Page 1

Le Seigneur appela Samuel. Celui-ci se leva. Il alla auprès d’Éli, et il dit : « Tu m’as appelé, me voici. » Alors Éli comprit que c’était le Seigneur qui appelait l’enfant, et il lui dit : « Retourne te coucher, et si l’on t’appelle, tu diras : “Parle, Seigneur, ton serviteur écoute.” » Samuel retourna se coucher. Le Seigneur vint se placer près de lui et il appela comme les autres fois : « Samuel ! Samuel ! » et Samuel répondit : « Parle, ton serviteur écoute. » Premier livre de Samuel 3, 8-10

9 782710 504719

MEP_COUV_TPT_pourfeuilltage.indd 1

15/09/10 18:24:07


CLÉS DE LECTURE DE « PARLE SEIGNEUR » • Parle Seigneur présente un choix de textes bibliques. Des tables pour situer ces textes se trouvent p. 16 et p. 551 à 553. –  Le plus souvent, les textes sont cités dans la traduction utilisée pour la liturgie(1). – Le nom du livre biblique dont ils sont extraits est indiqué en haut de page. Par exemple : JÉRÉMIE. – Pour faciliter la lecture, les auteurs ont ajouté des titres. Parfois aussi, quelques lignes en italique qui situent le texte dans l’ensemble de la Bible, en résumant éventuellement des passages non cités. – Les livres bibliques sont divisés en chapitres numérotés. Dans un chapitre, les phrases ou un ensemble de phrases sont également numérotés : ce sont les versets. Pour retrouver un passage, on cite donc le titre du livre, le numéro du chapitre, puis le numéro du ou des versets concernés. On dira, par exemple, que l’histoire de la tour de Babel se trouve au livre de la Genèse, chapitre 11, versets 1 à 9 (p. 33). • Chaque page est comme enchâssée dans un cadre orné. Des artistes d’hier et d’aujourd’hui illustrent la manière dont ils comprennent le texte biblique. Un commentaire des cadres ornés est proposé p. 561 à 569. • Des textes de genres différents aident à la lecture du texte biblique : – Les méditations – imprimées sur fond blanc comme le texte biblique, mais en caractères plus petits – actualisent la Parole de Dieu. – Les commentaires – imprimés dans des encadrés de couleur – sont soit des introductions à un livre ou à une partie de livre, soit des explications d’un verset ou d’une particularité du texte cité. Une table des principaux commentaires se trouve p.  555 à 556. – Les notes proposent des renseignements d’ordre historique ou géographique. Elles peuvent aussi renvoyer à un autre texte biblique. Les mots difficiles indiqués par un astérisque* sont expliqués dans le lexique à la fin du livre, p. 469 à 546. Les noms propres ont souvent aussi une notice dans le lexique. (1)  Lorsque celle-ci n’existe pas, c’est la traduction de la Bible de Jérusalem qui a été utilisée.

14 14

Pages_debut_1-16.indd 14

26/07/10 16:38


Titre du livre biblique

Cadre orné

ISAÏE

Introduction ou commentaire

LE « TROISIÈME ISAÏE », JONAS ET ZACHARIE Après l’Exil, les prophètes se font plus rares. Mais il en surgit encore quelques-uns qui encouragent le Peuple à garder confiance dans les promesses* du Seigneur.

Titre du thème

JÉRUSALEM JÉRUSALEM, LIEU DE PRIÈRE POUR LES PEUPLES Dans les premières années après le retour d’Exil*, le prophète* appelé parfois le « troisième Isaïe » (voir page 147) décrit le Temple* reconstruit à Jérusalem* comme une maison de prière pour tous les peuples. Cette prophétie se réalisera bientôt. Les Juifs de la Diaspora* parlent de Dieu aux étrangers qu’ils rencontrent. Beaucoup de ces païens* veulent connaître le Dieu des Juifs et viennent en pèlerinage à Jérusalem (1).

Numéro du chapitre

56

Numéro du verset

1

3

6

7

Ton Peuple, Seigneur, est une famille ouverte, limitée à la descendance d’un même ancêtre. Ton Peuple, c’est tous ceux qui croient en toi, quelles que soient leur langue et la couleur de leur peau.

Parole du Seigneur* : Observez le droit, pratiquez la justice. Car mon salut approche, il vient, et ma justice* va se révéler. […] L’étranger qui s’est attaché au Seigneur ne doit pas dire : « Certainement, le Seigneur va m’exclure de son peuple. » […] Les étrangers qui se sont attachés au service du Seigneur pour l’amour de son nom et sont devenus ses serviteurs, tous ceux qui observent le sabbat* sans le profaner et s’attachent fermement à mon Alliance*, je les conduirai à ma montagne sainte. Je les rendrai heureux dans ma maison de prière, je ferai bon accueil, sur mon autel*, à leurs holocaustes* et à leurs sacrifices*, car ma maison s’appellera « Maison de prière pour tous les peuples (2). »

183

Les oracles* de l’un d’entre eux sont ajoutés au rouleau d’Isaïe (voir p. 147). Il annonce au Peuple, tenté de découragement devant les difficultés de la réinstallation en Terre promise, que Dieu va faire de Jérusalem le centre religieux vers lequel afflueront toutes les nations (voir p. 180-182). Un autre prophète compose le livre de Jonas. Il souligne que la mission du Peuple est d’aller au-devant des nations*, pour témoigner de la miséricorde* de Dieu (voir p. 183-186).

Titre du passage Résumé en italique de passages non cités

Zacharie, le dernier des prophètes, annonce enfin, de façon parfois voilée, que le messie* envoyé par Dieu sera doux et pacifique (voir p. 191).

(1) Les païens attirés par le judaïsme peuvent entrer sur une partie de l’esplanade du Temple, appelée le parvis des Gentils*. Il leur est interdit, sous peine de mort, de s’approcher du lieu des sacrifices et du sanctuaire qui se trouvent au centre de l’esplanade. Mais depuis leur parvis, ils peuvent voir la fumée de l’autel et entendre les psaumes et les cantiques. Et surtout, sous les portiques bordant l’esplanade, ils rencontrent des maîtres qui leur enseignent la Parole de Dieu. (2) Voir 1 Rois 8, 42-43, p. 120.

Méditation Texte biblique

Notes

15

Pages_debut_1-16.indd 15

23/07/10 18:48


14

Jéricho

Mont Nébo

12

13

Mer Morte CANAAN

Désert du Néguev

Mer Méditerranée

3

6

5

ÉGYPTE

2

Nil

1

L’ÉPOPÉE DE MOÏSE

1. Les Hébreux*, réduits en esclavage, fabriquent des briques (Exode 1, 8-14, p. 56). 2. La fille de Pharaon sauve un enfant* des eaux : c’est Moïse (Exode 2, 1-9, p. 57-58).

3. Moïse tue un chef de corvée égyptien (Exode 2, 11-15, p. 58). 4. À l’Horeb, Dieu appelle Moïse depuis le buisson ardent (Exode 3, 1-12, p. 58-59).

5. Moïse et Aaron demandent à Pharaon de laisser les Hébreux aller rendre un culte à leur Dieu (Exode 5, 1-9, p. 69).

7. L’armée de Pharaon poursuit les Hébreux qui, sous la conduite de Moïse, traversent la mer Rouge (Exode 14, 5-30, p. 68-70).

6. Les Hébreux préparent le repas pascal. Ils sont prêts à quitter l’Égypte (Exode 12, 1-14, p. 63-64).

90

Partie_I_17-92.indd 90

20/07/10 14:25


Pays de Madiane

11

Sinaï

9

10

4 8

Mer Rouge

7

8. Le Peuple est nourri par la manne (Exode 16, 2-15, p. 71).

10. Moïse reçoit les Tables de la Loi (voir p. 74-75).

9. Le Peuple est abreuvé par l’eau du rocher (Exode 17, 2-7, p. 72).

11. Moïse découvre que son Peuple est devenu idolâtre. Aaron a fondu un veau d’or (Exode 32, 1-24, p. 76-78).

12. Le Peuple reprend sa marche vers la Terre promise en portant l’arche* d’Alliance* (voir p. 79 et suivantes).

13. Moïse dresse un serpent* d’airain sur un étendard pour protéger le Peuple attaqué par des serpents venimeux (Jean 3, 14-15, p. 368).

14. Moïse meurt sur le mont Nébo, face à Jéricho et à la Terre promise (Deutéronome 34, 1-10, p. 89).

91

Partie_I_17-92.indd 91

21/07/10 14:30


« QU’UN SEUL HOMME MEURE »

JEAN

Caïphe raisonne de façon humaine. Quelques années auparavant, des prédicateurs comme Jésus ont attiré des foules autour d’eux. Les Romains en ont pris ombrage et ont commis des massacres. En éliminant Jésus, on sauve le peuple ! Ce raisonnement de Caïphe donne – à son insu – le sens profond de la mort de Jésus : Jésus meurt bien pour sauver le Peuple de la mort*, mais de la vraie mort, celle du péché* (voir Souffrance).

52

53

là ne venait pas de lui-même ; mais, comme il était grand prêtre cette année-là, il fut prophète* en révélant que Jésus allait mourir pour la nation. | Or, ce n’était pas seulement pour la nation, c’était afin de rassembler dans l’unité les enfants de Dieu dispersés. À partir de ce jour-là, le grand conseil fut décidé à le faire mourir.

JÉSUS, GRAIN DE BLÉ JETÉ EN TERRE Jésus entre à Jérusalem* après la guérison de Lazare* et après être passé à Béthanie où une femme du nom de Marie* l’a parfumé alors qu’il était à table.

12

20

21

22

23

24

(1) Les deux apôtres* qui portent des noms d’origine grecque servent d’intermédiaires entre Jésus et ces Grecs venus à Jérusalem « pour adorer ». Cette expression signifie que ce sont des païens* qui, dans leur cœur, sont croyants. Mais parce qu’ils refusent les rites* et les lois juives (circoncision, interdits alimentaires, etc.), ils ne sont pas reconnus comme membres du Peuple de Dieu (voir p. 238). (2) L’heure, qui n’était pas encore venue à Cana (voir Jean 2, 4, p. 365), est maintenant arrivée. La glorification de Jésus est d’être crucifié, c’est-à-dire d’accepter l’ingratitude des hommes et d’y répondre par un surcroît d’amour qui va jusqu’au pardon*. La gloire* de Dieu n’est pas de s’imposer aux hommes, mais de les aimer au cœur même de leur refus.

Partie_IV_235-400.indd 386

25 26

Parmi les Grecs qui étaient montés à Jérusalem pour adorer* Dieu durant « Si le grain de blé tombé en terre la Pâque*, | quelques-uns abordèrent ne meurt pas, il ne porte pas de fruit. » Apprends-nous, Seigneur*, Philippe*, qui était de Bethsaïde en les détachements qui nous rendent libres, Galilée*. Ils lui firent cette demande : qui apparemment nous font mourir « Nous voudrions voir Jésus. » | Philippe mais qui nous ouvrent aux réalités va le dire à André* ; et tous deux vont le d’une autre vie, d’une autre manière de vivre. dire à Jésus(1). | Alors Jésus leur déclare : « L’heure est venue pour le Fils* de Robert Riber l’homme d’être glorifié (2). | Amen*, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il donne beaucoup de fruit. | Celui qui aime sa vie la perd ; celui qui s’en détache en ce monde la garde pour la vie éternelle. | Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive ; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, mon Père l’honorera. »

386

20/07/10 15:30


JEAN

LE LAVEMENT DES PIEDS Dans l’Évangile selon saint Jean, Jésus ne partage pas le pain et le vin, mais il lave les pieds de ses disciples* et leur tient un long discours.

13

1

2

3 4

5

6 7

8

9 10

11

12

Avant la fête de la Pâque*, sachant que l’heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout. | Au cours du repas, alors que le démon* (1) a déjà inspiré à Judas* Iscariote, fils de Simon, l’intention de le livrer, | Jésus, sachant que le Père a tout remis entre ses mains, qu’il est venu de Dieu et qu’il retourne à Dieu, | se lève de table, quitte son vêtement, et prend un linge qu’il se noue à la ceinture ; | puis il verse de l’eau dans un bassin, il se met à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge qu’il avait à la ceinture. Il arrive ainsi devant Simon*-Pierre. Et Pierre* lui dit : « Toi, Seigneur, tu veux me laver les pieds ! » | Jésus lui déclara : « Ce que je veux faire, tu ne le sais pas maintenant ; plus tard tu comprendras. » | Pierre* lui dit : « Tu ne me laveras pas les pieds ; non, jamais ! » Jésus lui répondit : « Si je ne te lave pas, tu n’auras point de part avec moi. » Simon-Pierre lui dit : « Alors, Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! » | Jésus lui dit : « Quand on vient de prendre un bain, on n’a pas besoin de se laver : on est pur* tout entier. Vous-mêmes, vous êtes purs, mais non pas tous. » | Il savait bien qui allait le livrer ; et c’est pourquoi il disait : « Vous n’êtes pas tous purs. » Après leur avoir lavé les pieds, il reprit son vêtement et se remit à table. Il leur dit alors : « Comprenez-vous ce que

387

Partie_IV_235-400.indd 387

LE LAVEMENT DES PIEDS Jean ne propose pas un récit de l’institution de l’Eucharistie, comme les autres évangélistes, mais le récit du lavement des pieds, que l’Église catholique a retenu pour la messe du jeudi saint. Il faut donc lire « le lavement des pieds » en écho avec ces récits de l’institution. Ce geste de Jésus nous aide à comprendre un peu mieux le sens de l’Eucharistie : Jésus nous a aimés, nous aime, et nous aimera « jusqu’au bout » (Jean 13, 1). Ill a livré sa vie « jusqu’au bout » pour nous conduire au Père, et nous invite à nous aimer les uns les autres comme lui-même nous a aimés (Jean 13, 14-15).

(1) Le mot grec utilisé dans le texte original de l’Évangile désigne le diable*, c’est-à-dire Satan*. Saint Jean lui donne souvent le titre de « prince de ce monde ».

20/07/10 15:30


ACTES

à genoux et s’écria d’une voix forte : « Seigneur, ne leur compte pas ce péché*. » Et, après cette parole, il s’endormit dans la mort.

8

1

Quant à Saul, lui aussi approuvait ce meurtre. Ce jour-là, éclata une violente persécution contre l’Église* de Jérusalem*. Tous se dispersèrent dans les campagnes de Judée et de Samarie, à l’exception des Apôtres*.

PHILIPPE ET L’ÉTHIOPIEN La mort d’Étienne* est accompagnée d’une vague d’arrestations qui visent surtout les hellénistes. Suivant les conseils de Jésus (1), ceux-ci quittent Jérusalem* pour d’autres villes où ils annoncent courageusement la Bonne Nouvelle. C’est ainsi que Philippe*, l’un des Sept, après avoir évangélisé la Samarie, donne le baptême* à un « adorateur de Dieu (2) ».

8

26

27

28 29

30

31

(1) Voir Matthieu 10, 23, p. 256. (2) Ce terme désigne habituellement des païens* qui, tout en croyant au Dieu d’Israël, refusent de pratiquer les lois juives (voir « Les juifs de la Diaspora », p. 238). Philippe baptise donc ici un païen, ce qui est le premier cas connu dans le Nouveau Testament*.

Partie_V_401-468.indd 414

L’ange* du Seigneur* adressa la parole à Philippe : « Mets-toi en marche vers le midi, prends la route qui descend de Jérusalem à Gaza ; elle est déserte. » | Et Philippe se mit en marche. Or, un Éthiopien, un eunuque, haut fonctionnaire de Candace, reine d’Éthiopie, administrateur de tous ses trésors, était venu à Jérusalem pour adorer* Dieu. | Il en revenait, assis dans son char, et lisait le prophète* Isaïe*. | L’Esprit* du Seigneur dit à Philippe : « Avance, et rejoins ce char. » Philippe s’approcha en courant, et il entendit que l’homme lisait le prophète lsaïe ; alors il lui demanda : « Comprends-tu vraiment ce que tu lis ? » | L’autre lui répondit : « Comment pourrais-je comprendre s’il n’y

414

20/07/10 15:36


ACTES

a personne pour me guider ? » Il invita donc Philippe à monter et à s’asseoir à côté de lui. Le passage de l’Écriture* qu’il lisait était celui-ci : 32

33

34 35

36

38

39

Comme une brebis, on l’a conduit à l’abattoir, comme un agneau muet devant le tondeur, il n’ouvre pas la bouche. […] Sa destinée, qui la racontera ? Car sa vie a été retranchée de la terre (1). L’eunuque dit à Philippe : « Dis-moi, je te prie : de qui parle-t-il ? De lui-même, ou bien d’un autre ? » | Alors Philippe prit la parole, et, à partir de ce passage de l’Écriture, il lui annonça la Bonne Nouvelle de Jésus. Comme ils poursuivaient leur route, ils arrivèrent à un point d’eau, et l’eunuque dit : « Voici de l’eau : qu’est-ce qui empêche que je reçoive le baptême ? » | Il fit arrêter le char, ils descendirent dans l’eau tous les deux, et Philippe baptisa l’eunuque. Quand ils furent remontés de l’eau, l’Esprit du Seigneur emporta Philippe ; l’eunuque ne le voyait plus, mais il poursuivait sa route, tout joyeux.

LA CONVERSION* DE SAUL

9

1

2

Saul* était toujours animé d’une rage meurtrière contre les disciples* du Seigneur*. Il alla trouver le grand prêtre* | et lui demanda des lettres pour les synagogues* de Damas, afin de faire prisonniers et de ramener à Jérusalem* tous les adeptes de la Voie de Jésus, hommes et femmes, qu’il découvrirait.

415

Partie_V_401-468.indd 415

(1) Citation du quatrième chant du Serviteur. Voir Isaïe 53, 7-8, p. 178.

20/07/10 15:37


APOCALYPSE

LES SEPT ÉGLISES L’Apocalypse* commence par une série de sept lettres envoyées à des communautés chrétiennes d’Asie. Jean* n’invente pas le contenu de ces lettres. Comme les grands prophètes* de l’Ancien Testament*, il transmet un message qui vient du Seigneur*. Le véritable auteur de ces lettres est Jésus. Éphèse, Smyrne (aujourd’hui Izmir), Pergame, Thyatire (d’où était originaire Lydia, voir p. 428), Sardes, Philadelphie et Laodicée reçoivent chacune des conseils adaptés à leur situation. Le chiffre sept n’a pas été choisi par hasard. Il a un sens de plénitude. Les sept Églises représentent toute l’Église et, à travers les sept lettres, tous les chrétiens sont appelés à la vigilance.

LETTRE À L’ÉGLISE DE LAODICÉE

3

14

15

16

17

18

19

20

(1) Chaque lettre est adressée à un ange. Le mot « ange » figure ici la part la plus réceptive au Christ de cette communauté chrétienne. (2) Laodicée était une ville renommée pour ses sources chaudes, ses textiles et ses produits de soin pour les yeux. Les habitants vivaient dans la prospérité. (3) La nudité évoque l’état du pécheur*. Voir Genèse 3, 7, p. 26, et Jean 21, 7, p. 398. Le vêtement blanc est un signe d’adoption divine.

Partie_V_401-468.indd 460

Tu écriras encore ceci à l’Ange (1) de l’Église* qui est à Laodicée (2) : Ainsi parle le témoin fidèle et véridique, celui qui est « Amen* », celui qui est le commencement de la création de Dieu : Je connais ta conduite : tu n’es ni froid ni brûlant – mieux vaudrait que tu sois ou froid ou brûlant. Aussi, puisque tu es tiède – ni froid ni brûlant – je vais te vomir. Tu dis : « Je suis riche, je me suis enrichi, je ne manque de rien », et tu ne sais pas que tu es malheureux, pitoyable, pauvre, aveugle et nu ! Alors je te donne un conseil : viens acheter chez moi de l’or purifié au feu, pour devenir riche, des vêtements blancs pour te couvrir et cacher la honte de ta nudité (3), un remède pour te frotter les yeux afin de voir clair. Tous ceux que j’aime, je leur montre leurs fautes, et je les châtie. Sois donc fervent et convertis*-toi. Voici que je me tiens à la porte, et je frappe.

460

20/07/10 15:47


APOCALYPSE

21

22

Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi. Le vainqueur, je le ferai siéger près de moi sur mon Trône, comme moi-même, après ma victoire, je suis allé siéger près de mon Père sur son Trône (1). Celui qui a des oreilles, qu’il entende ce que l’Esprit* dit aux Églises.

Comme Laodicée, peut-être sommes-nous préoccupés par notre confort et nos richesses, habitués à la vie facile, endormis dans notre médiocrité, mobilisés par nos loisirs… Nous ne t’entendons plus, Seigneur*, frapper à notre porte. Prends pitié de nous, Seigneur !

LA MULTITUDE DANS LE ROYAUME

7

2

3

4

5

Puis j’ai vu un ange* qui montait du côté où le soleil se lève, avec le sceau qui imprime la marque du Dieu vivant ; d’une voix forte, il cria aux quatre anges qui avaient reçu le pouvoir de dévaster la terre et la mer : « Ne dévastez pas la terre, ni la mer, ni les arbres, avant que nous ayons marqué du sceau le front des serviteurs de notre Dieu. » Et j’entendis le nombre de ceux qui étaient marqués du sceau : ils étaient cent quarante-quatre mille, de toutes les tribus* des fils d’Israël. De la tribu de Juda*, douze mille marqués du sceau ; de la tribu de Ruben, douze mille ; de la tribu de Gad, douze mille ;

461

Partie_V_401-468.indd 461

(1) Voir Matthieu 26, 64, p. 288.

20/07/10 15:47


dieux. Et, cependant, le Seigneur* ne rejette pas l’infidèle. Au contraire, il désire son retour et sa conversion*. X Voir la grande planche illustrée p. 192-193

P Païen Provenant du latin paganus, « paysan », le mot « païen » désigne ceux qui ne sont ni juifs ni chrétiens, et qui demeurent attachés au culte* des idoles*. Le culte de Mithra, très répandu dans les armées romaines, fut un concurrent sérieux du christianisme dans les premiers siècles de notre ère.

Palestine Ce nom désigne le pays où a vécu Jésus. Cependant, le nom n’apparaît pas tel quel dans la Bible. Il sera donné à ce territoire au début de l’ère chrétienne. Ce nom vient de « Philistie », le pays des Philistins*, plaine côtière autour de Gaza et d’Ascalon (voir carte p. 498).

Pâque(s) Pâque vient du mot hébreu pessah qui signifie passage.

La Résurrection du Christ, maître de Hohenfurth (xive siècle)

Jésus Christ est passé par la mort et ressuscité pendant les jours de la fête juive de Pâque. La fête juive est le mémorial* de la nuit où le Seigneur a libéré Israël* de l’esclavage en Égypte (Exode 12, 1-14, p. 63-64). Elle dure une semaine. Elle est aussi appelée « fête des Azymes » car pendant toute la fête on ne mange que du pain sans levain en souvenir du pain cuit à la hâte lors de la sortie d’Égypte. Depuis la destruction du Temple* en l’an 70, on ne fait plus de sacrifice* d’agneau.

Au temps de Jésus, tous ceux qui le pouvaient montaient en pèlerinage au Temple de Jérusalem pour célébrer la Pâque. Jésus y venait également. La Pâque chrétienne est précédée par quarante jours de jeûne, de prière* et de partage avec les pauvres, le Carême. Les chrétiens se préparent ainsi à accompagner le Christ dans sa passion* jusqu’à sa résurrection. Le Carême s’achève au soir du mercredi saint et les fêtes pascales commencent le jeudi saint* où l’on célèbre le dernier



Lexique_469-548_inter13.indd 522

23/07/10 17:55


repas de Jésus. Elles se poursuivent le vendredi saint avec la célébration de la Passion et culminent lors de la veillée pascale dans la nuit du samedi saint au dimanche de Pâques, et de la messe de Pâques ce même dimanche. X Voir Fêtes chrétiennes, Fêtes juives

Parabole Les paraboles sont des récits apparemment simples qui découvrent une réalité cachée. Souvent très brèves, elles ne cessent de susciter des commentaires et des méditations. Ainsi, Jésus parle en paraboles pour faire comprendre ce qu’est le Royaume de Dieu et aider chacun à l’accueillir. X Voir grande planche illustrée p. 264-265

Paradis :

Voir Jardin et la grande planche illustrée p. 20-21

Pardon, pardonner Par-donner, c’est donner au-delà, totalement, gratuitement. Ce n’est pas seulement renoncer à punir une offense, c’est proposer à l’offenseur de se réconcilier*. Ce n’est pas non plus oublier l’offense. C’est lui dire : « Je t’aime quand même. » Dieu seul est capable d’un tel don. Il propose son pardon aux hommes. Luc* rappelle que Jésus sur la croix*

dit : « Père pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font » (Luc 23, 34). Savoir accueillir le pardon de Dieu fait surgir de nouvelles capacités d’aimer. Ainsi Pierre*, pardonné de son reniement, devient vraiment le roc sur lequel peut s’appuyer la foi* de l’Église* (Jean 21, 15-18, p. 398). Les hommes qui ont accueilli le pardon de Dieu deviennent capables de pardonner à leur tour (Matthieu 18, 21-35, p. 271). X Voir Miséricorde, Péché, Rémission des péchés

Parole de Dieu La Bible nous apprend dès le livre de la Genèse que toute chose existe par la Parole de Dieu, est portée par elle (Genèse 1, 1-31, p. 22), et que cette Parole s’incarne en Jésus-Christ (Jean 1, 1-9 et 14 p. 362). La Bible nous sensibilise à la présence et à l’action de la Parole de Dieu en nous et autour de nous, comme dans la parabole* du semeur (Matthieu 13, 1-9 et 18-23, p. 259). La Bible fait entendre la Parole de Dieu pour autant qu’elle est lue dans la foi et en Église. X Voir Verbe

Passion, Georges-Henri Rouault (xxe siècle)

Pasteur : Voir Berger Patriarche Nom désignant une personne qui est à l’origine d’une famille ou d’un peuple. Les patriarches du peuple d’Israël* sont au nombre de trois : Abraham*, Isaac* et Jacob*. Mais il

Passion Employé seul, ce mot désigne les souffrances de Jésus, depuis sa prière à Gethsémani jusqu’à sa mort sur la croix*. Chacun des évangélistes rapporte ces événements de son point de vue (voir Matthieu 26, 36 à 27, 50, p. 286).

Âmes dans le paradis (xviiie siècle)



Lexique_469-548_inter13.indd 523

23/07/10 17:55


LA TRINITÉ Roublev, 1410. Galerie Tretiakov. Moscou (Russie). © Baranovsky/ Siny Most (pages 38 à 45 et 54).

LE SONGE DE JACOB Nicolas Dipre, XVIe siècle. Musée du petit palais (Avignon). © akg-images/Erich Lessing (pages 46 à 49).

ABRAHAM Étienne Jung, 2010 (pages 50 à 53).

MOÏSE Éric Puybaret, 2010 (pages 56 à 67).

d’Égypte. Au centre, Moïse s’en prend à un Égyptien qui frappait un Hébreu et le tue, ce qui l’obligera à fuir le pays.

Cette icône fait mémoire de la visite des trois anges à Abraham au chêne de Mambré (Genèse 18) mais elle est souvent vue comme évocation de la Sainte Trinité. La composition souligne la communion qui existe entre les trois anges. Le Père, le Fils, l’Esprit : trois personnes qui s’accordent sans aucun nuage, entre lesquelles se vit, depuis toujours et pour toujours, un admirable échange. Devant, une place libre, celle offerte à tous ceux qui veulent bien entrer dans cette communion et s’asseoir à l’autel eucharistique.

PASSER LA MER À PIEDS SECS Laure Fournier, 2010 (pages 68 à 73).

Cette peinture exprime bien le contraste entre l’homme, « le terrien », collé à sa terre d’origine, et l’ange montant vers le ciel. Le Fils de Dieu viendra abolir cet espace en partageant la condition des hommes pour leur ouvrir l’accès vers son Père (voir Jean 1, 35-51, page 364).

Sous la conduite de Moïse, qui de son bâton a ouvert la mer Rouge, le peuple des Hébreux marche vers la liberté. Les eaux forment une muraille à leur droite et à leur gauche. Portant leurs enfants, emmenant leur bétail et leurs maigres richesses, ils n’ont pas peur, ils ont confiance en Dieu. Pourtant, Pharaon s’est ravisé, il a envoyé contre eux ses meilleures troupes, les voilà au loin qui arrivent ! Mais le Seigneur Dieu veille sur son Peuple. Les eaux vont se refermer pour engloutir l’armée des Égyptiens. À l’arrière-plan, le désert. Il s’étend aussi de l’autre côté de la mer, là où vont parvenir les Hébreux, pour une longue marche, au cours de laquelle leur confiance en Dieu sera souvent mise à l’épreuve…

MOÏSE REÇOIT Moïse reçoit les tables de la Loi de la main de Dieu. Un rocher suffit à évoLES TABLES quer la montagne du Sinaï, au pied DE LA LOI Psautier d’Ingeburge. duquel se tiennent Aaron et quelques XIII e siècle. représentants du peuple hébreu. L’arbre Musée de Chantilly. qui sépare ces personnages de Moïse © Giraudon/ rappelle que seul ce dernier est admis à The Bridgeman Art Library gravir la montagne et à entrer en com(pages 74 à 79 et 92). munication avec Dieu.

