Page 1

FREE GRATUIT

FRENCH & ENGLISH CONTENT

SHOE FETISH

+ LIFESTYLE, SKATE, SNOW & SURF


Shoe Fetish

noun (INTEREST) [shoo] [fet-ish]

• Une fixation sur les chaussures; trouver la paire parfaite provoque un sentiment absolu se traduisant par « je dois l’avoir »; pour une personne ayant un fétichisme des chaussures, en acheter devient très excitant et captivant; posséder et porter une fabuleuse paire de sneakers, bottes, talons hauts, etc. est une source de grand plaisir. • A fixation on shoes; finding the perfect pair will cause an absolutely “must have it” feeling; for a person with a shoe fetish, buying shoes is thrilling and exciting; owning and wearing a fabulous pair of sneakers, boots, high heels, etc. is a source of great pleasure. URBAN DICTIONARY

Bienvenue dans le numéro « shoe fetish » Welcome to the shoe fetish issue

Crux Art of Life


dealer info sales@takefivetrading.ca


19 CONTENTS

no

CONTENU

DIG THEM ROOTS 18 / HISTORY IN THE MAKING 26 / SHOE LUST 32 / IT’S A PERSONAL THING 38 / KEEPIN’ IT CLEAN 48 / THE DECONSTRUCTED SHOE 50 / WALKIN’ 52 / SUMMER’S END SESSION - NDG 60 / SHOE ART 68 / FROM THE ASHES; BLACK MILK 74 / ONE TRAIN, TWO PLANES, THREE FERRIES, FIVE BUSES AND SEVENTY-TWO HOURS LATER 78 / FALL MANIFEST 86 / AK... YOU KNOW YOU WANT IT 92 DON’T MISS THE BONUS FEATURES AND MUCH MUCH MORE ON: NE MANQUEZ PAS LE CONTENU SUPPLÉMENTAIRE ET BEAUCOUP PLUS ENCORE SUR :

WWW.CRUXCO.TV

Crux Art of Life 14


On parle le mĂŞme langage.

Laval MontrĂŠal Saint-Hubert 514.524.1106


CREATED BY REALISE PAR VIVIAN SAVOY

J.F. MAILHOT

EXECUTIVE EDITOR

PUBLISHER, CREATIVE DIRECTOR RENÉE SAVOY

FRÉDÉRIC DESHAIES

CHARLES HÉROUX

COPY EDITOR / TRANSLATION

ADVERTISING SALES

ADVERTISING SALES

PHOTOGRAPHERS Mario Butterfield, Mel D. Cole, Brian Hockenstein, J.f. mailhot, Kyler Vos / WRITERS Brian Hockenstein, Karyn Gray, Orion Revolution Curiel, Renée Savoy, VIVIAN SAVOY, Kyler Vos CRUX MAGAZINE IS PUBLISHED BY / LE MAGAZINE CRUX EST PUBLIÉ PAR AGENCE ALTERNATIVE CRUX INC. For all inquiries related to studio services, please contact Pour toute demande reliée au service studio, contactez VIVIAN@CRUXCO.TV

ADVERTISING INFORMATION PUB@CRUXCO.TV, 450-723-0616 / CRUX MAGAZINE 3051 DU GADELIER, ST-BRUNODE-MONTARVILLE, QC, CANADA J3V 0A5, TEL: 450-723-0616 E-MAIL: REDACTION@CRUXCO.TV WORLWIDE WEB: WWW.CRUXCO.TV / © 2010 CRUX MAGAZINE / ALL RIGHTS RESERVED / NO PART OF THIS PUBLICATION MAY BE REPRODUCED IN ANY FORM, ELECTRONIC OR MECHANICAL, WITHOUT THE PRIOR WRITTEN CONSENT FROM THE PUBLISHER / CRUX MAGAZINE IS PUBLISHED FOUR TIMES A YEAR / PRINTED IN CANADA / ISSN 1715-9857

THANK YOU MERCI Annabelle demers, ayanna durant, claire delisle, line mui & charles yearwood @ Nike canada, Chris Gualano, Eric Mercier, Jason Botkin, Rupert Bottenberg, Fred Caron, Tyler Rauman, En Masse, mickey boston, Margaux Walker, Renée Savoy, Stephane mailhot, sterling downey, toddy Flores, Ms. B, Flow, Vincent Tsang, alibi, brakeless, empire, GotSole Consignment, off the hook, SubV, Camiondepompier, No Damn Good Skatepark.

THANKS TO OUR SPONSORS WITHOUT WHOM THIS ISSUE WOULD NOT HAVE BEEN POSSIBLE. MERCI À NOS COMMANDITAIRES SANS QUI CETTE PUBLICATION N’AURAIT PU ÊTRE POSSIBLE.

Crux Art of Life 16


Sneaker Culture

Dig Them Roots Text Vivian savoy photos J.f. Mailhot

Pour bien comprendre la culture entourant le sneaker, il faudrait retourner dans le temps pour vivre le Bronx d’il y a 40 ans. À une époque où le hip-hop prenait de l’ampleur, alimenté par des éléments tels que le rap, le bboying et le graffiti, les jeunes des ghettos se sont retrouvés dans une position de haute influence envers l’évolution de l’industrie multimilliardaire du sneaker tel que nous la connaissons aujourd’hui... One would have to step back 40 years into the Bronx in order to fully understand the sneaker culture. At a time when hip hop was gathering momentum, fueled by elements such as rap, bboying and graffiti, kids from the ghettos found themselves in a position to highly influence the evolvement of the multi-billion dollar sneaker industry we’ve come to know today. Crux Art of Life 18


BBoys King Tiger of Black Jungle/Full EFX Crew and Pablo Diablo of Legz Crew


Tricky of Closet Monsters and Dekoy of Illmask Crew

Emmanuel Septier of Legz Crew

Pour les BBoys, avoir un look fresh était de mise et les espadrilles avaient rapidement acquis une place d’honneur dans leurs garde-robes. Elles étaient confortables sur la piste de danse, mais surtout, elles avaient du style et s’agençaient bien avec leurs vêtements. À New York, tout le monde se regardait les pieds. La culture était tellement carburée aux shoes que les gens rêvaient d’en porter une nouvelle paire chaque jour. Malheureusement, peu de gens pouvaient se le permettre, et la plupart essayaient d’allonger la vie de leurs souliers en les gardant propres et frais, tout en prenant soin de les modifier avec de la peinture et une variété de lacets pour constamment leur donner un nouveau souffle. For BBoys, fresh was the key and sneakers had quickly earned an honored spot in their standard gear. They were comfy on the dance floor, but mostly, they looked good and could be matched to their clothes. In New York, everybody was looking at everyone else’s feet. The culture got so driven by shoes that people wanted to have fresh kicks everyday. Unfortunately few could afford it so most would stretch out their shoes by keeping them clean and fresh, creatively breathing new life into them with the use of color paints and a variety of shoelaces.


Unknown BBoy from France with four members of Closet Monsters watching in the background

Crux Art of Life 21


Devenant rapidement un symbole de statut social, l’on risquait souvent de se faire sauter pour ses souliers dans les ruelles, incitant même certains à se protéger avec une arme. À l’apogée de tout cet engouement, les fanatiques commencèrent ensuite à chercher de nouvelles façons de se distinguer, faisant place à la « chasse aux espadrilles », en recherchant soit le print parfait ou encore même des raretés venant d’autres pays. Ce nouveau sport a finalement conduit de nombreux à se procurer plus d’une seule paire d’un modèle préféré au cas où ils ne pourraient les retrouver, par conséquent, donnant naissance aux collectionneurs de shoes. Quickly becoming a status symbol, one could easily get jumped in the streets for them, leaving some to even carry a gun! As the craze climaxed, fanatics started looking for new ways to distinguish themselves. Digging for prints, foreign made, and hard to find kicks gave way to sneaker hunting. This new sport eventually led many to secure more than a single pair of a favorite make in the event that it couldn’t be found again, hence giving birth to sneaker collecting.


