Page 1

P Restaurant Salons PrivĂŠs Beaux Arts

Dossier de presse Printemps 2013 version 4


P

1728 Hôtel Mazin La Fayette 8 rue d’Anjou, 75008 Paris +33 (0)1.40.17.08.43 e-mail : 1728@1728-paris.com www. 1728-paris.com

Contact Presse : Jean François Chuet Mobile : +33 (0)6 09 92 59 42 Fax : +33 (0)1 42 65 53 87 E-mail : jf.chuet@yahoo.fr Privatisations : Paloma Bovenga +33 (0)1.40.17.08.43 e-mail : 1728@1728-paris.com

Le 1728 est ouvert du lundi au vendredi pour le déjeuner et le dîner Le samedi pour le dîner Réservation conseillée au +33 (0)1 40 17 04 77 Les photos sont libres de droit, elles sont téléchargeables sur : http://www.restaurant-1728.com/presse-content-fr.html Mot de passe de la section Presse : 1728PRESSE2012

2


Un lieu unique à Paris... ... dans les salons restaurés de l’Hôtel Mazin La Fayette, édifié en 1728, un espace dédié à la cuisine inventive, aux vins d’auteurs, où l’objet de collection, la peinture, la sculpture et la musique se tutoient...

3


Un lieu chargé d’histoire Edifié en 1728 par Antoine MAZIN, célèbre architecte du Roi Louis XV (l’Hôtel Matignon, l’Hôtel de Charost, le Passage du Dragon,…) l’HÔTEL MAZIN LA FAYETTE fut l’une des demeures célèbres du Faubourg SAINT-HONORÉ au 18ème puis au 19ème siècle. Chaque salon du 1728 porte le nom d’un Hôte prestigieux : Madame de POMPADOUR, LA FAYETTE… Le très célèbre « Héros des deux Mondes » fut visité dans ces murs comme un monument. Il vécut là les 7 dernières années de sa vie partagé entre son château de Lagrange en Seine et Marne et la rue d’ANJOU. Banquiers célèbres, auteurs à succès, ambassadeurs, Pairs de France… La liste des femmes d’exception et des grands hommes qui vécurent rue d’ANJOU serait trop longue à égrener et la Cour d’Honneur remplie de leurs statuaires s’il fallait tous les nommer.

4


Une restauration du patrimoine portée par les fondateurs du 1728 Le 20ème siècle sera fatal à cet Hôtel qui sombre alors dans les désordres, l’abandon et l’absence de travaux, schéma classique à Paris pour les maisons dites de « rapport » il est divisé en de multiples lots... A la fin des années 90, l’Hôtel a perdu sont rang, il est « destroy » diraient nos amis anglosaxons qui affectionnent notre lieu. Il est même question un moment de le raser. En 1999 Jean-François CHUET et YANG Lining achètent plusieurs lots qu’ils restructurent et décident de redonner vie au grand corps malade car l’Hôtel est important avec ses 4.000 m² construits sur un grand terrain (pour le Faubourg Saint-Honoré) de 1.500 m². Lui est entrepreneur spécialiste des Introductions en Bourse et de la gestion de crise, elle est concertiste internationale et Grand Maître de Cithare classique chinoise, le GU QIN, l’instrument des lettrés depuis trois millénaires.

5


Il faudra 12 années de travaux de 2001 à 2013 pour restituer les façades, la cour d’honneur, la collection unique de mascarons, les plafonds et leurs corniches ainsi que les parquets et les boiseries des salons car une partie des lieux était devenue locaux d’archives. 10 m3 de pierres seront débitées sur place pour restaurer les façades et plusieurs années de compagnonnage seront consacrées aux éléments décoratifs intérieurs et extérieurs. Ce parcours du combattant se fera sans subventions, car si le bâtiment est heureusement protégé par la Ville de Paris, il n’est pas encore Monument Historique et le deviendra une fois le film achevé ! Aujourd’hui l’enfilade de salons a été entièrement restituée ainsi que les sous-sols. Le remembrement se poursuit dans les étages. L’aile Sud Ouest sur la rue d’Anjou voit s’achever 6 années de travaux de restauration du batiment qui devient en 2013 un boutique Hôtel.

6


News letter Histoire

Présentation de l’Hôtel Mazin La Fayette

Edifié de 1726 à 1728 par Antoine MAZIN « chevalier de l’ordre Royal et Militaire de Saint Louis », ingénieur militaire « gardien des plans Royaux et Fortifications de France », architecte, auteur de l’Hôtel de CHAROST, continuateur de l’Hôtel MATIGNON, auteur de la cour du DRAGON. Antoine MAZIN révolutionna l’architecture des bâtiments mili-taires. Il fut en son temps aussi célèbre que ses prédécesseurs LOUVOIS ou VAUBAN. Cet Hôtel fut la dernière résidence parisienne de Marie Paul Joseph Gilbert MOTIER, Marquis de LA FAYETTE, héros des deux mondes, prosélyte infatigable de la liberté, en Amérique au côté des « insurgents » où il joua un rôle considérable, en France dont il fut l’inspirateur de la déclaration des droits de l’homme et du drapeau tricolore de la Révolution Française de 1789, en Colombie, au Venezuela, en Equateur et au Pérou, en contribuant activement aux ressources des deux révolutions Bolivariennes, en Pologne enfin comme soutien actif de Tadeusz KÔSCIUSKO pour libérer son pays du joug Russe et Prussien. LA FAYETTE joua un rôle déterminant dans la révolution des trois glorieuses de Juillet 1830, dont il inspira la nouvelle constitution. Le « tout monde » le visita dans cet Hôtel où il rendit son dernier soupir le 20 Mai 1834 à 77 ans. Son buste mémorial modelé en 1829 par David D’ANGERS sera prochainement dressé dans la cour d’honneur. A l’issue d’un programme de restauration de 12 années 2001/2013, l’Hôtel sera restitué et entièrement restauré. Dans la tradition boutiquière du Faubourg Saint-Honoré depuis le 18ème siècle, l’HÔTEL MAZIN-LA FAYETTE est à usage mixte avec : - Les salons du , Restaurant, Salons privés, Beaux Arts pour le Rez-de-chaussée surélevé qui est ici l’étage noble. 7

- l’Hôtel MARQUIS FAUBOURG SAINT-HONORÉ, avec ses 15 suites de luxe. - le siège de Banque du CIC IBERBANCO et son Agence (en travaux) ainsi que 5 appartements résidentiels en étage et le siège du Fonds de Dotation HÔTEL MAZIN-LA FAYETTE 1728.


un concept novateur pour porter le projet des fondateurs N’ayant pas de fortune personnelle à consacrer à la restauration de l’Hôtel, il fallait une idée novatrice pour faire vivre à nouveau ce lieu. Jean-François CHUET (www.jfchuet.com) et YANG Lining (www. yanglining.com)sont passionnés par les Beaux-arts et la Musique. Ils aiment tous les deux les vins d’auteurs, la cuisine inventive et voyageuse. Les ingrédients de base sont là, ce sera donc le , espace dédié aux collections 17ème et 18ème Françaises et Italiennes, la restauration de luxe en réponse au Faubourg Saint-Honoré, la musique classique chère à YANG Lining, une cave rare et célèbre, hymne aux grands créateurs de vins. Le concept a un coût d’investissement élevé, d’autant que les Fondateurs portent les murs, mais les résultats sont au rendez-vous et déjà plus de 400.000 hôtes ont défilé dans les salons du 1728 depuis sa création en février 2001.

8


un lieu dédié a une clientèle Française et Internationale en quête d’espaces vrais et authentiques Le lieu est bien sûr en osmose avec le Faubourg Saint-Honoré. Politiques, diplomates, financiers, avocats, entrepreneurs, créateurs, communicants… se retrouvent à l’heure du déjeuner dans les salons du 1728. Les soirées sont plus internationales : esthètes, couples romantiques, tablées cosmopolites au carrefour de l’Europe, de l’Asie et des Amériques. Les nord et les sud Américains viennent pour La Fayette, les italiens, les anglais et les japonais pour les Beauxarts… Chacun trouve là son centre d’intérêt au carrefour du luxe, de la finance, de l’entreprise et des affaires en général. A Tokyo ou Pékin, Londres ou Milan, le 1728 est souvent cité comme le « lieu à visiter » du Faubourg Saint-Honoré. Dénominateur commun de ces clientèles, elles font aujourd’hui partie du cercle des « aficionados » du lieu et sont la base d’un socle puissant de notoriété et d’image.

9


le choix de la restauration de luxe inventive et voyageuse A la fin des années 70, Jean-François CHUET est proche et ami de grands créateurs de bouche. Très naturellement les recettes de l’étage (les Fondateurs résident dans l’Hôtel) descendent en cuisine lorsque le 1728 ouvre ses portes en février 2001. Filet de Boeuf à la gravlax mariné 36 heures, Tartares de Thon ou de Boeuf coupés au couteau et justement assaisonnés… seront la première marche autour des beaux produits issus des belles maisons auxquelles le 1728 est resté fidèle. Au fil des années, ces recettes maison s’enrichissent d’un premier partenariat avec GAO Lin, Chef pékinois ayant fait ses classes à Tokyo et passionné par les cuisines japonaises. Puis c’est le tour de Géraldine RUMEAU. Elle apporte sa touche féminine, sa passion du produit frais, son terroir qui donnera naissance à un grand classique, notre foie gras mariné mi-cuit maison. Géraldine Rumeau apporte sa compétence pour les beaux poissons, l’agneau, le cochon… et une diversité de modes de cuisson (cocotte, poêle, four…), car nous étions trop plancha et vapeur. Notre Chef propose aujourd’hui une carte créative renouvellée 6 fois par ans. Le menu affaire du déjeuner innove lui chaque jeudi. Le regard sur le monde reste celui des épices, des process, des saveurs du voyage car notre lieu est multiculturel comme il l’était déjà au 18ème siècle (L’Histoire de La Fayette s’écrit en Virginie, mais aussi en Guyane, en Colombie et au Venezuela avec son ami Simon Bolivar). Cette quête de belles saveurs se poursuit lors des voyages des fondateurs et du chef dans les provinces de Chine, en Malaisie, au Cambodge, dans les îles indonésiennes…

10


11


la passion des vins d’auteurs

Jean-François CHUET aime les vins d’auteurs et les nouveaux créateurs. La carte de plus de 200 références est le reflet de cette passion où les belles étiquettes classiques côtoient des vins étonnants, rares et frisant parfois le sublime comme ces champagnes d’Anselme SELOSSE, ces coulées de Serrant de Nicolas JOLY, ces coteaux du Vernon de chez VERNAY en Condrieu, cette Petite Sibérie en grenache noir signée Hervé BIZEUL ou ces POMMARD et GEVREY-CHAMBERTIN de Philippe PACALET. Les caves voûtées du 1728 peuvent accueillir plus de 10.000 bouteilles ce qui est un atout pour les primeurs qui attendront patiemment d’être bus à leur maturité.

12


un espace dédié aux collections muséales Le début du 18ème siècle correspond à l’Europe des Beaux-arts, les styles des Cours d’Europe se côtoient et se croisent de Naples à Saint-Pétersbourg. Antoine MAZIN puis les familles de banquiers MARQUET de BEAUREGARD et leurs successions MARQUET de MONTBRETON ne dérogent pas à cette passion européenne au 8 de la Rue d’ANJOU, où sont toujours exposés des statuaires et tableaux réunis par ces esthètes et rachetés depuis à la corpopriété par les fondateurs du 1728. Aujourd’hui les tableaux des Maîtres Italiens du 17ème et 18ème côtoient les Maîtres Français ou de l’École du Nord : Jacopo CESTARO, Pietro DANDIDI, Bartolomeo MANFREDI, Raphael DONNER, David D’ANGERS, Alexis GRIMOU, Jacob de WIT, Annibal CARRACCI... Le mobilier russe et vénitien côtoient les meubles anglais et florentins. Les collections d’archéologie chinoise rares et précieuses voisinent avec les objets de collection du voyage.

13


Touches après touches, les salons du 1728 renouent avec cette tradition de l’ouverture au monde qui caractèrise le Grand Siècle. Les tableaux de Maîtres surplombent les tables, les objets de collection sont disponibles pour les yeux et le toucher « car la caresse du beau ennoblit l’âme » pour citer Voltaire dont un buste de l’atelier Houdon trône sur l’une des trois grandes cheminée. Certains statuaires ont une histoire comme ce buste de La Fayette en bronze dont la terre fut modelée dans les salons de l’hôtel par son ami David D’ANGERS en 1829, le marbre est exposé aujourd’hui dans la Salle des Congrès à Washington D.C. LE FONDS DE DOTATION HÔTEL MAZIN-LA FAYETTE 1728 (www.hotelmazinlafayette.com) est aujourd’hui le levier de ces collections et le support pérenne de cette belle histoire qui devra se poursuivre au futur avec les générations montantes.

14


News letter collection

Sur les pas d’Annibal Carracci

Notre Fonds de dotation HOTEL MAZIN LA FAYETTE 1728 a fait l’acquisition d’un tableau grand format 112/200 présenté à la vente comme une Ecole Bolonaise du 17ème suiveur d’Annibal CARRACHE et après expertise, contemporaine du maître. Cette toile a fait l’objet d’une restauration importante par Isabelle CLEMENT. Nous sommes dans la période romaine d’ ANNIBALE CARRACCI et plus spécifiquement en 1602 comme l’attestent plusieurs documents d’archives. Notre tableau reprend en version habillée les dessins de CARRACCI réalisés pour la composition du Palais FARNESE du nom du protecteur de CARRACCI à ROME. La toile du palais FARNESE est aujourd’hui au musée Condé à CHANTILLY. Le maître entretenait à ROME un véritable atelier avec souvent plusieurs versions de la même commande. CARRACCI restait également en étroite relation avec son frère Agostino et son cousin Ludovico cofondateurs avec Annibale de la fameuse académie Bolonaise qui vit défiler sur ses bancs L’ALGARDE, Le DOMINIQUIN, RENI et bien d’autres peintres fameux de cette période. S’agit-il d’une toile d’école, d’une commande habillée de la Venus endormie ? Les recherches entreprises nous permettront de mieux situer et attribuer cette toile superbe au dessin très fin qui rejoint avant le CESTARO restauré, le DANDINI et le sublime «Joueur d’échec» daté de 1600. Ces acquisitions confortent les ambitions muséales de notre Fonds de dotation et par là même, la vocation de lieux d’exception dédiés aux Beaux Arts qui est celle du 1728. 15


La quête du nombre d’or Antoine MAZIN voulait que son Hôtel soit achevé en 1728. Architecte, mathématicien, il est comme beaucoup de ses contemporains, passionné par la quête des proportions parfaites et du nombre d’or. 1728 le satisfait car il est le produit de 12 x 12 x 12 ! Les douze colonnes du temple de Salomon qu’il reproduit dans la salle d’armes de l’Hotel MAZIN MAZIN LA FAYETTE. Il en sera de même pour les salons dont les volumes ambitionnent la proportion parfaite. Aujourd’hui 1728 est plus qu’un lieu, c’est une marque dont la notoriété s’élargit chaque jour un peu plus en Europe et en Asie notamment. Les Fondateurs préparent pour l’hiver 2014 une première collection autour des accessoires de mode issus de nos oeuvres détenues en propre. L’objectif est aussi d’exporter le concept en Europe bien sur, mais surtout en asie dans des lieux chargés d’histoire à restaurer.

16


un lieu recherché par les créateurs, les grandes marques du luxe et les événements corporate CARTIER - HERMÈS - VUITTON - L’ORÉAL - CHANEL CHLOE et bien d’autres… organisent ici des événements Presse, prises de vues, des cocktails ou dîners privés. Les grands Cabinets d’Avocats internationaux, les Sociétés du CAC 40… choisissent le 1728 pour des dîners de gala ou des événements à thèmes. Mais le lieu reste sélectif et les événements rares pour respecter sa vocation première et ainsi recevoir nos hôtes privés comme s’ils étaient chez eux.

17


une visibilitĂŠ nationale et internationale dans les guides et les livres dĂŠdiĂŠs aux espaces gourmands

...

18


une marque, un lieu, des fondateurs prĂŠsents et actifs sur les reseaux sociaux www.1728-paris.com 1728.Paris

Hotel Mazin La Fayette

@1728Paris

@HotelMazin

www.yanglining.com

19

www.hotelmazinlafayette.com

www.jfchuet.com

Yang Lining

jean Francois Chuet

@YANG_LINING

@chuet1728


Hôtel Mazin La Fayette 8, Rue d’Anjou Paris 8ème - France tel : +33(0)1 40 17 08 43 www.1728-paris.com 1728@1728-paris.com @1728Paris

septembre 2013

1728.Paris


81976f68e99f678d1631172cc5b09302_dossier-de-presse-2013-BD.pdf  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you