Issuu on Google+

DVEIN KNOTAN JULIE SIMON CHICKENSHIT FELIPE TOFANI JORDAN EAGLES TOMER HANUKA BRIAN M. VIVEROS TETHEREDTOTHESUN NORMAN CAVAZZANA SUEUR SWEAT Issue


2 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 3


EDITO #4 Issue : SUEUR / SWEAT DIGITAL TEMPLE Magazine www.digital-temple.com

4 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


#4 Issue : Sueur / EDITO

Cover by Knotan. Dividers by Jesse Walker.

S’il y a une âme dans le froid du grand nord, elle se lit dans la sueur. Ca y est je vais souffler un peu. Le temps de prendre une douche, de me raser juste comme il faut, de m’habiller et j’enchaînes déjà sur une nouvelle soirée qui se finit toujours dans la moiteur du petit matin. Je ne sais pas si c’est la période hivernale qui veut cela mais je me retrouve toujours invité dans des soirées qui réchauffent l’âme. Il fait nuit très tôt ces derniers mois surtout lorsque l’on se retrouve en Suède. Ce qu’il y a d’intéressant dans les nuits du grand nord, c’est qu’elles sont toujours mouvementées, rock’n’roll. Ces soirées arrosées du sol au plafond, et je ne parle pas que de l’appartement, ont quelque chose de différent dans les pays du nord. Je ne sais pas si leurs habitants ont une meilleure résistance face à l’alcool mais cela en a tout l’air. Les femmes, d’ailleurs, tiennent mieux la boisson. Et je ne vous parle même pas des culs sec qu’elles s’enchaînent à tour de bras ! J’arrivais donc dans un appartement en début de soirée. L’ambiance commençait doucement à prendre. Je me suis assis dans le canapé blanc du salon après avoir reçu des mains du propriétaire un verre de whisky bien dosé. De là, j’avais une vue sur le couloir et la cuisine. L’appartement était sympa, le genre qui donne envie de se poser. Les gens n’arrêtaient pas d’entrer par petits groupes. Ca flashait de tous les côtés. Je devrais d’ailleurs vous parler du phénomène grandissant des murs blancs sur les photographies de mode actuelles. Bref, c’est en me noyant dans mon verre que je me suis rappelé ce qu’il me restait à faire avant de quitter le pays. Je devais me décider sur le prochaine thème du

magazine ainsi que de sa ligne éditoriale. Je finissais mon verre et je voulais me diriger vers la cuisine où sa petite soeur m’attendait. Mais je me suis fait surprendre comme un débutant. Mon verre venait de se faire accoster par la bouteille de mes convoitises. A l’autre bout du goulot, une fille, souriante, brune avec une blonde aux lèvres. Cette fille aimait faire plaisir, cela se lisait sur son visage. Généralement, je n’en demande jamais plus ... Nous avons discuté de tout, de rien, surtout de nous. J’appris ses allers venues dans le pays, les rencontres qu’elle avait pu faire, son intérêt pour le Beau. Elle me questionna, beaucoup. Elle avait vite fait le rapprochement entre ma présence ici, mon verre vide et la place libre dans le canapé. Elle voulait savoir si elle pouvait m’aider d’une manière ou d’une autre. Je lui ai simplement demandé de me reservir. Tout en l’écoutant, je savais maintenant quel sera le contenu pour cette nouvelle issue. Le reste de la soirée passe très vite, à la manière d’un film en accéléré. On fait tomber le superflu, on transpire, on saute, on est humide d’alcool, d’envie et de sueur. Lorsque le film reprend la cadence normal, il est temps de souffler un peu. Je prends des notes. Le temps de prendre une douche, de me raser juste comme il faut, de m’habiller et j’enchaînes déjà ...

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 5


SOMMAIRE / 1:3

SOMM

DIGITAL TEMPLE Acolyte

p. 12

Subscription

p.208

Request

p.212

See You

p.214

Stuff

p.16

CHICKENSHIT clothers

p.18

UMBUSTER | Sruli Recht

Painting BRIAN M. VIVEROS

p.34

p.50

Illustration TOMER HANUKA

6 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


1:3 / SOMMAIRE

AIRE

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 7


SOMMAIRE / 2:3

SOMM Photography TETHEREDTOTHESUN

p.62

JULIE SIMON

p.94

p.110

FELIPE TOFANI

p.124

Motion DVEIN

Design

8 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


2:3 / SOMMAIRE

AIRE

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 9


SOMMAIRE / 3:3

SOMM Art

p.136

p.158

p.174

WILL CANEL

p.198

JORDAN EAGLES

Fashion KNOTAN

NORMAN CAVAZZANA

Pola Addict

10 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


3:3 / SOMMAIRE

AIRE

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 11


ACOLYTE / Jesse Walker

ACOLYTE

12 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Jesse Walker / ACOLYTE

JESSE WALKER Né et ayant grandi dans le sud profond, Jesse a toujours aimé les Barbecues, le Rock N Roll et les feux d’artifice illégaux. Il est diplômé de l’école d’Art et Design de Savannah (B.F.A en Graphic Design en 2008). De 9h à 17h il est Designer en Caroline du Nord ; Jesse coproduit un petit studio créatif qui se focalise dans le design de la musique, la publication industrielle, avec l’envie de s’orienter vers l’imprimerie. Il est également écrivain, typographe, musicien et joueur de curling. Ne pas mentionner qu’il fait des petits gâteaux de temps en temps. Bien sûr, tout ceci n’est que du remplissage, le temps qu’il perce dans le milieu, mais il espère produire des travaux originaux entre temps. Chaque section du magazine est introduit par le travail de Jesse Walker. Nous le remercions pour son talent, sa disponibilité, et la haute qualité de son travail typographique. DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 13


14 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 15


STUFF / Umbuster

Passez aussi facilement entre les gouttes que dans une foule. Sruli Recht vient de terminer après des années de travail sur prototype, son UMBUSTER. L’histoire a été longue et s’est déroulée sur plusieurs chapitres. Durant les premiers essais réalisés en Australie, les frontières ont été difficile à traverser jusqu’en Islande et pour cause : la poignée a été considérée comme une arme dangereuse. Aujourd’hui, ce parapluie est signé par des mains de maître et vous apportera notoriété et classe. Interview de Sruli Recht dans la #3 Issue de Digital Temple Magazine.

16 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Umbuster / STUFF

by

THE UMBUSTER Pour toute commande, veuillez écrire à : contact@srulirecht.com Plus d’information sur srulirecht.com Prix : 225 € + frais d’envoi.

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 17


STUFF / ChickenShit

CHICKENSHIT CLOTHES

Des traces de sueur sous les bras, les cheveux dans les yeux, vous prenez la pose le sourire aux lèvres : vous êtes habillé en Chicken Shit.

18 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


ChickenShit / STUFF

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 19


STUFF / ChickenShit

P

ouvez-vous vous présenter ? Chickenshit, label de mode de Saint-Petersburg, Russie. Comment êtes-vous devenu une marque de mode. Quelle a été votre première influence ? L’idée de CHICHENSHIT est née en 2006. Nous faisions du graphisme, de la photo, nous organisions des soirées sous le nom de CHICKENSHIT. La première collection de vêtements a été lancée en 2008 et elle consistait à des dédicaces de grands designers de 20 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


ChickenShit / STUFF

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 21


STUFF / ChickenShit

22 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


ChickenShit / STUFF

mode. Un designer célèbre de Russie, Leonid Alekseev, s’est intéressé à ce que nous faisions et nous a offert son amitié et l’opportunité d’être représenté à son showroom. Dernièrement, nous avons créé des teeshirts spéciaux qui représentaient notre humeur, et qui seront présentés durant son défilé. Nous faisons attention non seulement à la qualité des vêtements mais aussi à la présentation du produit, à son packaging, aux photographies que nous shootons et aux modèles qui représentent le vêtement. Aujourd’hui, quelle est votre inspiration principale ? Depuis que l’un des designers de Chickenshit vit en Suède, nous avons beaucoup d’amis comme des photographes, des musiciens, des modèles et desigerns de Scandinavie et, bien sûr, cela nous influence beaucoup. Par exemple, nous avons présenté Knotan lors d’une exposition à Saint-Petersburg. DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 23


STUFF / ChickenShit

« Ces deux mots sont les plus populaires du monde ! »

Pouvez-vous nous expliquer votre façon de travailler ? Nous ne créons pas de collections selon les saisons. Nous avons l’intention de réaliser des collections larges pour une année à la fois qui seront adaptées à certains sujets. Nous avons réalisé 2-3 thèmes de vêtements sur un sujet précis émanant d’une idée principale. Et nous avons un certains nombre d’idées de la sorte. Quelle est l’histoire qui se trame derrière le nom de CHICKENSHIT ? Un de nos amis d’Afrique est venu en Russie et tout ce qui n’était pas clair ou compréhensible pour lui, il appelait cela « chicken shit ». Nous avons aimé cette expression parce qu’elle sonne bien vivante, facile à retenir et ces deux noms sont les mots les plus populaires du monde! Où trouvez-vous vos idées de projets ? Partout. 24 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


ChickenShit / STUFF

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 25


STUFF / ChickenShit

26 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


ChickenShit / STUFF

Pouvez-vous nous expliquer les travaux présentés dans cette issue ? Il y a nos photographes préférés, Knotan et Diana Luganski. Nous avons rencontré Diana à Helsinki, nous venions de terminer notre première collection nommée ICONS et elle nous a suggéré de la photograhier. Pour le shoot, nous avons utilisé la cuisine de son appartement et son mari comme modèle. Pour Knotan, nous avons organisé une exposition personnelle où nous avons présenté 3 designs de t-shirts que nous avons réalisés avec lui. Trois impressions dévoilant Knotan lui-même, Hege, un modèle norvégien, Torbjorn, un musicien suèdois (Folke). Racontez-nous l’expérience la plus décalée sur un de vos boulots ? Ca s’est passé quand nous imprimions notre dernier design pour le défilé de Leonid Alexeev. L’impression à faire était une croix inversée. Et nous n’avons pas pu finir l’impression parce que la croix a commencé à prendre feu lorsque nous l'avons fait sécher. (C'était dû au polyester, c’était assez effrayant). Et voilà pourquoi nous n’avons réalisé que 5 T-shirts de cette série ! DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 27


STUFF / ChickenShit

28 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


ChickenShit / STUFF

« ... en l’honneur du célèbre artiste américain - Jean Michel Basquiat. »

Quel serait le travail que vous rêveriez de réaliser ? Actuellement nous travaillons sur une collection complète qui est réalisée en l’honneur du célèbre artiste américain Jean Michel Basquiat. Il est l’un de nos artistes préférés et cela fait longtemps que nous voulions réaliser cette collection.

premier artiste dans ce projet a été KNOTAN – l’un des plus célèbres photographes de mode de Suède. Nous avons organisé l’exposition où KNOTAN a exposé 52 photos et suite à cette collaboration, une nouvelle série de designs est née « CHICKENSHITbyKNOTAN ». La prochaine invitée à Saint Petersburg est Diana Luganski de Finland.

Pour qui ou quoi êtes-vous prêt à suer ?

Vos derniers mots ?

Jesus.

Ne croyez pas en DIEU, nous préservons votre argent.

Avez-vous d’autres projets ? OUI, « Favorite Scandinavian Photographers ». Et le DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 29


STUFF / ChickenShit

30 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


ChickenShit / STUFF

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 31


32 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 33


PAINTING / Brian M. Viveros

34 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Brian M. Viveros / PAINTING

Les plus fumantes des pin-up américaines.

BRIAN M. VIVEROS

P

eux-tu te présenter ? Bonjour à tous les lecteurs de Digital Temple Magazine, mon nom est Brian M. Viveros et je suis smokker, peintre et artiste cinéaste. Je vous remercie pour cette opportunité. Comment es-tu devenu peintre ? Je me suis vraiment mis à la peinture probablement vers 2004. Mes premières œuvres étaient beaucoup plus sombres car je travaille essentiellement avec des crayons en charbon de bois, au fusain, à l’aérographe DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 35


PAINTING / Brian M. Viveros

et à l’encre. Tout avait un ton sépia. J’avais ces idées de rêves érotiques, poussé vers l'onirisme à ce moment-là. Après ça, j’ai voulu expérimenter la couleur et apporter à mes filles plus de vie. J’ai combiné l’huile et des médias divers. C’est là que je suis devenu accro et que j’ai voulu aller le plus loin possible à chaque fois.

artistes qui réalisent de très belles choses, de nouveaux cinéastes. Ce sont les nouvelles choses qui m’inspirent. Aller au musée et regarder de très grands maîtres – CA C’EST DE L’INSPIRATION.

Aujourd’hui, quelle est ton inspiration principale ?

Après un verre et quelques cigarettes, je commence généralement à dessiner ou à faire quelques brouillons venant d’idées que j’ai pu collecter ou écrire. S’il y a une idée que j’apprécie et qui peut être assez forte, je la redessine de manière très fine et je la transfert alors sur

Trouver de nouvelles et différentes choses tous les jours à ajouter dans mon monde cinglé que j’ai en tête et que j’aime tant. De nouveaux éléments, de nouveaux 36 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE

Peux-tu nous expliquer ta façon de travailler ?


Brian M. Viveros / PAINTING

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 37


PAINTING / Brian M. Viveros

38 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Brian M. Viveros / PAINTING

« Comme la Force dans StarWars. »

une planche d’érable. Je poursuit ensuite en la peignant à l’huile et j’y ajoute les couleurs. C’est la partie la plus intéressante parce que tu ne sais pas quelle direction ton travail va prendre. Il est très difficile de mettre des mots sur ce que tu ressens lorsque tu donnes vie au personnage sur cette toile blanche.

des mots ... Les idées ne s’arrêtent pas dans ma tête et parfois, les peindre, ça ne suffit pas. Du coup tu continues à chercher des moyens d’expressions ou des manières d’interpeller les gens à travers différents médias. Ecrire ou réaliser des films est réellement une des mes grandes passions et c’est une obsession de toujours créer et d’apporter de nouvelles idées.

Où trouves-tu tes idées sur un projet ? Comme la Force dans StarWars, là où elle nous entoure. Les idées sont partout selon moi. Des fois, elles peuvent provenir de vieux dessins, de vieilles photos, des gens,

Peux-tu nous expliquer ce qui se cache derrière chaque peinture dans cette issue ? Ca risque de prendre un peu de temps mais je peux DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 39


PAINTING / Brian M. Viveros

résumer la chose pour chaque fille que j’ai pu peindre. L’histoire derrière tout ça est que chaque fille dépeind un portrait de la force et de la puissance. Même si elles semblent des fois un peu fracassées, elles restent toujours aussi belles et sexy. Je pense que ces filles sont des fumeuses qui n’en ont rien à foutre de ce qui se passe autour d’elles. Quelle est la meilleure expérience que tu ais vécue sur un de tes boulots ?

train de filmer mon dernier film surréaliste intitulé “Southern”. Nous étions sur une grande colline avec un groupe de personnes portant une marionnette de 9 mètres avec une bite. Nous n’avions pas d’autorisation et nous avons filmé le plus vite possible avant que quelqu’un puisse voir cette marionnette immense avec sa bite et qu’il appelle les flics. Il a commencé à pleuvoir, le ciel est devenu gris et le moment est devenu très surréaliste. C’était un jour très spécial pour la colline qui avait des yeux !

