__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

FEDUSTRIA 2019-2020 RAPPORT ANNUEL FEDUSTRIA 2019-2020 RAPPORT ANNUEL FEDUSTRIA 2019-2020 FEDUSTRIA 2019-2020 RAPPORT ANNUEL FEDUSTRIA 2019-2020 RAPPORT ANNUEL FEDUSTRIA 2019-2020 FEDUSTRIA 2019-2020 RAPPORT ANNUEL FEDUSTRIA 2019-2020 RAPPORT ANNUEL FEDUSTRIA 2019-2020 FEDUSTRIA 2019-2020 RAPPORT ANNUEL FEDUSTRIA 2019-2020 RAPPORT ANNUEL FEDUSTRIA 2019-2020 FEDUSTRIA 2019-2020 RAPPORT ANNUEL FEDUSTRIA 2019-2020 RAPPORT ANNUEL FEDUSTRIA 2019-2020 FEDUSTRIA 2019-2020 RAPPORT ANNUEL FEDUSTRIA 2019-2020 RAPPORT ANNUEL FEDUSTRIA 2019-2020 FEDUSTRIA 2019-2020 RAPPORT ANNUEL FEDUSTRIA 2019-2020 RAPPORT ANNUEL FEDUSTRIA 2019-2020 FEDUSTRIA 2019-2020 RAPPORT ANNUEL FEDUSTRIA 2019-2020 RAPPORT ANNUEL FEDUSTRIA 2019-2020 FEDUSTRIA 2019-2020 RAPPORT ANNUEL FEDUSTRIA 2019-2020 RAPPORT ANNUEL FEDUSTRIA 2019-2020 FEDUSTRIA 2019-2020 RAPPORT ANNUEL FEDUSTRIA 2019-2020 RAPPORT ANNUEL FEDUSTRIA 2019-2020 FEDUSTRIA 2019-2020 RAPPORT ANNUEL FEDUSTRIA 2019-2020 RAPPORT ANNUEL FEDUSTRIA 2019-2020

RAPPORT ANNUEL

FEDUSTRIA

2019 - 2020


Légende Pour représenter dans ce rapport annuel les chiffres-clés de manière concise, nous utilisons des icônes récurrentes. Vous trouverez ci-après leur signification.

Chiffre d’affaires

Taux d'exportation (part des exportations dans le chiffre d'affaires)

© MOBITEC SYSTEMS

Solde de la balance commerciale (exportations-importations) Investissements +

Valeur ajoutée

Entreprises

Emploi

< 50

Petites entreprises (< 50 travailleurs) Rentabilité nette des fonds propres

Evolution de l'activité en 2019 Part (de la valeur ajoutée pour le textile ou du chiffre d'affaires pour le bois & l'ameublement) Bonneterie

Tissage

© MINTJENS FURNITURE


CHIFFRES-CLÉS DE L'INDUSTRIE DU TEXTILE, DU BOIS ET DE L'AMEUBLEMENT 2019 (estimations sur une base annuelle)

9,6

70 %

4,3

75 %

+

Valeur ajoutée prix réels mrd €

212,4

< 50

2009

2016

2017

2018

2019*

Industrie textile

Industrie bois et ameublement

* Données provisoires

Source : déclarations TVA, SPF Economie

4,7 %

médiane données 2017

50.000

0

2000

2007

Industrie textile

2009

2017

19.651

19.562

18.625

25.663

30.000

22.054

40.000

10.000

2007

4,8 %

Rentabilité nette des fonds propres

EMPLOI DANS L’INDUSTRIE DU TEXTILE, DU BOIS ET DE L’AMEUBLEMENT Nombre de travailleurs

190,2 141,2

50 0

1.148

n.d.

94,2 %

20.000

104,9

144,5

159,2

212,4

228,1

237,2

243,5 204,7

206,3

197,5

En millions €

250

100

Entreprises

30.970

18.013

150

613

87,8 %

Petites entreprises

INVESTISSEMENTS DANS L’INDUSTRIE DU TEXTILE, DU BOIS ET DE L’AMEUBLEMENT

200

1,3

91,9 %

19.302

nombre de travailleurs données 30/06/2019

1.761

1,3

37.315 Emploi

2,6

24.311

mio €

-0,8

mrd €

2018

19.302

190,2 Investissements

65 %

Taux d'exportation

402,6

+2,8 Solde de la balance commerciale

18.013

5,3

mrd €

+2,0

44.978

Chiffre d’affaires

BOIS & AMEUBLEMENT

18.443

TEXTILE

24.920

TOTAL

2019

Industrie bois et ameublement Source : ONSS


IMPORTATIONS ET EXPORTATIONS TEXTILES, BOIS ET AMEUBLEMENT ET SOLDE DE LA BALANCE COMMERCIALE

Europe de l'Est (1,2 %)

Extrême-Orient (4,3 %)

Proche et Moyen-Orient (1,0 %)

Pays-Bas (14,8 %)

Europe occident, hors UE (2,5 %)

Océanie (0,6 %)

Allemagne (13,5 %)

Amérique du Nord (2,4 %)

Amérique latine (0,6 %)

Royaume-Uni (10,0 %)

Afrique (2,2 %)

1980

1990

Importations

14,9 12,9

14,5 12,1

13,7

2010

2,4

2,7

2000

Exportations

2015

2019*

Solde de la balance commerciale

* Estimations sur la base de 10 mois 2019

Source : ICN

2,0

0

0,5

3,2 Italie (4,5 %)

Autres UE-28 (17,5 %)

3,4

4

24,8 % France (24,8 %)

11,0

13,0 9,6

8 7,4

17,5 %

12

1,5

4,5 % 4,3 % 2,5 % 2,4 % 2,2 % 1,2 % 1,0 % 0,6 % 0,6 %

5,9

10,0 %

16

3,7

13,5 %

14,8 %

En milliards €

DESTINATION DES EXPORTATIONS TEXTILES, BOIS ET AMEUBLEMENT

Source : ICN

IMPORTANCE RELATIVE DES GROUPES DE PRODUITS DE L’INDUSTRIE DU BOIS ET DE L’AMEUBLEMENT (chiffre d’affaires total 2019 = 5,3 milliards d’euros)

IMPORTANCE RELATIVE DES GROUPES DE PRODUITS DE L’INDUSTRIE TEXTILE (chiffre d’affaires total 2019 = 4,3 milliards d’euros)

30 %

41 % 18 %

11 %

4% 8% 4%

Autres ouvrages en bois (4 %)

Textiles techniques (42 %)

Source : déclarations TVA, SPF Economie

Textile d'intérieur (41 %)

2016 Industrie textile * Données provisoires

2018

2019*

Industrie bois et ameublement Source : déclarations TVA, SPF Economie

1.300,0

1.250,0

1.250,0

1.175,0

1.250,0

1.200,0

1.107,0

1.377,1

1.733,4

5.352,6

5.262,0

1.500

1.455,5

2017

4.327,5

3.800

4.353,6

4.200

Production de fils (2 %) Source : quotes-parts estimées par Fedustria sur la base de la valeur ajoutée

2.000

1.000 4.446,6

4.600

5.291,9

5.113,1

5.000

Textile d'habillement (11 %) Ennoblissement (4 %)

VALEUR AJOUTÉE BRUTE À PRIX RÉELS DANS L’INDUSTRIE DU TEXTILE, DU BOIS ET DE L’AMEUBLEMENT

5.400

4.607,9

En millions €

CHIFFRE D’AFFAIRES DANS L’INDUSTRIE DU TEXTILE, DU BOIS ET DE L’AMEUBLEMENT

1.808,1

Eléments de construction (18 %) Emballages (8 %)

En millions €

Industrie de l'ameublement (40 %) Panneaux à base de bois (30 %)

42 %

1.501,6

40 %

2%

500

0

2000

2007

Industrie textile * Estimations

2009

2017*

2018*

2019*

Industrie bois et ameublement Source : ICN et estimations


© ANNABEL TEXTILES

Contenu 2

Présidents La volonté d’avancer.

4

Groupes de produits textiles Informations sur le Textile d’intérieur, les Textiles techniques, le Textile d’habillement, l’Ennoblissement et la Production de fils.

16

Groupes de produits ameublement & bois

© VELDEMAN BEDDING

Informations sur l’Ameublement, les Eléments de construction en bois, les Panneaux à base de bois, les Emballages en bois, les Divers ouvrages en bois et le Commerce d’importation de bois.

31

Fedustria en action Tour d’horizon de nos actions et campagnes.

37

Focus sur le social Le plus grand défi pour les entreprises de l’industrie du textile, du bois et de l’ameublement est de trouver de nouveaux collaborateurs.

© NEYT NV

39

Conjoncture textile L’industrie belge du textile en 2019.

44

Conjoncture ameublement & bois L’industrie belge de l’ameublement et du bois en 2019.

49

Organes de décision Présentation des organes de décision.

52

Services et personnes de contact Nos experts par département.

© B.I.C.-CARPETS


Présidents LA VOLONTÉ D’AVANCER La croissance économique est notre objectif

Même sans véritable gouvernement fédéral, le pays ne s’est pas effondré en 2019. Le grand avantage est que nous vivons dans une démocratie mature qui a bâti des institutions démocratiques solides pendant des décennies. La justice, la police et l’armée continuent de faire leur travail, les hôpitaux et les soins de santé restent disponibles, les pensions et autres allocations continuent d’être payées... Tandis que les entreprises n’échappent pas – même sans gouvernement fédéral – à leurs versements anticipés d’impôt et au paiement de leurs cotisations sociales. Les citoyens non plus. Nos institutions démocratiques sont robustes et continuent de travailler. Mais aussi les entreprises et les citoyens continuent de travailler, jour après jour. Heureusement, la plupart savent que leur avenir, leur bien-être et leur bonheur dépendent en premier lieu de leur propre engagement quotidien, et non de l’État. C’est ce que nous appelons l’autonomie. Des millions de gens et d’entreprises prennent chaque jour ensemble, au mieux de leurs capacités, des millions de décisions : cela maintient notre société debout. Les entreprises industrielles continuent d’avancer grâce aux nouvelles technologies et au développement créatif de produits, en développant de nouveaux marchés et en approfondissant des marchés existants. Point positif : grâce aux entreprises, de nombreux emplois sont disponibles, également dans l’industrie du textile, du bois et de l’ameublement. Mais il y a un manque criant de candidats. Or, la politique du gouvernement peut aider à résoudre ce problème. Comment ? En activant les gens et non en faisant l’inverse, comme c’est le cas actuellement, en les laissant trop longtemps vivre de leurs allocations. Et en améliorant l’enseignement. Notre industrie a surtout besoin de jeunes, de nombreux jeunes bien formés.

© JORI

2

Rapport annuel Fedustria 2019-2020


»

LES PRIORITÉS DES ENTREPRISES TEXTILES, DU BOIS ET DE L’AMEUBLEMENT SE SITUENT DANS LES DOMAINES SUIVANTS : EXPORTATIONS, ÉNERGIE, EMPLOIS, COÛTS ET IMAGE DU SECTEUR.

Est-il alors urgent d’avoir un nouveau gouvernement fédéral ? Tout de même. Une politique énergique qui prend des mesures pour renforcer et améliorer notre pays est indispensable. Il ressort d’une enquête auprès de nos entreprises membres qu’une série de thèmes sont hautement prioritaires pour 2020. La préoccupation principale reste le renforcement de la compétitivité des entreprises. Notre prospérité dépend largement de nos exportations. Mais seules des entreprises compétitives peuvent se faire une place sur les marchés étrangers. Outre les exportations, les priorités des entreprises textiles, du bois et de l’ameublement se situent dans les domaines de l’énergie, de l’emploi, des coûts et de l’image du secteur. En matière d’énergie, l’approvisionnement et les coûts suscitent l’inquiétude. Les taxes supplémentaires sur la facture d’énergie doivent diminuer. Une préoccupation spécifique concerne la biomasse, c’est-à-dire le bois. Le bois est notre matière première. Il est par conséquent condamnable de subventionner l’incinération de cette matière première pour produire de l’énergie à partir de la biomasse, alors que nos entreprises productrices doivent payer le prix plein pour ce produit. Nos entreprises sont également confrontées de plein fouet à la transition énergétique et climatique. Pour le secteur du bois, il s’agit essentiellement d’une opportunité : le bois n’est pas seulement une matière première renouvelable ; il est également un produit majeur dans la lutte contre le réchauffement climatique. En effet, les arbres absorbent le carbone du CO2 et rejettent de l’oxygène. Et ce carbone reste dans le produit en bois pendant toute sa durée de vie, souvent plusieurs dizaines d’années. En résumé, plus nous utilisons de bois, plus cela profite au climat (plus d’informations via www.leboisoxygène.be). La pénurie sur le marché de l’emploi citée précédemment a déjà posé des problèmes dans plus d’une entreprise de production l’année dernière. Des centaines de postes sont restés vacants. Des efforts pour améliorer l’image du secteur peuvent y contribuer. Trop peu de personnes savent que nos entreprises de production dans le textile, le bois et l’ameublement sont des usines ultra modernes avec un appareil de production automatisé sophistiqué, une nouvelle palette de produits et une politique du personnel attrayante. Face à tous ces défis, les entreprises membres ne doivent pas hésiter à faire appel aux experts de Fedustria, p.ex. au niveau social ou environnemental, pour trouver de nouvelles opportunités d’exportation ou des informations en matière de réglementation de douane et d’origine. Les centres technologiques Centexbel-VKC et Wood.be sont en charge de l’innovation. Les centres de formation sectoriels Cobot et Woodwize sont quant à eux responsables de la formation. Bien entendu, entreprendre doit être rentable et le rester. Car à quoi servent un appareil de production moderne, des produits contemporains et une politique climatique proactive si une entreprise ne parvient pas à garder la tête hors de l’eau ? Et n’oubliez jamais : nous devons notre prospérité à notre industrie ! Francis Verstraete, président Jan Desmet, vice-président

© GREEN STREET FABRICS Rapport annuel Fedustria 2019-2020

3


Textile d’intérieur 158*

9.300

1.905

mio

94 %

-2 %

41 %

* Les groupes d’entreprises sont considérés comme une seule entreprise

» LE SERVICE RESTE L’ATOUT ULTIME POUR LES PRODUCTEURS BELGES DE TEXTILE D’INTÉRIEUR QUI SONT LARGEMENT APPRÉCIÉS POUR LEUR ORIENTATION CLIENT.

