Page 1

FEDUSTRIA

RAPPORT ANNUEL

2018 – 2019


Légende Pour représenter dans ce rapport annuel les chiffres-clés de manière concise, nous utilisons des icônes récurrentes. Vous trouverez ci-après leur signification.

© KEWLOX – TIM VANDEVELDE Chiffre d’affaires

Taux d'exportation (part des exportations dans le chiffre d'affaires)

Solde de la balance commerciale (exportations-importations)

Investissements

© NYOBE

+

Valeur ajoutée

Entreprises

Emploi

< 50

Petites entreprises (< 50 travailleurs)

Rentabilité nette des fonds propres

Evolution de l'activité en 2018 Part (de la valeur ajoutée pour le textile ou du chiffre d'affaires pour le bois & l'ameublement) Bonneterie

Tissage

© MERCURYFLOORING


CHIFFRES-CLÉS DE L'INDUSTRIE DU TEXTILE, DU BOIS ET DE L'AMEUBLEMENT 2018 (estimations sur une base annuelle)

TOTAL

TEXTILE

Chiffre d’affaires

BOIS & AMEUBLEMENT

9,6

70 %

+2,8

4,4

75 %

+3,4

5,2

mrd €

Solde de la balance commerciale

65 %

Taux d'exportation

-0,6

mrd €

368,3

+

122,8

2,5

1.813

1,2

630

Valeur ajoutée prix réels mrd €

38.169 < 50

94,1 %

19.726

18.443

19.562

19.651

2007

18.740

2000

25.663

30.970 24.311

122,8

20.000

22.054

245,5

Nombre de travailleurs

40.000

144,5

159,2 104,9

50.000

10.000

50

0

5,2 %

médiane données 2016

EMPLOI DANS L’INDUSTRIE DU TEXTILE, DU BOIS ET DE L’AMEUBLEMENT

30.000

120,6

150

100

237,2

243,5

231,6 204,7

206,3

197,5

En millions €

INVESTISSEMENTS DANS L’INDUSTRIE DU TEXTILE, DU BOIS ET DE L’AMEUBLEMENT 250

5,5 % Rentabilité nette des fonds propres

44.978

18.443

n.d.

87,6 %

Petites entreprises

Emploi

200

1.183

91,8 %

19.726 nombre de travailleurs données 30/06/2018

Entreprises

1,3

24.920

mio €

18.625

245,5

Investissements

0 2007

2009

2015

2016

2017

2018*

Industrie textile

Industrie bois et ameublement

* Données provisoires

Source : déclarations TVA, SPF Economie

Industrie textile

2009

2015

2017

2018

Industrie bois et ameublement Source : ONSS


IMPORTATIONS ET EXPORTATIONS TEXTILES, BOIS ET AMEUBLEMENT ET SOLDE DE LA BALANCE COMMERCIALE

2,4 % 2,2 % 2,1 % 1,1 % 1,0 % 0,7 % 0,6 %

15,7

15,6

14,5

12,9

5,9

7,4

8

2,8

2,4

2,6

3,4

2,7

0,5

1,5

3,7

4 3,2

17,3 %

9,6

3,3 %

13,0

12

12,1

4,6 %

15,0 %

16

13,7

10,4 %

11,0

12,7 %

13,0

En milliards €

DESTINATION DES EXPORTATIONS TEXTILES, BOIS ET AMEUBLEMENT

0

26,6 %

1980 France (26,6 %)

Italie (4,6 %)

Europe de l'Est (1,1 %)

Autres UE-28 (17,3 %)

Extrême-Orient (3,3 %)

Proche et Moyen-Orient (1,0 %)

Pays-Bas (15,0 %)

Europe occident, hors UE (2,4 %)

Océanie (0,7 %)

Allemagne (12,7 %)

Amérique du Nord (2,2 %)

Amérique latine (0,6 %)

Royaume-Uni (10,4 %)

Afrique (2,1 %)

1990

2000

Importations

2010

Exportations

2015

2017

2018*

Solde de la balance commerciale

* Estimations sur la base de 10 mois 2018

Source : ICN

Source : ICN

IMPORTANCE RELATIVE DES GROUPES DE PRODUITS DE L’INDUSTRIE DU BOIS ET DE L’AMEUBLEMENT (chiffre d’affaires total 2018 = 5,2 milliards d’euros)

IMPORTANCE RELATIVE DES GROUPES DE PRODUITS DE L’INDUSTRIE TEXTILE (chiffre d’affaires total 2018 = 4,4 milliards d’euros)

32 %

41 % 15 %

11 %

4% 8% 4%

42 %

Industrie de l'ameublement (41 %)

Eléments de construction (15 %)

Autres ouvrages en bois (4 %)

Textiles techniques (42 %)

Textile d'habillement (11 %)

Panneaux à base de bois (32 %)

Emballages (8 %)

Source : déclarations TVA, SPF Economie

Textile d'intérieur (41 %)

Ennoblissement (4 %)

2016

2017

2018*

Industrie textile

Industrie bois et ameublement

* Données provisoires

Source : déclarations TVA, SPF Economie

1.250,0

1.175,0

1.250,0

1.200,0

1.200,0

1.377,1

1.107,0

1.733,4

1.501,6

1.808,1 1.455,5

1.600

800 4.384,3

4.446,6

4.607,9

2015

2.000

1.200

4.200

3.800

5.169,5

5.113,1

4.897,9

4.600

4.704,5

5.000

5.230,4

5.400

Source : quotes-parts estimées par Fedustria sur la base de la valeur ajoutée

VALEUR AJOUTÉE BRUTE À PRIX RÉELS DANS L’INDUSTRIE DU TEXTILE, DU BOIS ET DE L’AMEUBLEMENT En millions €

CHIFFRE D’AFFAIRES DANS L’INDUSTRIE DU TEXTILE, DU BOIS ET DE L’AMEUBLEMENT

Production de fils (2 %)

1.200,0

41 %

En millions €

2%

400

0

2000

2007

Industrie textile * Estimations

2009

2015*

2017*

2018*

Industrie bois et ameublement Source : ICN et estimations


Contenu 02

Président Les entrepreneurs sont des battants.

04

Groupes de produits textiles Informations sur le Textile d’intérieur, les Textiles techniques, le Textile d’habillement, l’Ennoblissement et la Production de fils.

16

© RECOR BEDDING

Groupes de produits ameublement & bois Informations sur l’Ameublement, les Eléments de construction en bois, les Panneaux à base de bois, les Emballages en bois, les Autres ouvrages en bois et le Commerce d’importation de bois.

31

Fedustria en action Tour d’horizon de nos actions et campagnes.

37

© MC THREE CARPETS

Focus sur le social Le secteur et ses centres de formation prennent eux-mêmes les rênes pour dénicher et former les talents.

39

Conjoncture textile La baisse d’activité est restée limitée malgré les turbulences.

44

Conjoncture ameublement & bois

© MEISTERWERKE

Des conditions de marché difficiles, mais une confiance dans l’avenir.

49

Organes de décision Présentation des organes de décision.

52

Services et personnes de contact Nos experts par département.

© UNIC DESIGN


Président LES ENTREPRENEURS SONT DES BATTANTS Les défis sont des opportunités

La grande majorité de nos entreprises vend à l’étranger. De manière globale, la plus grande part de notre chiffre d’affaires provient des exportations. Il en résulte que le contexte international et les développements à l’étranger ont une incidence majeure sur nos activités. Jusqu’en 2016, le vent était favorable. L’économie mondiale était en croissance et la mondialisation continuait de progresser. Mais vint alors le 23 juin 2016. Ce fameux 23 juin, une majorité des Britanniques votèrent en faveur de la sortie de l’Union européenne, ledit Brexit. Vu rétrospectivement, ce fut un moment charnière. Le vote britannique était en réalité dirigé contre la poursuite de la globalisation. Les partisans du Brexit voulaient un Royaume-Uni se repliant sur luimême, contre une intégration européenne plus poussée, contre davantage d’immigrés, regardant avec une certaine nostalgie vers le passé ‘quand tout était plus simple et meilleur’, à l’époque de ‘The Empire’. Ce référendum constituait un avertissement important, même si nombreux furent ceux qui le considérèrent alors comme un regrettable ‘accident de parcours’. Mais lorsqu’en novembre 2016, Donald Trump fut élu nouveau Président américain, ce fut pour beaucoup un nouveau coup de tonnerre dans un ciel serein. Or, quasiment les mêmes raisons étaient à la base de son élection.

© NELEN & DELBEKE

2

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

De part et d’autre de l’océan, le mécontentement dans de larges classes de la population a été sous-estimé par les partis politiques traditionnels. Dans l’intervalle, l’Allemagne connaît à son tour une résurgence du populisme (sous la forme de l’AfD) contre la ‘politique portes ouvertes’ du gouvernement allemand.


»

IL FAUT VOULOIR VOIR LE POSITIF, C’EST-À-DIRE SAVOIR SE FOCALISER SUR LES OPPORTUNITÉS ET NON SUR LES PROBLÈMES. ET C’EST PRÉCISÉMENT CE DON QUE POSSÈDENT LES ENTREPRENEURS.

Et en France, les gilets jaunes ont obligé le Président français à faire d’importantes concessions. Les coûts élevés de la politique climatique (internationale) y sont contestés. Dans ces deux grands pays européens, le nationalisme, à comprendre essentiellement comme un antiglobalisme, est donc également en progression. Pour les entreprises vivant du commerce international, et certainement du libre-échange, cet isolationnisme grandissant, débouchant sur un regain de protectionnisme, ne constitue pas une bonne nouvelle. Le monde se réduit. Nos opportunités d’exportation diminuent. Et comme si cela n’était pas encore suffisant pour notre petit pays, nous sommes confrontés à un long vide du pouvoir. 2019 risque de devenir ‘une année perdue’ sur le plan politique. Or, il nous faut en ce moment un gouvernement capable de prendre des mesures décisives dans un certain nombre de domaines, comme la sécurité d’approvisionnement en électricité, à des prix abordables. Mais ce gouvernement efficace n’existera sans doute pas en 2019. Cela doit-il nous rendre pessimistes ? C’est, une fois de plus, l’éternelle discussion du verre à moitié vide ou à moitié plein. La force de la pensée positive est sous-estimée. Et, bien entendu, la pensée positive ne vient pas toute seule. Elle demande un effort, une attitude visant à s’astreindre soi-même à (vouloir) voir le côté positif, à travers tous les problèmes. Pour se concentrer sur les opportunités plutôt que sur les problèmes. C’est précisément ce don que possèdent les entrepreneurs. Les entrepreneurs sont des battants. Et ces opportunités se cachent dans beaucoup de choses. Le développement de produits en est une. Se différencier par des produits que la concurrence n’offre pas ou ne peut pas offrir. Les efforts en matière d’innovation sont payants. Ou trouver de nouveaux marchés pour des produits existants ou nouveaux, conclure de nouveaux partenariats en vue de créer de nouvelles affaires ou de nouveaux modèles économiques, investir dans la numérisation, ... Ce sont toutes des voies potentielles vers une (nouvelle) croissance. L’antiglobalisme et le protectionnisme ne sont en fait qu’une partie de l’histoire. En même temps, il existe également plus de possibilités de libre-échange, grâce p. ex. aux accords de libre-échange conclus par l’Union européenne, comme récemment avec le Canada et le Japon, et d’autres sont encore en préparation, comme avec l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Mercosur, ... Comme vous le remarquez, le verre n’est pas nécessairement à moitié vide ... Votre organisation professionnelle entend vous appuyer au mieux et vous aider à saisir les opportunités, p. ex. par des actions d’exportation ciblées comme la participation collective à des foires commerciales. Elle recevra volontiers vos souhaits et propositions en la matière. Jour après jour, nos entreprises démontrent leur résilience et leur innovation. Dans les moments difficiles, les défis sont plus grands, mais pas insurmontables. Les défis constituent des opportunités. Et comme le dit si bien le proverbe anglais : ‘When the going gets tough, the tough get going’.

© PASSE PARTOUT

Luc Billiet, président sortant Francis Verstraete, président entrant

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

3


Textile d’intérieur Le groupe de produits Textile d’intérieur comprend les tapis (tissés, tuftés, feutre aiguilleté, sets de bain, …), les tissus d’ameublement (plats, velours, unis, jacquard, imprimés, …), les tissus de décoration, tentures, les revêtements muraux, le linge de maison (linge de cuisine, de table, de lit et de bain), le coutil à matelas, la passementerie, …

» GRÂCE À LEUR SAVOIR-FAIRE ET À LEUR EXPÉRIENCE DE PLUSIEURS DÉCENNIES, LES ENTREPRISES DU TEXTILE D’INTÉRIEUR SONT DEVENUES DES CHAMPIONNES DE L’EXPORTATION.

Dans le textile d’intérieur belge, c’est le secteur du tapis qui occupe la première position, suivi par les secteurs du coutil à matelas et des tissus pour sièges et de décoration. Les entreprises actives dans le textile d’intérieur réalisent ensemble un chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros et représentent quelque 41 % de la valeur ajoutée de l’ensemble du secteur textile. Le secteur belge du tapis, qui est devenu le deuxième plus important au monde après les États-Unis, totalise un chiffre d’affaires global de 1,3 milliard d’euros avec juste un peu moins de 100 entreprises. Dans le secteur du coutil à matelas, quatre acteurs belges représentent ensemble un chiffre d’affaires de plus de 400 millions d’euros, en partie grâce à leurs filiales internationales. Leurs clients sont généralement de grands groupes de production de matelas, qui sont eux aussi disséminés dans le monde entier.

© LIBECO, BELGIAN LINEN

4

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

Le secteur des tissus pour sièges et de décoration réalise avec quelque 825 employés dans une quarantaine de pme un chiffre d’affaires d’environ 150 millions d’euros. L’innovation via le design est l’un de leurs plus grands atouts. Il convient aussi de ne pas oublier le segment du linge de maison.


QUELQUES CHIFFRES

160 Les groupes d’entreprises sont considérés comme une seule entreprise

1.950

9.600 94 %

mio €

-7 %

41 %

CONCENTRATION GÉOGRAPHIQUE Les entreprises du textile d’intérieur présentent une forte concentration régionale dans le sud-ouest de la Flandre. Un véritable effet de regroupement y est apparu suite à la proximité physique des producteurs et de leurs fournisseurs, comme les agences et les constructeurs de machines, les fournisseurs de matières premières, les services de transport, les logiciels, les ennoblisseurs à façon, les bureaux de design, etc. Cela représente avec le marché intérieur européen un énorme avantage compétitif.

FORTE ORIENTATION VERS LES EXPORTATIONS Le textile d’intérieur belge enregistre des ventes à l’échelle mondiale. Tant le Royaume-Uni (essentiellement pour la moquette, le coutil à matelas tissé et les tissus pour sièges) que les États-Unis (les carpettes et les tissus pour revêtements muraux) constituent des marchés très importants. En moyenne, 85 % des ventes restent en Europe (plus de 80 % pour l’UE), mais 8 % sont aussi destinés à l’Amérique, principalement aux États-Unis.

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

5


LE BREXIT : FEDUSTRIA SUIT LA SITUATION DE PRÈS Fedustria a suivi et suit toujours de près l’évolution de la situation concernant le Brexit, via entre autres des contacts avec le groupe d’experts et le Brexit High Level Group sous la direction du Comte Paul Buysse. Fedustria plaide avec la fédération européenne du textile Euratex, la FEB et d’autres plateformes d’entrepreneurs pour un Brexit aussi favorable au commerce que possible. Le 12 décembre 2018, le Conseil d’administration de Fedustria a reçu Joachim Coens, administrateur délégué de la Port Authority Zeebrugge, pour un exposé sur l’incidence du Brexit et les solutions pratiques pour les entreprises. La moitié du trafic du port de Zeebruges concerne en effet le Royaume-Uni. L’accent jusqu’à ce jour assez fort du secteur du textile d’intérieur sur les marchés anglo-saxons a pour conséquence (notamment suite à l’incertitude entourant les négociations relatives au Brexit) que les entreprises sont de plus en plus incitées à chercher de nouveaux marchés.

© BALTA CARPETS

AIDE À L’EXPORTATION Fedustria tente d’accompagner autant que possible les entreprises dans leurs efforts d’exportation. Cela passe par des participations collectives à de grands salons internationaux, car ceux-ci restent importants dans le secteur du textile d’intérieur. Citons par exemple Domotex (Hanovre), Domotex Asia/Chinafloor (Shanghai), ou encore Intertextile Home Textiles (Shanghai). Fedustria et FIT restent aussi activement impliqués dans l’organisation du London Fabric Show annuel (les 4 et 5 mars 2019 à Chelsea), en collaboration avec les collègues britanniques du BFM, British Furniture Manufacturers. Du 10 au 12 septembre 2018, une action visiteur VIP a été organisée au MoOD/Indigo Brussels.

© DE WITTE LIETAER INTERNATIONAL TEXTILES NV – FOTOSTUDIO ZOOMZONE! BVBA

6


LE LIN BELGE RENOMMÉ À L’ÉCHELLE MONDIALE La Belgique est réputée et appréciée dans le monde entier pour son lin. Le meilleur lin du monde vient de nos contrées. Notre pays compte toujours 2.000 exploitations qui cultivent du lin, ainsi qu’une cinquantaine d’entreprises de transformation des fibres et sept usines de tissage du lin qui distribuent leurs produits dans le monde entier. Par ailleurs, le lin est l’une des fibres les plus durables au monde : toutes les parties de la plante sont utilisées, il n’y a aucun déchet et la fibre est biodégradable. Une exposition de trois jours FLAX DNA a été organisée du 26 au 28 mai 2018 à Bruges afin de présenter au grand public les possibilités et les avantages que présente l’utilisation du lin. Cet événement a attiré pas moins de 17.000 visiteurs. Vous trouverez de plus amples informations via www.flaxdna.be.

DÉFIS POUR 2019 Un défi particulièrement grand consiste toujours à trouver du personnel correctement formé dans une région où le taux de chômage réel est pratiquement nul. Citons également la pression permanente pour une production encore plus efficace dans l’un des pays de production les plus chers au monde. La forte concurrence de la Turquie et des importations venant des pays à bas salaires demeure une réalité. Et enfin, 2019 est l’année du Brexit et de son lot d’incertitudes.

© BEKAERTDESLEE

© OMEXCO

© DE POORTERE FRERES SA

7


Textiles techniques » LE POUVOIR D’EXPANSION DES TEXTILES TECHNIQUES RÉSIDE DANS LE NOMBRE INFINI DE NOUVELLES APPLICATIONS.

© SIOEN INDUSTRIES

Agrotech* Textiles pour l’agriculture, l’horticulture et la pêche : toile de paillage, toile de protection pour serres, fils pour la pêche, …

Buildtech* Textiles pour le bâtiment et les constructions légères : matériaux d’isolation, protection antisolaire, textile pour roofing, …

Geotech* Géotextiles : toile pour travaux routiers, hydrauliques ou de terrassement, toile d’étanchéité, toile de filtrage des eaux, …

Indutech* Textiles pour applications industrielles : bandes transporteuses, cordes d’isolation pour wagons de four tunnel (industrie briquetière), feutre de laine par exemple pour presses d’impression, …

Medtech* Textile médical : gaze hydrophile pour pansement, bandes de soutien, linge d’hôpital, couches (bébés, incontinents), bas thérapeutiques, chasubles pour chirurgiens, …

Mobiltech* Textiles pour véhicules : ceintures de sécurité, tissus pour airbags, revêtement de l’habitacle de la voiture, tissus pour pneus, moquette pour autobus, avions et bateaux, …

Le textile offre beaucoup d’avantages : il est solide, léger, flexible, insonorisant et souple. Il peut de surcroît être fonctionnalisé : des techniques innovantes permettent d’ajouter des propriétés fonctionnelles nouvelles ou complémentaires, pour en faire un textile dit technique. Il peut s’agir, entre autres, de techniques d’enduction (application d’une ou de plusieurs couches de revêtement sur un textile de base) ou de techniques de liaison et de tissage (comme les composites textiles constitués d’un textile de base parfois tridimensionnel, ou de ‘matières non tissées’ comme le feutre, qui est durci à l’aide de résines). Ces textiles techniques sont alors utilisés comme alternative pour des produits ‘durs’ existants. C’est précisément du fait de leurs propriétés intéressantes que ces textiles techniques peuvent offrir des solutions à divers défis sociétaux et industriels tels que la sécurité et la protection individuelle, la santé, l’environnement, la durabilité, …

QUELQUES CHIFFRES

80

Packtech* Textiles pour le transport et l’emballage : canevas/toile de bâche, sacs pour la poste/le linge/la monnaie, filets pour cargaison et conteneur, …

Protech* Textiles pour la protection et la sécurité : matériaux ignifuges, tissus imperméables, …

Sporttech* Textiles pour les applications sportives : gazon artificiel, toile pour parachutes et/ou ballons, pour voiliers, tissus pour sacs de sport, sacs à dos, … *copyright Messe Frankfurt

8

7.750 2.150

70 %

mio €

+1 %

42 %


ILS SONT PARTOUT, MAIS ON NE LES VOIT PAS (TOUJOURS) Les applications des textiles techniques sont largement répandues, mais ne sont pas toujours visibles ou connues. Pensons p. ex. au textile intégré dans les voitures : du renforcement des pneumatiques aux ceintures de sécurité, en passant par les airbags, les revêtements de sièges, les tapis de sol, le tableau de bord, la plage arrière, … Ou au textile utilisé dans la fabrication de cordages industriels pour les navires et plates-formes de forage en mer, … Le textile médical est également peu connu : équipement stérile pour le personnel médical dans les blocs opératoires, couches pour l’incontinence, … Pensons également à toutes sortes d’applications extérieures : toile anti-mauvaises herbes biodégradable et compostable, géotextiles servant de base dans la construction routière et la protection des digues, … Plus visibles et mieux connus sont, entre autres, les vêtements de travail et de protection, par exemple pour les motards, mais aussi pour les ouvriers métallurgistes contre la chaleur et le feu, pour le personnel des chemins de fer chargé de l’entretien des rails ou des rames, … Ou les tenues des pompiers et les vestes pare-balles des policiers et des militaires, … Ou encore les textiles pour les applications sportives : des vêtements de sport haute performance au gazon synthétique pour les terrains de sport et l’aménagement paysager. Et ce ne sont là que quelques exemples parmi les nombreuses possibilités. La liste des solutions textiles aux défis toujours plus vastes que notre société est tenue de relever est pour ainsi dire illimitée. © FEELDS

© BEKAERT Fils conducteurs et câbles pour applications textiles intelligentes.

© BEXCO

9


OPTIMISATION DES PRODUITS GRÂCE À LA COLLABORATION Les produits textiles techniques sont souvent des applications personnalisées hautement technologiques, de niche, et offrant une plus-value élevée. Aux fins de leur réalisation, les entreprises collaborent souvent avec des entreprises d’autres secteurs et/ou des institutions de connaissances et centres technologiques (comme Centexbel, le centre d’innovation pour le secteur textile), des universités ou hautes écoles. Le client/l’utilisateur joue également un rôle essentiel dans le choix final de ce qui est fabriqué, ainsi que dans la détermination des spécifications auxquelles les produits doivent répondre. Autrement dit, le fabricant et l’utilisateur recherchent souvent ensemble des solutions personnalisées. Dans de nombreux cas, il s’agit donc de travail (intersectoriel) sur mesure.

L’EXPORTATION COMME FORCE MOTRICE

© FINIPUR

C’est en partie du fait de leur recherche avancée en matière d’innovation que les producteurs belges de textiles techniques jouent un rôle de premier plan au niveau européen et mondial. Plus de deux tiers des textiles techniques développés en Belgique sont exportés vers des marchés occidentaux particulièrement exigeants. La forte croissance des activités de production de textiles techniques est par conséquent due à la stratégie de niche qui connaît un succès mondial. Afin de soutenir les efforts d’exportation des entreprises, Fedustria organise des stands collectifs dans les grands salons internationaux. En 2019, ce sera à nouveau le cas lors du salon biennal Techtextil Frankfurt, qui est le plus important du genre au monde (14-17 mai 2019).

© LOW & BONAR – BONTEC NONWOVENS

10


Textile d’habillement Le groupe de produits Textile d’habillement comprend les tissus et les étoffes de bonneterie pour : vêtements de loisirs, de sport, de pluie, de nuit, de travail, sous-vêtements, articles de mode, doublures, produits finis de bonneterie tels que vêtements pour bébés et enfants, joggings, chandails et autres survêtements, collants, bas, chaussettes et T-shirts.

COLLABORATION INTENSE ET ÉCHANGE DE CONNAISSANCES ENTRE ACTEURS La conception et le développement de nouveaux tissus d’habillement se font souvent en concertation avec les autres acteurs de la chaîne de l’habillement : les producteurs de fils, le textile d’habillement, les ennoblisseurs, les confectionneurs, les blanchisseries, les distributeurs et le client final. Et en étroite collaboration avec les centres technologiques et les instituts de recherche, les centres d’enseignement et de formation et les organisations professionnelles. La coopération entre ces différents acteurs assure des interactions fructueuses. Fedustria participe aussi activement à la concertation avec les différentes autorités autour de la transparence tout au long de la chaîne de l’habillement (‘due diligence’).

»

LA PRODUCTION DE TISSUS

FONCTIONNELS GAGNE DU TERRAIN AU SEIN DU SECTEUR BELGE DES TISSUS D’HABILLEMENT. ILS SONT D’UNE HAUTE QUALITÉ TECHNIQUE, MAIS ILS RÉPONDENT ÉGALEMENT AUX DERNIÈRES TENDANCES DE LA MODE.

Fedustria collabore activement depuis des années aux Explorations d’horizon Textile d’habillement du centre Centexbel, dont la 10e édition a eu lieu le 20 mars 2018. L’objectif est d’informer les entreprises de manière précise sur les dernières tendances et évolutions pour les tissus d’habillement et la confection : brevets, nouvelles normes, indications de la taille, étiquetage, sécurité, textiles intelligents, choix de coloris, …

© CETTE®

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

11


QUELQUES CHIFFRES Tissage

Bonneterie

11

21

1.300

400

290

170

90 %

60 %

-2 %

-5 %

mio €

(estimations en volume)

+

= 11 % © LIEBAERT

© NILORN – ADDING VALUE TO YOUR BRAND

DÉVELOPPEMENT DE PRODUITS Ceux qui pensent que tous les tissus d’habillement ont déjà été inventés seront agréablement surpris. Tout comme leurs collègues des autres groupes de produits textiles (intérieur, techniques, filatures et ennoblissement), les fabricants de tissus d’habillement misent en permanence sur l’innovation. Ces nouveautés concernent l’utilisation de nouveaux matériaux et de nouvelles associations de matériaux (la composition), ainsi que les structures de tissage et de tricotage, l’utilisation de couleurs, les fonctionnalités, …

12


Les fabricants belges de vêtements comptent parmi les meilleurs quand il s’agit de développer des tissus durables, qui sont en plus fonctionnels, qualitatifs et esthétiques. Ceci explique aussi pourquoi ces entreprises sont chaque année présentes lors du plus important salon des tissus d’habillement au monde, Première Vision à Paris. Ce salon, qui se décline en une édition automne/hiver et une édition printemps/été, est le lieu idéal pour découvrir les toutes dernières tendances dans le domaine des tissus d’habillement. Il ne s’agit pas uniquement de mode ; les nouveaux matériaux, l’écologie, les baromètres économiques et les tendances sociétales y sont également abordés.

© GEVAERT BANDWEVERIJ

DO THE RETEX – NO TEXTILE TO WASTE Le projet européen Retex, auquel la région Haut-de-France, la Wallonie et la Flandre participent, a pour but d’amener le secteur textile à fonctionner de plus en plus en boucle fermée et à pouvoir réutiliser des matières premières, qu’elles soient issues des chutes de production ou des déchets post-consommation. Des ateliers ont été organisés dans ce cadre le 19 septembre 2018 à Tournai et le 2 octobre 2018 à Gand. D’une part, ces ateliers ont été l’occasion de donner un aperçu de la nature et des quantités de gisements concernés, identifiés au moyen d’une enquête menée auprès d’une trentaine d’entreprises textiles interrogées, représentant plus de 55.000 tonnes de matières premières et plus de 6.500 tonnes de chutes de production textile. Et d’autre part, ces ateliers ont permis d’expliquer les premiers résultats issus des expériences d’effilochage menées sur différents types de déchets textiles et des essais de filature et de tissage qui ont été effectués avec ces matériaux à l’échelle industrielle. Ces essais se sont révélés prometteurs. Plus d’informations : www.dotheretex.eu.

© DECCA SPORTSGROUP

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

13


Ennoblissement

QUELQUES CHIFFRES

Le groupe de produits Ennoblissement

43

1.250

• lave, blanchit, teint et enduit divers articles textiles (fils, tissus, tapis, articles de bonneterie, articles non tissés, …) ;

15 à façon 28 intégrées

700 550

• les rend antisalissants, irrétrécissables, ignifuges, … et applique des enductions.

L’activité d’ennoblissement textile est soit intégrée dans une entreprise textile, soit exécutée par des sous-traitants indépendants spécialisés (ennoblisseurs à façon). L’ennoblissement textile ajoute de la couleur et des fonctionnalités supplémentaires à un produit textile.

»

POUR RENDRE LES TEXTILES

HYDROFUGES, OLÉOFUGES ET ANTISALISSANTS, ON UTILISE SOUVENT DES SUBSTANCES CHIMIQUES QUI SONT INDISPENSABLES AU PROCESSUS D’ENNOBLISSEMENT. LEUR UTILISATION EST SOUMISE À DES RÈGLES STRICTES.

à façon intégrées

Uniquement les entreprises de 10 travailleurs ou plus

177

20 %

mio €

chiffre d’affaires selon déclarations TVA

-2,5 %

4%

COLORANTS : PÉNURIE ET ENVOLÉE DES PRIX JAMAIS VUE Depuis le printemps 2018, les entreprises d’ennoblissement sont confrontées à des hausses persistantes des prix des colorants. La principale raison en est le renforcement de la législation environnementale en Chine, qui est de loin le plus grand fournisseur. Diverses entreprises de production chinoises ont dû fermer, temporairement ou non, ce qui a entraîné un épuisement des stocks disponibles, une pénurie et une envolée des prix.

LIMITER LES INCIDENCES SUR L’ENVIRONNEMENT

© UTEXBEL

14

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

La réunion de clôture pour la révision des BREF ‘Traitement de surface utilisant des solvants organiques’, auxquels l’enduction de textiles a été ajoutée, a eu lieu du 10 au 14 décembre 2018. Dans ce cadre, Fedustria a plaidé pour des conditions de concurrence équitables pour la méthode de mesure du DMF, un solvant important pour l’enduction textile PU. En effet, tous les pays/régions de l’UE n’appliquent pas la méthode de mesure stricte qu’applique notre pays. Avec la révision des BREF, la même méthode stricte sera applicable à tous les pays/ régions de l’UE.

FUITE DE CARBONE Fedustria et Euratex, la fédération européenne du textile, ont rédigé une évaluation qualitative qui montre que le sous-secteur de l’ennoblissement textile est exposé à un effet de carbon leakage, c’est-à-dire à une ‘fuite’ de l’industrie hors de l’UE en raison de la participation au système d’échange des quotas d’émission de l’UE. S’appuyant sur ce document, la Commission européenne a décidé d’ajouter l’ennoblissement textile à la liste des secteurs exposés aux fuites de carbone pour 2021-2030 et les entreprises textiles concernées se verront allouer la majeure partie de leurs quotas d’émission à titre gratuit au cours de la prochaine période d’échange.


Production de fils Le groupe de produits Production de fils comprend la préparation et la production de fils de filaments (polyester PES et polyamide PA), de fibres et fils de polyamide PA, polyester PES, polypropylène PP, …, et de fils (purs et mélangés) de coton, laine, lin, …

Outre des filatures indépendantes, le secteur belge des filatures compte également plusieurs filatures intégrées (qui font partie d’un groupe d’entreprises textiles et qui produisent dans ce cadre des fils pour leurs propres entreprises de tissage).

UN CRÉNEAU PORTÉ PAR LA COCRÉATION

QUELQUES CHIFFRES

5 250 60 %

n.d. mio €

n.d.

2%

Au sein de l’industrie textile belge, l’activité de filature constitue un créneau spécialisé et de haute technologie (représentant 2 % de l’industrie textile totale). L’accent est de plus en plus souvent placé sur les fils innovants, dotés d’un certain toucher, ainsi que sur les fils artificiels et synthétiques pour les textiles techniques, … développés sur mesure en concertation avec le client. L’innovation ouverte grâce à des partenariats avec les clients, les sous-traitants, les instituts de recherche, les stylistes, les étudiants, les constructeurs de machines, et grâce à la collaboration des collecteurs et trieurs de textiles, est aujourd’hui monnaie courante. Les filatures de type coton représentent le plus grand groupe dans la production de fils en Belgique.

ÉCONOMIE CIRCULAIRE

»

En raison de l’attention de plus en plus grande que portent le consommateur et les différentes autorités aux produits écologiques et durables, la circularité a gagné en importance au sein de la production de fils et s’impose de plus en plus comme un facteur clé pour se distinguer des concurrents. Le secteur investit donc fortement dans l’écoconception et mise activement sur des solutions durables (procédés utilisant moins de colorants et moins d’eau).

L’ÉLÉMENT DE BASE DE LA

LES FILS CONSTITUENT

FABRICATION (DE LA PLUPART) DES PRODUITS TEXTILES : SANS FILS, PAS DE VÊTEMENTS NI DE TISSUS D’AMEUBLEMENT OU DE TAPIS, ET PRATIQUEMENT PAS DE TISSUS TECHNIQUES NI DE TRICOTS, ETC.

Différentes possibilités de recyclage donnent également lieu à de nouveaux produits finis écologiques (tels que les toiles de tente, les jeans, les pulls, les serviettes, …), fabriqués avec des fibres recyclées post-consommation (provenant p.ex. de jeans usagés). Il s’agit là d’un exemple concret d’économie circulaire. Il en résulte d’importantes économies de matières premières, d’eau et de CO2, ce qui est bénéfique pour l’environnement.

© EUROPEAN SPINNING GROUP

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

15


Ameublement L’industrie de l’Ameublement comprend, outre les meubles (salles à manger, chambres à coucher, cuisines, bureaux, …) et les sièges (salons, fauteuils, chaises, …), également les matelas et les sommiers.

Le chiffre d’affaires de l’industrie belge de l’ameublement a légèrement reculé en 2018, de -1,5 % selon les estimations (neuf premiers mois). Les prix à la production ayant augmenté en moyenne de 1,8 %, la baisse en volume s’est élevée à 3,3 %.

»

Au cours des neuf premiers mois de 2018, l’industrie belge de l’ameublement a investi 72,4 millions euros, à savoir une augmentation de 20,7 % par rapport à la même période en 2017.

INDIQUE QUE LES ENTREPRISES

PARALLÈLEMENT AU TAUX

D’OCCUPATION ÉLEVÉ DE LA CAPACITÉ DE PRODUCTION, LA PROPENSION RETROUVÉE À INVESTIR ACTIVES DANS LE SECTEUR DE L’AMEUBLEMENT ONT INITIÉ UN MOUVEMENT DE REPRISE ET QU’ELLES CONFIRMENT AINSI LEUR CONFIANCE DANS L’AVENIR, EN DÉPIT DES INCERTITUDES POLITIQUES INTERNATIONALES.

QUELQUES CHIFFRES

787 10.488 2.112*

57 %

mio €

-1,5 %*

41 %

*Estimations sur la base des données 9 m 2018

© SAUNACO

16


MATELAS : PRÉPARATION À L’OBLIGATION DE REPRISE VIA L’ASBL VALUMAT À partir du 1er janvier 2021, une Responsabilité élargie des producteurs (REP) s’appliquera en Flandre pour les matelas. Sa mise en oeuvre sera garantie par l’asbl Valumat, fondée par plusieurs producteurs de matelas, Fedustria, Comeos (commerce et services) et Navem (commerce de l’ameublement). L’introduction simultanée d’un système unique dans les trois régions est constamment défendue afin de parvenir à un mécanisme réaliste et faisable. Au cours de l’année 2018, la direction de l’asbl Valumat a organisé, en collaboration avec les responsables des administrations régionales des déchets, des visites d’étude à Latexco Recycling (Tielt), Vanheede Environmental Logistics (Mouscron) et Secondly (Lille) afin de cerner les difficultés afférentes au traitement des résidus de matelas.

AMEUBLEMENT : RÉUNIONS D’INFORMATIONS ET DE RÉSEAUTAGE POUR LES MEMBRES Le 6 juin 2018, Fedustria a organisé, en collaboration avec Digital Arts & Entertainment de l’école Howest à Courtrai, une session de réflexion sur les possibilités offertes par la réalité augmentée et virtuelle, l’intelligence artificielle, etc., pour le secteur de l’ameublement. Au cours de cette session, les participants ont eu l’opportunité de tester ces technologies dans ‘l’experience lab’. Le 11 décembre 2018, une réunion des membres du groupe Ameublement a été organisée, préalablement au congrès de Navem, à l’UGC Malines ; lors de cette réunion, les entreprises ont été informées sur l’état d’avancement de plusieurs dossiers et activités en cours relatifs à l’ameublement.

© NEVES TRAVAIL SUR MESURE ET PORTES COULISSANTES

© ROYAL BOTANIA

© SITINO

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

17


NOUVELLE DYNAMIQUE POUR L’E-BUSINESS Sur la base des thèmes de travail convenus lors de la table ronde Fedustria-Navem du 11 mai 2017, un groupe de travail mixte s’est consacré au dossier e-business (échange électronique de données entre les fabricants et les commerçants). L’objectif est de créer une plate-forme sur laquelle les fabricants et négociants de meubles peuvent télécharger leurs logiciels existants et échanger leurs données en toute sécurité (catalogues de produits, commandes, confirmations de commandes, avis d’expédition, factures, …).

© BARH – TIJS VERVECKEN

Au terme d’entretiens avec entre autres l’organisme de normalisation GS1, différents fournisseurs de logiciels belges et étrangers et une sélection de fabricants et de négociants belges de meubles, un partenaire privilégié en logiciels a été désigné sur la base de plusieurs critères d’évaluation. Depuis lors, des projets de contrats de collaboration ont été établis et des tests sont menés tant auprès des fabricants que des négociants. La plate-forme e-business pour le secteur de l’ameublement devrait, selon les prévisions, être lancée au cours de l’année 2019.

© INDERA

© VIKA NV

18

© REVORGROUP


© JORI

LES EXPORTATIONS COMME LEVIER POUR L’AMEUBLEMENT BELGE

© NEYT NV

© DIAPAL

Les exportations sont et demeurent un levier essentiel pour la croissance de la production et du chiffre d’affaires de l’industrie belge de l’ameublement. BelgoFurn, la cellule de promotion des exportations de Fedustria, facilite la recherche de clients étrangers pour les entreprises belges d’ameublement et les accompagne dans leur recherche de nouveaux marchés. Dans ce contexte, BelgoFurn présente annuellement un programme d’action appuyé par Flanders Investment & Trade, considéré en sa qualité de partenaire stratégique.

© DEKEYZER – JONAH SAMYN

© LS BEDDING

Les points forts de l’action de BelgoFurn en 2018 ont été, notamment, les campagnes de presse orientées vers les marchés français, allemand et néerlandais, et la publication du nouveau Guide belge des exportations 2019 pour les marchés internationaux. Ont également été organisés : une visite de la Stockholm Furniture Fair (février 2018), un voyage des membres à la bourse CIFF de Guangzhou, associé à la découverte du marché chinois de l’ameublement à Shanghai (mars 2018), un voyage de découverte à Milan avec une visite du Salone del Mobile et de différents quartiers du design (avril 2018), un stand commun à la foire de l’ameublement Furniture China (septembre 2018), un voyage de préparation à High Point (octobre 2018), l’accueil de visiteurs étrangers au Salon international du Meuble de Bruxelles (novembre 2018) et un voyage d’exploration avec une visite de Mebel à Moscou (novembre 2018).

19


Eléments de construction en bois

© DEWAELE BOUWBEDRIJVEN

Le groupe de produits Eléments de construction en bois englobe la production industrielle de portes, de fenêtres, de parquet, de charpentes lamellées collées, de charpentes de toit, la préservation du bois, les constructions à ossature bois et les constructions en bois.

QUELQUES CHIFFRES

804* 233

15 %

+5,3 %*

15 %

mio €

3.320 *Estimations sur la base des données 9 m 2018

NOMBREUX AVANTAGES ET POSSIBILITÉS

© LAMINATED TIMBER SOLUTIONS

20

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

La construction en bois est toujours plus prisée. Par rapport aux constructions traditionnelles, sa part s’élève à quelque 5 %. Depuis des années, la construction à ossature bois enregistre une forte progression et les nouvelles techniques telles que le Cross Laminated Timber connaissent un succès grandissant. Souvent, on songe d’abord à des projets de construction de petite taille ou à des transformations. Toutefois, les possibilités offertes par la construction en bois sont toujours plus nombreuses grâce à l’innovation intensive dans l’industrie de la transformation du bois. Ainsi, les techniques sont toujours davantage mises en œuvre pour de plus grands projets immobiliers, la construction de bâtiments publics et industriels, incluant les tours et les grandes travées.


»

LE BOIS EST UNE MATIÈRE PREMIÈRE

NATURELLE ET RENOUVELABLE, GÉNÉRANT UN IMPACT ENVIRONNEMENTAL NETTEMENT INFÉRIEUR À CELUI D’AUTRES MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION. DE PLUS, LA CONSTRUCTION EN BOIS OFFRE DE NOMBREUX AUTRES AVANTAGES : UNE LIBERTÉ ARCHITECTURALE, LA LÉGÈRETÉ, UNE ÉCONOMIE D’ÉNERGIE, UNE GRANDE RAPIDITÉ DE CONSTRUCTION, DE BONNES PROPRIÉTÉS ACOUSTIQUES, UNE RÉSISTANCE ÉLEVÉE AU FEU, ... © UNILIN DIVISION FLOORING

Le 23 octobre 2018, FSC Belgique a organisé, en collaboration avec ses partenaires que sont Fedustria et Pixii, un séminaire intitulé ‘Bouwen met hout’ (construire avec du bois), en marge de la foire professionnelle triennale Prowood 2018. L’objectif était de mettre en exergue les avantages et les nombreuses opportunités offerts par la construction en bois.

LE RÈGLEMENT EUROPÉEN SUR LES PRODUITS DE CONSTRUCTION : UN CHEMIN PARSEMÉ D’EMBÛCHES Le marquage CE résulte de la directive (désormais, un règlement) européenne sur les produits de construction imposant plusieurs exigences essentielles aux produits de construction. Le marquage CE garantit qu’un produit satisfait à ces exigences et constitue un passeport pour ce produit au sein du marché unique européen. Actuellement, un marquage CE est imposé pour :         

les panneaux ; les charpentes ; la construction à ossature bois ; le bois trié ; la menuiserie extérieure sans propriétés de combustion ; les sols en bois ; les poutres composites ; les éléments de toiture ; les bardages en bois.

Une révision du règlement européen sur les produits de construction est actuellement en préparation, ce qui induit de nombreuses incertitudes et entrave les progrès afférents au marquage CE et à l’harmonisation. Ainsi, aucun marquage CE n’est actuellement prévu pour les portes intérieures normales et anti-feu. Fedustria continue de plaider pour un marché européen unique pour les produits de construction, imposant le marquage CE comme seule exigence. Une simplification du marquage CE est toutefois souhaitable. Mais aucun consensus n’a encore été dégagé en la matière. Nous nous opposons en tout état de cause à la suppression du marquage CE et à l’instauration d’un système de reconnaissance mutuelle, comme le propose l’Allemagne. Cela ne ferait qu’accentuer l’ambiguïté et engendrerait des coûts supplémentaires pour les contrôles de conformité.

© D’HONDT INTERIEUR

© DE COENE PRODUCTS

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

21


© CONCEPTEXPO PROJECT SA

QUALITÉ DE L’AIR INTÉRIEUR ET ÉMISSIONS DES MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION La qualité de l’air intérieur est un sujet sensible au niveau européen. Notre gouvernement fédéral souhaite jouer un rôle clé, en examinant diverses propositions sur les émissions des matériaux de construction. Fedustria tente, via des contacts étroits avec l’administration, de faire supprimer les propositions farfelues et continue de faire remarquer que l’inclusion d’indicateurs non afférents à la santé dans la classification des produits de construction n’apporte aucune valeur ajoutée. Nous demeurons convaincus que seule une harmonisation européenne est possible. Notre collaboration avec le comité REACH a débouché sur un superbe résultat pour ce qui concerne le formaldéhyde, à savoir qu’il a été conclu que les panneaux E1 sont sûrs et que d’éventuelles concentrations plus élevées de formaldéhyde dans l’air intérieur résultent plutôt de diverses activités de l’utilisateur, telles que la cuisine, l’utilisation de bougies, de désodorisants et de réchauds.

22

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

© EXTERIORLIVING.BE


Panneaux à base de bois Le groupe de produits Panneaux à base de bois regroupe les entreprises produisant des panneaux de particules, MDF, OSB, contreplaqués et placages. Par extension, on trouve des entreprises spécialisées dans l’ennoblissement des panneaux (p. ex. les panneaux mélaminés ou en bois plaqué, le parquet de placage, les revêtements de sol stratifiés).

»

LE SECTEUR DES PANNEAUX EN

BOIS EST UN SECTEUR DE HAUTE TECHNOLOGIE, DONT LE MOTEUR EST L’INNOVATION.

SOUMIS À DES RÈGLES STRICTES Fedustria suit de près toutes les nouvelles règles (européennes) applicables aux entreprises produisant des panneaux. Il en va de même pour la conversion des BREF (‘best practices’) relatives aux panneaux en bois dans la législation wallonne et flamande, et pour les éventuelles demandes de dérogation. Conjointement avec la Fédération européenne des panneaux en bois, EPF, Fedustria exige qu’aucune autre restriction ne soit imposée à l’utilisation de panneaux en bois dans diverses applications et que les panneaux, ou les produits fabriqués à partir de ces derniers, et importés de pays extracommunautaires, répondent aux mêmes normes rigoureuses, afin d’éviter toute concurrence déloyale.

© PANIDUR BY DECRUY

23


L’APPROVISIONNEMENT EN MATIÈRES PREMIÈRES EST ESSENTIEL Un élément crucial pour la survie des entreprises de production réside dans la disponibilité de la matière première qu’est le bois. Aussi, Fedustria continue de s’opposer à la combustion subventionnée du bois en tant que matière première via des projets de biomasse de grande envergure.

QUELQUES CHIFFRES

36 3.004 1.659*

69 %

mio €

© UNILIN DIVISION PANELS

+2,5 %*

32 %

© ASTRATA BY DECOSPAN

*Estimations sur la base des données 9 m 2018

PRODUCTION DURABLE DE BOIS Le Bosforum (en Flandre), se composant d’experts du secteur de la forêt et du bois, dont Fedustria, a défini la Vision future de la Forêt et de la Société. Onze chantiers devraient être transposés dans la pratique. Les efforts se concentrent notamment sur le développement d’une politique flamande axée sur le renforcement de la production durable de bois.

L’UTILISATION EN CASCADE DU BOIS Fedustria continue de plaider pour une application correcte du principe d’utilisation en cascade du bois (d’abord l’utilisation, puis la réutilisation et le recyclage, et, enfin, la combustion), comme base d’une stratégie durable en matière de biomasse. Fedustria assure le suivi de la révision de la directive européenne relative à l’énergie renouvelable (RED ou Renewable Energy Directive) et plaide pour que la politique énergétique soit harmonisée avec les objectifs de l’économie circulaire. De plus, il est souligné que les matériaux renouvelables, comme le bois, méritent une attention partiUNILIN DIVISION PANELS culière au sein de l’économie circulaire, et doivent au moins bénéficier des mêmes opportunités que les matériaux recyclés. Le 17 janvier 2018, le Parlement européen a adopté toute une série d’amendements reprenant plusieurs de nos points clés. Ces derniers ont pour objet de mettre l’accent sur la distorsion du marché, le respect de la hiérarchie des déchets, la collecte sélective des déchets (de bois) et la promotion du recyclage. Fedustria suivra également de près les phases suivantes des négociations.

24

Rapport annuel Fedustria 2018-2019


Emballages en bois

Le groupe de produits Emballages en bois produit des caisses, des palettes, du bois d’arrimage et des tambours pour câbles. Outre les emballages de dimensions normalisées, comme les palettes EPAL, ce secteur fournit aussi beaucoup de produits sur mesure. De même, des entreprises conditionnent de manière sécurisée de grandes machines, les manutentionnent et les expédient. Etant donné que le bois est le matériau réutilisable par excellence, de nombreux réparateurs d’emballages d’occasion font également partie de ce sous-secteur.

»

L’INTERCHANGEABILITÉ DES PALETTES EN BOIS

CONNAÎT UN SUCCÈS CROISSANT, NOTAMMENT EN RAISON DE LA TENDANCE ALLANT DANS LE SENS D’UNE ÉCONOMIE CIRCULAIRE ET D’UNE UTILISATION PLUS INTELLIGENTE DES MATÉRIAUX ET DES MATIÈRES PREMIÈRES.

© KEULEERS & CO

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

25


LA PALETTE EPAL : UNE VALEUR SÛRE DANS LE MONDE DE LA LOGISTIQUE GRÂCE À UNE QUALITÉ CONSTANTE L’association européenne EPAL e.V. (Düsseldorf, Allemagne) est responsable de la qualité constante de la palette EPAL, la palette standard la plus utilisée dans le monde. L’organisation est active dans plus de 30 pays. Les entreprises belges avec une licence EPAL sont affiliées à l’asbl Belepal, l’association belge de fabricants et réparateurs de palettes EPAL. La palette EPAL garantit une bonne qualité, une employabilité dans de nombreux secteurs (dont le secteur de l’alimentation) et un système d’interchangeabilité, de réparation et de recyclage. La production de palettes EPAL demeure un bon indicateur de l’activité économique générale. Durant les six premiers mois de 2018, 1.118.757 nouvelles palettes EPAL ont été produites en Belgique, soit une augmentation de 19 % par rapport aux six premiers mois de 2017. Le nombre de palettes EPAL réparées a augmenté de 15,9 % au cours de la même période. Au total, un peu moins de 680.000 palettes ont été réparées sous licence.

QUELQUES CHIFFRES

64 1.069 40 %

438* mio €

+4 %*

8%

*Estimations sur la base des données 9 m 2018

© EPAL®

LES PRIX PLUS ÉLEVÉS DU BOIS METTENT LE SECTEUR SOUS PRESSION L’indice des prix de la Fédération allemande des emballages, des palettes et des emballages d’exportation en bois (HPE) a enregistré, entre la mi-2016 et le début de l’année 2018, une hausse substantielle et ininterrompue des prix du bois pour les palettes et les emballages. Une nouvelle hausse des prix du bois a également été constatée au cours du deuxième trimestre 2018 (le bois de palettes était 12,8 % plus cher qu’au cours du deuxième trimestre 2017 ; le bois d’emballage 7 % plus cher). Cela s’explique essentiellement par la demande de bois : l’activité économique est repartie à la hausse et il en va de même pour les exportations, notamment de bois d’emballage de meilleure qualité. Le repli de l’offre a aussi joué un rôle : à la fin de l’année 2017, des précipitations abondantes et prolongées ont empêché les machines qui récoltent et transportent les grumes d’accéder aux forêts des États baltes, importants producteurs de bois d’emballage. Dès lors, les délais de livraison du bois d’emballage en Europe s’allongent et la disponibilité est limitée. La tendance actuelle ne devrait pas s’inverser à court terme. La pression sur les fabricants d’emballages en bois demeure donc élevée.

26

Rapport annuel Fedustria 2018-2019


Autres ouvrages en bois Le groupe de produits Autres ouvrages en bois, très diversifié, reprend tant les activités de boissellerie (petits objets en bois), que la fabrication d’équipements d’aires de jeux, de cadres et de moulures, de brosses et de pinceaux, d’instruments de musique, de cercueils, …

»

LE SECTEUR DU BOIS PROPOSE

AUSSI DE NOMBREUX PRODUITS DE NICHE DESTINÉS À DES APPLICATIONS TRÈS DIVERSES. SOUVENT, ILS SONT SOUMIS À UNE RÉGLEMENTATION STRICTE, COMME P.EX. LES ÉQUIPEMENTS D’AIRES DE JEUX.

© DEKNUDT FRAMES

ÉQUIPEMENTS D’AIRES DE JEUX : LA SÉCURITÉ AVANT TOUT

© DEKNUDT MIRRORS

Le groupe Recreabel réunit au sein de Fedustria les fabricants et fournisseurs d’équipements d’aires de jeux et d’autres produits destinés à l’espace public. Étant donné que la sécurité des équipements d’aires de jeux est primordiale, les infrastructures ludiques sont soumises à de nombreuses normes de sécurité particulièrement strictes. Recreabel suit donc de très près les travaux de normalisation européens en la matière. De plus, le groupe entretient, via des experts affiliés, des contacts étroits avec le SPF Économie, qui exécute sur le terrain les inspections relatives à la sécurité des équipements d’aires de jeux.

27


QUELQUES CHIFFRES

63 562 n.d.

217*

© EUROPLAY NV

mio €

-2,2 %*

4%

*Estimations sur la base des données 9 m 2018

© BHOBO BRUSH – HOCHEPIED

28

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

BROSSES : QUALITÉ ET SPÉCIALISATION SUR UN MARCHÉ TRÈS CONCURRENTIEL Les brosses connaissent un très vaste champ d’application (par ex. hygiène/ entretien, application industrielle, artistique, …). Leur production fait face à la rude concurrence provenant des pays à bas salaires. Afin de pouvoir se positionner, les producteurs belges de brosses investissent énormément dans la qualité et la spécialisation. Cela requiert un suivi strict des nouvelles règles, surtout pour les brosses qui entrent directement en contact avec les denrées alimentaires. Les fabricants s’entretiennent de tous ces développements au sein du groupe Brosses de Fedustria, qui se réunit traditionnellement dans la ‘capitale de la brosse en Belgique’, à savoir Izegem. Cette ville abrite aussi le Musée de la Brosse sis dans l’ancienne usine de chaussures Eperon d’Or et qui a fait récemment l’objet d’une rénovation complète.


Commerce d’importation de bois Le groupe Commerce d’importation de bois réunit les importateurs de bois ainsi que les agents chargés de l’achat dans le monde entier et de l’importation de bois brut ou semi-fini. Étant donné qu’un certain nombre de ces entreprises exercent aussi des activités de transformation du bois, il existe souvent un lien direct avec les producteurs de bois et d’ameublement.

© HOUT DE GROOTE

© LEMAHIEU & LEMPAN

L’AVENIR DU SECTEUR DU BOIS EST ÉTROITEMENT LIÉ À UNE GESTION DURABLE DES FORÊTS, Y COMPRIS LA RÉCOLTE DE BOIS DURABLE, QUI SOIT RESPECTUEUSE DE L’ENVIRONNEMENT, DES PERSONNES ET DE L’ÉCONOMIE DANS LES PAYS PRODUCTEURS. EN CRÉANT DES DÉBOUCHÉS POUR LE BOIS TROPICAL DURABLE (LÉGAL), ON INVESTIT DANS LA POPULATION LOCALE ET SON ÉCONOMIE. C’EST DE CETTE FAÇON QUE L’ON PEUT RÉELLEMENT ENGAGER LA LUTTE CONTRE L’EXPLOITATION FORESTIÈRE ILLÉGALE.

QUELQUES CHIFFRES

700 38

mio €

600

© CRAS WOODGROUP

RÈGLEMENT EUROPÉEN SUR LE BOIS EUTR Le suivi du Règlement Bois de l’Union européenne (European Timber Regulation ou EUTR), dont l’objectif est d’interdire le commerce de bois et de produits du bois illégaux sur le marché européen, demeure un sujet important. Dans ce cadre, l’échange d’informations et la collaboration avec les acteurs concernés sont essentielles afin de garantir une meilleure mise en œuvre uniforme de cette réglementation. Fedustria plaide en faveur d’une intensification des contrôles sur le terrain, pour autant que les autorités précisent clairement et concrètement les obligations des entreprises. L’absence de lignes directrices claires au sein de l’EUTR signifie que tous les États membres mettent en œuvre ce principe à leur manière. Fedustria plaide pour des conditions de concurrence équitables ainsi qu’en faveur d’un élargissement du champ d’application de l’EUTR à tous les produits du bois.

29


© CARPENTIER

FLEGT En 2005, l’Union européenne a lancé son plan d’action FLEGT (Forest Law Enforcement, Governance and Trade), un système volontaire qui doit garantir que seul le bois légalement récolté soit expédié vers l’UE à partir des pays participants. Un avantage important du système FLEGT réside dans le fait que les produits du bois s’accompagnant d’une autorisation FLEGT satisfont automatiquement aux obligations découlant du Règlement européen sur le bois EUTR. En d’autres termes, aucun effort supplémentaire ne doit être fourni pour en prouver la légalité. Le 12 septembre 2018, Fedustria a organisé un séminaire sur le bois FLEGT en provenance d’Indonésie.

CARREFOUR INTERNATIONAL DU BOIS 2018 : FORTE REPRÉSENTATION BELGE Plus de 50 entreprises actives dans le secteur du bois (transformateurs et importateurs) ont participé du 30 mai au 1er juin 2018 au salon professionnel biennal du bois ‘Carrefour International du Bois’ à Nantes, France. Le mercredi 30 mai 2018 en soirée, le groupe Commerce d’importation de bois de Fedustria a organisé un évènement de réseautage qui a réuni de nombreux participants.

30

© LDCWOOD


Fedustria en action © VANDENBERGHE

COMMERCE INTERNATIONAL TO BREXIT OR NOT TO BREXIT Le spectre du Brexit projetait déjà son ombre en 2018. La sortie prévue du Royaume-Uni de l’Union européenne le 29 mars 2019 a en effet plongé l’économie britannique dans une grande incertitude. Ajoutons à cela la perte du pouvoir d’achat subie par les consommateurs britanniques suite à la forte dévaluation de la livre britannique qui a suivi le référendum sur le Brexit le 23 juin 2016. Dans le courant de l’année 2018, il apparaissait déjà de plus en plus clairement que le retrait du Royaume-Uni de l’UE était une grave erreur, mais la lutte politique l’a emporté sur l’intérêt du pays.

Fa Quix (Fedustria), Bernard Gilliot (président de la FEB), Luc Billiet (Group Lefevere Industries et président à l’époque de Fedustria) et Jean Eylenbosch (Coca-Cola et président à l’époque de Fevia) au 10 Downing Street.

Fedustria a tenté d’influencer les décideurs politiques, notamment en participant à une mission de la FEB à Londres comprenant une visite au 10 Downing Street les 25 et 26 mars 2018. Il est hallucinant de constater que lors de la mise sous presse de ce rapport annuel (fin février 2019), il régnait encore une incertitude complète sur la nature du Brexit au 29 mars 2019. Étant donné que le scénario, jugé initialement improbable, d’un ‘no deal’ – sortie de l’UE sans accord – devient de plus en plus réaliste, les entreprises sont informées et sensibilisées depuis la fin 2018 de manière détaillée sur les implications d’un tel scénario. Fedustria travaille notamment en étroite collaboration avec le port de Zeebruges, qui accueille de très nombreux échanges en direction et en provenance du Royaume-Uni. L’objectif commun était et est toujours de maintenir le commerce autant que possible, même dans le cas d’un ‘no deal’ et de pouvoir servir les clients britanniques aussi bien qu’avant le Brexit. Dès le 25 mai 2018, Fedustria a organisé une session d’information ‘Mise à jour sur les douanes’ consacrée entre autres aux conséquences du Brexit, et le 15 février 2019, Fedustria a organisé un séminaire en collaboration avec entre autres la Douane en vue de donner des explications sur tous les aspects d’un ‘no deal’, à savoir les nouvelles formalités de douanes et les implications en matière de tva. Une réunion a aussi eu lieu avec la direction des Douanes au cabinet du ministre des Finances Alexander De Croo le 16 janvier 2019. PHOTOS : © FEDUSTRIA

Joachim Coens (CEO Port de Zeebruges) et Fa Quix (Fedustria).

Kristian Vanderwaeren, administrateur général des Douanes, et Alexander De Croo, Vice-Premier ministre et ministre des Finances et de la Coopération au Développement.

ACCORDS COMMERCIAUX Le libre-échange offre des possibilités supplémentaires d’exportation (et d’importation). C’est pourquoi l’Union européenne conclut régulièrement des accords de libre-échange. Presque toutes les dispositions du CETA (accord avec le Canada) sont provisoirement d’application depuis le 21 septembre 2017. Les premiers résultats sont prometteurs, avec une progression moyenne des échanges entre l’UE et le Canada de 10 %. L’ambassadeur canadien en Belgique/Luxembourg, Olivier Nicoloff, déclare : “Le CETA supprime presque toutes les barrières, notamment tarifaires. C’est pourquoi je dis toujours que cet accord de libreéchange offre de plus grandes possibilités d’exportation, notamment pour les pme des deux côtés de l’Atlantique.” L’accord de partenariat économique entre l’UE et le Japon, un pays de 127 millions d’habitants, est entré en vigueur le 1er février 2019.

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

31


DURABILITÉ ET ÉCONOMIE CIRCULAIRE FEDUSTRIA RENOUVELLE SON ENGAGEMENT DANS LA CONVENTION ENVIRONNEMENTALE “VÉHICULES HORS D’USAGE” Une nouvelle convention environnementale “véhicules hors d’usage” a été signée tant par les ministres régionaux de l’Environnement que par les fédérations concernées au Salon de l’Auto qui s’est tenu au Heysel du 12 au 21 janvier 2018, tel qu’elle a été préparée par l’asbl Febelauto, l’organisation professionnelle en charge de l’organisation et du suivi du recyclage de véhicules hors d’usage.

© TRIPTYQUE Fa Quix signe la convention environnementale au nom de Fedustria.

© VELDEMAN BEDDING

FEBELIEC AU CONSEIL D’ADMINISTRATION DE FEDUSTRIA LE 13 JUIN 2018

© FEDUSTRIA (dgàd) Rudy De Lathauwer (Denderland-Martin et administrateur de Fedustria), Francis Verstraete (Groep Masureel Veredeling et président de Fedustria depuis le 27 mars 2019) et Peter Claes (directeur général de Febeliec).

FEDUSTRIA SIGNE L’INDUSTRY STATEMENT DU WWF En avril 2018, WWF Belgique a lancé son “Industry Statement” pour la couverture de tous les produits dérivés du bois par le règlement de l’UE sur le bois. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la consultation publique qui se tenait de janvier à fin avril, et par laquelle l’Europe demandait l’avis de toutes les parties prenantes concernant le champ d’application du Règlement européen sur le bois, qui est déjà d’application depuis cinq ans. Tout comme plusieurs de nos membres importateurs de bois, Fedustria a signé ce texte.

Le 13 juin 2018, le Conseil d’administration de Fedustria a pu accueillir Peter Claes, directeur général de Febeliec. Febeliec est l’organisation professionnelle des consommateurs industriels d’énergie de notre pays. Fedustria est membre de Febeliec sous la devise : ‘L’union fait la force’. L’objectif est d’assurer que le marché dans le secteur de l’énergie fonctionne le mieux possible afin d’obtenir des prix compétitifs et une sécurité au niveau de l’approvisionnement énergétique.

L’Industry Statement stipule: “Mars 2018 marque le 5ème anniversaire du Règlement de l’UE sur le Bois : il est donc opportun que la révision en cours améliore l’efficacité du règlement en élargissant le champ d’application. Nous encourageons le représentant belge du comité d’experts RBUE et la Commission européenne à saisir l’opportunité de la révision en cours pour mettre en place un RBUE solide capable d’arrêter le commerce illégal du bois. Nos dépendances à l’égard des ressources forestières mondiales sont menacées si le marché européen ne soutient pas la vision d’un commerce du bois globalement légal et responsable.”

LE RÈGLEMENT EUROPÉEN SUR LE BOIS (EUTR) : SESSION D’INFORMATION AVEC LE SPF ENVIRONNEMENT Le Règlement européen sur le bois (EUTR) est en vigueur depuis 2013. Jusqu’à la mi-2017, l’autorité belge compétente ne contrôlait le respect de ce règlement que de façon sporadique. Avec l’entrée en fonction d’inspecteurs supplémentaires fin 2017, et sous la pression de l’Europe, les choses évoluent. Fedustria a organisé le mardi 25 septembre 2018, en collaboration avec le Service public fédéral Environnement, une session d’information sur le EUTR qui a rencontré un franc succès. Cette rencontre avait pour but d’informer les opérateurs sur ce que l’on attend concrètement d’eux ; ce sont les entreprises qui commercialisent les premières le bois ou les produits en bois sur le marché européen. La confusion demeure toutefois grande ; ce qui est certain est que le EUTR sera en 2019 aussi au centre de nos préoccupations.

32

Rapport annuel Fedustria 2018-2019


© VINCENT SHEPPARD

LE SYSTÈME FLEGT POUR LE BOIS ET LES PRODUITS EN BOIS D’INDONÉSIE Le système FLEGT pour le bois et les produits en bois d’Indonésie, qui garantit la légalité des produits, est en vigueur depuis 2016. Sur invitation de l’ambassade d’Indonésie, un séminaire s’est tenu le 12 septembre 2018 à Gand, où l’on a abordé les avantages et encore plus les défis du FLEGT. Ce séminaire a été suivi d’une visite avec une délégation indonésienne aux entreprises Denderwood et Vandecasteele.

© FEDUSTRIA La troisième personne à partir de la gauche est M. Yuri O. Thamrin, ambassadeur d’Indonésie, entouré de Filip De Jaeger (Fedustria) et de Koen De Witte (CEO Altripan).

RETEX, NO TEXTILE TO WASTE ! Le projet européen Interreg RETEX, dont Fedustria est partie prenante, a continué ses actions. Sa mission principale est d’amener le secteur textile à fonctionner de plus en plus en boucle fermée et à pouvoir réutiliser des matières premières recyclées, qu’elles soient issues des chutes de production ou des déchets post-consommation. Outre les défis techniques, cette ambition comporte également des exigences en termes de rentabilité des filières à identifier. Que cela soit au niveau de la collecte et de la diffusion des connaissances, de la réalisation de tests ou de la constitution de nouvelles chaînes de valeur, RETEX est entré dans le vif du sujet. Se sont ainsi tenus le 19 septembre 2018 à Tournai et le 2 octobre 2018 dans les locaux de Fedustria à Gand deux workshops. Ceux-ci ont été l’occasion de donner un aperçu de la nature et des quantités de gisements concernés avec plus de 55.000 tonnes de matières premières identifiées chez plus d’une trentaine d’entreprises textiles interrogées, ainsi que plus de 6.500 tonnes de chutes de production textile que l’enquête de RETEX a permis de tracer. Par ailleurs, ces workshops furent l’occasion pour RETEX de présenter les résultats des essais d’effilochage de différents types de déchets textiles qu’elle a fait réaliser chez Laroche, ainsi que les tests de filature et de tissage à partir de ces matières, effectués chez Utexbel. Ces essais qui ont pu se faire dans des quantités industrielles se sont révélés très prometteurs. Enfin, les entreprises ont été invitées à constituer des groupes de travail pour développer à l’échelle pilote des articles intégrant des matières premières recyclées. Il s’agit par-là de contribuer au développement de chaînes de valeur durables et rentables (gisements, essais, tests de mise sur le marché, ...).

© FEDUSTRIA Workshops sur le projet européen RETEX.

ECYTWIN, UN PROJET POUR FAVORISER L’ÉCO-INNOVATION Pour les secteurs du bois, de l’ameublement et du textile, un autre projet européen nommé EcyTwin a démarré au mois de juillet. Avec des centres de recherche comme Centexbel, Wood.be, Celabor, l’Ulb, l’Ensait, ainsi que des fédérations professionnelles comme Fedustria, l’objectif de ce projet est de soutenir les entreprises dans leurs initiatives d’écoconception, d’économie circulaire ou dans le développement d’offre de services s’inscrivant dans l’économie de la fonctionnalité. Ces développements seront validés par le marché via la réalisation de projets démonstrateurs.

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

33


L’INDUSTRIE WALLONNE S’ENGAGE VERS LE 4.0. MADE DIFFERENT Fedustria Wallonie soutient et participe activement à Made Different, le programme de sensibilisation et d’accompagnement des entreprises industrielles wallonnes dans leur transformation vers l’industrie 4.0. Outre le soutien de Fedustria à des diagnostics dans les pme, préalables aux actions de transformation, c’est également l’information et la promotion des initiatives dans ce domaine qui ont été à l’honneur en 2018. Le 20 mars 2018 notamment, s’est déroulée une soirée de prestige pour faire découvrir les tendances et les innovations liées à l’Industrie du Futur, mais surtout pour annoncer les sept premiers ‘Ambassadeurs Made Different Digital Wallonia’. Parmi ces sept Ambassadeurs qui ont atteint un niveau de maturité élevé sur une des sept transformations de Made Different, nous avons été heureux de constater que l’industrie du bois et notamment les entreprises actives dans la construction bois se sont illustrées de manière remarquable. C’est en effet pas moins de quatre entreprises (Stabilame, Emac, Mobic et l’Atelier de l’Avenir) qui ont été récompensées par ce titre et qui serviront d’inspiration pour promouvoir l’adaptation des pme/pmi aux changements qu’induit la digitalisation !

RENCONTRE FILIÈRE BOIS : LA FILIÈRE BOIS 4.0

© FEDUSTRIA Monsieur Pierre-Yves Jeholet, Vice-Président gouvernement wallon et ministre wallon de l’Economie, de l’Industrie, de la Recherche, de l’Innovation, du Numérique, de l’Emploi et de la Formation, entouré des lauréats des 4 Fibres d’Or.

Le 26 avril 2018, pour la première fois au Libramont Exhibition Congress, se sont tenues les 14ème Rencontres filière bois (RFB). Coorganisées par Fedustria avec les autres partenaires de la filière, ces Rencontres filière bois ont rassemblé plus de 300 personnes durant une journée complète autour de la thématique du numérique et des mutations qu’il engendre dans les secteurs de la filière bois. L’occasion à travers des exposés inspirants, des démonstrations et des ateliers thématiques d’appréhender cette dynamique. Pour terminer la journée, les échanges ont pu se poursuivre tout d’abord autour d’un drink et ensuite d’un dîner de gala, lequel fut le cadre pour l’annonce des lauréats de quatre Fibres d’Or récompensant des entreprises pour leurs produits, procédés et efforts en matière de formation impliquant le numérique.

L’INNOVATION PAR LE DESIGN Nombre de produits textile et bois ne se commercialisent que parce qu’ils sont beaux et fonctionnels. L’innovation produit passe dès lors par le design. Et en Wallonie, un seul organisme se concentre sur ce sujet et coordonne les demandes et initiatives des entreprises : Wallonie Design. C’est même devenu son unique priorité et un incontournable en matière d’innovation. Dans ce contexte Fedustria soutient les actions de cet organisme au niveau du conseil d’administration, en prise directe avec le monde des entreprises, et qui fonctionne en coordination étroite avec l’ensemble des organismes impliqués d’une manière ou l’autre (écoles, exportation, formation, …). Preuve de l’importance de cette politique de développement pour nos secteurs : le 16 novembre 2018, le conseil d’administration a choisi Bruno Théry, fondateur de Conceptexpo à Wavre comme président. Cette pme, membre depuis de nombreuses années de Fedustria, est active dans la conception de stands sur mesure, d’aménagement d’espaces de vente et de signalétique d’extérieur.

34

Rapport annuel Fedustria 2018-2019


TRAVAILLER ENSEMBLE DANS UN RÉSEAU PLUS FORT CLUB DES JEUNES La plupart des entreprises actives dans l’industrie du textile, du bois et de l’ameublement et dans le commerce d’importation de bois sont des entreprises familiales. Et qui dit famille, dit aussi succession familiale. En ce moment, une nouvelle jeune génération est prête à reprendre le flambeau à la direction de ces entreprises. Pour présenter à ce groupe de jeunes entrepreneurs le fonctionnement de l’organisation professionnelle, mais surtout pour apprendre à se connaître et pour apprendre les uns des autres, Fedustria a fondé en 2016 le Club des Jeunes XYZ pour les jeunes entrepreneurs de notre industrie. En principe, deux activités environ sont organisées chaque année.

© SAREZE

En 2018, une Master Class sur le Lean Management s’est d’abord tenue le 14 mars. Une deuxième activité a eu lieu le 21 juin : il s’agissait d’une session interactive sur la nouvelle technologie Blockchain. Et le 7 décembre, les membres du Club des Jeunes ont reçu un accueil VIP lors de la visite au sein de l’entreprise Van Hoecke à Saint-Nicolas, un exemple inspirant de Factory of the Future.

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE FEDUSTRIA 2018 À WAREGEM L’Assemblée générale annuelle de Fedustria s’est tenue le 28 mars 2018 à HippoLoggia à Waregem. Le président Luc Billiet et le vice-président Francis Verstraete ont pu compter sur la présence d’environ 220 personnes, entreprises membres et invités. L’orateur invité était Alexander De Croo, Vice-Premier ministre. Le président Luc Billiet a tenu le discours de clôture avec quelques recommandations pour la politique des gouvernements. © STUDIO DANN Bernard Thiers (Unilin), Felix Billiet (Treetop Asset Management), Ludovic Billiet (Lefevere Group-Oak Fever) et Louis Vandecasteele (Vandecasteele Houtimport).

© DRISAG OFFICE INSPIRATORS

© FEDUSTRIA Le président de Fedustria, Luc Billiet, s’adresse aux nombreux membres et invités présents.

DES INFORMATIONS CIBLÉES À L’INTENTION DES ENTREPRISES ! Afin de tenir les entreprises informées des changements rapides de la législation, Fedustria a organisé différentes sessions d’information ciblées. Outre les séminaires sur le Brexit et les douanes, et sur l’environnement (détaillés ailleurs dans ce ‘Fedustria en action’), nous attirons également votre attentionsur deux séances d’information sociales que nous avons organisées, l’une sur les pensions et l’autre sur l’actualité sociale. Sans oublier la séance d’information sur les nouvelles mesures de soutien et les incitants fiscaux en Flandre.

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

35


PROMOTION

© LEDA COLLECTION

LE BOIS OXYGÈNE

WWW.LEBOISOXYGÈNE.BE

Le bois oxygène est une campagne de Fedustria pour la promotion de l’utilisation de bois et de produits en bois. La campagne de suivi a été lancée en mai 2018. L’objectif principal est de créer une prise de conscience des avantages du bois et des produits en bois. Afin de toucher un large public, Facebook est utilisé comme canal primaire. Les posts réfèrent au site Internet de la campagne ‘Le bois oxygène’, aux sites des membres de Fedustria et à d’autres sites web intéressants afin de mettre déjà sur la bonne voie notre groupe cible. Notre message est aussi diffusé via des annonces sur les réseaux sociaux. Un deuxième objectif est de stimuler la conversation autour du bois et des produits en bois, et de convaincre les gens à opter davantage pour ce matériau.

ÉNERGIE SOUTENIR LES ENTREPRISES DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE TOUT EN DÉFENDANT LEUR COMPÉTITIVITÉ Fedustria travaille à ces deux objectifs qui se doivent d’être complémentaires. C’est dans ce contexte que Fedustria a participé à la mise en œuvre de la mesure de compensation pour les entreprises dites ‘carbon leakage’. Ces entreprises de nos secteurs particulièrement intensives en électricité ont été accompagnées par la fédération et, pour la première fois, se sont vues soutenues financièrement par la Région wallonne dans le cadre de cette mesure. Par ailleurs, dans le cadre des accords de branche, lesquels ont permis une amélioration sensible des performances des entreprises dans un cadre contrôlé et incitatif, Fedustria envisage avec ses membres une possibilité de prolongation jusque 2023. Il s’agit bien entendu d’être attentif aux modalités de celle-ci, ainsi qu’aux futurs développements à l’issue des accords de branche de deuxième génération.

36

© SOFABED

© MINTJENS GROUP


Focus sur le social PAS D’INNOVATION SANS NOUVEAU TALENT

»

LE SECTEUR ET SES CENTRES DE FORMATION PRENNENT EUX-MÊMES LES RÊNES POUR DÉNICHER ET FORMER LES TALENTS.

© LABONORM

LA PÉNURIE SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL VIENT FREINER LA CROISSANCE DES ENTREPRISES 2018 a probablement été l’année avec la plus grande pénurie sur le marché du travail depuis ‘l’âge d’or des années soixante’, et ce à tous les niveaux de fonction. Le talent est devenu une denrée particulièrement rare. Certaines entreprises ont même ajourné des investissements jusqu’à ce qu’elles trouvent les bonnes personnes afin de faire tourner efficacement les nouvelles lignes de production. Dans ce cadre, le gouvernement wallon a lancé après l’été 2018 ‘l’opération coup de poing’. Il s’agit d’offrir aux demandeurs d’emploi une formation intensive sur mesure afin de pourvoir aux postes vacants. En coopération avec le Forem, des formations sont développées à la mesure des entreprises et combinées à un stage en entreprise. Le centre de formation du bois Woodwize participe actuellement à trois projets en cours. Le centre de formation textile Cefret collabore avec le Forem et plusieurs entreprises textiles dans la région de Mouscron.

© MECAM GROUP

LA FORMATION EN ALTERNANCE L’enseignement wallon mise sur ‘l’alternance’ dans le but de permettre aux élèves d’acquérir plus d’expérience pratique sur le lieu de travail. C’est loin d’être évident, car la mobilité des jeunes constitue souvent un obstacle trop important pour entrer dans un processus d’alternance (entre l’étude et le travail). Un projet a été lancé en région namuroise, dans lequel cinq élèves ont participé à un programme de construction à ossature de bois (septième année de spécialisation). Dans d’autres régions (le Luxembourg, par exemple), il y a encore une pénurie structurelle d’élèves.

© MATHY BY BOLS

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

37


LE JOBSDEAL, MAIS SURTOUT LES FORMATIONS SECTORIELLES, DONNENT DES RÉSULTATS

© DC CARPETS

Le gouvernement fédéral voulait aussi fournir une solution à la pénurie sur le marché du travail par le biais du ‘jobsdeal’, complété par des mesures des gouvernements régionaux. Mais ceci ne permet pas d’attraper des poissons dans un étang dépeuplé. C’est pourquoi les secteurs ont pris eux-mêmes les rênes en main. Heureusement qu’ils disposent dans ce contexte d’instruments très efficaces, comme les centres de formation sectoriels Cefret pour le secteur textile, et Woodwize pour le secteur du bois et de l’ameublement. ‘Rendre plus forts les travailleurs que nous avons’ est le fil conducteur à cet égard. Les formations sectorielles rencontrent toujours un grand succès. Sous la régie de Cefret/Cobot, 4.787 travailleurs de plus de 200 entreprises textiles ont suivi une formation (chiffre provisoire 2018). Sous la régie de Woodwize, 3.221 travailleurs de plus de 500 entreprises, donc un très grand nombre de pme, ont suivi une formation (chiffre 2018). Dans le textile, le projet pour les jeunes a été poursuivi conjointement avec le service public fédéral SPF ETCS : au total, plus de 300 jeunes ont été orientés vers une formation et un job dans le textile.

© KREAMAT®

COOPÉRATION INTERRÉGIONALE EN MATIÈRE DE NOUVELLES FORMATIONS Le Cefret est actif comme partenaire du projet interrégional ‘Compétences sans frontières’ (France-Wallonie-Flandre). L’objectif de ce projet est d’informer les demandeurs d’emploi de France ou de Wallonie sur des postes vacants dans le secteur textile et de les y mener via des formations. Woodwize est partenaire du projet Formawood (France-Wallonie), axé sur la construction à ossature de bois. De nouvelles formations sont mises au point avec succès au sein de ce projet. La formation ‘isolation acoustique dans les bâtiments en bois’ est déjà finalisée et la formation ‘revêtements extérieurs de façade en bois’ est en cours d’élaboration. Sont encore en développement : ‘hygrothermie et nœuds constructifs dans les bâtiments et bois’ et ‘isolation acoustique dans les bâtiments et bois’.

38

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

UNE POLITIQUE CONSCIENTE DES COÛTS ET LE TAX SHIFT AIDENT Quelle que soit la façon dont nous l’envisageons, le coût de l’entrepreneuriat reste un facteur crucial pour réussir dans la course à la compétitivité internationale. Il est de notoriété publique que le coût du travail en Belgique est parmi les plus élevés au monde. Ceci contraint les entreprises à viser une haute productivité, une haute qualité, une innovation au sommet et même de nouveaux modèles économiques. Afin de garder le plus de travail possible dans notre pays, le coût du travail doit être compétitif, et ce au moins par rapport à nos concurrents directs dans les pays voisins. Grâce à la loi (révisée) de 1996 sur la compétitivité, on y veille minutieusement. De plus, le ‘tax shift’ est toujours en cours d’exécution, une opération étalée sur des années de réduction des charges et d’amélioration du pouvoir d’achat. Grâce aux efforts de Fedustria, la réduction des charges pour le travail en équipe et de nuit ainsi que le travail en continu a pu être améliorée en 2018. Il est toutefois clair que la technique actuelle de réduction des charges par la voie fiscale a atteint ses limites, de sorte que les entreprises ne peuvent toujours pas appliquer une partie de ces réductions des charges pour le travail en équipe et de nuit.


Conjoncture L’INDUSTRIE TEXTILE BELGE EN 2018 La baisse d’activité est restée limitée malgré les turbulences

© EMPIRE CARPETS INTERNATIONAL NV

NOUVELLE BAISSE D’ACTIVITÉ DANS LE SECTEUR TEXTILE Le chiffre d’affaires du secteur textile a baissé de près de 1,5 % en 2018 par rapport à 2017 (sur la base des neuf premiers mois). Les prix à la production sont restés en moyenne relativement stables (-0,6 %). Près de la moitié des groupes de produits au sein du textile ont connu une baisse de leur chiffre d’affaires. Les tapis, deuxième groupe de produits en importance, ont perdu 7,3 % de leur chiffre d’affaires. Le chiffre d’affaires des fibres synthétiques et artificielles et du fil filament a baissé de 3 % et celui de l’ennoblissement textile de 1,3 %. Celui des tissus (+0,5 %) et des étoffes tricotées (+0,6 %) est resté relativement stable. Les textiles techniques, principal groupe de produits, ont connu une hausse du chiffre d’affaires de 1,6 %. L’augmentation de 11,6 % du chiffre d’affaires de la préparation et des filatures est impressionnante. Elle est principalement due à la préparation des fibres de lin, qui ne fait pas partie de l’industrie textile, mais est toutefois reprise dans le même code nace que les fils.

© B.I.C.-CARPETS

39


UNE CONFIANCE DES ENTREPRENEURS ASSEZ STABLE, AVEC UNE DÉTÉRIORATION À LA FIN DE L’ANNÉE La courbe conjoncturelle synthétique de l’industrie textile, qui mesure la confiance des entrepreneurs, est restée assez stable durant les neuf premiers mois de 2018. Au quatrième trimestre 2018 et surtout au début de 2019, la courbe brute a toutefois connu une baisse.

© ASSOCIATED WEAVERS

COURBE SYNTHÉTIQUE DE CONJONCTURE DANS L’INDUSTRIE TEXTILE (À L’EXCLUSION DE LA CONFECTION) Série dessaisonalisée et lissée Série dessaisonalisée et brute 10

0

-10

-20

-30 2014

2015

2016

2017

2018

2019

Source : BNB

© ANNABEL TEXTILES

40


© SIRRIS/SLC-LAB – FLAXCO ® BY FLIPTS & DOBBELS

© GRANDECO WALLFASHION

LÉGÈRE HAUSSE DES EXPORTATIONS TEXTILES TOTALES MALGRÉ LE RECUL D’IMPORTANTS GROUPES DE PRODUITS Les exportations textiles (y compris les transits) ont connu une hausse limitée de 1,4 % au cours des dix premiers mois de 2018, tandis que les importations sont restées relativement stables (-0,3 %). L’excédent de la balance commerciale textile a augmenté jusqu’à 2,7 milliards d’euros (dix premiers mois 2018). Quelque 21 % des exportations textiles globales se composent de textiles techniques, qui ont connu une hausse des exportations de 3,7 %. Le textile d’intérieur, deuxième plus important groupe de produits pour ce qui concerne les exportations de textiles belges avec une part de 19 %, a enregistré une baisse des exportations de 5,1 %. Les tapis (63 % des exportations de textile d’intérieur) ont baissé de 4,8 %. Les tissus d’ameublement, de décoration et de revêtements de matelas, qui représentent près de 16 % des exportations de textile d’intérieur, ont connu une baisse de 9,2 %. Le linge de maison (comme le linge de lit, de salle de bain, de cuisine et de table) a représenté 19 % des exportations de textile d’intérieur et est resté plus ou moins au même niveau (+0,7 %).

© MISTRAL HOME

Les exportations de fils ont pu se maintenir plus ou moins au même niveau qu’en 2017 (-0,8 %). Les tissus destinés principalement aux vêtements et aux étoffes tricotées ont enregistré une baisse de leurs exportations de respectivement 10,3 % et 4,3 %.

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

41


L’OMBRE DU BREXIT PLANE Près de 86 % du total des exportations textiles sont destinés au marché UE. Celles-ci sont restées relativement stables (+0,7 %) au cours des dix premiers mois de 2018, comme le montrent nos trois principaux marchés : la France (+0,8 %, principal marché d’exportation avec une part de 23,4 %), suivie de l’Allemagne (+0,6 %) et des Pays-Bas (+0,5 %). Les exportations vers le Royaume-Uni (part de 12 %) ont baissé de 4,1 %. Le Royaume-Uni passe ainsi de la troisième à la quatrième place. Le marché britannique est le plus important marché d’exportation pour le textile d’intérieur. Un quart des exportations belges de tapis sont destinées au Royaume-Uni. Pour les tissus d’ameublement, c’est même près d’un tiers. Du fait de la faiblesse de la livre sterling et de la baisse de la consommation britannique, l’industrie belge des tapis a perdu 6,7 % de son chiffre d’affaires sur le marché britannique (dix premiers mois 2018). Les livraisons de tissus d’ameublement belges ont baissé de 12,3 %.

LES EXPORTATIONS TEXTILES VERS LES MARCHÉS LOINTAINS : UNE IMAGE DIVERSIFIÉE

© VERILIN – PIET-ALBERT GOETHALS

Les exportations textiles hors UE ont augmenté de 6,0 %. L’évolution varie toutefois selon la région. Les marchés vers lesquels les exportations textiles ont augmenté sont l’Europe de l’Est (+3,4 %, mais la Russie -1,5 % et l’Ukraine +15,9 %), l’Amérique du Nord (+5,4 % ; USA +5,3 % et Canada +6,5 %), l’Amérique latine (+4,3 % ; Brésil -5,0 % et Chili +8,5 %), l’Afrique (+11,7 % ; Tunisie +4,3 %) et l’Extrême-Orient (+19,6 % ; Chine +33,3 %). Une baisse a été enregistrée vers l’Europe de l’Ouest hors UE (-5,7 % ; Turquie -8,2 %), le Moyen-Orient (-7,0 % ; EAU -7,1 % mais Israël +7,1 %) et l’Océanie (-4,8 % ; Australie -5,6 %). Avec une part de 14,5 %, la Chine reste le principal fournisseur de textiles sur notre marché. Elle a encore pu accroître les importations de 4 % au cours des dix premiers mois de 2018.

© CREATUFT

42

© ITC


© MODULYSS®

UN TAUX D’OCCUPATION INFÉRIEUR INDUIT UNE BAISSE DES INVESTISSEMENTS Le taux d’occupation de la capacité de production est retombé de 77,9 % en 2017 à 73,5 % en 2018. Ce niveau reste toutefois meilleur qu’au cours de la période 2008-2014 où il était tombé en dessous de 70 %. Après une forte hausse en 2016, les investissements ont baissé en 2018 pour la deuxième année consécutive (-16,2 % pour les neuf premiers mois de 2018).

© JULES CLARYSSE NV

AUGMENTATION DE L’EMPLOI En 2018, l’emploi dans le secteur textile a augmenté de 0,8 % pour atteindre un total de 19.726 travailleurs. Depuis 2015, l’emploi dans l’industrie textile belge reste au même niveau.

ÉVOLUTION DU CHIFFRE D’AFFAIRES PAR GROUPE DE PRODUITS EN MILLIONS D’EUROS

9 m 2017

9 m 2018 *

9 m 18/17

Fils (y compris la préparation)

184,8

206,3

+11,6 %

Tissus

391,3

393,2

+0,5 %

Ennoblissement textile

134,2

132,5

-1,3 %

1.046,4

969,9

-7,3 %

366,7

355,8

-3,0 %

48,3

48,6

+0,6 %

Textiles techniques et autres

1.167,0

1.185,1

+1,6 %

INDUSTRIE TEXTILE **

3.338,7

3.291,4

-1,4 %

Tapis Fibres synthétiques et artificielles et fils de filament Tissus de bonneterie

* **

Données provisoires Industrie textile nace 13 + 20.60

Source : SPF Economie, déclarations TVA

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

43


Conjoncture L’INDUSTRIE BELGE DE L’AMEUBLEMENT ET DU BOIS EN 2018 Des conditions de marché difficiles, mais une confiance dans l’avenir

L’INDUSTRIE DE L’AMEUBLEMENT © MEUBELFABRIEK THEUNS

UN CHIFFRE D’AFFAIRES EN LÉGÈRE BAISSE Le chiffre d’affaires de l’ameublement a baissé d’environ 1,5 % en valeur (jusqu’à 1,565 milliard d’euros) et de 3,3 % en volume en 2018 (neuf mois). Le mobilier d’habitation a enregistré une baisse du chiffre d’affaires de 4,7 %, le mobilier de bureau et de magasin de 1,1 %. Le mobilier de cuisine et le confort de sommeil ont pu se ressaisir, avec respectivement +4,3 % et +0,4  %. Cette évolution semble s’inscrire dans le cadre d’une situation générale plus difficile pour tous les secteurs des produits d’intérieur.

UNE CONFIANCE DES CONSOMMATEURS CRUCIALE La confiance des consommateurs belges s’est détériorée, essentiellement après l’été 2018. La confiance des consommateurs européens est également négative depuis la fin de l’année, mais dans une moindre mesure. Le commerce belge de l’ameublement, principal débouché des fabricants belges, a, de ce fait, fortement souffert d’une diminution du nombre de visites de clients. Cela a eu une incidence importante sur les fabricants de meubles.

© MICHELDENOLF

44

© VARIER PRODUCED BY DESMET


© BEKA®

© VAN HOECKE

UNE CONFIANCE MODÉRÉE DES ENTREPRENEURS La confiance des entrepreneurs a initialement baissé en 2018, mais a connu ensuite une amélioration (courbe lissée). Toutefois, elle a fortement baissé (courbe brute) au cours des deux derniers mois de l’année.

LES EXPORTATIONS SE SONT STABILISÉES, MALGRÉ UN FORT REPLI DU MARCHÉ BRITANNIQUE Les exportations de meubles sont restées relativement stables au cours des dix premiers mois de 2018 (-0,3 % par rapport à la même période de 2017). Plus de 90 % des livraisons de meubles à l’étranger sont destinées au marché intérieur de l’UE ; celles-ci restent assez stables (+0,6 %). Sur le marché français, principal marché à l’exportation (part de près de 40 %), les livraisons de meubles belges ont baissé de 2 %. Vers les Pays-Bas, deuxième principal marché à l’exportation (part de près de 30 %), les livraisons ont augmenté de 4,1 %. L’Allemagne, troisième principal client (part de 9 %), est restée stable avec +0,9 %. Le Royaume-Uni arrive loin derrière en quatrième position (part de 2,3 %). Nos livraisons sur le marché britannique ont diminué de 11 % au cours des dix premiers mois de 2018, après une baisse de 14,7 % en 2017. Les exportations de meubles vers les États-Unis, principal marché à l’exportation en dehors de l’UE (part de 2 %), ont augmenté de 5 %.

IMPORTATIONS : LA CHINE ET LA POLOGNE DOMINENT

© EXTREMIS

Les importations de meubles ont baissé de 2,3 %. Les importations de meubles depuis la Chine ont même diminué de 6,1 %. Avec une part de 17,1 %, la Chine reste le principal fournisseur de meubles sur notre marché. L’Allemagne (-3,0 %) et les Pays-Bas (+2,5 %) suivent avec une part de 16,7 % et 15,6 % respectivement. Les importations de meubles de Pologne (quatrième principal fournisseur avec une part de 10,1 %) ont à nouveau augmenté de 5 %.

© VARAM

45


© DEDECKER

© ETHNICRAFT

LA HAUSSE DES INVESTISSEMENTS ET DE LA CAPACITÉ DE PRODUCTION CONFIRME LA CONFIANCE DANS L’AVENIR En 2018, l’industrie belge de l’ameublement a fortement accru ses investissements : 72,4 millions d’euros (+20,7 % par rapport aux neuf premiers mois de 2017). Les investissements ont augmenté dans tous les groupes de produits, à l’exception des meubles de bureau et de magasin. Cette hausse succède à une année d’investissements moindres. Ceci indique que les entreprises reprennent vigueur et qu’elles confirment ainsi leur confiance dans l’avenir. Le taux d’occupation de la capacité de production a été élevé en 2018 : 81,1 %.

COURBE SYNTHÉTIQUE DE CONJONCTURE DANS L’INDUSTRIE DE L’AMEUBLEMENT © FRAKO Série dessaisonalisée et lissée Série dessaisonalisée et brute

10

0

-10

-20

-30

2014

2015

2016

2017

2018

2019

Source : BNB

46

© HAELVOET


© EVAN

© JOLI

© VIPACK

L’EMPLOI A LÉGÈREMENT RECULÉ L’industrie belge de l’ameublement a perdu près de 300 travailleurs en 2018, soit une baisse de 2,7 %. Au total, 10.488 personnes y sont encore occupées.

ÉVOLUTION DU CHIFFRE D’AFFAIRES PAR GROUPE DE PRODUITS EN MILLIONS D’EUROS

9 m 2017

9 m 2018 *

9 m 18/17

Chaises et sièges, meubles de salle à manger, salle de séjour, chambre à coucher, jardin et terrasse

751,5

716,4

-4,7 %

Meubles de bureau et de magasin

253,0

250,2

-1,1 %

Meubles de cuisines

290,0

302,4

+4,3 %

Matelas et sommiers

294,3

295,6

+0,4 %

1.588,8

1.564,6

-1,5 %

INDUSTRIE DE L’AMEUBLEMENT ** * **

Données provisoires Industrie de l’ameublement nace 31

Source : SPF Economie, déclarations TVA

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

47


L’INDUSTRIE DU BOIS UNE HAUSSE SENSIBLE DU CHIFFRE D’AFFAIRES Le chiffre d’affaires de l’industrie de transformation du bois a augmenté de 3 % en valeur en 2018 (neuf mois), après une hausse de 6,8 % en 2017. Les prix à la production ayant augmenté de 3,9 %, l’activité a connu une légère baisse de 0,9 % en volume. Les panneaux, principal groupe de produits, ont connu une hausse de leur chiffre d’affaires de 2,5 %. Les éléments de construction (+5,3 %) et les emballages (+4,0 %) se sont aussi bien comportés. Le groupe des autres ouvrages en bois, le plus petit groupe de produits, a connu une baisse de 2,2 %.

UNE CONFIANCE DES ENTREPRENEURS AMÉLIORÉE VERS LA FIN DE L’ANNÉE La confiance des entrepreneurs dans l’industrie de transformation du bois a connu une tendance baissière en 2018. En décembre, la courbe brute a présenté une augmentation sensible, ce qui justifie un certain optimisme pour l’année 2019.

© FEPCO

COURBE SYNTHÉTIQUE DE CONJONCTURE DANS L’INDUSTRIE DU BOIS

Près de 54 % du chiffre d’affaires de l’industrie du bois est réalisé sur le marché intérieur. Les exportations sont principalement dirigées vers l’UE, avec une part de 88,6 % du total des exportations de l’industrie du bois (+0,1 %). Le marché français (part de 35,8 %) représente le principal marché à l’exportation ; il est toutefois en baisse (-4,4 %). Les Pays-Bas (part de 19,8 %) et l’Allemagne (11,8 %) représentent les deuxième et troisième principaux marchés, et ont augmenté respectivement de 5,3 % et 6,7 %. Le Royaume-Uni (part de 6,6 %) représente le quatrième principal marché à l’exportation (+1,7 %). Avec une part de 2,3 %, les EtatsUnis sont le principal client hors UE (+3,5 %).

Série dessaisonalisée et lissée Série dessaisonalisée et brute 20

10

0

-10

-20

-30

2014

2015

2016

2017

DES EXPORTATIONS STABLES ET DES IMPORTATIONS EN BAISSE

2018

2019

Source : BNB

Les importations de produits en bois ont baissé de 1,9 %. L’excédent de la balance commerciale s’est élevé à 178 millions d’euros. Malgré la baisse des importations depuis la Chine (-8,5 %), ce pays reste le plus gros fournisseur de produits en bois de notre pays, avec une part de 25,6 %.

LES INVESTISSEMENTS EN PAUSE, L’EMPLOI EN HAUSSE Les investissements dans l’industrie du bois ont diminué de 16,5 % en 2018, après un montant record de 156 millions d’euros en 2017. Le taux d’occupation de la capacité de production a été particulièrement élevé en 2018 : 86,5 %. L’emploi a également augmenté pour la troisième année consécutive : une augmentation de 114 travailleurs, soit de +1,5 % en 2018, jusqu’à atteindre un total de 7.955 travailleurs.

ÉVOLUTION DU CHIFFRE D’AFFAIRES PAR GROUPE DE PRODUITS EN MILLIONS D’EUROS

9 m 2017

9 m 2018 *

9 m 18/17

Panneaux à base de bois

1.217,8

1.247,8

+2,5 %

Eléments de construction

557,4

586,7

+5,3 %

Emballages

311,1

323,4

+4,0 %

Autres ouvrages en bois

164,5

160,8

-2,2 %

INDUSTRIE DU BOIS **

2.250,8

2.318,7

+3,0 %

* **

48

Données provisoires Industrie du bois nace 16.2

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

Source : SPF Economie, déclarations TVA


Organes de décision STRUCTURE Fedustria est une asbl. Etant donné que nous avons un profond respect pour une gestion correcte, le rôle des organes de décision est clairement défini.

© DETREMMERIE BADKAMERMEUBELEN

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

PRÉSIDENCE

L’Assemblée générale est l’organe le plus important de l’asbl Fedustria. Elle se compose de toutes les entreprises qui sont membres de l’asbl Fedustria. Toutes les entreprises qui sont actives, dans notre pays, dans la production de textile ou de produits en bois ou de meubles, ainsi que dans l’importation de bois, peuvent devenir membres effectifs de Fedustria. Elles disposent toutes d’une voix à l’Assemblée générale. Pour rappel : l’asbl Fedustria, qui a pris son envol le 1er janvier 2007, résulte de la fusion entre les anciennes asbl Fébeltex et Fébelbois.

La fédération est dirigée par la présidence (président et vice-président). Son mandat est de trois ans. Le président est un représentant à tour de rôle du secteur du textile et du secteur du bois et de l’ameublement. En mars 2019, Francis Verstraete (vice-président depuis 2016) du groupe d’ennoblissement textile Masureel, a été nommé en tant que nouveau président, au nom de l’industrie textile. Il a ainsi succédé à Luc Billiet de l’entreprise Lefevere Group, dont le mandat d’une durée de trois ans était arrivé à échéance. Jan Desmet de l’entreprise Decospan a été nommé vice-président au nom de l’industrie du bois et de l’ameublement. Les deux mandats courent jusqu’en 2022.

© PERFECTA

CONSEIL D’ADMINISTRATION Le Conseil d’administration de l’asbl Fedustria prend toutes les décisions importantes de la fédération. Il est composé de manière très large afin d’avoir une représentation suffisante pour la prise de décision. Les deux secteurs désignent chacun vingt représentants : vingt chefs d’entreprise du secteur textile et vingt du secteur du bois et de l’ameublement (voir composition en p. 51). Le Conseil d’administration compte également des membres suppléants. Afin d’assurer une gestion souple de la fédération, ce Conseil d’administration est divisible, soit de manière sectorielle en une section pour le textile et une section pour le bois et l’ameublement, soit de manière régionale, ce qui permet aux entreprises membres wallonnes et flamandes de décider de manière autonome dans les matières qui les concernent. Ces conseils régionaux sont Fedustria Wallonie et Fedustria Flandre, et ont chacun aussi leur propre président.

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

49


BUREAU Le Bureau se charge de la gestion journalière et veille à ce que les décisions prises soient exécutées. Le Bureau est composé de représentants de dix entreprises membres, c’est-à-dire cinq chefs d’entreprise issus du secteur textile et cinq chefs d’entreprise issus du secteur du bois et de l’ameublement, dont le président et le vice-président. Le directeur général, son adjoint et le secrétaire général assistent aux réunions du Bureau mais ne jouissent pas du droit de vote (voir composition du Bureau ci-dessous).

© ARTIFORT

COLLÈGES CONSULTATIFS A côté de cela, on compte également deux importants collèges consultatifs : un collège pour les matières sociales et un collège pour les affaires économiques. Ils donnent un avis au Conseil d’administration qui prend la décision finale.

GROUPES DE PRODUITS © MEUBAR

Pour les spécificités des produits, des groupes (par produit) peuvent également être constitués (p. ex. meubles, panneaux en bois, textile d’intérieur, éléments de construction en bois, ennoblissement textile, ossature bois, importation de bois, …). Ils peuvent prendre des décisions, mais uniquement dans les dossiers qui se rapportent spécifiquement au produit en question. Au sein de Fedustria, on compte une vingtaine de groupes de produits (d’importance diverse).

DIRECTION JOURNALIÈRE

© SENS BY HBC BULCKAERT

La direction journalière est aux mains du directeur général et de son adjoint qui sont également responsables de l’organisation interne, de la gestion du personnel et de la gestion du budget.

Composition du Bureau (au 27/03/2019) POUR L’INDUSTRIE TEXTILE • Francis Verstraete, président Groep Masureel Veredeling • Rudy De Lathauwer Denderland-Martin • Erik Deporte Associated Weavers Europe • Jean-François Gribomont Utexbel • Frank Veranneman Veranneman Technical Textiles (Sioen)

50

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

POUR L’INDUSTRIE DU BOIS ET DE L’AMEUBLEMENT

FONT ÉGALEMENT PARTIE DU BUREAU SANS DROIT DE VOTE

• Jan Desmet, vice-président Decospan • Luc Billiet Lefevere Group • Thomas Brusselle Vogel • Lode De Boe Unilin • Luc Meers Mecam

• Fa Quix, directeur général Fedustria • Filip De Jaeger, directeur général adjoint Fedustria • André Cochaux, secrétaire général Wallonie


© TARKETT NV

Composition du Conseil d’administration (au 27/03/2019) REPRÉSENTANTS DE L’INDUSTRIE TEXTILE • Annabel Textiles Mario Verstichel * • Associated Weavers Europe Erik Deporte • Astenjohnson Hubert Cremer * • Aunde Belgium Antoon Vandeginste * • AVS Spinning Julie Lietaer * • Balta Industries Geert Vanden Bossche • Beaulieu International Group Erwin De Deyn • BekaertDeslee Hans Dewaele

• BekaertDeslee Dirk Vandeplancke * • Belgotex International Dirk Dees • Bexco Francis Mottrie • Concordia Textiles Manu Tuytens • Creatuft Igor Mennes • De Saedeleir Textiles Herman Paridaens * • Decca Jan Vanpraet * • Denderland-Martin Rudy De Lathauwer

• Gevaert Bandweverij Philippe Poulain * • Groep Masureel Veredeling Francis Verstraete • Helioscreen Luc Janvier • IVC Jan Vergote • Iwan Simonis Curt Bossuyt • Lano Joe Lano • Libeco-Lagae Raymond Libeert • Maes Mattress Ticking Jef Maes

• Omexco John Dubaere * • Osta Carpets Luc Claeys • Seyntex Arthy Seynaeve * • Sioen Industries Michèle Sioen * • Utexbel Jean-François Gribomont • Veranneman Technical Textiles (Sioen) Frank Veranneman • Verstraete & Verbauwede Stefaan Verstraete * • Vetex Patrick Rigole • Vlerick Group Elisa Vlerick *

REPRÉSENTANTS DE L’INDUSTRIE DU BOIS ET DE L’AMEUBLEMENT • Altripan Koen De Witte * • B.J. Parket Steven Otte • Bauwens Frederic Merlin * • Bertpal Bert De Wael • Cras Frédéric Cras * • De Coene Products Pascal Vanderhaeghen • De Zetel David Behaegel • Decof David Decoopman * • Decospan Jan Desmet

• Deknudt Frames Bruno Deknudt • Dux International Paul De Poot • Engels Christophe Engels * • Finaspan Charles Mariën * • Habo Jozef Luykx * • Ilwa Johan Illegems • Karel Mintjens Peter Pelicaen * • Keuleers Dirk Keuleers • Lefevere Group Luc Billiet

• Mape Sandrine Van Buggenhout * • Mecam Luc Meers • Meubar Steven Verraes • Norbord Guido Kuypers • Norbord Kris Vanherteryck * • Perfecta Anthony Vanderschelden • Recor Philippe Corthouts • Recor Charles Corthouts * • Revor Tom Verstraeten *

• Unic Design Theo Peers * • Unilin Lode De Boe • Unilin Luc Lemarcq * • Unilin Yves Thiers * • Unilin Bert Vandenkendelaere • Unilin - Spanolux Veronique Hoflack • Unilin - Spanolux Caroline Van de Populiere * • Varam Alex Vanraes * • Veldeman Group Geert Geerkens • Vogel Thomas Brusselle

* membres suppléants Rapport annuel Fedustria 2018-2019

51


© NTGRATE® – COPACO GROUP

Services et personnes de contact VOUS TROUVEREZ LES COORDONNÉES DE NOS COLLABORATEURS VIA WWW.FEDUSTRIA.BE

DIRECTION GÉNÉRALE Fa Quix Filip De Jaeger André Cochaux Roseline Dehaen

Directeur général Directeur général adjoint Secrétaire général Wallonie Assistante de direction

SOCIAL Marc Blomme

Ronny Arryn

ADMINISTRATION Dirk Arnoes Bruno Debeuf Magda Brabant Sara De Pauw Betty Van Der Linden

Maryline Albers Comptable Informaticien Logistique Anderlecht Logistique Gand - Poortakker Secrétariat

COMMUNICATION Katja De Vos Nathalie Lopez Monique Mahieu

Coordinatrice Communication Assistante Communication Secrétariat

Griet Bonami Pascal Dewandeleer

Yves Cammaert Didier Mommaerts

Wim Van Goethem

GROUPES DE PRODUITS Kris Vermoesen Kris Van Peteghem Bruno Eggermont Kevin Snyders Katja De Vos Filip De Jaeger

Piet Vanthournout Pascal Dewandeleer Filip De Jaeger

Textile d’intérieur et Textiles techniques Textile d’habillement et Filatures Ennoblissement textile Ameublement et BelgoFurn Articles de literie et Ameublement Panneaux à base de bois, Importation bois et Ameublement Panneaux à base de bois, Importation bois et Articles de literie Construction en bois et Portes Emballages en bois Brosses et pinceaux

Betty Van Der Linden Marleen Lenaerts

Secrétariat (BelgoFurn) Secrétariat

Ingrid Hontis

LOBBYING Directeur SERVICES AUX ENTREPRISES Conseiller social (Flandres orientale et occidentale) Conseillère sociale (Flandres orientale et occidentale) Conseillère sociale (Flandres orientale et occidentale) Conseiller social (Anvers, Brabant flamand, Limbourg et Wallonie) SOCIAL-JURIDIQUE ET FISCAL Conseiller social Conseiller juridique et fiscal FORMATION ET ENSEIGNEMENT Coordinateur Formation et Enseignement

ECONOMIE Sylvie Groeninck

FÉDÉRAL Conseillère économique

Kris Van Peteghem Guy De Muelenaere

RÉGIONAL Conseiller économique (Flandre) Conseiller économique (Wallonie)

EUROPE ET INTERNATIONAL Elizabeth De Wandeler Coordinatrice Politique européenne et internationale

Marleen Lenaerts

Secrétariat

ENVIRONNEMENT, ÉNERGIE ET TECHNIQUE Ingrid Hontis Bruno Eggermont Piet Vanthournout Guy De Muelenaere

Coordinatrice Environnement, Énergie et Technique Conseiller Environnement et Énergie Conseiller Environnement et Technique Conseiller Environnement et Énergie (Wallonie)

OÙ FEDUSTRIA EST-ELLE LOCALISÉE ? Fedustria Bruxelles-Anderlecht Allée Hof-ter-Vleest 5/1 – 1070 Bruxelles Tél. +32 (0) 2 528 58 11

52

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

Fedustria Gand Poortakkerstraat 96-98 – 9051 Gent (Sint-Denijs-Westrem) Tél. +32 (0) 9 242 98 10 (soc.) / +32 (0) 9 242 98 20 (écon.)


© MOMENTS FURNITURE

RÉDACTION EN CHEF

CRÉATION GRAPHIQUE

Katja De Vos Fa Quix

Nathalie Lopez TRADUCTION FRANÇAISE

RÉVISION DES TEXTES Roseline Dehaen Katja De Vos Monique Mahieu Didier Mommaerts

Oneliner Translations bvba ÉDITEUR RESPONSABLE J.F. Quix Allée Hof-ter-Vleest, 5/1 1070 Bruxelles

DONNÉES CHIFFRÉES Sylvie Groeninck

© ASTENJOHNSON


AllĂŠe Hof-ter-Vleest, 5/1 1070 Bruxelles

www.fedustria.be

Profile for Fedustria

Rapport annuel Fedustria 2018-2019  

Rapport annuel Fedustria 2018-2019

Rapport annuel Fedustria 2018-2019  

Rapport annuel Fedustria 2018-2019