Ce n’était pas sur une peinture mais lorsque j’étais en

Quel est le travail que tu rêverais de réaliser ?

40 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Brian M. Viveros / PAINTING

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 41


PAINTING / Brian M. Viveros

42 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Brian M. Viveros / PAINTING

« Il existe une certaine beauté dans la douleur. »

Des peintures énormes de mes filles sur de grandes toiles. Un tableau qui resterait dans les livres et que l’on regarderait lorsque je serais mort. J’aimerais que mon travail vive après ma mort.

Les choses fumantes, c’est une partie de moi et on retrouve cela dans mes peintures.

Quel est le sentiment que tu veux communiquer dans ton travail ?

Oui, mon nouveau film surréaliste intitulé Southern. Je suis tellement content de vous annoncer, à vous et à vos lecteurs, qu’après deux ans et demi de travail, ce film sera terminé d’ici peu ! Pour plus d’informations sur mes films, il suffit d’aller sur mon site www.brianMviveros. com

Qu’il existe une certaine beauté dans la douleur. Quel est ton leitmotiv ?

As-tu d’autres projets ?

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 43


PAINTING / Brian M. Viveros

44 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Brian M. Viveros / PAINTING

Tes derniers mots ? J’aime les mots SO et WHAT donc SO WHAT !

J’aimerais vous remercier vous et vos lecteurs, les gens de Digital Temple Magazine. Vous pouvez visiter mon website et regarder mon nouveau SHOP Online pour les Limited Edition Giclee Prints et pour le trailer de Southern. DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 45


PAINTING / Brian M. Viveros

46 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Brian M. Viveros / PAINTING

TOP 5 Artists : HR GIGER PICASSO Egon SHIELE MUCHA BEARDSLEY Band/musician : Elliot Smith Kurt Cobain John Lennon Fiona Apple Godspeed You Black Emperor Drinks : Beer Beer Beer Beer Beer Cigarettes : Marlboro Marlboro Marlboro Marlboro Marlboro

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 47


48 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 49


ILLUSTRATION / Tomer Hanuka

La mine affutée, le regard critique, le futur aux références passées ...

TOMER HANUKA 50 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE

P

eux-tu te présenter ? Tomer Hanuka.

Comment es-tu devenu illustrateur et quelle a été ta première influence ? En tant que garçon ayant lu des comics Marvel dans un pays où le concept de « héros » a d’autres connotations (Israel). Plus tard dans ma propre découverte des comics européens, j’ai tenté d’absorber cette esthétique. Aujourd’hui quelle est ton inspiration principale ?


Tomer Hanuka / ILLUSTRATION

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 51


ILLUSTRATION / Tomer Hanuka

52 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Tomer Hanuka / ILLUSTRATION

Mattotti semble être le seul vers lequel je me dirige. Il est un maître des couleurs et de la composition. Egalement le poster japonais du designer Tadanori Yoko pour ses arrangements non traditionels. Dernièrement, Chris Blain, le cartooniste français, pour son sens terrifiant du langage corporel et de ses expressions. Peux-tu nous expliquer ta façon de travailler ? La première étape serait de regarder mon travail. Si je pouvais l’expliquer en une phrase, je ne le dessinerais pas. DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 53


ILLUSTRATION / Tomer Hanuka

Où trouves-tu tes idées sur un projet ? La plupart de mon travail est généré par mes missions. Peux-tu nous raconter la plus dingue des expériences sur un de tes travaux ? Je m’assieds dans une pièce avec plein de livres, j’écoute de la musique et je dessine. Ca paraît aussi fou que ça l’est. Quel est le meilleur boulot que tu aimerais réaliser ? 54 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Tomer Hanuka / ILLUSTRATION

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 55


ILLUSTRATION / Tomer Hanuka

56 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Tomer Hanuka / ILLUSTRATION

Cela serait sympa de pouvoir finir le roman graphique que je suis en train de réaliser avec mon frère. Pour qui ou quoi es-tu prêt à suer ? Je ne transpire pour personne. Sérieusement. (ndlr : Et cela se sent au vue de cette merveilleuse interview.) Quel est le sentiment que tu veux transmettre à travers ton travail ? DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 57


ILLUSTRATION / Tomer Hanuka

Top 5 Drink : coffee Chaque image a ses propres intention/sentiment/ monde. J’essaye de ne pas me répéter. Quel est ton leitmotiv ? « Le moment de vérité » Quels sont tes derniers mots ? Ne mise pas dessus.

58 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Tomer Hanuka / ILLUSTRATION

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 59


60 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 61


PHOTOGRAPHY / Tetheredtothesun

ASHLEY MACLEAN &

TRACI MATLOCK ARE

TETHERED TOTHESUN Lorsque l’Amérique se décline au féminin, la poésie des instants de vie nous ramène à la nature des choses. 62 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE

P

ouvez-vous vous présenter ? Nous sommes Traci Matlock & Ashley MacLean. Notre panel créatif est assez large, et nous faisons entre autres de la photographie et de la vidéo. Nous nous sommes rencontrées par le biais d’une annonce personnelle et nous vivons actuellement à Houston, au Texas, en tant que voisines. Nous partageons un amour pour les plantes succulentes, les motels miteux, nos mains pleines de boue, le viscéral, la poésie, la décence (publique), la lingerie antique et les vieux appareils photo. On photographie beaucoup, mais nous faisons également des polaroïds, du numérique, des films et bien d’autres formats. Comment êtes vous devenues photographes et quelle a été votre toute première influence ? Nous sommes toutes les deux tombées dans la photographie en tant que « art » après avoir photographié ceux que nous connaissions, que nous aimions dans un cadre plus décontracté, un moment plus instantané albums de famille, des photos de nos amants et de nos amours. Tout cela a été notre première influence et notre raison de prendre notre appareil photo toujours avec nous. Personnellement, j’ai été fortement inspirée


Tetheredtothesun / PHOTOGRAPHY

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 63


PHOTOGRAPHY / Tetheredtothesun

64 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Tetheredtothesun / PHOTOGRAPHY

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 65


PHOTOGRAPHY / Tetheredtothesun

dès que j’ai vu la photographie comme un support. Dès lors je n’ai plus pu m’en passer, et cela dès le collège. J’ai étudié avec Keith Carter, il était mon inspiration quotidienne. Le premier photographe, à part Keith, qui a changé la façon dont je pense l’image a été Sally Mann. Son travail continue de nous faire changer, moi et mes idées. Aujourd’hui, quelle est votre inspiration la plus importante ? La communication, entre nous et en général. Nous partageons un intérêt constant pour l’art contemporain, la peinture du siècle dernier, et pour le modernisme dans sa direction générale qui nous pousse à créer. De plus, depuis que nous habitons dans un lieu magnifique – des espaces ouverts, un temps génial, une variété d’interactions sociales – nous sommes constamment inspirées par ce qui nous entoure. Des interviews avec des artistes talentueux sont toujours source de travaux positifs et de changements. Comme par exemple aujourd’hui, je suis absolument préoccupée par les énormes monticules d’herbe de pampas près du bayou où je promène mon chien. 66 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Tetheredtothesun / PHOTOGRAPHY

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 67


PHOTOGRAPHY / Tetheredtothesun

« Les idées sont organiques. »

Pouvez-vous nous expliquer votre façon de travailler ? Ce n’est pas très structuré. Nous shootons dès que nous le pouvons, et puis les personnes que nous shootons ne sont pas généralement des modèles dans un sens traditionnel. Nous photographions dans des formats très variés et nous publions cela dans différents « lieux » - de l’art au porno en passant par notre propre combinaison des deux. Où trouvez-vous vos idées pour un projet ? Les idées sont organiques lorsque nous photographions généralement, en regardant comment tout se place et spécialement la façon dont la lumière tombe. Nous regardons beaucoup de peintures et de films et nous écoutons beaucoup de musique, donc je suis sûre que tout cela nous donne beaucoup d’indices. Vous nous donnez un appareil photo, une personne et une chaise pour qu’elle puisse s’asseoir et nous allons photographier jusqu’à ce que le film soit plein, surtout si c’est lumineux mais couvert et chaud à l’extérieur. Pouvez-vous nous dire ce qui se cache derrière chaque 68 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Tetheredtothesun / PHOTOGRAPHY

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 69


PHOTOGRAPHY / Tetheredtothesun

70 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Tetheredtothesun / PHOTOGRAPHY

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 71


PHOTOGRAPHY / Tetheredtothesun

« Qui ne voudrait pas d’une liberté totale ? »

photo de cette série ? Il n’y pas d’histoire précise, mais elles sont toutes le résultat d’une recherche de la lumière parfaite et de textures magnifiques ; nous essayons de retransmettre cet environement. Quelle a été l’expérience la plus cinglée lors d’un shooting ? Nous étions dans un hôtel et nous disions salut de la fenêtre à un très bel homme. Nous voulions l’avoir comme modèle. Il était sur une moto, portait une combinaison jaune et était irrésistiblement sexy. Il est monté, a joué un temps, et nous a dit qu’il ne serait pas notre modèle. Mais il a quand même défilé pour nous et est devenu très « coquin ». Coquin de manière sexy. Quel serait le travail que vous rêveriez de créer ? Qui ne voudrait pas d’une liberté totale et d’un budget illimité avec une publication tous les mois ? Et en particulier de la part de quelqu’un qui a des normes sociales et un penchant pour les choses les moins évidentes. Par chance, le meilleur travail que nous 72 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Tetheredtothesun / PHOTOGRAPHY

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 73


PHOTOGRAPHY / Tetheredtothesun

74 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Tetheredtothesun / PHOTOGRAPHY

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 75


PHOTOGRAPHY / Tetheredtothesun

faisons est toujours le travail que nous réalisons par la suite. Pour qui ou quoi êtes-vous prêtes à suer ? Benecio del Toro. Tout ce qui a beaucoup de potentiel, différents aspects de potentiel et cela en fonction de nos humeurs. Quel est le sentiment que vous souhaitez transmettre à travers votre travail ? « Like your hair is being pulled, and you like it. » Avez-vous d’autres projets ? nerve.com/blogs/roseolive (vous devez vous enregistrer, mais c’est gratuit et ça en vaut la peine.) theingoing.blogspot.com Vos derniers mots ? Nous vous remercions de nous publier, on adore. 76 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Tetheredtothesun / PHOTOGRAPHY

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 77


PHOTOGRAPHY / Tetheredtothesun

78 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Tetheredtothesun / PHOTOGRAPHY

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 79


PHOTOGRAPHY / Tetheredtothesun

Favorite Artists : Jenny Saville, Olafur Elisason, Araki, Sally Mann, Marina Abramovic Helmut Newton, Lee Friedlander, Anselm Keifer Francis Bacon, Robert Ryman, Henry Darger William Eggleston, Pina Bausch Bands/musicians : Nina Simone & Odetta Schubert & Erik Satie & Glenn Gould A healthy dose of Jeff Buckley Beirut & Radiohead, probably, Susana Baca Miriam Makeba, Boubacar Traore Websites : http://www.pbs.org/art21 http://www.pbs.org/wgbh/nova/elegant/program.html http://boingboing.net http://wikipedia.com http://photo2.si.edu http://www.houseofgord.com There are thousands of others, but there’s that. Brand : Doesn’t matter much. We use Apple computers, Mamiya medium formats and Canon 35mm and digital cameras, we’d have a hard time getting by as we do without them. Drink : Mojitos in a Honey-Crystaled Glass, mint from my garden Blood Mary w/ Black Pepper with lots of Tabasco Grand Cru First Growth Château Pétrus - 1961 Tequila Ley Perfect Food after a jog

80 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Tetheredtothesun / PHOTOGRAPHY

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 81


TETHERED TOTHESUN

PHOTOGRAPHY / Tetheredtothesun

SPECIAL SELECTION FOR THE SWEAT ISSUE.

82 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Tetheredtothesun / PHOTOGRAPHY

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 83


PHOTOGRAPHY / Tetheredtothesun

84 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Tetheredtothesun / PHOTOGRAPHY

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 85


PHOTOGRAPHY / Tetheredtothesun

86 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Tetheredtothesun / PHOTOGRAPHY

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 87


PHOTOGRAPHY / Tetheredtothesun

88 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Tetheredtothesun / PHOTOGRAPHY

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 89


PHOTOGRAPHY / Tetheredtothesun

90 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Tetheredtothesun / PHOTOGRAPHY

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 91


PHOTOGRAPHY / Tetheredtothesun

92 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Tetheredtothesun / PHOTOGRAPHY

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 93


PHOTOGRAPHY / Julie Simon

Son histoire, elle la photographie pour lui montrer toute son affection

JULIE SIMON 94 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE

P

eux-tu te présenter ? Mon nom est Julie Simon, j’ai grandi dans une banlieue juste à côté de Chicago. Je suis née en 1988 et suis actuellement à l’école à Boston, MA à l’Ecole du Musée des Beaux-Arts. Comment es-tu devenue photographe et quelle a été ta toute première influence ? Je ne me suis jamais vraiment moi-même classée en tant que «photographe», j’aime juste produire des choses et figer le temps avec un appareil. Mais j’ai commencé


Julie Simon / PHOTOGRAPHY

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 95


PHOTOGRAPHY / Julie Simon

96 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Julie Simon / PHOTOGRAPHY

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 97


PHOTOGRAPHY / Julie Simon

« Je prends mon appareil photo partout où je vais. »

à prendre des photos quand j’avais 16 ans, durant l’année de « junior » au lycée. Ma première influence a été probablement le fait que tout le monde au lycée soit tellement peu original et que je m’ennuyais de voir les photos que certains prennaient. Du coup, je voulais faire quelque chose de différent et donner aux gens de nouvelles perspectives sur la vie de quelqu’un. Et aujourd’hui, quelle est ton inspiration principale ? Mon inspiration est ma famille. Je l’ai toujours appréciée, mais je la regarde sous un jour différent aujourd’hui. Je veux leur montrer à quel point je les apprécie, je tiens à saisir le plus inéressant des moments intimes de ma vie. Même si cela n’implique pas forcément ma famille, je continue de penser à eux à chaque fois que je viens avec de nouveaux projets, ou tout simplement en me prenant en photo. Peux-tu nous expliquer ta méthode de travail ? D’habitude la façon dont je travaille est très spontanée. Je prends mon appareil photo partout où je vais et quand je vois quelque chose que je pense important à figer dans le temps, je le photographie. Mais récemment, je planifie beaucoup plus et je photographie avec différents appareils et cela implique plus de préparation et de réflexion, même si j’essaye toujours d’y intégrer mon style.

98 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Julie Simon / PHOTOGRAPHY

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 99


PHOTOGRAPHY / Julie Simon

Où trouves-tu les idées pour un projet ? Je m’inspire des travaux d’autres artistes. Mais à part cela, j’essaye de capturer ce qui m’intéresse vraiment, qui fait appel à moi. Les choses que j’aimerais explorer en tant que personne, non seulement pour la photo, mais pour le simple fait de ce que l’on ressent. Les idées surgissent ainsi dans ma tête. Je ne fais pas trop de plan. Peux-tu nous dire l’histoire qui se cache derrière chaque photographie présente ici ? Non, pas vraiment. Racontes-nous ta meilleure expérience lorsque tu prends des photos ?

