Page 1

b o u l o g n e b i ll a n c o u rt

n° 342



décembre 2017



2,50 €

rev u e t r i m e s t r i e l l e d e l’ At h l é t i c C l u b d e Boulogne-Billancourt, club omnisports

Aviron

Saison dorée

pour l’aviron boulonnais


2 ACTU

1 MEETING ER

NISE SON L’ACBB TRIATHLON ORGA

N TATIO DE NA TRIATHLÈTES

PAR ÉQUIPES DE

5

ÉPREUVES

ÈTES LICENCIÉS PAR ÉQUIPES DE 6 TRIATS,HL À PARTIR DE MINIMES) NE (ÉQUIPES MIXTES OU FÉMINI

PISCINE

à partir de

OURT DE BOULOGNE-BILLANC

14:00 I.ORG IONS SUR WWW.ACBBTR RÉGLEMENT ET INSCRIPT


SOMMAIRE 3

sommaire du n°

édito

342

Vive le sport ! Des sports collectifs qui luttent en championnats nationaux, une section aviron qui trône au deuxième rang national du classement par clubs et qui peut se réjouir d’un nouveau titre de

17

TENNIS DE TABLE

28

SPORTS CO

champion du monde décroché par l’un des siens, un nouveau sacre européen pour la section karaté ou un podium européen junior plein de promesses pour

09

le judo… Malgré ces temps

ACTU

de rigueur qui imposent à vos

04

dirigeants toujours plus de sérieux

toujours, grâce à la qualité de sa formation, de ses coachs et de ses éducateurs. Toujours au

CANOË-KAYAK Les news de l’ACBB en bref

08

Après 42 ans de présidence Maurice Châtelain passe la main

Début de saison en fanfare

28

Handball : Chaque semaine, résoudre le casse-tête

30

Football : L’ACBB foot peut compter sur ses jeunes Hockey sur glace : Les Tigres poursuivent leur progression Volley-ball : Nationale 2 et 3 : L’ACBB joue les premiers rôles

32

Rugby : Teulière C : les cadets sont lancés !

21 semi-marathon de Boulogne-Billancourt Une course, deux records !

CYCLISME

12

14

Challenge Entreprises – l’ACBB

Jérémy Roma et Cyril Maître Quel duo !

1 titre mondial, 11 médailles nationales, 2e club de France Saison dorée pour l’aviron boulonnais

TENNIS DE TABLE

17

son rôle en 2018. Avec ambition

BASKET-BALL

34

Les garçons poursuivent leur ascension

Ping Challenge Entreprises TF1, premier vainqueur

BADMINTON

21

12 000 adhérents. Vive le sport !

Championnats nationaux L’ACBB bad, toujours là !

KARATÉ KYOKUSHINKAI

22 Jean-Pierre Epars Président général

27

09

avec le semi-marathon ou le Ping

et sérénité, pour le plaisir de ses

ÉQUITATION

SPORTS COLLECTIFS

e

AVIRON

continuera à jouer pleinement

Avec les France en ligne de mire La saison s’annonce passionnante !

ÉVÉNEMENT

rendez-vous lorsqu’il s’agit de créer l’événement, aussi – comme

26

SAVATE - BOXE FRANÇAISE

et de vigilance, l’ACBB maintient le cap sur le plan sportif. Comme

SEMI-MARATHON

Antonio Tussau, Le graal à New York

TRIATHLON

24

Sur les chapeaux de roues !

10, rue Liot, 92 100 Boulogne-Billancourt • Tél. : 01 41 10 25 30 Mail rédaction : acbbmag@agencek.com • Président : Jean-Pierre Epars Directeur de la publication : Julio Arqueros • Rédacteur en chef : Jérôme Kornprobst - 06 17 18 04 57 • Conception et maquette : Oxygène, Frédéric Nolleau • Impression : Fabrègue • Régie pub : PLC - Brigitte Sultan 01 45 26 08 30 - 06 09 69 08 47 • Ont collaboré à ce numéro : Quentin Belli, Hadrien Blin, Cyril Blondineau, Pauline Clot, Denis Crozet, Joyce Eude, Michel Leroux, Damien Mabille, Aurélien Penneret, Pierre Pochon, Maxime Proust, Antoine Verniers, Julie Voirin. Crédit photo couverture : Daniel Blin. Crédits photo : Jérôme Kornprobst, sauf mentions.


4 ACTU

Rendez-vous

Succès Dimanche 8 octobre, l’ACBB cyclo a organisé sa traditionnelle randonnée Fernand Leroy avec un joli succès et 244 participants au départ. Les trois clubs ayant le plus de participants, et récompensés par le président Lionel Lemour, sont le Levallois Sporting Club, l’ACBB Triathlon et le VC Neuilly 23.

Deux rendez-vous importants à noter à la piscine de Boulogne-Billancourt début 2018. Les 20 et 21 janvier, la section natation organise le Meeting jeunes de Boulogne-Billancourt (Avenirs – Jeunes – Juniors, labellisé régional). Du beau spectacle en perspective avec une trentaine de courses tout au long du week-end (séries et finales) de 8 h 30 à s L’entrée est gratuite, venez nombreux soutenir tous ces jeunes nageurs. www.acbbnatation.fr

Bronze Le 10e Trophée Okinawakan a eu lieu à Nonancourt le 19 novembre. Dix jeunes de la section karaté ont participé à ce rendez-vous annuel accompagnés du Shihan Jacques Legrée, des Sensei’s Vatha Uk Hel Chau, Charlie Rajably (pour l’arbitrage) et du Sempai Antonio Tusseau qui représentaient le Dojo. En benjamins, première participation pour Adam El Sharkawy tout comme pour Achille Pennobert en minimes qui, pour sa première, a pris la 3e place. Participation aussi en juniors d’Aldric Daturlot De Chavigny et médailles de bronze aussi pour Lucie Meas (minimes), Martin Harley (cadets) et Yohan Arabi (juniors)

Le samedi 10 mars à 16h, la section triathlon organisera son 1er meeting de natation par équipes de triathlètes. Réservée aux clubs de triathlon, cette première compétition de natation mettra aux prises des équipes de 6 triathlètes licenciés (équipes mixtes ou féminines, à partir de la catégorie minimes) au cours de cinq épreuves. Règlement en ligne sur le NBet prochainement. www.acbbtri.org

8 bis Avenue Jean Baptiste Clément 92100 BOULOGNE-BILLANCOURT Tél: 01 42 37 49 48

LA VILLE N’A PLUS DE LIMITES

suunto spartan trainer

lecture cardio poignet

Suivez nous sur Facebook www.facebook.com/alluremarathon.com


ACTU 5 Le billet d’Ambre

Qi gong, énergie d’hiver L’eau représente la fin d’un cycle : l’hiver… mais aussi la potentialité de donner naissance au printemps. Attention de ne pas nager à « contre-courant » en se dispersant dans de trop nombreuses activités. C’est plutôt le moment de retourner dans notre cocon et de se régénérer. Accueillons nos reins, notre vessie, nos organes génitaux, nos oreilles, nos os dans une plénitude Yin. Respiration Frottez vos mains afin d’y amener de la chaleur. Fermez les yeux et sans engendrer de tensions dans vos épaules ou vos coudes, amenez les paumes de main, au niveau de vos reins. Laissez inspirer sous vos mains dans vos reins et sentez leur douce expansion, sans que cela soit un mouvement volontaire de votre part. Laissez expirer. Venez à l’écoute de la résonance du corps.

Mouvement Cet exercice détend la région lombaire et nourrit l’énergie des reins. Le mouvement est doux, sans aucun effort physique. Inspiration Le corps est naturellement étiré. Aucune butée d’articulations. Pieds largeur du bassin. Expiration Le poids du corps descend sous le pied gauche. À partir du pied droit, pivotez le corps vers le pied gauche. Relâchez votre tête vers le sol et laissez votre corps s’enrouler (les bras sont complètement relâchés) : cervicales, dorsales, lombaires, sacrum, coccyx et par la pliure naturelle des genoux le corps continue de s’enrouler jusqu’à ce que vos mains touchent le sol. Inspiration Prenez appui sous les pieds et laissez le corps se relever au-dessus de la jambe gauche en ressentant le déroulement de la colonne vertébrale du coccyx jusqu’au sommet du crâne. Puis, le pied droit revient parallèle au pied gauche ramenant le corps dans sa position initiale. Expiration De la tête jusqu’aux pieds, le corps retrouve son axe dans le relâchement. Les genoux se plient naturellement entraînant la descente des hanches et du bassin vers le sol. Accueillez ce moment dans votre corps puis faites l’autre côté.

Pour Noël, trois ouvrages à (vous) offrir ! Les 15 matchs de légende du XV de France

Alors que le rugby français est en mal d’identité, replongezvous dans les 15 matchs de légende du XV de France : 100 ans de rugby en 15 matchs clés avec les témoignages d’anciens internationaux français. Cet ouvrage signé Cathy Robin apporte un éclairage nouveau sur 15 grands matchs du XV tricolore en les recontextualisant : textes fouillés, photos inédites, témoignages clés… Du premier officiel de l’équipe de France en 1906 contre la Nouvelle-Zélande au match sans fin du dernier tournoi des VI Nations en 2017, ce sont plus de 100 ans de forts moments rugbystiques français expliqués. Éditions E/P/A - 192 pages – 24,90 €

Jacques Anquetil, Histoire d’un géant

Jacques Anquetil a dominé sa discipline à une époque où le vélo était le sport le plus populaire, loin devant le football. Monarque absolu et non-conformiste, le champion français, ancien coureur à l’ACBB cyclisme, affiche un palmarès exceptionnel : huit grands Tours (cinq Tours de France, deux Tours d’Italie, un Tour d’Espagne) et neuf victoires en autant de participations au Grand Prix des Nations. Il a été « Maitre Jacques » à qui rien ne résiste. Un champion français qui ne se plaignait jamais et gagnait. Orgueilleux comme un Viking, impassible dans la douleur, habile dans l’adversité, le sportif normand a échappé à toutes les règles sur la route, mais aussi en dehors, dans sa vie privée. Il a été un homme que « la loi des Hommes ne concernait pas », comme le révèle ce livre signé François Pédron, Pascal Meynadier et Marc Brincourt au travers des riches archives de Paris Match. Éditions du Chêne/Paris Match - Préface de Raymond Poulidor 208 pages – 29,90 €

Vendée Globe 2016-17

Pour vous replonger dans la fabuleuse épopée du Vendée Globe 2016-17 remporté par Armel Le Cléach, revivre l’aventure intense de Stéphane Le Diraison (Compagnie du Lit – Boulogne-Billancourt) et des 29 navigateurs alignés au départ, Pierre-François Bonneau signe l’ouvrage officiel de l’épreuve paru aux éditions du Chêne. Cette année encore, 29 navigateurs solitaires se sont affrontés sur tous les océans du globe pendant la course du Vendée Globe. Parti le 6 novembre 2016 des Sables-d’Olonne en monocoque, c’est après 74 jours de navigation qu’Armel Le Cléac’h termine sa course. Il détient depuis le record de l’épreuve, auparavant propriété de François Gabart avec 78 jours autour du monde. Son portrait, mais aussi ceux des 28 autres navigateurs, sont dressés dans la nouvelle édition du livre officiel du Vendée Globe. Cet ouvrage décrypte sur 176 pages illustrées de magnifiques clichés sur mer et sur terre, le récit de cette course exceptionnelle et son palmarès. Éditions du chêne - 176 pages – 29,90 €


6 ACTU

Hommages à… Philippe Médard

C’est avec le cœur lourd que j’ai décidé d’écrire ces quelques lignes. Le monde du handball Français a perdu un grand monsieur et certainement l’un des meilleurs gardiens de sa génération. Philippe Médard est décédé à l’âge de 58 ans des suites d’une longue maladie contre laquelle il luttait et qui aura finalement eu raison de lui. Un palmarès impressionnant en club notamment avec sept titres de champions de France (Gagny 1982, 1985, 1986, 1987 ; Stella St Maur 1980 ; USAM Nîmes 1990, 1991) ainsi qu’en équipe de France, totalisant 188 sélections entre 1983 et 1992 et une médaille de bronze aux JO de Barcelone ! Philippe, qui avait débuté le handball à l’ACBB, avait décidé de revenir au club en 1993 afin de finir sa grande carrière et ainsi boucler la boucle. Dernièrement et avant que la maladie ne lui enlève injustement la possibilité de transmettre son immense expérience et sa science du poste, Philippe entraînait les jeunes gardiens du club au cours de séances qui resteront de magnifiques souvenirs pour nos jeunes. Personnellement, j’ai connu Philippe très jeune dans les années 80, lorsqu’il évoluait avec mon père en championnat corpo, avec leur équipe du Crédit Lyonnais (les anciens apprécieront). Et si à l’aube de mes 6 ans j’ai débuté dans les buts à l’US Créteil pour ne jamais en sortir par la suite, avec comme objectif à demi-avoué de devenir un jour aussi bon que lui, ce n’est finalement peut-être pas par hasard. Mémé aura compté pour le handball français et suscité nombre de vocations chez de jeunes gardiens devenus grands désormais. Il gardera une place particulière au sein de l’ACBB Handball. En tant que président de la section, je tenais donc personnellement à présenter mes plus sincères condoléances à la famille et aux amis de Philippe. Merci Philippe pour tout ce que tu as apporté à notre sport, et merci de m’avoir fait rêver pendant tant d’années.

Emmanuel Berthier

Emmanuel Berthier est brutalement décédé mardi 10 octobre. Très impliqué dans le monde du cheval et speaker de concours à de nombreuses reprises (notamment l’Event Rider Masters de Jardy et des championnats d’Europe Juniors et Jeunes Cavaliers en 2013), Emmanuel Berthier était une figure de l’équitation en Île-deFrance mais aussi de l’ACBB. Ancien cavalier, dirigeant puis président de la section équitation de 1992 à 1996 et membre du Comité Directeur de 1992 à 2000, il a aussi été trésorier du Comité départemental d’équitation des Hauts-de-Seine. Cadre RH au sein de LCL, il avait quitté Boulogne-Billancourt pour la région lyonnaise pour des raisons professionnelles. Emmanuel Berthier a été pendant de nombreuses années un dirigeant actif et mobilisé au nom de sa section et du club omnisports. À son épouse Muriel et à ses filles Clémence et Margaux, Jean-Pierre Epars, président de l’ACBB omnisports, les membres de son Bureau et l’ensemble du Comité Directeur, adressent leurs condoléances attristées. Les obsèques d’Emmanuel Berthier ont eu lieu vendredi 13 octobre en l’église de Saint-Cyr au Mont d’Or. Il a été inhumé en savoie, à Crest-Volant.

Michelle Sorignet

La section boules lyonnaises a perdu cet été l’une de ses figures. En effet, Michelle Sorignet Damien Mabille est décédée le Président de l’ACBB Handball 1er août dernier. Vice-présidente de la section pendant dix Louis Godard ans, elle participait L’ACBB football pleure l’un des siens. Louis activement à Godard, que chacun nommait habituellement l’animation et à la vie « Loulou » a célébré cette année ses 12 ans de la section comme de bénévolat au sein de l’ACBB football. Son dirigeante mais aussi implication et son caractère bien trempé ont fait comme compétitrice. de ce Rémois un rouage important du club. Il s’est Elle avait d’ailleurs éteint chez lui à l’âge de 52 ans. remporté la coupe de France en doublettes féminines. À Jean-Pierre Sorignet, ancien président de la section, et son Célibataire et rémois de naissance et de cœur, fils Patrick, actuellement trésorier, l’ACBB adresse ses plus Louis Godard a durant de longues années sincères condoléances. pratiqué le merveilleux métier de pâtissier en région parisienne. Passionné par le football depuis toujours, que ce soit sur le plan sportif et structurel, il a toujours été un fervent supporteur du stade Rémois. En février 2006, il intègre l’ACBB football comme adjoint du coach de l’équipe U13 et s’y investit entièrement et sans concession. Au cours de cette décennie, ses fonctions officielles ou non évoluent dans bien des domaines. Sportivement d’abord, il devient dirigeant des U18, des seniors B et cette année en U21 (réserve National 2). Pour résumer, il se rendait disponible là où il y avait des besoins. Parallèlement, étant de nature « fouineuse », il analyse et décortique chaque semaine les procès-verbaux des instances compétentes (DistrictLigue…) relatifs à l’ACBB. Ce qui nous a permis d’éviter bien des tracas. Sur le plan logistique, il s’investit régulièrement au club-house pour décharger les responsables d’un certain nombre de tâches. Entre les entraînements et les matches, oui, Louis a passé beaucoup, beaucoup de temps à l’ACBB… Mais cela lui plaisait. Il reconnaissait toutefois que sa passion l’emportait parfois sur ses émotions et qu’il n’y mettait pas toujours les formes. Il savait que la diplomatie n’était pas l’un de ses points forts. Mais, pour lui, dire la vérité était essentiel. Chacun a des droits et des devoirs. Il détestait lorsqu’on oubliait ses devoirs. Michel Leroux


ACTU 7

Exploit

Chez les jeunes, l’ACBB judo a brillé lors des championnats de d’Îlede-France cadets : en montant sur la 3e marche du podium grâce à une dernière victoire sur le JCR78, les jeunes Boulonnais ont en même temps validé leur billet pour les championnats de France par équipes de club. Une belle satisfaction pour les coachs Fernando Blazquez et Jean-Christophe Allain. Romain Valadier-Picard, Henri Laviolette, William Cysique, Teo Palazzi, Swann Crozet, Yann Kaci, Samuel Lhayani, Enzo Marchand et Kenny Liveze avaient rendez-vous le 2 décembre à l’Institut du judo pour ce grand rendez-vous. Dure loi de l’apprentissage du haut niveau, ils ont été battus au premier tour sans repêchage dans cette compétition qui a vu le sacre du Stade Bordelais ASPTT Judo devant Sucy Judo, OM judo et Olympic Judo Nice.

La jeune Sarah-Léonie Cysique, junior seulement, a réalisé l’exploit de s’adjuger le titre de championne de France de judo en seniors, dans la catégorie des moins de 57 kg. Sacrée performance pour celle qui a, cette année, décroché aussi le bronze européen junior.

Vibrant !

Classement à l’issue de la 7e journée : 1 – Saint Denis US 93 (21pts) – 2 – Argentan Bayard (18pts) – 3 – Tours 4S TT (17pts) – 4 – Miramas AS (15pts) – 5- Issy-les-Moulineaux et Caen TTC (14pts) – 7 – Nantes TTCNA (12pts) – 8 – ACBB TT (8pts) – 9 – Metz TT et Levallois Sport (7pts). Le dernier du classement descend en N1.

© Alain Girou

La 7e journée de championnat de Pro B de tennis de table s’est déroulée sous haute intensité mardi 5 décembre dans un Bartholdi en fusion. Les Boulonnais accueillaient Metz, rival direct pour le maintien (9e ex aequo) avec Levallois (8e). Grâce à une feuille de match « audacieuse et payante », l’ACBB a réussi à dominer ces visiteurs qui comptaient pourtant le 190e mondial dans leurs rangs. Mais Benjy Capello, victorieux de ses deux simples, et Hugo Batocchi, vainqueur surprise du simple décisif face au Chinois Heng Wei Yang à l’issue d’un match énorme, ont permis d’arracher une victoire aussi méritée que prometteuse. « Sur le papier, nous sommes l’équipe la plus faible mais ils s’entraînent tous très dur pour relever le challenge. L’ACBB tennis de table est aujourd’hui la seule équipe composée à 100 % de joueurs français, jeunes, s’entraînant et vivant à Boulogne », savourait le directeur sportif Cyril Camion au lendemain de cette victoire synonyme d’espoirs pour la suite. Après un derby face à Levallois (fixé le 12 décembre), les Boulonnais accueilleront Miramas le 30 janvier pour boucler la phase aller du championnat. La phase retour débutera le 6 février avec la réception de Saint-Denis, leader de Pro B.


8 SAVATE - BOXE FRANÇAISE

Après 42 ans de présidence

Maurice Châtelain

passe la main Après 42 ans de présidence, Maurice Chatelain a donc décidé de passer la main lors de la dernière assemblée générale. Une vie entière de bénévolat dédiée au sport en général et à la boxe française en particulier.

les sections. » De notre côté, nous retiendrons aussi que ce véritable Monsieur a aussi permis la révolution de son sport en créant, à l’époque, une fédération dissidente. « Il y en avait marre de la boxe à papa et des collants ringards. Il fallait tourner la page de la savate façon Brigades du Tigre. » Peu à peu, la savate fait sa mue, devient savate-boxe française, se modernise. Et la section de l’ACBB connaît ses heures de gloire avec les Letellier ou Charmillon qui accumulent les titres. « Aujourd’hui, c’est une section tranquille. On y vient parfois en couple, les garçons et les filles y trouvent leur compte pour le loisir, la forme et la compétition. »

« Maurice, un monument. »

R

endez-vous compte… Plus de dix olympiades ! Maurice Chatelain a cessé d’être le président, en octobre dernier, d’une section qu’il a lui même créée voilà bientôt 42 ans, en 1976, année des Jeux de Montréal. À l’aube de ses 80 ans, cet humaniste – passionné aussi par la photo et les animaux – incarne à lui seul les générations de bénévoles qui se sont succédé : altruiste, aimable, esthète, grincheux parfois mais toujours sincère. De ces quatre décennies de présidence, il retient « les banquets extraordinaires de l’ACBB sous l’ère Marcel Draghi, une époque révolue », la longue liste des maires-adjoints chargés des sports « pas tous très bons mais dont certains m’ont marqué comme Georges Gorse, homme remarquable » et les 24h de l’ACBB « qui permettaient de cultiver un esprit omnisports très fort, une fraternité entre

L’une des fiertés de « Mo-mo » est aussi la création d’un cours « Handi » après avoir déniché « un coach épatant avec Djibril Maiga. Grâce à lui, nous avons pu aussi ouvrir à nouveau un créneau boxe anglaise pour les ados et adultes qui souhaitaient pratiquer en compétition. » Un peu las par tant de don de soi, face à une montée de l’individualisme et du consumérisme des adhérents d’une manière générale, Maurice s’est donc résigné à transmettre le flambeau à Stéphane Mourier, son successeur. Sans regret mais avec émotion. « Boulogne est une belle ville de sport, mais je vais pouvoir me consacrer davantage à ma famille, à ma petite femme Simone et à mes passions. Mais le bénévolat se perd… Je reste donc à la disposition de la section, en cas de besoin. » Pour Jean-Pierre Epars, président général de l’omnisports, touché lui aussi par cette décision, « c’est un monument qui s’en va, l’une des pierres angulaire de l’ACBB, un bon camarade. Je lui souhaite le meilleur. » Oscar en 2000 – la plus haute distinction décernée par l’ACBB à l’un de ses membres – Maurice Chatelain a aussi en son temps œuvré avec acharnement pour le développement du Mag. Alors Maurice, merci pour tout : tout ce que tu as fait, ce que tu es. Jérôme Kornprobst


ÉVÉNEMENT 9

21e semi-marathon de Boulogne-Billancourt

Une course, deux records !


10 ÉVÉNEMENT

Le 19 novembre dernier, les rues de Boulogne-Billancourt ont été envahies par les coureurs venus chercher un chrono sur le tracé du semi le plus rapide d’Île-de-France. À l’arrivée, c’est le record féminin qui est tombé.

C

omme chaque année depuis 1997, le mois de novembre a été marqué par le dernier grand rendez-vous de la saison pour les amoureux de running : le semi-marathon Christian Granger, dont l’aire de départ et d’arrivée se trouve devant l’Hôtel de ville à Boulogne-Billancourt. Pour cette 21e édition – dernière occasion de décrocher une qualif’ pour les championnats de France pour les plus rapides, première occasion de boucler les 21,1km pour d’autres – la météo était propice à la performance.

Challenge ACBB

L’athlé plus forte, le triathlon en masse Le challenge ACBB a été créé en 2011 avec pour objectif de fédérer les 33 sections de l’omnisports autour d’un événement sportif commun. Pour cette quatrième édition, 16 sections ont participé en ayant au moins un adhérent inscrit. Le classement du challenge est réalisé en accumulant les temps réels des 3 meilleurs de chaque section. L’équipe qui réalise le temps le plus petit est désignée victorieuse. Conformément au règlement du « challenge ACBB » cette année, la section athlétisme remporte le challenge devant le triathlon et l’aviron. Mais c’est bien le triathlon qui est de très loin la section la plus représentée avec 41 coureurs au départ (contre 15 pour l’athlétisme).

Piaffant d’impatience, les 7 700 coureurs ont finalement été lâchés par Gauthier Mougin, premier maire adjoint, dans les rues de la ville. Succès populaire puisque le record de participation est battu mais le vainqueur passera-t-il cette année – enfin ! – sous cette barre des 60 minutes ? (le record de l’épreuve est à 1h00’11’’ et date de 2013). Malgré une course endiablée, animée de belle manière aussi dans le public, il faudra encore patienter puisque le vainqueur, l’Érythréen Hiskel Tewelde, n’a signé qu’un chrono de 1h01’13’’. Une victoire au sprint devant l’Éthiopien Birhane Nebebew. À peine le temps de se remettre de nos émotions que le speaker s’affole à nouveau, avec l’arrivée des femmes cette fois. Ou plus précisément d’une femme : Rehima Tusa ! L’Éthiopienne pulvérise le record féminin de près d’une minute avec un chrono canon de 1h08’29’’ (57’’ de mieux que le précédent record datant de 2009). Un record annonciateur puisque bon nombre de coureurs ont réussi aussi à améliorer leur chrono pour quelques minutes ou quelques secondes.

« C’est un bonheur de les voir franchir la ligne d’arrivée avec la satisfaction pour beaucoup d’avoir battu leur record. C’est aussi la concrétisation d’une collaboration très efficace entre EcoTrail Organisation et la direction des Sports de la ville et les équipes de l’ACBB. Je profite donc de l’occasion pour les remercier de leur confiance et de leur aide au succès de la manifestation. Vivement l’année prochaine ! », a salué Jean-Charles Perrin – Directeur Général EcoTrail Organisation. Côté boulonnais, la meilleure performance est à mettre à l’actif de Julien Labro, de la section athlétisme, qui signe un joli 1h15’29 devant Bertrand Le Corre (1h15’42’’ – ACBB triathlon) et Boris Combret (1h15’54’’, ACBB athlé). Chez les filles, la palme revient à Agnès Rozenberg (1h34’38 – section triathlon) qui devance Valérie Jeudy (1h38’33, ACBB triathlon) et Alice Spagnesi (1h40’04, triathlon). Le challenge ACBB qui récompense les sections pour leurs résultats cumulés a vu la victoire de l’ACBB athlétisme qui a devancé les sections triathlon et aviron. Quentin Belli


ÉVÉNEMENT 11

Vainqueurs Hommes

Hiskel Tewelde en 1h01’13’’

Dames

Tusa Rehima en 1h08’15’’

Chalenge ACBB

1. ACBB athlétisme 3h49’ 2. ACBB triathlon – 4h58’ 3. ACBB aviron – 5h15

Ambiance assurée avec la Seine musicale en arrière-plan.

À 10h, le départ est donné devant l’Hôtel de ville.

Heureux comme Rachid Mokrani qui bouclera le semi en 1h58’40.

Un semi pour tous : quand les premiers croisent le peloton…

Jusqu’au bout, le quatuor inséparable a tenu bon. Jusqu’à l’attaque d’Hiskel Tewelde.

Pas de record mais une belle victoire pour Hiskel Tewelde.

Le handisport est aussi à l’honneur avec de belles émotions à l’arrivée.

Et à la fin, la joie !

Le semi est aussi l’occasion de courir pour d’autres : cette année, 7 joëlettes étaient au départ.

Tir groupé pour Julien Labro, Frédéric Picard et Boris Combret qui offrent le Challenge ACBB à leur section.

Le BBI dans la course avec Jean-Sébastien Favard qui réalise 1h57’43’’.

La section triathlon toujours bien représentée au semi de Boulogne.

Les podiums, les trophées et les bises pour Bernard Masclet, président général adjoint de l’ACBB.


12 CYCLISME

Jérémy Roma et Cyril Maître

Quel duo !

© Alex Roma

Jérémy Roma et Cyril Maitre ont accompli une pleine et saison aboutie. Zoom sur ce duo qui a brillé de mille feux.


CYCLISME 13

D

epuis le début, le directeur sportif de l’ACBB cyclisme le clame : « Cyril Maitre et Jérémy Roma sont deux avions de chasse ! » La fin de saison éblouissante des deux Boulonnais est venue corroborer l’affirmation. Ensemble ou séparément, Roma et Maître ont rayonné sur les routes… et sur la piste ! Une fin de saison en apothéose pour Jérémy Roma qui a remporté coup sur coup, le Tour de l’Orne et le championnat d’Île-de-France. « Deux énormes performances », insiste Jean-Claude Le Dissez. « Le Tour de l’Orne – 3 étapes pour les 2e et 3e catégories – réunissait presque tous les comités de France. Jérémy a remporté le classement général grâce notamment à une 2e place lors de la 1re étape entre Alençon et Bagnoles-de-l’Orne puis une belle régularité. Une performance qui a permis aussi au Comité des Hauts-de-Seine (dont la sélection comptait aussi Stéphane Ibrahime) de décrocher une belle 3e place dans le classement par équipes. » Puis lors du CIF, championnat d’Île-de-France sur route, en 2e catégorie, Jérémy Roma a bouclé sa saison de la plus belle des manières en remportant un titre qu’il convoitait. « C’était son objectif, il était préparé, mais encore fallait-il le faire. Il a montré le maillot jusqu’au bout… Je suis heureux pour lui et le club qui se classe 4e au général grâce aussi à Cyril Maitre, Stéphane Ibrahim et Kévin Bertrand. »

Toujours dans les bons coups Cyril Maitre justement, toujours dans les bons coups, un dynamiteur qui fait parler la puissance. Médaillé de bronze lors des championnats d’Îlede-France d’O mnium qui se sont déroulés sur la piste du vélodrome de Montigny-le-Bretonneux le 11 juin dernier, il a décroché l’argent sur l’anneau de Saint-Quentin-en-Yvelines en toutes catégories élite lors de la première manche de la coupe d’hiver de la discipline… Des performances qui font suite à des prestations convaincantes lors du contre-la-montre du Tour de l’Icaunais (3e) – deux étapes en ligne et un contre-la-montre – Tour à l’issue duquel l’ACBB a décroché une magnifique

2e place au challenge par équipes (grâce également à Stéphane Ibrahime, Pierrick Tondo et Xavier Leroux) et avec, en prime, le maillot rouge de Meilleur Espoir pour… Jérémy Roma ! Cet été, les deux larrons avaient aussi collectionné les bouquets avec notamment des victoires pour Cyril Maître à Draguignan (Toutes catégories/élite), à Poigny (2e catégorie) et aussi, leur beau podium lors des 24h Vélo organisés au Mans (Maître, 2e et Roma, 3e). Alors bien sûr, toutes les belles histoires ont une fin puisque Jérémy Roma vient de quitter l’ACBB pour le club de Chartres pour vivre une expérience en division nationale. « Avec Guy Galopin, ancien de l’ACBB, il sera entre de bonnes mains. Je lui souhaite tout le meilleur, qu’il soit à Chartres aussi bien que chez nous. Jérémy est un super coureur mais aussi un vrai bon gars », commentait Jean-Claude Le Dissez, entre joie et regrets. Cyril Maitre en revanche sera toujours présent à l’ACBB cyclisme pour une 3e saison consécutive avec, à ses côtés un Stéphane Ibrahime, toujours disponible. « J’ai toujours autant d’envie. Le staff et surtout notre Directeur sportif investis à 100 %. Nous sommes dans les meilleures conditions pour faire des résultats » Cyril Blondineau


14 AVIRON

1 titre mondial, 11 médailles nationales, 2e club de France

Saison dorée pour

© Daniel Bln

Un titre de champion du monde, 6 médailles aux championnats de France bateaux longs en juin et 5 de plus à l’issue des championnats de France sprint en octobre… L’ACBB aviron termine la saison au 2e rang national des clubs. Une première historique.


AVIRON 15

l’aviron boulonnais

L

e président François Banton ne boude pas son plaisir, l’ACBB aviron a franchi un nouveau palier en bouclant la saison à une 2e place historique derrière le Cercle Aviron de Nantes et devant l’Aviron grenoblois : « Nous sommes 3e chez les hommes, 5e chez les femmes, 5e chez les moins de 18 ans et 2e chez les handis. C’est vraiment magnifique pour la section, pour les athlètes, les coachs… » Il faut dire que les rameurs boulonnais n’ont pas fait les choses à moitié, formidablement lancés par les résultats du printemps lors des championnats de France bateaux longs (11 bateaux engagés, 6 en finale A pour 6 médailles !) Nouveau fait d’arme cet automne en Floride avec François Teroin, sacré champion du monde en quatre de couple (29 septembre à Sarasota). Associé à Damien Piqueras, Maxime Demontfaucon et Stany Delayre, le Boulonnais est allé au bout de l’effort à l’issue d’une course haletante : après un départ canon, les Français ont été passés par les Grecs aux 1 000 m puis par les Anglais pour se retrouver 3e à 500 m de la ligne. À l’issue d’un enlevage complètement fou, les tricolores ont pourtant trouvé les ressources pour aller chercher l’or avec 17 centièmes


16 AVIRON

© Daniel Bln

d’avance sur les Britanniques et les Hellènes. Après son titre mondial en moins de 23 ans décroché en 2015 en Bulgarie, François Teroin s’offre ainsi un deuxième sacre mondial, en seniors cette fois. « Nous savions que nous étions capables de finir très fort, la confiance des uns envers les autres nous a permis de nous dépasser. 
Un podium rempli d’émotions, depuis le temps que nous en rêvions. Quel bonheur de pouvoir vivre une Marseillaise !  » Une belle récompense aussi pour le président François Banton : « Nous sommes très heureux et fiers de cet enfant de la section. » Un sacre qui ne doit pas faire oublier que l’ACBB aviron comptait aussi Julie Voirin dans les rangs tricolores. Une première au championnat du monde Élite pour celle qui espérait un peu mieux : « L’objectif était de rentrer dans la grande finale avec notre quatre de couple. Il n’a pas été réalisé (3e de la Finale B), nous sommes forcément déçues. Mais notre embarcation n’a commencé son histoire que fin août dans cette composition, le délai était sans doute court pour pouvoir performer tout de suite. Mais participer à un premier championnat du monde en Floride, sur un bassin aussi ensoleillé qu’impressionnant… Je ne regrette pas de m’être levée tôt chaque matin pour m’entraîner en espérant

rejoindre ce quatre de couple. Et puis voir François Teroin monter sur la plus haute marche du podium… Un vrai moment de bonheur ! »

2e club d’aviron en France Il restait à finir la saison en beauté ou à lancer la suivante… Occasion idéale lors des championnats de France sprint (500m) organisés à Mantes-laJolies en octobre que les athlètes boulonnais n’ont pas laissé passer. Stéphane Tardieu et Christophe Lavigne ont ouvert le compteur de médailles en remportant le titre national en double TA (bras-tronc) devant leurs partenaires de club, Patrice Rendu et Alexandre Duthoit. Le huit senior femmes, désormais « abonné » aux podiums depuis 2015, n’a pas dérogé à la tradition. Composé de Marie Tavernier, Lucie Giraud, Julie Voirin, Chloé Poumailloux, Jessica Spivey, Capucine Lemée, Marie Picard et Aurélie Morizot, barré par Chloé Rivoal, elles ont décroché la médaille d’argent après une belle bagarre contre le bateau de Grenoble (vainqueur sur les 2000m en juin) et le huit de Joinville qui complète le podium. Chez les garçons, le quatre sans barreur de Léo Grandsire, Emile Sarda, Ismael

Bourennane et Thibaut Mames a empoché une belle médaille d’argent après un sérieux coude à coude avec le bateau de Nogent-sur-Marne, laissant le titre aux Nantais. Les championnats de France Sprints sont aussi l’occasion de composer des bateaux « mixtes ». Ramer avec des personnes du sexe opposé est riche d’enseignements : chaque rameur puise des connaissances, des ressentis, des façons de faire de l’autre. Un réel partage entre les différentes techniques de tous. À ce petit jeu, le quatre de couple de Chloé Poumailloux, Julie Voirin, Pierre Roisin et Nicolas Rousseau est revenu avec la médaille d’argent ! Avec cinq médailles supplémentaires dans l’escarcelle boulonnaise, l’ACBB aviron a ainsi chaviré de bonheur en se hissant au 2e rang national des clubs : « Mieux qu’en 2014 avec une 5e place, mieux que la saison historique de 2013 avec la 3e place ! Il y a de quoi être content ! » Et parce que l’aviron est aussi une formidable activité de loisir, la 32e Traversée de Paris a pris son départ pour la 10e fois, le 16 septembre dernier, depuis la base nautique de l’Île-deMonsieur : 1 050 rameurs pour 210 bateaux, 11 pays étrangers représentés… L’aviron à la fête ! Hadrien Blin, avec Julie Voirin


TENNIS DE TABLE 17

Ping Challenge Entreprises

TF1, premier vainqueur

Photos : Alain Girou et Jérôme Kornprobst

Pour sa première édition, Le Ping Challenge Entreprises Boulogne-Issy a été un succès. Et c’est TF1, entreprise boulonnaise, qui a ouvert le palmarès.

A

vec le Palais des sports d’Issyles-Moulineaux pour accueillir les entreprises venues en découdre, en toute convivialité, pour cette première édition du Ping Challenge Entreprises, le cadre était somptueux. L’organisation millimétrée de l’ACBB tennis de table, Alain Chauveau et Serge Lethorel en tête, et de l’Entente Pongiste Isséenne, a fait le reste ! « Le tennis de table est un sport de haut niveau mais aussi un loisir sportif et ludique : qui n’a pas tenu une raquette au moins une fois dans sa vie et pris du plaisir à jouer lorsqu’il était enfant, ou pendant ses vacances ?  », interroge Alain Chauveau, secrétaire de la section tennis de table et grand ordonnateur de cette soirée. Car au-delà de la pratique en

club, l’ACBB tennis de table – 450 membres, un centre de formation, une équipe de Pro B – souhaite aussi jouer la carte de club citoyen, en s’adressant à des publics ne pratiquant pas régulièrement, pour leur offrir un moment de détente, de plaisir et de convivialité. « Nous avons ainsi organisé le 2e Ping Challenge boulonnais le 24 juin dernier, dans le cadre somptueux et historique de la mairie de Boulogne-Billancourt, qui a permis à plus de 200 Boulonnais, non licenciés, de participer à une compétition

conviviale, richement dotée grâce à notre partenaire l’UCABB (Union des commerçants de Boulogne-Billancourt) », rappelle Alain Chauveau. Preuve de plus que l’ACBB est bien plus qu’un simple club : un véritable acteur dans la vie de la cité.

Chaleureux et compétitif ! Alors le 26 octobre dernier, l’ACBB tennis de table et l’Entente Pongiste Isséenne se


18 RUBRIQUE

Pin

l l a Ch

e


RUBRIQUE 19

ng

e g len

s e s i r p e r t n e 16 équipes engagées, de la bonne humeur et du beau jeu !


20 TENNIS DE TABLE sont alliés pour proposer, aux entreprises boulonnaises et isséennes cette fois, une grande fête du tennis de table… « Ces entreprises ont été invitées à participer au 1er Ping Challenge entreprises Boulogne-Issy, organisé en prologue de la seconde édition du grand Tournoi national au Palais des Sports Robert Charpentier à Issy (plus de 600 compétiteurs sur 3 jours). » C’est ainsi que pour cette toute première édition, 16 équipes de 4 joueurs/ joueuses sont venues s’amuser tout en défendant les couleurs de leur entreprise. Et malgré une ambiance cordiale, l’esprit de compétition a fini par prendre le dessus chez certaines équipes. « Mais ce qui compte,

c’est que quel que soit leur niveau, nous avons offert aux joueurs 2 heures de tennis de table non-stop, dans la cadre magnifique du palais des Sports Robert Schumann, et dans les conditions où se sont affrontés quelques-uns des meilleurs joueurs français les jours suivants !  » Ces 16 équipes, victorieuse ou 16e, sont reparties enchantées, après avoir été encouragées par leurs supporters, parmi lesquels certains dirigeants qui avaient réussi à se libérer pour soutenir leurs troupes ! « Elles sont également reparties, après un savoureux buffet dînatoire que nous leur avons offert, avec de superbes prix offerts par nos partenaires (UCABB, Laboratoires Pierre Fabre, Carrefour Pro), remis en présence du représentant de la mairie de Boulogne-Billancourt, Sébastien Poidatz, conseiller municipal délégué aux sports. » Toutes les entreprises engagées ont déjà fait part de leur envie de revenir pour une deuxième édition en 2018. « Une édition avec formule enrichie, que nous commençons déjà à préparer avec de nombreuses surprises. » Le rendez-vous est pris. Jérôme Kornprobst

Entreprises engagées

De la multinationale à la start-up ! Les 16 équipes ont été engagées par des entreprises de toutes tailles, très représentatives du riche bassin économique des deux villes : depuis les très grandes entreprises comme Arjowiggins, l’Équipe, Coca-cola France, TF1, Vallourec, Carrefour Pro jusqu’aux start-up comme Mon avis citoyen ou Vooter, en passant par des PME ou ETI comme Activeo, Greenshoot, Talentsoft… Sans oublier une valeureuse équipe de commerçants boulonnais (UCABB) !

Verbatim

Super ! « C’était super ! Bravo pour une première très réussie, un super timing, une belle formule, et très chaleureux ! J’ai une autre entreprise pour l’an prochain ! »

Une belle soirée « On voulait vous remercier pour le tournoi d’hier, on a passé une belle soirée et de bons moments grâce à vous. Rencontrer des entreprises autour du sport, un tournoi qui ne dure pas trop longtemps, c’est une très bonne formule, on laisse ses soucis au vestiaire et on en profite. Nos deux directeurs se sont sentis aussi très bien accueillis, pareil pour les joueurs, avec des t-shirts puis des récompenses, médailles, le discours des mairies et des partenaires très bien aussi, et le traiteur qui était excellent. L’accueil était très bon, du début dans le hall d’entrée à la fin, Serge a drivé au micro la partie sportive de main de maître et on sentait l’organisation sans faille (ou presque) ».


BADMINTON 21

Championnats nationaux

L’ACBB bad,  toujours là ! Bien que discrète, la section badminton poursuit son petit bonhomme de chemin avec deux équipes qui croisent le fer en Nationale. Et des jeunes qui montent.

4e journée le 26 novembre. Même punition, avec un nouveau 8-0, à l’extérieur cette fois. L’histoire commence à devenir sérieuse, avec quatre victoires en quatre journées dans ce championnat de N3.

L’équipe 1 à la bagarre

S

amedi 4 novembre, c’était la 3e journée de championnat de France interclubs de badminton au gymnase de la Bio. En ouverture, l’équipe 2 n’a pas traîné en chemin face à Sotteville-lès-Rouen. En menant 4-0 en moins d’une heure à l’issue des quatre simples (deux dames et deux hommes) et l’intransigeance d’Alison Drouard et Anaïs Duron (respectivement victorieuses 21/6-21/10 et 21/4-21/7) et de William Goudallier et Quentin Beauvisage, chacun en deux petits sets. Les Normands sont dépassés et les doubles ne vont pas arranger leurs affaires puisque, en double dames, Anaïs Duron et Nhu-Maï Lam aggravent leur cas avant que le double messieurs, Quentin Beauvisage et Aswin Yellepeddi, ne soldent l’affaire avec un cinglant 6-0, puis 8-0 à l’issue des doubles mixtes. Un beau leader de sa poule de Nationale 3… qui allait pouvoir se tester lors d’un déplacement à Argentant comptant pour la

En équipe 1 en revanche, la situation était un peu plus délicate à l’issue de la rencontre face au Racing Club de France, un ténor de la poule et comptant pour la troisième journée. En fait, on y a cru le temps des doubles mixtes puisque Laura Choinet et Mathieu Gangloff se sont imposés (21/13–21/12) pendant que Jimmy Noblecourt et Laurie Benredjem s’inclinaient en trois sets (19/21–21/5–13/21). La suite a été plus douloureuse puisque Bruno Lucas, Stéphanie Cloarec et Margaux Jovelin ont tous cédé en simple laissant le RCF prendre le large (4-1). Et si Jimmy Noblecourt a redonné un peu d’espoir après une solide victoire sur Bastien Delaval (8/21–21/19–21/17), l’affaire était définitivement entendue après les victoires parisiennes en double hommes et double dames pour une défaite finale 2-6. Mais on connaît les ressources de ce groupe, qui dès la journée suivante, est allé décroché un précieux match nul à Grande-Synthe le 25 novembre dernier. Après quatre journées, une victoire, un nul et deux défaites, l’ACBB occupait le 4e rang d’une poule très compacte. En marge des interclubs, on retiendra aussi le bel automne de Nadège Duron, retenue avec le collectif tricolore des moins de 15 ans en Suède, de Cyprien Samson, en stage au CREPS de la région Auvergne Rhônes-Alpes avec le collectif France U19 et de Malo Samson, Alison Drouard et Nadège Duron, engagés quant à eux à Orléans pour le premier Trophée Interrégional Jeunes (TIJ) de la saison. En cadettes, Alison et Nadège se sont brillamment imposées, la première en doubles dames et la seconde en doubles mixtes ! Bref, les jeunes sont là, poussent… Une belle manière de montrer la voie pour les prochaines échéances de l’École des Jeunes ! Hadrien Blin


22 KARATÉ KYOKUSHINKAI

Antonio Tusseau,

Le graal Après sa terrible désillusion lors des championnats du monde au Japon (battu au 1er tour), Antonio Tusseau a su revenir encore plus fort pour décrocher un deuxième titre de champion d’Europe et être sacré à l’Open de New-York. Un rêve réalisé.

En plaçant Antonio Tusseau sur l’affiche de l’American Open, les organisateurs new yorkais ont eu le nez creux.

L’

American open, il en rêvait gamin. Cette fois, c’est fait, Antonio Tusseau a été sacré outre-Atlantique dans l’une des plus prestigieuses compétitions de kyokushinkai de la planète, sans catégorie de poids. La déconvenue lors du All Japan (championnats du monde en moins de 80kg) aurait pu laisser des traces. Mais Antonio est avant tout un combattant, alors pas question de laisser les deux occasions qui s’offraient à lui. Sacré champion d’Europe à Lyon en moins de 90kg (deuxième titre continental pour le Boulonnais), il s’est envolé pour New-York avec les plein de confiance. « Après Tokyo, je me suis placé dans une autre optique. Oublier l’enjeu, me mettre moins de pression et donner priorité au plaisir. Et là, toute ma technique est sortie naturellement. » À New-York, il découpe le champion d’Argentine au premier tour : « Il a eu peur, les autres ont vu que je n’étais pas là pour rigoler. Je crois que j’ai inspiré de la crainte chez tous les combattants. » Suivent Diogo Silva, Brésilien champion d’Amérique du Sud face au champion d’Europe… « Je luis ai fait mal » puis le Japonais Chihiro Nakajima, vainqueur du All Japan, « un combat dur ». Antonio s’impose et

rejoint Alejandro Navarro en finale, une légende, un modèle. « Je ne tenais pas à l’affronter. Pour moi, il est une référence, il est inspirant car à 40 ans, il est toujours là, au top. » Mais avec ce nouvel état d’esprit – « je suis détendu jusqu’à quelques minutes des combats et juste avant, je rentre dans ma bulle, me transcende à en devenir méchant » –, Antonio Tusseau réalise une entame de combat idéale : « Très rapidement, je l’ai touché à la tête d’un coup de pied en revers. Ensuite,


KARATÉ KYOKUSHINKAI 23

© J. Vayriot / Karaté Bushido

à New York

malgré mes 10 kg de moins, j’ai bien géré. »

« J’ai encore faim » Ce sacre new-yorkais, juste après le titre de champion d’Europe, vient donc ponctuer une saison de la plus belle des manières. « Mais j’ai encore faim », insiste Antonio. Le 18 février prochain, il partira à la conquête d’un nouveau

titre national, en lourd cette fois. Tout en gardant le Japon dans un coin de la tête : « Faut absolument que je gagne un titre là-bas. Mais avec l’envie et pas l’obligation. Lors du dernier All Japan, je suis totalement passé à côté, crispé par l’enjeu. » Mais avec ce déclic dans la gestion des moments importants en compétition, le Français semble aujourd’hui armé pour décrocher ce rêve ultime. Jérôme Kornprobst


24 TRIATHLON

Sur les chapeaux de roues ! À peine la saison 2017 terminée – avec à la clé une montée en R2 pour l’école de tri et un finale en coupe de France des clubs chez les filles, c’est dire si le spectre est large – et voilà la section triathlon qui enchaîne… L’habitude sans doute !


© Vincent Heurtel

TRIATHLON 25

À

peine le temps de dire ouf, que c’est reparti pour l’ACBB triathlon ! Et les bases sont plutôt élevées avec, pour commencer, une augmentation de nombre de ses licenciés chez les jeunes (+25 %). « Depuis la rentrée, nous avons créé un groupe Espoir dans l’optique de rendre nos jeunes plus performants et ce, dès la catégorie des benjamins », explique Aurélien Penneret, responsable de l’école de tri boulonnaise. Conséquence, dès le 24 septembre, lors du premier triathlon de la saison organisé au Stade Français, les jeunes triathlètes boulonnais ont débarqué en nombre puisqu’ils étaient une quarantaine à s’aligner au départ. Le nombre et la qualité avec quatre podiums – victoire en benjamines de Clara Obradovic, 2e place en poussines pour Roxane Contet tout comme Mathilde Le Serviget en pupilles, et 3e place pour Louis Etchepare en pupilles – et à la clé, une 2e place au classement des clubs à l’issue d’une épreuve qui était la première pour bon nombre de ces jeunes pratiquants. Une performance en appelant une autre, l’engouement a été similaire lors du duathlon de Créteil qui comptait 700 engagés. Des places d’honneur pour Rémi Soulas en juniors (8e), Iléana Gounot (7e), Clara Obradovic (5e) et un podium, le deuxième de rang, pour Roxane Contet (3e). « Et une 5e place au classement clubs et 10 500 points marqués, une première historique pour l’ACBB », apprécie Aurélien Penneret. « Après Créteil, nous étions leader de R2 après deux compétitions. » Alors certes la saison est encore longue, l’objectif étant de bien figurer en R2, mais c’est bien la confirmation de l’excellente dynamique de l’école de triathlon depuis trois saisons.

Luis, la surprise Et comme il n’y a pas que la compétition, qu’il faut aussi nourrir la passion et faire briller les

yeux, le coach avait réservé une sacrée belle surprise à ses jeunes triathlètes. Et pas qu’aux jeunes finalement… « Vincent Luis nous a fait l’honneur de nous rendre visite à la piscine… » Avec des performances largement diffusées sur la chaîne L’Équipe qui propose les World Triathlon Series, inutile de dire combien ce sacré triathlète (7e à Rio) compte aux yeux des jeunes pratiquants. Et le vainqueur de la dernière épreuve mondiale de la saison 2017 (à Rotterdam) a particulièrement bien joué le jeu ! « Il a posé des questions, je lui ai présenté les qualifiés aux divers championnats de France, ceux qui font régulièrement de très bons résultats pour le club. Il s’est prêté au jeu des questions-réponses autour de la nutrition, de la stratégie en compétition, de l’importance du mental dans la performance… » Avant de se prêter à une séance photos et dédicaces pour le plus grand bonheur de tous les présents. « Une disponibilité assez exceptionnelle pour un sportif de haut niveau. » Les jeunes, le président Guillaume Contet et l’entraîneur étaient conquis. « Nous lui souhaitons le meilleur pour l’Olympiade à venir ! » Sans doute une motivation de plus pour l’ACBB triathlon. Quentin Belli


26 CANOË-KAYAK

Avec les France en ligne de mire

La saison s’annonce

passionnante ! Depuis septembre, la section canoë-kayak a multiplié les activités : rando, stages et compétition. Pour une année 2018 qui promet d’être palpitante.

Déjà la compétition

L

a pratique du kayak, c’est aussi du loisir. Alors dimanche 15 octobre, ils étaient 24 à participer à une randonnée kayak du côté de la Seine Normande : 22 km au fil de la Seine au départ de Château Gaillard et jusqu’à Porte Joie. « Placée sous le signe du soleil et de la découverte, cette rando accessible à tous, nous à permis de déambuler à travers deux boucles de Seine et d’observer Un stage d’entraînement au club a les falaises de eu lieu du 31 octobre au 4 novembre craie blanche pour les cadets. Objectifs : répétition des gammes sur de dans lesquelles longues distances en K1, K2 et K4, la lumière préparation physique généralisée se reflétait à entre musculation et course à pied. merveille »,

Le +

raconte Maxime Proust, qui encadrait la sortie. Pour les débutants… mais pas seulement, la section a aussi proposé quatre dimanches d’initiation en eaux vives, dont le dernier se déroulait à Cergy-Pontoise le 19 novembre. « L’occasion pour 18 de nos adhérents d’apprendre ou réapprendre les manœuvres essentielles pour mener leur bateau là où ils le désirent, tout en se jouant des nombreux pièges de la rivière. » Un « escape game », rafraîchissant, loin de la réalité virtuelle, et où il faut trouver les clefs pour rallier l’arrivée du bassin !

C’est bien beau les jolies sorties et l’apprentissage de l’eau vive mais à l’ACBB kayak, on pratique la course en ligne. Et côté sportif, le début de la saison a sonné le dimanche 22 octobre avec le Sélectif régional de fond (5 000 m). « Une étape obligatoire pour prétendre participer au Sélectif interrégional et décrocher le précieux sésame pour les championnats de France de fond », explique Maxime. Là, ils étaient 30 athlètes boulonnais à défendre les couleurs du club à Champigny-sur-Marne. Nous retiendrons le joli triplé ACBB en minimes garçons avec Guillaume Chapuis, Walter Beschon et Henry-Rafaël Matthey, la victoire d’Anaïs De Chambure ainsi que la troisième place d’Anaïs François en minimes dames, la deuxième place de Marie-Amélie François en poussines, la quatrième place d’Ingrid François et la 6e d’Ambre Lamarche en cadettes et enfin la 4e place de Mattéo Qasimi en cadets. Les prochains rendez-vous sont déjà fixés avec un stage d’entraînement à Barcelone du 24 février au 2 mars, le Sélectif national de fond à Mantes-la-Jolie le 11 mars et le championnat de France de fond (5 000 m) à Chamouille (02) les 1er et 2 avril prochains. Hadrien Blin


ÉQUITATION 27

Début de saison

 en fanfare Alors que la saison a repris avec de nombreuses jolies performances, la section planche pour l’organisation de son concours qui pourrait avoir lieu en mars prochain. À confirmer…

P

our le premier concours de CSO de la saison (Jardy le 17 septembre), l’équipe de l’ACBB équitation a signé ses premiers résultats avec deux podiums grâce à Clara Grandi et Utwo, Alix GuilleminLemoine et Ondraszek, Sébastien Teulé et Flynny ainsi qu’Alysée Vigneron sur Question (3e place) et à Marie-Océane Scerri sur Univers, Andrew Pouret sur Toscan, Eva Di Felice sur Vatout et Victoire Blanc-Garin sur Question (2e place). Le ton était donné pour cette nouvelle année de concours. Le 22 octobre, lors du CCE de Jablines, Aurem (Aure-Émilie Dollé) s’impose en Amateurs 3 avec Bluetooth du Fournois grâce à une 2e place au dressage et un double sans faute au CSO et au cross. Puis le 5 novembre, l’équipe CCE club a encore fait très fort à Jardy puisque sur 8 cavaliers, 7 se sont classés dont 4 sont montés sur le podium ! En club 2, Inès de Dreuille et Utwo (3e), Alix Guillemin-Lemoine et Flynny (2e) et Tess Gaulier et Univers (victoire) réalisent le grand chelem. En club 3, Alysée Vigneron et Nacontendra terminent 3e sur 34 partants. Des résultats qui viennent récompenser le travail de la coach Carolyne Le Roux.

Carton plein Le 19 novembre, lors du CSO du Polo de Paris, les cavalières et cavaliers boulonnais ont à nouveau fait parler d’eux en réalisant un carton plein. Sur 25 partants en Club 2, l’ACBB équitation s’est

ainsi emparé des 11 premières places ! Aux trois premières, on retrouve Sébastien Teulé et Toscan (1er), suivi d’Andrew Pouret avec Toscan (encore lui !) et Warren Kazoum et Utwo. Un podium 100 % masculin qui devance notamment Clara Grandi, Eva Di Felice, Cynthia Blanger et Pauline Clot qui trustent le classement de la 5e à la 11e place. En catégorie Amateur (équipe CCE – concours complet) le 11 novembre, le meeting d’automne de Fontainebleau a permis à l’équipe amateur de clôturer la saison de complet avec de beaux succès. En Amateur 2, très belle 2e place pour Mylène Bertrand et Scipion suivis par Cléa Célérier et Raoul (4e), habitués des honneurs grâce notamment à leur prestation sur un cross très difficile qui a fait le classement sur cette épreuve. Quant à Constance Jest et S’pass, ils réalisent un magnifique cross sansfaute. En Amateur 3, Pauline Monicat et Biasantis s’offrent un premier podium après un bon dressage et un double sans-faute ! Preuve que le travail et la patience finissent toujours par payer… En Amateur 4, Isabelle Fillet et Authentic poursuivent leur progression avec une jument de plus en plus à l’aise sur les trois tests et surtout sur le cross ! Vérité, associée à Aure-Émilie Dollé, a montré son potentiel sur ce cross de fin de saison. Début de la période des concours d’hiver dès le 16 décembre avec le derby à Jardy. Jérôme Kornprobst, avec Pauline Clot


28 HANDBALL


HANDBALL 29

Chaque semaine

Résoudre le casse-tête Dans un championnat de N1 au couteau, l’ACBB hand se bagarre avec ses armes. Sixième de sa poule au soir de la défaite face à Amiens, l’équipe sait que chaque semaine, elle devra se surpasser.

S

amedi 4 novembre à Souriau, face à Gonfreville alors 3e du classement de N1 – mais aujourd’hui leader de la poule – l’ACBB avait arraché un prometteur match nul (22-22) à l’issue d’une rencontre que les Boulonnais auraient probablement dû perdre mais qu’ils auraient tout aussi bien pu gagner. Car après avoir viré en tête à la pause avec un but d’avance, les joueurs d’Olivier Le Bail ont été dominés lors de la première partie de la seconde mi-temps. Mais ils se sont accrochés, montrant un sacré caractère face à des visiteurs plutôt chauds. Et avec ce match, les joueurs d’Olivier Le Bail ont surtout prouvé, une fois de plus, qu’ils ont du cœur. Pour le coach, chaque semaine offre un nouveau casse-tête à résoudre : « Nous sommes là

où nous nous attendions être… On n’est pas loin, les joueurs montrent de belles choses. Jusqu’en mars, nous devons désormais nous fixer comme objectif de tout gagner à la maison et nous autoriser à faire un coup ou deux à l’extérieur, ce que nous étions tout près de réaliser en première partie de saison. En fait, il nous manque véritablement cinq joueurs… C’est ce qui fait que l’on perd ou que l’on gagne d’un but. Mais on va s’accrocher ! » On peut lui faire confiance, Le Bail n’est pas du genre à lâcher l’affaire si facilement d’autant que l’ACBB, bien que 6e sur 8, n’était pas complètement décroché au soir de la défaite face à Amiens – à domicile (22-24) ! – d’un groupe composé du PSG, Rennes et Haezebrouck même si, avec cette défaite face aux Picards, on peut penser que les derniers espoirs de participer

« Nous devons gagner nos matchs à Souriau. »

aux play-off se sont envolés. Alors bien sûr, s’il est nécessaire, le cœur ne suffit pas toujours. Battue à la régulière samedi 2 décembre 22-24 par des Amienois appliqués, deuxième du classement à l’issue de la soirée, l’ACBB avait pourtant pris l’affaire par le bon bout (6-3 après dix minutes de jeu). Mais le passage à vide d’une dizaine de minutes en attaque, la faute bien sûr aussi à un super gardien, a finalement été rédhibitoire pour espérer prendre des points à un tel collectif. Mais le talent et l’envie sont bien là, comme en témoigne le beau parcours en coupe de France. Après la magnifique qualification pour les 16e de finales obtenue face à Vernouillet (36-31), l’ACBB hand a hérité de l’emblématique club de l’US Ivry, qui évolue dans la Lidl StarLigue (Première division) et viendra donc défier les Boulonnais le week-end du 16-17 décembre prochain. « Cette rencontre sera l’occasion de nous étalonner face à une formation professionnelle de très grande qualité, qui partira bien évidemment favori au coup d’envoi. » Un casse-tête de plus pour Olivier Le Bail, mais un joli cadeau de Noël. Jérôme Kornprobst


30 SPORTS COLLECTIFS

Football

L’ACBB foot peut compter sur ses jeunes Dans le ventre mou du classement après 12 journées de championnat, l’ACBB foot s’est rassuré après une intersaison délicate à gérer. Heureusement, Greg Benarib a pu puiser chez les jeunes.

Hockey sur glace

Les Tigres poursuivent leur progression

A

près la 12e journée de championnat face au FC Lorient alors 2e de cette poule D de Nationale 2 – c’était le 25 novembre – l’ACBB football a prouvé une fois encore que l’équipe première avait du caractère. Menés 0-2 à dix minutes de la fin, les hommes de Grégory Benarib sont parvenus à arracher le match nul grâce à un doublé de Vincent Pirès (87e et 90e minutes). Un soulagement et de belles promesses pour cette équipe qui occupait après cette rencontre la 8e place du classement (sur 16) avec 16 points et un bilan de cinq victoires pour un nul et six défaites (19 buts inscrits – 20 encaissés). Dans une poule relevée qui compte aussi dans ses rangs le Stade Rennais, l’EA de Guingamp ou Le Havre AC, l’ACBB foot de Jacques Migaud – premier club de la région en termes de licenciés (près de 1 500) et d’équipes engagées dans toutes les catégories – a pourtant vécu une intersaison

délicate après être passé, en cinq ans, de la Division Supérieure Régionale (DSR) au Championnat de France Amateur (CFA) aujourd’hui National 2. En effet, avec une augmentation exponentielle des coûts et des ressources à la baisse (en subvention comme en sponsoring) et ce, malgré la bonne gestion du président Migaud et le soutien de la municipalité et de l’omnisports, le budget a été compliqué à boucler. Avec pour conséquence directe, le départ de plusieurs joueurs phares de l’équipe. Mais la grande force de l’ACBB foot, c’est aussi sa capacité à puiser dans les rangs de ses jeunes, issus de la formation boulonnaise. Bien encadrés par quelques anciens, ils sont l’avenir de cette équipe. Michel Leroux

Depuis plusieurs années maintenant, l’ACBB hockey a accentué le travail de formation à partir des plus jeunes catégories qui, chaque année, prennent un peu plus de corps. Après une belle saison 2017, celle de 2018 s’annonce déjà pleine de promesses.

U

n titre de champion Île-de-France en U13, une victoire finale dans le tournoi U9 très relevé de Mamie Germond (Rouen), une 4e place dans la poule Nord pour les U15 ou encore une qualification pour un premier tour de play-off pour les U17 élite… La saison dernière a été riche en émotions pour la section hockey sur glace. Fort de ces résultats et en s’appuyant sur 330 licenciés (de l’école de hockey aux loisirs), les Tigres sont repartis à l’entraînement plein d’ambitions. Dès le 1er septembre et malgré un stage d’avant saison en Slovaquie annulé, le travail a repris pour les hockeyeurs boulonnais qui ont encore de nombreuses ambitions.

Main dans la main avec Meudon Depuis plusieurs années, l’idée de mettre en place une entente avec le club voisin de Meudon germait dans les esprits des dirigeants. C’est donc tout naturellement que ce projet a vu le jour cet été, offrant ainsi aux deux clubs une belle


SPORTS COLLECTIFS 31 opportunité de renforcer leurs rangs tout en proposant à leurs joueurs U15 et U17 élite ainsi qu’aux U20 de bénéficier de plus de créneaux d’entrainements. Cette entente, qui porte dès le début de cette saison des résultats très encourageants permet même aux joueurs de ces catégories de briguer les belles places du classement. Les U9, U11 et U13 ne sont pas en reste. Après un petit temps d’adaptation en début de saison justifié par le passage en catégorie supérieure de la majorité des joueurs cette saison, qui a entraîné des débuts timides, les Tigrous ont à cœur de prouver qu’ils ont toujours les crocs, et que leurs adversaires n’ont qu’à bien se tenir. Leur ambition n’a d’ailleurs rien à envier à leurs aînés. Après les traditionnels tournois de Mannheim et Briançon, c’est vers Prague qu’ils s’envoleront en février afin de se frotter à leurs homologues tchèques.

La Boulbi Cup arrive ! Après tous ces voyages, les Tigres prouveront qu’ils ne sont pas en reste en matière d’organisation. Après des années de succès de leurs tournois de fin de saison, traditionnellement planifiés lors des ponts du mois de mai, il était temps de baptiser les célèbres tournois boulonnais. C’est donc à la Boulbi Cup que nos tigres attendront leurs adversaires les 28 et 29 avril (U13), 1er mai (U7), 6 et 7 mai (U11). Ils vous y attendront nombreux pour les soutenir ! Pierre Pochon

les U15 avant leur match face à Amiens et une défaite 3-6.

Volley-ball Nationale 2 et 3

L’ACBB joue les premiers rôles Chez les garçons comme chez les filles, les équipes premières jouent le haut du tableau de leurs championnats respectifs.

D

epuis la 4e journée et une facile victoire à Couchot face à Pont-à-Mousson (25-6 / 25-14 / 25-13), les filles occupent la 1re place de leur poule de N3 de volley-ball. Ce qui n’est pas pour déplaire à leur coach Lida Krawczyk : « C’est nouveau pour nous mais cette saison, nous sommes dans la poule Est avec des équipes que nous découvrons. Mais cette saison, je peux compter sur un effectif au complet. L’objectif sera donc de rester le plus haut possible le plus longtemps possible pour viser la montée en N2. » À Couchot encore, les filles ont imposé leur domination face à leur dauphine – Thionville – sur un score sec de 3-0 (25-16) pour asseoir un peu plus leur leadership. Après 6 journées, les Boulonnaises n’avaient concédé qu’un seul set, en Alsace face à Vallée de la Sauer. La première défaite est survenue lors de la 7e journée, à Sélestat. Un match au couteau perdu par l’ACBB (2-3) après avoir pourtant mené deux sets à un pour finalement s’incliner au tie-break (25-27 / 26-24 /

25-20 / 17-25 / 12-15) et qui vient rappeler que la saison est encore longue… Mais le début de saison est prometteur avec 19 points au compteur après 7 journées et un bilan de 6 victoires pour une défaite. En Nationale 2, les garçons affichent aussi un bilan positif avec 6 victoires pour 3 défaites, 19 points au compteur et une 3e place au classement. Le dernier match disputé face au voisin d’Asnières a montré aussi que les Boulonnais étaient solides avec une victoire au tie-break (25-23 / 24-26 / 28-26 / 2025 / 15-11). Ajoutons à cela l’équipe 2 masculine, elle aussi en Nationale, qui occupait le 3e rang de sa poule après six journées de championnat en N3. Un bilan comptable prometteur là encore avec une défaite seulement pour 5 victoires dont la dernière acquise face à Melun malgré la perte de la première manche (22-25 / 25-18 / 25-23 / 25-21). Pour cette section qui, chaque saison, poursuit sa construction avec la formation et l’intégration de jeunes, dont les équipes doivent se confronter un peu plus chaque année à des formations de plus en plus professionnelles, jouer le haut de tableau dans trois championnats nationaux pour trois catégories est quand même une sacrée performance. Antoine Verniers


32 RUGBY

Teulière C

Les cadets sont De l’école au rugby au rugby « adulte », de minimes à cadets… Il y a un gouffre. Objectif premier : prendre du plaisir !

L

e 18 novembre au stade de la Marche à Marne-laCoquette, il y avait de l’application et de la concentration dès les séquences d’échauffements pour les jeunes rugbymen cadets de l’ACBB. Après trois rencontres de brassages pénibles – trois lourdes défaites – et une défaite lors de la première journée de

ce nouveau championnat en Teulière C, le message était clair chez les dirigeants : « Le premier objectif, c’est qu’ils prennent plaisir à jouer. Bien jouer au rugby en respectant les valeurs de leur sport », insiste Arnaud Tourtoulou, un œil sur tout au bord du terrain, dirigeant et papa de Stanislas l’un des joueurs. « Les matchs de brassage ont été difficiles

à digérer mais aujourd’hui, nous sommes dans une poule homogène qui va leur permettre d’apprendre le rugby. » D’autant que cette équipe cadette est jeune avec trois joueurs seulement de 2002, tous les autres étant de 2003. « Ils sont cadets 1re année pour la plupart, c’est donc une année de reconstruction avec beaucoup de nouveaux même si quelques joueurs sont issus des rangs minimes boulonnais. Franchement, il y a un bon groupe mais ils ont eu un peu peur face à l’inconnu même si, finalement, la différence de niveau n’était pas si énorme. Mais les autres étaient plus gaillards. » Alors avec la réception de Melun-Sénart qui comptait une victoire seulement, l’occasion était propice à véritablement lancer la saison.

Vrais matchs, vrais arbitres Théo Defranoux, entraîneur des avants et Julien Cardebat,


RUGBY 33

lancés !

entraîneur des arrières, poursuivent la mise en condition en ce sens. « Jusqu’à présent, nous avions des blessés et des absents. Désormais, nous rencontrons des équipes de notre niveau. Il faut donc essayer de jouer, d’exister et de gagner quelques matchs », explique Julien Cadebat. Surtout, ne pas trop en faire non plus : « On peut se servir d’une victoire pour créer une dynamique. Mais s’il y a défaite, on peut toujours s’appuyer ce qui a été positif. Le principal objectif, c’est de les motiver, de progresser et qu’ils aient envie de revenir à l’entraînement. » Pour le coach, ces jeunes joueurs ont les bases mais ce n’est pas toujours suffisant : « Ils sont 1re année, il y a donc des différences de gabarit… Ils découvrent des vrais matchs de deux mi-temps de 35 minutes avec un vrai arbitre… Cela fait beaucoup de choses à assimiler. Leur niveau est ce qu’il est. La vraie difficulté, c’est le passage de l’école de rugby au rugby adulte. » Une victoire permettant

toujours de s’accrocher encore plus, la réception de MelunSénart pouvait constituer un premier déclic pour lancer la saison. Sur le terrain, de l’envie, du jeu et un premier essai dès les premières minutes… Essai invalidé par l’arbitre, le jeune Boulonnais ayant fait parler sa pointe de vitesse en oubliant toutefois d’aplatir… Mais au bout du compte, une victoire, la

première de la saison (34-17) qui offre aux cadets tout le temps pour apprendre. Jusqu’à la fin des phases de poules, au début du printemps. Antoine Verniers


34 BASKET-BALL

Les garçons

 poursuivent Après deux montées successives, on pouvait craindre un retard à l’allumage en R2 pour l’équipe première de l’ACBB basket. Après 7 journées de championnat, la voilà leader !

A

près une saison pleine en R3 – l’équipe n’a perdu qu’une seule rencontre, c’était en finale du championnat – et le titre de vicechampion R3, et surtout deux montées successives, l’exploit était déjà beau. Lors de la première journée de championnat de R2, la défaite face à Levallois (71-77) pouvait paraître comme un appel à rentrer dans le rang. Seulement voilà, depuis ce faux pas lors de la journée inaugurale, les garçons n’ont plus rien lâché en route. Victoires face aux Mureaux (77-72), à Saint-Charles/Charenton/Saint-Maurice (92-85), face à Palaiseau (92-56), Ennevy (71-54), Thiais (83-75) ou Maurepas (93-70)… Tous sont passés à la trappe et après 7 journées de championnat de R2, l’ACBB basket occupait le fauteuil de leader de sa poule avec le même nombre de points que le PARIS (Paris Académie Respect Intégrité Sport) mais un meilleur goalaverage. « Nous avons eu peu de turn-over avec deux départs pour quatre arrivées et nous avons su recruter sur nos points faibles, au poste intérieur notamment », clarifie Franck Giroux. Un effectif de 13 joueurs qui comptent dans ses rangs désormais Maxime Lefèvre, Yannick Noudjoukouang et deux anciens pensionnaires

de N3 avec Hugo Lemaire et Mohamed Haïdara. « Nous avons un effectif plus profond donc plus complexe à faire fonctionner et nous avons encore besoin de temps, de réglages pour montrer notre réel potentiel. Aujourd’hui on gagne mais sans jouer notre meilleur basket. »

Retrouvailles avec PARIS Battu en finale de R3 par ce fameux PARIS (Paris Académie Respect Intégrité Sport) aujourd’hui 2e – « une autre galaxie qui compte dans son effectif notamment un ancien joueur de Pro B » – Franck Giroux savoure en attendant la première confrontation avec ce gros dauphin en janvier prochain. Des retrouvailles qui s’annoncent épiques : « Il ne s’agit pas d’être prétentieux mais de poursuivre sur notre formidable lancée. Quand tu es sur la vague, tu restes sur la planche. Mon groupe a les moyens d’aller en R1 même si, c’est certain, ce sera beaucoup plus difficile cette année. » Le coach n’a pas changé de discours en trois ans : « Quand je démarre un championnat, je ne joue pas pour un maintien mais pour une montée. ça ne veut pas dire que ce sera facile mais pas question de se contenter de ce que l’on a. » Qui peut le plus… Antoine Verniers


BASKET-BALL 35

leur as cension


Athletic Club Boulogne-Billancourt

b o u l o g n e b i ll a n c o u rt

s t r u o t sp i c n a m

’ o l b te d clu

u an r g o T plus

s i é a ç t n i l a r f a

b c s a e . w w w du

r u ts

r f . b

ACBB 32 sections sportives 12 000 adhérents

Le mag 342  
Le mag 342  

Magazine trimestriel de l'ACBB - Athletic Club de Boulogne-Billancourt

Advertisement