Issuu on Google+

VERS UN EXERCICE DE LA MAÎTRISE D’OEUVRE SINGULIER ET PARTAGÉ Mémoire professionnel HMO-NP École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble Mathieu Biberon Septembre 2012

-1-


Mise en situation professionnel du 01-09-11 au 30-06-12 au sein de l’agence Chabal Architecte

Encadrants Enri Chabal - tuteur Anne-Monique Bardagot - directeur d’étude

Menbres du jury Elisabeth Pozella - architecte DPLG - agence E. Polzella Vincent Bressy -architecte DPLG - agence WS-A Philippe Delers - architecte DPLG - agence Delers et Associés Claude Salerno - architecte DPLG - représentant de l’ordre des architectes Charlie Fricaud - architecte DPLG - enseignant ENSAL

- 2-


Remerciements

A Monsieur Enri Chabal pour m’avoir accueilli dans son agence durant ces quatre dernières années, dans laquelle j’ai pu comprendre par le biais de nombreux échanges la richesse de la profession d’architecte.. A Madame Anne-Monique Bardagot pour m’avoir suivi et aidé à la confection de ce mémoire tout au long de l’année. Mais aussi pour m’avoir conforté dans mon orientation future. A mes collègues et amis qui ont su répondre à mes interrogations que j’ai pu avoir tout au long de ma formation. Et leurs soutien qui m’a permis d’en arriver au terme de cette année d’Habilitation à la Maîtrise d’Oeuvre.

-3-


Préambule Quel est le but de cette année d’«Habilitation à la Maîtrise d’Œuvre en son Nom Propre» ? C’est déjà de se former, de se préparer à l’exercice de la maîtrise d’œuvre et prendre pleinement conscience des responsabilités que cela comporte. Mais c’est aussi identifier une méthodologie de l’exercice propre à soi-même et c’est ce à quoi est destinée la réflexion qui s’en suit. L’architecte n’est pas cantonné au simple rôle de dessinateur/concepteur. Dès le début de ma troisième année à l’école d’architecture cette conclusion s’est imposé à moi en intégrant l’agence d’architectes Chabal. J’ai alors découvert les différents rôles de l’architecte maître d’œuvre, qui non seulement doit concevoir mais aussi doit être capable de dialoguer avec tous les partenaires d’un projet, de communiquer de façon claire les concepts architecturaux et les différents choix adoptés et également d’assurer un rôle de coordination. Mes premières années à l’agence m’ont essentiellement permis de développer des projets au stade esquisse, ce n’est que depuis le début de ma mise en situation professionnelle que je me suis vraiment rendu compte de l’importance du management d’équipe et de la gestion de projet, il me paraissait donc essentiel de mettre en avant cette facette du métier à travers ce mémoire. Les domaines d’application de l’architecture dans le cadre bâti sont vastes. Que ce soit dans le public ou le privé, des projets en tout genre existent et l’architecte peut étendre ses compétences à plusieurs types de projet. Ce que je souhaite aussi développer dans cette approche de la maîtrise d’œuvre, ce sont les différences d’exercice de la profession qu’il peut y avoir entre chaque projet : en terme d’accession, de développement et de réalisation. Pour cela je m’appuierai sur des projets concrets développés à l’agence. Dans un avenir proche je souhaiterais ouvrir une agence en orientant mon intervention d’architecte maître d’œuvre vers l’architecture de bâtiments agricoles et autres projets en milieu rural. . Les projets seront différents de ceux que j’ai pu aborder dans ma mise en situation professionnelle mais toutefois similaires en certains points. L’objectif de ma réflexion sera donc, d’après ce que j’ai pu apprendre durant cette année, de définir une méthode d’exercice de la maîtrise d’œuvre propre au cadre bâti rural et à mes objectifs d’intervention.

- 4-


-5-


Sommaire -- Introduction -------------------------------------------------9

Mon parcours -------------------------------------------11 Pourquoi la HMO, quels objectifs ? ---------------------------12 Structure choisie -----------------------------------------13

1- Structure d’accueil--------------------------------------------15 1 . 1 Statue de l’agence ---------------------------------------16 1 . 2 Historique ---------------------------------------------17 1 . 3 Equipe d’architecte --------------------------------------18 1 . 4 Acteurs externes à l’agence -------------------------------19 a . Equipe de maîtrise d’oeuvre ----------------------19 b . Entreprises ------------------------------------19 c . Clients ----------------------------------------19 d . Architectes extérieurs, collaborateurs --------------20 1 . 5 Organisation interne -------------------------------------21 1 . 6 Moyens -----------------------------------------------22 a . Outils de conception ----------------------------22 b . Documentation --------------------------------22 2 - Architecte Maître d’Oeuvre, des compétences multiples-------------25 2 . 1 Rôle de coordination -------------------------------------27 a . Organinisation de l’agence : deux manières de diriger--27 b . Maîtrise du projet, une vision globale----------------28 2 . 2 Rôle de communication ----------------------------------30 a . Les mécanismes de la communication en interne ------30 b . Les supports de la communiction -------------------31 c . Des interlocuteurs différents ----------------------34 2 . 3 Anticipation et apprentissage de la rigueur-------------------36 a . Rigueur dans les écrits et le graphisme --------------36 b . Anticipation -----------------------------------37 - 6-


3 - Le concours de maîtrise d’oeuvre ------------------------------39 3 . 1 Sélection des candidats sur dossier -------------------------41 3 . 2 Remise du programme -----------------------------------42 3 . 3 Analyse du programme ----------------------------------43 3 . 4 Question / Réponses à la maîtrise d’ouvrage ------------------44 3 . 5 Developpement du projet ---------------------------------44 3 . 6 Avec la maîtrise d’oeuvre ---------------------------------46 3 . 7 Rendu du concours --------------------------------------47 4 - Projets variés, des approches qui diffèrent -----------------------49

4.1 4.2 4.3 4.4

Accès à la commande -----------------------------------51 Phase esquisse -----------------------------------------52 Phase avant projet APS - APD -----------------------------53 Phase projet PRO - DCE ----------------------------------55

5 - Exercice de la maîtrise d’oeuvre en milieu rural --------------------59 5 . 1 Collaboration avec un paysagiste --------------------------61 5 . 2 Une contrainte économique -------------------------------62 -- Conclusion -------------------------------------------------65 -- Bibliographie -----------------------------------------------67 -- Annexes : projets developpés et curriculum vitae -------------------69

-7-


- 8-


INTRODUCTION

-9-


- 10-


Mon parcours C’est en 2006 que j’ai intégré l’école d’architecture de Grenoble. Durant mes premières années j’ai acquis une culture architecturale et appris les bases de l’architecture : la perception de l’espace, le rapport à la lumière, les matières et matériaux, le rapport du bâti à l’urbain... De nombreuses données théoriques nécessaires pour dessiner et concevoir un projet. Mais très vite il m’est apparu l’envie d’approfondir la théorie par la pratique même du métier au sein d’une agence d’architecture. C’est au cours de ma troisième année que je suis entré dans l’agence «Chabal Architectes». Dans un premier temps en tant que maquettiste, puis dans un second temps dans la production d’éléments graphiques de concours comme des façades, des coupes ou des axonométries explicatives. Cette persévérance dans le travail en dehors de l’école m’a permis avec deux autres étudiants de pouvoir accéder au développement d’un concours public : la restructuration et l’extension d’un groupe scolaire à St Paul Trois Châteaux, sous la direction tout de même d’Enri Chabal. Le projet fut lauréat et en est aujourd’hui au stade de l’exécution. Nous avons par la suite pu réaliser un autre concours que nous avons cette fois ci perdu. Pour mes deux années de master j’ai intégré le studio architecture et cultures constructives. Cet enseignement oriente sur une conception accordant une grande attention à la dimension constructive, basée sur la connaissance des matériaux et des principes constructifs, une manière peu classique d’appréhender le projet, différente d’une approche formelle ou fonctionnelle. Pour compléter cet enseignement je suis parti au Chili dans l’agence d’architecture Cortes qui a cette approche constructive du projet avec la volonté de concevoir des projets valorisant le matériau terre. Grâce au travail effectué en parallèle en agence, j’ai pu mettre en application cet enseignement théorique et me confronter à la réalité du métier d’architecte et j’en ai compris les bases. Les retours entre théorie et pratique durant mes années d’études, mais aussi mes années d’enfance et d’adolescence vécues dans un milieu rural, m’ont permis de définir mes envies futures, et en particulier celle de travailler pour le monde rural et de créer mon agence à l’image de La Fabrique d’Architecture de Pierre et Rémi Janin, , installée à Vernand ( Loire). Ces deux frères, eux aussi issus d’une famille d’agriculteurs, se sont spécialisés dans la conception de bâtiments agricoles.

- 11 -


Pourquoi la HMO, quels objectifs ?

Pendant mes années de licence et de master, le travail en parallèle des cours m’a permis de mettre en application mes connaissances théoriques par les concours. Cependant la pratique du métier d’architecte maître d’œuvre me semblait encore floue. Je n’arrivais que partiellement à expliquer le fossé qui séparait l'apprentissage scolaire de la pratique en agence. Pour moi cette année d’habilitation à la maîtrise d’œuvre devait me permettre : - D’identifier les tenants et aboutissants de la création en agence. La conception n’est pas seulement l’issue d’une réflexion sur le dessin et le graphisme d’un objet. Elle résulte aussi d’un dialogue avec la maîtrise d’ouvrage et d’une connaissance de ce qu’est l’exécution des travaux. Maîtriser un projet, c’est aussi maîtriser l’œuvre dans sa globalité. - De mettre en application la théorie acquise au cours de cette année de HMO. La HMO nous permet d’aborder l’exercice de la maîtrise d’œuvre en cours puis nous l’appliquons ensuite en agence. - De comprendre la logique de gestion d’une agence. L’organisation de l’entreprise diffère énormément d’une agence à l’autre. Pour pouvoir trouver la mienne il me fallait déjà comprendre les logiques de celle dans laquelle j’ai fait ma MSP. - De connaitre les acteurs de l’équipe de maîtrise d’œuvre. Chaque intervenant a un rôle à jouer dans le processus du projet, il me fallait clarifier ce que chacun apporte et la manière de communiquer avec ces partenaires extérieurs à l’agence. Dans la perspective d’un exercice de la profession à mon compte, cette formation m’a permis de mieux comprendre ce qu’est l’exercice de la profession en nom propre, et de définir comment et dans quels buts je souhaite travailler.

- 12-


Structure choisie

Intégrer l’agence d’architectes Chabal était pour moi une évidence. Je connaissais la structure dans laquelle j’avais pu évoluer durant trois ans et où j’ avais déjà pratiqué l'exercice du concours public. Continuer dans cette agence me permettais d'accéder à d’autres missions et d’approcher plus facilement le questionnement que je me posais quant aux missions d’exécution. En plus de cela l’agence possède des aspects attrayants pour un bon apprentissage de la maîtrise d’œuvre : - Elle est de taille relativement importante (17 personnes environ), sa gestion et son organisation sont donc des éléments clés pour le bon fonctionnement de l’agence. Il me paraissait essentiel de bien comprendre la gestion d’une agence de cette taille et d’une équipe., .Elle aborde des projets radicalement différents. L’une des forces de l’agence est d’avoir des références dans plusieurs domaines (Lycée, Collège, Groupe scolaire, Gymnase, Centre de semi-liberté, Laboratoire de recherche, Médiathèque, Logement collectif, Logement individuel). - Les projets ne sont pas réfléchis sans penser à l'exécution des travaux. La quasi-totalité des projets sont menés jusqu’à terme (souvent des missions complètes),l’agence ne souhaitant pas s’arrêter uniquement aux phases d’études. Cette volonté correspond à ma conviction qu’il est primordial de pouvoir gérer un projet de A à Z et d’avoir la maîtrise des différentes étapes jusqu’à la livraison.

- 13 -


- 14-


STRUCTURE D’ACCUEIL

- 15 -


1 . 1 . Statue de l’agence L’agence Chabal architecte est une société commerciale d’architecture établie en tant que SARL (Société à Responsabilité Limitée). La société est administrée par un gérant Enri Chabal et un associé Ludovic Viguet, tous deux architecte DPLG. Les employés ont le statut de salariés (architectes ou non). «La société a pour objet l’exercice de la profession d’architecte et d’urbaniste, et en particulier de la fonction de maître d’œuvre et toutes missions se rapportant à l’acte de bâtir et à l’aménagement de l’espace.» [www.architectes.org, chapitre «les sociétés d’architecture»] «Les SARL d’architecture peuvent également être constituées sous la forme de SARL à capital variable à la condition que les règles en matière de détention des parts soient toujours respectées (architectes majoritaires). Le capital devra être compris en permanence entre un minimum et un maximum fixé par les statuts.» [www. architectes.org, chapitre «les sociétés d’architecture»]

Sous ce statut la responsabilité des associés est limitée à leurs apports, ce qui leur garantit une certaine sécurité (en comparaison de l’exercice libéral). De plus, la société est seule civilement responsable des actes professionnels accomplis pour son compte et souscrit l’assurance garantissant les conséquences de ceux-ci.

Chabal Architectes - 8 rue Charles Testoud - 38000 GRENOBLE SARL créée en 2001 au capital de 50000E

- 16-


1 . 2 .Historique Enri Chabal crée sa première agence d’architecture en 1986 puis fonde une SARL en association avec Gilles Marty en 1992. Très vite son travail s’oriente sur la commande publique à laquelle il accède par le biais des concours. En 1998, il crée sa propre SARL qui deviendra l’agence «Chabal Architectes» en 2001, par association avec son plus ancien collaborateur Ludovic Viguet. L’équipe est alors composée de cinq personnes. L’esprit et la philosophie de l’agence se sont vraiment fondés à cette période grâce à la construction de l’internat du lycée d’Evian en 1999. En 2000, la structure se développe, accueille une dizaine de personnes supplémentaires et s’installe dans ses locaux actuels, une ancienne chocolaterie réhabilitée au cœur de Grenoble. Aujourd’hui, l’agence est composée d’une quinzaine de personnes et s’est créée un véritable savoir-faire pour la construction publique. Actuellement l’agence travaille sur une vingtaine de projets et participe à une dizaine de concours par an. La construction publique constitue sa première source de commande. Cependant face aux enjeux économiques et environnementaux actuels, la commande a tendance à s’orienter vers les marchés privés, ce qui permet à l’agence de concrétiser également les recherches menées sur la «construction passive». Le logement, de plus en plus présent dans les projets, lui permet de mettre en application ce savoir-faire.

- 17 -


1 . 3. Equipe d’architecte

Associés : Enri Chabal - Architecte DPLG, gérant de la SARL Ludovic Viguet - Architecte DPLG, associé Secrétariat : Véronique Vesval - Assistante de direction Myriam Oddoux - Assistante technique Béatrice Bonnachi - Comptable Architectes - Dessinateurs - Projeteurs : François Dewez - Designer, infographiste Amal Abudaya - Architecte DPLG Salomé Valmar - Achitecte DPLG Florence Janot - Archtecte DPLG Anaïs Bergeretti - Architecte DE et HMO-NP Grégory Landraud - Architecte DE Justine Aufradet - Ingénieur / Architecte DE, en formation HMO-NP Mathieu Biberon - Architecte DE, en formation HMO-NP Philippe Berge - Collaborateur d’architectes Chantier : Alain Berthe - Conducteur de travaux Martine Esteoule - Conductrice de travaux En complément, de nombreux stagiaires de l’ENSAG viennent développer en maquette le travail de conception des projets. Leur intervention est surtout nécessaire en phase concours afin de renforcer l’équipe de travail. Une grande attention est portée à ces jeunes «recrues». En effet, l’agence s’investit pleinement dans les missions de formation et y voit ses futurs collaborateurs. Stagiaires : Girard Altarriba - M2, ENSAG Hosni Benhassaine- M2, ENSAG Olympe De Buyer - L3, ENSAG

- 18-


1 . 4 .Acteurs externes à l’agence

a - Equipe de MOE

L’image négative de la relation ingénieurs / architectes est désormais révolue. L’économie et les techniques constructives prennent une part de plus en plus grande au sein des projets, les bureaux d’études sont devenus de véritables partenaires importants ayant un rôle décisif dans la conception. La maîtrise d’œuvre est une équipe où chacun a besoin des autres. La philosophie globale de l’agence «La créativité de chacun se nourrit de celle de tous» exprime clairement la place qu’elle donne à ses partenaires.

b - Entreprises :

S’entourer d’entreprises compétentes et ouvertes au dialogue est un choix stratégique permettant d’assurer la bonne exécution du projet. Au fur et a mesure des années, l’agence a approfondi ses connaissances en terme de dessin technique, permettant ainsi de faire appel a des entreprises spécialisés. C’est le cas par exemple de l’entreprise Suscillon, ou l’encadrement des portes intérieures en bois est devenu un élément marquant dans l’architecture des projets de l’agence.

c - Clients :

Entretenir une bonne relation avec la maîtrise d’ouvrage tout au long du projet est un enjeu fondamental. En effet, le maître d’ouvrage peut devenir un partenaire privilégié, apportant des marchés à l’agence par le biais de ses relations et de l’image de l’agence qu’il aura transmise auprès de son entourage. L’agence réalise beaucoup de bâtiment dans le domaine de l’enseignement en Isère, il est alors assez fréquent de retrouver la même maîtrise d’ouvrage au sein de plusieurs projets. Par ailleurs, certains contacts fait avec la maîtrise d’ouvrage public ont aboutit à des projets d’habitat individuel.

- 19 -


d - Architecte extérieures, collaborateurs :

Grâce aux relations entretenues avec des architectes ayant essentiellement travaillé à l’agence, des partenariats de co-traitance sont créés pour certains concours ou projets. Au sein de ce partenariat, les structures sont co-traitantes et les architectes sont définis comme associés, les responsabilités comme les honoraires sont ainsi partagés. Cette co-traitance à plusieurs avantages : - Elle permet à l’agence : . d’étendre son rayon d’action à d’autres départements afin d’accéder à d’autres marchés. En concours, le maître d’ouvrage impose assez régulièrement un architecte «local» ; . de prétendre à des marchés de plus grande envergure ; . de bénéficier de relations et de contacts en dehors de sa région. - Elle donne aux co-traitants la possibilité : . de participer à des concours publics en partageant ses propres références ; . de se faire des références ; . d’être accompagné et soutenu tout au long du processus de conception-réalisation. Ce partenariat est avant tout basé sur le partage et l’échange. Il permet à chacun de développer sa pratique architecturale mais aussi et surtout son entreprise. Des difficultés de communications liées à l’éloignement, au type de logiciels utilisés ou encore à la méthode de travail propre à chacun peuvent apparaître. Il convient donc de bien connaître ses partenaires et de définir des bases quant à la gestion de ce travail commun.

- 20-


1 . 5 . Organisation interne

Au sein d’une structure de taille importante l’organisation et la structuration sont essentielles. Cette rigueur permet à tous de connaître son rôle et en détermine les limites.

Gestion de l’agence

La gestion interne de la structure (administratif, comptabilité, gestion du personnel) est supervisée par Enri Chabal mais est assurée par une assistante de direction, une assistante technique et une comptable. Cette délégation de la gestion interne de l’agence à des personnes compétentes et qualifiées assure l'efficacité du travail et permet aux architectes de se concentrer sur leurs missions principales : la conception et la direction de l’exécution des travaux. Du fait de cette organisation, mon approche de la gestion administrative ou financière d’une agence a été quasi nulle. Conception Les premières démarches envers les clients ainsi que l’élaboration des premières esquisses sont faites par les deux associés. Par la suite, la réflexion sur les esquisses est abordée avec l’architecte responsable du projet et ses collaborateurs. Les avis de chacun sont partagés et pris en compte. Chantier Cette phase est gérée par les deux associés mais aussi par les conducteurs de chantier, seuls ou en collaboration. Leur rôle est d’assurer le suivi de chantier et de participer aux réunions. La communication entre les conducteurs de chantiers et les architectes qui ont conçu le projet est essentielle pour la mise en adéquation du projet et de la construction.

- 21 -


1 . 6. Equipe d’architecte

a - Outils de conception

Une grande attention est accordée aux outils de conception. Chacun doit pouvoir travailler dans des conditions idéales lui permettant d’exprimer pleinement ses idées. L’informatique tient une place importante au sein de la structure puisque chaque employé dispose d’un poste équipé des principaux logiciels de conception, de traitement d’image, de mise en page... Traceurs et plieurs sont des outils de travail qui permettent à l’agence de produire l’ensemble de ses documents en toute indépendance, y compris les planches de rendus de concours. Par ailleurs, l’agence tient à conserver ce qui constitue l’une de ses spécificités de conception : le travail en maquette. Cet outil est largement utilisé en phase conception. Les maquettes d’études permettent d’avoir une vision globale du projet et de son site. Elles sont de plus un formidable outil de communication avec la maîtrise d’ouvrage qui n’a pas toujours une bonne lecture des plans.

b - Documentation

L’agence possède une bibliothèque large et variée constituée de périodiques, de monographies d’architectes, de livres sur les normes et les réglementations, d’ouvrages spécifiques sur le bois, le métal, l’habitat passif... Cette bibliothèque est une véritable source d’idées, d’informations, de références... Les abonnements aux principales revues de BTP, d’architecture, d’urbanisme et de décoration nous permettent de suivre l’actualité (réglementaire, juridique, sociale, économique, technique...) et de rester au fait des dernières innovations ou tendances architecturales. De plus elle dispose d’une large «bibliothèque fournisseurs/matériauthèque». Celle-ci est un outil pratique qui permet de comparer plusieurs matériaux ou fournitures pour mieux définir les prestations d’un ouvrage. Avec celle-ci, il est possible de trouver rapidement des indications techniques, de dimensionnement ou de mise en œuvre d’un matériau ou d’une fourniture. Elle permet aussi d’avoir sous la main des échantillons à proposer aux clients.

- 22-


- 23 -


- 24-


ARCHITECTE MAÎTRE D’OEUVRE, DES COMPÉTENCES MULTIPLES

- 25 -


En entrant à l’école d’architecture, je pensais jusqu'à ma pratique en agence, que le métier d’architecte n’était consacré qu’à la conception du projet, la création, le dessin. Cependant, il nous est spécifié dans Le livre blanc des architectes, édité par l’ordre que : « la mission de base de l'Architecte est celle de la maîtrise d'œuvre. Elle consiste à assurer la conception architecturale de l'ouvrage et son insertion dans l'environnement, en définir les éléments constitutifs pour une bonne exécution et en diriger la réalisation. L'Architecte a une double mission, il doit assurer la conception de l'œuvre, mais aussi dans un second temps, en contrôler la conformité de la réalisation » Celui-ci à plusieurs casquettes, plusieurs rôles qui l’amène à avoir des compétences multiples.

- 26-


2 . 1 . Rôle de coordination

a - Organisation de l’agence : deux manières différentes de diriger

L’organisation au sein de l’agence est de type «bicéphale». Enri Chabal, gérant de l’agence, et Ludovic Viguet, associé, ne partagent pas les mêmes méthodes d’encadrement des projets. La différence majeure entre celles-ci étant le pilotage de l’équipe d’architectes due aux fonctions que ceux-ci exercent : gérant et associé. Le gérant se doit d’être présent aux réunions extérieures avec la maitrise d’ouvrage. De ce fait, il délègue beaucoup plus le travail de conception et de représentation aux architectes de l’agence. Il ne réalise presque aucune pièce graphique. Il nomme généralement un ou plusieurs jeunes architectes pour les phases esquisses, supplés par des stagiaires. Ce choix vise à développer le créatif au sein des projets, la dimension technique et économique étant discutée au fil des entretiens hebdomadaires avec lui ou lors de son assistance pour les réunions avec l’équipe de maîtrise d’œuvre. Pour la constitution du dossier de consultation des entreprises, l’architecte, s’il n’est pas assez expérimenté, est aidé d’un conducteur de travaux. En phase d'exécution, il nomme soit un conducteur de travaux, soit un architecte expérimenté. La personne responsable du projet n’est donc pas la même au fil des missions. Cette organisation non-linéaire vis à vis du projet est à double tranchant. D’un côté elle crée un enrichissement du projet de par l’apport d’un regard nouveau, mais par ailleurs la question s’est posée à l’agence de savoir si cela n’altérait pas l’essence première du projet. L’associé, est lui, beaucoup plus investi dans le projet. Il dessine en relation constante avec ses collaborateurs. Il ne nomme pas d’architecte responsable, il se constitue plutôt une équipe destinée à l’assister dans la production et la conception. Les discussions au sein du projet sont primordiales pour que l’équipe soit en phase et ne se désintéresse pas du projet. La conception est donc collective même si les choix sont en définitif validés par l’associé. A l’inverse du gérant, il maîtrise la totalité du projet de la phase esquisse à la réception de l’ouvrage. L’organisation est donc de type linéaire, elle permet d’avoir une vision globale du projet mais aussi de développer constamment les outils de communication avec les interlocuteurs extérieurs.

- 27 -


Cette distinction d’organisation ne doit pas être vécue comme une opposition. Les valeurs et la méthodologie de conception restent les mêmes. La discussion en amont sur les enseignements que des projets ont pu apporter sont partagés à l’ensemble de l’agence. Pour ma part, j’ai beaucoup travaillé en phase concours avec M. Chabal, ce qui m’a permis d’acquérir une certaine autonomie dans la conception. Malgré cela, cette organisation ne m’a pas permis d'accéder aux autres phases du projet avant ma MSP. Assister M. Viguet, m’a par contre amené à me confronter à d’autres missions de la maîtrise d’œuvre et de développer mes connaissances en termes de technicité du bâtiment.

b - Maîtrise du projet. Une vision globale

En débutant cette formation HMO-NP je me disais qu’au-delà de la conception d’un ouvrage, il y avait toute la maîtrise des questions économiques, techniques, et d’organisation affairant à l’apprentissage de la maîtrise d’œuvre. En réalité, il n’y a pas seulement la connaissance de ses diverses questions qui est importante, mais la cohérence qui doit être faite entre elles pour constituer le futur projet et en avoir une vision générale, du premier coup de crayon à l’emplacement de la cabane de chantier. Quand j’ai abordé le dessin de détail en DCE, je me suis rendu compte que l’important n’était pas forcément la maîtrise et la connaissance parfaite d’un détail mais plus la conciliation qui doit se passer entre technique et dessin. L’un ne doit pas prendre le pas sur l’autre. L’exemple typique rencontré lors de ma MSP est l’intégration d’une nouvelle personne à l’agence, destinée à la conduction des travaux, qui avait du mal à faire le dessin d’une façade pour un DCE ne percevant pas son aspect dans la globalité de l’ouvrage mais plutôt comme un amoncellement d’éléments techniques. Comme si la technique était seul juge du dessin de la façade, omettant les questions proportionnelles, d’espaces, et de lumière essentielles en architecture.

- 28-


Cette façon de prendre en compte le projet par plusieurs angles d’attaque est applicable à chacune des caractéristiques d’un projet. Prenons l’économie de projet, nous constatons que plusieurs curseurs peuvent être réglés. Les prestations, la réduction surfacique, la réduction des éléments architecturaux, l’optimisation des lots de construction sont autant de points que l’architecte a à questionner pour façonner le bâtiment. Certains économistes ont tendance à optimiser naturellement les prestations dès les premières esquisses (sols PVC et porte PVC dans les logements par exemple), alors que c’est à nous, architectes, de peser les éléments qui sont dans la balance économique. Les réunions avec l’équipe de maîtrise d’œuvre vont dans ce sens aussi. Certains points sont discutés par mails avec les bureaux d’étude au préalable pour aboutir à des plans provisoires. Ce n’est qu’à partir de la réunion que tous les points de la construction sont discutés et validés par les différents opérateurs. L’architecte façonne le projet vis à vis des choix pris en réunion, une orientation générale est définie avec les questionnements à régler a postériori.

- 29 -


2 . 2 . Rôle de communication

a - les mécanismes de la communication en interne

méthode de travail On distinguera deux types de communication, celle que l’on fait sur le projet et celle qui se crée entre employés. Le bon fonctionnement d’une agence allant, d’abord, de paire avec une communication claire et transparente en son sein. Bien que l’agence soit scindée en deux groupes de travail (gérant et associé), la méthode de conception d’un projet reste la même. Le débat autour de la conception débute après que toutes les données d’analyse du site, du programme et des réglementations soient intégrées par chacun. A partir de cet instant les enjeux du projet sont clairement définis et seront menés jusqu'au terme du chantier. La discussion se fait toujours sur la base de documents finis, qui sont ensuite retravaillés en séance de travail sur calques. Les outils de communication lors de ces séances sont la maquette d’étude, les croquis et documents graphiques. Lors de la passation des projets entre les différentes phases il est important de bien préparer la personne aux différents enjeux du projet. Et notamment en phase DCE où l’affaire est transmise à un conducteur de travaux qui fait le pont avec le responsable chargé de la conception du projet. L’agence est constituée de différentes personnes aux compétences multiples. Pouvoir discuter avec chacune d’elle, lorsque bon nous semble, nous permet de trouver les informations ciblées nécessaires à l’élaboration d’un dossier qui dépasse nos compétences. Pour cela l’agence est organisée en open-space facilitant ces conversations sur les problèmes rencontrés. Au-delà de ces demandes, on peut suivre un dossier et observer les évolutions et questionnement de chacun des projets sans prendre part aux discussions, juste en tendant l’oreille.

- 30-


b - les supports de la communication - Agence, conception du lieu Beaucoup d’intervenants extérieurs à l’agence sont amenés à assister à des réunions ou des rendez-vous à l’agence. Celle-ci se doit donc de représenter au mieux ses valeurs à travers la conception du lieu mais aussi l’exposition de sa production. Comme nous l’avons évoqué précédemment, l’agence est située dans une ancienne chocolaterie au cœur de l’agglomération grenobloise. Cette situation ajoutée au travail de l’ambiance intérieure permet de donner les premières impressions aux visiteurs. Il est donc important de ne pas négliger cette image là, représentative du travail effectué par l’agence. Chaque espace de l’agence se veut convivial et propice à la bonne ambiance de travail. Deux salles permettent de recevoir : une salle de réunion classique hermétique à l’environnement extérieur et une autre ouverte sur le coin cuisine et l’extérieur, beaucoup plus chaleureuse. Un espace dédié au concours est placé sur une mezzanine en surplomb de la cour d’entrée. Cet espace vitrine évoque la dynamique de l’agence avec ses planches A0 et maquettes en cours de confection. A la différence d’un cuisiniste exposant ses cuisines, l’agence expose ses travaux par les nombreuses maquettes et planche de concours situés dans les espaces d'accueil. Pour les projets récents, l’agence travaille sur la place du végétal comme générateur d’ambiance. Il était donc tout naturel que de la végétation soit présente dans les espaces aussi bien extérieurs qu'intérieurs du lieu de travail.

- 31 -


- Site internet Au cours de cette année, le site de l’agence a été refait pour communiquer de façon plus professionnelle sur les travaux réalisés. Il présente de façon plus détaillée les projets et notamment les phases de réalisation de l’ouvrage contrairement à beaucoup de sites d’architecte où c’est d’abord la conception qui est mise en avant. Cela montre toute l’importance que l’agence accorde à ces phases d'exécution et au rendu final de l’ouvrage. Le futur client qui visite la page web se fait alors une idée concrète de la production de l’agence. La production d’élément purement graphique étant toujours difficile à évaluer par une personne lambda. Aujourd’hui la communication qui se fait sur une agence passe essentiellement par internet. C’est en effet un moyen accessible à tous qui permet d’attirer la maîtrise d’ouvrage. Il ne faut donc pas en négliger son contenu et penser à faire régulièrement des mises à jour.

- Outils de conception Comme dans la plupart des agences, la quasi-totalité des documents produits en interne sont réalisés par ordinateur. Leur partage à travers l'utilisation d’un serveur informatique est essentiel pour une agence employant une quinzaine de personnes. Le bon fonctionnement de l’agence et des échanges internes va de paire avec la gestion de cet outil pour que chacun puisse accéder facilement et rapidement aux informations. Avec l’équipe de maîtrise d’œuvre, une passerelle de partage FTP a été mise en place pour chaque projet de l’agence pour que chacun des membres de l’équipe ait accès aux documents, soit produits par l’agence soit par les bureaux d’étude. La communication entre les membres de l’équipe de maîtrise d’œuvre doit être la plus limpide possible pour que le projet avance en temps et en heure. Il faut aussi constamment «nourrir» bureaux d’études ou perspectiviste.. Par ailleurs il est important de toujours finir les documents graphiques et maquettes car ils sont la base de la communication avec la maîtrise d’ouvrage et les bureaux d’études. Cette communication visuelle permet de mieux cerner le projet dans

- 32-


son ensemble par la maquette et dans les détails par les dessins. La maquette est d’ailleurs souvent emmenée aux réunions de chantier ou lors des rencontres avec la maîtrise d’ouvrage pour mettre en évidence les intentions architecturales et d’implantation dans son contexte et faciliter la discussion.

- Réunions On distinguera deux types de réunion, les réunions d’agence et celles entretenues avec les personnes externes à l’agence. Les réunions d’agence, mensuelles, permettent à chaque personne de l’agence de se rendre compte de la production des projets en interne mais aussi de sa situation. Elle permet par ailleurs de redonner les objectifs généraux des différentes démarches de conception et de réalisation afin que chacun ne s’enferme pas dans sa propre démarche de travail. Elle est généralement précédée par la réunion des cadres, qui déterminent ensemble les objectifs d’évolution pour le ou les prochains mois. Ces objectifs sont ensuite rediscutés avec les salariés. Cette démarche de rassemblement est essentielle pour la communication entre salariés et chefs d’entreprise, c’est le seul instant où tout le monde doit être présent. Les réunions avec la maîtrise d’œuvre, sont, elles des séances de travail où l’architecte intervient en tant que juge et organisateur des débats. Ces séances ont pour objectifs d’éclaircir les questionnements sur le projet et coordonner l’intervention de chacun des co-traitants de l’équipe.

- 33 -


c - des interlocuteurs différents

- équipe de maîtrise d’œuvre L’exercice de conception demande du temps et des efforts. Malgré tout, là n’est pas le seul rôle de l’architecte. Il doit aussi manager l’équipe de maîtrise d’œuvre, ce qui n’est pas une mince affaire. La technicité d’un bâtiment est de plus en plus grande et nécessite des connaissances que l’architecte n’a pas. C’est pour cela qu’il s’entoure d’une équipe de maîtrise d’œuvre où les interlocuteurs sont de plus en plus nombreux. Le but est alors de communiquer avec ces intervenants de manière à synthétiser toute l’information retenue au cours des différents échanges et de la transmettre aux autres interlocuteurs. La compréhension des données des BET est nécessaire pour la coordination de l’équipe. Il ne faut donc pas hésiter à communiquer sur des points de détails qui ne sont pas entendus. Par ailleurs il est important de se concerter au maximum pour la réalisation des documents graphiques et écrits. Généralement chaque membre de l’équipe réalise ses propres pièces, suite aux discussions avec les autres interlocuteurs. Il faut alors limiter au maximum les doublons pour éviter les erreurs. A l’agence, par exemple, nous intervenons maintenant en amont de la réalisation des tableaux de prestations en DCE pour proposer un document commun que chacun remplit à la suite de l’autre. Le choix de l’équipe de maîtrise d’œuvre est important. Sur la quasi-totalité des opérations, l’architecte est mandataire de l’équipe, ce qui implique les responsabilités que nous avons pu observer en cours. La mise en place d’une convention de groupement adapté permet d’éviter les désaccords avec les différents membres de l’équipe car équivalent juridiquement à un contrat.

- maîtrise d’ouvrage Je n’ai, au cours de cette année, pas eu l’occasion de communiquer avec la maîtrise d’ouvrage. Les entretiens s’opérant essentiellement avec le gérant et l’associé, ma perception de cet interlocuteur se limite à l’impact que ces entretiens ont eu sur mon travail et aux dires que j’en ai eus.

- 34-


La bonne entente avec la maîtrise d’ouvrage est primordiale pour le bon déroulement du projet. D’une part parce que nous sommes généralement ses uniques interlocuteurs et d’autre part parce que nous la retrouvons bien souvent sur plusieurs projets. Communiquer avec elle sur les évolutions du projet tant en phase conception qu’en phase chantier est nécessaire pour que la maîtrise d’ouvrage ne se détache pas de celui-ci. Nous avons tendance en tant qu’architecte a souvent passer d’une idée à l’autre, ce que la maîtrise d’ouvrage ne tolère pas toujours car devant rendre des comptes aux utilisateurs. Ce qu’elle ne fait pas toujours : dans le cadre d’une rencontre avec les habitants d’une ville pour la présentation d’un projet de groupe scolaire, nous nous sommes retrouvés entre la maîtrise d’ouvrage et les utilisateurs. La maîtrise d’ouvrage a présenté l’esquisse du projet alors que le programme n’était pas assez réfléchi. Il parait essentiel de distinguer maitrise d’ouvrage publique et maîtrise d’ouvrage privée. Au cours de cette année je n’ai pu aborder que celle d’ordre public, les projets pour privés étant rares à l’agence. La maîtrise d’ouvrage avec qui les relations ont été le plus poussées était celle que nous avions pour la réalisation de logements à Chambéry. Malgré les règles d’urbanisme et les recommandations de l’architecte responsable du plan d’aménagement, nous avons du faire face a un programme mal établi, trop léger, trop flou, nous amenant a modifier continuellement nos plans. Le choix par exemple de mettre des commerces ou des garages en rez de chaussez ne fut pris que lorsque nous étions dans la phase de constitution de dossier de consultation des entreprises. La discussions sur les plans de ventes s’est faite au cas par cas, logement par logement, pour mettre en adéquation les demandes de l’utilisateurs, les réglementations, et la technicité du bâtiment.

- 35 -


2 . 3 . Anticipation et apprentissage de la rigueur Deux caractéristiques me semblent essentielles à détenir si l’on veut évoluer en tant qu’architecte maître d’œuvre : la rigueur et l’anticipation. En effet, la pratique du métier ne peut être envisageable sans énormément de rigueur, et ce à toutes les étapes des projets, et sans une capacité à anticiper les problèmes. .

a - rigueur

La rigueur dans l’exercice de la profession prend plusieurs formes. Elle se retrouve dans les écrits ainsi que dans le dessin. - Rigueur dans les écrits Nous avons pu constater en cours de HMO que l’architecte est soumis à bon nombre de responsabilités. Pour ne pas manquer à ces devoirs, celui-ci doit être irréprochable dans ses écrits. Avoir le réflexe de retranscrire par mail et par écrit tout échange oral reçu avec la maîtrise d’ouvrage ou les entreprises permet le bon déroulement du projet par un relationnel maîtrisé. Ces écrits protègent l’architecte dans le cas d’une situation qui impliquerait un recours juridique. Les écrits ont alors une valeur contractuelle et permettent de se prémunir de toute responsabilité. Il est arrivé lors d’un chantier suivi par l’agence qu’une entreprise soit jugée défaillante pour non-respect du planning et incapacité à fournir des détails techniques conformes. Dans ce cas des courriers recommandés pour mettre en garde la maîtrise d’ouvrage ont été réalisés. En phase de conception, les écrits figent officiellement les décisions prises avec les bureaux d’étude pour éviter les contestations ultérieures (compte rendus de réunions, Cahier Clauses Techniques Particulières). - Rigueur dans les pièces graphiques Les pièces graphiques nécessitent la même rigueur que pour les écrits. Ceux-ci sont la bases de la discussion avec les entreprises où BET. Toute approximation quant à

- 36-


l’emplacement des niveaux de référence pourrait avoir de fortes répercussions sur le chantier de l’opération et donc sur la qualité architecturale du bâti. Il est, de plus, important d’être bien cohérent entre les écrits et les pièces graphiques. L’intention première étant tout de même de limiter les doublons entre les différentes pièces pour éviter ce genre d’erreur.

b - Anticipation

L’anticipation est une caractéristique propre à l’architecte, sa vision générale du projet lui permet d’avoir une longueur d’avance sur ses différentes évolutions. Dès les phases d’esquisse l’agence met en place des réunions avec l’équipe de maîtrise d’œuvre pour élaborer le futur projet et ses grandes orientations techniques. Certaines agences ne sollicitent en effet les bureaux d’étude qu’à partir de la phase APS. Cette anticipation dans les relations prises avec l’équipe de maîtrise d’œuvre a souvent permis à l’agence d’être la mieux placée en commission technique lors des concours en marché public. Vis à vis de la maîtrise d’ouvrage, il est important d’avoir toujours une longueur d’avance face à leur demande. Certains points de conception ne sont pas toujours discutés avec la maîtrise d’ouvrage mais apparaissent comme une évidence. Il faut alors s’en préoccuper pour ne pas se retrouver en difficulté dans les phases ultérieures où ces questions n’ont plus lieu d’être. Nous avons, par exemple, du refaire un permis de construire refusé par la commission en charge du dossier pour non-conformité avec le PLU. L’un des bâtiments de logement se trouvait à moins de 10m d’un cours d’eau. L’architecte en chef chargé du plan général d’urbanisme n’avait pas anticipé cette question, ce qui nous a obligé de refaire le dossier de permis de construire. Anticiper la mise en place du chantier, l’emplacement du baraquement ou les différents flux de déplacement des ouvriers à l’intérieur de la réhabilitation d’un bâtiment public oriente forcément le projet dans des directions que l’on n’aurait pu imaginer. Avoir aussi cette conscience de la technicité d’un bâtiment et sa mise en œuvre est essentiel dans le choix de la volumétrie de la construction et son impact sur la parcelle d’intervention.

- 37 -


- 38-


LE CONCOURS DE MAÎTRISE D’OEUVRE

- 39 -


«Le concours est la procédure par laquelle le pouvoir adjudicateur choisit, après mise en concurrence et avis du jury mentionné un projet d’architecture avant d’attribuer à l’un des lauréats du concours un marché.» Définition de la procédure de concours selon le Code des Marchés Publics

- 40-


3 . 1 . Sélection des candidats sur dossier

La première étape concerne l’accession au concours par la réalisation d’un dossier de candidature dans lequel des «références» permettent d’identifier les compétences de l’agence. Ce dossier est constitué en grande partie d’images. Le choix des photos ou images est décisif pour l’accession au concours. Il est donc très important de mesurer l’apport de chacune des références. Cela ne sert pas forcément le dossier de présenter trois projets aux caractéristiques identiques ; il vaut mieux présenter un autre type de projet qui approfondit un peu plus d’autres points. Ainsi l’agence a, par exemple, pu accéder à un marché pour la réalisation d’un quartier de semi liberté grâce à un plan de collège qui mettait en évidence la surveillance des élèves et le contrôle de chaque accès. Par ailleurs, pour attester de son expérience l’agence choisit des photos de bâtiments construits plutôt que des perspectives de concours pour appuyer sa candidature. . En général, à l’agence, dix candidatures sur cent aboutissent. Il est donc très important de cadrer au maximum cet exercice de manière à perdre le moins de temps possible sur ces dossiers. Penser à une typologie et la mise en forme d’un document reproductible entre chaque candidature est essentielle (quand celles-ci ne sont pas imposées). Par ailleurs une bibliothèques de projet mise à jour facilite encore plus cette discipline. Au cours de ma MSP, je n’ai pas eu l’occasion de réaliser une candidature. Mais l’exercice est assez simple pour en comprendre le processus et les principales stratégies.

- 41 -


3 . 2 . Remise du programme Le premier contact que l’on a avec la maîtrise d’ouvrage ou l’assistant à la maîtrise d’ouvrage a lieu lors de la remise du programme. Cette réunion est essentielle pour la compréhension des intentions du client car c’est le seul instant où il est possible de le rencontrer lors de cette phase de concours. Cette réunion nous permet de rencontrer les équipes concurrentes et de comprendre leur sensibilité architecturale à travers leurs questions à la maîtrise d’ouvrage. Elle permet aussi de comprendre les grandes orientations que doivent prendre le projet à travers le comportement des usagers, les relations avec le contexte bâti et paysager, la gestion des flux, la réglementation (PLU, POS). D’un point de vue purement technique, il est important de prendre des photos du site et des notes sur les discussions entretenues. Cela peut paraître évident mais si cette rigueur dans la collecte d’information n’est pas suivie, il est difficile de communiquer les enjeux du projet à toute l’équipe travaillant sur le projet (architectes et équipe de maîtrise d’oeuvre). Cette réunion peut aussi avoir lieu avec un membre de l’équipe maîtrise d’oeuvre. Un BE structure se fera une idée plus précise de la structure existante pour une restructuration par exemple. Pour ma part, j’ai pu assister à une réunion de remise du programme pour un concours de restructuration extension d’un collège à Frangy en Haute Savoie. Cette expérience, bien que légèrement intimidante, m’a permis de réellement rentrer dans le programme et de comprendre la situation et ses enjeux. J’ai compris que l’analyse du comportement de la maîtrise d’ouvrage face aux questions apporte des indications qui nous permettent de faire des suppositions sur les positions architecturales à adopter. Je trouve par ailleurs dommageable que les différents contacts que l’on a avec la maîtrise d’ouvrage lors de cette réunion ou des mails pour les questions/réponses se fassent toujours dans un esprit «poker» où personne ne veut montrer son jeu, ses intentions.

- 42-


3 . 3 . Analyse du programme Dès la réception du programme commence alors un processus d’analyse et d’interprétation. Il permet de comprendre les attentes du maître d’ouvrage. Certains besoins peuvent être très bien explicités alors que d’autres sont parfois plus flous. L’ambiguïté dans un programme ne révèle pas forcément d’un manque de réflexion de la part du programmiste mais plutôt d’une interprétation que l’architecte doit y faire. Parfois la réflexion de l’architecte va à l’inverse de celle du programmiste. Assumer cette contradiction peut se révéler bénéfique pour le projet qui développera une réponse fonctionnelle et architecturale plus adéquate. Le programme est en général structuré toujours de la même façon avec une partie exposant les besoins, les intentions fonctionnelles générales ainsi que les stratégies d’implantation et une autre définissant par des fiches de synthèse les espaces et leurs fonctions. Le programme de la restructuration du collège de Frangy était assez clair et concis, avec une part d’ambiguïté sur l’implantation des bâtiments qui nous a permis de trouver le concept gagnant. Le programme d’un autre concours réalisé en début d’année pour des hébergements sportifs à Voiron était quand à lui trop limpide ou plutôt empiétait sur la réponse guidant fortement l’interprétation et ne demandant pas beaucoup de réflexion sur la volumétrie, l’implantation et l’organisation des espaces. Du coup, les projets présentés se ressemblaient beaucoup. Le choix du maître d’ouvrage s’est alors orienté sur un bâtiment au dessin plus graphique. En général l’agence est toujours mise en avant par la commission technique lors de l’examen du projet pour le choix du lauréat, ce qui montre qu’elle sait assimiler le programme de la maîtrise d’ouvrage. D’un point de vue organisation de l’équipe en charge du projet, je retiendrais celle mise en place pour Frangy, c’est à dire deux personnes en charge du projet (Anaïs Bergeretti et moi-même) ayant leurs propres interprétations du programme, M. Enri Chabal étant là pour faire le lien entre chacune d’elles.

- 43 -


3 . 4 . Question / Réponses à la maîtrise d’ouvrage Il y a toujours des points qui restent ambigus après la remise du programme. C’est pour cela qu’un échange sous forme de question/réponse est mis en place à chaque concours. La formulation de ces questions doit être mesurée de manière à ce qu’aucun des autres participants ne puissent deviner vos intentions, cela fait partie du jeu. Cette séance de questions/réponses est soit écrite par mail, soit discutée lors d’une réunion organisée par la maîtrise d’ouvrage avec toutes les équipes d’architectes. Pour le collège de Frangy, nous avons d’abord dialogué par mail, puis nous avons eu une réunion de précision des réponses aux questions. Les questions réponses par écrit permettent de cadrer l’exercice, et la réunion de lever les incertitudes et de rencontrer la maîtrise d’ouvrage. Cependant, il nous est arrivé de ne communiquer uniquement par les écrits. Ce mode de communication restreint est insuffisant et frustrant, à mon sens, pour les architectes.

3 . 5 . Developpement du projet Le développement du projet se fait de manière structurée à l’agence. Dans un premier temps, un organigramme met en cohérence programme fonctionnel et schémas de cohérence des espaces du projet. Cet outil permet de se faire une première idée du projet en plan, en fonction des demandes de la maîtrise d’ouvrage. Celui-ci se doit d’être le plus clair possible de manière à ce que chacune des personnes y faisant référence puisse se l’approprier rapidement et avoir une compréhension globale du projet. Dans un second temps la discussion sur l’organigramme fonctionnel permet d’accéder à plusieurs pistes de projet qui seront développées en maquette, en dessin par ordinateur et par croquis. A partir de cet instant commence un long processus de va et vient entre le dessin à l’ordinateur et la réflexion fonctionnelle sur calque. La volumétrie et l’implantation sur le site se définissent au fur et à mesure des esquisses. Suite à ces réflexions, le projet est développé plus finement à travers la disposition des espaces intérieurs et extérieurs. La discussion avec Enri Chabal permet d’aboutir

- 44-


à plusieurs intentions architecturales que nous nous efforcerons de retransmettre à travers le dessin du projet. Les concours dont j’ai été chargé cette année ont été conçus soit en collaboration avec Anaïs Bergeretti pour le collège de Frangy, soit seul mais assisté par de nouvelles recrues de l’agence pour l’internat sportif de Voiron (un point hebdomadaire, voire quotidien, étant tout de même mis en place avec M. Enri Chabal). Pour le concours de Frangy, la conception menée avec Anaïs nous a permis d’arriver à un projet au concept fort qui s’est révélé gagnant. Nous avons misé sur la rationalisation de la construction et l’optimisation des espaces de récréations extérieurs. Cette idée est issue de la pratique de l’agence en termes d'exécution de travaux. On s’est rendu compte au fur et à mesure des projets dans le domaine scolaire que les chantiers sont souvent lourd de conséquence en termes d’impacts sur le fonctionnement interne du collège. Le déclic du projet aura donc été de placer les logements de fonction dans le même bâtiment que l’extension des salles du collège, de manière à perturber au minimum le fonctionnement interne mais aussi pour répondre aux contraintes économiques de la maîtrise d’ouvrage. Pour le concours d’hébergements à Voiron le concept basé sur la transparence d’un rez-de-chaussée fut repris par la totalité des équipes. Il n’y avait donc pas d’idée «choc». A partir de ce moment il aurait fallu pousser l’esthétique du projet, mais le timing de conception très restreint a joué en notre défaveur, d’autant plus que le rôle de formation et de coaching des assistants au projet prenait une place non négligeable dans le déroulement de mes tâches.

- 45 -


3 . 6 . Avec la mâitrise d’oeuvre L’agence a l’habitude de mobiliser l’équipe de maîtrise d’œuvre lors de la conception du concours. Cette implication apporte une réponse constructive au projet et permet de rentrer dans le budget. Pour le concours de Frangy, sous la direction d’Enri Chabal, nous avons eu à gérer l’ensemble des réunions de maîtrise d’œuvre. Cette expérience fut vraiment formatrice ; nous avions plein d’idées pour le projet qui ont été confrontées à la réalité de la pratique des bureaux d’étude. Je me souviens notamment d’une discussion sur un atrium central qui ne pouvait être imaginé sans zone de recoupement pour la sécurité incendie. Bien que déçus, nous avons tout de même été encouragés par Enri Chabal pour continuer sur cette idée en la faisant évoluer. L’intervention des bureaux d’études étant faite pour aider, il ne faut pas se résigner et poursuivre les objectifs de projet qui nous semblent pertinents. Lors de ces réunions, certaines personnes peuvent être en recul face au projet, il faut donc constamment favoriser le dialogue de manière à ce que les intentions du projet soient le moins possible remises en cause a postériori.

- 46-


3 . 7 . Rendu du concours Le rendu de concours est la synthèse de toute la réflexion qui a été faite en amont. Il est important de l’avoir constamment en tête dès la réalisation des premières esquisses pour identifier les points spécifique du projet à développer. Pour le concours de Frangy, nous nous sommes laissés un temps de rendu adapté aux éléments de planche A0. Fixer ce temps de rendu permet d’arrêter la conception à une certaine date et de privilégier la mise en exergue des points importants que l’on a estimé bon de montrer sur les formats A0. L’erreur serait de vouloir tout montrer sur ces planches, le travail de synthèse est important et doit être discuté au sein de toute l’équipe d’architectes. Depuis ces dernière années, l’équipe d’architecte en charge du concours a tendance à anticiper de plus en plus ces périodes de rendu difficiles à gérer en terme de moyen, aussi bien technique, qu’humain. Même si le jury est composé au tiers de maîtrise d’œuvre, il n’a pas forcément le même regard que l’on a, nous, sur le projet. Il est donc important de ne pas négliger la part graphique des planches et la qualité des images y figurant. Attention tout de même à ne pas tomber dans de simples propositions graphiques qui ne seraient pas réfléchies en profondeur. Le travail post concours en serait pénalisé et l’image vendue différente de ce que la maîtrise d’ouvrage attendait. Il faut distinguer ce qui n’a pas encore été résolu de ce qui est impossible à réaliser. Lors de l’examen du projet, une commission technique a pour mission d’analyser les projets d’un point de vue fonctionnel, technique et économique afin que les membres du jury puissent exprimer leurs avis sur le projet dans les meilleures conditions. Le jury analyse ensuite les projets, lit les notices, et prend en compte l’avis de la commission technique. Puis un débat sur chaque projet aboutit à un classement et un avis motivé du jury consigné dans un procèsverbal. Enfin la désignation du lauréat est faite par la personne responsable du marché. Marché qui sera négocié et attribué. - 47 -


- 48-


Projets variÊs, des approches qui diffèrent

- 49 -


L’architecte est un opérateur aux multiples compétences, sachant concilier technique, contraintes économiques et contraintes environnementales. Pour cela il s’entoure d’une équipe de maîtrise d’œuvre dans laquelle on retrouve des bureaux d’études, économistes de la construction, paysagiste... Il y tient un rôle principal basé sur la coordination, la communication et le sens des priorités. Dans le but de comprendre ces applications tout au long du processus de développement d’un projet, nous allons détailler les différentes missions de la maîtrise d’œuvre sur lesquelles je suis intervenu au cours de ma mise en situation professionnelle. A travers ces «zooms» sur le processus de projet j’évoquerais comment sont abordés ces missions par l’agence et les nuances dans le traitement d’un projet, qui diffère en fonction de nombreux paramètres que sont la maîtrise d’ouvrage, le budget, l’accession à la commande, le caractère de l’ouvrage (neuf ou réhabilitation)... Cette réflexion sur la place que tient l’architecte permettra aussi de faire le point sur mon investissement personnel et les responsabilités acquises au cours de ma formation.

- 50-


4 . 1 . Accès à la commende

Le concours public est le domaine de prédilection de l’agence. Néanmoins, les concours publics étant de moins en moins faciles à remporter, l’agence a dû se rabattre sur d’autres marchés, essentiellement des procédures adaptées qui ont permis de valoriser les compétences de l’agence. L'accès à ce type de marché s’est fait par dossier présentant les moyens de l’agence, la manière de gérer l’économie d’un projet, le déroulement du chantier et l’expérience pour certains types de projet. L’agence a ainsi pu accéder aux projets de gymnase à bas coût et d’un groupe scolaire dont la durée du chantier s’étale sur une longue période (5 ans) et demande donc une certaine connaissance en termes d’organisation d'exécution des travaux. «Les marchés dont le montant est inférieur aux seuils fixés peuvent être passés selon une procédure dite adaptée. Dans ce cas, les pouvoirs adjudicateurs doivent définir eux-mêmes des règles de publicité et de mise en concurrence proportionnées à l’objet et au montant des marchés.» [ article 28 du Code des Marchés Publics ] Personnellement, je trouve que ce type de marché permet à l’agence de mieux valoriser l’expérience qu’elle a pu acquérir au cours des projets, plus que dans le cadre d’un concours.

- 51 -


4 . 2 . Phase esquisse L’agence fonctionne principalement sur la base du concours public intégrant le niveau esquisse +. Une simple réunion avec la maîtrise d’ouvrage, après concours, vise à rediscuter certains points de l’esquisse concours sans en modifier la globalité. Pour ma part, j’ai travaillé cette année sur les projets en procédure adaptée. Le niveau d’esquisse demandé était alors variable selon les projets. L’esquisse vise à donner les grandes orientations du projet en termes d’implantation, de dimensionnement général, de volumétrie. La notion d’économie étant très contraignante pour les projets de gymnase, la réflexion au niveau des plans et de l’optimisation de la surface utile était essentielle et devait donc être réfléchie dès l’esquisse, obligeant un niveau de détail plus élevé que pour le groupe scolaire de la Côte st André. Cette première phase est importante pour la relation avec la maîtrise d’ouvrage, car c’est le premier pas qui permettra la collaboration entre elle et l’architecte. L’architecte doit se montrer convaincant dans ses premières propositions tout en sachant être à l’écoute du maître d’ouvrage. Afin de pouvoir débuter la conception du projet, le maître d’ouvrage doit fournir à l’architecte un certain nombre de documents dont le montant de l’enveloppe financière prévisionnelle, le relevé topographique et cadastral du géomètre, le règlement d’urbanisme, et l’analyse structurelle du bâtiment existant (s’il y a lieu). La présentation de l’esquisse doit permettre la compréhension du projet par la maîtrise d’ouvrage et les utilisateurs de la future construction. La communication visuelle est essentielle pour que le client accepte l’esquisse. Maquettes, croquis perspectifs permettent de véhiculer sensibilité architecturale et d’exprimer les futures ambiances du bâtiment pour que les utilisateurs s’approprient le projet. Pour le projet de groupe scolaire à la Côte st André la municipalité (maîtrise d’ouvrage) n’a pas informé assez rapidement les utilisateurs de l’avancée du projet. Une réunion de discussion avec les habitants de la commune n’a été mise en place qu’à partir de la fin de l’APS. Des choix avaient été faits, choix qui ne correspondaient pas aux attentes des utilisateurs, nous obligeant à refaire l’APS. Cette mésaventure aurait pu être évitée si l’esquisse avait été validée par la maîtrise d’ouvrage mais aussi les utilisateurs. Le temps d’appropriation du projet aurait été certes plus long, mais il n’y aurait pas eu de retour à faire sur les choix établis.

- 52-


4 . 3 . Phase avant projet APS - APD Les idées architecturales du projet étant présentées et validées par la maîtrise d’ouvrage, la phase d’avant projet peut débuter. Le dialogue avec la maîtrise d’ouvrage est alors régulier et permet de discuter des différentes transformations à amener au projet. Le dessin se fait plus précis (100ème), il devient un outil de travail pour dialoguer avec l’équipe de maîtrise d’œuvre. Il n’est plus forcément destiné à communiquer avec la maîtrise d’ouvrage, car il prend une dimension technique moins interprétable par le client. Il est important de garder les concepts architecturaux de l’esquisse et avoir une démarche de progression. Les discussions entre clients et architectes aboutissent assez régulièrement à des désaccords. Il est alors de notre devoir de conseiller et d’expliquer les contraintes auxquelles le projet est confronté pour garder la confiance de la maîtrise d’ouvrage. Celle-ci ne doit en aucun cas se voir imposer des choix sans explications claires. Nous avons par exemple pour le projet de groupe scolaire préconisé un monte-charge limitant le réseau de pentes d'accès handicapé. Au départ difficile à convaincre, la maîtrise d’ouvrage a compris que le but recherché était tant esthétique, qu’économique, que fonctionnel car redonnant de l’espace aux cours de récréation. Durant cette phase d’avant-projet, l’équipe de maîtrise d’œuvre se met en marche pour définir les caractéristiques principales du projet en terme de structure, de réseaux électriques, de ventilation et de chauffage, de voiries et réseaux divers, d’économie... Les discussions, voire même négociations, avec l’intervenant chargé de la sécuritéprotection-santé permettent de fixer les dispositifs de sécurité, nous permettant de faire évoluer le projet en faveur de l’esthétique (pour ne pas se retrouver avec des garde-corps en toiture par exemple). Toutes ces discussions avec l’équipe de maîtrise d’œuvre et autres intervenants m’ont réellement permis de comprendre leur place dans l’élaboration du projet. L’emplacement des locaux logistiques et espaces réservés à la distribution des réseaux de ventilation et de chauffage doivent être pensés de manière à contenter BET fluides, structure, acoustique. L’économie du projet doit être discutée de manière à définir une estimation prévisionnelle du coût des travaux et si nécessaire les adapta-

- 53 -


tions pour que le projet concorde avec le budget. Le travail avec l’économiste permet de définir les prestations à mettre en œuvre pour préparer la phase projet, etc. Durant ces phases d’avant-projet, j’ai surtout appris à soutenir un projet et en argumenter les décisions et intentions. Quant aux séances de discussion autour du projet avec Ludovic Viguet, elles m’ont permis de cerner au mieux les attentes de la maîtrise d’ouvrage. A travers l’APS/APD du groupe scolaire de la Côte st André, je me suis aussi rendu compte que la réhabilitation et extension d’un bâtiment n’était pas chose facile et qu’elle demandait beaucoup de rigueur dans l’analyse du bâtiment existant. La disposition des équipements est très contraignante pour le raccord à faire avec ceux du bâtiment existant. D’autant plus que la durée de chantier étant élevée (5 ans, voire plus) en raison du budget de la municipalité, il faut prévoir que ces raccords ne perturbent pas le bon fonctionnement du groupe scolaire. La définition de nouvelles normes dans l’enseignement et dans les bâtiments publics ont nécessairement un impact sur la structure du bâtiment existant (nouvel ascenseur et classes plus grandes). La maîtrise technique et organisationnelle est essentielle, l'intérêt du dialogue avec l’équipe de maîtrise d’œuvre est donc grand. Heureusement, l’équipe mise en place est connue de l’agence et est assez réactive sur les documents à produire pour avancer le projet en temps et en heure, contrairement à d’autres projets où il faut parfois relancer constamment les bureaux d’études.

- 54-


4 . 4 . Phase projet PRO - DCE Lors de la phase projet, il faut que le bâtiment soit défini en termes de structure et de fondation. Le projet doit aussi définir les principes d’équipements, la nature et la qualité des matériaux et prestations envisagés ainsi que les modalités opérationnelles et les délais d’exécution. Le chiffrage du projet se fait sur l’ensemble des documents graphiques produits et permet d’élaborer le dossier de consultation des entreprises. A partir de la phase projet, le dessin des pièces graphiques doit être simplifié au maximum pour que le dialogue avec la maîtrise d’œuvre soit facilité et permette de quantifier le projet. Le niveau de détail est précis et exige une réflexion sur des points de détails au niveau technique mais aussi en termes de design. Il faut toujours garder en tête les objectifs fixés dans les phases précédentes. Le dossier de consultation des entreprises doit permettre d’apprécier la nature, la qualité et les limites de leurs prestations dans le but d’établir une offre et un devis pour les travaux à réaliser. De nombreuses pièces sont à fournir pour la constitution de ce dossier. Des pièces graphiques (plans architectes, plans structure, plans fluides, plans électricité, plans VRD...) mais aussi des pièces écrites (Acte d’engagement, règlement de consultation, cahier des clauses administratives particulières). Les plans architectes ont pour but de synthétiser toutes les informations des plans des bureaux d’étude. Les informations codifiées de ces plans BET permettent une lecture rapide par l’architecte qui produira lui des documents lisibles et facilement interprétables. Le maître d’ouvrage doit donner son accord pour la constitution du dossier de consultation. L’architecte le conseille dans le choix du mode de passation des marchés de travaux, l’aide pour la constitution de la liste des entreprises à consulter, puis l‘assiste pour l’analyse et la négociation des offres. Pour le projet de gymnase à St Chef, la confiance entre maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre nous a permis de choisir les entreprises que l’on souhaitait même si celles-ci n’étaient pas les mieux disantes. Ayant conscience de cette liberté dès la conception du projet, nous avons pu travailler sur l’économie du projet. Nous n’avons pas mis de faux plafonds dans

- 55 -


les vestiaires car nous savions qu’une entreprise d’électricité travaillant dans les bâtiments industriels soigne l’aspect de ses réseaux en plafond contrairement aux entreprises travaillant dans le tertiaire. Au cours de cette année j’ai pu participer à l’élaboration de deux dossiers de consultation ; un pour un gymnase et l’autre pour une opération de logements à Chambéry. Celui du gymnase était plus porté sur la technique à mettre en œuvre, une structure en bois contreventé, des murs préfabriqués dont le dessin des tranches doit résister au transport, un réseau de fluides à penser de manière à ce qu’il ait le moins d’impact visuel. Aller à l’essentiel pour l’économie de ce projet nous a amené à dessiner les éléments structurels et techniques et à avoir une véritable réflexion de leurs impacts sur l’esthétique du bâtiment. Nous avons par exemple pris le temps de dessiner toute la structure en trois dimensions pour communiquer avec le BET structure, mais aussi afin de se rendre compte de l’impact de chaque élément. Le projet de logement était plus basé sur la technique liée à l’usage, au respect des règlementations. Par exemple, une fenêtre est dessinée de manière à ce que l’ouvrant soit placé au minimum à 1m du sol, qu’il ouvre vers l’intérieur sinon celui-ci bute sur l’encadrement de la fenêtre, les faïences doivent être dessinées en fonction du mode d’accession au logement, la baignoire doit pouvoir être remplacée par une douche handicapé nous obligeant à réfléchir sur l’attente siphon et les problèmes liés aux odeurs. Ces projets radicalement différents en terme d’approche technique et fonctionnelle m’ont permis de développer des discussions plus orientées BET structure pour le gymnase et plus orientées bureau de contrôle pour les logements.

- 56-


- 57 -


- 58-


Exercice de la maîtrise d’oeuvre en milieu rural

- 59 -


Dans un avenir proche je souhaiterais orienter mon intervention d’architecte maître d’œuvre vers un domaine bien précis : les bâtiments agricoles. Le monde agricole a connu de grandes évolutions ces dernières décennies, modifiant considérablement le paysage rural des régions de France. Bien que la part d’agriculteurs ait tendance à baisser, les bâtiments d’élevage ou de stockage prennent des proportions de plus en plus grandes, et amènent à réfléchir sur une telle évolution dans le cadre bâti contemporain. Issu d’une famille d’agriculteurs, je pense qu’il est possible de rendre une certaine qualité architecturale à ces outils de travail de toute une vie. Par ailleurs, développer son rayon d’action dans des domaines très différents les uns des autres apporte une richesse à la pratique du métier. Au travers de cette année d’habilitation à la maîtrise d’œuvre, j’ai pu cerner différents points qui me serviront à évoluer..

- 60-


5 . 1 . Collaboration avec un paysagiste

Au cours de ma MSP, j’ai pu avoir des échanges réguliers avec les membres de l’équipe de maîtrise d’œuvre. Aussi bien au travers des concours que des marchés en procédure adaptée, la collaboration avec cette équipe dès les phases de conception m’a parue essentielle pour la concrétisation d’un projet. Dans le cadre du bâtiment agricole, la relation au paysage est une piste de projet qui doit être réfléchie au même titre que celle de la fonctionnalité et de l’esthétique du bâtiment. Il doit y avoir réflexion sur le bâti mais aussi sur le lieu. Mes connaissances en termes de paysage et réseaux divers ne sont pas suffisantes.. Une collaboration conjointe avec un paysagiste me permettrait, à travers la compréhension des qualités et contraintes d’un territoire et plus spécifiquement du site d’implantation, de concevoir des projets mieux «intégrés». Lors des séances de travail passées avec l’équipe de maîtrise d’œuvre, j’ai compris que des réflexions extérieures à celles faites par l’architecte enrichissent le projet dans son fonctionnement général.

- 61 -


5 . 2 . Une contrainte économique

La contrainte économique est très forte dans le domaine de la construction agricole. Malgré tout, même si les programmes traités sont radicalement différents, je me suis rendu compte cette année qu’avec de petits budgets on peut donner à un projet une vraie qualité architecturale. Le tout est de comprendre le bâtiment dans sa globalité et de comprendre dès le début les contraintes tant fonctionnelles que constructives du type de bâtiment que l’on conçoit, sachant que les contraintes constructives auront forcément un impact sur l’esthétique de la construction puisque déduit de tout apparat. Cette année, pour les projets de gymnase, il a très vite fallu savoir quel type de matériau et procédé de construction mettre en place pour optimiser les coûts de la construction. Dans les salles à grande portée avec une structure visible nous avons privilégié l’usage du bois donnant une atmosphère plus «chaude» alors que pour de petits volumes comme les blocs vestiaires nous avons mis en place des murs béton préfabriqué pour privilégier l’économie du projet. Ce choix ne s’est pas fait sans comprendre la mise en œuvre de ce matériau. Le béton préfabriqué a un aspect très lisse avec très peu d’imperfections. Cela lui permet d’être mis en œuvre sans enduit de finition. A travers cet exemple, je veux juste montrer que l’économie d’un projet se fait aussi sur des points de détail où la communication avec des bureaux d’études structures ou entreprises spécialisées est nécessaire pour maîtriser l'intégralité des composantes du projet. Un dialogue avec les entreprises spécialisées du bâtiment agricole me parait donc incontournable pour travailler économie et esthétique.

- 62-


- 63 -


- 64-


CONCLUSION Bilan sur l’année HMO-NP Cette année de formation axée sur la Maîtrise d’Œuvre en son Nom Propre m’a amené à me rendre compte de la complexité du métier, mais aussi des rôles que tient l’architecte au sein de l’acte de construire pour développer un projet et le gérer de la prise de connaissance de la commande à la livraison. Les aspects théoriques abordés à l’école d’architecture m’ont permis de comprendre les responsabilités, les obligations, les missions qui incombent à l’architecte maître d’œuvre. Les cours et tables-rondes ont été utiles également pour mieux identifier les divers acteurs du processus de conception et de réalisation que j’ai pu rencontrer au cours de ma mise en situation professionnelle. La pratique au sein de l’agence Chabal m’a elle confronté directement au réel. . J’ai ainsi pu comprendre que l’architecte est avant tout un chef d’entreprise qui se doit de maîtriser toutes les composantes d’un projet, et pour ça s’entoure de personnes aux compétences multiples. La maîtrise d’ouvrage, l’équipe de maîtrise d’œuvre, sans oublier ses employés, sont autant de personne avec qui collaborer pour que le projet soit le résultat d’une discussion et d’un engagement de la part de tous pour le projet. L’architecte dirige un bateau où ses responsabilités et son sens de la communication sont mis à l’épreuve tout au long de la traversée du projet. Perspectives d’avenir Avant cette année d’habilitation à la maîtrise d’œuvre, je me suis donné comme objectif d’avenir d’exercer ma profession en milieu rural, là où une réflexion d’architecte peu apporter une amélioration du cadre bâti : dans le bâtiment agricole. A terme, je compte monter ma propre entreprise, aussi vite que possible entouré de divers collaborateurs, architectes ou paysagistes, car au travers des projets engagés cette année à l’agence ou même en dehors avec mes amis de promotion, j’ai toujours travaillé en groupe, privilégiant discussions et concertation autour de la «table». Malgré tout je sais que dans un premier temps il me faut acquérir de l’expérience, développer un réseau professionnel et me constituer des références.

- 65 -


- 66-


BIBLIOGRAPHIE

Loi sur l’architecture n° 77‐2 du 3 Janvier 1977 Loi MOP n°85-704 de juillet 1985, relative à la maîtrise d’ouvrage publique et ses rapports avec la maîtrise d’oeuvre privée, modifiée le 1er décembre 1988 par la loi n°88-1090 Le livre blanc des Architectes 30 propositions...éditées par l’Ordre des Architectes Publication des résultats de l’Observatoire de la profession d’Architecte, enquête menée par l’Institut de sondage IFOP publiée par l’Ordre des Architectes, 2011 Les Architectes, mutations d'une profession par Guy Tapie, édition l'Harmattan, 2000, 316 pages Naissance d’un hôpital, journal de travail, par Pierre Riboulet, Editions Verdier, 2010, 144 pages L’architecte maître d’oeuvre, par Michel Huet, Le Moniteur, 2004, 304 pages

- 67 -


- 68-


ANNEXES FICHES-PROJET

- 69 -


GYMNASE ST CHEF - ISÈRE ESQ - APS - APD - PRO - DCE

Vue depuis le collège au Sud Ouest du gymnase

Vue depuis le skate parc au Nord Est du gymnase

PC6a - Insertion graphique

Programme : Conception d’un gymnase destiné à l’usage des collégiens de la ville de St Chef en Isère. Le gymnase se situe dans le prolongement du collège de St Chef réalisé par l’agence. Un autre bâtiment jouxte le gymnase ; le groupe scolaire, lui aussi réalisé par l’agence. Le maître d’ouvrage veut un gymnase a bas coût allant à l’essentiel en terme d’usage. Type de marché : Marché public en procédure adaptée. La mise en concurrence des équipes de maîtrise d’oeuvre se fait par dossier présentant les moyens de l’agence, la manière de gérer l’économie d’un projet, le déroulement du chantier et l’expérience pour ce type de projet. Contrat pour une mission complète (base + exe)

- 70-


Maître d’ouvrage : Conseil général d’Isère Maîtrise d’oeuvre : CHABAL architectes (architecte mandataire) - BE Structure - BE Fluides - Economiste - BE VRD et Paysage - BE Acoustique Calendrier : Conception octobre 2011 - juin 2012. Chantier juillet 2012 Enveloppe prévisionnelle des travaux : 2.5M€ HT Intentions architecturales : S’inscrire dans le prolongement du collège existant. Deux volumes constituent le projet ; le plus imposant dédié aux salles de sport en habillage bois et le plus petit dédié aux vestiaires en béton brut. Le caractère imposant du bâtiment a été travaillé de manière à s’inscrire aux mieux dans la site, notamment par la mise en place de trois Sheds en toiture orientés Nord qui permettent de séquencer le volume pour lui rendre une dimension plus «humaine». En terme de matérialité le projet va à l’essentiel : cloison en agglo et mur en béton préfabriqué pour les murs du vestiaire. Ossature bois et habillage bois pour le volume dédié aux salles de sport. Habillage en tôle sinusoïdale acier pour les Sheds. L’optimisation du plan en terme de fonctionnalité a permis de rendre plus économique le projet. Les entrées se font directement dans les vestiaires limitant la surface dédié aux circulations. Implication personnelle : Participation au développement de l’esquisse jusqu’au permis de construire. Puis travail sur la conformité technique du bâtiment avec la création d’une maquette 3d structure permettant de dialoguer avec les différents bureaux d’étude. Création des éléments graphiques ; coupes, carnet de menuiseries et détails généraux pour la constitution du dossier de consultation des entreprises. Problématiques abordées : Comprendre les objectifs économiques déterminant du projet. Dialoguer et échanger avec l’équipe de maîtrise d’oeuvre lors des réunions et appels téléphoniques. Dessiner en accord avec les contraintes techniques du bâtiment. Définir les différentes prestations a mettre en oeuvre.

- 71 -


GYMNASE DE VILLARD DE LANS - ISÈRE ESQ - APS - APD - PRO - DCE

Vue depuis la galerie d’entrée de la Cité scolaire, le long de la voie bus  GYMNASE DE LA CITE SCOLAIRE DE VILLARD-DE-LANS - CHABAL + ARCHE 5, Architectes 

PC 6 / INSERTION DU PROJET DANS L’ENVIRONNEMENT

Programme : Conception d’un gymnase destiné à l’usage des élèves de la cité scolaire de Villard de Lans. Ce gymnase est en lien avec la cité scolaire et se situe dans l’entrée du site scolaire. Le maître d’ouvrage veut en plus de la salle principale et du vestiaire, une salle de danse destiné à des utilisateurs extérieurs à la cité scolaire. Contrairement au gymnase de St Chef, ce projet à une enveloppe prévisionnel plus élevée. Type de marché : Marché public avenant à la réalisation de la cité scolaire. Contrat pour une mission complète (base + exe)

- 72-


Maître d’ouvrage : Conseil général d’Isère Maîtrise d’oeuvre : CHABAL architectes (architecte mandataire) - ARCHE 5 (architecte associé) - BE Structure - BE Fluides - Economiste - BE VRD et Paysage - BE Acoustique - BE HQE Calendrier : Conception décembre 2011 - juin 2012. Chantier juillet 2012 Enveloppe prévisionnelle des travaux : 3.4M€ HT Intentions architecturales : Le nouveau gymnase se distingue par sa volumétrie aux lignes simples et épurées, dans l’esprit de celles du Collège : - Un volume bas à l’ouest, le long de la voie bus, en béton habillé de murs en gabions, abritant les vestiaires et les locaux de service des aires de jeux - Un volume haut (7m libre intérieur) en bois (bardage en douglas identique à celui de la cité scolaire), percé par 2 lignes filantes de vitrage sur les longs pans de la salle. Le volume se relève au nord pour permettre de dégager une hauteur plus importante pour le mur d’escalade. - Au sud, le volume de la salle spécialisée se détache du volume principal pour venir suivre la direction de la route de Tintaine et ouvrir ainsi la salle sur le grand paysage. La difficulté architecturale pour l’intégration dans le site d’un gymnase provient de la volumétrie des salles, contraintes pour le fonctionnement, par leur hauteur libre intérieure. Le fait d’avoir implanté le gymnase dans le grand talus en amont du site nous a permis de l’enterrer de 3m environ, ce qui réduit considérablement son impact dans le paysage. Implication personnelle : Participation au développement de l’esquisse jusqu’au permis de construire. Puis travail sur la conformité technique du bâtiment avec la création d’une maquette 3d structure permettant de dialoguer avec les différents bureaux d’étude. Création des éléments graphiques coupes, carnet de menuiserie et détail généraux pour la constitution du premier dossier de consultation des entreprises. Réadaptation du projet en fonction de l’enveloppe prévisionnel pour un deuxième DCE. Problématiques abordées : Comprendre les objectifs économiques déterminant du projet. Dialoguer et échanger avec l’équipe de maîtrise d’oeuvre lors des réunions et appels téléphoniques. Définir les différentes prestations a mettre en oeuvre. «Tailler le bâtiment dans la masse» en phase DCE pour l’adapter au budget prévisionnel.

- 73 -


114 LOGEMENTS ET COMMERCES A LA RAVOIRE - HAUTE SAVOIE PC - PRO - DCE

Programme : Construction de 114 logements collectifs et de locaux commerciaux en RDC des immeubles. Construction d’un parc de stationnement public et d’un parc de stationnement privé en sous-sol des immeubles. Mixité des logements : 23 logements en Locatif Social, 17 logements en Accession Sociale et 74 logements en Accession Privée. Granulométrie : 6 T1, 31 T2, 44 T3, 27 T4 et 6 T5. Type de marché : contrat de maîtrise d’oeuvre public. Contrat pour une mission complète (base + exe)

- 74-


Maître d’ouvrage : SOGIMM, Maurice Monod Constructeur Maîtrise d’oeuvre : CHABAL Architectes (architecte mandataire) - Economiste - BET Structure - BET Fluides - BET Environnement - BET Paysage - BET Acoustique. Calendrier : Etudes de septembre 2011 à mai 2012. Date de livraison ; Tranche 1 (47 logements): Mars 2013, Tranche 2 (67 logements):/? Enveloppe prévisionnelle des travaux : 12.8M€ HT Intentions architecturales : Le thème central de la composition architecturale de cet ensemble immobilier est le jardin. En effet, les décrochés et glissements de volumes opérés par la succession des 3 « ordres » architecturaux, génères de larges toitures terrasses, visibles tant des logements, que depuis l’environnement immédiat. Ces toitures sont une cinquième façade pour ces immeubles justifiant à elle seule un traitement soigné et particulier, qui permette une appropriation des ces espaces par les résidents. Implication personnelle : Refaire le permis de construire. Création des éléments graphiques coupes, carnet de menuiserie et détail généraux pour la constitution du dossier de consultation des entreprises. Problématiques abordées : Mise en conformité du bâtiment avec le responsable SPS. Définition des prestations dans les salles de bains, plus travail du dessin de son évolution dans l’idée d’adaptation du logement aux normes handicapés.

- 75 -


NIVEAU 0

GROUPE SCOLAIRE A LA CÔTE ST ANDRE - ISÈRE ESQ - APS - APD isolation extérieure + enduit frotté fin

NIVEAU -1

0 rive de toiture zinc

COLAIRE

D

complexe de couverture zinc à joint debout sur charpente existante (compris désamiantage préalable)

inc à joint debout

22 06 2012 N° Plan:

conduit de cheminée + ventilation haute chaufferie en inox double peau

A09 NIVEAU 2

d'aubier

façade ossature bois : bardage bois douglas purgé d'aubier (classe III naturelle)

façade ossature bois : bardage bois douglas purgé d'aubier (classe III naturelle)

menuiserie extérieure bois double vitrage + occultation solaire par brise soleil à lames orientables et empilables

rive de toiture zinc complexe de couverture en zinc à joint debout sur charpente bois toiture ventilée

ure bois étanchée et végétalisée és NIVEAU 1

TAIRE

OBLE 2 25 48 viguet@chabal.fr

NIVEAU 2

joint creux horizontal

NIVEAU 0

NIVEAU 1

NIVEAU 1

ERGER (CF cf) et M. MOSER (Cu)

0 54 71 @be-cet.fr

Isolation extérieure + enduit frotté fin

NIVEAU 2 menuiserie extérieure bois double vitrage + occultation solaire par brise soleil à lames orientables et empilables

verres colorés + brises soleil horizontaux

py.moser@be-cet.fr

S , M. GAUCHER

0 37 45

NIVEAU 0

NIVEAU 0 pente 10%

3 41 18 oup.com

isolation extérieure + enduit frotté fin pente 10%

0 54 71

pente 10%

FACADE OUEST - échelle 1/100

ges Levy 69200 VENISSIEUX 9 71 19

SCOLAIRE 8)

EY EN CHARTREUSE

PD

FACADE SUD - échelle 1/100

22 06 2012 N° Plan:

A08 0

complexe de couverture zinc à joint debout sur charpente existante (compris désamiantage préalable)

rive de toiture zinc

E: façade ossature bois : bardage bois douglas purgé d'aubier (classe III naturelle)

DATAIRE

ENOBLE 76 12 25 48 l.viguet@chabal.fr

M. BERGER (CF cf) et M. MOSER (Cu)

LAN 76 90 54 71 ger@be-cet.fr

vitrage coloré joint creux horizontal

NIVEAU 2

py.moser@be-cet.fr

NDES , M. GAUCHER

LE 76 40 37 45

NIVEAU 1

isolation extérieure + enduit frotté fin

LES 76 33 41 18 liagroup.com

NIVEAU 0

LAN 76 90 54 71

Georges Levy 69200 VENISSIEUX 72 89 71 19

PPEY EN CHARTREUSE

FACADE NORD - échelle 1/100

Programme : Conception pour la restructuration et l’extension d’un groupe scolaire. Le projet devra prendre en compte des périodes de travaux en site occupé par les utilisateurs. Un soin tout particulier doit donc être apporté au bon déroulement du chantier. Type de marché : Marché public en procédure adaptée. La mise en concurrence des équipes de maîtrise d’oeuvre se fait par dossier présentant les moyens de l’agence, la manière de gérer l’économie d’un projet, le déroulement du chantier et l’expérience pour ce type de projet. Contrat pour une mission complète (base + exe)

- 76-


Maître d’ouvrage : Mairie de la Côte St André Maîtrise d’oeuvre : CHABAL architectes (architecte mandataire) - BE Structure - BE Fluides et cuisine - Economiste - BE VRD et Paysage - BE Acoustique - BE HQE Calendrier : Conception octobre 2011 - septembre 2012. Chantier juillet 2013 Enveloppe prévisionnelle des travaux : ? Intentions architecturales : Le projet s’articule autours de la nouvelle cours de récréation. L’ancien bâtiment et le nouveau encerclent celle-ci et lui redonnent une dimension plus importante qu’auparavant. L’ancien bâtiment dans lequel se situe les élèves de la primaire se prolonge sur l’extérieur par un jeu de volumes entre vestiaires et coursives intérieures. Les classes trop petites pour les nouvelles réglementations de l’enseignement s’agrandissent sur la circulation existante. La volumétrie du nouveau bâtiment qui accueille l’enseignement maternelle a elle été pensé de manière a privilégié l’ensoleillement de la cours intérieure. Une attention toute particulière a été donner a la liaison entre neuf et ancien. Le nouveau bâtiment reprend les lignes architecturales de l’ancien. Un espace creux permet de faire les lien entre les deux bâtiments. Implication personnelle : Participation au développement de l’esquisse et des avants projets. Dialoguer et échanger avec l’équipe de maîtrise d’oeuvre lors des réunions et appels téléphoniques. Problématiques abordées : comprendre les problématique lié à la réhabilitation du bâtiment en site occupé. Le projet s’est aussi fait en fonction du planning de chantier ; la maîtrise d’ouvrage ne désirant pas de construction provisoire pour placer les élèves durant la période des travaux. Le projet doit s’étaler sur plusieurs années du fait d’un budget fixe par an accordé à la commune.

- 77 -


COLLÈGE DE FRANGY- HAUTE SAVOIE CONCOURS

Programme : Conception pour la restructuration et l’extension d’un collège. De nouveaux logements de fonctions et de nouvelles classes d’enseignement doivent être mis en place. Les anciennes classe doivent elle être agrandies pour répondre aux nouvelles normes d’enseignement. Type de marché : Marché public. La mise en concurrence des équipes de maîtrise d’oeuvre se fait par concours restreint (niveau esquisse plus).

- 78-


Maître d’ouvrage : Conseil général Haute Savoie Maîtrise d’oeuvre : CHABAL architectes (architecte mandataire) - BE Structure - BE Fluides et cuisine - Economiste - BE VRD et Paysage - BE Acoustique - BE HQE Calendrier : Concours septembre octobre 2012. Chantier juillet 2012; Enveloppe prévisionnelle des travaux : 3.3M€ HT Intentions architecturales : La réhabilitation du bâtiment s’est faite autours de l’axe majeur de circulation qui traverse les deux bâtiments (réhabilitation et extension). Le grand parti du projet a été de placer les logements de fonctions sur les nouveaux étages d’enseignement. Dans un but de rationalisation de la construction mais aussi de qualité de vie (les logements ne jouxtent plus la cours de récréation). La cours de récréation se retrouve elle agrandie grâce à la nouvelle place offerte par les anciens logements. Implication personnelle : Participation au développement de l’esquisse concours en collaboration avec Anaïs Bergeretti. Réflexion sur l’organisation du concours. Problématiques abordées : Organiser les réunions avec la maîtrise d’oeuvre dans la phase de concours. Choisir entre des intentions déterminante du projet ; placer ou non les logements de fonction dans le bâtiment extension. Penser à l’occupation du site en phase chantier. Tout ne peu pas se faire pendant les vacances scolaires.

- 79 -


HÉBERGEMENT SPORTIF À VOIRON - ISÈRE CONCOURS

Programme : Conception pour la restructuration et l’extension d’hébergements pour sportifs à Voiron. Le programme inclus un logement de fonction d’un gardien en charge de la surveillance et un espace collectif dédié au divertissement des sportifs. Type de marché : Marché public. La mise en concurrence des équipes de maîtrise d’oeuvre se fait par concours restreint (niveau esquisse plus).

- 80-


Maître d’ouvrage : Conseil général d’Isère Maîtrise d’oeuvre : CHABAL architectes (architecte mandataire) - BE Structure - BE Fluides et cuisine - Economiste - BE VRD et Paysage - BE Acoustique - BE HQE Calendrier : Concours octobre novembre 2012. Enveloppe prévisionnelle des travaux : 3.4M€ HT Intentions architecturales : Le projet résulte de la distinction de deux entités fonctionnelles. D’une part, les locaux destinés à héberger les sportifs et d’autre part, le logement de fonction. Cette distinction s’opère par un détachement horizontal et vertical de ces entités ; le logement est situé au rez de chaussé côté Ouest alors que les chambres d’hébergements sont soit en aux étages pour ce qui est de l’extension soit en partie Est pour ce qui est de la restructuration. Le nouveau bâtiment d’hébergement se positionne comme articulation avec le bâti existant pour définir une cours en partie nord du site et une connexion avec la restauration. Le salon collectif est l’espace central dans l’organisation du projet. Il est conçu de manière a lier fonctionnellement et visuellement la cours Nord (espace d’accueil et de réception) a la promenade sud menant à la restauration.

Implication personnelle : Développement de l’esquisse concours sous la direction d’Enri Chabal. Constitution et rédaction des notices explicatives. Problématiques abordées : former les nouveaux dessinateurs à la logique de concours propre à l’agence CHABAL. Développer un projet, phase de rendue inclue, en très peu de temps (trois semaines).

- 81 -


Curriculum vitae détaillé ex p ér ience pro fes s io n n el l e

septembre 2011 - juin 2012 agence d ’architec ture chabal architec tes, grenoble, france.

juin 2010 - août 2010 agence d ’architec ture/design tier rac tual, santiago, chili

chef de projet CON COURS er p, APS, APD, PR O

suivi de chantier, recherche et developpement sur le matér iau ter re

janvier 2008 - décembre 2010 agence d ’architec ture chabal architec tes, grenoble, france.

septembre - août 2007 couver ture -zinguer ie SARL lagoutte claude saône et loire, france.

travail ex tra scolaire concours er p, détails pro

travail dans une entrepr ise de couver ture - zinguer ie.

jobs d ’été employé communal 2006-2007-2008, vendange 2007-2008-2009

- 82-


fo r m atio n s s upér ieures

ba cc alauréat s.i . / m ent io n a.b.

2011 2012 école nationale supér ieure d ’architec ture, grenoble, france

2009 2011 école nationale supér ieure d ’architec ture, grenoble, france

hmo -np

master architec ture, environnement et cultures construc tives, p. rollet.

2 0 0 8 2009

2007 200 8

école nationale supér ieure école nationale supér ieure d ’architec ture, grenoble, france d ’architec ture, grenoble, france licence 3 d ’architec ture, licence 2 d ’architec ture, ateliers, g. tironi, g. depollier ateliers, p. liveneau

2 0 0 6 2007

école nationale supér ieure d ’architec ture, grenoble, france licence 1 d ’architec ture, ateliers, j.p. durand, p. doat.

- 83 -


wo r k s h o ps / atel ier s ju i n - s e pte m bre 2012

juillet 2 01 1

concours archi-20 pour la conception et la réalisation d ’une cabane contemporaine

concours rural- durable pour la conception d ’un éco -hameau dans un village d ’Ardèche

j u i n 2010

mai juin 20 10

villa solar, madr id, españa.

grands ateliers, isle d ’abeau, france.

solar decathlon europe, décathlète, équipe ar madillo box.

construire en ter re expér imentations dans le cadre de grain d ’isère, CR Ater re.

av r i l 2010

mars 20 1 0

grands ateliers, isle d ’abeau, france.

grands ateliers, isle d ’abeau, france.

matér iaux composites : conception et réalisation d ’un protot ype éch. 1:1, l. boulais.

architec ture et toile tendue : calculs et expér imentations, n. pauli.

fé vr i e r 2010

n ovembre/décem bre 20 09

grands ateliers, isle d ’abeau, france.

grands ateliers, isle d ’abeau, france.

mouvementetik muttersholtz, fra nce

C AUE ardèche chomerac, france

construc tion pier re : construc tion acier : conception et réalisation d ’un conception et réalisation d ’un protot ype éch. 1:1, g. per raudin. protot ype éch. 1:1, n. dubus.

se p te m bre / oc to b re 2009 grands ateliers, isle d ’abeau, france. construc tion bois : conception et réalisation d ’un protot ype éch. 1:1, b. mar ielle.

- 84-


co m péten ces diver s es i n fo r mati q u e (arch itec t ure)

in fo r matiq u e (info graphie)

allpl an archicad autocad revit

corel draw || illustrator |||||||| indesign ||||||||||| photoshop ||||||||||||||

|||||||||||| ||||||||| ||||||| ||||||||

i n fo r m ati q ue (dessin 3D)

in fo r matiq u e (bu reau tiq u e)

c4d ||||||||||| maya | sketchup ||||||||||| 3dsmax ||||||

excel ||||||| power point |||||||||| word |||||||||

co mpé te nce s prat iques

lo isirs

espagnol, courant. anglais, notions.

chasse, rugby, voyage

per mis b (2006).

membre du collec tif architec ture/design/ur banisme «Fabr ique moi un mouton»

- 85 -


- 86-


VERS UN EXERCICE DE LA MAÎTRISE D’OEUVRE SINGULIER ET PARTAGE