Le groupe de produits Textile d’intérieur comprend les tapis (tissés, tuftés, feutre aiguilleté, sets de bain, …), les tissus d’ameublement (plats, velours, unis, jacquard, imprimés, …), les tissus de décoration, les tentures, les revêtements muraux, le linge de maison (linge de cuisine, de table, de lit et de bain), le coutil à matelas, la passementerie, …

Au sein du textile d’intérieur belge, les revêtements de sol textiles (carpettes, moquettes, tapis d’escalier, sets de bain, …) occupent la première position avec près de 75 % du chiffre d’affaires global. Le quart restant est réparti entre le coutil à matelas, les tissus pour sièges et de décoration. Les entreprises belges actives dans le textile d’intérieur réalisent un chiffre d’affaires total de 1,9 milliard d’euros et représentent quelque 41 % de la valeur ajoutée du secteur textile. Le secteur belge du tapis est devenu le deuxième plus important au monde après les États-Unis et réalise un chiffre d’affaires total de 1,3 milliard d’euros avec environ 70 entreprises. Dans le secteur du coutil à matelas, quatre acteurs belges représentent ensemble un chiffre d’affaires de plus de 400 millions d’euros, en partie grâce à leurs filiales internationales. Leurs clients sont généralement de grands groupes de fabricants de matelas, eux aussi disséminés dans le monde entier. Le secteur des tissus pour sièges et de décoration réalise avec environ 825 travailleurs dans une quarantaine de pme un chiffre d’affaires de près de 150 millions d’euros. L’innovation via le design est l’un de ses plus grands atouts. Il convient également de citer le segment du linge de maison (chiffre d’affaires autour de 50 millions d’euros). © BALTA CARPETS

4


© OMEXCO

CHAMPIONS DES EXPORTATIONS En raison de sa position centrale sur le marché intérieur européen, le textile d’intérieur belge possède des débouchés mondiaux. Tant le Royaume-Uni (essentiellement pour la moquette, le coutil à matelas tissé et les tissus pour sièges) que les États-Unis (les carpettes et les revêtements muraux textiles) constituent des marchés très importants. L’UE reste néanmoins le plus grand débouché. Fedustria guide autant que possible les entreprises du textile d’intérieur dans leurs efforts d’exportation. Cela s’est fait notamment en 2019 par le biais de participations collectives à de grands salons internationaux, comme Domotex (Hanovre), Domotex Asia/Chinafloor (Shanghai) et Intertextile Home Textiles (Shanghai). Fedustria et l’agence flamande d’exportation FIT restent également activement impliquées dans l’organisation du BFM London Fabric Show annuel, en collaboration avec les collègues britanniques des British Furniture Manufacturers (BFM). La participation aux salons reste de toute façon importante dans le monde du textile d’intérieur, car la possibilité de présenter physiquement les nouvelles collections et le contact direct avec les clients restent primordiaux. Le Brexit et les tensions commerciales internationales provoquées par les États-Unis font que les entreprises du textile d’intérieur recherchent de plus en plus de nouveaux marchés. © BEKAERTDESLEE

5


POUR UN BREXIT FAVORABLE AU COMMERCE Fedustria suit de près la saga du Brexit. En collaboration avec la fédération européenne du textile Euratex, la Fédération des Entreprises de Belgique (FEB) et les organisations patronales régionales, ainsi que des plateformes entrepreneuriales telles que la province de Flandre occidentale, Fedustria plaide pour que le Brexit soit aussi favorable au commerce que possible. Une période de transition court jusqu’à la fin de 2020 au cours de laquelle les Britanniques restent membres de l’Union douanière européenne et du marché intérieur. D’ici la fin de 2020, l’UE doit négocier un accord de libre-échange avec le Premier ministre Boris Johnson. Les entreprises belges du textile d’intérieur se sont préparées au mieux pour le ‘Brexit définitif’. Les liens commerciaux solides établis grâce à des années de bons contacts mutuels ne disparaîtront pas, pas même à cause du Brexit.

DECOSIT CÉLÈBRE UNE PREMIÈRE ÉDITION RÉUSSIE AVEC UNE EXPANSION EN 2020 © SLOTS

© LAMPE TEXTILES

6

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

Fedustria a insufflé une nouvelle vie au salon des tissus d’intérieur Decosit après l’annulation soudaine du salon MoOD. Decosit a eu lieu les 10 et 11 septembre 2019 à Brussels Expo, où il a rassemblé 16 fabricants textiles et attiré environ 300 visiteurs, notamment du Royaume-Uni, des PaysBas, de la France, de l’Italie, de la Pologne et de l’Allemagne. Ce (re)démarrage réussi conduira à une deuxième édition plus élargie les 9 et 10 juin 2020.


DÉFIS ET ATOUTS EN 2020 Un défi particulièrement grand consiste à trouver du personnel dans une région où le chômage est pratiquement inexistant. Citons également la pression permanente pour une production encore plus efficace dans l’un des pays de production les plus chers au monde, la forte concurrence, par exemple, de la Turquie (dépréciation de la monnaie), et les importations en provenance de pays de production bon marché. Et enfin, n’oublions pas l’incertitude générée par le Brexit et les tensions commerciales internationales. Par ailleurs, les entreprises belges du textile d’intérieur continuent de se concentrer pleinement sur la qualité, le développement de produits et l’innovation en répondant, entre autres, à la demande de produits durables et circulaires. Et elles continuent d’investir dans la numérisation de leurs processus de production et de vente.

© GRANDECO WALLFASHION GROUP

© NELEN & DELBEKE NV

© JULES CLARYSSE NV

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

7


Textiles techniques 80

7.600

2.085

mio

70 %

-3 %

42 %

» UNE SOCIÉTÉ MODERNE IMPOSE DE PLUS EN PLUS D’EXIGENCES DE QUALITÉ ; LES TEXTILES TECHNIQUES PEUVENT Y CONTRIBUER.

Agrotech* Textiles pour l’agriculture, l’horticulture et la pêche : toile de paillage, toile de protection pour serres, fils pour la pêche, …

Buildtech* Textiles pour le bâtiment et les constructions légères : matériaux d’isolation, protection antisolaire, textile pour roofing, …

Geotech* Géotextiles : toile pour travaux routiers, hydrauliques ou de terrassement, toile d’étanchéité, toile de filtrage des eaux, …

© FEELDS

Indutech* Textiles pour applications industrielles : bandes transporteuses, cordes d’isolation pour wagons de four tunnel (industrie briquetière), feutre de laine par exemple pour presses d’impression, …

Medtech* Textile médical : gaze hydrophile pour pansement, bandes de soutien, linge d’hôpital, couches (bébés, incontinents), bas thérapeutiques, chasubles pour chirurgiens, …

Mobiltech* Textiles pour véhicules : ceintures de sécurité, tissus pour airbags, revêtement de l’habitacle de la voiture, tissus pour pneus, moquette pour autobus, avions et bateaux, …

Packtech* Textiles pour le transport et l’emballage : canevas/toile de bâche, sacs pour la poste/le linge/la monnaie, filets pour cargaison et conteneur, …

Protech* Textiles pour la protection et la sécurité : matériaux ignifuges, tissus imperméables, …

Sporttech* Textiles pour les applications sportives : gazon artificiel, toile pour parachutes et/ou ballons, pour voiliers, tissus pour sacs de sport, sacs à dos, … *copyright Messe Frankfurt

8

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

Comment continuer à créer de la valeur ajoutée dans l’industrie ? Dans le secteur de la mode et du textile intérieur, cela passe surtout par le design et la création artistique, c’est-à-dire de nouveaux dessins et modèles, de nouvelles associations de couleurs. Le ‘look’ est alors très important. Mais dans les textiles techniques, cet élément n’entre pas ou peu en ligne de compte. Ce sont les propriétés techniques intrinsèques qui déterminent la qualité du produit textile. Et celles-ci peuvent être obtenues de différentes manières, par exemple en associant la chimie au textile – c’est ce que l’on appelle l’enduction – pour rendre le tissu ignifuge, imperméable, réflecteur, calorifuge, … Il s’agit donc, au sens propre comme au figuré, d’apporter de la valeur ajoutée sur/dans un textile. De nouvelles techniques permettent également d’apporter cette technicité à un produit textile. C’est le cas par exemple des textiles composites où le textile est parfois endurci en trois dimensions avec de la résine ou du feutre (tissu non tissé) ou de certaines fibres qui renforcent les matériaux ou les rendent résistants au feu.


© SIOEN INDUSTRIES

© ALFATEX - A VELCRO COMPANY

POUR LA SÉCURITÉ, LA SANTÉ, L’ENVIRONNEMENT ET LE CONFORT Les textiles techniques ont une fonction. Toujours. Pensons, par exemple, au textile intégré dans les voitures : des ceintures de sécurité et des airbags, aux revêtements de sièges, tapis de coffre et plage arrière en passant par le renforcement invisible des pneus : les textiles techniques sont partout. Plus connus et visibles : les vêtements de sécurité et de protection, pour les agents de police, les pompiers, les soldats, … Par exemple : les gilets pare-balles, les vêtements de protection des motards. Et dans l’univers de la production, citons les vêtements de travail protecteurs pour les ouvriers qui manipulent des produits chimiques ou les combinaisons anti-poussière high tech pour les collaborateurs qui travaillent en salle blanche par exemple. Et dans le secteur médical aussi, les textiles techniques sont devenus incontournables : des tenues stériles pour les chirurgiens et le personnel soignant dans les blocs opératoires aux compresses de gaze en passant

par les protections contre l’incontinence, les matelas anti-escarres pour patients alités, … À l’heure de l’intérêt croissant pour l’écologie et du défi climatique, le textile apporte des solutions : pour l’aménagement de bermes, on pose de plus en plus souvent de la toile anti-mauvaises herbes, qui est désormais biodégradable et compostable. Pour renforcer les digues, les autoroutes et les voies ferrées, on utilise du géotextile pour garantir la stabilité de l’ouvrage d’art. Dans le maraîchage, les agrotextiles assurent la climatisation dans les serres. Dans le sport, les pelouses synthétiques sur lesquelles il est possible de jouer 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, été comme hiver, sont de plus en plus en vogue. Sans parler des vêtements de sport de plus en plus sophistiqués et performants. Dans le secteur des transports, les bâches pour camion protègent efficacement les marchandises et sont de plus en plus souvent associées à des systèmes de protection contre le vol. Citons aussi les nombreux cordages sur les bateaux.

© BEKAERT Micro-câbles extrêmement durables pour applications chauffantes

© BEXCO

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

9


L’INNOVATION EST ESSENTIELLE Les textiles techniques ont le gros avantage de pouvoir s’appuyer sur notre seule véritable matière première : nos connaissances. Et ces connaissances se développent grâce à la coopération. Les entreprises collaborent d’abord avec les centres d’expertise comme le centre technologique textile Centexbel, mais aussi avec les hautes écoles et les universités. Les entreprises peuvent également apprendre les unes des autres. Elles ne sont presque jamais directement concurrentes, car elles occupent chacune une niche ou un segment bien particulier du marché. C’est la raison pour laquelle le groupe de travail Textiles techniques a été relancé en 2019. L’échange de connaissances y joue un rôle central. Il devient ainsi possible de faire des choses que l’on n’aurait pas pu réaliser seul.

EXPORTER POUR DÉVELOPPER LE MARCHÉ

© SEYNTEX

Dans le domaine des textiles techniques comme dans d’autres, les exportations sont essentielles pour un petit pays. Près des deux tiers des textiles techniques produits en Belgique sont vendus au-delà de nos frontières. Il existe des salons spécialisés auxquels participent les entreprises en fonction des produits spécifiques qu’elles fabriquent : salons pour produits médicaux, pour le transport, pour la sécurité et la protection, … Mais un salon général est organisé tous les deux ans à Francfort : Techtextil. En 2019, ce salon s’est déroulé du 14 au 17 mai. C’est le plus grand en son genre au monde. Fedustria y tenait un stand collectif avec un nombre record de 23 entreprises participantes. Une vingtaine d’entreprises ont également participé individuellement à Techtextil, avec leur propre stand. Le prochain rendez-vous est fixé du 4 au 7 mai 2021.

© BONTEXGEO

10

Rapport annuel Fedustria 2019-2020


Textile d’habillement 11 21

1.175 360

285 150

»

mio

90 % 60 %

Tissage

-2 % -5 %

Bonneterie

+ 11 %

L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE

PRÉSUPPOSE UNE COOPÉRATION AU SEIN DE LA CHAÎNE DE VALEUR TEXTILE

Le groupe de produits Textile d’habillement comprend les tissus et les étoffes de bonneterie pour : vêtements de loisirs, de sport, de pluie, de nuit, de travail, sous-vêtements, articles de mode, doublures, produits finis de bonneterie tels que vêtements pour bébés et enfants, joggings, chandails et autres survêtements, collants, bas, chaussettes et T-shirts.

© NILORN - ADDING VALUE TO YOUR BRAND

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

11


PARTICIPATION AU GREENDEAL ACHATS CIRCULAIRES Fedustria s’est engagée, tout comme Centexbel et Wood.be, à soutenir le Greendeal ‘Achats circulaires’ wallon en tant que facilitateur. Ce Greendeal a été signé officiellement le mercredi 27 novembre 2019 en présence du Vice-Président de la Wallonie et ministre de l’Économie Willy Borsus. Partant du constat que pour que l’économie circulaire se mette en place, il ne suffit pas uniquement de développer l’offre, il convient également de stimuler la demande, cette nouvelle dynamique vise à encourager les achats circulaires auprès des acteurs économiques en Wallonie (entreprises, organisations, administrations, …). Avec les centres de recherche sectoriels, il est notamment prévu de mener des actions d’information vis-à-vis des prescripteurs mais également de mettre à leur disposition des outils pratiques, dont un guide pour l’achat circulaire de textiles professionnels.

PARTAGE DE CONNAISSANCES Le centre de connaissances textiles Centexbel joue un rôle crucial dans la diffusion des connaissances auprès de nos entreprises, en particulier auprès des nombreuses pme. Dans ce contexte, il organise chaque année une ‘Exploration d’horizon Textile d’habillement’, qui fait le point sur les innovations, les brevets, les normes, l’étiquetage et la législation directement ou indirectement liés à l’habillement, et fait la part belle aux témoignages d’entreprises. Julie Lietaer (ESG, fabricant de fils) a livré un témoignage d’entreprise passionnant sur la durabilité et la circularité. Les projets de recherche de Centexbel sont également mis en lumière. Les sujets abordés sont : la législation sur la composition des fibres, la législation sur les substances chimiques REACH, les équipements de protection individuelle (EPI), l’impression 3D dans les textiles et les vêtements, et une étude sur le confort des patients hospitalisés.

12

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

© PANTY’S CETTE


PLUS DE COOPÉRATION EN CHAÎNE… La transparence, la traçabilité et la durabilité deviennent de plus en plus importantes, en particulier dans la chaîne de valeur des vêtements. Les entreprises du secteur du textile d’habillement qui agissent en tant que fournisseurs avec leurs tissus ou accessoires d’habillement sont donc également concernées. En tant qu’organisation sectorielle, Fedustria a pleinement coopéré à divers projets : •

bAwear : il s’agit d’une initiative de la fédération de la mode Creamoda. Un projet pilote a été mis en place pour développer un modèle transparent, traçable et vérifiable (label) qui permet de savoir dans quelle mesure les vêtements (textiles) sont durables, de même que le processus de production et d’entretien. La méthodologie bAwear permet de cartographier l’ensemble de la chaîne de production. Un calcul ACV (analyse du cycle de vie) validé permet ensuite de se positionner. Les entreprises acquièrent ainsi une vision claire du caractère durable de leurs activités commerciales. En outre, elles peuvent communiquer à ce sujet de manière objective et fondée. Le projet pilote doit maintenant être élargi.

Circletex : ce projet veut explorer avec tous les acteurs de la chaîne des vêtements profession-

© LIBECO, BELGIAN LINEN

nels, des vêtements de protection et du linge plat, si un système peut être mis en place pour que les textiles collectés – en fin de vie de ces flux – puissent être réparés, réaffectés ou recyclés. •

Retex : l’objectif de ce projet européen, auquel les régions Hauts-de-France, Wallonie et Flandre participent, a pour but d’amener le secteur textile à fonctionner de plus en plus en boucle fermée et à pouvoir réutiliser des matières premières, qu’elles soient issues des chutes de production ou des déchets post-consommation. Le 27 mars 2019, un atelier a été organisé sur le recyclage des déchets de polyester provenant des vêtements en fin de vie et des déchets de production ou de traitement des textiles. Un atelier de transformation des matières synthétiques a été organisé le 20 novembre 2019. L’objectif est de mettre en place de nouvelles chaînes de valeur rentables dans le recyclage des textiles, avec un impact environnemental limité. Le fait de réunir ceux qui transforment et traitent les déchets textiles et les producteurs de produits finis à partir de matériaux recyclés devrait faire de ce cycle textile fermé une réalité. Pour plus d’informations : www.dotheretex.eu.

© LIEBAERT

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

13


Ennoblissement 42*

1.180

15 à façon 27 intégrées

650 à façon 530 intégrées

157

mio

20 %

-4,7 %

4%

* Uniquement les entreprises de 10 travailleurs ou plus

L’activité d’ennoblissement textile est soit intégrée dans une entreprise textile, soit réalisée par des sous-traitants indépendants spécialisés (ennoblisseurs à façon). L’ennoblissement textile ajoute de la couleur et des fonctionnalités supplémentaires à un produit textile.

» LES COLORANTS ET LA CHIMIE APPORTENT UNE VALEUR AJOUTÉE AUX PRODUITS TEXTILES.

Le groupe de produits Ennoblissement • lave, blanchit, teint et enduit divers articles textiles (fils, tissus, tapis, articles de bonneterie, articles non tissés, …) ; • les rend antisalissants, irrétrécissables, ignifuges, … et applique des enductions.

© SOIERIES ELITE

14

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

Pour assurer son avenir, l’industrie textile belge a été transformée en une industrie spécialisée à forte intensité de connaissances, loin de la grande production de masse uniforme. Cette spécialisation s’exprime principalement dans l’expansion relativement rapide des textiles techniques, dont la production combine souvent textile et chimie. Ainsi, des textiles de protection sont créés, par exemple pour les ouvriers de production ou les pompiers, en appliquant un revêtement (comme une couche protectrice) sur un tissu. La connaissance assure la bonne composition chimique, la bonne protection. Dans le même temps, la combinaison du textile et de la microélectronique est en train de se développer pour évoluer vers un ‘textile intelligent’. Pour les tissus d’habillement et d’ameublement, les tapis… c’est surtout la couleur qui est appliquée. Ces traitements sont réalisés par les entreprises d’ennoblissement textile.

ENVIRONNEMENT ET CLIMAT L’utilisation de produits chimiques peut présenter des risques potentiels pour l’homme et l’environnement. Les entreprises d’ennoblissement sont donc constamment à la recherche d’alternatives. En outre, elles doivent se conformer à des règles strictes (notamment la législation européenne sur les produits chimiques REACH) et satisfaire à des conditions d’autorisation sévères. Il n’est toutefois pas toujours évident de respecter ces normes strictes. Mais le secteur préfère de toute façon que tout soit réglementé au niveau européen. Fedustria suit donc de près les développements (y compris les propositions de restriction) dans le cadre de REACH. Elle participe également activement à la révision des BREF européens. BREF signifie ‘Best available techniques REFerence document’ ou documents de référence sur les meilleures techniques disponibles (MTD). En 2018, le BREF ‘traitement de surface comprenant des solvants organiques’ a été révisé. Fedustria a préconisé, entre autres, une méthode de mesure identique pour le solvant DMF (important pour le revêtement textile en polyuréthane). En 2019 et 2020, le BREF ‘Textiles’ sera révisé, couvrant la quasi-totalité des processus textiles.


Production de fils 5

225

n.d.

mio

60 %

Outre des filatures indépendantes, le secteur belge des filatures compte également plusieurs filatures intégrées (qui font partie d’un groupe d’entreprises textiles et qui produisent dans ce cadre des fils pour leurs propres entreprises de tissage).

»

LES FILS CONSTITUENT

UNE ÉTAPE INTERMÉDIAIRE INDISPENSABLE DANS LA CHAÎNE

n.d.

2%

Le groupe de produits Production de fils comprend la préparation et la production de fils de filaments (polyester PES et polyamide PA), de fibres et fils de polyamide PA, polyester PES, polypropylène PP, …, et de fils (purs et mélangés) de coton, laine, lin, …

DE VALEUR DES TEXTILES : SANS FIL, PAS DE VÊTEMENTS, DE TISSUS D’AMEUBLEMENT OU DE TAPIS.

© PROCOTEX

ÉCONOMIE CIRCULAIRE

COTTON RULES Au sein de l’industrie textile belge, l’activité de filature constitue un créneau petit mais spécialisé, représentant 2 % environ de l’industrie textile totale. Les principales fibres sont le coton et le polyester, même si un large éventail de fils artificiels et synthétiques est également produit, notamment pour les textiles techniques. La conception sur mesure en concertation avec le client constitue ici un gros atout. Les filatures de type coton représentent le plus grand groupe dans la production de fils en Belgique (sans l’extrusion).

En raison de l’attention de plus en plus grande que portent les consommateurs et les autorités aux produits écologiques et durables, la circularité gagne en importance au sein de la production de fils. Le secteur investit donc fortement dans l’écoconception et mise sur des solutions durables, comme des procédés de teinture consommant peu voire pas d’eau et utilisant moins de colorants et d’énergie. Différentes possibilités de recyclage donnent également lieu à de nouveaux produits finis écologiques. Des déchets textiles post-consommateur, comme des jeans usagés, servent à fabriquer de nouveaux produits textiles, comme des essuie-mains, de nouveaux jeans, des pulls, de la toile de tente, … ou l’économie circulaire dans la pratique. La production de fils constitue donc une étape intermédiaire nécessaire : les fibres recyclées sont d’abord filées, puis tissées pour confectionner les produits finis contenant des matériaux recyclés. Et comme ceci s’accompagne de nombreux défis techniques, les filatures jouent un rôle très actif dans la recherche en vue de continuer à optimiser les possibilités de recyclage actuelles.

© NYOBE

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

15


Ameublement 763

10.189

2.060* mio

57 %

-1,2 %

40 %

*Estimations sur la base des données 9 m 2019

L’industrie de l’Ameublement comprend, outre le mobilier traditionnel (salles à manger, chambres à coucher, cuisines, bureaux, …) et les sièges (salons, fauteuils, chaises, …), également les matelas et les sommiers.

© VARAM

© MEUBELFABRIEK THEUNS

16

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

»

LES NOMBREUX DÉFIS

INCITENT L’INDUSTRIE BELGE DE L’AMEUBLEMENT À MISER SUR LE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX MARCHÉS.


MATELAS : PRÉPARATION À L’OBLIGATION DE REPRISE (REP) VIA L’ASBL VALUMAT EN VITESSE DE CROISIÈRE La date d’introduction de la Responsabilité élargie du Producteur (REP) pour les matelas est fixée au 1er janvier 2021. Les préparatifs nécessaires sont organisés via l’asbl Valumat, l’organisme de gestion des matelas déclassés – fondé par plusieurs producteurs de matelas, Fedustria, Comeos (commerce et services) et Navem (commerce de l’ameublement) – afin de mettre en place un système réaliste et efficace en termes de coûts. L’éco-innovation y occupe une place centrale. Une des conditions essentielles pour parvenir à un projet effectivement réalisable est l’introduction d’un système uniforme en Belgique (et donc dans les trois régions simultanément). Des discussions avec les différentes autorités régionales compétentes et leurs administrations ont dès lors eu lieu en 2019. Les acteurs impliqués de toute la chaîne de valeur se sont également concertés. De bons contacts ont été établis avec nos voisins français et néerlandais, ainsi qu’avec la fédération européenne du confort du sommeil EBIA.

© BEKA®

La demande de l’Europe d’introduire plus de systèmes REP pour différents groupes de produits (également les meubles) augmente. Fedustria plaide dès lors, avec EFIC (Confédération européenne de l’industrie de l’ameublement) et EBIA, pour un maximum d’uniformité.

LÉGÈRE BAISSE DES VENTES En 2019, le chiffre d’affaires de l’industrie belge de l’ameublement a enregistré un léger recul, estimé à 1,2 % (neuf premiers mois). Les prix à la production ayant augmenté en moyenne de 0,9 %, la baisse en volume s’est élevée à 2 %. Au cours des neuf premiers mois de 2019, l’industrie belge de l’ameublement a investi 59,6 millions d’euros, à savoir une diminution de 16,3 % par rapport à la même période en 2018.

© EXTREMIS

17


© DECOTA INTERIEUR

© MAPE KITCHEN AND INTERIOR

E-BUSINESS : DES TESTS OUVRENT LA VOIE VERS UNE SOLUTION AU NIVEAU SECTORIEL En 2019, le groupe de travail mixte Fedustria-Navem s’est consacré au dossier e-business (échange électronique de données entre les fabricants de meubles et les commerçants). L’objectif est de créer une plate-forme sectorielle sur laquelle les fabricants et négociants de meubles peuvent télécharger leurs logiciels existants et échanger en ligne leurs données en toute sécurité (catalogues de produits numériques, commandes, confirmations de commandes, avis d’expédition, factures, …). Il a été décidé d’opter pour un partenaire logiciel préférentiel sur la base d’une série de critères d’évaluation. En concertation avec ce dernier, des projets de contrats de collaboration ont été rédigés et un plan tarifaire a été défini en fonction des scénarios possibles et des compatibilités. Une première série de tests chez les fabricants et négociants de meubles a entre-temps été clôturée et une deuxième série de tests plus complexes a démarré. Après une évaluation positive de ces tests supplémentaires, l’on procédera aux préparatifs nécessaires pour un lancement officiel au niveau sectoriel, espéré dans le courant de 2020.

© ROYAL BOTANIA

18

Rapport annuel Fedustria 2019-2020


L’EXPORTATION COMME LEVIER ESSENTIEL

© NEVES MAATWERK EN SCHUIFDEUREN

L’exportation est et demeure un levier essentiel pour la croissance de la production et du chiffre d’affaires de l’industrie belge de l’ameublement. BelgoFurn, la cellule de promotion des exportations de Fedustria, facilite la recherche de clients étrangers pour les entreprises belges d’ameublement et les accompagne dans leur recherche de nouveaux marchés. Outre les actions de presse axées sur les marchés français et néerlandais, BelgoFurn a organisé pour la première fois en 2019 un grand voyage pour la presse spécialisée allemande. Une initiative qui, en raison du succès rencontré, sera certainement étendue à d’autres pays européens.

D’AUTRES TEMPS FORTS DANS LE FONCTIONNEMENT DE BELGOFURN 2019 ONT ÉTÉ : © VIKA NV

© LEDA COLLECTION

la publication du nouveau Guide belge des exportations 2020 pour les marchés internationaux ;

une participation collective au salon Furniture China à Shanghai (septembre 2019) ;

un voyage préparatif au Canada où un Belgian Design Showroom commun sera ouvert au TIDC (Toronto International Design Center) ;

l’accueil de visiteurs étrangers au Salon international du Meuble de Bruxelles (novembre 2019) ;

un voyage de groupe dans la région du Golfe (novembre 2019).

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

19


Eléments de construction en bois 229

3.190

947*

mio

15 %

-1,7 %

18 %

*Estimations sur la base des données 9 m 2019

Le groupe de produits Éléments de construction en bois englobe la production industrielle de portes, de fenêtres, de parquet, de charpentes lamellées collées, de charpentes de toit, la préservation du bois, les constructions à ossature bois et les constructions en bois.

»

CONSTRUIRE AVEC DU BOIS EST LA SOLUTION

IDÉALE DANS LA LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE. CHAQUE MÈTRE CUBE DE BOIS COMME ALTERNATIVE AUX AUTRES MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION PERMET D’ÉCONOMISER 2 TONNES DE CO2.

LE BOIS, LE MATÉRIAU DE CONSTRUCTION DU FUTUR ! La part de la construction en bois en Belgique augmente d’année en année et oscille désormais autour de 11 %. Outre la construction à ossature bois, de nouvelles technologies comme le CLT (Cross Laminated Timber) enregistrent un succès croissant, partout en Europe. Notons qu’il ne s’agit pas seulement de petits projets de construction ou de rénovations. De plus en plus de bureaux d’architectes prestigieux lancent des projets de tours résidentielles en bois avec un nombre important d’étages.

© KEBONY - @BYAKSEL

20

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

La construction en bois offre non seulement certains avantages par rapport à la construction résidentielle traditionnelle (construction rapide et sèche, peu de déchets de construction, réduction significative du trafic de chantier, isolation thermique plus élevée, économies d’énergie, amortissement acoustique, …), mais elle est également respectueuse du climat et complètement ignifuge. Le carbone stocké dans le bois reste stocké dans les bâtiments en bois pendant des décennies. Cela fait du bois le matériau de construction le plus respectueux de l’environnement et du climat.


© DEWAELE BOUWBEDRIJVEN

© PAR-KY BY DECOSPAN

LE MARQUAGE CE, LA BASE D’UN MARCHÉ EUROPÉEN UNIQUE DES PRODUITS DE CONSTRUCTION Le marquage CE constitue la base du règlement européen sur les produits de construction qui a pour objectif d’harmoniser le marché européen pour les produits de construction et de lever les barrières commerciales. Ce règlement décrit comment évaluer et communiquer les performances des produits de construction. Pour la plupart de ces produits, ces règles du jeu ont été fixées dans des normes européennes harmonisées. S’il existe une norme harmonisée pour un certain groupe de produits, le marquage CE est une obligation légale. Il garantit qu’un produit satisfait à ces exigences et constitue un passeport pour ce produit au sein du marché unique européen. Aujourd’hui, le marquage CE est obligatoire pour : les panneaux, les charpentes de toit, la construction à ossature bois, le bois trié, la menuiserie extérieure sans propriétés coupe-feu, les planchers en bois, les poutres composites, les éléments de toiture et les bardages en bois. Nous avons récemment remarqué que certains États membres tentent de verrouiller leurs marchés en imposant des exigences supplémentaires. Fedustria s’y oppose et continue de plaider en faveur d’un marché unique européen des produits de construction basé sur le marquage CE.

© LAMINATED TIMBER SOLUTIONS

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

21


© WOODLAM

MARQUAGE CE DES PORTES PARTIELLEMENT POSSIBLE Il existe différents types de portes et portails qui peuvent ou non être résistants au feu, anti-effraction ou insonorisants. Il y a beaucoup d’incertitude concernant le marquage CE des portes. Aujourd’hui, le marquage CE est déjà obligatoire pour les portes et portails de garage industriels, ainsi que pour les fenêtres et portes extérieures. Étant donné que la norme pour les caractéristiques de résistance au feu/ou anti-fumée a déjà été publiée dans le Journal officiel de l’Union européenne, ces mêmes portes, portails et fenêtres qui présentent des propriétés coupe-feu peuvent également arborer un marquage CE. Les portes intérieures et les portes automatiques pour les piétons ne peuvent pas encore être munies du marquage CE en l’absence de publication de leur norme respective. Grâce à ses contacts avec le SPF Affaires intérieures, Fedustria a pu obtenir que les anciennes classes de résistance au feu soient limitées à juillet 2022. Dans tous les cas, Fedustria plaide pour plus de transparence et de clarté concernant le marquage CE des portes (coupe-feu). À cet égard, elle a saisi le CSTC (Centre scientifique et technique de l’entreprise de construction) et les autorités publiques. Fedustria a également clairement informé les parties prenantes et les utilisateurs.

22

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

© ENGELS RAMEN EN DEUREN - ANNICK VERNIMMEN


Panneaux à base de bois 33

2.997

1.598* mio

69 %

-3,2 %

30 %

*Estimations sur la base des données 9 m 2019

Le groupe de produits Panneaux à base de bois regroupe les entreprises produisant des panneaux de particules, MDF, OSB, contreplaqués et placages. Par extension, on trouve des entreprises spécialisées dans l’ennoblissement des panneaux (p. ex. les panneaux mélaminés ou en bois plaqué, le parquet de placage, les revêtements de sol stratifiés).

»

LE PANNEAU À BASE DE BOIS

GARANTIT UNE UTILISATION OPTIMISÉE DE LA MATIÈRE PREMIÈRE BOIS DISPONIBLE.

NÉCESSITÉ DE RÈGLES DU JEU ÉQUITABLES AU SEIN DE L’UE Fedustria suit de près toutes les nouvelles règles (européennes) applicables aux entreprises produisant des panneaux. Elle le fait en étroite collaboration avec la Fédération européenne des producteurs de panneaux en bois EPF (European Panel Federation). Les deux fédérations plaident auprès des autorités législatives pour ne pas introduire de règles nationales ou d’exigences locales en plus de la législation européenne existante. Ces règles supplémentaires sapent le marché intérieur européen et entravent la libre concurrence. Des règles du jeu équitables doivent rester le point de départ. © MAESTRO BY DEPRO PROFILES

23


PAS DE CONCURRENCE DÉLOYALE PAR L’IMPORTATION En outre, Fedustria exige, conjointement avec l’EPF, que les panneaux ou les produits fabriqués à base de ceux-ci, importés de l’extérieur de l’Union européenne, répondent aux mêmes normes rigoureuses afin d’éviter toute concurrence déloyale.

RÈGLES HARMONISÉES POUR LES PRODUITS DE CONSTRUCTION En 2019, l’EPF a appelé les législateurs à accepter des normes communes pour les panneaux à base de bois. Par exemple, parce que l’Allemagne a introduit des exigences nationales spécifiques pour les composés organiques volatils (COV) pour les producteurs et les distributeurs de panneaux à base de bois ; des exigences qui vont au-delà de ce qui est actuellement stipulé dans le règlement sur les produits de construction et les normes harmonisées. Ce faisant, l’Allemagne commet une violation de la libre circulation des marchandises au sein de l’UE.

© NORBORD

Fedustria a participé à la protestation contre l’infraction allemande : des enquêtes sur les émissions et la méthode de mesure utilisée ont été complétées pour la Commission européenne et l’Allemagne. Une plainte a été déposée auprès de l’UE à l’attention de l’Allemagne pour non-respect des accords de libre-échange et introduction non autorisée d’exigences supplémentaires concernant les produits marqués CE. En effet, l’industrie continue de se battre pour l’utilisation de panneaux en bois E1 (avec la norme standardisée la plus élevée !) comme panneau de base dans des panneaux de revêtement (E1-inside).

UTILISATION EN CASCADE DU BOIS Un élément crucial pour la survie des entreprises de production réside dans la disponibilité de la matière première bois. Fedustria continue donc de s’opposer à la combustion subventionnée de la matière première bois. La mise en cascade correcte du bois (première utilisation, puis réutilisation et recyclage, et enfin combustion) est la base d’une politique de biomasse durable.

24

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

© PANIDUR BY DECRUY


Emballages en bois 64

1.053

444* mio

40 %

+2,6 %

8%

*Estimations sur la base des données 9 m 2019

Le groupe de produits Emballages en bois produit des caisses, des palettes, du bois d’arrimage et des tambours pour câbles. Outre les emballages de dimensions normalisées, comme les palettes EPAL, ce secteur fournit aussi beaucoup de produits sur mesure. Ainsi, des entreprises conditionnent de manière sécurisée de grandes machines et leurs pièces détachées, les manutentionnent et les expédient. Etant donné que le bois est le matériau réutilisable par excellence, de nombreux réparateurs de palettes usagées et d’emballages d’occasion font également partie de ce sous-secteur.

»

LES EMBALLAGES EN BOIS SONT PLUS

RESPECTUEUX DE L›ENVIRONNEMENT QUE LES EMBALLAGES À PARTIR D›AUTRES MATÉRIAUX, CAR ILS STOCKENT DU CO2 DANS LE BOIS ET NÉCESSITENT MOINS D’ÉNERGIE POUR LEUR PRODUCTION ET LEUR TRANSFORMATION.

© PGS GROUP

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

25


LA PALETTE EPAL, CHAMPIONNE DE LA LOGISTIQUE ET DE L’ÉCOLOGIE La palette EPAL est la palette standard la plus utilisée dans la logistique mondiale. Par exemple, l’Europe compte plus de 1.500 entreprises titulaires d’une licence EPAL. La palette EPAL garantit une bonne qualité, une employabilité dans de nombreux secteurs (dont le secteur de l’alimentation) et un système d’interchangeabilité et de recyclage. L’association européenne EPAL e.V. (Düsseldorf, Allemagne), active dans plus de 30 pays, est responsable de la qualité constante. L’asbl Belepal, l’association belge des fabricants et réparateurs de palettes EPAL, regroupe les entreprises belges titulaires d’une licence EPAL.

Grâce à la densité du réseau EPAL et à la qualité uniforme des palettes EPAL, les utilisateurs peuvent toujours acheter, vendre, louer ou faire réparer leurs palettes EPAL dans leur région. Différentes variantes d’échange différé, de location ou de gestion externe du stock de palettes sont également possibles. Le vaste réseau EPAL, les innombrables possibilités d’utilisation et le cycle de vie fermé de la palette EPAL permettent une baisse non seulement des frais de transport, mais aussi des coûts environnementaux. Et plus nous utilisons et réutilisons les palettes en bois EPAL, plus le carbone est conservé dans le bois. De plus, les palettes échangeables sont plus écologiques que celles à usage unique.

© PGS GROUP

EMBALLAGES EN BOIS, SÛRS ET HYGIÉNIQUES, MÊME APRÈS LE BREXIT La directive NIMP 15 de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) fixe des exigences rigoureuses pour le matériel d’emballage en bois (entre autres le traitement thermique) afin d’éviter tout risque de propagation d’organismes nuisibles. Les palettes et les emballages en bois utilisés dans les échanges entre l’UE et les pays tiers doivent répondre aux exigences de la NIMP 15. Au sein de l’UE (à l’exception du Portugal), se conformer à la NIMP 15 n’est pas une obligation, en raison du risque limité de propagation d’organismes nuisibles. En cas de Brexit dur, le Royaume-Uni devient un pays tiers, et par conséquent, tout le matériel d’emballage en bois utilisé dans les échanges entre les pays de l’UE et du Royaume-Uni doit se conformer aux exigences de la NIMP 15. Avec la Fédération européenne des fabricants de palettes et d’emballages en bois (FEFPEB), Fedustria plaide en faveur du maintien de la situation actuelle, car un Brexit dur ne changera pas les risques pour la santé entre l’UE et le RoyaumeUni.

26

Rapport annuel Fedustria 2019-2020


Divers ouvrages en bois 59

584

213* mio

n.b.

-2,9 %

4%

*Estimations sur la base des données 9 m 2019

»

IL S’AGIT SOUVENT DE PRODUITS

DE NICHE SPÉCIALISÉS SOUMIS À DES RÈGLES RIGOUREUSES POUR DES APPLICATIONS TRÈS SPÉCIFIQUES.

Le groupe de produits Divers ouvrages en bois, très diversifié, reprend tant les activités de boissellerie (petits objets en bois), que la fabrication d’équipements d’aires de jeux, de cadres et de moulures, de brosses et de pinceaux, d’instruments de musique, de cercueils, …

RECREABEL : AU SERVICE DU SECTEUR RÉCRÉATIF Recreabel regroupe les fournisseurs d’équipements d’aires de jeux, de mobilier urbain et de parc ainsi que d’autres produits et services au profit du secteur récréatif. Le groupe vise notamment un haut niveau de qualité et de sécurité de ces produits sur les aires de jeux et dans les espaces publics. En effet, il existe des normes de sécurité très approfondies pour les infrastructures de jeux. Recreabel suit donc de près les travaux de normalisation européenne et entretient des contacts étroits avec les exploitants des aires de jeux et avec le SPF Économie, qui est responsable des contrôles de sécurité sur le terrain. © EUROPLAY NV

27


© DEKNUDT MIRRORS

DIFFÉRENCIATION PAR LA QUALITÉ ET LA SPÉCIALISATION Cadres et moulures, brosses et pinceaux… ils sont de toutes formes et tailles, et connaissent un très vaste champ d’application.

© DEKNUDT FRAMES

28

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

Pour les brosses qui entrent en contact direct avec les aliments, il existe une réglementation spécifique. Le groupe Brosses de Fedustria, qui se réunit traditionnellement à Izegem, où se trouve également le Musée de la Brosse, suit de près les normes, les développements et les tendances spécifiques de ce marché hautement concurrentiel. Afin de contrer la forte concurrence des pays à bas salaires, les producteurs belges de brosses investissent énormément dans la qualité et la spécialisation.


Commerce d’importation de bois 38

»

600

700

mio

EN TANT QUE SECTEUR, NOUS

AVONS TOUT INTÉRÊT À LA GESTION DURABLE DES FORÊTS ET À LA RÉCOLTE DURABLE, DANS LE RESPECT DE L›ENVIRONNEMENT, DE L’HOMME ET DE L’ÉCONOMIE.

© CRAS WOODGROUP

Le groupe Commerce d’importation de bois réunit les importateurs de bois ainsi que les agents chargés de l’achat dans le monde entier et de l’importation de bois brut ou semi-fini. Certaines entreprises exercent aussi des activités de transformation du bois et sont souvent les sous-traitants des producteurs de bois et d’ameublement.

RÈGLEMENT EUROPÉEN SUR LE BOIS Le Règlement européen sur le bois (European Timber Regulation ou EUTR), qui vise à freiner l’importation de bois récolté illégalement, reste le point de départ. L’échange d’informations et une coopération constructive sont essentiels afin de garantir une meilleure mise en œuvre uniforme de cette réglementation. En 2019, des contacts ont eu lieu avec des autorités fédérales et européennes, des ONG, des fédérations sectorielles d’autres pays de l’UE, la Fédération européenne du commerce du bois (ETTF - European Timber Trade Federation), l’ambassade du Brésil, des représentants de la Malaisie, etc. Fedustria continue d’insister sur des directives concrètes pour les entreprises et sur des conditions de concurrence équitables au sein de l’UE. © BYTTEBIER HOUT NV

29


CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES RÉSINEUX (ISC) RÉUSSIE À ANVERS La 67e édition de l’International Softwood Conference (ISC) s’est déroulée à Anvers du 16 au 18 octobre 2019 à l’initiative de la section Résineux de Fedustria, en collaboration avec les fédérations sectorielles européennes ETTF et EOS (Organisation européenne de l’industrie des scieries). 180 personnes de 26 pays ont participé au congrès ; nous avons même accueilli 250 invités pour le dîner officiel. La conférence a discuté des rapports de marché (p. ex. Canada, États-Unis, région MENA, Russie, Chine et Italie), l’utilisation du bois dans la construction pour lutter contre le changement climatique, l’impact du scolyte sur la population d’épicéas et la disponibilité du bois, les effets du Brexit, …

© CARPENTIER

LA DOUANE POSE PROBLÈME L’année 2019 a été marquée par des discussions avec les services des douanes sur le classement de certains produits du bois, notamment les panneaux profilés. La question clé ici est de savoir ce qui peut être considéré comme ‘profilé’ et s’il faut ou non payer les droits à l’importation. Dans ce dossier également, le secteur plaide pour une approche uniforme au niveau européen. Après d’intenses discussions, le gouvernement belge s’est montré disposé à aborder le dossier auprès de la Commission européenne. Une décision n’a pas encore été prise à ce jour. En outre, les entreprises doivent affronter des contrôles qui bloquent les marchandises plus longuement dans les ports d’approvisionnement, ce qui entraîne à son tour des coûts supplémentaires et des clients insatisfaits. Fedustria tente de remédier à cette situation grâce à des consultations intensives avec le gouvernement.

© DENDERWOOD

30

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

© LEMAHIEU GROUP


Fedustria en action RÉSEAUTAGE

© DEBOMAT

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE FEDUSTRIA SOUS LE SIGNE DU CHANGEMENT DE PRÉSIDENCE L’Assemblée générale annuelle de Fedustria s’est déroulée le 27 mars 2019 à la Havenhuis à Anvers. Quelque 200 personnes, entreprises membres et invités, y ont été accueillis. L’Assemblée générale était placée sous le signe du changement de présidence : le président sortant Luc Billiet (Lefevere Group) a en effet transmis le flambeau au président entrant Francis Verstraete (Groep Masureel Veredeling). Jan Desmet (Decospan Group) a pris ses fonctions de nouveau vice-président. C’était donc l’occasion de mettre à l’honneur le président sortant Luc Billiet et de le remercier de son engagement et de son implication enthousiaste en faveur de la fédération et des entreprises membres.

© STUDIO DANN Le président sortant Luc Billiet (Lefevere Group) et le président entrant Francis Verstraete (Groep Masureel Veredeling).

ÉVÉNEMENT ANNUEL ‘AMEUBLEMENT’, WHAT A NIGHT… Le premier événement annuel ‘Ameublement’ de Fedustria s’est tenu le 4 juin 2019 au magnifique ‘Museum aan de Stroom’ (MAS) à Anvers. Une soirée dédiée au divertissement et à la gastronomie, mais surtout à d’agréables retrouvailles avec les homologues du secteur. Et c’était d’ailleurs là le but de cette initiative : échanger des expériences avec d’autres fabricants de meubles dans un contexte informel. Le président du Conseil du Meuble, Luc Meers (Mecam Group) a signalé les démarches importantes entreprises afin de mettre sur pied conjointement avec Navem (commerce de l’ameublement) une plateforme d’e-business qui doit permettre aux fabricants et commerçants d’échanger des catalogues et de passer commande. Christophe Deborsu était l’orateur invité de la soirée. En tant que journaliste politique en Wallonie, et aussi très connu en Flandre, Christophe était l’orateur idéal peu de temps après les résultats (surprenants) des élections du 26 mai 2019. © FEDUSTRIA Christophe Deborsu

Après le volet officiel, tous les hôtes ont pu profiter des créations culinaires du chef Vicki Geuns avec un bon verre de vin, et en compagnie des nombreux collègues du secteur de l’ameublement.

ÉVÉNEMENT ANNUEL ‘TEXTILE’ À KUURNE La réunion annuelle traditionnelle de l’industrie textile a eu lieu le 20 juin 2019 au Domaine de Maelstede à Kuurne. L’occasion idéale pour les ‘textiliens’ d’échanger des idées de manière informelle.

© FEDUSTRIA

Cet événement de réseautage commence toujours par un orateur invité de prestige. En 2019, il s’agissait de l’humoriste Jan-Bart De Muelenaere avec une conférence sur ‘De West-Vlaming’ (l’homme de Flandre occidentale). Comme d’habitude, la réception de réseautage avec walking dinner avait été particulièrement soignée par les exploitants du Domaine de Maelstede.

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

31


ÉCONOMIE CIRCULAIRE LE PROJET RETEX MISE RÉSOLUMENT SUR L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE RETEX est un projet Interreg V européen qui est soutenu par Fedustria. Le but est de mettre sur pied de nouvelles chaînes de valeur rentables dans le recyclage du textile. Trois workshops ont été organisés en 2019. Ils étaient placés sous le signe de la création de nouveaux produits composés à 100 % de polyester provenant de vêtements end-of-life ou de déchets industriels. Une soixantaine de professionnels étaient chaque fois présents. Ces workshops veulent aussi offrir une plateforme pour l’échange entre entreprises qui sont intéressées dans de nouveaux débouchés pour leurs matériaux recyclés. RETEX est un projet Interreg européen en France-Wallonie-Flandre. Le centre de technologie du textile belge Centexbel y joue un rôle central.

© CREATUFT

GoTo53

RETEX ECY-TWIN : UN PROJET QUI MISE SUR L’ÉCO-INNOVATION DANS L’INDUSTRIE DU TEXTILE, DU BOIS ET DE L’AMEUBLEMENT Le projet Ecy-Twin sensibilise et accompagne les pme du secteur du textile, de l’habillement et de la distribution ainsi que du secteur du bois et de l’ameublement dans la conception écologique et le développement de produits durables. Cela leur permet de lancer sur le marché des produits ou services avec un impact limité sur l’environnement. Le 8 octobre 2019, plus de 80 personnes ont participé au séminaire Ecy-Twin qui s’est tenu chez Fedustria à Gand.

Ecy-Twin

Ecy-Twin est un projet Interreg V entre la France, la Wallonie et la Flandre qui est soutenu financièrement par le Fonds européen de développement régional, la Wallonie et la Communauté flamande. Le consortium du projet composé de Centexbel, Wood.be, Celabor, l’Ensait-Gemtex, l’ULB, Fedustria et l’UIT Nord (France) accompagne des projets pilotes d’entreprises des secteurs du textile, du bois et de l’ameublement dans le domaine du développement durable et de l’économie circulaire.

NOS ENTREPRISES COLLABORENT ACTIVEMENT DANS LA LUTTE CONTRE L’IMPORTATION ILLÉGALE DE BOIS ET PLAIDENT POUR UNE APPROCHE EUROPÉENNE UNIFORME. Le suivi du Règlement de l’Union européenne sur le bois (European Timber Regulation ou EUTR), dont l’objectif est d’interdire le commerce de bois et de produits en bois illégaux sur le marché européen, demeure un sujet important. Fedustria reste favorable à une intensification des contrôles sur le terrain. Pour autant que les autorités précisent clairement et concrètement les obligations des entreprises. L’absence de directives claires dans l’EUTR signifie que tous les États membres l’interprètent à leur manière. Fedustria plaide pour des conditions de concurrence équitables, ainsi qu’en faveur d’un élargissement du champ d’application de l’EUTR à tous les produits en bois.

32

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

PLAN D’ACTION FLEGT POUR L’IMPORTATION DE BOIS LÉGAL PROVENANT D’INDONÉSIE En 2005, l’Union européenne a lancé son plan d’action FLEGT (Forest Law Enforcement, Governance and Trade), un système volontaire qui doit garantir que seul le bois légalement récolté soit expédié vers l’UE à partir des pays participants. Un avantage important du système FLEGT réside dans le fait que les produits en bois dotés d’une autorisation FLEGT satisfont automatiquement aux obligations découlant du Règlement européen sur le bois EUTR. Le 15 novembre 2016, l’Union européenne a reconnu formellement le régime d’autorisation de l’Indonésie, qui garantit la légalité des produits en bois exportés (autorisation FLEGT).


FEDUSTRIA ORGANISE UNE CONFÉRENCE INTERNATIONALE GRANDE AFFLUENCE À LA CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES RÉSINEUX (ISC) À ANVERS La 67e édition de l’International Softwood Conference (ISC) s’est tenue à Anvers du 16 au 18 octobre 2019. L’organisation était aux mains de Fedustria – section résineux – épaulée par les fédérations sectorielles européennes ETTF (European Timber Trade Federation) et EOS (European Organisation of the Sawmill Industry). Quelque 180 congressistes, provenant de 26 pays, ont été accueillis à Anvers. Nous avons même noté 250 participants au dîner officiel, ce qui en fait une édition véritablement couronnée de succès. Une table ronde a abordé le thème ‘Climate change: impact and solutions’. Une utilisation accrue du bois dans la construction pour combattre les changements climatiques a été une fois de plus soulignée. Des témoignages d’architectes ont démontré quelles sont actuellement les possibilités de construire avec le bois. De plus amples informations sur le rôle du bois dans la construction sont aussi disponibles dans la nouvelle publication de CEI-Bois ‘Wood: Building the bioeconomy’, qui a également été présentée pendant la conférence. PHOTOS : © FEDUSTRIA

L’ENSEIGNEMENT TEXTILE DU FUTUR NOUVEAUX INVESTISSEMENTS DANS LE FTI-LAB DE LA HOGENT POUR LA TECHNOLOGIE DE LA MODE ET DU TEXTILE En Flandre, il n’existe qu’une seule école supérieure qui remet un diplôme de Bachelor pour la technologie du textile, et c’est la HoGent. L’industrie y rencontre une équipe très motivée sous la direction d’Alexandra De Raeve. Cependant, afin d’inculquer aux bacheliers les compétences requises qui leur apportent une plus-value maximale dans les entreprises textiles, l’école supérieure a évidemment besoin des équipements les plus modernes pour son FTI-Lab (Fashion and Textiles Innovation Lab). Conjointement avec les trois syndicats du textile – la CSC Metea, la FGTB et la CGSLB – Fedustria a libéré quelque 200.000 euros des fonds qu’ils gèrent en commun. L’investissement comprend un métier à tisser métallique avec une largeur de travail de 500 mm, ainsi qu’une machine d’ensouplage et une installation d’encollage, mais aussi un cuiseur et un spectrophotomètre. Les entreprises sont aussi les bienvenues pour y tester de nouveaux projets. Ces nouvelles machines permettent de le faire de façon efficace en matière de temps et de coût, ce qui est impossible avec des machines industrielles. Ces investissements supplémentaires sont l’indication claire de l’importance que le secteur textile attache à la continuité de cette formation textile unique au sein du secteur.

© FEDUSTRIA (dgàd) Kurt Gabriël (HoGent), Koen Goethals (directeur HoGent), Alexandra De Raeve (HoGent), Linda De Ceuninck (HoGent), Fa Quix (Fedustria), Willem De Keyzer (HoGent) et Wim Van Goethem (Fedustria).

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

33


BREXIT LE MONSTRE DU LOCH NESS A FINALEMENT FAIT SURFACE Le thème du Brexit n’a plus disparu de l’actualité depuis le référendum sur le Brexit du 23 juin 2016 par lequel le Royaume-Uni a décidé de quitter l’UE. Et il est aussi resté brûlant chez Fedustria. En effet, le Royaume-Uni est mondialement le quatrième débouché pour nos producteurs belges dans l’industrie du textile, du bois et de l’ameublement. Et pour l’important segment du textile d’intérieur (tapis, tissus d’ameublement, tissus pour rideaux, coutil à matelas, …), il est même le principal débouché. Depuis lors, Fedustria a entrepris de nombreuses actions, d’une part pour préparer au mieux les entreprises concernées au Brexit, et d’autre part pour plaider, entre autres en collaboration avec la FEB, en faveur d’une nouvelle relation de commerce optimale entre le Royaume-Uni et l’UE. En 2019, des ‘échéances définitives’ ont surgi à maintes reprises, mais il ne se passait jamais rien. Est-ce que ce Brexit allait encore se produire un jour ?

© FEDUSTRIA Kristian Vanderwaeren, administrateur général des Douanes, et Alexander De Croo, vice-premier ministre et ministre des Finances et de la Coopération au Développement.

Les difficultés logistiques et les meilleures pratiques ont été examinées en détail lors d’une table ronde organisée par Flanders Investment and Trade le 17 septembre 2019. Le président actuel du CD&V, Joachim Coens, ancien patron du Port de Zeebruges, a été reçu le 18 décembre 2018 par le Conseil d’Administration de Fedustria afin d’exposer les préparations du port. Lors de l’Assemblée générale de Fedustria le 27 mars 2019, Wim Dillen, International Development Manager Port of Antwerp, a donné l’allocution. Il a entre autres approfondi la manière dont le port d’Anvers se préparait au Brexit.

34

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

© MATHY BY BOLS

On aurait dit le monstre du Loch Ness que bien des gens pensent avoir vu, mais dont l’existence n’a jamais pu être démontrée. Mais le 31 janvier 2020, le jour J est finalement arrivé. En décembre 2019, les Tories sous la direction du Premier Boris Johnson ont gagné les élections à la majorité absolue et ont ainsi pu faire approuver le ‘Withdrawal Bill’ par le Parlement britannique sans trop d’opposition. Dans une première phase, notamment jusqu’à la fin 2020 (au moins), rien ne va changer étant donné qu’une période de transition est prévue. Mais on se doute bien qu’à la fin 2020, les tensions autour du Brexit et du nouvel accord commercial à négocier vont reprendre de plus belle. Afin de préparer au mieux les entreprises membres au Brexit, Fedustria a organisé plusieurs moments d’information, en collaboration ou non avec d’autres partenaires. Le 16 janvier 2019, le vice-premier ministre et ministre des Finances, Alexander De Croo, a organisé conjointement avec le grand patron de la Douane belge, Kristian Vanderwaeren, une concertation avec les entreprises pour souligner que le Brexit entraînera également des modifications en matière de déclaration douanière. Une réunion d’information sur cette problématique douanière et sur les règles d’origine après le Brexit a été organisée le 6 février 2020 par Fedustria.

© STUDIO DANN Luc Billiet, Wim Dillen (Int. Development Manager Port of Antwerp), Fa Quix (Fedustria), Bruno Segers (Flanders Investment & Trade), Filip Vandenweghe (Beaulieu International Group) et Bert Vandenkendelaere (Unilin - Division Panels).


COMMERCE INTERNATIONAL CHAMPIONS DE L’EXPORTATION Quelque 70 % des produits de l’industrie textile, du bois et de l’ameublement fabriqués en Belgique sont vendus à l’étranger. Le contexte international et la promotion des exportations sont par conséquent des aspects importants pour Fedustria. Pour la promotion des exportations, Fedustria collabore très étroitement avec Flanders Investment and Trade (FIT). Fedustria est agréée comme partenaire structurel de FIT. De nombreuses actions d’exportation sont mises sur pied ensemble, comme une participation collective à des salons et des voyages de prospection. La preuve que nos secteurs industriels sont des champions de l’exportation a été fournie une nouvelle fois en 2019 par l’attribution du ‘Leeuw van de Export’ (le lion de l’exportation) (FIT) à l’entreprise textile Sioen (Ardooie/Mouscron). Grâce à la focalisation sur l’innovation, Sioen développe systématiquement de nouveaux produits de textiles techniques qui se vendent avec succès sur les marchés étrangers.

© FIT (dgàd) Michèle Sioen (CEO Sioen Industries), Claire Tillekaerts (administratrice déléguée de FIT) et Jan Mortier (sales manager Sioen Industries), et à l’arrière-plan Bruno Segers (président de FIT).

ACCORDS DE LIBRE-ÉCHANGE : OUI, MAIS…

© TRIPTYQUE (dgàd) Pieter Timmermans (administrateur délégué de la FEB), Cindy Franssen (CD&V), Saskia Bricmont (Ecolo), Kris Peeters (CD&V), Bernard Gilliot (président de la FEB), Geert Bourgeois (N-VA) et Philippe Lamberts (Ecolo).

Qui dit exportation, dit libre-échange. Car nous ne pouvons évidemment rien vendre sur des marchés étrangers fermés. Malheureusement, le protectionnisme progresse à nouveau ces dernières années. L’UE contre cette tendance avec de nouveaux accords commerciaux bilatéraux. En principe, Fedustria est favorable à de tels accords de libre-échange. Comme par ex. ceux avec le Japon et le Canada (CETA). À condition toutefois que ces accords de libre-échange soient assez équilibrés. Ainsi, Fedustria n’est pas favorable à l’accord de libre-échange entre l’UE et le Vietnam car celui-ci favorise unilatéralement le Vietnam et permettra à peine à notre industrie d’y vendre quelque chose.

Étant donné que l’Union européenne est habilitée à conclure des accords de libre-échange, Fedustria entretient des contacts étroits avec les membres belges du Parlement européen. En plus des accords de libre-échange, les défis pour l’industrie concernant REACH, le Brexit, le marché interne et la climat ont aussi été abordés.

CLIMAT : LE BOIS OXYGÈNE Le bois est un produit renouvelable. Et en plus, le bois est un réservoir de carbone. Le CO2 dans l’air sert à nourrir les arbres. Le carbone (C) reste stocké dans le bois et l’oxygène (O2) est libéré. De plus, ce carbone reste stocké pendant toute la durée de vie du produit en bois (par ex. table, parquet, …). ‘Utilisez du bois, car le bois oxygène’ est donc aussi un message d’espoir pour le climat. À condition bien sûr que le bois provienne de forêts gérées durablement. ‘Des forêts gérées durablement’, cela signifie que ces forêts sont renouvelées en temps utile. Du bois est ainsi mis à disposition pour la production d’objets en bois, et les forêts bénéficient de nouvelles plantations d’arbres. En octobre 2019, la confédération européenne du bois CEI-Bois a lancé la publication ‘Wood: Building the bioeconomy’. En 2006 déjà (!), il y a eu une publication qui avait pour titre ‘Tackle Climate Change: Use Wood!’.

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

35


© REVOR BEDDING

PROMOTION RENCONTRE FILIÈRE BOIS, LA QUALITÉ MISE À L’HONNEUR Le jeudi 9 mai 2019 se sont tenues avec succès les 14èmes Rencontre filière bois consacrées à la qualité du bois, en rapport avec ses multiples usages. Cet événement, auquel Fedustria participe activement depuis la première heure, est la résultante d’un travail en commun d’une série de partenaires de la filière bois. Il bénéficie également du soutien financier de ces partenaires, ainsi que de la Région wallonne. Les Rencontres filières bois furent aussi l’occasion de donner le coup d’envoi des Fibres d’or 2020 pour récompenser une contribution significative à l’essor du bois en Wallonie. La désignation des nominés a lieu lors du salon Bois & Habitat (20-23 mars 2020). Et les lauréats seront récompensés lors des prochaines Rencontres filière bois le 7 mai 2020.

INAUGURATION DE LA VITRINE TEXTILE Le 21 novembre 2019, la vitrine textile du centre de formation textile Cefret a été officiellement inaugurée par la bourgmestre de Mouscron, madame Brigitte Aubert. La vitrine textile raconte les processus et la pluralité d’activités et de métiers dans le secteur textile. Elle s’inscrit dans le cadre d’un projet interrégional intitulé ‘Compétences sans frontières’. Ce projet est réalisé avec 22 partenaires situés en Wallonie, en Flandre et en France, et a pour but de promouvoir la mobilité interrégionale des demandeurs d’emploi. Des journées de rencontre, des visites d’entreprise et des formations sont organisées pour les demandeurs d’emploi wallons et français.

© CEFRET (dgàd) Michel Loncke (directeur Cobot-Cefret) Heidi Hanssens (POM West-Vlaanderen), Laure van der Mensbrugghe (Cefret), Brigitte Aubert (bourgmestre de Mouscron), Michel Franceus (président de l’intercommunale IEG) et Fa Quix (Fedustria).

© DC CARPETS

36


Focus sur le social CONCERTATION SOCIALE TOURNÉE VERS L’AVENIR

»

LE PLUS GRAND DÉFI POUR LES ENTREPRISES DE L’INDUSTRIE DU TEXTILE, DU BOIS ET DE L’AMEUBLEMENT EST DE TROUVER DE NOUVEAUX COLLABORATEURS.

© PASSE PARTOUT

ACCORDS SOCIAUX EN VUE DE L’AVENIR Après la mise en œuvre quasi complète du projet d’accord interprofessionnel rejeté pour 2019-2020 par le gouvernement et par le biais des cct du Conseil national du travail, c’était au tour des secteurs de conclure des accords sociaux sectoriels. Cela devait se faire dans le cadre interprofessionnel convenu. Le secteur textile et le secteur du bois et de l’ameublement y sont brillamment parvenus. Dans le secteur textile, les salaires des ouvriers ont été augmentés de 0,14 euro/heure et ceux des employés de 26 euros/ mois à partir du 1er septembre 2019. Mais le véritable caractère prospectif de cet accord social réside dans le lancement d’une pension complémentaire sectorielle. Pour les ouvriers, cela se fait grâce à la réorientation d’une partie de la cotisation patronale au Fonds de sécurité d’existence. Pour les employés, un certain nombre d’instruments ont été prévus pour limiter au maximum les surcoûts. Dans le bois et l’ameublement, une augmentation de salaire de 1,1 % pour les ouvriers a été convenue à partir du 1er juillet 2019, ainsi qu’une augmentation limitée de l’allocation vélo et l’octroi du jour d’ancienneté après 15 ans d’ancienneté chez l’employeur au lieu de 20 ans auparavant. Quelques avantages sociaux sectoriels ont également été légèrement augmentés. Dans ce secteur, il existe une pension complémentaire sectorielle pour les ouvriers depuis 2008/2009. Les employés du secteur du bois et de l’ameublement suivent actuellement les accords au sein de la CP 200. L’augmentation de salaire de 1,1 % a eu lieu le 1er septembre 2019. Pour les entreprises bénéficiant d’une pension complémentaire sectorielle pour les ouvriers, mais dont les salariés ne bénéficient pas d’une pension d’entreprise, ou en tout cas d’une pension moins favorable, il était possible d’accorder une prime annuelle temporaire et de la convertir ultérieurement en pension sectorielle pour les employés.

© SOLID BV

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

37


BIENVENUE AUX JEUNES !

© INDERA

Les secteurs du textile, du bois et de l’ameublement sont des secteurs ‘vieillissants’ car ils emploient de nombreux salariés ayant une longue carrière dans l’entreprise/le secteur. Beaucoup d’entre eux arrivent en fin de carrière et devront être remplacés à court terme. C’est pourquoi Fedustria, en collaboration avec les centres de formation Cefret (textile) et Woodwize (bois et ameublement), s’est engagée à attirer les jeunes dans les entreprises par le biais, par exemple, de l’apprentissage en alternance, mais aussi en soutenant l’enseignement STEM (Science, Technology, Engineering and Mathematics) et grâce à des projets pour les jeunes avec le soutien du gouvernement fédéral. Le 21 novembre 2019, une vitrine textile a été inaugurée dans les locaux du Cefret à Mouscron, le centre de formation textile en Wallonie, en présence de la bourgmestre de Mouscron, Mme Brigitte Aubert. Les secteurs du bois misent très fort sur l’apprentissage en alternance. Au cours de l’année scolaire 2018-2019, 140 élèves ont entamé un trajet d’alternance et 132 collaborateurs ont été formés comme mentors. En plus des techniques de menuiserie intérieure et de CNC, le cours de formation en alternance des constructeurs de décors et de stands sera proposé en collaboration avec trois écoles au cours de l’année scolaire 2019-2020. Dans le secteur textile, la formation en alternance peine à démarrer. Le message ici est la collaboration intersectorielle, car l’enseignement textile n’est actuellement enseigné que dans une école secondaire (PTI Courtrai).

© EUROPEAN SPINNING GROUP (ESG)

COMPÉTENCES D’AVENIR Avec le New Skills Agenda, l’Europe donne un coup de main à nos secteurs dans la recherche des compétences de demain. Les secteurs du textile, de l’habillement, du cuir et des chaussures ont mis sur pied un partenariat européen autour de la politique de formation. Huit profils de formation ont été retenus pour lesquels des modules d’apprentissage sont élaborés. Le centre de formation textile Cefret crée ces modules pour les profils de ‘textile technologist’ et ‘digital marketing professional’. Pour le bois et l’ameublement, une Sector Skills Alliance a été mise en place pour évaluer l’impact de la transformation numérique dans le secteur de l’ameublement à l’horizon 2020. Le centre de formation sectoriel Woodwize a participé à l’évaluation de cette transition pour onze fonctions pertinentes. Par extension, un nouveau profil de ‘digital transformation manager’ est en cours d’élaboration.

38

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

MESURES CONTRE LE CHOC DU BREXIT Dans la perspective du Brexit, la FEB a procédé, notamment à la demande de Fedustria, à l’élaboration de mesures anticrise en faveur de l’emploi. Fedustria plaide tout d’abord en faveur d’une interprétation plus souple de la notion de chômage temporaire ‘structurel’ par l’ONEM. Les entreprises confrontées à une baisse d’activité en raison du contexte géopolitique – caractérisé notamment par le Brexit, des menaces de guerres commerciales, … – ont besoin de temps pour se rétablir et chercher des débouchés alternatifs. L’instrument du chômage temporaire doit permettre à ces entreprises de surmonter cette période, sans avoir à licencier des travailleurs. Sinon, elles se voient obligées par la suite de réembaucher des effectifs sur un marché du travail tendu. Notons qu’en 2008 et 2009, le chômage temporaire a largement prouvé sa pertinence en tant que mesure de lutte contre la crise. Dans cette optique, Fedustria plaide également pour une extension du chômage temporaire pour raisons économiques en faveur des employés. Fedustria est en pourparlers avec la ministre fédérale de l’Emploi et de l’Économie compétente à ce sujet. Entre-temps, un projet de loi a été déposé début 2020.


Conjoncture L’INDUSTRIE BELGE DU TEXTILE EN 2019

© WEVERIJ VAN NEDER

L’ACTIVITÉ TEXTILE A RELATIVEMENT BIEN RÉSISTÉ Pendant les neuf premiers mois de 2019, le chiffre d’affaires total de l’industrie textile belge s’est élevé à 3,3 milliards d’euros, soit environ autant que lors des neuf premiers mois de 2018 (-0,6 %). Cependant, compte tenu d’un effet de prix moyen de +3 %, la production en volume a baissé de 3,5 % environ au cours de la même période. Les évolutions les plus frappantes au sein de l’industrie textile sont, d’une part, la progression de 4 % du chiffre d’affaires de la production de tapis et, d’autre part, le recul presque égal des textiles techniques (3,9 %). D’autres groupes de produits comme les tissus (tant pour l’habillement que pour le textile d’intérieur) et l’ennoblissement textile ont chuté de 2 à 4 %. La hausse frappante de la production de fils (18,8 %) est principalement due à la préparation de fibres composées majoritairement de fibre de lin. © BEAULIEU INTERNATIONAL GROUP - CARUS

39


CONFIANCE DES ENTREPRENEURS ASSEZ STABLE, MAIS À UN NIVEAU BAS © MC THREE CARPETS

La courbe conjoncturelle synthétique dans l’industrie textile, qui mesure la confiance des entrepreneurs, s’est fortement dégradée après l’été 2018 et demeure à un niveau toujours bas. En décembre, la courbe brute a toutefois enregistré une hausse remarquable. La possibilité d’éviter un Brexit sans accord a accru la confiance des entrepreneurs textiles.

COURBE SYNTHÉTIQUE DE CONJONCTURE DANS L’INDUSTRIE TEXTILE (À L’EXCLUSION DE LA CONFECTION) Série dessaisonalisée et lissée Série dessaisonalisée et brute 10

0

-10

-20

-30 2015

2016

2017

2018

2019

2020

Source : BNB

© LAVA TEXTILES

40


© ASSOCIATED WEAVERS

© B&T TEXTILIA

BAISSE LIMITÉE DES EXPORTATIONS Les exportations textiles (y compris les transits et les vêtements tricotés) ont diminué de 6,9 % au cours des dix premiers mois de 2019. Sans les vêtements tricotés, généralement en commerce de transit, cette baisse a été limitée à 1,1 %. Les importations (y compris les transits et les vêtements tricotés) ont diminué de 5,5 %. L’excédent de la balance commerciale textile belge s’élève à 2,3 milliards d’euros (dix mois 2019). Près de 22 % des exportations textiles globales se composent de textiles techniques, qui ont connu une baisse des exportations de 2,1 %. Le textile d’intérieur, deuxième groupe de produits le plus important avec une part des exportations de 20 % , a enregistré une baisse des exportations de 4,2 %. Les tapis (66 % des exportations du textile d’intérieur) ont pu limiter la baisse des exportations à 1,6 %. Curieusement, cela contraste avec la hausse totale du chiffre d’affaires des tapis de 4 %. Les tissus d’ameublement, de décoration et de revêtements de matelas, qui représentent près de 17 % des exportations de textile d’intérieur, ont connu une légère baisse de 2,7 %. Le linge de maison (la literie, le linge de salle de bain, de cuisine et de table) représente également 17 % des exportations de textile d’intérieur et a connu une baisse de 15,2 %. Les exportations de fils ont augmenté de 6,6 %. Les tissus destinés principalement aux vêtements et aux étoffes tricotées ont connu respectivement un statu quo (+0,6 %) et une baisse de 5,9 % de leurs exportations.

© IVC GROUP MODULEO MOODS

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

41


PERTE DE TERRAIN POUR LE MARCHÉ DE L’UE Près de 84 % des exportations textiles sont destinées au marché de l’UE. Cela a diminué de 3,4 % au cours des dix premiers mois de 2019. Les exportations vers les trois marchés les plus importants ont diminué : France (-4,4 %), Allemagne (-2,5 %) et Royaume-Uni (-6,7 %). Le marché britannique est le plus important pour le textile d’intérieur. Les problèmes du Brexit ont clairement eu un impact sur nos exportations vers le Royaume-Uni.

LES EXPORTATIONS LOINTAINES COMPENSENT EN PARTIE LA BAISSE DU MARCHÉ INTÉRIEUR Les exportations textiles hors UE ont augmenté de 6,5 %, avec de grandes différences entre les régions. Les marchés vers lesquels les exportations textiles ont augmenté sont l’Europe occidentale hors UE (+6,2 % ; avec une hausse marquée vers la Turquie +23,8 %), l’Europe de l’Est (+1,3 % ; Russie +5,9 % et Ukraine +3,0 %), l’Amérique du Nord (+1,9 % ; États-Unis +0,2 % et Canada +14,6 %) et l’Extrême-Orient (+22,6 %, toutefois Japon -12,4 %, mais vers la Chine +33,3 % ; plus de 90 % des exportations textiles vers la Chine sont constituées de fibres de lin). Les exportations limitées vers le Moyen-Orient sont restées stables. Une baisse a été enregistrée en Amérique latine (-1,8 % ; Brésil néanmoins +13,1 % et Chili -15,6 %), en Afrique (-2,8 % ; Tunisie +4,3 %) et en Océanie (-9,3 % ; Australie -9,0 %). Avec une part de 11,5 %, la Chine reste le principal fournisseur de textiles sur notre marché. Néanmoins, les importations textiles chinoises (hors vêtements tricotés) ont chuté de 3,2 % au cours des dix premiers mois de 2019.

© TARKETT NV

42

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

© MEUBINEX


© DE POORTERE FRERES SA

LA CROISSANCE DES INVESTISSEMENTS INDIQUE LA CONFIANCE DANS L’AVENIR Après deux années de recul, les investissements dans l’industrie textile ont augmenté de pas moins de 34,7 % en 2019, reflétant la confiance dans l’avenir. Le taux d’utilisation des capacités de production est resté au même niveau qu’en 2018 avec une moyenne de 73,6 % en 2019. Le taux d’occupation en 2017 était encore de 77,9 %.

© DE WITTE LIETAER INTERNATIONAL TEXTILES NV FOTOSTUDIO ZOOMZONE! BVBA

LÉGÈRE BAISSE DE L’EMPLOI L’emploi est resté pratiquement stable de 2015 à 2018. En 2019 cependant, l’industrie textile a perdu environ 350 travailleurs, soit -1,8 % par rapport à 2018. L’emploi en 2019 s’élevait donc à 19.300 unités.

ÉVOLUTION DU CHIFFRE D’AFFAIRES PAR GROUPE DE PRODUITS EN MILLIONS D’EUROS

9 m 2018

9 m 2019 *

9 m 19/18 *

Fils (y compris la préparation)

205,7

244,3

+18,8 %

Tissus

392,0

375,1

-4,3 %

Ennoblissement textile

120,2

117,6

-2,2 %

Tapis

970,6

1.009,5

+4,0 %

Fibres synthétiques et artificielles et fils de filament

358,3

332,0

-7,3 %

48,8

44,2

-9,4 %

Textiles techniques et autres

1.184,2

1.137,8

-3,9 %

INDUSTRIE TEXTILE **

3.279,8

3.260,5

-0,6 %

Tissus de bonneterie

* **

Données provisoires Industrie textile nace 13 + 20.60

Source : SPF Economie, déclarations TVA

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

43


Conjoncture L’INDUSTRIE BELGE DE L’AMEUBLEMENT ET DU BOIS EN 2019

© JOLI

L’INDUSTRIE DE L’AMEUBLEMENT BAISSE LIMITÉE DU CHIFFRE D’AFFAIRES Le chiffre d’affaires de l’ameublement a connu une baisse limitée de 1,2 % en 2019 (neuf mois). Compte tenu d’un effet de prix moyen de près de 1 %, le recul en volume se chiffre à environ 2 %. Les segments meubles de bureau et de magasin, meubles de cuisine, et matelas et sommiers ont pu plus ou moins maintenir leur chiffre d’affaires, voire le faire légèrement progresser. Dans le mobilier de maison, tous types confondus, la baisse du chiffre d’affaires est de 3,6 % (-4,5 % en volume), après une baisse de 3,9 % déjà en 2018.

CONFIANCE DES CONSOMMATEURS À UN NIVEAU BAS La confiance du consommateur belge a été assez positive jusqu’au début de 2018. Cette confiance a fortement chuté depuis la mi-2018 et est en dessous de la moyenne européenne depuis un certain temps. Le point le plus bas a été atteint en septembre 2019. La confiance des consommateurs européens est également négative depuis fin 2018, mais a chuté en moyenne moins fortement que celle des consommateurs belges.

44

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

© UNIC DESIGN


© DRISAG OFFICE INSPIRATORS

FORTE AUGMENTATION DES EXPORTATIONS Les exportations de meubles ont augmenté de 7,1 % au cours des dix premiers mois de 2019. Près de 92 % des livraisons de meubles à l’étranger sont destinées au marché intérieur de l’UE et ont augmenté de 7,4 %. Sur le marché français, principal marché d’exportation avec une part d’environ 38 %, les livraisons ont augmenté de 1,8 %. Les livraisons aux Pays-Bas, deuxième marché d’exportation avec une part d’environ 30 %, ont augmenté de 6,9 %. Sur le marché allemand, troisième client le plus important (part 10 %), les livraisons de meubles belges se sont accrues de pas moins de 24 %. Le Royaume-Uni arrive en quatrième position mais avec une part de seulement 2,3 %. Après deux années de baisse, les livraisons sur le marché britannique ont augmenté de 6,7 % (10 mois 2019). Les exportations de meubles vers les États-Unis, le plus important marché d’exportation en dehors de l’UE avec une part de 2 %, ont légèrement augmenté (+1,5 %).

© VARAM

© ILWA KEUKENS

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

45


© DETREMMERIE BADKAMERMEUBELEN

CONFIANCE POSITIVE DES ENTREPRENEURS Dans l’industrie du meuble et du siège, la confiance des entrepreneurs a fortement augmenté en 2019 (courbe lissée) et a même franchi le niveau zéro : le point au-delà duquel on recense davantage d’entreprises optimistes envers les développements futurs que d’entreprises pessimistes. Fait remarquable, la confiance des entrepreneurs en 2019 a atteint son niveau le plus élevé des six dernières années. Toutefois, elle a de nouveau fortement diminué en février 2020 (courbe brute). © FRAKO

COURBE SYNTHÉTIQUE DE CONJONCTURE DANS L’INDUSTRIE DE L’AMEUBLEMENT Série dessaisonalisée et lissée Série dessaisonalisée et brute 20

10

0

-10

-20

-30 2015 © RECOR BEDDING

46

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

2016

2017

2018

2019

2020

Source : BNB


NOUVELLE HAUSSE DES IMPORTATIONS DE MEUBLES

© VIPACK

Les importations de meubles ont augmenté de 7,3 %. Avec une part de 18 %, la Chine reste le premier fournisseur de meubles sur notre marché et a encore progressé de 15,5 %. L’Allemagne (+3,9 %) et les Pays-Bas (-3,6 %) suivent avec une part de 17 % et 14 % respectivement. Les importations de meubles en provenance de Pologne (quatrième principal fournisseur avec une part de 9 %) ont augmenté de 1 %.

BAISSE DES INVESTISSEMENTS MAIS MAINTIEN D’UN TAUX D’UTILISATION ÉLEVÉ

© LABONORM

Les investissements dans l’industrie du meuble ont diminué d’environ 16 % en 2019 (données neuf mois), après avoir augmenté de 18,1 % en 2018. Le mobilier d’habitation et les matelas et sommiers ont enregistré une baisse des investissements, qui ont par contre fortement augmenté dans le mobilier de bureau et de magasin et dans une moindre mesure dans le mobilier de cuisine. Le taux d’utilisation des capacités de production en 2019 était de 81,1 % et est ainsi resté au niveau élevé de 2018.

LÉGER RECUL DE L’EMPLOI L’industrie du meuble a perdu environ 300 travailleurs en 2019, soit une baisse de 2,9 %. Au total, 10.189 personnes sont encore employées dans l’industrie belge de l’ameublement.

ÉVOLUTION DU CHIFFRE D’AFFAIRES PAR GROUPE DE PRODUITS EN MILLIONS D’EUROS

9 m 2018

9 m 2019 *

9 m 19/18 *

Chaises et sièges, meubles de salle à manger, salle de séjour, chambre à coucher, jardin et terrasse

632,9

610,1

-3,6 %

Meubles de bureau et de magasin

333,5

334,9

0,4 %

Meubles de cuisine

288,1

290,7

0,9 %

Matelas et sommiers

295,7

295,8

0,0 %

1.550,2

1.531,5

-1,2 %

INDUSTRIE DE L’AMEUBLEMENT ** * **

Données provisoires Industrie de l’ameublement nace 31

Source : SPF Economie, déclarations TVA

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

47


L’INDUSTRIE DU BOIS UNE PAUSE, APRÈS UNE PÉRIODE DE CROISSANCE Dans l’industrie du bois, après cinq années de croissance, le chiffre d’affaires a baissé de 2 % (neuf premiers mois de 2019). Les prix de vente étant restés quasiment stables (+0,6 %), l’activité a baissé d’environ 2,6 % en volume. Trois des quatre segments ont connu une légère baisse, à savoir les panneaux (-3,2 %), les éléments de construction (-1,7 %) et les autres ouvrages en bois (-2,9 %). La seule exception concernait les emballages en bois (principalement les palettes), où le chiffre d’affaires a progressé de 2,6 %.

COURBE SYNTHÉTIQUE DE CONJONCTURE DANS L’INDUSTRIE DU BOIS Série dessaisonalisée et lissée Série dessaisonalisée et brute 20

10

0

-10

-20

-30 2015

2016

2017

2018

2019

2020

Source : BNB

CONFIANCE HÉSITANTE DES ENTREPRENEURS La confiance des entrepreneurs dans l’industrie de la transformation du bois a connu une légère tendance à la baisse en 2019 (courbe lissée). De septembre à novembre, la courbe brute a connu une certaine reprise, mais l’année s’est clôturée par une légère baisse. © VAN HOOREBEKE TIMBER

EXPORTATIONS STABLES Les livraisons sur le marché intérieur représentent environ 54 % du chiffre d’affaires. Les exportations, pratiquement stables au cours des dix premiers mois de 2019 (+0,2 %), sont principalement destinées à l’UE avec une part de 88,2 % dans les exportations totales de l’industrie de transformation du bois. Le marché français, premier marché d’exportation avec une part de 34,0 %, a acheté 5,1 % de moins. Avec une part de 20,2 % et 12,2 %, les Pays-Bas et l’Allemagne sont les deuxième et troisième marchés les plus importants et ont augmenté respectivement de 2,2 % et 4,1 %. Sur le marché britannique (quatrième marché), avec une part de 6,3 %, les ventes ont perdu 3,5 %. Les États-Unis, le client le plus important en dehors de l’UE, ont acheté 6,4 % de plus. L’importation de produits en bois a affiché une hausse de 6 %. Avec une part de 24,2 %, la Chine reste le premier fournisseur de produits en bois de notre pays (+1,4 %). L’excédent de la balance commerciale a diminué à 63 millions d’euros.

LES INVESTISSEMENTS ET LES CAPACITÉS DE PRODUCTION SONT RESTÉS QUASI STABLES, AVEC UNE BAISSE LIMITÉE DE L’EMPLOI Les investissements dans l’industrie de la transformation du bois se sont maintenus en 2019 (+0,4 %), tandis que le taux d’utilisation des capacités de production est resté à un niveau particulièrement élevé avec 85,8 %. Après trois années de hausse de l’emploi (2016-2018), le nombre de travailleurs a légèrement diminué en 2019 (-131 unités, soit-1,6 %) pour s’établir à 7.824 travailleurs.

ÉVOLUTION DU CHIFFRE D’AFFAIRES PAR GROUPE DE PRODUITS EN MILLIONS D’EUROS

9 m 2018

9 m 2019 *

9 m 19/18*

Panneaux à base de bois

1.247,9

1.207,9

-3,2 %

Eléments de construction

701,8

689,7

-1,7 %

Emballages

321,1

329,6

2,6 %

Autres ouvrages en bois

160,5

155,8

-2,9 %

INDUSTRIE DU BOIS **

2.431,3

2.383,0

-2,0 %

* **

48

Données provisoires Industrie du bois nace 16.2

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

Source : SPF Economie, déclarations TVA


Organes de décision

STRUCTURE Fedustria est une asbl. Etant donné que nous avons un profond respect pour une gestion correcte, le rôle des organes de décision est clairement défini.

© MODULYSS®

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

PRÉSIDENCE

L’Assemblée générale est l’organe le plus important de l’asbl Fedustria. Elle se compose de toutes les entreprises qui sont membres de l’asbl Fedustria. Toutes les entreprises qui sont actives, dans notre pays, dans la production de textile ou de produits en bois ou de meubles, ainsi que les entreprises du commerce d’importation de bois, peuvent devenir membres effectifs de Fedustria. Elles disposent toutes d’une voix à l’Assemblée générale. Pour rappel : l’asbl Fedustria, qui a pris son envol le 1er janvier 2007, résulte de la fusion entre les anciennes asbl Fébeltex et Fébelbois.

La fédération est dirigée par la présidence (président et vice-président). Son mandat est de trois ans. Le président est un représentant à tour de rôle du secteur du textile et du secteur du bois et de l’ameublement. En mars 2019, Francis Verstraete (vice-président depuis 2016) du groupe d’ennoblissement textile Masureel, a été nommé en tant que nouveau président, au nom de l’industrie textile. Il a ainsi succédé à Luc Billiet de l’entreprise Lefevere Group. Jan Desmet de l’entreprise Decospan a été nommé vice-président au nom de l’industrie du bois et de l’ameublement. Les deux mandats courent jusqu’en 2022.

CONSEIL D’ADMINISTRATION

© MOOME

Le Conseil d’administration de l’asbl Fedustria prend toutes les décisions importantes de la fédération. Il est composé de manière très large afin d’avoir une représentation suffisante pour la prise de décision. Les deux secteurs désignent chacun vingt représentants : vingt chefs d’entreprise du secteur textile et vingt du secteur du bois et de l’ameublement (voir composition en p. 51). Le Conseil d’administration compte également des membres suppléants. Afin d’assurer une gestion souple de la fédération, ce Conseil d’administration est divisible, soit de manière sectorielle en une section pour le textile et une section pour le bois et l’ameublement, soit de manière régionale, ce qui permet aux entreprises membres wallonnes et flamandes de décider de manière autonome dans les matières qui les concernent. Ces conseils régionaux sont Fedustria Wallonie et Fedustria Flandre, et ont chacun aussi leur propre président.

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

49


BUREAU Le Bureau se charge de la gestion journalière et veille à ce que les décisions prises soient exécutées. Le Bureau est composé de représentants de dix entreprises membres, c’est-à-dire cinq chefs d’entreprise issus du secteur textile et cinq chefs d’entreprise issus du secteur du bois et de l’ameublement, dont le président et le vice-président. Le directeur général, son adjoint et le secrétaire général assistent aux réunions du Bureau mais ne jouissent pas du droit de vote (voir composition du Bureau ci-dessous).

© MOMENTS FURNITURE NV

COLLÈGES CONSULTATIFS A côté de cela, on compte également deux importants collèges consultatifs : un collège pour les matières sociales et un collège pour les affaires économiques. Ils donnent un avis au Conseil d’administration qui prend la décision finale.

GROUPES DE PRODUITS Pour les spécificités des produits, des groupes (par produit) peuvent également être constitués (p. ex. meubles, panneaux en bois, textile d’intérieur, éléments de construction en bois, ennoblissement textile, ossature bois, importation de bois, …). Ils peuvent prendre des décisions, mais uniquement dans les dossiers qui se rapportent spécifiquement au produit en question. Au sein de Fedustria, on compte une vingtaine de groupes de produits (d’importance diverse).

DIRECTION JOURNALIÈRE

© MAGNITUDE

La direction journalière est aux mains du directeur général et de son adjoint qui sont également responsables de l’organisation interne, de la gestion du personnel et de la gestion du budget.

Composition du Bureau (au 1/4/2020) POUR L’INDUSTRIE TEXTILE • Francis Verstraete, président Groep Masureel Veredeling • Rudy De Lathauwer Denderland-Martin • Erik Deporte Associated Weavers Europe • Jean-François Gribomont Utexbel • Frank Veranneman Veranneman Technical Textiles (Sioen)

50

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

POUR L’INDUSTRIE DU BOIS ET DE L’AMEUBLEMENT

FONT ÉGALEMENT PARTIE DU BUREAU SANS DROIT DE VOTE

• Jan Desmet, vice-président Decospan • Luc Billiet Lefevere Group • Thomas Brusselle Vogel • Luc Meers Mecam • Bert Vandenkendelaere Unilin

• Fa Quix, directeur général • Filip De Jaeger, directeur général adjoint • André Cochaux, secrétaire général Wallonie


© VANDENBERGHE

Composition du Conseil d’administration (au 1/4/2020) Représentants de l’industrie textile • Annabel Textiles Mario Verstichel * • Associated Weavers Europe Erik Deporte • Astenjohnson Hubert Cremer * • Aunde Belgium Antoon Vandeginste * • AVS Spinning Julie Lietaer * • Balta Industries Geert Vanden Bossche • Beaulieu International Group Erwin De Deyn • Beaulieu International Group Filip Vandenweghe *

• BekaertDeslee Hans Dewaele • BekaertDeslee Dirk Vandeplancke * • Belgotex International Dirk Dees • Bexco Rudi Labeau • Concordia Textiles Manu Tuytens • Creatuft Igor Mennes • De Saedeleir Textiles Herman Paridaens * • Denderland-Martin Rudy De Lathauwer

• Gevaert Bandweverij Philippe Poulain * • Groep Masureel Veredeling Francis Verstraete • Helioscreen Luc Janvier • IVC Jan Vergote • Iwan Simonis Curt Bossuyt • Lano Joe Lano • Libeco-Lagae Raymond Libeert • Maes Mattress Ticking Jef Maes

• Omexco John Dubaere * • Osta Carpets Luc Claeys • Seyntex Arthy Seynaeve * • Sioen Industries Michèle Sioen * • Utexbel Jean-François Gribomont • Veranneman Technical Textiles (Sioen) Frank Veranneman • Verstraete & Verbauwede Stefaan Verstraete * • Vetex Patrick Rigole

Représentants de l’industrie du bois et de l’ameublement • Altripan Koen De Witte * • Bauwens Frederic Merlin • Bertpal Bert De Wael • Cras Frédéric Cras * • De Coene Products Pascal Vanderhaeghen • Decof David Decoopman * • Decospan Jan Desmet • Deknudt Frames Bruno Deknudt • Dux International Paul De Poot

• Engels Christophe Engels * • Finaspan Charles Mariën * • Habo Jozef Luykx * • Ilwa Johan Illegems • Karel Mintjens Peter Pelicaen * • Keuleers Dirk Keuleers • Lefevere Group Luc Billiet • Mape Sandrine Van Buggenhout * • Mecam Luc Meers

• Meubar Steven Verraes • Moments Furniture Benoit Thevelin • Norbord Guido Kuypers • Norbord Kris Vanherteryck * • Perfecta Anthony Vanderschelden • Recor Philippe Corthouts • Recor Charles Corthouts * • Revor Tom Verstraeten * • Unic Design Theo Peers *

• Unilin Yves Thiers • Unilin Bert Vandenkendelaere • Unilin Paul De Meersman * • Unilin Luc Lemarcq * • Unilin - Spanolux Veronique Hoflack • Unilin - Spanolux Caroline Van de Populiere * • Varam Alex Vanraes * • Veldeman Group Geert Geerkens • Vogel Thomas Brusselle

* membres suppléants Rapport annuel Fedustria 2019-2020

51


© LANDE

Services et personnes de contact VOUS TROUVEREZ LES COORDONNÉES DE NOS COLLABORATEURS VIA WWW.FEDUSTRIA.BE

DIRECTION GÉNÉRALE Fa Quix Filip De Jaeger André Cochaux Roseline Dehaen

Directeur général Directeur général adjoint Secrétaire général Wallonie (jusqu’au 6/2020) Assistante de direction

SOCIAL Marc Blomme

Ronny Arryn

ADMINISTRATION Dirk Arnoes Bruno Debeuf Magda Brabant Sara De Pauw Betty Van Der Linden

Maryline Albers Comptable Informaticien Logistique Anderlecht Logistique Gand - Poortakker Secrétariat

COMMUNICATION Katja De Vos Nathalie Lopez Fabiana Di Mauro

Coordinatrice Communication Assistante Communication Assistante Communication

Griet Bonami Pascal Dewandeleer

Yves Cammaert Didier Mommaerts

Wim Van Goethem

GROUPES DE PRODUITS Kris Vermoesen Kris Van Peteghem Bruno Eggermont Kevin Snyders Katja De Vos Filip De Jaeger

Piet Vanthournout Pascal Dewandeleer

Textile d’intérieur et Textiles techniques Textile d’habillement et Filatures Ennoblissement textile Ameublement et BelgoFurn Articles de literie et Ameublement Panneaux à base de bois, Importation bois, Brosses et pinceaux et Ameublement Panneaux à base de bois, Importation bois et Articles de literie Construction en bois et Portes Emballages en bois

Betty Van Der Linden Marleen Lenaerts

Secrétariat (BelgoFurn) Secrétariat

Ingrid Hontis

LOBBYING Directeur SERVICES AUX ENTREPRISES Conseiller social (Flandres orientale et occidentale) Conseillère sociale (Flandres orientale et occidentale) Conseillère sociale (Flandres orientale et occidentale) Conseiller social (Anvers, Brabant flamand, Limbourg et Wallonie) SOCIAL-JURIDIQUE ET FISCAL Conseiller social Conseiller juridique et fiscal FORMATION ET ENSEIGNEMENT Coordinateur Formation et Enseignement

ECONOMIE Sylvie Groeninck

FÉDÉRAL Conseillère économique

Kris Van Peteghem Guy De Muelenaere

RÉGIONAL Conseiller économique (Flandre) Conseiller économique (Wallonie)

EUROPE ET INTERNATIONAL Elizabeth De Wandeler Coordinatrice Politique européenne et internationale

Marleen Lenaerts

Secrétariat

ENVIRONNEMENT, ÉNERGIE ET TECHNIQUE Ingrid Hontis Bruno Eggermont Piet Vanthournout Guy De Muelenaere

Coordinatrice Environnement, Énergie et Technique Conseiller Environnement et Énergie Conseiller Environnement et Technique Conseiller Environnement et Énergie (Wallonie)

OÙ FEDUSTRIA EST-ELLE LOCALISÉE ? Fedustria Bruxelles – Anderlecht Allée Hof-ter-Vleest 5/1 – 1070 Bruxelles Tél. +32 (0) 2 528 58 11

52

Rapport annuel Fedustria 2019-2020

Fedustria Gent – Sint-Denijs-Westrem Poortakkerstraat 96-98 – 9051 Gent Tél. +32 (0)9 242 98 10 (soc.) / +32 (0)9 242 98 20 (econ.)


© RAKO SLEEP SYSTEMS

RÉDACTION EN CHEF

CRÉATION GRAPHIQUE

Katja De Vos Fa Quix

Nathalie Lopez TRADUCTION FRANÇAISE

RÉVISION DES TEXTES Roseline Dehaen Katja De Vos Monique Mahieu Didier Mommaerts DONNÉES CHIFFRÉES

Oneliner Translations bvba ÉDITEUR RESPONSABLE J.F. Quix Allée Hof-ter-Vleest, 5/1 1070 Bruxelles

Sylvie Groeninck

© PERFECTA


AllĂŠe Hof-ter-Vleest 5/1 1070 Bruxelles

www.fedustria.be

Profile for Fedustria

Rapport annuel Fedustria 2019-2020  

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded