Issuu on Google+

FEDERATION FRANÇAISE DU BATIMENT

UNION PROFESSIONNELLE PEINTURE FINITIONS

VIE SyNDIcALE Assemblée générAle UPPF : mUTUAlIsATIOn Des COmPeTenCes p.8

AcTUALITé géOlOCAlIsATIOn : Un servICe eFFICACe p.14

FormATIoN geIQ : FOrmer POUr Insérer p.40 CQP « FAçADIer ITéIsTe » : Une réPOnse AUx besOIns Des enTrePrIses p.42

QualiBaT l’essenTiel pour un dossier en Bonne eT due forme 20 Page

Page

Saga

Page

24

SAINT-LUc, LA mArqUE FrANçAISE DES DISTrIbUTEUrS INDéPENDANTS

28 Technique

LE NF DTU 59.1 FAIT PEAU NEUVE

156 juillet

2013


CLUB ALLIANCE PEINTURES

Sommaire

Fabricants de produits, de matériels ou prestataires de service, vous constituez l’environnement professionnel de l’entrepreneur de peinture. Le Club Alliance Peintures est un lieu privilégié entre les entreprises membres de l’Union et leurs fournisseurs partenaires.

Si vous souhaitez adhérer au Club Alliance Peintures, contactez Yves Labbé : contact@cluballiance.fr


Respecter et faire respecter le nouveau NF DTU 59.1

editorial Pensez-y ! Reflets & Nuances est consultable en version numérique

www.cluballiancepeintures.com

A

l’issue de deux ans de travaux, la commission de normalisation a terminé la révision du NF DTU 59.1. Intitulé désormais « Travaux de bâtiment - Revêtements de peinture en feuil mince, semi-épais ou épais », le nouveau NF DTU est homologué depuis le 22 juin 2013.

Philippe Bertolani

Je tiens à remercier ici, au nom de la profession, Président de l’UPPF & du club alliance Peintures les experts rédacteurs, MM. Rolland Cresson, Roger Michel, Serge Le Galles et Francis Viez. Sous la conduite de Dans un monde de l’écrit avec des relations formalisées, Roger Michel, ils ont su harmoniser les il fallait un Cahier des clauses administratives types règles de l’art avec la vie quotidienne des plus réaliste. Les rédacteurs ont fait preuve de entreprises de peinture. pragmatisme. L’évolution des produits et matériels La polychromie y est clairement définie, les relations permettent une mise en œuvre entre corps d’état sont sans ambigüité. différente de celle du siècle dernier. La rénovation du NF DTU est une étape importante Nous utilisons des enduits plus pour les entreprises de peinture. J’incite les présidents performants, des peintures en phase de sections peinture à organiser des réunions pour aqueuse etc. Les nouvelles formulations que les entreprises connaissent ce qu’elles sont en des produits rendent optionnelles droit de refuser ou d’accepter sur un chantier. Pour le certaines étapes de la mise en œuvre. respecter et le faire respecter, les entreprises doivent avant tout connaître le NF DTU et le faire connaître à tous les acteurs de la profession.

Sommaire

Ne prenez pas de risques : appliquez le NF DTU ! Il est votre meilleur argument de défense en cas de litige.

Page

VIE SyNDIcALE

4

La vie des sections p 4 n Le centenaire de l’entreprise Saudemont p 6 n Assemblée générale UPPF p 8 n 24 h du Bâtiment p 10 n Fondation FFB : favoriser l’insertion sociale p 12

Page

20

DoSSIEr SAgA DES mArqUES

Page

FormATIoN

40

n

QUALIBAT : L’essentiel pour un dossier en bonne et due forme p 20 n Saint-Luc, la marque française des distributeurs indépendants p 24 n

Page

Page

AcTUALITé

14

Géolocalisation : un service efficace p 14 n La prévention : quel impact économique pour l’entreprise ? p 16 n Relèvement du taux réduit de TVA p 18 n Zoom Assurance : comment s’assurer en cas de technique non courante ? p 18 n

TEchNIqUE

28

Le NF DTU 59.1 fait peau neuve p 28 Un lustre recouvré p 32 n Peinture dépolluante : changer d’air ! p 34 n Billet d’humeur p 34 n Les bonnes pratiques - Sols souples p 35 n Vos questions à l’UPPF-FFB p 38 n

Former pour insérer p 40 Votre IFRB est à votre service p 41 n CQP « façadier itéiste » Une réponse aux besoins des entreprises p 42 n Chef d’équipe peinture et sols : booster les compétences en management p 44 n Concours 2013 : «Trophées de l’excellence » p 46 n Promotion des métiers et valorisation de l’apprentissage p 48 n n

n

Magazine édité par Club allianCe peintures 9, rue la Pérouse - 75784 Paris cedex 16 l tél. 01 40 69 53 73 l Fax 01 40 70 01 74 l e-mail : contact@cluballiance.fr l N° iSSN : 1764-0709 l Président-Directeur de la publication : Philippe Bertolani l Rédacteur en chef : Yves labbé l Rédactrice en chef adjointe : Frédérique Foncelle l Comité de rédaction : Rachel Pellé, Frédéric Poggia, Stéphane Marie, thierry tijou Ont COllabOré au nuMérO 156 : Corinne Bailly, Rolland Cresson, Didier le Gorrec, Yona Ong, Michaela tumpach Publicité : Club Alliance Peintures l Maquette : lenox l impression : Corlet l Photo couverture : Fotolia/lenox la revue Reflets & Nuances est distribuée gratuitement.

NoUVeaUtÉS p 50 docUmeNtS UPPF BoN de commaNde

p 54

Juillet 2013 Reflets & NuaNces l 3


Vie SyNdicale ISÈRE

ACTION

UnE opéRatIon dE commUnIcatIon haUtE En coUlEUR

ENVIroNNEmENT, DroIT SocIAL, commUNIcATIoN

4 l Reflets & NuaNces Juillet 2013

loIRE

FocUS

EURE-Et-loIR rENTAbILITé DES chANTIErS

© FFB ISÈRE

Présidée par Bruno Fiard, une réunion de la section peinture de l’Isère s’est tenue le 18 avril avec la participation de trois invités. Ce fut d’abord au tour de Rodolphe Grosfilley de Chimirec Centre Est de présenter la gestion des déchets dangereux des métiers de la peinture. Après avoir énuméré certaines solutions de gestion adaptées au métier de peintre, il a fait savoir que le programme 2013/2018 de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse ne proposait plus d’aides financières aux entreprises pour l’élimination des déchets dangereux. Un changement de position radical que regrettent les entrepreneurs d’autant plus que les coûts de gestion des déchets dangereux sont très importants pour les entreprises. L’intervention sur le pouvoir de direction de l’employeur et vie personnelle du salarié : addictions, contrôle des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), retrait du permis de conduire, cumul d’activités du salarié, a suscité de nombreuses questions de la part des professionnels. Les responsabilités des employeurs, les moyens de contrôle et les sanctions encourues par les salariés ont été largement évoqués. Bruno Fiard a ensuite présenté la nouvelle opération de communication « tee-shirts » (voir détail ci-contre). La réunion s’est terminée par des échanges fournis avec Pierre Streiff, président de la FBTP Isère, notamment sur la communication de la FFB dans les médias, les offres anormalement basses et le renforcement des relations de la FBTP Isère avec les établissements bancaires départementaux.

BRUNO FIARD (À GAUCHE) ET PIERRE STREIFF, PRÉSIDENT DE LA FFB ISÈRE AVEC LES JEUNES DE L’IMT.

C

’est dans les locaux de l’Institut des métiers et des techniques à Grenoble, que Bruno Fiard, président de la section peinture de la Fédération BTP Isère, a lancé, le 31 mai, la nouvelle édition de l’opération de communication destinée à valoriser l’image de marque des entreprises de peinture et la technicité du métier. Initiée en 2010, cette campagne de communication présente cette année quelques changements : un nouveau slogan « les peintres en bâtiment un métier haut en couleur » et trois visuels différents affichés sur les tee-shirts. Autre nouveauté, les entrepreneurs de peinture ont souhaité associer à l’opération tous les apprentis peintres en CAP, BP ou BTS aménagement finition dans les établissements de formation du département, en leur remettant les tee-shirts de la campagne, notamment grâce au soutien financier du Comptoir Seigneurie Gauthier. Près de 200 jeunes en apprentissage ont ainsi porté ces tee-shirts sur les chantiers, durant tout le mois de juin, tout comme les 2000 salariés des 60 entreprises de peinture adhérentes à la Fédération BTP Isère et à l’Union professionnelle peinture finitions, pour montrer qu’ils font un métier haut en couleur et tourné vers l’avenir. Dans le contexte économique actuel, les entreprises de peinture ont un besoin constant de compétences et de qualité pour rester compétitives. Recruter du personnel formé et qualifié reste pour elles une priorité d’où la nécessité de continuer à former des jeunes, en tirant les formations vers le haut.

Mathieu Lavaud, tout jeune président de la section peinture finitions d’Eure-et-Loir, a réuni pour la première fois ses confrères, le 2 avril, autour du thème « améliorer la rentabilité des chantiers de peinture ». Yves Labbé, secrétaire général de l’UPPF, a détaillé les sept points clés pour améliorer la rentabilité : définir précisément les besoins du client, établir un devis écrit, bien organiser son chantier, maîtriser les risques et respecter les règles d’hygiène et sécurité, respecter les règles de mise en œuvre, bien préparer la réception des travaux et gérer l’après-vente. Autre événement marquant pour la section peinture, la venue du bus « la peinture, mon futur » dans le département. Du 11 au 16 mars, le bus a fait escale dans plusieurs collèges euréliens avant de stationner sur la place des Epars de Chartres.

haUtE-SaVoIE UNE INITIATIVE orIgINALE Lors de sa réunion du 25 avril, la section finitions de BTP 74, présidée par Philippe Bondaz, a mis en pratique la décision du bureau : remplacer le sacro-saint « tour de table de conjoncture » par l’interview standard d’un entrepreneur. Cette interview est destinée à engager un échange entre les participants et ne donne pas lieu à une trace écrite. A la fin de l’échange, l’entrepreneur a désigné son successeur pour la prochaine réunion, qui se prêtera donc au jeu lors de la réunion du 26 septembre.

C’est à réunion conjoin profess par Ber de Loire que l’O profess du BTP) mutuel sont int de l’am temps, règles q section entrepr de mod et infor partena Atlantiq risques en term Un dine

Rhôn

DES S

Préside Rhôneune réu à Villeu premie en cour (Union de sols aux pré de la FF Autres l’organi sur l’ITE formati shirts « métier peintur BTP Isè de reno visuels Ont ens réponse de Hau à la que à l’ense profess problèm entrepr (voir ci-


du bilité

ral de oints bilité : oins du , bien riser ègles cter e, bien avaux

pour e du r»

fait es er sur es.

NALE

ril, 4, az, n du -saint ure » n w est ange donne

n e c au

© FFB 44

loIRE-atlantIQUE

RhônE-alpES DES SUjETS VArIéS Président de la section UPPF de Rhône-Alpes, Luc Faty a organisé une réunion régionale le 2 mai à Villeurbanne. Il a évoqué en premier lieu le rapprochement en cours de l’UPPF et de l’UNRST (Union nationale des revêtements de sols techniques) conformément aux préconisations du libre blanc de la FFB. Autres sujets à l’ordre du jour : l’organisation d’une réunion sur l’ITE (technique, assurance, formation…) et l’opération teeshirts « embellir c’est notre métier », menée par les sections peinture de BTP Rhône et BTP Isère qui a décidé cette année de renouveler le slogan et les visuels des T-shirts. Ont ensuite été recueillies les réponses des sections de l’Isère, de Haute-Savoie et du Rhône à la question posée par l’UPPF à l’ensemble de ses sections professionnelles concernant les problèmes gênant le plus les entreprises au quotidien (voir ci-contre).

BATI BATICUP

ÉDITION

C’est à l’occasion d’une réunion technique organisée conjointement par la section professionnelle peinture présidée par Bertrand Hillaire et carrelage de Loire-Atlantique, le 26 mars, que l’OPPBTP (organisme professionnel de prévention du BTP) et la SMABTP (société mutuelle d’assurance du BTP) sont intervenus sur le thème de l’amiante. Dans un premier temps, ont été rappelées les règles qui régissent la soussection 4 (qui concernait les entreprises présentes) en matière de mode opératoire, formations et information… L’assureur partenaire de la FFB LoireAtlantique a ensuite exposé les risques que représente l’amiante en termes de faute inexcusable. Un diner a clôturé la soirée.

14 & 15 septembre

9e

FocUS SUr L’AmIANTE

LA RÉGATE DES ACTEURS DE LA CONSTRUCTION

Marseil le 2013

L'évènement nautique du BTP, vous y serez ? VENEZ REJOINDRE LES 500 PASSIONNÉS DU BTP ET DE LA MER POUR VIVRE 2 JOURS DE RÉGATE ET DE FÊTE DANS LA SUPERBE RADE DE MARSEILLE. ORGANISÉE PAR LA FÉDÉRATION DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DES BOUCHES-DU-RHÔNE POUR TOUS LES ACTEURS DE LA CONSTRUCTION, LA BATICUP MÉDITERRANÉE SE DÉROULERA LES 14 ET 15 SEPTEMBRE PROCHAINS.

baticup-med.fr / 04 91 23 26 43

InScRIVEz-VoUS aVant lE 7 SEptEmbRE 2013 Venez rejoindre les 500 passionnés du BTP et de la mer pour vivre deux jours de régate et de fête dans la superbe rade de Marseille. Organisée par la FBTP des Bouches-du-Rhône, la BATICUP Méditerranée se déroulera les 14 et 15 septembre. n Pour en savoir plus : 04 91 23 26 43 annie@baticup-med.fr www.baticup-med.fr

Pour la troisième année consécutive, l’UPPF a soumis à l’ensemble de ses sections professionnelles, au mois de février dernier, un thème de réflexion commun : « identifier les problèmes qui gênent le plus les entreprises au quotidien ». Nous énonçons ici les problèmes les plus fréquemment invoqués.

Compte tenu de la crise, la concurrence déloyale (auto-entrepreneurs, entreprises étrangères) et les offres anormalement basses auxquelles ils doivent faire face, sont actuellement les soucis majeurs des entrepreneurs. En découle un manque de visibilité dans leur planning qui leur fait appréhender l’avenir. Des problèmes ou contraintes de différents ordres entravant le fonctionnement de l’entreprise sont ensuite cités : normes et réglementations trop nombreuses et difficilement applicables, difficulté à trouver de la main d’œuvre qualifiée, contraintes administratives, trésorerie tendue due à des délais de paiement trop longs, gestion des litiges (clients/fournisseurs), interfaces entre corps d’état et coordination de chantier insuffisante. Les professionnels soulignent également les relations parfois difficiles avec le personnel au sein de l’entreprise et le stress du dirigeant. Ont également été mentionnés des problèmes spécifiques à des départements comme par exemple, dans le Rhône, l’intervention bloquante des ABF (Architectes des Bâtiments de France) sur la rénovation des façades en centre historique. Nous remercions les sections professionnelles qui ont transmis leur réflexion à l’UPPF.

© BTP 77

ture uni

lE poIdS dES contRaIntES

RÉUNION À PORT MARLy

décapantS chImIQUES SanS dcm Au cours du 2e trimestre 2013, les interventions sur les décapants chimiques sans dichlorométhane (DCM) se sont poursuivies. Des réunions ont été organisées notamment par les sections UPPF de Midi-Pyrénées, le 9 avril à Toulouse, de Seine-et-Marne, le 16 avril à Port Marly et le 27 juin à Meaux, et de la Sarthe, le 25 avril au Mans.

Juillet 2013 Reflets & NuaNces l 5


Vie SyNdicale actUalitÉ © ENTREPRISE SAUDEMONT

le centenaire de l’entreprise saudemont

Entouré de tous ses collaborateurs et en présence de plus de 150 invités, voisins, clients et fournisseurs, Pascal Pawlaczyk, dirigeant de l’entreprise Saudemont Peinture & Décoration à Saint Laurent Blangy (62), a célébré avec bonheur et émotion, le 11 avril, les cent ans de l’entreprise.

C

réée au début du siècle dernier par René Saudemont, artisan peintre, l’entreprise Saudemont est devenue une PME florissante. Pascal Pawlaczyk a rendu hommage aux trois générations de Saudemont qui ont enraciné l’entreprise dans le paysage local et ont été les acteurs essentiels d’une aventure humaine et économique. Entré dans l’entreprise en 1983, Pascal Pawlaczyk en a pris les rênes en 1998. Il aime à dire être en « formation perpétuelle » pour anticiper les mutations, innover, s’adapter aux évolutions du métier et relever les défis du 21e siècle.

Remerciant chaleureusement tous ceux qui l’ont accompagné et l’accompagnent encore dans cette aventure passionnante, il a mis à l’honneur la quarantaine de femmes et d’hommes qui effectuent avec talent un travail quotidien qui repose sur de solides valeurs : l’engagement et le respect des hommes et du contrat avec une priorité à la préservation de l’environnement. Ce fut ensuite le moment de partager le verre du premier centenaire de l’entreprise. Pascal Pawlaczyk a souhaité une belle soirée à tous ses invités. Une soirée qui s’est déroulée dans une ambiance joyeuse dans les locaux de l’entreprise et s’est prolongée tard dans la nuit… !

Créée le 19 avril dernier, l’Association nationale « Artisans de notre avenir » a vocation à rassembler les associations « Artisans de notre avenir » locales (21 associations ont adhéré à ce jour) ainsi que les associations ou syndicats nationaux en vue de coordonner et impulser des actions, définir un mode d’expression commun et porter les messages auprès des pouvoirs publics et des médias.

FBtP 13 : lutter contre lA délinquAnce suBie sur les chAntiers Depuis 2004, la Fédération du BTP 13 et la préfecture des Bouchesdu-Rhône se sont saisies de cette problématique. En signant la convention départementale de lutte contre les vols et autres actes délictueux sur chantiers, les professionnels du bâtiment et les pouvoirs publics se fixent pour objectif commun de conjuguer leurs efforts pour lutter plus efficacement contre les vols et atteintes volontaires visant les entreprises et les collaborateurs du bâtiment. Deux leviers entrent en action : la prévention technique et opérationnelle et l’optimisation des plaintes et des investigations. Un volet « accompagnement social » unique en France est engagé par la Fédération du BTP 13 de façon volontariste afin de compléter ce dispositif.

© FFB

En souvenir de cet événement marquant, les invités sont repartis avec le très bel ouvrage intitulé « Saudemont Peinture & Décoration - Un siècle à la conquête de la couleur » qui retrace les grandes étapes de l’entreprise et présente un florilège de ses réalisations. n

AssociAtion nAtionAle « ArtisAns de notre Avenir »

distinction phIlIppE bERtolanI, président de l’Union professionnelle peinture finitions, a été nommé au grade de Chevalier dans l’Ordre national du mérite, au titre du Premier ministre.

6 l Reflets & NuaNces Juillet 2013

cArNET SyNDIcAL

seine-mAritime/ rouen-diePPe paUl hUbERt dirigeant de Hubert et Cie à Amfreville la Mi-voie, a été élu président de la section peinture de Seine-Maritime/ Rouen-Dieppe, en remplacement de Christophe Lavenu.

rAndonnée cyclotouriste versAilles-chAmBord Elus, professionnels, permanents et conjoints(es) de la FFB, rendez-vous le 21 septembre 2013, avec vos vélos, au départ de la randonnée « VersaillesChambord » pour porter dignement les couleurs de notre organisation professionnelle, sur un parcours long de 214 km. Partir et arriver ensemble est la devise FFB, pour le plaisir de réaliser « une belle partie de manivelles ». Inscrivez-vous avant le 5 juillet 2013 sur http://versaillesvelo. emonsite.com/medias/files/ plaquetteversailleschambord-4.pdf


Vie SyNdicale actUalitÉ

13 juin 2013 Assemblée générale UPPF s

© UPPF

Le 13 juin, à la FFB à Paris, s’est tenue l’assemblée générale de l’UPPF présidée par Philippe Bertolani. Compte-rendu.

muTualisaTion des CompéTenCes

«J

e vous remercie de votre présence à cette assemblée générale, qui est la dernière que je préside » : c’est par ces mots que le président Bertolani a ouvert la séance, en ajoutant « la fonction de président est plus lourde que je ne le pensais. Il faut savoir se faire entendre. Etre président d’Union, c’est accepter un héritage en ayant le souci de le transmettre avec une plusvalue (…). Par son action engagée et constructive, l’Union permet au métier d’évoluer et de répondre aux attentes du marché. » Après avoir donné les grandes lignes des travaux menés par les présidents de commissions qui les ont détaillés ensuite dans leur rapport d’activité respectif, le président de l’Union a poursuivi le rapport moral en évoquant tout particulièrement le « chantier » de l’année 2012 : le rapprochement de l’UPPF et l’UNRST (Union nationale des revêtements de sols techniques).

