Contes et poèmes de la Louable Contrée, Alfred Rey

Page 1


Alfred REY Alfrèdè dè Candi

Contes et poèmes de la Louable Contrée Patois – Français

Choix et présentation

André Lagger Joseph Lamon

Editions à la Carte 3


Du même auteur

Récits, contes et légendes de la Louable contrée, 2012

Patois – Français Les textes originaux ont été écrits en patois. Par conséquent, dans la traduction française parallèle, l'auteur a privilégié le caractère de base du savoureux patois, laissant au passage fleurir quelques néologismes et faisant fi des inversions et de tant d'autres attributs officiels du parler académique de Molière. L'éditeur *** Graphie en patois Cf. Dictionnaire du «Patois de l'Ancien Lens» André Lagger *** Publié avec le soutien de la Fondation pour le développement du patois

*** Editions à la Carte www.edcarte.ch Imprimerie Calligraphy.ch N° 1638 – RFWREUH 2015 ISBN 978-2-88924-222-1

4


Poète et chantre du francoprovençal Par ces « &Rntes et poèmes de la Louable Contrée », Alfrèdè dè Candi, poète-chantre du francoprovençal prouve son profond attachement à notre langue du cœur. Laissons-nous bercer et imprégner par les magnifiques alexandrins de son texte d’introduction « Tô chobrèré tozò – Tu resteras toujours », véritable hymne au patois, qui fait partie de notre patrimoine culturel au même titre que nos us et coutumes. Ces récits, pleins de saveur et de sagesse que nous transmettons aux générations futures, sont un pont entre le passé et le présent. Nous sommes les maillons d’une longue chaîne commencée par nos aïeux. Nous avons le devoir de continuer. Dans un monde qui se globalise, nous avons besoin de sentir nos racines. Nous assistons actuellement et c’est réjouissant, à un retour aux sources, à une recherche d’identité. Le patois et le français peuvent très bien vivre côte à côte sans se faire de l’ombre. « Ouroú hléc quié va chôn tsemén dèin la vià èin prèinjèin avoué luéc lo chaï dou pachâ. » « Heureux celui qui va son chemin dans la vie en emportant avec lui le savoir du passé. » André Lagger

5


D’où vient le patois ? Alfrèdè dè Candi s’entretient avec la journaliste Geneviève Zuber.

Monsieur Rey, d’où vient le patois ? – Le nôtre, comme tous les patois de l’aire latine, descend du latin que parlaient les troupes romaines qui nous ont occupés. Notre patois est né aux Vème-VIème siècles, en même temps par exemple que le français, qui était le patois de l’Ile-de-France, le langage des rois : il s’est imposé ailleurs, pour des raisons politiques, alors que les autres patois, tel le nôtre, sont demeurés des parlers locaux. – Il y a deux grandes familles de patois en France : celle du nord, de la langue d’Oil, et celle du sud, de la langue d’Oc. Entre ces deux régions, il existe une zone tampon dont font partie la Savoie, presque toute la Romandie, la vallée d’Aoste, le Valais. On y parle un patois qui s’appelle le francoprovençal.

Pourquoi défendez-vous, avec tant d’ardeur le patois ? – Il faut défendre ce parler, car c’est par son biais que nos ancêtres nous ont légué leur culture. Notre environ-nement en est d’ailleurs encore fortement imprégné : des noms de lieux comme Cry-d’Er, La Barmaz, le révèlent bien. – Dans ma jeunesse, tout le monde parlait patois. Mais les enfants n’avaient pas le droit de s’exprimer dans cette langue à l’école et pendant la récréation. A Granges, par exemple, ils écopaient de 50 centimes d’amende, s’ils étaient pris sur le fait ! Une somme, quand on sait que les pères gagnaient 2 francs par jour ! […] 6


On s’aperçoit aujourd’hui, en Valais comme ailleurs, comme en France par exemple, quelle immense erreur on a commise en voulant gommer les spécificités des régions. Nous sommes riches de nos différences, et nous avons ainsi perdu de notre authenticité. – Après la guerre, l’Europe a ressenti le besoin de lutter contre ce nivellement : de nombreuses sociétés folkloriques dates des années cinquante. Leur création ressemble à un réflexe d’autodéfense. La Fédération valaisanne des amis du patois a été fondée à cette époque-là. […] Mi bo quiè lo fransè, Pâ tuêr comèin l’anglè, Mouén dôour quiè l’alemàn, Miò quiè lo taléàn.

