Page 1

La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

SOMMAIRE

INTRODUCTION..................................................................................................2 CHAPITRE I. LE CONTEXTE............................................................................ 7 1.1. LE LIEU .......................................................................................................8 1.2. CONTEXTE HISTORIQUE .................................................................. 11 1.3. L’ARCHITECTURE DU XXe SIÈCLE EN COLOMBIE...................12 CHAPITRE II. FERNANDO MARTÍNEZ SANABRIA ET L’ARCHITECTURE DU LIEU...........................................................................25 2.1. LE PREMIER RACIONALISME .......................................................... 25 2.2. L'ORGANICISME.................................................................................... 26 CHAPITRE III. LA CAJA AGRARIA DE BARRANQUILLA.....................40 3.2. ANALYSE DU BÂTIMENT....................................................................42 3.3. SYNTHÈSE DE L'ANALYSE ................................................................ 60 CONCLUSION.....................................................................................................63 BIBLIOGRAPHIE................................................................................................67 ANNEXES ............................................................................................................ 68

1


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

INTRODUCTION Dans le cadre d’une politique nationale de la part du Ministère National de Culture, ayant comme objectif la récupération des centres historiques dans les villes colombiennes, un certain nombre de projets urbains ont été conçus et développés. Barranquilla, entant que ville principale de la région caraïbe, à travers son bureau de planifcation et de l’entreprise pour le développement urbain (EDUBAR, par ses sigles en espagnol), a également proposé quelques projets d’intérêt national ayant pour ambition la récupération et la réhabilitation de son centre historique, notamment à ce qui concerne la récupération et réhabilitation de l’espace public, très chaotique dans l’actualité, et aussi du patrimoine architectural, en état d’abandon et dégradation. Un des projets urbains qui a suscité le plus de débat est celui de l’extension du Paseo Bolívar. Il s’agit du prolongement de cette espace urbain jusqu’à la carrera 46, dans l’intérêt de mettre en relation dans un seul espace El Paseo Bolivar avec, le musée de la Caraïbe, le bâtiment de l’Intendance Fluvial et la Place de la Concorde ( principale accès à l’ile La Loma).

2


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

1. Bâtiment de la Caja Agraria 2. Intendance Fluviale 3. Île La Loma 4. Musée de la Caraïbe Image 1. EDUBAR. Propuesta para prolongar el Paseo Bolívar hasta la isla la loma. [Image en ligne] <http://www.edubar.com.co/web/images/noticias/agosto/prolongacion_paseo_bolivar> (consulté le 12/10/2012)

Mais ce n’est pas tout à fait le projet en soi qui a encouragé le débat, mais les inconvénients qui ont eu lieu lors de la construction du projet, notamment à ce qui concerne l’inadéquation du projet face à l’édifce de la Caja Agraria. Il s’agit d’un bâtiment de bureaux, conçu par Fernando Martinez Sanabria, dans le cadre d’un concours pour la conception du siège de la Banque de Crédit Agraire de Colombie, élevé à la catégorie de Monument Nationale en 1994 par le Ministère Nationale de la Culture à travers le décret 1802 du 19 Octobre de 1995. Le projet urbain adopté, communiqué et validé par la communauté se trouve donc, dans une situation contradictoire et bloqué par la protection donné au bâtiment. La situation actuelle est d’une part un projet urbain inachevé et de l’autre un bâtiment complètement abandonné en train de se détériorer. Une des questions qui se pose est donc, comment mettre en oeuvre ce projet urbain tout en sauvegardant le bâtiment de la Caja Agraria de Fernando Martínez Sanabria? 3


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

Dans ce mémoire, nous voulons analyser l’édifce de la Caja Agraria afn de comprendre ses qualités architecturales et de révéler son importance dans l’architecture colombienne du XXe siècle entant que Patrimoine National. Le propos principal de cette recherche est de construire les arguments susceptibles de contribuer à changer la perception que la plus part de citoyens portent sur le bâtiment en développant un nouveau point de vue qui porte sur l’histoire et la valeur culturel de l’édifce. C’est à dire, sa place dans la culture et dans l'histoire architectural de la ville et du pays. Il est vrai qu'au premier regard, l’aspect et l’expression franque en béton associé au brutalisme, ne suscite pas trop d’intérêt pour le citoyen moyen à cause d’une absence de reconnaissance architecturale. D’où son impopularité dans une société habitué à la fascination éphémère de la nouveauté. Ce sujet s’inscrit dans le problématique du patrimoine moderne et contemporain. Cet étude est pertinent car il va me permettre d’élargir mes connaissances à propos de l’architecture colombienne du XXe siècle, de constituer un cadre de références dans l’intérêt de comprendre l’évolution de l’expression architectural en Colombie à travers de l’histoire et jusqu’à nos jours. Il est aussi impératif, à mon sens car lorsqu’on ignore la valeur culturel et historique de son patrimoine immatériel et bâti, on risque facilement de les remplacer et de perdre et nier, en conséquence, toute notion d’identité en tant que société. Cette situation suscite un certain nombre de questions autour de la notion du patrimoine, du développement urbain, sur l’espace public, entre autres. Dans un premier temps, on pourrait questionner le bâtiment en soi, ses qualités, sa pertinence, son rôle culturel et historique dans la reconstitution de la mémoire de la ville. Est-ce que les conditions spatiales, culturels et historiques qui ont permis à ce bâtiment d’être élevé à la catégorie de Monument National sont toujours 4


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

valables ou au contrario elle ne sont plus valides? Est-ce que les mécanismes de protection du patrimoine national bâti d’intérêt cultural et/ou historique ne seraient-ils en risque si l’on décide de démolir ce bâtiment patrimonial? Quels effets sur d’autres bâtiments ou objets patrimoniaux peuvent émerger issus de la démolition de ce bâtiment ou de l’annulation de sa nomination entant que Patrimoine National? Ensuite, on peut questionner de la même manière, le projet urbain qui cherche sa démolition. Est-ce que ce projet urbain a vraiment des fortes qualités qui le confrment comme un projet stratégique pour la récupération du centre historique? Pour quoi le concepteurs n’ont pas tenu compte de la nature légale du bâtiment lors de la conception du projet? Comment est-que la partie du projet urbain déjà construite est vécue ou investie par les citoyens actuellement? Est-qu’il existe un autre moyen afn de lier les deux avenues principales comme c’était l’objectif principal du projet urbain sans démolir l’édifce de la Caja Agraria? Existe-t-il un moyen afn de faire cohabiter ceux deux projet, soit en les harmonisant soit en créant et encourageant le confit? Et fnalement, on peut se poser la question sur l’avenir du bâtiment. Quel programme peut être proposé afn de garantir sa pérennité tout en essayant de répondre en même temps aux problématiques présentes concernant la réhabilitation du centre historique. À partir de ces questionnements on va essayer d’affrmer la valeur de ce bâtiment patrimonial comme un élément indispensable dans la reconstitution de la mémoire de ce lieu. À ces propos, on commencera par mettre le bâtiment dans son contexte géographique, historique et culturel. De la même, manière on va essayer de décrire l’expression architectural de l’époque et son évolution afn de comprendre la relation existante et en quoi ce bâtiment et innovateur et intéressant. On analysera également l’oeuvre de l’architecte dans l’intérêt de 5


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

trouver la conjonction et le lien qui nous amènera a sa pensée et conception personnel de l’architecture afn de découvrir sa place dans l’histoire de l’architecture colombienne. Une deuxième partie portera sur l’analyse spatiale et urbain du bâtiment, à travers l’étude des plans et des coupes dans l’intérêt de révéler ses qualités entant qu’objet architecturale. On analysera également la manière dont il a été conçu afn de découvrir ses aspect novateurs qui l’ont fait mériter le premier prix du concours. Une fois on aura identifé ses qualités on exposera ses potentialités avec l'intention d'ouvrir les voies vers un projet de réhabilitation du bâtiment qui accueille le même programme, ou un autre, tout en gardant l’objectif général concernant la réhabilitation du centre historique de Barranquilla.

6


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

CHAPITRE I. LE CONTEXTE Il est nécessaire de contextualiser le bâtiment de la Caja Agraria de Barranquilla car, étant donné les conditionnes culturelles du pays à l'époque, il a fait preuve d'une évolution et d'une maturité de la pensée des architectes colombiens modernes face à une assimilation du style international qui se voyait générique et applicable dans tous les contextes. Une première partie de ce chapitre porte sur le contexte géographique. Nous verrons plus tard que cela fait partie des préoccupation majeures de l'architecte car, c'est justement autour de la notion de lieu, qu'il va développer son architecture en se positionnant plus tard, contre le courant rationaliste du modernisme adopté par la majorité d'architectes de son époque. Dans un deuxième temps, nous allons évoquer légèrement l'histoire de Barranquilla afn de comprendre l'infuence des évènements historiques sur le développement urbain. Et fnalement, nous allons aborder l'histoire de l'architecture du XXe siècle en Colombie, car il me semble nécessaire afn de comprendre en quoi l'édifce de la Caja Agraria de Barranquilla est particulier et important dans l'histoire de l'architecture moderne de la Colombie. Pour ce faire, on va s'appuyer sur un certain nombre d'ouvrages qui analysent l'évolution de l'architecture colombienne, de même que sur d'autres ouvrages, qui portent sur la production architecturale de Fernando Martínez Sanabria jusqu'à arriver au projet de la Caja Agraria de Barranquilla. 7


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

1.1. LE LIEU

Image 2. Plan de situation de Barranquilla en Colombie. Source: OpenStreetMap.

L’édifce de la Caja Agraria est situé dans le centre historique de Barranquilla. Cette ville se situe au nord de la Colombie sur la marge gauche du feuve Magdalena à 7,5 km de son embouchure sur la mer des Caraïbes. Elle est la capitale du département d’Atlántico, et avec une population de près de 1.186.640 1 d’habitants, selon le recensement de 2005, c’est la ville la plus importante de la 1 Dane. Censo general 2005, perfil Barranquilla Atlantico - Barranquilla. <http://www.dane.gov.co/files/censo2005/perfiles/atlantico/barranquilla.pdf> [En ligne] (consulté le 11/09/2012)

8


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

cote nord ainsi que le centre industriel, portuaire, commercial et universitaire les plus important de la région. Barranquilla présente un climat tropical, correspondant à une végétation sèche présente dans des zones à hautes températures. Le paysage se caractérise par la présence d’un haut niveau de salinité dû à sa proximité avec la mer, par l’intensité du soleil; l’humidité omniprésente; la chaleur, mitigée par les vents alizés en décembre, janvier, juin et aout; les saisons de pluie entre février et avril et entre aout et octobre; et de saisons sèches le reste de l’année.

Image 3. Carte de Barranquilla, Colombie. Source: OpenStreetMap

Le bâtiment de la Caja Agraria, objet de notre étude est localisé dans un endroit spécifque et dans des conditions urbaines particulières. Il s’agit du “Paseo

9


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

Bolívar”, un boulevard situé au coeur du centre historique de Barranquilla. C’est le lieu de fondation de la ville. Il a la forme d’un vide urbain situé en direction sud-nord, entre les Calles 32 et 33, allant de la carrera 38 jusqu’à la carrera 44, parallèle à la direction du feuve Magdalena. Il commence avec une largeur de 22m et fni au nord avec 63m. Situé au nord du “Paseo Bolívar”, Ce bâtiment participe à la composition de l’espace public car il sert entant que fond d’écran à la statue de Simon Bolívar et entant que fermeture au nord de cet espace public. 2

Paseo Bolívar et Place de la Concorde Image 4. Plan de situation du Paseo Bolívar. Source : Bing maps 2 Calles c’est le nom donné aux rues traversant le territoire du sud au nord. Carreras c’est le nom donné aux rues qui traversent la ville en direction est-ouest

10


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

1.2. CONTEXTE HISTORIQUE Dans ce paragraphe nous voulons rappeler quelques éléments essentiels du contexte historique et urbaine de Barranquilla. Pour savoir plus sur l’histoire de cette ville, le lecteur est invité à consulter l’oeuvre écrite en espagnol par ARRIETA BARBOSA, Armando y HERNÁNDEZ ARÉVALO, Ruth (2006). Los inicios de Barranquilla. Poblamiento en el Bajo Magdalena. Siglos XVI al XVIII. Ediciones Uninorte.

A différence d’autres villes en Colombie, Barranquilla n’a pas été fondé pendant la période de la colonisation mais son évolution répond plus précisément à un développement spontané issu de l’agglomération des ranchs dans le croisement des chemins autour de l’église de Saint Nicolas de Tolentino à partir de 1629. Cette agglomération va se étaler au milieu du XVIIIe siècle, en direction nord, vers le port de la Douane et l'Edifce de l’Intendance fuviale. Après avoir été considéré pendant la colonisation comme un territoire sans intérêt dépendant commercialement de Cartagena et Santa Marta, sa proximité avec le feuve et la construction de chemin de fer jusqu’à Puerto Colombia va faire de Barranquilla un port important au début du XXe siècle. Elle est devenue, ne pas seulement un port d’entré de marchandises mais aussi de tendances culturels. Pendant les premiers décennies le modernisme se instauré à Barranquilla, puisqu’elle était la principale porte d’entrée de matériaux, technologies et tendances provenant de l’étranger. Il faut rajouter aussi à ce phénomène, une croissante immigration de gens provenants d’Amérique du Nord, d’Europe et du Moyen Orient, qui ont amené leurs entreprises et industries et qui avec l’industrie nationale ont formé le centre urbain, 11


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

commercial, industriel et fnancière le plus important de la zone caraïbe colombienne. Cette diversité culturel et social va se traduire n'est pas seulement au niveau économique mais aussi dans l'expression architectural des nouveaux édifces, dans le développement de la ville, mais surtout dans la conception des maisons d'une partie de la société fasciné par les idées modernistes provenants d'Europe, tel que nous le verrons à continuation.

1.3. L’ARCHITECTURE DU XXe SIÈCLE EN COLOMBIE Dans le moment où le concours pour la conception et construction du bâtiment de LA CAJA AGRARIA a été lancé en 1955, il y avait en Colombie une notion très claire au sujet du Mouvement Moderne. Il s’inscrit dans une période qui correspond à un moment fort de développement urbain et économique sans précédents. Il s’agit d’un ensemble de production architecturale nationale de haut niveau, conçu par des architectes locaux, ayant eu une formation au centre du pays ou aux États-Unis. Ils appartient aux premières générations d’architectes diplômés dans les écoles colombiennes, ayant adopté les principes de l’architecture moderne avec tous les concepts associés au rationalisme. En Amérique Latine en générale, en plein processus d’urbanisation, l’expression puriste du style internationale avait trouvé une place dans la construction et modernisation des villes. En Colombie, d’autres facteurs historiques et économiques internes se sont rajoutés à l’irruption du style internationale, qui continuerait à s’appeler modernisme dans ce milieu. Autrement dit, l’expression du mouvement moderne en Colombie n’est pas la 12


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

conséquence des évolutions des expressions stylistiques des périodes antérieures. “L’architecture moderne ne s’est fabriqué dans le pays.” 3 mais plus précisément elle a été assimilé dans le moment où les conditions économiques, sociales et politiques du pays favorisaient une forte croissance urbaine. “La tendance croissante démographique et physique, déjà présente dès années 30 se multiplie dans les quatre villes principales de la Colombie: Bogotá, Medellín, Cali et Barranquilla au milieu du XX siècle.” 4 Ces villes ont bénéfcié du progrès associé à la construction des aqueducs, l’électricité, le télégraphe, les tramway et les routes. Ainsi, les transformations quantitatives mais aussi qualitatives, ont changé l’image des villes pendant cette période. En d’autres termes, ces villes colombiennes se sont fait pratiquement sous les préceptes architecturaux et urbanistiques du mouvement moderne et ses techniques. Néanmoins, avant que soient intégrés tous les processus de modernisation étendus en Europe et développés d’autres approches plus critiques par rapport à l’architecture en opposition au rationalisme déjà instauré dans le pays dès la moitié du XXe siècle, il est nécessaire que la rupture avec les structures provenantes de la période de la colonisation soit faite dans l’architecture colombienne. Une rupture qui se voit déjà décliner à l’époque républicaine, entre la fn du XIXe siècle et le premier quart du XXe siècle. Ainsi, on assiste à une multiplication de styles et au développement d’une architecture éclectique. Ce ne devient pas un courant culturel, dérivé de la prolifération des architectes étrangers et nationales ayant suivi leurs études à l’étranger. “L'origine ou le bagage culturel étranger explique la prédominance d’un langage architectural éclectique qui sera constante, ne pas seulement pendant la période pré-moderne mais aussi ultérieurement."5 De ce fait, on trouve dans les principales villes, tout un catalogue de styles architecturaux, dès l’art-nouveau et l'art-déco, en passant 3 BERTY Anne. Architectures Colombiennes, Éditions du Moniteur, Paris, 1981, p. 37 4 ARANGO Silvia. Historia de la Arquitectura en Colombia. Centro Editorial y Facultad de Artes Universidad Nacional de Colombia. 1989; p 209 5 BERTY Anne, Architectures …, p. 41

13


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

par le néo-gothique, le néo-classique, jusqu’aux styles morisque, victorien et tudor. “L’esprit d’historicisme qui inspira ces réalisations, se maintint tout au long des années 1930 à 1945.”6 Un des exemples le plus parlant de l’expression de cet historicisme se trouve dans les quartiers construits dans la banlieue proche qui ont structuré les premières expansions des principales villes colombiennes et c’est sans doute, leur analyse, la meilleure façon de comprendre l’éclectisme stylistique qui a caractérisé l’architecture de cette période. Les limites stables des villes coloniales vont être débordés de manière intempestive par la construction de logements individuels dans la périphérie, qui cherchait, “ne pas seulement à échapper à l’image du passé, mais également à changer les modes de vie traditionnels à travers l’adoption de l’idée de la Cité Jardin, de nouvelles typologies et des nouveaux langages architecturaux.”7 Le quartier El Prado à Barranquilla, conçu comme une unité urbaine avec tous les conforts d’une société moderne pour les plus aisés de la société à l’image des banlieues américaines et des cités jardins, va se développer tout en expriment une hétérogénéité stylistique assez remarquable; le quartier anglais de Teusaquillo à Bogotá, d’expression victorien puis, La Merced, Santa Teresita, El Nogal ou El Retiro au nord; El Poblado o Laureles à Medellín; les quartiers Centenario, Versalles ou San Fernando à Cali ou le quartier Manga à Cartagena sont des exemples de ce type d’expansion.

6 IDEM 7 NIÑO MURCIA Carlos, Arquitectura y Estado:contexto y significado de las construcciones del Ministerio de Obras públicas. Colombia 1905-1960, Bogotá, Universidad Nacional de Colombia, 1991, p.104 ; nouvelle éd. 2003 p.108

14


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

Image 5. Casas en El Prado. fotografías tomas de: Ignacio Consuegra Bolívar. Barranquilla: Umbral de la arquitectura en Colombia. Editorial Grijalbo. Bogotá, 2001.

Ces nouvelles maisons se caractérisent par le refus de la typologie coloniale caractérisé par le vestibule, le patio central, etc., et en revanche elles adoptent une typologie moderne, de maison compacte orientée vers un jardin situé à l’arrière, avec un jardin devant, un espace pour la voiture et des isolements de deux cotés, en d’autres dispositifs associés à la modernité. De la même manière, l’espace public est traité en opposition à l’orthogonalité des villes coloniales. Autrement dit, les rues ne seront plus rectilignes mais courbes, ce qui va y rajouter l’aspect pittoresque et renforcer l’image de ville moderne. “Le paysage urbain s’est enrichi avec des éléments naturels dans les jardins, plus

15


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

l’arborisation des avenues et de trottoirs à l’image des urbanisations anglaises qui suivaient les principes de la Cité Jardin énoncés par Howard 8”. À l’intérieur ces maisons exprimaient un nouveau sens de confort. Les sols en parquet, les salles de bains équipées avec des douches ou baignoires, la réduction des hauteurs sous plafond par rapport au maisons coloniales, la brique apparente, le décor avec de la pierre en plus d’autres innovations en matériaux ont affrmé cette nouvelle typologie.

Image 6. CUÉLLAR, Gumercindo. Parque del Barrio residencial de Teusaquillo (Bogotá, Colombia) [En ligne] <http://www.banrepcultural.org/blaavirtual/imagen/gumercindo-cuellar/parque-del-barrio-residencial-deteusaquillo-bogota-colombia-foto-1> (consulté le 20/12/2012)

Un certain nombre des facteurs ont déterminé le fait que ce soient des maisons individuelles les exemples les plus remarquables, du point de vue de la qualité de la production architecturale de cette période. D’une part “la quantité d’argent investi, la qualité des matériaux, la qualité des architectes et le temps investi dans leur conception et construction.9” D’autres facteurs moins évidents ont également intervenu. Arango Silvia signale qu'il s’agit des maisons, ne pas seulement pour les plus riches mais aussi, en général, pour les plus cultivés, des 8 Idem 9 ARANGO Silvia. Historia de la Arquitectura… p 149

16


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

minorités intellectuelles avec un style de vie plus moderne, moins attachés aux usages et coutumes traditionnelles dont leur références culturels vont être visibles dans l’expressions stylistiques des certaines maisons. “À Cartagena et Barranquilla, par exemple elles seront plus ouvertes, avec terrasses et occasionnellement elles feront référence à l’architecture méditerranéen ou arabe. À Bogotá, les maisons seront plus séduites par les aspect esthétiques des hôtels particuliers de la bourgeoisie française et anglaise. 10” À cette génération d’architectes on pourrait le reprocher une assimilation assez mal défnie des principes de mouvements européens qui niait la réalité des nécessités urbaines et des conditions géographiques et culturelles de l’époque. Néanmoins, pendant cette période, la conscience sur la nécessitée de développer une architecture plus enraciné et l’idée d’une composition autre que classique, n'était pas envisageable. Des efforts, sans aucun autre impact par rapport à la situation de dépendance de sources européennes, vont être faits afn de normaliser et unifer la pratique de l’architecture avec la création en 1934 de la Société Colombienne des architectes puis en 1936 avec la création de la première faculté d’architecture au sein de L’Université Nationale dans lesquelles Carlos Martínez Jiménez y Gabriel Serrano Camargo vont participer. Les oeuvres de ces deux architectes seront “fondamentales pour l’adoption du langage moderne en Colombie.11” Carlos Martínez, diplômé en France sera le créateur de la revue PROA, le premier moyen de propagation massive des nouvelles idées de l’architecture, qui grâce à sa continuité et qualité deviendrait un des axes majeures de référence dans le pays.

10 Idem 11 NIÑO MURCIA Carlos, Arquitectura y Estado:contexto y ... p.109

17


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

Image 7. CUÉLLAR, Gumercindo. Ciudad University. Facultad de Arquitectura (Bogotá, Colombia) [En ligne] <http://www.banrepcultural.org/blaavirtual/imagen/gumercindo-cuellar/ciudad-universitaria-facultad-dearquitectura-bogota-colombia-foto-1> (consulté le 20/12/2012)

Cette ambiance éclectique qui prédomine la production colombienne architecturale de l’époque, suivant l’adoption de nouvelles techniques modernes, employées également dans la construction de bâtiments tant publics que privés, construits en béton, aménagés avec un nouveau mobilier et équipés avec des technologies modernes, correspond aux conditions préliminaires à l’arrivée du Modernisme Rationaliste ultérieur. C’est cette même génération d’architectes étrangers ou ayant suivi une formation à l’étranger qui vont construire les premières expression de l’architecture moderne.

LE COURANT RATIONALISTE L’adaptation du Mouvement Moderne aux circonstances nationales a passé par deux phases selon ARANGO Silvia. “La première phase initié dans les années 40 et puis consolidée pendant les deux décennies suivants, était caractérisée principalement par une appropriation technique de l’utilisation du 18


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

béton, fortement infuencé par le rationalisme français et particulièrement par Le Corbusier.12” Ainsi, “la Colombie adopte aussitôt, les traits les plus marquants de courants rationalistes européens,13” en les appliquant à la conception formelle et à la logique de construction des villes. De ce fait, il y a eu des conséquences pénibles pour les villes car cette modernité formelle était, d’une certaine manière, déphasé par rapport aux conditions socio-culturelles dans lesquelles les idées associés à l’urbanité, au fait d’être citoyen et aux manières d’habiter le territoire se développaient autrement. Bien que, des études urbains avaient déjà commencé pour certaines villes comme Bogotá, Cali, Medellín et Cartagena en 1946, un des événements qui va défnir une nouvelle période dans l’urbanisme en Colombie c’était l’arrivé à Bogotá en 1947 de Le Corbusier qui sous la commande de Fernando Mazuera, maire à cette époque là, va proposer un plan de développement urbain pour Bogotá. Dans ce projet, Le Corbusier propose le réaménagement du centre-ville accompagné des indications approximatives à propos de zones d’activités pour la périphérie urbaine. Une fois délivrés les plans élaborés dans son agence de la rue de sèvres à Paris avec la collaboration, entre autres architectes de Rogelio Salmona et Fernando Martínez, qui plus tard joueraient un rôle primordial dans l’évolution du Mouvement Moderne en Colombie, il a paru évident la nécessité de réaliser les études préalables (économiques, démographiques, statistiques, de services publics, de géographie urbaine, sociologique, etc.) normalement en amont à n’importe quel plan d’urbanisme. “Entre 1945 et 1960 la production architecturale s’est caractérisé par deux choses principalement: d’une part, le fait d’avoir été poussé depuis Bogotá, par un groupe relativement petit d’architectes à travers les revues, les écoles d’architecture, les agences publiques et les organisations de travailleurs; et 12 ARANGO Silvia. Historia de la Arquitectura… p 216 13 BERTY Anne. Architectures Colombiennes…, p 37

19


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

d’autre part, l’accent mis sur l’aspect technique et constructif qui ont encouragé les associations entre des architectes et des ingénieurs, devenues au fl du temps des grandes agences qui concentraient la plus part des projets dans tout le pays14”. Cette centralisation et l’effcacité technique ont favorisé l’homogénéisation en effaçant les différents aspects régionaux. La tendance était donc: les fnitions en longues surfaces en ciment ou vitrées, et des intérieurs peint en blanc. Quant à la forme, la tendance allait vers la simplifcation de façades et la standardisation des formes les plus simples. Il s’agit d’une nouvelle génération d’architectes concentrés dans “l’excellence technique et constructive” tout en oubliant petit à petit les questions esthétiques et urbaines.

Image 8. ROTHER Leopold. Barranquilla-Colombia-Edifcio del Centro Civico. (1945) [En ligne] <http://www.postalesinventadas.com/2010/10/barranquilla-colombia-edifcio-del.html> (consulté le 01/15/2013)

14 ARANGO Silvia. Historia de la Arquitectura… p 228

20


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

Ce Style International semblait approprié pour tout le monde, indifféremment des conditions géographiques et socio-culturelles déjà très diversifées le long du territoire colombien. Les différents villes commençaient à se ressembler sous l’application des principes modernistes à la manière d’une formule universelle. Les centres urbains ont vu proliférer des édifces en hauteur, des bâtiments de logements collectifs de 4 étages ou des boites de bureaux avec des distributions et de façades prévisibles. “Le purisme formel et le didactisme des premiers exemples d’architecture moderne ne laissent donc d’être qu’une réinterprétation (…) des courants internationaux, principalement rationalistes, et le résultat d’une pratique architecturale (…) coupée de la tradition populaire. 15 ” Malgré son assimilation et application dans l’académie et la pratique de l’architecture colombienne, cette veine rationaliste du modernisme allait bientôt arriver à sa fn. Une des situations qui restera dans l’histoire de l’architecture colombienne comme signe de la rupture avec les idéologies de Le Corbusier c’est “le fasco de son plan directeur de Bogotá et la rénovation du centre de la capitale16” proposé en 1950. Situation qui servira, en même temps, à développer les idées de Rogelio Salmona, Fernando Martínez Sanabria et Guillermo Bermúdez, à propos d’une architecture imprégnée “du réalisme du lieu, des données du contexte urbain17”.

15 BERTY Anne. Architectures Colombiennes…, p 37 16 BERTY Anne. Architectures Colombiennes…, p 150 17 Idem

21


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

Image 9. LE CORBUSIER. Centre civic de Bogota. La recreation du corps et de l'âme. 1950. [En ligne] <http://www.banrepcultural.org/sites/default/fles/87416/94OCR.pdf> (consulté le 1/01/2013)

Lorsque ces idées ont commencé à émerger dans le milieu académique, il y a eu une fausse tendance à l’assimiler avec l’architecture organiciste qui prônait l’insertion de la nature environnante, l’utilisation de matériaux locaux, la liberté formelle, et la conscience géographique. Néanmoins, ces idées initiales deviendraient insuffsantes, encourageant ainsi, une évolution et développement de ce courant adaptés aux conditions locales du pays.

LE COURANT TOPOLOGIQUE Dès la fn des années 50 on assiste à l’apparition de cette polémique entre deux attitudes architectoniques: d’une part cette idée de la technique, du progrès et de la production en série. D’autre part, une critique à l’architecture 22


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

rationaliste qui ne produit qu’une expression froide et standardisé de l’architecture, en favorisant l’idée d’une “architecture du lieu, en correspondant aux conditions topographiques et climatiques de chaque territoire spécifque ayant une qualité architecturale unique et irremplaçable. 18” Cette opposition d’idées a eu lieu dans un contexte où “la première position dominait toutes les instances du pouvoir architectonique; alors que la deuxième, représentée par un nombre réduit d’architectes à Bogotá commençait à peine à faire partie des discussions dans l’académie ayant seulement comme exemples un certain nombre de maisons construites pour des clients particuliers. 19” Cette condition dans laquelle l’idée d’une architecture du lieu a émergé a fait, au départ, que l’on envisageait cette préoccupation formelle comme “élitiste et sophistiqué 20 ” en opposition justement à la position rationaliste qui se voyait démocratique et progressiste. Cette deuxième partie s’inscrit sous l’idée d’une “assimilation consciente 21” du Mouvement Moderne. À la fn des années 50 la plus part des architectes colombiens appliquaient une très lucide appropriation du rationalisme. Cependant, quelques architectes ont réagit face à une standardisation de l’architecture qui niait les conditions topographiques et sociales du lieu. Autrement dit, c’était une réaction qui questionnait ce processus d’acculturation qui rejetait les conditions spécifques du territoire ou du lieu. C’est ainsi que les idées sur l’architecture et son rapport au lieu, apportés par Frank Lloyd Wright, son collègue fnlandais Alvar Aalto et l’expressionnisme de Hans Scharoun ont trouvé un éco chez ce groupe réduit d’architectes, les plus perspicaces, dont leur esprit critique leurs permettait de se questionner sur la manière de concevoir afn de créer une architecture enraciné dans son sols, en fabriquant un langage régional en accord avec la géographie, et les modes de vies de la société. Parmi 18 19 20 21

ARANGO Silvia. Historia de la Arquitectura… p 230 Idem Ibid Ibid

23


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

ces architectes, Fernando Martinez Sanabria allait jouer un rôle primordial. Il avait la même préoccupation d’Adolf Loos de “caractériser chaque espace, en créant des volumétries différentes, par le biais de la diversifcation de hauteurs d’étages et de vides, et de la recherche des circulations ayant comme objectif de casser la division horizontal ennuyante et continue des plaques planes et de volumes identiques dans tous les espaces.22” Des critères que l'on verra incorporés – plus tard – dans la composition des maisons conçues par lui pendant les années 60. Des conditions politiques internes et externes ont favorisé cette réfexion et le débat professionnel ayant comme effet principal une évolution dans le processus d’adaptation du Mouvement Moderne. D’un coté, avec la chute du régime militaire et l’implantation du front nationale se produit en Colombie un climat de paix convenable au développement culturel du pays. De l’autre, la réapparition de matériaux locaux tels que la brique (à cause de la suspension d’échanges internationaux pendant la seconde guerre mondiale) va faire dériver en quelque sorte le langage moderne habitué jusqu’à là au principes esthétiques du rationalisme et l’orthodoxie de leur application. 23 Bien que dans le processus qui a conduit à la maturité conceptuelle et pratique de l’architecture organiciste, plusieurs architectes sont intervenus, et c’est pourquoi il s’agit d’un processus collectif, il est nécessaire de reconnaitre l’action de deux de ses architectes le plus importants: Fernando Martínez Sanabria et Rogelio Salmona, dont leurs oeuvres est indispensable commenter avec plus de détail.

22 NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura del lugar en Colombia. Banco de la República, El Áncora Editores, Bogotá p29 23 Les arguments développés dans ce paragraph s’inspirent largement de: ARANGO Silvia. Historia de la Arquitectura… p 230; BERTY Anne. Architectures Colombiennes…, p 4243

24


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

CHAPITRE II. FERNANDO MARTÍNEZ SANABRIA ET L’ARCHITECTURE DU LIEU “L’Amérique Latine sait que sa meilleure architecture dans les années 30 s’est réalisée en Uruguay, dans les années 40 au Brésil, dans les 50 en Mexique, mais ce que beaucoup de gens ignorent, même les colombiens c’est que le meilleure de l’architecture moderne latino-américaine des années 60 a été réalisé en Colombie.1” Parmi ces architectes modernistes, Fernando Martínez Sanabria se distingue par son approche et interprétation du langage architectural organique. Architecte, né à Madrid en 1925 et décédé à Bogotá en 1991, Il arrive en Colombie avec ses parents en 1938 afn d’échapper à la guerre civil espagnole. Il fnit ses études dans le Gimnasio Moderno de Bogotá et reçoit son diplôme d’architecte de l’Universidad Nacional. Tout de suite après l’obtention de son diplôme il commence à travailler pour le Ministère d’Oeuvres Publiques.

2.1. LE PREMIER RACIONALISME Il commence sa carrière avec une série de projets issus de l’école rationaliste, notamment suite à son expérience entant qu’assistant de Le Corbusier en 1947, avec une série de maisons bon marché pour la ville de Tumaco. Sa production architectural de cette époque se caractérise par la présence des murs lises signalant les circulations, des couleurs claires, (blanc d’habitude), des schémas très simples et fonctionnels. En 1951 il s’associe à Jaime Ponce et plus tard avec 1 NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura…, p17

25


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

Guillermo Avendaño avec qui, il développe en collaboration, une grande partie de ses projets. C’est dans cette société et à la fn des années cinquante où il décide d’aller au-delà de la rigidité fonctionnaliste, en expérimentant avec des formes plus libres.2 2.2. L'ORGANICISME Vers la fn du 57 Fernando Martínez construit un projet qui témoigne d’un changement évident dans sa manière de concevoir l’architecture et sa rupture avec l’architecture puriste de ses premières années évidente dans “Les maisons Santo Domingo, 1953”, et les Maisons à Bon Marché de Veraguas, 1956, caractérisées principalement par “des formes prismatiques simples, avec des fenêtres en longueur, prédominance de la couleur blanche le tout sous le principe d’un fonctionnalisme très rigoureux.3” Il s’agit de la maison Raisbeck (Bogotá, 1957) avec ses murs en brique apparente, des prolongements extérieurs avec des poutres en béton, de fenêtres en longueur, des cheminées apparentes, mais aussi la belle terrasse en pierre de rivière. Toute une nouvelle expression afn d’aller au-delà de l’expression abstraite du rationalisme à travers l’utilisation des matériaux et ses textures. “La brique deviendrait une marque de l’architecture de Fernando Martínez car il s’agit d’un matériaux modelé à partir de l’argile extraite directement des collines environnantes de la savane de Bogotá (…)Les fenêtres disposées avec rigueur mais loin du curant rationaliste, les surplombs, les toits en pente et d’autres éléments sont un échantillon de l’émergence de cette préoccupation expressionniste et typologique déjà présente mais d’une manière latente.4” 2 Les arguments développés dans ce paragraph s’inspirent largement de: ARANGO Silvia. Historia de la Arquitectura… p 240; MARTINEZ SANABRIA, FERNANDO. Trabajos de arquitectura. Bogotá, Fondo Editorial Escala. P 15-20 3 NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura ... p29 4 NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura …p35

26


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

D'après Silvia ARANGO, le projet qui marque ce changement de voie c’est l’édifce d’appartements qu’il conçoit pour sa famille en 1957. Construit en brique également et suivant une logique constructive traditionnelle “ce bâtiment défe les images préconçues à propos des logements. 5” Quatre ans après, il construit à coté du bâtiment existant, un autre qui vient s’intégrer d’une manière très intelligente, en faisant une seule composition, dont on ne sait plus s’il s’agit de deux édifces d’appartements ou d’une série de maisons à plusieurs étages. La différence très marqué entre les logements collectifs et individuels disparait dans ce projet. En plus, en façade, il est impossible de distinguer les unités d’habitation car chaque appartement dérive d’un processus de conception particulier et ne pas de la répétition d’une distribution standard. “On trouve la même logique de composition dans l’édifce Giraldo (1958), où les boites ou tiroirs qui contiennent les terrasses, la complexe juxtaposition des pleins et de vides, plus l’expressive pergola qui accueille les visiteurs à l’entrée, montrent une véritable évolution dans l’approche organiciste. 6” Cette discussion au sujet de l’architecture du lieu s’est intensifée à travers les deux premières biennales colombiennes d’architecture. L’architecte Fernando Martínez avait proposé un projet pour le concours de l’école Emilio Cifuentes en 1959 à Facatativá. Lorsque le jury lui a conféré le premier prix d’architecture nonconstruite en 1960, il reconnaissait, en même temps, l’importance de l’architecture du lieu représentée dans le projet. “Dans les perspectives et les plans du concours on voit des profls variés, des formes trapézoïdales, des murs non orthogonales, des cylindres, des escaliers positionnés de façon à qualifer les espaces vis-à-vis des montagnes environnantes, dans une triple mixité de planimétrie, du paysage et de la fonction appartenant à la veine la plus riche de l’architecture colombienne.7” 5 ARANGO Silvia. Historia de la Arquitectura… p 240 6 NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura …p35 7 Idem

27


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

Image 1. SANABRIA MARTÍNEZ, Fernando. Plan de rez-de-chaussé du projet pour l'École Emilio Cifuentes. 1959. source: NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura del lugar en Colombia. Banco de la República, El Áncora Editores, Bogotá p38

Carlos Niño Murcia parle de ce projet comme un projet “charnière” désignant une transition entre deux périodes de l’architecture colombienne notamment dû à la richesse d’une proposition qui “laisse derrière l’orthogonalité et les prismes simples, en adoptant, en revanche, des axes principaux qui se décomposent et s’ouvrent suivant le paysage, cherchant son appropriation depuis les différents parcours intérieurs8.” Le même principe de composition à partir d’un ou plusieurs axes s’applique dans la conception du projet d’édifce pour la Faculté d’éÉconomie de l’Université Nationale (1959), réalisé en collaboration avec l’architecte Guillermo Bermudez. Niño décrit le projet de la 8 Ibid

28


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

façon suivante: “Dans les plans il est évidente la préoccupation topologique, laquelle prend de plus en plus de la force et de la richesse. Dans le patio central, le volume de la bibliothèque dépasse les limites intérieurs et s’impose avec sa façade en maçonnerie qui compose les trois portiques d’entrée et plus en haut des petites ouvertures sur le mur de la façade qui assurent l’éclairage naturel de l’espace de lecture. Les volumes qui correspondent aux salles de classe et les auditoriums sont imbriqués de manière à laisser rentrer la lumière en multipliant les orientations et à s’intégrer aux jardins, qui pénètrent tout le projet, conformant un ensemble spatial harmonieux. 9” Dans d’autres cas, il s’agit d’une composition à partir des axes concentriques, comme l’école et les maisons de Sesquilé (1960), aujourd’hui en état d’abandon. Ce qui est intéressant dans ce projet c’est la mise en pratique d’un processus conceptuel qui produit des lignes obliques ou en biais et des courbes éventuelles dans un “désordre illusoire qui s’oppose totalement à la distribution abstrait des systèmes fonctionnalistes 10.”

Image 2. SANABRIA MARTÍNEZ, Fernando. Plan de rez-de-chaussé du projet pour l'École de Sesquilé. 1959. source: NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura del lugar en Colombia. Banco de la República, El Áncora Editores, Bogotá p41 9 NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura …p39 10 ARANGO Silvia. Historia de la Arquitectura… p 240

29


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

Image 3. MARTÍNEZ SANABRIA, Fernando. Plan de rez-de-chaussé de la Faculté d'économie de l'Universidad Nacional. Source: NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura del lugar en Colombia. Banco de la República, El Áncora Editores, Bogotá p30

“Une deuxième époque va s’initier après le projet de l’école Emilio Cifuentes, et ça sera dans les années 60 le sommet de l’oeuvre de cet architecte, la plus signifcative en termes de quantité, mais aussi de qualité car il réalisera un certain nombre des projets et avant-projets qui seront lauréats.” 11 En 1959 par exemple, dans le cadre des célébrations des 150 ans de l’indépendance, le concours pour le réaménagement de la Plaza de Bolívar de Bogotá, va être lancé. Le projet proposé par Fernando Martínez Sanabria sera retenu. “Une des motivations pour ce projet, considéré comme son chef-d’oeuvre, était celle de redonner à la place la valeur et la fonction que toute place publique devrait avoir. Elle se caractérise par sa sobriété et simplicité, en accord avec les bâtiments 11 Idem

30


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

environnants, ainsi comme son objectivité, représentent une victoire dans la recherche d’un meilleur contexte urbain. La nouvelle place a été inaugurée le 20 juillet 1960.”

Image 4. MARTÍNEZ SANABRIA, Fernando. Nueva plaza de Bolívar – Bogotá. 1960. Source: AVENDAÑO, Guillermo et MARTÍNEZ, Fernando. 138-Nueva Plaza de Bolívar en Bogotá. PROA, 1960, 138, p 20-21

Pendent cette période Fernando Martínez Sanabria conçoit une série de maisons à cout élevé pour des clients privés. La première des maisons construites dans cette série est la maison Ungar (1960), suivant le même principe de composition que l’école de Sesquilé, il s’agit d’une maison qui s’organise à partir des axes concentriques aussi bien en plan comme en volume. Les jardinières et les escaliers qui amènent vers l’intérieur, les fenêtres et ses hauteurs, la profondeur du balcon horizontal et la fenêtre triangulaire en façade, sont des éléments qui montrent un stade différent du premier rationalisme. Le lote se situe sur une pente. C’est un trapèze qui suit la logique suivante: plus on est bas sur le terrain, moins il est ouvert. “C’est l’utilisation de la lumière naturelle,

31


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

l’intégration du paysage et la différenciation des hauteurs ce qui défnie le caractère et l’ambiance de chaque espace 12.” De la même époque c’est la maison Zalamea construite pour ses amis Alberto Zalamea et Marta Traba. “Sa façade régulière qui renvoie aux formes rationalistes antérieures, mais en brique cette fois-ci, contraste avec l’organisation organique du plan. La présence d’un mur courbe dans le salon accentue l’entrée principale et participe à la caractérisation de l’espace intérieur. Possiblement, l’aspect le plus important de cette maison c’est la façade privée vers le jardin décomposée en deux parties: vers le nord du coté des salons avec la présence des grandes fenêtres, des hauteurs différentes, des terrasses de dimensions variées, en opposition avec la partie sud: plus régulier, plus fermé, plus austère mais d’une qualité également extraordinaire.” 13

Image 5. Plan de rez-de-chaussé de la Maison Zalamea (1960) source: NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura del lugar en Colombia. Banco de la República, El Áncora Editores, Bogotá p47 12 NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura …p43 13NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura …p46

32


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

La troisième de cette série, c’est la maison Ochoa (1963). Elle a la particularité d’être fermée vers l’extérieur, avec des toits inclinés vers le front. “Les espaces de services forment un volume qui sert de pergola pour l’entrée principale. Cette composition particulier de façade principale se complète avec la présence, d’un des cotés, d’une grille qui laisse voir les jardins intérieur; et de l’autre, une autre grille plus large qui rend le garage perméable à la vue. Le tout se complète avec une petite fenêtre en Rez-de-chaussé qui permet l’éclairage naturel de toilettes du personnel de service.” 14

Image 6. NIÑO, C. Photo de la Façade de la Maison Ochoa (1960) source: NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura del lugar en Colombia. Banco de la República, El Áncora Editores, Bogotá p49

Ce la même époque c’est l’ensemble de maisons du Refugio. Tout d’abord, dans la partie haute de la colline se situe La maison Wilkies (1962). “Sa volumétrie s’inspire des montagnes environnantes et s’insère très bien à la topographie du site. L’entrée principale se trouve après descendre quelques 14NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura …p48

33


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

marches qui traversent le jardin situé du coté de la rue. On constate des contrastes dans le plan, d’une part lorsque l’on rentre dans le salon en double hauteur on perçoit des murs divergents qui s’ouvrent à travers une grande fenêtre vers le paysage de la savane de Bogotá, puis dans l’espace contigu on trouve la salle à manger, délimité par des murs convergents avec une petite fenêtre qui encadre la vue vers le jardin intérieur et enfn, une petite porte qui amène vers un patio latéral. Du coté gauche de l’entrée se trouve l’escalier qui amène vers la partie intime de la maison, les chambres.” 15 Ce qui est intéressant dan cette composition c’est son insertion, déjà cité ut supra, la complexité spatiale et sa volumétrie qui multiplie les profls, les angles et les points de vue.

Image 7. MARTÍNEZ SANABRIA, Fernando. Coupe de l'ensemble de Maisons dans le quartier El Refugio. Source: NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura del lugar en Colombia. Banco de la República, El Áncora Editores, Bogotá p50

15NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura …p50

34


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

Image 8. NIÑO, Carlos. Photo de la façade principale de la Maison Wilkie (1962). Source: NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura del lugar en Colombia. Banco de la República, El Áncora Editores, Bogotá. p51

Image 9. MARTÍNEZ SANABRIA, Fernando. Coupe de la Maison Wilkie (1962). Source : NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura del lugar en Colombia. Banco de la República, El Áncora Editores, Bogotá. p52

35


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

Image 10. MARTÍNEZ SANABRIA, Fernando. Plan de Rez-de-chaussé et premier étage de la Maison Wilkie (1962). Source NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura del lugar en Colombia. Banco de la República, El Áncora Editores, Bogotá. p51

Au milieu de l’ensemble se situent les maisons Santos, construites pour les frères Santos (1962). Ce sont deux maisons identiques placés symétriquement par rapport à un axe traversant le jardin extérieur. De la même façon que la maison Wilkies, celles-ci s’insèrent très ingénieusement sur la pente. “Les escaliers commencent dans le sous-sol et arrivent au vestibule où se trouve d’un coté le salon et une salle de lecture et plus haut la salle à manger et la cuisine avec des vues directes vers le salon. Au fond se trouvent une salle pour le linge et d’autres services et dans l’étage supérieur les chambres. Encore une fois, il s’agit d’une réponse fonctionnelle aux besoin d’une famille tout en exprimant une architecture surprenante.”16

16NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura …p54

36


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

Image 11. MARTÍNEZ SANABRIA, Fernando. Plan de Rez-de-chaussé des Maisons Santos (1962). Source NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura del lugar en Colombia. Banco de la República, El Áncora Editores, Bogotá. p53

Enfn, dans la partie plus basse, la maison Calderón (1963), où “l’angle de l’ilot sert entant que générateur de l’ensemble de courbes dont elle est composée. Un mouvement hélicoïdal ayant comme point de départ le mur en pierre des jardins, continue dans les escaliers qui amènent vers l’intérieur, puis sur les murs de la maison et fnit sur le toit incliné, à l’image d’un projectile visuel dirigé vers les montagnes environnantes.”17 En plan, on voit comment les terrasses, les jardins et les espaces intérieures s’articulent à partir du volume de la salle à manger, situé sur l’angle de la propriété. “L’entrée se situe du coté haut de la maison, où on trouve une terrasse privée et une salle de lecture, puis on descend

17NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura …p56

37


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

vers le salon, délimité par la volumétrie de l’escalier, et en peu plus bas, la salle à manger commentée plus haut. Dans l’étage le plus bas on trouve les chambres.”18

Image 10. NIÑO MURCIA, Carlos. Photo de l'entrée de la Maison Calderon 1963. Source : NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura del lugar en Colombia. Banco de la República, El Áncora Editores, Bogotá. p58

Image 13. Plans de rez-de-chaussé et premier étage de la Maison Calderon (1930). Source: NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura del lugar en Colombia. Banco de la República, El Áncora Editores, Bogotá. p59 18Idem

38


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

Comme cité par Silvia ARANGO, les maisons en brique construites par Fernando Martinez Sanabria, Hans Drews, Arturo Robledo y Dicke Castro, bien qu’elles constituent un exemple par sa qualité architectural et l’innovation dans l’utilisation d’autres matériaux, ne représentait qu’une architecture de riches pour des riches, incapables de générer des principes généraux applicables à d’autres classes sociales ou à édifces d’une autre typologie. Dans les années suivantes, dans la pratique il a été prouvé que ces affrmation n’étaient pas vraies. Notamment avec la construction dans le même décennie de la Caja Agraria, que nous allons étudier dans le chapitre suivant. Mais aussi avec la construction dans les années soixante-dix, du Conjunto Residencial El Parque (1970-1974) à Bogotá de l'architecte Rogelio Salmona. Ce dernier est un ensemble de logements sociaux où l'architecte a réussi a créer une relation visuel entre les montagnes environnantes et la composition oblique et décalé des trois tours qui conforment l'ensemble. Cet ensemble de logements avec ses terrassesjardins décalés dessinés sur un plan oblique est devenu un icône de la ville de Bogotá.

Image 14. ALVAREZ ORTIZ, Fernando . Las Torres ligne]<http://www.fickr.com/photos/ofaic/6036799383/> (Consulté le 10/01/2013)

39

del

Parque .

\[En


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

CHAPITRE III. LA CAJA AGRARIA DE BARRANQUILLA

Dans ce chapitre nous allons énoncer, dans un premier temps, les conditions qui ont donné naissance au concours de la Caja Agraria de Barranquilla, ensuite nous allons mentionner les idées dans le projet qui ont attiré l'attention du jury lors du concours et qui l'ont permit mériter le premier prix. Nous allons essayer de comprendre, de la même manière, le processus de conception, afn de déterminer son rapport avec les idées développées autour de l'architecture topologique ou l'architecture du lieu, proposées par l'architecte. Ses relations avec le contexte urbain, et la façon comment celui-ci est tenu en compte dans la conception du projet. Nous allons analyser également le bâtiment de la Caja Agraria, à travers ses différents éléments: la forme, la volumétrie, les accès et ses différents systèmes, à savoir: le système structurel, les circulations, l'espace et l'enveloppe, afn de connaître ses qualités, ainsi que ses potentialités pour accueillir, éventuellement, un autre programme. En même temps, à partir de cette analyse nous allons construire des arguments autour de la question de la préservation du bâtiment vis-à-vis le projet d'ouverture du Paseo Bolívar vers l'île de la Loma et le feuve Magdalena.

40


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

3.1. LE CONCOURS Dans les années 60s la Caja Agraria – entreprise fnancière – met un route un programme afn de se positionner en tant que la première banque de l'État, en construisant des sièges dans quelques capitales et dans des villes moyennes du pays, à travers son Bureau de construction et d’immeubles. Le projet de la Caja Agraria de Barranquilla de Fernando Martínez Sanabria et Guillermo Avendaño est le résultat d'un concours organisé par cette banque en 1961. Les deux premiers projets retenus ont été publiés dans la revue PROA #144 de avril, 1961. Les auteurs de l'article signalent que d'après le jury, “le projet lauréat, (…), se caractérise par l'étude d'ensemble du volume architectonique et ses alentours, la conception de deux axes principaux qui mettent en relation l'intérieur et l’extérieur, à savoir: l'axe du Paseo Bolívar sur lequel, à sa fermeture, se projette le bâtiment; et l'axe de la statue du Libertador qui dirige les vues, depuis l'intérieur, dans les circulations.”1 Un autre aspect du projet va également intéresser le jury: “Mis à part la composition des plans et de la volumétrie, c'est l'étude des protections solaires, dans un projet original, pensé comme un élément dominant dans les deux façades de bureaux,(...).” 2 C'est ainsi que Niño signale ce projet comme une “oeuvre mûre de ce préoccupation pour le site et l’élaboration formelle.3” Les plans sont une représentation du “couronnement de l’expressionnisme architectonique de Fernando Martínez 1 AVENDAÑO, Guillermo et MARTÍNEZ, Fernando. 144-Caja de Crédito Agrario, Barranquilla, primer premio. PROA, 1961, 144, p 2-6. 2 Idem 3 NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura del lugar en Colombia. Banco de la República, El Áncora Editores, Bogotá p65

41


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

Sanabria.4” Aujourd’hui, le bâtiment demeure en bonnes conditionnes malgré l’état actuel du centre de Barranquilla, très détérioré. Néanmoins, suite à l'abandon à cause de l'avenir incertain du bâtiment, le risque de détérioration est présente.