UPPF et UNrST : bientôt une seule Union Ce rapprochement s’inscrit plus globalement dans les objectifs et évolutions fixés par la FFB dans son livre blanc afin de prendre en compte les évolutions des métiers et des entreprises du bâtiment qui deviennent souvent multidisciplinaires et auxquelles les organisations doivent s’adapter en rendant le meilleur service au plus près de leurs besoins. L’UPPF et l’UNRST ont donc entrepris de mettre en œuvre leur rapprochement afin de mutualiser leurs compétences en vue de créer une seule Union avec la représentativité des deux métiers. Un traité précise les conditions du rapprochement (voir encadré). « Avec le président de l’UNRST, Gérard Adamo, nous partageons la même vision prospective pour nos deux métiers. En rapprochant nos métiers dans une seule et même structure, nous aurons un

Traité de rapprochement uppf/unrsT CE TRAiTé PRévoiT NoTAMMENT qUE : • pour le premier mandat de trois ans, le premier président de l’Union est le dernier président élu de l’UNRST et le premier vice-président est le dernier président élu de l’UPPF. Pour le second mandat de trois ans, il est prévu une alternance des postes. A compter du troisième mandat, le président sera librement choisi parmi les membres sans que soit prise en compte son appartenance à tel ou tel métier ; • le premier trésorier sera désigné parmi les membres du CA actuel de l’UPPF et le secrétaire parmi ceux de l’UNRST ; • le Bureau sera composé, à parts égales, de peintres et de soliers ; • le nom de la revue de l’UPPF « Reflets & Nuances » ne sera pas modifié.

8 l Reflets & NuaNces Juillet 2013

dynamisme plus fort en créant une politique de rationalisation.» a souligné Philippe Bertolani. Un comité de pilotage, constitué de membres des Bureaux des deux Unions, travaille depuis trois mois sur un projet de statuts de la future Union qui sera dotée d’un nom en accord avec ses deux métiers. Pour l’UPPF, ces travaux seront commentés et validés lors de son conseil d’administration du 2 octobre, au cours duquel sera élu le président de l’UPPF qui deviendra le vice-président de la nouvelle Union, et présentés pour acceptation à l’assemblée générale extraordinaire du 4 décembre 2013. A l’issue du rapprochement, il n’existera plus qu’une seule Union pour les deux métiers, qui verra le jour le 1er janvier 2014 et aura vocation à fédérer à terme d’autres métiers en lien avec les peintres et les soliers. Sous les applaudissements des participants, Philippe Bertolani termine ses propos en souhaitant longue vie à l’Union et à la profession. Après la lecture du rapport financier et des rapports du commissaire aux comptes, l’assemblée générale a approuvé les comptes arrêtés au 31 décembre 2012 et a donné quitus plein et entier au conseil d’administration pour l’exercice de son mandat au cours de l’année 2012.

Les travaux des commissions Philippe Bertolani a donné la parole aux présidents de commissions qui à tour de rôle ont fait leur rapport d’activité. Parmi les travaux menés

>>>


nouveauté

Liswood O’Satin Evolution

®

l'expertise

Lasure acrylique nouvelle génération • Longue durabilité • Confort d’application • Large choix de teintes contemporaines

Immeuble les Fontaines - 10, rue Henri-Sainte-Claire-Deville 92565 Rueil-Malmaison cedex - Tél. : 01 57 61 00 00

>>>

www.seigneurie.com I m.seigneurie.com


>>>

© HARALD GOTTSCHALk

Vie SyNdicale

en 2012 par la commission technique, Frédéric Poggia et Luc Faty du groupe façades/ITE ont rappelé les recherches demandées par l’Union dans le cadre du programme recherche développement métier (PRDM) de la FFB, le suivi de la nouvelle réglementation amiante, de l’instruction technique 249 relative à la révision de la réglementation du risque incendie, de l’actualité concernant l’ITE : élaboration du certificat de qualification professionnelle (CQP) « façadier itéiste », création du NF DTU ITE pour enduits minces et hydrauliques, ainsi que la révision du DTU 59.1. Quant au groupe intérieur/décoration piloté par Yolande Terminaux, il s’est intéressé de près aux résultats de la recherche sur les peintures nouvelle génération, en faisant intervenir le laboratoire DVI qui a mené l’étude. Par ailleurs, le groupe a commencé à faire l’état des lieux du NF DTU 59.4 « Mise en œuvre des papiers peints et des revêtements muraux », en vue de demander sa révision. Présidée par Rachel Pellé, la commission formation a travaillé en 2012 sur le thème du recrutement des jeunes, en collectant les documents existants concernant l’embauche des jeunes afin de mettre en avant les bonnes pratiques. Elle a convié à l’une de ses réunions un formateur de CFA , rencontre qui a donné lieu à des échanges enrichissants et permis d’insister sur l’importance d’établir un lien entre le formateur, le maître d’apprentissage et l’entreprise. La commission a continué de mener son action de valorisation du métier en suivant les différentes étapes de sélection des 42e Olympiades des métiers. Par ailleurs, afin d’honorer l’excellence professionnelle, elle a accueilli la « meilleure ouvrière de France 2011» en peinture décors. A la suite du constat fait lors de la rencontre 2011 du Club Alliance Peintures, Actions 3PF a entrepris la mise en place d’un projet 10 l Reflets & NuaNces Juillet 2013

contribuant à l’amélioration de la qualité des formations dispensées dans les différents établissements afin qu’elles répondent mieux aux besoins des entreprises. Le projet initial d’une journée de formation pour les formateurs a évolué vers la création d’un site pédagogique. En cours d’élaboration, le projet est suivi par Rachel Pellé.

2012 : année des 40 ans de reflets & Nuances Concernant les travaux de la commission communication présidée par Thierry Tijou, 2012 a été riche en événements marquants. Ce fut l’année des 40 ans de Reflets & Nuances. A cette occasion, un numéro spécial a été réalisé et le site www.cluballiancepeintures.com a été créé pour disposer de la revue en version numérique afin de satisfaire la demande de nombreux lecteurs. Ce fut aussi l’année de la publication de l’annuaire de l’UPPF, un nouveau lien entre toutes les entreprises de l’Union, également consultable sur le site du Club Alliance Peintures. La commission gestion, sous la présidence de Thierry Fougeray, a axé ses travaux sur l’établissement des ratios entre entreprises regroupées par tranche de chiffre d’affaires et par activité dont les résultats ont été présentés lors d’un conseil d’administration. Après la partie statutaire de l’assemblée générale, les modifications majeures du nouveau NF DTU 59.1 ont été présentées aux participants (voir article p.28), en insistant sur le fait que le DTU est un document opposable à tous les acteurs de la filière d’où l’intérêt de le connaître, le faire connaître et le respecter. Ce que les entreprises prennent parfois pour des contraintes : obligation de la surface de référence, subjectiles, conditions ambiantes, sont en fait leurs meilleurs arguments de défense en cas de litige. n

defendre nos enTreprises

reConsTruire la franCe !

pour

4000 chefs d’entreprise venus de toute la France se sont réunis au Palais des Sports de la porte de versailles à Paris, le 14 juin, pour parler d’avenir malgré une conjoncture économique déprimante.

C

e fut l’occasion pour eux d’exprimer leur sentiment d’appartenance, de confirmer leurs valeurs et sortir de leur solitude pour essayer, en ces temps de crise, de se rassurer et reprendre confiance. Animées par des journalistes et rythmées par des films et des témoignages, six séquences d’échanges se sont succédé tout au long de la journée. Des messages forts traduisant l’inquiétude des chefs d’entreprise mais aussi leur fierté de bâtisseurs ont été lancés. Les échanges ont porté sur l’ensemble des préoccupations des adhérents de la FFB : les normes et les réglementations envahissantes, la défense des métiers, la concurrence déloyale, l’auto-entrepreneur, les offres anormalement basses, les charges, impôts et taxes subis par la profession, mais dans le même temps l’amour du métier, le goût d’entreprendre, le développement du marché, les mandataires bénévoles. Le public était invité à participer en votant sur certains sujets. Le Président de la République, François Hollande, a répondu présent à l’invitation de la FFB. Il est venu accompagné de Cécile Duflot, ministre du Logement, et Sylvia Pinel, ministre de l’Artisanat. Pour la petite histoire, il est le troisième président de la République à répondre à une invitation de la FFB, après Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy. Le Président Ridoret s’est fait le porte-parole de tous ces chefs d’entreprise de bâtiment « qui ne savent plus de quoi demain sera fait et qui doutent un peu plus chaque jour » et a tenté de donner des raisons d’espérer à ceux présents dans la salle. Discours qui a été accueilli par un flot d’applaudissements. Après avoir rappelé les mesures engagées depuis le début de son quinquennat, le Président de la République a annoncé de nouveaux leviers pour l’activité du bâtiment parmi lesquels l’auto-liquidation de la TVA sur les marchés de la sous-traitance et la réforme des plus-values immobilières pour les terrains à bâtir qui profiteront à court terme d’une inversion de la fiscalité. n


Palais es à nir que

ntiment t sortir rise, de

es films se sont es forts is aussi hanges ns des ntations urrence lement par la métier, ché, les rticiper

nde, a t venu ent, et

nt de la B, après

ous ces plus de chaque à ceux par un

puis le ublique âtiment marchés -values eront à

© HARALD GOTTSCHALk


Encart Ple

Vie SyNdicale

Depuis plus de huit ans, la Fondation FFB accompagne les plus démunis pour qu’ils retrouvent à terme le chemin de la vie active. Présentation..

EnsEmblE,

aidons lEs plus démunis à rEbâtir lEur avEnir

FoNDATioN FFB

favoriser l’insertion sociale

C des

réée en 2005 par la FFB, sous l’égide de la Fondation de France, la Fondation FFB met compétences et moyens au service

publics

en

situation

d’exclusion,

en

soutenant les initiatives qui favorisent leur retour à l’emploi. Elle apporte prioritairement son aide aux projets collectifs, aux actions de terrain et aux réponses pratiques permettant à ces personnes de retrouver confiance en soi et autonomie. La

Fondation

s’appuie

sur

le

maillage

territorial de la FFB auquel s’ajoutent les 57 000 entreprises adhérentes, qui peuvent faire remonter des projets susceptibles d’intéresser la Fondation ou les relayer. Elle alloue des aides plafonnées à 15 000 euros pour des projets relevant des domaines d’intervention suivants : « cadre de vie & quotidien », « mobilité & logement », « découverte et orientation », « compétences & métiers ». Depuis

sa

création,

elle

a

accompagné

mutualiser les réussites La capacité à pouvoir être déployé sur tout le territoire est un des critères qui entre en ligne de compte dans l’approbation d’un dossier. En effet, la Fondation FFB a bien vocation à servir le plus grand nombre de personnes en insertion ou en réinsertion professionnelle. A titre d’exemple, dans le domaine « compétences & métiers », citons le projet de création d’un site internet et d’un QCM (questionnaire à choix multiple) sur l’information « hygiène et sécurité » pour tout nouveau salarié du GEIQ (groupement d’employeurs pour l’insertion et la qualification), en complément de la formation obligatoire de deux journées, organisée par l’entreprise d’accueil. Lancée par le GEIQ BTP Bourgogne, l’idée est de proposer un outil interactif, une façon innovante de plonger le salarié dans la prévention des risques et une pédagogie tout à fait adaptée à la typologie des publics aidés.

258 projets, qui ont bénéficié à près de

Un projet d’autant plus intéressant pour le

10 000 personnes en difficulté.

Comité national de coordination et d’évaluation des GEIQ (CNCE GEIQ) qu’il sera mutualisé au sein

si vous souhaitez soutenir la Fondation FFb et ses projets en effectuant un don, téléchargez le bulletin de générosité Fondation FFb sur www.fondation-ffb.fr. grâce à vous, des actions concrètes, locales et utiles verront le jour pour soutenir les publics en difficulté.

du réseau des GEIQ, avec l’appui de l’OPPBTP, organisme de prévention de la profession. n

la marChe à suivre pour vos projeTs 1 cANDIDATUrE Prendre connaissance des critères de sélection et des formalités d’octroi de subvention et de paiement sur www.fondation-ffb.fr 2 PorTAgE Tout dossier doit être obligatoirement « porté » par un référent (au niveau local) issu du réseau FFB.

12 l Reflets & NuaNces Juillet 2013

lllll

3 DéPôT Remplir très attentivement le dossier et l’envoyer par la poste au 33, avenue Kléber, 75784 Paris cedex 16. Dates limites : 31 mai et 31 octobre. Pas de dossier accepté sous format numérique.

5 DécISIoN Réuni en mai et en décembre, le Comité exécutif accorde souverainement les aides aux projets qui ont retenu son attention. La décision finale est communiquée en juin et en janvier.

4 PréSéLEcTIoN Doté d’un rôle de pilotage, le Comité consultatif instruit chaque dossier et en contrôle l’éligibilité. Après avoir effectué toutes les vérifications, il soumet son avis au Comité exécutif.

Le Comité exécutif peut aussi apporter un appui technique et une aide à la maîtrise d’ouvrage, une implication personnelle qui relève du mécénat de compétences.

6 réALISATIoN


Encart Pleine Page SOFRAMAP:Mise en page 1

nis

on..

R

30/05/2013

11:15

Page 1


© FOTOLIA

actUalitÉ

optimiser son parc de véhicules, mieux gérer les déplacements sur les chantiers, les atouts de la géolocalisation sont légion. Encore faut-il prendre le temps de bien la mettre en place et préparer son personnel.

Le point sur la législation

L

a géolocalisation consiste à installer une balise GPS sur les véhicules de l’entreprise. Elle

permet ainsi de les localiser, mais pas seulement… Gestion des interventions

l L’entreprise doit

déclarer la mise en place du dispositif auprès de la cnil et attendre le récépissé avant toute mise en service.

l La déclaration doit

préciser les finalités du dispositif ; elles détermineront les exigences imposées aux salariés dans le respect de leur vie privée.

l Les salariés disposent

d’un droit d’accès aux données les concernant. Celles-ci ne peuvent être conservées que pendant une durée limitée et ne sont accessibles qu’aux personnes habilitées au sein de l’entreprise. Une fiche technique est à disposition sur le site de la Cnil www.cnil.fr

sur les chantiers en temps réel, sécurité des salariés, localisation du véhicule en cas de vol et baisse des coûts d’assurance sont au nombre des autres avantages cités. Pour

Michel

Teiffer,

de

l’entreprise de peinture et d’isolation thermique

Les

peintures

réunies,

après plus de deux ans d’utilisation, le bilan est positif : « Avec un parc de 120 véhicules environ, entre le HautRhin, le Bas-Rhin, les Vosges et la Normandie, nous couvrons un large secteur géographique. Les balises GPS, posées sur les véhicules du personnel ouvrier, nous ont permis de mieux gérer les chantiers, la composition des équipes ou le ramassage du personnel. Il y a également moins de paperasse pour nos ouvriers, le décompte du kilométrage se faisant automatiquement. »

14 l Reflets & NuaNces Juillet 2013

dirigeant

Pour Aurélie Hernot, responsable ressources humaines des sociétés Raub (peinture, revêtements sols, menuiserie PVC et aluminium), dans le Finistère, le constat est le même : « Nous avons installé la géolocalisation sur les 150 véhicules de notre parc, tous postes confondus. Le parc roulant est le deuxième poste budgétaire après les salaires ; en limiter l’impact financier était primordial. Nous y avons gagné une meilleure gestion des déplacements, des contrôles techniques, de l’entretien. Les salariés ont naturellement une attitude plus responsable. »

S’organiser très en amont et en anticiper le coût Chez Raub, « tous les boîtiers ont été installés en trois jours, fin août, alors qu’une majorité de salariés était en congés. Nous avons préparé l’installation très en amont, via un système de roulement, négocié avec le prestataire. Finalement, chaque

© FOTOLIA

Géolocalisation : un service efficace


© FOTOLIA

emissions PolluAntes : étiquetAge oBligAtoire

véhicule

n’a

été

immobilisé

que

pendant un quart d’heure. » « C’est un gros investissement de départ, estime Michel Teiffer. Chaque année, la géolocalisation nous coûte dans les 40 000 €. Mais avec les économies que nous faisons en gestion, le respect des horaires qui s’en suit et le fait que nos véhicules ne sont plus utilisés le weekend, nous nous y retrouvons. »

Accompagner l’ensemble des salariés Souvent soupçonné d’être instauré pour « surveiller » les salariés, ce système est encadré par la Cnil, la Commission nationale de l’informatique et des libertés. Il est fondamental d’expliquer le bien-fondé de l’outil à ses équipes. Aurélie Hernot raconte : « Nous avons d’abord rassemblé les représentants du personnel, puis nos salariés, pour les informer, tous en même temps, de cette nouvelle mesure. Le prestataire, présent, a pu répondre aux questions. Nous avons précisé que nous ne voulions « fliquer » personne, expliqué nos attentes. J’ai ensuite essayé de répondre personnellement à toutes les inquiétudes comme « oui, vous pouvez vous arrêter prendre votre pain sur le chemin du retour ! » Il faut beaucoup d’encadrement et lever tous les sujets tabous. La géolocalisation ne se met pas en place du jour au lendemain. » n

L’obligation d’étiquetage des émissions en polluants volatils des produits de construction ou de décoration (isolants, plaques de plâtre, panneaux de bois, revêtements de sol, peintures, vernis, colles, adhésifs…), en vigueur depuis le 1er janvier 2012 pour les produits nouveaux mis sur le marché, sera étendue à l’ensemble des produits le 1er septembre 2013.

sécurité incendie des hABitAtions L’arrêté commun aux ministères du Logement et de l’Intérieur publié le 14 mars 2013 rend obligatoire, d’ici à mars 2015, l’installation de détecteurs de fumée dans tous les lieux d’habitation individuelle et collective, ainsi que des travaux dans les parties communes.

les journées euroPéennes du PAtrimoine Les journées du patrimoine auront lieu les 14 et 15 septembre 2013 dans toute la France. Placées cette année sous le thème « 1913-2013, cent ans de protection », elles sont ainsi l’occasion de mettre en avant le savoirfaire des adhérents de la FFB. Au niveau national, ce partenariat se concrétise par la présence du logo FFB sur les 250 000 affiches et les 50 000 bandeaux apposés sur les monuments, le site internet, les communications presse et les outils de communication édités.

grouPe tollens : un nouveAu Pdg Président directeur général de Neopost France depuis 2008, Jean-François Badet a été nommé au mois de juin président directeur général du Groupe Tollens (Materis Paints), fabricant et distributeur de peintures et produits de décoration.

un nouveAu guide smA BtP

oBjectiF ecoenergie et ZolPAn lAncent lA Zol’Prime ecoénergie Objectif EcoEnergie, société corrézienne spécialisée dans les certificats énergétiques et environnementaux, et Zolpan, fabricant et distributeur de peinture et de systèmes pour la protection et l’isolation des bâtiments, mettent en oeuvre leur programme Zol’Prime Ecoénergie. Ce nouveau dispositif vise à encourager les actions d’amélioration de la performance énergétique sur le parc bâti existant. Reposant sur le mécanisme des certificats d’économies d’énergie, gérés par Objectif EcoEnergie, le programme est déployé dans toute la France à travers le réseau d’agences et les équipes commerciales de Zolpan. www.certificats-economiesenergie.com www.zolpan.fr et www.zolpan-isolation-ite.fr

Intitulé « Gérer ensemble la survenance d’un sinistre », ce guide publié par le groupe SMA BTP présente de façon claire et simple la gestion d’un sinistre. Il est destiné à éclairer les entreprises sur les modalités de déclaration et de gestion des événements dommageables, les informer au mieux sur les pratiques, les règles et sur sa politique en matière de prestations et d’instruction des dossiers, jusqu’à l’indemnisation. www.smabtp.fr

BAtimAt déménAge Fini la Porte de Versailles ! L’édition 2013 du salon du bâtiment, qui se tiendra du 4 au 8 novembre, s’installe au Nord de la capitale, dans le parc des expositions de Villepinte. Un changement de lieu qui correspond au regroupement de Batimat avec les salons Interclima+Elec et Idéo bain.

