Page 1

Nr. 45

Magazine

AD 2018 Lausanne


Préface Chers jeunes parlementaires, chères jeunes parlementaires,

Impressum Rédaction Sheila Glasz Images FSPJ Mise en page Fanny Geiser Éditeur Fédération Suisse des Parlements des Jeunes FSPJ Seilerstrasse 9 3011 Berne info@youpa.ch 031 384 08 03

Il est difficile de croire que le comité d’organisation est resté totalement détendu à l’approche de la manifestation annuelle la plus importante de la FSPJ. Car même si le comité d’organisation était paré à toute éventualité, les « surprises » de dernière minute que l’on pouvait attendre (incendie du lieu de la manifestation, manque de personnel ou encore inscription spontanée à l’AD) ne sont pas arrivées et la 24e édition de l’AD a pu commencer sans problème. Oui enfin, presque, si on oublie que le retard de plusieurs participant-e-s et collaborateur-trice-s a empêché l’assemblée plénière de commencer à l’heure. Retard ou pas, la FSPJ avait une tonne de choses à annoncer ce samedi-là. Nous sommes fiers d’être une association qui grandit sans cesse, comme nous vous l’avons montré lors de l’AD avec de magnifiques chiffres. Il n’y a pas que les finances qui se portent bien : les domaines de la FSPJ et leurs offres ont pu être développées de manière importante ces derniers temps. Grâce au domaine FPP, nous nous frottons pour la première fois au domaine de la recherche, alors que le domaine Parlements des Jeunes a également pu élargir son domaine d’activités. Grâce à la nouvelle formation de direction, les jeunes occupant des fonctions de direction en politique bénéficieront d’un soutien et d’une formation professionnelle. En plus, le nombre de parlements des jeunes a pour la première fois passé la barre des 70 et, depuis l’assemblée, on compte 50 d’entre eux parmi nos membres. Il ne faut pas passer trop vite sur le fait que vous êtes vous aussi, chers et chères jeunes parlementaires, pour beaucoup dans ce succès. Votre engagement se reflète dans la société et c’est grâce à vous que nous pouvons fournir autant d’offres. Nous grandissons aussi du côté du Bureau, puisque nous sommes passés de 2 à 51 collaborateurs-trice en dix ans. Et non, la renégociation de la convention de prestations conclue avec la Confédération n’a pas de répercussions négatives sur l’emploi des collaborateurs actuels. ;-) Nouveaux collaborateurs, nouveaux parlements des jeunes, nouveaux membres et nouvelles offres ; un peu de fraîcheur arrive aussi à la communication. Comme certains d’entre vous le savent, le domaine Parlements des Jeunes a cette année lancé la marque « youpa ». Elle est notamment née du besoin de communication ciblée qu’ont les jeunes parlementaires. La marque représente l’engagement des parlements des jeunes. Ce visuel uniforme permettra ainsi de renforcer la notoriété des PJ auprès d’acteurs externes et d’en améliorer l’image. La nouvelle marque signifie malheureusement également que nous disons au revoir à notre cher Élan. Séance de rattrapage pour les nouveaux membres : l’Élan est la petite mascotte de la FSPJ et a accompagné des années durant les parlements des jeunes à leurs manifestations et dans leur travail politique. Étant donné que l’Élan n’a jamais vraiment trouvé sa place, la FSPJ a décidé le cœur lourd de s’en séparer. Mais n’ayez crainte ! L’Élan ne part pas bien loin. Sa bonne âme transparaîtra toujours dans nos offres ainsi que dans les textes d’aide de Dr Élan, qui incombent encore à Son Altesse. Nous vous souhaitons beaucoup de plaisir à la lecture du nouveau Magazine youpa ! Nous espérons vous revoir bientôt à l’occasion d’un événement de la FSPJ.

Magazine youpa


Retour sur l’assemblée plénière Après le mot de bienvenue d’Audrey Maillard, coprésidente du Conseil des Jeunes Lausanne, et le bref discours de David Payot, directeur de l’enfance, de la jeunesse et des quartiers de la ville de Lausanne, adressés pour l’ouverture de l’Assemblée des Délégué-e-s 2018, le comité a directement introduit les divers points à l’ordre du jour. Nous vous avons préparé un petit résumé des principales décisions qui ont été prises afin que vous les reteniez. Les domaines ainsi que les différentes offres qu’ils proposent ont également été présentés lors de l’AD. Le graphique suivant montre les offres pour les parlements des jeunes.