3.2. ANALYSE DU BÂTIMENT INSERTION URBAINE

Image 1. Les axes urbains déterminants de la forme et la géométrie du bâtiment.

Situé à l’extrémité nord du Paseo Bolívar, espace urbain vers lequel le bâtiment s’oriente, ce bâtiment est conçu à partir des axes urbains majeures du site, à savoir: l'axe du boulevard du Paseo Bolívar, l'axe du feuve Magdalena, les axes cardinaux Nord-Sud, Est-Ouest et un cinquième axe parallèle à l'axe 4 Idem

42


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

du Paseo Bolívar qui correspond à la statue équestre du Libertador Simón Bolívar situé juste en face du bâtiment. Il mettait en relation la statue avec les circulations et le hall d'ascenseurs. Aujourd'hui ce n'est plus le cas car la statue a été déplacé. Tel que l'on voit sur l'image ci-dessus, ces axes déterminent la forme, l'organisation spatial du programme et l'orientation des vues. Le premier axe, parallèle à la Calle 34 défnit le point central des espaces de bureaux et l'accès principal. Son croisement avec l'axe provenant du feuve établie le point central du dôme situé dans le patio. Ses parallèles défnissent la modularité des bureaux et de la façade. La vue depuis les bureaux de cette coté, est orientée ver l'ensemble du Paseo Bolívar, jusqu'à apercevoir l'église de San Nicolás de Tolentino et plus loin, l'église néo-gothique de San Roque. Le deuxième axe issu de la rive du Magdalena, lequel est apprécié de loin depuis les bureaux placés du coté est, rentre dans la composition perpendiculairement par la calle 33 défnissant, comme dans le premier axe, la modularité des bureaux et et de la façade. Quant à l'axe sud-nord, il défnit l'emplacement des ascenseurs et la limite intérieure du patio. L'axe est-ouest s'introduit dans la composition délimitant également, le patio intérieur. Du point de vue urbain, les relations entre les différents orientation du bâtiment, l'espace public, et le monument de Bolívar, contribuent à créer un ensemble harmonieux, favorisant, d'une certaine manière, la permanence des visiteurs du centre-ville et la jouissance de cet espace. Lors de la discussion sur l'avenir du bâtiment, la relocalisation de l'édifce fut proposée par un écrivain locale. Il sufft de connaître le processus de conception du bâtiment pour savoir que s'il est déplacé il va perdre tout son sens et ses relations visuels avec les axes à partir desquels il a été conçu. Sa forme, sa volumétrie, et là réponse proposée à l'ensoleillement excessive n'aura plus de 43


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

sens. C'est justement la manière comment l'architecte met en relation le contexte urbain ce qui est important et donc, primordial dans la conception formelle et spatial du bâtiment. Cette alternative n'a pas une véritable place argumentée dans le débat sur le bâtiment.

FORME/GÉOMETRIE La forme du bâtiment est issue de la relation entre les limites du site et de l'inclusion des axes majeurs cités ci-dessus, ainsi que d'une déclinaison de ce principe d'organisation. On voit dans les schémas ci-dessous, que la forme est donné par la superposition des différents tracés régulateurs dérivant des axes urbains principaux.

0

10

Image 2. Schéma de la géométrie et forme du bâtiment à partir de l'axe parallèle au feuve.

44


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

0

10

Image 3. Schéma de la géométrie et forme du bâtiment à partir de l'axe perpendiculaire au Paseo Bolívar.

Le plan type est composé à partir de cette superposition de tracés. Les espaces de travail, les circulations et le vide ouvert vers l'ouest, répondent à ce logique d'orientation vers les éléments environnantes et à l'ensoleillement. Le volume en général, est pensé comme un espace ouvert vers les façades du Paseo Bolívar et la calle 33, en entourant un espace vide (le patio intérieur) situé du coté ouest, vers la calle 34, où le soleil de l’après-midi est plus intense et sur lequel donnent les services et les circulations. Les limites intérieures de celui-ci sont ordonnées par les axes cardinaux. L'axe du Paseo Bolívar défnit l'orientation de la façade, qui s'ouvre vers lui. Dans la partie sud-est, il a été projeté une partie très fermée qui servait comme écran pour la statue du libertador, défnissant à la fois la façade est, ouverte vers la calle 33 et le feuve Magdalena. Aujourd’hui, l'axe de la statue donne sur la

45


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

faille en façade, correspondant à la circulation, ce qui permet de l’apprécier de l'intérieur lors du parcours. Les services et le point fxe situés coté nord-ouest, répondent à la possibilité d'une continuité bâtie dans l'ilot, c'est à dire qu'ils ont été disposés en plan tenant compte d'un développement urbain futur et donc, de l'impossibilité d'ouvrir le bâtiment vers la partie nord de l'ilot. D'où sa condition fermée vers le nord. Cette même logique de composition à partir des axes orientés différemment et des plans non parallèles, parfois obliques, est déjà présente dans des projets précédents comme le projet pour l'école Emilio Cifuentes(1959), la faculté d'économie de l'Universidad Nacional de Colombia (1959), le Centre Infantile de Sesquilé (1960) et le projet pour la maison de retraite de San Antonio (1960). Ce dernier n'a pas été construit mais Niño signale que “ses principes de compositions ont été largement étudies au sein de la faculté d'architecture de l'Universidad Nacional à travers de thèses et des projets de fn d'études, inspirant la construction d'un certain nombres des projets suivant les mêmes lignes directrices,” 5 comme par exemple, le projet de la Caja Agraria.

TOPOGRAPHIE Il faut savoir que lorsqu'on aborde le bâtiment de la Caja Agraria depuis le Paseo Bolívar, selon le moment de la journée dans lequel on se trouve, on cherchera toujours à se protéger de l'intensité du soleil. C'est à dire que, le matin on aura une tendance à favoriser la marche sur le trottoir de l'est et l'après midi, sur le trottoir de l'ouest. C'est ainsi car la plus part de bâtiments qui donnent sur le Paseo Bolívar sont alignés par rapport à la rue sans aucun retrait en rez-dechaussé qui permettrait de se protéger du soleil et de la pluie. 5 NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura ...p40

46


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

Image 4. MARTINEZ SANABRIA, Fernando. Perspective de la Caja Agraria. Source: AVENDAÑO, Guillermo et MARTÍNEZ, Fernando. 144-Caja de Crédito Agrario, Barranquilla, primer premio. PROA, 1961, 144, p 2-6.

Compte tenue de cette situation, il a été conçu pour la Caja Agraria, un retrait en rez-de-chaussé par rapport aux façades sud et est, permettant d'une part, un soulagement pour les passants pour les passants, ainsi qu'une accentuation de l'accès principale. Cette partie demeure sous l'ombre grâce au retrait en rez-dechaussé, mais aussi au surplombs sur le trottoir de plus de 2,50m. Un parking est situé en sous-sol accessible depuis la calle 34. Il faut savoir que dans les images de synthèse du projet d’extension du Paseo Bolívar on observe un boulevard planté qui éventuellement permettrait de profter d'une promenade agréable sous les arbres, al abri des rayons du soleil et aussi une éventuelle pratique spontané de l'espace public. Néanmoins, la réalité est très différente de celle que nous avons pu imaginer. Dans l'image ci-dessous, on observe le mur plein de la Caja Agraria et un espace public pauvrement

47


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

planté, avec des lampadaires de l'époque républicaine, donc, anachronique, et surtout vide. Un total fasco, si on mesure le succès d'un espace public par sa capacité de favoriser les rencontres, les rassemblements, les échanges, l'expression libre et spontanée des citoyens dans une société démocratique. Il faut souligner que la façon dont le bâtiment se pose sur le sol, son retrait dans l'espace d'entrée, offrait en général, aux visiteurs du centre-ville, un arrêt de bus, créé spontanément, à l'abri du soleil et de la pluie. C'est cette notion d’être à l'abri, une des conditions absentes dans le projet urbain proposé par EDUBAR.

Image 5. VILLALOBOS, Juan David. Prolongement du Paseo Bolívar derrière la Caja Agraria. (2008) [En ligne] <http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/7a/CajaAgrariaAtravesada.jpg> (consulté le 12/01/2013)

48


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

ACCÈSS

0

10

Image 6. Schéma signalant les espaces d'entrée du bâtiment.

Il y a, en total, cinq accès au bâtiment. Deux pour les clients, deux pour les travailleurs et un pour les voitures. Comme cité ci-dessus, l'accès principale se fait du coté sud et il suit l'axe du Paseo Bolívar, de manière à créer par le biais de cette orientation dirigée, une continuité urbaine et en même temps, une relation visuel directe sur cet axe majeur. Il est affrmé par un portique en béton, servant comme point de contrôle. Ce dispositif est l’élément transitionnel entre la ville et

49


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

le bâtiment, accentué encore plus par le changement de niveau, car pour y accéder il faut monter de trois marches. Une fois à l'intérieur, après avoir passé le seuil d'entrée, la circulation est dirigée par la lumière provenant d'une ouverture circulaire sur le toit à la manière d'un oculus dans une coupole ou d'un oeil de boeuf sur un mur. Cet ouverture est couverte par un dôme translucide avec un dispositif qui permet de diffuser la lumière dans l'espace destiné au service aux clients de la banque. Comme indiqué antérieurement, ce dôme concentre deux axes majeures inclus dans la géométrie proposé en plan. Un autre accès se trouve du coté de la calle 33, il amène vers l'espace en double hauteur où il a été placé le fresque d'un des artistes colombiens les plus importants du XXe siècle, Alejandro Obregón. Plus au nord, il se trouve un accès pour les travailleurs qui amène vers le hall des ascenseurs et aux étages supérieurs. Cet espace est également accessible par l'autre entrée situé du coté de la calle 34. les voitures rentrent par la calle 34, afn d'éviter les congestions sur la voie principale, c'est à dire, sur la carrera 44 celle qui présente un fux beaucoup plus important de voitures. Nous pouvons affrmer donc, que le bâtiment ne représente pas une rupture par rapport au Paseo Bolívar. En revanche, l'architecte inclut l'orientation de cet espace urbain dans sa composition en tant que principe d'organisation spatial, tout en créant des relations directes entre l'intérieur et l'extérieur.

