Issuu on Google+

Fiche n°0

Conseils d'utilisation¹

VIH

SIDA

Le dossier pédagogique sur le VIH/SIDA de Médecins Sans Frontières (MSF) se présente sous la forme d’une série de fiches didactiques illustrées. Celles-ci sont complémentaires mais peuvent également être utilisées séparément. Un lexique est inclus dans le dossier (fiche 6) pour permettre une meilleure compréhension des mots employés. Toutes ces fiches sont uniquement disponibles sur le site de MSF (www.msf.be). Il suffit de les télécharger gratuitement et les imprimer. Leur format a été conçu à cet usage.

Informations supplémentaires Responsable des projets jeunesse MSF, rue Dupré 94, 1090 Bruxelles Tél : 02-474 74 74 Site internet: www.msf.be

Merci pour votre intérêt et bon travail ! Mise en page © Babylone 02/772.72.72

Activistes de TAC lors de la visite de Nelson Mandela. Afrique du Sud (Photo©Mariella Furrer)

¹ Photo Du Haut ©Wayne Conradie. Lefa 12 ans en consultation avec le Dr. Pillay. Lefa est le premier patient mis sous ARV dans le projet de MSF au Lesotho.

Page 1


Fiche n°1

Mieux comprendre le VIH/SIDA

VIH

SIDA

Qu’est ce que le VIH? Le VIH (Virus de l’Immunodéficience Humaine) est le virus responsable de la maladie SIDA (Syndrome d’ImmunoDéficience Acquise). Ce virus attaque le système de défense de l’organisme (le système immunitaire) qui protège le corps contre les microbes. Au début de l’infection, le système de défense n’est que très peu atteint. Il continue à fonctionner presque normalement. La personne peut vivre avec le virus pendant des années sans tomber malade. On dit alors que la Personne Vit avec le VIH (PVV ou PVVIH) ou est séropositive. Au fil du temps, le système de défense est de plus en plus fragilisé par le virus et ne peut plus protéger le corps contre l’attaque des microbes qui provoque alors toutes sortes de maladies comme la tuberculose, des maladies de la peau et bien d’autres infections. C’est ce qu’on appelle des infections «opportunistes» parce qu’elles se développent lorsque le système immunitaire est affaibli («elles profitent de la faiblesse du corps»). La personne tombe alors souvent malade. Le système immunitaire protège le corps contre les microbes

Quand toutes ces maladies apparaissent on dit alors que la Personne Vit avec le SIDA (PVS).

Page 1


Fiche n°1

Quelques chiffres ... Plus de 40 millions de personnes sont infectées par le VIH/SIDA dans le monde. Chaque jour, 8.000 personnes meurent du SIDA. L’Afrique subsaharienne est la plus touchée par le virus. En Europe occidentale, plus d’un demi-million de personnes sont porteuses du virus. La moitié des nouvelles infections dans le monde concerne des jeunes âgés entre 15 et 24 ans. Beaucoup ont été contaminés lors de rapports sexuels non protégés c’est-à-dire sans préservatif. Chaque jour, environ 1.700 enfants sont infectés. On estime que 2,2 millions d’enfants de moins de 15 ans vivent avec le VIH/SIDA. Même quand les enfants ne sont pas infectés par le VIH, ils en subissent les conséquences désastreuses: 15 millions d’enfants de moins de 18 ans sont orphelins à cause du sida (ils ont perdu 1 ou 2 de leurs parents à cause du SIDA). Environ 80% de ces orphelins vivent en Afrique subsaharienne. Chaque jour, environ 3 personnes sont détectées séropositives en Belgique.

Estimation du nombre d'adultes et d'enfants vivant avec le VIH en 2005

Amérique du Nord 1,2 million

Europe occidentale et centrale 720.000

Caraïbes 300.000

Amérique Latine 1,8 million

Europe orientale + Asie centrale 1,6 million

Afrique du Nord + Moyen-Orient 510.000 Afrique subsaharienne 25,8 millions

Asie de l'Est 870.000

Asie du Sud et du Sud-Est 7,4 millions

Océanie 74.000

Total: 40,3 millions Source: Onusida - Décembre 2005 Copyright Crips Ile-de-France

Page2 1 Page


Fiche n°1

Comment se transmet le VIH? Chez les séropositifs, le virus du SIDA est présent dans les liquides biologiques du corps (le sang, le sperme, les sécrétions vaginales et le lait maternel.). Le virus du SIDA se transmet: Le virus du SIDA se transmet ...

- Lors de relations sexuelles avec une personne infectée, sans qu’un préservatif soit utilisé. - D’une mère infectée à son bébé pendant la grossesse, lors de l’accouchement ou pendant l’allaitement (lait maternel). - Par un contact avec du sang contaminé lors d’une transfusion sanguine ou lors d'un partage de matériel coupant (aiguilles, lames de rasoirs, seringues, ...). Le virus du SIDA ne se transmet pas:

Le virus du SIDA ne se transmet pas ...

- En se touchant ou en jouant ensemble. - En donnant un bisou. - En buvant dans le même verre ou en mangeant dans la même assiette. - En utilisant les mêmes toilettes. - Par des piqûres d’insectes (par exemple les moustiques). Trop souvent, les malades du SIDA se sentent seuls. Ils n’osent pas parler de leur maladie à leur entourage par peur d’être montrés du doigt et rejetés. Les gens redoutent la maladie parce qu’ils la connaissent mal. Beaucoup ne savent pas comment le virus se transmet d’une personne à l’autre et exagèrent ou surestiment le risque d’être infecté. On peut vivre en contact avec une personne séropositive tout à fait normalement, à la maison, à l’école, dans un club de sport, etc..., sans aucun risque d’être infecté.

Page3 1 Page


Fiche n°1

Comment savoir si le virus se trouve dans le sang ? Le seul moyen de savoir si l’on est contaminé par le virus VIH qui cause le SIDA c’est de faire un test de dépistage. Ce test permet de détecter à partir d’une prise de sang soit le virus, soit les anticorps que l’organisme fabrique pour se défendre en cas d’infection. Deux résultats sont possibles: Dépistage du virus VIH Arua, Uganda (Photo©Jake Price)

Résultat positif Un résultat positif signifie qu’il y a présence du virus VIH dans le sang et que la personne est séropositive (infectée par le virus). Résultat négatif Un résultat négatif signifie que le virus du Sida n’est pas dans le sang et que la personne est séronégative (pas infectée par le virus). Si un test est négatif, il mieux vaut le refaire 3 mois après pour être sûr à 100% que la personne qui a pris un risque est vraiment négative (les anticorps détectés par le test peuvent tarder à apparaître dans le sang).

Page4 1 Page


Fiche n°1

Peut-on peut guérir du SIDA ? Le SIDA se soigne mais ne se guérit pas encore … Il existe un traitement pour combattre le virus du SIDA. Chaque jour, il faut prendre trois types de médicaments (d’où le nom trithérapie): des antirétroviraux, ou ARV en raccourci. Les ARV empêchent le virus de se multiplier et de continuer à détruire le système de défense. Celui-ci se répare alors progressivement et redevient capable de lutter efficacement contre les microbes et les virus. La personne ne tombe plus malade. Elle retrouve des forces pour vivre une vie normale. Les médicaments ARV doivent être pris tous les jours, aux mêmes heures et jusqu’à la fin de sa vie. Si on arrête le traitement ou qu’on ne le prend pas régulièrement, le virus se multiplie à nouveau et la personne va retomber malade (le traitement ne marchera plus). Petite fille de 11 ans préparant seule son traitement ARV Province de Prachomklao, Thaïlande (Photo©Joanne Wong)

A l’heure actuelle, il n’existe pas de médicaments pour guérir du SIDA (éliminer complètement le virus du corps). Cependant, la médecine fait des progrès et, depuis quelques années, toute une série de médicaments qui freine la multiplication du VIH (qui le rende dormant et l’empêche donc de détruire le système immunitaire) a été mise sur le marché. Ces traitements permettent, d’une part, aux personnes séropositives de rester plus longtemps en bonne santé et, d’autre part, d’améliorer la qualité et l’espérance de vie des personnes déjà malades du SIDA. On espère, bien sûr, que dans le futur, il existera un vaccin ou un médicament qui nous protégera ou nous guérira de cette infection.

Visite à domicile d’un patient sous ARV Province de Siem Reap, Cambodge (Photo©Espen Rasmussen)

Près de 6,5 millions de malades ont besoin aujourd’hui de trithérapies pour avoir une chance de survivre. Mais seul un nombre limité d'entre eux a accès à ces médicaments: plus de 80% des malades du SIDA sont condamnés à mourir sans soins.

Page5 1 Page


Fiche n°2

Que fait MSF ?

VIH

SIDA

Les activités développées par MSF dans les projets de lutte contre le SIDA sont très variées.

Les activités curatives Comprennent les consultations pour le traitement des infections opportunistes et le traitement antirétroviral (ARV); le suivi des patients et de leurs réactions au traitement.

Les activités de formation Activités de formation pour le personnel de santé de MSF, du Ministère de la Santé, des autres organisations et partenaires actifs dans la prise en charge du VIH/SIDA.

Les activités de prévention de la transmission mère-enfant Activités qui visent à prévenir la transmission du virus VIH de la mère à l’enfant pendant la grossesse, l’accouchement et la période de l’allaitement (avec des ARV et parfois du lait artificiel).

Les activités de promotion de la santé Activité de sensibilisation et d'éducation sur le SIDA Vika Dos Pinheiros, Brésil (Photo©Marleen Daniels)

En matière de VIH/SIDA, les activités de promotion de la santé sont généralement orientées vers le patient et sa famille et comprennent l’amélioration des connaissances (sur la maladie, le traitement et les différents moyens de prévention) et la transmission d’aptitudes (utilisation du préservatif, etc.).

Les activités complémentaires Des activités complémentaires sont également développées, notamment en matière de conseil et soutien psychosocial (informations sur le VIH/SIDA, possibilités de dépistage, visites à domicile, groupes de support, conseil et soutien pour aider le patient à suivre correctement son traitement, etc).

Page 1


Fiche n°2

Les activités de témoignage Elles permettent de recueillir des histoires vécues et des données qui peuvent servir à conduire des campagnes de sensibilisation et d’information en faveur de l’accès aux médicaments et aux soins.

Siama Musine, 30 ans, infectée par le VIH. Elle fait partie de l'équipe des éducateurs de MSF Kibera, Kenya (Photo©François Dumont)

Beaucoup de politiciens ne sont pas encore convaincus de la nécessité de traiter les personnes vivant avec le VIH/SIDA dans les pays en voie de développement. Ils pensent que le traitement est trop cher, trop compliqué, pas efficace, que les gens ne peuvent pas prendre ces médicaments à vie, etc. A travers ses projets, MSF espère démontrer que c’est réalisable et donc convaincre les politiciens de débloquer de l’argent pour que davantage de personnes puissent accéder aux soins médicaux. La campagne d’accès aux soins La santé est un droit pour tous: que l’on soit riche ou pauvre. Dans plusieurs pays, des personnes n’ont pas accès aux médicaments et aux soins dont ils ont besoin pour vivre.

Infirmière préparant les sachets de médicaments nécessaires aux traitements des patients à la clinique de Matonge Kinshasa, Congo (Photo©Layla Aerts)

MSF veut faire changer les choses et organise depuis plusieurs années une campagne d’information: la campagne d’accès aux médicaments essaie de rendre ces ARV disponibles, que leur prix baisse, etc... MSF investit également dans la recherche opérationnelle dans la lutte contre le VIH/SIDA.

Page2 1 Page


Fiche n°3

VIH

Activités pédagogiques pour élèves

SIDA

VRAI ou FAUX ?

Voici 10 affirmations sur le VIH/SIDA. Certaines ne sont pas exactes. Entoure chaque fois la lettre qui correspond à la bonne réponse. Ensuite, recopie toutes les lettres que tu as entourées dans la petite grille. Tu découvriras un mot important dans la lutte contre le VIH.

VRAI

FAUX

1. Le VIH peut se transmettre de la mère à son bébé

S

Z

2. Le SIDA existe seulement en Afrique

T

O

3. Le VIH peut se transmettre en partageant les mêmes couverts

W

L

4. Le SIDA ne se guérit pas

I

U

5. On peut vivre sans risque avec une personne séropositive

D

A

6. Il n’y a pas de test pour détecter le virus VIH

Y

A

7. Si le test du VIH est négatif cela signifie qu’on a le virus

O

R

8. Les médicaments ARV doivent être pris tous les jours

I

N

9. Il est facile d’acheter des ARV partout dans le monde

V

T

10. La santé est un droit pour tous, les pauvres comme les riches

E

M

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Page 1


Fiche n°3

JEU DE MOTS

Tous ces mots ont leur place dans la grille. Trouve-les et barre-les au fur et à mesure. Cherche dans tous les sens!

A vous de jouer ... B P R E S E R V A T I F I U V I H

U R I U Y T T R E S D E I J G M N

R T T R I T H E R A P I E J P L F

A Y O R R T E G E Z D E E K O O I

V U A C R U Y T R V I R U S J N T

S I H I Y U R Y O Y Z N S H D Z F E T U E D S Y E R A N J J Y I I S

S A N O O P K L L T H J S N N E Q E T A B D A Z N D M I I E S K K N D R T T A G R Z I E Q U Y W O P O

CONTAMINE

T E 0 A O P L L N R U R Z F S A D F I Q D N O M Z W S A S Q X Q R E

N A U I T G A R V S W E W X Z S S

SEROPOSITIF

SYNDROME SANTE TEST

VIRUS

TRITHERAPIE

VIH PRESERVATIF SANG

RUBAN Il reste un mot à trouver dans la grille. Résous l’énigme et découvre le mot manquant ! « Au début, Victoria avait du mal à les avaler »

Page2 1 Page


Fiche n°4

Témoignages

VIH

SIDA

L’histoire de Victoria Extrait de «Ma vie avec le VIH» «Mon nom est Victoria Greshan et j’ai 13 ans. Je vis avec ma mère à Magombo, un village au Malawi. J’ai découvert que j’étais séropositive à l’âge de 9 ans. J’ai 3 sœurs et 1 frère et ils ont tous été dépistés négatifs. Je suis donc la seule ... avec ma maman à être séropositive.

Victoria, 13 ans, avec sa petite soeur (Photo©Cécile Duvivier)

Mon papa est mort il y a 2 ans de la tuberculose. Il était commerçant. Je me rappelle que lorsqu’il était en vie il m’achetait tout ce que j’aimais. La dernière chose qu’il m’a achetée c‘était une paire de jolies chaussures. Elles sont très vieilles maintenant. J’ai terminé l’école primaire cette année et j’attends les résultats de mes examens. J’aimerai devenir infirmière. Je les vois travailler à l’hôpital et leur travail m’impressionne. Si je deviens infirmière, j’aimerais travailler à l’hôpital avec les personnes qui souffrent du SIDA. Il y a 4 ans, j’ai commencé à avoir des difficultés pour respirer. Comme ça ne s’améliorait pas ma mère m’a amenée à l’hôpital. Là, ils m’ont fait le dépistage du VIH et ont découvert que j’étais positive. Mais à ce moment-là personne ne m’a donné des explications. Je suis rentrée à la maison et j’ai continué à avoir des problèmes respiratoires. Après quelques mois je suis retournée à l’hôpital et j’ai été mise sous traitement pour la tuberculose pendant 8 mois. C’était difficile pour moi de marcher sur de longues distances. Très souvent j’empruntais le vélo de ma meilleure amie pour aller au marché ou au centre de santé. Je restais tout le temps au lit. Habituellement je n’ai pas de chambre à moi, je dors par terre dans le salon. Mais comme j’étais trop malade je prenais le lit de ma maman.

Page 1


Fiche n°4

L’Histoire de Victoria (suite) Mes copains de classe et quelques personnes de ma famille venaient parfois me rendre visite. Quand j’étais au lit, je pensais à ma vie et me demandais: Est-ce que cette maladie va cesser ? Quelques mois plus tard, je suis retournée à l’hôpital. Ma mère m’a demandé si j’étais capable de prendre des médicaments tous les jours à 6h et 18h. Au début j’ai dit non parce que je ne comprenais pas pourquoi je devais faire cela. Par la suite le médecin m’a expliqué que j’étais séropositive. Maintenant je prends ces médicaments deux fois par jour. Au début j’avais du mal à les avaler parce qu’ils étaient trop gros. Maintenant je suis habituée. Depuis que je prends ce traitement je vois les changements. Je me sens mieux, j’ai plus d’énergie et je peux à nouveau travailler. J’aide ma mère autant que possible. Je puise de l’eau, je vais au marché, je m’occupe de ma plus jeune sœur. Je préfère prendre l’eau du puits parce que là je rencontre des gens et je peux discuter avec eux. Chaque matin je prends mes médicaments à 6 heures. Ensuite, je fais la vaisselle et je vais chercher l’eau au puis. Après, je rentre et je fais encore quelques travaux dans la maison. En fait, je fais toutes les choses importantes le matin comme ça je peux jouer l’après-midi.

La maison de Victoria (Photo©Cécile Duvivier)

Mon jeu favori s’appelle «Vol». On utilise un ballon fait en papier plastique. On doit être à trois pour ce jeu. Une personne est au milieu et essaie d’attraper le ballon. Il faut «voler» d’un endroit à l’autre pour l’attraper. Je joue souvent avec mes meilleurs amis. Je ne leur ai jamais dit que j’étais séropositive. J’ai toujours peur qu’ils disent de mauvaises choses sur moi alors je préfère ne rien dire. Lorsque j’aurai terminé l’école je continuerai à aider ma mère. Ensuite je voudrai construire une maison et avoir deux enfants. Un garçon et une fille. Je voudrai dire aux autres personnes séropositives qu’être atteint de cette maladie ne veut pas dire la fin de la vie.»

Page2 1 Page


Fiche n°4

Hilde Cuppens, Médecin MSF Nom: Hilde Cuppens, Age: 31ans, Formation: Médecine et Médecine tropicale. Travail pour MSF: Sud-Soudan, Afrique du Sud, Mozambique, Projets Belges, Indonésie Dr. Hilde Cuppens en consultation (Photo©Layla Aerts)

Parle-nous de ta première expérience dans un projet SIDA Ma première expérience était en Afrique du Sud dans les bidonvilles de Kayelitsha. J’ai été très surprise et choquée par le nombre de personnes infectées par le virus et par l’ampleur de cette maladie. Ce qui m’a également frappée c’est de voir à quel point les personnes pouvaient tomber malade à cause des infections opportunistes comme les infections de la peau et la tuberculose. C’était très difficile et triste au début; triste parce que je ne m’attendais pas à voir autant de personnes atteintes par le virus; des personnes âgées, des parents et des enfants.

Qu’est-ce qui est le plus difficile en tant que médecin dans un projet SIDA? Pour moi le plus difficile est de se rendre compte que quoi que je fasse, une personne malade ne redeviendra pas séronégative. Une fois le virus dans le corps, la personne est séropositive à vie; il ne partira jamais. Si ces personnes n’ont pas accès aux antirétroviraux, leur système immunitaire va s’affaiblir de plus en plus et elles tomberont très malades. Une fois la personne mise sous ARV, ce processus est interrompu et son état de santé s’améliorera. Mais la personne ne sera plus jamais à 100% en bonne santé. C’est très frustrant pour un médecin.

Tu ne te sens jamais découragée ? Découragée non. Il y a beaucoup de choses positives: je peux apporter plein de changements. Par exemple, je peux traiter les infections opportunistes et mettre la personne sous ARV. Celle-ci pourra alors mener une vie meilleure sans tomber malade tout le temps. Ce qui est triste c’est que cette maladie s’étend très rapidement. C’est la situation qui est décourageante. Je veux continuer à travailler dans des projets SIDA parce que je sens que c’est nécessaire et utile. Si on ne le faisait pas la majorité des personnes n’aurait pas accès à un bon traitement.

Comment arrives-tu à dire à un patient qu'il est infecté par le virus VIH ? C’est toujours difficile d’annoncer à une personne qu’elle est infectée par le virus. Même en expliquant longuement cela reste une triste nouvelle à annoncer et à entendre.

Page 3


Fiche n°4

Hilde Cuppens, Médecin MSF (suite) Comment fais-tu pour donner du courage à tes patients? Je leur dis que vivre avec le virus du SIDA est réalisable que c’est possible d’avoir une vie “positive” en prenant soin de sa santé, en mangeant correctement et en faisant des visites régulières chez son médecin. C’est aussi important de partager son diagnostic avec quelqu’un, même si cela n’est pas toujours facile. C’est souvent difficile de partager son résultat parce que, parfois, les personnes séropositives se font rejeter par leurs amis, par leur famille ou leur employeur. Ce sentiment de honte et la peur sont pareils partout dans le monde.

Quel est ton souvenir le plus fort ?

Dr. Hilde Cuppens en consultation (Photo©Layla Aerts)

C’était en Afrique du Sud, pendant ma première mission. Il y avait une jeune fille âgée de 13 ans à peine, séropositive parce qu’elle avait été violée par son oncle. Elle est arrivée un jour seule à la clinique. On aurait dit une petite fille de 8 ans tellement elle était petite et maigre. Je me rappelle qu’elle avait une infection de la peau au visage, autour de son nez. Nous l’avons mise sous antirétroviraux et nous avons traité ses infections. Petit à petit elle a repris du poids, elle a repris confiance en elle et a commencé à parler autour d’elle de son expérience.

Si tu pouvais transmettre un message par rapport au SIDA, quel serait-il? Je pense que tout le monde doit savoir que c’est possible de prévenir cette maladie en se protégeant et en utilisant des préservatifs. Une fois infecté on ne peut plus faire marche arrière.

Page 4


Fiche n°5

Saviez-vous que...?

VIH

SIDA

Le « Ruban Rouge » Le ruban rouge est le symbole international de la solidarité face à la lutte contre le VIH et le SIDA. Porter le ruban rouge signifie vouloir aider et comprendre les personnes qui sont infectées et affectées par le VIH/SIDA: celles qui sont malades, celles qui sont mortes ainsi que toutes celles qui sont directement touchées par ce virus. Le ruban rouge se veut un symbole d'espoir. La couleur rouge, c'est pour le sang. Le ruban se porte comme un "V" inversé jusqu'au jour où un remède sera découvert; alors le "V" signifiera victoire. Tout le monde peut porter un ruban rouge. Cela ne signifie pas que tu es séropositif ou malade du SIDA, mais tout simplement que tu montres ta compréhension et ta solidarité face aux personnes atteintes du VIH/SIDA.

Le 1er Décembre La Journée Mondiale du Sida est une journée qui occupe une place bien spéciale dans la lutte contre le SIDA. Depuis 1988, le 1er décembre est une journée qui apporte des messages: d’espoir, de solidarité, de compréhension et de compassion, à l'égard des personnes touchées par cette épidémie dans tous les pays du monde. Le 1er décembre a été choisi par l’OMS (l’Organisation Mondiale de la Santé). Nairobi, bidonville de Mathare. Dispensaire d'Upendo. (Photo©Laurence Hugues)

Chaque année, c’est la seule journée d’action coordonnée contre le Sida.

Si vous voulez en savoir plus! www.preventionsida.org www.questionsante.org

Page 1


Fiche n°6

Lexique

VIH

VIH

Virus de l’Immunodéficience Humaine

SIDA

Syndrome de l’ImmunoDéficience Acquise

Syndrome

Ensemble de signes et de symptômes

Immunodéficience

Affaiblissement du système immunitaire

SIDA

Système immunitaire Défense du corps contre les maladies Séropositif

Porteur du virus VIH (qui cause le Sida)

Séronégatif

Non porteur du virus VIH

PVV

Personne Vivant avec le VIH («pas encore malade»)

PVS

Personne Vivant avec le SIDA («déjà malade»)

Trithérapie

Se dit de tout traitement comprenant trois médicaments différents.

Antirétroviraux (ARV) Médicaments qui freinent la multiplication du virus VIH, permettant à nouveau le bon fonctionnement du système immunitaire. Infection opportuniste Infection profitant de l’affaiblissement du système immunitaire pour se développer (exemples: tuberculose, diarrhée,…). Préservatif

Etui souple en latex imperméable au sang et aux sécrétions que l’on place sur le pénis en érection. Le préservatif est le seul contraceptif qui protège des maladies sexuellement transmissibles (comme le VIH/SIDA).

Anticorps

Eléments du système immunitaire qui combattent les bactéries et virus («soldats du corps»).

Vaccin

Composé chimique ou organique destiné à stimuler les défenses naturelles de l’organisme.

Page 1


Fiche n°7

Vore avis

VIH

SIDA

Nom de l’enseignant: ........................................................................................... Classe: ....................................................................................................................... Nombre d’élèves: .................................................... Ecole: ......................................................................................................................... Adresse: .................................................................................................................... ...................................................................................................................................... Adresse privée: ....................................................................................................... Tél: ............................................................................... E-mail: ........................................................................

1. Combien d’heure(s) de cours avez-vous consacrées sur le thème du SIDA? 1 à 2 heures de cours 2 à 4 heures de cours plus de 4 heures de cours autre: ..................................... 2. Dans le cadre de quel(s) cours? ............................................................................................................................................. 3. Avez-vous utilisé toutes les fiches? Oui Non Si non, quel(s) sujet(s) n’avez-vous pas présenté(s) et pourquoi? ............................................................................................................................................. ............................................................................................................................................. 4. Quelles fiches et /ou informations avez-vous trouvé : les plus utiles ..................................... ..................................... ..................................... ..................................... ..................................... .....................................

les moins utiles ..................................... ..................................... ..................................... ..................................... ..................................... .....................................

5. Estimez-vous utile de développer des dossiers de ce type sur d’autres thèmes? Oui Non

Page 1


Fiche n°7

6. Si oui, quels thèmes vous intéresseraient? Les urgences (catastrophes naturelles, conflits...). L’eau Les réfugiés MSF en général Autres: .................................................................................................................

7. Que pensez-vous du format de ce dossier?

oui non La présentation sous forme de fiches est pratique Télécharger les fiches du site MSF et les imprimer est facile Télécharger les fiches du site MSF et les imprimer est économique Il faudrait prévoir une version papier Le nombre d’illustrations est suffisant Les explications sont claires et adaptées aux élèves Autres: ....................................................................................................................... .......................................................................................................................

8. Avez-vous d’autres remarques à formuler? ................................................................................................................................................. ................................................................................................................................................. ................................................................................................................................................. ................................................................................................................................................. ................................................................................................................................................. .................................................................................................................................................

Merci de nous renvoyer ce formulaire complété MSF, Département Communication Responsable des projets jeunesse MSF rue Dupré 94 à 1090 Bruxelles Fax: 02 474 75 75 Merci pour votre participation!

Page2 1 Page


Fiches pédagogiques: VIH/sida