__MAIN_TEXT__

Page 1

VUE RE 18 40 pages

20

30 275 exem

plaires

de l’année

MARDI 26

JUIN 201

8

39 e année,

no 42

Fondé en

1978

36 pages

ans

aska

ens Des citoy ourvu ép pris au d

39e année, no 36

ans

44 pages

LES MÉ TAUX

RICHER & FRÈRES ACHETO

PAYONS

OMÉNAG ERS, COMPTAN T.

inc.

39e année, no 33

2018

Le 2 juin 2018 approche!

(Photo : archives)

s de 25 ans Courriel : info@ric . heretfrer www.rich es.ca eretfrere s.ca

l'Espace Show rine Cabaret et de Fermeture du Ma

(Photo : gracieuse té)

P. 41

CAQ dans Richelieu

Pages 3 à 5

laires

MARD

I 11 SE

PTEM

BRE 20

18 40 e an

M

née, no

p a ieu

01

Fondé

ge x s V 23 iv à 2 re 7

en 19

ans

78

88 pa

ges

Confli t co les État mmercial en s-Unis et la C tre hine

Les re d’agri venus affectéculteurs s

P. 3 à 5

P. 3

Le Gib Fest lance programmation une diversifiée

Vocation

-5

P. 5

cal Cou rnoyer)

ales

en succurs

(Photo : Pas

* Détails

Ils passent en finale de la LNAH

La Voix

Le parcours d’Antoine Lachance s’arrête aux directs

VA)

r) (Photo : Pascal Cournoye

P. 17

comm un

autaire La Vill achète e de Sorel-Tra cy Jani-B la salle er

%

P. 21

Les Éper viers réussissent l’improbable P. 46

CAH

IE R A NN

Témo

CAHIE

R ANN I ans

IV E R

in de votr

HISTO

AIRE

e

n de votre

HIS TO

IRE

D E P U I S 1 9 7 8

E

IRE

E JOU

VERS

Témoi

S A IR

DEP UIS ENTR 197 E DE 8 VOTR

AU C

REVUE_ANNÉE_2018.indd 1

Les Éperviers prêts à défendre leur titre

134785

2Frères, Dead Obie s, The Box...

132927

ur Un coup durltpuorel le secteur cu

y

P. 4

(Photo : Michel Sévigny)

de la

5 exemp

(Photo : OSA Images/T

Le DG limogé par son conseil

P. 42

Victoire historique

48 pages

Depuis plu

Ville de Sorel-Trac

e Émond déloge un château fort péquist

Jean-Bernard

P. 12 et 13

30 27

Parc Regard-sur-le-fleuve, Sorel-Tracy 1 877 222-1665 relaispourlavie.ca

CHAMPIONS!

Partie d’ouverture le 5 octobre

Une rem orqueus e est mai aller che ntenant rcher les disponib véhicules le pour pour la 3525, che ferraille min de la . Vallière, Sorel-Tracy Tél. : 450 743-0758

Inscrivez-vous!

Les Éperviers de Sorel-Trac un 1er titre en 20 y ramènent ans

Pédophile con 13 ans et dem damné à i de

prison André Pép cause en Coin perd sa ur d’appel

Page 3

MARDI 24 AVRIL

laires NS ÉLE 30 275 exemp CTR

136530

(Photo : Pascal Cournoyer)

Plongeon au cœur d virtuel de Sorel es îles

(Photo : gracie useté/SQ)

Ouverture nos journa le 29 juin : listes testen t Statera

) Philippe Morin (Photo : Jean-

Fondé en 1978

P. 7

(Photo : Pascal Gagnon)

MARD 3 I 15 MAI 2018 P.

P. 38

Des Sorelois sauvent la vie de leur ami

P. 4 et 5

r) (Photo : Pascal Cournoye

30 275 exemplaires

Anthony r Beauvillie à progresse t an pas de gé

Réaction à une allergie sévère

P. 4

Photographe s)

Un Sorelois parmi les film grands du on d’animati

ane (Photo : Stéph

Nommé aux ards Annie Aw

Martin)

Depuis sonla Ligue rappel de e américain

Exaspéré par répétées sur des inondations

ans

ses terres Un Sainte-An entame des nois judiciaires procédures

(Photo : HÉ!

l (Photo : Pasca

Cournoyer

)

m record à Ya Embâcle

44 pages

Fondé en 1978

40e année, no 4

MARDI 2 OCTOBRE 2018

(Photo : archiv es)

30 275 exemplaires

(Photo : gracieuseté)

no 39e année,

cal Cou rnoyer)

2018

(Photo : Pas

JANVIER

UNE photo

: Philippe

Manning

P. 30

RÉGIO

QUI FO Crédit

RGE SO

Cham pio de cycli nnats pana sm mé

La Con e sur piste ricains Jussau trecœuroise de bronme médaillé Laurie e ze

(Photo : archives /Michel Guillem ette)

MARDI 23

20

s

mplaire 30 030 exe

N

N DESTI

N

Supplément 11 septembrespécial 2018

RNAL

2018-12-13 10:52


REVUE_ANNÉE_2018.indd 2

2018-12-13 10:52

2 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année


OPINION

LE BEAU PARI MARCEL RAINVILLE mrainville@les2rives.com

DIRECTEUR GÉNÉRAL

Il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre, disait Einstein. 2018 fut l’envol de grands projets pour la région, notamment sur le plan touristique et le statu quo n’était pas une option!

L’étape des bilans est passée. Mitigés ou positifs, selon la perspective, car les promesses et attentes étaient élevées. Pour ma part, c’est avec un recul à vol d’oiseau, à la hauteur de notre héron emblématique, que je m’attarde ici. Je tiens à mettre le projecteur sur l’audacieux défi collectif que la région s’est donné : de miser sur ses richesses, dans toutes ses facettes, pour développer son côté attractif et donner naissance à Statera, dont le nom latin, justement, signifie « équilibre ». Le beau pari, à mes yeux, c’est l’ensemble de l’initiative. Celle de s’être investi, tant au niveau de la refonte de l’image de marque de la région (les « 104 plaisirs »), qu’au niveau des infrastructures et du rayonnement. La région a misé sur elle, sur sa capacité à se positionner parmi les grandes attractions régionales. Elle a déployé ses ailes pour attirer les touristes en s’investissant dans une grande campagne de séduction. Elle a eu la vision de créer son propre Disneyland, avec son dôme et en donnant un sens magique au cachet insulaire de son archipel et sa réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre. Je ne crois pas à la poule aux œufs d’or, je crois plutôt au potentiel de la région et à l’usufruit de l’effort collectif à l’unisson. Sorel-Tracy avait grand besoin que des messages positifs soient lancés tous azimuts. Pour changer une image, il faut avoir de l’ambition et une vision sur le long terme. Un projet de cette envergure doit être évalué à juste titre. Sorel-Tracy a vu grand avec le projet de longue haleine du RIRÉRST et la communauté d’affaires y a cru.

REVUE_ANNÉE_2018.indd 3

Sur quoi devrons-nous miser également en 2019? Sur un retour au bercail de nos jeunes? Sur la main-d’œuvre? Notre équipe sera présente pour suivre ces dossiers de près, pour vous! La Revue de l’année fête ses 15 ans C’est déjà la 15e édition de la Revue de l’année du journal Les 2 Rives dans son format glacé actuel de style magazine. Ce cadeau, livré dans vos foyers juste avant le jour de l’an, est devenu une tradition. Cette année, pour l’occasion, nous avons « revu » la formule, en vous présentant cette grande rétrospective sous une toute nouvelle forme. Les grands enjeux sont jumelés aux différents thèmes aux titres évocateurs ou ludiques; l’approche change, mais les sujets sont toujours traités avec la même rigueur. En cette année du 40e anniversaire du journal, nous avons plus que jamais gardé le cap sur la qualité de notre produit et la croissance, en plus d’augmenter notre tirage. Oui, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre. Vous êtes ainsi plus nombreux à voir évoluer votre communauté, à y participer et à profiter des offres de nos annonceurs. Nous sommes fiers de vous livrer un journal régional à la hauteur de nos ambitions à tous. Nous sommes reconnaissants de votre fidélité et nous profitons de l’occasion pour vous souhaiter nos meilleurs vœux de santé et de prospérité. Bonne lecture et bonne année 2019! Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 3

D’autres symboles forts sont également sortis du lot : la Gib Fest a repris des plumes, notre offre de salles de spectacle s’est adaptée, nos Éperviers ont remporté la coupe après 20 ans et notre grande ville voisine, Contrecœur, a souligné avec succès son 350e.

En somme, tel un diamant brut, les fondations y sont et le potentiel de développement demeure énorme. Une communauté qui se prend en main et qui se forge une identité, ça donne espoir.

2018-12-13 10:53


OPINION

DE LA PAROLE AUX ACTES JEAN-PHILIPPE MORIN jpmorin@les2rives.com

DIRECTEUR DE L’INFORMATION

Dans ma chronique publiée dans la Revue de l’année 2017 l’an dernier, je lançais un message aux candidats à l’élection provinciale de 2018.

JULIE LAMBERT

jlambert@les2rives.com

JOURNALISTE

Les médias vivent une véritable crise non seulement financière, mais aussi identitaire. Que nous soyons d’accord ou non avec leur façon de couvrir l’actualité, on ne doit pas oublier qu’ils sont les témoins de l’histoire locale ainsi que la voix des citoyens et des communautés.

Depuis mon arrivée au journal en 2011, j’ai eu quatre employeurs. Plusieurs collègues ont perdu leur emploi en cours de route. Ces ventes démontrent à quel point la crise des médias ne date pas d’hier, qu’elle est profonde et qu’elle demande aujourd’hui une grande réflexion. Les médias ont manqué le bateau pour suivre l’évolution des lecteurs, mais plus personne n’est prêt à payer pour de l’information en raison de son accessibilité sur le web. Vous direz que j’ai un parti pris, mais ce désir de raconter le quotidien des gens, de le comprendre et d’en connaître toutes les facettes est ancré en moi depuis toujours. Je crois qu’il est nécessaire et primordial pour la population d’être informée de manière transparente, mais aussi suffisamment afin que les gens se forgent leur propre opinion et leur propre identité. Je tente aujourd’hui d’imaginer un monde sans médias, mais je n’y arrive pas. Sans eux, comment aurions-nous vécu les succès d’Antoine Lachance et Marc-André Fleury? Comment aurions-nous été touchés par l’histoire de Charles Caisse, en phase terminale d’un cancer, et de ses derniers jours? Depuis mes débuts, je ne compte plus les fois où on m’a critiquée sur les sujets abordés par les médias, que ce soit la mort d’un jeune dans un accident, des conflits dans une municipalité ou de ne pas parler que de bonnes nouvelles. Mais est-ce que cela refléterait véritablement l’image de notre société dans dix ans? Ne serait-ce pas rayer des pans de l’histoire locale? J’ai la ferme conviction que les médias seront là pour rester, car les journalistes auront toujours à cœur de montrer les deux côtés de la médaille par devoir, mais aussi par conviction.

4 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

J’écrivais mot pour mot : « Un petit message à messieurs Sylvain Rochon (PQ), Jean-Bernard Émond (CAQ) et autres candidats qui donneront leur nom pour se présenter  : de grâce, parlez-nous de vos idées et de comment vous voulez faire avancer la circonscription de Richelieu. C’est ce que les citoyens veulent entendre. » J’écrivais ceci à la toute fin puisqu’on venait de vivre une campagne électorale où les candidats à la mairie de Sorel-Tracy envoyaient des communiqués ou prenaient la parole pour tenter de discréditer les autres candidats plutôt que d’avancer des idées. Un an plus tard, quel est le constat au provincial? D’un côté, le député sortant Sylvain Rochon misait sur la poursuite des dossiers entamés depuis son élection en mars 2015. Il a toutefois senti la soupe chaude pendant la campagne électorale puisque les sondages prévoyaient une razzia caquiste en Montérégie – ce qui s’est produit. C’est à ce moment qu’il s’est lancé à l’offensive, notamment dans le débat au Cégep de Sorel-Tracy et dans les journaux locaux, en attaquant la CAQ sur divers enjeux. De l’autre, Jean-Bernard Émond, qui se présentait pour une troisième fois en quatre élections, s’est plutôt concentré sur ce qu’il prévoyait faire une fois au pouvoir. Cette stratégie a payé puisqu’il a été élu avec 49,8% des voix. Est-ce en raison de sa campagne positive? Ou est-ce la notion de changement martelée par François Legault tout au long de la campagne? Ou ses promesses locales ont trouvé écho auprès des électeurs? Peut-être un mélange de tout ça. Aujourd’hui, le nouveau député a du pain sur la planche. Plusieurs dossiers majeurs et réclamés par les citoyens l’attendent dans la région; mobilité, terrain synthétique, développement économique, etc. Ce sera maintenant à lui de passer de la parole aux actes.

L’IMPORTANCE DE STOPPER L’HÉMORRAGIE

REVUE_ANNÉE_2018.indd 4

2018-12-13 10:53


OPINION

COMPLICITÉ D’ABORD

GRANDS POUVOIRS, GRANDES RESPONSABILITÉS SARAH-EVE CHARLAND

secharland@les2rives.com

JOURNALISTE

Je quitte 2018 comme je quitte le journal Les 2 Rives. Six ans au journal sorelois, qui n’ont pas été une longue marche tranquille. C’est ici qu’on m’a donné ma première chance dans ce métier qui est devenu ma passion.

En journalisme, on reçoit plus souvent le pot que les fleurs. Depuis six ans, j’ai reçu de nombreux messages où on me manifestait de fortes insatisfactions ou des messages haineux. J’ai dû faire des entrevues difficiles. Parfois, j’avais des tonnes d’informations non confirmées. Parfois, je connaissais des histoires, mais les témoins ne souhaitaient pas en discuter sur la place publique. Le journalisme n’est pas une science à toute épreuve. Elle mérite de se remettre en question constamment. J’ai envie de vous raconter une courte histoire qui porte à réfléchir. Cet été, j’ai été bouleversée de recevoir une lettre vraisemblablement écrite par une fille d’âge primaire. Une jeune fille y décrivait des abus physiques, psychologiques et sexuels. Des accusations avaient été déposées au palais de justice de Sorel-Tracy, mais nous ne pouvions pas diffuser des informations qui ne sont pas présentées devant le tribunal. N’oublions pas, un accusé est innocent jusqu’à preuve du contraire. Il est facile de soumettre une personne à un procès populaire, mais on choisit toujours la prudence. Quelques mois plus tard, les accusations tombaient. Est-ce que les preuves étaient insuffisantes? Est-ce que l’histoire a été inventée? Le ministère publique ne jugeait pas la pertinence d’un procès. Avec les histoires d’abus, on souhaite identifier un coupable. Dans ce cas-ci, il n’y en avait pas. S’il y avait eu publication, les dommages auraient été irréparables. On compose avec les émotions de façon hebdomadaire. On apprend à vivre avec ça puisque publier un texte peut engendrer de graves conséquences. Je vous salue une dernière fois. Je relèverai d’autres défis à L’Oeil Régional, à Belœil.

LOUISE GRÉGOIRE-RACICOT redaction@les2rives.com

Survoler les 40 ans du journal Les 2 Rives en 2018 a permis de revoir ces décennies de vie régionale. Un regard évocateur sur son lot d’espoirs, d’inquiétudes, de projets divers, de réussites et de déboires.

