Page 1

minicitylab

MAG

minicitylab - ateliers urbains I juin 2015 MAISON DE L’ARCHITECTURE DE BASSE-NORMANDIE

visites rencontres rallye urbain jeux bonus

journal de bord des chantiers de l’île de caen 1


la maison de l’architecture de Basse-Normandie La Maison de l’Architecture de BasseNormandie, association loi 1901, a pour objectif la diffusion de la culture architecturale, urbaine et paysagère auprès de tous les publics. Elle fait partie du réseau des maisons de l’architecture. La MABN s’affirme aujourd’hui dans le paysage culturel régional comme la structure culturelle de référence dédiée à l’architecture, à l’urbanisme et au paysage en Basse-Normandie. Elle est une plate-forme pour les professionnels et le grand public, favorisant les échanges et les rencontres. La MABN organise le mois de l’architecture contemporaine en Normandie au mois de mars chaque année avec la Maison de l’Architecture de HauteNormandie, des résidences d’architectes et le minicitylab - ateliers urbains jeune public.

5 place Saint-Martin - 14000 Caen 02 31 24 06 81 contact@maisonarchitecture-bn.fr

en savoir plus

sur les activités de la Maison de l’Architecture de Basse-Normandie

maisonarchitecture-bn.fr

la rédaction Ont contribué à la rédaction de ce journal les élèves des classes de CM1 de l’école Michel Trégore (Caen) Jade L., Maxime, Théo H., Roman, Halima, Yasmine, Marie-Océane, Jade D., Alexis, Ivan, Kilian, Moïse, Théo G., Rachel, Yann, Jean, Noëllia, Ivana, Lenny et leurs enseignants Philippe Paly et Aurélie Marina CM2 de l’école Authie Nord (Caen) Halime, Luka, Rany, Cylia, Chérazade, Kubra, Lucille, Gwenaelle, Yanis, Jimmy, Sergiu, Emelyne, Kyllian, Cynthia, Théodora, Mathis, Lindsay, Théo et leur enseignant Gilles Eglem CM1 de l’école de la Pigacière (Caen) Marie-Lou, Lisette, Lola B, Lola K, Lola LT, Augustin, Louise, Nawel, Titouan, Ruben, Amos, Solenn, Emmanuel, Bérengère, Elisa, Oscar, Amanda, Clara, Mustapha, Rose, Safiya, Yacine, Tom et leur enseignante Natacha Tirel CM2 de l’école Poppa de Valois (Hérouville Saint-Clair) Kyllian, Manon, Louanne, Maessane, Amandine, Rodrigue, Bryan, Flora, Erwan, Mathys, Maeva, Herve, Soumaya, Yandi, Ness, Grace, Océane, Zeynel, Julien, Noémie, Davut, Rim et leur enseignant Sébastien Hoonaert

CM1-CM2 de l’école Pierre Gringoire (Hérouville Saint-Clair) Rayan, Sofia, Angèle, Mouwembe, Alain Junior, Thilak, Andy, Abdelrahim, Soumaya, Morgane, Younes, Bérivan, Muhammed, Donya, Alyzéa, Nadir, Pariss, Laura, Ségolène, Benjamin, Constance, Lyna, Zilan, Eda, Emilie, Aymane, Enya, Bastien et leur enseignant Laurent Boyer CM1 de l’école des Tilleuls (Mondeville) Arthur, Nathan, Mathilde, Sibelia, Gabriel, Ivana, Sarah, Robin, Mélina, Florianne, Jade, Sasha, Maicky, Axel, Eva, Lucas, Enzo, Romane, Lilou, Akram, Lisa, Leane, Célia, Léa et leur enseignante Cécile Midrak les professionnels Matthieu Debar, Noella Duplessis, Pascale Leillard, Francisco Martinez, François Millet et David Palussière la Maison de l’Architecture de Basse-Normandie Florence Gillebert, Nathalie Lemarchand et Elisabeth Taudière

en couverture : MRI - 18 décembre 2014

2

Le minicitylab est mené par la Maison de l’Architecture de Basse-Normandie dans le cadre du Contrat Urbain de Cohésion Sociale avec le soutien de l’ACSé, de la direction des affaires culturelles de Basse-Normandie, de la Communauté d’agglomération Caen-la-mer, des villes de Caen et Hérouville Saint-Clair, et Le pavillon en collaboration avec la direction départementale de l’éducation nationale du Calvados.

Ce journal a été édité à 1000 exemplaires en juin 2015. Il est diffusé gratuitement par la Maison de l’Architecture de Basse-Normandie. Il a été remis aux enfants et partenaires le mardi 23 juin 2015 à l’occasion d’une visite exceptionnelle de la Maison de la Recherche et de l’Imagination proposée par Relais d’Sciences et la Maison de l’Architecture de Basse-Normandie. Conception graphique : Elisabeth Taudière, MABN Crédits photographiques : MABN sauf crédits photographiques spécifiés


le minicitylab

De grands projets architecturaux et urbains en cours, ou à venir, font évoluer les paysages urbains de l’agglomération caennaise : projets de rénovation urbaine, création de nouveaux quartiers, construction (ou reconstruction) de grands équipements, et bien sûr, projet urbain de la Presqu’île.

en savoir plus

sur le minicitylab et découvrir tout le projet

minicitylab.tumblr.com

La Maison de l’Architecture de BasseNormandie (MABN) accompagne ces changements auprès des enfants de l’agglomération caennaise avec le minicitylab, ambitieux projet de sensibilisation et d’éducation à l’architecture et à l’urbanisme mené dans le cadre du volet intercommunal du Contrat Urbain de Cohésion Sociale 2014.

3

Durant l’année 2014-2015, six classes des écoles de Caen, d’Hérouville Saint-Clair et de Mondeville ont suivi les constructions de la Bibliothèque Multimédias à Vocation Régionale (BMVR), le Tribunal de Grande Instance (TGI) et la Maison de la Recherche et de l’Imagination (MRI) en cours sur la pointe de la Presqu’île à Caen. Cette édition rassemble les travaux réalisés par les six classes, et raconte les visites et rencontres proposées de novembre 2014 à juin 2015 par la Maison de l’Architecture de Basse-Normandie, partageant ainsi avec tous les coulisses de ces projets exceptionnels.


trois grands équipements en construction Au coeur de l’agglomération caennaise, concentrés sur la pointe de la Presqu’île à Caen, trois équipements exceptionnels sont en construction en 2014-2015 : - le Tribunal de Grande Instance, - la Bibliothèque Multimédia à Vocation Régionale, - et la Maison de la Recherche et de l’Imagination.

bibliothèque multimédia à vocation régionale

MAISON DE LA RECHERCHE ET DE L’IMAGINATION

© Ville de Caen - François Decaens

Tribunal de grande instance

4


© OMA

la Bibliothèque multimédia à vocation régionale (BMVR)

© Bruther - ArtefactoryLab

© Architectes BE Hauvette Paris Atelier darchitecture Pierre Champenois

Maitre d’ouvrage : Caen la mer communauté d’agglomération Architecte : OMA Debut du chantier : juillet 2014 Fin du chantier : mai 2016 Ouverture au public : automne 2016

le tribunal de grande instance (TGI) la maison de la recherche et de Maitre d’ouvrage : Agence Publique pour l’Immobilier de l’Imagination (MRI) la Justice Architectes : BE Hauvette Paris associé à l’Atelier Champenois Debut du chantier : juillet 2013 Fin du chantier : juillet 2015 Ouverture au public : juillet 2015

Maitre d’ouvrage : Relais d’Sciences Architecte : Bruther Debut du chantier : juillet 2014 Fin du chantier : juin 2015 Ouverture au public : automne 2015

5


visites #1 En novembre et décembre 2014, chaque classe est allée découvrir et observer les chantiers de la BMVR, du TGI et de la MRI avec la Maison de l’Architecture de Basse-Normandie.

BMVR - 5 décembre

BMVR - 26 novembre

La BMVR en est à la phase du gros œuvre. On voit la poutre métallique du dernier étage appuyée sur les blocs de béton situés à chaque extrémité de la croix. On voit un grand vide au premier etage.

En passant nous voyons UN échantillon de LA FAçADE. Les grandes fenêtres bombées sont en phase de test : c'est une création pour ce bâtiment. une première mondiale ! 6


visites #1 / BMVR - TGI

BMVR - 5 décembre

Le tgi est presque terminé. A l’intérieur, on voit des artisans qui nous font coucou. Les extérieurs sont en cours de réalisation. Sur la façade, il y a des ouvertures pour que les pompiers puissent intervenir.

BMVR - 5 décembre TGI - 18 décembre

7


MRI - 26 novembre

8


visites #1 / MRI

MRI - 11 décembre

La MRI en est au stade du gros œuvre. Il y a une grue. nous apercevons une charpente métallique accrochée d’un côté à un bloc de béton et de l’autre à un escalier en construction.

MRI - 11 décembre

9


rencontres En janvier et février 2015, chaque classe a accueilli et rencontré un professionnel. Architectes, directrice de la culture, directrice de la bibliothèque, médiateurs culturels ont répondu aux questions des enfants, présenté leur métier et leur rôle dans ces grands chantiers. Des rencontres passionnantes racontées par les enfants...

la Bibliothèque multimédia à vocation régionale jeudi 29 janvier 2015

Pascale Leillard Directrice de la culture Caen-la-mer

rencontre racontée par les élèves de CM1 de l’école de la Pigacière à Caen Pascale Leillard conseille, aide des personnes de la Ville de Caen et de Caen la mer. Elle vérifie que l’argent public, les impôts, soient bien dépensés pour l’élaboration de chantiers comme la BMVR... Pascale Leillard s’occupe du projet de la BMVR, lié à la culture. Son travail l’intéresse, son métier la passionne.

Au début du projet, il y a des personnes qui imaginent le bâtiment et qui soumettent leurs besoins à des architectes. 176 architectes ont répondu à cet appel en déposant un dossier. Ensuite un jury d’élus a regardé les dossiers et a demandé aux 5 architectes retenus d’imaginer le bâtiment et de le dessiner. Chaque architecte imagine le bâtiment et détermine ce qui est le mieux. Et après un jury décide du projet qu’il préfère. A la fin, il reste un architecte ou une équipe d’architectes avec un seul projet retenu. On demande de l’argent à la banque en leur disant que le projet est important et qu’il va servir à quelque chose. Quand il manque un peu d’argent, on prend de l’argent des impôts. Pascale Leillard dit qu’il y a beaucoup de partenaires. Les partenaires sont les financeurs, mais aussi les entreprises comme des peintres, ceux qui s’occupent de l’électricité (ouvriers), les bibliothécaires, les ingénieurs, l’architecte et son équipe... Pascale Leillard dit qu’il faut tout imaginer à partir du terrain attribué à la construction du bâtiment. C’est l’architecte qui a été choisi qui a créé le plan de la BMVR ! Elle sera en croix, la bibliothèque! C’est pour pouvoir accéder plus facile-

10


rencontres / BMVR

ment aux différents Pôles. Aussi c’est pour avoir une vue sur Caen depuis les 4 pôles.

Technologie (le plus petit), un en Arts plus grand et un en Littérature, c’est le plus grand des 4.

Il y a une grande poutre qui traverse le dernier étage, des blocs de béton pour chaque Pôle au bout et des grandes poutres en croix.

La BMVR aura des horaires particuliers à son ouverture, peut être le soir, le dimanche... L’entrée sera gratuite.

Il y aura trois étages dans la BMVR.

Il y aura au moins 80 personnes qui travailleront à la bibliothèque.

La BMVR fera 4867 m². Elle sera plus grande que la MRI.

Les livres vont être déplacés, le déménagement est prévu pour durer 6 mois.

Le projet de la BMVR a débuté il y a 10 ans. Le chantier va durer 3 ans environ.

Nous ne savons pas encore ce qu’il va y avoir comme aménagement extérieur.

en savoir plus

La construction ne se terminera pas plus tôt que prévu parce que le gel a ralenti le chantier cet hiver : il a fallu dégeler les fenêtres avant de les poser.

On ne sait pas encore ce que deviendra l’actuelle bibliothèque (avenue Albert Sorel), un endroit où on range les livres, un endroit pour un autre usage...

Le maître d’ouvrage commande le projet. Il définit les besoins, le budget et le calendrier des travaux.

C’est possible qu’on puisse accéder au chantier, peut être en fin d’année. Nous pourrons la visiter en 2016.

La passerelle prévue aux abords des quais, dans le projet initial, ne sera peut-être pas construite.

Le maître d’ouvrage de la BMVR est Caen la mer Communauté d’agglomération.

Il y aura 4 pôles : un en Sciences Humaines, un autre en Sciences et

La BMVR va tenir un ou deux siècles, elle est pensée pour se transformer.

11

caenlamer.fr


rencontres / BMVR

jeudi 29 janvier 2015

Francisco Martinez Architecte OMA

SA VIE

rencontre racontée par les élèves de CM1-CM2 de l’école Pierre Gringoire à Hérouville Saint-Clair

Constance - Préférez-vous qu’on vous vouvoie ou qu’on vous tutoie ? Tutoyez-moi !

Le jeudi 29 janvier, Francisco Martinez est venu dans notre classe à l’école Gringoire. Il était accompagné par Elisabeth Taudière. Nous lui avons posé des questions sur sa vie, sur son métier d’architecte, sur son rôle en tant que chef de projet et sur la BMVR. Chacun avait préparé un questionnaire.

Younès - Quel âge as-tu ? J’ai 38 ans. Constance, Younès - As-tu des origines Espagnoles ? Je suis Espagnol. SON TRAVAIL D’ARCHITECTE Thilak, Abdelrahim, Eda - Depuis combien de temps es-tu architecte ? Je suis architecte depuis 2001. Rayan - Pourquoi voulais-tu être architecte ? Parce que j’ai toujours aimé la construction, les villes… J’ai voulu en savoir plus sur les bâtiments. Aymane, Sofia, Lyna - Ce travail est-il difficile ? Non ce travail n’est pas difficile. J’aime mon travail et quand on aime faire ce qu’on fait, on ne trouve pas cela difficile. Aymane - Es-tu fier de faire ce travail ? Oui j’en suis fier.

12

Soumaya, Pariss - Dessines-tu des plans ? Oui je crée des plans. Abdelrahim - Qu’aimes-tu dans ton travail ? J’aime bien mon travail d’architecte et j’aime bien travailler en groupe. Rayan, Muhammed - Est-ce difficile de trouver comment faire des plans ? Non ce n’est pas particulièrement difficile, il faut se baser sur la géométrie. Ségolène, Berivan, Laura - Quel est le rôle d’un architecte ? C’est d’imaginer les bâtiments. Eda, Zilan - Depuis quand es-tu architecte ? Je suis architecte depuis 13 ans (2001). LA BMVR Ségolène - Es-tu celui qui a imaginé la BMVR ? Oui, mais avec d’autres personnes. C’est un travail d‘équipe. Eda - Quel est ton rôle sur le chantier de la BMVR ? Mon rôle est chef de projet.


Thilak, Younes - Depuis quand es-tu chef de projet dans la BMVR ? Depuis combien de temps travailles-tu sur la BMVR ? J’ai commencé à travailler, avec d’autres personnes, sur la BMVR en 2010. Aymane, Constance, Ségolène, Donya, Angèle - As-tu un chef sur ce projet ? Oui, on peut dire par exemple que le maire de Caen est mon chef. Aymane, Eda - Décides-tu de tout sur le chantier ? Non je ne décide pas de tout. Nous sommes toute une équipe pour décider. C’est un travail de groupe. Aymane, Soumaya - Est-ce que tu t’occupes de tout ? Non il y a aussi des ingénieurs, les chefs de chantier. Constance, Lyna - Qui s’occupe de la sécurité ? Ce sont les chefs de chantier. Ils réalisent des tests, notamment sur les vitres et sur le béton. Thilak - La nouvelle fenêtre est-elle solide ? Oui la nouvelle fenêtre est solide. Il y a eu des tests effectués en Italie. On a mis de très nombreux sacs de sable dessus pour tester sa solidité. Sa forme bombée offre une excellente résistance à l’air. (Nous avons fait le test avec une feuille de papier. Quand on souffle sur une feuille « à plat », elle se creuse. Quand on la plie légèrement et qu’elle est bombée, l’air « glisse » dessus.) Bastien - Combien d’ouvriers as-tu sous tes ordres ? Il y a quatre-vingt-dix ouvriers en moyenne sur le chantier mais ils ne sont pas sous mes ordres. Lyna - Alors, de combien de personnes es-tu le chef ? On va dire de trois personnes. Aymane - Combien de personnes auront travaillé en tout sur le chantier de la BMVR ? Environ 800 personnes. Aymane, Alain, Alyzéa - Vérifies-tu chaque jour la construction de la BMVR ? Oui mon bureau est juste à côté du chantier.

SES AUTRES PROJETS Lyna, Nadir - As-tu été chef sur d’autres chantiers ? Oui, mais des plus petits. Enya, Morgane - A cause de ton travail es-tu déjà parti dans un autre pays en tant qu’architecte ? Oui en Espagne, au Pays-Bas, en Italie, en France et à Barcelone. Constance - As-tu déjà conçu d’autres bâtiments ? Oui et même des plus gros ! J’ai par exemple participé à la construction de la tour Agbar à Barcelone. Nous avons apprécié cette rencontre.

Constance, Andy, Enya, Aymane - La BMVR avance-t-elle vite ? Elle avance comme elle devrait avancer. On n’est ni en retard ni en avance.

en savoir plus L’architecte imagine le bâtiment, en dessine les plans, coupes, façades, etc... qui serviront à sa construction. Il suit et coordonne le chantier. L’architecte de la BMVR est l’agence OMA.

oma.eu

13


rencontres / BMVR

Madame Duplessis est devenue bibliothécaire à 21 ans. Son travail actuel est son sixième poste. Avant, elle était directrice adjointe de la bibliothèque universitaire.

et ses collègues souhaitaient que les enfants prennent l’habitude de monter à l’étage. L’architecte a changé ses plans pour que le coin enfant soit au premier étage.

Son travail est différent de celui des bibliothécaires que l’on connait à la Folie Couvrechef. Elle ne rencontre pas les gens qui viennent emprunter les livres mais elle travaille à développer la bibliothèque, à monter des projets pour favoriser la lecture, à trouver des partenaires ou de l’argent pour ces projets.

Madame Duplessis participe une fois par mois à une réunion de chantier pour se rendre compte de l’avancement des travaux et pour discuter des problèmes rencontrés. Elle va souvent voir le chantier, elle doit être impatiente !

Elle adore son métier, elle nous a dit avec un grand sourire qu’elle est une directrice heureuse. Pourtant elle a beaucoup de travail et c’est souvent difficile mais, comme elle aime son travail, « c’est beaucoup moins difficile !». Pour faire ce métier elle pense qu’il faut être curieux et se tenir toujours au courant de ce qui se passe.

vendredi 6 février 2015

Noella Duplessis

Directrice de la bibliothèque de Caen Caen-la-mer

rencontre racontée par les élèves de CM2 de l’école Michel Trégore à Caen Le vendredi 6 mars Madame Duplessis, directrice de la bibliothèque, est venue nous rencontrer dans notre classe. Nous avions préparé des questions sur son travail et sur la future bibliothèque. Voici ce que nous avons retenu de cet entretien.

Elle est directrice de la bibliothèque mais ce n’est pas elle qui a décidé de faire construire la nouvelle bibliothèque ! Ce sont les élus qui ont pris cette décision. Pourtant ce projet correspond à un « désir de bibliothécaire ». L’actuelle bibliothèque n’est plus adaptée : elle est trop petite et ne répond plus aux besoins actuels des gens. Avec ses collègues, il a fallu convaincre les élus. Ce n’est pas elle non plus qui a conçu cette nouvelle bibliothèque ! Ce n’est pas son métier ! Le projet a été choisi par les élus parmi plusieurs propositions d’architectes. Cependant elle a pu discuter avec l’architecte pour que le bâtiment soit conforme aux projets des bibliothécaires : un espace ouvert et bien éclairé avec des rayonnages suffisamment bas pour qu’on puisse voir par dessus, des coins de lecture, un café… Avec ses collègues ils avaient bien réfléchi et Madame Duplessis est allée visiter des bibliothèques pour prendre des idées. Elle nous a dit qu’elle est contente de sa collaboration avec l’architecte elle a appris beaucoup de choses et qu’il l’avait écoutée. Par exemple, dans le premier projet, l’espace enfant était situé au rez-dechaussée. Mais Madame Duplessis

14

Elle nous a montré une série de photos qui montre les grandes étapes des travaux. La structure métallique au dessus de la grande salle a été assemblée sur le sol puis montée à son niveau actuel ! Nous aussi, on est impatients. Les travaux qui ont débutés en juillet 2013 seront terminés fin avril 2016 (dans un an !) mais il faudra encore attendre 6 mois pour permettre l’installation à l’intérieur (le mobilier, les livres, les ordinateurs …). L’ouverture est donc prévue en octobre 2016. A son ouverture, on pourra y aller gratuitement et emprunter des livres, des albums, des BD, des disques, et même des films avec le même abonnement que celui de notre bibliothèque de quartier. En montant au premier par l’escalator (prévu pour faciliter l’accès de tous), il y aura aussi possibilité de regarder des films, d’écouter de la musique au casque, d’aller sur internet ou encore de lire un livre en s’installant sur les gradins de la grande salle. Le coin petite enfance va jusqu’à 9 ans ! A partir de 9 ans il n’y aura pas d’espace spécial : à l’ouverture nous rejoindrons donc directement l’espace adultes ! La vue sur la ville sera sans doute très belle à travers ces drôles de vitres en forme de bulle. Au rez de chaussée, on aura la possibilité de lire les journaux les magazines et de se rendre dans le café. Il y aura même une salle de spectacle ! Nous aussi nous sommes impatients.... Un grand merci à Madame Duplessis pour avoir bien voulu répondre à nos questions


BIBLIOTHECAIRE

«Pour faire ce métier, il faut être curieux et se tenir toujours au courant de ce qui se passe.» en savoir plus

sur le réseau des bibliothèques de Caen la mer

bibliotheques.caenlamer.fr

15


jeux

16


extrait du poster à colorier illustré par Hélène Balcer disponible au Pavillon 10 quai François Mitterrand à Caen

lepavillon-caen.com 17


rallye urbain mardi 3 et mercredi 4 mars 2015

BALADE ARCHITECTURALE DANS LE CENTRE D’HéROUVILLE ST-CLAIR A l’occasion du mois de l’architecture contemporaine en Normandie 2015, la Maison de l’Architecture de BasseNormandie, la Maison des projets et la Ville d’Hérouville Saint-Clair ont invité les classes du minicitylab à participer à un rallye urbain, temps fort destiné à enrichir son regard sur l’architecture contemporaine. Munis de leurs livrets, les classes sont parties par petits groupes explorer le centre-ville à la découverte d’une dizaine de réalisations architecturales remarquables, de l’emblématique Château d’eau, symbole de la Ville, au commissariat, en passant par l’Espace d’activités Jean Monnet, la Cité Universitaire Flora Tristan, la Citadelle douce ou encore le terminus de la ligne de tramway.

18


19


rencontres

la Maison de la Recherche et de l’ImaginatioN mercredi 21 janvier 2015

Matthieu Debar Chargé de développement Culturel, FabLab Manager Relais d’Sciences

rencontre racontée par les élèves de CM2 de l’école Poppa de Valois à Hérouville Saint-Clair Mercredi 21 janvier, nous avons eu le plaisir de recevoir la visite de Matthieu Debar chargé de développement culturel à MRI. Il a bien voulu répondre à nos nombreuses questions. Voilà le compte rendu de l’interview.

Yandi - Pourquoi avoir choisi de construire la MRI à la presqu’île ? Car c’est un lieu de vie qui est proche du centre ville et qui est en pleine reconstruction. C’est aussi un lieu qui participe au renouveau de la ville. Noémie - Pourquoi construire ce nouveau bâtiment ? Car Relais d’Sciences n’a actuellement qu’un petit endroit qui ne permet pas d’organiser des évènements. Il fallait également un lieu plus visible. Ce lieu plus grand va nous faciliter le travail et permettre d’avoir plus d’activités et même d’avoir de nouvelles activités comme l’imprimante 3D. Ce lieu aura pour vocation essentielle «de rester curieux». Mathis - Qui pourra venir dans ce bâtiment ? Tout le monde car c’est un lieu qui se veut accessible, mais il sera plutôt tourné vers un public de 15 à 25 ans. Ness - Comment vous est-il venu l’idée de ce bâtiment ? Tout d’abord, nous avons fait un programme avec nos demandes techniques, notamment un bâtiment qui ne coûte pas cher et qui sort du commun. Ces demandes ont été ensuite envoyées à plusieurs cabinets d’architectes et nous avons sélectionné un cabinet qui nous a présenté le projet qui correspondait le mieux à nos critères.

en savoir plus sur le fablab de Caen :

relais-sciences.org/fablab

Maessane - Que signifie la MRI pour vous ? C’est avant tout plein de problèmes à relever, du stress. C’est un saut vers l’inconnu avec une nouvelle organisation à penser. C’est un peu comme l’entrée en 6ème pour les CM2. C’est aussi une énorme envie d’y être.

20

Océane - En quoi consiste votre métier ? Je n’ai pas de nom précis pour mon métier, je suis chargé de développement culturel. C’est un métier très large dans une petite association comme Relais d’Sciences. Je m’occupe d’organiser des événements, de la sécurité, je m’occupe aussi des relations avec les divers partenaires, pour finir, je suis chef d’atelier du FabLab. Zeynel - Etes vous bien payé pour ce que vous faites Oui, je suis justement payé pour ce que je fais. Louanne - Combien devra-t-on payer pour aller à la MRI ? Pour rentrer à la MRI, ce sera gratuit, mais pour certaines activités (ateliers, comme l’utilisation des machines du Fablab), ce sera payant mais pas trop cher (environ 5 euros les 2 heures). On s’inscrira et on payera en ligne. Ce sera un peu comme les cartes de piscine. Amandine - Qu’est qu’un FabLab ? C’est un lieu qui aide, avec le prêt d’outils, à réaliser des projets individuels ou collectifs. Par exemple, nous réfléchissons avec la maison du vélo à réaliser un kit pour électrifier les vélos. Nous allons aussi organiser un workshop en avril autour de la boucle d’oreille. Erwan - Comment se sert-on d’une imprimante 3D et quel logiciel utilise t-on ? Matthieu Debar nous a montré une vidéo du fonctionnement d’une imprimante 3D et nous a expliqué que d’abord il faut dessiner la forme souhaitée sur un logiciel de conception 3D comme le logiciel libre «Blender». Les plans sont ensuite transmis à l’im-


LE FABLAB

«C’est un lieu qui aide, avec le prêt d’outils, à réaliser des projets individuels ou collectifs.»

primante. Et l’imprimante assemble les matériaux couche après couche à la manière d’un mille-feuille. L’objet en 3D est un assemblage de couches comme si on empilait des feuilles les unes sur les autres. C’est une petite révolution car d’habitude on enlève de la matière à une pièce de plastique pour obtenir la forme souhaitée. L’imprimante 3D, quant à elle, ajoute des couches. L’imprimante 3D est une petite révolution, elle est le moyen pour n’importe qui de concevoir et produire des objets usuels et disponibles en un rien de temps. Mais elle permet aussi de réparer des objets cassés : par exemple de créer la petite pièce cassée qui empêche un objet de fonctionner et donc de ne plus le jeter mais le réparer. Julien - Y a-t-il d’autres machines que l’imprimante 3D dans le FabLab ? Oui, des outils pour l’électronique comme des oscilloscopes, des outils de découpe et de gravure laser, des machines à coudre et des brodeuses numériques. Toutes ces machines se nourrissent d’un modèle numérique de départ. Ces machines du FabLab vont permettre de créer ou de réparer des objets toujours dans un souci de partage. Rim - Est-ce qu’il y a des ratés avec

l’imprimante 3D ? Oui et il faut toujours un peu bricoler dessus mais cela ne pose pas vraiment de problème car nous savons monter et démonter ces machines. Rodrigue - Combien de temps cela dure pour fabriquer quelque chose avec l’imprimante 3D ? C’est relativement long, par exemple pour faire une petite tête de maitre Yoda, il faut compter 5 heures. Soumaya - Comment va être organisé l’atelier ? Matthieu nous montre le plan de la MRI. Il y aura 150 m2 d’atelier qui sera vitré pour que le public puisse observer et il sera divisé en 2 parties: une partie avec les machines dangereuses comme la fraiseuse, et une autre plus accessible avec les autres outils comme l’imprimante 3D. Julien - Qu’est ce que vous allez mettre dans ce bâtiment ? Au 1er étage, il y aura un plateau libre avec un bar et des espaces pour se divertir. Au 2ème étage, on aura un atelier, au 3ème les bureaux. Et le 4ème étage sera destiné aux événements (possibilité de le louer) avec une grande terrasse avec vue sur Caen et le dôme qui symbolise ce bâtiment.

21

Manon - Pour le nom de ce bâtiment: pourquoi ne pas avoir utilisé le mot rêve ? On peut créer tout ce que l’on veut mais pas un rêve qui reste inaccessible. A Relais d’Sciences on veut rendre les choses réelles. On n’a pas trouvé un autre nom que MRI. Davut - Si je n’étais pas convaincu d’aller à la MRI que me diriez-vous ? Déjà par curiosité, tu pourrais juste venir pour voir et découvrir. Ensuite, c’est facile d’y aller et en plus c’est gratuit. C’est ouvert souvent et en plus il y a des transports en commun pour y aller. On voudrait vraiment faire de la MRI, un lieu dans lequel on revient. Nous avons fini l’entretien en remerciant Matthieu du temps qu’il nous a accordé. Nous avons beaucoup aimé sa visite, surtout qu’il n’était pas venu les mains vides car il nous a rapporté des exemples d’objets fabriqués par l’imprimante 3D (une chaise dont le plan est libre, partagée par tous). Il nous a trop donné envie d’aller fabriquer notre objet à la MRI. Merci aussi à Elisabeth qui nous avait rapporté les plans de la MRI.


rencontres / MRI

LE LIVING LAB

« C’est un laboratoire vivant, imaginé et porté par les usagers. On pourra y faire des activités et tester des choses, dans le but de vivre mieux demain. » 22


Pour que l’on comprenne bien, il nous a demandé à quoi nous faisaient penser les mots : «TECHNIQUE et SCIENCES». Il a écrit nos réponses au tableau. Puis, il nous a demandé ce qu’on aimerait changer dans notre classe et il a écrit nos propositions (les murs, le tableau, les chaises etc…) sur des post-it jaunes qu’il a collé au tableau. Finalement, on a choisi de remplacer nos tables ! Ensuite, sur des post-it roses cette fois, il a écrit nos réponses. Nos nouvelles tables auraient une tablette incorporée, une poubelle de table fixée, un casier plus pratique, une lumière incorporée… On a réalisé que pour fabriquer un objet, il fallait imaginer, dessiner, créer, trouver de l’argent… De l’idée à l’objet, on a bien compris qu’il faudrait l’intervention de plusieurs personnes (architecte, artisan, designer etc…).

jeudi 29 janvier 2015

François Millet médiateur culturel et responsable du Living Lab Relais d’Sciences

rencontre racontée par les élèves de CM1 de l’école des Tilleuls à Mondeville François Millet, médiateur culturel et responsable du Living Lab, est venu dans notre classe nous parler de façon ludique de la MRI.

François Millet a dessiné la MRI au tableau et nous a montré que le RDC serait un espace ouvert: on peut passer sous le bâtiment ! Au premier étage, la living-zone est une grande salle avec des jeux vidéos, des tablettes etc… Au deuxième étage, le FabLab avec des ordinateurs, des machines. Au troisième étage, des architectes, des designers, des chercheurs se rencontreront pour parler de leurs projets. La MRI d’une hauteur de 32 mètres se termine par un beau dôme… qu’on aperçoit même du Viaduc de Calix ! Il a dit que la MRI ouvrirait au printemps 2015, c’est-à-dire bientôt ! A la fin, nous avons posé 20 questions à François Millet. Etes-vous architecte ? Non, je suis biologiste de formation. Si non, quel est votre métier ? Quel est votre rôle dans la MRI ? Médiateur culturel. Je suis chargé de missions au Living Lab. Je fais partie des personnes qui ont imaginé la MRI. Qu’est-ce que veut dire : « Maison de la Recherche et de l’Imagination » ? Rencontrer des gens, imaginer, fabriquer et transformer des idées en des choses qui existent pour de vrai.

en savoir plus

Pourquoi l’avoir construit à cet endroit ? C’est le seul endroit qui a été proposé.

relais-sciences.org

Qui va payer la construction de la MRI ? Relais d’Sciences grâce à différents financements tels que la Ville, la

sur les activités de Relais d’Sciences

23

Région, le Département, la CCI, les investissements d’avenir... Qui est l’architecte de la MRI ? Comment a-t-il été choisi ? Le Cabinet Bruther. Il y a eu un appel d’offre, on a reçu une centaine de propositions d’architectes. On en a gardé 5, puis un projet. A-t-il déjà travaillé pour d’autres bâtiments connus ? Il a fabriqué des écoles à Paris. Quelle est la hauteur de la MRI ? Entre 30 et 32 mètres.… Alors que le Tribunal et la BMVR font 18 mètres. Pourquoi ne pas avoir occupé l’espace du rez-de-chaussée à l’intérieur du bâtiment ? On pourra circuler sous le bâtiment, c’est comme si on était à l’intérieur, il pourra y avoir des évènements, des expositions… C’est quoi le «Living Lab» ? Que pourrat-on y faire ? C’est un laboratoire vivant, imaginé et porté par les usagers. On pourra y faire des activités et tester des choses, dans le but de vivre mieux demain. Pourquoi avoir choisi des mots anglais pour désigner chacun des étages ? Pour être compris par beaucoup de pays. Pourquoi avoir choisi un toit en forme de dôme ? C’est justement grâce au toit que l’architecte a été choisi. Ce sera un signal visible de loin, il pourra y avoir différents évènements, ce sera un point de vue panoramique sur la ville. Quand ouvrira la MRI ? Où en sont les travaux actuellement ? Au printemps 2015. Ils en sont au troisième étage. Qui pourra venir à la MRI ? Tout le monde. C’est surtout destiné aux lycéens et étudiants. Quel sera le tarif ? Il y aura des choses gratuites et d’autres payantes. A 10 ans, que pouvons-nous faire à la MRI ? On peut apprendre, imaginer ensemble, réfléchir. Rencontrer des gens qu’on ne rencontrerait pas autrement.


rencontres / MRI

mardi 3 février 2015

David Palussière architecte en charge du suivi du chantier, agence Bruther

rencontre racontée par les élèves de CM2 de l’école Authie Nord à Caen Quand il était petit, il adorait dessiner. Il aime bien aussi les images de synthèse. C’est pour cela qu’il est devenu architecte. On a parlé de ses études. Il a fait 5 ans d’études et 2 ans de stage en Suisse dans l’agence d’architecture Herzog & De Meuron. Il a été diplômé en 2011. Il a dessiné et réalisé des bureaux à Paris, l’église Saint-Paul à la Plaine Saint Denis (à côté du Stade de France) et la Maison de la Recherche et de l’Imagination à Caen. Il travaille depuis quelques mois avec l’agence Bruther. Elle a été créée par deux architectes Stéphanie Bru et Alexandre Thériot. Ils ont assemblé leurs noms de famille : Bru + Ther = Bruther. Il travaille beaucoup, toujours en équipe, et parfois la nuit. Pour faire un plan, cela peut prendre du temps. ça dépend du bâtiment : cela peut prendre 10 jours ou plus comme 2 ans.

David Palussière a comparé les coussins gonflés de la façade de la MRI à ceux utilisés par l’agence Herzog & de Meuron pour l’Allianz Arena, le stade de Munich en Allemagne.

en savoir plus

Son inspiration lui vient de livres, de films, d’autres bâtiments et de l’environnement qui l’entoure. Il aime le Centre Georges Pompidou à Paris et les bâtiments simples avec des grandes fenêtres, des formes géomêtiques pures.

sur les projets réalisés par les architectes de Bruther :

bruther.biz

24


Š Bruther

Coupe de la Maison de la Recherche et de l’Imagination

25


visites #2 De mars à mai 2015, les classes sont retournées sur les chantiers observer leur évolution. Certaines avaient rendez-vous avec des professionnels qui leur ont commenté l’avancement des travaux.

BMVR - 19 mars

BMVR - 10 avril

BMVR - 9 avril

Quand nous sommes passés tout près du bâtiment nous avons pu constater l'effet produit par les vitres bombées : on dirait des bulles. C'est très curieux !

L’extérieur du bâtiment est maintenant presque fini. Le bardage en verre et le vitrage sont maintenant posés et on ne voit plus la structure en poutres métalliques.

BMVR - 6 mai

nous sommes entrés dans la BMVr et avons découvert le grand espace au premier étage. C’est impressionnant !

BMVR - 29 mai

26


"

27

© Ville de Caen -François Decaens

découpe cette page suivant les pointillés pour te faire un poster du minicitylab


28

Š Bruther - Julien Hourcade


visites #2

MRI - 9 avril

MRI - 26 mars

David Palussière est arrivé pour nous parler, on l’a coupé dans son déjeuner ! On a été surpris de voir quelqu’un si jeune. On croyait que les architectes étaient plus vieux avec de la barbe et un costume ! MRI - 9 avril

Les ouvriers installent les vitres sur toute la partie centrale. La grue a disparu mais ils utilisent des engins de levage pour placer les vitres et les coussins gonflés sur les façades.

MRI - 10 avril

29


poésie

lectures

Un acrostiche est un poème dont la première lettre de chaque vers se lit verticalement et dont le contexte a un rapport avec ce poème. En voici un imaginé par les élèves de CM1 de l’école de Tilleuls (Mondeville) à propose de la BMVR et de la MRI :

Batiment en forme de croix Magnifique espace Vitres volumineuses et bombées Réalisation fantastique ! Mesure 34 mètres Recherche scientifique Interroger un architecte

Le Chantier D’ordinaire interdit d’accès au public, le chantier t’ouvre ici ses portes, et il s’en passe des choses ! Découvre ce que contiennent les algécos, observe le ballet des engins, supervise la construction d’un immeuble étape par étape et soulève la façade pour apercevoir les jolis labyrinthes que forment les conduits d’eau et d’électricité. Mais attention, le port du casque est obligatoire !

Poésie étudiée durant l’année par les élèves de CM1 de l’école de la Pigacière (Caen)

TOUTES LES MAISONS SONT DANS LA NATURE

Didier Cornille

Écrit par Sophie Amen et illustré par Aurélien Débat, paru aux éditions Le Vengeur Masqué, collection A l’intérieur en décembre 2011

Chantiers Un échafaudage De vingt-cinq étages Gardait dans sa cage Un morceau d’fromage A la page Bricolage A la fraise Bricofraise A l’amour Brique au four.

Didier Cornille

TOUTES LES MAISONS SONT DANS LA NATURE

toutes les maisons sont dans la nature

20/02/12 18:09

Une grue maline Du chantier voisin A volé la lune Au-dessus d’Melun C’est un ouvrier Qui l’a retrouvée Dans sa tasse de café Au lait. Alain Serres

Une petite histoire de l’architecture moderne t’est racontée à travers ces dix maisons signées par les plus grands architectes entre 1924 et 2002. Découvre ce qui fait l’essence de l’architecture, un jeu complexe de principes de constructions novateurs, d’usages et de fonctions singulières, la personnalité des créateurs, et, enfin, les enjeux et préoccupations de leur époque. Écrit par Didier Cornille, paru aux éditions Hélium en avril 2012

30


jeux

points à relier

MOTS MêLés Raye les mots de la liste cachés dans la grille. Les mots peuvent se trouver horizontalement, verticalement, en diagonale et de gauche à droite. Avec les lettres qui restent, découvre le mot mystère dont la définition est : nous le construisons ensemble.

b i b l i o t h e q u e u g m c h a n t i e r h L t v e r r e p o r t c l a r c h i t e c t e r d g c a e n d n a m f e o r n e o o u o s a g h z u v s m t u t q c a c e e i e a e r e u o r e r a f a b l a b e n e r m i m a g i n a t i o n

Dessine ta maison d’architecte !

ARCHITECTE BÉTON BIBLIOTHÈQUE BMVR BULLDOZER CAEN CASQUE CHANTIER

DÔME FABLAB GARE GRUE ÎLE IMAGINATION MAÇON MAISON

OMA ORNE PORT RECHERCHE RÊVE TGI VERRE

charade proposée par les élèves de CM1 de l’école des Tilleuls (Mondeville)

Mon premier fait de l’ordre. Mon deuxième est le participe passé du verbe «boire». Mon troisième est la dernière syllabe du mot «journal». Mon tout esT un batiment architectural caennais.

Qui suis-je ? solution de la charade : tri - bu - nal mot mystère des mots mêlés : FUTUR

31


«vous avez de la chance de vivre au XXIème siècle. Avec le FabLab, le rêve est possible !»

Matthieu Debar

responsable du FabLab - Relais d’Sciences

«Un matin d’hiver, rencontre d’une classe à la Folie Couvrechef : un peu d’inquiétude avant, saurais-je répondre à leurs questions, y en aura-t-il, comment meubler les silences ? En fait les questions fusent, très intéressantes, variées, elles me font découvrir des enfants qui ont préparé, qui attendent quelque chose d’une bibliothèque, qui en ont même visité à Amsterdam ! Je repars enchantée, j’ai rencontré les futurs usagers.» Noella Duplessis directrice de la biblitothèque - Caen la mer

«après le travail que vous avez réalisé pour mieux comprendre comment était construite la nouvelle bibliothèque, chaussez vos bottes ! venez découvrir l’état d’avancement de la réalisation. Ainsi, vous passerez du plan au réel. Ravie des questions précises et réfléchies que vous avez formulées lors de notre première rencontre, j’attends, comme vous je l’espère, cette prochaine visite.» Pascale Leillard directrice de la culture - Caen la mer

«Le temps passé avec les classes était très rafraîchissant : regards neufs et honnêtes, questions malicieuses et pertinentes... Le travail du minicitylab est définitivement à prolonger, et à étendre à d’autres horizons géographiques.» David Palussière architecte - Bruther

«Très touché par l’intérêt et la curiosité des élèves concernant la nature des activités qui vont se dérouler dans les différents espaces de la MRI. Très enthousiasmé par leur capacité à comprendre et s’approprier le concept du bâtiment. Et surtout une belle énergie des élèves et de leur enseignante pour “remixer” leur salle de classe lors d’un court exercice de Living Lab.»

«J’ai passé des moments très agréables avec vous grâce à nos échanges autour du projet de la BMVR. Avec votre intérêt et vos questions, vous m’avez paru être un groupe très éveillé et curieux, qualités essentielles des métiers créatifs comme celui d’architecte notamment. Merci de m’avoir donné l’opportunité de partager avec vous ma passion pour l’architecture. On se donne rendez-vous à l’ouverture : j’aurai hâte de connaitre votre avis sur le bâtiment fini !» Francisco Martinez architecte - OMA

François Millet responsable du Living Lab - Relais d’Sciences

en savoir plus sur le minicitylab

minicitylab.tumblr.com

32

MINICITYLAB MAG - juin 2015  

une publication du minicitylab - ateliers urbains jeune public mené par la Maison d'Architecture de Basse-Normandie

MINICITYLAB MAG - juin 2015  

une publication du minicitylab - ateliers urbains jeune public mené par la Maison d'Architecture de Basse-Normandie

Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded