Page 1

SUPPLÉMENT SPÉCIAL

Jeudi 21 mars 2019


2 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - Jeudi 21 mars 2019 - Courrier d'affaires


Courrier d'affaires - Jeudi 21 mars 2019 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - 3


2018 DANS LA CONSTRUCTION

ANNÉE RECORD À SAINT-HYACINTHE! Benoit Lapierre blapierre@lecourrier.qc.ca

4 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - Jeudi 21 mars 2019 - Courrier d'affaires

Les mises en chantier dont Saint-Hyacinthe a été le théâtre en 2018 ont propulsé la ville vers de nouveaux sommets dans le bâtiment, indique le dernier rapport annuel de la construction produit par le Service de l’urbanisme. Selon ces statistiques, la valeur totale des quelque 2422 permis délivrés par ce service l’an dernier a atteint 198 028 116 $, ce qui pulvérise l’ancienne marque des 188,3 M$ qui avait été établie en 2016, sept ans après le record de 2009 (157,2 M$). Au chapitre des investissements déclarés, le résultat de la dernière année surpasse de 70,5 M$ celui de 2017, lequel a été ramené de 130,1 M$ à 127,4 M$, après révision. Un autre record a été battu en 2018 et c’est celui du plus grand nombre de logements créés en 12 mois. L’année 2010 et ses 469 nouveaux logements vient d’être reléguée au deuxième rang à ce chapitre par l’année 2018 et ses 514 logements ajoutés, dont 57 résidences unifamiliales comparativement à 50 en 2017. C’est ainsi que la valeur déclarée de tous les projets résidentiels 2018 a atteint la barre des 94 196 620 $, ce qui est de loin le meilleur

résultat jamais obtenu dans cette catégorie. Le sommet précédent avait été celui de 2012, année où la valeur des permis de construction résidentiels s’était chiffrée à 77,8 M$. Un projet résidentiel de grande ampleur a largement contribué à bonifier les statistiques 2018 et il s’agit du complexe Le Saphir, du Groupe Robin, dont le coût global est estimé à plus de 50 M$. Mis en chantier rue Blouin, face à la Résidence l’Eau Vive, l’édifice de six étages comportera pas moins de 259 logements pour retraités actifs. Il a fait l’objet d’un permis de construire au montant de 39,5 M$ qui a été délivré en juin. Outre cet investissement, les entreprises du Groupe Robin se sont activées dans d’autres secteurs de la ville l’an dernier, comme l’indiquent les 16 permis supplémentaires qu’elles ont obtenus pour divers projets résidentiels et commerciaux totalisant un peu plus de 8 M$. En 2017, l’ensemble des permis délivrés au Groupe Robin s’était chiffré à 18 M$. Parmi les projets résidentiels d’importance lancés en 2018, on note la construction d’un édifice de six étages face au Marché public, au 1600, rue des Cascades, un emplacement qui était vacant depuis l’incendie de l’édifice Cusson, survenu le 1er janvier 2002. Un permis au

La phase II du projet du Faubourg Laframboise, en bordure de l’avenue du même nom, apparaîtra dans le rapport de la construction 2019. Photos François Larivière | Le Courrier ©

montant de 7,5 M$ a été délivré au mois de mai au promoteur, Cons Properties, de Montréal. Le bâtiment abritera deux espaces commerciaux au rez-de-chaussée et comptera 34 logements aux étages. Deux autres projets avaient été présentés à la Ville pour ce même site, ces dernières années. Parmi les promoteurs qui se sont démarqués en 2018, on trouve la firme Gestion BazinetMorin, qui a lancé 10 projets résidentiels totalisant 3,8 M$ en permis, lesquels vont se traduire par la création de 23 logements dans la nouvelle avenue Joseph-Bistodeau, du lotissement Le Rapide Plat. Enfin, quatre autres entreprises, dont Construction Domaine sur le Vert (Dominic Rodier, Groupe Michaudville et H. Gagnon & fils), ont poursuivi l’urbanisation du lotissement du même nom, dans le district Douville, y ajoutant ensemble 50 logements à travers 11 projets multifamiliaux de deux à six logis, le tout représentant des investissements de 5,33 M$. La phase I du projet du Faubourg Laframboise, des promoteurs Jean-Denis Major et Yan Jubinville, s’est aussi concrétisée en 2018 avec la construction, au coût de 2,4 M$, d’un édifice de cinq étages comportant 18 logements. Signalons qu’un permis de 5,7 M$ pour la phase

