Issuu on Google+

LIBERATION.FR 13 juillet 2010 ESJ-Bondy: une promotion «qui viendra apporter un regard différent sur la société» INTERVIEW - Un an après le lancement pour les étudiants boursiers d’une classe prépa gratuite aux concours des écoles de journalisme, le directeur de l’ESJ- Lille Bondy, Nordine Nabili, se réjouit du taux de réussite de ses élèves. Par CELINE BLAMPAIN La classe préparatoire «Égalités des chances» a été lancée il y a un an. Avez-vous obtenu les résultats escomptés? Pour nous, le bilan est fabuleux. Sur 20 élèves, tous issus de familles modestes, 12 ont réussi les concours des écoles de journalisme, soit un taux de réussite de 63 %. Ils ont été admis dans des établissements comme l’ESJ Lille (cinq étudiants), le Centre de formation des journalistes (CFJ) de Paris (deux étudiants), l’Institut pratique du journalisme (IPJ) de Paris (deux étudiants), l’Institut de journalisme de Bordeaux Aquitaine (deux étudiants) et le Centre universitaire d’enseignement du journalisme (Cuej) de Strasbourg (un étudiant). Leurs résultats nous ont beaucoup impressionnés. Au cours de cette année de préparation, quelles difficultés avez-vous rencontré? La principale difficulté, pour eux, a été maintenir la constance dans l’effort. Ils ont dû suivre trois semaines de cours à Lille, trois semaines à Bondy puis une préparation à distance de deux fois six semaines via internet. Les étudiants devaient cumuler cette formation avec leurs cours à la faculté et pour la plupart, un job pour payer leurs études. Il a donc fallu maintenir éveillés leur motivation et leur enthousiasme. Cela n’a pas été simple. Ceux qui ont réussi ont effectué un travail gigantesque. Mais c’est vrai qu’avant l’annonce des résultats, on ne savait pas du tout à quoi s’attendre, on avait juste la conviction qu’il fallait faire bouger les choses. Justement, pourquoi avez-vous lancé cette classe prépa? Y a t-il vraiment un manque de diversité sociale dans les rédactions? Oui je pense qu’une partie de la crise des médias s’explique par la composition des équipes. La presse écrite, les radios ou télévisions ne ressemblent pas à la société qu’ils ambitionnent de comprendre et de décrypter. Les bons étudiants boursiers ont tendance à se fermer l’accès aux écoles parce qu’il faut beaucoup d’argent. La prépa «égalité des chances» prend en charge leurs déplacements, hébergement et frais d’inscription pour passer les concours en 2011. Les rédactions, quant à elles, ont intérêt à s’ouvrir à ces profils qui viendront apporter un horizon, une culture et un regard différent sur la société. On voit bien que la presse parle mieux des femmes depuis qu’il y a des femmes dans les rédactions. Aujourd’hui, il est temps que les médias français reflètent la rue. Notre objectif est de recruter 20 nouveaux étudiants et de montrer que les résultats de cette année n’étaient pas un miracle. http://www.liberation.fr/medias/0101646865-esj-bondy-une-promotion-qui-viendra-apporterun-regard-different-sur-la-societe


article-Liberation-2010-07-13