Page 1

LUMIeRe ET FOrcE GDF SUEZ :

P.4/9

Disparition des sites à la Branche Energie France

Branche IEG :

P.10/12

Votre rémunération en 2010

Janvier 2010 NUMÉRO 294

Souffrance au travail : P.15/16

Comment en sortir avec FO Énergie et Mines

Quand FO Énergie et Mines accompagne les salariés des IEG

DOSSIER

DAIP :

Découvrez les salariés de la nouvelle division d’EDF SA


EDF 552 081 317 RCS PARIS, 75 008 Paris – Photo : Geoffroy de Boismenu –

Pour Emeric Martin, changer l’énergie, c’est savoir rebondir. « Deux jours après mon accident, on m’a appris que je ne remarcherai plus jamais. Quand j’ai vu l’accablement de mes parents, je me suis dit qu’il fallait que je sois fort pour eux. » Fort, Emeric l’est devenu : joueur de tennis de table, trois fois médaillé par équipes aux Jeux paralympiques (or, argent et bronze), vice-champion du monde en individuel en 2006. En parallèle, il mène un autre défi en tant que conseiller clientèle EDF à Alençon. « Mon métier, c’est d’aider les gens à faire le meilleur usage possible de leur consommation d’énergie. Je les encourage à s’équiper de lampes basse consommation ou d’une pompe à chaleur quand ils rénovent leur maison. Changer les comportements, le combat est loin d’être gagné, mais je suis optimiste ! » Découvrez les histoires de ceux qui changent l’énergie dès aujourd’hui sur

edf.com

L’énergie est notre avenir, économisons-la !


LUMIeRe ET FOrcE

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

Pratiquant la politique de l’autruche, les Directions d'entreprise minimisent ces conséquences et, conseillées par des officines ad hoc, communiquent sur des éléments qui se veulent rassurants comme les augmentations "moyennes de salaire" et leur position respective de leader européen ou mondial dans tel ou tel domaine. La technique de l’écran de fumée ne dupe que ceux qui veulent bien l’être, car le malaise est réel. Les délégués syndicaux de FO Énergie et Mines le mesurent et informent en temps réel la Fédération du vécu de terrain : droit d'alerte sociale, interventions en CHSCT, soutien des salariés en détresse. Voilà le quotidien de nos représentants.

S

ix ans après l'ouverture du capital d'EDF, un an après la privatisation fusion de GDF-SUEZ, nous vivons une prolifération de créations de filiales dans les deux grands groupes, tout comme dans les ENN. L’ensemble de ces restructurations, réorganisations à répétition, génèrent la démotivation et un mal-être au travail pour une très forte proportion de salariés, qu’ils soient cadres ou non cadres. Il ne se passe pas une semaine sans qu'il ne soit question d'acquisition, fusion, OPA, chute du cours de l'action de telle ou telle entreprise entraînant, ou plutôt, servant de prétexte à la remise en cause des schémas d'organisation du travail mis en place peu de temps auparavant. C'est une déstabilisation permanente des rapports sociaux dans les équipes, les services, les unités.

Loin d’être un épiphénomène, le stress au travail gangrène désormais les Industries Électriques et Gazières. La casse des fondements du service public, la financiarisation pour seul crédo, les techniques de management agressif sont les seules causes de ce virus qui se répand et provoquent des gestes hélas parfois irréversibles. L’histoire sociale nous a appris que sans rapport de force les dirigeants d'entreprise restent sourds aux demandes légitimes des salariés. Aussi FO Énergie et Mines, avec ses équipes, plus que jamais à leur écoute, renforce sa mobilisation et revendique pour peser sur les décisions peu scrupuleuses des entreprises. Ensemble nous sommes capables d’y parvenir. En ce début d'année, période traditionnelle de vœux, je formule donc celui que la raison l'emporte, que la solidarité prévaut, et souhaite à chaque lectrice et lecteur, au nom de FO Énergie et Mines, une très bonne année personnelle, professionnelle et syndicale.

Max ROYER Secrétaire Général de FO Énergie et Mines

3


LUMIeRe ET FOrcE

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

SOMMAIRE Page 5-9

Découvrez le quotidien des salariés de la nouvelle division d’EDF SA : la DAIP Page 10

Réseau Jeunes Solidaires : de la réflexion à l’action Page 11

GDF SUEZ : à la recherche des agences clientèles Page 13

ERDF : LINKY- Progrès technologique et progrès social font-ils bon ménage ? Page 14

Page 18

Votre rémunération en 2010 Page 19

CMCAS : De la suite… pour nos idées Page 22

La porte de l’OASIS II s’est ouverte Page 23

Comment préparer votre départ en retraite ? Page 25

Comment sortir de la souffrance au travail ? Page 26

Branche IEG : Services actifs ou la pénibilité en question

Fiche Pratique : DIF / Attention ! Votre compteur arrive bientôt à 120 heures !

Page 15

Page 27

GrDF : Développeur : Défense d’un savoir faire ! Page 16

RTE : Une entreprise pas comme les autres Page 17

Distribution : FO Énergie et Mines vient en aide aux Gestionnaires Contrat de Travail

Syndicaliste et artiste : Anne-Marie PEREZ chante en s’accompagnant à la guitare Page 28

L’actu des Salariés Page 30

Sondage Développement Durable : Votre avis nous intéresse !

Magazine de FO Énergie et Mines - FNEM-FO Directeur de la publication : Max ROYER Équipe de Rédaction : Sandrine LHENRY, Landry ROULAND, René KAO, Max ROYER Photos : Cyrille LESAGE / Médiathèque FO Énergie et Mines / istockphoto.com Siège : 60, rue Vergniaud – 75013 PARIS tél. : 01 44 16 86 20 – Fax : 01 44 16 86 32 E-mail : contact@fnem-fo.org n°294-Janvier 2010 Impression : SAI graphipole – tél. : 05.59.43.80.30

4


LUMIeRe ET FOrcE

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

DOSSIER

Découvrez le quotidien des salariés de la nouvelle division d’EDF SA :

la DAIP

La DAIP (Division d’Appui Industriel à la Production) a vu le jour au 1er janvier 2009. Cette nouvelle division exerce, pour le compte de la DPI (Division Production Ingénierie), les activités mutualisées d’appui industriel à la

production qui vont de la maintenance (ULM) à la formation (UFPI)…. Nous avons rencontré les salariés du secteur afin de recueillir leur avis et surtout découvrir leur environnement et leurs métiers. 5


LUMIeRe ET FOrcE

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

DOSSIER

Stéphane au cœur du simulateur du service Formation de Nogent sur Seine L’UFPI, entité opérationnelle de la DAIP est l’Unité de Formation Production Ingénierie qui réalise la maîtrise d’œuvre de formation. Stéphane FERON, formateur simulateur du service formation de Nogent sur Seine, nous explique son métier.

A bord du simulateur Bienvenue à bord du simulateur où tout est doublé, contrôlé, calculé. Chaque fait et geste sont filmés, enregistrés, décortiqués à la loupe pour notre plus grande sécurité et notre plus grand confort… « Le simulateur de Nogent est la réplique exacte du tableau de commande de la Centrale située à quelques centaines de mètres. Celui-ci est un modèle 1300 (en rappel de la capacité de production de la centrale, soit 1300 Méga Watts). Depuis 5 ans, chaque centrale nucléaire française est dotée d’un simulateur qui est la réplique exacte de son site. Vous avez systématiquement une salle de commande par type de réacteurs en référence au palier de construction. Chaque année, je forme une centaine de salariés pour des stages d’évaluation, de maintien des compétences, de recyclage. Je les fais travailler sur des scénarii comme, par exemple, la maîtrise d’un gradient de refroidissement primaire avec pour objectif la bonne mise en pratique des procédures : la sûreté étant notre perpétuelle préoccupation ».

La formation : une véritable passion Des hommes au service des hommes, véritable slogan de campagne publicitaire direz-vous et pourtant au centre de formation, cette notion prend tout son sens. « Mesurer les progrès d’un stagiaire, arriver à apporter quelque chose et s’apercevoir qu’ils ont progressé donnent une réelle satisfaction, un sentiment d’utilité. Pour cela, une certaine autonomie dans les techniques d’animation est clairement nécessaire car elle permet une approche sur mesure qui s’inscrit dans la réussite. Le danger serait d’axer la performance sur le rendement en occultant la pédagogie. On est là pour faire progresser les stagiaires dans leur emploi. On

6

ne fait pas uniquement de l’animation, on développe les concepts, prépare les sessions de formation et réalisons des missions annexes pour le compte de l’entreprise ». Particulièrement vigilant sur ma qualité de vie, je bénéficie du dispositif des 32 heures en temps choisi, ce qui me permet d’assurer la Présidence de mon association « Soleil d’Energodar (ville en Ukraine) ». FO défend l’autonomie dans le métier de formateur, essentielle à la valorisation et à la progression des salariés dans leur emploi. La formation en interne est également le fer de lance de nos revendications car nous tenons à maintenir les compétences et le savoir faire en interne de l’entreprise. Nous avons à cœur de garder la qualité de notre service formation et sommes actuellement en pleine négociation sur la revalorisation des métiers. Les négociations en cours sur le temps de travail sont également suivies avec un intérêt particulier pour les salariés … Comme dans chaque structure des entreprises du groupe, l’UFPI (Unité de Formation Production Ingénierie) est la « petite sœur » de DF2C pour la Division Formation Clientèle et Commerciale, l’UFO (Unité d’œuvre de Formation) pour ERDF et FMG (Formation Management Gestion « formation transverse ») pour EDF SA.


LUMIeRe ET FOrcE

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

d’exploitation du producteur hydraulique. Il nous donne son sentiment sur la création de la DAIP. « Cette nouvelle organisation permet de mieux nous occuper de nos clients producteurs en mobilisant plus de ressources et en ciblant mieux nos objectifs. En ce moment cela va de pair avec le projet Renouv’Eau (rénovation des réseaux d’exploitation de production hydraulique) dans lequel nous sommes fortement impliqués. Sans oublier le thermique et le nucléaire, qui ne sont pas en reste. Tout cela, enfin, pour la France métropolitaine et pour SEI (Système Electrique Insulaire). Bien sûr, la séparation avec nos collègues DSP est parfois un peu difficile à vivre sur le plan humain. Cela me rappelle le douloureux démixage avec RTE en 2000, encore présent dans les esprits. Mais cela ne se décide pas au niveau des agents. Alors il faut savoir humour gardé ! »

Stéphane Le Noel

Ingénieur d’Appui au département simulateur

Ils sont rares, ils sont 18 en France à maintenir en bon état le fonctionnement d’une quarantaine d’installations pédagogiques dont les répliques grandeur réelle des 19 sites nucléaires. Fort d’un haut niveau d’expertise dans le domaine de la maintenance, Stéphane Le Noel intervient depuis la centrale de BUGEY (5 km de Lyon) sur 4 domaines prépondérants.

Pascal AUZIAS

UNITEP L’UNITEP est l’unité qui exploite les matériels informatiques pour le compte de la DPI. Pascal AUZIAS, spécialiste dans les réseaux informatiques, a aujourd’hui exclusivement la charge des réseaux

« J’ai en charge le maintien de la disponibilité des simulateurs de commande (télémaintenance et astreinte physique sur tout le territoire), la formation des intervenants locaux à la maintenance, la formation des formateurs de l’UFPI (afin qu’ils puissent relancer seuls le simulateur) et l’appui à la maîtrise d’ouvrage (expertise pour remplacer les outils vis-à-vis du produit pleine échelle). » « Depuis la création de la DAIP, je n’ai pas ressenti de bouleversements notables. Au contraire, nous avons une meilleure prise en compte de notre métier car nous

7


LUMIeRe ET FOrcE

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

DOSSIER sommes devenus une entité nationale. La division a pourtant besoin de ressources supplémentaires mais nous avons beaucoup de mal à recruter en interne du fait de la spécificité de ce métier pourtant passionnant et diversifié. Le profil recherché en externe serait un niveau bac+2 (DUT ou BTS en informatique ou électrotechnique) ».

Didier RENODON Chargé d’affaires

« J’ai commencé à militer pour FO avant tout pour son indépendance politique. Militant actif pendant plusieurs années à PALUEL, le syndicat m’a beaucoup apporté dans les rapports humains et surtout dans la compréhension des règles et fonctionnement de l’entreprise ».

Marie Hélène PENA

Assistante au service formation

« J’ai en charge la maintenance des outils pédagogiques pour les formateurs du site de BUGEY. Souvent sollicité, j’interviens en temps réel sur les machines (répliques réelles des matériaux de la centrale). Mon rôle tient également à l’élaboration des cahiers des charges, au calcul de l’enveloppe budgétaire. Je suis aussi souvent en relation avec les bureaux de contrôle avec qui je planifie la vérification de l’ensemble des matériels pédagogiques ».

Issue de la maintenance Informatique Télécom au centre de Formation de Saint Affrique, j’ai dû engager une mobilité sur le site de BUGEY car le site est en cours d’extinction puis changer de métier suite à une réorganisation de la maintenance informatique. Avec l’aide de mon représentant syndical, Thierry FERRIER, je me suis réorientée sur le poste d’assistante au service formation de BUGEY. Je suis aujourd’hui l’appui logistique des 40 formateurs du service qui d’ailleurs mettent à profit mes connaissances en informatique pour les aider. J’y retrouve mes sources en quelque sorte. L’activité est assez polyvalente et passe de la demande d’achat aux autorisations d’accès sur tous les sites de France pour l’équipe de formateurs qui est amenée à intervenir sur tout le territoire. J’ai rejoint FO au début par affinité avec mes collègues et les idées véhiculées ».

8

« Bientôt en retraite, mon souhait a l'intention de la nouvelle génération, serait de pérenniser cet emploi afin de rester réactif vis-à-vis des formateurs du site. L’externalisation par le choix d’un prestataire n’est pas toujours le meilleur atout d’une entreprise. D’un point de vue syndical, j’ai choisi à l’origine FO car c’est le seul syndicat apolitique où je me retrouve. Maintenant, l’importance de sauvegarder la qualité et la garantie de nos emplois me semble être l’une des revendications de la « relève ». En ce sens le syndicat est un véritable appui qu’il ne faut pas négliger ».

ZOOM

la structure de la DAIP La DAIP regroupe 3 unités : • L’Unité de Formation de la Production Ingénierie, qui forme les agents de la DPI et plus particulièrement les agents de la conduite nucléaire, • L’UNITEP qui exploite les matériels informatiques pour le compte de la DPI, • L’ULM qui maintient en état opérationnel les outils de production, assure et organise les approvisionnements des sites de production.


LUMIeRe ET FOrcE

Et 2 centres de compétences : • Centre de compétences PFA (Patrimoine, Fiscalité et Assurance) qui gère les affaires administratives et réglementaires pour la DPI, • Centre de compétences consultance pour répondre à l’accentuation de réels besoins d’appui et de conseil au sein de l’Entreprise dans un contexte renforcé de recherche d’efficacité et de performances. Cette situation atypique ne favorise pas la fluidité des salariés pour les parcours professionnels au sein de la Division, et ne permet que très peu d’échanges entre Unité.

Une équipe syndicale active et mobilisée Comment l’équipe syndicale FO a réagi et s’est adaptée face à ce changement ? L’équipe syndicale FO Énergie et Mines de la DAIP rayonne sur l’ensemble des entités comptant sur plus de 100 sites répartis sur l’ensemble de la France. Avec les très nombreux déplacements que cela implique notre équipe syndicale s’organise pour venir en aide aux salariés du secteur et rencontrer les directions.

Michel SOLERIEU

Secrétaire Général du syndicat de la DAIP et Délégué syndical à l’UNITEP.

« J’ai en charge aujourd’hui de représenter les salariés de l’UNITEP ainsi que de PFA. Permanent à FO depuis 2000, je m’occupais des salariés de l’Unité de Service Méditerranée (agents informatique et télécoms, comptables, RH). Cette unité, avait comme particularité, d’être regroupée essentiellement sur deux sites (Marseille et Donzère). Concernant mon engagement syndical de l ‘époque j’étais essentiellement confronté à des réformes de structures récurrentes qui avaient pour objectifs les

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

réductions d’emplois et les externalisations des métiers (informatique notamment). Aujourd’hui à la DAIP, le contexte est différent. Travaillant pour la production, l’heure n’est plus aux réductions d’emplois… Ma principale difficulté est l’éclatement des sites géographiques sur tout le territoire. Plus de 55 sites pour L’UNITEP (Unité Systèmes d’Information et Télécommunications d’Exploitation du Producteur). »

Thierry FERRIER

Assistant Fédéral et Délégué Syndical dans l’Unité de Formation Production Ingénierie s’occupe également de la structure Unité Logistique Maintenance. « Depuis plus de 10 ans maintenant, ce qui correspond à mon engagement syndical comme permanent, je suis confronté aux fermetures de sites successives. Cela a commencé par la fermeture des écoles de Métiers et des centres d’études Soissons, Cebazat, Nantes-Montluc, Saint-Affrique, Ty Boul’Ouarn, Gurcyle-Châtel, le Bréau, Sainte Tulle, Ottmarsheim et bien d’autres encore. La fermeture du Service de la Formation Professionnelle en décembre 2006 et qui n’a pas encore abouti (des agents sont encore en attente d’affectations) est probablement celle qui m’aura le plus affecté. Notre présence syndicale et notre assiduité à défendre l’existence et le maintien des sites ainsi que l’accompagnement des salariés dans ces périodes difficiles auront sans doute permis de passer les étapes en équilibrant les intérêts des salariés et de la direction. Nous avons rempli notre rôle de garde fou. La dernière réforme en date du 31 décembre 2008, qui acte la disparition des Unités de Services et les créations de la Direction des Services Partagés et de la DAIP m’inquiète très fortement pour l’avenir de nos collègues de la DSP, ce qu’à l’époque j’ai dénoncé au CCE d’EDF SA. Mon souhait, s’il pouvait être entendu par la Direction, c’est de ne plus vivre des fermetures de sites, qui apportent trop d’inquiétude et de stress aux agents, et qui, parfois conduisent à des situations dramatiques. Nous espérons que les réorganisations d'ampleur (création de filiales) au sein d'EDF SA sont terminées et que nous allons maintenant nous consacrer au déploiement de l'entreprise et de ses activités internes. Ceci pour permettre et réussir le renouvellement des compétences et maintenir un bon état d'esprit des agents dans leur travail quotidien. La stabilité des organisations est un gage d'assurance pour l'avenir des salariés. Nous sommes, malgré tout, assez confiants pour l'avenir de notre division DAIP qui est actuellement en croissance. »

9


LUMIeRe ET FOrcE

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

Réseau Jeunes Solidaires :

DE LA REFLEXION A L’ACTION Quand le management prend le pas sur une gestion plus humaine des ressources, il en va de la responsabilité de FO Énergie et Mines : prêter une attention significative aux initiatives et aux volontés de forces vives bien décidées à agir pour leur avenir. Le nouveau marché de l’énergie a causé le morcèlement des IEG et a provoqué un certain isolement des salariés. La solidarité est-elle passée de mode pour autant ? Le succès de la rencontre FO Jeunes au Vieux Boucau montre que la demande d’échanges est bien réelle : tant sur les questions générales ou plus spécifiques aux IEG, que sur les attentes et les besoins des salariés.

Réflexions et débats de société Lors de cette première rencontre, la mise en place de l’espace de dialogue FO Jeunes a atteint l’ambition de créer une émulation entre les participants. Un véritable vivier de réflexion a émergé au moment où la culture d’entreprise est plus axée sur la productivité des salariés que sur un esprit de solidarité... Le résultat a dépassé les espérances des organisateurs : chaque auditeur est intervenu avec un point de vue original et constructif sur des sujets aussi délicats que la qualité de vie au travail (le malêtre et le stress professionnel), l’externalisation des métiers, le service public aujourd’hui, etc. Le partage des expériences de chaque intervenant a permis d’élargir une vision sur les sujets actuels de société : une occasion de rendre plus efficace notre action.