CHRONIQUEUSE Mais la région ne s’est pas assagie! Elle oublie facilement les erreurs commises, les coups inefficaces portés, les grandes joies comme les petites fiertés suscitées par ses gens, les objectifs atteints et ceux avortés. Elle ne vieillit pas bien, car elle ne suscite pas encore toute la confiance nécessaire pour avancer. Elle oublie parfois les valeurs qui l’ont construite. Comme les animosités qui ont retardé son évolution. Elle ne sait pas encore comment accorder ses flûtes. Définir ce qui sera bien pour elle. C’est loin d’être la première fois que je l’évoque : elle peine encore à identifier le leadership de ses instances et ne sait encore bien arrimer ses visées urbaines et rurales. Et ce, à l’heure où elle sera appelée à se donner des projets régionaux spécifiques financés par les revenus générés par le parc éolien. Sa ville-centre n’arrive pas toujours, hélas, à se placer dans la mêlée, comme partie prenante, ni au-dessus non plus. Elle choisit souvent d’être à la fois juge et partie. Ce qui entraîne méfiance et blocages plutôt que confiance et avancées. Pourtant, cette complicité sera essentielle en 2019 où plusieurs défis se posent à elle : quels mandats confier, à l’élection de novembre, au prochain député fédéral? Comment mener les jeunes Sorelois vers des résultats scolaires mieux que piètres, au secondaire? Comment susciter la création d’emplois rémunérateurs? Comment remplacer une main-d’œuvre vieillissante et intégrer les nouveaux-venus qui y pallieront? Comment retrouver la mainmise sur ses institutions de santé? Quels attraits touristiques complémentaires et infrastructures sportives adéquates ajouter? Des éléments essentiels pour assurer un développement durable nourri à la fierté régionale retrouvée.

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 5

REVUE_ANNÉE_2018.indd 5

2018-12-13 10:53


REVUE_ANNÉE_2018.indd 6

2018-12-13 10:53

6 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année


ENJEUX

La mobilité dans la région au coeur des préoccupations JULIE LAMBERT

jlambert@les2rives.com

Plusieurs dossiers concernant le transport dans la MRC de Pierre-De Saurel ont fait l’objet d’une mobilisation au cours de la dernière année. En janvier, la Ville de Sorel-Tracy a déposé une demande au ministère des Transports (MTQ) afin que l’autoroute 30 soit prolongée vers l’est en boulevard urbain. Après une rencontre avec la direction régionale, un comité a été formé pour étudier les enjeux reliés à l’amélioration du réseau dans la région. Une étude sur le sujet a été également demandée par l'ensemble du milieu sorelois au MTQ qui procédera à cet examen. Le Regroupement de citoyens et de citoyennes pour la construction d’un pont entre Sorel-Tracy et Lanoraie à l’horizon 2028 (Pont STL 2028) a aussi été formé. Plusieurs sorties publiques et activités ont été proposées au cours de l'année, dont une conférence à l’Hôtel de la Rive. Pont

Le prolongement de l'autoroute 30 et la construction d'un pont entre Sorel-Tracy et Lanoraie sont des enjeux qui ont été soulevés dans la région en 2018. (Photo : Archives) STL-2028 a ensuite été dissous en octobre, les membres du comité disant vouloir léguer le dossier au nouveau député élu, Jean-Bernard Émond. En août, la MRC de Pierre-De Saurel a refusé la demande du regroupement qui souhaitait qu'elle finance en totalité une étude de forage géotechnique préliminaire pour sa construction. Si la MRC et la Chambre de commerce et d'industrie de Sorel-Tracy ont réitéré leur appui au projet,

elles ont affirmé qu'elles ne pouvaient pas contribuer financièrement au projet privé. La Ville de Sorel-Tracy a aussi réaffirmé son appui au projet, mais également souligné l'importance de maintenir les services du traversier. Élu en octobre, le député Jean-Bernard Émond avait promis en campagne électorale de s’assœir avec le MTQ afin de mettre sur pied l’analyse de la mobilité demandée par le milieu sorelois.

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 7

REVUE_ANNÉE_2018.indd 7

2018-12-13 10:53


ENJEUX

Statera loin d’atteindre son objectif de visiteurs JULIE LAMBERT

jlambert@les2rives.com

L’ouverture de Statera et le changement d’image de l’Office du tourisme de Sorel-Tracy auront permis à la région d’être sous le feu des projecteurs cet été. Malgré tout, l’attraction touristique n’aura pas attiré les 35 000 visiteurs projetés, mais plutôt 11 500 personnes au cours de ses trois mois d’opération.

L’Expérience Statera compte de nombreux volets, dont l’expérience interactive dans le bâtiment sur le quai Catherine-Legardeur. (Photo : Gracieuseté/Hé! Photographes)

Tourisme Région Sorel-Tracy a dressé également un bilan positif grâce à ses efforts marketing avec une hausse de fréquentation sur son site web.

8 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

En mai 2018, le Regroupement indépendant pour la relance économique de la région de Sorel-Tracy (RIRÉRST) a annoncé le succès de sa campagne de financement. Visant à financer la promotion et le démarrage du projet, elle a dépassé son objectif initial de 1,5 M$ pour atteindre 2,3 M$ grâce aux dons de plusieurs entreprises locales. La Ville de Sorel-Tracy a octroyé au projet une somme de 300 000$ pour une promotion conjointe avec l’organisation tandis

que la MRC de Pierre-De Saurel a offert une subvention supplémentaire de 150 000$ à l’Office du tourisme pour une campagne de promotion à grande échelle. Cette campagne comprenait entre autres un volet numérique avec des impressions sur différents sites Internet et des panneaux d’affichage installés sur les principaux axes routiers de l’île de Montréal et sur la Rive-Sud. Statera a entamé sa première saison sur le quai Catherine-Legardeur le 29 juin pour se terminer le 8 octobre. L’organisation a présenté son bilan en novembre et estime avoir accueilli 11 500 visiteurs, dont 10 000 payants, au lieu des 35 000 attendus. Parmi eux, 70% provenaient de l’extérieur de la région. Ces résultats en deçà des prévisions seraient attribuables à des imprévus et l’organisme prévoit des ajustements en 2019 notamment au niveau des horaires et des prix. Les différents acteurs touristiques ont estimé que la saison estivale 2018 a été bonne sans être exceptionnelle en enregistrant une légère augmentation de la fréquentation.

REVUE_ANNÉE_2018.indd 8

2018-12-13 10:53


Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 9

2018-12-13 10:53

REVUE_ANNÉE_2018.indd 9


ENJEUX

Le développement économique tributaire du Port de Montréal SARAH-EVE CHARLAND secharland@les2rives.com

Plusieurs obstacles se sont placés devant la réalisation de l’agrandissement du Port de Montréal à Contrecœur, dont les inquiétudes environnementales. Puisque de nombreux projets de développement économique sont tributaires de cet agrandissement, il se hisse parmi les enjeux importants de 2018.

Le Port de Montréal espère obtenir les permis du ministère de l’Environnement au printemps 2019 pour commencer les travaux. (Photo : Gracieuseté/Logistec) municipal pour manifester leurs inquiétudes d’être aussi expropriés. En juillet, le Fonds de solidarité FTQ et l’APM se sont associés afin de mettre à la disposition d’entreprises une enveloppe de 100 M$ pour le développement de la chaîne logistique du Port de Montréal.

10 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

En février, l’Administration portuaire de Montréal (APM) a déposé son étude d’impact environnemental. L’agrandissement pourrait détruire plusieurs habitats naturels et nuire à des espèces à statut précaire ou en voie de disparition comme le chevalier cuivré. L’APM a proposé une série de mesures afin de réduire les impacts sur l’environnement. L’étude a aussi été soumise à des consultations publiques. Environnement et Changement climatique

Canada, ainsi que Pêches et Océans Canada, ont mis à mal l’étude d’impact quelques mois plus tard en demandant davantage de précisions. L’APM devait répondre à l’ensemble de ces questions d’ici la fin de l’année. Elle espère obtenir les différents permis en 2019 afin de lancer la construction. Le gouvernement du Canada a déposé un arrêté ministériel en juillet sur les projets touchant les habitats de la rainette faux-grillon, incluant celui du Port de Montréal. Ce dernier a assuré que cette mesure n’aura pas d’impact sur la réalisation du projet. L’implantation du pôle logistique et de la zone industrialo-portuaire dépendent de l’agrandissement du Port de Montréal, qui pourrait créer 5 000 emplois. Le pôle logistique est touché par une cause devant les tribunaux. Un agriculteur doit se battre actuellement devant la Cour pour empêcher la Ville de Contrecœur d’exproprier la ferme Menanmar depuis trois ans. De nombreux agriculteurs se sont aussi présentés à deux reprises au conseil

REVUE_ANNÉE_2018.indd 10

2018-12-13 10:53


ENJEUX

Le temps supplémentaire obligatoire s’aggrave à l’Hôtel-Dieu de Sorel SARAH-EVE CHARLAND secharland@les2rives.com

Le temps supplémentaire obligatoire a semé la grogne auprès des infirmières à l’Hôtel-Dieu de Sorel en 2018. Une infirmière auxiliaire de l’hôpital sorelois, non intentionnellement, est devenue la porte-parole symbolique de ce mécontentement qui s’est manifesté partout au Québec. Johanne Leclerc a dénoncé, sur les réseaux sociaux, avoir été suspendue pour avoir refusé d’aller travailler après son quart de travail en temps supplémentaire en février. Elle devait prendre une médication qui se trouvait chez elle à Contrecœur. La nouvelle a été fortement dénoncée par le syndicat. Elle a aussitôt reçu le soutien du député de Richelieu de l’époque, Sylvain Rochon, et de plusieurs commerçants de la région qui ont offert des réductions ou des gratui-

tés aux professionnels de la santé pendant quelques jours. Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) Montérégie-Est a expliqué que la sanction disciplinaire a été attribuée à l’infirmière auxiliaire parce qu’elle a quitté avant la mise en place d’une solution. La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec pour le CISSS Montérégie-Est avait aussi déploré l’augmentation du nombre d’heures octroyées en temps supplémentaire obligatoire à Sorel-Tracy en début d’année 2018. Le CISSS misait donc sur une campagne de recrutement, mais s’est buté également à des campagnes de recrutement de tous les établissements de santé du Québec, aussi à la recherche de personnel infirmier. Dans un reportage publié en novembre, le journal rapportait que le temps supplémentaire obligatoire avait doublé cette année chez les infirmières auxiliaires en comparaison avec l’an dernier, passant de 1 101 heures à 2 100.

L’infirmière auxiliaire Johanne Leclerc a dénoncé sa suspension sur les réseaux sociaux. (Photo : Tirée de Facebook)

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 11

REVUE_ANNÉE_2018.indd 11

2018-12-13 10:53


ON RAYONNE À L’EXTÉRIEUR

Victoire historique des Éperviers JEAN-PHILIPPE MORIN jpmorin@les2rives.com

Les Éperviers de Sorel-Tracy ont dû attendre 20 ans avant de finalement rafler un titre dans la Ligue nordaméricaine de hockey. Et cette conquête de 2017-2018 s’est avérée méritée.

Les Éperviers ont obtenu leur premier sacre en mai dernier. (Photo : Andréanne Lebel/Info Dimanche)

un bon départ. Fin novembre, ils étaient toujours en tête du classement de la LNAH. Au football Les Polypus de l’école Fernand-Lefebvre ont eux aussi marqué l’histoire à leur façon en football juvénile division 2. Ils ont gagné le titre montérégien avec neuf victoires en

autant de matchs, incluant la saison et les séries. Les hommes d’Harold Turbide ont ensuite remporté la demi-finale du Bol d’Or 298, à Québec, avant de s’incliner en finale provinciale par la marque de 30-0 à TroisRivières le 10 novembre. Leur dernier Bol d’Or remonte à 2011.

12 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

Après un titre de saison régulière, les Sorelois ont gagné leur série quart de finale en six matchs contre les Draveurs de Trois-Rivières. Ils faisaient ensuite face à l’Assurancia de Thetford Mines en demi-finale. Tirant de l’arrière 3-1 dans la série, les hommes de Christian Deschênes sont parvenus à renverser la vapeur et remporter les trois matchs suivants. En finale, les Éperviers ont gagné en six matchs contre les 3L de Rivière-du-Loup. La foule était au rendez-vous tout au long de la saison, mais surtout en séries, avec des moyennes de 2 000 spectateurs par rencontre. Lors de la parade des champions en juin, au carré Royal, des centaines de partisans ont applaudi leurs favoris. Cette saison, les Éperviers connaissent

REVUE_ANNÉE_2018.indd 12

2018-12-13 10:53


ON RAYONNE À L’EXTÉRIEUR

L’année de Marc-André Fleury au hockey JEAN-PHILIPPE MORIN jpmorin@les2rives.com

Plusieurs hockeyeurs professionnels nous ont fait honneur en 2018. Celui qui a le plus attiré l’attention est le gardien de but Marc-André Fleury, qui a mené les Golden Knights de Vegas, une équipe d’expansion, en finale de la Coupe Stanley. Son équipe a été éliminée en finale en cinq rencontres contre les Capitals de Washington après avoir sorti tour à tour les Kings de Los Angeles, les Sharks de San Jose et les Jets de Winnipeg. Malgré tout, personne ne s’attendait à ce que les Golden Knights récoltent 109 points à leur première année de formation. Le Sorelois y a été pour quelque chose avec une moyenne de buts alloués de 2,24 et un pourcentage d’arrêts de ,927. D’autre Sorelois dans la LNH Trois autres Sorelois ont foulé les glaces de la Ligue nationale de hockey en 2018. Le défenseur des Ducks d’Anaheim, François Beauchemin, l’a fait une dernière

fois en mai. Après 903 matchs de saison régulière et 101 matchs de séries, l’arrière de 37 ans s’est installé à Saint-Robert cet été et profite d’une retraite bien méritée. Celui qui a été repêché par les Canadiens de Montréal en 1998 effectue de temps à autre du dépistage avec les Ducks. À l’opposé, l’attaquant de 22 ans Nicolas Aubé-Kubel a effectué ses premiers coups de patin avec les Flyers de Philadelphie le 30 octobre dernier. Il a joué neuf rencontres dans la grande ligue, terminant avec aucun point et un différentiel de +1, avant d’être retourné avec le club-école de la Ligue américaine. Finalement, l’attaquant Anthony Beauvillier a disputé une deuxième saison complète avec les Islanders de New York. Après un court séjour dans la Ligue américaine pendant les Fêtes, il a véritablement pris son envol en deuxième moitié de saison. Il a franchi le plateau des 20 buts en plus de représenter le Canada au Danemark pour les Championnats du monde de hockey. Dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, le gardien de but Charles-Antoine Lavallée a été repêché par les Wildcats de

Marc-André Fleury a été tout feu tout flammes devant le filet des Golden Knights cette année. (Photo : Jean-Philippe Morin) Moncton. Il est parvenu à se tailler un poste à l’âge de 16 ans seulement.

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 13

REVUE_ANNÉE_2018.indd 13

2018-12-13 10:53


ON RAYONNE À L’EXTÉRIEUR

Des œuvres de Pierre Girard traversent le Canada JULIE LAMBERT

jlambert@les2rives.com

Deux des œuvres animalières du peintre de Sainte-Anne-de-Sorel, Pierre Girard, se sont retrouvées à voyager à travers le Canada en 2018. Elles ont été reproduites sur les dollars de la Monnaie Royale Canadienne et sur les timbres de l’organisme Habitat faunique Canada (HFC).

