__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1


J’AI BESOIN DE TOI


Édition originale publiée en anglais sous le titre We Need Each Other © Jean Vanier, 2018 La présente traduction est publiée en accord avec Paraclete Press, Inc., Brewster, Massachusetts, USA. Édition française Direction : Jonathan Boulet Direction éditoriale : Katie Badie Édition et fabrication : Coraline Fouquet Traduction : Camille Roze © Éditions Scriptura, 2019 3, rue Sainte-Lucie, 75015 Paris Textes bibliques tirées de la Traduction œcuménique de la Bible (TOB) © Société biblique française – Bibli’O et Éditions du Cerf, 2010 Avec autorisation. La responsabilité de la Société biblique française – Bibli’O et des Éditions du Cerf est engagée uniquement sur le texte biblique. Photo de l’auteur : © Élodie Perriot Couverture et mise en page : Coraline Fouquet ISBN : 978-2-37559-008-9 (SB0019) Dépôt légal 2e trimestre 2019 Numéro d’impression : 904452 Imprimé en France www.editions-scriptura.com


Jean Vanier

J’AI BESOIN DE TOI

Éloge de la fragilité


PRÉFACE Ce fut pour moi une grande joie d’aller, en avril 2008, à la rencontre de la communauté du magnifique centre Saint Martin de Nyahururu, une petite ville du centre du Kenya. Cette visite se faisait dans des conditions un peu particulières, puisque les premiers mois de cette année avaient été marqués par une vague de violence et d’affrontements qui avait déferlé sur tout le pays, et notamment dans les villes et villages de la vallée du Rift. Au regard de la violence, de la douleur et des pertes engendrées par cette vague, ce fut une vraie grâce de pouvoir réunir, à l’occasion d’une retraite, des personnes d’origines culturelles et religieuses différentes, afin d’écouter et de réfléchir ensemble sur la parole de Dieu. Ce livre rassemble les conférences que j’ai données lors de cette retraite. Chez moi, dans la communauté de L’Arche en France, je vis depuis cinquante-trois ans en compagnie de personnes avec un handicap. Elles m’ont révélé le visage de Dieu, sa compassion, son exquise tendresse et l’amour dont il aime

7


J’AI BESOIN DE TOI

chacun de nous. Ces personnes en situation de handicap sont mes maîtres et m’ont peu à peu appris à découvrir et à accepter mes propres peurs et handicaps. Leur amitié a permis à mon cœur de grandir et de toujours plus aimer. Leur amour m’a fait plonger plus profondément dans le cœur aimant de Jésus. Au fil des ans, cette communauté s’est développée dans le monde entier. Son message est toujours le même : se laisser transformer par les personnes les plus fragiles. Il existe aujourd’hui 140 communautés dans différents pays du monde, dont 36 en France et 18 aux États-Unis. Partout où elles sont implantées, ces communautés offrent de l’espoir à ceux qui sont mis au ban de nos sociétés compétitives où il y a peu de vainqueurs, beaucoup de perdants et plus encore de victimes. En 1967, avec Marie-Hélène Mathieu, nous avons fondé les communautés Foi et Lumière, de petits groupes d’amitié, de soutien et de fête pour les personnes en situation de handicap, leurs familles et leurs amis. Ces groupes donnent de l’espoir et transforment des vies en affirmant l’importance de chaque être humain. Le titre de ce livre, J’ai besoin de toi, découle d’une méditation sur l’invitation de Jésus à être ami avec les pauvres et ceux que nous rejetons à cause de leur couleur de peau, de leur pauvreté ou de leur handicap. Rien de facile à

8


cela, sauf si nous nous laissons transformer par ce que Jésus est venu nous dire, à savoir que chacun de nous est précieux à ses yeux, quels que soient notre culture, notre langue, notre origine, notre foi, nos compétences ou nos handicaps. Si nous lui ouvrons notre cœur, si nous entendons le cri de ceux qui sont dans le besoin et si nous y répondons, si nous entrons en relation avec eux et nous demandons pardon les uns aux autres, alors nous serons peu à peu transformés. Même si ce livre était à l’origine une retraite prêchée au Kenya, il parle essentiellement de la vérité de l’Évangile, qui s’adresse à tous et en toutes circonstances. Le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui est un monde rempli de stress. Il y a de la peur et même de la haine envers ceux qui sont différents. Jésus est venu apporter la paix et faire tomber les murs qui séparent les gens. Que ce petit livre puisse aider chacun d’entre nous à devenir des messagers de paix, de miséricorde et de pardon.

Jean Vanier Trosly-Breuil

9


CHAPITRE 1

Que cherchez-vous ? Le lendemain, Jean se trouvait de nouveau au même endroit avec deux de ses disciples. Fixant son regard sur Jésus qui marchait, il dit : « Voici l’agneau de Dieu. » Les deux disciples, l’entendant parler ainsi, suivirent Jésus. Jésus se retourna et, voyant qu’ils s’étaient mis à le suivre, il leur dit  : «  Que cherchezvous ? » Ils répondirent : « Rabbi [ce qui signifie Maître], où demeures-tu ? » Il leur dit : « Venez et vous verrez ». Ils allèrent donc, ils virent où il demeurait et ils demeurèrent auprès de lui ce jour-là ; c’était environ la dixième heure. Jean 1.35-39

11


J’AI BESOIN DE TOI

Peu de temps avant mon voyage au Kenya, j’ai été invité à venir témoigner dans un collège, à Paris. Là, les élèves m’ont demandé pourquoi je me rendais dans un pays qui était en pleine tourmente. Ce voyage n’était-il pas dangereux ? Je leur ai répondu que j’allais au Kenya pour rencontrer la communauté du centre Saint Martin, parce que j’étais convaincu que là-bas, je pourrais trouver Jésus. Pour moi, la foi ne suffit pas ! J’ai besoin de toucher, j’ai besoin de sentir, et j’ai besoin de voir Jésus dans la vie des gens. Voilà pourquoi je rends visite à la communauté du centre Saint Martin  : je suis convaincu que là-bas, je pourrai toucher, sentir et voir Jésus. Si vous me disiez qu’il y avait une autre communauté où je pourrais rencontrer Jésus, en Chine, à l’autre bout du monde, n’importe où, je m’y rendrais, parce que la foi ne m’a jamais suffi. Je suis heureux d’être là avec vous, à Nyahururu. Nous nous rassemblons alors que nombre d’entre vous ont été profondément affectés, ces dernières semaines, ces derniers mois, par la violence qui s’est abattue sur cette région et ailleurs. Nous nous retrouvons, tous issus de villes et de cultures différentes, et chacun vient avec son histoire, ses coutumes, sa langue. Nous rendons grâce pour le don qui nous est fait

12


QUE CHERCHEZ-VOUS ?

de pouvoir nous réunir en paix et en sécurité afin de réfléchir, de partager, de prier et de célébrer ensemble. Nous avons tous reçu de notre culture notre langue maternelle. Quant à moi, je vis depuis des dizaines d’années avec des personnes dont la plupart ne parlent pas avec des mots. Elles parlent avec leur corps, avec leurs larmes, avec leurs sourires. Il est important de comprendre ces autres langages, que tous les êtres humains ont en commun. Que dites-vous ? Que vivez-vous ? Qu’est-ce qui vous fait souffrir ? Quels sont vos rêves ? Si nous ne pouvons pas toujours parler la langue de chacun, il est quand même possible d’essayer de comprendre quels sont les souffrances, les joies, les espoirs et les rêves de ceux qui nous entourent.

Regardez Jésus Nous lisons, dans le prologue de l’Évangile de Jean, que le Verbe s’est fait chair pour nous faire connaître le Père, afin que nous puissions découvrir qui est Dieu. Juste après le prologue, nous entendons parler d’un homme incroyable, Jean le Baptiste, envoyé par Dieu pour préparer ses chemins, pour aider les gens à faire confiance et à croire. Jean le Baptiste est un extraordinaire témoin de

13


J’AI BESOIN DE TOI

Dieu, parce qu’il montre Jésus et dit : « Ce n’est pas moi qui suis important, c’est lui. Je ne suis rien. Je ne suis même pas digne de dénouer ses sandales. Regardez Jésus.  » Un jour, Jean le Baptiste voit Jésus au loin et dit aux gens qui l’entourent : « Regardez, regardez bien, voici l’agneau de Dieu qui est venu pour enlever toute la haine, la violence et le mal qui est en nous. » Jésus est venu libérer notre cœur de tout ce qui est péché, de notre refus de l’amour et de l’enfermement sur soi que provoque la peur.

Que cherchez-vous ? Le lendemain, Jean le Baptiste est avec quelques-uns de ses disciples. De nouveau, il voit Jésus et dit à ses disciples : « Regardez, regardez bien, l’agneau de Dieu ». Alors deux de ses disciples se séparent de lui et commencent à suivre Jésus. L’un d’eux est André, et l’autre probablement Jean, l’auteur de l’Évangile. Nous voyons donc Jésus marcher, et ces deux hommes qui se mettent à le suivre. Jésus se retourne, et nous entendons les premiers mots qu’il prononce dans l’Évangile de Jean : « Que cherchez-vous ? » C’est magnifique. Les premiers mots de Jésus ne sont pas un ordre ni une injonction. Il demande simplement, gen-

14


QUE CHERCHEZ-VOUS ?

timent : « Que cherchez-vous ? Quels sont vos désirs ? Que voulez-vous ? » J’adresse à mon tour ces mots de Jésus à chacun d’entre vous. Pourquoi êtes-vous là ? Que voulez-vous, que cherchez-vous ? Il est très important de mettre au clair ce que vous voulez, votre désir le plus profond, et ce que vous cherchez.

Où demeures-tu ? Les deux disciples, sûrement surpris que Jésus leur pose une question, répondent alors simplement : « Maître, où demeures-tu ? » Ils ont entendu Jean le Baptiste dire que Jésus est l’agneau de Dieu venu enlever toutes les peurs qui les empêchent d’accueillir ceux qui sont différents d’eux. Ils se rendent compte que le péché est le rejet des personnes différentes et que haïr ces personnes qui ne nous ressemblent pas peut engendrer la guerre. Ces deux disciples ont aussi entendu, de la bouche de Jean le Baptiste, que l’homme qui se tient devant eux connaît les voies du Seigneur et qu’il s’agit de quelqu’un d’important. Vient ensuite la question des deux disciples : « Où demeures-tu ? » Ce qu’ils disent à Jésus, c’est  : «  J’ai envie de passer du temps avec toi  ; je veux t’écouter et peut-être me lais-

15


J’AI BESOIN DE TOI

ser transformer par toi. Je veux échapper aux puissances de l’égoïsme qui me retiennent et m’empêchent d’écouter et d’entrer en relation avec les personnes différentes de moi. » Jésus demande aux deux hommes : « Que cherchez-vous ? » Et ceux-ci répondent : « Maître, où demeures-tu ? ». Jésus répond alors simplement : « Venez et voyez ». Alors les disciples vont, voient, et passent du temps avec lui. Ils restent avec lui ce jour-là et ils voient. Ce qui me touche, c’est que cet Évangile a été écrit environ en l’an 90 de notre ère. Il est annoncé de nombreuses fois avant d’être enfin mis par écrit. J’aime imaginer Jean, vieillissant, probablement âgé de plus de quatre-vingt-dix ans, se remémorer : « Je me souviens de la première fois où j’ai rencontré Jésus... J’étais un disciple de Jean le Baptiste. Un jour, Jean le Baptiste nous a montré Jésus en nous disant que celui-ci était l’agneau de Dieu qui était venu enlever toutes les puissances de mort et du mal qui étaient en nous. Alors je l’ai suivi. »

Avez-vous rencontré Jésus ? À mon tour de vous poser cette question, la première question que Jésus a posée : pourquoi êtes-vous venu ici et que cherchez-vous ? Quand avez-vous fait pour la première

16


QUE CHERCHEZ-VOUS ?

fois l’expérience de Jésus, quand l’avez-vous vraiment rencontré ? Je ne vous demande pas l’âge auquel vous avez été baptisé, mais plutôt le moment où votre cœur s’est ouvert, le moment où vous avez senti que Dieu vous aimait, et que vous étiez important pour lui. À quand remonte cette première expérience ? Chacun d’entre nous a une histoire. Celle-ci commence au moment où notre mère nous conçoit après s’être unie à notre père. Puis, minuscules petits êtres, nous grandissons dans le sein de notre mère et nous faisons enfin l’extraordinaire expérience de notre naissance. Nous n’en avons bien sûr aucun souvenir, mais à partir du moment où notre mère nous prend dans ses bras et nous nourrit à son sein, nous découvrons que nous sommes aimés. S’ensuivent alors des moments de joie et de peine dans notre famille et puis, un jour, il y a une rencontre avec Jésus. Une sorte de conviction que Jésus est né parmi nous, qu’il est vivant, qu’il m’aime et que je suis important pour lui. Mais cette conviction peut être étouffée par nos différentes cultures et nous finissons par oublier cette rencontre. Nos vies sont une succession de moments importants. Il y a le moment de notre naissance, les étapes de notre enfance, et les maladies. Il peut y avoir des moments de

