Page 1

Sylvain Moréteau

Le de l’

b.a.-ba

habitat

écologique

u’est-ce que l’habitat écologique ? Ce guide simple et clair, enrichi d’infos pratiques et d’un carnet d’adresses très détaillé, répond à l’ensemble de vos questions, afin de créer ou rénover votre lieu d’habitation dans un parfait équilibre entre respect de l’environnement, confort, performance thermique et votre budget. De précieux conseils vous permettront d’aborder en toute sérénité l’élaboration de vos projets : l’architecture bioclimatique, les matériaux écologiques, les énergies renouvelables, la récupération d’eau de pluie, les normes européennes, les associations, les investissements… n’auront plus de secrets pour vous !

Le de l’

Pour un habitat sain, confortable et économe

Sylvain Moréteau

Le b.a.-ba de l’habitat écologique

habitat

écologique

Q

Journaliste spécialisé en construction écologique, Sylvain Moréteau travaille pour les revues La Maison écologique et Rustica Hebdo. Il rénove actuellement une ferme en Ariège.

b.a.-ba

15 € TTC

www.rustica.fr

Préservons notre environnement

Plat4HabitatEco.indd 1

3/12/08 17:04:52


Le b.a.-ba de l’habitat écologique

BABAHabitatEco.indd 34

34

20/11/08 16:22:32


Sommaire Avant-propos ........................................................................................................................................................................................................................................................... 7 Glossaire........................................................................................................................................................................................................................................................................ 8 1 / Concevoir un habitat respectueux de l’environnement et des hommes .........................................................11 La conception bioclimatique - Vivre en adéquation avec le climat .................................................................................13 Qu’est-ce que le bioclimatisme ? ..........................................................................................................................................................................................................13 Penser la maison dans son environnement................................................................................................................................................................................13 Choisir des matériaux efficaces ..............................................................................................................................................................................................................17 Concilier confort et écologie.....................................................................................................................................................................................................................23 Construire écologique, est-ce plus cher ?.................................................................................................................................................................27 Le vrai coût des matériau...............................................................................................................................................................................................................................27 L’efficacité énergétique, un investissement à moyen terme ...................................................................................................................................28 2 / Les techniques de construction .....................................................................................................................................................................................33 Les fondations et le sol ...........................................................................................................................................................................................................................35 Première étape : les fondations...............................................................................................................................................................................................................35 Les sols au rez-de-chaussée : inertie ou isolation ? ..............................................................................................................................................................36

Les murs........................................................................................................................................................................................................................................................................39 Les murs à ossature bois..................................................................................................................................................................................................................................39 Les murs porteurs ....................................................................................................................................................................................................................................................40

L’isolation ....................................................................................................................................................................................................................................................................47 Isoler les murs ...............................................................................................................................................................................................................................................................47 Pensez à l’isolation phonique ! .................................................................................................................................................................................................................49 Bien choisir ses isolants......................................................................................................................................................................................................................................50 Comparer quelques isolants écologiques .................................................................................................................................................................................52 Les vitrages isolants ..............................................................................................................................................................................................................................................59

Les toitures naturelles ..............................................................................................................................................................................................................................63 L’ardoise et la tuile, les incontournables .........................................................................................................................................................................................63 Le bardeau, véritable tuile de bois ......................................................................................................................................................................................................63 Le chaume, esthétique et isolant ..........................................................................................................................................................................................................64 Toitures vertes : les toitures prairies.........................................................................................................................................................................................................65

Rénover efficace, naturellement ............................................................................................................................................................................................67 Préserver l’âme du bâti ancien ................................................................................................................................................................................................................67 Isoler coûte que coûte ! ...................................................................................................................................................................................................................................68

5

BABAHabitatEco.indd 5

13/10/08 14:13:00


Le b.a.-ba de l’habitat écologique

3 / Les revêtements.......................................................................................................................................................................................................................................71 Les enduits, les peintures et les revêtements intérieurs.........................................................................................................................73 Les enduits .....................................................................................................................................................................................................................................................................73 Les peintures .................................................................................................................................................................................................................................................................76 Choisir les revêtements intérieurs ...........................................................................................................................................................................................................78 4 / L’énergie dans la maison ..........................................................................................................................................................................................................81 Le chauffage et l’eau chaude....................................................................................................................................................................................................83 Écologique : le chauffage au bois ......................................................................................................................................................................................................83 Le chauffage solaire ..........................................................................................................................................................................................................................................85 Le chauffe-eau solaire......................................................................................................................................................................................................................................86 Les pompes à chaleur, des avantages et des inconvénients .................................................................................................................................87 Produire son électricité .........................................................................................................................................................................................................................89 Le photovoltaïque : de l’électricité grâce aux photons .................................................................................................................................................89 L’éolien : idéal pour les régions ventées !.......................................................................................................................................................................................90 Petit hydraulique : un torrent d’énergie ...........................................................................................................................................................................................90