Pensez-y ! Reflets & Nuances est consultable en version numérique

www.cluballiancepeintures.com

Juillet 2013 Reflets & NuaNces l 15


omnova_proj

Faire de la prévention contribue le plus

actUalitÉ

AmiAnte : deuxième PhAse de lA cAmPAgne de sensiBilisAtion

souvent à améliorer la performance économique de l’entreprise, telle est la conclusion de l’étude menée par l’oPPBTP,

La deuxième phase de la campagne de sensibilisation à l’arrêté « formation amiante » du 23 février 2012 a été lancée le 19 avril. Initiée en avril 2012, la campagne de communication « Pas formé, pas toucher » est ainsi prolongée pour 2013. L’ OPPBTP (organisme professionnel de prévention du BTP) a comptabilisé en 2012, 5 400 salariés formés en sous-section 3 et 5 300 en sous-section 4.

organisme professionnel de prévention

© SAUDEMONT PEINTURE & DÉCORATION – PASCAL BRUNET

du BTP. Démonstration.

C

LA PRévENTioN

Quel impact économique pour l’entreprise ?

ontrairement à certaines idées reçues, la prévention ne rime pas seulement avec coût. Elle est aussi source de performance économique. Pour dépasser le cadre de la théorie, l’OPPBTP a mené une étude microéconomique auprès d’une trentaine d’entreprises des métiers du secteur. Cette démarche a permis d’étudier 101 cas d’actions de prévention sur le terrain ainsi que leurs effets économiques concrets et quantifiés, sur la performance de l’entreprise. Un bilan économique avant et après la mise en œuvre de l’action a été établi par entreprise, sur tous les postes impactés par l’action (organisationnels, techniques et humains). Pour les coûts, les dépen– ses d’investissements, de formation, d’exploitation, d’entretien et en ressources humaines (personnel dédié totalement ou en partie à la prévention) ont été pris en compte. Pour évaluer les gains, ceux de la production (temps gagné dans la réalisation des tâches), les achats,

16 l Reflets & NuaNces Juillet 2013

la marge sur le chiffre d’affaires additionnel, la diminution des primes d’assurance ont été observés. S’il faut se garder de toute extrapolation statistique, les résultats d’ensemble de cette étude sont convaincants : oui, faire de la prévention contribue le plus souvent à améliorer la performance de l’entreprise, dont sa performance économique.

les gains permettaient de

Un bilan positif

des risques est assurée et

Sur les 101 cas étudiés, le rendement moyen, c’està-dire la différence entre les coûts et les gains, est estimé à 2,19. Cette étude révèle que la prévention a un impact économique chiffrable et s’avère souvent rentable. Ainsi, globalement pour 100 € investis dans une action en faveur de la prévention, l’entreprise en tire 219 € de gains. Même les bilans négatifs sont gagnants. Quelques actions présentaient des gains en retour inférieurs aux dépenses engagées. Pourtant le rendement moyen de ces actions s’élevant à 0,6,

réduire le coût de l’action de plus des deux tiers. Un autre enseignement à tirer de cette étude, et non des moindres, est que la prévention est à la portée de toutes les entreprises. Le quart des actions analysées coûtent moins de 5.000 €. Le bilan est donc plutôt positif puisque la prévention qu’elle coûte bien moins cher que ce que l’on imagine initialement. L’OPPBTP

a

regroupé

les

résultats détaillés de cette étude au sein d’un recueil. Les cas y sont classés par critères : taille de l’entreprise, risques, actions mises en place,

bilans

prévention

et économique. En fonction de

vos

problématiques,

vous pourrez vous inspirer de chaque cas pour adapter vos propres actions de prévention et Les

vos 101

consultables

investissements. actions sur

sont

le

www.preventionbtp.fr. n

site

Prévention : PArtenAriAt entre lA FFB et l’oPPBtP Les entreprises adhérentes de la Fédération française du bâtiment peuvent découvrir une façon simple et efficace de réaliser leur évaluation des risques, à travers le film « Passez à l’action en prévention : Action DU-Préval », fruit du partenariat entre la FFB et l’OPPBTP, organisme professionnel de prévention du BTP. Synthétique et pédagogique sur l’outil d’évaluation des risques élaboré par l’OPPBTP et accessible sur www.preventionbtp.fr, ce film évoque également l’accompagnement proposé aux chefs d’entreprise, notamment dans la réalisation de leur évaluation simplifiée des risques sur le lieu de travail, grâce à l’outil Préval.


omnova_projet_10ans_A4_V2_Mise en page 1 03/06/13 16:35 Page1

La façade en toute sécurité • Adhérence sans faille • Durabilité des teintes • Respect de l'environnement • Idéal pour le neuf et la rénovation

www.pliolite.com

© 2013 OMNOVA Solutions Inc.Trademark - OMNOVA Solutions

Notre meilleur compagnon depuis 10 ans


© GRAPHICOBESSION

actUalitÉ tvA

relèvement du tAux réduit A compter du 1er janvier 2014, le taux réduit sur les travaux d’entretien-amélioration du logement sera relevé de 7 à 10%. Cette mesure vise à financer le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE). Le taux de 10% s’appliquera aux opérations dont le fait générateur intervient à compter du 1er janvier 2014. Pour les travaux immobiliers (prestations de service), il s’agit de l’achèvement des travaux. En conséquence, le taux de 10% s’appliquera aux travaux immobiliers dont l’achèvement interviendra à compter du 1er janvier 2014, quelle que

Zoom Assurance

soit la date à laquelle les clients auront versé des acomptes ou acquitté des situations ou factures. Il est donc important d’avertir les clients du changement de taux en prévoyant dans le devis une clause type, par exemple : « Nos prix sont établis sur la base des taux de TVA en vigueur à la date de remise de l’offre. Toute variation ultérieure de ces taux, imposée par la loi, sera répercutée sur les prix. »

concurrence déloyAle

lA FFB réclAme 10 mesures

La FFB demande aux pouvoirs publics que dix mesures phares soient prises afin de permettre un meilleur contrôle et permettre aux artisans et entrepreneurs d’exercer leur activité dans des conditions économiques normales : 1

2

3

4

imposer la transmission des déclarations de détachement aux Caisses de congés payés, rendre obligatoire la carte BTP pour les salariés d’entreprises établies en France ou hors de France, instaurer la transmission au maître de l’ouvrage de la liste des travailleurs détachés par une entreprise ou une agence d’intérim, renforcer l’efficacité des vérifications effectuées par les donneurs d’ordres lors de la conclusion des marchés,

18 l Reflets & NuaNces Juillet 2013

Les assureurs de la construction font une distinction entre les « travaux de technique courante », normalement garantis par les contrats, et les « travaux de technique non courante » (TNC) qui nécessitent une déclaration préalable. Il s’agit d’une notion contractuelle qui peut varier d’un assureur à l’autre.

Conseil © FOTOLIA

La concurrence déloyale bafoue toutes les règles sociales et fiscales en vigueur sur le territoire. qu’il s’agisse de l’intervention d’entreprises étrangères et de recours à du « pseudo-interim », leur but est d’afficher des tarifs avec lesquels aucun entrepreneur respectant les règles ne peut rivaliser.

CommenT s’assurer en Cas de TeChniQue non CouranTe (TnC) pas CompliQue !

5

conditionner la signature des marchés à la production de l’attestation d’assurance décennale obligatoire,

6

autoliquider la TVA sur tous les travaux sous-traités,

7

responsabiliser les maîtres d’ouvrage professionnels privés en cas de choix d’une OAB (offre anormalement basse),

8

étendre le devoir d’injonction du maître de l’ouvrage en cas d’irrégularité du cocontractant,

9

engager la responsabilité pénale du maître de l’ouvrage ou donneur d’ordre professionnel négligent,

10

donner la possibilité aux organisations professionnelles de se constituer partie civile.

Pour bénéficier des garanties de votre contrat, il vous incombe de vérifier, lors de la remise de votre offre, que les travaux que vous envisagez de réaliser ou de sous-traiter sont conformes aux règles définies par votre assureur comme relevant de la technique courante. Dans le cas contraire, vous devez obtenir l’accord préalable de votre assureur. La déclaration des travaux de technique non courante, dans le cadre d’une opération déterminée, doit être accomplie le plus tôt possible : avant la remise définitive des prix (afin de tenir compte de l’incidence d’une éventuelle surprime) et, en tout état de cause, avant le début des travaux.

Attention !

L’absence de déclaration de travaux de technique non courante fait peser sur vous la menace des sanctions prévues par le Code des assurances pour défaut de déclaration d’une aggravation du risque, à savoir une réduction de l’indemnité due en cas de sinistre, voire une non-garantie. Extrait de : « À chaque métier son assurance », guide assurance en peinture finitions réalisé par la SMABTP avec le concours de l’UPPF-FFB.

ww

Groupe_SMAB


CONSTRUIRE LE MONDE DE DEMAIN,

INCREA

c’est l’assurer

Le Groupe SMABTP, premier assureur des professionnels du bâtiment et des travaux publics, s’ouvre à tous. Son engagement, son écoute, sa proximité et son accompagnement reflètent depuis toujours la qualité de ses services. Chaque jour, nous partageons notre expertise pour construire demain avec assurance et mieux vous protéger.

www.smabtp.fr

Groupe_SMABTP_annonces-VFDef.indd 1

14/02/13 16:26


© FOTOLIA/LENOx

© qUALIBAT

doSSier

QualiBaT l’essentiel pour un dossier en bonne et due forme

PIERRE GIRARD, DIRECTEUR DE LA POLITIqUE TECHNIqUE DE qUALIBAT

organisme de référence en matière de qualification et de certification des entreprises de construction, qUALiBAT dénombre aujourd’hui près de 30 000 entreprises titulaires. Mais n’obtient pas le précieux sésame qui veut : l’attribution d’une qualification ou d’une certification implique une évaluation des capacités techniques, humaines et financières de l’entreprise. Chaque candidature fait ainsi l’objet de procédures rigoureuses soumises au contrôle d’une commission d’examen constituée de professionnels. qui sont les membres qui la composent ? Comment se préparer au mieux à ces démarches ? quels sont les trucs et astuces à connaître pour mettre toutes les chances de son côté ? Réponses.

Un organisme gage d’excellence Créé en 1949 à l’initiative du Ministre de la Construction

publics ou privés. Mais ce n’est pas le seul atout, comme en témoigne Pierre Girard, directeur de la politique

d’entrepreneurs,

technique de l’organisme : « L’image QUALIBAT rassure à

d’architectes et de maîtres d’ouvrage, QUALIBAT est un

tous les niveaux. La preuve en est avec les assurances qui

organisme sans but lucratif, régi par la loi du 1 juillet 1901.

n’hésitent pas à faire bénéficier les entreprises qualifiées

Son but ? Apporter des éléments d’appréciation sur les

et/ou certifiées d’avantages tarifaires qui sont loin d’être

activités, les compétences professionnelles et les capacités

négligeables pouvant aller jusqu’à 30 % de réduction ! »

et

d’organisations

professionnelles

er

des entreprises exerçant une activité dans le domaine de la construction. Sa mission ? Fournir aux prescripteurs et maximum d’informations pour leur permettre de choisir

Les commissions d’examen au cœur du dispositif d’évaluation

avec justesse et objectivité leurs partenaires travaux.

L’organisme compte près de 150 commissions, nationales,

Pour les professionnels, posséder la fameuse qualification

régionales et départementales, réparties sur l’ensemble

ou certification est un véritable argument commercial qui

du territoire. Leur rôle ? Délibérer sur les candidatures des

valorise et distingue l’entreprise lors des appels d’offres

entreprises. A ce titre, elles ont la responsabilité d’attribuer,

donneurs d’ordre, publics, institutionnels ou particuliers, un

20 l Reflets & NuaNces Juillet 2013


© FOTOLIA/LENOx

de veut : ation

es

ux tre

de renouveler ou de retirer selon les cas, les qualifications

« Notre rôle est de contrôler annuellement que l’entreprise

et les certifications. Elles sont composées paritairement

remplit toujours, pendant la période de validité de

de représentants d’utilisateurs et d’entreprises, soit

la qualification ou de la certification, les conditions

une vingtaine de sachants : « Ne sont nommés que des

d’attribution conditionnant la délivrance d’un certificat . Si

professionnels en exercice, reconnus et désignés pour leur

tel n’est pas le cas - perte des moyens humains lui ayant

expérience et leurs compétences, poursuit Pierre Girard.

permis d’être qualifiée par exemple -, l’organisme peut

Parmi eux, des maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre, des

être amené à procéder à une révision anticipée. »

membres de l’ADIL1 et de l’ADEME2, des représentants de

A l’échéance de la validité, la qualification est mise

la CAPEB, de la FFB et des SCOP. » En pratique, les membres

en révision. L’entreprise en est informée et un délai lui

de commission s’appuient sur un collège de rapporteurs.

est donné pour constituer son dossier de révision. Ce

« Le rapporteur joue un rôle majeur dans les commissions.

dossier est centré sur les exigences techniques mais deux

C’est lui qui est chargé d’instruire le dossier, de réaliser “la

références seulement de chantier sont demandées.

fiche d’instruction“ qu’il annote de ses recommandations et qu’il présente aux membres de la commission. » Pour statuer, chaque commission QUALIBAT délibère jusqu’à obtenir le consensus ou procède à un vote. »

Des démarches également accessibles en ligne Sur le site internet www.qualibat.com, vous pouvez

« Attribution, refus, chaque décision est motivée »

effectuer toutes vos démarches en ligne depuis l’onglet

« En cas de décision positive, deux cas de figure possibles :

les éléments suivants : nom, prénom, civilité, coordonnées

soit la commission juge que l’entreprise remplit tous les critères requis et lui octroie une qualification pour 4 ans, soit elle estime que la société manque de références mais que son activité est prometteuse et lui délivre une qualification probatoire valable 2 ans, au terme desquels il faudra refaire une demande, poursuit le responsable de la politique technique. En cas de refus, deux options là

«espace entreprise». Pour y accéder, rien de plus simple, il vous suffit de créer votre compte personnel en renseignant (email et téléphone), raison sociale, Siren et département où est implanté le siège de l’entreprise. Cet espace permet de constituer en ligne ses dossiers de première demande, de renouvellement, d’extension de qualification ou de certification métier (à l’exception de la certification 1552 relative aux travaux de désamiantage).

>>>

aussi : soit l’entreprise se voit opposer un refus dit “fermé“ lui signifiant qu’il n’y a pas de réexamen possible, soit le refus est dit “ouvert“ signifiant alors que l’entrepreneur peut compléter son dossier s’il le souhaite. » Les raisons d’un refus ? « La principale raison est souvent justificatives à produire (lire encadré p. 22). Par exemple

Conseils à suivre

si l’entreprise n’est pas en capacité de nous fournir les

EN cAS DE réExAmEN

attestations d’assurance réclamées. L’autre raison est

L’entreprise dispose d’un an pour retourner son dossier à qUALiBAT. Cependant, il ne faut pas tarder pour les dossiers préparés en fin d’année, sinon les pièces administratives ne sont plus valables. Par ailleurs, il ne s’agit pas de fournir les plus « beaux » chantiers mais ceux qui font apparaître la technicité de la qualification demandée.

administrative : il y a en effet beaucoup de pièces

technique : si l’entreprise candidate ne respecte pas les exigences fixées par l’organisme. Une société qui ne ferait que de la prestation de services n’est pas qualifiable par exemple. »

Des renouvellements, loin d’être automatiques ! Chaque année, le certificat est renouvelé sous réserve que l’entreprise prouve son existence légale et la régularité de son fonctionnement au regard de l’ensemble de ses

EN cAS DE rENoUVELLEmENT Choisir un chantier par an et préparer un dossier complet sur ce chantier (devis, photos et attestation de fin de travaux). Au bout de 4 ans, l’entreprise dispose de 4 chantiers de référence, parmi lesquels elle en choisit deux.

obligations fiscales et sociales par l’envoi des pièces administratives correspondantes.

Juillet 2013 Reflets & NuaNces l 21


doSSier

Trucs et astuces

le reTour d’expérienCes

cÉdric Garcia

JeAn-Pierre rUFFiNo

CO-DiRiGeANt De lA SOCiété MultiFAçADeS (HéRAult)

DiRiGeANt De lA SOCiété SPeBi (VAl-De-MARNe)

une seule règle : l’anticipation

les principales raisons d’un refus

«S

«E

pécialisée dans le ravalement de façades et l’isolation thermique par l’extérieur, Multifaçades comptabilise déjà cinq qualifications : 7131 (ITE, enduit sur isolant), 6121 (ravalement en peinture), 3412 (calfeutrement des joins de construction), 3422 (imperméabilisation des façades I1, I2, I3) et 2121 (ravalement en maçonnerie). Mon conseil aux entrepreneurs qui déposent un dossier pour la première fois ? Anticipez ! Il ne faut pas attendre le dernier moment pour constituer un dossier de candidature. Il y a en effet beaucoup de documents administratifs et techniques à fournir en vue d’un dossier complet et clair, tant sur le fond que sur la forme d’ailleurs. Pour s’éviter d’avoir à fouiller dans nos archives papier, nous disposons d’une base de données qui synthétise toutes les informations relatives aux chantiers réalisés ; simple et pratique à la fois. Si ces démarches sont certes très chronophages, commercialement elles se justifient : la certification QUALIBAT est un argument qui appuie l’image et le savoir-faire de l’entreprise. Un atout que nous ne manquons pas de valoriser dans nos outils de communication. » n

n plus de mon titre de dirigeant de la société SPEBI que j’occupe depuis 1986, j’officie aussi depuis 5 ans comme membre de commission - la Société SPEBI étant elle-même qualifiée (2121, 3412, 3422, 3432, 6111, 6212, 6221, 6222, et 7132). SPEBI bénéficie d’ailleurs d’une triple certification (ISO 9001, ISO 14001 et OHSAS 18001). Par expérience, je sais que la majorité des refus opposés sont le fait de dossiers incomplets. Or, le site Internet QUALIBAT met à la disposition des entrepreneurs toutes les informations utiles à connaître, notamment les pièces justificatives à produire. Il est donc conseillé de prendre son temps pour remplir convenablement son dossier de candidature, quitte à demander un report d’audience pour se laisser un délai suffisant. Autre raison explicative d’un refus : l’appel à la sous-traitance pour un pourcentage allant de 30 à 35 % ou encore une sinistralité trop importante. Pour l’un ou l’autre de ces cas de figure, le refus est d’office mais pas définitif. L’entreprise peut si elle le souhaite déposer un nouveau dossier une fois sa situation clarifiée. Quoiqu’il en soit, un refus doit toujours être motivé et les raisons clairement détaillées. Pour accompagner les entrepreneurs dans leurs démarches de certification, l’organisme a créé un référentiel utile pour l’attribution et le suivi d’une demande de qualification professionnelle. A consulter sans modération ! » n

dossier :

les pièces administratives et techniques à fournir Extrait Kbis et/ ou inscription à la Chambre des Métiers immatriculation iNSEE : Siren et Code NACE Attestation de l’URSSAF datant de moins de 3 mois au dépôt du dossier Attestation de la Caisse de Congés Payés datant de moins de 3 mois au dépôt du dossier 22 l Reflets & NuaNces Juillet 2013

Attestation sur l’honneur du paiement des impôts et taxes Lettre d’engagement signée par le responsable légal de l’entreprise ou par un représentant habilité Attestations d’assurances en responsabilité civile et en responsabilité construction en cours de validité à la date de dépôt du dossier

Déclaration annuelle des salaires précédant l’année de la demande de qualification Description immobilière et liste du matériel et des machines Etat des déclarations de sinistres en responsabilité construction sur les quatre dernières années.

Le C tech resp Les i com de q Les m l’act dem disp dédi ce s doiv


es

doSSier d’enTrepreneurs alaiN SimoN DiRiGeANt DeS etS A. SiMON SA (YVeliNeS)

«E

ntreprise familiale depuis 1920, les Ets A. Simon SA compte huit qualifications : 6112 (peinture et ravalement), 6221 et 6222 (revêtements résilients PVC), 6212 (revêtements textiles collés), 3412, 3432 (étanchéité des façades), 3422 (imperméabilisation des façades I1, I2, I3) et 2121 (ravalement en maçonnerie). Je sais par expérience que la qualification n’est pas un dû. C’est une reconnaissance qui se mérite. Alors pour mettre toutes les chances de votre côté, pas de place à la négligence, votre dossier doit être irréprochable : la présentation doit être claire, soignée, et vos photos doivent être de qualité pour illustrer, dans le détail, la technicité du chantier réalisé. Enfin les informations techniques et administratives communiquées doivent être exactes, tout est rigoureusement vérifié ! Ma technique pour gagner du temps et être sûr, en temps voulu, de disposer de tous les documents nécessaires : pour chaque chantier « référence », c’est de prévoir en amont un dossier spécifique alimenté avant, pendant et après les travaux. Il faut battre le fer quand il est chaud, le risque après coup, c’est que les attestations soient mal renseignées, moins précises voire moins élogieuses. » n

une nouvelle mesure à venir Au 1er janvier 2014, seuls les particuliers faisant appel à une entreprise compétente pour améliorer la performance énergétique de leur logement avec la mention « Reconnu Grenelle Environnement », pourront bénéficier des aides de l’Etat en faveur de la rénovation énergétique. voilà un argument qui devrait faire mouche auprès de votre clientèle de particuliers.

>>>

valoriser ses références chantiers

réglemenTaTion :

Dans le détail, vous pourrez : • conduire votre démarche progressivement et constituer votre dossier de demande ou de révision à votre rythme, • créer ou compléter à tout moment votre «catalogue de chantiers» à partir duquel vous sélectionnerez, le moment venu, les références que vous souhaitez présenter pour telle ou telle demande de qualification ou certification, • télécharger des formulaires vierges (lettre d’engagement, attestation de travaux, attestation de sinistralité, etc.) et déposer toutes les pièces justificatives requises (extrait K Bis, attestation URSSAF, attestations d’assurance, etc.), • disposer d’une bibliothèque personnelle regroupant : - les certificats QUALIBAT en cours et vos factures acquittées, - tous les documents utiles à votre démarche, tels que le règlement général ou encore le référentiel de qualification, - des outils dédiés (fiches pratiques, logos QUALIBAT sous différents formats de fichiers), • acquitter les prestations rendues par carte (service PAYBOX) ou virement bancaire. En version papier ou en ligne, plus d’excuse pour ne pas déposer de dossier, et souvenez-vous, les avantages sont

r

nombreux ! n

Le Cv du responsable technique (si différent du responsable de l’entreprise) Les informations comptables (pour l’activité de qualification demandée) Les moyens humains pour l’activité de qualification demandée. Si l’entreprise dispose de compagnons dédiés à une activité ; ce sont ces effectifs qui doivent être comptabilisés.

Dans le cas contraire, l’effectif global est conservé. La liste des chantiers de l’activité de qualification sur les 4 dernières années. Parmi ces chantiers, choisir 3 chantiers de référence. Pour chaque chantier, fournir le devis, des photos avant, pendant et après les travaux, l’attestation de fin de travaux complétée par le maître d’ouvrage.

1 Agence départementale d’information sur le logement 2 Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie

Juillet 2013 Reflets & NuaNces l 23


© GAD

SaGa deS marqUeS

© GAD

SAiNT-LUC,

LA MARqUE FRANÇAiSE DES DiSTRiBUTEURS iNDEPENDANTS

saint luc : l’origine du nom C’est en référence au patron des peintres, Saint Luc, que le nom de Saint-Luc a été retenu. La légende raconte en effet que l’apôtre Luc, médecin d’origine et compagnon de Paul, avait des talents de peintre. A la fin de sa vie, il aurait recueilli avec lui la vierge dont il aurait réalisé un certain nombre de portraits qui lui sont encore aujourd’hui dévotement attribués. Ce sont les vierges dites de vladimir, de Jérusalem, de Tikhvine, de Smolensk, de Czestochowa… Dès le Xive siècle, les maîtres peintres se sont placés sous son protectorat. Ainsi on a vu naître en italie, aux Pays-Bas et également en France des « Guildes de Saint-Luc » appelés aussi corporations, confréries ou compagnies de Saint-Luc, organisations strictement réglementées de type corporatif au sein desquelles se réunissaient les «Maîtres Peintres». La fête de la Saint-Luc, le 18 octobre, a été longtemps célébrée par ces corporations de peintres ; à cette occasion les patrons invitaient leurs compagnons à un grand banquet ; c’était l’occasion de décorer les plus anciens et de renouveler à chacun sa tenue de travail pour l’année à venir.

24 l Reflets & NuaNces Juillet 2013

Les débuts du groupement amical de droguerie Tout commence après l’occupation en 1949. Dans un contexte économique difficile ou tout est en pénurie, y compris les domaines de la droguerie et de la chimie, il faut se battre pour trouver les produits à revendre. A cette époque, les grossistes vendent à leurs clients peintres les produits de base constituant la peinture, tout en fabriquant aussi pour ces clients quelques peintures prêtes à l’emploi. Aussi, cette pénurie pousse les principaux grossistes en droguerie à se regrouper pour acheter ensemble des matières telles que le minium de plomb, le blanc de zinc, l’huile de lin, l’essence de térébenthine ou la lessive. C’est ainsi qu’est créé le Groupement amical de droguerie (GAD). Les Trente Glorieuses se déroulent ensuite, avec leur insouciante prospérité. Le bâtiment est en pleine expansion et certains adhérents de GAD décident en 1966 de fabriquer eux-mêmes leur propre marque de peinture. Ils quittent le groupement pour fonder les peintures ONIP, tandis que les autres adhérents poursuivent la distribution des marques nationales telles que Guittet, Trimétal, Sikkens, Seigneurie, Gauthier, Ripolin, Vitex, Beissier… tout en fabriquant eux-mêmes ou faisant fabriquer de manière limitée quelques petites gammes courtes de produits basiques à leur propre nom. « Dans le groupement GAD, à cette époque se réunissaient des distributeurs leaders dans leur région tels que Vachon à Lyon, Peppler à Strasbourg,


Si le concept de « marque propre » est très développé dans la grande distribution, il est beaucoup moins usité en distribution professionnelle. Et pourtant, le développement de la marque de peinture Saint-Luc par un réseau de distributeurs indépendants, depuis plus de 25 ans, prouve que ce concept a aussi sa place dans le monde professionnel.

93

agences

Coquard à Auxerre, Crozier à Paris ou encore Forcade à Tarbes et Busson à Brest, sans oublier Grassin bien sûr, se souvient Bruno Grassin, actuel dirigeant du groupement. Malheureusement, un grand nombre de ces sociétés intégreront au fil du temps le réseau intégré des fabricants de peintures. Devant cette tendance, les adhérents de GAD pour maintenir leur indépendance rejoindront en 2000, le réseau SOCODA, premier réseau français de distributeurs indépendants (2,9 Milliards d’euros) pour l’industrie et le bâtiment, pour y créer la branche Décoration. »

Naissance de la marque : retour sur le passé… En 1987, l’évolution des technologies et la volonté de mieux valoriser ces petites gammes propres rendent de plus en plus difficile le maintien de ces fabrications individuelles ; les adhérents de GAD décident alors de les regrouper. Ils en confient la fabrication à quelques industriels et leur donnent une image et un nom communs. C’est ainsi que naissent les peintures Saint-Luc aux couleurs nationales, bleu et rouge, soutenues par un slogan fort et clair : « Vive les peintres ». Un premier produit est ainsi lancé sous le nom générique de « Mat Acrylique St Luc ». Par sa qualité et son prix attractif, il s’impose rapidement dans leur clientèle et reste encore aujourd’hui un des produits phare de la gamme. Bien évidemment le nom de Saint-Luc n’est pas innocent ; il a été retenu en référence au patron des peintres, Saint Luc (lire encadré). « L’originalité de notre concept réside dans le fait que nous sommes un groupe de distributeurs chaque jour au coté de nos clients peintres professionnels, souligne Bruno Grassin. Nous partons des besoins détectés chez eux pour construire nos gammes à l’inverse des industriels qui partent souvent des innovations proposées par leurs laboratoires et qui cherchent à les imposer au marché. De plus, n’étant pas producteur et n’ayant pas d’usine, nous n’avons pas la contrainte d’investir dans des outils industriels, ce qui nous permet une plus grande réactivité

55

© GAD

18

distributeurs

produits

face aux évolutions du marché. Le seul investissement que nous réalisons est d’ordre technique pour la sélection des produits et marketing pour leur promotion. Enfin la marque Saint-Luc est aussi un moyen d’affirmer et de défendre notre indépendance, dans un secteur d’activité très intégré par les grands groupes chimiques.» 1987-1997 : pendant cette période de 10 ans, chaque année un nouveau produit vient enrichir la gamme Saint-Luc avec une démarche de sélection toujours la même : repérer les meilleurs produits du marché qui répondent à un besoin exprimé par les clients pour les faire fabriquer sous la marque Saint-Luc.

Une sélection rigoureuse Pour ce faire, le GAD est accompagné par un laboratoire indépendant qui réalise une analyse comparative des caractéristiques techniques des produits sélectionnés. Simultanément, sont organisés par des distributeurs pilotes des tests d’application auprès de la clientèle de professionnels. Cette démarche permet de repérer les produits les plus performants et d’entamer une négociation prix auprès des industriels sélectionnés pour obtenir au final un produit au rapport qualité/prix optimal répondant au plus près aux attentes des professionnels. En 1997, la gamme compte 10 produits, peintures intérieures glycéros et acryliques sélectionnées auxquels s’ajoutent des produits de service originaux. « Les fabricants qui sont nos partenaires ne sont pas nécessairement de grande taille, souligne Bruno Grassin. Nous sélectionnons souvent des fabricants qui ont peu de moyens commerciaux mais qui ont dans leur gamme des pépites ; ils trouvent ainsi à travers la marque Saint-Luc l’opportunité de pouvoir s’appuyer sur un réseau de distributeurs dynamiques qui leur ouvrent une zone de chalandise qu’ils auraient du mal à conquérir seuls. » Ainsi aujourd’hui une dizaine de fabricants collaborent à la fabrication des produits de la gamme dont certains viennent d’au-delà de nos frontières, en particulier d’Allemagne et d’Europe du Nord, pays

>>>

Juillet 2013 Reflets & NuaNces l 25


SAint-LUC en

Annonce St-L

© GAD

SaGa deS marqUeS

>>>

très avancés en matière de gammes écologiques. « En rassemblant les meilleurs produit du marché, Saint-Luc est en quelque sorte l’équipe de France des peintures » aime à dire son président. En 1997 Saint-Luc a célébré son 10e anniversaire en réunissant à Disneyland 1000 peintres venus de toutes la France.

cap sur l’innovation Mais Saint-Luc ne veut pas être seulement une marque « suiveuse » ; elle sait proposer des produits originaux et innovants. Ainsi en 2006, lorsqu’est publiée la directive européenne sur les COV (composés organiques volatils), le GAD décide d’être parmi les pionniers à intégrer cette nouvelle exigence écologique dans son offre en allant même au-delà de cette directive. C’est ainsi qu’il met sur le marché dès 2007 sous le nom de St Luc’O, la première gamme de peintures écololabel avec un taux de COV proche de 0%, avec un rapport qualité/prix exceptionnel. C’est un vrai succès … qui dure encore aujourd’hui puisqu’en 2012 plus d’un million de litres de peinture St Luc’O ont été vendus.

qUelqUeS dateS q 1949 Création du Groupement amical de droguerie (GAD) rassemblant les principaux distributeurs de France.

1966 q Scission du GAD ; quelques distributeurs quittent GAD et créent la marque ONiP. q1987 • GAD crée la marque Saint-Luc et son slogan « Vive les peintres » • Lancement du 1er produit le « Mat Acrylique ». q1997 • Célébration du 10e anniversaire de la marque. 1000 peintres sont réunis à eurodisney. • la gamme comporte 11 produits qui représentent 2 700 tonnes. q2001 les distributeurs Saint-luc rejoignent SOCODA. q2007 lancement de la gamme St luc’O ecolabel « 0% COV »

2009 : lancement du système q à teinter turner Color System q2012 • 25e anniversaire de la marque Saint-luc • Refonte de l’image Saint-luc

Mais une offre manquait à Saint-Luc pour pouvoir « jouer dans la cour » des grands fabricants de peinture : proposer une colorimétrie sur l’ensemble de ses produits. En 2009 est lancé audacieusement un programme d’étude colorimétrique piloté avec l’aide d’un ingénieur coloriste ; après une année de travail, Saint-Luc peut mettre à disposition de ses distributeurs un système de colorimétrie de haut niveau et très compétitif, baptisé Turner Color System, capable de teinter avec des colorants « écologiques » l’ensemble des peintures de la gamme bien qu’issues de fabricants différents. Une petite révolution dans l’univers de la colorimétrie très « maîtrisé » par les fabricants.

nombreux développements et innovations sont déjà dans les cartons et l’aventure continue… Ainsi en 25 ans, Saint-Luc apporte la preuve que « marque propre » ou MDD (marque des distributeurs) en peinture peut ne pas être synonyme de « lowcost » ou de basse qualité lorsqu’elle s’adresse à des professionnels et qu’elle peut avoir toute sa place au coté des grandes marques d’industriels. En effet, le fait d’avoir à porter seul la notoriété de la marque oblige le distributeur Saint-Luc à proposer des produits de qualité à sa clientèle et le rend encore plus exigeant visà-vis de Saint-Luc.

C’est avec beaucoup d’ambitions que Saint-Luc célèbre son 25e anniversaire ; c’est l’occasion pour cette marque de faire peau neuve en rajeunissant son visuel, en s’installant sur le web à l’adresse www.peintures-saint-luc.com et en éditant son premier « Book Produits ». En 2013, de

Aujourd’hui, avec 18 distributeurs indépendants représentant une centaine d’agences et une gamme de 50 produits couvrant l’essentiel des besoins du peintre, Saint-Luc peut s’enorgueillir d’être la grande marque de peinture française des distributeurs indépendants. n

reCTIFICATIF Reflets & Nuances présente ses excuses à Unikalo pour l’erreur qui s’est glissée dans la saga des marques « Unikalo, une affaire de famille ! » parue dans le numéro d’avril 2013 . En page 33, il fallait lire dans l’intertitre « Hervé Pestourie : de Lorient à Mérignac » (et non Serge). 26 l Reflets & NuaNces Juillet 2013


Annonce St-Luc'O•Juin_Mise en page 1 04/06/13 16:15 Page2

SAINT-LUC

La gr an de marqu e fr an çaise des distr ibu teu r s in dép en dan ts

avec

SAINT-LUC’O fai tes un ges te pour

l’environnement


© IREF

ROLLAND CRESSON

© ENTREPRISE FRAISSE

© FOTOLIA

techNiqUe

LE NF DTU 59.1 FAiT PEAU NEUvE

Au terme de deux ans et demi de travaux, la commission chargée de la révision du NF DTU 59.1 a actualisé le document qui datait de 2000. Constituée de tous les acteurs de la filière peinture finitions et présidée par Philippe Bertolani, président de l’UPPF-FFB, elle a mis au point un document précis en vue de limiter les litiges, encore trop nombreux, entre les maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre et les entreprises de peinture sur l’interprétation du texte de la version précédente. Le point sur les modifications avec Rolland Cresson, directeur de l’iREF (institut de recherche et d’étude de la finition) et membre de la commission de normalisation.

pourquoi le nf dTu 59.1 a-t-il dû être révisé ? Comme pour tous les documents normatifs relatifs aux métiers du bâtiment, il a été demandé à l’UPPF-FFB de réviser son documentphare, pour tenir compte des réalités de la normalisation européenne. Une harmonisation avec le reste de la collection était nécessaire. En outre, le DTU est une pièce de marché de travaux entre l’entrepreneur de bâtiment et son client. Si les règles de l’art demeurent, les produits changent et les conditions économiques évoluent. Les professionnels souhaitaient que ce texte évolue en tenant compte des réalités techniques et économiques. Certaines précisions que la pratique du document 2000 rendait nécessaire au regard des incompréhensions que pouvait parfois laisser permettre cette version, ont été apportées.

la modification visible dès la première page, c’est le titre «Travaux de bâtiment revêtements de peinture en

28 l Reflets & NuaNces Juillet 2013

feuil mince, semi-épais ou épais ». pourquoi ce nouveau titre ? Le nouveau document vise désormais tous les systèmes dits « décoratifs », c’est-à-dire les lasures, les peintures films minces, les revêtements semiépais (RSE), et les revêtements plastiques épais (RPE) qui sont aujourd’hui dénommés revêtements de peinture épais (correspondant respectivement au classement D1, D2 ou D3). Dans ces conditions, le NF DTU 59.2 « Travaux de revêtements plastiques épais sur béton et enduits à base de liants hydrauliques » n’existe plus, les produits pour l’imperméabilité I1, I2, et I3 étant traités dans le NF DTU 42.1 « Réfection de façades en service par revêtements d’imperméabilité à base de polymères ». Concernant le domaine d’application, signalons que le DTU 59.1 traite aussi bien des travaux neufs que des travaux d’entretien, ce qui est relativement rare pour ce type de document.

avant d’entrer dans le détail des modifications du texte existant de 2000, y a-t-il une nouveauté dans la présentation même du dTu? En effet : l’apparition d’un cahier qui remplace l’article 3 sur les produits de peinture et connexes à l’usage du peintre. Ce cahier intitulé « Critères généraux de choix des matériaux » fournit les données techniques, normatives et réglementaires (santé, hygiène, environnement, sécurité incendie, …) sur les matériaux utilisés par le professionnel.

parlons des principales évolutions. 27 tableaux de descriptions-types de travaux apparaissent dans le nouveau dTu, au lieu de 23 dans la version 2000. pourquoi ? Les nouveaux tableaux détaillent, beaucoup plus qu’auparavant, les prestations relatives aux travaux d’entretien des anciens fonds peints, selon les fonds (plâtre, maçonnerie, bois, métal…).


Prenons un exemple. Pour obtenir une finition A sur des plaques de parement en plâtre à épiderme cartonné, il faut dix opérations qui sont contractuelles : révision des joints, époussetage, impression, rebouchage, ratissage, enduit repassé, ponçage/époussetage, couche intermédiaire, révision et couche de finition. Chacun sait que la main d’œuvre est le poste le plus conséquent dans le coût d’un chantier, chaque opération correspond à du temps qu’il faut facturer. L’expérience démontre que selon l’état du support réceptionné, certaines de ces opérations peuvent être facultatives. Le DTU étant contractuel, si toutes les opérations décrites ne sont pas effectuées, le maître d’ouvrage est en droit de réclamer une moins value sur la facture. Cette pratique fréquente est une cause de prix anormalement bas. Les membres de la commission ont pris en compte cette réalité économique dans l’esprit des nouvelles règles de l’art. Les tableaux ont été conservés dans l’état avec la même description des tâches en ajoutant une remarque optionnelle ; « le choix par le peintre de ce type d’opération peut être nécessaire en fonction de la présentation du subjectile reçu pour obtenir la finition demandée ». Cela laisse le choix au professionnel de ne pas réaliser certaines tâches dans le processus de mise en œuvre tout en obtenant quand même la finition demandée. De même que si le client souhaite avoir toutes les opérations prescrites, il devra le préciser dans les diverses pièces du marché (DPM) et dans ce cas précis, il est imaginable que le peintre en tiendra compte dans le chiffrage de son devis. Attention : plus que jamais, je rappellerai ici que la réalisation d’une surface de référence, avant de commencer les travaux, devient indispensable.

© GROUPE NICOLETTA

© SAUDEMONT PEINTURE & DÉCORATION – PASCAL BRUNET

© FOTOLIA

dans les tableaux, justement, on retrouve des étapes dites « optionnelles », à l’appréciation de l’entrepreneur. Que faut-il comprendre ?

