Issuu on Google+

Bulletin municipal ARUE

n° 22 - DÊcembre 2011


Le Maire et les élus du Conseil Municipal vous invitent à la traditionnelle Cérémonie des Voeux le Samedi 7 Janvier 2012 à 17 h 30 au Foyer Municipal. Nous comptons sur votre présence.


Le mot du Maire Dans un contexte de changement, la gestion de la vie communale impose régulièrement des adaptations. Que celles-ci soient insolites, sympathiques ou désagréables, elles sont trop souvent exécutées dans l’urgence. La réforme des collectivités territoriales, menée à la hussarde, en est le parfait exemple. Demain, peut-être, les deux communautés de communes du Pays de Roquefort et du Gabardan n’en feront qu’une. Fautil s’en alarmer ? Sur le fond je ne le crois pas. Pourtant il me semblerait raisonnable de prendre plus de temps dans l’élaboration du schéma départemental de coopération Sommaire 3 Le mot du maire 4 - 5 INFOS LOCALES Le point sur les chantiers en cours 6 ENVIRONNEMENT La forêt - La voirie 7 ACTIVITES ECONOMIQUES Earl La Lèbe 8-9 MEMOIRE Incursion dans les archives départementales 10 VIE SOCIALE « Les Arts de l’Arue » font école 11 VIE CULTURELLE Espace du Ginx La forêt d’art contemporain 12 ENVIRONNEMENT L’inauguration du sentier des lagunes 13 LOISIRS Arue : étape incontournable pour le centre équestre de Canenx

intercommunale. En effet, l’Etat nous demande, en quelque sorte, la signature d’un chèque en blanc à l’occasion d’une union arrangée pour laquelle nous connaissons encore mal le futur conjoint. A l’époque des mariages « de raison », le divorce n’était qu’anecdotique ; en conséquence, tous les espoirs nous sont permis, nous sommes ici dans un domaine où le rationnel semble l’emporter sur le sentiment … ! Ah, oui, dans cette trépidation infernale j’allais oublier ce qui, à l’évidence, est l’essentiel : bonne et heureuse année à tous. Gérard FABRE BULLETIN MUNICIPAL n° 22 - DECEMBRE 2011

14 ENVIRONNEMENT Du côté des abeilles 15 Apiculture à Arue 16-17 MEMOIRE Annette 18-19 LES ASSOCIATIONS Comité des fêtes 20 L’amicale « Lous Esbérits » ArueArue-Cachen 21-22 ARUE PRATIQUE 23 INFOS LOCALES Repas de quartier 24 Lencarue Association de gymnastique volontaire L’ADRA 25 POESIE Transhumance 26 LES ASSOCIATIONS (suite) Les arts de l’Arue - Humour 27 INFOS LOCALES Arue (Tahiti) - Le carnet Don du sang - Recette de cuisine

Directeur de Publication Gérard FABRE Comité de Rédaction Gérard FABRE Joël DUNOUAU Frédéric DUPRAT Catherine FONDEVIOLLE Louis FOURNIER Claude MALLET Secrétaire de Rédaction Corinne LABARBE Maquette Philippe FERRAN Edition Mairie d’ARUE Impression Imprimerie LACOSTE –ROQUE

3


Infos locales

Le point sur les chantiers en cours LGV Si quasiment l’ensemble des Atrébates est favorable au transport ferroviaire, beaucoup s’interrogent quant à l’opportunité d’une LGV traversant, à grand renfort d’ouvrages et de rétablissements, notre commune. A l’éclairage des positions et comportements individuels et collectifs, en particulier à travers le travail de deux associations de défense des riverains regroupant chacune plus de 100 participants, il s’avère que le « oui à la LGV mais pas chez moi » structure la pensée de chacun. Les conseils, municipal d’Arue et communautaire du Pays de Roquefort, ont, quant à eux, délibéré en faveur d’une option (H335 à l’est de l’A65) qui n’est pas retenue par RFF et rencontre l’opposition de la commune de Roquefort. Cette option semblait pourtant répondre intelligemment aux problématiques généralement invoquées. Il faut reconnaître que l’option retenue par RFF (à l’ouest de l’A65) évolue favorablement. D’une part elle se rapproche de l’A65 et, d’autre part, laisse envisager dans le cadre de l’alimentation électrique un partenariat objectif avec la commune et EDF EN pour la mise en place du projet de ferme photovoltaïque communautaire. Néanmoins, elle reste dévoreuse d’espace et provoquera d’inacceptables drames humains. Il nous apparaît que la meilleure prise en compte des sujétions dues à la mise en place de cette infrastructure sur l’ensemble des milieux reste, comme nous l’avons déjà proposé, l’enfouissement de la ligne LGV entre les communes de Roquefort et d’Arue depuis le franchissement de la D932 jusqu’à la traversée de la D926. G.F Budget communal 2011 Le budget primitif 2011 prévoyait : ■ En Fonctionnement: 383 677 euros de dépenses réelles, 575 872 euros de recettes, la différence de 192 195 euros étant virée à la section d'investissement. ■ En Investissement : 1 052 364 euros de dépenses et recettes. Ce montant inhabituellement élevé s'explique par les opérations d'envergure qui sont en cours. En premier lieu, la construction-rénovation de la mairie, le solde des travaux d'assainissement, l'élaboration du PLU, les aménagements prévus par le 1% Paysage (même s'ils ne sont pas réalisés cette C.F 4 année), etc…

Le Plan Local d’Urbanisme Le document est enfin arrêté par le Syndicat Intercommunal et le Conseil Municipal. Le dossier est actuellement et jusqu’à la fin de l’année dans les mains des services de l’Etat. L’enquête publique se déroulera de mi Janvier à mi Février 2012. C’est l’occasion idéale pour faire part de vos observations qui peuvent, si le commissaire enquêteur le juge utile, faire l’objet d’amendements. Le plan local d’urbanisme devrait être opposable au cours du premier semestre 20l2. G.F

Le Lotissement Là aussi, le dossier avance. Les appels d’offres courent de début novembre à fin décembre 2011, la commission arrêtera les entreprises attributaires début janvier 2012 et les travaux, d’une durée de 6 mois environ, devraient commencer en février. Nous lancerons bientôt la publicité pour une commercialisation immédiate. G.F

Rénovation et extension de la mairie Enfin, début Septembre, les travaux ont commencé. Ils devraient durer jusqu’au mois de Juin 2012. Ces travaux vont susciter un peu de gêne pour les usagers et les employés. De Février à Juin prochains, l’accueil et le secrétariat seront assurés dans les locaux du bar. Nous profitons de ce déménagement provisoire pour rafraîchir ce local qui nécessite des mises aux normes, en particulier dans les domaines électrique, de l’isolation et du chauffage. Courant mai, c’est Yves Quintalet qui a pris en compte la mise en place de nouvelles huisseries. Michel Labarchède, dès novembre, s’est attaqué aux travaux d’isolation avant le passage de l’électricien. Un grand merci à ces deux conseillers et à ceux qui les aident. G.F Concours des villes et villages fleuris A notre demande, le comité départemental de fleurissement nous a rendu une petite visite, le 28 juin 2011, au cours de laquelle nous avons pu le sensibiliser à notre approche durable.  choix des végétaux peu gourmands en eau et vivaces  jardin d’aromates et un composteur à la cantine scolaire  parterre de fleurs dans la cour de l’école  hôtel à insectes  fleurissement harmonieux du quartier historique du Ginx (géré par les habitantes)  prairie humide (de plus en plus rare dans nos bourgs urbanisés) Le jardin de Paulette ROQUES et les pommiers d’ Annette BEZIAT les ont aussi séduits, voilà pour les points positifs. Cependant, quelques aménagements qui ont vécu seront certainement remaniés, notamment les abords du fronton et du boulodrome. Je tiens à remercier les habitantes qui prennent soin de nos massifs et ceux qui embellissent leurs jardins privés pour le plaisir de tous. F.D


Chauffage des églises L’ancien chauffage de l’église d’Arue a été remplacé dès l’hiver 2010 par des radiateurs infrarouges. Les fidèles qui fréquentent ce lieu de culte semblent satisfaits de ce moyen de chauffage. Les bénévoles qui font le ménage et préparent les différentes cérémonies sont soulagés de ne plus avoir de problème de suie sur les autels, les murs, le sol… Nous allons installer un type de chauffage identique dans l’église du Ginx. Y.Q Bar  Le remplacement des anciennes huisseries a été effectué.  La mise aux normes du circuit électrique et le remplacement du chauffage seront confiés à des artisans. Ces derniers nous ont transmis leurs devis qui ont été approuvés lors du conseil municipal. Le chauffage retenu est un système Inverter (pompe à chaleur air/ air). Il nous reste à faire :  la mise en place d’une ventilation mécanique,  l’isolation des combles et des murs,  les travaux de peinture et finitions. Ce sont les élus, les employés municipaux, les membres des associations et les bénévoles, qui effectueront les différents travaux cités ci-dessus. Y.Q

Ruisseau du bourg : Revégétalisation des berges Après la tempête de 2009, nous avions procédé à l'enlèvement des bois tombés sur les berges et dans le lit du ruisseau. Du 21 au 25 Novembre 2011, dans le cadre d'une convention établie entre le Lycée Agricole de Sabres et la municipalité, les 19 élèves de la classe de 1ère Bac Pro « Gestion des Milieux Naturels et de la Faune » ont procédé à des plantations d'espèces locales sur les berges du ruisseau, à l'entrée du bourg. Les plants de saules, aulnes, bourdaines ont été prélevés aux abords des lagunes ,où ils sont en surnombre, pour être transplantés sur les rives du ruisseau. Un peu plus loin de la berge, des espèces plus hautes ont trouvé leur place ( noisetier, sureau,

viorne , prunellier, pommier sauvage). Les jeunes ont également posé des barrières anti-rhizomes autour du bouquet de bambous de la rive gauche, afin de contenir l'expansion de cette espèce exotique et invasive qui menace l'éco-système d'origine. Ils ont d'ailleurs arraché un grand nombre de pousses qui se répandaient dans le sous-bois. Toutes ces actions ont été suggérées puis encadrées par des professeurs du Lycée, un technicien et une paysagiste du Parc Naturel Régional , des gardes-nature du Conseil Général, et nos employés communaux. Les élèves ont ainsi trouvé un terrain d'études et de travaux pratiques grandeur nature. Remercions-les d'avoir participé à la restauration et C.F à l'embellissement de notre cadre de vie.

Assainissement collectif Inauguré le 20 mai 2011 en présence de tous les acteurs du projet (SINEL, SYDEC, commune de ROQUEFORT, Conseil Général des Landes et l’agence de l’eau Adour Garonne) le SINEL a procédé depuis au branchement des maisons au réseau.

A ce jour, une vingtaine d’habitations sont connectées. Une deuxième phase de travaux interviendra avec l’arrivée prochaine de l’éco lotissement (2012). Les habitants (concernés) désirant se relier au collectif sont priés d’en faire la faire la demande auprès du Syndicat Intercommunal du Nord- Est Landais s’ils le souhaitent. F.D Site Internet Voici plusieurs mois qu’un groupe d’élus, en partenariat avec l’ALPI, travaillent dur pour faire avancer ce projet. Nous espérons le voir aboutir dès le deuxième trimestre 2012. C.F Four Le four à pain situé au bourg va être restauré. Après consultation et conseils obtenus auprès de techniciens attachés au PARC, les employés C.F 5 communaux seront chargés de ces travaux.


Environnement

La forêt

L

a peur du scolyte a conduit les élus à effectuer une vente de gros bois situés sur des parcelles au communal du Ginx. La vente (3 407 pins et 16 poteaux) a eu lieu le 21 Avril 2011 par soumission cachetée et les 4 lots ont trouvé preneur.

Deux lots ont été vendus à l’Entreprise Logifor pour un montant de 77 391 €HT et les 2 autres lots ont été vendus à la Scierie Labadie pour un montant de 78 160 € HT. Au total, c’est donc une vente de 155 551 € pour une moyenne d’environ 34 €/m3. ■ Le nettoyage des parcelles de pins scolytés (100 hectares environ) a démarré début octobre, c’est l’Entreprise BFSA qui a remporté le marché. ■ 5,6 hectares de pins seront plantés sur la lande de Mourcaou.

Espérons que ces deux années (tempête et scolytes) soient maintenant terminées ; il est certain que cet épisode naturel laissera des traces pour les ressources à venir de notre commune. A nous maintenant d’en tirer les conclusions, essayons de garder la vocation forestière de notre commune, l’heure du reboisement a sonné, essayons petit à petit de reconstituer notre patrimoine, même si cela doit durer plusieurs années. En effet, en tant que commune « non soumise » à l’ONF nous n’avons droit pour l’instant à aucune aide de l’Etat. Nous ne demandons pas à avoir tous les avantages et toutes les subventions dont peuvent bénéficier les communes soumises, mais au minimum les mêmes aides que celles attribuées aux forêts privées (aide au nettoyage et au reboisement). Un procès sera engagé prochainement par 40 communes « non soumises », si la position de l’Etat ne varie pas d’ici la fin de l’année. Mais à ce jour la forêt attend. Que de temps perdu par la faute des technocrates …. J.D

hameau. Nous ne voyons plus des véhicules passer à plus de 90 km / heure dans l’agglomération. La VC 201 (route de Labraize) dans sa partie classée (1 065 mètres) a été refaite en bicouche par Eiffage ; la route du Barton a aussi subi un petit lifting. Profitant du nettoyage du site de la centrale d’enrobés de l’autoroute, Le ralentisseur la commune a eu l’opportunité de du Ginx récupérer quelques remorques de

gravier qui nous a permis d’arranger quelques chemins. Dommage que cette source gratuite se soit tarie trop vite, mais heureusement que nous avions tout l’équipement opérationnel (tracteur, remorque, chargeur) pour le jour J. Information voies publiques Obligation d’élaguer (parution du 15.06.2011) Le Mair e peut désor m ais contraindre les propriétaires négligents à élaguer leurs plantations ( haies, arbres, branches ou racines) empiétant sur les voies communales. Le nouvel article 2212-2-2 du Code des Collectivités Territoriales permet de procéder à l’exécution forcée des travaux d’élagage J.D

Espérons que ces années néfastes (tempête et scolytes) soient terminées

Voirie

A

6

près le pont du Téchené refait en 2010, la VC 106 reliant le Hameau du Ginx à Cachen a été enfin bitumée (en enrobé) sur la longueur située en Arue, soit 2 125 mètres (coût - 61 024 €). Cette liaison, très empruntée le matin et le soir, permet aux habitants de Cachen et Lencouacq de rallier Mont-de-Marsan en toute sécurité. Autre élément de sécurité demandé depuis longtemps et qui a été réalisé cette année, c’est le ralentisseur du Ginx. Même s’il semble un peu trop prononcé, je peux vous assurer qu’il est très efficace pour la sécurité du


Activités économiques

EARL de la Lèbe

E

ntretien avec Patrick CABANACQ P r o du c ti on a n im a l e (poulets, chapons) et végétale (maïs grains, semences et tournesols). Entreprise familiale créée par Michel CABANACQ en 1974, l’exploitation n’a cessé d’évoluer. Hier, 13 ha de maïs et 9 000 poulets par an. Aujourd’hui ,109 ha, 42 000 poulets et 4 000 chapons. En 1992, fière de ses 80 ha de terre et de sa production croissante de volailles, l’EARL (exploitation agricole à responsabilité limitée) voit le jour. Ce n’est qu’en 1996 que Patrick intègre la terre familiale. Après un passage de relais avec Michel, Bernadette et Patrick deviennent les cogérants de l’EARL. Aidée de Monsieur CLAVE Fabrice à mi-temps et de 50 saisonniers, la famille CABANACQ a le souci de développer de façon raisonnée son

Volailles élevées en liberté

Les bouchons d’amour

activité. Depuis sa création, une démarche de qualité a été adoptée. Un document intitulé « Agriconfiance » garantit de bonnes pratiques sanitaires et environnementales. La production de céréales (sans OGM) destinée à MAÏSADOUR s’est orientée naturellement vers un choix de végétaux moins gourmands en eau comme le tournesol,

Que sont-ils devenus ? Triés par les enfants de l’IME et recyclés par une société de DAX, la collecte des bouchons plastiques est toujours d’actualité. Cette initiative reste intéressante sur plusieurs points. ● un petit geste pour l’homme et un grand pas pour le handicap ● le recyclage des bouchons qui permet l’achat de fauteuils pour handicapés et de lits médicalisés ● l’initiative personnelle d’une habitante au service des plus faibles. J’invite donc toutes les personnes à continuer cette aventure solidaire, et n’hésitez surtout pas à me contacter si vous souhaitez mettre en place une action de ce type. F.D

ou vers la rotation des cultures qui limite la pression de production sur les parcelles. Un dispositif technologique qui mesure le taux d’humidité du sol et permet de gérer au mieux l’apport d’eau vient conforter cette volonté. Pour boucler la boucle, une fertilisation raisonnée est pratiquée : des apports d’engrais fractionnés « limitent les pertes dans le sol et réduisent les quantités ». Les volailles « label rouge élevé en liberté » qui gambadent en toute quiétude autour de la propriété familiale sont élevées à l’aide du maïs produit sur la ferme. Au bout d’un certain temps, les chapons et les poulets sont expédiés pour la plupart aux « VOLAILLES DE SAINT-SEVER ». Quelques-uns d’entre eux ont le bonheur de profiter un peu plus longtemps du maïs, de notre pinède pour y être affinés et ravir les plus grands amateurs du poulet jaune des Landes et du chapon « label rouge ». Alors, gourmets ou gourmands, n’hésitez pas à les savourer ! F.D EARL de la lèbe Tél: 05 58 51 45 48 E-mail: patrick.cabanacq@sfr.fr

7


Mémoire

Incursion dans les archives départementales

O

rigine de la commune d'Arue Avant la Révolution, (c'est à dire jusqu'en 1789), les communes n'existaient pas en tant que telles. On trouve par contre mention de « paroisses ». Dans la liste de paroisses de 1789, Arue , qui se situe dans le Diocèse d'Aire, est mentionnée comme « Siège de l'Archiprêtré de Roquefort », et a plusieurs « annexes », dont Saint-Pierre du Ginx et SaintJean de Guinas. Dans certains documents, Arue est désignée sous le nom de « Grande Paroisse ».

8

Pendant la Révolution Le 15 Janvier 1790, création du Département des Landes et liste des communes. Le 25 Juillet 1790, est établi le « Plan Général de la division du département pour la tenue des Assemblées Primaires ». Arue est placée dans le canton de Roquefort, 1ère section, avec Roquefort, Sarbazan, Pouydessos et Corbleu, Gachen et Guinas, Lencouacq. La plus ancienne archive municipale (propre à Arue ) est datée du 30 Ventose AN VI ( 20 Mars 1798).Il n'y avait pas encore de Maire élu, mais un responsable appelé « Agent Municipal ».Il s'appelait « Justes » (on le retrouvera plus tard comme Maire). Ce document relate l'organisation de la fête annuelle de la Souveraineté du Peuple , selon une loi de la République (voir encadré).

Nous avons gardé l'orthographe originale, sauf la lettre B que nous avons remplacée par V pour une meilleure compréhension.

Document E 14 1 D 1 30 Ventose an VI « Nous agent municipal de la commune darue sertifie Davoir publie la loy du treize pluviose an cix à hotte vois qui ordonne la celebration ànuelle dune fette de la Souvereniete du puble tous les ans le trente Ventose(ndlr:20 Mars) en consequence le dit jour ariva je declare que nous avons leve un houtel de la patrie sous larbre de la liberte et nous à havons choisi douze vieillarsts àvec chaqun sa baguette et quatre jeunes gens avec chaqun son ecriteau il son tous partis par ordre vers lautel de la patrie don il y avet un nombtre sufisant de citoyens à propositon (en proportion) des ames qui existent dans laditte commune Et tout le puble etant plasse en demy sercle autour de lautel de la patrie nous avons fait lecture de ladresse du departement et dun extrait en datte du 15 pluviose an 6eme et de ladite loy du treize pluviose

La plus ancienne archive communale d’Arue

an 6eme nous y avons ajotte une mouralle republiquaine àpres on à passe le reste de la journe dansses et puis il y a pas eu la moindre alteration de rien En foy de quoy je dresse le presan verbal avue Le trente ventose àn cixieme de la Republique francoise Justes agt mpl Si on poursuit dans l'ordre chronologique, la pièce suivante est datée du 10 germinal l an sixieme de la republique francoise (30 mars 1798 ) « à ete comence une assemble dans la fidele Eglise darue pour lelection d un agent et un adjoint à neuf heures du matin » signé par Justes agent municipal La République est menacée sur ses frontières par les armées monarchistes , elle organise la conscription obligatoire. Le 22 Floréal an VI (11 Mai 1798), le Directoire décrète l'état de guerre. Le 19 Fructidor an VI (5 Septembre 1798), la loi Jourdan décide l'enrôlement dans l'armée de tous les jeunes Français de 20 à 25 ans).


