MONCINÉ N°1 - Votre référence cinéma 100% québécoise!

Page 1

| GRATUIT

VOTRE RÉFÉRENCE CINÉMA 100 % QUÉBÉCOISE!

NUMÉRO 1 | VOLUME 1

le cinéma vu par...

Hélène Florent ciné-psy

Maria Chapdelaine la musique au cinéma

Max Steiner entrevue

Sébastien Pilote

DOSSIER SPÉCIAL HALLOWEEN

Genèse d’une franchise d’horreur

12

chroniques exclusives

PLUS DE 40 FILMS EN SALLE TRÈS BIENTÔT! MARIA CHAPDELAINE · DUNE · DÉLICIEUX · MOURIR PEUT ATTENDRE



on

de Voilà maintenant plus d’un an que nous préparons ce nouveau magazine entièrement dédié au cinéma en salle. Fort de l’expérience de notre équipe qui a produit plusieurs magazines de cinéma au cours des 35 dernières années, dont le Magazine Le Clap à Québec et le Magazine Cinéma Beaubien à Montréal, nous nous sommes questionnés sur ce qui nous manquait comme amateurs du 7e art. La réponse à cette question fut fort simple et rapide : un média accessible, disponible partout au Québec, qui présente l’actualité cinématographique et fait découvrir l’envers du décor.

b

e

rveilleu e x m

m

dans no e u tr n e

| UN MOT DE LA RÉDACTION

Le magazine Monciné vous offrira donc des entrevues avec différents artisans du monde du cinéma, acteurs, réalisateurs, producteurs, scénaristes, techniciens et des analyses sur les processus créatifs et les choix déchirants auxquels les artisans doivent continuellement faire face tout au long du chemin qui les mène jusqu’au grand écran.

ie n v

Vous y trouverez aussi des articles un peu nostalgiques qui jettent un regard sur le passé de notre industrie afin de mieux comprendre certaines séries de films ou encore des analyses sur le succès des grands classiques ou l’insuccès de certaines productions. Avec plus de 350 films prenant l’affiche au grand écran et 20 millions de personnes en moyenne qui viennent les voir chaque année, le cinéma est sans contredit l’activité culturelle la plus populaire auprès des Québécois. Monciné vous fera donc connaître ces films et vous révélera toute la richesse des productions québécoises, européennes, américaines et du reste du monde, autant les films-événements que ceux moins commerciaux. Finalement, vous pourrez aussi apprécier des articles sur des proches parents du 7e art comme la littérature et les arts de la scène d’où provient souvent l’inspiration des grands succès au cinéma! Nous sommes heureux de vous compter parmi nos précieux lecteurs. Merci de faire partie de l’aventure Monciné! R.P.

PHOTO : SERHII_BOBYK - FR.FREEPIK.COM

~.ca | 3


RÉSERVEZ UN ESPACE PUBLICITAIRE Annie Frenette 418 653-2470, poste 130 annie@moncine.ca Patrick Marleau 418 653-2470, poste 128 patrick@moncine.ca Lucie Bernier 418 653-2470, poste 133 lucie@moncine.ca

NOTRE ÉQUIPE Éditeurs Michel Aubé Robin Plamondon

Coordonnateurs du contenu Simon Leclerc Michel Aubé Directrice artistique Martine Lapointe Infographiste Catherine Ducharme Réviseure Marie Chabot Chroniqueurs Pierre Blais Clémence Bragard Aurore Engelen Marcel Gaumond Alexandre Gauthier Pierre Hamon Rhéa Jean Nicolas Lacroix Éléna Laliberté Karina Laliberté Patrick Lonergan Patrick Marleau Michèle Morand Raymond Poirier Orlane Voisin Illustrations : Freepik, Martine Lapointe UNE PUBLICATION DE ELC · SERVICES PROMOTIONNELS DE CINÉMA 2580, boulevard Laurier, Québec (Québec) G1V 2L1 · promocinemaelc.com

4 | ~.ca

~

Le magazine Monciné est publié 6 fois par année et est disponible en version papier dans près de 500 points de distribution, dont plus d’une trentaine de cinémas à travers le Québec. Vous pouvez consulter le magazine en version électronique ou vous abonner sur notre site Internet (moncine.ca) pour recevoir la version papier à la maison.

06 Livres

07

Ciné-psy Maria Chapdelaine

10

Le cinéma vu par... Hélène Florent

13

Chroniques de Dune De l’encre à la pellicule

16

Entrevue avec Sébastien Pilote

18

La Belgique et le Festival de Cannes | Une histoire d’amour

21

Les animaux célèbres du cinéma | Les chats


s ommaire

24

27

39

42

La magie unique de Houdini

45

Quand la BD... nous met en appétit!

48

Halloween | Genèse d’une franchise d’horreur

Bientôt au cinéma Cet automne

Jeux Mots croisés

SOLUTION DU JEU

La musique au cinéma Max Steiner

1

2

3

4

5

6

7

1

P

I

C

C

O

L

I

2

A

L

L

E

N

3

C

L

A

P

4

I

S

E

R

I

A

P

I

U

A

N

D

R

5

N

O

S

6

O

L

E

I

R

7 8

A

V

9

Z

I

G

B

10

N

E

R

11

A

R

12

V

13

O

P

14

U

R

15

R

E

T D

O

9

10 11 12 13 14 15

B

O

G

A

R

U

R

B

A

T

S

S

I

N

I

L

E

U

S

U

S

E

E

R

A

U

L

T

S

E

N

E

R

M

I

T

E

U

S

A

N

E

L

I

S

T

F

A N

8

I

I

B

S

E

L

E

E S

F

O

R

D

E

E

A

U

M

N

E

E

N

U

U

S T

E

E

T

S

R

I

E

S

E

N

N

E

M

I

D

I

O

R E

E S C

O I

U

N

V

A

H

I

E

N

A

D

S

I

M O

D

R

A

C

R

H

E

E

A

U

U

N

N

I

~.ca | 5


le plaisir de lire 6 | ~.ca

1

1

2 PAR ÉLÉNA LALIBERTÉ, LIBRAIRE

LA COMÈTE

Claire Holroyde

Ma collègue Orlane présentant aussi un titre des éditions Gallmeister, ce sera donc une chronique où cette maison sera mise à l’honneur. Si elle vous est inconnue, voici une opportunité de la découvrir! Mentionnons au passage qu’en 2021, l’éditeur a ouvert son catalogue plus largement qu’à la littérature nord-américaine uniquement, mais il n’en demeure pas moins un spécialiste aguerri. Il a le flair de mettre au jour de grandes œuvres et son catalogue regorge de découvertes. C’est le cas du premier roman de Claire Holroyde, une lecture absolument addictive parue en juin dernier au Québec. Le sujet est pourtant surutilisé : une comète menace de frapper la Terre et de mettre fin à l’humanité. Malgré tout, l’autrice l’exploite avec intelligence, l’humain étant au centre de son regard. Le livre saura rallier grand public, amateurs de bonne littérature de tous genres et pourquoi pas, lecteurs de science-fiction. |

3

PAR KARINA LALIBERTÉ, LIBRAIRE

LA TOURNÉE D’AUTOMNE Jacques Poulin

Lors de sa tournée d’adieu, un chauffeur de bibliobus rencontre, à la croisée du hasard et du destin, Marie, responsable d’un groupe d’artistes sur la route. Avec tendresse et en toute simplicité, voyant défiler les villages de la CôteNord, leur relation se construit. C’est au fil de conversations de peu de mots, du partage d’un café, d’un moment du quotidien que le chauffeur apprivoise avec pudeur leur vertige d’aimer. Dans La Tournée d’automne, paru en 1994, Jacques Poulin nous raconte la beauté de l’automne, la beauté de la vie. À lire ou à relire! |

3

4

2

PAR ORLANE VOISIN, LIBRAIRE

DANS LA FORÊT Jean Hegland

Nell et Eva ne sont pas encore tout à fait sorties de l’enfance qu’elles sont déjà confrontées à une terrible réalité : le monde moderne qu’elles ont toujours connu n’est plus qu’un vague souvenir. Dans leur maison à l’orée de la forêt, les deux jeunes filles doivent apprendre à vivre sans électricité ni essence. Un virus, une guerre ou encore une catastrophe écologique… Nous ne savons pas très bien ce qui sévit à l’extérieur de leur cocon, mais ce qui est sûr, c’est que loin de l’abondance, elles vont devoir s’adapter. Ce roman très poétique met en garde contre la surconsommation et l’omniprésence des technologies, tout en prônant la lenteur et le retour à l’essentiel. Plus que jamais, la communion avec la nature et les choses simples de la vie s’impose. Plongez à votre tour au cœur de la forêt, où oublier ses certitudes et ses croyances devient une nécessité. Une véritable ode à la vie, à lire bien au chaud cet automne! |

4

PAR ALEXANDRE GAUTHIER, LIBRAIRE

DES BIÈRES ET DES FEMMES Julie Myre Bisaillon

À la suite du roman Des réguines et des hommes, le sublime roman estival de Julie Myre Bisaillon, Des bières et des femmes, a attiré mon attention avec un sujet qui saura amuser plusieurs d’entre vous. Trois femmes en milieu rural, entourées de personnages très colorés, se mettent à la tâche dans un projet commun de microbrasserie dédiée aux produits locaux. Ici, l’humour est au premier plan avec bon nombre d’anecdotes amusantes en lien avec ce nouveau concept à la mode. De la conception de la terrasse en passant par le menu dînette et les demandes téléphoniques farfelues, ce roman vous fera sourire jusqu’à la dernière page. Un petit moment de nostalgie des doux mois d’été qui passent si rapidement. |


MARCEL GAUMOND

C O M M E N TA I R E S U R L E F I L M

DE SÉBASTIEN PILOTE

Texte dédié à mes grands-pères : Prudent, bûcheron dans les forêts du Québec et Raoul, chercheur d’or sur le plateau du Klondike

~.ca | 7


« François Paradis regarda Maria à la dérobée, puis détourna de nouveau ses yeux en serrant très fort ses mains l’une contre l’autre. Qu’elle était donc plaisante à contempler! D’être assis auprès d’elle, d’entrevoir sa poitrine profonde, son beau visage honnête et patient, la simplicité franche de ses gestes rares et de ses attitudes, une grande faim d’elle lui venait et en même temps un attendrissement émerveillé, parce qu’il avait vécu presque toute sa vie rien qu’avec d’autres hommes, durement, dans les grands bois sauvages ou les plaines de neige. Il sentait qu’elle était de ces femmes qui, lorsqu’elles se donnent, donnent tout sans compter : l’amour de leur corps et de leur cœur, la force de leurs bras dans la besogne de chaque jour, la dévotion complète d’un esprit sans détours. » Maria Chapdelaine (roman), Louis Hémon, Éditions JCL, 2013, p. 125-126 « Alors une troisième voix plus grande que les autres s’éleva dans le silence : la voix du pays de Québec, qui était à moitié un chant de femme et à moitié un sermon de prêtre. Elle vint comme un son de cloche, comme la clameur auguste des orgues dans les églises, comme une complainte naïve et comme le cri perçant et prolongé par lequel les bûcherons s’appellent dans les bois. Car en vérité tout ce qui fait l’âme de la province tenait en cette voix : la solennité chère du vieux culte, la douceur de la vieille langue jalousement gardée, la splendeur et la force barbare du pays neuf où une racine ancienne a retrouvé son adolescence. » Idem, p. 144

8 | ~.ca

MARIA QUI FUT POUR LE QUÉBEC DE NOS ANCÊTRES CE QUE FUT MARIE POUR LA TRADITION CHRÉTIENNE Dans le journal Le Devoir du 10 juillet dernier, la journaliste Carole Montpetit nous parle du « Festival Montréal » qui était en cours, un festival « 100 % local », et du cirque Alfonse qui y présentait son spectacle Animal en ouverture. Elle nous apprend que ce cirque Alfonse a vu le jour dans une grange de la maison parentale et qu’il n’a jamais eu d’autre ambition que d’être fidèle à lui-même et à ses racines. Tantôt s’inspirant des camps de bûcherons, tantôt des hommes forts à la Louis Cyr, et tantôt du monde religieux ancestral. Et ensuite d’ajouter : « Si certains Québécois peuvent oublier leur histoire malgré la devise “Je me souviens”, les circassiens de Lanaudière [figurants du cirque] sont là pour raviver leur mémoire.» Le prolifique cinéaste québécois Jean-Claude Labrecque (décédé en 2019), bien connu pour avoir filmé «Vive le Québec libre! » lors de La visite du général de Gaulle au Québec en 1967, ainsi que le « Speak White » lu par la poétesse Michèle Lalonde à l’occasion de La Nuit de la poésie du 27 mars 1970, fut habité tout au long de sa carrière par une sorte de devoir de mémoire. En 2015, il réalisa pour le compte de l’ONF le long métrage documentaire Sur les traces de Maria Chapdelaine, qui retrace l’étonnante entreprise cinématographique du réalisateur français Julien Duvivier venu tourner en 1934, dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, la première version filmique du roman Maria Chapdelaine de Louis Hémon. Quel magnifique récit que ce roman qui relate pour certains « la plus belle histoire d’amour » que l’on puisse imaginer, et pour d’autres un émouvant compte rendu de ce qu’ont vécu nos ancêtres québécois au quotidien, déterminés, comme l’écrit Hémon, « à faire de la terre » – expression du terroir – « à tout ce qui gît de travail terrible entre la pauvreté du bois sauvage et la fertilité finale des champs labourés et semés », soit ce qui fut le lot de Maria et de tous les membres de la famille Chapdelaine. Une histoire que


| CINÉ-PSY MARIA CHAPDELAINE

actrices personnifiant Maria étaient plus âgées que celle du roman, une jeune fille de dix-sept, dix-huit ans. Ainsi, dans le film de Gilles Carle de 1983, elle en avait 30, sous les traits de la belle Carole Laure. Dans le MARIA CHAPDELAINE de Pilote, que l’on ne se gêne pas de qualifier de l’une des plus belles réalisations cinématographiques produites au Québec, il n’y pas que Maria qui est le centre de l’attention, mais également tous les membres de sa famille. Ce que psychologiquement nous pourrions traduire par « ce n’est qu’ensemble que, solidairement, nous parviendrons à rendre féconde une terre menacée d’infertilité ».

