Page 1

L’art de vivre in Thailand & Cambodia

13

FEB MAR

2019


Berda Claude International School International Cambridge Programme & Programme Franรงais de l'ร‰ducation Nationale

076 606 204

bcisphuket.com

info@bcisphuket.com


Latitudes

O U R SPO NSO RS

DI S TR IBUT ION BANGKOK / PHUKET CHIANG MAI / PATTAYA KOH SAMUI / KOH TAO KOH PHANGAN /CAMBODIA

EDITO FUMEUX

Q

DIRECTOR Caroline Laleta Ballini +66 (0)869 504 961 carolinelaleta@gmail.com

Q

L

CHIEF EDITOR Christophe Chommeloux +66 (0)918 233 500 chris.choms@gmail.com

es pessimistes visions de l’avenir imaginées par les scénaristes de SF semblent lointaines et exagérées. Pourtant, qui se balade à Bangkok en 2019 se retrouve étrangement dans le décor brouillardeux de Blade Runner, envahi de néons et d’écrans publicitaires. Qui fréquente les cocktails en ville se croirait facilement dans Brazil. Question d’esthétique...

t

ASSOCIATE EDITOR Catherine Vanesse +66 (0)884 510 350 cvanesse@gmail.com

'

Mais les brumes ne comptent pas pour des prunes. Ces temps-ci, on a parfois plus que l’impression de se faire enfumer. L’œil rivé sur l’AQI, Air Quality Index, qui indique un taux majeur, on fait Pouce ! De qui smog-t-on ?

È

Les autorités, débrouillardes, ont eu une drone d’idée : arroser le nuage toxique à l’aide d’engin volants et du haut des immeubles. A quand un Manneken-Pis géant au carrefour du pont Belgo-Thaï ? S’il ne s’agit que de faire pleuvoir, alors on danse !

BUSINESS DEVELOPMENT MANAGER Hervé Duprat +66 (0)937 198 098 herveduprat@hotmail.com

PR & JOURNALIST Nalinee (Nune) Udomsinn +66 (0)925 769 940 nalinee@1296-chiangmai.com

Up in Smoke

C O NT R IBU TOR S Catherine Vanesse, C. Chommeloux, Micheline Starr, Tiphaine Mallegol, C. Laleta Ballini, Dominique Anger, Max Constant, Laurence Labadens, Etienne Tr ipelon, Carole Isoux,Vorasulisi Songcharoen, Marine Wolf, Ghislaine Bovy, Capitaine Chester, Chom’s, Laure Dupuy, Pierre Herubel, Vijitra Duangdee, Justine Hermant PH OTOS Cover Illustration: Jisbar Elephant Parade ®, IsoPixel, Tiphaine Mallegol, Fabrizio la Torre, Marine Wolf, François Gourlez, Fredrik Divall, Catherine Vanesse, Justine Hermant, Dominique Anger, C. Laleta Ballini, Ghislaine Bovy, Pimclick,Vijitra Duangdee PRI NTER Print City Co., Ltd. Bangkok

Pessimistic visions of the future by SF scenarists might look rather far away and exaggerated. But who hangs around Bangkok in 2019 weirdly finds themselves in the foggy set-up of Blade Runner, invaded by neon lights and advertising screens.Who haunts the cocktails downtown might as well feel as if in Brazil. Aesthetic matters… Play Misty for Me, one might fume these days, eyes stuck on AQI, the Air Quality Index showing you its middle finger with unbelievable pollution rates. Thumbs up! Out of the smog, authorities got an idea: to spray water on the toxic cloud with drones and from the top of sky scrappers. Imagine a giant MannekenPis above the Thaï-Belgian bridge, or, if that’s rain we want: Let’s Dance! Christophe Chommeloux

MAGAZINE BIMESTRIEL INDÉPENDANT EN FRANÇAIS ET EN ANGLAIS INDEPENDANT BIMONTHLY MAGAZINE IN FRENCH AND IN ENGLISH STUDIO SO WHAT CO., LTD. 2/2 Moo 10, T. Chalong, A. Muang, Phuket 83130 Thailand

contact@magazinelatitudes.com - www.magazinelatitudes.com 03


66

BEST PART OF THE JOURNEY

STOPOVER

IN ISTANBUL

HOTEL

1 NIGHT IN A 4 STAR HOTEL FOR ECONOMY CLASS

FREE HOTEL

2 NIGHTS IN A 5 STAR HOTEL FOR BUSINESS CLASS

EUROPE, MIDDLE EAST, AFRICA

+662 231 0300 freehotelthailand@thy.com

turkishairlines.com


© Jisbar

SOMMAIRE

Contents

16 ACTUALITÉS

Notre sélection d'infos en Thaïlande, au Myanmar, au Cambodge et en France

© Justine Hermant

Jisbar, Pop Art à part

© Catherine vanesse

08

08 COUVERTURE

70 SERIES & CINEMA Vos prochaines séances

74 INTERVIEW

82 ATTRACTION

© IsoPixel

A l’assaut de Tham Luang

88 VILLAGE GLOBAL

Le franc-parler du Général Surachate

96 60

82 74

Lost Dog © Aurèle / P.Tendercool

Tham Luang, du sauvetage au tournage

96 ESCAPADE

Bang Krachao, Respirer...

102 YACHT SHOW & RENDEZVOUS Yachts pour tous et tous pour yachts!

COVER 08

So Jisbar

NEWS 16

What happens in Thailand, Myanmar, Cambodia and in France?

CINE 70

88 102

Your next shows…

INTERVIEW 74

© Thailand Yacht Show & RendezVous

Kata marrant

© Thamarong Wanarithikul

16

106 KATA ROCKS SUPERYACHT

Tham Luang, Action!

ATTRACTION 82

Breakthrough of Tham Luang © Kata Rocks

GLOBAL VILLAGE 88

We Spoke with “Big Joke”

ESCAPADE 96

Bang Krachao Just Breathe

YACHT SHOW & RENDEZVOUS 102 Phuket, The RendezVous

KATA ROCKS SUPERYACHT 106 Kata Rocks the Party!

106 05


© Lamima

SOMMAIRE

112

Contents

110 KINGS CUP

Kata Rocks offre une King's Cup

112 LAMIMA BOAT

Lamima, laissez-vous embarquer

116 FESTIVAL

126

116

© IsoPixel

Wonderfruit, fruits magiques

126 VIE NOCTURNE Vitamine Koish

128 DIGITAL LIFESTYLE La réalité virtuelle en pratique

132 ART

Vases communiquants

136 COMMUNICATION

Communiquer à dos d’éléphant

110

Natalie Glebova & Pashmina P., lectures croisées © Elephant Parade

© Nino

136

138 PORTRAITS

132

148 SHOPPING Livres et Design

KING CUP 110

© Pimclick

Regatta on the Rocks

LAMIMA BOAT 112 Just get on board

FESTIVAL 116

Wonderfruit, Seeds of Wonder

128

NIGHTLIFE 126

© IsoPixel

138

© IsoPixel

The Sound of K

DIGITAL LIFESTYLE 128 Virtual Reality in practice

ART 132

Nino Returns

COMMUNICATION 136 B2B, Trumpet your Message

PORTRAITS 138

Natalie Glebova & Pashmina P., Aren’t They Winning?

138 06

SHOPPING 148 Books and Design


Enter Projects

www.enterprojects.net

Commercial Residential Hospitality Perth

Phuket

Sydney

Bespoke Lighting Award Winning Architecture Redefining Interiors


10


A RT Catherine Vanesse

Well set at the forefront of new French pop art, Jisbar paints snapshots from life on the canvas in flashy colors and with secret messages. As an experienced world traveler, the artist perhaps knows the airports of the cities better than the cities he visits themselves. From San Francisco to Venice and London, Jisbar is now bringing his paintbrushes for the first time to Bangkok.

JISBAR

POP ART À PART So Jisbar!

P

longé dans les milieux de l’art et du skate depuis l’enfance, Jisbar a grandi un pinceau à la main entre des visites d’expositions et des discussions avec les artistes dont sa mère collectionnait les œuvres. Originaire de Val-d’Isère et désormais installé à Paris, le trentenaire n’a pourtant pas suivi un parcours classique et se définit plutôt comme autodidacte influencé par l’énergie d’Andy Warhol et l’audace de Jean-Michel Basquiat, ainsi que par les icônes de sa génération et les médias.

JISBAR HAS BEEN IMMERSED IN THE WORLD OF ART AND SKATING SINCE CHILDHOOD, AND HE GREW UP WITH A PAINTBRUSH IN HAND BETWEEN VISITING EXHIBITS AND TALKING WITH THE ARTISTS HIS MOTHER WOULD COLLECT. Originally from Val-d’Isère and now living in Paris, the thirtysomething has had an unusual career, defining himself more as a self-taught artist influenced by the energy of Andy Warhol and the boldness of Jean-Michel Basquiat, as well as by the icons of his generation and the media.

Figure de proue du nouveau pop art français, Jisbar pose sur la toile des instants de vie aux couleurs flashy et aux messages secrets. Globe-trotter invétéré, l’artiste connaît mieux les halls d’aéroports que les villes qu’il traverse, de San Francisco à Venise en passant par Londres, Jisbar pose pour la première fois ses pinceaux à Bangkok. 09


POP

10

Street artiste, pop artiste ou street pop artiste, Jisbar accepte toutes les étiquettes : « J’aime bien dire que je suis juste peintre. J’ai une appétence pour le pop art, dans le passé, j’ai souvent repris Mickey par exemple. Au bout d’un moment, je trouvais que je tournais en rond et que tout le monde jouait avec les mêmes icônes. J’ai commencé à utiliser d’autres sujets plus classiques comme la Jeune Fille à la perle de Johannes Vermeer, que je reprends à ma manière. Je me renseigne sur la toile d’origine, sur son histoire et je la détourne, je lui applique mon style. Je ne dirais pas que je suis pionnier, mais plutôt que le sujet a été peu utilisé et surtout parce que ça m’éclate », explique-t-il.

Whether he’s called an artist, pop artist, or street pop artist, Jisbar accepts all labels. “I like saying that I’m just a painter. I’m drawn to pop art, and in the past, for example, I would often use Mickey Mouse in my work. Eventually, I found myself going in circles and everyone was using the same icons. I started using other more classic subjects like the Girl with the Pearl Necklace by Johannes Vermeer, which I redid in my own style. I find out about the original painting and its history, and then I twist it and apply my own style. I wouldn’t say I’m a pioneer, but rather that the subject had rarely been used before, and above all, I have a great time doing it,” he explains.

Symbole d’une génération qui a grandi avec les personnages de Marvel, Mickey ou Astro le robot, Jisbar se passionne autant pour l’histoire de l’art que pour l’art de la rue et semble sans cesse chercher à prendre une longueur d’avance sur ses contemporains : « actuellement, il y a de plus en plus de talents, c’est un art en croissance et ça permet à cet art de rayonner. Il y a quelques années, à Paris, il n’y avait qu’une seule galerie qui mélangeait la street art et le pop art, aujourd’hui de plus en plus de galeries allient les deux. En France, dans le milieu de la pop-street-art, ils font tous des Mickey, des Picsou, c’est très bling-bling, j’essaye de me détacher de ces influences même s’il y a de très belles choses. Parfois, je me dis que ce n’est pas impossible que d’ici deux ou trois ans, ils fassent tous des Mona Lisa ».

Symbolic of a generation that grew up with the Marvel characters, Mickey Mouse, and Astro Boy, Jisbar is as passionate about art history as he is about street art, and he seems to be constantly trying to get ahead of his contemporaries. “Right now, we’re seeing more and more talent. This type of art is growing, which helps it to spread. A few years ago, in Paris, there was only one gallery that combined street art and pop art, but now there are more and more galleries that combine the two. In the world of pop-street art in France, they all use Mickey Mouse and Uncle Scrooge - it’s all very ‘bling-bling.’ I try to get away from these influences, even though they can be very beautiful things. Sometimes I tell myself that it would be no surprise if, in two or three years, they’ll all be doing Mona Lisas.”


CA S H

11


12


L OV E

Pablo Picasso, Salvador Dali, Johannes Vermeer, Frida Kahlo, Gustav Klimt… à l’aide de ses Posca, de sa peinture acrylique, de ses bombes fluo ou de collages, Jisbar réalise des œuvres teintées d’ironie et remplies de détails. « Mon objectif est de réunir de nombreux éléments, plus on se rapproche de la toile et plus on y découvre les différentes couches, je veux que les gens ne se lassent pas. Quand je peins, j’écoute de la musique ou la radio et souvent ce que j’entends apparaît dans mes toiles. En général, il me faut trois jours pour réaliser un tableau et le résultat représente comme une photographie des trois jours vécus dans mon atelier, s’il y a une fille qui me parle, je le note, quand j’ai changé de numéro de téléphone, pour ne pas l’oublier je l’écrivais sur mes toiles, pareil avec mon code wifi… c’est pour ça que je décris mes œuvres comme des instants de vie », précise-t-il. Artiste connu qui vit pleinement de son art, le jeune homme a commencé à peindre vers 7-8 ans et à vendre ses premières toiles vers 19 ans. Le succès s’est traduit par une série d’événements qui ont fait décoller sa carrière, comme le jour où un inconnu lui achète trois tableaux... Cet acheteur n’est autre que Norman « fait des vidéos » Thavaud, l’un des premiers Youtubeurs star français. « Il était au tout début de sa carrière, on voyait ma toile en arrière-plan de sa vidéo, ça m’a permis de trouver des galeries ». En 2016, il expose au Musée National de l’Histoire de l’immigration à Paris une toile monumentale qui représente ses valeurs et références culturelles en matière d’immigration. Parmi les invités de prestige qui visitent le musée : le président François Hollande, accompagné de nombreux médias. Une mise sous les feux des projecteurs qui lance véritablement sa carrière en France. Au niveau international, la marque de skateboard Santa Cruz organise une exposition itinérante à travers le monde avec dif-

After Pablo Picasso, Salvador Dali, Johannes Vermeer, Frida Kahlo, and Gustav Klimt, using his Posca markers, some acrylic paint, neon spray paint, and collages, Jisbar creates artworks tinged with irony and filled with details. “My goal is to combine several elements. The closer you get to the painting, the more you’ll discover the different layers. I want people not to get bored. I listen to music or the radio when I paint, and sometimes what I hear will appear in my paintings. In general, I need three days to finish a painting, and the result turns out something like a three-day photograph taken in my workshop. If a girl talks to me, I note it down. When I changed telephone numbers, I wrote it in my paintings so I wouldn’t forget it, just like with my Wi-Fi code, and so on. This is why I describe my works as snapshots of life,” he says. As a famous artist who lives his art to the fullest, the young man started painting at around the age of 7 or 8, and he started selling his first paintings at 19. His success led him through a series of events that made his career take off, like the day when a stranger bought three of his paintings. That buyer was none other than Norman Thavaud, as in “Norman Fait Des Videos,” one of the top French mega-YouTubers. “He was at the very beginning of his career. You could see my painting in the background of his videos, and this helped me find galleries.” In 2016, he was exhibited in the National Museum of the History of Immigration in Paris with a monumental painting representing his values and cultural references in terms of immigration. The prestigious guests who visited the museum included President François Hollande, along with several media representatives, which created a major spotlight on his work and truly launched his career in France. Internationally, the skateboard brand Santa Cruz has organized an exhibit traveling all over the world with different artists, combining young talents in the countries it visits. Jisbar joined this exhibit, which ended its journey

13


I N J I S BA R ’ S S H O E S

férents artistes et s’associe avec de jeunes talents au fil des pays traversés. Jisbar se retrouve partie prenante de cette exposition, qui se clôture à Santa Cruz en Californie, à deux pas de San Francisco où l’artiste trouve une galerie d’art pour le promouvoir. « De fil en aiguille, je ne travaille presque plus qu’à l’international, principalement à Los Angeles, San Francisco, Londres,Venise, Lausanne, en Australie… », précise-t-il. Il ne manquait dès lors plus que l’Asie au jeune français, qui revendique un quart d’origine chinoise, et c’est encore presque par hasard qu’il présentera une vingtaine d’œuvres exclusives à Bangkok, du 30 janvier au 13 mars au So Sofitel. « Un jour, j’ai posté une photo sur Instagram, Jisbar a commenté et de là on a commencé à échanger quelques messages, je suis allé voir ce qu’il faisait et j’ai adoré. En fait, on s’est rencontrés grâce aux réseaux sociaux » explique Laurent Macaluso, directeur de Mozart Advisory, qui organise l’exposition et représente Jisbar en Asie. L’artiste s’en réjouit : « Je suis super content de venir à Bangkok. J’aimerais avoir avec moi des pochoirs pour customiser des sacs ou des t-shirts de gens pour apporter un côté interactif à l’événement. Ensuite, il devrait y avoir une after-party avec un côté moins formel et là… » Outre ses toiles, Jisbar collabore régulièrement avec le milieu de la mode, customisant des chaussures de la marque JM. Weston ou réalisant une collection capsule de T-shirts et de sacs pour Armani : « Je reçois des propositions tous les jours, pour des expositions ou des collaborations, je n’accepte pas n’importe quoi, il faut que ce soit éthique, profitable pour mon art et que mon art apporte une plus-value au projet que ce soit pour de grandes marques ou des moins connues. Par le passé, j’ai peint sur du cuir de crocodile ou d’autruche, aujourd’hui je ne le fais plus, par choix moral. Dans le futur, j’aimerais réaliser une collection entière pour une marque de fringues ». Toujours en mouvement et jamais à court d’idées, après son passage à Bangkok, le jeune homme sera à Los Angeles avant de participer pour la troisième fois à la Biennale de Venise. « Je suis un adepte des projets fous, j’aimerais peindre un avion ou un bateau, voir même réaliser un Live painting dans un hélico ou sur un immeuble ! Là, je m’apprête à toucher le milieu asiatique et je suis sûr que je vais kiffer ! » conclut-il avec enthousiasme. n

14

in Santa Cruz, California, near San Francisco, where the artist found an art gallery to promote his work. “One thing led to another, and I started working almost only internationally, mostly in Los Angeles, San Francisco, London, Venice, Lausanne, and in Australia,” he says. From the list, the young French artist, who is one-quarter Chinese, was only missing Asia, and it was almost by accident that he would present some twenty works exclusive to Bangkok, from January 30 to March 13 at the So Sofitel. “One day, I posted a photo on Instagram. Jisbar commented on it, and from that, we started sending each other a few messages. I went to see what he was doing, and I loved it. In fact, we met thanks to social media,” explains Laurent Macaluso, the director of Mozart Advisory, who is organizing the exhibit and represents Jisbar in Asia. The artist is thrilled. “I’m really happy to come to Bangkok. I’d like to carry stencils with me to customize people’s bags or t-shirts to give an interactive dimension to the event. Then, there ought to be an after party that’s less formal, which should be fun.” Besides his paintings, Jisbar regularly collaborates with the world of fashion, customizing shoes from the JM Weston brand, or creating a capsule collection of t-shirts and bags for Armani. “I get proposals every day for exhibits or collaborations, but I don’t accept all of them. It’s important for it to be ethical, profitable for my art, and for my art to bring value to the project, whether it is for large brands or ones that are less known. In the past, I used to paint on crocodile and ostrich leather, but I don’t do this anymore as an ethical choice. In the future, I’d like to do an entire collection for a clothing brand.” Always on the move and never short of ideas, after his time in Bangkok, the young man will be in Los Angeles before taking part for the third time in the Biennale of Venice. “I love crazy projects. I’d like to paint an airplane or boat, or even do a live painting in a helicopter or on a building! Right now, I’m preparing for Asia and I’m sure I’m going to love it!” he says with enthusiasm. n

Jisbar’s Playground Exhibition  So Sofitel, du 30 janvier au 13 mars / From January 30 till March 13  www.so-sofitel-bangkok.com/so-happening/jisbars-playground  www.jisbar.jimdo.com  www.instagram.com/jisbar  Laurent@mozart-advisory.com  www.mozart-advisory.com  www.instagram.com/Laurent_mozart


SO / BANG K O K 2 N O R TH SA TH O R N R D., BA N G R A K 10 5 0 0 - BA N G KO K | TH A I L A N D T +6 6 26 24 0 0 0 0 F +6 6 26 24 0 111

JISBAR’S

so-sofitel-bangkok.com s ofite l.com

O PE N I N G N I G H T OF EX H IBITION

J I S B A R ’ S PLAYG ROUND C URAT E D B Y LAUR ENT MACALUSO W E DNE S DA Y, 30 J AN UARY 20 19. 6:3 0PM - 9:30 PM . TH PA R K LO BBY, 9 FLOOR. A S URPRI S E COMES A L ONG WITH L IVE P A INTING BY JISBA R W E LC O M E D RINKS FR OM 6:3 0P M - 8:00P M A N D M I N G LE WITH JISBA R A R TIST TIL L L A TE. RS V P B Y M O NDA Y , 21 JA NU A R Y 2019 T E L: 0 2 624 0000 OR EMA IL : H 683 5 -CO1@SOFITEL . COM

PLAYGROUND


H E A RT AT A RT Latitudes Team

And the first Bangkok Art Biennale came to a close with a highlight of the cultural season: Galleries' Night...

Galleries’ Night Wheels of Style

T LA NUIT DES GALERIES L’ A RT À PORTÉE DE TUK-TUK Et la première Bangkok Art Biennale se referma sur un moment fort de la saison culturelle : la Nuit des Galeries...

16


A RT E R R E S

8 AM © Thamarong Wanarithikul

KATHMANDU PHOTO GALLERY

17


18 PAINTFA GALLERY

ILFORD GLERIE BANGKOK © Michel-Aniol_Meike-Kuhnert

JOYMAN GALLERY Art and Life © Watcharapat Kongkhaow

FREAK LAB Lowanna © Chamnan Chongpaiboon

EmotiKhon! © FREAKLab

© newtNUIT2019

© Milasuki

© Zhang Kechun

JAM

© The Knack Market

WOOF PACK © ElenaCostelian_Couleur Café

BKK SCREENING ROOM © Woof Pack

MOST GALLERY

Yellow Eyes © Ekarat Aroonrat

© Paintfa Chan

© Charuwan Noprumpha

ALLIANCE FRANÇAISE

© Braulio Amado

© Viraj "Andrew" Bunnag

© tommy mojitoi

F R I DAY 1 F E B RUA RY

NEW-TERRITORIES / M4 / LAB

LA LANTA FINE ART

SATHORN 11 ARTSPACE

PROJECT 189 BKK TENTACLES

SANGNUAL LAB

SPEEDY GRANDMA

THE JAM FACTORY


SERINDIA GALLERY NUMBER 1 GALLERY

BRIDGE ARTS SPACE

CARTEL ART SPACE © Inverso Mundus by AES+F

Bullet School © Sawangwongse Yawnghwe

Animal Instinct © Loveletters

© Bruno Tanquerel

© ATTA Gallery

TANQUEREL STUDIO

© Roaming through the fantasy land

PAWDY LIFESTYLE © Number 1 gallery

RIVER CITY BANGKOK

© Kanitharin Thailamtong

© Yvan Cohen

ATTA GALLERY

© Kamol Phaosavasdi

Round Collection © PATAPiAN

© Slure

SLURE ART SPACE

8 AM © Thamarong Wanarithikul

1PROJECTSGALLERY ©Subdued

© Pichat Klunchun Dance Company

ARTIST+RUN

1901 - Kan Nathiwutthikun

© Monstrous Phenomenon

S I L O M / S AT H O R N / R I V E R S I D E

GALERIE ADLER

H GALLERY BANGKOK

BANGKOK ART BIENNALE @BAB BOX

RIVER CITY BANGKOK

GALLERY VER P. TENDERCOOL GALLERY

KATHMANDU PHOTO GALLERY

19


© Lotus Babies©Dinh Q Le

TANG CONTEMPORARY ART

20 10ML. CAFE GALLERY © Piyatat Hemmatat

ROM DESIGN © Sundae Kids

© Chatchai Puipia

© A Space of Ambiguity

© Sacha Circulism

S.A.C GALLERY

© Rebel Art Space

© WTF Gallery

© Rom Sangkavatana

KALWIT STUDI & GALLERY

© ชเว จอง ฮวา

Traveling with Supmanee’s Arts ©Supmanee C

S AT U R DAY 2 F E B RUA RY

NUMTHONG GALLERY

YELO HOUSE

WTF GALLERY

RMA GALLERY

BANGKOK ART AND CULTURE CENTRE REBEL ART SPACE


A R I / PAT H U M WA N / S U K H U M V I T

WTF GALLERY © Yuthana Siripon

© Maismanos

JM THOMPSON ART CENTER © Rungphan Burootchat

GALLERY G23

BANGKOK ART AND CULTURE CENTRE

Waiting ©Jedsada Tangtrakulwong

© BACC

NOVA CONTEMPORARY

©Tars Gallery

TARS GALLERY

10ML CAFE GALLERY

© khae

© Palim

©100 Tonson Gallery

100 TONSON GALLERY

Singto_s Yangyu © Leo SIingto Gauvain

GALERIE OASIS

UNI.VERT © Sirawit Kuwawattananont

WINDOW GALLERY

© Sandy Suchat

GOJA GALLERY CAFÉ

LIV_ID COLLECTIVE © Adrienne Elise Tarver

© Toynado

BUFFALO BRIDGE GALLERY

©Maki Ishii

CASE SPACE REVOLUTION

21


BA N G KO K Latitudes Team 1-17 MAR

© elephantparade®

16-28 FEB

MÂTIN, 2 ANS ! Latitudes entame sa troisième année de parution ! Pour marquer le coup, nous avons réuni TOUS les artistes qui ont fait la couverture du magazine, pour une exposition exceptionnelle au Subhashok the Arts Centre (S.A.C.).

D

es lignes vivaces de Hom aux scènes drolatiques d’Ingo, des esquisses légères de Virginie à la destruction créatrice de Vhils ou Soichiro, les styles s’entrecroisent. Mardi, le personnage fétiche d’Alex, rencontre les silhouettes des compositions surréalistes de Daan. Les émouvants visages des carnets de voyage de Stéphanie posent leur profond regard sur les lignes envoûtantes de Chapsayarot, les classiques remixés par Jirapat répondent aux instinctifs rolls de Raphaël et Nakrob colle et décolle.

Peinture, illustration, dessin, sculpture, street art, pop art, collages, installations... Depuis le début, l’équipe de Latitudes garde l’esprit curieux et ouvert à toutes les formes d’art. Pendant deux ans nous n’avons eu de cesse de mettre en avant des artistes locaux et internationaux dont les œuvres se sont révélées de véritables coups de cœur, des artistes, qui tout comme la ligne éditoriale du magazine jouent pleinement un rôle dans le développement de riches échanges entre les cultures thaïes, cambodgiennes et occidentales.

22

Deux ans ! 2020 pages, des milliers de kilomètres parcourus entre Chiang Mai, Bangkok et Phuket, Tao, Samui et Lanta, Siem Reap et Phnom Penh, Singapour et Hô Chi Minh, Paris et Bruxelles pour partir à la rencontre de ces 13 artistes, un nombre incalculable d’heures à découvrir les musées, les galeries et tout ce que la riche scène artistique de la région offre de meilleur, sans oublier bien sûr tous les autres sujets qui constituent le fond du magazine : l’art de vivre. Pour célébrer le franchissement de ce cap, Latitudes organise une exposition d’œuvres des 12 artistes ayant fait la couve du magazine pendant ses deux premières années, + 1 ! Jisbar, le pop-artiste français en Une du numéro anniversaire qui entame notre troisième année, a en effet customisé un exemplaire unique de cette couve au format 120 x 160 cm.  Vernissage & soirée d’anniversaire : samedi 16 février Les œuvres seront bien entendu proposées à la  Exposition So What : du 16 février au 17 mars vente, autant d’occasions de s’approprier une  www.facebook.com/sacbangkok part de l’histoire de Latitudes.  www.sac.gallery  www.magazinelatitudes.com


BA N G KO K

Latitudes embarks upon its third year of publication! To mark the occasion, we brought together ALL the artists who made it to the cover for a one-of-a-kind exhibition at Subhashok the Arts Centre (SAC): So What.

SOSOWHAT, WHAT, MILESTONE MILESTONE

FROM HOM’S UNFADING LINES TO INGO’S FARCICAL SCENES, from Virginie’s light sketches to Vhils’or Soichiro’s creative destruction, the styles intersect. Mardi, Alex’s favorite figure, meets the shapes of Daan’s surrealist compositions. The moving faces of Stéphanie’s travel journals look deep into Chapsayarot’s captivating lines, the classics remixed by Jirapat respond to Raphaël’s instinctive rolls, and Nakrob sticks and unsticks. Painting, illustration, drawing, sculpture, street art, pop art, collages, installations... The Latitudes team has always been curious and open to all forms of art. For two years, we’ve continually featured local and international artists whose works have proven to be real showstoppers, artists who, like the magazine’s editorial policy, are fully committed to developing rich exchanges between the Asian and Western cultures. Two years! 2,020 pages, thousands of kilometers traveled between Chiang Mai, Bangkok, and Phuket, Tao, Samui, and Lanta, Siem Reap and Phnom Penh, Singapore and Ho Chi Minh, Paris and Brussels to meet these 13 artists, countless hours to explore the museums, galleries, and the best of everything the region’s rich artistic scene has to offer, not to mention, of course, everything else that makes up the essence of the magazine: l’art de vivre.

10

11

AUG SEP

2018

L’art de vivre in Thailand & Cambodia

L’art de vivre in Thailand & Cambodia

12

FRANÇ AIS ENGLISH

FREE MAGA ZINE

GUIDE 40 PAGES

CULTURE NE WS

VOYAGE LIFEST YLE

WWW.MAGAZINE LATITUDES.COM

OCT NOV

2018

FRANÇ AIS ENGLISH

FREE MAGA ZINE

GUIDE 40 PAGES

CULTURE NE WS

VOYAGE LIFEST YLE

WWW.MAGAZINE LATITUDES.COM

L’art de vivre in Thailand &

Cambodia

DEC 2018 JAN 2019

To celebrate this milestone, Latitudes is organizing an exhibition of works by these 12 artists who designed the magazine’s cover during its first two years, +1! In fact, Jisbar, the famous French pop artist who features on the new issue’s front page, has created a customized copy of this cover in a 120x160cm size. Of course, the artworks will be on sale, providing many opportunities to own a piece of Latitudes’ history. Opening & anniversary party  Saturday 16 February, 7pm So What exhibition  From February 16 to March 17  www.facebook.com/sacbangkok  www.sac.gallery  www.magazinelatitudes.com

23


BA N G KO K Latitudes Team

© Stéphanie Ledoux

STÉPHANIE LEDOUX SOUS TOUTES LES LATITUDES 12 FEB

12-28 FEB

Stéphanie Ledoux, l’artiste française qui a fait la couverture du sixième numéro de Latitudes, exposera ses dessins de voyages pour la première fois en Thaïlande, à l’Alliance française.

G

lobe-trotteuse passionnée de dessin, Stéphanie Ledoux partage son temps entre Toulouse et ses voyages au long cours, dont elle revient les bras chargés de magnifiques carnets illustrés. De croquis pris sur le vif dans des conditions précaires, elle crée ensuite dans son atelier de magnifiques toiles et des coffrets de voyages. Qu’importe le format, les regards se révèlent aussi intenses que touchants et son art constitue le reflet d’une sensibilité maîtrisée exprimant la synthèse d’un face-à-face culturel saisissant. Sa démarche, toujours plus généreuse, questionne sur le rapport des êtres humains entre eux.

A GLOBETROTTER WITH A PASSION FOR DRAWING, Stéphanie Ledoux shares her

Vernissage le 12 février en présence de l’artiste

time between her studio in Toulouse and her extensive travels, from which she returns with an armful of magnificent travel journals. From sketches taken on the spot in precarious conditions, she creates exquisite paintings or travel boxes in her studio. No matter the format, the looks are as intense as touching; her art reflects a controlled sensitivity and the synthesis of a striking cultural face-toface. Her ever more generous approach questions the relationship of human beings to each other. After four books published and thirty exhibitions that led her from Paris to Rangoon via London and Tanzania, Stéphanie Ledoux will exhibit a selection of canvas at Alliance française from February 12 to 28, in collaboration with Latitudes. Opening on February 12 in the presence of the artist

 www.afthailande.org  www.stephanie-ledoux.blogspot.com

 www.afthailande.org  www.stephanie-ledoux.blogspot.com

Après 4 livres publiés et une trentaine d’expositions qui l’ont menée de Paris à Rangoon en passant par Londres et la Tanzanie, Stéphanie Ledoux exposera une sélection d’œuvres à l’Alliance française du 12 au 28 février, en collaboration avec Latitudes.

24

Travels on Canvas French artist Stéphanie Ledoux, who made the cover of Latitudes 6, will exhibit her travel paintings for the first time in Thailand, at the Alliance française.


BA N G KO K

Bangkok au féminin pluriel

A Galerie Adler

La Galerie Adler est située en plein cœur du quartier culturel de Bangkok. Les expositions sont consacrées aux artistes les plus connus de la scène internationale comme Jarasporn Chumrsri et ses peintures à l'huile caricaturales, les sculptures en bronze terra-cotta de Lui Bolin, les peintures acryliques de Yin Kun, les peintres thaïs les plus en vue de leur génération comme Attasit Pokpong, Panjarat Polpluek et bien d'autres. En coordination avec son autre adresse à Paris, la mission de la galerie est d'exposer des peintures, sculptures et photographies issues d'artistes locaux et internationaux. Aujourd'hui la Galerie Adler est devenue une destination incontournable pour tous les collectionneurs mais aussi pour les amateurs du monde entier. GALERY ADLER is located right in the heart of Bangkok cultural disctrict. The exhibition program includes leading international artists such as the caricatural oil paintings of Jaraporn Chumrsri, the bronze terra-cotta sculptures of Lui Bolin, the acrylic works of Yin Kun, Thai artists like Attasit Pokpong, Panjarat Polpluek and many others. In collaboration with its sister branch in Paris, the gallery's mission is to exhibit paintings, sculptures and photographies from both local and international artists. Today Galerie Adler is known as a mustgo destination for art collectors and lovers from all over the world.   373/2 Charoen Krung Soi 45 Bangkok,   BTS Saphan Taksin   contact@galerieadler.art   +66 (0)990 163 073   www.galerieadler.art

près le succès des précédentes éditions, le Festival du Féminin®, sous l’impulsion de Sylvie Baradel, revient à Bangkok les 15 et 16 mars 2019 au Swissôtel, pour un événement uniquement réservé aux femmes. Ce rendez-vous invite en effet les femmes de toutes les cultures à vivre une expérience d’éveil et d’autonomisation, dans un environnement sécurisé et intime. À travers des ateliers interactifs, le festival les relie à travers le monde et les invite à deux jours d’un magnifique voyage intérieur pour découvrir, ressentir et connecter les multiples facettes et espaces de leur féminité. Au programme, une vingtaine d’ateliers animés par des spécialistes locales et internationales expérimentées et reconnues telles que des thérapeutes, ethnologues, sexologues, conférencières, écrivaines, chamanes, danseuses, peintres, énergéticiennes, coachs, guérisseuses, sages-femmes, ou encore... femmes sages ! Parmi les activités, et suite à la campagne #DontTellMeHowToDress, un panel de discussion sous le thème « C’est mon corps »

15-16 MAR

accueillera des Thaïlandaises influentes telles que Cindy Sirinya Bishop, Sophirat Muangkum, Hunny Cholaphansa Narula, Chitsanupong « Best » Nithiwana et Angeli Jagota, qui partageront leurs idées, leurs espoirs et leurs défis pour l’émancipation et le développement des femmes. Fondé à Paris, ce mouvement de solidarité se déroule désormais se déroule désormais dans une dizaine de 10 pays (Canada, États-Unis, Mexique, Colombie, Inde, Maroc, Singapour, Hong Kong, Malaisie et Thaïlande) et de nouveaux projets ont été lancés en Indonésie, au Japon et au Moyen-Orient.  www.festivaldufeminin.com/fr-bangkok affiche_bangkok2019_v2:affiche_bangkok_A4_engl 06/11/2018 21:31 Page1

Interactive workshops . Red Tent . Celebration evening . Open space

www.festivaldufeminin.com/en/bangkok2019 4th edition

FESTIVAL du FÉMININ A transformative journey for women by women

BANGKOK

15-16 March 2019 « An essential experience to live and share ! »

2018 festival du feminin Bangkok 2019 fdfbangkok@gmail.com / tel : +66 (0)85 0204 777 / #fdfBKK2019

Bangkok Sisters AFTER THE SUCCESS OF THE PREVIOUS EDITIONS, THE FESTIVAL DU FÉMININ®, UNDER THE INITIATIVE OF SYLVIE BARADEL, IS COMING BACK TO BANGKOK FOR A WOMEN-ONLY EVENT ON MARCH 15-16 AT SWISSÔTEL. The Festival du Féminin® is an event for women of every culture to experience awakening and empowerment in a safe and intimate environment. Through interactive workshops, the Festival links women all over the world to gather and connect with each other and invited them to a 2-day experience of a beautiful inner self-journey to discover, feel, contact and connect the multiple facets and spaces of their femininity. The program comprises 20 interactive creative workshops guided by an array of experienced and acclaimed local and international facili-

15-16 MAR

tators. Included among them are therapists, lecturers, writers, shamans, dancers, painters, singers, energetic healers, coaches, midwives or wise women. Among the activities and following the #DontTellMeHowToDress campaign, a panel discussion “This is my body” will see some inspiring Thai women, like Cindy Sirinya Bishop, Sophirat Muangkum, Hunny Cholaphansa Narula, Chitsanupong “Best” Nithiwana and Angeli Jagota sharing their thoughts, hopes and challenges to empower women. Founded in Paris, this sisterhood movement has since developed in more than 10 countries (Canada, USA, Mexico, Colombia, India, Morocco, Singapore, Hong Kong, Malaysia, Thailand) while new projects are initiated in Indonesia, Japan, and the Middle East.  www.festivaldufeminin.com/en/bangkok

25


BA N G KO K 21-24 FEB

FLORALE ET MORALE

L’

unique et traditionnelle Nai Lert Flower & Garden Art Fair se déroulera cette année sous le thème du « carnaval floral », avec un tapis floral figurant, avec ses 575 mètres carrés, parmi les plus grands jamais créés en Asie. Dans la droite ligne de l’héritage de la plus ancienne et plus prestigieuse exposition horticole de Thaïlande, fondée par Thanpuying Lursakdi Sampatisiri en 1983, la Nai Lert Flower & Garden Art Fair 2019 constituera une fois de plus une attraction majeure pour les amateurs de décoration florale, d’art et d’artisanat. L’édition 2019, qui se tiendra du 21 au 24 février au Parc de Nai Lert, au cœur de Bangkok, mettra l’accent sur la tradition et l’artisanat thaïlandais, à travers des activités artistiques et culturelles destinées à encourager la jeune génération à préserver et apprécier la nature et ses ressources. Miss Naphaporn Bodiratnangkura, présidente de the Nai Lert Flower & Garden Art Fair 2019, espère une participation à la hauteur de celle de l'année dernière, avec plus de 10000 visiteurs thaïlandais et étrangers.  Park of Nai Lert, Soi Somkid, Ploenchit Rd, Bangkok  Tickets : 150 bahts pour les adultes et 80 bahts pour les enfants et les étudiants.  Tous les bénéfices de l’événement seront reversés à « Children’s Hospital Foundation. »  www.flowerandgardenfair.nailertgroup.com  www.facebook.com/nailertflowerandgardenartfair

26

Floral Carnival

UNIQUE AND TRADITIONAL NAI LERT FLOWER & GARDEN ART FAIR WILL BE HELD THIS YEAR UNDER THE CONCEPT OF “FLORAL CARNIVAL”. The highlights of 2019’s event include a 575 square meter floral carpet, which is the largest floral carpet ever created in Asia. To continue the legacy of Thailand’s first and most prestigious flower show founded by Thanpuying Lursakdi Sampatisiri in 1983, the 2019 Nai Lert Flower & Garden Art Fair will be as usual an extraordinary attraction for lovers of gardening and flowers, art and craft amateurs and fresh outdoor air enthusiasts. With its 2019 edition held from 21 to 24 February at Park of Nai Lert, in the heart of Bangkok, the Nai Lert Flower & Garden Art Fair emphasizes on Thai tradition and craftsmanship through art and cultural activities, in order to encourage the younger generation to preserve and appreciate the nature and its resources. Miss Naphaporn Bodiratnangkura, President of the Nai Lert Flower & Garden Art Fair 2019, expects to receive the same great participation as last year with over 10,000 Thai and foreign visitors.  Park of Nai Lert, Soi Somkid, Ploenchit Rd, Bangkok  Ticket is 150 Baht for adults and 80 Baht for children and students  All proceeds from the event will be donated to “Children’s Hospital Foundation.”  www.flowerandgardenfair.nailertgroup.com  +66 (0)22 530 123  pr@nailertgroup.com


BA N G KO K 26-31 JAN

1-3 FEB

Fusion et diffusion La semaine du design de Bangkok revient pour sa deuxième édition, du 26 janvier au 3 février, sur le thème “Fusing Forward”.

L

a semaine du design, au-delà du développement du quartier créatif, constitue un des outils majeurs pour construire une économie tournée vers la créativité. À travers le thème « Fusing Forward » (aller de l’avant dans la fusion), la BKKDW 2019 espère montrer le réel potentiel de Bangkok comme lieu de rassemblement des créateurs et producteurs, qui travaillent à combiner les compétences de différentes disciplines, locales et internationales, nouvelles et anciennes, afin de créer des produits et des services

destinés à améliorer la qualité de vie. Pendant neuf jours, de nombreuses activités se tiendront dans différents endroits de la capitale : expositions, discussions et ateliers, projet de promotion du quartier créatif de Charoen Krung, musique, projections de films, performances, ainsi que des espaces ouverts et des marchés de créateurs. Ces événements se concentreront du côté de Charoenkrung, Klong San, Sukhumvit et Rama I.  www.bangkokdesignweek.com

After BAB comes Bib The Bangkok Design Week is coming back for its second edition, from January 26 to February 3, under the theme “Fusing Forward”. DESIGN WEEK, APART FROM CREATIVE DISTRICT DEVELOPMENT, IS CONSIDERED AS ONE OF THE MOST IMPORTANT TOOLS FOR BUILDING A CREATIVE ECONOMY. Under the Theme “Fusing Forward”, the BKKDW 2019 hopes to reflect Bangkok’s true potential in being the gathering place for creative and producers, who work to combine knowledge from various disciplines, locally and internationally, new and old, to create products

and services for commercial purposes and better quality of life. For nine days, there will be different activities such as a showcase and exhibition, talk and workshops, a project to promote Charoenkrung as a Creative District, music performances, film screening, artistic performances, as well as open house and creative markets. These events will occur in Charoenkrung, Klong San, Sukhumvit, and Rama I.  www.bangkokdesignweek.com.

RENDEZ-VOUS AU LYS Le Rendez-Vous est désormais bien installé au Lys. JeanYves et son équipe y proposent le meilleur des deux entités : autour du bar et du jardin soigneusement réaménagés, théâtre de parties de pétanque endiablées, une cuisine française traditionnelle de qualité avec des spécialités comme le cassoulet toulousain aux haricots tarbais.  Tous les jours Set lunch : 390 baths+ At the bar and in the gorgeous garden, the setting of dramatically fierce pétanque competitions, Jean-Yves and his team offer traditional, high-quality French cuisine, with Tarbes beans, Troy andouillette sausage, veal liver and much more...

 Everyday Set lunch: 390 THB+  148/11 Nang Linchi soi 6, soi Keng Chua Thung Mahamek Sathorn, Bangkok  +66 (0)20 775 453  www.facebook.com/RDVLYS

27


BA N G KO K Micheline Starr

Niché dans l’un des endroits les mieux conservés de Bangkok, le classique Nai Lert Park Heritage Home, le restaurant Lady L occupe une serre chic ornée de fougères suspendues, où 100 ans d’histoire et de tradition se voient mis au service de plats classiques occidentaux.

LES DÉLICES DU LADY L

L

e Lady L a été nommé en hommage à la fondatrice du vénérable hôtel Nai Lert Park, Lursakdi Sampatisiri, fille du célèbre entrepreneur, promoteur, investisseur et philanthrope Nai Lert Phraya Bhakdinoraseth, dont la famille a vécu pendant trois générations dans la maison voisine, jusqu’à la décision de convertir la résidence privée en demeure historique. De cette époque est resté un sens de l’hospitalité, du raffinement et de l’ouverture aux autres cultures que Chakratorn Prasertying, conseiller du chef du Lady L Garden Bistro, perpétue à travers une délicieuse cuisine européenne. Chakratorn a accueilli Latitudes en personne pour nous faire découvrir quelques-unes de ses créations. Cet homme d’expérience s’est rendu de nombreuses fois en Italie et en France et il entretient non seulement une passion pour la cuisine venant de son milieu familial, mais aussi un amour pour la gastronomie de ces

28

deux pays. Cela se reflète clairement dans les plats qu’il confectionne. Avouant son penchant pour le tartare de bœuf à la parisienne et pour les escargots de Bourgogne, il apprécie particulièrement les sauces de l’hexagone, et nous avons fini par discuter de cuisine traditionnelle comme nous l’aurions fait avec un aîné français ou italien. Pour garantir des saveurs authentiques, les ingrédients qu’il choisit viennent d’ailleurs souvent directement d’Europe, comme la sauce tomate italienne, les poissons ou les fruits, mais de plus en plus de produits de qualité se révèlent locaux, comme ces délicieux jeunes poulets de Kanchanaburi, nourris aux herbes, ou les excellents légumes du célèbre King’s project à Chiang Mai. En effet, accompagné comme il se doit de mini-carottes sautées et de pommes de terre

rôties, ou bien mitonné en Chicken Kiev, une spécialité de Lady L que nous avons eu le plaisir de déguster, ce fameux poulet a ravi nos papilles. Servie avec une très fournie sélection de pains maison, la soupe à la crème de potiron se dégustait comme à la maison, alors que la salade Cobb Signature tenait toutes ses promesses. Côté desserts, nous avons été gâtés avec le Fondant au chocolat blanc, un chausson au chocolat noir fourré de chocolat blanc fondu, le Pudding caramélisé avec crème glacée au caramel salé maison et une Crème brûlée aux fruits de la passion. Un vrai régal dans un environnement charmant, dont on peut profiter à tout moment, car Lady L sert également le petit déjeuner et le thé toute la journée. Lady L  Ouvert tous les jours de 9h à 22h  www.nailertparkheritagehome.com


BA N G KO K

LADY L, DELICIOUS Nestled in one of Bangkok’s best kept wonders, the picturesque Nai Lert Park Heritage Home, the Lady L restaurant sits in a chic glasshouse adorned by dangling ferns, where 100 years of history and tradition put on the service of classic Western dishes. THE LADY L WAS NAMED AFTER THE FOUNDER OF THE VENERABLE NAI LERT PARK HOTEL, LURSAKDI SAMPATISIRI, DAUGHTER OF THE FAMOUS ENTREPRENEUR, developer, investor, and phi-

of French sauces and we ended up discussing traditional cuisine like we would with a French or Italian grandfather.

lanthropist Nai Lert Phraya Bhakdinoraseth, whose family has lived for three generations in the house nearby, until it was unanimously decided in 2012 to convert the private residence to a heritage property. From this era has remained a sense of hospitality, refinement and openness to other cultures that Chakratorn Prasertying, Advisor to Executive Chef of LADY L Garden Bistro, perpetuates through a delicious European cuisine.

To ensure an authentic taste, the ingredients he chooses are often sourced from Europe, like Italian tomato sauce, fishes or fruits, but more and more quality products are local, such as the baby chicken from Kanchanaburi, fed on herbs, or the excellent vegetables from the famous King’s project in Chiang Mai. Indeed, the roasted baby chicken with sautéed baby carrots and roasted potatoes we had the pleasure to enjoy was as perfect as the specialty of Lady L Chicken Kiev.

Chakratorn welcomed Latitudes in person to offer some insights. This charming man of experience has been to Italy and France many times and not only has he a passion for cooking coming from his family background, but also specially for these two countries’ cuisines, which is clearly reflected in the dishes. Confessing a special love for the beef tartare à la française and for snails, he is particularly fond © Tiphaine Mallegol

Served with a very nice selection of home-baked breads, the pumpkin cream soup tasted like home, when the Signature Cobb Salad held its promises. “Côté desserts”, we were spoiled with the White Chocolate Fondant, a dark-chocolate purse filled with white-chocolate “lava”, the Sticky toffee pudding with homemade salted caramel Ice Cream, and a crème brulée with passion fruit. A real treat in a charming environment, which you can also enjoy anytime, as Lady L also serves all-day breakfast and afternoon tea. Lady L  Open daily from 9am to10pm  www.nailertparkheritagehome.com

29


BA N G KO K Latitudes Team

Vous rêvez d’un dîner romantique face au fleuve Chao Phraya au restaurant Salathip du Shangri-La ? Klook, dont le nom signifie « Keep Looking » est un service unique et centralisé qui offre aux voyageurs souhaitant explorer une ville la possibilité de réserver un certain nombre d'activités amusantes et culturelles.

KLOOK DU SPECTACLE

P

ar exemple, les amateurs d’art, en sélectionnant la rubrique « Art et Culture », « Musées et galeries » ou « Spectacles et danses » pourront dénicher d’intéressantes activités culturelles comme les spectacles de Siam Niramit Bangkok, le musée Art In Paradise de Chiang Mai, le Wat Arun, le musée des barges royales, une croisière d’une demi-journée ou une visite d’A-Maze-in-Phuket & Baan Teelanka. Klook, la plateforme intelligente de réservation d’activités et de services de voyage, et le Shangri-La Hotels and Resorts, premier groupe d’hôtels de luxe de la région Asie Pacifique, ont annoncé la signature d’un partenariat stratégique au niveau international. Désormais, les clients du Shangri-La pourront réserver via Klook directement depuis l’hôtel, gagner des points de fidélité et les utiliser parmi une sélection d’activités.

30

La clientèle de ces établissements pourra choisir des “expériences Klook”, même en dernière minute, grâce à une tablette spéciale à disposition dans le lobby de l'hôtel. Jusqu’au 28 février 2019, la chaîne hôtelière offrira 100 Golden Circle, des points de récompense pour chaque réservation effectuée, de plus Klook accordera une réduction de 5 % sur l’ensemble des expériences de sa plateforme. Les membres Golden Circle peuvent échanger leurs points contre une sélection d’activités à Singapour, Bangkok, Pékin et Shanghai. D’ici le troisième trimestre 2019, Klook devrait proposer plus de 60 000 expériences ! Klook est disponible depuis le mois de février non seulement au Shangri-La Hôtel de Bangkok, mais également au Shangri-La Hôtel de Singapour et au Kowloon Shangri-La de Hong Kong. Cette initiative est « la première du genre

pour un groupe hôtelier de luxe » selon Mr Wee Kee Ng, Vice-président, marketing fidélité et partenariat de Shangri-La. « Les voyageurs haut de gamme sont plus férus de technologie que jamais, ils recherchent des solutions intelligentes, pratiques et sans devoir payer en argent liquide. Nous enrichissons continuellement les services de Klook afin de rendre la plateforme attrayante et adaptée à tous les types de voyageurs » explique Mme Anita Ngai, directrice des revenus chez Klook. En 2019, les deux sociétés lanceront conjointement diverses initiatives de marketing et mettront à disposition les expériences Shangri-La sur la plateforme Klook.  www.klook.com


BA N G KO K

Shangri-La, Rock Around the Klook EL MERCADO SUAN PHLU Cette accueillante épicerie de quartier offre une sélection variée et bon marché de produits introuvables dans les supermarchés : tartes, salades, sandwiches, fromages importés et charcuterie. Elle propose également des œufs de poules élevées en plein air, des yaourts biologiques, de délicieux chocolats et sa fameuse marque El Mercado d’huiles et de vinaigres à recharger. The homely neighborhood grocery offers inexpensive homemade selection of tarts, salads, sandwiches, imported cheeses and cold-cuts not found in common supermarkets. The Grocery also carries free-range eggs, organic yogurts, refillable El Mercado brand oils and vinegars, chocolates...

Do you dream of experimenting a romantic dinner facing the Chao Phraya River at Salathip, Shangri-La Bangkok? Klook, which name stands for “Keep Looking”, is a one-stopshop for travelers to explore and book a curated selection of fun or clever-things-to-do. FOR EXAMPLE, CULTURE LOVERS CAN EASILY CHOOSE THE ICONS “ART & CULTURE”, “MUSEUMS & GALLERIES” OR “SHOWS & PERFORMANCES” and find various interesting cultural activities such as: Siam Niramit Bangkok shows, Art In Paradise Chiang Mai, Wat Arun and National Museum of Royal Barges Half Day Canal Cruise and A-Maze-in-Phuket & Baan Teelanka. Klook, the smart travel activities and services booking platform, and Shangri-La Hotels and Resorts, Asia Pacific’s leading luxury hotel group, announced a global strategic partnership. Indeed, Shangri-La guests will be able to book through Klook right from the hotel, earn points and use their reward points on selected Klook experiences and activities. Guests at these properties will be able to search and book Klook experiences, even at the last minute, from a special tablet at the hotel lobby. Until February 28, 2019, the hotel chain will offer 100 Golden Circle Award Points for every booking and Klook will provide a platform-wide five percent discount on its experiences.

 El Mercado Grocery & Wine  GP House, Suanphlu Soi 1-3, Bangkok  www.elmercadobangkok.com  www.facebook.com/elmercadobangkok

Golden Circle members can redeem their points for select Klook experiences in Singapore, Bangkok, Beijing and Shanghai. In the third quarter of 2019, this will expand to cover more than 60,000 Klook experiences. Klook will begin appearing this month not only at Shangri-La Hotel Bangkok but also Shangri-La Hotel Singapore and Kowloon Shangri-La, Hong Kong. This initiative is the “first of its kind for a luxury hotel group”, according to Mr. Wee Kee Ng, Vice President, Loyalty and Partner Marketing at Shangri-La. “The luxury travelers are more tech savvy than ever as they are seeking smart, convenient, and cash-free solutions, and we’re continually enriching Klook’s services to make the platform suitable and engaging for all types of travelers,” explained Mrs. Anita Ngai, Chief Revenue Officer, Klook. In 2019, the two companies will jointly launch a variety of marketing initiatives and will make Shangri-La experiences available on Klook’s platform.  www.klook.com

31


BA N G KO K Latitudes Team

C’ÉTAIT FABRIZIO LA TORRE

Bangkok That Was

D

FROM 28 NOVEMBER 2018 TILL 20 JANUARY 2019, SERINDIA GALLERY AND THEN THE NATIONAL MUSEUM BANGKOK HOSTED THE EXHIBITION “That was” with Fabrizio La Torre’s

u 28 novembre 2018 au 20 janvier 2019, la galerie Serindia, suivie du Musée National de Bangkok ont accueilli « That was », une double exposition des photographies de Fabrizio La Torre accompagnées d’un catalogue, premier livre consacré aux photographies asiatiques de l’artiste.

 www.fabriziolatorre.eu

32

Arrived in Bangkok to work as Office Manager of a company commissioned by the World Bank to dredge the Chao Phraya, Italian photographer and great art enthusiast Fabrizio La Torre lived in Bangkok from 1956 to 1961.

© Justine Hermant

Arrivé à Bangkok pour travailler comme Office Manager d’une entreprise chargée par la Banque Mondiale du dragage de la Chao Phraya, le photographe italien et grand amateur d’art a vécu dans la capitale thaïlandaise de 1956 à 1961. Pendant ces cinq années, ce chasseur d’images sensible à l’aventure humaine et aux mille facettes de la vie quotidienne y a capté ces moments de sincérité qui marquent la relation entre une mère et son enfant, entre des jeunes jouant ensemble, des adultes accaparés par leur travail collectif, ou des commerçants du marché flottant livrant leurs marchandises variées, comme il avait déjà pu les photographier en Italie, en Europe ou en Amérique du Nord. Un regard nostalgique et tendre sur le Bangkok et la Thaïlande des années 1950.

work from 1956 to 1961 and an accompanying catalogue which is the first book dedicated to the Asian photographs of the artist.

During these five years, the photographer who was particularly sensitive to the human adventure and the many facets of everyday life, has captured those moments of sincerity that mark the relationship between a mother and her child, between young people playing together, adults busy with their collective work, or floating market traders delivering their various goods, as he has already been able to photograph them in Italy, Europe or North America. A nostalgic and tender insight on Bangkok and Thailand in the ’50s.  www.fabriziolatorre.eu


12

July

BA N G KO K

2017

Since 1998

VOVAN & ASSOCIES Co. Ltd Lawyers, Patent Attorneys, Notarial Services & Debt Collector

www.vovan-bangkok.com www.legalink.ch Bangkok Head Office: Ocean Tower 1, 14th Fl., 170/42 New Ratchapisek rd. Klong Toey, Klong Toey Bangkok 10110 - Thailand Tel: +66 (0)2 261 3138 Fax: +66 (0)2 261 3140

Since 1998

VOVAN & ASSOCIES Co. Ltd

Contact :

Paris , London , Shanghai, Tokyo , Yangon , Bangkok , Phuket , Pattaya , HuaHin.

M ember of LEGALINK worldwide network of 70 Independent law firms in 60 countries.

Main expertise of the law firm: Lawyers, Attorneys, Lawyers, Patent Patent Attorneys, Notarial Notarial Services Services & & Debt Debt Collector Collector - Corporate, Merges, Acquisitions, Private Equity -

MAIN EXPERTISE OF THE LAW FIRM:

Bangkok Head Officefirm: Main Main expertise expertise of of the the law law firm:   Corporate, Merges, Acquisitions, Private Equity Ocean Tower 1, -- Corporate, Private   Commercial, Contracts, 170/42 Acquisitions, 14th Floor, Merges, Corporate, Merges, Acquisitions, Private Equity Equity -- Commercial, Contracts, Commercial, Contracts, New Ratchapisek Rd.   Foreign Direct Investments Foreign Direct Direct Investments Investments -- Foreign Klong Immigration Toey, Bangkok   Labor, Immigration Labor, -- Labor, Immigration 10110 Thailand -- International Tax International Tax   International Tax -- Data +66 Protection,Cyber (0)22 61 31 38 Law Data Protection,Cyber Law Data Protection,Cyber Law -- Intellectual Intellectual Property Property Rights Rights  -- Real Management Intellectual Property Rights Real Estate, Estate, Assets, Assets, Wealth Wealth  Management Contact: -- Sport Law Sport Law   Real Estate, Assets, Wealth Management -- Family Law , Inheritance, Notary Anne-Lise Regnier Notary Family LawLeo , Inheritance, -- Litigation, Arbitration   Sport Law Frederic Favre Litigation, Arbitration && Mediation Mediation Julalak Phunsawat   Family Law , Inheritance, Notary Florian Coulombe   Litigation, Arbitration & Mediation

anne-lise.leoregnier@vovan-bangkok.com Contact :

Bangkok Head Office: Ocean Tower 1, 14th Fl., 170/42 New Ratchapisek rd. Klong Toey, Klong Toey Bangkok 10110 - Thailand Tel: +66 (0)2 261 3138 Fax: +66 (0)2 261 3140

Corporate, Merges, Acquisitions, Private Equity Commercial, Contracts, Foreign Direct Investments Labor, Immigration International Tax Data Protection,Cyber Law Intellectual Property Rights Real Estate, Assets, Wealth Management Sport Law Family Law , Inheritance, Notary Litigation, Arbitration & Mediation

Main expertise of the law firm:

M ember of LEGALINK worldwide network of 70 Independent law firms in 60 countries. Paris , London , Shanghai, Tokyo , Yangon , Bangkok , Phuket , Pattaya , HuaHin. Since 1998

Julalak Julalak Phunsawat Phunsawat Frederic Frederic Favre Favre Florian Florian Coulombe Coulombe Anne-Lise Anne-Lise Leo Leo Regnier Regnier

Member of LEGALINK-worldwide network of

70 Independent firms,, in 60 countries Paris Tokyo ,, Bangkok Phuket ,, Pattaya Paris ,, London London ,, Shanghai, Shanghai, Tokyo ,, Yangon Yangonlaw Bangkok Phuket Pattaya ,, HuaHin. HuaHin. LEGA LINK M ember of worldwide network of 70 Independent M ember of LEGALINK worldwide network of 70 Independent law law firms firms in in 60 60 countries. countries. -

Contact Contact :: anne-lise.leoregnier@vovan-bangkok.com anne-lise.leoregnier@vovan-bangkok.com

Julalak Phunsawat Frederic Favre Florian Coulombe Anne-Lise Leo Regnier

Julalak Phunsawat Frederic Favre Florian Coulombe Anne-Lise Leo Regnier

Bangkok Bangkok Head Head Office: Office: Ocean Ocean Tower Tower 1, 1, 14th 14th Fl., Fl., 170/42 New Ratchapisek 170/42 New Ratchapisek rd. rd. Klong Toey, Klong Toey Klong Toey, Klong Toey Bangkok 10110 Thailand Bangkok 10110 - Thailand Tel: Tel: +66 +66 (0)2 (0)2 261 261 3138 3138 Fax: Fax: +66 +66 (0)2 (0)2 261 261 3140 3140

www.vovan-bangkok.com

Commercial, Contracts, Foreign Direct Investments Labor, Immigration International Tax Data Protection,Cyber Law Intellectual Property Rights Real Estate, Assets, Wealth Management Sport Law Family Law , Inheritance, Notary Litigation, Arbitration & Mediation

www.vovan-bangkok.com PARIS, LONDON, BANGKOK, YANGON, SHANGHAI*, TOKYO*, www.legalink.ch www.legalink.ch PHUKET, PATTAYA, HUA HIN Since Since 1998 1998

anne-lise.leoregnier@vovan-bangkok.com

www.vovan-bangkok.com www.legalink.ch

CAMILLE

Lawyers, Patent Attorneys, Notarial Services & Debt Collector

VOVAN & ASSOCIES Co. Ltd

Un dernier tango à Bangkok

Contact: anne-lise.leoregnier@vovan-bangkok.com www.vovan-bangkok.com www.legalink.ch * In partnership with a local firm Lawyers, Patent Attorneys, Notarial Services & Debt Collector www.vovan-bangkok.com www.legalink.ch

VOVAN & ASSOCIES Co. Ltd 12

Bangkok Head Office: Ocean Tower 1, 14th Fl., 170/42 New Ratchapisek rd. Klong Toey, Klong Toey Bangkok 10110 - Thailand Tel: +66 (0)2 261 3138 Fax: +66 (0)2 261 3140

S

tyliste, concepteur, voyageur, danseur... animateur aussi affable qu’infatigable de nombreux cercles, dont le déjeuner des Vieux Bambous qui réunit chaque mardi un parterre de lettrés cumulant quelques siècles d’amitiés franco-thaïes, Camille Geslin s’en est soudain allé chalouper avec les esprits. La douceur et l’intensité du regard azur qu’il portait avec bienveillance sur Latitudes nous manqueront. Salut l’artiste !

July

Since 1998

Paris , London , Shanghai, Tokyo , Yangon , Bangkok , Phuket , Pattaya , HuaHin.

M ember of LEGALINK worldwide network of 70 Independent law firms in 60 c Main expertise of the law firm:

- Corporate, Merges, Acquisitions, Private Equity - Commercial, Contracts, - Foreign Direct Investments - Labor, Immigration anne-lise.leoregnier@vovan-bangkok.com - International Tax Julalak Phunsawat - Data Protection,Cyber Law Frederic Favre - Intellectual Property Rights Florian Coulombe - Real Estate, Assets, Wealth Management Anne-Lise Leo Regnier - Sport Law 圀愀渀琀 琀漀 欀攀攀瀀 甀瀀 眀椀琀栀 搀攀瘀攀氀漀瀀洀攀渀琀猀㼀 吀栀攀渀 樀漀椀渀 琀栀攀  - Family Law , Inheritance, Notary - Litigation, Arbitration & Mediation 䘀漀爀攀椀最渀 䌀漀爀爀攀猀瀀漀渀搀攀渀琀猀✀ 䌀氀甀戀 漀昀 吀栀愀椀氀愀渀搀Ⰰ 

Contact :

琀栀攀 氀愀爀最攀猀琀 愀渀搀 漀氀搀攀猀琀 瀀爀攀猀猀 挀氀甀戀 椀渀 匀漀甀琀栀攀愀猀琀 䄀猀椀愀⸀

Last Exit to Bangkok STYLIST, DESIGNER, TRAVELER, DANCER... an animator who was as affable as he was tireless in many circles, including the Vieux Bambous lunch, which brings together every Tuesday an assembly of literati representing a few centuries of Franco-Thai friendships, Camille Geslin has suddenly left to go party it up with the spirits. The sweetness and intensity of the azure gaze he kindly directed to Latitudes will be missed. Salut l’artiste!

刀攀最甀氀愀爀 䘀䌀䌀吀 瀀爀漀最爀愀洀洀攀猀 愀渀 搀漀挀甀洀攀渀琀愀爀椀攀猀 漀û攀爀  搀椀û攀爀攀渀琀 瀀攀爀猀瀀攀挀琀椀瘀攀猀 愀渀搀 挀栀愀渀最攀猀 愀û攀挀琀椀渀最 琀栀攀 爀攀最椀漀渀 ⨀ 䜀爀攀愀琀 戀愀爀 愀渀搀 爀攀猀琀愀甀爀愀渀琀 ⨀ 倀爀攀猀猀 挀漀渀昀攀爀攀渀挀攀猀 ⨀ 䌀愀琀攀爀攀搀 昀甀渀挀琀椀漀渀猀  ⨀ 䌀攀渀琀爀愀氀 氀漀挀愀琀椀漀渀 眀椀琀栀 搀椀爀攀挀琀 䈀吀匀 匀欀礀吀爀愀椀渀 愀挀挀攀猀猀 ⠀䌀栀椀搀氀漀洀⤀ ⨀ 吀攀爀爀愀挀攀 漀瘀攀爀氀漀漀欀椀渀最 挀攀渀琀爀愀氀 戀甀猀椀渀攀猀猀 搀椀猀琀爀椀挀琀 䌀漀洀攀 琀漀 琀栀攀 䘀䌀䌀吀Ⰰ 愀渀搀 挀漀渀渀攀挀琀 眀椀琀栀 漀琀栀攀爀 椀渀琀攀爀攀猀琀椀渀最 瀀攀漀瀀氀攀 愀琀 琀栀攀 戀攀猀琀 洀攀攀琀椀渀最 瀀氀愀挀攀 愀渀搀 琀愀氀欀猀 瘀攀渀甀攀 椀渀 䈀愀渀最欀漀欀 ⴀⴀ  礀漀甀 搀漀渀✀琀 渀攀攀搀 琀漀 戀攀 昀漀爀攀椀最渀 漀爀 愀 挀漀爀爀攀猀瀀漀渀搀攀渀琀⸀   倀䔀一吀䠀伀唀匀䔀 䴀䄀一䔀䔀夀䄀 䌀䔀一吀䔀刀 㔀㄀㠀⼀㔀 倀䰀伀䔀一䌀䠀䤀吀 刀伀䄀䐀 䈀䄀一䜀䬀伀䬀 ㄀ ㌀㌀ 

2017

䌀漀渀琀愀挀琀㨀  ㈀ⴀ㘀㔀㈀  㔀㠀  椀渀昀漀䀀昀挀挀琀栀愀椀⸀挀漀洀 眀眀眀⸀昀挀挀琀栀愀椀⸀挀漀洀

33


BA N G KO K

© Department of Information, MFA

LA THAÏLANDE AUX AVANT-POSTES DE L’ASEAN

Cette année, la Thaïlande assume la présidence de l’ASEAN avec comme ligne directrice de ce mandat à la tête de l’alliance régionale vieille de plus de cinq décennies : “Un partenariat renforcé, pour un développement durable”.

D

on Pramudwinai, ministre des Affaires étrangères et vice-président du Comité National, a publié une déclaration à propos des préparatifs de cette présidence, au sein de laquelle trois mots résument la dynamique envisagée par la Thaïlande. « Partenariat », pour le désir commun de promouvoir une coopération régionale « dans un esprit d’égalité et de collaboration », vers un rôle plus grand et plus constructif sur la scène internationale, particulièrement en ce qui concerne les enjeux majeurs tels que le réchauffement climatique et la protection de l’environnement.

34

« Renforcé », car le but est de se diriger vers un « ASEAN numérique » qui utilisera pleinement et de manière bénéfique les nouvelles technologies. « Développement durable », dans les domaines de la sécurité, de la croissance économique, de l’urbanisation et de l’amélioration du mode de vie. En ce sens, un Centre ASEAN d’études et de dialogue pour un développement durable, un Centre ASEAN pour une politique active et pour l’innovation ainsi qu’un Centre ASEAN d’assistance et de sécurité sociale s’établiront à Bangkok dans les prochains mois.

Dans le même temps, la Thaïlande souhaite promouvoir les complémentarités entre la Vision Communautaire de l’ASEAN pour 2025 et l’Agenda 2030 des Nations Unies pour un Développement Durable. Ainsi, cette présidence s’annonce pleine de défis pour le pays, qui garde à l’esprit la Vision Communautaire de l’ASEAN pour 2020, formulée par les dirigeants asiatiques il y a de cela vingt ans. Ils y voyaient l’ASEAN comme « un concert des nations asiatiques, tournées vers l’extérieur, vivant en paix, étroitement liées dans un partenariat pour un développement dynamique et dans une communauté de sociétés soucieuses du bien-être de leurs populations. »


BA N G KO K

For the year 2019, Thailand assumes the Chair of ASEAN. As the driving force for the chairmanship of the resilient regional grouping founded over five decades ago, the theme “Advancing Partnership for Sustainability” has been chosen.

Asean, Thailand at the forefront DON PRAMUDWINAI, MINISTER OF FOREIGN AFFAIRS OF THAILAND AND DEPUTY CHAIRMAN OF THE NATIONAL COMMITTEE released a statement on the Preparations for Thailand’s ASEAN Chairmanship in 2019, which emphasizes 3 keywords. “Advancing”, for the goal which must be to move towards becoming a “Digital ASEAN” that fully and beneficially utilizes the extensive range of new technologies. “Partnership”, for the common desire to promote regional cooperation in a “spirit of equality and partnership,” seeking a greater and more constructive role on the international stage, particularly in tackling major global issues such as climate change and the environment.

For the year 2019, Thailand assumes the Chair of ASEAN. As the driving force for the chairmanship of the resilient regional grouping founded over five decades ago, the theme “Advancing Partnership for Sustainability” has been chosen.

“Sustainability”, concerning security, economic growth and development as well as livelihoods and cities.

In this connection, an ASEAN Centre for Sustainable Development Studies and Dialogue, an ASEAN Centre for Active Ageing and Innovation and an ASEAN Centre for Social Work and Social Welfare will be established in Bangkok this year. At the same time, Thailand intends to promote the complementarities between the ASEAN Community Vision 2025 and the United Nations 2030 Agenda for Sustainable Development. Therefore, many issues are on the plate of the Thai Chair, which is also reminded that a little over two decades ago, Asian leaders announced the ASEAN Vision 2020 in which they envisioned ASEAN as “a concert of Southeast Asian nations, outward looking, living in peace, stability and prosperity, bonded together in partnership in dynamic development and in a community of caring societies.”

Membre de la Chambre de commerce Franco-Thaïe

PHUKE T, ASEAN COUNTRIES AND CHINA

PHUKE T, PAYS ASEAN E T CHINE

Senior Advisor focusing on market segment of turnkey projects (300,000 USD to 1.5 M USD) SECTORS: consumer goods, energy, equipment and real estate

Spécialiste en projets clés en mains (300 000 à 1 500 000 USD) SECTEURS Biens de consommation, énergie, équipement, immobilier

PROJECT MEDIUM ENTERPRISE ASIA Co., Ltd. Email: contact@pmeasia.com - Tel: +66 82 215 8388

www.pmeasia.com 35


PHUKET Latitudes Team

ÊTRE ET AVOIR L’ÉTÉ Installée dans une magnifique demeure coloniale sino-portugaise au cœur du vieux Phuket Town, Endless Summer est la nouvelle adresse “lifestyle” pour femmes.

‘‘

Une sélection de pièces rapportées du monde entier, un goût pour l’inattendu et l’envie de faire rêver, c’est ainsi que tout a commencé..." raconte Stéphanie Simoncini, propriétaire et fondatrice. Créer un espace unique pour les femmes, où elles peuvent se rencontrer autour d’un café et faire de jolis achats, ou bien participer à des activités de bien-être telles que maquillage, dessin ou yoga, ainsi se présentait le défi qu’Endless Summer a choisi de relever, dans une atmosphère Boho-chic où la mode, la déco, les vêtements de plage, les bijoux ainsi qu’un coin pour les enfants entourent un café gipsy. Chaque pièce y a été soigneusement sélectionnée, avec pour objectif d’offrir de l’inattendu et de se trouver toujours en avance sur son temps. Provenant des quatre coins du monde, chaque objet présenté à la vente raconte une histoire de son créateur. Les hommes sont bien entendu les bienvenus, pour satisfaire au bonheur de leurs dames ou

36

simplement pour visiter une magnifique villa sino-portugaise et capturer l’âme d’une maison phukétoise du siècle dernier. Endless Summer possède donc également un café gipsy d’inspiration espagnole (situé au centre de la maison) où vous vous sentirez transporté dans un monde étonnant et mystique, comme nulle part ailleurs. On y sert du café Nespresso, ainsi qu’une large sélection de thés et de desserts français. Fondée par deux amies, Stéphanie Simoncini et Lilly Carrion, Endless Summer est née de la volonté de créer un concept unique qui ferait aussi le lien entre les femmes et les services. Un endroit bohème et confortable où vous avez le droit de voir plus grand et d’être vous-même ! Endless Summer  175 Yaowarat Road, Ban Talat Nua, Phuket  +66 (0)990 298 067  www.facebook.com/endlesssummerphuket  www.instagram.com/endlesssummerasia


PHUKET

PURPOSE FUELS PASSION Based in a splendid Chinese-colonial-style mansion near the heart of the old Phuket Town neighborhood, Endless Summer is the new women lifestyle house in town. Everything has been carefully selected with the aim of being unexpected and always ahead of the pack. Chosen from the four corners of the world, each object for sale has its own story, told by its creator. Gentlemen are also welcome to find their ladies happiness, or to simply visit a magnificent Sino-Portuguese Villa and discover the soul of a traditional Phuketian mansion from last century.

“A selection made around the world, a taste for the unexpected, and the desire to make us dream, this is how all started,” summarizes Stephanie Simoncini, its owner and founder. Her idea was to create a unique space for women, where they can gather around a café, make nice purchases, or participate in wellness activities such as makeup, drawing or even yoga. And this is indeed the challenge that Endless Summer offers, in a Boho-Chic atmosphere where Fashion, Home Deco, Beachwear, Jewelry and Kids Corner surround a Gipsy Coffee Shop.

Endless Summer has also a Spanish inspired, Boho-chic, Gypsy coffee shop (located at the center of the house), where you feel transported to a mystical world. They serve Nespresso coffee, a great selection of tea and French dessert. Founded by 2 friends, Stephanie Simoncini and Lilly Carrion, Endless Summer is born from a desire to create a unique concept that would serve as a matchmaker between Women and Services. A Boho and cozy place where you are officially to “think much bigger” and most of all, to be yourself! Endless Summer  175 Yaowarat Road, Ban Talat Nua, Phuket  +66 (0)990 298 067  www.facebook.com/endlesssummerphuket  www.instagram.com/endlesssummerasia

www.phuketyachtclub.com

ยอรชคลับ

YACHT CLUB

Waterfront restaurant OPEN 8 am til LATE ALL WELCOME

BREAKFAST

LUNCH

DINNER

FACEBOOK: PHUKET YACHT CLUB KIM: +66 (0)907 059 466

Phuket Yacht Club

37


PHUKET Latitudes Team

SERVICE JURIDIQUE À L’ALLIANCE FRANÇAISE Maître Pongnara CHUAYCHAI, avocat et professeur de droit en université ayant suivi une formation en notariat, se déplacera sur rendez-vous pour vous rencontrer à l’Alliance française de Phuket. Maître Pongnara est habilité aux actes et services suivants : plaintes civiles et pénales, testaments et héritages, enregistrements de sociétés, contrats de mariage concernant les unions sur le sol thaïlandais, légalisation de signatures, légalisation des documents, tout type de contrats, liste non exhaustive... à des tarifs très raisonnables !

BIJOUX ET BOUDDHAS .

CONSULTATION EN FRANÇAIS SUR RENDEZ-VOUS Appelez au +66 (0)76 222 988, aux heures d’ouverture :  Le samedi de 9h à 12h30  Le lundi de 14h30 à 18h  Du mardi au vendredi de 9h30 à 12h30 puis de 14h30 à 18h

LEGAL SERVICES AT ALLIANCE FRANÇAISE Maître Pongnara CHUAYCHAI is a lawyer and professor of law in university with a training in notaries. He will meet you at Alliance Française de Phuket by appointment. Maître Pongnara is entitled to the following acts and services: civil and criminal complaints, wills and inheritances, corporate registrations, marriage contracts concerning Thai marriages, legalization of signatures, legalization of documents, all types of contracts, non exhaustive list... at very reasonable prices!

SCHEDULE A MEETING IN ENGLISH Call +66 (0)76 222 988 during opening hours:  On Saturday: 9am to noon  On Monday: 2:30pm to 6pm  Tuesday to Friday: 9:30am to 12:30pm and 2:30pm to 6pm

3 Thanon Pattana, soi 1, Talat Nuea, Mueang, Phuket 83000 38

A

Jewels and Buddhas

rtiste et créatrice de bijoux installée à Phuket depuis 15 ans, Danny B. présentera ses créations à l’Agence consulaire de l'île le 8 février à 18h. Dans une ambiance colorée autour de costumes traditionnels, défilés de bijoux, parfum d’encens et esprit bouddhique, Danny B. invite à découvrir son Asie artistique, spirituelle et mystérieuse. L’exposition mêlera photographie, statues et bijoux, dont sa propre collection de chapelets en jade et ambre ainsi qu’une brocante d’objets chinés lors de ses voyages en Asie. En parallèle, Thoye M. exposera des statues de Bouddha en bronze disponibles à la vente. Vous pourrez également participer à un atelier de création de bijoux et réaliser votre propre bracelet. Si vous êtes chanceux, une tombola vous permettra de repartir de cette soirée avec de petits souvenirs. Agence Consulaire de Phuket  96/15-16 Chalermprakiat Rama 9 Road, Phuket

ARTIST AND JEWELRY DESIGNER BASED IN PHUKET FOR 15 YEARS, DANNY B. will present her creations at the Phuket Consular Agency on February 8 at 6pm. In a colorful atmosphere made of traditional costumes, parade of jewels, perfume of incense and Buddhist spirit, Danny B. invites to discover her artistic, spiritual and mysterious Asia. The exhibition will combine photography, statues and jewelry including her personal collection of jade and amber rosaries and a flea market of objects found during her travels in Asia. In parallel, Thoye M. will exhibit bronze Buddhas available for sale. Visitors will also be able to participate to a jewelry design workshop allowing to go back home with their own bracelet and for the lucky ones, little souvenirs through a tombola.

Phuket Consular Agency  96/15-16 Chalermprakiat Rama 9 Road, Phuket


We speak French Thai English

Delivery Anytime Anywhere you want

Rent a motorbike

Rent a car

deals starting at

deals starting at

per day

per day

200 THB

900 THB

Day Week Month Long Term

Insurance for all Motorbikes & Cars

Nina’s Cars

explore PHUKET you rent, we care

+66 0896 480 499 BOOK NOW +66 0876 287 012 6 1 / 3 4 M O O 4 , V I S E T R O A D, T. R AWA I , A . M UA N G , 8 3 1 3 0 P H U K E T NINASCARS@GMAIL.COM W W W. N I N A S - C A R . C O M

ITALIAN WINES & DELI DINE IN TAKE AWAY DELIVERY BOAT AVENUE 49/25 BANDON-CHERNGTALAY ROAD, CHERNGTALAY, THALANG, 83110 PHUKET +66 (0)948 044 461 / INFO@LUCACINI.COM / WWW.LUCACINI.COM LUCA CINI - A WINE STORY

LUCA_CINI_AWINESTORY

LUCA CINI - A WINE STORY

A L C O H O L M AY B E A H E A LT H H A Z A R D !


