Issuu on Google+

Table des matières

Introduction: La vérité peut nous rendre libres............................9 1. Peut-on vivre libre de toute culpabilité?................................11 2. Faire face à la vraie culpabilité..............................................21 3. La fausse culpabilité .............................................................35 4. Les hommes, les femmes et la culpabilité.............................53 5. L’illusion de la femme toute-puissante..................................75 6. Se comparer aux autres........................................................93 7. Une conscience exagérée des choses................................ 111 8. Lorsque l’on croit à des messages erronés.........................125 9. Lorsque l’on accepte la condamnation................................145 10. La culpabilité a disparu......................................................159 11. Bien gérer la culpabilité.....................................................179 Le mot de la fin........................................................................195 Annexe: Comment avoir l’assurance d’être chrétien(ne)............. 197


Introduction

La vérité peut nous rendre libres

P

ourquoi lire un livre traitant de la culpabilité? Oui, pourquoi? Seulement si nous sommes malades ou fatigués à force de nous sentir si souvent coupables et si nous aspirons à passer ne serait-ce qu’un jour ou deux d’affilée sans avoir à lutter avec ce sentiment. S’il existe un sentiment universel qui gâche la vie de toute personne de bonne volonté, c’est bien la culpabilité! Je ne compte plus toutes les heures gaspillées, toutes les occasions manquées, toute la joie et la paix perdues parce que je me suis sentie coupable. Dieu seul en connaît la quantité, et si le décompte m’était révélé, je crois que la réalité serait un choc pour moi. J’ai commencé à me concentrer sur mes luttes contre la culpabilité il y a quelques années en rédigeant une étude biblique intitulée The Superwoman Complex (Le complexe de la femme toute-puissante). En encourageant les femmes à constater que Dieu ne nous a pas appelées à être des 9


Libérés de la culpabilité

sur-femmes, je devais traiter la question de la culpabilité que nous, les femmes, portons particulièrement à cause de la supposition erronée que nous devons être «tout pour tout le monde». Il m’a toutefois été plus facile d’écrire à ce sujet que d’écarter tout sentiment de culpabilité de mon esprit et de mon cœur.

Au cours de mon ministère auprès des femmes pendant ces vingt-cinq dernières années, Dieu m’a confrontée aux enjeux de ma propre vie, en général au travers d’autres femmes. En ce qui me concerne, j’ai tout simplement vécu avec la culpabilité, essayant de la supprimer chaque fois qu’elle faisait surface, mais sans jamais être en mesure d’être libérée de ses liens jusqu’à ce que je sois obligée d’y faire face en rédigeant cette étude biblique. J’aimerais déclarer que ma victoire sur les sentiments de culpabilité est dorénavant totale, mais ce serait faux et, au fond, qui me croirait? Ce que je peux avancer, c’est que j’ai commencé à identifier la culpabilité pour ce qu’elle est: une arme satanique. J’ai aussi commencé à prendre l’initiative d’extraire la culpabilité de mes pensées et de mes émotions. Jusqu’à cette prise de position, il a été facile pour l’ennemi de faire de moi la cible de ses attaques en me faisant culpabiliser, mais dorénavant, par la grâce de Dieu, je consolide ce point faible, et il lui est beaucoup plus difficile qu’avant de me faire sombrer dans la culpabilité. Si nous avons le sentiment de devoir prendre l’offensive contre les assauts de la culpabilité dans notre propre vie ou que nous voulons être en mesure d’aider ceux qui se débattent avec la culpabilité, ce livre est encourageant et utile. Il ne présente pas de belles promesses en l’air, mais la vérité de Dieu à propos de la culpabilité, vérité qui peut nous rendre libres. 10

Chapitre 1

Peut-on vivre libre de toute culpabilité?

La culpabilité… Comme je déteste ce mot! La culpabilité s’est acharnée sur moi toute ma vie. Pourquoi cela? A cause de mon passé.

