Page 1

Laurent Bourgeois

micro-potagers


Sommaire Cultiver un micro-potager Avant de commencer ................................... 6 Le sol ............................................................ 10 Semis ou plantation ? ................................. 14 Des cultures en pleine forme ................... 17 L’arrosage ..................................................... 21 Le désherbage ............................................. 24 La rotation des cultures ............................. 26 Un micro-potager à soi En pot ........................................................... 30 En carré ........................................................ 34 De façade ..................................................... 37 Sur le toit ..................................................... 38 Dans un passage ......................................... 40 Sur la terrasse ou le balcon ....................... 42 Dans un patio ou une cour intérieure .... 44 Suspendu ..................................................... 46 Sur lasagne .................................................. 48 Sur un mur végétal ..................................... 50

Les légumes de taille moyenne : – Bette ...................................................... 61 – Chou p ommé ....................................... 61 – Épinard .................................................. 61 – Haricot ve rt .......................................... 62 – Petit p ois ............................................... 62 – Pomme de terre ................................... 62 – Tomate .................................................. 63 Les grands légumes : – Courgette .............................................. 63 – Melon .................................................... 63 Index ............................................................. 64

Une sélection de plantes Quelles plantes choisir ? ........................... 54 Portraits des légumes ................................ 58 Les légumes à faible développement : – Carotte .................................................. 59 – Laitue .................................................... 59 – Mâche.................................................... 59 – Oignons ................................................. 60 – Poireau .................................................. 60 – Radis ...................................................... 60

3


cultiver un micropotager


Avant de commencer Le problème récurrent des petits espaces est que le choix est souvent limité pour l’implantation du potager. L’idéal est bien sûr un lieu ensoleillé, exposé au sud et plutôt protégé du froid, avec la possibilité d’arroser facilement. Mais ne désespérez pas si l’endroit dont vous disposez ne correspond pas à cette situation rêvée : il est toujours possible de s’adapter en sélectionnant des végétaux appropriés.

Souhaits et contraintes Lorsque l’on dispose d’un petit espace à transformer en potager, le souhait est souvent d’aménager un jardin parfait qui pourra servir à la fois de potager et de jardin d’agrément, en alliant l’utile à l’esthétique. Cette

Ï Les fleurs et les légumes peuvent cohabiter en parfaite harmonie.

6

Cultiver un micro-potager

association n’est pas contradictoire et l’on peut très bien mélanger fleurs, arbustes et légumes dans une harmonieuse cohabitation. Si vous n’êtes pas convaincu, visitez le magnifique jardin de Villandry, essentiellement composé de plantes potagères et condimentaires. Souvent, un potager aménagé dans un petit espace se conçoit comme une pièce supplémentaire de la maison, en étudiant comme pour une autre partie de l’habitation, les éléments de décor, l’éclairage, le sol, les bordures ou le mobilier, qui seront en harmonie avec l’ambiance du foyer intérieur. La première étape lors de la création d’un petit jardin est de bien réfléchir à ses propres envies et de les hiérarchiser. Le potager doitil être beau et harmonieux ou uniquement pratique ? Choisissez également votre style : allez-vous apprécier un jardin très structuré, avec des allées tirées au cordeau et des haies uniformes comme une petite réplique de jardin à la française ? Ou plutôt un potager plus fouillis, avec des couleurs et des formes moins régulières ?


Camouflage Les petits espaces extérieurs sont souvent occupés par des éléments peu esthétiques comme des poubelles, des tuyauteries, des rangements ou divers objets stockés provisoirement. Il faut trouver des solutions pour masquer ou déplacer tous ces éléments.

Considérez les contraintes et atouts liés à l’ensoleillement, au sol, au vent, à la topologie du terrain, à la taille de votre espace, ainsi que les parties à mettre en valeur et celles à camoufler. Enfin, si vous avez à creuser des trous, soyez au courant des différentes canalisations qui passent sur votre terrain.

Indispensable plan de jardin Optimiser la place dans un petit jardin demande une bonne organisation. Prenez le temps de réfléchir à votre plan de jardin ; c’est une occupation agréable qui va occuper quelques soirées d’hiver pendant lesquelles vous allez rêver à votre jardin et aux beaux jours. Laissez votre projet mûrir, revenez-y après quelques jours de réflexion, modifiezle jusqu’à ce qu’il vous convienne vraiment. Pour structurer votre potager, commencez par tracer les allées, en les prévoyant suffisamment larges (environ 60 cm), en dessinant des limites aux formes géométriques ou des allées toutes en courbes. Les massifs de

Ï Cet espace central constitué de pavés est entouré de planches de cultures disposées en étoile.

7


culture ne doivent pas dépasser une largeur de 1,30 m pour permettre un travail aisé de part et d’autre. Ces mesures ne sont données qu’à titre indicatif ; ne soyez pas trop rigide avec les allées et les massifs, innovez, allez pêcher quelques idées de réalisations dans des magazines ou chez des voisins, et créez un potager à votre image. Il faut aussi composer avec sa propre superficie, qui peut être bien particulière et ainsi imposer des choix de disposition singuliers. On peut imaginer, par exemple, un potager qui débuterait par une roue d’herbe en son centre, c’est-à-dire une disposition circulaire, sur lesquelles

viendraient rayonner sur toute sa périphérie les planches de travail, donnant l’image vue de dessus d’un soleil rayonnant. De nombreuses configurations sont possibles, mais gardez toujours à l’esprit que votre jardin doit être esthétiquement réussi, pratique à travailler et à entretenir, avec des circulations commodes, et que les plantes doivent avoir suffisamment de place pour se développer.

Astuces pour optimiser la surface Pour gagner de la place dans un petit espace, il existe de nombreuses solutions. Pensez à utiliser la verticalité en palissant des végétaux (pois, haricots et certaines Cucurbitacées…) sur des murs existants ou des clôtures, en fixant les plantes sur des treillis ou en créant des structures érigées, en forme de tipi, de tonnelle, ou plus linéaires. Associez les plantes de façon à profiter au maximum de l’espace. Au pied des plantes qui sont palissées, installez de plus petites plantes comme des salades ou des carottes. Combinez aussi les cultures aux croissances différentes : vous pouvez semer des radis, des laitues ou de la roquette, qui poussent très vite, entre vos pieds de tomates, de choux ou de courgettes dont le développeÍ Les plantes grimpantes, ici un pied de concombre, gagnent à être palissées sur toutes sortes de supports.

8

Cultiver un micro-potager


Ne voyez pas trop grand ! Attention de ne pas surcharger votre potager par un excès de plantes : laissez à chacune un espacement suffisant pour se développer. Dans les petits jardins, on limite les plantes à fort développement qui viendraient accaparer trop de place, tels les artichauts ou les cardons, par exemple, qui ont une croissance importante.

Ï Des accessoires de décor apportent une touche personnalisée à votre potager.

ment est plus lent. Le temps que ces cultures aient atteint leur taille adulte, les plantes à croissance rapide auront déjà été récoltées ! Effectuez des rotations de culture rapides en ne laissant pas le sol à nu ; vous optimiserez alors votre surface. Lorsque l’on procède ainsi, il faut également apporter régulièrement des amendements sinon le sol s’épuise. Ajoutez aux légumes des végétaux à feuillages décoratifs et persistants qui vont ajouter une touche esthétique sur la durée. Sachez que les matériaux de couleur claire donnent l’impression d’un espace plus grand. Dans un jardin délimité par un ou plusieurs murs, on a tout intérêt à peindre ces derniers en blanc, ce qui donne l’illusion d’une plus grande superficie mais aussi une meilleure luminosité. L’avantage d’un petit espace est que l’on peut s’offrir le luxe d’employer des matériaux nobles et plus coûteux que ceux qu’on utiliserait pour concevoir un grand jardin. Un éclairage bien approprié met en valeur les petits jardins, ne négligez pas cet aspect. Les éclairages au sol orientés vers les végétaux sont du plus bel effet.

9


Un micropotager Ouverture Ă soi


En pots Cultiver ses plantes en pots, en jardinières ou en bacs présente de nombreux avantages. Particulièrement bien adaptés aux petits espaces, les différents contenants trouvent leur place partout, sur un rebord de fenêtre, des marches d’escalier, un balcon, en suspension…

Les avantages De très nombreux légumes peuvent être cultivés de cette façon, quelque soit la forme ou la taille des pots dont on dispose. De petites jardinières accueilleront deux lignes de radis, des pots plus grands hébergeront un pied de tomate, ou un plant de courgette trouvera sa place dans une grande vasque. La culture en pots offre la possibilité d’avoir à portée de main, sur le rebord d’une fenêtre quelques plantes condimentaires. Les plantes sensibles au gel, cultivées en pots, peuvent être rentrées dans un local où elles seront protégées.

Les contenants Les commerces proposent quantité de pots ou de jardinières et le choix est parfois difficile. La première règle à respecter est d’adapter la taille du pot au légume. Il faut surtout éviter d’empoter de petites plantes dans des contenants de taille disproportionnée, surtout celles de terrains secs qui peuvent ra-

30 un micro-potager à soi

! ! Asturecceours

lib Laissez pour gination ants a im e tr o v te à con n tous les convenir : utiliser nt ues s semble qui vou assines métalliq b s nd, de vieille s percerez le fo , u o igneron dont v aux de v sections e n n to des is, des es en bo lement des aug x. Pensez simp eau. u cre n de l’ d’arbre vacuatio ’é d e m au systè

Î L’association de différents légumes, ici tomates, choux et cornichons, dans un même espace est tout à fait possible.

pidement pourrir dans ce type de condition. Le drainage est aussi un élément important à considérer et à vérifier. Dans la mesure du possible, préférez des pots ronds à des pots carrés. Privilégiez des pots en matières organiques, fabriqués avec des produits naturels comme la fibre de coco ou la tourbe. Avec ce type de contenants, il est préférable d’utiliser des cache-pots pour conserver l’humidité du terreau. Les pots en terre cuite conviennent aussi parfaitement :


31


poreux, ils permettent aux racines de bien respirer, mais l’inconvénient de ce type de pots reste leur poids et leur prix. Les jardinières permettent de cultiver ensemble plusieurs plantes. Regroupez alors les plantes aux développements comparables et ayant des besoins assez proches en arrosage, substrat et exposition.

de plantes. Choisissez des substrats drainés et aérés, en évitant les terreaux à granulométrie trop fine pour les plantes méditerranéennes, de nombreuses plantes aromatiques et en général pour toutes les plantes de terrains secs. Pour une grande majorité de

Un substrat personnalisé

Le substrat De nombreux substrats sont proposés dans le commerce. Évitez cependant certains terreaux trop bon marché qui ne donnent pas satisfaction. Pour la culture hors-sol, il est important d’adapter le substrat à chaque type

Ï Les courgettes se développeront mieux dans un substrat riche.

32 un micro-potager à soi

De nombreux jardiniers s’essayent à composer leur propre substrat en mélangeant différents matériaux parmi les suivants. • Les tourbes (blondes ou brunes) composent souvent les deux tiers d’un substrat. Elles permettent une bonne rétention en eau et en éléments nutritifs. La tourbe blonde, plus fibreuse, est la plus intéressante, car elle permet une meilleure aération. Les tourbières étant de plus en plus surexploitées, il faut cependant essayer de limiter le plus possible l’utilisation des tourbes. • Les terreaux de feuilles proviennent de la décomposition de feuilles mortes. Ces terreaux présentent l’avantage d’être très riches en matières organiques mais, très fins, ils favorisent la stagnation de l’eau. Il faut donc les utiliser avec parcimonie (entre 10 et 25 % du volume total). Les pH de ces terreaux sont acides. • Les écorces de pin compostées sont intéressantes car elles favorisent le drainage, mais elles acidifient aussi le substrat. • Le sable est un élément qui participe aussi au drainage, mais il faut utiliser des sables aux grains grossiers et en petite quantité (10 % environ). • Le compost qui provient de la décomposition des déchets organiques est un élément intéressant, riche en minéraux et en matières organiques. • La perlite est une roche volcanique expansée qui favorise l’aération et allège le substrat. On utilise ce matériau pour les travaux de multiplication (semis et boutures) ou lorsque l’on veut limiter le poids des pots sur les terrasses ou les toits.


légumes, les terreaux universels conviennent bien. Il faut toutefois vérifier qu’il y ait une proportion correcte entre les éléments fins et les plus grossiers comme les écorces qui assurent un bon drainage. Un bon substrat doit être souple : lorsque vous le pressez dans votre main, il ne doit pas rester compact. N’employez jamais la terre pure de votre jardin pour rempoter vos plantes, elle est trop compacte et entraînerait des problèmes d’asphyxie racinaire. Vous pouvez, en revanche, en incorporer une petite quantité (10 à 20 %) à votre substrat.

Le rempotage Pour faire perdurer vos plantes hors-sol, il est important de procéder régulièrement à des rempotages en apportant du terreau qui va nourrir la plante et lui permettre de continuer à développer son système racinaire. La fréquence des rempotages est variable d’une plante à une autre, mais il faut compter en moyenne 6 mois. Il est préférable de réaliser des rempotages plus fréquents dans des contenants légèrement plus grands que les précédents, plutôt que de rempoter dans un pot beaucoup trop volumineux. Lorsque leur croissance est ralentie, que les nouvelles feuilles deviennent plus petites avec des couleurs plus claires, c’est le signe que les plantes souffrent, il faut alors rapidement procéder au rempotage ou à un apport d’engrais. L’idéal est même d’anticiper ces

Le saviez-vous ? Quel que soit le mélange utilisé pour composer le substrat, il est important de garnir le fond du pot ou de la jardinière avec de petits cailloux, des billes d’argile ou de la pouzzolane pour favoriser le drainage.

symptômes et d’agir avant que la plante ne commence à souffrir. Vous pouvez aussi étaler à la surface de votre pot une petite couche de graviers ou de petits cailloux : en dehors de l’aspect décoratif, ceci permet d’éviter les éclaboussures et la formation de trous. Un arrosage copieux est nécessaire après chaque rempotage.