5 / L’habitat dans son environnement.............................................................................................................................................................................93 L’eau à la maison...........................................................................................................................................................................................................................................95 L’assainissement par filtres plantés.......................................................................................................................................................................................................95 Récupérer l’eau de pluie ...............................................................................................................................................................................................................................96 Comment économiser l’eau .....................................................................................................................................................................................................................98

Mon jardin bioclimatique et écologique.................................................................................................................................................................101 La végétation : un élément du pack bioclimatique .......................................................................................................................................................101 Jardiner avec l’alliée de toujours : la nature ........................................................................................................................................................................... 102 6 / Quelques maisons écologiques d’aujourd’hui...................................................................................................................................109 De paille, de terre et de bois .......................................................................................................................................................................................................110 Honneur au pisé..............................................................................................................................................................................................................................................111 Une rénovation exemplaire.......................................................................................................................................................................................................... 112 Un appartement éco-rénové ...................................................................................................................................................................................................... 113 Simplement bioclimatique............................................................................................................................................................................................................ 114 Maison très basse énergie à ossature..........................................................................................................................................................................115 Un concentré de bioclimatisme ............................................................................................................................................................................................ 116 De chanvre, de terre et de bois ................................................................................................................................................................................................117 Bibliographie / Carnet d’adresses ....................................................................................................................................................................................119 Index ...............................................................................................................................................................................................................................................................................127

6

BABAHabitatEco.indd 6

13/10/08 14:13:00


Avant-propos

Pour une maison saine, économe et confortable epuis quelques années – mode ou, l’espère-t-on, phénomène plus profond – la construction écologique occupe le devant de la scène. Pas un salon, pas une manifestation, qui ne soit pas consacré au bâtiment ou à l’environnement, qui ne propose un espace « construction écologique », habitat sain ou bio habitat. Les programmes politiques même, Grenelle de l’Environnement en tête, ne peuvent plus faire l’impasse sur ce sujet.

D

L’habitat écologique se définit comme un habitat conçu pour consommer le moins possible d’énergie à la fabrication et à l’usage, tout en apportant un maximum de confort et de garanties sanitaires à ses occupants. L’utilisation de matériaux performants peu transformés, de provenance locale, agencés dans le respect de l’architecture bioclimatique, permet de relever cette gageure. Depuis les années 70, de nombreuses expériences ont été menées dans ce sens-là. Aujourd’hui, les tâtonnements prennent fin et des réalisations exemplaires, de la simple éco-maison à l’éco-village en passant par l’éco-lotissement et l’éco-quartier, fleurissent un peu partout en France et chez nos voisins européens. Mais il est urgent de passer à la vitesse supérieure. Car, la planète souffre et le secteur du bâtiment n’y est pas étranger. Et pour cause ! D’une part, sa contribution au réchauffement climatique est indéniable en raison de l’énergie grise engloutie par les matériaux conventionnels (fabrication, transport, recyclage) et de la consommation énergétique démesurée des constructions souvent mal conçues et inadaptées au climat. Il est ainsi responsable de 25% des émissions de gaz à effet de serre chaque année en France et il absorbe également la moitié de l’énergie consommée dans le pays ! D’autre part, le bâtiment conventionnel, avec ses peintures pétrochimiques, ses menuiseries, ses papiers peints à base de PVC et ses produits toxiques de traitement du bois, etc., est aussi une vitrine de tout ce que la chimie produit de dangereux pour la Vie. Des analyses et des enquêtes ont révélé que l’air intérieur de nos habitations contenait très souvent un dangereux cocktail de substances chimiques volatiles, plus concentré que dans l’air extérieur. Pourquoi héberger de tels ennemis nocifs sous son toit ? Il n’y a là aucune obligation ! Le poids d’une conception de l’habitat née après-guerre et désormais hors-jeu et l’heure est à l’anticipation de l’après pétrole et à la sauvegarde de l’environnement. Économies d’énergie et matériaux sains sont à l’ordre du jour. Adieu, laine de verre, béton, polystyrène, chauffage au fuel, chasse d’eau… Voici venu le temps de la fibre de bois, des enduits terre, de la laine de chanvre, de la botte de paille, des énergies renouvelables, du bioclimatisme, des apports solaires passifs, des toilettes sèches… Vous allez découvrir dans cet ouvrage, le vocabulaire de l’habitat écologique et sa mise en pratique. Suivez le guide : conception bioclimatique, matériaux sains, isolation, murs, ossature bois, peintures, enduits, chauffage (bois, solaire), énergies photovoltaïque et éolienne, récupération d’eau de pluie, assainissement, jardin bio… Mieux connaître, c’est mieux choisir ! Bonne lecture.

