Page 1

Guide de gestion et de pratique professionnelle du designer graphique


Société des designers graphiques du Québec Président  Pierre Léonard Révision et mis À JouR  Ginette Laberge, Chantal Lamarre, André Legault, Hélène L’Heureux, Carina Marinelli, Michelle Paré Anne Villeneuve et Marc Serre MISE EN PAGE Marc Serre D’après le document original de Guy LeBel COPYRIGHT SDGQ TOUT DROITS RÉSERVÉS Ce document est réservé à l’usage exclusif des membres agréés de la Société des designers graphiques du Québec. 3e Trimestre 2009

4316, boul. Saint-Laurent bureau 200 Montréal (Québec) H2W 1Z3


Guide de gestion et de pratique professionnelle du designer graphique Société des designers graphiques du Québec


Note : la gestion d’un dossier est présentée, dans ce document, comme relevant de plusieurs personnes : il ne s’agit pas de personnes réelles, mais de types de tâches, ce qui permettra à tous de mieux s’y retrouver. Il va de soi qu’une seule personne peut effectuer plusieurs tâches. Le masculin est utilisé sans aucune discrimination et unique­ment dans le but d’alléger le texte.

Ce document est divisé en deux volets : le premier est cons­­ titué de quatre grands thèmes, soit la gestion, la con­cep­tion visuelle, la réalisation graphique et la production. Ces thèmes respectent à peu de choses près le cheminement type d’un mandat de communication visuelle. Dans le deuxième volet sont présentés le code de déontologie, lequel a pour objet de définir clairement les obligations et Ce même outil amènera une les devoirs profession­nels des reconnaissance accrue, de la part de la clientèle, du professionnalisme designers graphiques, et quelques informations impor­tantes sur les et de l’homogénéité de la pratique droits d’auteur, sur ce qu’ils sont, qui règnent au sein des différentes sur leur portée et sur leur appli­ entreprises de design graphique. cation dans le contexte actuel La communication avec les clients des communications graphiques. constitue l’un des aspects les En annexe se trouvent les outils plus importants de la gestion de gestion, soit des formu­laires des opérations. Ce guide aidera et des modèles de docu­ments le designer à communiquer de néces­saires au bon fonction­ façon plus claire avec ses clients. ne­ment de tout mandat. Voilà donc trois excellentes raisons d’en mettre les conseils et recommandations en pratique. guide a été préparé à l’intention des membres agréés de la Société des designers graphiques du Québec dans le but de favoriser la standardisation de leur pratique. Il constitue un outil qui facilitera la structure du travail, entraînant ainsi une hausse notable de l’efficacité et de la rentabilité.

P7


La version complète de ce document est disponible par l’entremise de la Société des designers graphiques du Québec. www.sdgq.ca

P8 Introduction


01_Gestion

02_Conception visuelle

03_Réalisation graphique

04_Production

05_Code de déontologie Les droits d’auteur

P9 Table des matières


Briefing : rencontre, cueillette des données et définition du mandat Analyse de la situation (à la suite du briefing) Devis technique d’impression Estimation budgétaire interne Estimation budgétaire au client Échéancier Offre de service et acceptation des paramètres par le client Ouverture du dossier Rédaction d’une feuille de compte rendu Compte rendu de création Conception Préparation de la présentation visuelle Rédaction d’un document de présentation (argumentaire) Présentation au client Ajustements au concept

13 13 13 14 15 15 16 17 19 19 19 19 19 19 19

Éléments rédactionnels Éléments visuels Mise en page (premier épreuve) Corrections et ajustements Préparation du fichier électronique final

21 21 21 21 21

Devis technique (révision) Production imprimée Production Web et multimédia Compilation et facturation Évaluation (bilan)

23 23 23 23 23

L’éthique et les principes moraux Section I – Le public Section II – Le mandant Section III – Le mandant et les droits d’auteur Section IV – La profession Section V – Les confrères Barème | Cession des droits d’auteur

25 26 28 30 31 32 35

P10 Table des matières

Annexe Outils de gestion Bon de commande Communications internes Réunions de production Approbation du client Compilation des frais internes

39 39 40 40 40

Formulaires Devis technique d’impression

41

Fiche de contrôle (Check list) impression

42

Fiche de contrôle (Check list) fichier électronique final

43

Estimation budgétaire interne 44 Estimation budgétaire au client 45 Calendrier de travail – liste – schéma

46 47

Feuille de route

48

Compte rendu (briefing)

49

Bon de commande

50

Approbation

51

Compte de dépenses

52

Feuille de temps

53


01_Gestion

P11 Gestion


Briefing : rencontre avec le client, cueillette des données et définition du mandat • Précision de la nature de la demande du client ; • Définition du mandat ; • Cueillette des informations pertinentes à la réalisation du mandat ; qui

clientèle cible

quand

échéances

comment

choix du véhicule de communication : affiche, dépliant, Web, etc.

pourquoi

événement, promotion, etc.

combien

budget établi par le client

utilisations subséquentes possibles

publicité, Internet, télévision, imprimés, etc.

Analyse de la situation (à la suite du briefing) • Analyse des trois ressources : budgétaires, humaines et de temps. Étude de l’ampleur du mandat, des échéances et des ressources nécessaires à sa réalisation ; • Analyse de crédit a) si le mandat est de grande envergure ; b) s’il s’agit d’un nouveau client. Devis technique d’impression Le devis technique est un document détaillé qui décrit les spécifications techniques (papier, type d’impression, format, quantité, etc.) et qui sert à l’appel d’offres auprès des maisons de pré presse (films) et imprimeurs pour l’obtention de prix (formulaires, page 41). Une fiche de contrôle sert à la vérification du contenu du devis, point par point (formulaires, page 42).

P12 Gestion


05_Code de dĂŠontologie

P23 Code de dĂŠontologie


Le code de déontologie présenté ici a été adopté lors de l’assemblée générale spéciale des membres de la Société des graphistes du Québec inc. tenue le 23 novembre 1974. Il a pour objet de définir clairement les obligations et les devoirs professionnels des designers graphiques, ainsi que les abus à éviter, quelle que soit leur importance.

Le code de déontologie de la SDGQ : L’éthique et les principes moraux

L’éthique L’éthique est l’étude et l’évaluation de la conduite humaine à la lumière de principes moraux et de l’interdépendance de l’humanité. L’éthique, par rapport aux designers graphiques, consiste en des obligations morales qui assurent la dignité et l’intégrité de la profession.

La profession

Principes moraux Les principes moraux peuvent être envisagés comme un ensemble de normes de conduite auxquelles se conforme un individu, ou comme un ensemble d’obligations auxquelles une société donnée, un groupe professionnel par exemple, assujettit ses membres. L’honnêteté, la justice et la courtoisie sont autant de principes moraux sur lesquels repose l’éthique et qui servent à stimuler chaque membre de la profession à mériter son statut professionnel et à travailler en harmonie avec d’autres groupes et professions, et ce dans tous les cas. La conduite professionnelle du designer graphique doit être conforme au code de déontologie qui régit la profession, et cela pour le bien de la société.

P24 Code de déontologie

Le public Le mandant Le mandant et les droits d’auteur

Les confrères Barèmes | cession des droits d’auteur


Code de déontologie Section I

Le public 1.1 La première responsabilité du designer graphique est de bien servir le public par la qualité de son travail professionnel tout en respectant le Code de déontologie de la société. 1.2 Il doit en tout temps exercer sa profession avec toutes les connaissances et la compétence dont il est capable. 1.3 Il doit continuer de parfaire ses connaissances et de se familiariser avec les nouvelles techniques de son domaine et des domaines connexes. 1.4 Il doit être réceptif aux changements et faire l’impossible pour s’adapter aux nouvelles façons de procéder. 1.5 Il doit faire des suggestions ou consulter des confrères lorsqu’il juge que cela profitera à son client. 1.6 Il doit saisir toute occasion de renseigner le public sur le design graphique à la lumière des connaissances les plus récentes.

1.7 Il doit faire tout en son pouvoir pour maintenir l’intégrité de sa profession et n’agir que d’après ce que lui dictent ses connaissances professionnelles. 1.8 Il doit s’assurer que les tâches ne soient confiées qu’au person­nel auxiliaire qui est vraiment en mesure de les effectuer, et qu’elles seront exécutées sous la surveillance d’un designer graphique. 1.9 Il ne doit ni prêter son nom, ni s’associer à quelques travaux de façon à tromper le public. 1.10 Il doit garder confidentiel tout renseignement obtenu dans l’exercice de la profession. Toutefois, il peut faire part des faits qu’il connaît personnellement, si le client l’y autorise ou lorsque la loi l’exige. 1.11 Il ne doit jamais refuser, par discrimination de race, d’origine ethnique, de reli­gion, de rang social ou autre raison énoncée dans les Droits de l’homme, de servir un client.

P25 Code de déontologie


1.12 Dans l’exercice de sa profession, il doit s’abstenir : a) de partager indûment des honoraires professionnels avec quiconque ; b) de remettre à quiconque des documents contenant de faux renseignements, pour quelque raison que ce soit ; c) d’exercer sa profession lorsque son état mental ou physique est atteint ; d) de s’engager professionnellement sans avoir obtenu auparavant du client une entente précisant l’étendue des services professionnels et le montant des honoraires.

P26 Code de déontologie


Code de déontologie Section II

2.6_Orientation L’orientation complète du designer graphique par le mandant sur la raison et le but du travail est 2.1_Principe de qualité Dans ses conditions d’admission, la indispensable pour assurer un Société des designers graphiques du travail fructueux. Le mandant doit préciser la durée et l’éten­ Québec inc. exige de ses membres due d’utilisation de l’œuvre. des normes de haute qualité. Le designer graphique appartenant à la Société des designers graphiques 2.7_Travail de concours Lorsque le mandant fait établir du Québec inc. est par conséquent des mandats par plusieurs une personne de confiance. designers graphiques, ceux-ci doivent en être informés. 2.2_Commande ferme Le designer graphique ne travaille 2.8_Devis que sur commande ferme. Les Pour des travaux importants, travaux sans rémunération le designer graphique doit sont inadmissibles. établir avant l’attribution de la commande un devis détaillé 2.3_Collaborateurs Le designer graphique peut se faire portant sur toutes les prestations à fournir. Il est recommandé au remplacer par un colla­borateur designer graphique de signaler compétent pour l’exécution d’une immédiatement au mandant tous commande qui lui a été confiée. les dépassements du devis qui se présenteraient en cours de travail. 2.4_Entretiens Le premier entretien du designer 2.9_Mandats refusés graphique et de son mandant Des mandats demandés mais non est sans engage­ment et gratuit. réalisés doivent être rému­nérés. Toutefois, si un premier entre­ Cependant un rabais maximum de tien demande plus d’une demideux tiers peut être accordé sur les journée, le designer graphique honoraires convenus. Les montants est en droit de facturer. déboursés pour des fournitures sont facturés entièrement au mandant. 2.5_Droits d’auteur En cas d’utilisation ultérieure de Toutes les dispositions relatives travaux refusés, on tiendra compte aux droits d’auteur entrent des honoraires déjà versés. en vigueur dès la première communication entre le designer graphique et son mandant.

Le mandant

P27 Code de déontologie


2.10_Variantes de mandat Les variantes de mandat demandés par le mandant et les retouches sont facturées de façon distincte. 2.11_Exécution Le prix du travail d’exécution est compris dans les honoraires fixés pour le mandat. C’est l’œuvre terminée, prête à être repro­­ duite. À moins d’une convention spéciale, seul le créateur a le droit de la réaliser.

2.12_Impression Si on demande au designer graphique une œuvre impec­cable au point de vue reproduction et typographie, on doit le charger de la surveillance de l’impression. Le bon à tirer est toujours donné par le mandant conjointement avec le designer graphique. 2.13 Il ne doit ni directement, ni indirectement accepter ni donner de commissions ou gratifications. 2.14 Il ne doit accepter de compensation, pécuniaire ou autre, de plus d’un mandant pour le même service, sans entente spécifique de part et d’autres. 2.15 Il ne doit avoir aucun intérêt pécuniaire dans quelque genre d’affaire qui pourrait influer sur sa décision comme designer graphique pour le compte de son mandant, à moins de l’en avoir informé. 2.16 Il doit tenir pour confidentiel tout appel d’offre qu’il fait ou qu’il reçoit et ne rien en dévoiler sans y être autorisé.

P28 Code de déontologie


Code de déontologie Section III

Le mandant et les droits d’auteur 3.1_Droit de propriété et de disposition Le designer graphique détient les droits exclusifs de propriété et de disposition sur toutes ses créations graphiques – esquisses, mandats, exécutions, illustra­tions, images, etc.

3.4_Collaboration du mandant Il est normal que le mandant communique au designer gra­phique ses idées et ses suggestions. Toutefois, cela n’implique pas que le mandant puisse se prévaloir d’un codroit d’auteur ou d’une copropriété. 3.5_Désignation d’auteur Le designer graphique est en droit de se désigner en tout temps comme auteur de l’œuvre créée par lui, de la signer et d’en obtenir le plein mérite.

3.2_Droit d’utilisation Le droit d’utilisation est limité aux ententes de durée et d’étendue convenues par contrat entre le mandant et le designer graphique. 3.3_Modifications Des modifications ne peuvent être apportées à l’œuvre que par le designer graphique luimême ou avec son assentiment.

P29 Code de déontologie


La profession 4.1 Comme membre d’un groupe, le designer graphique doit tendre à mériter le respect de son groupe et des autres groupes professionnels et sera guidé par le sens des responsabilités à maintenir la bonne réputation de sa profession. 4.2 Il doit collaborer à accroître l’efficacité de la profession de designer graphique par l’échange de renseignements et d’expérience avec d’autres designers gra­ phiques et étudiants et par la parti­cipation aux travaux des sociétés de designers graphi­ques, des écoles et des publications spécialisées de design graphique. 4.3 Il doit faire tous les efforts pour mettre à l’abri de toute fausse déclaration l’ensemble et chacun des membres de la profes­sion de designer graphique, accroître les connaissances du public du design graphique et réfuter la diffusion de tout énoncé faux, injuste et exagéré sur les travaux ou services du designer graphique. 4.4 Il ne doit faire aucune publicité qui pourrait induire en erreur ou porter atteinte à la dignité et à l’honneur de sa profession.

P30 Code de déontologie

4.5 Il doit s’abstenir d’utiliser des moyens abusifs et douteux pour solliciter du travail et refuser de payer ou de recevoir des commissions ou gratifications pour obtenir du travail. 4.6 Il doit consentir à fournir tout document que pourrait demander la Société pour régler un problème d’ordre ou d’éthique professionnelle. 4.7 Il doit immédiatement informer le secrétaire de la Société s’il connaît un empêchement quelconque, moral ou autre, à l’admission d’un candidat à la Société des designers graphiques du Québec inc. 4.8 Il doit appuyer, dans l’intérêt du public et pour le maintien des normes de la profession, le principe d’une juste rétribu­tion des designers graphiques et de ses collaborateurs, que ce soit à salaire fixe ou autrement.

L’enregistrement du droit d’auteur : La protection légale offerte par le droit d’auteur existe dès la création (fixation) de l’œuvre concernée ou de l’objet du droit d’auteur. Il faut noter, cependant, qu’il est possible d’enregistrer le nom ou le titre d’une œuvre ou d’un objet du droit d’auteur auprès du Bureau du droit d’auteur, à Hull (Québec) sur paiement de droits et à l’aide des formulaires prescrits à cet effet. L’enregistrement du droit d’auteur est donc une procédure facultative et non obligatoire. L’avantage de l’enregistrement (comparée à la fixation naturelle) est de créer diverses présomptions qui peuvent être fort utiles en cas de poursuites judiciaires.

Principes généraux de la loi sur le droit d’auteur Marc Baribeau, Les publications du Québec


Code de déontologie Section IV

Les confrères Le graphiste doit reconnaître que ses confrères ont les mêmes droits et privilèges que lui et ne doit d’aucune façon porter atteinte à ces droits. 5.1 Il ne doit, ni directement ni indirectement, nuire à la répu­ ta­tion professionnelle d’un autre designer graphique et doit s’abstenir de critiquer en public les travaux d’un autre designer graphique. S’il estime l’éthique, il doit exposer le cas à la Société. 5.2 Il ne doit ni utiliser des moyens injustes pour obtenir de l’avancement profes­sionnel, ni faire une concurrence déloyale à un autre designer graphique en demandant des honoraires qui seraient inférieurs au barème d’honoraires établi par la Société des designers graphiques du Québec inc.

5.4 Il doit faire tout son possible pour favoriser l’essor de la profession et l’avance­ment des designers graphiques et des autres personnes à leur service. 5.5 Le designer graphique ne doit ni solliciter ni accepter un travail sachant ou ayant lieu de croire que les services d’un confrère ont été retenus aux mêmes fins par le même client. Toutefois, si le client informe le designer graphique de la cessation des services du confrère, le designer graphique peut accepter ce travail après avoir fait part à son confrère de son intention de le faire. 5.6 Le designer graphique ne doit pas agir de façon à compromettre, directement ou indirectement, les relations qui existent entre son confrère et le mandant.

5.3 Il doit voir à ce que le mérite d’un travail professionnel revienne à qui de droit.

P31 Code de déontologie


P32 Code de dĂŠontologie


05_Les droits d’auteur

P33 Barème | Cession des droits d’auteur


En design graphique, le travail réalisé est protégé par la Loi sur les droits d’auteur. En fait, une idée ne peut être protégée, mais la représentation visuelle de cette idée peut l’être. Même si les pièces réalisées ne portent pas la mention «copyright», la Loi sur les droits d’auteur demeure en vigueur et protège le design graphique. Avec la venue des documents informatisés, il est plus facile de s’approprier une pièce. Cependant, s’il n’y a pas de cession de droits, le client ne peut l’utiliser à d’autres fins (toute modification apportée à une œuvre doit être approuvée par l’auteur, par écrit, pour qu’il y ait cession de droits). C’est la prérogative du designer de permettre que l’on utilise son design à d’autres fins. Un client peut donc acheter les droits si le designer les lui cède. Le membres de la SDGQ s’entendent pour que le coût de la cession de droits d’une œuvre soit établi en fonction d’un pourcentage calculé sur le montant initial de l’œuvre (voir tableau ci-joint pour le barème des taux usuels). Par conséquent, un client peut s’approprier une image graphique pour élaborer d’autres pièces (ex : créer une affiche et un dépliant à partir d’une brochure), à la condition que : • Le designer qui a créé la pièce initiale lui en donne la permission par écrit ; • Le client paye le supplément requis déterminé par le designer qui a créé la pièce. Pour ce qui est des photos ou des illustrations qui sont insérées dans la pièce en question, la permission de reproduction pour d’autres utilisations que celle statuée initialement doit être obtenue du photographe, de l’illustrateur ou de la maison de location de photos ou d’illustrations, et ce, par écrit. Ceux-ci pourraient exiger des frais supplémentaires selon leurs propres critères. Le client a la responsabilité d’obtenir la cession des droits et de s’assurer de pouvoir réutiliser les photos ou les illustrations. Le client devra également acheter les fontes (polices de caractères) auprès du designer créateur de celles-ci ou de la maison de distribution des fontes. Il pourra après les avoir payés les utiliser pour son usage exclusif. Les moyens de transmission des documents ont tellement changés et de façon si rapide ces dernières années que nous avons jugé bon de vous faire connaître les normes de l’industrie. Nous espérons ainsi vous éviter des mésententes quant aux droits d’auteur qui régissent les œuvres qui circulent en documents électroniques. Que vos créations se retrouvent sur papier ou sur Internet, les mêmes règles s’appliquent.

P34 Barème | Cession des droits d’auteur

La licence d’attribution Creative Commons : Simples à utiliser et intégrées dans les standards du Web, ces autorisations non exclusives permettent aux titulaires de droits d’autoriser le public à effectuer certaines utilisations, tout en ayant la possibilité de réserver les exploitations commerciales, les œuvres dérivées ou le degré de liberté (au sens du logiciel libre)

Pour en savoir plus cc-canada.jottit.com


Guide de gestion et de pratique professionnelle du designer graphique 3e édition

Ce guide a été préparé à l’intention des membres agréés de la Société des designers graphiques du Québec dans le but de favoriser la standardisation de leur pratique. Il constitue un outil qui facilitera la structure du travail, entraînant ainsi une hausse notable de l’efficacité et de la rentabilité.

Guide de gestion et de pratique professionnelle du designer graphique  

Ce guide a été préparé à l’intention des membres agréés de la Société des designers graphiques du Québec dans le but de favoriser la s...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you