__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

Fondateur de l’église Hillsong et auteur de « Vis, aime et deviens »

QUAND LE MONDE DIT QUE C’EST IMPOSSIBLE, DIEU DIT QUE C’EST POSSIBLE


Édition originale publiée en anglais sous le titre There is More par WaterBrook © Brian Houston, 2018 La présente traduction est publiée en accord avec WaterBrook, une marque de The Crown Publishing Group, Penguin Random House LLC

Édition française Direction : Jonathan Boulet Direction éditoriale : Katie Badie Édition et fabrication : Coraline Fouquet Traduction : Camille Roze © Éditions Scriptura, 2019 3, rue Sainte-Lucie, 75015 Paris www.editions-scriptura.com Sauf mention contraire, toutes les références bibliques sont tirées de la Nouvelle Bible Segond © Société biblique française, 2002

Les paroles des chants d’Hillsong Music sont reprises avec la permission d’Hillsong Music. Traduit avec l’autorisation – Tous droits réservés Conception graphique et mise en page : Jonathan Declais Conception graphique originale : Jay Argaet, Nathan Cahyadi et Nick Dellis Photographie : River Bennett

ISBN 978-2-37559-006-5 (SB0017) Dépôt légal 1er semestre 2019 Imprimé en France Numéro d’impression : 903408


QUAND LE MONDE DIT QUE C’EST IMPOSSIBLE, DIEU DIT QUE C’EST POSSIBLE


Recommandations

« Brian Houston est un bon ami qui sait ce que Dieu est capable de faire dans votre vie, pourvu que vous le laissiez faire. Il y a plus vous aidera à apprendre à laisser Dieu prendre les commandes de votre vie pour la vivre en plénitude. Je vous mets au défi de laisser ce livre changer votre vie. » – Rick Warren, pasteur principal de l’église Saddleback et auteur du best-seller Une vie motivée par l’essentiel « Brian Houston est un leader exceptionnel : il aime Dieu, il est captivé par Jésus, oint par le Saint-Esprit ; un homme authentique, fiable et innovant. Il y a plus recèle de trésors d’enseignements visionnaires, inspirants et utiles pour les leaders, complétés par de passionnantes anecdotes et par son puissant témoignage personnel. J’espère que vous apprécierez ce livre autant que moi. » – Nicky Gumbel, pasteur de l’église Holy Trinity Brompton à Londres et fondateur des parcours Alpha «  Brian explique de façon très efficace comment chercher Dieu, marcher par la foi, oser rêver grand et lui faire entièrement confiance. Je suis persuadée que tout ce qu’il nous livre ici permettra à nombre de lecteurs de découvrir les projets que Dieu a pour leur vie. » – Joyce Meyer, enseignante de la Bible et auteur de best-sellers


Aux merveilleuses personnes qui m’ont aimé dans les bons comme dans les mauvais moments, tout au long des bonnes comme des mauvaises saisons, et en premier lieu à Bobbie et à notre magnifique famille élargie, merci pour ce voyage. Aux anciens et à tous ceux qui sont au service de l’église Hillsong depuis si longtemps, vous avez ouvert la voie et vous êtes fidèlement restés à nos côtés, toujours attentifs à la volonté de Dieu. Je vous en suis, à chacun et à tous, éternellement reconnaissant. Et à l’équipe qui a travaillé de façon si étroite avec Bobbie et moi tout au long de ces années, vous qui avez toujours voulu le meilleur de Dieu pour nous et nous avez incités à chercher le « plus » des projets infinis de Dieu, je vous assure de mon plus profond respect et ma plus grande gratitude.


Introduction

Infiniment au-delà « J’en voudrais encore, monsieur, s’il vous plaît »1. Cette célèbre phrase du jeune Oliver Twist affamé a certainement résonné dans les cœurs et dans les têtes de millions de personnes qui, elles aussi, aimeraient bien en avoir un peu plus. Peut-être avez-vous envie de plus de temps, de plus de ressources, de plus d’espace. Peut-être avezvous simplement besoin d’un peu plus d’énergie et de motivation pour continuer à avancer sur le chemin sur lequel vous êtes en ce moment, ou peut-être avez-vous dans votre cœur un rêve qui ne cesse de vous échapper. Peut-être êtes-vous en train de répondre à votre vocation mais vous vous demandez quand même À quoi tout cela rime-t-il  ? Devrais-je en faire plus ? Ce livre ne parlera ni d’égoïsme ni d’envie. Il ne sera pas question ici d’amasser toujours plus de biens, ni d’avarice ni de luxe. Il ne s’agit même pas d’un essai sur la satisfaction et l’épanouissement de soi. Nous parlerons de vocation, des incroyables projets que Dieu a pour votre vie, de sa grâce qui se suffit à elle-même et qui dépasse vos rêves les plus fous, et tout cela dans un but plus grand que vous-même. Vous êtes-vous déjà demandé comment Dieu vous répondrait si vous lui en demandiez plus  ? Je suis intimement persuadé que, contrairement à monsieur Bumble (le tyrannique gérant de l’orphelinat du célèbre roman de Dickens), le Sauveur de l’univers se pencherait vers vous et, de la façon la plus délicate qui soit, vous demanderait Charles Dickens, Oliver Twist, dans Charles Dickens, œuvres complètes, traduit par Alfred Gérardin, Librairie Hachette & Cie, 1893.

1


IL Y A PLUS

« Plus de quoi ? Et en quelle quantité ? Mes ressources sont infinies. Ma miséricorde est sans limite. Ma grâce surpasse tout ce dont tu as besoin ». Voyez-vous, le plus dont Dieu souhaite gratifier votre vie dépasse toute compréhension. Il n’est limité ni dans le temps ni dans l’espace, il ne peut être mesuré ni par des outils terrestres ni par des esprits humains. La lettre aux Éphésiens 3.20 nous dit clairement  : «  À celui qui peut, par la puissance qui est à l’œuvre en nous, faire infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons  ». Une autre traduction dit aussi : « Dieu agit en nous avec puissance. Et quand nous lui demandons quelque chose, il peut faire beaucoup plus ! Oui, sa puissance dépasse tout ce qu’on peut imaginer » (PDV1) ou encore « À Dieu qui a le pouvoir de faire infiniment plus que tout ce que nous demandons ou même imaginons, par la puissance qui agit en nous » (BFC2). Avez-vous déjà pris le temps de réfléchir à cela  ? Dieu peut absolument tout. Et pas seulement un peu plus que ce que vous avez déjà demandé ou ce dont vous avez rêvé. Il peut faire beaucoup plus. Quels sont vos rêves les plus fous ? Vos idées les plus audacieuses, vos envies les plus profondes, et vos projets les plus grandioses, ce dont vous n’avez jamais osé parler à personne et que vous laissez à peine votre âme imaginer ? Parce que c’est précisément ce rêve, cette vision, ces plans grandioses qui ne sont pas assez grands. Quelle étroitesse d’esprit ! Le ciel a les yeux rivés sur vous et secoue tristement la tête, en disant : « C’est tout ? Est-ce vraiment tout ce qu’il veut ? Est-ce tout ce dont elle est capable de rêver ? » Permettez-moi, cher lecteur, d’élargir votre pensée, parce que nous sommes au service du plus Grand Penseur qui soit. Aucun de vos projets n’arrive à la cheville des siens. Quand votre cœur en veut plus, le cœur du Père vous répond par un haussement d’épaules et un 1 2

Parole de Vie, © Société biblique française, 2000 Bible en français courant, © Société biblique française, 1997

12


INFINIMENT AU-DELÀ

petit sourire complice, et transforme ce que vous voyez en une chose tellement grande que vos yeux seraient incapables de la voir en entier. Dieu peut repousser toutes les limites de votre vie, celles que vous vous êtes imposées ou que d’autres vous ont imposées, et élargir votre cœur et votre projet pour les rendre beaucoup plus vastes, beaucoup plus hauts, beaucoup plus efficaces que tout ce que vous pourriez imaginer. Je l’ai constaté dans ma propre vie. Je peux témoigner de sa fidélité lorsqu’il s’agit du « plus » de Dieu : plus que ce que je voulais, plus que tout ce dont je rêvais, plus que tout ce dont je pensais ne jamais avoir besoin. Je ne parle pas simplement de choses matérielles, d’argent ou de choses qui peuvent être comptées ou évaluées selon des normes terrestres. J’ai vu Dieu dépasser les rêves de mon cœur, les visions que j’avais pour moi, pour les membres de ma famille et pour mes proches. J’ai fait l’expérience de la grâce « surabondante » de Dieu pour mon mariage, mon leadership, mes enfants et mes amitiés. Cela fait des années que les gens, dans les auditoriums de l’église Hillsong ou à la suite d’une de nos conférences annuelles, viennent me demander : « Vous imaginiez tout ça, quand vous avez commencé ?  » Vous savez, j’ai toujours été un visionnaire convaincu, mais même dans mes rêves les plus fous, jamais je n’aurais pu imaginer tout ce que Dieu a fait, et ce qu’il continue à faire. Je n’aurais jamais pu ni prévoir, ni mettre en œuvre ni même rêver ce que nous sommes en train de vivre. Et j’ai arrêté d’essayer. Les rêves de Dieu dépasseront toujours les nôtres. J’ai appris à confier à Dieu les désirs secrets de mon cœur, ce dont j’ai besoin sans le savoir, ce dont je pensais pouvoir me passer. Plus d’une fois, j’ai découvert que quand je traversais une vallée, j’avais plus à y trouver que ma douleur. Il y a plus à apprendre dans les tempêtes que ce que je vois. Tout ce que Dieu me donne va bien audelà de mon simple accomplissement personnel ou de mon plaisir. 13


IL Y A PLUS

En effet, dans les phrases qui précèdent le vertigineux verset que j’ai cité (Éphésiens 3.20), nous commençons à comprendre pourquoi nous devons viser plus loin : C’est pourquoi je fléchis les genoux devant le Père, de qui toute famille dans les cieux et sur la terre tient son nom, afin qu’il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d’être rendus forts et puissants par son Esprit, au profit de l’homme intérieur ; que le Christ habite dans votre cœur par la foi et que vous soyez enracinés et fondés dans l’amour, pour être capables de comprendre, avec tous les saints, quelle est la largueur, la longueur, la profondeur et la hauteur, et de connaître l’amour du Christ qui surpasse la connaissance, de sorte que vous soyez remplis jusqu’à toute la plénitude de Dieu. À celui qui peut, par la puissance qui est à l’œuvre en nous, faire infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons, à lui la gloire dans l’Église et en Jésus-Christ, dans toutes les générations, à tout jamais. Amen ! (Éphésiens 3.14-21) Remplis jusqu’à toute la plénitude de Dieu. Gloire dans toutes les générations. Voilà précisément le sujet de ce livre : le caractère et la nature du Dieu que nous servons et son désir de nous voir, tous et chacun, faire l’expérience de la vie décrite dans Éphésiens 3, son désir de nous voir remplis jusqu’à l’excès des dons les meilleurs, les plus merveilleux, les plus parfaits dont il nous comble, pour bâtir l’Église, établir le Royaume, et pour que son nom se transmette de génération en génération. Les chapitres suivants développeront le but de notre « plus », sa source, et nous aideront à comprendre que plus, c’est moins de nous, plus des autres, et tout par et pour lui. Mais il faut d’abord comprendre que notre Père qui est dans les cieux voit en vous plus que tout ce que vous pourriez voir en vous. 14


INFINIMENT AU-DELÀ

Je prie qu’à chaque nouvelle page, vous découvriez quelque chose de nouveau dans les textes anciens qui parsèment ce livre. J’espère que, quelles que soient les prières que vous avez formulées, les victoires que vous avez fêtées, les échecs que vous avez vécus ou eu l’impression de vivre, vous puissiez comprendre que ce sont encore plus de grâce, de bonté, de miséricorde, de gentillesse, d’amour, de pardon et de faveur qui vous attendent dans l’avenir. Ce que Dieu veut pour votre vie, le projet parfait du Ciel pour vous, dépasse vraiment vos rêves les plus fous. Et si vous avez déjà demandé plus, et que, comme Oliver Twist, l’on vous a répondu par de la colère ou de l’indifférence, ou que l’on a remis en question ou injustement attaqué vos motivations, je prie pour que mes expériences personnelles et mes révélations vous permettent de découvrir la générosité de Dieu et ses désirs pour votre vie, et pour que vous trouviez de la consolation. Il y a toujours plus à approfondir, toujours plus à découvrir sur Dieu et qui nous sommes pour lui. Ce qui vous attend dépasse tout ce que vous avez osé croire ou rêver. Il y a plus de place dans votre vie pour les choses de Dieu et pour son peuple que ce que vous croyez possible. Il y a plus de place à laisser à Dieu afin qu’il fasse connaître sa présence en nous et par nous. Et si, pour une raison ou pour une autre, vous avez cessé de rêver en grand pour votre vie, si vous avez arrêté de croire que l’histoire de votre vie vaut la peine d’être racontée, que votre témoignage vaut la peine d’être transmis, alors ce livre est l’occasion ou jamais de vous remettre à y croire.

15


1

Rêves et destinée Dix-sept ans. De quoi rêviez-vous, à dix-sept ans ? Osiez-vous rêver  ? Aviez-vous le droit de rêver  ? Se moquait-on de vos rêves  ? Dans votre famille ou parmi vos amis, certains se sentaient-ils menacés par vos rêves  ? Ou au contraire, peut-être êtes-vous le fruit d’un environnement dans lequel on vous encourageait à voir les choses en grand et à rêver à d’impossibles rêves ? Et si vous n’avez pas encore dixsept ans, ou si cela fait bien longtemps que vous n’avez plus dix-sept ans, quels sont les rêves qui vous animent ? J’étais un grand rêveur. Il faut que vous sachiez que je viens d’un pays dont on dit qu’il a trois millions d’habitants et soixante-dix millions de moutons. C’est génial si votre plus grande ambition dans la vie est de faire des pulls en laine ou du fromage de brebis, mais ce n’est pas exactement ce que l’on pourrait appeler un tremplin pour qui rêve de créer quelque chose qui toucherait le monde entier. Mais curieusement, c’est dans ce petit bout de terre perdu dans l’Océan Pacifique qu’ont vu le jour (entre autres) le premier homme à avoir escaladé l’Everest et le premier homme à avoir divisé l’atome. C’est encore dans ce pays que l’on trouve les célèbres paysages révélés dans toute leur splendeur dans la trilogie cinématographique du Seigneur des Anneaux, ainsi que des artistes, acteurs, athlètes et femmes et hommes affaires d’envergure internationale. Et puis, bien sûr, comment ne pas parler de son équipe de rugby, la meilleure et la plus célèbre de toutes, les All Blacks de Nouvelle-Zélande. Alors peut-être, je dis bien peut-être, que de modestes origines constituent le terreau idéal à l’épanouissement d’une vie féconde.


IL Y A PLUS

Dans les années 1960, ma famille vivait dans un logement social qui appartenait au gouvernement. C’était une petite maison bardée de bois, plantée telle un soldat triste au milieu de dizaines de maisons identiques, dans le quartier de Taita, à Lower Hutt, en Nouvelle-Zélande. Il s’agissait d’un quartier ouvrier dans la banlieue de Wellington, qui connaissait tous les problèmes sociaux que l’on peut imaginer. Enfant puis adolescent, j’étais un jeune garçon comme les autres. Me concentrer en classe me paraissait au-dessus de mes forces, et sur les terrains de sport, mes longues jambes m’handicapaient plus qu’elles ne m’aidaient. Je me souviens encore très bien du chemin que j’empruntais chaque jour, de retour du lycée de Hutt Valley. Je sortais de la gare, sur High Street, puis je prenais à gauche et je passais devant le Tocker Street Dairy, notre épicerie locale, où, si j’avais un peu d’argent sur moi, je m’arrêtais pour acheter une glace « hokey-pokey » à la vanille et aux éclats de caramel au miel. Puis je tournais à droite, sur Reynolds Street, traversais Pearce Crescent, Molesworth Street et Compton Crescent, et lorsque je m’engageais sur Nash Street, je n’avais plus qu’à passer devant trois maisons et m’arrêter à la quatrième, à l’angle de Nash Street et de Taita Drive, qui était celle de mes parents. Et jour après jour, mon esprit, jeune, timide et néanmoins aventureux, s’envolait immanquablement vers de longues rêveries. Et il me semble que je rêvais toujours plus ou moins de la même chose. Depuis aussi longtemps que je me souvienne, j’ai toujours voulu me mettre un jour au service de Jésus pour annoncer l’Évangile. De fait, je ne me souviens pas avoir jamais rêvé d’autre chose. J’en rêvais en classe, j’en rêvais en rentrant chez moi, et j’en rêvais à l’église, deux fois par dimanche, pendant tous les dimanches de mon enfance. Lors de ces rêveries, je m’imaginais m’adressant à d’immenses foules, ou voyageant dans le monde entier, guidant des milliers 18


RÊVES ET DESTINÉE

de personnes vers Jésus-Christ et peut-être, un jour, fondant une grande église. Je me demandais aussi qui serait ma femme, à quoi elle ressemblerait, où elle était et ce qu’elle était en train de faire à ce moment-là. Et je rêvais que je rencontrais peut-être un jour celle qui voudrait réaliser ce rêve avec moi. Et voilà que, quelques quarante années plus tard, je me retrouve sur un chemin autrement plus long que cette route de mon enfance qui me menait de la gare à chez moi. Ce chemin, c’est cette aventure incessante que l’on appelle la vie, au cours de laquelle un doux rêveur issu d’une petite ville n’en revient toujours pas d’avoir vu se réaliser ses rêves les plus fous et d’autres bien plus grands encore.

Osez rêver Comme je le disais, la concentration n’a jamais été mon fort. Je me souviens très bien que les commentaires de mes professeurs tournaient tous autour du même thème : « Brian n’écoute pas », « Brian pourrait bien mieux faire s’il ne passait pas ses journées à rêvasser », « Brian procrastine ». Dans les années 1960, notre église comptait cinq ou six cents personnes. À l’époque, il s’agissait certainement de la plus grande église du pays, mais ce n’était pas pour autant ce qu’on pourrait appeler une grande communauté. Aujourd’hui, je me rends compte que si j’avais parlé de mes rêves innocents dans lesquels je parcourais le monde et j’accomplissais des choses extraordinaires, beaucoup de mes interlocuteurs auraient poliment ri, ou peut-être échangé des sourires condescendants entre eux. Pour le jeune fils d’un pasteur, issu d’un quartier défavorisé, dans un pays d’une si grande beauté et peuplé de millions de moutons, ces rêves étaient tout à fait absurdes ! Je n’ai jamais eu l’impression que quelqu’un ait eu de grands projets pour mon avenir, mais cela ne m’empêchait pas de continuer à rêver.

19


IL Y A PLUS

L’année de mes dix-sept ans, je cumulais onze petits boulots pour gagner de quoi aller à l’école biblique. Ces boulots sont trop nombreux pour que je les énumère tous, mais aucun d’eux ne me passionnait. Pourtant, je travaillais dur, et je faisais tout pour pouvoir un jour vivre mes passions. Et même si rien ne semblait jouer en ma faveur et qu’aucun de ces boulots ne me plaisait, jamais je n’ai perdu de vue les rêves qui habitaient mon cœur. Je crois que la capacité à rêver est un des plus grands dons de Dieu. Alors je me permets de vous poser à nouveau cette question : de quoi rêvez-vous ? Vos rêves vous dépassent-ils ? Je crois que ce sont ces rêves fous que je faisais, enfant, qui m’ont conduit sur les bancs de l’université de théologie et sur le chemin sur lequel je me trouve aujourd’hui.

Visez haut

Avez-vous déjà entendu dire : « Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec, on atterrit dans les étoiles » ? Si vous visez une cible, vous ne tomberez peut-être pas dans le mille, mais au moins, vous vous en rapprocherez autant que possible. C’est pareil pour vos rêves. Et s’ils ne se réalisent qu’à 80 %, c’est toujours mieux que rien ! En vérité, vous devez viser la lune. Dieu vous a donné la capacité de rêver, de créer, et d’imaginer une quantité infinie de choses. Quand on y pense, rêver et avoir la foi ne sont pas deux choses si différentes, et l’ampleur de vos rêves peut être directement proportionnelle à ce que vous croyez Dieu capable de faire. Je suis persuadé que si vous rêvez de quelque chose que vous pouvez réaliser tout seul, vous rêvez trop petit ! Les rêves de la taille de Dieu sont des rêves qui ne peuvent se réaliser que si vous mettez votre foi dans le Créateur, en celui qui dès le commencement, connaît la fin, et qui désire que votre avenir soit rempli d’espoir et d’abondance. Trop de potentiel se perd par manque de rêves audacieux.

20


RÊVES ET DESTINÉE

Alors, à quoi ressemblait votre vie, quand vous aviez dix-sept ans ? Qu’est-ce qui vous faisait quitter le présent pour rêver de votre avenir ? Rêvez-vous encore ? Il est possible que vous n’ayez jamais fait de rêve extravagant, ou que vous n’ayez jamais eu envie de rêver à quelque chose de différent de ce que vous vivez actuellement, mais je pense que tout le monde devrait avoir un rêve, un rêve plus grand que soi et qui serait impossible à réaliser par ses propres moyens. Les rêves peuvent prendre différentes formes. Vous pouvez rêver tout à fait consciemment, en aspirant à de grandes choses pour votre avenir, et vous pouvez rêver physiquement, en ayant des visions dans votre sommeil. Je crois que Dieu peut agir et nous parler par ces deux moyens. Il est important que vous rêviez, puisque vos rêves peuvent façonner votre destinée. Alors si vous n’avez pas de rêve, vous limitez votre destinée. Je vous mets au défi d’avoir de grands rêves. Le genre de rêves impressionnants et extravagants qui vous attireraient toutes sortes de moqueries s’ils étaient connus. La Bible nous raconte l’histoire d’un jeune rêveur de dix-sept ans à qui il est arrivé exactement cela. Ce jeune homme avait fait un rêve extravagant, et pour lui, ce rêve n’était qu’un début.

Le Soleil, la Lune et les étoiles Le jeune rêveur dont je parle est, bien sûr, Joseph. Voici l’histoire de son rêve : Joseph, à l’âge de dix-sept ans, faisait paître le petit bétail avec ses frères. C’était un garçon qui accompagnait les fils de Bilha et les fils de Zilpa, les femmes de son père. Or Joseph rapportait à leur père leurs mauvais propos. Israël aimait Joseph plus que tous ses autres fils, parce que c’était un fils de sa vieillesse. Il lui avait fait une tunique multicolore. Ses frères virent que leur père l’aimait plus qu’eux tous, et ils se mirent à le détester. Ils ne pouvaient lui parler sans hostilité. 21


IL Y A PLUS

Joseph fit un rêve et le raconta à ses frères, qui le détestèrent encore davantage. Il leur dit : Écoutez ce rêve que j’ai fait, je vous prie ! Nous étions au milieu des champs à lier des gerbes ; soudain ma gerbe se dressa et se tint debout, et vos gerbes l’entourèrent et se prosternèrent devant elle. Ses frères lui dirent : Vas-tu être notre maître ? Et ils le détestèrent encore davantage à cause de ses rêves et de ses paroles. Il fit encore un autre rêve qu’il raconta à ses frères. Il dit  : J’ai encore fait un rêve  ! Le soleil, la lune et onze étoiles se prosternaient devant moi. Il le raconta à son père et à ses frères. Son père le rabroua ; il lui dit : Que signifie ce rêve que tu as fait ? Devons-nous venir nous prosterner jusqu’à terre devant toi, moi, ta mère et tes frères ? Ses frères éprouvèrent de la jalousie à son égard, mais son père garda le souvenir de cet incident. (Genèse 37.2-11) Des gerbes qui se prosternent devant lui, et même le soleil, la lune et les étoiles ! Du point de vue de Joseph, petit paysan qui gardait du bétail sur la terre de Canaan, ce rêve devait être absurde. Quand on dit qu’il faut viser les étoiles... Il imaginait que même les étoiles étaient à sa portée ! Petit garçon, quand je rêvais d’aller dans les villes et les pays dont j’apprenais le nom à l’école, absolument rien ne me prédisposait à ce que ces rêves se réalisent un jour. J’avais l’habitude de griffonner, au dos de mes cahiers, des dessins de villes comme Paris, avec ses terrasses, ses caniches et ses interminables baguettes. Je rêvais de Londres, avec ses inimitables taxis noirs, ses bus à deux étages, et d’autres lieux que j’avais découverts grâce au Monopoly familial comme Fleet Street, Coventry Street, Park Lane et Mayfair. Et j’ai toujours été fasciné par les pays plus grands que le mien, comme l’Australie, ou d’autres encore, qui autrefois me paraissaient inatteignables. À l’époque, j’avais l’impression que les États-Unis et tout ce que ce pays offrait étaient 22


RÊVES ET DESTINÉE

sur une autre planète. Aujourd’hui, ces rêves font à ce point partie intégrante de ma vie que j’ai dû mal à me dire que j’ai pu en rêver.

Rêvez-vous souvent de l’impossible ?

Il y a une vingtaine d’années, j’ai passé tout un après-midi dans mon bureau, devant une feuille de papier, sur laquelle j’ai écrit les mots « L’église que je vois ». Et, aussi miraculeux et incroyable que cela puisse paraître, près de trente ans plus tard, ces mots que j’ai couchés sur le papier reflètent à maints égards l’église dont nous sommes aujourd’hui les pasteurs. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. En 1983, l’église Hillsong était une communauté d’un peu moins d’une centaine de personnes qui se réunissait dans une petite salle d’école. C’était une jeune communauté, animée et passionnée, constituée de croyants, de quelques quasi-croyants et même de noncroyants, qui installaient les chaises, balayaient le sol et priaient dans le placard à balais avant et après chaque culte tous les dimanches. Une malle de transport nous servait de scène, et la qualité de notre groupe de musique était au mieux modeste. L’église Hillsong a aujourd’hui bien changé en apparence, mais la plupart des valeurs qui nous guident aujourd’hui étaient déjà présentes alors. Hillsong a toujours été une église où la louange a une place importante. Avant la création de Hillsong UNITED, avant même Hillsong Young & Free, avant Ô Jésus, mon Sauveur (Shout To The Lord), Sauve avec puissance (Mighty To Save) ou Oceans, il y avait déjà la louange. Une louange passionnée. Ce n’était pas parfait, il n’y avait pas toujours de projecteurs, et lors de ces premières années, il n’y avait même pas de scène. Mais la louange était là. Nous chantions, et peu à peu, nous nous sommes mis à écrire des chants qui résonnaient dans le cœur des membres de notre communauté. Alors bien sûr, notre piano était désaccordé, il lui manquait deux ou trois touches, et notre batteur avait du mal à suivre le rythme. Jack, notre accordéoniste retraité et toujours plein d’entrain ainsi que sa femme, Elaine, ne se 23


IL Y A PLUS

contentaient pas seulement de faire partie du groupe de musique, mais s’occupaient aussi du petit groupe d’enfants, dont faisaient partie nos deux fils de quatre ans et dix-huit mois. Ces premiers temps ont été difficiles, exigeants et aventureux, mais le travail fourni dès le début par de nombreuses personnes fidèles a porté du fruit et commencé à ouvrir des perspectives qui dépassaient nos rêves les plus fous. C’est sur ce bout de papier, il y a plus de vingt ans, que j’ai écrit ces mots : « Je vois une église dont la louange et l’adoration sincères touchent le ciel et changent la terre ; une louange qui influence des adorateurs dans le monde entier et qui exalte Christ grâce à des chansons puissantes remplies de foi et d’espoir. » L’année précédente, en 1992, sortait notre premier album live, The Power Of Your Love. Mais avant cet album, nous avions déjà fait une première tentative musicale, Spirit And Truth, enregistré dans un petit studio maison. J’étais tellement fier de ces quelques chants originaux que lorsque je fus invité, en tant que pasteur, à prendre la parole à un congrès qui réunissait des centaines de pasteurs de toute la ville (presque tous plus âgés, plus sages et plus expérimentés que moi), j’ai commencé par leur en faire écouter quelques-unes. Je revois encore leurs regards absents, qui en disaient long sur le fait que j’étais le seul à trouver ça super. Mais si nous avions eu l’idée d’enregistrer un album, c’était tout simplement parce que nous priions Dieu avec passion dans notre église, et parce que nous croyions que notre église était appelée à proposer à d’autres églises de la région des paroles et des chants qui glorifieraient Dieu. À l’époque, jamais nous n’aurions pu imaginer qu’on chanterait nos chants aux quatre coins du monde, mais nous avions la profonde conviction que Dieu nous avait appelés à faire quelque chose avec ce qu’il avait mis entre nos mains et que comme nous étions fidèles, lui le serait aussi. Aujourd’hui, plus de quatre-vingt-dix albums plus tard, Dieu est en train de donner à Hillsong Worship une toute autre dimension. Mais nous n’avions pas attendu nos premiers albums pour définir nos 24


RÊVES ET DESTINÉE

chants pour Dieu et le son de notre maison comme une priorité, un objectif et une pierre d’angle de notre identité, et cela grâce à un rêve qui nous avait été soufflé par Dieu. La Bible nous dit, dans Zacharie 4.10 : « Il ne faut pas mépriser les petits efforts du début » (PDV). Quel que soit ce que Dieu vous a confié, votre famille, votre carrière, votre charge de pasteur, ou toute autre chose, ne croyez pas que cela soit insignifiant. Quels que soient les rêves de votre cœur, même ceux qui vous paraissent irréalisables, ne vous découragez pas  ! Je crois qu’aux yeux de Dieu et grâce à sa conduite, sa sagesse, sa grâce et sa provision, il vous suffit de vous accrocher au rêve qu’il a placé dans votre cœur pour le voir, comme Joseph, se réaliser.

Les briseurs de rêves Joseph, étant parmi les derniers de sa fratrie, avait sûrement dû se faire souvent embêter par ses frères aînés. Pourtant, lorsqu’il rêva que sa mère, son père et ses frères se prosternaient devant lui, il n’hésita pas à leur raconter ce rêve modelé par Dieu. Et ce qui devait arriver arriva : cela rendit sa famille furieuse. Les frères de Joseph décidèrent de se venger. Un jour, alors qu’ils faisaient paître leurs troupeaux, ils virent Joseph arriver et sautèrent sur l’occasion. « Ils le virent de loin et, avant qu’il ne se soit approché d’eux, ils complotèrent de le faire mourir. Ils se dirent l’un à l’autre : Voilà le maître rêveur qui arrive. Maintenant venez, tuons-le et jetonsle dans une citerne  ; nous dirons qu’un animal féroce l’a dévoré, et nous verrons bien ce qu’il adviendra de ses rêves » (Genèse 37.18-20). Le rêve de Joseph lui attira un projet d’assassinat de la part de ses frères. Il fut capturé, jeté dans un puits et vendu comme esclave. En voilà des briseurs de rêves !

Mais cela n’empêcha pas Joseph de continuer à rêver. 25


IL Y A PLUS

Un de vos rêves s’est-il déjà éteint ? Avez-vous déjà parlé de votre rêve à quelqu’un ? Si vous l’avez fait, peut-être s’est-on moqué de vous. Peut-être ces désirs fous qui habitaient votre cœur ont-ils été accueillis par les personnes que vous aimiez et à qui vous avez osé les confier, par des rires ou des remarques cyniques, qui vous ont blessé. Rêver peut nous isoler. Si vous rêvez de choses qui vous obligeraient à vous démarquer, vos proches, ceux qui vous connaissent le mieux, risquent de se sentir menacés par la trajectoire que votre vie pourrait prendre, et ils s’opposeront à vous, essayeront de briser votre rêve et s’emploieront à vous remettre les pieds sur terre. Alors si vous avez l’intention de rêver, sachez que la route que vous prendrez sera peut-être solitaire. Vous devrez vous accrocher à vos convictions, vous arrimer à la Parole de Dieu et aux désirs de votre cœur, et ignorer toutes les critiques ou les éloges que vous recevrez au long de votre chemin. Ce qui se passe, c’est que vous avez un ennemi qui rêverait de briser votre rêve par toutes sortes de « réalités », de choses concrètes, sous forme d’opposition ou de manque de ressources. La désapprobation de votre entourage, ou même les ambitions mal placées de votre cœur, peuvent étouffer vos rêves. Parfois, la route qui vous mène à vos rêves exigera de vous des choix et des sacrifices qui vous donneront l’impression de reculer plutôt que d’avancer. Lorsque j’ai épousé Bobbie, je lui ai dit : « Chérie, nous n’aurons peut-être jamais de maison à nous, de voiture neuve ou de compte en banque bien rempli, mais nous servirons Jésus ensemble ». Pendant la première année de notre mariage, pour pouvoir être pasteurs bénévoles pour enfants dans une petite église de la banlieue sud d’Auckland (non loin de là où Bobbie avait passé son enfance), nous cumulions à nous deux plusieurs boulots. Bobbie était secrétaire dans une entreprise pharmaceutique, et moi, je travaillais comme commercial. Je faisais des heures supplémentaires en tant qu’homme d’entretien dans les toilettes d’une usine de voitures et je réalisais de la mise en rayon dans 26


RÊVES ET DESTINÉE

un supermarché. Si nous faisions tout cela, c’était parce que nous nous mettions passionnément au service de Dieu. Et nous voulions, quand le temps serait venu, bâtir une église qui serait accueillante, chaleureuse et qui rassemblerait toutes sortes de personnes influentes dans leurs propres sphères. À bien des égards, ce n’était pas facile, puisque nous donnions tout ce que nous avions à l’église locale, mais ce sont tous ces sacrifices qui nous ont permis de continuer à rêver, confiants en Dieu qui pourvoit toujours à nos besoins. Nous aurions mille fois pu laisser les obstacles nous faire dévier de notre chemin, mais nous gardions les yeux fixés sur la vision que nous avions pour notre vie. Je ne sais pas pour vous, mais moi je n’ai aucune envie de passer ma vie à réaliser un rêve vieux de dizaines d’années. Je veux continuer à avoir de nouveaux rêves. Rêver, ça ne se conjugue pas au passé ; bien au contraire, c’est un processus continu de la vie ! Comme Joseph en son temps, un rêveur rêvera toujours. Malgré les obstacles qui se dressent devant eux, les limites qui leur sont imposées, ou les briseurs de rêves qui barrent leur chemin, les rêveurs resteront des rêveurs !

Entourez-vous de rêveurs Pour pouvoir continuer à rêver, vous devez vous entourer d’autres rêveurs. Trouvez des gens pour marcher à vos côtés et vous rappeler votre rêve lorsque les obstacles vous donneront envie de l’oublier. Restez en lien avec des gens qui vous donnent envie de rêver et qui vous encouragent, des gens qui feront en sorte que vous restiez sur votre chemin. Winston Churchill, prix Nobel de la paix, élu deux fois Premier Ministre du Royaume-Uni en temps de guerre, n’a pas toujours été aussi admiré qu’aujourd’hui. De fait, à l’école, il n’était pas ce que l’on peut appeler un bon élève, ayant même redoublé sa sixième. Plus tard, il essuya de nombreuses années d’échecs politiques avant d’accéder enfin à la fonction de Premier Ministre, à l’âge déjà avancé 27


IL Y A PLUS

de soixante-cinq ans. Churchill était un rêveur, qui rêvait de changer son pays. Et lorsqu’il fut enfin élu, il remercia celle qui était son épouse depuis presque trente-deux ans d’avoir continuellement rêvé avec lui et d’avoir cru en lui, malgré ses échecs, leurs difficultés financières et les railleries publiques qu’ils avaient endurés. On ne parle pas souvent de Clementine Churchill, mais l’histoire n’aurait certainement jamais retenu les hauts faits de son mari si elle n’avait pas soutenu les rêves de celui-ci. Qui vous soutient ? Qui vous console et vous encourage lorsque vos rêves ne se sont pas encore réalisés ? Le fait d’être entouré d’autres rêveurs est un catalyseur à rêves encore plus grands. Proverbes 29.18 nous dit : « Quand personne ne prévoit l’avenir, le peuple vit dans le désordre » (PDV) ou « est sans frein » (La Colombe). La Nouvelle Bible Segond dit que « le peuple est incontrôlable ». Dans la version Louis Segond, il est dit : Quand il n’y a pas de révélation, le peuple est sans frein  ; Heureux s’il observe la loi ! Rêver ne se fait pas sans sacrifice ni sans choix difficile, et surtout, rêver exige de bien choisir ses amis. Aux côtés de qui voulezvous rêver ?

Soyez décidés à réussir On ne se lance pas dans la réalisation d’un rêve si l’on est persuadé d’échouer. C’est évident, me direz-vous ! Mais nombreux sont ceux qui ne rêvent pas forcément de réussir : ils rêvent de vivre et de survivre mais ne rêvent pas de succès, peut-être parce qu’ils ne l’osent pas. Permettez-moi de vous affirmer qu’il n’y a rien de mal à réussir. Le Dieu qui veut vous donner infiniment au-delà de tout ce que vous pourriez demander ou penser est le même que celui qui veut vous voir réussir ! 28


RÊVES ET DESTINÉE

Joseph, lui, rêvait bien de succès, et c’est ce qui arriva. Des années après avoir été vendu par ses frères comme esclave en Égypte, voilà ce qui se produisit : Le pharaon dit à Joseph : [...] C’est toi qui seras intendant de ma maison, et tout mon peuple dépendra de tes ordres. C’est seulement par le trône que je serai plus grand que toi. Le pharaon dit à Joseph : Regarde, je te nomme intendant de toute l’Égypte. Le pharaon retira de son doigt la bague à cachet et la mit au doigt de Joseph ; il le fit revêtir d’habits de fin lin et lui mit un collier d’or au cou. Il le fit monter sur le second de ses chars ; on criait devant lui : Abrek ! C’est ainsi que le pharaon le nomma intendant de toute l’Égypte. (Genèse 41.39-43). Dieu ne vous fera pas rêver de médiocrité. Croyez-le ou non, mais le mot réussite est un mot biblique ! Voici ce que le Seigneur dit à Josué lorsque celui-ci prit la tête de la nation d’Israël : Seulement sois fort et très courageux, pour veiller à mettre en pratique toute la loi que Moïse, mon serviteur, a instituée pour toi ; ne t’en écarte ni à droite ni à gauche, afin de réussir partout où tu iras. Ce livre de la loi ne s’éloignera pas de ta bouche ; tu le reliras jour et nuit pour veiller à mettre en pratique tout ce qui y est écrit ; alors tu mèneras à bien tes entreprises, tu réussiras. (Josué 1.7-8)

La bonne réussite

Donnez à la réussite la définition que vous voulez, mais Dieu en donne une définition différente de celle du monde. Pour lui, il n’est pas question d’amasser des biens ou de vivre dans le luxe. Dans le Royaume de Dieu, la réussite est souvent une question de service.

29


IL Y A PLUS

La bonne réussite et la mauvaise réussite La plupart des gens veulent vivre. Seule une partie d’entre eux veulent réussir, conscients des sacrifices personnels qu’il faudra faire. Quant à ceux qui veulent servir, ils sont encore moins nombreux. Mais servir Dieu, c’est vivre pour réussir, et réussir pour servir. Lorsqu’on vit avec un rêve dans son cœur et avec l’humilité de servir, on vit vraiment. Lorsque vos rêves et votre réussite sont ordonnés au service de la cause de Christ et de ceux qui vous entourent, vous faites parties des 1 %. Qui sont les 1 % ? C’est le groupe des leaders tels que l’on en rencontre un par génération, qui donnent envie aux autres de se lever et de s’engager. Ce sont les personnes qui, mettant de côté leurs inhibitions et leurs limites, sont décidées à vivre leurs rêves et à accomplir leur destinée. Les personnes qui sont intimement persuadées qu’elles sont appelées à faire quelque chose de grand de leur vie. Avez-vous déjà fait du camping ? Dans un pays aussi aride et brûlé par le soleil que l’Australie, dormir à la belle étoile rime souvent avec voir de près la poussière du sol. La vie est un peu comme ça, parfois. Lorsqu’on lève les yeux vers le ciel, on peut faire de grands rêves. C’est comme lorsque l’on part camper : on imagine les superbes ciels étoilés, les nuits près du feu de camp, les marshmallows que l’on fait fondre et les poissons fraîchement pêchés que l’on fait griller. Mais pour passer du rêve à la réalité il faut d’abord retrouver la tente, mettre les sacs dans la voiture, faire la route, monter la tente, balayer la poussière, écraser les mouches, se mettre de l’anti-moustique et se priver du confort de nos maisons : autant de prérequis nécessaires pour pouvoir vivre notre rêve. Et quand, enfin, notre rêve devient réalité et que nous pouvons contempler la beauté d’une nuit étoilée, cela nous paraît encore plus beau, au regard de la valeur de nos sacrifices et de nos efforts. « Oh, ça en valait vraiment la peine ! » 30


RÊVES ET DESTINÉE

Qu’arrive-t-il alors aux personnes ordinaires lorsqu’elles se mettent à servir, c’est-à-dire à vivre tendues vers un but et la réalisation de celui-ci ? La poussière du sol est le domaine des serviteurs, tandis que les étoiles du ciel sont le royaume des rois. Avoir un cœur de serviteur nous ouvre la voie vers ce qui est grand, vers les impossibilités devenues possibles, vers les bienfaits promis, et nous dispose à laisser la Parole de Dieu agir dans notre vie. Jésus a dit : « Quiconque veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur et quiconque veut être le premier parmi vous sera votre esclave. C’est ainsi que le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour une multitude. » (Matthieu 20.26-28). Il ne faut jamais sous-estimer ce que Dieu peut faire des rêves de notre cœur et de la poussière du sol. Prenons une côte, une bonne côtelette  : nous pouvons la faire griller au barbecue, ou la donner au chien... Dieu, lui, avec une côte, a fait quelque chose d’une extraordinaire beauté : la femme (voir Genèse 2.22). Il a commencé par prendre de la poussière, mais il ne s’est pas arrêté là. Nous servons un Dieu incroyable ! Si vous avez un rêve au fond du cœur, alors soyez un semeur. Le semeur travaille la terre, et le processus qui consiste à semer et à récolter est un principe terrestre. Récolter ce que l’on a semé n’est pas un simple concept de l’Ancien ou du Nouveau Testament : c’est un principe éternel, une promesse biblique. Si vous semez dans de la bonne terre, vous aurez une récolte. En d’autres termes, ce qui vous permettra de réaliser votre rêve, c’est-à-dire ce que vous semez, c’est ce qui fera en sorte que votre rêve pousse. Fondamentalement, les serviteurs vivent pour quelque chose de bien plus grand qu’eux. Et ils comprennent que pour construire quelque chose de grand, il faut y mettre du sien. Il y a des années de cela, lorsque mon ministère télévisé n’était encore qu’un simple décor dans un studio bricolé au fond d’un de nos 31


IL Y A PLUS

bureaux, un jeune homme venait bénévolement toutes les semaines pour préparer le café, aller chercher ici et là ce dont nous avions besoin et rendre service au producteur et à la petite équipe qui s’activait autour de lui. Il avait tout juste quatorze ans et semaine après semaine, après que sa mère l’eut déposé, il arpentait les studios, le cœur pur et animé d’une vraie volonté d’apprendre, s’imprégnait de la magie du cinéma et de la télévision, et s’acquittait des petites comme des grandes missions qu’on lui confiait. Dix ans plus tard, le rêve que ce jeune garçon portait dans son cœur commença à prendre forme, puisque ses talents lui ouvrirent les portes des studios. Il finit par devenir le réalisateur d’une des séries télévisées les plus anciennes et des plus regardées d’Australie. C’est sur le plateau de cette série qu’il rencontra sa femme, une des actrices principales, elle-même croyante. Pourtant, jamais il n’avait eu l’ambition de gravir les échelons de l’industrie hollywoodienne. Depuis toujours, dans le secret de son cœur, il avait le désir de mettre ses talents manifestes au service du Royaume de Dieu, et à chaque fois que cela fut possible, il continua à servir la vision d’Hillsong comme consultant et bénévole. Aujourd’hui, Ben Field est à la tête du département audiovisuel d’Hillsong. C’est également le génie créatif qui se cache derrière tout le contenu de la chaîne de télévision Hillsong. Semaine après semaine, il dirige une équipe grandissante de producteurs, de réalisateurs, d’équipes de production, d’auteurs et de monteurs qui créent des contenus médias de pointe pour notre église et pour notre public mondial. Sa passion pour l’Église, sa volonté de se mettre au service et ses compétences en ont fait une véritable bénédiction pour Bobbie et moi, et nous permettent d’exister dans le monde de la télévision et autres médias comme jamais nous n’aurions pu l’imaginer. Ce sont nos choix quotidiens qui rendent possible ce que l’on pensait impossible.

32


RÊVES ET DESTINÉE

La Parole de Dieu le dit clairement : si vous voulez être grand, soyez serviteur. C’est ainsi que Jésus a accompli son ministère sur terre : sa nature de serviteur le distinguait de tous les autres. Ne sous-estimez jamais le pouvoir de leadership des serviteurs. Souvenez-vous que dans le Royaume de Dieu, pour s’élever, il faut s’abaisser. La route qui mène aux sommets audacieux de nos rêves et de nos visions commence sur le chemin poussiéreux du service. Et en devenant serviteur, nous passons d’ordinaire à extraordinaire. Ce dont vous rêvez n’est rien comparé à ce dont Dieu rêve pour vous. Votre vie vous réserve tellement plus de choses que tout ce que vous pourriez imaginer, alors pourquoi ne pas oser rêver en grand ? La Bible poursuit en nous disant que non seulement le rêve de Joseph s’est réalisé, mais qu’en plus, la situation et le pouvoir auxquels il a accédé contre toute attente ont permis à sa famille et à sa nation de vivre dans la paix et la prospérité. Votre destinée est infiniment plus grande que tout ce que vous pourriez jamais demander ou imaginer : votre réussite, à l’image de celle de Joseph, Dieu l’a prévue et rêvée avant même le commencement de la terre. Tout comme la destinée de Joseph l’a finalement conduit à une position de grande influence et de pouvoir, votre avenir aussi peut remplir votre vie de bienfaits, et avoir une influence positive sur la vie de ceux qui vous entourent. Notre réussite à nous, croyants, ne profite pas qu’à nous seuls, et bien souvent, tout commence simplement par un rêve.

33


TABLE DES MATIÈRES Introduction 11 Rêves et destinée 17 Mythe ou mystère ?

35

Obéissance et abondance

45

Comblé de cadeaux et de grâces

59

Appel et confession

71

Mission et déception

85

Prêt et réceptif

99

Crédibilité et cohérence

117

Le chemin et le combat

131

Perturbez le perturbateur

153

Grâce extraordinaire et miracles inhabituels

167

De nouveaux chemins et de nouveaux fleuves

181

Des toits et des sols

197

Spirituellement mort et spirituellement vivant

213

Épilogue

231


INFINIMENT AU-DELÀ DE TOUT CE QUE VOUS DEMANDEZ OU IMAGINEZ Pensez à vos rêves les plus fous. Quelles sont vos idées les plus improbables, vos désirs les plus profonds et vos plans les plus grands ? Les choses que vous n’avez osé dire à personne et à peine autorisé votre âme à imaginer ?

Dans Il y a plus, Brian Houston vous invite à vous plonger dans la parole de Dieu pour vous rappeler que le plan de Dieu pour votre vie surpasse vos plus grands espoirs. Alors qu’il raconte comment il a vu Dieu surpasser ses propres attentes, Brian donne à réfléchir et offre un aperçu de la manière de vivre pleinement et avec joie les rêves déterminants que Dieu a prévus pour vous. Dieu voit plus en vous que vous ne pourrez jamais voir en vous-même !

Il y a plus vous inspirera à viser les étoiles tout en gardant les pieds fermement plantés dans la vérité des promesses de Dieu. Dieu veut plus pour vous. Pourquoi vous contenter de moins ?

« Il y a plus vous aidera à apprendre à laisser Dieu prendre les commandes de votre vie pour la vivre en plénitude. » — RICK WARREN PASTEUR PRINCIPAL DE L’ÉGLISE SADDLEBACK ET AUTEUR DU BEST-SELLER UNE VIE MOTIVÉE PAR L’ESSENTIEL

« Brian Houston est un leader exceptionnel : il aime Dieu, il est captivé par Jésus, oint par le Saint-Esprit ; un homme authentique, fiable et innovant. Il y a plus recèle de trésors d’enseignements visionnaires, inspirants et utiles pour les leaders, complétés par de passionnantes anecdotes et par son puissant témoignage personnel. J’espère que vous apprécierez ce livre autant que moi. » — NICKY GUMBEL PASTEUR DE L’ÉGLISE HOLY TRINITY BROMPTON À LONDRES ET FONDATEUR DES PARCOURS ALPHA

SB0017 - 18,50 €

WWW.EDITIONS-SCRIPTURA.COM

Profile for Editions Scriptura

Il y a plus, Brian Houston  

INFINIMENT AU-DELA DE TOUT CE QUE VOUS DEMANDEZ OU IMAGINEZ… Pensez à vos rêves les plus fous. Quelles sont vos idées les plus improbables,...

Il y a plus, Brian Houston  

INFINIMENT AU-DELA DE TOUT CE QUE VOUS DEMANDEZ OU IMAGINEZ… Pensez à vos rêves les plus fous. Quelles sont vos idées les plus improbables,...

Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded