Issuu on Google+

Élections professionnelles des personnels d'éducation année 2008

Professions de foi des candidats aux commissions administratives paritaires Conseillers principaux d'éducation

© www.education.gouv.fr

Octobre 2008


Elections à la Commission Administrative Paritaire Nationale des

CONSEILLERS PRINCIPAUX D’EDUCATION Les principales revendications du SNALC

Allègement du service hebdomadaire et amélioration des conditions de travail

Meilleur encadrement : davantage de CPE et d’abord en zone difficile Protection réelle contre les violences

Véritable revalorisation indiciaire Un statut respecté des missions claires

Notation par C.E. et par corps d’inspection spécifique Association plus étroite à l’équipe enseignante

mardi 2 décembre 2008 Votez et faites voter

Le syndicat clairvoyant, combatif, efficace !


clairvoyant, Combatif, Efficace Syndicat NAtional des Lycées et Collèges – 4, rue de Trévise – 75009 PARIS – www.snalc.fr


La CGT, c'est l'ensemble des salariés de toutes les professions rassemblées autour des valeurs collectives de progrès social et de solidarité. Le syndicalisme confédéré est, aujourd'hui plus encore, la force la plus adaptée pour s'opposer aux attaques multiples contre les garanties sociales, l'éducation, la santé, le droit du travail, les libertés collectives et individuelles, les services publics acquis de la Libération et garantissant l'égalité sur l'ensemble du territoire. Le mardi 2 décembre pour nos élections professionnelles dans l'Education Nationale, le mercredi 3 décembre pour les élections prud'homales des salariés du secteur privé, tous ensemble défendons nos emplois, nos salaires et notre pouvoir d'achat, nos retraites et notre protection sociale.

Choisissons le " tous ensemble " ! C'est un principe fondateur de la CGT. N'acceptons pas le jeu de la division chère au gouvernement et au patronat qui engendre culpabilisation et recherche de solutions individuelles. La CGT est présente sur toutes les questions de société. Elle propose de se rassembler pour mobiliser et apporter des réponses collectives. Ainsi, avec les salariés et les jeunes sans papiers, elle mène la lutte pour leur régularisation, et avec RESF pour le droit à l’éducation.

Acquis des luttes, le paritarisme garantit transparence et égalité dans la gestion des carrières des personnels lors des Commissions Administratives Paritaires (CAP) Militants de terrain, les élus CGT agissent avec les personnels pour améliorer la carrière et les conditions de travail. La CGT défend l'idée que les personnels doivent pouvoir contrôler leur carrière. Nos élus, sur la base de l'intérêt du service public et des personnels, allient défense individuelle et collective en accord avec les valeurs de la CGT. Ils défendent chaque dossier avec l'éclairage du contexte social. Suppressions d'emplois, blocages de mutations, déréglementation, démantèlement du statut de la Fonction publique, autoritarisme : Les élus CGT adoptent une politique de fermeté. C'est pourquoi, la CGT défend le paritarisme contre la casse du statut prévue par la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques). Les Comités Techniques Paritaires (CTP) sont des instances importantes où sont discutés le statut des personnels, les budgets académiques, les ouvertures et fermetures de classes et de sections… La CGT revendique la démocratisation de ces instances.

La CGT : efficace avec vous La démarche de la CGT est fondée sur la consultation des syndiqués et des salariés, pour construire et faire aboutir les revendications. Ainsi la CGT écoute, débat, propose, agit et lutte de façon offensive, inventive et efficace. C'est ainsi que nous avons gagné l'application de la règle majoritaire comme condition pour valider tout accord, dans les entreprises comme dans la Fonction Publique. Comme les autres salariés, les personnels de l'Education participent à la construction du rapport de force, en votant, en faisant voter CGT lors des élections professionnelles.

mmission o c la à n io Élect ive administrat tionale paritaire na

Principaux s r le il e s n o C d’Education

ardi scrutin du m 008 2 décembre 2


ement au fonctionn le b sa n e p is ind OLAIRE” est La "VIE SC matière du lycée. stement en ju ’a d le du collège ou b a ri va ions de st devenu la our les condit p n o ti ta Ce secteur e n e m éri un lieu d’exp budgétaire et rsonnels. travail des pe

Pour le ou la CPE, gérer l’équipe vie scolaire relève du défi...