Résumé des principales décisions

La durée du mandat de deux ans pour le comité a été acceptée.

Le point suivant est venu compléter les objectifs de la FSPJ : fournir des prestations dans les domaines de la participation politique et de l’éducation civique.

L’AD s’est prononcée contre un changement de nom. La FSPJ continuera donc de s’appeler FSPJ.

L’adhésion passive a été rejetée.

Le budget, d’une valeur de CHF 3'080'117.-, ainsi que les priorités pour 2018 ont été acceptés.

Les offres pour les parlements des jeunes Soutien Brochures / Soutien de projets / Conseils / Modèles / Dossier bénévole / Fonds PJ : soutien à des projets, créations ou à la participation à des événements

Mise en réseau

easyvote

Événements / Projets

Brochures / Polittalks

Formation

engage.ch

Workshops / Formation de direction

Campagnes / Plateforme pour souhaits

Communication Travail médiatique / Newsletter / Réseaux sociaux / Soutien dans le domaine multimédia / Suivi médiatique

Les offres youpa te paraissent incomplètes ? Alors écris à patrizia.nideroest@dsj.ch ! Nous te remercions pour tes commentaires.

01/2018

3


Audrey Maillard tient le discours d’ouverture.

Caroline Bianchi reçoit son cadeau de départ de Damiano Pasquali, membre du comité.

4

Magazine youpa


d.à.g : Aziz Orfia, Audrey Maillard, David Payot et Helene Furter.

01/2018

5


Comité et CCG La FSPJ travaille dans un secteur dynamique où les changements sont monnaie courante. Elle doit pourtant faire non seulement avec des bouleversements sociaux ou politiques, mais aussi avec des renouvellements de personnel. Deux membres du comité et un membre de la CCG ont quitté la FSPJ lors de l’AD. Nous accueillons donc trois nouvelles personnalités. Vous découvrirez au fil des pages suivantes qui sont les nouvelles têtes et ce que les anciens ont à nous raconter.

Yann Faucconet Coprésident du Parlamento dei Giovani della Città di Lugano Étudiant à l’Université de Berne Ex-président de la CCG Tu as été membre de la CCG pour la FSPJ durant deux ans. Qu’en retiens-tu ? Je retiens surtout la superbe collaboration avec des personnes motivées qui veulent réellement apporter quelque chose à la participation politique des jeunes en Suisse. Pouvoir échanger avec des jeunes de toute la Suisse était également très intéressant. Il y a deux ans, pour quelles raisons t’es-tu intéressé à la CCG ? À l’époque, j’ai malheureusement dû mettre fin à mon activité de coprésident de mon parlement des jeunes en raison de mes études, mais je ne voulais quand même pas totalement abandonner mon engagement dans ce domaine. Rejoindre la CCG m’a semblé être la bonne solution. J’avais suffisamment de temps à y consacrer et je pouvais aussi y apporter mon expérience. Y a-t-il quelque chose qui t’a complètement surpris ? Honnêtement, non. Je comprenais déjà très bien les affaires de la FSPJ, car j’avais été délégué de mon PJ auparavant et que j’avais pas mal appris en participant aux Assemblées des Délégué-e-s et aux Conférences des Parlements des Jeunes. Quels ont été les premiers obstacles auxquels tu as été confronté au début ? Comment les as-tu surmontés ? Grâce à l’aide de Dominik Lamprecht, Samuel Colin et Nicola Ringele, je n’ai pas du tout eu de difficultés. Ils m’ont aidé à comprendre les procès-verbaux du comité, à en extraire les passages importants et ainsi à rester efficace. Les nombreuses abréviations des collaborateurs de la FSPJ constituent par contre un obstacle que je n’ai toujours pas réussi à surmonter…

6

Que gardes-tu pour la suite ? Quelles compétences relationnelles et techniques as-tu acquies durant tes années à la FSPJ ? Bien sûr, j’ai appris beaucoup de choses à la CCG, mais surtout à collaborer, que ce soit avec d’autres membres de la CCG, le comité ou d’autres personnes encore. Tu sembles avoir eu une expérience riche à la FSPJ. Pourquoi as-tu démissionné ? C’est vrai. Je serais bien entendu resté plus longtemps, mais j’ai commencé un travail à temps partiel au DFAE (à la revue de presse) et j’ai été élu en tant que trésorier de la Zofingia Bern, ce qui demande énormément de temps, d’attention et d’investissement… Qu’est-ce qui va le plus te manquer ? Le fait de « rester toujours informé » des décisions prises au sein de l'association ainsi que de participer de manière active au processus de décision. Mais, naturellement, surtout les gens géniaux qui sont à la FSPJ ! Qu’aimerais-tu donner à d’autres ? S’engager au sein d’un parlement des jeunes et travailler avec la FSPJ est incontestablement un travail utile grâce auquel on peut acquérir de nombreuses compétences différentes.

Magazine youpa


Caroline Bianchi Consiglio Cantonale dei Giovani Étudiante à l’Université de Zürich Fonction au comité : 1 an à la commission easyvote

Fabian Winkelmann Ancien membre du Conseil des Jeunes de Fribourg Étudiant à l’ETH Zurich Fonction au comité : 3 ans à la commission easyvote

Tu n’étais au comité que pendant une année. Pourquoi as-tu souhaité t’en retirer après si peu de temps ? Mon parcours universitaire à Zurich s'est révélé plus intensif que ce à quoi je m’attendais. J'ai reçu une proposition très intéressante et inattendue, vers la fin du mois de novembre, qui m'ouvre des portes sur le monde de la connaissance. Pour m'engager sur cette voie, je suis malheureusement dans l'obligation de renoncer à d'autres activités comme la radio, le théâtre et en tout dernier lieu la FSPJ.

Tu as été membre du comité pendant environ trois ans. Pour quelle raison as-tu décidé de te porter candidat à ce poste ? À l’époque, j’ai participé à l’Assemblée des Délégué-e-s à Schaffhouse et ça m’a pas mal emballé. Une révision des statuts était en cours et avait mené à un débat de trois heures ! J’ai ensuite immédiatement décidé de me porter candidat de manière spontanée et j’ai été élu au comité.

Est-ce que tu n’étais pas consciente de la quantité de travail ? Pour quelles raisons t’étais-tu intéressée à cette position ? Le temps est une question de choix : j’aime la politique et les projets des jeunes. Cela fait donc des années que je m’occupe et que j’investis beaucoup d’énergie et de temps dans ce domaine. J’ai commencé à 14 ans à débattre dans l’assemblée du Consiglio Cantonale dei Giovani, deux ans après j’étais dans le comité organisateur et c’est à ce moment-là que j’ai commencé à participer, en tant que déléguée, aux événements de la FSPJ. À 19 ans j’ai malheureusement dû laisser ma place au sein du comité du CCG, mais je voulais continuer à investir dans ma formation « politique », non pas en entrant dans un parti, mais en restant en contact avec les jeunes, en leur donnant la possibilité de réaliser quelque chose, peut-être aussi ensemble.

Quelle expérience retiens-tu ? J’ai vécu énormément de choses et j’ai beaucoup appris durant ces trois ans. Lorsque je suis arrivé au comité, j’ai remarqué qu’il fallait bien plus qu’une journée pour discuter de quelques statuts. J’ai compris que la FSPJ était une grosse « machine » qui fonctionnait très bien. Mais ce n'est pas toujours facile de diriger une association d'une telle ampleur. De plus, nous avons beaucoup grandi, tout comme notre chiffre d’affaires, qui a presque doublé depuis l’époque où je suis arrivé. Qu’est-ce qui te manquera ? Quand je regarde en arrière, je me rappelle les innombrables séances de comité que nous avons tenues un peu partout : nous sommes allés une fois à la montagne et une autre fois au Liechtenstein, car Florian Ramos était encore blessé et devait aller à l’hôpital. C’était des moments passionnants !

