Page 1

Basse Loire voyage entre terre et eau Colette Gavillet Ensnp 4a - 2009-2010


Sommaire Introduction 1 - Nantes : une ville autour d’un fleuve 2 - L’Ile de Nantes : image d’une ville française au coeur du 21 ème siècle 3 - Le Croizic : une commune littorale sous pression 4 - Les marais salants : un paysage de l’homme 5 - Parc Naturel de la Brière : pour que les marais ne disparaissent pas, mais qu’ils ne deviennent pas musée 6 - St Nazaire : une «gueule cassée» qui découvre sa beauté Conclusion Bibliographie

La Basse Loire est un territoire entre eau et terre. Là où les limites franches entre liquide et solide n’existent pas. Notre séjour nous a amené à découvrir des paysages façonnés par l’eau et par l’homme ; en équilibre fragile, tiraillé entre son penchant naturel et les exigences des activités humaines. Voici un carnet retrospectif de ce voyage, hameçon vers les enjeux palpitants de ce territoire vers le futur.


du fleuve à la mer, Nantes est carrefour entre des entités de paysages fortes

1

Nantes : une ville autour d’un fleuve

Nantes est une ville qui s’est toujours developpée avec son fleuve, de concert ou malgré lui, mais ne pouvant jamais nier cette existance forte qu’est la Loire. La ville est une articulation entre des paysages, des économies, des hommes.... Elle tient sa complexité de sa localisation géographique. Nantes est en effet ville de fond d’estuaire et de confluence.


une statuette publicitaire, entre passé colonial et réalité industrielle...

Très tôt Nantes est une ville d’importance, elle est le siège des Ducs de Bretagne. Nantes est une ville fortifiée, ancrée par la Loire et ses affluents. Elle est reliée par son fleuve à Paris et à Lyon. C’est une ville de mariniers et de bâteliers, qui développe en parallèle son port maritime : La Fosse. A cette époque, les bras de Loire sont nombreux, découpant une dizaine de petites îles qui rapprochent les deux rives du fleuve et laissent passer les hommes. Avec le temps, la ville s’étire vers l’Ouest, vers son activité maritime. Elle comble ou détourne progressivement les plus petits bras de son fleuve, qui emmène le cour de l’Erdre bien plus à l’Est. Le 18ème siècle est pour Nantes une explosion économique, mais aussi démographique. La ville déborde de ses remparts et se tourne résoluement et définitivement vers son port maritime. Nantes est une ville carrefour, qui s’enrichie du commerce triangulaire. C’est le premier port négrier de France. Par ses docks transitent sucre, indigo, cacao, café... Le commerce s’intensifie et avec l’augmentation des tonnages des bâteaux de marchandise, une préoccupation surgit : l’accessibilité au port. Les fonds sableux de l’estuaire de la loire à Nantes sont en effet trop peu profond pour accueillir les plus gros bâteaux. Se crée alors pendant cette époque coloniale un avant-port relais à Painboeuf. Les marchandises sont acheminées à Nantes en Gabares (jusqu’en 1900 !). La ville s’enrichit et elle le montre. De beaux hotels particuliers se construisent sur l’île Feydau, la population double.

l’île de Nantes sillonée de petits bras de Loire et l’Erdre qui coulait dans la ville... repoussée pour laisser place à un boulevard. Le combat de l’homme contre l’eau.


une enseigne des plus connue et une maquette, promotion de l’industrie nantaise du début du siècle

Au 19ème siècle, Nantes réoriente ses acrivités portuaires. C’est l’essor de l’économie portuaire, des chantiers navals. Nantes transforme les produits qu’elle importe. Elle devient un port industriel avec 350 usines et 30000 ouvriers ! Le pont transbordeur qui enjambe le fleuve est le symbôle de sa prospérité. Plusieurs enseignes font sa renommée : les conserveries Colin, les biscuiteries Lefèvre-Utile... On cré un avant port : St Nazaire, qui n’est alors qu’un petit village et qui entrera par la suite en concurrence avec Nantes. Au fil du siècle, de grands travaux sont entrepris pour adapter le fleuve aux activités de l’homme : déblocage du fleuve, construction d’un canal de navigation latérale, comblement de nombreux petits bras... Pour finalement n’obtenir qu’une unique grande île centrale.