è Eduquer à la citoyenneté, è lutter contre les incivilités et les violences, è privilégier le dialogue avec l’élève nécessitent une équipe stable, bien formée et bien payée ! CPE, c’est un métier aux compétences spécifiques en matière éducative qui nécessite que soient valorisés la démarche éducative, trop souvent considérée comme secondaire, et les relations du ou de la CPE avec tous les autres personnels. Travailler plus pour un ou une CPE, ce n’est pas gagner plus, c’est l’obligation de répondre aux missions dans un contexte de diminution des emplois.

è Traitement •Reconnaissance de la qualification des CPE. •Revalorisation immédiate du point d’indice et intégration des primes dans le traitement.

è Carrière et promotion •Avancement au rythme le plus rapide pour tous. •Hors-classe : accès pour tous à l’indice terminal.

è Reclassement •Prise en compte, pour tous, de la totalité des acti-vités professionnelles antérieures et de l’année de préparation au concours.

è Temps de travail Le temps et la charge de travail des CPE augmentent, se flexibilisent et s’annualisent. •Respect des 35 heures hebdomadaires toutes tâches comprises et récupération si dépassement. •Refus de la semaine de permanence des petites vacances. •Refus des tâches administratives qui ne relèvent pas de nos compétences.

è Mouvement des personnels Les suppressions d’emplois réduisent le nombre de mutations et de changements de carrière, et imposent la flexibilité. •Réactivation du détachement et des possibilités d’évolution de carrière.

è Formation •Maintien des IUFM et du recrutement des CPE au niveau licence. • 2 ans de formation payés et validés par un Master. •Une formation continue choisie sur le temps de travail à hauteur de 10 %.

è Fin de carrière •Allègement des services à partir de 55 ans. •Rétablissement du congé de fin d’activité (CFA) et de la cessation progressive d’activité (CPA) aux anciennes conditions.

è Retraite • Abrogation de la loi Fillon de 2003. •Ouverture des droits à une pension complète dès 60 ans pour 37,5 ans de cotisation. • Bonification enfants restituée. •Prise en compte sans rachat des années d’études et de formation. vu, les candidats


Snetaa -

CPE - eiL

Syndicat National des Conseillers Principaux d’Education

Commission Administrative Paritaire Nationale des CPE ELECTIONS PROFESSIONNELLES MARDI 02 DECEMBRE 2008 Pour un vrai syndicat spécifique soucieux de préserver un Service Public National équitable pour tous : jeunes en quête de citoyenneté et personnels contribuant à les guider dans cette voie soucieux de la défense des personnels soucieux de garantir la reconnaissance pédagogique et éducative de la profession soucieux de faire aboutir les légitimes revendications des CPE soucieux de ne pas accorder de priorité politique au détriment des personnels soucieux de s'occuper en profondeur des réelles difficultés d'exercice et d'évolution du métier de CPE soucieux d'unifier la catégorie sans esprit partisan avec pour valeur :

Liberté Indépendance Action Neutralité (politique) Transparence Dernier rempart du syndicalisme indépendant, le Snetaa - CPE - eiL appelle tous les CPE soucieux non pas d’une fonction mais de leur métier, à affirmer leur volonté en toute indépendance . Ce syndicat n’a de raison d'être que par votre détermination et vos choix, il est fait par et pour vous : ne laissez pas à d’autres la possibilité de décider à votre place de l’avenir des CPE : le mardi 02 décembre VOTEZ Snetaa - CPE – eiL