As-tu quand même pu faire de nouvelles expériences ? Lesquelles ? Travailler avec easyvote a été très stimulant : découvrir ce qui se passe dans les coulisses, prévoir et mettre en œuvre une stratégie pour aller de l’avant. J’ai aussi connu des gens que j’admire beaucoup et qui, malgré leur âge, ont déjà des compétences extraordinaires.

01/2018

7


Nouveau au comité !

Michael Kahler Président du Jugendparlament Kanton Schaffhausen Futur étudiant en aménagement du territoire / paysagisme Fonction au comité : commission youpa Est-ce que ta candidature spontanée pour rejoindre le comité a vraiment été décidée sur un coup de tête ou estce que ça faisait déjà un moment que tu y réfléchissais ? Non, c’était vraiment très spontané. Bien sûr, nous avions rigolé au Jupa Schaffhausen en disant que ce serait cool d’être au comité de la FSPJ, mais nous avions décidé de ne pas nous présenter, car nous avons déjà plein de nouveaux projets qui n’en sont encore qu’au début et que nous pensons gentiment à la retraite, c’est-à-dire à un changement de génération. Alors pourquoi as-tu décidé de te présenter ? Est-ce que tu t’es dit à un moment durant l’assemblée plénière : « hey, la FSPJ a besoin de moi ! » ? Honnêtement, ça a été un vrai coup de tête. J’ai même demandé à Ruben Schwarz, mon collègue au comité du PJ qui a aussi réalisé la superbe photo du comité affichée sur la page Facebook de la FSPJ, si je devais me porter candidat spontanément. Malheureusement, je n’étais pas à la dernière AD. J’ai donc remis en question de manière d’autant plus critique ce qui s’y est passé. De manière générale, l’assemblée plénière était plus controversée que d’habitude. Quand Nadine Burtscher a demandé s’il y avait des candidatures spontanées, j’ai pensé que je voulais mieux connaître la FSPJ pour comprendre tous les processus et pouvoir contribuer à la rendre encore plus extraordinaire. Comment aimerais-tu rendre la FSPJ plus extraordinaire ? Quelles qualités te seront utiles dans ton travail au comité ? Je suis très organisé, décidé et aussi capable d’aborder certaines thématiques. J’ai de la facilité à proposer des projets et des idées et aussi à convaincre les gens. Au fond, je peux dire que la formation de cadre que j’ai suivie à l’armée me sera aussi très utile à la FSPJ, surtout en ce qui concerne la planification et les questions stratégiques. Je suis aussi résistant au stress, ce qui me permet d’avoir un bon rythme de travail également quand je suis sous pression. Qu’est-ce que tu attends de cette fonction bénévole ? J’espère que je pourrai élargir mon réseau personnel et que je réussirai à mieux me faire entendre par la politique à Schaffhouse, que le Jupa Schaffhausen aura ainsi plus de poids pour encourager la participation politique.

8

Est-ce que tu penses qu’une telle tâche devrait aussi être rémunérée ? Non, je pense que le bénévolat est du bénévolat. C’est le pilier de notre système de milice. Il ne faut pas que les gens assument ces tâches pour de mauvaises raisons. Si on se charge d’une telle tâche, il faut s’en porter pleinement garant.

« Je suis marié à mon agenda. » À côté de ton engagement dans un parlement des jeunes, tu es aussi responsable d’unité chez les scouts, au triathlon, membre du comité des jeunes UDC de Schaffhouse et sergent-major du Geb S Bat 6/2. Comment arrives-tu à tout concilier ? Ça se goupille bien, surtout quand on veut apprécier à leur juste valeur ses amis qui, dans mon cas, sont éparpillés en Suisse. Il n’y a qu’une réponse : je suis marié à mon agenda. Malheureusement, le mariage n’est pas encore suffisamment libéral pour que ce soit officiel en Suisse... J’ai un rythme de planification précis : les rendez-vous à longue échéance, comme les séances de comité, les compétitions etc. sont toujours planifiés trois mois à l’avance ; les rendez-vous à moyenne échéance comme les rendez-vous chez le médecin, les entraînements importants, les amis qui doivent faire de longs déplacements (p. ex. deux heures) sont planifiés trois semaines à l’avance. Enfin, les rendez-vous à courte échéance, qui réduisent souvent toute ma planification à néant, comme les rendez-vous avec les amis, les entraînements etc., je les organise trois jours à l’avance. Je me prends chaque matin et chaque soir 15 minutes pour planifier les trois jours suivants.

Quelle chanson te motive à fond ? Je ne crois pas qu’il y ait une seule chanson, ça dépend de la situation et de la tâche que je dois accomplir. Quand j’ai besoin de motivation, j’écoute souvent « La femme idéale » de Ben Mazué ou « Ocean » de John Butler.

Magazine youpa


Nouveau au comité !

Nouveau à la CCG !

Elyes Hammami Président du Parlement des Jeunes de la ville de Neuchâtel Fonction au comité : commission F&A

Samuel Hasler Coprésident Jugendparlament Aargau CFC de médiamaticien / agent Service Desk IT

Qu’est-ce qui t’a poussé à te porter candidat au comité FSPJ ? Je me suis présenté au comité car je voulais tout d'abord voir comment fonctionne la FSPJ au niveau de l'organisation. Apporter mon expérience et mon idéal FSPJ tout en prenant l'expérience et l'idéal FSPJ de mes confrères et des collaborateurs.

L’année passée, tu t’es porté candidat pour l’élection au comité, mais ça n’a malheureusement pas marché. Pourquoi t’intéresses-tu désormais à la CCG ? Beaucoup de choses se sont passées depuis l’AD 2017 au Liechtenstein. J’ai notamment déménagé du Valais pour le canton d’Argovie où je suis coprésident du PJ cantonal depuis 2018. Je n’aurais donc jamais pu trouver le temps nécessaire à un mandat au sein du comité de la FSPJ. Jusqu’à l’AD 2017, je ne comprenais pas non plus très bien ce qu’était la CCG et ce qu’elle faisait. Ce n’est qu’au cours de l’année que j’ai peu à peu appris quel est son objectif et à quel point elle est importante. Je pouvais alors toujours plus me familiariser avec le rôle de la CCG. Plus tard, lorsqu’un ami m’a conseillé de me porter candidat, c’était fait.

Quelles qualités ou laquelle de tes expériences te seront utiles dans ton travail au comité ? Je pense être quelqu'un d'assez conciliant. Je n'aime que très peu les solution toutes noires ou toutes blanches. Je préfère que nous (ceux qui seront concerné par une décision) essayions de trouver une solution qui, certes, ne conviendra jamais à 100% pour tous mais qui ne défavorise pas un groupe d'individu plus qu'un autre. Quelle chanson te motive à fond ? La chanson qui me motive le plus doit être "deviens génial" de -Vald- parce qu'elle transmet l'idée que nous devons devenir puissant sans pour autant prêter attention au regard des autres qui peut être mensonger. Cette musique me donne de l'espoir car je suis persuadé que je suis entouré de personne géniales et non des personnes qui veulent m’influencer dans le mal. Quelle citation pourrait représenter ton engagement en politique ? « Nous n'héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants » Ça veut dire que nous ne pouvons pas faire ce que nous voulons de notre terre (et de notre société) car nous sommes tous responsable de l'état dans lequel nous allons rendre ce qui ne nous appartiens pas à nos enfants.

« J’aimerais faire partie de ces jeunes qui font bouger les choses dans ce pays. » Quelle est la raison la plus importante qui te pousse à t’engager bénévolement ? J’aimerais faire bouger les choses. Je vois de plus en plus de jeunes bénévoles monter un projet en partant de rien et j’aimerais faire partie de ces jeunes qui font bouger les choses dans ce pays. Quelles qualités ou laquelle de tes expériences te seront utiles dans ton travail à la CCG ? Ma formation de médiamaticien pour sûr, mais l’expérience que j’ai de différentes associations et positions peuvent aussi m’aider. Par exemple le travail au sein du comité du Jupa Wallis, ma fonction de coprésident au Jupa Aargau, la collaboration au Forum et dans le comité d’organisation de la Session fédérale des jeunes, mais aussi mon expérience en tant que secrétaire et responsable Marketing/IT au Theaterfreunden, en tant que trésorier au sein de mon parti local ainsi que ma participation au groupe de création du Parlement des Jeunes national. Quelle chanson te motive à fond ? L’hymne valaisan ;-)

01/2018

9


L’ex-coprésident Oscar Jacot était aussi présent !

Remise des médailles pour le quiz musical.

10

Magazine youpa


A.O et A.B étaient responsables de la visite guidée.

C.B a enfin le temps pour son hobby préféré – danser! Repas du soir avec vue magnifique !

01/2018

11


Eux, ce sont les « nouveaux » Lors de l’AD, les membres de la FSPJ ont accepté l’adhésion de trois nouveaux parlements des jeunes. Nous les avons examiné attentivement et avons interviewé leur président ou présidente pour en savoir plus quant à l’origine, à l’état actuel et aux perspectives de leur PJ.

Consiglio Giovani Biaschesi : « Innovant, révolutionnaire et jeune. »

Ambra Moro Présidente du Consiglio Giovani Biaschesi Comme est né le Consiglio Giovani Biaschesi ? La commune a invité tous les jeunes du village à une rencontre en juin afin qu’ils participent au projet. Depuis septembre, huit jeunes se réunissent régulièrement pour faire avancer différents projets. Combien de membres sont aujourd’hui actifs au sein du PJ ? Comment avez-vous touché les membres potentiels ? Le PJ compte environ 40 membres actifs, non seulement dans la commune mais également dans toute la région. Nous l’avons promu par bouche-à-oreille, avons envoyé des e-mails à des personnes déjà intéressées et, finalement, nous avons envoyé une lettre informant sur la première assemblée générale afin que les jeunes puissent nous rencontrer. Comment peut-on imaginer les membres du PJ ? (D’où viennent-ils et quels sont leurs intérêts ?) Nous sommes un groupe hétérogène de jeunes âgés de 17 à 21 ans ayant tous grandi dans la région. Il y a aussi bien des étudiants que des jeunes déjà dans le monde professionnel et nous avons des intérêts très divers (football, littérature, cinéma, art, musique). Comment en êtes-vous arrivés à rejoindre la FSPJ ? C’est Daniel Mitric qui a présenté la FSPJ lors de la création de notre conseil. De quelle manière la FSPJ vous a-t-elle aidés à créer le PJ ? Elle nous a rendu davantage visible au niveau communal mais également au niveau cantonal. Des jeunes de toute la région nous ont ensuite soutenu et ont travaillé avec nous.

12

Qu’espères-tu pour le parlement des jeunes ? Nous aimerions que les jeunes s’intéressent davantage à ce que Biasca peut offrir et nous voudrions les initier à des thèmes de société.

« Nous écoutons les idées qu’ont les jeunes. » Avez-vous déjà des projets concrets de prévu ? Oui, nous voudrions lancer un cinéma en plein air et un centre de jeunesse où les jeunes pourraient se retrouver, mais qui seraient aussi ouverts à un plus large public. Que faites-vous pour ne pas perdre vos idées ? Nous écoutons les idées qu’ont les jeunes. Décris ton PJ en 3 mots ! Innovant, révolutionnaire et jeune. Dans quels domaines le PJ aimerait-il s’engager ? Dans l’animation, la culture, le sport et bien d’autres domaines encore. À quelle fréquence se réunit le PJ ? Nous nous réunissons une fois par semaine en plus des trois assemblées plénières organisées par année. Comment sont réparties les tâches au sein du PJ ? Les tâches sont réparties en fonction des qualifications et des intérêts des membres.

Magazine youpa


Formum Giovani del Locarnese : « Débats, échanges et plaisir. »

Camilla Naiaretti Coprésidente du Forum Giovani del Locarnese (FGL) Comme est né le parlement des jeunes ? Le projet a été développé par Daniel Mitric, qui travaille au sein de la Fédération Suisse des Parlements des Jeunes. Il a tout d’abord monté un groupe de travail composé de différents jeunes qui étaient déjà actifs en politique dans le Locarnese. Qui et combien de jeunes étaient impliqués dans la création du PJ ? En plus de Daniel Mitric, il y avait six jeunes. Certains d’entre eux avaient déjà pris part à des projets liés à la politique de la jeunesse tels que le Consiglio Cantonale dei Giovani et la Session fédérale des jeunes. Quatre des six membres du comité du Forum sont aussi actifs en politique au niveau communal. Il y a ainsi eu dès le début l’envie de mettre en place des projets régionaux qui pouvaient par la suite être présentés aux différentes communes du Locarnese. Combien de membres sont aujourd’hui actifs au sein du PJ ? Comment avez-vous touché les membres potentiels ? Malheureusement, il y a pour l’instant peu de membres actifs, sans doute car notre projet est nouveau et qu’il lui faut encore du temps pour démarrer. Nous cherchons donc à promouvoir le Forum et ses activités sur des canaux de communication et des réseaux sociaux tels que Facebook et Instagram.

« Le FGL devrait avant tout permettre aux jeunes de pouvoir s’exprimer librement et les encourager à mettre en place des projets qui peuvent se révéler être un avantage pour toute la région. » Comment peut-on imaginer les membres du PJ ? (D’où viennent-ils et quels sont leurs intérêts ?) Jusqu’à présent, la majorité des jeunes qui participent aux rencontres du Forum Giovani del Locarnese sont des gymnasiens et gymnasiennes encore mineurs qui sont motivés à découvrir les « affaires publiques » et à devenir membres. Le principal objectif du FGL consiste à encourager la participation des jeunes dans la vie politique, des débats et des discussions. Le FGL aimerait organiser un forum de discussion à l’occasion de laquelle les jeunes pourraient échanger des idées et discuter de différents thèmes, mais aussi de la politique régionale.

01/2018

Qu’espères-tu pour le parlement des jeunes ? J’espère principalement que les jeunes de notre région entreront en contact avec le projet et seront conscients de la chance que leur offre le FGL. Le Forum Giovani del Locarnese offre aux jeunes leur propre espace dans la société ainsi que la possibilité d’exprimer leurs idées et de mettre en place des projets pour les jeunes. Ils pourraient aussi avoir des retombées positives sur toute la région. Le principal but du FGL est de donner une voix aux jeunes et de leur faire comprendre qu’ils représentent l’avenir et qu’ils doivent être préparés à tenir ce rôle. Avec le PJ, que voulez-vous réaliser ? Le FGL devrait avant tout permettre aux jeunes de pouvoir s’exprimer librement et les encourager à mettre en place des projets qui peuvent se révéler être un avantage pour toute la région. Nous espérons que nos futurs projets seront pris en compte par les politiciens et politiciennes locaux et, par la suite, mis en œuvre. Décris ton PJ en 3 mots ! Débats, échanges et plaisir. Dans quels domaines le PJ aimerait-il s’engager ? Le Forum Giovani del Locarnese aimerait surtout mener des projets qui concernent les jeunes et la région, c’est-à-dire par exemple la mobilité publique, le sport, les loisirs, mais aussi des thèmes plus compliqués tels que la politique communale. À quelle fréquence se réunit le PJ ? Jusqu’à présent, nous avons eu deux séances en plus de celle constituante. Il y avait à chaque fois environ un mois et demi entre les séances. Comment sont réparties les tâches au sein du PJ ? Le FGL se compose d’un comité avec deux coprésidents, deux vice-présidents, un secrétaire ainsi que certains membres actifs qui ont collaboré au projet depuis son début. Les tâches ne sont pas réparties de manière claire, car nous n’avons pas encore travaillé sur un thème précis.

13


Conseil des Jeunes du District de Nyon : « Régional, dynamique et engagé. »

Combien de membres actifs compte-t-il maintenant ? Comment avez-vous atteint les membres potentiels ? Nous comptons plus de quarante membres dont une vingtaine constituant le « noyau dur ». Pour recruter des membres, nous passons par une publicité plus ou moins discrète sur les réseaux sociaux ainsi qu'une ouverture au plus large public de nos assemblées plénières. Ceci permet aux jeunes souhaitant se faire une idée sur le CDJ Nyon de venir nous voir directement sans devoir forcément participer. Il est vrai également que le bouche à oreille fait beaucoup. Les parents lisant dans les journaux régionaux des informations sur nos différents projets ont aussi contribués à faire connaître le CDJ Nyon à leurs enfants.

Alexandre Legrain Coprésident du Conseil de Jeunes du District de Nyon Comment est né le PJ ? Nous sommes huit jeunes du district de Nyon à nous être réunis afin de discuter de la mise en place d'un PJ à l'échelle régionale. C'était en novembre 2015. Pour montrer aux politiciens et politiciennes que les jeunes souhaitaient avoir une structure participative à leur niveau, nous avons organisé une "soirée forum" durant laquelle une soixantaine de jeunes âgés entre 14 et 20 ans sont venus de tout le district pour débattre en petits groupes de différents sujets (sport, écologie, etc…). A la fin de la soirée, nous nous sommes réunis pour voter les différentes propositions faites. Neuf d'entre elles ont été acceptées et transmises aux communes de l'ensemble du district. C'est finalement le 19 septembre 2017, après une campagne de communication intense, que le CDJ Nyon s'est fondé. Nous étions environ vingt-cinq au début, nous sommes maintenant plus de quarante. Combien de jeunes ont participé à la création et qui a été impliqué ? Huit jeunes ont été impliqués dans la création du PJ. Sur les huit jeunes, sept se sont rencontrés au sein de la Commission de jeunes du canton de Vaud. Puis, Damien Richard, déjà intéressé par la création d'un PJ au niveau régional depuis quelques années, nous a rejoint.

14

Comment peut-on imaginer les différents membres du PJ ? (D’où viennent-ils et par quoi sont-ils intéressés ? Les jeunes membres du district représentent assez bien les différents parcours de formation possibles: gymnase, école de culture générale, apprentissage, etc… Les âges sont également bien représentés étant donné que nos membres ont entre quatorze et vingt-trois ans. Devant avoir entre quatorze et vingt-cinq ans pour devenir membre du CDJ Nyon, les tranches d'âges sont vraiment bien représentées. En ce qui concerne leurs intérêts, la plupart s'intéresse à des projets concrets plutôt qu'à des prises de position politique, même si pour certains sujets comme, par exemple, les transports publics, nos jeunes se mobilisent largement. Qu’espères-tu pour ton PJ ? J'espère que le CDJ Nyon pourra profiter d'une aide financière plus importante à l'avenir. Actuellement, le conseil régional (parlement du district de Nyon) nous accorde 12'000 francs par an pour une période de trois ans. Cela représente donc 36'000 francs au total. Malheureusement, au lieu de nous verser l'argent directement, nous devons fournir mille et une pièces justificatives alourdissant considérablement notre administration. Nous n'avons également pas le droit d'utiliser plus de 10% du budget pour nos frais de fonctionnement (soit 1'200 francs). Ainsi, j'espère que le CDJ Nyon aura plus d'argent et de façon plus accessible qu'en ce moment. Avez-vous déjà prévu des projets concrets ? Nous avons participé aux événements OFF des Assises européennes de la transition énergétique durant lesquels nous avons organisé un Speed Debating. Nous avons également mis à disposition, en collaboration avec la Ville de Nyon, une salle de révision pour les étudiants, gratuite, disposant de micro-ondes, les week-ends, vacances et jours fériés entre 08h00 et 23h00. Décris ton PJ en 3 mots ! Régional, dynamique et engagé.

Magazine youpa


Le nouveau comité : d.à.g : Dominik Scherrer, Damiano Pasquali, Giorgio Tresoldi, Florian Ramos et Damien Richard, Nadine Burtscher, Cathrine Liechti, Elyes Hammami et Michael Kahler.

La nouvelle CCG : d.à.g: Fabian Gürtler, Matthias Ackermann, Samuel Hasler et Olivier Menghini.

01/2018

15


Prochains événements pour les PJ : 16.06.2018

Échange Estival

29.-30.09.2018

Formation de direction Jeunesse + politique,

module 2

Partie 1

26.-28.10.2018

Conférence des Parlements des Jeunes CPJ

08.-09.12.2018

Formation de direction Jeunesse + politique,

module 2

Partie 2

mit den Angeboten avec les offres con le offerte

Magazine youpa AD 2018  
Magazine youpa AD 2018  
Advertisement