10

De la solidarité à l’action Décider de son avenir implique le partage des expériences pour déterminer l’action. Les participants à l'événement ont tous convenus de l’intérêt de se rencontrer au moins une fois par trimestre. L’idée est de continuer à étendre et à enrichir le réseau de solidarité de FO Jeunes et de mettre sur pieds des outils à l’usage des futurs sympathisants et syndiqués - nous donnant les moyens d’agir tous ensemble. Le rôle syndical dans notre réalité sociale est aujourd’hui plus que jamais nécessaire : l’avenir n’a pas à être subi, mais doit relever de choix personnels et indépendants. FO Énergie et Mines compte sur l’implication des participants et sur l’amplification du mouvement ! Une nouvelle réunion du réseau jeunes solidaires s’est tenue à Paris les 7 et 8 décembre. Nous ne manquerons pas de retracer l’essentiel de ces deux journées dans le prochain numéro de mars. A ce jour, le groupe élabore le prochain livret d’accueil à destination des nouveaux embauchés et la programmation du prochain grand évènementiel : Soulac.


LUMIeRe ET FOrcE

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

GDF SUEZ :

A la recherche des agences clientèles GDF SUEZ / Branche Energie France / BUCHP Vous avez déjà certainement entendu à la radio ou à la TV des pubs sur « Dolce Vita » mais vous êtes vous déjà demandés qui étaient les vendeurs de cette marque et quel était leur quotidien ? Mutualisations, modifications de lieux de travail, mobilité fonctionnelle, sont des situations de plus en plus fréquentes au sein des entreprises du secteur. Aujourd’hui, particulièrement éprouvés par ces transformations, les salariés de la Branche Energie France sont exposés aux réformes de structures récurrentes. Nous avons rencontré nos délégués qui témoignent et accompagnent chaque jour leurs collègues.

Des fermetures de sites programmées Actuellement la BUCHP (Business Unit Client Habitat et Professionnel) est confrontée à la fermeture de certains sites comme : Boulogne sur Mer (Pas de Calais), Albi (Tarn), et Frontignan (Hérault). De l’époque

d’EGD (Electricité Gaz Distribution) certaines agences s’étaient transformées en plateaux commercialisateurs avec la naissance de la DIRCO (Direction Commerciale de GDF) et c’est le cas de ces sites. Aujourd’hui ces anciennes agences clientèles, ne pouvant plus fonctionner de façon optimum du fait de leur taille diminuée, sont à leur tour confrontées aux fermetures. Suite malheureusement « logique » de l’ouverture du marché à la concurrence, le plan EFFICIO lancé seulement 4 mois après la naissance du nouveau groupe a pour objectif l’économie de 1,8 milliard d’euros. Ainsi, après avoir vécu les différentes restructurations avec une véritable évolution de leur métier vers celui de la vente, les salariés vont vivre les redéploiements.

Quelles sont les solutions apportées aux salariés? Véritables atouts pour les salariés, nos délégués syndicaux sont au cœur des négociations CHP. Ils mettent un point d’honneur à ce que les salariés trouvent un équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie privée à chacune des négociations. Seulement la réduction des coûts face au nouveau visage de l’entreprise avec aujourd’hui une politique centrée sur

11


LUMIeRe ET FOrcE

l’actionnariat et les suppressions de sites rend la tâche plus compliquée. Ceux-ci ont encore la possibilité de postuler dans d’autres entreprises du secteur comme ERDF ou GrDF afin de limiter au mieux leur éloignement géographique ou tout bonnement de changer de métier sachant que la « bourse de l’emploi » n’existera plus à la fin de l’année. Là encore ce choix n’est pas toujours aussi simple car la grille des salaires par rapport aux fonctions n’est pas forcément identique d’une entreprise à une autre (actuellement un accord est en cours, il s’agit du « Volet social pour les mesures d’accompagnement sur les fermetures de sites »). Aussi, nos délégués continuent à être le plus présent possible auprès des salariés afin de les conseiller au mieux dans leurs choix, de les assister si nécessaire et surtout de les défendre au cours de cette négociation.

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

ils voient leur région sinistrée par l’emploi. Attaché à défendre mes collègues, je continuerai malgré tout à assurer une présence syndicale permanente sur les différents sites de la région. »

L’avis des salariés Après un début de carrière dans l’Est de la France, au centre d’appel de Longwy, Sébastien André a déjà vécu la fermeture d’un site. Il nous fait part de son expérience, des attentes et des craintes de ses collègues.

Des situations dramatiques en région Bourgogne Le projet se précise de plus en plus. Au total, il restera 13 plateaux téléphoniques en France pour la commercialisation des produits liés à l’énergie à GDF SUEZ. Des suppressions de postes sont ainsi induites avec l’arrivée en renfort de plus de 1500 prestataires. La région Centre est l’une des plus touchées par la problématique de redéploiement des salariés qui souhaitent conserver leur emploi. Thomas CLAIN, délégué syndical FO Énergie et Mines pour la région Centre-Est attend beaucoup des prochaines négociations avec la Direction.

« Des solutions peuvent être présentées aux salariés avec par exemple de véritables plans de formation pour leur permettre de se reconvertir. Nous demandons également que soit possible de conserver l’accès aux passerelles pour l’emploi vers les autres entreprises du secteur. En effet, contrairement à d’autres régions, le Centre n’offrira pas de postes à proximité. Les salariés n’auront d’autre choix que de quitter la région ou d’intégrer une nouvelle entreprise. Les salariés ont aujourd’hui le sentiment d’essuyer une double peine car en l’espace de 10 ans ils ont le sentiment que non seulement le service public a été balayé mais en plus

12

« Lorsque l’annonce a été faite concernant la fermeture du plateau 24/24 de Longwy en 2006, j’ai décidé de prendre les devants en postulant en région Centre à Auxerre où je suis arrivé il y a 2 ans et qui ferme également aujourd’hui. Depuis l’effet d’annonce, je comprends très bien la déception des salariés. En tant qu’animateur, je les écoute et les rassure car à mon sens l’entreprise garde un aspect social. J’espère que les mesures d’accompagnement seront bonnes et suffisamment attractives avec, par exemple, l’aide au logement renforcée par des mesures financières, l’aide au conjoint pour retrouver un emploi en cas de déménagement. Le message que je tiens à faire passer est de ne pas perdre espoir et qu’il y a toujours une alternative. L’action syndicale est une force nécessaire pour proposer d’autres alternatives. À mon sens, un syndicat doit être force de propositions, à l’écoute des salariés et faire avancer l’entreprise vers un bon dialogue social avec les directions. » Ce que je peux constater au quotidien, c’est la forte mobilisation et présence de FO sur les différents sites où j’ai travaillé. Je ressens une véritable ouverture de dialogue. » Avec 10 000 collaborateurs, La Branche Energie France est une structure nouvelle née de la fusion GDF SUEZ depuis juin 2008 et anciennement DIRCO (Direction Commerciale de Gaz de France). Elle comprend 5000 agents aux IEG dont les collègues de la CNR et 5000 agents dépendants d’autres conventions collectives (Savelys, banques Soféa, sociétés Eolienne…)


LUMIeRe ET FOrcE

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

LINKY Progrès technologique et progrès social font-ils bon ménage ?

Quel service public pour le client ?

En cinq ans, il va remplacer les 35 millions de compteurs de l’hexagone pour la modique somme de 4 milliards d’euros. D’après les annonceurs, l’objet serait intelligent et communicant et se distinguerait par son ergonomie et son concept esthétique. Le Comité de Régulation de l’Énergie (CRE) et ERDF nous l’assurent : ce bijou de technologie représente un plus à la fois pour l’ensemble des fournisseurs d’accès et pour les clients. FO Énergie et Mines se garde de céder à l’enthousiasme général et prévient que ce boîtier, synonyme de technologie révolutionnaire, est susceptible d’entraver le progrès social autant pour les salariés que pour le service rendu aux clients.

Les clients devraient être servis avec plus d’efficacité (rétablissement d’énergie et changement de puissance à distance). Ils surveilleraient leur consommation avec précision pour « soulager leurs factures ». Revers de la médaille : la coupure se fera à distance sans se soucier du Service Public et sans considérer l’énergie comme un bien de consommation vital. Linky confirme notre entrée dans une ère où la gestion des hommes se déshumanise. Qu’importe le client précaire s’il est mauvais payeur ! Aux manettes d’un puissant computer, l’agent nouvelle génération devra couper la fourniture sans état d’âme ! En attendant, la CRE fait polémique parce qu’ERDF appose son logo sur le corps du compteur, elle invoque la stricte séparation juridique entre le groupe EDF SA et le distributeur et rappelle le groupe à sa neutralité de Service Public. Décidément, il y a progrès et PROGRES ; Service Public et SERVICE PUBLIC…

Quel avenir pour les salariés ? Une des finalités de l’outil est évidemment de gagner en rentabilité au détriment des emplois et des métiers. La Direction reconnaît à terme une perte d’au moins 12 000 emplois. Et dans l’avenir proche ? Avec la nouvelle gestion des compteurs, l’évolution des métiers risque de laisser sur place bien des salariés peu familiers de l’univers tout informatisé !

Bulletin d’adhésion à FO Énergie et Mines Je soussigné (nom et prénoms) : Adresse complète (rue) : Numéro : Date de naissance : Numéro de téléphone :

Code Postal :

Localité : Entreprise d’appartenance : Adresse e-mail :

Souhaite être contacté pour adhérer à FO Énergie et Mines Date :

Signature :

Bulletin d’adhésion à retourner à FO Énergie et Mines - 60 rue Vergniaud – 75640 PARIS cedex 13

13


LUMIeRe ET FOrcE

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

SERVICES ACTIFS

OU LA PÉNIBILITÉ EN QUESTION Il existe une modalité de reconnaissance de la pénibilité physique spécifique aux Industries Électriques et Gazières (IEG). Le dispositif, appelé Services Actifs (définition en encadré), dispense aux bénéficiaires une bonification pour la retraite et un départ anticipé. Les bénéficiaires sont nombreux : sur les 130 200 salariés que comptent les IEG, 47 630 agents sont concernés à 100%. Autant dire que le sort réservé aux Services Actifs ne laisse pas indifférent… Pourtant, dans le cadre de la réforme du régime spécial des retraites, les Pouvoirs Publics ont émis la volonté de voir remanier « le régime de bonification et la spécificité des métiers selon d’autres modalités ». Les négociations se sont ouvertes âprement tant la volonté des employeurs semble aller à l’encontre des réalités des pénibilités physiques du terrain.