II de ce projet – un édifice de six étages et de 48 logements – a été délivré à la firme Faubourg Laframboise en février 2019. Autres secteurs Après la construction résidentielle, ce sont les projets institutionnels et gouvernementaux qui ont généré les plus gros investissements en 2018, soit 51,1 M$ au total. C’est le meilleur résultat dans cette catégorie depuis 2009, année où la valeur des permis de type institutionnel avait atteint 56,4 M$. L’université de Montréal a, entre autres projets, demandé un permis au montant de 7,87 M$ pour l’ajout d’un laboratoire à sa Faculté de médecine vétérinaire de la rue Sicotte, tandis que la Commission scolaire de SaintHyacinthe a mené de front quatre projets d’agrandissement et de transformation dans ses écoles, pour un montant total investi de 7,78 M$. On note aussi un permis de 3,59 M$ délivré à la Ville de Saint-Hyacinthe dans le dossier de rénovation du Marché public. Dans le secteur commercial, les investissements déclarés se chiffrent à 26,2 M$, ce qui est moins qu’en 2017 (38,1 M$), alors que du côté industriel, les projets de construction 2018 se sont chiffrés à 23,1 M$ (32,4 M$ en 2017).

Le chantier de l’imposante résidence Le Saphir, un projet du groupe Robin dont le coût est estimé à 50 M$, progresse rapidement rue Blouin.

La construction à Saint-Hyacinthe 2009

2010

2011

2012

2013

2014

2015

2016

2017

2018

Résidentiel

54,3 M$

65,1 M$

53,5 M$

77,8 M$

51 M$

49,6 M$

46 M$

40,5 M$

44,9 M$

94,2 M$

Commercial

36,4 M$

17,9 M$

17,3 M$

14,2 M$

7,5 M$

16,3 M$

24,2 M$

88 M$

38,1 M$

26,2 M$

7,7 M$

33,3 M$

10,2 M$

43,5 M$

22,2 M$

28,2 M$

20 M$

19 M$

32,4 M$

23,1 M$

56,4 M$

27 M$

10,6 M$

11,2 M$

20,6 M$

21,5 M$

23,4 M$

36,5 M$

11,5 M$

51,6 M$

2,3 M$

1,5 M$

1,8 M$

1,6 M$

0,5 M$

1 M$

1,6 M$

4,3 M$

2,9 M$

2,8 M$

157,2 M$

144,9 M$

93,5 M$

148,4 M$

115 M$

116,6 M$

115 M$

188,3 M$

130,1 M$

198 M$

333

469

233

295

231

230

180

196

199

514

Industriel Institutionnel Agricole TOTAL Logements


Courrier d'affaires - Jeudi 21 mars 2019 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - 5


COMMENT RÉDUIRE MES FACTURES D’ÉPICERIE? Votre budget est un peu serré et vous aimeriez faire rimer « épicerie » avec « économies »? Voici quatre conseils. 1. Diminuez la fréquence de vos visites : si vous avez tendance à vous rendre plusieurs fois par semaine à l’épicerie pour acheter quelques produits, vous risquez de dépenser plus que si vous n’y allez qu’une fois par semaine. Essayez-le pour voir! 2. Comparez les promotions : vous êtes friand de poitrines de poulet désossées ou de pizzas congelées? D’une semaine à l’autre, identifiez les commerces qui vendent vos

produits favoris aux meilleurs prix — vous allégerez vos factures, c’est garanti! 3. Dites « non » aux produits transformés : les viandes prémarinées et les légumes précoupés sont pratiques, mais nettement plus chers que si vous les apprêtez vous-même. Pensez-y! 4. Évitez les achats impulsifs : difficile de ne pas craquer devant les produits alléchants placés au bout des allées ou près des caisses… Pour résister à la tentation, préparez une liste et respectez-la! Besoin d’un coup de main pour gérer votre budget? Consultez un expert!

COMMENT FAIRE FACE À LA PRESSION FINANCIÈRE DE MES PROCHES? Vos revenus sont modestes et votre budget est fixé « au dollar près ». Or, certains de vos amis fortunés vous proposent des sorties coûteuses, tandis que d’autres cherchent constamment à vous emprunter de l’argent. Comment éviter de subir la pression financière de votre entourage? Soyez transparent Le cas échéant, expliquez à vos amis que vous économisez en prévision d’un grand projet (achat d’une propriété, année sabbatique pour voyager, etc.). Mieux encore : s’ils sont dignes de confiance, dressez-leur le portrait de votre situation en toute honnêteté. Ainsi, il n’y aura plus de confusion!

6 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - Jeudi 21 mars 2019 - Courrier d'affaires

Apprenez à refuser N’ayez pas peur de dire « non » à des activités au-dessus de vos moyens (ex. : une semaine dans le Sud). Si vos amis tiennent à vous, ils trouveront des solutions de rechange plus abordables (ex. : louer un chalet dans la région). Votre collègue préféré est encore « cassé » et il vous demande un 20 $? Refusez, mais essayez de trouver des solutions avec lui. Besoin de conseils pour gérer vos finances? Faites appel à un expert!


WEEK-END PORTES OUVERTES 2E ÉDITION

LES PORTES SONT GRANDES OUVERTES À SAINT-HYACINTHE En présence de nombreux partenaires, la Ville a présenté le concept de la deuxième édition de son événement « Week-end Portes ouvertes » qui se tiendra les 30 et 31 mars, au Centre de congrès. Cet événement présenté par la caisse Desjardins de la Région de Saint-Hyacinthe vise à attirer de nouveaux résidents en leur permettant de découvrir plus d’une centaine de projets immobiliers, le temps d’un week-end. Cette année, la Ville frappe fort en combinant cet événement avec l’annonce d’un nouveau programme d’aide à la rénovation. À compter du 1er avril prochain, elle offrira aux premiers acheteurs de maisons usagées jusqu’à 25 000 $ pour rénover, sous certaines conditions. « Grâce à ce programme, nous allons contribuer à revitaliser certains quartiers. Cela s’ajoute à notre crédit de taxes pour les maisons neuves. Nous touchons ainsi un large éventail d’acheteurs en les incitant à venir s’établir chez nous », explique le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil. Édition 2019 L’événement débutera au Centre de congrès où de nombreux professionnels liés au secteur de l’immobilier fourniront des conseils et de l’information pour se bâtir un avenir à SaintHyacinthe. Les visiteurs pourront aussi découvrir

Saint-Hyacinthe grâce à des tours de ville commentés. Les premiers arrivés repartiront avec un « passeport découvertes » 100 % maskoutain contenant des rabais auprès des boutiques, commerces et attraits de la Ville. Cette année, les visiteurs pourront aussi assister à des conférences sur le régime d’accès à la propriété, sur les étapes préalables à l’acquisition d’une maison, sur la copropriété, sur les programmes de financement hypothécaire pour nouveaux arrivants, et sur les attraits et services de Saint-Hyacinthe. Pour mousser l’événement, un concours Web se tient sur la page Facebook de la campagne « Mon avenir à Saint-Hyacinthe ». La famille gagnante obtiendra une nuitée à l’Hôtel Sheraton, divers laissez-passer pour plusieurs activités, des cartes-cadeaux, ainsi qu’un souper dans un restaurant du centre-ville, le tout d’une valeur de 900 $. Sur le site www.monavenirasainthyacinthe. com les visiteurs trouveront de l’information sur les mesures incitatives, une carte des attraits, les services et projets immobiliers en cours, des informations pour participer au concours, l’horaire des conférences et la liste des partenaires présents. Tout est maintenant en place pour la deuxième édition de cet événement innovateur et vous y êtes conviés!

COMMENT RESPECTER MON BUDGET TOUT EN RESTANT MOTIVÉ? Voici quelques conseils pour bien gérer vos dépenses et épargner sans vous décourager. Affichez Pourquoi voulez-vous économiser? Pour accumuler une mise de fonds pour acheter une maison? Pour organiser votre mariage? Écrivez votre motivation et affichez-la sur votre babillard ou en fond d’écran sur votre ordinateur! Annoncez Comme ceux qui décident de commencer à s’entraîner ou d’arrêter de fumer, les gens qui choisissent de respecter scrupuleusement leur budget ont tout intérêt à parler de leur démarche à leurs proches. Ainsi, ces derniers pourront vous soutenir et éviteront de vous proposer des activités coûteuses, par exemple. Célébrez Vous avez réussi à respecter votre budget d’épicerie pendant trois mois d’affilée? Vous avez changé vos habitudes de consommation et il vous reste plus d’argent dans vos poches? Soulignez votre discipline de fer en vous offrant de petites douceurs à l’occasion! Pour d’autres conseils, communiquez avec un professionnel.

Courrier d'affaires - Jeudi 21 mars 2019 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - 7

Pierre Rhéaume, Anne-Marie Saint-Germain, Jennifer Chaurette, Benoit Bienvenue, Carl Forte, Manon Houle et Claude Corbeil. Photo François Larivière | Le Courrier ©


Complexe Johnson Saint-Hyacinthe

Quelques espaces de bureaux sont encore disponibles.

SEREZ-VOUS LE PROCHAIN ? Renseignement : Daniel Clermont

8 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - Mercredi 21 mars 2019 - Courrier d'affaires

450 473-6831


Situé au cœur du plus important carrefour commercial et d’affaires entre Montréal et Québec, le Complexe Johnson de Saint-Hyacinthe est sans aucun doute un lieu unique pour une clientèle d’affaires qui cherche à concilier la modernité urbaine des grandes villes et la qualité de vie de la région maskoutaine. Avec sa fenestration pleine hauteur (plancherplafond) et sa magnifique terrasse au dernier étage, le Complexe Johnson offre aux employés une vue imprenable sur toute la MRC. Construit sur un site hautement stratégique, aux abords de l’autoroute Jean-Lesage, on y accède facilement via la sortie 130. Qu’on circule vers Québec ou Montréal, il est impossible de le manquer. Le Complexe Johnson, c’est plus de 125 000 pieds carrés, répartis sur 7 étages de verres, avec de spacieux stationnements intérieurs et extérieurs, pour autos et vélos, ainsi que

des bornes de recharges pour les véhicules électriques. Quelques espaces de bureaux sont encore disponibles. À distance de marche, on retrouve une vaste gamme de restaurants et de commerces qui se démarque tant par sa grande variété que par la qualité de ses enseignes. On y retrouve notamment les Galeries St-Hyacinthe, le Centre des congrès de la Ville de SaintHyacinthe et le Sheraton Saint-Hyacinthe Hôtel. Parmi la clientèle d’affaires qui ont déjà fait le choix du Complexe Johnson, il y a notamment Les Caisses Desjardins ainsi que Therrien Couture Avocats. De plus, leurs employés et leurs clients peuvent profiter, au rez-dechaussée de l’édifice, des bannières Bâton Rouge et Caffucino pour se restaurer. La saison printanière sera marquée par l’ouverture de la succursale maskoutaine de Chocolats Favoris pour une gâterie sucrée.

Courrier d'affaires - Mercredi 21 mars 2019 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - 9


MRC DES MASKOUTAINS

615 NOUVEAUX LOGEMENTS EN 2018 Benoit Lapierre blapierre@lecourrier.qc.ca L’impulsion donnée par Saint-Hyacinthe dans la construction résidentielle en 2018 (voir autre texte en p. 4) a bonifié considérablement les dernières statistiques produites par la MRC des Maskoutains pour l’ensemble du territoire. Le rapport annuel 2018 de la MRC des Maskoutains sur la construction résidentielle et le nombre de permis délivrés dans toutes les catégories indique que 615 unités de logement se sont ajoutées dans les 17 municipalités de la MRC en 2018, comparativement à 310 au cours de l’année 2017. Le résultat de 2018 (+98,3 %) est donc l’équivalent de celui de 2017, multiplié par deux. Notons que la MRC ne tient pas compte de la valeur monétaire de chaque projet, car elle considère cette donnée peu fiable puisque basée sur une simple déclaration des demandeurs de permis. Après Saint-Hyacinthe, où le résultat net de l’année 2018 est de 499 nouveaux logements selon les données de la MRC, c’est à La Présentation qu’il s’est ajouté le plus grand nombre de logis l’an dernier, soit 30 en tout, dans 15 nouveaux bâtiments. Viennent ensuite Saint-Jude (11 permis, 13 logements ajoutés), Saint-Liboire (11 permis, 13 logements ajoutés), Saint-Pie (10 permis, 12 logements ajoutés), Saint-Dominique (10 permis, 11 loge-

ments ajoutés) et Sainte-Marie-Madeleine (11 permis, 10 logements ajoutés). À l’inverse, aucune résidence n’a été construite à SaintValérien en 2018, et seulement une à Saint-Louis et à Saint-Marcel-sur-Richelieu. Selon un graphique produit par la MRC, on note qu’après une baisse significative à partir de 2012, le nombre de permis demandés pour des projets de construction résidentielle est en remontée depuis 2017, phénomène attribuable à la performance de Saint-Hyacinthe dans une très large mesure, évidemment. C’est dans le secteur agricole que les 16 municipalités entourant Saint-Hyacinthe se démarquent de leur ville-centre dans les mises en chantier. C’est ainsi qu’en 2018, pas moins de 20 permis ont été accordés dans ces municipalités pour l’érection de bâtiments

agricoles, comparativement à un seul sur le territoire de Saint-Hyacinthe. À ce chapitre, c’est Saint-Valérien-de-Milton qui remporte la palme 2018 avec cinq nouveaux bâtiments de ferme. On retrouve ensuite La Présentation (trois nouveaux bâtiments), Saint-Bernardde-Michaudville (deux bâtiments), Saint-Jude (deux bâtiments), Saint-Pie (deux bâtiments), puis les municipalités de Saint-Barnabé-Sud, Saint-Damase, Saint-Dominique, Sainte-Hélène-

de-Bagot, Saint-Liboire et Saint-Marcel-deRichelieu (un nouveau bâtiment agricole dans chacune). Enfin, du côté des projets de nature commerciale, on remarque que six bâtiments ont été mis en chantier à Sainte-Marie-Madeleine, contre un seul à Saint-Dominique, Saint-Marcel-deRichelieu et Saint-Pie, sur 52 nouveaux édifices commerciaux au total en incluant ceux érigés à Saint-Hyacinthe.

CONDOS : TESTEZ VOS CONNAISSANCES! Les règles qui régissent les copropriétés, vous connaissez? Mettez vos connaissances sur le sujet à l’épreuve grâce à ce petit jeu-questionnaire!

1. Vrai. Le Code civil du Québec stipule que les syndicats de copropriétaires doivent créer un fonds de prévoyance et percevoir les cotisations des copropriétaires. Ce fonds peut servir à effectuer des réparations majeures ou à remplacer les parties communes de l’immeuble. 2. Faux. Les copropriétaires peuvent louer leur logement, pourvu que cela respecte la déclaration de copropriété. Cette dernière peut encadrer la location des appartements, par exemple en interdisant les locations à court terme. 3. Vrai. Le syndicat doit assurer l’entretien des parties communes, mais aussi la conservation de l’ensemble de l’immeuble. Ainsi, si l’un des copropriétaires met en danger le bâtiment en omettant d’effectuer les travaux nécessaires, le syndicat peut voir à ce que ceux-ci soient effectués. 4. Faux. Bien que le syndicat souscrive lui-même une assurance pour la collectivité, les copropriétaires sont tenus d’assurer leurs biens et leur responsabilité civile. La teneur des assurances individuelles à souscrire est édictée dans la déclaration de copropriété. 5. Faux. À moins que la déclaration de copropriété ne prévoie le contraire, il n’est pas nécessaire d’être copropriétaire pour devenir administrateur d’un syndicat.

Réponses

10 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - Jeudi 21 mars 2019 - Courrier d'affaires

Vrai ou faux? 1. Les copropriétaires doivent obligatoirement contribuer à un fonds de prévoyance. 2. La loi interdit aux copropriétaires de louer leur condo. 3. Un syndicat peut obliger un copropriétaire à effectuer des travaux dans son logement. 4. Souscrire une assurance individuelle est facultatif pour les copropriétaires. 5. Pour être administrateur d’un syndicat de copropriétaires, il faut posséder soi-même un appartement en copropriété.


Courrier d'affaires - Jeudi 21 mars 2019 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - 11


Domaine Les Arpents Verts (phase 8) Nouveau projet établi à Saint-Hyacinthe, dans le secteur Saint-Joseph, près de l’autoroute 20 et du centre-ville. Ce domaine majestueux est apprécié pour ses espaces verts et son magnifique aménagement paysager, et vous y trouverez un environnement plutôt campagnard où il fait bon vivre. De plus, vous pourrez profiter de notre piscine creusée et chauffée pour vous relaxer durant la période estivale. Très grand logement luxueux 4 ½ style condo avec deux salles de bains, climatiseur, grand balcon avant et arrière, ascenseur privé à votre porte, surveillance par caméras, éclairage extérieur inclus, aménagement paysager professionnel avec système d’irrigation, et accès à la piste cyclable.

12 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - Mercredi 21 mars 2019 - Courrier d'affaires

Le Blanc sur le vert De jolis jumelés de style cottage avec garage, prêts pour construction immédiate. Le tout effectué par Les Entreprises Francis Chagnon, dans le Grand Rang St-François.

Complexe Le Saphir Un nouveau complexe pour retraités actifs verra le jour en 2019 à Saint-Hyacinthe. Construit sur l’avenue Drouin, en façade de la Résidence L’Eau Vive, le nouvel immeuble proposera de superbes appartements en location. Le complexe Le Saphir deviendra le seul immeuble résidentiel de six étages vous offrant une magnifique vue panoramique à Saint-Hyacinthe. Sa construction sera manœuvrée dans le plus grand respect du développement durable. Le complexe Le Saphir, c’est aussi un nouveau style de vie créé sur mesure où tout a été pensé en fonction du bien-être de ses futurs occupants. Vous y retrouverez des logements 3 ½ et 4 ½ climatisés, avec une fenestration généreuse, des plafonds de 9 pieds, Internet haute vitesse, balcon, accès à la terrasse au 7e étage, des aires communes et certains appartements avec options (foyer, cellier et comptoir de quartz). Quartier Laurier Donnez vie à votre rêve! Projet de condos sur le boulevard Laurier (secteur Ste-Rosalie ). Condos de qualité à prix abordables (3 ½ - 4 ½ - 5 ½ avec ascenseur). Beau grand hall d’entrée, salon et salle à manger à aires ouvertes, échangeur d’air, balayeuse central, thermopompe murale, deux stationnements inclus par unité, facilité d’accès à la route 116 et l’autoroute 20, beau grand terrain paysagé, et concept intégré à l’environnement naturel.


Faubourg Laframboise Beaucoup plus qu’un appartement, un milieu de vie somptueux! Appartements 3 ½, 4 ½, 5 ½ : plafonds de 9 pieds, grande fenestration, rande porte patio, éclairage au DEL (LED), balayeuse centrale, rangement au sous-sol, insonorisation supérieure, walk in, salle de bain avec douche vitrée, ventilation et changement d’air indépendant, etc. Aussi, stationnements intérieurs, ascenseur;, chute à déchets et à recyclage, bornes de chargement pour voiture électrique (sur demande), grande terrasse au toit (7e étage) avec vue panoramique en 2019, salle d’entraînement (2021), salon et bibliothèque.

Le 1 600 des Cascades Condo en location au centreville de St-Hyacinthe. Superbes appartements de une ou deux chambres ainsi que trois appartements terrasse disponibles. Possibilité de stationnement au garage. Immeuble situé face au Marché Centre, vous y retrouverez tous les services à proximité. Disponible pour le 30 juin 2019

Courrier d'affaires - Mercredi 21 mars 2019 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - 13


3 SOLUTIONS POUR UNE MISE DE FONDS À L’ACHAT D’UNE PROPRIÉTÉ Vous prévoyez acheter votre première maison, mais vous ne disposez pas de liquidités pour la mise de fonds? Voici quelques-unes des options qui s’offrent à vous. 1. RAPez Dans le cadre du régime d’accession à la propriété (RAP), vous pouvez retirer jusqu’à 25 000 $ sans payer d’impôts pour financer l’achat ou la construction d’une habitation principale. Vous aurez 15 ans pour rembourser la somme sans intérêts. 2. RAPez sans REER Vous pouvez participer au RAP même si vous n’avez pas encore cotisé à un REER. Pour ce faire, il vous suffit d’emprunter un montant équivalent à la cotisation maximale à laquelle vous avez droit et de le déposer dans un REER pendant au moins 90 jours. Retirez ensuite la somme, qui est

alors non imposable, remboursez votre emprunt et utilisez le remboursement d’impôts comme mise de fonds. 3. Combinez RAP et CELI Le compte d’épargne libre d’impôt (CELI) offre plus de souplesse que le REER, car il permet de retirer plus de 25 000 $ (à condition, bien sûr, d’y avoir cotisé pendant quelques années) sans payer d’impôts ni devoir rembourser. Vous pouvez alors déplacer un montant dans un REER et, au bout de 90 jours, l’utiliser dans le cadre du RAP. Vous récupérerez ainsi l’impôt payé, que vous pourrez réinvestir dans votre CELI. Quel que soit le montant dont vous avez besoin pour l’achat d’une propriété, parlez-en d’abord à un conseiller financier, qui pourra vous recommander la meilleure solution selon votre situation.

3 CONSEILS FINANCIERS POUR LES TRAVAILLEURS AUTONOMES Si vous êtes un travailleur autonome, il est probable que votre rémunération varie d’un mois à l’autre et que vous ayez de la difficulté à gérer votre budget. Voici quelques conseils futés pour vous aider! 1. Utilisez des comptes séparés Les experts financiers recommandent aux travailleurs autonomes d’avoir des comptes bancaires distincts : un pour leurs affaires personnelles et un autre pour leurs frais professionnels. De cette manière, il vous sera plus facile d’effectuer le suivi de vos dépenses occasionnées par le travail, par exemple pour l’achat de matériel informatique. 2. Évaluez vos gains anticipés Pour déterminer votre revenu mensuel à venir, additionnez tous les montants estimés que vous recevrez de vos clients habituels. Ensuite, calculez le montant total que vous vous attendez à percevoir de vos clients occasionnels et divisez-

le en deux. En additionnant les résultats de ces deux calculs, vous obtiendrez un montant à partir duquel vous pourrez établir un budget et économiser en vue des périodes d’accalmie. 3. Prévoyez un budget pour vos impôts N’étant pas salarié, vous devez mettre de côté environ 25 % de vos gains pour l’impôt. Vous devez également verser 10,80 % sur la partie cotisable de vos revenus au Régime de rentes du Québec. Conservez tous vos reçus et vos factures pour justifier vos dépenses et vos déductions. Si vous travaillez à domicile, vous pouvez déduire une partie de vos frais, par exemple pour l’électricité. La situation fiscale d’un travailleur autonome est très complexe! Pour y voir plus clair et pour éviter les erreurs coûteuses, fiez-vous à un comptable agréé.

14 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - Jeudi 21 mars 2019 - Courrier d'affaires

QUE RISQUEZ-VOUS EN PRODUISANT VOS DÉCLARATIONS DE REVENUS EN RETARD? Qu’arrive-t-il si vous produisez vos déclarations de revenus après la date d’échéance, soit le 30 avril? Ça dépend : si vous ne devez pas un sou, vous ne risquez pas grand-chose, sauf peut-être un délai dans le paiement d’une allocation ou d’un crédit que l’État vous devrait. Dans le cas contraire, les conséquences pourraient s’avérer très sérieuses! Que ce soit au fédéral ou au provincial, le fait de transmettre vos déclarations en retard peut vous coûter (très) cher. En effet, vous devrez assumer une pénalité pouvant atteindre 17 % du solde impayé, soit : • Une pénalité pour production tardive correspondant à 5 % du montant dû; • Une pénalité de 1 % du solde impayé pour chaque mois complet de retard (jusqu’à concurrence de 12 mois). À cela s’ajoutent des frais d’intérêts annuels (selon les taux prescrits) sur la somme due. Notez que ces taux sont révisés tous les trois mois. Récidives Pire encore, si vous récidivez dans une période de 4 ans, les pénalités au fédéral risquent de doubler : elles pourraient donc passer à 10 % pour production tardive et à 2 %

par mois de retard (jusqu’à concurrence de 20 mois — si vous en arriviez là, votre pénalité équivaudrait donc à 50 % du solde impayé!) pour l’année d’imposition. Vous pourriez même faire l’objet d’une enquête

par l’Agence du revenu du Canada ou par Revenu Québec; si l’un ou l’autre détermine que vous êtes un contribuable réfractaire ou coupable de fraude fiscale, vous pourriez aboutir en prison!

Ne prenez pas de risques : assurez-vous de produire vos déclarations de revenus avant la date limite du 30 avril! Pour éviter des délais ou des erreurs, confiez cette mission à un expert en fiscalité ou en comptabilité.


Courrier d'affaires - Jeudi 21 mars 2019 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - 15


16 - Le Courrier de Saint-Hyacinthe - Jeudi 21 mars 2019 - Courrier d'affaires

Profile for DBC Communications

Le Courrier d'affaires  

Le Courrier de Saint-Hyacinthe - Édition du 21 mars 2019

Le Courrier d'affaires  

Le Courrier de Saint-Hyacinthe - Édition du 21 mars 2019

Advertisement