L’arrosage C’est un aspect très important pour la culture en pots. Il faut procéder à des arrosages plus réguliers qu’en pleine terre qui varient en fonction du développement de la plante, de la taille du contenant, de la météo, de la saison et des espèces. La meilleure façon de gérer l’arrosage des plantes reste l’observation : il n’y a rien de mieux que l’œil du jardinier pour déceler le manque d’eau. Il existe pour arroser les pots de petits réservoirs coniques qui libèrent l’eau lentement, mais vous pouvez aussi utiliser des bouteilles en plastique, dont vous enterrerez le goulot et couperez la base.

33


Une sĂŠlection de plantes


Portraits des légumes En fonction de leur développement, le choix et le nombre de légumes à cultiver dans un micro-potager sera différent. Cela ne veut pas dire que l’on ne peut pas planter de grands légumes dans ce type de lieu, mais il faudra se montrer astucieux en utilisant certaines parties incommodes du jardin pour installer ces plantes. Il faudra également limiter leur nombre pour ne pas prendre toute la surface, et utiliser la verticalité en palissant ou en faisant courir les plantes volubiles sur toutes sortes de supports.

Dans les pages qui suivent, vous sont présentés : des légumes à faible développement (de 10 à 30 cm de largeur ou de hauteur), à choisir en priorité ; des légumes de taille moyenne (de 30 à 60 cm de largeur ou de hauteur), à limiter en nombre ;

58 une sélection de plantes

des grands légumes (plus de 60 cm de largeur ou de hauteur), à utiliser avec parcimonie : 2 ou 3 pieds seulement pour ne pas envahir tout l’espace.

Ð La morelle de Balbis, un fruit original et délicieux. Faites seulement attention aux nombreuses épines.


Les légumes à faible développement Carotte

C’est une plante bisannuelle qui développe une racine pivotante sucrée. Elle est riche en vitamine A et en potassium. Arrosage : régulier.

Laitue

Cette plante annuelle se décline en de nombreuses variétés de formes et couleurs variées. Elle est riche en minéraux et oligoéléments.

Exposition : soleil.

Arrosage : fréquent, mais sans arroser le feuillage.

Sol : léger, bien travaillé et riche en matières organiques.

Exposition : soleil.

Résistance au gel : assez résistante. Entretien : semez en lignes continues espacées de 30 cm, de mars à juin. Arrosez régulièrement. Après la levée, éclaircissez pour ne garder qu’un pied tous les 7 à 8 cm. La carotte est sensible à une mouche spécifique de ce légume. Récolte : les premières récoltes commencent en juin, pour les semis réalisés en mars, et s’échelonnent ensuite jusqu’en hiver. Les carottes se conservent très bien dans du sable à la cave.

Sol : tout type de sol, excepté trop acide. Résistance au gel : assez peu sensible au gel. Entretien : semez la laitue en lignes continues, espacées de 40 cm, dans des sillons peu profonds. Après la levée, éclaircissez pour ne garder qu’un pied tous les 25 cm. Pour gagner du temps, on peut aussi planter des laitues en prenant soin de ne pas enterrer le collet. La mise en place se réalise de mars à septembre. Un engrais riche en azote stimule la pousse.

Mâche

C’est une petite plante annuelle que l’on trouve dans la nature. Ses feuilles réunies en rosettes sont riches en vitamines C et E. Arrosage : régulier. Exposition : soleil à mi-ombre. Sol : tout type de sol. Résistance au gel : rustique. Entretien : semez la mâche en lignes continues espacées de 20 cm, dans des sillons peu profond (1 cm). Fractionnez les semis de juillet à octobre pour obtenir une récolte régulière. Après la levée, éclaircissez pour ne garder qu’un pied tous les 5 cm. Récolte : en automne et jusqu’en février, coupez à la base les rosettes quand elles sont bien formées, au fur et à mesure de vos besoins. La mâche se consomme fraîche, mais elle peut se congeler dans des sachets en plastique.

Récolte : les laitues se récoltent jeunes, avant leur montée à graines, et se consomment fraîches.

59

49622_apercu  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you