Les employeurs reconnaissent-ils encore la pénibilité physique ? Clairement, les employeurs souhaitent réduire considérablement les emplois en services actifs ou, tout au moins, en réduire le taux de façon drastique. Comment ? En révisant à la hausse les seuils d’octroi du dispositif et en redéfinissant les métiers de telle sorte que la pénibilité soit atténuée parce qu’essentiellement fondée sur des critères physiques trop rigoureux. Ainsi l’employeur consentirait à céder des services actifs dès lors que la pénibilité serait admise au-delà d’un minimum de 500 heures d’exercice, soit un tiers du temps annuel, dans des conditions admises préalablement comme pénibles. Notons qu’encore à ce jour, un quart du temps est requis. Avec les nouvelles mesures, un agent PI (Petites Interventions) passerait de 100% à un taux de 55%... Un autre exemple, les « contrôleurs de travaux » dans le domaine du nucléaire sont devenus des « chargés d’affaires ». Ils subissent d’ores et déjà une baisse de la reconnaissance de la pénibilité à cause de ce changement de statut et donc, bien que le métier en lui-même ait peu changé, une diminution des Services Actifs.

14

Que dire des métiers bénéficiant à ce jour de services actifs dits intermittents ? Ils verraient leur taux réduit à zéro. Or, l’essentiel de la population concerné par le dispositif à un taux partiel est une population de cadres !

Et les services insalubres ? Plus rares, les services insalubres (définition en encadré) touchent un peu moins de 2000 salariés des IEG. Pour l’employeur, l’insalubrité a pratiquement été réduite à néant notamment grâce aux travaux entrepris sur les infrastructures qui préservent désormais la santé des salariés. Bref, les services insalubres n’auraient plus lieu d’être… La réforme des régimes de retraite a pour principe directeur de prohiber toute sortie «prématurée» du marché du travail. En cela, le système des Services Actifs est en contradiction avec les directives des Pouvoirs Publics. Qu’à cela ne tienne, l’employeur cherche à résoudre la question en révisant tous les critères à la baisse, quitte à nier pratiquement les dures réalités physiques rencontrées sur le terrain ! Pour FO Énergie et Mines, il n’est pas question de laisser faire. La volonté de notre organisation est même d’élargir la notion de pénibilité à des critères psychologiques. Nous savons que la pénibilité est à considérer pleinement non seulement sur le critère physique mais aussi sur un critère psychique ou mental. En ce cas, même les Services Actifs ne suffisent plus et imposent une reconnaissance avec une prise en considération immédiate de la pénibilité. Un point sur les mots : Les Services Actifs se définissent comme le constat, dans l’exercice d’un emploi, de dépenses physiques importantes ou d’efforts d’adaptation physique de l’organisme avec des conséquences physiologiques susceptibles d’avoir, par leur effet cumulatif, un impact à long terme sur la qualité de la vie. Les Services Insalubres : Le classement en services insalubres est accordé aux agents qui exercent une fonction dans des conditions telles qu’il puisse en résulter une altération immédiate ou lointaine de leur santé.


LUMIeRe ET FOrcE

Développeur :

Défense d’un savoir faire !

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

de l’activité de Développeur. Fort de son expérience professionnelle en tant que Développeur lui-même, Pierre GOMEZ, délégué syndical FO Énergie et Mines nous explique le dispositif mis en place pour la région.

L’emploi de Développeur en Gaz Naturel en voie de disparition ? Il y a 3 ans, la Direction commerciale de GrDF a voulu prioriser le placement des ventes de gaz dans l’habitat neuf et existant en substituant cette activité vers l’animation filière, Professionnels Gaz Naturel, installateurs de chauffage et les conseillers clientèle des AGNRC (Agence Gaz Naturel Raccordement et Conseil) et ainsi supprimer toute une catégorie de développeurs. Autrement dit, vous n’aviez plus de force de vente terrain pour commercialiser l’énergie gaz auprès des clients ayant déjà une habitation existante gérée par une autre énergie (électricité, fuel, propane…). Depuis, les placements de vente de gaz ont chuté provoquant l’abandon de la prospection clients. Fort de cette problématique, GrDF a souhaité supprimer cette activité sur la quasi-totalité du territoire en conservant sur l’ensemble des 8 régions, quelques développeurs par ci par là, et arriver à éteindre cette population.

Quel avenir pour les AGNRC ? Se posait alors récemment la question : Quel avenir pour les AGNRC ? Eh oui ! Faites le compte ! Il y a en moyenne 3 AGNRC par région, si vous supprimez les emplois de Développeurs, même pour les externaliser… c’est toute la « chaîne » commerciale qui est mise à mal. Car en plus si vous prenez le problème à l’envers, c'est-à-dire si vous laissez l’initiative au client de se faire connaître par téléphone … vous pouvez… l’attendre…

Repenser l’activité pour la conserver C’est en proposant une solution pour sauvegarder les emplois de la région Rhône Alpes Bourgogne, que notre équipe syndicale s’est illustrée fin 2009 en obtenant l’abandon du projet d’externalisation

« Malgré le fort potentiel et toutes les méthodes de marketing employées, en appels sortants, mailing, etc. par les AGNRC, le ciblage connu de ce potentiel plafonne à 30% d’exploitable. Aussi la seule solution pour placer des Offres de Raccordement est le porte à porte chez les clients et la Direction de la région Rhône Alpes Bourgogne l’a enfin reconnu. Après concertation entre toutes les parties, nous avons obtenu un statut spécifique pour les Développeurs de la région. L’activité est donc devenue polyvalente. Une plateforme de compétences où chaque Développeur, malgré son affectation, peut désormais être animateur filière mais peut aussi s’occuper des clients professionnels ou du diffus afin d’optimiser la zone géographique de l’activité. Il vaut mieux optimiser la présence d’un agent en le rendant polyvalent afin d’éviter à un autre de faire 500 km pour un client. Des équipes de 5 à 6 agents durant 3 mois en rotation sur différents sites ont ainsi été mis en place. Le but est « d’essorer » le maximum de clients avec le maximum de personnel amené sur site. Le volant de 20 agents offre une possibilité de rotation où tout volontaire peut s’impliquer sans partir des mois loin de chez lui* ». Ainsi, les emplois sont pour le moment sauvegardés et l’expérimentation commence avec un regain d’intérêt pour le métier. Souhaitons que le projet aboutisse et s’exporte sur l’ensemble de l’hexagone et ainsi provoque une pérennisation du métier de développeur. *Fin 2009 de nouvelles concessions gaz démarraient dans la région Manche Mer du Nord, les emplois de Développeurs ayant été supprimés dans la région, la Direction avait négocié avec les organisations syndicales une « synergie de moyens » avec la région Méditerranée. Les salariés volontaires de cette région avaient ainsi décidé d’accepter cette mission pour une durée de 6 mois et ainsi épauler une région en difficulté. (opération appelée Bienvenue chez les Nordistes)

15


LUMIeRe ET FOrcE

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

La particularité RTE RTE est une société anonyme à Directoire et à Conseil de Surveillance. Filiale du groupe EDF, l’entreprise garde une complète indépendance financière, managériale et juridique par rapport à la maison mère. Le Conseil de Surveillance, composé notamment de quatre membres représentants des salariés, désigne le Directoire. Directoire et Conseil de Surveillance conviennent des grandes orientations et décisions de l’entreprise (voir encadré). Les particularités de fonctionnement de l’entreprise requièrent une implication particulière de la part du personnel de RTE, s’il veut être partie prenante des décisions structurantes, stratégiques ou sociales, en un mot s’il veut, comme il se doit, décider de son avenir. Choisir ses représentants salariés, c’est agir pour vos intérêts !

RTE

E S I R P E NTR UNE E ES L E M M O C PAS AUTRES

Dans cette perspective, la participation du personnel de RTE dans le choix de ses représentants est essentielle s’il veut bénéficier d’une gestion saine et transparente. FO Énergie et Mines a toujours été, depuis la création de RTE, un élément incontournable dans l’ensemble des négociations collectives et dans la défense des intérêts collectifs et individuels des salariés de RTE. Il est maintenant indispensable que FO Énergie et Mines intègre le Conseil de Surveillance pour que les salariés soient représentés par une organisation libre et indépendante, qui n’hésite pas à s’exprimer dans l’intérêt de tous les personnels d’exécution, de maîtrise ou cadre. Les personnels doivent être largement informés de ce qui se passe au sein de ce Conseil. Seule la pluralité syndicale permet une vraie transparence sur les prises de position et les décisions qui façonnent quotidiennement l’avenir de l’entreprise et de ses salariés.

Les clés pour comprendre :

Vo u s allez, dans les mois à venir, devoir choisir vos représentants salariés dans le cadre des élections au Conseil de Surveillance. Les représentants salariés suivent toutes les évolutions de l’entreprise sur les plans financiers et technologiques et sont tenus informés des grandes orientations politiques. Dans cette perspective, la participation du personnel de RTE dans le choix de ses représentants est essentielle s’il veut bénéficier d’une gestion saine et transparente. FO Énergie et Mines a souhaité vous apporter un éclairage sur le fonctionnement particulier de l’entreprise.