Pat Tremblay Crux Art of Life 24


Aujourd’hui, la mode hip-hop et urbaine représente au moins 80 % du marché du sneaker, tandis que l’autre 20  % est occupé par leur cible initiale, le marché athlétique. Menant aujourd’hui ce marché, il est clair que la culture hip-hop exploita de façon inattendue l’une des plus larges entreprises de nos temps dès ses premiers pas. Today, hip hop and urban fashion make up at least 80% of the sneaker market while only 20% of the pie is being claimed by the athletic market it was originally intended for. Clearly at the forefront of this market’s economy, hip hop culture has been operating the biggest, most unexpected corporate takeover from the time of its very first steps.

Toutes les photos sont tirées de la Convention de Graffiti Under Pressure 2010, une célébration de tous les aspects de cette culture. All photos are from the Under Pressure Graffiti Convention 2010, a celebration of all aspects of this culture.


HISTORY IN THE MAKING TEXT KARYN GRAY photos NIKE / ADIDAS Je suppose que vous savez déjà qu’aujourd’hui, l’industrie du sneaker détient une place importante dans la culture des jeunes. L’espadrille n’est plus seulement portée qu’aux sessions sportives et on ne jette plus sa vieille paire dès l’achat d’une nouvelle. Celles-ci ne sont plus produites qu’en une seule couleur au modèle modeste (peut-être avez-vous entendu parler de ces Nike Air Force One embellis de diamants d’une valeur totale de 50 000 $, présentées au lancement de Solitaire Kicks il y a quelques années). Même les boutiques spécialisées en leur vente ont radicalement changé leur allure en apportant quelques attentions particulières au décor avec des lustres majestueux, des finitions élégantes en bois, ou encore, des portes glissantes secrètes. Certains fanatiques se collent maintenant à eBay pendant des jours en attente de pouvoir s’arracher cette paire spéciale, et c’est tout probable qu’ils aient aussi à leur portée une brosse à dents spécialement choisie afin de les garder étincelante. Mais comment en sommes-nous arrivés là? Non, ceci n’est pas un article à propos de la tendance cool du sneaker, ou de la culture de celle-ci, ni même des amateurs de shoes. Nous connaissons déjà tout cela. Ceci traite surtout de la montée des empires concurrents de Nike et adidas, et de notre histoire d’amour avec ces mégacorporations (même si nous aimons prétendre qu’ils ne le sont pas). I’m going to go out on a limb here and assume that you know that the sneaker industry has become a pretty big deal in youth culture. Sneakers are no longer just for playing sports. People no longer throw a pair away once they’ve bought a new one. They’re no longer produced in just one color and modest designs (you might have heard about the $50,000 diamond-embellished Nike Air Force Ones that were presented at the Solitaire Kicks launch a couple years ago). Even the stores that sell them, now with anything from secret sliding doors to chandeliers to polished wood fixtures, have changed dramatically. People sit on eBay for days waiting to outbid for a special pair and likely keep a special toothbrush specifically for keeping their kicks clean. But how did we get here? This is not an article on the “coolness” of sneakers, or sneaker culture or even sneakerheads. We know all about that already. Really, this is more about the rise of the competing Nike and adidas empires, and our love affair with these megacorporations (though we like to pretend they’re not). Crux Art of Life 26


1990 - Campagne publicitaire du Air Jordan V avec Spike Lee 1990 - Air Jordan V’s advertising campaign with Spike Lee


1970 - Bowerman (Nike) commence à expérimenter en versant un composé de caoutchouc liquide dans le gaufrier de son épouse, créant ainsi une semelle avec crampons de caoutchouc qui changea à jamais la conception des chaussures de course. Cette inspiration influença ensuite la création du soulier « Moon», sorti en 1972, et du « Waffle Trainer », en 1974. 1970 - Bowerman (nike) begins experimenting with rubber spikes by pouring a liquid rubber compound into his wife’s waffle iron, creating a sole that forever changes the design of running shoes. This inspiration led to the “Moon Shoe” released in 1972 and the “Waffle Trainer” in 1974.


Les entreprises d’espadrilles n’ont pas toujours été des géants aux millions de consommateurs fidèles. En fait, ce phénomène s’est plutôt développé au cours d’une centaine d’années. En 1892, l’American Rubber Company commença à produire des chaussures à semelles en caoutchouc avec le dessus fait de toile : les Keds. À la même époque, Marquis Converse fonda sa propre compagnie, révolutionnant le jeu de basketball en créant le premier soulier sport : le Converse All Star. Ces deux compagnies, véritablement en avance sur leur temps, ont ouvert la voie à deux frères de l’Allemagne pour l’enregistrement de leur petite entreprise de chaussures d’entraînement fabriquées à la main en 1920  : Dassler Brothers Shoe Factory. C’est d’ailleurs en portant des chaussures Dassler que le sprinteur Jesse Owens remporta ses quatre médailles d’or aux Jeux olympiques de 1936. Les frères, Adi et Rudolf, travaillèrent ensemble pendant près de vingt ans avant qu’une brouille ne les sépare à jamais. Suite à cet événement, Adi rebaptisa sa compagnie « adidas » (à partir de son nom) et Rudi partit de son côté pour démarrer l’entreprise rivale : Puma. Quelques années plus tard, en 1964, un coureur athlétique de l’Université de l’Oregon, Philip Knight, et son entraîneur, Bill Bowerman, lancèrent une petite entreprise portant le nom de la déesse grecque de la victoire  : Nike. Le logo «  swoosh  » fut alors conçu par l’une des amies de Knight pour la modique somme de 35 $! Dès leurs débuts, ils savaient que leur meilleure chance de réussir dépendrait du support d’un athlète, c’est ainsi qu’ils ont mis le cap sur Michael Jordan. À cette époque, Jordan n’était pas tout à fait emballé par l’idée, étant lui-même fidèle envers Converse et adidas, mais il accepta finalement l’offre en 1985, propulsant ainsi l’entreprise sous les projecteurs. Le Air Jordan, avec ses couleurs vives, était si reconnaissable et distrayant sur le jeu qu’il fut interdit par la NBA, un geste qui n’a fait qu’augmenter la notoriété du soulier et de la compagnie. Pendant ce temps, un énorme mouvement hip-hop, largement influencé par la culture du basket, émergeait du Bronx. Les gens devenaient de plus en plus intéressés par le style de la chaussure, tout en appréciant son côté athlétique, marquant ainsi le vrai début de la culture du sneaker sur la scène underground. Entre-temps, adidas se retrouvait dans de sérieux ennuis. Nike s’était rapidement emparé

Sneaker companies weren’t always the giants with millions of loyal consumers that they are today. In fact, this whole phenomenon has really only been a hundred years in the making. In 1892, the American Rubber Company started to produce shoes with rubber soles and canvas tops: Keds. At around the same time, Marquis Converse established his own sneaker company and revolutionized the game of basketball by creating the first performance sneaker: the Converse All Star. These two companies were truly ahead of the game, and paved the way for two brothers in Germany to register their little business of making handmade training shoes in 1920: Dassler Brothers Shoe Factory. Track star Jesse Owens won four gold medals at the 1936 Olympics wearing Dassler shoes. The brothers, Adi and Rudolf, worked together for twenty years before having a falling out and never speaking again. Adi then renamed his company ‘adidas’ (after himself) and Rudi went on to start a rival company, Puma. Fast forward to 1964, when track athlete at the University of Oregon, Philip Knight, and his coach, Bill Bowerman, started a little company that came to be known as Nike, after the Greek goddess of victory. The “swoosh” logo was designed by one of Knight’s friends for a whopping $35. When Nike started out, they knew the best way for them to succeed was by getting an athletic endorsement and had their sights set on Michael Jordan. However Jordan wasn’t keen on the idea, due to his allegiance to Converse and adidas, but finally agreed in 1985, thus catapulting the company into the spotlight. The Air Jordan, with its bright colors, was so recognizable and distracting on the court that it was banned by the NBA, a move that only made the sneaker and the company more famous. Meanwhile, in the Bronx, a huge hip hop movement had started, which was hugely influenced by basketball culture. People came to be more interested in the actual fashion of the shoes, while still appreciating the athleticism. This would mark the true beginning of sneaker culture in the underground scenes. By then, adidas was in some serious trouble. Nike had taken the world by storm, adding bright colors on its shoes and developing patent technical innovations. In 1986, though, adidas got a huge and surprising break, when

Crux Art of Life 29


du marché en ajoutant des couleurs vives à ses chaussures, tout en développant des innovations techniques brevetées. Cependant, en 1986, adidas obtint un énorme et surprenant coup de pouce lorsque les rappeurs New Yorkais Run DMC rendirent hommage à leurs shoe préférés par l’entremise de leur chanson à succès My Adidas. Des légions d’admirateurs se mirent à copier le fameux style de l’ensemble de rap en portant leur adidas sans lacets avec languettes pendues, ce qui propulsa à nouveau la compagnie dans le feu de l’action. De plus, les années 90 apportèrent une renaissance de la mode des années 70, incitant toutes sortes d’hipsters et skaters à redécouvrir la marque et lui ramener sa popularité. Au milieu des années 90, la marque se divisa en trois segments, dont « adidas Originals » notamment représenté par le logo du trèfle, mettant l’accent sur la culture et la mode. En plus de Run DMC, d’autres artistes devinrent étroitement liés à la marque, comme les Beastie Boys, Korn, Snoop, Missy Elliot et Method Man, pour en nommer que quelques-uns. Nike, toujours chef de file en commandite et en vente, avait fait un travail phénoménal afin de maintenir sa pertinence au fil des années, à la fois comme marque de sport, et plus récemment comme marque de culture et de mode. Meneur incontesté dans le domaine des espadrilles de basketball, Nike s’est naturellement étendu jusqu’au hip-hop, dû à l’étroite liaison unissant ces deux milieux. C’est pour cette raison que Nike est devenu un symbole de statut social au sein de la culture. Tout comme Run DMC avait fait pour leur marque préférée, Nike se vit aussi mentionné dans les chansons d’artistes, tels que Nelly et Wale. Les gens commencèrent donc à collectionner leurs souliers, les échanger, et carrément les louanger. Aujourd’hui, une grande partie de la culture streetwear est totalement divisée  : soit vous aimez le swoosh ou vous aimez le trèfle. Vous trouvez le bonheur soit avec le Air Jordan ou le Superstar. Mais à quel moment avez-vous choisi? Était-ce en raison de l’histoire, ou de la tendance du moment? À leurs débuts, aucune de ces compagnies n’avait l’intention d’infiltrer la culture des jeunes. Néanmoins, la tendance s’est répandue comme une traînée de poudre, et les deux compagnies sautèrent sur l’occasion de dominer un tout autre marché. Et pour une raison quelconque, nous les aimons pour l’avoir fait.

NYC rap ensemble Run DMC charted with their hit, My Adidas, an homage to their favorite footwear. Legions of fans started copying them and their trademark style of no laces and tongues out, which once again hurled the company back into the game. Moreover, the 90s brought a revival of 70s fashion, causing all sorts of hipsters and skateboarders to rediscover the brand and bring it back to popularity. In the mid 90s, the brand divided into three segments, of which “adidas Originals”, specifically represented by the trefoil logo, would focus on lifestyle and fashion. Along with Run DMC, other artists got to be very much associated with the brand: the Beastie Boys, Korn, Snoop, Missy Elliot and Method Man, to name a few. Nike, still the leader in sponsorships and sales, had done a phenomenal job of maintaining its relevance throughout the years, both as an athletic brand, and more recently as a fashion/ lifestyle one. As the hands down leader in basketball sneakers, Nike naturally spilled over and became associated with all elements of hip hop culture, as basketball and hip hop have always been tightly knit. For this reason, Nikes have become known as status symbols within the culture. Just as adidas has had Run DMC rapping about their favorite brand, Nike has had artists like Nelly and Wale rapping about theirs. People began collecting them, trading them, downright praising them, and the rest is history. Today, a large portion of streetwear culture is utterly divided: Either you love the swoosh or you love the trefoil. You find happiness in either Air Jordans or Superstars. But at what point did you pick sides? Was it because of the history of things, or the trend of the day? Neither of these companies intended to infiltrate youth culture when they did. Nevertheless, the trend was sparked and spread like wildfire, and both companies jumped on the opportunity to dominate yet another market. And for whatever reason, we love them for it.

Crux Art of Life 30

Plus d’info à / More info at www.nike.com www.adidas.com


Le soulier Adidas SuperStar 1986 signĂŠ par la formation Run DMC The Adidas 1986 SuperStar shoe signed by Run DMC


ON MODEL : SHIRT: Lifetime – Offside / TANK TOP: Insight – Ivy’s Mahem Tank / LEGGINGS: RVCA – Newton / BELT : Model’s own / EARRINGS: Uranium - Tu inspires l’amour / WATCH: Nixon - The Tahlia / RING: Obey - Love Me Not / SHOE: Nike – Air Max 1. SHOES in fridge’s door, left to right: Vans – Sophie / Stüssy – Timberland / Pointer – Cyril / Puma – Dallas / Gourmet – Quadici / Hummel – Stadil High. Inside fridge, left to right: Gourmet – Quattro Skate / Vans – Era Wingtip CA / New Balance – SMU Undefeated / adidas – Gazelle Skate / Gourmet – Quadici / Nike – Toki ND / Converse – All Star


SHOE LUST photos J.f. Mailhot

Crux Art of Life 33


Crux Art of Life 34


SHOES clockwork from far left: New Balance – SMU Undefeated / Nike - Aina Chukka / adidas – Nizza Hi Plus Heelzip / Hummel – Stadil High / adidas – Gazelle Vintage Mid / Vans – Chukka Del Barko


SHOES clockwork from far left: DC – Village Hi / Boxfresh – Toppa Hi / Puma – Dallas / Gourmet – Quattro Skate / Nike – Air Max 1 / adidas – Ciero Mid MODEL : AYANNA DURANT Concept & STYLING : VIVIAN SAVOY ASSISTANT : RENÉE SAVOY Thanks to / Merci à la boutique Off The Hook offthehook.ca


Crux Art of Life 37


IT’S A PERSONAL THING

TODDY FLORES, Ms.B, VINCENT TSANG & FLOW

moments d’intimité avec LEURS paireS préféréeS love affairs with favorite pairs TEXT RENÉE savoy photos j.f. mailhot

Crux Art of Life 39


Crux Art of Life 40


Shoe : Original Air Max 95’ “Neon”

TODDY Flores A.k.a kid k.i.c.k.s OWNER OF GOTSOLE CONSIGNMENT / DJ

« Je possède plus de cinq cents paires de modèles différents, dont 10 sont des Air Max 95’ Néon. Si j’avais à choisir seulement qu’une paire pour porter le reste de ma vie, ce seraient ceux-ci. À chaque réédition, j’en achète 2-3 paires. Ils changent quelque peu, mais représentent toujours les sneakers que j’ai toujours voulus, aimés et portés. Je trouve que c’est le meilleur style de tous les temps. Quand la première version est sortie, on pouvait dire qu’elle était d’ordre technique, avec la pochette d’air et la conception représentant les vertèbres et côtes humaines. C’est l’un des modèles ayant changé l’enjeu pour Nike. Ils ont innovés alors que les autres essayaient toujours de faire quelque chose de différent. Pour moi, ils ont eu le même impact que les Air Jordan I, ce qui est énorme. S’il y a une réédition, j’en achèterai d’autres, c’est certain. C’est comme si ce sneaker faisait partie de moi. » “If I would have to choose one pair of sneakers to walk in the rest of my life, it would be this one. I own over five hundred pairs of different models, including 10 pairs of these Air Max ‘95 Neon altogether. Every time they re-issue it, I buy 2-3 pairs. They change a bit but they still represent the sneaker that I always wanted, loved and worn. I find it to be the best design of all times. Back when it came out, you could say that it was technical in a sense with the air pocket and the design of the shoe representing vertebrae and ribs. This is one of the shoes that changed the sneaker game for Nike. They did something ground breaking when everyone else was still trying to do something different. To me, it had the same impact as the Air Jordan I, and that is huge. If they re-issue it, I’ll buy some more for sure. It’s like this sneaker is part of me.”


Crux Art of Life 42


Shoe : JORDAN V ‘90

BONNIE A.k.a Ms.B TEACHER / DEEJAY

« Je ne me considère pas une collectionneuse, mais j’aime les souliers fresh. Lorsque j’étais petite, Michael Jordan était roi et les Jordans étaient les shoes ultimes. Pour ce qui est du style, de la couleur et du confort, ce sont les meilleurs. Tout comme le Air Max 90, le style est parfait et se glisse sur mon pied comme un gant. Les premiers que j’ai acheté étaient des XIII et puis je me suis tournée vers les versions précédentes. Je préfère les classiques, de I à VIII. Comme je n’en ai jamais eu durant mon enfance, aujourd’hui je me gâte en vivant mes fantasmes de petite fille en achetant ceux que j’aurais aimé avoir. Le seul problème est que je veux les garder si propres et neufs que j’éprouve de la difficulté à les porter. La plupart restent dans leurs boîtes. » “I wouldn’t call myself a collector, I just really like fresh sneakers. As a kid, Michael Jordan was king and Jordans were the ultimate shoe. In terms of design, color and comfort, they’re the best. Just like the Air Max 90s, the design is perfect, and the way they fit my foot is like a glove. XIII’s were the very first ones I ever bought and then I just went backwards and started getting the classic ones. I to VIII are my preference. I never had any as a kid so, as an adult, I live out my childhood fantasies and buy those I wanted then. The only problem is I want to keep them so clean and crispy that I have a hard time even wearing them. Most of my shoes stay in the box.”


Shoe : HUMMEL - STADIL LO

VINCENT TSANG PHOTOGRAPHER

« J’aime beaucoup la marque Hummel à cause de mon amour pour le soccer. J’ai toujours aimé ce sport et j’ai commencé à jouer quand j’étais adolescent. Cette compagnie s’est investie dans le soccer depuis les années 20 et elle sait ce qu’elle fait. À elle seule, son histoire devrait être respectée, étant le premier brand au monde à créer des chaussures à crampons. La personne qui s’occupe d’Hummel au Canada est un bon ami à moi. Il savait que j’aimais un style minimal avec des couleurs simples, alors, il m’a donné en cadeau ces échantillons uniques venant du Japon. Ils signifient beaucoup pour moi. » “I really like the brand because of my love for soccer. I always liked the sport and started playing it back when I was a teenager. Hummel has been doing soccer since the 20’s and know what they’re doing. Their history alone is something that should be respected, they were the first in the world to create cleats. The guy who takes care of Hummel in Canada is a good friend of mine. He knew that I liked a minimal look with simple colors so he gave me these “one off” samples from Japan as a present. They mean a lot to me.”


Crux Art of Life 45


Crux Art of Life 46


Shoe : ADIDAS TOP TEN BLUE SNAKE SKIN

FLOW MAN ABOUT TOWN

SEMI-RETIRED GRAFFITI WRITER

« J’ai une collection d’environ 60 paires au total, principalement des adidas. Je faisais du breakdance dans les années 80, c’est à ce moment que mon intérêt pour les chaussures a débuté. Avoir la chaussure parfaite était très important, j’avais donc économisé pour finalement m’acheter une paire de Puma, ce qui m’avait bien plu. Quelques années passées, lors d’un voyage à Kyoto, au Japon, j’ai vu ces adidas Top Ten dans un magasin. Je les voulais tellement. Ils étaient en vente pour 45 dollars, mais il n’en restait plus de ma taille. Le vendeur est alors parti regarder à l’arrière et en a trouvé une dernière paire! Malheureusement, je me suis retrouvé à saigner sur elles trois ans passés, dû à un grave accident de vélo. Je ne les avais pas portées depuis UN an et demi, pensant que peut-être quelque chose de mauvais m’arriverait en les ayant à mes pieds. Mais l’année dernière, j’ai finalement nettoyé le sang pour recommencé à les porter. » “I have a collection of about 60 pairs altogether, mostly adidas. I used to break-dance back in the 80s, that’s when my shoe thing originally started. Having the right shoe was very important so I had saved up and finally bought a pair of Puma, that was a good feeling. A few years back, while on vacation in Kyoto, Japan, I saw these adidas Top Ten in a store. I wanted them so bad. They were on sale for 45 dollars, but they had no more of my size. The guy then looked in the back and there was one last pair! Unfortunately, I wound up bleeding on these three years ago due to a pretty bad bike accident I had on my way home. I hadn’t worn them since for like a year and a half; I thought that maybe something bad would happen with them. But last year, I finally cleaned up the blood and started wearing them again.”


CIRCA 1980’S

Keepin’ It Clean TEXT RENÉE SAVOY photos J.f. Mailhot

Avide collecteur d’espadrille depuis la fin des années 90, Toddy Flores s’est vu combler un besoin grandissant dans la communauté des sneakerheads de Montréal lors de l’ouverture de sa boutique Gotsole Consignment l’an dernier. Avec des conseils puisés d’hier et d’aujourd’hui, il nous fait part des rites pour un bon nettoyage de kicks. Avid shoe collector since the late 90s, Toddy Flores has stepped up to fill a growing need in the heart of Montreal’s sneakerhead community when opening Gotsole Consignment last year. Giving us the lowdown on how to keep kicks looking like new, Toddy shares retro & new tips to a good cleaning ritual.

Crux Art of Life 48


CIRCA 2010

« À l’époque, acheter plus d’une paire n’était pas vraiment la tendance, alors on prenait particulièrement soin de garder nos souliers propres. Premièrement, pour aider à maintenir sa forme, l’on rembourrait l’espadrille de papiers journal. En utilisant une solution de Tide diluée, la saleté était soigneusement délogée à l’aide d’une brosse à dents. Une fois propre, une serviette était utilisée afin d’enlever tout excès de savon et d’eau avant qu’il ne pénètre le matériel. Certains n’utilisaient que du Windex et de l’eau de javel pour accomplir cette tâche, toutefois ces substances ne sont pas recommandées, car elles peuvent aussi délaver les couleurs et accélérer le jaunissement de certaines parties du soulier. Aujourd’hui, le processus est à peu près le même. Le “Magic Eraser” fonctionne très bien sur la semelle, tandis que “Tide to Go” produit de beaux résultats sur la toile. Les lacets sont lavés séparément et peuvent être trempés dans l’eau de javel afin de les garder blancs. Toutes sortes de trucs peuvent être appris en cours de route cependant, pour ceux qui préfèrent contourner tous ces produits, le “tout en un” de Jason Markk est l’ultime kit recommandé de tous. Développée par un gars qui aime évidemment ses espadrilles, cette solution 100  % naturelle est un incontournable pour les amateurs de sneakers. »

“Back in the days, buying more than one pair wasn’t really a trend, so you would want to keep your shoes clean. With newspaper bunched into the shoe to help maintain its shape, you would use diluted Tide with a toothbrush and gently brush the dirt off. Once the dirt removed, a towel was used to take in any excess soap and water before soaking into the material. Some would just use Windex and Javex to accomplish this task, however these harsher substances are not recommended since they can also wash off some of the shoe’s color and cause some parts to yellow quicker than usual. Nowadays, the process is about the same. The ‘Magic Eraser’ works quite well on midsoles, while ‘Tide to Go’ on material parts produces nice results. Shoelaces are washed separately and can be soaked in Javex to keep them white. All sorts of tricks can be picked up along the way however, for those who’d rather bypass the various products, the Jason Markk kit is the ultimate and most recommended ‘all in one’ kit. Developed by a guy who obviously loves his sneakers, this wonder solution is 100% natural and has sneakerheads swearing by it.” gotsoleconsignment.blogspot.com


1

2 7

8 3

4

10 9 12

5 6

11

THE DECONSTRUCTED SHOE NIKE AIR MAX BW GEN II PHOTOS J.F. MAILHOT

1- empeigne / toe box. 2- lacet / shoelace. 3- oeillets / eyelets. 4- langue / tongue. 5- semelle intérieur / innersole. 6- collet de cheville / ankle collar. 7- avant pied / forefoot. 8- semelle d’usure / outsole. 9- talon / heel. 10- panneau latéral / side panel. 11- support de talon / heel patch. 12Semelle intermédiaire avec unité max air / midsole with max air unit.


CHRIS; GLASSES: Warby Parker - Roosevelt / JACKET: Boxfresh - Bubaline / TEE: Truth Of A Liar x Single Second - Dead Rise / HEADPHONES: Siege Audio – The Division


Street Style

WALKIN’ photos J.f. Mailhot

STYLING VIVIAN SAVOY

Crux Art of Life 53


Crux Art of Life 54


MARGAUX; HAT: Brixton - Pack / JACKET: Nixon - Satisfaction / TANK TOP: Insight - Outlaws in Soap / NECKLACE: Make it Shine / JEAN SHORTS: Hurley - Billie / SOX: American Apparel Crux Art of Life 57


Crux Art of Life 58


CHRIS; HAT: Mishka - Keep Watch / JACKET: RVCA - Parker / HOODY: Nike - AW77 / SHIRT: Boxfresh - Licorice Cambist / JEANS: Twelve Bar Co. - Mayfield Indigo / SHOES: Gourmet - Dieci C / BAG: Qwstion - DJ Pack MARGAUX; JACKET: Obey - Jealous Lover / NECKLACE: Make it Shine / WATCH: Nixon / JEANS: Volcom - Wrap Around 31’ Legging / BOOTS: Seychelles - Meteor Shower III / BAG: DC - Joel Models : Margaux Walker, Chris Gualano Thanks to / Merci aux boutiques Empire thinkempire.com


No Damn Good Skate

SUMMER’S END SESSION - NDG Text & photos J.f. Mailhot

L’été est parti, laissant derrière un vent frais nous incitant à faire rouler nos roues sur les planches plutôt que sur l’asphalte. Profitant de l’une des dernières journées particulièrement chaudes de l’année, c’est au No Damn Good Skatepark que nous nous sommes arrêtés afin de chiller avec Eric Mercier, Casey McDonald, Gabe et les boys. Summer has come and gone, leaving us with cooler weather and the sounds of wheels hitting planks instead of pavement. Taking full advantage of an unusually hot day, we headed down to No Damn Good Skatepark to chill with Eric Mercier, Casey McDonald, Gabe and the boys.


Gabe, Owner of No Damn Good Skatepark, and the boys chillin’.

Crux Art of Life 61


Casey McDonald, FS Flip Crux Art of Life 62


Wack parking Fun; Eric Mercier, FS Flip


Crux Art of Life 64


Eric Mercier Railing it in the Vans corner


Casey, the unstoppable... Eric Mercier, BS ollie


Casey McDonald, BS heel flip

Crux Art of Life 67


Coors light present

Text KARyN GRAY photos J.f. Mailhot

J’en ai entendu parler, j’ai lu à leur sujet, admiré leur travail, et vu quelques photos de leurs nombreux événements. Souvent décrit comme une série de conversations artistiques, ainsi qu’un dialogue non linéaire, la question se pose : ça veut dire quoi au juste? Assis autour d’une table recouverte de souliers, c’est en compagnie de trois autres artistes que le cofondateur Jason Botkin nous a éclaircis au sujet de LA grande question : c’est quoi En Masse?  I’ve heard about it, I’ve read about it, I’ve admired some of the work, and I’ve seen photos from some of the many events. It’s been described as a series of artistic conversations and as a non-linear dialogue, but what does that really mean? Sitting around a table covered with shoes in the good company of three other artists, co-founder Jason Botkin answers the big question: What exactly is En Masse?

Crux Art of Life 69


O

riginaire de Winnipeg, Jason est un artiste muni d’un B.A. en Arts. Suite à un désillusionnement face au monde artistique, il traversa une période d’introspection pendant laquelle un changement de carrière vers celle de moine fut considéré. Ayant vécu au Japon et voyagé un peu partout, Jason fit son chemin jusqu’à Montréal où il décida de donner une autre chance à son talent, mais cette fois avec une meilleure compréhension de ce que l’art signifie pour lui : la communication. Avec son collègue Tim Barnard (artiste et ancien camarade de classe), il créa En Masse l’an dernier. Et, afin d’offrir quelque chose de plus qu’une exposition d’art typique, ils décidèrent de recouvrir les murs d’une galerie avec le plus de papier ou toiles possible pour ensuite inviter d’autres artistes à participer à la grande murale. Les cofondateurs, qui travaillaient en noir et blanc depuis déjà des années, ont alors décidé de se servir de ce critère de participation afin de réunir tous les joueurs sur un même terrain. Le nom choisi? En Masse. C’est vraiment une question de communication en collaboration avec d’autres. « C’est un dialogue libre et spontané comme le jazz » explique Jason. « Ça permet aussi aux artistes de sortir et d’interagir avec le public d’une manière très différente de celle que nous faisons normalement.  » Du même coup, les événements d’En Masse offrent aussi au public l’occasion de venir rencontrer ces artistes et d’élargir leurs perspectives sur l’art et leur sens de la communauté. Crux Art of Life 71

J

ason, originally from Winnipeg, is an artist with a BA in Fine Arts. After a soul-searching period of becoming disillusioned with the art world and considering a career change from artist to monk, living in Japan and traveling all around, Jason wound up in Montreal. He decided to give his art another go, this time with his own better understanding of what art is: Communication. He and fellow artist (and former schoolmate) Tim Barnard started En Masse last year. To do something different from the typical art show, they decided to get as much paper or canvas as they could to cover the gallery walls, and invite other artists to come in and participate in the large-scale mural. The two of them had worked in black and white for years, so they set that as a criterion to level the playing field. They called it En Masse. It’s really about communicating in collaboration with others. “It’s a dialogue--freeform and spontaneous like jazz,” Jason explains. “It also gives artists the opportunity to come out and interact with the public in a very different way than we normally do.” Conversely, the En Masse events give the public the opportunity to come and meet these artists and broaden their perspectives on art and their sense of community.


Si à certains égards cela peut sembler comme un collectif, il n’en est pas exactement le cas, car ce groupe est plutôt ouvert et non défini par des membres spécifiques. Jason et codirecteur Rupert Bottenberg, encouragent vraiment tout artiste intéressé à s’impliquer, car le succès du projet dépend des nouveaux artistes et de nouvelles idées. Cette année, beaucoup de grands projets sont en vues pour En Masse, y compris l’expansion vers de nouveaux territoires géographiques, ainsi que multimédias. L’objectif ultime est de développer une véritable plate-forme pour les artistes - quelque chose qu’ils peuvent ajouter à leur portefolio, un forum de rencontre de nouveaux artistes afin d’échanger leurs connaissances, et un moyen d’élargir leurs horizons artistiques. À lui demander s’il se sent mieux face au monde artistique aujourd’hui suite à son désenchantement initial, il répond : « Tout à fait. Mais il a fallu en venir à un terrain de compréhension que l’art est un outil de communication. Tout simplement... Ce qui m’a libéré et permit d’être en mesure de communiquer ce que je voulais. Aucune importance ce que c’était. C’est aussi simple que le dialogue que nous avons en ce moment. Ça n’a pas d’importance. Vous le rêvez et vous le faite, vous en prenez la responsabilité et vous le montrez. »

While in some ways it may seem like one, it’s actually not a collective, in that it’s not defined solely through a set group of artists. It’s open. Jason and current co-director Rupert Bottenberg really encourage interested people to get involved, as the success of the project hinges on new artists and new ideas. This coming year brings a lot of big plans for En Masse, including expanding to new cities and branching into multimedia territory. An ultimate goal is for it to become a true platform for artists - something to add to their portfolio, a forum for meeting new artists and exchanging knowledge, and a way of expanding their artistic horizons. Upon asking Jason if he feels better about the art world now, after his previous disenchantment, he responded, “Totally. But it had to come from a place of understanding that art is communication. That simple… It freed me up to be able to communicate what I wanted. It didn’t matter what it was. It’s as simple as the dialogue you and I are having right now. It doesn’t matter. You dream it and you make it, you take responsibility for it and you show it.” Merci à / Thanks to Jason Botkin, Rupert Bottenberg, Fred Caron & Tyler Rauman. www.enmasse.info Crux Art of Life 72


FROM THE ASHES; BLACK MILK Text Orion Revolution Curiel

Photos Mel D. Cole, Mario Butterfield

Ayant récemment visité Detroit Michigan, l’une de mes amies avait l’impression d’entrer dans un paysage digne d’un film post apocalyptique de zombie. Les rues désertes étaient parsemées de quelques pochettes de vie avec des gangs errantes et une architecture tombant en ruine. Son voyage me fit remémorer les fameux sons qui ont autrefois découlé du coin, y compris ceux de Slum Village et du producteur extraordinaire de hip-hop, Jay Dee, tous deux malheureusement décédés aujourd’hui. Sans vouloir ignorer les efforts de nombreux grands musiciens habitant toujours Detroit/8Mile, il en existe un en particulier prêt à renaître des cendres pour briller de tous ses feux. Je parle ici du producteur et Emcee, Curtis Cross, alias Black Milk. A friend of mine recently visited Detroit Michigan. Like a scene from a post apocalyptic zombie flick, she arrived at desolate streets with small pockets of life, roving gangs and crumbling architecture. I pondered on some of the great sounds that stemmed from that corner, including the likes of Slum Village and the late great “hip-hop producer extraordinaire”, Jay Dee… R.I.P to both. Not to diminish the efforts of many great musicians who still reside and write in Detroit/8Mile, but there’s one who is about to rise from the ashes and shine brightly on the world. Producer and Emcee, Curtis Cross a.k.a Black Milk.


Photos Mel D. Cole for Village Slum

Crux Art of Life 75


Black Milk n’est certainement pas nouveau sur la scène. Si vous n’êtes pas déjà familier avec ce dernier, bientôt vous ne pourrez vous en passer. Dès son apparition en 2002 sur la compilation de Slum Village, il demeura complètement dope jusqu’à la sortie de son album solo Tronic en 2008. Au fil des ans, il travailla sur des simples et des albums avec des artistes tels que Jay Dee, Primo et Phat Kat, pour en nommer que quelques-uns. En tant que producteur, BM tranche les échantillons sur son MPC avec une attitude super vibrante, brutalement capable d’emmener l’underground aux clubs. En tant que MC, Black Milk est slick comme Jay Z et fond dans ses propres rythmes comme du beurre sur pain chaud. Ajoutez à ça une batterie et un clavier pour un spectacle tout à fait solide, « ce qui est très important!  » déclare BM. J’ai récemment eu le plaisir de m’entretenir avec Black Milk, entre autres sur le sujet de la vie et de la mort, puisque 2009 entraîna la mort subite de son mentor, Baatin, le rapper de Slum Village, suivi, quelques semaines plus tard seulement d’une autre nouvelle tout aussi triste lorsque son gérant, HexMurda, sombra dans le coma. Ces deux événements, combinés aux décès dans sa propre famille, annonçaient une année 2009 obscure, mais pas question pour BM de s’incliner devant ces malheurs  : « Au fond, c’est en persévérant dans la création de mon prochain album avec encore plus d’entrain que je me suis gardé sain d’esprit, en utilisant mes émotions comme source d’inspiration. » Ses pensées sur la vie et la mort? « Je crois que tout le monde à un but, quelque chose à offrir. La vie, c’est de trouver ce quelque chose et de l’exploiter au mieux de ses capacités. Une fois que l’on pense avoir découvert cette raison d’être, il ne suffit que de la maîtriser et de l’exposer aux yeux de tous. Ce cheminement, c’est tout simplement la source de la joie de vivre! » Quel carburant positif pour la pensée! « Album of the Year » fut lancé le 14 septembre 2010. Comme le Phénix mythique, Black Milk s’élève toujours plus haut, devenant rapidement un indispensable à toute diète hip-hop.

Black Milk is by no means a newcomer to the scene. If you’re not already aware of whom he is, it won’t be long before you can’t get enough. From popping up in 2002 on a Slum Village compilation, to 2008 solo album release Tronic, BM has remained consistently dope. Over the years he worked on singles and albums with the likes of Jay Dee, Primo, and Phat Kat, to name a few. As a producer BM chops samples on his MPC with a super vibey attitude, and is brutally capable of bringing the underground into the clubs. As an MC Black Milk is slick like Jay Z and melts into his own beats terribly smoothly, like butter on toast. Put those together with live drums and Keyboard for a solid live show, “which is very important!” notes BM. I recently had the pleasure of talking with BM on the subject of Life and Death, since 2009 brought the sudden death of Slum Village rapper Baatin, who BM credits as his mentor and inspirer, and only weeks later more tragic news as HexMurda, Black’s manager, fell into a coma. That combined with deaths in his family was making 2009 look bleak but BM didn’t dwell over these tragedies: “Basically I used emotions as inspiration to keep my head above the water, continuing on with even more drive to create my next album.” His thoughts on Life and Death? “I believe everyone comes into the world with a purpose, something to offer the world. Life is about finding that ‘something’ and exploiting it to the best of your capabilities. Once you think you have discovered what you were put on this planet for, you need to Master it and expose it for all to see. The journey is the joy of life!” Positive food for thought! Album of the Year, was released on September 14th 2010. Like the mythological Phoenix, Black Milk is on the rise for further greatness and achievement, quickly becoming a staple in our hip-hop diets.

Website: blackmilk.biz Myspace: myspace.com/blackmk

Crux Art of Life 76


« Au fond, c’est en persévérant dans la création de mon prochain album avec encore plus d’entrain que je me suis gardé sain d’esprit, en utilisant mes émotions comme source d’inspiration. » “Basically I used emotions as inspiration to keep my head above the water, continuing on with even more drive to create my next album.”

Photo Mario Butterfield for SkinnyBoysGraphix

Crux Art of Life 77


Indonesia

One train, two planes, three ferries, five buses, and seventy-two hours later Text & photos Kyler Vos Un train, deux avions, trois traversiers, cinq autobus et soixante-douze heures plus tard, l’on se réveillait sous 30 degrés de chaleur en admirant les vagues parfaites déferler à l’horizon. Ensemble dans la glorieuse ville de Kuta à Bali, notre groupe se composait de Ryan Oak, Noah Cohen, Rob Thomas, Adam Chilton, ainsi que Ried et Arran Jackson. Quelques jours plus tard, la bande se sépara avec le départ de Ryan et les frères Jackson vers le nord, alors que Noah, Rob, Adam et moi-même prîmes le long trajet en autobus jusqu’au sud de Sumbawa à la rencontre de Kye et Janek Paledeau qui étaient à Lakey Peak depuis une semaine déjà. we woke up in 30 degree heat, watching perfect waves break over the horizon. Our crew consisted of Kye and Janek Paledeau, Ryan Oak, Noah Cohen, Rob Thomas, Adam Chilton, as well as Ried and Arran Jackson. For a short period of time, most of us were in Bali’s glorious city of Kuta, but within a day, the group separated as Ryan and the Jackson brothers headed north. This is when Noah, Rob, Adam and myself took a long bus ride down south to Sumbawa to meet up with Kye and Janek at Lakey Peak, where they had already spent a full week.


Noah Cohen Crux Art of Life 79


...Avec boissons alcooliques à bon prix et cinq étages des meilleurs partys, c’était difficile de ne pas sortir tous les soirs de notre séjour à Bali alors que nous avions pignon sur rue en plein coeur de l’action! ...With cheap drinks and five floors of the best dance parties ever, it was hard not to go out every night in Bali when our rooms were located in the middle of it all! Le surf check du matin se cadrait sous un voile doré et les boys se préparèrent frénétiquement pour courir et attraper des vagues. En nageant dans l’eau cristalline et flottant au-dessus des récifs peu profonds, ma caméra était braquée vers ces Canadiens surfant des vagues qui, quelques jours plus tôt, nous faisaient rêver en visionnant Modern Collective pour la 4e fois avant de braver le froid dans nos wet suits de 6 ml. C’était comme un rêve devenu réalité. Session après session, tonneau après tonneau, les vagues étaient parfaites. Cinq heures plus tard, tous étaient réunis dans l’un des bungalows, à la belle fraîcheur de l’air climatisée, pour siroter une autre bière Bintang et regarder les clips de notre grosse journée de travail. La nourriture et le mode de vie est top en Indonésie, à boire de grosses Binnys, manger trois bons repas par jour, et à ne se soucier de rien d’autre que de bouffer, surfer, et dormir. Après deux semaines de paradis, les vagues commencèrent à baisser, et l’horrible voyage de retour à Kuta était sur le point de débuter. Le trajet d’autobus vers Sumbawa fut assez stressant, et avec tous les vols de la région annulés, les Canadiens devaient se rempiler dans un autre minibus pour rebrousser chemin vers la ville. Le premier trajet de notre périple ne fut qu’une petite heure jusqu’à la station d’autobus, où nous avons été accueillis par des vendeurs de rue qui tentaient de nous vendre tout ce qu’ils pouvaient mettre la main dessus, avant de se taper neuf autres heures à l’arrière de l’autobus, entassés comme des sardines à côté des cages de poules et sacs de riz. Dosés de Valiums, ce n’est qu’une fois arrivés au terminal du traversier que nous nous sommes réveillés en réalisant que nous n’avions pas vu grand-chose en terme de femmes depuis notre départ pour Sumbawa. Après une journée entière de voyage, nous étions enfin en route vers nos chambres afin d’enfiler nos vêtements les plus propres pour ensuite nous diriger vers les jardins de bières

The morning surf check showed a golden lit frame and the boys zinked up frantically before running down and paddling out. Swimming in crystal clear water, hovering over the shallow reef, I pointed my camera towards the peak where the crew was surfing waves we were all dreaming of at home just days prior, while watching Modern Collective for the 4th time before trudging into the cold wearing 6ml wet suits. It was like a dream come true. Set after set, barrel after barrel, the waves were perfect. Five hours later we gathered in one of our AC bungalows and sipped on another large Bintang beer, watching the clips from the days work. The food and the lifestyle is tops in Indo, drinking large Binnys, eating three hefty meals a day, with nothing else to care about besides eating, surfing, and sleeping. After two weeks the swell started to drop, and the horrendous journey back to Kuta was about to begin. The bus ride over to Sumbawa was stressful to say the least, and with all flights in the area cancelled, the Canadians had to pile back into another mini-van-bus to start the trek back to the city. The first leg our journey was a short hour or so to the bus station, where we were met by street venders attempting to sell us anything they could dig up, before hopping on the 9-hour bus ride across to the ferry terminal. Crammed in the back, sitting beside chicken cages and bags of rice, all quickly dosed themselves with Valiums, and were out for the count. We arrived at the ferry terminal realizing we hadn’t seen much in the way of women since we left to Sumbawa. After an entire day of traveling, we checked into our rooms and put on our cleanest attire before heading to the ‘all you can drink’ beer gardens. Eight beers later, the clock turned to twelve and the VIP lounge opened up on the top floor. With cheap drinks and five floors of the best dance parties ever, it was hard not to go out every night in Bali when our rooms were located in the middle of it all! Screams

Crux Art of Life 80


Noah Cohen

Kye Peledeau


Noah Cohen

Crux Art of Life 83


« à volonté ». Huit bières plus tard, l’aiguille de l’horloge pointa vers minuit et le salon VIP nous ouvrait grandes ses portes de l’étage supérieur. Avec boissons alcooliques à bon prix et cinq étages des meilleurs partys, c’était difficile de ne pas sortir tous les soirs de notre séjour à Bali alors que nous avions pignon sur rue en plein coeur de l’action! Sur notre chemin du retour, les cris des locaux émanaient de tous côtés  : « Massage oui?  », « Transport oui? », « Champignons oui? » Nous refusions tous vendeurs sur notre passage en titubant tant bien que mal jusqu’à nos chambres, quelques instants seulement avant le lever du soleil. Notre dernière semaine s’est résumée en plusieurs missions de lendemains de veille sur scooter aux spots de surf des environs. Chaque journée était une nouvelle aventure, toujours à la recherche des meilleures vagues du coin. Voyager ainsi à travers l’Indonésie incita chacun d’entre nous à réfléchir sur cette question : est-ce que la vie d’un surfeur globe-trotter peut vraiment être mieux que de passer du temps en Indonésie?

emanated from the locals as we passed by: “Massage yes?”, “Transport yes?”, “Mushroom yes?” We denied all the venders as we staggered our way home just moments before sunrise. The last week of the trip consisted of lots of hung-over scooter missions to the surrounding surf locations. Everyday was a new adventure, searching for bigger and better waves. Traveling through Indonesia forced all of us to ponder the question: Does a traveling surfer’s life get any better than spending time in Indonesia?

« ...En nageant dans l’eau cristalline et flottant au-dessus des récifs peu profonds, ma caméra était braquée vers ces Canadiens surfant des vagues qui, quelques jours plus tôt, nous faisaient rêver en visionnant Modern Collective pour la 4e fois...» “... Swimming in crystal clear water, hovering over the shallow reef, I pointed my camera towards the peak where the crew was surfing waves we were all dreaming of at home just days prior...”


Noah Cohen Crux Art of Life 85


FROM LEFT; SHIRT: Carrot Clothing - Raybit / TEE: Sixpack - La Faucheuse, designed by Hello Monsters / PLAID SHIRT: Rebel8 - Rummy / SHOES: New Balance - 998 / JEANS: Freshjive - Narrows Deluxe / TOY: Dunny 2010 – kidrobot, designed by Sket One / BAG: Qwstion - Backpack Thanks to / Merci à la boutique SubV lesubv.blogspot.com, and to / et à Camion de pompier camiondepompier.com.


FALL manifest photos J.f. Mailhot

Crux Art of Life 87


HAT: Brixton - Drifter / JACKET: Marshall Artist - Flight jacket / TEE : Brixton /JEANS: Levis - 511 / BELT: Brixton - Lash / SHOES: HUF - Hupper Thanks to / Merci à la boutique Alibi www.alibimtl.com


MESSENGER BAG: R.E.Load - Collabo Brakeless x Off The Hook / SHOES: alife - Public Estate / JACKET: animal - Letterman Hoody / SHADES: Keirin Miami / NECKLACE: ku. Jewelry - Bike Hub / HAT: The Ampal Creative - The OCCY Painter’s Cap Thanks to / Merci à la boutique Brakeless brakeless.ca


Alaska

AK... You know you want it... Text & photos Brian hockenstein

AK. Deux lettres bien ancrées dans l’esprit de tout snowboarder, et avec raison. AK, ou Alaska, est tout simplement le paradis sur terre pour chaque rider valant le P-Tex sous ses pieds. AK. Two letters that are ingrained in every snowboarder’s mind, and with good reason. AK, or Alaska for short, is the land of plenty for every snowboarder worth the P-Tex under his feet. In this photo Dave Short


Crux Art of Life 93


Pas une journée ne passait sans que nous partions en motoneige pour dévaler des pentes qui vous feraient pleurer. Ce fut bon à ce point. There wasn’t a day we didn’t run our sleds, and there wasn’t a day any of us didn’t ride multiple lines that would make you cry. It was that good. Entre les grosses (et je veux dire GROSSES) lignes, vous ne serez jamais trop bon pour rider ces terrains de poudreuses sans fin, l’Alaska a vraiment quelque chose à offrir à quiconque étant assez homme (ou femme) pour relever le défi. Pour moi et mes amis, il ne fut jamais question de savoir si nous allions à AK, mais plutôt quand et comment. Je m’étais toujours promis d’attendre la bonne occasion, de peur de manquer ma grosse chance. Au printemps dernier, Tailgate Alaska, ce non-événement des plus rads, procura justement l’opportunité parfaite.

From big (and I mean BIG) lines, you will never be good enough to ride to endless powder fields of bottomless blower snow, Alaska truly has something for everyone man (or woman) enough to stand up to the challenge. Now for me and all my friends, it was never a question of if we were going to go up to AK, only when and how. I had always promised myself I would wait for the right opportunity to come along to head up there, lest I blow my one big chance. This last spring, Tailgate Alaska, the raddest non-event you will ever hear about, provided just such a chance.

Organisé par les légendes du snowboard Nick Perata et Mark Sullivan, Tailgate offre la chance de camper au sommet de Thompson Pass, 30 miles à l’extérieur de la ville de Valdez, pendant deux semaines en compagnie d’un mélange éclectique de pro shreds, de « pures et dures » et de riders complètement fous. Et partir en roulotte de Whistler, Colombie-Britannique, avec de bons amis fut parfait pour établir l’ambiance des choses à venir. À bord était le natif de Montréal, Josh Lapkovsky, le shredder extraordinaire de C.-B., Dave Short, ainsi que l’Allemande, Vera Janssen, qui vit depuis la dernière décennie dans les montagnes de la Californie et de la C.-B.

Organized by snowboard legends Nick Perata and Mark Sullivan, Tailgate is a loosely organized chance to camp out for two weeks on top of the Thompson Pass, 30 miles outside the town of Valdez, with an eclectic mix of pro shreds, die-hards and just plain kooks. And driving an RV up from Whistler, BC, with three good friends was the perfect way to set the mood for things to come. On board with me were Montreal native Josh Lapkovsky, BC-bred shredder extraordinaire Dave Short and Vera Janssen, who hails from Germany but has been living in the mountains of California and BC for the past decade.

Ai-je aussi mentionné que la fameuse compétition de freeride, King of the Hill, fut ressuscitée pour l’occasion après dix ans d’absence? Raison de plus pour que les légendes de shred arrivent des quatre coins du monde pour se défoncer aux montagnes Chugach. Ce que nous avons d’ailleurs fait. Pendant douze jours consécutifs, c’est en motoneige que nous avons eu accès à un terrain des plus incroyables, en dévalant des pentes qui n’étaient présentes que dans nos rêves. Se la couler douce avec de vieilles connaissances, ainsi que plusieurs nouvelles rencontres, ne peut être qualifié autre que les « meilleurs moments de nos vies ». Je ne sais pas pour vous, mais pour moi, il n’y a rien de mieux que faire la fête autour d’un feu de camp pour ensuite se réveiller au petit matin en plein milieu des alpes de l’Alaska! Un petit saut à l’extérieur, et nous étions entourés d’une foule de descentes à la fois relax et

Oh yeah and did I mention that, as part of Tailgate, the infamous King of the Hill freeride contest, on hiatus for the past ten years, was brought back? Just one more reason for legends of shred to fly in from around the world to hang out in the Chugach Mountains and kill it. And kill it we did. For twelve straight days we accessed some of the most incredible terrain imaginable on our snowmobiles, shredding lines dreams are made out of. Hanging out with old friends and many many new ones, basically having what can only be described as the time of our lives. I don’t know about you but, to me, it just doesn’t get better than partying around a campfire into the night, literally waking up in the alpine. A quick hop skip and a jump and we were on top of countless lines, both mellow and gnarly. There wasn’t a day we didn’t run our sleds, and there wasn’t a day any of us didn’t ride multiple lines that would make you cry. It was that good.

Crux Art of Life 94


Mike Basich


Quand quelqu’un comme moi, un shred-geek à son meilleur, peut s’asseoir et jaser avec des gars comme Mike Basich, Shawn Farmer et Terry-fricken-Kidwell, vous avez là quelque chose de spécial dans l’air (si vous faites du snow et ne les connaissez pas alors là, je n’y peux rien pour vous). When someone like myself, a shredgeek at best, can sit down and shoot the shit with the likes of Mike Basich, Shawn Farmer and Terryfricken-Kidwell, you know something special is in the air (if you snowboard and don’t know who those guys are then I don’t wanna be friends with you anymore). Crux Art of Life 96


From top to bottom : Dave Short and Josh Lapkovsky scoping the land - Alaska ping-pong with Nick Perata - Vera Janssen and Travis Rice taking over the podium. Left : Vera Janssen, Dan Treadway (famous Whistler skier) and Bryn Hughes (photographer).


tordues. Pas une journée ne passait sans que nous partions en motoneige pour dévaler des pentes qui vous feraient pleurer. Ce fut bon à ce point. Prenant une place importante dans le monde du snow au courant des années 90’, la compétition King of the Hill c’est autant à propos du mégaparty qu’à propos du shredding. Ne vous y méprenez pas, le shredding est d’une importance capitale et ne pouvait pas avoir été plus world-class (Travis Rice remporta la compé avec 3 runs des plus malades, incluant un monster backside 7 en plein milieu de la descente), mais reste que l’ambiance entourant l’événement vaut aussi son pesant d’or. Quand quelqu’un comme moi, un shredgeek à son meilleur, peut s’asseoir et jaser avec des gars comme Mike Basich, Shawn Farmer et Terry-fricken-Kidwell, vous avez là quelque chose de spécial dans l’air (si vous faites du snow et ne les connaissez pas alors là, je n’y peux rien pour vous). Feux de camp, tournois de ping-pong sous la grosse tente et trop de kegs gratos de la délicieuse bière d’Alaska Brewing Company pour les compter, Tailgate est le genre d’événement où l’on se sent vraiment chanceux d’en faire partie.

A huge part of 1990’s snowboarding, the King of the Hill contest is as much about the party and atmosphere as it is about the shredding. Don’t get me wrong, the shredding is huge and couldn’t have been more world-class (Travis Rice won with the most insane 3 runs ever, including a monster backside 7 in the middle of a huge line) but the real story here is the whole vibe surrounding the event. When someone like myself, a shred-geek at best, can sit down and shoot the shit with the likes of Mike Basich, Shawn Farmer and Terry-fricken-Kidwell, you know something special is in the air (if you snowboard and don’t know who those guys are then I don’t wanna be friends with you anymore). Drinking and story-telling around the campfire, ping-pong tournaments in the yurt and too many free kegs of delicious Alaska Brewing Company beer to count, Tailgate is the kind of event you feel truly blessed to be at.


Vera Janssen THE END


PUT YOUR SHOE WHERE YOUR MOUTH IS Crux Art of Life

Crux Art of Life Shoe Fetish  

• A fixation on shoes; finding the perfect pair will cause an absolutely “must have it” feeling; for a person with a shoe fetish, buying sho...

Advertisement