Page 1

ETUDIANTS DE L’UNIVERSITE D’ARTOIS TRAVAUX PHOTOGRAPHIQUES 2000/2001


INTERIEUR EXTERIEUR La mémoire de la mine

artiste invitée

Jacqueline Salmon

Université d’Artois Association Destin Sensible


3


4


La loi du 26 janvier 1984 a confié aux universités une nouvelle mission, celle de promouvoir des pratiques culturelles qui relevaient jusqu'alors de la seule vie privée des étudiants. Certes, toute liberté leur est laissée d'inventer pour leur propre compte ou de fréquenter les espaces artistiques de leur choix, et cette liberté définit même le rapport à la culture. Mais le service culturel, en soutenant des projets et en proposant des ateliers, aide à construire des formes de sociabilité et d'autonomie. En effet, les ateliers suscitent des rencontres, entre étudiants et avec des créateurs, tout en permettant aux personnalités, aux imaginations, d'aller plus loin, de se découvrir. La photographie, forme " sensible " dans tous les sens du terme, semble particulièrement bien outillée pour répondre à cela. C'est la deuxième fois que l'atelier dirigé par Horric Lingenheld, expose ses travaux. Le contraste délibéré avec ceux de l'an dernier a sans doute pour effet de nous montrer l'éventail des possibilités offertes par cette forme d'expression, et de dire quelles options nous laisse l'appareil, qui n'est qu'un élément du processus créateur. Si nous revenons sur cette liberté, c'est qu'aucune loi ne forcera les gens à créer, mais qu'une loi peut être utile et nécessaire pour qu'ils se sentent davantage autorisés à voir autrement, à exercer leur regard, et à proposer les résultats de ce regard. Ce sont ces visions affranchies que nous présentons au public, invité maintenant à les recevoir aussi librement. Francis MARCOIN Vice-président chargé de la politique culturelle de l’Université d’Artois

5


Intérieur / Extérieur « Il ny a pas dinstant dØcisif. Il faut le crØer. Jai faire ce quil faut pour le voir apparatre dans mon viseur » Robert Frank En 1999 / 2000, sur les pôles Universitaires de Lens et d’Arras, nous avions travaillé sur le projet “ Identité d’un regard ”, qui définissait des personnes dans leur cadre de vie. Cette année, nous avons décidé de nous attacher aux frontières, aux ruptures d’espaces contraints, définis par ces identités, qu’elles soient culturelles, sociales ou géographiques. A l’intérieur du cadre ou à l’extérieur, un univers entre le hors champs et le centre, où s’entrecroisent les frontières comme autant d’espaces singuliers que le photographe peut révéler, préserver, dénoncer, transgresser et respecter. Le spectateur choisit et par cet acte s’engage. Il crée alors des univers plus ou moins clos avec leurs limites qu’il nous semble intéressant d’évoquer à travers un patrimoine architectural ou un espace de vie quotidien voir intime. Il s’agit d’aller à la rencontre de cette fracture, d’en explorer la résistance, d’en cerner l’identité. Cet équilibre est alors composé d’ambivalences montrant à la fois l’intérieur et l’extérieur. Il ne suffit plus de prendre parti mais d’en évaluer la portée au-delà des clichés et des apparences. Avec Jacqueline Salmon, la production des étudiants s’est engagée naturellement sur un des stigmates les plus évidents de cette région, son histoire minière et ses territoires. Ainsi, à défaut d’objectivité, les images produites évoquent la fragilité de ces différences. Le singulier n’a pas valeur d’exemple, il est construit de plusieurs visions, toutes parcellaires, affectées de sentiments, de souvenirs, reflets souvent plus sincères que la grande histoire

6


La mémoire de la mine Lors d'une rencontre à Paris à la galerie Michèle Chomette, Horric Lingenheld et Eric Miot m'ont proposé une intervention auprès d' une quinzaine d'étudiants, passionnés de photographie, dans le cadre plus ample d'un projet mené par l'Association Destin Sensible et l'Université d'Artois. Nous avons été invités par Guy Carpentier à nous installer dans ses locaux de la Maison de l'Art et de la Communication de Sallaumines. Je ne connaissais pas cette région. J'ai découvert avec émotion que nous étions là sur les lieux d'une histoire; d'une histoire, récente, violente, visible: celle de la mine. Sur le plan de la ville, nous lisions: avenue de la fosse 4, avenue de la fosse 13, rue du 8 mai 1945. Ici on ne voulait pas oublier; et si on l'avait désiré, l'aurait-on pu, lorsque le passé détermine aussi cruellement les conditions du présent ? L'idée de travailler sur la mémoire de la mine s'est imposée, même si elle pouvait paraître banale à force d'évidence, voire rebattue. La mémoire de la mine; était-elle seulement visible dans le paysage, les terrils, les architectures abandonnées; ou travaillait-elle aussi à notre insu, se dévoilant dans des photographies moins évidemment lisibles, nourries de pulsions de désirs et de refus? Horric avait déterminé un thème: Intérieur/Extérieur. Intérieur/ Extérieur des lieux? Intérieur/ Extérieur de soi? Nous avons marché dans les corons, sur les sites des anciens puits, visité des bâtiments en ruine. Guy Carpentier nous racontait, la vie d'ici, avant: le meilleur et le pire et comment cette alliance du travail et du danger était la vie. Chacun a raconté quelque chose de soi, à travers le choix d'un lieu. Des identités fortes ont émergé des tirages de lectures étalés sur les tables. J'ai voulu que le catalogue soit une œuvre collective, où les travaux des uns et des autres, choisis pour ce qu'ils avaient de plus personnel, s'enchaîneraient pour évoquer au mieux le sujet et l'atmosphère de ce stage. Jacqueline Salmon 7


8


9


12


13


14


15


16


17


20


21


22


23


24


25


26


27


30


31


32


33


34


35


38


39


40


41


42


43


44


45


46


47


48


49


50


51


Ces photographies ont été réalisées par :

52

Mélanie Auvray

p1, p42, p45

Béatrice Azan

p27, p48

Laury Buisine

p36-37, p41

Aurélie Delevallee

p28, p49

Gaëtan Drouet

p13, p 30

Emmanuel Franzin

p22-23, p29, p43

Maïtena Goral

p30-31, p51

Sylvain Jazdzewski

p3, p20-21, p24

Abdelkader Lahouel

p16-17, p44

Fatima Lamheni

p 8-9

Sylvie Lefebvre

p 18-19, p53

Gaël Leroy

p 10-11, p34, p46-47

Perrine Marck

p31, p33

Lucie Miquet

p35

Aurore Valverde

p14-15, p25

Olivier Weingartner

p38-39


53


Intérieur / Extérieur est une exposition réalisée par le service culturel de l’Université d’Artois Vice-président chargé de la politique culturelle : Francis Marcoin Responsable du service : Eric Miot Coordonnateur vie étudiante et associative : Sébastien Wafflart Secrétariat : Danièle Delvoye Un atelier de photographie dirigé par Horric Lingenheld, artiste, intervenant de l’association Destin Sensible avec l’aide du Mobilabo, laboratoire photo itinérant avec le concours de Guy Carpentier, directeur de la maison de l’art et de la communication de Sallaumines Jacqueline Salmon, artiste invitée avec le soutien du Ministère de la Culture Direction Régionale des Affaires Culturelles et du Conseil Régional du Nord-Pas de Calais Ouvrage édité par

l’Université d’Artois 9, rue du Temple - 62030 Arras cedex tél. 03.21.60.38.72

l’Association Destin Sensible OMJC - Ferme Dupire - 59652 Villeneuve d’Ascq tél. 03.20.41.82.28 - www.mobilabo.com Achevé d’imprimer le 20 Novembre 2001


INTERIEUR EXTERIEUR  

Atelier de pratique artistique autour de la mémoire de la mine méné à L'université d'Artois, animé par Jacqueline Salmon et Horric Lingenhel...