16

Le Directoire, nommé par le Conseil de Surveillance, est composé de quatre membres, les seuls compétents pour mettre en œuvre les opérations qui concourent directement à : • l’exploitation, • l’entretien, • et au développement du réseau public de transport de l’électricité. Composé de douze membres dont quatre représentants des salariés, la mission du Conseil de Surveillance • nommer le Directoire, • contrôler la gestion, • délibérer sur les orientations stratégiques, économiques, financières et technologiques…


LUMIeRe ET FOrcE

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

FO Énergie et Mines vient en aide aux Gestionnaires Contrat de Travail d’ERDF GrDF Le 17 novembre dernier et à l’appel des équipes syndicales de FO Énergie et Mines, le personnel des Agences Contrat de Travail d’ERDF GrDF s’est fortement mobilisé pour exprimer sa souffrance au travail. Depuis l’arrivée du portail RH, à l’origine prévu pour améliorer le fonctionnement de leur activité, les salariés se sont retrouvés exposés à des difficultés devenues ingérables dans leur quotidien. Notre

Face e

t

à ce climat

malheureusement au silence des directions, nous avons conduit une journée d’action avec un appel à la grève national. Le mouvement fut particulièrement bien suivi sur ma région avec plus de 70% de personnes mobilisées pour la Gestion Individuelle. De cette forte mobilisation un constat s’impose : les choses nécessitent de changer pour que les Gestionnaires mais aussi les Superviseurs et les responsables d’équipe retrouvent, dans un climat serein, les conditions d’exercice d’un métier dont nous savons tous combien il est le cœur de nos Entreprises». déléguée, Josette MONBORGNE, particulièrement attentive au bien-être des salariés de la région Manche Mer du Nord et à l’initiative du mouvement social, a su déclencher l’alerte et recréer un élan d’espoir pour tous les salariés enfin accompagnés. Suite à son appel, les équipes de FO Énergie et Mines se sont mobilisées sur toute la France pour venir en aide et soutenir l’ensemble des Gestionnaires Contrat de Travail dans leurs revendications.

Une journée de mobilisation particulièrement suivie Yann TINARD, délégué syndical sur la région Ouest, témoigne sur les raisons qui ont conduit à cette journée d’action nationale particulièrement suivie avec plus de 60% du personnel mobilisé. « Sur la région Ouest, comme partout sur le territoire, les salariés ont dû, depuis plusieurs années déjà, faire des efforts en déménageant ou en faisant plus de kilomètres pour rejoindre leur nouveau lieu de travail depuis la nouvelle réorganisation en plateaux mutualisés. A cela viennent s’ajouter des conditions de travail dégradées, des équipes qui subissent la pression « flux tendu », des réorganisations subies de plein fouet, avec en filigrane un manque constant de formations adaptées et des nouveaux outils de gestion peu fiables, voire inadaptés.

Les solutions proposées par FO Énergie et Mines Un protocole d’accord rédigé par notre organisation syndicale fait actuellement l’objet d’une négociation avec les directions pour qu’enfin la qualité de vie au travail des salariés soit assurée. A ce titre, plusieurs propositions sont faites dont : • la prise en compte de l’ergonomie des lieux et bureaux de travail ainsi que les nuisances externes (chaleur, bruit …), • une demande d’état des lieux du matériel et des logiciels en vue de modifier toutes les Unités Centrales de l’ACT (Agence Contrat de Travail), • la création d’une note nationale facilitant la prise en charge et le traitement des heures supplémentaires défiscalisées, comme ce fut le cas après les dernières tempêtes et l’intervention de la FIRE, etc. La liste des revendications n’est, bien entendu, pas exhaustive et FO Énergie et Mines met actuellement tout en œuvre pour que des suites réelles et significatives soient apportées pour l’amélioration des conditions de travail des salariés ayant en charge la gestion de vos dossiers. Aussi, si vous souhaitez de plus amples informations sur l’accord en cours, nous vous invitons à contacter le secteur « Distributeurs » de FO Énergie et Mines au 01 44 16 86 29.

17


LUMIeRe ET FOrcE

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

Votre rémunération

en 2010

En novembre 2009 s’est tenue la dernière Commission Paritaire de Branche concernant l’accord salarial de Branche 2010 pour l’ensemble des salariés des Industries Electriques et Gazières. Celle-ci est plus que déterminante pour le calcul de vos prochaines fiches de salaire et pourtant …

Loin d’être suffisant au regard des bons résultats des entreprises, FO Énergie et Mines a refusé d’y apposer sa signature. Sujet trop important et déterminant pour votre pouvoir d’achat, nous avons jugé utile de vous exposer les raisons de notre désaccord.

En quoi consiste cet accord ?

Nos propositions et revendications pour l’ENSEMBLE des salariés de la Branche

La seule augmentation générée par cet accord est celle de 1.2% qui correspond à l’augmentation du Salaire National de Base. En effet, les avancements au choix tombent de 0.95% à 0.7% (même si il est vrai que ce sont des minimas et que les négociations vont s’ouvrir dans les entreprises, il y a tout lieu de craindre, par exemple, que les distributeurs ERDF et GrDF soient encore les parents pauvres !). De plus, l’augmentation de la Rémunération Moyenne du Personnel en Place, qui comme son nom l’indique n’est qu’une rémunération moyenne (c'est-à-dire qu’elle ne concerne pas l’ensemble des salariés) est de +0.15% ; sauf qu’en 2009 l’inflation sera de 0.3% et qu’en 2010 elle est prévue à 1.2%.

Pour toutes ces raisons, FO Énergie et Mines n’a pas souhaité apposer sa signature sur cet accord salarial clairement insuffisant au regard des capacités de financements des entreprises de la Branche, aussi nous continuons à porter de réels progrès sociaux pour l’amélioration de votre pouvoir d’achat, avec en plus des 1.2% réel d’augmentation : • La création d’une gratification annuelle d’un 14ème mois, comptant pour le calcul de la retraite comme le 13ème mois (ce qui correspond à une augmentation de près de 8%), ainsi que le maintien du taux d’avancement au choix à 0.95%.

La controverse des 2.8% d’augmentation

Ce qui est issu de la négociation • 1.2% : augmentation du Salaire National de Base au 1er janvier 2010 • 0.7% : une enveloppe minimale d’avancement au choix

Loin d’être d’accord sur le terme « d’augmentation générale », notre fédération s’est penchée sur l’acrobatie réalisée par les employeurs pour arriver à 2.8% d’augmentation … Véritable effet d’affichage, les employeurs et les signataires ont ajouté des mesures individuelles à des mesures générales. Ainsi, tous les salariés ne bénéficieront pas de toutes ces mesures !

Ce qui n’a pas été négocié • 0.6% : les mesures d’ancienneté prévues par le statut du personnel • 0.3% : les retouches de grille liées à l’accord Retraite signé par les fédérations CGT, CFDT, CFE/CGC et CFTC

18


LUMIeRe ET FOrcE

CMCAS : de la suite… pour nos idées ! La crise financière perdure et a tendance à assombrir les mœurs ? Ne nous laissons pas abattre pour autant ! Notre organisation pourvoit à vos besoins et à vos envies au quotidien auprès des CMCAS locales et des commissions nationales. En juin 2009, lors de la dernière campagne des administrateurs CMCAS, nous vous avions invités à faire le choix de gagner en liberté pour vos vacances et vos loisirs. A ce jour, nous continuons à proposer des solutions pour améliorer votre vie quotidienne en matière de santé, de vacances, de culture, de sport, de solidarité, d’assurance, de restauration... Un seul but anime FO Énergie et Mines : valoriser et diversifier votre salaire différé, le fonds du 1%.

Quand nos propositions riment avec innovations, ça paye ! Souvent en avance sur les orientations de la CCAS, FO Énergie et Mines a ainsi obtenu des mesures concrètes suite à des propositions innovantes. Vous êtes nombreux à bénéficier de conventions passées avec des professionnels du tourisme. C’est FO qui est intervenue pour demander la mise en place de ces partenariats afin d’élargir nos capacités d’hébergement ! De même, en 2008, nous avons tout fait pour qu’une aide aux transports soit allouée en complément des frais de déplacements sur le lieu de villégiature de votre choix. L’organisation a été entendue pour la prise en charge de vos voyages vers la Corse. Nous travaillons toujours pour que cette mesure soit appliquée sur l’ensemble du territoire hexagonal.

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

Propositions en marche… FO Énergie et Mines propose encore une multitude de projets et d’initiatives pour améliorer la vie de votre CE. Encouragée par son expérience, par ses réussites et par vos souhaits, l’organisation est déterminée à ne pas relâcher la pression. La crise financière est une réalité, soit ! Pour autant, nous ne lésinons pas sur notre énergie pour faire progresser votre qualité de vie.

Pour des aides financières

Que ce soit dans votre vie quotidienne ou lors de vos vacances, nous militons à chaque instant en vue d’augmenter votre pouvoir d’achat. La mise en place du CESU, par exemple, mérite une application plus audacieuse notamment dans le domaine de la petite enfance : des partenariats avec des crèches doivent être envisagés au niveau local pour répondre convenablement aux exigences des bénéficiaires. De la même façon, le CESU doit être à la source d’une meilleure solidarité intergénérationnelle et faciliter les petits travaux de jardinage, de bricolage, etc. Répondre aux exigences des salariés, c’est aussi offrir la possibilité à tous d’apprécier des déjeuners dans des restaurants conviviaux en vue de sortir de la cantine habituelle… En ce sens et, sans remettre en cause la « restauration méridienne », la mise en place de chèques restaurants est requise pour des lieux où il n’existe pas de point de restauration sur les lieux de travail. L’une des revendications de FO Énergie et Mines porte encore sur la constitution d’une véritable épargne voyage. L’organisation envisage le projet de façon tripartite entre les banques, la CCAS et les agents. L’agent verserait ainsi cinquante euros et la CCAS

19


LUMIeRe ET FOrcE

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

abonderait ce montant pour constituer cette épargne. Élargir l’emploi du CESU, octroyer des chèques restaurants aux agents, mettre en place une épargne voyage sont des propositions que nous portons afin de renforcer le pouvoir d’achat des salariés des IEG. D’autres revendications nous tiennent à cœur et nous les portons avec la même vigueur : nous travaillons notamment pour des mesures plus justes en matière d’hébergement avec une demande d’application du coefficient social sur l’ensemble du territoire (sites d’Opéra et de Richerand en région parisienne où le coefficient social n’est pas réellement pris en considération). L’une des mesures attendues est la possibilité de faire du sport à côté de chez soi, au moindre coût avec une participation financière sur les licences, sans pour autant remettre en cause les clubs nationaux.