rédigea en 1913, paisiblement et anonymement, Louis Hémon, pendant ces dix-huit mois où il vécut à Saint-Édouard de Péribonka, en pleine zone forestière, dans le voisinage des Bédard et des Bouchard qui lui ont servi de modèles pour les personnages de son roman. Habitants de Péribonka que Labrecque eut l’heureuse et généreuse idée d’interroger dans la personne de quelques-uns de leurs descendants. Une histoire qui devint, à la suite de sa publication en 1916, le premier roman de la terre à être acclamé mondialement, devenu un classique de la littérature québécoise… …Et une histoire que Sébastien Pilote n’a pas hésité à produire à nouveau à l’écran, avec le souci d’être minutieusement fidèle à tout ce qui est relaté dans le roman de Louis Hémon. À titre d’exemple, dans les versions cinématographiques antérieures de Maria Chapdelaine, les

Lectrices et lecteurs de cette chronique, une question en ce qui a trait aux trois choix de prétendants auxquels Maria se trouve confrontée dans le roman, à savoir : François Paradis, coureur des bois, épris des grands espaces et de liberté, Lorenzo Surprenant, décriant la vie sur la terre des colons canadiens-français et personnifiant le rêve américain, puis Eutrope Gagnon qui, lui, adore le travail de la terre et représente tant la résignation que la continuité. Quel choix feriez-vous, un siècle après le récit de cette histoire, laquelle, paradoxalement, fut écrite par un Français de passage au Québec, à l’instar de l’exceptionnelle biographie Le Rêve de Champlain que l’on doit à l’historien américain David Hackett Fischer? Comme si, pour saisir l’autre en profondeur, il fallait l’attentif recul de l’observateur étranger. Quelles sont les valeurs et les facteurs qui conditionnent, à l’époque actuelle, vos choix amoureux? | N.B. : Pour des informations au sujet de la rencontre du Cinépsy qui portera sur ce film, voir la section du magazine réservée aux cinémas Le Clap de Québec.

~.ca | 9


PAT R I C K M A R L E A U

CRÉDIT PHOTO : MONIC RICHARD

L E C I N É M A V U PA R …

10 | ~.ca

HÉLÈNE FLORENT

Hélène Florent est née à Québec où elle obtient son diplôme du Conservatoire d’art dramatique en 2000. Depuis, elle enchaîne les rôles au grand comme au petit écran. En 2012, elle remporte un prix décerné par le Vancouver Film Critics Circle pour son rôle dans le film Café de Flore de JeanMarc Vallée. À la télévision, elle s’est distinguée dans les séries La Galère et Toute la vérité pour lesquelles elle a reçu quatre prix Artis. Elle a aussi remporté plusieurs prix pour ses courts métrages Léger problème (2009) et Celui qui l’dit, celui qui l’est (1998).


| L E C I N É M A V U PA R … H É L È N E F L O R E N T Réalisateur fétiche Je n’ai pas de réalisateur ou de réalisatrice fétiche dont je suis la carrière, mais je dois souligner la fierté que j’ai en voyant les jeunes cinéastes québécoises qui ont émergé ces dernières années. Pour avoir déjà réalisé quelques courts métrages, et sachant tout ce que ça comporte de faire un film, je trouve qu’elles ont du guts. Elles ont toute mon admiration. Film québécois préféré Gaz Bar Blues de Louis Bélanger. Je trouve que c’est un film touchant sur la famille avec de beaux personnages simples, mais qui ont de la profondeur. Même si j’ai joué dedans, j’aime beaucoup Café de Flore de Jean-Marc Vallée (rires). J’ai été impressionnée par sa structure et son montage.

« Un de mes plus beaux souvenirs ne s’est pas déroulé sur un plateau, mais en postproduction »

Plus récent coup de cœur Souterrain de Sophie Dupuis. Ouf! J’étais stressée du début à la fin et j’ai tellement pleuré ma vie (rires)! Derrière la caméra, la réalisatrice Sophie Dupuis est en pleine maîtrise de son art. Une grande œuvre. Quelle scène aurais-tu aimé jouer? En fait, j’aurais aimé avoir tourné tout le film Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain (rires)! Je m’identifie complètement au personnage d’Amélie!

Premier souvenir lié au cinéma C’est la première fois que je suis allée au cinéma avec mes amies sans mes parents. C’était à l’été 1986 et j’avais onze ans. Nous étions allées voir Top Gun. J’étais folle de Val Kilmer! Je le trouvais tellement beau (rires)! J’étais même allée voir le film deux fois! Film le plus marquant Delicatessen a été l’une de mes premières rencontres avec un cinéma différent. J’ai été captivée par son humour noir, son atmosphère et sa musique. Il y a aussi Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain qui est l’un de mes films préférés. Je sais! Je ne suis pas très originale (rires)! Je trouve que c’est un film positif, qui fait du bien à l’âme. Je dois avouer que lorsque j’habitais Québec, Le Clap était important dans ma vie de jeune adulte. C’est là que j’ai découvert le cinéma d’ailleurs, celui qui m’ouvrait une fenêtre sur le monde. Je venais souvent assister à des programmes doubles. Comédie qui te fait le plus rire Top Secret! est un film qui m’a tellement fait rire. Je connais les répliques par cœur. J’ai également adoré Les Visiteurs. Le jeu de Jean Reno est excellent, tout comme celui de Christian Bujeau (le mari du personnage de Valérie Lemercier) qui est très sous-estimé. Film plaisir coupable C’est sans contredit Grease. Nous avions la cassette VHS à la maison. Ma sœur et moi, nous l’avons vraiment usée! Bon, avec mon regard d’adulte aujourd’hui, je sais bien que le film ne présente pas de si bonnes valeurs, mais je tombe encore sous le charme (rires)! Et, quelle musique!

HÉLÈNE FLORENT DANS MARIA CHAPDELAINE (2021)

~.ca | 11


| L E C I N É M A V U PA R … H É L È N E F L O R E N T

Si tu pouvais partager un moment avec une vedette, qui choisirais-tu? Je dirais Philippe Noiret (rires). Il avait quelque chose d’impressionnant. Et, sa voix! Je pourrais l’écouter parler pendant des heures! Un souvenir lié à un tournage Un de mes plus beaux souvenirs ne s’est pas déroulé sur un plateau, mais en postproduction. C’était pour le film Café de Flore. Vanessa Paradis donnait un concert à Montréal et le réalisateur, Jean-Marc Vallée, nous avait réunis avec les deux Évelyne (Brochu et de la Chenelière) chez lui pour nous montrer les premières images. Nous étions assis dans son salon à regarder et à commenter le tout sur sa grande télévision (rires). Mais, c’était avant tout un moment privilégié avec Vanessa Paradis avec laquelle je n’avais pas tourné de scènes. De l’avoir près de moi, égale comme une consœur de travail, c’était assez surréaliste. Hélène Florent fait partie de la distribution du film Maria Chapdelaine qui est présentement à l’affiche. Cet hiver, elle sera à Télé-Québec pour la deuxième saison de la série jeunesse Le 422. |

12 | ~.ca

GOÛTS & COULEURS Auteur J’adore les bandes dessinées de Paul de Michel Rabagliati. Ces histoires sont touchantes et elles me font pleurer (rires).

Œuvre littéraire marquante Récemment, j’ai eu un gros coup de cœur pour Pleurer au fond des mascottes de Simon Boulerice. Musicien/musicienne Je suis une inconditionnelle de la poésie de Tire le coyote. J’ai aussi un gros coup de cœur pour Maude Audet qui fait de la belle musique toute délicate. Émission de télé M’entends-tu? m’a bouleversée. J’ai tellement pleuré. Je suis très bon public (rires)! Mets Tout ce qui contient du sirop d’érable (rires)! Un lieu géographique qu’elle adore L’île d’Orléans est mon petit coin de paradis où j’adore retourner. Ça me rappelle mes étés en famille lorsque j’étais plus jeune.


PAT R I C K L O N E R G A N

CHRONIQUES DE DUNE ÉPISODE 2

DE L’ENCRE À LA PELLICULE Le 22 octobre, les cinéphiles se présenteront nombreux en salle afin de découvrir la nouvelle adaptation du livre Dune du cinéaste québécois Denis Villeneuve. Ce dernier arrivera-t-il à transposer avec succès l’univers de Frank Herbert au grand écran?

AFFICHE DU FILM DUNE (1984)

~.ca | 13


JODOROWSKY’S DUNE (2013)

« L’œuvre futuriste de Frank Herbert est possiblement inadaptable » Parmi les sceptiques, on retrouve le cinéaste iconoclaste Alejandro Jodorowsky, réalisateur du film culte La Montagne sacrée. Ce dernier estime que rendre justice à ce chef-d’œuvre littéraire est un exercice futile, sinon impossible. C’est que lui-même a passé plusieurs années à développer sa propre adaptation… C’est en 1974 que tout a commencé. À cette époque, la carrière du cinéaste franco-chilien est à un sommet, malgré les controverses. Son premier film, Fando et Lis, a d’ailleurs suscité une émeute en 1968 lors de son passage au Festival du film d’Acapulco. Le cinéaste dit y avoir craint pour sa vie. Son deuxième film, El Topo, un violent western surréaliste, est vite devenu culte. C’est le genre de film atypique à petit budget qui était souvent diffusé tard en soirée à titre de midnight movie, un phénomène de plus en plus populaire dans les années 1970. El Topo a su attirer les éloges de plusieurs artistes, dont Andy Warhol et un certain… John Lennon. Qualifié de visionnaire, Jodorowsky a donc obtenu carte blanche pour son quatrième long métrage. Sans même avoir lu le livre, il a choisi d’adapter Dune. Il s’est vite livré à une préproduction qui a duré plus de deux ans. Malheureusement, au moment où la machine aurait été prête à amorcer le travail, le réalisateur et son équipe ont frappé un mur de taille : cul-de-sac financier! Le projet était devenu trop ambitieux et trop onéreux! Et advenant une entente sur les sommes nécessaires, aucun studio n’était prêt à prendre le risque financier que cela représentait. La personnalité excentrique du cinéaste et les controverses autour de lui n’avaient rien pour rassurer les producteurs.

14 | ~.ca

C’est également la conclusion que tire le fascinant documentaire Jodorowsky’s Dune de Frank Pavich. Sorti en 2013, il relate avec détails les idées qu’avait en tête ce cinéaste sans limites. Grâce à des séquences animées, le documentaire nous montre à quoi aurait pu ressembler cette version à grand déploiement de Dune… Et c’est de toute beauté! Jodorowsky avait également rassemblé une distribution pour le moins étonnante, avec Salvador Dalí, Mick Jagger et Orson Welles dans des rôles clés. De plus, le documentaire souligne comment le story-board complet du film aurait circulé dans plusieurs compagnies de production, influençant ainsi de nombreux projets, comme La Guerre des étoiles de George Lucas et Alien de Ridley Scott. Si le manque d’argent a eu raison du film d’Alejandro Jodorowsky, c’est possiblement l’appât du gain qui a motivé Dino De Laurentiis, célèbre producteur, à s’attaquer de nouveau à Dune en 1981. À la suite du succès des deux premiers volets de La Guerre des étoiles, voulait-il lui aussi exploiter le potentiel financier d’une série intergalactique? Poser la question, c’est y répondre… Sur les conseils de sa fille, le producteur a donc choisi le réalisateur David Lynch qui venait de frapper dans le mille avec son film Elephant Man. Ce dernier a accepté d’écrire un scénario, malgré le fait qu’il n’avait pas lu le livre. Avec un budget de 40 millions de dollars américains, le tournage a débuté au printemps 1983. En décembre 1984, les admirateurs du livre ont enfin pu voir une version de Dune au grand écran. Les espoirs d’une nouvelle franchise cinématographique sont toutefois vite tombés à l’eau. Financièrement, le film s’avère un flop. Les critiques sont désastreuses et la carrière de David Lynch, très insatisfait du


| CHRONIQUES DE DUNE ÉPISODE 2

film, est alors remise en question. En fait, il s’en est lui-même dissocié, jetant le blâme sur le studio et les producteurs, les accusant d’avoir freiné sa liberté créative et d’avoir saboté le montage final. Dune est définitivement une tache dans la filmographie exceptionnelle de David Lynch, mais le tournage du film lui a certainement servi de leçon et peut-être même d’inspiration. En 1986, Blue Velvet annonce le retour d’un cinéaste en parfaite maîtrise de ses moyens, ironiquement avec un budget beaucoup plus modeste. L’échec du film de David Lynch semble donner raison au propos d’Alejandro Jodorowsky. L’œuvre futuriste de Frank Herbert est possiblement inadaptable. Ceci étant dit, dans les deux cas, l’argent et le manque de confiance des studios envers les projets semblent être davantage au cœur du problème. Effectivement, pour rendre justice à un chef-d’œuvre de science-fiction, la retenue et la rentabilité à tout prix ne sont peut-être pas les bons ingrédients de la recette du succès. Et c’est ici qu’arrive Denis Villeneuve, cinéaste qui multiplie les succès depuis sa grande percée avec Incendie.s. Le réalisateur possède un avantage non négligeable… Oui, nous sommes désormais en 2021 et l’industrie des effets spéciaux est à la hauteur du défi imposé par Dune. Plus encore, le cinéaste québécois possède une arme encore plus puissante… En attendant l’épisode 3 des Chroniques de Dune qui portera sur ce nouvel opus, nous vous la dévoilons en partie : Denis Villeneuve a déjà lu et apprécié le livre dans sa jeunesse…! |

DUNE (1984)

~.ca | 15


PIERRE BLAIS

CRÉDIT PHOTO : LAURENCE GRANDBOIS BERNARD

MARIA CHAPDELAINE Après nous avoir donné Le Vendeur, Le Démantèlement et La Disparition des lucioles, le cinéaste originaire de Chicoutimi Sébastien Pilote lance en septembre MARIA CHAPDELAINE, son quatrième long métrage. Sa plus récente réalisation est fort attendue puisque sa sortie, annoncée en 2020, a été reportée de plusieurs mois en raison de la pandémie. Le film a nécessité plus de 30 jours de tournage, pour un budget total d’un peu plus de 7 millions de dollars. L’équipe s’est installée, au fil des saisons, dans le coin de Normandin, aux abords de la rivière Ashuapmushuan. Le réalisateur nous raconte sa fascination pour le roman, sa quête de l’actrice idéale et le défi de recréer le Québec de 1910.

