Page 1

Offrandes spéciales

Ecole du sabbat des adultes

5 juillet pour les Philippines (voir page 4)

2 août pour les écoles missionnaires (voir page 25)

6 septembre Le Salvador (voir page 51)

Année 2003

3e trimestre


20 Rechercher la direction divine

Couverture : Photodisc

SOMMAIRE 5

Notre besoin de prière

10 Les premiers patriarches

26 De la force pour le service 31 La vie de prière de David 36 En temps de crise 41 Les prières des justes 46 Lumière et force spirituelles 52 En période de maladie 57 Les prières de Christ 62 L’église primitive 67 Le Reste final

Leçons de l’école du Sabbat : Juillet à Septembre 2003. Parution trimestrielle. Publié par Seventh Say Adventist Reform Movement General Conference, département de l’école du Sabbat.

Jeudi

25 septembre

5.

QUELQUES POINTS A SE RAPPELER

a.

Quand n’aura-t-on plus besoin de prière ? 1 Corinthiens 13:12. Jusque là, que devrions-nous toujours garder à l’esprit ? Jean 15:14-16; 2 Thessaloniciens 3:1-5.

“Ceux qui, par la foi en les mérites du sang de Christ, ont des mains propres et un cœur pur, recevront le vêtement blanc, la couronne de justice et une vie parallèle à celle de Dieu. Il n’y a pas de limites aux bénédictions que nous pouvons recevoir en réponse à une prière sincère et fervente. L’amour de Dieu pour l’homme déchu est incommensurable ; si notre Père voit que nous ne nous enorgueilliront pas des bénédictions qu’il a le pouvoir de déverser sur nous mais les recevons avec des cœurs humbles et reconnaissants, il répondra abondamment à nos requêtes. Il déclare : «Demandez, et l’on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe» (Matthieu 7:7-8).”–The Signs of the Times, 23 décembre 1888.

Site Internet Officiel : http://www.sdarm.org

“Nous sommes parfois tentés de penser que la promesse «Demandez, et l’on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira» n’est pas accomplie si la réponse ne vient pas immédiatement après la requête. C’est un privilège pour nous de demander des bénédictions spéciales et de croire qu’elles nous seront accordées. Mais si les bénédictions réclamées ne nous sont pas immédiatement accordées, nous ne devons pas penser que nos prières n’ont pas été entendues. Nous recevront, même si la réponse est quelque peu retardée. Lorsqu’il met à exécution le plan de la rédemption, Christ voit assez de choses dans l’humanité pour le décourager. Mais il ne s’est pas découragé. Plein de miséricorde et d’amour, il continue à nous offrir des occasions et des privilèges. Nous devons nous reposer ainsi dans le Seigneur et nous attendre patiemment à lui.”–The Youth’s Instructor, 6 avril 1899.

E-mail (Etats-Unis): sdarm@worldnet.att.net

Vendredi

Réalisation : Seventh Day Adventist Reform Movement P.O. Box 7240 Roanoke, VA 24019 — 5048 USA

Traduction et distribution en France : Eglise Adventiste du 7ème Jour, Mouvement de Réforme 11 rue de Viry 91600 Savigny/Orge — France

REVISION ET SUJETS DE REFLEXION 1. 2. 3.

Abonnement : 15,24 € /an (à régler à l’adresse ci-dessus)

4. 5.

imprimé en France

26 septembre

Qu’est-ce qui est nécessaire pour recevoir dans sa plénitude le SaintEsprit promis ? Pourquoi avons-nous besoin de prier à propos des dangers qui s’intensifient en ces derniers jours ? Comment la prière peut-elle faire la différence en ce qui concerne l’inévitable crise du dimanche ? Que révèlent les prières du reste en temps de détresse au sujet des priorités ? Y a-t-il un temps où la prière n’est pas nécessaire ?

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

71

N’OUBLIEZ PAS L’OFFRANDE SPÉCIALE DU PROCHAIN SABBAT

15 La prière d’intercession

Les Leçons de l’Ecole du Sabbat sont un programme d’étude quotidienne, basé uniquement sur la Bible et l’Esprit de Prophétie sans ajout de commentaires. Les notes sont aussi brèves que possible pour préserver une pensée concise et directe. Des crochets [ ] sont utilisés dans certains cas afin d’assurer la clarté du texte, une lecture facile et de préciser le contexte. Une lecture plus approfondie des livres originaux est vivement recommandée.


Mercredi

24 septembre

Avant-propos

4.

LE TEMPS DE DETRESSE

a.

Comment le peuple de Dieu va-t-il faire l’expérience du temps de détresse ? Jérémie 30:5-7.

“Le temps de détresse et d’angoisse qui nous attend exigera une foi qui puisse supporter la fatigue et la faim, une foi qui ne faiblira pas, quoique rigoureusement éprouvée. La période d’épreuve est accordée à tous pour qu’ils se préparent pour ce temps-là. Jacob fut le plus fort, parce qu’il fut persévérant et résolu. Sa victoire montre la puissance de la prière importune. Tous ceux qui s’attacheront aux promesses de Dieu comme il le fit, et qui sont sincères et persévérants comme il le fut, réussiront comme il a réussi. Ceux qui ont de la répugnance à renoncer à euxmêmes, à s’abaisser avec larmes devant Dieu, à prier longtemps et ardemment pour obtenir sa bénédiction, ne l’obtiendront pas. Combien peu de chrétiens savent ce que c’est que de lutter avec Dieu ! Combien peu ont jamais soupiré après Dieu, avec une véhémence qui mette en jeu toutes les puissances de l’âme ! Quand les ténèbres d’un désespoir qu’aucun langage ne peut exprimer passent sur le suppliant, combien peu s’attachent avec une foi inébranlable aux promesses de Dieu !”–Le Grand Conflit, pages 633-634 [TDS, p. 674; CI, p. 663]. “Bien qu’entouré d’ennemis résolus à l’écraser, le peuple de Dieu ne sera pas inquiet à cause des persécutions. Il craindra de ne s’être pas repenti de tous ses péchés et de s’être privé, en raison de quelque faute, du bénéfice de cette promesse du Sauveur : «Je te garderai aussi à l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre.» S’il avait l’assurance de son pardon, il ne reculerait ni devant la torture, ni devant la mort ; mais il redoutera de perdre la vie par sa propre faute et de jeter l’opprobre sur le nom de Dieu. De tous côtés, les croyants n’entendent parler que de complots et de trahisons et verront s’organiser des machinations meurtrières. Ils éprouveront alors un désir intense de voir la fin du règne de l’apostasie et de la méchanceté. Et tandis qu’ils supplieront Dieu à cet effet, ils se reprocheront de n’avoir pas plus de puissance pour contenir la marée montante du mal. Ils se diront que s’ils avaient toujours employé leurs facultés au service du Christ, s’ils s’étaient constamment fortifiés, Satan aurait moins de pouvoir contre eux. Mais, tout en s’affligeant devant Dieu de leurs nombreux péchés, ils se rappelleront leur repentir et se réclameront de cette promesse du Sauveur :«Qu’on me prenne pour refuge, qu’on fasse la paix avec moi, qu’on fasse la paix avec moi.» Leur foi ne les abandonnera pas parce que leurs prières ne seront pas aussitôt exaucées.”–La Tragédie des Siècles, pages 671-672 [GC, pp. 631-632; CI, pp. 660661].

Pendant les trois prochains mois, les étudiants de l’Ecole du sabbat du monde entier auront leur attention dirigée sur La Puissance de la Prière. Qu’est-ce que la prière et pourquoi est-elle si puissante ? “Prier, c’est ouvrir à Dieu son cœur comme on le ferait à son plus intime ami. Non pas que la prière soit nécessaire pour instruire Dieu sur ce qui nous concerne, mais elle nous met à même de le recevoir. La prière ne fait pas descendre Dieu jusqu’à nous : elle nous élève jusqu’à lui.” (Vers Jésus, page 93). La prière fut l’instrument de l’avènement et du progrès de l’Adventisme du Septième Jour. C’est par le jeûne et la prière que la lumière, la vérité et l’unité parvinrent aux premiers croyants. En mars 1865, après que les Etats-Unis aient subi quatre années décourageantes de guerre civile, les frères adventistes dispersés mirent à part quatre jours de prières ardentes et pressantes afin que ces vents de conflit soient contenus. Vers le mois d’avril, la fin de la guerre était là. Le peuple de Dieu ne s’était pas armé d’instruments de guerre mais il avait contribué au bien des autres dans une autrement plus grande mesure en recherchant intensément le Dieu des cieux. “N’est-il pas surprenant que nous priions si peu ? Dieu est tout disposé à exaucer les prières du plus humble de ses enfants, et pourtant ce n’est qu’à contrecœur, semble-t-il, que nous lui faisons connaître nos besoins. Que peuvent penser des humains – êtres chétifs et misérables, sujets à la tentation – les anges du ciel, quand ils les voient prier si rarement et avec si peu de foi, alors que le Dieu d’amour veille sur eux avec la plus tendre sollicitude, prêt à leur donner plus qu’ils ne peuvent demander ou même penser ? … Comment les fils et les filles de Dieu peuvent-ils avoir de la répugnance à prier, alors que la prière est, dans la main de la foi, la clé qui ouvre les trésors du ciel où sont renfermées les ressources infinies de la toute-puissance ? Sans la prière continuelle et sans une vigilance qui ne se dément jamais, nous sommes en danger de tomber dans l’indifférence et de nous éloigner du droit sentier.” (Vers Jésus, pages 94-95). “A notre époque, il devrait y avoir parmi le peuple de Dieu de fréquents moments de prières sincères et ardentes. L’esprit devrait être constamment en prière. Que l’on offre à la maison et à l’église des prières ferventes en faveur de ceux qui se sont consacrés à la prédication de la Parole. Que les croyants prient comme le faisaient les disciples après l’ascension de Christ.” (In Heavenly Places, page 93). “Le Seigneur désire que nous nous améliorions dans la prière et que nous offrions nos sacrifices spirituels avec une foi et une force croissantes.” (Idem, page 78). Frères, sœurs et amis : les trois prochains mois pourraient changer le cours de l’histoire. Que ces buts soient placés en premier lieu dans l’esprit des étudiants de l’Ecole du Sabbat où qu’ils se trouvent ! Le Département de l’Ecole du Sabbat de la Conférence Générale. Aux moniteurs de l’Ecole du Sabbat : Si vous désirez recevoir le Bulletin de Nouvelles de l’Ecole du Sabbat (en anglais), veuillez envoyer vos coordonnées à P.O. Box 7240, Roanoke, VA 24019, U.S.A Veuillez préciser le nom de votre Ecole du Sabbat.

70

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

3


Mardi

Sabbat 5 juillet 2003

Offrande spéciale

23 septembre

3.

L’OPPRESSION EST PROCHE

a.

Comment devons-nous nous préparer pour la crise à venir ? Apocalypse 7:1-3; 13:11, 13-17.

pour les Philippines L’œuvre de la Réforme commença aux Philippines dans les années cinquante. Commençant dans la ville de Davao, au sud, le message se répandit bientôt dans tout l’archipel. Vers 1959, les efforts des missionnaires et des ouvriers bibliques furent récompensés par la création de l’Union Philippine. Cette Union a aujourd’hui le plus grand nombre de membres de toutes les unités en Asie. Au cours des années, l’Union Philippine s’est engagée dans un grand nombre de programmes missionnaires destinés au public. Pour faciliter ce travail, une école missionnaire a fonctionné et a formé des ouvriers destinés à remplir le mandat évangélique. L’Union et l’école missionnaire ont également formé beaucoup de colporteurs. Ils ont été une force motrice dans la prédication de l’évangile. La maison d’édition de l’Union a imprimé de nombreux livres pour fournir un matériel aux ouvriers. Il y a, parmi les livres publiés, un guide Statistiques des herbes et des plantes qui s’appelle Plantes et Santé. Ces efforts ont eu pour résultat la conversion de nombreuses âmes au Seigneur. Elles ont maintenant besoin de lieux pour les assemblées spirituelles. Au cours des dernières cinquante années les frères ont construit de petites chapelles dans tout le pays pour répondre à leur besoins. Mais la situation économique des Philippines et de bien des membres est très pauvre. C’est la raison pour laquelle nous faisons appel à vous pour assister l’Union Philippine dans sa mission consistant à implanter de nouvelles églises. Veuillez vous souvenir de nous dans vos prières et, le 5 juillet, faites un don généreux au cours de l’offrande de l’école du sabbat.

Vos frères des Philippines.

PROJECT 04B 4

• Superficie : 300 000 km2 • Population : 84 525 639 h (estimation 2002) • Capitale : Manille (12 000 000 h) • Taux d’alphabétisation : 94 % (2000) • Langues : Philippin (basé sur le Tagalog), Anglais, nombreux dialectes régionaux. • Religions : Catholique Romaine (83 %), Protestante (9 %), Musulmane (5 %) Economie • Monnaie : Peso • PNB : 335 Milliard de $ ; 4000 $/h (estimation 2001) • Inflation : 6 % (estimation 2001) • Principaux partenaires commerciaux : E-U, Japon, Union européenne

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

“Nous ne sommes pas prêts à affronter les conséquences qui résulteront de l’obligation du repos dominical. Il est de notre devoir, à mesure qu’apparaissent les signes du péril, de nous mettre au travail. Que nul ne se laisse aller à une molle expectative des événements futurs, en s’encourageant à l’idée que cela doit se réaliser puisque la prophétie l’a prédit et que le Seigneur prendra soin de son peuple. Nous n’exécutons pas sa volonté en demeurant dans une attitude passive, en ne faisant rien pour défendre la liberté de conscience. Nous devrions faire monter vers le ciel des prières ferventes et efficaces pour que cette calamité soit écartée jusqu’à ce que l’œuvre, que nous avons si longtemps négligée, soit accomplie. Prions avec plus d’ardeur et travaillons en harmonie avec nos prières. Satan peut paraître vainqueur, la vérité peut être dominée par l’erreur, le peuple que Dieu protège de son bouclier et le pays qui a été un asile pour les défenseurs de la vérité et pour ceux qui ont souffert par motif de conscience peuvent sembler en danger. Mais Dieu rappellera aux siens les hauts faits qu’il a accomplis jadis pour les délivrer de leurs ennemis. Il a toujours choisi les moments les plus critiques, ceux où il ne semblait pas possible d’échapper aux pièges de Satan, pour faire éclater sa puissance. Les besoins de l’homme fournissent à Dieu l’occasion d’intervenir. Peutêtre qu’un répit est accordé au peuple de Dieu pour qu’il se réveille et fasse luire sa lumière. Si la présence de dix justes avait pu sauver les cités impénitentes de la plaine, n’est-il pas possible que Dieu, en réponse aux supplications de son peuple, tienne en échec ceux qui veulent supprimer sa loi? Ne voulons-nous pas humilier profondément nos cœurs devant lui ? N’irons-nous pas au trône de la miséricorde pour demander au Seigneur de manifester sa grande puissance ?–Témoignages, volume 2, pages 375-376. “Avec une foi inébranlable, nous devrions demander à Dieu, d’une manière toute particulière, qu’il communique maintenant à son peuple la grâce et la puissance. Nous ne croyons pas que nous soyons tout à fait arrivés au temps où nos libertés seront restreintes. … [Apocalypse 7: 1, 3]. Ces versets font allusion à l’œuvre que nous devons faire présentement. Une grande responsabilité repose sur les hommes et sur les femmes animés d’un esprit de prière, un peu partout dans le monde, pour qu’ils demandent au Seigneur de dissiper les nuages du mal et de nous donner encore quelques années de grâce afin d’accomplir l’œuvre du Maître. Crions à Dieu afin qu’il retienne les vents jusqu’à ce que des missionnaires soient envoyés dans toutes les parties du monde pour proclamer l’avertissement divin contre la désobéissance à la loi de Jéhovah.”–Idem, pages 379-380.

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

69


Lundi

22 septembre

2.

DANGERS ACTUELS

a.

Alors que nous approchons de la fin, pourquoi devons-nous prier pour nous-mêmes et pour les autres afin d’être fortifiés contre les implacables tromperies du spiritisme ? Apocalypse 13:11-14; 18:21-23.

Leçon 1

Sabbat 5 juillet 2003

Notre besoin de prière “Vous me chercherez, et vous me trouverez, si vous me cherchez de tout votre cœur.” (Jérémie 29:13).

“Il est peu de gens qui aient une juste conception de la puissance séductrice du spiritisme et du danger qu’il y a de tomber sous son influence. Beaucoup de gens jouent avec lui, simplement pour satisfaire leur curiosité. Ils n’ont pas une foi réelle, et seraient remplis d’horreur à la pensée de s’abandonner à l’influence spirite. Mais ils s’aventurent sur un terrain défendu, et le puissant destructeur exerce son ascendant sur eux, contre leur volonté. Qu’ils soient un jour induits à abandonner leur intelligence à sa discrétion, et il les tiendra alors captifs. Il est impossible qu’avec leur propre force, ils brisent ce charme fascinateur et attrayant. La puissance de Dieu accordée en réponse à l’ardente prière de la foi, peut seule délivrer ces âmes prises au piège.”–Le Grand Conflit, page 568. [TDS, page 607, CI, pages 594595].

“La prière est la respiration de l’âme. C’est le secret de la puissance spirituelle.”–Le Ministère Evangélique, page 249.

1.

UN PONT TENDU SUR L’ABIME

b.

a.

Comment et pourquoi la communication directe avec notre Créateur a-telle été coupée ? Genèse 3:6-10. Qu’est-ce que Jésus nous a expliqué au sujet de la seule façon de la rétablir ? Jean 14:6; 16:19-28.

Comment devons-nous échapper aux grands dangers d’aujourd’hui ? 2 Corinthiens 3:18; 11:3-4.

“Nous courons un danger continuel : celui de nous élever au-dessus de la simplicité de l’Evangile. Certains ont un intense désir de surprendre le monde avec quelque chose d’inédit et d’extasiant, qui offre une expérience toute nouvelle. Il est vrai qu’il faut apporter un changement à l’expérience actuelle, car le caractère sacré de la vérité présente n’est pas reconnu comme il devrait l’être ; cependant ce qu’il nous faut c’est un changement du cœur que chaque individu doit obtenir pour son compte en recherchant la bénédiction divine, en suppliant Dieu d’accorder sa puissance, en demandant avec ferveur que sa grâce descende sur nous et que nos caractères en soient transformés. Voilà le changement dont nous avons besoin aujourd’hui ; pour réaliser cette expérience il faut déployer les efforts les plus énergiques, les plus persévérants, et manifester le zèle le plus sincère. Nous devons demander sérieusement : «Que dois-je faire pour être sauvé ?» Il nous faut surveiller les pas que nous faisons vers le ciel.”–Messages Choisis, volume 1, pages 219220. c.

Comment Dieu illustre-t-il l’aide qu’il nous apporte ? Exode 19:4; Deutéronome 32:11-12.

68

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

Lectures proposées :

Vers Jésus ou Le Meilleur Chemin, chapitre 11, Prière et louange. Témoignages, volume 1, pages 18-20.

Dimanche

29 juin

“La distance entre le ciel et la terre peut paraître très grande car le péché a creusé un énorme gouffre. Il a séparé l’homme de Dieu et a apporté malheur et misère à la race humaine. Mais Christ s’est jeté lui-même dans la brèche. C’est lui qui a ouvert la communication entre l’homme et Dieu.”–Bible Echo and Signs of the Times, 15 janvier 1889. “A cause de la transgression, cette terre a été retranchée du continent céleste. La communication entre l’homme et son Créateur a cessé mais un chemin a été ouvert afin qu’il puisse retourner à la maison du Père. Jésus est «le chemin, la vérité et la vie» (Jean 14:6). Les portes du ciel ont été laissées entrouvertes et l’éclat du trône de Dieu brille dans le cœur de ceux qui l’aiment même s’ils vivent sur une terre tourmentée par le péché. La lumière entourant le divin Fils de Dieu jaillira sur le chemin de tous ceux qui suivent l’empreinte de ses pas.”–The Review and Herald, 28 février 1888. “Nous devons prier au nom de Christ, notre Médiateur. Nos prières n’ont de valeur que si elles sont offertes en son nom. Il a tendu un pont sur l’abîme qu’a ouvert le péché. Par son sacrifice expiatoire il s’est attaché ceux qui croient en lui et il les a attachés à son Père. Il est le seul nom sous le ciel par lequel nous puissions être sauvés.”–The Signs of the Times, 18 novembre 1903. Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

5


Lundi

30 juin

2.

“CET HOMME ACCUEILLE DES GENS DE MAUVAISE VIE”

a.

Quelle devrait être notre attitude pendant la prière ? Matthieu 6:7; Luc 18:9-14.

Leçon 13

Sabbat 27 septembre 2003

Le Reste final “La fin de toutes choses est proche. Soyez donc sages et sobres, pour vaquer à la prière.” (1 Pierre 4:7).

“Il y a deux sortes de prières–la prière formelle et la prière de la foi. La répétition de phrases toutes faites et habituelles tandis que le cœur ne ressent aucun besoin de Dieu est une prière formelle. … Nous devrions être extrêmement prudents dans toutes nos prières, exprimer les besoins de notre cœur et ne dire que ce que nous pensons. Les paroles fleuries dont nous disposons ne sont pas l’expression d’un désir sanctifié. Les prières les plus éloquentes ne sont que de vaines répétitions si elles n’expriment pas les véritables sentiments du cœur. Mais la demande qui vient d’un cœur sincère, celle qui exprime les besoins de l’âme comme si l’on demandait une faveur à un ami en s’attendant à être exaucé, voilà la prière de la foi. Le publicain qui alla au temple pour prier est l’exemple d’un adorateur sincère et fervent. Il se sentait pécheur et son grand besoin le conduisit à exprimer avec ardeur son profond désir «O Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur.»”–The Signs of the Times, 14 août 1884. b.

Quel trait distinctif de Jésus devrait entretenir notre espoir ? Luc 15:1-2. Que répondit Jésus aux accusations portées contre lui ? Luc 5: 30-32.

“Les Juifs enseignaient que le pécheur devait se repentir avant que Dieu pût lui accorder son amour. A leurs yeux, la repentance était une œuvre que les hommes devaient accomplir d’eux-mêmes et par laquelle ils gagnaient la faveur du ciel. Cette pensée poussait les Pharisiens à s’écrier avec étonnement et colère : «Cet homme accueille des gens de mauvaise vie.» Selon eux, Dieu ne pouvait permettre qu’aux repentis de s’approcher de lui. Mais Jésus enseigne que le salut ne vient pas du fait que nous recherchions Dieu mais du fait que Dieu nous cherche. La repentance prend naissance dans le cœur par la contemplation de l’amour de Christ qui donna sa vie pour sauver le pécheur. C’est la bonté de Dieu manifestée en Christ qui adoucit le cœur. C’est la vertu issue de Jésus qui inspire à l’âme de se détourner du péché. Nous ne nous repentons pas pour que Dieu puisse nous aimer mais lui nous révèle son amour afin que nous puissions nous repentir. Ainsi notre repentance n’est pas la raison qui pousse Dieu à nous aimer mais le fruit de cet amour.”–The General Conference Bulletin, 1er décembre 1895.

6

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

“Il nous faut prier comme nous n’avons jamais prié auparavant pour le baptême du Saint-Esprit car s’il y eût jamais un temps où nous avons besoins de ce baptême c’est maintenant.”–The Upward Look, page 346. Lectures proposées :

Témoignages, volume 2, pages 372-380. Le Grand Conflit, chapitre 39, ‘Le temps de détresse”.

Dimanche

21 septembre

1.

UN SUJET DE PRIERE

a.

Quel est véritablement notre plus pressant besoin à l’heure actuelle ? 1 Pierre 4:7; Zacharie 10:1.

“Il rentre dans le plan de Dieu de nous accorder, en réponse à la prière de la foi, ce qu’il ne nous accorderait pas autrement.”–Le Grand Conflit, page 533 [TDS, 573; CI, 561]. “Le plus grand et le plus urgent de nos besoins, c’est celui d’un réveil de la véritable piété parmi nous. Notre premier souci devrait être de le rechercher. Il convient de déployer les efforts les plus vigoureux pour obtenir la bénédiction du Seigneur, non parce que nous ne sommes pas prêts à la recevoir. Notre Père céleste est plus disposé à communiquer son Esprit à ceux qui le lui demandent que des parents terrestres ne le sont de donner de bonnes choses à leurs enfants. Mais c’est à nous de remplir les conditions sur la base desquelles Dieu a promis d’accorder sa bénédiction, par une confession de nos péchés accompagnée d’humiliation, de repentance et de prière fervente. Un réveil ne peut être conçu que comme une réponse à la prière. Aussi longtemps que l’on est si dénué d’Esprit Saint, on ne peut apprécier la prédication de la Parole ; mais dès que la puissance de l’Esprit touche les cœurs, les discours prononcés ne restent pas sans effet. Guidés par les enseignements de la Parole de Dieu, accompagnés de la manifestation de son Esprit, dans un travail fait avec tact, ceux qui participent à nos assemblées acquerront une précieuse expérience ; de retour à leurs foyers ils exerceront une saine influence.”–Messages Choisis, volume 1, pages 141-142. Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

67


Jeudi

18 septembre

Mardi

1er juillet

5.

GARDER LE LIEN

3.

TOUS SONT INVITES

a.

Qu’est-ce qui résume la vie de prière de l’église primitive et comment cela doit-il nous encourager ? Romains 12:12.

a.

Quel réconfort trouvons-nous à rechercher la bénédiction du ciel quand nous constatons notre état de péché ? Hébreux 4:15-16.

“Lorsque nous lisons la vie d’hommes éminents pour leur piété nous considérons souvent leur expérience et leurs réalisations comme bien au-delà de notre portée. Mais ce n’est pas le cas. Christ est mort pour tous et nous sommes assurés dans sa Parole qu’il est davantage prêt à donner son Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent que le sont des parents terrestres à donner de bonnes choses à leurs enfants. Les prophètes et les apôtres n’ont pas formé des caractères parfaits par miracle. Ils se sont servis des moyens que Dieu a placés à leur portée ; tous ceux qui fourniront le même effort s’assureront les mêmes résultats.”–The Sanctified Life, page 83. b.

Selon Pierre, qu’est-ce qui est un empêchement aux prières des hommes ? 1 Pierre 3:7. Quel autre avertissement nous est adressé concernant ce qui empêche les prières d’être exaucées ? Psaume 66:18; Proverbes 28:9; Esaïe 58:1-5.

“Il est question ici de gens qui ont une haute profession de piété, qui ont l’habitude de prier et qui prennent plaisir à des exercices religieux. Néanmoins, il y a chez eux une lacune. Ils constatent que leurs prières ne sont pas exaucées. Le ciel ne tient aucun compte de leur ferveur et de leur zèle ; aussi est-ce sincèrement qu’ils demandent au Seigneur pourquoi il ne leur répond pas. Ce n’est pas qu’il y ait négligence de la part de Dieu. La faute en est à eux. Alors qu’ils professent la piété, ils ne portent pas des fruits à la gloire de Dieu et leurs œuvres ne sont pas ce qu’elles devraient être. Ils négligent des devoirs évidents. Tant qu’ils ne s’en acquittent pas, l'exaucement de leurs prières ne peut tourner à la gloire de Dieu.”–Témoignages, volume 1, pages 240-241.

Vendredi

2. 3. 4. 5. 66

“Jésus vous reçoit et vous accueille comme son propre ami. Il vous aime. Il s’est engagé à ouvrir devant vous tous les trésors de sa grâce. Il dit : Sers-toi de mon nom, ce sera ton passeport pour le cœur de mon Père et pour toutes les richesses de sa grâce.”–The Signs of the Times, 28 février 1906. b.

Quel genre de prière reçoit toujours une réponse positive et immédiate ? Psaume 51:2-13; 1 Jean 1:9; 5:14-15.

19 septembre

REVISION ET SUJETS DE REFLEXION 1.

“Nous ne devons pas être accablés par la pensée de nos péchés et de nos erreurs au point de cesser de prier. Certains prennent conscience de leur grande faiblesse et de leur péché et se découragent. Satan jette son ombre entre eux et le Seigneur Jésus, leur sacrifice expiatoire. Ils se disent : Il est vain pour moi de prier. Mes prières sont tellement mêlées de mauvaises pensées que le Seigneur ne les écoutera pas. Ces suggestions viennent de Satan. Dans son humanité, Christ rencontra la tentation et y résista. Il sait comment secourir ceux qui sont ainsi tentés. Pour nous, il «a présenté avec de grands cris et avec larmes des prières et des supplications» (Hébreux 5:7). Certains, ne comprenant pas que leurs doutes viennent de Satan, deviennent pusillanimes et perdent la bataille. Ne cessez pas de prier parce que vos pensées sont mauvaises. Si nous pouvions avec nos propre sagesse et force prier correctement nous pourrions aussi vivre correctement et nous n’aurions pas besoin d’un sacrifice expiatoire. Mais l’imperfection est le lot de toute l’humanité. Eduquez et entraînez votre esprit à dire en toute simplicité au Seigneur ce dont vous avez besoin. Lorsque vous présenterez vos demandes à Dieu en cherchant le pardon de vos péchés, une atmosphère plus pure et plus sainte enveloppera votre âme.”–The Signs of the Times, 18 novembre 1903.

Quelle devrait être la première chose que nous fassions avant de témoigner ? Comment Jean et Pierre sont-ils devenus si puissants en Christ ? Etes-vous reconnaissant en toutes choses ? Comment pouvons-nous aider nos pasteurs dans leur travail ? Quels éléments dans les prières des premiers chrétiens sont toujours manquant parmi nous ? Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

“Quand nous quêtons des bienfaits terrestres, la réponse à nos prières peut subir un délai, et il se peut que Dieu ne nous donne pas exactement ce que nous avons souhaité ; il en va tout autrement quand nous prions pour être délivrés du péché. Car Jésus veut toujours nous nettoyer du péché, pour faire de nous ses enfants, et nous mettre à même de vivre d’une manière sainte. Le Christ «s’est donné lui-même pour nos péchés, afin de nous arracher au présent siècle mauvais, selon la volonté de notre Dieu et Père» (Galates 1:4).”–Jésus-Christ, page 251.

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

7


Mercredi

2 juillet

Mercredi

17 septembre

4.

OBTENIR DES RESULTATS

4.

CETTE VERITE DOIT ETRE DIFFUSEE

a.

Qu’est-ce qui donne de l’efficacité à la prière ? Marc 11:22-26; Jacques 1:6.

a.

Quelle portée avaient les réponses aux prières de Corneille et de Pierre ? Actes 10:1-2, 9-16, 25-35.

“La vie de l’âme dépend de sa communion habituelle avec Dieu. Elle fait connaître ses besoins et le cœur est prêt à recevoir de nouvelles bénédictions. La gratitude sort de lèvres sincères et le rafraîchissement reçu de Jésus se manifeste en paroles, en actes de bienfaisance et en dévotion publique. Le cœur est plein d’amour pour Jésus et quand il existe, l’amour n’est pas réprimé mais s’exprime. La prière secrète soutient la vie intérieure. Le cœur qui aime Dieu désirera communier avec lui et se reposera sur lui dans une sainte confiance.”–The Review and Herald, 22 avril 1884. b.

A quelle fréquence devons-nous prier ? 1 Thessaloniciens 5:17; Psaume 16:8.

“Nous pouvons parler avec Jésus tout en cheminant, et il nous dit : «Je suis à ta droite. Il nous est possible de communier avec Dieu dans nos cœurs et de marcher en compagnie du Christ. Au cours de notre travail quotidien, nous pouvons exprimer un désir sans qu’il soit perçu par une oreille humaine. Mais ce vœu silencieux n’est pas perdu. Rien ne peut étouffer les désirs de l’âme. Ils s’élèvent au-dessus des bruits de la rue, au-dessus du vacarme des moteurs. C’est à Dieu que nous parlons, et notre prière est entendue.”–Le Ministère Evangélique, pages 251-252. c.

Quelle assurance Dieu nous donne-t-il concernant la prière ? Jérémie 29:12-13; Jacques 5:16.

“L’histoire de Corneille renferme une leçon dont nous ferions bien de nous pénétrer. Le Dieu du ciel avait envoyé ses messagers ici-bas pour mettre en œuvre toute une série de circonstances qui devaient permettre à Pierre d’entrer en rapport avec Corneille, afin que ce dernier puisse avoir connaissance de la vérité. Grâce au ministère des anges, Pierre fut donc mis en contact avec des personnes bien disposées qui étaient toutes prêtes à écouter le message de la vérité et à recevoir davantage de lumière. … La conversion de Corneille et de sa famille ne fut que les premiers fruits qui devaient être recueillis dans le monde. Par l’intermédiaire de cette famille, une œuvre de grâce se répandit à travers toute une ville païenne.”–Evangéliser, page 501. b.

“J’ai vu que nous ne sommes pas plus en sécurité aujourd’hui en ce qui concerne les faux docteurs qu’aux jours des apôtres, et nous devrions au moins prendre des mesures aussi énergiques que les leurs pour assurer la paix, l’harmonie et l’unité du troupeau. Nous avons leur exemple, et il nous faut le suivre. Des frères d’expérience et de jugement sûr doivent se réunir, et selon la Parole de Dieu et la sanction du saint-Esprit, après de ferventes prières, imposer les mains à ceux qui ont donné la preuve indubitable qu’ils ont reçu de Dieu leur mission, afin de les mettre à part pour qu’ils se consacrent entièrement à son œuvre. Cet acte montrera que l’Eglise sanctionne leur départ comme messagers du Seigneur pour proclamer le message le plus solennel qui ait jamais été confié aux hommes.”–Premiers Ecrits, page 101. c.

“La prière issue d’un cœur sincère et plein de foi est une prière effective et fervente qui a une grande valeur. Dieu ne répond pas toujours à nos prières comme nous nous y attendons car il se peut que nous ne demandions pas ce qui serait le mieux pour nous ; mais dans son amour et sa sagesse infinis il nous donnera ce dont nous avons le plus besoin.”–Testimonies, volume 4, page 531. d. 8

Comment sommes-nous invités à prier ? Luc 18:1-8. Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

Que firent les apôtres à Jérusalem lorsqu’ils entendirent que la Parole de Dieu avait été reçue en Samarie ? Actes 8:14-17.

Quel devoir spécifique avons-nous tous envers nos pasteurs, évangélistes et ouvriers bibliques qui travaillent dans la vigne du Seigneur ? Ephésiens 6:18-20.

“Ceux qui ne vont pas de lieu en lieu pour travailler, peuvent se saisir du bras de Dieu par la foi vivante. Ils peuvent prier que le Dieu des cieux aident ceux qui portent la vérité aux autres.”–The Review and Herald, 29 juin 1886. Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

65


Mardi

16 septembre

Jeudi

3 juillet

3.

RECONNAISSANCE ET REVERENCE

5.

LA FORCE D’EN HAUT

a.

Avec quel genre d’attitude Paul et Silas prièrent-ils lorsqu’ils furent jetés en prison avec rudesse à Philippes et comment cela toucha-t-il le cœur du geôlier ? Actes 16:16-34.

a.

Comment la prière peut-elle encourager les ouvriers fatigués ? Esaïe 40:31.

“Paul et Silas acceptèrent de tout perdre. Ils furent flagellés et jetés rudement sur la froide pierre d’un cachot, dans une position pénible, leurs pieds retenus par de lourdes chaînes. L’oreille du geôlier entendit-elle leurs plaintes ? Non, du fond de la prison, leurs voix rompirent le silence de minuit et s’élevèrent en chants de joie et de reconnaissance. Le courage de ces disciples avait pour origine leur profond et ardent amour pour la cause de leur Rédempteur, pour lequel ils souffraient.”–Témoignages, volume 1, pages 444-445. b.

Comment l’attitude de Pierre promut-elle la gloire de Dieu à Joppé ? Actes 9:36-42.

“Ordonnant [que ces femmes] sortent de la chambre, il se mit à genoux et adressa au Seigneur une fervente prière pour qu’il redonne la vie et la santé à Dorcas.”–Conquérants Pacifiques, page 118. c.

Qu’est-ce que Dieu poussa Ellen White à déclarer concernant notre attitude quand nous prions ?

“Où nos frères ont-ils pris l’idée qu’ils devraient se tenir debout pour prier Dieu ? Quelqu’un qui avait étudié pendant cinq années à Battle Creek a été désigné pour offrir une prière avant que sœur White s’adresse à l’assemblée. Quand j’ai vu qu’il restait debout au moment où une prière allait s’échapper de ses lèvres mon cœur a été agité et j’ai cru devoir le reprendre publiquement. Je l’appelai par son nom et lui dis : «Mettez-vous à genoux.» C’est la position qui convient en tout temps.”–Messages Choisis, volume 2, page 359. d.

Qu’est-ce que l’apôtre Paul vit utile de nous rappeler et pourquoi ? Hébreux 12:28-29.

“[Plusieurs] ouvriers ne pourront pas réussir vraiment tant qu’ils n’auront pas appris le secret de la force. Ils doivent prendre le temps de penser, de prier,d’attendre de Dieu le renouvellement de leurs énergies physiques, mentales, spirituelles. Ils ont besoin de l’action ennoblissante du Saint-Esprit. Tout cela les enflammera d’une vie nouvelle. Leur corps las, leur esprit fatigué seront revigorés, leur cœur lourd sera soulagé.”–Education, page 293. “La prière est la respiration de l’âme. C’est le secret de la puissance spirituelle. On ne saurait lui substituer aucun autre moyen de grâce tout en conservant la santé de l’âme. La prière met l’âme en contact direct avec la Source de la vie ; elle fortifie le nerf et le muscle de l’expérience religieuse.”–Le Ministère Evangélique, page 249. b. Dans quel sens une atmosphère céleste victorieuse entoure-t-elle l’âme ayant prié ? Esaïe 26:3.

“Si nous avons constamment le Seigneur devant les yeux, si de nos cœurs s’élèvent sans cesse jusqu’à Lui des sentiments de reconnaissance et des actions de grâces, notre vie religieuse aura une fraîcheur éternelle. Nos prières prendront la forme d’un entretien avec Dieu ; nous pourrons converser avec lui comme avec un ami. Il nous fera personnellement part de ses mystères.”–Les Paraboles, page 127 ou 106. “Le Seigneur dit : Va de l’avant ; je comprends ton cas et je t’enverrai de l’aide. Continue à prier. Aie confiance en moi. Tu demandes pour la gloire de mon nom et tu recevras. Je serai honoré devant ceux qui attendent ton échec d’un œil critique. Ils verront la vérité triompher glorieusement.”–Our High Calling, page 127.

Vendredi

4 juillet

REVISION ET SUJETS DE REFLEXION “Certaines personnes pensent que c’est une marque d'humilité que de prier Dieu dans un langage ordinaire, comme si elles s’adressaient à un être humain. Elles profanent le nom de Dieu en mettant dans leurs prières, d’une manière irrespectueuse et sans nécessité, les mots : «Dieu tout-puissant», ces mots redoutables, sacrés, qui ne devraient jamais venir sur nos lèvres sans que nous soyons remplis d’un sentiment de soumission et de crainte.”–Le Ministère Evangélique, pages 170-171.

1.

64

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

2. 3. 4. 5.

Quand la nécessité de la prière fut-elle ressentie pour la première fois et jusqu’à quand ce besoin durera-t-il ? Comment pouvons-nous être certains que le ciel accueille nos prières ? Quels sont quelques-uns des bienfaits que l’on peut retirer de la prière ? Comment savons-nous que nos prières sont entendues ? Quel encouragement pouvons-nous trouver dans la Bible ? 9


Leçon 2

Sabbat 12 juillet 2003

Les premiers patriarches

Lundi 2.

L’ONCTION D’EN-HAUT

a.

Que pouvons-nous apprendre de l’action des disciples lorsque les chefs des prêtres et les dirigeants menacèrent Pierre et Jean à cause de leur puissant témoignage pour le Christ ? Actes 4:24-33.

“L’Eternel s’éloigne des méchants, mais il écoute la prière des justes.” (Proverbes 15:29). “Les patriarches étaient des hommes de prière et Dieu fit de grandes choses pour eux.”–The Signs of the Times, 14 août 1884. Lectures proposées :

Testimonies, volume 8, pages 329-331. Patriarches et Prophètes, chapitre 18 “La lutte nocturne”.

Dimanche

6 juillet

1.

LA PRIERE AUX TEMPS ANCIENS

a.

Dans les paroles de l’apôtre Pierre, de qui “tous les prophètes [rendentils] témoignage” ? Actes 10: 36-43. Citez les noms de quelques patriarches qui connaissaient Christ en tant que Sauveur. Romains 5:12-15.

“Toutes les relations qui ont été établies entre le ciel et notre humanité déchue ont eu le Fils de Dieu pour intermédiaire. C’est le Fils de Dieu qui fit la promesse de la rédemption à nos premiers parents, et c’est lui qui se révéla aux patriarches. Adam, Noé, Abraham, Isaac, Jacob et Moïse connaissaient l’Evangile. Ils attendaient leur salut d’un substitut qui se porterait garant de l’humanité. Ils s’entretenaient avec celui qui devait s’incarner ici-bas, et quelques-uns d’entre eux ont même parlé face à face avec lui et avec ses anges.”–Patriarches et Prophètes, pages 342-343 ou 368.

“Par la grâce de Christ les apôtres furent faits ce qu’ils étaient. Une dévotion humble et sincère, la prière fervente, les amenèrent en étroite communion avec lui. Ils s’asseyèrent ensemble dans les lieux célestes. Ils réalisèrent la grandeur de leur dette envers lui. Ils obtinrent l’onction du Saint-Esprit puis ils partirent, chargés du poids des âmes à sauver, remplis de zèle pour accroître le nombre des triomphes de la croix. Grâce à leur travail, bien des âmes furent conduites des ténèbres à la lumière et plusieurs églises furent fondées. Serons-nous moins sérieux que les apôtres ? Ne nous réclamerons-nous pas, par une foi vivante, des promesses qui les émurent jusqu’au plus profond de leur être et qui les poussèrent à en appeler au Seigneur Jésus pour l’accomplissement de cette parole : «Demandez, et vous recevrez» (Jean 16:24) ? Le Saint-Esprit de Dieu ne doit-il pas venir aujourd’hui en réponse à la prière fervente et persévérante et remplir les hommes de puissance ? Dieu ne dit-il pas aujourd’hui à ses ouvriers qui prient, qui croient et lui font confiance, qui ouvrent les écritures à ceux qui ignorent la précieuse vérité qu’elle contient : «Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde» ? (Matthieu 28:20). Pourquoi alors l’église est-elle si faible et dépourvue d’esprit ? Tout comme les disciples, remplis de la puissance de l’Esprit, sortirent proclamer l’évangile, ainsi les serviteurs de Dieu doivent le faire aujourd’hui. Remplis d’un désir désintéressé de délivrer le message de miséricorde à ceux qui sont dans les ténèbres de l’erreur et de l’incrédulité, nous devons reprendre l’œuvre du Seigneur. Il nous donne un travail à faire en coopération avec lui et il touchera également les cœurs des incroyants pour qu’ils portent son œuvre dans les régions éloignées. Plusieurs reçoivent déjà le Saint-Esprit et la voie ne sera plus très longtemps bloquée par une indifférence apathique.”–Testimonies, volume 7, pages 32-33. b.

b. Qu’est-ce qui caractérisa la vie de prière d’Adam après sa chute ? 2 Corinthiens 7:10. Comment Dieu renouvela-t-il sa foi, non seulement pour l’éternité, mais même en cette vie temporelle ? Genèse 3:15.

15 septembre

Comment l’église primitive coopéra-t-elle au plan divin pour garder ses messagers de la vérité sur la voie du devoir actif ? Actes 12:1-17.

“La vie d’Adam fut emplie de douleur, d’humilité et d’une repentance continuelle. … Il implora le pardon de Dieu par le Sacrifice promis.”–Spiritual Gifts, volume 3, pages 50-51.

“Seul le sentiment de la présence de Dieu vaincra la peur de l’enfant craintif pour qui la vie serait un fardeau. … Faisons-lui lire la merveilleuse histoire … de Pierre, emprisonné, condamné à mort, à qui l’ange de Dieu apparut et qui fut par lui guidé en lieu sûr, loin des gardes en armes, des lourdes portes, de l’énorme portail d’entrée muni de barres et de verrous.”–Education, page 288.

10

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

63


Leçon 12

Sabbat 20 septembre 2003

L’église primitive

Lundi

7 juillet

2.

ENOCH

a.

Qu’est-ce qui est digne d’être noté à propos d’Enoch ? Genèse 5:23-24.

“Réjouissez-vous en espérance. Soyez patients dans l’affliction. Persévérez dans la prière.” (Romains 12:12). “Nous devons trouver notre force exactement là où les premiers disciples trouvaient la leur : «Tous d’un commun accord persévéraient dans la prière» (Actes 1:14).”–Testimonies, volume 6, page 140. Lectures proposées :

Testimonies, volume 8, pages 9-29 (Témoignages, volume 3, pages 240-252). Conquérants Pacifiques, chapitre premier.

Dimanche

14 septembre

1.

L’EXPERIENCE DE LA CHAMBRE HAUTE

a.

Quelle fut la dernière promesse que fit Jésus à ses disciples avant de monter au ciel ? Actes 1:6-9.

“Priez dans votre chambre ; mais élevez aussi vos cœurs vers le ciel tout en vaquant à vos occupations de chaque jour. C’est ainsi qu’Enoch marchait avec Dieu. La prière silencieuse s’élève comme un précieux encens jusqu’au trône de la grâce. Satan ne pourra jamais vaincre celui dont le cœur est ainsi assuré en Dieu.”–Vers Jésus, page 99 ou Le Meilleur Chemin, page 97. “Marcher avec Dieu, pour Enoch, ce n’était pas se perdre dans l’extase ou la contemplation, mais remplir fidèlement tous les devoirs de la vie quotidienne. Loin de s’isoler et de vivre en ermite, il se sentait investi d’une mission au sein même de la société. Dans sa famille et ses relations avec ses semblables, comme mari, père, ami, voisin, il demeurait le serviteur résolu et inébranlable de l’Eternel. … Sa foi croissait toujours et son amour devenait plus profond à mesure que s’écoulaient les siècles. La prière était pour lui la respiration de l’âme. Il vivait dans l’atmosphère du ciel.”–Le Ministère Evangélique, page 48. b.

b.

Quelle fut alors la première chose que firent les disciples avant de se lancer dans leur mission ? Actes 1:10-14. Décrivez les résultats. Actes 2:14, 41.

“Pour obéir à leur Maître, les disciples s’assemblèrent à Jérusalem afin d’attendre l’accomplissement de la promesse. Ils y passèrent dix jours à sonder leurs cœurs. Oubliant toutes leurs divergences, ils recherchèrent ensemble l’unité chrétienne. Les dix jours écoulés, le Seigneur accomplit sa promesse par une merveilleuse effusion de son Esprit.”–Témoignages, volume 3, page 242. “Ne serait-ce pas bien pour vous de rechercher le Seigneur comme le cherchèrent les disciples avant le jour de la Pentecôte ? Après l’ascension de Christ, ses disciples –hommes aux talents et capacités variés – s’assemblèrent dans une chambre haute pour réclamer par la prière le don du Saint-Esprit. Dans cette pièce «tous d’un commun accord persévéraient dans la prière» (Actes 1:14). Ils firent tous preuve d’une profonde repentance en confessant leurs propres péchés. Ils n’avaient pas à confesser les péchés les uns des autres. Mettant de côté toutes différences et toute désaffection, ils étaient d’un seul accord et prièrent avec unité de vue pendant dix jours.”–Manuscript Releases, volume 5, page 368. 62

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

Qu’est-ce qui distinguait la vie de prière d’Enoch ? Hébreux 11:5.

“Le juste Enoch était si affligé de la méchanceté croissante des impies qu’il ne s’associait pas à eux quotidiennement de peur d’être affecté par leur infidélité et de manquer un jour de considérer Dieu avec la sainte révérence due à son caractère élevé. Son âme était peinée de les voir chaque jour piétiner l’autorité de Dieu. Il choisit de vivre à l’écart et passa beaucoup de temps dans la solitude, s'adonnant à la réflexion et à la prière. Il priait Dieu et attendait pour connaître plus parfaitement sa volonté afin de la mettre en pratique. Dieu communiait avec Enoch par l’intermédiaire de ses anges et lui transmettait son instruction divine. Il lui fit connaître qu’il ne supporterait pas à toujours l’homme rebelle, qu’il avait pour dessein de détruire la race pécheresse par un déluge d’eau survenant sur la terre.”–The Signs of the Times, 20 février 1879. “Les hommes de la génération d’Enoch raillaient la folie de celui qui ne cherchait pas à amasser de l’or ou de l’argent ou à accroître ses biens ici-bas. Mais le cœur d’Enoch était attaché aux trésors éternels. … [Hébreux 11:5]. C’est à une telle communion que Dieu nous appelle. La sainteté de caractère de ceux qui veulent être sauvés d’entre les hommes à la seconde venue du Seigneur doit être la même que celle d’Enoch.”–Testimonies, volume 8, pages 330-331. Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

11


Mardi

8 juillet

Jeudi

11 septembre

3.

DESIREUX DE CONNAITRE DIEU

5.

GETHSEMANE ET LA CROIX

a.

En quoi consistait le témoignage de Noé au monde ? Hébreux 11:7. Pourquoi sa vie fut-elle préservée ? Proverbes 15:29.

a.

Quelles prières décisives de la fin de la vie de Jésus devraient profondément influencer notre vie et pourquoi ? Matthieu 26:36-46; Luc 22:39-46; 23:33-34.

b.

A quelle épreuve domestique majeure Abraham eut-il à faire face ? Genèse 21:9-11. Comment fut-il payé en retour de sa prière ? Genèse 21:12-13.

“Abraham fut grandement affligé. Ismaël était son fils bien-aimé. Comment pouvait-il le renvoyer ? Perplexe, il pria Dieu car il ne savait que faire. Par ses anges, le Seigneur ordonna à Abraham d’écouter la voix de Sarah, sa femme. Son affection pour son fils ou pour Agar ne devait pas l’empêcher d’acquiescer à ses souhaits. Car c’était la seule voie à suivre pour rendre l’harmonie et le bonheur à sa famille. L’ange fit une promesse consolante à Abraham : bien que séparé de la maison de son père, Ismaël ne mourrait pas, ne serait pas abandonné de Dieu. Il serait gardé car il était le fils d’Abraham. Dieu promit aussi de faire d’Ismaël une grande nation.”–The Signs of the Times, 27 mars 1879. c.

Quelle fut la plus grande épreuve de la vie d’Abraham ? Genèse 22:1-2. Comment répondit-il avec intelligence ?

“Frappé par le chagrin, Abraham s’inclina devant Dieu et pria comme jamais afin d’avoir une confirmation de cet ordre étrange, d’obtenir une lumière plus évidente sur le fait de savoir s’il devait remplir ce terrible devoir.”–The Signs of the Times, 27 mars 1879. d.

Comment le digne exemple d’Abraham fut-il imité plus tard par son fidèle serviteur ? Genèse 24: 42-52.

“Bien souvent [Christ] s’isolait sur le flanc de la colline ou dans un jardin retiré pour faire monter vers Dieu ses supplications avec de grands cris et des larmes. Avec quelle persévérance il priait en faveur des pécheurs ! Même sur la croix, il oubliait ses propres souffrances dans son grand amour pour ceux qu’il était venu sauver. Combien froid est notre amour, et faible notre intérêt pour les choses spirituelles si on les compare à ceux que manifestait notre Sauveur ! Jésus se donna lui-même pour racheter notre race, et cependant avec quelle promptitude nous nous excusons de ne pas lui donner tout ce que nous possédons. Notre Sauveur s’astreignit à un travail harassant, à l’ignominie et à la souffrance. Il fut rejeté, raillé, tourné en dérision, alors qu’il se donnait à la grande œuvre qu’il était venu accomplir sur la terre."–Témoignages, volume 2, pages 148-149. “[Christ] suppliait son Père avec larmes de soutenir sa nature humaine, afin de pouvoir triompher de l’ennemi et bien remplir sa mission pour relever l’humanité. Il disait à ses disciples : «Je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait.» (Jean 13:15).–Le Ministère de la Guérison, page 433. “Qui estimera la valeur d’une âme ? Voulez-vous la connaître ? Rendez-vous en Gethsémané, et là, veillez avec le Christ pendant ses longues heures d’angoisse, alors qu’il transpirait des grumeaux de sang. Contemplez le Sauveur sur la croix. Ecoutez ce cri de détresse : «Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?» Considérez ce front meurtri, ce côté et ces pieds percés. Souvenez-vous que le Christ a tout mis en jeu. Pour notre rédemption, le ciel même fut mis en péril. Si vous vous souvenez, au pied de la croix, que le Christ eût donné sa vie pour assurer la rédemption d’un seul pécheur, vous pourrez vous faire quelque idée de la valeur d’une âme.”–Les Paraboles, pages 197 ou 165-166.

Vendredi REVISION ET SUJETS DE REFLEXION 1. 2. 3.

Quel exemple Christ nous donna-t-il sur terre ? Quelles nouvelles pensées pouvons-nous obtenir d’un nouvel examen de la prière du Seigneur ? Quels étaient les thèmes principaux des prières que notre Sauveur prononça ? Quelle demande continuelle Christ présente-t-il pour nous ? Comment pouvons-nous cultiver un plus grand sérieux aux pied de la croix ?

“Le serviteur d’Abraham pria Dieu avec ferveur afin qu’il le dirige dans son choix d’une femme pour Isaac. Il demanda qu’une preuve certaine lui soit donnée afin qu’il ne commette pas d’erreur.”–Spiritual Gifts, volume 3, page 109.

4. 5.

12

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

12 septembre

61


Mercredi

10 septembre

Mercredi

9 juillet

4.

DES PRIERES TRES POIGNANTES

4.

JACOB

a.

Pour quoi notre Sauveur plaide-t-il continuellement en notre faveur et pourquoi devons-nous veiller à toujours apprécier cela ? Luc 22:31; Jean 17:1-26.

a.

Quelle rencontre avec Dieu Jacob fit-il alors qu’il était jeune ? Genèse 28:10-22. Comment Christ expliqua-t-il plus tard au pieux Nathanaël la signification de cette échelle ? Jean 1:51.

“Pensez à Christ, celui que les anges adorent, dans l’attitude d’un suppliant. C’était un puissant intercesseur, cherchant à recevoir des mains du Père de nouvelles provisions de grâce et à en ressortir vivifié et rafraîchi, afin de pouvoir donner ses leçons d’assurance et d’espoir. … Sa prière en notre faveur parvient au ciel entier. … Les disciples ont souvent vu Christ à genoux en prière et leurs cœurs en étaient brisés et humiliés. Lorsque leur Seigneur et Sauveur se relevait, que pouvaient-ils lire sur son visage et dans son allure ? Qu’il était armé pour le devoir et préparé pour l’épreuve. La prière était une nécessité de son humanité, il offrait souvent ses prières avec de grands cris et son âme agonisait en voyant les besoins de ses disciples qui, tentés par Satan et ne comprenant pas les dangers qui les menaçaient , s’éloignaient souvent de leur devoir et agissaient mal. La vie de Christ était pure et sans tache. Il refusa de céder aux tentations de l’ennemi. S’il avait cédé sur un point, la famille humaine aurait été perdue. Qui peut dire l’agonie qu’il endure en voyant Satan jouer le jeu de la vie pour les âmes de ceux qui disent être ses disciples à lui, et qu’il les voient céder un point après l’autre, laissant se briser les défenses de leur âme ? Nous ne pouvons concevoir l’agonie que lui occasionne cette vue. Une âme de perdue, une âme abandonnée à la puissance de Satan, représente davantage pour lui que le monde entier.”–In Heavenly Places, page 76. “Les armées du ciel s’intéressent à cet homme humble en prière qui n’ose faire un geste avant d’aller tout d’abord prier Dieu pour recevoir le conseil de l’Omnipotent. Le vrai travail missionnaire ne peut être fait que dans l’esprit du premier Missionnaire qui visita notre monde. Il priait souvent son Père et présentait parfois ses demandes avec de grands cris et des larmes, réclamant que la puissance de Dieu puisse sauver ceux qui ne savaient pas qu’ils avaient besoin de salut. Nous devons avoir l’esprit qui poussait Christ, qui le conduisait à conjurer, à persuader le rebelle de venir à lui. Même quand les hommes se détournent de nous dans la dureté de leur cœur, refusant le don de la vie éternelle, nous devons imiter l’exemple de Christ qui ne considérait pas avec indifférence ceux qui l’ignoraient et le rejetaient.”–The Review and Herald, 4 juillet 1893.

60

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

“Christ est l’échelle que vit Jacob dont la base est sur terre et dont le haut atteint le trône de Dieu.”–The Signs of the Times, 11 avril 1895. b.

Comment Jacob pria-t-il en une certaine heure de crise ? Genèse 32:2430.

“Jacob a prévalu parce qu’il était résolu et persévérant. Sa victoire nous enseigne le pouvoir de la prière importune. C’est maintenant qu’il nous faut apprendre ce que sont la prière victorieuse et la foi invincible. Les plus grandes victoires remportées par l’Eglise de Jésus-Christ ou individuellement par le chrétien ne sont pas dues au talent, à l’éducation, à la richesse ou à la faveur des hommes. Ce sont celles que l’on obtient dans la prière solitaire, face à face avec Dieu, par une foi fervente et inflexible qui se cramponne, éperdue, à la puissance du TrèsHaut.”–Patriarches et Prophètes, page 178 ou 200. c.

Comment sommes-nous bénis par la victoire de Jacob ? Psaume 46:11-12.

“Entrez dans votre chambre, et là, intercédez auprès de Dieu : «O Dieu ! crée en moi un cœur pur, renouvelle en moi un esprit bien disposé.» Soyez fervents, sincères. La prière fervente a une grande efficace. Comme Jacob, luttez en priant. Soyez dans l’angoisse, comme Jésus dans le jardin, lorsqu’il sua des grumeaux de sang.”–Messages à la Jeunesse, pages 129-130. “Une religion formelle, une foi faible, ne correspondent pas à la vérité que nous professons. Elle réclame une énergie vivante et de la ferveur d’esprit. Il faut que nous la ressentions dans notre cœur si nous voulons la faire naître dans le cœur des autres. … Celui qui est conscient de sa faiblesse, qui lutte avec Dieu, comme le fit Jacob, et qui, comme ce serviteur d’autrefois s’écrie : «Je ne te laisserai point aller que tu ne m’aies béni,» repartira avec la fraîche onction du Saint-Esprit. L’atmosphère des cieux l’entourera. Il ira partout faisant du bien. Son influence sera une force positive agissant sur les autres. Il sera une lettre vivante, connue et lue de tous les hommes. Il saura que le Capitaine de son salut s’attend à ce qu’il fasse de son mieux et il le fera avec joie.”–The Signs of the Times, 24 février 1888. Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

13


Jeudi

10 juillet

Mardi

9 septembre

5.

REELLE COMMUNION AVEC DIEU

3.

PRIERES DANS LA SOLITUDE

a.

A quels résultats conduit une communion intense avec Dieu comme purent l’expérimenter des hommes tels que Moïse ? Exode 33:11-23; 34:35.

a.

Pourquoi Christ a-t-il prié après avoir nourri les cinq mille personnes ? Matthieu 14:21-23.

“Moïse était caché dans la fente du rocher quand la gloire du Seigneur lui fut révélée et c’est lorsque nous sommes cachés en Christ que nous obtenons une certaine vue de la majesté et de l’amour de Dieu.”–The Signs of the Times, 25 avril 1892. b.

Comment pouvons-nous prendre part à la gloire manifestée à Moïse sur le mont Sinaï ? 2 Corinthiens 3:18; 4:6-10.

“Si nous demeurons toujours en [la] présence [de Dieu], nos cœurs tournés vers lui pour le remercier et le louer, notre vie intérieure sera continuellement renouvelée. Dans nos prières, nous parlerons avec Dieu comme avec un ami. Il nous révélera personnellement ses mystères, et nous ressentirons fréquemment la paix et la joie de la présence de Jésus. Nos cœurs brûleront au-dedans de nous quand il viendra s’entretenir avec nous comme il le faisait avec Enoch. Quand cette expérience sera véritablement celle du chrétien, il se dégagera de sa vie une simplicité, une humilité, une douceur, une tendresse qui montreront à tous ceux qui l’entourent qu’il a été avec Jésus et qu’il a reçu ses instructions.”–Les Paraboles, pages 106-107 ou 127. “Dieu nous aide à obtenir la connaissance de la vérité. Si vous avez vu la vérité de Dieu, poursuivez-la et mettez tous les obstacles derrière vous. Ne vous appuyez pas sur la chair mais ayez une expérience vivante pour vous-mêmes ; votre visage brillera alors de la gloire divine. Vous marcherez avec lui et il vous soutiendra. Vous lutterez et plaiderez avec lui et il fera briller sa lumière sur vous.”–Faith and Works, page 78.

Vendredi

11 juillet

REVISION ET SUJETS DE REFLEXION 1. 2. 3. 4. 5. 14

Qui a promis le salut à Adam et Eve ? Citez quelques points clef dans l’expérience d’Enoch avec Dieu. Comment les prières des patriarches ont-elles affecté la vie des autres ? Pourquoi est-il important de comprendre la vie de Jacob ? Comment l’expérience de Moïse doit-elle se répéter aujourd’hui ? Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

“Le Sauveur sait que les jours de son ministère personnel sur la terre touchent à leur fin et que ceux qui le recevront comme Rédempteur seront peu nombreux. L’âme angoissée, il prie pour ses disciples qui vont être soumis à une épreuve douloureuse. Les espérances longuement entretenues par eux et fondées sur des erreurs populaires, seront déçues de la manière la plus pénible et la plus humiliante. Bien loin de le voir élevé sur le trône de David, ils assisteront à son crucifiement. Voilà le couronnement qui lui est réservé. Ne pouvant comprendre, ils seront exposés à des tentations très fortes dont ils discerneront difficilement la nature. Leur foi va défaillir, à moins que le Saint-Esprit n’éclaire leur esprit et ne leur donne une compréhension plus large des choses. Jésus souffre de voir que leurs conceptions de son royaume sont simplement limitées à un agrandissement et à des honneurs mondains. Un lourd fardeau oppresse son cœur, et c’est avec beaucoup d’amertume et de larmes qu’il élève ses supplications vers Dieu.”–Jésus-Christ, page 368. b.

Pour quoi Jésus a-t-il prié à la montagne de la transfiguration ? Marc 9:1-9.

“S’étant écarté quelque peu, l’Homme de douleur répand ses supplications avec de grands cris et des larmes. Il demande la force de supporter l’épreuve en faveur de l’humanité. Il sent le besoin de saisir à nouveau la Toute-Puissance, seul moyen lui permettant de regarder l’avenir. Il exprime aussi ses désirs en faveur de ses disciples, demandant que leur foi ne défaille point à l’heure de la puissance des ténèbres. … L’objet actuel de la requête du Christ c’est qu’il leur soit accordé une manifestation de la gloire qu’il avait auprès du Père, avant que le monde fût, que son royaume soit révélé à des yeux humains et que ses disciples soient affermis par cette vue. Il demande qu’ils puissent assister à une manifestation de sa divinité qui les soutiendra à l’heure de son agonie suprême en leur apportant la certitude qu’il est le Fils de Dieu et que sa mort ignominieuse fait partie du plan de la rédemption. Sa prière est entendue. Tandis qu’il est agenouillé seul sur le sol rocailleux, les cieux tout à coup s'entrouvrent sur les portes d’or de la cité de Dieu ; une sainte splendeur enveloppe la montagne, illuminant le Sauveur.”–Jésus-Christ, page 417.

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

59


Lundi

8 septembre

2.

LA PRIERE DU SEIGNEUR

a.

Quel profond mystère spirituel les disciples étaient-ils désireux de comprendre plus pleinement et comment Jésus accéda-t-il à leur requête ? Matthieu 6:5-13; Luc 11:1-4.

“[Luc 11:1]. La prière que prononça Jésus en réponse à cette requête n’a pas une forme ampoulée, mais elle exprime simplement les besoins de l’âme. Elle est courte et traite directement de ce qui nous est nécessaire chaque jour.”–Témoignages, volume 3, page 505. “Jésus voulait convaincre ses disciples que leurs prières devaient être courtes et aller droit au but, sans adjonctions inutiles. Il donnait l’exemple de la longueur et du contenu de la prière qui exprime le désir de recevoir des bénédictions temporelles et spirituelles ainsi que des actions de grâces. Combien ce modèle est compréhensif ! Il soutient les besoins réels de tous les hommes. Il suffit en effet d’une ou deux minutes pour prononcer une prière ordinaire. Il peut y avoir des cas où le saint-Esprit agit d’une manière spéciale et nous dicte nos requêtes. L’âme se consume et agonise dans la recherche de son Dieu. L’esprit lutte comme le faisait jadis Jacob et ne reste pas en repos aussi longtemps que l’assistance de Dieu ne se montre pas avec évidence. C’est la volonté de Dieu.”–Témoignages, volume 1, pages 313-314. b.

Grâce à quelle illustration Dieu veut-il que nous voyions les tendres égards qu’il a pour nous, même dans notre condition pécheresse et égarée ? Matthieu 7:7-11.

Leçon 3

Sabbat 19 juillet 2003

La prière d’intercession “Où est le troupeau qui t’avait été donné, le troupeau qui faisait ta gloire ?” (Jérémie 13:20). “Prêtez-vous attention aux âmes comme devant en rendre compte ou bien êtesvous vous-mêmes somnolent, tiède et aimant vos aises ?”–The Signs of the Times, 4 octobre 1883. Lectures proposées :

Patriarches et Prophètes, chapitre 28. Témoignages, volume 1, pages 165-174.

Dimanche

13 juillet

1.

L’INTERCESSION D’ABRAHAM

a.

Que devrions-nous apprendre de l’attitude d’Abraham envers les Sodomites ? Genèse 18:20-33; Galates 6:1.

“Dieu nous considère comme ses enfants. Il nous a rachetés de ce monde indifférent, et nous a élus pour faire partie de la famille royale, pour devenir fils et filles du Roi des cieux. Il nous invite à avoir en lui une confiance plus implicite que celle qu’a un enfant en son père terrestre. Les parents aiment leurs enfants, mais l’amour de Dieu est plus grand, plus large, plus profond que l’amour humain ne peut l’être. Il est incommensurable. Si donc des parents terrestres savent donner de bonnes choses à leurs enfants, à combien plus forte raison notre Père céleste donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent ? Il faut prendre en sérieuse considération les enseignements du Christ touchant la prière. La prière est une science divine, et l’exemple du Seigneur met en relief des enseignements que tous devraient comprendre. Il montre quel est le véritable esprit de la prière ; il fait ressortir la nécessité de persévérer dans la présentation de ses requêtes à Dieu, et il nous assure que le Seigneur est disposé à écouter et à exaucer les prières.”–Les Paraboles, page 140 ou 116.

“Dans [les paroles d’Abraham], nulle trace de présomption ou de propre justice. Il ne demande aucune faveur motivée par son obéissance pour les sacrifices qu’il a consentis au service de Dieu. Pécheur lui-même, il plaide en faveur des pécheurs. Tel est l’esprit qui doit animer tous ceux qui s’approchent du Seigneur. Néanmoins, la prière d’Abraham respire la confiance d’un enfant plaidant auprès d’un père aimé. S’approchant du messager céleste, il lui présente une pétition pressante. … Ce qui inspirait la prière d’Abraham, c’était l’amour des âmes qui périssaient. L’horreur que lui inspirent les péchés de cette ville corrompue est surpassée par le désir de sauver les pécheurs. Nous devons haïr le péché, mais plaindre et aimer le pécheur. De tous côtés, nous sommes entourés d’âmes qui marchent vers une ruine tout aussi fatale, tout aussi effroyable que celle qui allait frapper Sodome. Chaque jour se ferme, sur un être humain, la porte du salut. A chaque heure, des âmes passent la limite de la miséricorde. Où sont les voix qui avertissent, qui supplient le pécheur d’éviter l’affreux sort qui l’attend ? Où sont les mains tendues pour l’arracher à la mort ? Où sont ceux qui, en paroles brûlantes d’humilité et de foi persévérante, plaident devant Dieu en faveur de l’homme perdu ? L’esprit manifesté par Abraham était l’esprit du Sauveur. Le Fils de Dieu est lui-même le grand intercesseur en faveur du pécheur. Celui qui a payé le prix du rachat de l’âme humaine en connaît la valeur.”–Patriarches et Prophètes, pages 119120 et 134 ancienne version.

58

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

15


Lundi

14 juillet

2.

LA FORCE ET LA TENDRESSE DE MOISE

a.

Pourquoi Dieu épargna-t-il Israël après l’idolâtrie choquante qui se produisit au pied du Mont Sinaï ? Exode 32:7-14, 30-32.

Leçon 11

Sabbat 13 septembre 2003

Les prières de Christ “C’est lui qui, dans les jours de sa chair, a présenté avec de grands cris et avec larmes des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et il a été exaucé à cause de sa piété.” (Hébreux 5:7).

“Moïse voyait tout ce qu’aurait d’affreux le sort du pécheur ; aussi, ne pouvant supporter la pensée de voir les jugements de Dieu tomber sur ceux qui avaient été si merveilleusement délivrés, il demandait que si le peuple d'Israël devait être rejeté de l’Eternel, son nom fût effacé avec les leurs. L’intercession de Moïse en faveur d'Israël fait comprendre la médiation de Jésus-Christ pour les pécheurs. Mais Dieu ne permit pas à Moïse de porter, comme le fit le Sauveur, la culpabilité du transgresseur.”–Patriarches et Prophètes, pages 328-329 ou 298-299. b.

“Dans son humanité, il implora le trône de Dieu, l’implora jusqu’à ce qu’il reçût ce courant céleste qui met en contact l’humain avec le divin. Et la vie qu’il recevait de Dieu, il la transmettait aux hommes.”–Education, page 91. Lectures proposées :

Citez deux autres exemples de la puissance des prières d’intercession de Moïse ? Nombres 11:2; 21:7.

Heureux Ceux Qui… ou Une Vie Meilleure, chapitre ‘L’oraison dominicale’. Jésus-Christ, chapitres 46 et 74. Testimonies, volume 4, pages 528-530.

Dimanche c.

Qui avait participé à former le caractère de Moïse de telle sorte qu’il manifestait tant d’intense ferveur dans sa prière d’intercession ? Exode 2:1-10; Hébreux 11:23-25.

“Yokébed était une femme, une esclave. Sa condition était humble, son fardeau, lourd. Mais jamais le monde ne reçut de plus grande bénédiction à travers une femme qu’à travers elle, si l’on excepte Marie de Nazareth. Sachant que son fils serait bientôt enlevé à ses soins, remis à des gens ignorants de Dieu, elle chercha avec d’autant plus de ferveur à attacher son âme au Seigneur. Elle s’efforça d’enraciner dans son cœur l’amour de Dieu et la fidélité à son service. Elle y travailla fidèlement : par la suite, aucune influence ne put entraîner Moïse à renier les principes de vérité que sa mère lui avait enseignés de toutes ses forces, par sa vie même.”–Education, page 72. “La mère devrait sentir qu’elle a besoin de la direction du Saint-Esprit afin d’avoir elle-même une véritable expérience en ce qui concerne la soumission aux voies et à la volonté de Dieu. Ensuite, par la grâce de Christ, elle pourra être un maître sage, doux et aimant. Accomplir son œuvre telle qu’elle devrait être faite requiert du talent et des soins habiles, patients et réfléchis. Cela réclame de ne pas se confier en soi-même et de prier. Que chaque mère s’efforce par des efforts persévérants de remplir ses obligations. Qu’elle apporte ses chers petits à Jésus dans les bras de la foi, lui parlant de son grand besoin et lui demandant la sagesse et la grâce.”–Counsels to Parents, Teachers, and Students, page 128. 16

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

7 septembre

1.

L’EXEMPLE DE CHRIST

a.

De quoi devrions-nous prendre conscience à propos de la vie de Christ sur terre ? Comment cela peut-il nous encourager et nous fortifier dans nos luttes quotidiennes ? Hébreux 5:1-10 ; 4:14-16.

“Une fois engagé dans sa mission, la Majesté du Ciel était souvent en prière fervente. Il n’allait pas toujours au mont des Oliviers car ses disciples avaient découvert son lieu de retraite favori et le suivaient souvent. Il choisissait le calme de la nuit, moment où il ne serait pas interrompu. Jésus pouvait guérir les malades et ressusciter les morts. Il était lui-même une source de bénédiction et de force. Il commandait même aux tempêtes qui lui obéissaient. Il n’avait aucune tache de corruption, il était étranger au péché. Cependant il priait, et ceci souvent avec de grands cris et des larmes. Il priait pour ses disciples et pour lui-même, s’identifiant à nos besoins, nos faiblesses et nos manquements si communs à l’humanité. C’était un puissant demandeur qui ne possédait pas les passions de notre nature humaine et déchue mais était revêtu de semblables infirmités et était tenté en tous points comme nous le sommes. Jésus endura une agonie qui réclamait l’aide et le soutien de son Père.”–Testimonies, volume 2, pages 508-509. “Les buissons et les montagnes étaient les lieux de retraite où le Rédempteur allait prier. ll y passait fréquemment des nuits entières en communion avec son Père.”–Lift Him Up, page 32. Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

57


Jeudi

4 septembre

Mardi

15 juillet

5.

POINTS ESSENTIELS AU COURS DE LA PRIERE

3.

PRIER POUR NOS ENFANTS

a.

Quelles pensées-clé devrait-on toujours se rappeler dans nos prières pour les malades ? 1 Jean 2:1; Lamentations 3:33; Psaume 103:13-14.

a.

Que peuvent apprendre les parents de l’exemple de Job ? Job 1:1-5.

“Dites à ceux qui vous demandent de prier pour eux : nous sommes des humains ; nous ne pouvons pas lire dans les cœurs ou connaître les secrets de votre vie. Vous seuls et Dieu les connaissez. Maintenant, si vous vous repentez de votre péché, si l’un de vous se rend compte que sur un point il a agi en contradiction avec la lumière que Dieu lui a donnée et a négligé d’honorer le corps, le temple de Dieu, mais que par suite de mauvaises habitudes il a avili le corps qui est la propriété du Christ, qu’il confesse ces fautes à Dieu. A moins que le Saint Esprit vous conduise à confesser à un être humain vos péchés privés, ne les confiez à personne. Christ est votre Rédempteur ; il ne retirera aucun avantage de vos confessions humiliantes. Si vos péchés ont un caractère privé, confessez-les à Christ qui est le seul Médiateur entre Dieu et l’homme. [1 Jean 2:1]. Si vous avez péché en retenant les dîmes et les offrandes qui appartiennent à Dieu, confessez votre culpabilité à Dieu et à l’église, et suivez l’injonction qu’il vous a faite : «Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes» (Malachie 3:10). … Prier pour les malades est une chose très solennelle dans laquelle nous ne devrions pas nous engager de manière insouciante et précipitée. Il faudrait s’enquérir des choses suivantes : ceux qui veulent être bénis par leur retour à la santé se sontils laissés aller à la médisance, à l’éloignement et à la dissension ? Ont-ils montré des désaccords avec les frères et les sœurs de l’église ? Si de telles choses ont été commises, il faut les confesser devant Dieu et devant l’église. Lorsque les fautes ont été confessées, les candidats à la prière peuvent être présentés devant Dieu avec gravité et foi, selon la manière dont l’Esprit de Dieu vous inspirera.”–Counsels on Health, pages 373-374.

Vendredi

5 septembre

“C’est avec crainte et tremblement que les parents devraient faire face à leurs responsabilités. On devrait offrir des prières ferventes pour obtenir la force et la direction divines pour remplir cette tâche.”–Testimonies, volume 4, page 200. b.

Pourquoi la prière est-elle particulièrement importante à une époque où des enfants qui n’en font qu’à leur tête ont besoin d’être corrigés ? Ephésiens 6:4; Colossiens 3:21.

“Il est des parents qui corrigent leurs enfants sévèrement et avec colère. De telles corrections ne produisent aucun bon résultat. En cherchant à corriger un mal, ils en créent un second. Les reproches et les corrections continuels endurcissent les enfants et les détachent de leurs parents.Les parents devraient d’abord apprendre à être maîtres d’eux-mêmes ; ils pourraient alors mieux réussir à diriger leurs enfants. Chaque fois qu’ils perdent l’empire sur eux-mêmes, qu’ils parlent et agissent avec impatience, ils pèchent contre Dieu. Ils devraient raisonner avec leurs enfants, leur montrer clairement leurs torts et leur faire comprendre que non seulement ils ont péché contre leurs parents, mais contre Dieu. Le cœur soumis et plein de pitié et de tristesse pour vos enfants égarés, priez avec eux avant de les corriger. Alors, votre correction ne vous fera pas haïr. Au contraire, ils vous aimeront, car ils verront que vous les avez punis, non parce qu’ils vous avaient causé du désagrément ou parce que vous vouliez vous venger, mais pour leur bien, afin de ne pas les laisser grandir dans le péché.”–Témoignages, volume 1, page 166. c.

Quelle prière renfermait le cœur d’Anne lorsqu’elle confectionnait la tunique de son fils, Samuel ? 1 Samuel 2:18-19.

REVISION ET SUJETS DE REFLEXION 1. 2. 3. 4. 5.

56

Où devrions-nous diriger les pensées des malades ? Toutes les personnes guéries le sont-elles par Dieu ? Quelles sont les conditions de la guérison ? Comment pouvons-nous conserver la santé ? Citez quelques points essentiels concernant la prière pour les malades.

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

“Chaque filament de ce petit costume se trouvait comme entrelacé avec une prière demandant à Dieu que l’enfant fût pur, noble et fidèle. Elle ne demandait pas pour lui les grandeurs de ce monde ; mais elle suppliait ardemment le ciel de le faire parvenir à la véritable grandeur : honorer Dieu et faire du bien à ses semblables.”–Patriarches et Prophètes, page 590 ou 560.

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

17


Mercredi

16 juillet

Mercredi

3 septembre

4.

DANS NOTRE SPHERE D’INFLUENCE

4.

UN LEGISLATEUR SAGE ET JUSTE

a.

Expliquez quelques éléments-clé pour gagner nos semblables à Christ. 1 Timothée 4:16.

a.

Que doivent considérer tous ceux qui sont gratifiés d’une bonne santé ? Luc 12:47-48.

“Si des croyants s’associent à des incroyants dans le but de les gagner à Christ, ils seront des témoins pour Christ, et, ayant rempli leur mission, ils se retireront afin de respirer une atmosphère pure et sainte. Ils se rapprocheront de Dieu et adresseront d’ardentes pétitions à Christ en faveur de leurs amis et de leurs collègues.”–Our High Calling, page 300. b.

Comment sœur White répondit-elle lorsqu'on lui dit que le Vermont était “un champ difficile” pour l’évangile ? Jérémie 13:20. Décrivez sa première expérience avec des amis incroyants.

“Si, après avoir reçu tant de lumière, le peuple de Dieu cultive de mauvaises habitudes, s’il recherche sa propre satisfaction et s’oppose à la réforme, il en subira inévitablement les conséquences. Dieu ne préservera pas miraculeusement ceux qui sont décidés à satisfaire à tout prix leur appétit perverti. Ils se «coucheront dans la douleur». Es. 50:11. Les présomptueux qui disent : «Dieu m’a guéri, il n’est pas nécessaire que je m’impose un régime ; je puis manger et boire à ma guise», auront bientôt besoin, dans leur corps et dans leur âme, de la puissance guérissante de Dieu. Ce n’est pas parce que le Seigneur vous a miséricordieusement guéris que vous pouvez imiter les pratiques du monde. «Va, et ne pèche plus.» Jean 8:11. Il ne faut pas que l’appétit soit votre dieu.”–Témoignages, volume 3, page 433. b.

“Nous savons qu’il y a une œuvre sérieuse à faire, réclamant de la patience et de la persévérance ainsi qu’un effort inlassable. Que le travail soit fait par des hommes humbles et désintéressés. Qu’ils travaillent et prient, prient et travaillent. Frères, travaillez près de l’âtre. Rapprochez-vous des cœurs. Que les incroyants voient que vous vous souciez des âmes. Etudiez les Ecritures avec eux ; pleurez et priez avec eux. Dans tous vos efforts sincères, représentez l’amour de Christ. Oh ! cet amour, si nous l’avons, est beaucoup trop enfoui dans notre cœur ; il n’apparaît pas comme il le devrait en paroles et en actions. Comment ferez-vous face à vos parents, vos amis et vos voisins lors du Jugement si vous n’avez pas travaillé de toutes les manières possibles pour les conduire à la vérité ? Ma prière est que le Seigneur puisse tant impressionner les esprits des hommes et des femmes dans le Vermont qu’ils ne pourront avoir de repos avant d’avoir commencé à travailler sérieusement pour les âmes. Lorsqu’ils le feront on cessera bien vite de dire que le Vermont est un champ difficile.”–The Review and Herald, 20 novembre 1883. “J’organisais des rencontres avec mes jeunes camarades dont quelques-unes étaient beaucoup plus âgées que moi, et dont plusieurs étaient même mariées. Un certain nombre d’entre elles étaient futiles et superficielles ; à leurs yeux, mon expérience [religieuse] ressemblait à un conte de fée et elles n’écoutaient pas mes exhortations. Mais je pris la décision de ne pas relâcher mes efforts jusqu’à ce que ces chères âmes, qui avaient tant de valeur à mes yeux, se soient abandonnées à Dieu. … Chaque fois que nous avions nos petites réunions, je continuais à exhorter chacune et à prier pour chacune individuellement, jusqu’à ce que toutes se soient données à Jésus, reconnaissant les mérites de son amour qui pardonne. Toutes se convertirent à Dieu.”–Evangéliser, pages 403-404. 18

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

Que devrions-nous garder à l’esprit même quand la mort est imminente ? Apocalypse 14:13.

“Nous savons que Dieu nous entend lorsque nos prières sont conformes à sa volonté ; mais il n’est pas bon d’insister, d’oublier que nous devons nous soumettre. Il ne faut pas que nos prières revêtent la forme d’un ordre, mais celle d’une supplication. Dans certains cas, Dieu opère la guérison d’une manière visible et immédiate. Mais tous les malades ne sont pas guéris. Beaucoup s’endorment dans les bras du Sauveur. … [Apocalypse 14:13]. Si les malades ne sont pas tous ramenés à la santé, il ne faut cependant pas penser qu’ils manquent de foi.”–Le Ministère de la Guérison, pages 197-198. “Il m’a été montré qu’en cas de maladie, là où l’on peut prier sans arrièrepensée, il faut remettre la chose entre les mains du Seigneur avec une foi calme et non se laisser gagner par la fièvre de l’excitation. Dieu seul connaît le passé du malade, comme il connaît aussi son avenir. Celui qui sonde le cœur de tout homme sait si, une fois rétabli, le malade glorifiera son nom ou s’il le déshonorera en se détournant de la vérité. Tout ce que nous pouvons faire, c’est de demander à Dieu la guérison si telle est sa volonté, et de croire qu’il entend nos prières et en comprend les motifs. S’il voit que c’est pour sa gloire, il nous exaucera. Mais insister pour obtenir la guérison sans se soumettre à sa volonté, ce n’est pas bien."–Témoignages, volume 1, page 241.

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

55


Mardi

2 septembre

Jeudi

17 juillet

3.

CONDITIONS A REMPLIR

5.

UNE INTERCESSION SEMBLABLE A CELLE DE CHRIST

a.

Quelles conditions sont attachées aux promesses de guérison divines ? Esaïe 58: 6-11.

a.

Comment sommes-nous encouragés à imiter le plus grand Exemple de prière d’intercession ? Luc 22:31-32; Jean 17:20.

“Dans le cas de sœur F., une grande œuvre était à faire. Ceux qui se sont réunis pour prier en sa faveur n’étaient pas eux-mêmes en règle avec Dieu. Si le Seigneur avait exaucé leurs prières, cela leur eût été néfaste. Dans les affections de ce genre, où l’esprit se trouve sous l’empire de Satan, il convient, avant de se livrer à la prière, de faire un sérieux examen de conscience pour voir si l’on ne caresse pas quelque péché dont il y a lieu de se repentir, et qu’il faut confesser et délaisser. Il est nécessaire d’avoir devant Dieu des sentiments de profonde humilité et une confiance inébranlable aux seuls mérites du sang du Christ. Le jeûne et la prière ne serviront de rien tant que le cœur sera éloigné de Dieu et qu’on suivra une mauvaise voie. [Esaïe 58: 6-7, 9-11].”–Témoignages, volume 1, page 239-240. b.

b.

Pourquoi devons-nous redoubler d’efforts dans nos prières pour les autres ? Romains 13:10-11; 1 Corinthiens 15:34.

Quels facteurs sont essentiels dans la prière pour les malades ? Jacques 5:16.

“Dans la Parole de Dieu, nous avons des instructions relatives à la prière pour la guérison des malades. Mais une telle prière est un acte très solennel et il ne faut pas s’y aventurer sans une sérieuse considération. Dans bien des cas où l’on prie pour la guérison des malades, ce qu’on appelle foi n’est autre chose que de la présomption. Bien des gens sont malades par leur propre faute. Ils n’ont pas vécu en accord avec la loi de la nature ou avec les principes de la pureté. D’autres ont méconnu les lois de la santé dans le manger et le boire, le vêtement ou le travail. D'autres formes du péché ont pour conséquence la faiblesse de l’esprit ou du corps. Si ces personnes recouvraient la santé, un bon nombre d’entre elles continueraient à poursuivre le même chemin et transgresseraient encore les lois physiques et spirituelles de Dieu, pensant que s’il les a guéries en réponse à la prière, elles sont libres de continuer à vivre de la même manière et de se livrer à leurs passions sans aucun frein. Si Dieu opérait un miracle en rendant la santé à de telles personnes, il encouragerait le péché. C’est perdre son temps que d’apprendre aux gens à considérer Dieu comme celui qui guérit leurs infirmités si on ne leur apprend pas aussi à délaisser un genre de vie qui nuit à la santé. Afin de recevoir la bénédiction en réponse à la prière, ils doivent cesser de faire le mal pour apprendre à faire le bien, vivre en milieu salubre, corriger leurs erreurs et se mettre en harmonie avec la loi de Dieu, tant au point de vue physique que spirituel.”–Le Ministère Evangélique, page 210. 54

“Le Fils de Dieu est lui-même le grand intercesseur en faveur des pécheurs. Celui qui a payé le prix de la rédemption connaît la valeur de l’âme humaine. Quoique animé pour le mal d’un inimitié qui ne peut exister que dans une nature immaculée, Jésus-Christ manifesta envers le pécheur un amour qu’une bonté infinie pouvait seule concevoir. Au milieu de l’agonie de la crucifixion, chargé du poids effrayant des péchés du monde entier, il priait pour ses insulteurs et ses meurtriers en disant : «Mon Père ! pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font.» (Luc 23:34).”–Patriarches et Prophètes, page 135 ou 119-120.

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

“Nous devons beaucoup prier si nous voulons progresser dans la vie divine. Combien nous avons prié lorsque le message de la vérité fut proclamé pour la première fois ! Combien de fois entendions-nous s’élever la voix de l’intercession dans les chambres, les granges, les vergers ou les bosquets ! Nous passions fréquemment des heures en prière fervente, à deux ou à trois, nous réclamant de la promesse ; on entendait souvent le bruit des pleurs, puis la voix de la reconnaissance et le chant de la louange. Le jour de Dieu est maintenant plus proche que lorsque nous avons cru. Nous devrions être encore plus sérieux, plus zélés et fervents qu’en ces premiers jours. Les dangers qui nous menacent sont plus grands qu’alors. Les âmes sont plus endurcies. Nous avons besoin maintenant d’être imprégnés de l’esprit de Christ et nous ne devrions-nous pas nous reposer avant de l’avoir reçu.”–Testimonies, volume 5, pages 161-162.

Vendredi

18 juillet

REVISION ET SUJETS DE REFLEXION 1. 2. 3. 4. 5.

Pourquoi Abraham plaida-t-il avec tant de ferveur pour les Sodomites ? Quels étaient les mobiles des prières de Moïse ? Comment les parents peuvent-ils améliorer leurs relations avec leurs enfants ? Comment pouvons-nous être des témoins plus efficaces dans nos communautés ? Pourquoi la prière est-elle si importante dans la vie divine ?

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

19


Leçon 4

Sabbat 26 juillet 2003

Rechercher la direction divine

Lundi

1er septembre

2.

EVITER UNE REELLE TENTATION

a.

De quoi devons-nous être conscients lorsque nous prions au sujet de la maladie ? Matthieu 7:15-23; 24:23-25; Proverbes 28:9.

“ Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée.” (Jacques 1:5). “Nous devons chercher à savoir ce que dit le Seigneur, soumettant nos vies à sa direction divine.”–This Day With God, page 140. Lectures proposées :

Messages Choisis, volume 2, pages 375-379. That I May Know Him, pages 249-252, 268.

Dimanche

20 juillet

1.

PRIER POUR LA SAGESSE

a.

Comment Gédéon, lorsqu’il fut appelé à conduire l’armée d’Israël, obtint-il la direction divine particulière qu’il désirait ? Juges 6:36-40.

“Gédéon n’osa pas se mettre à la tête de l’armée sans avoir de nouvelles preuves que Dieu l’appelait à son œuvre, et qu’il serait avec lui. … [Juges 6:36-37] . Au matin, la toison était humide tandis que la terre était sèche. Mais un doute s’éleva dans l’esprit du guerrier ; l’épreuve pouvait n’être pas décisive, puisque la laine absorbe tout naturellement l’humidité de l’air. Il demanda en conséquence au Seigneur que la preuve inverse lui fût donnée, en le priant que son extrême prudence ne fût pas prise en mauvaise part. Sa requête lui fut accordée.”–Patriarches et Prophètes, page 565 ou 536. b.

Comment notre propre attitude affecte-t-elle la façon dont nous pouvons nous attendre à ce que Dieu nous guide ? Psaumes 25:9; 32:8-10; Jacques 1:5-8.

“[Jacques 1:5-7] La prière pour obtenir la sagesse n’est pas une prière vide de sens et qui doit sortir de l’esprit aussitôt terminée. C’est une prière qui exprime l’ardent désir du cœur et qui procède du sentiment que l’on manque de discernement pour connaître quelle est la volonté de Dieu.”–Témoignages, volume 1, page 230. 20

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

“Des miracles seront opérés par des hommes influencés par de mauvais esprits. Ils rendront des gens malades par leurs maléfices, puis ils mettront fin au sortilège et feront dire que ces malades ont été miraculeusement guéris. C’est là une chose que Satan a fait plus d’une fois.”–Messages Choisis, volume 2, page 61. “Les disciples de la plupart des formes du spiritisme prétendent posséder le pouvoir de la guérison. Ils attribuent ce pouvoir à l’électricité, au magnétisme, aux remèdes dits «sympathiques», ou aux forces latentes du cerveau de l’homme. Ils sont nombreux ceux qui, à notre époque, vont consulter ces guérisseurs, au lieu de mettre leur confiance dans le Dieu vivant, ou dans l’habileté de médecins qualifiés. La mère qui veille auprès du lit de son enfant malade s’écrie : «Je ne puis plus rien faire ! N’y a-t-il aucun médecin qui soit capable de le guérir ?» On lui a parlé de cures merveilleuses opérées par certains guérisseurs, certains magnétiseurs, et elle confie son enfant bien-aimé aux soins de l’un d’entre eux, le plaçant ainsi entre les mains de Satan aussi sûrement que si cet ennemi était auprès d’elle. Dans de nombreux cas, il arrive que l’enfant continue à être sous le contrôle d’une puissance satanique, qu’il ne semble pas possible de vaincre.»”–Prophètes et Rois, page 158. “Satan accorde son pouvoir à ceux qui l’aident dans ses tromperies ; c’est pourquoi seul le grand détecteur, la loi de Jéhovah, peut nous aider à discerner parmi tous ceux qui se réclament de la grande puissance de Dieu. Le Seigneur nous dit que si cela était possible, ils séduiraient même les élus. Leur vêtement d’agneau semble si réel, si vrai, que l’on ne peut reconnaître le loup qu’en nous référant à la grande norme morale pour y trouver qu’ils sont transgresseurs de la loi de Jéhovah.”–The Review and Herald, 25 août 1885. “La méthode du Christ consistait à prêcher la Parole et soulager les souffrances par des guérisons miraculeuses. Il m’a été montré que nous ne pouvons travailler de la même manière aujourd’hui, parce que Satan déploiera son pouvoir en opérant des miracles. Aujourd’hui les serviteurs de Dieu ne peuvent travailler au moyen de miracles parce que de fausses guérisons seront opérées, qui seront attribuées à Dieu. C’est pour cette raison que le Seigneur nous a enseigné comment accomplir une œuvre de guérison physique associée à la prédication de la Parole. Des instituts sanitaires doivent être établis, auxquels doivent être attachés des ouvriers capables d’accomplir une œuvre missionnaire médicale de bon aloi. Ainsi les personnes qui se feront soigner dans ces établissements seront placées sous une influence préservatrice.”–Messages Choisis, volume 2, page 62.

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

53


Leçon 10

Sabbat 6 septembre 2003

En période de maladie

Lundi 2.

CONSEILS POUR LA SANTE

a.

Lorsque la femme de Manoach apprit qu’elle aurait un fils, comment les prières du couple pour obtenir la direction divine furent-elles récompensées ? Juges 13:8-23. Que pouvons-nous apprendre de leur exemple ?

“La prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera ; et s’il a commis des péchés, il lui sera pardonné.” (Jacques 5:15). “Si vous négligez d’offrir des prières pour les malades, vous les privez de grandes bénédictions ; car les anges de Dieu attendent de pouvoir exercer leur ministère en faveur de ces âmes en réponse à vos demandes.”–Medical Ministry, page 195. Lectures proposées :

Dimanche 1. a.

b.

Témoignages, volume 1, pages 239-244. Le Ministère de la Guérison, pages 193-200. Messages Choisis, volume 2, pages 59-69. 31 août

REGARDER AU GRAND MEDECIN Que devrions-nous apprendre de la principale différence entre les cas d’Ezéchias et d’Asa lorsqu’ils étaient malades ? 2 Rois 20: 1-7; 2 Chroniques 16:12-13.

Citez un élément important pour le total recouvrement d’une bonne santé. Jacques 5:14-15; Matthieu 9:2-8. S’agissant d’aider les malades, quelle fut l’expérience générale de sœur White ?

“Le Seigneur accordait tant d’importance à l’instruction des mères qu’il envoya un ange ayant voilé sa gloire pour apporter un message direct à la femme de Manoach et lui dire quelle voie elle devait suivre. L’instruction accordée à la femme de Manoach est celle que toutes les mères devraient suivre afin que les influences prénatales soient bonnes.”–The Signs of the Times, 9 avril 1896. “Les parents chrétiens devraient commencer l’éducation de leurs enfants dans leur toute petit enfance. Vu les responsabilités que Dieu leur accorde, ils devraient prier très sérieusement pour connaître la volonté de Dieu et pour obtenir la force de l’appliquer. … [Juges 13:8 ,12]. Si des mères prononcent cette prière avec des lèvres sincères, elles verront que Dieu leur accordera son aide.”–The Health Reformer, 1er avril 1880. “Les paroles adressées à la femme de Manoah contiennent une vérité que les mères d’aujourd’hui feraient bien de méditer. En parlant à cette mère, Dieu s’adressait à toutes les mères anxieuses et préoccupées de notre époque, et à celles des générations passées. Oui, chaque mère doit comprendre son devoir. Elle doit savoir que le caractère de ses enfants dépendra plus de ses habitudes de vie avant leur naissance et de ses efforts personnels après leur naissance que des avantages et des désavantages qui viennent de l’extérieur.”–Pour un Bon Equilibre Mental et Spirituel, volume 1, page 139. b.

“Vous pouvez parler souvent aux malades du Grand Médecin qui peut guérir les maladies du corps aussi bien que celle de l’âme. Priez avec eux et essayez de les amener à voir en Christ leur Docteur. Dites-leur que s’ils regardent à lui par la foi, il leur dira «tes péchés sont pardonnés» (Matthieu 9:2). Il est très important pour les malades d’apprendre cette leçon.”–Medical Ministry, pages 196-197. “Des multitudes m’ont entendu parler et ont lu mes écrits ; personne ne m’a jamais entendu prétendre que j’opère des miracles. Parfois on m’a demandé de prier pour un malade et la promesse du Seigneur s’est vérifiée. [Jacques 5: 14-15 cité]. Le Christ est le grand thaumaturge. A lui toute la gloire.”–Messages Choisis, volume 2, page 54. c. Quel exemple intéressant montre que même lorsque Christ vivait sur terre, il ne guérissait pas toujours les gens immédiatement en une seule étape ? Marc 8:22-25.

52

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

21 juillet

Que révèle la Parole de Dieu en ce qui concerne la santé et la tempérance ? 1 Corinthiens 3:19; 9:27; 10:31.

“Dans le choix de notre nourriture, nous ne devrions pas chercher simplement à flatter notre goût mais à sélectionner ce qui est le plus sain. Dans notre vêtement, nous devrions rechercher les choses simples, confortables, commodes et appropriées. Celui qui est simple dans toutes ses habitudes, restreignant son appétit et contrôlant ses passions, gardera une puissance mentale forte, active et vigoureuse. Il percevra rapidement que telle chose réclame soit une réflexion soit une action, il aura un esprit vif à discerner ce qui est saint de ce qui ne l’est pas et sera prêt à s’engager dans toute entreprise qui sera à la gloire de Dieu et pour le bien de l’humanité.”–Our High Calling, page 270. Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

21


Mardi

Sabbat 6 septembre 2003

22 juillet

3.

UN PILOTE FIABLE

a.

Quelle prière de David révèle qu’il reconnaissait la source de son seul espoir de succès ? Psaume 31:2-4.

Offrande spéciale pour le Salvador

“Tout bateau voguant sur la mer de la vie a besoin d’avoir le divin Pilote à son bord ; mais lorsque l’orage monte, lorsque la tempête menace, bien des gens poussent leur Pilote par-dessus bord et confient leur barque aux mains d’un homme ou bien essaient de le diriger eux-mêmes. Le désastre et le naufrage s’en suivent généralement et le Pilote est blâmé pour les avoir conduits dans des eaux si dangereuses. Ne vous en remettez pas à la garde d’un homme mais dites «le seigneur est mon aide» ; je rechercherai son conseil ; je ferai sa volonté. Tous les avantages dont vous jouissez ne peuvent être une bénédiction pour vous, la plus haute éducation scolaire ne peut non plus vous qualifier pour devenir un canal de lumière à moins que vous n’ayez la coopération du divin Esprit. Il est tout aussi impossible pour nous de recevoir des hommes notre qualification sans l’illumination divine que cela l’était pour les dieux de l’Egypte de délivrer ceux qui croyaient en eux. Les étudiants ne doivent pas supposer que toute suggestion de prolonger leurs études est en harmonie avec le plan de Dieu. Que chaque proposition soit portée devant Dieu par la prière et recherchez instamment à être guidé par lui, non pas une seule fois mais encore et encore. Plaidez avec lui jusqu’à ce que vous sachiez si le conseil vient de Dieu ou d’un homme. Ne vous en remettez pas à un homme. Agissez selon le Guide divin.”–Fundamentals of Christian Education, page 348. b.

De quelle façon principale Dieu peut-il nous guider ? Jean 5:39. Pourquoi notre coopération est-elle essentielle ? Matthieu 13:13.

Pendant des années, le Salvador fut un pays ébranlé par la guerre civile et les troubles sociaux. Il était très difficile dans ces conditions pour les quelques croyants de diffuser le message de l’évangile. Mais le Seigneur a vu que ce peuple avait envie de remplir son mandat évangélique et il ouvrit la voie. Au début des années 90 la guerre civile prit fin ; les portes et les cœurs du peuple s’ouvrirent au message du salut. Au cours de la dernière décennie, l’œuvre a grandi à pas de géant. D’abord une Mission, puis un champ attaché à la Conférence Générale, le Salvador fait maintenant partie intégrale de l’Union de l’Amérique Centrale. Pour pouvoir poursuivre l’œuvre dans ce pays, nous avons besoin de Statistiques construire une autre chapelle pour les âmes. Cette • Superficie : 21 040 km chapelle servira de phare pour tout le district et nous • Population : 6 353 681 h prions que toutes les brebis de Dieu puisse y voir la (estimation 2002) présence de Dieu. • Capitale : San Salvador 2

Nous vous remercions d’avance pour votre soutien généreux de l’œuvre du Salvador et prions que Dieu bénisse également l’œuvre de la région du monde où vous vous trouvez.

(456 142 h) • Taux d’alphabétisation : 71 % (2002) • Langues : Espagnol • Religions : Catholique Romaine (83 %), nombreux groupes Protestants Economie

“Que la Parole soit votre guide, votre ligne de conduite. Elle vous enseignera les manières raffinées, une attitude pieuse, un jugement sûr. Etudiez la Parole. Lorsque vous êtes dans la perplexité, sondez la Parole à la recherche d’instructions adaptées à votre cas. Recherchez le Seigneur pour qu’il vous dirige. Ne chérissez jamais ce que le Seigneur défend dans sa Parole, et cherchez constamment à accomplir ce que sa Parole exige.”–Levez vos Yeux en Haut, page 79. “Il n’y a pas de milieu de terrain au service de Dieu. Christ a dit «Celui qui n’est pas avec moi est contre moi» (Matthieu 12:30). Que personne ne s’attende à profiter des bénédictions du Seigneur tout en faisant un compromis avec le monde. Que le peuple de Dieu sorte de ce monde et s’en sépare. Cherchons plus sérieusement à connaître et à faire la volonté de notre Père céleste.”–The Review and Herald, 15 juin 1886. 22

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

Vos frères de l’Union de l’Amérique Centrale.

• Monnaie : Colon, dollar américain • PNB : 28,4 Milliard de $ ; 4 600 $/h (estimation 2001) • Inflation : 3,8 % (estimation 2001) • Principaux partenaires commerciaux : Etats-Unis, Guatemala, Union Européenne, Costa Rica, Honduras, Mexico, Panama, Vénézuela, Japon.

PROJECT 00K Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

51


28 août

Mercredi

23 juillet

5.

UN ELEMENT-CLE

4.

UN GUIDE POUR LA VIE

a.

Comment Jésus insista-t-il sur notre besoin de foi sincère ? Matthieu 21:18-22.

a.

Quelles assurances nous sont données que Dieu entend nos prières réclamant qu’il nous guide ? Proverbes 3:5-8; 28:5.

“Personne n’a d’excuse pour devenir faible, incapable et incrédule. Cette promesse nous appartient : «Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée. Mais qu’il la demande avec foi, sans douter» (Jacques 1:5-6). N’y a-t-il pas parmi nous quelques personnes ressemblant trop à l’homme qui vint auprès du pasteur en se plaignant de ne pas avoir été béni, de ne ressentir aucune joie ; Dieu n’avait pas répondu à ses prières bien qu’il ait prié à maintes reprises pour une bénédiction. «Et bien» dit le pasteur, «agenouillons-nous ici-même et présentons le sujet au Seigneur.» Après qu’ils eurent prié tous les deux, le pasteur lui demanda s’il se sentait mieux. L’homme répondit «Je ne me sens pas mieux qu’avant d’avoir prié. Je ne m’attendais pas à être béni et je ne l’ai pas été.» Il avait fait une parodie de prière. Il ne croyait pas que le Seigneur lui répondrait et il reçut exactement ce dont sa foi s’était réclamée. Est-il étonnant que de telles prières ne reçoivent aucune réponse ? «Tout ce qui n’est pas le produit d’une conviction est péché. [en anglais : produit de la foi, NdT]». Y pensez-vous quand vous faites monter vos demandes incrédules ? Vous arrêtez-vous à considérer combien vous déshonorez Dieu et appauvrissez votre âme ? Si vous pouviez seulement réaliser le mal que vous faites, vous cesseriez de vous moquer avec vos dévotions vides de sens. Venez à Dieu avec foi et humilité. Plaidez avec lui jusqu’au point du jour si nécessaire, jusqu’à ce que votre âme soit entrée dans une relation si étroite avec Jésus que vous pouvez déposer votre fardeau à ses pieds et dire «je sais en qui j’ai cru» (2 Timothée 1:12). Le Seigneur «peut faire … infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons» (Ephésiens 3:20). Nos cœurs froids et incrédules peuvent retrouver sensibilité et vie jusqu’à ce que nous puissions prier avec foi, prêcher avec foi, et dire «si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu» (Galates 2:20). Recherchons la plénitude du salut de Christ. Suivons les pas du Fils de Dieu car il promet que «celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie» (Jean 8:12).”–The Signs of the Times, 24 février 1888.

Vendredi

29 août

REVISION ET SUJETS DE REFLEXION 1. 2. 3. 4. 5.

Ouvrez-vous votre cœur à Dieu comme à un ami ? Pourquoi l’expérience de Nathanaël est-elle rapportée pour notre instruction ? Quelle promesse appartient à l’honnête chercheur ? Comment le jeûne s’est-il montré efficace quand il accompagne la prière ? Comment nos réunions de prière peuvent-elles être plus efficaces ?

50

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

“Il n’est pas nécessaire que nous marchions en trébuchant ou dans l’incertitude. Si nous demandons au Seigneur de nous guider, la promesse est celle-ci «vous recevrez». La promesse est oui et amen en Christ Jésus. «Cherchez et vous trouverez». C’est ce qu’il nous faut faire à chaque heure de notre vie car si nous cherchons sincèrement la bonne voie nous la trouverons. Il faut que nous ressentions le besoin de l’aide du Seigneur et que nous la recherchions dans une humble prière.”–The Signs of the Times, 15 août 1892. b.

Lorsque nous prions pour demander à être guidés, quel genre de bénédictions pouvons-nous nous attendre à recevoir ? Psaume 34:11; Esaïe 33:15-16.

“Avec Dieu vous pouvez avancer courageusement. Racontez-le au Seigneur en prière, parlez-en au Seigneur pendant que vous êtes en chemin. «Je te chercherai ; je te suivrai ; je te servirai. J’habiterai à l’ombre de tes ailes. Enseigne-moi ta volonté ; j’obéirai à ta voix.» Abandonnez-vous toujours à la conduite divine. Lorsque viennent les épreuves, armez-vous de patience. Attendez-vous au Seigneur et gardez un seul but devant les yeux, rechercher le bien éternel de tous ceux avec qui vous êtes lié, conservant votre intégrité par la force de votre Dieu.”–That I May Know Him, page 268. “Je vis que si nous avions le sentiment que Dieu ne répondait pas immédiatement à nos prières, il nous fallait persévérer dans la foi, ne pas laisser se glisser dans nos cœurs le doute qui sépare de Dieu. Si notre foi chancelle, nous ne recevrons rien. Notre confiance en Dieu doit être inébranlable, et, à l’heure où nous en aurons le plus urgent besoin, la bénédiction descendra sur nous comme une ondée qui fertilise les campagnes.”–Témoignages, volume 1, page 19. c.

Comment la prière continuelle réclamant la direction divine affecte-t-elle notre état d’esprit général ? Esaïe 26:3.

“Prendre au mot le Christ, lui confier la garde de son âme, ordonner sa vie à sa volonté, c’est trouver paix et quiétude. Rien au monde ne peut attrister celui que Jésus réjouit par sa présence.”–Jésus-Christ, page 323. Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

23

N’OUBLIEZ PAS L’OFFRANDE SPÉCIALE DU PROCHAIN SABBAT

Jeudi


24 juillet

Mercredi

27 août

5.

GUIDE EN PERMANENCE

4.

PRIERE PUBLIQUE

a.

Que devons-nous toujours garder à l’esprit lorsque nous rencontrons des difficultés ? Jean 15:1-5.

a.

Quelles instructions nous sont données en ce qui concerne la prière en public ? Psaumes 22:23-26; 35:18; 40:11.

“Beaucoup s’élèvent au-dessus de la simplicité de Jésus-Christ, supposant qu’ils doivent faire de grandes choses pour pratiquer les œuvres de Dieu. Pour d’autres, ce sont les choses de nature temporelle qui absorbent leur attention et il ne leur reste que peu de temps ou de pensées disponibles pour les réalités éternelles. Ecrasés par les charges qui les épuisent, ils retirent leur esprit des choses spirituelles, ils ne peuvent trouver de temps pour communier avec Dieu. Ils se posent constamment la question suivante «comment puis-je trouver du temps pour étudier et mettre en pratique la Parole de Dieu ?» … Notre premier et plus grand devoir est de savoir que nous demeurons en Christ. C’est lui qui doit faire le travail. Nous devons chercher à connaître ce qu’a dit le Seigneur et le laisser conduire notre vie. Tout revêtira un aspect différent si l’Esprit de Christ demeure en nous. Seul le Sauveur peut nous donner le repos et la paix dont nous avons tant besoin. Dans toutes les invitations qu’il nous adresse, où il nous invite à le chercher afin que nous le trouvions, il nous appelle à demeurer en lui. Ce n’est pas une invitation à venir à lui seulement mais à rester en lui. C’est l’Esprit de Dieu qui nous pousse à venir. Lorsque nous avons ce repos et cette paix, nos soucis quotidiens ne nous conduiront pas à être rudes, grossiers et à manquer de courtoisie. Nous ne suivrons plus notre propre voie et notre propre volonté. Nous désirerons faire la volonté de Dieu, demeurant en Christ comme les sarments sont attachés au cep. Christ déclare qu’il est «le chemin, la vérité et la vie» (Jean 14:6). Le chemin du ciel est représenté comme un sentier étroit, déployé afin que les rachetés du Seigneur puissent y marcher. Mais la vérité illumine ce sentier à chaque pas. Le salut signifie pour nous un abandon complet de l’âme, du corps et de l’esprit. Nos passions dominent souvent à cause des éléments indisciplinés de notre nature. Le seul espoir pour le pécheur est de cesser de pécher. Ainsi sa volonté sera en harmonie avec celle de Christ. Son âme entrera en communion avec Dieu.”–This Day With God, page 140.

Vendredi

25 juillet

REVISION ET SUJETS DE REFLEXION 1. 2. 3. 4. 5. 24

Que pouvons-nous apprendre de l’attitude de Gédéon en prière ? Comment devons-nous suivre l’exemple de Manoach et de sa femme ? Pourquoi avons-nous besoin de coopérer avec Dieu ? Comment les promesses de Dieu peuvent-elles aider une personne d’humeur instable ? Quelles sont les clés permettant d’accéder aux conseils immanquables de Dieu ? Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

“Que ce soit dans le culte public ou privé, c’est notre privilège de nous agenouiller devant Dieu pour lui adresser nos requêtes.”–Prophètes et Rois, page 31. “Ne tombez pas dans l’habitude de prier si indistinctement et d’une voix si basse que vos prières aient besoin d’un interprète. Priez simplement mais clairement et distinctement. Laisser sa voix tomber si bas qu’elle ne puisse être entendue n’est pas une preuve d’humilité.”–Testimonies, volume 6, page 383. “C’est le devoir du chrétien de prier brièvement. Il faut dire au Seigneur ce dont on a besoin et non pas prier en détail pour l’humanité tout entière. Dans la prière privée, tous peuvent avoir le privilège de prier aussi longtemps qu’ils le veulent et d’être aussi explicites qu’il leur plaît. C’est le moment de prier pour ses parents et ses amis. C’est alors qu’il faut présenter à Dieu ses difficultés personnelles, ses épreuves et ses tentations. Une réunion de prière n’est pas l’endroit où l’on révèle les secrets de son cœur. Pourquoi, en effet, s’assemble-t-on ? Est-ce pour informer Dieu et pour l‘instruire par la prière de tout ce que nous savons ? Non, nous nous rassemblons pour nous édifier les uns les autres par l’échange de nos pensées et de nos sentiments, afin de nous communiquer force, lumière et courage en prenant conscience des espérances et des aspirations de nos frères. En priant avec ferveur et de tout notre cœur, en nous adressant à Dieu avec foi, nous recevons encouragement et vigueur de la source de la toute-puissance. Ces réunions devraient être des heures bénies et il faut tout faire pour les rendre attrayantes à ceux qui prennent plaisir aux réalités spirituelles. Je crains qu’il n’y ait des gens qui ne présentent pas leurs problèmes à Dieu dans la prière secrète, mais le font dans les assemblées, se réservant de s’acquitter à ce moment-là d’un retard de plusieurs jours. Ces gens-là sont la ruine de toute réunion de prière. Ils n’émettent aucune lumière, ils n’édifient personne. Leurs prières glacées et interminables, l’énumération de leurs déficiences jettent une ombre sur l’assemblée. Tous poussent un soupir de soulagement quand ils se taisent. Il est presque impossible de dissiper les ténèbres et de réchauffer l’atmosphère lorsqu’ils ont fini de prier et d’exhorter leurs frères. D’après la lumière que j’ai reçue, nos réunions devraient être spirituelles et d’une longueur raisonnable. Il faut qu’on s’y sente en famille : la réserve, l’orgueil, la vanité, la crainte du voisin sont à laisser à la porte. N’entrons pas avec nos différends et nos préjugés. Comme dans une famille unie, la simplicité, la douceur, la confiance et l’amour devraient exister dans les cœurs des frères et des sœurs qui se réunissent pour recevoir le réconfort et l’énergie spirituelle, en mettant en commun leurs lumières.”–Témoignages, volume 1, pages 310-311. Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

49

N’OUBLIEZ PAS L’OFFRANDE SPÉCIALE DU PROCHAIN SABBAT

Jeudi


Mardi

Sabbat 2 août 2003

26 août

3.

LES CHERCHEURS HONNETES RECOMPENSES

a.

Quelles assurances sont données à tous ceux qui recherchent sincèrement et de tout cœur la vérité et la justice ? Jean 7:17; Matthieu 5:6.

Offrande spéciale pour les écoles missionnaires

“N’entretenez pas la pensée que parce que vous avez commis des fautes, parce que votre vie a été assombrie par des erreurs, votre Père céleste ne vous aime pas et ne vous écoutera pas quand vous priez. Il dit «Je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi» (Jean 6:37). «Le Seigneur est plein de miséricorde et de compassion» (Jacques 5:11). Son cœur aimant est touché par nos tristesses et par nos prières les exprimant. Apportez-lui tous vos soucis. Rien n’est trop lourd à porter pour lui car il soutient les mondes, il dirige toutes les affaires de l’univers. Rien n’est trop petit pour être noté par lui quand il s’agit de ce qui concerne notre paix. Aucun chapitre de notre expérience n’est trop sombre pour être lue par lui, aucune perplexité n’est trop difficile à dénouer pour lui. Personne n’est tombé si bas, personne n’est infâme au point qu’il ne puisse trouver de délivrance en Christ. Les démoniaques de Gadara ne purent, en guise de prière, que prononcer les paroles que leur inspirait Satan mais l’appel muet de leur cœur fut entendu. Aucun cri n’est ignoré qui vient d’une âme en détresse.”–The Signs of the Times, 18 juin 1902. b.

Pourquoi est-ce parfois utile de jeûner et de prier ? Marc 9:17-29.

“Le jeûne et la prière se recommandent particulièrement pour certains cas précis. Dans la main de Dieu ils constituent un moyen pour purifier le cœur et pour fortifier les facultés de perception de l’intelligence. Nous obtenons l’exaucement de nos prières parce que nous humilions nos âmes devant Dieu.”–Conseils sur la Nutrition et les Aliments, page 222. c.

Que nous enseignent les prières de l’eunuque éthiopien et de Philippe ? Actes 8:26-39.

“Si le Seigneur nous envoie, comme Jonas, à Ninive, il ne veut pas que nous nous rendions à Joppé ou à Capernaüm. Il a des raisons pour nous envoyer là où nos pas ont été dirigés. Peut-être y a-t-il où nous sommes quelque âme à secourir. Celui qui conduisit l’évangéliste Philippe vers le ministre éthiopien, l’apôtre Pierre vers le centenier romain, Corneille, et la jeune fille israélite vers le capitaine syrien, Naaman, envoie aujourd’hui des hommes, des femmes, des jeunes gens pour le représenter auprès de ceux qui ont besoin des secours et des directives célestes.”–Le Ministère de la Guérison, page 408. 48

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

“Ce dont le monde a le plus besoin, c’est d’hommes, non pas des hommes qu’on achète et qui se vendent, mais d’hommes profondément loyaux et intègres, des hommes qui ne craignent pas d’appeler le péché par son nom, des hommes dont la conscience soit aussi fidèle à son devoir que la boussole l’est au pôle, des hommes qui défendraient la jstice et la vérité même si l’univers s’écroulait.”–Education, pages 67-68. Avant même l’organisation du Mouvement de Réforme en 1925, les écoles missionnaires ont constitué un aspect fondamental de l’exécution du mandat évangélique confié à cette église. Dès 1920 une petite école missionnaire fut ouverte à Rama (près de Würzburg) en Allemagne. En 1931, la Conférence Générale a décidé d’ouvrir une école missionnaire internationale dont le but était d’envoyer des missionnaires dans les pays étrangers. Le 1er avril 1932, cette école entra en opération à Schwaebisch Hall, Allemagne. Aujourd’hui, les écoles missionnaires continuent à jouer un rôle important dans la diffusion de la vérité présente. Des ouvriers dans la cause du Seigneur ont besoin d’être formés pour exécuter le mandat qui leur est confié par le Sauveur des âmes. Le 2 août, souvenez-vous de cette œuvre importante. Vos offrandes serviront à soutenir les écoles missionnaires tout autour du globe. M. Natarajan, Secrétaire à l’Education de la Conférence Générale.

PROJECT 01A Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

25


Leçon 5

Sabbat 2 août 2003

Lundi

De la force pour le service Car quel est le plus grand, celui qui est à table, ou celui qui sert ? N’estce pas celui qui est à table ? Et moi, cependant, je suis au milieu de vous comme celui qui sert.” (Luc 22:27). “Dans la prière, il ne faut pas se contenter de présenter des demandes touchant ses besoins personnels. Il faut demander afin de pouvoir donner.”–Les Paraboles, page 140 ou 116. Lectures proposées :

Les Paraboles, chapitre ‘Demander pour donner’. Le Ministère de la Guérison, pages 430-435.

Dimanche

27 juillet

1.

PRIER POUR SERVIR

a.

Comment le profond désir d’Anne reflétait-il son envie de servir ? 1 Samuel 1:1-11.

b.

De quelle manière devons-nous tous être encouragés par la réponse de Dieu à la prière d’Anne et en tirer des leçons ? 1 Samuel 1:19-20, 27-28; 2:18-21, 26.

“Durant les trois premières années de la vie du prophète Samuel, sa mère lui enseigna avec soin à distinguer entre le bien et le mal. … Bien que la jeunesse de Samuel vouée au culte de Dieu se déroulât dans le tabernacle, il ne fut pas à l’abri des mauvaises influences ou des mauvais exemples. Les fils d’Eli ne craignaient pas Dieu et ils ne respectaient pas leur père, mais Samuel ne cherchait pas leur compagnie et ne suivait pas leurs mauvaises voies. Son éducation précoce fit qu’il préféra maintenir son intégrité chrétienne. Quelle récompense pour Anne ! Et quel encouragement à la fidélité que son exemple !”–Commentaires Bibliques Adventistes, page 40. “La sollicitude de cette mère fidèle ne cessa pas lorsqu’elle fut séparée de son enfant. Il était le sujet de ses prières. … Elle ne demanda pas qu’il devienne grand mais supplia qu’il devienne bon. Sa foi et sa dévotion furent récompensées. Elle vit son fils, dans la simplicité de son enfance, marcher dans l’amour et la crainte de Dieu. Elle le vit devenir adulte trouvant grâce devant Dieu et les hommes, humble, respectueux, prompt au devoir et sérieux dans le service de son divin Maître.”–The Signs of the Times, 3 novembre 1881. 26

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

25 août

2.

LA PRIERE DE NATHANAEL

a.

Comment sommes-nous nous-mêmes – aussi bien que ceux avec lesquels nous travaillons – souvent comme Nathanaël ? Jean 1:45-50.

“Nathanaël était de ceux qui avaient entendu Jean proclamer «Voici l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde» (Jean 1:29). Il était profondément convaincu et se retira vers un bosquet, à l’abri de tout œil humain et là, il médita sur ce qu’avait annoncé Jean. … Il se prosterna devant Dieu et demanda ceci : si celui dont Jean avait déclaré qu’il était le Rédempteur du monde était vraiment le libérateur promis, qu’il se fasse connaître à lui.”–The Review and Herald, 21 janvier 1873. “Philippe savait que son ami était occupé à sonder les prophéties ; il découvrit sa retraite alors qu’il priait sous son figuier. Souvent, ainsi cachés par le feuillage, ils avaient prié ensemble dans cet endroit écarté. Nathanaël vit une réponse directe à sa prière dans le message : «Nous avons trouvé celui dont il est question dans la loi de Moïse et dans les prophètes.» Mais la foi de Philippe était encore chancelante, comme on peut le voir par les paroles qu’il ajoute : «Jésus de Nazareth, le fils de Joseph.» Ces paroles réveillèrent les préventions de Nathanaël. Il protesta : «Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon ,» Philippe n’entama pas de controverse. Il lui dit : «Viens et vois.» Jésus vit venir à lui Nathanaël et dit de lui : «Voici vraiment un Israélite, dans lequel il n’y a pas de fraude.» Surpris, Nathanaël s’écria : «D’où me connais-tu ?» Jésus lui répondit : «Avant que Philippe t’ait appelé, quand tu étais sous le figuier, je t’avais vu.» Cela suffit. L’Esprit divin qui avait rendu témoignage à Nathanaël, pendant sa prière solitaire sous le figuier, lui parlait maintenant par Jésus. Alors qu’il doutait encore, dominé malgré tout par le préjugé, Nathanaël était venu au Christ, animé d’un désir sincère de connaître la vérité ; maintenant son désir était exaucé. Sa foi dépassa bientôt celle de celui qui l’avait amené à Jésus.”–Jésus-Christ, pages 122123. b.

Quelle assurance est donnée à tous ceux qui entretiennent l’esprit de prière de Nathanaël ? Psaume 91: 1.

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

47


Leçon 9

Sabbat 30 août 2003

Lumière et force spirituelles

Lundi

28 juillet

2.

APPRENDRE DE SALOMON

a.

Pourquoi le désir de sagesse de Salomon fut-il exaucé par Dieu ? 1 Rois 3:5-15.

“Je publierai ton nom parmi mes frères, je te célébrerai au milieu de l’assemblée.” (Psaume 22:23). “La prière donne la force de reprendre le combat contre les puissances des ténèbres, de supporter patiemment les épreuves et d’endurer les difficultés en bons soldats de Christ.”–Testimonies, volume 3, page 323. Lectures proposées :

b.

Testimonies, volume 4, pages 523-537. Témoignages, volume 1, pages 309-315. Conseils sur la Nutrition et les Aliments, pages 219-226.

Dimanche

“Salomon réalisa qu’il manquait de discernement. Son grand besoin le poussa à rechercher Dieu et sa sagesse. Son cœur n’aspirait pas égoïstement à une connaissance qui l’élèverait au-dessus de ses frères.”–The Review and Herald, 26 octobre 1905.

24 août

1.

OUVRIR SON COEUR AVEC SINCERITE

a.

Quelle invitation Dieu adresse-t-il à chacun d’entre nous ? Jérémie 29: 11-13. Comment sommes-nous avertis de ne pas accepter cette offre d’une manière artificielle ? Osée 7:13-16.

“Le Seigneur déclara que puisque Salomon n’avait pas réclamé de richesses temporelles ou d’honneurs mondains il n’obtiendrait pas seulement cette bénédiction qu’est la sagesse mais également les richesses et les honneurs. Celui qui possède la sagesse céleste est prêt à faire une bonne utilisation des talents et des moyens que Dieu lui a confiés. Tous les talents et les capacités qu’il peut posséder ne le conduiront pas à oublier le Donateur. Le danger est là pour certains … de s’illusionner comme le jeune homme [Luc 18:18, 21-22] …Ce test pratique dévoila au jeune homme plein d’illusions son suprême égoïsme. Son défaut de caractère gâtait toutes ses vertus.”–The Signs of the Times, 14 février 1878. c.

“Prier, c’est ouvrir son cœur à Dieu comme à un ami. L’œil de la foi discernera la proximité immédiate de Dieu, et le suppliant obtiendra des preuves précieuses de l’amour et de la sollicitude de Dieu envers lui. Mais pourquoi tant de prières ne sont-elles jamais exaucées ? Voici ce que dit David : «J’ai crié à lui de ma bouche, et la louange a été sur ma langue. Si j’avais conçu l’iniquité dans mon cœur, le Seigneur ne m’aurait pas exaucé” (Psaume 66:17-18). Par un autre prophète le Seigneur nous fait la promesse suivante : «Vous me chercherez, et vous me trouverez, si vous me cherchez de tout votre cœur” (Jérémie 29:13). Il parle à nouveau de certains qui «ne crient pas vers moi dans leur cœur” (Osée 7:14). De telles demandes sont des prières de pure forme, un service des lèvres seulement, que le Seigneur ne peut accepter. La prière que fit Nathanaël sous le figuier venait d’un cœur sincère. Elle fut entendue et exaucée par le Maître. Christ dit de lui : «Voici vraiment un Israélite, dans lequel il n’y a point de fraude” (Jean 1:47). Il ne sera pas lent à exaucer ceux qui lui ouvrent leur cœur sans s’élever eux-mêmes mais en ressentant sincèrement leur grande faiblesse et leur indignité.”–Testimonies, volume 4, pages 533-534. 46

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

Comment l’attitude de Salomon contrastait-elle avec celle du jeune chef riche que Jésus soumit à un test pratique ? Luc 18:18-23.

Qu’est-ce que tous les dirigeants peuvent apprendre de Salomon ? Proverbes 20:28.

“Tous ceux qui occupent des postes de confiance devraient s’inspirer de l’humble prière de Salomon, et ne jamais perdre de vue que leur situation ne change pas leur caractère, et ne les rend pas infaillibles. Plus un homme est haut placé et plus sont lourdes ses responsabilités, plus grande sera son influence ; plus aussi il aura besoin de sentir sa dépendance de Dieu pour obtenir de lui force et sagesse, et perfectionner son caractère. Ceux qui acceptent des responsabilités dans la cause de Dieu devraient toujours se souvenir qu’en les appelant à cette œuvre le Seigneur les a aussi appelés à se conduire avec circonspection devant lui et devant les hommes. Au lieu de se croire autorisés à commander, ils devraient se rendre compte qu’ils ont eux-mêmes besoin d’apprendre. S’ils négligent de le faire, plus tôt ils seront remplacés mieux cela vaudra pour eux et pour l’œuvre de Dieu.”–Témoignages, volume 1, pages 509-510. Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

27


29 juillet

Jeudi

21 août

3.

L’EXEMPLE DE CHRIST

5.

A L’EPOQUE DE LAODICEE

a.

Quel était le thème de la vie de Christ sur terre ? Esaïe 50:4; Matthieu 20:28.

a.

Qu’est-ce qui devrait caractériser nos prières aujourd’hui et pourquoi ? 2 Corinthiens 6:2.

“C’est pour les autres, et non pour lui-même qu’il a vécu, pensé et prié. Après avoir passé des heures dans la communion du Père, il venait matin après matin apporter aux hommes la lumière du ciel. Il recevait chaque jour un nouveau baptême du saint-Esprit. Chaque jour, de grand matin, le Seigneur le tirait de son sommeil et oignait de grâce son âme et ses lèvres afin qu’il pût la communiquer à d’autres. Il recevait ses paroles directement des cours célestes, pour les annoncer en temps opportun à ceux qui étaient fatigués et chargés.”–Les Paraboles, page 137 ou 113. b.

Qu’apprenons-nous du but qu’avait Christ qui était de maintenir une vie sanctifiée ? Jean 17:19.

“Il faut prendre en sérieuse considération les enseignements du Christ touchant la prière. La prière est une science divine, et l’exemple du Seigneur met en relief des enseignements que tous devraient comprendre. Il montre quel est le véritable esprit de la prière ; il fait ressortir la nécessité de persévérer dans la présentation de ses requêtes à Dieu, et il nous assure que le Seigneur est disposé à écouter et à exaucer les prières. … Les principes qui marquèrent la vie de Jésus-Christ devraient aussi caractériser la nôtre. … Nous n’avons pas été envoyés dans le monde pour nous complaire à nous-mêmes, ni pour nous appliquer à rechercher nos aises ; il faut glorifier Dieu en coopérant avec lui au salut des pécheurs. Il faut lui demander des bénédictions afin de pouvoir en faire part à d’autres. Ce n’est que dans la proportion où l’on donne que l’on conserve la faculté de recevoir. Impossible de continuer à recevoir des trésors célestes sans en faire part à ceux qui sont autour de soi.”–Les Paraboles, pages 140-141 ou 116-117. “Nous sommes engagés dans une grande œuvre comportant de nombreuses occasions de servir dans différents domaines. Que tous prient avec ardeur afin que Dieu les guide dans les bonnes voies de service. Les ouvriers de Dieu ne devraient négliger aucune occasion d’aider les autres de toutes les façons possibles. S’ils recherchent le conseil de Dieu d’une manière désintéressée, sa Parole qui apporte le salut, les conduira.”–Testimonies to Ministers, page 497. “Les serviteurs de Dieu doivent être constamment prêts à servir. Mes frères, d’heure en heure, des occasions nouvelles de servir Dieu s’offrent à vous. Elles viennent et s’en vont. Soyez toujours prêts à en tirer le maximum. Cette occasion que vous avez de parler à quelque âme dans le besoin et de lui annoncer la parole de vie ne se présentera peut-être jamais plus.”–Le Ministère Evangélique, pages 189190. 28

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

“Au début de cette œuvre la cause n’avait que peu d’amis. Ces serviteurs de Dieu pleuraient et priaient en vue d’obtenir une plus claire compréhension de la vérité. Ils ont supporté des privations et beaucoup de renoncement afin de répandre cette connaissance. Malgré cela, comme résultat de tant de travail, peu recevaient le précieux message. Cependant, pas à pas, ils suivaient la voie que la providence de Dieu ouvrait devant eux. Ils ne recherchaient pas leur confort et ne reculaient pas devant les difficultés. A travers ces hommes, Dieu préparait la voie et la vérité a été rendue très claire ; cependant, quelques-uns ayant depuis embrassé la vérité ne se sont pas chargés du fardeau de l’œuvre.”–The Review and Herald, 12 février 1880. “Dieu nous a comblé de ses bienfaits. Des bénédictions immortelles ont été déversées sur nous en grande mesure. Des messagers ont été envoyés avec des avertissements, des reproches et des supplications. Les serviteurs de Dieu ont prié et pleuré sur la tiédeur de l’église. Certains peuvent se lever mais seulement pour retomber dans l’inconscience du péché et du danger. La passion, la mondanité, la méchanceté, l’envie, l’orgueil, la dispute pour la suprématie, rendent nos églises faibles et impuissantes. … C’est encore ton jour, Ô église de Dieu qu’il a rendue dépositaire de sa loi. Mais ce jour de confiance et de probation approche de son terme. Le soleil se couche rapidement. … Il est temps de rechercher Dieu sérieusement, en disant avec Jacob «Je ne te laisserai point aller que tu ne m’aies béni.» Il ne sert de rien de faire des efforts spasmodiques pour retomber dans la tiédeur et la léthargie spirituelle. Le passé, avec ses plus légères miséricordes, ses réprimandes non écoutées, ses passions terrestres non corrigées, ses privilèges non utilisés, le temple de l’âme rempli de profanations–tout ceci est enregistré dans les livres du ciel. Mais il y a devant vous de bien plus solennels instants. Au cause de vos négligences passées, les efforts que vous devez faire doivent être des plus sérieux.”–The Review and Herald, 2 novembre 1886.

Vendredi

22 août

REVISION ET SUJETS DE REFLEXION 1. 2. 3. 4. 5.

Comment Néhémie gagna-t-il la faveur du roi ? Que devrions-nous apprendre des prières des hommes dont nous avons parlé dans cette leçon ? Pourquoi y eut-il un délai avant que ne vienne la réponse ? Pourquoi Daniel s’incluait-il lui-même dans sa prière pour Israël ? Qu’est-ce qui peut empêcher que nos prières soient exaucées ?

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

45

N’OUBLIEZ PAS L’OFFRANDE SPÉCIALE DU PROCHAIN SABBAT

Mardi


Mercredi

20 août

4.

DANIEL

a.

Quelle importance la prière revêtait-elle pour Daniel ? Daniel 6:4-10.

“Le décret est promulgué par le roi. Daniel est au courant de tout ce qui a été fait. … Mais il ne change pas un détail à sa façon de faire.”–The Review and Herald, 8 février 1881. “Ayez un temps fixé, un moment particulier pour la prière, au moins trois fois par jour. Le matin, à midi et le soir, Daniel priait son Dieu malgré le décret du roi et l’effrayante fosse aux lions. Il n’avait ni honte ni peur de prier mais, les fenêtres ouvertes, il priait trois fois par jour.”–The Youth’s Instructor, 1er octobre 1855. b.

Que pouvons-nous apprendre de la prière de Daniel pour l’Israël apostat ? Daniel 9:4-19.

“L’homme de Dieu priait non pour l’accès à des sentiments heureux mais pour connaître la volonté divine. Il désirait cette connaissance non seulement pour luimême mais pour son peuple. Son grand fardeau était Israël qui, au sens le plus strict, ne gardait pas la loi de Dieu. Il reconnaît que toutes les infortunes de son peuple étaient survenues en conséquence de leurs transgressions de la sainte loi. … Ils avaient perdu leur caractère saint, particulier, de peuple choisi de Dieu. [Daniel 9:17]. Le cœur de Daniel se tourne avec une grande nostalgie vers le sanctuaire de Dieu à l’abandon. Il sait qu’il peut retrouver sa prospérité à la seule condition qu’Israël se repente de ses transgressions de la loi de Dieu et devienne humble, fidèle et obéissant.”–The Review and Herald, 8 février 1881.

Mercredi

30 juillet

4.

LE PAIN DE VIE A PARTAGER

a.

Par quelle parabole Christ enseigne-t-il la persévérance dans la prière ? Luc 11:5-8.

“Dans la parabole [de l’ami qui frappe au milieu de la nuit], le quémandeur est maintes fois repoussé, mais il ne se décourage pas. Ainsi, nos prières ne semblent pas toujours avoir des réponses immédiates, mais le Christ enseigne que nous ne devons pas cesser de prier. La prière n’est pas destinée à produire un changement dans les sentiments de Dieu, mais à nous mettre en harmonie avec lui. Lorsque nous lui adressons une demande, il peut juger utile que nous fassions tout d’abord notre examen de conscience et que nous nous repentions de notre péché. C’est pourquoi il nous fait passer par l’épreuve et l’humiliation, afin que nous comprenions ce qui entrave l’action de son Esprit en nous.”–Les Paraboles, page 117 ou 141. “Mais plusieurs ne possèdent pas une foi vivante. C’est la raison pour laquelle ils ne voient pas davantage se manifester la puissance de Dieu. … Ils se chargent de veiller sur eux-mêmes. Ils font des plans et des projets, mais ils prient peu, et leur confiance en Dieu est bien limitée. Ils s’imaginent d’avoir de la foi, mais ce n’est que l’effet de l’impulsion du moment. Ne se rendant pas compte de leur besoin, ou du désir de Dieu de nous accorder ce que nous lui demandons, ils ne persévèrent pas dans leurs requêtes. Il faut que nos prières soient aussi pressantes et aussi persévérantes que celles de l’ami nécessiteux qui demandait du pain au milieu de la nuit. Plus nos prières seront pressantes et énergiques, plus intime sera notre union spirituelle avec le Christ. Nous recevrons de plus grandes bénédictions parce que nous aurons une plus grande foi.”–Les Paraboles, page 144 ou 121-122. b.

Qu’est-ce qui nous est promis quand notre désir est de servir les autres ? Luc 6:38.

“Le cœur de Daniel était très en souci pour le peuple de Dieu, pour la ville et le temple qui étaient abandonnés. Son plus profond intérêt allait à l’honneur de Dieu et à la prospérité d’Israël. C’est ce qui le poussa à rechercher Dieu par la prière et le jeûne accompagnés d’une profonde humiliation. Frères qui occupez des positions de responsabilité dans l’œuvre de Dieu pour ce temps, n’avons-nous pas un aussi grand besoin d’en appeler à Dieu que l’avait Daniel ? Je m’adresse à ceux qui croient que nous vivons la dernière période de l’histoire de cette terre. Je vous supplie de vous charger du fardeau de nos églises, de nos écoles et de nos institutions. Ce Dieu qui exauça la prière de Daniel exaucera la nôtre si nous venons à lui pleins de contrition. Nos besoins sont aussi urgents, nos difficultés aussi grandes, il nous faut ressentir le même esprit de décision et, par la foi, déposer notre fardeau sur Celui qui peut tous les porter. Il est nécessaire que les cœurs soient aussi profondément touchés à notre époque qu’à celle où Daniel pria.”–Idem, 9 février 1897.

“Dans la parabole, celui qui demande du pain pour l’étranger reçoit tout ce dont il a besoin. Et dans quelle mesure le Seigneur nous accordera-t-il afin que nous puissions le communiquer à d’autres ? «Selon la mesure du don de Christ.» (Eph. 4:7). Les anges veillent avec le plus grand intérêt pour voir comment l'homme se comporte à l’égard de ses semblables. Quand ils voient un homme manifester de la sympathie chrétienne à l’égaré, ils se tiennent bien près de lui et lui rappellent des paroles qui seront comme le pain de vie pour son âme. … Si votre témoignage est fidèle et réel, il le revêtira de la puissance de la vie à venir. La Parole de Dieu dans votre bouche sera vérité et justice. Les travaux que l’on fait en vue du bien spirituel de son prochain devraient être précédés de beaucoup de prières secrètes et ferventes ; car il faut une grande sagesse pour acquérir la science de sauver les âmes. Avant d’entrer en rapport avec les hommes, entrez en communion avec le Christ. C’est au trône de la grâce céleste qu’il faut aller chercher la préparation nécessaire pour venir en aide à ses semblables.”–Les Paraboles, pages 147-148 ou 122-123.

44

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

29


Jeudi

31 juillet

Mardi

19 août

5.

DEMANDER LE MEILLEUR

3.

LA SAGESSE DE DIEU EN REPONSE

a.

Quelle requête présentée par la prière nous apportera le plus grand bonheur ? Luc 11:11-13.

a.

Pourquoi la pluie ne vint-elle pas immédiatement après la première prière d’Elie ? Psaume 26:2.

“Il y a une bénédiction que tous peuvent obtenir s’ils la recherchent de la bonne manière. C’est le Saint-Esprit de Dieu et c’est une bénédiction qui amène toutes les autres bénédictions à sa suite. Si nous venons à Dieu comme de petits enfants, réclamant sa grâce, sa puissance et son salut, non pour notre propre élévation mais afin d’apporter la bénédiction à ceux qui nous entourent, nos demandes ne seront pas rejetées.”–In Heavenly Places, page 113. b.

Quand nous prions pour servir, quels sont quelques points-clé que nous devons garder à l’esprit ? Actes 5:30-32; Philippiens 4:19.

“De même que le Christ, dans son humanité, a observé la loi, nous pouvons également le faire si nous nous saisissons de sa force. Mais nous ne devons pas nous décharger de notre responsabilité sur d’autres, attendant que ceux-là nous disent comment nous devons agir. Il ne faut pas que nous demandions conseil aux hommes ; c’est le Seigneur qui nous enseignera notre devoir. Si nous venons à lui avec foi, il nous révélera ses mystères, à nous personnellement. Nos cœurs brûleront souvent au-dedans de nous quand il s’approchera pour communier avec nous, comme il le faisait avec Enoch. Ceux qui sont décidés à ne rien faire, en quelque domaine que ce soit, qui puisse déplaire à Dieu, sauront quelle ligne de conduite ils doivent suivre en toute occasion. Ils recevront non seulement de la sagesse, mais de la force. Comme le Christ l’a promis, il leur communiquera l’énergie nécessaire pour obéir et pour servir. Tout ce qui a été donné au Christ, – toutes les choses indispensables aux hommes déchus, – lui a été donné en tant que chef et représentant de l’humanité. «Quoi que ce soit que nous demandions, nous le recevons de lui, parce que nous gardons ses commandements et que nous faisons ce qui lui est agréable.» (1 Jean 3:22).”–Jésus-Christ, pages 671-672.

Vendredi

2. 3. 4. 5. 30

b.

Quels étaient les soucis d’Esaïe lorsqu’il fut appelé par Dieu et comment fut-il fortifié par la communion avec le Tout-puissant ? Esaïe 6:5-7.

“[Le prophète Esaïe] était prêt à accomplir la tâche qui était devant lui. Le souvenir de cette vision le soutint à travers sa longue et dure mission."–Témoignages, volume 2, page 407. c.

A quel avertissement sérieux tiré de l’expérience de Jonas lorsqu’il négligeait son devoir envers Dieu devons-nous prendre garde ? Jonas 1:1-12.

1er août

REVISION ET SUJETS DE REFLEXION 1.

“Il y a d’importantes leçons pour nous dans l’expérience d’Elie. Lorsqu’il pria pour la pluie sur le Mont Carmel, sa foi fut éprouvée mais il continua à présenter sa requête à Dieu. Il pria six fois avec ferveur sans qu’un signe ne montre que sa demande était accordée mais il insista auprès du trône de Dieu avec une foi forte. S’il s’était abandonné au découragement à la sixième fois, sa prière n’aurait pas été exaucée, mais il persévéra jusqu’à ce que vienne la réponse. Nous avons un Dieu dont l’oreille n’est pas fermée à nos suppliques ; si nous mettons sa parole à l’épreuve, il honorera notre foi. Il veut que tous nos intérêts soient liés aux siens, alors il pourra nous bénir en toute sécurité car nous ne nous attirerons pas la gloire lorsque nous aurons la bénédiction mais nous rendrons gloire à Dieu. Dieu n’exauce pas toujours nos prières la première fois que nous faisons appel à lui car, s’il le faisait, nous pourrions considérer comme acquis le droit à toutes les bénédictions et les faveurs qu’il nous accorde. Au lieu d’examiner nos cœurs pour voir si nous avons entretenu le mal, si nous avons donné libre cours au péché, nous deviendrions insouciants et nous ne réaliserions pas notre dépendance de lui et notre besoin de son aide.”–The Review and Herald, 9 juin 1891.

Comment les buts des parents chrétiens d’aujourd’hui diffèrent-ils de ceux d’Anne ? Pourquoi devrions-nous considérer l’attitude de Salomon ? Comment pouvons-nous être prêts et outillés pour rester disponibles à chaque instant pour le service de Dieu ? Pourquoi devons-nous continuer à demander les mêmes choses ? Quel pourrait être un exemple de la prière la plus importante de notre journée ? Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

“Mais qu’auraient pu faire les prières d’un homme qui s’était détourné du sentier du devoir ?”–Prophètes et Rois, page 205. d.

Qu’est-ce que l’histoire de Jonas nous enseigne encore à propos de la joie que Dieu éprouve à entendre les prières des pénitents ? Jonas 2:1-10; 3:410.

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

43


Lundi

18 août

2.

ELIE

a.

Pourquoi la prière d’Elie altéra-t-elle d’une façon si effective le cours de la nature ? Jacques 5:17.

Leçon 6

Sabbat 9 août 2003

La vie de prière de David “En tout temps, peuples, confiez-vous en lui, répandez vos cœurs en sa présence ! Dieu est notre refuge.” (Psaume 62:9).

"Elie, qui considérait [l’apostasie d'Israël] du fond de sa retraite montagnarde, était accablé de douleur. L’âme en détresse, il suppliait Dieu de mettre un terme à la méchanceté de ce peuple, jadis honoré par lui, et de le châtier si c’était nécessaire, afin de l’amener à voir sous son vrai jour son éloignement des choses célestes. L’homme de Dieu désirait ardemment que les rétrogrades se repentent avant de s’enfoncer trop profondément dans le péché, ce qui inciterait le Seigneur à les détruire complètement. La prière d’Elie fut exaucée. Les appels répétés, les remontrances, les avertissements adressés au peuple d’Israël n'ayant pas réussi à l’amener à la repentance, le moment était venu où Dieu devait lui parler par le moyen du châtiment. Tant que les adorateurs de Baal déclareraient que les richesses du ciel : la rosée et la pluie, ne provenaient pas de Dieu, mais des forces de la nature, et que c’était grâce à l’énergie créatrice du soleil que la terre était fertilisée et rendue productive, la malédiction du Seigneur s’appesantirait lourdement sur le sol maudit. Les tribus apostates d’Israël devaient apprendre combien il était insensé de faire confiance à Baal en ce qui concernait les bénédictions matérielles. Si les Israélites ne revenaient pas à Dieu et ne se repentaient pas, s’ils ne reconnaissaient pas qu’il était l’auteur de toute bénédiction, alors la terre ne recevrait plus ni pluie ni rosée.”–Prophètes et Rois, page 86. b.

Relatez l’expérience d’Elie sur le Mont Carmel. 1 Rois 18:17-45; Jacques 5:18.

“Elie rappela au peuple sa dégénérescence qui avait suscité la colère de Dieu à leur encontre et les appela à humilier leurs cœurs et à retourner vers le Dieu de leurs pères afin que sa malédiction puisse être ôtée d’au-dessus d’eux. … Il se prosterna alors avec révérence devant le Dieu invisible, éleva ses mains vers le ciel et offrit une prière simple et calme qui ne s’accompagnait pas de gesticulations violentes et de contorsions du corps. Aucun cri ne résonna sur les hauteurs du Carmel. Un silence solennel, oppressant pour les prêtres de Baal, reposait sur tous. Elie n’utilise aucune expression extravagante dans sa prière. Il prie Jéhovah comme s’il était tout près, témoin de toute la scène, écoutant sa prière sincère et fervente mais cependant toute simple. Les prêtres de Baal ont crié, écumé, bondi et prié, très longtemps – du matin presque jusqu’au soir. La prière d’Elie est très courte, fervente, révérencieuse et sincère.” Testimonies, volume 3, pages 284285. 42

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

“David dirigeait continuellement ses prières vers Dieu. Il mettait sa confiance en lui et marchait devant lui d’une manière parfaite.”–The Signs of the Times, 17 août. Lectures proposées :

Messages à la Jeunesse, pages 245-250. Testimonies, volume 4, pages 533-537.

Dimanche

3 août

1.

FERMETE CONSCIENCIEUSE

a.

Quelle habitude pouvons-nous apprendre de David et pourquoi ? Psaume 55:17-18.

“Notre seule défense sûre contre les péchés qui nous assaillent c’est la prière, la prière quotidienne et à chaque heure. Il ne faut pas que nous soyons zélés un jour et insouciants le jour suivant ; mais, en étant vigilants et consciencieux, nous pouvons être vivifiés par notre relation avec Dieu. La prière est nécessaire et nous ne devrions pas attendre de ressentir quelque chose mais prier, prier sérieusement, qu’il y ait une émotion ou pas. Le ciel est ouvert à nos prières. Elle est le canal qui conduit notre gratitude et le désir de bénédiction divine de notre âme au trône de Dieu ; nous recevons en retour la grâce divine comme une ondée rafraîchissante. Nombreux sont ceux qui laissent geler ce canal ce qui interrompt la relation avec le ciel. … Oh, si nous passions plus de temps à genoux et moins à faire des plans pour nous-mêmes, pensant que nous pourrions faire de grandes choses.”–This Day With God, page 277. b.

Décrivez la profondeur de l’expérience spirituelle que nous devons apprendre de l’exemple de David ? Psaumes 38:10-16; 42:2-3, 6; 84:3.

“La véritable prière engage les énergies de l’âme et affecte la vie. Celui qui répand ses besoins devant Dieu ressent la vanité de tout autre chose sous les cieux.”–Testimonies, volume 4, page 535. Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

31


Lundi

4 août

2.

CONTEMPLER LE CARACTERE DE DIEU

a.

Comment, par la prière, David obtint-il une vision plus claire de Dieu ? Psaume 77:2-15.

Leçon 8

Sabbat 23 août 2003

Les prières des justes “Prenez, mes frères, pour modèles de souffrance et de patience les prophètes qui ont parlé au nom du Seigneur” ( Jacques 5:10).

“Le psalmiste David eut au cours de sa vie de nombreux changements d’état d’esprit. Parfois, lorsqu’il avait obtenu une meilleure vision de la volonté et des voies de Dieu, il était très exalté. Puis, quand il apercevait le revers de la miséricorde de Dieu et de son amour immuable, tout lui semblait enveloppé de ténèbres. Mais à travers les ténèbres, il obtenait une vision des attributs de Dieu, ce qui lui donnait confiance et fortifiait sa foi. Mais lorsqu’il méditait sur les difficultés et les dangers de la vie, ils semblaient si menaçants qu’il se croyait abandonné de Dieu à cause de ses péchés. Il voyait son péché dans une lumière si forte qu’il s’exclamait «Le Seigneur rejettera-t-il pour toujours ? Ne sera-t-il plus favorable ?» Mais quand il pleurait et priait, il obtenait une vision plus claire du caractère et des attributs de Dieu car il était éduqué par des êtres célestes. Il décida donc que ses idées de la justice et de la sévérité de Dieu étaient exagérées. Il rejeta ses impressions qu’il mit sur le compte de sa faiblesse, de son ignorance et de ses infirmités physiques et les considéra comme déshonorantes pour Dieu. Alors, d’une foi renouvelée, il s’exclama «C’est ici mon infirmité ; je me souviendrai des années de la droite du Très-haut» (Ps. 77:10, Darby).”–SDABC, volume 3, page 1149. b.

Quelle heure tragique dans la vie de David confirme comment les circonstances extérieures ne montrent pas nécessairement si Dieu accepte nos prières ou pas ? Psaume 3:2-9.

“La sincérité de nos prières ne peut être prouvée que par la vigueur de notre effort pour obéir aux commandements de Dieu.”–Counsels on Health, page 504. Lectures proposées :

Dimanche

17 août

1.

DES EXEMPLES POUR NOUS

a.

Que pouvons-nous apprendre des prières des hommes pieux ? Néhémie 1:4-11; Daniel 9:3-5.

“Néhémie s’humilia lui-même devant Dieu rendant gloire à son nom. Daniel fit de même à Babylone. Etudions les prières de ces hommes. Ils nous enseignent que nous devons nous humilier mais que nous ne devons jamais oblitérer la ligne de démarcation entre le peuple gardant les commandements de Dieu et ceux qui n’ont aucun respect de sa loi.”–SDABC, volume 3, page 1136. b.

“Notre Père céleste n’est jamais insensible envers les affligés. Quand David, en fuite devant l’armée séditieuse de son fils Absalom, gravissait, nu-pieds, le mont des Oliviers (2 Sam. 15:30), Dieu eut compassion de lui. Bourrelé de remords, le roi avait pris le sac et la cendre. En larmes, le cœur brisé, il implora l’Eternel. Jamais il n’avait été aussi près du cœur de Dieu qu’au moment où, repris par sa conscience, il fuyait les ennemis que son propre fils avait soulevés contre lui. «Moi, dit l’Eternel, je reprends et je châtie tous ceux que j’aime. Aie donc du zèle, et repens-toi.» (Apoc. 3:19.) Le Christ purifie le cœur contrit et console l’âme affligée pour en faire sa demeure.”–Une Vie Meilleure, page 22 ou Heureux Ceux Qui …, page 19.

Testimonies, volume 3, pages 273-288. The Sanctified Life, pages 42-52.

Comment Dieu ouvrit-il la voie à l’œuvre de Néhémie ? Néhémie 2:1-6.

“[Néhémie] avait une mission à remplir, pour laquelle l’aide du roi lui était indispensable. Il comprenait que la réussite de son plan dépendait en grande partie de la manière dont il le présenterait. Il pourrait ainsi gagner l'approbation du souverain et la promesse de son assistance. «Je priai le Dieu des cieux», dit-il ; et, dans cette courte prière, il obtint du Roi des rois une force qui pouvait gagner les cœurs.”–Prophètes et Rois, pages 479-480. “Néhémie ne pensait pas avoir achevé sa tâche après avoir pleuré et prié devant le Seigneur. Non content de prier, il unissait l’effort à la requête.”–Messages Choisis, volume 2, page 397.

32

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

41


Jeudi

14 août

Mardi

5 août

5.

UNE PRIERE POUR AUJOURD’HUI

3.

PROFONDE REPENTANCE

a.

Quelles prières doivent être prononcées aujourd’hui et pourquoi ? Psaume 119:126; Joël 2:17-18.

a.

Malgré le plus grand péché commis par David au cours de sa vie, quelle attitude lui permit de redevenir un homme selon le cœur de Dieu ? Psaumes 32:1-2; 51:2-15; 103:13.

“Le monde s’est éloigné de Dieu et son état de dépravation devrait faire naître l’angoisse dans les cœurs et conduire tous ceux qui sont fidèles au grand Roi à travailler en faveur d’une réforme. La puissance papale a pensé changer la loi de Dieu en instituant un faux sabbat à la place de celui de Jéhovah ; et ce faux sabbat est sanctifié par tout le monde chrétien tandis que le véritable est foulé aux pieds. Mais le Seigneur rabaissera-t-il sa loi pour satisfaire au niveau de l’homme limité ? Acceptera-t-il un jour qui n’est revêtu d’aucune sainteté à la place de son propre Sabbat qu’il a béni et sanctifié ? Non ; c’est à propos de la loi de Dieu qu’aura lieu le dernier grand combat de la controverse entre Christ et ses anges d’une part et Satan et ses anges d’autre part et il sera décisif pour le monde entier. C’est l’heure de la tentation pour le peuple de Dieu. Mais Daniel le vit délivré, chacun de ceux qui ont leur nom écrit dans le livre de vie de l’ Agneau.”–The Signs of the Times, 17 janvier 1884. “C’est toujours à la dernière extrémité que le Seigneur est intervenu en faveur de son peuple, alors que sa ruine semblait ne pouvoir être évitée. Les desseins des méchants et des ennemis de l’Eglise sont soumis à sa puissance et à sa providence souveraines. Il peut toucher le cœur des hommes d’Etat ; la colère des violents et de ceux qui nourrissent de mauvaises intentions, qui haïssent Dieu, sa vérité et son peuple, peut être détournée comme les eaux d’un fleuve si c’est sa volonté. La prière meut le bras du Tout-Puissant. Celui qui fait graviter avec harmonie les étoiles du ciel et dont la parole contrôle les vagues du grand océan, travaillera en faveur de son peuple s’il s'adresse à lui avec foi. Il contiendra les forces des ténèbres jusqu’à ce que le monde ait été averti par le message et que ceux qui l’auront écouté soient préparés pour le conflit.”–Témoignages, volume 2, pages 181-182.

Vendredi

3. 4. 5.

40

“Grande avait été la chute de David ; mais sa repentance fut profonde, son amour ardent, et sa foi puissante. Il lui avait beaucoup été pardonné, aussi aimait-il beaucoup.”–Patriarches et Prophètes, page 780 ou 731. “David triompha souvent en Dieu, et cependant il ressassait fréquemment son indignité et sa culpabilité. Sa conscience n’était ni morte ni endormie. «Mon péché», pleurait-il, «est constamment devant moi» (Ps. 51:3). Il ne se flattait pas de ne rien avoir à faire avec le péché et que ce sujet ne le concernait pas. Quand il voyait la profondeur de la duperie de son cœur, il était grandement dégoûté de luimême et priait que Dieu, par sa puissance, le tienne éloigné du péché de la présomption et le purifie de ses fautes secrètes.”–The Youth’s Instructor, 5 juillet 1894. b.

Quelles assurances sont données aux âmes repentantes ? Jérémie 3:22; Matthieu 5:4.

15 août

REVISION ET SUJETS DE REFLEXION 1. 2.

“La prière de David après sa chute peut illustrer le véritable repentir ; elle n’était nullement dictée par le désir d’échapper aux jugements qui allaient le frapper. Son chagrin fut sincère et profond ; il ne chercha pas à pallier sa culpabilité. Il voyait l’énormité de sa transgression, la souillure de son âme ; il haïssait son péché. Ce n’est pas le pardon seulement qu’il demandait, mais la pureté du cœur. Il soupirait après la joie de la sainteté, et la communion avec Dieu.”–Le Meilleur Chemin, pages 22-23 ou Vers Jésus, pages 24-25.

Comment Jonathan fut-il utilisé pour délivrer Israël ? De quoi devons-nous nous souvenir à propos de la manière dont Dieu a délivré son peuple en temps de crise ? Comment Josaphat a-t-il préparé le peuple à faire face à la crise ? Comment pouvons-nous nous y prendre avec les reproches des mondains ? Comment pouvons-nous garder notre œuvre pour Dieu comme centre d’intérêt et diriger un œil sur sa gloire ? Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

“En prononçant une bénédiction sur ceux qui se lamentent, Jésus n’avait pas l’intention d’enseigner qu’il y a une quelconque vertu à vivre sous un nuage perpétuel, ni qu’une tristesse et des plaintes égoïstes avaient un mérite en ellesmêmes pour ôter une seule souillure de péché. Les lamentations dont parle le Christ sont une pieuse tristesse d’avoir péché qui provoque la repentance menant à la vie éternelle.”–The Spirit of Prophecy, volume 2, page 205. “Etes-vous tombé dans le péché ? Alors, allez sans délai rechercher la miséricorde et le pardon de Dieu. Lorsque David fut convaincu de péché, il répandit son âme devant Dieu dans la repentance et l’humiliation. Il pensa qu’il pouvait supporter la perte de sa couronne mais non le fait d’être privé de l’amour de Dieu. La miséricorde s’étend encore au pécheur.”–Testimonies, volume 5, page 177. Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

33


Mercredi

6 août

4.

LA PURETE RESTAUREE

a.

De quoi devons-nous toujours nous souvenir à propos de Dieu ? Psaume 145: 8-9; 1 Jean 4:16.

“Avant de bénéficier de l’amour miséricordieux de notre Père céleste et d’en faire part autour de nous, il est nécessaire que nous connaissions cet amour et que nous y croyions. (1 Jean 4:16). Par tous les moyens dont il dispose, Satan cherche à nous dissimuler cet amour. Il veut nous faire croire que nos erreurs et nos transgressions ont offensé Dieu si gravement qu’il détourne son oreille de nos prières et refuse de nous bénir et de nous sauver. En nous-mêmes, nous ne voyons que faiblesse, nous n’avons rien qui puisse nous recommander à Dieu. Satan nous affirme que notre cas est sans remède et qu’il n’y a aucune guérison pour nos fautes de caractère. Lorsque nous voulons nous approcher de Dieu, l’ennemi chuchote à notre oreille : «A quoi bon prier ! N’as-tu pas commis tel péché ? N’as-tu pas offensé Dieu ? N’as-tu pas violenté ta conscience ? Mais nous pouvons le repousser en lui disant que «le sang de Jésus … nous purifie de tout péché». (1 Jean 1:7.) C’est justement lorsque le sentiment de notre péché nous empêche de prier que nous devons le faire. Nous pouvons avoir honte et nous sentir profondément humiliés, mais il nous faut prier et croire. «C’est une parole certaine et entièrement digne d’être reçue, que Jésus-Christ est venu dans le monde pour sauver les pécheurs, dont je suis le premier.» (1 Timothée 1:15.) Le pardon et la réconciliation avec Dieu nous sont accordés, à nous, pécheurs, non pas en vertu de nos œuvres ou d’un mérite quelconque de notre part, mais à titre de don gratuit dû à la justice immaculée du Christ.”–Une Vie Meilleure, page 136 ou Heureux Ceux Qui …, page 108.

Mercredi

13 août

4.

QUAND ON A AFFAIRE AU SARCASME

a.

Que fit Ezéchias avec la lettre sarcastique de Sanchérib, roi d’Assyrie ? Pourquoi cette crise était-elle si sérieuse ? 2 Rois 19:14-19; Esaïe 52:4-5.

“L’unique espoir de Juda résidait alors en Dieu. Toute assistance possible de la part de l’Egypte avait été supprimée, et nulle autre nation n’était disposée à tendre à Ezéchias une main secourable. Les chefs de l’armée assyrienne, convaincus de la puissance de leurs armées bien disciplinées, demandèrent alors à entrer en pourparlers avec les principaux de Juda, dont ils exigèrent avec insolence la reddition de Jérusalem. Cette demande était accompagnée d’insultes et de blasphèmes contre le Dieu des Hébreux. L’affaiblissement et l’apostasie d’Israël et de Juda avaient amené les nations à ne plus craindre le nom de Jéhovah ; il était devenu au contraire un sujet d’outrage continuel.”–Prophètes et Rois, page 271. b.

Comment Dieu élève-t-il celui qui se repent et retranche-t-il l’orgueilleux ? 2 Rois 19:20-22, 32-37.

c.

Que firent les rebâtisseurs du mur au jour de Néhémie ? Néhémie 4:1-9.

“L’une des plus sincères prières dont parle la Parole de Dieu est celle de David lorsqu’il supplia «O Dieu ! crée en moi un cœur pur, renouvelle en moi un esprit bien disposé» (Psaume 51:10). La réponse de Dieu à une telle prière est : je te donnerai un cœur nouveau. C’est une œuvre qu’aucun humain limité ne peut faire. Hommes et femmes doivent commencer par le commencement, recherchant Dieu avec plus d’ardeur pour avoir une véritable expérience chrétienne. Ils doivent ressentir la puissance créatrice du Saint-Esprit. Ils doivent recevoir un cœur nouveau conservé doux et tendre par la grâce du ciel. L’âme doit être purifiée de son égoïsme. Ils doivent travailler avec zèle et humilité de cœur, chacun regardant à Jésus afin d’être guidé et encouragé. Alors la construction, bien assemblée, croîtra pour devenir le saint temple du Seigneur.”–Our High Calling, page 159.

“L’expérience de Néhémie se répète dans l’histoire du peuple de Dieu aujourd’hui. Ceux qui travaillent à la cause de la vérité s’apercevront qu’ils ne peuvent mener leur tâche à bien sans exciter la colère de ses ennemis. Bien qu’ils aient été appelés par Dieu pour l’œuvre dans laquelle ils sont engagés et que leur carrière ait été approuvée par lui, ils ne pourront échapper aux reproches et à la dérision. Ils seront dénoncés comme visionnaires, indignes de confiance, intrigants, hypocrites, – accusés de tout ce qui peut servir les desseins de leurs ennemis. Les choses les plus sacrées seront présentées sous un jour ridicule pour amuser les incroyants. Quelques sarcasmes et un esprit trivial, joints à l’envie, à la jalousie, à l’impiété et à la haine, seront suffisants pour exciter les rires des moqueurs profanes. Et ces railleurs présomptueux rivaliseront d’ingéniosité et s’enhardiront les uns les autres dans leur œuvre blasphématoire. Or, le mépris et la dérision sont pénibles à la nature humaine ; mais ils doivent être supportés par tous ceux qui sont fidèles à Dieu. C’est la politique de Satan de détourner les âmes de l’œuvre que le Seigneur leur a confiée.”–Le Service Chrétien, pages 212-213. “Si nous avons le sens des dangers que nous courons, nous sentirons aussi la nécessité de prier, comme le fit Néhémie ; comme lui également, nous obtiendrons cette protection qui sera notre sécurité aux jours du péril.”–Témoignages, volume 1, page 495.

34

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

b. Sur quel thème David centrait-il souvent ses prières ? Psaumes 19: 13-15; 51:12.

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

39


Mardi

12 août

Jeudi

7 août

3.

JOSAPHAT

5.

LA RECOMPENSE DE LA FERVEUR

a.

Quelle crise sérieuse mit Juda en danger pendant le règne de Josaphat et comment le monarque répondit-il ? 2 Chroniques 20:1-13.

a.

Comment pouvons-nous jouir d’une vie spirituelle riche ? Psaume 119: 10, 145.

“Josaphat pouvait dire avec confiance au Seigneur : «Nos yeux sont sur toi.» Pendant des années il avait appris à son peuple à se confier en celui qui était si souvent intervenu dans le passé pour sauver ses élus d’une destruction totale. Devant le péril, il ne se sentait donc pas seul. «Tout Juda se tenait debout devant l’Eternel, avec leurs petits enfants, leurs femmes et leurs fils.» Ensemble ils jeûnèrent et prièrent. Ils supplièrent le Seigneur de mettre les ennemis en déroute, afin que son nom soit glorifié.”–Prophètes et Rois, page 149. b.

Que promit Dieu par le prophète Jachaziel ? 2 Chroniques 20:14-17.

c.

Comment cette promesse fut-elle remplie d’une merveilleuse manière ? 2 Chroniques 20:20-30.

“Criez à Dieu dans la sincérité et le désir ardent de votre âme. Luttez avec les êtres célestes jusqu’à ce que vous obteniez la victoire. Remettez tout votre être entre les mains du Seigneur, corps, âme et esprit et décidez d’être son serviteur consacré, mû par sa volonté, contrôlé et inspiré par son Esprit. Racontez vos besoins à Jésus d’une âme sincère. Il ne vous est pas demandé d’entreprendre une longue controverse avec Dieu ou de lui faire un sermon mais, le cœur rempli de tristesse pour vos péchés, dites-lui : «Sauve-moi, Seigneur, ou je périrai.» Il y a de l’espoir pour de telles âmes. Ils chercheront, ils demanderont, ils frapperont et trouveront. Lorsque Jésus a ôté le fardeau du péché qui accable votre âme vous ferez l’expérience de la paix bénie de Christ.”–Our High Calling, page 131. b.

Qu’est-ce qui caractérise tous ceux qui prennent vraiment Dieu au mot ? Psaumes 50:23; 51:17.

“Quelle étrange façon d’affronter une armée ennemie ! Des chants de louange pour glorifier le Dieu d’Israël, c’était le cri de guerre de ces hommes de foi. Ils possédaient la «sainte magnificence». Si, de nos jours, on adressait davantage de louanges au Seigneur, la foi, le courage et l’espoir s’accroîtraient grandement. C‘est ainsi que seraient fortifiés les vaillants défenseurs de la vérité. … En temps de crise, le Seigneur était la force de Juda, comme il l’est aujourd’hui encore de son peuple. Ne nous confions donc ni dans les monarques ni dans les hommes que nous serions tentés de mettre à la place de Dieu.”–Prophètes et Rois, pages 150-151.

“La joie de Christ est une gaieté pure et sans mélange. Ce n’est pas une gaieté facile qui conduit à des paroles vaines ou à une conduite légère. Non, nous devons avoir Sa joie, et sa plus grande joie était de voir les hommes obéir à la vérité. … Plaidez avec Dieu, disant «Je capitule complètement. Je me donne à toi.» Puis soyez joyeux. La Parole est en vous, purifiant votre caractère. Dieu ne veut pas que ses enfants errent pleins d’anxiété et de tristesse sur leur visage. ll veut que la belle expression de son visage soit reflétée dans chacun de nous qui sommes participants de la nature divine car nous avons la possibilité d’échapper aux corruptions du monde.”–Our High Calling, page 148. [Italiques de l’auteur.]

d.

Vendredi

Qu’est-ce que Dieu attend de tous ceux qui comptent sur son aide ? Psaumes 34: 18-20; 50:14-15.

8 août

REVISION ET SUJETS DE REFLEXION

“Notre Père céleste a mille façons de nous venir en aide que nous ne connaissons pas. Ceux qui acceptent de le servir avant toute autre chose verront leurs perplexités s’évanouir et s’étendre à leurs pieds un sentier bien tracé.”–Le Ministère de la Guérison, page 415. 38

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

1. 2. 3. 4. 5.

Qu’implique la vraie prière ? Comment pouvez-vous obtenir une vision plus claire de Dieu ? Que devez-vous faire si vous tombez dans le péché ? Comment pouvez-vous recevoir un cœur nouveau ? Comment ma vie de prière peut-elle être davantage comme celle de David ?

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

35


Leçon 7

Sabbat 16 août 2003

En temps de crise

Lundi

11 août

2.

GRANDIR AU TRAVERS DE L’EPREUVE

a.

Que demanda le jeune Joseph par la prière lorsqu’il fut vendu comme esclave ? Genèse 37:23-28.

“Invoque-moi au jour de la détresse ; je te délivrerai, et tu me glorifieras” (Psaume 50:15). “Dès qu’ils sont dans l’urgence ou la nécessité, hommes et femmes peuvent recevoir la grâce et la puissance divines sans que ne diminue l’aide de Dieu.”–The Signs of the Times, 26 juillet 1905. Lectures proposées :

Dimanche

Prophètes et Rois, chapitre 30. Témoignages, volume 1, pages 492-498. 10 août

b.

1.

JONATHAN

a.

Dans la bataille contre les Philistins, comment Dieu honora-t-il la prière de Jonathan et de son écuyer ? 1 Samuel 14:1-23.

“C’était Dieu qui avait permis cette crise afin de censurer la perversité de Saül et de donner à son peuple une leçon d’humilité et de foi. Vu la sacrilège témérité de Saül à présenter l’offrande, Dieu ne voulut point lui donner l’honneur de vaincre les Philistins. C’est Jonathan, son fils, homme craignant Dieu, qui fut choisi comme instrument pour délivrer Israël. … L’écuyer, homme de foi et de prière, ayant épousé ce dessein, ils se retirèrent du camp secrètement, de crainte qu’on ne s’opposât à leur projet. Après avoir adressé une ardente prière au Gardien de leurs pères, ils s’entendirent sur un signe auquel ils reconnaîtraient ce que Dieu voulait qu’ils fissent. … Protégés et secondés par les anges de Dieu, Jonathan et son compagnon se jetèrent sur les hommes du poste, qui tombèrent devant eux. La terre trembla comme sous les pas d’une grande multitude de cavaliers et de chariots qui approchaient. Jonathan y reconnut le signe de la puissance de Dieu qui venait à son secours, et les Philistins eux-mêmes furent convaincus que Dieu travaillait pour la délivrance d’Israël. Une grande frayeur saisit l’armée, tant au camp qu’à la garnison. Dans leur panique, prenant leurs propres soldats pour des ennemis, les Philistins se mirent à se tuer l’un l’autre.”–Patriarches et Prophètes, pages 642-643 ou 609-610.

36

“[Emmené en esclavage Joseph] a confiance que le Dieu de ses pères sera aussi le sien. Sans tarder, il se jette tout entier dans les bras de son Créateur. Il le supplie d’être son soutien au pays de l’exil. De toute son âme, vibrante d’une sainte émotion, il prend d'héroïque résolutions. En toutes circonstances, il agira comme il convient à un sujet du Roi des rois. Il le servira de tout son cœur ; il affrontera les plus amères épreuves avec courage et il sera fidèle dans tous ses devoirs. En quelques heures, il a appris ce que des années n’auraient pu lui enseigner autrement. Les événements d’un seul jour l’ont transformé. D’un enfant gâté, le malheur a fait de lui un homme réfléchi, vaillant et maître de soi.”–Patriarches et Prophètes, page 192 ou 212.

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

Quelle réponse fut apportée à sa prière ? Genèse 39: 2-3, 21; 41: 39-41; 42:6.

“La religion de Joseph lui permit de conserver un caractère doux et une chaude et forte sympathie pour l’humanité en dépit de toutes ses épreuves. Certains, s’ils ne se sentent pas bien traités, deviennent revêches, mesquins, hargneux et discourtois dans leurs paroles et leur comportement. Ils s’enfoncent, découragés, détestables et détestant les autres. Mais Joseph était un chrétien. Sitôt entré en prison il met en pratique ses principes chrétiens d’une manière éclatante ; il commence à se rendre utile aux autres. Il partage les soucis de ses compagnons de cellule. Il est gai car c’est un gentleman chrétien. Par cette discipline, Dieu le préparait, lui qui était désireux d’apprendre, à une situation comportant de grandes responsabilités ainsi que des honneurs, et aussi à être utile. Il apprit avec gentillesse les leçons que le Seigneur voulut lui enseigner. Il apprit dans sa jeunesse à porter le joug, à gouverner, en apprenant tout d’abord lui-même l’obéissance. Il s’humilia et le Seigneur l’éleva à un honneur tout particulier.”–SDABC, volume 1, page 1097. c.

Quelle action Esther entreprit-elle lorsque le peuple Juif fut confronté à un décret de mort ? Esther 3:12-14; 4:10-17. Quel fut le résultat final ? Esther 8:12-17.

Leçons de l’école du Sabbat, 3e trimestre 2003

37

edsa03_3  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you