Page 1

Musée national d‘histoire et d‘art

Musée Dräi Eechelen

01 2017


sommaire

2

Impressum & abonnements

3

Éditorial

4-7

Collections: des acquisitions de choix Actions de mécénat de la Fondation La Marck

8-9

Prächtige Kunstobjekte erzählen die Geschichte Portugals Im Gespräch mit A. Pimentel, Direktor des MNAA in Lissabon

10

Expo «Art Déco au Luxembourg» en 2018 Appel à contribution

11

Collection’s Drawing by Stina Fisch

12-13

Coming Soon - Agenda

14-15

Janvier - Januar - January

16-17

Le Koekkoek vous appartient! Célébration d’une acquisition collective

18-19

«Tous mécènes d’un Koekkoek» Liste des donateurs

20-21

Février - Februar - February

22-23

Mars - März - March

24

For Youngsters Only

25

Budding Artist

26-27

Des passerelles historiques servies sur un plateau «Pont Adolphe 1903»: cycle de conférences au M3E

28-29

A photo shoot under high surveillance About a precious donation to the M3E

30-31

L’appel du regard d’Éric Chenal

32-33

Un «grand format» d’André Fougeron revisité Clés de lecture d’un Hugolien

34

Bon à savoir

35

Heures d‘ouverture, tarifs, plan d‘accès

museomag,

la brochure d’information du MNHA, est disponible à l’accueil de nos deux musées ainsi que dans différents points de distribution classiques à l’enseigne «dépliants culturels». Si vous préférez recevoir ce périodique directement dans votre boîte aux lettres, abonnezvous gratuitement en nous adressant un simple mail avec vos coordonnées à

musee@mnha.etat.lu Le MNHA est un institut culturel du Ministère de la Culture.

impressum MUSEOMAG, publié par le MNHA, paraît 4 fois par an Charte graphique: © Misch Feinen Coordination générale: Sonia da Silva Couverture et mise en page: Gisèle Biache Photographie: Éric Chenal Dessin: Stina Fisch Impression: Imprimerie Heintz, Luxembourg Tirage: 22.000 exemplaires Distribution: Luxembourg et Grande Région S‘abonner gratuitement via mail: musee@mnha.etat.lu ISSN : 2418-3962


Éditorial

© marion dessard

Chères lectrices, chers lecteurs, En guise d’introduction à ce premier numéro de notre museomag pour 2017, je tiens d’abord à remercier de tout cœur toutes celles et tous ceux qui soutiennent activement notre musée, que ce soit en participant à nos activités, en visitant nos expositions ou en faisant preuve de leur générosité via des dons en espèces ou en nature. Votre générosité constitue en quelque sorte le leitmotif de ce numéro de notre magazine, puisque nous vous y présentons trois cas de figure très concrets qui illustrent chacun à sa manière l’importance fondamentale du mécénat pour le MNHA.   À commencer par le formidable succès de notre souscription publique en faveur de l’acquisition de la Vue sur le Château de Larochette réalisé en 1848 par Barend Cornelis Koekkoek. Grâce aux 282 donateurs, il nous a été possible de réussir notre pari et de réunir les 100.000 € nécessaires afin de pouvoir intégrer ce chef-d’œuvre dans nos collections. Du jamais vu au Luxembourg et la preuve irréfutable que la société civile luxembourgeoise est ouverte au mécénat culturel. Notre Nuit des Mécènes était l’occasion de remercier chaleureusement les donateurs (p. 16-19). Un grand Merci au Fonds Culturel national et Amis des Musées pour leur soutien dans ce projet ambitieux!   Les Amis des Musées ont pour ainsi dire récidivé de générosité en 2016, puisqu’ils viennent de faire don au Musée Draï Eechelen d’un objet particulièrement rare et précieux: l’ouvrage richement illustré Novice of Leone Belgico eiusque topographica atque historica descriptione liber (1596) de Michael Aitzinger (p. 28). Merci à tous les membres de l’association! Le livre – splendide – sera d’ailleurs un objet-phare de l’exposition Amis-Ennemis. Mansfeld et le revers de la médaille que nous présenterons au M3E à partir du 13 juillet prochain à l’occasion du 500e anniversaire de la naissance de Pierre-Ernest de Mansfeld (1517-1604), gouverneur du Duché de Luxembourg (p. 29).   Last but not least, vous trouverez aux pages 4-7 de notre magazine la preuve que l’essor connu par la philanthropie institutionnalisée depuis quelques années au Luxembourg grâce e. a. à la mise en place de la Fondation de Luxembourg commence à porter ses fruits également pour les musées: une collaboration exemplaire avec la Fondation La Marck a permis de faire entrer déjà quatre tableaux importants dans nos collections, d’autres sont susceptibles de suivre…

Mais la générosité envers un musée ne doit pas nécessairement s’exprimer par le don d’argent ou d’objets. Car c’est aussi par des informations que vous pouvez nous aider à mieux réaliser nos projets. Il en va ainsi du projet d’exposition L’Art Déco au Luxembourg (p. 10) pour laquelle notre section des Arts décoratifs et populaires est actuellement encore à la recherche d’objets inédits…   Avant de terminer, j’aimerais attirer votre attention sur deux offres éducatives: tout d’abord sur le cycle – ambitieux – de conférences, d’activités et de visites (p. 26-27) que l’équipe du M3E vous propose autour son exposition temporaire actuelle Pont Adolphe 1903 que vous pourrez continuer à découvrir jusqu’au 8 mai prochain. Et enfin sur les audioguides qui sont désormais disponibles en trois langues (Fr./ All./ Angl.) pour l’ensemble de nos nouveaux circuits thématiques au MNHA. À bientôt au musée! Michel Polfer, Directeur 01 ‘ 2017 museomag

3


Des collections améliorées...

© mnha / tom lucas

Les premiers fruits d’une précieuse collaboration avec la Fondation La Marck

Ill. 1: Antonio Giarola (1597-1674) d’après Guido Reni: «Le Repentir de Saint Pierre»

Depuis deux ans, notre musée bénéficie d’une collaboration à tout égard exemplaire avec la Fondation La Marck, créée sous l’égide de la Fondation de Luxembourg par un de ses descendants en hommage à Robert IV de La Marck, duc de Bouillon et maréchal de France, gendre de Diane de Poitiers et beau-père de Jean de Luxembourg. La Fondation La Marck poursuit trois groupes d’objectifs: la sauvegarde du patrimoine et l’enrichissement des collections publiques, le soutien à des associations qui s’occupent des jeunes ou des personnes âgées et les recherches sur l’histoire du Grand-Duché. 4

museomag 01 ‘ 2017

Fait remarquable, la Fondation La Marck porte un intérêt particulier à retrouver des objets appartenant au patrimoine luxembourgeois. C’est dans ce contexte qu’une première collaboration avec le MNHA a porté en 2015 sur l’acquisition d’une assiette en porcelaine de Meissen du service du grand-duc Adolphe, portant son monogramme. La fondation acceptant également de financer l’acquisition d’œuvres d’art ancien susceptibles de compléter les collections du MNHA, deux tableaux importants ont pu être acquis encore la même année. Tout d’abord un Repentir de Saint Pierre (ill. 1), connu par plusieurs versions, dont Guido Reni (1575-1642)


mécénat

est à l’origine. La version du MNHA se distingue par sa taille, 91 x 72 cm, et la présence d’un détail qui manque à toutes les autres versions: une table devant le saint sur laquelle repose son emblème, deux clés entrecroisées. Œuvre d’atelier sans doute, mais puissante et de très grande qualité picturale. Fait rare, son auteur a pu être identifié avec l’aide du professeur Benati, de l’université de Bologne, grand spécialiste de Guido Reni: il s’agit d’un de ses plus proches collaborateurs, Antonio Giarola (1597-1674), né à Vérone mais qui a longtemps travaillé à Bologne, et dont on commence à mieux connaître l’œuvre.

Velázquez et ses amis copistes

Le second tableau représente deux paysans à table (ill. 2), figures reprises d’un tableau célèbre de Velázquez, Les

Buveurs, ou Le Triomphe de Bacchus, de 1628. La joyeuse bande qui les entourait chez Velázquez a disparu, dont un Bacchus très caravagesque, et les deux paysans sont figurés en train de boire un bol de vin devant une table chargée de mets. Le tableau est pour l’instant attribué à Francisco de Burgos Mantilla (1612-1672), copiste et ami de Velázquez qui lui a demandé d’être témoin pour son dossier d’anoblissement en 1658. Burgos Mantilla reste cependant à bien des égards un peintre mystérieux, puisqu’il n’est connu que par une seule toile signée et datée (1631), une Nature morte aux fruits secs, à la Yale University Gallery, et une autre, au Prado, représentant des cardons, qui lui est attribuée. Quant à son activité de créateur, ses contemporains le disent habile à réaliser des portraits et des natures mortes, comme par hasard les deux thèmes réunis dans notre

Ill. 2: Attribué à Francisco de Burgos Mantilla (1612-1672): «Deux paysans à table»

01 ‘ 2017 museomag

5


... par des acquisitions de choix

© mnha / tom lucas

Les premiers fruits d’une précieuse collaboration avec la Fondation La Marck

Ill. 3: Antonio Molinari (1655-1704): «L’Enlèvement d’Hélène»

tableau. Un travail de recherche reste donc à faire autour de cette peinture, mais on mesure l’intérêt d’une étude qui pourrait faire progresser la connaissance des relations du grand Velázquez avec ses amis et disciples. En 2016, la collaboration avec la Fondation La Marck s’est poursuivie, grâce à laquelle deux œuvres majeures ont pu entrer dans nos collections.

Un imposant Molinari

À commencer par un magistral Enlèvement d’Hélène (ill. 3) d’Antonio Molinari, peintre né et mort à Venise (1655-1704), élève d’Antonio Zanchi (1631-1722). Le tableau – jusqu’à présent inédit – se caractérise par son cadrage remarquable, sa composition dense qui joue sur l’enchevêtrement des corps et par ses couleurs

6

museomag 01 ‘ 2017

vives et ses contrastes de lumière, typiques de l’école baroque. La Northampton Art Gallery conserve une deuxième version un peu plus large, au cadrage moins dense et qui inverse la position des assaillants, tableau qu’Alberto Craievich, l’expert du peintre, date vers 1695. Quelques semaines plus tard, la fondation a pu acquérir pour le musée une marine importante (ill. 4) du peintre français Joseph Vernet (1714-1789). On y découvre un de ses sujets favoris, une scène de naufrage par temps d’orage, signée et datée de Rome, en 1745. Mesurant 123,5 x 156 cm, il s’agit d’un des plus grands formats connus de la première période de la carrière de Vernet. Outre ses dimensions, ce qui distingue notre tableau, c’est sa provenance on ne peut meilleure. En


mécénat

effet, Vernet l’a offert en cadeau – peut-être dès l’année de sa création – à son confrère Joseph-Marie Vien (1716-1809), qui venait d’arriver dans la Ville éternelle en décembre 1744 après avoir obtenu le prix de Rome. Fait très rare, le pedigree complet du tableau est connu: on sait que de la succession de Vien, il est passé en Irlande au XIXe, puis en Angleterre au XXe.

du musée. Le MNHA tient à exprimer sa profonde gratitude à la Fondation La Marck pour son mécénat généreux ainsi qu’à la Fondation de Luxembourg pour l’encadrement administratif de cette merveilleuse collaboration qui, nous l’espérons, permettra de renforcer encore davantage nos collections dans les années à venir.

Toutes ces œuvres trouveront bientôt une place dans notre accrochage permanent d’art ancien au 3ème étage

Michel Polfer

Plus d’informations: Fondation de Luxembourg http://www.fdlux.lu/

Ill. 4: Joseph Vernet (1714-1789): «Côte rocheuse avec phare et scène de naufrage», signé et daté: 1745.

01 ‘ 2017 museomag

7


Prächtige KunstOBJEKTE kommen nach Luxemburg

© MNAA

„Portugal – Drawing the World“, vom 28. April bis zum 15. Oktober

António Pimentel, Direktor des MNAA in Lissabon: „Portugal hat ausschlaggebend zur Verständigung der Völker und verschiedener Regionen beigetragen – zur globalen Welt, wie wir sie jetzt nennen“.

Der Leiter des Museu Nacional de Arte Antiga (MNAA) in Lissabon, António Filipe Pimentel, gab uns schon einen Einblick in die große Zeitausstellung „Portugal - Drawing the World“, die im April ihre Türen im MNHA öffnet und momentan in Portugal intensiv vorbereitet wird. Herr Pimentel, wir wissen dass die Ausstellung „Portugal - Drawing the World“ mit den portugiesischen Entdeckungen im Zusammenhang steht… Es geht um viel mehr als um die Entdeckungen. Portugal hat ausschlaggebend zur Verständigung der Völker und verschiedener Regionen beigetragen – zur globalen Welt, wie wir sie jetzt nennen. Aber wir waren ja schon vor den Entdeckungen ein Produkt einer Globalisierung, eine Mischung, denn an diesem südwestlichsten Punkt Europas sind sich Goten und Muslime begegnet. Und das noch bevor und während Portugal sich im 12. Jahrhundert als Königreich behauptete und dann schließlich 1249 die maurische Provinz Al-Gharb (Algarve) eroberte und die heutigen nationalen Staatsgrenzen festlegte. Hier haben sich Norden und Süden, Westen und Osten getroffen und vermischt, und dieses Merkmal ist dann ausschlaggebend für den Weiterverlauf der portugiesischen Geschichte. 8

museomag 01 ‘ 2017

Portugal war also gut für das Kolonialreich gewappnet. Ging es dann während und nach den Entdeckungen so weiter? Ja, und zwar, weil Portugal ein Kolonialreich gründete, das kein klassisches Hoheitsgebiet war, sondern den Handel als Grundlage hatte. Dazu war natürlich diese ständige Bereitschaft für den Dialog notwendig, die auch für das portugiesische Kolonialreich charakteristisch war, ein bedeutender Unterschied im Vergleich mit England und Holland. Portugal hat immer die Mischehen ermutigt – im brasilianischen Volksmund wird ja gesagt, dass wir den Mestizen erfunden haben! Genau diese Vielfalt spiegelt sich in unserer Kunst und unseren angewandten Künsten wider. Das ist ja wie unsere gegenwärtige globale Welt und auch für Luxemburg und die hier ansässigen Portugiesen sehr aktuell! Portugal baute, trotz der auch existierenden Besetzungen und Militärposten, ein weltweites Netz von Handelsposten auf, das noch heute aktuell ist. Es war ein transkulturelles und finanzielles Kolonialreich, in dem Handel getrieben wurde. Das war ja auch der Titel der Könige seitdem Vasco da Gama den Seeweg nach Indien entdeckt hatte: „König von Portugal,


Sonderausstellung

und Algarve auf beiden Seiten des Meeres, Herr von Guinea, der Eroberung, der Seefahrt und des Handels von Äthiopien, Arabien, Persien und Indien, usw.“! Das ist alles hochaktuell und auch für die Portugiesen in Luxemburg wichtig, weil es zeigt wo wir herkommen und wie gut wir historisch für diese neue vernetzte Welt der Ströme gewappnet sind. Wie wird das in der Ausstellung sichtbar? In den ausgestellten Kunstobjekten wird man die verschiedenen Einflüsse und Materialien aller Regionen des portugiesischen Kolonialreichs sehen können, von den mittelalterlichen maurischen Elementen, über die späteren afrikanischen, indischen, chinesischen und japanischen, bis hin zu den brasilianischen. Es sind viele wichtige Exponate unserer Dauerausstellung vertreten, wie zum Beispiel die reiche Goldschmiedearbeit des 16. Jh., chinesisches Porzellan und Textilien, afrikanische und indische Elfenbeinarbeiten oder das berühmte Porträt von Vasco da Gama. Gesammelt von Vera Herold

Monstranz Portugal, 18. Jh. (3. Viertel) Vergoldetes Silber, Smaragde, Rubine, Diamanten, Topase, Granate, Saphire Olifant Sierra Leone, afro-portugiesische Kunst, 16. Jh. (1. Viertel) Elfenbein

01 ‘ 2017 museomag

9


L‘Art déco au Luxembourg Appel à contribution

L’Art déco est un style extrêmement novateur et décoratif de la période allant de 1920 à 1940 et couvre tous les domaines des arts appliqués: arts décoratifs et design industriel au sens strict tel que les meubles, le verre et la céramique, mais également la mode et les bijoux, l’architecture et le design des livres et des affiches. Son esthétique est différente d’un pays à l’autre. En France, on connaît une expression très luxueuse de ce style qui attache une grande importance aux matériaux précieux, aux éléments décoratifs élaborés ainsi qu’à une apparence raffinée. L’Art déco américain par contre exprime une passion pour la technologie, tendance considérablement ternie en Europe par l’expérience directe de la Première Guerre mondiale. En Allemagne, l’Art déco se retrouve en concurrence avec les lignes simples et épurées du Bauhaus, fondé en 1919. En Belgique, à partir d’un certain moment, l’influence moderniste est indéniable. Et au Luxembourg? Notre exposition propose de montrer pour la première fois comment le style Art déco se présente au Luxembourg dans l’entre-deux-guerres. Pour bien étudier les caractéristiques de l’Art déco au Luxembourg, nous faisons appel à votre soutien. La plupart des objets Art déco se trouvent encore chez des particuliers et sont même parfois conservés comme de véritables trésors de famille: vous conservez peut-être encore une robe de mariage extravagante de vos ancêtres ou bien des bijoux que vous portez à des occasions spéciales? Dans certains logements, le regard est aujourd’hui encore attiré par tel meuble Art déco. Nous aimerions pouvoir intégrer certains de ces objets privés dans notre projet. Même les vieilles photos peuvent nous aider à compléter notre présentation de ce style au Luxembourg. Si vous désirez contribuer à ce projet, nous vous prions de contacter Madame Ulrike Degen au Musée national d’histoire et d’art, section des Arts décoratifs et populaires, tél: 47 93 30-313 ou mail: ulrike.degen@mnha.etat.lu. Portrait de Mademoiselle B. de Pierre Blanc à l’Exposition du Cercle Artistique en 1926. L’illustration (signée A. Deloge) est tirée de la revue Luxemburger Illustrierte, no 26 (01.07.1926), p. 198. Le MNHA est à la recherche de l’actuel propriétaire de ce tableau.

10

museomag 01 ‘ 2017


Albrecht Dürer (1471-1528) Hans Kraft (1481-1542) Médaille de Charles Quint, 1521 Medaille Karls V., 1521 Medal of Charles V, 1521

Collection’s drawing by Stina Fisch

01 ‘ 2017 museomag

11


COMING SOON «Mois européen de la photo – Looking for the clouds / Portraits sous surveillance», du 7 avril au 17 septembre 2017 au MNHA “Portugal - Drawing the World”, du 28 avril au 15 octobre 2017 au MNHA «Traité de Londres 1867», du 11 mai au 31 décembre 2017 au M3E «Amis-Ennemis. Mansfeld et le revers de la médaille», du 13 juillet 2017 au 11 mars 2018 au M3E “Creation in Form and Color: Hans Hofmann”, du 6 octobre 2017 au 14 janvier 2018 au MNHA

CURRENTLY “Blood and tears. albrecht bouts and the image of the passion” – Temporary Exhibition Until the 12th february 2017 – mnha, 4e étage œuvre invitée: «Portrait d’un homme âgé de 56 ans», de Frans Pourbus le Jeune (1569-1622) – jusqu‘à fin avril 2017– MNHA, 3e étage «pont adolphe 1903», exposition temporaire jusqu‘au 8 MAI 2017 au M3e „Der Kalte Krieg in LUXEMBOURG“, Verlängerung der sonderausstellung bis zum 15. januar 2017 – WILTHEIMflügel / MNHA

12

museomag 01 ‘ 2017


Janviermars 2017

01 ‘ 2017 museomag

13


janvier ’17

Nouvel An

GUEST WORK

di 01 fermé

DI 29 15h Pourbus le Jeune

(F)

visites guidées führungen JE 05 18h De kale Krich / Der kalte Krieg

(L/D)

JE 05 18h Albrecht Bouts

(L/D)

DI 08 15h The cold war

(EN)

DI 08 16h Albrecht Bouts

(F)

JE 12 18h La guerre froide

(F)

JE 12 18h Albrecht Bouts

(F)

DI 15 15h Albrecht Bouts

(L/D)

DI 15 16h De kale Krich / Der kalte Krieg dernière visite, dernière date

(L/D)

JE 19 18h Joseph Kutter 1894–1941

(L/D)

SA 21 11h Edward Steichen

(F)

di 22 15h Albrecht Bouts

(P)

DI 22 16h Albrecht Bouts

(F)

JE 26 18h Grands Formats

(F)

DI 29 16h Albrecht Bouts

(L/D)

CONFÉRENCE JE 19 18h30 Le diptyque du MNHA: étude et restauration d‘une œuvre exceptionnelle d‘Albrecht Bouts par Valentine Henderiks et Livia Depuydt

14

museomag 01 ‘ 2017

(F)


© éric chenal

Nouvel An di 01 fermé

visites guidées führungen ME 04 17h Pont Adolphe 1903

(F)

DI 08 16h Pont Adolphe 1903

(L/D)

ME 11 17h Pont Adolphe 1903

(L/D)

SA 14 14h30 Les Forts Thüngen et Obergrünewald par Célestin Kremer (L/D/F) DI 15 16h Pont Adolphe 1903

(F)

ME 18 17h Pont Adolphe 1903

(F)

SA 21 15h Dauerausstellung

(L)

RENC’ART du mois : André Fougeron (1913-1998) Le 18 mars 1871, l‘enterrement du fils de Victor Hugo, 1952

DI 22 14h30 Les Forts Thüngen et Obergrünewald par Célestin Kremer (L/D/F)

Huile sur toile Don de l‘indivision Fougeron

SA 28 14h30 Les Forts Thüngen et Obergrünewald par Célestin Kremer et Romain Schaus (L/D/F)

André Fougeron est un artiste français autodidacte, représentant du «réalisme socialiste», dans la continuité de la peinture d’histoire à vocation sociale. Il est considéré comme un précurseur de la Nouvelle Figuration. En 1939, il adhéra au Parti communiste français et durant l’Occupation, il entre dans la Résistance. Fidèle à ses convictions communistes, il n’a cessé de questionner son époque à travers une œuvre souvent teintée d’allégorie. L’œuvre monumentale (3,46 x 5,47 m) intitulée Le 18 mars 1871, l‘enterrement du fils de Victor Hugo est la plus grande huile sur toile des collections du MNHA. Accrochée actuellement dans l’exposition consacrée aux Grands Formats, elle n’a plus été présentée au public depuis 2005. MA 03 12h30 & JE 05 19h Œuvre du mois

(F)

MA 10 12h30 & JE 12 19h Kunstobjekt des Monats

(D)

MA 17 12h30 & JE 19 19h Artwork of the month

(EN)

MA 24 12h30 & JE 26 19h Obra do mês

DI 22 16h Pont Adolphe 1903

(L/D)

ME 25 17h Pont Adolphe 1903

(L/D)

DI 29 16h Pont Adolphe 1903

(EN)

Histoire Urbaine SA 14 10h30 Les grands boulevards par Robert L. Philippart – Rdv: Place de la Constitution (F)

(P)

01 ‘ 2017 museomag

15


L‘art de la Solidarité

© marion dessard

«nuit des mécènes»: célébration de l‘acquisition collective de l‘Œuvre «vue sur le château de Larochette» de Barend Cornelis Koekkoek

16

museomag 01 ‘ 2017


Crowdfunding

«Le mécénat est une monnaie à double face qui rémunère à égalité celui qui donne et celui qui reçoit» Dominique Legrain Lancée en partenariat avec le Fonds culturel national et avec le soutien des Amis des musées d’Art et d’Histoire ainsi que de l’Ambassade des Pays-Bas au Luxembourg, la campagne de souscription «Tous mécènes d’un Koekkoek!» a permis d’atteindre, voire dépasser l’objectif des 100.000 euros: en effet, 102.928,47 euros émanant de 282 mécènes tant privés qu’institutionnels ont pu être récoltés afin de cofinancer l’acquisition d’un paysage luxembourgeois peint en 1848 pour le Roi Grand-Duc Guillaume II. Lors de la «Nuit des mécènes» organisée le 8 décembre 2016 au musée et encadrée musicalement par les sœurs Lecuit (Vania au violon et Judith au violoncelle), Guy Arendt, Secrétaire d’État à la Culture, et Michel Polfer, directeur du MNHA, ont chaleureusement remercié toutes celles et ceux qui ont témoigné leur solidarité. Les noms des donateurs sont encore actuellement affichés intra muros, sur la double page ci-contre ainsi que sur notre site: www.mnha.lu/fr/Thank-you-Merci-Danke-

01 ‘ 2017 museomag

17


18

museomag 01 ‘ 2017


01 ‘ 2017 museomag

19


© marion dessard

février ’17

visites guidées führungen JE 02 18h Albrecht Bouts

(L/D)

DI 05 15h Large Formats

(EN)

DI 05 16h Albrecht Bouts

(F)

JE 09 18h Albrecht Bouts

(F)

DI 12 16h Albrecht Bouts dernière visite, dernière date (L/D) JE 16 18h Großformate

(L/D)

SA 18 11h Edward Steichen

(EN)

di 19 15h Joseph Kutter

(P)

DI 19 16h Grands Formats

(F)

JE 23 18h Joseph Kutter

(F)

DI 26 16h Joseph Kutter

(L/D)

RENC’ART du mois : Astronomische Bodenstanduhr

GUEST WORK

© éric chenal

DI 26 15h Pourbus le Jeune

(EN)

Gehäuse mit Nussbaumfurnier Uhrwerk mit Kompensationspendel, signiert „Melchior J.-H. Lebrun“ um 1850 Vermutlich hergestellt für das Haus der Familie Hedin in Luxemburg-Clausen

Der Uhrmacher Lebrun (1807-1883), geboren in Rochefort im heutigen Belgien, heiratet 1837 die Luxemburgerin Marie-Jeanne Hedin. 1846 ist die Familie in Clausen gemeldet, wo Lebrun um 1850 die astronomische Bodenstanduhr im klassizistischen Stil fertigt. Auf dem prachtvollen Ziffernblatt ist nicht allein die Uhrzeit abzulesen, sondern auch beispielsweise die Zeitgleichung, die Mondphasen, die Tierkreiszeichen und der Sonnenstand. Die Renc’Artführung bietet nicht nur Gelegenheit, sich das komplizierte Uhrwerk mit einem Kompensationspendel erläutern zu lassen, sondern ausnahmsweise auch die vier Melodien erklingen zu hören, die extra zu diesem Anlass in Gang gebracht werden. MA 07 12h30 & JE 09 19h Œuvre du mois

(F)

MA 14 12h30 & JE 16 19h Kunstobjekt des Monats

(D)

MA 21 12h30 & JE 23 19h Artwork of the month

(EN)

MA 28 12h30 & JE 02.03 19h Obra do mês

20

museomag 01 ‘ 2017

(P)


visites guidées führungen ME 01 17h Pont Adolphe 1903

(F)

DI 05 14h30 Les Forts Thüngen et Obergrünewald par Célestin Kremer et Romain Schaus (L/D/F) DI 05 16h Pont Adolphe 1903 ME 08 17h Pont Adolphe 1903

(F) (L/D)

SA 11 14h30 Les Forts Thüngen et Obergrünewald par Célestin Kremer et Romain Schaus (L/D/F) sa 11 15h Dauerausstellung DI 12 16h Pont Adolphe 1903 ME 15 17h Pont Adolphe 1903

(D) (L/D) (F)

DI 19 14h30 Les Forts Thüngen et Obergrünewald par Célestin Kremer et Romain Schaus (L/D/F) DI 19 16h Pont Adolphe 1903 ME 22 17h Pont Adolphe 1903

(F) (L/D)

SA 25 14h30 Les Forts Thüngen et Obergrünewald par Célestin Kremer et Romain Schaus (L/D/F) DI 26 16h Pont Adolphe 1903

(EN)

Conférences Histoire urbaine DI 12 10h30 L‘assiette du pont Adolphe par Robert L. Philippart et Änder Bruns. Rdv: Piquet (rue Aldringen, Hôtel des Postes) (L)

ME 01 17h30 «Investigations géologiques et géotechniques dans le cadre de la réhabilitation du pont Adolphe» par Robert Colbach

(F)

ME 08 17h30 «Paul Eyschen, le recordman oublié de la politique luxembourgeoise» par Denis Scuto

(F)

01 ‘ 2017 museomag

21


mars ’17

GUEST WORK

visites guidées führungen JE 02 18h De Mosaïque vu Viichten

(L/D)

DI 05 15h Joseph Kutter

(EN)

DI 05 16h Cabinet des médailles

(F)

JE 9 18h Joseph Kutter

(F)

DI 12 16h Joseph Kutter

(L/D)

JE 16 18h De Mënzkabinett / Das Münzkabinett (L/D) SA 18 11h Edward Steichen

22

(L/D)

di 19 15h Gabinete de Medalhas e Moedas

(P)

DI 19 16h La mosaïque de Vichten

(F)

JE 23 18h De Mansfeld au Design

(F)

DI 26 16h De Mosaïque vu Viichten

(L/D)

JE 30 18h Vum Mansfeld zum Design

(L/D)

museomag 01 ‘ 2017

Di 26 15h Pourbus le Jeune

(L/D)


© éric chenal

visites guidées führungen ME 01 17h Pont Adolphe 1903

(F)

SA 04 15h Collection permanente

(F)

DI 05 14h30 Les Forts Thüngen et Obergrünewald par Célestin Kremer et Romain Schaus (L/D/F) DI 05 16h Pont Adolphe 1903

(L/D)

ME 08 17h Pont Adolphe 1903

(L/D)

SA 11 14h30 Les Forts Thüngen et Obergrünewald par Célestin Kremer et Romain Schaus (L/D/F) DI 12 16h Pont Adolphe 1903

(F)

ME 15 17h Pont Adolphe 1903

(F)

di 19 14h30 Les Forts Thüngen et Obergrünewald par Célestin Kremer et Romain Schaus (L/D/F)

RENC’ART du mois : Auguste Trémont (1892-1980) Pair of marching Bengal tigers

DI 19 16h Pont Adolphe 1903

(L/D)

ME 22 17h Pont Adolphe 1903

(L/D)

SA 25 14h30 Les Forts Thüngen et Obergrünewald par Célestin Kremer et Romain Schaus (L/D/F)

Bronze, 1927 Bequest of Léon Schaus

DI 26 16h Pont Adolphe 1903

Auguste Trémont is certainly one of the most important Luxembourgish animal sculptors of the twentieth century. Born in 1892 in Luxembourg, he studied at the École Nationale des Arts Décoratifs in Luxembourg City and then at the École Nationale Supérieure des BeauxArts in Paris. It was in the French capital, in the Jardin des Plantes, that he discovered his passion for sculpting animals. In 1927 he was one of the co-founders of the Luxembourg Secession Salon, more for reasons of personal friendship than out of aesthetic considerations. His royal tigers are a synthesis of the forward motion of these felines.

(EN)

ME 29 17h Pont Adolphe 1903

(F)

Histoire urbaine DI 12 10h30 Une ville rejoint sa gare par Robert L. Philippart – Rdv: Place de la Gare, pavillon grand-ducal (L)

Conférences ME 08 17h30 «L‘architecte-paysagiste Edouard André (1840-1911) et le style des promenades de Paris à Luxembourg» par Marc Schoellen (F) ME 15 17h30 «Louis Émile Durandelle (1839-1917) et la photographie de chantier» par Charlotte Leblanc (F)

JE 02 19h Obra do mês (Thème du mois de février)

(P)

MA 07 12h30 & JE 09 19h Œuvre du mois

ME 22 17h30 „De Pont Adolphe – ee Steen am Nationalarchiv“ par Corinne Schroeder

(L)

(F)

MA 14 12h30 & JE 16 19h Kunstobjekt des Monats

ME 29 17h30 «La francophilie au Luxembourg au tournant du siècle» par Frank Wilhelm

(F)

(D)

MA 21 12h30 & JE 23 19h Artwork of the month

(EN)

MA 28 12h30 & JE 30 19h Obra do mês

(P)

01 ‘ 2017 museomag

23


For Youngsters Only Janvier

mars

ATELIERS DE VACANCES MA 03 14h30 (>16h30) (6-10 ans) Happy and Sad avec Sylvie Weyer & Camille d‘Huart ME 04 14h30 (>16h30) (4-7 ans) Paysage d‘hiver / Winterlandschaft avec Sylvie Weyer & Camille d‘Huart

ARTHÈME MNHA (L/D/F) (L/D/F)

8€ M3E 8€

ARTHÈME MA 17 14h30 (>16h30) (6-12 ans) Grafic design avec Camille d‘Huart

MNHA (L/D/F) 5 €

MA 14 14h30 (>16h30) (6-12 ans) Miroir et espace / Spiegel und Raum avec Camille d‘Huart

MNHA (L/D/F)

ARCHÉOTHÈME JE 16 14h30 (>16h30) (6-12 ans) MNHA Instruments de musique anciens: hochet & flûte / Antike Musikinstrumente: Rassel & Flöte avec Yann Mannon (L/D/F) 5 €

ARCHÉOTHÈME JE 19 14h30 (>16h30) (6-12 ans) Un jardin romain / Ein römischer Garten avec Chantal Kerschen

MNHA (L/D/F)

5€

CRÉART SA 28 14h30 (>16h30) (7-11 ans) Art Sonore I / Klangkunst I avec Tania Weiss

MNHA (L/D/F)

5€

février ARTHÈME MA 14 14h30 (>16h30) (6-12 ans) Proportion, couleur, perception / Proportion, Farbe,Wahrnehmung avec Camille d‘Huart

MNHA (L/D/F)

5€

CRÉART SA 18 14h30 (>16h30) (7-11 ans) Art Sonore II / Klangkunst II avec Tania Weiss

MNHA (L/D/F)

5€

ATELIER DE VACANCES ma 21 14h30 (>16h30) (7-12 ans) Tableau vivant / Lebendes Bild avec Camille d‘Huart

MNHA (L/D/F)

8€

ARCHÉOTHÈME JE 23 14h30 (>16h30) (6-12 ans) Rouleau de papyrus / Papyrusrolle avec Yann Mannon

24

museomag 01 ‘ 2017

MNHA (L/D/F)

5€

5€

Informations et inscriptions auprès du Service des Publics du MNHA Marché-aux-Poissons L - 2345 Luxembourg Tél.: 47.93.30-214 Fax.: 47.93.30-315 E-mail: servicedespublics@mnha.etat.lu


© mnha / tom lucas

Budding artist

DE KALE KRICH VU SCHÜLER FIR SCHÜLER D‘4ième CLA6 aus dem Lycée Ermesinde hat d‘Iddi de 7ième a 6ième Klassen d‘Geschicht vum Kaale Krich méi no ze bréngen. Si hu sech gutt informéiert, koumen d’Expo an de Musée kucken an hunn nach weider an der Klass recherchéiert. Froe wéi: „Wat ass de kale Krich a wéini war en?“ goufe liicht beäntwert. Dono hu si hir Matschüler an den MNHA agelueden an hinnen erklärt, dass Amerika an d’sowjetesch Unioun politesch wéi sozial ënnerschiddlech Usiichten haten. An all Sall kruten d‘Schüler d‘Politik vu Lëtzebuerg an der Zäit méi no bruecht. Déi Meescht hu sech fir d’Spionage an d’Geheimdéngschter interesséiert. Parallel hu si de Kierfecht vun Hamm besichtegt. D‘Aha-Erliefnisser bei de 4ième Schüler waren:

Luka: „Ech wousst net dass Lëtzebuerg sou an der Logistik involvéiert war“ Mil: „Ech war ganz vun de Geheimdéngschter geflasht. Spannend, dass kee vun deem anere wousst“ Caroline: „Interessant wéi en Ureiz Amerika op Europa huet“

Alleguerten hu se gemengt: „1989 war de Fall vun der Berliner Mauer e grousst Symbol, mee et gouf kee konkreten Datum oder Event wéini de kale Krich genau eriwwer war“. 01 ‘ 2017 museomag

25


Des passerelles historiques servies sur un plateau

© éric chenal

Programme autour de l’exposition temporaire «Pont Adolphe 1903»

Conférences systématiquement à 17h30 au M3E… ● «Investigations géologiques et géotechniques dans le cadre de la réhabilitation du Pont Adolphe» Suite à un vaste programme d‘in-

vestigations géologiques et géotechniques, il a été possible d’identifier la distribution des fissures dans la construction, de distinguer les différents types de pierres, bétons, maçonneries, etc. d‘une part et le degré d‘altération et les propriétés mécaniques du grès sur lequel reposent les fondations des piles de l‘ouvrage d‘autre part. Conférence par Robert Colbach, du Service géologique de l‘État, Administration des ponts et chaussées – le 1er février à 17h30 (FR).

● «Paul Eyschen, le recordman oublié de la politique luxembourgeoise» Dans l‘histoire de

l’État-Nation luxembourgeois, des hommes politiques ont posé des actes fondamentaux. C’est le cas, tout particulièrement, de Paul Eyschen (1841-1915), ministre d‘État et ministre des Affaires étrangères de 1888 à 1915, qui a marqué d’une empreinte forte la vie politique du Luxembourg pendant plus de quarante ans. Il est d‘autant plus étonnant qu’aucun historien n’ait consacré une étude approfondie de la carrière de ce libéral étatiste.

26

museomag 01 ‘ 2017

Conférence par Denis Scuto, directeur de recherche au Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History (Uni.lu) – le 8 février à 17h30 (FR).

● «L‘architecte-paysagiste Edouard André (1840-1911) et le style des promenades de Paris à Luxembourg» La conférence vise à resti-

tuer l’œuvre d’Edouard André dans le contexte des débats esthétiques de l’époque autour du «nouveau style composite», dont il se fit l’ardent protagoniste. Elle tente aussi de mettre les interventions d’André au Grand-Duché en relation avec le réseau socioprofessionnel de mécènes et de collaborateurs qui lui ont permis de s’établir en maître incontesté d’un nouvel art paysager à Luxembourg autour de 1900. Conférence par Marc Schoellen, diplômé en architecture des jardins – le 8 mars à 17h30 (FR).

● «Louis Émile Durandelle (1839-1917) et la photographie de chantier» L’étude du photo-

graphe français Louis Émile Durandelle (1839-1917), notamment connu pour ses photographies de chantier et d’architecture réalisées à Paris entre 1860 et 1890, permet d’enrichissantes comparaisons avec l’actuelle exposition consacrée aux photographies du chantier du pont Adolphe de Luxembourg.


cycle de conférences

Conférence par l’historienne de l’architecture et de la photographie Charlotte Leblanc – le 15 mars à 17h30 (FR).

● „De Pont Adolphe – ee Steen am Nationalarchiv“ D’Recherche iwwert d‘Geschicht vum Pont

Adolphe kann een op eng gewëss Manéier mam eigentleche Bau vun dëser Bréck vergläichen: béid sinn zimlech ambitiéis, ma eréischt lues a lues setze sech hir eenzel Puzzelstécker respektiv Steng zu engem grousse Ganzen zesummen. Dëse Virtrag soll net nëmmen eng Presentatioun sinn vun den eenzelen Archivfongen, déi fir dës Enquête wichteg sinn, mee et sollen och déi eenzel Dokumententypen virgestallt ginn, deenen een an der aler Kasär um Helleg-Geescht-Plateau begéint. Conférence par Corinne Schroeder, conservatrice aux Archives nationales – le 22 mars à 17h30 (LU).

● «La francophilie au Luxembourg au tournant du siècle» La société postrévolutionnaire

luxembourgeoise est marquée par des mentalités contradictoires. En 1843, alors qu’il n’y a plus de population spontanément francophone dans le pays, le Gouvernement maintient le français comme langue scolaire au même titre que l’allemand. Au début du XXe siècle, la domination économique allemande à la Belle Époque attise une francophilie galopante, qui atteindra son apogée en 1918, avec la victoire des Alliés. La conférence-projection de F. Wilhelm présentera un survol de plusieurs débats. Conférence par Frank Wilhelm, professeur émérite – le 29 mars à 17h30 (FR).

● «D’Arbedsgebai» – un fleuron du patrimoine architectural et industriel luxembourgeois» La conférence propose un tour virtuel du

prestigieux immeuble conçu par l’architecte français René Théry pour la société industrielle ARBED. Inauguré en 1922, ce bâtiment est un symbole de l’économie luxembourgeoise basée sur l’histoire passionnante de la sidérurgie. Conférence par Antoinette Lorang, docteure en histoire de l’art – le 5 avril à 17h30 (LU).

● «Le pont Adolphe et le microcosme italien de Hollerich» La construction du pont Adolphe a

attiré une nombreuse main-d’œuvre, notamment italienne. Autour des maîtres-maçons qui s’établissent au pays en créant leurs propres entreprises de construction, s’est créé à Hollerich un microcosme de pensions de famille, d’associations, de commerces et cafés italiens, transformant certaines rues de cette commune, alors distincte de la capitale, en «Petite Italie».

Il s’agit d’une réalité aujourd’hui largement méconnue. Conférence par Antoinette Reuter, historienne et cofondatrice du CDMH, Dudelange – le 3 mai à 17h30 (FR).

…et activités extra muros ● «L’assiette du pont Adolphe» Un premier

projet de pont dans l’axe de la rue Philippe II date de 1671. Dès 1875, les débats sur la construction du pont Adolphe exercent une influence notable sur le développement des quartiers ouest de la ville haute. Il s’ensuit un rééquilibrage des fonctions des quartiers de la capitale. Visite guidée avec Robert L. Philippart et Änder Bruns – le dimanche 12 février à 10h30 (LU). Rdv: Um Piquet (23, rue Aldringen). Prix: 5 €/personne. Étudiants/enfants: gratuit.

● «Le trajet de la première ligne de tram en bus historique» Le circuit en bus historique de la Gare centrale au Glacis éclaire les choix de développement urbanistique adoptés par la ville en 1875. Départ: Place de la Gare. Arrivée: Parking Glacis (durée: 2h). Prix: 5 €/personne. Étudiants/enfants: gratuit. Réservation obligatoire (nombre limité de places dans le bus): Tél.: 44 49 29 ou info@histoireurbaine.eu Visite guidée avec Robert L. Philippart et JeanPaul Hoffmann – le dimanche 28 mai à 14h30 (FR).

● «Urban sketching: le pont Adolphe».

À l’occasion de la réouverture du pont Adolphe, les architectes Jean-Paul Carvalho et Arnaud De Meyer proposent un atelier de dessin en plein air avec l’historien Robert L. Philippart. Venez outillé: support rigide, feuilles blanches A4, bloc ou cahier de croquis, crayon, feutre… Atelier de dessin en coopération avec LUCA le samedi 1er avril 2017 à 14 h (FR). Séance gratuite; durée: 2h. Rdv: place de Bruxelles. Arrivée: en-dessous du pont.

● «Visite de la carrière Feidt à Ernzen» La visite

de la carrière portera sur la formation des rochers, les qualités du grès d’Ernzen et les techniques d’extraction. Visite avec Robert Maquil, le dimanche 2 avril à 15 h (durée : 3h). Départ: Montée d’Ernzen (à Ernzen). (LU)

www.m3e.lu

Exposition temporaire «Pont Adolphe 1903» au M3E jusqu‘au 8 mai 2017

01 ‘ 2017 museomag

27


A photo shoot under high surveillance

© éric chenal

A precious book donated to the Musée Dräi Eechelen by The Friends of the Art and History Museums, is photographed from every angle

For each shot, photographer and restorer must find the best inclination to naturally achieve the best shot without damaging the paper or the casing.

Thanks to the patronage of The Friends of the Art and History Museums, the Musée Dräi Eechelen acquired a particularly valuable book published in 1596. The Novice of Leone Belgico eiusque topographica atque historica descriptione liber of Michael Aitzinger is one of the books most sought after by historians and lovers of antiquarian books. The book presents a detailed description of the events that happened in our region between 1555 and 1595, during the revolt of the Spanish Netherlands, thanks to 237 double engraved pages and six medallion portraits of the governors. In order to acquire a detailed knowledge and to study these etchings with a thousand details, it was imperative to photograph them and thus manipulate the original book as little as possible. However, to carry out a photo session of a finely gilded and over 500-year-old-book with delicate bindings one does not improvise! Neither does the old paper appreciate long exposures to light, nor must the bound pages be forced open. And for each page, the photographer must find a different solution and play with a mirror to obtain the best lighting through its reflections. This book is certainly a lazy model but has so much to say! Indeed, besides engravings and portraits, it contains an even more precious treasure (and even more challenging to photograph): a lion! 28

museomag 01 ‘ 2017

Michael Aitzinger was the first to represent the map of the Seventeen Provinces of the Habsburg Netherlands in the form of a lion. This Leo Belgicus has become a «must» of cartography and its copies are highly appreciated by collectors. It is even more rare and valuable to be able to acquire this map within a complete book. However, when it is time to photograph it, it is necessary to hold one’s breath and to work with the utmost dexterity. Several etchings represent a key figure in the history of Luxembourg: Pierre-Ernest de Mansfeld (15171604). These images unveil details and make us literally witness scenes, such as the arrest of the Counts of Egmont and of Hornes by the Duke of Alba in 1567, or the assassination of William of Orange in 1584, as well as relive the ceremony during which Mansfeld bestowed the prestigious chain of the Order of the Golden Fleece to Alexander Farnese after the surrender of Antwerp in 1585. Thanks to this special photo shoot, all the engravings of the book - and its precious Leo – are now available and can be studied by historians without having to use the precious original, which can remain in optimal conservation conditions in one of the museum’s safe. Cécile Arnould


donation

L’année 2017 est celle du 500e anniversaire de la naissance du Prince de la Renaissance, Pierre-Ernest de Mansfeld, gouverneur du Duché de Luxembourg (1517-1604). Le Musée Dräi Eechelen s’apprête à célébrer cet événement à travers une exposition «Amis/ Ennemis. Mansfeld et le revers de la médaille». Autour du prestigieux Leo Belgicus, estampes et médailles illustreront non seulement la carrière militaire de ce noble d’origine allemande, son ascension à la Cour de Bruxelles auprès de l’empereur Charles Quint et de son fils Philippe II, mais aussi ses alliés politiques ou bien encore ses rivaux. Contemporain de Mansfeld, le sculpteur Jacques Jonghelinck (1530-1606) a travaillé pour les nobles et les dignitaires de cette époque en ciselant, entre autres, de saisissants portraits en médailles. À l’exemple de celui de la gouvernante Marguerite de Parme qui résida en 1580 durant quatre semaines au château La Fontaine, construit par Mansfeld à Clausen et dont les vestiges subsistent à quelques centaines de mètres en contre-bas du Musée. Cet été, conviés par Mansfeld, les principaux acteurs politiques de la Renaissance dans les Pays-Bas espagnols se donnent rendez-vous au Luxembourg! «Amis/Ennemis. Mansfeld et le revers de la médaille» Exposition temporaire au M3E, du 13 juillet 2017 au 11 mars 2018.

01 ‘ 2017 museomag

29


« L’appel du regard » d’éric Chenal


Un «grand format» d’André Fougeron revisité © éric chenal

Clés de lecture d’un hugolien

André Fougeron (1913-1998): «Le 18 mars 1871, l‘enterrement du fils de Victor Hugo», 1952, huile sur toile. Don de l‘indivision Fougeron.

Du mois de juillet 2016 à la fin du mois de février 2017, le Musée National d’Histoire et d’Art expose un tableau à l’huile de sa collection intitulé Le 18 mars 1871, l’enterrement du fils de Victor Hugo. L’œuvre mesure 3,46 m x 5,47 m et est datée de 1952, l’année du cent cinquantenaire de la naissance du poète.

32

des démunis, tout comme une jeune femme aux épaules dénudées qui présente un bébé tout nu, peut-être une image allégorique de la République laïque à naître. Au fond, la colonne de Juillet, place de la Bastille. En bas du tableau, sur les pavés, la signature a.fougeron 1952 et une citation de l’historien de la Commune de Paris, le journaliste et ancien communard Prosper Olivier Lissagaray (1838-1901): LE 18 MARS 1871. VICTOR HUGO MÈNE AU PÈRE LACHAISE LE CORPS DE SON FILS CHARLES. LES FÉDÉRÉS PRÉSENTENT LES ARMES ET ENTROUVRENT LES BARRICADES POUR LAISSER PASSER LA GLOIRE ET LA MORT. (L’Histoire de la Commune de 1871, 1876).

Le tableau représente deux événements qui coïncident le 18 mars 1871: le cortège funèbre du fils d’un écrivain bourgeois et révolutionnaire, et la proclamation de la Commune de Paris. Magnifié par le peintre autodidacte, le peuple de la capitale, insurgé contre l’ennemi extérieur, les Allemands, et intérieur, le régime conservateur au pouvoir, salue avec respect la figure de Victor Hugo, père de famille éprouvé, figure tutélaire d’une République démocratique et fraternelle à construire.

Notes de François Martin

Au centre du tableau: le corbillard avec la lettre H et le poète en vêtements de deuil, porteur de l’écharpe tricolore de député. Le peuple – hommes, femmes, garçons, vieillards – dépave les rues afin d’ériger des barricades, d’autres mettent en place un canon. Derrière le corbillard, des civils vêtus de noir: la famille et les proches. À droite, un groupe de musiciens en uniforme: des gardes nationaux précédés d’un officier sabre au clair, de futurs communards. En haut du tableau: le drapeau rouge de la Commune accroché au fusil d’un ouvrier émeutier, lequel salue Hugo serviteur

Tout en condamnant l’emploi de la violence, Victor Hugo comprenait et défendait les objectifs de la Commune: autonomie de la Ville de Paris, laïcité du

museomag 01 ‘ 2017

Un témoin luxembourgeois, l’ouvrier typographe et journaliste François Martin (1848-1937), note dans ses Mémoires inédits, rédigés en allemand (AnLux) que, parmi les membres du service d‘ordre qui montaient la garde autour du cercueil un instant exposé aux pieds de la colonne de Juillet, il y avait aussi des Luxembourgeois, émigrés en raison de la situation économique défavorable dans leur patrie.


Collections

régime politique, mesures sociales, union libre, égalité de l’homme et de la femme, respect du travail et du travailleur, droit à l’éducation pour tous, etc. Quelques semaines après l’événement représenté ici, l’écrivain se retrouva au Grand-Duché après avoir été expulsé de Belgique pour y avoir pris la défense des communards impitoyablement poursuivis à Paris. Il était suspect aux yeux de la Droite et jugé avec méfiance par la Gauche. On peut revisiter cette œuvre monumentale en prenant comme point de départ la lecture qu’en fait Bernard Ceysson, critique d’art français et galeriste de renom: le tableau à la technique hybride (réalisme socialiste, hyperréalisme, photo, BD) serait le reflet des luttes politiques du début des années 1950, où les couches populaires cherchaient à contrecarrer l’hégémonie du capitalisme. Sans renier cette vision marxiste de l’histoire sociale moderne, on peut tenter de commenter cette toile en s’interrogeant sur la filiation de modèles graphiques détectables ici (emprunts à Delacroix et à Courbet), sur les citations littéraires (l’épisode des barricades dans Les Misérables) et sur une signification maçonnique que l’on pourrait attribuer à certains symboles, sans négliger des éléments implicites en relation avec le Grand-Duché de Luxembourg de cette époque. Frank Wilhelm

© marion dessard

«BIG – Grands Formats», à l’affiche du MNHA, salles Wiltheim (4e étage), jusqu’à fin février.

2016, année commémorant le 75e anniversaire de la mort de Joseph Kutter (18941941) et à laquelle le MNHA rend hommage à travers une rétrospective jusqu’à fin mars 2017, aura été placée sous le signe des donations «Kutter». En effet, après avoir reçu de la famille Fischer à Luxembourg un tableau intitulé Statue de Saint Jean Népomucène à Luxembourg (Bommenzinnes), le musée voit sa collection Kutter enrichie de trois œuvres supplémentaires. Suite à l’intention libérale formulée en avril dernier par Enrico Lunghi, directeur du Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean, de céder au MNHA trois créations du plus illustre artiste luxembourgeois du XXe siècle, la collection Kutter de notre musée compte en plus: Clown à l’accordéon (cidessus), fusain et gouache, vers 1935; La mère et l’enfant (gouache, vers 1930) et Mucha (dessin, vers 1938-39). Cette inestimable donation sera temporairement valorisée en bonne place avant la fin de la rétrospective.

Le conférencier Frank Wilhelm

01 ‘ 2017 museomag

33


Bon a savoir

   M3E : fermé les lundis

À partir du 1er janvier 2017, le Musée Dräi Eechelen observera son jour de fermeture réglementaire les lundis (et non plus les mardis). Le musée sera donc accessible au public de mardi à dimanche de 10 à 18 heures, sauf jours fériés. L’ouverture nocturne du mercredi ( jusqu’à 20 heures), avec accès gratuit au musée à partir de 17 heures, est maintenue.

   Merci les Amis !

Grâce aux Amis des Musées, la collection du Musée Dräi Eechelen s’est enrichie non seulement d’un splendide livre de gravure de la Renaissance (voir pp. 28-29), mais aussi d’une curiosité particulièrement rare dans l’armement de la forteresse de Luxembourg. Il s’agit d’un fusil de pionnier prussien datant de 1857. Arme prise aux troupes françaises (elle porte une marque de la manufacture de Charleville), elle a été adaptée par les Prussiens afin d’être utilisée par les soldats du génie, les pionniers, chargés de l’entretien et des aménagements de la forteresse.

   En vitrine chez LIBO-Gare

   Le temps de se poser…

À partir de janvier, les visiteurs désireux de se poser plus longuement dans certaines salles d’exposition pourront emprunter une chaise pliante portative à l’accueil de nos deux musées, aussi bien au MNHA qu’au M3E. Ces chaises ultra légères (1,7kg) pourront être aisément transportées à travers les salles, permettant au visiteur de s’installer à son gré soit pour mieux admirer un tableau, soit pour écouter en toute tranquillité les explications fournies par audioguide.

   À vos audioguides !

Avec l’ouverture de l’aile Wiltheim et le réagencement des collections permanentes en parcours thématiques intégrés, le contenu des audioguides a été harmonisé en conséquence. Ils sont depuis peu de nouveau disponibles à l’accueil du musée et leur usage est gratuit. Jamais les collections permanentes du MNHA n’auront été aussi faciles d’accès!

   Photos fantômes

Dans le cadre de l’édition 2017 du «Mois européen de la photo», le MNHA a passé commande à l’artiste Marco Godinho. Celui-ci proposera un projet très original autour des chutes de photos d’identité des personnes recensées au consulat du Portugal. A découvrir lors de l’exposition «Looking for the clouds / Portraits sous surveillance», à l’affiche du MMHA du 7 avril au 17 septembre 2017.

   Derniers jours…

Disponible à la vente au prix de 36 euros à l’accueil du M3E et du MNHA ainsi que sur le site www.mnha-shop.lu, le catalogue «Pont Adolphe 1903» fait également l’objet d’une vente exclusive en librairie chez Libo (cinq points de vente: Luxembourg-Gare, Siège du Luxemburger Wort à la Z.I. Cloche d’or, Grevenmacher, Wiltz et Diekirch). Pour promouvoir l’exposition éponyme (à l’affiche du M3E jusqu’au 8 mai 2017), Libo-Gare a bien voulu exposer en librairie une série de clichés d’époque fournis par le Musée Dräi Eechelen.

   La Forteresse, motif de tissage

Chaque année, l’atelier de tissage de Lily WeisgerberPeters, établi à Contern, publie un calendrier en édition limitée. L’édition 2017 s’inspire de la forteresse de Luxembourg, classée Patrimoine mondial de l’UNESCO, et plus particulièrement d’anciens plans de fortification. Edité en collaboration avec le Musée Dräi Eechelen, ce calendrier contient pour chaque mois un échantillon tissé avec les instructions de tissage. Tiré à 120 exemplaires, il est vendu au prix de 50 euros à l’atelier mais aussi au shop du M3E. Pour plus d’informations, tél.: 35 82 67, GSM: 621 171 107 ou par mail: lily@weaving.lu www.weaving.lu/

34

museomag 01 ‘ 2017

Les expositions permanentes „Big – Grands Formats“ et la sélection d’«Art contemporain» (toutes deux jusqu’à fin février 2017) ainsi que la rétrospective Joseph Kutter ( jusqu’à fin mars 2017) sont juste encore quelques semaines à l’affiche du MNHA. Dépêchez-vous si vous ne les avez pas encore découvertes!

   Luxembourg-Lisbonne

Le Musée de l’Assemblée de la République portugaise accueille depuis le 22 décembre 2016 à Lisbonne l’exposition «Luxembourg-Portugal: 125 ans de relations diplomatiques», inaugurée initialement en septembre au MNHA. À voir à Lisbonne jusqu’au 22 février 2017.

   Nouvelle «Empreinte» au Shop

Dans le cadre d’une collaboration entre le Musée national d’histoire et d’art (MNHA) et l’atelier de gravure «Empreinte» visant à mettre périodiquement en vitrine le travail des membres de ce groupe artistique à l’accueil du MNHA, les visiteurs du musée peuvent actuellement admirer le travail de trois membres-graveurs: il s’agit de Malou Faber-Hilbert (aquatinte au sucre, méthode Hayter), de Danielle Grosbusch (techniques diverses, mixte) et de Christiane Linden (xylographie). Leurs œuvres sont exposées et vendues au point de vente du MNHA jusqu’au 31 janvier 2017. www.atelierempreinte.org


Heures d’ouverture ~ Öffnungszeiten ~ Opening Hours Lundi fermé Mardi - Mercredi 10 h - 18 h Jeudi 10 h - 20 h (17 -20 h gratuit) Vendredi - Dimanche 10 h - 18 h

Lundi Mardi Mercredi Jeudi-Dimanche

fermé 10 - 18 h 10 h - 20 h (17 -20 h gratuit) 10 - 18 h

Montag geschlossen Dienstag - Mittwoch 10 - 18 Uhr Donnerstag 10 - 20 Uhr (17-20 Uhr gratis) Freitag - Sonntag 10 - 18 Uhr

Montag Dienstag Mittwoch Donnerstag - Sonntag

Monday closed Tuesday - Wednesday 10 am - 6 pm Thursday 10 am - 8 pm (5 - 8 pm free) Friday - Sunday 10 am - 6 pm

Monday closed Tuesday 10 am - 6 pm Wednesday 10 am - 8 pm (5 - 8 pm free) Thursday - Sunday 10 am - 6 pm

geschlossen 10 - 18 Uhr 10 - 20 Uhr (17-20 Uhr gratis) 10 - 18 Uhr

Visites Guidées ~ Führungen ~ Guided Tours Visiteurs individuels | Einzelbesucher | Single visitors Français en alternance Plus de détails sur www.mnha.lu

Français en alternance Plus de détails sur www.mnha.lu

Je 18h et Di 16h

Deutsch abwechselnd Weitere Informationen unter www.mnha.lu

Deutsch abwechselnd Weitere Informationen unter www.mnha.lu

Do 18h und So 16h

Lëtzebuergesch ofwieselnd Weider Detailer op www.mnha.lu

Mi 17h und So 16h

Lëtzebuergesch ofwieselnd Weider Detailer op www.mnha.lu

Do 18h a So 16h

Më 17h a So 16h

Englisch Further details on www.mnha.lu

Englisch 1st Sunday of the month 3 p.m. Further details on www.mnha.lu Português Mais informação no portal www.mnha.lu

Me 17h et Di 16h

Last Sunday of the month 4 p.m.

3o domingo do mês 15h

Groupes (≥10) uniquement sur demande | Gruppen (≥10) nur auf Anfrage | Groups (≥10) available upon request 60 € (+ entrée ~ Eintritt ~ admission) Infos et réservations: T (+352) 47 93 30 – 214 | F (+352) 47 93 30 – 315 servicedespublics@mnha.etat.lu

Tarifs ~ Eintrittspreise ~ Admission Fees Exposition permanente | Dauerausstellung | Permanent Exhibition gratuit | gratis | free

Expositions permanente et temporaire | Dauer- und Sonderausstellungen | Permanent and temporary exhibitions

Expositions temporaires | Sonderausstellungen | Temporary Exhibitions adultes | Erwachsene | adults 7 €

adultes | Erwachsene | adults 5 €

groupes | Gruppen | groups (≥ 10) 5 € / pers.

groupes | Gruppen (≥ 10) | groups 3 € / pers.

familles | Familien | families 10 € 2 adultes & enfant(s) | 2 Erwachsene & Kind(er) | 2 adults & child(ren)

familles | Familien | families 8 € < 26, Amis des musées, ICOM gratuit | gratis | free étudiants | Studenten | students gratuit | gratis | free

étudiants | Studenten | students gratuit | gratis | free < 26, Amis des musées, ICOM gratuit | gratis | free

ue Aven

John

edy

n F. Ken

Philharmonie MUDAM iltheim

ules W

Rue J Blvd

MNHA Marché-Aux-Poissons L-2345 Luxembourg www.mnha.lu

l Roya

Rue Wilt

heim

Rue de la Boucherie Palais Grand-Ducal

ée de

Mont

en

Claus

M3E 5, Park Dräi Eechelen L-1499 Luxembourg www.m3e.lu 01 ‘ 2017 museomag

35


5, PARK DRÃ&#x201E;I EECHELEN L-1499 LUXEMBOURG WWW.M3E.LU

MUSEOMAG 01/2017  

MUSEOMAG, le trimestriel programmatique commun au MNHA et au M3E