ou un studio de danse partout où l’on porte le regard.

« Faire du sport, c’est être écologique, comme surveiller son régime et ce qu’on mange », explique Maja Włoszczowska, médaille d’argent de VTT aux Jeux olympiques de Pékin en 2008. « Les Polonais veulent être écologiques dans tout ce qu’ils font et le sport est excellent pour cela. En plus, l’activité physique est un très bon moyen de se débarrasser du stress de la journée. » D’une manière générale, le sport le plus populaire en Pologne est le football, à la fois en termes de nombre de participants actifs et de spectateurs dans les nouveaux stades construits pour le championnat d ­ ’Europe

de football de l’UEFA (EURO 2012). Des footballeurs polonais jouent dans les plus grands clubs européens. La plus grande star du football polonais aujourd’hui, c’est l’attaquant du Bayern de Munich Robert Lewandowski. Grâce à « Lewy », les fans de foot du monde entier ont entendu parler de la Pologne •


Sport et fitness

Fu Be et le chien commando Les Polonais se sont laissé contaminer par la folie du jogging. Ils sont des milliers à franchir la ligne d’arrivée des marathons et des semi-marathons. Mais les coureurs purs et durs cherchent à aller plus loin, d’où la mode croissant des ultra-marathons. Filip ­Bojko et son chien Eto (CI-DESSUS) forment un couple inhabituel. Eto accumule les kilomètres supplémentaires pour ne pas se laisser ennuyer par la routine, et il court rechercher des balles ou bondit pour faire la fête aux autres coureurs •

Robert Lewandowski (À DROITE), surnommé « Lewy », attaquant polonais du Bayern de Munich et capitaine de l’équipe de Pologne. C’est le 8e joueur le plus cher du monde. En 2015, il a établi le record époustouflant de 5 buts en 9 minutes pendant un match du Bayern ! •

223


224

Sport et fitness

La fièvre du saut à ski En hiver, le saut à ski bat des records de popularité en Pologne. L’intérêt pour ce sport plutôt original a crevé le plafond avec les victoires d’Adam Małysz, qui est resté le meilleur sauteur à ski du monde pendant plusieurs années au début du XXIe siècle. Le plus drôle, c’est qu’avant d’enregistrer succès après succès, Małysz envisageait d’abandonner sa carrière sportive et de reprendre le métier auquel il avait été formé, c’est-àdire couvreur. La Małysz-mania a pris fin en 2011 quand le champion, sacré à plusieurs reprises, a pris sa retraite. Mais une nouvelle idole a rapidement pris le relai : Kamil Stoch (À DROITE) a gagné deux médailles d’or aux Jeux olympiques d’hiver de 2014 à Sotchi •

Le yoga Le yoga a pris pied en Pologne dans les années 1990 quand les frontières se sont ouvertes et que les Polonais ont pu visiter plus facilement son pays de naissance, l’Inde. Mais le véritable boom a eu lieu dans la première décennie du nouveau millénaire. Les écoles de yoga

se sont mises à éclore partout, attirant des adeptes de tous âges. Par temps chaud, les pratiquants sortent dans la nature à l’exemple du yoga dans l’herbe organisé dans le cadre de l’initiative Été dans la vallée du quartier varsovien de Służewiec (CI-DESSUS) dirigée par Joanna Happach, architecte et commissaire du pavillon M3 •


Sport et fitness

Ballon ou marteau ? Nous adorons vraiment le football, mais ce n’est pas la seule discipline où nous avons des

succès. Nous remportons des prix dans des créneaux plus particuliers où il faut beaucoup de concentration, comme le volleyball, le lancer du marteau

225

et le saut à ski. Les Polonais excellent aussi dans les compétitions d’athlétisme. Aux championnats du monde de 2015 à Pékin, la Pologne était 6e au décompte des médailles et elle a produit trois champions du monde. Les Polonais sont devenus complètement mordus de volleyball et les supporters polonais sont parmi les plus bruyants et les plus colorés. En 2014, l’équipe masculine polonaise a remporté le championnat du monde en battant le Brésil en finale (CI-DESSUS). Le tournoi avait lieu en Pologne, ce qui n’est pas surprenant quand on sait qu’il n’y a pas d’autre pays au monde où le volleyball suscite autant d’émotions et attire autant les foules. Le match d’ouverture a été suivi par 63 000 fans. La joueuse de tennis Agnieszka Radwańska (À GAUCHE), finaliste du simple dames à Wimbledon en 2012 et ancienne numéro 2 au classement WTA, est l’une des athlètes les mieux rémunérées de Pologne. En 2015, elle a remporté les Masters de tennis féminin à Singapour •


226

Sport et fitness

Pas que pour l’auto-défense

Ministère de la danse à la barre verticale

L’éventail des sports de combat et des styles est si vaste que chacun peut trouver celui qui lui convient le mieux. Les arts martiaux intéressent hommes et femmes. Dans les centres d’entraînement, on trouve des adolescents, des quinquagénaires et des mères de famille qui s’entraînent avec leur fille. Il y a dix ans, les entraînements pour les femmes se limitaient surtout aux techniques d’auto-défense mais aujourd’hui elles sont traitées à l’égal des hommes quel que soit le style de combat (CI-DESSUS). La plus grande star polonaise de MMA est une athlète de 28 ans, Joanna Jędrzejczyk, qui est devenue la première championne d’Europe d’Ultimate Fighting •

Les femmes s’attaquent audacieusement à des formes d’exercice qui, il y a seulement quelques années, étaient exclusivement associées aux clubs de strip-tease, et elles leur donnent un sens entièrement nouveau. Le pole dance et la danse de cabaret en sont un exemple. Marta Majchrzak a été la pionnière de ce nouveau type de danse. Il y a cinq ans, elle a incité une amie danseuse au Théâtre Buffo de Varsovie à se rendre à Londres pour un cours professionnel de pole dance. À leur retour, les deux amies ont fondé le Oh Lala, une école de pole dance. Elles ont tapé en plein dans le mille. Majchrzak affirme qu’elles

n’ont jamais dépensé un centime en publicité, ce qui ne les empêche pas d’avoir toujours le plein d’élèves. Aujourd’hui Oh Lala est recommandé par le ministère des Sports pour ses entraînements qui font travailler l’ensemble du corps des femmes (et des hommes), au même titre que le twerk, la gymnastique acrobatique ou les séances d’exercices avec d’anciens commandos •