« J’aimerais que les gens voient le monde comme je le vois. »

Chaque fois que je sors avec mes amis, ou que je voyage, je rencontre des gens assez fous et intéressants ! Ou quand un trop grand nombre de boissons conduit à certaines choses folles, alors bien sûr je documente ces instants.

Quel serait le travail que tu rêverais de réaliser ? J’aimerais prendre en photo toutes les personnes que j’aime et les lieux que j’adore. Pour qui ou quoi es-tu prête à transpirer ? Je ne comprends pas trop la question. Quel est le sentiment que tu souhaites communiquer à travers ton travail ? J’aimerais que les gens voient le monde comme je le vois, trouver la beauté dans les moindres détails. As-tu d’autres projets ? En ce moment je démarre deux nouveaux projets. Je serai de retour de voyage dans ma ville et je souhaiterai photographier des couples de 7e et 8e année (4e et 3e – collège). L’idée est de transmettre la romance 100 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Julie Simon / PHOTOGRAPHY

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 101


PHOTOGRAPHY / Julie Simon

102 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Julie Simon / PHOTOGRAPHY

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 103


PHOTOGRAPHY / Julie Simon

de l’adolescence. Mon deuxième projet , j’aimerai le réaliser durant l’été à venir en voyageant dans les 10 plus petites villes des Etats-Unis et en photographiant les gens et les environs aussi bien que l’expérience durant le voyage. Tes derniers mots ? Vivre et laisser vivre. Top 5 : Artist : - Micheal Seiban - Nan Goldin - Wolfgang Tilmans - Robert Frank - William Cristenberry Band/musician : - Cat Power - Black Sabbath - Black Flag - France Gall - Marvin Gaye Website : - Fecalface.com - adamjasoncohen.blogspot.com - tinyvices.com Brand : - Thrift stores - Marc Jacobs - Thrift Stores - Thrift Stores Drink : - Whiskey & Ginger Ale - Rum & Coke - Whiskey Sour - Allagash White - Arnald Palmer 104 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Julie Simon / PHOTOGRAPHY

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 105


PHOTOGRAPHY / Julie Simon

106 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Julie Simon / PHOTOGRAPHY

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 107


108 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 109


MOTION / Dvein

110 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Dvein / MOTION

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 111


MOTION / Dvein

La créativité lancée dans le monde du mouvement.

DVEIN 112 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE

P

ouvez-vous vous présenter ? Notre nom est Dvein en tant que collectif, mais nos noms sont Fernando Dominguez, Teo Guillem et Carlos Pardo. Nous venons de différents univers à l’école, les beaux arts (Teo et Fernando) et l’ingénierie des ordinateurs (Carlos) et nous avons fini par arriver dans le monde du Design et bien sûr dans le monde du motion Design. Maintenant nous travaillons en tant que directeurs et directeurs artistiques pour différentes agences et clients mais nous essayons également de repousser nos frontières tous les jours avec des projets personnels.


Dvein / MOTION

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 113


MOTION / Dvein

Comment êtes-vous devenus des motion designers et quelle a été votre première influence ? Nous sommes devenus motion designers lorsque nous avons réalisé que toutes les choses que nous étions capables de créer en design static pouvaient prendre vie. La possibilité de voir en mouvement n’importe quelle chose que nous créons nous a toujours intéressés. Nous commencions à nous pencher sur le travail de MK12, Lobo and Psyop et nous voulions tenter le coup. Aujourd’hui, quelle est votre inspiration principale ?

« La possibilité de voir n’importe quelle chose en mouvement. »

La nature et Flickr. Nous avons nos propres artistes qui nous inspirent, mais il est assez important pour nous de chercher des influences dans d’autres champs. Nous explorons le monde à travers internet et des fois des choses arrivent alors que nous ne nous y attendions pas. Pouvez-vous nous expliquer la manière dont vous travaillez ? Cela dépend vraiment et cela change constamment. Nous n’avons que deux ans d'expérience, et à travers notre évolution nous comprenons beaucoup de la manière dont cette industrie tourne. Quand nous nous sentons plus à l’aise et que tout est sous notre contrôle, nous travaillons étape par étape, du storyboard à la composition jusqu’au rendu final, mais il arrive que cela ne soit pas toujours possible. Quel est donc l’histoire qui se trame derrière le nom de Dvein ? C’est un secret ... Où trouvez-vous vos idées sur un projet ? Dans un très large champ de vision. Nous utilisons internet pour beaucoup d’inspirations, nous regardons des photographes et des artistes dans d’autres champs

114 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Dvein / MOTION

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 115


MOTION / Dvein

d’activités. Les films et l’art nous inspirent beaucoup, mais nous essayons de penser par nous même également, une blague, une situation, quelque chose que nous avons vu dans la nature. Il n’y a pas qu’une seule et unique source d’inspiration. Pouvez-vous nous raconter l’histoire que représente chaque travail dans cette issue ? Diesel Liquid Space était une expérience superbe. Jouer avec des hologrammes dans un vrai show en live nous a permis d’utiliser plus d’outils qu’à la normale. Il y avait beaucoup de restrictions, mais également de l’expérience : c’était aussi notre premier projet en tant que compagnie légale. C’était vraiment bon. TOCA ME and OFFF sont le type de projet où vous êtes complètement libre niveau création, vous pouvez faire tout ce que vous voulez, c’était très intéressant pour nous. TOCA ME, spécialement, était un projet où nous nous sommes centrés sur des choses faîtes à la main, en essayant de mettre de côté le plus possible l’ordinateur. C’était un travail très dur à tester et à expérimenter, mais à la fin nous sommes arrivés avec des solutions qui en jettent. Racontez-nous l’expérience la plus barée que vous ayez eu sur un boulot ? La plus barée, non, mais peut-être l’expérience la plus intéressante. Nous finissions le projet Diesel mais il fallait pour cela être au Danemarque le lendemain. Nous étions vraiment fatigués, sans dormir les derniers jours, en envoyant les données à la compagnie pour qu’elle les ajoute au système. Cela a pris 24h mais ils nous ont dit que si tout n’était pas là le lendemain matin, ils ne pourraient pas faire le show. Ca s’est fini avec l’un d’entre nous en vol pour Copenhague, sans avoir dormi, sans chambre d’hotel disponible (elles étaient toutes prises) retournant à l’aéroport, sans vol de retour, cherchant des amis un peu partout en Europe, et finalement il a terminé à Amsterdam, arrivant à minuit et devant

116 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Dvein / MOTION

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 117


MOTION / Dvein

reprendre l’avion pour Barcelone à 6 heure du matin et lorsqu’il est arrivé à Barcelone, le client nous a rappelé pour des changements, et c’est devenu un cauchemar pour nous cette semaine-là. Quel serait le boulot que vous rêveriez de créer ? Wow, ça c’est une question délicate. Le meilleur boulot, c’est lorsque tu as un client et qu’il croit en toi absolument. Ca n’arrive pas souvent. Avec un gros budget pour faire tout ce que tu désires et une liberté pour le côté créatif, ça serait le meilleur projet possible.

« ... mais surtout continuer d’apprendre. »

Pour qui ou quoi êtes-vous prêt à suer ? Heebok Lee et Tarantino. Quel est le sentiment que vous voulez transmettre à travers votre travail ? Nous essayons de communiquer notre propre regard sur l’esthétisme et nos idées de la création, la beauté est notre but dans chaque projet, donc nous essayons de nous faire avancer le plus possible vers cette perspective. Quel est votre leitmotiv ? Réaliser de meilleurs travaux et de la plus haute qualité sur chaque projet, mais surtout, continuer d’apprendre. Avez-vous d’autres projets ? La musique, le cinema, l’illustration, il y a beaucoup d’autres projets mais des fois nous n’avons pas le temps de tout faire. Nous espérons que nous pourrons les réaliser en faisant peut être moins de projets mais de meilleure qualité. Nous verrons bien. Vos derniers mots ? “ God Bless Stomach Mouses !”

118 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Dvein / MOTION

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 119


MOTION / Dvein

Top 5 : Artist : - Zeitguised - Alex Trochut - Superexpresso - Heebok Lee - Psyop

Website : - Motionographer - SpaceCollective - Flickr - Google - Feedhere

Band/musician : - Manos de Topo - The Teloners - Dave Weckn - Miles Davis - David Bisbal

Drink : - Beer - Water - Wine - Coke - Hidromiel

120 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Dvein / MOTION

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 121


122 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 123


DESIGN / Felipe Tofani

S'il pouvait suer, il transpirerait du sang pour sa passion.

FELIPE TOFANI

124 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE

P

eux-tu te présenter ? Bonjour tout le monde. Mon nom est Felipe Tofani et je vis au Brésil. J’ai toujours vécu ici mais je n’ai pas l’intention de rester ici encore trop longtemps. Je travaille en tant que directeur artistique depuis les deux dernières années et les choses commencent à prendre forme. Et ça a l’air de bien tourner. Comment es-tu devenu un designer grahique et quelle a été ta toute première influence ? J’ai commencé à faire des flyers pour un groupe dans


Felipe Tofani / DESIGN

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 125


DESIGN / Felipe Tofani

126 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Felipe Tofani / DESIGN

lequel j’ai joué en 98. J’y jouais de la batterie. Le groupe était du métal industriel et chaque flyers que l’on nous faisait craignait vraiment. J’ai donc décidé de les réaliser moi-même. J’ai eu une certaine expérience dans Photoshop et Corel Draw mais ... Tout ce que j’ai produit à l’époque craignait tout autant que les autres flyers. J’ai abandonné pour un temps et j’ai décidé de me concentrer sur d’autres trucs. Je ne pense pas avoir eu une réelle influence, mais j’ai beaucoup accroché sur une de mes découvertes, le travail de David Carson. Aujourd’hui, qu’est-ce qui t’inspire le plus ? Tout ce qui m’entoure m’inspire. J’aime copier des trucs et les rendre plus personnels. J’aime voler des images et les retravailler à mon goût. Mais ... si tu me demandes une référence d’artiste, je dois dire que Alphonse Mucha en est une. J’aime vraiment tout ce qu’il touche. Peux-tu nous expliquer ta méthode de travail ? Quand je suis en train de faire mon taf de freelance, j’ai une règle qui est très facile à suivre : ne pas suivre les règles. J’essaie de tout rendre unique même si j’échoue lamentablement. Mais au moins je tente. C’est ce que je vise. Et j’essaye aussi d’esquisser les choses dans un premier temps. C’est seulement après avoir trouvé un concept précis que je m’assois devant ma table et tente de le réaliser. Où trouves-tu tes idées sur un projet ? Je me lève vers 6 heures tous les jours pour que je puisse effectuer des recherches et la plupart de mes idées viennent de ce que je vois. La plupart du temps, je vois des choses qui me plaisent et je décide alors de le tenter par moi-même. C’est comme cela que j’ai commencé. J’apprends beaucoup ainsi. Et je pense que c’est le meilleur moyen de te lancer des défis et de mieux faire DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 127


DESIGN / Felipe Tofani

les choses. Enfin, c’est ce que je pense. Racontes-nous la meilleure expérience que tu ais eue sur un travail ? Quand j’avais 21 ans, j’ai travaillé dans un salon de tatouage avec des amis. J’étais le perceur dans cette boutique. J’y ai bossé un certain temps et la plupart des choses que j’ai pu y apprendre ont été d’expérimenter des trucs sur son propre corps. En 2003, un ami et moi, avons obtenu un boulot. Nous avons du créer l’identité visuelle d’une boutique de tatouage. On y est allé à coups de pinceau et de bombes. J’ai voulu rendre les formes le plus réalistes possible et j’ai donc utilisé mon propre sang. Pour faire cela, ça a été facile. J’ai percé mon front avec 6 aiguilles et j’ai laissé couler le sang sur du papier. J’ai essayé de donner les formes que je désirais et je les ai numérisées. Je crois que c’est la première fois que je parle de ce truc à quelqu’un. Quel est le travail que tu rêverais de réaliser ? Ce que j’aime vraiment, c’est la conception interactive et dans ce domaine j’aime vraiment ce que Nike et Absolut réalisent. J’aimerais beaucoup travailler pour eux. Pour qui ou quoi es-tu prêt à transpirer ? J’ai un gros problème. Je ne transpire pas, je saigne. Dans tout ce que je fais, j’essaie de donner mon maximum. C’est un peu comme donner naissance à un enfant différent chaque semaine. Ainsi, la plupart de mes projets ont une fâcheuse tendance à m’assassiner et c’est ce que j’adore. Quel est le sentiment que tu souhaites véhiculer à travers ton travail ? J’en suis vraiment pas sûr mais je pense que j’essaye de montrer que tout peut être fait. Si un mec en Pologne a fait quelque chose que tu trouves beau, tu peux toi aussi 128 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Felipe Tofani / DESIGN

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 129


DESIGN / Felipe Tofani

130 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Felipe Tofani / DESIGN

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 131


DESIGN / Felipe Tofani

Top 5 : Artist : - Alfonso Mucha - David Carson - Joshua Davis - Chuck Palahniuk - Robert Rodriguez Band/musician : - Godflesh - Faith No More - Nine Inch Nails - David Allen COe - Neil Young

« Un jour, tu seras en mesure de le réaliser. »

le faire. Essayer de son mieux et continuer à essayer. Un jour, tu seras en mesure de le réaliser. Je sais que ce n’est pas aussi simple que cela, mais ... Apprends et pratiques et tu peux le faire.

Website : - pristina.org - netdiver.net - designobserver.com - ubu.com - motionographer.com

Quel est ton leitmotiv ?

Brand : - apple - wacom - adidas - sony - google

As-tu d’autres projets ?

Drink : - coffee - beer - vodka

132 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE

J’aime les choses crades. Comme la peinture, le bruit, les images saturées, les brushs et des trucs comme ça. Je ne sais pas si c’est suffisament recherché pour être mon leitmotiv mais ... Cela sera le mien pour le moment.

J’ai tellement de choses à faire que je bois du café avec du Red Bull, et il est 23h! Parfois je me demande si je ne devrais pas ralentir et puis je me dis qu’il ne faut pas. Si tu t’arrêtes, tu meurs. Ne jamais s’arrêter. Le sommeil est mauvais. Ou pas. Vos derniers mots ? Ne croire en rien. Vraiment.


Felipe Tofani / DESIGN

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 133


134 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 135


ART / Jordan Eagles

Du sang à l’état brut, immortalisé à jamais.

