__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

Where do drugs come from? D‘oĂš viennent les drogues?

Research by Katya Quel Elizarova Marseille 2020

1


Our existence runs through nature‘s fingers like golden coins that she cannot hold and lets fall to purchase new birth, thereby, she now throws us, without hoping or expecting anything, in ample handfuls to existence.

2

Walter Benjamin. Hashish in Marseilles


Notre existence traverse les doigts de la nature comme des pièces d‘or qu‘elle ne peut tenir et laisse tomber pour acheter une nouvelle naissance par là, elle nous jette maintenant, sans espérer ni attendre quoi que ce soit, en de nombreuses poignées à l‘existence.

Walter Benjamin. Haschich à Marseille

3


Over the millennia of our civilization, people have gone through various changes in society, science, culture, religion and philosophy. But what is always unchanged here and there always appeared particles of society, glorifying spiritual enlightenment, looking for a way out into other dimensions, communication with spirits, awareness of the invisible, expanding the capabilities of the human brain, and so on. Many of them believe that spiritual illumination can be achieved by an altered state of consciousness. Since ancient times, humanity has been trying various natural substances that change the view of the familiar reality. Based on the experience of trial and error, most social structures have come to the conclusion that the use of potent drugs can lead to tragic consequences, therefore in the 20th century we received a list of substances prohibited for sale in most countries of the world. Prohibited for open legal sale. That, naturally, marked the beginning of the market for the closed criminal sale of narcotic substances. The goal of this publication is not the moral aspect of drug use, but a small overview of the paradoxical sphere of the world‘s largest shadow business over the past century and the current state of affairs. Without including the more modern synthetic club drugs in the study, whose consumption in France hovers around one percent of the total population, we will focus on the most popular naturally occurring substances. The main geographical point of our view is Marseille, a port city, which, due to its location, played a large role in the shipment of tons of prohibited substances around the globe and which continues to be the most problematic city in France in issues of confrontation between state law enforcements and drug criminals. 4


Au cours des millénaires de notre civilisation, les gens ont connu divers changements dans la société, la science, la culture, la religion et la philosophie. Mais ce qui est toujours inchangé - ici et là sont toujours apparus des particules de société, glorifiant l‘illumination spirituelle, cherchant un moyen de sortir vers d‘autres dimensions, la communication avec les esprits, la conscience de l‘invisible, l‘expansion des capacités du cerveau humain, etc. Beaucoup d‘entre eux croient que l‘illumination spirituelle peut être obtenue par un état de conscience modifié. Depuis les temps anciens, l‘humanité a essayé diverses substances naturelles qui changent la vision de la réalité familière. Sur la base de l‘expérience d‘essais et d‘erreurs, la plupart des structures sociales sont parvenues à la conclusion que l‘utilisation de médicaments puissants peut avoir des conséquences tragiques. Par conséquent, au XXe siècle, nous avons reçu une liste de substances interdites à la vente dans la plupart des pays du monde. Interdit pour la vente légale ouverte. Cela a naturellement marqué le début du marché de la vente criminelle fermée de stupéfiants. L’objectif de cette publication n’est pas l’aspect moral de la consommation de drogues, mais un petit aperçu de la sphère paradoxale du plus grand commerce parallèle au monde au cours du siècle dernier et de l’état actuel des choses. Sans inclure les drogues de synthèse les plus modernes dans l‘étude, dont la consommation en France oscille autour d‘un pour cent de la population totale, nous nous concentrerons sur les substances naturelles les plus populaires. Le principal point géographique de notre point de vue est Marseille, ville portuaire qui, de par sa situation géographique, a joué un rôle important dans le transport de tonnes de substances interdites à travers le monde et qui reste la ville la plus problématique de France en matière de confrontation entre les forces de l‘ordre étatiques et les criminels de la drogue.

5


6


Hashish The history of hashish parallels the history of cannabis to a great degree since hashish is made from the resin of cannabis plants. For several thousand years, cannabis plants have been used medicinally and for the fibers that made strong fabric, but records of the use of hashish showed up much later. By about 900 AD, hashish use had spread through Arabia. At that time, the drug was consumed by eating it. Between 1000 and 1200 AD, the legend of hashish use by assassins in Persia arose. Some scholars claim that the name “hashish” traces back to the word for “assassin.” Whether true or not, by 1300 AD, Marco Polo had heard stories about hashish-using assassins and took these tales back to Europe with him.

Hashish was featured in a story in the manuscript One Thousand and One Nights, also known as Arabian Tales.

During Napoléon Bonaparte‘s invasion of Egypt in 1798, alcohol was not available as Egypt was an Islamic country. In place of alcohol, Bonaparte‘s troops resorted to trying hashish, which they found to their liking. As a result of the conspicuous consumption of hashish by the troops, the smoking of hashish and consumption of drinks containing it was banned in October 1800, although the troops mostly ignored the order. Subsequently, beverages containing hashish were banned in Egyptian cafes; cafes that sold them were shut down and „boarded up“, and their proprietors were jailed. During this time, hashish imported from other countries was destroyed by burning. Upon the end of the occupation in 1801, French troops brought supplies of hashish with them back to France. 7


At this point, European interest in hashish began to grow steadily as one botanist or doctor after another began promoting uses of cannabis in various forms. By 1840, a French doctor, Louis Aubert-Roche, who had spent part of his life in Egypt, was using hashish in the treatment of disease. The doctor, Jacques Joseph Moreau de Tours, was a friend of Aubert-Roche. He made extensive studies on the use of hashish on animals and humans and decided it would be a good treatment for a psychiatric practice. Other doctors soon followed these examples. Shipments of hashish to Europe increased. During the second half of the nineteenth century, cannabis and hashish continued to grow in popularity, with only a few practitioners warning about the possible danger associated with its use. Pharmaceutical companies in Europe and the US began to manufacture various preparations of cannabis, including extracts and tinctures. Patent medicines began to contain these preparations. As the 19th Century turned into the 20h, pharmaceutical companies began to replace cannabis compounds with vaccines, sleeping drugs like chloral hydrate, pain relievers like aspirin, and other drugs. This shift and the fact that cannabis and hashish products varied in potency and quality led to a decline in the medical use of cannabis. During the 19th and early 20th centuries, many countries came to ban the use of marijuana. Hashish and Ganja smoking were highly prevalent among the labor force from the colonized countries of Africa, India, and in the USA - also Mexicans. The modern view may see in these prohibitions a cultural-racial indifference, an attempt to ban marijuana as a form of suppression and control. Marijuana is perceived by politicians as a threat to public order and to undermine the labor force.

8

In the 1800s, hashish was embraced in some European literary circles. Most famously, the Club des Hashischins was a Parisian club dedicated to the consumption of hashish and other drugs; its members included literary luminaries such as Théophile Gautier, Moreau de Tours, Victor Hugo, Alexandre Dumas, Charles Baudelaire and Honoré de Balzac.Baudelaire later wrote the 1860 book Les paradis artificiels about the state of being under the influence of opium and hashish.

“The Hashish Smokers,” by Gaetano Previati (1887).


Cannabis use is outlawed in France. France is a signatory to the 1925 Geneva Convention on drugs, and accordingly banned cannabis as a medical treatment in 1953. Marseille, as a port city, has always been satiated with multicultural wonders and hashish came here in the first deliveries. Interestingly, one of the central streets leading to the port of Marseille is called Canebière. The name ‚Canebière‘ (‚Canabiera‘ in Provençal dialect) comes from the word Cannabis in Latin, as the area around the Old Port were originally hemp fields and Marseille was one of the world‘s largest trader of hemp baskets and ropes from the Middle Ages until the 1930s, when other fibers were used instead.

In 1928, the then 36-year-old German philosopher Walter Benjamin visites the city of Marseille. He makes notes about his adventures in the bustling port streets, and then, probably somewhere in the port market, he buys hashish and writes down his feelings after consuming it. This text still causes a wide resonance in literary and philosophical circles, as a sensory-figurative example, atypical for the philosopher.

The Old Port Of Marseille In 1930‘S

9


France has one of Europe’s highest cannabis consumption rates. Authorities estimate demand at 300 tonnes per year. Seizure data indicate that the cannabis resin market remains larger than the herbal cannabis market. Most cannabis resin that enters France comes from Morocco via Spain. You can all also find the hashish from Afganistan. Marijuana, or grass, is typically imported from the Netherlands or individual smallscale cultivation sites. Morocco is the number highest producer of marijuana resin (hashish) in the world, contributing 19% of the global total. 70% of Europe‘s hashish consumed was produced in Morocco. Hashish production in the country started centuries ago, until it was banned after its independence in 1957. In 1974, a war on drugs ensued in Morocco that resulted in the total ban on all drugs in that country. However, today the production and sale of hashish and marijuana in Morocco is more tolerated as it contributes to its economy. In North Africa alone, the number of cannabis users is estimated at 5.7 million. Producing hashish for European exports (through smuggling networks) and visiting tourists provides a consistent form of employment and income for the farmers in the Rif region. 70% of Europe‘s hashish consumed was produced in Morocco.

10

According to the UNODC report, revenues generated by drug trafficking are harmful to the economy. It may inflate property prices, distort exports, create unfair competition, reinforce unequal distribution of income and wealth, and increase corruption.


Rif Mountains in Morocco, the area which does not produce many crops other than kif (the Moroccan name for hashish) and has a reputation as havens for backpacking stoners.