17


J’AI BESOIN DE TOI

grande souffrance, lorsqu’un parent ou un être cher vient à disparaître, où lorsque notre famille connaît des conflits. Il y a aussi des moments marqués par des choix, comme la décision de se marier, etc. Chacun de nous a une histoire émotionnelle complexe. Il est également important de faire mémoire de notre histoire spirituelle, de l’histoire de notre relation avec Jésus. Quand est arrivé ce moment, ce précieux moment, où vous avez senti que vous étiez aimé ? Peut-être a-t-il eu lieu dans une de nos Églises ? Peut-être étiez-vous simplement en train de prier en famille, ou de vous promener, et soudain, vous avez été persuadé que Jésus était vivant, qu’il vous aimait et que vous étiez important pour lui ! Je vous pose ces questions et je vous encourage à réfléchir à votre désir le plus profond, à faire mémoire de votre histoire spirituelle, et à vous reposer dans cette certitude que Jésus vous aime.

Ma propre histoire Mon histoire personnelle est elle aussi marquée par ma rencontre avec Jésus, par mes propres moments importants. J’ai vécu un de ces moments à l’âge de treize ans, mais ce n’est que des années plus tard que je me suis rendu

18


QUE CHERCHEZ-VOUS ?

compte de son importance. J’habitais en France avec ma famille lorsque l’armée allemande a envahi la France. Avec d’autres réfugiés, nous sommes alors partis pour le Canada. À treize ans, en 1942, j’ai ressenti le désir de rejoindre les forces armées, et plus précisément la Marine. J’en parlai alors à mon père et lui demandai sa permission. Pour réaliser ce souhait, il fallait notamment que je reparte en Angleterre et donc que je traverse l’océan Atlantique par la mer, alors qu’à l’époque, de nombreux bateaux y étaient attaqués et coulés. Il m’a alors demandé : «  Dis-moi pourquoi tu veux y aller.  » Je ne me rappelle plus de ce que je lui ai dit, mais je me souviens très bien qu’il m’a répondu : « Je te fais confiance. Si c’est ce que tu veux, alors c’est ce que tu dois faire. Je te fais confiance. » Je crois que cette confiance qu’il me témoigna me permit de me faire confiance à mon tour ; le fait même qu’il acceptait mon désir de rejoindre la Marine me permit de savoir que mes intuitions et mes désirs étaient dignes de confiance. Ce fut pour moi un moment très important. Mon père, pour lequel j’avais beaucoup de respect, me faisait confiance ! J’espère que vous avez tous, à un moment de votre vie, entendu quelqu’un vous dire : « Je te fais confiance. Je fais confiance à tes désirs. » Je prie et j’espère que lors de ce temps que nous passerons ensemble, vous entendiez Jésus dire : « Je te fais confiance. » Puissiez-vous

19


J’AI BESOIN DE TOI

savoir que Dieu vous fait confiance et que vous êtes important à ses yeux. Pendant huit ans, j’ai servi dans les forces armées, et j’y ai appris l’art de la guerre. La guerre est une terrible réalité. Là où il y a la guerre, il y a de la haine, et là où il y a de la haine, des gens sont tués. Peu après la libération de Paris, ma mère et moi sommes revenus en France pour voir notre famille. Nous sommes arrivés dans la même gare que les personnes qui venaient d’être libérées des camps de concentration en Allemagne. Ces hommes et ces femmes portaient encore les uniformes rayés des camps. On aurait dit des squelettes, des morts-vivants. Je me suis rendu au Rwanda peu de temps après le génocide, et j’ai pu voir les charniers où ont été jetées les 700 000 personnes torturées et tuées lors de ce drame. Mais comment des humains sont-ils capables de telles atrocités envers d’autres humains ! Nous devons nous lever et dire avec force : « Plus jamais de haine ! » Nous devons tout faire pour qu’aucun enfant ni aucun adulte ne soit torturé, tué, dénigré. Voici le message qui est adressé aux chrétiens : agissez pour qu’aucun enfant, aucun adulte, sous aucun prétexte, ne soit plus jamais blessé, torturé, dénigré ou tué dans un génocide.

20


QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Nous vivons dans un monde dangereux où la haine peut soudain s’attiser, entraînant tortures et meurtres. Nous devons trouver notre place dans ce monde, défendre la vérité et avec Jésus, annoncer que chaque personne est importante. Il nous faut tous œuvrer pour les enfants, pour les personnes porteuses de handicap et pour la paix entre les tribus et les pays.

M’aimes-tu ? J’ai quitté la Marine en 1950 pour suivre Jésus. Il fallait que je suive son incroyable message : travailler non pas pour la guerre mais pour la paix, trouver comment œuvrer pour la paix. En sortant de la Marine, j’ai eu la chance de découvrir une communauté en France fondée par un prêtre qui m’a appris à prier. J’ai appris que la prière ne consiste pas seulement à réciter des mots, mais à être en communion avec Jésus, à rester avec lui, à se reposer en lui et à le laisser se reposer en moi. C’est là le cœur de toutes choses : se reposer en Jésus et apprendre à le connaître. Ce fut le début de ma vocation à L’Arche. J’ai rencontré des personnes avec un handicap et qui, à l’époque, vivaient en institution. La question qu’elles ne cessaient de poser

21


J’AI BESOIN DE TOI

était : « Est-ce que tu m’aimes ? » Je me suis rendu compte, plus tard, que Jésus pose la même question dans l’Évangile de Jean : « M’aimes-tu ? » Cette expérience m’a fait découvrir que les personnes avec un handicap, qui ont été blessées, rejetées, méprisées et parfois même torturées, qui ont été rabaissées, enfermées dans des institutions, et qui ne sont pas écoutées avec respect et amour, poussent toutes ce même cri : « Est-ce que tu m’aimes ? » Le fait que dans leur cri se cache aussi le cri de Jésus, « M’aimes-tu ? », m’a profondément touché et poussé à agir. Souvenez-vous des deux questions que Jésus pose au début de l’Évangile de Jean : « Que cherchez-vous ? » et « Quel est votre désir ? » J’espère que vous donnerez à votre désir le temps de grandir. Au chapitre 7 de l’Évangile de Jean, on trouve le merveilleux texte dans lequel Jésus, lors d’une fête juive, se lève et proclame  : «  Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive. » La question qui se pose à nous est celle-ci  : de quoi avons-nous soif  ? Ce dont je suis sûr, c’est que les pauvres et les faibles ont soif de relation. La question devient alors : où est votre soif qui vous motivera à œuvrer pour le royaume ?

22


QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Un nouveau regard Dans le chapitre suivant, nous allons découvrir que Jésus est venu radicalement changer notre regard sur le monde, le renouveler. Jésus est venu annoncer qui est Dieu. Jésus est également venu affirmer que chaque personne – quels que soient sa culture, ses compétences ou ses handicaps, son sexe ou sa religion  –  est précieuse. Chaque personne est unique et importante pour Dieu et pour l’humanité. Jésus est venu révéler le vrai visage de Dieu  ; il est venu révéler l’amour dont Dieu aime chaque personne, indépendamment de ses capacités ou de ses handicaps. Même celles qui sont mises à l’écart à cause de leur handicap, même celles qui ne sont pas reconnues par leur famille, leur culture ou la société ; toutes sont précieuses pour Dieu.

23


TABLE DES MATIÈRES PRÉFACE......................................................................7 CHAPITRE 1.................................................................. 11

Que cherchez-vous ?

CHAPITRE 2..................................................................25

Le cri du pauvre

CHAPITRE 3..................................................................43

Le festin est prêt

CHAPITRE 4..................................................................63

Vivre dans l’unité

CHAPITRE 5..................................................................79

Soyez ouverts

CHAPITRE 6..................................................................97

Rencontrer l’autre

CHAPITRE 7.................................................................117

Le lavement des pieds

CHAPITRE 8.................................................................127

Sortez

JEAN VANIER, L’ARCHE ET FOI ET LUMIÈRE.............................139


Profile for Editions Scriptura

J'ai besoin de toi, Jean Vanier  

Alors que le Kenya avait été récemment secoué par la violence et la guerre, Jean Vanier donna une conférence à Nyahururu. Dans ce contexte,...

J'ai besoin de toi, Jean Vanier  

Alors que le Kenya avait été récemment secoué par la violence et la guerre, Jean Vanier donna une conférence à Nyahururu. Dans ce contexte,...

Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded