Issuu on Google+


S R E I L A V E H C é u q des r a m

Qui faisait construire les châteaux forts ?

6

Les premiers ont été élevés par des grands seigneurs pour affirmer leur puissance sur un immense territoire. Au fil des siècles, des seigneurs moins puissants ont construit à leur tour des châteaux ayant une autorité sur une région moins vaste. Certains seigneurs en font même bâtir plusieurs, comme le comte d’Anjou Foulque Nerra, qui en fit élever trente entre 987 et 1040 ! Au total, la France comptait près de 1 400 forteresses.

t n o i u q

E R I O T S I H L’

Pourquoi faisait-on autant la guerre au Moyen Âge ? À quoi servaient les chevaliers ?

7

Au départ, ce sont des soldats d’élite, des guerriers professionnels qui combattent à cheval pour leur seigneur. Au fil des siècles, la chevalerie se transforme. Les rudes combattants sont remplacés par les fils de riches seigneurs, empreints d’un idéal de vie et respectant un code très strict.

8

Parce que le roi de France n’avait pas encore l’autorité suffisante pour imposer sa loi aux grands seigneurs qui ne cessaient de se battre entre eux. Et il y avait aussi les ennemis extérieurs qui menaçaient le royaume ! Après les grandes invasions barbares et vikings au début du Moyen Âge, les Anglais ont revendiqué la couronne de France à partir de 1337 : c’est le début de la guerre de Cent Ans.

Pourquoi les chevaliers ont-ils disparu ?

9

Principalement à cause des armes à feu et notamment des canons. Les rafales de boulets rendaient forcément les attaques à la lance beaucoup moins impressionnantes ! Les chevaliers ne disparaissent pas tout de suite des champs de bataille. La plupart deviennent officiers ou chefs de guerre comme Bayard.

Par quoi le Moyen Âge a-t-il été remplacé ?

10

Le Moyen Âge est suivi de l’époque moderne, qui s’étend de la fin du XIVe siècle à la fin du XVIIIe siècle. Tout va changer dans le domaine de l’art avec la Renaissance, de la compréhension des hommes avec l’humanisme, de la diffusion du savoir avec l’imprimerie et de la connaissance du monde avec les grandes découvertes. Que de bouleversements ! 3

TDC_P03_P04.indd 3

30/12/09 9:54:00


S E D N A R G plus S E D N LÉGvEaleresques

des

che

Les chevaliers de la Table ronde

BIG LIFT UP FLAP

2

La chanson de Roland

SMALL LIFT UP FLAP 1 Plus vite !

6

TDC_P05_P06.indd 6

8/01/10 9:57:53


2 Guillaume le Conquérant

Le Cid

(1027-1087)

(1043-1099)

Tous ceux qui l’ont combattu se sont cassés les dents sur sa cuirasse. Tout petit, Guillaume, le fils bâtard du duc de Normandie, est déjà un géant. Les nobles qui voulaient prendre sa place à la tête de la Normandie l’ont vite compris. Ils ont été emprisonnés ou exilés. Guillaume ose même résister au pape, le personnage le plus respecté de son temps, qui s’oppose en vain à son mariage avec la belle Mathilde, sa cousine. Mais si le jeune duc est rentré dans l’histoire, c’est surtout parce qu’il a réussi à conquérir l’Angleterre. Et ce n’est pas rien ! La preuve ? Il est le dernier à avoir réussi cet exploit. Vainqueur des prétendants anglais à la bataille d’Hastings, le petit bâtard est couronné roi d’Angleterre le jour de Noël 1066 !

Incroyable ! En pleine guerre entre les chrétiens et les musulmans, le chevalier espagnol Rodrigo Diaz n’hésite pas à se mettre successivement au service des rois catholiques et des princes arabes. Il fallait oser mais Rodrigo n’a peur de rien. Il en garde deux surnoms : le Cid, qui signifie “le seigneur” en arabe et “campeador”, c’est-à-dire “le champion” en espagnol ! Réputé invincible, il devient de son vivant un héros de la littérature avec sa femme, la jolie Chimène.

3 Godefroi de Bouillon (1061-1100)

En 1095, il est l’un des premiers à répondre à l’appel du pape pour la première croisade. Descendant de Charlemagne, Godefroi de Bouillon vend son château pour financer l’expédition et prend la tête d’une armée de croisés en route pour la Terre sainte. La direction ? Jérusalem. L’objectif ? Bouter les musulmans hors des terres du Christ ! Après la prise de la ville en 1099, le preux Godefroi fonde le royaume de Jérusalem.

Qu’est-ce qu’il a de plus que moi, celui-là ?

Simon de Montfort

4

(1150-1218)

Ce chevalier n’a qu’une idée en tête, se battre pour le Christ. En 1202, il embarque pour la quatrième croisade lancée vers la Terre sainte par le pape Innocent III. Puis il prend la tête de l’armée croisée en guerre contre les Albigeois qui contestent le catholicisme. Les combats sont terribles et Simon de Montfort devient la terreur des rebelles. Est-il invincible ? Pas tout à fait. En 1218, alors qu’il assiège Toulouse, il est mortellement blessé par une simple pierre lancée du haut des murailles de la ville. 4

TDC_P03_P04.indd 4

22/12/09 19:34:17


Richard COEur de lion

5

8

(1157-1199)

Fils d’Aliénor d’Aquitaine, Richard est à la fois chevalier, roi d’Angleterre et poète. Délicat dans ses écrits, il l’est beaucoup moins sur les champs de bataille. Stratège respecté, guerrier souvent brutal, il multiplie les exploits lors de la troisième croisade (1190-1194), où il gagne son surnom, puis lors des combats contre le roi de France, Philippe Auguste, son ancien allié.

Le Prince Noir (1330-1376)

Fils aîné du roi d’Angleterre Édouard III, le prince de Galles est surnommé le Prince Noir à cause de la couleur de son armure qui effraie tout le monde au combat. Car selon les chroniqueurs de l’époque, ce chevalier est “aussi courageux et cruel qu’un lion”. En 1356, il remporte une victoire prestigieuse à Poitiers et fait prisonnier le roi de France Jean le Bon. Une sacrée prise ! Devenu duc d’Aquitaine en 1362, il dirige la province d’une main de fer.

6

9 Jeanne d’Arc (1412-1431)

Une femme chevalier ? Impossible et scandaleux selon beaucoup de ses contemporains ! La pucelle d’Orléans est pourtant une excellente cavalière, elle est loyale à son roi Charles VII et montre des qualités de chef de guerre extraordinaire dans sa lutte contre les Anglais. Alors pourquoi pas elle ? Tout simplement parce que les femmes du Moyen Âge ne pouvaient pas être adoubées ! Sinon Jeanne aurait été la reine des chevaliers.

Alexandre Nevski (1220-1263)

À moins de 23 ans, le jeune prince russe Alexandre Jaroslavich avait déjà sauvé deux fois son pays. En juillet 1240, il repousse les Suédois sur les bords de la Neva, le fleuve qui lui donnera son nom. Mais son plus grand exploit a lieu deux ans plus tard. Il prend la tête des résistants qui écrasent sur les glaces du lac Peïpous les terribles chevaliers teutoniques venus d’Allemagne. C’est la bataille de la glace.

Bayard

10

(1476-1524)

BERTRAND Du Guesclin

Indomptable, le “Chevalier sans peur et sans reproche” est le héros des guerres d’Italie. Il sert successivement les rois de France Charles VIII, Louis XII, puis le jeune François Ier qu’il fait chevalier à Marignan. Vaillant mais juste, il refuse de piller les villes conquises et suscite l’admiration de ses propres ennemis. Mais la noblesse d’âme ne protège pas des coups : Bayard est mortellement blessé d’une balle d’arquebuse dans le dos en protégeant la retraite de l’armée en Milanais.