Smugglers usually take the cannabis grown in the northern Rif Mountains and truck the short distance to the Mediterranean coast and then whisked it across the sea concealed in the daily fleets of commercial shipping or by speed boat. Only 14 km (9 miles) separates Tangier (Morocco) from Spain across the Strait of Gibraltar. Cรกdiz, in southern Spain, is the gateway for hashish into Europe. The Spanish government has threatened to ban these state-of-the-art inflatable speedboats, but so far nothing has come of the warning. The perfect narco-boat has several key characteristics: a long and narrow hull that can be up to 12 meters long, a rudder that can be steered standing up, three of four seats for the crew, and enough space in the front loading area for up to 2.5 tons of hashish. Three outboard motors with 250 horsepower, from a Japanese brand well appreciated by drug traffickers, power the boats at 62 knots, around 120 kilometers an hour.

The packaged drugs are often hidden among shipments of oranges and other fruits and vegetables, as well as oil and juice from Morocco.

11


Police officers stand guard near packages of seized cannabis at the police headquarters in Casablanca, Morocco, in this handout picture obtained by Reuters on May 17, 2020

With the usual routes to Europe closed by the coronavirus pandemic, recent seizures of contraband show that Moroccan drug traffickers have been forced to adopt an alternative, longer route - food trucks across Morocco and then fishing vessels sailing from Atlantic ports.

“France can no longer get its cannabis supplies,” said organized crime expert Thierry Colombie. “With the halt in exports from Morocco, we’re seeing prices go up in France as supply falls and dealers charge a premium.” Colombie said an estimated 70% of cannabis resin sold on French streets was trafficked from Morocco, through Spain and over the Pyrenees. Much of the rest is shipped via Belgium and Holland. 12

Due to increased transportation costs the street price of cannabis in French cities has surged. The price of a 100 gram bar of resin went from 280 euros to 500 euros in a week in Marseille.


Haschisch L‘histoire du haschisch est comparable à l‘histoire du cannabis dans une large mesure puisque le haschisch est fabriqué à partir de la résine de plantes de cannabis. Pendant plusieurs milliers d‘années, les plantes de cannabis ont été utilisées en médecine et pour les fibres qui fabriquaient des tissus solides, mais les enregistrements de l‘utilisation du haschisch sont apparus beaucoup plus tard. Vers 900 après JC, l‘utilisation du haschisch s‘était répandue en Arabie. À cette époque, la drogue était consommée en la mangeant. Entre 1000 et 1200 après JC, la légende de l‘utilisation du haschich par les assassins en Perse est née. Certains chercheurs affirment que le nom «haschich» remonte au mot «assassin». Que ce soit vrai ou non, en 1300 après JC, Marco Polo avait entendu des histoires sur des assassins utilisant du haschich et avait ramené ces histoires en Europe avec lui.

Hashish a été présenté dans une histoire dans le manuscrit Les Mille et Une Nuits.

Lors de l’invasion de l’Égypte par Napoléon Bonaparte en 1798, l’alcool n’était pas disponible car l’Égypte était un pays islamique. Au lieu de l’alcool, les troupes de Bonaparte ont eu recours au haschich, qu’elles ont trouvé à leur goût. En raison de la consommation ostentatoire de haschich par les troupes, les produits contenant du haschisch - fumables et liquides - ont été interdits en octobre 1800, bien que les troupes aient pour la plupart ignoré l‘ordre. Par la suite, les boissons contenant du haschisch ont été interdites dans les cafés égyptiens; les cafés qui les vendaient ont été fermés et «fermés», et leurs propriétaires ont été emprisonnés. Pendant ce temps, le haschisch importé d‘autres pays a été détruit par brûlage. À la fin de l‘occupation en 1801, les troupes françaises ont ramené du haschisch avec elles en France.

13


À ce stade, l‘intérêt des Européens pour le haschisch a commencé à croître régulièrement, les botanistes ou les médecins ayant commencé à promouvoir les utilisations du cannabis sous diverses formes. En 1840, un médecin français, Louis Aubert-Roche, qui avait passé une partie de sa vie en Égypte, utilisait le haschich dans le traitement de la maladie. Le médecin, Jacques Joseph Moreau de Tours, était un ami d‘Aubert-Roche. Il a fait des études approfondies sur l‘utilisation du haschich sur les animaux et les humains et a décidé que ce serait un bon traitement pour une pratique psychiatrique. D‘autres médecins ont rapidement suivi ces exemples. Les expéditions de haschisch vers l‘Europe ont augmenté. Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, le cannabis et le haschich ont continué de gagner en popularité, seuls quelques praticiens mettant en garde contre le danger potentiel associé à son utilisation. Les sociétés pharmaceutiques en Europe et aux États-Unis ont commencé à fabriquer diverses préparations de cannabis, y compris des extraits et des teintures. Les médicaments brevetés ont commencé à contenir ces préparations.

14

“La fumeuse de Haschisch,” Émile Bernard (1900).

Dans les années 1800, le haschich était adopté dans certains cercles littéraires européens. Plus célèbre, le Club des Hashischins était un club parisien dédié à la consommation de haschisch et d‘autres drogues; ses membres comprenaient des sommités littéraires comme Théophile Gautier, Moreau de Tours, Victor Hugo, Alexandre Dumas, Charles Baudelaire et Honoré de Balzac. Baudelaire écrivit plus tard le livre de 1860 ‚Les paradis artificiels‘ sur l‘état d‘être sous l‘influence de l‘opium et du haschich.


Alors que le 19e siècle passait au 20e siècle, les sociétés pharmaceutiques ont commencé à remplacer les composés du cannabis par des vaccins, des somnifères comme l‘hydrate de chloral, des analgésiques comme l‘aspirine et d‘autres médicaments. Ce changement et le fait que le cannabis et les produits de haschich variaient en puissance et en qualité ont conduit à une baisse de l‘usage médical du cannabis. Au cours du 19e et du début du 20e siècle, de nombreux pays en sont venus à interdire l‘usage de la marijuana. Le fumeur du haschich et de la ganja était très répandu parmi la main-d‘œuvre des pays colonisés d‘Afrique, d‘Inde et des États-Unis - également mexicains. Le point de vue moderne peut voir dans ces interdictions une indifférence culturelle et raciale, une tentative d‘interdire la marijuana comme forme de suppression et de contrôle. La marijuana est perçue par les politiciens comme une menace pour l‘ordre public et pour saper la main-d‘œuvre. La consommation de cannabis est interdite en France. La France est signataire de la Convention de Genève de 1925 sur les drogues et a donc interdit le cannabis en tant que traitement médical en 1953. Marseille, en tant que ville portuaire, a toujours été rassasiée de merveilles multiculturelles et le haschisch est venu ici dès les premières livraisons. Fait intéressant, l‘une des rues centrales menant au port de Marseille s‘appelle Canebière. Le nom `` Canebière ‚‘ (`` Canabiera ‚‘ en dialecte provençal) vient du mot Cannabis en latin, car les environs du Vieux-Port étaient à l‘origine des champs de chanvre et Marseille était l‘un des plus grands négociants au monde de paniers de chanvre et de cordes de la Du Moyen Âge jusqu‘aux années 1930, lorsque d‘autres fibres ont été utilisées à la place.

En 1928, le philosophe allemand Walter Benjamin, alors âgé de 36 ans, visite la ville de Marseille. Il prend des notes sur ses aventures dans les rues animées du port, puis, probablement quelque part sur le marché du port, il achète du haschich et écrit ses sentiments après l‘avoir consommé. Ce texte suscite encore une large résonance dans les milieux littéraires et philosophiques, à titre d‘exemple sensori-figuratif, atypique pour le philosophe.

15


La France a l‘un des taux de consommation de cannabis les plus élevés d‘Europe. Les autorités estiment la demande à 300 tonnes par an. Les données sur les saisies indiquent que le marché de la résine de cannabis reste plus important que celui du cannabis à base de plantes. La plupart de la résine de cannabis qui entre en France provient du Maroc via l‘Espagne. Vous pouvez tous trouver également le haschisch d‘Afganistan. La marijuana, ou herbe, est généralement importée des Pays-Bas ou de sites de culture à petite échelle. Le Maroc est le plus grand producteur de résine de marijuana (haschich) au monde, contribuant à 19% du total mondial. 70% du haschisch consommé en Europe était produit au Maroc. La production de haschich dans le pays a commencé il y a des siècles, jusqu‘à ce qu‘elle soit interdite après son indépendance en 1957. En 1974, une guerre contre la drogue a éclaté au Maroc qui a abouti à l‘interdiction totale de toutes les drogues dans ce pays. Cependant, aujourd‘hui, la production et la vente de haschich et de marijuana au Maroc sont plus tolérées car elles contribuent à son économie. Rien qu‘en Afrique du Nord, le nombre de consommateurs de cannabis est estimé à 5,7 millions. La production de haschisch pour les exportations européennes (par le biais de réseaux de contrebande) et la visite de touristes fournissent une forme cohérente d‘emploi et de revenus aux agriculteurs de la région du Rif. 70% du haschisch consommé en Europe était produit au Maroc.

16

Selon le rapport de l‘ONUDC, les revenus générés par le trafic de drogue sont préjudiciables à l‘économie. Elle peut gonfler les prix de l‘immobilier, fausser les exportations, créer une concurrence déloyale, renforcer la répartition inégale des revenus et des richesses et accroître la corruption.


Les montagnes du Rif au Maroc, la région qui ne produit pas beaucoup de cultures autres que le kif (le nom marocain du haschich) et qui a la réputation d‘être des paradis pour les fumeurs de randonnée. Les contrebandiers emportent généralement le cannabis cultivé dans le nord des montagnes du Rif et transportent par camion la courte distance jusqu‘à la côte méditerranéenne, puis le fouillent à travers la mer dissimulés dans les flottes quotidiennes de navires commerciaux ou en hors-bord. Seulement 14 km (9 miles) séparent Tanger (Maroc) de l‘Espagne à travers le détroit de Gibraltar. Cadix, dans le sud de l‘Espagne, est la porte d‘entrée du haschisch en Europe. Le gouvernement espagnol a menacé d‘interdire ces vedettes pneumatiques ultramodernes, mais jusqu‘à présent, rien n‘est venu de l‘avertissement. Le narco-boat parfait a plusieurs caractéristiques clés: une coque longue et étroite pouvant atteindre 12 mètres de long, un gouvernail qui peut être dirigé debout, trois des quatre sièges pour l‘équipage et suffisamment d‘espace dans la zone de chargement avant pour jusqu‘à 2,5 tonnes de haschich. Trois moteurs hors-bord de 250 chevaux, d‘une marque japonaise très appréciée des trafiquants de drogue, propulsent les bateaux à 62 nœuds, soit environ 120 kilomètres à l‘heure.

Les drogues emballés sont souvent cachés parmi les expéditions d‘oranges et autres fruits et légumes, ainsi que de l‘huile et du jus du Maroc.

17


Des policiers montent la garde près des paquets de cannabis saisis au siège de la police à Casablanca, au Maroc, dans ce document photo obtenu par Reuters le 17 mai 2020

Les routes habituelles vers l‘Europe étant fermées par la pandémie de coronavirus, les récentes saisies de contrebande montrent que les trafiquants de drogue marocains ont été contraints d‘adopter une route alternative plus longue - des camions de nourriture à travers le Maroc, puis des bateaux de pêche partant des ports de l‘Atlantique.

«La France ne peut plus s‘approvisionner en cannabis», a déclaré Thierry Colombie, spécialiste du crime organisé. «Avec l‘arrêt des exportations du Maroc, nous voyons les prix augmenter en France alors que l‘offre diminue et que les concessionnaires facturent une prime.» Colombie a déclaré qu‘environ 70% de la résine de cannabis vendue dans les rues françaises provenait du Maroc, de l‘Espagne et des Pyrénées. Une grande partie du reste est expédiée via la Belgique et la Hollande. 18 .

En raison de l‘augmentation des coûts de transport, le prix public du cannabis dans les villes françaises a augmenté. Le prix d‘une barre de 100 grammes de résine est passé de 280 euros à 500 euros en une semaine à Marseille.


Cocaine Cocaine is a powerful stimulant, prolonged daily use of the drug creates severe sleep deprivation and loss of appetite. A person might go days or sometimes weeks without sleeping or eating properly. The user often experiences psychotic behavior.

Cocaine remains the second most trafficked illegal drug in the world. Coca is one of the oldest, most potent and most dangerous stimulants of natural origin. Three thousand years before the birth of Christ, ancient Incas in the Andes chewed coca leaves to get their hearts racing and to speed their breathing to counter the effects of living in thin mountain air. Native Peruvians chewed coca leaves only during religious ceremonies. This taboo was broken when Spanish soldiers invaded Peru in 1532. Forced Indian laborers in Spanish silver mines were kept supplied with coca leaves because it made them easier to control and exploit. Cocaine was first isolated (extracted from coca leaves) in 1859 by German chemist Albert Niemann. It was not until the 1880s that it started to be popularized in the medical community. Austrian psychoanalyst Sigmund Freud, who used the drug himself, was the first to broadly promote cocaine as a tonic to cure depression and sexual impotence. He also believed that “For humans the toxic dose (of cocaine) is very high, and there seems to be no lethal dose.” Contrary to this belief, one of Freud’s patients died from a high dosage he prescribed.

Cocaine got a further boost in acceptability when in 1886 John Pemberton included cocaine as the main ingredient in his new soft drink, Coca-Cola. It was cocaine’s effects on the consumer that was mostly responsible for skyrocketing Coca-Cola into its place as the most popular soft drink in history.

19


In the same way as other narcotics like opium and heroin during this time, cocaine also began to be used as an active ingredient in a variety of “cure all” tonics and beverages. In many of the tonics that drug companies were producing at this time, cocaine would be mixed with opiates and administered freely to old and young alike. Nazi researchers used concentration camp inmates to test a cocaine-based “wonder drug” they hoped would enhance the performance of German troops. It wasn’t until some years later that the dangers of these drugs became apparent. By 1905, it had become popular to snort cocaine and within five years, hospitals and medical literature had started reporting cases of nasal damage resulting from the use of this drug. In 1912, the United States government reported 5,000 cocaine-related deaths in one year and by 1922, the drug was officially banned. In the 1970s, cocaine emerged as the fashionable new drug for entertainers and businesspeople. Cocaine seemed to be the perfect companion for a trip into the fast lane. It “provided energy” and helped people stay “up.”At some American universities, the percentage of students who experimented with cocaine increased tenfold between 1970 and 1980. By the late 1980s, cocaine was no longer thought of as the drug of choice for the wealthy. Even so, cocaine was, in the decades that followed, overshadowed on the black market by synthetic stimulants such as amphetamine. With the ‚flower power‘ of the 1960s, marijuana and LSD became the drug of choice. Cocaine made a brief revival but Ecstasy, heroin, acid and speed were dominant. But in the late 1990s and early 2000s cocaine came back in the US with street sales topping an estimated $35bn in 2003. And, as the US market for the white powder became saturated, the dealers looked to Europe.

20

Before anyone heard of Colombian narcotraficantes, a new class of international cocaine traffickers was born between 1947 and 1964, led by little-known Peruvians, Bolivians, Chileans, Cubans, Mexicans, Brazilians, and Argentines. These menand often daring young women-anxiously pursued by U.S. drug agents, pioneered the business. Before 1945, cocaine barely existed as an illicit drug; by 1950, a handful of couriers were smuggling it by the ounce from Peru; by the hundreds of kilos yearly, linking thousands of coca farmers across the eastern Andes to crude labs, organized trafficking rings, and a bustling retailer diaspora in consuming hotspots like New York and Miami. The Colombians of the 1970s, the Pablo Escobars who leveraged this network into one of hundreds of tons, worth untold billions, are notorious.

Portrait of Hugo Tilghman [The Tennis Player] (1924), Abraham Ángel, mexican artist, found dead on October 27, 1924, from a cocaine overdose


Since the 1970‘s, Colombia has been home to some of the most violent and sophisticated drug trafficking organizations in the world. What started as a small cocaine smuggling business has, blossomed into an enormous multi-national cocaine empire.

In the late 1970s, the illegal cocaine trade became a major moneymaking opportunity throughout the world. The Medellin Cartel, an organized group of drug suppliers and smugglers based in the city of Medellin, Colombia, began operating during this time.

The main members of the MedellĂ­n Cartel

During the peak of its reign, the Medellin cartel brought in up to $60 million a day in drug profits. Importantly, the U.S. and Colombian governments ratified a bilateral extradition treaty in 1981. This treaty became a significant concern for Columbian traffickers. After the destruction of Medellin ans Cali cartels, the cocaine business began to fragment. Large organizations had been more vulnerable to attack by US and Colombian authorities. They formed smaller, more controllable groups and began compartmentalizing their responsibilities. One group simply smuggles the drugs from Colombia to Mexico. Another group controls the jungle labs. Yet another deals with transportation of coca base from the fields to the labs. There are well known links between the Colombian Marxists guerilla groups and the cocaine trade. Guerillas protect the fields and the labs in remote zones of Colombia in exchange for a large tax that the traffickers pay to the organization. In turn, the Colombian right wing paramilitary groups are also thought to control both fields, labs and some of the smuggling routes. This situation has been disastrous for Colombia - both sides in an on-going civil war are able to reap huge profits from the drug industry which are then turned into guns for further fighting. 21


Peru is considered the biggest coca leaf producer, with about 60,000 tons, followed by Bolivia with about 50,000 tons. But Colombia, with about 15,000 tons, leads the world with the largest cocaine trade. Traffickers here finance much of the coca cultivation by Indians and settlers in western districts of the Amazon basin. Experts believe about 60 percent of South America‘s exported cocaine is refined in Colombia. Brazil and Ecuador, however, have expanded very rapidly in the last three years, and minimum estimates run at 11,000 and 6,000 respectively. Small plantations in other countries such as Venezuela and Argentina raise the total number of tons to at least 145,000. The DEA and the Colombian National police believe there are more than 300 active drug smuggling organizations in Colombia today. Cocaine is shipped to every industrialized nation in the world and profits remain incredibly high. Traffickers today have enough capital under their control to build sophisticated smuggling equipment, such as a high tech submarine that was recently discovered by the Colombian National Police. Colombian cocaine traffickers had hired engineering experts from Russia and the United States to help with the design of the submarine, which apparently would have been used to secretly ship large quantities of cocaine to the United States.

Every year, tons of cocaine are seized by police all over the world in banana shipments. The latest statistics from the food industry suggest that approximately fifty percent of the world’s pineapples now contain large quantities of cocaine. 22


The illustration shows the 24m (60ft) semi-submersible ‘snorkel sub’ discovered on 20th Oct 2013 in the jungle on the Ecuador/ Colombian border. It can carry up to 8 tons of cocaine for thousands of miles, making trips from Colombia to Mexico or beyond. The cocaine market accounts for the second largest share of the French illicit drug market. The market is showing stable growth, the number of seized lots is constantly growing. Since 2015, the Marseille police have launched the operational narcotics intelligence (Cross) program. Up to 15 tons of cocaine are seized every year.

Coronavirus: “No, cocaine does not protect against COVID-19,” the official advice from France’s Ministry of Solidarity and Health said. “It’s an addictive drug that causes serious adverse and harmful effects.” The warnings appear to be in response to a series of viral memes, which show doctored news headlines suggesting the class A drug “kills coronavirus”.

Smugglers hide cocaine worth more than $1m in a consignment of protective face masks, Border Force officials said. 23


24

Cocaine Buffet, Rob Pruitt 1998

Buffet de cocaïne, Rob Pruitt 1998

An installation of 16-foot mirror with a line of real cocaine running down the center, in which visitors were welcome to partake.