Plus beau que le français, Pas tordu comme l’anglais, Moins dur que l’allemand, Mieux que l’italien.

Nouvelliste du 21 novembre 1989 - Extraits

Alfred et son fils Jean-Noël 7


Tô chobrèré tozò

P

orcouè pa mi prèziè la lénga dou Vali ? Yè tan bèla portàn. Y j'éhro, ou sèli, Èin môntâgne, y tsan, can ôn la cogniè bén, Ôn pou tòt èsplecâ, mimamèin lo pliô fén. Va-te pâ po prèyè? Va-te pâ po tsantâ? Couè li manquièri-te a carcôn po côntâ ? Ya dè mos tan qu'ôn out, por tués : lè paéjàn, L'eincôrâ, lè savàn, topari lè rèjiàn. Ya to chèin quié lou fât, y côbliè d'amouiroú. Ya lè béhiè avoué, quié la comprèinjôn proú. Porcouè tan dè mèfri ? Dè couéc aï crénte ? Di nârro, di bôfôn ? Ni pouîre, ni pliénte ! Ardi, côntenôén, comèin noûhro j'einsiàn. Lè j'aï vo avouéc, can èintrè lour prèzàn ? Îrè zèin d'ahôoutâ, can chè mètàn ein roú, Lè man dèrri lè rén, è quié iràn nômbroú. Lè j'ôn lèvàn la voué, lè j'âtro halafràn. Dè louén fajit ôn brôéc, prolônjià, chor è fran Comèin l'évoueu quié tchièt, comèin ôn groú bôrdôn, Lo vèins pè lè chapén, ou ouéro d'âtro chôn. Mi bo quiè stéc fransè, arroâ dè Pari, Mègro, prèzià dou nâ, quié cognèchén arri. Nô chén quié bâ pèr lé, îrè qu'ôn pôt patouè Dou romàch di prèinsè, di nôblè è di rouè.

8


Tu resteras toujours

P

ourquoi ne plus parler la langue du Valais ? Elle est si belle pourtant. A la maison, à la cave, En montagne, aux champs, quand on la connaît On peut tout expliquer, même le plus fin. Ne va-t-elle pas pour prier ? Ne va-t-elle pas pour chanter ? Que lui manquerait-il à quelqu'un pour raconter ? Il y a des mots tant que l'on veut, pour tous : les paysans, Le curé, les savants, et aussi les régents. Il y a tout ce qu'il faut pour les couples d'amoureux Il y a les animaux aussi qui la comprennent bien. Pourquoi tant de mépris ? De qui avoir honte ? Des fous, des bouffons ? Ni peur, ni plainte. Hardis, continuons comme nos anciens. Les avez-vous entendus, quand entre eux ils parlaient ? C'était beau d'écouter, quand ils se mettaient en rond, Les mains derrière le dos et qu'ils étaient nombreux. Les uns levaient la voix, les autres riaient fort, De loin, cela faisait un bruit prolongé, sourd et franc, Comme l'eau qui tombe, comme un gros bourdon, Le vent dans les sapins ou combien d'autres sons. Plus beau que ce français, arrivé de Paris, Maigre, parlé du nez, que nous connaissons aussi. Nous savons que par là-bas, ce n'était qu'un vilain patois Du ramassis des princes, des nobles et des rois. 9


Adòn qu'a nô j'âtro, yèin èin drîte leúgne Dou cholè, dè la mêr, d'ànvoueu yèin le veúgne : Provànse, Aôsta, Chavouè è lo Roûno, Tan qu'a Fénzo è ou fén sômbe dou Toûno. Nô nô lachén pâ bâ. N'én ôn èrètâzo, Quié vâ n'èimpoûrtè couè. A travêr lè j'âzo, Nô l'én rèchiôp eintàct dè noûhro viò parèin, È nô lo ouardèrén po lè j'aprévegnèin. Léngâzo dou pachâ, léngâzo dè dèmàn. D'acôr po lo fransè, ma avoué tè ârràn. Té pa rèin qu'ôn patouè. Nô tè farén vali. Tô chobrèré tozò la lénga dou Vali !

10


Alors qu'à nous autres, elle vient en droite ligne Du soleil, de la mer, d'où vient la vigne : Provence, Aoste, Savoie et le Rhône Jusqu'à Finges et tout au sommet du Tounot. Ne nous laissons pas abattre. Nous avons un héritage Qui vaut n'importe quoi. A travers les âges, Nous l'avons reçu intact de nos vieux parents Et nous le garderons pour nos descendants. Langage du passé, langage de demain. D'accord pour le français, mais avec toi à ses côtés. Tu n'es pas qu'un patois. Nous te ferons valoir. Tu resteras toujours la langue du Valais !

11


Cantéco dou vén

P

orcouè ôncò tsantâ lo vén ? L'an dèjià fétt è dè lôntén Ouéro dè môndo èin n’èhàtt Avoué dè mòss che bo, che hâtt. Yè quié contchièin tan dè bôntâ, Dè zoué, qu'ôn outt tuéss lè côntâ. Comèin ôn quié chè rècôliè, Ôn chèin tsécôn partécôliè. Can bîyo ôn vîrro dè bliàn Ou dè ròzo, vîyo lo fiàn Di tsémén dèpoui lo réjén Tanqu'ou sèli anvoueu réïjén. La veúgne Hlé nèctàr, quié n'én tan plijéc, Nô yèin pâ quiè comèin lo chéc. Lè veúgnè ? fâtt lè travailliè, Pôâ, fochorâ è ch'èimbaliè. Chôn pâ lèzièr a transportâ To lè j'èinzén chén rèin ôrtâ. Apré, nô côntén moyardâ, Chêdrè lè bôn zeút a vouardâ. Po lè marréïnè yèin lo lèvâ. Pèr la tsâtt, yè dôour a crèvâ, Chèin a rèprèindrè dô yâzo ; Pôoussè èin pliôjioûr j’ihâzo. 12


Cantique du vin

P

ourquoi encore chanter le vin ? Elles l'ont déjà fait et de longtemps Combien de personnes capables Avec des mots si beaux, si hauts. C'est qu'il contient tant de bonté, De joies, qu'on veut tous les conter. Comme quelqu'un qui se recueille, On sent chacun en particulier. Lorsque je bois un verre de blanc Ou de rouge je vois la multitude De chemins depuis le raisin Jusqu'à la cave où nous rions.

La vigne Ce nectar, dont nous avons tant de plaisir, Ne nous vient pas simplement comme le vent. Les vignes il faut les travailler, Tailler, piocher et se dépêcher. Ils ne sont pas légers à transporter Tous les outils sans ne rien heurter. Après nous devons ébourgeonner, Choisir les bons jets à garder. Pour les femmes vient l’attache. Par la chaleur, c'est dur à crever, Cela se reprend deux fois ; Cela pousse en plusieurs étages. 13


Y parrén ya lo seulfatâ, Èin vèlièin dè pâ rôbatâ, Dè bén énvouâ è aspèrjiè, Tènén lo fon pròpio, èrjiè. Ya a férè por to lè mi, Avoué rèpoú can ya la ni. Mâ èintrè dô fâ proú tréïmâ, Controlâ, vîrrè è réïmâ. Chèin-lé va dénchè lè bôn j'an, Mâ d’âtro quiè pâ èin dèvàn. Coménsè dabòr pèr zalâ. Adòn va rèin dè ch'èimbalâ. Ya topari lè maladjiè. Ôn poutt èin nomâ, mi dè djiè È ouéro dè charognèréc Quiè dè mizèrè, ôn èin réc. Oumi can le tén brégàndè, Le végnèrôn quié comàndè. Pèr luéc n'én lè bèlè prîjè. Stéc mèrètè qu'ôn lo bîjè. Lo vén Yén y bòchè, le cliàr trolià Fétt qu'a la pèna yèin molià. Côntè chioùrrè l'èvoleuchiôn È ou bôlécâ, èintèinchiôn.

14


Pour les hommes il y a le sulfatage, En veillant de ne pas rouler, De bien épandre et asperger, Tenir le sol propre, arroser. Il y a à faire pour tous les mois Avec repos quand il y a la neige. Mais entre deux il faut pourtant trimer, Contrôler, voir et répéter. Cela va ainsi les bonnes années, Mais pour d'autres rien ne marche. Cela commence d' abord par geler. Mais à quoi bon s'emballer. Il y a aussi les maladies On peut en nommer plus de dix Et combien d'autres ennuis Que de misère on en rit. Sauf lorsque le temps massacre, C'est le vigneron qui commande. Par lui nous avons les belles récoltes. Il mérite qu'on l'embrasse. Le vin Dans les tonneaux, le liquide pressé Fait que la bonde devient mouillée. Il faut suivre l'évolution Et à la fermentation, attention.

15


Issuu converts static files into: digital portfolios, online yearbooks, online catalogs, digital photo albums and more. Sign up and create your flipbook.