Snetaa -

CPE - eiL

Syndicat National des Conseillers Principaux d’Education

Commission Administrative Paritaire Nationale des CPE Pour renouer avec un syndicalisme qui ne soit pas de complaisance CONTRE  Le prétendu dispositif de réduction de temps de travail à 35 heures qui fixe à 40 heures 40 les obligation de service des CPE, leur imposant des astreintes, des permanences, des contraintes arbitraires.  La décentralisation - territorialisation sauvage qui menace le statut de l'ensemble des personnels d'éducation y compris celui des CPE !  La transformation des CPE en "Porteurs d'eau" de la Direction ou en "fonctionnaire à tout faire" !

POUR LA DEFENSE DES INTERETS DES CPE - la reconnaissance de la spécificité du métier de CPE légitimée par un statut national à égalité de droits et de considération avec les corps de personnels enseignants du second degré. - les 35 heures hebdomadaires non annualisées, sans pondération aléatoire, sous la forme de 31 heures de service toutes taches comprises, et 4 heures laissées à disposition pour l'organisation des missions définies. - l'obtention d'au moins un CPE par établissement, et d'un CPE par tranche d'effectif de 250 élèves, donc accroissement des postes au concours nationaux suivi d'une formation qualifiante - le rééchelonnement de la grille indiciaire intégrant la hors classe sur 11 échelons pour tous - la défense des salaires, des retraites, et la progression du pouvoir d'achat - l’obtention d’un corps d’inspection indépendant des personnels de direction, donc d’une véritable double notation respectueuse de l’évolution de carrière des personnels non soumise à l’arbitraire - le retour à un mouvement national des CPE seule garantie de transparence et d'équité - le respect du choix du droit à logement des CPE - la non contractualisation des remplaçants sur poste de CPE, et le rejet de la multiplication des TZR - la garantie d'une Education Nationale publique et laïque.

POUR GAGNER ENSEMBLE, le Mardi 02 décembre 2008 VOTEZ Snetaa - CPE - eiL


ÉLECTIONS AUX CAP 2008 — CPE

Tous ensemble pour se faire entendre nter augme es ir les sala

recon n r e s p e a it r e e t c q u a li f t e r le s ic a t io ns

re les lutter cont aires ol sc s to et gh

Par leurs expressions, leurs combats au quotidien, les personnels témoignent conjointement des difficultés professionnelles, de l’attachement à leur métier et de la volonté de faire réussir tous les jeunes. Liant étroitement ambition pour les élèves et les étudiants et conception de leurs métiers, ils revendiquent des améliorations qui en préservent l’identité, favorisent le travail en équipe, permettent de mieux assurer un enseignement de qualité pour tous.

Pour donner un nouvel élan à la démocratisation de l’enseignement secondaire comme de l’enseignement supérieur, élever les qualifications de tous les jeunes, il faut des transformations qui s’appuient sur les missions de chacun des membres des équipes, arment mieux les enseignants, renforcent la qualification et la formation, libèrent du temps, assurent des améliorations de carrière et de salaire. Le gouvernement entend, lui, réduire drastiquement la dépense d’éducation, programme 80 000 suppressions d’emplois en cinq ans touchant fortement le second degré et l’enseignement supérieur, met en cause l’existence de certaines catégories, développe un projet éducatif ségrégatif et individualiste. Quant aux réformes de la fonction publique, elles tendent à affaiblir les garanties statutaires et renforcer le poids des hiérarchies locales, consacrer la baisse du pouvoir d’achat, accroître les inégalités, à l’image de l’ensemble des réformes gouvernementales actuellement menées.

Nous présentons à vos suffrages des candidats conscients de ces enjeux, s’engageant à défendre par le paritarisme notre conception du métier. Des évolutions des métiers dans le respect des qualifications et des missions ‰ une élévation des niveaux de recrutement et de formation qui ne brade aucun aspect de la formation, des concours nationaux rénovés ; ‰ une professionnalité construite sur la durée ; ‰ une entrée progressive dans le métier ; ‰ des personnels titulaires qualifiés en nombre suffisant partout.