Ce cadre fait référence au cycle des patriarches. Au moment où Abraham va sacrifier son fils Isaac, pensant obéir à l’ordre de Dieu, un ange retient sa main ; derrière lui, un bélier, qui sera la victime du sacrifice. Au centre, plus bas, le combat de Jacob et de l’Ange. À droite, la vision de Jacob endormi : sur une échelle qui relie terre et ciel, des anges montent et descendent. À gauche, Sarah prépare des galettes à la demande d’Abraham. Enfin, en bas, Joseph, vendu comme esclave à des marchands par ses frères, est emmené captif en Égypte.

LE PEUPLE DE Moïse conduit le peuple hébreu dans le désert du Sinaï. C’est le lieu de la révéDIEU DANS lation de la Loi (les Dix Paroles de vie) LE DÉSERT Gaëtan Évrard, 2010 et de la conclusion de l’Alliance entre (pages 80 à 89). Dieu et son Peuple.

Le petit Moïse, que sa mère a mis dans une corbeille qui flotte sur le Nil, échappera à l’ordre du Pharaon de tuer tous les enfants mâles des Hébreux. Ces derniers, traités en esclaves, sont contraints de participer à la construction des monuments

L’APPEL DE SAMUEL Éric Puybaret, 2010 (pages 96 à 101).

Dans le Temple du Seigneur, trois fois, en pleine nuit, le jeune Samuel entend l’appel de Dieu, et réveille le prêtre Eli, croyant que c’est lui qui l’a appelé. La

562

Pages_fin_549-576.indd 562

23/07/10 18:42


que reposera l’Arche, symbole de l’Alliance entre Dieu et son Peuple.

troisième fois, Eli comprend que c’est le Seigneur qui appelle Samuel : « Parle, Seigneur, ton serviteur écoute », lui enjoigne-t-il de répondre. DAVID ET GOLIATH Gilles Weissmann, 2010 (pages 102 à 107).

DAVID CONDUIT L’ARCHE D’ALLIANCE À JÉRUSALEM Enluminure. XIV e siècle. New York (États-Unis). © Photo Pierpont Morgan Library/ Art Resource/Scala, Florence (pages 108 à 113 ).

L’ADORATION De la même façon que le peuple hébreu avait abandonné Dieu au désert pour adoDES BAALS Carine Sanson, 2010 rer le veau d’or, les adorateurs des Baals, (pages 122 à 129). au temps du prophète Élie, se prosternent devant ces faux dieux dont le culte offense gravement le Seigneur. Ce dernier, pour répondre à l’invocation d’Élie, manifeste sa puissance en allumant lui-même le brasier, et tout le peuple crie sa joie.

David a été fait roi d’Israël par le prophète Samuel, qui verse de l’huile sur sa tête. Pourtant, David n’est qu’un petit berger, il est aussi musicien. Dieu, dans sa liberté souveraine, l’a choisi pour succéder au roi Saül, qui s’est montré infidèle. Mais David va avoir l’occasion de montrer son courage et son habileté en affrontant le géant Goliath, désigné comme le champion des Philistins, le peuple ennemi d’Israël. Avec sa fronde qu’il manie comme nul autre, le jeune David abat Goliath d’une seule pierre. Plus tard (à droite), il va faire comprendre à Saül qu’il ne veut pas sa mort : alors que Saül était endormi, David s’est approché de lui, il a pris sa lance, il aurait pu le tuer ; il ne l’a pas fait, car Saül avait reçu lui aussi l’onction du Seigneur.

En alternance, des scènes de beuverie, L’ANNONCE DU ROYAUME d’orgie et de violence faite aux pauvres, celles-là même que dénonce le prophète Étienne Jung, 2010 (pages 130 à 150). Amos, et des images paradisiaques, où hommes et animaux cohabitent en harmonie, où les travaux quotidiens permettent à chacun de vivre selon la justice et dans la paix : annonce du Royaume de Dieu, qui sera inauguré par la venue du Messie. LES PROPHÈTES

En tête du cortège, le roi David, reconnaissable à sa couronne et à sa harpe, conduit l’arche d’Alliance contenant les tables de la Loi, vers Jérusalem : « On chargea l’arche de Dieu sur un chariot neuf […] David et tout Israël dansaient devant Dieu de toutes leurs forces en chantant au son des cithares, des harpes, des tambourins, des cymbales et des trompettes » (1 Chroniques 13, 7-8). Sur la même enluminure, présente dans le lexique, un homme s’effondre près du chariot : il a commis la faute de toucher l’Arche, ce que seuls les Lévites ont le droit de faire (cf. 2 Samuel 6, 6-8).

Gaëtan Évrard, 2010 (pages 154 à 178).

Le roi Salomon, au faîte de sa gloire, ordonne et dirige la construction d’un CONSTRUCTION temple pour le Seigneur à Jérusalem, avec les plus beaux matériaux et la collaDU TEMPLE Éric Puybaret, 2010 boration des meilleurs artisans. C’est là SALOMON ET LA

Les prophètes (à gauche) n’ont pas été écoutés : le peuple ne met plus sa confiance en Dieu, il va à sa perte ! Pour symboliser cela, Jérémie brise une cruche, celle-là même que Dieu avait façonnée avec amour ! De fait, en bas, l’armée de Nabuchodonosor conquiert et détruit la ville de Jérusalem. Le roi et le peuple sont emmenés en exil à Babylone, dont la porte est représentée en haut. Ils y demeureront 50 ans. Mais Dieu n’abandonne pas son Peuple. Les prophètes annoncent désormais un renouveau de l’Alliance : le Berger d’Israël va venir rassembler le troupeau et ramener les brebis perdues : la joie du peuple purifié de ses péchés pourra se manifester à nouveau.

Le peuple revient d’exil, avec ses baJÉRUSALEM, gages portés par des chameaux, et la LUMIÈRE DES NATIONS reconstruction du Temple de Jérusalem Carine Sanson, 2010 est rapidement menée à bien. Le scribe (pages 180 à 191).

(pages 116 à 121).

563

Pages_fin_549-576.indd 563

23/07/10 18:42


SOMMAIRE

La Bible, le livre du Peuple de Dieu Plan du livre Clés de lecture de Parle Seigneur Table des textes bibliques

p. 7 p. 12 p. 14 p. 16

ANCIEN TESTAMENT 1re PARTIE

LA TORAH

p. 17

I. L’homme et le monde

p. 19

II. Abraham et ses fils Le récit d’Abraham Les aventures de Jacob

p. 35 p. 38 p. 47

III. L’histoire de Moïse Le Peuple de Dieu en esclavage La Pâque L’Alliance

p. 55 p. 56 p. 63 p. 72

2e PARTIE

LA VIE DU PEUPLE D’ISRAËL

p. 93

I. Le temps des rois et des prophètes Vers la royauté Le roi Saül Le roi David

p. 95 p. 96 p. 100 p. 107

Le roi Salomon Amos, prophète de l’amour fraternel Osée, prophète de l’amour fou de Dieu Isaïe, prophète du messie Michée, prophète de la paix

p. 116 p. 131 p. 135 p. 139 p. 148

II. L’Exil Jérémie, prophète de la nouvelle Alliance Ézékiel, prophète de la résurrection Les chants du Serviteur

p. 151 p. 154 p. 166 p. 173

III. Après l’Exil Le retour des exilés Jérusalem La domination grecque

p. 179 p. 180 p. 183 p. 194

3e PARTIE

LA PRIÈRE DU PEUPLE DE DIEU

p. 213

Le livre des Psaumes

p. 214

571

Pages_fin_549-576.indd 571

23/07/10 18:42


NOUVEAU TESTAMENT 6e PARTIE

4e PARTIE

L’ÉVANGILE

p. 235

I. L’Évangile selon saint Matthieu Enfance de Jésus Début du ministère de Jésus Sermon sur la montagne Jésus et les Douze Discussions avec les pharisiens Les paraboles du Royaume Une nouvelle Alliance Fondation de l’Église Jésus à Jérusalem La Passion de Jésus Christ La Résurrection

p. 241 p. 242 p. 245 p. 247 p. 254 p. 257 p. 259 p. 266 p. 269 p. 275 p. 283 p. 294

II. L’Évangile selon saint Marc

p. 299

III. L’Évangile selon saint Luc

p. 321

IV. L’Évangile selon saint Jean

p. 361

LEXIQUE p. 469 Des mots, des images, des explications à découvrir TABLES ET COMMENTAIRES DES CADRES ORNÉS Table thématique de l’Ancien Testament Table thématique des quatre Évangiles Table des lieux bibliques Quelques thèmes développés dans les encadrés Table des grandes planches illustrées Table des prières Commentaires des cadres ornés

p. 549 p. 551 p. 552 p. 554 p. 555 p. 557 p. 558 p. 561

5e PARTIE

NAISSANCE DE L’ÉGLISE

p. 401

I. Les Actes des Apôtres

p. 403

II. Les épîtres Les épîtres de Paul Les épîtres catholiques

p. 435 p. 436 p. 452

III. L’Apocalypse de Jean

p. 459

572

Pages_fin_549-576.indd 572

23/07/10 18:42

TPT_feuilletage  

• Chaque page est comme enchâssée dans un cadre orné. Des artistes d’hier et d’au- jourd’hui illustrent la manière dont ils comprennent le t...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you