Sport et fitness Cycling is one of the most popular sport activities in ­Poland. Poles ride their bikes to work, go on leisure rides and participate in numerous cycling competitions. •

227


228

Sport et fitness

La traversée des mille lacs avec les pieds au sec Faire de la voile en Mazurie, le pays des mille lacs, est l’une des plus importantes attractions touristiques de Pologne. Nulle part ailleurs vous ne trouverez autant de lacs reliés par des canaux, avec des voies de navigation faisant des dizaines et des dizaines de kilomètres de long. On peut y naviguer pendant plusieurs semaines. Un des centres de formation les plus prisés par les marins débutants, c’est le Gertis à Giżycko. Il est tenu par Marek Makowski, un passionné de la Mazurie et de la voile. Il a créé son entreprise il y a 9 ans et à ce jour il a appris à plus de mille personnes à faire de la voile. L’école est basée à Ekomarina Giżycko, l’installation la plus moderne de Mazurie dans ce segment. Beaucoup viennent d’ailleurs y prendre des cours.

Quand on l’interroge sur les risques, Makowski répond que la majorité des blessures furent causées à des marins qui sont tombés de leur hamac dans le port •

Prenez vos ­bâtons de ski et ­marchez Il ne fait aucun doute que le jogging est l’exercice physique le plus largement pratiqué par les Polonais aujourd’hui. Mais ce n’est pas vraiment pour tout

le monde. La marche nordique (À gauche) est elle aussi populaire, et Krzysztof Człapski en est un des principaux promoteurs. Il avait tendance à penser que marcher avec des bâtons de ski n’était pas très viril, mais des problèmes de colonne vertébrale et de genoux le menaçaient de deux grosses opérations. Grâce à la marche nordique, il les a évitées. Aujourd’hui, non seulement il est en bonne santé mais il promeut la pratique de cette activité. Il a appris la marche nordique sur Internet et a remarqué que 90 % des gens ne la pratiquaient pas correctement. Człapski est le champion actuel de marche nordique sur 10 km dans la catégorie des plus de 50 ans. La marche nordique devient progressivement une discipline athlétique. Un argument qui attire les nouveaux amateurs, c’est que cet exercice développe de manière égale tous les muscles •


229

Pratique du sport par les Polonais

 jr 52%

100 % de la population

p sp pl   � 33% 29% no si 32% 17% 14%

DONNÉES : TNS, 2015. (Sur la base d’une étude Eurobaromètre de novembre-décembre 2013, publiée en mars 2014)

Les Polonais aux Jeux olympiques 1924 Paris (22) 23 1928 Amsterdam (21) 12333 1932 Los Angeles (14) 1123333 1936 Berlin (22) 222333 1948 Londres (34) 3 1952 Helsinki (20) 1223 1956   Cortina d'Ampezzo (12) 3 1956 Melbourne (17) 122223333 1960 Rome (9) 11112222223 3333333333 1960   Squaw Valley (11) 23 1964 Tokyo (7) 111111122222 23333333333

1968 Mexico (11) 1111122333333 33333 1972  Sapporo (13) 1 1972 Munich (7) 111111122222 333333333 1976 Montréal (6)  1111111222222 3333333333333 1980 Moscou(10) 1112222222222 2233333333333 333333 1988 Séoul (20) 11222223333 33333 1992 Barcelone (19) 11122222233 33333333 1996 Atlanta (11) 111111122222 33333

2000 Sydney (14) 11111122222 333 2002   Salt Lake City (21) 23 2004 Athènes (23) 1112233333 2006  Turin (20) 23 2008 Pékin (20) 1112222223 2010  Vancouver (15) 122233 2012 Londres (30) 1122333333 2014  Sotchi (11) 111123 Légende   Jeux olympiques d’hiver 1 Médaille d’or 2 Médaille d’argent 3 3 Médaille de bronze (X) Classement (médailles)


230

La nourriture La cuisine polonaise attire par sa grande variété issue de l’apport des traditions de nombreux autres peuples et territoires favorisé par l’histoire complexe du pays, mais aussi par une volonté de ­goûter à de nouvelles choses.

L’ancienne Pologne était une véritable mosaïque ethnique comportant une population polonaise mais également des communautés allemandes, lituaniennes, ruthènes, juives, tatares, turques et arméniennes. Au Moyen Âge, l’alimentation était dominée par les céréales et la viande, le gibier et les poissons d’eau douce. Les légumes sont arrivés sur les tables polonaises au XVIe siècle depuis l’Italie, ce qui a été suivi d’influences françaises aux XVIIe et XVIIIe siècles. Au XIXe siècle, quand la Pologne n’existait plus comme État indépendant, partagée qu’elle était entre ses voisins ­l’Autriche, la Prusse et la Russie, les ­Polonais ont assimilé les habitudes et particularités culinaires de ces pays. Aujourd’hui, la cuisine polonaise se développe

rapidement, rattrapant le temps perdu pendant 50 ans de communisme. Une des principales forces de la cuisine polonaise, c’est l’excellente qualité des produits agricoles locaux et l’abondance des forêts. C’est de bon augure pour un avenir goûteux. Les Polonais apprennent vite et c’est une autre de leur forces : ils veulent être au goût du jour ! Les blogueurs, les foires de l’alimentation, les festivals culinaires et les nouveaux chefs nous montrent la direction que doivent prendre nos assiettes • La tarte aux prunes (À DROITE) est une pâtisserie traditionnelle que l’on prépare dans chaque maison polonaise. Les prunes un peu aigres au sommet croustillant ont un goût d’automne. En septembre, les Polonais aiment déguster les quetsches, appelées węgierki en polonais : ces petites prunes sont cultivées dans les jardins ou offertes en famille ou entre amis •


La nourriture

231


232

La nourriture

Domination des viandes

ment pour son gibier qui fait la fierté de nos tables depuis très longtemps. Nous sommes aussi leaders mondiaux dans la production des saucisses, en

En Europe, la Pologne est connu pour sa viande d’agneau, d’oie et de canard mais égale-

particuliers des variétés fumées assaisonnées avec un soupçon d’ail et de marjolaine, appelées en polonais kiełbasa •


La nourriture

Tradition toujours présente Anna Maria Anders – fille du général Władysław Anders, le commandant de l’Armée polonaise en URSS (1941-1942), du 2e Corps Polonais lors des batailles d’Italie (1943-1945) et Commandant en chef faisant fonction des Forces Armées à l’Ouest, et de l’artiste de scène Irena Renata Bogdańska, elle est née et a grandi en Angleterre mais habite depuis des années en Pologne ; elle est sénatrice et secrétaire ­d’Etat-plénipotentiaire du ­Président du Conseil des ­Ministres chargée du Dialogue international.

La cuisine polonaise a toujours été pour moi un phénomène. Bien que je sois née et aie vécu de longues anneés en ­Angleterre, j’ai tout de même

été éduquée dans une maison polonaise où la cuisine polonaise règnait en maître au quotidien et durant les fêtes. Contrairement à l’idée habituellement répandue, la cuisine polonaise n’est pas obligatoirement lourde. Sur ce plan, mes expériences passées avec la cuisine anglaise m’ont confirmé que la cuisine polonaise en sort largement gagnante. Au quotidien, nous mangions ce que maman nous donnait, mais également ce que nous aimions. Parmi les soupes, il y avait du bouillon, de la soupe à l’oseille et du barszcz. Le plat principal consistait dans des côtelettes battues, une pièce de viande, des gołąbki ou des pâtes au jambon. Le repas de Noël était composé de 12 plats, comme le veut la tradition, parmi lesquels trônait le barszcz aux raviolis, la carpe et le hareng ainsi que – le premier jour de l’An – du rôti de boeuf. A Pâques, il y avait les classiques : żurek, œufs farcis, jambon et différentes charcuteries. Nous organisions à la maison des repas de fêtes qu’on appelait des « dîners assis » : c’était

233

bien sûr les amuse-bouches et les charcuteries polonaises qui régnaient en maîtres. Papa était devenu un expert de la préparation d’un punch aux fraises que certains appelaient « kruszon » qu’il servait une fois par an, le 27 juin, lors de la garden party qu’il donnait pour sa fête. Après des années passés dans différentes villes du monde, et les recherches culi­ naires qui en ressortent, je suis revenue avec tendresse aux goûts polonais. Aujourd’hui j’adore les soupes polonaises, un bon canard rôti avec du chou rouge ou des betteraves et les pièces de viande. A cause de mon père, qui comme tous les soldats aimait la nourriture simple et saine, j’ai toujours une petite faiblesse pour le hareng à l’huile d’olive et à ­l’oignon ainsi que pour les vrais poulets fermiers polonais qui ont couru librement dans les champs et dans l’herbe. Les yahourts polonais sont pour moi les meilleurs au monde. La nourriture polonaise saine et écologique peut être un signe de la plus haute qualité de l’art de manger polonais et de la vie saine •


234

La nourriture

Cuisine des racines Tomasz Hartman Créateur et chef de la fondation Food Think Tank, chef cuisinier du Szajnochy 11, à Wrocław Nous inventons sans nous arrêter à la cuisine saisonnière, locale ou régionale, avec de nouvelles interprétations de classiques. Nous appelons cela la « cuisine des racines », car elle

remonte à nos racines slaves et fait le lien avec nos expériences contemporaines. Nous nous basons sur la chasse et la cueillette, sur ce que la terre nous offre. Nous utilisons des techniques de cuisson tombées dans l’oubli. Nous cuisinons avec de l’eau de pluie que nous recueillons nousmêmes. Nous enterrons la soupe dans le sol pour trois jours. Nous

faisons fermenter et conservons les denrées dans du vinaigre et de la saumure. Certains plats, comme les desserts à base de pommes congelées et fondues, demandent six mois de préparation. À partir de ces ingrédients, nous faisons des choses similaires à ce que feraient la nature ou nos ancêtres qui n’avaient pas de réfrigérateurs. Nous abordons


La nourriture

de la même manière la nourriture en tant que telle et l’agencement global des repas dans l’espace où ils sont pris. Ainsi, par exemple, la poterie dans laquelle nous servons nos repas est réalisée dans des matériaux locaux. Pour nos soupers « Terre et eau », nous utilisons une série de plats en argile non pas cuite, mais séchée. Après avoir man-

gé, nos clients peuvent les briser sous la table pour les renvoyer à la terre dont ils sont issus. Le but du Food Think Tank est de créer une ville meilleure, une société meilleure, de meilleures relations entre les gens, de développer une plus grande compréhension du travail des autres. Je suis cuisinier, j’en sais déjà beaucoup sur les

235

techniques culinaires, mais j’ai également appris le financement participatif, la composition musicale et la poterie. Nos projets sont un prétexte pour travailler ensemble sur un même problème avec des perspectives différentes. Le chef n’est pas si important que cela pour nous. L’ouvrier a autant d’importance que lui  •


236

La nourriture

Pain complet avec pommes séchées et cidre

ingrédients 10 g de levure fraîche 1 cuillère à café de sucre 150 ml d’eau 200 g de farine de blé (de préférence farine à pain) 200 g de farine d’épeautre (type 1850) 1,5 cuillère à café de sel de mer 100 g de pommes de terre cuites 120 ml de cidre 3 cuillères à café d’huile d’olive 1 pomme


La nourriture

237

Mélangez la levure, le sucre et 100 ml d’eau chaude dans un bol. Laissez reposez 15 minutes pour que la levure commence à gonfler. Mélangez la farine avec le sel et les pommes de terre réduites en purée, faites un trou au milieu et versez-y d’abord le mélange de levure, puis le cidre, l’huile d’olive et le reste d’eau. Ajoutez l’eau progressivement, car sa quantité dépend du type de farine utilisée : il faut juste assez d’eau pour que la pâte pétrie devienne lisse et élastique. Ajoutez la pomme, non épluchée mais dénoyautée et coupée en dés (vous pouvez mettre de côté une tranche de pomme pour la décoration). Pétrissez un moment, puis mettez la pâte dans un bol graissé avec de l’huile d’olive, recouvrez d’un film plastique et laissez lever une heure. Une fois la pâte levée, for-

mez une miche ronde et garnissez-la avec une tranche de pomme si vous le désirez. Mettez le tout dans un panier saupoudré de farine et laisser à nouveau lever 45 à 60 ­minutes. Placez une pierre à pizza ou une plaque de cuisson recouverte de papier cuison dans votre four et chauffez à 240°C. Pulvérisez d’eau les parois du four ou videz une demi-tasse de glaçons dans le fond. Faites glisser la miche levée sur la pierre chaude. Au bout de 10 minutes, réduisez la température à 210°C et faites cuire pendant encore 30 à 40 minutes, jusqu’à obtenir une couleur brun doré, en contrôlant entretemps la cuisson du pain. Mettez le pain à refroidir sur une grille avant de le couper en tranches •

Une recette d’Eliza ­ Mórawska, alias « Liska » ou « Whiteplate », du nom de son blog à succès whiteplate. com. C’est elle qui a lancé la mode des blogs de cuisine en Pologne. Auteur de livres de cuisine, dont les deux derniers, À propos des pommes et À propos du pain, correspondent tout particulièrement aux goûts de ses compatriotes. La Pologne est le plus gros producteur de pommes en Europe, et les Polonais ont été élevés dans un respect particulier du pain, généralement à base de pâte au levain, qu’ils consomment en grande quantité.


238

La nourriture

Un jardinage ­urbain plaisant et bénéfique Joanna Sanecka – sociologue dont les centres d’intérêts tournent autour du développement durable et de la nature en ville. Elle a son propre jardin ouvrier dans Varsovie.

Les gens qui regrettent les vraies denrées décident de plus en plus souvent de planter des légumes en ville, dans des jardins ouvriers ou communautaires. Le mouvement des jardins ouvriers date de la fin du XIXe siècle. Quelles sont les fonctions ces tout petits jardins ? Des fonctions extrêmement variées et toujours bénéfiques. Par exemple écologiques : les fleurs y fleurissent toute l’année. Grâce à la végétation des jardins ouvriers, l’apiculture urbaine revit et il y a de plus en plus de ruches dans les villes. Ces jardins ont aussi une fonction sociale importante : les personnes âgées trouvent leur place dans la ville où leur jardin est un lieu de détente et d’activité, où des liens de voisinage agréables continuent à exister. C’est un merveilleux endroit pour les familles, où les jeunes enfants peuvent observer la nature et voir d’où vient la nourriture.


239

La nourriture

Saveurs en bouteille, l’art de faire des liqueurs

e plus en plus de ruches ­apparaissent dans les villes, par exemple sur le toit des tours d’habitation •

« Dans cet art populaire, la variété et la qualité des fruits utilisés pour les sirops sont cruciales », explique Zbyszek Kmieć, un sociologue rural passionné de la fabrication des sirops. Les amateurs et producteurs de produits maison utilisent les produits vendus sur le marché ou

Les jardins ouvriers sont devenus très à la mode chez les jeunes gens. Les hipsters les achètent ou les louent pour y faire pousser des concombres bio. Les jardins communautaires sont aussi le domaine des plantes comestibles que des groupes cultivent ensemble. Les propriétaires et locataires des jardins ouvriers ont des arbres fruitiers et des arbustes à baies, et ils font parfois pousser des légumes mais préfèrent de plus en plus les plantes décoratives. Ce qu’il y a de merveilleux dans les jardins ouvriers, c’est que chacun peut s’occuper de son jardin comme il l’entend. Si des personnes veulent en faire une aire de jeux pour les enfants, il n’y a aucun problème. Et si d’autres veulent faire pousser des carottes pour la soupe, c’est très bien aussi •

ceux de leur jardin. Mais les artisans qui fabriquent des sirops peuvent parfois faire des centaines de kilomètres pour trouver les bons fruits. Ils créent aussi des combinaisons avec des fruits oubliés comme les merises ou les argouses •


240

La nourriture

La nourriture des hipsters contre les étoiles ­Michelin

Maria Przybyszewska – amoureuse de la cuisine qui a étudié la photographie et la gestion de la production, cuisinière, styliste culinaire. Elle a été stagiaire chez Noma à Copenhague, le restaurant classé « meilleur restaurant au monde »

En Pologne, il y a de plus en plus de grands chefs qui n’ont pas étudié la gastronomie. Des musicologues, des sculpteurs et des économistes cuisinent dans des restaurants réputés. Je suis devenue cuisinière par passion. J’organise de grands brunchs. C’est un concept culinaire qui me convient parfaitement. Des gens qui ne se connaissent absolument pas se rassemblent autour d’une énorme table pour prendre leur repas. La nourriture rapproche les gens •

Cuisine au rythme de la nature

Wojciech Modest Amaro – chef et restaurateur. Son restaurant Atelier Amaro a été le premier en Pologne à obtenir une étoile dans le guide Michelin

La richesse de la Pologne, c’est sa variété et ses traditions. Nous sommes le royaume des champignons, des herbes sauvages et des poissons. Nous avons d’excellentes ressources naturelles. Il existe plus de 1,5 ­million de petites fermes, avec des cultures fruitières et une industrie laitière bien développées. La philosophie de mon atelier tourne autour du calendrier de la nature. En suivant ses rythmes, nous recherchons les ingrédients qui sont parfaitement à maturité. Nous servons des asperges seulement 4 semaines par an et des tomates 6 semaines au maximum, le reste évolue en fonction de ce qui mûrit ou pourrit et ce qui est disponible durant la saison de la chasse ou de la pêche •


La nourriture

241


242

La nourriture

« Bars à lait »

vs

Les « bars à lait » sont des ­restaurants populaires très bon marché, perçus après 1989 comme un reliquat du socialisme et de sa restauration collective, qui sont aujourd’hui des endroits où vous pouvez manger bien pour pas cher. Vous n’y trouverez aucune expérimentation culinaire mais des plats connus et aimés des Polonais. Les « bars à lait », ou bary mleczne en polonais, en disent long sur notre histoire culinaire. C’est un endroit où vous pouvez facilement rencontrer un professeur ou un étudiant, un policier ou un artiste •

L’intérêt croissant pour la cuisine et pour tout ce qui est lié à la culture de la table a encouragé la création de nouveaux magazines. Bien écrits et bien édités, avec une approche innovante et un vent de fraîcheur, ils portent des titres tels que Kuchnia (La Cuisine) ou Kukbuk (Cookbook), Usta (La Bouche) ou Smak (Le goût) •


La nourriture

food trucks Le dynamisme des food trucks montre à quelle vitesse la scène culinaire polonaise évolue. Ils remplissent aussi parfaitement un créneau jusqu’ici inoccupé avec de la bonne nourriture à bas prix. C’est un peu de la restauration rapide au ralenti. S’ils proposent des hot dogs ou des hamburgers ce sera dans une version gourmet préparée avec des produits haut de gamme. Lancer un food truck ne requiert qu’un investissement modeste et c’est donc une alternative pour les expérimentateurs qui ne peuvent se permettre d’ouvrir un restaurant en dur. C’est comme un point de transition entre la cuisine amateur et un restaurant professionnel •

243


244

La nourriture

Explorateur de fromages

« Mon aventure avec les fromages de ferme, comme je les appelle, a débuté en 2007 », explique Gieno Mientkiewicz. « Dans une vieille boutique de l’enseigne Wiejskie Klimaty je suis tombé sur des fromages de petits producteurs locaux. J’ai eu de la chance, car il s’agissait de trois fromages absolument excellents. Ils étaient fabriqués par Sergiusz Langrowicz de Ranczo Frontiera, la famille Symonowicz de Praslity, et Thorsten Buth, un Frison qui avait appris à faire des fromages en Suisse et qui s’était installé à Węgajty près d’Olsztyn. Ces fromages m’ont fasciné. J’ai commencé à me

demander s’il y avait plus de producteurs de ce type, en m’imaginant qu’il devait y en avoir une petite trentaine. À ma grande surprise, au bout d’un mois j’avais déjà une liste de 50 fournisseurs, et au bout de six mois j’avais découvert l’existence de plusieurs centaines de petits producteurs. ­Aujourd’hui, j’en connais 150 personnellement, mais je sais qu’il en existe au moins 600. J’en découvre constamment de nouveaux. » •

À la redécouverte des saveurs La cuisine polonaise aime chercher et redécouvrir des produits oubliés, tels le topinambour. Les moules d’eau douce que l’on mangeait il y a plusieurs siècles sont aujourd’hui particulièrement à la mode. Cultiver des variétés oubliées de betteraves, de carottes et de haricots favorise la biodiversité et ramène à la vie de vieux plats et d’anciennes saveurs •


245

À quelle heure les Polonais mangent-ils?

32%

‘Heure du principal repas chaud de la journée pour les Polonais :

avant 14h

XII

3%

40%

après 18h

III

IX

4%

IV

à des heures irrégulières/différentes

entre 14h et 16h

21% entre 16h et 18h

Que mangent les Polonais ?

zb zb zb zb zb zb zb zb pi pi pi pi pi pi pi pi pi pi pi pi pi pi pi pi pi ma mi mi mi mi mi mi mi mi mi mi mi ry ml ml ml ml ml ml ml ml ml ml ml ml ml nana na na na  ja ja ja ja ja jaja ja  ja ja ja ja wa wa wa wa wa wa wa wa wa wa wa wa wa wa wa wa wa wa wa wa zi zi zi zi zi zi zi zi zi zi zi zi zi zi zi zi ow ow ow ow ow ow ow ow ow ow ow ow ow ow al al al al

Consommation mensuelle moyenne par personne dans un ménage Legend zb Produits céréaliers (¼ kg) pi Pains (¼ kg) ma Pâtes (¼ kg) mi Viande (¼ kg) ryv Poisson (¼ kg) ml Lait (¼ L) na Produits laitiers (¼ kg) ja Œufs (quantity) wa Légumes (¼ kg) zi Pommes de terre (¼ kg) ow Fruits (¼ kg) al Alcool (¼ L)


crédits photographiques Aeropix 152 Press images of Academia Gorila 226 Akson Studio 193 Alternatif Turistik/Kris Duda 77 Anna & Miachal / Flickr.com 94 Aotearoa/Wikimedia Commons 24 Arsenał Art Gallery 113 Kenny Baird 204 Bartłomiej Barczyk/Agencja Gazeta 190 Jarosław Bartołowicz 142 Press images of Beacon ­­ Valley 182 Piotr Beczewski 66 Radek Benet 162 Krzysztof Bieliński 207 Bildagentur Huber / Schmid ­Reinhard/Forum 120 BPI/REX Shutterstock/East News 223 Adam Bogdan 138 Ł. Borkowski/City of Lublin 105 Kuba Bożanowski/ flickr.com 44–45 Filip Bramorski 16–17 Iwona Burdzanowska/Agencja Gazeta 44 City of Bydgoszcz 129, 130 Cafe La Ruina 161 Cambridge University - Trinity College/ Wikimedia Commons 24 Press images Central Museum of Textiles 65 Centrum Promocji Bieszczad 34 Jakub Certowicz 89, 211 Kasia Chmura-Cegiełkowska/ teatralna.com 52, 219 M. Cieszewski/polska.pl 20, 26–27, 28, 34, 35, 36–37, 39, 44, 46, 50, 58, 64, 68, 75, 77, 82, 87, 94, 100, 105, 107, 108, 111, 113, 114, 116, 132, 137, 138, 139, 145, 150151, 156, 159, 160, 164, 168, 170, 172, 173, 174, 180, 184, 188, 203, 216, 225, 228 Coal Mine Museum in Zabrze 73 Mikołaj Długosz 23, 94 Press images of Comarch 181 Press images Cropp 200 Allan Crow 209 Press images of Ćmielów 185 dawnysopot.pl 146 dawnysopot.pl, from the ­Krzysztof Grynder collection 147 Michał Dąbrowski 242–243

Ł. Drobot/ Flickr.com 34 Press images of Drutex 180 Kris Duda/Flickr.com 76 Łukasz Dunikowski/Flickr.com 89 Sebastian Durbacz 238 Dwie Siostry Publishing 185, 214 Piotr Dymus/ www.piotrdymus.com 223 Press images of EC1 63 Endo 204 European Solidarity Centre 23 FoKa/Forum 144 Forum Przestrzenie 10–11, 88 Sandra Franco/TIFF festival 169 Bartosz Frydrych/Museum of Bedtime Cartoons 99 Dariusz Gackowski 131 Mariusz Gaczyński / East News 227 Galeria Foksal Foundation 205 Paulina Gawliczek 201 Krzysztof Gawronkiewicz/ Dennis Wojda archives, Mikropolis comic book 215 Łukasz Gdak 157, 210 Press images of Geek Girls Carotts 183 Gerard/Reporter 134 Gingerbread Museum in Toruń 135 Łukasz Giza 14–15 Adam Golec/Kino Świat 194, 196 Nicolas Grospierre 79 Grupa Wydawnicza Foksal 215 Gryfnie 81 Karol Grygoruk 205 Wojtek Gurak/Flickr.com 25 Grzegorz Hawałaj/Fotorzepa/ Forum 167 Magda Hueckel 218–219 Ivo/Hofste 220 Andrzej Iwańczuk/Reporter 219, 224 Maciej Janiec/Flickr.com 78–79, 80 P.T. Jakubowski 52 Wojciech Jakubowski/ fotokombinat 144 Piotr Jaruga 104 Oskar Jan Jarzyna 62 Radek Jaworski/Forum 5 Przemysław Jendroska/Agencja Gazeta 75 Maciej Jeziorek/Forum 44 Bartłomiej Jurecki/Forum 36 Jacek Kadaj/PAP 56–57 Tomek Kamiński 143

Katowice – City of Gardens 80, 80–81, Radosław Kaźmierczak 74, 74–75, 79 Bogna Kociumbas 140–141 Malwina Konopacka 221 Janusz Korbel 115 Paweł Kordaczuk/Olsztyn 123 Kacper Kowalski/ ­aeromedia.pl 12–13 Krzysztof Kozanowski 236, 237 Paweł Kozioł/Agencja ­Gazeta 174 Bogdan Krężel 174 Andoz Krishnadas 206 Celestyna Król 231, 241 Wojciech Kryński/POLIN Museum 59 Łukasz Krysiewicz 112 Paweł Krzan / City of Cracow Archives 85 K. Krzemiński/Nicolaus Copernicus University 82 Marek Krzyżanek/Zachęta National Gallery of Art 203 Alexandra Kubiak Ho Chi 44–45 Mikołaj Kuras/Agencja Gazeta 38, 134 www.kwasnejablko.pl 125 KWK Promes Robert Konieczny/ Jakub Certowicz 212–213 LAJA 81 Laski Diffusion/East News 60 Małgorzata Litwin 132 City of Lublin 104 Jolanta Łapinkiewicz/Łokietka 5 169 Press images of Łódź Design Festival 69 Tomasz Łuszczak 106 Marta Łuksza archives 189 madaland/iStock 239 Krystian Maj/Forum 55 Jacek Malarski 50 Piotr Małecki/Napo Images/ Forum 43 Ewa Marchewka / City of Cracow Archives 86 Krzysztof Mariański Krizz 208 David Marzocca/Flickr.com 120 Paweł Matysiak/Reporter 163 medusagroup.pl 76 Jason Merritt/Getty Images 195 Miastoprojekt Wojciech Łoziński 1951, courtesy of B. ­Skrzybalski 87 Mieczysław Michalak/Agencja Gazeta 170


crédits photographiques Konrad Adam Mickiewicz/ www.konradmickiewicz.tumblr. com 161 Press images of Modra Kuchnia 162 Michał Moniuszko 112 Magdalena Muna/H2 Happach Architects 211, 224 Michał Murawski/ishootmusic. eu 198–199 Paweł Murzyn 92, 92–93 Napraw sobie miasto 79 Chris Niedenthal/Forum 139, 171 Karol Nienartowicz 18–19 Ewa Nowakowska 240 Piotr Nykowski 153 Press images of Oceanic 181 Press images of OFF Piotrkowska 66–67 Platige Image 193 City of Olsztyn 119 Press images of Opera Nova 131 Press images of Orlen 178–179 Daniel Pach 133 Press images of Pan tu nie stał 68 Pap 90-91 PAWIRE/Press Association Images/East News 225 Cezary Pecold/East News 67 Błażej Pindor 59, 88 Pionier Cinema archives 151 Kuba Piórkowski 143 Henryk Poddębski, 1935, Gdynia City Museum Collection 143 Polona.pl 109 Press images of Poznański Palace 70 Tadeusz Poźniak 97, 98 Marta Pruska/www.pruska.­ flofolio.com 42 Przykuta/Wikimedia Commons 98 K. Ptak i W. Staroń / Agora SA / Argo Media 194 Grzegorz Pytka/ www.­grzegorzpytka.com 240 Dagmara Radzikowska 232 Revita Warmia Foundation/­ Jacek Sztorc 126 Reporter 91 Agnieszka Rodowicz 173 Tadeusz Rolke/Museum of Modern Art Warsaw 204 Stanisław Rozpędzik/PAP 88 Grażyna Rutowska/National Digital Archives 242 Bartłomiej Ryży 54 City of Rzeszów 97, 99

Jacek Scherer/City of Lublin 105, 106, 107 Przemek Sejwa/Studio Wasabi 112 Lena Sieczkowska 201 Sipa/EastNews 90 Marek Skorupski/Forum 122 Maciek Skowronek/Agencja Gazeta 228 Andrzej Skowroński 132 Press images of Solaris Bus & Coach 179 Marcin Somerlik 154 City of Sopot 146 Rafał Sosin 89 J. Sosiński  © Watchout Productions, Agora SA 196 Stadion Energa press images 138 Tomasz Stańczak/Agencja Gazeta 63 Piotr Staroń 93 B. Stawiarski 54 Jędrzej Stelmaszek 234 Adam Stępień/Agencja Gazeta 51, 53 Press images of Stojaki 153 Street Art Festival archives 152 City of Szczecin 149, 150 Krzysztof Szlęzak 103 Jerzy Szot/Ośrodek KARTA 216 St. Szydlo /Wikimedia Commons 100 Leszek Szymański/PAP 49 Bogna Świątkowska 99 Press images of Taczaka20 159 P. Tadejko 111 Tatar Yurt Archive 116 Press images of T-Mobile Nowe Horyzonty 170 Piotr Tomczyk/MSŁ 65 City of Toruń 129, 132 Piotr Tracz 233 Tratwa Association archive 122 Zbigniew Treppa 144 Press images of TVP 197 Press images of Tylko.com 186 Andrzej Tyszko/ECm Records 200 University of Warmia and Mazury 121 Tadeusz Urbanik 145 Press images of Urban Forms 66–67 Fanny Vaucher 30, 31, 32, 33 www.vzor.pl 187 Adam Wajrak 114–115 Uwe Walter 150 City of Warsaw 24–25

Warsaw Gallery Weekend 40–41 The Warsaw Voice 208 Wezu/flickr.com 34 Węgajty Rural Theatre archives 126 Tomasz Wiech 87 Bartek Wiczorek 201 Press images of Wiedźmin 177 Sara Winiarska/Flickr.com 69 Monika Witowska 50 Jakub Wittchen 160 Jan Włodarczyk / FORUM 6–7 Wojciech Wójcik/Forum 8–9, 121, 123 Marcelina Wróbel 81 Wydawnictwo Literackie 217 Karol Wysmyk / Yeżyce Kuchnia restaurant 162–163 Press images of Zachęta National Gallery of Art 205 Zajarani.pl 60 Maciej Zakrzewski 158–159 Beata Zawrzel/Reporter 202 Znaki Czasu Centre of Contemporary Art - Toruń 133 Press images of Zortax 183 Dorota Zyguła Siemieńska/­ Poszetka 79 Press images of Oskar Zięta 187 Ola Żwan 52–53


Websites

Warsaw

Łódź

Bar Prasowy www.facebook.com/Prasowy

Dom Music club www.facebook.com/klubDOM

Cafe Kulturalna www.facebook.com/ CafeKulturalna

Lokal Restaurant lokal-lodz.com

Chmury www.facebook.com/ kawiarniachmury Cuda Na Kiju www.facebook.com/ CudaNaKijuMultitapBar Fawory www.facebook.com/ kawiarniafawory/ Jazdów www.facebook.com/jazdow Lukullus www.cukiernialukullus.pl Royal Manufactory www.manufakturakrolewska.pl/ Mysia 3 mysia3.pl/ Neon Museum www.neonmuzeum.org Osiedle Przyjaźń przyjazn.org/ Pardon To Tu www.facebook.com/ pardontotu/ Towarzyska www.facebook.com/ Towarzyska The Museum of History of Polish Jews POLin www.polin.pl The Museum of Modern Art artmuseum.pl/pl University of Warsaw Library www.buw.uw.edu.pl

Geszeft giftshop www.geszeft.com Cieszyn castle www.zamekcieszyn.pl Gryfnie giftshop www.gryfnie.com

Łodziarnia ice cream www.facebook.com/ŁodziarniaLody-na-Okrągło

Guido Mine www.kopalniaguido.pl

Łódź Design Festival lodzdesign.com

Katowice Mural Route www.katowicestreetartfestival.pl

Łódź FashionPhilosophy Fashion Week Poland fashionweek.pl

Kronika centre of contemporary art in Bytom www.kronika.org.pl

Łódź Festival of four cultures www.4kultury.pl

Nikiszowiec www.nikiszowiec.pl

Marek Edelman dialogue centre www.centrumdialogu.com

OFF Festival www.off-festival.pl

OFF Piotrkowska offpiotrkowska.com/ ­ woce Warzywa ­ O club-­cum-cafe owoceiwarzywa.com

Katowice & ­Silesia Ars Cameralis Festival www.arscameralisfestiwal.pl Bakery Lokal www.facebook.com/ lokalbakery Concert hall of The Polish National Symphony Orchestra in Katowice www.nospr.org.pl/

Park Śląski in Chorzów www.parkslaski.pl Poszetka www.poszetka.com Sound Bureau in Katowice www.biurodzwieku.pl Szombierki Power Plant in Bytom slaskie.travel/Poi/ Pokaz/1680/53/power-plantszombierki-in-bytom Tauron Festival www.festiwalnowamuzyka.pl

Cracow Cricoteka Museum of Tadeusz Kantor in Kraków www.news.cricoteka.pl/

Classic silesian dinner in Karczma pod Młynem www.karczmapodmlynem.pl

Forum Przestrzenie club-cum-cafe www.forumprzestrzenie.com/

Dwie Lewe Ręce gallery www.dwielewerece.art.pl

Mocak, Museum of Contemporary Art in Kraków en.mocak.pl

Fix Your city www.naprawsobiemiasto.eu

Wieliczka www.kopalnia.pl


Websites

Rzeszów District Museum www.muzeum.rzeszow.pl The Lemko Union www.lemko.pl Museum of Bedtime Cartoon www.muzeumdobranocek. com.pl

Lublin Jewish cemetery www.sztetl.org.pl/pl/article/ lublin/12,cmentarze/1730,starycmentarz-zydowski-w-lublinieul-kalinowszczyznaKazimierz dolny www.kazimierzdolny.pl Kazimiernikejszyn Festival kazimiernikejszyn.pl

Esperanto esperanto.pl/ Grabarka www.grabarka.pl/ Janów Podlaski www.janow.arabians.pl Jewish Heritage Trail in Białystok szlak.uwb.edu.pl Narew National Park www.npn.pl The European Art Centre – the Podlasie Opera and Philharmonic www.oifp.eu Up To Date Festival www.uptodate.pl Villa Sokrates foundation www.villasokrates.pl

Vinyl www.facebook.com/ vinylpubolsztyn Węgajty teatrwegajty.art.pl

Toruń i ­Bydgoszcz Centre of Contemporary Art „Znaki czasu” csw.torun.pl Centre Mill of Knowledge mlynwiedzy.org.pl Gingerbread Museum www.muzeumpiernika.pl Mozg music club in Bydgoszcz mozg.pl Polish Theatre in Bydgoszcz www.teatrpolski.pl

The Riversides Art and Film Festival www.dwabrzegi.pl

Węglowa weglowa.org

Victoria hotel www.hotel.victoria.lublin.pl

Wierszalin Puppet Theatre www.wierszalin.pl

Gdańsk, Gdynia, Sopot

Białystok

Zmiana Klimatu club-cum-cafe klimatuzmiana.pl

Alternativa International Festival of Visual Arts www.alternativa.org.pl

Olsztyn

Artloop Festival www.artloop.pl

Art gallery Arsenał www.galeria-arsenal.pl Białowieża forest www.bpn.com.pl Białystok Science and Technology Park bpnt.bialystok.pl/konferencjatriple-helix/ Biebrza National Park www.biebrza.org.pl Bojary www.facebook.com/Bojary Borderlands of Arts, Cultures and Nations www.pogranicze.sejny.pl Branicki Palace www.ogrodbranickich.bialystok. pl

Glendoria www.glendoria.pl Kortowo www.kortowo.pl

Dwie Zmiany social cooperative www.facebook.com/ dwiezmiany

Kwaśne Jabłko www.kwasnejablko.pl

Emigration Museum www.muzeumemigracji.pl

Mediateka www.planeta11.pl

European Solidarity Centre www.ecs.gda.pl

Planetarium www.planetarium.olsztyn.pl

Forest Opera operalesna.sopot.pl

Przystań www.przystanolsztyn.pl

Gdańsk Shakespeare Theatre www.teatrszekspirowski.pl

Revita Warmia fundacjarevitawarmia.org


Websites Globaltica World Cultures Festival www.globaltica.pl Open'er Festival www.opener.pl Kayak rentals www.kajakiempogdansku.pl Ladies’ Jazz Festival www.ladiesjazz.pl National Museum in Gdańsk www.mhmg.gda.pl Serio restaurant www.facebook.com/serio. gdynia Wyspa art institute www.wyspa.art.pl

Szczecin Bonds of Culture Festival www.kana.art.pl/fest_spoiwa_eng.html Castle of the dukes of Pomerania zamek.szczecin.pl/?lang=en Kontrapunkt Small Theatre Forms Festival www.kontrapunkt.pl National Museum in Szczecin muzeum.szczecin.pl Piwnica Kany music club kana.art.pl/onas_piwnica.html Stojaki cafe stojaki.szczecin.pl Szczecin Philharmonic filharmonia.szczecin.pl Szczecin Street Art Festival www.facebook.com/ szczecinstreetartfestival Wolin island www.wolin.com.pl

Poznań Brisman www.brisman.pl Cafe La Ruina www.facebook.com/pages/ Cafe-La-Ruina Ichot www.bramapoznania.pl Kwiaty i Miut www.kwiatyimiut.pl Lodziarnia www.facebook.com/ wytwornialodowtradycyjnych/ timeline Modra Kuchnia www.facebook.com/ ModraKuchnia/ Piece of Cake www.facebook.com/PIECEof-CAKE Pod Czarnym Kotem www.facebook.com/ poznanpodczarnymkotem Pracownia GODny www.facebook.com/ PracowniaGODny Taczaka 20 www.facebook.com/ TACZAKA20 Wypas www.wegewypas.pl Yeżyce-Kuchnia yezycekuchnia.pl

Wrocław Brave Festival 2015.bravefestival.pl Das Lokal music club daslokal.pl Hey Joe Thanks Jimi Festival www.heyjoe.pl

The International Festival of Crime Fiction wroclaw2016.pl/theinternational-festival-of-crimefiction Sępolno www.sepolno.wroclaw.pl T-mobile New Horizons Film Festival www.nowehoryzonty.pl Tajne Komplety bookstor tajnekomplety.osdw.pl Tiff Festival tiff.wroc.pl Toy Museum www.muzeum-zabawek.pl Wratislavia Cantas Festival 2015.wratislaviacantans.pl Wuwa www.wuwa.eu


About

Varsovie / Warszawa 2015 Troisième édition ISBN 978-83-65427-31-1 Publié par Le ministère des Affaires ­étrangères de la République de Pologne

Équipe éditoriale

Edition des photographies

Elżbieta Petruk, Bogna ­Świątkowska / Bęc Zmiana New Culture Foundation / www.beczmiana.pl

Agnieszka Bilska, Ewa Ciszewska, Magdalena Rzeszot, Bartosz Stefaniak Traductions

Tomek Bersz, Sylwia Chutnik, Justyna Kosmala, Katarzyna Nowakowska , Magdalena ­Roszkowska, Anna Sańczuk

Kit Donisthorpe, Christopher Smith, Krzysztof Ścibiorski Relecture

Textes Krzysztof Ścibiorski Rafał Bryndal, Sylwia Chutnik, Anna Cymer, Sylwia Czubkowska, Bogdan Deptuła, Agnieszka Grzybkowska, Aleksander Hudzik , Piotr Kowalczyk, Agnieszka Kozak, Zbigniew Modrzewski, Agata Połajewska, Elżbieta Petruk, Magdalena Roszkowska, Aleksandra Salwa, Agnieszka Sosnowska, Fanny Vaucher, Olga Wróbel

Design et composition Tomek Bersz / berszmisiak.com avec la collaboration de Rafał ­Buchner, Hanna Dyrcz, Norbert Strukow Design infographique Tomek Bersz, Rafał Buchner, Hanna Dyrcz

Infographie, données ­statistiques

Polices d’écriture utilisée dans cette publication:

Anna Mikołajska , Magdalena Rabczak, Julia Sobolewska, ­Bartosz Stefaniak, Anna Stelmaszyk

Neue Haas Unica, Skolar Impression Legra Sp. z o. o. www.drukarnialegra.pl 10c rue Albatrosów 30–716 Cracovie



About Polska FR