C’est sur la base du principe d’acceptation par le maître d’ouvrage ou le maître d’oeuvre de la surface proposée, que l’entreprise pourra engager ses travaux et avoir des éléments de recours, en cas de contestation lors de la réception.

une précision est-elle donnée sur la classification du brillant spéculaire d’un film ? Une précision était nécessaire car certaines fiches descriptives de produits ont un aspect plus marketing que technique et adaptent des termes aux qualités du produit. L’exemple le plus connu est le satin dont certaines versions sont « demi satiné », « satin profond », « velours » etc. C’est une interprétation de la version 2000 qui déclinait satiné mat, satiné moyen, satiné brillant. La version 2013 se réfère à des valeurs limites indicatives de brillant spéculaire Bs suivantes : • très mat : Bs inférieur à 5 • mat : Bs compris entre 5 et 10 • satiné : Bs compris entre 10 et 60 • brillant : Bs supérieur à 60.

Quelques remarques sur les états de finitions ? Globalement, le texte de la version 2000 est conservé. Deux nouvelles annexes : l’annexe E récapitule dans un tableau les classements des finitions de revêtements selon les supports et l’annexe F les opérations d’enduisage en intérieur selon le niveau de finition visé.

la réception des travaux est souvent source de désaccords sur l’interprétation de l’article « essais et vérifications ». des précisions ont-elles été apportées dans la nouvelle version ? La méthode de la version 2000 reste inchangée, sur la forme il s’agit toujours de critères qualitatifs sur l’aspect de surface et des caractéristiques physiques et d’aptitude à l’usage.

votre qualification qualibat dans l’activité 61 Peinture vous permet de télécharger gratuitement le nouveau DTU sur www.qualibat.com

La somme des expériences souvent vécues par les professionnels a fait qu’une attention toute particulière a été portée à la rédaction du contrôle de l’état de finition et des rechampissages, source de conflit au moment de la réception car l’observation à 2 m avec un éclairage incident normal, angles compris entre 70 et 110°, était à la libre interprétation de chacun. Les rédacteurs de la commission ont révisé le texte en distinguant les surfaces verticales de celles horizontales (les plafonds). L’éclairage est décrit de façon précise : il n’est pas rasant ; lorsqu’il est artificiel, il est situé à plus de 2 m de distance, un peu à l’arrière et au-dessus de l’observateur, d’une puissance maxi de 100 W sans être halogène. Pour les plafonds, il est précisé qu’un réflecteur peut être nécessaire au-dessus de la source pour éviter la lumière rasante. Dans le cadre du plan Europe, il sera réalisé un calepin de chantier dans lequel tout ceci sera illustré par un schéma.

le Cahier des clauses administratives spéciales types a-t-il été remodelé ? Si les rédacteurs n’ont pas opéré de changement dans l’ordonnancement du sommaire, ils ont ajouté une annexe définissant la limite des prestations en matière de polychromie et tenu compte des expériences en ce qui concerne la réception et la coordination de chantier,

>>>

calEpIn dE chantIER Une collection « Calepins de chantier » a été créée pour informer le personnel d’exécution des modifications apportées aux règles nationales de construction dans le cadre du Plan Europe. Le calepin « Travaux de peinture d’intérieur et d’extérieur des bâtiments » viendra compléter cette collection à la rentrée. Attention, en aucun cas, ce calepin se substitue au DTU. Pour vous le procurer : UPPF au 01 40 69 53 73 ou contact@uppf.ffbatiment.fr

Juillet 2013 Reflets & NuaNces l 29


techNiqUe

LE NF DTU 59.1 FAiT PEAU NEUvE

>>> en précisant plus les droits et les devoirs des différents acteurs du chantier. La rédaction de ce que comprennent et ce que ne comprennent pas les travaux reste identique. Dans le chapitre « coordination », paragraphe « remise du chantier au peintre », quelques précisions sont ajoutées : à l’intérieur pour l’exécution des travaux de peinture (travaux neufs et rénovation), les locaux à peindre doivent être propres, accessibles dans leur totalité, vidés de tous éléments ou objets matériels et gravats provenant d’autres corps d’état, et leur accès doit être réservé à l’entrepreneur de peinture pendant ses travaux (y compris la durée nécessaire de séchage des revêtements exécutés, sachant que les locaux sont hors d’eau, etc.)

Bien souvent, au moment de la remise du CCTp (cahier des causes techniques particulières), les couleurs sont demandées « selon le choix de l’architecte » et c’est sur le chantier que l’entrepreneur, après avoir remis un devis pour trois teintes, apprend qu’il y en a beaucoup plus. des précisions sont-elles apportées à ce sujet dans le nouveau dTu ? Effectivement, la commission de rédaction s’est penchée sur ce problème important et a précisé les points suivants. Un maximum de 4 teintes sera toléré pour l’ensemble du chantier inférieur à 1000 m² de peinture. Par pièce : 1 couleur pour le plafond, 2 teintes maximum sur les murs, 1 teinte maximum sur les menuiseries. En fixant le nombre de teintes par pièce, les membres de la commission ont souhaité mettre sur un pied d’égalité les entrepreneurs au moment du calcul de leur devis.

30 l Reflets & NuaNces Juillet 2013

Pour des chantiers particuliers (établissements hospitaliers, scolaires, etc.) un maximum de 7 teintes pourra être accepté par étage. Une polychromie très ouverte est généralement exigée sur ces ouvrages. Il devenait évident, pour la commission, de fixer une limite dans le nombre des couleurs retenues, au-delà de laquelle la renégociation du marché devenait logique. Par ailleurs, le DTU alerte le concepteur sur la mise en peinture des portes des ouvrages du type « locaux hospitaliers, scolaires,… » : une seule teinte est ici retenue. Il n’est pas rare de voir pour une porte à oculus, une demande comprenant une couleur différente par face, le rechampissage de l’oculus différent, ainsi que la couleur du chant souvent imprécisée, cela entraînant des coûts

et des désaccords après la mise en peinture. Enfin, les rechampis décoratifs ne seront que ceux en plafond, huisseries et plinthes. Cela veut dire que, pour une mise en couleur usuelle, les rechampis, autres que ceux pour les plafonds, huisseries et plinthes, pourront être soumis à une tarification particulière. Ce document important, opposable à tous les acteurs de la profession, doit être respecté. Pour cela, en tout premier lieu, il y a obligation pour les entreprises de peinture de le connaître et de l’appliquer. n

L’UPPF-FFB TIENT À REMERCIER ET À FÉLICITER TOUTES CELLES ET CEUx qUI ONT PARTICIPÉ À LA RÉVISION DE CE DOCUMENT.

à QUEllE datE applIQUER lE noUVEaU nF dtU U 59.1 ? Le NF DTU 59.1 a été homologué le 22 juin 2013. mais attention la date de prise d’effet du 22 juin 2013 n’est pas obligatoirement la date d’application de la norme, qui dépend du type de marché.

MARCHES

DATE D’APPLICATION

mArChé PrIvé Marché faisant référence à la norme NF P 03-001*

La norme s’applique au marché dont la consultation est lancée après le 1er septembre 2013.

Marché ne faisant pas référence à la norme NF P 03-001*

Sans précision, la norme s’applique au marché dont la date d’établissement de l’offre est postérieure au 22 juin 2013.

mArChé PUblIC Marché faisant référence au CCAg (Cahier des clauses administratives générales)

La norme s’applique au marché dont le mois d’établissement des prix** est octobre 2013.

* « Marchés privés – Cahiers types – Cahier des clauses administratives générales applicable aux travaux de bâtiment faisant l’objet de marchés privés » ** La date d’établissement du prix erest précisée dans le marché ou, à défaut, elle est la suivante : - procédure d’appel d’offres : 1 jour du mois de calendrier qui précède celui de la signature de l’acte d’engagement par le titulaire du marché ; - procédure négociée : 1er jour du mois de calendrier qui précède celui de la signature de l’offre finale ; - procédure de dialogue compétitif : 1er jour du mois de calendrier qui précède la remise de l’offre finale. Les normes applicables sont celles dont la date de prise d’effet est antérieure de trois mois au premier jour du mois d’établissement des prix.


© ENTREPRISE CyJOCO

Un lustre recouvré techNiqUe

© ENTREPRISE CyJOCO

© ENTREPRISE CyJOCO

L’Abbaye d’Ardenne dans le Calvados, occupée par l’Institut mémoires de l’édition contemporaine (IMEC). Elle rassemble quelque 80 000 ouvrages.

Le plafond en bois peint de l’Abbaye d’Ardenne dans le Calvados avait été abîmé par des infiltrations d’eau durant l’hiver 2012. Un décapage complet et l’application d’une nouvelle lasure lui ont redonné toute sa splendeur.

F

ondée au 12e siècle à Saint-

détériorée

Germain-la-Blanche-Herbe dans

d’eau lors d’une tempête de neige

le Calvados (14), près de Caen,

en 2012, nécessitant sa réfection par

l’Abbaye d’Ardenne est aujourd’hui

un décapage des éléments en bois et l’application d’une nouvelle lasure. Le bois « travaille » et la chaux n’a pas de coefficient d’élasticité suffisant pour répondre à ces petites déformations. Aussi, au fil du temps, se forment des écailles qui à l’Abbaye tombaient sur les tables des chercheurs de l’IMEC. Ce problème perdurait depuis longtemps. Ce dégât des eaux a été l’occasion de remplacer la chaux par une lasure.

occupée par l’Institut mémoires de l’édition contemporaine (IMEC). Elle rassemble quelque 80 000 fonds d’archives et d’études consacrés aux principales maisons d’édition, aux revues et aux différents acteurs de l’édition du 20ème siècle. Ce transfert a été réalisé après près de quatre années de travaux de rénovation et l’aménagement

d’une

des

infiltrations

bibliothèque

dans l’Abbaye. Une des parties les plus magistrales du bâtiment est la voûte en bois sur croisée d’ogives de l’abbatiale réalisée au 17ème siècle dans le style gothique. Cette voûte peinte d’une chaux monochrome a été fortement 32 l Reflets & NuaNces Juillet 2013

par

Une lasure sur mesure « Suite aux dégâts dus à la tempête de neige, nous sommes intervenus pour décaper l’intégralité du plafond et mettre le bois à nu, explique Christophe Guérin, dirigeant de

l’entreprise Cyjoco à Authie (14). Pour le décapage nous ne pouvions utiliser de produits chimiques. Nous avons dû réaliser le décapage par ponçage manuel et mécanique à l’aide d’une ponceuse avec aspirateur intégré sur les voutains et au moyen d’une brosse métallique douce sur les nervures afin de ne pas abîmer le bois. Les déchets et poussières de décapage étaient évacués chaque fin de journée et les platelages aspirés. Cette première phase a duré deux mois. Ensuite ont pu débuter les essais de teinte pour la lasure. « L’architecte en chef des Monuments historiques en charge de la maîtrise d’œuvre, Bruno Decaris, souhaitait que la teinte de la lasure pour le bois soit en parfaite harmonie avec celle de la pierre de l’abbaye, reprend Christophe Guérin. Les essais ont duré encore deux mois. »


retrouver les teintes originelles Ensuite, la lasure opaque en phase aqueuse de JefcoSylco a été appliquée directement sur le bois puis essuyée au chiffon et au spalter afin de faire ressortir les nervures du bois. « L’architecte des Monuments historiques voulait ne pas faire trop neuf et conserver l’authenticité du lieu. » Enfin, au niveau de chaque portée, la clef de voûte pendante en bois, dessinant un motif, a été repeinte. Trois teintes ont été

© ENTREPRISE CyJOCO

Les pendantes en bois des clefs de voûte ont été repeintes afin de retrouver ses couleurs d’origine : gris, ocre jaune et brique.

fabriquées

spécialement

afin

Le plafond de l’Abbaye abîmé par des infiltrations d’eau a été recouvert d’une nouvelle lasure en harmonie avec la teinte des pierres de l’édifice.

de

retrouver les coloris d’origine : gris, ocre jaune et brique. La particularité du chantier résidait dans

la

hauteur

sous

plafond,

nécessitant

le

montage

échafaudage

multidirectionnel

d’un de

17 m de haut. L’intégralité de la voûte a été échafaudée nécessitant 21 tonnes de matériel. L’échafaudage a été monté après que l’ensemble des

Fiche d’identité s mAîTre D’OUvrAge : Conseil régional de BasseNormandie s mAîTre D’OeUve : Bruno Decaris

ouvrages ont été « encapsulés » et

s lOT PeInTUre-éChAFAUDAge : Entreprise Cyjoco (14)

protégés des travaux par la mise en

s lAsUre : Neolasur de JefcoSylco

place d’un polyane. n

C’EST LE MÉTIER QUI PARLE LA BANQUE PROFESSIONNELLE DU BTP

BythewayCreacom – Banque du Bâtiment et des Travaux Publics, S.A. à directoire et conseil de surveillance

au capital de 50 000 000 € – BP 211 – 92000 Nanterre – 339 182 784 RCS Nanterre – N° ORIAS 07 034 315 Illustration : Pascal Garnier.

Conseiller, financer, assister les entrepreneurs du BTP exige de connaître leurs contraintes. Issue de la profession, BTP Banque parle le même langage, comprend le secteur au-delà des mots. Ainsi elle assure une relation pérenne et participe à l’essor du BTP. Dans chacun de ses partenariats, pour chaque solution, c’est le métier qui parle.

www.btp-banque.fr


techNiqUe

Billet d’hUmeUr Sous la responsabilité de l’auteur Rolland Cresson, directeur de l’Institut de recherche et d’étude de la finition (IREF)

l’aVEnIR dE l’EntREpRISE ESt tEchnIQUE

PEiNTURE DéPoLLUANTE

Changer d’air ! Bureaux, appartements, transports en commun, la pollution intérieure est partout. Source d’allergies, elle est aujourd’hui l’un des enjeux majeurs de santé publique du Gouvernement.

F

ace à cette problématique qui touche aujourd’hui 1 Français sur 4, le ministère du Développement durable a instauré - dans le cadre de la loi Grenelle 2 - de nouvelles mesures pour améliorer la qualité de l’air intérieur dans certains établissements recevant du public sensible (enfants, personnes âgées ou malades). Parmi les mesures phares, la surveillance obligatoire par le propriétaire ou l’exploitant de l’établissement des émissions de trois substances prioritaires, à savoir : le benzène, le dioxyde de carbone et le formaldéhyde.

Le formaldéhyde en ligne de mire Considéré comme l’une des substances les plus néfastes à la qualité de l’air intérieur, le formaldéhyde est émis par certains produits de matériaux (revêtements de sol, tissus par exemple), les meubles neufs ou encore la cigarette… Autant dire, partout ! Partant de ce constat, ONIP a développé une toute nouvelle gamme de peintures dites dépolluantes : Label’Onip Clean’R. « Cette inwnovation est la première gamme de peintures assainissantes certifiée Ecolabel Européen, précise Pascal Hoareau, PDG d’ONIP. Son lancement en avril dernier, avait pour but d’anticiper l’évolution de la réglementation et de redorer l’image de nos produits, encore souvent perçus comme toxiques. » Disponible en mat, velours et satin, cette gamme a été formulée à base de résines spécifiques qui absorbent entre 40 et 60 % des molécules de formaldéhyde présents dans l’air intérieur. Ainsi, par effet chimique, la pollution intérieure se transforme en quantité infinitésimale de vapeur d’eau. Conscients du potentiel de ce marché, d’autres fabricants réfléchissent déjà à la formulation de produits de peinture « intelligents » tenant compte des enjeux écologiques des prochaines décennies. A suivre… n

à REtEnIR La surveillance de la qualité de l’air (mesure des taux de formaldéhyde, de benzène et de Co2) au sein des crèches, des écoles maternelles et élémentaires et des centres de loisirs sera obligatoire à compter du 1er septembre 2015.

34 l Reflets & NuaNces Juillet 2013

actE I lES REgREtS J’ai connu le temps, dans les années 70, où l’entreprise de peinture occupait une place privilégiée auprès du maître d’ouvrage et du maître d’oeuvre. Il est vrai que l’argument des professionnels de la peinture, à l’époque, était le savoir technique. Si les peintres étaient de bons techniciens, ils étaient en revanche moins préoccupés par les problèmes de gestion qu’aujourd’hui, et cela a coûté cher à beaucoup d’entre eux. S’en est ensuivie une « ère » de formation à la gestion pour laquelle s’est dépensé notamment mon ami (regretté) Lucien Dheedene. Mais depuis ces glorieuses années 70, la technique est devenue une notion très secondaire dans le savoir de l’entreprise.

actE II lE conStat La règlementation devient de plus en plus musclée. Vous vous en rendrez compte avec la version modernisée du DTU 59.1. Vous le constatez aussi, vous qui posez de l’ETICS en façades. Et cela, non pas pour vous créer de nouvelles contraintes, mais bien au contraire, pour vous aider. Simplement, pour bien se servir d’un outil, il faut en comprendre son parfait fonctionnement. Lorsque l’IREF intervient, au titre d’expert, sur des sinistres, le bilan est éloquent : 80 % des sinistres sont liés au non-respect des règles de mise en œuvre. La raison de ce non respect d’exécution ? Le coût du m² réalisé ! Des prix ahurissants pour un spécialiste sont non seulement demandés par certains maîtres d’ouvrage, mais sont proposés par des entreprises (je devrais préciser des pseudoentreprises), inconscientes du risque qu’elles prennent…, et qui font perdre crédit à toute la profession !

actE III l’ESpoIR Il est primordial de former dans l’entreprise une «Madame» ou un «Monsieur» technique, capable, avec la connaissance des DTU, avis techniques, et autres règles professionnelles de : • savoir poser des réserves sur un CCTP erroné, • refuser, de plein droit, certains travaux techniquement irréalisables, • proposer des solutions, • avoir des arguments lors de la réception de travaux. De votre engagement dans cette voie, dépend votre avenir. n


LES BONNES PRATIQUES

SOLS SOUPLES La pose de revêtements de soL soupLes est une activité compLémentaire à La peinture, qui fait partie d’une offre gLobaLe de décoration.

POSE DE DALLES PLOMBANTES TEXTILES

© FORBO SARLINO

démonstration par L’écoLe de pose forbo sarLino

1 Les supports destinés à recevoir les revêtements de sol doivent être propres, sains, secs, solides, plans et normalement absorbants, conformément au NF DTU en vigueur. Les dalles devront être stockées à plat dans le local, 48 heures précédant la pose à une température ≥ 15°C. En cas de doute sur la préparation du support, vous rapprocher du fabricant.

2 Tracer un axe au milieu de la pièce pour réaliser l’implantation des dalles et veiller à laisser une demi-dalle au minimum sur les bords.

3 Etendre le produit de maintien (colle poissante) au rouleau. Respecter le temps de gommage (voir conditions du fabricant).

4 Mettre en place la 1re dalle en suivant les axes de pose. Poser et maroufler, joints bien serrés, les dalles entières suivantes sur l’ensemble de la surface. En fonction des dessins, la pose peut être contrariée à 90° ou monolithique.

5 La pose des dalles de bordures s’effectue par report en terminant par les angles de la pièce.

6 Outillage.

7 Vue d’ensemble : pose contrariée à 90°.

8 Vue d’ensemble : pose monolithique. Juillet 2013 Reflets & NuaNces l 35


A.P

SOLS SOUPLES

POSE DE DALLES PLOMBANTES PVC © FORBO SARLINO

démonstration par L’écoLe de pose forbo sarLino

1 Les supports destinés à recevoir les revêtements de sol doivent être propres, sains, secs, solides, plans et normalement absorbants, conformément au NF DTU en vigueur. Les dalles devront être stockées à plat dans le local, 48 heures précédant la pose, à une température ≥ 15°C. En cas de doute sur la préparation du support, vous rapprocher du fabricant.

2 La position des axes pour l’implantation des dalles doit être telle que la dimension des coupes en rive soit équilibrée et partout suffisante pour permettre un bon collage (1/2 dalle au minimum).

C

M

J

CM

MJ

CJ

CMJ

N

3 Etendre le produit de maintien (colle poissante) au rouleau. Respecter le temps de gommage et le temps ouvert (voir conditions du fabricant).