« aujourd'hui,le 25 Brumaire an VII (15 Novembre 1798), les citoyens conscrits réquisitionnés doivent se rendre au chef-lieu de canton de Roquefort le premier Frimaire ( loi du 19 Fructidor an VI) signé Laffitte adjoint Justes agent mpl » « Huit Frimaire an cept (28 Novembre 1798) avons relu la loi du 19 fructidor aux habitants àvec une sirculaire du canton de Roquefort en datte du quatre frimaire qui nous menasse danvoier trois cents hommes dans le canton aux frais des abitans signé Laffitte adjoint Justes agent mpl » Les vols et dégradations existaient déjà à cette époque, témoin cette plainte : « 13 Frimaire an cept (3 Décembre 1798) « .........je me suis transporté a la maison du cidevant propritaire darue àvec Arnaud Daroussat et Jean Martet nous àvons trouve que on avet sacage la grange et lescurie du ci devant propritaire darue premierement nous avons trouve qu on avet anleve deux portes a lescurie une sur le bas une sur le hot apres nous avons trouve a la grange que on avet volle quatre fenetres avec la ferure et les gons que on a arache............ Décidément, la conscription n'a pas beaucoup de succès, les jeunes n'ont aucune envie de partir à la guerre, alors l'administration insiste: « 24 Frimaire an VII (14 Décembre 1798):3e fois qu'ils visitent les enfants conscrits et fait lecture dune lettre de la ministration du canton de Roquefort. Nous avons fait les maginable pour les faire obeir à la loy et les perres ou maitres des Enfans non jamais rien repondu En consequence nous avons dresse lepresent berval »

Quelques jours plus tard, il n'est plus que « maire provisoire »: « cinq floreal an huit(24 Avril 1800) Justes maire provisoire »

« 9 Bentose an VIII (27 Février 1800) lettre du ministre de la guerre avec une circulaire de laministration municipale du Canton ...demande un état de tous les réquisitionais ou conscrits » Les viols existaient malheureusement aussi: « dix ventose an VIII( 28 Février 1800) Jeanne domestique au lieu de Lasbordes declare qu elle etait grosse et que Jean Lapeire son maître lavet En grosse à environ six mois » Et toujours les réfractaires à la conscription: « 25 Germinal an huit (14 Avril 1800)je declare avoir publie et affiche la lettre du prefet et de le lendemain reponse au prefet que nous n'avons pas de conscris appelles a larmee de reserve Justes maire »

Carte de Cassini XVIIIème siècle

Voici l'élection du Maire: « trente thermidor an 8 (17 Août 1800) .....................En consequense ledit Desomps et ledit Laffite onfait devans nous, maire provisoire avant sont installations de maire et adjoin ont promis fidellité a la Constitusion de l'an 8 apres quoy y sont rantres immédiatement Maire et adjoin ....... » signé « Justes maire provisoire jusque a ce maumant » « je declare avoir ressu les registres de lan huit de les mains du citoyen Justes si devant maire le trente thermidor an huit de la Republique Desomps mayre » CF & CM

9


Vie Sociale

«Les Arts de l’Arue» font école

L

'éveil de la sensibilité esthétique passe par une médiation faite de plusieurs médiateurs. Les artistes de l'association ont accompagné nos petits dans la découverte de leurs œuvres. En effet, en matière d'éducation artistique, il importe de proposer et, au fil des expositions, ce contact direct avec des oeuvres variées (peintures, photographies, sculptures, poteries, objets d'arts) ont suscité intérêt et curiosité chez nos petits gribouilleurs qui se sont essayés à l'art du portrait. En 2011, d'autres activités culturelles ont animé la vie scolaire  cinéma à Sabres (dessins animés)  spectacle de Noël à Arue pour tous les enfants du RPI  spectacle musical au café music de Mont de Marsan  18 mai, danses gasconnes à Saint Justin  10 juin, sortie au parc de la "coccinelle" . Quel plaisir de caresser et nourrir les bébés animaux , et, pour les grands, un voyage à remonter le temps au Puy du Fou (subventionné en partie par le SIVU et la Coopérative Scolaire)  24 juin, kermesse à Lencouacq (ronde des chevaliers et princesses) Ces activités ne sont possibles que grâce aux bénéfices des lotos, vente des calendriers et kermesse. Un grand merci à tous les participants et donateurs.

10

Les diverses activités de nos têtes blondes

Durant les vacances scolaires, le SIVU a entrepris plusieurs travaux pour le confort de nos écoliers :  Lencouacq : travaux d'insonorisation phonique de la cantine  double vitrage et peinture du couloir de la classe de CE  Cachen : peinture et carrelage de la salle d'activités  Arue : remplacement des arbres de la cour, fermeture du portail, drainage du bac à sable A la rentrée, nous repartons avec un effectif légèrement en baisse pour le RPI (73 élèves pour 4 classes)  En octobre, pour la semaine du goût, nous avons choisi comme thème : "les saveurs du monde" (Au cours de l'année, nous poursuivrons nos découvertes culturelles en nourrissant notre imaginaire de contes, légendes et œuvres d'art des différents continents, ouverture au monde avant les JO de 2012 .  7 novembre, au musée Despiau Wlérick de Mont de Marsan, découverte des bustes et des sculptures monumentales de ces deux artistes Landais Dominique PENE


Vie culturelle Vie culturelle

Espace Espace du du Ginx Ginx

TT

oujours autant de visiteurs sur le site du deGinx. Le oujours autant visiteurs sur leprincipal site dudeGinx. Le thème l’expothème principal de àl’exposition était la vigne, cette étaitdela bénévoles vigne, à cette occasion sition l’équipe a occasion l’équipe de bénévoles planté à l’entrée du musée un cé-a plantévenant à l’entréedudu musée cépage quartierun du page venant du quartier du « Perret » et qui a porté quelques « Perret » et qui a porté quelques raisins. En plus des outils du vigneraisins. En plus des outilsbouteilles du vigneron, quelques vieilles ron,venues quelques vieilles lebouteilles sont agrémenter tableau. sont venuesqu’au agrémenter Dommage mois ledetableau. sepDommage tembre nous qu’au n’ayonsmois pas deprisseple tembre nous n’ayons pas pris le temps de faire la vendange du temps de faire la vendange du « Domaine du Ginx ». Les éloges « Domaine du Ginx ». Les éloges ne manquent pas sur l’exposition ne manquent pas sur l’exposition dedevieux vieux outils, outils, mais mais aussi aussi sur sur l’église. Au hasard des signatures, l’église. Au hasard des signatures, voici voiciquelques quelquesextraits extraits: : «« ce ce petit petit musée vaut tous les grands musée vaut tous les grands »» « «petite petitemerveille merveille»»««musée muséeévocaévocateur des tâches paysannes teur des tâches paysannesd’autred’autrefois, fois,bravo… bravo…» »««très trèsagréable agréable enendroit surtout en famille ». droit surtout en famille ».Parmi Parmi les les visiteurs visiteurs dede cette cette saison saison 2011, 2011, beaucoup beaucoupdedepersonnes personnes de de lala rérégion gionparisienne, parisienne, des des toulousains, toulousains, desgrenoblois, grenoblois,des desgens gens du du nord nord des cyclistes,qui quis’arrês’arrênombreuxcyclistes, etetdedenombreux tent,visitent visitent mais mais nene signent signent pas pas tent, toujourslelecahier. cahier. toujours chapitre « « étrangers étrangers »» nous nous AuAuchapitre avonseueudes desvisiteurs visiteursde del’Ile l’Ilede de lala avons Réunion,mais maisaussi aussiune unedélégation délégation Réunion, de tahitiens d’Arue (prononcez de tahitiens d’Arue (prononcez Aroué)très très intéressés intéressés par par notre notre Aroué) patrimoine. (Pour ceux qui ne patrimoine. (Pour ceux qui ne lele savent pas, pas, sachez sachez que que nous nous savent avons un village homonyme à avons un village homonyme à l’autre bout du Pacifique, ville d’enl’autre bout du Pacifique, ville d’environ 8 000 habitants). viron 8 000 habitants). Merci à tous les bénévoles qui Merci à tous les temps bénévoles donnent de leur pour qui redonnent de leur temps pour remettre en état certains outils, netmettre état certains outils, nettoyer en le musée, changer le thème toyer le musée, changer le thème principal. Toute personne de la principal. de les la communeToute est lapersonne bienvenue, commune est la bienvenue, les travaux s’effectuent courant avril travaux s’effectuent courantet avril (le samedi ou le dimanche) sont (leannoncés samedi oupar le dimanche) et sont affichage sur les annoncés affichage les panneaux par municipaux ou àsur la porte panneaux municipaux ou à la porte du musée. J.D du musée. J.D

La La forêt forêt d’art d’art contemporain contemporain

Emilie Perotto et Perotto et son équipe son équipe au pied pied de au de leur œuvre ee La leur œuvre LaTeste TestededeBuch Buchà à Arue, en passant « Cœur Arue, en passantpar par « Cœur Biganos, Commensacq chaud bois Biganos, Commensacq chaud bois et Garein, les artistes et Garein, les artistes d’Aquitaine » d’Aquitaine » plasticiens Laurent FROPF, plasticiens Laurent FROPF, Sarah TRITZ, Stéphanie Sarah TRITZ, Stéphanie CHERPIN, Alain DOMAGACHERPIN, DOMAGALA et EmilieAlain PEROTTO ont LA et Emilie PEROTTO ont installé, dans la lignée du installé, dans la lignée « LAND-ART », des œuvresdu « LAND-ART des œuvres d’art contemporain», durables au d’art contemporain durables cœur de la forêt saccagée par laau cœur de de la forêt tempête 2009.saccagée Pour ce par quila tempête de 2009.c’est PourEmilie ce qui concerne Arue, concerne qui Arue, Emilie PEROTTO s’estc’est exprimée à PEROTTO qui s’est exprimée travers « Cœur Chaud Bois à travers « »Cœur Chaud d’Aquitaine sculpture d’uneBois d’Aquitaine » sculpture d’une

D

dizaine dede mètres de de haut comdizaine mètres haut comportant en son sommet un fer fer à à portant en son sommet un cheval… ! Porte-bonheur de cheval… ! Porte-bonheur de notre forêt ? Ce projet cohérent notre forêt ? Ce projet cohérent de « vulgarisation » de l’art de « vulgarisation » de l’art contemporain va se décliner contemporain va se décliner (avec l’aide de la DRAC, de la (avec Aquitaine, l’aide de lades DRAC, de la région conseils région Aquitaine, des conseils généraux des Landes et de la généraux desparc Landes et Réde la Gironde et du Naturel Gironde et du parc Naturel gional des Landes de Gascogne)Régional une des dizaine Landes d’années de Gascogne) pendant et pendant une dizaine devrait déboucher sur d’années une col- et devrait sur une lection de déboucher 70 à 100 œuvres pré-collectiontout de au 70long à 100 œuvres sentées d’un circuitprésentées tout au long d’un circuit touristique. touristique. G.F 11 G.F 11


Environnement

L’inauguration du sentier des lagunes

C

12

e fut une magnifique journée de printemps, de celles qui marquent notre mémoire collective, où une centaine d'Atrébates ont partagé avec autant d'amis venus des environs le bonheur d' « habiter » ce site naturel extraordinaire, aménagé juste au minimum pour que les amateurs de nature puissent en apprécier tout le charme. Au rendez-vous de dix heures, une centaine de marcheurs ont été accueillis par les animatrices de l'Office de Tourisme Communautaire qui leur ont remis un dépliant présentant le parcours. A la suite de Monsieur Crabos, garde-nature du Conseil Général, nous avons commencé la promenade agrémentée de ses explications éclairées sur la formation des lagunes landaises, la faune et la flore... Nous avons pu apprécier tout au long du parcours les éléments naturels mis en valeur par les pontons de bois, les panonceaux. De loin en loin, les créations artistiques de Frédéric Duprat venaient surprendre le promeneur et ponctuer le parcours: « La Landaise », posée sur la lagune, proposait ses formes généreuses emplies de pignes, avec un rappel à la vie qui se déroulait autrefois en ces lieux. L'assiette venait quant à elle matérialiser l'accueil que pouvaient recevoir les gens de passage, contrairement à ce que raconte la légende. Un peu plus loin, des fils tendus entre les pins audessus du sentier pouvaient évoquer la gestion problèmatique de la forêt, ou comme certains l'ont souligné, les installations des

palombières... Puis on découvrait des troncs brisés par la tempête Klaus, habillés de plaques de bois de couleurs vives… Lueurs d'espoir ? D'autres haltes pour rêver étaient proposées par le conteur Pierre Molinier, qui nous a captivés par son humour, nous renvoyant au temps passé.. Il a conclu au retour par la « légende de la lagune de Nabias » sauvée de l'oubli par Georgette Laporte... Si bien que le parcours de 4,5 km a paru bien court à tous, petits et grands (un petit Atrébate l'a même fait en poussette...), Midi, c'était le moment pour M. le Maire, Gérard Fabre, de couper le ruban symbolique de l'inauguration en compagnie de M. Guy Bergès,

conseiller général, et Madame Frédérique Lemont, directrice de l'Environnement au Conseil Général. Puis on a pu se rafraîchir au son des mélodies anciennes jouées par les Musiciens du Dimanche (violons, accordéon diatonique, boha cornemuse landaise-, vielle), et dansées par l'atelier de danses traditionnelles de Roquefort, en costumes d'autrefois. Enfin, une centaine de convives ont profité de l'excellent repas préparé par le Comité des fêtes. Encore quelques danses, et la lagune de Nabias a retrouvé sa tranquillité habituelle et naturelle. Au cours du printemps et de l'été, des promeneurs ont pu profiter en toute autonomie du parcours, grâce au balisage symbolisé par une sympathique poule d'eau... Mi-Septembre, les employés communaux ont remisé pour l'hiver les panneaux, comme prévu, jusqu'au printemps prochain ! C.F.

Passage sous une sculpture de Frédéric Duprat

Les personnalités vont couper le ruban


Loisirs

Arue : étape incontournable pour le centre équestre de Canenx

D

eux ans que nous avions fait une croix sur nos randonnées d’été... depuis la tempête Klaus”. La forêt était dangereuse en été et trop déprimante. Cette année, nous avons voulu relancer cette “tradition” des randos d’été. Depuis douze ans que le centre équestre de Canenx existe, nous faisons essentiellement école d’équitation toute l’année pour apprendre à monter à cheval aux jeunes et aux moins jeunes de nos communes. L’année scolaire, les cavaliers viennent 1 fois/semaine prendre un cours en carrière, manège ou sur les extérieurs du centre. La rando que nous avons limitée à trois jours pour qu’elle soit abordable financièrement au plus grand nombre est une occasion de se fondre totalement dans la nature au pas du cheval. La commune d’Arue nous a toujours très bien accueillis, mettant gratuitement à notre disposition sanitaires, douches, aire de camping et pacage pour les chevaux. Ce qui nous permet d’offrir des prix de randonnée accessibles à nos cavaliers. Cette immersion en forêt au rythme du cheval 5-6h/jour leur fait redécouvrir leur environnement, flore, faune et tradition mais aussi orientation. Pendant trois jours, pas de portable, pas d’ordinateur, pas de musique autre que le chant des cigales ou des oiseaux et les horaires rythmés par la lumière du jour La randonnée c’est avant tout vivre avec son cheval et pour

son cheval (pas de cheval pas de rando). Chaque jour est riche d’expériences. La première halte de la mi-journée, après trois ou quatre heures en forêt, a lieu au bord de la Gouaneyre avec un pâturage naturel et loin des routes fréquentées. Malgré la fatigue, il faut d’abord s’occuper du cheval et cela sera toujours le cas pendant trois jours : l’emmener dans la rivière se faire masser les membres et boire tout son saoul puis le desseller et l’installer soit à l’attache à une corde soit dans un parc improvisé s’il y a de l’herbe. Enfin s’occuper de son matériel : selle, filet les ranger, mettre les tapis à sécher etc... Après seulement, le cavalier peut penser à lui ; le temps de boire un verre d’eau, il faut s’occuper du repas des chevaux. Entre temps Marie-Christine est arrivée : “la reine de l’intendance" (celle qui fait le travail le plus ingrat), tout est bien rangé à sa place dans la voiture : extincteur, pharmacie des chevaux, des hommes, matériel de secours, seaux, aliments chevaux, pique-nique etc... Trois heures plus tard, selon la température c’est reparti jusqu’à Arue, notre étape du soir. Là, après les soins, il faut parquer les chevaux pour la nuit. Ils étaient d’ailleurs particulièrement

Des utopies de l’imaginaire à la rigueur du pas espagnol

bien installés cette année, le long du ru derrière la mairie. Puis abriter le matériel , monter les tentes et enfin la douche réparatrice avant de dîner . Sous la houlette de MarieChristine, tout le monde se partage les tâches, qui cuisine ? qui la vaisselle ou le rangement ? Enfin la veillée, quelques histoires de chevaux, de franches rigolades sur les exploits du jour, un dernier coup d’oeil à la cavalerie et tout le monde au lit pour une nuit courte mais profonde. Tous seront debout vers 7h30 et c’est reparti : la toilette, plier la tente, ranger les affaires, petit déjeuner, soins chevaux, etc... Ces trois jours en équipe au plus près de la forêt pour une dizaine de cavaliers d’âges variés permettent de relativiser le temps et les choses, de voir la nature et les gens d’un nouvel oeil et c’est aussi une démarche écologique et pédagogique pour les inciter à préserver leur environnement. Cela ne serait pas possible pour ces jeunes qui souvent ne partent pas ou peu en vacances sans la participation de communes comme Arue qui font tout pour nous faciliter la tâche. Un grand merci, et à bientôt P & MC GOBLET j’espère.

13


Environnement

Du côté des abeilles « Imaginons un instant un petit déjeuner dans un monde sans abeille ni pollinisateur: pas de café ni de cacao ; pas de confiture, pas de jus de fruit, pas de miel évidemment ; pas de beurre, ni de fromage, ni de lait car les abeilles pollinisent aussi des plantes fourragères qui vont nourrir le bétail. Restent le thé et le pain sec ! » (J-M Gachon, chercheur au CNRS) En effet, un rapport conjoint de l’INRA et du CNRS nous rappelle que 70% des cultures (fruitiers, légumes, oléagineux, épices, café, cacao, soit 35% de ce que nous mangeons) dépendent fortement ou totalement d’une pollinisation par les insectes. 25% s’en passent dont le blé, le maïs et le riz. Sans pollinisateurs, le régime alimentaire de l’humanité ne contiendrait alors ni fruits, ni légumes et donc ni vitamines ni oligoéléments. Solution : les pilules en compléments alimentaires ou la pollinisation manuelle !… Et pourtant, en apparence, rien ne semble changer : lors des belles journées ensoleillées du printemps dernier, les arbres fruitiers, les cimes des acacias

14

somptueusement fleuries cette année, vibraient du bourdonnement affairé de milliers d’abeilles; chaque touffe de lavande, de romarin, de bruyère, chaque buisson de bourdaine bruissaient de leur inlassable activité. En apparence seulement, comme si leur présence chargeait d’une signification nouvelle la nature qui nous entoure, la profusion des fleurs, la douceur de l’air et le soleil de l’été, et nous rendait plus sensibles à la fragilité de tout cela. Il est vrai que l’histoire de l’abeille et celle de l’homme ont de tout temps été étroitement imbriquées. « Dès l’origine, ce petit être étrange vivant en société, sous des lois compliquées, et exécutant des ouvrages prodigieux, attira la curiosité de l’homme » nous dit Maurice Maeterlinck (La Vie des Abeilles). Elle a inspiré le poète Virgile, qui dans le Livre IV des Géorgiques, jeta les bases d’un véritable petit traité d’apiculture, que ne renierait pas – pour certains aspects du moins – un apiculteur d’aujourd’hui. Elle a intrigué le philosophe qui

a pu voir dans l’organisation de la colonie « cette étrange petite république si logique, si grave, si positive si minutieuse, si économe » un modèle social. Elle a passionné naturalistes et entomologistes dont Réaumur à qui l’on doit l’idée de ruches vitrées permettant l’observation « en direct » du travail d’architectes ainsi que la répartition des tâches entre les membres de la colonie. Enfin, plus prés de nous, son étude a fasciné l’éthologue Karl Von Frisch qui en a décrypté le « langage », le mode de communication entre les individus d’une ruche, ainsi que leur perception (vision, odorat) du monde extérieur (Vie et Mœurs des Abeilles). Et aujourd’hui ? Apiculteurs et chercheurs lancent un cri d’alarme, diagnostiquant un véritable syndrome d’effondrement des colonies : 30% en moyenne des abeilles auraient disparu en France (60% par endroits), alors que la moyenne de mortalité annuelle est de 5 à 8%. De même, 10 à « Sans 15% des insectes pollinisateurs pollinisateurs, ont également disparu. Les raisons en sont multiples : l’emploi le régime des pesticides en synergie avec alimentaire de d’autres polluants ou d’autres l’humanité ne modifications de l’environnement comme la réduction de la comporterait biodiversité, la perte d’habitats, ni fruits, la monoculture, l’arrivée de nouni légumes » veaux prédateurs (frelon asiatique) agissant comme autant de facteurs en cascade. On peut donc considérer aujourd’hui l’abeille et l’apiculture à la fois comme un véritable baromètre écologique et comme les « sentinelles de l’environnement », de par l’appréhension fine et vigilante des nombreux facteurs que cette activité exige pour réussir. Mais laissons maintenant la parole à Philippe Blanc, apiculteur passionné à Arue. C.M.


Apiculture à Arue

L

a région du Sud-Ouest, n’est pas à proprement parler une grande région apicole ; pourtant on y trouve en abondance de très bonnes fleurs mellifères telles : la bourdaine, les différentes bruyères, l’acacia, le châtaignier ou encore le lierre. Nos amies les abeilles ont du travail dès les premiers jours du printemps avec les chatons de saule et de noisetier, mais si l’apiculteur n’a pas nourri durant l’hiver, et si ce dernier persiste plus longtemps que prévu, certaines colonies risquent de disparaître avant les grandes miellées. Il n’y a pas si longtemps, au milieu de la lande, les particuliers possédaient des caisses aménagées en ruches qui leur permettaient de produire du miel pour la consommation familiale. On peut citer entre autres : Albert Labèque, François Tastet, Noé Barrère. C’était l’époque des années 80 où les essaims du mois de Mai quittaient leur habitat pour se réfugier dans un chêne creux ou bien entre la fenêtre et le volet d’une habitation. Actuellement les seuls essaims que vous pourrez apercevoir, seront sortis de ruches des apiculteurs qui sont de moins en moins nombreux. L’apiculture exige de l’expérience et de l’observation. Il faut aimer les abeilles pour s’en occuper, mais être bien équipé pour s’en protéger et posséder le matériel nécessaire pour leur bien être. Pour comprendre les abeilles, il faut connaître leur mode de vie et leur constitution. Certaines personnes ne font pas la différence entre une guêpe et une abeille. Cette dernière possède quatre ailes qui se soudent deux à deux pour le vol

et six pattes velues qui leur permettent de s’agripper entre elles et sur toutes surfaces. Elle est de couleur noire ou pour certaines rayées de jaune. Le thorax et l’abdomen sont unis pour former un corps trapu. Elle mesure environ 12 millimètres et la trompe qui lui sert aussi de langue, lui permet d’aspirer le nectar dans la corolle d’une fleur jusqu’à 6 millimètres. L’abeille est un insecte sociable par essence. Elle vit en colonies de 8 000 à 10 000 sujets en hiver pour atteindre 50 à 60 000 en été. Sa durée de vie est de quatre à cinq mois en hiver et seulement de 30 à 40 jours en été. Durant sa courte vie l’abeille passe par différents stades. Les premiers jours après sa naissance, elle produit de la gelée royale propre à nourrir la reine et les larves des ouvrières. La semaine suivante, certaines glandes se développent en elle pour produire de la cire et certaines enzymes capables de transformer le nectar en miel. Ensuite elle devient nettoyeuse et balayeuse et monte la garde à l’entrée de la ruche. Enfin lorsqu’elle a atteint sa majorité aux environs du vingtième jour, elle devient butineuse jusqu’à sa mort. La vie de la ruche est entièrement gérée par le comportement de la reine (les apiculteurs disent la mère). Le développement de la larve est de 21 jours pour une ouvrière, et 15 jours seulement pour la reine. Quant au faux bourdon (mâle et reproducteur) il est de 24 jours. La reine est l’âme de la colonie grâce à la phéromone qu’elle génère et répand dans la ruche, elle crée l’union de l’ensemble.

Construction remarquable de rayons accrochés aux branches d’un acacia. La reine a pu être capturée et avec elle l’ensemble de la colonie.

On a coutume de dire que cette société est vraiment démocratique, pour la simple raison que ce sont les ouvrières qui choisissent un œuf nouvellement pondu pour le nourrir à la gelée royale et produire ainsi une nouvelle reine. Une dizaine de jours après sa naissance, la reine quitte la ruche pour aller se faire féconder. Elle renouvelle ses sorties 4 à 5 fois et peut ainsi emmagasiner dans sa spermathèque deux millions et demi de spermatozoïdes. De ce fait chaque œuf qu’elle pondra, sera auto fécondé et provoquera la naissance d’une ouvrière. Pour les faux bourdons, elle pondra dans des alvéoles plus grandes que les ouvrières auront construites au préalable et son abdomen n’étant pas comprimé, l’œuf non fécondé donnera naissance à un mâle. La reine possède une durée de vie de 4 à 5 ans mais son activité de ponte est ralentie dès la quatrième année. Lorsque la reine meurt, les ouvrières n’ont que deux alternatives : soit elles élèvent une nouvelle reine qui en émettant une phéromone personnalisée leur fera oublier leur appartenance primitive, soit elles se laissent mourir et c’est la perte de la ruche. Les reines sont sélectionnées par des professionnels qui en font le commerce (c’est le seul animal autorisé à voyager par la poste). Nombre de croisements ont été effectués, quelquefois avec des résultats surprenants ; telle l’abeille tueuse que les Américains sont allés chercher en Afrique (race Adansoni) pour la croiser avec une abeille locale sud Américaine. ► 15


Apiculture à Arue

Mémoire

16

► L’espèce la plus répandue et la plus facile à élever est la Buckfast qui est le résultat de plusieurs mélanges savants. Mais un grand nombre de petits apiculteurs se contentent de l’abeille commune (écotype) qui est de couleur entièrement noire, assez douce, prolifique et d’un rendement intéressant. Pour loger tout ce petit monde, il existe un grand nombre de formats de ruches adaptés à la région et à l’utilisation recherchée. Elles portent le nom de leur créateur et constructeur : Langstroth, Dadant, Layens, Clear, Woirré, Voirnot. Dans les régions tempérées comme la nôtre, on utilise la Dadant ou la Langstoth, chacune ayant ses avantages et ses inconvénients. Sur un plateau support de ruche, qui sert aussi de planche d’envol, l’apiculteur dépose le corps de ruche constitué de 10 cadres sur lesquels la reine va effectuer sa ponte et les larves se développer. Sur le dessus repose une planche couvre cadre et pour terminer le toit de ruche pour protéger des intempéries. Lorsque la miellée arrive, il est nécessaire de rajouter sur le corps de ruche une hausse (9 cadres) dans laquelle les ouvrières déposeront le nectar ramassé sur les fleurs. N’oublions pas que les produits de la ruche ne se limitent pas au seul miel. En premier lieu il y a la cire qui peut servir d’encaustique additionnée d’essence de térébenthine. La gelée royale, le pollen sont abondamment chargés en protéines et oligoéléments qui apportent de grands bienfaits à la santé. Et enfin la propolis que les abeilles récoltent sur les bourgeons et qu’elles utilisent pour aseptiser l’intérieur de la ruche, pour obturer les fentes et trous dans le bois ; très appréciée pour l’hygiène buccodentaire. Il serait aussi très intéressant de parler des maladies, parasites et prédateurs de l’abeille, mais cela fera peut être l’objet d’une prochaine édition. Philippe Blanc

Annette

N

ous allons écouter madame Annette Béziat, authentique mémoire d'Arue, puisqu'elle a vécu toute sa vie au centre du village. Nul mieux qu'elle n'en connaît toutes les maisons et les familles qui les ont habitées au cours du vingtième siècle. «Je vais vous parler de la vie a v a n t l 'él ec tr ic i té , ver s 1925...J'étais toute petite, mais je m'en souviens bien! Ma famille est originaire d'Arue des deux côtés, du côté de mon père et du côté de ma grand-mère maternelle qui habitait Le Maysouot avant de se marier à Lencouacq. Ma maison de famille s'appelle « Chanteclair »; c'est papa qui l'a baptisée ainsi, car avant elle se nommait « Le Bénézit », nom qu'on donne dans tous les villages landais aux demeures situées près de l'église. Elle abritait, peut-être depuis 1910, une épicerie et une auberge. Les clients venaient le plus souvent le Dimanche à la sortie de la messe, ou bien quand il leur manquait des petites choses comme des allumettes ou une bouteille d'huile, on les dépannait… Le Dimanche, on faisait dépôt de pain, c'était le boulanger Bascaules de Roquefort qui nous l'amenait . Comme il y avait un curé à Arue, un à Cachen et un à Lencouacq, il y avait beaucoup de célébrations: le matin, une messe à huit heures pour communier, car il ne fallait pas avoir mangé avant; et après, une messe à onze heures et les vêpres l'après-midi. Et chaque fois, l'église était pleine! Remarquez que pour les personnes âgées, c'était la seule sortie… Les grands-parents et les enfants de chaque maison étaient à la messe. Dans les familles, ce n'était pas comme à présent, il y

avait trois ou quatre générations sous le même toit… Les grandsparents, les parents, le jeune couple. Quelquefois, frère et soeur étaient mariés dans la même maison, ils avaient des enfants qui étaient cousins et qui se considéraient comme frères... Par exemple à Haurie, Félicien et Jeanne étaient frère et soeur, ils s'étaient mariés, et les deux couples vivaient avec les parents et les grands-parents, plus deux oncles qui étaient handicapés: il fallait les habiller, et quand ils venaient travailler au champ qui se trouvait là-haut, à l'emplacement du lotissement de Serres, ils les installaient sur une grande couverture, et ils attendaient… Ils vivaient tous ensemble en bonne intelligence. Les deux jeunes femmes avaient eu des enfants à peu près en même temps, alors quand elles travaillaient aux champs, par exemple pour faire les foins, l'une d'entre elles se retirait à la maison pour donner le sein, et elle nourrissait les deux bébés; à la tétée suivante, c'était au tour de l'autre jeune maman de rentrer... Entre-temps, les nourrissons étaient gardés par la grandmère. Il y avait beaucoup plus de monde dans la commune, quand j'allais à l'école, autour des années trente, on était une cinquantaine d'élèves, et il y avait une école au Ginx et une à Guinas… Ceux de Capberné allaient à l'école à Guinas, ils étaient plus près... Les Soubiron, qui habitaient le Clin , allaient à Roquefort. Le Clin, c'était la maison qui était sous le grand monticule de chaux près de la papeterie. Elle était alors située dans Arue. A l'épicerie, on faisait bureau de tabac. Il y avait toujours quelque petit vieux qui venait acheter son tabac, du papier à cigarette, des mèches d'amadou pour le briquet. Le grand-père de Pierrette de Lacaoule s'arrangeait toujours pour venir acheter son tabac pendant la récréation, pour le plaisir d'apercevoir sa


petite-fille. La cour n'était pas fermée, il n'y avait pas de danger sur la route, il ne passait que quelques charrettes ou quelques vélos… Quant à l'auberge, les hommes s'y réunissaient le Samedi soir et surtout le Dimanche soir, pour jouer aux cartes. Ou alors quelquefois quand on vendait du bétail, les rendez-vous avec les maquignons étaient au bistrot, pour vendre des chevaux, ou des vaches… C'est là que les ventes se concluaient… Et puis il y avait les fêtes : par exemple pour la Toussaint, je ne sais pas pourquoi, les hommes venaient aux vêpres en force pour aller au cimetière, et ces soirs-là il y avait du monde. En fait, il y avait presque toujours du monde, même sur semaine; il y avait des gens qui passaient pour le transport des bois, de la résine , avec des attelages de mules ou de boeufs… Des charrois de tous les produits qu'on emmenait à Roquefort: le bois de chauffage, la résine à l'usine de produits résineux, le blé qu'on emmenait au moulin, le bois chez les boulangers, pour cuire le pain... Chaque métairie avait son attelage, pour emmener la part de métayage chez les propriétaires qui souvent habitaient Roquefort… En général, ils s'arrêtaient à l'auberge pour boire une chopine de vin, rouge ou blanc, et manger quelques biscuits (les demi-lunes

Mon père avait une automobile BUCHET

On s’éclairait avec des lampes à carbure

« Olibet » étaient très appréciées de certains ... ). D'autres ,qui allaient à Roquefort à vélo, s'arrêtaient aussi. Et puis, il y avait le petit train Roquefort – Lencouacq -Les Jourets qui passait deux fois par jour et qui s'arrêtait aussi. Il y avait toujours un wagon de voyageurs. Les gens descendaient et venaient boire un coup. Et puis ils repartaient . A Lencouacq, il y avait deux scieries, ici il y en avait une . Le train portait des traverses de chemin de fer, des poteaux de mine...Tout ça représentait beaucoup d'activité… Moi, je prenais le petit train avec ma grand-mère pour aller à Roquefort, par exemple à la foire, c'était très amusant. On s'éclairait à la bougie, à la lampe à acétylène (ou carbure), à la lampe à pétrole. On a eu l'électricité vers 1931, forcément, beaucoup de choses ont changé. Petit à petit sont apparus les premiers camions, les premières voitures , mais cela a été progressif. Mon père avait une automobile, une Buchet. Plusieurs familles avaient de jolies calèches pour aller faire les courses à Roquefort. Ils dételaient chez Mothes, le temps de faire les courses. Par exemple, Auguste de Géou avait une jolie voiture, très fine, élégante… Celle de madame Lafforgue était plus grande mais plus massive. Les vélos devaient avoir une plaque d'immatriculation. Un jour, sur la route de Lencouacq, les gendarmes

m'ont arrêtée et m'ont demandé la plaque. Je suis devenue toute rouge, parce que je n'avais pas de plaque! Ils me connaissaient, parce qu'eux aussi venaient boire un coup à l'auberge! Comme divertissements, il y avait quelques fêtes et les bals. Depuis le soir de Noël jusqu'à Carnaval, tous les Samedis soirs, il y avait bal. C'était Jean de Maisonneuve, à l'accordéon, et Albert de Hénen à la batterie, qui faisaient la musique. Les gens venaient à vélo, alors ils ne pouvaient pas venir de très loin, c'était Arue, Guinas et Lencouacq, et quelques Roquefortois. Le Dimanche soir, il y avait bal à Cachen ou à Lencouacq. La fête avait lieu du Dimanche au Lundi soir. Il y avait la messe en musique, le chef de l'Harmonie de Roquefort s'appelait Dagos, ( plus tard, il a passé la baguette à Bétuing). On faisait la procession de Saint-Clair, notre patron de la paroisse, qu'on voit sur un vitrail de l'église. On allait donc en procession jusqu'à la croix de Saint-Clair, et de l'autre côté de la route il y avait la fontaine dont l'eau guérissait les yeux. Depuis qu'ils ont refait la route pour améliorer le virage, cette fontaine a disparu; la route passe dessus. Le Lundi, c'était la fête pour les gens de la commune. Il y avait la course de vélos pour les jeunes de la commune, et c'est eux qui couraient! Et le soir , il y avait le bal pour la fin de la fête. Quelquefois, le Dimanche après, on faisait la « refête ». Et on était heureux… Même les enfants qui devaient faire quatre ou cinq kilomètres à pied pour venir à l'école passaient de bons moments, et moi qui n'avais que la route à traverser, je les enviais! Je pensais qu'ils avaient de la chance de passer de longs moments dans la nature, en liberté. Ils en avaient, des choses à raconter tous les matins ! Ça me paraissait merveilleux... C.F & C.M 17


Les Associations

Comité des Fêtes

B

onjour à tous, l’année 2010 s'est terminée comme vous le savez par le repas de la Saint Sylvestre. Je ne vais pas vous faire un rappel de l’excellent menu élaboré par Annick Fabre et ses marmitons. Nous étions pour ce réveillon un peu moins nombreux (68 personnes avec le comité) et comme d'habitude tout le monde a trouvé le repas excellent, ainsi que l'animation de Jacques Ghiglione, qui par un jeu de questions a fait gagner des CD à qui répondait correctement. Très bonne soirée selon les retours que nous avons eus. Comme tous les ans, pour remercier les membres du Comité des Fêtes pour leur participation tout au long de l'année, nous organisons un banquet. Cette année c'est le traiteur Dominique qui a régalé nos papilles avec un cocktail dînatoire. Puis est venu le moment de se remettre au boulot, avec pour commencer : l'inauguration des Lagunes le 9 Avril 2011. Frédéric Duprat, l'organisateur de cette journée, m'a demandé s'il était possible au Comité des Fêtes de s'impliquer en préparant un repas pour le retour des grands marcheurs qui ont fait le tour des lagunes. Comme à mon habitude, je dis toujours OUI à condition d'avoir un peu d'aide pour la préparation du repas et des bras pour le service. Si vous vous rappelez, il a fait très chaud ce jour là, nous avons pu profiter du camion réfrigéré que nous a prêté Mr Baqué. Pas très 18 joli dans le décor, je vous l'ac-

corde, mais une sécurité de plus pour moi afin de respecter la chaîne du froid. Nous continuons en Avril, par le grand nettoyage du musée du Ginx suivi de près par Joël Dunouau. Toujours en Avril, réunion pour les préparatifs des fêtes patronales : 4 jours de fêtes cette année. Tous, sommes d'accord pour rajouter une journée. Il faut donc proposer un repas et une attraction pour le premier jour des fêtes. Nous en débattons lors de la réunion. Daniel et moi commençons par visiter les différentes enseignes de Roquefort et des environs afin d'obtenir des subventions pour que les fêtes soient plus jolies. En contrepartie nous leur faisons de la publicité en imprimant leur carte sur l'affiche et le programme. C'est pas toujours facile de faire du porte à porte pour réclamer de l'argent, il faut souvent y retourner plusieurs fois avant d'obtenir quelque chose (argent, coupes, fleurs, objets pour la décoration, électroménager...)

Remise des clés pour les fêtes patronales

Les fêtes sont des sources d’échanges et de lien social

Tradition essentielle du Sud-Ouest, les fêtes patronales sont indispensables à la cohérence de la vie de nos villages. Sources d’échanges et de lien social, elles favorisent ce brassage « culturel » intergénérationnel qui manque cruellement aux grandes cités dans lesquelles se développent les égoïsmes et la dépersonnalisation. Les Fêtes d’Arue doivent perdurer. Leur pérennité ne peut se concevoir que sous la férule d’un Comité des Fêtes fort et reconnu.

Tout sera réparti ensuite comme lots pour le loto, le concours de quilles, concours de vélos fleuris des enfants, concours de pêche... Nous avons donc commencé les fêtes le Jeudi 2 Juin, le seul jour de plus par rapport aux autres années. Remise des clefs, une paella pour le midi préparée par Fabienne de Lencouacq et enfin le concours de quilles. Pour les trois autres jours, rien de nouveau, on reprend les mêmes activités que l'année précédente, à savoir, loto, vide grenier, concours de pêche, de quilles, structures gonflables, bal disco, repas, messe en musique et apéritif concert avec l'Harmonie des Petites Landes . J'oubliais l'atelier de dessin pour les enfants le samedi 4 juin, animé par les Arts de l'Arue, qui a connu un grand succès, et le dimanche 5 juin avec l'arrivée pétaradante de toutes ces motos , vieilles et récentes, qui faisaient pour le XIII ème Rallye de Haute Lande une halte à Arue pendant nos fêtes pour la plus grande joie de tous.

Je voudrais que chacun prenne conscience de l’intérêt général : Arue, parce qu’il est un village où il fait bon vivre, doit exister aussi à travers ses fêtes et son animation. Il est parmi nous, j’en suis sûr, quelques bonnes volontés disposées à « mouiller le maillot » au profit de la collectivité. Pour que tout le travail réalisé par les anciens ne soit pas vain, venez aider, renforcer, diriger le Comité des Fêtes. 319 habitants comptent sur vous. Le Maire - Gérard FABRE


Résultats des Concours de Quilles du Ginx 2011 Cela a permis à beaucoup de regarder de plus prés ces engins et de discuter avec leurs propriétaires. J'ai pu avec Frédéric Puech, l'organisateur de ce rallye, comprendre qu'il y aurait une possibilité d'organiser quelque chose avec eux l'année prochaine. Et toujours le 5 juin, la pièce de théâtre jouée par la troupe de Losse « Les 3 Clochers ». Fin juin, nous voilà repartis pour de nouvelles réunions, cette fois-ci en préparation de la saison estivale. On commence avec la kermesse des écoles le 24 juin, clôture de la saison le 30 juillet au Ginx avec la finale du concours de quilles, remise des prix, et pour finir la soirée avec des grillades. 3 Juillet, sardinade (175 personnes inscrites, enfants et adultes), suivie d'une animation musicale par DJ MICHAËL. Ça fait quelques sardines et carcasses à nettoyer. Je laisse le soin à Joël de parler de la saison des quilles au Ginx. Nous sommes le 10 septembre pour une dernière réunion qui concerne le repas de la Saint Sylvestre. Pas de fête de fin d'année sur la commune, pour trois raisons :  je n'ai trouvé personne pour s'occuper du repas,  je refuse de passer par un traiteur, trop coûteux,  et enfin il manquait de bras pour le service. Je vais donc terminer cette année avec une dernière représentation sur la commune : « Tony acrobatique », petite troupe qui nous vient du Lot et Garonne, elle aura parcouru toutes les Landes avant d'arriver chez nous. Ils sont six, mamie, papa et maman et les 3 enfants. Ils excellent dans différents domaines (équilibriste, jongleur, magie, clown, contorsion), je crois avoir tout passé en revue. Petit bémol, ils auraient pu s'abstenir de faire une quête par la plus jeune des six puisqu'il y avait une entrée payante et une

Les manifestations estivales du hameau du Ginx ont connu leur succès habituel, le point d’orgue étant le 14 juillet, avec beaucoup de convives (221 le midi et 135 le soir), 60 personnes à la randonnée pédestre et à midi une excellente prestation de l’Harmonie des Petites Landes. 91 tireurs différents ont participé aux divers concours de quilles (voir résultats cidessous). 15ème concours enfants du 14 juillet - 19 participants 1er groupe - Samuel DEBARBAT (24 quilles) Tom NAYEHOUSER (23 quilles ) 2ème groupe - Baptiste DARROUY (24 quilles) Pierre BAZOIN (19 quilles) 23ème concours féminin - 22 participantes 1ère Micheline LABAT (27 quilles) 2ème Godeleine NAYET (27 quilles) 3ème Bernadette DULIN (26 quilles) Concours de quilles au jeu - 24 participants (cette année la première journée s’est déroulée sur le plantier d’Arue) 1er Bruno FONDEVIOLLE (8 jeux) 2ème Fabien FONDEVIOLLE (8 jeux) 3ème Serge DEYTS (8 jeux) Concours de quilles de six - 26 participants 1er Jean MINOR (33 quilles) 2ème Guy ESCOUBET (33 quilles) 3ème André DUMON (32 quilles) Il faut souligner l’excellent esprit qui a régné tout au long de ce mois et merci encore une fois à tous les acteurs et spectateurs de « l’édition 2011 au Ginx » . J.D

vente d'enveloppes à l'entracte. Sinon rien à redire, j'étais plutôt contente de la prestation, encore une fois peu d'Atrébates, 24 adultes et 14 enfants, je crois que nous pouvons mieux faire. Voilà, ce seront mes dernières paroles. Juste un petit rappel, nous cherchons toujours un

nouveau Président du Comité des Fêtes pour continuer à faire vivre les fêtes d’Arue. J’ai passé de bons moments au sein de ce groupe, je les remercie encore tous de leur dévouement. Bonnes fêtes de fin d’année. Godeleine NAYET

19


Les Associations

L’Amicale « Lous Esbérits » Arue-Cachen

L

’assemblée générale a eu lieu comme chaque année à Cachen le 12 mars, dans une salle magnifiquement décorée par nos expertes. Le 14 mars - Réélection du bureau toujours à Cachen. Le 6 avril - Après-midi « jeux » à Guinas. Les cartes et les quilles ont eu beaucoup d’adeptes. Le 30 avril - L’excellent repas préparé en partie par nos bénévoles a rapporté à la caisse la coquette somme de 664 euros. Le 11 mai - Après-midi « jeux » à Arue. Le 25 mai - Concours de quilles à Sainte- Colombe. Trois équipes de notre amicale étaient engagées. Le 8 juin - Voyage à Nérac. Visite de la ville et déjeuner à Durance Nous étions 36 qui ont apprécié cette belle journée. Le 23 juin - Rassemblement des aînés ruraux à Pouillon où 47 personnes, dont 15 de Saint-Justin, ont participé à cette journée détente. Le loto a remporté un réel succès. 9 lots ont été gagnés par nos équipes. Le 7 septembre - Voyage à Saint Sébastien. 47 adhérents et 9 « non adhérents » ont profité de cette sortie. Le repas à la cidrerie a été plus que copieux. La journée s’est terminée par un passage à Béhobie en vue d’effectuer 20 quelques achats.

Nos excursions à Nérac et à SaintSébastien

▌ Le 10 décembre - Repas de fin d’année à Arue. Distribution de colis à nos aînés de plus de 80 ans. Et pour terminer ce tour d’horizon 2011, n’oublions pas ceux qui nous ont quittés

cette année, ce sont : Marcelle Dulin et Simone Dejean pour la commune d’Arue, Joseph Descat, Simone Labat et Santa Giacomin de Cachen. L.F


ARUE PRATIQUE

▌ ▌ ▌

- Canton de Roquefort Population - 319 habitants (les atrébates) - 4811 hectares, dont 3887 en bois et forêt. Arue adhère à la Communauté de Communes du Pays de Roquefort

▌ ▌ ▌ ▌

La Mairie Téléphone Télécopie Courriel (e-mail)

▌ ▌ ▌

Maire - Gérard FABRE

▌ ▌ ▌ ▌ ▌ ▌ ▌

05 58 45 64 88 05 58 45 64 56 mairiearue@wanadoo.fr

Secrétariat et accueil - Corinne LABARBE Les horaires d’ouverture  Mardi, Mercredi et Vendredi  Jeudi et Samedi

8 h 00 à 12 h 00 et 14 h 00 à 17 h 00 8 h 00 à 12 h 00

Le Centre Communal d’Action Sociale Le Centre Communal d’Action Sociale assure :

 l’instruction des dossiers d’aide sociale

 l’instruction des demandes d’installation de téléalarme Personnes de plus de 60 ans, à la retraite ou handicapées - Tarif à ce jour 115,00 € par an (Le CCAS d'ARUE accorde une participation de 50 % sur ce tarif)

▌ ▌ ▌ ▌ ▌ ▌ ▌ ▌ ▌ ▌ ▌ ▌ ▌

L'école La Commune d’Arue fait partie d’un Regroupement Pédagogique (Arue - Cachen - Lencouacq) géré par le SIVU de la GOUANEYRE. Les inscriptions des nouveaux élèves se font auprès des mairies des écoles d'accueil. Commune

Enseignants

Classes

Téléphone

École

Garderie Responsable Horaires

Arue

Dominique PENE

Maternelle TPS -PS - MS

05.58.45.69.42

Sophie FUENTES

7 h 30 à 9 h 20 16 h 45 - 18 h 30

Cachen

Françoise BERNADET

GS - CP

05.58.93.02.57

Florence IRAZOQUI

8 h 40 - 9 h 10

Lencouacq

Sophie CE1 - CE2 EVANGELISTA

05.58.93.00.61

Jacqueline DESCAC

8 h 15 - 9 h 10

Vincent CM1 - CM2 SAINT-MARTIN

16 h 30 - 17 h 15


▌ ▌

La Salle des Associations et la Salle des Fêtes

 La Salle des Associations, exclusivement destinée aux réunions (30 personnes maximum) est mise à disposition des associations et des collectivités locales, à titre gratuit.  La Salle des Fêtes (200 personnes maximum) , est louée, avec cautions de 500 €+ 50 €et sur présentation d’une attestation d’assurance « location temporaire de locaux » : Associations communales A titre gratuit Personnes résidant sur la commune 150 € Associations hors commune et Comités d"Entreprises 150 € Personnes résidant hors commune 300 € La réservation de ces deux salles s'effectue auprès de la Mairie.

▌ ▌ ▌ ▌ ▌ ▌ ▌

Locations diverses auprès du Comité des Fêtes

 Un chapiteau ( 96 m² - 120 personnes) - 50 €uros pour les personnes résidant sur la commune - Caution de 300 € - 150 €uros pour les personnes résidant hors commune - Caution de 300 €  Vaisselle et couverts Contacter Daniel BOURGUEDIEU  05 58 45 31 48

▌ ▌ ▌ ▌

Services Travaux Pour réaliser divers travaux, notamment l’entretien des airials et chemins privés. Tarifs  Girobroyeur - Epareuse - Débroussailleur 40,00 € / heure  Débroussailleur en tandem

50,00 € / heure

 Rotavator - Entretien des chemins

35,00 € / heure

 Transport et chargements divers (remorque 10 tonnes)

30,00 € / heure 5,00 € / heure

 Débardage de bois

50,00 € / remorque

 Livraison de bois mort (pin en 2 mètres) Pour tout renseignement s’adresser à la mairie.

▌ ▌ ▌ ▌ ▌ ▌ ▌ ▌ ▌

Les Associations ACCA ADRA COMITÉ des FÊTES F.N.A.C.A. LENCARUE LES ARTS DE L'ARUE LOUS ESBERITS U.N.C.

Jean-Louis Chantal Godeleine André Nathalie Frédéric René Kléber

BARIS FAUCHEUX NAYET DUMON GRANDCLAUDON DUPRAT DUSSAUX BAZOIN

       

05 58 45 68 75 06 82 67 71 26 05 58 45 59 94 05 58 45 61 92 05 58 93 03 95 05 58 45 73.76 05 58 93 03 68 05 58 45 66 91

13 h 30 - 18 h 00 14 h 00 - 18 h 00

Vendredi Samedi

▌ ▌ ▌ ▌ ▌

Horaires de la Déchetterie de Roquefort Lundi Mercredi

8 h 30 - 12 h 30 9 h 00 - 12 h 00 et 13 h 30 - 17 h 30

▌ ▌

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Infos locales

Repas de Quartiers Quartier du Ginx

Quartier du Perret Quartier du Bourg

23


Les Associations

Lencarue Association de Gymnastique Volontaire

N

ous sommes aujourd'hui un groupe d'une trentaine de licenciées heureuses d'accueillir de nouvelles adhérentes de 16 à 77 ans, et pourquoi pas de nouveaux adhérents ? Nous vous donnons rendez-vous dans la salle des fêtes de LENCOUACQ tous les : ■ Mercredi à 18h30 avec notre animatrice « adultes » Nathalie LARCHÉ ■ Vendredi à 10h00 avec notre animatrice « séniors » Jacqueline GOURGUES pour suivre leurs cours de step, kick-boxing, abdo-fessier, enchaînements, équilibre, danses et autres...

L’ADRA

L'assemblée générale de notre section s'est déroulée le Mercredi 22 Juin dernier. A L'ORDRE DU JOUR : Le bilan financier : Frais de matériel et de déplacements Une sortie au centre aquatique Calicéo pour les licenciées Les perspectives de la saison : Les jours et horaires des séances maintenus. Le prix de la licence à 47 € pour la saison 2011/2012. Nous remercions bien les trois

(A Association de Défense des Riverains d’A Arue aux futurs projets ferroviaire LGV)

N

ous avons créé notre association courant 2011, alertés par le changement étonnant du tracé de la LGV Bordeaux-Espagne dans le secteur Retjons/Roquefort/Arue. L’abandon du tracé initial H-331 par GPSO reste toujours pour nous inexpliqué et sujet à caution. Nous rappelons que ce projet avait pour avantage d’être optimisé et d’avoir un impact minimum sur les biens immobiliers des riverains des communes avoisinant le tracé. Des protections phoniques auraient minimisé sensiblement la dégradation sonore induite par le passage 24 des futurs Trains à Grande Vitesse

Sentez-vous « sport », sentez-vous bien

et permis d’assurer la tranquillité de ses habitants. Or il n’en est rien, la décision de retenir le tracé Est H-337 est une catastrophe pour notre environnement. Une deuxième saignée va être infligée à notre beau pays au nom d’un progrès virtuel dont nous n’aurons que les nuisances. Ce « pari » sur notre avenir et sur celui des générations futures, dans le contexte économique d’aujourd’hui, aura des conséquences irréversibles. Car l’Etat appauvri a désormais recours à des financements privés pour couvrir les besoins d’étendre notre réseau. Cette concession au privé (banques…) ne se fera pas sans contrepartie, elle permettra au monde de la finance de se rembourser sur les péages et, à terme ce sont les usagers qui paieront. C’est pour ça que nous nous bat-

Municipalités de LENCOUACQ, CACHEN et ARUE pour leur participation financière qui nous permet d'acheter du matériel et d'inscrire nos animatrices à des stages de perfectionnement. La Gymnastique Volontaire est un sport accessible à tous (sauf avis contraire du médecin) , non compétitif et bénéfique pour le bien-être alors... SENTEZ-VOUS SPORT, SENTEZ-VOUS BIEN. Et à très bientôt. La Présidente - Nathalie GRANDCLAUDON tons ; pour faire prendre conscience aux élus et aux décideurs de cette nouvelle ligne des conséquences négatives sur notre région et sur nos finances publiques, et pour plaider en faveur d’une modernisation de la voie existante, moins coûteuse et plus rationnelle. Je terminerai cet article en insistant sur l’aspect destructeur de ce projet pour les habitants (ville coupée en deux, forêts lacérées, ponts rails de 10 mètres de hauteur et destruction de maisons d’habitation). Aucun des enjeux socioéconomiques ne peut se réaliser au détriment de l’homme. Le progrès qu’on nous vend ne prendra son véritable sens que lorsqu’il respectera pleinement les valeurs de qualité du cadre de vie des habitants qu’il impacte. Pour l’association - Mr Faucheux Ja.faucheux@wanadoo.fr


Poesie

Transhumance Nous inaugurerons la «page POESIE» par deux poèmes de notre ami regretté Paul Bouydron, meunier du Ginx, philosophe et poète à ses heures. L'un est écrit en gascon (non avec l'orthographe

« normalisée » de l'occitan, mais en correspondance avec le langage parlé). L'autre est en français; il n'est pas la traduction rigoureuse du premier, mais une autre version proposée par Paul Bouydron.

Nous comptons sur votre inspiration pour continuer cette page l'année prochaine, avec d'autres sujets d'inspiration et d'autres mots...

Rappel : en « patois », on prononce les lettres finales, voyelles ou consonnes...

Poème de Paul Bouydron, dernier meunier du Ginx A la fin de la semaine les habitants de la ville Partent à la recherche d'un petit coin tranquille En famille, en voiture, à la mer, la montagne Ou peindre et bricoler dans leur maison de campagne

 

Pour nous, ces gens des villes ne sont pas bien rusés Quand ils disent qu'ils ont fui le bruit, c'est pour se reposer Ils sont partis tous ensemble et à la queue-leu-leu Et ils se retrouvent, ici, encore ensemble, plus nombreux

Ces fins de semaine, ces week-ends, préparent bien souvent Les vacances d'été, un grand événement Ils ferment l'usine, le bureau et partent en vacances Sur la route, comme des fous, ils veulent quitter la France

Alors, en Juillet-Août fleurissent les campings Au bord de la mer, des lacs, partout il y a des parkings On voit de longs convois colorés traverser Roquefort Anglais-Belges-Allemands qui descendent du Nord A voir cet exode des temps modernes, cette transhumance Voitures et caravanes qui traversent la France Me rappellent les bergers, Basques ou Béarnais Ils parlaient une langue, ne parlaient pas Français Souvenirs de jeunesse que nous avons connus Les grands troupeaux de brebis à tête biscornue quittant leur froid pays, leur pays de montagnes Pour passer l'hiver plus doux ici, dans nos campagnes Sur la route un concert de clochettes et clarines Deux chiens, un âne gris, le troupeau s'achemine Et le soir à la bergerie (à présent c'est un garage) Trayant le lait tout chaud, on faisait du fromage Voitures à cheval, muletiers, ou gros équipages bruyants Nous tremblions au clic-clac du fouet quand nous étions enfants On y rêvait la nuit encore, le cœur plein d'émotions Ça n'émotionne plus personne le bruit sourd d'un klaxon Cinquante ans sont passés, ce souvenir nous attriste Aujourd'hui, les bouviers, les bergers sont des automobilistes C'est la course au bonheur, une course effrénée Mais nous ne l'attraperons jamais, nous l'avons dépassé.

 

                

A la fin dé la sémane aquèts gèns dé la bile qué parteun à la réserque d'un pétit « coin tranquille »... En aouto, èn famille,à la mâ, la mountagne, O planta lous caouléts à la meysoun de campagne... Mais aquèts « bilèns » né soun pas bien rusats Qué parteun èn tire courdère, ataou hèn lous arrats! En quitan lou soun loc èn d'ana en uniaout Qu'ès tourneun trouba touts lous uns sus lous aouts... Dat aquères sourtides qu'apèreun « Vouic-èn » Qué prépareun toute l'anade lou gran événemèn: Barreun l'usine, lou buréou et parteun èn bacances Sus la route,coum pècs, qué ban quita la France... Labèts èn Juillet-Août fleurisseun lous campins Aou bort dé la mâ, lous lacs, a la came dous pins... Dé louns convois colorats traberseun Roquehort, Anglès, Belges, Alémans qué déscèndeun dou Nort... Dé bèze aqueste exode, aquère transhumance, Voitures et caravanes qué traberseun la France, Quém rapèli lous aouillès, Basques o béarnès, Parlèoun une iaoute lèngue, parlèoun pas francès. Souvenirs de jouénèsse, qué nous qu'am counéchut, Lous grans troupéous d'aouilles, dat lous courns biscournuts, Quitabeun lou « rèt païs », soun païs de mountagnes, En dé passa l'hibèrn dèns las nostes campagnes... Sus la route un councèrt dé batales et clarines, Dus cans, un ase gris, lou troupèt qué camine, Lou sé, troubèoun un parc (adare qu'é garatge)... Aqui tiréoun leyt et qué hazén roumatge... Voitures à chibaou, mulatrès o gros atalatges, Qu'am trèmblat aou clic-clac dou fouèt, estan pétits meynatges, Et la nèyt qué rébéoum,toutun plèns d'émotiouns, N'émotioune pas mey digun la tutte d'un klaxoun! Cinquante ans qu'an passat, lou progrès qué ba biste, Lous aouillès et lous bouès soun aoutomobilistes, Qué la course aou bounhur,qué l'accousseum tout l'an N'ou gaherèm pas jamais, qué l'am pasat déban!

25


Les Associations

Les Arts de l’Arue Retour sur une année riche en évènements culturels

A

voir les « mines » réjouies en ce jour du 15 septembre 2011 lors de l’assemblée générale de l’association, l’été a paru bien long à certains. Pourtant les occasions furent nombreuses pour nous rencontrer :  les jeudis soirs lors des cours de dessin où s’affrontent les aquarellistes, les « huileux », les amateurs de pastel, les écolos qui peignent à l’eau, j’en oublie certainement. Merci à Philippe FERRAN !  lors de l’exposition de Jacques FLEURET et Philippe FERRAN (encore lui !) à la salle des associations le 04 et 05 décembre 2010. Le public venu nombreux s’est réjoui devant les tableaux et les poteries de nos deux artistes.  en témoignage de la mémoire atrébate, les portraits d’Yvan MANIOSKI début janvier ont connu une affluence record notamment lors du vernissage. Eh oui, Yvan a su nous faire retrouver notre mémoire qui souvent fait défaut.

26

Visages familiers pour certains ou trop rares pour d’autres, Yvan a réussi (grâce à l’aide de Cathy FONDEVIOLLE) à photographier avec émotion les traits de nos anciens. Merci à tous nos aînés d’avoir joué le jeu !  le 02 avril la salle des associations fut de nouveau sous les projecteurs. Suzanne GLINEL exposait ses aquarelles jeu d’ombres, de lumières et de transparences aux regards de tous. Rosy COGET quant à elle nous éclairait sur ses différents objets créatifs (lampes originales…).  le 09 avril, l’inauguration du sentier des lagunes fut, pour le plasticien que j’essaie d’être, le théâtre de la création de 2 œuvres originales mais malheureusement éphémères. Celles-ci furent appréciées par certains et incomprises par d’autres ; le chemin reste long de l’acceptation de la différence.  et pour finir le « cadre » des fêtes du village a servi de support pour

Fêtes patronales : « Les artistes en herbe à l’œuvre »

l’exposition de l’atelier de dessin. Les enfants eux aussi étaient conviés aux festivités puisque les membres des Arts de l’Arue avaient organisé pour eux un atelier peinture. Merci aux grands et aux petits. N’ayez crainte, cette année-ci sera aussi l’occasion de nous revoir et de rencontrer notre public ! BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2012 ! Le Président - Frédéric DUPRAT


Infos locales

Arue Tahiti

DON DE SANG Réserves de sang très fragiles : l’EFS appelle à une forte mobilisation des donneurs de sang.

Au mois de mars, nous avons eu le plaisir de recevoir dans notre petit village une délégation de la ville de Arue, -Tahiti (9 562 habitants). Cette ville se situe dans la banlieue de Papeete, sur la côte et au pied d’une région montagneuse. Elle possède de nombreux équipements sportifs et de loisirs ainsi qu’un camp militaire, siège du 4ème régiment d’infanterie de marine de l’armée française. Trois habitants nous ont fait l’honneur de venir nous saluer lors de leur voyage en métropole. Nous leur avons fait découvrir notre modeste patrimoine naturel et historique. L’éloignement de nos deux communes ne nous permet malheureusement pas d’avoir des échanges fréquents, mais si le voyage vous tente ….. Arue est une destination de rêve. C.F. C.F

La fin d'année 2011 s'annonce particulièrement difficile pour l'Etablissement Français du Sang, tant la consommation des malades en produits sanguins est soutenue. Nous devons nous mobiliser, donnons notre sang ! Contact: Association des donneurs de sang ROQUEFORT Mr DONNET Gilbert Tél : 05 58 45 51 04

Images extraites de la plaquette de présentation remise par la municipalité d’Arue - 98701 -

Le carnet Naissances Kenzo TEIXERA DE OLIVERA le 16 septembre 2011 Fils de Virginie Fondeviolle et Lionel Teixera de Olivera Mariages Annie NEBOUT et Christian DEPAY le 9 juillet 2011 Sandrine CABANAC et Stéphane BIDAUBAYLE le 30 juillet 2011 Décès Marcelle DULIN le 16 février 2011 Gilberte dite Simone DÉJEAN le 15 novembre 2011

Gâteau aux Marrons - Chocolat Pour 8 personnes

250 gr de chocolat noir 370 / 400 gr de marrons au naturel 180 gr de sucre glace 200 gr de beurre ramolli ■ Faire fondre le chocolat dans un peu de lait. ■ Mélanger les marrons, le sucre glace et le beurre, mixer le tout. ■ Verser cette préparation dans un moule beurré passé préalablement au congélateur. ■ Puis mettre au congélateur 24 heures. ■ Sortir le gâteau 2 heures environ avant dégustation, le décorer soit avec des noix, du pralin ou des amandes grillées.

27



Arue