Page 1

PIC & PLANC De Nicolas PINIER Une œuvre, un jeu, des recettes de l’évasion fiscale. Que se passe-t-il lorsque Monsieur BONPLAN rencontre l’officier «GRUYER» ? Qui va gagner entre le BIEN-AIMÉ et l’EMPÊCHEUR DE TOURNER EN ROND ? Venez jouer à Pic & planc et plongez dans l’univers de l’évasion fiscale ! Pour gagner, il faut réunir les six cartes d’un des huit biens publics. Mais gare aux souris fraudeuses qui grignotent l’impôt ! Les chats et les cartes Pic & planc vous aideront dans votre tâche. Au passage, grâce aux cartes Recettes, vous apprendrez comment frauder l’impôt et découvrirez la cuisine des paradis fiscaux. Bon jeu !

Entrée libre

Nicolas Pinier et les élèves du Collège François Villon ème

Nicolas Pinier, en collaboration avec les élèves de la classe de 4 3 du collège François Villon de Mulhouse a conçu Pic & planc, un jeu de cartes auquel les visiteurs de La Kunsthalle peuvent jouer avant ou après une visite d’exposition. Plusieurs jeux Pic & planc sont disponibles sur simple demande à l’accueil du centre d’art.

Heures d’ouverture Du mercredi au vendredi R 12:00 — 18:00 Samedi & dimanche R 14:00 — 18:00 Nocturne en juin R Jeudis jusqu’à 20:00 Fermé R Lundis + mardis + vendredi 15 août

Visites guidées de l’exposition R Gratuites les dimanches R 15:00 Sur rdv, réservation au 03 69 77 66 47

16, rue de la Fonderie (F) 68093 Mulhouse Cedex Tél. +33 (0)3 69 77 66 47 kunsthalle@mulhouse.fr

Visites enfants Renseignements au 03 69 77 66 47

JEUNE PUBLIC & famille r Kunstkids Enquête d’œuvres

r DIALOGUES

Enquête d’œuvres propose à chaque participant de se glisser dans la peau d’un détective privé à la quête du sens de l’exposition Transpositions et des œuvres qui la composent. Durant 5 jours, chaque séance est l’occasion de pratiquer une nouvelle approche et de découvrir de nouveaux indices pour s’approprier l’exposition. Laurence Mellinger, artiste plasticienne, invite les détectives en herbe à mener l’enquête en leur proposant d’expérimenter les matières et les formes.

Regards croisés entre La Kunsthalle et le Musée des Beaux-Arts dans le cadre des expositions Transpositions et Identités plurielles / Toż samość. à travers des activités ludiques et pratiques, les jeunes participants exploreront la technique du collage et la notion de transposition.

BUS r ligne 10, arrêt «Fonderie» Ligne 15, arrêt «Molkenrain» Ligne 20, arrêt «Manège»

jeune public

Du 21 au 24 juillet de 14:00 à 17:00 Pour les 10-14 ans Gratuit, sur inscription au 03 69 77 66 47 Emilie.george@mulhouse.fr

Vendredi 13 juin r 12:15 Visite à thème « Questions obliques » suivie d’un déjeuner*. Sous la forme d’un jeu, les cartes de Questions obliques interrogent, de manière parfois surprenante et décalée, le visiteur sur sa perception de l’exposition. r Kunstdéjeuner Participation de 5 euros / personne, inscription au 03 69 77 66 47 ou kunsthalle@mulhouse.fr

Jeudis 5 juin et 3 juillet r 18:00 Des œuvres et des vins à découvrir : visite guidée suivie d’une dégustation de vins, en partenariat avec l’association Mulhouse Art Contemporain et la Fédération Culturelle des Vins de France. r Kunstapéro

Mercredi 4 juin r 18:30 r Vernissage

Du 21 au 24 juillet r 14:00 – 17:00 En partenariat avec le Musée des Beaux-Arts r DIALOGUES

JEUNE PUBLIC

Gratuit, sur inscription au 03 69 77 66 47 emilie.george@mulhouse.fr

Du 7 au 11 juillet et du 18 au 22 août r 14:00 – 16:00 Ateliers à la semaine, pour les 6 - 12 ans r Kunstkids Entrée libre

Vendredi 20 juin r 19:00 r réception à l'occasion d'art’basel

AUTOUR DE L’EXPOSITION

r LISTE Du 17 au 21 juin r 13:00 — 22:00 Le 22 juin r 13:00 — 18:00 www.liste.ch

Edito

Pour les 10-14 ans Gratuit, sur inscription au 03 69 77 66 47 Emilie.george@mulhouse.fr

r VOLTA Du 17 au 21 juin r 12:00 — 20:00 www.voltashow.com

L’année se poursuit sous le signe de la jeune création polonaise. Pour sa deuxième exposition, Martha Kirszenbaum, commissaire invitée par La Kunsthalle, a choisi de présenter Anna Ostoya. D’origine polonaise, installée à New-York, Anna Ostoya est une artiste que l’on pourrait qualifier de peintre, quand bien même son travail ne se résume pas à la peinture. Elle privilégie le format tableau, assemble des matières, soigne ses harmonies colorées et formelles. Elle s’intéresse à la photographie, à l’histoire de l’art, elle croise les influences et les styles. Pour Mulhouse, Anna Ostoya a choisi de réaliser une nouvelle série directement inspirée du lieu dans lequel elle sera exposée. Transpositions, titre de l’exposition mais aussi des œuvres, se réfère à la Fonderie et plus particulièrement aux rythmes de travail des ouvriers qui l’ont occupée pendant des années. En résulte dix tableaux inédits, dix grands collages accrochés dans un espace qui retrouve pour l’événement sa configuration de halle. Cette exposition à La Kunsthalle Mulhouse est aussi l’occasion de publier la première monographie d’Anna Ostoya. Elle prend la forme d’un magnifique catalogue expliquant la démarche de l’artiste et retraçant son parcours. Des contributions de critiques et d’historiens de l’art situent son travail dans une histoire contemporaine, politique et esthétique. Bel été !

r ART ’BASEL Du 19 au 22 juin r 11:00 — 19:00 www.artbasel.com

Un déplacement est organisé de Bâle à Mulhouse pour visiter l'exposition Transpositions à La Kunsthalle le vendredi 20 juin. Navette gratuite au départ d’Art Basel à 18:15 et retour à 21:00 à Bâle – angle Isteinerstrasse / Bleichestrasse

EN This year will continue to focus on young Polish artists. For this second exhibition Martha Kirszenbaum, visiting curator at La Kunsthalle, has chosen to present Anna Ostoya. The artist is of Polish origin, living in New York, and could be described as a painter, although her work is not limited to painting. She favours the format of the painted scene and puts together materials and harmonious colours and shapes. She is interested in photography and art history, and mixes influences and styles. For Mulhouse, Anna Ostoya has decided to create a new series directly inspired by the place in which her work will be exhibited. Transpositions, the title of both the exhibition and the artworks, refers to the Fonderie and specifically to the working patterns of those who have occupied it for years. The result is ten new paintings and ten large collages displayed in a space laid out like a hall, as it was in the past. This exhibition at La Kunsthalle Mulhouse is also an opportunity to publish Anna Ostoya’s first monograph. It takes the form of a beautiful catalogue explaining the artist’s method and telling her story. Contributions from art historians and critics place her work in a contemporary political and aesthetic context. Have a wonderful summer.

Gratuit, sur inscription au 03 69 77 66 47 ou kunsthalle@mulhouse.fr *repas tiré du sac

Événements Partenaires

Michel SAMUEL-WEIS

A l’attention des familles et du jeune public en visite autonome : Les Ateliers Pédagogiques d’Arts Plastiques du Pôle Education et Enfance de la Ville de Mulhouse proposent un carnet de visite disponible à l’accueil, pour les 5 à 16 ans.

En juin, La Kunsthalle est partenaire des grandes foires de Bâle :

GARE r suivre le canal du Rhône au Rhin (Quai d’Isly) jusqu’au pont de la Fonderie, prendre la rue de la Fonderie

Michel SAMUEL-WEIS

Résidences Internationales / Appel à candidatures

AUTOROUTE r A35 et A36 Sortie Mulhouse centre, direction Université – Fonderie

Adjoint au maire délégué à la culture

Kunstkids, avril 2014

Accès

05.06 —24.08 2014

TRAM r ligne 2, arrêt «Tour Nessel»

Ateliers à la semaine, pour les 6-12 ans Du 7 au 11 juillet et du 18 au 22 août de 14:00 à 16:00 Gratuit, sur inscription au 03 69 77 66 47 emilie.george@mulhouse.fr

Outre ces résidences, des bourses de voyage et de recherches sont attribuées au soutien d’un projet artistique à l’étranger. L’appel à candidatures, pour 2015, est ouvert du 15 mai au 11 juillet 2014 et consultable sur le site de l’iaab, www.iaab.ch.

La Fonderie

r www.kunsthallemulhouse.com

Direction Sandrine Wymann Administration Mélanie Kiry Public Emilie George Régie David Kuhn Accueil Mourad Benzakri Communication et mécénat Clarisse Schwarb, Stéphanie Fischer Traduction Sabine Clochey, Claire McKeown

Le programme de résidences à l’étranger est ouvert aux candidatures alsaciennes, dans les 10 villes partenaires (dont Buenos Aires, Helsinki, Johannesburg, New Delhi, New York, Tokyo).

La Kunsthalle Mulhouse Centre d’art contemporain


05.06 —24.08 2014

Transpositions Anna OSTOYA

Une proposition de Martha Kirszenbaum, commissaire d’exposition associée à La Kunsthalle en 2014.

Transposition 1, 2013 Acrylique, papier, feuille de palladium et laque 100 x 200cm ©Anna Ostoya

Dans sa pratique artistique conceptuelle mêlant collage, photomontage, peinture, sculpture et écriture, Anna Ostoya (née en 1978 à Cracovie en Pologne, vit et travaille à Brooklyn aux Etats-Unis) développe un ensemble d’œuvres singulières et critiques se référant à l’esthétique avant-gardiste. L’approche de l’artiste reflète son intérêt pour la représentation du féminisme, la tension entre image et média et l’héritage des mouvements artistiques du 20e siècle, tels que le constructivisme, le dadaïsme, l’art informel, l’expressionisme et le minimalisme. Portant une attention particulière au recyclage des images, matériaux et histoires préexistants, Anna Ostoya défie les notions de déconstruction et d’authenticité. Ses collages forment une continuité reconstruite à partir de fragments, telle une méthode pour engendrer de nouvelles significations tout en proposant un vecteur de changement politique. Utilisant un ensemble de matériaux variant du précieux (feuille d’or) au quotidien (papier journal), et de l’industriel (plaque d’aluminium) à l’organique (sang), Anna Ostoya remet en question les conventions mêmes qu’elle se réapproprie.

Transpositions est la première exposition institutionnelle de l’artiste en France, et donne son titre à une nouvelle série d’œuvres conçue pour La Kunsthalle Mulhouse. Sur une période de huit mois, Anna Ostoya a suivi un plan de travail et établi des règles lui permettant d’expérimenter différents modes de prise de décision. La production des pièces de l’exposition est directement inspirée par l’histoire et l’architecture de La Kunsthalle, ancienne fonderie opérationnelle du début des années 1920 jusqu’aux années 1980. Cette série découle de considérations relatives à des pratiques et procédures de travail du présent et du passé. Dans le processus de travail mis en place pour Transpositions, tout comme dans ses précédentes séries, Anna Ostoya réfléchit au rôle et à la place de l’artiste dans la société : esprit libre, entrepreneur, travailleur. Elle remet en cause les stéréotypes qui lui sont associés. Testant les potentialités de la production artistique, elle juxtapose la notion d’art comme mode d’expression émotionnel, spontané et désintéressé avec celle d’une entreprise rationnelle, contrôlée et déterminée. T ra n s p o s i t i o n s c o m p r e n d d i x l a r g e s compositions horizontales d’un mètre sur deux, dans lesquelles Anna Ostoya développe un leitmotiv, celui d’un carré transposé d’une toile à l’autre sur dix séquences. Forme prisée pour sa pureté par les suprématistes et modernistes, le carré se déplace d’une œuvre à l’autre à la manière d’une chaîne de montage ouvrière. Réutilisant les matériaux de ses œuvres précédentes et se réappropriant des traditions perceptibles de l’histoire de l’art, ses compositions sont des investigations historiques qui ref létent permanence et transition, continuité et rupture. La transposition, un acte de transfert d’un endroit ou d’un contexte à un autre, est un terme utilisé dans différentes disciplines, telles que la musique, le droit, les mathématiques, la génétique ou encore les échecs. Elle reflète la méthodologie d’Anna Ostoya autant que le mouvement propre du carré d’une toile à l’autre, tout en faisant référence au transfert d’idées et de formes entre différentes cultures et générations. Les matériaux et techniques hétérogènes utilisés par Anna Ostoya s’étendent de la peinture à l’huile, à l’acrylique ou à la laque, du papier à la feuille de palladium, qu’elle découpe, colle, appose et transpose. L’exposition est accompagnée de la première édition monographique qui envisage son œuvre comme un ensemble cohérent. Les travaux reproduits dans ce livre représentent l’aboutissement d’années de pratique artistique et de vives discussions avec des commissaires, écrivains et penseurs, tels que les auteurs de cet ouvrage, Ben Lerner et Tom Williams. L’écrivain Ben Lerner relate sa prise de connaissance de quatre œuvres d’Anna Ostoya, et reconnaît que la frontière entre images et formes y est un riche terreau de réflexion critique ; l’historien d’art Tom Williams envisage l’œuvre de cette artiste à travers le prisme de l’avant-garde critique, se concentrant sur les différentes appropriations que fait l’artiste des styles et de l’imagerie de l’histoire de l’art. Martha Kirszenbaum

EN In a conceptual practice that incorporates collage, photomontage, painting, sculpture, and writing, Anna Ostoya (b. 1978 in Krakow, Poland, lives and works in Brooklyn, USA) has developed a singular and critical body of works that concentrates on avant-garde aesthetics, particularly on the representation of feminism, the tension between image and media, and the legacy of 20th century art movements including Constructivism, Dada, Art Informel, Expressionism, and Minimalism. Recycling pre-existing images, materials and histories, Ostoya challenges notions of deconstruction and authenticity. Her work forms a continuity out of fragments as a process of creating new meanings and as a vehicle for political change. Using materials that range from the precious (gold leaf) to the mundane (newspaper) and from the industrial (aluminum leaf) to the organic (blood), Ostoya calls into question the very conventions she appropriates. Transpositions is the first institutional exhibition of the artist in France and the title of a new series of works conceived for La Kunsthalle Mulhouse. Over a period of eight months, Ostoya followed a work plan and set up rules to experiment with different modes of decision making. The history and architecture of La Kunsthalle’s building itself, a former industrial factory functioning as a foundry from the early 1920s through the 1980s, directly inspired the production of the pieces. The series are derived from considerations regarding past and present work practices and procedures. In her working process for Transpositions, as for some of her previous series, Ostoya reflects on the role and position of an artist in society: she disputes the stereotypes applied to an artist— that of a free spirit, an entrepreneur, or a worker. Testing the possibilities for artistic production, she juxtaposes the notion of art as an emotional, spontaneous, and disinterested expression with the notion of art as a rational, controlled, and purposeful endeavor.

Transpositions comprises ten large, horizontal new compositions, each spanning 100 by 200 cm, and in which Ostoya sets into motion a leitmotif: a square is transposed from one canvas to the next in a sequence of ten. The square—a shape prized for the purity of its form by the Suprematists and other modernists—evolves as it slides from one work to the next as if on an assembly line. Recycling leftover materials from earlier works and reclaiming distinct arthistorical traditions, these compositions are retrospective investigations of historical permanence and transition, continuity and rupture. Transposition—the act of transferring something from one place or context to another and a term used in various pursuits, including music, law, mathematics, genetics, and chess—implies both Ostoya’s methodology and the literal movement of the square across the canvases, but it also alludes to the generational and cultural transference of ideas and forms. The heterogeneous materials and techniques used by Ostoya range from oil paint to acrylic or shellac, from paper to palladium leaf, which she cuts, pastes, apposes, and transposes. The exhibition is accompanied by the first monograph of Ostoya’s work that considers her oeuvre as a whole. The works reproduced in the book are the outcome of years of artistic practice and vivid discussions with curators, writers, and thinkers, such as the authors of this volume, Ben Lerner and Tom Williams. Writer Ben Lerner evocatively recounts his encounters with four of Ostoya’s works and as his recognition of how the borders between images and shapes in them become rich sites of historical reflection and critique; art historian Tom Williams contemplates Ostoya’s oeuvre through the prism of avantgarde critique, focusing in on her varied appropriations of art-historical styles and imagery.

Anna Ostoya (née en 1978 à Cracovie, Pologne, vit et travaille à Brooklyn, Etats-Unis) a étudié à la Städelschule à Francfort et au Whitney Independent Study Program à New York. Ses travaux ont été présentés à la Manifesta 7 (2008) et à la 2ème Biennale d’Athènes (2009). Les principales expositions personnelles se sont tenues notamment à la galerie Bortolami à New York (2001 et 2013) ; Silberkuppe à Berlin (2011 et 2013) ; Tegenboschvanvreden à Amsterdam (2011) ; Foksal Gallery à Varsovie (2010). Récemment, ses collages et photomontages ont été présentés dans l’exposition   « New Photography 2013 » au Museum of Modern Art à New York.

L’exposition a bénéficié du soutien de l’Institut Polonais de Paris

Journal k23 issuu  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you