7

(1320-1380)

Il est si laid que sa famille et la noblesse le rejettent. Mais quel courage ! Repéré par le roi Charles V, du Guesclin pourchasse les Anglais sans relâche lors de la guerre de Cent Ans. Une terreur ! Ses ennemis le comparent à un dogue car il ne relâche jamais ses proies ! Sa bravoure lui vaut d’être nommé connétable, chef des armées en 1370, puis d’être enterré aux côtés des rois de France, dans la nécropole de Saint-Denis. 5

TDC_P05_P06.indd 5

22/12/09 19:48:25


S N O I T I TRAD resques

des

3 Soyez poli !

S e E l T a v N e A ch ÉTONN

À partir du XIIe siècle, une nouvelle tradition s’impose dans le monde de la chevalerie. Le vainqueur d’un combat au corps à corps doit épargner tout ennemi désarmé qui lui crie “merci”. Le vaincu a la vie sauve et le vainqueur peut exiger une rançon. Finalement, tout le monde est gagnant quand on reste poli !

s u l p s le

Merci !

Le baiser de fidélité

Lors de la grande cérémonie qui officialise l’alliance entre le chevalier, le vassal, et le seigneur, son suzerain, il y a de nombreux gestes symboliques. Le chevalier jure fidélité en se mettant à genou et en posant ses mains dans celles de son suzerain. Puis les deux hommes échangent un baiser sur la bouche. À partir de ce moment-là, ils ont des devoirs l’un envers l’autre.

4 Dis-moi combien tu vaux, je te dirai qui tu es !

Les chevaliers n’hésitent pas à faire prisonniers d’autres chevaliers pour demander une rançon. On peut échanger un prisonnier contre une forteresse ou la promesse d’un mariage mais le plus souvent, la rançon est une grosse somme d’argent. Combien ? Cela dépend. Plus le prisonnier est prestigieux, plus la rançon est énorme. Du Guesclin était tellement vaniteux qu’il fixait lui-même sa rançon à un prix bien plus élevé que celui que les Anglais auraient exigé pour un roi de France !

Vous avez perdu vos clés !

Un chevalier ne s’évade pas

C’est une question d’honneur. Prisonnier des Anglais après la défaite de Poitiers (1356), le roi de France Jean le Bon est libéré en échange d’une rançon. En attendant qu’elle soit entièrement payée, les Anglais gardent en otage deux des fils du roi. Mais l’un d’eux s’évade en 1364... Considérant que son honneur est en jeu, Jean le Bon revient à Londres, où il meurt quatre mois plus tard !

12

TDC_EXEOK.indd 12-13

2 5

L’amour impossible

C’est compliqué l’amour chez les chevaliers ! Ils pourraient choisir la sœur d’un camarade ou une voisine de palier dans le grand château fort, mais ce serait trop simple. Ils tombent toujours amoureux d’une belle dame inaccessible. Soit parce qu’elle habite à des milliers de kilomètres, soit parce qu’elle est déjà mariée, soit parce qu’il s’agit d’une princesse. Et parfois même, la belle est une princesse étrangère et mariée ! 13

29/12/09 8:16:01


S N O I T I TRAD resques

des

3 Soyez poli !

S e E l T a v N e A ch ÉTONN

À partir du XIIe siècle, une nouvelle tradition s’impose dans le monde de la chevalerie. Le vainqueur d’un combat au corps à corps doit épargner tout ennemi désarmé qui lui crie “merci”. Le vaincu a la vie sauve et le vainqueur peut exiger une rançon. Finalement, tout le monde est gagnant quand on reste poli !

s u l p s le

Merci !

Le baiser de fidélité

Lors de la grande cérémonie qui officialise l’alliance entre le chevalier, le vassal, et le seigneur, son suzerain, il y a de nombreux gestes symboliques. Le chevalier jure fidélité en se mettant à genou et en posant ses mains dans celles de son suzerain. Puis les deux hommes échangent un baiser sur la bouche. À partir de ce moment-là, ils ont des devoirs l’un envers l’autre.

4 Dis-moi combien tu vaux, je te dirai qui tu es !

Les chevaliers n’hésitent pas à faire prisonniers d’autres chevaliers pour demander une rançon. On peut échanger un prisonnier contre une forteresse ou la promesse d’un mariage mais le plus souvent, la rançon est une grosse somme d’argent. Combien ? Cela dépend. Plus le prisonnier est prestigieux, plus la rançon est énorme. Du Guesclin était tellement vaniteux qu’il fixait lui-même sa rançon à un prix bien plus élevé que celui que les Anglais auraient exigé pour un roi de France !

Vous avez perdu vos clés !

Un chevalier ne s’évade pas

C’est une question d’honneur. Prisonnier des Anglais après la défaite de Poitiers (1356), le roi de France Jean le Bon est libéré en échange d’une rançon. En attendant qu’elle soit entièrement payée, les Anglais gardent en otage deux des fils du roi. Mais l’un d’eux s’évade en 1364... Considérant que son honneur est en jeu, Jean le Bon revient à Londres, où il meurt quatre mois plus tard !

12

TDC_EXEOK.indd 12-13

2 5

L’amour impossible

C’est compliqué l’amour chez les chevaliers ! Ils pourraient choisir la sœur d’un camarade ou une voisine de palier dans le grand château fort, mais ce serait trop simple. Ils tombent toujours amoureux d’une belle dame inaccessible. Soit parce qu’elle habite à des milliers de kilomètres, soit parce qu’elle est déjà mariée, soit parce qu’il s’agit d’une princesse. Et parfois même, la belle est une princesse étrangère et mariée ! 13

29/12/09 8:16:01


S T R O F X U A E T Â H C

les Joyeuse, L’ÉPÉE DE CHARLEMAGNE

filsiècles des

3

au

Avec elle, Charlemagne ne craignait personne et surtout pas ses ennemis. Sur les champs de bataille, elle était résistante, tranchante mais elle était aussi magique. Selon la légende, cette épée extraordinaire protégeait l’empereur contre les poisons et les forces du mal car elle contenait, dans son pommeau, un morceau de la lance qui avait percé le flanc du Christ sur la croix.

Un château en bois

1

Tizona, L’ÉPÉE DU CID

Construit sur une motte de terre d’une vingtaine de mètres de haut, c’est l’ancêtre des châteaux forts. Apparu dans l’Europe entière vers l’an mil, il n’a rien d’impressionnant. Le plus souvent, il n’est composé que d’une seule tour de bois quadrangulaire entourée d’une barrière de pieux. C’est le futur donjon que l’on surnomme alors “la grosse” ! Parfois le seigneur et sa famille y logent, parfois elle ne sert qu’à surveiller les alentours. Mais dans tous les cas, la tour symbolise la puissance de celui qui l’a bâtie !

4

Le Cid avait plusieurs épées mais sa préférée était la belle Tizona à la lame puissante dont il détestait se séparer. On peut le comprendre. Grâce à elle, ce chevalier espagnol, aussi bagarreur que téméraire, est longtemps resté invincible dans ses combats contre les chrétiens ou les musulmans... Et il est rentré dans l’histoire de l’Espagne et dans celle de la littérature.

On s’arrête où pour dormir ?

enterré Le Cid a été na ! avec Tizo

Ascalon, l’épée de saint Georges

Une épée contre un dragon ! Saint Georges n’avait théoriquement aucune chance dans son combat. Et pourtant, il en est sorti vainqueur. Ascalon avait peut-être des pouvoirs magiques mais on ne sait presque rien à son sujet. Certains disent même qu’il s’agissait en réalité d’une lance. Cela dit, une lance contre un dragon, ce n’est pas non plus très équitable !

5

Un donjon en pierre et quadrangulaire

2

Dès le XIe siècle, on change de matériau de construction : la pierre remplace le bois. Pourquoi ? Parce que ce matériau est trop vulnérable au feu mais aussi parce que les chevaliers qui rentrent de croisade ont pris l’habitude de construire leur forteresse en pierre. Forcément, il n’y a pas beaucoup de bois dans les déserts de Palestine ! Le seigneur vit dans un donjon carré ou rectangulaire où se trouvent une grande salle et le logement des soldats. Le bois sert encore pour fabriquer des fortifications autour du château et freiner l’avancée d’éventuels assaillants. 19

TDC_P19_P20.indd 19

20

8/01/10 9:53:23


S E S S E R E T R FO plus

des Un donjon tout rond

les

3

S E R B È L É C

Au XIIe siècle, le château fort améliore encore son système de défense. Voici le temps des donjons circulaires. Pas bête : ils résistent bien mieux aux assauts car les projectiles ricochent dessus. Cette tour est aussi l’ultime refuge en cas d’attaque. Elle est protégée par une ou plusieurs enceintes.

GRANDEBRETAGNE

Hou hou ! Dans quel château es-tu cachée ?

Muncaster

Beaumaris

Le château-cour

4

À la fin du XIIIe siècle, le donjon est adossé à la muraille pour laisser de la place aux engins qui lancent des projectiles sur les assaillants. La partie stratégique du château est l’enceinte, conçue pour résister à l’artillerie qui fait des progrès. Au début du XVe siècle, il faut pouvoir résister à des tirs de boulets ! Les assiégés ont aussi des armes à feu qu’ils installent derrière des canonnières, des ouvertures percées dans la muraille. Elles sont parfois réalisées en forme de gueule de lion ou de dragon pour impressionner l’ennemi.

Camelot

Windsor Caerphilly Bodiam

Douvres

Sedan

Fort-la-Latte ChâteauGaillard Coucy Angers Guédelon

FRANCE Bonaguil Carcassonne Montségur Avila

ITALIE

ESPAGNE Castel Nuovo

Castel del Monte

Le château résidence

5

À la fin du Moyen Âge, le château est encore une résidence fortifiée mais il devient de plus en plus luxueux. Les pièces sont décorées de tapisseries et de meubles somptueux, chauffées par de nombreuses cheminées et mieux éclairées grâce aux larges fenêtres. Les châteaux forts laissent doucement la place aux palais de la Renaissance.

21

TDC_P21_P22.indd

21

13/01/10

13:59:21


S E G È I des S s u l p s le OYABLES INCR Carcassonne (752) :

3 krak des chevaliers (1271) : La lettre fatale

Après plus d’un siècle de résistance, le Krak des chevaliers est au bord de la rupture en cette année 1271. Les armées du sultan égyptien Baybars ont déjà pris la première enceinte mais quelques croisés se réfugient dans le donjon et poursuivent le combat. Ils résistent jusqu’au moment où leur parvient une fausse lettre de leur grand-maître leur demandant de se rendre. Le Krak est pris mais les derniers défenseurs auront la vie sauve !

la légende de Dame Carcas

Après cinq ans de siège, assiégés, affamés, les habitants de Carcassonne sont sur le point de se rendre à l’empereur Charlemagne qui assiège la ville. C’était sans compter sur Dame Carcas. Pour faire croire à une garnison importante, elle fait placer des mannequins de paille habillés en soldats. Puis cette maligne jette le dernier porc de la ville aux pieds des remparts. La ruse fonctionne à merveille. Les assiégeants renoncent à poursuivre le siège d’une cité où la nourriture est si abondante que l’on s’en sert pour narguer l’adversaire !

4 BELLEPERCHE (1369) : De redoutables marchands

En 1369, les gardes du château de Belleperche se sont laissés prendre comme des enfants. Une trentaine de mercenaires à la solde des Anglais ont pris la forteresse sans utiliser d’engins destructeurs. Comment ? Tout simplement en se déguisant en marchands le jour du marché. Parvenus sans encombre à l’intérieur des murailles, ils deviennent maîtres de la place en quelques heures et font un otage prestigieux... la mère du duc d’Anjou, propriétaire des lieux.

2 Château-Gaillard (1204) : toilettes publiques

Le roi de France Philippe Auguste est excédé. Après sept mois de siège, il vient d’apprendre que les habitants de la forteresse normande de Château-Gaillard disposent encore de nombreuses vivres. Philippe Auguste lance une attaque, prend la première enceinte puis fait rentrer ses soldats par la seule fenêtre non défendue. C’est celle des toilettes placées sous la chapelle de la forteresse ! 36

TDC_EXEOK.indd 36-37

CHAMPILLON (1384) : LE TEMPS DES CERISES

5

Selon une légende locale, le capitaine des gardes du château de Champillon avait une bien mauvaise habitude. En 1384, alors que la forteresse était assiégée, il allait régulièrement manger des cerises en cachette en dehors de la place forte. Quand ses ennemis s’en sont rendu compte, ils l’ont capturé sans difficulté. Et la forteresse n’a pas résisté longtemps sans son chef... 37

29/12/09 8:20:32


S E G È I des S s u l p s le OYABLES INCR Carcassonne (752) :

3 krak des chevaliers (1271) : La lettre fatale

Après plus d’un siècle de résistance, le Krak des chevaliers est au bord de la rupture en cette année 1271. Les armées du sultan égyptien Baybars ont déjà pris la première enceinte mais quelques croisés se réfugient dans le donjon et poursuivent le combat. Ils résistent jusqu’au moment où leur parvient une fausse lettre de leur grand-maître leur demandant de se rendre. Le Krak est pris mais les derniers défenseurs auront la vie sauve !

la légende de Dame Carcas

Après cinq ans de siège, assiégés, affamés, les habitants de Carcassonne sont sur le point de se rendre à l’empereur Charlemagne qui assiège la ville. C’était sans compter sur Dame Carcas. Pour faire croire à une garnison importante, elle fait placer des mannequins de paille habillés en soldats. Puis cette maligne jette le dernier porc de la ville aux pieds des remparts. La ruse fonctionne à merveille. Les assiégeants renoncent à poursuivre le siège d’une cité où la nourriture est si abondante que l’on s’en sert pour narguer l’adversaire !

4 BELLEPERCHE (1369) : De redoutables marchands

En 1369, les gardes du château de Belleperche se sont laissés prendre comme des enfants. Une trentaine de mercenaires à la solde des Anglais ont pris la forteresse sans utiliser d’engins destructeurs. Comment ? Tout simplement en se déguisant en marchands le jour du marché. Parvenus sans encombre à l’intérieur des murailles, ils deviennent maîtres de la place en quelques heures et font un otage prestigieux... la mère du duc d’Anjou, propriétaire des lieux.

2 Château-Gaillard (1204) : toilettes publiques

Le roi de France Philippe Auguste est excédé. Après sept mois de siège, il vient d’apprendre que les habitants de la forteresse normande de Château-Gaillard disposent encore de nombreuses vivres. Philippe Auguste lance une attaque, prend la première enceinte puis fait rentrer ses soldats par la seule fenêtre non défendue. C’est celle des toilettes placées sous la chapelle de la forteresse ! 36

TDC_EXEOK.indd 36-37

CHAMPILLON (1384) : LE TEMPS DES CERISES

5

Selon une légende locale, le capitaine des gardes du château de Champillon avait une bien mauvaise habitude. En 1384, alors que la forteresse était assiégée, il allait régulièrement manger des cerises en cachette en dehors de la place forte. Quand ses ennemis s’en sont rendu compte, ils l’ont capturé sans difficulté. Et la forteresse n’a pas résisté longtemps sans son chef... 37

29/12/09 8:20:32


Topdoc - Chevaliers et châteaux forts