4 Mettre en place la première dalle en suivant les axes de pose. Poser et maroufler, joints bien serrés, les dalles entières suivantes sur l’ensemble de la surface. En fonction des dessins, la pose peut être contrariée à 90° ou monolithique.

5 La pose des dalles de bordures s’effectue par report en terminant par les angles de la pièce.

pour pLus d’informations

www.formation-solier-forbo.com

6 Outillage.

36 l Reflets & NuaNces Juillet 2013

7 Vue d’ensemble. Attendre au minimum 12 heures avant l’ouverture au trafic.


A.P.-210X297mm-28.09.09.ai

C

M

J

CM

MJ

CJ

CMJ

N

1/10/09

19:01:27


Vos questions à l’UPPF-FFB techNiqUe VOiCi leS RéPONSeS Aux queStiONS teCHNiqueS POSéeS à l’uPPF-FFB. elleS PeuVeNt êtRe utileS à tOuS.

1

SuR De l’ACieR GAlVANiSé eN extéRieuR, il M’eSt DeMANDé D’APPliqueR eN PReMièRe COuCHe uN PPR. De quOi S’AGit-il ?

PPR signifie « peinture primaire réactive ». Il s’agit d’un produit qui favorise l’accrochage du système de peinture final et qui est doté

2

SuR DeS PlAFONDS PRéSeNtANt DeS MiCROFiSSuReS, le DeSCRiPtiF iMPOSe uN ReVêteMeNt De FAMille 5. quel eSt Ce ReVêteMeNt ?

Il s’agit d’un revêtement mural collé. La définition de cette famille est dans le NF DTU 59.4 « Mise en œuvre des papiers peints et des revêtements muraux » article 3.1.1

3

38 l Reflets & NuaNces Juillet 2013

du le en de

chaux sur un support qui l’accepte, il vous faudra prévoir une couche tous les six mois.

il M’eSt iMPOSé De RéAliSeR uN jOiNt SOuPle le lONG DeS PliNtHeS et AutOuR DeS eNCADReMeNtS De FeNêtRe. DOiS-je VRAiMeNt ACCePteR Cette PReStAtiON ?

Non, si elle n’est pas spécifiée au CCTP1. Cette prestation n’est pas due par le peintre

7

accélération du départ de l’humidité subjectile. Les teintes sombres favorisent cloquage et la fissuration du revêtement même temps qu’elles perdent rapidement leur fraîcheur.

POuR uN RAVAleMeNt D’uNe FAçADe PARiSieNNe eN PlâtRe, il M’eSt iMPOSé uN lAit De CHAux eN FiNitiON. eSt-Ce lA Seule SOlutiON ?

Non, ce n’est pas la bonne solution. Seuls les revêtements I3 ou I4 sont admis sur ce type de support. En cas de mise en œuvre de lait de

6

à elle seule la réussite ou non du chantier. Si le subjectile ne répond pas aux prescriptions définies par le DTU, vous ne pourrez pas commencer les travaux sans risquer un sinistre.

POuRquOi leS teiNteS SOMBReS SONt-elleS à DéCONSeilleR eN extéRieuR ?

Les teintes sombres absorbent le rayonnement solaire. Sous ensoleillement, le film et son support sont portés à une température élevée, avec pour conséquences : un vieillissement prématuré du film, des contraintes physiques (dilatation) du support importantes, une

5

« Familles des revêtements muraux par type de supports de base » 5 - Supports minéraux. Exemple : toile de verre finie ou à peindre.

je DOiS RéAliSeR uN CHANtieR De PeiNtuRe De SOlS DANS uN PARkiNG. quel DOCuMeNt RéGit Ce tYPe De tRAVAux ?

La réalisation de chantiers de peinture de sols est régie par le DTU 59.3 « Peinture de sols », qui décrit très précisément toutes les étapes des travaux. Le point le plus important est la reconnaissance du support qui conditionne

4

de propriétés inhibitrices de corrosion, de courte durée.

à moins qu’elle soit demandée en travaux supplémentaires.

A lA ReCONNAiSSANCe DeS FONDS, il A été CONStAté que le PlOMBieR et l’éleCtRiCieN N’ONt PAS ReBOuCHé leS tROuS qu’ilS ONt FAitS DANS lA PAROi. qui DOit le ReBOuCHAGe ?

Chaque entrepreneur a la charge de reboucher les trous et/ou saignées qu’il a effectués selon la norme NF P 03-001 article 4.1.3.4. Après

devis et un ordre de service en bonne et due forme, vous pourrez les réaliser pour eux.


Vos questions…

8

APRèS étuDe POuR uN RAVAleMeNt, je DOiS MettRe eN œuVRe uN ReVêteMeNt D’iMPeRMéABilité De ClASSe i SuR uN ANCieN ReVêteMeNt D’iMPeRMéABilité De ClASSe i3. DOiS-je RePReNDRe leS jOiNtS De GROS œuVRe, MêMe S’ilS PARAiSSeNt eN BON étAt ?

La réponse est dans l’article 2 du CCS2 du NF DTU 42.1 « Réfection de façades en service par revêtements d’imperméabilité à base

9

Suite Aux RetARDS PRiS PAR leS CORPS D’étAt qui PRéCèDeNt MON iNteRVeNtiON, MeS tRAVAux DéButeRONt AVeC PluS D’uN MOiS De RetARD et CePeNDANt lA DAte De liVRAiSON DeMANDée à l’ORiGiNe eSt MAiNteNue. il M’eSt iMPOSSiBle De FiNiR DANS leS teMPS. que PuiS-je FAiRe ?

Avant toute chose, évitez la confrontation et préparez un dialogue constructif avec le maître d’œuvre en lui faisant part oralement de la situation, et en lui rappelant l’article 4 sur la coordination du chantier du NF DTU 59.1. A la date à laquelle vous deviez commencer les travaux, il faut établir par écrit en présence du maître d’œuvre un constat des lieux en notant le cas échéant : la présence d’autres

10

2

du subjectile. S’il apparaît après vérification, que les conditions d’intervention ne sont pas requises, vous devez le signaler par écrit à votre maître d’ouvrage et votre maître d’œuvre. Cela reculera d’autant votre délai d’intervention sur le planning général.

quelleS SONt leS CONDitiONS AMBiANteS à ReSPeCteR POuR lA MiSe eN œuVRe D’uN SYStèMe D’étANCHéité liquiDe (Sel) ?

Les conditions ambiantes doivent être de + 5° à + 35° C, avec température du support supérieure de 3° C à celle du point de rosée. Les principes généraux de mise en oeuvre des SEL sont définis dans les « Règles professionnelles SEL concernant les travaux d’étanchéité réalisés par application de systèmes d’étanchéité liquide sur planchers extérieurs, en maçonnerie dominant des parties 1

dépendent à la fois des caractéristiques du subjectile brut et du niveau de finition désiré. Une finition B impose des travaux d’enduisage classiques.

MON eNtRePRiSe eFFeCtue DeS tRAVAux D’eNtRetieN POuR uNe COlleCtiVité. le ReSPONSABle DeS tRAVAux Veut NOuS iMPOSeR D’iNteRVeNiR eN MêMe teMPS que le PlâtRieR AFiN De RAttRAPeR le teMPS PeRDu. que DOiS-je lui RéPONDRe ?

Le NF DTU 25.1 « Travaux de bâtiment. Enduits intérieurs en plâtre» notifie qu’un délai de sept jours est nécessaire suivant les conditions particulières du chantier pour le séchage des joints entre plaques. Il est indispensable avant d’intervenir d’effectuer la reconnaissance des fonds afin de vérifier la planéité et la siccité

12

corps d’état, les travaux inachevés, l’état des surfaces à peindre : aspect, taux d’humidité etc. Signifiez en fin de constat que le chantier qui vous est confié ne présente pas les caractéristiques voulues dans le CCS2 du NF DTU 59.1. Le délai d’exécution doit être prorogé, en fonction du retard pris, conformément aux indications du DTU.

il M’eSt DeMANDé De MettRe eN œuVRe De lA tOile De VeRRe SuR DeS PlAqueS De PlâtRe CARtONNéeS. DOiS-je leS eNDuiRe ?

Oui. Le paragraphe 6.2 « Classement d’aspect et définition des états de finition communs à tous les subjectiles » de l’article 6 « Mise en œuvre » du NF DTU 59.4 est formel. La nature et l’importance des travaux d’apprêt à exécuter

11

de polymères » à savoir « l’entreprise doit la réfection systématique des joints de gros œuvre ».

Cahier des clauses techniques particulières Cahier des clauses spéciales

non closes du bâtiment » de septembre 1999. Rappelons que les surfaces visées sont les planchers extérieurs ne comportant pas d’isolant thermique, en ouvrages neufs ou en réfection. Outre les loggias et balcons, les SEL concernent les coursives, gradins extérieurs, passerelles mais également les auvents et casquettes d’immeubles.

Juillet 2013 Reflets & NuaNces l 39


Crées à partir de 1993, les GEiq (Groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification) constituent une aide incontournable pour toute PME désireuse de répondre aux clauses d’insertion sociales figurant dans les marchés publics et dans les travaux associés au programme de rénovation urbaine.

FormatioN

Les GEIQ

© FOTOLIA

Former pour insérer

S

i les premières mises en œuvre de démarches d’insertion au travers des marchés publics sont repérées à partir de 1994 dans des projets

Associations loi 1901, les GEIQ sont pilotés et gérés

de grande ampleur, depuis 2001, les entreprises

gèrent les contrats aidés, suivent les parcours de

désireuses de répondre aux appels d’offre public

formation et surtout accompagnent les personnes

doivent pouvoir réserver un certain nombre d’heures

tout au long de leur processus de retour à l’emploi

de travail à des personnes rencontrant des difficultés particulières d’insertion et sans qualification. Le but : former et reconvertir ces personnes (chômeurs de longue durée, jeunes sans qualification, allocataires de minima sociaux) vers les métiers du bâtiment. Seulement, il est compliqué pour les PME de faire face à ces obligations ou « clauses d’insertion ». Aussi, des entreprises se sont mobilisées en région, avec l’aide des antennes départementales des FFB pour créer les GEIQ (Groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification).

par des chefs d’entreprises. Pour leurs adhérents, elles

sélectionnent

les

candidats,

recrutent,

en assurant un double tutorat socioprofessionnel avec un tuteur au sein de l’association et un en entreprise. « Nous faisons appel au GEIQ de deux façons, explique Eric Gilot, directeur général de Caty Peinture à Rivery (80). Tout d’abord pour la rédaction des clauses d’insertion lors de la constitution de notre dossier de réponse d’appel d’offre et ensuite, le GEIQ nous aide à trouver la main-d’œuvre qui répond aux critères demandés. Elle met à notre disposition ces personnes. Pour nous, le GEIQ fonctionne comme une agence d’intérim qui nous facture le temps de présence de

Activité des gEIq en 2012

l’intérimaire dans l’entreprise. En parallèle, le GEIQ

En 2012, les GEiq BTP représentent 46% des 208 implantations, tous secteurs confondus. Les statistiques montrent que les entreprises adhérentes des GEiq BTP ont poursuivi leurs efforts d’embauche de jeunes et d’adultes éloignés de l’emploi. 2460 contrats ont été signés dans le BTP (à 80% des contrats de professionnalisation), soit une augmentation de 2% par rapport à 2011.

Je n’ai à m’occuper de rien. » Un autre intérêt pour

Bien qu’encore très satisfaisants, on constate une baisse des taux d’obtention d’une qualification (79%) et des sorties positives (64%). Avec la naissance d’un nouveau GEiq régional en Lorraine, le secteur est désormais présent dans toutes les régions. Le nombre d’entreprises adhérentes progresse, soulignant l’intérêt des dirigeants pour ce dispositif souple et adapté à leurs besoins, notamment pour répondre aux clauses d’insertion dans les marchés publics.

40 l Reflets & NuaNces Juillet 2013

se charge de trouver la formation et l’organisme. les PME d’adhérer à un GEIQ est la mutualisation des engagements d’insertion puisque la personne, n’étant pas salariée de l’entreprise mais par le GEIQ, peut faire plusieurs chantiers selon les différentes obligations d’insertion des entreprises. Enfin, les GEIQ sont un moyen de recruter et former aussi des personnes issues d’autres secteurs d’activité susceptibles d’être reconverties aux métiers du bâtiment, en fonction des besoins des entreprises.


© FOTOLIA

Les GEIQ BTP BTP Travaux Publics

votre ifrB est à votre service

Antennes

Si vous ne trouvez pas de GEIQ BTP sur votre territoire, vous pouvez vous adresser à un GEIQ multisectoriel. Toutes les coordonnées sont disponibles sur www.geiq.fr

Sécuriser les parcours

Appartenant au réseau territorial de la FFB, les instituts de formation et de recherche du bâtiment mettent à la disposition des entreprises adhérentes un service de formation de proximité.

« Il faut entre six mois et un an à la personne en difficulté pour que l’insertion soit réussie, explique Dominique Aubry, co-dirigeant de l’entreprise Chanel, basée à Venissieux (69). Il s’agit d’insérer des jeunes sans formation dans un système. C’est pour cela que nous sommes passés de six mois à un an pour sécuriser le parcours. Mais aujourd’hui, nous pensons revenir aux six mois initiaux à cause de la crise. » Le GEIG 69, fondé à l’initiative notamment de Jean Chanel, peut se féliciter d’un taux d’embauche de 30 à 40 % des jeunes formés. « A la création du GEIQ 69, l’entreprise Chanel a mis en place une politique de formation forte. En externe, elle a fait appel aux Compagnons du Tour de France pour la formation technique et en interne, un tutorat donne un cadre au jeune, reprend Dominique Aubry. En ce qui concerne les demandes d’insertion des jeunes des quartiers, Jean Chanel s’est battu pour que ceux-ci n’aillent pas sur les chantiers de leur quartier. D’abord, parce qu’il n’était pas toujours agréable pour les locataires de retrouver un jeune de la cité avec qui ils avaient eu des soucis et ensuite c’est contraire à l’idée d’insertion. Il ne fallait pas qu’ils restent d’où ils viennent mais qu’ils aillent partout comme n’importe quel salarié du BTP. C’est toujours cette idée qui prévaut. » Aujourd’hui le GEIQ 69 s’intéresse à un autre public pour lequel une nouvelle structure a été créée en 2010 : Rhôninserim. « Des entreprises ne réalisaient pas leurs clauses car il n’existait pas d’outils adaptés pour les missions courtes de 300 h voire 30 h. Là encore, c’est la structure qui porte la notion de mutualisation.

L

es chantiers demandent de plus en plus de qualifications, les attentes des clients évoluent, de nouveaux marchés émergent. Par ses connaissances des problématiques du secteur, des marchés et des métiers du bâtiment, le réseau des instituts de formation et de recherche du bâtiment (IFRB), qui compte une trentaine d’organismes de formation sur l’ensemble du territoire, accompagne les entrepreneurs, artisans et salariés du bâtiment dans ces évolutions. Pour cela, les IFRB élaborent des outils techniques et commerciaux, développent des formations adaptées aux évolutions de la profession en partenariat avec les Unions et Syndicats, collaborent avec les organismes de formation réputés afin de trouver des formateurs compétents et conçoivent des formations adaptées aux exigences des entreprises, dispensées à proximité ou au sein-même de l’entreprise. Ils aident les chefs d’entreprise à répondre à leurs obligations en matière de prévention, de performance énergétique et d’accessibilité des bâtiments. Des formations sur la réglementation thermique (RT) 2012, l’isolation thermique par l’extérieur, l’accessibilité, l’amiante, l’habilitation électrique ont été développées.n Pour plus d’informations sur les IFRB et les formations qu’ils organisent près de chez vous, consultez www.formation-batiment.fr

Elle aide des personnes qui ont une expérience professionnelle, qui n’ont pas besoin de formation et qu’il faut remettre en contact avec l’entreprise. » n Juillet 2013 Reflets & NuaNces l 41


FormatioN

©POGGIA

CQp « façadier iTéisTe »

une réponse aux besoins des entreprises Construit à partir d’un référentiel de compétences élaboré par les professionnels du groupe isolation thermique par l’extérieur (GiTE) de la FFB, le certificat de qualification professionnelle (CqP) « façadier itéiste » sera mis en place à partir du mois de septembre 2013.

Le CQP « façadier itéiste » est destiné à reconnaître et valoriser les compétences des salariés déjà en poste. Il s’adresse également aux nouveaux entrants qui souhaitent intégrer durablement la profession. Pour sécuriser le recrutement de ces derniers, un outil spécifique a été créé avec Pôle emploi selon la technique

42 l Reflets & NuaNces Juillet 2013

La description de l’emploi Le façadier itéiste participe, au sein d’une équipe et sous la responsabilité d’un chef d’équipe ou de chantier, à la mise en œuvre des différents procédés d’isolation thermique par l’extérieur en filière sèche et/ou humide dans le respect des modes opératoires et de sécurité. Dans ce cadre, il accomplit les principales tâches suivantes : • préparer le support au procédé ITE, en effectuant les traitements adaptés, • mettre en place une ossature ou un rail de départ, • poser les panneaux isolants, en partie courante, en utilisant le mode de fixation approprié,

• traiter les principaux points singuliers (parties hautes, basses, latérales, ouvertures).

Les centres de formation A partir de septembre 2013, les instituts de formation et de recherche du bâtiment (IFRB) de huit régions proposeront cette formation : Alsace, Auvergne, Bourgogne, France-Comté, Haute-Normandie, Lorraine, MidiPyrénées, Rhône-Alpes. Si vous êtes concerné par le marché de l’isolation thermique par l’extérieur et souhaitez former vos salariés, prenez contact avec l’IFRB de votre région. www.formation-batiment.fr

Les CqP répondent aux évolutions des métiers et aux besoins des entreprises, lorsqu’il n’existe ni diplôme ni titre professionnel du ministère du Travail. C’est une certification reconnue par la Convention collective nationale du bâtiment.

© Franck Deletang - PIXEA Architecture - Lycée Champlain (94)

Le public visé

dite méthode de recrutement par simulation (MRS). Un bilan de compétences des salariés en poste permet de personnaliser le parcours de formation. Pour ces candidats, un seul module de 14 heures est obligatoire : la session de CQP, qui se déroule sous l’autorité d’un jury paritaire, comprend carnet de validation, épreuves pratiques, questionnaire à choix multiples et entretien avec le jury. Modulaire, le parcours complet, s’il est nécessaire, est de 273 heures pour chacune des filières, humide et sèche.

©AFPA RENNES

R

econnue comme l’une des activités les plus aptes à répondre aux objectifs du Grenelle de l’environnement, tant en construction neuve qu’en rénovation, l’isolation thermique par l’extérieur est en plein essor. Pour se positionner sur ce marché en tant que spécialistes reconnus, les entreprises avaient besoin d’une offre de formation adaptée afin de garantir une prestation de qualité conforme aux normes en vigueur. Dans ce contexte, la FFB a déposé une demande de CQP « façadier itéiste », validée en novembre 2011 par la commission paritaire nationale de l’emploi (CPNE) conjointe du BTP. Ce certificat est constitué d’un tronc commun (sécurité, communication, organisation, travaux préparatoires, traitement mixte des points singuliers) et de deux options possibles : filière humide (mise en œuvre d’enduits sur isolant) et filière sèche (mise en œuvre d’éléments rapportés sur isolant).


weber.therm

l’offre I.T.E. qui fait la différence ! Weber, acteur sur le marché de l’Isolation Thermique par l’Extérieur depuis plus de 30 ans et leader en Europe, développe pour vos chantiers une offre complète de systèmes I.T.E. avec finitions organiques :

weber.therm motex weber.therm PPE Profitez d’une large palette de finitions et de couleurs adaptée à vos chantiers :

• weber.tene XL, finition talochée • weber.tene ST, finition ribbée • weber.tene SG, grains de marbre

© Franck Deletang - PIXEA Architecture - Lycée Champlain (94)

Retrouvez nos gammes de produits et solutions sur le guide Weber ou sur notre site internet : www.weber.fr

© Saint-Gobain Weber France - 10/2011 - 385 019 070 R.C.S. MELUN - A02/21

De multiples accessoires et outillages accompagnent les systèmes weber.therm et vous permettent une réponse adaptée à chaque besoin de traitement de sujétions : garde corps, antennes, appuis isolés...