Pour des vacances sur mesure Vous laisser le choix de vos séjours est le moins que nous puissions attendre de notre Comité d’Entreprise… C’est pourquoi la volonté de FO Énergie et Mines est de ne pas mettre en place des activités décidées par des spécialistes nationaux mais bien de vous proposer des offres en adéquation avec vos envies. Les séjours passion sont la résultante d’une volonté affichée par notre organisation tant dans le domaine du sport, que du bien-être (thalassothérapie, thermalisme, arts, culture, danse, musique, spectacles à thème, gastronomie…).

20


LUMIeRe ET FOrcE

Outre les « séjours passion », des vacances sur mesure impliquent pour nous un concept de vacances « itinérantes » que nous portons vigoureusement. Ce concept vous offrirait la possibilité de découvrir pleinement une destination sur deux semaines avec des villes étapes pour deux ou trois jours. Les vacances sur mesure visent enfin à satisfaire la curiosité des salariés des territoires d’outre-mer. Loin d’oublier nos collègues d’outre mer, notre organisation propose, également comme axe de travail à la commission nationale, des séjours itinérants pour découvrir la métropole. FO Énergie et Mines revendique par ailleurs un développement du tourisme urbain par la mise en place de résidences hôtelières. Actuellement, trois projets sont en cours à Nice, Marseille et Lille, l’occasion de faire profiter les bénéficiaires des animations culturelles et de la découverte du patrimoine des grandes agglomérations.

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

Pour le sport Nous demandons une journée nationale de découverte des sports sur le thème : « Sport en fête, faites du sport » ! L’organisation d’un évènement d’une telle ampleur répond à vos envies. Nous souhaitons évidemment enrichir cette réunion nationale avec une large participation des sportifs porteurs d’un handicap ! Nous mettons actuellement tout en œuvre pour porter la voix des personnes en situation de handicap pour l’adaptation des structures telles que la loi le prévoit, avec la mise en place d’un label sur leur localisation et leur configuration. Nous réfutons les « centres ghettos » afin de vous offrir des sites accueillants permettant une large autonomie dans vos déplacements et vos gestes quotidiens. Nous agissons pour que l’ensemble des salariés profite pleinement de leurs activités.

Pour les jeunes

Notons que la jeunesse n’est pas exclue de nos plans, nous tenons à lui offrir des séjours linguistiques avec des contenus attrayants par l’établissement d’une charte de qualité. Les « séjours pluriels à l’étranger » font partie de nos propositions afin que les enfants porteurs de handicap puissent partir avec leurs amis valides. Devant la recrudescence des demandes de séjours partagés où vos enfants ont la possibilité d’inviter un « copain » avec eux en vacances, nous souhaitons une réaction efficace et réactive de la CCAS en établissant d’ores et déjà un recensement des centres qui sont inexploités afin de rationaliser les structures existantes et en conséquence satisfaire vos attentes. FO Énergie et Mines œuvre avec conviction dans le secteur des activités sociales. Nous innovons sans cesse pour que tous les salariés accroissent leur pouvoir d’achat, profitent de voyages enrichissants, puissent partager leur passion, qu’elle soit culturelle, artistique ou sportive au moyen d’évènements d’envergure. Nous encourageons la solidarité intergénérationnelle et la justice sociale afin que chacun puisse satisfaire sa curiosité, ses besoins et ses envies.

De même, nous continuons à travailler à la mise en place pour tous des chèques vacances et loisirs. Vous pouvez gagner en liberté et les utiliser au gré de vos envies

Pour tous renseignements complémentaires sur nos actions et revendications dans le domaine de vos loisirs, contactez nous et joignez le secteur Activités Sociales de FO Énergie et Mines au 01 44 16 86 20.

21


LUMIeRe ET FOrcE

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

CAS de Poitiers. Il souhaite décrocher une place dans une Maison d’Accueil Spécialisé, (MAS) en construction, l’OASIS II, destinée aux adultes. L’inauguration est prévue au moment même où son fils atteint l’âge limite dans l’établissement qu’il occupe. Le parent, anxieux, attend une réponse. Tandis que les murs et le toit sont déjà construits, il voit sa requête restée sans suite ! Mais Gérard Bellot, président de la CMCAS de Poitiers pour FO Énergie et Mines, est informé de la situation. Sensible à l’urgence, il alerte Valérie Barré.

A bras-le-corps

LA PORTE DE L’OASIS II S’EST OUVERTE Pour notre organisation, c’est une victoire de la persévérance et de l’engagement sur l’inertie et le laisseraller. Le destin d’une personne polyhandicapée est dans l’incertitude ? Valérie Barré, membre à la commission de la CCAS, mobilise son énergie et remue ciel et terre pour obtenir les subventions indispensables ouvrant droit à deux places réservataires dans une Maison d’Accueil Spécialisée, (MAS) flambant neuve, moderne et tout confort ! Un épisode heureux et riche en enseignements…

Situation Urgente Un salarié des IEG dont l’enfant est polyhandicapé s’adresse à son CCAH local (Comité National de Coordination de l’Action en faveur des personnes Handicapées) partenaire de la CCAS par le biais de la CM-

22

Valérie a une connaissance approfondie du quotidien vécu par les parents d’enfants polyhandicapés. Souvent aimants et comblés, ils se trouvent confrontés à une forte dépendance requérant bien du dévouement. Ces parents courageux restent tenus d’assurer la survie du ménage : le recours à un établissement spécialisé est donc nécessaire ! Valérie prend fait et cause pour le dossier. En quête d’un interlocuteur consciencieux de la CCAS, elle intervient à tous les niveaux de l’administration. Les accords de principe ne lui suffisent pas. Elle travaille sans relâche vers une issue concrète. Fin 2009, il n’est jamais trop tard, c’est la consécration : 56000 euros sont alloués à l’OASIS II par la CCAS, cette contribution finance l’installation de rails au plafond qui facilitent le déplacement des résidants et le travail du personnel.

Se donner les moyens Le père est maintenant soulagé, son enfant est pris en charge dans des conditions améliorées grâce à l’obstination d’une représentante FO Énergie et Mines. L’affaire de l’Oasis II démontre que l’engagement syndical vise à construire plutôt que subir, surtout si les moyens ne manquent pas ! Et sans le cran, l’engagement, la combativité de l’essentiel de nos représentants, nos droits ne seraient que des mirages…

Chiffres clés :

225 000 euros, c’est le fond dédié en 2008 par la CCAS pour l’amélioration des conditions de vie des personnes dépendantes. Seuls 177 700 euros ont été utilisés. 330 000 euros, le même fond pour l’année 2009. Seuls les deux tiers de ce fond ont été utilisés. L’action de Valérie Barré… Un exemple à suivre !


LUMIeRe ET FOrcE

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

Comment préparer votre départ en retraite ? L’approche de l’âge de la retraite est souvent déstabilisatrice. Plus tard, on prend conscience de cette inéluctable échéance, plus la difficulté sera grande pour régler ce qui peut rapidement devenir un problème majeur. Aussi, nous vous proposons un rapide tour d’horizon sur les démarches que vous devrez accomplir afin de partir dans les meilleures conditions.

Quand pouvez-vous commencer à partir ? Alors que pour le régime général, l'âge à partir duquel l'employeur peut mettre d'office en retraite un salarié contre sa volonté vient d'être relevé à 70 ans, dans les IEG, l’âge terme est fixé actuellement à 65 ans. Pour percevoir une retraite au taux maximum, vous devez justifier de 41 annuités (sauf quelques mesures de raccordement actuelles). Suivant la loi Fillon, toutes les retraites doivent être garanties par une quotité minimum de trimestres pour percevoir une pension complète. Elles sont désormais entrées dans un système de décotes et de surcotes. En tout état de cause et dans les conditions normales, aucune retraite ne peut être versée avant 60 ans (par exemple, si vous êtes et avez toujours été sédentaire). Suivant votre situation, vous avez la possibilité de partir dans certaines conditions dès 55 ans (exemple si vous totalisez 15 ans de services actifs).

Quand et comment dois-je commencer mes démarches ? C’est, aujourd’hui, vous qui décidez de votre départ ! Nul ne peut vous imposer un départ avant 65 ans (voire 68 ans si vous avez encore des enfants à charge ou handicapés). Si vos droits sont ouverts, vous devez au préalable demander à la CNIEG un dossier de liquidation en indiquant votre date de départ. La CNIEG ne peut verser une pension que si l’ayant droit l’a formellement demandé.

Attention ! Parallèlement, vous devez en informer votre employeur. Mes démarches Parce qu’aucune pension n’est accordée directement, vous devez a minima préparer votre départ dans les 2 ans qui précède la date que vous aurez choisie. Actuellement ces démarches se déroulent en 3 phases : J-5 ans (de la date au plus tôt) : Il s’agit de la phase découverte. Vous devez être informé par la CNIEG sur les conditions de départ ainsi que sur les modalités de constitution de votre dossier retraite (ces informations vous sont systématiquement adressées). J-2 ans (de la date au plus tôt) : Vous êtes dans la phase de préliquidation. Lors de cette phase, la CNIEG vous adresse un dossier et vous demande de

23


LUMIeRe ET FOrcE

déterminer la date prévisionnelle de cessation de votre contrat de travail (cette date n’est donc pas définitive). Une fois votre dossier complété, vous devez le renvoyer à la CNIEG pour obtenir une estimation de votre pension. J-1 an : Vous êtes dans la phase de liquidation. La CNIEG vous envoie alors votre dossier définitif complété. Son retour à la Caisse a valeur de demande de paiement de la pension des IEG. Il fixe la date d’effet et le taux de liquidation de votre pension. Vous ne pouvez plus revenir sur votre décision ! Cette liquidation est par ailleurs soumise à la rupture préalable de votre contrat de travail avec les employeurs des IEG et son versement est soumis aux règles en vigueur sur le cumul emploi retraite.