50


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

CIRCULATION

0

10

Image 7. Schéma signalant les circulations principales.

Dans le plan type on observe une organisation assez simple des circulations. La circulation verticales, les ascenseurs, sont placés au nord, du coté du mur plein. L'escalier, en revanche, situé dans la partie des services, donne sur le patio. Elles sont mis en relation avec les circulations horizontales ( les couloirs ) à travers d'un espace qui connecte également les services. Le couloir principale, desserve les bureaux suivant la forme oblique du patio. Grâce à la confguration de la façade du patio, à partir de brise-soleil verticales disposés en fonction de l'ensoleillement, ces circulations bénéfcient d'un éclairage naturel le long de la journée et d'une protection contre les rayonnement du soleil l'après midi.

51


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

C'est peut être en rez-de-chaussé et dans le mezzanine que les circulations deviennent plus intéressantes. Il y a concrètement, un escalier dissimulé derrière un mur et ouvert vers la partie arrière du plan, du coté des bureaux, qui amène vers le mezzanine. Il s'accorde à un des poteaux du système structurel. Un toilette est placé sous cet escalier. D'une forme sinueuse, avec des orientations différentes et associé à la structure principale, ce principe est appliqué dans les plans de la maisons Wilkie (1962) et la maison Calderón (1963).

Image 8. MARTINEZ SANABRIA, Fernando. Plan mezzaninne. Annexes Museo de Arquitectura Leopoldo Rother. [En ligne] <http://www.a57.org/articulos/actualidad/Edifcio-Caja-Agraria-Barranquilla> (Consulté le 13/10/2012)

Cette forme répond à la confguration spatial du rez-de-chaussé et du mezzanine, beaucoup moins rationnel que dans les étages supérieurs. Alors que en rez-de-chaussé, les circulations sont dirigées et orientées, dans le mezzanine c'est plus . Elle suit le mouvement sinueuse d'un mur de 1,30m de hauteur revêtu

52


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

en bois lequel signale la limite entre les zones de travail, et les espace de circulation. Il articule les ascenseurs avec le bureaux principal.

STRUCTURE

0

10

Image 9. Schéma signalant le système structural du bâtiment.

La structure est le résultat du croisement entre les deux tracés déclinés à partir de l'axe du Paseo Bolívar et l'axe du feuve Magdalena. Il s'agit d'un système mixte poteaux-poutre et murs porteurs permettant la présence d'un plan libre, d'où la liberté formelle exprimée dans les plans en rez-de-chaussé et le mezzanine. Les murs porteurs sont placés dans les parties fxes de services et circulations sans affecter l'espace, en revanche les poteaux sont présentes au milieu de l'espace. Les poteaux sont visibles dans tous les étages entant qu'éléments porteurs du bâtiment. De section rectangulaire lorsqu'ils sont intégrés aux murs ou ronds 53


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

s'ils se trouvent au milieu de l'espace. Le fait que les poteaux soient de section rond, évoque la notion de plan libre. Pour la même raison, ils ne marquent aucune direction et ils diffusent la lumière tout autour de l'espace. Il faut savoir que d'après un examen structurel réalisé par l'Unviersidad del Atlántico, cité dans le journal local “Le bâtiment de la Caja Agraria ne présente aucun signe de détérioration structurelle qui puisse compromettre gravement sa stabilité et donc il ne constitue pas un danger pour la communauté. 6”

PROGRAMME

Image 10. Schéma du Programme en coupe. De l'auteur. MARTINEZ SANABRIA, Fernando. Coupe Nord-Sud. Annexes Museo de Arquitectura Leopoldo Rother. [En ligne] <http://www.a57.org/articulos/actualidad/Edifcio-Caja-Agraria-Barranquilla> (Consulté le 13/10/2012) 6 DE LA CRUZ, Leonor. (2011). « Edificio Caja Agraria no representa peligro para la comunidad:Udea » El Heraldo, 22 février, [En ligne],http://www.elheraldo.co/local/edifcio-cajaagraria-no-representa-peligro-para-la-comunidad-udea-9032 (consulté le 24 février, 2011)

54


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

Le programme est repartie de la manière suivante: Un parking un sous-sol. Un espace correspondant à la banque composé en rez-de-chaussé pour le fonctionnement des activités opérationnelles bancaires et en mezzanine pour les bureaux et la partie administrative avec une terrasse partagée ou patio intérieur. Les sept étages suivants seront des espaces de bureaux à louer, orientés vers le sud (Paseo Bolívar) et l'est (Fleuve Magdalena) respectivement et le dernier étage des bureaux avec terrasse partagé. Les zones de services et circulations verticales sont situées au nord du coté du mur plein.

ORGANISATION SPATIAL

Image 10. MARTINEZ SANABRIA, Fernando. Plan type de la Caja Agraria. Source: AVENDAÑO, Guillermo et MARTÍNEZ, Fernando. 144-Caja de Crédito Agrario, Barranquilla, primer premio. PROA, 1961, 144, p 2-6.

55


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

En plan nous constatons qu'il s’agit d’une distribution du programme en L vers l’extérieur, avec un patio à l’arrière en face des escaliers, ascenseurs et services. Les murs en zigzag, les rotations des escaliers, la manière comment les différents éléments sont agencés parfois en opposition, constituent une oeuvre très riche. Les éléments sont des axes non parallèles, des inclinaisons, parfois courbes, le jeux de brise-soleil afn de contrôler la lumière et les ombres, les escaliers; il s’agit de fgures diversifés composant l’ensemble tout en enrichissant les espaces intérieurs. Le patio intérieur, assez dynamique, comporte un ensemble d’éléments tels que des brise-soleils verticales, des fenêtres de différente taille, un revêtement de ciment, des jardinières courbes; le tout sous un jeux de lumière et d’ombres transformant l’ambiance le long de la journée.

Image 11. Proposition d'aménagement du patio intérieur. Annexes Museo de Arquitectura Leopoldo Rother. [En ligne] <http://www.a57.org/articulos/actualidad/Edifcio-Caja-Agraria-Barranquilla> (Consulté le 13/10/2012)

56


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

FAÇADE

Image 12. NIÑO MURCIA, Carlos. Edifcio Caja Agraria Barranquilla. Fachada sur oriental 1961. Annexes Concours SCA CAB. Musée d'Architecture Leopoldo Rother.

Le bâtiment se compose en façade de trois parties bien défnies, à savoir: le sous-bassement, le corps du bâtiment, et le couronnement. Le site et l’orientation représentaient une contrainte par rapport à l’ensoleillement car dans des zone tropicales comme celle-ci on cherche à se protéger des expositions directes du soleil dû à son intensité et constance. À ce 57


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

propos, il a été conçu un système de protection à travers l’utilisation des brisesoleil en béton qui contrôlent l’incidence des rayons du soleil en créant une expression architecturale d’aspect brutaliste.

Image 13. NIÑO MURCIA, Carlos. Photo du Detail des brise-soleil sur la façade sud-est. Source: ROJAS FARIAS, Ricardo, Anatomía de una penumbra. Examen y diagnóstico del edifcio de la Caja Agraria de Barranquilla de Fernando Martínez Sanabria. Universidad Nacional de Colombia (Sede Bogotá)
Facultad de Artes, Bogotá; p. 33

Dans la section, on voit comment le profl de brise-soleil émerge à partir de l’étude d’ensoleillement afn qu’ils ne perturbent ni chauffent les espaces intérieurs tout en diminuant la consommation énergétique dû à l’utilisation de la climatisation, un exemple, d’ailleurs, d’une architecture qui se préoccupe de l’environnement et de l’économie d’énergie. Néanmoins, le tout s’organise en fonction d’un stricte rigueur fonctionnel, dans le but de capturer la lumière, 58


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

contrôler le rayonnement du soleil, et créer des ambiances plus aimables et effcaces pour des activités propres aux bureaux.

Image 14. MARTINEZ SANABRIA, Fernando. Detail de la façade sud-est. Annexes Museo de Arquitectura Leopoldo Rother. [En ligne] <http://www.a57.org/articulos/actualidad/Edifcio-Caja-Agraria-Barranquilla> (Consulté le 13/10/2012)

Au sujet des relations entre l'édifce de la Caja Agraria et la statue de Simón Bolívar, le bâtiment offre en total trois cadres différents pour la statue, selon la position de le spectateur. Un premier qui correspond au mur lise qui contraste fortement avec la couleur foncée de la statue. Dans ce cas, la statue est mise en valeur par rapport au bâtiment. Un deuxième fond correspond à la faille des circulations. Celle-ci en retrait, est plus sombre que le mur lise, ce qui change l'appréciation de la statue par rapport à la façade. Enfn, la façade correspondant aux bureaux, étant donné sa composition à partir de brises-soleil est la partie la plus sombre de la façade sud. La statue risque de se confondre dans des tonalités 59


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

semblables. Ici, la régularité de la façade contraste fortement avec le volume organique de la statue. On ne sait plus si c'est la statue qui est mise en valeur par rapport à la façade ou au contraire, c'est la façade qui s'impose dans l'oeil de l'observateur. C'est un jeu, un dialogue entre les deux monuments qui qualife sans doute l'espace urbain.

Image 15. MARTINEZ SANABRIA, Fernando. Detail de la façade sud-est. Annexes Museo de Arquitectura Leopoldo Rother. [En ligne] <http://www.a57.org/articulos/actualidad/Edifcio-Caja-Agraria-Barranquilla> (Consulté le 13/10/2012)

Imaginons que l'édifce est démolie, les qualités issues de cette relation entre ceux deux éléments s’effondreraient de la même manière, réduisant l'expérience de cet espace urbain aux possibles relations visuelles entre la statue et le vide proposé dans le projet urbain d'EDUBAR.

60


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

3.3. SYNTHÈSE DE L'ANALYSE À partir de l'analyse réalisée précédemment, nous pouvons en déduire que la Caja Agraria est fortement liée au site, elle est le résultat d'un étude très minutieux du contexte urbain. Les éléments majeurs du site, tel que le feuve et le Paseo Bolívar rentrent dans le bâtiment, défnissant sa forme et géométrie. D'autres équipements importants comme l’édifce National de Barranquilla (1945), de Leopold Rother, cité précédemment et l'église de San Nicolás de Tolentino (1637-fn du XIX) sont également mis en relation avec la Caja Agraria à travers des axes parallèles aux axes cardinaux. Nous avons constaté, de la même manière comment le monument de Bolívar fait aussi partie intégrante de la composition. Nous observons, une véritable préoccupation pour concevoir l'architecture à partir des composants urbains du site: les naturels, les urbains, les abstrait et les historiques. La Caja Agraria est un exemple de l'architecture enraciné dans le sol, qui tient compte des facteurs climatiques et culturels. Les brise-soleil, par exemple, sont un dispositif qui répond à une logique fonctionnel, conçus en fonctions du confort des futurs travailleurs, en réduisant toute sorte de gestes gratuits de la part de l'architecte. La forme est l'expression de l'inclusion abstraite du contexte urbain dans le site. Ce n'est pas un geste donné, c'est une déduction à partir des éléments déjà présentes. La manière comment la Caja Agraria s'inscrit sur le site est exemplaire, ainsi que la façon comment le bâtiment se pose sur le sol. Il répond à la question de la continuité urbaine, en s'ouvrant vers l'axe principal, en accentuant l'entrée par le biais d'un portique. Il répond au problème de confort 61


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

des passants et d'utilisateurs du centre-ville grâce au retrait de la façade sud-est et sud-ouest. De la même manière, toute gêne possible à cause des voitures des utilisateurs du bâtiment est évitée en situant l'entrée du parking par la calle 34. Les multiples accès sont différenciés selon la nature des usagers. C'est à dire, que la banque a deux accès différents à ceux des bureaux situés dans les étages. Cette confguration permet l'usage mixte du bâtiment, sans que cela représente un problème de sécurité ou de circulation. De même, l'emplacement des points fxes au nord, dans le mur plein, permet un maximum de liberté au niveau de la confguration spatiale. Cette condition est donné aussi du fait du système structurel du bâtiment. Bien qu'il a été conçu pour accueillir des bureaux, ce programme n'est pas le seul à s'adapter aux conditions spatiales du lieu. Au contraire, sa condition de plan libre dans les étages permet l'accueil d'autres types de programmes. Quant à la façade, il faut dire qu'elle résout la question de l’illumination naturel du bâtiment car elle laisse rentrer la lumière de manière indirecte, à travers la réfexion des rayons du soleil sur les brise-soleil, évitant en même temps l'incidence directe du soleil sur l'espace et donc l'échauffement excessif. Cet astuce favorise la réduction d'énergie que l'on pourrait éventuellement dépenser dans la climatisation. La ventilation du bâtiment peut être subordonnée aux conditions naturels et météorologiques du site. C'est à dire que, tant qu'il y ait du vent provenant du feuve ou de la mer (la plus part de l'année), la Caja Agraria est dispensée d'un système de climatisation.

62


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

CONCLUSION En ayant étudié l'histoire de l'architecture colombienne du XXe siècle et son développement, encouragée, en partie, par les questionnements et l'oeuvre de Fernando Martínez Sanabria, nous pouvons affrmer que la Caja Agraria représente fdèlement ces idées d’appropriation et d'adaptation du mouvement moderne aux conditions spécifques du site. Il montre la maturité de la pensée de l'architecte quant au développement d'une architecture du lieu, propre à un contexte déterminé, loin de la standardisation et la répétition insignifante proposée par le modernisme le plus rationaliste. À l'image d'une école, la première génération d'architectes formés dans le pays, dont Fernando Martínez Sanabria fait partie, a appris à faire de l'architecture d’abord par la répétition, puis, par la critique, et ensuite par l’expérimentation. Une évolution lente, certes, mais de qualité, dont la Caja Agraria de Barranquilla en témoigne. Ce bâtiment reste tout à fait moderne, grâce à l'esprit fonctionnaliste exprimé aussi bien dans les plans qu'en façade; par l'absence de détails insignifants; mais aussi par le thème en façade issue de la structure des brise-soleil en béton brut. Cette façade assez régulière, accentuant des lignes horizontales et verticales, contraste avec la composition en plan issus d'une combinaison des tracés radiales, parallèles et perpendiculaires. Ainsi que par l'inclusion de formes sinueuses dans la confguration spatiale en rez-de-chaussé et dans le mezzanine. Ces caractéristiques sont toujours présentes dans le bâtiment, malgré l’abandonne qu'il a subi. Il est encore aujourd'hui un témoin silencieux du passage du modernisme dans le pays.

63


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

Désaffecter la Caja Agraria de son statut de patrimoine, afn de pouvoir la démolir est dans tous les points de vue, une agression directe au patrimoine architectural du pays. Il faut se rappeler que ce cadre légal a été crée dans le but de protéger les bâtiments remarquables de l'histoire architectural du pays contre possibles menaces issus des nouveaux mouvements, des caprices des politiciens ou de l'ignorance d'une société. D'après moi, il est inadmissible que dans une zone historique, ce projet de réhabilitation urbaine en particulier, ne tienne pas compte de la nature légale du bâtiment. Sachant que ce sont des spécialistes du patrimoine les responsables d'avoir élevé la Caja Agraria à la catégorie du patrimoine nationale, la question ne devrait même pas se poser. La question que se soulève est donc, allons nous en tant que citoyens désaffecter chaque patrimoine au nom du progrès? Ne faut-il plutôt construire une société et donc la ville, sur la base déjà posé par ceux qui ont déjà fait une contribution importante à la culture, les science et les arts dans le pays? Allons nous nous permettre d'effacer les tracés que l'histoire a fait sur nos villes alors qu'ils font partie essentiel de notre identité? Dans le cas qui nous concerne, Barranquilla a été toujours connue en Colombie comme une ville cosmopolite et moderne, plus ouverte au monde que d'autres villes colombiennes dû à sa situation géographique. Porte d'entrée de tendances internationales et du progrès. Démolir la Caja Agraria, un de deux monuments modernes de la ville, serait l’équivalent à refuser cette vocation et cette identité qui nous appartient. Cela serait égal à nier nos origines au risque de se perdre dans le chemin vers l'avenir. Quant au projet urbain de prolongement du Paseo Bolivar, à part le défaut de ne pas tenir compte de la nature légale des édifcations qu'il affecte, nous avons pu constater qu'il est peu pratiqué pour les citoyens. Il est diffcile de déterminer à partir de sa confguration, s'il s'agit d'un espace de passage ou de permanence ou les deux. Dans tous les cas, le fait qu'il soit dépourvu de végétation 64


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

permettant la protection contre les rayons de soleil et la nature minéral du sol nous fait imaginer l'impossibilité de l'utiliser comme un endroit de permanence car la plus part de la journée il sera directement ensoleillé et donc, très inconfortable. C'est pas le cas de la premier partie du Paseo Bolívar auquel s'alignent des bâtiments en hauteur permettant en conséquence, la projection des ombres fortes la premier partie de la mâtiné et pendant l'après midi. Également, la végétation est beaucoup plus présente assurant une diminution signifcative de la température sous l'ombre par rapport à l'ensoleillement direct. D'autre part, ce projet a été communiqué comme stratégique et essentiel pour la récupération du centre ancien. Tel que nous l'avons signalé dans la première partie de ce travail, le projet de prolongement du Paseo Bolívar, cherche à connecter le feuve, l'île de la Loma, l'édifce de l’Intendance fuviale et le Musée de la Caraïbe; sauf que, à exception du Musée, les espaces cités ci-dessus, sont dépourvus de toute sorte de fonction. L'île n'est pas urbanisé, l’Intendance fuviale est en état d'abandon et le feuve, tel qu'il est pratiqué aujourd'hui est loin de compter parmi les loisirs des citoyens. Il me semble nécessaire, de développer un véritable projet urbain qui tienne compte de ces conditions contextuelles, en synergie avec un projet architectural qui affrme la volonté politique de la récupération du centre ancien. Il semblerait contradictoire vouloir récupérer le centre ancien et au même temps demander la démolition du patrimoine. Ces sont clairement des idées qui s'opposent. Conformément à cette volonté politique d'ordre national, et suivant les politiques locales de développement urbain, il me paraît judicieux d’apprécier le bâtiment de la Caja Agraria comme un élément fort du paysage urbain afn de s'en servir comme un articulateur entre deux espaces publics confgurés différemment. Nous pouvons réféchir à une autre activité qui pourrait enrichir la pratique du site, résolvant à la fois, les problématiques du site et les besoin de diversifcation d'activités afn de renouveler ce quartier historique. 65


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

À travers l'analyse réalisé, nous avons vérifé la capacité du bâtiment de s'adapter à d'autres usages, éventuellement mixte. Sachant que ce quartier est saturé de commerces et de bureaux, l'idée de concevoir des logements nous semble envisageable car cela permettrait l'usage du site et de l'espace public ne pas seulement pendant la journée mais aussi le soir. Il faudra évidement réféchir aux bénéfces d'habiter le centre ancien ou les créer hypothétiquement, dans le cadre, bien entendu, d'un projet plus étendu de réhabilitation urbaine de ce secteur de la ville. Cette idée est personnellement très stimulant du point de vue académique entant qu'objet d'une analyse postérieur et d'un futur projet de fn d'études.

66


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

BIBLIOGRAPHIE ARANGO Silvia. Historia de la Arquitectura en Colombia. Centro Editorial y Facultad de Artes Universidad Nacional de Colombia. 1989; 291 p. ARRIETA BARBOSA, Armando y HERNÁNDEZ ARÉVALO, Ruth (2006). Los inicios de Barranquilla. (Poblamiento en el Bajo Magdalena. Siglos XVI al XVIII). Ediciones Uninorte. Barranquilla, 2006, 197 p. AVENDAÑO, Guillermo et MARTÍNEZ, Fernando. 144-Caja de Crédito Agrario, Barranquilla, primer premio. PROA, 1961, 144, p 2-6 BELL LEMUS, Carlos, El movimiento moderno en Barranquilla. Universidad Nacional de Colombia. Bogotá, 2005. 66p. BERTY Anne. Architectures Colombiennes, Éditions du Moniteur, Paris, 1981, 239p. NIÑO MURCIA Carlos, Arquitectura y Estado:contexto y signifcado de las construcciones del Ministerio de Obras públicas. Colombia 1905-1960, Universidad Nacional de Colombia, Bogotá, 2003. 339p. NIÑO MURCIA Carlos, Fernando Martínez Sanabria y la arquitectura del lugar en Colombia. Banco de la República, El Áncora Editores, Bogotá, 93p. ROJAS FARIAS, Ricardo, Anatomía de una penumbra. Examen y diagnóstico del edifcio de la Caja Agraria de Barranquilla de Fernando Martínez Sanabria. Universidad Nacional de Colombia (Sede Bogotá)
Facultad de Artes, Bogotá; p. 107 67


La Caja Agraria de Barranquilla – Fernando Marínez Sanabria

ANNEXES

68

Mémoire de Master. La caja Agraria de Barranquilla  

This text deals with the question of the conservation of the building "La Caja Agraria" located in Barranquilla, Colombia designed by the ar...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you