FormatioN

Booster les compétences en management

©FFB 31

Chef d’éQuipe peinTure eT sols

Stagiaires, dirigeants, formateurs et l’IFRB Midi-Pyrénées se sont réunis pour faire le bilan de la première session de formation.

À l’attention des ouvriers qualifiés, compagnons professionnels et chefs d’équipes désireux d’améliorer leurs compétences en management, la formation chef d’équipe peinture et sols, initiée en Haute-Garonne, dresse un premier bilan positif.

L

a formation chef d’équipe peinture et sols, lancée cette année à l’initiative du syndicat peinture sol finitions de Haute-Garonne1 présidé par Pascal Capdevila, dirigeant de Sogapeint à Toulouse, tire déjà des enseignements de sa première session. Prévue les vendredis, ou jeudis et vendredis selon les modules, elle s’est échelonnée entre le 25 janvier et le 12 avril 2013 (70 heures). Son objectif ? Permettre aux ouvriers qualifiés, compagnons professionnels ou maîtres ouvrier d’acquérir des techniques de management. Elle vise aussi à renforcer les acquis professionnels des chefs d’équipe déjà en place. Avec, à la clef pour tous, des perspectives d’évolution de carrière…

gérer les chantiers avec professionnalisme

1

Lire Reflets & Nuances

d’avril 2013 (n° 155) p. 5

Sébastien Lagrèze, dirigeant d’Idéal PeintureLagrèze Bâtiment, à Blagnac, a inscrit deux de ses peintres qualifiés à la formation, Alexandre Delos et Raoul Bassonville. Il s’en explique : « Je voulais qu’ils apprennent à gérer un chantier comme des patrons. Le bilan que j’en tire aujourd’hui avec eux est positif. Cette formation est poussée, adaptée à des entreprises de taille moyenne, comme la mienne (une douzaine de salariés). Ce qui m’a semblé intéressant, c’est aussi l’échange d’expérience qu’ils ont pu faire avec les autres stagiaires… »

David Mondragon et Ludovic Sylvestre, chefs de chantier chez Sogapeint et stagiaires de cette première session, sont à l’unisson. Ils ont appris le management « sur le tas », au fil des années. S’ils se sont rendus à la formation « un peu à reculons », ils l’ont trouvée bénéfique. « Le but, résume Ludovic Sylvestre, était de nous sentir un peu moins dépassés sur les chantiers. Nous nous sommes aperçus que nous connaissions beaucoup de choses en vérité. Et nous avons appris des procédures pour nous faciliter la tâche, mieux gérer les plannings par exemple. » David Mondragon a trouvé le rythme dense : « Compte tenu des chantiers que nous gérons (une dizaine chacun), ce n’était pas évident de dégager le temps nécessaire à la formation. Je redoutais le côté trop scolaire également : nous n’avons pas l’habitude de passer la journée assis sur une chaise ! Mais nous avons appris beaucoup, en administratif par exemple. Les documents écrits sont très bien, ainsi que les petits tests en commun et les mises en situation. Les formateurs se sont mis à notre hauteur. Mes deux seuls bémols portent sur les semaines où il y avait cours les jeudis et vendredis, ainsi que sur le module sécurité, pas suffisant… » Bonne nouvelle, la prochaine session tiendra compte de ces demandes d’aménagement, formulées par tous les stagiaires : plus de cours le jeudi, les jours consécutifs de formation (jeudi et vendredi) étant pénalisants pour l’activité de l’entreprise ; quant au module dédié à la sécurité, il Womptera désormais deux jours ! n

la formation point par point l Elle rassemble 4 modules principaux, comme suit : module 1, représentation de l’entreprise sur le chantier (1 jour) module 2, gestion d’une équipe (4 jours) module 3, prévention, sécurité, environnement (deux jours à compter de la deuxième session) module 4, règles de base de gestion et d’organisation d’un chantier (4 jours)

44 l Reflets & NuaNces Juillet 2013

l Date de la prochaine session : octobre 2013 les vendredis, de 8h à 16h30 l Durée : 77 heures sur 11 semaines l Lieu : IFRB (Institut de formation et de recherche du bâtiment), 11, boulevard des Récollets, Toulouse. l Validation : attestation de formation individuelle. l renseignements et inscriptions : Evelyne Bonafos au 05 61 14 70 37 ou bonafose@d31.ffbatiment.fr


FormatioN

licence Pro « chArgé d’AFFAires Peinture AménAgement Finitions » : recrutement

mENT Y PARTICIPER ?

ption est gratuite.

concours

Trophées

e d’engagement du candidat

e d’inscription aux « Trophées de l’Excellence 2013 »

Les étudiants titulaires de la licence pro «chargé d’affaires peinture aménagement finitions » (session 2012-2013) à Laval (53) sont maintenant sur le marché de l’emploi. Si vous êtes intéressé par ce profil et prêt à intégrer un jeune titulaire de cette licence professionnelle dans votre entreprise, prenez contact avec Martine Le Gall 06 16 16 47 36 m.legall@uco-laval.net

FONDATION D’ENTREPRISE DES MÉTIERS DU BTP

z-vous sur le site www.smabtp.fr ð Groupe SmAbTP ð Fondation ð Activités

omplétez votre dossier avec les pièces mentionnées dans le paragraphe SIER DE PARTICIPATION » et téléchargez les annexes :

de l’excellence

de la fondation d’entreprise des métiers du édition

Btp

2013

OI DU DOSSIER DE CANDIDATURE :

sier complet doit être envoyé au plus tard le 31 août 2013 (le cachet de la faisant foi) par courrier à :

Fondation EXCELLENCE SMA oncours Trophées de l’Excellence « Qualité Construction » - Edition 2013 114 Avenue Emile Zola 75739 PARIS CEDEX 15

out renseignement :

email : concoursexcellence@excellencesma.org et : Concours trophées de l’excellence « Qualité Construction » - Edition 2013

téléphone : Fabienne TIERCELIN – 01 40 59 72 34

Renseignement sur : www.smabtp.fr

CoNCoURS 2013 « TRoPHéES DE L’EXCELLENCE » !

inscrivez-vous avant le 31 août !

sensiBiliser les PArents Aux métiers du Bâtiment

O

rganisés par la fondation d’entreprise Excellence SMA, les trophées de l’Excellence distinguent les artisans et les entreprises qui par des actions novatrices et exemplaires témoignent de leur intérêt pour la prévention des désordres, la sécurité des personnes ou la préservation de l’environnement sur les chantiers. La fondation récompensera aussi des actions de prévention routière.

La FFB et l’Association des parents d’élèves de l’enseignement libre (Apel) nationale ont signé le 22 mars 2013 une convention de partenariat pour faire mieux connaître le secteur du bâtiment aux parents dont l’influence est déterminante pour l’orientation de leurs enfants. L’objectif de cette convention est d’associer les parents et les établissements de l’enseignement libre aux actions FFB d’information sur les métiers, comme « Les Coulisses du Bâtiment » en octobre, « Un jour en entreprise » en mars, le concours « Batissiel » en juin ou les opérations dans les collèges. L’Apel, de son côté, fera la promotion de ces différentes actions dans son réseau et dans ses publications.

Un prix spécial « centre de formation » sera également attribué au CFA qui témoignera d’une action, formation ou réalisation visant à sensibiliser les apprentis à la qualité de mise en œuvre du travail. Chaque lauréat de cette 3e édition recevra un prix de 2 500 € à 3 000 € qui sera remis lors du salon Batimat en novembre 2013. Le droit d’accès au concours est gratuit. Pour vous inscrire, rendez-vous sur le site www.smabtp.fr à la rubrique Trophées de l’Excellence. Vous avez jusqu’au 31 août 2013 au plus tard pour envoyer votre dossier de candidature. n Pour tout renseignement : Fabienne Tiercelin : 01 40 59 72 34 concoursexcellence@excellencesma.org

Pensez-y !

Reflets & Nuances est consultable en version numérique

www.cluballiancepeintures.com

APPrentissAge BtP et culture générAle Le CCCA-BTP (Comité de concertation et coordination de l’apprentissage BTP), la Fondation BTP Plus et la Bibliothèque nationale de France (BNF) ont noué un partenariat, le 20 mars, pour la création de Passerelle(s), un portail multimédia incitant les apprentis du secteur à s’ouvrir à la culture générale, à travers leur métier. Ce portail permettra aux apprentis d’accéder notamment aux savoirs liés à l’histoire des métiers du BTP, à partir des collections de la Bibliothèque Nationale de France. Passerelle(s) devrait être accessible à partir de 2014.

l’esjdB1 ProPose des FormAtions « Action » Ces formations couvrent tous les profils et toutes les étapes du parcours de l’entrepreneur d’aujourd’hui. Elle s’adresse aux futurs repreneurs, aux créateurs ou aux dirigeants en poste. Comptabilité, sous-traitance, droit des sociétés, ressources humaines, marketing etc. Chaque thématique abordée est spécialement tournée vers les entreprises et leurs spécificités. Les contenus des formations sont actualisés en permanence, pour répondre aux attentes des stagiaires. S’appuyant sur un réel accompagnement pédagogique, chaque cursus est progressif. Il tient compte des acquis du candidat, de son parcours, de son projet et des objectifs de l’entreprise. Les formations sont réparties sur plus de trente sites en France métropolitaine et à La Réunion. Les stagiaires bénéficient du réseau des anciens, aujourd’hui entrepreneurs. Pour plus d’information : www.esjdb.com 1 Ecole supérieure des jeunes dirigeants du bâtiment

UN

46 l Reflets & NuaNces Juillet 2013

13_6790 AP A


ALPHA BL MAT UNO Redécouvrez la référence des mats

pouvoir opacifiant rEnforcÉ BLancHEur EXcEptionnELLE appLicaBLE En 1 coucHE

aLpHa BL Mat uno

NOUVEAU : téléchargez l’application mobile Disponible sur

App Store

www.sikkens.fr UNE MARQUE DE

13_6790 AP ALPHA BL MAT UNO 210x297.indd 1

06/06/13 12:25


FormatioN © SAUDEMONT PEINTURE & DÉCORATION – PASCAL BRUNET

promotion des métiers et valorisation de l’apprentissage

De nombreux concours valorisent l’apprentissage et la formation professionnelle, l’excellence et le talent des jeunes d’aujourd’hui dans la pratique de leur métier. Zoom sur ces concours.

u des meilleurs ouvriers un de Fr FrAnce : session 2013 - 2015 Si vous avez plus de 23 ans et si vous souhaitez participer à la 25e édition du concours « MOF », vous avez jusqu’au 30 septembre 2013 pour vous inscrire. © COET2012 Les référentiels métiers et les sujets des épreuves qualificatives de la classe 13 « peinture d’intérieur » et « peinture décors » sont en ligne sur www.meilleursouvriersdefrance. org. En 2014, les épreuves qualificatives décentralisées, obligatoires pour tous les métiers, se dérouleront dans des lycées professionnels ou centres de formation. Organisées à Paris et en région parisienne, les épreuves finales et les évaluations des oeuvres auront lieu entre janvier et avril 2015. Au terme du concours, l’Exposition nationale du travail se tiendra à Paris. Luc Papavoine, artisan en Seine-et-Marne, succède à Michel Margery en tant que président du jury de la classe 13. www.meilleursouvriersdefrance.org

42e olymPiAdes des métiers : à vos mArques ! Worldskills France a présenté le 4 juin au ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, les 45 jeunes de l’équipe de France des métiers 2013, sélectionnés pour défendre l’excellence du savoir-faire français dans leurs métiers respectifs pendant la compétition internationale des Olympiades des métiers qui se tiendra du 2 au 7 juillet à Leipzig (Allemagne). Le ministre Michel Sapin a salué l’engagement des jeunes candidats français dans cette compétition, qui exige une parfaite maîtrise de leur métier. Durant 4 jours, près de 1000 candidats âgés de moins de 23 ans et venant de 44 pays, concourront dans une quarantaine de métiers. Parmi ces candidats, Kelly Lhoste, entraînée et coachée pendant plusieurs mois: elle affrontera des jeunes peintres de 18 pays avec un seul objectif en tête, décrocher la médaille d’or. www.worldskills.org © wORLDSkILLS DANIEL LE STANC

un des meilleurs APPrentis de FrAnce : FinAle nAtionAle 2013

concours du meilleur APPrenti Peintre de Bourgogne : 24e édition Pour sa 24e édition, le concours, présidé par Didier Sève, président de la section peinture de Saône-et-Loire, se déroulera au Bâtiment CFA de Côte d’Or en octobre 2013. Organisé chaque année et à tour de rôle dans les départements de la région Bourgogne, il fait concourir les deux apprentis de chaque département ayant eu les meilleurs résultats au CAP peintre-applicateur de revêtements. Le concours dure vingt heures étalées sur deux jours et demi. A noter que Kelly Lhoste, qui représentera la France en peinture aux 42e Olympiades, a été lauréate, il y a trois ans, du concours du meilleur apprenti peintre de Bourgogne. Un tremplin pour l’excellence ! 48 l Reflets & NuaNces Juillet 2013

concours BAtissiel : à lA découverte des métiers du Bâtiment Le 5 juin, la FFB a accueilli la finale nationale de la 9e édition du concours Batissiel qui réunissait 38 classes retenues lors des sélections académiques. Organisé par la FFB, la FNTP, l’Education nationale et la Fondation école française du béton, en partenariat avec la Fondation BTP, ce concours s’inscrit dans le programme de technologie des classes de 5e et de 3e ainsi que dans le parcours de découverte professionnelle. Objectif du concours : faire découvrir le secteur de la construction, les métiers et les formations qui y préparent. 17 classes, dans les trois catégories 5e, 3e et Pro, ont été récompensées. Tous les élèves ont été félicités pour leur engagement, dynamisme et spontanéité dans la présentation de leurs projets. Pour les enseignants, ce concours se révèle être un formidable outil pédagogique et fédérateur. © STUDIO COPERNIC

Organisé par la société nationale des meilleurs ouvriers de France, ce concours annuel dont c’est la 28e édition vise à promouvoir auprès des plus jeunes l’excellence des filières d’apprentissage. Pour les métiers du bâtiment, la finale nationale 2013 des meilleurs apprentis de France s’est déroulée le 30 mai à Montluçon. En peinture d’intérieur, quatre jeunes ont reçu le titre de meilleur apprenti de France. Le 6 mars 2013, a eu lieu au Sénat la cérémonie annuelle de remise des titres « Un des meilleurs apprentis de France » à la promotion 2012. www.meilleursouvriersdefrance.org


40 ans au service des Professionnels… SCHULLER EH’KLAR, acteur majeur depuis 40 ans sur le marché européen de la Distribution spécialisée en Outillages pour Peintres et Artistes, propose pour vos chantiers une offre complète de Qualité : Brosserie, Manchons et Rouleaux de peinture, Adhésifs, Outillages divers, Abrasifs, Protections individuelles et Aérosols de peinture…

PEINTRES, FACADIERS, ENDUISEURS, PLÂTRIERS, CARRELEURS,

Pour tous vos travaux, vous trouverez avec SCHULLER EH’KLAR une solution adaptée à votre budget.

Easy MIX SX 30, Mélangeur Pro à 2 vitesses Pour une utilisation continue, robustesse, haute performance et confort d’usage, tels sont les avantages des Easy Mix :     

Puissance : 1200 W Vitesse Rotation : 0-580 T/min 0-760 T/min Tige agitatrice M14: 590 mm x 120 mm Capacité de Mélange : 40 à 90 Litres Poignée Ergonomique

(Existe en 1600 W, pour les produits lourds ou à forte viscosité comme les enduits, colles, plâtres et mortiers) Mélangez efficacement en toute simplicité !!!

Easy SANDER DS 1220, Ponceuse Courte Très légère et performante pour un réel gain de temps grâce à son système d’aspiration directe dans un sac à poussière et un plateau identique à la Ponceuse télescopique :     

: 1200 W Puissance Vitesse Rotation : 1500 à 2300 T/min Diamètre disque : 225 mm Poids : 2,8 kg Poignée Ergonomique

(En complément, Ponceuse Télescopique Easy SANDER DS 600)

Poncez parfaitement en toute légèreté !!!

L’ensemble de notre gamme et solutions sur notre site internet. SCHULLER EH’KLAR FRANCE DISTRIBUTEUR INTERNATIONAL D’OUTILLAGES POUR PEINTRES ET ARTISTES 4, rue Antone Wagner 67190 MUTZIG Tél.: +33 388 04 68 04 Fax: +33 388 04 68 08 E Mail : france@schuller.eu www. Schuller.eu


NoUVeaUtÉS PPG iSol : oFFre comPlète ite de GUittet trois systèmes d’ite adaptés à toutes les configurations.

alPhaxylaN SF : le mat SiloxaNe de SikkeNS Un aspect minéral mat profond pour une esthétique conforme aux tendances du marché.

NoUVelle Gamme de toileS de Verre PrÉeNcollÉeS de SemiN SoFramaP PrÉSeNte SoN traitemeNt hydrofUge – oLéofUge eN PhaSe aqUeUSe : PLexiteC h-o

deux références afin d’optimiser le temps de travail sur vos chantiers. PPG Isol est un système à couche de base pâte + ciment qui convient aux périodes froides et humides (dans la limite des règles des DTU 59.1 et 59.2) ; PPG Isol PAE, un système à couche de base organique fibrée et 100% prête à l’emploi et PPG Isol Poudre, un système à couche de base en poudre à base de ciment, à mélanger avec de l’eau. Ces trois systèmes s’accompagnent des revêtements de finition Guittet, reconnus pour leur esthétisme et leur résistance : Guittet Isol Taloché et Guittet Isol Ribé. tél. 01 57 61 00 00 www.guittet.com

Semin propose désormais aux professionnels du bâtiment Maille Préencollée et Maille Préencollée prépeinte aux dimensions 50 M x 1 M. L’utilisateur n’a plus besoin d’acheter, transporter ni stocker les pots de colle. Un nettoyage facile du matériel contribue au chantier propre. N’ayant qu’à les humecter avant de les poser, les toiles préencollées Semin présentent économie et gain de temps.

UN marqUeUr de Würth FraNce Un outil basique mais indispensable sur les chantiers.

Sikkens reformule son best-seller tout en conservant ses qualités d’origine. Produit 2 en 1 (primaire et finition), le nouvel Alphaxylan SF offre dorénavant une blancheur renforcée et des caractéristiques plus respectueuses de l’environnement. Capable de masquer les imperfections, l’Alphaxylan SF se décline dans les 1600 teintes du nuancier 4041. www.sikkens.com.fr

VeStChAUf/8 de caray : UN VeStiaire iNdiVidUel chaUFFaNt Une innovation destinée à améliorer les conditions de travail du personnel soumis aux intempéries.

tél. 03 82 83 53 57 www.semin.com

Würth propose un nouveau marqueur de précision, doté d’une pointe extra longue et fine, qui permet d’atteindre facilement les endroits difficiles d’accès, comme le repérage des trous d’alésage. Ce marqueur permet d’écrire de façon permanente sur l’aluminium, la tôle métallique, le béton, la pierre, le verre ou encore le bois. Cette nouvelle référence complète la gamme composée d’un marqueur peinture industriel, d’une craie industrielle ou d’un marqueur pour le verre effaçable à sec. tél. 03 88 64 72 45 www.wurth.fr

50 l Reflets & NuaNces Juillet 2013

Solution de protection des façades évitant l’encrassement issu des pollutions atmosphériques en milieu urbain et industriel.

Composé d’une batterie de huit vestiaires individuels, Vestchauf/8 intègre dans la gaine des armoires un circuit de ventilation qui permet de chauffer les casiers en cinq minutes. L’air reste sain puisqu’il est renouvelé 20 fois par heure. L’espace de rangement est spécialement conçu pour accueillir l’ensemble des équipements de protection individuels du salarié (EPI) ainsi que deux paires de chaussures. tél. 01 30 37 09 49 www.caray.fr

A base de résines siloxanes en dispersion dans l’eau, Plexitec H-O est non filmogène et incolore, permettant ainsi de préserver l’aspect d’origine du support traité. Ce revêtement classé D1 s’applique sur les pierres naturelles ou reconstituées, les marbres, briques, tuiles en terre cuite, l’ardoise, le fibro-ciment, le béton... Hydrophobe et microporeux, il combine des aptitudes d’imperméabilité à l’eau, pour protéger les façades des intempéries, et de perméabilité à la vapeur d’eau pour laisser respirer le support. Son effet déperlant entraîne les salissures. Oléofuge, il apporte un complément de résistance à la pénétration des particules grasses. tél. 04 92 02 66 72 www.soframap.com


NoUVeaUtÉS Stoarmat claSSic PlUS PoUr leS ite Sto présente un nouvel enduit fibré, 100% organique.

www.zoLPAniSoLAtion-ite.fr : toUte l’ite à BoUt de clic zolpan crée son site internet dédié à l’isolation thermique (ite, combles perdues).

FaSciNatioN : collectioN de taPiS de VorWerk rÉcomPeNSÉe Par leS architecteS Associé au système d’ITE StoTherm Classic®, l’enduit StoArmat Classic plus répond à tous les critères d’exigence en ce qui concerne la qualité, sécurité et durée de vie. Souple et élastique, il est insensible aux intempéries et aux variations dimensionnelles du support. Il en résulte une résistance à la fissuration. Sa composition organique sans ciment lui confère une résistance aux chocs nettement supérieure à celle des enduits hydrauliques. tél. 01 34 34 57 00 www.sto.fr

lemaître SÉcUritÉ haBille leS PiedS trois nouveaux modèles de chaussures de sécurité pour les chantiers extérieurs.

Le design et la créativité pour les sols.

tolleNS + PaNtoNe® Une nouvelle palette de couleurs dédiée à la décoration d’intérieur.

La navigation en images, claire et fluide, est articulée autour de six rubriques : Pourquoi isoler, Comment isoler, Nos systèmes vidéo en 3D, Optimiser votre chantier, Aspect & Finition, Simulateur thermique. En complément, certaines documentations utiles comme le guide des composants et les fiches techniques sont téléchargeables. tél. 04 72 10 70 60 www.zolpan-isolation-ite.fr

weber.mUr.int’Air : le NoUVel atoUt deS FaçadierS la solution pour l’étanchéité intérieure à l’air des murs et des jonctions.

Cette nouvelle collection illustre la richesse technique et esthétique d’une offre de moquettes de haute qualité, adaptée aux exigences de l’habitat, comme à celle de l’hôtellerie ou du tertiaire. Organisée autour de quatre thématiques, Universal Gloss, Balanced Pureness, Private Treasures et Design Unlimited, elle joue avec les formes, les coloris et les matières. Moquettes tuftées, bouclées, saxony, velours, laine et alcantara, lés et dalles de formes inédites, bordures pour composer des tapis personnalisés…une large palette de coloris et de dessins s’offre ainsi afin de s’intégrer à tous les décors.

La Collection inspired by Pantone® de Tollens propose un nuancier de 100 couleurs graphiques et harmonieuses issues du nuancier Fashion + Home, réalisables sur machine à teinter. Déclinée en deux gammes de peinture intérieure pour murs et boiseries (Orizon et Flat Hydro), la Collection permet de satisfaire toutes les exigences esthétiques et techniques. tél. 01 41 27 62 52 www.tollens.com

tél. 02 51 85 47 52 www.vorwerk-moquettes.com

Moon S3 (botte), Pilot S3 (modèle haut) et Drive S3 (modèle bas) sont les chaussures de sécurité fabriquées en cuir huilé hydrofuge souple et robuste et qui possèdent une doublure en textile tridimensionnel avec un col souple. La semelle 4x4 en PU2D à profil courbe Parabolic® assure une bonne adhérence sur tous les terrains et un confort optimal. Les chaussures sont équipées d’embout de protection large et d’insert antiperforation non métallique, donc non conducteur de froid (ni de chaleur). tél. 03 88 72 28 80 www.lemaitre-securite.com

Weber a développé le weber.mur int’air, un revêtement technique intérieur, à base de gypse et de chaux, à projeter mécaniquement sur les murs intérieurs. Cette solution permet de traiter efficacement l’étanchéité à l’air des murs et, dans le même temps, les ponts thermiques avec les jonctions murs/plafonds/planchers/menuiseries, avant la mise en œuvre du doublage. Nouveau dans son genre, il permet aux façadiers de sécuriser rapidement et durablement les fuites d’air du bâtiment afin d’atteindre les performances dictées par la RT 2012. tél. 01 60 62 13 00 www.weber.fr

Juillet 2013 Reflets & NuaNces l 51


Z

NoUVeaUtÉS SAni-Air : la PrÉoccUPatioN SaNitaire de JeFcoSylco

ACt 4 et ACt 8 de frACo : BaSe aUtomotrice PoUr PlateFormeS à mâtS

i

Une peinture qui purifie l’air intérieur en éliminant les particules de formaldéhyde.

des plateformes dotées de bases automotrices permettant leurs déplacements de façon autonome sur les chantiers.

Green-dex tm : UN ePi reSPoNSaBle Le premier gant biodégradable pour protéger l’environnement.

Le groupe japonais Showa Best Glove innove avec un gant jetable et biodégradable, le GreeN-DExTM, basé sur la technologie qui a la spécificité d’accélérer la biodégradation des matériaux la contenant. Les gants GreeN-DExTM offrent les mêmes qualités et performances que les N-DEx® utilisés pour des activités de peinture-décoration ou de nettoyage. Faciles à enfiler et à enlever, ils protègent la main d’une vaste gamme de produits chimiques. Ils sont vendus au même prix. tél. 01 55 62 14 20 www.showabestglove.com

SiGmalyS : NoUVelleS PeiNtUreS de SiGma coatiNGS

La base automotrice est équipée d’un pupitre de commandes permettant de faire bouger la plate-forme aussi bien d’avant en arrière que de droite à gauche pour un ajustement parfait le long de la façade. Son moteur hydraulique est de même puissance que celle utilisée pour l’élévation de la plateforme. Sa source d’alimentation, diesel ou électrique, provient du moteur de l’unité élévatrice.

deux nouvelles références complètent la gamme de peintures intérieures Sigmalys (destinées aux travaux courants).

Après Sani-Cryl en 2011 qui agit contre la condensation et les moisissures et la peinture antibactérienne Sani-Pur en 2012, JefcoSylco étoffera sa gamme Sani, à la rentrée 2013, d’une nouvelle peinture, Sani-Air, qui purifie l’air intérieur par l’élimination des particules de formaldéhyde, un irritant des yeux, du nez et de la gorge. La gamme Sani apporte des solutions professionnelles esthétiques, alliant respect de l’environnement et fonctions sanitaires. tél : 04 96 12 50 00 www.jefcosylco.com

tél : 03 44 91 03 53 www.fraco.com/fr

eaSyoNe By caParol la Gamme SoltiS® de SerGe Ferrari La gamme dédiée à la protection solaire intérieure et extérieure.

Sigmalys Impress est une impression adaptée à une grande variété de supports. Sans odeur et sec hors poussière en une heure, elle est recouvrable en 24 heures. Sigmalys Soft, peinture mate-veloutée apporte une touche contemporaine. Dotée d’une grande opacité, elle dissimule les légers défauts du support. Avec quatre finitions au choix (mate, mateveloutée, velours et satinée), associées à une impression polyvalente, la gamme Sigmalys répond avec pertinence à toutes les configurations de chantier.

nouvelle gamme de peinture d’intérieur au service des peintres.

tél. 01 57 61 00 00 www.sigmacoatings.fr

La technologie exclusive utilisée pour les screen composites de Serge Ferrari assure une stabilité dimensionnelle, une tenue des couleurs et une planéité tout en résistant sans renfort à la déchirure. Leur armature composée de fils polyester haute ténacité, apporte une grande solidité et résistance au temps et à la salissure. 100% recyclables, les screen composites Soltis® bénéficient d’une analyse de cycle de vie (ACV) et d’une fiche de déclaration environnementale et sanitaire (FDES).

Conçue pour les travaux courants, la gamme de peinture lancée par Caparol se compose d’une impression, de quatre finitions (mat, satin, mat éco et soie), complétée par une peinture mate polyvalente intérieur/extérieur. Garnissantes et bénéficiant d’une 1ère couche sur impression, les peintures EasyOne by Caparol sont disponibles en 5 et 15 L en blanc et en teintes pastel. tél. 03 22 38 39 40 www.caparol.fr

www.sergeferrari.com

52 l Reflets & NuaNces Juillet 2013

www


Zolpan lance son site...

isolation thermique

Nouveau % 100 Pour vous

aider à réussir vos chantiers d’isolation...

% 100 Pour choisir

les systèmes en fonction de vos ouvrages...

100 Pour faciliter %

votre quotidien...

100 Pour répondre %

à toutes vos questions...

% 100 Pour vous

faire gagner du temps...

Ce site spécifique répond à tous les besoins d’informations des professionnels et les accompagne sur ce marché en pleine expansion.

POURQUOI ISOLER ?

COMMENT ISOLER ?

NOS SYSTÈMES VIDÉO EN 3D

OPTIMISER VOTRE CHANTIER

ASPECT & FINITION

SIMULATEUR THERMIQUE

SIMPLE • PRATIQUE • EFFICACE • COMPLET

www.zolpan.fr

Création

Avec 35 ans d’expérience et près de 10 000 logements réalisés par an, Zolpan a une véritable expertise dans la mise en oeuvre des systèmes d’isolation thermique (I.T.E, combles perdus).

Lyon : 04 72 85 98 37 - Photos et caractéristiques non contractuelles - Sous réserves d’erreurs typographiques ou d’impression. © Zolpan 2013

www.zolpan-isolation-ite.fr


BoN de commaNde

01 40 70 01 74

à Faxer

Je SoUhaite receVoir grACieUSement LeS doCUmentS réALiSéS PAr L’UPPf-ffb Nom/Prénom :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

entreprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Code postal : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tél : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Date : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Merci d’inscrire dans les cases correspondantes le nombre d’exemplaires souhaité

Email : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

© SARL PILLION

Les encarts techniques

CeS doCUmentS Sont à CommAnder à L’UPPf-ffb PAr fAx 01 40 70 01 74 oU Par mail contact@uppf.ffbatiment.fr ilS SoNt ÉGalemeNt acceSSiBleS SUr www.uppf.ffbatiment.fr >espace adhérents>médiathèque>publications>publications de l’UPPF PEINTURES AU PLOMB QUE FAUT-IL SAVOIR EN MATIèRE DE RéGLEMENTATION, PRéVENTION ET SéCURITé ? Ce document a pour objet de rappeler à la maîtrise d’ouvrage et aux entreprises leurs obligations en matière de réglementation, prévention et sécurité en cas de présence de peintures au plomb. Attention à ne pas confondre présence de plomb et accessibilité au plomb. La présence de plomb dans un ouvrage entretenu n’a pas d’incidence sur la santé. Il n’y a pas d’obligation de supprimer la présence de plomb sur le support quel qu’il soit. Il y a obligation de supprimer le risque de l’accessibilité au plomb, présente lorsque l’ouvrage se dégrade. Les particules de plomb libérées lors de la dégradation du support sont dangereuses par leur ingestion ou l’inhalation. A partir du moment où il y a des travaux sur un mur (percement, perforation, fixation…) recouvert de peinture au plomb, le risque d’exposition au plomb existe. Dans ce cas si l’accessibilité au plomb est supprimée, le plomb et le risque restent en place.

Les dates clés l

l

l

l

La fiche individuelle de pénibilité l

Arrêté du 30 janvier 2012 relatif au modèle de fiche prévu à l’article L. 4121-3-1 du code du travail. Les travaux sur peinture au plomb doivent être consignés dans une fiche individuelle de suivi. La fiche de pénibilité est communiquée au service de santé au travail qui la transmet au médecin du travail. Elle complète le dossier médical en santé au travail de chaque travailleur.

l

l

Peintures au plomb

Peintures au plomb : que faut-il savoir en matière de réglementation, prévention et sécurité ? Document rappelant à la maîtrise d’ouvrage et aux entreprises leurs obligations en matière de réglementation, prévention et sécurité en cas de présence de peintures au plomb. Format A4, 4 pages

mémoire technique

Guide de rédaction d’un mémoire technique pour les entreprises de peinture Trame adaptée au métier de la peinture indiquant les points essentiels à traiter dans un mémoire technique. Format A4, 3 volets

Les encarts techniques

Décret 48-2034 du 30/12/1948 relatif à l’interdiction d’emploi de produits plombifères et céruse dans tous les travaux de peinture en bâtiment pour l’ensemble des professionnels Arrêté du 01/02/1993 relatif à l’interdiction de la mise sur le marché et de l’emploi de certaines substances et préparations dangereuses Décret du 19/03/1993 fixant, en application de l’article R. 237-8 du code du travail, la liste des travaux dangereux pour lesquels il est établi par écrit un plan de prévention Arrêté du 07/08/1998 relatif aux limitations de mise sur le marché et d’emploi de certains produits contenant des substances dangereuses (dont certaines peintures au plomb) pour le grand public Décret 2001-97 du 01/02/2001 dit décret CMR (agents chimiques cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction) Décret 2003 - 1254 du 23/12/2003 relatif à la prévention du risque chimique

LES CARNETS © IREF

5-

LE DéCAPAGE CHIMIQUE DES FAçADES QUOI DE NEUF DEPUIS JUIN 2012 ? Ce document a pour objet d’informer les professionnels sur l’évolution des produits de décapage chimique des revêtements de façade, suite à la modification de la réglementation dans ce domaine. Il existe aujourd’hui de nombreux décapants ne contenant pas de dichlorométhane (DCM). Ces produits sont-ils efficaces ? Comportent-ils toujours des dangers ? Nécessitent-ils des changements d’organisation pour les professionnels concernés ? Comment choisir le décapant le mieux adapté, en tenant compte des paramètres efficacité/sécurité/coût ? Autant de questions qui sont abordées dans le présent document.

Rappel de la nouvelle législation Les décapants de peinture contenant du dichlorométhane à une concentration égale ou supérieure à 0,1% en poids, ne doivent plus être utilisés par les professionnels depuis le 6 juin 2012. Cette décision n°455/2009/ CE du Parlement européen et du Conseil du 6 mai 2009 a été motivée par l’existence d’une forte suspicion d’effet cancérigène du dichlorométhane, constituant principal de la plupart des décapants chimiques de façade jusqu’à aujourd’hui. Les employeurs sont tenus de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé des salariés. Le non respect de ces obligations peut entraîner des sanctions pénales. En cas d’accident, la faute inexcusable peut être recherchée.

DU

PEINTRE ®

LE PEINTRE, SPECIALISTE DES EFFETS DECORATIFS

façades

intérieur/décoration

Technique

Le décapage chimique des façades : quoi de neuf depuis juin 2012 ? Les nouveaux décapants sans dichlorométhane (DCM) : leur efficacité, les modes opératoires, les dangers et moyens de prévention, leur coût. Format A4, 4 pages

Sécurité

Les carnets du peintre n°5 Le peintre, spécialiste des effets décoratifs Format A4, 1 2 pages

Formation Juridique Assurance Gestion Prospective

chantier

Qualification des travaux de peinture PEINTURES DÉCORATIVES INTÉRIEURES-EXTÉRIEURES REVÊTEMENT D’IMPERMÉABILITÉ ANTI-CORROSION ISOLATION THERMIQUE PAR L’EXTÉRIEUR

réussir son chantier : conditions d’exécution et modalités de fonctionnement des travaux d’aménagement et finition Document élaboré par les Unions du Groupement Aménagement Finitions (UMPI, UNECB, UNRST et UPPF). Format A5, 24 pages

assurance

Ne constituent pas un ouvrage relevant du régime décennal Peut constituer un ouvrage relevant du régime décennal

Responsabilités en fonction des travaux La distinction des responsabilités a été précisée au fur et à mesure des décisions prises par les tribunaux pour les travaux de peinture. TRAVAUX NEUF OU RÉNOVATION q Peintures intérieures q Peintures extérieures q Revêtements décoratifs

GARANTIE Durée : 10 ans à compter de la réception

=

j’ai un contrat (marché) pour des travaux

q Revêtements d’imperméabilité I1, I2 Garantie légale de 10 ans à compter de la réception

q Revêtements d’imperméabilité I3, I4

= je construis un ouvrage

q Isolation thermique par l’extérieur Bâti neuf en service*

q Spécifiques

Garanties particulières Les engagements spécifiques de l’entreprise envers son client engagent sa responsabilité dans les conditions prévues au contrat. Par exemple : engagement de bonne tenue Attention de ne pas reprendre les engagements des fabricants dans le contrat.

DÉSORDRES/DOMMAGES

CONTRAT

Quel que soit le désordre : responsabilité contractuelle de droit commun

Désordres esthétiques qui n’atteignent ni la solidité ni la destination de l’ouvrage

Contrat

Faute de l’entreprise retenue

« tous fondements »

Responsabilité pour désordres intermédiaires

de préférence

Dommages affectant la solidité de l’ouvrage ou le rendant impropre à sa destination Responsabilité décennale

Mise en jeu de cette garantie par le client

Cas particulier

(Voir votre assureur)

*Cass. Civ. 3e 18/01/2006, N°0417.888, qui considère que ces travaux ne sont pas pris en compte par la garantie décennale mais relèvent de la responsabilité contractuelle de droit commun.

l’entreprise de peinture et son assurance Ce qu’il faut savoir sur l’assurance en peinture finitions Format A4, 4 pages

1

ce document (en cours de réimpression) est seulement accessible par téléchargement sur le site de l’UPPf www.uppf.ffbatiment.fr >espace adhérents>médiathèque>publications>publications de l’UPPf

accessibilité

Guide des bonnes pratiques de mise en couleur Document élaboré en partenariat avec l’UNEA, l’UNTEC et l’Association Valentin Haüy Format A4, 16 pages

54 l Reflets & NuaNces Juillet 2013

GUIDE PRATIQUE

peinture revêtements muraux

pour l’établissement des descriptifs et des quantitatifs

peinture de sols système d’étanchéité liquide façades isolation thermique par l’extérieur etics

,

Metz / www.diffrent.fr / 06 62 07 75 77 / Siret : 39936912300027

L’entreprise de peinture et son assurance S’il est vrai qu’à chaque métier, il faut son assurance, il est aussi vrai qu’à chaque entreprise, il faut une assurance adaptée à sa taille, à ses spécialités et au chef d’entreprise. Ce document vous permettra de vérifier si vous êtes bien assuré et de faire le nécessaire pour vous protéger au mieux.

S e

"Because you are"

l’entreprise de peinture écoresponsable La charte FFB « Bâtir avec l’environnement » adaptée spécifiquement au métier de peintre. Format A4, 4 pages

diffrent

Fiches techniques Format A4, recto/verso • Cadre général de l’ITE • Composition des systèmes de l’ITE • Résumé du cahier des prescriptions techniques • Points singuliers à traiter lors de la mise en œuvre • Les accessoires

Bâtir avec l’environnement

"

isolation thermique par l’extérieur

méthode descriptif

Guide pratique pour l’établissement des descriptifs et des quantitatifs de peinture, revêtements muraux, peinture de sols, système d’étanchéité liquide, façades, isolation thermique par l’extérieur, etiCS Mode de rédaction d’un descriptif et d’un devis quantitatif estimatif Format A4, 32 pages

SEMIN SD


Metz / www.diffrent.fr / 06 62 07 75 77 / Siret : 39936912300027

REBOUCHEUR : Semin enduit de renovation et rebouchage spécial pièces humides, adapté à tous les supports, même irréguliers ou endommagés.

LISSAGE ALLÉGÉ : Enduit de finition spécial pièces humides, avant peinture ou revêtement mural.

l’UPPf

diffrent

"Because you are"

"

Cuisines & Salles de bains

RENSEIGNEMENTS : 03 82 83 53 57 email : mail@semin.com

SEMIN SDB NEGOCE 217X291.indd 1

LES MURS VOUS REMERCIERONT. semin.com

13/08/12 15:48


StoTherm Classic

®

L‘I.T.E. Premium Le système d’isolation thermique extérieure 5 étoiles : Une qualité de produit incontestable Une durée de vie exceptionnelle La sécurité d’un système éprouvé Des possibilités de finition sans limites Un degré d’ d’innovation inégalé

La marque de la qualité Premium en I.T.E.

Service Clients : E- mail : sto.fr@sto.com web : www.sto.fr


R&n 156