JORDAN EAGLES

136 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE

P

eux-tu te présenter ? J’ai 31 ans, je suis natif de New York City. Mon travail : je préserve du sang dans du Plexiglas. Je suis un artiste autodidacte et je travaille avec un processus que j’ai inventé. Comment es-tu devenu un artiste et quelle a été ta première influence ? Depuis que je suis petit j’ai toujours aimé l’art. Cependant, la première influence artistique, dans mon travail actuel avec la préservation de sang, doit provenir


Jordan Eagles / ART

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 137


ART / Jordan Eagles

138 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Jordan Eagles / ART

« Ceci a affecté les images et les dimensions. »

d’une série d’images d’accouchement que j’ai pu voir dans une encyclopédie médicales il y a environ dix ans. La mise en place et le processus ont évolué à mesure que la conservation du sang est devenue cruciale pour mes travaux. Ceci a affecté les images et les dimensions. Aujourd’hui, quelle est ton inspiration primordiale ? Je suis inspiré par la nature, la spiritualité, la texture, la lumière et la conservation. Peux-tu nous expliquer ta façon de proceder ? DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 139


ART / Jordan Eagles

140 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Jordan Eagles / ART

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 141


ART / Jordan Eagles

C’est un processus vraiment intense. Le temps est un très gros facteur lorsque je suis en train de préserver le matériel qui, dans des circonstances normales, se détériorerait. Par conséquent, les méthodes de préservation doivent être réalisées avec précision et en temps opportun afin de maintenir l’intégrité de la couleur et de la texture du sang. Où trouves-tu des idées sur un projet ? Dans la méditation, la nature et l’expérimentation. 142 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Jordan Eagles / ART

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 143


ART / Jordan Eagles

144 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Jordan Eagles / ART

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 145


ART / Jordan Eagles

Peux-tu nous dire ce qui se dévoile dans chaque travail présenté ici ? Les oeuvres expriment l’énergie explosive, la lumière intérieure, les structures organiques et les sphères corporelles. Les pièces dépeignent les portraits physiques et les connections immatérielles entre le corps, l’esprit et l’univers. Les marques créées par le sang apportent des lignes pures et élégantes, des calques synthétiques et lisses qui prennent vie en harmonie avec les matières organiques – mettant ainsi en lumière les détails du sang les plus précis aussi bien que l’énergie innée. 146 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Jordan Eagles / ART

Racontes-nous l’expérience la plus cinglée que tu ais vécue sur un travail ? A chaque fois que je développe une nouvelle technique, cela rend les travaux et le processus nouveaux. Il y a toujours des moments très forts. Quel sont les travaux que tu rêverais de réaliser ? Il y a tellement de projets que je rêverais de réaliser. Mais créer des projets monumentaux serait d’une grande inspiration.

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 147


ART / Jordan Eagles

« Je transpire énormément sur chaque pièce que je crée. »

Pour qui ou quoi serais-tu prêt à suer ? Mon studio est à une température constantes de 32° celsius de manière à ce que le processus fonctionne convenablement. Je transpire énormément sur chaque pièce que je crée. Quel est le sentiment que tu veux communiquer dans ton travail ? J’aimerais que les spectateurs ressentent l’énergie et soient fascinés par la dimension et la luminosité 148 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Jordan Eagles / ART

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 149


ART / Jordan Eagles

150 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Jordan Eagles / ART

de chaque travail et qu’ils comprennent que toutes les créatures vivantes ont une force de vie qui court à travers leurs veines. Nous sommes tous connectés et nous provenons tous de la même source. Quel est ton leitmotiv ? Les travaux définissent la regénération de la vie. Dans les oeuvres, je permets aux formes de se matérialiser et je les présente au premier plan. En cela, je détache les réflexions de la mortalité, de la spiritualité et de la science tout en offrant aux spectateurs un espace DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 151


ART / Jordan Eagles

« Un espace viscéral et une réponse primaire. »

viscéral et une réponse primaire. As-tu d’autres projets ? Oui, beaucoup, je suis constamment en train de travailler sur une varieté de nouveaux projets. Tes derniers mots ? Pour avoir le mot de la fin, j’aime mon travail. 152 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Jordan Eagles / ART

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 153


ART / Jordan Eagles

Top 5 : Artist : - Jackosn Pollock - Pipilotti Rist - Kara Walker - Walton Ford - Dale Chihuly Band/musician : - U2 - Outkast - Coldplay - Air - Queen Website : - Nytimes.com - cnn.com - craigslist.com - JordanEagles.com - http://antwrp.gsfc.nasa.gov/apod/astropix.html Drink : - Green Tea - Coffee - water - OJ - Martini

154 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Jordan Eagles / ART

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 155


156 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 157


FASHION / Knotan

158 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Knotan / FASHION

Bienvenue dans l’univers du plus rock’n’roll des suédois.

KNOTAN Shooting Sueur/Sweat by Knotan.

P

eux-tu te présenter ? Bonjour tout le monde ! Je suis Knotan!

Comment es-tu devenu photographe et quelle a été ta toute première influence ? Je travaillais dans un endroit que je n’ai pas aimé. La nature. DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 159


FASHION / Knotan

Et aujourd’hui, quelle est ton inspiration principale ? La population. Peux-tu nous expliquer ta méthode de travail ? La spontanéité. 160 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Knotan / FASHION

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 161


FASHION / Knotan

162 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Knotan / FASHION

Où trouves-tu tes idées sur un projet ? La vie, des films, regarder les gens. Peux-tu nous dire l’histoire qui se cache derrière chaque travail dans cette série ? La Finlande. DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 163


FASHION / Knotan

Racontes-nous l’expérience la plus cinglée que tu ais vécue lors d’un travail ? Précise-moi le mot cinglé ! Quel est le travail que tu rêverais de réaliser ? Avoir plus d’expositions. 164 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Knotan / FASHION

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 165


FASHION / Knotan

166 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Knotan / FASHION

Pour qui ou quoi es-tu prêt à suer ? C’est un secret ! Quel est le sentiment que tu souhaites communiquer à travers ton travail ? L’honnêteté, l’énergie. DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 167


FASHION / Knotan

Quel est ton leitmotiv ? Je ne sais vraiment pas si j’en ai un... As-tu d’autres projets ? Des livres et des expositions. 168 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Knotan / FASHION

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 169


FASHION / Knotan

170 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Knotan / FASHION

Tes derniers mots ? Yezz yezz !

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 171


FASHION / Knotan

Top 5 : Artist : - Jussi Poikonen - Andy Warhol - Lars Tunbjรถrk - Peter Wahlbeck - Neckface Band/musician : - Folke - The Walkmen - Bon Iver - Frida Hyvรถnen - Queens of the stoneage Website : - http://newbloodagency.com/ - http://maps.google.se/ - http://www.specialten.com/ - http://www.apple.com/trailers/ - http://www.nyartsmagazine.com/ Brand : - Ctrl - Bernard Willhelm - T-post - Vans Drink : - Coffee - Beer - Red Wine - Whiskey - Vodka 172 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Knotan / FASHION

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 173


FASHION / Norman Cavazzana

174 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Norman Cavazzana / FASHION

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 175


FASHION / Norman Cavazzana

La frontière entre le réel et l’imaginaire.

NORMAN CAVAZZANA

176 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE

P

ouvez-vous vous présenter ? Nous sommes un duo créatif de New York et Stockholm intitulé Norman Cavazzana. Marco Cavazzana est le directeur créatif et Morgan Norman est le photographe. Nous travaillons principalement dans la mode, la publicité, l’art et pas mal pour tout ce qui nous inspire. Quand êtes vous devenus photographes et quelle a été votre toute première inspiration ? Lorsque nous avons commencé à travailler en équipe, je


Norman Cavazzana / FASHION

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 177


FASHION / Norman Cavazzana

« C’était un superbe moment que de réunir deux esprits créatifs en un seul. »

pense que nous nous influencions vraiment l’un l’autre. C’était un superbe moment que de réunir deux esprits créatifs en un seul. Norman Cavazzana est bien plus que simplement Morgan Norman et Marco Cavazzana travaillant tous les deux. C’est comme une entité unique. Même lorsque nous planifions tout avant le shoot, le résultat devient toujours quelque chose de spécial et d’inattendu. C’est étrange mais c’est une sensation énorme ! Aujourd’hui, quelle est votre inspiration principale ? 178 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Norman Cavazzana / FASHION

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 179


FASHION / Norman Cavazzana

180 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Norman Cavazzana / FASHION

L’inspiration principale pour Norman Cavazzana provient de la musique, des films, de l’art et de la mode. Nous essayons de regarder derrière nous et de mixer l’ancienne tradition photographique ou artistique avec une post production high-tech et digitale. Pouvez-vous nous expliquer votre façon de travailler ? L’idée principale derrière chacun de nos travaux est que nous n’utilisons jamais d’éléments 3D. Tout ce que vous voyez dans nos images existe réellement. Nous shootons toutes les accessoires sur un écran à chromaDIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 181


FASHION / Norman Cavazzana

« C’est définitivement un long processus mais le résultat final en vaut vraiment la peine. »

key et comme vous pouvez vous l’imaginer, nous avons acquis une sacrée banque d’images sur photo à fond vert. Lorsque nous shootons des modèles, nous essayons de garder un certain degré des lieux que nous prenons en photo. Ainsi, nous gardons un certain niveau de réalisme. Une fois que nous avons tout le matériel en haute qualité, nous nous asseyons dans notre studio, et c’est là que le vrai travail commence. La phase de post production est le moment ou nous créons ces étranges et magnifiques mondes, en retouchant et en donnant le ton final aux images. C’est définitivement un long processus mais le résultat final en vaut vraiment la peine. 182 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Norman Cavazzana / FASHION

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 183


FASHION / Norman Cavazzana

184 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Norman Cavazzana / FASHION

Où trouvez-vous vos idées sur un projet ? Partout ! Je veux dire dans la musique que nous écoutons, elle influence vraiment notre expression visuelle. Beaucoup de nos idées proviennent de “moments magiques” que nous recherchons ou expérimentons dans notre vie, nous avons eu assez de chance pour en avoir de très agréables. Cela peut être aussi simple que de voir une vieille peinture au MOMA (Musée d’art), que de regarder un bon film, d’avoir fait des rêves, de regarder des magazines de mode et ainsi de suite. DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 185


FASHION / Norman Cavazzana

Racontez-nous votre expérience la plus dingue sur un de vos travaux ? Le jour le plus malade a été lorsque nous avons shooté pour le comédien Björn Gustafsson. Il y avait des gamins qui courraient partout, plein d’animaux de toute sorte qui utilisait l’écran “chroma-key” comme de toilettes, un modèle, un nain (du film “Willow”) et bien sur Björn lui-même. C’était un peu comme jongler avec 100 balles en même temps. 186 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Norman Cavazzana / FASHION

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 187


FASHION / Norman Cavazzana

188 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Norman Cavazzana / FASHION

« Nous transpirons tous les jours. »

Quel serait le travail que vous rêveriez de réaliser ? Travailler avec David Bowie et Marilyn Manson pour une série de photo de publicité pour Prada ou peut-être Lavazza. Faire un Alice au Pays des Merveilles contre le courant de mode Punk ! Pour qui ou quoi êtes vous prêt à suer ? Nous transpirons tous les jours lorsque nous essayons d’améliorer nos concepts et nous même. Nous sommes toujours prêts pour une bonne dose de transpiration. DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 189


FASHION / Norman Cavazzana

190 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Norman Cavazzana / FASHION

Quel est le sentiment que vous voulez véhiculer à travers votre travail ? Nous n’avons pas vraiment de message global à apporter aux milliards de personnes qui habitent cette planète. Nous faisons ce que “nous” aimons et nous espérons que les autres apprécient également. Quel est votre leitmotiv ? Je pense que ce qui définit Norman Cavazzana est DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 191


FASHION / Norman Cavazzana

que nous aimons aller un pas plus loin et ajouter un tourbillon de surréalisme dans tout ce que nous faisons. En unifiant nos efforts ensemble, notre but est de créer quelque chose de mieux qu’un simple résumé de nos capacités individuelles. Avez vous d’autres projets ? A côté de notre connaissances photographiques, nous essayons d’expérimenter l’univers du film. Notre nouveau projet de film a été lancé en septembre et est intitulé NC Vision. Un blog d’inspiration visuelle, vidéo 192 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Norman Cavazzana / FASHION

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 193


FASHION / Norman Cavazzana

194 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Norman Cavazzana / FASHION

Top 5 : Artist : - Hieronymus Bosch - Jan Saudek - Jean-Pierre Jeunet - Most painters from the Renaissance period.

Band/musician : - Radiohead - Smashing Pumpkins - Björk - Placebo - Muse - Sisters of Mercy - Death Cab for Cutie - Yeah Yeah Yeahs. - Pearl Jam - Joy Division - Depeche Mode - Jeff Buckley - The Beatles

Website : - www.artandcommerce.com - http://adsoftheworld.com

et image. Vous pouvez en voir plus sur le website : www.normancavazzana.com/vision Vos derniers mots ? Je suis amoureux de ce modèle !

Brand : - Prada - Costume National - Helmut Lang - Gucci - Cheap Monday - G Star Raw Drink : - Ice cold Hoegaarden (no lemon). - The sweet taste of Latte alla Johan Ahlgren. - Coke-zero and plenty of it. - Julmust. DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 195


196 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 197


POLA ADDICT / Will Canel

Laisser vivre ce qui est en train de mourir.

WILL CANEL

198 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE

J

e suis né le 15 Mars 1991, à Los Angeles aux USA. Je vis actuellement à Toronto au Canada. J’ai toujours été intéressé par les vieilles choses, incluant la technologie, mais plus spécialement les appareils photo. Durant l’hiver 2007, j’ai commencé à réaliser des Polaroids, et avoir ainsi encore une chance de réaliser une forme d’art qui est en train de mourir. Je continue de photographier pour ma propre fascination mais je suis aussi un privilégié car je fais quelque chose que peu de monde peut encore faire. Je suis actuellement au Lycée et j’aimerais étudier la Photographie à New York ou Boston.


Will Canel / POLA ADDICT

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 199


POLA ADDICT / Will Canel

200 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Will Canel / POLA ADDICT

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 201


POLA ADDICT / Will Canel

202 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Will Canel / POLA ADDICT

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 203


POLA ADDICT / Will Canel

204 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Will Canel / POLA ADDICT

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 205


POLA ADDICT / Will Canel

206 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


Will Canel / POLA ADDICT

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 207


SUBSCRIPTION / InDTWeTrust

SUB SCRIP TION 208 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


InDTWeTrust / SUBSCRIPTION

Restez à l’Avant-garde en devenant Membre du Magazine Digital Temple. Pour être tenu informé de la sortie d’une nouvelle Issue, de l’actualité du Design et de l’avancée de Digital Temple, il vous suffit de vous inscrire en envoyant un email à : indtwetrust-subscribe@digital-temple.com YES, IN DT WE TRUST.

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 209


NEXT ISSUE / 1 year.

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE FETE SES

1AN

210 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


NEXT ISSUE

1 year. / NEXT ISSUE

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 211


REQUEST / Digital Temple Magazine

212 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


RE QUEST

Digital Temple Magazine / REQUEST

Contact

Si vous désirez entrer en contact avec le Magazine, rien de bien compliqué. Envoyez-nous un email et nous ferons de notre mieux pour traiter votre demande.

Artiste

Si vous désirez paraître dans les pages du Magazine, vous pouvez nous adresser une demande par email. Nous regarderons attentivement votre dossier.

Rédacteur

Que vous ayez envie de rejoindre l’équipe, que vous ayez un don en écriture, que vous ayez publié des romans et qu’ils soient devenus des Best Sellers, on peut peut-être faire quelque chose pour vous. Sinon, il vous reste toujours les mots croisés.

dtmagazine@digital-temple.com

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 213


2009 / See you

Allez, on se claque les bises, Bonnes Fêtes de fin d’année à vous !

SEE YOU IN 2009 214 | DIGITAL TEMPLE MAGAZINE


See you / 2009

DIGITAL TEMPLE MAGAZINE | 215


THANK you

DIGITALTEMPLE www.digital-temple.com


DIGITAL TEMPLE Magazine | #4 Issue : SUEUR / SWEAT.