- Parce que beaucoup pensent que je suis plus sympathique que je ne le suis en réalité. - Parce que je n’atteins pas mes objectifs personnels. - Parce que j’accepte facilement les reproches. - Parce que je ne suis pas une mère parfaite, la femme parfaite, la sœur parfaite, l’amie parfaite. - Parce que je ne mets pas systématiquement en pratique ce que je prône. - Parce que les femmes sont des cibles faciles pour la culpabilité. La liste pourrait s’allonger et je suis certaine que vous pourriez ajouter à la mienne d’autres sources de culpabilité qui vous sont propres. Certaines de mes amies m’ont fait part de leurs propres sentiments de culpabilité. J’ai dressé la liste de certains de leurs commentaires: 11


Libérés de la culpabilité

12

«Une chose qui me fait me sentir coupable, c’est de céder à la peur et de lui permettre de me paralyser lorsque je fais des choses, même des choses que Dieu veut que je fasse.» «Je me suis sentie très longtemps coupable de travailler quand ma fille aînée était petite. J’ai toujours pensé que je ne me sentais pas aussi proche d’elle que je ne l’étais de mes autres enfants et je me suis toujours reproché de ne pas être restée à la maison alors qu’elle était enfant.» «Je me suis sentie coupable de ne pas passer suffisamment de temps à jouer, à raconter des histoires ou simplement à m’amuser avec mes enfants. Je réalise à présent que la plupart du temps, ma vie était très difficile. Je n’ai jamais appris à me détendre ou simplement à m’amuser autant que j’aurais dû. Par conséquent, je ne l’ai pas fait avec mes enfants parce que je ne savais franchement pas comment faire.» «La plus grande culpabilité que je porte concerne les choses qui ne peuvent être changées, les occasions que j’ai manquées, en particulier maintenant alors que mes enfants grandissent. Je ne les ai jamais emmenés faire un grand voyage par exemple. Parfois, il m’arrive de ressasser pendant des jours le fait que je n’ai jamais emmené mes enfants ici ou là et d’oublier totalement les choses que j’ai faites avec eux.» «Ma mère s’est toujours sentie coupable de ce que mon frère cadet n’ait jamais eu un petit frère ou une petite sœur. Y pouvait-elle quelque chose? Son médecin lui a dit qu’elle ne pourrait plus avoir d’enfants, mais elle a continué à porter beaucoup de culpabilité.» «Ma plus grande culpabilité est que je ne suis pas une gagneuse d’âmes. Une autre source de culpabilité est de sentir que je n’en fais pas assez pour les autres. J’ai peut-être raté une occasion d’apporter quelque chose

Peut-on vivre libre de toute culpabilité?

à manger à un ami dans le besoin ou je n’ai pas été capable de donner de l’argent à cette personne qui collectait des fonds pour une œuvre missionnaire.» «Je me suis toujours sentie coupable d’avoir divorcé, d’avoir commis la plus grosse faute qui puisse exister, celle qui me donne l’impression d’avoir un panneau lumineux sur mon front: ‘Echec’.» «Je me sens coupable d’avoir gâché les années et les dons que Dieu m’a donnés en me contentant d’un style de vie médiocre. Je me sens coupable vis-à-vis de mes filles de ne pas avoir su trouver les bons mots aux bons moments, de ne pas avoir été un modèle parfait, d’être passée à côté de moments où j’aurais pu leur enseigner des choses qui les auraient sûrement placées sur une voie plus droite que celle que j’ai empruntée.» «J’ai tendance à me sentir coupable au sujet du temps que nous passons, mon mari et moi, avec ma bellemère. Nous lui rendons visite un week-end sur deux et cela devient de plus en plus difficile de nous y rendre. Le frère et la sœur de mon mari nous font une sorte de chantage affectif (une porte ouverte à la culpabilité) en estimant que nous devrions y aller plus souvent.» «Dernièrement, je prenais mon repas de midi dans un fast-food (tout en me sentant coupable d’avoir dérogé à mon régime), lorsqu’un vagabond s’est approché de ma table et m’a demandé de lui acheter un sandwich au moment même où je mordais une grosse bouchée du mien. Je me suis sentie mal pour lui mais en même temps, je me disais que les responsables du restaurant n’auraient pas dû permettre à un clochard de me déranger pendant mon déjeuner, et que je ne pouvais pas aider chaque sans-abri s’approchant de moi, sans finir moi-même sur la paille. Toutefois, après être sortie du restaurant, je me suis sentie coupable de ne pas 13


Libérés de la culpabilité

avoir payé un repas à cet homme. J’avais ainsi ma dose de culpabilité pour la journée.» «Je me sens particulièrement coupable dans les moments où je suis inquiète et où, au lieu de présenter mon angoisse à Dieu, je me mets à manger. Je lutte aussi avec la culpabilité à propos de la façon dont je gère mon temps. Pour une raison que j’ignore, j’ai le sentiment que mes minutes doivent être productives, que je dois sans cesse faire quelque chose. Il m’est difficile de m’accorder du temps simplement pour ‘être’.»

