Issuu on Google+

19/12/08

8:36

Page 1

potager BIO

potager BIO Un petit

Victor Renaud

Un petit

A

depte du jardinage bio, Victor Renaud se fait fort d’obtenir de savoureux légumes sans avoir recours à aucune molécule chimique de synthèse. Depuis longtemps, il a appris à jardiner autrement, à nourrir convenablement la terre pour en récolter les bienfaits. Il nous invite à travailler le sol sans le mettre sens dessus dessous, à apporter des fertilisants naturels, à pratiquer rotation et association des cultures, à intervenir à bon escient pour prévenir et limiter les attaques des parasites et des maladies. Ainsi, s’établit au potager un équilibre qui permet de se passer de traitement chimique pour le bien de tous, et les légumes retrouvent tout leur goût et leur valeur nutritive. Dans un petit potager bio, vous pourrez selon vos goûts cultiver une grande diversité de légumes que vous ferez alterner au fil des ans. De l’artichaut à la tomate en passant par le crosne ou le topinambour, vous trouverez ici une quarantaine de plantes potagères et condimentaires traitées en détail du semis à la récolte, avec des conseils de culture spécifiques pour avoir toujours des végétaux en bonne santé qui régaleront toute la famille.

Un petit potager bio

Obtenir de bons et beaux légumes en respectant l’écosystème

Victor Renaud

Spécialiste reconnu, Victor Renaud est collectionneur de plantes potagères et de légumes anciens. Il a été un pionnier en matière de jardinage biologique et promeut dans chacun de ses ouvrages des méthodes qui respectent notre planète.

TTC

www.rustica.fr

15€

CouvePotager.qxd

Notre planète est un jardin à préserver


PetitPotagerBio_Int.qxd

18/12/08

9:49

Page 86


PetitPotagerBio_Int.qxd

18/12/08

9:47

Page 5

Sommaire Avant-propos .....................................................7 Jardiner autrement ..............................................9 Connaître la nature du sol ................................10 La terre argileuse ou lourde ..............................10 La terre calcaire ou alcaline.............................10 La terre légère ou sablonneuse........................11 La terre humifère .................................................11 La terre limoneuse ..............................................11 La terre graveleuse .............................................11 Amender et fertiliser le sol ................................12 Le compost ..........................................................12 Les engrais naturels ............................................14 Préparer le potager............................................19 Le bon emplacement........................................19 Bêcher la terre sans la retourner ......................19 Cultiver des engrais verts...................................20 Protéger le potager du vent..............................21 Entretenir le potager ..........................................22 Les paillages........................................................22 L’arrosage ............................................................23 Lutter contre les « mauvaises » herbes..................23 Le buttage ...........................................................25

Un jardin sans pesticides ................................27 Lutter contre les parasites des cultures ............28 La mouche mineuse des Alliacées ....................28 Le doryphore...............................................................28 Les altises ......................................................................28 La courtilière................................................................28 Les limaces et les escargots..................................29 Les mouches blanches ou aleurodes ...............29 La piéride du chou ...................................................29 Les pucerons ...............................................................29 La teigne du poireau ...............................................30 Le taupin.......................................................................30 Les amis des jardiniers.......................................31 Ils s’en régalent....................................................31 Laissez agir les prédateurs.................................31

Prévenir et limiter les maladies ........................32 Le mildiou ............................................................32 L’oïdium ................................................................32 La rouille...............................................................33 La graisse ou gras...............................................33 La fonte des semis..............................................34 Les pourritures ou maladies cryptogamiques .................................................34 Les traitements naturels.....................................35 Les purins ou macérations ................................35 Les décoctions ....................................................37 Les produits du commerce ...............................38

L’art de cultiver son potager ........................41 La rotation des cultures .....................................42 La rotation par familles ......................................42 La rotation par types de légumes....................42 Les bonnes associations ...................................44 Les bienfaits des plantes condimentaires.......44 Bons et mauvais voisins......................................45 Les associations fleurs et légumes ...................46 La multiplication .................................................47 Le semis................................................................47 - Activer la levée .................................................48 - Le repiquage ....................................................49 Les autres modes de multiplication .................50 - La plantation de tubercules............................50 - La plantation de caïeux ..................................51 - La division de touffe .........................................51 - Le marcottage ..................................................51 - La multiplication par stolons ...........................51 - Le bouturage.....................................................51

Du semis à la récolte .......................................53 Les légumes ........................................................54 Arroche ................................................................54 Artichaut ..............................................................56 Aubergine ............................................................57 Betterave potagère ............................................58 Carotte .................................................................60

(5)


PetitPotagerBio_Int.qxd

18/12/08

9:47

Page 6

Céleri à côtes ......................................................61 Céleri-rave............................................................62 Chicorée frisée et scarole .................................64 Chou brocoli........................................................65 Chou de Bruxelles...............................................66 Chou-fleur ............................................................67 Chou pommé......................................................68 Chou-rave ............................................................69 Concombre .........................................................71 Courges d’hiver, citrouille et pâtisson ..............72 Courgette.............................................................73 Cresson des jardins.............................................74 Crosne du Japon................................................75 Épinard .................................................................76 Fenouil bulbeux...................................................78 Fève ......................................................................79 Fraisier...................................................................80 Haricot ..................................................................82 Laitue ...................................................................84 Mâche..................................................................85 Melon....................................................................87 Navet ....................................................................87 Panais ...................................................................88 Poireau .................................................................90 Poirée....................................................................90 Pois........................................................................92 Pomme de terre ..................................................94 Pourpier ................................................................95 Radis .....................................................................96 Salsifis....................................................................97 Scorsonère ...........................................................98 Soja potager........................................................99 Tétragone cornue .............................................101 Tomate................................................................102 Topinambour .....................................................105

(6)

Un petit potager bio

Les plantes condimentaires............................106 Ail ........................................................................106 Basilic ..................................................................107 Cerfeuil ...............................................................108 Ciboule...............................................................108 Ciboulette...........................................................110 Échalote..............................................................111 Estragon..............................................................112 Livèche ou céleri perpétuel ............................112 Menthe ...............................................................113 Oignon................................................................114 Oseille .................................................................115 Persil ....................................................................116 Romarin ..............................................................118 Sarriette vivace ..................................................119 Sauge officinale................................................120 Thym....................................................................120

Carnet d’adresses ..........................................123 Index ..................................................................125


PetitPotagerBio_Int.qxd

18/12/08

9:47

Page 7

Avant-propos L

e jardinage conventionnel est devenu une vraie source de pollution, car on y a largement recours aux engrais chimiques, aux insecticides, aux fongicides, aux désherbants… qui sont pratiquement tous des molécules chimiques de synthèse. Or, tous ces pesticides détruisent la vie du sol, en particulier les vers de terre ; la faune est mise à mal, car les oiseaux et les insectes utiles se nourrissent des parasites des végétaux ; et au bout de la chaîne, le jardinier et sa famille en subissent les conséquences par la contamination de récoltes renfermant des résidus de synthèse qui altèrent leur santé. Le jardin « bio » quant à lui manifeste un grand respect pour le sol, dont l’équilibre repose sur la vie microbienne. Tous les ans, on y apporte du compost, des engrais naturels, des traitements à base de végétaux. Le sol est travaillé sans retournement des couches. Ce n’est pas un retour en arrière, mais au contraire un mode de culture moderne, de progrès, basé sur l’application des connaissances scientifiques les plus récentes, respectant la vie du sol, des insectes, des animaux, des plantes pour le plus grand bien du jardinier et de sa famille. En outre dans un potager bio, les légumes retrouvent tout leur goût et toute leur valeur nutritive.

Dans un petit potager bio de quelques centaines de m2, vous pourrez cultiver selon vos goûts et le temps dont vous disposez une grande variété de légumes. Vous trouverez ici tous les conseils pour obtenir sans artifice une quarantaine de plantes légumières que vous pourrez faire alterner au fil des ans pour satisfaire l’appétit de chacun, tout en veillant à ne pas épuiser la terre. Vous aurez le bonheur de voir pousser ces végétaux au fil des mois puis de déguster des légumes riches en éléments nutritifs et qui ont du goût.

Victor Renaud

(7)


PetitPotagerBio_Int.qxd

18/12/08

9:47

Page 8

Jardiner

(8)

Un petit potager bio


PetitPotagerBio_Int.qxd

18/12/08

9:47

Page 9

autrement Cultiver des légumes sains et profiter de leurs qualités nutritionnelles et gustatives, telle est bien souvent la motivation première de nombre de jardiniers.

)

Dans le cadre d’un potager bio, il faut se résoudre à éliminer totalement les molécules de synthèse, tant il est vrai qu’on ne peut pas s’efforcer de rétablir un équilibre ramenant la vie au sol, et par ailleurs tout détruire par des traitements intempestifs. Pour y parvenir, nous disposons de plusieurs méthodes qui judicieusement ordonnées permettent d’atteindre cet objectif : un travail du sol approprié, une bonne rotation des cultures, une fertilisation bien pensée et des interventions à bon escient pour prévenir et limiter les attaques des parasites et des maladies.

(9)


PetitPotagerBio_Int.qxd

18/12/08

9:47

Page 10

Connaître

la nature du sol La terre idéale contient 50 à 70 % de sable, 10 à 20 % d’argile, 5 à 10 % de calcaire et 3 à 6 % d’humus. Cette « terre franche », parfois appelée « terre à blé » ou « terre de jardin », se travaille facilement tout en retenant bien l’eau et les éléments fertilisants. Donc tous les ans, il suffit d’y apporter des engrais naturels et du compost. Mais dans un jardin, nous disposons rarement d’un sol aussi équilibré. Plusieurs cas de figure peuvent se présenter.

La terre argileuse ou lourde Collante voire boueuse par temps pluvieux, elle devient dure et crevassée en période de sécheresse. C’est une terre difficile à travailler (intervenez de préférence avant les grands froids, au plus tard en janvier) et qui se réchauffe difficilement au printemps ; en revanche, elle conserve bien la fraîcheur.

Tous les ans, au cours de l’automne ou à la fin de l’hiver, il faut lui apporter du compost et des engrais naturels comme la poudre de roches, riche en silice. Ce sol ayant par ailleurs tendance à devenir très acide, il faut parfois remonter le pH par des apports de lithothamne, très riche en calcium : généralement, 2 kg à l’are à l’automne et autant au printemps, jusqu’à ce que le pH remonte à 7 ou légèrement moins.

La terre calcaire ou alcaline Le

pH

)

du sol

Les herbes sauvages sont souvent un bon indicateur du pH d’un sol, c’est-à-dire de son caractère alcalin (pH supérieur à 7) ou acide (pH inférieur à 7) : le coquelicot, le tussilage, le bleuet, le chardon révèlent un sol plutôt calcaire (ou alcalin), tandis que le bouton d’or, l’oseille sauvage, la prêle et la pâquerette poussent dans des terres acides. Un sol ayant un pH compris entre 6,5 et 7,2 convient à la plupart des plantes potagères.

(10)

Un petit potager bio

Elle se dessèche rapidement, surtout si elle contient environ 20 % de chaux. Par contre, elle se réchauffe plutôt bien et surtout conserve bien la chaleur. Elle est aussi assez facile à travailler. Les terres calcaires sont souvent lessivées par les pluies ; les feuilles de certains végétaux y jaunissent, principalement celles des fraisiers et des arbres fruitiers (poiriers et pêchers). On améliore lentement ce type de sol par des apports réguliers de compost, de tourbe blonde non enrichie et


PetitPotagerBio_Int.qxd

18/12/08

9:47

Page 11

acide, d’engrais à base de poudre de roches, de terreau de feuilles, de patentkali (riche en magnésium, soufre et potasse). La fleur de soufre (400 g à l’are) fait baisser sensiblement le pH, mais sans corriger la nature du sol ; on l’utilise pour les sols légèrement calcaires en renouvelant les apports chaque année. Les engrais verts sont fortement recommandés comme couvre-sol en hiver.

La terre légère ou sablonneuse Riche en sable, elle se réchauffe très vite, mais se dessèche rapidement et est souvent pauvre en matières organiques ; par contre, elle ne colle pas, se travaille toute l’année sans retournement, ne retient pas l’eau et s’émiette très facilement.

croûte en surface en séchant ; ce phénomène nuit à la végétation et la vie microbienne est ralentie. Elle demande à peu près les mêmes apports que les terres argileuses.

La terre graveleuse Ce sol peut être acide, calcaire, lourd ou léger, mais renferme toujours une quantité importante de cailloux. Il est difficile à travailler et les légumes-racines (carotte, salsifis, scorsonère, panais…) s’y développent mal. Il faut enlever les plus gros cailloux et apporter annuellement du compost et des fertilisants naturels.

Elle peut être aussi bien calcaire qu’acide et s’améliore par des apports réguliers de compost, de poudre de roches volcaniques ; la culture d’engrais verts est encore une fois conseillée.

La terre humifère Riche en humus, elle retient bien l’eau et l’absorbe également ; elle se réchauffe bien au printemps. Sa tendance à l’acidité peut être corrigée par des apports de lithothamne (2 kg à l’are à l’automne et autant au printemps). Chaque année, à l’automne ou à la fin de l’hiver, le sol doit recevoir des engrais à base de poudre de roches et du compost.

La terre limoneuse Issue d’anciennes terres alluvionnées ou marécageuses, elle devient assez compacte en période humide et forme une

La culture d’engrais verts est bénéfique à tous les types de sol. Le trèfle blanc nain apporte matière organique et azote.

(11)


PetitPotagerBio_Int.qxd

18/12/08

9:47

Page 12

Amender et

fertiliser le sol Pour récolter des légumes riches en nutriments, il faut apporter à la terre un compost correctement préparé et des fertilisants organiques complets. On met ainsi à la disposition des plantes des éléments assimilables, grâce à la coopération de l’usine vivante qu’est le sol.

Le compost Il est essentiel d’apporter du compost, de veiller à la fertilité de la terre si l’on veut que celle-ci produise de bons et beaux légumes.

carbone/azote. Le carbone est fourni par les bois broyé issus des tailles de branchage, la sciure de bois non traitée, la paille, les fanes sèches de haricots… La matière azotée est apportée par les tontes de gazon que l’on aura préalablement fait sécher sur le sol pendant quelques jours, les épluchures de légumes, l’herbe non montée à graines…

Organiser Le compost maison

On peut composter divers déchets organiques, pourvu que soit respecté l’équilibre 1re phase : ensilage

couches successives 0,60 m arroser fortement et tasser

Longueur indifférente mais de plusieurs mètres

0,60 m

2e phase : fermentation chaude 0,60 m

0,60 m branchages cheminée

(12)

Un petit potager bio


PetitPotagerBio_Int.qxd

18/12/08

9:47

Page 13

Attention aux Il faut en principe prévoir 2/3 de matière carbonée pour 1/3 de matière azotée seulement, car l’excès d’azote peut rendre les plantes plus sensibles aux parasites et aux maladies. Évitez d’incorporer des branches de résineux, car celles-ci se décomposent très lentement, et veillez à broyer finement tous les résidus de taille de conifères.

excès d’azote

)

Ne dépassez pas les doses prescrites en azote, car vos légumes attireraient les parasites et deviendraient plus fragiles. Par ailleurs, l’excès d’azote donne des plantes trop riches en nitrates ; ces derniers se transforment en nitrite, un sel qui n’est pas favorable à la santé.

Le compost maison se prépare en deux étapes : l’ensilage et la fermentation chaude. • L’ensilage : formez un tas de 60 cm de large, en commençant par un lit de carbone, puis une couche de matière azotée ; ajoutez-y quelques poignées de lithothamne (algue marine) ou de dolomie (roche se formant en milieu marin), arrosez et tassez fortement. Renouvelez ces couches pour obtenir une hauteur de 60 cm, de forme arrondie. Couvrez alors le tas d’une bâche ; il peut ainsi être conservé plusieurs mois. • La fermentation chaude : environ 1 à 2 mois avant son utilisation, déplacez le tas en respectant toujours une largeur et une hauteur de 60 cm et en le secouant énergiquement. Il est avantageux de placer au préalable, au milieu du tas, quelques briques sur lesquelles vous déposerez des branchages pour constituer une cheminée horizontale qui va favoriser la fermentation. Au bout de quelques jours, la fermentation chaude va se déclencher, surtout si on recouvre le tas de paille, de feuilles sèches… > On trouve aussi dans le commerce différents composteurs brevetés, de capacité variable (290, 600, 700 litres…) selon les besoins et la grandeur du potager, dotés d’un dispositif de ventilation pour la répartition de l’air. Ne les exposez pas trop au soleil.

Une fois broyés, les déchets de taille peuvent entrer dans la composition du compost.

Le compost est bon à épandre dans les 3 semaines suivant la fermentation, avant qu’il ne devienne du « beurre noir », c’est-àdire gluant et impropre à l’utilisation. Épandez-le à raison de 200 à 250 kg à l’are, soit 4 à 5 brouettées, que vous incorporerez au sol dans les 10 premiers centimètres.

Le compost du commerce Dans le commerce, divers composts sont proposés dont le dosage est indiqué. Certains sont garantis sans aucune adjonction de produits chimiques. Ce compost doit être enfoui superficiellement à l’aide d’une fourche crochue.

(13)


PetitPotagerBio_Int.qxd

18/12/08

9:47

Page 26

Un jardin

(26)

Un petit potager bio


PetitPotagerBio_Int.qxd

18/12/08

9:47

Page 27

sans pesticides

)

En France, environ 8 % des pesticides sont utilisés par les jardiniers. Or, les insecticides sont dangereux pour la faune, tuant les prédateurs plus encore que les parasites qui parviennent à s’adapter aux poisons. Les fongicides (contre les maladies cryptogamiques, c’est-à-dire provoquées par des champignons), souvent à base de composés organiques de synthèse, laissent un peu moins de résidus mais ne sont pas pour autant anodins. Quant aux désherbants ou herbicides, ils tuent toute vie dans le sol et donnent des légumes peu favorables à la santé par les résidus de synthèse qu’ils renferment. Pourtant, il existe des moyens naturels pour échapper à toutes ces molécules chimiques qui peuvent s’avérer extrêmement toxiques.

(27)


PetitPotagerBio_Int.qxd

18/12/08

9:47

Page 28

Lutter contre les

parasites des cultures Lorsque les ravageurs sont très nombreux, on peut envisager d’appliquer des traitements naturels ; mais s’il n’y en a que quelques-uns, laissons les oiseaux et insectes utiles se charger de les éradiquer. Nous évoquons ici les principaux parasites des cultures, reportez-vous aussi au chapitre « Les traitements naturels » et aux fiches légumes en fin d’ouvrage pour appliquer chaque fois le bon traitement.

La mouche mineuse des Alliacées (Napomysa gymnostama) Elle s’attaque surtout au poireau, mais aussi à l’oignon et à l’échalote. Ses larves brunâtres, nombreuses, y creusent des galeries descendantes, bordées de rose. Il est très difficile de traiter le poireau avec un insecticide car l’enroulement des feuilles empêche le produit pulvérisé de pénétrer dans la plante et d’atteindre le parasite. • Posez un voile d’hivernage ou un filet anti-insectes d’avril à fin septembre. • Paillez vos poireaux avec des coupes de branches de thuya.

Le doryphore (Leptinotarsa decemlineata) C’est un ravageur des Solanacées (pomme de terre, aubergine, piment, tomate…), dont il dévore les feuilles. • Pulvérisez du pyrèthre (insecticide végétal) en brouillard à l’aide d’un atomiseur. À noter : le produit doit toucher l’insecte pour être efficace.

(28)

Un petit potager bio

• Dès le début de l’attaque, ramassez les adultes, les larves et les œufs. > Le purin d’ortie renforce l’efficacité du pyrèthre.

Les altises (Psylliodes sp.) Elles infestent surtout les Crucifères, en creusant des trous dans les feuilles. • Traitez au pyrèthre ou pulvérisez des macérations de sureau, d’absinthe, de tomate, de savon noir. Comme dans le cas du doryphore, il n’y a pas de prévention possible.

La courtilière (Gryllotalpa vulgaris) Elle s’attaque à tous les petits végétaux qu’elle rencontre, y creusant une galerie superficielle. • De mars à octobre, enterrez au ras du sol de grosses boîtes de conserve, déposez au fond de celles-ci 2 cuillerées à soupe d’essence de térébenthine. Comme ces insectes en adorent l’odeur, ils descendent dans la boîte et ne peuvent plus remonter ; il ne reste plus qu’à visiter ces pièges.


18/12/08

9:47

Page 29

• Vous pouvez aussi effectuer un traitement au pyrèthre et au purin d’ortie (voir « Les traitements naturels », p. 36).

Les mouches blanches ou aleurodes (Aleurodes sp., Trialeurodes vaporiarorum)

Les limaces et les escargots (Arion, Limax ou Helix sp.) Ils dévorent les jeunes plants. • Achetez en droguerie du sulfate de cuivre neige ou en cristaux ; diluez-en 100 g pour 10 litres d’eau, mélangez bien. Le soir à la tombée de la nuit, pulvérisez ce produit dans tous les endroits susceptibles d’abriter limaces et escargots. Chaque mollusque touché par cette solution meurt, mais n’empoisonne pas les prédateurs. • Attendez quelques jours avant de consommer les légumes traités. • Vous pouvez aussi utiliser un purin d’absinthe (voir « Les traitements naturels », p. 35). • Vous pouvez également enterrer au ras du sol un récipient que vous remplirez d’un mélange de bière et d’eau ; attirés par ce liquide, escargots et limaces s’y noient.

Ces insectes s’attaquent à divers végétaux, formant un nuage blanc lorsqu’on secoue la plante. Ils sont surtout présents en serre. • Maintenez le sol frais par des paillages. • Posez des plaques jaunes engluées, les mouches viendront s’y coller. • Appliquez un insecticide végétal (pyrèthre) tous les 4 ou 5 jours. • Une culture de souci et d’œillet d’Inde les repousse efficacement.

Un jardin sans pesticides

PetitPotagerBio_Int.qxd

La piéride du chou (Pieris brassicae) Les chenilles de ce papillon provoquent surtout des dégâts sur les choux et les navets, dont elles rongent les feuilles. • Appliquez un insecticide végétal à base de pyrèthre ou des macérations de feuilles de noyer, de genêt à balai, de tomate lorsque vous repérez des chenilles. • Vous pouvez aussi appliquer une décoction de tanaisie (voir « Les traitements naturels », p. 37). • Pour éviter l’apparition de piérides du chou et plus généralement de noctuelles dont les chenilles s’attaquent aux légumes, cultivez en bordure du potager des plantes aromatiques (absinthe, romarin, sauge…).

Les pucerons (Aphis, Trama, Pemphigus, Myzus sp.)

Enterré au ras du sol, un récipient rempli de bière et d’eau contitue un redoutable piège pour les mollusques.

Nombre de plantes sont touchées au potager : fève, carotte, choux, laitue, haricot, chicorée, artichaut, aubergine, betterave, concombre, courges, courgette, fenouil, melon, salsifis, scorsonère, soja, cerfeuil…

(29)


PetitPotagerBio_Int.qxd

18/12/08

Des pucerons et des

9:47

Page 30

fourmis

)

Si vous disposez de quelques arbres fruitiers dans votre potager, empêchez les fourmis d’y grimper : vous éviterez ainsi qu’elles n’y « élèvent » des pucerons. Pour cela, posez autour des troncs un collier englué d’un produit répulsif. La sciure de bois (non traitée) épandue en couche épaisse autour de l’arbre constitue également un barrage efficace, mais devra être renouvelée après chaque grosse pluie.

• Appliquez un insecticide végétal (pyrèthre) ou utilisez des macérations de lavande, d’ortie, de sureau, de rue officinale, d’absinthe, de feuilles de noyer ou de savon noir, uniquement lorsque vous repérez les parasites (pas de prévention possible).

• Vous pouvez aussi effectuer un traitement au pyrèthre.

Le taupin (Agriotes lineatus) Sa larve creuse des galeries dans les tubercules de pommes de terre, les racines de carottes et de betteraves, les tiges au ras du sol d’autres plantes. • Des binages répétés très régulièrement tuent les œufs. • Épandez du sel marin (à raison de 200 g à l’are au maximum). • Cultivez des engrais verts à base de moutarde blanche ou de sarrasin.

• Le purin de fougère (que l’on trouve en jardinerie) est également efficace contre les pucerons • Vous pouvez aussi appliquer une décoction de tanaisie (voir « Les traitements naturels », p. 37).

La teigne du poireau (Acrolepia assectella) Sa larve blanche creuse des galeries dans les poireaux. Elle s’attaque aussi parfois à l’ail, à l’oignon et à l’échalote. • Contrariez l’odeur du poireau avec des macérations de plantes à forte odeur (absinthe, rhubarbe, tomate…), le papillon ira pondre ailleurs. • Coupez les poireaux en dessous du trou formé par la larve, brûlez ou jetez les déchets. • Laissez sécher 2 à 4 jours les plants en plein soleil (ainsi les éventuelles larves seront détruites), puis habillez-les et pralinez-les avec une bouillie de lithothamne avant de les repiquer.

(30)

Un petit potager bio

Les insecticides naturels sont appliqués en pulvérisations fines sur les légumes à traiter.


Les

18/12/08

9:47

Page 31

amis des jardiniers

En plus des pollinisateurs, les jardiniers peuvent compter sur de très nombreux amis qui travaillent pour eux de jour comme de nuit. Chacun à sa manière participe à l’équilibre naturel en dévorant les parasites des cultures.

Ils s’en régalent… Oiseaux (mésanges, rouges-gorges, moineaux…), batraciens (crapauds), reptiles (salamandres, orvets, couleuvres…), mammifères (hérissons, musaraignes, chauvessouris…) et insectes (coccinelles, scarabées, perce-oreilles…) nous débarrassent des insectes parasites des cultures (chenilles, pucerons, punaises…) ou se régalent des limaces et escargots. Ces auxiliaires sont indispensables au jardin, car ce sont nos meilleurs insecticides ; il faut donc chercher à les attirer et les retenir. L’hiver, en période froide, pensez à leur donner à manger, puis mettez à la disposition des oiseaux des nichoirs ; les haies ou les vieilles pierres sont par ailleurs les abris des prédateurs des insectes.

Mais même si vous utilisez des produits naturels, n’intervenez qu’en cas de nécessité : si seuls quelques pucerons ou chenilles sont présents, laissez leurs prédateurs s’en charger. En préservant cette source de nourriture, vous contribuerez à attirer ces auxiliaires dans votre jardin.

Un jardin sans pesticides

PetitPotagerBio_Int.qxd

La coccinelle est une alliée qui dévore les pucerons, les aleurodes et parfois les cochenilles.

Laissez agir les prédateurs En traitant avec des insecticides chimiques de synthèse, on élimine d’abord les prédateurs, moins bien armés que certains parasites des plantes qui parviennent à s’accoutumer au poison. Ces produits, de même que les désherbants, tuent toute vie et, au bout de la chaîne alimentaire, les hommes en subissent les effets par les résidus qui se retrouvent notamment dans les plantes légumières, résidus néfastes, voire hautement toxiques.

Les reinettes débarrassent le jardin des insectes et araignées.

(31)


PetitPotagerBio_Int.qxd

18/12/08

9:48

Page 40

L’art de

(40)

Un petit potager bio


PetitPotagerBio_Int.qxd

18/12/08

9:48

Page 41

)

cultiver son potager Lorsque le sol a été correctement préparé, enrichi en compost et en engrais naturels, se pose la question de la mise en pratique des principes de l’agriculture biologique : comment organiser au mieux son potager pour respecter une judicieuse rotation des cultures, puis semer ou planter les légumes ou aromatiques choisis ? Cela dépend bien sûr de la taille de votre parcelle, des caractéristiques de chacune des plantes et de leurs besoins spécifiques.

(41)


PetitPotagerBio_Int.qxd

La

18/12/08

9:48

Page 42

rotation des cultures

La succession des cultures, sur une même planche ou dans un même endroit du potager, évite d’épuiser le sol et contribue souvent à en augmenter la fertilité. C’est aussi l’un des meilleurs moyens de prévention contre les maladies et les parasites.

La rotation par familles Le principe général est d’alterner les familles de légumes, car chacune d’elles consomme et produit les mêmes nutriments, et a ses propres maladies ou parasites. Ayez en tête que plus la rotation sera longue, moins il y aura de risque de voir survenir un problème, surtout si vous respectez les bases d’un jardinage bio ou organique. L’important n’est pas de disposer d’un très grand espace, mais de changer les légumes de place. Voici quelques exemples de familles. • Aizoacées : tétragone cornue. • Alliacées ou Liliacées : ail, ciboule, ciboulette, échalote, oignon, poireau… • Apiacées ou Ombellifères : carotte, céleri, cerfeuil, fenouil, livèche, panais, persil… • Astéracées ou Composées : artichaut, cardon, chicorée, estragon, laitue, salsifis, scorsonère, topinambour… • Brassicacées ou Crucifères : choux, cresson des jardins, navet, radis, roquette… • Chénopodiacées : arroche, betterave, épinard, poirée… • Cucurbitacées : concombre, courges, courgette, melon… • Fabacées ou Légumineuses : fève, haricot, lentille, pois, soja… • Lamiacées ou Labiées : basilic, crosne du

(42)

Un petit potager bio

Japon, menthe, sarriette, sauge, thym… • Polygonacées : oseille. • Portulacacées : pourpier. • Rosacées : fraisier. • Solanacées ou Solanées : aubergine, piment, pomme de terre, tomate (qui peut être cultivée au même endroit si elle n’est pas malade). • Valérianacées : mâche…

La rotation par types de légumes On peut aussi effectuer des rotations en classant les plantes légumières en six catégories spécifiques, selon que l’on consomme les graines, les feuilles, les fruits, les racines, les bulbes ou les tubercules. Il est vrai que dans un petit potager, il est plus difficile d’appliquer une rotation judicieuse, car la place est limitée. 1. Les légumes-graines ou plantes améliorantes De la famille des Fabacées, ils comprennent les haricots, les fèves, les lentilles, les pois… ainsi que certains engrais verts (trèfle, féverole, pois fourrager, lotier, lupin, mélilot…). Ces plantes ont la particularité d’améliorer le sol en fixant l’azote de l’air par les bactéries présentes dans leurs


18/12/08

9:48

Page 43

5. Les légumes-fruits

racines ; elles fournissent au sol une matière organique non négligeable.

Ce sont surtout des plantes peu exigeantes, mais aimant un sol riche en humus, telles que les courges, le concombre, le melon, l’aubergine, le piment, la tomate…

2. Les plantes à tubercules et les plantes exigeantes Parmi les premières figurent la pomme de terre et le topinambour ; betterave, cardon, céleri, choux, épinard et poireau sont quant à eux des plantes exigeantes. Les unes et les autres gagnent à être cultivées après les Fabacées, car elles disposent ainsi d’une terre favorable.

6. Les légumes-feuilles Ils compléteront cette rotation en six catégories avec un peu d’azote organique : chicorée, roquette cultivée, laitue… Plus simplement, on peut diviser le potager en quatre parcelles : 1. plantes améliorantes ; 2. légumes à tubercules et légumes-racines ; 3. légumes-fruits et légumes-bulbes ; 4. légumes-feuilles. En appliquant cette rotation en quatre catégories, tout en nourrissant correctement le sol, on ne doit pas rencontrer de problème.

3. Les légumes-bulbes Ces plantes peu exigeantes ne demandent que très peu d’azote et occuperont l’espace sans problème : ail, oignon, échalote… 4. Les légumes-racines Grâce à leurs racines, ils iront chercher les éléments nutritifs en profondeur : carotte, radis d’hiver, salsifis…

L’art de cultiver son potager

PetitPotagerBio_Int.qxd

C Légumes-bulbes

B

D

Légumes-tubercules Plantes exigeantes

Légumes-racines

E

Rotation en 6 années

A Légumes-graines Engrais verts à base de Fabacées ou de Légumineuses

Légumes-fruits

F Légumes-feuilles

La planche A passera à la planche B et à la place de la planche A viendra la F… et ainsi de suite. Il est préférable de commencer une rotation par des plantes enrichissant le sol en azote grâce à leurs bactéries ; suivront donc des plantes exigeantes.

Une exception : la tomate, si elle ne reçoit pas de pluie sur ses feuilles (lorsqu’elle est abritée) et n’est donc pas malade, peut être cultivée toujours au même endroit d’une année sur l’autre.

(43)


PetitPotagerBio_Int.qxd

18/12/08

9:48

Page 44

Les bonnes

associations On l’ignore souvent, mais certaines plantes cohabitent très mal, entravant la croissance de leurs voisines, quand d’autres « s’entraident » en repoussant leurs parasites respectifs ou en s’apportant mutuellement des nutriments utiles. Ainsi, on a constaté depuis longtemps que les Allium (ail, échalote, oignon…) ne se plaisaient pas près des Légumineuses (haricots, fèves, lentilles, pois…). Tout simplement parce que ces dernières ont la particularité

de produire de l’azote organique grâce à des bactéries appelées « rhizobiums » qui absorbent et transforment l’azote de l’air. Or les Allium redoutent les excès d’azote, et ce voisinage ne leur convient pas. Le cerfeuil cultivé près des radis modifie leur saveur qui devient désagréablement piquante. La pomme de terre cohabite mal avec la plupart des courges, hormis peut-être le potiron rouge d’Étampes. À l’inverse, les tomates gagnent à voisiner avec le basilic, le céleri, l’ail et l’œillet d’Inde qui repoussent les mouches blanches (aleurodes). La carotte se plaît près du poireau, de la tomate, de l’oignon, toutes plantes à forte odeur qui, en masquant la sienne, trompent la mouche de la carotte ; mais elle rend aussi service au poireau par son parfum qui fait fuir la teigne du poireau. La pomme de terre et le pois font bon ménage. L’épinard apprécie l’azote que lui procure le haricot. Le navet est ravi d’être cultivé à proximité des pois.

Les bienfaits des condimentaires Le voisinage des capucines contribue à protéger les choux des attaques de pucerons.

(44)

Un petit potager bio

Les plantes condimentaires jouent un rôle important au potager par l’odeur qu’elles dégagent : l’absinthe, le thym et la sauge officinale repousseraient la piéride du chou, la rue officinale les pucerons ;


18/12/08

9:48

Page 45

Bons et mauvais voisins Plantes

Bon voisinage

Artichaut

Fève

Mauvais voisinage

Asperge

Haricot nain, persil, poireau, tomate

Aubergine

Haricot

Basilic

Tomate

Betterave potagère

Chou-rave, haricot nain, oignon

Tomate

Carotte

Haricot nain, laitue, oignon, poireau, pois, radis, romarin, scorsonère, tomate

Aneth, pomme de terre

Céleri à côtes

Chou-fleur hâtif, poireau, tomate

Choux

Betterave, céleri, cresson alénois, haricot nain, laitue, pomme de terre, romarin, sauge officinale, thym, tomate

Ciboulette

Carotte, concombre

Concombre

Ciboulette, haricot nain, laitue, oignon, pois, radis

Melon, pomme de terre, tomate

Courges

Laitue, maïs

Melon, pomme de terre

Échalote

Betterave, fraisier, laitue, tomate

Fève, haricot, pois

Épinard

Betterave, fraisier, haricot, laitue

Fève

Aneth, artichaut, maïs, menthe

Ail, échalote, oignon

Fraisier

Épinard, haricot, laitue, tomate

Choux

Haricot

Aubergine, betterave, carotte, céleri, choux, concombre, épinard, pomme de terre

Ail, échalote, fenouil, oignon, tomate

Laitue

Carotte, chou-fleur, concombre, courges, poireau, radis

Persil

Mâche

Oignon blanc, poireau

Melon

Choux, haricot

Navet

Menthe, pois, romarin

Oignon

Betterave, carotte, fraisier, laitue précoce, tomate

Choux, fève, haricot, pois, pomme de terre

Persil

Tomate

Laitue

Poireau

Carotte, céleri, laitue, mâche, tomate

Poirée, pois

Poirée

Carotte, chou-rave, haricot nain, navet, radis Poireau

Pois

Carotte, céleri, chou-rave, concombre, haricot, navet, pomme de terre, radis

Ail, échalote, oignon, poireau

Pomme de terre

Ail rose, chou-fleur, chou pommé, fève, haricot, pois

Arroche, carotte, concombre, courges, oignon, tomate

Radis

Carotte, cresson, épinard, laitue, pois

Cerfeuil

Tomate

Ail, basilic, carotte, céleri, cresson alénois, mâche, oignon, persil, poireau

Betterave potagère, choux, concombre, fenouil, haricot, pomme de terre

Fenouil, fraisier, oignon, tomate

L’art de cultiver son potager

PetitPotagerBio_Int.qxd

Concombre, courges

(45)


PetitPotagerBio_Int.qxd

18/12/08

9:48

Page 52

Du semis

(52)

Un petit potager bio


PetitPotagerBio_Int.qxd

18/12/08

9:48

Page 53

à la récolte Pour nourrir sa famille une grande partie de l’année, il faut disposer d’une superficie de 500 à 600 m2 pour 3 personnes. Or bien souvent, le jardinier doit se contenter du terrain qu’il possède autour de sa maison.

)

Dans les très petits espaces, on ne peut certes pas cultiver des végétaux prenant beaucoup de place, comme les courges coureuses, les pommes de terre ou les choux ; en revanche, il est tout à fait possible d’y planter quelques pieds de tomate, pour le plaisir de déguster des fruits qui ont enfin du goût ! On peut aussi y envisager un ou deux pieds de courgette et/ou de concombre, quelques salades, un peu de haricots nains, des radis. Dans les potagers moyens de 300 à 500 m2, on y ajoutera des carottes, des fèves, des épinards, des navets, des poireaux, des pois… Les plantes condimentaires ont elles aussi leur place dans ces deux types de potagers car elles peuvent être cultivées en bordure ; certaines comme le romarin, la sarriette, la sauge ou le thym orneront une rocaille. Nombre d’entre elles acceptent la culture en pots, jardinières ou bacs.

(53)


PetitPotagerBio_Int.qxd

18/12/08

Les

9:48

Page 54

légumes

Dans un monde où la pénurie alimentaire est à l’ordre du jour pour nombre de pays, avoir un potager, y semer ses légumes préférés, les voir pousser est un privilège et un vrai bonheur qui nous rapproche de la nature. Apprenez à les cultiver sainement, pour retrouver le plaisir d’une tomate gorgée de soleil ou le croquant incomparable d’une salade fraîchement cueillie… Si nous évoquons quelques parasites et maladies, sachez qu’ils sont rares dans un potager en culture « bio » depuis plusieurs années.

Arroche Atriplex hortensis Famille des Chénopodiacées Cycle : annuel. Origine : Asie centrale. Sol : peu calcaire, frais et humifère. Situation : ensoleillée ; l’arroche craint la sécheresse et les fortes chaleurs. Fertilisation : apportez du compost et des engrais naturels lors du travail du sol. Multiplication : disposez entre mars et août, en lignes séparées de 50 cm, quelques graines tous les 25 cm. Par la suite, éclaircissez pour ne conserver que le plus beau plant à cette distance. Entretien : binez et sarclez régulièrement, arrosez en cas de sécheresse. Un paillage est recommandé. Parasites et maladies : cultivée selon les principes de l’agrobiologie, cette plante ne subit pratiquement aucun ennemi, n’a aucune maladie.

(54)

Un petit potager bio

Rotation : respectez une rotation de 3 ou 4 ans avant de cultiver au même endroit une Chénopodiacée. Récolte : elle s’effectue selon les besoins, en cueillant les feuilles assez développées et encore tendres. Conservation : on ne trouve cette plante que dans les potagers, car ses feuilles cueillies fanent très rapidement et doivent être consommées aussitôt après la cueillette. Utilisation : les jeunes feuilles tendres peuvent être consommées crues en salade, ou cuites comme les épinards, à la crème, au beurre… > Pincez les tiges florales dès leur apparition, pour retarder la montée à graines qui fait durcir les feuilles. Reproduction : par semis entre mars et août. Levée : 2 semaines environ. Nombre de graines au gramme : 250 environ. Durée germinative : 5 ans environ. Temps du semis à la récolte : 4 mois environ. Récolte : de fin juin à la montée à graines.


18/12/08

9:48

Page 55

Du semis à la récolte

PetitPotagerBio_Int.qxd

Très décorative, l’arroche rouge ‘Opéra’ agrémente le potager de ses tiges et feuilles rouges.

(55)


PetitPotagerBio_Int.qxd

18/12/08

9:48

Page 56

Artichaut Cynara scolymus Famille des Astéracées ou Composées Cycle : vivace. Origine : Éthiopie ou bassin méditerranéen. Sol : frais, profond, très riche en humus. Situation : ensoleillée. Fertilisation : à la fin de l’hiver, apportez tous les ans du compost et des engrais naturels ; une poignée de sel marin au pied de la plante à chaque début de printemps est bénéfique. Multiplication : elle s’effectue au moyen des œilletons que l’on achète ou que l’on prélève sur les anciens pieds ; plantez-les deux par deux en mars, après les avoir habillés (coupez en partie les feuilles et les racines) ; la distance de plantation doit être de 1 m entre les rangs et de 80 cm sur la ligne. L’œilletonnage s’effectue parfois en septembre en Bretagne et dans le Midi.

Le semis est peu utilisé car il n’est pas fidèle et les sujets obtenus ont tendance à revenir à la forme sauvage. Entretien : effectuez des binages répétés, arrosez si nécessaire, c’est-à-dire lorsque la terre est sèche ; le paillage est conseillé. En octobre-novembre, coupez les feuilles et les tiges ; l’hiver, protégez les pieds avec des feuilles ou de la paille sèche. En période pluvieuse, abritez les plantes de l’humidité avec des arceaux couverts d’un film plastique ou une cloche. Parasites et maladies : la graisse forme des taches translucides devenant brunâtres sur les écailles des capitules, qui finissent par pourrir. La pourriture de la souche apparaît lors des hivers pluvieux ; découvrez la souche aussi souvent que possible, mais remettez les protections pendant les périodes froides.

Quand le bouton floral de l’artichaut se développe, le légume n’est plus bon à consommer.

(56)

Un petit potager bio


PetitPotagerBio_Int.qxd

18/12/08

9:48

Page 57

Les pucerons peuvent attaquer les boutons floraux en période de sécheresse ; traitez avec un insecticide végétal. Au printemps et parfois jusqu’à la fin de l’été, les chenilles jaunâtres de la vanesse peuvent dévorer les feuilles en ne laissant que les nervures. Traitez avec du pyrèthre et ramassez les chenilles pour les détruire. De même si les larves de l’apion creusent des galeries dans les nervures, pétioles et parfois capitoles, traitez avec du pyrèthre. Rotation : attendez 4 ou 5 ans avant de cultiver une autre Astéracée au même endroit. Récolte : les boutons floraux se récoltent lorsqu’ils sont suffisamment développés, mais avant que les écailles ne s’ouvrent. Conservation : les capitules crus se conservent au frais pendant 2 ou 3 jours. Utilisation : le fond du réceptacle et la base des bractées sont comestibles. Les artichauts se mangent le plus souvent cuits : bouillis, à la niçoise, à la crème, à la vinaigrette, à la barigoule… Ne conservez jamais les artichauts cuits dans le réfrigérateur et consommez-les très rapidement. Reproduction : par plantation des œilletons pourvus de racines, en mars, ou à la fin de l’été en Bretagne et dans le Midi. Temps de la plantation à la récolte : 3-4 mois. Récolte : en juin-juillet (œilletonnage de mars) ou à la fin du printemps (œilletonnage de fin d’été).

Aubergine Solanum melongena Famille des Solanacées ou Solanées Cycle : annuel sous notre climat. Origine : Asie, probablement Inde. Sol : frais, profond et humifère. Situation : ensoleillée et abritée. Fertilisation : enrichissez le sol de compost et d’engrais naturels en automne ou à la fin de l’hiver. Lors de la mise en place des plants

Les aubergines se cueillent lorsque l’épiderme est brillant et pâlit légèrement.

avec leur motte, ajoutez 1 ou 2 poignées de compost broyé dans le trou de plantation. Multiplication : disposez les graines au chaud (à plus de 20 °C), en mars dans des godets. Ne conservez ensuite qu’un sujet par pot. Mettez les plants en place avec leur motte entre le 15 mai et le 15 juin, à 50 cm en tous sens, dans des trous creusés avec un plantoir à bulbe. Entretien : l’aubergine demande à être tuteurée ; installez le tuteur avant la plantation. La taille consiste d’abord à éliminer les pousses latérales pour ne conserver que la tige principale. Après avoir pincé le 2e bouquet de la tige principale, vous pouvez garder 3 ou 4 rameaux latéraux que vous pincerez une feuille au-dessus de la 2e fleur, pour ne garder que 10 fruits au maximum. Parasites et maladies : doryphores, pucerons, aleurodes et limaces sont ses principaux ennemis. La plante est par ailleurs sensible au mildiou et à l’oïdium.

(57)


PetitPotagerBio_Int.qxd

18/12/08

9:48

Page 58

Rotation : l’aubergine fait partie des légumes-fruits de la famille des Solonacées ; une alternance de 3 ou 4 ans est suffisante. Récolte : elle s’effectue de fin juillet aux gelées, au fur et à mesure des besoins et selon le développement des fruits, lorsque l’épiderme est brillant ou pâlit légèrement. Conservation : les fruits doivent être consommés le plus rapidement possible après la cueillette, mais peuvent être conservés quelques jours au frais, ou congelés.

Couvrez les semences d’un petit centimètre, en épandant d’abord un peu de compost broyé, puis de la terre émiettée. Par la suite, ne conservez que le plant le plus robuste dans chaque poquet. Entretien : binez régulièrement pour éviter la levée des adventices, arrosez quand le sol paraît sec. Le paillage est fortement recommandé. Parasites et maladies : altises et pucerons sont à surveiller, ainsi que le mildiou et la rouille.

Utilisation : l’aubergine se mange cuite, en gratin, à l’ail, en beignets, en omelette… C’est l’un des ingrédients de la ratatouille.

Rotation : c’est un légume assez gourmand, aussi est-il conseillé d’attendre 3 ou 4 ans avant de cultiver au même endroit une Chénopodiacée.

> L’aubergine est difficile à cultiver au nord de la Loire. Mettez-la à l’abri près d’un mur orienté au sud. Pour les nuits fraîches, prévoyez un tunnel en plastique que vous découvrirez dans la journée.

Récolte : elle a lieu avant les gelées, généralement fin octobre, début novembre. Arrachez les plantes, étalez-les sur le sol une petite journée pour qu’elles se ressuient, puis coupez les petites racines et les feuilles au-dessus du collet.

Reproduction : par semis en mars. Levée : 1 semaine à 20-25 °C. Nombre de graines au gramme : 250 environ. Durée germinative : 6-7 ans. Temps du semis à la récolte : 5 mois environ. Récolte : de fin juillet aux premières gelées.

Betterave potagère Beta vulgaris

Conservation : les betteraves se conservent jusqu’au printemps en cave ou en silo, au frais, ou dans du sable sec en caisse. Utilisation : ce légume-racine se consomme cru, râpé, en salade avec d’autres crudités, ou cuit à l’étouffée ou au four. On peut aussi le cuisiner avec certains poissons dont le merlan.

Famille des Chénopodiacées Cycle : bisannuel. Origine : Europe méridionale. Sol : humifère, frais et plutôt léger. Situation : ensoleillée. Fertilisation : lors du travail du sol, à l’automne ou à la fin de l’hiver, apportez des engrais naturels et du compost. Multiplication : semez en mai, de préférence en place en lignes espacées de 40 cm, à raison de 4 ou 5 graines tous les 20 cm.

(58)

Un petit potager bio

> La betterave aime le sol marin et pousse à l’état sauvage sur une grande partie de nos côtes ; apportez-lui 2 à 3 kg de sel à l’are chaque année. Reproduction : par semis en mai. Levée : une dizaine de jours. Nombre de graines au gramme : 50 environ. Durée germinative : 6 ans, parfois davantage. Temps du semis à la récolte : 4 mois environ. Récolte : fin octobre ou début novembre, avant les gelées.


18/12/08

9:48

Page 59

Du semis à la récolte

PetitPotagerBio_Int.qxd

La betterave potagère a des racines charnues, allongées ou rondes qui peuvent être de couleur rouge, jaune, blanche ou rose.

(59)


49378_apercu