Page 1

silïiillilHi! mwam

sa©:

MANUEL DES

DEMOISELLES ou ï&?<fft>

ARTS ET MÉTIERS QUI LEUR CONVIENNENT, ET DONT ELLE* PEUVENT S'OCCUPER ATEC AGREMENT; J

PAR.

M" CELNART.

If

I<>^^

l

''-"&

C/éiwraae 'orne Je &UvncAeJ.

-'«

-**»<x»-y..

V

If

PARIS,

â

^^

'iV-i

II» I

ItORF.T, LIBllAIUE, RUE HAUTEFEUILLE, AU COIN UU CELLE DU BATTOIR. ijl

s§ kmrnt*

vJht&^VO

§^w$iê'ÊÊ><&


'oéeCOCC) £>€£iC£> t)fc>GGefc>t>tJ£&

Q Q j~

Si Vende da G. e P. MAZZOT Stampatori e Lie in

Bergamo Borgo

S.

Contr. S. jilessandro

©

© © ©

q

893a99/iaaflflaàfina'

(T)eœrat\\fccArt \onj ap luap-,

STE RU N G

AND FRAN CINE CLARK, ARTINSTITUTE L1BRART

msucJi ?.l

9P s

OfEJSUD

ihooki. on <f^axJ.£.n, 'Qaxtn

Jfomz

-

&

*Roo(îno[[ "Datm.

<=Hof2£.lVZLL,

<AfziV ^?£T1£U

t


p U9 P\

MANUEL DES

DEMOISELLES.


,

Manuel d'Arpentage, ou Instruction sur cet art et celui de le ver les

M. Lacroix, membre de

plans, par

l'Institut,

vol.

t

ches,

orne de plana fr. 5o c.

Manuel d' Arithmétique démontrée , par M. Collin. 5* édit. 1

2

vol.

5o

fr

c.

par Manuel d'Astronomie 2 fr 5o c. M. Bailly. Manuel Biographique , ou Dic,

,

abrégé des par M. Jac-

tionnaire historique

Hommes

grands

,

G

quelin. 2 gr. vol.

fr.

Manuel du Boulanger et du Meunier, par M. Dessables, i

2 fr. 5o c.

vol.

Manuel du Brasseur, ou l'Art de faire toutes sortes

de bières

,

par

2 fr. 5o c. M. Riffault. vol. Manuel des Habitans de la cami

V Agronome , pour 1826, par un Jardinier-agronome 1 vol. .

io.i8.

1 fr. 5o c. Cet Annuaire paraîtra au 1 er janvier de chaque année, et tiendra au courant de toutes les Dé" couvertes, le Manuel du Jardinier.

Manu

du Limonadier , du

el

Confiseur et du Distillateur par M. Cardelli. v. 2 fr. 5o c. Manuel de la Maîtresse de maison, et de la Parfaite Ména1

gère , par mad. Gacon-Dufour. 1

vol.

2

fr.

5o

c.

Manuel des Marchands de Bois de Charbons, suivi de nouveaux Tarifs du Cubage des

et

bois, elc; par 1

M. Marié de l'Isle.

vol.

3 fr.

Manuel de Médecine et de Chirurgie domestiques.

1

v. 2

f.

5o

Manuel de Minéralogie , par 2 fr. 5o e. pagne, vol. M. Blondeau. vol. Manuel du Chasseur et des 3 fr. Garde- Chasses , suivi d'un Manuel du Naturaliste préTraité sur la Pèche; par M. de parateur, par M. Boitard. vol. i

1

1

Mersan.

i

vol.

fault.

i

par

M.

vol.

2

Manuel du Parfumeur,

3

Gacon-Dufour. 1 vol. 2 fr. 5o c. Manuel du Pâtissier et de la Pâtissière. 2 fr. 5o c. Manuel du Peintre en bâti-

fr.

Manuel de Chimie amusante par

le

même,

vol.

i

Manuel du

3

,

fr.

Cuisinier et de la Cardelli. Cuisinière , par i vol. 2 fr. 5oc.

M

Manuel des Demoiselles

i

vol.

3

fr.

Manuel du Fabricant de Draps, par M. Bonnet, ancien fabricant à Lodère.

i

vol.

3

Manuel des Garde parM.Morin.

i

-

vol.

fr.

Malades , 2 fr.

ment

5o

c.

fr.

c.

par mad.

du Doreur et du VerM. Riffault. 1 vol.

,

nisseur, par

par

,

xanàntacElisab. Celnart. vol. orné de planches. 3 fr. Manuel du Distillateur - Liquoriste , par M. Lebeaud. i

5o

fr.

Rif-

3

Manuel de Chimie ,

2 fr.

Manuel de Perspective

5o

c.

du

,

Dessinateur et du Peintre, par M. Vergnaud. Manuel de Physique,

3

fr.

M.

par

5o c. ou Traite île la science du Droit, par M. D...., avocat. 3 fr. 5o <:. Manuel du Tanneur, du Corroyeur, de l'Hongroyeur, par Bailly.

1

vol.

2 fr.

Manuel du Praticien

,

Le nouveau Géographe manuel, M. Chicoineau. 3 fr. par M. Devilliers. vol. orné Manuel du Teinturier, suivi du de 7 Cartes. 3 fr. 5o c. l'Art du Dégraisseur , par Manuel complet du Jardinier, 3 fr. M. Riffault. vol. dédié à M. ThouinjparM. Bailly. Manuel du Vigneron français 1

r

,

2 vol.

Annuaire du Jardinier

5 et

fr.

de

par 1

M. Tbiébaut

vol.

de Bernéaud. 3

fr.


MANUEL DES

DEMOISELLES, ou

ARTS ET MÉTIERS PEUVENT QUI LEUR CONVIENNENT, ET DONT ELLES S'OCCUPER AVEC AGRÉMENT, Tricot, la Dentelle, Tels que la Couture, la Broderie, le la Tapisserie, les i

Chenille , en Ganse

PAR

en Bourses, les Ouvrages en Filets, ,

en Perles , en Cheveux ,

etc. , etc.

i

;

MME CELNART.\

Oewraoe orne de

^Lccmtc/ieJ.

c •a

y c »3

PARTS, RORET, LIBRAIRE, RUE HAUTE!' EUII.U AU COIN DE CELLE DU BATTOIR.

l826.

à


AVANT-PROPOS. Ce

Manuel, dont

le titre seul

annonce

l'utilité

générale, enseigne tous ces petits ouvrages de main avec lesquels toutes les femmes doivent être familiarisées, quelles

que soient

leur instruction et leur position dans

Comme la

sans suivre exactement

mode,

actuels

il

il

,

conomie |n 8] si

fassiu

même

est

monde.

caprices de

entièrement au niveau des usages

leur offrira à la fois et

,

les

d'ailleurs le

un

sujet

un moyen

d'amusement.

Il

d'é-

peut

créer des ressources à celles que frappe-

raient de subits revers.

*

Pour

'9.

[a }n

an

1.

c

mu

soa

\\v

;

>qmo Jn

ovic

LIEUl

j'ai ,

réuni tous

en

les clas-

sant selon leur degré d'importance et d'utilité.

commençant par

l'art de faire et de robes, j'arrive d'échelon en échelon, façon des petits paniers faits avec du papier

tailler les

à la

S3§G

ld"

atteindre ce triple but,

genres de travaux des femmes

Ainsi en

k$9 3

les

roulé.

Cet ordre était

sorte

il

;

broder, telles.

commandé en quelque

faut savoir faire sa robe avant de

et la

Au

broder avant de

la

la

garnir de den-

reste, cette classification est la seule


,

AVANT-PROPOS.

^

chose qui distingue les ouvrages utiles des ouvrages de pur agrément. J'ai donné à tous les

mêmes

soins

,

les

urgent qu'on

était

qu'ils

occupent

est

mêmes

les

détails

,

parce

comprît tous.

plus resserré,

qu'il '

Si l'espace

c'est

nature exigeait peu d'étendue. Je ne

que leur point

l'ai

cherché; qu'un objet soit futile ou non, dès qu'on a entrepris de le décrire , il faut que ce avec clarté. Afin de parvenir à remplir cette j'ai exécuté, ou fait

soit

indispensable condition,

exécuter sous mes yeux j'ai

tous les procédés que

,

mentionnés.

couturière Si je n'ai pas fait suivre l'art de la

par celui de

la lingère

,

que

c'est

les

mêmes

les coutures servent pour toutes deux; que chemises de femmes se taillent par v.n procédé

semblable à celui des robes

;

que

les fichus et les

la bonnets sont sujets à toutes les variations de mode, et que je ne pouvais faire un traité les seulement sur les chemises d'homme et dans camisoles de nuit. J'indiquerai au surplus , note assez étendue , la manière de confec-

une

tionner ces deux vêtemens. Outre la table des matières,

volume une chez

les

j'ai

joint

au

table alphabétique des termes usités

ouvrières en robes

,

broderies

,

etc.


v AVANT-PROPOS.

3

bien que j'en aie donné l'explication la première

Comme

fois

que

peu

français sont souvent répétés dans le cours

du

je

m'en suis

livre, et loin

tion,

il

servie.

ces termes

par conséquent de leur défini-

est essentiel

de pouvoir

les

retrouver au

besoin.

Cet ouvrage est, en quelque sorte,

d'abnégation

littéraire.

impérieusement de

Le

sacrifier

dispositions méthodiques, à détails,

dans

un

acte

commandait

sujet

à la clarté, aux la

précision des

toute espèce d'élégance et de variété

condition

le style; la

est

rigoureusement

remplie. J'ai employé, répété sans correctif et

sans fin, des locutions rudes et

parce qu'elles

me

faire comprendre

ou plus but,

j'ai

teurs,

la

que des tours plus relevés

Tout

entière à remplir

mon ouvrage, non

ce

à des littéra-

mais à des ouvrières, à des femmes

sachant un peu l'ai

,

délicats.

communes,

semblaient plus propres à

les petits

ouvrages manuels; je

lu aussi à de jeunes personnes qui les igno-

rent

,

et les

unes

et

les

autres

ont compris

également.

Cependant, malgré tant de soins cautions,

ii

est

et

certains travaux (tels

de pré-

que

la

dentelle, les points à jour) qu'il faudra voir

i


AVANT-PROPOS.

4 faire

pour pouvoir

les

exécuter; mais

ou deux secours du Manuel il le

dra une

fois

mois entiers,

plication

même

,

et peut-être

et les

le

faule

faudrait pendant des

élèves étaient inappliquées

Manuel répétera

il

que sans

tandis

,

des années,

ou

ces leçons,

si

les

maladroites.

Le

en

facilitera l'ex-

remplacera bientôt.

autant que possible à

Il

remédiera

maladresse

la

et

à l'inapplication, puisqu'il demeurera toujours sous

les

cesse

,

yeux, qu'on pourra

et

indications, servira

consulter sans

le

qu'en suivant de point en point ses

on ne peut manquer de

aussi

beaucoup

réussir. Il

aux personnes déjà

familiarisées avec les petits ouvrages qu'il décrit.

Ces ouvrages exigent une pratique constante.

Abandonnés pendant quelque temps ils s'oublient tout-à-fait Le Manuel des jeunes demoi,

:

comme

selles les leur rappellera aisément.

Ainsi ,

dans mes œuvres d'imagination

j'aurai encore

le

bonheur

d'être utile.

,


""

MANUEL DES JEUNES

DEMOISELLES. CHAPITRE PREMIER. I.'aRT

DE

COUTURIÈRE OU DE Li TAILLEUSE DE

I,A

ROBES. -L'art de tailler les

la

couturière se compose de

robes, de

les

coudre,

allons d'abord enseigner

et

de

comment

la

les

manière de

garnir nous :

se fait la couture.

Plusieurs genres de points se présentent. devant, lepoint de surjet, le point-cote

ou

point-arrière,

le

point de boutonnière, et

dont on Le point devant

chaînette

enfilée, et

que

l'aiguille

selon

le

point d

se sert fort peu. est fort simple.

Quand l'aiguille

est

(morceau de fil que peut terminée par un nœud, passe/,

l'aiguillée

tirer l'aiguille) est

fils

Le point

d'ourlet, le

dans la

l'étoffe en prenant plus ou moins de grosseur ; ressortez l'aiguille , et repique/

une distante égale au nombre de /ils que vous avez pris précédemment; ainsi de suite. (Voyez la à

I


MANUEL

g planche l

,

I.)Ce genre de points très allonges

/ig.

c'est-à-dire, sert à passer failles bagûres, les iaVw, assujettit dans les pièces d'étoffes qu'on fils les

ces fils ainsi provisoirement ensemble. On arrache Le point-devant se passés, quand la couture est faite.

combine dans le

la

couture avec d'autres points. Pour attache avec une

commodément , on

faire plus

épingle l'étoffe sur

le

genou.

"Le point de surjet n'est

deux morceaux

d'étoffe

pas moins facile ,

à

:

prenez

chacun desquels vous

un pli tout le rentrez quelques lignes, en faisant ce que long afin d'empêcher l'étoffe de s'effiler, ,

nous

pli-rentré.

appellerons

Placez

ces

ensuite

l'un sur l'autre, pli contre pli, en ensemble si vous n'êtes point du tout

deux morceaux les baguant

habituée à coudre

dex de

la

:

prenez-les entre le pouce et l'in-

main gauche piquez ensuite

les

morceaux

;

bien droite avec une aiguille enfilée, en l'enfonçant Il ne dans le côté de l'étoffe que presse l'index. pour tous les faut pas, pour ce point-là, comme l'aiguillée aGn de autres , faire un nœud au bout de l'arrêter

en commençant

,

cela produirait des gros-

seurs désagréables dans le surjet

,

qui doit, lorsqu'il

représenter une sorte de cordonen ressortant net. Avant de tirer toute l'aiguillée petit bout de fil, l'aiguille des morceaux , laissez un est

bien exécuté

et repliez-le

eu travers

trouvera caché

manière

,

et fixé

sert aussi à

,

entre les deux étoffes,

par

la suite

reprendre

le

des points fil

,

quand

:

il

il

se

.cette

vient


DES JEUNES DEMOISELLES. à se casser,

tinuer le

deux

étoffes

très près

,

7

ou quand l'aiguillée est finie. Pour conles surjet, quand l'aiguille a traversé

de

,

sortez-la bien droite

même manière

la

,

,

et repiquez-la

toujours du côté de

près , toujours en l'index. Continuez ainsi près à bord des piquant l'aiguille le plus près possible du

deux morceaux

que l'un ne

d'étoffe, et en sorte

dépasse pas l'autre

le surjet doit faire

:

une ligne de

bien points pressés, et non interrompue; prenez digarde que vos points soient égaux quant à la regardant stance et quant à l'étendue il faut qu'en :

piqués le surjet renversé les points paraissent 2) attachez vertimême fil de l'étoffe

le

long du

{fig.

calement

un

l'étoffe à la

:

ceinture, lorsque vous faites

surjet.

Lorsque l'on avec leurs

deux bandes

à surjeter

a

lisières,

on ne

fait

d'étoffe

point de pli-rentré, et l'on

mord moins encore le surjet que quand on a plié on appelle mordre l'action de prendre plus l'étoffe ou moins dans l'étoffe en surjetant. Quand l'étoffe :

est

dépourvue de

comme nous une couture

lisière,

et

qu'il

l'avons déjà dit, on rabattue à l'envers

soin de replier

un peu plus

du

fait

faut

rentrer,

ordinairement

on a que de

surjet, et alors

d'étoffe d'un côté

que ce pli puisse bien couvrir l'autre quand l'une des deux pièces aune lisière, c'est cette :

l'autre afin

lisière si

qui couvrira

vous

côté,

le

voulez

,

:

dans ce cas, ne rentrez pas plus, destinée à couvrir l'autre

la lisière

que ce côté lui-même, parce que n'étant point


MANUEL

S

obligée de replier ce pli, puisqu'il a qu'il

ne risque pas de

grand en rabattant

deux ou

trois fils

il

:

le

une

lisière, et

trouverez assez

vaut mieux cependant mettre

de plus à ce côté-rabattant

,

arrive souvent qu'on est obligé de

qu'il

l'autre qui dépasserait le

vous

s'effiler,

temps

,

:

rognure

cette

parce

rogner perdre

fait

et nuit à la solidité.

On procède ainsi pour faire la couture rabattue on écrase d'abord un peu le surjet puis on retourne à l'envers les deux morceaux d'étoffe qu'il a joints on les écarte sur les genoux puis on rabat le plus :

,

:

,

grand pli-rentré sur le plus petit on rentre quelques fils tout le long de ce pli-rentré rabattu puis on le coud comme un ourlet , un côté de l'étoffe :

;

placé devant

Quand

la

soi.

(Voyez plus bas,

couture rabattue

plus facilement, mais

fait

est

trop large

elle est

elle est trop étroite, elle fait

ourlet.)

grossière

grimacer

,

elle se

:

quand

le surjet, et

donne beaucoup de peine si le rentré des plis (surtout celui du rabat , et principalement quand il :

en

est

lisière) n'a pas été fait

également,

la

couture

rabattue est désagréablement festonnée.

Quand le taffetas

ne

fait

,

surjet joint

ensemble des pièces de

généralement toutes

point de couture rabattue

qu'on a rentrés

,

et

de passer un

rentré pour l'empêcher de points de surjet

,

s'effiler.

,

on

on se contente

:

d'écraser le surjet avec le dé, d'écarter les plis

satin,

de soie

les étoffes

fil

Ce

mais un peu couchés

,

à

deux

cbaque

pli

fil

se passe à

et

vingt fois


,

DES plus écartés

:

J

DEMOISELLES.

EUT* ES

clans ce cas

,

le

J)

surjet est toujours à

au surplus , les couturières l'emploient l'envers constamment de cette manière les lingères seules le placent à l'endroit, les surjets de deux lisières :

:

exceptés, parce que ces surjets-là n'ayant point de plis-rentrés représentent à leur envers pli volant

de

l'étoffe

chent sur

le

genou en

:

les

travaillant.

Ces coutures nous conduisent à (fig- 3).

un nœud au bout de

l'aiguillée

de

l'étoffe,

tourner la

la

dans

biais

la

la

en ayant soin de

pointe vers l'épaule gauche

même

quantité de

manière fils

,

et à

faites

ensuite piquez

,

sortez après avoir pris quelques

de

troisième espèce

Pour ceux-ci,

de points , ou points-cote

l'aiguille

comme un

coutures rabattues s'atta-

quand vous

,

fils

repiquez-la

:

une distance égale

que vous avez

pris

:

à la

ces points ser-

vent aux coutures rabattues, aux coutures dites plates

tent

,

qui remplacent

comme eux

;

ils

les surjets

,

et

qui se rabat-

servent surtout principale-

ment à faire les ourlets, dont ils portent aussi le nom pour ce motif. Pour les coutures plates , appliquez l'un sur l'autre les

deux morceaux

d'étoffe

que vous voulez coudre

en prenant garde que celui qui sur lequel vous cousez l'autre

sus

,

afin

que

comme nous

,

soit

est

de votre côté et bas que

un peu plus

celui-ci puisse se rabattre par-des-

l'avons dit

pour

les surjets. Il

porte que vous bâtissiez cette couture l'avez pas faite

souvent, car

il

,

si

est difficile

im-

vous ne de

faire

_A


MANUEL

IO

suivre ces points sur une ligne bien droite, à cause

de leur position couchée: faute de cette précaution, la

couture formerait des ondes très désagréables.

Au

surplus, vous ferez bien de baguer souvent vos

coutures, de quels genres qu'elles soient, crainte à'emboire

d'employer insensiblement

e'est-à-dire

,

plus d'étoffe du côté où vous cousez, que de l'autre: arrive malgré soi

cela

Les

en

qu'attachent enfin

essentielle

de

de vêtemens, grands ou faire

,

d'étoffe sont

les points-côté

couture

la

;

n'est

il

où on ne

petits,

les

,

sont

guère

emploie.

bien exécuter, commencez d'abord par

les

un

morceaux

les

biais.

Ourlets

une partie

Pour

faute de cette précaution

,

principalement quand taillés

petit plié

de quelques

ramassant par gros

fils

à l'étoffe, tout

en

main droite autant qu'elle en peut tenir le pouce de la main doit rentrer le petit pli quand la main droite est remJa

plis

dans

la

:

:

plie

,

lâchez l'étoffe et

demment autre ourlet

à :

il

recommencez comme précéun

ce premier pli-rentré fini, faites-en

:

distance qu'exige

la

y en

a

de toutes

étoffe repliée ainsi sur

pli-rentré

;

doigt

du

Piquez

grandeur de votre dimensions

elle-même,

:

votre

un second

fait

placez l'étoffe de manière qu'elle soit

repliée sur l'index le

la

les

gauche

,

et

tenue par

le

pouce

et

milieu.

l'aiguille

transversalement dans l'étoffe,

puis dans le bord du premier pli-rentré a points-côté (fig. 4).

Quand

les

;

continuez

ourlets sont grands

,


,

U

DES JEUNES DEMOISELLES.

qu'on y passe des cordons , on les nomme coulisses. Lorsqu'on ourle de la gaze , des bandes de et

garnitures, enfin toutes

peu de soin devant.

choses qui demandent

les

de solidité, on coud l'ourlet

et

Comme en

ce cas

on passe cinq

à points-

à six fois l'ai-*

guille dans l'étoffe sans avoir besoin de l'en retirer,

même temps ce qui abrège beauOn attache l'ourlet sur le genou

on fait six points en

coup

travail.

le

quand il est modément.

;

assez long

pour qu'on

Quand on veut joindre ensemble pièces d'étoffe le

,

on place fils

la

comme pour

pièce posée

le

,

on

:

il

un pli-rentré ,

à

puis

plus près de soi, quelques

assez

est

fait

préparer un surjet

plus bas que l'autre, et ou

points- côté

com-

puisse

bords de deux

comme le bas d'une manche doublée

haut d'un col de camisole

chaque pièce

le

les

les

coud avec des

ordinaire de faire une

rangée de points-devant, quelques lignes plus loin du bord que cette première couture, afin de l'empêcher de

vêler, c'est-à-dire

de trop s'étendre , surtout

morceaux sont coupés en biais. Les points-cote servent encore aux coutures

lorsque

les

coutures à ourlet ; ces coutures se

forment

ainsi

pliquez deux pièces d'étoffe l'une sur l'autre

dites :

ap-

comme

aux coutures plates rabattez ensuite le morceau que vous avez dû laisser un peu plus élevé sur le morceau plus bas , placé devant vous faites à ce premier morceau un petit pli-rentré ; repliez en:

,

:

suite la partie des

deux pièces au-dessus du

pli-ren-


}

MANUEL

a

tré,

comme un

ourlet, puis cousez ce pli-ourlé, le

long des deux étoffes par un point d'ourlet (voyez Plus le roulé que forme la couture à ourlet est

fig. 5).

rond

et petit, plus

il

est

agréable

:

il

faut avoir bien

Soin d'enfoncer fortement l'aiguille pour ce genre

de couture, principalement les

de

deux pièces de la

l'étoffe

,

si

dure, car

l'étoffe est

morceaux rabattus

les

couture, celui du petit pli-rentré, tout doit

être traversé

de

nœud

de

fil

«à

la fois

par l'aiguille.

On

ne

fait

point

pour reprendre le fil dans ces coutures, non plus que dans les ourlets; au premier point de la nouvelle aiguillée, on laisse un petit bout à l'aiguillée

qu'on rentre dans

,

font sur

le

doigt,

l'ourlet.

replie l'étoffe sur l'index de

qu'on

l'y fixe

procédé

temps

par

est fort

le

commode le

et

se

on

cousant

main gauche et le pouce ce abrège beaucoup le

la

,

doigt suivant et

peu de coutures

:

Ces coutures

c'est-à-dire qu'en

permettent

:

,

à cause

du

risque d'emùoire.

Passons maintenant aux points -

arrière ou ardemandent plus d'attention que les les morceaux cousus par ce point sont ,

rière-points, ils

précédens

:

toujours appliqués égaux l'un sur l'autre

,

parce

que jamais on ne fait de coutures rabattues quand on emploie les arrière -points. Après avoir fait un ,

nœud

à l'aiguillée, passez votre aiguille à plat dans

l'étoffe

stance

même

,

:

et faites-la ressortir a

quelques

repiquez -la ensuite en

où vous

l'avez

fils

de di-

arrière à l'endroit

précédemment piquée,

et


DES JEUNES DEMOISELLES. vessortez-la en avant d'un

nombre de

l3 égal à celui

fil

de votre premier point; retournez encore en arrière, en couvrant toujours ainsi votre point; ces points

semblent tous pris sont à

et

exigent

ils

compter

les

les

uns dans

les autres (fig. 6),

fois très solides et

la

beaucoup fils

de soin

en plaçant

très il

;

jolis,

l'aiguille,

mais

souvent

faut

afin

qu'ils

soient bien égaux. Les lingères ne les emploient que fort rarement en couture , mais elles en font un grand usage pour piquer. Voici ce que cette expres-

sion signifie.

Le piqué est toujours à l'endroit de l'étoffe on un pli-rentré au morceau que l'on veut piquer, ;

fait

puis on

le

bague ou

bâtit à points

de médiocre gran-

deur, parce qu'il est essentiel et très

difficile

de faire

une ligne parfaitement droite de points-arrière. Le morceau qui doit être piqué sera posé horizontale-

ment à plat dessus celui auquel il doit se joindre on commencera la ligne de points-arrière à quelques lignes du bord que forme le pli-rentré; assez communément, on fait une nouvelle rangée de pointsarrière à un intervalle de quelques fils de la première ;

rangée

{ftg. 7).

C'est la manière d'assembler tous les

morceaux qui composent le corsage des robes; on s'en sert aussi beaucoup pour les chemises d'homme on attache sur le genou le morceau que l'on veut :

piquer.

L'autre emploi de l'arrière-point d'attention

;

il

sert à

demande moins

faire des coutures

qui tou-

,

2


,

MANUEL

14 jours placées

de

la

de

à l'envers

l'étoffe, n'ont pas besoin

du

parfaite régularité

piqué. Placez

ceaux d'étoffe également l'un sur

deux mor-

l'autre

comme

à

toutes les autres coutures décrites jusqu'ici (le pi-

qué excepté) mais sans qu'un côté déborde

faire

de pli-rentré,

et sans

La couture doit être elle se compose entière-

l'autre.

faite un peu en bas; tantôt ment de points-arrière tantôt de ,

de points-devant alternés

points-arrière et

(fig. 8).

que ces coutures doivent mordre plus d'éparce qu'ensuite on forme un pli-rentré à ebaque côté du dessus de la couture, J'ai dit

que d'autres

toffe

,

pour les empêcber de s'effiler; on coud après cela ces deux côtés ensemble par un long point de surjet xin peu couebé. C'est une espèce de bâti à demeure; on prend ordinairement pour c'est-à-dire les

fils

couture d'arrière-points,

la

Ou

les tire

par

le

le faire

les bagûres

passés en baguant ou bâtissant

nœud

qui

et les

arracbés ensuite.

commence

,

et ils

viennent tout d'un coup. Passons au point de boutonnière, ainsi qu'il doit garnir la petite fente

nommé parce

l'on passe les

bou-

tons, qui, parfois, servent à attacher les vétemens

corps. Pour le faire aisément , commencez par bien tenir ferme votre étoffe sur l'index de la main

sur

le

gauche la

,

à l'aide

même main

;

du pouce

et

faites ensuite

mordu, mais avant de

du troisième doigt de un point de surjet très

tirer tout-à-fait le

sant l'aiguille dans l'étoffe

,

fil

en pas-

passez-la dans la petiie


DES JEUNES DEMOISELLES. boucle de

que doit former

fil

i5

point de surjet non

le

puis tirez l'aiguille en arrière

tiré;

, de sorte que la en face de vous. Continuez la même manœuvre en conduisant vos points de gauche à droite

tête soit

au contraire de ce que vous avez fait jusqu'ici , tous les points mentionnés se faisant de droite à gauche.

Ces points de boutonnière doivent être parfaiteplus ni moins enfoncés dans l'é, ni

ment égaux toffe

et ni plus

,

autres;

quand on

tour de

la petite

un

ni «moins serrés les

uns que les de cette manière tout le

a suivi

fente

,

on

petit surjet vertical

,

pris dans les points les plus

fait

rapprochés des deux bouts de

qu'on

nomme

la bride.

(

chaque extrémité

à

Voyez

fente;

la

fig. g

c'est ce

une bouton-

nière dont le point est très écarté, et fig. 10

boutonnière achevée avec

une

sa bride.)

Il reste le point de chaînette qui n'est guère en , usage que pour former une sorte de broderie au bord du poignet des manches de chemise d'homme ,

et sur la face

supérieure des gants

:

voici quelle en

Commencez-le en piquant l'aiguille par-dessous l'étoffe q%e vous voulez orner de ce est la

façon.

point; tirez de toute sa longueur l'aiguillée qui doit être arrêtée

gauche

et

l'endroit tir

;

portez ensuite

piquez

où vous venez de

quelques

que forme

fils

le

fil

l'aiguille le plus

plus loin

la ,

sous

le

pouce

près possible de

sortir; faites-la ressor-

au milieu de

la

boucle

le fil retenu sous le pouce ; et tenant toujours l'aiguillée sous le pouce gauche tirez -la à ,


MANUEL

i6

premier chaînon est formé ; repiquez ensuite l'aiguille clans ce chaînon , tout près de l'endroit où vous l'avez sortie , voici un autre chaînon ; vous

ainsi

,

le

de suite

(fig. il).

Nous pouvons encore de coutures,

la

ajouter à toutes ces espèces

couture dite

la reine.

à

surjet sans pli-rentrés, qui pourtant s'effiler.

Pour y parvenir

suffit

il

C'est

un

ne doit point

de hien serrer

les

points en les inclinant d'une manière imperceptible. Il faut mordre un peu fort , afin que l'étoffe soutienne

couture, et aide à former le cordonnet. Ce genre de couture, fort en usage pour attacher ensemble les bandes de garnitures en gaze, mousseline, taffetas léger, ne doit servir qu'à cela; son peu de solila

dité l'empêche d'être

employé

à des étoffes

d'une

certaine force et d'une certaine longueur.

Voici toutes

les

sortes

couturière pour coudre

tenant de quelle

de points qu'emploie la robes ; voyons main-

les

manière

elle

procède pour

les

tailler.

Une

robe se compose du#fupon

,

du corsage

et

la

façon de

tailler lepremier,parcequelesautres parties

changent

des manches

;

nous n'indiquerons que

continuellement de formes. Essayer de décrire ces formes serait un travail impossible , et de plus inutile , parce que

les

modes que nous tâcherions de rendre seNous ne parlerons

raient bientôt passées sans retour.

donc que des objets qui

se

coupent invariablement de


,

DES JEUNES DEMOISELLES.

même

,

»7

quels que soient les ornemens que l'on

y

mette d'ailleurs.

La jupe se prépare en coupant d'abord les lés; (uu lé est un morceau d'étoffe entre ses deux lisières, et d'une longueur indéterminée); les lés doi-

vent prendre depuis l'étoffe a trois

la

ceinture jusqu'aux pieds;

quarts de large

,

taillez

quatre

si

lés

un pour faire le derrière, un pour le devant, et les deux derniers pour chaque pointe on appelle pointe un lé taillé en diagonale. :

Pliez votre lé de devant par la moitié dans

longueur,

marquez -y ensuite en

double par

le

haut, sur

les

le

côtés,

sa

repliant en

une diagonale

plus ou moins allongée selon que vous vous proposerez d'ajouter des pointes pour prolonger

diagonale

;

la

ligne

ce repli servira à guider vos ciseaux

ayez soin de rapprocher

vous avancez vers

le

la

diagonale

haut du

,

à

;

mesure que

afin

de bien

prendre la forme des hanches. (Voyez Jig. 12 un devant de robe; a, diagonale taillée seulement dans le lé; b,

pointe achevant

la

diagonale. Cette pointe

ajoutée en bas, est celle retranchée en haut.)

Laissez

le lé

de derrière entre

ses

deux

lisières

sans y rien retrancher ; ensuite marquez une diagonale aux deux lés restant pour les pointes; cette

diagonale doit être marquée fort étroite, et d'un seul côté des lés {jig, i3). Si l'étoffe. a un envers, placez vos les

deux lés l'un sur l'autre de manière que deux endroits se touchent afin d'être sûre que ,

>.


MANUEL

i8 votre diagonale sera

taillée

dans

même

le

sens;

toutes les prenez au reste cette précaution pour tailler doubles parties de la robe que vous aurez à faute de cela , il dans une étoffe qui a un envers; parties ne peut pas arrive qu'un des côtés de ces deux servir.

Vos pointes la lisière

(on

taillées

nomme

,

joignez-les par

droit-fil le

le droit-fil,

ou

cote de l'étoffe qui

droit fil au lé de dern'est pas en biais); joignez ce étoit des pointes rière , en mettant le bout le plus ordinairela couture qui les joint est le haut

par

ment

;

le

couture

qui ne

passerez point de

Vous ne

l'autre. la

après point.arrière et le point-devant l'un

,

parce que vous aurez

fil

les

au-dessus de

deux

lisières

s'effilent pas.

pré-

Le lé de derrière ainsi réuni aux pointes, ligne diagosente une ligne diagonale; joignez cette points-arnale à celle du devant par une couture à rière continus

,

ou une couture

à ourlet.

La réunion

beaucoup des deux biais ou diagonales demandant peut se faire ni de précaution , cette couture ne le genou, ni attachée avec une épingle sur

tenue

sur

le

doigt,

l'index gauche, faut la

c'est-à-d'ire

comme nous

même

retournée

sur

l'avons explique;

prendre seulement entre

le

pouce

et

.1

l'index,

grimaceraient; les biais tendraient, et les points de faudra serrer imperceptiblement garde de ne pas tirer cette couture , et prendre bien

;il

,trement

il

les biais

en

la bâtissant

;

faute de cela

,

la

jupe

trav-


DES JEUNES DEMOISELLES. sur

lierait

pour

la

côté, et

le

il

19

faudrait défaire la couture

recommencer.

Quelques couturières cousent d'abord ensemble

deux

un

qui font

lés

troisième

en bas

14

(Jîg.

prenant

le

derrière

),

le

et font tête-à-pointe

deux bouts

les

ensuite elles coupent

;

en diagonale par

étroits

de

,

la

milieu du baut c'est-à-dire

l'un se trouve en haut et l'autre en bas elles

en

que

diagonale dont (c, c,fig. i5),

mettent ces deux bouts étroits l'un sur l'autre

les

renversant

;

cela

forme deux pointes qu'elles

joignent au derrière formé de deux toujours à l'ordinaire

bout

le

mais cette dernière façon de :

le

trop inclinée

;

le

un envers

faut

il

le

haut;

jupe a deux

tailler la

,

second

prendre

la

seconde pointe dans un

seconde pointe résultant de

la

en mettant

,

par

premier en ce que la diagonale est parce que lorsque l'étoffe a ,

inconvéniens

autre lé,

lés

étroit

téte-à-pointc

se trouverait à l'envers.

On

ajoute aussi les pointes levées sur le lé

devant aux deux

cousus ensemble pour

lés

du

le der-

rière, afin de former la diagonale. Ces pointes ne

sont ordinairement pas assez longues pour aller du

haut en bas de ces

lés

;

alors

on poursuit

en levant une petite pointe sur lehaut des

la

diagonale

\ês(fig. 16).

qui demande moins de temps, a encore un désagrément pour les étoffes dont les fleurs et les dessins sont tous placés dans un même sens. Les

Cette façon

,

pointes ayant leur largeur prise dans

de devant,

il

faut porter

le

haut du

cette largeur au bas

le

du


MANUEL

20

derrière, et nécessairement les fleurs se trouvent

en opposite rière

à ce lé

si

:

en montant dans

les

pointes

les

montent

elles

dans

elles baissent

,

,

pointes elles

der-

elles

vont

si

vont en baissant

le derrière.

dans

faudra faire attention

Il

les raies

ou

les dessins

de

à

rapporter exactement

l'étoffe

,

derrière.

On

que

bien

sent

du devant rompt la cependant en ce cas un

pointes et

y

a

agréablement, surtout

former un cône

{fig.

Quels que soient

les

y en

s'il

précaution n'a lieu qu'en assemblant

il

clans le

;

la

les

:

cette

diagonale des

suite

du

dessin;

art de les réunir

les raies; c'est

17);

a

pointes au

mais cela

de leur

faire

est indifférent.

procédés qu'on adopte entre

jupe , il faut toujours qu'elle de deux aunes un quart à deux aunes et demie de largeur par le bas , et d'une aune trois quarts à deux aunes par le haut ; c'est selon la grosseur des

ceux-ci pour tailler

la

ait

personnes. Si

vous voulez

votre étoffe

ment

comme

faites le lé

une redingote, coupez précédemment; seule-

tailler il

est dit

de devant d'un demi-tiers (d'aune)

plus large (en coupant une pointe plus étroite) , et fendez-le au milieu du haut en bas ; ce demi-tiers de

plus sert à faire les ourlets sur chaque côté du

devant ainsi partagé l'une sur

sur

le

,

et à

en croiser

les

l'autre lorsque l'on attache

deux la

de

parties

redingote

corps. -

T-a jjipe

étant assemblée

,

c'est-à-dire Unis

1

lee.

i

les


,

DES JEUNES DEMOISELLES. qui

la

2.1

composent étant cousus ensemble,

un

faites

large ourlet tout autour par le bas; la largeur que

donnent

les pointes étant plus

grande tout-à-fait

par le bas qu'un peu au-dessus, vous éprouverez

quelque embarras à

faire votre ourlet à la

rencontre

des coutures; obviez à cet inconvénient en rentrant

largeur excédante sur elle-même

la

Quand

(fig. 18.)

jupe n'est point en redingote, on fait au lé de derrière, dans le milieu du baut, une petite fente d'un demi-tiers (d'aune), afin de faciliter la

du jupon. Cette

l'entrée

très petit ourlet

,

mais

fente doit être garnie d'un

il

vaut mieux y placer une le point de bouton-

ganse. La petite pièce en cœur, nière qu'on

fait à la fin de la fente pour l'empêcher de se prolonger, n'atteignent pas toujours ce but.

Nous ne dirons sur

corsage que ce qui s'y

le

invariablement, quelle que soit

donne

:

qui joint

le

il

qui forme

a

le

dessous du bras; cette cou-

ture se pique en posant

le

devant sur

petit côté à son tour se pose et se

le

morceau qui doit former

Le corsage ruban de les

fil,

le

derrière de

le petit côte

pique sur

mouvemens de

la

taille.

ceigne justement

bande sur

le

la taille

bas

de

un

large

de résister à tous

Assez

la

le

la taille.

étant assemblé, on le bâtit sur afin qu'il ait la force

on prend une bande large de cette

lui

communément une couture devant à une petite pièce nommée

d'abord

petit côté ,

fait

forme qu'on

la

trois

communément pouces,

et qui

personne; on place

du corsage

à l'endroit,

on

la


MANUEL

1% pique, puis on

la replie à l'envers

sur le ruban de

en ayant soin qu'elle cache bien tous les effilés des pièces du corsage; on la bâtit, puis on la coud à uoints-côté très près. On a d'abord mesuré la

fil,

bande en deux, semble les deux

le

corsage de

même,

et attaché en-

milieux.

Nous ne décrirons

pour

aussi

les

manches

,

que

procédés qui se suivent toujours malgré les variations de la mode; ainsi, quand il s'agit de monter

les

les manches , c'est-à-dire de les coudre après l'emmanchure (ouverture circulaire formée par l'épaulette et le dessous du bras ou petit côté ) on commence par échancrer, c'est-à-dire retrancher un ,

,

morceau demi-circulaire (fig. iq). Cette échancrure, qui se place toujours du côté du devant du corsage, a pour ohjet de faciliter le mouvement du bras. On partage la manche en deux ainsi que l'emmanchure; on attache le haut de la couture qui joint la manche au haut de

la

côté au devant

de

la

manche

couture piquée, qui joint

du corsage

s'attache à l'autre moitié de

chure, puis l'on bâtit environ

à

la

la

manche

moitié qui est sous

le

petit

L'autre moitié

{fig. 20).

l'emman-

sans faire de plis l'aisselle

,

ensuite

on dispose les plis à l'autre moitié en les fronçant et on fait la couture circu( voyez ci-après froncer) ,

laireinent à points-arrière très rapprochés.

Quand

corsage n'est point doublé, on entoure l'emmanchure d'une ganse plate, à l'aide d'un bâti dont les

le

points percent très peu à l'endroit

;

on

fait

un ph-


DES JEUNES DEMOISELLES.

23

rentré tout autour de l'emmanchure avant d'y placer Ja ganse; le bâti qui l'attache demeure. "

Il

n'y a plus qu'à monter

on partage l'un

la

jupe après

le

corsage

:

en deux,

et l'autre

et l'on attache , ainsi qu'il a été dit, la moitié à la moitié; par pa-

renthèse,

la

couture qui attache

les pointes au dese rencontrer avec la couture , doit devant du corsage au petit côté {fig. 2 r).

vant du jupon qui joint Si l'on

bande,

bande

le

a

monté

le

corsage sur une ceinture ou

faut attacher la jupe à l'envers après cette et faire un surjet , sinon il faut placer la il

jupe

bas du corsage comme pour un piqué, et en un jusqu'à l'endroit où l'on doit coudre les plis du jupon en les fronçant. Pour froncer, on fait un point-devant allongé

sur

le

faire

sans

arrêter autrement le

fil

que par un nœud qu'on

puisse tirer à volonté, ce qui rapproche plus ou moins l'étoffe sur le fil, et forme des plis qui doivent

toujours être égaux, quelle que soit leur grandeur. Quand on a ainsi froncé de chaque côté à une jupe, l'espace qui se trouve entre la fente et l'endroit de la taille

les fixe

qu'on a marqué pour coudre

un

à

un

points de surjet

qui monte

le

et très :

si

il

,

à

ses plis

,

on

par un ou deux

une couture de

jupon, on continue

81311 con traire c'est

à

rapprochés

c'est

cette espèce

coudre à l'envers;

un piqué, on retourne

la robe envers afin de pouvoir coudre les plis de ce côté, a fait d'abord à la jupe un pli-rentré , comme

a été dit

pour

les surjets

ou piqués,

et l'on a

eu


MANUEL

24

beaucoup plus profondément ce pli devant, principalement au milieu; sans cette

soin de rentrer

sur

le

précaution

,

jupe se plisserait horizontalement

la

sur le ventre de

manière

la

la

plus désagréable.

Parlons maintenant du doublage des robes, à-dire de l'action de les doubler

:

c'est-

de

taillez les lés

votre doublure exactement semblables à ceux du dessus; étendez ensuite sur une table

correspondans

de

rière la

la

,

doublure

,

pointes

point indifféremment.

lés

de der-

du dessus pointes de ,

baguer ces

l'un sur l'autre

Il est

côté placé devant vous

;

la

table

passant légèrement ,

afin ;

mais non la

dou-

:

relevez ensuite

repliant à plusieurs reprises sur

tard

,

important que

commencez par morceaux ensemble, du côté opposé au

blure soit appuyée sur

pli

deux

,

doublure, ainsi de suite; appliquez ces deux

morceaux correspondans

le

les

de derrière du dessus

que ce

la

relevé l'étoffe

,

dessus en ,

et

main bien ouverte sur chaque

pli volant

vous serve de guide plus

ces plis doivent être à

d'aune l'un de

le

lui-même

l'autre.

peu près

à

Quand vous

jusqu'à ce qu'il n'y

ait

un seizième aurez ainsi

plus que

l'in-

du seizième jusqu'à votre première bagûre glacez, c'est-à-dire faites un bâti à demeure de cette façon. Prenez une aiguillée double ou triple tervalle

,

en longueur des aiguillées ordinaires suite l'aiguille dans le

;

piquez en-

dessus et la doublure, en

perçant à peine; repiquez après cela l'aiguille à distance d'un

la

peu moins qu'un seizième, en pre-


,

DES JEUNES DEMOISELLES.

même

nant toujours en

par

(fig. 22).

un nœud

aiguillée,

il

25

l'étoffe et la

dou-

un long point caché entre

blure, ce qui fera

deux étoffes

temps

le petit

Quand

le

fil

est fini,

les

on rajuste

bout restant avec une nouvelle

même

n'est pas

besoin de couper

les

deux bouts qui seront de reste au-dessus du nœud, ce fil ne se voyant pas du tout, ni à l'endroit, ni à Votre rang de glacé

l'envers.

fini

,

rabattez le pli

du dessus, et recommencez une autre ranlong du pli volant formé par la main.

suivant

gée

le

On

s'écarte de ce procédé pour le doublage des manches on ne glace pas la doublure après le dessus ; on plie la manche en deux dans sa longueur :

d'un côté,

et la doublure de même de l'autre; on ensemble l'une sur l'autre à l'envers comme

les bâtit

deux manches séparées

puis on

,

couture de seuls points-arrière ensuite

la

l'endroit

,

main dans et la

la

manche

les

doublure

on

,

On

la

enfonce

retourne à

se trouve entourée circulai-

rement de haut en bas par

la

doublure,

ture se trouve avoir

et la

cou-

deux endroits l'un du côté de dn côté de la doublure. ;

manche l'autre Quand la robe est ouatée , placé une étoffe de coton non la

coud par une

(fig. 23).

,

c'est-à-dire filé

,

qu'on a

appelée ouate

entre l'étoffe et sa doublure , on ne suit pas le procédé que nous venons de décrire pour les manches,

on glace,

comme

il

a été

expliqué pour

la

manière

de doubler. L'application de

la

doublure change un peu 3

la


,

26

MANUEL

manière d'assembler le jupon ; soit pour les coutures en droit fil, soit pour les coutures en biais, on applique

deux morceaux du dessus qui doivent comme on réunirait une pointe au lé

les

être cousus,

de derrière; on y joint le côté de la doublure du devant lequel l'on travaille. On bâtit ces trois

mor-

ceaux à

la fois, et l'on

fait une couture à pointsou mélangés selon le cas; la couture on écrase les trois petits morceaux du dessus

arrière, seuls faite

de

la

,

morceau que

,

couture, en d'étoffe

tournant du côté du quatrième ou second morceau de la doublure les

l'on rabat sur

rabattu cache

couture

la

les fils

:

ce morceau ainsi

des trois autres

,

et se

coud

à

points-côté.

Lorsqu'on

une robe , on taille les lés de ouate exactement semblables à ceux de la doublure a à ouater

du dessus. La ouate qui se vend par pièces, présente une surface glacée sans couture il faut fendre la pièce par un côté ,. et la dédoubler en l'ouvrant elle présentera alors un duvet très doux ; c'est ce duvet qu'il faut placer sur la doublure , pour que la chaleur se fasse plus tôt sentir de la et

:

personne qui

doit mettre

une

table

la

robe. Étendez le lé de doublure sur

de ouate par dessus , et attachez-les ensemble par des rangées de longs points-devant placées transversalement à un trente-deuxième ,

le lé

(d'aune) l'une de l'autre

comme

je

l'ai

décrit en

:

glacez ensuite

traitant

le

dessus

du doublage,

et


DES JEUNES DEMOISELLES. faites attention

ouate et

même

à bien percer en

in temps

la

doublure.

la

Occupons-nous maintenant des garnitures. Je n'en donnerai ni la forme, ni la hauteur, les caprices de la mode s'exerçant principalement sur cette partie

l'une de l'autre

,

les

Vous aurez

et faire

soin de mesurer avec

faut

entre l'ourlet et

la

mieux.

un morceau de

carton d'une hauteur déterminée,

la

distance qui

première rangée de

garniture, et entre cette première rangée et

conde, ainsi de

i!

placer à une distance égale

et quelles sont les précautions à

prendre pour avoir moins de peine

doit être

comme

j'indiquerai seulement

:

prendre pour

s'y

suite.

A

chaque

fois

la se-

que vous ap-

pliquerez verticalement sur

la robe votre mesure de carton, vous placerez horizontalement au-dessus

de

mesure une épingle

la

,

cela vous

rangée d'épingles tout autour de

la

donnera une

robe; vous pas-

serez alors à

la place de ces épingles, un fil dont la couleur tranchera bien avec celle de l'étoffe , afin de vous bien guider. Quand un ourlet est très

prend aussi une petite mesure de carton , on qu'on applique de temps en temps dessus, pour large

voir

s'il

est

bien égal.

Partagez ensuite

le

bas de

la

jupe en quatre, en

marquant chaque quart avec une épingle, ou en passant un bout de fil que vous bouclerez; partagez de

la

môme

même les

manière

garniture

la

quatre parties

,

;

et attachez

marquez-en de chacune de ces


MANUEL

28

Si

aux divisions correspondantes du jupon. vous êtes peu habituée , subdivisez chaque quart

en

le

divisions

partageant ensuite par

la

moitié, égalisez en-

suite les plis. Si la garniture est

composée de petites

ou larges bandes nommées volans,

comme gaze la

se la

et d'étoffe claire,

un

du côté de Ce roulé fait en roulant légèrement avec le pouce gauche bande sur l'index de la même main ; on fronce ,

mousseline

,

faites

bande que vous voulez coudre

roulé

à la jupe.

ensuite en passant l'aiguille sous le roulé , qui doit être petit et très égal.

La couture des volans

doit être faite à l'envers

:

on y parvient en plaçant la bande c renversée sur on la rabat ensuite en écrasant le la robe/ (jlg. 9.4) surjet avec le dé. Pour faire le surjet g on a marqué ,

,

un

robe en suivant

pli volant a la

autour, puis on a cousu point à chaque

pli

la

le

fil

passé tout

formé par

le froncé.

Je

me

étendue sur ce genre de garnitures, parce que ainsi

qu'on garnit

bonnets

il

suis c'est

camisoles, les fichus et

les

(1).

Quand on veut lant,

les

un

garniture en faisant

placer

une ganse au-dessus du vobande

faut entourer cette gance d'une petite

coupée de biais, puis prendre exactement la mesure du tour du jupon , diviser en quatre la ganse

d'étoffe

qui doit être de

(i)

la

même

Voyez cucore pour

longueur, attacher

les garnitures,

des plis-creux au chapitre des corbeilles.

le

vo-

la description


JEUNES DEMOISELLES.

r>ES

coudre après

lant à ces divisions, et le

l'on applique ainsi garnie sur la

2C)

ganse, que

la

robe à longs points-

Cette manière évite le froissement de la robe, ce qui n'est point à dédaigner, surtout pour arrière.

les

robes de soie;

également passer

il

de dire qu'on doit

est inutile

le fil

de mesure au jupon, et

le di-

viser en quarts.

Tout ce qui et

de

au travail de

est relatif

la

couturière

lingère se trouve dans cet article; nous

la

allons passer à l'article broderie, qui sera égale-

ment détaillé

voici lé

chemises d'homme et

les

Prenez de

:

Nous ne parlons pas des instrumens

promis de mettre dans une note

(i) J'ai

couper

(i).

la toile large

de deux

tiers

long à peu près de deux aunes; repliez

de manière qu'un des côtés dépasse

pouces

;

ce sera

le

verture pour coudre

moiceau

le

le

manière de

le

;

coupez<en nu

sur lui-même,

l'autre

de quatre

derrière. Cousez cette toile redoublée à

surjet, eu laissant par le haut, de

rou par

la

camisoles de nuit, la

les

les

bas, sans

manches

,

chaque côté, uue ou-

et

être cousu

long d'un quart envi,

(en mesurant par

le

plus long). Fendez ensuite le haut de la che-

mise à l'endroit du replis

eu forme de

,

privée de sa partie supérieure (fig. a5)

,

T ou

de croix

c'est-à-dire, faites

une fente eu long au milieu du devant (d'un quart envirou), et

uue fente

fente

le

long du repli

du milieu

ehacuue;

:

,

à droite et à gauche de

la

ces fentes doivent avoir un demi-quart,

sont destinées à porter le col, pour lequel vous couperez une bande longue d'uu tiers *', et large iVuu

quart;

elles

elle doit être repliée

sur elle-même, mais pour

Stf-


3o

MAÎÎUKL

nécessaires. à

ciseaux

,

le

couturière et lingère,

la

,

etc.

que

les

Nous dirons seulement que lorsqu'on coud de

nus.

rondir les coius de (/!#•.

tels

ces instrumens sont trop con-

,

26)

,

cette

fente

,

morceaux carrés que vous

faut

il

deux goussets

replierez par le milieu,

après les avoir cousus aux pièces d'épaules. Ces pièces sont

deux morceaux larges de place depuis l'endroit où la lisière

;

du bras,

Comme

vous couperez ensuite et larges

ou doit

les

par

quatre pouces, qu'on

trois à

fente en largeur, jusqu'à

finit la

les

manches de

la

longueur

haut d'à peu près une demi-aune.

le

couper en biais,

le

bas sera près de

la

moitié moins large. Vous doublerez ce bas d'un morceau de toile

haut d'un demi-tiers; vous couperez ensuite deux

goussets pour les manches (goussets qu'on place en haut

de

la

manche avant de

la

coudre)

,

et

deux autres, moitié

plus petits, pour coudre aux ouvertures du bas de la che-

mise, crainte qu'elles ne se déchirent en travers à

du

surjet

:

viron trois pouces de long et un demi-pouce de large

bande doit arrêter du col

,

la fin

vous couperez enfin une petite bande ayant encette

:

fente et les plis correspondans à ceux

la

sur lesquels on la place en travers

/;.

Nota. Vos pièces d'épaules doivent être coupées tout unies, puis vous les fendrez un peu dans la partie tournée

vers la fente d'épaule nées à se prolonger se trouve placé

ger sur

le

empêcher

le

cela fera

deux petites bandes

la

d'elles

:

chemise,

l'une d'elle peut s'allonet l'autre sur le devant.

un procédé peu connu devant de

desti-

long du gousset replié en cœur, qui

au milieu

derrière de

l'ajoute ici

;

le

la

,

mais bien

chemise de remonter

utile

et

pour

de se


DES JEUNES DEMOISELLES. dure

3l

pour préserver des coups d'aiguille la partie droite de l'index gauche au-dessous de l'ongle, y mettre un doigtier petite machine l'étoffe

,

faut

il

,

,

replier ou s'ouvrir sur la poitrine.

de

la partie

vant du col.

la

A

consiste à échancrer

mesurez au haut de

cet effet,

de devant, et depuis

tudinale

11

chemise qu'on coud de chaque côté au-de-

la

hauteur d'un pouce. Retranchez

la

fente longi-

fente transversale, un©

de chaque côté une

petite pièce triangulaire de cette hauteur, qui, large d'un

pouce finir

à cet endroit

,

mais beaucoup plus allongée

en pointe aiguë vers de chaque côté

faite

la

c'est à ce

,

,

aille

pièce d'épaule. Cette opération

rebord supérieur ainsi

échancré que l'on coud

les deux parties antérieures du col. Les camisoles de nuit sont plus simples. Coupez deux

devants/; semblables

montre

la

figure

(

fîg,

27), un derrière k dont la figure

moitié sur des modèles en papier; coupez ensuite

des manches de

la

longueur du bras

une bande large de cinq à

;

,

six

conformément à pouces

,

la

et longue

d'un tiers, que vous replierez sur elle-même en l'arrondissant par les deux bouts

y a à

coud

pour

faire les

tailler

,

ce sera le col. Voici tout ce qu'il cette sorte de vêtement

devants au derrière en

les

,

dont on

piquant à un rang,

et

eu faisant une couture rabattue à l'envers. Voyez pour

monter

les

manches, ce que nous avons

dit

pour

les

man-

ches de robe.

Pour garnir diqué pour

les

les camisoles

volans

:

,

pour

rappelez-vous

le

procédé

in-

plisser le dos, vous coudrez

sur les lisières à l'envers, à la hauteur convenable, an large

ruban de

fil,

dans lequel vous passerez des cordons

/.


MANUEL

3a

en Corne ou en os, semblable à an anneau, élargi jusqu'à près d'un pouce à la moitié; les ancien m s bagues

à

bateau en donnent

•»-* '»'"* '*.'*'% <*/%•% -%s%

v% <*/«*% %r*^.

la figure.

^-^^^V^V*»-* "»/»•* ^*,-% Tw-v^*,-^-»^,^-»

CHAPITRE

II.

L ART DE LA BRODERIE.

Dessins des broderies.

Quelle que toujours soin l'avance;

même

,

il

nature de

soit la

de

se

régler sur

la

broderie, on

un

dessin

est tracé tantôt sur l'étoffe à

tantôt sur

un

fort papier.

fait

broder

Dans

le

a à

elle-

second

cas, applicable seulement lorsque l'étoffe est trans-

parente, on fixe

le papier sous l'étoffe à l'endroit convenable avec des points-devant allongés. Quand on a brodé toute la partie qui recouvre le papier

dessiné, on le découd pour le remettre ailleurs à suite,

ou au-dessous, en suivant

la

la

direction conve-

nable.

Le second procédé, celui qui consiste à tracer le dessin sur l'étoffe, est plus long, mais il est plus

commode pour broder, sable.

Voici

la

l'appelle poncer.

el

meilleure

souvent

il

est

indispen-

manière d'y réussir, on


JEUNES DEMOISELLES.

t>ES

Prenez (pie

le

papier sur lequel on a gravé

vous voulez broder; suivez tous

33 le

dessin

les traits

gravés

en faisant avec une aiguille fine, ayant une tête ronde en cire ou ponçois, de petits trous bien rapprochés. Cela

fait,

posez d'aplomb

dessin sur l'étoffe, en

le

évitant de frotter, ce qui reboucherait les trous;

ayez ensuite un morceau de laquelle

toile

on a enfermé d'avance

,

et

peu serrée, dans bien attaché

du

,

charbon réduit en poudre

très fine.

Prenez ce nouet

nom

donne),

et passez-le

(tel est le

toute

qu'on

lui

sur

supérieure du papier dessiné et troué

la face

en frappant légèrement

,

cette opération fait sortir

:

poudre de charbon à travers la toile elle se répand sur le papier en couche légère mais en même temps il en pénètre un peu à travers chacun des la

,

,

trous que l'aiguille a

qu'à l'étoffe

uns contre

et

,

autres

les

tif, les traces

faits.

comme ,

ont

de charbon

Cette portion arrive jus-

ces trous la

figure

,

rapprochés

du

les

dessin primi-

qu'ils laissent passer repro-

duisent cette figure.

On

pour réussir ,

sent que

il

faut faire les trous

assez fins, les rapprocher convenablement, et sur-

tout suivre les traits gravés avec exactitude. Si l'on s'en écartait clair

que

,

les

tantôt à droite

,

tantôt à gauche,

formes altérées.

On

est

il

proportions seraient changées,

les

prévient sans peine cet incon-

vénient, en mettant à l'opération

la

patience et

le

soin nécessaires.

Cette manière de procéder présentait un obstacle


MANUEL

34

plus grand. La poudre de charbon est légère et ne s'attache pas bien à l'étoffe; le frottement l'efface; fallait

il

dessin

donc autrefois retracer péniblement

en suivant

,

plume ou un crayon; avant que

la

broderie fût

le

du ponçage avec une

les traces

sans quoi,

tout s'effaçait

finie.

Pour remédier à ce défaut, on a imaginé de subpoudre de charbon une poudre résineuse très fine. Lorsqu'on a poncé le dessin de la stituer à la

,

manière ordinaire, on recouvre

l'étoffe

blanc, par-dessus lequel on promène ser chaud;

brasier

ou bien on passe

l'étoffe

d'un papier

un fera

repas-

au-dessus d'un

peu ardent. La chaleur fond la résine qui aux fils , et le dessin est irrévocablement

s'attache fixé.

MM. Rival et Rigoudet avaient pris pour ce procédé un brevet d'invention maintenant expiré. préparent leur poudre en faisant fondre dans un pot de terre , du mastic en larmes avec la trentième partie de son poids de cire ou d'huile; on Ils

,

ajoute

assez, de noir de fumée léger, pour colorer convenablement; on remue avec une spatule de fer,

jusqu'à ce que tout soit bien coloré et fondu. Alors on coule dans des moules faits avec du papier plié en forme de bateau. Lorsque la composition est

bien froide, on fin

la

pulvérise, et on

la

tamise aussi

que possible.

Il est

souvent utile d'avoir une poudre blanche semblable. La manière de la faire est la même ; seu-


DES JEUNES DEMOISELLES. ïement ,.on remplace d'argent.

On

muant toujours qu'on

fait le

ployer

la

35

noir de fumée par du blanc en met autant que possible, en rele

liquide en

le

mélange.

On

fusion

mesure

à

,

doit de préférence

em-

cire vierge.

important d'éviter de répandre de cette poudre sur l'étoffe, ailleurs que dans les endroits Il

que

est

broderie doit recouvrir.

la

On

sent qu'il en ne pourraient

résulterait par la cbaleur, des taches qui

comme les taches

s'enlever que

On

doit choisir autant

résineuses ordinaires.

que possible du papier

jaune ou vert, pour faire tracer à être

On

double

dessiné *

pour

les dessins destinés placés sous l'étoffe à broder transparente.

,

toujours

pour

travailler;

trop roide.

il

On

ce

papier d'un autre

non

donner une fermeté commode ne faut pourtant pas qu'il soit

lui

double également de papier non

dessiné l'étoffe sur laquelle on a tracé le dessin.

Quand

l'étoffe

transparente est tendue sur un

métier, dont nous donnerons plus tard tion

on attache au

papier dessiné

en suit tous

,

-

dessous avec des

afin qu'il

les traits

ne

se

la

descrip-

épingles" le

dérange pas; puis on

avec un crayon.

siner de cette manière le taffetas,

la

On

peut des-

perkale

même;

lorsque ces étoffes sont tendues , on voit bien le dessin à travers si l'étoffe est plus épaisse , on aura , avant de la monter sur le métier, recours au :

procédé de M. Rigoudet. Après les détails de cette première préparation de


,;

MANUEL

3f) fla

broderie

,

nous devrions donner ceux des métiers

à tendre l'étoffe

;

comme

mais

notre intention est

de passer du simple au composé, igs

plus faciles

et

,

et

d'ailleurs les

que

les

broderies

plus en usage

n'exigent point l'emploi du métier, nous allons immédiatement entrer en matière. Diverses espèces de broderies.

On compte

i°. la douze espèces de broderies 2°. la broderie au plumetis :

broderie en reprise; 3?.

la

broderie de cordonnet

tambour ou au crochet

4°-

;

'a

broderie au

broderie au passé

5°. Ja

;

;

6°. la

broderie au passé-épargne, ou en chenille;

70. la

broderie en soie nuancée

;

8°. la

broderie en

broderie appliquée

;

io°. la

broderie en

laine; 9

la

.

couchure

n°.

;

la

broderie en guipure; 120.

la

bro-

derie en paillettes. Les quatre dernières broderies

sont en or; on

nom commun

les

réunit ordinairement sous

le

de broderie en or, ou en cannelille. Brode? ie en reprise.

Quand

arrive de déchirer quelque étoffe, on en

il

réunit les

fils

une longue

cassés, et

violemment écartés, par

suite de rangées de points-devant. Ces

rangées doivent être

disposées

de manière que

chaque point, qui dans l'une passe dessous soit

bordé dans

l'autre

dessus ( yoyezjig. 28).

,

l'étoffe,

par un point qui passe en

On

appelle cela contrarier ses


DES JEUNES DEMOISELLES. points

:

de ces points qu'on

c'est

a fait la

37

broderie

en reprise. Cette broderie ne se

de

fait

transparente,

l'étoffe

presque jamais que

comme du

coton et soie, gazes, linons

On

claires. fil

moulinet

prend de

du

,

pour

fil

du

tulle

tulle

de

fil

mousselines

et

sui-

de

très plat et très brillant

les étoffes

la soie plate,

a à broder aussi

de

se sert

tulle

ou de coton

très ,

dit

on blanche ou noire, lorsqu'on fil

;

de soie noir ou blanc.

de soie en coton

,

On brode comme nous le di-

rons bientôt.

On

monte d'abord l'étoffe sur un papier dessiné et monter signifie coudre l'étoffe sur

doublé d'un autre

:

le dessin par des points-devant de

On coud

deur.

milieu jettir

,

tout autour

du

moyenne gran-

dessin

, et souvent au de tous sens, car on ne saurait trop assu-

solidement

l'étoffe sur le dessin

térer les formes

,

,

de peur d'al-

ce qui ^priverait infailliblement

par le travail si l'étoffe vacillait le moins du monde. On prend moins de soins quand le dessin est et pour les autres genres de broderie que l'on monte de cette manière. La raison en est, d'une part, que le dessin ne peut se déranger ,

tracé sur l'étoffe

,

dans le premier cas ; et d'autre part, qu'au point de reprise, l'aiguille prenant quatre à cinq points à la fois,

on resserrerait malgré soi,

si

l'étoffe n'était

point parfaitement tirée, et que cela ferait de très désagréables plissemens.

Les dessins se composent ordinairement de feuilles


, ,

MANUEL

38

comme des feuilles de comme des feuilles de r«se, comme des feuilles de myrte ou

de toutes formes, rondes violette,

découpées

allongées et pointues

de laurier, de ronds des œillets, ou de

forme d'amande

;

peu près ce

voici à

ronds

petits

lames en

enjolivés, des tiges, des cordons, des

qu'ils repré-

sentent, et ce qui va occuper notre attention.

Lorsqu'on

on

fait

a à

broder des

en commençant à

la tige

au point de départ

,

puis

;

l'on

quand on

,

remonte par

qu'au sommet en partageant

de points

la feuille

l'on redescend ensuite

;

rondes,

feuilles larges et

d'abord des points tout autour de

le

la feuille

est

revenu

milieu jus-

par une rangée

en contrariant

les

points, et ainsi de suite, en allant toujouis en droite ligne, de bas en haut, et de haut en bas. Afin

de parvenir à faire la rondeur de la feuille , on diminue graduellement la longueur des rangées de points, par

le

hauttft et

qu'enfin on termine par seul point.

On

par

deux

,

ou

même

par un

doit fondre, c'est-à-dire arranger ses

points de manière que

le

commencement

des rangées ne présentent aucune les

bas, jusqu'à ce

le

points soient très rapprochés

et la fin

saillie.

Bien que

cette

broderie

,

doit être plate; lorsqu'elle est bien faite, les fleurs

semblent être brochées.

Quand

le

dessin représente des dentelures

défaire chaque rangée en droit (fig. 29), et

au

lieu

de

les

fil

,

on

les fait

,

au lieu de biais

rapprocher parallèlement

on doit intervertir l'ordre des rangées

:

on ne peut


,

DES JEUNES DEMOISELLES.

3o

pas alors monter et descendre alternativement

l'ai-

peur d'élargir grossièrement; tantôt on

guille, de

obligé de presser ses points sur

est

eux-mêmes ou une fausse descente, ou une fausse c'est-à-dire de passer légèrement le fil

tantôt de faire

montée

,

sous la rangée de points que l'on vient de faire

en haut

soit

,

brode sur du

en bas

un peu gros

tulle

l'on

et

embarrassé

est

soit

car souvent les

;

réseaux manquent pour contrarier dens,

,

principalement lorsque l'on

,

les

points précé-

pour en

former

les larges feuilles

par une

d'autres.

On remplit

quelquefois

multitude de zigzags croisés sens

;

Ce mélange

est joli,

parce qu'il faut employer du {fig. 3o).

un

On

remplit aussi

les

mais long à faire,

extrêmement

fil

centre des fleurs

,

fin

ou

des côtés des grandes feuilles, par une multitude

d'ingénieuses combinaisons binaisons tiennent

ou

en tous

produit une sorte de mélange appelé

cela

gribouillis.

et contrariés

la

;

comme

mais

ces

com-

place des points de dentelle

à jour, avec lesquels elles ont

beaucoup de rap-

port, nous en traiterons en parlant de ce dernier ouvrage.

Pour vous

les

serez

deux ou sur

la

que

cela

feuilles

et ,

trois points votre aiguille

rangée

l'aiguille

étroites

parvenue au bout

ne

même

pointues replacez

,

quand pendant

en redescendant que vous venez de broder, afin ,

fasse qu'un seul trait ; écartez ensuite du côlé du trait du dessin qui forme la


MANUEL

4-0

feuille, et remplissez la parallèlement

bas

ainsi qu'il est dit

,

pour

du haut en

les larges feuilles.

Les larmes en forme d'amande exigent des deux bouts le procédé que nous venons d'indiquer pour l'extrémité des feuilles pointues. Les œillets se font comme ceux du plumetis (voyez à l'article ,

plumctis)

,

les tiges, les

cordons sont aussi pareils

ceux de ce dernier genre de broderie qu'on fait les points moins rapprochés, ,

à

si

ce n'est

et

un peu

couchés.

On

brode avec

la

broderie en reprise

des cols

,

rabattans, des bonnets, de grandes pèlerines, des voiles et des robes.

On

cer avantageusement

la

Prenez des bandes de geur que vous jugez

s'en sert aussi

pour rempla-

comment

dentelle; voici tulle

de coton

convenable;

,

de

:

telle lar-

un

choisissez

dessin imitant les petits objets d'un dessin de dentelle

nez

;

brodez-le en

(i)

fil

de médiocre grosseur; feston-

ensuite votre bande en droite ligne

voulez imiter voulez imiter

la

dentelle; ou

le tulle à

bande, c'est-à-dire

la

en ondes,

qu'auront laissées en dehors après

un

la

petite

vous

vous

:

les

les parties

formes concaves

cousez ensuite autour de ces ondes

ligne droite, selon

picot,

(i)

;

si

si

démontez, découpez décousez- la de dessus le

dents

papier, et coupez avec des ciseaux fins

des ondes

,

,

ou

que vous aurez choisi,

bordure de dentelle, dont nous

Nous parlerons

plus tard

du point de feston.


DES JEUNES DEMOISELLES.

4l

quand nous traiterons de cet art. Si vous désirez une imitation plus parfaite de là dentelle , démontez votre ouvrage , avant de donnerons

définition

la

faire le feston; retournez-le à l'envers, remontez-le

de ce côté

et festonnez

jolie

votre broderie sera plus

:

parce qu'on ne voit pas

,

fait le fil

soit

,

cendre et monter

les

que

les petites saillies

en retournant

les

rangées pour des-

points, soit en reprenant

les

nouvelles aiguillées. Je ne conseille néanmoins pas

beaucoup cette opération longue fait

disparaître les

On de

presque inutile

et

,

parce qu'elle est fort

,

,

puisque

le

blanchissage

saillies.

brode encore d'après ce procédé des bandes de soie, tantôt avec de la soie , tantôt avec

tulle

du coton

mais dans ce cas

;

,

l'on se contente

de

suivre le tour des feuilles et leurs nervures à grands

points

,

ces

bandes ne

se blanchissant pas

:

quelques

personnes emploient cette broderie légère sur du tulle

de coton; cette manière

le résultat

en

est laid et

est expéditive,

mais

commun.

Afin de ne rien omettre, j'ajouterai qu'on ne

jamais de reprise

:

nœud

on passe

à

l'aiguillée

le petit

fait

quand on brode en

bout de

fil

,

qu'on

laisse

après avoir tiré presque toute l'aiguillée, dans une feuille

,

tige

,

ou rangée voisine ; on

passant et repassant.

On

guillée est près de sa fin.

agit

de

l'y arrête

même quand

en

l'ai-


,

.

MANUEL

4*

Broderie au plumetls

Cette broderie, beaucoup plus jolie, est aussi

beaucoup plus fait

que

difficile

précédente;

la

sur toutes sortes d'étoffes de

qu'elles soient épaisses telle

qu'on y mélange,

ou la

claires

les points

:

elle se

ou de coton

fil

de den-

font ressortir sur les tissus

elle se plus serrés , et les larges feuilles auxquelles tissus prête, lui donnent un agréable relief sur les

les

légers.

La première préparation du plumetis, est d'emquand elle la mousseline et la gaze de coton

peser

,

n'a point d'apprêt faire

que de

,

la

;

pour

la

perkale

savonner à sec

,

on n'a rien

,

à l'envers

,

à

y

lors-

qu'elle est dure et très serrée.

On monte metis

,

de

la

reprise.

On

coton

broder

le

à

que l'on veut broder au plumanière que pour la broderie en son aiguille de coton rond, dit

l'étoffe

même enfile ;

puis l'on suit à points-devant tout

tour d'une partie du dessin

,

une

feuille

par exemple, en commençant par

première opération ensuite à

la

s'appelle

pointe de

la

feuille

du

,

et l'on fait

la

de myrte

bas;

celte

On

remonte par un ou deux

tracer.

feuille,

grands points-devant, selon

le

longeur de cette la longueur

un point transversal à

autant d'édessin de la feuille, en embrassant

continue en dessous qu'en dessus (fig. 3i). On en piquant des points de la même manière, feuille du côté toujours l'aiguille sur le tracé de la

toffe

d,e faire


DES JEUNES UEM01SEEI.es. opposé

à soi

/3

du côté du pouce. En on élargit ou l'on resserre

et la ressortant

,

opérant de cette façon

,

graduellement l'étendue de son point

,

selon que

le

dessin en indique la nécessité. Les points doivent

pour que cette broderie soit bien que non seulement elle cache parfaite-

être fort près faut

faite,

il

ment

l'étoffe,

:

que les points ne s'écartent pas quand on la replie, mais encore présente un léger relief. Les brodeuses apet

l'un de l'autre, qu'elle

pellent cette broderie ainsi agréablement saillante

sur l'étoffe, broderie bombée ou perlée.

Les

œillets

sont fort en usage dans cette broderie.

Faites-les ainsi

dans

œillets

formé par de surjet

le

:

enfoncez un poinçon

l'étoffe; tracez ensuite

poinçon,

très

et faites tout

rapproché qui

fasse un cordonnet forme adoptée pour simple. Il y en a de plusieurs

ou resserré, selon

large

l'œillet

:

autres

façons, l'œillet

l'œillet à

ou perce-

autour du trou autour un point

c'est l'œillet

moulinet

,

la

ombré

l'œillet

,

l'œillet

chenille,

bordé. L'œillet bordé est

celui dont le cordonnet est large et aplati. L'œillet

ombré donnet

,

,

celui

dont une moitié

et l'autre moitié

a un frès large corun cordonnet très resserré ;

on réunit ces deux cordonnets en élargissant le second et resserrant Je premier graduellement. L'œillet à moulinet , est un très grand trou garni d'un léger cordonnet ; on le remplit d'un moulinet (i),

_______^ (i)

Ce

serait ici le cas

I

de parler du rouet, mais celle bro-

derie est fort iaide et tout-à-fait oubliée


,,

MANUEL

44

espace de peint à jour arrondi , dont nous parierons

un peu

lieu. Il faut ôter

en son

veut faire

bien ouvert

l'œillet

,

d'étoffe

mais

beaucoup trop

qu'il s'agrandirait

si

quand on

peu , parce

très

on n'en

laissait

pas assez pour prendre en le bordant. L'œillet chenille est celui qu'enjolivent une ou plusieurs rangées circulaires d'arrière-points.

communément

Assez

rangée de

feuilles

d'autrefois l'endroit

il

,

unies

à la tige

,

;

sa

rondeur,

pointue par

le

bas.

règle

il

faut

forme

s'applique

grandes marguerites , aux barbeaux

et

,

aux

générale-

aux points de den-

ment

à tous les vides destinés

telle

qui sont bordés par un cordonnet

,

,

de bien conser-

et à celles-là leur

Cette

:

trois attachées à

dans tous ces cas

faire l'œillet avant les feuilles, afin

ver à celui-ci

découpées

soit

deux ou

n'en a que

opposé

entouré d'une

l'œillet est

soit

et garnis

de

vaut toujours mieux faire ce cordonnet premier on fait ensuite les feuilles en passant

feuilles. Il le

:

par-dessous

l'aiguille

dispense pour

coton et

,

que

On

en

alla"nt

cela fait

de l'une à

d'une

abrège

le

l'autre.

On

s'en

commune, parce que

broderie

la

feuille à l'autre

,

fait le

le

tracé

temps.

au plumetis tous

prenant horizontalement

,

les dessins possibles

çpmme nous

,

en

l'avons dit

autant d'étoffe dessus que dessous à chaque point de manière qu'il y ait autant de coton à l'envers qu'à l'endroit.

11

à celte règle;

les

point ainsi.

Une

y a cependant quelques exceptions roses, par exemple, ne se font rose est

composée d'une double


,

DES JEUNES DEMOISELLES.

45

rangée de découpures arrondies a a, réunie par un trait

dentelé c c (fg. 3a

Pour

).

faut d'abord tracer la raie

il

//

réussir à cette fleur,

qui divise

décou-

les

pures aa, puis, piquant son aiguille au tracé supérieur b

,

par celui de

et la ressortant

uh point perpendiculaire

la raie

,

faire

à la raie b , suivi d'autres

points semblables que l'on resserre ou étend selon

dents de

les

terminée,

il

la

découpure. Quand

faut

recommencer un

dessous de

la

broderie

vers la tige,

et

vous partez de

:

découpure

la

est

tracé bien près au-

ce tracé vous reconduit là

pour

faire les points

de cette seconde découpure, perpendiculairement

comme ceux de

la

première.

Il

de

la

que

découpure sont plus nombreuses

fondes

,

de soin

faut plus

cette seconde partie, d'abord parce

et

à

dents

les

plus pro-

ensuite, parce qu'il est nécessaire de piquer

votre aiguille très près de

la

première découpure,

sans jamais en prendre les points. Il faut que l'intervalle

de ces découpures présente un léger

semblable à peu près

une

à l'endroit

,

étoffe.

Ces découpures achevées, il

sillon

d'un pli volant sur

faites

le

cordonnet

c,

vous conduira à l'autre partie des découpures

que vous broderez étendue sur

la

comme

les autres.

Je

me

suis

manière de passer d'une partie du

dessin à une autre partie, parce que,

quand on s'y prend convenablement, cela économise beaucoup de coton et de temps. Quels que soient les tours et détours d'une fleur, une habile brodeuse ne coupe


MANUEL

/g

jamais son aiguillée, et va de l'un à l'autre sans embarras quelquefois elle laisse des parties de feuilles ;

ou de

tiges

,

qu'elle remplit ensuite en redescendant

sa fleur, c'est-à-dire

en l'achevant

comme

feuilles dentelées,

Les

{pi. I,fig. 33c?,).

les feuilles

de rose,

de vigne, de marguerite, sont encore une exception à la règle qui veut que le point de plumetis ,

dans

soit toujours

le sens

de

la

largeur

c'est ici la partie la plus difficile

Voici

comme

il

faut s'y

Lorsqu'en traçant

du

dessin

:

de cette broderie.

prendre pour réussir.

la petite tige

qui s'arrête au

milieu du bas de votre feuille de rose, vous êtes arrivée à cet endroit, continuez le tracé par le milieu vertical de la feuille

du sommet comme fig.

la

34).

Ne prenez

moitié de

la

les

;

faites ensuite la

feuilles

dentelure

ordinaires {pi. I ,

plus après cela votre point qu'à

première dentelure,

et

sur

la droite.

Après deux ou trois points faits ainsi et imperceptiblement couchés, allez piquer l'aiguille au bout de la dentelure la plus proche , cela formera un tracé que vous suivrez en couchant toujours , rapprochant de plus en plus,

et allongeant les points

dentelure jusqu'au tracé

qui

partage

depuis la

la

feuille.

serez ainsi parvenue au niveau d'une même troisième dentelure, continuez d'après le

Quand vous procédé.

Ce

côté de droite achevé

long de

la

Répétez

à

,

remontez en traçant

le

broderie que vous venez de faire {fig. 33). gauche la manœuvre que vous avez faite


DES JEUNES DEMOISELLES. à droite

^rj

en piquant vos points très près de

,

la par-

les confondre avec les points de Rappelez-vous ce que nous avons dit à

brodée, sans

tie

cette partie.

égard pour

cet

On met

la rose.

de dentelle au milieu de ces

ne change rien au procédé

,

souvent des points

feuilles dentelées; cela

seulement on n'a pas

peine de prendre garde à bien former

Lorsqu'on

habitué à broder

est

,

la

léger sillon.

le

on ne

fait

aux

dentelures de ce genre de feuille que le tracé formé, en conduisant l'aiguille du centre au bout de chaque

denteluTe , surtout lorsqu'elles sont petites et rap-

un second tracé fait les pointes des denun peu grossières. Souvent aussi aux feuilles simples, il est bon quand on a tracé d'un côté de prochées

:

telures

,

,

,

quelques points au bout de

faire

la feuille

avant de

tracer l'autre côté. Cette précaution rend la pointe

ou

le

bout de

la feuille

plus délicat.

Les tiges se font avec un cordonnet; en voici la manière : tracez d'abord , puis faites un point de surjet qui très

peu

embrasse

l'étoffe;

coton du tracé

le

moins

il

net est rond et régulier. soit tracé lait;

les fleurs,

comme

,

plus

bon que

le

et le

prenne cordon-

cordonnet

fait la

de broder

cela ferait perdre

il

est

du temps dans

parce qu'il faudrait changer d'aiguille, on

deux

et

Lorsqu'on vise à net qui

Il est

,

avec du coton plus gros que celui dont

mais

le trace

en prend

même la

trois fois, selon sa grosseur.

perfection

branche ou

les feuilles et les

la

,

on brode

le

cordon-

plus grosse tige, avant

autres tiges qu'il porte à


MANUEL

/g

nous l'avons expliqué on obtient par ce procédé une parqu'on achète aux dépens du temps.

Comme

droite et à gauche.

pour

les œillets,

faite régularité

,

sert pas

Le cordonnet ne

seulement à

faire les

les vides réservés pour tiges des fleurs, à entourer des lignes droites, ou des les points à jour, il forme

ondes dans

dessin

le

,

le

plus souvent par le bas

cordon, et on dans ce cas-là, on l'appelle branches. beaucoup plus gros que pour les

non seulement avec du

trace alors

mais on

bourre

le

cordon

,

c'est-à-dire

l'étoffe

on couvre toute ce gros colon

,

:

le fait

On

le

très gros coton

,

que préalablement

de points-devant

faits

avec

le entre les deux raies qui forment souvent, 35). Ce bourré s'emploie

{pi. 1, fig-

cela dépend de mais pas toujours , pour les cordons; une mousseline, exil'étoffe. On sent qu'une gaze , perkale épaisse. gent cette préparation plus qu'une feuilles ; mais cette Plusieurs brodeuses bourrent les rend les utile pour les larges feuilles,

pratique, fort

petites lourdes

,

et

emploie beaucoup de temps en de fait aussi une sorte

pure perte. Le cordonnet broderie.

On

(

Voyez plus

fait les

de

,

ou de dentelle

,

de deux

en tirant centre des fleurs; les uns substituant à l'étoffe l'étoffe, les autres en

manières dans les fils

loin, broderie de cordonnet.)

points à jour le

d'agréables combinaisons de

fil

très fin. Ainsi

que

parlerons de ce genre nous l'avons annoncé, nous et nous n'en faisons de travail dans un traité à part , faut laisser l'etotte mention ici que pour avertir qu'il


DES JEUNES DEMOISELLES. dans

le

points tirés, et

dans

/jO,

centre des fleurs qu'on veut remplir avec des

couper avant de

la

faire le

cordonnet

vides, où l'on mettra des points de dentelle

les

proprement dits. En ce dernier cas, quelle que soit que vous donniez à votre broderie , vous

l'attention

vous écartez de

la règle,

qui veut que, pour plus de

régularité, l'on fasse les cordonnets avant les feuilles

qui

entourent, parce que votre cordonnet ne

les

pouvant être

qu'après que vous aurez coupé

fait

centre qu'il borde,

la fleur

dement montée sur

le

riez

broder vos

ne se trouve plus

papier, et que vous ne pour-

feuilles, qui vacilleraient

:

cet incon-

com-

vénient n'est rien pour le cordonnet. Ainsi

mencez par vos

feuilles

dans

le

milieu

morceau selon

sa

forme

ciseaux

,

ronde; ovale, il

si elle est

coupez ensuite avec

;

du vide de rond

,

ovale

;

faut bien se garder de le

bord, parce que l'ouverture

que

le

le

soli-

,

si

carré

la fleur

,

les

un

cette partie est

si elle est

carrée

:

couper trop près du serait trop

grande, et

cordonnet ne serait pas assez soutenu. Rap-

pelez-vous ce que nous avons dit à cet égard relati-

vement aux Il est

de moulinet.

œillets

deux

sortes de points qui

ment des jours ne ,

,

se rangent point

bien qu'ils for-

parmi

les

points

de dentelle. Les brodeuses en sont ordinairement chargées

ignorent

,

:

et les faiseuses ils

se

Voici

de points de dentelle

nomment

faciles et très jolis

comment on

,

brides.

surtout sur de l'étoffe

les fait

les

Ces points sont

:

5

clair.-.


,

MANUEL

5o dans

laisser

pour un trou apparent quand vous

très grosse aiguille, assez grosse

Prenez une

l'étoffe

de

l'en avez retirée; enfilez-la

attachez par une boucle à

très fin

fil

la tête

de

,

que vous parce

l'aiguille,

que vous sentez aisément qu'elle se désenfilerait sans cesse si on n'arrêtait le fil ; piquez ensuite cette aiguille au commencement du dessin de bride (ce dessin est celui d'un large cordon

,

deux

lignes

ou ondées ); piquez à plat , auprès de la ligne inférieure, votre aiguille, que vous ressortez après quelques fils cela formera deux trous un devant

droites

,

:

mier trou

,

dans

l'aiguille; repassez l'aiguille

un derrière

par

faites-la ressortir

fortement ce point. Cela guille qui était placée

fait

,

plat

à

le

second

,

le

pre-

et serrez

retournez votre aila

,

pointe devant

vous; retournez-la de manière qu'elle soit en large devant vous, et couchée sur l'index gauche , la tête

Vous la piquerez ensuite à du second trou qu'elle avoit fait, vous la ressortirez. Ce point

tournée vers l'ongle. droite, au-dessus

trou

par lequel

nommé

point

,

du milieu, ne

se trouvant repassé sur les

se

fils

redouble pas,

le

fil

de l'étoffe pris en

dernier lieu, parce qu'on repique l'aiguille dans le nouveau trou, et qu'on redonne à l'aiguille sa pre-

mière position

,

ligne supérieure fait à la

en

lui faisant répéter

du dessin

ligne inférieure

du milieu

,

et ainsi

de

turque, produit l'effet

:

le

auprès de

on recommence

suite.

la

point doublé qu'elle a le

Ce point, nommé

indiqué par

la fig.

36.

point bride

Voulez-


DES JEUNES DEMOISELLES.

5l

vous avoir une bride turque double, vous ferez une seconde bride au-dessus de la première , en prenant à

gauche dans

points de celle-ci. Toute

les

rence est que vous ferez

un point

la diffé-

seul, et

non un

point doublé à cette jonction.

L'autre bride, appelée bride à

l'échelle, se fait et

se décrit plus facilement.

grosse, et enfilée

Votre aiguille doit être pour la bride précédente

comme

;

vous prenez quelques

fils dans l'étoffe, du côté d'une des lignes du dessin , et repassez deux fois

l'aiguille

dans

vous ,

comme

à gauche

,

milieu de

mêmes

les

fortement

fois

,

et

non devant

l'aiguille

cela se pratique ordinairement

en sorte que la

trous en serrant chaque

tirant

paume de

la tête soit la

main

,

mais

tournée vers

droite

ensuite l'aiguille en tirant fortement

le

;

le

retournez

fil

à droite,

encore deux points dans le même trou; cela produira une sorte de petite baguette entre deux et faites

trous.

Repiquez

l'aiguille

au bout de

ressortez-la après avoir pris à

nombre de

fils

que

la

première

la

fois.

,

et

même

le

Répétez

cédé indiqué en serrant toujours bien rez

baguette, et

peu près

le

pro-

vous au-

une

suite de petites baguettes ou petits échelons. I,jg. 87.) (1) On reprend le fil, en laissant un bout de l'aiguillée

(«/.

en avant du dernier point de

(1)

Voyez pour compléter

les

la

bride

brides

,

,

la

que

l'on con-

bride a

A,

au

chapitre des points de dentelle.

4


MANUEL

tfa

tinue par-dessus. droite ligne

des feuilles, fort

:

La bride

à l'échelle

ne

se fait

qu'en

on l'emploie ordinairement au milieu surtout les dentelées; elle en marque

agréablement

les

nervures

et fait ressortir le

,

mat de la broderie. On la cordonne, c'est-à-dire on y avant de broder fait un cordonnet des deux côtés les feuilles qu'elle

la régularité

partage

des points

,

parce qu'elle nuirait à

toutefois

:

on peut

la faire

après sans inconvénient.

Cette bride

,

très facile sur la

mousseline ou sur

étoffe gaze, est bien loin de l'être autant sur une longs fils épaisse et serrée il faut en ce cas tirer les compris entre les deux raies du dessin , la

:

de

l'étoffe

et continuer ses échelons

qué, sur

les fils restés

,

comme nous

l'avons indi-

en travers.

faire la précédente ne peuvent se mousseline empesée, parce que les fils de mousseline se cassent à chaque instant. La

Cette bride et sur de l'étoffe

la

peut dés'empèse cependant toujours, et l'on ne monter continuellement l'ouvrage on n'a d'autre :

parti à prendre

que de mouiller légèrement

l'en-

où l'on veut faire la bride. On cordonne presque toujours très légèrement la ou même bride turque on la trace à longs points , on tient sur l'ouvrage un long brin de coton que

droit

;

l'on fixe

au bord de

la

bride en faisant un point-

côté à chaque trou. Plusieurs brodeuses font à

la

place de ce cordon de bride un véritable cordonnet.

La bride turque

sert aussi à faire

de

très jolies


VHWmmi DES JEUNES DEMOISELLES.

53

coutures sur les étoffes claires. Pour cela plat, l'un sur l'autre, les

voulez réunir ces

ne

:

faites

les lignes

ensuite la bride

deux morceaux que vous

point de pli-rentré; montez

;

tirez les

du

comme

deux morceaux

points

à l'ordinaire

à la

fois

en prenant

,

et serrant bien les

,

bagùres , démontez

vous aurez une couture agréable

cordonne point

Comme

doi-

dessin de bride. Faites

,

coupez en des-

sus et en dessous les parties effilées des et

posez à

morceaux légèrement bagués. Les bagùres

vent figurer

les

,

morceaux

et solide.

cette bride.

souvent un feston au bas

l'on fait le plus

des broderies au plumetis, nous allons indiquer la

manière de

,

On ne

ici

faire le feston.

Ayez un dessin

dont

à dents

ternativement convexes

et

les

ondes soient

al-

concaves; montez sur ce

dessein l'étoffe que vous devez festonner; suivez ou

chaque dent avec un coton ou

tracez

plat

fil

:

cela

gauche l'ouvrage retenu d'une part par le doigt du milieu et de l'autre par le petit doigt ; piquez ensuite l'aiguille en de-

fait

,

pliez sur

l'index

,

dans delà dent,

le

pouce gauche, dont et

long du tracé; tirez -la sur sa pointe doit

mettez tout de suite sous ce

pouce,

retourné de l'aiguillée pour l'arrêter, et

elle-même

;

point,

tirez-la

et

boucle que boucle

finit

repiquez

fait le

le

toucher l'ongle,

l'aiguille très près

bout

le

l'aiguillée

du premier

en lâchant peu à peu la petite coton retenu sous le pouce cette

par entourer

:

le fil

en

le serrant.

A me-

A


L

,

-.

-

MANUEL

54*

sure que vous lâchez, retenez doigt de la main droite égal

:

afin

,

cela s'appelle point-noué.

manière l'aiguille

:

le

coton avec

que

le

point

les

petit

bien

Continuez de

arrivée au bout de la dent

en passant sous

le

soit

deux ou

la

même

retournez

,

trois derniers

points, et recommencez la dent suivante de même. Moins vous prendrez d'étoffe avec le tracé plus le ,

feston

sera agréable

comme vous de

avez

pouce

le feston

couperez ainsi que je

en reprise, à Il

y

a

la fin

sera

l'ai

coton

le

commencé en retournant

l'aiguillée sous le

bouts; quand

reprendrez

vous

:

bout on coupe ensuite ces

:

le

démonté, vous

déjà dit

(

le

dé-

voyez broderie

).

quelques années que l'on

de broderie de feston

faisait

une sorte

Le premier rang de feston fait , on en recommençait un autre dont on faisait répondre les formes convexes aux formes concaves du précédent , et réciproquement une nouvelle rangée disposée dans le même ordre , produisait une sorte de réseau , fort long à faire , et joli seulement quand les dents étaient petites j'en parle , parce que le caprice de la mode peut le ramener quelque jour. ,

appellée

frivolité.

:

:

On

appelle feston plein

mière dent

est

,

un

sur lesquelles le point s'étend

Un

nouveau point

temps dans

(fig.

38

s'est introduit

broderie au plumelis

la

point d'épines

feston dont

,

la

pre-

découpée de plusieurs autres dents

parce qu'il

les

)

en largeur.

depuis peu de :

on

l'appelle

représente très bien

:


,

DES JEUNES DEMOISELLES. vien n'est la

aisé à faire

du dessin

partie

ou bien

si

:

on arrête

55

l'aiguillée

dans

à laquelle est attachée l'épine

en continuant de broder ou de tracer, on

,

un point longitudinal un peu oblique, depuis

fait

tige

jusqu'au bout du

l'épine.

,

repiquer

,

trait

après avoir pris quelques

l'aiguille

du

la

de dessin qui indique fils

,

côté opposé à celui

on va

ou on

vient de la sortir, et au point de jonction de l'épine

avec

Cette manœuvre croise les deux brins donne de la solidité à l'épine (Jig. 3o/) ; il prendre le moins possible de fils par le haut. la tige.

de coton faut

,

et

La figure réprésente

le

point grossi.

Broderie de cordonnet.

Un

genre a des espèces

:

le

plumetis a donné

naissance à la broderie de cordonnet, qui se con-

fond souvent avec

deux manières coupage

:

lui.

Cette broderie se

cordonnet

On

fend par

se

fait

trace toutes les feuilles

sur ,

On

fait aussi

sur des étoffes claires les feuilles

,

on

les

elle a

étoffe les

les

tracé un

formes du

cette broderie de cordonnet ,

mais alors on ne fend point

cordonne seulement.

se fait à peu près de même des accessoires qui demandent quelques

La seconde façon mais

une

ensuite on

fait -sur le

cordonnet bien serré, en conservant dessin.

de

milieu, en observant de ne pas couper

le

jusqu'aux deux bouts, puis on

.

fait

jour, cordonnet a dé-

.

La première manière épaisse.

à


rapigr^^^wp^i!^^ MANUEL

56

On

détails.

applique sous

le tulle

bandes de perkale

claire, des

ou

gaze très

la

fine et souple

,

souvent

on sui^ endejaconas,où sont tracés les dessins suite avec un cordonnet bien dru (c'est l'expression :

des brodeuses) tous

vures des

feuilles et

les

contours, et toutes

découpe avec des ciseaux d'application comprise entre les le

ensuite

toute l'étoffe

fins

et l'on

perkale et

les ner-

On démonte

des fleurs.

fleurs.

Comme

la

jaconas qui lui ressemble, ne sont , la décôupeuse ne peut voir si

point transparens elle

ne coupe point

le tulle

ou

la

gaze

:

il

faut

donc

une attention et une patience extrêmes, surtout quand le dessin présente des bouquets de feuilles Lorsque dentelées et rapprochées l'une de l'autre. l'espace entre les fleurs est

un peu grand

,

on peut

perkale avec une longue épingle ou une le long de aiguille à tricoter , et couper hardiment fasse, on cette aiguille. Néanmoins, quoi qu'on

soulever

la

la coupe souvent des mailles , mais on les rejoint de manière que nous indiquerons au raccommodage des dentelles ; si c'est de la gaze, on fait des reprises,

en conduisant des

vogue

fils

extrêmement

fins

d'un cor-

eu une grande maintenant on l'em-

à l'autre. Cette broderie a

donnet il

y

a trois à

quatre ans

;

ploie assez peu.

On

rejoint

ou

raccorde des

brodée, en procédant comme coutures de bride turque, si ce place

la

morceaux' [d'étoffe il

est dit

n'est

que

pour l'on

les

rem-

bride par un cordonnet qui cache en dessus

,


DES JEUNES DEMOISELLES.

67

*

la

partie effilée

du morceau. On

ce

moyen pour

assembler les bonnets à trois pièces.

de

se sert surtout

Broderie au tambour ou au crochet.

Ce genre de broderie d'abord le

,

tire

nom

son

le fait.

temps a apportés au premier;

remplacent maintenant chet est toujours resté

On donne ce nom ses extrémités

,

et

les

le

aiguille

ou

effet

,

la tige

est percée

axe

,

carrée à une de

ou

d'ivoire

la ,

le

coton dont on se

fixée dans

est

ou d'or , de manière l'ôter

à ce

remettre

à

volonté.

ment

:

la

partie

,

non

le

de

dinal l'aide

la partie

polie de l'aiguille indique jus-

,

et

Un

,

un bout pénètre dans

tandis

que

le

faire

tourner

vis

de

trou longitu-

l'autre est garni d'un

duquel on peut

autre

répondant au milieu

longueur du premier, renferme une

la

la

cet

qui s'y enfonce assez profondé-

placé latéralement

cuivre dont

A

sens de son

qu'à quel point elle doit s'y enfoncer. ,

tige

longue d'environ cinq pouces,

longitudinalement et dans

carrée de l'aiguille

trou

une

qu'on puisse

d'un trou dans lequel entre librement

,

que

le cro-

terminée à l'autre par un crochet

pour broder. Elle

changer,

:

même.

une

à

nous ne par-

circulaire,

métiers carrés

destiné à accrocher la soie

d'ivoire

ainsi,

du tambour, métier

lerons point

sert

des instrumens

Nous allons les décrire en nous conformant aux changemens que on

à l'aide desquels

la

bouton

,

à

vis, et par

'


L>

,

MANUEL

gg

volonté

Son

reculer à conséquent l'avancer ou la comprendre. Lorsque 1 extrémité usage est facile à placée dans le trou , de telle carrée de l'aiguille est l'indireste en dehors , comme sorte que le crochet la vis pour la faire avanque la figure 4« , on tourne en la pressant contre la alors elle fixe l'aiguille cer

paroi intérieure

du trou

veut, au contraire, retirer ner la vis en sens opposé.

La

Quand on

longitudinal. le

crochet

,

il

faut tour-

d'ivoire est creusée partie supérieure de la tige

on place les crochets en forme d'étui, dans lequel vis avec un couverde rechange. Cet étui se ferme à porte une autre vis a cle; ce couvercle lui-même ajoute, pendant son extrémité supérieure. On y conique et creuse que l'on brode , une petite pièce ordinaire on ne l'y mais ce n'est pas là sa place Son usage est met même que pour s'en débarrasser. ou d'une vis placée à la partie :

,

important.

A l'aide

adapte quand on a fini de , elle s'y dans le de manière à protéger le crochet tomber. laisserait le on où cas de cinq parties Le métier {fig. 40 est composé Ces parse démontent à volonté.

se

met

broder

l'aiguille ,

qui se montent et ties sont, le pied

du métier,

les

deux

lattes

de

recevoir les chevilles, chêne percées de trous pour ensubles; les ensuaux traverses de servent qui et cloue une bande de bles, traverses auxquelles on se coulisse. Cette coulisse réunies; elle doit être cloue par ses deux lisières

grosse toile appelée


DES JEUNES DEMOISELLES.

5q

deux à trois pouces. Les lattes doivent être passées dans une sorte de planchette arrondie/*, qui large de

s'enfonce dans

mortaise des lattes

la

chette tient au pied vis

qu'on

afin

,

planchette ainsi passe

les

la

i

i; cette

du métier par une

plan-

cheville à

puisse pencher à volonté j. La j au milieu des mortaises , on

fix.ée

bouts des

lattes

dans

les

mortaises des en-

on enfonce une cheville dans le trou qui se trouve au milieu , ou tout auprès

suivies k k, et

de

la latte

de

la

dant

mortaise des ensubles

on parvient

l'étoffe

:

c'est selon

de moins d'intervalle. Quand tendue ni cousue

,

et

qu'en ten-

un trou de plus ou

à avoir

pour

subles dans les lattes

la

point

n'est

l'étoffe

qu'on passe seulement

coudre,

il

les

en-

convient

de rapprocher

les ensubles de la planchette pour commodité en cousant l'étoffe aux coutisses. Cette préparation du métier faite, on procède à la préparation de l'étoffe; on l'empèse s'il y a lieu; on y intercalle des morceaux de toile ou

plus de

de canevas

si

des échancrures

elle a

,

parce qu'elle

une surface continue. Ordinairement l'étoffe entre ses deux lisières; on coud

doit présenter

on

laisse

tout

le

gardent

long de ces les

lattes)

lisières (qui

un

distance en distance

:

ordinairement re-

large ruban de

fil

,

percé de

On

cela s'appelle galonner.

supplée au galon en

trelissant , c'est-à-dire en faisant de place en place de longs points noués avec de la

ncelle

v

le

remplace,

long des et est

lisières

ou du morceau qui

tourné vers

les lattes

comme

les

elles

i


MANUEL

gQ le seraient.

demande que Cette dernière opération

car l'étoffe soit très solide, les points

de

autrement

elle suivrait

quand on viendrait à passer des boucles que font ces points de

ficelle,

cordons dans trelissage, et

les

quand on

tirerait

fortement ces cor-

plus commode , lorsque dons. Ce procédé est aussi quelquefois, garnies , comme il arrive les lattes sont de qui entrent dans les boucles de crochets en fer, l'étoffe soit cousue sur toute

que , mais il faut les boucles du trelongueur du métier , afin que des crochets pour soient assez rapprochées

ficelle la

lissage

les saisir.

que ceux-ci puissent

munément du

galon

,

dans

les

se sert plus

On

com-

trous duquel on passe

à volonté. La couture des cordons que l'on étend serrée, pour résister a du galon doit être faite très galonnée des denx cotes étant' L'étoffe la tension. cousez-la dans sa largeur dans toute sa longueur, surjeta points très rapproun par coulisses aux Les coutisses des deux enchés et en fil bien gros. sur le métier en tace placées être doivent subies large l'étoffe n'est pas assez Si l'autre. de l'une mesurez à l'autre des ensables, bout d'un aller pour moitié de l'ensuble , puis moitié de l'étoffe et la ,

la

commencez

le surjet

au milieu

,

pour

qu'il

ny

ait

vouqu'à gauche. Si vous pas plus d'étoffe à droite au par le bout, attachez lez

commencer

le surjet

milieu l'étoffe après

cousez du côté de boire.

la coulisse la

avec une épingle

coulisse afin de ne pas

el ,

em-


DES JEUNES DEMOISELLES.

Quand après

les

deux largeurs de

coutisses,

les

sortez

vrez-la d'un papier double

de

toile

dans toute

sa

6l

l'étoffe sont

cousues

une des ensubles, couou d'une large bande

,

longueur, de manière

à

bien

envelopper qu'ils

la coutisse et le bois de l'ensuble , afin ne déchirent ou n'éraillent point l'étoffe;

après cela

,

tenant par

les

faire

de

plis

roulez l'étoffe sur cette ensuble , en la deux bouts prenez garde de ne point en roulant quand l'ensuble est toute :

:

recouverte de l'étoffe, l'est à

l'étoffe

moitié ,

,

c'est

un

c'est

un

demi-roule.

roule,

quand

elle

Roulez ainsi toute

jusqu'à ce qu'il n'y en reste que

la

gran-

deur que peut embrasser commodément la main de chaque côté du métier, ce qui se nomme empan.

Quand vous aurez brodé

ces

deux empans

,

tendez

cette largeur (l'empan) en écartant le plus possible

deux ensubles, et les arrêtant en fichant des chevilles ou des clous dans les trous des lattes. les

Quand les métiers à broder ont des laites garnies de crochets en fer, les ensubles sont stationnaires après les lattes,

et

on

les

d'une vis; mais on

étend ou desserre au se sert

moyen

peu maintenant de

ces

métiers qui sont lourds, coûteux, et peu faciles à arranger revenons aux lattes trouées; l'étoffe

:

étant écartée et tendue le plus possible

«n cordon ou une

,

attachez

après le trou du galon le plus près de la coutisse placée devant vous; passez ensuite ce cordon dans le trou de la latte qui se trouve vis-à-vis celui du galon retournez ensuite ficelle

:

6


L

,,

MANUEL

fia

au second trou du galon ;*comme pour lacer et ainsi desuije,en passant tour à tour le cordon dans un

du

trou

galon, et dans

un trou de

la latte;

plusieurs

personnes entourent simplement la latte avec le cordon , vis-à-vis le trou du galon , cela est plus tôt fait, mais serre un peu moins d'autres enfilent le cordon :

dans un passe-lacet, pour entrer alternativement dans les trous du galon et des lattes; cette précaution est bonne; elle permet de faire les trous

galon petits

quand on

,

empêche par

et

a tiré le cordon

,

du

ne rompent

qu'ils

ce qui arrive quelque-

pour prévenir cet inconvénient il faut avoir soin de laisser un peu d'intervalle entre les trous et la lisière du galon.

ibis

:

au surplus

Voici votre

,

latte

et

votre galon lacés

tirez et

,

que possible arrêtez-les solidement aux deux extrémités. Continuez de lacer en répétant cette manœuvre au second côté du mé-

serrez les cordons autant

tier

:

couvrez-le d'une toile, ou d'une gaze, que

;

vous relèverez sur elle-même

devez dit

,

,

travailler, puis dessinez

à l'endroit

ou vous

comme nous

en parlant du dessin des broderies sur

l'avons

les étoffes

tendues. déferez les cordons des lattes

Vous

les chevilles

qui tiennent

les

ensubles

;

;

vous ôterez

vous roule-

rien rez ce qu'il y a de brodé sur l'ensuble qui n'a

en l'enveloppant comme j'ai et vous remonterez. l'autre ,

passé

,

en soie, en or,

il

dit

:

vous déroulerez au

Si la broderie est

faudra mettre de

la

mous-


,

DES JEUNES DEMOISELLES. 63 ou un papier de soie entre chaque roule, de Je que froissement ne la gâte. peur La broderie au métier gâte la taille à la longue, parce que la main droite étant toujours sur le méseline

tier

tandis

que

la

gauche demeure en dessous,

l'épaule droite s'élève et grossit

:

aussi a-t-on ima-

giné de faire supporter

la planchette du pied du métier, par une longue tige de bois (fig. 42), qui rentre à coulisse dans le pied du métier / / :

cette

de place en place, par un trou transdans lequel entre une cheville à vis m , , placée à cet effet dans un des trous correspondans tige est percée

versal

pratiqués pour cela au pied gauche

On

entrer cette tige /dans

fait

l'élève

en plaçant

la

du métier

n.

la coulisse o, et

on

cheville dans le premier, se-

cond, ou troisième trou, selon qu'on le, juge à propos il est inutile de dire qu'on n'élève ainsi :

que la branche du métier qui se trouve placée à gauche, pour que l'épaule gauche soit au niveau' de la droite (fig. 43 métier tout monté). Toutes ces précautions étant prises asseyez-vous ,

,

devant

le

tendue ,

métier

et

placez la

;

prenez entre

main, votre étui ou

le

main droite sur pouce

de cette

y avoir

placé l'aiguille de telle sorte que

ue

du crochet

latérale

dans

:

,

soit

l'étoffe

et l'index

tige d'ivoire, après la

pointe recour-

du même côté que

la

vis

enfoncez perpendiculairement ce crochet bouton de la vis étant tourné vers

l'étoffe (le

vous), et$4aites

lui

accrocher

le

bout du coton que

/

mM


MANUEL

64 vous

lui présentez

de

étant sur vos genoux.

la

main gauche

Que

peloton

le

,

ce soit coton

,

ou

fil

d'or,

,

ou

soie,

l'étoffe

,

il

faut qu'il soit tors. Sortez le coton sur

en faisant faire au crochet un petit tour,

qui après avoir mis

le

bouton de

le

la vis latérale

du

ramené vers vous. Sortez ensuite crochet au bout duquel le coton est accroché en

côté opposé

boucle

:

,

le

posez cette boucle sur l'étoffe

et renfon-

,

çant le crochet au milieu de cette boucle

ramenez-

,

point de chaînette

en une nouvelle, ce qui

fait le

tout pareil à celui que

décrit à l'article couture

j'ai

:

puis continuez près à près, en suivant le dessin.

On

arrête de

deux manières

:

l°.

en tirant un

point en dessus, de sorte qu'il fasse une longue boucle: puis en rattrapant cette boucle avec Jecroch[et

pour l'agrandir que cette fois seulement on passe en dessous du métier ; on passe ensuite le peloton dans cette boucle , et l'arrêt est fait. La seconde manière ,

beaucoup plus courte; on retourne le crohet de manière qu'il ne prenne le dernier point que le coton, sans entrer dans l'étoffe; on passe dans ce point le coton qu'avait pris précédemment st

dans

,

on serre

très fort et l'on casse.

le

crochet

a

deux inconvéniens ; d'abord

:

il

est

peu

défait souvent et toute la chaînette suit

court risque de déchirer

;

de plus

il

Cet arrêt

solide

fait

,

,

il

ensuite

se il

une gros-

seur désagréable.

On reprend simplement le coton , en tirant bout en dessous, d'une manière imperceptible.

le


,

DES JEUNES DEMOISELLES. Lorsque

veut

l'on

ou joindre une

fleur à sa tige

points se trouvent pressées l'on va

piquer

le

65

faire les pointes des feuilles

crochet

,

,

ou que

on

quelques

à

les

,

rangées de

laisse ce

point

,

et

on obtient

fils;

une boucle de colon ou faux-point , qu'on va porter dans le point abandonné dans lequel on renfonce le ,

crochet.

Cette broderie est extrêmement fait très vite., et

aussi

quoiqu'on en

,

solide

elle

,

se

convient surtout aux petites fleurs à présent

fasse

:

peu d'usage

l'emploie-t-on bien souvent: aux pleins (fig. 44). Les pleins sont de petites fleurs disposées en quinconce :

toutes ces mousselines, dites brodées à pois ou à

au crochet: une brodeuse habituée n'a

pluie, le sont

qu'on

pas besoin

lui dessine

elle

ces

pois

du premier carreau

qu'elle ait la moitié

:

pourvu 45)

[fig.

brodefait à pluie, vingt aunes de mousseline,

parce qu'elle mesure

ment

ses pois

précédente

,

les

distances, et

constamla

rangée

bien vis-à-vis de ceux de

la

rangée

et

qui se trouve au dessous de

On

fait

en opposition avec ceux de

celle-ci.

cette broderie sur toutes sortes d'étoffes,

fait

gaze, mousseline, perkale (très rarement), taffetas tulle il

:

elle est difficile sur ce dernier, surtout

est gros

,

parce que

rompent souvent tulle

par

dessous grosse

du

tulle

commune,

;

aussi brode-t-on le

c'est-à-diic

une

quand

trous des réseaux inter-

chaînette

la

application,

et

les

qu'on place au

doublure en surtout

quand

mousseline

on

a

<lc


,,

MANUEL

66 grands dessins

on fend

,

grossièrement brin à brin

On

brode en prenant

mousseline; puis lorsqu'on

le tulle et la

l'ouvrage

à faire.

le

mousseline

la

long des fleurs

,

,

on

à la fois

a

démonté

la

découpe

puis on en arrache

les fils.

y aune autre sorte d'application qui ressemble celle de la broderie de cordonnet. On double

Il

à

aussi le tulle

en mousseline ou en gaze, mais

tout au moins de médiocre grosseur

contours et avec

les

comme nous donnet

l'avons dit

cette

:

;

pour

jolie

que

la

celle

aussi elle est plus

surtout dans

fine

ou

suit les

feuilles et des fleurs

broderie de cor-

application-là est moins

beaucoup plus broderie

nervures des

on

de chaînette; puis l'on découpe,

point

le

i

les

lourde

,

et

de cette dernière

en usage

:

on

s'en sert

fabriques de Lyon. La broderie au

crochet est d'un prix, peu élevé

,

parce qu'elle se

fait

très

rapidement. Lorsqu'on brode souvent au cro-

chet

,

pour

il

le

faut placer

un

doigtier sur l'index

gauche,

préserver des coups de cette aiguille.

Brodieme au pass e.

Cette broderie veut que l'étoffe soit tendue de la manière, et avec les mêmes précautions que

même j'ai

indiquées ci-dessus pour

elle-veut également les

que

la

broderie au crochet

;

l'on soit assis, et qu'on ait

mains placées de même. Elle se fait en coton pourvu que toutes ces ma-

soie, laine, or, argent,


,

DES JEUNES DEMOISELLES tières soient plates

ou

sert

se

coudre

et bien lisses.

,

doivent

,

comme

.être

mais plus longues

,

Pour que

allongée.

le

,

67

Les aiguilles dont des aiguilles à

et à tête

beaucoup plus

passé soit solide

,

chaque

point doit embrasser l'étoffe en longueur, autant

en dessus qu'en dessous. Ce point est ainsi

du plumetis qui embrasse

traire il

en diffère encore

,

point un peu de biais

de pouvoir à

afin

des feuilles

,

d'une fleur

;

resserrer et rapprocher

et les écarter aussi

selon le dessin

la

partie étroite

d'une manière insen-

ou arrondie d'une

on diminue

:

ou

feuille

petit à petit le

mais sans en changer

,

:

ce sens de biais est suivi

points, à

les

sible à la partie large

con-

en ce qu'on prend chaque

la fois

imperceptiblement

le

en largeur

l'étoffe

,

point

forme

la

,

et

en passant autant de coton en dessus qu'en dessous 46

(fig.

besoin

,

que de

)•

On

voit

que

cette broderie pourrait

n'avoir point d'envers l'attention

,

deux côtés

enfilées fait

;

ne faut pour

,

au

cela

que

l'on pouvait porter

y a plus , avec deux aiguilles de soie, de différente couleur, ils ont :

il

des vêtemens dont

rouge

il

aussi plusieurs ouvriers ont fait

autrefois des habits brodés,

des

:

mais

le

un

côté était bleu

,

et l'autre

procédé de cette broderie double

extrêmement long

et difficile

,

de plus

il

est

est inutile

;

par conséquent je n'en parlerai point.

Quand une dans

le

dans

le

feuille est large

,

on en brode

sens de droite à gauche sens de gauche

«î

droite

:

,

on

la

moitié

et l'autre moitié fait

attention do


^

MANUEL

68

ne pas repiquer au second côté dans les points du premier, afin de produire un léger sillon comme il est dit Il

y

pour

crochet

les feuilles

cela est

;

du plumetis. du passé au

dentelées

des brodeuses qui font

a

peu agréable

;

les tiges les raies

de chaînette

étant resserrées, ne se marient pas avec les feuilles

du passé qui sont larges et applaties cela a pour un air étranglé; il vaut mieux faire les cordons en couchant extrêmement le point, et reprenant le suivant à peu près à la moitié du :

ainsi dire

précédent

(Jîg.

petites

les

branches

47 )> cette manière convient pour quand il faut faire de grosses

tiges

:

ou de larges cordons

,

,

il

faut coucher le

point en diagonale de l'une à l'autre raie du dessin.

Depuis

très

branches dans

le

peu de temps on environne d'épines les du passé en coton comme ,

et les dessins

Celte broderie, a ble

,

et

,

plumetis.

un

d'un procédé

accessoire d'un usage agréa-

très facile.

Ce sont

les

nœuds.

Ces nœuds , dont on pourrait au besoin composer une broderie à part , en la mélangeant surtout avec

la

broderie au crochet, ces

font ainsi

:

nœuds ,

l'aiguillée étant arrêtée

dans

dis-je

,

se

par

l'étoffe

un nœud ordinaire, placé à l'endroit , faites-lui faire une grande boucle en tournant la main sur le métier.

Passez l'aiguille dans cette boucle, piquez-la

perpendiculairement dans hors de

la

autour de

l'étoffe

,

à

gauche

,

et

boucle, qui demeure à droite passée l'aiguille,

comme un

noeud

coulant.


,,

DES JEUNES DEMOISELLES.

serre

la

,

et la fait couler il

69

main de dessous tire l'aiguille et la boucle , la main de dessus tient cette boucle

Pendant que

peu

prendre

faut

à

peu

à

mesure

l'aiguillée

fort

qu'elle

diminue

longue pour

:

les

nœuds il le faut aussi pour le passé. Nous avons vu combien la manière de commencer les nœuds est simple le commencement du passé il faut faire un point , dit point l'est un peu moins perdu en repoussant un peu les points voisins sous ,

:

;

,

on cache

lesquels

tenir l'aiguillée

le petit

même,

se cachera de

bout de coton

bout qui restera en

le

;

ainsi

,

qui sert à

la finissant

que celui de

la

nouvelle

y remettra. Ce point est perdu parce qu'en couchant beaucoup l'aiguille, et piquant aiguillée qu'on

dessous

les autres

points, on le

aussi le point fendu

rentre dans

les

on

;

nomme

fait

inaperçu.

ainsi le point

On

ne

passé,

mat;

la

{fig. fait

y a

points précédens, lorsqu'on veut

figurer de petits pétales dessous lesquels

de grands

Il

qu'on

48

en sort

il

),

ni œillets

ni points à jour dans le

beauté de cette broderie consistant dans

aussi

ne

étoffes claires

:

le

-on en coton que sur des fait beaucoup moins d'effet sur

fait

la

elle

des étoffes épaisses.

Les dessins en sont toujours

grands; aussi grande dimension,

convient -elle

fort

aux objets de

les couvre-pieds, les aubes de prêtre, les devants d'autel. Ce sont les objets auxquels on l'emploie maintenant ; on commence cepen-

dant

à s'en servir

sur des collets d'organdi

,

en en


,,

r MANUEL

70

faisant des losanges, des

L'épine au passé

comme

On

celui

,

est

ronds entourés d'épines.

un point

du plumetis

;

et non croisé , un meilleur effet.

seul

fait

il

brodait autrefois (il y a dix-huit ans) presque les bas de robes avec cette broderie.

tous

et

Quelques entrepreneuses de broderie font tendre broder sur le métier, des étoffes qu'on brode au

passé avec les dessins

et

le

coton

du plumetis.

L'invention n'est pas heureuse : les points allongés du passé n'ont point de grâce sur les petits objets torsion du coton fait qu'ils s'écartent de la et la

manière y

ait

tis

,

la

c'est

plus désagréable

qu'on va une

ordinaire.

fois

le seul

:

avantage qu'il

plus vite qu'au plume-

du

C'est au reste le trait distinctif

passé.

Broderie au passé-épargne.

Nous avons dit que pour

le

passé

,

on prend à

chaque point autant d'étoffe en dessus qu'en dessous au passé-épargne, au contraire, quand on a piqué l'aiguille en dessous , au bout d'une feuille on :

,

la

ressort par-dessus après avoir pris quelques

fils

en se rapprochant du milieu , puis on la repique quelques fils avant la fin de la feuille, puis on la extrémité : ressort par- dessus justement à cette

remonte en haut de la feuille, laissant la longueur du point, comme pour le passé ordinaire et on l'épargne en descendant, comme nous venons de le dire; de

ensuite

ainsi le

on

la

coton dans toute

,


,

DES JEUNES DEMOISELLES.

7

I

manière que chaque feuille représente à l'envers un vide bordé d'un cordon. Cette broderie ne se fait

que lorsque

ou

liant prix

le

nature des matières

la

qu'on y emploie forcent à l'économie cher une surface plate à l'envers l'argent la

,

la très belle soie

,

dans

,

ou

à cher-

sont

tels

;

l'or,

premier cas

le

et

,

chenille dans le second.

Nous n'avons passé-épargne

,

rien

pour

ajouter de plus

à

le

qui n'a que cette différence avec

passé proprement

le

dit.

Broderie en soie nuancée.

C'est encore ici le passé, soit épargné

mais cette broderie mérite d'être

ou non;

traitée à part, à

cause du goût et du talent qu'elle exige. Son but

de représenter naturel

:

les fleurs, les fruits, les

en conséquence

ses dessins

,

est

oiseaux au

on ne voit jamais dans

de ces contours de fantaisie

,

de ces

li-

gures rondes, ovales, en losanges, auxquelles on

donne

si

broderies

improprement ordinaires

:

le

nom

de

fleurs

non seulement

sont tracés d'après nature sur l'étoffe il

faut avoir

pour modèle

fleur naturelle

que

la

,

dans

ses

les

dessins

mais encore

gravure coloriée, ou

la

l'on veut broder, afin d'en imiter

toutes les diverses nuances.

Cette broderie

est fort

chère

,

parce qu'il faut

avoir autant de pelotes de soie plate

couleurs et de nuances dans

la

,

qu'il

y

a

de

fleur; et souvent


MANUEL

„7 l'infini.

c'est à

Une

rose a dix à douze nuances

un jusqu'au rosé de rose, depuis le ponceau une tige qui Muet a cinq à six nuances de bleu; seul vert , en demande biense commence par un couleur de bois , d'autres tôt trois puis une seule :

,

encore

;

et ainsi

pour toutes

les

fleurs

et tous les

dessins.

guère possible de donner les règles préimiter d'une broderie qui consiste seulement à naturelle ; c'est couleurs d'une fleur coloriée ou

Il n'est

cises les

proprement

l'œil, l'habitude

prendre; toutefois

il

est

qui doivent

les

ap-

des principes que nous

allons indiquer. les

Premièrement , il faut mettre invariablement feuilles et claires du côté où se relèvent les Le côté où elles s'abaissent sera de cou-

nuances

les fleurs.

est censé dans l'omleurs plus foncées, parce qu'il éclairé par le bre, et que l'autre côté est censé même raison la partie inférieure du soleil

:

par

la

brillantes bouquet présentera des couleurs moins vos couque la partie supérieure. Secondement , brusquement tranchées, leurs ne doivent point être

l'une dans l'autre,' mais fondues imperceptiblement pas où vous avez de manière que l'on ne distingue Souvent il commencé de mettre une nouvelle soie. ou dans la moitié de faut faire dans le même pétale , point d'une couleur, un point-fendu ce pétale,

un

d'une autre d'une autre, un nouveau point-fendu fréquent Les points-fondus sont d'un usage encore.

B


rwmm DES JEUNES DEMOISELLES. parce qu'ils mêlent bien

pour imiter

le reflet

les

nuances.

Il

73

faut aussi

de couleurs que produisent

pétales, faire les parties qui

composent votre

les'

fleur

avec des points conduits de sens opposés; une rangée de points en droit fil , le long d'une rangée de points en biais ; celle-ci entourée d'un point en large comme le plumetis , ou décrivant une large spirale.

On

peut remplir

centre de

le

la fleur

de nœuds

,

afin

d'imiter lesélamines, mais beaucoup d'habiles brodeuses en soie nuancée négligent ce moyen,

en

l'effet

tout-à-fait

quoique broder des fleurs ètamines sont remplacées

soit joli; elles préfèrent

doubles, où

par des pétales

,

les

et elles

ont raison

,

les

nœuds

n'imi-

que Très imparfaitement les anthères. Lorsqu'on a fini de placer dans une partie

tant

la

nuance indiquée

,

il

sans couper la soie

et

de fleur faut sortir l'aiguille enfilée,

la piquer dans le galon , dJ métier pour la reprendre au besoin. Comme il faut souvent répéter cette manœuvre, on a communé-

ment une quantité leurs. Il faut les

que

les soies

couper,

d'aiguilles enfilées de toutes cou-

ranger avec ordre,

et prendre garde parce qu'il faudrait les mettre au déchet si elles venaient à

ne

et les

,

se

mêlent

,

s'embrouiller.

On

sent que cette broderie exige

une grande fraîen conséquence, on ne saurait prendre trop de précaution pour conserver les soies brillantes. II cheur

;

faudra, entre autres mesures qu'il est superflu d'indiquer, couvrir de papier

de soie

les parties

7

de

l'a


,

MANUEL

r,L

fleur à les

mesure qu'on avancera,

On

touche pas.

meubles

,

et surtout

pent beaucoup

les

afin

que

la

main ne

avec cette broderie des

fait

de petits tableaux dont s'occu-

demoiselles en pension

(i).

Broderie en laine. laine se fait aussi au passé

La broderie en

;

tantôt

nuance, tantôt et plus souvent on fait les fleurs avec leur couleur seule sans nuances. La première est préférable , mais trop longue et trop précieuse

on

la

pour un bas de robe la

,

on

la

réserve pour meubles et

La seconde

tapisserie la remplace.

et laide, parce qu'elle s'écarte trop

de voir du

est ridicule

lilas

est

de

la

commune pâture.

Ii

tout lapis ou tout violet

avec des feuilles toutes vertes pistache ou toutes

(i)

Ou

ment

la

broderie nuancée se

de Naples

tableaux nuance's sur papier

fait aussi ces petits

vélin fort. J'en parle à part

,

et puis

,

prend «ne

toute sur taffetas ou gros

la broderie et sa préparation.

on pique

tous les contours

d'abord parce qu'ordinaire-

fait

parce que l'emploi du papier met quel-

que différence dans avoir dessiné

,

le dessin

comme

aiguille

si

tout autour

;

Après

on en

suit

l'on voulait poncer, mais on

de moyenne grosseur.

On

passe les

points dans ces trous d'aiguille, et chaque levée de point ou jonction d'une feuille à l'autre , se trouve à peu près

coupée par l'autre. C'est et

mu

les

coups

d'aiguille

répétés à côté l'un de

au résumé une broderie très

d'uuc complète inutilité.

difficile, fragile,


,

DES JEUNES DEMOISELLES. prend

vertes d'émeraude; on et l'on

brode avec deux ou

dispose de son

mieux selon ,

J

7

alors

un

trois

nuances que l'on

parti mitoyen,

les règles

de

la

broderie

en soie nuancée.

On dans

éprouve assez de

les aiguilles

difficulté à enfiler la

quoique

,

celles-ci soient

d'une tête large et bien ouverte

que tous

on

les

les enfile

salive faire

la laine,

houppe empêche

brins puissent passer dans le trou. Si

ou

si

l'on croit les enfiler tous,

a toujours quelques

macer

la petite

;

qui se forme quand on a coupé

l'aiguillée.

uns qui échappent

y en

il

et font gri-

Les mouiller avec un peu de

ne prévient que peu cet inconvénient

une

laine

pourvues

petite boucle au

bout de

il

;

l'aiguillée,

faut

en

la

repliant sur elle-même (//g. 49)- Présentez ensuite cette boucle

au trou de

l'aiguille

,

elle s'y enfilera

aussitôt. Il faut

avoir soin

,

gaze ou de l'organdi

surtout lorsqu'on brode de ,

de soutenir son point

,

la

c'est-à-

main droite dans quand on pique l'aiguille et de faire couler peu à peu cette aiguillée comme pour les nœuds. La raison de cela, c'est que la laine, étant dire de passer le petit doigt de la l'aiguillée

,

ordinairement rude, pourrait aisément érailler ou

même

déchirer

Il faut

parce que

l'étoffe.

un peu

serrer le point de cette broderie

la laine ferait très , qui tend à se lâcher, facilement écarter les points, de manière à laisser voir l'étoffe entre eux.


,

MANUEL

76

Broderie appliquée.

comme on

Cette broderie n'est point croire,

la

pourrait le

broderie en application dont nous avons

du plumetis, du cordonnet et du une broderie dont les figures sont re-

parlé en traitant

crochet

c'est

;

levées et arrondies par

du

ensuite sur cette application soit

au passé, en couchure

,

ou coton

vélin

ou coud en dessous pour

colle

,

la

qu'on

,

soutenir; on brode

soit

en laine, soie, or;

es guipure, deux sortes

de broderie dont nous allons donner

détails.

les

Nous ne nous étendrons pas davantage sur

celle-ci

nous répéter dans les suivantes, dont elle en quelque sorte qu'une préparation. Au reste,

crainte de n'est les

façons de broderie dont nous nous occupons

maintenant rentrent toutes ainsi, la broderie

épargne

,

les

unes dans

les

en chenille est d'une part

de l'autre

la

autres;

broderie en couchure. Afin

de ne pas multiplier d'oiseuses subdivisions en ferons

(i) la

Ou

la

passé-

le

nous

,

matière d'une note, (i)

sent que le passé-épargne est indispensable pour

broderie en chenille, et parce qu'elle est fort chère, et

parce que son duvet ferait trop d'épaisseur à l'envers.

y a deux sortes de chenilles

un

chenille sur

laiton

:

la chenille sur

extrêmement

léger.

coton

,

Il

et la

La dernière

s'emploie exclusivement pour les fleurs artificielles en chenille, la

dont nous parlerons plus tard. La seconde sert pour

broderie

;

mais l'autre est encore d'un usage plus

fré-


,,

DES JEUNES DEMOISELLES.

77

Broderie en couchure.

Ce genre de broderie , qu'on appelle aussi lancéeen lançant ou couchant des fils d'or d'un bout à l'autre du dessin; on arrête ensuite ces fils un à un par un point de soie de même couleur , comme se fait

Quand on

queut.

a choisi

passé-épargne,

lft

il

faut avoir

des aiguilles à très large trou, afin de pouvoir enfiler chenille sans l'écorcher.

chenilles selon les nuances naturelles

moins de

travail qu'à la broderie

point de chenille et les

suffisant

découpures des

on

fait

elle

nu

mais Ton a cent fois

;

en soie nuancée, chaque

pour

faire les petites feuilles

feuilles dentelées. Il

dessin soit à grands traits

:

ordinairement

importe que

pour

,

bien

fine enfilée

avec de

Ayez une

la soie

leur de la chenille que vous voulez fixer chenille au

,

si

fil.

L'autre broderie en chenille se fait ainsi. guille ordinaire

le

les tiges

seul point de toute la longueur de cette tige

va de droit

la

également nuancer ses

faut

Il

commencement du

;

de

la

ai-

cou-

arrêtez cette

dessin par un petit point qui

l'embrasse et se cache dans son duvet. Étendez-la ensuite selon les contours du dessin, en la fixant de place eu place

comme

il

vient d'être dit; ramenez-la sur elle-même dans

l'intérieur des feuilles

l'arrêter

,

afin

diocre grandeur, et par

Les la

tiges seront

les points

le

la

remplir en continuant de

feuilles

milieu,

,

si elles

si elles

sont de mé-

sont allongées.

un, deux ou trois rangs de chenille

largeur des mies et

par

de

aux deux bouts des

la

grosseur de l'autre),

de soie eu leur donnant

la

(

selou

cpie l'on fixera

forme couvenablc.


MANUEI-

„g

nous l'avons indiqué façon de

la

flans

note, à

broderie en chenille.

la

point, puis l'on coupe tous restent après lui;

les

On

seconde

la

serre bien ce

bouts de

d'or qui

fil

on s'applique ensuite

à radier,

broderie par de

c'est-à-dire à finir et assurer la dit surtout petits points bien arrangés. Hacher se

lorsque

sont collés avec de

la

lieu d'être provisoirement cousus;

on

les fils d'or lancés

gomme, au

les contours de cette broderie cord'un cordonnet d'or plus ou moins gros. Ces sur donnets , qui se vendent tout faits , se cousent

borde ordinairement

l'étoffe

avec

la

soie couleur d'or; le point

ne doit

l'autre Cette broderie est de beaucoup préférable à

;

elle

qu'à la fin de est très facile, et l'ou n'y est embarrassée l'aiguillée.

Mais on a une

cette aiguille est

entre et le

le

bout.

bout

On

qu'il

aiguille à passer les bouts (fig. 5o)

pourvue d'un la

pique dans

;

double dans lequel on

l'étoffe,

embrasse passent à

ou

la tire

la fois. 11

y

,

et le

fil

a une troi-

en broderie c'est en procédé des Heurs articoncernant en chenille. Nous renvoyons à l'article

sième manière d'employer

mélangeant ficielles

fil

le

la chenille

point du passé et

:

le

ce dernier travail. soit, La broderie en chenille, de quelque façon qu'elle encadrés , des ne sert guère qu'à faire de petits tableaux ordiporte-montres, et autres choses semblables; ou la fait

au nairement sur taffetas ou gros de Naples blanc, ou tout

moins de couleur les

nuances.

très claire, afin de

mieux

faire ressortir


'

DES JEUNES DEMOISELLES. embrasser

point

les

par

retord

le

,

afin

,

79

doit les prendre en dessons

il

qu'on ne l'aperçoive pas.

Broderie en guip ure.

un mélange des deux précé-

Cette broderie est

On met d'abord

dentes et du passé.

dessus l'étoffe le

ou bien on applique du de tous les contours du des-

dessin découpé en vélin,

coton dans l'intérieur sin

;

on lance après

en large

;

on

cela le

fil

d'or, soit en long

le fixe ainsi qu'il a été décrit

l'entoure tantôt d'un cordon d'or

,

feuilles

étroites,

on

On

Ces

les

,

tiges,

serré

appelle cela point en barbiches.

trois derniers

mement coûteux

soit

se sert aussi

du point dépassé, mais plus allongé, plus qu'à l'ordinaire.

,

puis on

tantôt de quel-

ques rangées de points de passé. Pour petites palmes,

,

genres de broderie sont extrê-

aussi

ne

les

emploie-t-on que pour

des habits de cour, ou de riches ornemens d'église.

Les matières en sont tous

les

bouts,

les

si

précieuses, qu'on ramasse

nœuds,

les

morceaux écorchés,

dans une petite boîte en carton

nommée

bowriquet.

Ce déchet se revend ensuite. Ce déchet me conduit à parler des précautions

à

prendre afin de le diminuer autant que possible. D'abord, il est urgent de bien choisir les aiguilles , afin de ne pas écorcher le fil d'or, qui ne peut plus servir dès qu'on aperçoit la soie jaune qui soutient la partie

métallique.

ÏA

télé doit dtre large,

pour


7 8o

'

MANUJç/ 7.

*

/

que

l'or

dans

coule bien

l'aiguille

on

si

;

guille arrêtée au

car on doit souvent

,

même

le

promener

trop long-temps

laissait

endroit,

l'ai-

soie jaune se

la

Prenez bien garde aussi de ne point nouer

verrait.

l'aiguillée

en travaillant, car on ne peut défaire

nœuds

faut couper le

il

,

surdévider

le fil

d'or, tracanez-le;

dévider à l'aide d'un rouet

moins

qu'il se

mauvaises l'argent.

ou

dans

la

a

doit le

en quelques parties

,

fils

les

l'or et

quelque erreur,

fait

broderie quelques

qu'il

écorchés,

donner un nouveau

enfin lorsqu'on veut lui

relief

main

évitez aussi

l'or;

odeurs, qui noircissent

Quand on

les

aurez à

tra.ca.ncr signifie

car la

,

peut toucher

et fortes

s'est glissé

Quand vous

fil.

on

la

rehausse

,

c'est-à-

dire on y fait des points de passé après coup.

Remarquez bien que les broderies en soie, chel'étoffe ne se blanchit pas), or, ( quand

nille, laine

argent, de quelque façon que ce puisse être, se col-

La tension de l'étoffe que produit toujours

lent après avoir été démontées.

sur la

le

métier

broderie

de

faire

,

,

le resserrement

font grimer l'étoffe

collage prévient les

,

c'est-à-dire lui font

très désagréables plissemens la

en travers;

le

grimure, et sert à joindre, à fixer

bouts qui ne seraient pas bien solidement arrêtés.

Voici

comme

vous procéderez au collage; vous

tournerez votre étoffe à l'envers, vous l'étendre/, bien

;

ensuite vous prendrez dans

main de vant

fait

la

la

gomme arabique que vous ,

foudre dans un pei d'eau

;

paume de

la

aurez aupara-

yous ouvrirez

la


DES JEUNtS* DEMOISELLES.

main sur

l'étoffe

,

et

passant et repassant

vous étendrez bien la

paume de

la

main.

ouvrages sont d'une certaine étendue colle

de poisson

,

8l

,

colle

en

Quand

les

se sert

de

la

on

dissoute à l'eau chaude

moins cher, mais d'un

;

cela est

emploi beaucoup moins

avantageux. Broderie en paillettes et en cannetille.

On

appelle paillette une très légère et très petite

feuille circulaire d'or

quelle est

un

ou d'argent, au centre de Les ouvriers font

petit trou rond.

la-

les

en frappant un emporte-pièce modelé sur une large surface nommée paillon. La cannetille, ou agrémens d'or, se divise en bouillon frisure et clinquant. Le bouillon est un large trait d'or arrondi, formant un tuyau de quelques lignes. La frisure est un trait d'or mat roulé en tire-bouchon ou spirale sur une grande aiguille, et formant un tuyau de deux ou trois lignes de diamètre. Le clinquant est un gros trait d'or passé plusieurs fois au cylindre qui s'emploie à plat on lui donne diverses formes. paillettes

,

;

Il

faut ranger dans ce dernier genre le

ou lame d'or qu'on coud

à plat

,

lamé,

feuille

comme nous

l'ex-

pliquerons. Toutes ces matières d'or peuvent être

en argent

pour

:

on

faisait autrefois

des paillettes noires

deuil.

Vous avez un métier où

comme pour

l'étoffe est

bien tendue

broderies au passé et au crochet vous placez sur ce métier xtnpdtë: c'est le fond d'an les

;


,

82

MANÛEI,

chapeau de

trois

pouces de diamètre,

et partage par des compartimens qui servent à placer séparément les paillettes

de diverses grosseurs et

les différens

dont nous venons de parler. Ce pâté est palette de la brodeuse en paillettes. Enfilez ensuite

traits d'or la

une

aiguille

longue

fait

caution

de prendre de

,

paillettes d'or, et

;

de

la

la soie

il

sortez-la de la

de cette main à l'aiguille ;

l'étoffe

dans

(la

cou-

bon, par pré-

blanche pour enfiler

main

les

les pail-

droite, et présentez-la

gauche, dans

la

vous aurez pris une pincée de dessus

est

jaune pour enfiler

Arrêtez l'aiguillée en dessous par un

lettes d'argent.

nœud

en soie cirée

et très fine

rien); toutefois

leur n'y

la

paume de

trou d'une paillette en

le

laquelle

Enfoncez

paillettes.

la

passant

placez-la (cette paillette) sur l'étoffe. Piquez

dessous

le

trou de

et

ramenez

en renfonçant

l'aiguille

la paillette

l'aiguillée dessus la paillette,

,

vis-à-vis dans l'étoffe au bord de la paillette ; de manière qu'elle se trouve tenue transversalement par deux fils {fig. 5i ). A ce dernier point, vous

ressortirez l'aiguille la paillette

un peu plus

lette; cousez-la

de cette manière,

dessin. Cette façon de

mune

et

montre

peu

coudre

pour coudre une autre pail-

loin

suivante. Prenez ensuite

et suivez ainsi le

les paillettes est

com-

jolie, parce qu'elle les écarte trop, et

aussi trop les points de soie.

manière diffère de

celle-ci

La seconde

en ce qu'on tourne

l'ai-

de côté (à droite ou à gauche de la paillette n'importe), et qu'en la sortant du trou on fait un guille


DES JEUNES DEMOISELLES. point de côté en repiquant vis-à-vis

On

paillette (fig. 5a).

coud de

même

la

83

du trou de le

point du

même

côté que le précédent; de cette façon

lettes

sont entuilées ou imbriquées les unes sur

comme

autres

des écailles de poisson

veut faire une broderie ricbe, bien

,

en

l'effet

est

la

en pique une autre, qu'on

manière, en faisant

et

qu'on

extrêmement

joli.

les

les

lorsqu'on

et

;

les pail-

rapproche

On

a soin de

placer les points de soie vers l'intérieur des fleurs

comme

et les

;

contour extérieur attire presque seul

le

regards,

il

en résulte que

les paillettes

semblent

collées.

La

frisure et le bouillon s'enfilent et se cousent

sur l'étoffe

en dessous

par

,

;

les

guille à l'extrémité fait

deux bouts en ,

passant le point

c'est-à-dire qu'après avoir piqué l'ai-

du bouillon ou de la frisure, on l'étoffe pour aller repiquer

un long point sous

l'aiguille à l'autre

quels nous

sommes

extrémité. Les détails dans les-

entrée pour

les paillettes

dispensent de parler plus au long de cannetille

On

,

la

nous

broderie en

qui du reste est peu d'usage maintenant.

lui préfère le

nous l'avons

lamé , espèce de clinquant,

Le lamé

comme

met ordinairement à plein sur des robes de tulle ; on le coud simplement à plat par les deux bouts troués. Le point doit être en dessus comme pour la cannetille; il faut arrêter dit.

bien solidement trois espèces

,

se

car le grand inconvénient de ces

est de se défaire. On l'arrête en faisant par-dessous une boucle à la soie, en

de broderie


MANUEL

84

nant un point auprès de celui qui finit, et en passant l'aiguille dans cette boucle en serrant bien. Ce dernier point se prend dessous l'étoffe que couvre

Jamé Il

;

il

y

le

faut le répéter plusieurs fois.

a des lamés

de soie

ce sont, à

:

proprement que

parler, des feuilles de fleurs artificielles

dispose en plein

manière de

le

dire qu'il faut

comme

le

lamé d'or

est la

même

employer de

la soie

coudre

l'on

et d'argent.

;

il

est inutile

La de

couleur du lamé.

On sent combien il faut prendre de précautions pour rouler une étoffe lamée ou brodée en or, sur les ensubles, quand elle est finie. C'est surtout ce genre de broderie dont les fleurs ne doivent jamais êtreappliquées filé

,

le

les

unes sur

papier de soie

,

les autres

sont

ici

;

le

coton non

indispensables entre

chaque roule.

CHAPITRE J.

Pour

tricoter,

coton, dont

le

il

fil

faut avoir

une

de

soit égal et

dévidé. 11 faut au moins aiguilles sont

III.

ART DU TKICOT.

deux

la soie, laine,

peu

tors;

aiguilles

il

fil

ou

doit être

en acier ; ces

petite baguette pointue par les

deux bouts, et d'environ cinq pouces de longueur. Pour commencer à tricoter quelque objet que ce soit on entrelace le fil sur une ou sur deux aiguilles ,

à tricoter.

Pour cela,

il

faut

prendre

l'aiguille

de

la


DES JEUNES DEMOISELLES. main droite, tenir de

la

gauche

le

85

simple ou dou-

fil

ble, et faire des nœuds-coulans de cette manière (i).

Prenez

le fil entre le pouce et l'index gauche, en tomber un long bout sur l'index; prenez ce bout^et tournez-le, du côté des ongles,

faisant

autour de

deux doigts suivans. Ramenez-le sous pouce ou vous le retiendrez en écartant les doigts

l'index et des le

,

enveloppés de

la

boucle que vous avez ainsi formée un long bout après la boucle.

:

doit rester encore

il

Passez de ce bout

;

la

main droite une

aiguille à tricoter sous ensuite, appliquant l'aiguille sur la boucle,

entre l'index et le doigt du milieu

dessous de l'autre partie de troisième doigt au pouce à la partie

l'aiguille

,

et

la

,

passez-la au-

boucle

qui va du , qui se trouve parallèle

entre l'index et le doigt est

posée sur

boucle, d'abord en ôtant

celle-ci. le

du milieu quand Lâchez ensuite la

troisième et

le

quatrième

doigt, puis l'index, et le nœud-coulant est formé sur l'aiguille. On continue ainsi jusqu'à ce

qu'on

ait

obtenu

le

nombre de

nœud-coulant devant

a toutes les mailles se

mailles

(première),

mailles suffisant

faire

une

,

chaque

maille. L'aiguille qui

nomme pour

cela aiguille à

et

celle qui doit venir les prendre aiguille à tricoter (seconde). Les nœudscoulans faits, prenez de la main gauche l'aiguille que vous teniez de la main droite , et tournez-la de (i) Il tricot

,

y a plusieurs autres manières de commencer mais celle-ci me paraît suffire.

8

le


MANUEL

86 manière que bout

le

du peloton tourné à gauche

côté

qui était

)

(

opposé à celui du

se trouve à droite.

Prenez

l'aiguille à tricoter entre le

droits

passez-la

;

maille

à

droit

et

;

,

pouce et l'index simplement en dessous de l'aiguille

faisant couler

aiguille.

(

passez

,

,

même

main.

le

fil

sur l'index droit sous

comme précédemment

ser celle-ci, passez le

fil

et

par derrière

du côté opposé

dire

;

le

du

doigt

passez

la

seconde

mais quand

la

la

ai-

seconde

première, au lieu de pous-

la

,

fait

troisième doigt de

le

En même temps,

aiguille est croisée sous

forment

seconde

en bande). Cette première maille

et repassez-le sur

milieu

guille

la

Cela s'appelle prendre sans faire , et se

à tous les tricots

prise

avec l'index

celle-ci

placez ce premier nœud-coulant sur

,

entre

la

à vous.

haut de

la

fourche qu'elles

seconde aiguille,

Le

fil

passé

,

c'est-à-

l'index

gauche pousse

le

tricoter

;

le

pouce droit

sort de dessous l'autre aiguille

,

la

la

l'aiguille à

remet par-dessus; puis à son tour l'index droit, poussant

l'aiguille à mailles, la fait sortir

de

qui se trouve alors sur l'aiguille à tricoter.

la

maille

On

prend

U

première maille d'une bande sans passer le fil, et l'on retourne l'ouvrage à chaque rang de gauche à droite. C'est ainsi étroites

,

tricoter.

un

que

se font les jarretières, bandes

par lesquelles on apprend ordinairement à

Les mailles ont toutes

la

même figure

dans

bande

faite

tricotage circulaire; mais celui d'une

avec deux

dont

les

aiguilles produit

deux espèces de mailles

unes forment l'endroit

,

et les autres l'envers.


wmm DES JEUNES DEMOISELLES. 87 Pour n'en avoir d'un côté que d'une façon, on met le

fil

par-devant l'aiguille à tricoter, au lieu de

passer derrière,

comme

pousser par

le

le

je l'ai dit. Passe?, cette ai-

guille dessus l'autre; entourez-la

du

fil

,

et, la faisant

pouce gauche passez-la avec

le

,

pouce

droit sous l'aiguille à mailles. Poussez celle-ci avec l'index droit , et sortez-la de la maille passée alors

sur l'aiguille à tricoter. Cela l'envers.

En

sur l'aiguille

tournant ,

et

la

en tirant

s'appelle tricoter à

maille, en la prenant ainsi le fil

comme

à l'ordinaire,

on obtient une maille retournée ; cette maille retournée produit une maille à l'endroit en relief. Dans un tricot à l'endroit , on se sert de la maille à pour marquer

l'envers

la couture du bas, c'est-àdu bas derrière la jambe, où l'on fait une couture aux bas faits au métier, qui sont partagés en deux à ce point. On part ordinairement de

dire le milieu

ce point

,

appelé point de couture

mailles d'étrécissures et

,

allons parler tout à l'heure. Tantôt

dans toute l'envers

l'envers

;

pour

faire les

d'élargissures dont nous

on

un

à à

tour, et l'autre à l'endroit à l'autre tour.

Les mailles retournées servent aussi à faire et les

ce point

fait

longueur du bas avec des mailles tantôt on fait alternativement une maille la

les coins

Commençons par dire comment on emploie, dans un bas, ces trois mailles la maille côtés.

:

unie ou à l'endroit retournée (i).

(r)

Il

est

,

la

maille à l'envers, et

rarement besoin de reprendre

le

la

fi!

maille

dans h


88

M A NU KL Manière défaire

Prenez un jeu

paquet de cinq aiguilles de

petit (

les bas.

d'aiguilles à tricoter, c'est-à-dire

les aiguilles dites anglaises

plus longues et

même

un

longueur

comme

sont préférées,

plus polies). Faites des nœuds-

coulans sur quatre de ces aiguilles; disposez-en de vingt-six à quarante sur chaque aiguille, selon la largeur du bas que vous voulez faire et la finesse du fil

ou coton que vous employez. Le nombre de vos

nceuds-coulans ou premières mailles terminé la

quatrième aiguille dans

le

premier

première aiguille, en allant de droite puis

un

faites

conque

soit

:

la

même

passez la

gauche;

à

bord selon un modèle quel-

petit

quatre mailles à l'endroit et quatre

mailles à l'envers, soit trois rangs de l'envers et

,

nœud de

deux

à l'endroit

manière, dont

,

deux

mailles à

et trois autres

rangs de

les mailles à l'envers

seront

prises dans les mailles à l'endroit des trois autres

rangs précédens, et

tricot

,

parce

qu'il

ne se casse pas ou très peu

peloton va long-temps; toutefois

comme il prend. On

,

le rajouter, voici

comment on

s'y

bouts l'un

l'autre

l'on

doubles.

sur

dans

les mailles à l'endroit

,

et

Quand on veut, au

talon

tricote et

,

et

que

les

le

arrive enfin de croise les deux

avec ces bouts

au bout de pied des

bas, ajouter un brin, on a ce brin sur un nouveau peloton

;

on applique d'abord

l'on tricote ensuite

avec

les

le

bout de ce brin sur

le fil, et

deux pelotons, jusqu'à ce qu'on

casse simplement le brin pour l'ôter.


,

DES JEUNES DEMOISELLES. l'envers;

mailles à

mailles à l'envers et

soit

89

encore en faisant quatre

une ou deux mailles retournées.

Les dessins de ces bords varient de mille façons;

quand on veut faire un bas à côtes on continue le long du bas ce mélange de quatre trois deux mailles à l'envers et deux à l'endroit. ,

tout

Quand

l'aiguille n'a

presque plus de mailles, qui

sont en grande partie passées sur l'autre, on prend la

cinquième pour achever d'ôtér

les mailles, et

place sur soi l'aiguille qui n'a plus rien

pêche que

le

;

cela

on

em-

aux quatre

bas n'aie de petites raies

où l'on reprend les mailles au bout de chaque aiguille. La cinquième aiguille prend ordinairement les six et sept dernières mailles. Le bas se continue les rangs qui le comtout droit jusqu'au mollet coins

,

:

posent s'appellent tours

,

et

deux tours

de couture. Parvenue au mollet

diminuer

le

nombre des

,

mailles

;

pour

des étrécissures; c'est-à-dire elle prend

songe à

cela elle fait

deux

mailles

même

aiguille, et y passe le fil. On emploie les aiguilles de derrière (les aiguilles de

à la fois avec la

y

font un point

la tricoteuse

derrière sont celles entre lesquelles se trouve

couture, et avec lesquelles on tricote C'est près de la couture

que

cette

le

diminution

la

talon). a lieu

,

mais de manière qu'une ou deux mailles viennent

y aboutir de chaque côté, et que les mailles retranchées n'en approchent point. Lorsque le bas doit avoir un fort mollet on le diminue de buit ;i

,

dix mailles pendant dix ou quinze tours.

On

tricote,


MÀNUKL

t)0

après

le

, un tour où l'on ne de suite jusqu'à ce qu'on ait étrécissures, qu'on règle ordinairement sur

tour où l'on a rétréci

rétrécit pas, et ainsi fini les

un bas pareil à celui qu'on se propose de faire. Quand le mollet d'un bas est très fort, on commence dès le jarret à augmenter le nombre des mailles, en faisant des élargissures auprès du point de couture, élargissures

et :

d'un tour à l'autre. Faites ainsi ces

écartez

deux

relevez avec l'aiguille le

mailles l'une de l'autre

en travers, au milieu de ces mailles

nomme

bride). Passez le

(c'est ce

qu'on

du peloton dans

fil

bride, en y faisant une maille seulement avec guille à tricoter Il

y (i)

,

et

cette l'ai-

vous aurez une nouvelle maille.

a d'autres élargissures et rétrécissures (i).

Les élargissures de cette seconde façon se font en

partageant

la maille (le

tage les brins

)

,

et

,

coton on

fil

étant plat, on en par-

en faisant une nouvelle maille sur

chaque moitié, cette élargissure la

;

qui se trouve dessous,

fil

est

peu solide, parce que

nouvelle maille n'est soutenue que par quelques brins.

Les étrécissures sont meilleures que celles qu'indique texte; faites-les ainsi. étrécir,

À

la

partie

le

du tricot où vous voulez

prenez une maille sans faire , c'est-à-dire, sans

passer le Cl; faites la maille suivante: puis, passant guille à mailles

maille sur l'aiguille à tricoter (ce qu'on la maille )

;

l'ai-

dans cette maille non faite, repassez cette

et sortant les

et celle-là ensuite,

deux

nomme

aiguilles

,

faire sauter

celle-ci d'abord

vous n'avez plus qu'une maille que

maille sautée serre par le bas

la


,

'•'

I>KS

Lorsque tage en

JEUNES DEMOISELLES.

le

bas est

deux

parties

:

(j l

jusqu'au talon

fait

celle

se par-

il

,

du devant qui

se trouve

sur deux aiguilles cesse d'être travaillée; arrêter ces aiguilles

,

bas de chaque côté

continue avec

les

faut

il

en enfilant leurs bouts dans en

deux

Le

croisant.

les

autres.

Comme

le

talon se

ce tricotage

qui n'est plus circulaire produirait deux espèces de mailles

,

unes à lïendroit ,

les

les autres à l'envers

que nous l'avons vu , on fait les rangs à l'envers chaque fois qu'il faut tricoter à gauche ; de celte

ainsi

manière toutes les mailles paraissent à prend toujours la première maille à passer

le

,

On

le fil.

Afin que le talon prenne faut

l'endroit.

l'envers sans

dès qu'il a

former.

la

la

rondeur nécessaire

longueur convenable

Ordinairement

le

,

,

il

songer à

talon a de vingt à

trente points de couture, car le point de couture

continue à se faire au milieu du

on

fermer

fait

de chaque côté

successives, dont le

force de

la

nombre

est

partie de derrière

talon.

Pour

proportionné

du

le

des étrécissures

,

bas.

à la

Les mailles

qui restent après ces étrécissures, qui partent tou-

du point de couture , et décrivent un quart de cercle de chaque côté de ce point , les mailles

jours

restantes, dis- je,

sont

ordinairement d'un

moins nombreuses qu'en commençant Cette

opération

achevée

,

on prend

tricoter, car le talon ainsi réduit l'autre aiguille

,

et l'on va

le

l'aiguille

tient

reprendre

tiers

talon. à

tout sur

à l'envers

,

;'t


MANUET,

<)2

droite,

bord

,

long du bord du talon

le

formées par

on y réussit

on pique

:

,

l'aiguille

coton sur cette aiguille

le

dessous de

maille

la

de

la

même

On

manière

,

,

et

le ressort

en

une nouvelle

comme

au dessus d'un petit rebord maille retournée.

la lisière

on

,

ce qui en produit

,

celui

deux

sur les côtés

,

avec, la

cinquième

aiguilles

à l'endroit

devant des étrécissures

(i)

circulairement à peu près

mais alors

le

on tricote

de devant

le

et faisant

,

talon se réunit au

d'un tour à un autre,

comme

Quand

le

pied est

fait

On

le pied. la

ne

,

puis-

fait

plus

fermeture du talon.

d'une longueur convenable

faudra pour cela mesurer sur

on commence

à retenir des

puis bientôt on les

tricoter

en commençant;

bas est beaucoup moins large

ne doit embrasser que

de points de couture, depuis

( il

dune

aiguilLe qui

;

on parvient après une vingtaine de tours, à

qu'il

,

reprend l'autre côté du talon

n'a point servi pendant, tout le talon

ensuite avec les

comme

dans chaque maille

placée immédiatement après celle de

passant

du

mailles

les

suite des rangs. Voici

la

fait

huit mailles

puis

mailles;

(i)

;

un tour qui

Il

cinq

faut

un

on

un bas de modèle), deux côtés d'abord ;

tour, en rétrécissant toutes

fait

sept tours sans rétrécir;

a des étrécissures toutes les sept

tours

sans

étrécissures,

employer des étrécissures

à mailles sautées,

parce qu'elles font une petite raie oblique couture.

un autre

comme nue

jol't-


,

DES JEUNES DEMOISELLES-

q3

tour rétréci toutes les cinq mailles, ainsi de suite enfin

quand on

trécira toujours

que cinq

on

:

chaque maille

a rétréci

jusqu'à ce qu'il n'y en

,

plus

ait

entrelace l'une dans l'autre,

les

en

étrécissant et faisant sauter les mailles; bientôt

On

n'y en a plus qu'une.

casse le

dans cette dernière maille le

on

,

fil

on

,

le

il

passe

avec force

le tire

:

on ré-

,

et

bas est terminé.

Les bas à côtes se font absolument de

manière, mais qu'on

nomme

il

paraissent plus étroits.

ce tricot

ces bas qui semblent les autres

même

tricot élastique, c'est

étroits

si

cela "vient

;

,

la

Ce qui

,

fait

que

s'étendent plus que

de ce que

tendre que dans un tricotage uni

le ,

n'y est pas

fil

et qu'il décrit

si

des

zig-zags alternativement en dedans et en dehors.

Ceci se comprend encore plus facilement en voyant

un bas mis à l'endroit

à ,

l'envers qui s'étend plus

parce que

les mailles

que

celui

mis

dans ce sens

semblables à des cordons, se serrent.

On coins

fait

des bas à côtes circulaires

,

des bas à

de couleur, des bas sans envers, des bas

mouchetés, mais

comme

la

mode de

oubliée depuis bien long-temps

cédés sous silence, d'autant rétablir

,

tout cela est

je passe ces pro-

mieux que

j'aurai à les

en parlant des bourses. Manière défaire

On commence

les

les

chaussons.

chaussons par deux mailles,

qu'on élargit de suite; on reprend ces mailles circa-


MANUEL

94 tairement, et on

un tour

ensuite

élargit de

les

nouveau, on

fait

sans élargir, puis au suivant

on

de maille en autre: après deux tours, on élargit au troisième toutes les deux mailles, et ainsi élargit

de suite, en mettant après

augmente chaque de mailles entre

On

que

voit

les élargissures

c'est la

opposé, puisqu'on

même

;

dont

le

nombre

fin

étrécit

qu'on a

fait

de tours.

d'un bas, dans

le

sens

en finissant un bas, de

la

qu'on élargit en commençant un

manière

chausson (i)

les tours

depuis un jusqu'à dix, autant

fois

le

chausson assez large

,

vous tricotez

simplement environ un demi-quart d'aune, plus ou moins selon la grandeur du chausson que vous aurez pour modèle; après cela vous laisserez les tours

,

toutes vos mailles le fil, la laine

fins

une

,

et

,

ou

,

excepté dix à douze au plus le

,

si

coton que vous employez sont

vous tricotez ces mailles seules , en faisant

étrécissure de chaque côté, jusqu'à la dernière

maille.

Comme

tricoterez

pelle la pâte

(i)

On

le tricot n'est

comme pour

le

plus circulaire

,

vous

talon d'un bas. Cela s'ap-

du chausson. Après que vous

peut aussi commencer

le

l'aurez

chausson en faisant un

point de couture à cbaque moitié des mailles

,

et à cliaquc

tour une élargissure de chaque côté de ce poiut de couture; ce qui en vaut quatre chaque tour.

On

prolonge

ainsi

jusqu'à ce que le chausson soit assez large, eu faisant des étrécissurcs au lieu d'élargissures

façon.

On

peut omettre

le

:

on

finit les

point de couture.

bas de cette


,

DES JEUNES DEMOISELLES. arrêtée, en passant et bouclant

vous

dernière

maille,

mailles,

à droite et à

Cj5

coton dans la reprendre les autres

irez

le

gauche de

la

pâte, et vous

ferez alternativement des rangs à l'envers et à l'en-

droit

,

parce que

tricot cesse aussi d'être circu-

le

quand vous aurez fait ainsi environ la longueur ; d'un autre demi-quart, vous ferez une étrécissurc à la moitié des mailles, puis laissant la moitié des laire

mailles de côté, vous tricoterez les autres à part

avec deux aiguilles , comme un talon , en étrécissant de tour en tour, seulement du côté de cette pre-

mière étrécissure, c'est-à-dire du côté où vous aurez partagé vos mailles

:

vous travaillerez

ce qu'il ne vous reste plus

mailles, ou faire

pour mieux dire,

un seixième d'aune,

ainsi jusqu'à

que vingt

car

le

la

à

vingt-cinq

nombre qui peut

grosseur de

la

laine

ou du coton varie beaucoup cette quantité. Supposé qu'il doive vous rester vingt mailles , vous les laisserez

sur une aiguille, puis irez travailler de

la

même

manière l'autre moitié des mailles, ce qui vous donnera comme pour les autres mailles, une

bande

étrécie

mailles.

du côté

seulement du côté du partage des rang, vous prendrez une maille

A chaque étréci

de

la

première bande,

tricoterez avec le rang; cette

manœuvre

et

vous

la

réunissant

les deux côté étrécis , formera le talon lorsqu'il ne vous restera plus que vingt mailles comme au , premier tricot, vous retournerez le talon, et les :

deux morceaux

à

vingt mailles

,

et

vous réunirez ces


9"

MANUEL

vingt mailles, en

prenant l'une dans l'autre , et les arrêtant par un point de chaînette. A la dernière boucle du point de chaînette , vous passerez le coton dedans, vous le nouerez, l e casserez, et le chausson sera terminé. Le second se fera absolument de les

même.

U y peme,

des tricoteuses qui, pour avoir moins de arrêtent tout de suite les premières vingt madles, et font ensuite le second morceau du talon sans reprendre les mailles du côté du premier elles arrêtent aussi les vingt mailles de ce a

:

morceau,

font ensuite

morceaux,

une couture tout soit

et

long de ces deux en chaînette, soit au passe-lacet. le

C'est à

peu près indifférent; toutefois méthode est préférable. ( Voyez la les

la première manière de faire

jupons

).

Les chaussons d'enfans se font de n^est qu'on diminue les dimensions

même, vous

:

si

ce

vous

réglerez sur

un modèle. Quant aux chaussons-brodequins des très petits enfans qu'on leur met en place de souliers , ce ,

sont des aussi se

demi-bas ouverts jusqu'au

commencent-ils par

on y met des points frange faite avec

à

le filet.

le

haut

jour sur

coude-pied;

comme

le

bord

les ,

;

bas

:

une

(Voyez frange au chapitre ,

filet

et

voyez aussi pour cela

le tricot à jour.)


DES TEtJNES DEMOISELLES. Manière de

Les bonnets faire

par

que

le

les

bout

,

d'homme

mais ce bout

quand après une huit mailles , on les

deux

sont encore plus faciles à

On

chaussons.

mailles

,

les

est

commence de même

beaucoup plus large

suite d'élargissures fait

97

bonnets d'homme.

faire, les

,

:

on a obtenu

un point de couture

et l'on élargit ensuite

à toutes

de chaque

côté de ces points de couture à chaque tour, en

une maille ordinaire entre le point de on procède ainsi jusqu'à ce

laissant

couture

et l'élargissure

:

obtenu un nombre de mailles suffisant pour ceindre la tête sans la serrer; et pour cela , il qu'on

faut

ait

mesurer son ouvrage sur un bonnet-modèle:

c'est tout ce

que

:

je puis dire sur ceci; la grosseur

du coton, ou de la soie, faisant trop pour varier le nombre des mailles ; la grosseur de la tête y contribue aussi ; toutefois on compte environ une demi,

aune en largeur pour l'embrasser.

Dès que vous aurez reconnu

d'après votre

,

mo-

que vos élargissures ont produit assez de mailles vous cesserez les points de couture , et

dèle

,

,

vous tricoterez circulairement pendant environ longueur de demi-aune ressemblera alors à

en recommençant

comme

et seizième

un grand les

vous avez déjà

sac

,

:

la

votre ouvrage

que vous fermerez

quatre points de couture, fait.

Vous compterez

les

mailles, et placerez ces points de couture aux quarts;

ensuite vous continuerez à tricoter en étrécissant


MANUEL

9$

long de ces quatre points de couture, de même manière que vous avez étréci. Vous

le

terminerez par une boucle

comme

vous enfoncerez

du bonnet dans

la

moitié

la

les

tout autre tricot: l'autre

afin qu'il puisse coiffer.

Manière de faire

en le

les

gants.

Commencez d'abord votre gant comme un bas, le mesurant sur un gant modèle, pour connaître nombre de mailles que vous devez faire faites ;

trois tours à l'envers faites ensuite

jusqu'à

pour l'empêcher de

se rouler;

des tours unis sans points de couture,

du pouce. D'ici au bord vous avez dû avoir environ vingt tours; après les dix premiers , vous avez du rétrécir de tour en tour, à la

naissance

peu près de dix-huit ou vingt mailles ; deux à chaque tour de chaque côté du gant. Le pouce que vous devez commencer alors, se tricote en même temps que le reste ; faites d'abord une suite d'élar,

gissures pendant les dix derniers tours

du gant

:

les

deux premières

séparées par quatre mailles

huit

,

ainsi

cause de

la

,

de suite jusqu'à flexion

du doigt

avec des élargissures,

les

à la moitié

deux suivantes par

la fin ,

,

élargissures seront

faites

des dix tours.

un

comme un petit

A

petit gousset

talon

;

tricotez

pouce comme un petit bas; et tricotez une petite couture autour du gousset et du bas du pouce. Cette couture est

ensuite

le

ensuite à l'envers petit

,

.


,

DES JEUNES DEMOISELLES. semblable à celle qui reprend

QV)

de côtes

les mailles

du talon des bas. "Voici le gousset. Au premier tour, on doit tricoter une maille à l'envers , en ajouter une autre ensuite , et faire la suivante à l'envers au second tour, il faut de même une maille à l'envers suivie de deux élargissures , et d'une maille à l'en:

vers

l'on continue de la sorte jusqu'à ce qu'il

:

dix mailles ajoutées les petits

tricote

bords

en rond

et

,

que

l'on soit

faits à l'envers.

comme

y ait parvenu entre

le pouce se indépendamment

Alors

ci-dessus;

du bord du gant sont relevées comme un très petit bas , ou bien par un point de chaînette, qui prend toutes les mailles et permet de faire le pouce rond.

du gant

,

les mailles

pouce

et le

se

termine

,

Lorsque le gousset et le pouce sont finis, tricotez une dixaine de tours, mettez ensuite le gant à la main , et passez une aiguille entre chaque doigt :

au moyen de cette opération

,

leur place se trouve

inarquée. Parlons d'abord de l'index

mencez

à tricoter les mailles réparties

:

vous com-

pour

lui

,

en

élargissant à la moitié de ces mailles, à la partie

opposée au pouce.

un

petit gousset

,

sant successivement

rond

comme un

prenez

A

cette élargissure

,

vous

faites

d'environ dix mailles en élargis,

puis vous faites le doigt en

petit bas;

cela

terminé

,

vous re-

inférieures du gousset, et vous deux élargissures, la moitié des mailles réparpour le second doigt, puis deux élargissures, les mailles

hules ties

et l'autre

m

moitié des mailles

;

vous continuez

ainsi


MANUEL

IOO jusqu'il ce

un

que vous ayez obtenu de chaque cote

petit gousset

doigt

,

ensuite vous terminez cet autre

;

comme un

petit Las.

Les autres doigts seulement

il

des deux côtés

se font

faut qu'ils ,

le petit

de

aient

même

séparément,

les petits goussets

doigt excepté

il

:

est inutile

de dire que ce dernier doigt sera plus court. L'on tricote aussi des gants élastiques , ou à Ces côtes

côtes.

en sont réparties de manière qu'il se

trouve alternativement trois mailles à l'endroit, et trois à l'envers.

on

fait

un

Malgré

petit gousset

les autres doigts

;

l'élasticité

au pouce

,

de ce tricot,

mais point entre

quelques élargissures

les

rempla-

cent, (i)

Manière de faire

les jupes.

Les jupons ouatés qu'on portait autrefois sont remplacés maintenant par

les

tricotées en

jupes

laine; ce vêtement est préférable au premier, parce qu'il

prend mieux

la

forme du corps, sur lequel

il

se colle d'une

manière élastique. Cette propriété lui donne l'avantage de tenir plus chaud , et de ne pas grossir

la taille

comme

on généralement de si

les

jupes ouatées; aussi

fait-

ces jupons. Rien n'était d'abord

simple, rien maintenant n'est aussi ouvragé. Nous

(i)

Nous parlerons

plus tard des mitaines

,

ou gauts sans

doigts avec un demi-pouce; nous les renvoyons à l'article

du

tricot à jour.


DES JEUNES DEMOISELLES. unes

allons indiquer les

lOI

et les autres façons

commençant par la plus facile. Le jupon se compose toujours de deux de derrière,

et le lé

de devant

:

,

en

lés; le lé

ces lés étant rétrécis

successivement des deux côtés depuis

moitié en

la

longueur, on n'a pas besoin des pointes qu'on

coutume de placer dans dit à l'article couture.

les

jupons

,

comme

a

a été

il

Les jupes tricotées sont au

beaucoup moins larges que les jupes d'étoffe, car elles n'ont tout au plus qu'une aune et demie, et même qu'une aune et tiers , ou cinq quarts. Les

reste

exactement semblables sont composés chacun de

lés

cent vingt à cent quarante mailles

de

la

laine

et fort

employée

;

,

selon la grosseur

cette laine doit être très plate,

blanche, car ces jupons

ment. Plusieurs personnes

la

se jaunissent

dévident

,

en larges boucles l'une sur l'autre quand

mencent

à travailler

le

;

but de cela

est

peloton de serrer insensiblement

le

son poids

:

la

cette précaution indique

aisé-

posent

et la

com-

elles

d'empêcher maille par

combien ce

tricot doit être lâche.

On

le

fait

sur des

aiguilles particulières

sont longues d'à peu près une demi-aune

comme un

ses

ou moins. Le

tuyau

fer, le

de plume

buis

,

le

,

elles

;

et gros-

environ

plus

,

bois dit des îles

,

ser-

vent à faire ces aiguilles, qui sont terminées par

une

petite boule à

est effilée

en

sortir.

une extrémité, tandis que

en pointe, pour entrer dans

Quand

l'aiguille est

la

l'autre

maille et

en buis, ou en

!><>';


r

MANUEL

02

1

d'ébène

ou en est

de rose

,

os

;

etc.

,

la

,

petite boule est en ivoire

lorsqu'elles sont de fer

en bois peint

,

préfère les premières

lourdes, et que

ou

boule

d'acier, la

ou bien du même métal

on

:

parce qu'elles sont moins

,

On

coule mieux.

le tricot

fait aussi,

mais rarement, des aiguilles de baleine.

On

faisait autrefois

au bas des jupons une bande

de laine en couleur, verte

bande

,

violette, orange

cette

:

composait de dix à quinze rangs selon

se

grosseur de

laine

la

:

la

quelquefois on mettait au-

dessus de cette bande une ou deux rangées de laine différente,

comme un bord

orange ou violette

:

on

a

de couleur par des joints gagné la jupe entière.

La première manière de les faire

une bande

vert sur

remplacé ensuite ces bords ,

qui insensiblement ont

tricoter ces jupons est de

toujours à mailles à l'endroit, ce qui

paraître toutes à l'envers les étrécissures

comme on

a vu.

fait

sur les lisières des lés, c'est-à-dire

qu'en commençant, quand on a pris

comme

dinaire la première maille sans faire,

sauter sur la suivante que l'on fait

au contraire,

l'aiguille

les fait

On

qu'on prend sans

faire

,

c'est l'avant

et

:

on

à l'orla

fait

à la fin de

dernière maille

qu'on passe par dessus

la

dernière.

On le

fait

une

petite fente au le qui doit servir

de derrière

lement;

elle est

,

afin

qu'on puisse l'entrer

pour faci-

d'autant plus nécessaire, que ces

jupons n'ont point ou presque point de

plis.

Voici


DES JEUNES DEMOISELLES.

comme vous de

commencer, vous compterez

la

I

élrécissures vous auront laissées

;

o3

moment

Ferez cette fente. Arrivée au

les mailles. que les

puis, prenant une

troisième aiguille, vous tricoterez sur

nombre de

ces mailles jusqu'au haut

la moitié du du jupon. Vous

arrêterez en faisant sauter les mailles les unes sur les autres

comme j'ai

,

pour

dit

les étrécissures

;

cela

produira un point de chaînette

puis vous irez re; prendre l'autre moitié des mailles que vous tricoterez jusqu'à la hauteur du morceau du tricot qu'a

même,

produit l'autre moitié ; vous l'arrêterez de votre

veut ouvrir

la

jupe sur

point faire de fente au

de derrière ; mais

le côté

,

partie supérieure des lés sans la coudre

mençant de

et

se trouvera ainsi fendu convenablement.

Quand on

la

la fente.

couture qui

les joint

dont cette couture

se fait

:

ne faut

laissez la

ne com-

,

qu'après

Cela nous conduit à indiquer

il

la la

mesure manière

la voici.

La jupe étant terminée, placez les lés l'un à côlé de l'autre sur vos genoux; attachez -les avec des épingles pour bien faire rapporter les bords, de quelque nature

ayez ensuite un passe-

qu'ils soient;

que vous enfilerez de laine,

lacet

et passez-le suc-

cessivement dans toutes les mailles de côté de vos lés.

Il

tives

de

,

les

faudra rapprocher et les

coudre à

coudre l'une après

Comme votre jupe est sens

,

et

deux mailles respec-

les

la fois

;

cela vaut

mieux que

l'autre.

toujours faite dans

le

même

que vous avez par conséquent une rangée

à


,

MANUEL

io4

l'endroit et l'autre à l'envers sans qu'il y paraisse, les rangées se resserrant , chacune de vos mailles de

côté sera séparée par l'intervalle d'un rang, parce

que

qu'il n'y a

les

rangs à l'envers qui produisent

cette maille; mais cela

de

la

ne nuit en rien

couture. Je ne le

établir la différence entre cette

jupons à mailles unies

,

à

à la solidité

observer que

fais

couture

côtes

ou

pour

et celle

des

à jour, dont

nous allons nous occuper. Cette couture n'a point d'envers.

Les jupons des bas

à mailles unies se font

c'est-à-dire

,

faut travailler de

fois qu'il

jupes se font cédentes

,

du

comme

reste,

gauche

absolument

talon

à droite.

comme

toute la différence qu'il y a

:

le

qu'on tricote à l'envers chaque

,

les

c'est

Ces pré-

qu'on

ou du coton beaucoup plus fin , parce que ce genre de mailles s'étendant bien moins que les mailles à l'envers, la jupe aurait une roideur

prend de

la laine

incommode. La couture de

ces jupons se fait à l'en-

vers, en reprenant les mailles à

pour

le talon

faire cette

peu près comme

des bas ; on peut donc , par conséquent

couture avec

l'aiguille à tricoter. Cette

couture ressemble à l'opération qui relève

du talon parce qu'on reprend ,

rales avec

une seule

aiguille, et qu'on

nouvelle maille en passant seulement aiguille

;

mais

elle

en

diffèz-e

les mailles

aussi les mailles laté-

le

forme une fil

sur cette

en ce que l'on prend

la

dernière maille latérale sans laisser de rebord, qu'on

prend tout de suite après

celle

de l'autre

lé, et

qu'on


DES JEUNES DEMOISELLES. les réunit

ensemble en passant

le

coton

io5 qui

,

du

reste

forme une maille à l'aide d'une seule aiguille. Beaucoup de personnes font ces coutures avec une aiguille à pris

coudre

un

c'est

;

dans chaque maille

surjet à points couchés

latérale.

Les jupons à côtes se font

ou

comme

d'en faire

les

les côtes

serreraient trop

;

on

les fait très

très peu.

il

sera

étaient à côtes étroites.

s'ils

bon

rarement en laine

Pour

faut

parce qu'il

,

deux brins

dimensions

les

Il

qu'aux jupons à mailles

fin

faut tricoter avec de la laine à

dure

bas à côtes,

les

plus larges, parce qu'ils se res-

encore du coton plus unies

comme

bords de bas; seulement

et les

;

ce qui

coutures,

ces jupons ne diffèrent en rien des précédens.

Restent donc

comme j'en du

les

ai agi

Nous

tricot à jour.

plus compliqués

jupes

pour

:

à

jour, que je renvoie,

mitaines, à

les

la

description

allons passer à des vètemens

les gilets,

camisoles, casquettes,

pantalons; mais auparavant, alin de compléter en-

tièrement ce qui est relatif au tricot ordinaire vais parler

qu'il soit toujours égal

paration

,

D'abord

il

rentrant

,

je

de quelques précautions à prendre pour

et

,

de quelques moyens de ré-

des habitudes des bonnes tricoteuses.

ne faut jamais

les

l'index droit

aiguilles

,

,

en enfonçant, sortant

et

lâcher le coton de dessus

cela paraît d'abord gênant aux commençantes, et les aide bientôt. Le tricot en est plus uni et plus rapidement fait. Il faut serrer également le

:

coton sur chaque maille

,

et faire attention à

bien


,

MANUKL

io6 prendre tous faire

de demi-mailles

tenues sur

maille

la

,

pour ne point

c'est-à-dire des mailles sou-

brins; ce qui se déchire dès

Quant un tricot est chargé de deux ou trois tours au-dessous de

bas.

le

demi-mailles à

que

,

un ou deux

qu'on met celui

brins de

les

l'on fait

,

il

faut échapper la maille qui lui

a succédé, faire couler cette maille de bride en bride

jusqu'à

la

demi-maille, écarter toutes

les aiguilles

l'aiguille

tâcher d'attraper

,

qu'on passe dedans

par

le

réunir

,

bliés qui sont à l'envers, et

les brides

avec

demi-maille avec

la

les

ramener

brins ou-

cette maille

haut en faisant sauter chaque bride sur

et la ressortant au-dessus

manœuvre.

On

prend

guille placée à gauche;

la

de cette bride.

En

elle

voici la

maille échappée sur

on relève

bride avec

la

l'ail'ai-

de droite, qui, passée sous la bride, la porte sur l'aiguille gauche en dessus de la maille puis guille

:

l'aiguille droite, quittant la

maille

comme pour

bride, passe dans cette

tricoter à l'envers

,

et passe cette

maille derrière l'aiguille gauche, qui, poussée en

même temps par

l'index droit, lâche la bride qui se

trouve sautée dans la

bride que

fait

la maille.

Cela rend à cette maille

chaque tour.

les mailles voisines

avec

la

On

rapproche ensuite

pointe de

l'aiguille.

maille échappée se relève de

même. Quand

mailles sont échappées à la fois

,

parce que

les

on

a

La

deux,

plus de peine,

brides doivent sauter sur chacune une

maille après l'autre, et que ces brides, trop lâches à la

première maille, sont presque toujours trop ser-

t«J


, ,

«ES JEUNES «EMOISEELES.

On

rées à la seconde.

reprend d'abord

IO7 la

maille la

plus rapprochée de droite.

Quant cot si

,

les

elles

elles

tricoteuses soigneuses posent leur tri-

y passent

l'aiguille

étendent bien

les

ensemble en

après; puis

elles les

petits étuis d'ivoire

;

elles

mettent de niveau

les

tortillant

mités est conique

et

Un

d'os

,

et

un peu de coton

enfoncent dans leurs

ou

creusée en cornet.

un

comme

points- devant

mailles sur les autres aiguilles

rapprochent ces aiguilles, les lient

qui reste libre,

voulaient faire des

affiquets

dont l'une des extré-

fermée,

et

l'autre ouverte et

peu avant

cette extrémité est

rond dans lequel on passe un cordon

petit trou

qui sert à tenir

les affiquets l'un à l'autre, et à les

écarter selon la longueur des aiguilles. Elles nouent,

ensuite le cordon des affiquets

,

dévident

le

coton

sur sa pelote, le placent près des affiquets , et roulent

proprement leur ouvrage sur tout cela elles finissent par l'attacher avec une épingle. Très souvent, quand ;

elles tricotent, elles

attachent

ceinture à gauche, et placent

un des le

affiquets à la

bout de

mailles dedans. Cela rend le tricot égal

qu'on n'y

est

l'aiguille à ;

mais tant

pas habitué, c'est extrêmement in-

commode. Manière défaire

Les

les gilets.

composent des manches et d'un large morceau qui sert à la fois pour le derrière et les deux devans. Voyons d'abord les manches. gilets se

/


mm MANUEL

l0 #

Les manches se commencent par le bas; vous y metmailles, selon trez de quarante-cinq à cinquante-cinq vous emploierez. Comme la grosseur de la laine que

ne se roule pas ou peu par les bords, ainsi vous vous dispenserez de faire une bordure , qu'il est d'usage pour les bas. Ces manches se font

la laine tricotée

ouvertes; par conséquent

le tricot

n'étant point cir-

une alternative de rangées

culaire, vous aurez

à

l'envers et à l'endroit qui paraîtront toutes à l'envers.

Ce genre de

parce qu'on la

ne

laine

tricotage est adopté

les fait

pour

les gilets,

ordinairement en laine

se tricote

bien que

comme

,

cela.

et

que

Dès

le

huitième tour, vous ferez une étrécissure de chaque côté de vos lisières , en laissant toutefois deux mailles avant

;

vous ferez

ainsi

dix à douze paires d'étrécisvous mettrez

sures de huit tours en huit tours

moins d'intervalle indiquons

ici les

si

:

votre laine est grosse.

règles convenables

pour de

Nous

la laine

de moyenne grosseur. Ces dix ou douze étrécissures vous donneront à peu près une longueur d'un demivous continuerez ensuite à faire des tours sans que vous ayez doublé élargirez , de cette longueur environ. Cela fait, vous deux tours en deux tours, de la manière que vous tiers

;

étrécir ni élargir, jusqu'à ce

avez étréci gissures

sous

le

,

,

c'est-à-dire près des lisières

qui produiront

la

;

ces élai

-

largeur de l'emmanchure

bras, doivent faire à peu près l'étendue d'un

demi- quart. Vous doublerez

les élargissures

aux

deux derniers tours; ensuite vous recommencerez


DES JEUNES DEMOISELLES.

ÏOQ

,

immédiatement après à rétrécir tous les quatre tours pendant deux fois puis tous les trois deux fois , ,

,

deux tours, afin d'obtenir l'échancrure manche. Vous continuerez ainsi pendant la

puis tous

de

la

les

longueur d'un seizième

,

et

vous arrêterez

les mailles

qui vous resteront avec les étrécissures en chaînette.

Plusieurs tricoteuses étrécissent de tour en tour, et

prolongent en étrécissures un demi-quart et plus au lieu d'un seizième

,

jusqu'à ce qu'enfin

plus que huit à dix mailles entre les

il

ne reste

deux rangées

mais cette méthode a l'inconvénient manche trop pointue et de faire trop tirer le dessous de l'emmanchure quand la manche ce qui gène les mouvemens et fait tout est entrée de suite déchirer le dessous du bras. Les manches

d'étrécissures

de rendre

;

la

,

:

achevées

vous

,

les

rangez à part,

en devoir de commencer

On

fait

quelquefois

le

et

vous vous mettez

corps du gilet.

le gilet

de

trois

morceaux

;

deux devans et le derrière que l'on rétrécit et rélargit selon un modèle puis l'on réunit ces pièces ensemble par la couture que nous avons indiquée

les

,

pour

les

jupons. Cela

est

plus

commode

et se fait

plus vite, parce qu'on n'est point embarrassé d'une trop grande quantité de inailles qu'il faut presser l'une auprès de

l'autre

lorsqu'on tricote le gilet

d'une seule pièce. Les longues aiguilles dont on se sert

ordinairement paraissent bien courtes en ce

donc de faire le gilet en trois parméthode convenant aux gilets tricotés

cas; je conseille ties, l'autre

10


,

MANUEL

IO

î

au métier. Je vais toutefois enseigner

les

deux

façons. Gilet tout d'un morceau.

faut pour emFaites autant de mailles qu'il en laine le corps sans le serrer; à un gilet de

brasser

moyenne,

il

en faut environ quatre cent soixante

quatre-vingts

à

,

et

cela

pour un

mince; on sent déjà l'extrême

homme

difficulté

assez

de tenir

et l'encette multitude de mailles sur les aiguilles , nui qu'il en doit résulter. Quoi qu'il en soit , vous

ni étrécissures ferez des tours unis sans élargissures

pendant environ un demi-quart d'aune , puis vous mailles étrécirez en partant de la moitié de vos quatre fois , c'est-à-dire vous ferez deux étrécissures côté de de seize mailles en seize mailles, de chaque la

moitié

;

vous répéterez au

tiers

des mailles cette

couture placée ordidouzaine de nairement sous le bras ; vous ferez une de la même sans étrécir, puis vous rétrécirez étrécissure qui doit figurer

la

tours

emmanière jusqu'à ce que vous soyez arrivée aux manchures; votre gilet doit alors être de trois huitièmes (d'aune).

relativement Selon ce que nous avons déjà dit un peu moins aux fentes des jupons vous mettrez aiguille du tiers de vos mailles à droite, sur une ,

puis vous laisserez toutes guille soires

les

autres sur l'autre

ai-

que vous attacherez avec quelques tours provien fil, pour empêcher les mailles de s'échap-

^m


mm

,

DES JEUNES DEMOISELLES.

I

l

I

per, cette aiguille devant rester stationnaire. Ensuite vous prendrez une nouvelle aiguille, et vous tricoterez seulement la partie de vos mailles restée

pendant environ dix tours; après ces dix

libre,

tours

,

vous étrécirez de tour en autre sur

de droite, qui doit faire Cette

manœuvre

à droite, et lui

le

la lisière

bord du devant du

rétrécira graduellement

le

donnera une forme en biais, tandis

qu'elle laissera l'autre lisière en ligne droite

seconde

lisière

Quand vous pour

est destinée à faire

cette

:

l'emmanchure.

n'aurez plus que douze à quinze mailles

l'épaulette, vous arrêterez en mailles de chaî-

nette, et, laissant ce le

gilet.

morceau

morceau de

premier devant, vous

votre gilet

,

répéter,

pour avoir

tout ce que nous avons décrit

en observant cette

fois

tricot

irez à la lisière le

pour

qui

fait

gauche de

second devant faire le premier,

de rétrécir près de

la lisière

de gauche. Ces deux devans terminés à droite et à gauche , vous irez tricoter les mailles qui sont restées entre eux au milieu du gilet; vous ferez sept à huit tours sans étrécir

puis vous ferez

,

une

étrécis-

sure de dix mailles en dix mailles et de dix tours en dix tours; vous travaillerez ainsi toute cette

bande du milieu, qui doit

Quand

faire

le

dos du

gilet.

votre tricot vous aura produit environ

la

longueur d'un quart , depuis les premières étrécissures, vous élargirez de chaque côté du dos, en laissant, depuis

l'épaulette

la lisière,

du devant

,

à

autant de mailles qu'à

laquelle cette largeur doit


*w 1

MANUEL

12

se réunir

;

vous n'élargirez que deux

fois

de chaque

seconde élargissure se fera quatre ou six tours après l'autre. Ces six tours achevés , vous irez prendre le bout de l'épaulette du devant de droite,

côté

et la

et le réunirez avec le

bout de l'épaulette du dos par

une couture tricotée; vous ferez après cela reprendre à l'aiguille du dos, toutes les mailles de côté du devant jusqu'en-bas du gilet , faisant à chaque maille une nouvelle maille avec l'aiguille toute seule tout comme on fait pour relever les mailles de côté du les talon des bas. Toutes ces mailles relevées , vous et vous continuerez tricoterez le long du devant ,

!

,

un rang ; même manœuvre au devant de

sans interruption jusqu'au dos pendant

vous

irez faire la

gauche,

et

quand

les

mailles de côté seront relevées,

vous poursuivrez tout vant au bas du

mencé sur

les

long du dos

le

gilet sans

,

interruption,

mailles

relevées de

et

de ce de-

le

rang com-

droite;

vous

répéterez ce rang cinq à six fois, ce qui vous don-

nera une petite bande à mailles opposées

à celles

du

en large , tandis que celles-ci sont en un long. Les mailles de côté formant en se relevant cette petit cordon, augmenteront l'agrément de

gilet qui sont

espèce de

bordure plus

jolie

encore

quand

les

du devant jusqu'à l'épauprésentent un nouveau petit cordon qui suit

étrécissures continuant lette

,

celui des mailles relevées

en faisant tout

le

long du

La longueur du

gilet

;

vous arrêterez cette bande de chaînette.

gilet la maille

avant

les

étrécissures des


3,

DES JEUNES DEMOISELLES. devans

celle

,

de ces devans

,

la

I 1

largeur du dos

présentent une ligne de plus de deux aunes

,

et

demandent par conséquent un tricotage non interrompu pendant tout cet espace puisque la petite bande doit garnir tout cela sans interruption. On voit qu'il est impossible, et de faire un si long ,

deux aiguilles, et d'avoir des aiguilles demeure par un bout; il faut en avoir une autre paire qu'on ajoute aux deux premières tricot avec

arrondies à

,

longue petite bande

que ces aiguilles pointues des deux bouts aient une boule qu'on puisse ôter à volonté. Il y a au surplus des * en

faisant

aiguilles et

la

et

,

de bois ou de fer qui n'ont point de boule,

qui vous conviendront parfaitement. Il

ne vous restera plus qu'à coudre ensemble

les

deux lisières des manches afin de leur donner une forme circulaire puis à les attacher après l'emman,

,

chure

,

en plaçant la

simple couture

la

de

la

gilet est

les

Vous emploierez

place

cette

jupons à tricot simple.

terminé

bande d'un ruban à

On

couture longitudi-

avec un passe-lacet, que nous

,

garnissez-le tout le long

cheval.

quera ce que l'on entend par

(i)

la

moitié de l'emmanchure qui

le bras.

faite

avons indiquée pour

Votre

haut de

le

manche à commence dessous

nale de

un ruban

dans tonte sa longueur, et

à cheval le

La note vous indi-

là. (i)

en

le

pliaut à moitié

plaçant au bord d'une étoffe

de manière qu'il recouvre également l'étoffe en dessus et


,

!

,

MANUEL

[{

Le

de

gilet

diffère dans la pra-

morceaux ne

trois

tique, que jusqu'à un certain point du gilet précé-

On commence les manches, et on les même manière; pour le devant, dont

dent. la

moitié se travaille

séparément, on

mailles qu'il faut pour

le

gilet

fait

de

chaque

fait le tiers

des

tout d'une pièce.

deux moitiés de devant sans rien diminuer jusqu'à l'emmanchure c'est-à-dire pendant à peu près trois huitièmes parce que les étréVous

ferez les

,

,

cissures

que nous avons commencées plus

tôt sur

étaient relatives au derrière. Si vous voulez faire votre gilet avec moins de peine et plus de rapidité, vous ne le garnirez point de la petite l'autre gilet

,

bande qui horde

commençant

l'autre gilet, et

vous ajouterez en chaque devant ,

six mailles de plus à

de remplacer l'élargissure que produisait cet ornement. Vous continuerez du reste le devant comme nous avons décrit les devans du premier

afin

gilet

;

puis quand vous serez parvenue à l'épaulette,

que vous

ferez aussi plus large

vous omettez

la

de six mailles

si

et ferez

le

bande, vous arrêterez

second devant absolument pareil à celui-ci. Je vous renverrai aussi au dos déjà décrit vous aurez tricoté

111

les

,

premiers rangs avec

quand

le tiers

dessous; les deux lisières de ce ruban se trouvent ainsi

parallèles

,

et

on

les

coud ensemble en traversant

par une rangée de points-devaut petits en dessus.

On ne

,

l'étoffe

longs en dessous, et très

doit point les apercevoir.


n5

DES JEUNES DEMOISELLES. des mailles

ou un peu plus , beaucoup de personnes

,

étant dans l'habitude d'en mettre plus au derrière

qu'à chaque devant. Si vous les imitez,

est inutile

il

de vous dire que vous devez épargner sur les devans la quantité de mailles que vous ajoutez au

Votre dos devra aussi être plus long par en cas que la petite bande

derrière. le

haut de six rangs

,

manque.

Vous coudrez manière que

les

se fera à volonté

bien avec

On

la

ne

moins,

se

point de gilets

piquée.

Ce piqué,

arrière

,

(i)

,

et

encore

personnes

du piqué à pointsdeux doublures avec des

très différent

consiste à réunir

Ce genre de

les

au lieu d'un ruban à d'une doublure en soie

gilet

travail

couture, parce qu'il

d'usage

côtes,

le froid, le

rangées de points-devant

ticle

à

Quand

peut, à jour.

on garnit

,

même

avec cette couture à passe-lacet, ou

craignent beaucoup cheval

la

jonction des épaulettes

la

couture tricotée.

fait

s'il

devans au dos, de

les

manches;

était autrefois

,

à

divers compartimens. (i)

dont je est

n'ai point parlé à l'ar-

vieilli

et

en grande faveur

bonnets, des jupons, des robes

,

tout-à-fait hors ;

ou

faisait des

des corsets, des couvre

-

pieds piqués. Dans ce dernier cas, on montait les deux

un métier , et l'on suivait , avec les rangées de points-devant , les dessins tracés à l'avance sur l'étoffe qui étoffes sur

devait être l'endroit. étoffes

;

on

Ou

mettait du coton non

filé

entre

lf s

se contentait le plus souvent de faire en piqué

*w

-

M.'^^nB


m

MANUEL les camisoles.

Manière de faire

je me dispenLes camisoles sont de petits gilets , détails déjà connus généserai donc de répéter des d'aune) les camisoles ont un tiers (non pas :

ralement

moins que les gilets. en longueur et en largeur, de On les fait souvent en laine blanche avec le tricot souvent encore de qui semble à l'envers , mais plus l'autre deux autres façons, l'une plus distinguée, distinguée est de les plus commune. La façon la plus

tricoter toujours à l'endroit

,

avec de

la laine très fine

;

beaucoup moins chaud que le tricotage à l'enconsimais grossit beaucoup moins la taille

cela est

vers

,

,

communément. On

fait les

ces camisoles à tricot circulaire

comme

dération qui l'emporte

manches de

un bas. faire avec La seconde façon consiste seulement à laine de couleur, des de la grosse ou moyenne longueur en-bas camisoles qui n'ont point autant de conséquent une avant les emmanchures , et sont par tout autour par le sorte de corset que l'on garnit bande d'une couleur tranbas et par le haut, d'une camisole ; cette même bande chée avec celle de la tantôt quand la camisole garnit le bas des manches :

ou amaranthe , ou grise on la quand elle est violet garnit en vert, orange ou

est

brune

,

ou noire

,

,

:

carqui produisaient des des lignes diagonales opposées

reaux ou des losanges.


,

DES JEUNES DEMOISELLES.

117

on la garnit le plus souvent en vert rouge ou brun ; les femmes du peuple portent

violette

,

beaucoup

de

cette espèce

corset

faire

l'aumône en

Je

d'hiver.

les

comme un moyen

indique à mes jeunes lectrices

Les camisoles ont encore ce rapport avec gilets

:

ne

elles

Ces casquettes ,

les

se font ni à côtes ni à jour.

Manière de faire

enfans

de

travaillant.

les

et

et surtout

casquettes et berrets en tricot.

berrets,

pour

si

commodes pour

petits garçons

les

les

n'ont

,

guère que cinq à six ans d'existence. Cette espèce

de bonnets jolie

bien

On

est très

chaude

quand on prend de les

couleurs

les fait

,

et

amaranthe

vert, violet

et

légèrement de

la

,

solide

qu'on

la

bleu

,

même

et

qu'on mélange avec soin.

et noir, violet et

noir et jaune, en bordant

seconde couleur

formées autour du fond par

de

,

fait le tricot

et noir,

noir,

avec une étoffe de soie

variée

,

belle laine

,

les petites

le tricot

:

on

les

dents

double

pour empêcherle frottement

laine d'user les cheveux.

de cette derrière précaution

,

On

peut se dispenser

quand

ces berrets sont

pour femmes, parce qu'elles les portent ordinairement sur un bonnet attaché sous le cou. Cette coiffure est très bonne lorsqu'on est enrhumé, ou lorsqu'on a des fluxions.

Parlons maintenant des

procédés qu'elle exige. Il

y a deux sortes de berrets

:

les berrets

den-


MA.NUKL

!,8

jour; mais le télés, et les berrets sans dents, à est toujours le

même, et

fond

se fait ainsi. se

Ce berret (voyez fig. 53)

commence par

l'é-

comme qui se trouve en haut, elle se fait un gousset par le moyen des élargissures. Après couleur adoptée avoir pris de la laine fine, et de la entrelace quatre mailles le fond du berret , on

toile

pour sur deux aiguilles, précisément cement d'un bas. Une des

comme

commen-

au

aiguilles étant retirée, les

réparties quatre mailles doubles qu'elle portait sont fait, on tricote sur quatre aiguilles ordinaires. Cela

un tour

;

ensuite

le

première maille

nouveau sur

fil

l'aiguille

,

L'on répète ceci avec suivant,

les

est passé sur l'aiguille, et la

se finit.

les

passés

fils

Le

ayant élé passé de

fil

on achève

la

seconde maille.

aiguilles.

trois

sur l'aiguille

Au tour em-

sont

l'étoile ployés et changés en mailles. Pour rendre faut tricoter à chaque tour un trou il ,

plus belle

nommé

trou

de crochet.

manière suivante

:

Ces

trous se font de la

on commence par tricoter

mailles à l'envers; ensuite lorsque la

première maille après

se tricote

encore

l'aiguille

et les

,

à

les trois

l'envers,

deux

le

le

trois

tour est fini,

mailles à l'envers, fil

est

passé sur

autres mailles se finissent à

continuée l'envers ensemble. L'étoile est élargie et assez de cette manière, jusqu'à ce qu'on la juge Lorsque le berret est petit, et tricoté avec grande.

de s'il

la

grandeur, il aura suffisamment de trouve vingt mailles sur chaque aiguille. Les

laine fine,

se

II


DES JEUNKS DEMOISELLES. étrécissures se font ainsi

comme

l'aiguille

première maille

;

le

commencement, on

au le

I|g

après avoir passé

:

sur

fil

finit

la

ayant été passé de nouveau

fil

sur l'aiguille, les deux mailles suivantes sont tirées l'une sur l'autre. Cette opération se répète sur toutes les

aiguilles,

et

continue jusqu'à ce que

se

pointes de l'étoile se ferment. Après cela teuse

fait

quelques tours avec de

couleur, et

commence

la

fait

quatrième

premièrement à l'envers

la

de l'autre

unie

,

et

Valais.

Ce bord

la

laine

la

trois mailles

Cela représente les côtes striées dites se fait avec

:

mailles unies, la

unies.

prend

le

manière suivante

trois

sixième à l'envers; ensuite viennent

l'on

les

trico-

soit dentelée,

cinquième

la

,

la

simple, on peut faire

bord nni, en l'embellissant de L'on

la laine

bordure,

soit à jour. Si le berret est

,

de

du fond ensuite ;

l'autre laine, et l'on fait quatre

ou cinq

rangs à l'envers, pour produire en quelque sorte

du bonnet

l'ourlet

crochets.

On

;

on peut y plater des trous

fait aussi

quelques mailles tournées

unes à côté des autres, tous Si

vous voulez que

dentelé

,

c'est-à-dire

s'élèveront

du bord

,

le

les trois

ou

six tours.

fond de votre berret

garni de petites et feront

une

à

les

dents

petite

,

soit

qui

couronne

autour du fond, vous

prendrez environ douze que vous tricoterez à part, tandis que les autres demeureront à l'écart. Vous les tricoterez mailles

,

avec la laine du fond, comme une pâte de chausson; puis ensuite, prenant de la laine de l'autre


»

,

MANUEL

iaO

toutes couleur, vous relèverez

les mailles

autour de

de vous y ferez quatre à six rangs par la cela fait , vous arrêterez mailles à l'envers vous recommencerez une chaînette accoutumée, et fin ; vous reprendrez ensuite autre dent , jusqu'à la continueau-dessous des pâtes, et vous

de cette pâte

,

et

:

les mailles

rez le bord

,

de

la

hauteur de deux

à trois

pouces, en

soit deux rangs de mailles retournées, mailles retournées et dans le même rang, deux au reste, pour les deux trous à crochets. Voyez

faisant soit

combinaisons des jours

,

le tricot à

Manière défaire

Toutes les fait

les

jour ci-après.

pantalons.

les

grandes pièces de tricotage

comme un bas

en rond

Pour un pantalon

il

,

se

,

quand on

nomment

en faut deux

,

des

sacs.

larges de dix-

cinquante à cinquante-deux. huit pouces, et longs de lorsqu après On coud ensuite ces sacs ensemble , environ

les

deux

tiers

ne les de leur longueur, on On peut après ces deux

tricote plus séparément. ,1ers

deux

réunir

les

sacs en

quatorze aiguilles,

une

très large

et

tricoter les

bande, qu'on

élargit

a la mailles en quatre mailles , sans cesse de quatre sept sacs sont faits avec moitié des mailles. Ces trouvent réparties sur six, aiguilles les mailles se :

rechange. l'on dit, est de , comme en tricotées en large ou Ces pièces pourraient être bande; maïs comme .1 long, de même qu'une

et

la

septième


,,

DES JEUNES DEMOISELLES. faudrait faire

une rangée de

121

mailles à l'envers sur

manière demanderait trop de temps. des pantalons avec de la peluche le tricotage se fait de la manière accoutumée, mais on emploie deux fils d'inégale grosseur le plus fin sert

deux

,

cette

Lorsqu'on

fait

:

former

à

louté

fond, et

le

plus fort est destiné au ve-

le

ou

à la frange , qui consiste dans des nœuds chaque sixième maille, tricotés avec force de plus traversés par le fil. Pour rendre le velouté ,

faits à

et

plus chaud

faut faire le

nœud-coulant comme du talon , ou bien entourer doigt du milieu de la main gauche par le fil et il

,

en reprenant le

les mailles

,

passer l'aiguille dans cette boucle, à chaque quatrième maille , et dans la position du nouveau nœud

qui doit répondre au milieu de l'intervalle de ceux la rangée précédente. On fait aussi des bas de

de

cette sorte

pour

les vieillards.

Du Afin que les

beaux,

il

faut choisir

bien tendre les tricotant

font il

troii3

tricot

à jour.

du tricotage un fil très égal

les mailles

lieu

d'une maille,

nécessaire d'en prendre deux,

étrécissures, et de passer guille.

Quand on

l'aiguille le

jour soient assez tors, et

les ôtant , c'est-à-dire en d'une aiguille sur l'autre. Les trous se

delà manière suivante. Au

est

à ,

en

a tricoté

qu i retranchée, pour en fil

le fil

se

l'ai-

un tour, on place sur

trouve

faire

comme aux

par-devant sur

à

côté

une nouvelle

de

la

maille. i i

maille


fc_

MANUEL

11-X

Les trous en long comme des baguettes, se font de la même manière , si ce n'est qu'au second tour, non seulement le premier fil, mais encore le second, ne sont pas relevés. Au troisième tour, ils sont relevés à la fois avec l'aiguille. Après les avoir tournés, on en duit

fait

une nouvelle maille

ce qui pro-

,

un trou en long, ou en forme de baguette. On

peut mettre des intervalles de mailles unies, ou à

ou retournées, entre les trous à jour, et les combiner de manière qu'elles produisent des raies, des dents, des losanges, des lignes de biais, des de feuillages il suffira pour cela d'avoir des dessins

l'envers

,

;

que

tricot

l'on trouve cbez les merciers.

Vient ensuite la

tricotage varié, semblable à

le

mousseline croisée

temps

,

et n'est

s'étendre

;

pas sujet à

comme

la

le tricot à

qu'un bas doit être

fait

tension

côtes

ou

,

c'est-à-dire à

élastique. Lors-

de cette manière, on entre-

nœuds-coulans, suivant

lace par des

de

ce tricotage dure fort long-

nature du

la

fil,

et l'on vingt à trente mailles sur chaque aiguille,

tricote quelques

tours.

Après cela

la

,

première

maille est tricotée à l'envers, la seconde à l'endroit, la

comme

troisième

même fait

que

la

en rond

,

la

seconde, la

première et ainsi

de

première maille

,

la

quatrième de

suite. Si le bas se à l'envers est

re-

qui était unie, se prise à l'endroit; et la seconde,

reprend

à

l'envers, et

l'on

vient le tricotage boutonné

une

lisière

,

ou

une bandelette,

continue ainsi. croisé. Si

etc.,

il

De

l'ouvrage est faut revenir


DES JEUNES DEMOISELLES.

comme

un talon,

à

il

est nécessaire,

123

en tricotant à

l'endroit, de reprendre à l'envers la dernière maille,

qui est déjà faite de jusqu'à

De

la fin

sorte, et de continuer ainsi

la

cette manière, cette inaille

retombe

à l'endroit.

Le

tricotage varié avec des mailles tournées est

appelé tricotage à cordon rieures';

,

à

durable

est fort

il

rend propre aux bourses.

cause de ses côtes extéet s'étend

On

peu

,

ce qui

le

passe l'aiguille dans le

côté intérieur ou de derrière de la maille, et on la

tourne.

Le

fil

est

un peu

lâche, afin

que

la

maille

tournée puisse en prendre plus qu'une autre

,

et

ne paraisse pas trop tendue quand l'ouvrage fini; de cette manière, on tourne deux mailles

qu'elle est

l'une à côté de l'autre.

vantes unies.

On peut

faire les

quatre sui-

On

peut y mêler des mailles à jour. Le tricotage en spirale ou tortueux se fait de

même

avec des mailles tournées. Veut-on tricoter

un bas de

cette manière,

des mailles soit faite

manière aiguille.

fin

du

faut

que

dans

les

la

répartition

bas à côtes; de

trouve trente-deux sur chaque D'abord on tricote deux mailles tournées

qu'il s'en

et six unies qui

tournées

il

comme

et

doivent être suivies de deux autres

de six unies,

et ainsi

de suite jusqu'à

la

tour. Les premières mailles tournées se re-

prennent à l'endroit,

et les

être tournées, ainsi de suite

deux suivantes doivent

; de cette manière, les manies tournées dessinent un serpent autour du pied. On peut les mélanger de trous à baguettes, à


MANUEL

1^4

crochets, et faire ainsi de fort jolies bordures de

même

jupes, et

des jupes tout entières.

même

à cordon présente la

facilité

système des tricotages à côtes

le

pons

mitaines (1),

les

,

cordon

une

,

à trous

bas

les

faire

,

tricotage

dans

selon

,

les

ju-

jour, une côte à

à

de crochets

Le

on peut

;

ou bien

,

con-

les

trarier après quelques tours.

Bourses à l'aiguille avec des dessins (2).

Le commencement d'une bourse, à

laquelle on

ploie ordinairement de la soie bien torse

en bas à

la

pointe. Après avoir pris

(1) Les mitaines se

bas, et

le

Voyez

bras.

manches de

les

venu au bord de uu demi-pouce pendant

commencent par

comme une manche,

tour

,

la

main

,

gilets

on

fait

deux le

,

par

aiguilles à

haut

comme un

selon la longueur du

ou de camisoles

:

par-

un gousset de pouce

puis on reprend circulairement son

six à huit rangs

em-

se fait

,

et l'on finit.

On

peut les faire

tout entières avec les combinaisons de jours indiquées.

en

a

une

je les et

infinité d'autres fort

omets

que ce

,

compliquées

parce que l'on ne

serait

un

fait

et

tricot

Il

y

et fort difficiles*;

plus de mitaines à jour,

Toutefois

travail inutile.

on peut

consulter, à ce sujet, Y Art de tricoter, par Netto etLeheman.

Ce livre, par parenthèse

,

m'a fourni plusieurs descriptions,

comme

dont je ne puis garantir l'exactitude

celle

de mes

propres travaux. (2)

On dénomme

ainsi ces

bourses pour

des bourses tricotées avec un crochet ci-après.

L

,

les distinguer

dont nous parlerons


DES JEUNES DEMOISELLES.

125

on entrelace dessus quatre mailles avec un de soie double; ensuite on retire l'une des deux

tricoter, fil

aiguilles, et chacune des quatre mailles est reprise sur une seule aiguille. Cela fait, on ajoute une ou deux mailles sur chaque aiguille , et cette augmen-

tation se continue jusqu'à ce

une largeur de cinq

doigts.

la

bourse

ait atteint

deux que l'ouvrage soit déforme pas. On continue

rangs de mailles retournées plus durable et qu'il ne se

que

On

tricote ensuite

afin

,

ensuite pendant huit à dix tours avec des trous dits puis on ajoute du fil de couleur selon les ;

à crochets fleurs

qu'on veut représenter,

devant

soi.

On

mailles avec le fil

ajoute ce fil

fil

précédent,

et

en

dont on a

le

modèle

passant sur

le

comme pour

deux

rajouter le

Ce fil reste suspendu en arrière entre les fleurs;

cassé.

il est employé au commencement de celles-ci et dans des mailles apparentes. (Les mailles apparentes sont

toutes celles qui sont par-devant, et celles

dont

L'on

le

fil

est^ libre

non apparentes

passe derrière et échappe à de'se servir de dix

fils

l'œil.

)

de diverses

couleurs

et de les employer selon le dessin dans , des mailles apparentes. Lorsqu'un de ces fils cesse

de servir,

pourvu le cas

reste

il

ne doive pas tarder

non apparentes,

à reparaître; dans

contraire, le petit peloton de soie de couleur suspendu en dehors delà bourse jusqu'au tour

suivant. 1

passe dans des mailles

qu'il

Ce fil ne saute qu'autant que le comporte espace des?fleurs ou des lettres, des guirlandes et

des devises.


L.

MANUEL

126

Bourses tricotées doubles.

Le double tricotage se fait de deux manières. Il deux fils l'un pour tricoter,

est nécessaire d'avoir

:

comme au

pour ajouter des nœuds-coulans

l'autre

tricotage de la peluche

Lorsque

(

voyez

l'aiguille est pleine,

on

l'article

la

pantalon

).

dégage jusqu'aux

nœuds; c'est-à-dire, on tricote les mailles nœuds sur une autre aiguille comme on a fait sur celle-là. De cette manière l'ouvrage prend une belle apparence; car les nœuds ne peuvent ni s'allonger ni se raccourcir. Le double tricotage se derniers

et

les

fait

encore autrement avec deux

fils

à côté de l'autre dans des mailles

d'un si le

fil

entrelacés l'un

mais on

;

besoin

a

tors, et, en reprenant les mailles,

tricot

il

ne doit point avoir de trous, que

faut,

les fils

soient pris chaque fois sur l'aiguille. Bourses tricotées en or

et

en soie

,

avec des intervalles.

Ces bourses se commencent par bourse ordinaire,

et

bas

le

celles-ci sont réparties sur

quatre aiguilles,

faire tout

de suite des élargissures

Lorsqu'on

est

ordinairement

parvenu le

comme une

avec quatre mailles doubles. Si

à

modèle,

la il

et à

il

faut

chacune.

ligne d'or qu'annonce

est nécessaire

de tricoter

un trou de maille en maille, dans lequel on peut ensuite entrelacer une petite croix de lames d'or :

cette opération

Quant

à la

se fait tout autour

largeur, on compte, en

de

la

bourse.

employant de

la


DES JEUNES DEMOISELLES.

127

mailles d'une moyenne force, soixante-huit cent trente-six pour pour la moitié de la bourse ou au haut de la tour. Quand on est parvenu

soie

,

le

bourse

,

faut

il

fendre pour placer le fermoir

la

pour

cela tricoter

droit

comme un

fait

des étrécissures ainsi

l'exige le fermoir, jusqu'à ce

mailles

il

,

et

à l'envers et à l'en-

talon, le tricot n'étant plus circu-

ensuite on

laire;

chaque partie

que

que de soixante-trois

n'en reste plus que vingt-quatre, qu'il

est

de fixer en y passant un fil. l'on passe enLa bourse finie , on la retourne , et côtés, un fil auquel haut , dans les mailles des deux que la moitié on tricote encore une partie aussi large cette espèce de de la bourse ; c'est ce qui distingue quelquefois en debourse à l'intérieur. On tricote

facile

fils d'or. des lames d'or, tricote aussi ces bourses avec flexibles et ne pas sauter, doivent être

dans avec des

On qui

,

pour

ductiles.

pouce ou

huitième de Ces lames sont larges d'un comme un tuyau de paille ; on les entrelace ne à l'envers. Afin qu'elles

de petites croix tricotées tournent pas si souvent, il

est essentiel de les passer les trous, au heu dans des aiguilles à coudre dont travers. L'on tricote d'être longs, se trouvent en semblables à des deux rangées de trois ronds ou reçoivent la forme crochets, dans lesquels les lames croix est d'une double croix en y passant. Chaque baissé ; ensuite ensuite coupée , et le bout de la lame celle-ci est aplatie

avec un plioir.


*p

MANUEL

Ï28

On

peut encore tricoter, dans

les

bourses de soie,

des parties de mousse qui ont ensuite

l'air

fait

les

de con-

morceaux de velours coupés cela se en ombrant (i), et alternant les ombres selon

tenir de petits

;

dessins qu'on aura choisis. Bourses tricotées en ananas.

Quoique nous songions

donner une autre façon

à

de bourse en ananas bien préférable à encore en

allons

bourse se commence, par

au fond d'un berret

Cette

bout rond, par quatre

le

une

mailles doubles avec lesquels on fait reille

nous

celle-ci,

entretenir nos lecteurs.

étoile pa-

mais beaucoup plus

,

petite; à la fin des élargissures

,

il

ne doit avoir que

cent vingt-six à cent trente mailles. Cette étoile se tricote en soie verte, et le milieu soie orangée.

de

la

bourse en

chaque tour,

L'étoile finie, on fait à

pendant quatre crocbet

,

à six rangs, un trou à jour ou à une étrécissure, quatre mailles unies, une

autre étrécissure, un tVou à jour; ensuite on

(i)

Pour ombrer en tricotant, on rassemble des

différentes couleurs, et l'on n'en

forme qu'une

fait

fils

de

maille. Lors-

qu'une couleur doit se perdre dans une maille ou en com-

mencer une frappante, fil

il

faut

prendre

,

par exemple, un

rose et un noir, et en former uue maille

;

il

est néces-

saire de les tenir avec précaution sur les doigts à

que

l'on doit passer à droite

On ombre

ainsi les fleurs très

ou

à

gauche daus

agréablement.

la

mesure maille.

m


DES JEUNES DEMOISELLES.

étré-

bourse, on reprend

ainsi la

un

et

,

trou à jour. Arrivé

2Q

1

deux rangs en remplaçant les mailles par des cissures puis deux rangs avec une élargissure

de suite au haut de

la

soie verte, et l'on fait six à

1

huit tours de mailles* ordinaires

;

après quoi on

fait

un tour dont toutes les six ou huit mailles ont un trou à crochet pour servir d'œillet , afin de passer les cordons de la bourse. Ensuite, en dessus de ce tour ainsi percé, on fait, de huit mailles en huit mailles,

une

sons ou

comme

petite pâte les

comme

les

pâtes de chaus-

dents d'un berret.

veut rendre cette bourse plus jolie, on petites pâtes en-bas avant l'étoile, en

on

les pâtes finies,

qu'on

Quand on fait aussi

de

commençant;

étrécit sans cesse, jusqu'à ce

que quatre mailles , pour faire le On ne doit avoir que cinq

n'ait plus

petit bout de la bourse.

pâtes

;

bourse

tiennent lieu de gland. Lorsque

elles

est

fermée en-haut par

les

cordons,

la

elle a

tout-à-fait l'air d'un ananas.

Bourses au crochet.

Le

tricotage au crochet peut

des bourses

que

,

non seulement

mais servir à tout autre objet

,

faire

ainsi

tricot ordinaire; pour cela, il faut tenir le ferme après un moule arrondi par le haut seulement (i) , et garni de pointes ou dents pour rele

tricot

tenir les mailles

(i)

,

et puis travailler

avec un crochet

Quelques personnes l'appellent moule

turc.


MANUEL

]3o

à l'aiguille à

semblable

broder au tambour. Si vous

voulez faire une bande de tricot, vous pouvez

l'at-

tacher sur l'un des côtés d'un moule circulaire.

Cette espèce de tricot est ordinairement fort lâcbe

;

ne s'en sert guère maintenant que pour

comme on

bourses, nous n'en parlerons que relativement à

les

celles-ci.

et

Prenez un moule de buis circulaire par le haut, garni de pointes très rapprochées ce moule va ;

étrécissant après quelques lignes, et finit par

en

bout carré une haut

fois

moins

large

54), parce qu'il ne sert pas, à points de feston,

{fig.

moules des bourses la

forme de

après sans

les lui.

la-

bourse. Le

un

que l'ouverture du

comme à

les

conserver

nombre des mailles placées du bas font tout

pointes et les étrécissures

Pour placer

vous ferez avec de

la

les mailles

soie

sur ces pointes,

un nœud-coulant que

vous retiendrez sur chacune.

Au

second rang, vous

prendrez une aiguille à crochet fichée dans une petite poignée en buis ou en ivoire pour plus de

commodité,

et

vous passerez ce croehet dans

mière maille formée par tournerez

la soie

le

la

pre-

nœud -coulant. Vous

sur ce crochet

,

et

vous formerez

une nouvelle maille à peu près comme quand on en fait avec une seule aiguille en relevant les mailles d'un talon. C'est une suite de nœuds-coulans. Quand vous serez ainsi parvenue à l'endroit où voire bourse doit être le

diminuée vous verrez, d'après un modèle, d'étrécissurts à faire, et vous ferez ces

nombre

,


DES JEUNES DEMOISELLES. étrécissures en prenant le

Vous pouvez

crochet.

deux

filet

;

trous dits à crochets. la

soie

une avec

faire des rangées circulaires

de diverses couleurs à votre bourse dirons pour le

ï3l

mailles dans

,

comme nous

deux fob autour du crochet avant de

mettre dans

la

le

vous pouvez aussi y faire les Voici comment. Vous passerez la

maille précédente, ce qui produit une

forte maille; mais l'aiguille étant passée dans toutes les mailles,

il

que

faut

les

longues ou fortes mailles

soient passées ensuite dans

un moule

lequel on peut faire un rang de

ou avant ce tour, on rentre

à filet avec

ordinaire. Après

crochet dans les lon-

le

gues mailles produites ou par

filet

double tour ou par

le

recommence

le

moule,

la

variété dont ces bourses sont susceptibles.

et l'on

le tricot.

Voici toute

On

peut y employer la soie mélangée, préparée pour les bourses de filet. ( Voyez plus bas. ) L'art de raccommoder

Maintenant que le

bon

esprit

les petits

les bas.

femmes ont non seulement de joindre aux travaux intellectuels les

ouvrages de leur sexe , mais encore de ne

pas dédaigner ces tout-à-fait

mêmes travaux

dénués d'agrément

miner ce chapitre sur

l'art

du

,

lorsqu'ils

je crois

tricot

sont

devoir ter-

par celui du

ravaudage. C'est un des ouvrages les plus utiles

dont on puisse occuper une jeune personne, puisqu'on doit toujours la destiner, quelle que soit sa position, à être une bonne

femme de ménage.


,

mrv*

MANUEL

l32

Le raccommodage dis bas rations distinctes, savoir

coulées

2°.

;

ramailler

,

pas;

3°-

telle sorte

de

,

garnir

les

mençons

bas;

en cousant

,

que

la

4°. les

un mor-

les mailles

couture ne paraisse ressemeler

manière de

la

y ajouter aussi

relever les mailles

i°.

c'est-à-dire joindre

ceau de tricot à un autre

ensemble

se divise en quatre opé-

:

les

:

on peut

recouper.

Com-

à relever les mailles.

aux bas de soie, Il arrive fréquemment, surtout suit qu'une maille lâchée coule de tour en tour, et jambe; elle quelquefois la plus grande partie de la bas en le sillonant , si irait ainsi jusqu'à la fin du vous n'y portiez remède ; il faut donc arrêter cette maille courante par un point, sur la jambe même,

quand on

s'aperçoit de sa course

,

et

lorsqu'on a

de cette manière. soie de Enfilez une aiguille d'un fil ou d'une

quitté son bas

couleur,

si

la relever

,

vous avez à relever des mailles sur un

bas blanc, et en

fil

blanc

si c'est

un bas noir; ce

fil

que l'aiguille , ne doit pas plus demeurer dans le bas vous aidera. Prenez et cette opposition de couleur ensuite le bas de la

de cette main

,

main gauche, placez sur l'index

entre le pouce et

l'endroit

s'est

tournant

la

tête

le

troisième doigt

arrêtée la maille courante, puis, de l'aiguille vers vous , passez-la

un l'aiguillée , mais laissez-en , tirez pouce gaulong bout que vous retiendrez sous le tirée de che; remettez aussi sous ce doigt la partie

dans

la

maille

l'aiguille,

pour bien retenir

la

maille en arrière.


DES JEUNES DEMOISELLES. Cela

fait

tournant encore

,

de

la tête

133

l'aiguille

de

votre côté, passez-la sous

la première bride qui suit maille; ensuite, retournant la pointe vers vous, repassez l'aiguille dans la maille, au-dessus la

du

gui

fil

traverse; tirez toute l'aiguillée, hors le bout

la

retenu toujours sous

rapprocher

le

pouce, de manière

à bien bride, puis, pinçant avec le pouce et

la

l'index droit, l'aiguillée et le bout de

commençant

,

entrée dedans

tirez la maille ;

fil

laissé

en

bride se trouvera recommencez après cela de la même ,

et la

manière, débride en bride, jusqu'à ce que vous ayez ramené

la

maille au point d'où elle est partie.

Pendant tout ce temps,

ment dans

la

maille, et

il faut que que vous le

siez à volonté; afin d'y

parvenir,

prendre toutes

,

sans oublier sée.

Quand

dans

la

un

les

brides

coule aisé-

suffit

il

et la maille à

de bien

chaque

seul des brins dont elle est

fois,

compo-

toutes les brides seront ainsi passées

maille, vous ôterez le

cette maille à

ramaillant,

le fil

passiez et repas-

celle

comme

dont

fil,

elle

et

vous rattacherez

s'est

détachée, en

je vais l'expliquer.

Les mailles ne coulent pas seulement aux bas, séparent encore par la rupture du fil ou du

elles se

coton qui cer ce

qu'on

fil

les retient

et

réunir

appelle

circulairement;

il

faut rempla-

les mailles; c'est cette

ramailler.

opération

Vous vous y prendrez

Vous enfilerez une aiguille d'une soie ou coton pareil au tissu de votre bas; vous placerez le bout de l'aiguillée au commencement de la ain SI

.

petit

I

2


manum.

,34

séparation des

produit la fente transversale que seulement vous tournerez mailles , et pour cette fois la

tète

de

vers vous, en la piquant pour rangée de tricot non rompue qui de dire que le (il est presque inutile

l'aiguille

arrêter dans

la

limite la fente

l'endroit du trou , sur l'index bas doit être tenu à pouce et le doigt du migauche, et retenu par le retournerez Le bout de l'aiguillée placé, vous lieu

).

l'aiguille la

dans

pointe en avant

la maille

mière

de droite, qui

rompue,

maille

et

,

et

vous

dans

piquerez

la

est voisine

de

cette

la

pre-

première

ensuite cette manœuvre maille; vous irez répéter droite l'aiguille a la gauche , puis vous repasserez à précédemment de ce côte, fois dans la maille prise à

dans

et

mêmes

la

maille qui

la

mailles, et delà

les suit; vous reprendrez

même

manière

gauche,

à

ne passer l'aiguille que en faisant bien attention à et non dans la dans la petite boucle des mailles , mailles réunies ainsi ne bride qui les retient. Les laissent point voir de couture. en a Quand au milieu des mailles à ramailler il y ,

je de coulées, on les relève comme remaillage. Arrivé à l'on continue le

l'ai

décrit,

et

fin,

on

la

ou quatre

l'aiguille sons trois arrête, en passant, qu'il y paraisse en dessus. mailles à l'envers , sans pièces aux bas , ou Le ramaillage sert à placer des ainsi , par circulairement des parties ;

à

en réunir

exemple, si soient usées

l'on a des bas ,

tandis

que

dont

les

parties inférieures

les parties

supérieures sont


DES JEUNES DEMOISELLES. encore bonnes

,

et

que

nières à des demi-bas,

moyen du rai-je

on

On

ramaillage.

I

35

l'on veuille ajouter ces derles sait

coudra ensemble au

comment

seulement , qu'après avoir coupé

;

les

aussi

,

di-

deux mor-

ceaux que l'on se propose de réunir, on en épluche chaque maille avec une épingle, afin 'd'en extraire le

petit

morceau de coton resté dans

coupant,

et rétablir le droit

fil

maille en

la

circulaire des tours

qu'il a été impossible

de conserver. Tant que ces deux préparations manquent, on ne peut point ramailler, parce que la maille doit être nette , et le fil des tours parfaitement libre.

précautions pour ramailler

On prend

les

mêmes

pièces, qui, par parentbèse, ont nn ramaillage de côté que je vais indiquer en quelques mots. les

Cbaque

maille, dans un tricot à Tendron pro, duit une ligne longitudinale droite. Lorsque vous ramaillerez, vous réunirez transversalement ces

lignes longitudinales;

si le

votre tâche se borne

;

une pièce ou bande, bout de cette pièce,

il

ramaillage est circulaire,

mais

si

faut,

vous avez

à ramailler

quand vous

êtes

au

rejoindre sur le côté après une ligne longitudinale; il le faut également au

commencement de

la

cette pièce.

Ce

travail est facile:

le voici.

Vous ferez un pli-rentré à votre pièce le long de hgne longitudinale qui la limitera; vous l'appli,

';>

querez -

bas,

le

long de

à

l'endroit

la

ligne longitudinale qui borde

où vous avez placé

la

pièce,

et


manuel

j36

un de ramailler. Ensuite , écartant vous passerez l'aipeu cette ligne longitudinale, petits à ramailler, sous deux guille qui vous a servi

où vous avez

fini

fils

ou brides placés entre

et

dont

la

c'est le

fil

les

deux

raies de la ligne,

transversalement, car suite la partage

des tours

du

tricot

;

vous prendrez de

ligne longitudinale de la à l'une et à l'autre ligne, pièce, et ainsi de suite On peut remplacer ce

même deux brides

dans

la

usqu'à la fin du morceau. surjet à l'envers, mais le ramaillage de côté par un

premier

est préférable.

se garmaintenant de savoir comment façons ; Ce travail s'opère de deux avec des morceaux de en doublant le talon des bas soie si les bas semblables, c'est-à-dire en Il s'agit

nissent les bas.

tricot

sont de soie, en coton

s'ils

en y passant seulement des première méthode.

sont de coton, ou bien fils.

Voici d'abord

la

posez-le à plat sur Tournez votre bas à l'envers ; les coins ouïes couvos genoux en mettant bien coutures de coins tures de coins l'une sur l'autre (ces qui forment un sont les mailles de côté du talon , du bas au-dessous des coins, relief de chaque côté

morceau

ensuite un il y en a ). Prenez et large d'à pouces long de quatre à cinq l'endroit , et applipeu près trois ; pliez-le en long à bas , depuis la partie du quez-le ainsi doublé sur le jusqu'à la partie rte pied où le conduira sa largeur , conduira sa point de couture où le la jambe sur le

quand coté

,

,

tri-


DES JKUNES DEMOISELLES. longueur

:

épingles après le bas, puis échancrez

que

la

fait

qu'elle en

|

un peu

l'angle

doublure au-dessous du talon h

prenne

3^

doublure. Attachez-la avec des

c'est la

la

afin

,

rondeur; cousez ensuite, depuis

échancrure jusqu'au bout, ses deux côtés en

cette

largeur. Cela fait

ture du bas,

,

le pli

glacez

qui

nalement au milieu de

doublure

la

cette dernière couture après talon.

Échancrez aussi

après le point de cou-

,

d'abord été

a

un

longitudi-

glacez aussi

;

pli qui partage le

haut de

le

fait

la

doublure, de

manière que, depuis le haut jusqu'au commencement des coutures de coins , elle présente une ligne diagonale, très inclinée vers (Jig. 55).

bas,

Passez ensuite

rabattez avec la

et

partie supérieure

i i

main gauche dans

le

la

la

main droite

la

moitié de

doublure sur l'autre côté du bas, depuis de couture. Passez bien dessus

,

puis

,

paume de

la

sans sortir

la

la

le

la

point

main droite

main gauche de dedans

bas , si ce n'est le pouce qui le retiendra plié pour plus de commodité vous prendrez une longue le

,

aiguille à

chasse-longue , c'est-à-dire à très longue

tête enfilée à l'avance avec

coton plat (selon

le tricot

doublure bien étendue sur

de

la

soie,

du bas), le

et

du

fil

ou du

tenant votre

bas, vous l'attacherez

après lui en y faisant tout autour un point-d'épinette. Voilà comment se fait ce point.

On

prend

l'étoffe

ler, entre le

pouce

gauche

la

,

qui

sur laquelle on veut et le

doigt

le travail-

du milieu de

la

main

replient sur l'index. Celte étoffe est


,,

Q MANUEL

i38

ou ordinairement un morceau plus ou moins large , pointgarni d'un large pli-rentré que doit fixer le plus d'épinette, ou destiné à être attaché à un décrire grand morceau par ce point. Nous allons le le premier cas. main Votre morceau , retenu par les doigts de la côté du pligauche, comme on vient de voir, et le mettez le hout rentré placé à gauche de l'index,

dans

de

l'aiguillée sous le

tournant

tête

la

piquez-la sur si

vous

faisiez

de

hout du pli-rentré à droite , et du côté opposé à vous

l'aiguille

bord rabattu du pli-rentré comme un point-devant ordinaire puis re,

le

;

diagonalement aupiquez-la à gauche, en arrière,

du pli ; dessus de votre premier point , sur le haut ce qui vous donfaites là encore un point-devant, ce premier nera un point diagonal allongé depuis pointe de l'aipoint; ensuite, tenant toujours la point-devant vers vous, allez faire un autre guille

bord rabatlu du pli-rentré adroite, au niveau de manière qu'un nouveau point partant du point supérieur de diagonal allongé

sur

le

du premier point

,

,

gauche,

soit parallèle à

l'autre point diagonal

plaçant ce point supérieur entre les inférieurs,

dont

est

donne

formé

le

la

forme d'A

à

,

et,

deux points

ces trois points

point d'épinette.

Outre cela,

reportez toujours l'aiguille en arrière , et les fils vos points-devant se trouvent recouverts , un autre croisés ( voyez fig. 56). Pour recommencer

comme vous

gauche point-d'épine! te, vous irez piquer l'aiguille à


DES JEUNES DEMOISELLES.

^9

1

au niveau du point supérieur précédent puis vous la descendrez à droite, diagonalement et parallèle,

ment au niveau du point inférieur, ainsi de suite. Cette manœuvre vous donnera une suite de points en biais croisés parallèlement {fig. Sy). On fait toujours ce point de gauche à droite. 11 est en usage

pour rabattre

les

coutures auxquelles on ne

point de second petit pli-rentré d'effiler les

morceaux, qu'on pli.

et

la

Les coutures de bas

fait

pour empêcher

replie aussi

d'éviter

fois sans pli-rentré, afin

produit ce

,

,

une seule

grosseur que

de corsets

,

de

chaussons de toile, sont presque toujours garnies

du point-d'épinette, parce que ces objets étant collans, il faut, autant que possible, y éviter la saillie des coulures.

Revenons

à la

quand vous du point-d'épinette sans y

doublure du talon

l'aurez ainsi entourée

:

,

de pli-rentré ,vous étendrez bien le bas sur la paume de la main gauche passée en dedans du bas, faire

et

vous piquerez

à la

du

l'aiguille

au bas du talon,

à droite,

distance de huit à dix mailles depuis le glacé point de couture. Ensuite vous ferez tout le long

de ce glacé de longs points -devant

,

longs seu-

lement en allant de l'un à l'autre car l'aiguille ne la doit prendre qu'une ou deux brides en piquant à fois la doublure et le bas, ces points ne devant point paraître en dessus. Quand vous serez parvenue ,

au haut de

la

à droite, à la

doublure

,

vous redescendrez l'aiguiHe et de la même manière

même distance,


MANU KL

i4o

que précédemment. Vous continuerez la fin le

du

côlé droit de

côté gauche de

la

doublure

même

la

,

ainsi jusqu'à

puis vous ferez

façon.

Vous prendrez bien garde à ce que les points ne paraissent pas à l'endroit du bas; cependant vous vous gênerez moins pour cela aux environs du

même

Quelques personnes garnissent de

talon.

le

bout du pied. Passons à

la

seconde manière de doubler

Vous tournerez de même

les bas.

votre bas à l'envers

,

et

vous enfilerez

la

main gauche dedans, comme vous

avez vu pour

le

cas précédent. Ensuite vous enfi-

lerez d'une longue aiguillée

longue

et

,

vous

couture depuis

la

,

piquerez

le talon

,

dans

une

aiguille à chasse-

le

long du point de

la

première

,

seconde,

ou troisième des mailles suivantes, selon que vous voudrez renforcer dis-je

même

la

doublure, vous

la

piquerez,

de bride en bride ou alternativement

,

de trois brides en trois brides

en quatre

,

,

,

ou

ou de quatre

selon le temps et le soin que vous vous

proposerez de mettre

première rangée

à

votre travail.

Dès

cette

au côté droit du bas, vous tracerez avec une bagûre l'espace que vous voudrez ainsi garnir ; la forme d'une doublure de bas comme l'indique

la fig.

faite

55 vous guidera

;

néanmoins comme

cette seconde doublure est fort longue à faire,

l'étend

un peu moins sur

le

bas.

seconde rangée des points de doublure

comme

la

Regagnons :

vous

première, mais en contrariant

on la

la ferez

les points,


,

DES JEUNES DEMOISELLES.

1^1

quelque sorte une reprise. Comme on prend brides à l'envers , le point ne paraît jamais à

c'est en les

l'endroit

sont très solidement doublés

et les bas

,

y paraisse en rien. On fait le côté gauche après

sans qu'il

l'on arrache

la

le

côté droit

,

puis

bagùre. Il n'est point nécessaire

d'entourer cette doublure du point-d'épinette. (i)

Passons au ressemelage des bas. la

Quand

le talon et

semelle des bas sont trop usés pour qu'on puisse

les

réparer par

coupe

ramaillage et les reprises, on

le

bout arrondi du talon

le

pied tout

long du bas

le

ôte est large d'environ et

d'un vers

et le

deux

On

le talon.

,

du

et le dessous

morceau que

l'on

pouces vers le pied,

coupe en

se réglant sur ce

morceau, ou pour mieux dire, sur cette semelle une semelle de toile un peu forte en biais, et plus ,

large que le modèle qu'il faudra faire

de

,

afin

de fournir au pli-rentré

ensuite autour du bas,

et

autour

semelle.

la

Cela

fait

l'on fait

,

un

procède de le talon

de

on rentre tout autour de

la

semelle

point-d'épinette sur ce pli-rentré.

même la

à l'entour

et

On

du bas puis attachant du bas et le pied de

semelle au talon

l'une au pied de l'autre,

,

on

;

,

les joint

tous deux

ensemble en faisant tout autour un surjet à points

(i)

bas

:

Il

les y a encore une troisième manière de doubler de glacer transversalement le morceau de la dou-

c'est

blure après

le

bas.


MANUEL

j4<2

un peu couchés à l'endroit

,

on

:

que

afin

ne fatigue pas

le relief

On

pied.

le

du côté du bas

ce surjet

fait

,

i

produit en surjetant

écrase bien en outre le

surjet avec le dé. Il y a des ravaudeuses qui doublent le talon et le bout de pied des semelles c'est une très bonne habitude , et qui n'augmente presque pas le travail; car l'on pose ces doublures en dedans de la semelle, :

et

on

après en faisant

les assujettit

nette. Il n'y a

transversale à points-d'épinetle

devant

pour retenir

,

du bout de pied

:

la

,

ou

point -d'épi-

le

donc de plus qu'une

petite couture

même

largeur de

à points-

talonnière et

la

cette largeur transversale doit

être cousue en travers de la semelle à plat, et sans

pli-rentré.

Reste à décrire le recoupage des bas. Quand les bas ont été ressemelés souvent, que le coude-pied en est usé

,

et

que

le

ment mauvais de

du

bas ,

derrière de

la

jambe

on n'a d'autre parti

à

est égale-

prendre que

diminuant leur longueur, à on remédie en ramaillant un morceau

recouper en

les

laquelle

vers le haut. Procédez de cette manière.

Ayez un bas de modèle pour recouper dessus

:

placez le bas à couper sur

manière que l'autre

le talon

de deux

,

selon

le

vôtre

modèle, de

du premier dépasse le talon de ou quatre pouces selon ce

trois

,

,

que vous serez obligée d'ôter conséquent

le

à

votre bas

,

et

par-

son degré de vétusté. Coupez

transversalement cette partie excédante

,

jusqu'aux


rwmm

des coins

j

k. i:

n

:

.

s

du bas, ou jusqu'à

î

î

;

.

fa

coutures de côté qui suivent

prolongées

peu Ja

le

o

1

s

s

.

i

,

i,

es

le talon. Si elles étaient

cessez de couper en large

,

»Â3

.

t'en droit-ôu passeraient les

,

et

fendez

un

en long, en mesurant vos fentes sur couture de côté de votre modèle ; coupez ensuite cette partie

reste de votre bas sur le pied

du modèle; Ce bas aura une semelle en toile.

surplus.

Voici bien

peu près

à

jetez le

les parties inférieures

du mais il en manque une , deux bandes de côté, qui coulures de côté du talon, et

bas à couper renouvelées ce sont les

essentielle,

prennent depuis

les

qui resserrées graduellement par les étrécissures

présentent

une

pointe

chaque côté du bas

,

légèrement inclinée,

de

Vous remplacerez

ces

à semelle.

bandes par des goussets de même forme , que vous prendrez dans un morceau de tricot pareil au tissu de votre bas vous mettrez les mailles parallèles au :

pied du bas

,

par conséquent opposées

et

à celles

du

talon.

Vous prendrez garde en

de

placer l'un sur l'autre de manière qu'ils se

les

touchent il

à l'endroit, car faute

arrive souvent

deux ne peut vous

que

de celte précaution

trompe

,

et que l'un des Vos goussets bien coupés un peu du côté du biais, et au

l'on se

,

servir.

replierez

les

taillant ces goussets,

coté vertical en droit

fil, puis vous ferez sur ce ph-rentré un petit point-d'épinette. Vous ferez la

même manœvre coins

du

finisse la

à la

que vous avez

fente

talon et au bas

,

jusqu'à ce que

de s'attacher au bas

fente

:

faite le

aux

gousset

, en partant du haut de vous vous en assurerez en mesurant le


m**

T/ wa

MANUEL

gousset sur

le

Vous

bas.

supérieure du gousset

,

placerez ensuite

la

pointe produite par

pointe la

ren-

côté de contre du bout du côté vertical et du cette pointe au point biais ! vous placerez dis-je , à d'où part votre fente , et vous coudrez à l'envers , gousset au côté du talon, surjet (i ), le côté vertical du

au

et ie biais

bas.

l'antre gousset.

Vous répéterez

Après quoi

pinette sur le pied

cette opération à

achevant

,

du bas,

et

le point-d'é-

doublant

le

talon,

vous coudrez une semelle, et votre bas sera rajeuni. couture à Il ne vous restera plus qu'à faire une points-arrière au-dessus

du talon,

et

au-dessous

du

point de couture, afin d'ôter la largeur du mollet qui se trouve descendu au bas de la jambe. Vous

mordrez

cette couture selon

modèle

,

lement

le

l'indication

du bas-

terminerez en diminuant graduelnombre des mailles prises depuis le point

et

vous

la

de couture, de manière qu'à

la fin

de

la

couture

il

Vous fendrez ensuite, ou vous couperez en suivant le pli longitudinal du milieu la portion du bas surabondante et mordue

n'en reste plus du tout.

,

,

au-dessous du point de coulure , par la couture que vous venez de faire. Après cela, vous rabattrez, à droite et à gauche, les et

vous

les fixerez

morceaux

laissés très étroits,

au bas par un point d'épinette.

(i) Si vous voulez que l'ouvrage ait plus d'agrément, vous ferez, au lieu du surjet, uu ramaillage de côté; en ce cas, le point d'épinette est inutile, ou bien il ne se fait

qu'après le ramaillage

,

un

seul

pour

les deux,

morceaux.


,

fwm

DES JEUNES DEMOISELLES.

CHAPITRE

US

IV.

L ART BE FAIRE LA DEJVTELLE.

Cet

compose principalement de la dentelle, de dentelle, ainsi que du raccommodage. La première partie de cet art se divise en dentelle art se

et accessoirement des points

proprement dite, ou coussin

;

en blonde

léger tissu fait en

travaillée

,

de

même ,

fil

un

sur

mais avec

de

la soie noire ou blanche; en point, dentelle toujours faite à l'aiguille; en tulle, ou bande de dentelle à dents , ou à lisière des deux côtés. On

confond cependant souvent dentelle et

du point

;

dentelle et point de Bruxelles

Commençons par

dénominations de

les

ainsi l'on dit

décrire

,

d'Alençon

la

la

indifféremment ,

etc.

dentelle fabriquée

sur un métier et avec des fuseaux.

Ce métier, appelé carreau, est composé d'une planche ou sorte de table, ovale ordinairement, mais quelquefois aussi en forme de carré-long {fig.

58). Cette planche doit être relevée de trois

pouces par

le bout qui fait le derrière du carreau., pour plus de commodité. Cette table, rembourrée et

couverte d'étoffe, doit être entaillée au milieu de manière qu'elle puisse recevoir le cylindre {fig. 58) dont l'axe passe dans un trou fait à chaque côté

i3


^•^^f^WB

fr

au-descave qui est adaptée d'une boite nommée partie qui sert à la relever ; , dans la planehe sous de la recouvert formé d'un noyau de bois le cylindre est ou pludrap les uns sur les autres de Morceaux de toutes laine , de coton non file , de rembourré tôt avec être facilement piquées puissent qui choses contenues dans une dernière enveet épingle, une fortement d'étoffe quelconque loppe de toile , ou planchette/^. 58) mobile par tendue. Une petite ouà fermer le reste de 1

une charnière en/,

sert

que verture plus grande

le

cylindre, par laquelle la boi e

recouvre ainsi

, et a fait passer celui-ci tombe à cave dans laquelle

on ou

faite.

Dans

la

cave passent

mesure

un ou deux

puisse par leur arrière, afin qu'on aisément la dentelle, (i)

la dentelle

tiroirs

moyen

en

tirer

nombre métier, i\ un grand distingue trois fuseaux dans lesquels on ire trCS a b *9) «ta en P°

à ce Il faut joindre

de

petits

, la poignée (figses l'ouvrière prend entre allongée et arrondie, que la casse b c, aufuseau doigts pour faire aller le petite la forme d'une dessus de la poignée, et qui a la tête c d, resles fonctions

parties

:

:

bobine dont

(ï)

Ou

fait

elle

fait

:

c'est-à-dire sans aussi des carreaux plats, dessin

On place le par couséqueut non percés. de forcer a le grave inconvénient à plat dessus ; ce carreau chaque fois qu'on est arme à remonter la dentelle eu haut

cyliudre

en bas.

.

,

et


DES JKDNES DEMOISELLES. aussi

semblant

en petit a

,

,

qu'on

Des

une

à

bobine

I^H

mais

,

tellement

prendrait pour une rainure.

la

morceaux de corne, ou d'ivoire, extrêmement minces, ayant la

(fig. 60).

d'os

hauteur et

le

casseaux, petits

tour de

destinés à recouvrir le

,

les

deux bouts* Récem-

;

sont alors en

ils

forme de cylindre fendu longitudinalement. sont élastiques

doigts

,

,

on

quand on veut

élargit

faire

Comme

fente avec les

la

entrer

la

casse

parfaitement enveloppé. ,

3°.

Un

dessin de

cette

,

fente s© resserre ensuite spontanément, et le

vert

sont

a imaginé de les mouler en corne en leur

donnant un peu plus de force

ils

ils

;

l'empêcher de s'éventer.

et

Ces casseaux se coulent par

ment on

des fuseaux

la casse fil

fil

est

parchemin

sur lequel sont piqués tous les trous

,

et repré-

sentées toutes les fleurs de la dentelle que l'on veut faire.

Ce dessin

se

coud autour du cylindre:

ture qui en rejoint les deux bouts

,

la

cou-

doit être faite

avec beaucoup de soin, afin qu'on ne dérange pas suite des trous. 4°. et fines,

en

Des épingles de

même temps

fortes et flexibles,

céder à l'action des fuseaux, les

fils.

5°.

la

laiton longues

et retenir le

pour

réseau, et

Des rubans qu'on attache avec des

épingles ordinaires après l'ouverture de la cave

,

et

sur le cylindre de chaque côté, pour l'empêcher de

tourner sens dessus dessous dans la cave. 6°. De très grandes épingles, presque aussi longues que des aiguilles à tricoter, et terminées par

une boule de

//,


,,

ir MANUEL

l48

ou de bois, pour

cire

arrêter de temps en

temps

paquets de fuseaux.

les

Une faire

ouvrière a toujours l'une de ces trois choses à

composer

:

un

remplir

et travailler

dessin

tracé

copier une dentelle, en

Dans au

les

du dessin

lieu

la

deux premiers

piquant sur

le

dessin.

cas, le cylindre est garni,

d'une Lande de vélin

,

parchemin. Dans

une dentelle d'idée ; ou le parchemin ; ou

sur

le

premier cas,

la

,

ou de

dentelle est

auprès de l'ouvrière, qui l'imite à mesure qu'elle

la

regarde. Cette imitation est appelée composition

,

parce que l'ouvrière travaille sans un dessin piqué.

Dans

second,

le

elle est attachée

cylindre, qui doit en prendre

La dentelle

est

composée de trous ou réseaux

ayant une forme déterminée dessinent en

fil

Nous savons que

,

et

de fleurs qui se

plus gras et plat sur ces réseaux. les

uns s'obtiennent en croisant des

fins, et les autres

fils

bien fixement sur le

la figure.

en passant

et

repassant de

parmi ces réseaux , d'après un dessin donné. La seule vue de la dentelle apprend cela ; mais si ces fils croisés , si ces fils plus gros enlacés

gros

fils

n'étaient retenus les uns et les autres par des points

d'appui et

les

,

les

uns

réseau, chaque d'appui;

il

épingles ne

se mêleraient sans

achèveraient

autres

le

fil

plat, doit

trouve dans

forme régulière

,

Chaque donc trouver un point

la

confusion.

les épingles;

peuvent remplir

ce but,

mais

les

qu'autant


,

DES JEUNES DEMOISELLES. qu'elles seront fixées

constant; trous

aussi

selon

/o

1

un ordre

régulier et

trouvent-elles cet ordre

dans

les

du dessin, rangés symétriquement sur des

lignes diagonales

comme

le

réseau

trous placés le long des fleurs,

place où l'on doit en retenir les

;

et

dans

les

autres

pour marquer

la

fils.

nous montrant la nécessité d'un dessin-modèle, nous en indiquent aussi la forme et nous comprenons que le dessin doit être en tout Ces réflexions

l'image de

,

en

dentelle

la

:

c'est cette

image

qu'il faut

rendre quand on n'achète pas de dessins tout piqués.

A

cet effet,

quand vous voulez copier une den-

telle, attachez-la

parchemin dont

hien droite et bien tendue sur le le cylindre est revêtu. Pour cela

vous ficherez des épingles de place en place sur

deux bords. L'un de lisière

,

et se

nomme

ces bords est l'engrelure le

pied de

la

dentelle

;

les

ou

la

l'autre

,

garni d'une suite de petites boucles attachées après

un

fil-

plat, est le picot, et s'appelle la couronne.

Fichezaussi des épingles dans

les

réseaux de la dentelle

où vous commencez et finissez d'attacher. Ensuite prenez une aiguille comme un poinçon, ou plutôt un poinçon même, et piquez dans dans

la partie

tous les réseaux de

au milieu des

un

la

dentelle, en évitant de piquer

fleurs. Si

dessin tout piqué

au lieu d'une dentelle,

que vous avez change rien à

c'est

fixé sur le

parchemin, cela ne l'opération. Prenez bien garde, quand vous avancerez la dentelle, à reprendre en recommençant de piquer

/V


,

MANUEL

j^o

risque parallèlement aux derniers trous. Comme on tout le de se tromper, il faut tâcher d'environner cylindre. dessin piqué

Le

,

ôtez le modèle

l'encre toutes les parties

et suivez à

,

non piquées , en regardant

fleurs bien pareilles. le modèle pour tracer les fuseaux Dévidez ensuite sur un grand nombre de nœud-coulant du fil très fin, et faites à chacun un Dévidez pour en arrêter et couler le fil à volonté. sur des fuseaux fil plat , dit fil de Cologne,

bien

aussi

du

moins nombreux ; faites-y le nœudfuseaux deux à deux par de fil un nœud grossier, puisque ce nœud et le bout demeurer. Cette qui pend après ne doivent pas

dix à quinze coulant

,

fois

et attachez ces

préparation du

Quand on ou de

fil

plat, est

la dentelle dite

point de

fil

aux

relative

du point d'Alençon

fait

Valenciennes

,

fleurs.

d'Angleterre

,

on ne dispose

plat sur les fuseaux.

Toutes ces préparations terminées trous de votre

dessin,

et

,

comptez

les

calculez vos fuseaux

nombre de ces trous. Si vous travaillez pour du point de Paris , il vous faut huit fuseaux de chaque trou; seize, s'il s'agit de la dentelle

d'après le

Valenciennes Bruxelles

:

le

,

et quatre

si

vous

faites

point d'Angleterre

,

et

du point de généralement

nombre tous les autres points, demandent ce dernier gros de fuseaux. Vous attacherez ensuite, par un seize tous leurs fils rassemblés , douze à ficherer. fuseaux après une grosse épingle que vous

nœud de


,

DES JEUNES DEMOISELLES.

1

5

I

dans un trou , en arrière de la rangée de trous sur laquelle vous voulez commencer vos réseaux ; vous

du

fuseaux

comme

,

manœuvre de

place en place, sur la mesure que vous placerez des vous commencerez à faire le réseau

répéterez cette largeur

dessin.

A

je le dirai tout à l'heure

,

toujours sur

la

ligne diagonale sur laquelle est placé chaque trou.

Ne

vous inquiétez point de l'inégalité de ces pre-

miers réseaux, ni ne vous gênez point à faire les fleurs qui se trouveront sur votre passage, ces pre-

miers réseaux seront coupés quand l'ouvrage sera

un peu avancé, (i) La fin des trous à gauche de

dentelle

la

(i)

Toutes

même.

Je

;

les

le

arts et

vrage

ou

le

pied

de décrire successivement ces espèces la

Valenciennes et

terre, sur lesquels je n'ai les

,

espèces de dentelle se commencent de

me propose

de dentelle, excepté

malgré

est la lisière

dernier trou doit porter quatre

le

point d'Angle-

pu réunir que quelques notions,

recherches les plus assidues. Le Dictionnaire des

manufactures de l'Encyclopédie méthodique, ousi

noms des

estimable d'ailleurs

,

ne donne presque que

divers genres de points;

il

se

les

borne à joindre

à

cette nomenclature le produit de cette industrie dans les différens pays je vais

où on

la cultive.

Les imparfaites notions que

donner de plusieurs dentelles ne me viennent même

pas de ce Dictionnaire, qui du reste m'a fourni des docu-

mens précieux

:

sais faire que les points d« ne garantis que l'exactitude de

puisque je ne

Bruxelles et de Paris

,

je

ceux-là.

A


^

, ,

MAKUIL

j5 3 fuseaux.

Quand

,

après avoir

une ligne diago-

fait

vous êtes parvenue au dernier trou qui termine l'angle du réseau , vous prenez les deux fuseaux qui vous restent alors , et vous les croisez ,

nale de réseau

,

c'est-à-dire vous les passez les

uns sur

les autres

après avoir tordu une fois avec deux des fuseaux

dernier trou.

Vous

les croisez

vement,* de manière que sent à gauche

,

et

les

deux

du

fois alternati-

fuseaux de droite pas-

réciproquement. Vous placez une

épingle au milieu de ces fuseaux

ensuite les

,

deux

premiers fuseaux qui se sont croisés vont se croiser en arrière , et de nouveau avec les deux derniers fuseaux du dernier trou dans lequel vous venez de placer l'épingle; cela s'appelle un demi-point. Les

deux premiers fuseaux derniers.

On

les laisse

se

croise ceux qui étaient les

deux

trouvent alors

en arrière

à

deux derniers

deux

les

gauche ,

et l'on

,

avec les

autres qui se trouvent à droite de l'épingle

l'épingle se trouve ainsi repliée le petit trou

que

l'on voit entre

;

c'est ce qui forme

,

deux

brides au pied

des dentelles.

La couronne io.

d'un

fil

est plus facile; elle

plat, quatre

deux autres près du premier et

fils fil

fils

fins.

plat

,

fins,

un

se

compose,

autre

fil

plat,

Arrivée au dernier trou

à droite

delà

lisière

,

quand

vous avez parcouru tout ou partie du dessin en faisant le réseau, vous passez les deux fuseaux de ce dernier trou

,

d'abord sous

puis en croix sous

les

quatre

le

fil

plat sans croiser,

fils fins

,

sans tordre


,

DES JEUNES DEMOISELLES.

comme pour

de

faire

la

toile.

Vous

sous l'autre Cl plat, vous serrerez

tordrez vos fuseaux à discrétion entre

les

deux derniers ,

et

,

un peu, vous

vous

,

l53

passerez aussi

les

passerez

formant une petite

boucle autour de l'épingle, vous

ficherez

cette

épingle dans le dernier trou de

rangez ensuite

la rangée de droite ; paquet de ces fuseaux derrière

le

une grande épingle.

Vous suit

il

travaillez ensuite

:

quand

au milieu du dessin

en commençant

,

fuseaux au haut du dessin

comme

vous avez placé

,

que

les huit pre, miers seront séparés à gauche par deux épingles, les

jetez le 2 sur le

mettre

le 2

sur

1

1

vous plaira,

qu'il

4 sur

le

,

le

et

le

,

le

et

3

;

recommencez de

4 sur le 3

;

continuez tant

vous ferez ce qu'on appelle

une dresse à huit. Si , au lieu d'employer les fuseaux deux à deux , vous les eussiez employé un à un vous eussiez fait une dresse à deux. Remarquez bien, i°. que les chiffres 1,2, 3,4» représentent chacun deux fuseaux contigus dans la dresse à huit; 2 qu'à chaque déplacement les chiffres 1,2, 3,4, ne marquent pas les mêmes fuseaux mais qu'en .

,

quelque

moment que

marque toujours qui

le suit

allant

,

3 toujours celui qui suit le 2

ainsi

,

qui le suit

de

1 ,

chiffre

t

plus à gauche, 2 toujours celui

de gauche à droite

droite à gauche a celui

le

se puisse être, le

;

et

quand on

marque toujours

le

,

en

travaille

de

,

etc.

plus à droite,

en allant de droite à gauche,

suite.


MANUEL

î54

faites de même toutes vos dresses seront verticalement et bien les tirerez bien

Quand

longueur, vous

ficherez, unes aux autres , et vous que forment les fils à l'extréles fuseaux I , »à droite , mité de chacune, laissant qui les à gauche de l'épingle et les fuseaux 3 , 4 les

parallèlement

à l'angle

une épingle

tiendra séparés.

ou

faites

fuseaux

i

a

,

,

un nœud

et 3, et 4,

dirai plus loin

ordinaire avec les

ou

comment

il

faites

fait la

dresse

,

si

on

contraire de droite à gauche

gauche

à droite

,

et

un

se fait),

point commun ou de coutume.

Quand on

d arrêter vos fils ou

manières

plusieurs

avez

Vous dresses;

,

la

pomt-jete (je

ou

faites

un

reprend en sens a été de

quand on

qu'on observe de

laisser

deux

enfermer les épingles, fuseaux qui servent à ou commun, (i) exécutera le point de coutume

on

Point de Bruxelles.

quatre fuseaux à chacun , , de biais et en carreau percés qui sont trous des trouve nt ensemble 6i )• Ces quatre fuseaux se

pour ce point

11 faut

(Jff.

fti

nui

Le tome I» du

me

manufactures, Dictionnaire des arts et

ce point, n'en fournit la description de

donne pas

de Valenaennes parait que c'est une espèce bords d'épingles que sur les puisque cette dentelle n'a point de fil plat aux fleurs, comme les dresses; qu'elle n'a

le

nom.

Il

dont U n'est

fait aussi

de coutume. aucune mention au point


DES JEUNES DEMOISELLES.

l55

deux rangées de fuseaux qui forment un angle droit; alors on passe sur le second fuseau de droite le premier de gauche ( on désigne les fuseaux en comptant depuis la droite), et, laissant les deux autres fuseaux à droite , on tord trois fois ceux-ci à gauche ; on soulève le second de à la jonction de

droite entre les troisième et quatrième doigts de la

main gauche,

place une épingle de

et l'on

la

droite dans le trou qui séparait ces quatre l'épingle fixe et relève.

On

va faire

même

la

main

fils

que

opéra-

tion au trou suivant jusqu'à la fin de la rangée. Il

remarquer que

est à

en faisant ce point

les

la

;

mains ne

dérangent pas

se

main gauche tord toujours

,

et toujours la droite place les épingles.

Arrivée à

de

de

la fin

puis l'on descend

on

,

fait la lisière

,

descendre , c'est tordre trois fois

:

main gauche

la

la

rangée

l'un sur l'autre, les

,

deux fu-

seaux qui tombent entre chaque épingle.

On

fait

ceci en reculant de gauche à droite, jusqu'à une

nouvelle jonction de rangée, dont l'angle redon-

nera, quatre

comme nous fils.

l'avons déjà

On recommencera

droite à gauche en tordant les

de l'angle avec

les

vu, un trou entre

alors à travailler de

deux fuseaux

fuseaux tordus à

la

le point sera formé par six Ton veut avoir un fond-perce , on

manière que Si

deux premiers fuseaux de gauche travaillera avec les quatre survans

un point, tordre

les

à droite

descente, de tors. laissera les

à droite, et l'on :

il

faudra faire

deux premiers des quatre,

et


i56

non

,

**H

K«l

MANUKI.

deux autres, garder les deux derniers, prendre les deux suivans les tordre tous quatre deux à deux, et faire un point; puis ficher une les

,

épingle entre

quatre derniers

, un peu au-dessous des épingles précédentes. Tordre deux à deux , et un point; prendre les quatre derniers des

les

faire

douze premiers point

prendre

;

,

les

les

tordre deux à deux

les

tordre deux à deux

les

quatre derniers des huit

douze et les

un point de

,

et faire le point

,

deux suivans

suite.

un

et faire

,

les

les

un point prendre tordre deux à deux,

les

quatre derniers des

et faire

un point; prendre

et faire

,

quatre derniers des dix premiers

;

,

;

prendre

les

deux derniers

tordre deux à deux

,

et faire

puis les séparer par une épingle, et ainsi

;

Parvenu aux quatre derniers

,

on ne

les

tordra point, on fera un point, puis la couronne et

un

point.

appelle ce point œil de perdrix;

pour remplir

s'en sert

et

On

le

,

on

milieu des fleurs.

Le fil plat des fleurs se met en travers des épingles du cylindre, de manière que les deux fuseaux

réunis, comme je l'ai dit , retombent de droite et de gauche en arrière du carreau. Quand on a fine ce fil plat au commencement de la fleur par deux ou trois points on remet les fuseaux de fil plat avec les ,

on leur

autres

;

décrit

la fleur,

de

la ligne

puis, à plats

,

et

fait

suivre les tours et retours que

en faisant du réseau jusqu'à l'angle

qui suit diagonalement

la fin

on

de

la

fleur,

les rejette

on

la fleur (fig.

croise les

62),

deux

fils

en arrière, jusqu'à ce que

la


,

DES JEUNES DEMOISELLES. dentelle soit assez avancée

après avoir mis

Comme

I

pour pouvoir

un

certain

57

les

couper.

nombre

d'épin-

pendant environ deux pouces et demi de longueur on ôte ces épingles par derrière pour les

gles

,

,

remettre par devant

à mesure qu'on

,

veaux réseaux , on retrouve ces pés derrière les épingles. tiges fils

Il

fils

y a des

plats

comme au bord

avant

le

picot;

d'autres qui n'ont qu'un

,

non coudont

fleurs

veulent quatre fuseaux croisés entre

au contraire

de nou-

fait

plats

y en

a

,

ou deux

,

il

fil

placés l'un auprès de l'autre sans intervalle

:

c'est

à indiquer ces différences.

au dessin

On

les

deux

les

fait

milieu de

souvent autour des la

dentelle

,

appelées points -d'esprit.

point avec

les

feuilles

,

et clans le

de petites mouches carrées

La

fig.

63

ce

représente

fuseaux. Ces points sont ordinaire-

assez embarrassans à travailler et à décrire mais une de mes sœurs a trouvé un procédé qui en

ment rend

à la fois la pratique et l'explication faciles.

Le

voici.

Arrivée au petit

trait noir

point-d'esprit sur le dessin

fuseau de gauche sur le

premier du

même

le

,

marque

carré qui

elle passait le

second de droite

,

côté avec lequel elle

le

premier

et dessous le

tordait

une fois ; puis elle l'attachait à droite en large à deux pouces du cylindre , en tournant le fil près de ,

la tête

du fuseau, après une des grandes épingles les paquets. Ce point d'appui

qui en retiennent

trouvé,

elle s'en

formait un autre, en tenant ferme

i4

.


,

V MANUEL

i58 à gauche

,

à la

gauche. Cela

même

fait

,

distance

,

le

elle prenait le

droite, lui donnait

un

second fuseau de

premier fuseau de

tors, et passait alternative-

ce fuseau sur le fuseau tenu à droite, et sur

ment

celui tenu à gauche, en le passant toujours dessous le second fuseau de droite , qui , par ce moyen , res. tait seul

que de

sur le carreau; elle continuait jusqu'à ce

le trait

la

avec

noir se trouvât couvert

main droite

le

;

alors

fuseau de droite,

,

premier fuseau qui avait toujours

le

tordait les

deux autres

à

gauche de

la

détachant

elle le tordait

travaillé

main gauche,

et fichait une épingle entre ces quatre fuseaux, pour achever et soutenir le point. Sa méthode diffère de la méthode ordinaire, seulement par l'emploi de ces points d'appui. Outre la facilité du

travail

,

elle

empêche

ce qui arrive souvent

comme de coutume Le on

le

bout

fil

:

quand

de s'écarter

fuseaux demeurent

sur le métier.

un

petit

quand ce bout le

les

se casse fort souvent en faisant la dentelle

rattache par

après

le point-d'esprit

fuseau voisin

après une épingle.

,

est

nœud

lorsqu'il reste

:

un

trop petit, on le roule

et l'on attache le

On couche

bout cassé

cette épingle entre les

où le fil s'est cassé , on la sort on va la ficher un peu loin sur le cylindre. Cette opération a pour but d'obtenir un long bout de fil avec lequel on puisse raccommoder le fil cassé. (Voyez plus bas, à l'article du raccomo-

autres

,

à l'endroit

par derrière

,

et

dage des dentelles.)


UES .1EUMES BEMOISELLES.

1

5y

Point de Paris.

Vous

-vous rappelez

pied de dentelle, se

manière que

les

que

fait

le

point de

la lisière ,>ou

en croisant quatre

deux de gauche

fils,

de

trouvent à

se

droite, et réciproquement. C'est ce point qui forme

point de Paris, ou point double. Cette espèce de

le

dentelle veut quatre fuseaux entre chaque épingle,

de manière qu'à de

la

fils,

même

ou l'engrèlure

fait

se rencontrent

deux

y ait huit fils , que l'on croise manière que pour le point-jeté à quatre il

,

;

qu'un tors,

ou

car l'engrèlure

dentelle, est toujours

ne

l'angle

rangées de réseaux

le

un demi-point de

et l'on croise les

pied de

Paris.

On

fuseaux en les

descendant. Ainsi descendre c'est faire à demi les points qu'on achève en remontant. Il faut

un

dessin dont les trous soient beaucoup

plus éloignés que pour le point de Bruxelles. Il faut aussi

du

très fin

fil

épaisse. Elle est

mais sa durée

est

cette dentelle étant fort

On

la

précédente,

presque double. Les fleurs se font

et les fils se rattachent

de Bruxelles.

,

moins agréable que

ne

comme

fait

j'ai dit

pour

le

fond

pas de points-d'esprit à ce

point-là.

Point d'Alençon, d'après Rolland.

Comme je

l'ai

annoncé en commençant ce cha-

pitre, je ne sais pas faire le point d'AIençon, et


,

I

MANUEL

\<qq

par conséquent

m'a

il

On

notions étrangères.

recours à des

avoir

fallu

m'a fourni

note suivante

la

:

Les dessins composés et choisis , sont gravés sur cuivre et empreints sur parchemin. Ces morceaux, de parchemin sont numérotés suivant le besoin, pour la liaison des diverses parties

plusieurs à

du

On

dessin.

les

pique

un

placés l'un sur l'autre, avec

la fois

poinçon formant de

petits trous espacés

d'une ligne

sur tous les contours des fleurs. Après quoi , on applique chaque morceau de parchemin sur un

semblable morceau de grosse

met en double.

On

de trace, qu'on indiquer

les

une ligne

fixe sur

la place.

On

écrue

toile

,

que

unit tout autour par

couvre ce

qui l'embrassent ainsi que

le

fil

faite

l'on

un

fil

pour en

à petits points

parchemin

et la toile

et dessous alternativement à di-

en passant dessus

stances égales. Cette manière d'arrêter ensemble le

parchemin que

celle

tion

du

et

la

toile

dont on

fait

,

est

précisément

la trace

On prend deux

point.

,

la

même

première opéra-

fils

plats,

que l'on

pouce gauche, en les conduisant sur toute la suite du dessin , et on les fixe avec du fil rond enfilé dans une aiguille qu'on fait passer

maintient sous

le

d'abord de dessous en-dessus dans un des trous du piqué, et qu'on retire de dessus en-dessous, après l'avoir fichée dans le

ser les

deux

fils

même

trou

fond. C'est

en faisant embras-

le

qu'on forme

La trace achevée, on nom qu'on donne au toile qui

ainsi; et qui sert à les arrêter. fait le

,

plats sous le point


rrm

DES JEUNES DEMOISELLES. remplit les fleurs. et

d'un

fil

très fin

qu'on

,

j6l

se sert d'une longue aiguille

tenir à la trace par

fait

points bouclés très

quelques

L'ouvrage

serrés.

main gauche de manière que l'index dessous, et le pouce au-dessus avec le doigt

se tient soit

On

de

la

médius. L'aiguille est tenue entre l'index

médius de

la

main droite

commence droite

,

le

horizontalement de gauche à

les fleurs

elles

et

pouce revêtu d'un pour la diriger. On

le

;

doigtier de peau reste libre

ne sont formées

cftfe

de points noués

bien rangés. Lorsque l'on est à l'extrémité de la feuille à droite le rejette

au

,

on

même

arrête le

fil

à la trace

point d'où l'on

revenant encore de gauche à droite points sur ce

même

fil,

puis on

,

était parti

on

,

fait

;

et

des

mais en faisant toujours

rentrer l'aiguille à chaque point entre les points de la

on

première rangée. Parvenu au bout de rejette le

mencer

la

fil

de gauche

droite

à

même manœuvre

,

la

seconde,

pour recom-

jusqu'à ce que

la fleur

soit remplie.

Le champ est de bride ou de réseau. Ce dernier ne présente que des mailles simples comme celles du filet le plus fort et le plus serré. Pour le faire on commence par jeter un fil de champ si le fil est ,

comme

la

chaîne de l'ouvrage

et d'autre à la trace

,

et

on

le

,

on

l'attache

de part

recouvre d'un autre

qui achève de former les mailles. ce réseau avant de faire le fond ou bride , c'est une figure à six pans ,

On

fait

toile.

souvent

Quant à

elle est

la

toujours


F MANUEL

162

marquée sur

Avant de

les dessins.

commencer on

la

pique dans toute l'étendue du champ, mais seulement à l'angle de chaque hexagone, on attache son

la

fil

au bord d'une fleur à gauche , on passe l'aiguille la lisière, puis mettant une épingle dans* le

dans

supérieur de

trou formé à l'angle passe le

fil

mière fleur à droite

,

cette

rangée en repassant

On

le zig-zag;

on passe

point noué

fait

le fil

Quand

la

on recouvre

,

avec du

qui

fil

et

,

l'on

qui forment

à chaque rangée dans

pointe de celle qui précède. bride est ainsi terminée

fil

pre-

revient sur

épingles

les

réunit avec l'aiguille les parties de

la

son

l'on arrête

forme alors une rangée en zig-zag.

on

bride,

la

autour et l'on suit ainsi jusqu'à

très fin

fil

tout d'un

le

au nombre de

pan de

sept à huit très serrés sur chaque

la

figure de la

la

réseau est plus agréable et plus séduisant

bride ,

la

:

le

bride

est infiniment plus solide et plus durable.

On donne

le

nom

de mode aux points de fantaisie

qui s'exécutent ensuite aux places réservées à cette intention.

Chaque

fleur

est

sorte

on

finit.

de point-noué qui dessine

donne au point d'Alençon par lesquels

il

est

chaque point deux et se détacher a

relief appelé

entourée d'un

brode, travail par lequel

les

contours, et

le saillant et la

en faveur. fils

C'est encore une

On

plats qui doivent s'attacher

chaque

tige.

Mais ce brode ou

cordonnet communément trop gras pour

ï^.

richesse

embrasse pour

le

champ


DES JEUNES DEMOISELLES. de point, nuit à sa solidité, et presque toujours ce beau

I

c'est ainsi

63

que périt

travail.

un fragment de patron où le réseau est commencé et où la trace est faite. On reconnaît la trace aux deux fils rangés à côté l'un Voyez Jîg. 63

de l'autre

ment

,

ibid,

embrassés par de petits points égale-

et

espacés.

Point d'Angleterre.

quoique l'on donne ce nom aux den( proprement dites) ont deux caractères qui les

Les points telles

distinguent des dentelles. faits à l'aiguille

le

au lieu de

second, c'est que

en même-temps

,

champ ou

pose

toile;

l'être

les fleurs

,

;

ne s'en exécutent pas

ou

le tissu

et, lorsqu'il est

et se

brodent

uni

s'appelle

,

démonté, on y

les fleurs.

Le point d'Angleterre, dont figure très grossie

(fig.

62)

,

se

la

planche donne une

commence en

de droite à gauche du dessin un

fil

quel on revient en jetant d'autres

fils

dont

c'est d'être

avec des fuseaux

mais s'appliquent

sur le tissu. Ainsi le fond le

Le premier,

droite à gauche.

réseaux,

Le point d'Angleterre a cela de parest accompagné d'un réque l'on forme en croisant de nou-

en long sur les fils jetés de biais. On fait longueur respective des angles de chaque

fils

ainsi la

les

jetant

sur le-

que chaque réseau

seau plus petit,

veaux

sur

,

angles se rencontrent sur cette ligne de

les

ticulier

très fin


,

MANUEL

l64

même I

dessin, et l'on reprend après cela de la

du

côté

manière.

Les fleurs se font en formant de petites épingles

(voyez plus bas, aux points de dentelle, points)

et

,

en attachant

épingles de

à ces épingles, tantôt

une

petite toile bien serrée en rapprochant et alternant les fils ibid.

,

tantôt des points à œil de perdrix (voyez,

,

points à œil de perdrix),

sons indiquées par ces fleurs, et

on

le dessin.

sur

les fixe

léger point de cordonnet

ou d'autres combinai-

Après quoi l'on démonte le

point par un très

ou de boutonnière, analogue

au brodé du point d'Alençon. Point de Malines brodé. L'aiguille assujettit six

point à peu près

à chaque réseau de ce au point d'Angleterre ;

fils

comme

puis on pose les fleurs dessus,

pour ce point. Dans

détails certains, je n'ose

qui

me

comme

l'impossibilité

je l'ai dit

de donner des

m'étendre davantage. Ce

console de cette omission forcée, c'est que,

quelque développées, quelque méthodiques qu'eussent été elles

mes

descriptions sur ces points étrangers,

mes jeunes

n'auraient été d'aucune utilité à

lectrices

;

car

ils

sont

si

difficiles

,

si

compliqués

qu'une seule personne ne peut savoir faire toile et les fleurs , ou que du moins elle ne dessin d'une seule de ces dentelles (i). (i) Je tiens

cette assertion

dentelle de Flandre.

d'une

à la fois le

que le Qu'on juge,

habile

sait

ouvrière en


5

DES JEUNES DEMOISELLES. après cela

,

un simple

si

1

6

récit aurait suffi à l'ap-

prendre. Dentelle d'Auvergne ou du Puy.

C'est le point de Bruxelles très grossier.

au Puy une

aussi

elle n'est

On

fait

fort petite dentelle appelée trou

guère large que d'un demi-pouce,

;

et le

donne son nom, a quatre lignes enviimmédiatement après le picot , est formé par un gros fil plat que l'on fixe sur le dessin le long du trait qui le marque avec

trou,

qui

ron.

Ce

lui

trou, qui vient

,

des épingles placées dans une boucle

comme

au

picot; ce qui produit, en effet, un picot circulaire

dans

le

trou.

On

fait

ensuite

un ou deux réseaux,

puis l'engrèlure. Le trou encore plus commun se aux fait sans picot intérieur, et sans poser d'épingles

réseaux qui sont entre aussi nettt '!

le

trou et

la lisière. C'est

de cette façon que se font les petites mignontemps les pèle, dont on garnit depuis peu de

rines et les fichus.

picot et des

fils

On

croisés

fait le

bord

à

dents avec un

comme pour une

mousseline;

on tord, on fiche une épingle seulement après la dent, que l'on recommence bientôt après d'une semblable manière. Les fils forment une bride lâche entre chaque dent. Quelle que soit, d'ailleurs,

la

forme de ces dents , avec un dessin ou un morceau de mignonnette pareil , vous l'imiterez aisément.


MANUEL

i66

Picot.

souvent un Nous avons vu qu'on place

picot de

broderies en tulle, afin de leur dentelle après les Ce bordure de ce dernier ouvrage. faire imiter la facile picot est extrêmement

quand on

sait faire

un

couronne et du 1S intermédiaires. On ne place jama pied sans réseaux en sorte que le picot vient de fil plat dans le bord; quelquefois après le immédiatement après un point , a, au reste, des dendemi-point de la lisière. Il y également après les rele picot vient

Lu la dentelle

telles

;

il

se

compose de

la

seaux, (i)

(0 Ce guille

en

picot m'en rappelle

même -temps que

le

un autre qui feston,

se fait à l'ai-

nommé pour

cette

l'obtient.

Vous

comment on raison feston a picot. Voici commencerez à l'ordinaire ; vous y tracerez un feston comme .ppl.qn.at un trois points : ensuite, la

dent en y faisant

feston l'intérieur de la dent de crin alloué à gauche et à l'aiguille dessous, et vous embrasserez ce crin en passant dern.er long, pris dans le en faisant un point de feston en dans reprendrez ensuite le point point fait en large; vous en ferez c'est-à-dire en large. Vous Ion sens ordinaire, long en et crin le point sous le trois, et recommencerez est un moule ainsi de suite. Le crin

comme précédemment

:

une lorsqu'il est ôté , vous avez qui doit couler à volonté ; forment un picot. Cela abrège de petites boucles qui de denet de coudre un picot

Le le

temps, en évitant de

tale

;

mais

il

faire

faut festonner avec

du

fil

ou du coton

très fin.


DES JEUNES DEMOISELLES.

167

Blondes.

Nous avons

dit que les blondes se travaillent en ou noire, selon le point de dentelle que adopte pour les faire. Le point de Bruxelles, ou

soie blanche l'on

trou carré d'Alençon , exécuté avec des fuseaux sont ceux que l'on choisit de préférence. La mode' veut que les blondes soient toujours à dents , et que ces dents soient remplies d'une feuille épaisse. le

Quel-

quefois cette feuille est moitié épaisse et moitié à jour; souvent aussi elle est surmontée de

petits

œillets qui se font à

qu'on

peu près comme

le trou,

puis-

garnit intérieurement d'un picot. Cette reste, s'applique à beaucoup de tulles

les

mode, au

de

fils.

Tulles.

Les tulles se divisent en tulle à dents d'entre-deux.

Bruxelles

;

on

On

d'œillets,

ou

On

m eltre

et tulle

les fait

les fait à

presque tous en point de plein de points-d'esprit ou

unis pour ruches. Les entre-deux ont souvent de grands dessins en guirlande. Les tulles à dents, les plus distingués, ont le dessin de blondes. La dent ne change rien à la façon de la couronne. Il suffit à la pointe de la dent de resserrer les fils du bord. peut

le

aussI à

UQ fest0Q fak g

seulement de faire toujours place en place.

le

,,

avance;

.,

^

point de festou en long de


,

1

MANUEL

68

Voyons maintenant

la

partie accessoire de Yart de

la dentelle.

Points de dentelle ou à jour.

la

Ces points, comme nous l'avons dit en parlant de broderie au plumetis, servent à remplir les vides

laissés

les fils

On

exprès dans l'intérieur des fleurs.

tingue en deux espèces

sur

la

:

perkale ou

ceux que la

l'on fait

mousseline

,

et

les dis-

en tirant

ceux qui

forment entièrement une dentelle. Les premiers sont les plus faciles , les moins jolis faciles en ce qu'ils n'ont que et les plus solides :

deux façons, au car, d'ailleurs

,

lieu

il

que

sont à l'infini;

les autres

ennuyeux de

est plus

tirer les

filp

que de faire le point de tulle qui prépare le plus grand nombre des autres points à jour. Voici la !

façon des premiers.

Commencez d'abord par fixer le nombre de fils que vous voulez

tirer

toffe et la finesse

:

ce sera selon

la

grosseur de

l'é-

que vous vous proposez de mettre

à vos jours. Il faut tirer plus de

sur la perkale

fils

et plus sur la

mousseline que

Supposons que vous veuillez en

tirer quatre et

que sur sur

en

la

la

mousseline

,

gaze.

laisser trois

:

prenez

l'étoffe

cassez ensuite légèrement

quatre

fils

morceau

les

plus près

d'étoffe

,

brodée à l'envers

du cordonnet qui borde

que vons devez

doivent être cassés à gaucbe

;

avec une épingle fine

(

travailler.

d'après

la

Ces

posilion

mm

le

fils

ou


DES JEUNES DEMOISELLES parce qu'en

l'on tient l'étoffe),

main, en avançant, reviendrait sur

la

tirés, et

milieu tire

On

pourrait les déranger.

et

droite,

les fils

casse ces

déjà

fils

au

on

les

de gauche près du cordon en

les

du morceau

de droite

l6o

les cassant à

lorsqu'il est très large

,

et

suivant de l'œil depuis l'endroit cassé

mais quand ; morceau est de moyenne et surtout de petite dimension, on casse les fils près d'un bout du cordonnet , et on les tire par l'autre. Vos quatre fils

le

tirés, laissez-en trois, et retirez-en

quatre autres

ensuite, en continuant de cette manière jusqu'à la fin

du morceau. Après

charpie que côtés

les fils

cela, coupez

du morceau puis répétez

les

de

deux de

cette opération

;

l'autre sens, ce qui

l'espèce

arrachés ont faite sur

vous donnera une

suite

carreaux à jour entre des lignes de trois

de petits

fils

dispo-

sées en croix (fîg- 64).

Cette préparation terminée

de

fil

très fin

dit

,

fil

,

enfilez

une

de dentelle; prenez

aiguille

l'aiguillée

courte, parce qu'elle se casse aisément, et attachezla

une boucle comme un

à la tête de l'aiguille par

nœud-coulant, que vous ferez couler de temps en temps, à mesure que l'aiguillée raccourcira ; ensuite, tenant toujours l'étoffe brodée à l'envers, arrêtez

dans

l'aiguillée

en

le

cordonnet

faisant plusieurs fois

,

soit

par un

un point de

nœud

,

soit

surjet, en lais-

sant flotter le petit bout de l'aiguillée, qui se cou-

pera après façon est

la

le

jour

fait.

On

arrête encore, et cette

meilleure, en faisant après

un premier i5


,

MANUEL

170 .

point de surjet

boucle

qu'on

,

,

un second qu'on

laisse s'étendre

en

en passant dans cette boucle l'aiguille en serrant bien. Prenant ensuite vos pe-

et

tire

carreaux à jour de biais; passez deux fois l'aiguille à point de surjet couché sous la ligne de trois

tits

fils,

(fig.

qui part à gauche de

54

droite, et ainsi de suite

vous obtiendrez de se

la

Faites-en autant

).

«î

la

pour tous

jolis

du carreau

jonction

ligne qui part à

carreaux

les petits

;

réseaux en losange. Ce jour

nomme jour anglais. Ce jour

fait le

une

a

très agréable variété.

premier rang

comme

je viens

Quand on

de

le

a

décrire

qu'on passe au second rang , on ne fait d'abord qu'un seul point à la première ligne verticale de trois fils à gauche ; et , repassant son aiguille comme si on voulait faire le second point, on va la piquer dans le fil de dentelle qui a fait à la première rangée et

ii

le

point parallèle à celui-ci, on ramène l'aiguille

achever

le

jolie petite

point interrompu croix de

deux

une

et l'on a

,

fils

réseau (fig. g5 ). On continue toujours de la manière jusqu'à la fin. Ce jour est appelé yo/« -

Passons aux

personnes très bien

les

;

régulier, et

points de dentelle

:

rend leur ouvrage plus

ménage beaucoup

la

vue.

le

même turc.

beaucoup de

montent sur du papier vert

cela

très

de dentelle dans

:

elles

font

facile, plus


JEUNES DEMOISELLES.

t)KS

Point de

Ce point tement

se

nomme du

réseau

le

*7«

tulle.

ainsi parce qu'il imite parfai-

tulle

:

base de presque

est la

il

tous les autres points de dentelle, qui sont part

avec

,

ou brodés sur

point de tulle

le

comme

aiguillée étant bouclée et arrêtée à

j'ai

pour

dit

les

vous allez travailler entre l'index prenez votre aiguille entre

main

l'autre le petit

,

et

soutenant le

et le

mêmes

les fil

en

toujours de

,

retenant toujours

avec

le

le

retenant

le

sous

fil

sur le quatrième et fils

allez

aiguille dans le

environ à

la

la

alors

,

le

fois

l'aiguille

et

piquer votre

soulevant le

le

pouce

la tête

fil

pouce

de

et l'index

L'aiguille

le

avec

le

de gauche à droite sur

avec

en

le petit

ainsi

pouce droit dans

grande boucle retenue par ,

le

l'aiguille.

enfoncée à moitié, passez petit doigt

,

pointe sur l'index gauche,

naissance de l'ongle

lâchent

fait

de l'endroit où

cordonnet, en tournant

votre côté, et passant

du

doigt

le

main gauche. Cela

doigt droit, allez (à quelques

deux

doigts de

quatrième et

la

vous l'avez d'abord arrêtée),

droits

morceau que pouce gauche;

doigt de cette dernière main, passez-le sur

l'index gauche

milieu

gaucbe,

jours précédens, prenez

aussi l'étoffe à l'envers en tenant le

le

plu-

la

ou combinés

lui.

Votre

très

,

quatrième et

pouce

,

,

le

passez-

l'aiguille

et l'index droits

boucle du quatrième et du petit doigt

la

;

tirez

,

lâchez la

et

reprenez


,

MANUEL

I72 ,

peu après encore fil

ne

le

fil

dans

le petit doigt droit

,

le

trouve plus alors former de boucle que sur

se

le troisième doigt

gauche, que l'on retire en élevant

doigt qui retient toujours le

le petit

fil

et serre

,

convenablement le point enfin terminé. Comme on ne reprend jamais le fil dans une rangée de réseaux, il faut quand le fil devient trop court

pour recommencer une nouvelle rangée

arrêter l'aiguille au cordonnet

nouvelle aiguillée

autrement

;

partie de la rangée

,

il

d'une

et l'enfiler

faudrait défaire la

non achevée.

du du pouce, pour passer deux fois le fil sur l'aiguille. On recommence ce point à quelques fils de distance du premier. Lorsqu'on a peu d'habitude , il faudra compter ces fils Lorsque

le

fil

devient trop court, on se sert

troisième doigt droit ou bien

afin

que

les

réseaux soient bien réguliers

:

puis,

quand vous aurez de la sorte garni de points tout le long du cordonnet, en droit fil (fig- 65), vous arrêterez le dernier point dans le cordonnet latéral, à la fois

hauteur des réseaux

puis vous passerez deux

;

votre aiguille dans chaque réseau

,

en tournant

du milieu de la main droite. Ce pousser. Tous vos réseaux descendus

sa tête vers le doigt

doigt sert à

la

ainsi (c'est le

terme adopté)

cordonnet

l'autre

latéral

dans ce cordonnet à points

,

la

,

,

et

vous arrêterez dans

remontant

l'aiguille

hauteur de vos premiers

vous en ferez de nouveaux en prenant dans

chaque réseau pour en

faire

un autre

(_/%•.

66).


DES JEUNES DEMOISELLES. Continuez

comme aux précédens

,

I

arrêtez de

rj$

même

redescendez vos seconds réseaux. Chaque réseau un petit trou carré formé par quatre fils

et

est alors

deux

les

:

fils

placés en large sont les brides, les

deux

Quand les réseaux sont très de passer une fois l'aiguille en

autres sont les barres. fins les

on

,

se contente

descendant

:

rend plus clairs , plus jolis , on ne passe aussi qu'une fois le

cela les

mais moins solides

:

sur l'aiguille en faisant ce point. Je crois devoir

fil

rappeler que l'on et

fait le point de gauche à droite, descend de droite à gauche. Outre ce point de tulle ou réseau , les points de

qu'on

le

dentelle ont

deux autres points, Ces

points -d'esprit.

les épingles

,

et les

trois genres

de points produisent une infinité de combinaisons nous allons d'abord indiquer la manière de faire ces deux der:

niers points.

Les épingles sont seulement de fort resserrés l'aiguille

qu'une

en

:

les

en

très petits

on n'y passe qu'une formant; on ne passe

fois

réseaux

le

fil

sur

aussi l'aiguille

descendant ; on en prend ordinairement deux dans une maille, ou trou de réseau fin

,

et

fois

même

les

trois

:

plus

elles

sont épaisses et

rapprochées, plus

elles sont bien faites, puisqu'elles sont destinées à faire opposition dans les clairs du réseau.

Les points-d'esprit demandent plus d'attention. Voici les

comme

ils

doivent être

commenciez dans

le

faits

:

soit

que vous

cordonnet, ou que vous

les


,

MANUEL

j«/

h

prendre un preniez dans un réseau (on appelle sortir; ou point dans un autre , quand on l'en fait mieux dire quand on en fait un nouveau dans

pour

celni-ci), tulle très

quatre ou cinq points de en ne passant qu'une fois le

faites trois,

rapprochés

,

si bien Cl sur l'aiguille. Allongez-les et serrez-les produisent un petit carreau épais {fig. 67);

qu'ils

faites

point.

un point

ensuite

suivant;

le

ordinaire dans le réseau

point-d'esprit tenant lieu d'un autre

Quand vous descendrez

vous passerez

l'aiguille

le

une seule

rang de réseaux „ fois

dans

les petits

que vous réseaux du point -d'esprit, lors même Vous aurez auriez descendu en passant deux fois. afin que le soin de ne pas écarter les petits réseaux , carrée. point-d'esprit ne perde point de sa forme recommençant la rangée suivante vous prendrez

En

légèrement

le

point au milieu du point - d'esprit Ce point, absolu-

sans déranger le petit carreau.

ment semblable de forme d'esprit les

employé dans

la

et

de

nom

au point-

dentelle, sert à en imiter

dessins dans les jours.

On deries

fait aussi

sur

le

point de tulle diverses brole point-d'esprit, et pour

pour remplacer

nous enseignerons varier agréablement les dessins : des points à jour, que ces broderies selon l'ordre expliquer en commennous allons successivement traiterons ensuite des çant par les plus faciles. Nous font les jours de sortes de points de broderie, qui la

broderie en reprise sur tulle.


DES JEUNES DEMOISELLES. Point de

1^5

tulle.

Nous avons vu comme il se fait. Selon qu'on le commence en sens divers il produit des réseaux en long, en large, ou de biais ce dernier sens est ,

:

préférable.

Il

faut avant de

dans quel sens doit être

commencer, considérer

le

mise

brodée.

l'étoffe

Point rayé.

Ce point réseaux

,

et

est

un mélange de deux rangées de

de deux rangées d'épingles;

doivent commencer;

réseaux

les

un peu

faut qu'ils soient

il

écartés, et que les épingles soient très rapprochées

de mieux produire l'opposition.

au contraire

afin

Ce point

et

presque tous

dans

le

faits

sens des

fils

droit

fil

de

les autres

l'étoffe

qui suivent

la

,

,

devront être

c'est-à-dire

dans

le

direction d'une lisière à

l'autre.

Point à cordon. C'est

le

précédent

à passer et repasser

:

toute

la

du coton

différence

fin

sur

la

deux rangs dé réseaux forment entre (7%-.

,

se borne

ligne

que

les

les épingles

68). Point de moulinet.

y a le moulinet simple et le moulinet double. Tous deux veulent un trou rond. Le premier se fait Il

,

avec de longs réseaux rangés circulairement l'on

passe et

descend deux

fois.

On

,

l'arrête

que en


ri

MANUEL

Î76 repassant

1

dans

l'aiguille

moulinet double

premier

le

est celui-ci

,

Le

réseau.

auquel on ajoute une

rangée circulaire d'épingles. Point brodé en droitfil. Faites alternativement trois rangées de réseaux et

deux rangées d'épingles, jusqu'à ce que

laissé le

fil.

par

la

brodeuse

soit rempli. Arrêtez et

Après cela fixez votre aiguille dans

donnet, au niveau de

la

comme

si

brides

,

la

un

cor-

premier réseau

à

vous arrêtant

et

de manière à

suit,

hauteur entre

les

deux

Répétez cette opération jusqu'à ce qu'elle duit

le

passez l'aiguille sous les

du réseau qui

embrasser toute

le

vous descendiez,

à la première petite barre

deux

trou

ligne formée par la seconde

rangée des réseaux. Passez dans droite

le

coupez

brides. ait

pro-

petit carreau épais et saillant qui cache et la

petite barre

,

une

et

partie

garde de ne pas serrer

deux brides, fois que vous descendez

le

suivante sans

et

de

le

le

du fil

réseau. Prenez bien

en passant sous

les

lâcher également toutes les

passerez. Votre point brodé achevé

réseau pour l'arrêter la

,

broder, et recommencez à

comme nous venons de le travail de la même manière au

sième

autres rangées de réseaux que

les

,

laissez la barre

dire.

la troi-

Répétez ce

milieu des trois

rangées d'épingles

celles-ci. Il faut que le jour soit très grand pour que ces six rangées et leurs épingles ne

séparent de

,

suffisent pas à le remplir.


DES JEUNES DEMOISELLES. Point brodé en

177

biais.

Quand vous aurez fait un point rayé (voyez plus haut), arrêtez votre aiguille à droite vis à vis la ligne des deux rangées de réseaux cette ligne est :

formée de petites ondulations imperceptibles des brides d'une petite barre à l'autre

réseau supérieur qui coupe

,

broder. Cela l'aiguille la

demande beaucoup

sous

la petite partie

barre du réseau

Embrassez selon

la

,

trois

de

de

du

barre

que vous devez

d'attention. Passez biais

formée entre

du réseau

à gauche (fig. 69).

biais dessus et dessous.

ou quatre

fois cette

manœuvre

grosseur des réseaux , elle vous donnera un

point-d'esprit en reste

la

supérieur, et celle

cette partie

Répétez deux

de

un peu plus

inférieur, placée

par

bride entre les deux

la

barres. C'est sur ces ondulations

la

biais

:

descendez ensuite sur

le

bride, en sortant l'aiguille au-delà de

barre suivante

,

partie de biais.

recommencez

et

à la

la

première petite

La ligne des deux autres rangées de

réseaux doit être brodée de même. Point rayé à points-d'esprit. Faites d'abord tez-les ensuite

placerez

à

deux rangées d'épingles; surmon-

d'un rang de points-d'esprit que vous

distances égales,

uns des autres

:

les points-d'esprit

du

jour.

et

recommencez ,

et ainsi

peu éloignés les

épingles

de suite jusqu'à

,

les

puis la fin


1

MANUEL

78

Pour rendre ce point plus joli, on peut faire deux rangs de points-d'esprit, en reprenant au second rang dans les brides du premier, de manière que chaque point-d'esprit de

cette seconde rangée

se trouve correspondre à l'intervalle compris entre

deux poinîsrd'esprit inférieurs. On alterne ces deux rangs et les épingles, comme je viens de

les

l'expliquer.

Point à œil de perdrix. Faites deux épingles au bout du cordonnet, deux autres épingles au milieu, et deux autres à l'autre bout. Descendez ensuite trois ou quatre fois

sur chacune

dos

grandes brides que vous aura puis faites deux rangées ,

données cette opération

d'épingles sur ces grandes brides

:

placez ensuite

deux épingles au milieu de chacune de ces brides, en sorte que ces couples d'épingles se croisent avec les couples précédentes (fig. 70). Recommencez deux rangées d'épingles

comme

puis trois

couples d'épingles

au premier rang, ainsi de suite. Ces couples

d'épingles donneront

aux rangées une forme

incli-

née très agréable. Point à points-d' esprit en croix.

Après

les

deux ou

trois

premier rang de votre jour,

premiers réseaux du c'est selon sa

largeur

(je suppose qu'il y en ait trois), faites un point-


DES JEUNES DEMOISELLES. d'esprit

:

faites

1

nq

encore plusieurs réseaux , un point-

d'esprit et trois

autres réseaux.

Au

second rang

substituez le point-d'esprit au second réseau; au troisième rang au quatrième réseau; au quatrième

rang au troisième réseau, rangée,

comme

à la

première

cela produira le carreau indiqué

Quand vous

aurez

par

la

deux rangs de réseaux , ou même un recommencez un nouveau carreau entre les deux précédens. Il serait bon pour cela d'avoir dessous le point à jour un

fie-

71

-

ensuite

fait

,

dessin de ces carreaux çantes,

surtout pour les commenou les personnes qui font rarement ce travail. ,

Point à Il faut

que

le

circulaire. Alors

étoile.

trou où l'on doit faire ce jour soit

on

fait

une double rangée

d'épin-

gles tout autour. Ensuite toutes les quatre, six,

ou

un

On

sept épingles, on place

point-d'esprit allongé.

descend ces points -d'esprit , et l'on recommence une double rangée d'épingles; on continue de cette manière jusqu'à ce que le cercle soit très resserré, alors on termine par quatre points-d'esprit en croix. Ce jour est extrêmement joli lorsqu'il est bien fait :

il

demande beaucoup de temps. Point à œillet , ou annellé. (i) Faites des rangées de réseaux et d'épingles, dis-

posées

i)

comme pour

le

point brodé en droit fil (voyez

Quelque» brodenseï nommeat

alosi VtflUet,


,,

MANUEL

l8o

plus haut). Arrêtez l'aiguille à la ligne que forme la

seconde rangée des réseaux

seau.

Vous

descendez un ré-

,

de la barre de ce réseau

êtes alors auprès

;

coulez votre aiguille

le

long de

revenez prendre

la

première barre d'où vous

et

êtes partie. Cela décrira

Recommencez-

réseau.

cercle de

autour du

fil

jusqu'à ce qu'il soit assez

le

puis

saillant,

c'est-à-dire

nourri,

un

barre suivante

la

enfonçant

la

pointe de l'aiguille au milieu du cercle, vous

tournerez dans

L'œillet

l'agrandir.

dans

la

trou placé au milieu afin de

le petit

en passant

s'arrête

l'aiguille

bride suivante, on descend ensuite deux

la

réseaux,

et

on

le

manœuvre aux réseaux

recommence.

même on

quelquefois

,

manière en

entier de cette

comme un

plein.

deux manières

On

répète cette

rangs de

autres rangées de trois

Mais

les

quand

:

avez passé l'aiguille

jour tout

fait le

disposant

les

l'œillet est fait

,

œillets

encore de

œillets se font et

que vous

au milieu pour l'agrandir

point d'un véritable œillet de broderie

,

si

ce n'est que le point sera

beaucoup plus éloigné,

et

un peu couché

la

faites le

autour de

:

l'œillet

voici

première façon. Faites

un point de

peu

feston

serré

:

voici la seconde. Il

a

y

encore beaucoup d'autres combinaisons-

Je vais en indiquer

la

plus grande partie en parlant

des points brodés sur le tulle pour reprise.

Tous

jour à point de

même

réseau.

ces points tulle,

puisque

Comme on

la

peuvent se c'est

a trouvé

broderie en faire

sur le

absolument le

le

moyen de

«te


DES JEUNES DEMOISELLES. suppléer aux épingles

même

près au

,

181

peu

ces jours reviennent à

toutefois les premiers sont plus

:

agréables et plus variés;

ils

sont aussi beaucoup

plus longs à faire.

Les jours

à

cordons brodés en

droit-fil,

en œillet, appartiennent de droit au les faire

sans épingles, mais

supplée à ce dernier point

On prend

de gauebe

à

;

tulle.

comme

voici

en

biais.,

On

peut

je l'ai dit

comment

on

:

droite, à chaque barre les

deux brides parallèles ; on serre un peu puis à h fin du rang on revient de gauche à droite sur les points que l'on vient de faire, et que l'on croise par cette opération. Cela fait une petite bande de gribouillis qu'on mélange avantageusement avec la broderie en droit-fil. Quant à la broderie en biais, ,

elle est

beaucoup plus large, car

embrassant l'espace de tantôt

gribouillis

se fait

elle

en

trois réseaux.

Ces bandes de

sur

elles-mêmes

croisent

se

72 ), tantôt se font larges de trois réseaux, et se mélangent de points d'esprit brodés; tantôt (fig.

un rang de réseaux, à l'intervalle elles produisent un joli fond de raies tantôt à l'intervalle de deux

placés de biais sur

d'un rang encore, tricot

de Berlin

rangs,

mais

elles

elles

à

;

forment une

ne peuvent

jolie variété

de ce tricot,

se faire circulairement.

y a encore deux jolies sortes de points sur qui pourraient également se faire au milieu des fleurs du plumetis , puisqu'il ne s'agirait que do Il

tulle

remplir d'abord

le

vide de ces fleurs avec du point de

16


MANUEL

i8a tulle

mais

;

comme

à œil de perdrix

,

l'un de ces jours imite le point

qu'on a

de

tulle

moyen de

le

vide sans cette préparation

,

on ne

dans un

faire

le fait

que sur

la

contraire, exigeant toujours un fond de réseaux

l'emploie pour

plume

le

broderie en reprise. L'autre jour, an

les

deux broderies,

la

,

on

reprise, et le

tis.

la manière de réussir dans ces deux jours demandent beaucoup d'attention dans la lectrice seulement , car ils sont beaucoup plus faciles à faire

Voici

:

ils

qu'à décrire.

Point à œil de perdrix sur

Enfilez,

arrêtez

votre

ouvrage de manière que

tulle.

votre

tenez

aiguille,

les

du réseau soient

barres

tournées devant vous; passez l'aiguille dessous

première, le

réseau

barres

,

et dessous la

seconde barre,

qui se trouve compris entre

et par

conséquent entre

Continuez cette manœuvre

les

à tous les

la

et resserrez les

deux

deux

points.

réseaux de

la

rangée que vous avez ainsi commencée. Ces réseaux ainsi resserrés, laisseront à droite, à la

réseaux suivante

,

des réseaux mal formés

par deuxpetitsfilsen

v,

ce sont les

rangée de et

séparés

deux brides serrées

par un bout. Au second rang (vous aurez soin de retourner l'ouvrage pour pouvoir recommencer à travailler à droite),

au second rang, dis-je, vous

passerez l'aiguille sous ces

fils

en

c

,

puis dessous

les


DES JEUNES DEMOISELLES.

83

1

deux brides du réseau qui se trouve à droite, immédiatement au-dessus du réseau mal formé, situé entre

ks quatre brides en

Vous trouverez

v.

grand trou demi-circulaire en prenant guille

;

les fils

en

c

quatrième

ainsi jusqu'à la fin

comme

ferez le troisième

comme

second,

le

alors

un

que vous compléterez

qui sont devant votre

vous poursuivrez

Vous

rang.

,

le

ai-

de ce

premier,

le

de suite, en

et ainsi

continuant d'alterner. Jour a point de

tapisserie.

Tenez votre ouvrage en biais, c'est-à-dire de telle sorte que vos réseaux présentent une suite de lignes diagonales; faites ensuite le point de tapisserie (voyez

plus bas au chapitre tapisserie) sur plus rapprochée

la

de tapisserie c'est qu'il

a

deux

la

du cordonnet

;

ligne diagonale

mais ce point

petites différences

va en biais

,

la

seconde

suivant ne se reprend pas dans

le

c'est

:

la

première

que

le

point

point précédent,

mais, au contraire, du côté opposé à celui où l'on vient de ressortir l'aiguille en terminant le point ;

ce qui produit le

un

fil

transversal sur lequel est croisé

point de tapisserie. Lorsque vous aurez travaillé

de cette manière reseau

,

comme

la première rangée diagonale de vous recommencerez (en tournant l'ouvrage

il est indiqué plus haut) les mêmes points seconde rangée diagonale en contrariant les points vous travaillerez ainsi jusqu'à la fin de votre

sur

la

;

jour.


a

MANUEL

84

Ces deux points de dentelle ne

mélangent

se

d'aucune combinaison.

Nous sur

allons ajouter à tout ce

A

faire la bride a

de

que nous avons

dentelle et les points de dentelle

la

et les ourlets à jour

,

description des entoilages

dit

manière

la

,

puis

;

la

espèce de couture qui

,

ajoute une dentelle à une autre pour en augmenter

couture qui réunit deux den-

la largeur, ensuite la

telles

pour en augmenter

raccommodage des

la

longueur, puis enfin

tulles et dentelles.

ajouté la manière de les blanchir,

le

Nous y aurions cette partie

si

n'avait déjà été convenablement traitée dans la collection des Manuels, (i)

Bride a A. Cette bride se fait toujours en droite

ligne, puisqu'on tire entre

les

deux

raies

elle doit être

mousseline,

les fils

de

l'étoffe

comprise

de dessin qui marquent l'endroit

placée

;

elle se fait

sur

la

perkale

,

la

généralement sur toutes

la batiste, et

les étoffes de fil ou de coton. On la dessine ordinairement plus large que les brides turques et à l'é-

chelle

( voyez plus haut à la broderie au plumetis ) , parce qu'elle n'a point , comme ces dernières , l'in-

convénient de serrer et de Voici

comment vous

aurez arraché tous entre

les

deux

(i)

que

Voyez Manuel du

faire

fil

l'étoffe.

Quand vous

longitudinaux compris

en tirant le

grimacer

travaillerez.

les fils

raies

l'étoffe jusqu'à ce

la

se

le

fil,

et

fronçant

rompe, vous monterez

Blanchissage,


,

DES JEUNES DEMOISELLES.

85

1

un papier vert , en coulant , de chaque côté des deux raies, un peu au-dessus. Ensuite vous enfilerez une aiguille un peu grosse de fil très fin ; et , après l'avoir arrêté en ramenant le bout de l'aiguillée devant l'aiguille pour qu'elle le prenne en faisant la bride, vous prendrez à gauche quatre fils que vous réunirez ensemble dans leur longueur votre étoffe sur

par quatre

cinq points de surjet couché

à

,

qui vous

donneront une petite barre semblable à l'un des échelons de la bride à l'échelle. Ce sera la seule fois

que vous en agirez ainsi,

que pour commencer

la

cette opération n'étant

bride. Arrivée à la fin de

votre petite barre, vous prendrez quatre

fils

que

vous réunirez à elle par un point de cordonnet ; prenant ensuite ces quatre fils dans leur longueur sur

la

gauche vous ,

les

embrasserez par deux points

de cordonnet couchés, ce qui "vous donnera un»;

un

petite barre transversale en biais. Puis, à

sième point

,

vous prendrez quatre autres

vous réunirez

comme vous

à

gauche

avez réuni

petite

barre droite.

quatre

fils

à la les

fils

troi-

que

petite transversale

quatre premiers à

Vous embrasserez

aussi

la

ces

par deux points de cordonnet pris sur

longueur des

fils

sur

la

donmr,

droite, ce qui vous

une barre transversale en

biais à droite

,

qui

,

oblique

que vous avez obtenue à VA dont cette bride tire son nom. Vous continuerez cette opération toujours de même On prend plus ou moins de fils à celte bri '

à la barre transversale

gauche produira ,


î

MANUEL

86

ou plus fine. compte plus ; on si les fils qu'on

selon qu'on veut la faire plus grosse

Lorsqu'on y

est

habituée , on ne

les

se contente de mesurer de l'œil

prend

à

peu près feront

la

seconde barre de

Quand

première.

rallèle à la

VA

pa-

ces brides s'emploient

sur une mousseline brodée au crochet,

elles

sont

voici de recevoir une jolie variété comment. Avant de tirer les fils, on brode au milieu des deux raies qui marquent la bride une rangée de

susceptibles

petits pois lignes.

et à

au crochet

,

distans entre

L'ouvrage démonté

gauche de

dessin.

:

On

fait

,

eux de quelques

tire les fils à droite

on

rangée de pois jusqu'à

la

ensuite

la

la

comme

bride a A,

raie

du

de cou-

tume, de chaque côté de la rangée de pois. Cette bride, avec ou sans pois, ne se cordonne pas. On la dispose quelquefois en carreaux

on brode une

comme

les

fleur

:

cela

est

au milieu desquels joli effet. Mais

,

d'un

brides se traversent à tous les angles

carreau, qu'il faut tirer des déjà tirés en large

,

il

fils

en long sur

en résulte nécessairement des

vides que l'on remplit avec peine par des

qui

les

remplacent;

du

les fils

et les

fils

croisés

brides, ordinairement

mal réunies à ces points de jonction, malgré tous les efforts , rompent désagréablement la suite des A, et se déchirent bien vite à ces points.

La bride a

A

maintenant par

est la

cependant, mais qui tous

les sens.

presque tout -à-fait remplacée

brique turque a l'avantage

,

bien moins jolie

de

se

tourner dans


,,

DES JEUNES DEMOISELLES.

1

87

y a encore une autre sorte de bride , ou plutôt de couture à jour. On s'en sert pour joindre ensemble de très petites bandés de perkale ou mousseline Il

et non brodées voici comme tous la ferez. Vous prendrez vos deux bandes ourlées et les pla-

brodées

:

,

cerez sur l'index gauche

sous le pouce et

les

tenant toutes deux

troisième doigt de cette main.

le

"Vous laisserez entre elles

nairement entre

en

,

distance comprise ordi-

la

deux

les

raies des brides

et

,

vous

piquerez votre aiguille enfilée de fil fin sur le bord de la bande placée à gauche. Vous irez ensuite la

piquer à

fil

bande droite, en allongeant

la

l'intervalle

de ce point tout près du bord ,

Vous recommencerez

l'embrasser.

de

le

point sur

puis vous repasserez l'aiguille sous le

;

et à

de manière à

gauche

,

et ainsi

suite.

Ourlets à jour.

Ces ourlets

,

très

modernes

et

non moins

jolis

servent à garnir les mouchoirs de batiste auxquels

aux quatre coins,

on brode de larges

fleurs

collets, les fichus,

pourvu

ligne

;

car

qu'on veut

remplacer

faut tirer des

il

les faire le

qu'ils soient fils

et les

en droite

à ces ourlets.

Lors-

sur un objet en biais, on peut

jour par une bride à l'échelle

,

pourvu

que l'objet soit de gaze ou de mousseline parce que la bride à l'échelle, qui veut aussi une

toutefois

ligne droite

,

et

qui ne se prête qu'à peine au biais

sur une étoffe claire,

110

pourrait pas du tout se


MANUEL

i88 faire sur chelle

à

,

une

la broderie

en

laissant

étoffe à

serrés

fils

voyez

(

On

au plumetis).

droite, et en prenant de

même un

fil

à

bride

l'é-

y parvient en

successivement un

arrière

sur la

fil

sur la gauche.

Cette bride était dessinée par deux raies à l'avance,

Quand

à la distance convenable pour faire l'ourlet.

bride à l'échelle est terminée ainsi

la

«n

on marque

large ourlet à l'envers de l'objet sur lequel faite,

l'a

,

on

le bâtit le

long de

la

on

bride; puis, re-

tournant l'ouvrage à l'endroit, on coud

bord de

le

cet ourlet en cordonnant la bride.

Revenons aux

ourlets

à jour. Mesurez d'abord

hauteur de l'ourlet que vous voulez votre mouchoir;

il

faire

la

autour de

doit être environ large de cinq

à six lignes. Tirez ensuite cinq à six

dans

fils

la

largeur de l'étoffe, en prenant garde de ne com-

mencer

du

à tirer ces fils

qu'après

la

mesure de

côté de chaque lisière; tirez ainsi les

l'ourlet

fils

autour du mouchoir, marquez votre ourlet,

au bord du jour longitudinal qu'ont produit

tissez-le

les

fils tirés.

Ensuite enfilez une aiguille fine de

fin, et piquez-la,

côtés

le

fil

non au bout de droite d'un des

du mouchoir, mais au bout de gauche parce ,

qu'au lieu de travailler de droite à gauche

on

tout

et bâ-

pratique à tous

les ourlets,

de gauche à droite, en tournant à droite. la raie

l'ourlet

Vous commencerez

des

fils

pour

tirés; puis

le

à

,

comme

vous travaillerez

la tête

de

l'aiguille

prendre six

fils

dans

vous ferez un point dans

fixer après

la

raie, ce qui vous

don-


DES JEUNKS DEMOISELLES. nera (

deux

"Voyez

fils

1

croisés qui retiendront les six

de ce point dans

la suite

figure 73.

la

89

fils.

)

Entoilage*

Nous savons qu'on appelle

couture des-

ainsi la

augmenter la largeur des dentelles ou tulles à dents ; c'est donc la jonction de la lisière d'une dentelle avec la lisière d'un tulle ( on nomme ainsi tinée à

spécialement une bande de dentelle sans bords ni dents, ayant une lisière des

nous l'avons vu d'un petit

fil

,

la lisière

très fin

l'autre

,

,

côtés).

Comme

transversal et d'un trou rond qui se

succèdent alternativement. fil

deux

des dentelles est composée

les brides

et les trous

d'une

On coud lisière

ronds avec

donc, avec un

avec

les

brides de

Maintenant

les trous.

cet art d'entoiler s'appelle accrocher,

parce que le

nom d 'entoilage que

bande ajoutée

1

,

à la dentelle,

entre-deux de

l'on

donnait à

la

ne s'appelle plus que

tulle

,

ou mieux

tulle.

La couture qui réunit les dentelles en longueur moins simple. Quand vous aurez à la faire, vous prendrez les deux bouts de votre dentelle, et

n'est pas

les

appliquerez l'un sur l'autre à plat en

plus

ou moins, selon

la

largeur de

couture doit se faire de biais ligne diagonale qui

,

la

les

doublant

dentelle; caria

c'est-à-dire dans

la

traverse la dentelle. Il est a

propos de bâtir légèrement cette couture, afin dt n'être pas exposé à faire dévier le réseau diagonal


MANUEL

ÏQO

du dessous. Quand vous aurez bien placé vos deux bouts de dentelle de manière que de

la

dentelle

leurs lignes diagonales respectives soient bien parallèles,

vous enfileree une aiguille de

vous l'arrêterez

à la

vos dentelles repliées sur l'index

pouce

fil

de dentelle;

jonction des lisières, et, tenant

gauche

a

,

entre le

troisième doigt, vous prendrez à la fois la petite barre du dessus et la petite barre du deset

le

sous de droite de chaque réseau qui formera diagonale.

Vous

deux barres réunies, quoique

ces

point embrasser, parce que

le

ligne

le

fil

semble ne

empêche de

,

de

suite. Cela

voulez un peu plus apparente et plus solide

Les dessins qui se

coudront de

l'apercevoir; mais

fois l'aiguille à

le

et ainsi

la

faudra passer deux

les

point suivant fixera

sur elles en achevant le point précédent

fil

la

passerez seulement l'aiguille sous

si

vous ,

il

chaque réseau.

se rencontreront sur votre passage la

même

manière

votre point devra embrasser tout

,

le

dessins sont ordinairement formés.

si fil

ce n'est plat

que

dont ces

Vous terminerez

en passant pendant quelque temps votre fil au milieu du bord de la dentelle au-dessus du picot, et vous arrêterez en le tournant et retournant sur lui-même.

du bord empêchera qu'il ne paraisse. ne vous reste plus qu'à couper avec des ciseaux

L'épaisseur Il

fins les

morceaux de dentelle excédant en dessus et en et si la couture est bien faîte , on ne pourra

dessous; la

distinguer de

la

suite diagonale des réseaux.


DES JEUNES DEMOISELLES. Raccommodage des

Quand un qui suit

la

réseau

manque

s'il

faut partir

a

de

fil

ou

manqué au la lisière,

le

9

souvent par un

ligne diagonale qu'il enlaçait.

qu'il faut rejoindre ce

quence,

c'est

,

1

i

dentelles.

On

remplacer.

milieu de

fil

conçoit

En

consé-

dentelle,

la

et suivre la ligne

il

il

a

manqué en faisant sur la barre de droite de chaque réseau un ou deux points pour réunir cette barre à la

bride transversale que

On même

le

manquant.

fait ces

gonale,

à l'endroit

en avait désunie en

fil

points sur toute

le fil

la

ligne dia-

subsiste, parce

qu'on n'a pas d'autre point d'appui que la lisière et bord. Quand les réseaux manquent entre les

le

fleurs

ou au-dessus des

fleurs

de

la

dentelle,

point obligé de faire des points sur

la

nale jusqu'au picot, parce qu'on peut arrêter dans

le fil

çoive. C'est là la

plat des fleurs sans

manière

la

on n'est

ligne diago-

commencer

que

et

cela s'aper-

plus facile de raccom-

moder la dentelle mais quand non seulement les deux fils du réseau manquent, mais que les deux ;

autres

fils

correspondans ont disparu aussi,

et qu'il

de grands trous au milieu des réseaux , il faut alors en former d'autres, et faire de la dentelle à la y

a

place des trous. Voici

comment

il

faut procéder.

Remarquez bien d'abord quelle est la dernière ligne de réseaux intacts qui limite à droite le trou; vous verrez aussi facilement celui qui suit, y jeterez un

fil,

et

vous

c'est-à-dire vous arrêterez le bout


,

MANIAI.

liyjL

de votre aiguillée sur le bord de la dentelle, et voi et sans faire aucun point le poserez un peu lâche, diagonale de réle long de la première ligne tout

seaux qui se trouve à droite

Vous

le

arrêterez votre aiguille à

gauche dont versant

la

la

puis vous

même

manière au réseau de ligne diagonale doit venir, en tra-

un fd de

irez jeter

long de votre trou. la lisière;

dentelle

la

,

se

rencontrer avec

ligne dia-

la

gonale de droite où vous avez jeté un premier fil continuerez ainsi jusqu'à ce que (fi"-. 74). Vous

du trou soit recouverte de fils croisés, aux diagonales des réseaux; ensuite vous suivrez chaque ligne de réseau ( et les fils croisés

toute l'étendue parallèles

qui se trouveront au milieu d'elles). vrez en faisant deux points, comme

pour

Vous j'ai

premier, raccommodage; cette

le

donnera de nouveaux réseaux.

les sui-

expliqué

manœuvre

(1)

quand vous commenune nouvelle ligne de réseaux que votre aiguillée soit assez longue pour pouvoir aller jusqu'au bout, parce que, comme je l'ai dit aux ferez bien attention,

Vous

cerez à suivre

,

points de dentelle, on ne peut jamais rajuster le fil au milieu des réseaux; il faut qu'il parte du bord

ou de

où on cache facilement

la lisière

la petite

grosseur qu'il produit.

(1)

On

on passe

refait le point selon la nature de la dentelle

point de Bruxelles le

deux

l'aiguille ,

fois

quatre pour

point d'Angleterre.

:

ainsi

dans chaque réseau pour le le

point de Paris

,

six

pour


DES JEUNES DEMOISELLES. vous avez

Si telle

,

il

à

raccommoder le picot de un fait à l'avance à

faudra en coudre

de celui qui aura

manque

cela sera

;

la

den-

la

place

beaucoup plus

court que d'en faire un. Je vais néanmoins enseigner la

manière d'en créer un nouveau

,

parce que je ne

veux, autant quepossible, laisser désirer aucun Si le

bord de

la

détail.

dentelle est trop usé pour soutenir

le nouveau picot, vous l'embrasserez à l'envers par un point de boutonnière en fil très fin; ensuite,

piquant votre aiguille à gauche près de boucle de picot

,

et sur le

bord

,

distance comprise entre les boucles

point qui formera une boucle une

que

les

dernière

la

vous ferez

du

fois

à la

,

picot, [un

plus grande

boucles précédentes. Vous passerez deux fois

votre aiguille dans cette grande boucle; puis, la repassant une troisième fois dans la boucle

un mouvement de rotation qui boucle vers le bord de la dentelle , et

,

la

vous

lui

tortillera

ferez faire

la

rendra

plus petite à son autre bout. Alors vous sortirez l'aiguille,

vous appuierez

bout de cette boucle embrasserez

le

(

le

doigt

du milieu sur

arrêtée sur l'index

)

,

et

le

vous

bout près du bord par un point

transversal fait en tournant l'aiguille, de manière

que

sa

pointe touche l'ongle de l'index, sur lequel

«lie s'appuie.

Vous

vous retournerez

serrerez bien fort; cela achevé,

l'aiguille

dans son sens ordinaire

pointe en face de vous , et vous recommencerez ) une autre boucle de picot jusqu'à ce que vous ayez (

la

remplacé

le

mauvais picot. 17


MANUEL

*94 ^-%»^ *.

*.

%. Wfe-fe

*».-».

v

w«/». v,-*.-*.

*

».

»-«.-*

*.-%.-».

• -»^,

CHAPITRE t ART

La les

tapisserie,

^ -%.-*.

»«.-»,».-».»_

V.

DE Là TAPISSERIE.

dont l'usage

produits sont souvent

est si

général

brillans

si

se

,

pourtant d'un seul point extrêmement

d'un seul point

car le

;

v^'%%.^^% *.'W

,

et dont:

compose

facile.

Je dis

nouveau point en losange

et

en carreaux, qu'on a tout récemment introduit dans

quelques tapis de pied ou de lampes,

est plutôt

point de broderie que de tapisserie. Toutefois décrirai à

la

suite des tapis

puisque

,

donné une place après eux. Le point de tapisserie ne faire des étoffes-meubles

quer

le

,

il

la

un

,

je le

mode

lui a

seulement à

sert pas

s'emploie aussi à mar-

linge en coton de couleur, principalement

On marque

le linge en y faisant une du nom de ses propriétaires afin de le distinguer quand il revient du blanchissage. Comme c'est d'abord pour cet usage

en coton rouge.

ou deux

lettres initiales

,

qu'on apprend ordinairement

qu'on

le

nomme

opération est

la

le

point de tapisserie,

aussi point de marque

,

et

que

cette

plus simple de celles que j'aurai à

décrire dans ce chapitre, c'est par elle que je vais le

commencer. La première

fois

point de marque

(

que vous vous mettrez à je

nommerai

faire le

ainsi ce point jus-


,

DES JEUNES DEMOISELLES.

Iû5

qu'à ce qu'il soit question de tapisserie, afin de

contribuer à

la clarté )

de canevas en grosse et grossier

ter les

fils

vous prendrez un morceau parce que son tissu lâche ,

vous donnera mieux

la facilité

de comp-

sur lesquels doit être pris le point.

Vous morceau de canevas, pour

ourlerez à la hâte ce

l'empêcher d'arrêter s'effilant;

,

toile

et

de casser votre coton en

puis, ayant une aiguillée enfilée de

coton de couleur que vous arrêterez par un vous procéderez de cette manière.

Vous mettrez d'abord gauche,

canevas

le

de

la

même main

rez ensuite votre aiguille dans nière que

Vous

le

nœud

;

pouce

vous pique-

canevas, de

le

ou

sur l'index

et le retiendrez sur ce doigt avec le

et le troisième doigt

fil

nœud

ma-

reste en dessous.

savez que toutes les toiles, et généralement

tous les tissus non croisés, sont formés de quatre fils

entrelacés, et se coupent successivement à angles

droits

:

c'est

sur ces quatre

fils

que vous croiserez

votre point. Lorsque vous sortirez l'aiguille pardessous entre les fils , elle se trouve nécessairement près d'un des points où les faire le point

par-delà ces

de marque , deux fils ; de

l'aiguillée les croise à

point d'intersection.

fils*

se croisent.

tirez-la

,

Pour

et renfoncez-la

telle sorte

que

le fil

de

son tour, et coupe ainsi

le

,

passe alors par deux des quatre angles droits que forment les fils. Faites-les ressortir à l'endroit

angle,

et

rentrer au

Il

où ils forment un troisième sommet du quatrième, de ma-


,

r manuel

jq6

nière que l'aiguillée croise tout à

de

la

comme

vous donnera,

deux

la fois les

fils

premier point. Cette manœuvre

et le

toile

représente

le

point en croix sur quatre

deux croix formés

,

l'une par l'aiguillée

l'étoffe, et disposées

de sorte que

75,

la fig.

un

ou plutôt

entrelacés,

fils

l'autre par

,

bras de l'une

les

passent dans l'intervalle des bras de l'autre. Sauf différence des couleurs et de

une

nature des

la

étoile à buit rayons. Distinguez,

clarté, les

gueur

fils

et fils

qui forment

à droite les

la

c'est

pour plus de fils de lon-

le sens

de

l'étoffe. (1)

terminé quand vous avez repris

est

fils

,

angles en

les

de largeur, selon

Votre point

fils

de largeur

;

comme

mais

faudrait

il

si

deux fils deux fils de

l'on sortait l'aiguille tout de suite après ces

recommencer

à

largeur suivans fils

la

passer

sous

on prend en

,

qui terminent

un point,

les

même

temps,

et les

ceux qui en com-

et

mencent un autre. On va ensuite placer l'aiguille après les deux fils de longueur, sous les deux fils de largeur à gaucbe comme nous l'avons dit. Or, ,

comme

ces

précédent

,

fils il

suivent

immédiatement

en résulte que

semblent être pris

les

les

uns dans

le

points de

On

les autres.

point

marque con-

tinue toujours ainsi quand on veut avoir une ligne

de points non interrompue.

On

fait

(1)

Quand

.

avec ce point toutes

l'étoffe est tenue

paraissent eu large

:

les lettres

en largeur,

voilà toute la différence.

de l'alpha-

tes

fils

longs


DES JEUNES DEMOISELLES. ?>et

,

tous les chiffres

et

un

voir tracés sur

dessin

ou

,

97

pour

suffit

il

;

faits

sur

cela

de

les

un canevas

;

on imite en comptant

les fils la combinaison des points qui forment les lettres, et après les Moir répétées deux ou trois fois, on les exécute sans

modèle. Je renvoie

les lectrices à ces modèles, et à ; mais auparavant je vais pour qu'elles ne soient embarrassées en aucune manière, leur apprendre comment on procède pour rompre l'uni-

ces dessins

,

formité de

la ligne

,

droite de points

milieu des points, des

fils

,

et laisser

non recouverts. A

je vais indiquer

effet,

mieux

qu'il sert à

au cet

la forme de l'I d'autant composer un très grand nombre ,

comme le B, le D, TM,l'N,leP, l'R,etleT. de lettres,

l'F, l'H

,

l'L, le

K,

moyen de marquer FI. Après que vou^ aurez fait à gauche un demi-point, c'est-à-dire que vous aurez pris les deux fils en largeur, et que vous vous apprêterez à croiser et achever vofre point Voici

le

,

tous prendrez droite,

bien

où vous avez

mais au lieu de

autres

sorti

,

fils

en largeur de

préalablement l'aiguille; après les deux

auprès des deux

fils

fils

qui

longitudi-

déjà croisés, vous la sortirez après les deux fils

de largeur,

qu» sont à côté sur * fils

de longueur,

poinl a droite. lèle

deux

la ressortir

suivent au-dessus

naux

les

ni largeur

et les la

et

deux fils de longueur Vous laisserez ces

droite.

vous irez

Ce second point à

faire

un nouveau

se trouvera paral-

votre premier [mint, dont

ii


k

,,

MANUEL

Î98 séparé par

les

laissés entre

deux eux.

longitudinaux que vous avez

fils

Vous

ferez ce second point à la

manière ordinaire, c'est-à-dire, vous prendrez en croisant les

deux

au-dessous; les

situés

fils

le

fils

parallèles à ceux-ci vous feront embrasser au-des-

sous des deux premiers points',

naux

laissés

d'abord

second point sur ces cer

fils

manœuvre qui

la

longitudi-

les fils

Vous ferez un puis vous irez recommenproduit les deux premiers Vous recommencerez deux

entre

eux.

,

a

points (fig. yS ibid.) (i). points en long, puis deux autres points en large

deux

avec une séparation de

comme

vous l'avez déjà

fait

longitudinaux

fils

deux

fois

et votre I

,

sera achevé.

Quand vous aurez nous avons

fait la série

marquer

à ,

les

lettres

dont

vous commencerez par

l'I

puis vous ajouterez des points dans l'ordre qu'indi-

quera

le

dessin

ou

le

modèle (on appelle ce modèle

marque oh marquoir). elles

Quant aux autres

lettres,

ont presque toutes aussi de ces points en large,

avec séparation de deux

fils.

Il

me

ne

reste

donc

plus rien à vous dire sur l'art de marquer. Il faut

maintenant nous occuper de

proprement pied;

a°.

dite. Elle

les

tapis

comprend;

d'ameublement

i°. ;

la tapisserie les

3°.

lampes. Afin de n'être point arrêtée dans

tapis

les tapis

de de

la descrip-

tion de ces objets par des détails accessoires qui

(r)

La

fig.

75 représente aussi

les lettres

en majuscules.


,,

DES JEUNES DEMOISELLES. entravent

narration et nuisent à

la

placer ici ce

que

j'ai

à dire

sur

1 9.O,

la clarté, je vais

récem-

les points

introduits dans la tapisserie.

ment

Ces points forment de petits carreaux, ou de Dans le premier cas , on prend

petites losanges.

quatre

,

ou huit

du carreau que fils

fils

en tout sens

la

grandeur

couvre ces

en largeur de droite à gauche, par un long point

comme le passé, embrasse

qui,

que dessous.

Il

est toujours

puis parce qu'on passe deux

même

trou

D'après

fois l'aiguille

la

relief,

les tapis à

ce point

de mieux marquer

afin

le seraient

nant

que par

les

,

le

,

et la nécessité

canevas, on

fait

de plusieurs couleurs

carreaux, qui sans cela

les sillons

formés en repre-

les points.

Les losanges se font à peu près par

Vous prenez également un de quatre ou huit, fils dans les deux procédé.

lieu

dans un

entouré d'un léger

nature de ce point

de couvrir sans interruption toujours

:

en droite ligne, et

canevas. Aussi ces carreaux présen-

une sorte de

tent-ils sillon.

du

autant d'étoffe dessus

en diffère pourtant beaucoup

d'abord parce qu'il

ne

selon

,

l'on veut obtenir, et l'on

de couvrir ce carré en largeur

cédent, vous inclinez

le

le

même

carré composé sens, mais au

comme

canevas à gauche

,

le

pré-

et

vous

le premier point en biais de droite à gauche, dans l'angle de droite le plus rapproché de vous ; vous continuez eu embrassant à chaque point deux

prenez

fils compris dans le carreau ainsi place de biais, jusqu'à ce que vous parvenir/ aux deux

nouveaux


200

MANUKI.

angles opposés du milieu

; alors vous continuez les en embrassant à chacun deux fils de moins , les fils se rapprochent pour terminer par deux. Je réunis dans la figure 76, ces deux car-

points

,

puisque

reaux faire

s, afin

/•

qu'ils servent

comprendre

couverts de points

Ils

(1).

mutuellement

sont tous

deux

pour en montrer

,

la

à

à se

moitié

différente

direction.

Cette losange veut le

même

point que

le

carreau

;

elle veut également plusieurs couleurs pour bien faire distinguer sa forme. J'indiquerai plus tard comment

on marie

ces couleurs.

Occupons-nous maintenant

des tapis de pied. Tapis de pied.

Les canevas ni-tne

qui

servent à faire ces tapis, et

tous les autres, se vendent ordinairement

tout dessinés

et

coupés selon

les diverses mesures , dés tapis. Je n'aurai donc rien à dire pour le», préparation ; et même je n'aurais rien , ou presque 1

j

ien à ajouter sur la manière de les travailler, si avais égard à la nonchalante habitude du plus grand

nombre des faiseuses de

tapisserie, qui,

bel ouvrage sans peine

et

fait, ïôtït

parfaitement nuancés,

travailler

(1)

pour avoir un

pouvoir dire qu'elles l'ont achètent des canevas où les fleurs, les dessins, ,

finis

qu'un fond uniforme

Voyez

aussi sous lu

tapisserie d'un usage

,

et et

même numéro

moins fréquent.

il

facile.

ne reste à

On

d'autres poiul

voit


vm DES JEUNES DEMOISELLES. beaucoup chez canevas

les

;

besoin dé

Je

préparés.

ainsi

mention

marchands de

les

personnes qui

mes

n'en

201

tapis,

de ces

ferai

aucune

les choisissent

conseils.

Les autres tapis ont seulement en noir, et dans ce cas

il

,

les dessins tracés

afin

Quand

sont de petite dimension

les tapis

très ,

qui

partagent,

le

canevas

de pouvoir imiter

et l'imiter en

;

les

nuances.

,

qui répondent aux

et

du

fils

mais cette absence de dessin demande plus

de temps, exige plus de soins, vent

les

, ou n'ont on peut se contenter du comptant les petits carreaux

simple dessin

modèle

un

est nécessaire d'avoir

modèle colorié, qu'un

n'ont pas

et

embarrasse sou-

personnes peu habituées à ce genre de

travail.

Vous

choisirez des laines convenables,

lement selon

les

S'il est

de

la

beau,

il

faudra de

double-broche ; et

Ce sont

les

non seu-

employées dans votre

couleurs

dessin, mais encore selon

la

nature de votre

V'étein; s'il est

moindre encore an fit simple.

dénominations que

les tapissiers

nent aux différentes espèces de laines dont servent.

Vous prendrez

pointe dites

aiguilles

d'abord plusieurs

,

à

tapis.

moindre,

des aiguilles

aussi

enfilerez

point à mesure que vous changerez de nuance qu'il vaut

mieux avoir

se

sans

vous en que vous ne couperez

tapisserie;

parce

donils

,

et

toute prête l'aiguille qui

doit remplacer celle

que vous venez de quitter Vous commencerez par le bouquet, ou rosace

placé au milieu de votre tapis

,

en faisant

à

mesure


, ,

i-

MANUEL

aoa le

fond qui se trouvera entre

gerez de

nuances selon

dessin

,

fondrez bien

autres

,

et

vous

c'est-à-dire

points

les les

Vous chan-

les fleurs.

de votre

indications

les

les

uns dans

les

aux nervures des fleurs pour les

serrerez

aux dentelures des feuilles et mieux marquer, car du reste vous tâcherez de faire toujours le point égal et peu serré, pour que le

Vous couvrirez

tapis soit plus souple.

avec du papier tandis que vous ferez

le

le

bouquet

fond

et le

bord.

Le

tapis

achevé, vous

le

rembourrez de laine

plus ou moins épaisse selon l'élévation que vous

voudrez donner à votre

tapis

,

et

vous

le

doublerez

ou bien d'une toile , de la couleur du fond. Vous rabattrez le bord du tapis

d'une étoffe de laine sur cette étoffe avec

,

le point-feuilleté ,

serré dont les tapissiers se servent

doublures,

et

retenir

les

long point-côté

pour rabattre

les

avec l'étoffe sur leurs

bords. Si vous voulez votre tapis moins épais, de franges , vous ne mettrez point de laine

céderez de cette façon

le

et garni ,

et pro-

:

Vous prendrez votre tapis par le bord, entre pouce et le doigt du milieu de la main gauche

qui

le

sur l'index.

replieront

Si

votre

frange

un peu bord avant de commencer le

doit avoir plusieurs rangs, vous laisserez

plus d'étoffe sur

premier rang.

étroite de canevas

du

tapis

,

le

on laisse toujours une bande non couvert de point tout autour

Comme

cette

bande vous aidera dans votre opé-


,

DES JEUNES DEMOISELLES.

Vos mesures

2o3

vous enfilerez une très longue aiguillée de laine double , vous la redoublerez encore (ce qui fera quatre brins à l'aiguillée), ration.

prises

,

vous piquerez cette aiguille sur

la

ligne convenue

par un demi-point, puis appliquant sur

une

la ligne

petite planchette d'un

geur

,

pouce environ de lard'un pied de longueur, vous passerez

et

l'aiguillée

reviendrez

embrassé

sous cette planchette appelée moule, et achever le point , quand vous aurez

le

moule.

Il

arrive souvent

qu'un demi -point,

fait

il

suffit

que l'on ne pour tenir la

frange.

Quand un vous tirerez

des côtés du tapis sera ainsi garni le

moule,

et irez faire

de l'autre côté,

de suite jusqu'au quatrième. Quand tout le tour du tapis sera achevé , vous relèverez les bouainsi

cles

qu'auront produites, tous ces points

moule,

et

manœuvre

vous

les

faits

sur

le

bâtirez après le tapis. Cette

prévient l'embarras que vous éprouveriez

indubitablement en faisant

le second rang de franges, car vous ne manqueriez pas d'avoir les doigts cou-

verts de ces boucles, et de prendre malgré vous

points au milieu d'elles.

comme

la

boucles

,

si

Vous

première ; vous en relèverez

et

vous ferez encore

,

vos

ferez la seconde rangée

la

et bâtirez les

troisième de

même,

ce n'est

que vous lâcherez plus le point , ou prendrez un moule plus large, si vous voulez que votre frange soit plus longue au dernier rang. Lorsqu'enfîn vous aurez fini , vous coudrez la doublure au bord du tapis, par un surjet ou un point

feuilleté,


mimmÊmmÊt^^^mm

MANUKL

204

puis, vous passerez de gros ciseaux dans chaque rangée de vos boucles , et vous les fendre/, en largeur par

milieu

le

pointe des ciseaux ture

d'effilé

On

fait

,

vous

;

les

éplucherez avec

vous aurez une

et

la

jolie garni-

en laine. ordinairement cette frange de

la

seule

couleur du fond, mais très souvent on la mélange des couleurs du dessin ainsi par exemple , pour :

un

tapis à fond vert,

dont

le

bouquet

est

de gre-

nades et de pavots violets, on fait d'abord un rang de laine rouge, puis un rang de laine verte, suivi d'un rang de laine violette, et terminé enfin par du vert.

Souvent aussi on mélange ces franges de

manière à reproduire les fleurs du tapis. Je donnerai frange, lorsque la description de cette charmante auxquels elle est je parlerai des tapis de lampes, spécialement consacrée, quoiqu'on l'emploie mainde tenant sur beaucoup de coussins et de tapis pied. .

Quand on

carreau

,

ou

fait le

des tapis de pied avec

point en losange

,

dont

commencement de ce chapitre, on deux couleurs comme le tapis.

le

j'ai

fait la

point à parlé au

frange des

Tapis d'ameublement.

Ces tapis sont destinés à couvrir les fauteuils,

ottomanes

,

bergères

,

et coussins

de salon. C'est un

sur lequel j'aurai peu de un dessin détails à donner. Quand on a choisi faire avec beaucoup de soin , , il faut le

grand

et

bel ouvrage

convenable

,


,

DES JEUNES DEMOISELLES. niais

seulement d'après

confection des tapis de pied.

la

travail t

,

on pourra

point de tapisserie

ou

,

faire les et le

deux vaut mieux se

à carreau, de

moins

il

203

procédés indiqués

les

pouf

Pour abréger son

fleurs

et dessins en fond en point de losange

peu tranchans; néan-

verts

servir sans interruption

du

point de tapisserie.

Les meubles dont je viens de parler ne demandant point de franges, et le tapissier seul pouvant les

couvrir,

soires

j'ai

que pour

encore moins le principal.

à dire

pour

Toutefois

les acces-

les

coussins

vont m'arrêter quelques instans. Les jeunes personnes peuvent à la rigueur se charger de les faire. Voici comme elles doivent s'y prendre pour réussir.

Cousez quatre bandes de grosse toile carrées un fond de toile carrée de même. Ces bandes

après J t t

ce fond seront coupés selon la grandeur que vous voudrez mettre à votre coussin ; la largeur est presque toujours d'un pied , mais depuis quelque

temps la hauteur en varie beaucoup. Il y a peu de temps que cette hauteur ne s'élevait guère à plus de trois à quatre pouces , et maintenant on fait des coussins haut de sept à huit

:

cela est

commode et même plus joli. Quand vous aurez bien cousu votre coussin

,

vous

le

beaucoup plus

à surjet la toile

de

recouvrirez d'étoffe de laine

couleur du fond de l'ameublement vous en mar; les coutures par des nervures ; la nervure se fatf sur les bords d'un coussin ou carreau par une

querez

,

18


,

MANUEL

206 ficelle

recouverte d'une bande d'étoffe dont

-

les

bords

deux parties rejointes de l'étoffe du coussin ; c'est à peu près comme on met les gances recouvertes aux robes.

se

perdent

et se

Votre coussin

cousent à plat sous

ainsi

préparé

vous

,

les

le

rembourrerez

d'abord avec des raclures de baleine que l'on vend à la cet effet, puis avec du crin, puis enfin avec de laine; vous poserez l'une sur l'autre, et bien à couches de ces différentes matières. Vous , les

plat

fermerez ensuite votre coussin

un le

,

en cousant dessus

du fond puis vous avec une nervure tout

carré de toile pareil à celui

couvrirez de

la tapisserie

,

autour, (i) Si vous voulez

mode

,

et

que votre coussin

d'un très agréable

effet

,

soit

bien à

la

vous y ferez de la manière

le coudre, des franges dont nous allons l'expliquer pour les tapis de lampes. Il semble, grâces à ce procédé, que l'on

avant de

foule aux pieds des fleurs. Tapis de lampes.

à

Les tapis de lampes sont extrêmement modernes; sont de peine datent-ils de quelques années. Ce

presse, j'ai eu occa(i) Depuis que ce Manuel est sous de coussins avec sion d'apprendre que l'on fait des dessus deux couleurs, des gances plates en laine. Ces gauces, de l'indiquerai plus bas aux se croisent à carreaux, comme je enjolives. ouvrages croisés en rubans. Voyez paniers


«ES JEUNES DEMOISELLES, petits carrés

pour fies

les

On

usage

,

et

,

2<>'

l'on place sous le pied des lampes,

empêcher de rayer

tables

pose.

que

le

marbre ou

l'acajou

des cheminées sur lesquelles on

sent que les tapis destinés à

doivent être un objet de luxe

,

un

les

pareil

et ils le sont

en effet. Si on en voit en point de carreau, de losange, sans dessins ou avec de petites et communes fleurs

,

c'est

que ces ouvrages ont du prix aux yeux

des parens, par les efforts que leurs très jeunes filles ont faits pour les leur offrir.

Les franges sont une partie essentielle des tapis

de lampes.

Comme

ces

ornemens sont

très flexibles

souvent on ne se contente pas de garnir le tapis d'une frange épaisse , on le traverse par des rangées de franges de diverses couleurs, qui dessinent au milieu du tapis, une étoile, des compartimens, quelquefois des fleurs. Ces franges sont très courtes.

Pour

les

obtenir

,

il

faut

un moule moitié moins du bord; du reste, on

large que celui des franges les

pose absolument

jolie c'est

comme

ces dernières.

manière de mélanger ces franges la frange à fleurs.

Faites d'abord

La plus

est celle-ci

une rangée de boucles en

:

laine

verte tout le tour de votre tapis. Laissez la bordure «n peu large ; fixez ensuite sur chaque côté , des

rondelles de papier de

la grandeur d'une pièce de cinq francs, trois ou quatre à chaque côté, selon

leur grandeur et l'espace que vous voulez laisser entre vos fleurs. Remplissez cet espace avec de la laine verte; ôtez après cela la première rondelle, et


MANUEL

2o8 faites

du

au milieu

dtt

rond

qu'elle a laissé sur le

tapis, trois points de franges avec la fleur

ou rouge, ou violette, selon représenter.

agrandie

et

,

la

bord

laine,

que vous devez

ces points en spirale

Vous tournerez

successivement

de

insensiblement vous

ferez des tours circulaires qui embrasseront toute la

largeur de votre bordure. Opérez de même aux autres rondelles , puis coupez les boucles qu'auront

produites vos points de franges circulaires, et vous verrez que vous aurez des houppes qui se dessine-

ront agréablement en pavots ou marguerites sur votre frange verte qui paraîtra alors de la mousse ,

ou du gazon. Vous pouvez

de

alterner vos fleurs

qu'une reine-marguerite blanche se montre toujours après une reine-marguerite lilas; ou bien

telle sorte

vous pouvez représenter des en mélangeant

les

œillets, des pavots jaspés,

tours circulaires de vos points, par

des points de laine rouge et

des rangées et

même

blanche,

blanc, blanche et violette alternative-

ment cis

,

;

lilas et

les

anémones de plusieurs couleurs

les roses,

à pétales

généralement toutes

nombreux ,

garniture.

Au

les

,

sou-

les

grosses fleurs

sont favorables à ce genre de ces fleurs se distinguent ,

surplus

seulement par leurs couleurs

même. Vous pouvez

centre des fleurs ponceau

rangées de laine jaune

,

et se font toutes

représenter

,

,

rose

cela

,

les

de

étamines au

amarante, par des

coupera agréablement.

Pour imiter plus exactement les marguerites .'itlement on fait les cercles intérieurs jaunes cercles extérieurs d'une couleur tranchée

,

,

non

et les

mais en-


DES JEUNES DEMOISELLES. corc on coupe de moitié plus court

jaunes intérieurs

cercles

qui doivent figurer

étamines toujours moins longues que

dfaut donc pour

étamines

les

20»)

de ces

les {ils

,

les

les

rayons

:

prendre un moule

plus étroit, (i)

Outre ces

fleurs

,

on peut former sur

vert des franges, des zigzags, des

dents, en un

avec de

la

mot, des dessins de toute espèce

laine de diverses couleurs

sont d'un goût plus délicat.

on environne souvent pied

est

il

;

d'un

bouquets du

feuille

très

;

Ce sont

et ses

les assortir

avez terminé ainsi

ornemens, vous

de carton, sur

comme

donne de

tion

les fleurs

coussins et les tapis de

les

bon goût de

les

le

aux

votre tapis de

doublerez d'une

bords duquel vous rabat-

trez les bords de votre canevas à feuilletés,

mais

ces fleurs dont

tapis.

Quand vous lampes

fond

le

losanges, des

la

points-côté on

disent les tapissiers. Cette opéra-

fermeté au tapis; ensuite vous

recouvrez ce carton d'une étoffe de laine assortie la

couleur du fond de votre tapis,

bien proprement cette laine

et

surjet, au

à

à

vous cousez

bord de

votre garniture, et tout-à-fait sous le dernier rang

de

la

Frange.

Quelquefois on partage frange en croix

du

coin

i

(

)

On

tapis.

fait

,

et

le

tapis

l'on place

une

d'un rang de fleur à

Souvent aussi, lorsque

chaque

ces rangs de

quelquefois nu centre noir aux pavots

r<


,

MANUEL

2IO franges

,

placés au milieu

,

forment une

étoile

,

cha-

ces que rayon de l'étoile répond à une fleur. Toutes combinaisons sont généralement peu agréables; une simple bordure en fleurs, semblables à la fleur prin-

cipale, a mille fois plus d'agrément, (i)

CHAPITRE

VI.

l'art de faire les bourses.

Nous

Il y a une multitude de façons de bourses. communéallons indiquer celles qui se font le plus

ment. Bourses en feston.

une sorte Prenez un moule creux en bois; c'est par le bout de boîte en forme de bourse arrondie rangées circulaires de et percée par le haut de deux Ces pour attacher la bourse en la commençant. ,

trous

leur objet est rangées sont écartéesde quelques lignes; selon qu'on de faire la bourse plus ou moins longue, rangée. sur la première ou la seconde la

commence

légères, et Les trous sont placés sur des rainures égaux (fig. 77 )séparés l'un de l'autre à intervalles

(1) Voici ce tapisserie.

de qui concerne principalement l'art

Nous ne parlerons pas

ici

.la

des bourses faites

en occuper dans avec ce point, parce que nous allons nous le

chapitre suivant.


DES JEUNES DEMOISELLES.

On or,

fait ces

ou or

21

ï

bourses, ou soie et argent, ou soie et

argent, ou bien avec deux soies de

et

différentes couleurs,

comme

et blanc, vert et rose

,

orange

vert, bleu

et

Comme chacun

etc.

de leurs

réseaux peut être relevé par un petit carreau différent, on en profite ordinairement pour assortir

agréablement l'autre.

les

couleurs qui se font ressortir l'une

Cependant

il

est

beaucoup de personnes qui On prend de la

n'emploient qu'une seule couleur. soie dite cordonnet.

Le choix de vos nuances (je vais les

de

la

supposer verte

description

)

;

quatre

fois

dévidez vos soies

pour l'intelligence deux grosses aiguilles ,

enfilez

l'une d'une aiguillée verte lilas,

fait,

et lilas

longues

,

d'une aiguillée

l'autre

comme

l'aiguillée ordi-

••

naire; faites, pour cette fois seulement, une des aiguillées la

verte,

double de l'autre (supposons que ce couleur n'y

la

grande aiguille,

faites-y

nœud

en tenant ce

fait

un nœud bien

avec

le

soit

rien). Prenez cette solide, puis,

pouce gauche sur l'un

du moule, tournez la moule en suivant la raie,

des trous

soie tout

ce

et passez l'aiguille

dans

le

nœud

entre les

deux brins de

autour de

la

soie.

cercle fait, serrez-le bien, et, retournant la soie

sens opposé

,

trois, quatre

afin qu'elle

ou cinq

ne lâche pas

fois le cercle',

,

Ce du

redoublez

selon

la

gros-

la soie. Au dernier tour , arrêtez l'aiguillée par un point de feston , et piquez l'aiguille après vous. Enfilez-en ensuite une autre en fil , n'importe

seur de


2

MANUEL

a

1

comment (ce

ne devant pas rester);

fil

ce

faites a

un nœud assez gros pour ne point passer par les trous du moule; placez l'aiguille dans le moule, fi!

sortez-la en dehors par

de vos tours de soie,

manière que de

les tours

un de

ces trous, au-dessus

repiquez-la au-dessous

et

de

,

un point qui embrasse tous Recommencez de même au trou

cela fasse

la soie.

suivant, jusqu'à ce que vous reveniez au point de

départ

coupez alors

arrêtez et

;

le

fil

dont vous

n'aurez plus besoin.

Cette opération s'appelle attacher est

en usage pour toutes

bourse;

la

elle

bourses faites sur un

les

moule.

La bourse

ainsi attachée,

mencer. Reprenez faites

,

depuis

le

il

l'aiguille

faut songer à

trou d'où part l'aiguillée

points de feston, en prenant bien lous soie retenus

par

la

le

vous, puis, prenant

fil.

com-

piquée après vous,

Repiquez

les

tours de

l'aiguille

l'aiguille enfilée

et

cinq

,

après

de soielilas,

attachez par quatre points de feston cette^soie, au

milieu de l'intervalle (entre

deux trous du moule)

qui précède celui où vous avez

fait

vos points de

feston verts; prenez cette soie lilas, et conduisez!a,

en

la

passant par-dessus

la

verte, faire quatre

points de feston, au bout de ceux que vous avez faits

précédemment en

vert. Il faut

que des quatre

premiers points de feston aux quatre aulres, lilns

soit

Quand on

assez la

tire

la

soie

pour faire une petite dent. sur le moule avec une épingle,

lâchée


,,

DES JEUNES DEMOISELLES. Cela s'appelle

une

2

y

I

bride; ensuite, attachant l'aiguillée

îilas

après vous, reprenez

sous

la soie lilas faire

la

verte, et conduisez-la

cinq points de feston jusqu'au

trou suivant, et cinq autres depuis le trou. Prenez soie lilas

la

comme précédemment et faites quatre la soie comme je l'ai dit ,

autres points en lâchant ainsi

de suite, jusqu'à ce que vous reveniez à

l'en-

droit d'où vous êtes partie.

rangée vous donne donc

Celte première

suite de petits carreaux lilas, au milieu

intervalle d'un trou à l'autre, et

ou

suite de brides

petites demi-houcles de soie lilas d'un carreau «

l'autre; c'est dans ces brides

navant

les

que vous ferez doré

points de feston d'après l'ordre indiqué

quatre points les

une

Une

de chaque

lilas

trous du moule

guideront; ainsi,

,

entre dix verts. Ce ne sont plus ,

mais

à ce

les

carreaux

lilas

qui vous

second tour, vous commencez

à passer la soie verte sous le carreau lilas (la soie

verte y a

vous

fait

faites

une bride qui ne

se voit pas)

cinq points verts depuis ce

;

puis

carreau

puis quatre lilas, puis cinq verts jusqu'à un nou-

veau carreau, puis cinq autres depuis ce carreau; ce qui

fait les

dix points

,

ainsi

remplie de points se

nomme

pend une bride, que

le

*<m tour

(fig.

78

).

de suite. La bride

case; à

chaque case

rang suivant rendra case

Vous couvrirez

à

tout le

ainsi

moule, sans rien changer à cette opération jusqu'à ce que la rondeur du moule rende la bourse un }>eu ,

trop large. Sitôt que vous vous en apercevrez, voir;


MANUEL

2l/j

resserrerez insensiblement les brides, et diminuerez

nombre des points comme deux sur le nombre un sur le nombre des lilas et plus encore à mesure que vous avancerez mais quand

le

,

des verts

,

,

;

vous serez près de la fin , ce rétrécissement des brides , cette diminution des points devenant insuffisante,

il

faudra, de place en place, réunir deux

cases ensemble, enjoignant, à cet effet, le carreau

d'une case, avec l'autre carreau de

lilas

correspondante (celle de cela

rend

est tout

la

à la vérité le trou carré

près de

la fin

,

ce

la

case

rangée qui précède); ,

mais

comme on

changement ne

s'aperçoit

pas.

Faites bien attention à ferez

une bourse en

deux choses quand vous La première , c'est de

feston.

lâcher également les brides, afin que les cases soient

même

toutes de la

l'aiguille

nouvelle sur

la

grandeur; pour cela,

précédente au

bride

,

;

la

quand vous serez près d'en mesurez ensuite de

même

serrez-la

avec

milieu

ligne

;

afin

de

l'y

mettre

point de feston qui -vous aura servi à

vant facilement couler

ne pas

:

il

faire

une

votre soie est

n'y est pas exactement,

si elle

ou desserrez-la

l'œil si

tirez la

pointe de

;

le seul

la fixer

faudra avoir eu

pou-

le soin

de

le serrer.

La seconde précaution de reprendre

la soie

est relative à la

quand

l'aiguillée est

manière

terminée.

y a beaucoup d'inconvéniens à la reprendre mal d'abord de vilaines saillies sur la ligne des cases, Il

:


,

DKS JEUNES DEMOISELLES. ligne qui doit

2l5

être

toujours unie et plate; puis agrandissement démesuré des cases, et enfin rupture des cases qui s'ouvrent quand vient à manquer.

la

bride qui

un nœud dit deux bouts (celui de l'ouvrage faire

les retient

Pour prévenir tout cela, il faut de tisserand. Le voici. Prenez les et celui

de

l'aiguil-

lée), placez-les en croix l'un sur l'autre entre le pouce et l'index gauche ; prenez l'aiguillée, tour-

nez-la sur le pouce

phalange

la

fil

loppant la

,

de manière qu'elle en enveloppe

et passez-la derrière les

deux bouts

du

côté de l'index. Retournez ensuite parallèlement sur le haut du pouce, en enve-

c'est-à-dire le

,

premier hout seulement; relevez ensuite la phalange et passez-la entre

le

boucle formée sur

,

deux bouts. Tenez bien ferme , tirez gauche et le nœud est fait. Coupez ensuite les

bouts très

restans, petit,

de

le

fil

les

deux

coupez-les sans crainte; quoique

nœud

ce

est

d'une solidité à

toute

épreuve, (i)

(r) Il y a plusieurs façons de faire le nœud de tisserand. Toutes sont bonnes; mais quelques unes d'elles laissent glisser le

fil

manière de lement sous la maiii

reste de

quand

il

est

bien

faire le meilleur le

nom

droite le

fil

lisse et

bien tordu. Voici

la

de ces nœuds, désigné spécia-

de

nœud h

de

l'aiguillée

l'ongle double. ,

dans

la

Prenez dans

main gauche

le

q u i tient à l'ouvrage; croisez-les d'un bout l'un sur l'autre, en les plaçant entre le pouce et l'index gauclie, de manière qu'ils forment fil

une espèce de fourche


,

a

MANUEL

6

i

Plusieurs personnes font un feston dans

la

nouveau point de

petite hride cachée sous le carreau

en dehors de ces deux doigts. Dans cette position,

le

bout

de l'aîguïHée, reposant immédiatement sur l'index, soit à

gauche pour former iiu

111

le

bout gauche de

de l'ouvrage pressé entre

guillée

,

soit à droite

Alors, de

la

sur le pouce

main droite, ,

phalange ou

pression, entre

une boucle tout autour; passez-le à

la

fourche

la

même

,

faites-le

bout de droite

fil

à la droite

uouveau entre ce bout ,

en

la

la

et le

,

derrière ce

et le

pénétrer entre les

par leur

pouce. Cela fait,

du bout de droite

puis^der-

,

fourche, de manière à ce qu'il ,

et assujettissez-le

de

pouce. Alors, sans rieu déran-

ramenant en avant

,

la

boucie que

le

formée autour du pouce gauche. Soulevez aussi un peu l'aide du ponce droit , faites passer le bout

pouce; et, à

droit de la fourche sous à la et

puis

à ce qu'il soit assujetti,

le

bout, puis dans

,

fourche; et, tirant de gauche a

tourne tout autour du bout de droite

a

l'ai-

de l'aiguillée

deux doigts, de manière

i'C

bout

b

droite et un peu du haut en bas

fil

le

de

fil

fil

bout, ramenez-le entre

ger, soulevez

et le

faites passer le

gauche du bout gauche de

passez ce

fourche et

la

pouce

l'autre coté de la fourche.

de manière qu'il enveloppe

l'ongle en formant

rière ce

le

pour former

gauche du

fil

la

boucie. Rabattez-le sur l'index,

de l'ouvrage dont

il

est la continuation

qui repose depuis long-temps sur ce doigt. Serrez de

nouveau fortement

les

deux doigts pour

dans cette position. Fixez aussi

le

fixer les

bout gauche de

deux

la

fils

fourche-

sur le dos de l'index à l'aide du troisième doigt, et tirez le f1

de l'aiguillée pour fermer

la

boucle

qu'il avait

faite au-


,

DES JEUNES DEMOISELLES. iilas

et

;

mais cela enfonce

rend

2I 7

carreau qui doit ressortir, cases lourdes et grossières ; d'autres

les

passent toujours

commençant

le

soie verte sur la soie

la

lilas

en re-

points verts, et ces per-

à faire les

sonnes ont également tort. Elles enveloppent à demi le petit carreau , et le brin de soi,e verte qui passe dessus est d'un effet très désagréable.

Quand on n'emploie qu'une sorte de soie, pas moins compter

les

il

points en croisant

ne faut les

ai-

guilles, à cause de la régularité des cases. Si la soie est fine

,

faudra plus de points

il

;

si elle est

grosse

,

en faut moins. Nous avon's calculé sur une moyenne grosseur, et c'est ordinairement celle dont

il

on

se sert

ploie le

exigeant trop de temps , et la bourse trop roide. Lorsqu'on em-

la soie fine

:

grosse rendant

la

d'or ou d'argent,

fil

aiguillées plus courtes

que

il

en faut mesurer

la soie

;

car

le

feston l'écorche au bout d'un certain temps.

tour du pouce

,

et

M

faut

de

la

;

main.

assujettir le

main gauche avec

Quand on nœud

gudlee, ce

ea petitesse

même

,

et

doit

mais ne dérangez pas l'index et la

nœud manquerait

même

On

que vous avez ramenée en avant. Tirez

et serrez fortement

pouce gauche jusqu'à ce que sans quoi le

les

point de

fil

les

,

il

faudrait

que possible

terminé; sa solidité

l'on

recommencer.

de l'ouvrage contre la paume

deux derniers doigts de

a tiré autant est

le

boucle soit bien fermée et

le

fil

est parfaite

peut couper impunément

fort près.

'9

les

cette

de

l'ai?

malgré bouts,


,

MANUEL

2l8

principalement veiller

nouent pas 11 est

et

que

à ce

les aiguillées

ne s'enmêlent pas l'une dans

bon de couvrir son

travail

ne se

l'autre.

de papier à mesure

qu'on avance.

La

bourse étant achevée, coupez à l'envers les

points de

coupés du on

qui retiennent

fils

bourse, puis

tirez-la

fil, et

double,

la

le

premier rang de

hors du moule

songez à garnir

c'est

On coud ensuite un

mettrez or ou argent la

bourse;

et soie,

ôtez

la

points

les

Quand

bourse.

ordinairement en satin d'une

couleur assortie à celles des soies;

de goût.

;

la

,

s'il

y

si

le

une

gland au bout a

:

affaire

vous

le

de ces matières dans

ou mieux encore

toute en soie, surtout

c'est

acier,

si

elle est

fermoir ou clavier que

vous voulez y mettre est de ce métal. "Vcas pouvez fermer votre bourse de plusieurs façons. Je vais indiquer

usage

;

on

les

ici

toutes celles qui sont en

emploiera ensuite

à

diverses bourses dont je parlerai.

son choix pour

La première

plus ancienne manière de fermer les bourses les

,

les

et la est

de

passer au milieu d'anneaux mobiles en soie

qu'on coule au-dessus de l'ouverture de

quand on veut passer

la

main dedans

la ,

et

bourse

qu'on

descend ensuite au-dessous jusqu'à l'endroit où

est

l'argent. Cela se répète

aux deux extrémités de

bourse ouverte par

milieu. Cette fermeture ne

le

convient qu'aux bourses de tricot ou de au milieu par une fente longitudinale. la

la

filet

ouvertes

On

ferme de

seconde manière par des cordons doubles qu'on


,

DES JEUNES DEMOISELLES. passe par le haut de

la

bourse dans

les

2IQ points

ou

réseaux dont elle est formée. Ces cordons, terminés par de jolis glands, sont cousus du côté opposé à celui

comme on le fait pour La troisième fermeture consiste fermoirs ou claviers de métal c'est

par où on

les tire,

toutes les coulisses. à

employer

selon

coud

moi,

les la

;

plus solide et

haut de

la

plus agréable.

On

bourse dans chaque trou du fermoir, en croisant son point pour plus de solidité. le

Quand on

la

doit fermer sa bourse de cette manière

la commençant, de tracer sur le moule jusqu'où descendent les côtés du fermoir, afin de pratiquer deux ouvertures pour pouvoir coudre ces côtés. Quelle que soit la façon de la bourse, il

est à

propos, en

arrêtez d'un côté vos points sur l'endroit tracé le

pour

fermoir par un point de boutonnière bien serré,

un long point-devant. On de même. Le point de boutonnière permet de couper les longs points-devant sans que l'ouvrage se défasse, quand la bourse est démontée la bourse se trouve ainsi fendue des deux côtés. Le cercle que décrit ordinairement la partie supérieure du moule oblige à cette et

passez à l'autre côté par

sent

que

l'autre côté doit être arrêté

:

précaution.

La quatrième

et

élégante, mais peu en diable

ce

nom.

,

dernière fermeture est moderne,

commode. On

parce qu'elle imite

Il n'est

le

l'appelle fermeture

procédé d'un jeu de

pas nécessaire, pour cette facon-là

de rien changer au moule

;

on va

le

,

voir par les


,

MANUEL

220

bourse en deux sur les deux petites branches de métal qui en dépassent de peu la largeur. Passez ces branches dans le premier rang de la bourse , un réseau dessous , un réseau dessus puis enfoncez-les par le détails suivans. Partagez la

côtés; prenez ensuite

;

bout qui vous a servi à passer, dans une petite Le bout opposé doit en porter une sembla-

boule.

; enfilez ensuite votre bourse par le bas dans un anneau de métal que vous monterez jusqu'auprès des branches. Cet anneau est attaché par une petite

ble

chaîne métallique à l'une d'elles

;

entrez ensuite les

deux bouts des branches dans cet anneau et la bourse sera fermée. Vous les sortirez de l'anneau quand vous voudrez l'ouvrir. Le luxe s'exerce tellement sur cette fermeture, que l'on voit souvent ,

les petites

branches,

la

chaîne en or et l'anneau

entourés de pierres précieuses. Bourses en perles.

Ces bourses, qui sont maintenant sont aussi faciles qu'elles sont jolies. tôt avec le point

Pour

en faveur,

si

On

les fait tan-

de tapisserie, tantôt en

tricot.

commencez dans une boîte à com-

l'une et l'autre de ces façons,

d'abord par mettre à part

partimens,

les perles

,

de différentes couleurs que

vous aurez à employer d'après aurez choisi

le dessin

placez ce dessin devant vous

que vous

, et procédez ainsi quand vous devez faire votre bourse en

tricot.

;


DES JEUNES DEMOISELLES.

22É

Ayez un peloton de soie ronde blanche, dont vous enfilerez le bout dans une aiguille assez déliée pour enfiler aisément vos perles. Prenez le dessin dont vous aurez faits et coloriés

les

fait

chez

choix (on en trouve de tout les

merciers

,fig.

79 )

comptez

;

petits carreaux qui se trouvent tout-à-fait en

haut de

la

bourse, chaque petit carreau indique

une perle et une maille. Ces carreaux sont ordinairement blancs , ce qui veut des perles blanches dont le fond est composé ; pour chaque carreau , enfilez Une sur

perle. le

fond

Quand ,

le dessin

commence

à s'étendre

des carreaux colorés en diverses cou-

leurs vous indiqueront celles des perles

devez

enfiler.

Prenfz garde

ne pas confondre

les

d'aller

que vous

par ordre

,

et

de

couleurs des carreaux ; car vous

vous [trouveriez embarrassée en tricotant ensuite. Vous irez ainsi jusqu'au bout en comptant tous les carreaux de chaque rangée

,

et cela

en faisant succes-

sivement deux rangées de perles semblables , et en redoublant le dessin ; car il ne vous présente que la moitié de la bourse. A mesure que vous aurez enfilé une certaine quantité de perles sur votre soie, vous les ferez couler pour faire place à d'autres; votre peloton se dévidera ainsi à mesure , et , de peur

d'embrouiller

la

soie, vous en ferez de

grandes

boucles que vous poserez lentement les unes sur les autres. Le bout de la première doit être vide, afin

de commencer

la

bourse. Arrivée au bout du dessin

vous ne coulerez pas

les perles

,

jusqu'au bout dix


,

MANUEL

22 2 peloton

,

ou

beaucoup de

reste encore

s'il

coupez qu'après avoir

un

laissé

très

soie

,

ne

la

long bout sans

ce bout est destiné à finir la bourse premier rang. Dévidez ensuite toute votre soie ainsi enfilée de perles , en commençant

de perles

enfiler

:

et à tricoter le

par

le

bout non garni

caution

les

;

levez lentement et avec pré-

grandes boucles que vous avez

mesure que vous dévidiez

l'aurez ainsi tout redévidé, vous prendrez d'aiguilles à tricoter bien fines, et

rez la bourse par le petit bout

nombre de

mailles

,

et

faites à

Quand vous

peloton.

le

un jeu

vous commenceen comptant

,

le

en élargissant à mesure que

vous avancerez.

Ce tricot ne diffère en rien du tricot ordinaire. Vous n'aurez d'autre précaution à prendre qu'à faire ressortir la perle en dessus

avant de lever

l'aiguille

temps en temps

comme

il

le

faut. Il

la

dessin

en passant

,

la soie

sur

maille, et à regarder de

pour voir

si

vous l'imitez

convient que ce dessin soit placé

devant vous. Si vous placez un fermoir à votre bourse,

une du

il

faudra faire par

petite fente

,

comme

haut, de chaque côté

le

je

l'ai

indiqué en parlant

tricot.

On

ne place point ordinairement de glands à ces mais une petite frange de perles à deux ou

bourses

,

trois rangs. Voici

comme vous

la ferez.

Votre bourse

étant achevée, vous enfilerez une aiguille de soie

blanche; vous

haut de

la

la

piquerez sur

le

côté gauche, en

bourse, ou bien au bout de

la

petite


DES JEUNES DEMOISELLES. 2i3 Vous aurez d'abord bagué légèrement la bourse tout autour ( le haut excepté ) sur un papier de feston à dents de moyenne grandeur; vous enfifente.

lerez ensuite des perles tout le long de votre aiguil-

vous

lée, et

aiguille

relèverez ensuite à chaque dent de

la

un

feston par

léger point de soie pris avec

en dedans de

bourse

la

:

cela

une autre

produira de

en perles. Si vous faites une seconde papier de feston deviendra inutile; vous

jolies boucles

rangée,

le

Pôterez, et, faisant vos boucles un peu plus courtes

que

les

dessus

précédentes, vous les prendrez un peu audu premier rang, de manière que chaque

pointe des secondes boucles se trouve au milieu des présentera la même ; un troisième rang opposition relativement au deuxième. On mélange

premières

les

couleurs de ces petites franges de toutes façons.

La plus

jolie est ainsi

perles blanches la

bourse

comme

;

de

;

premier rang, de boucles en

:

second , de

et troisième

,

la

couleur dominante de

blanc. Ces bourses se lavent

la toile.

Quand vous voulez

les faire

coupez un morceau de

en point de tapisserie,

toile fine

sur le modèle de

votre bourse; ayez ensuite votre dessin devant vous.

Comptez reau

,

serie.

ses petits

carreaux; et, selon chaque car-

placez une perle en faisant

Votre bourse

faite

un point de tapisune couture

joignez-la par

,

à arrière-points bien près à l'envers

comme la

précédente. Si

commencer

la

le

bourse pa»

,

et garnissez-la

dessin est rond

la

fleur

du

,

il

milieu.

faudra


mmmimm MANUEL

224

Bourses en ananas.

La description de ces bourses va paraître d'abord bien peu en rapport avec leur nom ; cependant elles soie soule méritent , et forment un joli ananas.de vent de deux couleurs, et enjolivé de perles d'acier. Elles n'ont aucun rapport avec les bourses tricotées

de ce nom. On mélange ordinairement les couleurs de ces bourses * ainsi que nous l'avons dit à l'article des bourses en point de feston ; mais on n'y emploie jamais de

fil

d'or

ou d'argent

:

point, devant être

le

fort serré, l'écorcberait continuellement.

un peu

dite cordonnet, doit être choisie

vais la supposer bleue céleste et blanc, afin

pliquer plus

commodément. Nous la

demande beaucoup

d'attention

,

car

soie;

de m'ex-

allons d'abord

bourse; ce qui

enseigner à monter

La

grosse. Je

la

est

long, et

façon de

la

bourse en dépend.

Ayez d'abord le moule de ce genre de bourses un large tuyau en carton une fois plus long que les moules ordinaires , et se terminant par une double ouverture circulaire a a. Il est percé de haut :

c'est

en bas d'une rangée de trous éloignés l'un de l'autre d'environ six à sept lignes £. Ces trous sont percés à l'envers

du moule,

afin

que

le

rebord du carton

soie troué serve à retenir les soies (fig. 80): la De n'entre pas dedans, mais demeure au-dessus.

chacun des trous d'un rang part une ligne droite


DES JEUNES DEMOISELLES. qui sillonne

le

22&

moule de haut en bas, et va aboutir au

trou de l'autre rang; sur les lignes sont percés, à intervalles

égaux , d'autres trous que suivent

aussi des

Ce n'est pas tout. De chacun des trous du bord part une ligne diagonale qui croise

lignes circulaires c

les lignes

c.

longues dd, et circulaires à chaque trou

où s'opère leur jonction;

et enfin

de l'intervalle des trous du bord diagonale coupe ce qui

fait

la

, ,

partant au milieu une seconde ligne

ligne précédente à angles égauxee;

que chaque trou a une

étoile

de huit

rayons. Il faut que vous suiviez toutes ces lignes en

montant votre bourse ; vous vous y prendrez ainsi. Vous monterez d'abord comme pour les bourses en point de feston ; vous vous souvenez que c'est faire retenir au premier rang du moule plusieurs tours de soie, par des points de

devront être

ici

fil

blanc. Les tours

un peu plus nombreux

vous n'aurez pas à

les

parce que

,

Vous du

recouvrir de points.

opération à l'autre extrémité

répéterez cette

moule. Vous ferez ces tours aux deux bouts avec de la soie

bleue

,

entière avec la celle le

que

la

bourse devant être montée tout

même

moule bien droit

l'aiguille

et

la

vous

la

coucherez sur

le

le

carton

moule,

ligne qui va de haut en bas

l'arrêterez en serrant bien

Vous

Tenant ensuite

ayant arrêté bien solidement

au niveau d'un trou (celui où

est rejoint),

long de

soie, et la plus foncée étant

l'on choisit ordinairement.

,

le

vous

et

au trou correspondant.

suivrez ainsi toutes les lignes parallèles

,

puis


MANUEL

226

revenant an trou d'où vous êtes partie soie qui

rez l'aiguille sous

la

produira un point

tortillé

la

;

,

la

vous passeligne

cela

;

que vous descendrez près

du trou correspondant de laire

forme

première ligne circu-

la

ensuite retenant votre aiguillée à gauche de

ligne longitudinale, avec l'index gauche, vous

tournerez cette aiguillée autour du moule en suivant

trous percés circulairement, et vous vien-

les

drez passer l'aiguille dans

que l'index

un point de feston,

alors par

manœuvre jusqu'à Il

la petite

formée en retenant

a

la

boucle de soie

l'aiguillée. et

Arrêtez

continuez cette

dernière rangée des trous.

reste à suivre les lignes diagonales.

Ce

n'est pas

plus malaisé. L'aiguillée arrêtée au dernier trou de la

ligne droite

que vous avez parcourue en suivant

les lignes circulaires

,

vous

diagonale qui traverse

le

la

conduirez sur

la

vous l'arrêterez au trou* où cette diagonale ainsi

de

de

la

même

manière.

faudra en suivant les lignes de haut en bas

dans

la soie

vous suivrez

de

les

faire couler

;

vous

Si

voulez enrichir votre bourse de perles d'acier,

enfiler

et

finit

diagonale croisée sur

suite. L'autre ligne

celle-ci sera suivie

ligne

moule depuis ce trou,

,

il

en

Quand

autant qu'il y a de trous.

lignes circulaires, vous aurez soin

une perle

à

chaque trou

,

et

de

passer la soie en-dessous, afin que cette perle soit

soutenue. elle se

soie.

Quand

toutes les lignes sont couvertes,

trouve au milieu du rayon des huit brins de


DES JEUNES DEMOISELLES.

227 montée maintenant; arrêtez coupez-la, faites-y un nœud ,-et mettons-

Votre bourse l'aiguillée,

nous

est

commencer

bourse. Si l'aiguillée ne peut longueur du moule, vous en prendrez une autre qui ait cette mesure. Vous mesurerez, faire

à

cinq

la

fois la

ainsi toutes vos aiguillées.

Chaque trou

,

comme

je

l'ai

déjà dit, est

le

centre

d'une étoile de huit soies, c'est cette éîoile qui va vous servir de canevas. Passez l'aiguille au point de jonction des soies , en-dessous et les prenant toutes huit, piquez-la dans le nœud cïe l'aiguillée, serrez bien

vous

,

,

et

tournant

la

pointe de l'aiguille vers

passez-la dans chaque brin de manière

point l'embrasse et le cache entièrement ensuite l'aiguille en arrière, et

;

que

le

rejetez

recommencez au

brin suivant, décrivant ainsi des cercles que vous resserrerez, et rapprocherez autant que possible.

Il

faut tous les deux brins, tourner le moule dans sa main. L'aiguillée doit vous fournir un rond environ de la largeur d'un liard. On la

mesure,

l'ai

comme

je

indiqué, afin que tous

Quand

il

les ronds soient égaux. ne vous restera plus qu'un bout de soie,

arrêtez après le

nœud

se

surmonte

nœud qu'a laissé l'aiguillée. Ce trouve alors au milieu du rond qu'il cela ne doit point vous inquiéter, vous

:

travaillez à

l'envers.

d'acier, dès les

Si

votre rond

a

une perle

premiers rangs de points, elle est enfoncée par dessous, de manière qu'on ne la voit


w^

m MANUEL

228

tout lorsque le rond est achevé. Elle doit

du

point

montrer çlus

se

Ce rond

tard.

avec de

fait ainsi

avec de

le suivant

la soie

la

soie bleue ,

blanche

jusqu'à ce que la bourse soit faire les

il

faut faire

et ainsi

de suite,

finie.

importe de

Il

ronds de suite circulairement

afin

,

de pou-

de papier à mesure

l'ouvrage

envelopper

voir

,

qu'on avance.

Quand

bourse est achevée

la

points de

fil

blanc qui

extrémités du moule les points blancs les

,

deux paumes

Pendant

une

fois

et la

vous

,

vous coupez

,

retiennent aux l'en tirez

,

les

deux

vous otez

mettant dans vos mains , entre

vous

,

la

la froissez et refroissez

cette bizarre opération

,

la

bien.

bourse devient

plus courte, les ronds se crispent, se rap-

prochent, font de petits creux en dedans, et les brins de soie qui les entourent produisent de petites boucles autour de ces creux.

bourse

,

et l'on a

un

joli

On

retourne alors

perles d'acier se retrouvent alors à

chaque

écaille

la

ananas bleu et blanc. Les

de l'ananas.

On

la

pointe de

fronce ensuite

la

,

et

on la double de gros de Naples on y coud un gland et un fermoir.

Il est inutile

de

la

bourse par un bout

ou de

satin

brides

du

;

fendre latéralement,

resserrant facilement.

La fermeture en

vient peu à cette façon de bourse

sont

trop

les

longues

réseau qui* tiennent les ronds se pliant et

grands.

Ils

,

les

diable

con-

réseaux en

seraient désagréables

s'ils


DES JEUNES DEMOISELLES.

On

n'étaient resserrés.

de deux verts

;

fait

beaucoup de

22Q ces bourses

vert pistache, et vert émeraude.

On

d'une seule couleur.

les fait aussi

Bourses avecfleurs et devises.

On

bourses soit au tricot, soit avec le point de tapisserie. Dans le premier cas, voyez bourses à l'aiguille avec des dessins, page 124, au fait ces

chapitre de

l'art

du

tricot.

Bourses en cheveux.

Voyez

le

chapitre des ouvrages en cheveux.

aussi le chapitre des ouvrages en filet , car

Voyez

on peut

bourses en filet même; on peut aussi les en broderie de cheveux sur du taffetas. Cette broderie est au passé ; mais à ce passé les points faire ces faire

sont droits et longs

,

comme je

les ai décrits

pour

les

pétales de roses de la broderie au plumetis. (1) (1) C'est ainsi

,

par parenthèse, que l'on brode

géographiques en cheveux

de

villes et

vélin.

On

«emens, rivières

de

de rivières

brode

ainsi ,

,

,

avec de l'encre de

les divisions

que

les

les cartes

après avoir écrit tous les

de pays

,

la

uoms

Chine sur du

provinces ou dépar-

figures des villes et le cours des

avec des cheveux de plusieurs nuances. Le point

cette broderie ressemble à la fois au point des pétales

de rose

,

et

au point des tableaux brodés en soie nuancée

sur véliu.

20


7

— MANUEL

2^0

Bourses en point de dentelle. jolies bourses avec le point du tulle. un moule semblable à celui des bourses en point de feston, monter la bourse de même, et

On

Il faut

de

fait

avoir

prendre de

la

On

soie bien fine.

ne peut avoir

qu'une seule couleur. La soie doit être reprise aux nouvelles aiguillées avec des nœuds de tisserand.

Quand on

est

siblement

ses

près de

mettre deux dans un indiqué.

On

la fin, il faut

points,

voit

et

ainsi que nous l'avons déjà peu souvent de ces bourses. ,

Bourses en filet.

Les bourses en

resserrer insen-

de temps en temps en

filet

(

1

)

à petites mailles sont ancien-

nes, mais la mode les a renouvelées en y apportant un changement. On les fait maintenant avec de la soie préparée à cet effet. Cette soie très fine a sur le

même

brin deux couleurs qui se succèdent sans

ordre apparent (supposons qu'elle soit orange et gros bleu

,

on en voit beaucoup

un long bout est

est

orange

,

comme cela)

un autre bout

bleu, et réciproquement

:

;

tantôt elles se

succèdent brusquement. Tout cela quand

(1)

Voyez

le

tantôt

tantôt les couleurs se

perdent peu à peu l'une dans l'autre

employée produit un

;

très court

%enl\\ jaspé.

chapitre Ouvrages en fila.

la soie est


DES JEUNES DEMOISELLES.

23 1

Ces bourses se font longues, ouvertes par le milieu, et se ferment avec deux anneaux en soie

comme

je l'ai indiqué; on place à chaque bout un gland touffu. C'est à proprement parler une houppe

de soie pareille soies

à celle de la bourse. de beaucoup d'autres couleurs.

On

fait aussi

des bourses en

bourses ordinaires. arrondi, vert

de

,

la

On

et l'on fait à

les

filet

de

On la

le tiers

de

ces

forme des

commence par

peu près

fait

la

le

bout

bourse

puis l'on change sa soie, en attachant au bout soie verte que l'on vient de couper, une soie

blanche, bien tenue par un nœud de tisserand (voyez plus bas article Filet). On fait environ huit tours

avec cette soie, puis trois avec une soie rose, puis deux encore avec une soie ponceau. Ensuite on coupe cette soie pour reprendre la soie blanche

pendant quatre tours; puis l'on recommence les tours de soie rose et ponceau. On finit ensuite la bourse avec de

la soie verte. On peut mélanger ces de diverses autres couleurs selon le goût. Ces bourses s'appellent bourses à arc-en-ciel, bien qu'elles

soies

n'imitent pas parfaitement l'ordre de ses couleurs. D'autres bourses de filet de la même forme , sont plus simples et plus jolies. On les fait tout d'une seule couleur (ordinairement vert, orange, violet

ou ponceau), puis on y attache un plein de perles voici de quelle manière. On enfile la perle dans une aiguillée de soie pareille à la bourse, on l'applique à l'endroit sur l'un des nœuds du filet d'acier

:


,

MANUEL

232

qui forme une des parties des carreaux du plein > et

un bout de l'aiguillée à droite, l'autre à gauche du nœud, on les attache bien solidement à l'envers , au-dessus du nœud , pour que la perle ne

passant

coule point.

On

fait

aussi des bourses en filet rose

,

à trous

ronds en fond de Berlin , variété de filet dont nous parlerons en traitant de ce genre d'ouvrage. Bourses au crochet.

Nous renvoyons

ces bourses, ainsi

que

les

bourses

détail sans envers, à l'article tricot, où se trouve en seulement ici la manière de les faire. Nous dirons les fait en soie grosse de couleur foncée , que ce sont des bourses assez communes.

qu'on

CHAPITRE

et

VII.

OUVRAGES EN FILET.

Nous

allons d'abord décrire les petits instrumens

pour faire le filet. Ce sont un une navette. Le moule est une baguette de buis, plus ou moins grosse, selon la grosseur que l'on veut donner aux mailles du filet. Sa longueur

dont on

moule

est

se sert

et

ordinairement d'un quart d'aune, mais cette la grosseur du moule. Les

longueur varie selon


Des jeunes demoiselles.

233

moules en acier qui servent à faire les bourses n'ont guère plus d'un demi-quart. Les gros moules petits

qui font

les

franges ont quelquefois près d'un tiers.

Quoi

qu'il en soit

poli

pour bien

,

bouts sont arrondis. en

et

le

,

moule

doit être

couler

les mailles. Ses

laisser Il

ya

rond

et très

deux moules en ivoire

aussi des

os.

La navette

est

une

aiguille en acier,

dont

bouts sont pourvus d'une tête ouverte

:

les

les

deux deux

parties de cette tête doivent se rapprocher et s'écar-

pour retenir

ter à volonté

La navette grâce ,

soie

,

le

fil ,

la laine

et laisser passer des fils.

à leur élasticité

ou le coton que

au

filet.

les

divers ouvrages.

sert à tenir la

,

l'on

veut employer

Elle est aussi de diverses grosseurs selon

les navettes

On

en

fait

en buis

premières substances ne se pliant pas, ouverte, et casse dès qu'on veut

Occupons

,

en os

;

mais

en fer ou acier sont préférables. Les

-

la

la

tête

demeure

fermer.

nous maintenant de

la

manière de

faire le filet.

Prenez un moule et une navette assortis à l'ouvrage que vous vous proposez de faire. Garnissez la navette (supposons que ce soit de

fil)

en passant

le

d'une tête à l'autre, jusqu'à ce qu'elles soient remplies ; ensuite l'on prend une aiguillée de fil ou

fil

Soie, n'importe,

pourvu

mouvemens

on

(i)

Il

(i);

le

qu'elle puisse résister

aux

boucle par un gros nœud,

y a des petits métiers à

faire le filet; ces

métiers

kl


2 34

.

MANUEL

puis l'attachant sur le genou avec une épingle on passe son moule dans cette boucle en le tenant entre le

pouce

et l'index

du

attaché le bout

boucle attachée sur parées on prend droits

le

On

tenu sur

préalablement

a

la

navette après la

genou. Les choses ainsi pré-

navette entre

enveloppe avec

et l'on

,

la

gauche. fil

le

le

pouce (de

fil

et l'index

la

navette)

du milieu de la main gauche; on repasse le fil derrière le moule et on le place sous le pouce qui le retient en formant une petite

le

moule

et le doigt

,

boucle. Ensuite on repasse le

gauche en

en l'y retenant le

moule dans

du milieu

,

remplacent

la

derrière l'index

fil

descendant jusqu'au quatrième doigt

le

,

puis enfin on passe

la

dans

et

la

navette sous

boucle formée d'abord par la

boucle de

boucle de

fil

le

doigt

attachée sur

le

y a cinq pouces

et sont ainsi disposés. Il

fil ,

d'abord une petite plancbe carrée de quatre à que surmonte une cheville enjolivée , penchée en arrière. Cette cheville

fichée au milieu de la plauche, soutient

,

petit rouleau transversal; lequel

bouts deux petites baguettes

un rouleau plus gros que est

posé sur

les

mouvement de

Sur

la

le

,

une petite boîte le côté

précédent. Ce dernier rouleau

le

moyen

d'une petite poignée

à l'une de ses extrémités. C'est là qu'on

filet, et

planche

,

qui à leur tour soutiennent

baguettes de manière à pouvoir décrire no

rotation, par

d'acier placée

attache

le

uu

bâton porte à ses deux

qu'on

le

roule à mesure qu'il avance.

derrière la première cheville inclinée à coulisses

pour rauger

une petite pelote en

taffetas.

les

pelotons

,

,

est

et sur


235

DES JEUNES DEMOISELLES. genou;

fortement le

la

navette à soi en soutenant

quatrième doigt qui

boucle dont la

lâchant toutes les boucles, on tire

alors

il

est

fait

entouré

même opération

le

nœud avec

couler graduellement la

(Jig. 81).

On recommence

autant de fois que l'on veut avoir

de points. Le nombre obtenu, on tire le moule, l'on recommence une seconde rangée en passant navette dans les mailles de

la

première.

A

et la

la troi-

rangée , on passe dans les ^mailles de la seconde, et toujours ainsi sans plus toucher à la boucle du genou qui n'est là que pour attacher

sième

Quand le commodément, on

filet est

l'ouvrage.

trop long pour le tenir

on l'attache avec un ruban, et l'on attache ce ruban avec une épingle sur le genou à 1* place du fil que l'on a ôté. On coupe ordinairement la première rangée en ôtant la

boucle de

fil

Lorsqu'on a

le

replie,

dans laquelle

elle a été prise.

un ouvrage de

à faire

filet

qui doit

en élargissant ou rétrécissant , on commence par la partie la plus large , parce qu'on ne peut aller

ajouter des mailles une fois que le

nombre

est fixé.

Pour les diminuer, c'est différent. On peut laisser en recommençant et finissant, une maille sans j passer

On filet

nom

la

navette.

faisait autrefois

( il

y

a

dix-huit ans) avec

le

une quantité de fichus, de coiffures, dont le même est inconnu de nos jours ; tels que les

zéphyrs , les bouffantes

remplacer

le tulle

,

,

etc.

On s'en

servait aussi

pour

en faisant une petite bande en


MANUEL

236

très fin et à mailles très

fil

rapprochées

mais cela

;

quoiqu'on y fit le filet à carà baguette , le filet à fond de Berlin, le

était toujours grossier,

reau

,

le filet

filet rose

,

le filet rond, le filet à bâton rompu.

part de ces

de

petits

filets

,

La plu-

qui servaient aussi à faire des sacs,

bonnets d'enfans

,

sont oubliés et rejetés

entièrement. Je vais donc parler en détail seulement des choses en usage à présent

,

tout en donnant

ensuite des notions sur ces genres de

que

filet

la

mode peut ramener incessamment. Bourses.

Voyez

le

chapitre sur

nous avons indiqué

l'art

forme

la

de faire

les

et la soie

bourses

,

convenables

pour les bourses en filet. Nous dirons seulement que ces bourses se commencent par le bout arrondi et se font circulairement ; en repassant le moule dans

les

mailles,

mailles voisines.

pour toute

la

soit plus étroit

géant

sans l'avoir ôté

bourse ,

tout-à-fait des

Le même nombre de ,

quoique

parce que

le

mailles sert la

bourse

en

s'allon-»

bas de

le filet s'étrécit

et lorsqu'il est plissé.

Franges.

Lorsqu'on veut

faire des

franges de

prend un moule de moyenne grosseur, on

filet,

le

tout entier d'une rangée de points. Arrivé à

du moule (ce qu'on retarde

le

oiï

couvre la fin

plus possible en


,

DES JEUNES DEMOISELLES. rapprochant bien

moule en deux ou

)

,

on

2^^

les sort

tous

du

on n'en conserve que qui servent à tenir le moule, on

trois la

même

chose

:

,

jusqu'à

on repasse ensuite

l'on veut;

cette

points

gauche

les jetant à

recommence que

les

longue rangée , puis

la

la

longueur

navette dans

à la troisième

on prend

un moule double en

grosseur, sur lequel on lâche beaucoup le point. Cette troisième rangée ne se

reprend pas;

coupe par

le

elle fait

de grandes boucles qu'on

milieu. Ensuite tous les trois points

l'on réunit les

fils

produits ; on

réunit ensemble par

le dernier

maille;

on

les

nœud

que ces boucles coupées ont

un

dessous

de

la

un peu au-dessous , et bien plus allongé forme la houppe du gland.

le reste

les attache ensuite

Si l'on veut des franges plus simples les

fil ,

à la distance de la moitié

boucles du troisième rang.

,

On

on

laisse

jouer

peut faire ces

même quand elle est d'un tissu qu'on y entre aisément le bout de la Voyez pour les glands l'Appendice à l'ar-

franges après l'étoffe léger, parce

navette.

ticle de la guipure des franges.

Tours en

soie.

Les tours en soie, que l'on porte maintenant pour imiter les cheveux , sont simplement une rangée de points sur le gros moule. L'on sépare ces points de manière à former une grosse boucle de cheveux ; on lui donne de la consistance en l'enduisant de

gomme

,

puis on passe ces boucles

,

cinq ou sept de


MANUEL oq Je d'une aune partagé par clnuue côté d'un ruban de nos filet étant bornés Les ouvrages en ,u> aUons passer aux nouons "ùrs a ee.a, nous

S

peuvent redevenir

utiles. Filet à carreau.

o„ L'on commence par

de deux rangées cieux g

filet

^^^^^Z

or di„aire, après maille, la première

A

(i\t-p taire

faut passer te

il

avant de t. our du moule

m "

ille

doit être régulière

mièie

,

£ Lut

et

faire le ,

i

nœud. La seconde

et la troisième

comme

la

continue de la aort*. toute la rangée se

en trouve alternauvemen les mail.es, on inégale est petites; cette rangée de gr andes et de ordinaire, égales de la manière tricotée en mailles comme a ptem-e , « être la suivante doit iusqu à A a 1* sorte enrte ju^u l'on continue de la

ma is

dont

et la

première

Se

de

1

ouviage,

comme

la

seconde. Filet

H

la fin

* nlt primitivement rangées sont allernativemei

les

à baguette.

commence de même que

le fil«

ordinaire

passe le fil deux rangées finies on nœud. moule avant de fa.re le deux fois amour du nia.ll s, rangée de longues tricote ainsi une

Lorsqu'il y a

ÎL

mailles plus de rangée, a mailles e , en vient nue de longues

Lw,es de deux ou même our.es

;

après

il

amsi de suite jusqu'à

la

fin.

Tout l'ouvrage

alternativement. trous longs et carrés

M

a des


OES JEUNES DEMOISELLES. Filet

Après avoir

2 3o

à fond de Berlin.

quelques rangées de mailles ordifil une fois autour du moule ; au lieu de prendre tout de suite la maille suivante , o'n la cherche avec la pointe de la navette, à fait

naires, on passe le

travers celle

qui se trouve dessus. L'ayant courbée un peu vers on y passe la navette , et l'on tire , fortement le fil. La maille voisine, un peu tirée par là, s'avance soi

forme une petite oreille elle est achevée aussitôt la manière ordinaire. Après cela , on passe le fil autour du moule et l'on procède et

;

de

comme

,

il

vient

d'être enseigné, jusqu'à la fin de la rangée, en observant d'alterner. Lorsqu'on ôte le moule, il se trouve alternativement de grandes et de petites mailles. Dans la rangée suivante, elles sont toutes

égales; mais

il faut bien prendre garde à la tension parce que de deux nœuds l'un doit être lâche lorsque la maille est petite. La troisième rangée est tricotée comme la première , et la quatrième comme la seconde, et ainsi de suite. Dans la première rangée, la maille voisine de celle qui est entrelacée, se trouve un peu étroite, mais dans

an

les

fil,

suivantes elle est plus grande

commodément que

,

et se tricote aussi

les autres.

Filet rose.

C'est presque '

blet

rose.

de

la

même

Lorsqu'il

y

a

manière que se tricote quelques rangées de


"^

MANUEL

a /,0 mailles ordinaires

mencer

le filet

tume, sans tricoter

de

dans

le

le

faites,

et qu'il s'agit

met

rose, on

fond de Berlin

,

il

fil

faut la chercher

à travers celle qui se

La maille voisine , qui

nant

forme d'une petite oreille,

se

comme trouve

tend aussi en pre-

dessus. la

de com-

comme de cou-

du moule; mais avant

passer autour

une maille,

le

est tricotée

tout

comme à l'ordinaire; la troisième se fait même que la première, et ainsi de suite. La

de suite de

la manière accouturangée suivante se tricote de semblable à la premée, mais la troisième doit être ce filet se conmière, et la quatrième à la seconde;

tinue de

la

sorte jusqu'à la fin. Filet rond.

Ce

filet se tricote

comme

à l'ordinaire

,

avec cette

la navette dans une différence, qu'au lieu de passer la passe de haut en bas. maille de bas en haut , on rondes , et De cette manière , les mailles deviennent a d'élasticité ; partout le fil le tissu reçoit beaucoup l'air d'être tors.

Filet

à bâton rompu.

En commençant une

rangée,

on

passe

le

comme

fil

à

se tricote autour du moule, et la maille sans qu'il soit nécesl'ordinaire. La seconde se fait du moule , mais la troisaire de passer le fil autour première, et ainsi de doit être semblable à la s h*

me


,,

DES JEUNES DEMOISELLES. suite alternativement.

faut

que

iL \

Dans cette espèce de tricotage

mailles soient en nombre pair, parce qu'à la dernière de chaque rangée le fil , ne doit pas être passé autour du moule lorsqu'il l'a été à la première. Quand la première rangée il

les

est finie

trouve une grande maille

L'on

et

une

,

se

il

petite sur deux.

ensuite les mailles égales à la manière la troisième rangée est semblable à

fait

accoutumée; première,

la

et la

quatrième à

suite jusqu'à la fin

différens

,

espèce de

du

de grands

longs, se

succèdent filet

,

et lui

filet.

seconde, et ainsi de Trois sortes de carrés la

de petits, de parfaits

et

alternativement dans

donnent une

fort belle

et

de

cette

appa-

rence.

On

peut

faire tous ces

ruban ou de

petit

cela convient

ou de

la soie

la

genres de

mieux que de pour les

plate

long-temps qu'on

faisait

la soie dite

sacs. Il

cette

d'un

joli effet, et

mode peut

du

cordonnet

n'y a pas fort

de ces sacs en

du ruban de couleur, doublés de c'était

avec

filet

petite ganse plate très fine;

satin

comme nous

filet,

ou

avec

taffetas;

l'avons dit,

revenir.

21


r MANUEL

242

CHAPITRE j/aRT

VIII.

LACETS FAIBB LES CORDONS, GANSES,

DF.

CHAPEAUX DR GANSE

,

RTC.

,

peuvent faire les ouLes jeunes personnes ne parce, que les métiers en compliqués ; mais il est une foule de

vrages de passementerie

,

sont lourds et qui. leur offriront cordons et ganses à leur usage,

un moyen d'amusement je

me

suis

le

un but

et

d'utilité

proposé dans tout

le

,

comme

cours de ce

Manuel.

on fart un d'abord de la ganse ronde dont robes rien de si grand débit maintenant pour les plat , trois fois aussi simple. Vous prenez du coton avez besoin; vous long que la ganse dont vous Il s'agit

:

si

grosseur désirée doublez ou triplez ce coton selon la bout avec une de la ganse ; vous l'attachez par un après un épingle , sur vos genoux s'il est court ,

ou

le

mur

bout' entre

le

pouce

fauteuil

de droite à gauche doigts

;

ensuite

,

du coton tordu,

s'il

est

long, et, prenant l'autre vous le tordez

et l'index droits, ,

en

le

roulant entre ces deux

passant l'index gauche au milieu vous passez ce coton, toujours

au-dessus de le pouce et l'index droits, le bout jusque l'épingle, et vous en faites couler

tenu entre

vers l'index gauche qui

le retient

en longue boucle.

m


,

DES JEUNES DEMOISELLES.

Vous partagez

ainsi le

coton en

vous toidez ensemble de

la

même

2^3

trois parties,

que manière que pré-

cédemment, mais de gauche a

droite; le sens au vous pouviez commencer de tordre au second tors de droite

reste, n'y fait rien,

gauche à

à droite, et

gauche;

autrement

l'essentiel est

de contrarier ces tors, car

ganse ne se formerait pas. Prenant, au lieu de coton plat , deux petites ganses rondes

en soie,

un

la

et les

tordant d'après ce procédé, on obtient

très joli cordon.

Manière de faire des cordons à

On

prend de

la

la main.

ganse ou du cordonnet

,

ou du

petit ruban , six à sept aunes pour avoir un cordon , d'une aune de longueur. On divise cette quantité

en quatre parties égales, dont on enroule chacune sur une carte où on l'arrête avec une épingle, ne

peu près une demi-aune pour le Ces quatre bouts, réunis de l'autre part au

laissant passer qu'à travail.

moyen d'un nœud,

sont tenus entre le pouce et la main gauche; alors, prenant de la un des bouts on le fait passer sous le médius de la gauche; on le ramène en lui faisant ainsi former une sorte de boucle, sur le pouce de la l'index de

droite

,

même main, au-dessous duquel il est retenu par le quatrième doigt. On a soin , dans ce passage, que le bout qui le suit soit renfermé sous lui, après quoi (.renant ce second

bout, on

le fait

passer sous ie


MANUKL

2/j4

son tour sur le quatroisième, que l'on conduit à dans la boucle que le trième , lequel on fait entrer

également les tient ouverte; puis, tirant de chaque main , on serre l'en-

médius

quatre bouts

lacement

,

deux

qu'ils

viennent de former par leur passage recommence le même procédé

alternatif, et l'on

un cordon solide, dont la fin. Il en résulte pour hommes et on fait des cordons de montres lorgnons, de cipour femmes, des cordons de

jusqu'à

seaux,

etc.

;

en

les faisant

avec de la petite ganse plate

ou blonde , on imite parfaiteavec des petites ment les cordons en cheveux; des cordons de cannes. lanières de peau, on fait ainsi un petit On en fait d'à peu près semblables sur il faut un peu moule qui sert à les tenir ouverts;

en

soie noire

,

solitaire

moins de matière

et simplifier l'enlacement.

Lacets ronds faits sur les doigts.

quatre fuseaux chargés , on a quelque on réunit et attache les bouts à toute autre distance de soi , soit à un crochet ou à chargés de fil chose. On prend deux des fuseaux les croise en les rasur l'index de chaque main on croise aussi les menant toujours sur les côtés; on contraire , en en deux autres fuseaux , mais en sens vis-à-vis; on amenant un à soi, et éloignant l'autre C'est par reprend des deux côtés, et ainsi de suite. chaîne, de procédé qu'on fait les cordons de

Pour

de

fils

faire ces lacets

,

,

ce


DES JEUNES DEMOISELLES. montre ,

et

généralement tous

brins, de ganse

les

245

cordons à quatre

ou cordonnet, n'importe.

Manière défaire la ganse plate au crochet, (i) C'est

une espèce de

chaînette

,

tricot

ou plutôt de point de que d'une nou-

puisqu'il n'est question

velle boucle

ou maille toujours formée par

la soie

attirée dans la précédente.

On commence et l'index

de

la

par tourner

la soie

main gauche , comme

entre le pouce si

l'on voulait

un double nœud; on passe le bout du crochet au milieu de ces deux boucles on y attire la suite faire

,

de

la soie qu'il va saisir en dessous des boucles; puis élevant le crochet pour les serrer un peu , on la repasse dans la boucle qu'on vient de former ,

et

dans celle qui précède immédiatement en dessous de laquelle on reprend la suite du fil pour faire une autre boucle ou maille , et ainsi successivement. ,

I

En ment

saisissant bien ce ,

en variant

les

procédé passages

,

on concevra com-

du crochet

et les

enlacemens que produisent ses retours, on peut produire beaucoup de petits ouvrages qui , réunis , à

d'autres parties avec l'aiguille, composent les les brandebourgs, les glands de toute es-

olives,

pèce,

etc.

(i) Ce crochet est un outil de fer de deux ou trois pouces de long, terminé en pointe recourbée, et emmanché de bois {fig. 82).


MANUEL

a/fi

qu'on au crochet nne sorte de crépine pour les enjoliver; met aux glands de cordonnet guipée soie crépine est «ne suite de boucles de

On

fait aussi

cette

ou non guipée. passementerie dont les Parmi les ouvrages de s'occuper, est la guijeunes personnes peuvent que l'on vend sous le pure (i) des franges tissées ,

frange est la de frange. Cette tête de pendent les franges. bande enjolivée de laquelle seulement la partie ces têtes de franges sont

nom

de

tête

Souvent

plate de la frange sans bouts

moyen du

filet

,

mais

avec des bouts prêts

il

à

;

on peut en mettre au

vaut mieux prendre la frange guiper. Lorsque la frange est

a forme différens coupons destinés deux ficelles sur une être guipés on la tend par ficelles sont fixées a longueur prise à volonté. Ces mur pour la commodité de

tissée, et qu'elle ,

demeure la

long d'un

le

guipeuse,

et

pour que

plus possible. Cela

fait

,

la

frange soit tendue

l'ouvrière

le

armée d'un gui-

forme de petite broche , pouces , terminée d'un bout crochet redélice et tournée en masse insérée dans une petite

poir, instrument de fer en

longue de cinq

à six

en pointe fort et de l'autre

courbé,

circulaire

de plomb

qui sert à

lui

mouvement

(,) il<-

U

soie.

d'un demi -pouce de long, et conserver son

donner du poids

dis-je {figure 83); l'ouvrière,

k friser guipure sert en quelque sorte

les

,

passe

frange*


,

le

que forme

main gauche dans

coupon, puis avec

le

un brin de

guipoir, elle débarrasse

prenant contre

la tête

de

la

elle fait

la

boucle

ia

du

crochet

le

pente

frange, où

Ce brin séparé

facile à saisir.

du guipoir,

24'

JEUNES DEMOISELLES.

I)F,S

doigt index de la

i\

,

en

le

est plus

pris dans le crochet le gui-

tourner sur lui-même

cela avec poir avec le pouce et l'index droits, et

violence.

Le guipoir, mis en mouvement de

manière

retord

,

de l'habileté de la la guipure, puisque celle

qui ne

guipé

est

cette

brin qui lui est attaché , et c'est guipeuse que dépend la beauté de

le

l'est

la

frange trop guipée grippe , et Le brin

pas assez demeure lâche.

terminé au bout d'en-bas par une petite laissée; ce le crochet du guipoir y a de la entre l'auriculaire et l'annulaire

boucle que

brin est passé *

main gauche, pour avoir guiper d'autres.

Quand

la

la

liberté d'en séparer et

guipeuse a

fini

ce

coupon

,

puis un troisième, toujours quand la lonen reculant de la droite à la gauche ; quatre à est considérable comme de

elle

en prend un autre

,

gueur tendue

peuvent y travailcinq aunes, plusieurs guipeuses de distance pour ler, en conservant entre elles assez

ne

se pas

On cire

,

On

gêner mutuellement. tour du guipoir en

facilite le

le garnissant

le

fait

tourner encore d'une autre manière

qu'on appelle//er. Lorsque la guipeuse du brin avec le crochet de son guipoir, la

de

vélocité. ce qui l'aide à tourner avec plus de

paume de

la

s'est

elle

emparée

approche

main droite de celle de la gauche

,

et


MANUEL

248 par

frottement des pouces de ces deux parties

le

dont

l'autre

On fois

donne

elle tire la droite à elle, elle

ment au guipoir avec

même

la

le

mouve-

dextérité que par

méthode. a plusieurs guipoirs, et

on

les laisse

quelque-

pendre pendant plusieurs heures aux hrins,

pour empêcher ceux-ci de gripper, surtout lorsqu'on guipe du houillon de soie pour les houppes et les glands Ces houppes et glands ne sont autre chose que des .

houts de frange, dont

la tête est

roulée autour d'un

coulant ou d'un petit moule en bois.

On commence par rouler rieur de

en soie

ainsi pour faire l'intéhouppe ou du gland , de la frange coupée non torse ; on recouvre cette soie d'un rang ,

la

de brins tors

et "guipés

par-dessus lesquels on place

,

encore du bouillon de soie garnir et enjoliver.

et

des crépines, pour

Le bouillon de

d'argent ou de fin laiton

,

soie est

au

sortir

une

très grosse aiguille

de laquelle

,

le pliant

gueur dont on a besoin ensuite

le

on

le

en bois,

une

sorte

comme

la

en tire-bourre,

au double de la longuipe pour en orner

dessus des glands, etc.

petite tête façonnée guille par

,

fil

recouvert au rouet d'une

soie qui le cache entièrement, puis roulé

cannetille sur

un

Le

coulant est la

se recouvrant à l'ai-

de point noué

,

dont

la suite

forme un réseau.

On

portait l'an passé

,

et

même

l'on porte encore,

des nattes de rubans au bas des douillettes et robes de soie.

Ces nattes ou

tresses

,

d'un

effet agréable

,

se

"


,,

DES JEUNES DEMOISELLES. font ainsi. Prenez

du ruban

pouce

large d'un

satiné n° 6

,

249 c'est-à-dire

quelques lignes environ

et

;

re-

doublez ce ruban sur lui-même, ou pliez-le en trois

en passant une ganse plate

pour de

donner du

lui

commune

en dedans

Prenez au moins

relief.

le

longueur de tresse que vous désirez,

la

double et

pré-

parez ainsi quatre morceaux de rubans; attachez-les tous quatre près l'un de l'autre par épingles, sur

numéros pour çant à droite, le

dernier

sur

4-

genou

le

premier

Vous

Vous

&

le

et le 1 sur le 3

,

4 sur

et ainsi Il verts

y ,

,

le 1 et

sur

;

,

le 2

,

,

le 1

sur

le 3

1

puis le 3

,

,

,

le 3

sur le 4

le 2

sur

»

le 1

la fin.

dits cordons recou-

qui se mettent au bas des robes ,

suivant 3,

le

passerez ensuite le 4 sur

cordons ronds ,

volans, aux sonnettes

avec des

entre les rubans 3

puis le 2 sur le 3

de suite jusqu'à

a aussi des

,

en commen-

,

l'autre 2

passerez le 2 sur le

et 3, le 4 sous le i. le 2

est 1

4» vous croiserez ensuite

le

bout

reconnaître ; ainsi

les

le

le

droit. Il faut leur prêter des

etc.

,

au-dessus des

Ces cordons se font de

la

manière suivante.

Vous prenez du coton ou du fil grossier de la coudu cordon ; vous doublez, triplez quadruplez

leur

,

selon la grosseur que le cordon doit avoir.

ce coton

,

Vous

roulez

le

dévidez de

un peu

la soie plate.

entre vos mains; puis vous

Vous en

l'un des bouts de votre coton

opposé

un clou

(

du coton

;

et

,

)

tenant

;

soit après le

attachez le bout à

vous attachez

une chaise,

bout du coton où

le

bout

soit après

est attachée


MANUEL

2 5o la soie

entre

vous passez à

le

et l'index

de

la

main droite,

soie en spirale, rapprochée de droite

la

gauche sur

pouce

coton avec

le

le

pouce

et le doigt

du

main gauche. Vous travaillerez plus commodément si vous séparez une très longue ai-

milieu de

la

,

guillée de soie

du peloton

;

il

est facile

de reprendre

en tournant. Le coton doit être tout

les aiguillées

couvert. la Votre coton ainsi revêtu , vous le détachez de prenez le bout qui y était attaché , et y ; vous Ensuite vous presubstituez celui que vous teniez.

chaise

nez une très longue aiguillée d'une ronde de la couleur de votre coton et

vous

la

droite sur

très petite

ganse

de votre soie , à tournez en spirale éloignée de gauche par un votre cordon , et vous la terminez et

et n'a pas nœud. Cela produit un effet très agréable, pourvu que l'on moins de solidité que d'agrément, morceau qu'on en coupe. fasse un nœud à chaque

Manière défaire tissu

tes

chapeaux en paille ,

de soie, imitant

Vous pouvez en ,

faire

de

la

tissu

de coton et

la paille d'Italie.

pour suivant le procédé indiqué préparer de petites pièces en

ganse plate

,

de en soie, que vous monterez en forme Peutchapeau , ainsi que je vais vous l'apprendre. parce mieux d'achoter la ganse faite ,

coton

et

être serait-il

que vous ne pouvez en cette ganse à la main ;

élevé. Voici

longs morceaux au reste, d'un prix peu

faire d'assez

est,

comment vous Remploierez.


DES JEUNES DEMOISELLES.

a5

L

Vous prendrez un patron de chapeau un p u .

(

grand, parce que

la

ganse se resserre par

le

blan-

chissage et le travail.

Ce patron ou modèle se compose de la passe et de la forme du chapeau il faut qu'il soit en paille ou en carton. Vous commencerez par le milieu du fond; vous attacherez le bout de la ;

ganse au centre et vous la tournerez sur elle-même en décrivant progressivement un cercle plus grand ,

Vous

bâtirez ces cercles les uns aux autres à mesure que vous en aurez une certaine quantité, et après que vous les aurez attachés avec des épingles; mais

dès que ces cercles se seront

un peu agrandis , il de suite, non seulement les uns aux autres, mais encore les baguer après le modèle. Vous environnerez ainsi circulairement vaudra mieux

toute

la

les bâtir

forme du modèle; puis, enfilant une

ai-

guille de coton fin et blanc,

si la ganse est de coton, de soie couleur de paille, si la ganse est en soie, vous coudrez les ganses ensemble à points de sur-

et

jet

couchés, en prenant ces points dans les petites du bord de la ganse. Cette opération termi-

mailles

née

,

vous

vous ôterez votre ouvrage de dessus la forme; le retournerez, et vous songerez à monter le

devant ou

la

passe.

Vous y procéderez nière

,

sauf

la

cette moitié

droite et à

à

différence

Vous mesurerez

la

peu près de

la

même ma-

commandée par

passe à

la

le

modèle.

moitié, et c'est d'après

que vous ferez partir votre ganse à gauche sur le bord de la passe, afin de


™ MANUEL

nr\n 232

couper sur

'

endroit auel enai à quel voir a •

il

faut la

le

côté pour

mesurerez,

^

£&- ^ \— » -«-j KU. ««? Mn M ««*

;:::,

ou »•«<*• * as

i hasard un

VO "

ce

nr ,

court, se trouvait trop P

de rang ées à

.

^

feX Wlt lie»

tau , il vous faudra d port,

U

la passe

^^

mo^ ««

les

vous

la

de

la

c est-

,

^

.

fa re

^^

rangée suxvante, de par_

^V ûe

y

^^ ^^' 7

fortement. Comme ne paraîtront pas. parties excédentes

écrire le nombre

et les

,

faire des étrécissures

et celle de précède ,/e précédente rangée iorm p manière qu elle ne

viendrez en

r

par ;: r

si

de ces étrécissures

les

On ne pe

;

cela

dépend

forme du chapeau.

les joindrez

«.in,.,

Quand vo

r

» J»„-'~ ".,,-.

ensemble.

,„~. «


,

DES JEUNES DEMOISELLES. l'antre à points-devant.

modèle, parce qu'elles qu'on ne pourrait

On

fait

les

seulement

comme j'ai dit, même manière, en

de

la tresse

fond,

à

peu avec

ne

et l'on fait les étrécissures

les

deux

CHAPITRE EJV

IX.

CHENILLE.

Les ouvrages en chenille sont de ils

;

de

tresses voisines.

OUVRAGES

se divisent

la paille.

chapeaux de ce genre d'après reste, on commence par le

passant les parties excédantes coupée en dessous , et la recouvrant peu

r<

invention

253

monte pas sur un ont plus de consistance, et les

retourner sans briser

les

un modèle; mais, du la

On

sont faciles et très

en fleurs

jolis.

très

moderne

Les ouvrages

artificielles, corbeilles et porte-

montres.

Les fleurs en chenille se font de deux façons avec ou sans broderie (voyez plus haut l'article de la Broderie en chenille). Quand on veut les faire de la première façon expliqué; on

,

on monte un métier comme

dessine sur le taffetas

Naples blanc monté sur ce métier,

je l'ai

ou gros de que l'on

la fleur

a a faire.

Supposons que se soit une rose blanche et vous commencerez par broder les tiges feuilles en chenille, soit en couchure, soit au

pensées et les

:

passé-épargne, en observant de bien mélanger

22

les


IIIBIII

f MANUEL

aS4

chenille arrêterez et couperez la auprès des fleurs ; alors vous serez parvenue chenille blanche montée sur

nuances.

quand

IHUKIllJi

Vous

la vous prendrez de entre le pouce et Vous en placerez le bout en ferez une boucle en la revous gauche; l'index avec le bout, qui doit être mettant sous le pouce

laiton.

laissé

chenille un peu long. Cette

est alors dessus le

tourretournerez par-dessous , et, la de la boucle, du bord de nant à droite tout autour rapprocherez bien , vous la passerez

bout; vous

la

laquelle vous la

retournerez à gauche autour de le bout , et la Vous la alors de deux rangs. boucle, composée retournerez a le bout, et la passerez ensuite sur Cette marche sera droite sur la boucle [fig. H)grand. le pétale soit assez continuée jusqu'à ce que vous tortillerez Quand vous voudrez le terminer, bout , et vous la couperez. bien la chenille après le bien part dans un papier Vous mettrez ce pétale à autres sept, neuf ou dix blanc, et vous en ferez a de la rose que vous aurez pareils, selon la grosseur a

sur

représenter.

,

pareil nombre de péAprès cela, vous ferez un nombre rangée ; puis un pareil tales plus petits d'une rangée enpetits d'une autre d'autres pétales plus pétale enfilerez chaque grand core. Ensuite vous dans 1 aiguille aiguille à chenille , soit soit dans une sur le contour et vous les placerez à passer les bouts, du faisant sortir le bout extérieur de la rose, en d'ordinaire de se contente coté de l'intérieur. On


DES JEUNES DEMOISELLES. bouts sans

faire ressortir ces

ce soin au second rang des pétales

prudent de

«les

premiers

et

dans l'intérieur de la

mais

sera plus

il

soie.

seconds pétales un peu en dessous

les

absolument de

;

par quelques points de

les fixer

Vous placerez

255 en laissant

les arrêter,

même

rose

la

du

;

reste

,

manière. Répétez cette man-

œuvre pour les derniers et plus petits pétales. Tous ces pétales ne doivent point laisser de vide aussi faut-il prendre vos mesures en entre eux :

conséquence; cher

et si

Comme

défaire.

il

chenille,

la

il

vous avez mal mesuré, faut éviter

bon

sera

de toucher

d'attacher

la

et

il

faut

retou-

moitié des

pétales avec des épingles; cela vous guidera.

Quand

vous aurez arrêté celle-ci, vous attacherez l'autre moitié.

Il

faut

,

en posant vos pétales

et les faire incliner

Vos de

un peu

pétales placés,

la fleur

;

ce vide par des points de chenille

Vous ce

les

que

le

le

les

arrondir,

ne doit plus rester au milieu

il

qu'un petit rond vide

qu'on puisse passer

,

vers l'intérieur.

vous remplirez si

peu

serrés

,

doigt entre eux et l'étoffe.

passerez en croix l'un sur l'autre jusqu'à

vide

ait

disparu. Cette opération est des-

tinée à imiter les pétales repliés qui se trouvent au

centre des fleurs doubles, où

Vous pourrez faire leur de chair ou rosée,

tils.

lissant

naturellement

ils

remplacent

ces points

cette légère

les

les pis-

en chenille cou-

nuance embel-

roses blanches.

Il

fent

coller fortement cette broderie.

Tous

les jHitales,

de quelques fleurs que ce puisse


p^www MANUEL

2 56

fleurs artifi, soit pour les ou pour les en chenille proprement dites, broderie toute la différence fleurs mélangées de Ainsi, l'on tourne la checonsiste dans les formes. renoncules , en long pour les nille en rond pour les les Muets , etc. On tubéreuses, en dentelures pour doivent d'abord se faire avec voit que les pensées que arrondis , en chenille violette , et

être, se travaillent ainsi cielles

:

deux pétales l'étoffe ces pétales se placent sur

comme

j'ai

dit

pétales des roses. Quant aux petits boucles en chenille de jaunes, on les imite par des duvet de la chenille garnit cette couleur. Comme le

pour

les pétales

bien

les

cette contours, on emploie généralement

méthode pour

les petits objets.

Fleurs artificielles en chenille.

expliquées en parlant des les avons à moitié allons achemélangées par la broderie; nous

Nous fleurs

ver d'en donner Si vous voulez fleurs,

la

description.

plusieurs composer un bouquet de les chaque fleur à part; puis vous

vous ferez

un fil en spirale que vous garnirez même façon. Si vous

réunirez ensemble en liant par leurs tiges en

une

seule branche,

d'une chenille tournée de la séparées par le voulez que quelques tiges soient et la recoubout , vous réunirez à part chaque tige , dit plus haut. Si vrirez de chenille, ainsi qu'il est une de placer vos fleurs dans votre intention est


DES JEUNES DEMOISELLES.

un vase, vous

corbeille, dans

part

,

vous réservant de

Nous

gré.

les

disposer ensuite

manière de

la

la tige

pose des

la

fleurs

en

les faire.

Prenez d'abord du laiton grosseur de

votre

à

observations pour

faisons d'abord ces

n'avoir pas à nous occuper de

parlant de

257 toujours à

les ferez

ou gros

fin

selon la

,

des fleurs que vous voulez imiter ;

par exemple, un bouquet de tulipes. Mesurez ce laiton

de

la

longueur de

la tige

de cette fleur

cou-

;

pez-le, et attachez à l'une de ses extrémités trois

brins de chenille noire tortillés

pour imiter

les

cher un peu

le

étamines.

un peu par

Il faut

le

bout

avoir soin d'éplu-

bout opposé de ces brins

,

afin

de

les

tortiller après le laiton, et tout autour, sans pro-

duire de grosseur. Ce petit tortillage suffira pour

Vous

faire tenir droits.

au-dessous de ces brins noirs

,

et

de

la

les

peu ma-

attacherez ensuite un

même

nière, les pétales de la tulipe que vous avez dus

préparer selon

le

un

les placerez

procédé indiqué plus haut. Vous

un

à

tout autour

du

laiton

,

en

les

resserrant bien par le bas et les évasant par le haut.

Votre tulipe achevée, de cette

cales

long

,

selon

fleur,

le

afin d'imiter les feuilles radi-

vous disposerez de

la

chenille en

système des pétales; vous

les ferez

larges de quatre à cinq rangées de chenille, prenant

soin de les serrer et

bas des feuilles

Vous

ramener sur elles-mêmes au

quatre à cinq feuilles suffiront. leur donnerez une légère forme concave en les :

plaçant autour de l'extrémité inférieure de

la

tige


,

MANUliL

258 (là chenille se

prête à tous ces mouveracns); ensuite

enduirez légèrement de gomme arabique fondue dans l'eau, toute la tige de laiton , et vous y

vous

appliquerez tout

le

long, depuis

la tulipe

un brin

,

de large chenille verte que vous retournerez à l'autre bout qui tient les feuilles, pour la rappliquer de de l'autre côté du laiton ; vous la couperez la fleur. Afin de bien encoller la che-

même

en dessous de nille

soie

vous la presserez de place en place avec une , tenue des deux mains, que vous entrerez dans

son duvet. Cette tige, au reste, s'emploie rarement ; elle ne sert que pour les plantes radicales , qui ne souffriraient pas la chenille en spirale

dont

les tiges

sont ordinairement composées.

Voyons maintenant comment nous

ferons

une

branche d'aubépine rose.

Nous commencerons par prendre de la chenille émeraude que nous retournerons sur ellemême à droite, d'environ un demi-tiers (d'aune).

vert

D'un peu plus de

la

moitié de cette mesure nous

ferons trois ou quatre petites dentelures

sur

la

partie

non retournée de

trouve à gauche de ces dentelures reste

du demi-tiers sur

faire à

,

appuyées

puis tortillant

cette chenille

,

le

nous irons

gauche des dentelures parallèles aux pre-

mières, à l'exception de

demeurer seule

:

c'est

la

dent supérieure qui doit

pourquoi nous avons pris un

peu moins de chenille pour ce côté chons

,

chenille qui se

la

le

,

où nous accro-

bout de notre chenille réservée

,

au niveau


DES JEUNES DEMOISELLES. de

la

nille

seconde dentelure de droite,

du milieu de

nous replions fiiut

pour

1l5q

après la che-

feuille dentelée. Cola fait,

chenille après avoir laissé ce qu'il

la

tige

la

la

et

de

la

feuille, et

nous

la

coupons

à

distance d'environ trois pouces (Jîg. 85). Nous mettons cette chenille verte à part, et après avoir la

épluché un peu

le

l'accrochons en

la tortillant

bout d'une chenille rose

nous

,

légèrement au bout de

chenille verte, de manière

la

que

celle-ci

excède un

peu pour plus de solidité : la fleur doit cacher cela. Notre chenille rose ainsi fixée, nous en faisons cinq petites boucles disposées circulairement autour de tige

la

puis nous entrelaçons trois autres petites

;

boucles dans ces cinq premières. ensuite

après

de

la

chenille rose et

la

un des

la

fleur, bien

en dessous, pour que cela ne

Une

fleur

bien

paraître avoir été touchée. petites boucles

centre de

Il

faite

faut

une forme arrondie

s'a-

ne doit pas

donner

à

ces

et inclinée vers

la fleur.

Faites de cette manière feuilles et

légèrement

pétales inférieurs, et dans l'intérieur

perçoive pas.

le

Nous coupons

tortillons

un

certain

de fleurs, en observant que

nombre de les feuilles

destinées à être placées vers le haut de la branche

d'aubépine

qu

elles

,

doivent être en chenille vert

clair,

parce

sont censées plus éclairées que les feuilles

placées en bas. Par la même raison il faudra prendre une chenille d'un rose un peu moins vif pour ,

les fleurs

supérieures. Ensuite

commençant par

les


mm

MANUEL

260

de nuances plus tendres

feuilles et les fleurs

,

vous

attacherez successivement de droite et de gauche à

un

aurez préparées

toutes celles que vous

laiton

comme

je viens

de l'expliquer. Vous

placerez

les

alternativement, et les fixerez bien solidement avec

de

la soie

ou du

fil

bien tors tourné en spirale.

Il

ne

vous reste plus qu'à recouvrir la tige. Pour cela, vous accrocherez le bout d'une chenille verte après la chenille

met de

la

de

même

branche

allongée, jusqu'à

à ce point

,

;

la

couleur qui se trouve au som-

puis vous

tournerez en spirale

la

moitié de

vous rapprocherez

les cercles

rale, parce que nécessairement

plus grosse par

le

bas que par

rez, et arrêterez en passant sous

les

derniers anneaux de

Ces deux fleurs que

la

le le

haut.

la spi-

Vous coupela

chenille

la spirale.

j'ai choisies

exprès il

,

doivent

faut procéder

faire toutes les autres, puisqu'elles

les seules

de

branche doit être

bout de

pour apprendre comment

suffire

pour

branche. Parvenue

la

apprennent

opérations en usage. Je vais cependant

la manière d'imiter les fleurs qui n'ont ou n'ont que peu de rapport avec la tulipe

indiquer point

,

et l'aubépine.

Je préviens que je passerai sous silence

toutes les fleurs qui se feront avec des boucles

des pétales,

telles

que

le

bouton,

le liseron,

ou la

violette, la grenade, la grenadille, le pavot, etc.

Je ne parlerai que de

celles

qui font exception à

la

règle. 1°.

La

reine-marguerite. Cette fleur

i

veut d'abord


DES JEUNES DEMOISELLES.

26 1

qu'on fasse un petit cercle de chenille jaune , auquel

on attache plusieurs rangées de pétales de

diffé-

rentes grandeurs. Ces pétales, tantôt violets,

rouges, ou blancs, ou

lilas,

ou

sont composés de deux

boucles allongées et serrées l'une dans l'autre à

On

manière des pétales ordinaires.

passe

la

ensuite

quatre brins de chenille jaune en croix qui remplissent le petit cercle. Ces brins se passent entre les

puis on

pétales

boucles

tales roulés

dont

au milieu du cercle , des petites

fait

semblables à celles qui remplacent

,

j'ai

dans

la

les

parlé plus haut. Ces boucles se font en

passant et repassant

la

chenille jaune sur les brins

en croix du cercle. Elles sont destinées à figurer

inombreuses étamines de 2

.

pé-

rose blanche mêlée de broderie

la

les

reine-marguerite.

Le muguet. Vous essayerez d'imiter

les trois

dentelures de cette fleur, en pinçant légèrement trois fois

de

la fine

chenille blanche

,

en

la

comprimant à

chaque dentelure, et l'arrondissant en la renflant vers le calice. Pour rendre les boutons , on n'a rien de

un nœud au bout de

mieux que de

faire

Les jacinthes

se font

de

même

dentelures sont plus profondes et à

gauche,

allongée. la tige

et

que

Chacune de

avec de

la

Pour

les

,

la chenille.

ce n'est

que

les

courbées à droite

forme du

calice

est plus

ces petites fleurs s'attache sur

la soie verte.

Plus loin en parlant décrirons

si

,

des porte-montres

,

nous

boutons de rose.

les fleurs

de

cerisier,

de pêcher, on

fait

de


,,

MANUEL

2Ô2 petites boucles

comme nous

pine, mais on remplit

le

points gonflés,

petits

avons dit pour l'aubé-

centre de

c'est-à-dire

la fleur

non

avec de

serrés et

formant de petites boucles de soie ponceau. Généralement l'emploi de la soie est de bon goût , mais

augmente beaucoup le travail. fait, surtout aux porte-montres et aux cordes fleurs dites de fantaisie , où on dispose beilles

elle

On

,

arbitrairement

les

boucles et

les

pétales, en leur

donnant une multitude de couleurs contre nature. Souvent on place au centre de ces fleurs bizarres une immortelle naturelle, jaune, amaranthe , ou verte

mais ces fleurs

,

,

et surtout

cet

ornement

sont d'un mauvais goût.

Corbeilles et porte-montres.

Une

foule de corbeilles d'osier, de

cornets de

sparterie, de sultans, de boîtes, de paniers enjo-

pour étrennes se brodent et se garnissent en nous ne parlerons que des premières , tous les autres objets pouvant se faire d'après elles.

livés

,

chenille

:

Rien n'est plus

On

facile et si joli.

emploie presque toujours

la

chenille sur coton

pour embellir les corbeilles ; tantôt on y met des fleurs tantôt et plus souvent on se contente de les garnir avec de

la

chenille de

deux couleurs,

violet et vert,

vert et rose, jaune et violet, orange et gros bleu, etc.

On commence

d'abord par environner

les

anneaux


DES JEUNES DEMOISELLES. de

la

corbeille d'une double spirale

26 3

aux couleurs

(par exemple jaune

et violet). On entoure bord extérieur, et le couvercle de la coren a un); puis on fait partir en lignes diagonales de droite à gauche des brins de

choisies

de

même

le

beille (lorsquelle

chenille jaune tout autour des parois de la corbeille;

on revient au point d'où l'on

est

parti, et l'on

décrit des lignes diagonales de gauche à droite, en

donne une suite de carreaux losanges fort agréables ; on les borde en bas par une ligne droite de chenille violette attachée en rond chenille violette; cela

autour de

la corbeille.

corbeilles

,

une

On attache

ensuite sur l'inter-

forme communément

valle d'osier qui

le

des points de soie de décrire des dents

même

couleur qui lui font

peu profondes

et arrondies.

ensuite une chenille violette, cousez-la de

manière que

pied des

chenille jaune cousue en dessous par

le

Prenez

même

trouve opposé au contour concave des ondes de chenille jaune

une

,

de

contour convexe de ses ondes se

et

la

réciproquement, ce qui formera

de deux couleurs. Vous finirez du pied de la corbeille par une spi-

jolie chaînette

ensuite le bord

en chenille comme il est dit pour les anneaux. Quant au couvercle de la corbeille, vous pouvez couvrir de la même manière que le tour de la

rale

le

corbeille,

mais vous pouvez aussi y mettre des nuances, comme des oreilles-

rieurs assorties à vos

d'ours, des jonquilles, des pensées, que vous ferez


HH

«I

P

,

MANUEL

264 en

».

mélangées de broderie, ainsi

fleurs artificielles

que je l'ai expliqué plus haut. élégans , on Pour les corbeilles et paniers moins garnir les anneaux , le pied , et le se contente de sur le extérieur. D'autres fois on brode contour

milieu des parois

,

une guirlande de

on vertes, entre lesquelles

fait

larges feuilles

sortir

de petites

boucles resqu'on surmonte de trois petites pour figurer des cerises. serrées, en chenille rouge, feuillage ; d'auSouvent la guirlande est de simple toute encore elle représente des fleurs de

tiges

,

tres fois

guère qu'aux corbeilles espèce, mais cela ne convient sont en satin, ce satin rondes. Quand les corbeilles est

brodé

sait

fleurs artificielles. les,

en chenille,

à l'avance

au passé-épargne,

il

Pour

soit

soit

avec

le

faire ces dernières corbeil-

faut appliquer sur les parois

coton non

filé,

que

en couchure mélange des

l'on renfle

une couche de

davantage au milieu fleurs.

On

trouvent les des parois à l'endroit où se satin , tout autour des attache ou on bâtit ensuite le

de surjet un puis on le coud à grands points qui excèdent, peu couchés , on rogne les morceaux sur ces coutures, puis on place une chenille en long

parois

,

en observant de la fin,

pour

la

bien tirer au

qu'elle

ne

commencement

laisse paraître

et à

aucun point.

touffue, mais il vaut a soin de la prendre en place par des encore mieux l'arrêter de place qui se perdent points en soie de la même couleur,

On


,

DES JEUNES DEMOISELLES. dans

le

comme nous

duvet,

l'avons dit

265 pour

la

broderie en couchure.

Le couvercle de la corbeille bourre de coton, se recouvre de satin, et se garnit de chenille de la même façon. se

On

fait

des corbeilles de satin uni rose, ou bleu

céleste, qui se garnissent ainsi sur les coutures et

sur les bords d'un ou plusieurs liserés de chenille

d'une ou de deux couleurs assorties une chenille ; blanche, l'autre pareille au fond du satin. Le plus souvent on met ces chenilles en spirale comme nous l'avons expliqué. Pour placer cette chenille en spi-

rale

ou en lignes onduleuses sur ces coutures,

d'abord passer

la

l'osier, puis faisant

après

la corbeille

l'aiguille

ment.

Il

chenille

dans

sparterie

faut

ou

un pli-rentré au satin , le coudre en piquant perpendiculairement

dessous et dessus

la corbeille

alternative-

faut écarter autant

que possible la chenille premièrement pour n'en secondement pour que reve-

pendant cette opération pas attraper

le

duvet

,

,

nue

à sa place, elle cache bien la

Cela

demande beaucoup de

la

la

il

couture du satin

puis coudre

la

comme

couture du satin.

soin. Il vaut

je

l'ai

mieux

faire

d'abord expliqué,

spirale de chenille en piquant aussi

de place en place perpendiculairement l'aiguille dans l'osier. Nous savons que chaque point de soie, doit en embrassant la chenille se perdre dans le duvet. est

encore un autre genre de 1 corbeille que la chenille enjolive et garnit : ce sont les corbeilles a

23


MANUEL

i66

la manière de les rubans entrelacés. Voici faveur satinée , ou Prenez deux pelotes de

petits faire

toujours ou de deux couleurs, mais

pareilles,

tendres

,

comme blanc et rose

,

très

blanc et bleu céleste,

que

blanc et lapis. Supposons blanc et vert clair, commenchoisies blanche et rose vous les ayez votre corbeille de coton, ainsi cez par rembourrer ce coton d'une mousseline :

au'il a été dit,

couvrez

autour du couverc e que vous coudrez tout Cette j'ai dit pour le satin comme parois, des vous pour empêcher le coton de

grossière et

m0 usseline

est là

quand les rubans viendront Cette préparation termil'usage. par ! se déranger la longueur du commencez à coudre dans .êner, et de paraître

ne

,

corbeille , une il tient à la couvercle, du côté où de surjet à plat, à points posés rubans suite de doivent être alternativement rubans Ces couchés. près a posés l'un après 1 autre, blancs

roses et

et

,

et sans être d'intervalle entre eux près, sans laisser mesure que à la couture. A pli-rentré un par retenus

vous

les

longs que afin fin

,

tres.

coudrez, vous le côté

les

de n'être pas exposée a de et n'être pas obligée

A mesure

couperez un peu plusdoivent couvrir,

du couvercle qu'ils

aussi

les

les

que vous

voir trop courts a la

remplacer par d aucouperez vous les

les

près du ruban précèdent, étendrez bien à plat , et avec une le bord du couvercle et les attacherez sur Le fines appelées camums. de ces petites épingles vous. toute sa longueur, couvercle ainsi garni clans


,

DES JEUNES DEMOISELLES. retournerez

26'

en large, et vous coudrez un ruban rose sur un des côtés latéraux du coula corbeille

vercle qui sera alors en face de vous

,

sur

le

genou,

Vous coudrez ce du bord vous passerez

l'autre côté touchera le ventre.

ruban

le

ensuite

plus près possible

alternativement

,

ruban rose dessus

ce

et

rubans cousus en longueur, de manière qu'il passe dessus les rubans roses , et dessous les

dessous

les

rubans blancs. Vous continuerez de ruban en ruban jusqu'au bout couvercle

,

c'est-à-dire dans toute la largeur

du

vous tirerez ce ruban de manière qu'il

,

ne

soit ni trop serré ni trop lâche, et vous le coudrez au côté latéral du couvercle qui se trouve auprès du ventre. Remontant ensuite au côté latéral

placé sur le genou

ruban rose

même

,

vous coudrez tout près du

,

un ruban blanc

sous les rubans de

que vous passerez de

,

la

longueur, en faisant

bien attention que ce ruban blanc passe dessous

rubans roses, agirez le

du

reste

ruban qui

dessus les rubans blancs.

et

pour

lui

absolument

précédé

l'a

,

les

Vous en

comme pour

puis vous continuerez

que la largeur soit toute couverte d'une suite de jolis carreaux satinés alternativement

ainsi jusqu'à ce

blancs et ros3s.

vous coudrez les

Quand

le

dernier ruban sera placé

premiers que retenaient d'abord

les

camions. Il y a tout à croire que

seront plus alors

,

été obligée de les ôter; toutefois

que

le

les

camions n'y

parce qu'en avançant vous aurez

plus tard possible

,

afin

il

que

ne faut les

les

ôter

rubans de-


MAKUKL

268 meurent bien

à plat. C'est

peu serrer

rubans en

les

pourquoi

il

avec

les fixant

sera les

bon de

camions.

votre corbeille sera tout entière recou-

Quand

chenille verte de ce joli tissu , vous la garnirez en j'ai indiqués. rose et blanche selon les procédés que

chenille,

une ou

Plusieurs personnes substituent à

la

ou deux rangées de ruban satiné plis de chicorée. Puisque l'occasion

à plis creux,

vais décrire ce genre de pli s'en sert

pour

des fichus

,

faire toutes les

des bonnets

comment

Voici

,

il

,

s'en présente

ruches

des pèlerines

faut s'y

,

je

d'autant plus qu'on

,

,

autour

soit

ou des robes.

prendre pour réussir.

Ainsi que pour toute espèce de garniture

,

il

faut

en deux parties égales l'objet que vous deplacer à vez garnir, et la bande que vous devez

plier

plis sion. et

creux

,

trouver

afin d'en

le

milieu avec préci-

Après avoir attaché ensemble

de l'autre, vous placerez

la

l'objet

moitié de l'un

(supposons que

et un ce soit une pèlerine) à plat sur vos genoux, barpeu de biais. Vous mettrez les pieds sur les

reaux d'une chaise pour plus de commodité. Il est gauche. aussi nécessaire que la pèlerine soit posée à Ces préparatifs faits, vous prendrez la bande de garniture,

et

la

poserez à plat à l'endroit de

pèlerine sur l'ourlet.

-

cement de

la

passerez sous doigt

le pouce et l'index droits , bande, entre ces deux doigts,

bande la

du milieu de

la

Vous appliquerez au commen-

la

et le

main gauche. Vous relèverez

ce doigt plus ou moins

,

selon

la

grosseur des plis


,

DES JEUNES DEMOISELLES.

269

que vous voulez obtenir, puis tenant toujours le pli entre les doigts droits , vous en sortirez le doigt gauche, et l'appliquerez perpendiculairement sur le

milieu du pli, en ôtant en

de

la

même temps les doigts main droite; vous remplacerez alors le bout

du troisième doigt gauche par une fine épingle, piquée légèrement dans le pli afin de le conserver ; puis vous irez tout à côté , ou un peu plus loin

selon que vous vous le serez proposé,

un nouveau

pli, jusqu'au

suite vous enfilerez

une

terme de

recommencer

la pèlerine.

aiguille d'une

En-

longue aiguil-

lée

, puis vous coudrez ces plis à points-devant tout le long des épingles que vous ôterez en avançant.

Les personnes habituées ne prennent point cette dernière précaution , elles cousent le pli-creux à

mesure

qu'elles le

marquent

dès qu'elles ont ôté

et

les doigts. (1)

(1)

mais

On fait aussi des plis-creux doubles et contrariés; comme leurs détails sont étrangers à mon sujet, j'en

fais la

matière d'une note. Le pli-creux double consiste en

deux plis-creux est nécessaire

l'un sur l'autre.

de dire que l'on

Pour eu donner

fait

souvent

le

l'idée,

il

pli-creux eu

pliant la

bande à droite, puis à gauche, de manière que ces deux plis produisent l'effet de celui que nous avons

précédemment est plus assuré

décrit.

de

dispensable pour

formant deux

Avec

cette première

la régularité le

méthode, ou

des plis; la seconde est in-

pli-creux double

plis l'un sur l'autre à

,

parce que

gauche

,

et

de

c'est

en

même

à


^"^nw^jBBp

MANUEL

a-

ferez ces plis-creux très rapprochés autour

Vous

de votre corbeille couvercle un et

un plus

eu mettant aux quatre coins du

,

nœud

de rubans

joli tissu

et

,

;

vous voulez avoir

si

une plus

jolie

ruche, vous

emploierez du ruban dentelé. On peut encore placer à chacun des carreaux de couleur, une perle d'acier, et

même

plus

à

joli.

chaque carreau

La méthode en

,

cela sera plus riche et

est simple,

On

enfile

une

de soie blanche ; on soulève légèrement un petit carreau, et Ton pique cette aiguille dessous, en la faisant ressortir au milieu du carreau ; on en-

aiguille

perle , et après avoir repiqué l'aiguille très près de l'endroit où on l'avait sortie, et où par consé-

file la

quent

se trouve la perle d'acier,

on va

au milieu du petit carreau suivant la

même

chose.

On

soie plate

(

voyez

la

et d'argent,

manière de

la

ressortir

l'on répète

les perles d'acier

remplace aussi

par des paillettes d'or

,

ou des nœuds de

faire les

nœuds

à

Quant aux plis-creux contrabords et non au milieu bande, comme tous les autres puis, au second bord bande, on fait de nouveaux plis-creux dans l'inter-

droite, qu'on peut le faire. riés,

de

la

de

la

ils

se font d'abord sur l'un des

;

opposition de plis valle des premiers, ce qui produit une très agréables. se faire

Mais ces plis-creux contrariés ne peuvent

que sur de

qu'il est impossible

l'étoffe qui

de

ne se blanchit pas

les repasser.

On

les

emploie

,

parce

comme

garnitures de robes. Les doubles pîis-creux font de grosses

ruches pour

le

même; objet.


2-1

DES JEUNES DEMOISELLES.

nœuds

l'article Broderie au passé). Ces

fond tout blanc,

comme ponceau, Tout ce que s'appliquer aux sert

de pelote

et

un

en soie de vives couleurs,

orange, violet.

j'ai

dit

pour

les corbeilles,

boites enjolivées

;

se font sur

on

les offre

de

,

dont

même

le

peut

couvercle

en cadeaux

d'étrennes.

Les porte-montres en chenille se rapprochent des de cette façon ; je ne parle point

fleurs artificielles

en chedes porte-montres en salin blanc , brodés que soit en couchure , soit au passé-épargne , nille ,

l'on faisait

il

en y a quelques années. La mode

es!

remplacé passée; les porte-montres sur laiton ont ceux-ci. Voici

comme vous

les ferez.

Vous couperez préalablement une baleine à corset six de la longueur du porte-montre, environ perpendicupouces ; vous attacherez solidement et un lairement à l'un des bouts, avec de gros fil tors, sorte large anneau de gros laiton ou fil d'archal, en qu'il fasse tir

un angle droit avec

de cet anneau quatre

fils

elle.

Vous

ferez par-

de laiton, deux à droite

deux à gauebe ; ces fils , nommés branches , longs peu près de deux pouces et demi , s'élèveront de chaque côté de la baleine et se courberont un peu

et

à

,

de présenter à leur terme un cercle point moitié plus large que l'anneau qui leur sert de d'appui; ils porteront un second anneau fixé à la

de côté

,

afin

du premier , dans la même posipar conséquent de sorte qu'ils soient parai-

baleine au-dessus tion

,

et


MANUEL

2^2 lèles l'un à l'autre la baleine. C'est

au bas de

la

inférieur

n,

,

deux perpendiculaires

et tous

baleine (fig. 86) ; baleine m, anneau branches o, anneau supérieur p,

Vous aurez ment par le bout le après l'anneau du bas fleurs q.

soin de bien tortiller solidelaiton' ,

la baleine.

de ces branches

par

le

Vous coudrez

haut

la

soit

et ira s'at-

,

ensuite

du

vert en dessus et en dessous de l'anneau

nant garde de ne placer

,

de laiton

soit après le cercle

très léger qui les retiendra

tacher à

,

taffetas

en pre-

couture ni en dedans ni

en dessous, mais autour de l'anneau, ou vous ferez à surjet , parce qu'un cercle de chenille cachera facilement. Voici

porte-montre

à

en quelque façon une petite corbeille

;

il

s'agit

la

le faire

Enveloppez d'abord d'une de chenille verte

la

baleine

,

la

la

et les

recouvrir.

plus jolie

spirale très ,

la

charpente de votre

maintenant de

y a plusieurs façons de semble celle-ci.

Il

la

me

rapprochée

deux

petites

plus rapprochées d'elle. Préparez ensuite , selon la méthode des fleurs artificielles en chenille , deux branches de boutons de rose rose

branches

les

avec leurs feuilles

longues que

la

;

ces branches doivent être aussi

baleine, parce que

lacer autour d'elle

,

elles

,

destinées à s'en-

sembleront un peu plus

courtes, ce qu'il faut. Je ne répéterai point ce que j'ai dit

touchant

je dirai quelques

boutons de rose.

manière de faire les fleurs mais mots relativement à la forme des Quand on aura fait la feuille den-

la

,


m DES JEUNES DEMOISELLES. telée

du

rosier

à

,

appris ,

273

peu près comme j'ai indiqué pour

de l'aubépine; on fera de même que fe l'ai la tige du bouton avec le brin de chenille

la feuille

qui a servi â faire cette chenille à

la feuille

;

mais au lieu de couper

naissance du bouton on le pro, non seulement jusqu'au , point convenu pour le sommet de la fleur, mais on le retournera la

longera

m

men ment

T7

"

mmet

a lux faire imiter

'

* *"****

»°»

«^

une feuille de myrte, mais en fera faire deux autres, l'une à droi^,l autre a gauche, un peu plus ncore on

on

lui

bas, ensuite

arrêtera et le coupera à la naissance

1

convenue d« h °" t0n de rose Cela terminé, on prendra de la -

chenflle rose qu'on arrêtera en la tortillant après

chem le Verte, et l'on en fera une boucle allongée, a laquelle on donnera

cette

une forme conique,

en

a fixant

avec

un point de soie rose au-dessous feuule de myrte faite à l'avance au sommet: deux autres boucles pareilles, et disposées de même, seront renflées par le bas, et donneront ce

la

passage aux deux feuilles de myrte latérales; on voit que le houton de rose est imité autant que possible. Ces tiges de boutons de rose ainsi préparées seront attachées avec oi

;

leur"

ZIT -

n

du

1DférieUreS ,

"' « le7 bout de

v ant

^

inclineront

fi,

en spirale" ap'rès

a pIus é,oi§née

;

de

Ia

Ct ,PS IjrailcheS Croisée * la

l'autre

«

baleine mêleront leurs boutons

gracieusement

à

il

W*»J

baisseront sur

,

droite et à gauche.


^ MANUF-'-

274

qui

c'est ce

fait , u , des norte-montres V0llà .' e Quant au bas a cheminée. do.ts-appl.quer ,

WerU.

la doit «eçvoir hrges pétales

fcrei

montre

elbien soh3ont

^^

de»

<lenient

^ ^^

«

puis vous surparle en commençant, nous avons blables , ma.s de peta es sem

T/paXn

ro „,„e r ez

cette range,j

r X:

une

-e

de 'a-e en pétales

^ft^TE

«£££££,'*

des petite quatre pétales vo.s.ns

or»,

les

chés après

pm sque

le

longues

ranehes

-- de l^me >-«*•* P .1

^

s^

,aito„,

^^

^

^

^

.gnc

verte, d ro;tc dp AeniUe

ne suit* p

McVl( rra

TO us co 1ère* si toutefois

ose

rose

ros e „M „ue torsade de clten.Ue «.pet*

Vo.-pl.cer»

ensuite

^

.

«vc

«*^^ ^ ^

m.eux encore, une pet, pou,• .0 cocher entourée de chenille, .uontre; vous

chai, ou

P-™/^a

ri er

ffl

p encore,

reo^e^vrfer. -* un

autre


DES JEUNES DEMOISELLES.

275

porto-montre pareil. Les porte-montre* sont toujours par paires.

Vous pouvez varier de mille manières la façon des porte-montres d'après ces indications; tantôt vous attacherez une gerbe de fleurs après la baleine; tantôt vous la remplacerez par un fort laiton;

tantôt vous mettrez trois baleines que vous enlacerez avec de petites guirlandes à fruits (voyez plus

haut à

l'article des corbeilles), ou bien avec des torsades, des chaînettes, des dessins de fantaisie, que vous répéterez à l'autre partie du porte-montre , en

multipliant

les petites

branches de laiton que vous

enlacerez par des procédés semblables. La base des porte-montres est toujours la même , et quand la

mode vous

présenterait

combinaisons

,

avec

les

à

l'avenir

de

nouvelles

procédés des fleurs

artifi-

cielles

en chenille, et des embellissemens de cor-

beille

que

je

viens

d'enseigner, vous

pourriez

imiter ses modèles sans avoir spécialement étudié la manière d'y réussir. v**-*^ ^•%^. *^»w. %^*^fc

CHAPITRE

X.

OUVRAGES EN PERLES. L'art de travailler en perles en traitant les bourses

est,

comme

je lai

dit

une espèce de tapisserie; c est avec le point de tapisserie que l'on fixe les perles sur la toile ou le fin canevas. Ces perles »er,

jX


,

MANUEL

2 „6

les enfans vaient seulement autrefois à occuper des colqui en faisaient des bagues, des croix et

ouvrages ces ouvrages allaient de pair avec les Mais sans de crin dont s'occupent les écoliers. les cesser de fournir aux bijoux des petites filles, grande perles ont pris depuis quelques années une extension; il n'est point de pension où elles ne

liers

*

soient mises en selles

;

on en

œuvre par

fait

plus grandes demoi-

les

des bourses

,

des tableaux, des an-

neaux de serviettes des porte-montres , des sacs, et successitout récemment des bracelets. Nous allons vement nous occuper de tous ces objets. ,

Bourses en perles.

Voyez coup de

article bourses,

détail;

il

ne

j'en ai parlé avec beau-

me reste

rien à y ajouter.

Tableaux.

Ces tableaux représentent tous

les objets possi-

des bles; des fleurs, des paysages, des fabriques,

bàtimens, des animaux et des hommes; ils sont ces enricbis de devises et de vignettes. Toutes images ne sont nullement difficiles, on n'a à redou-

que la longueur du temps Nous pourrions presque, à

ter

qu'elles exigent. la

rigueur, renvoyer

aussi ces tableaux à l'article des bourses

,

car nous y

colorié, avons enseigné qu'il faut prendre un dessin perles tous les deux le placer devant soi, et poser les


DES JEUNES DEMOISELLES. avec

277

point de tapisserie (,), d'après l'ordre et les nuances des petits carreaux qui forment le tableau entier , chaque carreau indiquant une perle Nous ajouterons qu'il est indispensable de fortement arrêter le fil quand l'aiguillée vient à finir, parce que les perles se suivraient l'une l'autre; on arrête en dessous avec un point de surjet , dans la boucle duquel on passe et repasse l'aiguille. Quoique ces tableaux se blanchissent au simple fils

le

savonnage, bon de les couvrir avec un papier de soie mesure qu'on avancera.

il

sera

Lorsqu'ils sont terminés encadrer. Us se présentent

,

on

les fait

à

élégamment

comme cadeaux

de

fêtes

d'étrennes; on en trouve les dessins chez tous les merciers. et

anneaux de

serviette.

On

prend, pour faire les anneaux de serviette, une bande de toile large d'environ deux pouces à deux pouces et demi, parce qu'il faut toujours laisser un peu de marge de chaque côté de l'ouvrage; cette bande sera longue d'un demi-tiers

d'aune par

même motif. Vous aurez ensuite un dessin, dit dessin d'anneau de serviette, que vous le

(0 C'est le point de tapisserie ordinaire. J'ai oublié jusqu'ici du gros point de tapisserie, an petit point , des points en mosaupce simple, que représente \*fg ?6 de la pi. HT: t

e parler

.

la

vue d e ces points ïmViqne

,

a

manîé re de |m

ej ëcntor . .

24

i


,

MANUEL

2 ry8

suivrez avec soin. Votre bande toute recouverte de perles

,

vous achetterez un anneau de serviette en

carton, revêtu de papier rose, et garni sur les deux bords, d'une petite vignette en acier ou cuivre

vous ferez fondre ensuite de la gomme arabique dans très peu d'eau ou même vous vous servirez de colle de poisson , que vous étendrez avec une plume tout autour de votre anneau de carton. Cela fait, vous marquerez de chaque côté de votre bande

doré

,

brodée en perles , un petit pli-rentré que vous ferez tenir à l'envers de l'étoffe , par une légère couche de colle

ou de gomme, placée entre

l'étoffe et le pli-

rentré; puis vous promènerez la

plume encollée

sur toute votre bande à l'envers, et vous appliquerez cette bande dessus l'anneau de carton en la tour-

nant tout autour , après l'avoir fixée par un bout à l'endroit où les deux bouts des rebords sont rejoints. Votre bande doit être absolument juste à votre an-

neau, ni plus large, ni plus étroite, car également éviter de

rejoignant, ou de replier

il

faut

un espace vide en

laisser

la

la

broderie de perles.

Votre mesure étant bien prise à l'avance, vous ferez un pli-rentré au bout non fixé de la bande vous l'encollerez, et vous le poserez sur le bout précédent ; ce bout ayant un peu de marge en toile,

comme je le

l'ai

dit

en commençant, vous appuierez

pli-rentré sur cette

sera solidement collée

aux

perles.

La

toile

marge ,

sans

,

en sorte que

que

la

la

gomme

ne doit pas paraître.

bande touche


e

DES JEUNES DEMOISELLES.

279

Porte-montres.

Je ne d,ra. r.en sur ,a manière de fc porte-montres en perles, ee serai, von.oir

am

in uti

£

S ' r «P é '-. °» «•• q»^ lire ce qU e j'ai dé rh -rlesboorse, e, le, tableaos. J'apprenjrai se PP -en, q „e les por.e-montres se coffi osem de .neces de tode , une pièce Iongue /„„ > et large de ,r„,s p ouces et dem ; environ haut, o„e antre pièce en bande, ha ute d'à pen près """• et ,arge d un *-**«« le fXs bas Vons broderez ces deux pièces selon le

^

^..J^

TT f

'

p~

dLn

selon la forme de ce dessin, en laissant toujonrs „n pe« de marge snr la toile an.onr de la broderie ebn de pouvo.r coller commodément votre onvrage comme je l'ai prouve en parlam des

^^ «

ceals

de

f"TT"

a„,re ,

br° d& TOUS '

agréablement

taillé

">™ den * '»-

dans sa longneur. Ce

*'-*-'*£ SÏSTTJ*"* me e

,„^

ce carton

»

,

sp

no„r

?rr^

nr v

-de

^^

""

d °" C m eUÏ rend « P f° r,e Pe " î P * «"onter vos Q " a " d US 3'Ure '' <°

"

trie

por

P° ur "e2 travailler vousq ni dn reste a l'inconvénient d'étre

:

~*

m

iSan,,eUp, " S

U " taffetas ] „,7atas',T

^nc,

-*

''

"

»P-'erie

'^--

rose ou bleu, selon

la m»l. qui J «>uleur dominera dans votre dessin. Vous cou.

/


«FWBWBBI MANUEL

)8o

pièce longue et la pièce la»ge drez ce taffetas sur la répondent à votre toile brodée en de sparterie qui appliqué d'un côté de la sparperles. Ce taffetas, le pli de l'autre côté , et cousu sur terie

,

sera replié

qui le tiendra après le point-devant , sans toucher n'en prenne que les fils , dessous. Quand les deux nullement au taffetas de seront ainsi revêtus, cousez

de manière que la sparterie,

morceaux de

sparterie

de sur la partie inférieure

pièce longue, et

la

du

en lui taffetas, la pièce large côté dépourvu de du vase d un béla forme demi-circulaire

donnant

doublé de taffetas se de sorte que le côté de ce vase. Il sera bon de trouve placé à l'intérieur bas; un petit pli au milieu par le

nitier, et

faire à ce

morceau

collez ensuite,

en procédant

comme je l'ai

dit

al

ar-

large de la broprécédent. Collez le morceau vase sparterie qui forme le derie , et posez-le sur la mieux dire , du porte-montre.

ticle ,

du bénitier, ou pour de La manière dont le morceau ,

toile a ete taille

de souplesse, vous dispenseront sparterie, ph qui, du répéter le petit pli fait à la prén'est qu'une simple reste , est imperceptible , et paille. Collez après caution contre la roideur de la morceau long de la broderie sur le

d'abord, et

cela le

sa

morceau

long de

la

également et sparterie, en faisant bien autour de la le pli-rentré tout

bien proprement toile.

Vous avez

déjà

pièce large du bas

comme pour

les

répète l'injonction

,

la dû prendre ce soin pour agir j'ai recommande d

puisque

en anneaux de serviette mais , imporparce que cela est plus , ;


1,,

DES JEUNES DEMOISELLES. tant et plus difficile

pour

28

cette seconde partie

du

porte-montre. Cette opération terminée, garnissez votre porte-montre d'une frange de perles très resserrée (voyez la garniture des bourses de perles)

ou d'une petite torsade de plusieurs

enfilés

fils

de

perles de diverses couleurs assorties à votre dessin.

Quelle que

vous ne

la

soit la

garniture que vous choisirez

mettrez que tout

long de

le

longue du porte-montre, sans garnir pièce large qui fait le vase.

du vase pied du morceau

au-dessous le

,

Vous

allongé

,

joli

de

gland. la

Vous

couleur de

montre,

afin

la

placerez en bas

selon les couleurs

,

former une sorte de

placerez ensuite la

pièce

une certaine quantité

ces boucles doivent

;

la

haut de

à l'endroit de sa jonction avec

de boucles de perles mélangées choisies

le

un nœud de ruban

doublure au sommet du porte-

de l'accrocher commodément,

(i)

Sacs et bracelets.

Je n'ai que peu de chose à dire touchant ces articles

;

aussi vais-je les réunir.

deux

Commençons par

Selon forme que vous voudrez donner à votre sac, soit rond, soit les sacs dits autrefois ridicules.

la

ovale (fig. 87), vous plierez en deux un morceau de toile large d'un peu plus d'un tiers, et long d'un

peu moins d'un quart. Vous appliquerez cette (1)

On

fait

toile

aussi des porte-montres plats, c'est-à-dire

saus vase inférieur

/


mmmm

MANUEL

2g2 ainsi pliée sur

choisi

;

sac

que vous aurez

attacherez avec des épingles, et vous selon la forme de ce modèle. Vous ôterez

vous

la taillerez

modèle de

le

l'y

ensuite les épingles

et

,

trouverez

les

deux morceaux

taillés absolude votre sac tenus l'un à l'autre , et en ment semblables; vous les broderez ensuite pour les autres perles , selon ce que j'ai dit plus haut

objets, et vous ne

manquerez pas de

un mor-

laisser

pour bon de marquer, en commorceau par un fil bagué.

ceau de toile non brodé tout autour

du

sac

faire la couture. Il sera

mençant , ce doubler Votre sac achevé de broder, il faudra le d'un côté en taffetas blanc ; pour cela, vous plierez manière que la broles deux morceaux du sac , de derie se touche.

Vous

plierez d'un autre

doublure en deux; ensuite

,

côté la

plaçant le sac et la dou-

bâtirez blure ainsi plies l'un sur l'autre, vous les ensemble du côté du sac , afin de voir par l'envers

justement sur le la broderie, si vous baguez bien bord des perles. Vous coudrez après cela le sac et la doublure ensemble, par une suite non interrompue de points -arrière, en faisant bien attention de

de

les quatre morceaux à la fois, c'est-à-dire deux morceaux du sac et les deux morceaux

prendre les

de

la

doublure.

La couture dans

la

finie

,

vous enfoncerez

doublure, et vous

dessous de sac avec la

la

main droite

doublure,

et

la :

la

main gauche

retournerez sens dessus cela

environnera tout

vous évitera de

faire

le

une


,

DES JEUNES DEMOISELLES. couture rabattue ou de passer un

fil

283 puisque

,

la

couture se trouvera ainsi avoir deux endroits. Cette opération a beaucoup de rapport avec celle que j'ai indiquée pour retourner

mais, bien que

la

la

doublure des manches

différence soit légère,

différence, et c'est pourquoi

j'ai

opération en détail, plutôt que de renvoyer à

Vous doublerea

première.

;

y a une

il

décrit cette seconde la

ainsi tous les sacs, de

quelle étoffe et de quelle forme qu'ils soient. Les

bourses se doublent aussi par ce procédé; toutefois

ornemens empêchent souvent un côté de la dou-

leur petitesse et leurs

d'y avoir recours, et l'on pose

blure sur l'autre côté en embrassant circulairement bourse.

la

de

la

Une couture

doublure sur

le

Vous garnirez votre à plus grandes boucles faites

de

même

et

la

même

mélangées

et

second côté

sac avec des franges de perles

que pour les les

les

bourses, mais

couleurs

que

la

comme

à votre sac.

garniture en soit plus simple

plus vite faite, vous enfilerez

un

très

long

perles de couleur assorties avec les fleurs

mais tranchées avec

le

seront

couleurs de votre dessin.

Vous coudrez ensuite un fermoir Si vous voulez

le

façon (i); vous en assortirez de

mélangerez

assorties et

rabattue joint

premier.

fond

,

du

fil

de

sac

qui ordinairement est

Vous doublerez ou triplerez ce fil de manière qu'd fasse un petit cordon de trois brins; ensuite

blanc.

(i)Ou rlères

,

fait aussi,

avec cette espèce de Frange, dis baya-

sorte de collier noué.


«

t MANUEL

2g 4

sur la couture de votre vous l'appliquerez en long premier point destiné à arrêsac à gauche. Après le quatre les perles à une distance de ter, vous écarterez vous coudrez à l'envers , un peu de

ou

six lignes

,

biais, dans le

pendant

et

fil

qu'auront

l'aiguille à la distance

drez

comme

la

sorti

peut et

en dessous

est

dans

le

et

,

et

cou-

fois; cela sert à figurer

que

alternativement rentré et

en dessus

Cette petite

faire.

Vous piquerez

de six autres lignes

première

cordon de perles

le

laissé les perles écartées

trois autres lignes environ.

le sac,

manœuvre

même but pour le

ce qu'on ne

se fait

également,

rang de perles d'acier

,

dont on garnit souvent de soie ou de velours.

la

couture des sacs d'étoffe parler,

proprement Les bracelets de perles sont , à un peu plus bandes d'anneaux de serviette et qu'on attache longues, qu'on double de taffetas, d'acier de bracelet, ou à un bouton

les

un fermoir non fendue dans l'éau moven d'une boutonnière, en avons donné la destoffe brodée, comme nous posée comme une cription à l'article Couture, mais du bouton , boucle de fil ou de soie de la grandeur sortir commodépour qu'il puisse y entrer et en boucle la force et la ment. Afin de donner à cette cinq fois, convenables, on la répète quatre à

à

solidité

fois de nouvelles boucles en recommençant chaque finit la première. On aux endroits où commence et boucle entièrement semblable fait chaque nouvelle moyen joint toutes ensemble au , et on les

à celle-ci

d'un

cordonnet point de feston ou d'un

comme

/


285

DES JEUNES DEMOISELLES.

du plumetis; observant , pendant que

celui

ce cordonnet

gauche

,

,

de bien soutenir

afin de

ne

diminuerait. Faites cette boutonnière

maintenant.

On

,

la

la

l'on fait

boucle sur l'index

pas trop resserrer, ce qui

un peu

attention à

la

façon de

la

parce qu'elle est fort en usage

l'emploie pour les boutons plats ou

pointus qui boutonnent quelques fichus ou

les poi-

'

on s'en sert aussi pour remplapetites portes ou boucles de laiton dans les-

gnets de manches cer les

;

quelles entrent les agrafes de

Dans

le

l'étoffe

;

premier dans

le

second

,

valle qui se trouve entre

par l'agrafe

même

composition.

cas, c'est afin d'éviter c'est

pour

de couper

éviter l'inter-

deux morceaux

attachés

et sa porte.

L'explication de ces

deux derniers

objets

com-

plétant avec surabondance les détails des ouvrages

en perles ; nous allons nous occuper maintenant des ouvrages en cheveux.

CHAPITRE XL OUVRAGES EN CHEVEUX. Ils sont variés à l'infini sés

,

la

,

et

nous sommes surpas-

en ce genre , par des peuples bien moins avancés

que nous dans

les arts. Il serait difficile à la

Française

plus patiente d'imiter les broderies que

les

Cir-

cassiennes font sur les plus fines étoffes avec leurs longs cheveux noirs employés un à un ; et à plus

/


,

MANUEL

286

l'infini forte raison d'égaler les tissus variés à

que

Londres, et à la l'on voit dans les collections de mer confection desquels les beautés insulaires de la

du Sud consacrent leur chevelure et leurs longs des loisirs. Nous ne parlerons que des cordons, camaïeux.

chiffres et des

Cordons en cheveux

On les

les tresse

emploie à

,

bagues

,

bourses et bracelets.

de mille manières différentes , et on cordons de montre , des bra-

faire des

On

celets, des colliers, des ceintures. effet

,

soit des

filés à la

cheveux

emploie à cet

bouillis dans l'eau

manière ordinaire

,

soit

,

quand

pure , puis

les

cheveux

sont assez longs, des tresses de trois cheveux ou

Lorsqu'un des cheveux employés à la tresse devient trop court, on l'allonge en y ajoutant un autre cheveu avec un peu de colle de poisson. On

plus.

peut dçnner à

une longueur indéfinie en cheveux au bout Ces tresses et ces fils sont em-

la tresse

collant successivement plusieurs

uns des autres. des le passementier à faire des nattes, cordons de toutes les formes, soit à la main , soit au crochet , soit comme si c'était du fil ou de la soie.

les

ployés par

Les procédés sont avons décrits

,

il

les

mêmes;

et

,

puisque nous

est inutile d'y revenir.

les

Comme on

faire de nœuds, on trempe par le bout assemblages de tresses et de cheveux dans une dissolution épaisse de colle de poisson. Ces bouts 6e cachent ensuite de plusieurs manières ; les bagues,

ne peut pas les divers


Mi

DES JEUNES DEMOISELI,ES.

2 g^

par exemple, se font avec un très petit cordon dont les extrémités sont réunies sous un chaton en or Les bracelets sont composés de tresses disposées suivant différens dessins,. et réunies à l'extrémité sous l'agrafe métallique qui sert à les attacher.

Les

fils

de cheveux

faire des

et les tresses

bourses par

les

très fines servent à

procédés ordinaires.

Chiffres en cheveux.

Pour

les

médaillons renfermant des chiffres en tout différent , bien plus ingénieux et bien plus agréable. Pour tous instru-

cheveux

,

le travail est

mens , trois

il suffit d'avoir de la colle à bouche , deux ou pinceaux, quelques petits bâtons d'ivoire, les

uns applatis, les autres pointus, un bon canif, des ciseaux fins, et quelques unes de ces plaques d'ivoire

ou de porcelaine employées pour la peinture en mimature. Elles se vendent toutes prêtes chez les marchands de couleurs; mais, pour s'essayer et apprendre, il suffit de quelques jetons, ou même de

morceaux de carton fin. On fait tremper la de poisson dans l'eau froide pendant vingtquatre heures,puis on la dissout dans de l'eau chaude en suffisante quantité petits

colle

pour que

gelée soit

un peu

Q uand vous ,

s'agit plus

la

dissolution

ou

épaisse.

êtes ainsi approvisionnée

,

et qu'il

ne

que

de travailler, commencez par dessiner bien exactement sur une plaque d'ivoire, avec un crayon ordinaire taillé très fin le chiffre que vous voulez faire. Avec un ,

pinceau trempé dans

m

la colle

à


,,

MANUEL

oo

bouche, recouvrez avec

délicatesse tous les traits de

colle à très légère couche de votre dessin d'une salive un autre pinceau qui ne bouche; mouillez de

doit jamais être

trempé

clans la colle à

bouche. Avec

un des cheveux que vous voulez dessin. Avec une baguette employer; placez-le sur le contours du chiffre, faites-lui suivre tous les

ce pinceau

,

enlevez

d'ivoire,

de

en place par

fixé telle sorte qu'il soit

bouche.

On

faisant glisser

à

d'une

mais

la tige d'ivoire;

ceux dont on

sert

se

il

faut qu'il soit souple, et l'étaient pas assez,

ne

en rendrait tels qu'on les désire dans de l'eau pure.

Ce cheveu, qui pourrait

la colle

en parvient facilement à ce résultat place à l'autre le cheveu avec

on

si

les

faisant bouillir

les

suit tous les contours, et

qu'on

d'une cheveu d'esquisse, doit être l'ajouter à qu'il ne soit pas besoin de

nommer

longueur

telle

un

,

On le où le trait du dessin est continu. cheveux quand ce coupe, ou on prend un autre autre

trait s'interrompt. Ainsi le

jambage de droite

un

, si

l'on voulait faire

serait fait

employé pour croisant au point où

les

seul autre serait

cercles en le

angle rentrant

,

un B

d'un seul cheveu

ils

de manière à lui faire

;

deux demiforment un

faire intérieu-

mieux un pour chaque on pourrait en employer deux,

rement une

très petite boucle. Si

on

demi-cercle. Cette opération faite,

ritablement esquissé,

et

il

serait

l'aimait

le chiffre est vé-

terminé

si les

jam-

même largeur ; bages des lettres avaient partout la pleins, c'est-à-dire mais ils sont formés de déliés et de


DES JEUNES DEMOISELLES. de parties déjà que

on fera

2 8q

très fines et d'antres plus larges.

cheveu placé

le

les pleins

pour

suffira

On

voit

les déliés

en renforçant ce cheveu aux

droits convenables.

et 'en-

Voici ce qu'on entend par renforcer. Dans les enou le dessin recouvert de colle indique des pleins ou parties élargies semblables à celles que l'on produit en*appuyant davantage la plume, on applique un autre cheveu de la longueur droits

convenable

et pressé

avec

qu'il joigne qu'il

y

la

pointe d'ivoire de manière à

exactement

ait d'interstice

ce'

cheveu d'esquisse sans entre eux. A côté de ce che le

veu , on en place de la même façon un autre plus court; puis un troisième, etc. La colle

du dessin

fixe tous ces

droite, soit à

cheveux; et si on gauche du premier,

nombre convenable, leur longueur il

est visible

et

si

l'on

conformément

qu'on réussira

les si

place, soit à

on en met un

règle adroitement

à l'esquisse à très

au crayon

bien imiter tous

d'une plume. On imitera encore mieux la diminution d'épaisseur à l'aide de la diminution graduée de la longueur des cheveux, si on a soin de couper ces cheveux de biais à la pointe. Ajoutons quelques observations qui aideront les traits

à

travail toute

la

donner

à ce

perfection dont

il est susceptible quantité de colle nécessaire, ds»r si elle passait par-dessus les cheveux et '1" elle no fût pas de bonne qualité , elle

"••

en

H

faut

employer juste

,r,i,,nt. ...

la

r„ fWlIX

les ternirait

doivent dire

6 erré»l'u„

23


MANUEL

3Q

exactement contre l'autre, de manière à couvrir doivent jamais passer l'ivoire. 3° Les cheveux ne .

l'un sur l'autre.

On

les

coupe avec

les

ciseaux à l'en-

jambages se croisent, en ayant la préformant le caution de couper seulement les cheveux sous jambage que le dessin indique comme passant cheveux de deux coul'autre. 4°. Lorsqu'on a des

droit

leurs,

les

on peut

faire

chaque

lettre

d'éne nuance

différente.

Camaïeux.

Ce nom désigne principalement de petites peinque les nuances tures pour lesquelles on n'emploie avec des d'une seule couleur. On les imite très bien cheveux de diverses teintes , et lorsqu'on n'a pas manière, on des nuances assez variées de cette

complète l'espèce de palette que les cheveux fourcolorée. Ce nissent, avec de la colle diversement procédé est d'ailleurs le même que pour les chiffres.

Tout veux

consiste à recouvrir

un

dessin avec des che-

mettant un seul cheveu sur les nombre traits un peu fins, deux ou un plus grand sur les traits plus forts , et en variant les cheveux de la manière convenable relativement à la longueur collés, en

Mais lorsqu'on fait en ce genre ou ou des arbres , il y aurait de longues places uniformes bien ennuyeuses à remplir de cette manière, ou de petites feuilles dont le nombre et à la couleur.

des tombeaux

,

et la délicatesse fatigueraient la

main

la

plus exercée


DES JEUNES DEMOISELLES. et la plus patiente.

Voici

2g comment on abrège ce 1

travail on prend de la main gauche par un bout, une petite flotte ou paquet de cheveux. On la frotte :

de colle ; puis à l'aide d'un morceau d'ivoire ou de bois dur, on l'aplatit sur une glace, en ayant soin de rapprocher les s'écarter, et

pas.

On

cheveux qui

en prenant garde

obtient ainsi

voudraient

ne se croisent une plaque formée de cheveux qu'ils

collés bien parallèlement les

uns aux autres. Quand sèche on la sépare aisément de la glace et on donne sans peine en la découlant toutes les formes dont on a besoin. On en forme de petites elle est

lui

en losange , et on colle le tout sur le dessin. exemple on voulait faire une pensée on sent combien on simplifierait le travail , en taillant feuilles

Si par

,

de

de

sorte les cinq pétales et les feuilles dentelées

la

la tige.

Quelquefois on contourne et on

frise ces flottes

aplaties et

collées, en se servant pour cela d'un cylindre de fer légèrement chauffé. On les tadle ensuite comme on veut et on en forme des gerbes. petit

Si on avait seulement des cheveux noirs ou des cheveux blonds il serait facile de les travailler de ,

façon à obtenir les nuances dont on aurait besoin.

Pour

cela,

on

collerait les

cheveux blonds avec de du noir d'ivoire , à différentes on ferait tremper plus ou moins long-temps les cheveux noirs dans de Vacide muriatique la colle

colorée avec

doses

ou bien

;

,


'*-"

M MANUEL

292 Cet acide

oxigéné.

finirait

presque blancs. Presque tous

même les

par

les

rendre

acides produiraient

avec moins de force un effet analogue. Il ne sera pas difficile de réussir dans tous ces ouvrages pour peu qu'on s'y exerce. Les femmes en

une multitude qui exigent plus de temps et est peu cependant qui puissent servir à préparer des cadeaux plus précieux , et on

font

d'adresse. Il en

n'y suppléerait pas en faisant faire ces dessins par des

artistes

parent à

nuances

en cheveux. Ces

,

les

artistes

prétendus pré-

des plaques de cheveux de toutes

loisir

découpent

même

à l'avance, jettent

les

de

côté ceux que vous leur apportez, et souvent au lieu des derniers restes

d'une personne qui nous fut

chère

la

,

ils

nous livrent

dépouille d'un forçat ou

d'une prostitflée.

CHAPITRE L ART DES REPRISES

XII.

CONTENANT LES REPRISES SIMPLES, A SURJET, A PIÈCE, A DENTELLE; LES RE,

PRISES LACÉES, ET LES REPRISES PERDUES.

Les

étoffes se déchirent

chent par accident,

der

les

trous,

ne tardent pas

ils

à

par l'usage

et si l'on

,

néglige de

ou

s'accro-

raccommo-

s'augmentent graduellement, et

devenir irrémédiables. Aussi une

jeune personne soigneuse, n'en

laisse-t-elle

aucun


DES JEUNES DEMOISELLES.

2Q,3

sur son linge, ou ses vêtemens; elle se hâte d'y faire des reprises. Je vais lui en faciliter les moyens. L'art des reprises se divise en sept façons

:

i°. les

reprises simples;

a°. les reprises à pièce; 3". les reprises à surjet; 4°. les reprises à dentelle; 5°. les reprises à point de boutonnière, ou de feston; 6°. les reprises lacées; 7 °. les reprises perdues. Je vais les décrire successivement. i°.

Les

reprises simples.

sujet, à l'article

de

Voyez

ce

que

la broderie en reprise.

j'ai dit à

ce

Ce sont

les

reprises les plus habituelles.

Les

2°.

reprises à pièce.

aux trous ronds

font

Ces sortes de reprises se

comme de

larges trous de ne sont pas en usage sur les robes, ou semblables objets exposés à la vue , mais on les emploie sur le linge , principalement quand

brûlure,

,

elles

il

de

finesse,

ment

et

les trous.

a

peu

qu'on ne peut raccommoder autreVoilà comme vous ferez une reprise

à pièce.

Vous prendrez un

petit morceau d'étoffe pareil à que vous voulez raccommoder, et vous appliquerez ce morceau sur le trou à l'envers. Vous l'objet

le bâtirez,

trou

puis vous ferez à l'endroit tout autour

du

soit carré, soit

rond, plusieurs suites de six à huit points de reprise , en prenant bien à chaque point, et la pièce et le bord du trou. Quand vous les fil

,

aurez ainsi réunis tous

du

bâtis, et

effilées

du trou

les deux , vous ôterez le vous couperez d'une part les parties

,

et d'autre

part les morceaux excé-


1111

'A

«"iMaBMmviMMH^p ,

1H

'

TVIANUEL

0)4

dans de

la pièce.

On

sent

que

les

points de reprise

doivent être bien rapprochés*, et contrariés avec soin afin que

On

fait

cause de

la

pièce demeure.

ordinairement cette reprise à l'endroit

la difficulté

de prendre toujours

trou à l'envers. Toutefois des reprises

qu'on ne voie pas

propose de observer

pour

le

contre

à

,

bord du

les règles

qui se font toujours à l'envers pour

,

se repliant à

c'est aller

le

les petites saillies

que

fait le fil

chaque rangée de points. Quand on

faire la reprise à pièce

avec soin

,

il

en se

faut

principe de travailler à l'envers; et

être bien sûr de piquer l'aiguille dans le

du trou, baguer sur ce bord. Alors on

bord

travaillera

avec autant d'assurance à l'envers qu'à l'endroit^ et pièce est bien appliquée sans faux plis, comme

si la

on ne verra que aussi

que

très

peu

très le

peu

reprise

la

on ne verra

,

morceau.

Reprises à surjet.

Ce genre de raccommodage a tout autre objet

l'accroc a

déchiré de l'étoffe, mais plus d'avantage

aux

il

aux robes, et le morceau avec beaucoup

se fait

emporté

se fait

étoffes rayées

ou

à

fleurs

parce qu'en rapportant, c'est-à-dire en réunissant bien selon l'ordre du dessin , les fleurs de la robe

avec celles du morceau ajouté

,

on empêchera plus

de paraître, qu'à une étoffe unie. Voici de quelle manière vous procéderez pour la

aisément

le surjet


m DES JEUNES DEMOISELLES.

20,f>

ou plutôt pour la pièce à surjet; vous achèverez d'enlever le morceau d'étoffe déjà emporté par l'accroc , et vous donnerez au trou une forme carrée. reprise

Vous

ferez

un

ainsi disposé,

pli-rentré tout autour de ce trou

un morceau

puis prenant

d'étoffe

pareille vous le couperez

absolument égal au trou; sauf ce qu'il est nécessaire de laisser en sus pour faire un pli -rentré tout autour du morceau. Si

une

c'est

étoffe à dessin

rapporter

Vous

les fleurs

,

ou

vous aurez soin de bien

,

les raies

dont

il

est

composé.

bâtirez ainsi cette pièce après le trou

,

à l'en-

vers, et vous ferez pour réunir les plis-rentrés de

du trou, un surjet où vous ne mordrez qu'un seul fil. Vous prendrez bien garde surtout la

pièce et

d'arranger convenablement

dant

le

plus d'attention.

surjet avec

un dé

les coins

Vous

vous ôterez

,

,

cela

deman-

écraserez ensuite le les

bagûres

,

et votre

travail sera terminé.

arrive souvent, lorsque le trou est plus long

Il

que large, que, pour éviter l'ennui d'arranger coins de

long

,

la

pièce, on

et qu'ensuite

genou, on réunit

une

,

la

fait

le

pièce et

les

surjet seulement en

remettant le

l'étoffe à plat sur le

trou en largeur par

étroite reprise, et quelquefois par le point-lacé

dont

je parlerai plus bas.

C'est ce qui a valu à ce

raccommodage le nom de reprise à surjet, car ce mélange est beaucoup plus fréquent que le surjet tout seul. Quand le trou est plus large que long,. c'est alors sur la largeur

qu'on surjeté,

et sur la

longueur


2 9"

que

MANUEL l'on fait la reprise. Il faut,

rations,

employer du

fil

pour

les

deux opé-

très fin.

Reprise à dentelle.

Si vous avez des trous ronds

un drap ou

à

ou carrés à du linge une serviette, par exemple), et que

vous ne veuilliez pas y mettre un morceau , parce le trou a trop peu d'étendue pour cela, vous ferez tout autour du trou un point de feston ou un

que

,

petit le

cordonnet, puis vous y ferez, en fil à coudre , point de tulle jusqu'à ce qu'il soit rempli. Beau-

coup de personnes

se

contentent de cela, mais

ne doivent pas être imitées. doit être qu'une préparation

un

,

elles

tulle

ne

parce qu'il produit

trop peu d'accord avec

clair

faudra

Ce point de la

toile.

Il

vous

le

recouvrir entièrement avec du fil plat de points de reprise contrariés et répétés jusqu'à ce que

le tissu

n'en soit plus transparent. Vous pourrez aussi faire un tissu sur le trou rond, sans le secours du point de tulle, et vous vous y prendrez ainsi. Vous ne ferez point de cordonnet ou point de feston autour

trop molle

;

du trou , à moins que l'étoffe ne soit en ce cas vous y feriez des points de

surjet très couchés

,

et

non moins

appliquant l'étoffe sur le genou sur les troisième et quatrième

gauche,

que

le

et la

,

éloignés. Ensuite

vous

la

soulèverez

doigts de la

main

retiendrez sur ces doigts, de manière

pouce resté dessus

l'étoffe

pose sur

le

qua-


DES JEUNES DEMOISELLES. trième doigt placé dessous position parallèle

du pouce,

soit

297

que l'index dans

posé sur

la

troisième doigt,

le

au quatrième. Cette manœuvre donnera

une esp%ce de tension servirez

et

,

pour jeter des

à l'étoffe

vous vous en

et

,

près à près sur

fils

largeur

la

Vous devez vous rappeler que jeter des fils sur un trou c'est piquer l'aiguille à un bout ou du

trou.

,

d'un côté,

,

posé, ce qui étend

deux

entre les

au bout, ou au côté op-

et la ressortir le

sur l'intervalle compris

fil

ou

côtés

vous aurez ainsi garni

les le

deux bouts. Lorsque

trou en largeur, vous

retournerez l'étoffe , et vous passerez alternativement l'aiguille

dans

la

longueur, dessous et dessus

Au second rang vous riant les points

;

ferez

la

;

mais

il

est

que

fil

assez'fin

pas des soins bien minutieux. perdue à peu près

que vous avez

à

reprise n'écarte

la

bien rare que cela n'arrive

qu'on ne prend pas du reprise

,

et à

,

et

Ce

parce

serait alors la

moins que

raccommoder ne

,

qu'on n'y met

soit très

vaut mieux que cette reprise conserve son reprise

les fils.

chose en contra-

vous serrerez autant que possible

ces rangées de longueur, afin

pas

même

le

linge

beau

,

il

nom

de

à dentelle, en s'écartant quelque peu, car

les

reprises perdues sont d'une excessive longueur.

Reprise à point de boutonnière ou de feston.

Ces reprises sont encore une façon de mettre une pièce à

un trou rond ou carré, sans

être obligée

de


,

MANUEL

2g8 faire

une couture.

A

cet effet

,

garnissez le trou

tout autour d'un point de boutonnière rapproché

en fil assez fin. Garnissez de même la pièce que vous aurez coupée sur le trou , et si juste qu'il semble que vous veuilliez coller ses bords aux bords

et

du trou. Le point de boutonnière doit être serré. Le trou et la pièce étant ainsi préparés placez la pièce dans le vide du trou, en l'attachant à deux ou trois endroits par une épingle, puis piquez votre ,

chaque point de boutonnière sur

aiguille dans

bord du trou sur

le

,

bord de

et

le

dans chaque point de boutonnière

la pièce.

On

peut remplacer

le

point

de boutonnière par un point de feston. Cette reprise est fort

en usage pour raccommoder

les

serviettes

et les draps.

Reprises lacées.

Quand on a à raccommoder un trou non déchiré , mais coupé, comme serait la fente que produit dans une étoffe un coup de canif ou de couteau , on a recours aux

reprises lacées.

y prendrez pour

Vous

Voici

tiendrez bien ferme d'abord

de manière

à ce qu'elle

point

la

fente repliée,

forme une espèce de croix

avec l'index gauche entre doigt

comment vous vous

la faire.

le

pouce

et le troisième

comme nous l'avons souvent dit. Vous ne ferez de nœud à l'aiguillée et vous passerez votre

,

aiguille vis-à-vis le

sième doigt. Vous

bout de la

la

fente voisine

du

troi-

passerez à quelque distance de


DES JEUNES DEMOISELLES. la

pour plus de

fente

bout de

l'aiguillée

bout servira en

solidité

depuis

même

la

2QQ

vous laisserez le fente, en dessus; ce ,

et

temps

à arrêter, et à vous , vous le passerez en dessous; vous tournerez ensuite l'aiguille de manière à en placer la tête vers vous, et vous la piquerez un peu au-dessous du bout de l'aiguillée et dans le fil de l'étoffe qui suit la fente, et vous'

Quand vous

guider.

irez la ressortir à

serez habituée

gauche de

la fente après six, huit, selon la grosseur de l'étoffe.' , Cette première opération vous a donné un point en dessous , vous le répéterez de dessus en retournant la pointe de l'aiguille vers vous , et la repiquant

ou dix

fils

à l'endroit fois,

et

en

environ

même où la

égale distance

vous l'avez piquée

la

première

ressortant à droite de la fente à

où vous

l'avez sortie à gauche.

une

Non

seulement cette manœuvre vous donne un point de dessus à gauche , mais encore un point de dessous à droite, et

nant

quand vous

l'aiguille, elle

droite, et

la recommencez en retourproduit un point de dessus à à gauche, ce qui fait un

un de dessous

point-lacé. Il

faudra bien prendre garde à toujours sortir

l'aiguille à droite et à

gauche dans le même fil, afin que les points demeurent en droite ligne. Tant que vous ne serez pas arrivée à la fente, il faudra aussi faire attention

même

fil

,

à bien prendre au milieu dans le „ia i s une fG i s parvenue à la fente, vous

serez débarrassée de ce soin. Cette reprise bien faite


——""—

"

IWMi

,

MANUEL

3oo

et plat présente un cordonnet large représente sillon , là figure 88

un

mËFmmm

,

léger

rapproché. Vous reprendrez le

points-devant

le

la

fente

,

du

point assez

trois

en faisant

fil

long de

partagé par

le

petits

côté opposé à

le point. Vous applioù vous devez continuer achevée, sur le bout de le bout de l'aiguillée vous venez de fixer par les l'aiguillée nouvelle que

celui

querez

points-lacés les cachera points-devant. La suite des

tous deux à

la fois.

vous continuerez a fente étant toute fermée, comme vous avez fait avant. lacer des points après, passant l'aiguille sous Ensuite vous arrêterez en ressortant à gauche , et la

La

une douzaine de points

un à l'envers en faisant en dessous, vous arrêterez comme vous l'avez vu soupoint de surjet bouclé, étoffe point de surjet sur 1 vent Vous prendrez ce et vous prendrez que les points-lacés couvrent, pas en dessus lorsque garde à ce qu'il ne paraisse aiguille on passe souvent 1 ïa reprise est courte,

du pomt-lace. pour arrêter du bas en haut en reprise, il est Ce point ne sert pas seulement deux morceaux quand encore employé à réunir faire des coupée trop étroite pour l'étoffe se trouve pli-rentrés,

s'oppose à

la

ou quand

la

délicatesse

de l'ouvrage

plis. petite grosseur de ces

jupon

Lorsqu on

d'une chem.se

d'un , trop allongé la fente peut mieux d'homme ou autre objet, on ne

a

courcir qu'avec

le

la

rac-

diminue point-lacé, puisqu'il ne


MES JEUNES DEMOISELLES. rien sur l'étoffe.

3oi

On

peut s'en servir aussi pour placer des pièces aux trous ronds et carrés, mais je ne l'ai point vu employé ainsi. Comme il est fort long à faire

,

on n'en

fait

d'autres genres de points

blement

le

remplacer. Son usage

de raccommoder

est

une couture que lorsque ne pourraient convena-

les gants

le

plus

commun

fendus par accident

;

si le gant s'est fendu parce qu'il est trop étroit , on lâche le point-lacé, de manière à laisser un petit intervalle entre les deux morceaux de la fente.

Reprises perdues.

Voici

le nec plus ultra

mandent sion

,

le

des reprises , celles qui deplus de soin et produisent te plus d'illu-

puisqu'elles

ne s'aperçoivent jamais,

aussi se

paient-elles fort cher aux "ouvrières la moindre ; reprise de ce genre est de trente sous, et il en est quelquefois qui coûtent jusqu'à quarante

francs.

Les

très

sur

et

grands accrocs sur les

cachemires,

mousseline de l'Inde expliquent comment on la

peut mettre un prix aussi élevé à ce raccommodage. Les procédés en sont plus longs et plus minutieux que difficiles. Les voici.

Quand vous une

étoffe

tous les

avez à faire une reprise perdue sur quelconque, vous commencez par tirer

rompus, soit en long, soit en large, jusqu'au point où vous devez commencer et finir la reprise.

fils

Vous coupez tout autour de

ce point ainsi

26


PNUIB40

MANUEL

3o2

de charpie qu'ont produite ces fils puis, retournant l'étoffe à l'envers, vous

marqué tirés,

,

la sorte

montez l'endroit du trou sur un papier vert, afin de donner une roideur commode à l'étoffe , et de ménager la vue, que cette opération fatigue extrêmement. Cela fait, vous enfilez une aiguille très fine et à chasse-longue

,

d'un

fil

de mousseline de

ou tout autre selon l'étoffe que vous avez à fil repriser, et vous jetez un fil en largeur à chaque

batiste

que vous avez fixant par

trou,

tiré

;

vous n'arrêtez point ce

fil

en

le

un point aux deux bords opposés du

comme vous

le faites retenir

avez

fait

jusqu'alors, mais vous

beaucoup plus

loin à droite et à

par une bagûre à points très rapprochés. Cette longue manœuvre terminée , vous retournez vous passez l'étoffe, et la prenant en longueur,

gauche

,

alternativement l'aiguille dessous et dessus les fils que vous avez jetés précédemment ; vous contrarierez ces points au second rang

,

que vous presserez

le

en plus possible contre l'autre, car chaque rangée longueur doit répondre à un des fils que vous avez tirés

dans ce sens. Ce second rang ne se

en retournant reprises.

on coupe d'où l'on et

les

l'aiguille,

Quand on

fait

est arrivé à la fin

du premier,

l'aiguillée, et l'on va travailler était parti.

bouts des

commençant

fils

A la

fin

de

restans à

et finissant, et les

que retenaient

les

point

à toutes les autres

comme

au bout

on coupe chaque rangée en

la

reprise

,

bouts des

points provisoires de

la

fils

jetés

bagûre.


DES JEUNES DEMOISELLES.

On

sent

combien

d'application. C'est de la mousseline

de

la batiste qu'il faut faire

de rapprocher les schalls dit

non

de

la

perkale,

pas encore

croisé, et

il

suffît

et d'enlacer les

faut repriser

il

,

et ce n'est

,

tout. Ces étoffes sont à tissu

mais quand

3o3

cette opération exige de soin et

Ternaux

doit imiter le croisé

prenant chaque

fil

,

fils qui les composent ; une étoffe croisée , comme

et les

du

tissu

jeté en

cachemires

, alors on on y parvient en un à un, comme

;

large

si l'on faisait un point-côté. On voit combien cela augmente l'ouvrage, car, en prenant les fils selon la méthode du point-devant employée pour la reprise perdue précédente , et pour toute autre reprise ordinaire on avait la faculté de faire huit à dix

points à

au lieu que pour cette dernière renon seulement prendre les fils un à un , mais encore retourner à chaque point l'aiguille, prise

,

il

à cause

la fois

faut

de

la

,

,

nécessité d'alterner en dessus et en

dessous de point en autre. Plusieurs faiseuses de reprises pas l'aiguillée à

contentent de laisser et

en haut

,

pent quand

perdues ne coupent de chaque rangée , elles se au bout de ces rangées , en bas

la fin

de longues boucles de la reprise est

fil

qu'elles cou-

terminée. Cette manière

est plus

rapide, mais elle a l'inconvénient de vous exposer à couper en même temps la partie de l'étoffe placée sous ces fils ; en outre, on peut aisément, pendant la durée de l'ouvrage, accrocher une de ces boucles qui resserrerait

ainsi la reprise


mai

MANUEL

3o4

donc prudent de de ce moyen pour les reprises perdues , ordinaires, est bon de l'employer aux reprises

Il est et détruirait tout le travail.

s'abstenir

mais afin

il

de mieux imiter

le tissu

que

l'on a à réparer.

APPENDICE. MANIÈRE DE FAIRE DE PETITS PANIERS ET CORBEILLES EN SOIE ET PAPIER ROULÉ. Manuel, la description J'ai gardé pour la fin du parce que ce n'est de ces petits paniers et corbeilles , pas inutile qu'un amusement, toutefois je ne crois pourront y de l'apprendre ; les jeunes personnes ces paniers employer leurs momens perdus , et faire de

pour cadeaux de

fêtes

et d'étrennes.

En

voici la

façon. je l'ai annoncé, Ces paniers se composent , comme la soie , on la et de soie roulés. Quant à afin de prend plate, un peu grosse, en bobine,

de papier

n'avoir point d'aiguillée à rattacher

;

on

la

choisit

amaranthe , ponceau , orange , lilas , comme premières couleurs l'on veut , cependant les deux au papier, vous sont les plus avantageuses. Quant comprendrez une feuille de papier blanc à lettres les mun et vous tracerez dessus avec une règle ,

verte

,

,

soie. Ces bandes destinées à être garnies de bandes de trabandes sont au nombre de trois , les

petites


DES JEUNES DEMOISELLES. verse, les petits

montans

,

les

premières sont de petites

3o!

grands montans. Les bandes d'environ un

demi-quart de longueur , et d'un pouce de largeur ; les secondes sont de plus petites bandes, aussi larges

,

mais à peu près d'un

les troisièmes

premières

tiers

moins longues ;

sont des bandes longues

comme

les

mais larges d'une seizième. Au reste, on pourra allonger ou diminuer ces mesures, à proportion de celle que l'on voudra donner à son panier ,

pour

cela

il

faudra en avoir déjà

fait

plusieurs.

Les bandes ainsi marquées , vous les séparerez unes des autres en les coupant avec des ciseaux,

les

et vous les mettrez à part, selon leur espèce; il vous en faudra quatre pour les grands montans, dix à douze pour les petits , et quarante à cinquante

pour

les traverses, plus ou moins, selon l'intervalle que vous mettrez entre les rouleaux de votre corbeille. Si c'est un panier , il vous faudra encore une grande bande aussi large , et plus longue de près du

double que

celles des

grands montans , c'est-à-dire un peu moins d'un quart d'aune cette bande fera l'anse du panier. Vous pourrez aussi préparer deux autres bandes de traverse si vous faites une corbeille pour servir d'anneaux mais on qu'elle aura

;

,

,

remplace ordinairement ces anneaux par un petit nœud de ruban néanmoins l'anneau est plus joli. vous prendrez ensuite chaque bande entre le pouce et l'index gauches , et la roulerez bien :

serrée

arec l'index et le pouce droits

,

comme

si

vous vou-


,,

MANUEL

3q6

froncer jusqu'à ce qu'elle fasse un petit rouleau prend'égale grosseur. Ce rouleau achevé, vous le liez

drez entre

de

le

telle sorte

pouce

que

et l'index droits

par un bout,

bout louche

à la dernière

l'autre

phalange de l'index gauche parce qu'en

de

la

;

ce bout y touchera

même temps que vous

prenez

le

,

rouleau

main droite , vous prenez le bout de la bobine le pouce et l'index gauches , pour dé-

de soie entre crire

une

spirale bien serrée sur le rouleau

spirale s'obtient par le seul

mouvement de

;

cette

rotation

du rouleau , la soie demeurant stationnaire entre les deux doigts susnommés. Quand le rouleau est reou couvert tout entier vous arrêtez la soie par un ,

deux nœuds-coulans pour commencer on laisse sur le rouleau un bout de soie que l'on recouvre ,

;

ensuite. Il

est nécessaire d'avoir

un panier ou

corbeille

modèle pour monter les rouleaux on peut toutefois fondue y suppléer. Prenez de la gomme arabique dans un peu d'eau , ou bien de la colle de poisson rt collez ensemble les quatre grands montans, de ,

manière

qu'ils fassent

un carré;

collez ensuite tout

autour et en dedans de ce carré, à une égale distance , les rouleaux de traverse ; laissez-les sécher , vous puis collez quatre des petits montans comme avez collé les six

les

grands

;

placez en travers de ce carré

ou huit rouleaux

pareils à ces

montans

,

en

en dedans du carré; inclinez ensuite les mirouleaux de traverse après les avoir courbés au

les collant


,,

JJES

iieu, et

JEUNES DEMOISELLES.

commencez par

petit carré, les quatre

coller

3o7

aux quatre angles du

rouleaux partant des angles

du carré supérieur. Rapprochez les rouleaux et collez-les à une égale distance entre ces quatre points ; nécessairement la distance sera beaucoup ,

plus petite entre

les

rouleaux à ce second carré qu'au

premier.

Vous

ferez après cela votre anse,

en arrondis-

sant le grand rouleau et le collant de chaque bout

aux deux milieux des bords supérieurs du panier. Si c'est une corbeille , vous bouclerez un petit morceau de rouleau, et, passant dans cette boucle unrouleau dont

deux bouts seront

les

rement comme un anneau bouts de cette boucle, et

,

les collerez

rouleau qui sert de traverse carré à

collés circulai-

vous pincerez

deux

gauche au grand

à

du haut; vous répéterez

les

au milieu du

la

même manœuvre

gauche.

Vous pourrez doubler beilles, en enfonçant

ques points un sac en

mais un peu plus long par des cordons

;

ces petits paniers

dedans,

et

taffetas

ou cor-

retenant par quel-

même

de

largeur,

que vous serrerez en haut ce sac doit être de la couleur du ,

panier. Si vous voulez faire vos paniers plus grands, il

faudra mettre

un rouleau un peu

leaux de traverse afin

,

entre

le

grand

d'augmenter l'agrément

aussi

monter

fort sur les rou-

et le petit carré

et la solidité.

On

peut

ces paniers sur des rouleaux collés

circulairement en haut et en bas

,

à

la

place des


3o8

MANUEL DES JEUNES DEMOISELLES.

carrés; on. aura ainsi des paniers ronds, mais

monter que

sont plus difficiles à

qu'on n'a point

si

exactement

la

les carrés

,

ils

parce

mesure des quarts

qu'à ceux-ci.

Je ne puis m'empêcher de dire, en terminant ce un démenti formel à ceux qui

Manuel, que je donne

prétendent que

ne savent point

les

femmes qui manient

tirer l'aiguille.

FIN.

la

plume


,

,

TABLE ALPHABÉTIQUE DES TERMES TECHNIQUES EMPLOYÉS DANS

CE MANUEL.

Accroc

,

Arrêter, arrêt au crochet, 64. Arrière-points, 12. Art de ("aire les bourses 210. de la broderie, 37.

294.

Accrocher, 187. Affiqaets, 107. Aiguilles à chasse-longue, i3 7 à crochet* 38. à maille, 85. à passer les Louis , 78 , .

— — — à — de rechange, 120. — 201. —à 85. — bas, 84. — jupes, 101.

— — de

faire

les

cordons

ganses, chapeaux, lacets, 242. de la couturière, 5.

la note.

Angle du talon, 137.

— — de dentelle, — de raccommoder 145. bas, i3i. — de tapisserie, ig4— du tricot, 84.

Anneaux mobiles

Assembler,

à tapisserie, tricoter

faire la

,

à tricoter les

— de serviettes

,

les

1

à tricoter les

la

218.

jupe

assem-

blée, 21.

Annelé, 179.

Aubépine rose en

Appliquer, application, 65.

chenille,

258.

B. Baguer, 10. Bagues en cheveux, 286. Bagûres , 6. Bande (petite) de gilet, 110, Xli. Barres de réseaux, 173. Bas à côtes , 93.

Bâtir

,

bâtis

Bayadères

,

,

6.

283.

Berret, ir8.

Bonnet d'homme, 97. Bord du jupon, 102. Bouillon , 81. Bourré, bourrer, 48.


,

TABLE

3io

Bourriquet, 79. Bourses, 236. à l'aiguille avec des des-

— sins 124— eu ananas 224. — tricotées en ananas, 128. — arc- en-ciel, 23i. — en cheveux 229. — au crochet, 129 23a. — en feston, 210. — en jaspé, 23o. ,

,

à

,

,

filet

— en — avec 229. — avec

plein de perles d'acier , 23 r. fleurs et devises , filet à

des

lames

d'or,

127.

— en perles, — en perles

point de

tapisserie, 223.

— en point de dentelle 23o. — doubles, 126. tricotées

— tricotées en or

et

en soie

avec des intervalles,

ibicl.

Boutonnière, 14 de cordonnet, 285.

des

petits

pa-

,

,

5i.

Brode , 162. Broder à pluie, 65. Broderie appliquée, 76.

— d'application 65. — bombée, 43. — des cartes géographiques 229. — en chenille, — de cordonnet — de cordonnet jour, — en couchure ou brodelancée, 77. — découpage 55. — en guipure — en laine — lancée, 77. en cau— en — sur papier vélin 74— au passé 66. — au passé-épargne — en piqué n — au plumetis, — en reprise, 4 — en nuancée, — au tambour ou au chet 57. — sur 181. ,

,

70. , 55.

à

à

ib.

,

79.

,

,

74-

paillettes et

netille, 81.

,

,

à

70.

5.

,

a<

36.

71. cro-

soie

niers, 3o5. , 5o.

Brides

— A, 184. — de bourse,

i5.

,

— Bracelets en cheveux, 286. — en perles, 281. Branches

— — — — turque 5o. — turque double

rie

220. à

Brides de boutonnière, à récbelle , 5i. de la maille, 90. de réseaux, 173.

,

21 3.

le tulle

,

c.

Camaïeux, 290. Camions, 266. Camisoles taillées (de nuit), 3i.

Camisoles tricotées, prem. et deuxième façon, 116. Carreau à dentelle (à cylindre), i45.


ALPHABÉTIQUE.

3ll

Cordon, cordonnet dru au

Carreau plat, 146. Case, 2i3. Casquettes tricotées, 117. Casse, 146. Casseaux, 147

— — main, — recouvert 243.

Cave, 146.

Cordonner,

plumetis, 56. cordonnet de tige, 48. à la

ou

Cercle

,

œillet nourri,

180.

Champ,

16

paille

— de tissude coton de soie imitant d'Italie

,

de

striées de Valais, 119. Coulans, 248.

r.

Chapeaux de

249-

cordon

bride, 52. Côtes circulaires, g3.

,

252.

et tissu

Coulisses

it.

,

Couronne de

la paille

la dent., i5s. Coussins, coussins à ganses

25o.

Chausson, g3. Chenille eu spirale, 265.

croisées , 106. Coutisses, 38.

Cheveu

Couture de bride 53. de cordonnet 57. des cordons de perles ou d'acier aux sacs, 284

d'esquisse, 288. Chicorée , 268. Chiffres en cheveux , 287. Clair, 296* Clinquant , cannetille , 81. Coller la broderie, 82.

Commencer ou monter

— — — ourlet — au à

,

,

la

la

den-

Corbeilles en chenille, 271, satin, 265. petits rubans entrelacés, 266.

,

Crépines, 2^5. Crochet à broder, 37. à ganse , 245.

ibid.

— de — de

il.

,

passe-lacet, io3.

— plate g. — à reine 26. — tricotée, 104.

la

dentelle, 148.

Composition de telle

,

,

à tricoter,

Cylindre, 145.

D. Découpage 55. Dégager l'aiguille

Descendre les réseaux, 172. Dessin de dentelle, 147. modèle 149. Devant de gilet, tio,

,

,

126.

Deani-^maiUe , 106. porat, i52. roule ,61. Dentelle d'Auvergne ou Puy, i65. Dentelures ,47. Derrière de gilet 112.

— —

,

,

1 1

du

r.

Doigtier, 3r.

Doublage des robes, ? Double-broche, 201.

— tricotage

,

126.

;


TABLE H 12 Doublure des semelles,^Doubler les bas en glaçant Dresser, 1 54. ^i, à la note. ni, 18. Doublure des sacs, dits ri- Droit ,

dicules

,

282.

Entre-deux, 167. Epingles à dentelle, 147. longues ibid.

Echancrer, 2a. la inaille

Echapper

,

106.

— —

Effilé, 204.

Elargissures

10.

Emboire,

Emmanchure Empan, 62.

,

,

point d' ( Etein , 201.

90.

,

)

,

173.

Etoffe d'application, 56. Etrécissures , 89. de la passe des chapeaux, 25a. Etui à crochet , 38.

22.

Engrèlure, i49Ensubles, 38. Entoilage, entoiler, 189.

F. Faux-point, 65. Fente du jupon, 102. Fermeture des bourses, 218. en diable, 219. Feston à picot, 166.

— plein,

54Festonner, 53. Fil de

,

20L

«

,

236. — de — à fleurs, 207, 208. — de perles, 223. — 246. tissées

à baguettes, 238. ,

i56.

compartiment

à

filet

— carreaux — à fond de Berlin — rose 23g. à

Fond percé, i55, ou toile, 161. 209.

Filer en guipant, 247Filet à bâton rompu, 240.

Franges

mesure, 29.

— simple

Fleurs en chenille mélangées de broderie , 253. de dentelle, i49Flotte de cheveux , 2go.

,

,

Frisure, 81.

ibid. ,

239.

Frivolité

,

54-

FYoncé, 28.

,

Fleurs artificielles nille , 258.

en che-

Froncer, 23. Fuseaux de dentelle ,146.

G. Galon, galonner, 5g. Ganse des petits cordons 243.

Ganse plate au crochet, 245ronde en coton 242. Gants tricotés», 98. ,


,

ALPHABÉTIQUE. Garnir les bas, i36, 157. Garniture des robes , 29. Gilet, 107.

— de morceaux — tout d'un morceau trois

3X3

Gousset de côté du bas, i4a.

— des doigts, Gribouillis

,

99. 39.

114.

,

110.

Grimer, grimure , 80. Gros-point de tapisserie,

,

Glacer, 24. Glands , 245.

pi. III, fig. 7 6.

Guipeuse, guipure, 247.

Gousset de chemise, 3o.

Guipoir, guiper, 246.

H. Houppes

,

248.

J.

Jaconas, 56. Jeter des

Jour àpointdetapiss., i83.

fils,

— turc, 170.

191 et 192.

Jeu d'aiguilles 88. Jour anglais 170. ,

,

Jupe assemblée,

21.

Jupes tricotées,

ioo.

L. Lacets ron,d..urles doigts, 244. Lamé, 84 Lancer, lancée (broderie ) 77-

Lancer des points, 3oo. Lattes de chêne, 38. Lé,

17.

Lettres de l'alphabet, tapisserie,/»/. III, fig. 76.

M. Mailles apparentes, is5. à crochet, i3i.

Mat de broderie, 52. — Métier à broder, 38. — échappées, ro6. — à i36, à la note. — l'envers, 87. Mignonnettes, i65. — de 255. Mitaines à jour, 194. — latérales, 104. Mode, 162. — mélangées de i3r. Mollet du bas, go. — non apparentes, i25. Montans despetits paniers, — retournées, 3o5. — sautées, go. 87. Monter les bourses, 211. — unies ou à l'endroit, 87. — les bourses en ananas, la

filet,

à

filet

,

filet,

'

Manches des gilets, 108. Marque, marquer, 194, ig5.

Marqnoir, 198.

— —

225. la broderie, 37.

les manches, 22. Mordre les coutures

27

,

7.


—V

**mm r

3,4 Mortaises des lattes, 38. Moule de bourse, 210 en carton, 224

— —

TABLE Moule à

tapisserie, 204.

turc, 129, i3o. Moulinet double, 176. .

— simple ,175.

à filet, 236.

— à franges, 236.

Muguet en

chenille

26

,

N. Nattes de rubans Navette, 232.

Nœud-coulant,

—à h

,

Nœud du

248.

passé, 68. , 2t5.

— de tisserand

Nouet, 33. Nuancer, nner, 71

85.

l'ongle double, 21 5,

,

72-

la note.

o.

Onde du

OEil de perdrix, i56. OEillet

,

— bordé — chenille, — moulinet, — nourri, 180. — ombré, 43. — simple ,

ibid.

ibid.

ibid.

,

:

Ombrer eu

feston, onder, 53.

Ouater, 26. Ourler, ourlet , g. Ourlet à jour, 187. Ouvrages en chenille, 253. en cheveux, 285. en filet, 3$2. en perles 3"5-

43.

— — —

ibid.

tricotant, 128.

P. Planchette du carreau, i4 6

Paillettes, 81.

Paillon, ibid. Paniers (petits) en papier roulé 3o/j. Pantalons tricotés, 120. Passé, 65. ,

Passé-épargne, 70. Pâté, 81. Pétales de chenille

,

254-

Petit-côté, 21. Picot, 166.

Pièces d'épaule , 3o. Pied du métier à broder, 38. de dentelle, 1^9

Piqué, 14. Piquer, i3.

-

Pleins , 65. Pli-rentré , 6. ^volant , 25. Plis-creux, 268. doubles, contrariés, ibid. Plumetis, 42. Point d'Alençon , d'après

1

Rolland

,

i5ç).

— d'Angleterre i63— arrière — eu barbiebes 79. — de boutonnière, — brodé en 177. — brodé en droit 176 — de Bruxelles, ,

,

6.

,

i4-

biais,

fil

,

i5/.-

P*e


,

.

ALPHABETIQUE. Point de chaînette , g5. contrarié ,37.

— — cordon, 174. — côté, — de cordonnet 52. — de contame ou commun l52. — de couture 90. — croisé, i38. — de dentelle ou jour,i68. — devant — doublé 5o. — d'épine ,54— dépinette, 55. — d'épingles, 173. — d'esprit, — d'esprit, 167. — à étoile 170. — fendu 69. — de feston 54— 202. —à 168. — jeté, i54. — lacé, 2q4— longitudinal, 55. — de Malines brodé, 164. — de marque 198. à

g.

,

,

,

,

l'ij,

à

5.

,

,

ibid.

,

,

,

feuilleté,

fils tirés,

,

— du milieu 5o. — en mosaïque simple. — de moulinet — noué, ,

,

—à 1

1

74.

54-

oeil

3l5

Point à œil de perdrix sur tulle, 182.

—à ou annelés, — de feston, — de ou point double, i58. — perdu, 69. — de — à points en croix, 178. — rayé — rayé points-d'esprit œillets

170. à œillet

ibid.

Paris,

(petit)

tapisserie.

- d'esprit

à

171.

— de surjet,

— de

6.

tapisserie à carreaux

— de tapisserie à losange, — transversal 5o. — de tulle, 171. ibid.

,

Pointe, 17.

Ponçage, 34. Poncer, 52. Ponçoir, 33.

Porte-montres en chenille 271.

— en perles, 278. Portes d'agrafes, 285. Prendre le point, 174sans faire , 90.

de perdrix, 178.

R. Raccommodage

des

den-

telles, 191.

— du picot, 193. Raccorder, 56. Racher, 78. Rajouter, 88 à la note. Ramaillage i34. ,

,

PAe'

Ramaillage de côté,

1

36.

Ramailler, i33. Rapporter, 294. Rattacher le fil cassé à la dentelle, i58.

Ravaudage, i3i. Recoupage des bas

,

i

^1.


C" ,

ïabLE ALPHABETIQUE.

3iô

Reprises à point de bouton nière, ou de feston, 297. simples, 2g3.

Rehausser la broderie , 80. Reine-Marguerite en chenille

— —

261.

,

Relever

l'aiguille

à

les

45.

Roule , 60. delà couture à ourlet, 1 2.

— — du froncé, 28.

à

Ruban

à

1

à cheval,

n3,note.

Sillon, 45Surjet, surjeter, 6.

Sacs, 281, 282. ,

294.

Rose brodée au plumetis,

— dentelle, 296. — perdues, 3oi. — pièces, 293. tricot

,

rie, 80.

échappées, 106. Renforcer, 289. Repriser, 3o2. Reprises lacées , 298.

— de

à surjet

Ressemelage , 14*Resserrement de la brode-

mailles coulées, i32. en tricotant , les mailles

20.

Sauter la maille, 90.

T. Talon du bas , 90. Talonnière 142. Tapis d'ameublement, 204de lampes, 206. de pied 200.

Trelisser, 59.

Tricot boutonné, 122.

— à cordon 23. — crochet — élastique, g3. — à jour, 121. — de peluche — en spirale ou tortueux io3. — ou tricotage 84. — varié, 122.

,

— —

,

,

Tapisserie , 194. Tête à pointe , 19. Têtes de franges , 246.

,

1

ibid.

,

Tige à cordonnet, 47au passé, 68.

Tors

1

à

,

,

55.

Tracaner, 80. Trace, 161. Tracé , tracer, 42.

Trou, espèce de dentelle,

Travailler la dentelle d'idée, 148. Traverses des paniers, 3o5. Trelissage, 60.

baguettes , 122. dits à crochet dans le tricot au crochet , i3i. Tulipe en chenille , 357.

i65.

Trous en long comme des

V. T'éler,

1 1.

Fllf

DE lA TABLE ALPHABETIQUE.

__

_

&ÀU


TABLE DES MATIERES.

Pag*

Avant- propos Chapitre premier. tailleuse

Chap.

L'art de la couturière

ou de

de robes

II. L'art

de

5

la

broderie

32

Dessiu des broderies Diverses espèces de broderies Broderie en reprise Broderie au pluraetis Broderie de cordonnet Broderie au tambour ou au crochet Broderie au passé Broderie au passé-épargne ou en chenille Broderie en soie nuancée Broderie en laine Broderie appliquée Broderie en couchure Broderie en guipure Broderie en paillettes et en cannetille

Chap.

III.

Gilet tout d'un

Manière de Manière de Manière de

Me

ibid.

36 ibid.

42

55 Sj

66 70 71

74 76 77 79 81

L'art du tricot

Manière de faire Manière de faire Manière de faire Manière de faire Manière de faire Manière de faire

i

la

84

bas chaussons les bonnets d'homme les gants les jupes

88 g3 97 98 100

les

les

les gilets.

.

107

,

morceau

110 116

faire les camisoles.

faire les casquettes et berrets faire les pantalons

en

tricot.

117 130


3l8 Du tricot

TABLE

121 ...... 124 Bourses à l'aiguille avec des dessins 126 doubles tricotées Bourses Bourses tricotées en or et en soie, avec des interà jour

ihid -

valles

128

Bourses tricotées en ananas Bourses au crochet

Chap. TV.

faire les

i45»

L'art de faire la dentelle

i54

Chap. V. L'art de Tapis de pied

1

la tapisserie.

5(J

ibid.

l63 164 *65 l66 *67 ibid -

Points de dentelle ou à jour Point de tulle Point de tulle Point rayé Point à cordon Point de moulinet Point brodé en droit fil Point brodé en biais Point rayé à points-d'esprit Point à œil de perdrix Point à points-d'esprit en croix Point à étoile Point à œillet, ou annelé Point à œil de perdrix sur tulle Jour à point de tapisserie Ourlets à jour Entoilage Baccommodage des dentelles

bourses.)

i3i

Point de Bruxelles Point de Paris Point d'Alençon , d'après Bollaud Point d'Angleterre Point de Malines brodé Dentelle d'Auvergne ou du Puy Picot. Blondes Tulles

29

1

(Voy. le chap. VI de l'art de L'art de raccommoder les bas

16S 1

7*

IT^ ibid.

ibid.

ibid.

176 *77 ibid.

17^ ibid.

179 ibid.

.

— Marque

182 i83 187 189 191

194

200

VAo


S /

DES MATIÈRES.

3frt

Tapis d'ameublement Tapis de lampes

20 £ ao g

Chai?. VI. L'art de faire les bourses

Bourses Bourses Bourses Bourses t.

.Bourses

Bourses Bourses Bourses

en feston „ en perles en ananas avec fleurs et devises , en cheveux en point de dentelle en filet au crochet

Chap. VII. Ouvrages en

2^10 ibid.

».

. .

,

oor» -**» ibid.

25 t

^

ibid.

(

mj^

252

filet

Bourses

2 5^

Franges Tours en soie

.....'.'.'.'.'.'

Filet à carreau ]

fond de Berlin

Y.......'.'.'.', ibid.

ro °d

et

Filet à

m^ 2 3q

Filet " rose

ibid.

237 2 5g

Filet à baguettes Filet à

220 224

240

bâton rompu

ibid.

Chap. VIII.

L'art de faire les cordons, ganses, lachapeaux de ganses, etc 242 Manière de faire des cordons à la main 2 45 cets

,

Lacets ronds faits sur les doigts 2/ Manière de faire la ganse plate au crochet 24. Manière de faire les chapeaux en paille , tissu de coton et tissu de soie imitant la paille dTtalie. 2 5o Chap. IX. Ouvrages en chenille 253 Fleurs artificielles en chenille 256 .

Corbeilles et porte-montres Chap. X. Ouvrages en perles

Bourses en perles Tableaux Anneaux de serviettes Porte-montres ^acs et bracelets

Qàv

.

262 2 »5

p

2r £ "

""ibid _

'

2 2 ^.q 2 tf r


320

TABLE DES MATIERES. 28.

Chap. XI. Ouvrages en cheveux Cordons en cheveux

,

bagues

,

bourses et bracelets. a8<

Chiffres en cheveux

28

Camaïeux

29

!

Chap. XII. L'art des reprises , contenant les reprises simples , à surjet , à pièce , à dentelle, les reprises lacées, et les reprises

Reprises Reprises Reprises Reprises Reprises

perdues

29

'

29/

à surjets à dentelle à point de boutonnière lacées

29 e 297

ou de feston

perdues

298 0ot

Appendice. Manière de faire de petits paniers beilles en soie et papier roulé

FIN DE 1A

et cor-

5o4

TA.BI.X.

DE L'IMPRIMERIE DE CR.VPEI.FT,

me

île

Vaugirovd

>

n"

[}•

/


&

%-*-

Fi? tf.

Fiû.io

Fù.zS.

JOC

^.22. r

//V//////////

•a3. i

i

"•

i

'

i

t. 1

1

fyJS.

i

i

i

i

1

1

'

r r T"-r •*• ,

,

,

,

,

,

i

Fup.

^ïy. 3 o.

,'h>

ibicl.

-~ -r---_-_^-_-_-_-£]

^mmm F(9 .i 7 .1

.

TUBïl

Giuauet SczJp.


Gwauet SaJp.


pré II

TXMT

1 i

71

i'

ii

1

t'

1

i

,«I!IL

i;

'!

!

1

Il**

rijr'l

"1™%1

—— i

m%

*

:

1'

i

TlJ

T !

~nBiTiiiii !

ySiiid

"]6 ibid.

j^F

A :

t

e

k 7

.'j^r

(«fil

-

:

Cmoueir

Scidp


'^w^

Fù?. yS. wid.

*y-77o-

-o

-o-

Fi?. 7 8. initiitmiutial

ttiiliiiiiiiliin<riii>n:>iiAiM<ttiii<iiiiiii>i.ii>iiiA>i

Va>

a>

FyjH

""»%

36 Fa. •S in,

,/

i

Util

ti

B

B ••

!••!

B

••

BBIBJH *

II

!

il

«

H

•••••••a

S!

ai

1 if

ai

In

Fp

r^-l'-r-M

i

Tpf ""B

r

fntftt ""*" •

_:""~ -U-

i

:

—k~ — Ïf

ii-

:

•-

-

-+i4-'-\

~

(»:::I!:±J!:

4f»~ T

lial-yr

Ett : ±

ig ^-iiiilWiJoq

7

|

1

as ;'

!

.

:| ;j|l

ff

"

••

::::ni

««•«•a aaaaa

yrV xTx

«>

lBBISCDni3OBdDaBDOO0C<SteO1BQBBanBpe0tjacacnBOBB3O6O«jr

aaaaasai

:

iaaflBi

Fy.ss.

».

*

•• laaaaaa ItlIlM*

••

as

ifr

u

& fy-i

=fc==^>

^

^

hïtntàial juaatotMSiE-

i

c

X

r

Fif. 83.

Fi? $4.

Fia.

80 FÎ9-

8 7-

t (2

"

---T-44 7^

Ci

1

.-..

.ij

ab<

a

Guùjuet Pcidp-


Jf*7

S m

loopj îno

X

*9UT[J

de§


Manuel

d" Arpentage

,

ou In-

sur cet art et celui icvcr les plans, par M. T.a-

stn>- lion de.

membre de

croii, «

de pi.

vol. orne

Manuel édit.

l'Iastitut.

M.

par

,

vol.

i

Collio. 5 a

M.Bailly.

5o c. par

fr..

eu

,

5o

fr.

c.

.

vci.

5o

2 fr.

c.

Marchands de

s

,

Dictionnaire liistoricjiieabregé des grands Hommes , par M. Jacqueliu; revu par M. Noël. 2 gr. \oî. 6 fr

fj

'.

,

afr. 5o. c.

Manuel Biographique n>_r~

c.

'

Manuel d'Astronomie

i

5o

a fr.

d? Arithmétique -dé-

montrée

;

orné de j cartes. 3

Manuel complet du Jardinier, dédié à M. T' ..an ; par M. 13'ailly. a vo' 5 fr. •Manuel du -Limonadier , du Confiseur et du Distillateur par M. Cardelli. i Charbons, suivi ds nouveaux Tarifs du Cubage des bois, etc.; par M. Marié de. l'hle. r v. 3 fr. Sois et

c'e

Manuel de Médecine

de

et

Chirurgie domestiques,

i

vol. Manuel du Boulanger et du 2 fr. 5o c Meunier par AI Dessables, Manuel de Minéralogie vol. par M. Blondeau. i v. 3 fr. a fr. 5o c. Manuel du Brasseur, ou l'Art Manuel du Naturaliste prédéfaire toutes sortes Ce bière parateur , par M. ltailn.ru. .

,

i

,

parM.Riffault. iv.î

f.

5oc.

Manuel des Habitans de

la

Campagne, i v. a f. 5o c. Manuel du Chasseur et des Garde-Chasses , suivi d'nu

i

Traité sur la Pêche

de Mersan.

r

;

vol.

M.

par

3 fr.

Manuel de Chimie , par M. Riffault. i vol. 3i"r. Manuel de Chimie amusante par

le

même,

vol-

i

3 fr.

Manuel du

Cuisinier et de Cuisinière , par M. Ca rdclli. vol. a fr. 5o c. Mar.uel des Demoiselles, par madame Elisab. Celnart. i vol. orné de pi. 3 fr. Manuel du Distillateur-Liquoriste , par M. Lebeaud. la

i

i

vol.

3

Manuel du

fr.

Fabricant de Draps, par M. Bonnet, anc

>

voj.

2

5o

fr.

c.

Manuel du Parfumeur , par madame Gacon-Diifour. i \a\.

a

Manuel du Pâtissier ii*

Pâtissière.

a

r

fr.

.

o

c*

vâti-

du Doreur et du Ver-

nissfur , par «

de

i

fr.

Manuel du Peintre en tnens,

o c.

M.

«cil.

Riffault. a fr

*.o c.

Manuel de Perspective

W*MÏ

du

Dessinateur et du Peir tre,

V. Vrrgnaud. 3 fr. Mar.uel du Physique , par M. Bailly. v a 5o c. Manuel du Praticien , ou par

r

'..

fi

.

Traité de la science

du Droit, parM.D...,avoc. 3fr. 5o c. Jfga.-iuc? du Tanneur, du Corroyeur, de l'Hongroyeur, par M. Chicoinean. 3 fr.

Manuel du Teinturier, "'.ivi fabricant à Lodève. v. 3 fr. de l'Art du Dégraissa/'; Manuel des Garde-Malades, parM.Riffault. vol. fr. par M. Morin. v. a fr.5o c. Manuel du Vigneron frj-~ Z,e nouveau Géographe marais, par M. thiébaut de nuel, par M. Devillicrs. v. Beinéaud. vol. 3 fr.

h

i

i

>

i

i

'jgJUa

k

1

.111111

1

II

IMW

l

III.

I

I,

BBW—BWBKMaNEWi

i

i!

Manuel des desmoiselles mab 31962000790943 images  
Manuel des desmoiselles mab 31962000790943 images  
Advertisement