16 | ~.ca


| ENTREVUE SÉBASTIEN PILOTE

Q

Le récit de Louis Hémon date de 1913 et a été publié tout d’abord en feuilleton, puis en roman en 1921. Sébastien, qu’est-ce qui fait qu’aujourd’hui, vous vous dites qu’il faut en faire une nouvelle version pour le cinéma, la quatrième, après notamment celle réalisée par Gilles Carle, en 1983, avec Carole Laure dans le rôle principal?

J’ai vu la version de Gilles Carle quand j’étais à l’université et je me suis aussi intéressé au roman avec en tête un éventuel projet de documentaire. C’est une histoire qui me parle. D’ailleurs, dans Le Vendeur, j’avais un personnage qui s’appelait François Paradis. Le déclic s’est fait durant le tournage du Démantèlement : j’étais dans un chalet avec Gabriel Arcand et le seul roman qui traînait, c’était celui-là, et je l’ai donc relu. Puis le projet de film est devenu une évidence, en continuité avec Le Démantèlement. Et le fait que le roman ait déjà été adapté trois fois, ça ne me dérange pas du tout : l’œuvre est riche et profonde pour que tous s’y retrouvent à nouveau.

Q

Recréer au grand écran le Québec du début du XXe siècle et tourner au gré des saisons, surtout l’hiver, c’était un immense défi, non?

Après avoir travaillé avec un troupeau de moutons sur Le Démantèlement, me lancer dans MARIA CHAPDELAINE ne me faisait pas peur, malgré la complexité de l’aspect historique et la difficulté de filmer en décors naturels! On était en région éloignée, en pleine forêt, sans électricité ni eau courante, avec 150 scènes à tourner dont plusieurs avec des enfants. On a filmé avec les mouches l’été et le froid l’hiver et, en plus, la COVID s’est invitée alors qu’il ne nous restait que deux jours de tournage. Pour se simplifier la tâche et tenir compte du budget, on ne pouvait se permettre une reconstitution à grand déploiement. Heureusement, MARIA CHAPDELAINE, c’est une histoire d’hivernement, un huis clos familial dans une petite maison située dans une clairière. On s’est concentrés là-dessus pour en faire le centre de gravité et accentuer le sentiment d’isolement. Les astres étaient alignés pour créer quelque chose d’épique et de simple à la fois.

Q

La direction photo de Michel La Veaux est épatante et met en valeur le Lac-Saint-Jean, mais aussi les couleurs au crépuscule et les soirées à la chandelle.

Ça a été beaucoup de travail d’éclairage naturel et de caméra. Il fallait en utiliser une très sensible. On voulait se rapprocher de la VistaVision et donner une impression de 70 mm, de format Imax. On tournait en 6K et ça, c’est rare au Québec, car les exemples de ce côté, c’est 1917, Dune et le nouveau Top Gun.

Q

La nouvelle venue, Sara Montpetit, a été choisie parmi quelque 1 300 candidates pour jouer Maria. Elle est beaucoup plus jeune que Carole Laure dans la version de Gilles Carle.

Absolument et c’était voulu. On a lancé un appel pour trouver la candidate idéale et ne pas faire la même erreur que dans les adaptations précédentes avec une actrice trop âgée. Je voulais une Maria aussi jeune que dans le roman, seize, dix-sept ans. C’est un personnage entouré d’adultes, impressionné, intimidé, qui parle moins et qui est à cheval entre le monde des enfants et celui des adultes. Dans une scène, elle s’amuse avec sa petite sœur puis se retrouve à jouer aux cartes à la table des adultes. Ça explique son mutisme mais à dix-sept ans, c’était aussi l’âge où on pensait au mariage à l’époque. Maria, c’est le personnage central, oui, mais le film est avant tout un portrait de famille qui aurait pu s’appeler Les Chapdelaine. Un long métrage où tout évolue, car rien n’est figé dans cette histoire. Le roman et le film misent sur la métamorphose des personnages et des saisons : c’est ce que je voulais faire ressortir.

« LE ROMAN ET LE FILM MISENT SUR LA MÉTAMORPHOSE DES PERSONNAGES ET DES SAISONS »

Q

Est-ce juste de dire que ressortent du film un fort élan de survie face au climat et aussi énormément de pudeur dans les relations entre les différents personnages?

Oui, car en 1910, défricher une terre, c’est du survivalisme! L’Homme du sud de Jean Renoir est dans la même lignée. Dans le temps, face aux gros hivers québécois à moins 40, il fallait se mettre en hivernement, économiser ses ressources, ses énergies. Ces gens ont fait d’énormes sacrifices mais, comme me le racontait ma mère, toujours avec un sentiment de bonheur et une unité familiale très forte. La pudeur, elle, vient de l’éthique paysanne, qui apporte une distanciation naturelle. À l’écran, ce n’est pas la COVID qui fait que mes personnages ne se collent pas, c’est plutôt comme dans les romans de Jane Austen, il y a une réelle retenue. C’était très différent d’aujourd’hui, mais les gens peu éduqués avaient un niveau de développement social très élevé. L’art de la parole était très important pour occuper le temps. On savait raconter des histoires et on savait également écouter. |

~.ca | 17


AURORE ENGELEN

UNE HISTOIRE D’AM UR ROSETTA (1999) Les années 1990 ont vu l’avènement de deux courants radicalement opposés mais particulièrement fructueux du cinéma belge, le réalisme social des Dardenne et le réalisme magique de Jaco Van Dormael, tous deux couronnés à Cannes, et qui ont contribué à imposer ce petit territoire sur l’atlas du cinéma mondial. La Croisette voit depuis se succéder les talents du cinéma belge, qui inscrivent régulièrement leur nom au tableau d’honneur. Cette année, pas moins de cinq longs métrages étaient sélectionnés à Cannes, dans les cinq sections du festival, officielles et parallèles. Retour sur cette incroyable success story.

18 | ~.ca

CRÉDIT PHOTO : CHRISTINE PLENUS

LA BELGIQUE FRANCOPHONE ET L E F E S T I VA L D E C A N N E S


| LA BELGIQUE FRANCOPHONE ET LE FESTIVAL DE CANNES : UNE HISTOIRE D’AMOUR

CRÉDIT PHOTO : DRAGONS FILMS

1979. Vingt ans avant les frères Dardenne, la Belgique gagne sa première Palme d’or. Raoul Servais, cinéaste belge, présente son dernier court métrage, Harpya, film atypique et fantasmagorique mêlant animation et prises de vue réelles. Avant lui, d’autres auteurs avaient eu les honneurs de la compétition, comme Harry Kümel, en 1972. Mais s’il fallait dater le vrai début de l’histoire d’amour entre le Festival de Cannes et le cinéma belge, peut-être faudrait-il s’arrêter en 1991. Un cinéaste belge un peu timide présente son premier long métrage, Toto le héros, à la Quinzaine des réalisateurs. Le film surprend et enchante. Il obtient la Caméra d’or, qui fait entrer d’un seul coup Jaco Van Dormael et le cinéma belge dans la cour des grands.

UN MONDE (2021)

CANNES LE CINÉMA BELGE

L’année suivante, c’est un autre objet filmique non identifié qui débarque sur la Croisette. De mémoire de festivaliers, on n’avait jamais vu ça. Les francs-tireurs de C’est arrivé près de chez vous (Rémy Belvaux, André Bonzel et Benoît Poelvoorde) font salle pleine, et les télés se les arrachent. Le film ouvre la voie à un nouveau genre, son format documenteur préfigurant des décennies de télévision du réel, son ironie gore inspirant des dizaines de cinéastes. Une référence, c’est aussi ce que va devenir Rosetta, Palme d’or 1999. Après avoir présenté le bouleversant La Promesse, en 1996, à la Quinzaine des réalisateurs, les frères Dardenne réinventent le cinéma social, caméra à l’épaule, dans le dos d’Émilie Dequenne, lumineuse et intense révélation. Émilie Dequenne, prix d’interprétation, reviendra d’ailleurs à Cannes en 2013 avec À perdre la raison de Joachim Lafosse qui lui vaut un nouveau prix d’interprétation à Un certain regard. Quant aux Dardenne… Non seulement ils se voient à nouveau attribuer la récompense suprême en 2005 pour L’Enfant, mais ils cumulent les prix, sept au total.

C’EST ARRIVÉ PRÈS DE CHEZ VOUS (1992)

~.ca | 19


Cette année, pas moins de cinq longs métrages belges francophones prenaient part au Festival!

CRÉDIT PHOTO : STENOLA PRODUCTIONS

Cette décennie 90 contient en elle la matrice et bien plus encore d’un cinéma belge qui va venir enthousiasmer, emballer, émouvoir et stupéfier le Festival de Cannes, avec des œuvres aussi diverses que variées. En 2018 et 2019, la Belgique remportait à nouveau la prestigieuse Caméra d’or, qui récompense le meilleur premier film du festival, avec les très réussis Girl de Lukas Dhont et Nuestras Madres de César Díaz.

2021, PLEIN SOLEIL SUR LE CINÉMA BELGE À CANNES En compétition de la sélection officielle, on retrouvait Les Intranquilles, neuvième long métrage de Joachim Lafosse. Une consécration pour le cinéaste, qui venait pour la quatrième fois sur la Croisette, après Élève libre et L’Économie du couple, Quinzaine des réalisateurs 2008 et 2016, et À perdre la raison, en sélection officielle dans la section Un certain regard en 2013. Ce drame intime autour d’un couple dont l’amour est mis à mal par la maladie offre un véritable écrin au talent de Damien Bonnard et de Leïla Bekhti. Dans la section Un certain regard, on retrouvait la jeune cinéaste Laura Wandel, et son premier long métrage, Un monde, bouleversante plongée au cœur de l’école à hauteur d’enfant, au plus près de la question du harcèlement scolaire. Un premier film, mais pas une première à Cannes pour la réalisatrice, puisqu’elle arpentait déjà la Croisette en 2014 avec son court métrage Les Corps étrangers, présenté en compétition. Un monde a reçu le prix Fipresci de la critique internationale. Rachel Lang présentait quant à elle son deuxième long, Mon légionnaire, en clôture de la Quinzaine des réalisateurs. Elle y aborde la question militaire vue par le prisme intime de l’amour et du couple,

20 | ~.ca

et convoque un casting de haute volée, composé de Louis Garrel et Camille Cottin, ainsi que d’Aleksandr Kuznetsov, et de la jeune comédienne lituanienne Ina Marija Bartaité, tragiquement disparue au printemps dernier. Emmanuel Marre et Julie Lecoustre cosignent Rien à foutre, en compétition à la Semaine de la critique. Le film dresse le portrait de Cassandre, incarnée avec force par Adèle Exarchopoulos, jeune hôtesse de l’air sur Wing, compagnie low cost. En deux temps, l’un dans les airs, l’autre sur terre, Rien à foutre dessine en creux les contours d’une génération désenchantée, aussi connectée que déconnectée. Le film a reçu le Prix Fondation Gan. Enfin, Aya, récit du passage à l’âge adulte d’une jeune adolescente ivoirienne dont le village est menacé par la montée des eaux, premier long métrage de Simon Coulibaly Gillard, a quant à lui été sélectionné pour prendre part à l’ACID. Autant de films que l’on espère découvrir bientôt dans nos salles! |

LES INTRANQUILLES (2021)

BIO AURORE ENGELEN Aurore Engelen est une journaliste française, installée à Bruxelles depuis de nombreuses années. Elle couvre l’actualité du cinéma belge pour le média professionnel européen Cineuropa et, depuis fin 2016, est rédactrice en chef de Cinevox, média Web et cinéma entièrement consacré au cinéma belge et à ses talents.


PAT R I C K M A R L E A U

LES ANIMAUX CÉLÈBRES DU CINÉMA

Dans les numéros précédents, nous avons présenté des chiens célèbres pour leurs rôles au cinéma. Si ceux-ci sont plus souvent au cœur des histoires, c’est en bonne partie parce qu’ils sont plus faciles à entraîner pour accomplir toutes sortes de cascades et de trucs. Mais le cinéma a quand même des chats qui ont marqué des films et gagné le cœur des cinéphiles. En première partie, voici quelques félins qui nous ont faire rire. CAPITAINE MARVEL (2019)

| 21


M. JINX – L’HIMALAYEN

M. Jinx est le chat qu’affectionne le personnage de Robert De Niro dans la trilogie La Belle-famille (Meet the Parents). Dans le premier film, le chat impressionne particulièrement dans une scène mémorable : celle où il fait ses besoins dans une toilette. Le chat a été incarné par Bailey et Misha, mais c’est ce dernier qui a tourné le fameux plan. Entraîné par Dawn M. Barkan, Misha n’a pas vraiment réalisé le truc. Le félin était assis sur une fausse toilette et il a tout simplement été conditionné à peser sur le bouton. Les effets sonores ont été ajoutés en postproduction. Ah! La magie du cinéma! Barkan convient que les chats de cette race s’avèrent plutôt capricieux et qu’il faut beaucoup de patience pour les dresser. Pour la scène où M. Jinx prend la tranche de bacon de la bouche de De Niro, il a fallu enduire la pièce de viande d’huile de sardine, car Misha détestait l’odeur du bacon! Les chats ont tellement impressionné le comédien qu’il a insisté pour qu’ils soient plus présents à l’écran. Misha est décédé de vieillesse en 2008, quelques années après le tournage de la suite, L’Autre Belle-famille (Meet the Fockers). Pour le troisième film, La Petite Famille (Little Fockers) Barkan a utilisé les chats Peanuts (qui avait joué dans le deuxième film), et les nouveaux venus Charlie et Gizmo.

AUSTIN POWERS (1997)

M. BIGGLESWORTH – LE SPHINX

M. Bigglesworth est le chat de docteur Terreur de la trilogie Austin Powers. Contrairement à M. Jinx, il ne fait rien de drôle en tant quel tel, mais il est plutôt lui-même l’objet d’un gag, clin d’œil réussi aux films de James Bond. Dans les trois films, c’est le sphinx canadien Belfry Ted Nude-Gent (en hommage au guitariste Ted Nugent!) qui incarne le chat à poil ras. Selon sa propriétaire Michelle Berge, les sphinx sont parmi les félins les plus faciles à dresser. Pendant le tournage, Beflry Ted Nude-Gent était très affectueux, s’endormant même sur les jambes du comédien Mike Myers. À la suite du succès des films, ce chat a même eu droit à sa propre gamme de vêtements et de peluches! Après plusieurs apparitions dans divers commerciaux, il est décédé de vieillesse au début des années 2010, au terme d’une retraite bien méritée.

LA BELLE-FAMILLE (2000)

22 | ~.ca


| L E S A N I M A U X C É L È B R E S D U C I N É M A L E S C H AT S

GOOSE – LE TIGRÉ

Dans le film Captain Marvel, on apprend que Goose est responsable du port du cache-œil de Nick Fury (Samuel L. Jackson) et qu’elle est beaucoup plus qu’une simple chatte. Lors du tournage, quatre chats ont été utilisés. C’est l’adorable Reggie (un mâle!) qui s’est vu confier les gros plans. Ce dernier a obtenu le rôle après une audition dans laquelle son entraîneuse, Ursula Brauner, l’avait déposé sur un coussin. À l’allure débonnaire, Reggie s’était tenu tranquille malgré la présence de plusieurs personnes dans la pièce. Mais ce que les scénaristes ne savaient pas en incluant ce personnage dans l’histoire du film était que Brie Larson est allergique aux chats! On s’est donc servi d’une marionnette sophistiquée en peluche lorsque la comédienne prenait le félin. Pour habituer Reggie à son environnement constitué de décors futuristes, les acteurs lui donnaient des gâteries afin de l’amadouer et qu’il reste près d’eux. Pour les scènes plus physiques, ce sont Archie, Gonzo et Rizzo qui les ont accomplis.

L’ESPION AUX PATTES DE VELOURS (1965)

DC – LE SIAMOIS

DC est au cœur de la comédie familiale de Disney L’Espion aux pattes de velours qui a été un succès commercial dès sa sortie, en 1965. Plusieurs critiques ont salué avec raison le jeu du chat qui, lors de sa virée de soirée quotidienne dans le quartier, est témoin d’une affaire de séquestration. DC était incarné par Syn, déjà vedette du grand écran. Il tenait le rôle de Tao dans le film d’aventures L’Incroyable Randonnée (1963), également produit par Disney. Alors âgé de deux ans, Syn a été trouvé par son dresseur, Bill Koehler, dans un refuge pour chats. Le félin a immédiatement démontré d’excellentes aptitudes. Il était reconnu pour son incroyable ouïe et sa grande capacité de concentration. Des sons de clochette étaient d’ailleurs utilisés sur le plateau afin que Syn se déplacent exactement sur ses marques. Pour sa prestation, Syn s’est vu décerner un Patsy Award, remis pour la meilleure performance d’un animal dans un film. |

CAPITAINE MARVEL (2019)

~.ca | 23


PIERRE BLAIS

LA MUSIQUE AU CINÉMA

CRÉDIT PHOTO : STEVEN C. SMITH

MAX STEINER 24 | ~.ca


| LA MUSIQUE AU CINÉMA MAX STEINER

L’œuvre de Max Steiner est d’une importance capitale dans l’histoire du cinéma. À Hollywood, l’oscar qu’il a reçu pour avoir composé la musique du Mouchard (The Informer), en 1935, est d’ailleurs le tout premier à avoir été remis à un compositeur pour honorer la meilleure musique originale d’un film. Encore trop peu connu aujourd’hui, son travail porté à l’écran mérite qu’on y jette un œil puisque le nom de Steiner brille au firmament des plus grands compositeurs de musique pour le 7e art.

«Steiner fera partie

d’une génération de compositeurs brillants qui marqueront le cinéma

»

Né à Vienne, en 1888, Max Steiner se révèle rapidement très doué pour la musique, lui qui a comme parrain Richard Strauss, et qui aura comme influences principales Brahms et surtout Gustav Mahler. À douze ans seulement, il démontre déjà un talent certain en orchestrant et en dirigeant sa première opérette. En 1914, âgé d’à peine 26 ans, il met fin à un séjour en Angleterre et migre vers les États-Unis, à New York plus précisément, où il travaillera comme chef d’orchestre sur Broadway durant de nombreuses années. C’est en 1929 que Steiner fait son entrée dans l’univers d’Hollywood. Fort d’une formation de pianiste, de violoncelliste et de trompettiste, le musicien développe ses talents de compositeur dans un milieu où l’image règne encore sur le son.

~.ca | 25


| LA MUSIQUE AU CINÉMA MAX STEINER

symphonique au grand écran grâce à ses partitions pour Les Quatre Filles du docteur March (1933), Le Mouchard (oscar 1935), Une étoile est née (1937), Autant en emporte le vent (1939), Casablanca (1942), Depuis ton départ (oscar 1942), Une femme cherche son destin (oscar 1944), Le Roman de Mildred Pierce (1945), Le Grand Sommeil (1946), Le Trésor de la Sierra Madre (1948), La Ménagerie de verre (1950) et La Prisonnière du désert (1956). Façonnant un style qui lui est propre et qui collera au cinéma de divertissement typiquement hollywoodien, Steiner verra son travail parfois dénigré par quelques confrères qui déplore sa tendance au spectaculaire et au mélodramatique. Cela dit, il est incroyablement actif des années 30 aux années 60, concoctant avec un rythme soutenu les trames sonores de dix films par an, pour un total d’environ 300 musiques de films selon le site IMDB.com. Pour la majeure partie de sa carrière, le compositeur a principalement collaboré avec deux studios de production à Hollywood, RKO et Warner. Surnommé « le père de la musique de film », Steiner fera partie d’une génération de compositeurs brillants qui marqueront le cinéma des années 30 et 40, comme E.W. Korngold, Miklós Rózsa, Bernard Herrmann, Franz Waxman, Alfred Newman et Dimitri Tiomkin.

LE MOUCHARD (1935)

Il faut d’ailleurs rappeler le contexte de l’époque pour le cinéma. Depuis le début des projections publiques, en 1895, les films sont muets, mais leurs projections sont très souvent accompagnées d’une musique jouée en direct par un pianiste. Des musiques enregistrées et diffusées sur disque en public sans être synchronisées aux images seront utilisées dès le début du XXe siècle. Ensuite, des compositeurs seront appelés à écrire des partitions spécifiquement pour certaines œuvres. L’ensemble a permis de camoufler le bruit du projecteur et d’insuffler une émotion à une action.

On retiendra de l’œuvre symphonique de ce défricheur, son efficacité pour associer images et musique afin de provoquer des émotions et du grandiose. Sa grande fidélité à quelques cinéastes, dont John Ford, Michael Curtiz et William Wyler, est aussi à souligner, tout comme l’influence certaine qu’il aura sur des compositeurs qui suivront ses traces, de John Barry (James Bond) à James Newton Howard (The Dark Knight), en passant par John Williams (Star Wars). Max Steiner s’est éteint en 1971, à l’âge vénérable de 83 ans, fort de trois oscars remportés et de 24 nominations au total. Il laisse une marque indélébile sur l’imaginaire si puissant du cinéma grand public américain du XXe siècle. |

C’est en 1927, avec l’arrivée du son optique, qui se retrouve sur la même bande que l’image, que naissent le cinéma parlant et l’utilisation synchrone de la musique au cinéma. Le Chanteur de jazz fait la manchette en devenant le premier long métrage parlant de l’histoire et Edmund Meisel, d’origine autrichienne comme Steiner, est considéré comme le premier compositeur de musiques pour le cinéma avec Berlin, symphonie d’une grande ville. Bref, ces avancées technologiques amèneront Hollywood, deux ans plus tard, à se lancer intensivement dans la réalisation de comédies musicales, comme Hallelujah et Broadway qui danse. Dès 1929, Max Steiner suit les traces de Meisel en composant les trames d’une quarantaine de productions, jusqu’en 1933 où la consécration survient avec King Kong. Le succès est fulgurant, les effets spéciaux épatent la galerie et la musique de l’artiste donne une touche romanesque au film. Dès lors, l’aura de Kong permet à Steiner de devenir un incontournable à Hollywood. Reconnu pour ses leitmotivs et sa rapidité à répondre aux nombreuses commandes, l’Autrichien appose à ses créations sa signature, caractérisée par des orchestrations chargées qui deviendront sa marque de commerce, se collant aux ambiances de nombreuses productions à grand déploiement. Il est littéralement à l’origine de la musique

26 | ~.ca

CASABLANCA (1942)


LA VRAIE RENTRÉE

C’est avec grand plaisir que nous vous proposerons cet automne les productions tant attendues et dont la sortie a été reportée maintes fois en raison de cette pandémie qui nous a tous ligotés. Cette longue parenthèse nous aura permis de constater à quel point le cinéma en salle est résilient, malgré les nombreuses interruptions et les tentatives des chaînes de diffusion en continu de nous ravir votre assiduité. Toutes ces propositions ayant pour effet de vous clouer à vos sofas n’auront pas eu raison de votre cinéphilie, et on voit poindre à l’horizon, comme ce fut le cas pour la vidéo jadis si populaire, une désaffectation des plateformes de visionnement qui distillent l’ennui.

MARIA CHAPDELAINE

S’il est un film que les cinéphiles attendent, c’est bien celui de Sébastien Pilote qui nous permet de revisiter l’œuvre de Louis Hémon avec un souci du détail inégalé à ce jour. On a droit à une reconstitution d’époque sensible et hyperréaliste du Québec rural avec pour trame de fond l’une des plus merveilleuses histoires d’amour de la littérature québécoise.

MOURIR PEUT ATTENDRE

Le dernier James Bond, au titre prédestiné, fut le premier film à subir un report en mars 2020. C’est certainement une grande fête pour les aficionados de cet agent secret, charmeur impénitent, de pouvoir enfin le suivre dans sa dernière mission. Daniel Craig s’est fait plaisir en réclamant la présence d’Ana de Armas, charmante et talentueuse comédienne cubaine qu’il a connue lors du tournage d’À couteaux tirés.

DÉLICIEUX

Ce le sera certainement pour les propriétaires de restaurants et leur fidèle clientèle qui verront là l’occasion rêvée de célébrer ces institutions chéries des Québécois. Nul doute que cet hommage au premier restaurant français et la formidable histoire qui donna lieu à sa naissance vous charmera et vous émouvra. Voilà qui risque de vous mettre en appétit! | M.A.

CLASSEMENT DES FILMS En attente de classement.

IMAGE TIRÉE DE L’AFFICHE DU FILM MOURIR PEUT ATTENDRE

Peut être vu par des personnes de tous âges.

Ne peut être vu que par des personnes âgées de 16 ans et plus.

Ne peut être vu que par des personnes âgées de 13 ans et plus ou accompagnées d’une personne majeure.

Ne peut être vu que par des personnes âgées de 18 ans et plus.

~.ca | 27



bientôt au cinéma

BOOTLEGGER

LA FACE CACHÉE DU BAKLAVA

Un film de Caroline Monnet 2021 | 81 min

Un film de Maryanne Zéhil 2021 | 88 min

QUÉBEC

QUÉBEC

Drame réalisé par Caroline Monnet. Scén. : Caroline Monnet, Daniel Watchorn. Int. : Pascale Bussières, Devery Jacobs, Samian, Jacques Newashish, Dominique Pétin.

Mani, une étudiante à la maîtrise, revient dans la communauté du nord du Québec où elle a grandi. Son passé douloureux resurgit. Résolue à se frayer une place, elle s’investit dans le débat entourant un référendum qui vise à permettre la vente libre d’alcool dans la réserve. |

Comédie dramatique écrite et réalisée par Maryanne Zéhil. Int. : Claudia Ferri, Raïa Haïdar, JeanNicolas Verreault, Anick Lemay, Marcel Sabourin.

BRAIN FREEZE Un film de Julien Knafo 2021. 93 min. QUÉBEC

Comédie d’épouvante réalisée par Julien Knafo. Scén. : Julien Knafo, Jean Barbe. Int. : Roy Dupuis, Iani Bédard, Marianne Fortier, AnneÉlisabeth Bossé, Simon-Olivier Fecteau.

LES OISEAUX IVRES Un film de Ivan Grbovic 2021. QUÉBEC

Drame réalisé par Ivan Grbovic. Scén. : Sara Mishara, Ivan Grbovic. Int. : Jorge Antonio Guerrero, Hélène Florent, Claude Legault.

La quête de Willy pour retrouver Marlena, son amour perdu, le mène du Mexique au Canada, où il se fait engager comme travailleur saisonnier à la ferme Bécotte, près de Montréal. Plusieurs destins s’entrecroisent, des mondes se rencontrent, les tensions montent et des moments de réalisme magique surgissent au cours des longues journées de travail. |

Au début de l’hiver, dans une enclave huppée où le loisir et l’argent ne connaissent pas de limites, un club de golf accorde à une multinationale sans scrupules un contrat qui viendra modifier génétiquement son gazon afin d’en permettre l’ouverture toute l’année. L’eau de l’Île-aux-Paons devient ainsi contaminée par un fertilisant « révolutionnaire » qui a l’avantage de faire fondre la neige, mais transforme ses habitants en mutants. |

«Un fi ffiilm qui, avec humour, célèbre la différence. » P. Blais

Houwayda, Libanaise d’origine, s’est intégrée très rapidement à sa terre d’accueil dès son arrivée en sol québécois. Secrètement, Pierre, son amoureux, aimerait quand même que sa flamme conserve quelques-unes des valeurs traditionnelles liées à son pays natal. L’arrivée de sa belle-famille, en visite au Canada, va cependant mettre à rude épreuve le calme bourgeois sur lequel repose leur relation de couple. | P.B.

SIN LA HABANA

Un film de Kaveh Nabatian 2021. QUÉBEC

Drame écrit et réalisé par Kaveh Nabatian. Mus. orig. : Kaveh Nabatian. Int. : Yonah Acosta Gonzalez, Aki Yaghoubi, Evelyn Castroda O’Farrill, Julio Cesar Hong Oritz, Ahlam Gholami.

Leonardo et Sara, un jeune couple afro-cubain, veulent désespérément quitter leur île. Le plan : Leonardo devra séduire une femme étrangère afin de l’épouser pour lui permettre d’immigrer. Il fera alors la rencontre de Nasim, une Irano-Canadienne qui fuit un passé oppressant et qui tente de s’amuser pour la toute première fois. De la torpeur chaotique de Cuba aux rigueurs de l’hiver québécois, ces trois personnages complexes tentent d’atteindre leurs rêves d’intimité, de bonheur et d’ascension sociale à travers un triangle amoureux où la passion, l’argent et le pouvoir colorent leurs destins. |

~.ca | 29


UNE RÉVISION

Un film de Catherine Therrien 2021 QUÉBEC

Film réalisé par Catherine Therrien. Scén. : Louis Godbout, Normand Corbeil. Int. : Patrice Robitaille, Nour Belkhiria, RoseMarie Perreault, Anne-Élisabeth Bossé, Rabah Aït Ouyahia, Édith Cochrane, Pierre Curzi.

S’immisçant dans le quotidien d’un orchestre de rumba à Kinshasa, RUMBA RULES invite à une incursion dans les arcanes d’une musique monumentale de l’Afrique moderne.Ya Mayi, Alfred Solo, Kirikou, Lumumba, Pitchou Travolta, Panneau solaire, Soleil patron, Xena la Guerrière et bien d’autres : ils sont, bon an mal an, près d’une trentaine à alimenter la vie créative de l’orchestre de Brigade Sarbati. Entre les séances en studio et les multiples répétitions, dans les coulisses comme sur les planches des concerts, les personnages se révèlent et la force de l’orchestre se déploie. Des musiciens d’hier à ceux d’aujourd’hui,des supporteurs du quartier aux mécènes de la diaspora, cette polyphonie est celle d’une capitale africaine et de ses multiples temps. |

Étienne, professeur de philosophie au cégep, enseigne avec passion à ses élèves éveillés. Un jour, Nacira, une de ses étudiantes, met en pratique ce qu’il leur a enseigné : la remise en question. Voilà qu’Étienne et Nacira embarquent dans un voyage qui bouscule leurs plus profondes convictions. |

Un film de Ky Nam Le Duc 2020 | 110 min CANADA

RUMBA RULES, NOUVELLES GÉNÉALOGIES

Drame réalisé par Ky Nam Le Duc. Int. : Nguyen Thanh Tri, Mickael Gouin, Junior Jean-Baptiste.

QUÉBEC · CANADA · BELGIQUE

À la suite de l’élection d’un gouvernement d’extrême droite au Canada, un immigrant et deux réfugiés cohabitent durant une période de grande transformation. |

Documentaire réalisé par David N. Bernatchez et Sammy Baloji.

30 | ~.ca

Un film de Jean-Patrick Benes 2020 | 78 min FRANCE

Comédie réalisée par Jean-Patrick Benes. Scén. : Jean-Patrick Benes, Allan Mauduit, Martin Douaire, Thibault Valetoux. Mus. orig. : Christophe Julien. Int. : Franck Dubosc, Alexandra Lamy, Christiane Millet.

« D’ailleurs, [Franck Dubosc] retrouvera la comédienne Alexandra Lamy, partenaire de jeu avec qui il avait épaté les cinéphiles français dans le ffiilm Tout le monde debout. »

VIVRE EN GRAND Un film de Flore Vasseur 2020 FRANCE

Documentaire réalisé par Flore Vasseur. Int. : Melati Gijsen, Xiuhtezcatl Martinez, Memory Banda, Mohamad Al Jounde, Rene Silva, Mary Finn, Chandni Di.

Melati une Indonésienne de dixhuit ans a passé cinq ans à tenter de convaincre les autorités locales de son île, Bali, d’interdire la vente et la distribution de sacs plastique. En se mobilisant, Melati est devenue l’incarnation d’une tendance naissante, d’un nouveau pouvoir, celui de la jeunesse. |

P. Lonergan

LE MEILLEUR PAYS DU MONDE

Un film de David N. Bernatchez et Sammy Baloji 2020 | 107 min

LE SENS DE LA FAMILLE

Rien ne va plus chez les Morel. Un matin, la famille se réveille avec tout un casse-tête. Leurs esprits semblent littéralement avoir changé de corps! Chacha, six ans, se trouve dans le corps de Papa, Papa dans le corps de son jeune ado et ce dernier, dans le corps de sa sœur aînée qui, à son tour, est devenue Maman qui est devenue Chacha. Vous n’avez pas tout saisi? Pas de panique, eux non plus. | P.L.

LA TROISIÈME GUERRE

Un film de Giovanni Aloi 2021 | 92 min FRANCE

Drame réalisé par Giovanni Aloi. Scén. : Dominique Baumard, Giovanni Aloi. Mus. orig. : Rémi Langlade. Int. : Anthony Bajon, Karim Leklou, Leïla Bekhti, Arthur Verret.

Léo vient juste de terminer ses classes et pour sa première affectation, il écope d’une mission Sentinelle. Le voilà arpentant les rues de la capitale, sans rien à faire sinon rester à l’affût d’une éventuelle menace… |


bientôt au cinéma

DÉLICIEUX

Un film de Éric Besnard 2020 | 112 min FRANCE

Drame historique réalisée par Éric Besnard. Scén. : Éric Besnard, Nicolas Boukhrief. Int. : Grégory Gadebois, Isabelle Carré, Benjamin Lavernhe.

Employé de la haute bourgeoisie alors que la Révolution française se pointe le nez, Manceron se découvre un réel talent pour la préparation des repas sous toutes ses formes. Mais lorsque son maître, le duc de Chamfort, le renvoie cavalièrement, il perd cette passion peu commune. Heureusement, sa rencontre avec Louise va lui fournir l’énergie requise pour s’émanciper et ouvrir ce qui deviendra le tout premier restaurant de l’histoire de la France. Notes : Éric Besnard réunit une distribution de rêve devant sa caméra avec les talentueux Grégory Gadebois (Pauvre Georges!), Isabelle Carré (Se souvenir des belles choses) et Benjamin Laverhne (Le Sens de la fête) pour mettre en scène l’ouverture du « premier restaurant » de France. Son film fait la part belle à rien de moins que la naissance de la haute gastronomie française. Et il donne faim! | P.B.

« UN FILM HISTORIQUE QUI, AVEC RAISON, NOUS FAIT SALIVER. » P. Blais

MARIA CHAPDELAINE

Un film de Sébastien Pilote 2020 | 113 min QUÉBEC

Drame écrit et réalisé par Sébastien Pilote, d’après l’œuvre de Louis Hémon. Int. : Sara Montpetit, Hélène Florent, Sébastien Ricard, Antoine Olivier-Pilon.

Dans le Québec rural des années 1910, Maria Chapdelaine, jeune femme de seize ans, se voit précipitée dans le monde adulte. Elle doit choisir parmi trois prétendants. Il y a François Paradis, le coureur des bois libre et sauvage, Lorenzo Surprenant, qui lui offre une vie paisible aux États-Unis, puis Eutrope Gagnon, vaillant fermier qui occupe la terre voisine des Chapdelaine. | P.L.

LA CONTEMPLATION DU MYSTÈRE

Un film de Albéric Aurtenèche 2020 | 100 min QUÉBEC

Suspense fantastique écrit et réalisé par Albéric Aurtenèche. Mus. orig. : Roger Tellier-Craig. Int. : Emmanuel Schwartz, Sarah-Jeanne Labrosse, Gilles Renaud.

Son père étant récemment décédé des suites d’un terrible accident de chasse, Éloi retourne dans son petit patelin d’enfance pour assister aux funérailles et prendre possession de la terre familiale. Sur place, il s’aperçoit qu’un mystère

entoure le décès de son père, un homme qui s’était lié d’amitié avec celui qu’on appelle l’Indien. Son enquête sur ce drame funeste ne fera qu’attiser l’hostilité du clan des chasseurs du village. Notes : Au Québec, quelques films de chasse ont marqué les esprits, dont Le Temps d’une chasse de Francis Mankiewicz. Ce sport ancré dans la tradition québécoise évoque pourtant bien des mythes qui entourent sa pratique et les animaux qui en sont les victimes. Ce premier long métrage d’Albéric Aurtenèche a justement le mérite de juxtaposer ces éléments à travers un suspense teinté de fantastique. | P.B.

~.ca | 31


C’EST MAGNIFIQUE!

TOLO TOLO (NAÏF ET INSENSÉ)

FRANCE

Un film de Checco Zalone 2021. 90 min.

TOLO TOLO

Un film de Clovis Cornillac 2019 | 117 min

Comédie dramatique écrite et réalisée par Clovis Cornillac. Int. : Clovis Cornillac, Alice Pol, Lilou Fogli.

Quand Pierre apprend que ses parents ne sont pas ses parents, il veut découvrir qui il est et d’où il vient. Élevé en pleine nature, Pierre n’a jamais été confronté à la société. Il n’en connaît pas les codes. Il va faire équipe avec Anna qui va l’aider dans sa quête et croiser toute une galerie de personnages aussi drôles que tendres. Mais au fil de son enquête, Pierre va perdre ses couleurs… Comme une photo qui s’efface… |

ITALIE

JOSEP

Un film de Aurel 2020 | 74 min FRANCE · BELGIQUE · ESPAGNE

Film d’animation biographique et historique réalisé par Aurel. Scén. : Jean-Louis Milesi. Mus. orig. : Sílvia Pérez Cruz. Voix : Sergi López, Sílvia Pérez Cruz, Valérie Lemercier.

« Un coup d’essai façon coup de maître. » T. Chèze Première

TITANE

Un film de Julia Ducournau 2021 | 108 min FRANCE · BELGIQUE

Drame fantastique écrit et réalisé par Julia Ducournau. Int. : Vincent Lindon, Agathe Rousselle, Garance Marillier, Laïs Salameh.

Après une série de crimes inexpliqués, un père retrouve son fils disparu depuis dix ans. |

32 | ~.ca

Alors que la Seconde Guerre mondiale se dessine, Josep Bartoli décide de fuir le régime fasciste de Franco, en Espagne. L’exilé se retrouve en France mais est arrêté et incarcéré dans un camp de réfugiés où il devient l’ami de Serge, un gendarme qui découvre son incroyable talent de dessinateur. C’est d’ailleurs à travers les yeux de Serge que se dessine le parcours de Josep, une fuite qui le mènera jusqu’au Mexique, à la rencontre de Frida Kahlo. | P.B.

Comédie réalisée par Checco Zalone. Scén. : Checco Zalone, Paolo Virzì. Int. : Checco Zalone, Nicola Nocella, Souleymane Sylla, Manda Touré, Nassor Said Biyria.

Checco est un être vil et lâche qui n’hésite pas à se décharger de ses dettes sur sa famille après la faillite de son restaurant de luxe, perdu en plein milieu de la campagne des Pouilles. Il décide de fuir vers l’Afrique, seul endroit « où il est encore possible de rêver » et devient serveur dans un palace pour Européens. Là-bas, il rencontre Oumar, amoureux de la culture italienne. Mais cette nouvelle vie s’effondre lorsqu’une guerre civile éclate dans ce mystérieux pays africain et pousse Checco et Oumar à fuir dans le village natal de ce dernier, puis à prendre la route de ceux qui migrent vers l’Europe. |

médecin reconnu et défenseur des droits de l’homme, dans la ville polarisée et violente qu’était Medellín dans les années 70. Chez ce médecin, père de famille qui s’inquiète aussi bien du bien-être de ses enfants que de celui des jeunes des classes moins favorisées, on respire un air de vitalité et de créativité, fruit d’une éducation basée sur la tolérance et l’amour. Rien ne laisse présager qu’un terrible cancer finira par emporter l’une de ses filles tant aimées, le pousant à lutter de tout son cœur pour ouvrir les yeux à une société intolérante qui, non seulement reste sourde à son appel, mais qui le poursuivra jusqu’à le réduire au silence. |

MY ZOÉ

Un film de Julie Delpy 2021 | 102 min

NOUS SERONS LES OUBLIÉS EL OLVIDO QUE SEREMOS

Un film de Fernando Trueba 2021. 136 min. COLOMBIE

Drame historique réalisé par Fernando Trueba. Int. : Javier Cámara, Sebastián Giraldo, Aida Morales, Whit Stillman.

Basé sur le roman éponyme El olvido que seremos, ce film raconte l’histoire d’un homme profondément bon : Héctor Abad Gómez,

GRANDE-BRETAGNE · ALLEMAGNE · FRANCE

Drame écrit et réalisé par Julie Delpy. Int. : Julie Delpy, Richard Armitage, Daniel Brühl, Gemma Arterton.