PHUKET

Strings of Life ON DECEMBER 3rd, BCIS PHUKET IN PARTNERSHIP WITH THE FRENCH ALLIANCE OF PHUKET OFFERED A CONCERT to all the expats of the

Invitation au voyage

L

e 3 décembre dernier, BCIS Phuket en partenariat avec l’Alliance française de Phuket a offert un concert à tous les expatriés de l’île. La magnifique performance de Jan Vanek a ravi pendant près de 2 heures petits et grands venus saluer le talent de ce virtuose. Né à Belfort, Jan Vanek est un globe-trotter musical polyinstrumentiste, qui parcourt le monde et se nourrit de tout ce qui l’entoure. Pour ce concert en solo, il a joué de la guitare avec une dextérité stupéfiante, explorant jazz, musiques du monde et musiques progressives. L’artiste déborde d’une énergie à couper le souffle et fait littéralement corps avec son instrument. Ce récital donné en plein air au milieu de l’après-midi a également permis de profiter agréablement du site de l’école.  www.bcisphuket.com  www.janvanek.org

island. The nearly 2-hour magnificent performance by Jan Vanek has delighted children and adults who came to salute the talent of this virtuoso. Born in Belfort, Jan Vanek is a multi-instrumental musical globetrotter who travels the world and feeds on everything around him. For this solo concert, he played the guitar with amazing dexterity, exploring jazz, world music and progressive music. The artist overflows with breathtaking energy and is literally a part of his instrument. The open-air concert in the middle of the afternoon also allowed for a pleasant enjoyment of the school site.  www.bcisphuket.com  www.janvanek.org

Latitudes magazine is offered with

FROM 15 TO 22 FEBRUARY • EAST • Club Asia Fitness • Kanda Bakery • The Books Yaowarat Rd • The Books Imperial • Kopi De Phuket • Pa Kim • Se-Ed Coliseum Phuket • Se-Ed Big C • Se-Ed Tesco Lotus • Eddy Coffee • LP Minimart • Grissy Bar • B2S Central Festival Phuket • Les Diables • Gallery cafe by Pinky • Villa Market Laguna • Mission Hospital • Bangkok Phuket Hospital • Phuket International Hospital • Phuket Immigration • Malaysia Airlines • TAT Phuket • Silkair • Phuket Tourist • Thai Airways • RPM Health • Kathu City • Limelight Avenue Phuket • Rang Hill Restaurant • Marine Police • NORTH • Naithon Minimart • Nai Yang Minimart • N.Y. Minimart • Turtle Mart • Asia Books Phuket Airport • The Deck Restaurant • Lady Pie • 41 Minimart • Quick Minimart • Naithon Food • Rental Property Phuket • P & P Mart • The Coffee Club • Doi Chang Coffee Shop • Allamanda Laguna Phuket • Lucky 13 Sandwich Kamala • Sek Coffee • Villa Market Cherngtalay • Laguna Phuket Golf Club • Laguna Services • Dragon Air • Sea Breeze Rest • Monkey Pod • Malaysia Airlines • Transaero Airlines • Peppers Sports Bar • Bangkok Airways • D-Thai Rest • Skye Lake Club • SOUTH • Delish Cafe • Hock Hoe Lee • Pim's Bakery • Julapan Stationary • Se–Ed Home Pro Village • Se-Ed Lotus Chalong • Pier 42 • The Green Man Pub • Lucky 13 Sandwich • Chaofa Gallery Cafe by Pinky • O'Tools • WEST • Asia Books Jungceylon • Expat Hotel • Lemongrass Hotel • Lucky 13 Sandwich Patong • KC Minimart • Baan Rim Pa • Le Versace Restaurant • Patong Boxing •

40


PHUKET Dominique Anger

DARE CITYCARE

CITYCARE, L’ALTERNATIVE Centre hospitalier original et novateur situé à Kamala, CITYCARE réconcilie les médecines occidentale et alternative, en incluant médecine chinoise, nutrition, acupuncture et chiropraxie.

A

LEADING THE PROJECT IS FRENCHMAN GÉRALD TUR, A DOCTOR OF OSTEOPATHY

la tête de ce projet, le Français Gérald Tur, docteur en ostéopathie reconnu et apprécié des expatriés de Phuket. Latitudes a voulu savoir ce qui avait motivé ce jeune médecin à monter ce projet audacieux. Pouvez-vous nous expliquer la différence entre les médecines alternative et occidentale ? La médecine occidentale va plutôt soigner les symptômes alors que la médecine alternative, en particulier la médecine chinoise, va chercher la racine du mal. Deux démarches se complètent dans la médecine alternative : d’abord maintenir un état de santé et un équilibre dans le corps toute l’année, ce qui limite les risques de maladie, ensuite, si une maladie se déclare, rechercher la source et le point de faiblesse du corps.

Comment, chez CITYCARE, arrivez-vous à associer les deux philosophie ? C’est toute la force du projet CITYCARE. Le médecin en charge de votre dossier vous oriente vers le spécialiste le mieux adapté à votre pathologie, en fonction de vos symptômes et de vos éventuels résultats d’examens.

recognized and appreciated by expatriates in Phuket. Latitudes wanted to know the young doctor’s motivation for starting such a bold project.

The unique and innovative CITYCARE hospital located in Kamala combines western and alternative medicine, including traditional Chinese medicine, nutrition, acupuncture, and chiropractic.

Could you explain to us the difference between alternative and western medicine? Western medicine focuses on treating symptoms while alternative medicine, especially Chinese medicine, seeks out the source of the illness. Two methods become complementary in alternative medicine: first, maintaining a status of health and balance in the body all year long, which will limit risks of illness, and then, if an illness appears, look for the source and the weak spot in the body. How do you manage to combine the 2 philosophies at CITYCARE? This is the best part of the CITYCARE project. The doctor in charge of your case will choose the best therapy for you depending on your symptoms and examination results if any.

41


UFE-kake-78x211-1i2-def:Mise en page 1

11/02/10

10:35

PHUKET

Page 1

PHUKET DH•C

Union des Français de l’Etranger

ww

w.u f

e.o

rg

Auaccueil service Au service convivialité des intérêts des intérêts desentraide Français des Français rayonnement de l’tranger. de l’étranger.

AUCUN FRANÇAIS N’EST SEUL À L’ÉTRANGER ANNUAIRE

Artisans, commerçants, entreprises, sociétés francophones implantées à Phuket, adhérez à l’UFE et vous serez inscrits dans l’annuaire de son site web afin de mieux vous faire connaître. Cotisation 2018 Membre individuel à l’année : ❯ Actif 1800 bahts. ❯ Retraité 1500 bahts. Contact info@ufe-phuket.org FRANÇAIS, AMIS FRANCOPHONES ET FRANCOPHILES, DEVENEZ MEMBRE

www.ufe-phuket.org

42

En quoi la clinique CITYCARE est-elle différente des hôpitaux de Phuket ? À Phuket, vous trouvez 2 sortes d’établissements de soins : des centres Wellness qui pratiquent les médecines alternatives ou des hôpitaux traditionnels qui exercent la médecine occidentale. CITYCARE est le premier centre de soins à réunir les deux approches.

How is the CITYCARE clinic different from other hospitals in Phuket? You’ll find two sorts of healthcare institutions in Phuket: either wellness centers, which practice alternative medicine, or traditional hospitals, which practice western medicine. CITYCARE is the first healthcare center that combines both approaches.

Disposez-vous de chambres ? CITYCARE ne possède pas de chambres intégrées. Nous sommes ce que l’on nomme en France un hôpital de jour. En revanche, nous avons construit un condominium à 20 mètres de CITYCARE où nous disposons de 48 appartements de 35 m2 pour les patients qui désirent séjourner sous surveillance médicale, mais il ne s’agit pas de chambres hospitalières.

Do you have patient bedrooms in the clinic? CITYCARE has no bedrooms built into the building for two reasons: first because of the difficulty and cost in obtaining the status as a hospital, and second because there are already sufficient quality hospitals in Phuket that offer this service. We are what is called in France a “day hospital” for outpatient care. However, we have built a 20-meter condominium at CITYCARE where we have 48 apartments measuring 35sqm for patients who want to stay under medical supervision, but these are not hospital rooms.

Comment est né le projet CITYCARE ? Ce projet a germé dans ma tête il y a 5 ans. Ce qui me freinait était le manque de moyens. Et puis j’ai eu la chance de rencontrer un investisseur qui était partant. Nous avons constitué un dossier pour le BOI (Board of Investment of Thailand) qui nous a demandé 7 mois, pendant lesquels l’Etat thaïlandais a tout contrôlé, dans les moindres détails ! Au bout de cette période, nous avons obtenu l’agrément, ce qui signifie que CITYCARE est 100 % étrangère ! À Phuket, il n’y a que le Bangkok Hospital Phuket et le Siriroj International Hospital qui ont le BOI. Difficile pour un patient de choisir parmi tous les hôpitaux de Phuket. Comment faire la sélection ? Il y a deux catégories : les hôpitaux privés, comme le Bangkok Hospital Phuket ou le Siriroj International Hospital, et les hôpitaux publics, comme Vachira, Thalang ou Patong. Les gens critiquent souvent la qualité de ces derniers, mais le niveau médical se

How did the CITYCARE project come about? The project started in my mind 5 years ago. I was held back by a lack of funding. Then, I had the chance of meeting an investor who wanted to join in. We had to create a file for the BOI (Board of Investment of Thailand), which made us wait for 7 months, during which the Thai government had control of everything down to the smallest detail! After this period, we obtained our authorization, meaning that CITYCARE is 100% foreign-owned! In Phuket, only Bangkok Hospital Phuket and Siriroj International Hospital are BOI-certified. It’s difficult for patients to choose from all these hospitals in Phuket. How should they make their choice, besides the location? There are two categories: private hospitals, like Bangkok Hospital Phuket and Siriroj International


PHUKET

révèle pourtant excellent dans ces établissements, seul l’accueil peut laisser à désirer faute de moyens. En revanche, dans les hôpitaux privés le service est parfait, mais ils ont tendance à être onéreux. Il y avait donc un créneau à prendre pour Citycare, moins cher que les hôpitaux privés et offrant un meilleur service que dans les hôpitaux publics.

.

Hospital, and public hospitals, like Vachira, Thalang, and Patong. People often criticize the quality of the public ones, but the level of medical care in these institutions is actually excellent. However, in private hospitals, the service is perfect, but they tend to be expensive. So, there was a niche to be found with CITYCARE, which would be less expensive than private hospitals but offering better service than public hospitals.

Comment vont réagir ces hôpitaux si le petit dernier commence à leur prendre des clients ? Il était hors de question de se mettre à dos un groupe extrêmement puissant comme BDMS, propriétaire du Bangkok Hospital. Nous les avons rencontrés pour leur exposer notre stratégie. Nous savons faire des choses jusqu’à un certain niveau de compétence, mais au-delà nous référons le patient à des médecins précis chez eux. Nous avons signé un agrément nommé Referral Agreement.

How will these hospitals react if the little newcomer starting taking all their clients? Yes, this is a problem. It was out of the question to make an enemy of an extremely powerful group like BDMS, which owns Bangkok Hospital. We met with them to present our strategy. We know how to do things up to a certain level of competence, but beyond that, we’ll refer patients one of their specific doctors, so we signed a referral agreement with them.

Quelles sont les compagnies d’assurance qui travaillent avec vous ? C’est simple... Toutes ! Y compris la CFE. Maintenant, le taux de remboursement dépend, bien évidemment, du contrat que le patient a signé.

Which insurance companies work with you? That’s easy: all of them! Including CFE. Now, the reimbursement rate, of course, depends on the policy each patient has taken out.

Comment sont répartis les services de la clinique ? Le bâtiment possède 4 étages avec au sous-sol le service administratif. Au rez-dechaussée se trouve la médecine occidentale avec une salle de consultation, une salle d’urgence entièrement équipée avec 2 lits médicalisés, une salle de radiologie, un ultrason 3D, un centre de réhabilitation et de physiothérapie, une pharmacie interne et une ambulance disponible 24 h sur 24. Le 1er étage est réservé aux médecines alternatives avec la psychologue franco-thaïe, le nutritionniste, le médecin qui pratique l’hypnose, le chiropracteur et l’acupuncteur. Nous avons aussi une salle de IV, c’est-à-dire d’injection intraveineuse. Nous disposons également de 2 salles pour les irrigations coloniques ainsi qu’une personne qui pratique le reiki, un bloc opératoire pour les interventions ambulatoires et un service de chirurgie esthétique. Enfin au dernier étage, un centre de fitness et de bien-être, sous le contrôle d’un médecin généraliste.

How are the departments spread out in the clinic? On the ground floor is western medicine, with a consultation room, an emergency room fully equipped with 2 medical beds, a radiology room, a 3D ultrasound, a rehabilitation and physiotherapy center, an internal pharmacy, and an ambulance available 24/7. Upstairs, you’ll find alternative medicine with the French-Thai psychologist, a nutritionist, a hypnotherapist, chiropractor, and acupuncturist. We also have an IV room, that is, for intravenous injections. We also have two rooms for colonic irrigation and a person who does reiki, an operating room for outpatient procedures, and a plastic surgery department. Finally, on the upper floor, there’s a fitness and wellness center supervised by a general practitioner.

C’est la réalisation d’un rêve d’adolescent ? Oui, car trois rencontres ont été décisives dans ma vie. Avoir la chance de se trouver à la tête d’un tel projet dans sa carrière constitue une immense opportunité, que tous les médecins ne se voient pas offrir...

Is this a teenage dream come true? Yes, because three encounters were decisive in my life. Before having the chance to find myself leading this project in your career is a tremendous opportunity, one that not all doctors will get.

Citycare Phuket  71/30 kamala, Kathu, Phuket  +66 (0)88 201 0404  citycarephuket.com

Your Travel Agency. World-wide

BUY 1 TICKET GET FREE MEAL

SUR PRÉSENTATION DE CETTE PAGE / ON PRESENTATION OF THIS PAGE

Jusqu’au 15 juin 2019, pour tout achat d’un billet international à Albatross Lufthansa City Center, l’agence vous offre un repas gratuit à Albatross Cafe à Canal Village (1000 bahts maximum). Le menu comprend une grande variété de plats traditionnels thaïs et de fruits de mer, ainsi que des tapas servis auparavant à Divino. Ouvert tous les jours de 9h30 à 22h30, avec guitare live en soirée. For every international ticket purchased from Albatross Lufthansa City Center until June 15th 2019 you will receive a free meal at Albatross Cafe at Canal Village (value maximum THB 1,000). The menu consists of a wide variety of home style Thai dishes & seafood as well as many tapas originally served at Divino. Open daily (9:30am - 10.30pm) featuring live guitar on evenings.

Canal Village, Laguna, Cherngtalay, Phuket +66 (0)898 732 829 www.facebook.com/AlbatrossCafePhuket


KO H M A K 14-18 MAR

Fly to the Thaibreak PARTYSAN, THE FESTIVAL AGENCY BEHIND THE ANNUAL 14-DAY VACATION ESCAPE THAIBREAK, successfully held its 20th anni-

THAIBREAK, LE CHAMPS DES PARTYSAN

versary in March 2018, on Koh Mak. This year, Thaibreak Festival returns to this beautiful island in the Gulf of Thailand on March 14-18, around 100 days after the successful New Year’s Eve party Fly to the Moon, organized by DJ Superstar Panda. With ticket sales strictly limited to a maximum of 500, the event is aimed to remain small, fine and sophisticated, based on simple values: to share beautiful spots and friendly experiences around music. Its extravagance is mostly reflected in the lineup. A nice bunch of electronic music artists like Tobi Neumann are brought into this tropical paradise to cook up sunny sets on the beach. The organizers also wish to offer great sports for day activities, from Muay Thai and tennis to mountain biking and diving, in a sustainable relationship with the surrounding nature. A few words can summarize the program of those 4 days: sunshine, good music, local people, great food and a break from daily life.  www.thaibreak.net  www.facebook.com/flytothemoonthailand 4 NIGHTS c 3 DAYS &electronic musiS

ith g sunset filled wboat parties | breathtakin d sun beach- & rs | swim afterhou intimate

P

artysan, l’organisateur de festival à l’origine de Thaibreak, séjour de vacances festives se tenant sur 2 semaines, a célébré son 20ème anniversaire en mars dernier à Koh Mak. Cette année, le Thaibreak Festival revient sur l’île enchanteresse du golfe de Thaïlande du 14 au 18 mars, près de 100 jours après le fameux Fly to the Moon, organisé par le DJ Superstar Panda pour le Nouvel An. Avec un nombre de tickets strictement limité à 500, l’événement se veut intime et sophistiqué, autour d’une idée toute simple : découvrir des sites de toute beauté et partager des expériences amicales, sous le signe de la musique. Son originalité réside principalement dans sa programma-

44

tion : un ensemble réjouissant d’artistes électros, parmi lesquels Tobi Neumann, a été invité à rejoindre ce petit paradis pour offrir au public, les pieds dans le sable, des sets ensoleillés. Les organisateurs ont également eu à cœur de proposer une riche sélection d’activités durant la journée, du Muay Thai à la plongée en passant par le tennis et le mountain bike, tout en insistant sur l’harmonie avec la nature environnante. La promesse de ces quatre jours tient ainsi en quelques mots : du soleil, du bon son, des rencontres avec les gens du coin et une nourriture savoureuse, loin de la routine du quotidien.  www.thaibreak.net  www.facebook.com/flytothemoonthailand

an

14. – 18.03.2019 | Koh Mak Oliver Koletzki | Felix Kröcher | Aka Aka Tobi Neuman | Dott | Klangkünstler | Cotumo Chamapoo | Phil Fuldner | Niko Schwind | Lovra Meat | Markus Fix | Nudsko | Superstar Panda Junesis | Domenic Dagnelli


CHIANG MAI Catherine Vanesse

UN FESTIVAL BONDÉ ! Près de 500 personnes ont participé à la première édition du Bond Women’s Festival, un festival organisé uniquement par des femmes qui s’est tenu le samedi 19 janvier à l’entrée du centre commercial Promenada à Chiang Mai.

T

NEARLY 500 PEOPLE PARTICIPATED IN THE FIRST EDITION OF THE BOND WOMEN’S FESTIVAL, A FESTIVAL LED BY WOMEN, WHICH TOOK PLACE ON SATURDAY 19 JANUARY, AT THE ENTRANCE TO THE PROMENADA SHOPPING CENTER IN CHIANG MAI. Throughout the day were chained workshops, performances and conferences in a friendly atmosphere. Laughter yoga, poetry, songs, discussion around entrepreneurship and social businesses, building skills and confidence as a woman entrepreneur, stress management… The festival welcomed a large panel of speakers.

out au long de la journée se sont enchaînés ateliers, performances et conférences dans une ambiance conviviale. Yoga du rire, déclamation de poésie, chants, discussion autour de l’entrepreneuriat et la création d’entreprises à vocation sociale, compétences et confiance en tant que femme entrepreneuse, gestion du stress… Le festival a accueilli un large panel d’intervenants et des profils très variés. Avant de laisser place aux DJanes pour la soirée, une vente pour le moins originale était organisée en partenariat avec la société Iglu : une mise aux enchères pour acquérir un rendez-vous en tête à tête de deux heures avec l’une des huit femmes mentors sélectionnées pour l’occasion. Au terme d’une vente animée, 15 900 bahts ont été récoltés au profit de Warm Heart Foundation. « Nous avons pu prouver qu’à Chiang Mai, en Thaïlande et dans le monde entier, les femmes sont aussi des dirigeantes, que notre voix compte, que nous sommes talentueuses et fortes. Les liens établis et les discussions ont été l’occasion pour dix femmes leaders, 30 oratrices et intervenantes ainsi que 20 cuisinières de briller. Pour moi, c’est un succès. Lorsque je regarde en arrière et que je vois comment une simple idée a fini par voir réellement le jour pour aboutir à un grand festival, je me sens humble et comblée. Si je peux le faire, tout le monde peut y arriver ! » confie Brittnee Bond, la fondatrice du festival. Une première édition convaincante donc, même

SUPERWOMEN

si certaines améliorations peuvent être apportées, comme sur la localisation, un peu excentrée et très ensoleillée, ou l’espace trop étendu entre les différentes scènes et les stands de nourritures. Des détails que Brittnee ne manquera sans doute pas d’améliorer pour la prochaine fois : « Je prépare déjà notre deuxième festival et cherche des lieux excitants et nouveaux ! »  www.facebook.com/bondwomensfestival

Before giving way to the DJanes for the evening, a sale for the least original was organized in partnership with the company Iglu: an auction to acquire a two hours face-to-face meeting with one of the eight women mentors selected for the occasion. After an animated sale, 15,900 Baht were raised for Warm Heart Foundation. “We have made a statement in Chiang Mai, in Thailand, in the world that women are leaders that our voice matters and that we are talented and strong. The connections made and the discussions were an opportunity for 10 women leaders, 30 speakers and 20 chefs to shine. That’s success to me. Stepping back and seeing something that was a small idea in my head play out in real life in front of me as a huge festival made me humble and excited. If I can do it, we all can do anything!” explains Brittnee Bond, the founder of the festival. A convincing first edition even if some improvement can be made, such as the location a little out of the way and very sunny and with too much space between the different stages and food stands. Details that Brittnee will certainly not miss for next time: “I’m already planning our second Festival and looking for exciting new locations!”  www.facebook.com/bondwomensfestival

46


CHIANG MAI

Retour aux sources

F L’art du soleil levant

7-16 FEB

igure de proue du molam moderne, la chanteuse Rasmee Wayrana sort un troisième opus : Roots. Pour ce nouvel album, elle a choisi de mettre en avant deux instruments anciens, le Phin et le Khene, afin de montrer toute son admiration pour le molam, une musique traditionnelle de l’Isan aux multiples facettes. Réalisé en duo, Roots est aussi le résultat de sa rencontre avec Nattapong Napong, jeune joueur de Phin et de Khene, originaire de Sakhon Nakhon. Témoin de différentes influences, l’album mélange des paroles en thaïlandais, lao et anglais. Une fois encore, laissez-vous séduire par la voix de Rasmee !  www.rasmeewayrana.com

S

hambhala in Your Heart Festival s’apprête à fêter son dixième anniversaire, du 7 au 16 février à Chiang Dao. Festival de musique et d’art, Shambhala est organisé par un petit groupe de hippies japonais installés dans la région et qui fait la part belle aux groupes japonais ainsi que thaïlandais et internationaux. Rock psyché, folk, indé, jazz, reggae ou funk en soirée, et activités, ateliers et performances artistiques en journée. L’année dernière, Shambhala a attiré plus de 3000 amateurs de musique et d’art et d’anciens festivaliers n’hésitent pas à le présenter comme le grand frère de Wonderfruit.  wwww.facebook.com/Shambhala-In-YourHeart-1837842613152853

Straight to the Heart SHAMBHALA IN YOUR HEART FESTIVAL IS ABOUT TO CELEBRATE ITS TENTH ANNIVERSARY FROM FEBRUARY 7 TO 16 IN CHIANG DAO. A festival of music and art, Shambhala is organized by a small group of Japanese hippies based in the region, with a focus on Japanese, Thai and international bands: psychedelic rock, folk, indie, jazz, reggae or funk in the evening and activities, workshops and artistic performances during the day. Last year, Shambhala attracted more than 3,000 music and art lovers and former festival goers do not hesitate to present it as the big brother of Wonderfruit.  wwww.facebook.com/Shambhala-In-YourHeart-1837842613152853

Deeply Rooted A FIGUREHEAD OF THE MODERN MOLAM, SINGER RASMEE WAYRANA RELEASES A THIRD OPUS “ROOTS”. For this new album, she chose to highlight two musical instruments that are Phin and Khene and at the same time to show all her admiration for the molam, a traditional music of Isan with multiple influences. Made in duo, Roots is also the result of her meeting with Nattapong Napong from Sakhon Nakhon, a young musician playing Phin and Khene. Witness of different influences, the album mixes lyrics in Thai, Lao and English. Once again, let yourself be seduced by Rasmee’s voice!  www.rasmeewayrana.com

47


CHIANG MAI Catherine Vanesse

REMINISCENCE, SENS ET ESSENCES

D

CHEMINS DE TRAVERSE

S

ituée au bord de la rivière Mae Ping dans une vieille maison en bois, la galerie The Meeting Room Art Café organise régulièrement des expositions avec comme angle d’attaque la promotion d’artistes locaux encore peu connus du public. « Un passage, une traversée vers une nouvelle façon de penser, une autre perspective. Que ce soit physiquement, émotionnellement ou à un niveau métaphysique, nous traversons sans cesse des portails », résume l’artiste canadienne Jennie McGuire, qui y présentera ses œuvres en février.  Du 7 au 27 février 7-27  www.facebook.com/ FEB themeetingroomartcafe

iplômé de l’Université de Silapakorn, Sommai Ma-On est aujourd’hui un sculpteur reconnu et professeur à l’Université Naresuan de Phitsanulok. Sélection d’œuvres anciennes et récentes, « Reminiscence » offre un aperçu du travail raffiné de l’artiste. Les sculptures de Sommai sont en effet imprégnées d’histoire et de contes folkloriques thaïlandais, offrant une impression hors du temps. Les matériaux proviennent de la nature et résonnent avec des techniques artisanales et historiques ancestrales. Dans les sculptures de Sommai, on trouve en effet de l’argile des sols de Sukhothai, du bois de teck des forêts primaires thaïlandaises, des pigments naturels tels que le curcuma... Les lignes élégantes et simples de ses œuvres constituent également un témoignage du riche passé culturel de la Thaïlande, avec des éléments évoquant souvent le bouddhisme. Toot Yung Art Center  Du 16 février au 11 mai  www.facebook.com/TootYungArtCenter

16-28 FEB

1-31 MAR

1-30 APR

1-11 MAI

Reminiscence: Essential A GRADUATE OF SILAPAKORN UNIVERSITY, SOMMAI MA-ON IS NOW A RECOGNIZED SCULPTOR AND PROFESSOR AT THE NARESUAN UNIVERSITY OF PHITSANULOK. “Reminiscence” a selection of old and recent works, will give an overview of the artist’s refined body of works. Sommai’s sculptures are infused with Thai history and folk tales from the past, inducing an ageless feel. The materials are sourced from the nature and resonate with ancestral craft techniques and history. Clay from the Sukhothai grounds, teak wood from primary Thai forests, natural pigments such as turmeric are elements commonly found in Sommai’s sculptures and the elegant and simple lines of his works also constitute a memoir of Thailand’s rich cultural past, with elements often evoking Buddhism. Toot Yung Art Center  16 Feb -11 May  www.facebook.com/TootYungArtCenter  www.tootyungartcenter.com

48

Cross Currents LOCATED ON THE BANKS OF THE MAE PING RIVER IN AN OLD WOODEN HOUSE, The Meeting Room Art Café regularly organizes exhibitions with a true desire to promote local artists and local communities. “A passage, a crossing to a new way of thinking, another perspective. Whether physically, emotionally or on a metaphysical level, we are constantly going through portals,” says Canadian artist Jennie McGuire who will present her artworks there in February.  7-27 February  www.facebook.com/themeetingroomartcafe


CHIANG MAI

Racines et identités

NOW OPEN

E

space de coworking collaboratif à but non lucratif, Kit N Caboodle inaugure son tout nouvel emplacement en organisant une exposition regroupant trois artistes de Chiang Mai. De formations et d’origines différentes, Jaem Prueangwet, Nate Su et Jillian Wu explorent le lien qui les unit à l’héritage thaïlandais. Le résultat est un reflet des différentes facettes de l’identité thaïlandaise, exprimée sur divers supports et médias, aquarelles et photographies. L’exposition met en lumière l’histoire du pays, ainsi que son identité dans un contexte international.

 Du 6 février au 1 juin er

 www.facebook.com/kitncaboodle.chiangmai

6-28 FEB

MAR APR

1-31 MAY

1 JUNE

What does it mean to be Thai

THE CONSUL'S GARDEN @LE COQ D'OR Coffee & Tea in Paradise

Boire un thé ou un café peut se faire n’importe où, mais au Consul’s Garden du Coq d’Or, l’expérience se révèle exceptionnelle, grâce à des plats et boissons personnalisées spécialement pour vous. Explorez l’Histoire de ce lieu au style colonial britannique en vous prélassant dans le jardin, proche de la rivière Ping, et vous ne voudrez plus repartir. You can have coffee and tea anywhere but there is nowhere like The Consul’s Garden at Le Coq d’Or, where a new coffee and tea experience awaits you with signature drinks and dishes. Explore the history of this place while indulging yourself in a British colonial-style garden next to the Ping River and you will never want to leave.

 www.facebook.com/TheConsulsGarden  www.instagram.com/theconsulsgarden  Line: @theconsulsgarden  +66 (0)89-888-9339  theconsulsgarden@gmail.com

KIT N CABOODLE, CHIANG MAI’S FIRST NON-PROFIT AND COMMUNITYBASED CO-WORKING SPACE, is kicking off the opening of its brand new location with a group art show of Chiang Mai-based artists Jaem Prueangwet, Nate Su, and Jillian Wu. With all artists having different backgrounds and upbringing, the common thread of Thai heritage weaves them together. The result is a reflection on different facets of Thai identity, expressed through mixed media, watercolor, and photography. The exhibition highlights Thai history and modern Thailand, as well as identity in a global context  February 6 to June 1  www.facebook.com/kitncaboodle.chiangmai

49


G R A N D M E R C U R E YA N G O N Max Constant

5 ÉTOILES “CHEZ SOI” Il est rare qu’un hôtel cinq étoiles donne au client une impression d’être chez lui, une sorte de sentiment d’appartenance, celui d’être non pas un visiteur de passage, mais un hôte que l’on accueille. Le Grand Mercure Yangon Golden Empire Hotel, situé dans le quartier de South Okkalapa, dans le nord de la capitale économique du Myanmar, fait partie de ces exceptions.

L’

accueil chaleureux par le personnel, le spacieux et très agréable lobby, agrémenté d’un coin café aux délicieuses pâtisseries, et la décoration, harmonieuse, originale et colorée sans être étouffante, participent de cette ambiance.

« Ceux qui voyagent à travers le monde visitent de nombreux hôtels, mais trouvent souvent ces hôtels froids. Ici, ils ressentent une certaine chaleur, ils éprouvent le sentiment d’être les bienvenus », explique Vinoth Kumar, le directeur général du Grand Mercure Yangon. L’attention envers le client est aussi reflétée dans l’aménagement des chambres, dont les plafonds ont tous été peints par des jeunes artistes du Myanmar : ces œuvres originales donnent un caractère particulier à chaque chambre. « Grand Mercure est une marque unique. Nous avons le souci d’intégrer les influences culturelles et les touches locales », poursuit Vinoth Kumar. Ainsi le thème du « Pays Doré » (Golden Land), omniprésent au Myanmar,

50

mais aussi celui des pierres précieuses, dont dont l’ex-Birmanie est un centre mondial, ont influé sur la décoration de l’hôtel qui arbore fièrement, mais sans excès, ses ors et offre des suites dénommées selon ces thématiques, par exemple la « suite rubis ». Détail d’importance : chaque chambre est dotée d’une machine à café Nespresso, et le client peut utiliser sur demande les capsules de café de son goût. « Nous sommes le seul hôtel du Myanmar à proposer ce service », souligne, non sans fierté, le directeur. Le choix du quartier peut intriguer, car South Okkalapa n’est pas à proximité immédiate du centre historique deYangon et est une zone essentiellement d’usines et d’ateliers. « Nous voulions être localisés dans une nouvelle aire de développement », explique le directeur général de l’hôtel. « Dans le futur, South Okkalapa va être le nouveau Central Business District deYangon et cet hôtel sera parfaitement adapté à ce quartier, situé à 15 minutes de la zone industrielle de Dagon ».

Un peu plus de la moitié des clients du Grand Mercure sont en effet des hommes d’affaires, mais la part de touristes est aussi importante, particulièrement ceux venus de Hong Kong (20 % de la clientèle), de Macao, de Taiwan, de Chine continentale et de Thaïlande. L’hôtel, doté de plusieurs restaurants, dont un somptueux buffet disposé à l’extérieur, près de la piscine, de deux salles de fitness, de deux saunas et d’une série de salons de réunions et de réceptions, dont un « ballroom » pouvant accueillir jusqu’à 650 personnes, constitue un lieu de vie, de loisirs et de travail disposant de toutes les installations nécessaires. Le Grand Mercure Yangon est le troisième établissement de luxe d’Accor Asia Pacific au Myanmar, à côté du Pullman Yangon Centrepoint et du Sofitel Inle Lake. Un nouvel hôtel va bientôt rejoindre cette catégorie : le Pullman Mandalay qui doit ouvrir durant le premier trimestre 2019. n  www.grandmercureyangongoldenempire.com


M YA N M A R

It is seldom that a five-stars hotel gives to the customer the impression of being at home, a sense of belonging, a feeling of being not a passing visitor, but an invited guest. The Grand Mercure Yangon Golden Empire Hotel, located in the South Okkalapa area, in the north of the economic capital of Myanmar, is one of these exceptions.

5 STARS WITH A HOME FEELING THE WORLD TRAVELERS WENT TO MANY HOTELS. They sometimes feel these hotels are cold, without colors, very uninviting. “Here you feel a sense of belonging, there is a very warm and welcoming feeling”, says Vinoth Kumar, the General Manager of the Grand Mercure Yangon. The attention towards the guest is also reflected by the arrangement of the rooms: each of them is unique, with ceilings hand painted by young Myanmar artists. “Grand Mercure is a unique brand. We are associated with cultural influences and local touches,” adds Vinoth Kumar. And indeed, the theme of the Golden Land, as is often called Myanmar, as well as the theme of the precious stones, of which Myanmar is a world center, have influenced the decoration of the hotel, which prides itself on its gold touches, without excess, and offers a “Ruby suite.”

The choice of the area could seem intriguing, as South Okkalapa is not close to the historic center of Yangon and is, essentially, an area of factories and workshops. “We want to be located in a new development zone,” explains the general manager of the hotel. “In the future, South Okkalapa will be the new Central Business District and this hotel will suit very well with the area; it will be located at around 15 minutes from Dagon industrial zone”. Indeed, a little more than half of the customers of the Grand Mercure are businessmen, but the proportion of tourists is also important, particularly those coming from Hong Kong (20% of the customer base), from Macao,

Taiwan, mainland China and Thailand. The hotel, endowed with several restaurants, including a sumptuous open-air buffet next to the swimming pool, with two fitness rooms, two saunas and a series of meeting and reception rooms including a ballroom with a capacity of 650 guests, offers all amenities customers may wish for. The Grand Mercure Yangon is the third Accor Asia Pacific luxury property in Myanmar, along the Pullman Yangon Centrepoint and the Sofitel Inle Lake. A new hotel will soon join the club: the Pullman Mandalay which will open during the first quarter of 2019. n  www.grandmercureyangongoldenempire.com

A detail worth mentioning is that each room is doted with a Nespresso coffee machine, and the guest can ask for the capsules which suit his taste. “We are the only hotel in Myanmar to propose this service,” underscores Vinoth Kumar.

51


ESSENCE Marine Wolf

APSARA ODYSSEY Phnom Penh recently saw the birth of Maison Apsara, a new store with a delightful concept: offering its customers the possibility of creating custom-made products for the body using completely natural ingredients.

La nature dans la peau Phnom Penh a vu naître il y a peu Maison Apsara, une boutique au concept réjouissant : elle propose à ses clients de réaliser sur mesure des produits pour le corps à partir d’ingrédients entièrement naturels.

E

n participant à des ateliers animés par Lana Vélasque, créatrice d’Apsara, chacun peut fabriquer son propre lait au thé vert ou même le fameux baume du tigre. Logées dans d’élégants flacons en verre, les huiles naturelles s’exhibent fièrement sur les étagères de la boutique. Coco, sésame, hibiscus, fruit de la passion, et d’autres plus inattendues comme l’huile de loofah, aux propriétés antioxydantes. Toutes sont produites à Chi Path, petit village des Cardamomes situé au cœur de la forêt cambodgienne.

52

BY TAKING PART IN WORKSHOPS LED BY LANA VÉLASQUE, THE CREATOR OF APSARA, EVERYONE CAN MAKE THEIR OWN GREEN TEA LOTION OR EVEN THE FAMOUS TIGER BALM. Stored in elegant glass bottles, natural oils are proudly displayed on the shop’s shelves. Coconut, sesame, hibiscus, passion fruit, and more unexpected ones like loofah oil which has antioxidant properties. Everything is produced in Chi Path, a small village in the Cardamom Mountains in the heart of the Cambodian forest.


CA M B O D I A

La Laurent montre ses coudes irrités par endroits, signes d’une peau très sèche. « Je sais ce qu’il te faut : un baume avec du beurre d’amandes sauvages, très nourrissant. On rajoutera de l’huile de moringa. Le moringa c’est la “plante magique”. Même déshydratée depuis très longtemps, on l’arrose et elle repart. Anti-âge, elle est aussi pleine de vitamines. Une cuillère de moringa contient plus de vitamines qu’une carotte ! » répond aussitôt Lana en disposant les ustensiles sur la table.

VANILLE ET FAMILLE Lorsqu’elle arrive au Cambodge pour la première fois, Lana a 30 ans et une passion pour les plantes aromatiques. Elle rêve de se lancer dans la production. Six mois durant, elle arpente le pays du nord au sud pour trouver le terrain idéal, jusqu’à découvrir la minuscule communauté écotouristique de Chi Path. De ses années à Madagascar, elle a gardé un amour pour la vanille. C’est cette plante, très peu présente au Cambodge, qu’elle décide de cultiver sur la parcelle qu’elle acquiert au bord de l’eau. Devant la riche palette de matières premières qu’offre la région, l’idée de réaliser des huiles végétales s’impose peu à peu. Quatre ans plus tard, il faut toujours cinq heures de route en minivan depuis Phnom Penh et un quart d’heure de marche dans la forêt pour accéder au terrain de Lana. Entre-temps, elle a lancé Apsara, sa marque de cosmétiques. Tous les produits de la maison trouvent leur origine à Chi Path, comme ce beurre d’amandes sauvages à l’odeur savoureuse. Ramassées dans la forêt, celles-ci sont si rares qu’une fois décortiquées elles ne représentent que 20 kg sur toute une année. Les noix de coco sont également apportées par les habitants à Lana. La chair pressée à la main donne une huile très riche, les coques et le jus bourré de vitamines sont réutilisés pour les cultures de vanille.

Laurent shows his elbows which are irritated in places, a sign of very dry skin. “I know what you need: a highly nourishing balm containing wild almond butter. We can add some moringa oil. Moringa is the ‘magic plant’. Even when it has been dehydrated for a long time, you just water it and it revives. It has anti-ageing properties and is also full of vitamins. A spoonful of moringa contains more vitamins than a carrot!” Lana replies immediately, placing the utensils on the table.

Vanilla in Cambodia When she arrived in Cambodia for the first time, Lana was thirty and had a passion for aromatic plants. She dreamed of getting into production. For six months, she roamed the country from north to south in order to find the right site, until discovering the tiny ecotourism community of Chi Path. From her years in Madagascar, she retained a love for vanilla. It is this plant, which is rarely present in Cambodia, that she decided to cultivate on a plot of land she acquired at the water’s edge. Given the rich palette of raw materials offered by the region, the idea of making vegetable oils gradually took hold. Four years later, it still takes five-hour drive by minivan from Phnom Penh and a fifteen-minute walk in the forest to get to Lana’s land. In the meantime, she launched Apsara, her cosmetics brand. All the products of the brand originate in Chi Path, like the wild almond butter with its appetizing smell. The almonds are collected in the forest and are so sparse that once shelled, they represent only 20kg over the whole year. Coconuts are also brought to Lana by the locals. The hand-pressed flesh gives a very rich oil; the husks and the vitamin-packed juice are reused for the vanilla cultivation.

53


C H I PAT H

À Chi Path, toutes les employées sont des habitantes du village, formées par Lana à la culture de la vanille, à la fabrication d’huile et de savons ainsi qu’aux règles d’hygiène élémentaires. Cependant, elles sont analphabètes, ce qui rend la présence de cette dernière indispensable au moins quelques jours par semaine pour calibrer les quantités de biofongicides, effectuer les macérations et les fertilisations, peser les solutions. La jeune femme navigue donc entre la capitale et son terrain des Cardamomes. Tout comme elle, c’est par le minivan du village que voyagent les bidons d’huile destinés à ses clients de Phnom Penh ou de Siem Reap. Depuis plusieurs années, elle fournissait déjà en huiles de massage quelques hôtels au Cambodge. Jusqu’à ce qu’elle décide, il y a quelques mois, de créer en parallèle ses propres cosmétiques à partir des plantes de Chi Path.

ACCROCHE-TOI AUX BRANCHES Aujourd’hui, Apsara comprend 3 branches. Une gamme d’huiles de soin, de masques, de sérums, de crèmes est destinée aux professionnels. Une autre gamme composée de 14 références est disponible dans quelques points de vente tels que la maison de haute couture d’Eric Raisina, à Siem Reap. Enfin, la toute récente Maison Apsara, à Phnom Penh, représente le troisième visage de la marque de Lana. « La boutique est tombée à pic, » explique-t-elle,

All the employees are residents of the village. Lana has taught them how to cultivate vanilla, how to make oil and soap as well as the basic rules of hygiene. All of them, however, are illiterate, making the presence of Lana essential, at least for a few days a week, in order to calibrate the amounts of biofungicides, carry out macerations and fertilizations and weigh the solutions. The young woman divides her time between the capital and her Cardamom land. Like her, it is by means of the village minivan that the drums of oil travel to her customers in Phnom Penh or Siem Reap. For several years, she provided massage oils to a number of hotels in Cambodia, until she decided a few months ago to create her own cosmetics from the plants at Chi Path.

Brand New Today, Apsara has three branches, and a range of body care oils, masks, serums and creams for professionals. Another range of 14 items is available in several sales outlets such as Eric Raisina’s haute couture house in Siem Reap. And finally, the brand-new Maison Apsara at Phnom Penh represents the third face of Lana’s brand. “The shop came just at the right time”, she explains, “together with this idea of keeping the raw materials available. We did not want to use non-natural ingredients in our products so that they last for years, to stock creams that last for three years. That made no sense. We decided to get into fresh products. We made everything that can be kept easily for six months such as soaps, aromatherapy or massage oils and gels. But the creams, the milks, which are more personalised, are made on the spot.”

54


CA M B O D I A

« avec cette idée de garder les matières premières à disposition. On n’avait pas envie d’utiliser des ingrédients non naturels dans nos produits pour que ça dure des années, faire du stock et des crèmes qui durent 3 ans. Ça n’avait pas de sens. On a décidé de se lancer sur du frais.Tout ce qui peut se garder facilement 6 mois comme les savons, les huiles d’aromathérapie ou de massage, les gels... on les fait. Mais les crèmes, les laits, ce qui est plus personnalisé, est réalisé à la seconde. » Cette « fabrication à la seconde » suscite déjà l’enthousiasme à Phnom Penh. Certains clients préfèrent que Lana réalise pour eux les produits qu’ils commandent, d’autres mettent avec bonheur la main à la pâte. Car il ne s’agit pas uniquement de concocter des crèmes. Tout semble possible à Maison Apsara, imaginer le goût de son dentifrice, composer l’odeur de son shampoing, créer la couleur de son baume à lèvres, choisir la texture de son lait corporel… Devant les désirs de ses visiteurs, Lana met instantanément au point des recettes parfaitement adaptées à chacun, avec une inventivité et un professionnalisme déconcertants. Sur les étagères, au côté des écorces de cannelle et des bocaux d’anis étoilé trônent fièrement les quatre premiers parfums d’Apsara. Leurs compositions viennent directement de Grasse, où Lana se rend régulièrement. Au cœur de la capitale mondiale de la parfumerie, elle recueille des créations de « nez » employés par les prestigieuses Maison Isnard et Firmenich, à l’origine des parfums griffés Dior, Boucheron, Yves Saint Laurent, Kenzo, Givenchy, ou encore Lancôme. « Tous les parfums que j’ai, je ne les aurais évidemment pas pris s’il n’y avait pas une partie d’essences vraiment naturelles. Dans chacun, que ce soit celui à la rose bulgare, la vanille, le patchouli, le cèdre, la cardamome ou l’iris, on trouve ces matières fabuleuses. »

This on-the-spot manufacture is already generating enthusiasm in Phnom Penh. Some customers prefer that Lana create the products they order for them; others are happy to be more hands on. Because it is not just about concocting creams. Everything seems possible at Maison Apsara: imagine the taste of one’s toothpaste, compose the smell of one’s shampoo, create the color of one’s lip balm, choose the texture of one’s body milk, etc. Based on the desires of her customers, Lana instantly puts together recipes that are perfectly adapted to each one with disconcerting inventiveness and professionalism. Alongside the cinnamon rinds and jars of star anise on the shelves, proudly sit the first four perfumes from Apsara. Their ingredients come directly from Grasse, where Lana goes regularly. In the heart of the world capital of perfumery, she collects the creations of the “noses” employed by the prestigious firms Maison Isnard and Firmenich that are the basis of the perfumes of Dior, Boucheron, Yves Saint Laurent, Kenzo, Givenchy and Lancôme. “All the perfumes I have, I obviously wouldn’t have taken if they didn’t contain some natural essences. In each of them, whether it is with Bulgarian rose, vanilla, patchouli, cedar, cardamom or iris, you will find these fabulous ingredients.” Apsara does not seem about to cease its development as the projects abound, such as the partnership with Coco Khmer, a coconut oil specialist in Cambodia, to set up a fresh bar at the Siem Reap DFS store. “The duo would be almost a combination of its brand with mine with a range of 100% natural products”, says Lana. “The idea would be to work with vegetables, fruits, really fresh ingredients”. She also plans to welcome schoolchildren to her workshops. “At five years old, they like to manipulate things. We

55


F RO M S I E M R E A P. . .

Apsara ne semble pas prête de cesser son développement tant les projets fourmillent, à l’image de ce partenariat potentiel avec Coco Khmer, spécialiste de l’huile vierge de coco au Cambodge, pour établir un fresh bar à la boutique Duty Free de Siem Reap. « Le duo serait presque un combiné de sa marque et de la mienne avec une gamme de produits 100 % naturels, » décrit Lana. « L’idée serait de travailler avec des légumes, des fruits, vraiment du frais. » Elle prévoit également des ateliers pour accueillir des écoliers. « À 5 ans ils aiment manipuler, on arrive déjà à faire des choses intéressantes avec eux, des sels de bain avec des strates de couleurs en utilisant du charbon actif, de l’argile rouge, des plantes… Quand ils commencent à avoir 6-7 ans, ils sont en âge de comprendre davantage, on peut passer aux baumes. On parle des abeilles, comment on collecte le miel de façon équitable, d’où vient la cire d’abeille utilisée dans le baume, l’huile de coco, l’huile de sésame… Entre 12 et 16 ans, on est plus technique, on parle d’émulsifiants ou de l’huile de palme. Ça les sensibilise, ils comprennent que dans le commerce, certains produits sont moins bons que d’autres, pour leur santé comme pour l’environnement ». Inutile de préciser dans quelle catégorie se placent les réalisations d’Apsara...

already manage to do interesting things with them, such as bath salts with colored layers by coloring them with activated carbon, red clay, plants, etc. When they get to the age of six to seven, they are old enough to understand more and we can move on to balms. We speak about bees, how we collect honey in a fair way, where the beeswax used in the balm, the coconut oil, the sesame oil, etc. come from. With children between the ages of twelve and sixteen, we are more technical. We speak about emulsifiers or palm oil. It makes them aware, they understand that in the trade, some products are worse than others for their health and for the environment.” No need to say in which category those of Apsara belong.

56

lattit


Pool Suites & Villas at the Temples’ Gates templation.asia lattitudes-ad-Jan-2018_V6.indd 1

99

1/11/18 3:22 PM


CA M B O D G E Latitudes Team

7-30 MAR

LES SURPRISES D’EM RIEM Artiste aux multiples talents, sans doute le plus célèbre du Cambodge, Em Riem investira en mars la Galerie de l’Institut français, avec une installation promise comme spectaculaire, mystérieuse et poétique.

F

ormé au design contemporain à l’École des Beaux Arts de Saint-Étienne, puis à l’École des Arts décoratifs de Paris, enseignant dans deux prestigieuses écoles d’art de Phnom Penh, Em Riem s’impose comme l’une des figures centrales de la création cambodgienne et l’un des rares artistes locaux à vivre de son art. Profondément attaché à son pays et marqué par son histoire, il entame en 2003 une série de peintures liées aux victimes des Khmers rouges. Cette collection fameuse, qu’il continue toujours d’enrichir, est constituée de portraits d’une précision quasi photographique, réalisés notamment à l’acrylique noir sur toile de jute. Peintre, sculpteur, styliste ou encore créateur de mobilier, Em Riem cultive à merveille l’éclectisme. La nature exubérante de sa terre natale, les multiples visages de la société cambodgienne, la vulgarité arrogante des nouveaux riches ou encore la dignité souriante des pauvres gens constituent autant de sujets qui

58

Em as in Mysteries Cambodia’s most famous multi-talented artist Em Riem will invest the Gallery of the French Institute in March with an installation promised to be spectacular, mysterious and poetic.

TRAINED IN CONTEMPORARY DESIGN AT THE SCHOOL OF FINE ARTS IN SAINT-ETIENNE AND AT THE SCHOOL OF DECORATIVE ARTS IN PARIS, teaching in two prestigious art schools in Phnom Penh, Em Riem is one of the central figures of Cambodian creation and one of the few local artists to live by his art. Deeply attached to his country and marked by his history, he began in 2003 a series of paintings related to the victims of the Khmer Rouge. This famous collection, which he continues to enrich, consists of portraits of almost photographic precision, some made in particular with black acrylic on hessian. Painter, sculptor, stylist or furniture designer, Em Riem perfectly cultivates eclecticism. The exuberant nature of his homeland, the many faces of Cambodian society, the arrogant vulgarity of the new rich or the smiling dignity of the poor people are all subjects that inspire


CA M B O D G E

l’inspirent. L’utilisation des matériaux locaux est une composante importante de son œuvre polymorphe qui ne laisse personne indifférent.

him. The use of local materials is an important component of his polymorphic work that leaves no one indifferent.

À ce jour, le mystère reste entier sur les pièces qui seront présentées à l’Institut français. Cependant nous savons qu’elles ont été spécialement créées pour l’occasion et gageons que le rotin, le bambou ou le bois seront une fois encore sublimés

To this day, the mystery remains intact about the pieces to be presented at the French Institute. However, we know that they were specially created for the occasion and we bet that rattan, bamboo or wood will be sublimated once again.

Galerie de l’Institut français  #218 rue 184, Phnom Penh  Du 7 au 30 mars  www.institutfrancais-cambodge.com

French Institute Gallery  #218 rue 184, Phnom Penh  From March 7 to 30  www.institutfrancais-cambodge.com

59


CA M B O D G E Latitudes Team

ENCORE FREE EVENT DEDICATED TO PROMOTE THE FRENCH KNOW-HOW, “THE FRENCH WEEK OF SIEM REAP” was born of the daring gamble of some entrepreneurs settled in this city which drains every year millions of tourists.

7-10 MAR

Siem Reap à l’heure française

E

vénement gratuit dont la vocation est de promouvoir le savoir-faire français, « La Semaine Française de Siem Reap » trouve son origine dans le pari audacieux de quelques entrepreneurs installés dans cette ville, qui draine chaque année des millions de touristes. Forte du succès remporté lors de sa première en 2018, elle revient cette année du jeudi 7 au dimanche 10 mars et investira une fois encore le site prestigieux du Raffles Grand Hôtel. L’objectif de l’édition 2019 étant d’accueillir environ 4 000 personnes, le comité d’organisation local, composé exclusivement de bénévoles, n’a pas ménagé ses efforts pour concocter un riche programme.

Building on the success of its 2018 debut, it will return this year from Thursday, March 7 to Sunday, March 10 and once again invest the prestigious Raffles Grand Hotel. The goal of the 2019 edition is to host about 4,000 people, the local organizing committee, composed exclusively of volunteers, has spared no effort to concoct a rich program. In addition to the exhibition booths of 60 companies and organizations listed, the “French Village”, located on the esplanade of Raffles, will offer over these four days a variety of varied activities including an introduction to golf, films and short films screenings, presence of young caricaturists, dance and music performances or a parade of fashion designers from Cambodia. It will also be the scene of happy barista and petanque competitions. The Village will also house the “Pavillon Français des métiers d’Art”, where the “Concours d’Excellence” will be held for the first time to highlight the craftsmanship of French savoir-faire in Cambodia. A crazy DJ evening is scheduled from 9pm on Saturday 9 March and a concert of Jazz Gipsy, on Sunday at 7:30pm, will end the festivities.  www.facebook.com/LaSemaineFrancaise2019

Outre les stands d’expositions des 60 entreprises et organisations inscrites, le « Village Français », implanté sur l’esplanade du Raffles, proposera sur ces 4 jours une kyrielle d’animations variées dont une initiation au golf, la diffusion de films et de courts-métrages, la présence de caricaturistes, des spectacles de danse et de musique ou encore un défilé des créateurs de mode du Cambodge. Il sera aussi le théâtre des joyeux concours de barista et de pétanque. Le Village abritera également « le Pavillon Français des métiers d’Art » où se tiendra pour la première fois le « Concours d’Excellence » visant à mettre en lumière l’artisanat d’art des savoir-faire français au Cambodge. Une folle soirée DJ est programmée à partir de 21 h le samedi 9 mars et c’est sur un concert de Jazz manouche donné le dimanche à 19 h 30 que se clôtureront les festivités..

 www.facebook.com/LaSemaineFrancaise2019

60


CA M B O D I A Latitudes Team

ANGKOR VIRTUEL

8-28 FEB

1-2 MAR

Attraction principale de la province de Siem Reap, Angkor fut pendant des siècles le centre de l’empire khmer et constitue l’un des sites archéologiques les plus prestigieux d’Asie du Sud-Est

P

rotégé par décret royal depuis 1984 et classé sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1992, il concentre de nombreux vestiges sur près de 500 km2 et ses monuments font l’objet de recherches très approfondies basées sur les techniques les plus contemporaines. Il n’est donc pas étonnant que le fabuleux site d’Angkor ait attiré la société française ICONEM dont la vocation est de contribuer à la conservation des sites patrimoniaux les plus précieux du monde, en les numérisant pour mieux les étudier, mais aussi pour assurer leur transmission aux générations futures. Associant la capacité de scan à grande échelle de ses drones et le photoréalisme de la 3D, elle réalise des doubles numériques époustouflants.

C’est à partir de cette imagerie exceptionnelle que l’Institut français du Cambodge vous convie à d’extraordinaires « Déambulations virtuelles » au cœur des temples d’Angkor. L’installation vidéo innovante invite le visiteur à une exploration fluide permettant de découvrir le Mébon Occidental, la porte de la Victoire d’Angkor Thom, le Baphuon ou encore le méconnu Chau Srei Vibol au travers d’images numériques élaborées au moyen des drones et des algorithmes d’ICONEM qui a bénéficié du soutien du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et de l’ambassade de France au Cambodge.  218 rue 184, Phnom Penh  Du 8 février au 2 mars  www.institutfrancais-cambodge.com

ANGKOR 3.0 MAIN ATTRACTION OF THE SIEM REAP PROVINCE, ANGKOR HAS BEEN THE CENTER OF THE KHMER EMPIRE FOR CENTURIES, AND ONE OF THE MOST PRESTIGIOUS ARCHAEOLOGICAL SITES IN SOUTHEAST ASIA. Protected by Royal Decree since 1984 and listed on the UNESCO World Heritage since 1992, it concentrates numerous remains in nearly 500 km2 and its monuments are the subjects of very thorough research based on the most contemporary techniques. It is therefore not surprising that the fabulous Angkor site has attracted the French company ICONEM whose mission is to contribute to the conservation of the most valuable heritage sites in the world, by digitizing them to better study them but also to ensure their transmission to future generations. Combining the ability to scan large scale pictures from drones and 3D photorealism, it achieves stunning digital copies.

From this exceptional imagery, the French Institute of Cambodia proposes an extraordinary “virtual strolls” in the heart of the temples of Angkor. The innovative video installation invites the visitor to a fluid exploration to discover the Western Mebon, the Victory Gate of Angkor Thom, the Baphuon or the unknown Chau Srei Vibol through digital images made by ICONEM drones and algorithms which has been supported by the Ministry of Europe and Foreign Affairs and the French Embassy in Cambodia.

 218 rue 184, Phnom Penh  From February 8 to March 2  www.institutfrancais-cambodge.com

More than a scarf, More than a scarf, More than a scarf, More than aEthics scarf, ethics and high-quality ethics and high-quality Ethics products High quality products products High quality products WOMEN EMPOWERMENT – HAND WEAVING – WOMEN EMPOWERMENT – HAND WEAVING – FRENCH CREATION FRENCH CREATION Soieries du Mékong is an ethical brand that creates high-quality Soieries du Mékong ethicaland brand that creates silk scarves designedisinanFrance hand-woven by high-quality Cambodian silk scarves designed in France and an hand-woven women living in Banteay Chhmar rural area.byItCambodian empowers women living in Banteay an rural It empowers women by training them toChhmar hand weaving in aarea. traditional way, to women by training them to hand weaving in a traditional to perpetuate an ancestral know-how, and by offering them way, sustaiperpetuate an ancestral know-how, and by offering them sustai-. nable job and better living conditions for them and their families nable job and better living conditions for them and their families. www.soieriesdumekong.com www.soieriesdumekong.com

61


CA M B O D G E

© Graves Without a Name

Angelina Jolie © KPR - CIFF

Latitudes Team

Phnom Penh, séances tenantes

O

rganisé depuis 2010 par la Commission du Film du Cambodge (CFC) et le centre Bophana, le Festival international du film du Cambodge (CIFF) constitue la plus grande manifestation cinématographique du Royaume.

The 2019 program will feature more than 130 films from 35 countries, many of which are made-in or about Cambodia. Highlights include the late documentary of Rithy Panh Graves without a name, In the life of music by Visal Sok and Caylee So presented at the Tokyo IFF, and Funan, the animated film of the young French Denis Do awarded by the Grand Prix of the Annecy International Animated Film Festival 2018.

ORGANIZED SINCE 2010 BY THE CAMBODIA FILM COMMISSION (CFC) AND THE BOPHANA CENTER, THE CAMBODIA INTERNATIONAL FILM FESTIVAL (CIFF) IS THE LARGEST FILM EVENT IN THE KINGDOM.

CIFF will also celebrate Filipino, Swedish and Belgian cinemas and pay tribute to the French director Hubert Charuel who received the César for the best first film in 2018 for Petit Paysan. Great screenings in perspective, which detailed program, schedules and information on events and invited professionals will soon be published online.

As every year, for six days the CIFF will celebrate the 7th art in all its forms (fiction, documentaries, animation) in the best cinemas in Phnom Penh: Prime Cineplex, Major Cineplex, Legend Cinema, French Institute, Chaktomuk Theater  Du 9 au 14 mars 2019  From 9 to 14 March 2019  www.cambodia-iff.com  www.facebook.com/cambodiaiff

9-14 MAR

©  CIFF

Comme chaque année, pendant six jours le CIFF célébrera le 7ème art sous toutes ses formes (fiction, documentaires, animation) dans les meilleures salles de cinéma de Phnom Penh : Prime Cineplex, Major Cineplex, Legend Cinema, Institut français, Théâtre Chaktomuk et Centre Bophana, ainsi qu’en plein air à Koh Pich. La programmation 2019 présentera plus de 130 films de 35 pays dont beaucoup liés au Cambodge. Parmi les temps forts, le public pourra notamment apprécier Graves without a name de Rithy Panh, In the life of music de Visal Sok et Caylee So ou encore Funan, film d'animation du jeune Français Denis Do, Grand prix du Festival International d'Annecy 2018. Le CIFF célèbrera également les cinémas philippin, suédois et belge et rendra hommage au réalisateur français Hubert Charuel lauréat du César du meilleur premier film en 2018 pour Petit Paysan. De belles séances en perspective, dont le programme détaillé, les horaires et les informations sur les événements et les personnalités invitées seront prochainement publiés en ligne.

and Bophana Center, as well as during outdoor screenings in Koh Pich.

MOVING MOVIES

62


CA M B O D I A Latitudes Team

Lever de rideau à Phnom Penh

C

haque année tout Phnom Penh guette avec impatience les dates des représentations de la TTFPP (Troupe de théâtre francophone de Phnom Penh). Il faut dire qu’il ne manque pas de talent ce collectif de passionnés des planches créé en 2010 et composé aujourd’hui de 14 comédiens dirigés par Vicky Lemaire. 15 spectacles en 8 ans lui ont permis de largement faire ses preuves et de conquérir un public fidèle. Interprétant avec brio un répertoire varié, de Labiche à Ionesco, en passant par La Nuit de San Lorenzo ou encore un inoubliable 12 Hommes en colère, ces amateurs pourraient se produire sans rougir dans un grand théâtre parisien. Toutes leurs pièces sont jouées en français avec des sous titres anglais diffusés sur des écrans. La maison de Bernarda Alba de Frederico García Lorca et Juste la fin du monde de Jean-Luc Lagarce, sont annoncées pour les mois de mars et avril 2019. Ne manquez pas une bonne soirée de théâtre et connectez-vous à leur page Facebook pour connaître les dates qui seront révélées courant février.

 www.facebook.com/TTFPP

FRENCH PLAY EVERY YEAR, ALL PHNOM PENH IS EAGERLY AWAITING THE DATES OF PERFORMANCES BY THE TTFPP (Phnom Penh French Theater Troupe). It must be said that this collective of passionate, created in 2010 and now composed of 14 actors led by Vicky Lemaire, is no lack of talent. 15 shows in 8 years, have allowed them to largely prove it and conquer a loyal audience. Brilliantly interpreting a varied repertoire, from Labiche to Ionesco, through The Night of San Lorenzo or an unforgettable 12 Angry men, these amateurs could play without blushing in a great Parisian theater. All their plays are in French with English subtitles broadcast on screens. Bernarda Alba’s House by Frederico García Lorca and Just the End of the World by JeanLuc Lagarce, are announced for the months of March and April 2019. Do not miss a good evening of theater and check their Facebook page to know the exact dates, to be revealed in February.  www.facebook.com/TTFPP

MAR APR

63


PHNOM PENH Laurence Labadens

Phnom Penh investigation AFTER BEING SUCCESSFUL IN HO CHI MINH AND HANOI IN VIETNAM, “URBAN TALES” HAS JUST BEEN LAUNCHED IN PHNOM PENH. This awesome interactive and immersive treasure hunt concept invites you to discover a city in an autonomous way by living an original adventure full of nice surprises.

A

En quête de Phnom Penh

près avoir remporté un franc succès à Hô Chi Minh et à Hanoï, au Vietnam, « Urban Tales » se décline désormais à Phnom Penh. Cette chasse au trésor interactive et immersive vous invite à découvrir une ville de façon autonome en vivant une aventure originale pleine de belles surprises. Dans la capitale cambodgienne, tout commence à la Bibliothèque nationale où une personne représentant le département d’archéologie de l’Université royale des beaux-arts vous confie la mission de retrouver une antique relique liée à un certain Anatole Pasquier, explorateur français du 19ème siècle. Ainsi transformé en Sherlock Holmes, équipé d’un road book fort utile et d’un téléphone portable permettant de demander de l’assistance à tout moment, vous vous lancez dans l’exploration du vieux quartier de Daunh Penh. Un scénario bien ficelé vous plonge dans le passé de la ville tout en vous révélant ses vibrations actuelles, et vous fait rencontrer des acteurs locaux pour vous aider dans votre enquête. Nous n’en dirons pas plus pour protéger l’effet de surprise, mais sachez qu’au terme de cette aventure ludique et instructive, vous aurez non seulement découvert des lieux chargés d’histoire, mais également quelques traditions bien ancrées dans le mode de vie khmer. Cette superbe balade de 3 kms s’effectue à pied, mais n’est absolument pas contraignante. Elle est idéale pour une famille ou des amis en vacances.  www.urbantales-phnompenh.com

64

In the Cambodian capital, everything begins at the National Library where a person representing the archeology department of the Royal University of Fine Arts entrusts you with the mission to find an ancient relic linked to a certain Anatole Pasquier, French explorer of the 19th century. Thus transformed into Sherlock Holmes, equipped with a useful road book and a mobile phone to ask for assistance at any time, you begin the exploration of the old district of Daunh Penh. A well-crafted scenario immerses you in the past of the city while revealing its current beat, and makes you meet local actors to help you in your investigation. We’ll not say more to protect the surprise, you just have to know that at the end of this fun and informative adventure, you have not only discovered places steeped in history but also some traditions deeply rooted in the Khmer way of life. This beautiful 3km walk is absolutely not binding, and perfect for a family or friends on vacation.  www.urbantales-phnompenh.com


^

C U R I O S I T É S F R A N ÇA I S E S Caroline Laleta Ballini

LE PALAIS IDÉAL DU FACTEUR CHEVAL Il est des hommes pour qui la seule volonté suffit à soulever des montagnes. Ce fut le cas de Joseph Ferdinand Cheval, qui mit 33 ans à réaliser son rêve au début du siècle dernier en bâtissant seul son Palais Idéal, non loin de Valence, dans la Drôme.

N

é en 1836 à Charmes-sur-l’Herbasse d’un père ouvrier agricole, Ferdinand entame une carrière d’apprenti boulanger à la fin de son certificat d’études. A 31 ans, la commune lui propose un travail de « facteur aux postes » à Hauterives, à une douzaine de kilomètres de son village natal. Chaque jour, il effectue à pied les 33 km de sa « tournée de Tersanne », le long des chemins de la Drôme pour distribuer son courrier, « courant tantôt dans la neige et la glace, tantôt dans la campagne fleurie »] Plongé quotidiennement dans le même décor, il se met à rêver pour distraire ses pensées : « je construisais en rêve un palais féérique dépassant l’imagination, tout ce que le génie d’un humble

66

The Ideal Palace of the Postman Cheval There are men whose willpower alone can lift mountains. This was the case for Joseph Ferdinand Cheval, who took 33 years to realize his dream early last century by building his Ideal Palace by himself near Valence, Drôme.

BORN IN 1836 IN CHARMES-SUR-L’HERBASSE TO A FARM WORKER FATHER, FERDINAND STARTED A CAREER AS AN APPRENTICE BAKER AFTER GRADUATING. At the age of 31, the town offered him a job as a postman in Hauterives, about ten kilometers from his home village. Every day, he walked the 33 km of his “Tersanne route” along the paths of Drôme to deliver his mail, “sometimes running through snow and ice, sometimes through the countryside in bloom.” Being immersed daily in the same scene, he started dreaming for distraction: “In my dreams, I built a fairylike palace beyond imagination with everything a humble genius could come up with (caves, towers, gardens, castles, museums, and sculptures, seeking to make the


^

In 1879, at the age of 43, he stumbled and tripped over a stone in a curious shape. He put it in his pocket and it would literally become his stumbling block. The next day, he noticed other very unique stones and he started to dream of finally building his Ideal Palace. He then started to set aside stones, tiles, and shells he found along his way and then go back to fetch them in the evening with only his wheelbarrow. When night fell, by the light of an oil lamp, he worked on his gigantic project with no blueprints using mortar and lime. He became considered as an eccentric wild man by the inhabitants of the region.

En 1879, à l’âge de 43 ans, il bute sur une pierre aux formes curieuses qui le fait trébucher. Il la glisse dans sa poche et elle devient sa pierre d’achoppement. Le lendemain, il constate la présence d’autres pierres tout aussi singulières et se met à rêver de construire enfin son Palais Idéal. Il commence donc à mettre de côté pierres, tuiles, coquillages, qu’il repère sur son parcours avant de repasser le soir les récupérer avec sa seule brouette. La nuit tombée, à la lumière d’une lampe à pétrole, il œuvre sans plan à ce chantier titanesque, à l’aide de mortier et de chaux. Il est alors considéré comme un excentrique et un sauvage par les habitants de la région. Il puise son inspiration dans les cartes postales apparues en France dès 1873, cinq ans avant le début du Palais Idéal, dans la Bible, dans la mythologie et les premiers magazines illustrés qu’il distribue, notamment le Magasin Pittoresque à 2 sous, rempli de gravures illustrant ces contrées si lointaines, ces monuments prodigieux et ces animaux sauvages.

© François Gourlez

L’Auteur du Palais

peut concevoir (avec grottes, tours, jardins, châteaux, musées, et sculptures), cherchant à faire renaître toutes les anciennes architectures des temps primitifs. Le tout si joli, si pittoresque que l’image en demeura vivante pendant au moins 10 ans dans mon cerveau ». [Extrait du cahier numéro 3 du facteur Cheval]

old architecture of long ago rise again. Everything was so pretty and so picturesque that the image would remain alive for at least 10 years in my brain.” [from the postman’s notebook No. 3]

He found inspiration in the postcards that appeared in France in 1873, five years before starting on his Ideal Palace, in the Bible, in mythology, and in the first illustrated magazines he delivered, in particular Le Magasin Pittoresque à 2 sous, which was filled with engravings illustrating faraway lands, prodigious monuments, and wild animals. He spent the first 20 years on the 26-meter long eastern façade, which he named “The Temple of Nature.” He stared by digging a pond and waterfall, the Spring of Life, then another waterfall to the north, the Spring of Wisdom. He formed a temple, the Egyptian Monument, then a Hindu Temple guarded by 3 giants representing Caesar, Vercingetorix, and Archimedes. The western façade, which is also 20m long, © François Gourlez

Bravant la chaleur, la froidure Et même l’outrage du temps Je forçais parfois la nature, Et triomphais des éléments Par cela, j’apprends à tout âge Qu’en se montrant persévérant Laborieux rempli de courage On arrive à tout sûrement.

© François Gourlez

FRANCE DELIGHTS

Il consacre les 20 premières années à la façade est, de 26 m de long, qu’il nomme le Temple de la nature. Il démarre en creusant un bassin et une cascade, la Source de la Vie, puis une seconde cascade plus au nord, la Source de la Sagesse. Il façonne un temple, le Monument égyptien, suivi de l’édification d’un Temple hindou gardé par 3 géants représentant César, Vercingétorix et Archimède.

67


^

CURIOSITÉS

La façade ouest, également de 26 m, est ornée d’architectures miniatures du monde entier placées dans des alcôves : une mosquée avec ses minarets et son croissant, un temple hindou fait de boules de pierres très dures, un chalet suisse en coquillages marins, la Maison Carrée d’Alger et son palmier avec des pierres de rivières ressemblant à des éponges pour façonner les soubassements et un château du Moyen Âge avec ses tours crénelées, ses mâchicoulis et pont-levis, avec des pierres rouges. Il creuse également une galerie intérieure de 20 mètres de long, ornée de sculptures en tous genres, cèdres, éléphants, et surmontée par une terrasse de 23 mètres de long abritant autruches, flamants, oies, aigles. La façade nord de 14 m accueille des grottes et toutes sortes d’animaux (crocodiles, pélicans…) tandis que la façade sud de 12 m, plus dépouillée, constitue un hommage aux temps anciens à travers un musée antédiluvien.

68

J’ai cherché, j’ai trouvé, Quarante ans j’ai pioché. Pour faire jaillir de terre ce palais de fée, Mon corps a tout bravé, Le temps, la critique et les années.

is decorated with miniature architecture from all over the world placed in alcoves: a mosque with minarets and a crescent, a Hindu temple made from balls of very hard stone, a Swiss chalet made of seashells, the Square House of Algiers with a palm tree made from river stones resembling sponges to form the foundations, and a medieval castle with turreted towers, machicolations, and drawbridges made from red rock. He also dug out a 20-meter indoor gallery decorated with sculptures of all kinds, cedars, and elephants, topped with a 23-meter terrace with ostriches, flamingos, geese, and eagles. The 14-meter northern façade features caves and all sorts of animals (crocodiles, pelicans, etc.) whereas the 12-m southern façade is barer, forming a tribute to ancient times with an antediluvian museum. In 1912, the Postman Cheval finally completed his Palace at the age of 76 and expressed his desire to be buried there. French law would not allow this unless he was cremated, so he complied two years later and spent eight additional years building his Tomb of Silence and Endless Rest in the parish cemetery by himself. Completed in 1922 at the age of 86, he was buried there upon his death in 1924. “It cost me 4,000 bags of lime and cement, and my monument represents 1,000 cubic meters of masonry or 6,000 francs: but with this, I was


^

En 1912, le facteur Cheval achève enfin son Palais, à l’âge de 76 ans, et exprime le désir d’y être enterré. La loi française ne l’y autorisant pas, à moins d’être incinéré, il se conforme alors aux exigences deux ans plus tard et passe 8 années supplémentaires à construire lui-même, dans le cimetière de la paroisse, son “Tombeau du silence et du repos sans fin”. Achevé en 1922, à l’âge de 86 ans, il y est inhumé après son décès en 1924. « Il m’a coûté 4000 sacs de chaux et de ciment et mon Monument représente 1000 mètres cubes de maçonnerie soit 6000 francs : mais avec cela on m’assure que mon nom passera à la postérité ; ce qui est très flatteur » exprime-t-il dans ses cahiers. C’est chose faite. Les premiers à s’intéresser à son œuvre furent les surréalistes, André Breton, Max Ernst et Valentine Hugo vers 1929, puis Picasso en 1937. Enfin André Malraux, alors ministre de la Culture, le consacra en 1969, classant le Palais Idéal au patrimoine des monuments historiques, au titre de l’art naïf. Aujourd’hui, chaque année 165 000 visiteurs viennent de tous les horizons admirer le travail de cet illuminé, génie de l’art brut. Le 16 janvier 2019 est sorti le nouveau film de Nils Tavernier retraçant sa vie et son œuvre : L’Incroyable Histoire du Facteur Cheval, interprété par Jacques Gamblin dans le rôle du facteur, aux côtés de Laetitia Casta. Pour ce film, les décorateurs ont travaillé étroitement avec les équipes du monument historique pour recréer les moments exacts de sa construction. Jacques Gamblin commente sur son rôle : « Je me suis efforcé de l’interpréter comme un homme qui a les pieds dans la terre et la tête dans les étoiles ».  www.facteurcheval.com

© François Gourlez

© C. Laleta Ballini

S TO RY

Braving the heat and the cold And even the assaults of time I sometimes forced nature, And triumphed over the elements Through this, I learn at every age That by showing you can persevere And labor filled with courage You can surely do anything. The Author of the Palace assured that my name would last through the ages; which is very flattering,” he said in his notebooks. And so it did. The first people to become interested in his work were the surrealists André Breton, Max Ernst, and Valentine Hugo in around 1929, then Picasso in 1937. Finally, André Malraux, who was then the Minister of Culture, consecrated it in 1969, classifying the Ideal Palace as a heritage historical monument in the Naïve Art movement. Today, 165,000 visitors come every year from all over to admire the work of this visionary genius of raw art. On January 16, 2019, the new film by Nils Tavernier has been released, following his life and work: Ideal Palace, played by Jacques Gamblin as the postman, and Laetitia Casta. For the film, the set decorators worked closely with the teams at the historical monument to recreate the exact moments of its construction. Jacques Gamlin says of his role, “I tried to play him as a man who has his feet on the ground and his head in the stars.”

69


SERIES CRÉÉE PAR CREATED BY

Darío Madrona & Carlos Montero (2018)

AVEC STARRING

María Pedraza, Miguel Herrán, Jaime Lorente

GENRE GENRE

Drame espagnol Spanish Drama

FORMAT FORMAT 8x50’ sur Netflix 8x50’ on Netflix

Following the collapse of their high school, three teens from very humble backgrounds are given scholarships to study at Las Encinas. Their arrival at this prestigious and highly competitive school, which usually only admits the very wealthy children of the elite, does not go unnoticed. Four months later, the police are questioning Samuel, one of the three teens. A murder seems to have been committed, though we don’t know by whom. Is he a witness or a suspect?

ELIT E Etienne Tripelon

S

uite à l’effondrement de leur lycée, trois jeunes issus de milieux très modestes obtiennent une bourse pour étudier à Las Encinas. Leur arrivée dans cet établissement prestigieux et ultra compétitif, qui n’accueille habituellement que les enfants très fortunés de l’élite, n’est pas sans faire de vague. Quatre mois plus tard, la police interroge Samuel, l’un des trois. Un meurtre semble avoir été commis. Est-il témoin ou suspect ?

Sur le papier, en reprenant certains acteurs de La Casa del Papel pour les faire jouer dans une histoire de lycée façon 13 Reasons Why, on serait tenté de croire que Netflix se contente de surfer sur ses succès passés. Mais dès les premières images, on est forcé de constater que le géant américain fait les choses bien et n’abaisse pas son niveau

70

d’exigence : comédiens convaincants, images bien léchées, rythme soutenu, montage intelligent. Surtout, Elite ne tombe jamais (trop) dans la caricature. Certes, la série utilise les stéréotypes, mais pour mieux en jouer, pour perdre le spectateur, l’induire en erreur, et au final, maintenir le suspense à son maximum. Ainsi, au fil des épisodes, la psychologie des personnages se révèle bien plus complexe que ce que l’on pouvait supposer ce qui permet d’aborder, pas toujours avec la profondeur que cela mériterait, on le concède, une multitude de thèmes allant de la corruption à la maladie grave en passant par l’homosexualité ou le triolisme. Davantage destinée aux milleniums qu’aux retraités, Elite ne se révèle pas révolutionnaire non plus, mais très addictive quand même… n

On paper, by casting some of the actors from Money Heist in a high school show similar to 13 Reasons Why, one might assume that Netflix is content to coast on its past success. But from the opening shots, it is clear that the American giant is doing something right and not lowering its standards: convincing actors, polished images, a steady pace, and clever editing. Most importantly, Elite never becomes (too much of ) a caricature. Of course, the series makes use of stereotypes, but to better portray the characters, to hold viewers’ interest, to mislead, and ultimately, to maintain a high level of suspense. And so, as the series progresses, the psychology of the characters is revealed to be much more complex than what we could have thought possible to address, although admittedly not always with the depth that it deserves, encompassing a multitude of themes ranging from corruption to serious illness to homosexuality or threesomes. Intended more for millennials than for Baby Boomers, Elite isn’t revolutionary but very addictive all the same.... n


en temps réel sur: Alliance Enfants Française deInfos Phuket Le Club des de Phuket Alliance Française de Phuket

PHUKET Thaïlande

PHUKET Thaïlande

Inf

s ire eta qu ous M Les ateliers des Les ateliers des Mous Tous les samedis matin de 9h à 13h 9h de in mat edis sam les s Tou ket Phu de çaise fran ce llian à l’A

o o o o

au

à l’Alliance françai

Français oral et écrit o Français or Karaté o Karaté Théâtre Jeux pédagogiq ueso Théâtre a u

o Jeux pédag

PHUKET Thaïlande

PHUKET Thaïlande

PHUKET PHUKET Thaïlande Thaïlande

Infos temps réel sur: Infos enen temps réel sur:

Alliance Française de Phuket

Alliance Française de Phuket

ires s etaire queta ousqu Mous des es M

PHUKET Thaïlande

Alliance Française de Phuket

Infos en temps réel sur: PHUKET Thaïlande

Infos en temps ré


DV D RÉALISÉ PAR DIRECTED BY Romain Gavras

AVEC STARRING

Karim Leklou, Isabelle Adjani, Vincent Cassel

GENRE GENRE

Action/comédie française French Comedy

SORTIE DVD DVD RELEASE 19 décembre 2018 December 19, 2018

By Etienne Tripelon

François, a drug dealer, works for Poutine, an unlikely yet none-toobright slum boss. By his side is Henri, just out of prison, both introspective and talkative, who can’t tear his eyes away from videos on the Internet that turn his brain into mush. There’s also his mother, a high-flying con artist with a very peculiar maternal instinct. François has a plan to escape from his restrictive but wacky everyday life: become the exclusive official distributor of Mr Freeze throughout the Maghreb. But as he is signing the papers, he realizes that his mother has stolen all his savings, leaving him no choice but to take on one last job with his entire team of misfits.

Le Monde est à toi

F

rançois, dealer de son état, travaille pour Poutine, caïd improbable de la cité à l’intelligence limitée. À ses côtés, on trouve Henri, tout juste sorti de prison, à la fois introspectif et bavard, scotché à des vidéos glanées sur Internet qui lui font vaciller le cerveau. Il y a aussi et surtout sa mère, arnaqueuse de haut vol, dotée d’un instinct maternel très particulier. Pour se sortir de ce quotidien étriqué, mais déjanté, François a un projet : devenir le distributeur officiel et exclusif de Mr Freeze dans tout le Maghreb. Mais au moment de signer, il s’aperçoit que sa mère lui a volé toutes ses économies, ne lui laissant ainsi d’autre choix que de faire un dernier gros coup avec toute son équipe de bras cassés. Film de gangsters, film de banlieue, Le Monde est à toi, bien qu’il en possède les codes, s’en détache complètement. Pas de glorification à la Scarface, pas de réalisme

72

façon La Haine, profusion de personnages extravagants, loufoques, mais attachants (François Damiens et Philippe Katerine sont aussi du casting), on penche dans le registre de la comédie et c’est plutôt osé. À la manœuvre : Romain Gavras, fils de Costa certes, mais plus connu de toute une génération pour son collectif Kourtrajmé et ses clips de rap. Bref, question image il n’a rien à prouver et son précédent film, Notre jour viendra, montrait déjà toute son originalité. Il récidive ici, pour notre plus grand plaisir. Et si l’on n’est pas surpris qu’il ait à nouveau fait appel àVincent Cassel, on l’est en revanche, mais quelle bonne idée (!), de découvrir Isabelle Adjani, tout simplement parfaite en mère voleuse, manipulatrice et castratrice. Et dans le rôle principal, le seul à peu près normal, on retrouve l’excellent Karim Leklou (à voir aussi dans Hippocrate, la série de Canal+) dont on espère que la notoriété va faire un bond de géant. n

© Studio Canal

THE WORLD IS YOURS

A suburban gangster film, The World Is Yours follows the typical formula but stands apart from the rest. There’s no glorification as in Scarface, no realism as in La Haine, but there is an abundance of fanciful characters, goofy but endearing (François Damiens and Philippe Katerine are also part of the cast). It leans toward comedy and is rather bold, being directed by Romain Gavras, the son of Costa, of course, but better known by an entire generation for his artist collective, Kourtrajmé, and his rap clips. In short, in terms of his image, he has nothing to prove, and his previous film, Our Day Will Come, has already demonstrated his originality. He does it again, to our great delight. And if we are not surprised that he cast Vincent Cassel again, on the other hand, we were pleasantly surprised (!) to discover Isabelle Adjani, absolutely perfect as a thieving, manipulative, and emasculating mother. And in the starring role, the only one who appears almost normal, we have the excellent Karim Leklou (who can also be seen in Hippocrate, the Canal+ series), whom we hope will become even more famous. n


T H E CAV E Catherine Vanesse

In the race to produce a film dealing with the emotional odyssey of the 12 young soccer players and their coach rescued from a flooded cave in northern Thailand, The Cave may very well be in pole position.

i !

© 2019 Fredrik Divall / Courtesy of De Warrenne Pictures Co., Ltd. All Rights Reserved

Tham Luang, Action !

D

DU SAUVETAGE AU TOURNAGE

u 23 juin au 10 juillet 2018, le monde entier a retenu son souffle en suivant les opérations de sauvetage des Sangliers sauvages pris au piège de Tham Luang. Une histoire extraordinaire qui, alors même que les enfants et leur coach étaient toujours prisonniers de la grotte, suscitait déjà l’intérêt pour une adaptation cinématographique. « J’étais en Irlande avec ma famille, comme tout le monde, je suivais les informations à la télévision et espérait un miracle. À ce moment-là, je ne pensais pas encore réaliser un film, je me disais que d’autres sauteraient sur l’occasion. Et en effet, quand les médias ont annoncé des noms de producteurs, je me suis dit que les vautours étaient déjà aux aguets » explique Tom Waller, le producteur de The Cave et directeur de la société de production thaïlandaise De Warrenne Pictures. Il faut dire que l’histoire a tout d’un scénario de film qui n’a pas besoin d’être modifié ou embelli, comme le précise Tom Waller :

From June 23 to July 10, 2018, the whole world held its breath watching the rescue of the Wild Boars trapped in Tham Luang. Even while the children and their coach were still imprisoned in the cave, the extraordinary story had already sparked an interest for a cinematic adaptation. “I was in Ireland with my family, and like everyone else, I was following the news on television hoping for a miracle. At that time, I didn’t think I’d be directing a film, thinking that others would surely jump at the occasion. And indeed, when the media announced the names of potential producers, I thought the vultures would have already been on the lookout,” says Tom Waller, the producer of The Cave and manager of the Thai production company De Warrenne Pictures. It should be noted that the story is every bit a movie plot already and doesn’t need to be modified or embellished, as Tom Waller puts it: “With any story, to do something interesting you need to

Dans la course à la production d’un film retraçant l’émouvante odyssée des 12 jeunes footballeurs et de leur entraîneur sauvés d’une grotte inondée dans le nord de la Thaïlande, The Cave semble bien tenir la pole position. 74


© 2019 Fredrik Divall / Courtesy of De Warrenne Pictures Co., Ltd. All Rights Reserved

I N T E RV I E W

Writer/director Tom Waller on the set of 'THE CAVE' with cave rescue diver Erik Brown on location in Thailand.

« Peu importe l’histoire, pour qu’elle soit intéressante il faut la rendre dramatique et il n’y a pas de drame sans conflit. Pour moi, l’histoire tourne autour de l’eau, elle est l’ennemie dans le film, une bataille constante pour empêcher l’élévation du niveau d’eau et le maintenir pour permettre aux plongeurs d’aller sauver les garçons alors que la mousson approche à grands pas, c’est une course contre la montre. Dans la manière d’aborder la trame et l’écriture du scénario, je n’ai pas eu à dévier de l’histoire originale qui figurait dans les médias ».

make it dramatic and there’s no drama without conflict. For me the story is about the water, the water is the enemy in the film because constantly it’s a battle between keeping the waters from rising and being able to keep the level of water low enough so that the divers can get in to save those boys with the monsoon season around the corner. It was going to be very much a ticking clock scenario. When I approached the storytelling and writing the script, I really didn’t have to deviate much from the actual storyline that was in the media”.

Parmi les productions hollywoodiennes, Universal Pictures et le réalisateur de Crazy Rich Asians Jon M. Chu seraient sur les rangs, sans pour autant annoncer de date de tournage ni si les droits leurs ont été accordés. En effet, en raison de la médiatisation de la mission de sauvetage, les droits de propriété intellectuelle et d’image des enfants et de leur coach sont soumis à un strict contrôle du gouvernement thaïlandais.

Out of all the Hollywood studios, Universal Pictures and the director of Crazy Rich Asians, Jon M. Chu would be on the listing, before even announcing when the filming would take place or even if the copyright has been secured. Due to the heavy media coverage of the rescue mission, the intellectual property rights and image rights of the children and their coach are subject to strict control by the Thai government.

Intitulé Nang Non (นางนอน) en thaï et The Cave en anglais, le film, dont le tournage s’est déroulé en novembre et décembre 2018, devrait sortir sur les écrans en juillet 2019, un an exactement après les faits. En se basant essentiellement sur les histoires des sauveteurs et volontaires présents à Tham Luang, le réalisateur irlando-thaïlandais Tom Waller a pu gagner un temps précieux, n’étant pas obligé de soumettre son scénario à ce comité de contrôle. Dans le 7ème art, la course contre le temps peut se révéler un allié précieux...

Entitled Nang Non (นางนอน) in Thai and The Cave in English, the filming took place in November and December 2018. The movie is slated for a cinematic release in July 2019, exactly one year after the events. Essentially based on the news story or on the stories told by the rescuers and volunteers present in Tham Luang, IrishThai director Tom Waller was able to save a lot of precious time since he didn’t have to submit a screenplay for committee review. In the art of cinema, the race against time can be a precious asset for a Thai film.

Tom, pourquoi avez-vous décidé de faire un film sur l’histoire de Tham Luang ?

Le désir de tourner un film est venu après le sauvetage des garçons. Dans un journal irlandais, je suis tombé sur un article présentant Jim Warny, un sauveteur belge basé en Irlande. Je trouvais son

76

Why did you decide to make a movie about the Tham Luang Story? The actual desire to make a film came after the boys were already rescued. I stumbled across a story in an Irish newspaper about Jim


Policeman

Park Security

Rescuer

US Soldier

Forest Guard

Military Police

Erik Brown - Diver

Alex Winslow - Cave Diver

Thai Army Soldier

Rescue Worker

Security

Pooyai Tun

© 2019 Fredrik Divall / Courtesy of De Warrenne Pictures Co., Ltd. All Rights Reserved

INSIDER VIEW

77


histoire tellement incroyable que je me suis dit que je devais en faire un film et que j’étais la bonne personne pour le réaliser, car je suis non seulement un ressortissant thaïlandais, mais parce que j’ai aussi une approche très occidentale de la narration. J’ai donc décidé d’essayer de faire un film thaïlandais sur les événements de Tham Luang, qui ont drainé une équipe de sauveteurs, de volontaires venus du monde entier pour sortir les enfants et leur coach de la grotte. Le film sera en thaïlandais, mais inclura également de l’anglais, du français, du chinois… pour rester authentique. J’ai pris ma décision quand les garçons ont donné leur première conférence de presse (18 juillet, NDLR). L’entraîneur expliquait comment il avait choisi les quatre premiers enfants qui sortiraient de la grotte. Il avait privilégié ceux qui habitaient le plus loin parce qu’ils devraient rentrer à vélo, ils auraient une plus longue distance à parcourir. Je trouvais cette réponse tellement innocente, elle montrait à quel point ils n’avaient aucune idée de la frénésie médiatique à l’entrée de la grotte. Je me suis dit que cette histoire avait quelque chose de magique. Qu’est-ce qui rend votre script unique ou différent ?

Bien sûr, nous connaissons l’histoire et savons qu’à la fin les enfants survivent. La partie intéressante du film réside dans la découverte des détails intimes des différents secouristes impliqués dans le scénario et qui ont collaboré avec moi. En fait, le script constitue un amalgame de plusieurs histoires, de souvenirs personnels des gens ayant participé au sauvetage. Il y en a des milliers à raconter. La plupart des principaux protagonistes interprètent leur propre rôle. Nous voulions que le public se demande quels sont les

78

Warny, a Belgian rescuer based in Ireland. His story was so incredible that I just thought I had to make a movie about this and that I was the right person to try and mount a film about this incident, because not only am I a Thai national born in Thailand but I also have very much a Western approach to storytelling. I decided that I would try and make a Thai film embedded in a Thai narrative about the events in Tham Luang, which led to an international team of rescue, volunteers arriving on the scene to help these twelve boys and their coach. The movie will be in Thai but also in many languages: French, English, Chinese… to be more authentic. When I decided I wanted to make the film, the boys gave their first press conference (July 18, Editor’s Note), I heard the coach talk about how he chose the first four boys to come out of the cave, he mentioned how he suggested that the first four boys should be the boys who lived in the furthest villages because they would have to ride their bicycle home and they had a longer distance to go. I just thought this was such an innocent response, it just showed how they were not aware of the media frenzy at the mouth of the cave, that response was so pure and so innocent, I just thought there was something about this story which was magical. What makes your script unique or different? Of course, we know the story, we already know the ending and the kids survive. The interesting part of making this film was discovering all those little intimate details that come from the various rescue workers who were involved and who collaborated with me in the script. In fact, the script is an amalgam of different stories, personal recollections of those involved in the rescue. There are a thousand stories out there to tell.

© 2019 Fredrik Divall / Courtesy of De Warrenne Pictures Co. Ltd. All Rights Reserved

E X P L O S I V E I N T E RV I E W


T H E CAV E

personnages réels et quels sont les fictifs. C’est un mélange merveilleux que de voir se confronter un personnage réel et un acteur. C’est une façon intéressante de vivre le drame. Par exemple, les plongeurs professionnels savent exactement ce qu’ils font, vous n’avez pas besoin de tourner la scène deux fois, pour eux il ne s’agit pas de jouer parce que c’est réel, ils revivaient vraiment les événements de Tham Luang sur le tournage du film. Pour moi, la question était de savoir comment capturer ces moments de manière énergétique et excitante, afin d’offrir au public une version de premier plan de ce qui s’est passé.

So most of the lead characters are played by themselves. We want the audience to be wondering who is real and who is not real, because actually it’s a wonderful blend when you have a scene with a real person and a non-actor who is playing against a professional actor. It’s an interesting way of experiencing the drama. For example, with the professional divers, they really know what they’re doing. You don’t have to shoot it twice, for them there’s no need for acting because it’s real. So, they were really reliving the events of Tham Luang on the set of the film. For me it was all about how to capture that in an energetic and exciting way and give audiences firsthand perspective of what happened.

Quelles sont ces personnes qui jouent leur propre rôle ?

Un véritable mélange de profils, comme ceux qui n’ont cessé de pomper l’eau de la grotte, des experts en déviation d’eau, des pompiers, des ambulanciers, des infirmières, des médecins et de nombreux policiers et militaires. Nous avons également quelquesuns des secouristes. J’ai la chance d’avoir quatre des plongeurs présents dans le film : Jim Warny, le Canadien Erik Brown, le Finlandais Mikko Paasi et le Chinois Tan Xiaolong.

Who are these people playing their own role? I have a real medley of different people involved like pump workers, water diversion experts, firemen, paramedics, nurses, doctors and a lot of police and army. We have a few of those real rescue workers actually appearing as themselves. I was lucky enough to have four of the divers involved in the film: Jim Warny, the Canadian Erik Brown, the Finnish Mikko Paasi and the Chinese Tan Xiaolong.

Et du côté des acteurs thaïlandais ?

Nous avons une sélection de célébrités. Je ne peux pas encore dire de qui il s’agit, vous devrez visionner le film, mais l’un d’eux est Nirut Sirijanya (connu pour son rôle de Fong, le père de Lauren dans The Hangover Part II sorti en 2011, NDLR) et il ne joue pas le rôle du gouverneur !

What about the Thai actors? We have a selection of cameos from well-known Thai actors. I can’t say who they will be yet, you will have to go see the film but one of them is Nirut Sirijanya (He is best known internationally for his role as Lauren’s father Fong in the 2011 sequel The Hangover Part II, Editor’s Note) and he doesn’t play the governor!

Les jeunes footballeurs seront-ils présents dans le film ?

En fait, le film est davantage axé sur l’esprit des bénévoles et des secouristes. Nous ne nous concentrons pas sur les garçons, principalement parce que leurs droits sont protégés par le ministère de la Culture, c’est difficile d’avoir accès à eux et donc de raconter leur histoire. Bien sûr, ils apparaissent dans le film, mais ils sont joués par des acteurs. A-t-il été facile d’obtenir les autorisations nécessaires pour tourner le film ?

Could you get the children involved in the film? Actually, the film is more focused on the volunteer spirit of the rescue workers, we don’t focus on the boys in the cave mainly because their rights are protected by the Ministry of Culture. It’s difficult to get access to them and therefore difficult to tell their stories, although we do see the boys in the film, of course, but they’re portrayed by actors.

A U.S. Army Staff Sergeant, played by Bobby Gerrits, carrying a 'Sked' stretcher on the set of 'THE CAVE' in Thailand.

Cave rescue diver Erik Brown prepares for a scene shooting on location in Thailand for writer/director Tom Waller's 'THE CAVE'.

© 2019 Fredrik Divall / Courtesy of De Warrenne Pictures Co., Ltd. All Rights Reserved

Was it easy to get the authorization to shoot the movie? As a Thai film, we don’t need to pass any Ministry of Culture approval to make the film. The Ministry must approve films that involve the life story of the twelve boys or the coach, but since it doesn’t involve the boys in the cave we were allowed to make the film based on the available information in the public domain. That was one of the reasons why we were able to move quickly on the story.

© 2019 Fredrik Divall / Courtesy of De Warrenne Pictures Co., Ltd. All Rights Reserved

En tant que film thaïlandais, nous n’avons pas besoin de l’approbation du ministère de la Culture pour réaliser le film. Il doit en principe approuver les films impliquant la vie des douze jeunes et de leur coach, mais comme ici l’histoire ne concerne pas les garçons, nous avons pu réaliser le film à partir des informations appartenant au domaine public. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous avons pu rapidement tourner.

79


GRAND ÉCRAN

Water pump expert Napadol Niyomka with writer/director Tom Waller on the set of 'THE CAVE' in Thailand.

Où avez-vous tourné ?

Nous avons filmé en Irlande, au pays de Galles, à Hawaï, au Japon et en Thaïlande. Nous avons tourné dans de nombreux lieux de la province de Chiang Rai, mais aussi dans d’autres provinces, d’où sont originaires les volontaires. Certaines parties de l’histoire se déroulent aux quatre coins du Royaume. C’était intéressant de chercher des endroits qui ressemblent à Tham Luang. Dans le film, on aperçoit le site de Nang Non où se situe la grotte, mais nous n’avons pas pu y accéder, car elle était toujours inondée (au moment du bouclage, nous apprenons que certaines scènes ont finalement pu être tournées à Tham Luang fin janvier, NLDR). Où avez-vous trouvé un endroit qui ressemble à Tham Luang ?

Je ne peux le dire, sinon il n’y aura plus de surprise ! Je pense que les gens ne verront pas la différence entre la grotte de Tham Luang et celle où nous avons tourné. Au cinéma, vous devez créer de la magie, comme le fait d’être capable de reproduire la grotte de Tham Luang sans pour autant pouvoir y entrer. Pour être honnête, je vous en ai déjà trop raconté. Il est encore trop tôt, nous ne voulons pas en dévoiler plus, vous devrez regarder le film ! Le film sortira-t-il uniquement en Thaïlande ou dans le monde entier ?

Nous prévoyons de sortir le film à l’international. Il est trop tôt pour dire qui seront nos partenaires pour la distribution en dehors de la Thaïlande. La plupart des films thaïlandais ne sont pas vus à l’étranger, je pense que celui-ci possède le potentiel pour une sortie mondiale.

Where did you find a place that looks like Tham Luang? I can’t tell because there would be no surprise! I think people won’t know the difference between the cave of Tham Luang and what we’ve depicted in the film. I mean with every film you have to create some movie magic like being able to recreate Tham Luang cave without being able to go into Tham Luang. To be honest I already told you too much. This is so early now and we don’t want to spoil it. You have to just see for yourself! Will the movie be released only in Thailand or worldwide as well? We’re planning to release the film internationally. It’s too early to say who our distribution partners will be outside of Thailand. Most Thai films are not seen overseas, I think this film probably has the potential to be seen by a worldwide audience. Are you not scared about what people could think about your movie? I think as a filmmaker you have to develop a very thick skin because some people already are very negative about any film that’s being made about this. They see it as exploitative or they see it as someone trying to make money but actually for me it’s just about trying to tell the true story, to try and be authentic and if you look at my body of work, the films I make are not all very commercial like my latest one The Last Executioner. This film was at the box office for only two weeks (available now on Netflix, Editor’s Note) but it was still very much something I wanted to make because it was a film that I believed in. And just like I believe in Tham Luang story I don’t believe it’s going to be everyone’s cup of tea because a lot of people already saw the rescue on TV, but I think this would be an interesting film. © 2019 Fredrik Divall / Courtesy of De Warrenne Pictures Co. Ltd.

© 2019 Fredrik Divall / Courtesy of De Warrenne Pictures Co. Ltd.

Where did you shoot the movie? We filmed in Ireland, Wales, Hawaii and Japan and in Thailand. We filmed in many locations, in Chiang Rai province, but also in some provinces where the volunteers came from. We have various parts of the story taking place all over the kingdom. It was interesting to be able to find places that look like or feel like Tham Luang. In the film, you will see the Nang Non cave complex, but we weren’t able to access the real cave because it was still flooded (Before sending the magazine to the printer, we just learnt that some scenes were finally shot in Tham Luang at the end of January, Editor’s Note).

N’avez-vous pas peur des critiques ?

En tant que cinéaste, il faut se forger une carapace, certaines personnes sont très négatives sur les films qui seront tournés sur cet incident. Ils y voient une forme d’exploitation, des gens qui veulent se faire de l’argent. Pour moi, il s’agit simplement d’essayer de raconter une histoire vraie, d’être authentique et de manière générale, si vous regardez mon travail, les films que je réalise ne sont pas toujours commerciaux. Par exemple, mon dernier film, The Last Executioner, n’est resté que deux semaines au box-office (désormais disponible sur Netflix, NDLR). C’était tout de même un projet que je voulais réaliser, un film auquel je croyais. Tout comme je crois en l’histoire de Tham Luang, même si ce n’est sans doute pas la tasse de thé de tout le monde, car beaucoup ont déjà suivi le sauvetage à la télévision, je pense que ce sera un film intéressant.  www.thecave.movie  www.dewarrenne.moonfruit.com

80

A U.S. Army Captain played Mitch DeYoung, surrounded by Thai Navy SEALs, on the set of 'THE CAVE' in Thailand.


E M OT I O N A L R E S C U E

JIM WARNY EN CONTRE-PLONGÉE

P

© 2019 Fredrik Divall / Courtesy of De Warrenne Pictures Co. Ltd.

longeur-spéléologue depuis une vingtaine d’années, Jim Warny est considéré par ses pairs comme l’un des meilleurs spécialistes au monde. Pas étonnant donc pour ce Belge installé en Irlande d’avoir été appelé à participer aux opérations de sauvetage de Tham Luang en juillet 2018. Arrivé au moment de l’extraction des enfants et de leur coach, il a assuré le rôle de plongeur de soutien le premier jour, a remplacé un plongeur malade le deuxième et a sorti le coach Ekkapol Chantawong des entrailles de la grotte.

De plongeur à acteur, il n’y a qu’un pas, ou presque ! À son retour en Irlande,Tom Waller décide de rencontrer le héros. « On s’est vu plusieurs fois avec Tom, à ce moment-là j’ai reçu plusieurs propositions de films, j’aurais pu leur revendre les droits de mon histoire, mais avec Tom nous avons établi une relation de confiance. Et bien sûr le fait que ce soit une production thaïlandaise avec une influence internationale a joué, tout comme le fait que le film ne raconte pas seulement mon histoire, mais également celle de toute l’équipe présente à Tham Luang en juillet » explique Jim. © 2019 Fredrik Divall / Courtesy of De Warrenne Pictures Co. Ltd.

Ireland based cave rescue diver Jim Warny on the set of 'THE CAVE' in Thailand.

Jim Warny, Role Model Diver-speleologist for twenty years, Jim Warny is considered by his peers to be one of the best specialists in the world. No wonder this Belgian living in Ireland was called upon to take part in the Tham Luang rescue operations in July 2018. Arriving at the moment the children and their coach were to be brought out, he assumed the role of support diver on the first day, replacing a sick diver and getting coach Ekkapol Chantawong out of the bowels of the cave. Cave divers Tan Xiaolong, Jim Warny and actor Alex Winslow on the set of writer/director Tom Waller's 'THE CAVE' in Thailand

Présent sur le tournage pendant deux semaines, Jim a assuré d’une part certains aspects techniques pour une plus grande authenticité, mais il a surtout joué son propre rôle, une expérience intense : « Tourner, c’est un autre stress. Physiquement c’était plus dur que le sauvetage parce que les journées sont très longues, il faut rejouer certaines scènes plusieurs fois. Psychologiquement aussi c’était éprouvant, j’avais des flash-back surtout quand on tournait les scènes avec les enfants. En tant que spéléologue plongeur, on est entraîné à mettre les émotions de côté, avec l’agitation des médias après le sauvetage je n’ai pas vraiment eu l’occasion de décompresser, il y a seulement quelques semaines que j’ai pu laisser sortir mes émotions. C’est bizarre parce que cela faisait tellement longtemps que je pensais que la page était tournée. J’ai hâte de voir le film ! »

From diver to actor, there is only a single step, or almost! On his return to Ireland, Tom Waller decided to meet the hero. “We met several times with Tom. At that time, I received several proposals for films. I could have sold them the rights to my story, but with Tom we established a relationship of trust. And, of course, the fact that it is a Thai production with an international influence was important, just like the fact that the film not only tells my story but also that of the whole team who were present at Tham Luang in July,” explains Jim. Present on the set for two weeks, Jim has, on the one hand, taken on some of the technical aspects for greater authenticity, but above all he plays the role of himself, an intense experience: “Shooting is another form of stress. Physically, it was harder than the rescue because the days were very long. It was necessary to redo some scenes several times. Psychologically too, it was trying. I had flashbacks, especially when shooting the scenes with children. As a diver-speleologist, one is trained to put one’s emotions to one side. With the agitation of the media after the rescue, I didn’t really have the opportunity to unwind; it was only a few weeks ago that I was able to let my emotions out. It’s weird because it’s such a long time since I thought that was gone. I cannot wait to see the film!”

81


CONVERGENCE Catherine Vanesse

Breakthrough of Tham Luang Opened to the public since November, the site of Tham Luang cave now attracts up to 5000 visitors per day!

Ouvert au public depuis le mois de novembre, le site de la grotte de Tham Luang attire désormais jusqu’à 5000 visiteurs par jours !

D 82

À L’ASSAUT DE THAM LUANG Since the announcement of the disappearance of the Wild Boars and throughout the entire rescue operations, the saga of the 13 has continued to mobilize both international and local media attention.

epuis l’annonce de la disparition des Sangliers sauvages et pendant toute la durée des opérations de sauvetage, la saga des 13 n’a cessé de mobiliser l’attention des médias, internationaux autant que locaux. Pendant 17 jours, le monde entier a retenu son souffle et a découvert par la même occasion le parc forestier de Tham Luang-Khun Nam Nang Non, situé dans la province de Chiang Rai, à quelques kilomètres de Mae Sai et de la frontière birmane. Rares étaient les visiteurs à s’aventurer dans la région, mis à part quelques touristes pour effectuer un visa-run. « Avant toute cette affaire, il y avait peut-être 5 personnes par semaine qui venaient se promener ici, la première fois que je suis venu il y a 13 ans, même le chauffeur de tuk-tuk ne connaissait pas la grotte », explique Brian Poffley, un Néo-Zélandais vivant une partie de l’année à Mae Sai.

For 17 days, the entire world held its breath and discovered at the same time the Tham Luang-Khun Nam Nang Non Forest Park, located in Chiang Rai province, a few kilometers from Mae Sai and the Burmese border. Few visitors ventured into the area, apart from a few tourists who were making a visa-run. “Before this whole thing, there were maybe 5 people a week coming to walk here. The first time I came here 13 years ago, even the tuk-tuk driver did not know the cave,” explains Brian Poffley, a New Zealander living part of the year in Mae Sai.

Aujourd’hui, le site attire près de 5000 visiteurs par jour durant les week-ends et entre 400 et 1000 les jours de semaines. Un miracle pour les habitants de la région et les nombreux vendeurs qui se sont installés sur la route aux abords de l’entrée du parc.Vendeurs de souvenirs et de T-shirts à l’effigie des Sangliers sauvages ou

Today, the site attracts nearly 5,000 visitors a day during weekends and between 400 and 1,000 visitors during weekdays. It was a miracle for the people of the region and many vendors who settled on the road just outside the park entrance. From sellers of souvenirs and T-shirts bearing the image of Wild Boars


I N T E RV I E W E X P L O S I V E

73


AT T R AC T I O N

84

du sauveteur Saman Kunan qui a perdu la vie le 6 juillet lors des opérations de sauvetage, échoppes de nourriture, marchands de fraises et d’avocats ou de vêtements traditionnels des tribus du Nord, un véritable marché a pris place là où les journalistes, photographes et cameramans guettaient impatiemment le passage des ambulances. Même les vendeurs de tickets de loterie l’assurent, « tous leurs numéros sont chanceux, plus que nulle part ailleurs dans le pays » plaisante une vendeuse pour attirer les amateurs de hasard.

or the rescuer Saman Kunan who lost his life on July 6 during rescue operations, food stalls, strawberry and avocado shops to traditional clothing shops from Northern tribes, a real market took place where journalists, photographers and cameramen impatiently watched the passage of ambulances. Even the lottery ticket sellers assured it, “all their numbers are lucky, more than anywhere else in the country,” joked a saleswoman to attract random gamblers.

« C’est une aubaine pour nous, pour les gens de Mae Sai, pour le business. Avant, il n’y avait pas beaucoup de boulot, les salaires étaient bas, maintenant les affaires marchent bien, je vais pouvoir payer l’université pour ma fille » explique Tik tout en continuant à servir des cafés glacés aux clients. « Cela fait tourner l’économie du village, la plupart des visiteurs sont des Thaïlandais ou des Birmans, les étrangers sont plutôt rares, vous êtes la première que je vois aujourd’hui », ajoute Anong en montrant des badges à l’effigie des « Moo Pa ». Un militaire à l’entrée du parc et qui tient une comptabilité précise du nombre d’entrées confirme qu’il y a très peu d’étrangers, « il s’agit d’un tourisme avant tout local ».

“It was a blessing for us, for the people of Mae Sai, for their business. Before, there was not a lot of work, the wages were low. Now the business is going well, I will be able to pay for my daughter’s university,” says Tik, while continuing to serve iced coffee to customers. “It changed the economy of the village. Most visitors are Thais or Burmese. Foreigners are rather rare. You are the first I see today,” says Anong showing badges with the picture of “Moo Pa”. A soldier at the entrance to the park who keeps a precise record of the number of entries confirms that there are very few foreigners. “It concerns mainly local tourism,” he says.

« Nous sommes venus de Phitsanulok pour montrer aux enfants où l’histoire des Sangliers sauvages s’est passée et pour prendre des photos », explique Thitipron. « Avant le mois de juillet, nous ne connaissions pas cette région, depuis nous avions envie de venir voir, ça apporte une autre compréhension des événements, c’est assez émouvant, surtout la statue de Saman Kunan » explique Jim, un expatrié anglais venu de Chiang Mai avec son épouse thaïlandaise et sa famille.

“We came from Phitsanulok to show the kids where the story of Wild Boars happened and to take pictures,” says Thitipron. “Before the month of July, we did not know this region. Since then we wanted to come and see it. It gives a different understanding of the events. It is quite moving, especially the statue of Saman Kunan” explains Jim, an English expatriate from Chiang Mai with his Thai wife and family.


RESPECT

85


T H A M L UA N G

À quelques pas de l’entrée grotte, un pavillon a été construit dans lequel plusieurs fresques sont exposées, dont une toile de 14x3 mètres réalisée par l’artiste Chalermchai Kositpipat représentant les héros des opérations de sauvetage. À l’extérieur, entourée de 13 sangliers en bronze, une statue de Saman Kunan rend hommage au sauveteur disparu. Loin de la boue et du ciel gris du mois de juillet, les touristes s’agglutinent pour prendre un selfie devant la statue, les photos qui retracent les étapes de la mission, le plan de la grotte ou encore l’entrée de Tham Luang, toujours inaccessible au public. Au mois de juillet, l’Office du Tourisme de Thaïlande annonçait, avant même que les jeunes footballeurs ne soient sortis sains et saufs, vouloir développer le tourisme dans la région et faire du parc de Tham Luang une attraction majeure de la province ainsi que créer un musée à l’entrée de la grotte pour raconter en détail les opérations de secours. Le projet ne devrait pas voir le jour avant plusieurs mois, la grotte étant encore inondée, ce n’est que le 17 janvier qu’une première équipe a pu rentrer afin de récupérer du matériel toujours présent et pour étudier les risques et la praticabilité de la grotte. Trois kilomètres en aval du site, les événements ont laissé une trace dans le paysage avec la création d’un étang artificiel formé grâce aux eaux pompées de la grotte pour faciliter le travail des plongeurs. Plusieurs mois plus tard, le niveau d’eau n’a pas baissé, de nombreux salas ont été construits tout autour, qui accueillent les visiteurs autour d’un bon repas à l’ombre colorée des parapluies. Nommé Miracle Emerald Lake, il symbolise sans doute au mieux la saga de Tham Luang : il aura fallu un miracle pour les sortir tous vivants et aujourd’hui encore ce miracle subsiste, d’ordre économique cette fois, pour une région qui en avait bien besoin. n

86

Just a few steps from the cave entrance, a pavilion has been built in which several frescoes are on display, including a 14 × 3 meter canvas done by the artist Chalermchai Kositpipat representing the heroes of the rescue operations. Away from the mud and gray skies of July, tourists gather to take a selfie in front of the statue, the photos that trace the stages of the mission, the plan of the cave or the entrance of Tham Luang, which is still inaccessible to the public. In July, the Tourist Board of Thailand announced, even before the young footballers were out unharmed, that they want to develop tourism in the region and make Tham Luang Park a major attraction of the province as well as to create a museum at the entrance of the cave to tell the details of the rescue operations. The project should not see the light of day for several months given that the cave is still flooded. It was only on January 17 that a first team was able to return to retrieve equipment that was still there and to study the risks and practicability of the cave. Three kilometers downstream of the site, the events have left a mark in the landscape with the creation of an artificial pond formed by the water pumped from the cave to facilitate the work of the divers. Seen that even after several months the water level has not dropped, many salas have been built around to welcome visitors around a good meal in the shade of colorful umbrellas. Named as the Miracle Emerald Lake, undoubtedly it symbolizes the best of the Tham Luang saga: it took a miracle to get them all alive and today still this miracle remains, and this time with an economic value, for a region that really needed it. n


GOLF CLUB

THE PERFECT CHALLENGE

RIVERDALE, CARVED INTO A VALLE Y DEEP INTO THE HISTORIC CHAO PHR AYA RIVER DELTA Located alongside the historic Chao Phraya River, Riverdale Golf Club is truly one of the most challenging golf courses, and is one of the most celebrated courses in Thailand. It has crafted intriguing challenge featuring ‘up hill and down dale’. The immaculately groomed golf course is set in created valley environment dotted with colorful tropical fauna, native grasses and hundreds of local trees. The 7,095 yards par 72 offers delightful and challenging throughout the golfing game

Riverdale Golf Club, Pathumthani www.mbkgolf.com

Please contact: +66 2501 2789 Riverdale Golf Club

Riverdale@riverdalegolfclub.co.th Line@riverdalegolfclub


I N T E RV I E W Carol Isoux & Vorasulisi Songcharoen

We Spoke with “Big Joke” He’s everywhere, on all television channels and on all fronts. From Saudi refugees to Chinese call centers, to tourists overstaying their visas, he combines caps, hard-hitting operations and shattering statements.

LE FRANC-PARLER DU

GÉNÉRAL SURACHATE Il est partout, sur toutes les chaînes de télévision et sur tous les fronts. Des réfugiées saoudiennes aux call-centers chinois, en passant par les touristes en overstay, il cumule les casquettes, les opérations coup de poing et les déclarations fracassantes... A 48 ans, le chef de la police de l’immigration, le général Surachate “Big Joke” Hakparn - un surnom qui lui a été donné par son père, policier et joueur à ses heures perdues, en hommage à sa carte préférée, le Joker - est pressenti pour devenir le prochain Commissaire Général thaïlandais, la plus haute fonction policière du pays. À condition que son omniprésence et son franc-parler n’agacent pas trop en haut lieu.

L 88

e général Surachate arrive à l’interview avec trois heures de retard, armé de trois téléphones qui sonnent en permanence. Entre deux questions, il règle ses affaires courantes. A la porte, un subalterne à la mine dépitée attend depuis des heures une occasion de lui faire signer des documents.

At 48, the head of the immigration police, General Surachate “Big Joke” Hakparm – a nickname given to him by his father, a policeman and card-player in his off hours, in tribute to his favorite card, the Joker – is expected to become the next Thai General Commissioner, the highest police function in the country. Provided that his omnipresence and his outspokenness do not ruffle too many high-placed feathers. General Surachate arrives at the interview three hours late, armed with three phones that ring continuously. Between two questions, he settles his ongoing issues. At the door, a sad-faced subordinate has been waiting for several hours for the opportunity to have him sign some documents.


© IsoPixel


V I L L AG E G L O BA L

Vous êtes partout. Comment faites-vous ? Combien d’heures par nuit dormez-vous ?

You are everywhere. How do you do it? How many hours a day do you sleep? (Embarrassed laughter) I try to sleep 6 hours, but it’s not always possible, I admit it… that said I eat almost at the normal hours and I try to take care of myself.

Vous avez annoncé une révolution de la politique de l’immigration thaïlandaise, de quoi s’agit-il concrètement ? Allez-vous abolir le pointage des 90 jours ?

You have announced a revolution in Thai immigration policy. What is it concretely? Are you going to abolish the 90-day report? A legislative change is needed, yes. Our immigration laws are 40 years old, obsolete, out of date and do not reflect the reality of immigration to Thailand. I proposed a new project, in which the 90-day tally would be deleted. I know that it is annoying for many expatriates and it is not particularly useful. In the new project, there would only be a single registration process. A 10-year visa for retirees is also on the program. The idea is to facilitate entry and residence in Thailand for good people (khon dii), including the establishment of an auto-channel at the airport for residents.

(Rire gêné) J’essaie de dormir 6 heures, mais ce n’est pas toujours possible, je l’avoue. Cela dit je mange presque à heures régulières et j’essaie de prendre soin de moi.

Un changement législatif est nécessaire, oui. Nos lois sur l’immigration datent d’il y a 40 ans, elles sont dépassées, démodées et ne permettent pas de rendre compte de la réalité de l’immigration en Thaïlande. J’ai proposé un nouveau projet, dans lequel le pointage des 90 jours serait supprimé... je sais qu’il est pénible pour beaucoup d’expatriés et il n’est pas très utile. Dans le nouveau projet il n’y aurait qu’un procédé d’enregistrement unique. Un visa de 10 ans pour les retraités est aussi au programme. L’idée consiste à faciliter l’entrée et la résidence en Thaïlande pour les gens bien (khon dii), notamment avec la mise en place d’un auto-channel à l’aéroport pour les résidents. Mais qui sont exactement ces « gens bien » ? Avec l’augmentation des divers frais (800 000 bahts de dépôt sont désormais nécessaires à l’obtention du visa retraité) on a parfois l’impression que ça veut dire les gens riches. Est-ce que la Thaïlande ne va bientôt plus être accessible aux touristes et retraités à revenus modestes ?

Non, non, pas du tout, il ne s’agit pas de cela. Quelqu’un de bien pour moi, c’est simplement quelqu’un qui fait ce qu’il dit. Un touriste, c’est quelqu’un qui vient pour faire du tourisme, visiter notre pays. Un retraité, c’est un retraité. Ce ne sont pas des individus qui viennent en réalité pour travailler, monter une petite affaire non déclarée ou mener des actions criminelles. Si on veut travailler, c’est possible, mais cela implique d’autres démarches. Dans n’importe quel autre pays, il y a des règles, un retraité ou un touriste employés par une compagnie sont des fraudeurs, sanctionnés comme tel. Cela devrait être la même chose en Thaïlande. Pour les retraités, si vous ne pouvez pas réunir la somme de dépôt il faut prouver un revenu de 65 000 bahts par mois, ce n’est pas tant que ça, surtout pour les salaires européens. Pour être résident permanent, il faut prouver un revenu mensuel de 80 000 bahts, là encore, ce n’est pas tant que ça. L’idée est surtout de rendre l’accès au pays plus difficile pour les criminels et petits malfrats, qui vivent d’expédients. Au téléphone : Quoi, un gang ? Non, mais c’est juste une bande de gamins, c’est à cause de cette vidéo sur Facebook qu’on en a fait tout un plat... ah oui, oui, du coup il faut faire quelque chose, maintenant... (abondants jurons) La Thaïlande a-t-elle les moyens de contrôler l’entrée de criminels sur son territoire ?

Non, pas aujourd’hui, clairement. On est complètement dépassés par rapport à l’Europe, aux États-Unis. Pour l’instant il est très facile pour un criminel de revenir après avoir été expulsé de Thaïlande, avec un autre passeport, sous une autre identité, ce qui est très facile à obtenir dans certains pays. D’ici six à sept mois, j’espère qu’un système numérique de reconnaissance faciale et de reconnaissance de toute la main (empreintes, mais aussi paume de la main) sera mis en place à l’aéroport de Suvarnabhumi.

90

But who exactly are these “good people”? With the increase of the various expenses (a deposit of 800,000 Baht is now necessary to obtain a retiree visa), we sometimes get the impression that it means rich people. Will Thailand soon no longer be accessible to tourists and retirees with modest incomes? No, no, not at all, it’s not about that. A good person for me, it’s just someone who does what they say. A tourist is someone who comes for sightseeing, to visit our country. A retiree is a retiree. These are not individuals who actually come to work, set up a small, undeclared business or carry out criminal activities. If you want to work, it’s possible, but it involves other steps. In any country, there are rules. A retiree or a tourist employed by a company is a scammer and is punished as such. It should be the same in Thailand. For retirees, if you cannot raise the deposit amount, you have to prove an income of 65,000 Baht per month, it’s not that much, especially for European salaries. To be a permanent resident, you have to prove a monthly income of 80,000 Baht, again, it’s not that much. The idea is mainly to make access to the country more difficult for criminals and lowlife thugs, who live on expedients. On the phone: What, a gang? Come on, it’s just a bunch of kids, it’s because of this video on Facebook that everybody’s working up a fuss … oh, yes, yes, so we have to do something now … (launches a stream of invectives) Does Thailand have the means to control the entry of criminals onto its territory? No, not today, clearly. Compared with Europe or the United States, we are completely outclassed. For the moment it is very easy for a criminal to return after being expelled from Thailand, with another passport, under another identity, which is very easy to obtain in some countries. In six to seven months, I hope that a digital facial and digital (fingerprints, but also the palm of the hand) recognition system will be set up at Suvarnabhumi airport. Will it be expensive? No, the idea is to entrust the project to private companies, as is the case in many foreign countries. If we invest ourselves, it will cost billions, and the technology will be out of date in 10 years.


© IsoPixel

V I L L AG E G L O BA L

Est-ce que ça va coûter cher ?

Non, l’idée est de confier le projet à des compagnies privées, comme c’est le cas dans de nombreux pays étrangers. Si nous investissons nous-mêmes, cela va coûter des milliards, et la technologie sera dépassée dans 10 ans. Nous sommes en discussion avec une compagnie française, IDEMIA, qui possède une technologie très intéressante. Le tourisme de masse représente-t-il un danger, en Thaïlande ?

On reçoit 38 millions de touristes par an dans notre pays, d’ici quelques années, on va passer à 60 millions, c’est-à-dire autant que notre population. Si nous n’agissons pas maintenant, nous prenons de gros risques, oui. Beaucoup de malfaiteurs viennent ici comme touristes. Ils prétendent parfois aussi être étudiants, ou footballeurs. Je parlais à l’instant avec un représentant de l’ambassade des États-Unis, il me disait qu’à l’époque du 9/11 les États-Unis étaient presque dans une situation similaire, beaucoup de gens entraient et sortaient sans contrôle. On ne veut pas d’un 9/11 en Thaïlande. Quels sont les crimes le plus souvent commis par les étrangers ?

On a déjà réalisé de nombreuses actions sur l’overstay (ndlr : près de 7000 étrangers en situation d’expiration de visa ont été arrêtés

We are in discussions with a French company, IDEMIA, which has a very interesting technology. Is mass tourism a threat to Thailand? We receive 38 million tourists a year in our country, and in a few years this will grow to 60 million, that is to say, as much as our population. If we do not act now, we will be taking big risks, yes. Many criminals come here as tourists. They sometimes also claim to be students, or soccer players. I was talking just now with a representative of the American Embassy, he told me that, at the time of 9/11 the United States was almost in a similar situation, many people came in and out, uncontrolled. We do not want a 9/11 in Thailand. What are the crimes most often committed by foreigners? We have already carried out a number of actions against overstays (note: nearly 7,000 foreigners in a situation of visa expiry were arrested in recent months during Operation “X-ray”), but there are still problems, including everything having to do with cybercrime: romantic scams, for example, where criminals ask women to send money in the hope of having a romance with a Western man, fake call centers, which involves calling people, often retirees, under various pretexts to extract their bank details. This mainly concerns

91


ces derniers mois lors de l’opération « X-ray »), mais il reste des problèmes, notamment tout ce qui touche au cybercrime : les arnaques sentimentales par exemple, où les criminels demandent à des femmes d’envoyer de l’argent dans l’espoir d’avoir une romance avec un homme occidental, les faux call centers, où il s’agit d’appeler des gens, souvent des retraités, sous divers prétextes afin de leur soutirer leurs coordonnées bancaires... Cela concerne surtout les nationalités suivantes : Chine, Nigeria, Roumanie, Algérie, Cameroun. On m’a accusé d’être raciste, de faire des contrôles au faciès. C’est faux, je constate des faits. Je veux protéger toutes les nationalités de façon égale. Au téléphone : Allo, oui, un plateau de fruit et un autre de viande... euh... du poulet… des beaux plateaux, hein... j’arrive à Kuala Lumpur demain dans la matinée... Est-ce que vous collaborez avec les services de police de ces autres pays ?

Le partage d’information avec les services de police d’autres pays est une part essentielle de ma mission. Surtout avec la police chinoise, car les touristes chinois sont désormais les plus nombreux dans notre pays. Mais j’essaie de développer des liens avec mes homologues russes et indiens également, car leurs deux communautés sont très importantes ici. Même la France, tenez, je suis en contact régulier avec les services de police de votre ambassade. Au téléphone, s’adressant à un moine plus âgé : je vois, je vois... on va essayer de régler votre problème, je vous le garantis... La marijuana à usage médical va devenir légale en Thaïlande très bientôt, est-ce que ça va changer l’attitude de la police envers les consommateurs ? Est-ce qu’il sera moins risqué qu’aujourd’hui de se faire attraper avec un joint sur soi ?

(Raclement de gorge... petite pause...) Il faudra respecter la loi, et elle stipule clairement qu’il s’agit pour l’instant d’un usage médical. (Pause) Bon, mais bien sûr, cela va changer la donne. Il n’y aura plus d’illégalité systématique du produit, donc, il appartiendra à chaque officier sur le terrain d’évaluer la situation, on fera du cas par cas. Un peu comme on le fait déjà avec la morphine, aujourd’hui.

92

the following nationalities: China, Nigeria, Romania, Algeria and Cameroon. I was accused of being a racist, of doing discriminatory checks. This is wrong. I’m seeing facts. I want to protect all nationalities equally. On the phone: Hello, yes, a tray of fruits and another of meat… uh… chicken… nice trays, alright? I’ll be arriving in Kuala Lumpur tomorrow in the morning… Do you collaborate with other countries’ police services? Sharing information with other countries’ police services is an essential part of my mission. Especially with the Chinese police, because Chinese tourists are now the most numerous in our country. But I want to develop links with my Russian and Indian counterparts as well, because their two communities are very important here. Even with France, see, I’m in regular contact with your embassy’s police department. On the phone, talking with an older monk: I see, I see… we will try to solve your problem, I guarantee you… Marijuana for medical use will become legal in Thailand very soon. Will this change the attitude of the police towards consumers? Will it be less risky than today to be caught with a joint on you? (Throat clearing… short break…) You will need to respect the law, and it clearly states that, for the moment, it is for medical use. (Pause) Well, of course, that will change the game. The product will no longer be systematically illegal, so it will be up to each officer on the ground to assess the situation. It will be case-by-case. A bit like we do with morphine today. Thank you for your frankness. You had already shown it by your outspokenness during the broadcast of the “prateet gu mi” rap clip, which severely criticized the government. At the time you said, “Today, it is normal for Thais to express what they think. The Puu Yai (leaders), should listen.” Were you not afraid to destroy your career with these statements? Did you have a falling out with the generals? (Laughs) It’s true that I didn’t just make friends with that… but


BLUE ELEPHANT COOKING SCHOOL & RESTAURANT

BLUE ELEPHANT COOKING SCHOOL & RESTAURANT

PHUKET 96 Krabi Road, Phuket Old Town

BANGKOK 233 South Sathorn Road, Yannawa, Khet Sathorn, Bangkok 10120 BTS Surasak Station Tél. : +66 (0)26 73 9353-8 Fax : +66 (0)26 73 9355 Email : cooking.school@blueelephant.com

Tél. : +66 (0)76 354 355-7 Fax : +66 (0)76 354 393 Email : phuket@blueelephant.com


G L O BA L V I L L AG E

Merci de votre franchise. Vous vous étiez déjà illustré par votre franc-parler lors de la diffusion du clip de rap « prateet gu mi », qui critiquait sévèrement le gouvernement... A l’époque vous aviez déclaré « qu’aujourd’hui, il est normal pour les Thaïlandais d’exprimer ce qu’ils pensent. Les Puu Yai (dirigeants), devraient écouter. » Vous n’avez pas eu peur de briser votre carrière avec de telles déclarations, vous êtesvous fâchés avec les généraux ?

Vous parlez des élections, justement doit-on craindre que la Thaïlande ne reparte dans un cycle de violences de rue, avant, pendant, après les prochaines élections ?

Absolument pas. Sur ces élections nous sommes dans un contexte très différent de ce que l’on a pu connaître par le passé. Il n’y a aucune inquiétude à avoir, l’ordre sera maintenu. Il faut que le débat ait lieu sur les idées, pas dans la rue, parce que quand il y a des violences, personne ne gagne, à la fin il n’y que des perdants. La corruption de la police est un problème réel en Thaïlande. Les expatriés et les touristes en font parfois l’expérience. Que faites-vous pour pour la combattre ?

D’abord, il faut préciser que la corruption des forces de police est un problème qui touche tous les pays. Peut-être que dans certains, cela se voit plus, mais cela existe partout. C’est un vrai problème qui doit être combattu, mais c’est très difficile quand il y a des comportements ancrés dans la culture, on ne s’en débarrasse pas du jour au lendemain. La base, c’est une politique rigoureuse de « No Tip » : aucun pourboire, aucun cadeau ne doit être accepté pour des services rendus. Et puis je pense qu’une fois encore, c’est la technologie qui va nous aider à nous débarrasser de ces vieux réflexes. Plus les procédés sont automatisés et moins il y a de la place pour des irrégularités. Le fait de simplifier les démarches devrait aussi laisser moins de place à la tentation de la corruption. À force de vous montrer partout, vous avez fini par éveiller les soupçons : certains disent que vous êtes en campagne... Où vous voyez-vous dans 10 ans ?

Dans 10 ans, je serai à deux ans de la retraite. J’espère bien finir ma carrière dans la police et après ça, j’espère surtout avoir le temps de faire du sport ! n

© IsoPixel

(Rires) C’est vrai que je ne me suis pas fait que des amis sur ce dossier… mais peu importe. Chaque pays a sa législation propre en matière de liberté d’expression. La Thaïlande a ses propres règles, il s’agit de respecter la loi. Rien dans ce clip n’enfreignait la loi. Il critiquait le gouvernement, certes, même de façon virulente, mais on a le droit de critiquer le gouvernement en Thaïlande ! À condition que les critiques soient fondées : on a parfaitement le droit de réclamer des élections par exemple. En revanche, se plaindre d’une hausse des prix de l’essence fictive, c’est une calomnie. it doesn’t matter. Each country has its own laws when it comes to freedom of expression. Thailand has its own rules, and it’s about respecting the law. Nothing in that clip violated the law. It criticized the government, sure, even virulently so, but we have the right to criticize the government in Thailand! Provided that the criticism is based on facts: we have every right to demand elections, for example. On the other hand, complaining about imaginary rising in gasoline prices, that’s slander. Precisely, you are talking about elections. Should we fear that Thailand could fall again into a cycle of street violence before, during and after the next elections? Absolutely not. For these elections, we are in a very different context from what we have known in the past. There is no need to worry, order will be maintained. The debate must take place on ideas, not in the street, because when there is violence, nobody wins. In the end, there are only losers. Police corruption is a real problem in Thailand. Expatriates and tourists sometimes experience it. What are you doing to fight this corruption? First of all, we should note that police corruption is a problem that affects all countries. Maybe in some, it is more visible, but it exists everywhere. It’s a real problem that needs to be fought, but it’s very difficult when there are behaviors that are rooted in culture, you can’t get rid of them overnight. The base is a strict “No Tip” policy: no tip nor gifts shall be accepted. And then, I think that, once again, it’s the technology that will help us get rid of these old reflexes. The more automated the processes, the less room there is for irregularities. Simplifying the process should also leave less room for the temptations of corruption.

By continuing to be everywhere, you have started to arouse suspicions: some people say that you are campaigning… Where do you see yourself in 10 years? In 10 years, I will be two years away from retirement. I hope to finish my career in the police and, after that, I especially hope to have time to play sports! n

94


A.L.A.

Avocats Law Associates Ltd. www.avocatslawphuket.com Première avocate thaïe diplômée du Stage International du Barreau de Paris,

MLLE ANONGNAT BUNSUD vous écoute, vous informe dans votre langue en toute confidentialité, sans intermédiaire, et traite seule ou avec des collègues spécialisés tout dossier de droit, justice, affaires, famille, démarches administratives, etc.

Maître Bunsud possède également LE CERTIFICAT NOTARIAL qui lui permet de légitimer vos documents et signature.

First Thai lawyer to be graduated by the International Internship of the Paris Bar,

MISS ANONGBAT BUNSUD listens to you, informs you in your language (EnglishFrench) in complete confidentiality, without intermediary and manages alone or with specialized colleagues any legal case, justice, business or family affairs, administrative procedures, etc.

Miss Anongnat Bunsud also holds THE NOTARIAL CERTIFICATE which allows her to legitimize your documents and signature.

SEULE VÉRITABLE AVOCATE THAÏE VRAIMENT FRANCOPHONE RÉSIDANT À PHUKET

MOBILE

+66 (0)895 868 740 EMAIL

lawyeranong@gmail.com

118/17 Phrabaramee Road, Patong, Kathu, Phuket 83150 (sur la droite à côté de Century 21, au 1er carrefour avec feux en venant de Kathu)


© Justine Hermant

110


E S CA PA D E In collaborationCatherine with Voyageurs Vanesse du Monde

Truly Bangkok’s green lung, Bang Krachao makes an ideal destination to get away from the capital city’s pollution and treat yourself to relaxing bike ride.

 BANG KRACHAO JUST BREATHE

Respirer...

Véritable poumon vert de Bangkok, Bang Krachao constitue une destination idéale pour échapper à la pollution de la capitale et s’offrir un moment hors du temps à bicyclette.

V

Viewed from above, nestled in a bend in the Chao Phraya River, a wooded area can be seen contrasting from the urban immenseness of Bangkok. With a surface area of 16sqm hidden

ue du ciel, lovée dans un coude du fleuve Chao Phraya, une zone boisée contraste avec l’immensité urbaine de Bangkok. D’une superficie de 16 kilomètres carrés dissimulée dans le district de Phra Phradaeng, Bang Krachao préserve une oasis de calme où cohabitent des centaines d’espèces de plantes et d’oiseaux et où de nombreux cyclistes se promènent à travers un dédale de sentiers en béton sur pilotis, qui sillonnent entre mangroves, cultures, temples et marché flottant.

within the Phra Phradaeng district, Bang Krachao forms an oasis of calm where hundreds of species of plants and birds cohabitate, and where numerous cyclists ride through a complex of concrete trails built on pilings, winding through mangroves, fields, temples, and a floating market.

Une balade sur cette fausse île s’avère dépaysante, rafraîchissante et intemporelle. Loin des centres commerciaux et des embouteillages de la capitale, le temps semble arrêté. Avec ses habitations traditionnelles, souvent en bois et pour la plupart construites sur pilotis, son économie tournée principalement vers l’agriculture, des locaux se déplaçant plus souvent en scooter ou à vélo plutôt qu’en voiture, Bang Krachao donne l’impression de s’évader dans les campagnes thaïlandaises et de respirer enfin, dans une ville qui a vu disparaître 85 % de ses forêts et espaces verts au cours des 60 dernières années.

Strolling through this false island is a timeless, refreshing experience that will take you far away from the shopping malls and traffic jams of the capital, where time seems to stand still. With traditional homes often made of wood and most of which are built on pilings, with its economy mostly focused on farming, locals usually get around on scooters or bikes rather than in cars. Bang Krachao gives you the impression that you’re out in the Thai countryside and you can finally breathe, all in a city which has seen 85% of its forests and green spaces disappear over the past 60 years.

97


© Catherine Vanesse

© Tiphaine Mallegol

Pour accéder à la presqu’île, située dans la province de Samut Prakan et à côté de Thonburi, deux options : d’un côté par la route, via le pont Bhumibol, ou en bateau. Pour cela, rendez-vous à la jetée de Khlong Toey pour prendre un « ferry » ou l’une des nombreuses petites embarcations en bois qui font les aller-retour entre la ville et Bang Krachao. Une fois de l’autre côté, on peut louer des vélos pour 60 baths la journée et entamer un tour par une visite du parc botanique de Sri Nakhon Khuean Khan. Suite à une restauration écologique, le parc reproduit à la perfection l’ensemble de l’écosystème de Bang Krachao. Dirigez-vous ensuite vers le village de Bang Ko Bua, situé au bord du fleuve, la plupart des maisons y sont construites sur pilotis pour faire face aux variations du niveau d’eau de la Chao Phraya. Continuez votre route vers le marché flottant de Bang Nam Phueng. S’il n’a de flottant que le nom, il constitue une agréable étape pour faire quelques achats et goûter des spécialités locales et des fruits cultivés sur place : mangues, noix de coco et bananes. À tout moment, lors de votre balade, n’hésitez pas à prendre les chemins de traverse pour vous perdre dans les mangroves. Dans ce véritable labyrinthe, on passe de passerelles précaires sans garde-fous à d’autres chemins mieux aménagés qui donnent l’impression de pédaler sur une véritable autoroute à vélo ! « Bang Krachao a trois atouts, il a une valeur de mémoire, d’oxygénation et d’absorption de la pollution, ainsi que de biodiversité » explique

98


© Tiphaine Mallegol

Then, head toward the village of Bang Ko Bua located at the river’s edge. Most of the houses are built on pilings to deal with the varying water level of the Chao Phraya. Continue on to the floating market of Bang Nam Phueng. Even though there’s nothing floating about it besides the name, the market is still a pleasant stop to buy a few things and taste some local specialties and fruit grown nearby: mangos, coconuts, and bananas. At any time during your visit, feel free to take the side trails and get lost among the maze of mangroves. There, you’ll find narrow footbridges with no guardrails (so be careful) in addition to other, safer paths, making you feel like you’re riding down a bike highway!

awareness workshops through his Hyper Tree Project. “You can get an idea of what Bangkok looked like in the past, before the urbanization of the capital. You can discover plants and animals that don’t or no longer exist in the city. The air quality is better. It’s cooler and there’s less traffic.” Being long spared from real estate developers, this urban oasis has 40,000 inhabitants, but it’s still dealing with several challenges faced with Bangkok’s urban growth, the increase of land prices, and rural exodus. The future of this tropical sanctuary seems © Catherine Vanesse

To get to the peninsula located in the province of Samut Prakan near Thonburi, you have two options: you can drive over Bhumibol Bridge, or you can take a boat. To do this, go to the Khlong Toey pier and take a “ferry” or one of the several small wooden boats that make the crossing between the city and Bang Krachao. Once you’re on the other side, you can rent bicycles for 60 Baht per day and set off on a tour of the Sri Nakhon Khuean Khan botanical park. After an environmentally friendly meal, you’ll see that the park perfectly represents the entire ecosystem of Bang Krachao.

“Bang Krachao has three selling points: it has value as memory, it provides oxygenation, and absorbs pollution, and it also boasts biodiversity,” explains Goustan Bodin, a French architect and landscaper who decided to move here and organize ecology

99


BA N G K R AC H AO

Goustan Bodin, un architecte-paysagiste français qui a décidé de s’y installer et qui organise des ateliers de sensibilisation à l’écologie à travers son projet Hyper Tree. « On peut se faire une idée de ce à quoi devait ressembler Bangkok dans le passé, avant l’urbanisation de la capitale, on peut découvrir des plantes et des animaux qu’on ne trouve pas ou plus en ville, la qualité de l’air y est meilleure, il fait plus frais et il y a moins de circulation ». Longtemps préservée des promoteurs immobiliers, cette oasis urbaine de 40 000 âmes fait face à plusieurs défis suite à la croissance urbaine de Bangkok, l’augmentation des prix des terrains et l’exode rural. L’avenir de ce sanctuaire tropical semble incertain et de nombreux résidents se tournent vers d’autres sources de revenus que l’exploitation agricole, peu rentable financièrement. Ils n’hésitent pas à vendre leur lopin de terre aux plus offrants et ci et là, de nouvelles constructions ne cessent de voir le jour. En fait, la seule zone vraiment protégée est le Jardin botanique de Sri Nakhon Khuean Khan, d’une surface d’à peine 40 rais ! Pourtant une conscientisation émerge. « On voit de plus en plus de Thaïlandais de 30-40 ans qui après une carrière en ville ont souhaité un retour à la terre et se lancent dans l’agriculture bio ou ouvrent des éco-resorts », ajoute Goustan Bodin. Des groupes d’écologistes et activistes se battent également pour protéger Bang Krachao. La princesse Sirindhorn continue dans la lignée du défunt roi Bhumibol Adulyadej à apporter son soutien pour maintenir le rôle écologique du poumon vert de Bangkok. La junte au pouvoir a lancé peu après la mort du roi un programme sur trois ans pour préserver le caractère sauvage de Bang Krachao avec le département royal des Forêts, l’Université Kasetsart et l’entreprise pétrolière PTT. L’objectif est de rénover les espaces verts et de garantir qu’au moins 60 % de la superficie reste non construite. De moins en moins de résidents vivent de l’agriculture, la ville toute proche attire de plus en plus les jeunes assurés de trouver un emploi moins éreintant et/ou plus rénumérateur. Dès lors les militants et les projets royaux mis en place tentent de trouver d’autres utilisations des terres agricoles en se tournant vers l’agriculture biologique pour fournir le centre de Bangkok en fruits et légumes. L’écotourisme représente une autre solution, mais actuellement un seul hôtel, le Bangkok Tree House peut se définir comme écoresponsable. D’autres sont en construction.

© Justine Hermant

©  Justine Hermant

 www.facebook.com/HyperTreeProject


© Justine Hermant ©  Tiphaine Mallegol

uncertain, and many residents are turning to other sources of income besides farming, which isn’t very financially profitable. More and more are selling their plots of land to the highest bidder, and here and there, new constructions are constantly being built up. In fact, the only truly protected area is the Sri Nakhon Khuean Khan botanical garden, with a surface area of only 40 rais! Yet there is an emerging awareness. “We’re seeing more and more Thai people aged 30-40 who have their careers in the city, but who want to get back to the land and start out in organic farming or open eco-resorts,” adds Goustan Bodin. Groups of ecologists and activists are also fighting to protect Bang Krachao. Princess Sirindhorn is continuing the work of the late King Bhumibol Adulyadej by supporting the maintenance of the ecological role of Bangkok’s green lung. Shortly after the king’s death, the ruling junta launched a three-year program to preserve the wilderness of Bang Krachao with the Royal Department of Forests, Kasetsart University, and the petroleum company PTT. The objective is to renovate green areas and guarantee that at least 60% of the surface area will remain undeveloped. Fewer and fewer residents make a living through farming, with the nearby city attracting more and more young people, who are guaranteed to find a job that is less strenuous and/or better paying. Now, militants and the royal projects set up are trying to find other uses for the farming land, focusing more on organic farming to provide central Bangkok with fruits and vegetables. Ecotourism is another solution, but currently, only one hotel, the Bangkok Tree House, can really be defined as ecoresponsible, even though others are being built.  www.facebook.com/HyperTreeProject

101


MER Marine Wolf

P H U K E T, T H E R E N D E Z V O U S Yachts pour tous et tous pour yachts !

Rassemblant enfin en un événement unique des acteurs auparavant concurrents, le Thailand Yacht Show & RendezVous a accueilli à la Royal Phuket Marina des passionnés de yachting venus de toute l’Asie.

C

oncessionnaires internationaux, sociétés de courtage, agences de charter et fournisseurs étaient présents en nombre pour exposer leurs marques, aux côtés de promoteurs privés et de produits de luxe divers. Les personnalités majeures de l’industrie se sont jointes aux acteurs-clés du tourisme en Thaïlande, avec une présence forte des représentants des gouvernements locaux et nationaux, qui ont soutenu le Thailand Yacht Show dans sa volonté d’ouvrir les eaux thaïlandaises aux yachts du monde entier. « Le gouvernement thaï affirme plus que jamais sa détermination à faire grandir l’industrie du yachting. Des représentants de tous les ministèresclés étaient présents au forum durant le Show, ainsi qu’à une seconde réunion.Tous comprennent que cette industrie peut se révéler extrêmement bénéfique pour les entreprises locales, à condition de modifier certaines régulations en faveur des superyachts venant de l’étranger. Les acteurs

102

THE EVENT LED INTERNATIONAL YACHT DEALERS, BROKERAGE HOUSES, CHARTER AGENCIES AND MARINE SUPPLIERS IN ABUNDANCE TO SHOWCASE THEIR BRANDS, COMPLEMENTED BY LUXURY PROPERTY DEVELOPERS AND A COLLECTIVE MIX OF LAVISH LIFESTYLE PRODUCTS. The industry’s global players joined Thailand’s key marine tourism stakeholders - including a strong attendance of representatives from national and local government - who have all thrown their support behind the Thailand Yacht Show’s four-year mission to open up Thai waters to foreign yacht tourism and grow the industry. “The Thai Government remains unswerving in their determination to support and grow the yachting industry - representatives of every key public department came to a forum at the show, and to a second


SEA

Having brought all the disparate previously competing parties together in a single Phuket boat show, the Thailand Yacht Show & RendezVous offered an all-embracing event at the Royal Phuket Marina for yachting enthusiasts and wealthy lifestyle-seekers from around Asia. 103


T H A I L A N D YAC H T S H OW & R E N D E Z VO U S

du secteur avaient clairement démontré leur souhait d’un Show unique à Phuket. Les résultats parlent d’eux-mêmes, avec des ventes de yachts confirmées, de nombreux contrats conclus auprès des exposants de tous les secteurs et une fréquentation satisfaisante au cours des trois premiers jours » résume Andy Treadwell, PDG de Verventia, la structure organisatrice. Dans une atmosphère festive et élégante, les visiteurs ont apprécié le RendezVous. Une démonstration de salsa endiablée s’est déroulée sur la marina, en contrebas de laquelle était servie une farandole d’amuse-bouches confectionnés avec dextérité sous les yeux des invités. Ceux-ci, coupe à la main, ont pu ensuite se laisser envoûter par des danseuses dont les mouvements chaloupés mettaient en valeur les yachts en arrière-plan… ou l’inverse. À la nuit tombée, la marina s’est illuminée de couleurs multiples, installant une atmosphère irréelle rehaussée par la présence tranquille de la troupe des éléphants. Créés par l’entreprise sociale Elephant Parade®, les majestueux pachydermes, merveilles de créativité, se tenaient aux côtés des spectateurs ravis. Le tout surplombant une remarquable collection de bateaux. « Comme toujours, Simpson Marine a regroupé le plus grand nombre de nouveaux yachts, représentant nos marques Monte Carlo Yachts, Beneteau, Lagoon, Aquilla et Sanlorenzo » note Richard Allen, directeur général de Simpson Marine.

meeting. They all understand that this industry can bring much-needed cash into local businesses by changing regulations were necessary to enable foreign superyacht charter tourism. The private sector made it clear they wanted a single show in Phuket. The results speak for themselves, with confirmed yacht sales, lots of business transacted by exhibitors across all sectors, and good visitor numbers over the first three days,” said Andy Treadwell, CEO of show organizers Verventia.

À propos du public, Andrew de Bruin, directeur général de Multihull Solutions remarque : « Les visiteurs étaient au top et nos bateaux ont bénéficié d’une belle une belle visibilité. La fusion de tous les shows est indéniablement bénéfique pour toutes les parties impliquées et nous nous tenons prêts à réserver un espace pour l’an prochain à la première occasion. »

© Burgess

Those visitors enjoyed the RendezVous in an elegant and festive atmosphere. Alongside a frenzied salsa were displayed exquisite appetizers prepared at the minute by expert cooks. Guests were watching fascinating dancers a coupe in their hand. At night, the marina was illuminated in multiple shades, installing an unreal ambience enhanced by the elephants all over the place. Created by the social enterprise Elephant Parade®, the majestic creatures were Parmi les amateurs de yachting du monde entier, Phuket s’impose a delight for eyes, full of colors and creativity. And below them, of de plus plus comme le terrain de jeu idéal en Asie. Autour de la course, a remarkable collection of vessels: “As ever, Simpson Marine superbe île de Koh Rang Noi mouillait un nombre impression- had the biggest display of new yachts at the show, representing our nant de yachts tels que le Talisman (54 m) et le Titania (73 m), brands Monte Carlo Yachts, Beneteau, Lagoon, Aquilla and Sanlorenzo,” amenés par Burgess, la firme au milliard de dollars. Latitudes a said Richard Allen, General Manager of Simpson Marine.

BURGESS TALISMAN MAITON 104


ROYA L P H U K E T M A R I N A

eu l’occasion de poser le pied sur ces deux géants et le Titania, avec son ascenseur et son piano Steinway trônant dans l’un des salons, offrait un aperçu particulièrement éloquent de ce qu’être très riche peut signifier…

Speaking about the quality of visitors this year, Andrew de Bruin, General Manager of Multihull Solutions said, “It was top rate and our vessels received great exposure. The joining together of all the shows is a definite winner for all involved and we look forward to booking space in next year’s event at the first opportunity.”

Thailand Yacht Show & RendezVous s’est révélé un acteur clé dans le changement des régulations locales, visant à attirer plus de superyachts internationaux, mené par le gouvernement. Les résultats commencent à se faire sentir. Dans le rapport global des mouvements de superyachts entre novembre 2018 et janvier 2019, effectuée par Bloomberg, la Thaïlande se place comme quatrième destination mondiale devant St Martin, St Bart et Antigua.

Phuket’s position as Asia’s yachting playground is clear, and as more people experience it, word is spreading globally of the world-class cruising grounds and the onshore support facilities to match. Moored off the stunning island of Koh Rang Noi at the Show’s Superyacht Hub were a number of impressive visiting yachts, including the 54m M/Y Talisman Maiton and 73m M/Y Titania brought by billion dollar brokerage firm Burgess. Latitudes had the chance to set foot onboard « Le concept d’un show unique a prouvé son utilité pour l’industrie. both vessels. Both were impressive, but, of course, Titania, with her Nous continuerons à collaborer étroitement avec le gouvernement thaï- Steinway piano in one of the lounges and her elevator gave us a landais et le secteur privé pour obtenir, nous l’espérons, les changements glimpse of what being rich really means…

de régulations nécessaires » conclut Treadwell. « Malgré une période de préparation de seulement trois mois, nous avons reçu un excellent soutien des secteurs publics et privés. Imaginez ce que nous serons en mesure d’accomplir avec une année entière pour organiser l’édition 2020 ! » n

The Thailand Yacht Show & RendezVous has been a key industry and government focus for changing local regulations to attract more international superyachts to the country, and results are beginning to show. Bloomberg’s latest global superyacht tracker recorded movements of superyachts between November 2018 and January 2019, and Thailand placed fourth as a winter destination behind St. Maarten, St. Bart and Antigua, welcoming an influx of superyachts during the Christmas and New Year peak season. “The single show concept has proved to be a huge success for the industry. We will continue to work closely with the Thai government and the private sector to hopefully get the changes to the tax regulations we need,” added Treadwell. “Despite having only three months to prepare, we have seen excellent support from both the public and private sectors. What will we be able to do with a whole year to prepare the 2020 edition!” n  www.thailandyachtshow.com

105


MER Marine Wolf

As an introduction to the yachting season, Kata Rocks Superyacht RendezVous 2018 (KRSR 2018) has been celebrated by industry leaders as a success both in terms of prominent yachting brands on display and its relaxed and productive business setting.

K ATA R O C K S T H E PA R T Y ! Kata marrant

Marquant le début de la saison du yachting, Kata Rocks Superyacht RendezVous 2018 (KRSR 2018) a été apprécié par les leaders de l’industrie non seulement pour la remarquable sélection des marques invitées, mais aussi pour son atmosphère à la fois féconde et décontractée.

P

lus de 350 personnalités, dont de prestigieux invités locaux et internationaux ainsi que plusieurs partenaires précurseurs en matière de yachting et de luxe ont participé à l’événement, goûtant à ce style de vie si particulier qu’offre le yachting à travers des soirées fastueuses, des dîners fins et une sélection d’expériences uniques. Cette année, la flotte du KRSR comprenait un nombre impressionnant de superyachts dont MY Xanadu, MY Nymhaea, SY Aphrodite, SY Dallinghoo Schooner et MY Sanook, pour n’en

106

OVER 350 INVITED PERSONALITIES INCLUDING LOCAL AND INTERNATIONAL VIP GUESTS, MAJOR TRENDSETTERS IN YACHTING AND LUXURY PARTNERS ATTENDED THE EVENT that celebrated the superyacht lifestyle with lavish events, private gourmet dinners and luxury guest experiences. This year the KRSR 2018 fleet featured a spectacular gathering of superyachts including MY Xanadu, MY Nymhaea, SY Aphrodite, SY Dallinghoo Schooner and MY Sanook to name just a few. All joined


SEA

citer que quelques-uns. Tous ont pris part à la croisière annuelle organisée pour les superyachts, sous le soleil de Phuket, qui s’est conclue par un barbecue bien arrosé à l’hôtel The Surin. Le Oceanco Owners’ Dinner s’est également révélé un succès, attirant propriétaires et acheteurs de superyachts parmi les plus influents d’Asie, tandis que le Captain’s Dinner, avec Benetti et Hemisphere Monaco, fut l’occasion de promouvoir l’Asie du SudEst et la région de Phuket auprès des capitaines et des propriétaires. Le cocktail inaugural de Royal Huisman et Campers & Nicholson constitua aussi un des temps forts de ce RendezVous, ainsi que la Gin Party proposée par Hemisphere Monaco, le brunch offert par Northrop & Johnson à bord du MY Xanadu et le déjeuner des médias organisé par Benetti. Alors que la soirée d’ouverture se voulait influencée par la culture traditionnelle Peranakan propre à Phuket et le patrimoine sinoportugais unique de Phuket Town, la soirée de lancement de la saison fut quant à elle célébrée dans une ambiance inspirée par le style de vie méditerranéen. En outre, de nouvelles initiatives axées sur le développement durable ont marqué le KRSR 2018. SeaKeepers Society s’est efforcé de sensibiliser les invités à la fragilité des océans et au besoin urgent

in the annual KRSR superyacht fleet cruise up Phuket’s sun kissed west coast to feast on a bubbles beach BBQ at The Surin Phuket. The Oceanco Owners’ Dinner was very well attended by Asia’s more prominent superyacht owners and prospective buyers, while the inaugural Captain’s Dinner with Benetti and Hemisphere Monaco helped promote Southeast Asia and encourage more captains and owners to visit Phuket and the region. Other highlights include the Royal Huisman and Campers and Nicholson opening night cocktail party, Hemisphere Monaco Gin Party, Northrop & Johnson Brunch on-board MY Xanadu, and the Media Brunch by Benetti. The opening party was inspired by Phuket’s unique Peranakan heritage and Sino-Portuguese heritage of old Phuket Town, while the KRSR Charter Season Opening Party celebrated the start of Phuket’s yachting season with a Mediterranean lifestyle theme enjoyed by all. New initiatives focused on sustainability were also prominent at the KRSR 2018. SeaKeepers Society was on hand to raise local awareness of the current situation of the world’s oceans to protect, conserve, and restore where possible. Torqeedo also promoted a green ethos at the RendezVous with its water-based electromobility,

107


ANCHOR & ENCORE

de les protéger.Torqeedo a pour sa part mis en avant des préoccupations écologiques, ayant choisi une mobilité nautique électrique et une alimentation à l’énergie solaire pour ses bateaux. L’application KRSR pour smartphone a fait ces débuts cette année, offrant aux participants une expérience d’autant plus riche et complète. Nombre de marques y ont vu un signe enthousiasmant pour le futur des événements superyacht, qui s’annoncent placés sous le signe de la technologie dans les années à venir. « Le KRSR constitue une opportunité unique où propriétaires et passionnés interagissent dans un cadre détendu à l’organisation irréprochable. L’Asie du Sud-Est constitue encore un terrain vierge, KRSR a montré à tous le potentiel de cette région » s’est enthousiasmé M. Lester Lam, président de Camper & Nicholsons Asie. Parfaitement positionné pour conserver sa place d’acteur majeur dans le développement de l’industrie du yachting, le prochain sustainability, and clean energy with its all-electric and solar powered Kata Rocks Superyacht RendezVous est programmé du 12 au 15 ribs and tenders. décembre 2019. n

The KRSR smartphone application made its debut this year and helped participants enjoy fuller and richer experiences at this year’s RendezVous. Yachting brands were curious how the app will help shape the future of superyacht event management and technology in years to come. “The KRSR is a unique opportunity where owners and enthusiasts interact at well-organized events and casual gatherings. Southeast Asia is truly uncharted grounds, and KRSR has shown everyone the region’s potential” Camper & Nicholsons Asia Chairman, Mr. Lester Lam said.  Perfectly positioned to remain a major and proactive player in the development of the industry, the next Kata Rocks Superyacht RendezVous is scheduled for 12 to 15 December 2019. n  www.katarockssuperyachtrendezvous.com

108


MER Ghislaine Bovy

Ahead of the Kata Rocks Superyacht RendezVous, Kata Rocks, with its stunning view of the Kata Bay, welcomed the press on an excursion aboard the Sunseeker 50 “Kata Rocks” to witness the King’s Cup Regatta.

K ATA R O C K S O F F R E U N E K I N G’S C U P Regatta on the Rocks

En avant-première du Kata Rocks Superyachts RendezVous, Kata Rocks, avec sa vue imprenable sur la baie de Kata a accueilli la presse pour une sortie en mer sur le Sunseeker 50 « Kata Rocks » à l’occasion de la King’s Cup Regatta.

D

ès l’arrivée, le décor est planté. Les villas toutes blanches accrochées aux flancs des rochers de granite, offrent une vue imprenable sur la soixantaine de voiliers prêts à en découdre, en cette seconde journée de la 32ème édition de la célèbre Phuket King’s Cup, la régate de référence à Phuket.

Dès 9 h, les journalistes ont pris place à bord. Cap au large vers le bateau du comité, alors que les premières régates commencent avec une jolie brise permettant de profiter du florilège de spinnakers colorés et des manœuvres autour des bouées. Les passagers paraissent captivés, d’autant plus que Kata Rocks a pris le soin de mettre deux professionnels de la voile à bord pour partager leurs connaissances avec les néophytes. Parmi tous les concurrents, la vitesse du SHK Scallywag Fuku Bid, somptueux trimaran de 60 pieds, lui permet de tirer son épingle du jeu, sans pour autant nuire aux prouesses des équipages des petits catamarans tirant des bords devant les spectateurs. Les Transpacs 52 (TP52) se révèlent des bateaux très compétitifs avec des équipages et des skippers qui viennent chaque année participer à cette régate prestigieuse.

UPON ARRIVAL, THE STAGE IS SET. The white villas built on the granite rocks spread over the hillside offer a stunning view of the sixty or so sailboats ready to compete on this second day of the 32nd famous Phuket King’s Cup, Phuket’s leading regatta. The journalists took their seats on board at 9am. Hats off to the committee boat, as the first regattas start with a nice breeze to the benefit of the colorful spinnakers and maneuvers around the buoys, which captivate the passengers, especially since Kata Rocks made sure to include two professional sailors on board to share their knowledge with the newcomers.

Lorsque le Sunseeker revient au ponton du Kata Rocks, tout le monde paraît ravi de l’expérience. Cette journée en mer a filé à toute vitesse, mais les rencontres pourront se poursuivre à terre : Kata Rocks reste un lieu de convivialité et de détente, même The gorgeous 60-foot trimaran SHK Scallywag Fuku Bid stands out une fois revenu au port. from the competition thanks to its speed and grandeur, which do not take away from the prowess of the crews on the small catamarans along the edges in front of us. The Transpac 52s (TP52) are very competitive, with crews and skippers who participate in this prestigious regatta year after year.

The day goes by quickly, and when the Sunseeker returns to the Kata Rocks dock, everyone seems satisfied with this day at sea and delighted with their experience on board. Kata Rocks is a place of festivity and relaxation, both on land and at sea.  www.katarocks.com  www.kingscup.com

110


MER Capitaine Chester

Those seeking new horizons will be delighted to discover the wonder of Lamima, the epitome of luxury from topsail to keel. This vessel has been custom built with the specific intent of providing the ultimate in comfort, elegance and safety while maintaining the warm ambiance of traditional Indonesian hospitality.

LAMIMA, LAISSEZ-VOUS EMBARQUER Just get on board

Quiconque rêvant d’explorer de nouveaux horizons se verra enchanté de découvrir Lamima, quintessence du luxe de la proue à la poupe. Ce navire a en effet été construit artisanalement avec la volonté de prodiguer le summum du confort, de l’élégance et de la sécurité, tout en maintenant l’ambiance chaleureuse de la traditionnelle hospitalité indonésienne.

L

e voyage ne réside pas dans la destination, mais dans les moyens pour y parvenir. Dès le premier pied posé sur le pont, chacun se sent instantanément immergé dans la culture indonésienne et immédiatement accueilli par l’équipage. L’équipe recherche principalement les lieux isolés, préservés et encourageant la culture locale, comme l’Ouest de la Papouasie, en Indonésie de l’Est, ou l’archipel des Mergui, en Birmanie. « Les clients apprécient véritablement l’aspect traditionnel du yacht, la gentillesse et l’attitude chaleureuse de l’équipage indonésien, ainsi que le confort et le service de haute qualité que l’on peut attendre de n’importe quel superyacht. », remarque Dominique, propriétaire du navire. Lamima fut construite avec amour et passion, et conçue par le fameux yacht designer Marcelo Penna de Barcelone. Tout en

112

TRAVEL IS NOT ONLY ABOUT THE DESTINATION, BUT IT IS ALSO ABOUT THE MEANS. From your first step on Lamima, you will be immersed in the Indonesian culture and instantly feel welcomed by the crew. The team focus mainly on remote and pristine areas encouraging authentic local culture such as West Papua (eastern Indonesia) and Mergui Archipelago (Myanmar). “The clients really enjoy the traditional aspect of the yacht, the kindness and warmth of the Indonesian crew as well as all the highest quality of standard in terms of comfort and service you can expect from any superyacht” say the owner Dominique Lamima was built with love and passion, and designed by esteemed yacht designer Marcelo Penna of Barcelona. While retaining the elegance of the traditional vessels on which Lamima’s lines are based, he has unobtrusively incorporated refinements to enhance her intrinsic strength and stability.


SEA

conservant l’élégance des navires classiques dont les courbes de Lamima sont inspirées, il a discrètement incorporé quelques améliorations, augmentant sa puissance et sa stabilité d’origine. Tout a commencé sur une plage de Bira, à Sulawesi, en septembre 2011. La réalisation de Lamima fut confiée aux talents des constructeurs de bateaux traditionnels d’Ara, à Sulawesi. En bâtissant le navire, ils parvinrent à combiner l’authenticité et le charme des anciens phinisis, navires de commerce à deux mâts indonésiens, avec quelques-uns des designs et des technologies les plus récents en matière de yachting. Deux ans furent nécessaires pour la mise en place de l’ingénierie et les finitions, effectuées par Italthai Marine (ITM) à Samut Prakan (Bangkok), avec toute la précision dont les artisans thaïs peuvent se vanter. Le chef de projet Gareth Lewis, constructeur naval de formation et passionné de navire en bois, a supervisé le chantier jusqu’à son achèvement. La décoration de l’intérieur fut accomplie par les mains créatrices de Stanley Tang, d’Archistudio, et le gréement fut réalisé par les experts de Marine Results, Gary Suffolk et Ben Wood. Dominique a composé l’équipage indonésien avec l’aide de Satjanu, capitaine à la retraite. Pour ce dernier, « le secret d’un projet aussi unique que celui-ci réside dans la capacité à rassembler une équipe de personnes passionnées”. L’intérieur de Lamima fut spécialement conçu pour offrir à 14 invités un confort absolu. L’ameublement des 7 spacieuses et élégantes cabines évoque une atmosphère fastueuse et décontractée, enrichie par une subtile pointe de tradition indonésienne. Chacune possède une luxueuse salle de bain, de confortables sièges, et de vastes espaces de rangement pour les effets personnels. Équipées de TV HD, de station d’accueil pour iPod, d’une sélection de films variée, elles sont aussi dotées d’un accès Internet. Le spacieux salon, havre de tranquillité et de confort, comprend un bar et un lounge, ainsi qu’une impressionnante table de salle à manger pouvant accueillir quatorze personnes. La partie arrière de ce même pont, baptisée « espace-détente », abrite des masseuses professionnelles de Bali, dont les mains expertes savent apaiser les corps éprouvés par une journée intense de sports nautiques. Différents traitements et massages sont tenus à la disposition des invités à toute heure de la journée. Enfin, le pont supérieur, à l’avant de la cabine de pilotage, fourni en matelas de bronzage indonésiens, se trouve dédié au farniente. «V   enez et voyez comme le monde est beau, et ensemble protégeons-le. » n

Then it all started on a beach in Bira, Sulawesi in September 2011. The construction of Lamima was entrusted to the skillful traditional boat builders of Ara, Sulawesi. In crafting the vessel, they succeeded in combining the authenticity and charm of the Indonesian twomasted trading ship of yore (the phinisi) with the latest concepts in yacht design and technology. Then they spent 2 years to Samut Prakan (Bangkok) to do all engineering and finishing by Italthai Marine (ITM) with the renowned finishing skills of Thai craftsmen. The project manager Gareth Lewis, a shipwright by trade and passionate about wooden vessels managed Lamima to her completion. Work on the interior started under the creative hands of Stanley Tang from Archistudio and the rigging of Lamima was supervised by top rigging experts, Gary Suffolk and Ben wood from Marine Results. Dominique selected the Indonesian crew with the help of Satjanu, a former captain. “I think the secret for such a unique project is to be able to put together the right team of passionate people” he says. Lamima’s interior has been specifically designed to accommodate 14 guests in absolute comfort. Each of the 7 spacious and elegant cabins, furnished around a central theme of relaxed luxury with an undertone of Indonesian tradition, has a luxurious ensuite bathroom, comfortable seating, and ample storage for guests’ personal belongings. Internet service is available in every cabin as well as HD TV, iPod docking stations, and an extensive movie library. Lamima’s spacious saloon, a haven of tranquility and comfort is furnished with a bar and lounge as well as a vast dining table designed to comfortably seat fourteen people. A large area has been custom designed for al fresco dining and lounging. The stern section of this same deck has been designated as Lamima’s ‘relaxation quarter’. Here, in total privacy, the expert hands of the

113


MERCI

C

M

DESTINATIONS

Lamima se déplace pour profiter des meilleurs conditions climatiques de chaque destination.  Février 2019 - Iles de Thaïlande et archipel des Mergui Thaïlande & Myanmar (basé à Phuket)  Mars–mai 2019 - Raja Ampat /Triton Bay/Spices Island, Indonésie (basé à Sorong/Raja Ampat)  Juin–oct 2019 - Bali/Komodo/Flores, Indonésie (basé à Labuan Bajo/Komodo)  Nov–Déc 2019 - Raja Ampat /Triton Bay/Spices Island, Indonésie (basé à Sorong/Raja Ampat) PRESTATIONS INCLUSES  Utilisation de tous les équipements de sports nautiques: 2 jet skis,

qualified Balinese masseuses will soothe your body after a day spent enjoying watersports or onboard activities. Guests are able to enjoy different spa treatments and massages anytime as you desire. The upper deck extending forward of the pilot-house is furnished with Indonesian sun mattresses and dedicated to inactivity. “Come and see how beautiful the world is, and together let’s protect it." n DESTINATIONS Lamima moves to take advantage of the best weather in each destination.  February 2019 - Islands of Thailand and Mergui Archipelago Thailand & Myanmar (based in Phuket)  March–May 2019 - Raja Ampat /Triton Bay/Spices Island, Indonesia (based in Sorong/Raja Ampat)  June–Oct 2019 - Bali/Komodo/Flores, Indonesia (based in Labuan Bajo/Komodo)  Nov–Dec 2019 - Raja Ampat /Triton Bay/Spices Island, Indonesia (based in Sorong/Raja Ampat)

wake board, ski nautique, 6 stand up paddle, 2 kayaks de mer, 2 canoës indonésien et équipements de plongée en apnée, plongée sous-marine avec tout le matériel et recharge en nitrox (avec 2 instructeurs de plongée), assurance pour toutes les activités à bord, y compris la plongée  Utilisation des 3 annexes (1 RIB de 11m 440 HP jet drive, 1 RIB de 7m avec 100 HP outboard and 1 RIB de 5m avec 40 HP) INCLUSIONS  Tous les repas, boissons, massages, soins de beauté, blanchisserie,  Use of all water sports equipment: 2 jet skis, wake board, water ski, 6 stand up paddle boards, 2 sea kayaks, 2 Indonesian canoes and excursions et frais de guide, Internet par satellite snorkeling gears, diving including all equipment and nitrox refill  Transferts aéroport/hôtel, frais d’entrée des parcs, frais de dé(1 dive instructor and 1 dive master), insurance for all activities douanement du bateau, toutes les taxes indonésiennes, permis while onboard, including diving de séjour et de croisière (pour la Thaïlande et Myanmar), toutes  Use of 3 tenders (1 RIB 11m 440 HP jet drive, 1 RIB 7m with 100 HP les taxes et les frais de carburant Tarif tout compris pour charters privés (7 cabines, max 14 personnes)  Jusqu'au 30 novembre 2019 - 19 000 USD par nuit Lamima  Thailand: +66 95 389 0290  Indonesia: +62 811 399 2305 (WhatsApp)  www.lamima.com

114

outboard and 1 RIB 5m with 40 HP)  All gourmet meals, drinks, massages, beauty treatment, excursions and guide fees, Internet via satellite, personal laundry  Airport/Hotel transfers, park entrance fees, boat clearance fees, all Indonesian taxes, Immigration and cruise permit (for Thailand/ Myanmar cruises), all taxes and fuel charges Fully inclusive rate for private charter (7 cabins, max 14 guests)

 Till 30th Nov 2019 – US$ 19,000 per night

Y

CM

MY

CY

CMY

K


C

M

Y

CM

MY

CY

CMY

K

85


F E S T I VA L Marine Wolf

Fruits magiques

SEEDS OF WONDER

© IsoPixel

L’immense propriété du Siam Country Club a accueilli en décembre dernier le festival Wonderfruit pour sa 5ème édition. Notre journaliste y a passé une soirée avec le co-créateur du festival, Montonn Jay Jira. L’occasion d’explorer les racines et les enjeux de cet événement hors-norme.

116


© IsoPixel

Last December, the enormous property of the Siam Country Club welcomed the 5th edition of Wonderfruit festival. Latitudes spent one evening with the festival’s co-creator, Montonn Jay Jira. An opportunity to explore the origins and challenges of this unusual event.

99


Plusieurs années seront nécessaires aux deux amis pour mettre au point leur projet, et en décembre 2014, un festival est lancé avec l’aide des organisateurs des fameuses Secret Garden : Wonderfruit est né. Ce qui ne devait être qu’un modeste événement d’un ou deux jours devient rapidement un véritable festival de quatre jours et quatre nuits, rayonnant bien au-delà des frontières thaïlandaises. Ne ressemblant à aucun autre en Asie du Sud-Est, il s’impose comme un rassemblement incontournable. Wonderfuit vient à peine de souffler sa 5ème bougie - ou plutôt d’enflammer son fameux logo pour la 5ème fois - mais beaucoup le surnomment déjà le « Burning Man de l’Est ». « Il est vrai qu’on sent un léger goût de Burning Man à Wonderfruit, » admet Montonn. Et pour cause. Beaucoup de volontaires de Wonderfruit sont aussi membres du fameux rassemblement du désert du Nevada et Pete fait luimême partie des habitués de Black Rock City. « Mais Wonderfruit doit se révéler capable d’exister par lui-même, de faire vivre sa propre marque, » poursuit Montonn.

118

© IsoPixel

A

l’origine on trouve Pete, un garçon né à Bangkok que son père, créateur de la campagne « Think Earth » a sensibilisé dès son plus jeune âge à l’enjeu écologique. En 2012, il renoue avec un ami d’enfance devenu DJ et musicien, Montonn, lui aussi Thaïlandais. Pete s’aperçoit que tous deux se trouvent dans le même état d’esprit. Une envie de lancer un mouvement créatif, responsable, durable, avec du sens et un impact, mais également du “sanuk” (fun, enthousiasmant). Durant sa jeunesse, Pete a baigné dans la contre-culture de la musique électro aux États-Unis, à la fin des années 1990. Il a gardé des raves cette passion, ce désir de sentir qu’il fait partie d’une communauté, de quelque chose de puissant, de créer un mouvement basé sur l’écologie qui donnerait l’inspiration pour impulser un changement social positif…

© IsoPixel

© IsoPixel

GRAINES DE FUTUR

IN THE BEGINNING, THERE WAS PETE, A BOY BORN IN BANGKOK WHOSE FATHER, THE CREATOR OF THE “THINK EARTH” CAMPAIGN, MADE HIM AWARE FROM A VERY YOUNG AGE OF ECOLOGICAL CHALLENGES. In 2012, he got back in touch with a childhood friend who had become a DJ and musician, Montonn, who is Thai as well. Pete noticed that they both had the same frame of mind: a desire to form a creative, responsible, sustainable movement with a purpose and impact, but also one that would be “sanuk” (fun, exciting). In his youth, Pete was immersed in the counterculture of electronic music in the United States in the late 1990s. From this passion for raves, he kept this desire of feeling like belonging to a community, to something powerful, and for creating a movement based on ecology that would provide inspiration to push for positive social change. Several years later, the two friends were able to bring their project to light, and in December 2014, a festival was launched with help from the organizers of the famous Secret Garden parties, and Wonderfruit was born. What was supposed to be a small event lasting one or two days quickly turned into a festival of four days and four nights, news of which spread far beyond the borders of Thailand. Like none other in southeast Asia, it has become a must-attend gathering. Wonderfruit has barely blown out its 5th birthday candle (or rather, set its famous logo ablaze for the 5th time), but many people have already nicknamed it the “Burning Man of the East.”


© IsoPixel

WO N D E R E R S

Le public, lui, est international, les Wonderers viennent du monde entier. Depuis de grandes villes asiatiques comme Singapour ou Hong Kong, mais aussi des États-Unis, du Japon, de NouvelleZélande, du Brésil, d’Europe, ou même d’Afrique, la plupart ont volé jusqu’à Pattaya spécialement pour l’occasion. « Nous amenons les gens ici sur un programme musical et une promesse festive, et ils réalisent alors qu’il s’agit d’un festival sans plastique, que l’eau est filtrée et en libre accès pour tous, que toutes les structures sont en matériaux recyclés… ». Pour Montonn, l’identité de Wonderfruit se trouve directement liée à l’envie qui l’a fait naître. En vivant quatre jours sur un site comme celui-ci, le public réalise qu’un autre mode de vie est possible, respectueux et durable.

“It’s true that there’s a slight feeling of Burning Man at Wonderfruit,” says Montonn. And he isn’t wrong: lots of Wonderfruit volunteers are also members of the famous Nevada desert gathering, and Pete himself has often gone to Black Rock City. “But Wonderfruit needs to be able to stand on its own and make its own mark,” says Montonn. Rather than transplanting a version of some other foreign festival to Thailand, the creators also intend to include the local community in the festival. The production and design managers are mostly Thai, as are a large portion of the artistic experts and consultants. © IsoPixel

Plutôt que de greffer en Thaïlande un événement calqué sur des festivals étrangers, les créateurs ont d’ailleurs toujours eu à cœur d’inclure la communauté locale dans le festival. Les responsables de la production et de la création sont majoritairement thaïs, ainsi qu’une bonne partie des experts et des conseillers artistiques.

« À présent, les gens viennent pour l’environnement, pour l’atmosphère qu’offre le festival. Qui est la tête d’affiche de Wonderfruit ? C’est Wonderfruit ! Qui va jouer, qui sera présent ? Au fond cela n’a pas d’importance. On sait que ce sera intéressant, que l’ambiance va être géniale, qu’on mangera bien. » Aucune tête d’affiche, vraiment ? « Il y a des têtes d’affiche, mais ce ne sont pas forcément des célébrités. Les chefs, pour les Feasts, sont des têtes d’affiche. Les architectes qui

119


© IsoPixel © IsoPixel

© IsoPixel

© IsoPixel

WO N D E R F RU I T

construisent les scènes et les structures, les intervenants des TED Talks aussi. Et il y a les groupes de musique. Mais aucun n’est plus gros que les autres,» estime Montonn. Le choix des artistes est effectué par les deux fondateurs, qui invitent régulièrement des talents dénichés sur le net. « N’importe quelle musique que l’on trouve intéressante, qui correspond à l’ambiance de Wonderfruit… En fait, il s’agit tout simplement de coups de cœur. Si nous aimons, nous invitons», poursuit-il et cette déclaration se voit parfaitement illustrée lors du concert de Huun Huur, un groupe de Mongolie déniché par Montonn sur Internet. Le jeune homme apparaît ravi de la performance, une musique si envoûtante que les spectateurs, d’un seul mouvement, s’assoient sur l’herbe, captivés par cette mélopée d’une douceur puissante. Pour lui, c’est aussi cela Wonderfruit : faire connaître des talents. En tant que programmateur, il ne cherche pas les célébrités : « Si une année nous avons les Rolling Stones, que pourrions-nous bien faire l’édition d’après ? » lance-t-il. Wonderfruit n’est-il donc pas destiné à grandir ? « Nous voulons grandir, mais nous préférons être les organisateurs d’un festival où les Rolling Stones auraient envie jouer. Non pas des organisateurs suppliant les Rolling Stones de venir jouer. » Malgré la passion de ses créateurs pour les concerts,Wonderfruit se montre bien plus qu’un festival de musique. D’abord qualifié de « Lifestyle festival », il est devenu « Experiential festival ». Un festival où l’on vient pour ce que l’on peut y vivre. « Chaque fois

120

As for the public, it is international; the “Wonderers” come from all over the world, from large Asian cities such as Singapore and Hong Kong, but also from the United States, Japan, New Zealand, Brazil, Europe, and even Africa. Most of them fly into Pattaya especially for the occasion. “We bring people here with a musical program and a promise of a party, and they then realize that it’s a festival with no plastic, where the water is filtered and available to all and that all the structures are built from recycled materials.” For Montonn, the identity of Wonderfruit is directly tied to the desire that led to its creation. By spending four days in a site like this one, the public realizes that another way of life is possible, one that is respectful and sustainable. “Currently, people are coming for the environment and atmosphere the festival offers. Who’s headlining Wonderfruit? Well, it’s Wonderfruit! Who will be playing and who will be there? In the end, it doesn’t matter. People know it will be interesting, that the atmosphere will be awesome and that there’ll be great food.” Is there really no headliner? “There are headliners, but they aren’t necessarily celebrities. The chefs at the Feasts are headliners. The architects who build the stages and structures and the TED Talk speakers are as well. And the bands. But none of them are any bigger than the rest,” says Montonn. The artists are chosen by the two founders who regularly invite talents they find on the internet. “Any music we find to be interesting and which corresponds to the Wonderfruit atmosphere.


© IsoPixel

© IsoPixel

D J FA M I LY

c’est une expérience différente. Certains profitent des concerts toute la nuit et dorment le jour. Les familles qui sont là plutôt la journée Les familles qui sont là plutôt la journée profitent d'autres plaisirs avec les Wellness Center, workshops… »

In fact, they’re simply musicians we love. If we love them, we invite them,” he says, and this statement is perfectly illustrated by the concert of Huun Huur, a band from Mongolia spotted by Montonn on the internet. The young man seems to be thrilled with the performance, which had music so captivating that the spectators all sat down on the grass at once, enchanted by the powerfully soft monotonous chant.

Chacun, en fonction de ses goûts et ses intérêts, construit donc son propre festival. « Comme lors d’un spectacle de cirque, toute la scène est remplie d’artistes qui bougent en même temps, tu ne sais pas où donner de la tête. Alors tu viens une seconde fois, même si c’est le même spectacle.Tu reviens encore le jour d’après et tu as une expérience totalement différente. »

For him, this is what Wonderfruit is about: finding talent. As a musical programmer, he doesn’t look for celebrities. “If we had the Rolling Stones one year, what could we do for the following year?” he asks. So then, is Wonderfruit not supposed to grow? “We want to grow, but we prefer to organize a festival where the Rolling Stones, would want to play, not to be organizers who beg the Rolling Stones to come and play.”

Musique, fêtes, repas, bien-être... tout cela dans un lieu respectueux de l’environnement. Pour Montonn, ces expériences multiples représentent « des graines que nous plantons peu à peu.Tu viens, tu vois, tu aimes, tu vis, tu découvres. » Des graines destinées à devenir des fruits ? Précisément. Le nom de Wonderfruit ne fut pas choisi par hasard... © IsoPixel

 wonderfruit.co

Despite its creators’ passion for concerts, Wonderfruit is much more than just a music festival. It was first called a “lifestyle festival,” but then became an “experiential festival,” a festival where you come for what you can experience there. “It’s a new experience every time. Some people enjoy the concerts all night and sleep all day. They come for this particular experience. Families are there more for the daytime, with a completely different experience, with the Wellness Center, workshops, and so on.” Anyone can, therefore, create their own festival based on their own tastes and interests. “Like in a circus show, every stage is filled with artists who are performing at the same time, so you don’t know where to look. So, you come back a second time, even if it’s for the same show. Come back again the day after, and you’ll get a completely different experience.” With music, parties, food, and well-being, all in an environmentally friendly place, for Montonn, these multiple experiences represent “seeds that we are gradually planting. You come and you’ll see, you’ll love it, you’ll live and you’ll experience.” Are these seeds going to bear fruit? Exactly. The name “Wonderfruit” was no accident!  wonderfruit.co

121


122 © IsoPixel

© IsoPixel

© IsoPixel

© IsoPixel

© IsoPixel

© IsoPixel

WO N D E R F RU I T


© IsoPixel


© IsoPixel

WO N D E R F RU I T

© IsoPixel

Goldie & The Ensemble (page de gauche), La Mamie’s crew (haut) et Nightmares on Wax live (bas).

Highlights of the musical scenes: Goldie & The Ensemble (left page), La Mamie's crew (top-right) and Nightmares on Wax live (bottom). © IsoPixel

Temps forts des scènes musicales :

125


BA N G KO K

VITAMINE KOISH

Quand tu ne joues pas, où vas-tu à Bangkok pour écouter de la bonne musique ? Je préfère les endroits intimes tels que Studio Lam, 12x12 et Smalls. Ils ont toujours une belle variété de styles musicaux à offrir. À part ça, Holey Bakery, soi 31, propose une excellente sélection de house music.

Arrivé à Bangkok il y a 5 ans, Sebastian a vu s’ouvrir, grâce à son travail pour Kolour, les portes de la scène underground de la capitale. Aujourd’hui, il vole de ses propres ailes et Latitudes l’a rencontré à l’occasion du festival Fly to the Moon, pour fêter la nouvelle année.

L’

artiste travaille actuellement sur plusieurs projets, se focalisant sur la création d’expériences intimistes centrées sur la musique : une série de fêtes en journée baptisée Day Shift, où fantaisie et camaraderie constituent les mots d’ordre, ou Alba, une série d’événemements secrets, sur invitation uniquement. Par ailleurs, Sebastian organise à la fin de l’année un projet de plus grande ampleur à Rayong, en partenariat avec une équipe américaine, dans le but de créer un festival international avec une programmation voisine de celle de Dekmantel. Travailles-tu toujours avec Kolour ? J’ai quitté Kolour en août 2018 et ai participé en freelance à Kolour in the Park 2018, notre dernier projet ensemble. Ce fut incroyable de travailler avec eux toutes ces années et je suis très reconnaissant de l’opportunité qui m’a été offerte. J’ai senti que je voulais passer à autre chose et voir ce que j’étais capable de produire moi-même sur la scène musicale.

126

Le titre que tu emportes toujours avec toi ? Lood feat. Donell Rush - Shout-n-out (The DJ dub) Le(s) festival(s) auquel tu participeras cette année ? Jai Thep arrive en février. J’y suis allé pour la première fois l’année dernière, je le conseille sincèrement à tous ceux qui recherchent une expérience particulièrement intime et profonde. Karma Kastle en mars est également à faire absolument. J’irai aussi à Kolour in the Park – par nostalgie. Tu défends une musique de qualité, comment choisis-tu les artistes que tu programmes ? Il n’y a pas de critère absolu. Pour moi il est important de faire venir quelqu’un de passionné et d’authentique. La musique est bien sûr cruciale, idéalement je choisis une personne capable de s’adapter à des énergies et des environnements différents grâce à des styles variés, sachant porter une attention au public. Quelles sont les pires difficultés que tu rencontres en organisant des événements à Bangkok ? Un des points majeurs est la fermeture à 2-3h du matin, puisque la plupart des gens ont tendance à sortir vers minuit, ce qui ne laisse que quelques heures pour jouer. De plus, il existe de nombreuses propositions de soirées, et les plus underground ne sont pas les plus courues. Il n’y a pas le même type de rapport à l’underground que l’on trouve ailleurs dans le monde, où cela représente bien plus que de simples sorties. Si tu pouvais inviter n’importe qui, vivant ou mort, quelle serait ta programmation de rêve ? Larry Levan, Moodymann, St Germain, Move D, Kai Alce.

À part ceux-là j’essaierai de faire un saut à Taïwan pour Organik. Ce fut vraiment une expérience profonde en termes de musique. J’étais à Berlin l’été dernier et j’ai été incapable de trouver quoi que soit se rapprochant de ce qui avait été présenté à Taïwan. Pour le reste, j’attends de voir ce que 2019 nous réserve comme surprises. Ton meilleur souvenir de session à Bangkok ? C’était une soirée privée chez des amis avec seulement une poignée de gens et de la musique toute la nuit. Ce fut une des premières fois où j’ai pu jouer un plus long set et embarquer le public dans un véritable voyage jusqu’à l’aube. Un de ces moments où les gens sont pris dans une sorte d’hypnose magique. Finalement, qu’est-ce que la musique pour toi ? La musique a toujours occupé une place à part dans ma vie. Il m’a fallu du temps pour comprendre et sentir son véritable pouvoir. Ce n’est pas simplement un sous-produit de notre société. Je crois que la musique fait partie intégrante de notre réalité et manifeste une influence capitale sur ce que l’on vit durant notre passage sur Terre. Elle est capable de rassembler les gens, peu importe leur origine. Elle déclenche une énergie en eux et leur donne la possibilité de l’exprimer. Elle est un langage universel, partagé partout sur la planète. En plus d’organiser des événements, Sebastian joue dans de nombreuses soirées à Bangkok et dans toute la Thaïlande. Après le Jai Thep festival à Chiang Mai, début février, les amateurs de bonne musique le guetteront notamment pour les prochaines Disco Diaries et Day Shift...  www.facebook.com/Koish


G RO OV E S

MUSIC IS LIFE

DJ Koish came to Bangkok 5 years ago and soon got a doorway into the Bangkok underground scene through his work with Kolour crew. Now he is grooving on his own and Latitudes met him at Fly to the Moon festival for NYE.

The Sound of K

CURRENTLY WORKING ON SEVERAL PROJECTS SEBASTIAN IS FOCUSING ON CREATING INTIMATE EXPERIENCES PUTTING THE SPOTLIGHT ON MUSIC: a day-time party series called Day Shift, grounded on playfulness and friendship or Alba, an off-the-grid event series on invitation only. At the end of this year, he will be hosting a bigger festival in Rayong, in partnership with a team from the States, aiming to create a destination festival with a similar line-up to Dekmantel. Sebastian, do you still work with Kolour? I have quit Kolour in August 2018 and I freelanced for Kolour in the Park 2018 as the last project together. It was an amazing time working for Kolour all these years and I am very thankful for the opportunity I was given. I felt that I wanted to move on and see what I am able to achieve myself in the scene. You stand for quality music, what drives your choices in booking an artist? There are not absolute set criteria. For me it’s important to get someone passionate and showing a genuine attitude. Music is, of course, crucial, ideally it is someone that can adapt to different environments and energies through different styles paired with a good eye for the crowd. What are the worst difficulties you encounter in doing events in Bangkok? One of the biggest issues is the early closing time (2-3am) as most people tend to come

out at midnight and you have a couple hours of music only. Furthermore, there are a lot of competitive venues sharing the pool of people available, and for underground there are not many. There is still not that kind of relationship to underground as you find it in other parts of the world where it’s more than just going out casually. If you could book anybody, dead or alive to set up your dream line-up, who would you choose? Larry Levan, Moodymann, St Germain, Move D, Kai Alce. When not playing, where do you go in Bangkok to listen to good music? I prefer smaller intimate places such as Studio Lam, 12 × 12 and Smalls. They always have a big variety of music styles to offer. Apart from that there is Holey bakery in soi 31 with an excellent selection of house music. The track that never leaves your flycase? Lood feat. Donell Rush - Shout-n-out (The DJ dub) The festival(s) you are going to attend this year? Jai Thep is coming in February. I have been there last year for the first time and highly recommend it to anyone looking for a more heartfelt and intimate experience. Karma Kastle in March is also a must do. I will also go to Kolour in the Park - out of nostalgia. Apart from

that I will try to go over to Taiwan for Organik. It was really a profound experience in terms of music. I’ve been to Berlin last summer and couldn’t find anything coming close to what was presented in Taiwan. Other than that, let’s see what 2019 has wrapped up for us! Your best memory of a gig in Bangkok? It was a private party at a friend’s place where we had a few people over and played music all night long. It was one of the first times where I was able to play a longer set and take people on a proper journey throughout the night. It’s one of those moments where you have the crowd locked in into magical hypnosis. Finally, what is music for you? Music has always had a special place in my life. It took me a while to understand and feel what the actual power of music is. It is not just some byproduct of our society. I believe music is an integral part of our reality and has a big influence on our experience here on the planet. It is able to draw people in together no matter what background they might have. It sparks energy in people and helps them to express it. It is a universal language understood and shared everywhere. Apart from organizing events, Sebastian is playing throughout the city at different events and venues. After Jai Thep festival outside Chiang Mai, early February, good music enthousiasts will stay tuned to Disco Diaries et Day Shift...  www.facebook.com/Koish

127


D I G I TA L L I F E S T Y L E Laure Dupuy & Pierre Herubel

VIRTUAL REALITY IN PRACTICE A new column in Latitudes, Digital Lifestyle takes a look at technological innovations and their impact on our lives. Virtual reality, for example, has really taken off with a few applications showing decisive potential in the fields of education, real estate, travel, and health.

La réalité virtuelle en pratique Nouveau rendez-vous au sein de Latitudes, Digital Lifestyle décrypte les innovations technologiques et leur impact sur nos modes de vie. La réalité virtuelle s’impose par exemple très concrètement, à travers quelques applications au potentiel décisif dans les domaines de la formation, l’immobilier, les voyages et la santé. NASA HAS LONG BEEN INTERESTED IN TECHNOLOGIES THAT CAN SIMULATE TRAVEL BEYOND OUR ATMOSPHERE, especially for financial reasons since going to space costs quite a lot. For the past several years, equipped with virtual reality headsets, astronauts and scientists have been training in repairing satellites, simulating extraterrestrial conditions, and even piloting exploration machinery. © NASA

L

a NASA s’intéresse de longue date aux technologies permettant de simuler des voyages extra atmosphériques, en particulier pour des raisons financières. Aller dans l’espace coûte en effet très cher. Équipés de casques de réalité virtuelle, des astronautes et scientifiques s’entraînent depuis quelques années à réparer des satellites, simuler des conditions extra-terrestres ou encore piloter des machines d’explorations. Mais si les préoccupations de la NASA paraissent loin de notre quotidien, il existe d’autres applications concrètes dans la vie de tous les jours. Le dictionnaire Larousse définit cette technologie comme la simulation d’un environnement réel par des images de synthèse tridimensionnelles. Son utilisation la plus connue se retrouve dans l’industrie du jeu vidéo et du divertissement, avec des expériences ludiques et impressionnantes, mais qui la plupart du temps ne dépassent pas les 30 minutes, car notre cerveau n’y est pas préparé. Une limite qui pousse à nous interroger sur la place réelle que peut prendre la réalité virtuelle dans notre quotidien. Aujourd’hui, la réalité virtuelle représente une vraie évolution dans certains domaines comme la formation et l’éducation, en affichant un large panel de possibilités. Certains métiers, comme

Astronaut Joseph M. Acaba, STS-119 mission specialist, uses virtual reality hardware in the Space Vehicle Mockup Facility at NASA's Johnson Space Center

128


© Pimclick

CA M B O D I A

chirurgien, pilote ou encore soldat nécessitent une formation intensive, car dans ces domaines la moindre erreur peut se révéler fatale. Cette innovation permet de créer un environnement factice sécurisé, afin de tester une multitude de situations sans conséquences réelles. De plus en plus de grands groupes investissent dans la formation virtuelle. Par exemple,Walmart s’en sert pour simuler des périodes intenses comme le Black Friday pour préparer son personnel au service client et le groupe Manpower forme ses employés aux risques sur les chantiers en simulant des accidents graves. La réalité virtuelle est également de plus en plus présente dans l’immobilier. Il est possible de visiter des biens existants ou en construction sans se déplacer grâce à des parcours virtuels avec systèmes de navigation intuitifs, au cours desquels les potentiels acheteurs ou loueurs peuvent explorer le bien en détail sans aucune limite de temps. Cette technique ne remplace pas encore pleinement les visites sur place, mais permet de visiter plus de biens, de comparer facilement et rapidement ou encore de rêver un peu en faisant le tour de maisons légèrement hors budget. Ainsi, la réalité virtuelle permet avant tout des économies de temps et d’argent. À cela s’ajoutent les côtés pratiques et esthétiques. Le vendeur ou l’agence immobilière peut ainsi inclure une décoration ou une ambiance personnalisée à la visite pour mettre en valeur le bien. Pour le loueur ou l’acheteur, il est même possible de visualiser ses propres meubles pendant une visite. Il se révèle alors plus facile de se projeter et de prendre une décision.

Although NASA’s concerns might seem far removed from our lives on the ground, there are other concrete applications of VR for our everyday lives. The dictionary defines this technology as the simulation of a real environment using artificial three-dimensional images. Its most wellknown use is in the video game and entertainment industry, with fun and impressive experiences, but most of the time, these experiences don’t last more than 30 minutes because our brains can’t handle it for any longer. This limitation makes us ask questions about virtual reality’s real place in our daily lives. Nowadays, virtual reality represents a real evolution in certain fields like training and education and shows a wide range of possibilities. Some jobs, such as surgeons, pilots, and even soldiers, require intensive training because, in these areas, the slightest error can be fatal. This innovation helps to create a safe artificial environment to test out a multitude of situations with no real-life consequences. Big companies are increasingly investing in virtual training. For example, Walmart uses it to simulate intense sales periods like Black Friday to prepare its staff for customer service, and the Manpower group trains its employees in on-site risks by simulating serious accidents. Virtual reality is also being used more and more in real estate. It’s now possible to visit existing properties or even those under construction without leaving home, thanks to virtual tours using intuitive navigation systems, where potential buyers or renters can explore every corner of the property with no time limit.

129


L ' A RT D E V I V R E E N N U M É R I QU E

Cette innovation se montre particulièrement bénéfique pour les promoteurs : vendre à l’étranger ne pose plus de problème. Le groupe BNP Paribas Real Estate a été le premier à investir dans cette révolution de l’immobilier en proposant une capsule de téléportation (le POD) en 2016, puis l’holoportation en 2018.

LE MONDE À PORTÉE DE MAIN Après avoir visité un appartement depuis son canapé, rendez-vous en Égypte pour visiter les pyramides le temps d’une soirée ou au Cambodge pour découvrir la beauté des temples d’Angkor. Aujourd’hui, le monde du tourisme connaît lui aussi une vraie révolution grâce aux voyages virtuels. Pour l’instant, l’innovation représente surtout un réel avantage pour les agences de tourisme afin d’attirer et de convaincre de potentiels voyageurs. Avec l’expérience Virtual Gorilla, l’agence de tourisme ougando-néerlandaise, Matoke Tours, plonge ses clients dans la jungle, à la rencontre de gorilles, le temps d’un après-midi. Les compagnies aériennes sont également intéressées par toutes les expériences qui peuvent améliorer les vols de leurs passagers. La compagnie Alaska Airlines propose ainsi aux voyageurs de première classe de découvrir virtuellement des destinations et activités pour leurs prochains périples. Enfin, dans le domaine de la santé, le marché mondial des soins en réalité virtuelle devrait croître de 54,5 % par an d’ici à 2023 et ses techniques sont d’ores et déjà utilisées dans le traitement de la douleur, des phobies, des addictions ou des dépendances.

Above all, virtual reality saves time and money, not to mention its practical and aesthetic aspects. Sellers or real estate agencies can include personal decoration or a custom atmosphere to the tour in order to showcase the property. For renters or buyers, it’s even possible to view your own furniture during a visit, making it easier to imagine yourself into the space and make a decision. This innovation is particularly beneficial for promoters: selling to foreign buyers has never been easier. The BNP Paribas Real Estate group was the first company to invest in this VR real estate revolution by offering a teleportation capsule (POD) in 2016, and then holoportation in 2018.

The World at Hand After touring an apartment from your couch, you can then go to Egypt and visit the pyramids for an evening, or Cambodia to discover the beauty of the Angkor temples. Today, the world of tourism is also going through a real revolution thanks to virtual travel. For now, this innovation is above all a real advantage for tourist agencies to attract and convince potential travelers. With the Virtual Gorilla experience, the Dutch-Ugandan tourism agency Matoke Tours immerses clients in the jungle to meet gorillas all in one afternoon. Airlines are also interested in all the experiences that can improve their flights for passengers. Alaska Airlines lets first-class travelers discover destinations and activities virtually for their upcoming trips. And finally, in the health sector, the worldwide market for virtual © Pimclick

Une expérimentation réalisée par Hunter Hoffman, professeur et directeur du centre de réalité virtuelle de l’université

This technique cannot yet completely substitute an on-site visit, but it lets you visit more properties and compare them easily and quickly, and even lets you experience your dream by touring homes that are slightly out of your budget.

130


de Chicago, a montré son efficacité avec les grands brûlés. Avec comme objectif de faire oublier aux patients les sensations de brûlure, la simulation projette un univers froid avec neige, flocons et montagnes recouvertes de neige. Les médecins ont remarqué une diminution significative de la douleur et une baisse d’utilisation de morphine. Pour éviter les erreurs fatales, les futurs médecins se forment aussi grâce à la réalité virtuelle. L’application SimForHealth a été mise en place dans certaines universités afin de permettre aux internes d’entrer dans la peau d’un médecin. Muni d’un casque HTC Vive et de deux contrôleurs, l’interne reçoit un patient en situation d’urgence et doit réaliser le bon diagnostic et le bon geste pour le sauver. Si cette technologie fait encore face à quelques barrières techniques et psychologiques, elle devrait dépasser le marché de la télévision dans les années à venir, générant près de 110 milliards de dollars dès 2025, selon la banque d’affaires Goldman Sachs. De plus en plus immersive, elle se glissera progressivement dans notre quotidien jusqu’à devenir omniprésente, ce qui soulève d’ailleurs également certaines inquiétudes, que le monde de la fiction a su s’approprier depuis quelques années avec des films comme Matrix, ExistenZ ou plus récemment Ready Player One.  Présenté par Pimclick  www.pimclick.com

reality healthcare will grow by 54.5% by 2023, but VR techniques are already being used for treating pain, phobias, addictions, and compulsions. An experiment done by Hunter Hoffman, a professor and the director of the Virtual Reality Center at the University of Chicago, demonstrated how effective VR can be in treating serious burn victims. With the objective of making patients forget about the sensation of their burns, the simulation projects a cold landscape with snow, frost, and mountains covered with snow. Doctors noticed a significant reduction of pain and reduced use of morphine. In order to prevent fatal errors, doctors-to-be also train using virtual reality. The application SimForHealth has been introduced to certain universities to let interns try out being doctors. Wearing an HTC Vive headset and using two controllers, interns receive patients in emergency situations and have to make the right diagnosis and perform the right gestures to save them. Although this technology still faces a few technological and psychological barriers, it should surpass the television market within the next few years, generating nearly 110 billion dollars by 2025, according to business bank Goldman Sachs. Becoming more and more immersive, it will gradually be more a part of our daily lives and will eventually be omnipresent, which might raise some concerns as portrayed by the world of fiction with films such as The Matrix, ExistenZ, and more recently, Ready Player One.  Presented par Pimclick  www.pimclick.com

131


A RT Vijitra Duangdee

Her experiential installation at Wat Prayoon in the frame of the Bangkok Art Biennale was undoubtedly one of its highlights. Now Nino Sarabutra has paired up with fellow ceramic craftsman Wasinburee Supanichvoraparch to create an exciting take on traditional techniques combined with a modern touch.

Nino Returns

VASES communiquants D

e nouvelles œuvres viennent donc s’ajouter aux portfolios de travaux en céramique déjà réputés de ces artistes contemporains mondialement reconnus et qui unissent leur force à l’occasion de « Gift | Tribute | Taboo - What Are We Gifting? », une exposition de porcelaines en duo à la ARDEL’s Third Place Gallery. Latitudes a eu la chance de pouvoir visiter le studio de Nino, alors qu’elle appliquait les dernières touches à son adaptation créative d’un objet d’art chinois ancien.

À travers ses travaux, le duo pose la question du concept de « don » et d’une approche désintéressée ou supposant des contreparties dissimulées. Nino a contribué à la collection en recréant des vases traditionnels chinois bleu et blanc à partir de ceux qu’elle a pu admirer dans le monde entier. Peignant à la main chaque pièce, elle a suivi les méthodes traditionnelles (peinture florale et motifs de dragons) sur l'un des côtés du vase et apporté une influence contemporaine sur l'autre face, suivant le raisonnement qu'elle a adopté pour son travail consistant à présenter le cadeau tel qu'il serait reçu, tout en exposant l'intention possible du donneur. « Nous essayons d’identifier le but qui se cache derrière le “don”, ou dans le fait de rendre des hommages, depuis le début de l’humanité. Partout dans le monde, vous voyez ces porcelaines abîmées, conservées dans des endroits tels que des musées nationaux, des propriétés privées et des maisons de ventes aux enchères. Elles sont partout, et pourtant elles sont hors de prix ! Je n’ai pas pu m’empêcher de me demander pourquoi les gens offraient ces vases chinois bleu et blanc », nous confie Nino.

Son installation expérimentale au Wat Prayoon dans le cadre de la Bangkok Art Biennale s’est révélée l’une des œuvres les plus marquantes de l’événement. Dans la foulée, Nino Sarabutra s’associe avec son confrère artisan céramiste Wasinburee Supanichvoraparch, dans une réjouissante tentative de fusion de techniques traditionnelles et de modernisme... 132


A F T E R BA B

Expanding upon their ever increasing internationally revered portfolio of ceramic works, the world renown contemporary craftspeople join forces for “Gift | Tribute | Taboo - What Are We Gifting?”, a duo porcelain exhibition at ARDEL’s Third Place Gallery. Latitudes managed to dip into Nino’s studio, as she was applying the last strokes to her creative take on an ancient Chinese craft. Through their works, the duo will be discussing the concept of “giving” either through a sincere approach or by reciprocal means - having a hidden benefit. For Nino’s contribution to the collection, she has recreated traditional blue and white Chinese vases she has experienced in many places around the globe. Individually hand painting each vase, Nino has retained the traditional methods (painting floral and dragons designs), on one side of the vase whilst adding a contemporary twist on the other. Nino expressed that her reasoning for this was to display the gift as it would be received whilst also displaying the plausible intent of the gifter on the other.

Étant donné la dimension historique de ces vases surnommés « vases soldats », ou encore connus sous le nom de « vases dragons », le duo a été inspiré par l’ancien concept de donner/rendre hommage utilisé autrefois par les monarchies européennes, par exemple lorsque 151 vases en porcelaine bleu et blanc datant des dynasties Ming et Qing ont été envoyés en 1717 par Frédéric-Guillaume Ier, roi de Brandebourg et de Prusse, à Auguste le Fort, Prince électeur de Saxe et roi de Pologne, en échange d’un régiment de dragons (600 cavaliers), ce qui permit de changer le cours de la guerre, grâce à l’art. En dévoilant à Latitudes ce qu’elle souhaitait accomplir à travers cette exposition, Nino a expliqué qu’elle voulait que le public se pose des questions sur les vraies motivations qui nous animent lorsqu’on donne et reçoit des cadeaux, ajoutant que dans ce monde rien n’est gratuit. « Vous devez être vigilant quand vous recevez un cadeau. Imaginez que l’on vous offre un présent d’une valeur de cent mille euros. Pourquoi quelqu’un vous offrirait-il quelque chose de si cher ? », questionne-t-elle. « Même s’il ne s’agit que de cadeaux, faites attention à ce que l’on vous demande en retour, car vous pourriez devoir rendre la faveur par un geste qui détruirait peut être une montagne ou qui aurait des conséquences regrettables». Le processus créatif de Nino consiste en un mélange de motifs traditionnels auxquels elle apporte sa propre interprétation des problèmes contemporains. Par exemple, un motif de Disneyland sur un vase aurait une signification commerciale, tandis qu’une fusée pourrait symboliser une guerre. « Contemplez les céramiques de la dynastie Ming et percevez la beauté qui se cache derrière elles. Je m’empare de cette beauté et y ajoute mon interprétation. J’imagine que ceci pourrait en constituer l’expression », confie-t-elle en montrant son vase à motif de bombe, expliquant dans quelle mesure celui-ci symbolise l’ironie de recevoir un cadeau sans savoir ce qu’il en coûtera. « La bombe peut représenter l’argent d’une guerre, puisqu’on peut imaginer la quantité d’argent qu’un individu ou une entité est susceptible d’y gagner, donc en ce sens, la guerre à une plus grande valeur qu’un billet de banque. Cependant, elle ne coûte pas seulement une importante somme d’argent (billets), mais engendre un coût en vies humaines », développe-t-elle.

Un vase “soldat” bleu et blanc rare et massif, époque Kangxi (16621722) estimé à 20 000/30 000 £ (26 000/38 000 €) A rare and massive blue and white “soldier” vase, Kangxi period (1662-1722). Estimate £20,000 - 30,000 (€26,000 - 38,000)  Source: www.alaintruong.com  archives/2016/05/02/33754720.html

133


S O WAT ?

“We’re looking into the objective behind ‘gifting,’ or giving tribute since the history of time. Everywhere in the world, you see these ruined white and blue china housed in places like state museums, private homes, and auction houses. They’re everywhere, yet they’re so expensive? I couldn’t help but wonder ‘Why do people gift them [blue & white Chinese vases]?” said Nino. Given the historical account of these so-called “Soldier vases”, a.k.a. ‘Dragoon vases’ the duo was inspired by the ancient concept of gifting/giving tribute used by European royals when 151 blue and white porcelain vases from the Ming and Qing Dynasties were sent by King Frederick William I of Brandenburg and Prussia to Augustus the Strong, Elector of Saxony and King of Poland in exchange for a regiment of dragoons (600 cavalry soldiers), in 1717 which changed the direction of war, with art.

Nino peut sembler cynique lorsqu’il s’agit d’aborder le thème de donner, mais elle reste convaincue que personne ne donne rien sans attendre quelque chose en retour. Par exemple, vous offrez un cadeau de Noël à votre nièce mais il y a fort à parier que vous espérez sa gratitude ou une marque d’affection en retour. « Vous affirmerez peut être que vous n’attendez rien mais, d'une certaine manière, vous ne pouvez pas vraiment dire que vous ne souhaitez pas au moins une bise ou un câlin de sa part. Cela reste des attentes, peu importe à quel point le coeur est pur », affirme l'artiste. Pour résumer le concept de sa collection : personne ne donne sans espérer quelque chose, sur le fond rien n'est jamais offert gratuitement, cependant l’attente d’un retour peut être bien intentionnée, elle n'est pas nécessairement malveillante, destructrice ou dommageable. « Je veux seulement que le public soit conscient que “donner” peut avoir des effets qui ne sont pas nécessairement positifs, car ils peuvent être nocifs et dangereux. La plupart des gens ont un cœur bon, ils peuvent vous offrir des cadeaux par pur amour, mais n’oubliez pas qu’il existe toujours un autre côté plus sombre ».

134

In telling Latitudes what she wished to achieve in this show, Nino explained she wanted the audience to question the true motives of gifting and receiving gifts, adding that there is nothing free in the world. “You have to be careful when you receive a gift, imagine it’s a million-Baht-gift, so why would someone give you something that expensive?” Nino expressed, “Even though they’re just gifts, be careful what they might ask you in return, you might have to pay back in a form of a signature that could destroy a mountain, or it could be a deal that you regret signing.” Nino’s creative process is a mix of traditional designs with her own interpretations of modern-day issues. For example, a Disneyland design on a vase would represent something commercial while a rocket design would represent a war. “Look into Ming dynasty ceramics and see the beauty behind them, I take that beauty and put my interpretation. I guess what could be a possible effect of that,” Nino told Latitudes while holding her vase with a bomb design, explaining how the design symbolizes the sarcasm of gifting that one would never know what he or she will get after receiving these expensive gifts from, say, powerful people “The bomb may represent the money in the war as one can imagine how much money an individual or corporation stand to gain, so the war in this sense is more costly than a banknote. Because not only it costs a lot of money (banknotes), it can also cost many lives as well” she explains.

Les travaux de Nino explorent souvent l’existence, les émotions et les comportements humains. En se confiant à nous, elle a laissé entendre que ses travaux à venir se situeraient dans la continuité de « Que laisserez-vous derrière vous ? », son installation provocante qui invite à une expérience tangible et nous convie à faire face à notre mortalité, remarquée au Wat Prayoon dans le cadre de la Bangkok Art Biennale 2018.

Nino may seem like a cynic when it comes to gifting, though her belief that no one gives anything without anything in return remains. For example, you might give your niece a Christmas present but there’s a big chance that you might want her love and affection in return. “You might say that you don’t expect anything in return but you somehow you still can’t really say that you don’t expect, at least a kiss or hugs from your niece. That is expecting no matter how pure the heart is” says the artist.

Toutefois, en tant que partenariat, le duo d’artistes qu’elle forme avec Wasinburee souhaite explorer les détails historiques d’un événement datant de 300 ans et voir dans quelle mesure il peut conserver un sens dans le monde moderne. L’exposition ne met pas seulement en avant leurs talents de céramistes, leur approche individualiste d’un concept dualiste, à la fois spirituel et conscient, ainsi que matériel, mais se focalise aussi sur les intentions parfois oubliées lorsque l’on offre un cadeau. Nino et Wasinburee interrogent le spectateur, le poussent à bien réfléchir lorsqu’il

So, to sum up the concept of this collection, no one gives anything without expecting anything in return, essentially nothing is ever given for free but the expectation for the returns of the gift can be a good one, it doesn’t always have to be with malicious intent or even damaging or costly. “I just want the audience to be aware that “gifting” could have effects that are not necessarily good, it could be harmful and dangerous. Most people have good hearts, they may gift you with pure love but just be aware that there’s always the other side.”


E N G AG E M E N T

reçoit un cadeau qui semble bienveillant ; à quelles fins fait-on preuve de tant de gentillesse et qu’attend-on de nous en retour ? Ils n’essayent pas seulement de vous faire adopter un point de vue en tant que receveur, mais vous invitent aussi à vous placer en tant que donneur, en vous incitant à vous questionner sur vos intentions. Donnez-vous seulement pour le simple fait de donner, pour créer du bonheur par le biais du cadeau ou vos intentions sont-elles en réalité malveillantes ou simplement égoïstes par nature ? n

Nino’s works often explore human behaviors, emotions, and existence. She gave us a little hint that her upcoming work will be a continuation of ‘What Will You Leave Behind?’ a thoughtprovoking experiential installation where she invited us to contemplate our mortality, currently installed at Wat Prayoon Temple as part of the Bangkok Art Biennale 2018. However, as a pairing, the artistic duo wishes to explore the historical footnotes of an event some 300 years ago and how it relates to the modern world. This exhibition not only flaunts their talents with ceramics, their individualistic approach to a dualistic concept both in a spiritual or mindful sense, and in the material as well, but the often overlooked intentions of giving a gift. Nino and Wasinburee ask of you, the viewer, to think deeply when receiving a seemingly kind offering - to what ends do they offer me this kindness and what will be expected of me in return. Not only do they intend for you to think as the receiver, though they also implore you to consider your own gift giving - what are my intentions, am I purely giving for the sake of giving, to create happiness in the gifting or is my intent more malevolent or even selfish in nature. n

Gift | Tribute | Taboo–What Are We Gifting?” by Nino Sarabutra and Wasinburee Supanichnoraparch  From January 22 to March 2,  ARDEL’s Third Place Gallery  www.ardelgallery.com

135


C O M M U N I CAT I O N Latitudes Team

COMMUNIQUER À DOS D’ÉLÉPHANT

A

Elephant Parade® invite les entreprises à participer à la défense des pachydermes à travers une communication sur mesure, originale et responsable.

ctuellement, il reste à peine 50 000 éléphants d’Asie sur le continent, une population qui a décliné de 90 % et dont l’habitat naturel a fondu de 95 % en un siècle. Selon l’entreprise sociale Elephant Parade®, l’espèce pourrait disparaître de la nature d’ici une trentaine d’années si rien n’est mis en place pour la protéger. Dans ce but, l'entreprise sociale contribue au financement de programmes de protection et de conservation des éléphants en reversant 20 % des profits net générés par la vente des statues en fibre de verre de 150 cm, mais aussi de modèles réduits en résine de 10, 15 ou 20 cm.

136

Connu à travers les parades d’éléphants organisées un peu partout dans le monde, Elephant Parade® propose également aux entreprises de réaliser pour elles des programmes de Responsabilité Sociale des Entreprises basés sur des cadeaux sur-mesure uniques, pour participer à la conservation des éléphants et ainsi montrer une conscience sociale qui les différencie de leurs concurrents.

mariés, mettre en valeur le logo d’une entreprise ou simplement posséder une collection de ses modèles favoris. The Peninsula, Shangri-La, David’s Kitchen, Chang Beer, BMW, Mercedes ou River City se sont par exemple déjà associés avec Elephant Parade® pour créer leurs propres éléphants, qui sont généralement exposés dans leur hall d’entrée.

Qu’il s’agisse de répliques artisanales ou de modèles conçus sur-mesure, il est possible de créer des cadeaux correspondant exactement à ce que l’on désire, que ce soit pour offrir à de jeunes

 Jeanette Woelinga - Sales Manager Thailand  jeannette@elephantparade.co.th  +66 (0)94 615 2399  www.elephantparade.com


B2B, Trumpet your Message Elephant Parade® invites companies to be involved in the pachyderm's defense through a bespoke, original and responsible communication. CURRENTLY, THERE ARE ONLY 50,000 ASIAN PACHYDERMS LEFT ON THE CONTINENT, a population that has fallen by 90%, and whose natural habitat has been reduced by 95% in a century. According to the Elephant Parade® social enterprise, the species may disappear from the wild within thirty years if nothing is done to protect them. With this goal, the social enterprise is helping to fund elephant protection and conservation programs by donating 20% of its net profits generated by selling fibreglass statues standing 150cm tall, in addition to smaller resin models measuring 10, 15 or 20cm tall. Known through parading elephants around

the world, Elephant Parade® also delve into the world of Business to Business sales and bespoke designs for companies and individuals to support elephant conservation. This Corporate Social Responsibility gifting offers unique and thoughtful gifts that give back, while demonstrating a social conscience that will set a company apart from its competitors. From handcrafted replicas to fully bespoke designs, you can create gifts that represent exactly what you want, be it a personalised wedding gift design, a company logo or just a collection of your favourite replicas. As a result, an amazing artwork for a sustainable promotion. The Peninsula, Shangri-La, David’s Kitchen, Chang Beer, BMW, Mercedes or River City have already partnered with Elephant Parade® to create their own elephants, which are usually on display in their lobby.  Jeanette Woelinga - Sales Manager Thailand  jeannette@elephantparade.co.th  +66 (0)94 615 2399  www.elephantparade.com

137


P O RT R A I T S Catherine Vanesse

Aren’t They Winning? One wrote a fictional trilogy, the other a book on personal development and empowerment. Each in their own way, these two Bangkokian writers firmly believe in the power of words and intend to leave a trail through their writings.

NATALIE GLEBOVA & PASHMINA P. Lectures croisées

L’une a écrit une trilogie de fiction, l’autre un livre sur le développement personnel et l’autonomisation, chacune à leur manière, ces deux auteures bangkokoises croient fermement dans le pouvoir des mots et entendent laisser une trace à travers leurs écrits.

Q

uel lien unit Natalie Glebova et Pashmina Pash ? C’est la question que l’on pouvait se poser de prime abord.Auteure de la trilogie The Cappuccino Chronicles, Pashmina P. embarque le lecteur dans un récit de fiction autour d’une éternelle tasse de café et au fil des pages, on suit le parcours de quatre femmes entre l’Angleterre, Paris et l’Asie. Miss Univers 2005, Natalie Glebova vient de publier son deuxième livre, le premier en anglais : I am Winning, un ouvrage consacré au développement personnel, car pour elle : « nous sommes tous des gagnants et il existe 365 opportunités par an pour le devenir ». Leur point commun pourrait simplement se trouver dans le fait que les deux femmes se dévoilent dans leurs livres. À travers ses quatre personnages, on découvre un peu Pashmina sans pour autant se situer dans le récit biographique. Natalie évoque pour sa part plutôt les clés de son succès et les méthodes qu’elle a mises en place. Mais finalement ce qui unit cette Canadienne d’ascendance russe et cette Thaïlandaise d’ascendance indienne se

138

WHAT BRINGS NATALIE GLEBOVA AND PASHMINA PASH TOGETHER? This is the question that could be asked at first. Author of the trilogy The Cappuccino Chronicles, Pashmina P. takes the reader into a fictional story around an eternal cup of coffee and over the pages, we follow the journey of four women between England, Paris and Asia. Miss Universe 2005, Natalie Glebova has just published her second book, the first in English: I am Winning, which is dedicated to personal development, because for her: “We are all winners and there are 365 opportunities per year to become one.” Their common point could simply be the fact that both women reveal their true selves in their books. Through the four characters, we discover a little about Pashmina without getting into a biographical narrative. Natalie, on the other hand, talks about the keys to her success and the methods she has put in place. But finally, what unites this Canadian of Russian origin and this Thai of Indian descent


Pouvez-vous nous décrire votre parcours d’auteure ? Natalie : J’ai écrit mon premier livre en 2006. Le titre était

Healthy, Beautiful, Happy. Il a été traduit en thaïlandais et n’a été publié que sur ce marché. J’ai toujours voulu en écrire un autre et le faire publier en anglais.

Environ 9 mois après la naissance de ma fille Maya, je suis allée avec elle et mon mari à Nikki Beach à Koh Samui. Un soir où je venais de terminer un set de DJ, nous étions assis tous les trois à contempler un magnifique coucher de soleil. Nous écoutions le bruit des vagues en buvant du lait de coco et Maya était assise juste entre nous. Mon mari s’est tourné vers moi et il m’a demandé : « Bébé, tu crois que c’est ça la réussite ? » Et j’ai ri en me disant que c’était le moment idéal pour poser cette question, parce que nous faisions ce que nous aimions et que tout ce que nous avions de plus cher était là durant ce moment merveilleux. C’est devenu une blague entre nous. Chaque fois que nous ressentons la même plénitude, nous nous regardons en disant : « Tu crois que c’est ça, la réussite ? ». Je me suis dit que ce serait un concept intéressant, car je crois que nous pouvons tous avoir ce sentiment de réussite, non pas grâce à l’argent, au statut social ou à la notoriété, mais parce que nous sommes tous capables d’apprécier des choses simples de la vie.

© IsoPixel

trouve plutôt au niveau de l’édition. Après le succès du premier volume de The Cappuccino Chronicles, Pashmina a décidé de créer une plateforme pour accompagner les écrivains, de la rédaction de leur livre jusqu’à leur publication. Quand Natalie s’est fixé comme objectif d’écrire I am winning, il semblait presque évident que sa route finisse par croiser celle de Pashmina.

rather falls with regard to their publishing. After the success of the first volume of The Cappuccino Chronicles, Pashmina decided to create a platform to support writers to help them with their writing and getting published. When Natalie decided to write I am winning, it seemed almost obvious that her path would end up crossing Pashmina’s. Could you come back on your writing journey? Natalie: I’ve written my first book in 2006. It’s called Healthy, Happy, Beautiful. It was translated into Thai and only sold here. But I always wanted to make another one and have it published in English. About 9 months after my daughter was born, me, my husband and her, Maya, we went to Nikki Beach in Koh Samui. I was Djaying and after I finished, we sat down and there was a gorgeous sunset, we were listening to the sound of the waves, drinking coconuts and Maya was sitting right between us. My husband turned to me and he asked: “Babe, are we winning, or what?” And I laughed because I thought it was so appropriate to say something like that, because we were doing everything we love and everything we appreciate was right there on this one beautiful moment. So that became an inside joke with us. Anytime we feel blessed or grateful, we just look at each other and we say: “Are we winning, or what?” I thought it would be an interesting concept because I believe that every person has the capacity to feel like a winner in life, not because of money or status or fame or any kind of illusional success, but because we are all able to appreciate simple things in life. So, I started writing the book about 6 months ago. I came to Pash, the owner of Online Author’s Office, we met and she told me she helped writers to get publish and… here we are!

139


ALL WRITE

J’ai donc commencé à écrire le livre il y a environ 6 mois. Je suis allée voir Pash, directrice d’Online Author’s Office, nous nous sommes rencontrées, elle m’a dit qu’elle aidait des auteures à se faire publier et voilà le résultat ! Pashmina : J’ai débuté il y a 16 ans. L’écriture a exercé sur moi un véritable pouvoir de guérison. J’avais besoin de quelque chose pour ne plus penser constamment à ma fille aînée. Elle est née à 26 semaines et a été placée dans une unité de soins intensifs. Le médecin m’a dit : « C’est au jour le jour. Il se peut qu’un jour vous veniez et qu’elle ne soit plus là. » Entendre ça en tant que parent m’a brisée, aussi bien moralement que physiquement. Je ne mangeais plus et ne dormais plus. Un jour, une des infirmières m’a dit : « Tout ce dont j’ai besoin, c’est de votre lait maternel, alors arrêtez de vous plaindre et pensez à votre bébé ! ». J’ai pris un stylo et une feuille de papier et j’ai commencé à écrire des pages et des pages en laissant voguer mon esprit. Puis j’ai créé ces personnages. Il y a deux ans, j’ai sorti toutes ces feuilles de la pochette poussiéreuse dans laquelle elles étaient rangées et c’est à ce moment que j’ai réalisé que tout ce que je voulais, c’était écrire. Je suppose que beaucoup de gens vous ont demandé s’il s’agissait de votre histoire… Pashmina : Ce n’est pas une autobiographie. J’aimerais

ressembler à Mala. J’aimerais beaucoup que mon mari soit musicien. Je n’ai pas de jumeaux et mes enfants sont encore jeunes. J’ai beaucoup voyagé, j’ai rencontré des centaines de femmes de tous horizons, que j’ai en quelque sorte fusionnées pour en créer quatre. Il y a très probablement un peu de moi en chacun de ces personnages, même masculins, car ils sont tous tirés de mon expérience.

Pourquoi ne pas vous être lancée plus tôt ? Natalie : Je n’avais jamais osé avant parce que je ne savais pas par

où commencer. Publier son propre livre demande beaucoup de travail. Il faut faire des recherches, trouver un éditeur, jongler avec les chiffres... Tout cela me paraissait tellement insurmontable que j’avais tout bonnement trop peur pour me lancer seule. Lorsque j’ai rencontré Pash, je me suis dit : « Parfait, voilà quelqu’un qui s’est lancé, qui a réussi et qui m’offre son aide... Le moment est venu ! » Mon rêve se trouvait enfin à portée de main. Pashmina, quel a été votre rôle et comment avez-vous créé Online Author's Office ?

En fait, je me suis retrouvée dans la même situation que Natalie. J’ai pris conscience que l’écriture ne représente qu’une partie du processus de création d’un livre. Beaucoup d’autres paramètres entrent en compte. Après le succès de mon premier livre, j’aurais dû aller aux Bahamas pour me reposer. Au lieu de cela, j’ai créé ma propre entreprise : Online Author’s Office. Mon objectif principal était d’aider les mères qui doivent à la fois travailler et élever leurs enfants, et donc endosser un grand nombre de rôles. Nous leur apportons notre soutien dans tous les domaines du processus de création d’un livre : nous avons des correcteurs, des graphistes, un service juridique, des éditeurs, des chercheurs, etc. A quel moment vous êtes-vous définie écrivain? Natalie : C’est une excellente question. Malgré un précédent

© IsoPixel

livre, je ne me considérais pas encore comme un écrivain.

96


© IsoPixel

11


© IsoPixel

D O U B L E PAG E S

© Untuan Blur

Pashmina: I started 16 years ago. Writing for me was the power of healing: I needed something to get my mind off from what was happening to my oldest daughter. She was born at 26 weeks and they put her in an intensive care unit. The doctor said to me, “Take it day by day. Maybe one day you’re coming and she is not here.” For a parent, to hear something like that … it just broke me, spiritually and physically. I wouldn’t eat, I wouldn’t sleep. One day, one of the nurses said to me, “The only thing I want from you is your breast milk. So stop your complaining, just think about this baby!” I got a pen and a piece of paper and started to write, and write and write and stated my mind in different places. And I started to create these characters. Two years ago, I took all these notes out of the dusty cover and something inside me drove me to think: “I want to be a writer.”

Pashmina : Je dirais que ça a été pareil pour moi. Je me

I guess many people asked: “is it you?” Pashmina: It’s not a biography. I wish I could be more like Mala. I wish my husband was a musician. I don’t have twins, my kids are still young. And I’ve been around the world a lot, I’ve met so many women from all walks of life and I kind of consolidated all these women and created 4 out of hundreds. Of course, there must be a little bit of me in every single one of the characters, even the male characters. Because they’re all made, they are all created from my own experience.

Natalie : Les gens se rendent compte que l’écriture représente

Why didn’t you start before? Natalie: It always seemed so intimidating because I didn’t know where to start. To publish your own book, there goes a lot of work into it. You have to research, you have to find a publisher, you have to get your eyes behind numbers… It’s such a big process that by myself I was really scared to undertake that. That’s why when I met Pash I thought: “Perfect, here is somebody who has done it successfully and she’s offering to help me so… I’m gonna do it!” It was just an easier way to do it than just by myself.

Peut-être parce qu’il a été publié en thaïlandais alors que je l’avais écrit en anglais, je ne le considérais pas vraiment comme ma création. Avec la publication d’I am winning, j’ai vraiment le sentiment que c’est le cas. Je me suis sentie auteure au moment où j’ai fini de l’écrire et où je l’ai envoyé, et encore plus quand j’ai eu la version imprimée entre les mains. souviens du moment où j’ai reçu mon épreuve. Je revenais de l’école. J’ai ouvert ma boîte aux lettres et je me suis mise à pleurer en voyant le livre. J’ai parfois un sentiment d’irréel lorsque je tiens ces trois livres entre mes mains. En tant qu’auteur publié, on gagne le respect des gens et c’est incroyable. On se retrouve propulsé dans un nouveau monde. Je ne suis plus seulement enseignante, elle n’est plus seulement une reine de beauté, nous sommes aussi des créatrices… un travail considérable et un grand accomplissement. Tout le monde n’est pas capable d’écrire, et il y a une bonne raison à cela : c’est difficile, cela représente énormément de travail, de dévouement et de discipline. Lorsque vous passez par ce processus et que vous publiez un livre, ils commencent à vous regarder différemment.

Avez-vous tenté de passer par des canaux plus classiques avant de vous autopublier ? Pashmina : J’ai proposé en 2016 un recueil de 9 nouvelles à

une grande maison d’édition dont j’attends encore la réponse. Lorsque l’on passe par ces canaux traditionnels, il faut savoir faire preuve d’une humilité et d’une patience à toute épreuve. Bien qu’ils ne m’aient pas dit non, ils ne m’ont pas non plus dit oui... En attendant, je sortirai un livre pour enfants cette année.

Natalie : Mon but n’est pas de devenir célèbre et d’être reconnue dans le monde entier en tant qu’auteure. Je me suis fixée comme objectif d’écrire un livre en 2018 et je l’ai fait avant la fin de l’année. Tant pis s’il n’attire pas l’attention des grandes maisons d’édition. Je souhaite avant tout écrire pour parler de mes expériences et partager mes connaissances avec mes fans et les personnes à qui j’enseigne. Ma principale activité consiste a organiser des séminaires, donner des cours et animer des ateliers sur le thème de l’émancipation. Pour moi, il était important d’avoir une sorte de mise en pratique de mon image de marque. J’enseigne et j’ai écrit un livre, donc

142

Pashmina, what was your role and how did you start the Online Author Office? Actually, I was in the same position as Natalie. I realized that writing a book is not just about the writing. There is so much stuff behind the scenes. When I made money on my first book, instead of going to the Bahamas, which I should have done and take some rest, I opened up my own company called the Online Author’s Office. My main goal was to help working moms because we are busy, we have a job, we have to look after the children, we have so many different roles. We are helping them behind the scenes, we have editors, designers, legal team, publishers, researchers… When did it come that you could define yourself as an author? Natalie: That’s a great question. Even though I did have a book before, I didn’t call myself an author yet. Maybe because it was published in Thai language and I wrote it in English so I didn’t really feel it was my baby. But now that I am winning is published, I definitely feel that’s the case. I felt like an author the moment I finished writing it, submitted the whole thing and even more when I got the paper book back in my hands. Pashmina: I think it was the same for me. I remember I got my proof in my mail. I was coming back from school, I opened the mailbox and I saw the book and tears just came, I was overwhelmed. Sometimes when I’m holding these 3 books it feels surreal.


13 © IsoPixel


CA F É L I T T É R A I R E

si vous venez apprendre avec moi, vous aussi vous pourrez écrire un livre, ça fait partie du package.

It’s amazing because when you have the title of the author, you get different kinds of respect, people see that you are published. It’s a different world you are thrown into. I’m no longer just a teacher, she is no longer a beauty queen, an entrepreneur…

Natalie, qu’est-ce qui différencie votre livre d’autres livres de développement personnel ? Natalie : Ce que j’ai écrit dans mon livre ne repose pas

Natalie: People realize that to write is a big undertaking, a big accomplishment. Not anybody can just go out there and write a book. And there is a reason for that, because it’s hard, there is a lot of work, it’s dedication, discipline. So, when we do actually go through that process and we do publish a book people start to look at you in a different way.

uniquement sur mes théories et je ne cherche pas à vous faire la leçon ou vous dire comment mener votre vie. Je souhaitais allier la narration à certains de mes cours. J’ai interviewé des personnes qui selon moi ont réussi et qui viennent d’horizons différents : un entrepreneur milliardaire, une femme qui s’occupe d’enfants en bas âge, un couple homosexuel, un artiste, un intellectuel... Mes lecteurs s’identifieront peut-être à certaines d’entre eux et par ce moyen, je souhaite qu’ils trouvent l’inspiration, qu’ils aiment leur vie, qu’ils soient reconnaissants, audacieux, courageux face aux échecs, généreux et éveillés. Ce sont des traits communs à ceux qui ont réussi.

Have you ever tried the more traditional publishing way before self-publishing your books? Pashmina: I have a children’s book coming up this year and I have another book which is a collection of 9 short stories which I submitted to a big publishing agency in 2016. It has not been rejected, it is in the process. For this kind of process, you need absolute humility and absolute patience. Because they didn’t say no to me, but they haven’t said yes.

D’où vous est venue l’idée des quiz et des fiches de travail ? Natalie : Ça me ressemble. Depuis toute petite, j’ai toujours

aimé rédiger des listes et écrire dans mon journal... Les mots écrits ont un grand pouvoir. Lorsque vous vous fixez des objectifs, les mettre sur papier les rend plus tangibles et cela sert de rappel. J’aime les fiches, j’en fais moi-même tout le temps et je leur attribue une grande partie de mon succès. Je pense que si j’ai été élue Miss Univers, c’est en partie parce que j’avais écrit de quelle manière j’allais y arriver. Je crois que quiconque a un objectif peut réussir. Je suis totalement en phase avec la phrase d’Oprah Winfrey : « La chance n’existe pas, il faut simplement être bien préparé lorsque l’opportunité se présente ». Vous devez vous préparer en mettant des mots sur vos objectifs, en planifiant, en notant les choses et, lorsque l’occasion se présentera à vous, vous serez prêt à la saisir.

Natalie: My goal is not to be famous and to be so well-known in the world as an author. I set my goal for 2018 to write a book and I did it before the year was done. If it doesn’t get the attention in marketing to those big publishing houses that’s OK. For me, it’s to write about what I know and share that knowledge with my fans and the people I currently teach in my empowerment courses, that’s my main business, I do empowerment seminars, courses and workshops. For me it was important to have a kind of branding exercise for myself. I teach and I’ve written a book, so if you come and learn with me you also can get a book, that’s part of the package.

Natalie, que diriez-vous à quelqu’un pour le convaincre de lire The Cappucino Chronicles ?

© IsoPixel

Je lui dirais, surtout s’il s’agit d’une femme (car ce livre parle des femmes), que c’est un fantastique voyage à entreprendre, car elle

Natalie, what is different in your book compared to other empowerment books? My book has a style that doesn’t only teach by my own theories or lecture you about how to live your life. I wanted to combine storytelling with some of my lessons. I interviewed some people who I consider living a winning life and being winners, they are from different backgrounds. I have somebody who is a billionaire entrepreneur, a woman who is a nanny, a gay couple, an artist, an intellectual… So, people can maybe relate to some of them and get inspired, to love their life, to be grateful, to be fearless, to be resilient when facing failure, to be generous, to be aware and all of those qualities of a winner. Where does come from the idea to put quizzes and some worksheets? Natalie: I’ve always been that type of person. Since I was a little girl, I have always loved making lists and writing things in my journal… There is so much power in a written word. When you set down a goal, and you put it down on paper, you set the intention and it’s sort of a reminder. I do believe in the worksheet, I do it myself all the time and I credit a lot of my success to that. One of the reasons why I believe I won Miss Universe is because I wrote everything down, how I’m going to achieve it. I believe that anybody who has a goal or a plan can just succeed. I do believe what Oprah Winfrey said, “There is no luck, it’s just when preparation meets opportunity.” You have to be prepared by putting into words, by planning, by writing things down and when the opportunity knocks on your door, you are ready to grab it.

144


© IsoPixel

# D O N T T E L L M E H OW TO D R E S S

apprendra à connaître les personnages et les verra grandir, évoluer, changer, devenir plus sages, plus intelligents et plus expérimentés. Moi-même j’adore découvrir les personnages et voir où la vie les mène. C’est une suite intéressante, mais également un regard sur l’avenir, car dans Endless Expressos, le dernier tome, nous nous projetons dans l’avenir. Si vous voulez savoir quelles seront vos relations dans la vie, quelles seront vos pensées, c’est un moyen intéressant pour avoir un aperçu du futur. Pashmina, que diriez-vous à quelqu’un pour le convaincre de lire I am Winning ?

Je dirais qu’I am winning fait partie des livres qui ont changé ma vie et celle de ma famille. Nous avons répondu aux quiz tous ensemble. Nous en avons utilisé un il y a quelques semaines parce que nous voulions nous fixer des objectifs. Son livre est une véritable source d’inspiration pour toutes les tranches d’âge. Je l’utilise, mon mari l’utilise, mes filles de 9 et 15 ans aussi. Je pense que les exercices pratiques qui s’y trouvent donnent vraiment confiance aux gens, en leur faisant prendre conscience qu’ils peuvent faire preuve d’audace, que ce n’est pas grave de ne pas être milliardaire, que ce n’est pas grave de répondre au quiz en étant au plus bas, parce que vous disposez du temps et des ressources qui vous permettront de trouver votre voie et de réussir. Je peux vous le dire du fond du cœur parce que je l’ai lu et ai mis ses conseils en pratique sur moi-même, sur ma famille et sur des employés de mon entreprise, et non parce que je suis son agent. n  www.thecappuccinochronicles.com  www.onlineauthorsoffice.com  www.natalieglebova.com  www.empoweredclub.com

Natalie, what would you say to convince a friend to read The Cappucino Chronicles? I would say, especially for women because this book is about women, it’s an amazing journey to embark on. When you get to know characters, and get to see them growing up, evolving, changing, becoming wiser, smarter, more experienced. I love getting to know characters and see where life takes them. It’s an interesting continuation and a kind of look into the future as well, because in the last book Endless Expressos we get to see beyond our own age. If you want to know what your relationships will be in life, what you will be thinking about, that’s an interesting way to get that glimpse into the future. Pashmina, what would you say to convince a friend to read I am Winning? I would say that I am winning was one of the books which changed my life and my family’s life. We used her quizzes in our family. We just used one a couple of weeks ago because we wanted to set goals. Her book is a true inspiration for any age group. I use it, my husband uses it, my 9-year-old daughter, my 15-year-old daughter use it. I think the practices in there really give people confidence, that it’s OK to be fearless. It’s OK if you’re not a billionaire, it’s OK if you take the quiz in your lanterne rouge because you have time and you have resources to find your way and to become a winning person. Because I’ve used it for myself I can say that from the heart, not because I’m her agent, but I practiced it on myself and on my family and people from my company. n  www.thecappuccinochronicles.com  www.onlineauthorsoffice.com  www.natalieglebova.com  www.empoweredclub.com

145


BOOKS

I Am Winning: A Guide to Personal Empowerment Natalie Glebova

Gagnez-vous au jeu de la vie ? En amour ? Dans votre vie professionnelle, familiale et sociale ? - Répondez à un « Winning-Meter Quiz » pour réévaluer votre existence et savoir si oui ou non vous gagnez sur tous les plans. - Découvrez quelles sont les 7 qualités essentielles d’un gagnant et lisez les histoires de personnes qui possèdent ces qualités et qui vous inspireront. - Découvrez les 8 pratiques à adopter pour faire grimper votre « winningmeter » et vous façonner une vie dont vous pourrez être fière. - Découvrez 5 rituels quotidiens de gagnants à mettre en pratique dès aujourd’hui pour vous aider à atteindre le sommet et à vivre une vie pleine de sens, de gratitude et d’accomplissements.

I Am Winning: A Guide to Personal Empowerment Natalie Glebova Are you winning the game of life? Are you winning in love? Are you winning in your work, family and social life? - Take a “Winning-Meter Quiz” to reassess your own existence and see whether or not you are a winner in every aspect of your life. - Find out what 7 Qualities are essential in order to be a winner and read inspirational stories of people who possess those qualities. - Learn the 8 Action Steps to put into practice to raise your “winning meter” and design a life you would be proud to have. - Discover 5 Daily Winning Rituals you can apply to your life starting today to help you rise to the top of your game and live your life full of purpose, gratitude and fulfillment.  www.natalieglebova.com  www.empoweredclub.com

The Cappuccino Chronicles Pashmina P

The Cappuccino Chronicles raconte une histoire où se mêlent destin, culture, modernité, amitié et famille. Mala Amani vit en Asie. Ses deux meilleures amies, Noor et Sharon, nous montrent que la vie peut souvent prendre des chemins bien différents. À l’autre bout du monde, Sophia Martin nous révèle comment l’inconnu peut parfois nous faire avancer. Chacune de ces héroïnes bourrées d’humour nous entraîne dans une vie trépidante. Ces femmes aux multiples facettes culturelles vous feront voyager dans le monde entier pour tenter de répondre à leurs questions existentielles.

The Cappuccino Chronicles Pashmina P The Cappuccino Chronicles brings us into a world of fate, culture, modernity, friendship, and family. Mala Amani is an exotic woman from Asia. Her two best friends, Noor and Sharon, illustrate how life can often take different routes. Sophia Martin, who is on the other side of the world, shows us how progression can sometimes stem from the unknown. Each of these women takes us on their journey while they humorously stir up havoc and delight. These immensely multicultural women will keep you entertained while you travel around the world with them as they try to find the answers to their life questions.  www.thecappuccinochronicles.com  www.onlineauthorsoffice.com

146


103


THAILAND

Shopping List Idées reçues sur la Thaïlande - Eugénie Mérieau

Souvent réduite à ses plages et son tourisme sexuel, la Thaïlande peine à se débarrasser des clichés, généralement sulfureux, qu’on lui accole : Triangle d’or et plaque tournante de la drogue, paradis des lesbiennes, gays et transgenres, haut-lieu de la corruption constituent quelques-unes des idées reçues associées au Royaume que la chercheuse spécialiste de la Thaïlande, Eugénie Mérieau, s’efforce de dépasser. Often summarized to its beaches and sex tourism, Thailand struggles to get rid of the clichés, mostly sulfurous: Golden Triangle and drug hub, gay, lesbian and transgender paradise, corruption are some of the clichés associated with the Kingdom. Researcher specializing about Thailand Eugénie Mérieau strives to go beyond conventional wisdom. Disponible/available   @ Carnets d’Asie – Alliance française de Bangkok   www.lecavalierbleu.com/livre/idees-recues-thailande

Les Thaïlandais - Eugénie Mérieau

Réfugiés politiques, historiens, juristes, défenseurs des droits de l’homme ou LGBT, à travers de nombreux entretiens, Eugénie Mérieau donne la parole aux Thaïlandais pour décrire la diversité, mais surtout les contradictions qui façonnent le « Pays du sourire » à travers ses mythes fondateurs. Political refugees, historians, lawyers, human rights defenders or LGBT, through several interviews, Eugenie Mérieau gives the word to the Thais to describe the diversity, but especially the contradictions that shape the “Land of the smile” through its founding myths. Disponible/available   @ Carnets d’Asie – Alliance française de Bangkok   www.ateliershenrydougier.com/thailandais.html

Thailand at Random

Qui a inventé le Pad Thaï et pourquoi, quel est le salaire du Premier ministre, quels sont les surnoms les plus communs ou encore quelles sont les règles du combat de coqs ou comment se déroule le tirage au sort pour les appelés au service militaire, ce livre passe en revue toutes les questions que vous pourriez vous poser sur la Thaïlande. Who invented the Pad Thai and why, what is the salary of the Prime Minister, what are the most common nicknames, what are the rules of cockfighting… Thailand at Random is filled with fun anecdotes, statistics, quotes, idioms, cultural explanations, historical aside, facts, folklore and other unusual and useful tidbits.   www.edmbooks.com/Book/7710/Thailand-at-Random.html

148

Dictionnaire insolite de la Thaïlande - Jean Baffie & Thanida Boonwanno

Les stéréotypes ne sont jamais loin quand on évoque la Thaïlande. Grâce à ce dictionnaire, le lecteur apprendra qu’on ne mange pas les plats thaïlandais avec des baguettes, que certains gestes peuvent être mal interprétés, que la discrétion est le maître mot, que le Red Bull est à l’origine une boisson thaïe, et que les chanteurs coréens y sont très populaires ! Stereotypes are never far away when we talk about Thailand. Thanks to this dictionary, the reader will learn that we do not eat Thai dishes with chopsticks, some gestures can be misinterpreted, discretion is the key word, Red Bull is originally a Thai drink, and Korean singers are very popular! Disponible/available   @ Carnets d’Asie – Alliance française de Bangkok   www.editionscosmopole.com/notre-catalogue/dictionnaire-insolite-de-la-thailande


THAILAND

Shopping List

@ Design Week

D

u 8 au 16 décembre, Chiang Mai a vécu à l’heure du design et de l’innovation, à l’occasion de la Chiang Mai Design Week 2018 (CMDW). Le thème retenu cette année, « Keep Refining » invitait à chercher comment continuer à sans cesse améliorer notre qualité de vie et innover. Latitudes s’est promené dans les différents lieux d’exposition et a repéré quelques designers à suivre...

FROM 8 TO 16 DECEMBER, CHIANG MAI HAS BEEN ON DESIGN AND INNOVATION MODE, on the occasion of Chiang Mai Design Week 2018 (CMDW). This year’s theme was “Keep Refining”, an invitation to explore ways of constantly improve our quality of life and innovate. Latitudes has wandered around the various exhibition sites and has spotted a few designers worth following…

Mr Leaf

Porte-monnaie, pochettes et sacs à main réalisés à partir de vraies feuilles d’arbres, tel est le pari de Mr Leaf depuis 2003. Écoresponsable, durable et résistant à l’eau, chaque design est unique et utilise comme matière première des feuilles de l’arbre Tong Tung, appelé aussi arbre Lanna. Purses, clutches and handbags made from real tree leaves, this is Mr Leaf’s bet since 2003. Eco-friendly, durable and water resistant, each design is unique and uses as raw material leaves of the Tong Tung tree, also called Lanna tree.   www.leaf2003.com

Kaniit Textile

Tout en utilisant la même technique de tissage qu’avec du coton ou de la soie, Khanittha Nuanthanan réalise à la main des décorations murales ou des coussins en recyclant des sacs en plastique. While using the same technique as in textile weaving, Khanittha Nuanthananhand crafts wall hangings or pillows by recycling plastic bags.   www.facebook.com/kaniit.textile

Siam Celadon

Fondée en 1975, la marque Siam Celadon a créé une collection « Bamboo », inspirée des tasses anciennes en bambou. Et parce qu’aujourd’hui on boit de plus en plus son thé seul, la théière se divise en deux, le couvercle faisant office de tasse. Founded in 1975, Siam Celadon created a collection inspired by “bamboo tube” formerly

150

used as “drinking glass” before modern-day alternatives. Seeing that nowadays a number among us tend to drink tea alone, the brand has created tea pots in bamboo-tube form, for which the tea cup is also designed to function as the cover.   www.siamceladon.com

Socoon

La particularité des lampes Socoon réside dans le matériau : des cocons de vers à soie. Chaque lampe est composée de centaines d’entre eux. La marque estime que nous devrions parfois laisser mère Nature ouvrir la voie. Ainsi, les cocons sont cousus ensemble selon la forme de chacun d’eux, d’où la « forme libre » de la lampe. This ceiling lamp’s uniqueness is in its material: silkworm cocoons. Each lamp is made of hundreds of them. The brand believes that at times, we should let Mother Nature leads the way. Thus, the cocoons are bound together following the form of each of them, hence the “free form” of the lamp.   www.facebook.com/socoonthai

DYE DEE

Originaire de Chiang Mai, DYE DEE Studio crée des Denims tissés à la main en coton teint naturellement. Pour apporter une touche originale dans la texture et les couleurs, 6 fils de coloris différents sont associés pour des coupes classiques et écologiques. The designer from Chiang Mai, DYE DEE Studio creates hand woven denim in naturally dyed cotton. To add an original touch to the texture and colors, they combine yarns of 6 different colors for classic and ecological denim’s model.   www.facebook.com/pg/dyedeestudio


www.pimclick.com

pimclickÂŽ

creative digital agency 131


13

FE MA

JIMTHOMPSONFABRICS.COM

201

JT_LTT_JAN18.indd 1

2/9/2561 BE 10:01

Profile for LATITUDES

Latitudes 12 + 1  

L'Art de Vivre in Thailand & Cambodia - Culture and Lifestyle bimonthly magazine in French & English.

Latitudes 12 + 1  

L'Art de Vivre in Thailand & Cambodia - Culture and Lifestyle bimonthly magazine in French & English.