Des métiers respectés et revalorisés ‰ des carrières accélérées et des grilles indiciaires reconstruites ; ‰ des métiers exercés dans le cadre d’une fonction publique statutaire, garante des droits collectifs, protégeant des pressions locales ; ‰ le rattrapage et l’augmentation du pouvoir d’achat ; ‰ des emplois dégagés pour la seconde carrière ;

‰ la prise en compte de la pénibilité et des dispositifs élargis et améliorés de fin de carrière ; ‰ la prise en compte des années d’étude pour la retraite.

Des métiers porteurs des valeurs du service public ‰ soucieux d’égalité portant, dans tous les établissements, les mêmes exigences ; ‰ prenant en compte, dans les choix pédagogiques et les moyens, la diversité des situations et des publics ; ‰ attachés à des objectifs exigeants et communs, aux solidarités contre l’individualisme ; ‰ luttant contre toutes les formes de ségrégation et de discrimination ; ‰ pour une société plus juste, le développement de l’emploi, une protection sociale et des retraites fondées sur la solidarité.


ÉLECTIONS AUX CAP 2008 — CPE s forts des élu aces et effic

Des élus impliqués dans leurs établissements, au cœur des débats de la profession, intervenant dans les opérations de gestion et d’affectation ‰ capables de défendre des critères assurant transparence et équité face à l’arbitraire ; ‰ se battant pour la défense des intérêts de la profession, préservant les solidarités, donnant des garanties à tous ; ‰ agissant pour le respect et l’amélioration de nos statuts, permettant un plein exercice du métier comme métier de conception, sans dépendance ni subordination.

Au sein de syndicats majoritaires, syndicats qui rassemblent, regroupés dans la FSU ‰ aptes à penser des revendications diversifiées dans l’objectif d’une amélioration pour tous ; ‰ recherchant l’unité et capables d’organiser l’action pour le respect de nos métiers comme ils l’ont montré dans la construction des mobilisations (décrets Robien, postes, etc.) ;

‰ articulant action et discussions ; ‰ à l’initiative de débats en prise avec les préoccupations de la profession ; ‰ prenant toute leur part dans les mobilisations interprofessionnelles, notamment pour la protection sociale, les retraites.

Conseillers principaux d’éducation – CPE Une conception ambitieuse pour un métier revalorisé

• pour le respect et le renforcement de la spécificité de notre métier, de nos missions, du statut, de notre appartenance aux équipes pédagogiques et éducatives. Refus absolu de toute dérive vers l’équipe de direction ou vers des fonctions de DRH ; • pour un métier centré sur le suivi individuel et collectif des élèves, contribuant à leur réussite scolaire, leur formation citoyenne et leur épanouissement ; • pour une actualisation de la circulaire de 1982 en réaffirmant les principes de notre identité professionnelle ; • pour une application effective de la réduction du temps de travail (35 heures toutes activités confondues) par la création de postes dans tous les établissements et l’implantation massive de postes de CPE dans tous les collèges ; • pour un recrutement par concours externe et interne à la hauteur des besoins afin d’offrir un réel suivi éducatif à tous les jeunes dans l’objectif d’un CPE pour 250 élèves ; • pour une formation professionnelle de qualité aux cotés des enseignants dans les IUFM. Pour des pré-recrutements et un concours au niveau master comme pour les certifiés. Pour une entrée progressive dans le métier par un service allégé et des compléments de formation ; • pour une formation continue qui réponde aux attentes des personnels ;

• pour des personnels en nombre suffisant dans les vies scolaires avec un statut d’étudiant surveillant. Une carrière et une grille salariale réévaluées pour tous.

• pour l’accélération et l’amélioration de l’avancement ; • pour l’alignement de l’indemnité forfaitaire d’éducation sur l’ISOE ; • pour une hors-classe transformée en fin de carrière pour tous avec, dans l’immédiat, le retour à un barème national équitable et transparent ; • pour une agrégation d’éducation permettant une perspective de carrière et un corps d’inspection spécifique issu de la catégorie ; • pour une double notation dont la partie pédagogique serait évaluée par ce corps d’inspection spécifique. Une gestion plus juste

• pour le retour à un mouvement national amélioré et le rétablissement du paramètre logement ; • contre le recours abusif au classement en postes à « profil » ; • pour des décharges de service pour les collègues exerçant en zone difficile ; • contre la création de postes « à cheval » sur plusieurs établissements ; • pour l’amélioration des conditions d’exercice des TZR. En votant pour les listes SNES-SNUEP (FSU), vous réaffirmerez votre volonté d’exercer votre métier dans l’intérêt des élèves.

QUI ÉLISEZ-VOUS LE 2 DÉCEMBRE ? Des « commissaires paritaires », vos délégué/e/s dans les commissions administratives paritaires (CAP) nationales et académiques. Des collègues qui, comme vous, exercent leur métier et sont engagés dans une activité militante soucieuse d’allier défense individuelle et collective et défense du service public. Elu/e/s, ils vous défendent sur la base de principes clairs, fondés sur la solidarité et la justice.

Les CAP, composées à parité d’élus du personnel et de représentants de l’administration, sont consultées sur les actes de gestion qui vous concernent personnellement (notation administrative, avancement d’échelon, promotions, accès à la hors classe, mutation, etc.). Pour nous, elles sont à la fois une garantie contre l’arbitraire et l’autoritarisme et des lieux d’expression des revendications.

Ce sont toutes ces garanties que le gouvernement vise en cherchant à réduire les prérogatives des CAP. Notre conception du rôle des élus. Vous conseiller et vous informer personnellement, faire respecter vos droits individuels et collectifs, contrôler les décisions de l’administration, proposer des améliorations dans le cadre de règles communes, que nous nous attachons à faire évoluer dans un sens favorable à tous. Les élus du SNES et du SNUEP (FSU) ne s’en laissent pas conter. Leurs principes : égalité de traitement, équité et transparence.

C’est de votre vote que vos élus tiennent leur force et leur efficacité. Attention ceci n'est pas un bulletin de vote. Pour voter, utiliser la liste de candidats sans rature ni rajout !


Conseillers Principaux d’Éducation ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES

Dialogue social

E T O V JE T D F C SGEN

[

Premières années... qui durent !

]

Le 2 décembre, changeons de siècle www.sgen-cfdt.org


Conseillers Principaux d’Éducation

L’immobilisme n’est plus possible ! Avec la CFDT pour améliorer partout nos conditions de travail

Avec le Sgen-CFDT, pour changer l’École et nos conditions de travail

La CFDT veut obtenir des avancées pour tous les salariés :

Le Sgen-CFDT revendique :

moyens qui favorisent l’autonomie et le • une amélioration du déroulement de carrière ; • des travail en équipe ; droit à la mobilité choisie, professionnelle et géo• legraphique ; • le droit à l’innovation pédagogique ; moyens pour l’Éducation prioritaire pour • la rénovation du dialogue social ; • des lutter contre la ségrégation sociale ; rénovation du système de protection sociale pour • lasauvegarder formation professionnelle initiale et la solidarité et assurer sa pérennité. • une continue de qualité.

La CFDT agit par la négociation chaque fois que cela est possible, par les manifestations et l’action chaque fois que c’est nécessaire.

Des personnels reconnus et respectés dans leur métier MÉTIER Le remplacement de la circulaire de 1982 afin de prendre en compte l’évolution de nos missions en particulier les fonctions d’écoute, de médiation et de conseil. Le respect des fonctions éducatives et pédagogiques du CPE.

FORMATION PROFESSIONNELLE Une formation professionnelle initiale et continue rénovée dans le cadre d’un IUFM devenu une vraie composante de l’université.

• • • •

CARRIÈRE La refonte et la réévaluation des grilles indiciaires avec un rythme unique de promotion. De véritables possibilités de changer de métier, grâce au développement du Droit Individuel à la Formation, de la Validation des Acquis de l’Expérience, des détachements...

• •

] S É T C g E P S i E [R T Avec le Sgen-CFD

s de travail Pour nos condition

Métier enseignant, changeons de siècle www.sgen-cfdt.org

CONDITIONS DE TRAVAIL Des garanties contre tout alourdissement de la charge de travail par le respect, entre autres, des 35 heures. Les moyens matériels et les locaux nécessaires à l’exercice du métier. La suppression du service de vacances, à l’exception du R-1.

Le Sgen-CFDT revendique :

• La suppression de la hors classe au pro t d’échelons supplémentaires accessibles à tous.

• La suppression des règles

actuelles au pro t d’une évaluation attachée à mesurer l’adéquation des pratiques individuelles et collectives avec les missions con ées.

• Un plan ambitieux de créa-

tion d’emplois, en particulier dans les collèges où les besoins sont les plus criants.


FO

École publique École de la République

Retraites 40 ans, c’est déjà trop ! 37,5 ans pour tous

Sécurité sociale Elle est à nous Non aux assurances privées

Statut Nous voulons rester fonctionnaires d’État Abandon de la réforme des lycées

Salaires Augmentation du point d’indice

Le 2 décembre

Votez FORCE OUVRIÈRE


FO

SNFOLC

CPE 6 rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil cedex / Tél. 01 56 93 22 44

Nous sommes CPE Nous avons un statut Nous voulons être respectés Polyvalence, temps de présence à rallonge, réunions sans fin, chantage à l’emploi du temps, pressions quotidiennes. ST OP Ne touchez pas au décret de 1971 et à la circulaire de 1982 : rien que nos missions, maximum de service de 35 heures

Les CAPA et CAPN, c’est le statut de la Fonction publique de l’État. Des élus FO pour continuer à défendre la carrière de tous : mutations, avancement, notation.

Abandon de la réforme du lycée Rétablissement des postes supprimés L’accompagnement du lycéen avec moins de CPE et de surveillants ? Qui peut le croire ? 200 CPE recrutés par an pour 400 départs en retraite, 30 000 surveillants en moins en 5 ans, des CPE sur 2 établissements. ST OP Il faut 1 CPE par jour pour 250 élèves, 1 surveillant pour 100 élèves FO n’a pas signé les 16 points de convergences avec le ministre

Augmentation des salaires Revalorisation indiciaire pour tous Tous les CPE doivent accéder à l’indice 783 (3 570 € brut) Des primes et des promotions pour certains, des salaires bloqués et la régression du pouvoir d’achat pour tous. 120% du SMIC en début de carrière. ST OP

Le 2 décembre Votez FORCE OUVRI È RE


CPE Votre métier, vous le voyez côté paperasse ou côté élève ? Pour le SE-UNSA, les CPE sont résolument dans l’éducatif. Ils participent de la responsabilisation de chaque élève, de son implication dans sa formation et dans la vie de l’établissement.

Être sur un siège éjectable, vous trouvez ça confortable ? Halte aux spéculations sur l’existence des CPE ! Pour affirmer définitivement leur place et leurs missions, le SE-UNSA revendique une réglementation claire et actualisée.

Des équipes vie scolaire stabilisées, ça vous paraît du luxe ? Dans chaque établissement, il faut une équipe vie scolaire efficace et stable ! Pour le SE-UNSA, cela veut dire avec des CPE en nombre suffisant, mais aussi avec des personnels à vrai statut d’étudiant-surveillant.

De vraies perspectives de carrière, ce serait trop demander ? Le SE-UNSA demande les mêmes perspectives de carrière pour les CPE que pour les enseignants du second degré. Cela passe par un passage plus large à la hors classe, mais aussi par la création d’une nouvelle échelle de rémunération comparable à celle des agrégés.

Économies drastiques, mises en accusation de l’École et de ses personnels, attaques contre la laïcité : la politique gouvernementale inquiète ! S’y opposer ne suffit pas. Pour le SE-UNSA, il faut aussi proposer. En savoir plus > www.se-unsa.org


Contre l'école minimale et libérale, SUD éducation lutte pour le droit à l'école pour tous, pour une école laïque et émancipatrice. Contre la dégradation des conditions de travail et d'étude. Contre l'allongement du temps de travail. Contre les heures supplémentaires qui suppriment des postes.

rassemble toutes les catégories de personnels de l'Éducation nationale, enseignants et non enseignants, actifs et retraités, titulaires et précaires. s'oppose à la casse des statuts de la Fonction publique. s'oppose à la décentralisation qui tente de soumettre l'école publique et ses personnels au pouvoir des élus locaux.

Pour une école émancipatrice et réellement gratuite pour tous et partout, avec ou sans papiers. Égalité des droits dans l'accès à l'instruction et à la culture.

lutte pour le maintien et le retour de tous les personnels et de leurs missions au sein du Service public de l'Éducation nationale.

Contre les logiques sécuritaires dans les établissements : présence policière, vidéosurveillance, fichage généralisé.

lutte depuis 10 ans aux côtés des Sans-Papiers pour leur régularisation et le droit à l'éducation de leurs enfants.

Pour une seule école : l'école laïque de la maternelle à l'université. Pas de fonds publics pour l'enseignement privé ; nationalisation. Contre l'école libérale, refusons le démantèlement des services publics et des statuts de la Fonction Publique. Pour la création d'emplois statutaires. Arrêt des recrutements de précaires. Titularisation sans condition de concours ou de nationalité de tous les précaires déjà recrutés. Contre le blocage des salaires. Augmentation uniforme des salaires : 300 € pour tous. Pour le maintien de la retraite par répartition. Retour à une retraite à taux plein (75%) dès 37,5 annuités de cotisation.

lutte contre la précarisation croissante de l'emploi dans l'Éducation nationale et dans l'ensemble du monde du travail.

éducation, Sud rail, Sud PTT, Sud culture, Sud étudiant, Sud collectivités territoriales… militent au sein de l’Union syndicale Solidaires pour construire des luttes interprofessionnelles. se bat contre la répression du mouvement social et syndical, contre la criminalisation des pauvres, des jeunes et des étrangers. prend part aux mobilisations européennes et internationales, contre la mondialisation libérale, contre les politiques de régression sociale, contre la marchandisation de l'éducation. refuse la confiscation des luttes collectives par les appareils syndicaux : la grève appartient à celles et à ceux qui la font. favorise l'implication de toutes et tous dans sa vie démocratique : Assemblées Générales des adhérents, rotation des mandats, limitation des décharges de service… est un syndicat indépendant de l'administration, des entreprises, des élus et des partis politiques. SUD tire ses ressources des seules cotisations de ses adhérents. Pour renforcer le syndicalisme de lutte.

Votez

L'école n'est pas une entreprise, l'éducation n'est pas une marchandise. Avec SUD éducation, luttons pour une autre société et une autre école.

Solidaires - Unitaires - Démocratiques


Élections du 2 décembre 2008 à la Commission Administrative Paritaire Nationale des conseillers principaux d’éducation

LA VIE SCOLAIRE EN ETAT D'URGENCE La société de la marchandise, de la concurrence effrénée, de l'individualisme et des privilèges est à l'offensive contre la jeunesse. Ces dernières années, les jeunes se sont dressés contre l'injustice politique et sociale. Le pouvoir ne leur a répondu que par le mépris et la répression. Dans ce contexte, le droit à l'éducation est violemment attaqué : l'Ecole qu'on nous prépare sera celle du tri social impitoyable, du fichage, de la culpabilisation et de l'embrigadement libéral. La Vie Scolaire subit de plein fouet ces attaques; ses fondamentaux sont plus que jamais menacés. Cette situation appelle la défense déterminée et audacieuse que portent les syndicats SUD. L'exercice de notre profession devient extrêment difficile. Le stress voire la souffrance au travail se développent: imposturedu management, du mérite et de la performance dans le cadre de la LOLF, horaires et statuts non respectés, pression hiérarchique, pas de médecine du travail. L'hystérie sécuritaire cherche à nous assigner dans la tâche unique de surveiller et punir (ex: note de Vie Scolaire, veille éducative, base élève...). Pourtant cette profession originale, fondée historiquement sur les pratiques autonomes et les revendications professionnelles des personnels, cette profession riche d'expérience et de compétences joue un rôle essentiel et progressiste dans l'Ecole. Nous refusons qu'elle disparaisse, comme le prévoit le rapport Pochard, par le transfert d'une partie des missions éducatives vers les enseignants et par la chute du recrutement des CPE.

QUELLE VIE SCOLAIRE VOULONS-NOUS? Nous revendiquons un métier centré sur le suivi individuel et collectif de l'élève. Nous voulons une Vie Scolaire porteuse des valeurs d'égalité, de fraternité, de solidarité, de démocratie, de laïcité, d'émancipation et de respect mutuel, une Vie Scolaire qui puisse lutter efficacement contre les ruptures et l'exclusion scolaires et sociales. Ø Nous exigeons des moyens humains augmentés : recrutement massif de CPE, pas d'établissement sans CPE, un poste pour 200 élèves, la mobilité garantie, les remplacements assurés par des CPE titulaires et volontaires, la formation et la titularisation des contractuels et des vacataires. Ø Une formation initale et continue ambitieuse et autogérée pour tous les personnels de la Vie Scolaire (réunion de BEC, formation des AED...). Ø Des équipes avec des étudiants-surveillants en nombre suffisant et exerçant dans des conditions de travail améliorées. Ø Du temps de concertation interne, mais aussi avec les autres personnels (enseignants, médico-sociaux, COP...) dans des réunions de synthèse formalisées. Ø Nous revendiquons une autonomie éducative et pédagogique réelle, une reconnaissance et une revalorisation de notre profession inscrites dans un statut rénové refusant toute assimilation à la direction. Ø Ø

Votez Sud éducation pour ouvrir une autre voie et faire entendre une autre voix pour la Vie Scolaire Les élections professionnelles désignent les représentants des personnels qui siègeront face à l'administration pour trois ans dans des instances consultatives départementales (CAPD) académiques (CAPA) et nationales (CAPN). Les voix obtenues sur les listes nationales déterminent les décharges de service accordées à chaque syndicat. Cela explique l'inflation de listes d'organisations absentes du terrain et des mobilisations. Drainer des voix leur permettra d'avoir quelques permanents totalement déchargés de classe. Sud éducation dispose de 91 décharges équivalents temps plein pour son fonctionnement local et national ; aucune n'excède un mitemps. En commission paritaire, notre présence doit permettre la transparence des règles fixées par l'administration concernant le mouvement des personnels, les déroulements de carrière, l'attribution de stages et de congés de formation… La réduction des moyens, la multiplication des postes à profil et l'augmentation des heures supplémentaires rendent ce contrôle plus difficile. Le rôle des élus est de défendre les personnels face à la hiérarchie. Ces résultats déterminent la participation aux Comités Techniques Paritaires (CTPD, CTPA, CTPM). L'administration y prononce seule fermetures et ouvertures de postes. Nous y défendons l'école publique et les droits des personnels. L'enjeu n'est pas d'élire des techniciens de la gestion des carrières, mais de soutenir le syndicalisme auquel nous voulons donner des représentants face à l'administration.


Elections professionnelles