Une installation de miroir de 16 pieds avec une ligne de vraie cocaïne coulant au centre, à laquelle les visiteurs étaient invités à participer.


Cocaïne La cocaïne est un puissant stimulant, l‘utilisation quotidienne prolongée de la drogue crée une grave privation de sommeil et une perte d‘appétit. Une personne peut passer des jours, voire des semaines, sans dormir ni manger correctement. L‘utilisateur éprouve souvent un comportement psychotique.

La cocaïne reste la deuxième drogue illégale la plus vendue au monde. La coca est l‘un des stimulants d‘origine naturelle les plus anciens, les plus puissants et les plus dangereux. Trois mille ans avant la naissance du Christ, les anciens Incas des Andes mâchaient des feuilles de coca pour faire battre leur cœur et accélérer leur respiration pour contrer les effets de la vie dans l‘air mince des montagnes. Les autochtones péruviens mâchaient des feuilles de coca uniquement lors de cérémonies religieuses. Ce tabou a été brisé lorsque les soldats espagnols ont envahi le Pérou en 1532. Les ouvriers indiens forcés des mines d‘argent espagnoles étaient approvisionnés en feuilles de coca parce que cela les rendait plus faciles à contrôler et à exploiter. La cocaïne a été isolée pour la première fois (extraite des feuilles de coca) en 1859 par le chimiste allemand Albert Niemann. Ce n‘est que dans les années 1880 qu‘il a commencé à être popularisé dans la communauté médicale. Le psychanalyste autrichien Sigmund Freud, qui a lui-même utilisé la drogue, a été le premier à promouvoir largement la cocaïne comme tonique pour guérir la dépression et l‘impuissance sexuelle. Il pensait également que «pour les humains, la dose toxique (de cocaïne) est très élevée et il ne semble pas y avoir de dose létale». Contrairement à cette croyance, l’un des patients de Freud est décédé d’une dose élevée qu’il lui avait prescrite.

La cocaïne a reçu un nouvel élan d‘acceptabilité lorsqu‘en 1886, John Pemberton a inclus la cocaïne comme ingrédient principal dans sa nouvelle boisson gazeuse, Coca-Cola. Ce sont les effets de la cocaïne sur le consommateur qui sont principalement responsables de la montée en flèche du Coca-Cola à sa place de boisson gazeuse la plus populaire de l’histoire.

25


De la même manière que d‘autres stupéfiants comme l‘opium et l‘héroïne pendant cette période, la cocaïne a également commencé à être utilisée comme ingrédient actif dans une variété de toniques et de boissons «cure all». Dans la plupart des toniques que les compagnies pharmaceutiques produisaient à cette époque, la cocaïne était mélangée à des opiacés et administrée librement aux jeunes et aux vieux. Les chercheurs nazis ont utilisé des détenus des camps de concentration pour tester une «drogue miracle» à base de cocaïne dont ils espéraient qu‘elle améliorerait les performances des troupes allemandes. Ce n’est que quelques années plus tard que les dangers de ces médicaments sont devenus évidents. En 1905, il était devenu populaire de renifler de la cocaïne et dans les cinq ans, les hôpitaux et la littérature médicale avaient commencé à signaler des cas de lésions nasales résultant de l‘utilisation de cette drogue. En 1912, le gouvernement des États-Unis a signalé 5 000 décès liés à la cocaïne en un an et en 1922, la drogue était officiellement interdite. Dans les années 1970, la cocaïne est devenue la nouvelle drogue à la mode pour les artistes et les hommes d‘affaires. La cocaïne semblait être le compagnon idéal pour un voyage dans la voie rapide. Il «fournissait de l‘énergie» et aidait les gens à rester «éveillés». Dans certaines universités américaines, le pourcentage d‘étudiants ayant expérimenté la cocaïne a décuplé entre 1970 et 1980. À la fin des années 1980, la cocaïne n‘était plus considérée comme la drogue de choix pour les riches. Même ainsi, la cocaïne a été, dans les décennies qui ont suivi, éclipsée sur le marché noir par des stimulants synthétiques tels que l‘amphétamine. Avec le «flower power» des années 1960, la marijuana et le LSD sont devenus la drogue de choix. La cocaïne a fait un bref renouveau mais l‘ecstasy, l‘héroïne, l‘acide et la vitesse dominaient. Mais à la fin des années 1990 et au début des années 2000, la cocaïne est revenue aux États-Unis avec des ventes de rue dépassant environ 35 milliards de dollars en 2003. Et, alors que le marché américain de la poudre blanche devenait saturé, les revendeurs se sont tournés vers l‘Europe.

26

Avant que quiconque n‘entende parler de narcotraficantes colombiens, une nouvelle classe de trafiquants internationaux de cocaïne est née entre 1947 et 1964, dirigée par des Péruviens, des Boliviens, des Chiliens, des Cubains, des Mexicains, des Brésiliens et des Argentins peu connus. Ces hommes - et souvent des jeunes femmes audacieuses - poursuivis avec anxiété par des agents de la drogue américains, ont été les pionniers de l‘entreprise. Avant 1945, la cocaïne existait à peine en tant que drogue illicite; en 1950, une poignée de passeurs le faisaient passer en contrebande à l‘once du Pérou; par des centaines de kilos par an, reliant des milliers de producteurs de coca à travers les Andes orientales à des laboratoires de brut, des réseaux de trafic organisés et une diaspora de détaillants animée dans des points chauds de consommation comme New York et Miami. Les Colombiens des années 1970, les Pablo Escobars qui ont exploité ce réseau dans l‘un des centaines de tonnes, d‘une valeur incalculable de milliards, sont notoires.

Autoportrait (1924), Abraham Ángel, artiste mexicain, retrouvé mort le 27 octobre 1924, d‘une overdose de cocaïne


Depuis les années 1970, la Colombie abrite certaines des organisations de trafic de drogue les plus violentes et les plus sophistiquées dans le monde. Ce qui a commencé comme une petite entreprise de contrebande de cocaïne s‘est transformé en un énorme empire multinational de la cocaïne.

À la fin des années 1970, le commerce illégal de cocaïne est devenu une opportunité majeure de gagner de l‘argent dans le monde. Le cartel de Medellin, un groupe organisé de fournisseurs et de passeurs de drogue basé dans la ville de Medellin, en Colombie, a commencé ses activités pendant cette période.

Au plus fort de son règne, le cartel de Medellin rapportait jusqu‘à 60 millions de dollars par jour en profits de la drogue. Surtout, les gouvernements américain et colombien ont ratifié un traité d‘extradition bilatéral en 1981. Ce traité est devenu une préoccupation importante pour les trafiquants colombiens. Après la destruction des cartels de Medellin et de Cali, le commerce de la cocaïne a commencé à se fragmenter. Les grandes organisations ont été plus vulnérables aux attaques des autorités américaines et colombiennes. Ils ont formé des groupes plus petits et plus contrôlables et ont commencé à compartimenter leurs responsabilités. Un groupe fait simplement passer la drogue de la Colombie au Mexique. Un autre groupe contrôle les laboratoires de la jungle. Un autre encore concerne le transport de la base de coca des champs aux laboratoires. Il existe des liens bien connus entre les groupes de guérilla marxistes colombiens et le trafic de cocaïne. Les guérilleros protègent les champs et les laboratoires dans les zones reculées de la Colombie en échange d‘une taxe importante que les trafiquants paient à l‘organisation. À leur tour, on pense que les groupes paramilitaires de droite colombiens contrôlent à la fois les champs, les laboratoires et certaines routes de contrebande. Cette situation a été désastreuse pour la Colombie - les deux parties dans une guerre civile en cours sont en mesure de récolter d‘énormes profits de l‘industrie de la drogue qui sont ensuite transformés en armes pour de nouveaux combats.

27


Le Pérou est considéré comme le plus grand producteur de feuilles de coca, avec environ 60 000 tonnes, suivi de la Bolivie avec environ 50 000 tonnes. Mais la Colombie, avec environ 15 000 tonnes, est en tête du monde avec le plus grand commerce de cocaïne. Les trafiquants ici financent une grande partie de la culture de la coca par les Indiens et les colons dans les districts occidentaux du bassin amazonien. Les experts estiment qu‘environ 60 pour cent de la cocaïne exportée en Amérique du Sud est raffinée en Colombie. Le Brésil et l‘Équateur, cependant, ont connu une croissance très rapide au cours des trois dernières années, et les estimations minimales sont respectivement de 11 000 et 6 000. De petites plantations dans d‘autres pays comme le Venezuela et l‘Argentine portent le nombre total de tonnes à au moins 145 000 tonnes. La DEA et la police nationale colombienne pensent qu‘il existe aujourd‘hui plus de 300 organisations de trafic de drogue actives en Colombie. La cocaïne est expédiée vers tous les pays industrialisés du monde et les bénéfices restent incroyablement élevés. Les trafiquants ont aujourd‘hui suffisamment de capitaux sous leur contrôle pour construire du matériel de contrebande sophistiqué, comme un sous-marin de haute technologie récemment découvert par la police nationale colombienne. Les trafiquants colombiens de cocaïne avaient embauché des experts en ingénierie de Russie et des États-Unis pour aider à la conception du sous-marin, qui aurait apparemment été utilisé pour expédier secrètement de grandes quantités de cocaïne aux États-Unis.

28

Chaque année, des tonnes de cocaïne sont saisies par la police du monde entier dans des expéditions de bananes. Les dernières statistiques de l’industrie alimentaire suggèrent qu’environ cinquante pour cent des ananas du monde contiennent désormais de grandes quantités de cocaïne.


Illustration tirée de Narco Submarines: Covert Shores Recognition Guide, publié le 26 mars 2020

Le marché de la cocaïne représente la deuxième part du marché français des drogues illicites. Le marché affiche une croissance stable, le nombre de lots saisis est en constante augmentation. Depuis 2015, la police marseillaise a lancé le programme opérationnel de renseignement narcotique (Cross). Jusqu‘à 15 tonnes de cocaïne sont saisies chaque année.

Coronavirus: «Non, la cocaïne ne protège pas contre le COVID-19», a déclaré le conseil officiel du ministère français de la Solidarité et de la Santé. „C’est une drogue qui crée une dépendance qui provoque de graves effets indésirables et nocifs.“ Les avertissements semblent être en réponse à une série de mèmes viraux, qui montrent des manchettes de nouvelles trafiquées suggérant que le médicament de classe A «tue le coronavirus».

29


30


Heroin The opium poppy was cultivated in lower Mesopotamia as long ago as 3400 BC. The chemical analysis of opium in the 19th century revealed that most of its activity could be ascribed to the alkaloids codeine and morphine. At the end of the 19th century in both America and Britain, opium and morphine were popular for medical and recreational purposes. Working-class families in England used opium for all types of illnesses. Coughs, sleeplessness or injuries would be soothed by these drugs. Some mothers who gave the drug to calm fussy babies inadvertently killed them by giving too much. When the Civil War came, morphine was the drug of choice to alleviate the terrible injuries of the soldiers. Morphine was the only thing that made the gunshot, amputation, and recovery tolerable. But thousands of soldiers became addicted to the drug and remained addicted after the end of the war. Addiction to morphine became known as the “Soldier’s Disease.” Diamorphine was first synthesized in 1874 by C. R. Alder Wright, an English chemist who had been experimenting combining morphine with various acids. He boiled anhydrous morphine alkaloid with acetic anhydride for several hours and produced a more potent, acetylated form of morphine which is now called diacetylmorphine or morphine diacetate.

Paracelsus von Hohenheim, a 16th-century Swiss-German alchemist, experimented with various opium concoctions, and recommended opium for reducing pain.

In 1895, the german pharmaceutical company Bayer marketed diacetylmorphine as an over-the-counter drug under the trademark name Heroin.It was developed chiefly as a morphine substitute for cough suppressants that did not have morphine‘s addictive sideeffects. Morphine at the time was a popular recreational drug, and Bayer wished to find a similar but non-addictive substitute to market. However, contrary to Bayer‘s advertising as a „non-addictive morphine substitute,“ heroin would soon have one of the highest rates of addiction among its users.

31


Heroin was heavily promoted as being non-addicting. Bronchitis, tuberculosis and other cough-inducing illnesses were treated with Heroin. In 1906, the American Medical Association approved Heroin for general use and recommended that it be used in place of morphine. This free rein soon resulted in a population of 200,000 heroin addicts in New York City. In 1914, the Harrison Narcotics Act was passed that was an attempt to stop the abuse of cocaine, heroin, and cannabis. In 1924, the deputy commissioner of the New York Police reported that 94% of all crimes were being committed by heroin addicts. Soon after, the drug was outlawed for both medical and illicit use. These regulations and bans just moved heroin production from factories in Europe to clandestine labs in China. Trafficking channels to Europe and the US began to be controlled by organized crime in Europe, resulting in the “French Connection”: the importing of unrefined heroin to Marseille, France, where it went through its final refinement before being shipped to Northeastern US cities and Europe. Meanwhile, in 2018, the world‘s cultivated area of opium poppy, the basis of heroin, was 60 times larger than ten years ago, according to the latest report from the United Nations agency against drugs and crime. Nowadays, heroin most highly associated with a single source: some 90% of the world’s heroin comes from opium grown in just a few provinces in Afghanistan. Some 380 tons of heroin are produced from Afghan poppies and exported all over the world. This has not always been the case: while opium has been used in the northern areas of Afghanistan since the eighteenth century, it was only in the 1980s that the country began to emerge as a key source of global supply. Myanmar, the world’s leading opium producer in the 1970s and 1980s, saw a reduction in cultivation after 1996. Today, Afghanistan has a virtual monopoly on the illicit production of the drug,1 producing 6,900 tons in 2009 or 95% of global supply.

32

Last years the so-called „blanche“ almost disappeared from the Marseille market. However, in 2019, police were surprised to find 3 kilograms of heroin when seizing a large shipment of hashish.


The French Connection From the post-war period until the mid-1970s, the French Connection, run by the Corsican Mafia in Marseille, was the main global network for the manufacture and trafficking of heroin. Morphine base, extracted from the opium was refined and transformed into heroin in laboratories hidden away in Provence’s hinterland. The french chemists have invented very simple and easy ways of extracting the alkaloid compounds for the most well-known and widespread narcotics, so much so that there is extensive clandestine manufacture of the drug making France a major exporter worldwide. The drug was then cleverly hidden in false-bottomed suitcases, ships’ cargo holds, or inside the panels of large American cars and dispatched to the huge illegal US market. The history of organized crime in France can be traced to the French Revolution (1789 to 1799). It is however with the turn of the 20th century that local mobsters became highly organized and created crime families. Due to decentralized political control in Corsica during the 1900s, many criminal organizations flourished. Members of these gangs moved from the island of Corsica to the southern coasts of France during the early 20th century. From 1920 to 1930, prostitution was the most important criminal activity, controlled in Marseille by the Corsican Godfather, Paul Carbone and the Italian-French Godfather François Spirito. In the 1930 they realised that there was money to be made on the streets of America by selling heroin. The operation was headed by Paul Carbone, François Spirito and Antoine Guérini, and also involved Auguste Ricord, Paul Mondoloni and Salvatore Greco. Most of the operation‘s starting capital came from assets that Ricord had stolen during World War II when he worked for Henri Lafont, one of the heads of the Carlingue (French Gestapo) during the German occupation in World War II.

Illegal heroin labs were first discovered near Marseille in 1937. These labs were run by Corsican gang leader Paul Carbone. For years, the Corsican underworld had been involved in the manufacturing and trafficking of heroin, primarily to the United States. It was this heroin network that eventually became known as „the French Connection“

Exterior photograph of a clandestine heroin laboratory seizure in Marseille, 1969

In Western Asia, between 8% and 9% of the legal opium production was never sold to the pharmaceutical industry, but was redirected by Syrian or Lebanese traffickers to be converted into morphine base. There, because of the French language and traditions that had resulted from the strong French influence in Western Asia, these men had developed close and 33


lasting ties over a number of years with the Corsican gangsters in France. French drug dealers exported narcotics to the United States in response to a call from New York Sicilians. The connection in Marseille was convenient as a thoroughfare because it was one of the busiest ports in the Mediterranean, meaning shipments were more difficult to detect. The CIA allegedly protected the Corsican gang in exchange for working to prevent French Communists from bringing the Old Port of Marseille under their control. This turned out to be a big mistake for the Americans. After being refined into heroin, the drug entered the American continent mainly through the French or French-speaking networks in Canada (Montreal and Toronto) and Mexico (Mexico City) but not exclusively, because the operation had also opened up to mafia groups and corrupt officials in Central America. In 1960, the Americans detained Mauricio Rosal, Guatemalan ambassador to the Benelux countries, who, thanks to his diplomatic pouches, ensured the transport of morphine base between Beirut and Marseille and then the transport of heroin from Marseille to New York.

The Marseille underworld groups were, above all, commercial partners, or even sub-contractors, of the Cosa Nostra.

The French Connection gradually began to ship greater and greater quantities of drugs to America throughout the 1950’s and ’60s. It is estimated that, by 1960, as much as 5,000 pounds of heroin (2,300 kg) was coming onto American streets through the route every year. At local level, the underworld was almost part of the furniture in Marseille. It enjoyed support from the local socialist government, the drug barons feel they are untouchable because of their big bank accounts, their contacts, and the respect that surrounds them. They can use intimidation or because people do not believe they are doing anything wrong or that if they inform on them, they will be the ones to carry the can for being informants. The hierarchy was built on authority and prestige, the principle of pursuing vendettas and, above all, organizing themselves around competing families. There are accusations that there was an interpenetration between the drug trafficking network and certain secret service structures within the French State. This was where the small diverse Mafia cells operated and where deals were made easier by linguistic ties or a shared cultural, or even colonial, heritage. There was still, nevertheless, the extraordinary sense of passivity from the French government. From the beginning of the 1970s, the official view was that the Corsican criminal organizations were allowed to prosper for more than twenty years while the police made no effort to bring them down. On June 27, 1970, a former American judge, Samuel Leibowicz, angrily stated in the press that “The French police turn a blind eye. Why has the Mafia chosen Marseille as its center of activities for the last thirty-five years? It is because the Marseille police will not lift a finger to stop them.” Investigations into drug matters in the 1960s often suffered as a result of the inherent difficulties within the centralized French administrative system, and the animosity between Paris and the provinces which it generated. 34

Girls, games ... In post-war Marseille, the Guérini clan thrives


The police in Marseille could not abide Paris regularly taking the credit for successful operations which it had mounted:  “On several occasions, when the Marseille police had spent several hours preparing for an operation and were on the point of making an arrest or a seizure, I have personally witnessed the Paris Office send a few men to Marseille to take over the operation and take all the credit for it.” In retaliation, they refused to pass on information to the Paris Office, which hindered its performing its duties properly: “It is an acknowledged fact that Hug, who was head of the Marseille squad, did not keep Paris informed of current investigations. The Central Office was then particularly embarrassed when seizures and arrests were made in Marseille without their having been aware of what was going on.” The Paris Office was, therefore, forced to ask the Americans what was happening in Marseille: “We are aware that it is not our job to keep the Paris Office informed of operations in Marseille, but they have placed this burden on us. They have advised us that all communication with Marseille has to be sent to Paris. This, of course, puts us in a very difficult and embarrassing position.” In the 1960s, more than four million Americans were drugusers. President Nixon declared, in a famous speech in June 1971, that drug addiction was the United States’ public enemy number one. He had also sent a letter to President Pompidou in August 1969 urging him to take strong action against drug trafficking. In France, drug addiction became a public health issue after the press frenzy in 1969 following the death by overdose of a young girl in Bandol and the passing of the drug prevention law in 1970. Thierry Colombié, an expert on organized crime in France: „The 1970 Act was a gun blow against heroin production in Marseille. The French state had been left with no choice: an American report had highlighted that there were 40 teams of traffickers operating, mainly from Marseille. Nixon put his fist down, and it was a warning that paid off.“ The problem was now dealt with at presidential level. Following five subsequent years of concessions, combined with international cooperation, the Turkish government finally agreed in 1971 to a complete ban on the growing of Turkish opium, effective June 29, 1971. During these protracted negotiations, law enforcement personnel went into action. One of the major roundups began on January 4, 1972, when agents from the U.S. Bureau of Narcotics and Dangerous Drugs (BNDD) and French authorities seized 110 pounds (50 kg) of heroin at the Paris airport. Subsequently, traffickers Jean-Baptiste Croce and Joseph Mari were arrested in Marseille. One such French seizure from the French Connection in 1973 netted 210 pounds (95 kg) of heroin worth $38 million.

President Nixon with President Pompidou France, 1971

On June 24, 1970, demonstrators marched in front of the French Consulate in New York brandishing placards reading: “France Manufactures Heroin,” “Heroin Kills,” “Drugs Come from France.”

In February 1972, French traffickers offered a United States Army sergeant $96,000 (equivalent to $586,768 in 2020) to smuggle 240 pounds (109 kg) of heroin into the United States. 35


He informed his superior who in turn notified the BNDD. As a result of this investigation, five men in New York and two in Paris were arrested with 264 pounds (120 kg) of heroin, which had a street value of $50 million. In a 14-month period, starting in February 1972, six major illicit heroin laboratories were seized and dismantled in the suburbs of Marseille by French national narcotics police in collaboration with U.S. drug agents. Drug arrests in France skyrocketed from 57 in 1970 to 3,016 in 1972. Also broken up as part of this investigation was the crew of Vincent Papa, whose members included Anthony Loria Sr. and Virgil Alessi. The well-organized gang was responsible for distributing close to a million dollars worth of heroin up and down the East Coast of the United States during the early 1970s, which in turn led to a major New York Police Department (NYPD) corruption scheme. The scope and depth of this scheme are still not known, but officials suspect it involved corrupt NYPD officers who allowed Papa, Alessi, and Loria access to the NYPD property/evidence storage room, where hundreds of kilograms of heroin lay seized from the now-infamous French Connection bust, and from which the men would help themselves and replace missing heroin with flour and cornstarch to avoid detection.The substitution was discovered only when officers noticed insects eating all the bags of „heroin“. By that point an estimated street value of approximately $70 million worth of heroin had already been taken. The racket was brought to light and arrests were made. Certain plotters received jail sentences, including Papa, who was later murdered in federal prison in Atlanta, Georgia.

On February 29, 1972, French authorities seized the shrimp boat, Caprice des Temps, as it put to sea near Marseille heading towards Miami. It was carrying 915 pounds (415 kg) of heroin.

The successful results achieved in Marseille in terms of dismantling laboratories and of the arrests that were made were enough to take the pressure off that part of the world, but it did not wipe out the Corsican Mafia. The battle was also short-lived, as political attention rapidly faded. After the French Presidential elections of 1974, the focus of the executive shifted away from the drug problem. As for the BNDD, it also lost interest in Marseille as its involvement in France was only one action among many others in the global war on drugs instigated by Richard Nixon (who fell from power himself in 1974 after the Watergate scandal). The French Connection had not really disappeared, however, mainly because certain organizations had remained in place and had never ceased their activities. The french chemist Jo Cesari (nicknamed „Mr. 98%“ by reference to the quality of the heroin he refined) revealed to investigators during his interrogation in 1972 that he had another new contract. He had been commissioned by a person, whose name he never revealed, to “set up a chain of laboratories in Columbia” in the cocaine trafficking industry which had just begun to open up at the time. The Marseille Mafia was passed between the hands of the rival gangs of Gaétan Zampa and Francis Vanverberghe, nicknamed “the Belgian.” These gangs were no longer Corsican but they continued to traffic drugs and employed the chemists 36

A still from the iconic movie ‚The French Connection‘ (1971)


who had not been imprisoned. On October 21, 1981, Pierre Michel, an investigating judge in a high-profile murder trial, paid with his life for his enquiry into the reappearance of a heroin manufacturing and trafficking network, whose headquarters were in Sicily and southern Italy and which made use of Zampa’s Neapolitan contacts. Heroin was refined in secret laboratories in Palermo, where French chemists, such as Dr. Antoine Bousquet, who was arrested in 1980, had moved. The Marseille traffickers were still involved in distribution to the south of France, where there were still a few branch laboratories, and where user-pushers were in charge of distribution. The publicity of the Franco-American police collaboration created the impression that only the French were masters of trafficking and were the key players in a conspiracy that organized heroin trafficking routes worldwide. The French Connection played a central and highly-visible role, in the sense that it was the tip of the iceberg of a vast multinational underground market, where the French were only one nationality, albeit a central one, among many, and that they simply realigned their operations as a result of international police suppression.

A still from ‚The Connection‘ (2014 action film)

The game continues. The sicilian names continue to appear in cases of major robberies in the south of France, cases of delivery of large consignments of cocaine in submarines with professional divers (2012), links with the names of persons of the French connection can be traced in the major arrests of air drug trafficking from South America to Paris, Saint-Tropez (Affaire Air Cocaïne 2013). People involved in these cases run nightclubs and bars on the Cote d‘Azur. Customs officers at San Tropez airport drive Ferrari and Maseratti. Gangster showdowns are shaking Marseille, northern quarters continue to be controlled by dealers, young people suffering from unemployment in the region do not allow businesses to be left without hands. Residents of Marseille protest with calls to stop the drug business.

37


Héroïne Le pavot à opium était cultivé en basse Mésopotamie dès 3400 av. L‘analyse chimique de l‘opium au XIXe siècle a révélé que la majeure partie de son activité pouvait être attribuée aux alcaloïdes codéine et morphine. À la fin du XIXe siècle en Amérique et en Grande-Bretagne, l‘opium et la morphine étaient populaires à des fins médicales et récréatives. Les familles ouvrières d‘Angleterre utilisaient l‘opium pour tous les types de maladies. La toux, l‘insomnie ou les blessures seraient apaisées par ces médicaments. Certaines mères ont administré le médicament pour calmer les bébés difficiles les ont tués par inadvertance en leur en donnant trop. Lorsque la guerre civile éclata, la morphine était la drogue de choix pour soulager les terribles blessures des soldats. La morphine était la seule chose qui rendait le coup de feu, l‘amputation et la récupération tolérables. Mais des milliers de soldats sont devenus dépendants de la drogue et sont restés dépendants après la fin de la guerre. La dépendance à la morphine est devenue connue sous le nom de «maladie du soldat». La diamorphine a été synthétisée pour la première fois en 1874 par C. R. Alder Wright, un chimiste anglais qui avait expérimenté la combinaison de la morphine avec divers acides. Il a fait bouillir un alcaloïde de morphine anhydre avec de l‘anhydride acétique pendant plusieurs heures et a produit une forme plus puissante et acétylée de morphine qui est maintenant appelée diacétylmorphine ou diacétate de morphine.

38

Paracelsus von Hohenheim, un alchimiste suisseallemand du XVIe siècle, a expérimenté diverses préparations d‘opium et a recommandé l‘opium pour réduire la douleur.

En 1895, la société pharmaceutique allemande Bayer a commercialisé la diacétylmorphine comme médicament en vente libre sous le nom de marque Heroin. La morphine à l‘époque était une drogue récréative populaire, et Bayer souhaitait trouver un substitut similaire mais non addictif sur le marché. Cependant, contrairement à la publicité de Bayer en tant que «substitut de la morphine sans dépendance», l‘héroïne aurait bientôt l‘un des taux de dépendance les plus élevés parmi ses utilisateurs.


L‘héroïne a été fortement présentée comme étant non addictive. La bronchite, la tuberculose et d‘autres maladies provoquant la toux ont été traitées à l‘héroïne. En 1906, l‘American Medical Association a approuvé l‘héroïne pour un usage général et a recommandé qu‘elle soit utilisée à la place de la morphine. Cette liberté de parole a rapidement abouti à une population de 200 000 héroïnomanes à New York. En 1914, la loi Harrison sur les stupéfiants a été adoptée, qui tentait de mettre fin à l‘abus de cocaïne, d‘héroïne et de cannabis. En 1924, le commissaire adjoint de la police de New York a signalé que 94% de tous les crimes étaient commis par des héroïnomanes. Peu de temps après, la drogue a été interdite pour un usage médical et illicite. Ces réglementations et interdictions ont simplement déplacé la production d‘héroïne des usines en Europe vers des laboratoires clandestins en Chine. Les canaux de trafic vers l‘Europe et les États-Unis ont commencé à être contrôlés par le crime organisé en Europe, ce qui a abouti à la «French Connection»: l‘importation d‘héroïne non raffinée à Marseille, en France, où elle a subi son raffinement final avant d‘être expédiée vers les villes du nord-est des États-Unis et L‘Europe. En 2018, la superficie mondiale cultivée de pavot à opium, à la base de l‘héroïne, était 60 fois plus grande qu‘il y a dix ans, selon le dernier rapport de l‘agence des Nations Unies contre la drogue et le crime. De nos jours, l’héroïne est le plus étroitement associée à une seule source: environ 90% de l’héroïne mondiale provient de l’opium cultivé dans quelques provinces d’Afghanistan. Quelque 380 tonnes d‘héroïne sont produites à partir de pavots afghans et exportées dans le monde entier. Cela n‘a pas toujours été le cas: si l‘opium est utilisé dans les régions du nord de l‘Afghanistan depuis le XVIIIe siècle, ce n‘est que dans les années 80 que le pays a commencé à émerger comme une source essentielle d‘approvisionnement mondial. Le Myanmar, premier producteur mondial d’opium dans les années 70 et 80, a connu une réduction de sa culture après 1996. Aujourd’hui, l’Afghanistan a le quasi-monopole de la production illicite de cette drogue1, en produisant 6 900 tonnes en 2009, soit 95% de l’offre mondiale.

Destruction de drogues, Afghanistan

Ces dernières années, la soi-disant «blanche» a presque disparu du marché marseillais. Cependant, en 2019, la police a été surprise de trouver 3 kilogrammes d‘héroïne lors de la saisie d‘une importante cargaison de haschich.

39


La French Connection De l‘après-guerre au milieu des années 1970, la French Connection, dirigée par la mafia corse à Marseille, a été le principal réseau mondial de fabrication et de trafic d‘héroïne. La morphine base, extraite de l’opium, était raffinée et transformée en héroïne dans des laboratoires cachés dans l’arrière-pays provençal. Les chimistes français ont inventé des moyens très simples et faciles d‘extraire les composés alcaloïdes des stupéfiants les plus connus et les plus répandus, à tel point qu‘il existe une fabrication clandestine extensive du médicament faisant de la France un exportateur majeur dans le monde. La drogue a ensuite été intelligemment cachée dans des valises à faux fond, des cales de cargaison de navires ou à l’intérieur des panneaux de grosses voitures américaines et expédiée sur l’immense marché illégal des États-Unis. L‘histoire du crime organisé en France remonte à la Révolution française (1789 à 1799). C‘est cependant au tournant du 20e siècle que les truands locaux sont devenus très organisés et ont créé des familles criminelles. En raison du contrôle politique décentralisé en Corse au cours des années 1900, de nombreuses organisations criminelles ont prospéré. Les membres de ces gangs ont déménagé de l‘île de Corse vers les côtes sud de la France au début du XXe siècle. De 1920 à 1930, la prostitution était l‘activité criminelle la plus importante, contrôlée à Marseille par le parrain corse, Paul Carbone et le parrain italo-français François Spirito. Dans les années 1930, ils ont réalisé qu‘il y avait de l‘argent à gagner dans les rues d‘Amérique en vendant de l‘héroïne. L‘opération était dirigée par Paul Carbone, François Spirito et Antoine Guérini, et impliquait également Auguste Ricord, Paul Mondoloni et Salvatore Greco. La majeure partie du capital de départ de l‘opération provenait des actifs que Ricord avait volés pendant la Seconde Guerre mondiale alors qu‘il travaillait pour Henri Lafont, l‘un des chefs de la Carlingue (Gestapo française) pendant l‘occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale. En Asie occidentale, entre 8% et 9% de la production légale d‘opium n‘a jamais été vendue à l‘industrie pharmaceutique, mais a été redirigée par des trafiquants syriens ou libanais pour être convertie en morphine base. Là, en raison de la langue et des traditions françaises résultant de la forte 40

Des laboratoires d‘héroïne illégaux ont été découverts pour la première fois près de Marseille en 1937. Ces laboratoires étaient dirigés par le chef de gang corse Paul Carbone. Pendant des années, la pègre corse était impliquée dans la fabrication et le trafic d‘héroïne, principalement vers les États-Unis. C‘est ce réseau d‘héroïne qui est finalement devenu connu sous le nom de «French Connection»


influence française en Asie occidentale, ces hommes avaient développé des liens étroits et durables pendant plusieurs années avec les gangsters corses en France. Les trafiquants de drogue français ont exporté des stupéfiants vers les États-Unis en réponse à un appel des Siciliens de New York. La connexion à Marseille était pratique en tant qu‘artère car c‘était l‘un des ports les plus fréquentés de la Méditerranée, ce qui rendait les expéditions plus difficiles à détecter. La CIA aurait protégé le gang corse en échange de son action pour empêcher les communistes français de mettre le Vieux-Port de Marseille sous leur contrôle. Cela s‘est avéré être une grosse erreur pour les Américains.

Les groupes marseillais de la pègre étaient avant tout des partenaires commerciaux, voire des sous-traitants, de la Cosa Nostra.

Après avoir été raffinée en héroïne, la drogue est entrée sur le continent américain principalement via les réseaux français ou francophones au Canada (Montréal et Toronto) et au Mexique (Mexico) mais pas exclusivement, car l‘opération s‘était également ouverte aux groupes mafieux et corrompus. fonctionnaires d’Amérique centrale. En 1960, les Américains arrêtent Mauricio Rosal, ambassadeur du Guatemala au Benelux, qui, grâce à ses valises diplomatiques, assure le transport de la base de morphine entre Beyrouth et Marseille puis le transport de l‘héroïne de Marseille à New York. La French Connection a progressivement commencé à expédier de plus en plus de médicaments en Amérique au cours des années 50 et 60. On estime qu‘en 1960, jusqu‘à 5 000 livres d‘héroïne (2 300 kg) arrivaient chaque année dans les rues américaines. Au niveau local, la pègre faisait presque partie du mobilier marseillais. Il a bénéficié du soutien du gouvernement socialiste local, les barons de la drogue se sentent intouchables à cause de leurs gros comptes bancaires, de leurs contacts et du respect qui les entoure. Ils peuvent recourir à l‘intimidation ou parce que les gens ne croient pas qu‘ils font quoi que ce s‘ils les informent, ce seront eux qui porteront la canette pour être des informateurs. La hiérarchie était bâtie sur l‘autorité et le prestige, le principe de la poursuite des vendettas et surtout de s‘organiser autour de familles concurrentes. On accuse une interpénétration entre le réseau de trafic de drogue et certaines structures des services secrets au sein de l‘État français. C‘est là que les petites cellules mafieuses diverses opèrent et où les transactions sont facilitées par des liens linguistiques ou un héritage culturel, voire colonial, partagé.

La Citroën Traction Avant était le véhicule préféré des gangs français

Il y avait encore, néanmoins, l‘extraordinaire sens de la passivité du gouvernement français. Dès le début des années 1970, l‘opinion officielle était que les organisations criminelles corses pouvaient prospérer pendant plus de vingt ans alors que la police ne faisait aucun effort pour les faire tomber. Le 27 juin 1970, un ancien juge américain, Samuel Leibowicz, déclarait avec colère dans la presse que «La police française ferme les yeux. Pourquoi la mafia a-t-elle choisi Marseille comme centre d‘activités depuis trente-cinq ans? C‘est parce que la police marseillaise ne lèvera pas le petit doigt pour les arrêter.” 41


Les enquêtes en matière de drogue dans les années 60 ont souvent souffert des difficultés inhérentes au système administratif centralisé français et de l‘animosité entre Paris et les provinces qu‘elle a engendrée. La police marseillaise ne pouvait pas supporter Paris en s‘attribuant régulièrement le mérite des opérations réussies qu‘elle avait montées: «A plusieurs reprises, alors que la police marseillaise avait passé plusieurs heures à préparer une opération et était sur le point de procéder à une arrestation ou à une saisie, j‘ai personnellement vu le bureau de Paris envoyer quelques hommes à Marseille pour reprendre l‘opération et prendre tout le mérite pour cela.» En représailles, ils ont refusé de transmettre des informations au Bureau de Paris, ce qui l‘empêchait de s‘acquitter correctement de ses fonctions: «C‘est un fait reconnu que Hug, qui était à la tête de l‘équipe marseillaise, n‘a pas tenu Paris informé des enquêtes en cours. Le bureau central a alors été particulièrement embarrassé lorsque des saisies et des arrestations ont été effectuées à Marseille sans qu‘ils aient eu connaissance de ce qui se passait.» Le bureau de Paris a donc été contraint de demander aux Américains ce qui se passait à Marseille: «Nous sommes conscients que ce n‘est pas notre travail de tenir le bureau de Paris informé des opérations à Marseille, mais ils nous ont mis cette charge. Ils nous ont informés que toute communication avec Marseille devait être envoyée à Paris. Ceci, bien sûr, nous met dans une position très difficile et embarrassante.» Dans les années 1960, plus de quatre millions d‘Américains étaient toxicomanes. Le président Nixon a déclaré, dans un discours célèbre en juin 1971, que la toxicomanie était l’ennemi public numéro un des États-Unis. Il avait également adressé une lettre au président Pompidou en août 1969 pour le presser de prendre des mesures énergiques contre le trafic de drogue. En France, la toxicomanie est devenue un problème de santé publique après la frénésie de la presse en 1969 suite au décès par overdose d‘une jeune fille à Bandol et à l‘adoption de la loi sur la prévention des drogues en 1970. Thierry Colombié, expert du crime organisé en France: «La loi de 1970 a été un coup de fusil contre la production d‘héroïne à Marseille. L‘Etat français n‘a pas eu le choix: un rapport américain a souligné qu‘il y avait 40 équipes de trafiquants opérant, principalement marseillais. Nixon a baissé le poing, et c‘était un avertissement qui a porté ses fruits. «Le problème était désormais réglé au niveau présidentiel. Après cinq années ultérieures de concessions, combinées à une coopération internationale, le gouvernement turc a finalement accepté en 1971 une interdiction complète de la culture de l‘opium turc, à compter du 29 juin 1971. Au cours de ces longues négociations, les forces de l‘ordre sont entrées en action. L‘une des rafles majeures a commencé le 4 janvier 1972, lorsque des agents du Bureau américain des stupéfiants et 42

Président Richard Nixon: «Message spécial au Congrès sur la prévention et le contrôle de l‘abus des drogues», 17 juin 1971

Le 24 juin 1970, des manifestants ont défilé devant le consulat de France à New York brandissant des pancartes disant: «France Fabrique de l‘héroïne», «L‘héroïne tue», «Les drogues viennent de France».


des drogues dangereuses (BNDD) et des autorités françaises ont saisi 50 kg d‘héroïne à l‘aéroport de Paris. Par la suite, les trafiquants Jean-Baptiste Croce et Joseph Mari ont été arrêtés à Marseille. Une de ces saisies françaises de la French Connection en 1973 a rapporté 210 livres (95 kg) d‘héroïne d‘une valeur de 38 millions de dollars. En février 1972, des trafiquants français ont offert à un sergent de l‘armée américaine 96 000 dollars (soit 590 000 dollars en 2020) pour faire passer en contrebande 240 livres (109 kg) d‘héroïne aux États-Unis. Il a informé son supérieur qui a à son tour informé le BNDD. À la suite de cette enquête, cinq hommes à New York et deux à Paris ont été arrêtés avec 264 livres (120 kg) d‘héroïne, qui avait une valeur marchande de 50 millions de dollars. Sur une période de 14 mois, à partir de février 1972, six grands laboratoires d‘héroïne illicite ont été saisis et démantelés dans la banlieue de Marseille par la police nationale française des stupéfiants en collaboration avec des agents de la drogue américains. Les arrestations de drogue en France sont passées de 57 en 1970 à 3 016 en 1972. L‘équipage de Vincent Papa, dont les membres comprenaient Anthony Loria Sr. et Virgil Alessi, a également été démantelé dans le cadre de cette enquête. Le gang bien organisé était responsable de la distribution pour près d‘un million de dollars d‘héroïne sur la côte Est des États-Unis au début des années 1970, ce qui a conduit à un important stratagème de corruption du New York Police Department (NYPD).

Le 29 février 1972, les autorités françaises ont saisi le crevettier Caprice des Temps au moment de prendre la mer près de Marseille en direction de Miami. Il transportait 415 kg d‘héroïne.

La portée et la profondeur de ce régime ne sont toujours pas connues, mais les responsables soupçonnent qu‘il impliquait des agents corrompus du NYPD qui ont permis à Papa, Alessi et Loria d‘accéder à la salle de stockage des biens / preuves du NYPD, où des centaines de kilogrammes d‘héroïne gisaient saisis maintenant- tristement célèbre buste de French Connection, et à partir duquel les hommes s‘aideraient eux-mêmes et remplaceraient l‘héroïne manquante par de la farine et de la fécule de maïs pour éviter d‘être détectés. À ce stade, une valeur marchande estimée à environ 70 millions de dollars d‘héroïne avait déjà été prise. La raquette a été mise au jour et des arrestations ont été effectuées. Certains comploteurs ont été condamnés à des peines de prison, dont Papa, qui a ensuite été assassiné dans la prison fédérale d‘Atlanta, en Géorgie. Les bons résultats obtenus à Marseille en matière de démantèlement des laboratoires et des arrestations qui ont été effectuées ont suffi à alléger la pression sur cette partie du monde, mais ils n‘ont pas anéanti la mafia corse. La bataille fut également de courte durée, l‘attention politique s‘étant rapidement estompée. Après les élections présidentielles françaises de 1974, le centre d‘intérêt de l‘exécutif s‘est éloigné du problème de la drogue. Quant au BNDD, il s‘est également désintéressé de Marseille car son implication en France n‘était qu‘une action parmi tant d‘autres dans la guerre mondiale contre la drogue initiée par Richard Nixon (lui-même tombé du pouvoir en 1974 après le scandale du Watergate).

Une image tirée du célèbre film hollywoodien «The French Connection» (1971)

43


La French Connection n‘a cependant pas vraiment disparu, principalement parce que certaines organisations sont restées en place et n‘ont jamais cessé leurs activités. Le chimiste français Jo Cesari (surnommé «M. 98%» en référence à la qualité de l‘héroïne qu‘il raffine) a révélé aux enquêteurs lors de son interrogatoire en 1972 qu‘il avait un autre nouveau contrat. Il avait été chargé par une personne, dont il n‘a jamais révélé le nom, de «créer une chaîne de laboratoires en Colombie» dans l‘industrie du trafic de cocaïne qui venait de commencer à s‘ouvrir à l‘époque. La mafia marseillaise est passée entre les mains des gangs rivaux de Gaétan Zampa et Francis Vanverberghe, surnommé «le Belge». Ces gangs n‘étaient plus corses mais ils continuaient à trafiquer de la drogue et employaient les chimistes qui n‘avaient pas été emprisonnés. Le 21 octobre 1981, Pierre Michel, juge d‘instruction dans un procès pour meurtre très médiatisé, paya de sa vie son enquête sur la réapparition d‘un réseau de fabrication et de trafic d‘héroïne, dont le siège se trouvait en Sicile et dans le sud de l‘Italie et qui utilisait des contacts napolitains de Zampa. L‘héroïne était raffinée dans des laboratoires secrets de Palerme, où des chimistes français, comme le Dr Antoine Bousquet, arrêté en 1980, avaient déménagé. Les trafiquants marseillais étaient toujours impliqués dans la distribution dans le sud de la France, où il y avait encore quelques succursales de laboratoires, et où les utilisateurs-pousseurs étaient en charge de la distribution. La publicité de la collaboration policière franco-américaine a donné l‘impression que seuls les Français étaient maîtres du trafic et étaient les principaux acteurs d‘un complot qui organisait des itinéraires de trafic d‘héroïne dans le monde. La French Connection a joué un rôle central et très visible, en ce sens qu‘elle était la pointe de l‘iceberg d‘un vaste marché souterrain multinational, où les Français n‘étaient qu‘une nationalité, bien que centrale, parmi tant d‘autres, et qu‘ils ont réaligné leurs opérations à la suite de la répression policière internationale. Le jeu continue. Les noms siciliens continuent d‘apparaître dans les cas de braquages ​​majeurs dans le sud de la France, les cas de livraison de gros lots de cocaïne en sous-marins avec des plongeurs professionnels (2012), des liens avec les noms de personnes de la connexion française peuvent être tracés dans les arrestations de trafic aérien de drogue depuis l‘Amérique du Sud vers Paris, Saint-Tropez (Affaire Air Cocaïne 2013). Les personnes impliquées dans ces affaires dirigent des boîtes de nuit et des bars sur la Côte d’Azur. Les douaniers de l‘aéroport de San Tropez conduisent Ferrari et Maseratti. Les affrontements de gangsters secouent Marseille, les quartiers nord continuent d‘être contrôlés par les concessionnaires, les jeunes souffrant du chômage dans la région ne permettent pas aux entreprises de se retrouver sans mains. Les habitants de Marseille protestent avec des appels à l‘arrêt du commerce de la drogue. 44

Une photo de ,La French‘ (Film d‘action 2014)


45


Sources

Wikipedia, the free encyclopedia ShadoWiki DigiNole Research Repository United Nations Office on Drugs and Crime (UNODC) Narconon International European Monitoring Centre for Drugs and Drug Addiction (EMCDDA) Foundation for a Drug-Free World United States Drug Enforcement Administration US Office of National Drug Control Policy France 3 Provence-Alpes-Côte d‘Azur interieur.gouv.fr - Ministère de l‘Intérieur leparisien.fr 20minutes.fr cnn.com bbc.com reuters.com thefirstnews.com foxnews.com worldatlas.com euroweeklynews.com robruitt.com menafn.com banastat.com Alamy Images Getty Images The Valachi Papers, film by Terence Young The Connection (La French), film by Cédric Jimenez The French Connection, film by William Friedkin Borsalino, film by Jacques Deray DailyMotion: Les Parrains De La Cote - Francis Le Belge YouTube: The French Connection: Inside The New Mafias (Crime Documentary) | Real Stories YouTube: Marseille gangs out of control? - THE DEBATE Kevin EG Perry - Tracing France‘s History in the Heroin Trade Edward Jay Epstein - Agency of Fear, Part III The Nixon Crusades Jean-Michel Caradech - „Tany“ Zampa: la chute du parrain de Marseille Kendall Sarita - South American Cocaine Production Jesús A. Cañas - Narco boats: the legal weapon of the Spanish drug trade John Vinocur - Heroin Trade: Third World Cuts Out Marseilles Heinz Duthel - Illegal Drug Trade: The War on Drugs Marc Fievet - France (Aero-narcotrafic): grand guignol à Punta Cana en passant par La Môle Justin Rivest - The State and the Charitable Distribution of Drugs in Old Regime France Alexandre Marchant - The French Connection: Between Myth and Reality Morice: Coke en stock (LXI) : la mort de Marco-la-torpille H I Sutton - Covert Shores Guide - Narco submarines Alex Ledsom - Behind the Crime That Gave Marseille Its Drug Trafficking Reputation Association pour l’Histoire de l’Administration des Douanes: Zoom de la médiathèque: la saisie du « Caprice des temps » (1972) Christopher Nieves - The History of America‘s War on Drugs Paul Gootenberg - The „Pre-Colombian“ Era of Drug Trafficking in the Americas: Cocaine, 1945-1965 A&E Television Networks - History of Drug Trafficking FRONTLINE - Drug Wars Don Simkovich - Pineapples as the Chosen Fruit of Cocaine Smugglers 46


Katya Quel Elizarova www.quel.party

47


48

Profile for kati ku

Where do drugs come from?  

Research

Where do drugs come from?  

Research

Profile for katiku
Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded