Issuu on Google+

Procès verbal de la réunion du 16 juillet 1882 pour la formation des chambres syndicales des ouvriers tisserands du rayon de Cholet Monsieur Vaidie, membre de la chambre syndicale d'Angers, prend la parole pour annoncer qu'il est envoyé comme délégué, et invite les ouvriers présents à former un bureau. Le sieur Edmond Ouvrard est nommé président. Le sieur Esseul est nommé assesseur, ainsi que le sieur Auguste Bréchoire. Bouet Ferdinand est nommé secrétaire provisoire. Le bureau constitué, M. Vaidie prend la parole, il explique à la réunion les efforts que doivent faire les ouvriers pour arriver à l'amélioration de leurs positions, il les invite à se grouper, à s'unir, à se respecter, à ne pas se laisser dominer par l'indifférence, en un mot à s'entraider mutuellement afin d'arriver à l'émancipation définitive auquel a droit d'arriver la classe ouvrière, et dit que le moyen le plus efficace est l'organisation des chambres syndicales. Il combat sérieusement la grève, comme un moyen très souvent malheureux, il conclut en engageant les travailleurs à éviter d'employer les moyens de violence pour arriver à améliorer leur sort et les engage à toujours suivre la voie de la discussion et de la réclamation ; et de rejeter en toutes circonstances les discussions politiques dans l'organisation des chambres syndicales. Organisons d'abord le travail, et plus tard nous deviendrons peut-être plus compétents pour la politique. Il conclut définitivement en demandant que tous les travailleurs français s'unissent dans la même solidarité. M. Vaidie ayant terminé ses explications, M. Édouard Ouvrard président, propose de former un bureau qui prenne l'initiative, pour la formation d'une chambre syndicale des ouvriers tisserands. M. Pierre Chupin propose de nommer une commission de cinq membres pour prendre la direction immédiate de l'organisation. En appuyant la proposition qui vient d'être faite par le sieur Chupin, M. Vaidie explique à la réunion que tous les renseignements et tout ce qui sera utile pour éclairer les membres de la commission sera bien accueilli par l'union syndicale de département de Maine & Loire. Par conséquent, une commission de cinq membres est nommée provisoirement. Les membres élus sont Pierre Chupin, Auguste Bréchoire, Allard Jules, Boiziau, et Bouet Ferdinand qui déclare accepter provisoirement. Sur la proposition d'un membre de la réunion, il est fait une collecte, afin de faire face aux premiers frais d'organisation, la somme réalisée s'élève à quinze francs cinq centimes. Séance tenante le sieur Auguste Bréchoire est nommé trésorier et Pierre Chupin secrétaire. M. Edmond Ouvrard, président, demande si quelqu'un a des observations à faire, personne ne s'étant présenté la séance est levée.

1


Procès-verbal de la séance du 30 juillet 1882 Sont présents au bureau, messieurs Bouet Ferdinand, Boizieau Jean-Baptiste, Bréchoire Auguste, Allard Jules, Chupin Pierre, tous membres de la commission d'initiative, et monsieur Vaidie délégué de l'union syndicale des ouvriers du département de Maine et Loire. M. Bouet Ferdinand préside la séance, M. Chupin Pierre remplit les fonctions de secrétaire et M. Bréchoire Auguste celle de trésorier. ________________ Monsieur Bouet, président, ouvre la séance et dans une allocution qui rend compte des circonstances qui ont amené la convocation de la présente réunion, il donne la parole au secrétaire de la réunion pour rendre compte des travaux de la commission d'initiative et donner lecture du procès-verbal de la précédente séance. Monsieur Chupin Pierre, secrétaire, donne premièrement lecture d'une lettre pour laquelle la commission d'initiative a été autorisée par Monsieur le maire de la ville de Cholet à réunir les ouvriers de la corporation des tisserands dans le bâtiment Ouest de l'école neuve de la rue de l'Échelle, ensuite il donne lecture du procès-verbal de la précédente réunion. Après cette lecture, le président demande aux ouvriers présents à la réunion si parmi eux il s'en trouvait qui, présents à celle du 16 juillet, auraient des rectifications à demander au procès-verbal dont il vient d'être donné lecture. Personne ne demandant la parole, le procès-verbal est adopté. Le secrétaire rend compte des travaux de la commission d'initiative, il dit que : 1. elle adressa une requête à Monsieur le maire de Cholet pour obtenir une salle pour réunir la corporation des tisserands 2. elle convoquât les ouvriers de cette corporation par voie de presse, par correspondance particulière et fit faire et distribuer des lettres et des convocations. 3. elle demanda à monsieur Vaidie secrétaire de l'Union syndicale des ouvriers du département de Maine et Loire qu'il veuille bien venir en aide à notre corporation en lui prêtant l'appui de ses connaissances et en assistant à notre réunion. Ensuite il donne lecture de la réponse de monsieur Vaidie Le Président demande si la réunion approuve les travaux de la commission, la réunion donne son approbation à l'unanimité. Monsieur Bréchoire Auguste, trésorier, rend compte, il dit qu’il lui reste en caisse deux francs vingt cinq centimes mais qu'il reste à payer la note de monsieur Farré, imprimeur. Le Président demande si la réunion approuve les dépenses de la commission et les comptes de son trésorier, ses dépenses et comptes sont approuvés à l'unanimité. Monsieur Vaidie prend la parole, il explique à la réunion les efforts que doivent faire les ouvriers pour arriver à l'amélioration de leur position. Il les invite à se grouper, à s'unir, à se respecter, à ne pas se laisser dominer par la division et l'indifférence, en un mot à s'entraider mutuellement afin d'arriver à l'émancipation définitive à laquelle a droit la classe ouvrière. Il dit que le moyen le plus efficace pour y arriver est l'organisation des chambres syndicales. Il combat sérieusement la grève comme un moyen souvent malheureux, n'entraînant la plupart du temps que la ruine du patron et la misère de l'ouvrier. Il engage les travailleurs à éviter les moyens de violence pour arriver à améliorer leur sort et les engage à toujours suivre la voix de la discussion et de la réclamation et de rejeter en toutes circonstances les discussions politiques dans l'organisation des chambres syndicales. Examinant la situation de l'ouvrier il déclare que les salaires ne sont pas suffisamment rémunérateurs pour permettre à l'ouvrier d'assurer l'existence à sa famille et procurer l'instruction qu'il doit à ses enfants.

2


Passant en revue la situation des ouvriers tisserands du rayon de Cholet, il déclare qu'avant d'avoir été renseigné il se serait refusé à croire qu'il y avait dans la nation française des ouvriers recevant un salaire aussi dérisoire, qu'il est trop élevé pour qu'ils meurent de faim et cependant il ne l'est pas assez pour les faire vivre. Analysant la manière d'agir de ces ouvriers pour arriver à faire subsister leur famille, il combat le travail de la femme et dit que le soin de son ménage, élever et donner la première instruction à ses enfants, est le seul travail qui lui convienne, qu'il est suffisant pour lui donner assez d'occupation, que là seule est sa place et sa mission dans l'humanité. Ensuite, recherchant les causes qui ont amené l'ouvrier tisserand à recevoir un salaire aussi dérisoire, il les trouve dans leurs divisions, leur manque d'union et de solidarité et leur indifférence pour arrêter les diminutions de salaires, au lieu de faire tous leurs efforts pour les tenir toujours en rapport avec le prix des choses nécessaires à l'existence. Il les conseille de cesser leurs divisions, de secouer leur indifférence, au contraire de s'unir, de se solidariser, en un mot, de se considérer comme les membres d'une même famille, de cette grande famille de travailleurs producteurs de la fortune, non seulement des patrons mais aussi de la richesse nationale, que pour ces raisons ils doivent recevoir un salaire suffisant pour faire vivre et élever dignement leur famille, mais qu'il le regrette qu'ils ne l'obtiendront qu'en cessant leurs divisions, qu'au contraire qu'il faut qu'ils s'unissent, qu'ils se rendent solidaires les uns des autres, en un mot qu'ils groupent leur intelligence, que c'est le seul moyen d'être forts, que lorsqu'ils auront obtenu ce résultat ils pourront traiter avec leurs patrons et obtenir par la discussion et la réclamation une meilleure rétribution de leur travail. Il termine en disant que la chambre syndicale leur offre tous les moyens qu'il vient d'énumérer devant eux pour arriver à cette conclusion. C'est pourquoi il les conseille d'organiser leur corporation en chambre syndicale. Monsieur Bréchoire prend ensuite la parole et démontre que la grève est nuisible à l'ouvrier, que l'on obtient rien de durable par les moyens de violence. Il prend pour preuve celle de mil huit cent soixante cinq et rappelle que les patrons ayant accordé une augmentation de salaire, quelque temps après, la plupart d'entre eux la retirèrent, qu'aujourd'hui même, malgré l'augmentation continuelle depuis cette époque des choses nécessaires à l'existence, la plupart des patrons payaient le travail à un prix plus minime qu'avant cette grève. Il démontre que si la corporation des tisserands eut été organisée, ces diminutions n'eurent point eu lieu, qu'en conséquence il conseille de s'organiser au plus tôt en chambre syndicale. Le Président propose à la réunion d'accorder une indemnité de vingt francs à monsieur Vaidie pour son déplacement. Cette proposition est adoptée à l'unanimité. Le Président propose de nommer une commission de neuf membres chargée de rédiger un règlement de chambre syndicale. Plusieurs membres de la réunion demandent que la commission soit de onze, cette proposition est adoptée. Le Président demande à la réunion de désigner parmi les ouvriers présents ceux qu'elle choisit pour faire partie de la commission. Après plusieurs votes, la réunion nomme membres de la commission chargée de faire un projet de statuts d'une chambre syndicale des ouvriers tisserands du rayon de Cholet : Messieurs Moreau Constant, Combes Adolphe, Allard Jules, Chupin Eugène, Gauthier Auguste, Grémille Auguste, Bouet Léon, Boursier, Leray, Chupin Pierre, Tisseau Auguste. Monsieur Vaidie prend ensuite la parole pour remercier la réunion de l'indemnité qu'elle lui a accordée. Il dit que tous les renseignements qui seront nécessaires à la corporation des tisserands pour s'organiser en chambre syndicale que l'on n’a qu'à lui écrire, il se fera un plaisir de les lui communiquer. Le Président propose de verser chacun cinquante centimes pour les premiers frais, un membre demande que ça ne soit que vingt cinq centimes. Après discussion, la réunion décide que chaque membre fera un versement de cinquante centimes. Le Président dit que tout celui qui veut souscrire peut passer au bureau de la réunion donner son nom, son adresse et sa souscription. La souscription terminée, le président appelle les membres de la commission pour nommer son bureau qui est constitué ainsi qu'il suit :

3


Président Moreau Constant, Vice-président Allard Jules, Trésorier Boursier Ernest, Secrétaire Chupin Pierre Après la constitution du bureau de la commission chargée de rédiger les statuts d'une chambre syndicale, la commission d'initiative remet entre les mains de cette commission le matériel qu'elle possède ainsi que son actif et passif qui se compose ainsi qu'il suit : actif : un livre de procès-verbaux, un livre de caisse, une règle, deux porte-plumes, deux crayons, une bouteille d'encre et soixante-dix francs vingt cinq centimes en espèces, passif : une facture à payer chez monsieur Farré, imprimeur, s'élevant à la somme de cinq francs. Après la remise du matériel de l'actif et du passif entre les mains de la commission chargée de rédiger les statuts, le Président de la séance remercie les membres présents à la réunion de leur attention soutenue pendant toute sa durée, et lève la séance. Les membres du bureau de la réunion

4


Réunion du vingt août mil huit cent quatre vingt deux à la salle de l'école neuve de la rue de l'Échelle à Cholet Procès-verbal de la séance Sont présents au bureau, Messieurs Allard Jules vice-président, faisant fonction de président, Chupin Pierre Secrétaire, Boursier Ernest trésorier, Tisseau Auguste, Grémille Auguste, Bouet Léon, tous membres de la commission chargée de rédiger un projet de statuts d'une chambre syndicale de la corporation des tisserands du rayon de Cholet. Monsieur Allard Jules ouvre la séance. Il dit que le président de la commission l'ayant fait avertir qu'il ne pouvait venir à la réunion, qu'étant vice-président de la commission, il va présider la séance. Ensuite il donne la parole à monsieur Chupin Pierre pour donner lecture du procès-verbal de la réunion du trente juillet 1882. Monsieur Chupin Pierre, secrétaire, donne lecture du procès-verbal de la précédente réunion. Après cette lecture, le président demande si quelqu'un a des observations à présenter sur le procès-verbal dont il vient d'être donné lecture. Personne ne demandant la parole, le président met le procès verbal aux voix, qui est adopté à l'unanimité. Le président donne la parole au trésorier de la commission. Monsieur Boursier Ernest, trésorier, rend compte de l'argent qu'il a reçu et des frais qui ont été faits par la commission chargée de rédiger les statuts. Le président demande si quelqu'un a des observations à faire sur le compte de recettes et dépenses présentées par le trésorier, personne ne demandant la parole le président met aux voix les comptes présentés par le trésorier qui sont adoptés à l'unanimité. Le président donne la parole au secrétaire pour commencer la lecture des statuts rédigés par la commission. A ce moment, Monsieur Bouet Ferdinand demande à présenter une observation sur la manière de discuter les statuts. La parole lui ayant été accordée, il dit que selon lui, la meilleure manière de discuter le règlement est que le secrétaire en donne lecture article par article mais lentement, qu'à chaque article il y ait une petite pause afin que celui qui aurait des observations à présenter, se fasse inscrire, ainsi que l'article qu'il veut discuter, qu'après la lecture des statuts et règlements, les articles réservés serait discutés et mis aux voix, puis après l'ensemble des statuts et règlements, qu'il croit que selon lui, c'est la meilleure manière d'arriver à voter la constitution de la Chambre syndicale. Il craint que si l'on s'y prend autrement, l'assemblée n'arrive pas à la constituer définitivement dans la journée. Le président demande à l'assemblée si elle est d'avis de suivre la marche indiquée par monsieur Bouet Ferdinand pour la discussion des statuts et règlements de la Chambre Syndicale, l'assemblée décide par un vote que cette marche sera suivie dans la discussion. Chupin Pierre, secrétaire, commence la lecture des règlements et statuts. Arrivé à l'article 26 des statuts, Messieurs Bouet Ferdinand et Picard se font inscrire pour présenter des observations. Ensuite la lecture continue. Arrivé au règlement des sections, monsieur Girard et Esseul se font également inscrire. La lecture des statuts et règlements terminée, le président invite les orateurs inscrits à présenter leurs observations. Monsieur Bouet Ferdinand dit qu'il trouve la cotisation trop élevée. Il désirerait qu'elle ne fut que de 25 centimes, que par ce moyen, on arriverait à être beaucoup plus nombreux, que c'était non seulement le capital que nous devions chercher mais aussi l'action morale, que nous ne l'obtiendrions que par le nombre, qu'en résumé, il propose que la première cotisation de tous ceux qui voudraient faire partie de la société soit de 50 centimes et les cotisations suivantes de 25 centimes. Monsieur Chupin Pierre, secrétaire de la commission, répond que la commission partage la manière de voir de monsieur Bouet Ferdinand mais il dit que si la commission a porté la cotisation mensuelle à 50 centimes, c'est que la précédente assemblée l'avait fixée à ce taux, que c'est à l'assemblée d'aujourd'hui de résoudre la question. Le président met aux voix la proposition de monsieur Bouet qui est adoptée à l'unanimité. Monsieur Bouet Ferdinand demande également que le sociétaire soit libre de faire ses versements par

