__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

SUPPLÉMENT SPÉCIAL

MERCREDI 15 JUILLET 2020


2 - La PensĂŠe de Bagot - Mercredi 15 juillet 2020 - Cahier C


Entrevue avec le maire Guy Lapointe

Upton garde le cap malgré la pandémie Alain BÉRUBÉ

L’année 2020 marque l’histoire avec la fameuse pandémie de COVID-19, qui a représenté tout un défi pour le milieu municipal. Le maire d’Upton, Guy Lapointe, affirme cependant que la Municipalité s’est bien adaptée à la situation tout en gardant le cap sur les projets en cours. « L’équipe a su répondre efficacement à tous les citoyens, que ça soit par téléphone, par la poste ou par courriel. Les services municipaux essentiels ont été bien assurés. On s’en est très bien tirés dans les circonstances », soutient M. Lapointe. La Municipalité a également mis sur pied un service de livraison d’épicerie pour les citoyens de 70 ans et plus. « Le personnel administratif et les employés des travaux publics ont déployé conjointement les efforts nécessaires pour venir en aide aux personnes qui avaient besoin de ce service. On a dépanné jusqu’à 30 personnes par semaine et les commentaires ont été positifs », mentionne le maire d’Upton. M. Lapointe ajoute que les citoyens ont pu bénéficier d’un allègement du paiement des taxes municipales, avec un intérêt de 0 % jusqu’au 26 octobre.

« Je suis fier de la manière dont la Municipalité a réagi alors qu’on vit une situation très spéciale. Même si on a dû faire beaucoup de télétravail, la qualité de vie de nos résidants était au cœur de nos priorités et on a selon moi livré la marchandise. Et les nombreuses activités offertes cet été, notamment au Parc des Loisirs, sont une belle preuve de cette volonté de répondre aux besoins de la population », dit-il, ajoutant que la

Municipalité a implanté il y a quelques mois un système d’alerte de masse, le COMALERTE. Les citoyens seront invités au cours des prochaines semaines à s’inscrire pour recevoir les différentes alertes émises par la Sécurité civile d’Upton. Priorités Parmi les priorités dans l’agenda de la Municipalité d’Upton, le maire Lapointe men-

Le maire d’Upton, Guy Lapointe, et le coordonnateur à la vie communautaire et aux infrastructures municipales, Michael Bernier.

tionne l’asphaltage du rang du Carré et d’une partie du rang de la Carrière. La réfection du 20e Rang et de quelques ponceaux est également dans les plans. Un montant d’environ 1,7 million $ a d’ailleurs été accordé par le Programme d’aide à la voirie locale, une initiative du Gouvernement du Québec. « Nous sommes bien heureux d’avoir complété la construction de notre nouveau garage municipal. Parmi les prochains projets à réaliser, il y a la recherche de fuites d’eau dans notre réseau d’aqueduc, dans le cadre de la stratégie québécoise d’économie d’eau potable. On devra également remplacer quelques équipements pour notre Service des travaux publics », indique le maire Lapointe. Ce dernier constate avec fierté que la situation financière de la Municipalité d’Upton est très bonne. « Tout est sous contrôle. L’endettement par habitant est plus bas que la moyenne pour l’ensemble de la MRC d’Acton et même ailleurs au Québec. Nous continuons de gérer efficacement les fonds publics, peu importe le contexte, sans hypothéquer les générations futures. Et tout ça sans compromettre la qualité de vie tellement appréciée par nos citoyens », conclut M. Lapointe.

Cahier C - Mercredi 15 juillet 2020 - La Pensée de Bagot - 3


Malgré la pandémie de COVID-19

Un été qui bouge à Upton ! Alain BÉRUBÉ

4 - La Pensée de Bagot - Mercredi 15 juillet 2020 - Cahier C

La pandémie de COVID-19, qui perdure depuis mars, a compliqué la vie des municipalités. Mais les citoyens d’Upton pourront tout de même bénéficier de plusieurs activités durant l’été. La pandémie de COVID-19, qui perdure depuis mars, a compliqué la vie des municipalités. Mais les citoyens d’Upton pourront tout de même bénéficier de plusieurs activités durant l’été. « Depuis le début de la pandémie, le conseil municipal a clairement exprimé sa volonté d’offrir tout de même des activités pour toute la famille », résume Michael Bernier, coordonnateur à la vie communautaire et aux infrastructures municipales. Le camp de jour a ainsi pu être mis sur pied malgré une certaine période d’incertitude. « Nous comptons sur des animateurs très motivés. Et cet été, on accueille des enfants provenant de municipalités de la MRC d’Acton qui ont annulé leur camp de jour. Évidemment, nous respectons les restrictions et mesures d’hygiène. Les sorties sont limitées, mais il y a tout de même une

belle programmation. C’est selon nous un service essentiel, qui permet aux jeunes de socialiser et de s’amuser, dans un encadrement sécuritaire », affirme M. Bernier. L’ouverture d’un terrain de mini-putt de neuf trous, au Parc des loisirs, a été très bien accueillie. « C’est un bel ajout au Parc des loisirs et je remercie l’équipe des Travaux publics pour avoir concrétisé ce projet. Les familles pourront ainsi partager de beaux moments tout à fait gratuitement. Nous aurons même l’équipement nécessaire sur place », indique le maire Guy Lapointe. La plate-forme multifonctionnelle Desjardins continue de favoriser la pratique de quelques sports, soit le basketball, le tennis et le hockey. L’an dernier, un terrain de volley-ball a été aménagé au parc et des travaux majeurs ont été effectués pour améliorer le terrain de baseball. « Grâce au programme Nouveaux horizons pour les aînés, huit modules d’exercices ont été construits cette année au parc », confie M. Bernier. La réouverture du Parc nature de la région d’Acton, fermé temporairement à cause de la pandémie, est une bonne

L’ajout d’un un terrain de e mini-putt, accessible le gratuitement, est déjà très populaire.

nouvelle pour les résidants. Un prolongement de 1,5 km des sentiers existants a été fait, en plus d’aménager un accès au bord de la rivière, permettant la pratique de la pêche. « C’est un excellent moyen de favoriser le bien-être physique et psychologique, dans un endroit magnifique. Des aménagements favorisent la distanciation sociale et quelques consignes doivent être suivies, mais la visite du Parc nature demeure tout de même très agréable », déclare le maire Lapointe. La Bibliothèque municipale est également ouverte de nouveau. En plus des

prêts par Internet, on peut se présenter sur place les samedis, de 9 h 30 à 11 h 30. Un nouveau logiciel de réservations vient d’être instauré. Le concours « Maisons fleuries » sera également de retour, avec à la fin de l’été une remise de prix. « On a dû annuler les spectacles en plein air, à cause de la pandémie. Mais si le gouvernement du Québec assouplit ses règles quant au nombre de spectateurs, nous pourrions nous servir éventuellement du chapiteau situé près du Parc des Loisirs », conclut M. Bernier.


Ex-propriétaire des Équipements Adrien Phaneuf

Yvon Phaneuf fier de la progression de l’entreprise familiale Alain BÉRUBÉ

Lorsqu’il a pris la relève de son père, en prenant les rênes des Équipements Adrien Phaneuf en compagnie de son beau-frère Réal Théroux, Yvon Phaneuf a su faire progresser de main de maître l’entreprise fondée à Upton en 1946. Celui qui a pris sa retraite en 2001 continue de donner un bon coup de main afin que ce chef de file en vente d’équipements agricoles poursuive sur cette lancée. Âgé de 80 ans, Yvon Phaneuf affiche une grande forme qui, selon lui, est directement reliée à son mode de vie actif. « J’aime quand ça bouge. Dès mon enfance, je tournais autour de mon père Adrien, un forgeron qui a par la suite vendu des équipements agricoles dans son magasin de la rue Principale. J’ai rapidement appris plein de choses et occupé quelques postes, que ça soit pour la livraison, à l’atelier ou comme mécanicien. Et plus tard, j’ai entrepris des études en commerce », raconte-t-il. C’est à la suite du décès d’Adrien Phaneuf, en 1968, que Yvon Phaneuf et

Réal Théroux ont pris la relève. Les équipements agricoles ont pris toute la place dans cette entreprise située dans un village à vocation agricole. « Notre chiffre d’affaires était alors d’environ 700 000 $ par année. La progression a été par la suite spectaculaire. Lorsque Réal est décédé, en 1982, ma sœur Andrée est devenue la nouvelle propriétaire. Et nous avons continué à travailler très fort afin que notre entreprise soit prospère », mentionne M. Phaneuf. En 2001, son fils Charles l’a remplacé à la direction de l’entreprise aux côtés de Hugues Théroux, le fis d’Andrée. Avec des bases déjà très solides, Équipements Adrien Phaneuf a atteint de nouveaux sommets. La compagnie a ainsi investi récemment plus de 4 millions $ afin d’ériger une succursale aux limites de Sainte-Brigided’Iberville et de Saint-Césaire. Les autres succursales se retrouvent, outre Upton, à Shefford, La Durantaye, Saint-Clet, Victoriaville, Sainte-Martine et Huntingdon. « Nous comptons en tout, avec l’acquisition de concessions Case IH, huit points

Yvon Phaneuf (au centre) pose ici avec Hugues Théroux et son fils Charles Phaneuf, copropriétaires des Équipements Adrien Phaneuf, une entreprise située à Upton.

de vente à travers le Québec et un total de 135 employés. L’efficacité et le professionnalisme de notre personnel fait une grande différence. Nos clients adorent ce côté humain et que ça soit à Upton ou ailleurs, ils sont très bien accueillis. Et les prix sont compétitifs, grâce à notre pouvoir d’achat », soutient Charles Phaneuf. « On vise constamment l’excellence, en étant toujours à l’affût des nouvelles tech-

nologies », renchérit Hugues Théroux. Les deux copropriétaires de l’entreprise uptonaise apprécient l’implication d’Yvon Phaneuf. Et ce dernier se montre tout aussi enthousiaste. « Charles et Hugues sont tous les deux très travaillants. Je ne suis pas surpris de voir Équipements Adrien Phaneuf connaître autant de succès. C’est un bel exemple de la force de notre famille », conclut M. Théroux.

Cahier C - Mercredi 15 juillet 2020 - La Pensée de Bagot - 5


Mannequin internationale

Agnès Ouradou prête à conquérir le monde Alain BÉRUBÉ

New York, Paris, Montréal, Milan… Âgée de 20 ans, Agnès Ouradou a fait sa place en tant que mannequin en travaillant avec plusieurs grands noms de la mode. Malgré ce succès fracassant, la jeune Uptonaise garde une simplicité attachante tout en ayant confiance en ses moyens. La fille de Dr Jean-Luc Ouradou et de Louise Caron a ainsi réalisé un rêve d’enfance. « Dès l’âge de 12 ans, j’ai confié à ma mère que je voulais être mannequin. Elle m’a suggéré de faire mes propres démarches et j’ai prouvé par la suite que j’étais très motivée. À 14 ans, j’ai participé à des séances de photos. À mes débuts, les agences Ema et Montage, m’a aidée à

ouvrir plusieurs portes dans le domaine », confie Agnès. Du haut de ses 5 pieds 10, Agnès Ouradou a assurément le look de l’emploi. À 17 ans, elle avait déjà bien garni son curriculum vitae, grâce à des « Fashion Weeks » à Paris et à Milan, tout en suivant des études en Sciences de la nature au Cégep Édouard-Montpetit de Longueuil. « Mes nombreux contacts à Montréal m’ont permis de tisser des liens avec des piliers de la monde au niveau international. Ma première expérience internationale, à Milan en janvier 2018, s’est très bien déroulée. J’ai attrapé la piqûre pour de bon! », dit-elle. Grâce à son inscription à des agences réputées, dont The Face, Louisa Models et Muse NYC, Agnès bénéficie d’une grande

visibilité et poursuit avec succès son parcours dans le milieu du mannequinat, que ce soit lors de séances photo ou dans des défilés de mode. Mais derrière l’image « glam » véhiculée par l’industrie de la mode, elle garde la tête froide. « C’est bien sûr formidable de rencontrer tous ces gens et de voyager à travers le monde. Mais c’est aussi beaucoup de travail. Ça prend une grande force mentale et beaucoup de maturité pour survivre dans le milieu. Heureusement, je demeure calme et je sais apprécier chaque moment. Je sais fort bien que, dans mon métier, c’est souvent une question de coups de cœur. Et on ne peut pas plaire à tout le monde. Le yoga me permet d’ailleurs d’atteindre l’équilibre », affirme Agnès Ouradou. Avec la pandémie de COVID-19, la carrière d’Agnès est en mode pause. Elle en profite pour poursuivre ses études, par le biais de cours à distance, en plus de voir sa famille plus souvent.

« Ça fait du bien de se reposer un peu. Je continue de garder contact avec le milieu de la mode. Et j’en profite pour faire des biscuits chez moi! », lance-t-elle en riant. Agnès Ouradou a confiance en l’avenir et croit que vers 22 ans, sa carrière atteindra un autre niveau. Elle espère entre autres poser pour des magazines de mode prestigieux et même être sur la passerelle de Victoria’s Secret. « On apprécie mon professionnalisme et mon attitude positive. Je sais m’adapter à chaque contexte. Par exemple à New York, la personnalité est mise en avant-plan, alors qu’à Paris, c’est le look qui est mis en priorité. J’apprends beaucoup à chaque expérience et je continuerai en tant que mannequin tant que je serai en demande. Je ne perds pas de vue mes valeurs et, si je dois quitter le métier, je souhaite œuvrer dans le domaine de la nutrition et ainsi aider de jeunes mannequins », conclut-elle. Pour suivre en images la carrière d’Agnès, on peut s’abonner à sa page Instagram (agnes.ouradou).

6 - La Pensée de Bagot - Mercredi 15 juillet 2020 - Cahier C

Agnès Ouradou, une Uptonaise âgée de 20 ans, mène depuis trois ans une carrière internationale en tant que mannequin. Sur la seconde photo, on la voit lors d’un événement privé - en haute couture - de Giorgio Armani. (photo gracieuseté Tagwalk).


Médaille du Lieutenant-gouverneur

Francine Savoie, une grande amie de la bibliothèque municipale Alain BÉRUBÉ

La bibliothèque municipale d’Upton, qui a récemment fait l’objet d’une véritable cure de jeunesse, est toujours populaire auprès des citoyens. Francine Savoie, bénévole durant plus de 30 ans pour cet établissement culturel, a été honorée en 2019 pour ce bel accomplissement en obtenant la médaille du Lieutenantgouverneur pour les aînés. Le coordonnateur à la vie communautaire et aux infrastructures municipales. Michael Bernier, soutient que Mme Savoie est un modèle de détermination et de leadership. « Mme Savoie travaille sans relâche à l’amélioration de la bibliothèque d’Upton. À travers deux déménagements et les changements technologiques, elle maintient le cap pour offrir aux citoyens une expérience bibliothèque hors du commun. Son dévouement est un exemple pour tous les citoyens d’Upton », a-t-il déclaré lors de l’annonce faite l’an dernier. Francine Savoie a été agréablement surprise de recevoir ce bel honneur. « C’est M. Bernier qui a fait les démarches afin que je sois en nomination. La biblio-

thèque me tient vraiment à cœur et tant mieux si mes efforts, notamment en tant que responsable, sont appréciés », confie-t-elle. Mme Savoie est fière des améliorations apportées à la bibliothèque. « Nous avons été à l’écoute des besoins de la population, en collaboration avec les bénévoles. Un logiciel permet de renouveler les prêts en ligne. On peut aussi consulter le répertoire des livres sur le site Web de la Municipalité. Il y a également un espace jeunesse très accueillant », mentionne-t-elle. À l’emploi de l’entreprise agricole Synagri - au service à la clientèle -, Mme Savoie a l’habitude d’avoir un agenda bien rempli, comptant également 33 ans d’implication au sein du conseil d’administration de l’Office municipal d’habitation d’Upton. Elle a aussi été marguillière pour la fabrique de Saint-Éphrem d’Upton, en plus de faire partie du Cercle de Fermières. « Ma collaboration avec la bibliothèque me tient particulièrement à cœur, car j’aime la lecture depuis mon enfance. Et pour l’ensemble de mes activités bénévoles, c’est un beau moyen de connaître plein de gens intéressants tout en contribuant au développement de notre belle communauté », conclut-elle.

Cahier C - Mercredi 15 juillet 2020 - La Pensée de Bagot - 7

Francine Savoie a reçu l’an dernier la médaille du Lieutenant-gouverneur pour les aînés, lors d’une cérémonie au campus de l’Université de Sherbrooke à Longueuil. On la voit ici avec l’honorable J. Michel Doyon, lieutenant-gouverneur du Québec.


8 - La PensĂŠe de Bagot - Mercredi 15 juillet 2020 - Cahier C

Profile for DBC Communications

Municipalité d'Upton  

La Pensée de Bagot - Édition du 15 juillet 2020

Municipalité d'Upton  

La Pensée de Bagot - Édition du 15 juillet 2020

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded