Issuu on Google+

WWW.LENK.LU

info.sanem@lenk.lu

Le social d‘abord –

la liste de déi Lénk pour la commune de Sanem.

d. g. à d. Armani Eugenie, Ceccarelli Remo, Panunzi Ferruccio, Menster Laurie, Schneider Claude, Schneider Fabienne, Urbany Serge, Hollerich Hubert, Heinen Hubert, Passeri Marcello, Betti-Sorbelli Silvia, Da Silva Matos Manuel, Kunnert Leo, Arendt Patrizia, Costanzi Mirka

Arendt Patrizia (50), employée de l’Etat, Sanem Armani Eugenie (54), femme au foyer, Soleuvre Betti-Sorbelli Silvia (45), employée communale, Soleuvre Ceccarelli Remo (43), fonctionnaire d’Etat, Ehlerange Costanzi Mirka (23), assistante sociale diplômée, Soleuvre Da Silva Matos Manuel (43), ouvrier industriel, Soleuvre Heinen Hubert (71), fonctionnaire e.r., Belvaux Hollerich Hubert (44), secrétaire syndical, Belvaux

Page 2

Interview: Silvia BETTI-SORBELLI

Kunnert Leo (69), ouvrier e.r., Belvaux Menster Laurie (63), employée e.r. Belvaux Panunzi Ferruccio (55), électronicien, Soleuvre Passeri Marcello (63), technicien e.r., Ehlerange Schneider Claude (43), technicien, Soleuvre Schneider Fabienne (19), étudiante, Soleuvre Urbany Serge (59), juriste, Sanem

Page 4

Page 3

Prix de l‘eau: La note est pour qui?

Interview avec Beate Sander (OPE): Il y a du travail pour tout le monde. 1

Page 5

Réforme des retraites: Contre toute dégradation.


Interview avec Silvia BETTI-SORBELLI:

Les aides-éducatrices ne se sentent pas suffisamment reconnues.

Silvia Betti-Sorbelli Aide-éducatrice, syndicaliste, Soleuvre

A quoi ressemble la journée de travail d’une aide-éducatrice? Voilà dix ans que je travaille à la Maison Relais de l’Ecole 2000 de Soleuvre. La Maison Relais a été fondée dans le cadre de la journée continue. Le concept consiste à assurer une prise en charge continue des enfants durant toute la journée, afin de soutenir les parents qui exercent une activité profession-

nelle. Mes collègues et moi avons pour tâche d’assister et d’occuper les enfants en dehors des horaires de l’école traditionnelle. Nous accueillons ainsi les enfants avant le début de l’école, nous sommes responsables de la distribution du repas dès 11h30 et encadrons des enfants jusqu’à 18h30.

garde d’enfants, du personnel de soins et du secteur social (SAS). En fait, malgré la formation continue nous sommes cantonnées dans une carrière provisoire bloquée après 5 ans d’ancienneté et cela constitue un problème majeur, car les salaires de tous les autres employés sont progressivement augmentés durant leur carrière. Les contrats à temps partiel sont une autre source de difficultés: il est très difficile de se faire accorder une augmentation de tâche partielle ou de passer à une tâche complète. C’est une injustice, on se refuse à reconnaître notre savoir et notre expérience. Notre boulot n’est tout simplement pas reconnu à sa juste valeur.

Comment devient-on aideéducatrice et qu’en est-il du salaire? Il faut d’abord passer par une formation de base de 120 heures, qui est ensuite complétée annuellement par des cours de formation continue. En tant qu’employées communales, nous sommes soumises à la convention collective du secteur de la

Comment changer cet état des choses ? Les nouvelles tâches que notre commune s’est donnée à travers l’ouverture de nombreuses Maisons Relais impliquent une assistance qualitativement élevée. Nous sommes représentées à la délégation du personnel de la commune de Sanem, organisme largement dominé par l’OGB-L dans lequel nous nous battons pour une meilleure reconnaissance et une réévaluation de notre travail. Je m’engagerai également en tant que membre de déi Lénk afin que le Conseil communal et le Collège Echevinal prennent au sérieux nos revendications et à ce que nos conditions de travail soient améliorées.

Ecole publique en journée continue pour tous!

Patrizia Arendt

Secrétaire à l’école de recherche «Eis Schoul», Sanem

Les mesures prises à ce moment étaient certes légitimes (rénovation et mise en état de maisons adéquates n’appartenant pas à la commune et dont l’accès et l’utilisation sont conditionnelles), mais elles ne peuvent être considérées que comme provisoires. Notre société a besoin d’un revirement des idées en matière de poli-

A la suite de l’introduction des chèques-services fin 2008 notre commune devait réagir sur le tas et trouver des solutions à court terme pour faire face à la demande accrue d’encadrement des enfants. Nous considérons les «maisons relais» ainsi que les «chèques services» comme des solutions transitoires en vue de la création d’écoles publiques gratuites, fonctionnant en journée continue et accueillant tous les enfants également hors du cadre de la plage horaire des cours réguliers. tique de l’enseignement et de l’éducation.

tous les enfants auraient les mêmes droits et possibilités de s’épanouir indépendamment de leur situation sociale ou du nombre des «chèques services» accordés. Les sociétés locales sportives, musicales ou d’activités de loisirs pourraient s’impliquer de manière permanente et travailler avec les enfants. Une telle approche aurait comme ob-

En tant qu’autorité publique, les communes doivent prendre leurs responsabilités et initier des projets pour combler la demande d’encadrement par la mise en place d’une école publique en journée continue pour tous. Dans cette école 2

jectif d’éveiller et de stimuler talents et intérêts de nos bambins avec l’appui de personnel qualifié supplémentaire. Mêmes droits et chances pour tous les enfants. Les enfants sont notre avenir, d’après l’adage. Notre commune a certainement réalisé pas mal de choses pour eux, mais beaucoup reste encore à faire!


Prix de l’eau:

La note est pour qui? L’eau de robinet doit être payée intégralement par les ménages, ce n’est qu’ainsi qu’on peut responsabiliser les gens - voilà l’argumentation spécialement des Verts (mais aussi du LSAP) au conseil communal. Ils ont adopté la politique prônée par le ministre de l’Intérieur appartenant au CSV. Que faut-il penser de cette politique de «couverture des coûts» ? Le prix de l’eau a été doublé entre 2005 et maintenant. Même sans avoir ouvert le robinet, l’eau coûte actuellement 12 euros/mois en taxes fixes de raccordement. Puisque la consommation moyenne ne peut pas être réduite considérablement, ce sont surtout les consommateurs normaux qui sont le plus taxés. Ménages touchés de façon sensible Une famille à quatre, avec une consommation moyenne de 150 litres d’eau par jour, paye ainsi déjà une note non négligeable de 507,9 euros par semestre. Elle s’ajoute aux autres augmentations de taxes (ordures, taxe d’équipement pour nouveaux résidents) et au renchérissement des prix de l’énergie (essence, gaz, électricité) que Monsieur Juncker veut sortir de l’indexation des salaires, avec l’accord des Verts. Subventions en question Si nous continuons de subventionner l’eau par le budget communal, argumentent les Verts (session de la Chambre du 11.12.2008), donc en maintenant à un bas niveau le prix de l’eau, nous subventionnons ainsi le «propriétaire de swimming pool» beaucoup plus que la «pauvre veuve». Et les Verts déclarent préférer financer des institutions communales sociales avec l’argent des augmentations de taxe.

Un argument pervers! Car d’autres institutions sociales, comme la Maison de Retraite, sont soumises à la même politique des coûts (voir aussi privatisation de la piscine communale à Differdange par le DP et les Verts). Et surtout, c’est le fait que les riches et les entreprises payent moins d’impôts (e.a. parce que la commune de Sanem a réduit l’impôt commercial!) qui a servi de justification aux augmentations des taxes communales. Ce que l’augmentation du prix de l’eau coûte plus aux «propriétaires de piscines» n’est rien contre les impôts qu’ils ont épargné. L’essentiel des augmentations de taxes est payé par les consommateurs moyens.

les prix de train, les entrées au théâtre et aux manifestations sportives, sans parler de l’école publique, sont fortement subventionnés. Retour au 19e siècle Depuis 100 ans le principe est: Les riches contribuent plus à la communauté par l‘impôt que les moins riches, pour que des besoins fondamentaux comme l’eau, l’énergie, le transport, l’éducation, le théâtre, les piscines publiques puissent être satisfaits par la gratuité ou des tarifs réduits. Cela s’appelle l’accès égal pour tous à des services communaux importants et c’est une mission

Les Verts affirment qu’un litre d’eau du robinet serait infiniment moins cher qu’un litre d’eau minérale et que néanmoins les gens achèteraient de l’eau minérale. Donc les augmentations de taxes ne compteraient pas. C’est oublier qu’une personne boit entre un litre et demi et deux litres d’eau par journée. Mais il a besoin de 150 litres d’eau par jour. C’est donc un argument insensé.

On peut faire autrement. Vous pouvez lire les propositions de déi Lénk (50 litres d’eau gratuite, prix de l’eau échelonné) qui sont sociales tout en taxant doublement une consommation excessive d’eau, dans notre dépliant «Pour l’environnement. Pour l’humanité».

Parfois on objecte qu’on devrait alors aussi financer d’autres produits de première nécessité comme le lait ou le pain si on subventionne l’eau. C’est oublier que les produits agricoles en Europe sont depuis longtemps fortement subventionnés par la politique agricole commune. Et c’est oublier que 3

Serge Urbany

Juriste auprès de l’OGBL, porte-parole de déi Lénk, ancien député et conseiller communal, Sanem

essentielle des communes. Il n’est pas contesté que le budget communal doit être en équilibre. Mais si d’un côté on décharge les entreprises qui font des profits et que de l’autre on charge les ménages, la question doit être permise: pour quels intérêts travaille une telle autorité communale ? Nous avons une autre conception d’une politique communale sociale et proche des citoyens. Le principe de «couverture des coûts» dégrade la ressource précieuse et vitale de l’eau en une marchandise, pénalise surtout les personnes à petit revenu et rend possibles toutes sortes de privatisations. Le pouvoir public se rend ainsi superflu lui-même. La politique de pauvreté participe à ce retour au 19e siècle néolibéral. Ensemble avec les augmentations de taxes, une allocation de vie chère a été introduite. On peut la demander au secrétariat de la commune, en dévoilant sa situation financière. Des citoyens deviennent ainsi des quémandeurs! C’est malheureusement cela la réalité de la politique LSAP/Verts.


Économie solidaire:

Un modèle alternatif au niveau communal. Dès le début, déi Lénk a accompagné le CIGL dans la commune de Sanem. Dans le contexte actuel, l’économie solidaire située en dehors de la logique des bénéfices constitue à nos yeux un point fondamental.

Josy Steffen

Trésorier CIGL-Sanem, ancien conseiller communal déi Lénk

Le CIGL a certes créé des domaines d’occupation durables et sensés au sein de la commune, mais les embauches définitives sont rares, car le but réel du Ministère du travail est de rendre les chômeurs «employables» pour le secteur privé. En réalité, comme personne ne semble avoir besoin d’elles, ces personnes se retrouvent souvent à nouveau sans emploi ou -au mieux- dans les mailles d’une mesure d’occupation précaire. Les organisations patronales

vente des produits régionaux ou biologiques de qualité, ainsi que des produits du commerce équitable. Le but est de travailler avec les producteurs régionaux tout en ravivant le centreville, de raccourcir les voies de transport pour préserver l’environnement et de créer de nouveaux emplois dans le secteur de l’économie solidaire.

accusent le CIGL de concurrence déloyale, alors même que ce dernier opère sur le terrain d’activités délaissées comme non profitables par l’économie privée. D’après nous, les petits commerçants de la commune souffrent plutôt de la concurrence déloyale des grandes surfaces et des conditions prohibitives pratiquées par les banques et les assurances.

déi Lénk demande au gouvernement de reconnaître officiellement l’économie solidaire, afin que celle-ci puisse s’épanouir librement selon ses propres principes de fonctionnement démocratiques, à l’instar de ce qui a été réalisé avec succès au Brésil.

Le réseau CIGL a pour objectif de répondre aux besoins de la population locale. Une des plaintes récurrentes de nos concitoyens est l’absence de magasins au sein de notre commune et le CIGL entend faire face à ce problème avec un projet à Soleuvre: L’EPISOL(*) du CIGL mettra en

Chacun a droit à vivre dans la dignité et pour cela il faut pouvoir vivre de son travail! * épicerie solidaire Tout le monde peut être client. Les personnes à revenu suffisant payent la totalité du prix et les personnes à faible revenu achètent les mêmes produits à un tarif subventionné. L’offre est constituée de l’achat de produits régionaux, biologiques et de commerce équitable.

Ne pas confondre avec épicerie sociale: Ici seules les personnes habilitées par la Caritas et la Croix Rouge peuvent acheter. L’offre dépend en grande partie de la charité des grands magasins.

Interview avec Beate Sander (OPE):

‘Il y a du travail pour tout le monde. Il suffit de le découvrir et de le financer.’ Qu’est-ce que l’économie solidaire?

Comment créer des emplois durables?

L’économie solidaire crée des emplois en vue de répondre à un besoin réel de la population, qui ne trouve pas certains services sur le marché actuel (p.ex. points internet, services de voisinage, épiceries solidaires,…). Nous embauchons surtout des chômeurs, l’économie solidaire étant liée aux financements du Ministère du travail. Ceci limite malheureusement la durée des contrats à 24 mois et notre développement en souffre, car nous souhaitons créer des emplois stables. Il ne suffit pas de remettre les personnes en course pour un marché du travail avare de perspectives dès qu’on franchit la barre des 40 ans.

La situation économique actuelle démontre que le système capitaliste a échoué à ce point de vue. Or, il y a assez de travail pour tous, il suffit de le financer. Voilà pourquoi nous demandons la création d’un fonds pour l’économie solidaire et un nouveau type d’associations d’intérêt collectif. Celles-ci auraient pour caractéristiques de ne pas être orientées au profit, de créer des emplois fixes et de répondre aux besoins de la population locale. La création de cette nouvelle branche économique demande un effort collectif comparable à celui qui a amené à la réalisation de la Sécurité sociale

(système de financement mixte composé de recettes propres, d’une réorientation des entrées fiscales et d’une participation volontaire). Que peut faire notre commune? Sanem est déjà notre partenaire actif et finance les projets actuels à hauteur de 25%. A travers ses citoyens et ses citoyennes, la commune est responsable de la définition de nos projets. Au niveau politique, la commune peut également prendre l’initiative et œuvrer dans le sens de la création d’un fonds pour l’économie solidaire. 4

Beate Sander est responsable du développement local du CIGL Sanem pour le compte de l’OPE (Objectif plein emploi).

Les CIGL Centres d’Initiative et de Gestion Locale - sont des associations sans but lucratif faisant partie du réseau Objectif Plein Emploi. Objectifs : améliorer la qualité de vie des citoyens, rétablir le lien social et créer de nouveaux emplois. Ils fonctionnent en tant que asbl (associations sans but lucratif) en partenariat avec l’état, les communes et pour un tiers de capitaux propres. Actuellement seuls des CDD (contrat à durée déterminée) de 24 mois sont possibles.


Réforme des retraites:

déi Lénk contre toute dégradation des acquis sociaux. Hubert Hollerich

Le message du gouvernement CSV-LSAP est un défi pour les salariés: soit ils acceptent de travailler 3 ans de plus, soit ils acceptent une réduction de leur pension de 15%.

Secrétaire central de l‘OGBL, responsable pour le syndicat aviation, Belvaux

Or, l’augmentation du temps de travail pendant la vie aura comme conséquence une augmentation du chômage des jeunes qui accèderont plus tard au marché du travail. Les prétendues économies faites au niveau des pensions seront très probablement utilisées pour payer les indemnités de chômage et l’aide sociale aux concernés. déi Lénk est d’avis qu’après 40 ans de travail tous les assurés devraient avoir le droit de passer le soir de leur vie de la meilleure façon possible. «Pension à la carte» augmente risque de pauvreté. Même si le ministre de la sécurité sociale di Bartolomeo (LSAP) essaie de convaincre la population que personne ne sera forcée de travailler 3 années de plus, il souligne également que chacun est libre de conclure une assurance-pension complémentaire. Il parle, dans ce contexte, de « pension à la carte ». La reforme des retraites se dirige donc contre les personnes exerçant un travail stressant ou physiquement difficile. Elle se dirige en outre contre les demandeurs d’emploi âgés et contre les travailleurs qui ont cessé leur activité professionnelle pour des raisons familiales, c.-à-d. en premier lieu les femmes. Beaucoup de salariés ne supportent pas une réduction de la pension et ne sont pas non plus en mesure de financer une assurance-

sition d’un logement. Il pourra également investir dans les énergies renouvelables ou accorder des crédits aux petites et moyennes entreprises en vue d’assurer le maintien de l’emploi, voire de créer de nouveaux emplois nécessaires pour assurer l’équilibre des caisses de pension.

Actuellement, 80 % des réserves du fonds de retraite (c.-à-d. presque 9 milliards d’euro) sont investies dans l’industrie alimentaire, l’industrie pharmaceutique, l’industrie cosmétique, la fabrication d’appareils ménagers, l’industrie nucléaire et l’industrie de l’armement. Les révélations de déi Lénk concernant les investissements du fonds de retraite dans les armes à sous-munition et dans l’énergie nucléaire, entres autres Tepco, exploitant de la centrale nucléaire de Fukushima, et EDF, exploitant la centrale nucléaire de Cattenom, firent l’effet d’un coup de foudre.

pension complémentaire. Avec cette réforme des retraites, le CSV et le LSAP mettent sérieusement en cause le principe de la solidarité et ils favorisent la privatisation de notre système des pensions. Supprimer le plafonnement des cotisations! Les salariés ayant des finances solides ne paient des cotisations que jusqu’à concurrence d’un salaire mensuel de 8.878€. Cela correspond à cinq fois le salaire minimum légal. Toute somme gagnée audelà de ce montant est exempte de cotisations. Une suppression de ce plafond résoudrait beaucoup de problèmes en un seul coup et les spéculations en bourse faites avec l’argent de nos réserves seraient totalement superflues.

Investir de manière raisonnable et durable! déi Lénk exige que le fonds de retraite fasse des investissements raisonnables dans l’intérêt des assurés, par exemple sous forme de prêts hypothécaires accordés pour l’acqui-

Fonds de retraite investit dans les armes à sous-munitions et dans l’énergie nucléaire. 5

Contournement de Bascharage soutenu par le CSV, le LSAP et les Verts. Lors de la réunion d’information sur le contournement de Bascharage, le 4 mai 2011 à Sanem, le bourgmestre socialiste a essayé de contourner tout débat politique. Le CSV, le LSAP et les Verts se sont prononcés unisono en faveur du contournement, sous condition que celui-ci ne soit pas construit sur le terrain de la Commune de Sanem. Que la route soit construite cinquante mètres plus loin, sur le territoire de Bascharage, où la nature serait également détruite, ne semble intéresser personne. Ce n’est que déi Lénk qui avait posé les vraies questions et qui avait relevé qu’avec la construction du contournement on donnerait à nouveau priorité au transport individuel et non pas au transport public. Entretemps, CSV et LSAP se bagarrent et s’accusent mutuellement d’être responsables de cette misère, tandis que Déi Gréng se sont retranchés dans le silence.


Manuel Da Silva Matos

deste país. Nós trabalhamos e vivemos neste país. Por isso é perfeitamente normal que nós participemos na vida política para exprimir a nossa opinião. Eu nâo quero ser um simples expectador. Eu sou membro da dei Lénk, o partido da esquerda luxemburguesa que se bate pela manutenção dos direitos sociais adquiridos e que estão em vias de ser desmantelados.

Nós somos todos abrangidos e nós temos que agir como pessoas responsáveis. No próximo dia 9 de Outubro vão familia minha a com Emigrei ter lugar as eleições locais anos. 3 apenas tinha quando (comunais). consqueria familia A minha aqui existência nova truir uma no Luxemburgo. Eu encontrei, Nós temos o direito de voto aqui, uma nova pátria como e nós podemos mudar as muitos dos meus compatrio- coisas. Vamos mexer-nos! tas portugueses. A intenção Façamos ouvir a nossa voz! dos meus pais era de retornar Protestemos! Vamos votar ao país natal. Depois, muita para defender aquilo que nós coisa mudou. Muitos de nós construimos. ficaram e construiram uma Tudo nos diz respeito. Vamos nova vida. empenhar-nos e ser responsáveis. Votemos à esquerda – na tanto os Nós participam votemos dei Lénk no próximo tornos como vida económica dia 9 de Outubro! cidadãos s verdadeiro námos

Ouvrier industriel, Soleuvre

LSAPANINI – collectionnez vos socialistes et collez les! Nos socialistes sont de vrais farceurs! Au lieu de communiquer sur des sujets politiques, ils se limitent au culte de leur propre personne. Le comble du ridicule est sans doute l’appel à la population de collectionner les images autocollantes des têtes des candidats du LSAP, tout comme on le fait avec les autocollants Panini. On retrouvera certainement quelques albums sur un marché aux puces pour enfants après le 9 octobre!

nistrazione comunale, abbiamo il dovere, e non solo il diritto,di esserci anche noi.

Marcello Passeri

Technicien e.r., Ehlerange

I partiti politici amministrano i comuni, li amministrano secondo le loro ideologie e compiono gli atti dettati dai bisogni degli abitanti. I partiti di destra però, non fanno l’interesse dei cittadini: gli amministratori espressi da quei partiti si occupano più sovente degli interessi economici loro privati, e di quelli dei loro amici ed alleati per i quali, in fondo, conta soprattutto il profitto personale.

Amici e compagni italiani,si avvicinano a grandi passi le elezioni amministrative qui in Lussemburgo, che avranno luogo nel mese di ottobre prossimo. Sono i partiti della sinistra quelli che rappresentano meglio i citGli stranieri in Lussemburgo, e tadini, e noi stranieri in particonoi italiani in particolare, abbia- lare. mo il diritto di voto alle elezioni Vi invito, con tutto il cuore e con comunali: abbiamo la possibilità tutta la mia passione, a votadi esprimere la nostra voce per re per i partit i della sinistra lusquanto riguarda le scelte della semburghese, in particolare per vita di tutti i giorni, che influisco- i candidati della lista dei Lénk, no sulla qualità della vita nostra, affinché possa no affermarsi nelle delle nostre famiglie e sul futuro nostre amministra zioni comunali. dei paesi e città che ormai sono anche nostri, e dove vivranno i Vi ringrazio, vi auguro una vita nostri figli. È troppo importante serena ed un avvenire fatto di contribuire all’azione dell’ammi- pace, di tranq uillità e di benessere.

Anges rouges – anges verts. L’hebdomadaire satiriq ue «De Neie Feierkrop » du 24 juin 2011 met les points sur les i: «Le Lasep et les Verts se son t prononcés à cor et à cri en faveur de la sép aration entre l’Eglise et l’Etat lors des déba ts parlementaires. Or, la mise en pratique de cette initiative semble poser des problèmes à ces deux partis au plan local. Au plan national, les curetons sont attaqués, au plan local on s’arrange paisiblement avec l’Eglise, entre autre dans la Commune de Sanem où les Verts tienn ent le sceptre conjointement avec le Lasep et où le CSV est réduit tout au plus à l’état de badauds. C’est ainsi qu e le collège échevinal a fiè rement fait distribuer, le 15 juin, à tous les mé nages un dépliant sur papier glacé informant sur le programme de la veille de la Fête Natio nale. A cette occasion , le bourgmestre Georges Ange et ses échevins Cecchetti, Goelhausen et Piscitelli invitaient, dans un élan d’entente cordiale, au Te Deum à l’église de Saint-Nico las à Soleuvre. Celui qu i continue de croire à la séparation entre l’Eglise et l’Etat, croit au Saint Nicolas.»

LSAP - Déi Gréng à la chasse aux voix auprès du Troisième Age. à C’était précisément au chantier du CIPA les bles Belval, là où pendant les jours ouvra ouvriers du bâtiment bossent en casque et souliers de sécurité, que le collège échevinal LSAP-Déi Gréng avait invité, le 21 mai dernier, la population âgée à une visite guidée et à la présentation de deux chambres témoins. Mis à part que les chambres témoins annoncées étaient inexistantes, la visite guidée s’est révélée être une course à obstacles à travers x un chantier en plein travaux, où câbles, tuyau Tout urs. parco le aient et raccordements longe t le monde était embarrassé, particulièremen pertirque Rema te. rédui lité les gens à mobi , nente d’une sage dame: on se fiche de nous passons, il n’y a rien à voir!

...ça tire!


Journal pour Sanem - juillet 2011