Issuu on Google+


Edito L’histoire de cette revue est bien longue. En 1995, je « rencontre » Frédéric Maire avec lequel je me lie très vite d’amitié. Sa revue Press-Stances m’est désormais grande ouverte et j’y participe encore. Puis, je me dis que, moi aussi, je pourrais créer une revue, et le projet est lancé. Voulant d’abord proposer un périodique aux idées « underground » (sic1), je me range ensuite du côté de ceux qui offrent de la poésie à l’esprit ouvert plutôt que d’essayer de refaire le monde par son biais, en conservant malgré tout quelques idées bien précises sur le monde contemporain et ses gros défauts (en particulier le christianisme, dans lequel j’ai dégorgé pendant 18 ans). Je vous invite donc tous à participer et à vous abonner à la MAUVAISE GRAINE, si elle vous intéresse et voudrais remercier pour leur aide et précieux conseil : Frédéric Maire, Paul van Melle, Julien Burri (amis et correspondants), Alexandra Berdah ( et ses idées qui sont toujours bienvenues dans l’équipe2) et enfin Pierre Vaast (auteur-éditeur de lettres à un jeune revuiste).

Passage en revue TORI AMOS Certains d’entre vous découvriront peut-être cette artiste américaine, fille de pasteur et de mère Cherokee, du nom de Tori Amos. D’aucuns me reprocheront de faire la promo d’une artiste qui n’en a pas besoin - ses albums se vendent en grandes surfaces - mais des comme elle (surtout américaines) y’en a pas 36 ! Alors écoutez et lisez, car ça en vaut la peine : depuis 1992 et son 1er album solo, Little Earthquakes, elle a su conquérir un vaste public, surtout au RoyaumeUni, grâce à son charme féminin outrancier, son intelligence et son talent. Ses textes exposent son expérience de la vie en tant que femme qui aura subi (à mon humble avis) les 3 pires événements qu’un individu puisse endurer : le viol, le christianisme et la fin d’une longue relation amoureuse. Et comme d’un fait exprès, ses trois albums sont les reflets de ces trois cruautés indigestes, ces trois fléaux. Alors, si je vous ai séduits, courez chez votre disquaire et commandez : Little Earthquakes, 1992 ; Under the Pink, 1994 ; Boys for Pele, 1996 ; tous trois distribués par WEA.

1 Cité dans une lettre que Paul van Melle m’adressa. 2Craig McCafferty et Walter Ruhlmann.

2


God God sometimes you just don’t come thru’ God sometimes you just don’t come thru’ do you need a woman to look after you God sometimes you just don’t come thru’. You made pretty daisies pretty daisies love I gotta find what you’re doing about htings here a few witches burning gets a little toasty here I gotta find why you always go when the wind blows God sometimes you just don’t come thru’ God sometimes you just don’t come thru’ do you need a woman to look after you God sometimes you just don’t come thru’. Tell me you’re crazy maybe then I’ll understand you got your 9 iron in the back seat just in case heard you’ve gone south well babe you love you new 4 wheel I gotta find why you always go when the wind blows Will you even tell her if you decide to make the sky fall will you even tell her if you decide to make the sky. Dieu Dieu parfois tu n’arrives à rien Dieu parfois tu n’arrives à rien as-tu besoin d’une femme pour prendre soin de toi Dieu parfois tu n’arrives à rien Tu en fais de biens bonnes chéri je dois savoir ce que tu fais de toutes ces choses ici quelques sorcières en feu commence à griller ici je dois savoir pourquoi tu pars dés que le vent souffle Dis-moi que tues fou peut-être qu’alors je comprendrais tu as ton 9-iron sur la banquette arrière au cas où j’ai entendu dire que tu étais parti au sud eh bien bébé tu aimes ton nouveau 4x4 je dois savoir pourquoi tu pars dés que le vent souffle Lui diras-tu seulement si tu décides de faire tomber le ciel lui diras-tu seulement si tu décides de faire le ciel. TORI AMOS. UNDER THE PINK, 1994.

3


Tout arrive dans un espace clos. Un lieu. Coupé, mais comme immergé dans le monde. Une chambre A l’intérieur on sent les vibrations du dehors. Le bruit de la vie. La chambre est bleue. Ils sont côte à côte. Chacun pense. Au lieu de la chambre. À eux deux. À lui-même. Ils sont assis côte à côte. La chambre est vide. Ils ne bougent pas. L’obscurité dans la chambre. Le petit essaie d’imaginer le grand qu’il ne voit pas. Il imagine les muscles, il imagine la peau. Julien Burri.

4


Les framboisiers sauvages Bouche maculées de framboises, toute rouge, toute feu de juillet. Le framboisier agenouillé offre ses fruits. Tout est permis, tout est donné. Les sécateurs, les cicatrices, douleurs et délices mélangés. Étrangement, nous mangerons dans la blessure, coupe de fruits défendus. Thierry Piet, extrait de vif opéra. l’aurore boréale, 1995. The Essentials To you who will spend the holidays without knowing if there is peace, I dedicate this poem To you who gaze at the stars with an ill-defined desire to dream I send my lost gaze To you who suffer from spiritual combat and even without justice, manage to love, I dedicate all the poems I have written and will write because you are the personification of my private love psalms for the holidays. Les essentiels A toi qui passeras les vacances sans savoir si la paix existe je dédie ce poème A toi qui observes les étoiles avec un désir de rêver mal défini j’envoie mon profond regard perdu A toi qui souffres de combats spirituels et qui, même sans justice, arrives à aimer, je dédie tous les poèmes que j’ai écrits et écrirai Car tu es l’incarnation de mes psaumes d’amour privé pour les vacances. Teresinka Pereira, extrait de Besides That, What Else ?, IWA, 1996.

5


Les bravos sont des coups et les musiques noires appellent Dimitri -mouche verte et gazeuseà absorber le vin qui le soûle sans fin. Dieu moisit dans les greniers de l’indifférence et mes chants le tutoient pourra-t-il les comprendre ? Dimitri se donne en pâture aux incestes fuchsia. Dimitriev ressent les griffes qui l’empalent et se couchent sur le lit en attendant son sort. Walter Ruhlmann Extrait de les observatoires nocturnes *** Les orties sèchent et le sol ondulé hante mes cellules grises. Et dans le dortoirs du pensionnat il fallait que je me cache pour que le père Octave ne me sache... Walter Ruhlmann Extrait de Rex et le cyclope

6


Avis sur les parutions PRESS-STANCES, n°9. Frédéric Maire. 40, rue Gabriel Fauré, 33320 EYSINES. France. Une adorable revue qui selon son animateur se cherche. Et bien peut-être est-ce lui qui se cherche à travers son œuvre. Alors on pourrait bien sûr passer du temps à décortiquer ce n° qui fait avancer le périodique vers la perfection - technique et textuelle - mais je préfère me taire, je risquerais de devenir subjectif... AXOLOTL, n° 10. Jean Grin. Miremont 8, CH- 1009 PULLY. Suisse. Revue suisse « littéraire et semestrielle », qui, ce printemps, offre son espace à la poétesse Jacqueline Thévoz - « fair enough »- comme on dit par ici, traduit : pourquoi pas. Les textes sont intéressants et cette revue gagne à être connue. Vif opéra ;Thierry Piet. Édition l’Aurore Boréale, 1996. J’ai beau avoir une dent contre la religion, je suis un fervent admirateur et ami de Thierry Piet qui, exception à la règle, a su se souvenir qu’il était homme avant d’être prêtre. Et sa poésie - telle que dans son vif opéra nous livre cette sensualité mystique et rend son lecteur paisible. L’ORAGE DE VIVRE. Pascal de Duve. Éditions JC Lattès, 1994. Œuvre posthume d’un brillant écrivain, un peu moins larmoyant que Hervé Guilbert, un peu plus souple que Cyrille Collard, avec ce seul point commun avec ces derniers : il est mort des suites du S.I.D.A.. Ce livre est un patchwork qui nous livre les impressions de son auteur aux derniers jours de sa vie. Plus qu’émouvant : le témoignage d’un garçon qui n’avait plus peur de rien. VIVRE. Patrick Marcadet. Éditions Press-Stances, 1996. De courts textes, dits haïkus, qui nous parlent de tout cœur de ce qui semble le plus difficile aujourd’hui. Un brillant exercice de style et peut-être d’éternité dans lequel je vous invite à vous plonger. (Illustration de couverture par Craig McCafferty.)


Mauvaise graine n°1 . Revue mensuelle de poésie . Prix au numéro : 12FF. Abonnement pour un an (12n°) 100FF. Directeur de la publication : Walter Ruhlmann. Imprimerie spéciale. ISSN : 1365-5418 ; Dépôt légal : août 1996 ; Adresses : mgversion2datura.blogspot.fr | mgversion2datura@gmail.com Illustrations et graphismes : Craig McCafferty ; Traductions et compositions : Walter Ruhlmann ; © Mauvaise graine et les auteurs, août 1996 .


MG 1