Après son divorce, Isabelle, généticienne, tente de refaire sa vie. Elle tombe amoureuse et décide de relancer sa carrière. Mais son ex-mari, James, a du mal à l’accepter et lui rend la vie dure dans la bataille qu’il mène pour obtenir la garde de leur fille Zoé. Une tragédie les frappe et la famille s’en trouve brisée. Isabelle décide alors de prendre son destin en main. |


bientôt au cinéma Un film de Bruno Dumont Du même réalisateur : Ma Loute FRANCE

2021 | 34 min.

Comédie dramatique écrite et réalisée par Bruno Dumont. Mus. orig. : Christophe. Int. : Léa Seydoux, Blanche Gardin, Benjamin Biolay, Emanuele Arioli.

France de Meurs, véritable vedette du journal télévisé, est une journaliste séduisante et fonceuse qui adore se mettre sur le devant de la scène, même lors de reportages en plein cœur d’un territoire dévasté par la guerre. Ses coups d’éclat crèvent l’écran. Pour le public français, elle incarne la « star glamour et people »; elle fascine un auditoire qui se nourrit de son approche journalistique démagogique et flamboyante. Celle qui se croit en mission humanitaire voit cependant sa vie personnelle basculer lorsqu’elle cause un accident de la route. Pour se remonter le moral, France décide de suivre une cure de santé en montagne. Sur place, une rencontre impromptue avec un inconnu sera révélatrice pour elle, avec de bonnes et de mauvaises conséquences à la clé. La suite sera bouleversante.

FRANCE a été présenté en grande première lors du Festival de Cannes, en juillet dernier. Le plus récent film de Bruno Dumont était fort attendu, car le cinéaste a souvent vu ses œuvres récompensées par le jury au fil des années – qu’on pense à L’Humanité, qui avait gagné la Palme d’or en 1999. Son cinéma emprunte toujours un chemin inattendu, celui du naturalisme, de la provocation, de la comédie musicale anachronique ou de l’humour absurde rural. Dans ses longs métrages, Dumont emploie rarement des acteurs établis, mais il

« Dumont s’en donne à cœur joie pour dézinguer le petit théâtre parisien et la grande messe des médias qui se nourrit du spectacle de la désolation. »

fait une nouvelle exception pour FRANCE. Léa Seydoux interprète avec fougue le personnage principal de la journaliste de terrain, vedette adulée du téléjournal national. Avec FRANCE, Bruno Dumont signe son œuvre la plus « grand public », qu’il a réalisée avec une légère teinte de cynisme et avec le souci d’offrir le polaroïd d’un pays polarisé, aspiré par une vague télévisuelle et virtuelle qui tourne à vide. Ce n’est pas un hasard si le titre du film fait référence autant au nom de la journaliste princesse qu’à celui de son pays, afin de mettre en scène un récit où il est difficile de départager la fiction de la réalité, une sorte de roman-photo acidulé. Une histoire où Dumont pousse son personnage principal dans un engrenage qui, petit à petit, le dévore de l’intérieur. Aux côtés de Léa Seydoux, l’humoriste et comédienne Blanche Gardin personnifie une fidèle assistante. Cette dernière affirmera avec lucidité qu’en télé, le pire, c’est le mieux. Difficile de définir avec plus de précision le point d’ancrage de FRANCE, un film dont l’amertume possède une réelle douceur. | P.B.

K. Fitoussi, Paris Match

~.ca | 33


SOS FANTÔMES : L’AU-DELÀ GHOSTBUSTERS: AFTERLIFE

Un film de Jason Reitman 2021 ÉTATS-UNIS

ÉTERNELS ETERNALS

Un film de Chloé Zhao 2021. ÉTATS-UNIS

Film d’aventures fantastiques réalisé par Chloé Zhao. Scén. : Matthew K. Frigo, Ryan Firpo, Jack Kirby. Int. : Angelina Jolie, Richard Madden, Kumail Nanjiani, Kit Harington, Salma Hayek, Lauren Ridloff, Brian Tyree Henry, Lia McHugh, Don Lee, Gemma Chan, Barry Keoghan.

Après des événements qui ont eu lieu dans le film Avengers : phase finale, une tragédie imprévue force les Éternels, d’anciens extraterrestres vivant en secret sur Terre depuis des milliers d’années, à se dévoiler et à se réunir afin d’affronter une espèce, ennemie de l’humanité, les Déviants. |

Comédie fantastique réalisée par Jason Reitman. Scén. : Jason Reitman, Gil Kenan. Int. : McKenna Grace, Carrie Coon, Finn Wolfhard, Paul Rudd, Sigourney Weaver, Annie Potts, Dan Aykroyd, Bill Murray.

Lorsqu’une mère célibataire et ses deux enfants arrivent dans une petite ville, ils commencent à découvrir leur lien avec les Ghostbusters originaux et l’héritage secret que leur grand-père a laissé. |

RON NE VA PLUS RON’S GONE WRONG

Un film de Jean-Philippe Vine et Alessandro Carloni 2021. ÉTATS-UNIS · GRANDEBRETAGNE

Film d’animation réalisé par Jean-Philippe Vine, Alessandro Carloni. Scén. : Peter Baynham, Sarah Smith, Jean-Philippe Vine. Voix : Zack Galifianakis, Jack Dylan Grazer, Olivia Colman, Ed Helms, Justice Smith, Rob Delaney.

L’histoire de Barney, un collégien tout ce qu’il y a de plus normal, et de Ron, une prouesse technologique connectée, capable de marcher et de parler, et conçue pour être son meilleur ami. Les dysfonctionnements de Ron à l’ère des réseaux sociaux entraînent le duo dans d’incroyables péripéties au cours desquelles garçon et robot vont découvrir la notion d’amitié sincère au milieu d’un joyeux désordre… |

HÔTEL TRANSYLVANIE : TRANSFORMANIE HOTEL TRANSYLVANIA: TRANSFORMANIA

Un film de Derek Drymon et Jennifer Kluska 2021

LA FAMILLE ADDAMS 2

ÉTATS-UNIS

THE ADDAMS FAMILY 2

Un film de Greg Tiernan, Conrad Vernon et Laura Brousseau 2021 ÉTATS-UNIS · ROYAUME-UNI · CANADA

Film d’animation réalisé par Greg Tiernan, Conrad Vernon, Laura Brousseau. Scén. : Dan Hernandez, Benji Samit. Voix : Charlize Theron, Oscar Isaac, Chloë Grace Moretz.

Morticia et Gomez s’affolent de voir que leurs enfants grandissent et passent de moins en moins de temps avec eux. Afin de renouer leur lien, ils décident d’embarquer toute la famille dans leur caravane hantée pour de dernières misérables vacances. |

34 | ~.ca

Jonna, une petite fille de huit ans, a toujours vécu à l’Orphelinat du soleil et lorsque son vœu le plus cher se réalise enfin, elle doit s’armer de courage et se lancer dans l’inconnu. En effet, elle n’imaginait pas qu’une femelle gorille puisse devenir un jour sa maman… |

MA MÈRE EST UN GORILLE (ET ALORS?) APE STAR

Un film de Linda Hambäck 2020 | 74 min SUÈDE · NORVÈGE · DANEMARK

Film d’animation réalisé par Linda Hambäck. Scén. : Jan Vierth, Frida Nilsson. Mus. orig. : Minna Weurlander, Tania Naranjo. Voix : Stellan Skarsgård, Pernilla August.

Film d’animation réalisé par Derek Drymon et Jennifer Kluska. Scén. : Todd Durham, Genndy Tartakovsky. Int. : Brian Hull, Andy Samberg, Selena Gomez, Katryn Hahn, Steve Buscemi, David Spade.

Lorsque l’invention mystérieuse de Van Helsing se détraque, Drac et ses monstrueux amis sont tous transformés en humains et Johnny devient un monstre. Drac, privé de ses pouvoirs, et Johnny, exubérant et amoureux de sa nouvelle vie de monstre, doivent faire équipe et parcourir le monde à la recherche d’un antidote avant qu’il ne soit trop tard et qu’ils se rendent l’un l’autre complètement fous. |


bientôt au cinéma

MOURIR PEUT ATTENDRE NO TIME TO DIE

Un film de Cary Joji Fukunaga 2020 ÉTATS-UNIS · ROYAUME-UNI

Thriller d’espionnage réalisé par Cary Joji Fukunaga. Scén. : Scott Z. Burns, Cary Joji Fukunaga, Neal Purvis, Robert Wade, Phoebe Waller-Bridge. Mus. orig. : Hans Zimmer. Int. : Daniel Craig, Rami Malek, Léa Seydoux.

James Bond avait quitté les services secrets et rangé les armes pour vivre paisiblement sa retraite en Jamaïque. Or, son départ ne sera qu’éphémère alors que son grand ami Felix Leiter, agent de la CIA, requiert ses services afin de secourir un scientifique kidnappé. L’agent 007 s’opposera alors à un nouvel ennemi redoutable possédant des armes technologiques mystérieuses. Le danger sera plus présent que jamais. | M.M.

« Enfififfiin le retour de James Bond, plus dangereux que jamais! » M. Morand

LES SAINTS CRIMINELS DE NEWARK

THE MANY SAINTS OF NEWARK

Un film de Alan Taylor 2021 ÉTATS-UNIS

Drame criminel réalisé par Alan Taylor. Scén. : David Chase, Lawrence Konner. Int. : Jon Bernthal, Alessandro Nivola, Leslie Odom Jr., Vera Farmiga, Ray Liotta, Corey Stoll, Billy Magnussen.

Anthony Soprano grandit dans l’une des ères les plus tumultueuses de l’histoire de Newark, devenant un homme alors que des criminels rivaux défient la puissante famille des DiMeo afin d’obtenir la place du pouvoir en ville. Coincé dans cette rivalité, Dickie Moltisanti, son oncle qu’il admire, influencera son neveu qui, une fois adulte, deviendra le puissant patron de la Mafia connu sous le nom de Tony Soprano. |

VENOM : ÇA VA ÊTRE UN CARNAGE VENOM: LET THERE BE CARNAGE

Un film de Andy Serkis 2021 ÉTATS-UNIS

Film d’action réalisé par Andy Serkis. Scén. : Kelly Marcel, Tom Hardy. Int. : Tom Hardy, Michelle Williams, Woody Harrelson, Stephen Graham, Naomie Harris, Reid Scott.

Eddie Brock peine à s’ajuster à sa nouvelle vie d’hôte du symbiote extraterrestre Venom, ce dernier lui offrant des habiletés surhumaines. Afin de raviver sa carrière, il décide de réaliser une entrevue avec le tueur en série Cletus Kasady qui deviendra l’hôte du symbiote Carnage et s’échappera de prison après une mise à mort ratée. |

~.ca | 35


Eloise, une designer de mode en devenir, est mystérieusement capable de se rendre dans les années 1960 où elle rencontre une aspirante chanteuse éblouissante, Sandy. Le glamour n’est cependant pas ce qu’il semble être et les rêves du passé commencent à se fissurer pour laisser apparaître quelque chose de bien plus sombre. |

MOGUL MOWGLI Un film de Bassam Tariq 2021 | 89 min

ROYAUME-UNI · ÉTATS-UNIS

Drame réalisé par Bassam Tariq. Scén. : Bassam Tariq, Riz Ahmed. Int. : Riz Ahmed, Anjana Vasan, Aiysha Hart, Nabhaan Rizwan, Alyy Khan.

Un rappeur anglo-pakistanais se prépare à faire sa première tournée mondiale lorsqu’il est frappé par une maladie auto-immune neurodégénérative menaçant de mettre un terme à ses rêves. |

L’HOMME IDÉAL I’M YOUR MAN

Un film de réalisateur 2021. 105 min. ALLEMAGNE

Comédie romantique de sciencefiction réalisée par Maria Schrader. Scén. : Jan Schomburg, Maria Schrader, Emma Braslavsky. Int. : Maren Eggert, Dan Stevens, Sandra Hüller, Hans Löw, Annika Meier.

Afin d’obtenir un financement pour ses recherches, une scientifique accepte une offre pour participer à une expérimentation extraordinaire : durant trois semaines, elle devra vivre avec un robot de forme humanoïde créé pour la rendre heureuse. |

THE ELECTRICAL LIFE OF LOUIS WAIN Un film de Will Sharpe 2021 | 111 min

LAST NIGHT IN SOHO

Un film de Edgar Wright 2021. 116 min. GRANDE-BRETAGNE

Drame d’horreur réalisé par Edgar Wright. Scén. : Edgar Wright, Krysty Wilson-Cairns. Int. : Anya TaylorJoy, Thomasin McKenzie, Diana Rigg, Rita Tushingham, Matt Smith, Terence Stamp.

36 | ~.ca

ROYAUME-UNI

Drame biographique réalisé par Will Sharpe. Scén. : Will Sharpe, Simon Stephenson. Int. : Benedict Cumberbatch, Claire Foy, Sophia Di Martino, Andrea Riseborough, Toby Jones, Kiki May, Stacy Martin.

Louis Wain, artiste excentrique britannique, change la perception des chats en cette fin de XIXe siècle grâce à ses toiles amusantes et parfois psychédéliques. |

BLUE BAYOU

Un film de Justin Chon 2021 ÉTATS-UNIS

Drame réalisé par Justin Chon. Int. : Justin Chon, Alicia Vikander, Mark O’Brien, Linh-Dan Pham, Emory Cohen.

Coréen adopté et élevé dans une petite ville des bayous de la Louisiane, Antonio LeBlanc est marié à l’amour de sa vie Kathy et beau-père de leur fille bien-aimée Jessie. Luttant pour améliorer la vie de sa famille, il doit affronter les fantômes de son passé lorsqu’il découvre qu’il pourrait être expulsé du seul pays qu’il ait jamais appelé chez lui. |

AFTER : LA CHUTE AFTER WE FELL

Un film de Castille Landon 2021. ÉTATS-UNIS

Drame romantique réalisé par Castille Landon. Scén. : Sharon Soboil, Anna Todd. Int. : Josephine Langford, Hero Fiennes Tiffin, Kiana Madeira, Arielle Kebbel, Mira Sorvino, Stephen Moyer.

Le troisième épisode de la franchise After suit Tessa alors qu’elle entame un nouveau chapitre de sa vie. Au moment où elle se prépare à emménager à Seattle pour le travail de ses rêves, le tempérament jaloux et imprévisible d’Hardin atteint son apogée et menace leur relation. Leurs vies se compliquent encore plus lorsque le père de Tessa refait surface et que de choquants secrets sont révélés à propos de la famille d’Hardin. Tessa et Hardin feront face à un choix déchirant et décideront si leur amour vaut la peine d’être sauvé ou si leurs chemins doivent plutôt se séparer. |


bientôt au cinéma

Un film de Denis Villeneuve Du même réalisateur : Blade Runner 2049 CANADA · GRANDE-BRETAGNE · HONGRIE · ÉTATS-UNIS

2020 | 155 min

Film de science-fiction de Denis Villeneuve. Scén. : Eric Roth, Jason Spaihts, Denis Villeneuve, d’après l’œuvre de Frank Herbert. Mus. orig. : Hans Zimmer. Int. : Timothée Chalamet, Rebecca Ferguson, Oscar Isaac, Josh Brolin, Stellan Skarsgård, Zendaya, Jason Momoa, Javier Bardem.

En l’an 10191, le duc Leto de la Maison des Atréides se voit confier la délicate gestion de la planète désertique Arrakis, surnommée « Dune » par ses habitants. Celle-ci possède l’Épice, une substance aux propriétés surnaturelles, très convoitée par différentes factions de l’empire galactique. Conscient qu’il s’agit d’un piège, Leto y emménage quand même avec sa famille, dont son fils héritier, Paul. Après une attaque contre les siens, le jeune homme forge une alliance avec le peuple du désert afin de défaire les plans de son ennemi, le baron Harkonnen. Publié en 1965, le roman de science-fiction Dune de Frank Herbert a donné lieu à de nombreux projets cinématographiques souvent infructueux. Dans les années 1970, le cinéaste chilien Alejandro Jodorowsky avait d’abord tenté sa chance sans parvenir à le tourner. Sa vision grandiose était trop onéreuse pour les producteurs. Puis, en 1980, le réalisateur britannique Ridley Scott jetait l’éponge au bout de plusieurs mois de travail, trouvant le défi trop long et difficile à concrétiser. C’est donc l’Américain David Lynch qui livre une première version décevante qui s’est avérée un échec tant commercial que critique. À la suite du succès de son film The Arrival, Denis Villeneuve se voit enfin confier la tâche d’offrir une adaptation qui rende justice au célèbre roman. Sans doute afin d’éviter l’erreur de Lynch, le réalisateur québécois a choisi de diviser l’histoire imposante en deux parties. Réussira-t-il là où plusieurs ont échoué avant lui? | P.M.

« Appuyé par une distribution impressionnante et des visuels somptueux, Denis Villeneuve promet une version fi fiffiidèle et spectaculaire de l’œuvre de Frank Herbert. » P. Marleau

~.ca | 37


HALLOWEEN TUE

anciens patrons. Sur le chemin du retour vers le Texas, le duo dépareillé prend des chemins de traverse parsemés d’obstacles au fil d’un périple au cours duquel le vétéran cavalier tisse des liens inattendus et développe son propre sens de la rédemption. |

HALLOWEEN KILLS

Un film de David Gordon 2021. ÉTATS-UNIS

Thriller d’horreur réalisé par David Gordon Green. Scén. : John Carpenter, David Gordon Green, Debra Hill, Danny McBride, Scott Teems. Int. : Jamie Lee Curtis, Judy Greer, Andi Matichak, Kyle Richards, Anthony Michael Hall.

Alors que Laurie Strode, sa fille Karen et sa petite-fille Allyson viennent juste d’abandonner Michael Myers dans une cage dans le sous-sol en feu de Laurie, cette dernière, atteinte de blessures mortelles, est transportée d’urgence à l’hôpital. Elle pense s’être enfin débarrassée du bourreau qui l’a tourmentée toute sa vie, mais Michael réussit à échapper au piège de Laurie et recommence sa course sanglante. |

COPSHOP

Un film de Joe Carnahan 2021.

LE DERNIER DUEL

ÉTATS-UNIS

THE LAST DUEL

Film d’action réalisé par Joe Carnahan. Scén. : Joe Carnahan, Kurt McLeod, Mark Williams. Int. : Gerard Butler, Frank Grillo, Toby Huss, Ryan O’Nan, Kaiwi Lyman.

Un film de Ridley Scott 2021. 82 min. ÉTATS-UNIS

Drame réalisé par Ridley Scott. Scén. : Ben Affleck, Matt Damon, Nicole Holofcener, Eric Jager. Int. : Jodie Comer, Matt Damon, Ben Affleck, Adam Driver, Harriet Walter, Nathaniel Parker.

Le roi Charles VI déclare que le chevalier Jean de Carrouges doit régler son différend avec son écuyer en le défiant en duel. |

DESCENTE AU POSTE

SHANG-CHI ET LA LÉGENDE DES DIX ANNEAUX

Le poste de police d’une petite ville devient le champ de bataille d’un tueur à gages, d’une policière débutante, mais ingénieuse et d’un escroc qui s’est réfugié derrière les barreaux, car il n’a pas d’endroit où fuir. |

SHANG-CHI AND THE LEGEND OF THE TEN RINGS

Un film de Destin Daniel Cretton 2021. ÉTATS-UNIS · AUSTRALIE

MALFAISANT MALIGNANT

Un film de James Wan 2021 | 111 min ÉTATS-UNIS

Film d’horreur réalisé par James Wan. Scén. : James Wan, Ingrid Bisu. Int. : Annabelle Wallis, Maddie Hasson, Jacqueline McKenzie, Jake Abel, Ingrid Bisu, Rachel Winfree.

Paralysée par des visions traumatisantes de meurtres sordides, Madison voit ses tourments amplifiés par la découverte que ces cauchemars éveillés sont en fait des réalités terrifiantes. |

38 | ~.ca

CRY MACHO : LE CHEMIN DE LA RÉDEMPTION CRY MACHO

Un film de Clint Eastwood 2021 ÉTATS-UNIS

Drame réalisé par Clint Eastwood. Scén. : Nick Schenk, N. Richard Nash. Int. : Clint Eastwood, Dwight Yoakam, Eduardo Minett, Natalia Traven, Fernanda Urrejola.

Mike Milo, une ancienne star de rodéo et éleveur de chevaux déchu, accepte de rapatrier du Mexique le jeune fils d’un de ses

Film d’action fantastique réalisé par Destin Daniel Cretton. Scén. : Dave Callaham, Destin Daniel Cretton, Andrew Lanham. Int. : Simu Liu, Awkwafina, Tony Chiu-Wai Leung, Michelle Yeoh, Tim Roth, Benedict Wong, Florian Munteanu.

Shang-Chi, maître du kung-fu, est forcé d’affronter son passé après avoir été entraîné dans l’organisation des Dix Anneaux. |

CHER EVAN HANSEN

DEAR EVAN HANSEN

Un film de Stephen Chbosky 2021 ÉTATS-UNIS

Drame musical réalisé par Stephen Chbosky. Scén. : Steven Levenson. Mus. orig. : Benj Pasek, Justin Paul. Int. : Ben Platt, Amy Adams, Julianne Moore, Kaitlyn Dever, Amandla Stenberg.

Le phénomène époustouflant de Broadway, qui a défini une génération, devient un événement cinématographique qui prend son envol. Ben Platt, lauréat des Tony, Grammy et Emmy Awards, y reprend son rôle de lycéen anxieux et isolé, avide de compréhension et d’appartenance, en cette ère des médias sociaux où règnent chaos et cruauté. |


PIERRE HAMON

AU CINÉMA HARRY HOUDINI (1874-1926)

~.ca | 39


Il semblerait que le nom d’Houdini soit connu d’une très grande majorité de personnes dans le monde. Décédé en 1926, bien avant Internet et la télévision et avant même le cinéma parlant, Houdini fascine toujours autant. Il est considéré comme l’un des plus grands magiciens de tous les temps. Comment sa légende a-t-elle pu traverser le dernier siècle malgré la présence de grands de la magie comme David Copperfield? Pourquoi le nom d’Houdini reste-t-il gravé dans la mémoire des gens comme étant un artiste exceptionnel qui transcende le temps? Harry Houdini, de son vrai nom Ehrich Weisz, est né le 24 mars 1874 à Budapest alors en Autriche-Hongrie. Il immigre aux États-Unis avec ses parents, en 1878, à l’âge de quatre ans et meurt le 31 octobre 1926, à Detroit, aux ÉtatsUnis. Il prend le nom d’Harry Houdini à cause de son admiration pour le Français Jean-Eugène Robert-Houdin, père de la magie moderne. Il devient célèbre grâce à ses numéros d’évasion et ses coups publicitaires lui permettant d’attirer le public à ses spectacles. Ses deux numéros de prédilection étaient de s’enfermer dans une caisse entièrement cadenassée, immergée dans une rivière, ou encore de se faire attacher par les pieds en haut d’un édifice et de tenter de se libérer d’une camisole de force. Il a aussi la capacité de se libérer de tous les types de menottes. Il a entre autres réussi l’exploit de s’évader d’un coffre-fort et même d’une prison londonienne. Bref, Houdini a tout du super-héros de son époque, en plus de maîtriser l’art du marketing.

40 | ~.ca

THE GRIM GAME (1919)


| HOUDINI AU CINÉMA

Artiste engagé contre les faux médiums, lors de l’apogée du spiritisme, il fait le tour du monde afin de trouver une preuve concrète de la communication avec l’au-delà. Cette bataille est motivée par le décès de sa mère avec qui il espère tant communiquer à nouveau. Cette recherche des faux médiums et de la vérité sur l’au-delà engendre une longue bataille intellectuelle entre lui et Arthur Conan-Doyle (créateur de Sherlock Holmes), qui croyait fortement au spiritisme. Par contre, ce dernier ne connaissait pas, comme Houdini, tous les moyens frauduleux qui pouvaient exister pour faire croire aux fantômes. Houdini publie de nombreux livres durant sa carrière et participe à titre d’acteur principal à quelques films. Dans la plupart de ses exploits cinématographiques, il tentait de se libérer de menottes, de camisoles de force ou de caisses entourées de chaînes avec ses techniques d’évasion. Bien sûr, il réussissait à se libérer et à attraper les méchants. À titre d’acteur, ses films les plus marquants sont : The Master Mystery (1918), The Grim Game (1919), Terror Island (1920)

Après trois films, Houdini créa sa propre société de production. Il a investi 500 000 $ avec ses amis, dans cette nouvelle compagnie. Au cours des deux années suivantes, il a joué dans deux autres films qu’il a réalisés lui-même.

« L’un des plus grands magiciens de tous les temps! »

The Soul of Bronze (1921), Haldane of the Secret Service (1923) En 1923, il ferma l’entreprise, se plaignant de bénéfices insuffisants. Ses tournées de spectacles dans le monde étaient beaucoup plus rentables. Ironiquement, lorsque Houdini a obtenu son étoile sur le Hollywood Walk of Fame, c’était pour son travail au cinéma plutôt que pour son succès sur scène! Malgré sa grande popularité et la richesse de son personnage, peu de films ont été réalisés à son sujet. Parmi les plus importants, citons le téléfilm The Great Houdini, en 1976, joué par Paul Michael Glaser et réalisé par Melville Shavelson. En 2014, Adrien Brody incarne le célèbre magicien dans la mini-série historique canadienne en deux parties Houdini, l’illusionniste. Finalement, le plus important est Houdini le grand magicien (Houdini, titre original) réalisé par George Marshall et basé sur le scénario de Philip Yordan, d’après l’œuvre d’Harold Kellock. Ce film, mettant en vedette Tony Curtis et Janet Leigh, est sorti le 2 juillet 1953. On y raconte les différents aspects de la vie d’Houdini de façon très romancée et quelque peu déformée, pour

~.ca | 41


M cROISÉS T S 1

HORIZONTALEMENT 1. Acteur français qu’on a vu dans La Grande Bouffe. - Il a formé, avec Ingrid Bergman, un couple inoubliable dans Casablanca. 2. Cinéaste et acteur américain. - Soldat. Prénom masculin. 3. Sert de repère sonore et visuel au cinéma. Occlusion. - Banale. 4. Acteur français qui a joué dans La Cage aux folles. Cinéaste indien. 5. Possessif. - Ils vivent seuls. - Patrie de Laurel et Hardy. 6. Dans l’huile d’olive. - Mesure chinoise. - Trois fois. 7. Infinitif. - Pomme d’… - Cinéma qui ne se fait plus beaucoup. - Abréviation. 8. Avant. - Ont besoin d’eau et de savon. 9. Type. - Jivago. - Antagoniste. 10. Force active. - Arrivée avant les autres. - Grand couturier. 11. Il répète. - On lui doit Une maison de poupée. - Il est doux. 12. Il a joué dans Coteau rouge d’André Forcier. Préfixe. - Marque la surprise. 13. Fait un choix. - Occupé. - La forme de l’… (film de Guillermo del Toro). 14. Vieille ville. - Les traditions d’un pays. - Ville allemande. - Article. 15. Il a joué avec Paul Newman dans Butch Cassidy et le suisse mort en 1975.

2

3

4

| JEUX

5

6

7

8

9

10 11 12 13 14 15

1 2 3 4 5 6 7 8 9

10 11 12 13 14 15 Kid. - Acteur

VERTICALEMENT 1. Un après-midi de chien. - Il a joué dans Les Fantômes du chapelier. 2. Affluent du Rhin. - Acteur et cinéaste britannique. - On y marche à quatre pattes. 3. Ranger par catégorie. - Acteur anglo-américain. 4. Champignon. - Il se casse facilement. 5. Pronom. - Actrice française qui a fondé une compagnie de théâtre avec Jean-Louis Barrault. - Id est. - Direction. 6. Fichu.

7. Religion. - Branché. - Note retournée. - Repaire. 8. Point d’accès. - Elle fut remarquée dans Les Parapluies de Cherbourg en 1964. 9. Final. - Adverbe de lieu. - Divisions. 10. Dehors!. - Est formée dans le foie. - Lieu destiné à la vinification. 11. …and-angle. - Réalisateur et scénariste allemand. - Pronom personnel. 12. Injustices. - Vaste. - Note. 13. Il est ennuyeux. - Mollusque marin. 14. Tes amis. - Actrice française (Jules et Jim). 15. Négation. - Il fut longtemps le partenaire à l’écran de Ginger Rogers. - Sans variété. SOLUTIONS À LA PAGE 5

42 | ~.ca


| HOUDINI AU CINÉMA

ne pas dire totalement différente de la réalité. Il est certain que ce film a ajouté encore plus de mystère autour de la légende et du personnage. Le nom d’Houdini est souvent cité dans des films ou des séries télé lorsque vient le temps de parler de spiritisme ou d’une personne qui s’est évadée mystérieusement d’un lieu d’une manière impossible.

THE MASTER MYSTERY (1918)

Fait à noter, Houdini et sa femme Wilhelmina Béatrice Rahner se sont mis d’accord sur un code secret afin de communiquer de l’au-delà, si l’un ou l’autre mourait. Ce code n’a jamais été révélé. Et Béatrice n’a jamais reçu de messages d’Houdini de son vivant. Au cours de sa carrière, Houdini a créé des numéros qui sont encore présentés par les magiciens d’au1899 jourd’hui, dont Cellule de torture. Plus de 100 ans après leur création, ses numéros gardent leur attrait auprès du public. De plus, ils demeurent toujours aussi mystérieux. Houdini est un personnage hors du commun. Près d’un siècle après sa mort, le magicien continue d’intriguer et le mystère autour de lui ne cesse de grandir. |

~.ca | 43



R AY M O N D P O I R I E R

QUAND LA BD…

CARNETS DE BOUFFE DE CYRIL DOISNEAU

~.ca | 45


En septembre, Délicieux d’Éric Besnard prendra l’affiche au cinéma. Cette fiction historique nous ramène en 1789, à l’aube de la Révolution française, et nous fait suivre le parcours d’un chef qui, limogé par son maître, en viendra à ouvrir le premier restaurant. Du cinéma à la bande dessinée, l’univers de la gastronomie a inspiré nombre de créateurs et de créatrices. Et la sortie de Délicieux offre une belle excuse pour porter un regard sur quelques BD qui abordent ce sujet!

Je ne sais pas pour vous, mais j’ai l’impression que dès qu’on parle gastronomie et bande dessinée, on pense à Astérix et à ses grands banquets. Il faut dire qu’en dehors de cette scène fétiche, l’immortelle série de René Goscinny et Albert Uderzo a laissé, au gré des albums, une belle part à l’alimentation : outre les incontournables sangliers, on peut aussi penser à la fondue au fromage d’Astérix chez les Helvètes, aux « légères » collations d’Astérix chez les Belges ou encore au Tour de France gastronomique du Tour de Gaule d’Astérix. Cela dit, si vous êtes d’abord et avant tout à la recherche de festins, parmi les sorties plus récentes, je m’en voudrais de ne pas vous diriger vers La Passion de Dodin-Bouffant, de Mathieu Burniat (Dargaud). Cet album, adaptation du classique littéraire de Marcel Rouff, nous entraîne à force d’arômes, de saveurs et de passion vers la bonne chère… et disons qu’il est difficile de ne pas saliver, à divers moments, au gré des planches!

Saveurs et émotions

Un autre des incontournables en matière de BD culinaire, ces dernières années, est La Cantine de minuit du mangaka Yaro Abe (Le Lézard noir). Cette populaire série, lancée en 2006, explore les racines émotives de la nourriture : ce qui fait l’attrait d’un plat, ce n’est pas que son goût, ses ingrédients ou la qualité de sa préparation, mais aussi – voire surtout! – les souvenirs et les sentiments qui lui sont rattachés. L’action s’ancre dans une petite cantine située au fond du quartier Shinjuku, à Tokyo. Clients d’un soir et habitués, de tous métiers ou de toutes classes sociales, y passent entre minuit et sept heures pour profiter d’un bon plat. Selon leurs envies, le chef prépare presque tout plat à la demande, pourvu qu’il ait les ingrédients nécessaires. Au fil des courtes histoires, les plats se succèdent, le temps de brosser le portrait du client, entre une vie et un moment, entre émotion et humour, entre complexité et caricature. Dessinée avec simplicité et efficacité, La Cantine de minuit est une percée dans la cuisine japonaise et la variété de ses saveurs. À travers une galerie de personnages, c’est aussi le portrait du Japon moderne qui se construit devant les yeux du lecteur au fil des courts récits. Et si l’envie vous vient de poursuivre cette plongée dans l’univers alimentaire du Japon, vous pouvez compléter avec Le Gourmet solitaire de Jirô Taniguchi et Masayuki Kusumi (Casterman) où, ici aussi, les auteurs explorent les croisements entre cuisine et émotion, chaque histoire amenant son plat goûté et les souvenirs ou les pensées qui lui sont associés.

ASTÉRIX CHEZ LES BELGES

46 |


| QUAND LA BD… NOUS MET EN APPÉTIT!

Et au Québec? LES IGNORANTS : RÉCIT D’UNE INITIATION CROISÉE

Rencontres et apprentissages

Pour rester dans les incontournables, il est également difficile de passer outre Les Ignorants : récit d’une initiation croisée d’Étienne Davodeau (Futuropolis). L’ouvrage nous invite à assister à une rencontre entre un auteur BD et un viticulteur. S’ensuit alors le récit d’une prise de contact entre individus, spécialistes et passionnés – entre vin et bande dessinée. On y découvre une année d’échanges et de découvertes croisées, faisant de l’ouvrage une véritable double « porte d’entrée », tant vers le 9e art que vers l’univers vinicole. Le genre d’album à partager, qui trouve facilement sa place dans toute bibliothèque! Et sinon, dans ce registre, il y a aussi Christophe Blain qui, il y a quelques années, était allé à la rencontre d’un géant de la gastronomie française avec son pédagogique En cuisine avec Alain Passard (Gallimard) – une occasion de discuter saveurs, méthodes, recettes ou philosophie (culinaire!). Et si l’idée de rendez-vous entre auteurs BD et restaurateurs vous plaît, vous pouvez aussi profiter des agréables chroniques de Guillaume Long dans sa série À boire et à manger (Gallimard) – où la chose culinaire est explorée sous une multitude d’angles et avec nombre d’intervenants, entre recettes, anecdotes, portraits, informations et dégustations.

Je m’en voudrais de ne pas compléter cette (courte) liste avec quelques titres québécois, dont tout particulièrement Cyril Doisneau et ses Carnets de bouffe (La Pastèque), où l’auteur s’est immiscé dans quelques cuisines de Québec et Montréal question de nous présenter l’envers du décor, et ceux qui l’habitent. En résulte, façon chronique, une belle virée dans l’univers gastronomique d’ici. Côté bière, Nick Micho fait un travail similaire, nous amenant à la rencontre de brasseurs de la Gaspésie ou de la Capitale-Nationale dans ses deux tomes de Bière dessinée (Sawin) construits à la façon de guides touristiques. En matière d’humour, clin d’œil au décapant Le Bestiaire des fruits, de Zviane (La Pastèque) où l’autrice s’adonne à la dégustation de fruits exotiques trouvés au détour de l’épicerie du coin. En résulte une analyse (avec critères!) absolument délirante… autant qu’un désir de les faire, nous aussi, ces expérimentations. Enfin, pour ceux qui veulent sortir des cuisines pour aller plutôt vers les champs : Faire campagne de Rémy Bourdillon et PierreYves Cezard (La Pastèque) et Le Nouveau Monde paysan au Québec de Stéphane Lemardelé (La Boîte à bulles). Il s’agit là de deux riches albums documentaires, finement réalisés et documentés, qui vulgarisent les défis de l’agriculture de proximité, et qui se consomment agréablement de façon complémentaire. Ne reste plus qu’à vous souhaiter bonne lecture (et bon appétit!). |

LE BESTIAIRE DES FRUITS

~.ca | 47


PAT R I C K M A R L E A U

GENÈSE D’UNE FRANCHISE D’HORREUR AFFICHE DU FILM HALLOWEEN (1978)

48 | ~.ca


| HALLOWEEN GENÈSE D’UNE FRANCHISE D’HORREUR

Depuis 1978, le psychopathe Michael Myers terrorise les habitants, mais surtout le personnage de Laurie Strode (Jamie Lee Curtis), de la petite ville fictive d’Haddonfield, en Illinois. Saviez-vous qu’Halloween, l’œuvre peut-être la plus marquante du cinéaste John Carpenter, était à l’origine une commande du producteur Irwin Yablans? Celui-ci cherchait à faire un film à propos d’un tueur qui s’en prend à une gardienne d’enfants le soir de l’Halloween. Impressionné par le travail de John Carpenter pour son long métrage Assault on Precinct 13,Yablans le convainc de réaliser son projet qui est doté d’un budget de 300 000 $, somme très mince pour l’époque. Toutefois, Carpenter demande d’avoir le contrôle total sur les décisions créatives en échange d’un maigre salaire de 10 000 $ pour écrire (qu’il fera avec Debra Hill, sa copine qui agira également comme productrice), réaliser et composer la musique du film. Par contre, il obtient également 10 % des profits, un pari qui lui rapportera beaucoup. Les deux comédiens principaux du film, Donald Pleasence et Jamie Lee Curtis, n’étaient pas les premiers choix de Carpenter. Pour le personnage du psychiatre de Michael Myers, Sam Loomis, le cinéaste a tout d’abord offert le rôle à Peter Cushing (Tarkin de Star Wars), mais son agent ne lui a même pas refilé le scénario, trouvant le salaire de 25 000 $ dérisoire. Ensuite, Christopher Lee l’a décliné, erreur qu’il admettra plus tard. Finalement, Loomis deviendra sans doute le rôle le plus connu de Pleasence.

« Halloween est rapidement devenu un succès jouissant d’un incroyable phénomène de bouche à oreille »

Quant au personnage de Laurie Strode, c’est Anne Lockhart qui est approchée, mais celle-ci ne peut accepter parce qu’elle doit tourner un autre projet. Carpenter embauche donc Jamie Lee Curtis, pour qui il s’agit d’un premier rôle. Ce n’est qu’une fois engagée qu’il apprend qu’elle est la fille de Janet Leigh, la célèbre victime de la scène de la douche du film Psycho d’Alfred Hitchcock. Pour Curtis, le rôle de Strode présentait quand même un certain défi parce qu’elle avait un caractère très extraverti. Elle s’identifiait davantage aux personnages de ses consœurs qu’au sien!

NICK CASTLE / MICHAEL MYERS HALLOWEEN (2018)

Pour la véritable vedette du film, Michael Myers, Carpenter s’est tourné vers un choix curieux et non traditionnel, soit celui d’un ami cinéaste, Nick Castle. La raison? Il aimait tout simplement sa démarche! Plus tard, ce dernier tournera quelques films, dont The Last Starfighter et The Boy Who Could Fly. On doit la signature visuelle de Michael Myers à Tommy Lee Wallace, directeur artistique de la production. Carpenter voulait que son personnage porte un masque de visage humain, pâle et sans expression. Wallace a eu l’ingénieuse idée d’acheter un masque de William Shatner pour son personnage du capitaine Kirk qu’il a peint d’un blanc bleuté en plus de lui étirer les trous des yeux. Le résultat terrifiant a donc été achevé pour la modique somme de deux dollars! Le plus grand défi d’Halloween a été de donner l’impression que le tournage, qui a eu lieu au mois de mai, se déroulait en octobre. La production a utilisé de fausses feuilles qu’elle ramassait

~.ca | 49


et déplaçait dans les différents lieux. Par contrainte budgétaire, le film a été tourné à Los Angeles. Dans certains plans, on peut même apercevoir des palmiers, végétation qui n’existe pas en Illinois! Sorti en octobre 1978, Halloween est rapidement devenu un succès jouissant d’un incroyable phénomène de bouche à oreille. À la fin de son parcours en salle, il a récolté 70 millions de dollars, devenant l’un des films indépendants les plus profitables d’Hollywood. Au fil du temps, la série a connu diverses suites plus ou moins réussies, dont une, en 1983, sans Myers (Halloween III). Quant à Carpenter, il a vendu ses parts de la franchise au milieu des années 1980, considérant que cet univers n’avait plus rien d’intéressant à offrir. Présentement, Michael Myers est au cœur d’une nouvelle trilogie, dont le deuxième volet (et douzième film de la série!), Halloween Tue prendra l’affiche en octobre. L’histoire reprend où celle d’Halloween (2018) se terminait, avec le psychopathe brûlant dans les flammes de la maison de Laurie Strode, figure éternelle de son obsession. Soulignons que le personnage de Curtis est ramené à la vie pour une troisième fois (probablement une première dans l’histoire du cinéma!) dans cette nouvelle chronologie qui se déroule 40 ans après les événements du premier film et qui, du même coup, efface la relation fraternelle entre Strode et Myers telle que révélée dans Halloween II (1981). Après toutes ces années, John Carpenter n’aurait sans doute jamais imaginé voir ses personnages encore présents sur les écrans alors que son but premier était de faire un petit film d’horreur rempli de sursauts, comme si nous étions dans une maison hantée. Avec son thème musical simple, mais ô combien angoissant, et sa version moderne de la légende du croque-mitaine, il a créé bien plus. Carpenter nous a offert une figure emblématique du cinéma d’horreur qui terrorisera Haddonfield, et les cinéphiles, encore longtemps. |

OCTOBRE 2021

HALLOWEEN TUE (V.F. DE HALLOWEEN KILLS)

JAMIE LEE CURTIS / LAURIE STRODE HALLOWEEN (2018)

50 | ~.ca

AFFICHE DU FILM HALLOWEEN TUE (2021)