Vivre avec la culpabilité Vivre sous le poids d’un fardeau de culpabilité ne correspond pas à la vie abondante que Jésus est venu nous donner. La culpabilité vole notre joie, freine notre productivité, sape notre paix, rend difficiles nos relations et, pire que tout, nous conduit à être centrés sur nous-mêmes. Lorsque je me sens coupable, je ne pense qu’à moi-même; et lorsque je pense beaucoup à moi, cela ne conduit qu’à l’insatisfaction et au mécontentement. Ma nièce l’exprime ainsi: «La culpabilité m’amène à perdre la vue d’ensemble des choses. Elle implique toujours le moi. Je peux penser que je contrôle telle ou telle chose et me permettre alors de regarder un film ou de lire une histoire, mais je me retrouve soudain complètement aspirée par cette chose qui me culpabilise. Je constate alors que je ne peux pas faire confiance à mes sentiments.» Beaucoup d’entre nous ployons sous un fardeau de culpabilité, car nous nous sentons coupables si nous n’éprouvons pas de culpabilité! Nous estimons que, nous connaissant, nous méritons de nous sentir coupables et nous l’acceptons comme un châtiment mérité. Nous laissons la culpabilité s’infiltrer dans 14

Peut-on vivre libre de toute culpabilité?

notre vie jusqu’à ce qu’elle fasse partie de la base de notre personnalité. Nous sommes tellement habitués à vivre avec la culpabilité qu’elle devient notre compagne de tous les jours au point où nous ne faisons plus attention au mal et à la souffrance qu’elle occasionne. Combien d’entre nous disent: «Je suis désolé» en guise de réponse automatique, adoptant une attitude de coupable sans raison? Il n’est donc pas étonnant que l’ennemi de notre âme, Satan en personne, manie l’arme de la culpabilité de façon si répandue et avec une telle efficacité. Cela fait bien longtemps qu’il s’est aperçu combien nous restons accrochés à la culpabilité et à quel point il nous est difficile de nous en débarrasser. Il sait que s’il peut nous maintenir dans un style de vie dominé par la culpabilité, il peut nous empêcher de saisir le plein potentiel de Dieu pour notre vie. Il désire nous empêcher de faire toutes les bonnes choses que Dieu a prévu que nous fassions comme il est écrit dans le second chapitre de l’épître de Paul aux Ephésiens au verset 10. Concrètement, il nous handicape pour que notre lumière ne brille pas intensément et que notre témoignage de la grâce de Dieu soit affaibli. Satan ne sera pas forcément en mesure de nous faire trébucher à cause d’une dépendance, d’une impureté ou d’un péché visible de tous. Cependant, ce ne sera pas difficile pour lui de bombarder notre esprit de culpabilité. Beaucoup d’entre nous sommes mûrs dans la foi, au point de reconnaître et d’éviter les tentations les plus évidentes. Même si ce n’est pas totalement impossible pour Satan, nous tenter avec l’adultère par exemple lui demanderait un effort colossal, mais beaucoup moins avec la culpabilité! Il suffit qu’une personne nous regarde de travers et nous avons tendance à nous sentir coupables. Lorsqu’on est mis au défi de réussir quelque chose et que nous échouons, nous sommes soudain remplis de culpabilité. Lorsque nous 15


Libérés de la culpabilité

succombons au souvenir de péchés passés, la culpabilité surgit. Parce qu’il s’agit de culpabilité, nous ne parvenons pas à la considérer comme une arme que Satan utilise.

Qu’est-ce que la culpabilité? La culpabilité est à la fois un fait et un sentiment. Il est possible d’être coupable sans ressentir de culpabilité. Il est aussi possible de se sentir coupable sans être réellement coupable. Et il est aussi possible objectivement d’être coupable et de se sentir coupable. Nous avons sans nul doute tous fait l’expérience de ces trois états. Etre coupable sans ressentir de culpabilité peut être dû à l’ignorance. L’apôtre Paul écrit: «Ma conscience, il est vrai, ne me reproche rien, mais ce n’est pas pour autant que je peux être considéré comme juste. Celui qui me juge, c’est le Seigneur.» (1 Corinthiens 4.4) Je peux être Si vous êtes chrétiens, ce n’est pas la volonté coupable d’enfreindre la loi parce de Dieu que vous viviez que j’ignore la loi. Par exemple, si je dans la culpabilité. conduis à 40 km/heure dans une zone limitée à 20 km/heure, je suis coupable même si je pense que la limitation de vitesse est de 40 km/heure. Mes protestations envers l’agent de police qui rédige une contravention pour excès de vitesse tomberont dans l’oreille d’un sourd, car nul n’est censé ignorer la loi. Je demeure coupable. Un cœur endurci peut aussi réprimer tout sentiment de culpabilité, même lorsque nous sommes coupables. Hébreux 3.13 nous exhorte «afin qu’aucun de vous ne s’endurcisse, trompé par le péché.» Il se peut que je conduise à une vitesse excessive, tout en sachant que j’enfreins la loi, mais sans ressentir un soupçon de culpabilité. C’est parce que je me 16

Peut-on vivre libre de toute culpabilité?

suis endurci dans le fait d’enfreindre cette loi, endurci au point que je ne me sente plus coupable même si je le suis. (Ecrire ce paragraphe me remplit de culpabilité du fait d’avoir agi ainsi…) Nous sentir coupables alors même que nous ne le sommes pas correspond à un combat assez courant pour la plupart d’entre nous. Il s’agit d’une fausse culpabilité qui est provoquée par une mauvaise façon de penser. Nous nous sentons coupables parce que nous nous autorisons à penser des choses qui nous disent que tout est de notre faute, quel que soit ce «tout». Dans cet état, nous ignorons les faits, nous nous vautrons dans l’auto-accusation et nous nous retrouvons aspirés, telle une fatalité, dans une spirale de désespoir et de découragement et ceci, sans aucune raison objective. Pourquoi? Parce que cette fausse culpabilité est un sentiment et non la réalité. Certains disent que sentiments et intelligence ne font pas bon ménage. J’en ai fait l’expérience. Parce qu’ils ne sont pas généralement fondés sur la réalité, mes sentiments m’ont souvent égarée. Pourtant, qu’ils soient justes ou non, les sentiments peuvent être très forts et très convaincants. En revanche, se sentir coupable alors que l’on est coupable est une bonne chose! Heureusement, cette vraie culpabilité nous conduit à la repentance et aux changements qui conviennent. Pour répondre à la question: «Pourquoi est-ce que je me sens toujours coupable?» nous examinerons les sentiments de culpabilité et leurs racines. Nous apprendrons à distinguer la vraie culpabilité de la fausse en utilisant le seul instrument de mesure fiable: la Parole de Dieu.

17


Libérés de la culpabilité

Vivre sans culpabilité

Si nous sommes chrétiens, nous n’avons pas à vivre dans la culpabilité; ce n’est pas ce que Dieu veut. Permettre à la culpabilité de nous tourmenter sans cesse prouve que nous vivons dans la défaite alors qu’en tant que chrétiens, nous sommes appelés à vivre dans la victoire. En Galates 5.1, il est écrit: «C’est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Tenez donc ferme dans cette liberté et ne vous placez pas de nouveau sous la contrainte d’un esclavage.» Vivre avec un sentiment permanent de culpabilité, c’est vivre sous le joug d’un esclavage, c’est permettre aux sentiments de culpabilité d’étouffer la vie même en nous. Jésus, lui, est venu nous libérer de cet esclavage. La question posée dans le titre de ce chapitre est: «Peuton vivre libre de toute culpabilité?» Si cela veut dire vivre totalement libre, sans plus être confronté à la fausse culpabilité, en bannissant à jamais la culpabilité de notre esprit et de notre cœur, la réponse est non. En tout cas, cela n’arrivera pas ici-bas, tant que nous habiterons des corps terrestres chargés de cette vieille nature pécheresse. Bien qu’il s’agisse de mon quatorzième ouvrage, son titre Libérés de la culpabilité a suscité de la part de mes amis et connaissances plus de réactions et a donné lieu à davantage de commentaires que tous les précédents. Les réactions les plus courantes ont été: «Je dois lire ce livre», ou alors «J’aurais pu écrire ce livre». La plupart des personnes se sentent naturellement concernées par un sujet comme la culpabilité et cela quels que soient leur âge, leur niveau de maturité spirituelle, leur expérience ou leur personnalité. Par ailleurs, en écrivant ce livre, je suis parvenue à la conclusion que vivre libre de toute culpabilité est un cliché qu’il 18

Peut-on vivre libre de toute culpabilité?

est rarement possible d’atteindre dans le temps, quelle qu’en soit la durée. De fait, je me méfie de toute personne qui tenterait de me convaincre qu’elle vit totalement libre de la culpabilité. Je supposerais que cette personne vit dans le déni ou refuse simplement de faire face à la réalité. Cependant, je suis intimement convaincue que nous pouvons être libérés du tourment incessant occasionné par la culpabilité. Nous pouvons apprendre à identifier et à gérer nos sentiments de culpabilité, en y faisant face avec de plus en plus d’efficacité. Comme un ami l’a exprimé: «La culpabilité, c’est comme de la moisissure sur un aliment. Si on ne s’en occupe pas, elle s’étend, envahit tout l’aliment et le rend non comestible, repoussant. Il faut retirer la moisissure dès qu’on la voit et la jeter pour retrouver la bonne substance de l’aliment.» Je suis persuadée que par la puissance de l’Esprit de Dieu qui réside en nous, disciples de Jésus-Christ, nous pouvons apprendre à retirer efficacement et promptement la moisissure de la culpabilité avant qu’elle n’envahisse tout en nous. Nous pouvons apprendre à rejeter ces messages de culpabilité qui essaient d’envelopper nos esprits, d’inonder nos pensées et de nous voler la liberté qui est à nous en Jésus-Christ. Nous devons apprendre à refuser de nous soumettre à l’esclavage de la culpabilité. Il nous faut apprendre à identifier les stratagèmes de Satan et à leur tenir tête. Il est temps pour nous de découvrir que la culpabilité n’est pas faite pour être partie intégrante de notre quotidien. Ce n’est pas normal. Ce n’est pas acceptable. Ce n’est pas inévitable. Pourtant, il semble que ce soit plus facile à dire qu’à faire. Bien sûr que c’est plus facile à dire qu’à faire! Qu’est-ce qui ne l’est pas? Mais, ce n’est pas une excuse pour ne pas le faire. Si nous sommes fatigués d’être sous l’esclavage de la culpabilité 19


Libérés de la culpabilité

et prêts à vivre dans la liberté que Christ est venu nous donner, alors poursuivons cette lecture. Il est possible d’apprendre à gérer nos sentiments de culpabilité et à les empêcher d’occuper notre esprit. Nous possédons la puissance pour le faire car en tant que chrétiens, nous avons l’Esprit de Dieu en nous.

En tant que femme ayant beaucoup lutté avec la culpabilité pendant ma propre vie et lui ayant permis de me maintenir à terre bien trop longtemps, j’ai écrit ce livre pour partager quelques principes bibliques et quelques vérités qui ont commencé à me libérer. Je précise bien «commencé», parce que c’est un apprentissage et la quête de toute une vie. Malgré tout, je finis par apprendre à faire face à ces sentiments de culpabilité et à les gérer. Je découvre l’incroyable joie que cela procure. En plus, cela me rend libre d’adorer Dieu plus intensément et de le connaître plus profondément. Je suis de moins en moins centrée sur moi-même, ce qui me permet d’être centrée sur mon service pour les autres. J’aimerais beaucoup que ce livre atteigne son objectif: nous aider à progresser le long de ce chemin qui mène à une vie libre de toute culpabilité!

Chapitre 2

Faire face à la vraie culpabilité

S

i nous voulons parvenir à gérer nos sentiments de culpabilité, nous devons apprendre à faire la différence entre la vraie culpabilité et la fausse culpabilité. Parfois, la frontière entre les deux est très mince et tant que nous ne faisons pas la différence, nous ne sommes pas en mesure de faire face de façon appropriée à nos sentiments de culpabilité. En un sens, il est plus facile de faire face à la vraie culpabilité qu’à la fausse parce que nous pouvons mettre le doigt sur son origine et, en général, il n’y a pas vraiment de doutes sur ce que nous avons à faire. L’essentiel de la lutte avec la vraie culpabilité, c’est d’abandonner notre volonté, de renoncer à nos droits et de dire oui à la conviction que donne la voix de Dieu.

Un fardeau que j’ai porté pendant dix ans La vraie culpabilité, c’est ce que nous ressentons lorsque Dieu nous convainc qu’un domaine de notre vie a besoin de changement et que nous résistons à ce changement. Plus nous refusons d’obéir à Dieu, plus le fardeau de la vraie culpabilité s’alourdit, non pas parce que Dieu dépose en nous de la 20

21


MB3533-extrait