__MAIN_TEXT__

Page 1

ASSURANCE

SUPPLÉMENT SPÉCIAL

JEUDI 28 JANVIER 2021

|

PLAN IFICATION FINANCIÈRE

|

FINANCES

s o V AS S UR ANCE

PL ANIFI CATIO N FINANCIÈRE

|

IMMOBILIER

|

|

REER

IMM OBILIER

|

REER


2 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - Jeudi 28 janvier 2021 - Courrier d'affaires

AS S UR ANCE

| PL ANIFI CATIO N FINANCIÈRE

| IMMOBILIER

| REER


AS S UR ANCE

|

PL ANIFI CATIO N FINANCIÈRE

|

IMMOBILIER

|

REER

LE CELI | INVESTISSEZ VOTRE ARGENT À L’ABRI DE L’IMPÔT Le compte d’épargne libre d’impôt (CELI) vous permet d’économiser à l’abri de l’impôt pour vous constituer un fonds d’urgence ou pour réaliser vos projets. Tous les retraits, incluant le montant investi et les revenus gagnés, ne sont pas imposables. Vous pouvez ainsi utiliser ces sommes sans que cela affecte votre revenu et donc votre admissibilité à certains programmes gouvernementaux, tels l’allocation canadienne pour enfants, le crédit pour la TPS et le Supplément de revenu garanti. De plus, les retraits d’un CELI ne sont pas considérés dans le calcul visant à déterminer si un remboursement total ou partiel de la pension de la Sécurité de la vieillesse doit être effectué. Le CELI est un régime enregistré dans lequel vous pouvez investir une gamme de produits de placement, jusqu’à concurrence de la cotisation annuelle maximale : • 2009 à 2012 : 5000 $ • 2013 et 2014 : 5500 $ • 2015 : 10 000 $ • 2016 à 2018 : 5500 $ • 2019 et 2020 : 6000 $ De plus, les limites annuelles de cotisation non utilisées se cumulent et vos retraits génèrent de nouveaux droits dès l’année suivante.

ce, depuis 2009. Si vous ne cotisez pas au maximum de votre limite, vos droits s’accumulent et ne sont pas perdus. Si vous êtes admissible depuis 2009 et que vous n’avez jamais cotisé, votre limite en 2020 est de 69 500 $. Utilisé en début de carrière, le CELI permet d’épargner pour des projets à court et à moyen termes, et même de retirer des sommes pour les investir par la suite dans un REER. Si vous avez

atteint le maximum de vos droits de cotisation REER et que vous désirez continuer à investir à l’abri de l’impôt, le CELI est le régime idéal. Il constitue une option avantageuse, peu importe votre objectif, qu’il soit à court, à moyen ou à long terme. Vous concrétisez votre projet, vous économisez de l’impôt et vous profitez de sa flexibilité. À la suite de votre décès, saviez-vous que votre CELI peut être

transféré à votre conjoint* sans incidence sur ses droits de cotisation personnels, même s’il a déjà cotisé le maximum?

De bons conseils, c’est avantageux. *Au Québec : Essentiellement par testament.

Utile pour tous Tous les résidents canadiens de 18 ans et plus peuvent cotiser au CELI, qu’ils soient étudiants, salariés, travailleurs autonomes ou retraités, et

Courrier d'affaires - Jeudi 28 janvier 2021 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - 3


AS S UR ANCE

|

PL ANIFI CATIO N FINANCIÈRE

|

IMMOBILIER

|

REER

ENDETTEMENT : 7 SIGNES QUE VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE Souvent par crainte du jugement d’autrui, plusieurs personnes cachent leurs problèmes d’argent à leur entourage et hésitent à recourir aux services d’un professionnel. Voici 7 signes qu’il est temps de mettre votre orgueil de côté pour reprendre les rênes de votre portefeuille!

Vous vous reconnaissez dans ces énoncés? Avant de vous enfoncer davantage dans la

spirale de l’endettement (au point de devoir déclarer faillite, notamment), consultez un

professionnel tel qu’un conseiller financier ou un syndic autorisé en insolvabilité.

1. Vous utilisez le crédit pour payer vos factures mensuelles (ex. : électricité, loyer) et des biens essentiels (ex. : nourriture, médicaments), car vous n’avez pas suffisamment de liquidités. 2. Vous contractez de nouvelles dettes pour pouvoir rembourser vos dettes. 3. Vous puisez dans vos comptes d’épargne (sommes économisées pour la retraite, par exemple) pour être en mesure d’acquitter vos dépenses courantes. 4. Vous payez fréquemment votre loyer ou votre hypothèque en retard, ou encore vous sautez des paiements par manque de fonds. 5. Vous continuez à débourser pour des activités ou des biens non essentiels malgré vos dettes (une autre façon de dire que vous « vivez au-dessus de vos moyens »). 6. Vous recevez de plus en plus de lettres, de courriels et d’appels de vos créanciers. 7. Vous avez de la difficulté à vous concentrer ou à dormir à cause de vos problèmes financiers.

4 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - Jeudi 28 janvier 2021 - Courrier d'affaires

VERS QUI PEUT-ON SE TOURNER LORSQU’ON DÉSIRE INVESTIR? Vous voulez placer votre argent intelligemment pour planifier l’achat d’une maison, avoir une retraite confortable ou financer les études de vos enfants? Quels que soient vos projets, il est judicieux de faire appel aux compétences d’un professionnel pour effectuer des investissements en cohérence avec votre situation et vos ambitions. Voici quelques exemples d’intervenants qui pourraient constituer de précieux alliés : • Courtier en placement (offre plusieurs types de produits); • Courtier en épargne collective (propose des fonds communs de placement); • Planificateur financier (élabore un plan d’action en fonction de vos objectifs); • Gestionnaire de portefeuille (gère votre portefeuille de placements). Avant de vous tourner vers l’un ou l’autre de ces intervenants, déterminez vos besoins

(ex. : cotiser à un CELI, faire fructifier votre capital). En outre, demandez-vous combien vous êtes prêt à payer pour obtenir les services souhaités. Cela dit, sachez que même si vous faites affaire avec un professionnel d’expérience, celui-ci n’a pas le pouvoir de garantir le rendement des marchés ou de recommander des placements fructueux à tout coup, par exemple. Une part d’incertitude est toujours présente, et votre niveau de tolérance au risque déterminera le type de produits que vous choisirez. Avant de recourir aux services d’une entreprise ou d’un représentant, vérifiez son inscription auprès de l’Autorité des marchés financiers. Pour en savoir plus : lautorite.qc.ca.


AS S UR ANCE

|

PL ANIFI CATIO N FINANCIÈRE

|

IMMOBILIER

|

REER

ACHAT D’UN TERRAIN : QUELS SONT LES FACTEURS À CONSIDÉRER? Vous souhaitez acquérir un terrain pour construire une maison parfaitement adaptée à vos besoins et qui reflétera vos goûts à 100 %? Pour faire le bon choix — et éviter les mauvaises surprises! —, vous devez tenir compte d’une foule d’éléments, dont les suivants : • Le sol : assurez-vous qu’il n’est pas contaminé et qu’il peut accueillir des fondations, par exemple. De plus, sachez que sa composition (argileux, rocailleux, etc.) peut grandement influencer le coût de votre projet. • Le zonage : vérifiez que celui-ci vous autorise à réaliser le projet souhaité (type de maison, nombre d’étages, dimensions, etc.). Par ailleurs, si le terrain est situé près d’un cours d’eau, vous devrez vous conformer à certaines normes (ex. : interdiction de cons-

truire à moins de 10 ou 30 m du plan d’eau) qui pourraient compromettre vos plans. • La superficie : évaluez si le terrain est assez grand pour vous permettre de bâtir la maison dont vous rêvez en tenant compte des exigences à respecter, notamment si vous devez installer un puits artésien et un champ d’épuration. • L’emplacement : déterminez si le terrain se trouve à un endroit qui vous convient, près des services dont vous avez besoin (ex. : école) et dans un environnement qui vous correspond (ex. : ville populeuse). Il est également bon de savoir s’il est relié à l’aqueduc et s’il possède un accès à une rue (certaines municipalités exigent au moins une façade sur un chemin public). Pour dénicher le terrain parfait au juste prix, faites appel à un courtier immobilier!

3 ASTUCES POUR METTRE VOTRE MAISON EN VALEUR LORS D’UNE VISITE VIRTUELLE

CONNAISSEZ-VOUS LES LIMITES DE VOTRE ASSURANCE HABITATION? Vous croyez que votre assurance habitation vous met à l’abri de toutes les catastrophes potentielles pouvant toucher votre demeure? Détrompez-vous! Bien que celle-ci s’avère des plus utiles en cas de besoin, elle ne couvre pas tous les types de sinistres. En effet, vous devriez recevoir une indemnisation après un incendie, un vol ou encore des dommages provoqués par

le vent ou le débordement de votre baignoire, par exemple. Selon vos besoins et votre budget, vous pourriez également ajouter des protections (avenants) pour être assuré en cas de tremblement de terre ou de refoulement d’égouts, ou pour couvrir vos biens de valeur, entre autres. Sachez toutefois qu’il est probable qu’aucune compagnie ne vous indemnise dans

certaines situations précises, notamment si les dommages sont causés par : • L’usure graduelle (ex. : de la moisissure s’est formée parce que vous avez tardé à réparer la toiture); • Des insectes ou des animaux nuisibles (ex. : des fourmis charpentières ont endommagé la structure du bâtiment);

• La pollution (ex. : les particules émises par l’usine près de laquelle vous demeurez ont décoloré le revêtement extérieur). Ainsi, pour éviter les mauvaises surprises et ajouter les avenants nécessaires, s’il y a lieu, renseignez-vous en détail sur les diverses exclusions avant de souscrire une assurance habitation.

Courrier d'affaires - Jeudi 28 janvier 2021 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - 5

Que ce soit en raison de la pandémie ou pour des considérations pratiques, vous avez choisi de privilégier les visites virtuelles pour la vente de votre propriété? Pour mettre toutes les chances de votre côté, essayez ces trois astuces : 1. Maximisez la luminosité : pour montrer vos pièces sous leur meilleur jour, donner une bonne idée de leur superficie et faire ressortir les détails architecturaux, par exemple, un éclairage adéquat est indispensable. Ainsi, assurez-vous d’ouvrir les rideaux et les stores et de multiplier les sources de lumière artificielle. Au besoin, n’hésitez pas à miser sur quelques luminaires supplémentaires lors de la visite. 2. Prévoyez un trajet logique : vos visiteurs doivent pouvoir évaluer et visualiser aussi précisément que possible la disposition des lieux (corridors, escaliers, etc.) et la taille des différentes pièces. Pour leur donner un juste aperçu de votre maison et de ce qu’elle a à offrir — autrement dit, pour qu’ils aient l’impression d’être sur place —, vous devez leur faire suivre un parcours cohérent. 3. Pensez « valorisation résidentielle » : ce n’est pas parce que les acheteurs potentiels effectuent une visite à distance que vous pouvez négliger le home staging! Assurezvous entre autres de présenter des pièces impeccables (propres et bien rangées) et neutres (enlevez les photos de famille, par exemple). Veillez également à désencombrer l’espace (y compris à l’intérieur des placards!), notamment en attribuant une seule fonction à chaque pièce. Pour réaliser une visite virtuelle dans les règles de l’art, recourez aux services d’un courtier immobilier.


AS S UR ANCE

EST-IL AVANTAGEUX DE COTISER À VOS REER JUSQU’À L’ÂGE MAXIMAL PERMIS?

6 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - Jeudi 28 janvier 2021 - Courrier d'affaires

Vous avez dépassé l’âge moyen de la retraite, mais souhaitez tout de même travailler encore quelques années? Vous vous demandez s’il est profitable de continuer à cotiser à un régime enregistré d’épargne-retraite (REER) jusqu’à l’âge maximal autorisé, soit 71 ans? La réponse est la suivante : cela varie d’une personne à l’autre! Avec la hausse de l’espérance de vie, il peut être avantageux d’augmenter les fonds de votre REER afin d’avoir une retraite plus confortable. Qui plus est, vous pourriez exploiter ces années de labeur supplémentaires pour faire fructifier davantage votre argent en profitant d’un impôt différé. Toutefois, pour que cela soit réellement avantageux, il faut que votre économie d’impôt soit plus élevée que l’impôt que vous aurez à payer au moment de retirer vos REER. Cela n’est donc pas intéressant si votre revenu reste élevé après

71 ans, car votre taux d’imposition sera, lui aussi, élevé. Notez également que, passé l’âge de 65 ans, vous n’êtes plus admissible au crédit additionnel offert lors de votre cotisation. Vous souhaitez déterminer avec exactitude si investir dans vos REER jusqu’à vos 71 ans demeure profitable pour vous ou si vous ne gagneriez pas à vous tourner vers un autre fonds d’action après 65 ans? Discutez-en avec un conseiller financier! Vous pouvez cotiser à vos REER jusqu’au 31 décembre de l’année de votre 71e anniversaire de naissance. Vous avez également jusqu’à cette date pour retirer vos fonds — pour les transférer dans un fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) ou acheter une rente, par exemple.

POURQUOI MISER SUR LE REFINANCEMENT HYPOTHÉCAIRE? Imaginez le scénario : votre maison vaut actuellement 350 000 $ et il vous reste 150 000 $ à rembourser sur votre prêt hypothécaire; si vous optiez pour le refinancement hypothécaire, vous pourriez donc possiblement emprunter 130 000 $. En effet, cette solution vous permet d’obtenir jusqu’à 80 % de la valeur marchande de votre propriété, moins le solde de votre hypothèque. Intéressant, non? Mais attention : s’il peut s’avérer hautement avantageux, le refinancement hypothécaire n’est pas pour tout le monde et, selon votre profil, ne se prête pas nécessairement à tous vos projets. En fonction de votre situation financière (revenus, dettes, dossier de crédit, etc.), de votre capacité de remboursement et de votre tolérance au risque, entre autres, vous pourriez notamment utiliser cette stratégie pour : • Rénover : refaire la cuisine et les salles de bain, par exemple, pourrait vous permettre d’accroître la valeur de votre maison;

• Obtenir un meilleur taux : si les taux hypothécaires sont plus bas qu’ils ne l’étaient au moment où vous avez acheté votre demeure, refinancer votre hypothèque pourrait vous permettre d’économiser sur les intérêts. Vous pourriez toutefois avoir une pénalité à payer lors du refinancement; assurez-vous donc que cette option est véritablement avantageuse; • Consolider vos dettes : regrouper vos prêts et le solde de vos cartes de crédit pourrait également vous faire économiser des intérêts, puisque les taux hypothécaires sont plus bas que ceux des autres types de prêts; • Investir : vous pourriez dégager une mise de fonds pour acquérir un immeuble à revenus, par exemple. Pour savoir si vous êtes admissible au refinancement hypothécaire et pour utiliser celui-ci intelligemment, consultez un courtier hypothécaire ou un conseiller financier.

|

PL ANI FICATI ON FINANCIÈRE

|

IMMOBILIER

|

REER


Achat d’une maison : 6 dépenses auxquelles vous n’aviez peut-être pas pensé… Vous souhaitez acheter votre première maison? Alors, préparez-vous, car cette démarche pourrait vous coûter plus cher que vous ne le croyez! Voici quelques-uns des frais plus ou moins « cachés » liés à l’achat d’une propriété. 1. L’ASSURANCE PRÊT Au Québec, la mise de fonds minimale exigée à l’achat d’une résidence de 500 000 $ ou moins est de 5 %. Ceci dit, si votre mise de fonds est inférieure à 20 % du prix d’achat, vous devez obligatoirement contracter une assurance prêt hypothécaire auprès de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) ou de son homologue privé Genworth Canada. Le montant de votre prime d’assurance est déterminé en fonction de la proportion du prix d’achat que vous devez emprunter. Par ailleurs, cette assurance n’inclut pas d’assurance-vie prêt hypothécaire. Prévoyez donc une prime supplémentaire si vous souhaitez être couvert en cas de décès ou d’invalidité. 2. LES DROITS DE MUTATION Qui dit transaction immobilière dit « taxe de bienvenue ». À l’achat d’une maison, vous devez payer des droits de mutation immobilière à votre municipalité. Il s’agit en quelque sorte d’un tarif d’enregistrement dont le montant est

fixé en fonction du prix d’achat et de la valeur de votre propriété. Il peut représenter entre 1,5 % et 4 % du prix d’achat.

meubles, rideaux, outils…), frais de branchement (téléphonie, câblodistribution, Internet…), etc.

3. LES TAXES FONCIÈRES En tant que propriétaire, vous avez l’obligation d’acquitter vos taxes foncières, c’est-à-dire vos taxes municipales et scolaires. Leur montant dépend de la valeur marchande de votre maison et du taux de taxation de votre municipalité.

6. LES ASSURANCES Votre assurance habitation doit couvrir au moins la valeur de remplacement de votre maison, de vos meubles et de tous les biens qui s’y trouvent. Protégez-vous contre les incendies et les autres imprévus qui risquent de causer des dommages à votre demeure!

4. LES HONORAIRES Lors de la transaction d’une propriété, la majorité des institutions financières font régulièrement appel aux services des évaluateurs agréés pour déterminer la juste valeur marchande de votre acquisition aux fins de financement. Il est fort probable que l’acheteur doive assumer ces frais qui peuvent varier entre 500$ et 800$ (dépendamment du type de propriété). Sachez qu’au Québec, lors d’une transaction immobilière, c’est l’acheteur qui doit payer les honoraires du notaire. Calculez environ 1000 $ (et rassurez-vous : c’est le vendeur qui paiera la commission de votre courtier immobilier!).

Un dernier conseil : effectuez votre changement d’adresse auprès de l’entreprise qui assure votre véhicule, le cas échéant, mais sachez que le montant de votre prime pourrait changer. Prévoyez un ajustement à la hausse si vous parcourez plus de kilomètres qu’avant ou si votre maison est située dans une plus grande ville (les risques d’accident y sont plus élevés). En somme, gardez en tête que bien d’autres frais peuvent s’ajouter à l’achat d’une maison!

5. LE DÉMÉNAGEMENT Prévoyez les coûts qu’entraînera votre déménagement : honoraires des déménageurs, achats divers (peinture,

Courrier d'affaires - Jeudi 28 janvier 2021 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - 7


AS S UR ANCE

|

PL ANIFI CATIO N FINANCIÈRE

|

IMMOBILIER

|

REER

5 CONSEILS POUR AMÉLIORER VOTRE DOSSIER DE CRÉDIT Que ce soit pour obtenir un prêt ou pour louer l’appartement de vos rêves, par exemple, il est important de pouvoir compter sur un bon dossier de crédit. Le vôtre a été malmené par des problèmes de dettes ou vous avez peu d’antécédents de crédit? Voici quelques conseils pour vous aider à (re)bâtir celui-ci : 1. Payez toujours à temps : qu’il s’agisse d’un petit ou d’un gros montant, remboursezle toujours en entier, et ce, avant la date butoir. Si cela vous est impossible, assurezvous de payer le minimum exigé. 2. N’utilisez pas tout votre crédit : utilisez moins de 50 % du crédit dont vous disposez (ex. : 500 $ ou moins par mois pour une carte de crédit dont la limite est de 1000 $) et ne dépassez pas le montant autorisé. Si vous remplissez toujours vos cartes, par exemple, les prêteurs considéreront que vous présentez un risque plus élevé. 3. Ne changez pas de cartes de crédit ou d’institution financière inutilement : quand vous transférez un compte vers un autre, celui-ci constitue un nouveau crédit. Or,

votre cote sera meilleure si votre compte est ouvert depuis longtemps. 4. Limitez les demandes de crédit : des demandes de crédit ou de renseignements trop nombreuses affectent négativement votre dossier. Ainsi, si vous êtes en quête d’un prêt avantageux, effectuez vos recherches en moins de deux semaines, car à l’intérieur de ce délai, les différentes demandes compteront pour une seule et même. Évitez en outre d’accepter une carte de crédit simplement pour profiter d’un rabais, par exemple. 5. Variez les produits de crédit : il est préférable de miser sur plusieurs types de crédit (carte de crédit, marge de crédit, hypothèque, etc.) pour obtenir la confiance des prêteurs. N’allez toutefois pas emprunter pour améliorer votre cote de crédit si vous risquez d’avoir de la difficulté à rembourser! Pour en savoir plus sur les pratiques à adopter pour avoir un bon dossier de crédit, consultez votre conseiller financier.

5 ASTUCES POUR ÉVITER LES « CHICANES D’ARGENT » DANS UN COUPLE

8 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - Jeudi 28 janvier 2021 - Courrier d'affaires

Votre douce moitié est économe et vous avez tendance à dépenser sans compter (ou l’inverse), et cela crée des frictions? Chose certaine, les questions d’ordre financier peuvent être à l’origine de disputes sérieuses au sein d’un couple. Voici quelques conseils pour les prévenir : 1. Discutez si possible de vos objectifs et de vos priorités avant de vous engager sérieusement (ex. : vous marier, avoir un enfant ou emménager ensemble); 2. Divisez les dépenses communes de base au prorata de vos revenus respectifs (cela implique de s’entendre sur ce qui est essentiel ou non);

3. Ayez des comptes distincts pour vos dépenses personnelles discrétionnaires (le montant accordé à chacun par mois, par exemple, doit être identique); 4. Déterminez si les dépenses « en extra » assumées par l’un des conjoints (ex. : voyage, véhicule de plaisance) sont des cadeaux ou des prêts afin d’éviter tout malentendu en cas de séparation, notamment; 5. Consultez des professionnels (ex. : conseiller financier, psychothérapeute, notaire) si vos différends en matière d’argent compromettent l’avenir de votre relation.

3 QUESTIONS (ET LEUR RÉPONSE!) SUR L’ÉPARGNE Vous savez que vous devez épargner pour votre retraite ou vos différents projets de vie, mais vous avez une foule d’interrogations sur les meilleurs moyens de procéder? Voici la réponse à trois questions que plusieurs personnes se posent à ce sujet! 1. Est-il toujours avantageux d’investir dans un REER? Si le régime enregistré d’épargne-retraite constitue une solution de choix dans bien des cas, il s’avère moins profitable pour les gens ayant de faibles revenus, puisque son principal avantage est de réduire le revenu imposable. Un compte d’épargne libre d’impôt (CELI), par exemple, pourrait alors mieux convenir.

2. Faut-il épargner davantage en vieillissant? Idéalement, vous devriez réévaluer votre taux d’épargne chaque année pour au moins suivre l’inflation. Il est par ailleurs souvent plus facile d’épargner davantage après un certain âge, car les revenus ont tendance à augmenter, et les dettes, à diminuer (ex. : la maison est payée). Combien d’argent devrait-on minimalement mettre de côté? Pour éviter de vous retrouver en fâcheuse posture en cas d’imprévu, vous devriez avoir sous la main de quoi régler les dépenses courantes durant six mois, de préférence, ou au minimum pendant trois mois.


AS S UR ANCE

|

PL ANIFI CATIO N FINANCIÈRE

|

IMMOBILIER

|

REER

ENGAGER UN PROFESSIONNEL : LA FAÇON LA PLUS SIMPLE DE PRÉPARER VOTRE DÉCLARATION DE REVENUS! La saison des impôts approche à grands pas, et vous vous demandez si vous devriez faire appel à un professionnel pour produire votre déclaration de revenus dans les règles de l’art? Voici un aperçu de la manière dont celui-ci pourrait vous aider! Pourquoi engager un professionnel? Autorisés à produire une déclaration de revenus en votre nom, les comptables agréés et les fiscalistes, notamment, connaissent bien les subtilités des lois régissant celle-ci. Ainsi, en plus de vous faire économiser du temps — remplir les documents destinés aux gouvernements provincial et fédéral peut s’avérer long et fastidieux quand on n’en a pas l’habitude! — ils peuvent trouver des déductions et des crédits auxquels vous avez droit et dont vous ignoriez l’existence et, par conséquent, réduire vos paiements d’impôts. Par ailleurs, si votre situation est compliquée ou si vous vous sentez dépassé par la tâche, un professionnel peut vous aider à rassembler les documents nécessaires, vous fournir des informations clés et vous éviter des erreurs coûteuses ou des frais de retard, entre autres. Comment choisir un professionnel? Bien que la plupart des gens offrant de produire votre déclaration de revenus soient qualifiés et dignes de confiance, certains individus peu scrupuleux pourraient chercher à voler votre argent et vos renseignements personnels. Pour éviter de vous faire escroquer, vérifiez donc que la personne que vous engagez est membre d’une association reconnue telle que l’Ordre des comptables professionnels agréés du Québec. Enfin, si vous recourez aux services de l’un ou l’autre des professionnels pouvant produire votre déclaration de revenus, pensez à vous y prendre à l’avance, car la saison des impôts est une période fort occupée pour ceux-ci!

Courrier d'affaires - Jeudi 28 janvier 2021 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - 9


AS S UR ANCE

|

PL ANIFI CATIO N FINANCIÈRE

|

IMMOBILIER

|

REER

COMMENT PRÊTER DE L’ARGENT À QUELQU’UN DE FAÇON SÉCURITAIRE? « Peux-tu me passer 5000 $, s’il te plaît? Je vais te le rembourser, promis juré! » Un membre de votre famille ou de votre entourage vous demande de lui prêter une somme importante? Pour éviter tout malentendu et pour vous assurer de revoir la couleur de votre argent dans des délais raisonnables, ne vous contentez pas d’une entente verbale! Voici quelques points à considérer pour prêter en toute sécurité.

Notaire Pour faire un prêt substantiel sécuritaire, l’idéal est de recourir aux services d’un notaire. Avec un document officiel et légal, vous mettrez les choses au clair et minimiserez les risques de perdre votre argent. En outre, il est recommandé de joindre ce contrat à votre testament, et ce, pour éviter d’éventuels conflits lors de la succession.

Contrat Les paroles s’envolent, les écrits restent. Lorsque vous acceptez de faire un prêt, un contrat doit être rédigé pour vous protéger. En plus d’indiquer le montant, celui-ci doit notamment contenir les élLes modalités de remboursement (ex. : transfert d’argent par virement Interac ou par chèque, montant versé à une fréquence donnée, date limite pour le remboursement complet du prêt); • Le taux d’intérêt applicable, le cas échéant; • La procédure à suivre si le remboursement n’a pas lieu selon les clauses du contrat; • La signature des parties impliquées (y compris d’un témoin) et la date.

Honnêteté Rien ne vous oblige à prêter votre argent à un proche. Vous ressentez de la pression? Vos finances sont modestes, et vous priver d’une grosse somme risquerait de vous mettre dans l’embarras en cas d’imprévu? Refusez poliment et orientez la personne vers une ressource compétente, au besoin. Vous acceptez de prêter? Ne gardez pas cette transaction secrète. Informez votre partenaire, votre conseiller et votre famille immédiate, par exemple. En matière de finances, mieux vaut privilégier la transparence!

RÉORGANISER SES FINANCES APRÈS UN DIAGNOSTIC DE MALADIE DE LONGUE DURÉE : UNE PRIORITÉ

10 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - Jeudi 28 janvier 2021 - Courrier d'affaires

Lorsqu’on reçoit un diagnostic de maladie de longue durée, il est important, une fois le choc atténué, de s’attarder aux questions financières afin de limiter au minimum l’impact de la baisse de revenus qui risque de s’ensuivre. Ainsi, vous devrez passer en revue vos diverses assurances pour déterminer dans quelle mesure elles vous viendront en aide. Cela comprend les assurances collective, maladie grave (vérifiez si votre maladie est admissible), soins de longue durée, prêt hypothécaire, etc. Renseignez-vous également sur l’aide financière offerte aux proches aidants, le cas échéant.

Vous devrez ensuite revoir votre budget en tenant compte des montants auxquels vous avez droit et de la fréquence des versements. Selon vos polices d’assurance, vous pourriez recevoir des sommes forfaitaires versées en une seule fois ou des dépôts périodiques limités dans le temps, par exemple. Par ailleurs, vous devrez évaluer si vous pouvez vivre avec moins de moyens ou si certaines actions (ex. : vendre votre chalet) doivent être entreprises pour compenser la perte salariale et vous permettre d’assumer les dépenses courantes. Pour obtenir des conseils avisés et repenser au mieux votre budget, consultez un planificateur financier.

4 SIGNES QUE VOUS POUVEZ NÉGOCIER UN BIEN IMMOBILIER Vous êtes intéressé par une propriété, mais son prix est au-delà de votre budget? Vous aimeriez savoir s’il y a une possibilité de le faire diminuer? Voici quatre indices qu’un bien immobilier est probablement négociable : 1. Le nombre de transactions précédentes Combien de propriétaires la maison a-t-elle eus? Y sont-ils demeurés longtemps? Si le vendeur actuel désire se départir rapidement de la propriété, il se peut que ce soit parce que quelque chose cloche et qu’il souhaite le cacher. Cette information peut vous être utile pour faire baisser le prix. Qui plus est, un vendeur pressé est davantage ouvert à la négociation! 2. La comparaison des propriétés semblables Analysez les maisons ayant été vendues dans le même secteur et qui avaient des conditions et des caractéristiques similaires. Si vous êtes en mesure de prouver que le prix demandé n’est pas réaliste, le propriétaire pourrait envisager de le baisser.

3. La date de la mise en vente Si le bien immobilier est sur le marché depuis longtemps, il est possible que ce soit, entre autres, en raison d’un prix trop élevé ou de travaux importants à réaliser. Aidez-vous de vos comparaisons précédentes et d’une estimation du coût des réparations (par un inspecteur en bâtiment, par exemple) pour proposer un nouveau prix. 4. Les conclusions d’une évaluation La meilleure manière de déterminer la valeur d’une propriété est de recourir aux services d’un évaluateur agréé. Vous sau­rez avec certitude si le prix de vente est trop élevé, puisque ce professionnel détient des données auxquelles vous n’avez pas accès. Informez-vous auprès de votre prêteur, car celui-ci pourrait proposer un remboursement des frais. D’autres signes peuvent faciliter la négociation d’une propriété. Consultez votre courtier immobilier pour connaître les possibilités qui s’offrent à vous afin d’acheter votre nouvelle maison au meilleur prix!


REER

| IMMOBILIER

| PL ANIFI CATIO N FINANCIÈRE

| AS S UR ANCE

Courrier d'affaires - Jeudi 28 janvier 2021 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - 11


12 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - Jeudi 28 janvier 2021 - Courrier d'affaires

AS S UR ANCE

| PL ANIFI CATIO N FINANCIÈRE

| IMMOBILIER

| REER

Profile for DBC Communications

Vos finances  

Le Courrier de Saint-Hyacinthe - Édition du 28 janvier 2021

Vos finances  

Le Courrier de Saint-Hyacinthe - Édition du 28 janvier 2021

Advertisement