C’est le moment de prévenir votre employeur de votre départ Entre J-1 an et J-6 mois. C’est le moment où vous devez informer votre employeur. Pour cela, il vous suffit, en amont de cette période, d’adresser un courrier au service des ressources humaines afin de leur formaliser votre départ. Attention ! Quel que soit le régime, une fois la liquidation effectuée, votre pension est définie et ne peut plus être modifiée.

Vous avez travaillé dans d’autres entreprises avant les IEG : Comme la grande majorité des salariés, vous dépendez dans ce cas de plusieurs régimes et êtes considéré comme : POLYPENSIONNE. Dans ce cas, vous devrez en plus des démarches déjà citées contacter la CNAV pour obtenir votre relevé de compte carrière dans

24

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

les mêmes délais qu’à la CNIEG, c'est-à-dire : 5 ans auparavant. Mêmes démarches dans les délais identiques, si vous avez travaillé pour une collectivité publique en tant que non titulaire, vous avez alors cotisé à l’IRCANTEC.

Vous avez cotisé pour des caisses complémentaires : Vous avez cotisé à titre privé dans des caisses complémentaires, dans ce cas les délais et les démarches sont les mêmes. Suivant que vous soyez cadre ou non, les entreprises où vous avez travaillé, vous ont peut-être obligé à cotiser à l’AGIRC ou l’ARCO. Il vous appartient alors de contacter cette caisse, préalablement, a minima dans l’année où vous demanderez votre liquidation auprès du régime général (CNAV), afin d’obtenir votre relevé de carrière et de demander le paiement de ce complément. Pour de plus amples informations, nous vous invitons à contacter le fédéral du secteur pensionnés FO Énergie et Mines, Gérard PEUDENNIER au : 01 44 16 86 46.

A partir de 2010, les textes obligeront les régimes à transmettre un document automatiquement aux assurés atteignant 55 ans, puis tous les 5 ans jusqu’au départ en retraite (mise en place de la loi du 21 août 2003). Pour plus d’infos : www.cnieg.fr


LUMIeRe ET FOrcE

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

Comment sortir de la souffrance au travail ? Les entreprises mènent des réorganisations, suppriment des postes, externalisent ou recourent à des méthodes de management par le stress, avec pour but d’atteindre des objectifs - faire du chiffre, par exemple – abstraits ou éloignés de nos préoccupations concrètes ! Jusqu’à présent, ces bouleversements surviennent sans réellement considérer les conséquences sur la vie des salariés, premiers concernés. Pourtant, l’actualité de ces derniers mois montre jusqu’où la souffrance en entreprise peut mener. Face à l’ampleur du phénomène, le Ministre du Travail, Xavier Darcos a sommé les entreprises de plus de mille salariés d’engager des négociations sur la prévention du stress au travail et de progresser dans ces discussions avant le 1er février 2010. En alerte, FO Énergie et Mines n’a pas attendu les injonctions du Ministre. L’organisation redouble d’efforts pour éliminer la violence professionnelle au sein des IEG avec l’ambition d’influer positivement sur le cours des débats.

Une volonté partagée ? En ce début d’année, nous demandons un plan d’arrêt pur et simple de toute réorganisation au sein des IEG, tant que les entreprises n’en ont pas mesuré les effets sur la santé en prenant en compte les avis et propositions de FO Énergie et Mines. Cette revendication est bel et bien réalisable car notre conviction est ferme et les moyens dont nous disposons peuvent peser. Le Code du travail stipule, en effet, l’obligation de l’employeur d’assurer la sécurité et de protéger la santé physique et mentale de ses salariés. La jurisprudence lui impose même une obligation de résultat. Plus pragmatiquement, les employeurs sont contraints de se rendre à l’évidence : le stress ou la souffrance au travail engendre des pertes mirobolantes pour l’ensemble des entreprises françaises. Les employeurs ne sauraient voir perdurer les 3,5 millions de journées d’arrêt de travail prises annuellement et souhaitent agir en conséquence. Est-ce que les entreprises des IEG répondront positivement à notre demande d’arrêt des réorganisations ? Dans tous les cas, nous obtiendrons des concessions.

Avec le terrain ! Éliminer le phénomène de stress au travail signifie l’envisager dans son ensemble. Des experts, notamment Pierre Monfort, Fédéral FO Énergie et Mines chargé du secteur santé au travail, mettent au point une méthodologie précise et compréhensive avec une connaissance détaillée de l’organisation du travail. Ils entendent mener des actions préventives avec la demande d’arrêt des plans de réorganisations ; curatives avec une aide aux salariés en situation de stress et développer des services sociaux et de santé au travail. Il est intolérable que la souffrance et le stress continuent à s’intensifier dans les IEG. Que la cause soit imputée au contenu même de votre tâche (charge de travail, rendement, monotonie), à l’organisation (planification, contrat précaire, sous-traitance), aux relations de travail (mépris du management, isolement) ou à votre environnement physique ou technique, il est nécessaire de retrouver une ambiance de travail saine et apaisée. Nous œuvrons continûment en ce sens et avons bon espoir d’obtenir des avancées. Notre organisation invite tous les salariés concernés par la souffrance au travail à nous contacter au plus vite : il est impérieux que chacun sorte de son isolement !

25


FICHES PRATIQUES

LUMIeRe ET FOrcE

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

Droit Individuel à la Formation :

Attention ! Votre compteur arrive bientôt à 120 heures ! Cela fait maintenant près de 6 ans que chaque année, à votre domicile, vous recevez un document vous informant de votre quotas d’heure acquis dans le cadre du DIF. Aujourd’hui, les compteurs DIF affichent 100 heures et vous ne l’avez pas toujours utilisé ou vous ne savez pas comment l’utiliser ?

Comment utiliser votre DIF ? La formation doit avoir un rapport avec l’activité professionnelle actuelle ou à venir. Aussi, voici quelques exemples pour utiliser votre DIF. Pour vous aider à préparer une VAE (voir fiche pratique Lumière et Force n°293) Obtenir un diplôme par le biais d’une VAE (validation des acquis de l’expérience) implique notamment de réaliser un dossier très complet. De la rédaction du document à la simulation du passage devant le jury, cet accompagnement prend environ 20 heures. Aux IEG, l’abondement du DIF est, de plus, possible. L’employeur peut prendre à sa charge un nombre d’heures équivalent au nombre d’heures de DIF investies par le salarié dans sa VAE, pour lui permettre de préparer les épreuves dans des matières non validées au titre de son expérience. Acquérir une formation certifiante et/ou diplômante pour enrichir votre CV Les CP ou certifications professionnelles attestent de manière très officielle de la maîtrise d’une fonction ou d’une activité. Elles s’adressent à des salariés qui viennent d’accéder à de nouvelles responsabilités ou qui souhaitent actualiser leurs connaissances. Décernées à l’issue de 10 à 15 jours de formation, elles s’adaptent parfaitement au format du DIF (CP de contrôleur de gestion en 112 heures, de chargé de communication en 98 heures …) Qui peut en bénéficier ? Tout salarié des IEG en CDI employé à temps plein ou partiel et sans aucune condition d’ancienneté peut bénéficier du DIF. Certains publics sont jugés prioritaires pour se former, comme les personnes ayant plus de 20 ans d’expérience professionnelle, celles de plus de 45 ans, les femmes de retour de congé maternité

26

ou parental, les travailleurs handicapés ou les futurs créateurs ou repreneurs d’entreprise. Aux IEG, les cas de formations prioritaires sont nombreuses (nous vous conseillons de vous rapprocher de nos équipes FO Énergie et Mines pour de plus amples informations). La durée de vos droits au DIF En cas de non utilisation, vos droits au DIF s’accumulent pendant 6 ans. Au terme de cette période, vous aurez atteint 120 heures. Au terme de cette durée, le crédit reste plafonné à 120 heures et vous cessez de cumuler le crédit des 20h/an. Dès que vous utilisez vos heures, le compteur se remplit à nouveau. Comment pouvez-vous en disposer ? C’est au salarié de faire sa demande auprès de l’employeur, à condition qu’elle soit en accord avec les priorités de l’entreprise (s’il est prioritaire, il est effectué sur le temps de travail). Le service des Ressources Humaines dispose d’un délai d’un mois pour répondre à votre demande. L’absence de réponse équivaut à une acceptation. Si celui-ci rejette votre demande, elle pourra être traitée au niveau hiérarchique N+2. Après 2 refus, vous pouvez demander à l’AGECIF. Votre rémunération pendant le DIF Lorsque le DIF se déroule hors temps de travail, ce qui est le principe légalement, il donne lieu au versement d’une allocation de formation (égale à 50% de la rémunération nette). Le DIF peut également se dérouler à titre dérogatoire, sous réserve d’un accord formalisé entre vous et l’employeur, pendant le temps de travail selon des conditions définies par accord ou décision d’entreprise. Dans ce cas, les heures de formation donnent lieu au maintien de la rémunération normale. Selon l’enquête du groupe Demos, en France, seuls 8% des salariés déclarent recourir systématiquement chaque année au DIF, les cadres ne faisant pas mieux que les autres. Selon une étude du CEGOS, les salariés connaissent mieux le DIF qu’il y a 1 an : 83% en ont au moins entendu parler, contre 77% en 2008. Mais seulement 11,6% d’entre eux ont demandé à utiliser leur DIF en 2009, contre 14,3% en 2008. 10% des ouvriers ont accédé au DIF en 2009, contre 23% des cadres (le dispositif bénéficie ainsi aux mieux formés).


LUMIeRe ET FOrcE

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

Brèves

Syndicaliste et artiste… Elle chante en s’accompagnant à la guitare. « Elle », c’est Anne-Marie Perret, permanente syndicale FO, qui présente aujourd’hui un CD de 15 titres, édité à compte d’auteur, intitulé « Diversité ». Anne-Marie chante Barbara, Brassens, Brel, Félix Leclerc, le québecois, mais aussi des chansons issues du répertoire latino-américain ou nord-américain (Bob Dylan). Les poètes ne sont pas oubliés, puisque Anne-Marie a mis en musique des poèmes de Victor Hugo, Gérard de Nerval et Jean-Pierre Rosnay, poète contemporain, créateur du « Club des poètes » (http://www.poesie.net). Anne-Marie écrit et compose aussi, et sur ce CD figurent deux titres personnels « à mi-parcours » et « la paix, pour quand ? ». Des amis musiciens professionnels, discrets, mais efficaces ont mis tout leur talent au service d’un projet où l’émotion, la poésie, l’invitation au voyage sont au rendez-vous.

Envie d’acquérir « Diversité » ? Rien de plus facile : contactez Laurine Eugénie à la Fédération qui vous donnera toutes les informations utiles à ce sujet au 01 44 16 86 58. Pour avoir un avant-goût de cet album (et de celui qui l’a précédé…), n’hésitez pas à vous rendre sur le site suivant : http://www.guettylong.com/perret.html des chansons vous y attendent. A noter que pour chaque album vendu, une somme de 2 euros est reversée au profit de l’association PARTAGE SANS FRONTIERES dont Anne-Marie Perret fut présidente et dont elle est toujours membre actif (http://www.partage-sans-frontieres.org. L’association a pour but de financer des projets de développement en Equateur, Bolivie, au Pérou, Burkina, Bénin, Madagascar et en Inde.

27


LUMIeRe ET FOrcE

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

des salariés en Brèves.../...L’actu des salariés en Brèves.../...L’

ENN, un colloque immanquable

et 29 octobre 2009. FO Cadres a défini une résolution générale dont les fondements reposent sur plus de justice sociale, fiscale et le progrès pour tous. Notre organisation réitère son engagement auprès des cadres notamment pour valoriser leur rôle et leur place dans l’économie, leur fournir un accès sans écueil à la formation et pour l’augmentation du pouvoir d’achat. Les cadres ne sont pas indifférents à ces questions, ce sont des salariés à part entière et non des salariés entièrement à part !

Henri Proglio, à la tête d’EDF SA

Du 7 au 11 septembre 2009 a eu lieu le Colloque des Entreprises Non Nationalisées (ENN) à l’institution du Vieux Boucau. C’est un moment important pour les syndicats FO des ENN et pour la Fédération car de nombreux sujets ont été abordés : des interprétations par les employeurs des textes, notes et accords de la Branche jusqu’aux initiatives locales et individuelles. Une vingtaine de militants motivés a aussi proposé des solutions pour augmenter encore notre représentativité et notre présence face aux Employeurs. Le prochain colloque aura lieu au second semestre 2010 (la date sera déterminée lors du Comité Fédéral National de juin à Poitiers).

Congrès FO Cadres pour des salariés à part entière

Le 25 novembre 2009, Henri Proglio a pris la Présidence du groupe EDF SA. A en croire ses proches collaborateurs, l’homme a la fibre sociale et même, le sens du Service Public. Ex-dirigeant de Veolia dont il garde encore un siège au Conseil d’Administration, on dit de lui qu’il a su créer une culture d’entreprise dans un ensemble mondial. Gageons que l’homme soit à la hauteur de sa réputation à la tête d’EDF où la culture d’entreprise est dépassée par le management et le service public par la férocité de la concurrence…

Economies d’énergie, les locataires devront mettre la main à la poche ! Moment fort dans la vie démocratique de notre Organisation Syndicale, le XIème Congrès de l’Union des Cadres et Ingénieurs FO s’est tenu à Dijon les 28

28

Les textes d’application de la loi MOLLE viennent de paraître. Votée en mars 2009, cette loi dite de mobilisation pour le logement et la lutte contre l’exclusion prévoit ni plus ni moins d’associer les locataires au financement


LUMIeRe ET FOrcE

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

’actu des salariés en Brèves.../...L’actu des salariés en

des travaux d’économie d’énergie ! Cette contribution, encadrée avec plus ou moins de précision dans les textes imposera aux locataires de contribuer aux travaux d’économie d’énergie à la demande des bailleurs. Alors que la précarité ne cesse de s’accroître et que le contexte économique et social est de plus en plus difficile, encore une loi qui survient à point nommé.

Victimes d’accidents du Travail et équité sociale

Le 14 novembre 2009, l’Assemblée Nationale a adopté, par 57 voix contre 25, la fiscalisation des indemnités journalières versées aux accidentés du travail par la Sécurité Sociale et ce, dans le cadre du budget national

2010. Cette fiscalisation est censée ajouter de l’équité sociale par rapport aux autres indemnités (maternité, maladie). Avec la crise, la volonté affichée des membres du gouvernement était de lutter coûte que coûte contre les niches fiscales. Voilà, c’est fait.

Brèves.../

FO Énergie et Mines signe l’accord PERCO à GDF SUEZ

FO Énergie et Mines a signé, à nouveau, l’accord PERCO, le 25 novembre dernier. Celui-ci est un plus pour les salariés du Groupe qui aujourd’hui ont la possibilité de placer 10 jours pour 2009, sur leur CET, et 10 jours en 2010 avec 25% d’abondement sur le PERCO, et ce sur la base du volontariat.

De nouvelles mesures pour les jeunes

La principale mesure, et la plus critiquée, est l'extension très limitée aux moins de 25 ans du revenu de solidarité active (RSA), nouveau substitut du RMI (revenu minimum d’insertion). Jusqu'à présent réservé aux plus de 25 ans, le RSA se décline en «RSA socle» ou «de base», qui remplace le RMI, et le «RSA chapeau» qui est une

allocation venant s'ajouter à un bas salaire. Pour avoir droit au «RSA chapeau» (110 euros mensuels), les jeunes doivent avoir travaillé au moins deux ans à temps plein sur une période de trois ans (3 600 heures) tandis que pour percevoir le «RSA socle» (450 euros) il faudra en plus qu’ils aient épuisé tous leurs droits à l'assurance chômage. Autant dire que peu de jeunes seront concernés: 160 000 environ, dont 120 000 ayant un emploi. Pour FO, l’extension conditionnelle du RSA «ne répond pas» à la demande de la Confédération de mettre en place «une allocation d’insertion pour tous les jeunes de moins de 25 ans, inscrits à Pôle Emploi».

29


LUMIeRe ET FOrcE

Développement durable Cher(e)s lecteur(trice)s, avec ce nouveau sondage, nous souhaitons connaître votre avis concernant la question du Développement Durable dans votre environnement quotidien selon 4 thèmes qui vous touchent. (Indice des satisfactions sur une échelle de 1 à 5, du moins satisfait au plus satisfait).

Le développement durable et vous

Pour vous, le développement durable, c’est : Une perspective de développement économique et social ? Un effort sérieux de la part des industries pour préserver la planète ? Un terme à la mode ? Pensez-vous que les perspectives de développement soient suffisamment efficaces pour la protection des grands équilibres de la planète ?

Pour vous, les conséquences du développement durable sont-elles : P  ositives Inexistantes A améliorer Selon vous, quels sont les enjeux liés au développement durable ? _______________________________________________________ _______________________________________________________

L’information et vous

Pensez-vous êtes suffisamment informé sur le développement durable pour l’intégrer dans votre vie ?

Souhaitez-vous être informé de toutes les actions entreprises par FO Énergie et Mines dans le domaine ? Oui non Les Entreprises des Industries Electriques et Gazières mettent-elles suffisamment en application les principes du développement durable ?

Selon vous, est-il encore possible d’inverser la tendance sur le réchauffement climatique ? Oui non

Développement durable et monde du travail

Pensez-vous que votre entreprise s’implique réellement dans la démarche ? O n  ui  on D’après vous, le développement durable peut-il améliorer vos conditions de travail ? Oui Non

30

Janvier 2010 NUMÉRO 294 www.fnem-fo.org

Votre avis nous intéresse… Croyez-vous qu’il soit important qu’une Organisation Syndicale incite les employeurs à aller plus loin ? Oui Non Pensez-vous que le développement durable doive faire émerger des droits nouveaux en faveur des salariés ? Oui Non Si oui, lesquels ? ______________________________________________________ ____________________________________________________ Est-il normal qu’une Organisation Syndicale participe à cette démarche ? Oui Non

Impacts sur votre santé et enjeux sociétaux

Pensez-vous que sur votre lieu de travail, toutes les mesures soient prises pour préserver votre santé ?

Savez-vous qu’à l’échelle mondiale, les Organisations Syndicales souhaitent défendre auprès des gouvernements : la protection de l'environnement, le respect des droits humains et sociaux, l'éradication de la pauvreté ? Oui Non Qu’en pensez-vous ? ______________________________________________________ ____________________________________________________

Vos engagements

Seriez-vous prêt à vous investir aux côtés de FO Énergie et Mines ? Oui Non Êtes-vous déjà engagé dans une association ou une ONG ? Souhaiteriez-vous partager vos idées avec nous ? Oui Non . Quelle image avez-vous du syndicalisme ? ______________________________________________________ ____________________________________________________ Vos coordonnées (facultatives) Nom _________________________________________________ Prénom ______________________________________________ Adresse ______________________________________________ CP _____________________Ville _________________________ Adresse e-mail ___________________@____________________ Sondage à renvoyer à : FO Énergie et Mines, 60, rue Vergniaud 75640 PARIS cedex 13


Vous mouillez votre maillot pour un vrai dialogue social. Qui est à vos côtés ?

Motiver, reconnaître, partager… Notre culture paritaire accompagne votre dialogue sur la protection sociale. Chaque jour, en France et à l’international, NOVALIS est à vos côtés avec des services innovants : formations, conseils... Plus de 180 000 entreprises et leurs collaborateurs bénéficient de nos contrats santé, prévoyance, épargne, dotés d’une politique active d’action sociale.

- Crédit photo : Corbis

Et vous, c’est quand ?

Retraite

Prévoyance

Santé

Épargne

www.novalistaitbout.com didier.brule@novalistaitbout.com


FNEM_294  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you