Des gestes qui touchent le coeur (MB3520)

Page 1


Titre original en anglais: Small Acts of Grace, 2006, World Publishing Copyright © 2006 Alice Gray Sauf indication contraire, les textes bibliques sont tirés de la version Louis Segond 21 Traduction: Stéphane Bertheau Couverture: DEOM - Design of Mars © et édition: La Maison de la Bible, 2009 BP 151, Chemin de Praz-Roussy 4bis, CH-1032 Romanel-sur-Lausanne E-mail: info@bible.ch Internet: http://www.maisonbible.net ISBN 978-2-8260-3520-6 Imprimé en UE


Table des matières

Prologue............................................................................ 11 Chap.1. Un défilé de lumière ........................................... 15 Chap. 2. La danse des marguerites..................................... 33 Chap. 3. Ceux qui illuminent nos journées....................... 55 Chap. 4. Il était une fois, sur la balancelle de la véranda….. 75 Chap. 5. Des cœurs entrelacés........................................... 93 Chap. 6. L’empreinte du foyer familial sur le cœur.......... 111 Chap. 7. La beauté du temps........................................... 133 Chap. 8. Même le plus petit d’entre eux.......................... 151 Chap. 9. Perdu et retrouvé............................................... 169 Epilogue . ....................................................................... 189 Appréciations ................................................................. 191


Prologue Suivez son cœur Il est la Vérité que l’on doit dire Il est le Chemin sur lequel on doit marcher Il est la Lumière que l’on doit allumer Mère Teresa

N

ous sommes seulement en avril, mais le soleil du petit matin me réchauffe tout de même le visage. Une douce brise agite les cerisiers et de temps à autre un pétale flotte dans l’air et atterrit dans mes cheveux, comme un confetti rose. Je suis assise sur un banc, dans un parc proche de notre maison de l’Oregon. C’est un lieu idéal pour la réflexion et, de fait, il y a une question en particulier que je ne parviens pas à ôter de mon esprit. La veille, notre pasteur a clos le culte en nous posant cette question: «Quand vous arriverez au paradis, que dira Jésus à votre sujet?» C’est comme si toutes les autres questions n’avaient plus aucune importance. Du temps où j’étais une petite fille et jusqu’à l’âge adulte, je me suis toujours demandée ce que je voulais devenir, ce qu’étaient mes 11


objectifs et mes ambitions, et à quel point je voulais qu’on se souvienne de moi quand je ne serai plus là. Et ce dimanche matin-là, il y a douze ans, la question posée par mon pasteur a commencé à changer l’optique de toutes mes réponses. Il ne s’agissait plus de ce que je voulais, mais de ce que Jésus voulait faire au travers de mon existence. Allais-je réaliser mes propres rêves ou réaliser les rêves et les projets qu’il avait pour moi? En réfléchissant à la question de notre pasteur, mes pensées s’emballent et je me demande ce qui va se produire lorsque je foulerai le sol du paradis et que je verrai mon Sauveur pour la première fois. Est-il possible qu’il ouvre ses bras et me dise: «Bienvenue à la maison, ma bien-aimée; tu es une femme qui a suivi mon cœur»? Comme je soupire après cela! C’est mon désir le plus profond. Marcher dans les pas du Seigneur et suivre son cœur. Répondre à la magnifique action de sa grâce dans ma vie par de petits gestes de grâce qui créent une différence dans le monde qui m’entoure. J’imagine qu’il en est de même pour vous. J’ai envie d’être assise à côté de vous sur ce même banc, dans ce parc où les pétales de cerisiers tombent sur nos cheveux. Nous pourrions discuter de ces choses ensemble. J’aimerais vous entendre me dire de quelle façon vous écoutez la voix de Dieu et comment vous réalisez les rêves et les projets qu’il vous a donnés. Quels ont été les sommets les plus élevés et les vallées les plus profondes de votre vie? Qu’avez-vous appris par le fait de suivre le cœur du Seigneur dans ces moments-là? Qu’avez-vous appris aussi en le suivant dans les moments ordinaires de votre vie quotidienne? Pendant la rédaction de ce livre, j’ai essayé d’imaginer quelques-unes des choses que vous pourriez dire, les encouragements 12


et l’aide que vous pourriez m’offrir. En retour, j’ai prié et j’ai demandé au Seigneur ce qu’il voudrait que je partage avec vous. Alors, suivez-moi, marchez avec moi le long des pages de ce livre… et ensemble nous découvrirons comment de petits gestes de grâce font une différence dans notre monde.

13


Chapitre 1

Un défilé de lumière Ma petite lumière, Je la ferai briller, Briller, briller, briller. (Extrait d’un negro spiritual)

L

ors de vacances dans le sud de la Californie, nous avons passé une journée à Disneyland et nous y sommes restés jusqu’à minuit, heure de la fermeture. Une des attractions que nous avons préférées était «Le défilé de lumière» qui avait lieu sur l’avenue principale du parc. Le soir tombé, l’éclairage le long du parcours du défilé a baissé d’intensité et une musique entraînante et assourdissante a été diffusée au travers de haut-parleurs disposés à des points stratégiques. Chacun a alors tenté de se mettre en première ligne en se serrant les uns contre les autres pour voir passer le défilé; des adultes se mettaient sur la pointe des pieds et des pères hissaient leurs jeunes enfants sur leurs épaules. Un tonnerre d’applaudissements a accompagné le passage du premier char étincelant. Pendant une vingtaine de minutes, un cortège composé d’une douzaine de chars scintillants, de personnages de Disney 15


Des gestes qui touchent le cœur

virevoltants et d’orchestres de cuivres a défilé le long de l’avenue principale. C’était une expérience où se mêlaient l’éblouissement et la joie, raison pour laquelle on appelle probablement Disneyland le «Royaume magique»! La semaine suivante, j’ai décrit ce défilé à une de mes amies chrétiennes. «Alice, m’a-t-elle dit, je pense que Dieu désire que nous soyons à l’image de ce défilé de lumière.» Une remarque juste qui révélait quelque chose de profond! Penser que nous pourrions apporter joie et éblouissement dans les rues de nos villes… Dans un passage de la Bible, précisément quatorze versets après les Béatitudes que l’on appelle communément le Sermon sur la Montagne, Jésus dit à ses disciples (et à nous) que chacun est la lumière du monde. «Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut pas être cachée, et on n’allume pas non plus une lampe pour la mettre sous un seau, mais on la met sur son support et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. Que, de la même manière, votre lumière brille devant les hommes afin qu’ils voient votre belle manière d’agir et qu’ainsi ils célèbrent la gloire de votre Père céleste.»1

Il y a deux façons de répandre la lumière: être la bougie ou être le miroir qui la reflète. Edith Wharton [1]  Matthieu 5.14-16. [2]  Jean 8.12. 16

Etre appelé la lumière du monde est magnifique! Non seulement parce que c’est évidemment mieux que d’être appelé l’obscurité du monde, mais parce que la lumière est précisément l’image que Jésus a choisie pour se décrire lui-même! Observons ce verset de l’Evangile de Jean: «Jésus leur parla de nouveau. Il dit: ‘Je suis la lumière du monde’.»2 Le fait que Jésus nous décrive et nous définisse de la


Un défilé de lumière

même manière qu’il se décrit lui-même a des conséquences immenses qui dépassent tout entendement. Tout ce que je sais, c’est que je me sens à la fois honorée et indigne de porter ce nom «lumière» et que mon profond désir est d’honorer et de faire plaisir à celui qui m’appelle ainsi. Que signifie exactement le fait d’être la lumière du monde? Pour répondre à cette question, je pense qu’il faut considérer ce que produit la lumière. Elle peut prendre différentes formes: une balise de sûreté, une lampe de chevet, une bougie symbole d’espoir. Quelle que soit sa forme, sa fonction première est de dissiper l’obscurité. Lors d’un week-end, il y a quelques années de cela, nous avons visité en famille les Grottes de l’Oregon, un site classé monument historique et célèbre pour ses galeries de marbre. Avec un groupe d’une vingtaine de personnes, nous avons suivi un guide touristique qui nous a conduits dans ces grottes qui, pour certaines personnes un peu claustrophobes comme moi, peuvent s’avérer être des endroits assez désagréables à visiter. Le guide nous a sans cesse assuré qu’il existait une sortie de secours à proximité du parcours si l’un d’entre nous ressentait le besoin de sortir. Dès qu’il s’est mis à évoquer les chauves-souris qui étaient suspendues au-dessus de nos têtes, j’ai aussitôt porté mon attention sur les marches qui me permettraient d’atteindre cette sortie de secours, sortie que j’ai en effet empruntée peu de temps après. Mais avant d’en arriver là, nous avons continué à nous enfoncer par ce chemin qui comportait d’innombrables sinuosités d’où aucun trait de lumière extérieure ne filtrait. Seul un léger éclairage balisait le parcours. Mes mains étaient moites. La nausée me nouait l’estomac. C’est à ce moment précis que le guide a fait une annonce inattendue. Il allait éteindre l’éclairage du parcours pendant un moment afin que nous 17


Des gestes qui touchent le cœur

fassions l’expérience de l’obscurité absolue. Il nous a rassurés en nous précisant qu’il avait une torche puissante au cas où la lumière ne se rallumerait pas ou qu’un incident surviendrait. J’ai cherché à tâtons la main de mon mari que j’ai saisie au moment même où la lumière s’est éteinte. L’obscurité n’a duré que quelques secondes, mais cela m’a paru une éternité. Au moment où je pensais ne pouvoir supporter cela plus longtemps, une autre personne dérangée aussi par le noir total a craqué une allumette; une seule et sublime petite allumette! Quel soulagement! Juste une petite lumière, mais qui a fait toute la différence. Je pense souvent à ce moment lorsque j’entends les nouvelles du matin ou lis les titres des journaux. Le monde semble vraiment s’enfoncer de plus en plus dans les ténèbres. Mon expérience dans les Grottes de l’Oregon me rappelle que plus l’endroit est sombre, plus lumineuse peut être ma petite flamme…

Priorités aux priorités Dans la Parole de Dieu, la lumière est associée à la joie et à la bénédiction. Mais plus important encore peut-être, la lumière fait souvent référence dans les Ecritures à la présence de Dieu. «L’Eternel est ma lumière et mon salut», proclame le psalmiste dans le premier verset du Psaume 27, tandis que le prophète Esaïe annonce: «Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière.»3 Paul écrit également aux chrétiens de Corinthe que «le Dieu qui a ordonné que la lumière brille du sein des ténèbres a aussi fait briller sa lumière dans notre cœur pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu dans la personne de [Jésus-]Christ.»4 [3]  Esaïe 9.1. [4]  2 Corinthiens 4.6. 18