7

BABAHabitatEco.indd 7

13/10/08 14:13:00


BABAHabitatEco.indd

10

30/10/08

14:30:15


1 respectueux

Concevoir un habitat

de l’environnement et des hommes Construire un habitat sain, c’est faire le choix de la qualité. Qualité de vie intérieure grâce au confort que procure une maison pensée pour ses habitants. Qualité de vie à l’extérieur car la conception bioclimatique alliée à l’utilisation de matériaux écologiques permet de réduire notre empreinte sur l’environnement.

11

BABAHabitatEco.indd 11

13/10/08 14:13:14


12

BABAHabitatEco.indd 12

13/10/08 14:13:15


Concevoir un habitat respectueux de l’environnemment et des hommes

La conception bioclimatique

Vivre en adéquation avec le climat Avant de tracer les plans de votre future maison, identifiez les ressources et les contraintes climatiques du lieu ! En adaptant l’architecture à ces caractéristiques, vous gagnerez en confort, vous ferez des économies d’énergie et, surtout, vous adopterez une démarche bioclimatique !

Qu’est ce que le bioclimatisme ? La conception bioclimatique, c’est avant tout la recherche d’un équilibre entre la conception d’une maison, le climat, l’environnement et le mode de vie des habitants, tout en limitant l’usage de systèmes mécaniques. Des « maisons solaires » expérimentales des années 70 jusqu’aux réalisations actuelles très performantes, les constructions bioclimatiques cherchent à valoriser au maximum les éléments positifs du climat (considérés comme des ressources) tout en atténuant l’effet des éléments négatifs. Elles s’inspirent en cela des maisons de nos ancêtres qui, avec des moyens financiers et techniques limités, composaient avec le climat, la topographie et les matériaux locaux, pour gagner quelques précieuses calories.

Des maisons confortables en été comme en hiver Sous nos climats, le bioclimatisme pourrait se résumer à valoriser les apports solaires gratuits (et renouvelables) en hiver et à se protéger de la chaleur en été. L’idée, c’est donc de laisser entrer le soleil en hiver (par les baies vitrées), de stocker cette chaleur (dans des matériaux à forte inertie) et d’empêcher qu’elle ne ressorte (grâce aux matériaux isolants).

Pour une construction neuve, l’application de ces principes permet de réduire l’utilisation de l’appoint de chauffage aux seules périodes non ensoleillées et très froides. En été, elle se traduit par l’absence de besoins de système de climatisation. En réhabilitation, ces principes bioclimatiques réduisent drastiquement les besoins de chauffage, et apportent dans le bâti relativement récent une nette amélioration de confort en été (le bâti très ancien n’ayant, lui, souvent pas de problème de surchauffe en été). La réduction des dépenses énergétiques (et des factures) va donc de pair avec une recherche d’autonomie énergétique. Réduire ses besoins de chauffage et utiliser les ressources locales sont les seules solutions pour en limiter la consommation d’énergie et donc la pollution de l’environnement.

Penser la maison dans son environnement Intuitivement, tout le monde sait bien qu’en hiver, pour être le mieux possible (dans son corps et dans sa tête !), mieux vaut se trouver dans un endroit sec, ensoleillé et abrité du vent que le contraire. Étrangement, il semble que ces évidences aient été oubliées par nombre de bâtisseurs. Le choix du terrain est essentiel.

13

BABAHabitatEco.indd 13

13/10/08 14:13:17


Le b.a.-ba de l’habitat écologique

à savoir > Le choix du terrain > Munissez-vous d’une boussole et vérifiez que le terrain est bien orienté. L’idéal est une orientation plein sud : l’ensoleillement y sera maximal. > Prenez garde à la végétation et aux bâtiments situés à proximité. Les ombres portées qu’ils peuvent générer en hiver sont autant d’apports solaires gratuits en moins. > Privilégiez les endroits secs, abrités des vents dominants par une colline, une saillie rocheuse

ou une épaisse végétation. Vous pourrez toujours planter des arbres (haie de cyprès, haie vive) pour renforcer cette protection. Évitez les fonds de vallée, froids, humides et trop souvent à l’ombre.

> Une architecture intelligente L’architecture bioclimatique est tout entière tournée vers le soleil dont elle cherche à capter le rayonnement en hiver. De sa position dans le ciel dépend l’orientation de la maison, la forme, le type de matériaux employés, la taille et la disposition

+ d’info Trouver le bon conseil Cherchez à en savoir le plus possible par vousmême avant de faire appel à un architecte ou à un bureau d’études. Ouvrages spécialisés, visites de chantiers, rencontres avec des propriétaires, discussions avec les professionnels de la construction écologique, écocentres, salons et foires bio, prenez le temps de l’observation. En mûrissant votre projet vous faciliterez vos rapports avec les différents corps de métier qui interviendront par la suite sur votre chantier. Ensuite, si vous décidez d’embaucher un architecte (obligatoire pour la réalisation des plans si la surface habitable dépasse 170 m2), faites appel à un spécialiste de la construction bioclimatique écologique. Ce type de projet exige des connaissances et une expérience pointues qu’un architecte conventionnel n’aura certainement pas. Prendre rendez-vous auprès d’un bureau d’études, d’un consultant en habitat écologique

ou d’un thermicien peut s’avérer également très fructueux. De nombreux organismes et associations organisent des visites de maisons bioclimatiques écologiques. Elles sont l’occasion de rencontrer in-situ le concepteur et les habitants et de leur poser toutes les questions qui vous taraudent. Vous pouvez aussi contacter directement les habitants, la plupart seront ravis de partager leur expérience.

À consulter > Le site Internet du cabinet Énertech propose un Guide de recommandation et d’aide à la conception de logements à faibles besoins en énergie : www.sidler.club.fr > Les Espaces Info-Énergie (voir biblio), les associations d’aide à l’autoconstruction, à la promotion de l’écologie.

Obtenir le permis de construire Les projets de construction bioclimatique se heurtent parfois à la rigidité du règlement. Surfaces vitrées importantes, serre solaire, panneaux capteurs en toiture ne font pas encore partie des habitudes. Néanmoins vous arriverez dans la plupart des cas à défendre votre projet, quitte à faire quelques compromis.

Les architectes-conseils des communes, des CAUE (Conseil d’architecture et d’urbanisme), ou des DDE (Direction départementale de l’équipement) sont de plus en plus ouverts à ce type d’habitat. Mettez en avant la qualité de votre projet et de sa cohérence environnementale.

14

BABAHabitatEco.indd

14

30/10/08

14:30:32


Concevoir un habitat respectueux de l’environnemment et des hommes

de ses ouvertures et même l’organisation de la végétation alentour ! Le bioclimatisme se satisfait néanmoins très bien d’une architecture assez sobre, et les réalisations aux formes extravagantes des architectes n’ont souvent rien de bioclimatique, même si l’importance des surfaces vitrées peut le laisser croire.

> L’orientation Ouvrir sa maison au sud permet de bénéficier d’apports thermiques conséquents. De larges baies vitrées laisseront entrer la lumière mais aussi la chaleur du soleil en hiver. En effet, en cette saison, le soleil est bas dans le ciel et il pénètre profondément dans l’habitat. L’air intérieur se réchauffera rapidement puis, plus progressivement, les masses que viendront frapper ses rayons. Ces dernières restitueront alors sous forme de rayonnement, avec un déphasage maîtrisé, la chaleur captée. Pour optimiser ces apports solaires passifs, intégrez à votre projet de construction une serre bioclimatique. Conçue dans les règles de l’art, elle apporte des gains de température considérables à l’ensemble de la maison sans provoquer de surchauffe en été (grâce à la présence de casquettes solaires protectrices). Implantée en façade sud, elle est souvent un espace prisé à la saison froide en raison de sa luminosité, de sa douceur et de son ouverture sur l’extérieur.

> La forme En hiver, le froid pénètre dans une maison par les parois (murs, vitrages, toiture). Vous avez donc grand intérêt à limiter le plus possible leur surface par rapport au volume habitable. Privilégiez donc la compacité et la simplicité. Vous réduirez par la même occasion les coûts de construction. La répartition de la chaleur en sera simplifiée. Concevez une maison peu profonde, plutôt allongée d’est en ouest : les pièces profiteront davantage des apports solaires. Enfin, pensez à l’aérodynamisme : une toiture qui descend bas au nord et à l’ouest offrira moins de résistance aux vents : les déperditions thermiques seront atténuées.

> La disposition des pièces La conception bioclimatique définit des pièces froides et des pièces chaudes. Réservez la partie sud de votre habitat aux pièces chaudes (pièces de vie, salon, cuisine) : elles bénéficieront des apports solaires passifs en hiver. À l’inverse, placez les pièces dites froides (chambres d’adultes, cagibi, cellier) au nord et réduisez au maximum leurs surfaces vitrées. Le garage, l’atelier, la remise (non isolés) peuvent jouer le rôle de pièces tampons. Disposés au nord et à l’ouest, ils protégeront le cœur de votre maison des vents froids.

15

BABAHabitatEco.indd 15

13/10/08 14:13:17


Le b.a.-ba de l’habitat écologique

16

BABAHabitatEco.indd

16

30/10/08

14:25:44


Concevoir un habitat respectueux de l’environnemment et des hommes

Choisir des matériaux efficaces Les propriétés physiques des matériaux sont insuffisamment prises en compte dans la construction des parois. Pourtant, de par leur structure et leur masse, tous n’ont pas la même capacité à isoler du froid, à stocker la chaleur… De leur utilisation à bon escient (emplacement, épaisseur), dépendra l’efficacité énergétique et le confort de votre maison.

Quelques notions La conductivité thermique Il s’agit de la propriété qu’a un matériau de transmettre la chaleur par conduction. Plus cette capacité est importante, plus le matériau est conducteur. Plus elle est faible plus il est isolant. Généralement, plus un matériau est dense, moins il est isolant. La pierre, le parpaing de béton sont de mauvais isolants contrairement à l’air, la paille, le liège. Applications : En hiver, l’enveloppe de la maison doit empêcher la chaleur (apports solaires passifs ou apports fournis par le système de chauffage) de ressortir. Les murs, les surfaces vitrées, la toiture, le sol doivent être constitués de matériaux à faible conductivité (isolants) : double vitrage avec gaz rare, mélange terre-paille léger, bois massif, panneaux de bois + ouate de cellulose, etc. Refusez la pierre et les parpaings de béton, tous deux de piètres isolants. La capacité thermique Elle désigne la capacité d’un matériau à stocker la chaleur. Plus la capacité thermique d’un matériau est grande, plus il faut lui apporter de chaleur pour augmenter sa température. Les matériaux lourds, à forte inertie, ont une grande capacité thermique (métaux, pierre, terre crue et cuite, mortier de chaux, bois massif).

Applications : En façade sud, favorisez la mise en œuvre de matériaux à forte capacité thermique (pisé, briques pleines) quitte à baisser un peu le niveau d’isolation : ils capteront le rayonnement solaire hivernal avant de transmettre (avec un déphasage de plusieurs heures) la chaleur vers l’intérieur de l’habitation. La diffusivité thermique Elle caractérise la rapidité avec laquelle un matériau transmet une variation de chaleur. Elle augmente avec la conductivité et baisse avec la capacité thermique. Cette donnée est à prendre en compte pour maîtriser le déphasage thermique, c’est-à-dire la durée entre l’exposition d’un matériau au soleil et la restitution sous forme de rayonnement (cas des murs capteurs et de certains isolants). Applications : En toiture, posez un matériau très isolant, pour limiter les déperditions en hiver (ouate, laine de mouton, paille…). Mais pour lutter également contre un éventuel problème de surchauffe en été, choisissez un isolant qui présente une faible diffusivité (laine de bois, paille) : il stockera une partie de la chaleur et la restituera progressivement avec un déphasage plus ou moins marqué. L’effusivité thermique Elle permet de mesurer la vitesse avec laquelle un matériau absorbe la chaleur. Plus l’effusivité est élevée, plus le matériau est capable d’emmagasiner de la chaleur sans véritablement se réchauffer. Applications : Le bois, le liège, les végétaux en général ont une faible effusivité et leur surface s’échauffe vite ; leur emploi comme parement dans des pièces qui doivent être chauffées rapidement est donc conseillé (salle de bains). À l’inverse, les matériaux à forte effusivité tels la pierre dure, le marbre, le verre ont tendance à absorber le rayonnement et à provoquer une sensation de paroi froide.

17

BABAHabitatEco.indd 17

13/10/08 14:13:23


BABAHabitatEco.indd 32

13/10/08 14:13:37


2 Les techniques de construction

Les modes de construction écologique sont variés. Tous possèdent leurs qualités propres. Le choix est parfois difficile d’autant que rien n’interdit de les panacher, au contraire. Tour d’horizon…

33

BABAHabitatEco.indd 33

13/10/08 14:14:01


ISOLATION PAR L’INTÉRIEUR

Mur d’origine.

Canisse ou plaque de gypse et cellulose.

Montant en bois.

Enduit (terre, chaux, chaux-chanvre…).

Isolant en panneaux ou en rouleaux (fibre de bois, chanvre, lin, ouate de cellulose).

ISOLATION PAR L’EXTÉRIEUR Montant en bois non traité.

Mur d’origine.

Liteaux.

Bardage bois non traité.

Isolant (fibre de bois, liège expansé).

46

BABAHabitatEco.indd

46

30/10/08

14:27:48


Les techniques de construction

L’isolation L’isolation a pour objectif de conserver la chaleur à l’intérieur d’une habitation, mais aussi d’éviter qu’elle n’y pénètre en été. En cela, l’isolation de votre (future) maison est, avec la conception bioclimatique, un des postes sur lesquels il vous faut porter une attention particulière. Du choix des matériaux et de leur mise en œuvre dépendra non seulement votre confort mais aussi la réduction de vos dépenses d’énergie. N’oublions pas que l’énergie la moins chère et la moins polluante est celle que l’on ne consomme pas…

Isoler les murs Isolation par l’intérieur ou par l’extérieur ? Si vous êtes bon bricoleur, vous pourrez changer ou ajouter rapidement l’isolant par l’intérieur, et ce pour un coût raisonnable. La plupart des isolants écologiques conviennent, qu’ils se présentent sous forme de rouleaux, de panneaux ou en vrac. En revanche, ce procédé ne permet pas de supprimer les éventuels ponts thermiques existant au niveau des liaisons murs-plancher, et prive les occupants d’une bonne partie de l’inertie thermique des murs. L’isolation par l’extérieur, souvent présentée comme plus efficace que l’isolation par l’intérieur, consiste à réaliser une enveloppe tout autour de l’habitat. On conserve ainsi le bénéfice des qualités inertielles des murs (ce qui est toutefois inutile pour les pièces tampons dans lesquelles on ne vit pas ainsi que pour les chambres). En revanche, ce procédé requiert une plus grande technicité ; mieux vaut faire appel à un professionnel, ce qui en augmentera le coût des travaux. Quant au choix des matériaux, il est plus réduit : l’isolant doit impérativement être respirant pour ne pas enfermer l’humidité dans les murs, et accepter la pose d’un parement extérieur.

47

BABAHabitatEco.indd 47

13/10/08 14:14:25


Le b.a.-ba de l’habitat écologique

L’isolation médiane Deux cas de figure se présentent : > soit l’isolant est encastré entre les montants d’une ossature bois (fibre de bois, ouate de cellulose, liège, mélange de chaux-chanvre, terre-paille…). On peut ensuite disposer côté intérieur des panneaux de parement (plâtre-fibre, ou bois aggloméré type OSB), et, en face externe, un panneau pare-pluie de fibre de bois. Réalisés avec soin, ces murs ne présentent quasiment pas de ponts thermiques, mais n’ont que

peuvent très bien remédier à cela). D’un point de vue écologique, cette technique fait appel à des matériaux renouvelables, recyclables et à très faible énergie grise. > soit l’isolant (souvent en panneaux) est pris en sandwich entre deux parois en maçonnerie lourde. Cette méthode permet d’obtenir des murs dotés d’une bonne inertie, régulateurs de l’humidité intérieure, tout en réduisant au maximum les ponts thermiques. Le temps de réalisation est par contre plus long.

très peu d’inertie (les dalles, les cloisons intérieures

ISOLATION MÉDIANE Isolation médiane en liège expansé. Doublage extérieur en pierres montées au mortier de chaux.

Enduit intérieur au plâtre, en terre ou à la chaux.

Doublage intérieur en briques plâtrières.

Soubassement en béton cellulaire.

L’isolation répartie Le mur dans son entier fait office d’isolant. C’est le cas des murs traditionnels en pierre, rondins, pisé, et, plus récemment, des murs en briques de terre cuite alvéolées (monomur) ou briques de chanvre. Les murs à ossature bois et remplissage terre-paille, terre-copeaux, chaux-chanvre et bottes de paille

ISOLATION RÉPARTIE Montant de l’ossature bois.

Enduit terre-paille ou chaux-sable.

sont également à isolation répartie. D’un point de vue hygrothermique et écologique, les remplissages chaux-chanvre, terre-paille et terre-copeaux, alliant inertie et isolation, apparaissent comme les plus satisfaisants.

Mélange terre-paille banché.

Lisse en bois non traité.

Soubassement en briques monomur.

48

BABAHabitatEco.indd 48

13/10/08 14:14:28


Les techniques de construction

+ d’info La brique de chanvre et chaux Comment profiter des qualités hygrothermiques du chanvre et de la chaux tout en réduisant les temps de mise en œuvre ? Grâce à la brique de chanvre. La souplesse d’utilisation de ce matériau (sciable, léger) permet de l’intégrer aussi bien entre les montants d’une ossature bois moderne qu’entre ceux d’un colombage ancien. Ce type de mélange fibre-liant constitue également un bon compromis entre inertie et isolation, assurant un bon confort en été comme en hiver. Les briques sont montées avec un mortier à base de chaux naturelle. L’épaisseur des murs dépendra de celle des briques que vous aurez choisies.

Pensez à l’isolation phonique ! Entre deux étages chauffés ou deux pièces contiguës, c’est le souci d’isolation phonique qui intervient en priorité. Veillez à désolidariser le plus possible les différents éléments du plancher et à intercaler des matériaux denses avec des matériaux moins denses. Il en va de votre tranquillité et de votre santé.

À chaque type de bruit, une réponse appropriée Les mesures à prendre dépendent du type de bruits contre lesquels on veut se prémunir. Contre les bruits aériens (trafic routier, conversation, musique…), l’alternance de matériaux de densité et de porosité différentes (principe masse-ressort-masse) donne les meilleurs résultats. Une cloison constituée par exemple d’un panneau de laine de bois, chanvre ou lin (50 mm) pris en sandwich entre deux plaques de gypse-cellulose a de bonnes performances acoustiques. Un enduit rugueux de chaux-chanvre apporte, en complément, une correction acoustique intéressante.

Contre les bruits d’impacts (pas, chutes d’objets, appareils ménagers…), une solution consiste à désolidariser le plus possible les éléments du bâti (plancher flottant sur coussinets de feutre de bois ou de laine de mouton, ou dalle flottante sur isolant souple) pour limiter la propagation des vibrations à travers la structure. Les fenêtres sont également un point faible. Des doubles vitrages asymétriques montés sur de bonnes menuiseries constituent cependant un écran acoustique efficace (voir partie consacrée aux vitrages). > En savoir plus Contactez le Centre d’information et de documentation sur le bruit. www.infobruit.org. > À lire : « L’isolation phonique écologique », éd. Terre Vivante, 2006, « Le guide de l’habitat sain », Médiéco Éditions, 2004 et l’enquête « Logement 2002 de l’Insee sur la nuisance du bruit ».

49

BABAHabitatEco.indd 49

13/10/08 14:14:29


BABAHabitatEco.indd 80

13/10/08 14:16:26


4 L’énergie dans la

maison

N’en déplaise aux railleurs : construire écologique ne rime pas avec retour à la bougie ! Au contraire, les constructions respectueuses de l’environnement mettent à profit les technologies de pointe pour produire de l’énergie à partir de sources renouvelables ! C’est largement suffisant pour nos besoins si l’on en fait un usage modéré et si l’on a conçu une architecture bioclimatique.

81

BABAHabitatEco.indd 81

13/10/08 14:16:29


82

BABAHabitatEco.indd

82

30/10/08

14:28:15


L’ é n e r g i e d a n s l a m a i s o n

Le chauffage et l’eau chaude Choisir un mode de chauffage écologique adapté à ses besoins n’est pas toujours facile. Quelle énergie choisir : le bois, le solaire ou les deux ? Comment diffuser la chaleur : grâce à des radiateurs, un plancher chauffant ou un poêle ? Voici comment y voir plus clair…

Écologique : le chauffage au bois

hausse des rendements permet de faire baisser le prix

Le bois, premier combustible de l’humanité, connaît un retour en grâce dans nombre de foyers. Il faut dire que les appareils de chauffage au bois ont connu ces dernières années des évolutions techniques majeures. On trouve désormais sur le marché des poêles, des inserts et des chaudières à double combustion très performants dont les rendements à plein régime flirtent avec les 85 % ! Comparés aux 10 % d’une cheminée traditionnelle à foyer ouvert, ou aux timides 50 % des poêles à bois de conception ancienne, la différence est là. L’utilisateur est gagnant puisqu’une

du kWh fourni par la combustion ainsi que les quantités de bois à manipuler. L’environnement y trouve également son compte puisque les appareils à haut rendement développent une combustion saine qui n’est que faiblement émettrice de substances toxiques et polluantes (si le bois est bien sec). Si cette double condition est remplie : appareil performant et bois sec, alors le chauffage au bois est considéré comme écologique. Autre avantage et pas des moindres : en tant que ressource locale abondante, le bois ne connaît guère de fluctuations de prix.

83

BABAHabitatEco.indd 83

13/10/08 14:16:33


Le b.a.-ba de l’habitat écologique

Les principaux appareils performants Les poêles à bûches : de forme classique ou moderne, en acier ou en fonte, ils diffusent une chaleur par convection et un peu par rayonnement. Certains modèles font aussi chauffe-plats. Double combustion. Rendement de 70 à 80 %.

pure. Ils permettent de s’affranchir des corvées de bois et ne nécessitent pas de conduit de cheminée. Rendement de 80 à 85 % même à faible régime. Les inserts et foyers fermés : attention, beaucoup n’ont pas suivi les dernières évolutions. Veillez à choisir un modèle à haut rendement.

Les poêles à accumulation : ils emmagasinent la chaleur émise lors de flambées courtes mais intenses et la restituent plusieurs heures durant sous forme

Les chaudières à bûches : situées en dehors de l’espace habité, ces appareils de chauffage central se rechargent deux fois par jour environ. Rendement

de rayonnement. Ce mode de chauffage est très agréable, mais il ne convient pas pour autant à toutes les situations (climat, agencement des pièces, encombrement…), et ces poêles pèsent près d’une tonne. Rendement de 70 à 85 %.

de 50 à 80 %.

Les poêles à granulés (ou à pellets) : automatisés et programmables, ces appareils à air pulsé brûlent des granulés de bois obtenus par compactage de sciure

Les chaudières automatiques à plaquettes et à granulés : le combustible est du bois déchiqueté ou en granulés. L’arrivée du combustible (stocké dans un silo pour une autonomie de quelques jours à plusieurs mois) est réglée automatiquement. La souplesse d’utilisation est donc appréciable. Investissement important. Rendement de 70 à 85 %.

+ d’info

Vrai / Faux

Comment stocker son bois ?

Le bois contribue à l’effet de serre.

Brûler du bois bien sec est très important. On l’entreposera dans un endroit abrité, sec, bien ventilé : sous un appentis, abrité le long d’un mur, dans une grange. On peut aussi le ranger dehors : vous couvrirez simplement le dessus du tas en laissant l’air circuler sur les côtés. Pensez également aux trajets pour acheminer les bûches : entreposez-les le plus près possible de votre poêle.

Chauffage au bois, label et crédit d’impôt L’achat d’un appareil de chauffage ou d’une chaudière à bois peut vous donner droit à un crédit d’impôt, s’il est installé par le professionnel qui vous l’a vendu. Pour cela, l’appareil doit respecter les normes françaises et européennes et son rendement doit être de 65 % minimum. C’est le cas notamment des appareils labellisés Flamme verte. Voir sur le site www.flammeverte.com la liste des appareils labellisés.

Faux ! Quand il est brûlé dans un système de chauffage performant, on estime que la quantité de gaz carbonique émis lors de la combustion est équivalent à celle absorbée par l’arbre durant sa croissance.

Le bois est-il moins cher ?

Vrai !

Si l’on brûle du bois sec dans un système de chauffage performant (>70 %) (poêle à bûches à haut rendement, poêle à granulés, poêle de masse). Se chauffer au bois coûte moins cher que le gaz ou le fioul. Par contre, utiliser une cheminée ouverte (rendement : 10-15 %) multiplie le coût de revient par 7.

La quantité de chaleur fournie varie selon le type de bois.

Faux ! Toutes les essences fournissent à poids égal une quantité d’énergie similaire. Par contre la densité des essences varie (le chêne est plus dense que le peuplier, qui est plus dense que les résineux) et donc le poids d’un stère (environ 1m3) varie lui aussi.

84

BABAHabitatEco.indd 84

13/10/08 14:16:34


L’ é n e r g i e d a n s l a m a i s o n

Le chauffage solaire Les combi-systèmes Emblématique de la construction écologique, l’énergie solaire est utilisée de façon passive (architecture bioclimatique), mais aussi de façon active. Dans ce cas-là, des capteurs de couleur sombre, orientés plein sud, absorbent le rayonnement solaire et transmettent la chaleur captée à un liquide caloporteur. Celui-ci va ensuite chauffer une réserve d’eau, que l’on va faire circuler à basse température dans le sol ou les murs (plancher ou murs chauffants) ou dans des radiateurs basse température. En général ces systèmes, appelés « combi-systèmes » ou « systèmes solaires combinés », fournissent aussi la totalité de l’eau chaude sanitaire. 10 à 20 m2 de capteurs peuvent couvrir de 30 à 50 % des besoins en chauffage (en plus de l’eau chaude sanitaire) d’une famille de 4 personnes. Et en été, la chaleur excédentaire peut servir à chauffer l’eau d’une piscine. La plupart

des combi-systèmes fonctionnent en liaison avec un système de chauffage central classique (une chaudière à bûches ou à granulés ou à gaz…), qui utilise l’eau préchauffée par le soleil dans la chaudière. Notez que le couplage avec les chaudières automatiques (granulés, fuel, bois déchiqueté) est plus simple qu’avec une chaudière à bûches. Ce dernier type d’installation demande des connaissances spécifiques : faites appel à un spécialiste du couplage solaire-bois bûche.

Le plancher solaire direct Très performant, le plancher solaire direct (PSD) se distingue des combi-systèmes car le fluide, réchauffé dans les capteurs solaires, circule directement (sans passer par un échangeur ou par un ballon de stockage) dans un plancher chauffant à basse température. Un appoint de chauffage est nécessaire et la régulation peut être automatisée.

Un choix qui se réfléchit La principale contrainte pour l’installation d’un chauffage solaire est liée à l’emplacement des capteurs. D’une part, la surface de panneaux est importante, et, d’autre part, les besoins en chauffage étant concentrés en hiver, lorsque le soleil est bas dans le ciel, l’inclinaison des capteurs doit être comprise entre 40 et 90°. Les installateurs sont d’ailleurs de plus en plus nombreux à proposer de positionner les capteurs à la verticale, ceci permettant une intégration en façade de la maison sans perte de rendement importante. Le chauffage solaire n’est pas adapté à tous les cas de figure, et parfois l’achat d’un poêle ou d’une chaudière automatique à granulés est préférable. Il est donc important de faire au préalable une estimation de ses besoins en eau chaude de chauffage afin de ne pas surdimensionner l’installation. Enfin, il faut ne pas perdre de vue que la réduction des besoins en chauffage en amont (grâce à une isolation performante surtout) est plus économique que l’augmentation de la puissance des appareils de chauffage.

85

BABAHabitatEco.indd 85

13/10/08 14:16:34

49342_apercu  

Le b.a.-ba Pour un habitat sain, confortable et économe de l’ Sylvain Moréteau Le b.a.-ba de l’ habitat écologique