14 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

La première œuvre représente une Le peintre Pierre Girard Chouette des terriers, espèce mena- a vu deux de ses œuvres cée et originaire des Prairies. Un jury traverser le Canada en a choisi de façon unanime l’œuvre qui 2018. (Photo : Gracieuseté/ a été frappée sur la pièce de monnaie Habitat faunique Canada) mise en circulation au mois de février. Pierre Girard a marqué un deuxième grand coup en avril. Une de ses peintures intitulée Teintes d’automne et représentant des canards branchus a été apposée sur des timbres de l’HFC pour une deuxième fois en huit ans. Le Sainte-Annois a été sélectionné parmi des artistes à travers le Canada pour se trouver sur le 34e Timbre et la lithographie sur la conservation des habitats fauniques du Canada de 2018.

REVUE_ANNÉE_2018.indd 14

2018-12-13 10:53


ON RAYONNE À L’EXTÉRIEUR

Emmanuelle Caplette démontre son savoir-faire aux États-Unis JEAN-PHILIPPE MORIN jpmorin@les2rives.com

La batteuse Emmanuelle Caplette, connue à travers le monde, a rayonné encore plus cet été en raison de sa participation à l’émission de télévision américaine Late Night with Seth Meyers, au réseau NBC à New York. Du 16 au 19 juillet, la Soreloise a joué de la batterie à titre de Emmanuelle Caplette nous fait musicienne invitée à l’émission, honneur partout où elle passe, qui attire des millions de télés- y compris aux États-Unis. pectateurs chaque semaine en (Photo : Pascal Cournoyer) fin de soirée. Elle est devenue la première musicienne internationale à recevoir cet honneur. En temps normal, seuls des musiciens américains sont invités à accompagner le groupe en place. En plus de cette apparition aux États-Unis, Emmanuelle Caplette s’est promenée partout dans le monde et gagne sa vie grâce à la batterie depuis maintenant deux ans. Elle donne aussi des conférences sur les techniques de la batterie.

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 15

REVUE_ANNÉE_2018.indd 15

2018-12-13 10:53


ON RAYONNE À L’EXTÉRIEUR

Le Festival de la gibelotte fait peau neuve

La course a réuni plus de 600 personnes, le 10 juillet. (Photo : Pascal Cournoyer)

JEAN-PHILIPPE MORIN jpmorin@les2rives.com

16 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

Le Festival de la gibelotte tenait sa 41e édition dans les rues du centre-ville de Sorel-Tracy et les organisateurs ont fait plusieurs changements, comme la modernisation de son nom. Devenu le Gib Fest, le festival sorelois a fait réagir aux quatre coins du Québec avec sa nouvelle appellation.

REVUE_ANNÉE_2018.indd 16

Plusieurs chroniqueurs, dont Mathieu Bock-Côté, ont déploré l’anglicisation du nouveau nom. Le président du conseil d’administration du Gib Fest, Jean-Pierre Groulx, mentionnait vouloir moderniser et rajeunir la marque de commerce de l’événement afin de lui donner un nouvel élan, sans négliger la gibelotte. Son pari a été réussi puisque pour une première fois en plusieurs années, l’organisation a enregistré un surplus. Le chiffre exact devait être confirmé en décembre, mais il se situait entre 30 000$ et 40 000$, selon des données préliminaires. Certains fournisseurs des années précédentes, qui attendaient toujours d’être payés, ont pu l’être cette année. Selon des estimations du comité organisateur, environ 15 000 entrées ont été enregistrées aux spectacles payants sur une des deux scènes (Nissan ou Desjardins). Parmi les invités cette année, il y avait entre autres Loud, 2 Frères, Roxane Bruneau, le Boogie Wonder Band et Dead Obies.

Les deux scènes ont attiré leur lot de spectateurs. (Photo : Pascal Cournoyer)

2018-12-13 10:53


Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 17

2018-12-13 10:53

REVUE_ANNÉE_2018.indd 17


CRÊPAGE DE CHIGNON

Des dossiers divisent les maires de la MRC de Pierre-De Saurel JULIE LAMBERT

jlambert@les2rives.com

L’année aura été mouvementée à la table du conseil des maires de la MRC de Pierre-De Saurel avec plusieurs dossiers qui ont divisé ses membres. Les maires de la MRC de Pierre-De Saurel n'ont pas été unanimes sur certaines décisions prises cette année, dont le budget 2019. (Photo : Jean-Philippe Morin) Marie-Pier Lachance, a malgré tout été engagée à trois jours par semaine. En juin, les maires étaient aussi divisés sur l’augmentation salariale de trois employés de la MRC de Pierre-De Saurel. Les maires avaient comparé les masses salariales des sept employés de l’organisation avec des employés d’autres MRC comparables en Montérégie. Trois postes se retrouvaient en dessous de la moyenne. L’augmentation salariale totale représenterait une hausse d’environ 23  000$ sur deux ans. La résolution a été rejetée parce que trois élus

étaient en défaveur, dont Serge Péloquin, et ils représentaient plus de la moitié de la population de la MRC. Puis en novembre, le budget 2019 n’a pas été adopté puisque Serge Péloquin s’est opposé à deux points. Il a notamment dénoncé que les maires veuillent s’octroyer une allocation annuelle de 250$ pour chaque comité sur lesquels ils siègent. M. Péloquin a aussi eu des tensions avec ses collègues à propos de la nomination d’administrateurs sur le c.a. du Parc éolien Pierre-De Saurel.

18 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

En mars, la décision de renouveler le poste de coordonnateur à la politique culturelle après le départ de son ancienne titulaire en décembre n’a pas été adoptée à l’unanimité. Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, a proposé que le contrat précédent soit revu pour un poste à temps partiel au lieu d’un poste à temps plein. Il trouvait nécessaire de revoir le modèle en place en raison des coûts que la Ville de Sorel-Tracy assumait déjà à l’interne pour ce secteur. La proposition est passée à huit voix contre sept et a créé une vague d’inquiétude dans le milieu artistique qui trouvait important de conserver un employé à temps plein à ce poste. La nouvelle coordonnatrice,

REVUE_ANNÉE_2018.indd 18

2018-12-13 10:53


CRÊPAGE DE CHIGNON

Saint-Roch-de-Richelieu pressée de conclure le dossier Champag JULIE LAMBERT

jlambert@les2rives.com

Après un revers en Cour supérieure, l’entreprise Champag a porté son dossier en appel afin d’obtenir l’autorisation de construire une usine de fabrication de substrat à Saint-Roch-deRichelieu. Des citoyens et des élus ont multiplié les démarches en 2018 pour ne pas voir le projet se concrétiser. Le procès a eu lieu devant la Cour supérieure en mai et après une analyse, le juge

a tranché en juillet que l’activité projetée était industrielle et ne pouvait être effectuée dans cette zone agricole. L’entreprise s’est tournée vers la Cour d’appel du Québec qui a accepté, en septembre, d’entendre la cause en 2019. À l’automne, la Municipalité a voulu présenter son nouveau règlement d’urbanisme, mais en raison d’incohérences ouvrant la porte à des projets semblables, elle a décidé de retarder son projet. Des citoyens se sont aussi opposés à ce règlement en déposant une mise en demeure afin qu’il ne soit pas changé.

Saint-Roch-de-Richelieu a déboursé plusieurs centaines de milliers de dollars pour empêcher l’implantation de l’usine de Champag, un projet estimé à 26 M$, sur la Côte Saint-Jean à Saint-Roch-sur-Richelieu. (Photo : Pascal Cournoyer)

Des citoyens blâment Saint-Antoine-sur-Richelieu JULIE LAMBERT

jlambert@les2rives.com

Plusieurs résidents de la rue des Prairies ont dénoncé à l’automne un dossier qui traînait depuis cinq ans à SaintAntoine-sur-Richelieu. Ils ont demandé à la Municipalité de la rendre publique afin qu’elle compense ses erreurs de

gestion du dossier. Après plusieurs confrontations, le conseil municipal a finalement accédé à leur demande. Les citoyens demandaient depuis plusieurs années les plans de construction et de changer la nature de leurs condominiums en maisons unifamiliales. Ces plans étant introuvables, le conseil a tenté de régulariser

la situation au début 2018, mais le processus a dû être repris en raison d’une erreur. La démarche a été relancée en octobre avec l’octroi d’un contrat à un urbaniste et la Municipalité a adopté une résolution sur son intention de la rendre publique en novembre afin de répondre aux pressions des citoyens qui ont déboursé des milliers de dollars pour régler la situation.

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 19

REVUE_ANNÉE_2018.indd 19

2018-12-13 10:53


CRÊPAGE DE CHIGNON

Trois querelles avec la Ville de Sorel-Tracy se sont réglées en 2018 JULIE LAMBERT

jlambert@les2rives.com

Une facture impayée par Saint-Ours, des discordes avec la Chambre de commerce et d’industrie de Sorel-Tracy et la formation d’un comité pour le regroupement des Offices municipaux d’habitation (OMH) dans la région ont créé des tensions pendant plusieurs mois avec la Ville de Sorel-Tracy en 2018.

Des querelles concernant la Ville de Sorel-Tracy se sont réglées en 2018, dont celle l’opposant à la Chambre de commerce et d’industrie de Sorel-Tracy. (Photo : Archives/Ville de Sorel-Tracy)

de la CCIST, la Ville a finalement donné un appui financier de 4 000$ à l’organisme, ce qui a enterré la hache de guerre.

20 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

Sorel-Tracy avait décidé d’arrêter en décembre son entente de services spécialisés en incendie avec Saint-Ours tant que cette dernière ne s’acquitterait pas de sa facture d’environ 1 900$ pour des interventions réalisées sur son territoire à l’été 2016. Saint-Ours jugeait que la facture ne lui revenait pas. Après des rencontres, les deux Villes se sont finalement entendues pour signer une nouvelle entente plus adaptée aux besoins de Saint-Ours qui a payé sa note.

La ville-centre a aussi menacé de se retirer du processus de regroupement des offices municipaux d’habitation (OMH) de la région après des désaccords avec les municipalités rurales. L’attitude de certaines d’entre elles déplaisait à SorelTracy qui déplorait aussi son peu de place sur le comité. Après une rencontre avec la Société d’habitation du Québec (SHQ), les municipalités rurales ont répondu aux demandes de Sorel-Tracy et celle-ci a réitéré sa participation au regroupement. La Chambre de commerce et d’industrie de Sorel-Tracy (CCIST) et la Ville ont mis fin en mars à plusieurs mois de conflits. Une dispute perdurait depuis février 2017 en raison d’allégations du maire Serge Péloquin sur des conflits d’intérêts envers son directeur général et maire de SaintOurs, Sylvain Dupuis. La Ville avait même retiré tout appui financier à la CCIST. Des démarches avaient toutefois été entreprises par la suite pour rétablir les ponts. Après des discussions et en raison de la nouvelle administration

REVUE_ANNÉE_2018.indd 20

2018-12-13 10:53


CRÊPAGE DE CHIGNON

La suspension du cours d’éducation à l’enfance dénoncée SARAH-EVE CHARLAND secharland@les2rives.com

Le Syndicat des enseignantes et enseignants du Cégep de Sorel-Tracy a dénoncé, en avril, l’arrêt du cours Techniques d’éducation à l’enfance prévu à l’automne 2018. Il redoute une fermeture complète du programme d’ici deux ans. Le ministère avait accordé le cours de façon permanente, mais avec une réévaluation au bout de six années. Le programme a entamé sa sixième année à l’automne.

Trois enseignants à temps plein et un autre à temps partiel travaillent au programme de Techniques d’éducation à l’enfance. Selon la directrice générale du Cégep, Fabienne Desroches, le ministère demande d’avoir 60 étudiants pour l’ensemble des trois années de la technique. Au printemps 2018, l’établissement comptait entre 15 et 19 étudiants. Le ministère évaluera le programme au cours de la prochaine année selon la rétention des élèves, les inscriptions et le nombre de diplomations. Le taux de rétention était de 37% à la 5e session. Le taux de diplomation est de seulement 18,5%.

Le Syndicat des enseignantes et enseignants du Cégep de Sorel-Tracy a organisé une manifestation en avril pour souligner son mécontentement. (Photo : Pascal Cournoyer)

Une restructuration à Sainte-Victoire-de-Sorel fait des mécontents Le projet de restructuration du Service des loisirs de Sainte-Victoire-de-Sorel a connu des difficultés en 2018. Une mésentente avec son directeur des loisirs et des cafouillages au niveau de son camp de jour ont forcé la Municipalité à revenir sur ses décisions.

Après une analyse, le conseil a voulu augmenter le nombre d’heures de son responsable des loisirs. Trois options ont été proposées et le conseil a décidé d’engager une nouvelle personne, au grand dam du directeur en place qui a déposé une plainte à son syndicat. Ce cafouillage a retardé le dossier du

camp de jour qui était d’abord envisagé à la Base plein air Ville Lajoie, pour ensuite être transféré à son centre des loisirs en raison du dépôt d’un rapport défavorable sur la sécurité. L’organisme a réussi à convaincre le conseil qui a toutefois décidé de l’installer à son centre des loisirs après de nombreuses plaintes de parents. (J.L.)

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 21

REVUE_ANNÉE_2018.indd 21

2018-12-13 10:53


CRÊPAGE DE CHIGNON

Louis Plamondon se réconcilie avec le Bloc québécois SARAH-EVE CHARLAND secharland@les2rives.com

Le député de Bécancour-Nicolet-Saurel, Louis Plamondon, a connu une difficile séparation avec le parti politique qu’il avait fondé en 1991, le Bloc québécois, avant de se réconcilier plusieurs mois plus tard afin d’être prêt pour les élections fédérales en 2019.

Louis Plamondon (Photo : Archives)

22 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

En février, accompagné de six autres députés, M. Plamondon a claqué la porte du Bloc québécois. La crise durait depuis près d’un an, estime-t-il. Les orientations imposées par la chef du parti de l’époque, Martine Ouellet, ont joué un rôle important dans cette décision. En mai, M. Plamondon, avec les députés démissionnaires du Bloc québécois, participe à la fondation d’un nouveau parti politique nommé Québec debout le temps de son inscription auprès du Directeur général des élections.

La démission de Martine Ouellet de la chefferie en juin a poussé le député à relancer des discussions avec le Bloc québécois. Elles se sont poursuivies pendant la saison estivale et ont permis de conclure une entente en septembre. À ce moment, M. Plamondon a annoncé son retour au sein du parti politique souverainiste. Québec debout n’a finalement jamais vu le jour. Il a assuré que le Bloc québécois reviendra à ses principes de base, soit défendre les intérêts du Québec au niveau fédéral tout en demeurant souverainiste. Tous les députés démissionnaires sont revenus au sein du parti politique. Le Bloc québécois a retrouvé ses 10 députés élus à la Chambre des communes. Louis Plamondon a souligné sa volonté de se présenter à nouveau comme candidat à l’élection générale en octobre 2019.

REVUE_ANNÉE_2018.indd 22

2018-12-13 10:53


CRÊPAGE DE CHIGNON

Sorel-Tracy congédie son directeur général SARAH-EVE CHARLAND secharland@les2rives.com

La Ville de Sorel-Tracy a congédié son directeur général Mario Lazure, en mai. Le conseil municipal a affirmé ne plus avoir confiance en son plus haut fonctionnaire. L’ancien directeur Ingénieur de formation, Mario Lazure général de la Ville avait été embauché par la Ville de Sorel de Sorel-Tracy, Mario en 1996 comme directeur des travaux Lazure. (Photo : publics. Lors de la fusion avec Tracy en Gracieuseté) 2000, il avait alors été nommé directeur général. Il était à l’emploi de la Ville depuis 22 ans. Le conseil a nommé Marc Guévremont comme directeur général. Ce dernier était le directeur des infrastructures et des bâtiments. Il avait aussi assuré l’intérim de M. Lazure pendant sa convalescence de 2015 à 2017. Malgré plusieurs démarches entamées par Les 2 Rives, la Ville de Sorel-Tracy a refusé de dévoiler le montant de l’indemnité de départ versée à l’ex-directeur général. Elle a toutefois changé son fusil d’épaule au lendemain de la publication d’un article en août. La Ville a versé 186 370$ en indemnité de départ, l’équivalent de 14 mois de salaire.

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 23

REVUE_ANNÉE_2018.indd 23

2018-12-13 10:54


QUE S’EST-IL PASSÉ DANS VOTRE MUNICIPALITÉ?

SARAH-EVE CHARLAND secharland@les2rives.com

Le pont à Sainte-Victoire-de-Sorel enfin réparé Après quatre ans d’attente, les travaux de reconstruction du pont situé sur la route 239 à Sainte-Victoire-de-Sorel ont été lancés en septembre. Le pont au-dessus de la 1re rivière Pot au Beurre, sur la montée Sainte-Victoire (route 239), avait été démoli et reconstruit en 2013. Des fissures ont toutefois obligé sa réparation un an à peine après sa reconstruction. Depuis 2015, une limitation de la charge sur le pont a été instaurée pour préserver la structure et assurer la sécurité des citoyens. Le MTQ est toujours devant la cour depuis octobre 2016 pour les travaux effectués sur ce pont. Le ministère remet en cause le travail effectué par les quatre entreprises qui ont travaillé au projet de reconstruction du pont.

Une poursuite de 1,2 M$ a été intentée contre les quatre entreprises responsables des travaux. (Photo : Pascal Cournoyer)

Saint-Antoine-sur-Richelieu défend la pertinence d’un guichet automatique La Municipalité de Saint-Antoine-sur-Richelieu a lancé un cri du cœur pour garder en place le guichet automatique de la Caisse Desjardins Beloeil-Mont-Saint-Hilaire sur son territoire. Le directeur général de la Caisse Beloeil-Mont-Saint-Hilaire, Jacques Remy, mentionne que le conseil d’administration prendra sa décision au début de l’année 2019.

24 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

Le guichet deviendra désuet sous peu. La Caisse Desjardins se pose donc la question à savoir s’il est pertinent de remplacer l’appareil. Ce point de service regroupe 1 549 membres de SaintAntoine-sur-Richelieu.

REVUE_ANNÉE_2018.indd 24

2018-12-13 10:54


QUE S’EST-IL PASSÉ DANS VOTRE MUNICIPALITÉ?

SARAH-EVE CHARLAND secharland@les2rives.com

Sainte-Anne-de-Sorel achète le terrain du Théâtre du Chenal-du-Moine La Municipalité de Sainte-Anne-de-Sorel a acheté le terrain du Théâtre du Chenal-du-Moine après avoir reçu une offre d’achat des propriétaires. L’achat a été réalisé au coût de 237 000$. Dans l’entente conclue, les propriétaires du Théâtre, qui a cessé ses activités en décembre 2016, se sont engagés à démolir le bâtiment et à offrir le terrain déserté. La Municipalité a financé cet achat par le fonds de roulement et le surplus accumulé non affecté. Elle n’a pas effectué d’emprunt. À ce jour, plusieurs projets sont sur la planche à dessin, mais ne peuvent encore être dévoilés.

L'achat se concrétisera lorsque les propriétaires détruiront le bâtiment actuel. (Photo : Archives/Pascal Cournoyer)

Saint-Aimé envisage le projet de conversion de l’église Le projet de conversion de l’église Saint-Aimé en salle multifonctionnelle a repris vie lorsque la Municipalité de Saint-Aimé a accepté de rembarquer dans les démarches près de deux ans après s’en être retirée. La Municipalité s’est jointe à Massueville qui avait déjà commencé des démarches auprès du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire. La Fabrique de Saint-Aimé a signifié à

plusieurs reprises le souhait de céder la propriété de l’église pour des raisons financières. Les deux conseils municipaux ont convenu d’accentuer la collaboration entre elles, la Fabrique de Saint-Aimé et les citoyens faisant partie du Comité pour l’avenir de l’église. Saint-Aimé souhaite connaître les coûts finaux du projet avant de s’engager financièrement.

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 25

REVUE_ANNÉE_2018.indd 25

2018-12-13 10:54


QUE S’EST-IL PASSÉ DANS VOTRE MUNICIPALITÉ?

SARAH-EVE CHARLAND secharland@les2rives.com

Un parc nommé en l’honneur d’Olivar Gravel à Saint-Joseph-de-Sorel Saint-Joseph-de-Sorel a inauguré le parc Olivar Gravel en juillet sur le terrain de l’ancienne église. Le parc a été nommé en l’honneur de l’ex-maire de la municipalité, âgé de 77 ans. Ce dernier a été impliqué pendant 48 ans dans la politique municipale. Il a tiré sa révérence à l’élection de novembre 2017. Le parc a été réalisé grâce à un règlement d’emprunt de 400 000$ adopté en 2017 par le conseil municipal. La Ville avait aussi fait l’acquisition du terrain en 2013 au coût de 230 000$, subventionné entièrement par le programme « Villes L’inauguration s’est déroulée en présence d’élus, d’anciens élus et dévitalisées ». de nombreux dignitaires. (Photo : Jean-Philippe Morin)

Un centre communautaire voit le jour à Saint-Gérard-Majella Le centre de services municipaux de Saint-Gérard-Majella a été inauguré en grande pompe en décembre 2017, plusieurs années après la fermeture de l’église.

26 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

Le projet, qui avait été estimé à 1,8 M$ à l’époque, s’est plutôt élevé à 1,5 M$. La Municipalité a déboursé près de 20% du projet.

Une salle communautaire, la réserve de livres de la Municipalité, le garage et le bureau municipal se retrouvent dans le bâtiment. Les cérémonies religieuses de la paroisse Saint-Michel s’y déroulent également. Le conseil municipal avait décidé de démolir l’église faute d’avoir la capacité de soutenir la mise à niveau et de rencontrer les normes de sécurité.

REVUE_ANNÉE_2018.indd 26

2018-12-13 10:54


QUE S’EST-IL PASSÉ DANS VOTRE MUNICIPALITÉ?

SARAH-EVE CHARLAND secharland@les2rives.com

Un embâcle majeur s’est formé à Yamaska La formation d’un embâcle de 6 km a isolé plusieurs résidences sur l’Île-du-Domaine à Yamaska en janvier. Devant peu d’options, la Municipalité a dû attendre que l’aéroglisseur de la Garde côtière intervienne plus d’un mois plus tard. La glace émergeait jusqu’à deux mètres de hauteur à certains endroits. (Photo : Pascal Cournoyer)

Une trentaine de personnes ont été évacuées par machinerie lourde ou par hélicoptère. La tête de l’embâcle était localisée entre l’Île St-Jean et l’Île de Rouche. La queue de l’embâcle était située au niveau du chemin de l’Île sur l’Île-du-Domaine. La Municipalité de Yamaska a reçu une aide financière du gouvernement du Québec pour couvrir près de la moitié des dépenses engendrées par cette problématique.

La bibliothèque de Saint-Ours déménagée La Ville de Saint-Ours a déménagé sa bibliothèque à l’intérieur de sa nouvelle Maison de la culture.

La Maison de la culture a été reconvertie en 2017 pour abriter la bibliothèque. La Ville a reçu une somme de 22 000$ en 2018 provenant du fonds de développement du

territoire de la MRC de Pierre-De Saurel. Cette somme a servi à aménager les nouveaux locaux. Le déménagement a eu lieu en décembre.

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 27

REVUE_ANNÉE_2018.indd 27

2018-12-13 10:54


DES ÉVÉNEMENTS QUI VOUS ONT FAIT RÉAGIR

De nombreuses causes au palais de justice JEAN-PHILIPPE MORIN jpmorin@les2rives.com

Plusieurs dossiers ont progressé ou ont été conclus en 2018 au palais de justice de Sorel-Tracy. Parmi ceux-ci, cinq ont davantage retenu l’attention.

Alain Primeau a subi un deuxième procès en 2018. (Photo : archives/Jean-Philippe Morin)

28 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

En janvier, Alain Primeau a subi un deuxième procès pour le meurtre de son frère Richard, survenu en septembre 2011 sur la rue Manseau à Sorel-Tracy. Après avoir été déclaré coupable de meurtre au premier degré en 2014, Alain Primeau a finalement été déclaré coupable de meurtre au deuxième degré. Une erreur du juge dans les instructions au jury à l’époque avaient provoqué la tenue de ce deuxième procès. Alain Primeau a écopé pour une seconde fois d’une peine de prison à perpétuité, mais il devra attendre encore trois ans avant de demander une libération conditionnelle. L’ex-avocat criminaliste Luc Vaillancourt, déclaré coupable en mars de trafic de stupéfiants avec ses clients dans le palais de justice de Sorel-Tracy, a écopé d’une peine de six ans de prison en mai. Il a porté sa

cause en appel en juin, puis a été libéré en attendant la suite des procédures. Reconnu coupable en 2016 d’attouchements et d’agressions sexuelles sur cinq femmes dont trois mineures, puis condamné à trois ans et demi de prison en 2017, l’ex-ambulancier Claude Demers était de retour devant la Cour d’appel en 2018. Sa demande a toutefois été rejetée et il a repris le chemin du pénitencier. Le pédophile André Pépin a aussi essuyé un échec en Cour d’appel. Condamné à purger 13 ans et demi de prison en 2015 pour avoir agressé de jeunes garçons, il a vu les juges rejeter sa demande. Un homme de Massueville, Alain Péloquin, a écopé d’une peine de huit ans de prison, au palais de justice de Longueuil, pour une fraude de type Ponzi. Considéré comme le lieutenant de la tête dirigeante du réseau, il rencontrait des investisseurs potentiels d’un faux projet immobilier et faisait miroiter des profits importants aux victimes.

REVUE_ANNÉE_2018.indd 28

2018-12-13 10:54


DES ÉVÉNEMENTS QUI VOUS ONT FAIT RÉAGIR

Des accidents et incendies mortels frappent la région JEAN-PHILIPPE MORIN jpmorin@les2rives.com

Parmi les articles qui ont le plus fait réagir en 2018, autant sur les réseaux sociaux que sur notre site web, les incendies et accidents sont en tête de lice. Voici quelques-uns d’entre eux survenus tout au long de l’année. Deux accidents de la route mortels sont survenus en deux semaines en octobre. D’abord, une Soreloise de 60 ans, Sylvie Trottier, a péri lorsque sa voiture a percuté un 10 roues dans un face-à-face sur la route Marie-Victorin, à Contrecœur. La cause est encore inconnue. Une semaine plus tard, Denis Champagne, 20 ans, est décédé des suites d’une poursuite policière qui s’est terminée sur le boulevard Poliquin. Selon des informations du Bureau d’enquêtes indépendantes chargé d’élucider cette affaire, les policiers auraient tenté d’intercepter le VUS en raison d’une infraction au Code de la sécurité routière. Le conducteur aurait toutefois refusé de s’immobiliser puisqu’il se serait trouvé au volant d’un véhicule dont le pro-

Un homme de 20 ans est décédé dans une poursuite policière à Sorel-Tracy le 30 octobre. (Photo : Pascal Cournoyer)

priétaire possède un permis sanctionné. Une dame de Chambly, Lucie Tanguay, 62 ans, est décédée d’un accident de moto sur le boulevard Fiset le 19 juillet. Un véhicule circulant en sens inverse aurait bifurqué de sa voie pour une raison inconnue et a heurté les deux motocyclistes en sens inverse. Le premier n’a subi que des blessures mineures. En juin, un homme de 26 ans, Kevin Leduc de Saint-Roch-de-Richelieu, est

décédé à la suite d’une sortie de route sur l’autoroute 30. Un malaise pourrait être à l’origine de l’accident. Plusieurs incendies ont aussi fait ravage dans la région. Parmi eux, un seul a été mortel, soit celui en juin, sur la rue Limoges. Francine Dupuis, 52 ans, a été retrouvée inanimée dans la résidence et son décès a été constaté à l’hôpital. Les pompiers sont parvenus à évacuer deux autres personnes et à sauver un chien en lui donnant un masque d’oxygène.

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 29

REVUE_ANNÉE_2018.indd 29

2018-12-13 10:54


DES ÉVÉNEMENTS QUI VOUS ONT FAIT RÉAGIR

Une vingtaine d’aînés de SorelTracy forcés à se relocaliser

Un homme accusé d’avoir tué son père à Yamaska JEAN-PHILIPPE MORIN jpmorin@les2rives.com

Michel Deguise est un des 22 résidents contraints de quitter. Son fils Éric l’a aidé à déménager le 19 juillet. (Photo : Stéphane Martin)

JEAN-PHILIPPE MORIN jpmorin@les2rives.com

Une vingtaine d’aînés n’ont eu que quelques heures pour déménager de la Résidence d’Angoulême, qui a fermé ses portes en juillet à Sorel-Tracy en raison de problèmes financiers.

Loïc René, qui réside à Longueuil, s’est rendu à la police le soir-même du crime pour avouer qu’il venait de tuer son père. Une enquête a été déclenchée, mais selon diverses sources, un problème d’argent du fils serait à l’origine du conflit. Partout à Yamaska, les diverses personnes rencontrées ont affirmé aimer Guy René, un Français d’origine qui a été conseiller municipal de Saint-Michel-de-Yamaska et directeur de l’école primaire de Yamaska. Guy René a été assassiné le 18 août, causant l’émoi à Yamaska. (Photo : tirée de Facebook)

30 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

Cette annonce a pris tout le monde par surprise, y compris les enfants des résidents qui n’ont pas hésité à dénoncer la situation. Ils n’ont eu que quelques jours de préavis pour déménager les aînés. La nouvelle a fait le tour du Québec cet été. Les propriétaires Josée Massé et Pierre Toutant, de leur côté, se sont dits contraints de mettre la clé sous la porte. Ils expliquaient ne plus recevoir d’aide du CLSC qui référait des personnes à la résidence. Depuis trois mois, 12 places étaient disponibles sur 33.

Le décès de Guy René, 76 ans, le 18 août sur l’île-du-Domaine à Yamaska a suscité plusieurs réactions de partout dans la région. Surtout que son fils Loïc René, 53 ans, a été accusé formellement de meurtre au premier degré dans cette affaire.

REVUE_ANNÉE_2018.indd 30

2018-12-13 10:54


DES ÉVÉNEMENTS QUI VOUS ONT FAIT RÉAGIR

Trois décès dans des accidents de travail JEAN-PHILIPPE MORIN jpmorin@les2rives.com

Trois travailleurs de la région ont péri dans l’exercice de leurs fonctions en 2018, ce qui a créé une vague de sympathie de toute la communauté soreloise. En janvier, un employé du traversier Sorel-Tracy – Saint-Ignace-de-Loyola, Normand Gravel, est décédé dans des circonstances tragiques, alors qu’un conducteur a défoncé une barrière et l’a happé mortellement. La mort de l’homme de 57 ans, apprécié dans la communauté soreloise pour ses implications dans le sport et la musique, a ému la population. Un hommage lui a été rendu quelques jours après l’accident pendant une partie locale des Éperviers de Sorel-Tracy. Le conducteur de 77 ans n’a pas été accusé puisque la manœuvre aurait été accidentelle, selon les procureurs au dossier. Cela n’a pas empêché la veuve de Normand Gravel, Chantal Bernard, de militer pour qu’un projet de loi entre en vigueur

Normand Gravel

Francis Lalancette

Frédérick Giguère

(Photo : tirée de Facebook)

(Photo : tirée de Facebook)

(Photo : gracieuseté)

afin de réglementer davantage la conduite des personnes âgées de plus de 70 ans. En avril, Francis Lalancette, 28 ans de Sorel-Tracy, est décédé d’un accident de travail chez Rio Tinto Fer et Titane (RTFT). Cet accident impliquant le travailleur de GDM Construction a semé l’émoi chez les employés de Rio Tinto. L’entreprise a fermé pendant quelques jours à la suite de l’incident. L’employé travaillait au démantèlement du four #3 avec son équipe. Lors de la découpe de métal, une plaque s’est détachée, a basculé et l’a écrasé. Quelques

jours après l’accident, RTFT a rouvert ses portes non sans augmenter drastiquement la sécurité. En juin, Frédérick Giguère, 38 ans, a été écrasé mortellement par un chariot élévateur transportant des blocs de béton sur le terrain du Port de Montréal à Contrecœur. Il travaillait pour la compagnie sous-traitante Insta-Toile. La mort était évitable, a conclu la CNESST, qui a puni Insta-Toile en lui remettant une amende. Il n’en fallait pas plus pour que la mère de la victime, Sylvie Giguère, dénonce la situation dans nos pages.

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 31

REVUE_ANNÉE_2018.indd 31

2018-12-13 10:54


REVUE_ANNÉE_2018.indd 32

2018-12-13 10:54

32 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année


Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 33

2018-12-13 10:54

REVUE_ANNÉE_2018.indd 33


ON OUVRE LA PAGE

Deux nouveaux restaurants au centre-ville Deux restaurants ont ouvert leurs portes au centre-ville cette année, soit le Cabaret Les Années Folles et le Quartier général. L’entrepreneur Pascalin Raynault a inauguré le Cabaret Les Années Folles en juin sur le quai Catherine-Legardeur à l’emplacement du bâtiment H. Plus de 300 personnes avaient assisté à l’événement. Le restaurant, qui offre un menu d’inspiration française, présente une programmation de spectacles. Les propriétaires du restaurant Le Belvédère ont ouvert le Quartier général sur la rue Prince en juin. Le commerce aux allures new-yorkaise a vu le jour dans l’ancien bâtiment du Hooligans. On y retrouve un menu resto-bar.

Le restaurant Les Années Folles a ouvert ses portes en grande pompe en juin en présence de la chanteuse Ginette Reno.

secharland@les2rives.com

La statue de Bob Éthier retrouve son lustre Après avoir disparu pendant quelques années, la statue de Robert «Bob» Éthier a été complètement restaurée avant de retrouver sa place dans l’entrée du Colisée Cardin en septembre. Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées au Colisée Cardin pour rendre hommage à l’athlète qui a aidé des jeunes qui n’en avaient pas les moyens à suivre des cours de boxe ou un entraînement physique dans les années 40 et 50. La Ville de Sorel-Tracy a remis une aide financière de 2 500$ au Regroupement des aînés Pierre-De Saurel pour défrayer les coûts de restauration de la statue.

Le prolongement de la piste cyclable en réalisation La MRC de Pierre-De Saurel a lancé les travaux cette année afin de prolonger la piste cyclable La Sauvagine vers la MRC des Maskoutains. Elle a reçu une subvention de 587 239$ du Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR), qui correspond à 80% de la facture totale. Après 12 ans d’attente et de nombreuses déceptions, une partie du projet est finalement approuvée. Elle pourra maintenant tenter de trouver une façon de traverser de façon sécuritaire la route 132 à Saint-Robert. Une étude avait été réalisée en 2012. Trois options étaient envisagées : une passerelle au-dessus de la route, un tunnel ou de la signalisation.

34 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

(Photo : Pascal Cournoyer)

SARAH-EVE CHARLAND

REVUE_ANNÉE_2018.indd 34

2018-12-13 10:54


ON OUVRE LA PAGE

SARAH-EVE CHARLAND secharland@les2rives.com

L’usine des Mini Babybel annoncée en juillet L’entreprise Bel Canada a dévoilé les détails de son usine qui produira exclusivement ses fromages Mini Babybel à Sorel-Tracy en juillet. Le projet représente un investissement de 87 M$ et la création de 144 emplois dans la région. L’usine sera construite sur un terrain qui appartenait à la Laiterie Chalifoux/Riviera. La construction de l’usine est déjà débutée. La mise en opération s’effectuera progressivement dès le deuxième semestre de 2019.

L’école Saint-Roch inaugurée La Commission scolaire (CS) de Sorel-Tracy a inauguré les nouveaux locaux de l’école Saint-Roch en mai, nouvellement rénovée afin de permettre d’accueillir tous les élèves de niveau primaire sur le territoire de la municipalité. Après plusieurs années d’attente, la Commission scolaire de Sorel-Tracy avait reçu l’aide gouvernementale de 4,7 M$ en novembre 2015. Le projet consistait à ajouter quatre classes, une bibliothèque et un gymnase double. Les nouvelles installations comprennent également, pour le moment, un local informatique, un local d’art, un local pour les cours d’anglais et de nouvelles salles de bain.

L’entreprise Bel Canada produira exclusivement ses fromages Mini Babybel dans une nouvelle usine en 2019. (Photo: gracieuseté)

Deux églises changent de vocation Deux églises ont changé de main et de vocation au cours de la dernière année. Les nouveaux propriétaires de l’église Marie-Auxiliatrice ont démarré les opérations de la microdistillerie Les Subversifs en produisant les premiers gins et crèmes de menthe. Les travaux de rénovation se sont terminés à l’été. Les gens peuvent donc se procurer le Gin de Marie-Victorin et la crème de menthe de Isabelle, qui sont produits à Sorel-Tracy. L’artiste Charles Carson, quant à lui, a acheté l’église Saint-Gabriel-Lalemant en avril. Le peintre et sculpteur québécois de renommée internationale souhaite reconvertir l’église en centre culturel des arts. Il y installera son atelier et sa résidence principale où il y sera de quatre à six mois par année. En plus de ses œuvres, il espère pouvoir y accueillir des invités de toutes disciplines et de renommée internationale. Aucune date d’ouverture n’est établie en ce moment.

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 35

REVUE_ANNÉE_2018.indd 35

2018-12-13 10:54


UNE PAGE QUI SE TOURNE

Le prêtre Benoit Côté a quitté la région

SARAH-EVE CHARLAND secharland@les2rives.com

Plan de redressement aux Promenades de Sorel Après l’annonce de la fermeture de quatre magasins en janvier, les gestionnaires des Promenades de Sorel se sont penchés sur un plan de redressement. Trois solutions ont été analysées en 2018 afin de remettre à flot le centre commercial. Le Centre du rasoir, Le naturiste, Yves Rocher et la boutique Émilie ont fermé leurs portes en début d’année. Les fuites commerciales occasionnées par la clientèle magasinant à l’extérieur, mais aussi en ligne, représentent l’une des causes du déclin observé. D’un autre côté, le magasin Hart a ouvert ses portes.

L’abbé Côté s’occupait des paroisses Saint-Ours, Saint-Marcel-deRichelieu, Sainte-Victoire-de-Sorel, Saint-Robert et Saint-Aimé. (Photo : Pascal Cournoyer)

Les boutiques Jacob ne sont plus Le dernier bastion de la chaîne de boutiques de vêtements Jacob, fondée à Sorel en 1977, a fermé ses portes en juillet. Fondé par Joseph Basmaji, Jacob a exploité plus de 200 magasins à travers le Canada au plus fort de son histoire. En mai 2014, l’entreprise a déclaré faillite, mais a été sauvée par une proposition faite à ses créanciers. À la fin de l’année 2015, seulement six boutiques étaient encore ouvertes au Québec. La dernière à avoir fermé ses portes est celle au centre-ville de Sorel-Tracy, sur la rue du Roi, cet été.

36 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

Le départ du prêtre Benoit Côté, en septembre, a créé une onde de choc dans la communauté locale. Le Diocèse de SaintHyacinthe a fait appel à son côté rassembleur pour remettre sur pied l’église de Farnham. Le prêtre, originaire de la région, a été ordonné en 1978. Il a été prêtre dans la région durant une bonne période de sa carrière. Il s’est impliqué dans la communauté notamment en participant à Saint-Ours en fête et à Mémoires de Saint-Ours. Les paroisses de la communauté rurale ont reçu le curé Éric Coulibaly le 1er octobre.

À l’extérieur des Promenades, plusieurs mouvements sont survenus aussi dans le monde commercial. La nouvelle la plus marquante aura été la fermeture de l’épicerie Métro Sorel, sur la rue Guévremont, en novembre.

REVUE_ANNÉE_2018.indd 36

2018-12-13 10:54


UNE PAGE QUI SE TOURNE

SARAH-EVE CHARLAND secharland@les2rives.com

Des salles de spectacles ont fermé à Sorel-Tracy Deux salles de spectacles à Sorel-Tracy, le Marine Cabaret et l’Espace Show, ont annoncé leur fermeture en avril. La nouvelle a pris le milieu culturel par surprise. Plusieurs rénovations étaient nécessaires au bâtiment du Marine Cabaret, mais les coûts étaient trop élevés selon les propriétaires. Une autre raison de cette fermeture est la vente de plus en plus difficile des billets de spectacles. Maude Leblanc, propriétaire du Studio Espace Danse et du cabaret Espace Show, a décidé de quitter la région et de fermer ses deux entreprises. Elle a affirmé être à bout de mettre des efforts sans recevoir de bénéfices en retour.

Les châteaux forts péquistes s’effondrent La défaite du député sortant Sylvain Rochon, le 1er octobre dans Richelieu, met fin au règne de 24 ans du Parti québécois dans la circonscription. Il avait récolté 23,1% des votes. M. Rochon avait été élu en 2015 lors d’une élection partielle. Il poursuivra sa carrière comme journaliste à CJSO 101,7 FM. Dans la circonscription de Verchères, le député sortant du Parti québécois, Stéphane Bergeron, a également été défait. Le Parti québécois occupait cette circonscription depuis 1976. M. Bergeron poursuivra sa carrière comme secrétaire général du Cégep de Rimouski.

Le copropriétaire Richard Bibeau vend le Marine Cabaret. (Photo : Pascal Cournoyer)

Fabienne Desroches quitte le Cégep de Sorel-Tracy La directrice du Cégep de Sorel-Tracy, Fabienne Desroches, a annoncé en décembre qu’elle quittera ses fonctions le 30 juin 2019, après 15 ans à son poste. Même si elle n’est pas originaire de la région, Mme Desroches désire y rester à sa retraite. Elle veut aussi continuer à s’impliquer dans divers comités. Un comité de sélection sera bientôt créé afin de lui trouver un/ une remplaçant(e).

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 37

REVUE_ANNÉE_2018.indd 37

2018-12-13 10:54


ON CONSOLIDE NOS ACTIFS

Des entreprises misent sur l’avenir de la région JULIE LAMBERT

jlambert@les2rives.com

Plusieurs entreprises locales ont décidé d’investir ou ont reçu une aide financière afin de leur permettre de poursuivre leurs activités dans la région. ArcelorMittal en pleine modernisation Pendant l’année, ArcelorMittal Produits longs Canada à Contrecœur a annoncé de gros investissements, dont 70 M$ en janvier et 90 M$ supplémentaires en décembre. Les fours de réchauffe du laminoir à fil machine et du laminoir à barres, le laminoir à fil machine ainsi que le dépoussiéreur de l’aciérie seront remplacés d’ici 2020 afin d’améliorer la qualité de ses produits grâce à des usines modernes et moins polluantes. En octobre, l’entreprise a reçu une aide financière de 49,9 M$ du gouvernement fédéral pour pallier les impacts de l’Accord États-Unis-Mexique-Canada. Cette somme servira à moderniser ses installations à Hamilton, mais devrait aussi aider l’usine de Contrecœur.

Emplois consolidés chez Alstom Les employés d’Alstom ont poussé un souper de soulagement en avril alors que de nouveaux contrats ont permis le maintien des 80 employés à Sorel-Tracy. Un climat d’inquiétude régnait avec la fin de ses contrats de bogies du Métro de Montréal et des véhicules d’Ottawa, se terminant respectivement en novembre 2018 et en décembre 2019. Un projet de loi adopté en juin a garanti le maintien à Sorel-Tracy du contrat pour la phase 2 des trains Azur du Métro de Montréal. Alstom a transféré sa production à Sorel-Tracy pour un contrat de soudure des traverses de charge pour des véhicules à Santiago, au Chili. Les employés avaient aussi pour tâche d’assembler des pièces mécanosoudées pour un autre projet aux États-Unis. Ces deux contrats majeurs devraient assurer l’avenir des travailleurs pour au moins deux ans. D’autres bonnes nouvelles L’entreprise soreloise Lussier Dale Parizeau a conclu en août l’acquisition de Trinome Conseils. Cette transaction lui a permis d’atteindre plus de 155 000 clients à travers le Québec grâce à ses 28 succursales. Elle compte désormais près de 800 employés. En novembre, André Lussier est sorti de la retraite pour reprendre les rênes de l’en-

Des entreprises de la région ont investi des sommes considérables dans leur usine, dont ArcelorMittal, afin de moderniser et d’améliorer leurs installations. (Photo : Gracieuseté) treprise, qui, quelques jours plus tard, s’est de nouveau agrandie grâce à l’acquisition des cinq cabinets d’Assurance Meloche & Labelle ainsi que ses partenaires. Dans une situation précaire depuis un an, le Recyclo-Centre a pu s’entendre en décembre 2017 avec ses créanciers. Ces derniers ont accepté la proposition concordataire de ses dirigeants déposée au début décembre. Les dettes de l’organisme s’élevaient à 5,1 M$ et étaient reliées à la fin de l’aventure du Recyclo-Environnement, une usine de recyclage. Celle-ci avait connu des difficultés financières en 2017 et a été vendue pour aider à redresser la situation financière de l’organisme. Avec cette offre, le conseil d’administration avait pu sauver la vingtaine d’emplois permanents et les 40 postes en réinsertion sociale.

38 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

Rio Tinto Fer et Titane reprend du poil de la bête Au printemps, Rio Tinto Fer et Titane a annoncé un investissement de 43 M$ à Sorel-Tracy. L’argent a servi à reconstruire et à redémarrer un four à son complexe métallurgique, mis hors service en 2013 en raison des conditions difficiles du marché. Le projet comprenait l’installation d’une hotte de dépoussiérage sur le four afin d’améliorer

la qualité de l’air pour la communauté. La direction estimait que les contrats octroyés à des entreprises locales totalisaient environ 35 M$ et que près de 200 personnes ont travaillé à la réfection du four.

REVUE_ANNÉE_2018.indd 38

2018-12-13 10:54


LE MONDE EST P’TIT!

Les conditions difficiles sur les marchés atteignent la région JULIE LAMBERT

jlambert@les2rives.com

De nombreuses entreprises de la région ont été affectées par les conditions difficiles des marchés autant sur la scène internationale que nationale en 2018. Les impacts se sont fait sentir dans divers secteurs comme l’agriculture et le marché du travail.

Une pénurie de main-d’œuvre criante La pénurie de main-d’œuvre a été remarquée en mars lors de la 7e édition du Marché de l’emploi PLUS organisé par le Carrefour jeunesse-emploi (CJE) Pierre-De Saurel. Même si l’organisme a enregistré un nombre record d’employeurs, les travailleurs étaient moins nombreux à participer à l’événement. Au printemps, les entreprises ont offert plusieurs postes estivaux aux étudiants, mais des dizaines ne se sont pas comblés facilement, autant à la Ville de Sorel-Tracy qu’à la Colonie Sainte-Jeanne D’Arc de Contrecœur. En juin, les restaurateurs ont dû se résoudre à limiter leur offre de service malgré la saison touristique qui battait son plein puisqu’ils peinaient à combler tous leurs postes de cuisiniers. Certains envisageaient même de tenter de recruter en France en offrant des stages ou en instaurant un système de redistribution des pourboires parmi l’ensemble du personnel afin de rendre les conditions de travail plus attirantes. Impacts de la taxe sur l’acier En juin, des impacts se sont fait ressentir dans les entreprises de la région après l’imposition des nouvelles taxes tarifaires de 25% sur l’acier vendu aux États-Unis. Certaines entreprises comme Sorel Forge – Finkl Steel ont vu des commandes être annulées et ont décidé d’arrêter les livraisons vers les États-Unis le temps d’analyser

Producteur de soya à Saint-Aimé, Jacques Cartier se sentait impuissant devant la guerre concurrentielle qu’alimentent les États-Unis avec d’autres pays. (Photo : Pascal Cournoyer)

la situation. La réponse du gouvernement canadien d’imposer à son tour une taxe de 25% le 1er juillet a aidé certaines entreprises à reprendre leurs activités. ArcelorMittal, située à Contrecœur, dont près de 50% des produits fabriqués à l’usine sont exportés à l’extérieur du Québec, en Ontario, aux États-Unis et au Mexique, a vu d’un bon œil la réponse du gouvernement canadien. Aciers Richelieu et Usinage SaintLaurent ont de leur côté pu bénéficier des taxes américaines puisque leurs produits finis, à partir d’acier acheté au Québec, ne sont pas soumis aux tarifs, ce qui les a mis en position de devenir plus compétitifs. Les producteurs affectés À l’automne, les producteurs de lait de la région ont été grandement touchés par les nouvelles dispositions de l’Accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC) qui

a rendu accessible le marché canadien à la hauteur de 3,59% aux Américains. Cet accord a entrainé une perte de revenus énormes pour les producteurs locaux. Les politiques américaines ont aussi affecté les producteurs de céréales de la région, surtout ceux de soya et de maïs. Le gouvernement de la Chine a imposé une taxe sur le soya, ce qui a une fois de plus affecté à la baisse leurs revenus. Les producteurs de lait de chèvre n’ont pas été épargnés non plus alors que des transformateurs souhaitaient diminuer leur approvisionnement auprès d’entreprises québécoises, ce qui aurait pu obliger des producteurs comme Dominic Arel à Saint-David à fermer leur entreprise et causer des problèmes d’approvisionnement pour la Maison Riviera. Heureusement, ils sont revenus sur leur décision après une pression populaire.

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 39

REVUE_ANNÉE_2018.indd 39

2018-12-13 10:54


ÇA BOUGE ICI!

Deux événements sportifs attirent les foules à Sorel-Tracy JULIE LAMBERT

jlambert@les2rives.com

Les gens ont été nombreux à assister à deux événements sportifs organisés en 2018 dans la région. En février, la 4e édition de la Course de canot à glace de SorelTracy a réuni près de 2 000 spectateurs au quai Catherine-Legardeur. Près d’une quarantaine d’équipes se sont livrées bataille et quatre ont été couronnées gagnantes. Le passage de l’équipe Les 4 Chevaliers a attiré une foule de 800 personnes au parc Pelletier en septembre pour un match amical au profit de l’Association de baseball amateur du BasRichelieu. Une somme de 3 940$ a été remise à l’organisme pour aider les jeunes joueurs de baseball de la région.

Une quatrième édition de la Course de canot à glace a eu lieu en février à Sorel-Tracy en 2018.

JULIE LAMBERT

jlambert@les2rives.com

De nombreux événements ont animé la scène culturelle cette année et plusieurs d’entre eux se sont démarqués avec des records de participation ou d’assistance. En février, environ 400 mélomanes étaient présents à l’événement Beethoven 32 de la Maison de la musique de Sorel-Tracy où 16 pianistes ont joué des sonates pendant 12 heures. Organisé par le même organisme, le Festival-concours de musique classique Pierre-De Saurel a enregistré un record de participants avec 250 musiciens en mai. L’Expo agricole de Sorel-Tracy a connu en juin une assistance record avec 32 000 visiteurs dépassant celle de l’année précédente. JiCi Lauzon avec son spectacle DROLD’R en résidence tout l’été et le Sorel Trad Fest ont animé le café-théâtre Les Beaux Instants. En août, l’événement Chants de vielles à Saint-Antoine-surRichelieu a enregistré 4 500 entrées pour ses spectacles de musique. En juillet et août, le Festirock des îles s’est étalé sur trois fins de semaine et a aligné une dizaine de groupes. Se déroulant au carré Royal en août, Saurel en histoire a également connu du succès avec entre 2 500 et 3 000 participants. Les festivités, sous le thème de l’alimentation, comptaient le Marché du Vieux-Saurel, des cuisines et cuisiniers d’époque, un campement militaire et des autochtones.

40 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

(Photo : Pascal Cournoyer)

Des événements à foison dans la région en 2018

REVUE_ANNÉE_2018.indd 40

2018-12-13 10:54


ÇA BOUGE ICI!

Contrecœur célèbre en grand en 2018 JULIE LAMBERT

jlambert@les2rives.com

La Ville de Contrecœur n’a pas lésiné sur ses efforts pour marquer ses 350 années d’existence. Plus d’une trentaine d’activités ont été offertes tout au long de l’année par les organismes ou des citoyens et chaque fois, elles ont récolté un succès populaire. Plusieurs activités déjà existantes ont été bonifiées et quatre événements majeurs se sont déroulés en 2018. En juin, la Fête nationale régionale a attiré les visiteurs avec comme tête d’affiche Kaïn. En août, les Diableries de Contrecœur ont permis d’enregistrer une foule record de 15 000 personnes grâce à la présence de La Bottine Souriante et Les Cowboys Fringants. Des journées historiques, des mémoires animées, un livre de photos historiques, une course des lumières, un carnaval d’hiver, le Canard’O et une Fête des flocons sont des exemples d’activités

Plusieurs activités organisées dans le cadre du 350e anniversaire de Contrecœur ont récolté du succès en 2018, dont les Diableries de Contrecœur qui ont enregistré une foule record. (Photo : Gracieuseté) incluses dans la programmation au cours de l’année. En novembre, la grande finale a consisté en une grande fête populaire nocturne qui s’est déroulée sur la rue Legendre entre le bâtiment de Genfoot-Lafayette et le centre multifonctionnel. Les festivités ont été réalisées en partenariat avec la Municipalité qui a investi près de 300 000$.

Des scènes de Bad Blood 2 tournées à Sorel-Tracy Sorel-Tracy a été visible dans la série Bad Blood 2 (Les liens du sang) diffusée à l’automne 2018. Son équipe de tournage a capté en juillet ses acteurs dans différents lieux comme le quai Richelieu, le parc Ludger-Simard et la vieille prison de Sorel-Tracy.

L’acteur Kim Coates a été aperçu à plusieurs endroits lors du passage de la production. Entre 70 et 120 personnes ont été présentes lors des journées de tournage. La saison 2 de Bad Blood a été diffusée pendant l’automne à Citytv et les scènes tournées sont apparues dans les huit épisodes de la série.

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 41

REVUE_ANNÉE_2018.indd 41

2018-12-13 10:54


REVUE_ANNÉE_2018.indd 42

2018-12-13 10:54

42 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année


AU TABLEAU D’HONNEUR JEAN-PHILIPPE MORIN Dans les prochaines pages, vous retrouvez 15 artistes, sportifs ou citoyens qui ont défrayé les manchettes jpmorin@les2rives.com pour les bonnes raisons. Ils ont soit gagné un prix ou ont rayonné dans leur domaine respectif.

Des champions au hockey mineur

Antoine Laporte Le pianiste Antoine Laporte a véritablement pris son envol en 2018. Après avoir été choisi pour participer à plusieurs concours nationaux et internationaux, le Sorelois s’est démarqué lors de la finale du Prix d’Europe, en juin à Montréal. Il a obtenu une bourse de 3 000$ grâce à une troisième place. Ses belles performances dans divers concours lui ont ouvert les portes du Conservatoire de Paris en octobre où il réalisera un projet d’études sur le compositeur Gabriel Pierné.

Gabriel D’Aigle (photo), gardien de but du Noir et Or de Mortagne dans le peewee relève, ainsi que Frédéric Rainville et Émile Villiard, aussi avec le Noir et Or mais dans la catégorie midget espoir, ont tous les trois soulevé la Coupe Dodge en avril, l’emblème de la suprématie au hockey mineur. Mention honorable à trois équipes soreloises, soit les Mariniers atome BB, peewee BB et bantam BB, qui se sont rendues au tournoi de la Coupe Dodge, mais n’ont pas remporté le prestigieux trophée. (Photo : gracieuseté)

(Photo : Gracieuseté/Kjel Erickson)

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 43

REVUE_ANNÉE_2018.indd 43

2018-12-13 10:55


AU TABLEAU D’HONNEUR Guy Hemmings

Même à la retraite de la compétition depuis quelques années, le curleur Guy Hemmings continue de recevoir des honneurs. Le Sorelois a fait son entrée au Panthéon des sports du Québec le 25 septembre. Il est d’ailleurs le premier joueur de curling à en faire partie. L’homme de 56 ans se disait surtout fier d’avoir pu démocratiser le curling et le rendre accessible à la population, notamment avec ses interventions comme analyste à RDS et aux Jeux olympiques ainsi que par son rôle de porte-parole de l’Association canadienne de curling. (Photo : archives/Pierre Langevin)

Jean-Jacques Cournoyer Une nomination aux Annie Awards est l’équivalent d’une nomination aux Oscars pour les films d’animation. C’est exactement l’honneur qu’a eu Jean-Jacques Cournoyer pour son travail d’illustrateur dans le film animé Ballerina. Même s’il n’a pas gagné de prix dans la catégorie Outstanding achievement for production design in an animated feature production, il s’est dit heureux de se trouver en nomination aux côtés de grands illustrateurs.

Plusieurs bénévoles ont reçu des honneurs en 2018. Parmi eux, Simone Paul et Pier-Yves Caisse se sont distingués en recevant chacun une médaille de l’Assemblée nationale en avril. Mme Paul (au centre de la photo), une bénévole de longue date, a géré la boutique JeanneMance de l’Hôtel-Dieu de Sorel pendant 18 ans, ce qui permis de donner 500 000$ en dons pour le confort des patients. Quant à Pier-Yves Caisse, ses implications avec la Maison des jeunes de Contrecœur, les Événements Diable au cœur et la Corporation des fêtes du 350e de Contrecœur lui ont aussi permis de recevoir le prix Claude-Masson dans la catégorie Jeune bénévole des mains de l’ex-ministre François Blais. (Photo : gracieuseté)

44 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

(Photo : Stéphane Martin)

Simone Paul et Pier-Yves Caisse

REVUE_ANNÉE_2018.indd 44

2018-12-13 10:55


AU TABLEAU D’HONNEUR

Guillaume Lambert Gabrielle Chapdelaine

L’auteure originaire de la région, Gabrielle Chapdelaine, a reçu le prix Gratien-Gélinas 2018 pour son texte Une journée dans lequel elle raconte une journée heure par heure. Ce prix, remis par le Centre des auteurs dramatiques, est accompagné d’une bourse de 10 000$ destinée à l’auteure et 15 000$ à la compagnie théâtrale qui portera le texte sur scène. (Photo : gracieuseté/Charlie Marois)

Remporter un Olivier et un Gémeau en à peine 10 mois, c’est l’exploit qu’a accompli le cinéaste et comédien Guillaume Lambert grâce à ses multiples projets. Sa série L’âge adulte a d’abord raflé un Olivier le 10 décembre 2017 ainsi qu’un Gémeau le 16 septembre 2018 en plus d’être en compétition dans trois festivals (Vancouver, Los Angeles et en France). La série Like-moi! a également remporté un Gémeau le 16 septembre. Entretemps, le Sorelois a présenté son premier long métrage Les scènes fortuites dans plusieurs salles au Québec, dont au cinéma Saint-Laurent de Sorel-Tracy le 9 février, où il a été bien accueilli. (Photo : gracieuseté/Justine Latour)

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 45

REVUE_ANNÉE_2018.indd 45

2018-12-13 10:55


AU TABLEAU D’HONNEUR

Laurie et Tristan Jussaume

Danick Lambert

Quatre ans après avoir raflé le titre de champion du monde en course ovale de motoneige chez les juniors, Danick Lambert a récidivé l’hiver dernier, cette fois dans la catégorie semi-pro champ, après une parcours d’un mois parsemé de succès aux États-Unis. Âgé de 19 ans seulement, le Sorelois a coursé pendant quatre fins de semaine au Wisconsin et au Michigan, récoltant plusieurs podiums au passage.

(Photo : Stéphane Jussaume)

46 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

(Photo : gracieuseté)

Le cyclisme est une histoire de famille chez les Jussaume. Laurie, la grande sœur et Tristan (photo), le petit frère, se sont démarqués à leur façon en représentant le Club cycliste Les Dynamiks de Contrecœur en 2018. D’abord, Laurie Jussaume, 19 ans, a reçu la médaille de l’Assemblée nationale pour sa carrière sportive en avril. En septembre, elle a récolté une médaille de bronze avec l’équipe canadienne aux Championnats panaméricains de cyclisme sur piste au Mexique. Quant à Tristan, il a été sacré champion canadien chez les juniors à l’épreuve de poursuite individuelle lors du Championnat canadien de cyclisme sur piste en Ontario, en avril. Puis en juillet, il a terminé au 13e rang sur 145 cyclistes au prestigieux Tour de l’Abitibi.

REVUE_ANNÉE_2018.indd 46

2018-12-13 10:55


AU TABLEAU D’HONNEUR

Cégep de Sorel-Tracy Le Cégep de Sorel-Tracy a remporté le titre de Campus équitable de l’année aux Prix canadiens Fairtrade en mars parmi 30 établissements postsecondaires au Canada. Le collège était en compétition contre 29 universités canadiennes et a été chercher son prix à Vancouver. Le Cégep de Sorel-Tracy a été le premier cégep à ouvrir un Magasin du monde en 2011 et le premier à obtenir le titre de campus équitable en 2016. Sur la photo, les administratrices du Magasin du monde Jeanne Lavallée et Alexanne Dyotte en compagnie du conseiller à la vie étudiante, Jacques Gauthier. (Photo : gracieuseté)

Juliette Péloquin L’élève de l’école secondaire Fernand-Lefebvre, Juliette Péloquin, a gagné trois bourses de 1 000$ pour son projet Diabète sucré… à l’érable lors de la finale pancanadienne de l’Expo-sciences en mai, à Ottawa. Celle qui réside à Sainte-Victoire-de-Sorel s’est démarquée grâce à son projet audacieux qui prouvait que les composantes du sirop d’érable pouvaient être bénéfiques pour le diabète sucré. L’an dernier, Juliette Péloquin avait aussi accédé à la finale pancanadienne avec sa coéquipière Marie-Philippe Villiard. (Photo : gracieuseté)

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 47

REVUE_ANNÉE_2018.indd 47

2018-12-13 10:55


AU TABLEAU D’HONNEUR

Des médailles aux Jeux du Québec

Myriam Leclerc Myriam Leclerc, de Saint-Roch-de-Richelieu, s’est hissée parmi les 10 meilleures joueuses de basketball féminin au pays dans la 2018 Canadian Collegiate Athletic Association (CCAA) Women’s basketball All-Canadians. Ses performances avec les Dynamiques du Collège Sainte-Foy lui ont permis de se hisser dans ce palmarès. Elle a récolté, lors de la saison 2017-2018, une moyenne de 19,1 points par match.

(Photo : gracieuseté)

(Photo : gracieuseté)

48 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

Des athlètes de la région sont parvenus à ramener deux médailles de bronze des Jeux du Québec qui ont eu lieu à Thetford Mines en août. L’équipe féminine de basketball (photo), composée à 50% de filles de Sorel-Tracy et des environs, a terminé en troisième place. Il s’agissait des derniers Jeux du Québec de l’entraîneur sorelois Éric Fréchette. En soccer féminin, l’équipe de Richelieu-Yamaska a aussi gagné le bronze. La défenseure soreloise Alexanne Lafond-Hurteau faisait partie de cette équipe. D’autres Sorelois ont aussi bien fait en natation, golf et volleyball.

REVUE_ANNÉE_2018.indd 48

2018-12-13 10:55


AU TABLEAU D’HONNEUR Geneviève Dulude-De Celles

Pierre-Antoine Arpin Le Sorelois Pierre-Antoine Arpin (à gauche) a été sacré champion du Québec chez les 12-14 ans lors du championnat provincial junior 2018 de grosses quilles disputé à Québec du 26 au 28 juillet. En neuf parties, le jeune homme de 13 ans a fait tomber 2 002 quilles, soit 100 de plus que celui ayant terminé au deuxième rang. La Soreloise Maude Lusignan (à droite) a aussi livré une excellente performance à ce championnat en ramenant une médaille de bronze chez les filles 18-21 ans. Elle a fait tomber 1 913 quilles pour une moyenne de 212,6 par joute. (Photo : gracieuseté)

La cinéaste soreloise Geneviève Dulude-De Celles a continué de faire sa marque dans l’industrie du cinéma en 2018. Elle a raflé, en septembre, deux prix prestigieux lors du Festival du cinéma de la Ville de Québec pour son long métrage Une colonie. Le Grand Prix, ultime récompense de la soirée, a été décerné à un film québécois pour la première fois de l’histoire du festival. Geneviève Dulude-De Celles a aussi mis la main sur le Prix du public. En novembre, elle a raflé quatre autres prix dans deux festivals; elle a d’abord obtenu, à Moncton, la Vague UNIS TV du long métrage de fiction canadien lors du Festival international du cinéma francophone en Acadie, puis elle a gagné trois prix lors du Whistler Film Festival en Colombie-Britannique, soit la Meilleure interprétation pour la performance de la comédienne Émilie Bierre, la Meilleure réalisation pour Geneviève Dulude-De Celles ainsi que le Meilleur film canadien. Le film raconte l’histoire d’une jeune fille timide et farouche qui doit faire l’apprentissage d’un nouvel environnement. (Photo : archives)

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 49

REVUE_ANNÉE_2018.indd 49

2018-12-13 10:55


À SUIVRE EN 2019

Une école alternative sur la planche à dessin

Sorel-Tracy veut se doter de nouvelles infrastructures sportives SARAH-EVE CHARLAND secharland@les2rives.com

Selon un sondage, 90% des familles ont démontré un intérêt envers une école alternative. (Photo : Gracieuseté)

SARAH-EVE CHARLAND secharland@les2rives.com

Un jeune de 9 ans de Sorel-Tracy, Isaac Dandonneault, a fait renaître le projet d’école alternative. Un groupe de parents s’est formé cette année à la suite de l’envoi d’une lettre écrite par le jeune qui dit ne pas aimer devoir rester assis sans bouger et sans parler pendant de nombreuses heures.

La Commission scolaire de Sorel-Tracy a refusé d’embarquer dans le projet de terrain synthétique. La Ville a donc prévu construire l’infrastructure sur un terrain municipal, celui adjacent au Club de curling Aurèle-Racine. Les coûts d’un tel projet s’élèveraient à 2,3 M$. Une demande de subvention a été envoyée en février. La Ville a essuyé un refus en août. Le conseiller municipal Olivier Picard a assuré sa volonté de soumettre le dossier à un prochain appel de projets. Sorel-Tracy a lancé une nouvelle étude de faisabilité concernant l’implantation d’un complexe aquatique. Des résultats préliminaires ont été présentés au conseil municipal cet automne. L’étude sera peaufinée en fonction des commentaires des élus et devrait être présentée officiellement au début 2019.

Le terrain synthétique est toujours dans la mire des élus sorelois. (Photo : gracieuseté)

50 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

Les parents ont à de nombreuses reprises présenté l’avancement du projet au conseil des commissaires. Un sondage et une rencontre d’informations ont confirmé au comité fondateur pour une école alternative la volonté régionale de choisir cette voie. Une trentaine de familles se sont présentées à la rencontre d’information le 30 mai. Un sondage non scientifique, auquel près de 300 personnes ont répondu, a été réalisé au printemps. Le comité a aussi rédigé les documents de référence qui ont été déposés cet l’automne à la Commission scolaire (CS) de SorelTracy. Le comité bénéficie de l’accompagnement de deux personnes ressources de la CS. En novembre, la CS a proposé au groupe de fournir une classe alternative dans une école existante plutôt qu’une école alternative.

La Ville de Sorel-Tracy a envoyé une demande de subvention afin de financer la moitié du projet de terrain synthétique. Elle a aussi lancé une étude de faisabilité afin d’évaluer ses besoins et aussi la faisabilité d’un complexe aquatique et récréatif régional.

REVUE_ANNÉE_2018.indd 50

2018-12-13 10:55


À SUIVRE EN 2019

Le réaménagement de la rue Augusta prévu en 2019

Les directions des hôpitaux sur la planche à dessin SARAH-EVE CHARLAND secharland@les2rives.com

Le rapatriement de directions dans les établissements de santé sera un dossier à suivre en 2019. C’est d’ailleurs le premier dossier sur lequel le nouveau député de Richelieu, Jean-Bernard Émond, a dit vouloir travailler après son élection du 1er octobre. Un budget entre 500 000$ et 600 000$ serait aussi nécessaire pour le concrétiser. (Photo : Gracieuseté)

SARAH-EVE CHARLAND secharland@les2rives.com

Le réaménagement du coin de la rue Augusta et du boulevard Fiset sera réalisé en 2019. La Ville de Sorel-Tracy a dévoilé les plans qui incluent un nouveau stationnement, un parc public, des espaces de verdure et des voies piétonnières. Ces changements répondent aux demandes des citoyens et permettront d’améliorer la configuration pour le passage des camions lourds. Les citoyens du centre-ville, surtout ceux situés près de l’intersection de la rue Augusta et du boulevard Fiset, se plaignent depuis plusieurs années de la proximité des camions, de la dangerosité du coin, de la poussière et des bruits de freinage. Les conclusions d’une étude réalisée par la Ville de SorelTracy avaient confirmé en août dernier la pertinence d’effectuer le réaménagement du coin. La Ville négocie actuellement l’acquisition de certaines maisons du côté ouest du boulevard Fiset et du côté nord de la rue Augusta pour continuer l’aménagement du secteur. Elle avait déjà fait l’acquisition d’autres propriétés.

Ce dernier souhaite ramener les pouvoirs décisionnels à l’Hôtel-Dieu de Sorel, perdus sous la réforme Barrette. Un comité composé d’élus, de citoyens et de membres de syndicats locaux s’est formé en mars afin de défendre ce dossier. L’ex-député Sylvain Rochon a initié cette démarche. Il a été formé à la suite des démarches entamées pour obtenir le bronchoscope l’année précédente. Les membres de ce comité craignent la détérioration des services offerts à Sorel-Tracy comme la centralisation des services psychosociaux, mais aussi que les spécialités médicales soient déplacées dans les hôpitaux de Saint-Hyacinthe et de Longueuil. Ils craignent aussi la centralisation des services de laboratoire, dans le cadre du projet Optilab, à l’hôpital Charles-LeMoyne.

Certains membres du comité santé ont interpellé l’ancien ministre de la Santé Gaétan Barrette, en mars. (Photo : Sarah-Eve Charland)

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 51

REVUE_ANNÉE_2018.indd 51

2018-12-13 10:55


À SUIVRE EN 2019

La construction du Centre des arts contemporains se poursuivra en 2019 SARAH-EVE CHARLAND

Deux hélices de l'ancien navire NCSM Iroquois seront intégrées dans les places publiques prévues sur le quai Richelieu. (Photo :

secharland@les2rives.com

La première phase de travaux de construction du Centre des arts contemporains de Sorel-Tracy devait débuter en fin d’année 2018. Le président-directeur général, Dominique Rolland, espère ouvrir le premier bâtiment de ce projet d’envergure au cours de l’année 2019, au centre-ville. La première phase consiste à rebâtir le bâtiment Sincenne-McNaughton qui a été incendié en 2016, sur la rue de la Reine. Le Centre des arts contemporains le transformera en salle d’exposition. L’organisme a réussi à consolider 1,3 M$ pour cette première phase grâce à de nombreuses subventions. Il attend égale-

Gracieuseté)

ment des réponses à d’autres demandes de subvention. Deux hélices de l’ancien navire NCSM Iroquois seront intégrées dans les places publiques prévues sur le quai Richelieu. Après deux refus pour

rapatrier le bateau, la Corporation du Site historique maritime de Sorel-Tracy avait obtenu de la Marine canadienne, en novembre 2017, l’autorisation de livraison des deux hélices, de l’ancre et de sa chaîne.

Sorel-Tracy à la recherche d’un partenaire privé pour le complexe portuaire SARAH-EVE CHARLAND secharland@les2rives.com

Cela permettra entre autres d’effectuer du démarchage auprès du gouvernement du Québec. Le projet total s’évalue actuellement à 60 M$. Après avoir obtenu le financement, le projet devra être soumis à l’analyse de l’Agence canadienne d’évaluation environnementale.

Le 20 août, la Ville a autorisé la signature du contrat d’achat des trois derniers terrains de l’ancienne centrale thermique d’Hydro-Québec. La Ville possédait déjà quatre autres terrains. Au total, près de sept millions de pieds carrés seront disponibles à des investissements industriels.

52 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

La Ville de Sorel-Tracy espère conclure dans la prochaine année un partenariat avec une entreprise privée afin d’assurer la réalisation du complexe portuaire, le principal projet dans le cadre de la zone industrialo-portuaire.

REVUE_ANNÉE_2018.indd 52

2018-12-13 10:55


LES CARICATURES DE L’ANNÉE

Voici maintenant les caricatures de l’année faites par Gilles « Bill » Marcotte, telles que choisies par notre équipe.

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 53

REVUE_ANNÉE_2018.indd 53

2018-12-13 10:55


LES CLICHÉS DE L’ANNÉE

Une grande école à Saint-Roch-de-Richelieu

guré l’agrandissement de l’école primaire La Commission scolaire de Sorel-Tracy a inau elieu, en présence d’élus, du personnel et Saint-Roch le 23 mai, à Saint-Roch-de-Rich cement de 4,7 M$, sur un projet total de des élèves. Le ministère a accordé un finan e bibliothèque et d’un gymnase double en 5,7 M$, pour l’ajout de quatre classes, d’un , d’anglais et de nouvelles salles de bain. plus de nouveaux locaux d’informatique, d’art (Photo : Pascal Cournoyer)

Heureux millionnaires e à la loterie. Après un gros lot historique Décidément, la région a la main chanceus une citoyenne en 2016, Michel et Rolande à la Lotto-Max de 50 M$ remporté par en juin 2018, un lot majeur au Lotto 6/49, soit Croizié, de Sorel-Tracy ont aussi remporté, é r du centre-ville sur la rue du Roi, puis valid 9,8 M$. Le billet a été acheté au dépanneu . fants s-en petit et nts enfa gâter ses au Jean-Coutu de Tracy. Le couple prévoit

Les émotions d’une mère

Manon Goulet, mère du patineur de vitesse Charles Hamelin, a invité amis, élus et médias chez elle, à Sorel-Tracy, le 17 février à 5h du matin pour que tous assistent en direct à la performance de son fils aux Jeux olympiques de Pyeongchang. Une quarantaine de personnes étaient sur place. Mme Goulet n’a pu retenir ses larmes lorsqu’elle a vu la déception sur le visage de son fils après sa disqualification au 1000 m. (Photo : Jean-Philippe Morin)

54 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

(Photo : gracieuseté/Loto-Québec)

REVUE_ANNÉE_2018.indd 54

2018-12-18 10:44


ou nos journalistes. tées cette année par nos photographes cap s nte qua mar tos pho es lqu que ci Voi

Un vendredi 13 pas chanceux

manchette en 2018, mais l’incendie d’un De nombreux faits divers ont défrayé la tavendredi 13 juillet, a été l’un des plus spec bateau, survenu à Sainte-Anne-de-Sorel le e lissag remp le s aprè nue surve explosion est culaires parmi ceux captés en images. Une au. bate son arré dém a t upan l’occ ue lorsq du carburant, au quai de la Halte des 103 îles, r) noye Cour l Pasca o : (Phot é. bless été Personne n’a

Les vaches de retour sur l’île du Moine

sur l’île du Moine, à Sainte-Anne-de-Sorel. Les vaches ont fait un retour progressif . que l’île en accueillait environ 300 en 2007 Depuis 2015, on n’en retrouvait aucune alors t proje Ce e. viand la pour ens ues à des citoy Les vaches de boucherie peuvent être vend tion de la nature Canada, propriétaire de serva Con entre tion bora découle d’une colla o : Stéphane Martin) l’île, et les 29 membres de la Commune. (Phot

Victoire historique

Jean-Bernard Émond, à peine élu député de Richelieu lors de la soirée électorale du 1er octobre, arrive triomphant à son local électoral de la CAQ de la rue du Roi, à SorelTracy. Il est accueilli par plusieurs partisans et membres de sa famille. (Photo : Pascal Gagnon)

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 55

REVUE_ANNÉE_2018.indd 55

2018-12-18 10:44


PERSONNALITÉS DE L’ANNÉE

Christian Deschênes, homme de hockey d’exception LOUISE GRÉGOIRE-RACICOT redaction@les2rives.com

À la tête des Éperviers de Sorel-Tracy, Christian Deschênes les a menés, en mai, à un premier championnat en 20 ans dans la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH). Un leadership qui en fait la personnalité sportive de la région.

56 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

Cette qualité l’a toujours animé comme joueur de centre – il a disputé le plus de matchs dans la LNAH – et comme entraineur et copropriétaire du club local. « Il est aussi un membre très respecté des propriétaires de cette ligue  », confie son ami de longue date et associé, JeanFrançois Cartier. «  Avec lui, on sait à quoi s’en tenir. Il explique toujours ce qu’il souhaite et pourquoi. Avec les joueurs, l’organisation et les propriétaires de la Ligue. Ça fait de lui un bon meneur qui sait déléguer au besoin. Il peut paraitre exigeant, mais il l’est d’abord pour lui-même », le décrit M. Cartier.

Il consacre toute son énergie là où il est engagé : au hockey (il a été intronisé au Panthéon des sports de Sorel-Tracy), en affaires (il est aussi copropriétaire du restaurant Les Tire-Bouchons) ou dans sa famille comptant quatre enfants. Plusieurs l’ont découvert dans la série télé « Semi pro  », comme un homme de hockey désireux de faire de sa ligue une organisation crédible et respectée où le jeu domine, n’exclut pas la bataille, mais n’en fait pas l’attrait principal. Et si les Éperviers continuent de performer aussi bien, c’est qu’il sait parler quand il le faut, lever le ton quand cela s’impose, décrit Jean-François Cartier. «  Très bon coach, il sait motiver ses joueurs et les mener à la victoire », rajoute-t-il. « L’équipe est bien rodée. Christian voit à gérer de façon serrée. Il établit de bonnes relations avec tous, joueurs, partenaires, soutiens et commanditaires. » Christian Deschênes, personnalité de l’année dans le monde du sport, continue son bon travail derrière le banc des Éperviers, qui ont gagné un premier championnat en 20 ans en 2018. (Photo : Pascal Cournoyer)

REVUE_ANNÉE_2018.indd 56

2018-12-13 10:56


PERSONNALITÉS DE L’ANNÉE

Jean-Bernard Émond, premier élu caquiste de Richelieu LOUISE GRÉGOIRE-RACICOT redaction@les2rives.com

Tenace, Jean-Bernard Émond a réussi, en octobre, après deux essais infructueux, à remporter haut la main, le siège de député de Richelieu, occupé depuis 1994 par le PQ. Ce qui fait de lui la personnalité politique de l’année 2018. M. Émond a eu la véritable piqûre politique alors qu’il a assisté aux premières rencontres de la CAQ en Montérégie en 2011, se rappelle son frère Pierre-André. Il s’était bien intéressé à la politique, un peu comme tout le monde et s’était toujours engagé socialement dans diverses causes. « Mais la CAQ l’a mené vers l’engagement politique. Comme député, c’en est maintenant un de tous les instants! », note son ainé. Ayant siégé au sein de différents conseils d’administration d’organismes de la région, il a compté parmi les membres fondateurs de la CAQ. Entrepreneur et ex-enseignant en formation professionnelle, il s’est par

la suite initié aux rouages de la politique depuis 2012, comme conseiller politique et directeur de bureau de Nathalie Roy, députée de Montarville et présidente du caucus de la CAQ. « Il sait fort bien, rajoute Pierre-André, que ce travail est à la fois exigeant, mais souvent ingrat. Que la sécurité d’emploi n’y est jamais assurée. Mais il aime les gens. Il aime s’engager pour eux. En politique, il y est comme un poisson dans l’eau. » Il vient tout juste de constituer son équipe de travail et apprivoise le rôle de député et adjoint parlementaire du ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur en matière de formation professionnelle. «  Son côté entrepreneur fait qu’il aime que les choses se fassent vite. Le poste d’adjoint est celui qu’il convoitait et pour lequel il s’était proposé. Pour trouver l’adéquation entre la formation et les besoins du marché du travail », complète son frérot. Jean-Bernard Émond, nouveau député de Richelieu, et son frère Pierre-André ont savouré ensemble la victoire du 1er octobre (Photo : Pascal Gagnon)

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 57

REVUE_ANNÉE_2018.indd 57

2018-12-13 10:56


PERSONNALITÉS DE L’ANNÉE

Mario Fortin, la rigueur incarnée LOUISE GRÉGOIRE-RACICOT redaction@les2rives.com

Sa présence assidue et créative comme directeur général de Carrefour jeunesse-emploi pendant près de neuf ans, de même que la prise en charge et le redémarrage amorcé de Recyclo-Centre – entreprise d’économie sociale – méritent bien à Mario Fortin le titre de personnalité de l’année dans les domaines des affaires et du communautaire.

Mario Fortin, personnalité de l’année dans les affaires et le communautaire, a su relever le Recyclo-Centre malgré les difficultés financières de l’organisme. (Photo : Stéphane Martin)

58 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

L’homme a su relever ces défis de taille. Visiblement, il aime travailler avec et pour les jeunes. Il sait les mener à bon port, souvent rejoint par leurs idées et réalisations, leur courage et résilience, a-t-il déjà révélé. Pour un, le député de Richelieu, Jean-Bernard Émond, a souligné son énergie inépuisable, voire « un peu folle », l’a-til qualifiée amicalement. Aujourd’hui, il consacre ses talents à la remise sur ses rails du Recyclo-Centre de l’avenue Hôtel-Dieu en réelles difficultés

financières. Des arrangements avec les créanciers ont été conclus. L’entreprise opère toujours avec sa vingtaine d’employés et ses 40 personnes en insertion sociale. Parce qu’il a présidé au réalignement de ses façons de faire, de sa gestion, de la qualité des produits livrés, M. Fortin l’a préservée. « Mario allie à la fois une grande efficacité au travail tout en sachant se montrer souple dans les relations qu’il entretient avec les autres  », commente pour sa part son ami Benoit Lefebvre, qui a notamment siégé avec lui comme président, tant au conseil d’administration du Festival de la gibelotte de 2017 qu’à celui du Recyclo-Centre. «  C’est quelqu’un avec qui il est très agréable de travailler. Il fait preuve d’une grande rigueur intellectuelle et ses façons de faire en témoignent. Il sait laisser de la place à ses coéquipiers et reconnaitre le mérite de ce qu’ils contribuent. La région peut se féliciter de l’avoir intégré à sa vie communautaire et économique », a conclu M. Lefebvre.

REVUE_ANNÉE_2018.indd 58

2018-12-13 10:56


PERSONNALITÉS DE L’ANNÉE

Le tenace Antoine Lachance LOUISE GRÉGOIRE-RACICOT redaction@les2rives.com

Artiste émergent de la scène musicale québécoise, Antoine Lachance a franchi un grand pas en devenant l’un des aspirants de l’émission La Voix à TVA. Exploit qui lui vaut le titre de personnalité du monde culturel régional. Il y a loin des bars québécois où il chantait des reprises de blues et de rock et du succès du groupe On a créé un monstre à la préparation d’un deuxième album solo de son cru, témoin du talent du trentenaire, de la force de ses mots, de sa créativité musicale. Avec son groupe aux Francofolies de Montréal, en duo au Coup de coeur francophone ou en solo à la finale du concours du Festival international de la chanson de Granby et au concours Ma Première place des arts où il décroche deux prix prestigieux, il fait son chemin. Sa mère, Sonia Éthier, y voit surtout le

Antoine Lachance a été choisi dans l’équipe d’Alex Nevsky à La Voix en février. (Photo : Gracieuseté/OSA Images et TVA)

fruit d’une persévérance certaine. « Antoine n’était pas un sportif. Au secondaire, on l’a vu consacrer ses soirées et ses fins de semaine à la guitare, cultivant ce goût avec ses amis, tous amoureux de musique. Il ne disait pas vouloir en faire son métier, mais je crois qu’il l’avait toujours en tête. Il développait sa façon de s’y exprimer. C’est vrai qu’il est créatif et talentueux, mais c’est avant tout sa persévérance et le travail qui

le gouvernaient. Jamais il n’a lâché malgré les embûches. Il ne cherche pas la gloire, mais un lieu où travailler les mots et la musique pour faire des chansons pleines d’émotions, de sensibilité. » Et ce, même s’il sait pertinemment que le milieu de la musique n’est pas facile. « En vivre est difficile, car la culture est mise à mal par les décideurs. Mais il y vit une passion. Une conviction », conclut Mme Éthier.

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 59

REVUE_ANNÉE_2018.indd 59

2018-12-13 10:56


UN DERNIER SALUT

Ceux qui nous ont quitté en 2018 JEAN-PHILIPPE MORIN jpmorin@les2rives.com

Des personnalités publiques ont rendu l’âme au cours de la dernière année. Le journal Les 2 Rives tient à offrir ses plus sincères condoléances aux proches des disparus.

Élaine Zakaïb est décédée le 1er octobre 2018 à l’âge de 59 ans. (Photo : archives)

décédait des suites d’un cancer du pancréas à l’âge de 51 ans. La Soreloise était à la tête de Curling pour enfants, une collecte de fonds pour hôpitaux pour enfants.

60 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

D’abord, Élaine Zakaïb est décédée le 1er octobre à l’âge de 59 ans après une bataille contre un cancer du cerveau. Celle qui a été députée de Richelieu de 2012 à 2014 sous la bannière du Parti québécois a aussi été ministre dans le gouvernement de Pauline Marois. Elle avait démissionné en 2014 pour se joindre à la chaîne de magasins Jacob afin de tenter de redresser l’entreprise. Le monde politique a aussi perdu deux élus en fonction. En juillet, le conseiller municipal de Contrecœur, Jean Grenier, élu en novembre 2017, est décédé d’un cancer virulent. M. Grenier était propriétaire d’Attica International, une imprimerie spécialisée en sérigraphie à Contrecœur. Puis le maire de Saint-Roch-de-Richelieu,

Michel Beck, est décédé subitement le 21 novembre. Ils avaient tous les deux 59 ans, comme Mme Zakaïb. Le monde des affaires pleure la mort de Richard St-Germain, décédé tragiquement à l’âge de 66 ans à la suite d’un accident de bateau en août. Ce dernier, passionné des affaires et de l’entrepreneuriat, était propriétaire de plusieurs bâtiments commerciaux au centre-ville. Il a aussi été impliqué dans le sport, surtout dans la boxe et le hockey. Le monde du sport a également perdu un de ses grands hommes, soit Claude StGermain, décédé en septembre à l’âge de 77 ans. M. St-Germain a été propriétaire de la station de radio CJSO pendant une vingtaine d’années, mais aussi des équipes de hockey des Riverains du Richelieu (midget AAA), des Royaux et du Mission de Sorel. La région est en deuil de deux grands bénévoles en 2018. Le 31 juillet, LouisGeorges Mandeville, 84 ans, rendait l’âme. Il était notamment impliqué avec les Lions de Saint-Joseph-de-Sorel. Une semaine plus tard, le 5 août, Annie Desaulniers

REVUE_ANNÉE_2018.indd 60

2018-12-13 10:56


Le bonheur 2019 LOUISE GRÉGOIRE-RACICOT redaction@les2rives.com

Tous devraient, en 2019, chercher à améliorer l’indice de bonheur des habitants de la MRC de Pierre-De Saurel. En 2014, Sorel-Tracy était classée 34e des 40 villes québécoises évaluées. On peut sûrement faire mieux! Oui, le bonheur est relatif : les mêmes conditions rendent des gens heureux, d’autres pas, selon leurs perceptions, leurs émotions et sentiments, leur histoire familiale et personnelle, décrit le chercheur Pierre Côté, instigateur de cet indice. Mais le milieu peut agir. Reste à prioriser comment. Chose certaine, les élus ont à mieux planifier l’avenir de la région. Autrement qu’à la petite semaine. Donc identifier les créneaux porteurs, les développer. Ils doivent accélérer la création d’emplois en dénichant de nouveaux entrepreneurs qui, dans un environnement sain, verseront des salaires adéquats et équitables à leurs employés tant masculins que féminins,

(Photo : Pascal Cournoyer)

qu’ils soient Québécois ou pas. Ce qui pourrait accélérer la nécessaire croissance de la population, et ce, à moyen terme. Ils doivent enfin réapprendre à travailler ensemble, solidairement. En éducation, les institutions doivent stimuler le plaisir d’apprendre en répondant mieux encore aux besoins des élèves. Elles doivent contrecarrer l’intimidation et la violence, applaudir les efforts de leurs personnels et élèves. Quant aux institutions de santé, elles doivent dispenser des soins locaux professionnels, attentifs, et respectueux. Être aussi accueillants pour ceux qui y naissent

que ceux qui y vieillissent ou y meurent, en quête d’humanisation des soins. Et donner plus de place aux gens d’ici dans leurs décisions. Enfin, le milieu doit aussi alimenter la culture des siens : multiplier les activités, former les goûts, stimuler ses artisans et artistes, en faire découvrir d’autres. Pour que les Sorelois apprécient ses manifestations et traversent mieux les aléas de la vie. Enfin, les citoyens doivent s’impliquer là où ils peuvent contribuer. Proposer plutôt que chialer! Peut-être l’indice du bonheur des Sorelois gagnera-t-il alors quelques rangs!

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 61

REVUE_ANNÉE_2018.indd 61

2018-12-13 10:56


REVUE_ANNÉE_2018.indd 62

2018-12-13 10:56

62 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année


Hebdomadaire publié par

Directeur général : Marcel Rainville Rédacteur en chef : Martin Bourassa Directeur de l’information : Jean-Philippe Morin Journalistes : J ulie Lambert, Sarah-Eve Charland et Katy Desrosiers

58, rue Charlotte, Sorel-Tracy, QC J3P 1G3 Tél : 450 742-9408 • Télécopieur : 450 742-8567 Petites annonces 450 771-0677 / Sorel-Tracy : 450 742-1002 www.les2rives.com 30 784 exemplaires

REVUE_ANNÉE_2018.indd 63

655, avenue Sainte-Anne, Saint-Hyacinthe, Québec, J2S 5G4 dbccomm.qc.ca

Photographe: Pascal Cournoyer Caricaturiste : Gilles Marcotte Contrôleur : Monique Laliberté Publicitaires : K  evin Arseneault, Rachel Day Circé et Carole Pettigrew Coordonnatrices aux ventes : Geneviève Blais et Mélissa Giard Distribution : Distribution Transcontinental Inc. Division Publisac Montérégie

Imprimé par Transcontinental Interweb 1603 boul. de Montarville Boucherville, Québec J4B 5Y2 et distribué par Publi Sac pour plainte ou requête : 450 773-6028 ISSN 0839-7864

Les 2 Rives - La revue de l’année - 1er janvier 2019 - 63

Éditeur : Benoit Chartier

2018-12-13 11:42


REVUE_ANNÉE_2018.indd 64

2018-12-13 10:56

64 - Le mardi 1er janvier 2019 - Les 2 Rives - La revue de l’année

Profile for DBC Communications

Revue 2018  

Revue 2018  

Advertisement