5


anticipation, c'est-à-dire de pouvoir verser soit 3 mois soit 6 mois ou un an de cotisation à l'avance. Cette proposition mise aux voix est adoptée. Monsieur Picard demande à ce qu'il n’y ait qu'un seul dimanche par mois pour les versements. Après une discussion à laquelle prennent part plusieurs membres de l'assemblée, l'assemblée adopte la proposition de monsieur Picard et fixe l'époque du versement au deuxième dimanche de chaque mois. Monsieur Girard demande à ce qu'il y ait un sociétaire par section pour apporter au siège de la Chambre Syndicale les cotisations de la section. Monsieur Chupin Pierre lui répond que la chose a été prévue par le règlement des sections et il donne une autre fois lecture de l'article 3 du règlement des sections. Après cette lecture, monsieur Girard retire sa proposition. Monsieur Esseul demande à ce que le syndicat vienne en aide au sociétaire malade. Il voudrait qu'on puisse le secourir. Plusieurs membres de l'assemblée prennent la parole, trouvant la proposition excellente en elle-même mais déclarent que le moment n'est pas arrivé de s'en occuper, qu'il faut auparavant grouper toute la corporation et s'occuper d'obtenir un tarif. Après cette discussion, la proposition de monsieur Esseul est renvoyée à une autre époque. Les discussions étant terminées, le président met l'ensemble des règlements et statuts (sous la réserve des modifications qui viennent d'être votées) aux voix. Les statuts, le règlement des sections, le règlement intérieur des assemblées sont adoptés à l'unanimité, dans la forme suivante :

Statuts de la Chambre Syndicale des ouvriers tisserands du rayon industriel de Cholet

Préambule Les ouvriers tisserands du rayon industriel de Cholet ayant résolu de créer une institution qui leur permette par tous les moyens que la loi leur accorde d'étudier la possibilité d'éviter les conflits et les grèves en maintenant sur des bases solides et équitables les conditions morales et matérielles du travail, ont arrêté de la manière suivante les Statuts de la société

Statuts Article 1er Constitution de la Société Il est formé entre les ouvriers tisserands du rayon industriel de Cholet qui adhèrent aux présents statuts, une Chambre Syndicale. Elle portera le nom de Chambre Syndicale des ouvriers tisserands du rayon industriel de Cholet. Article 2 Le Syndicat a pour but de veiller aux intérêts de la corporation, d'arriver à l'uniformité d'un tarif des prix de façons et faire obstacle à toutes les spéculations nuisibles à ses membres au point de vue moral, intellectuel et matériel, d'arriver à faire donner à tous les ouvriers une juridiction vraiment équitable. Article 3 La société est limitée au rayon industriel de Cholet. Le siège social est fixé à Cholet, rue

6


Article 4 Est sociétaire tout ouvrier âgé de 18 ans jouissant de ses droits civils, pouvant fournir la preuve qu'il exerce ou qu'il a exercé la profession de tisserand. Il ne peut sous aucun prétexte être admis de membres honoraires et tout sociétaire devenant patron est par ce fait considéré comme démissionnaire. Article 5 Tous sociétaires sont égaux en droits et en devoirs devant les statuts. Ils doivent se conformer aux décisions prises par le syndicat, mais si l'un d'eux croit que l'on cherche à nuire à ses intérêts ou à l'évincer, il devra en référer à l'assemblée générale qui statuera. Article 6 Tout ouvrier à qui il sera fait des propositions pour travailler au-dessous du prix du tarif adopté, devra donner connaissance au bureau auquel il appartient, qui à son tour le transmettra au syndicat. Il devra également signaler si ses outils sont bien marqués à leurs véritables comptes ainsi que toutes les infractions qui lui seront connues afin qu'il en soit donné connaissance à l'assemblée générale si la Chambre Syndicale le juge utile à l'intérêt de la société et de la corporation en général. Article 7 Lorsqu'un différend s'élèvera entre patrons et ouvriers sur une question de travail ou de salaire, la Chambre Syndicale interviendra si la cause lui semble juste. Elle essayera d'obtenir une solution amiable. Si l'affaire doit être appelée au Tribunal, la Chambre supportera les frais de procès. Elle pourra même avancer partie ou totalité de l'argent qu'il réclame à son patron. Article 8 Aucune avance rétribution ne sera accordée à un sociétaire qu'après trois mois de versements et sur la présentation en règle de son livret de sociétaire, conformément à l'article 26. Article 9 La Chambre Syndicale devra s'occuper activement des élections aux prud'hommes. Elle fera tous ses efforts pour prévenir les grèves générales ou partielles en proposant aux patrons la création d'un tribunal d'arbitrage composé mi-partie de patrons, lequel statuera sur ce qui pourrait amener les conflits et les évitera. Article 10 Administration Contrôle L'administration de la société est confiée à un conseil de direction composé de douze membres. Ces membres seront nommés au scrutin de liste et à la majorité des suffrages par vote secret. Article 11 Le conseil de direction est nommé pour deux ans et renouvelable tous les ans par moitié. Les membres sortants ne sont rééligibles qu'après un an de vacances. Article 12 La Chambre Syndicale est responsable de son administration. Elle nomme son président, son viceprésident, son secrétaire, son vice secrétaire, son trésorier et son vice trésorier.

7


Article 13 La Chambre Syndicale se réunit une fois par mois. Elle peut être convoquée dans l'intervalle. Ses réunions ont pour but de prendre connaissance des opérations financières, des recettes, des dépenses, de l'état de la caisse et de s'occuper de l'exécution des délibérations des assemblées générales, en un mot de tous les intérêts de la corporation. Elle ne pourra délibérer valablement qu'étant aux deux tiers de ses membres. Celui qui s'absentera trois mois sera considéré comme démissionnaire, à moins qu'il ne donne des motifs valables. Article 14 Le conseil de direction nommera deux délégués pour représenter la chambre syndicale, tant en demandant qu'en défendant. Ces délégués seront choisis autant que possible au choix du demandeur. En cas d'expiration de pouvoir, ils devront poursuivre l'affaire jusqu'au jugement. Article 15 La Chambre Syndicale administre la société dans les limites tracées par les statuts, elle ne peut donc pas emprunter au nom de la société, vendre ou aliéner tout ou partie des valeurs mobilières ou immobilières de la société sans y avoir été préalablement autorisée en vertu d'une décision prise en assemblée générale. Elle convoque les assemblées générales ordinaires et extraordinaires, fixe l'ordre des questions qu'on met en discussion. Article 16 Le secrétaire de la Chambre Syndicale est chargé lors des assemblées générales de faire les appels, de donner lecture des procès-verbaux et de constater tous les incidents de la séance. Il en est de même pour les réunions de la Chambre Syndicale. Il rédige les correspondances administratives de la société. A chaque assemblée générale il fait au nom de la Chambre Syndicale un rapport sur l'état matériel et moral de la société. Ces rapports après lecture devront être soumis à l'approbation de l'assemblée. Article 17 Les procès-verbaux des séances de la Chambre Syndicale, des assemblées générales, des commissions de contrôle et de vérification, doivent être tenus et consignés sur un registre spécial. Tout rapports, procèsverbaux, lettres, en un mot tout document relatif à l'association, doivent être soigneusement conservés dans les archives, notés sur un catalogue, le tout confié au vice secrétaire. Article 18 Le trésorier et le vice trésorier de la Chambre Syndicale sont chargés des recettes et des dépenses, mais toutes dépenses ne peuvent être mandatées qu'en séance de la Chambre Syndicale. Le mandat devra être signé du président assisté de deux syndics délégués par leurs collègues.

Article 19 Le trésorier et le vice trésorier du syndicat sont responsables devant la Chambre qui l'est elle-même devant toute l'association. Ils devront tenir une comptabilité exacte et faire, à chaque assemblée générale trimestrielle, un rapport sur l'état financier de la société. Ces rapports après lecture seront soumis à l'approbation de l'assemblée.

8


Article 20 Le trésorier ne pourra garder en caisse une somme supérieure à deux cents francs. La Chambre Syndicale statue sur le mode de placement des fonds de la société en prenant toutes les garanties nécessaires. Article 21 L'assemblée générale nommera une commission de contrôle composée de six membres, renouvelable par moitié tous les ans, alternant avec le conseil de direction et avec les mêmes conditions d'élection. Ces membres seront pris en dehors du conseil d'administration. Article 22 Le conseil de contrôle doit se réunir une fois par mois. Il doit en outre se réunir chaque fois qu'il est convoqué par la moitié de ses membres. C'est à lui que l'on adresse toutes les réclamations contre la Chambre Syndicale. En cas d'urgence, il peut convoquer une assemblée générale. Article 23 La commission de contrôle vérifie les livres, la comptabilité et généralement toutes les écritures de la société. Elle vérifie l'état de la caisse, entend les réclamations faites contre le conseil de direction, fait à chaque assemblée générale un rapport sur les travaux du syndicat et sur les réclamations qui lui ont été adressées. Ces rapports et les réclamations seront soumis à l'assemblée générale. Elle n'a que des pouvoirs de vérification et ne peut faire acte d'administration. Article 24 Tout sociétaire âgé de 25 ans au moins peut être nommé aux différentes fonctions administratives ou de contrôle et devra les remplir loyalement pendant toute la durée de son mandat. Les contremaîtres ou considérés comme tels sont seuls exempts de ces charges. Article 25 En principe, toute fonction sociale est gratuite et obligatoire. Il pourra être alloué, mais à titre d'indemnité seulement, une rémunération dont le bureau syndical déterminera la valeur à l'égard de tout sociétaire qui aurait employé au service de la société le temps consacré ordinairement au travail. Au début de l'association, le bureau syndical aura également le droit d'accorder une indemnité aux membres qui subiront des pertes de travail pour son organisation. Article 26 Capital social Le capital social sera formé par une cotisation mensuelle de vingt-cinq centimes, payable le deuxième dimanche de chaque mois au siège de la Chambre Syndicale entre les mains du trésorier et du syndic présent. Le sociétaire, en versant sa cotisation, devra exiger un timbre servant de reçu ou la signature du trésorier sur son livret. L'assemblée générale sera toujours maîtresse de diminuer ou d'augmenter la cotisation mensuelle, mentionnée au premier paragraphe du présent article. Article 27 Le sociétaire sera également libre de faire ses versements par anticipation de trois mois, six mois, un an à la fois si cela lui convient. La Chambre Syndicale repoussera tous les dons de quelques mains qu’ils puissent venir.

9


Article 28 Tout sociétaire en retard de plus de trois versements mensuels sera considéré comme démissionnaire. Cet article n'est pas applicable aux jeunes gens appelés au service militaire ou en cas de déplacement d'un sociétaire. Article 29 L'article précédent ne pourra être appliqué au sociétaire qui pourrait justifier son retard de paiement par des circonstances indépendantes de sa volonté, telles que maladies ou manque de travail. Dans l'un ou l'autre cas, il devra se conformer à l'article 26 et acquitter ses cotisations en retard le plus tôt possible. Article 30 Tout ouvrier tisserand désirant faire partie de la société devra se faire présenter par un de ses membres. Il ne pourra être admis que par l'assemblée générale, après avoir payé une première cotisation de cinquante centimes. En cas de non admission, les sommes versées par le postulant seront remboursées. Article 31 Assemblée Générale Les assemblées générales auront lieu tous les trois mois. Leur tenue est régie par un règlement intérieur annexé aux présents statuts. Les sociétaires seront convoqués le troisième dimanche de janvier, avril, juillet et octobre, excepté les jours fériés où l'assemblée sera renvoyée au dimanche suivant. Article 32 L'assemblée générale des sociétaires possède les pouvoirs les plus étendus. Elle reçoit les comptes, les approuve, les rejette ou les accepte sous toutes réserves, entend le rapport de la Chambre Syndicale sur la situation morale et matérielle de la société. Le rapport de la commission de contrôle juge les réclamations qui lui sont présentées par cette commission, en un mot elle délibère sur toutes les questions à l'ordre du jour, prononce souverainement sur tous les intérêts de la société et confère par ses décisions tous les pouvoirs nécessaires au conseil de direction ainsi qu'à la commission de contrôle pour veiller aux intérêts de la société et de la corporation en générale. Les décisions des assemblées sont prises à la majorité des membres présents, elles sont obligatoires pour tous les membres présents ou absents.

Article 33 Le sociétaire menacé d'expulsion devra toujours être entendu préalablement dans les explications qu'il pourra fournir lui-même, soit en conseil ou devant l'assemblée générale appelée à statuer définitivement sur son expulsion. Les cas de radiations ne pourront avoir lieu que pour improbité ou violence. Les sommes versées par les démissionnaires radiés ou décédés restent acquises à la caisse. Article 34 La chambre Syndicale, la commission de contrôle dans leurs réunions, l'assemblée générale pendant les séances, s'interdisent toutes discussions ayant un rapport aux questions politiques ou religieuses.

10


Article 35 Les présents statuts sont toujours perfectibles, toute demande de modification doit être signée de dix membres et inscrite à l'ordre du jour de la prochaine assemblée générale, huit jours au moins avant la convocation.

Formation des sections - Règlement Article 1er Dans le but de faciliter le versement des cotisations prévues à l'article 26 des statuts de la Chambre Syndicale ainsi que les rapports qui doivent exister entre les sociétaires et le conseil de direction, la société sera divisée en sections par les soins de son conseil de direction. Article 2 Chaque section est représentée par un bureau composé d'un président, d'un secrétaire, d'un trésorier et de deux conseillers. Les membres du bureau seront élus dans chaque section au scrutin de liste et à la majorité des suffrages. Article 3 Le trésorier, assisté du président et du secrétaire, reçoit le deuxième dimanche de chaque mois la cotisation des sociétaires de sa section seulement, inscrit la somme versée et y joint sa signature. Il tient un livre de caisse sur lequel est établi un état nominatif de tous les sociétaires de la section, les sommes versées sont inscrites en regard des noms et dans les colonnes indiquant le versement de chaque mois. Article 4 Le trésorier doit, dans la huitaine du versement, apporter au siège de la Chambre Syndicale la totalité des sommes qu'il a reçues avec une feuille contenant l'énumération des sommes versées. Il reçoit alors un reçu signé du trésorier de la Chambre Syndicale qu'il doit pouvoir montrer aux membres de la section à toute réquisition. Article 5 Le secrétaire est chargé de toutes les écritures de la section. Il tient un registre sur lequel sont copiés exactement les états de chaque versement. Il signe les dits états avec le président, le trésorier et les deux conseillers. Article 6 Le président représente sa section. Il est chargé de la réunir toutes les fois qu'il en est requis par le conseil de direction de la Chambre Syndicale. Il préside les réunions, assiste aux versements et signe les feuilles d'états. Il veille au maintien de l'ordre dans la section et doit s'opposer à toute discussion qui n'a pas pour but l'intérêt de la société ou de la corporation. Il doit transmettre au conseil de direction les observations ou réclamations qui sont formulées par la section.

11


Règlement intérieur des assemblées générales Article 1er La Chambre exerce sur tous ses membres une action disciplinaire pour tout ce qui tient à l'ordre des délibérations, à l'honneur et à la dignité de la Chambre. L'assemblée générale a pour bureau les membres du conseil de direction de la Chambre Syndicale. Néanmoins, les assemblées générales convoquées par la commission de contrôle auront pour bureau les membres de cette commission. Article 2 Les peines disciplinaires sont : 1. le rappel à l'ordre, 2. le rappel à l'ordre avec mention au procès verbal, 3. l'exclusion de la salle des assemblées, 4. en cas de violence ou d'improbité, la radiation pourra être prononcée par l'assemblée. Les peines disciplinaires prévues par les paragraphes 1, 2 et 3 du présent article seront appliquées par le bureau. Article 3 Tout sociétaire qui voudra prendre la parole devra la demander au bureau, un des secrétaires l'inscrira et le président la lui donnera à son tour de rôle. Toute infraction à cet article sera réprimée par un rappel à l'ordre. En cas de récidive, l'article 2 pourra lui être appliqué. Il en sera de même pour tout sociétaire qui ? ayant la parole ? s'écartera de la question et après un premier avertissement de président s'en écarterait de nouveau. Article 4 Tout sociétaire qui se présenterait dans l'assemblée avec des intentions hostiles et susceptibles de troubler l'ordre serait invité à se retirer. S'il refuse d'obtempérer à cette invitation, les paragraphes 1 et 2 de l'article 2 lui seront appliqués. Article 5 Lorsqu'un sociétaire changera de domicile, il devra donner avis au secrétaire. Article 6 Il est remis à chaque sociétaire un livret ou seront imprimés les statuts, le règlement des sections et celui de l'intérieur des assemblées.

Le président annonce qu'il suspend la séance pour dix minutes afin que chacun puisse préparer son bulletin. Plusieurs sociétaires disent que les bulletins sont prêts mais ils font observer que parmi l'assemblée il peut s'en trouver qui n'aient fait aucun versement, ensuite pour la vérité du vote, qu'il désirait qu'il se fasse par appel nominal qu'au moins l'on connaîtrait tout celui qui a versé. Le président met cette proposition aux voix qui est adoptée à l'unanimité. Il donne ensuite la parole au secrétaire pour faire l'appel nominal. Monsieur Chupin Pierre, secrétaire, commence l'appel de ceux qui ont versé dont les noms suivent et ceux qui sont présents déposent leur bulletin.

12


Liste des sociétaires qui ont fait leur premier versement. Commune de Cholet Messieurs Arouet Lucien Besson Benjamin Godineau Auguste Boursier Ernest Raimbeault Joseph Colas Esprit Cailleau Alphonse Bonneise Louis Menu Charles Coutant René Bidet Joseph Pineau René Cotenceau Pierre Brancherieau Victor Chevalier Lucien Humeau Auguste Bourreau Élie Augereau Clément David Aimé Poislâne Eugène Bonnin Victor Picard Theodore Picard Victor Bouet Ferdinand Bouet Aimé Chupin Alfred Coudrin Auguste Allard Jules Rochais Charles Dabin Honoré Jagnier François Martinet Joseph Girard Cousseau Alfonse Baranger Dominique Banchereau Alfred Dutour Constant Bouchet Émile Delaunay Alexandre Ferchaud Jules Coiffard Jean Jadeau Auguste Renou Baptiste Boissinot Coutant Auguste Bouchu Henri Lefievre Henri Héreault Jean-Baptiste Simon Henri Courant Henri Marchais Francis fils Thomas François Cheauveau François

Messieurs Chupin Alexis Fournier Louis Bremond Félix fils Bossard Louis Audureau François Baranger Auguste Tharreau Armand Jolivet Michel Nombalais Honoré Cheauveau Adolph Beaudin Marie Moreau Alexandre Bouet Léon Bernet Marie-Jean Moreau Constant Ouvrard Pierre Humeau René Richard François Palluau Alexis Leprieul Emmanuel Piffard Jean-Baptiste Ouvrard Edmond Delahaye Gustave Gremille Auguste Millet Alexis Gaté Célestin Cochard Constant Bernardeau Eugène Coutant Louis Dapreau François Peredy Auguste Leray Henri Tijou Benjamin père Humeau Auguste père Clochard Georges Ouvrard Auguste Vivion Louis Deval Eugène Coutant Louis Bloton Charles Ripoche Dubourg Auguste Rivet Jean Tijou Benjamin fils Sachot Edmond Tisseau Auguste Nicou Joseph Guittet Auguste Joguet Emanuel Combat Louis Sauvestre Jean-Baptiste Coutant Henri Rousselot Elie père

13


Combes Adolphe Boizieau Aimé Chupin Pierre Jeauneau Gauthier Onézime Metayer Alexandre Barbot Aimé Bouchu Arthur Devanne Auguste Onillon Allard Marie Delaunay Stanislas Cochard Alexis Blouin Joseph Tisseau Joseph Laurent Bouchet Alexandre Boursevielle Louis Chupin Eugène Gauthier Auguste Garreau Joseph Nicou Ambroise Simon Christan Charier Pierre Nombalais Léon Groleau Pierre Pau Auguste

Rochard Auguste Boizieau Jean-Baptiste Bréchoire Auguste Esseul Pierre Neau Claude Pellerin Auguste Garreau Lefevre Aimé Manceau Louis Guérin Alexandre Bouet François Binneau Victor Papin Victor Pieds François Renou Aimé Rompillon Eugène Manceau Paul Humeau Auguste Cochard Jean-Baptiste Bourcevielle Joseph Bouchet Albérie Joubert Camille Coutant Eugène Humeau Emile Bouvier Emerique Palluau Pierre

Commune du May Auger Pierre Becquet Rivet Louis Humeau Jules Humeau Alexandre Baron Pierre Vigneron Hervé Louis Boisteau Boisteau Joseph Boisteau René Tricoire René Erin Auguste

Chouteau Eugène Brin Pierre Boisdron François Bossard François Brin Louis Chupin Joseph Humeau Pierre Humeau Désiré Morinière François Neau Jacques Pointeau Joseph Picherie Louis Boisdron Louis

Commune de Maulévrier Guitton Aimé Parenteau Jean-Baptiste Gabard Louis Cottenceau Pierre Gabory Pierre Binière Alexandre Andreau Henri Gabillé Pierre

Richard Chouteau Auguste Chaillou Baptiste Gabillé Henri Chouteau Baptiste Sorin Auguste Barbarie Louis Barbarie Pierre

14


Commune de Trémentines Charbonnier René Menanteau René père Menanteau Alfonse Humeau Auguste Briand Vincent Ouvrard Pierre Levron Léon Hereault François Chalopin Henri Milpied Joseph Durbeut Jules

Chalopin Baptiste Menanteau René fils Ouvrard Augustin Couilbeault Auguste Hervé René Menanteau Félix Herault Olive Dubillot Paul Martin-Seguin Jean-Baptiste Poupard Eugène

Commune de la Tessoualle Pineau François Augereau Aimé Charrier Joseph Rousseau Emile Blouin Daniel Sicot Augustin Girard Jules Poyau hypolite

Landreau Adolph Meunier père Blin Aimé Courreau Etienne Blouin Baptiste Landreau Henri Gauthier Emile Barbarie François Vion Alexandre

Commune de Mortagne Dixneuf L'appel terminé, il est procédé au dépouillement des bulletins. Le bureau de l'assemblée reconnaît que 161 sociétaires ont pris part au vote. Il y a 160 suffrages exprimés et un bulletin blanc. Après le dépouillement, le secrétaire annonce à l'assemblée le résultat du vote ainsi qu'il suit, pour le conseil de direction : Bouet Ferdinand 151 voix Ouvrard Edmond 149 Bréchoire Auguste 134 Allard Jules 118 Bouet Léon 118 Moreau Constant 114 Bouchet Alexandre 113 Boursier Ernest 100 Gauthier Auguste 95 Leray Henri 92 Grémille Alexandre 92 Delaunay Alexandre 90

Boizieau Jean-Baptiste 80 Barbeault Aimé 76 Chupin Pierre 71 Cheauveau François 69 Cochard Constant 67 Combes Adolph 52 Rivet Jean 47 Tijou père 35 Piffard Jean-Baptiste 18 Lefevre Aimé 17

Pour la commission de contrôle : Tisseau Auguste 141 voix Chupin Eugène 123 Pallueau Alexis 101 Bouchet Emile 94 Manceau Paul 92 Binneau Victor 71

15

Simon Henri 68 Martinet Joseph 64 Nicou Ambroise 57 Marchais Francis 52 Bonnin 50 Guittet Auguste 25


Le président annonce à l'assemblée que Messieurs Bouet Ferdinand, Ouvrard Edmond, Bréchoire Auguste, Allard Jules, Bouet Léon, Moreau Constant, Bouchet Alexandre, Boursier Ernest, Gauthier Auguste, Leray Henri, Gremille Alexandre, Delaunay Alexandre, ayant obtenu le plus de voix pour le conseil de direction que, par conséquence, ils sont élus membres de ce conseil. Il annonce également que Messieurs Tisseau Auguste, Chupin Eugène, Pallueau Alexis, Bouchet Émile, Manceau Paul, Binneau Victor, ayant obtenu le plus de voix pour la commission de contrôle, ils sont élus membres de cette commission. Ensuite il dit à l'assemblée que la Chambre Syndicale est définitivement constituée et invite les membres du conseil de direction à venir prendre possession du matériel et de la caisse de la commission chargée de rédiger les statuts. A ce moment, Monsieur Bouet Ferdinand demande à l'assemblée à ce que, s'il y avait un ou plusieurs membres dans les conseils élus, comme on n’a pas demandé leur consentement pour les porter candidats, qui ne pourraient pour un motif ou un autre accepter leurs fonctions que pour le début de la société, l'un ou l'autre de ces conseils puissent faire appel au candidat venant ensuite par le nombre de voix obtenues, cette proposition mise aux voix est adoptée. Le président fait faire l'appel par le secrétaire de la réunion des membres élus au conseil de direction, qui viennent prendre possession du matériel et de l'actif de la commission chargée d'élaborer les statuts, cet actif se compose d'un livre pour les procès-verbaux, de plumes, encre, crayons, porte-plume, règle, papiers et soixante-neuf francs quarante centimes en espèces. Ensuite le président annonce que l'ordre du jour étant épuisé, il lève la séance.

! " # $%

&"

16


1ère séance le 23 août 1882 ________________ Le bureau élu par l'assemblée générale du 20 août se réunit à huit heures et demie du soir, sous la présidence d'âge de Gautier Auguste. Il prend la parole pour inviter les membres du bureau qui sont tous présents à nommer d'abord son président. Le vote a lieu à bulletin secret. Le sieur Bouchet est élu président avec 9 voix, Edmond Ouvrard obtient 2 voix et Ferdinand Bouet 1 voix. Pour la vice présidence, Allard Jules est élu par 9 voix, Edmond Ouvrard obtient 2 voix, Constant Moreau 1 voix et Bouet Ferdinand 1 voix. Le sieur Bréchoire est élu trésorier par 8 voix. Bourcier obtient 2 voix, Moreau Constant 1 voix et Bouet Ferdinand 1 voix. Le sieur Bourcier René est élu vice trésorier par 7 voix, Delaunay Adrien obtient 3 voix, Moreau Constant 2 voix. Il est procédé ensuite à la nomination d'un secrétaire, Bouet Ferdinand est élu par 10 voix. Delaunay Adrien obtient 1 voix et Moreau Constant 1 voix. On procède ensuite à la nomination d'un vice secrétaire. Le sieur Moreau Constant est élu par 7 voix, Delaunay Adrien obtient 3 voix et Grémille Auguste 2 voix. Le bureau étant constitué, M. Gautier cède la présidence à M. Bouchet qui dit qu'il accepte cette lourde charge à la condition que tout le bureau voudra bien lui prêter son concours pour l'aider à remplir sa tâche. M. Bourcier remet à M. Bréchoire, élu trésorier, la somme de soixante neuf francs 40 centimes, qui reste des cotisations reçues jusqu'à ce jour, et qui compose l'avoir de la chambre syndicale. Il est ensuite décidé à l'unanimité de prendre les mesures le plus promptement possible, pour faire imprimer six cents livrets qui seront distribués aux adhérents. Le bureau prend ensuite la détermination de faire imprimer une note dans le journal l'Intérêt Public, ayant le but de faire connaître le siège provisoire du Conseil de la chambre syndicale, ce siège est fixé provisoirement chez M. Devannes, Hôtel du Cheval Blanc, rue des Bons Enfants. Cette note a aussi pour but de faire appel à ceux qui voudraient adhérer à la chambre syndicale, et de faire connaître que les cotisations seront reçues au siège social le deuxième dimanche de chaque mois depuis 9 heures du matin jusqu'à 11 heures. Il est enfin nommé une commission chargée de faire un rapport aux patrons, pour leur expliquer ce que désireraient les ouvriers tisserands. Les membres de cette commission sont Messieurs Edmond Ouvrard, Auguste Bréchoire, Moreau Constant et Ferdinand Bouet. Une autre commission de trois membres est élue pour se mettre en relation directe avec Messieurs les patrons, afin d'obtenir les meilleurs résultats possibles pour la réussite des chambres syndicales. Ces trois membres sont Auguste Bréchoire, Edmond Ouvrard et Ferdinand Bouet. Ensuite la séance est levée. ! " #

"

'

&

17

&


2ème séance du 26 août 1882 Sont présents Messieurs Bouchet président, Allard Jules vice président, Bourcier, Bréchoire, Ouvrard, Grémille, Moreau , Léon Bouet, Leray, Delaunay, Gautier et Bouet Ferdinand secrétaire. ________________

Le conseil ouvre sa séance, sous la présidence de M. Bouchet. M. Pierre Chupin, secrétaire, donne lecture du procès verbal de la réunion générale du 20 août. Le conseil adopte le procès verbal à l'unanimité. Il est ensuite nommé une commission chargée de s'occuper des démarches nécessaires, et de traiter vis à vis d'un imprimeur pour la confection de six cents livrets. Sont élus à l'unanimité Edmond Ouvrard, Auguste Bréchoire et Bouet Ferdinand. M. Jules Allard fait part au conseil qu'il connaît un local qui pourrait parfaitement convenir pour fixer définitivement notre siège social, et qu'il a eu à cet effet quelques pourparlers avec le propriétaire. Le conseil est d'avis qu'il y a lieu de s'en occuper et charge trois de ses membres de se mettre en relation avec le propriétaire en question afin de louer le local s'il le juge convenable. Les membres de cette commission sont Messieurs Bouchet, Allard Jules et Gautier Auguste. Sur la demande de M. le président si quelqu'un avait quelques observations à faire, personne n'ayant rien réclamé, la séance est levée.

! "

'

& $%

18

&" # %


3ème séance du 3 septembre 1882 Sont présents Messieurs Bouchet président, Allard Jules vice président, Bréchoire Auguste, Moreau, Bourcier, Ouvrard, Leray, Léon Bouet, Delaunay, Gautier, Grémille et Ferdinand Bouet. ________________

Après une discussion, il est décidé de faire imprimer deux cents feuilles contenant les statuts et le règlement afin de les distribuer pour faciliter les adhésions. Il est ensuite décidé que les frais d'écriture et les frais de déplacement seront réglés tous les mois. La commission chargée de chercher un local rend compte de ses recherches et annonce au bureau qu'elle a affermé une chambre chez M. Brunellière fils, rue de l'Abattoir, moyennant la somme de soixante quinze francs par an, payable en deux termes, selon l'usage de la localité. Le conseil décide de transférer son siège social rue de l'Abattoir aussitôt après la première cotisation du mois de septembre. Le conseil est d'avis qu'il faut convoquer la commission de contrôle pour assister à la réunion du bureau qui doit avoir lieu le samedi 9 septembre à 8 heures ½ du soir. Ensuite la séance est levée.

! '

& $%

&" # %

19

"


4ème séance 9 septembre 1882 Sont présents Messieurs Bouchet président, Allard Jules vice président, Bréchoire, Moreau, Bourcier, Ed Ouvrard, Leray, Léon Bouet, Delaunay, Gautier, Grémille et Bouet Ferdinand. ________________

Il est donné lecture des procès verbaux des précédentes séances qui sont adoptés à l'unanimité. Il est décidé que la commission chargée de chercher un local se chargera de préparer le logement pour le transfert du siège social, et le meublera des choses nécessaires pour l'installation du bureau. Ensuite le conseil vote à l'unanimité qu'il sera versé la somme de cinq francs comme indemnité à tout membre qui sera délégué pour aller organiser les bureaux des communes environnantes. Cette somme sera plus élevée si les dépenses sont indispensables, et le délégué devra remettre à la caisse l'argent qui lui resterait s'il ne dépensait pas la somme de cinq francs. Sur la proposition d'un membre du bureau, il est fait un vote secret pour fixer le prix qui sera alloué comme indemnité au secrétaire, ainsi qu'à tous les membres qui passeront du temps ordinairement consacré au travail. Il est convenu que chaque membre du bureau en votant, a la faculté de marquer son prix sur le bulletin. Sur douze votants, il y a onze voix pour que l'heure de travail soit payée cinquante centimes. Il y a un vote blanc. Le conseil confirme ensuite les pouvoirs de la commission chargée de se mettre en relation avec Messieurs les patrons, et lui accorde toute confiance, et les pouvoirs nécessaires pour tacher d'obtenir un bon résultat. Il est ensuite donné lecture de trois rapports adressés à Messieurs les fabricants, rapports qui seront soumis en temps utiles. Aucun membre n'ayant d'autres choses à proposer, la séance est levée.

! "

'

&" #

& $%

%

20


5ème séance du 13 septembre 1882 Sont présents Messieurs Bouchet président, Allard Jules vice président, Moreau, Bourcier, Bréchoire, Ed Ouvrard, Léon Bouet, Leray, Delaunay, Gautier, Grémille et Bouet Ferdinand. ________________

La séance est ouverte par une discussion relative à l'envoi de délégués dans les communes environnantes afin de les organiser en section. Il est décidé à l'unanimité qu'il sera envoyé deux délégués à Maulévrier, au May, à Evrunes et à Trémentines, aussitôt qu'une réponse sera faite à la lettre suivante adressée, l'une à M. Rivet Louis du May, à M. Landeau à Evrunes, à M. Gabillé Henri à Maulévrier et une à l'adresse de M; Coulbeaut Auguste à Trémentines. Voici la lettre en question. Monsieur, Nous venons enfin répondre aux désirs que vous avez exprimés de vous organiser en section, afin de faire partie de la chambre syndicale que nous venons de constituer. Nous venons donc vous prier de vous adresser à M. le Maire de votre commune, pour lui demander un local pour faire une réunion publique à laquelle vous inviterez tous les tisserands. Aussitôt que vous aurez obtenu l'autorisation de vous réunir et que vous aurez fixé le jour de votre réunion, vous nous écrirez une lettre pour nous avertir. Il a été nommé hier soir deux membres du bureau qui seront délégués dans votre commune, afin de vous organiser conformément à vos désirs. Encouragez tous vos confrères à s'unir car il n'y a que par ce moyen que nous réussirons à améliorer notre position d'ouvriers tisserands. En attendant une réponse, recevez l'assurance de notre sincère dévouement. Pour le bureau de la Chambre Syndicale des ouvriers tisserands, le secrétaire, Bouet Ferdinand. Cette cinquième séance a lieu au nouveau siège social, rue de l'Abattoir, n° 8. Le conseil n'ayant plus rien à discuter, la séance est levée.

" #

"

!

&'

21

&


6ème séance 16 septembre 1882 Sont présents Messieurs Bouchet Adre président, Allard Jules vice président, Grémille, Léon Bouet, Leray, Bréchoire, Bourcier, Ouvrard Ed, Gautier, Delaunay, Moreau Constant et Bouet Ferdinand secrétaire. ________________

La séance est ouverte par la lecture des deux derniers procès verbaux, qui sont adoptés à l'unanimité. Le secrétaire donne ensuite lecture de la lettre transcrite sur le dernier procès verbal, lettre qui a été envoyée dans différentes communes afin de les inviter à se préparer à leur organisation en section. Il est ensuite donné lecture d'une correspondance de Trémentines qui invite les délégués du bureau de Cholet à se rendre le lendemain à une réunion qui aura lieu, afin de les aider à s'organiser, les deux membres délégués sont Ed Ouvrard et Constant Moreau qui déclarent accepter de se rendre le 17 septembre à Trémentines. Le président s'adressant au bureau pour savoir si quelques membres avaient des réclamations à faire, personne n'ayant répondu, la séance est levée.

" '

$%

%

&" #

& %!

22


7ème séance le 23 septembre 1882

Sont présents Messieurs Bouchet Adre président, Allard Jules vice président, Grémille, Gautier, C. Moreau, Leray, Léon Bouet, Delaunay, Bréchoire, Ed Ouvrard, Bourcier et Bouet Ferdinand. ________________

La séance est ouverte par la lecture du procès verbal de la dernière réunion du bureau qui est adopté à l'unanimité. Ensuite il est fait un rapport par les délégués qui sont allés organiser les sections de Trémentines, des Gardes, et de St Georges. C'est avec beaucoup de zèle et d'entrain que la réunion a eu lieu. Il est ensuite donné lecture de plusieurs lettres envoyées d'Evrunes, de Mortagne et de Maulévrier. Ces lettres sont envoyées pour demander des délégués pour aller organiser ces différentes communes en sections. Les délégués désignés pour aller à Evrunes et Mortagne, sont Messieurs Allard Jules et Grémille, ceux désignés pour Maulévrier sont Messieurs Bréchoire Auguste et Leray, qui acceptent l'invitation et qui se rendront dans les communes ci-dessus. Le bureau décide ensuite d'envoyer des règlements à la Chapelle-du-Genêt, d'adresser une lettre en même temps aux ouvriers tisserands de cette commune, afin de les engager à former une section de la chambre syndicale, ensuite la séance est levée.

" %!

$%

%

&'

" #

& %

23


8ème Séance du 30 septembre 1882 Sont présents Messieurs Bouchet président, Allard Jules vice-président,Bréchoire, Ed Ouvrard, Leray, Delaunay, Grémille, Moreau, Bourcier, Gautier, Léon Bouet et Bouet Ferdinand. ________________

La séance est ouverte par M. le président. M. Auguste Bréchoire, trésorier, prévient le conseil qu'il est possesseur d'une somme de deux cent cinquante francs. Il demande l'avis du bureau pour le placement des fonds, conformément à l'article 20 du règlement; le conseil décide qu'il sera pris des informations afin de placer à l'avenir l'argent que nous aurons en possession dans les conditions les plus sûres et les plus avantageuses et accorde au trésorier de garder les fonds, jusqu'à ce qu'il ait été désigné où seront placés les fonds de la chambre syndicale. Ensuite les délégués qui sont allés à Mortagne, à Evrunes ainsi qu'à Maulévrier, rendent compte au conseil de leurs voyages dans les communes ci-dessus, le conseil approuve les rapports faits par les délégués. Il est ensuite donné lecture d'une lettre envoyée par la commune des Gardes, annonçant la formation d'un bureau et contenant les noms de douze nouveaux adhérents. Il est aussi donné lecture d'une lettre de Mortagne qui annonce la formation du bureau de la section; dans cette lettre il est demandé que la cotisation qui a été faite le 23 septembre puisse compter pour le mois d'octobre. Une discussion s'engage dans le conseil sur cette demande. M. Bourcier et plusieurs membres du bureau sont d'avis de tenir compte de la réclamation des adhérents de Mortagne. Bouet Ferdinand combat cette proposition et dit qu'il croit que la section de Mortagne, étant organisée dans le mois de septembre et ayant fait un premier versement dans ce mois, devrait payer également sa cotisation dans le mois d'octobre. Après un débat assez long, il est décidé de faire un vote sur les deux propositions, à la majorité de 7 voix, contre 1 et 4 bulletins blancs, la proposition de Ferdinand Bouet est rejetée. Il est ensuite donné lecture d'une lettre de La Tessoualle qui demande qu'il soit envoyé des délégués afin de former une section. Sont désignés pour aller dans cette commune, Messieurs Bouchet président, et Delaunay. Pour se conformer à la demande faite par les tisserands de la Chapelle-du-Genêt, il est nommé deux délégués pour aller les organiser en section. Ces délégués sont Messieurs Bourcier et Léon Bouet. Sur la demande du président si quelqu'un avait des observations à faire, personne n'ayant réclamé, la séance est levée.

" " #

$%

%

&'

!

%

24

&


9ème séance du 4 octobre 1882 Sont présents Messieurs Bouchet Adre président, Allard Jules vice président, Leray, Grémille, Gautier, Delaunay, Moreau, Bréchoire, Ouvrard, Bourcier et Bouet Ferdinand. M. Léon Bouet fait avertir qu'il ne peut pas assister à la réunion du bureau. ________________ La séance est ouverte par la lecture de plusieurs procès verbaux qui sont adoptés à l'unanimité. Il est ensuite donné lecture d'une lettre envoyée par les ouvriers tisserands de la Chapelle-du-Genêt, et dan laquelle ils demandent qu'il soit envoyé des délégués pour aller former une section de la chambre syndicale, le secrétaire fait connaître au bureau qu'il a fait une réponse à la lettre d'invitation ci-dessus désignée et qu'il a prévenu les tisserands de la Chapelle-du-Genêt que deux délégués iront les organiser soit le dimanche 8 octobre ou bien le dimanche suivant 15 octobre courant. Une discussion s'engage ensuite pour fixer le jour d'une réunion à laquelle doivent être convoqués tous les fabricants de tissus de Cholet et des environs. Cette réunion a pour but d'engager ces Messieurs à créer une chambre syndicale de patrons afin de s'entendre avec la chambre syndicale des ouvriers, pour maintenir le prix de façon en adoptant un tarif où la main d'œuvre soit payée le même prix pour les mêmes ouvrages par tous les fabricants. Trois membres sont élus pour s'occuper de confectionner un tarif pour être présenté à Messieurs les fabricants. Les trois membres chargés de préparer un tarif sont Messieurs Allard Jules, Grémille Auguste et Henri Leray. Dans la séance du 23 août, une commission de trois membres avait été nommée, pour se mettre en relation avec les patrons. Le conseil décide dans sa réunion du 4 octobre de désigner trois membres en plus pour se présenter à la réunion privée qui aura lieu le 17 courant. Sont élus Messieurs Bouchet Alexandre président, René Bourcier, et Moreau Constant. Il est décidé de faire imprimer cent lettres de convocations pour la réunion du 17 octobre. Une discussion a lieu relativement au mode de convocation pour la réunion de l'Assemblée Générale du 15 octobre. Il est décidé que dans chaque section, le bureau convoquera ses membres pour y assister, et que le même moyen sera employé par le bureau de Cholet. Voici l'ordre du jour pour la réunion générale du 15 octobre, arrêté par le bureau, 1. Lecture du procès verbal de la réunion du 20 août. 2. Réception des nouveaux adhérents. 3. Rapport du secrétaire sur la situation de la société. 4. Rapport du Trésorier. 5. Rapport de la commission de Contrôle. Dans la séance du 13 septembre, il avait été décidé d'envoyer deux délégués dans la commune du May, mais ayant pris l'initiative et s'organisant eux-mêmes en section, c'est par erreur que leurs adhésions n'ont pas été portées plus tôt aux procès-verbaux. Le conseil remercie vivement les délégués de la commune du May de leur dévouement, pour avoir été former une section à Jallais, et de s'être organisés eux-mêmes. Sur la demande du président si quelqu'un avait des observations à faire, personne n'ayant réclamé, la séance est levée. % &

%

' "

&" # $%

%!

25

%


10ème séance le 7 octobre 1882 Sont présents Messieurs Alexandre Bouchet président, Allard Jules vice président, Moreau, Gautier, Bréchoire, Leray, Delaunay, Léon Bouet, E. Ouvrard, Grémille et Bouet Ferdinand. ________________

Monsieur le président ouvre la séance. Il est donné lecture du procès verbal de la dernière réunion. Il est mis aux voix et est adopté à l'unanimité. Il est ensuite donné lecture d'une lettre qui doit être adressée aux présidents de chaque section pour les prier de convoquer les sociétaires et les inviter à la réunion générale du 15 octobre. Ensuite, il est décidé de faire les démarches nécessaires pour se procurer les noms de tous les fabricants, afin de les convoquer à la réunion du 17 courant. E. Ouvrard est désigné pour s'occuper de faire ces démarches. Le conseil décide d'envoyer M. le Président Alexandre Bouchet et Auguste Gautier comme délégués, dans la commune de la Tessoualle afin de former une section. Ces deux délégués acceptent de s'y rendre le 8 octobre. Messieurs Léon Bouet et Delaunay acceptent d'aller en délégations le 8 octobre également, à la Chapelle-du-Genêt afin d'organiser une section. Le sieur Bourcier qui était désigné pour aller dans cette commune étant indisposé, a été remplacé par M. Delaunay. Ensuite la séance est levée.

%$% '

&

% &

% %!

"

" #

26

%


11ème séance du 11 octobre 1882 Sont présents Messieurs Bouchet A. président, Allard Jules vice président, Grémille, Leray, Delaunay, Bréchoire, E. Ouvrard, Gautier, Léon Bouet, C. Moreau et Bouet Ferdinand. M. Bourcier est absent. ________________

La séance est ouverte par M. le président. Les délégués de la Chapelle-du-Genêt rendent compte de leur mission. Les adhérents sont peu nombreux dans cette commune. Il y a eu beaucoup d'hésitation pour organiser une section. Les délégués de la Tessoualle font un rapport très favorable. Ils ont été reçus avec beaucoup de bienveillance et les adhésions sont nombreuses pour former une section. Il est donné lecture d'une lettre de Jallais qui réclame des feuilles de cotisations. Il est aussi donné lecture d'une lettre d'Evrunes qui donne les noms des membres du bureau de la section. Ensuite, le secrétaire rend compte qu'il a envoyé des règlements à Roussay et à St Laurent-sur-Sèvre. Le conseil avait demandé des renseignements pour savoir si nous pourrions placer notre capital à la Caisse des Dépôts et Consignations. Il nous a été répondu que cela ne se pouvait pas. En conséquence, le conseil a décidé à l'unanimité que des démarches seront faites chez M. Boutillier de St André pour lui demander s'il veut accepter nos fonds en dépôt chez lui. Le conseil décide ensuite de faire imprimer des lettres d'avertissements qui seront envoyées par la suite aux sociétaires qui seront en retard dans leurs cotisations. La séance se termine par le règlement des comptes pour les écritures et les déplacements faits par les secrétaires et les membres du bureau. Le conseil décide de se réunir le dimanche 15 octobre à 11 heures du matin au siège social, avant de se rendre à la réunion générale. Ensuite la séance est levée.

"

&" #

%

27

'

&

%!


Assemblée générale de la Chambre Syndicale du 15 octobre 1882 Hôtel du Pélican, rue du Puits Gourdon ________________ Sont présents Messieurs Bouchet Alexandre président, Jules Allard vice président, Auguste Bréchoire trésorier, René Bourcier vice trésorier, Grémille, Gautier Auguste, Delaunay, Léon Bouet, Leray membres du bureau de Cholet, Constant Moreau vice secrétaire et Ferdinand Bouet secrétaire. M. E. Ouvrard avait fait prévenir qu'il ne pouvait pas assister à la réunion. Étaient aussi présents Messieurs les membres de la commission de contrôle. M. Bouchet, président, ouvre la séance à 1 heure moins un quart, il invite Messieurs les membres des sections environnantes à venir siéger, avec le bureau de Cholet. Par conséquent, ces messieurs se rendent à l'invitation qui leur est faite. Ensuite le secrétaire donne lecture du procès verbal de la réunion du 20 août 1882. Après la lecture du procès verbal, M. Pierre Chupin demande la parole pour indiquer que le procès verbal devrait être signé par tous les membres qui siégeaient au bureau à la date du 20 août. Après cette observation, le procès verbal est adopté. Le vice président donne ensuite lecture des noms des nouveaux adhérents de Cholet et propose leurs adoptions. Il se fait un vote par levée de main. L'adoption a lieu à l'unanimité. Les listes des nouveaux adhérents des sections de la chambre syndicale sont comprises dans le même vote. Le secrétaire donne après cela lecture de son rapport sur les travaux et la situation du syndicat. Ce rapport est mis aux voix et est adopté. Le trésorier donne ensuite lecture d'un rapport sur la situation financière de la chambre syndicale et explique les démarches qui ont été faites pour le placement des fonds de la société. Après une demande qui est faite par M. Pierre Chupin pour savoir comment les fonds seront placés, et une réponse du trésorier, le rapport est mis aux voix et est adopté. Monsieur Palluau, membre de la commission de contrôle, donne ensuite lecture du rapport de la commission ; ce rapport passe en revue toutes les écritures et tous les travaux faits par le bureau de la Chambre Syndicale. La lecture étant terminée, il est mis aux voix et est adopté à l'unanimité. L'ordre du jour étant épuisé, M. le président demande si dans l'assemblée quelqu'un a des observations à faire. Le secrétaire demande la parole et, s'adressant surtout aux membres des sections des environs de Cholet, leur dit de ne pas prêter l'oreille aux calomnies qui sont répandues dans les communes sur l'organisation de la Chambre Syndicale, que le seul but de la société est de chercher à améliorer le métier de tisserand par le relèvement des tarifs du prix de façon. Le trésorier donne lecture d'un rapport qui avait été soumis à M. le Président de la Chambre Consultative. Ce rapport a été longuement applaudi, ainsi que le rapport de la commission de contrôle. L'assemblée en général a montré beaucoup de dignité, par le calme et l'attention qu'elle a bien voulu accorder pendant tout le cours de la séance, qui a été levée à deux heures et demie.

$%

"

&" #

%

28

%!

'

&


12ème séance du 18 octobre 1882 Sont présents Messieurs Bouchet A. président, Allard Jules vice président, Bourcier, Bréchoire, E. Ouvrard, Léon Bouet, Grémille, Leray, Gautier, Constant Moreau, et Bouet Ferdinand, absent Delaunay ________________ la séance est ouverte par la lecture de deux lettres, l'une venant de St Macaire et demandant des délégués, et l'autre venant de La Tessoualle et demandant le rapport qui a été lu à l'assemblée générale par M. Bréchoire et qui, en premier lieu, avait été adressé à M. le Président de la Chambre Consultative. Le conseil est d'avis de ne pas expédier ce rapport afin d'éviter les frais d'écriture. Le vice président donne ensuite lecture d'une lettre qui doit être envoyée dans chaque section pour donner le résumé de la réunion qui a eu lieu avec Messieurs les fabricants, à la date du 17 octobre. Le bureau désigne ensuite deux délégués pour aller à St Macaire le 22 courant afin d'organiser une section. Sont nommés Allard Jules, vice président, et Leray. Sur la demande qui est faite par les tisserands de La Séguinière, il est nommé deux délégués pour aller également le 22 octobre dans cette commune afin de former une section. Sont désignés Bourcier et Grémille. Une demande est faite au Bureau par le secrétaire pour savoir comment sera faite la distribution des livrets de la chambre syndicale. Après quelques explications qui ont lieu de part et d'autre, il est décidé de distribuer les livrets à fur à mesure qu'ils seront prêts pour chaque section, par ordre d'organisation. Pour se mettre d'accord avec la décision qui a été prise avec Messieurs les fabricants dans la réunion du 17 octobre, il est nommé une commission de deux membres chargés de faire les pas et démarches pour confectionner un tarif qui sera soumis à la commission désignée par messieurs les patrons dans la réunion du 17 octobre. Les deux membres choisis sont E. Ouvrard et Bourcier. Il est ensuite décidé de commander 500 livrets en plus à M. Farré, ce qui porte le nombre total jusqu'à ce jour à 1500. Il est aussi décidé de faire imprimer mille lettres d'avertissements, pour adresser à ceux qui seront en retard dans leurs cotisations. Ensuite la séance est levée.

$%

" !

&" #

%

29

'

&


13ème séance le 21 octobre 1882

Sont présents Messieurs Bouchet A. président, Allard Jules vice président, Bourcier, Ouvrard, Bréchoire, Grémille, Leray, Léon Bouet, Delaunay, Gautier, Moreau et Ferdinand Bouet

________________

La séance est ouverte par la lecture de deux procès verbaux des dernières séances, et par la lecture du procès verbal de la réunion générale du 15 octobre. Ils sont adoptés à l'unanimité. Ensuite, il est donné lecture d'une lettre envoyée par les ouvriers tisserands de Vezins qui demandent des délégués pour organiser une section. Sont nommés pour aller dans cette commune le 22 octobre, Messieurs Constant, Moreau et Bréchoire. Il est enfin donné lecture d'une lettre venant de La Séguinière. Les ouvriers de cette commune demandent aussi des délégués. Messieurs Grémille et Bourcier ayant été désignés dans la séance du 18 octobre, acceptent de se rendre à La Séguinière le dimanche 22 courant. La séance continue par l'explication que font les membres de la commission chargée de confectionner un tarif. M. Ouvrard donne l'analyse du dit tarif. Après quelques observations, il est accepté à l'unanimité par le bureau. Ce tarif devant être soumis à Messieurs les membres de la commission des patrons, le conseil à l'unanimité accorde aux délégués les pouvoirs nécessaires pour traiter le plus avantageusement possible avec ces Messieurs, ensuite la séance est levée.

$%

'

&

%

30

&

%!

" #

"


14ème séance le 23 octobre 1882 Sont présents Messieurs Bouchet président, Allard vice président, Bréchoire, Leray, Delaunay, Léon Bouet, Gautier, Grémille, E. Ouvrard, Moreau et Ferdinand Bouet, absent Bourcier ________________

Aussitôt la séance ouverte ? M. le président donne la parole à M. E. Ouvrard. Il vient rendre compte au Conseil des relations qu'il a eues avec M. le président de la commission des patrons, relativement aux prix de façons spécifiés sur le tarif qu'il lui a soumis ce jour, 23 Octobre. Le Conseil, après avoir écouté les observations faites au sujet de certains prix de façon, soit sur les mouchoirs ou sur les toiles, et après plusieurs explications qui ont lieu entre plusieurs membres du bureau, accepte le rapport fait par E. Ouvrard, à l’unanimité. Il est ensuite décidé de faire copier six exemplaires du tarif afin de les distribuer aux six membres de la Commission des Patrons. Les délégués qui sont allés à La Séguinière rendent compte de leur voyage dans cette commune. Ils ont reçu bon accueil et sont très satisfaits des résultats obtenus. MM. Allard Jules et Leray rendent compte de leurs délégations à St Macaire ; les ouvriers tisserands de cette localité se sont montrés assez réservés dans leurs adhésions, cependant ils ont pu recueillir cinquante cinq signatures. MM. Moreau et Bréchoire, qui sont allés en délégation à Vezins et La Tourlandry, rendent compte des résultats qu’ils ont obtenus. Il y a eu beaucoup d’adhésion à La Tourlandry, à Vezins il y a eu moins d’enthousiasme, ces deux communes réunies ont fourni 123 membres et la commune de Chanteloup 7 adhérents. Sur la demande du Président si quelqu’un avait des réclamations à faire, personne n’ayant réclamé, la séance est levée.

' " #

&

&

!

&"

31

(


15ème séance le 28 octobre 1882 Sont présents MM. Bouchet, Président, Allard Jules, Vice-président, Leray, Bourcier, Delaunay, Ouvrard, Léon Bouet, Gautier, Moreau, Gremille, Bréchoire et Ferdinand Bouet. ________________

La séance est ouverte par la lecture du procès verbal de la dernière réunion. Il est mis aux voix et est adopté à l’unanimité. Ensuite, le bureau décide d’acheter les ustensiles pour l’utilité de la chambre, ainsi que du charbon de terre pour chauffage. Après cela, il est donné lecture d’une lettre devant de LA ROMAGNE, les ouvriers tisserands de cette commune demandant des délégués pour le dimanche 5 novembre afin d’organiser une section pour faire partie de la chambre syndicale. Sont désignés pour aller à La Romagne MM. Allard Jules et Léon Bouet. Il est aussi donné lecture d’une lettre venant de ST LAURANT S/SEVRE ; les tisserands demandent des délégués pour former une section afin de se joindre à notre syndicat. Sont désignés pour aller dans cette commune MM. A. Bouchet et Auguste Gautier. Ensuite, la séance est levée.

! '

&

(

&

"

32


16ème séance le 31 octobre 1882 Sont présents MM. Bouchet, Président, Allard Jules, Vice-président, Bréchoire, Bourcier, Gremille, Moreaux, Leray, Gauthier, Léon Bouet, Ouvrard, Delaunay et Ferdinand Bouet. ________________

M. le Président ouvre la séance et donne la parole aux membres de la commission chargée de se mettre en rapport avec la commission des patrons, pour la discussion d’un tarif qui leur avait été soumis. Cette réunion a eu lieu dans la salle de la bibliothèque à la Mairie, le 30 Octobre. Les membres de la commission ouvrière ont discuté article par article les prix de façon de tous les genres de mouchoirs, ainsi que les différents genres de cotonnades, flanelles, coutils, grisettes, etc… et sont tombés à peu près d’accord avec la commission des patrons pour tout ces différents articles. Mais les délégués ouvriers ont éprouvé une grande déception lorsqu’il a fallu aborder les prix de façon des toiles en voyant que plusieurs comptés avaient été diminués par la commission des patrons. Il est inutile de mentionner ici les paroles et les protestations qui ont eu lieu car dans la situation délicate où se trouvait placée la commission ouvrière, les membres de cette commission ont compris qu’il fallait tâcher de tirer le meilleur parti possible de la situation et, ne voulant pas assumer la responsabilité de cette diminution de prix de façon, il a été décidé par le bureau de la chambre syndicale de faire un appel aux membres des bureaux de toutes les sections, afin de leur demander leur avis sur cette grave question. Le conseil décide d’envoyer une lettre de convocation à chaque bureau pour les inviter à assister à une réunion qui aura lieu le dimanche 5 novembre à midi. Le conseil décide ensuite que M. Ouvrard se présentera chez M. Pierdon, Président de la commission des patrons, afin de voir s’il ne serait pas possible de faire consentir MM. Les fabricants qui font partie de la commission à relever le tarif des toiles, et décide d’attendre la réponse qui lui sera faite avant de prendre une décision nouvelle. Il est ensuite donné lecture d’un procès verbal fait par les ouvriers tisserands de la commune de St Léger, une cotisation de 50 centimes a été faite par 20 adhérents ; cette cotisation est remise au trésorier ; les tisserands de la commune de St Léger demandent un délégué pour organiser une section ; le conseil décide d’ajourner cette nomination et décide aussi d’envoyer une lettre à La Romagne et à St Laurent sur Sèvre pour avertir les ouvriers tisserands de ces communes que les délégués qui devaient aller les organiser ne pourront pas s’y rendre par suite de la réunion toute spéciale qui doit avoir lieu le 5 novembre, et remet à la date du 12 Novembre pour organiser les sections désignées ci-dessus. Ensuite la séance est levée. ! '

&

(

&

"

33


17ème séance le 4 novembre 1882 Sont présents MM. Bouchet, Président, Allard Jules, Vice-président, Gautier, Delaunay, Leray, Bréchoire Auguste, Ouvrard, Léon Bouet, Moreau, Bourcier et M. Bouet ; absent M. Gremille. ________________

La séance est ouverte par la lecture des deux procès verbaux des dernières séances ; le président les met aux voix. Ils sont adoptés à l’unanimité. M. Ouvrard demande la parole et rend compte des démarches qu’il a faites auprès du Président de la commission des patrons. Après beaucoup d’explications de part et d’autre et sur la démarche faite par M. Ouvrard s’il ne serait pas possible de faire accepter le tarif tel que l’avait présenté la commission ouvrière en ce qui concerne le prix de façon des toiles par la commission des patrons, M. le Président lui a répondu que cela n’était pas possible et que, pour arriver à former un syndicat de patrons, il fallait consentir au rabais porté sur le tarif. C’est avec beaucoup de regret que le sieur Ouvrard a été obligé d’accepter ces conditions, sous réserve de les faire accepter par le bureau. Une sérieuse discussion s’engage dans le sein du conseil au sujet du rabais fait sur les toiles, le sieur Bourcier dit qu’il ne peut accepter le tarif dans ces conditions ; plusieurs membres du bureau, tout en regrettant ce rabais sur les toiles, déclarent qu’ils accepteront le tarif pour maintenir les prix de façon des mouchoirs. Après une assez longue discussion, le conseil décide à une forte majorité qu’il accepte le tarif tel qu’il est sorti de la réunion qui a eu lieu entre la commission ouvrière et la commission des patrons, mais, ne voulant pas assumer la responsabilité à lui seul, il a décidé pour cela de convoquer une réunion des bureaux de toutes les sections pour le 5 novembre, afin de faire approuver ou rejeter le tarif. En présence de cette détermination, le sieur Bourcier donne sa démission et se retire de la salle du bureau ; il est cependant juste de dire ici que, dans une précédente séance, cette marche avait été déterminée sans aucune protestation. Il est ensuite donné lecture d’une lettre venant de La Romagne et d’une autre lettre venant de St Macaire. Le bureau règle ensuite l’ordre du jour pour la réunion des bureaux des sections qui doit avoir lieu le lendemain 5 Novembre.

34


L’ordre du jour est arrêté ainsi qu’il suit : 1° - Rapport de la commission ouvrière avec la commission des patrons, 2° - Discussion du tarif, 3° - Vote sur l’ensemble du tarif et autorisation de le remettre à la commission des patrons, 4° - Proposer d’étudier et de déterminer à une réunion générale l’emploi qu’il sera fait des fonds, 5° - Parler de la remise des livrets.

Ensuite, la séance est levée.

" '

&

&!

(

35


Réunion extraordinaire du 5 novembre 1882 Le local de la chambre syndicale étant trop petit, cette réunion a lieu dans une salle du Café. Bréchoire, dit « Café de l’Union », place St Pierre. Sont présents : MM. A. Bouchet, Président, Allard Jules, vice président, Auguste Bréchoire, Trésorier, Moreau Constant, vice secrétaire, Léon Bouet, Leray, Delaunay, Gremille, Ouvrard, Gautier et Bouet Ferdinand, secrétaire. Sont aussi présents MM. Les Membres de la Commission de Contrôle. ________________

Les bureaux des sections sont représentés dans les conditions suivantes, d’après un appel fait aussitôt que M. le Président a ouvert la séance, vers midi et demi. La commune, ou plutôt la section du MAY, est représentée par deux membres, Jallais cinq, Trémentines cinq, Maulévrier quatre, St Georges trois, Mortagne un membre, Evrunes trois, La Séguinière trois, La Chapelle du Genêt quatre, St Macaire cinq, La Tessoualle cinq, Vezins un membre, La Tourlandry trois. Il est donné lecture d’une lettre de la section des Gardes ; le bureau donne son adhésion aux résolutions qui seront prises à la réunion ; une section ayant été formée dans la commune de Bégrolles par les membres de la section du May, la section de Bégrolles est représentée par un membre. Après l’appel des sections, M. le Président donne la parole à M. Ouvrard. Sur la demande qui en est faite dans l’assemblée, il rend compte de la réunion du 17 octobre, les détails qu’il donne sont approuvés par tous les membres présents. Il aborde ensuite les résultats obtenus dans la réunion du 30 octobre, réunion qui a eu lieu entre la commission de la chambre syndicale et la commission des patrons. Il donne lecture en détail de tous les prix de façon qui sont portés sur le tarif qui a été accepté par les deux commissions et explique que la présente réunion de tous les bureaux des sections a pour but d’approuver ou de désapprouver le tarif. Après quelques observations faites sur différents comptes et l’engagement pris par la commission ouvrière de faire valoir ces observations devant la commission des patrons, M. le Président demande si quelqu’un dans l’assemblée aurait d’autres réclamations à faire. Personne n’ayant répondu, il propose de faire un vote secret pour ou contre l’adoption du tarif qui vient d’être expliqué. Trente cinq membres prennent part au vote ; on procède au dépouillement qui constate 33 voix pour l’adoption du tarif, contre 2 bulletins blancs. 36


Il est convenu par ce vote que la commission de la chambre syndicale remettra le tarif à la commission des patrons afin de le faire présenter à tous les fabricants. Conformément à l’ordre du jour, la séance continue par la discussion relative à l’emploi qu’il sera fait des fonds disponibles à l’avenir. Le secrétaire demande la parole et explique à la réunion que, selon lui, deux moyens sont pratiques ; le premier serait d’utiliser l’argent disponible dans les cas de chômage, et le second serait d’examiner s’il ne serait pas possible d’essayer à fonder des maisons de production. M. Ouvrard dit que, selon lui, il serait bon que les bureaux de chaque section soumettent ces questions aux sociétaires de leur commune afin de les étudier auparavant de les porter à l’ordre du jour d’une assemblée générale. Cette proposition est acceptée. Le secrétaire s’adresse ensuite aux membres des bureaux de chaque section et leur demande si chaque bureau veut se charger d’arranger les livrets qui doivent leur être remis, ou bien s’ils préfèrent que le bureau de Cholet les expédie tout prêts. Chaque section accepte d’organiser ses livrets afin d’éviter des frais à la chambre syndicale. Le Président demande si quelqu’un a d’autres observations à faire. Personne ne répond, l’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à deux heures et demie.

" '

&" #

&

!

37

(


19ème séance du 11 novembre 1882 Sont présents MM. Bouchet, Président, Allard Jules, Vice-président, Leray, Bréchoire, Moreau, Bouet Léon, Ouvrard, Delaunay, Gremille, Gautier, et Bouet Ferdinand. ________________

La séance est ouverte par la lecture des procès verbaux des deux dernières réunions ; le premier est mis aux voix et est adopté à l’unanimité. Le second est aussi adopté à l’unanimité ; cependant, le sieur Moreau Constant, tout en acceptant le procès verbal, déclare qu’il n’a pas pris part au vote du tarif vu qu’il a quitté le lieu de la réunion auparavant le vote ; il ajoute ensuite qu’il donne sa démission comme membre de la commission chargée de se mettre en relation avec MM. les patrons, vu qu’il ne veut pas accepter le tarif tel que la majorité de la commission l’a accepté. Le conseil décide ensuite que les quatre membres de la commission continueront à fonctionner et que les membres démissionnaires Moreau et Bourcier ne seront pas remplacés. Le secrétaire donne lecture d’une lettre venant de St Laurent sur Sèvre, les tisserands de cette commune demandant des délégués pour le 12 Novembre afin d’organiser une section. Il est aussi donné lecture d’une lettre venant de St Léger ; les ouvriers tisserands demandent un délégué pour les aider à organiser une section. Le sieur Henri Leray est désigné pour aller à St Léger, MM. A. Bouchet et Gauthier ayant été désignés dans une précédente pour aller à St Laurent se rendront aussi dans cette commune le 12 Novembre afin de former une section. MM. Allard Jules et Léon Bouet se rendront à La Romagne en délégation également le 12 Novembre afin de se rendre aux désirs exprimés par les ouvriers de cet endroit qui demandent à ce qu’il soit organisé une section dans leur localité. M. Auguste Bréchoire rend compte au bureau d’une demande qui a été faite par un membre du bureau de la Chapelle du Genêt ; il réclame une indemnité pour le déplacement qui a eu lieu au sujet de la réunion extraordinaire du 5 Novembre. Le conseil, examinant l’importance des frais qui résulteraient d’une indemnité qui, par le fait, étant accordée à un bureau, doit être accordée à tous, tout en regrettant de ne pouvoir donner satisfaction aux réclamants, décide d’étudier cette question et l’ajourne à une autre délibération. Le secrétaire demande ensuite à ce qu’il soit nommé un second vice secrétaire afin de faciliter le travail du bureau de la chambre syndicale. Le conseil admet cette demande et, sur la proposition du Président, un vote a lieu immédiatement. Sur onze votants, le sieur Gremille obtient sept voix et Henri Leray quatre voix ; par conséquent, M. Gremille est élu vice secrétaire. On procède ensuite à la nomination d’un vice trésorier en remplacement de René Bourcier, démissionnaire ; M. Delaunay est élu par huit voix, Leray obtient deux voix et Gremille une voix. Ensuite la séance est levée. " !

'

&" #

&

38


20ème séance du 18 novembre 1882 Sont présents MM. A. Bouchet, Président, Allard Jules, Vice-président, Bréchoire, Delaunay, Gremille, Leray, Gautier, Bouet Léon, Ouvrard, Moreau et Bouet Ferdinand. ________________

La séance est ouverte par la lecture du procès verbal de la dernière réunion. M. le Président le met aux voix, il est adopté à l’unanimité. Les délégués qui sont allés à La Romagne rendent compte de leur mission ; ils ont été très bien accueillis, les adhésions ont été très nombreuses pour former une section. M. Leray, qui est allé comme délégué à St Léger afin d’aider les ouvriers de cette commune à former un bureau, a reçu très bon accueil de la part des membres de la section. Les délégués qui sont allés à St Laurent et au Puy St Bonnet ont été très bien reçus dans ces deux communes ; ils ont organisé une section dans chacune d’elles. Il est ensuite fait part d’une lettre d’adhésion des ouvriers tisserands de la Jubaudière ; cette commune a organisé une section afin de faire partie de notre chambre syndicale et a fait son premier versement ce jour 18 Novembre 1882. Il est ensuite donné lecture d’une lettre venant du Longeron ; les ouvriers tisserands demandent dans cette lettre qu’il leur soit envoyé des statuts de la chambre syndicale et manifestent l’intention de former une section, après avoir pris connaissance du règlement. Le conseil, examinant l’importance de la réunion générale des patrons qui doit avoir lieu le 23 Novembre, décide de déléguer deux membres du bureau qui seront chargés de se tenir prêts à entrer en relation avec MM. Les fabricants si cela est utile, et sont aussi chargés de recueillir les renseignements sur les résultats obtenus dans cette réunion afin de les communiquer au conseil. Les deux membres désignés sont MM. A. Bouchet, Président, et M. Ouvrard. Ensuite la séance est levée.

" &'

&" #

39


21ème séance du 25 novembre 1882 Sont présents MM. A. Bouchet, Président, Allard Jules, Vice-président, Gremille, Leray, Gautier, Delaunay, Léon Bouet, Bréchoire et Bouet Ferdinand. Absents : MM. Ouvrard et Moreau ________________

La séance est ouverte par la lecture du procès verbal de la dernière réunion. Il est mis aux voix et adopté à l’unanimité. Après la lecture du procès verbal, le conseil décide de commander trois cents livrets chez l’imprimeur, vu que les quinze cents livrets qui ont été fournis sont distribués. Il est ensuite nommé une commission de deux membres qui sont chargés de s’occuper de faire confectionner les livres qui serviront pour transcrire les cotisations, tant à Cholet que dans les sections, à partir du mois de Janvier 1883 ; il est convenu que les membres élus s’informeront chez un libraire et chez un imprimeur, et que la préférence sera accordée à celui qui fournira aux conditions les plus avantageuses. Les deux membres élus sont MM. Auguste Bréchoire et Ferdinand Bouet. Le bureau décide ensuite d’envoyer une lettre dans chaque section afin de leur rendre compte des résultats de la réunion générale des patrons qui a eu lieu ce jour 25 Novembre. Voici la lettre qui a été envoyée le 26 Novembre : « Monsieur le Président, La réunion générale des fabricants qui a eu lieu hier 25 Novembre n’a pas amené de résultats définitifs ; cependant le tarif est à quelque chose près accepté. Les patrons ont admis de former une chambre syndicale ; ils se réuniront dans quinze jours pour l’organiser. Ainsi donc, un peu de patience. Recevez, Monsieur, nos sincères salutations. Pour le bureau, Le Secrétaire, Après la lecture de cette lettre, la séance est levée. "

'

&

" #

40

&


22ème séance du 2 Décembre 1882 Sont présents MM. A. Bouchet, Président, Allard Jules, Vice-président, Ouvrard, Delaunay, Moreau, Leray, Gautier, Léon Bouet et Ferdinand Bouet. Étaient absents pour cause de maladie MM. Bréchoire Auguste et Gremille. ________________

La séance est ouverte par la lecture du procès verbal de la dernière réunion. M. le Président le met aux voix, il est adopté à l’unanimité. Il est ensuite donné lecture d’une lettre venant de La Romagne et d’une autre venant de St Laurent ; ces deux lettres ont pour but de faire connaître la manière dont les bureaux sont composés. M. Ouvrard a la parole et rend compte au bureau des résultats de la séance qui a eu lieu le 28 Novembre entre la commission des patrons et la commission ouvrière. Ces Messieurs les patrons expliquent les modifications qui ont été faites sur le tarif dans leur réunion générale, ils disent qu’ils ont été obligés de les subir afin d’arriver à essayer de former une chambre syndicale. En entendant ces récits, les membres de la commission ouvrière font une tentative pour tâcher de maintenir les prix acceptés avant la réunion générale des patrons mais, voyant l’impossibilité d’y réussir et désirant faire preuve de modération afin d’arriver à établir une entente, acceptent les prix tels qu’ils ont été modifiés sur l’article « mouchoirs ». Pour ce qui concerne la réduction faite sur les flanelles et les cotonnades, un membre de la commission ouvrière exprime l’avis qu’il n’est pas possible d’accepter ces diminutions de prix de façon sans avoir l’autorisation des ouvriers les plus directement intéressés et demande un délai de quelques jours pour les consulter. Tous les membres de la commission ouvrière acceptent cette proposition et décident de rendre réponse à MM. Les patrons aussitôt qu’une détermination aura été prise dans les communes d’Evrunes et de Mortagne, centres de production de ces articles. Un effort est fait près de la commission des patrons pour que le prix de la déviderie soit maintenu tel qu’il était porté sur le tarif. Ces Messieurs déclarent que les fabricants des environs de Cholet n’ont pas voulu consentir à cela et qu’ils ont dit formellement qu’ils voulaient payer la déviderie à leur gré. Sur la demande d’un membre de la commission ouvrière s’adressant à la commission des patrons, comment ils avaient l’intention de payer la déviderie, ces Messieurs ont répondu qu’ils paieraient le même prix que par le passé. Il est ensuite désigné deux membres pour se renseigner vis-à-vis des fabricants le jour de leur réunion générale qui doit avoir le 9 Décembre. Les deux membres nommés sont MM. Ouvrard et Bouchet Alexandre. Ensuite la séance est levée. " &

'

&

!

41


23ème séance du 9 Décembre 1882 Sont présents MM. A. Bouchet, Président, Allard Jules, Vice-président, Ouvrard, Bréchoire, Léon Bouet, Gautier, Delaunay, Moreau, Leray, Gremille et Bouet Ferdinand. ________________

La séance est ouverte par la lecture du procès verbal de la dernière réunion, il est mis aux voix et adopté à l’unanimité. Il est ensuite donné lecture d’une lettre venant des Epesses. Dans cette lettre, les ouvriers tisserands de cette commune demandent des délégués pour aller former une section. Il est aussi donné lecture d’une lettre venant de St Macaire, elle a pour but de faire connaître au conseil qu’il y a certaines difficultés pour placer les livrets. Deux délégués des sections d’Evrunes et de Mortagne, étant venus apporter certains renseignements sur les prix de façon des flanelles et des cotonnades, ont remis entre les mains du secrétaire certaines notes qui sont déposées aux archives ; ils ont déclaré qu’ils accepteraient de la part de leurs sections les décisions définitives prises par le bureau de la chambre syndicale. Il est ensuite désigné deux délégués pour aller aux Epesses le 17 Décembre afin d’organiser une section ; sont élus MM. Ouvrard et Leray. Le bureau recherche ensuite les noms des sociétaires en retard de versement afin de leur envoyer un avertissement. Le bureau décide aussi d’envoyer une lettre dans chaque section afin de leur rendre compte des résultats de la réunion générale des patrons du 9 Décembre. Les modifications du tarif faites ce jour 9 Décembre par la réunion générale des patrons sont mises aux voix ; elles sont adoptées par neuf voix contre deux voix. A la suite de ce vote, M. Moreau déclare donner sa démission de membre du bureau ; il la motive parce qu’il ne veut pas accepter le tarif tel qu’il est modifié. Ensuite la séance est levée.

'

&

&

" #

"

42


24ème séance le 16 Décembre 1882

Sont présents MM. A. Bouchet, Président, Allard Jules, Vice-président, Gremille, Bréchoire, Ouvrard, Leray, Gautier, Delaunay, Léon Bouet et Ferdinand Bouet ________________

La séance est ouverte par la lecture du procès verbal de la dernière réunion ; M. le Président le met aux voix, il est adopté à l’unanimité. Il est ensuite donné lecture d’une lettre venant des Epesses ; elle a pour but de faire connaître que les délégués de la chambre syndicale sont attendus pour le 17 Décembre afin de former une section. Le conseil admet à l’unanimité qu’il sera distribué des livres imprimés pour faire les cotisations dans toutes les sections et que chaque bureau sera responsable des recettes qui seront faites, c’est-à-dire que chaque bureau fera son contrôle. Le bureau de la chambre syndicale s’en rapportera au livre de recettes qui lui est présenté tous les mois et sur lequel est inscrite la cotisation mensuelle. Ensuite, la séance est levée.

" # "

' &

43

&


25ème séance le 23 Décembre 1882

Sont présents MM. Allard Jules, Vice-président, Léon Bouet, Bréchoire, Ouvrard, Gremille, Leray, Delaunay, Gautier, Ferdinand Bouet Absent pour cause de maladie, M. A. Bouchet, Président. ________________

M. Allard, vice-président, ouvre la séance et annonce au bureau que M. A. Bouchet, étant malade, ne peut assister à la réunion. Le secrétaire donne lecture du procès verbal de la dernière séance ; ensuite il est donné lecture de plusieurs lettres, dont l’une venant du Longeron et dans laquelle les ouvriers tisserands de cette commune demandent des délégués pour aller former une section. M. Allard Jules et Delaunay sont désignés pour aller au Longeron ; ils acceptent de s’y rendre le 31 Décembre, afin de se rendre aux désirs exprimés par les ouvriers tisserands de cette commune. Le bureau décide ensuite d’envoyer une lettre dans chaque section pour leur rendre compte des résultats de la réunion des patrons du 19 courant. Voici cette lettre : « Monsieur le Président, Voulant éviter les frais, le bureau a remis à aujourd’hui dimanche 24 courant pour vous faire connaître le résultat de la réunion des patrons du 19 de ce mois. Je viens donc vous dire que tout marche pour le mieux. La chambre syndicale des patrons est formée, une commission de seize membres est nommée, ces membres sont chargés de faire signer le tarif au bas duquel doivent être imprimés les statuts de la chambre syndicale des patrons. Nous espérons que le nouveau tarif sera appliqué pour le 15 Janvier prochain. Nous faisons imprimer des livres pour inscrire les cotisations de chaque section ; si toutefois vous n’aviez pas le vôtre pour la cotisation de Janvier, vous voudrez bien prendre les noms de ceux qui verseront sur une feuille de papier et vous n’aurez qu’à les transcrire quand vous aurez reçu le livre dont je vous parle ci-dessus. Recevez, Monsieur le Président, ainsi que tous les membres de votre section, l’assurance de notre dévouement. Pour le bureau, le secrétaire, Bouet Ferdinand PS – Je vous prie de ne pas manquer d’envoyer la cotisation du mois de Janvier dans la 44


deuxième semaine, au plus tard le deuxième dimanche du mois, vu que la commission de contrôle a besoin des petits livres de caisse pour faire la vérification avant la réunion générale. »

Le secrétaire rend compte au bureau des démarches faites pour la confection des livres de cotisation, le bureau approuve les explications faites à ce sujet. Ensuite, la séance est levée.

" # &

'

&

"

45


26ème séance le 30 Décembre 1882

Sont présents MM. A. Bouchet, Président, Allard Jules, vice-président, Bréchoire, Léon Bouet, Gautier, Gremille, Leray, Ouvrard, Delaunay et Bouet Ferdinand. ________________

M. le président ouvre la séance ; le secrétaire donne lecture du procès verbal de la dernière réunion ; un membre fait remarquer que le rapport des délégués qui sont allés aux Epesses et à St Malo du Bois n’a pas été inséré dans le procès verbal du 23 Décembre, date à laquelle il devrait être inscrit. Ce rapport consiste dans l’adhésion assez nombreuse et assez empressée des ouvriers tisserands des Epesses et, dans le peu d’empressement, des tisserands de St Malo du Bois. Après cette rectification, le procès verbal est mis aux voix et est adopté à l’unanimité. Il est donné lecture d’une lettre venant des Epesses et qui annonce la formation du bureau de cette section. Le conseil prépare ensuite une ébauche de l’ordre du jour de la réunion générale du 21 janvier prochain et décide de l’arrêter définitivement la première fois qu’il se réunira. Le bureau décide enfin de convoquer la commission de contrôle pour assister à la séance du 6 janvier prochain, date à laquelle doit être arrêté définitivement l’ordre du jour de la prochaine réunion générale. Ensuite, la séance est levée.

" #

'

&

&

"

46


27ème séance le 6 Janvier 1883

Sont présents MM. A. Bouchet, Président, Allard Jules, Vice-président, Gremille, Leray, Gauthier, Bréchoire, Léon Bouet, Delaunay, Ouvrard, F. Bouet. Sont aussi présents MM. Bineau, Manceau, Chupin, Palluau, Tisseau et Bouchet Emile, membres de la commission de contrôle. ________________

La séance est ouverte par la lecture du procès verbal de la dernière réunion ; il est mis aux voix et adopté à l’unanimité. Il est ensuite donné lecture d’une lettre adressée au bureau par les membres de la section d’Evrunes. Il est aussi donné lecture d’une réponse à la lettre d’Evrunes ; le conseil donne son adhésion complète et décide de la faire parvenir immédiatement aux membres de la section désignée cidessus. Le trésorier vient ensuite donner lecture d’un procès verbal d’adhésion à la chambre syndicale des ouvriers de la commune de Coron ; cette section a été organisée par des délégués de la section de La Tourlandry. Les délégués qui sont allés au Longeron le 31 Décembre 1882 pour former une section déclarent avoir été bien accueillis dans cette commune, les adhésions ont été nombreuses. Le conseil décide de faire imprimer trois cents livrets afin de faire face aux adhésions nouvelles, ce qui porte le nombre des livrets commandés à deux mille et un cent. L’ordre du jour de la réunion générale du 21 janvier courant est adopté dans les conditions suivantes : 1° - Lecture du procès verbal de la réunion générale du 15 Octobre et lecture du procès verbal de la réunion extraordinaire du 5 Novembre, 2° - Rapport du trésorier, 3° - Rapport du secrétaire sur la situation de la société, 4° - Rapport de la commission de contrôle, 5° - Réception des nouveaux adhérents, 6° - Lecture d’une pétition faite par la section de Jallais et qui demande une indemnité de déplacement pour assister aux réunions générales. Cette demande, étant signée de six membres, est conforme à l’article 35 du règlement. 47


7° - Le conseil propose que chaque sociétaire fasse tous les trois mois un versement de cinq centimes en plus de sa cotisation, afin de faire face aux frais de déplacement de deux membres de chaque section, 8° - Nomination de deux membres de la chambre syndicale en remplacement de MM. Bourcier et Moreau, démissionnaires. Le bureau décide ensuite de faire imprimer mille lettres de convocation pour les assemblées générales. Après cette décision, la séance est levée.

' " #

&

& %

48


28ème séance le 13 Janvier 1883

Sont présents MM. A. Bouchet, Président, Allard Jules, vice-président, Delaunay, Leray, Léon Bouet, Ouvrard, Gremille, Bréchoire, Bouet Ferdinand. Absent M. A. Gauthier ________________

La séance est ouverte par la lecture du procès verbal de la dernière réunion. M. le Président le met aux voix, il est adopté à l’unanimité. Le bureau décide ensuite de faire parvenir des lettres qui serviront à encourager les communes qui ne sont pas organisées à venir se joindre à la Chambre syndicale. M. Ouvrard est désigné à nouveau pour s’occuper auprès de MM. Les fabricants des décisions prises relativement à la mise en vigueur du tarif ; il accepte de faire les démarches nécessaires pour renseigner le conseil à la réunion du 20 Janvier courant. Ensuite, la séance est levée.

&

" # '

&

49


29ème séance le 19 Janvier 1883

Sont présents MM. A. Bouchet, président, Allard Jules, vice-président, Gauthier, Léon Bouet, Ouvrard, Gremille, Delaunay, Bréchoire et Ferdinand Bouet. ________________

La séance est ouverte par M. le Président. Il invite le secrétaire à donner lecture du rapport qui doit être lu à la réunion générale du 21 Janvier. Après la lecture de ce rapport, il est mis aux voix et est adopté à l’unanimité. Le trésorier donne aussi lecture de son rapport sur les opérations de la Chambre syndicale et sur sa situation financière, le conseil l’approuve à l’unanimité. Il est ensuite donné lecture d’une lettre venant de Jallais et qui demande des renseignements sur la date de l’application du nouveau tarif ; le secrétaire rend compte au Conseil qu’il a fait réponse à cette lettre de manière à satisfaire autant qu’il pouvait le faire à la demande qui lui était adressée. Le bureau propose de nommer deux délégués pour aller à St Christophe du Bois afin d’organiser une section ; sont nommés MM. Allard Jules et Leray, qui acceptent de se rendre dans cette commune le dimanche 28 Janvier. Après cette décision, la séance est levée.

" # '

&

50


Réunion Générale du 21 Janvier 1883

Sont présents MM. A. Bouchet, président, Allard Jules, vice-président, Auguste Bréchoire, trésorier, Delaunay, vice-trésorier, Leray, Ouvrard, Léon Bouet, Gautier, Gremille, vicesecrétaire et Bouet Ferdinand, secrétaire. MM. les membres de la commission de contrôle sont aussi présents au bureau. ________________

L’on procède à l’appel des sections qui sont représentées à la réunion par les communes suivantes : Le May, Mortagne, Trémentines, St Georges, La Tessoualle, La Chapelle du Genêt, Jallais, St Macaire, La Séguinière, Vezins, La Tourlandry, Bégrolles, St Léger, La Romagne et Le Longeron. Les sections dont les noms suivent n’assistaient pas à la réunion : Maulévrier, Evrunes, Les Gardes, St Laurent, Le Puy St Bonnet, La Jubaudière, Les Epesses, St Malo du Bois et Coron. Monsieur le Président ouvre la séance à 1 heur et quart. Le secrétaire donne lecture du procès verbal de la réunion générale du 15 octobre ; il donne aussi lecture du procès verbal de la réunion extraordinaire du 5 novembre . M. le Président demande si quelqu’un a des observations à faire sur les deux procès verbaux dont il vient d’être donné lecture ; personne ne faisant de réclamations, il propose à l’assemblée de les adopter, ce qui a lieu à l’unanimité. Le trésorier fait ensuite la lecture de son rapport sur les recettes et les dépenses de la Chambre syndicale pendant le trimestre et donne le résumé de la situation sociale au 21 Janvier. Ce rapport est mis aux voix ; il est adopté à l’unanimité par l’Assemblée Générale. Le secrétaire donne aussi la lecture du rapport qu’il a fait sur la situation de la Société ; il s’étend longuement sur les difficultés qui ont eu lieu pour arriver à obtenir un tarif uniforme ; il donne aussi un résumé de l’organisation des sections qui ont été formées pendant le trimestre. M. le Président demande si quelqu’un dans l’assemblée a des observations à faire sur le rapport du secrétaire ; aucun membre ne demandant la parole, il est mis aux voix et adopté à l’unanimité. Monsieur Palluau étant sur le point de lire le rapport de la Commission de Contrôle, se rendant aux désirs exprimés par un grand nombre de sociétaires, cède à la place à M. Ouvrard afin qu’il donne lecture dans tous ses détails du nouveau tarif. Cette lecture est écoutée avec beaucoup d’attention par l’assemblée générale qui, après les explications qui lui ont été données, l’accepte avec l’espoir de l’améliorer dès que les circonstances le permettront. Monsieur Garreau, président de la section de Mortagne, demande la parole afin d’engager les membres du bureau pour qu’ils tâchent d’obtenir auprès des fabricants de cotonnades qu’ils désignent, sur les bordereaux qui sont remis aux commissionnaires, la longueur de chaque pièce 51


rendue ; le bureau accepte cette indication et s’engage à faire son possible pour faire accepter cette réclamation par MM. Les fabricants. M. Palluau vient ensuite au nom de la Commission de Contrôle donner lecture de son rapport dans lequel il passe en revue toutes les délibérations de la Chambre Syndicale qui sont été faites pendant le trimestre ; ce rapport est vivement goûté par l’assemblée qui l’écoute avec une grande attention et qui, dans de certains passages, l’accueille par des applaudissements. Quand la lecture est terminée, l’assemblée générale l’accepte par un vote à levée-de-mains unanime. La proposition du Conseil et la demande d’indemnité faite par la section de Jallais sont ensuite votées par un vote secret ; sur 119 votants, 113 voix contre 1 et 5 bulletins blancs acceptent qu’il y a lieu d’accorder une indemnité de déplacement pour deux membres de chaque section et de faire un versement de 5 centimes tous les trois mois en plus de la cotisation ordinaire ; la somme produite par la totalité des sociétaires sera répartie selon les distances à parcourir. L’on procède enfin au vote pour la nomination de deux membres de la Chambre Syndicale. 119 votants prennent part au vote. M. Eugène Coutant obtient 100 voix, René Guérin 92 voix, Lepriol Emmanuel 47 voix, Charrier Pierre qui avait déclaré ne pas accepter la candidature obtient 7 voix. Par conséquent, sont élus membres de la Chambre Syndicale MM. Eugène Coutant et René Guérin. L’Assemblée Générale adopte les nouveaux adhérents de Cholet aussi bien que les sections. La séance est levée à trois heures.

"

&

" # '

&

52


30ème séance le 27 Janvier 1883

Sont présents MM. A. Bouchet, président, Allard Jules, vice-président, Leray, Léon Bouet, , Grémille, Bréchoire, Eugène Coutant et René Guérin, étaient aussi présents Bouet Ferdinand, secrétaire. Absents : MM. Ouvrard, Gauthier, Delaunay ________________

La séance est ouverte par M. le Président ; le secrétaire rend compte au Conseil que deux membres ont été invités par la Chambre Syndicale des patrons, ce jour 27 janvier, pour leur faire connaître les décisions prises relativement à l’application du tarif ; cette date a été fixée définitivement par MM. Les membres de la Chambre Syndicale des patrons au 1er Février 1883. Ces Messieurs font cependant remarquer qu’il y a deux ou trois fabricants qui n’ont pas voulu signer le tarif et laissent par conséquent à la charge de la Chambre syndicale des tisserands les moyens de tâcher de les ramener à le signer. Le Conseil ayant confiance que, malgré le refus signalé de quelques patrons, le tarif recevra son entière application à la date du 1er Février, accueille avec satisfaction cette nouvelle et décide de la communiquer immédiatement dans toutes les sections. La séance continue par la lecture de plusieurs procès verbaux parmi lesquels celui de la réunion générale du 21 Janvier. Ils sont mis aux voix et sont adoptés à l’unanimité. Il est ensuite donné lecture d’une lettre venant de Roussay et sur laquelle il est demandé des délégués pour aller organiser une section. Lecture est donnée d’une lettre venant de La Verrie qui annonce qu’il a été organisé un bureau dans cette commune, à la date du 21 Janvier 1883 ; auparavant cette organisation, la commune de La Verrie était groupée dans la section de Mortagne. Le Conseil adopte à l’unanimité cette organisation. Il est aussi donné lecture d’une lettre venant de St Laurent sur Sèvre qui demande des informations sur la réunion générale du 21 Janvier et sur la date de l’application du tarif. Le secrétaire explique au Conseil qu’il a répondu à ces différentes lettres de manière à donner satisfaction aux demandes qui étaient adressées. 53


Le Conseil décide à l’unanimité qu’il y a lieu de faire confectionner un timbre avec les initiales de la Chambre Syndicale. Il est ensuite désigné deux délégués pour aller à Roussay le 4 Février ; MM. Eugène Coutant et René Guérin acceptent de s’y rendre. Le bureau décide ensuite d’écrire dans toutes les sections afin de leur annoncer que le tarif doit être mis en vigueur le 1er Février ; voici cette lettre : « Monsieur le Président, Nous venons vous apprendre que le tarif est enfin accepté définitivement et que la date de son exécution est fixée au 1er Février prochain. Le Conseil est heureux de vous annoncer cette bonne nouvelle. Faites réunir tous les tisserands de votre commune et donnez-leur connaissance des résultats obtenus en les engageant à se joindre à nous. Il y a des tarifs à l’impression ; aussitôt que nous en aurons, nous vous en ferons parvenir ; vous en distribuerez à tous les tisserands de votre commune ; vous leur ferez comprendre qu’il est dans l’intérêt de tous de faire respecter le tarif en question et s’il surgissait quelques difficultés sur l’application, faites adresser les réclamations au bureau de la Chambre Syndicale. Je profite de l’occasion pour vous dire que le livre de cotisation est à votre disposition ; vous pourrez le faire prendre chez le trésorier dans le courant de la semaine. Le bureau réclame de votre part une nouvelle liste contenant tous les noms des sociétaires de votre section. Recevez………. Le Secrétaire » Le bureau décide ensuite d’écrire une lettre au bureau du May pour engager ses membres à prendre l’initiative d’organiser des sections dans les communes de Gesté et d’Andrezé. Il est ensuite décidé à l’unanimité de faire imprimer 15 livres pour faire les cotisations des sections qui se joindront à la Chambre Syndicale, et deux mille tarifs pour les distribuer. Le Conseil, après avoir examiné la situation faite par le refus d’un fabricant de Coron de signer le tarif, décide d’envoyer dès le lendemain 28 Janvier deux délégués du bureau pour tâcher d’obtenir la signature refusée ; ces deux délégués sont MM. Bréchoire et Léon Bouet, qui acceptent de s’y rendre. Deux délégués sont enfin nommés pour aller à La Chapelle du Genêt le lundi 29 Janvier afin de faire circuler le nouveau tarif et d’engager les tisserands à le faire respecter. Les délégués sont MM. Allard Jules et Leray. Ensuite la séance est levée. " #

%

$%"

&

54


31ème séance le 30 Janvier 1883

Sont présents MM. A. Bouchet, président, Allard Jules, vice-président, Leray, Grémille, Gauthier, Delaunay, E. Coutant, Guérin, Ouvrard et Bouet Ferdinand. Étaient absents : MM. Léon Bouet et Bréchoire. ________________

La séance est ouverte par la lecture du procès verbal de la dernière réunion. M. le Président le met aux voix ; il est adopté à l’unanimité. Il est ensuite donné lecture d’une lettre venant de Roussay et qui demande des délégués pour le 4 Février. Les délégués qui sont allés à St Christophe pour former une section déclarent qu’il a eu peu d’élan dans cette commune mais que, malgré cela, ils ont quand même réussi à former un bureau qui, par la suite, prendra peut-être de l’extension. Le secrétaire rend compte des lettres qu’il a envoyées dans les communes du May et d’Yzernay ; celle du May a pour but d’engager le bureau à faire les démarches nécessaires pour former des sections dans les communes de Gesté et d’Andrezé et la lettre envoyée à Yzernay est aussi destinée à faire un appel aux tisserands de cet endroit afin qu’ils aient une section d’organisée. Le Conseil décide à l’unanimité que le trésorier se mettra en relation avec MM. Frucheau et Renou, commissionnaires de La Chapelle du Genêt, et tâchera de les engager à faire embaucher les ouvriers de leur commune dans les magasins où le tarif est accepté. Le trésorier est autorisé à faire les sacrifices nécessaires pour obtenir ce résultat. Après cette décision, la séance est levée.

& % " #

'

" &

55


32ème séance le 03 Février 1883

Sont présents MM. A. Bouchet, président, Allard Jules, vice-président, Leray, Grémille, Delaunay, Léon Bouet, Gauthier, E. Coutant, Ouvrard, Bréchoire, Bouet Ferdinand. Absents : René Guérin ________________

M. le Président ouvre la séance et invite le secrétaire à donner lecture du procès verbal de la dernière réunion ; la lecture terminée, le procès verbal est mis aux voix et est adopté à l’unanimité. M. Bréchoire est invité à rendre compte des démarches qui ont eu lieu à Coron près de M. Lallemand, fabricant, afin de l’engager à signer le tarif. Malgré toutes les supplications et toutes les raisons données par les délégués de la Chambre Syndicale pour tâcher d’obtenir la signature de M. Lallemand, celui-ci est resté inébranlable dans ses refus et les sieurs Bréchoire et Léon Bouet qui étaient allés en délégation ont dû constater avec regret que tous leurs efforts étaient inutiles. Il est ensuite donné lecture d’une lettre venant des Epesses et sur laquelle le bureau de cette section demande plusieurs informations. Le Conseil ayant chargé le secrétaire d’écrire une lettre à M. Lallemand de Coron afin de faire une dernière tentative pour obtenir son adhésion au tarif, il est donné lecture de cette lettre ; le Conseil décide de l’insérer au procès verbal et de lui donner de la publicité s’il est utile. Voici cette lettre, datée du 2 Février 1883 : « Monsieur, Le bureau de la Chambre Syndicale des tisserands vient encore faire un appel à vos sentiments d’humanité et vous prier de revenir sur votre détermination, relativement au refus que vous nous avez fait jusqu’à présent de signer le tarif. Si nous connaissions bien la corde sensible de votre appréciation pour motiver un refus, nous essaierions de la rendre impuissante. Ne la connaissant pas, vous voudrez bien nous permettre les quelques réflexions que voici : Aujourd’hui, une transformation s’opère avantageusement dans les prix de façon pour un nombre de plusieurs mille ouvriers. Ce résultat a été obtenu après plusieurs mois de travail, d’attente et de patience, et par le concours généreusement prêté d’un grand nombre de fabricants qui ont parfaitement compris que la situation qui était faite à l’ouvrier tisserand, sauf quelques exceptions, était intolérable. Aujourd’hui qu’après bien des efforts nous croyions avoir montré que patrons et ouvriers étaient capables de s’entendre au moyen de la discussion, mais discussion raisonnable, il reste encore un obstacle à vaincre, c’est d’obtenir votre adhésion au tarif car, sans cela, la porte reste 56


toute grande ouverte pour les défections et si vous ne signez pas, nous, ouvriers tisserands, nous sommes menacés de voir ce tarif, pour lequel nous travaillons depuis plusieurs mois, rester inappliqué et, sans tarif du prix de main d’œuvre, que deviendra l’ouvrier ??... Il sera la victime de l’égoïsme. Ainsi, Monsieur, vous pouvez aujourd’hui contribuer, en acceptant le tarif, à améliorer la position de plusieurs millions d’ouvriers et, si vous persistez à ne pas le signer, vous aurez peut-être le triste privilège de contribuer à faire échouer notre œuvre. Devant la responsabilité que vous assumez et qui retomberait sur vous toute entière puisque vous êtes le seul fabricant important qui n’avez pas signé, nous avons confiance que vos idées se modifieront et vous ne voudrez pas que votre nom soit maudit par des milles familles. Si, malgré toutes nos supplications, vous restez insensible, il ne nous reste plus qu’une chose à faire, c’est de donner de la publicité à cette lettre et le public appréciera. Songez bien, Monsieur, à l’immense service que vous rendrez en donnant votre signature et que ce bon mouvement du cœur vous guide. Recevez, Monsieur, nos respectueuses salutations. Pour le bureau de la Chambre Syndicale, Le Secrétaire » Le Conseil décide ensuite de faire imprimer mille tarifs, ce qui fera le nombre de trois milles avec les deux milles commandés précédemment. Pour se mettre d’accord avec la décision prise dans l’Assemblée Générale du 21 Janvier, relativement à l’indemnité à accorder à deux délégués de chaque section pour assister à l’avenir aux réunions générales, le Conseil décide, par un vote qui a lieu au bulletin secret et à l’unanimité, que la répartition de l’indemnité aura lieu de la manière suivante : les délégués des sections les plus éloignées loueront un cheval et une voiture et prendront sur leur passage les délégués des sections plus rapprochées de Cholet et recevront : La section de Jallais, La section de La Jubaudière,

Les trois ensemble recevront

12 F

Recevront

12 F

Les Epesses, St Malo, St Laurent

Recevront

12 F

Coron, Vezins, La Tourlandry

Recevront

12 F

Les Gardes, St Georges, Trémentines

Recevront

12 F

Le Longeron

Recevra

3,50 F

La Romagne

Recevra

4,50 F

La Séguinière

Recevra

2,50 F

St Christophe

Recevra

1,50 F

Mortagne

Recevra

2,50 F

La section du May La Chapelle du Genêt, St Macaire, St Philbert

57


La Verrie

Recevra

5,50 F

Evrunes

Recevra

2,00 F

La Tessoualle

Recevra

3,00 F

St Léger

Recevra

2,00 F

Maulévrier

Recevra

3,50 F

Le Puy St Bonnet

Recevra

3,50 F

Bégrolles

Recevra

4,00 F

Roussay

Recevra

4,00 F

St Germain

Recevra

5,00 F

Recevront

12,00 F

Andrezé

Recevra

4,00 F

Moulins

Recevra

4,00 F

Gesté, La Renaudière et Villedieu

Il est ensuite désigné deux délégués pour aller chez M. Lambert, fabricant, pour le prier de signer le tarif ; sont nommés pour aller chez M. Lambert MM. Bouchet, Président, et M. Ouvrard. Le Conseil décide à l’unanimité qu’à l’avenir, lorsqu’une réunion imprévue du bureau aura lieu, les membres de la Chambre Syndicale seront convoqués directement, soit par le Président ou le Vice-Président, sur la demande qui en est faite par le Président lui-même ; une somme de 1 franc vingt cinq centimes sera accordée pour les déplacements qui nécessitent ces convocations au Président ou bien au Vice-Président. Le Conseil prend aussi la résolution d’adresser une lettre de remerciement aux membres de la Chambre Syndicale des Patrons pour le concours que ces Messieurs ont bien voulu nous prêter pour faire réussir la mise à exécution d’un tarif uniforme ; le secrétaire est chargé de rédiger cette lettre. Il est enfin décidé d’accorder à titre d’indemnité une somme de neuf francs au sieur FRUCHEAU, Commissionnaire de la Chapelle du Genêt. Ensuite la séance est levée.

" # "

'

&

&

%

58


33ème séance le 10 Février 1883

Sont présents MM. A. Bouchet, président, Allard Jules, vice-président, Grémille, Léon Bouet, Delaunay, Gauthier, E. Coutant, Ouvrard, Guérin, Bréchoire et Bouet Ferdinand. ________________

La séance est ouverte par la lecture du procès verbal de la réunion du 3 Février ; M. le Président le met aux voix, il est adopté à l’unanimité. La séance continue par le rapport des délégués qui sont allés à Roussay le 4 Février ; ils déclarent avoir été bien accueillis par les ouvriers tisserands de cette commune et disent qu’ils ont bon espoir que cette section devienne très importante pour les futures adhésions. Les délégués désignés pour aller chez M. Lambert lui demander de signer le tarif déclarent être satisfaits, vu qu’ils ont obtenu sa signature, ce qui fait que sur la place de Cholet, il n’y a eu qu’un seul fabricant qui n’a pas voulu donner son adhésion au tarif, et ce fabricant est M. Morin. Il est ensuite donné lecture d’une lettre qui a été envoyée par M. Vaidie, Secrétaire de l’Union Syndicale du Maine-et-Loire. Dans cette lettre, l’Union Syndicale adresse un appel à notre société et l’engage à se grouper avec les autres Chambres Syndicales du département ; le Conseil, après avoir examiné cette proposition, décide à l’unanimité que notre Chambre Syndicale fonctionnera seule et avec les ouvriers de notre Industrie seulement ; le Conseil décide que le secrétaire adressera une réponse en ce sens à M. Vaidie et le remerciera de sa proposition. Le trésorier annonce au Conseil qu’il a remis aujourd’hui 10 Février la somme de quarante francs pour 6 délégués de la section du May ; ces délégués ont accepté d’aller former des sections le 11 courant dans les communes de Gesté, Villedieu, Andrezé, la Renaudière. Aussitôt que cette organisation sera faite, les délégués du May adresseront un rapport à la Chambre Syndicale qui les a fondés de pouvoir. Après cette décision, la séance est levée. & '

&

%

" #

"

59


34ème séance le 17 Février 1883

Sont présents MM. A. Bouchet, président, Allard Jules, vice-président, Bréchoire, Ouvrard, Léon Bouet, Delaunay, Gauthier, Leray, Guérin, Eugène. Coutant, Grémille et Bouet Ferdinand ________________

La séance est ouverte par la lecture du procès verbal de la réunion du 10 Février ; M. le Président le met aux voix, il est adopté à l’unanimité. Le secrétaire donne ensuite lecture d’une lettre qu’il a écrite en réponse à celle envoyée par M. Vaivie ; le Conseil approuve cette lettre qui, par conséquent, sera envoyée à son adresse. La séance continue par la lecture d’une lettre venant de La Chapelle du Genêt et de plusieurs autres venant des Epesses, de Roussay et d’Evrunes. Le secrétaire donne aussi lecture de plusieurs lettres qu’il a écrites pour les communes d’Andrezé, de Gesté, de Villedieu et de la Renaudière ; ces lettres ont pour but de faire savoir dans ces différentes localités que le bureau de la Chambre Syndicale a reçu communication de leurs formations en sections ; elles ont aussi pour but de stimuler les adhésions à notre société. Il est enfin donné lecture d’une lettre venant de la section du May et qui signale certaines infractions au tarif. Un membre du Conseil demande la parole et propose de nommer une Commission de deux membres qui seront chargés de recueillir toutes les infractions au tarif qui seront signalées à la Chambre Syndicale ; d’après la proposition faite, les deux membres qui seront élus seront autorisés à faire toutes les démarches nécessaires auprès des fabricants pour leur rappeler qu’ils ont signé le tarif ; en un mot, la Commission aura la faculté de prendre toutes les mesures nécessaires pour que pas un seul ouvrier ne travaille au-dessous des prix spécifiés sur le tarif. Après ces explications, on passe au vote secret ; l’on procède ensuite au dépouillement. M. Eugène Ouvrard obtient 9 voix, M. Bréchoire obtient 7 voix, M. Bouchet 6 voix, M. Allard Jules 2 voix. Par conséquent, MM. Ouvrard et Bréchoire sont élus et son fondés de pouvoir pour agir en vue de faire respecter les prix de façon par tous les fabricants. Le Conseil décide ensuite d’écrire aux Epesses et au May, relativement aux infractions signalées par ces deux sections. Il est ensuite décidé de faire imprimer 500 livrets, ce qui portera le nombre commandé à deux mille six cents. 60


Une commission de trois membres est nommée, chargée de commander un meuble pour remplacer celui que l’on nous avait prêté ; sont nommés MM. Bouchet, Allard et Gautier. Le Conseil décide après cela qu’il sera fait un appel à tous les tisserands qui ne font pas partie de notre société et charge le secrétaire de rédiger cet appel. Le secrétaire donne connaissance de l’explication qu’il a eue avec le sieur Esseul, commissionnaire de la Chapelle du Genêt ; le Conseil accepte l’indemnité de dix sept francs réclamée par le sieur Esseul. Dans la séance du 3 Février, le Conseil avait décidé d’adresser une lettre de remerciement aux membres de la Chambre Syndicale des patrons pour le concours qu’ils nous ont prêté pour faire adopter un tarif uniforme. La lettre suivante a été adressée à ces Messieurs : Monsieur le Président, Le bureau de la Chambre Syndicale des tisserands vient vous remercier et vous prier de bien vouloir lui servir d’interprète auprès de MM. Les membres de la Commission des patrons pour les remercier du concours qu’ils ont bien voulu nous prêter pour confectionner le tarif actuellement en vigueur. Nous adressons aussi nos remerciements bien sincères à MM. Les membres de la Chambre Syndicale des patrons qui, eux aussi, ont contribué pour une large part à faire réussir notre œuvre. La Chambre Syndicale des tisserands espère qu’à l’avenir il sera possible d’améliorer certains prix de façon afin de permettre aux ouvriers de ce métier d’avoir un salaire aussi élevé que la généralité des corporations. Nous avons acquis la preuve, MM, que vous réserverez un bon accueil à nos futures réclamations, surtout quand elles seront justes et praticables ; Recevez, Monsieur le Président, ainsi que tous les membres de la Chambre Syndicale des patrons, nos respectueuses salutations. Pour le bureau, Le Secrétaire. Après lecture de cette lettre qui est approuvée par le Conseil, M. A. Bouchet, Président, lève la séance. " # "

$

"

& %

61


35ème séance le 24 Février 1883

Sont présents MM. A. Bouchet, président, Allard Jules, vice-président, Grémille, René Guérin, Leray, Ouvrard, Bréchoire, Gautier et Bouet Ferdinand. Etaient absents : MM. Léon Bouet, Coutant Eugène et Delaunay. ________________

La séance est ouverte par la lecture du procès verbal de la dernière réunion ; il est mis aux voix et est adopté à l’unanimité. La séance continue par la lecture de plusieurs lettres, deux de la Chapelle du Genêt qui donnent des renseignements sur le nombre des ouvriers qui travaillent audessous du tarif. Une lettre venant du May et qui signale certaines infractions au tarif ; une lettre venant de La Tessoualle signale aussi des infractions au tarif et donne connaissance à la Chambre Syndicale que deux délégués sont allés organiser une section dans la commune de Moulins. Il est aussi donné lecture d’une lettre venant des Epesses qui avertit le bureau que deux délégués de cette section se rendront à Cholet le 3 Mars afin de faire part au Conseil de certaines observations concernant des infractions au tarif. Il est enfin donné lecture d’une lettre venant de St Philbert en Mauges et qui donne connaissance au Conseil que les ouvriers tisserands de cette commune désirent former une section ; le secrétaire, ayant fait réponse à cette lettre, en donne lecture aux membres de la Chambre Syndicale ; la demande de St Philbert est acceptée ainsi que la réponse faite par le secrétaire. D’après une décision prise par le Conseil, il a été commandé cinq cents livrets chez M. Farré à la date du 19 Février, ce qui portera le nombre des livrets commandés au nombre de deux mille six cents. La commission nommée pour s’occuper des infractions au tarif vient, par l’intermédiaire de M. Ouvrard, rendre compte des déplacements que les deux membres de la commission ont été obligés de faire pour placer un assez grand nombre d’ouvriers qui n’étaient pas payés selon le nouveau tarif ; ils ont dû faire des pas et démarches qui leur ont fait subir à chacun une perte de quatre jours de travail. Ils ont réussi à placer dans de meilleures conditions tous les ouvriers qui travaillaient pour M. Morin, ce dernier n’ayant pas signé le tarif. Un fabricant du May ayant aussi cherché à se dérober à sa signature, ils ont été assez heureux et assez adroits pour le ramener à payer selon ce qu’il était convenu. 62


La Chambre Syndicale décide d’accorder à MM. Bréchoire et Ouvrard la somme de vingt deux francs chacun pour les indemniser de leur perte de temps. Il est ensuite donné lecture d’une lettre venant de Roussay et qui donne connaissance que deux délégués de cette section sont allés organiser une section à St Germain. Après la lecture de cette lettre, M. Le Président lève la séance.

" #

"

&

"

63


Syndicat des tisserands choletais en 1882