2

L’ile de Nantes : image d’une ville francaise au coeur du 21eme siecle

Après la seconde guerre mondiale, dont Nantes eut beaucoup à souffrir, l’activité économique de l’île est fortement mise à mal. Les usines des chantiers navals ferment, les différentes industries la quittent. L’île de Nantes n’est plus qu’une friche industrielle, blessure dans la ville, coupure dans son corps urbain.

La Galerie des Machines, comme étendart d’une politique culturelle forte et pour des machines fabricantes de rêves


La reconversion de l’île de Nantes est un peu un exemple en France sur la politique d’une ville pour le reconversion de ses friches industrielles. L’ampleur, l’emprise et la localisation de ces friches dans la ville méritait que la politique menée concerne un projet global. Ici les enjeux concernaient différents points tels que : -> redonner une centralité à la ville, tirer le centre-ville jusque sur l’île -> retisser les liens de la ville vers son fleuve -> redonner de l’attractivité à la ville Le projet de l’île de Nantes répond à ces différents points, en tournant, notamment, la dynamique de l’île autour de la culture, sa diffusion et son accès par tous.

Les projets sont nombreux et voient le jour petit à petit. J’étais heureuse de faire cette promenade sur l’île, car j’étais venue une première fois il y a 5 ans, pour un voyage d’étude dans le cursus de mon BTS. J’ai pu donc constater l’évolution de l’île.

l’île de Nantes et toute sa nouvelle diversité : une architecture contemporaine ambicieuse, des aménagements habiles et l’art sur les pontons...

Il me semble que les partis d’aménagement, et les réalisations sont particulièrement réussis. Le nouveau visage de l’île ne gomme pas sont passé industriel. C’est un travail tout en finesse qui est fait autour des cicatrices qu’ont pu laisser les différentes industries, les différentes activités. Nous comprenons le passé de l’île tout en évoluant dans des espaces résoluement contemporain et fermement tournés vers le futur. C’est aussi tout le travail fait autour du réapprivoisement du fleuve qui redonne de la respiration dans une ville comme Nantes (zones inondables, zones laissées à la faune et à la flore de bord d’eau etc...)


Le Croisic, entouré de mer

3

Le Croisic : une commune littorale sous pression

La chance et le malheur de la commune de Le Croisic est d’être sur une presqu’île. Tournée vers l’Atlantique, àl’extrémité de la presqu’île de guérande, elle a des paysages de grande qualité et jouit d’une réputation particulièrement favorable auprès des retraités. Mais cette qualité a un prix et elle se traduit aujourd’hui par de nombreuses protections. Le Croisic est ainsi sous protection ZPPAUP, mais aussi sous celle de la loi littorale. Tous les enjeux de cette petite commune sont donc de concilier respect des lois et développement. Il lui faut gérer les différentes pressions que représentent l’urbanisation, le tourisme, la sur-fréquentation de son territoire en période estivale... Tout en essayant d’appliquer des outils de loi pas toujours adaptés, mais aussi garantir une dynamique démographique et économique à la commune.


la mozaïque des marais salants à Guérande

4

Les marais-salants : un paysage de l’homme

Les marais salants sont des paysages qui remontent de l’époque médiévale. Sans l’action de l’homme, ces paysages n’existent pas. Ils sont un chant écrit par l’homme à l’eau de la mer. Véritable biotope par lui-même, le marais-salant est un équilibre fragile entièrement maîtrisé par l’activité humaine. Le paludier est un artisan de la patience et de l’observation.

L’eau de mer que l’on fait entrer, par flux géré, dans la vasière poursuit tout un périple à travers les différents bassins. Au fur et à mesure de son cheminement, l’eau s’évapore et oeillet la concentration en sel augmente. Lorsqu’elle arrive dans les ladure œillets, dernière étape de son parcours, le paludier attend que la concentration atteigne 300g/L de sel. A ce stade, le sel cristallise et il est récoltable. Un oeillet peut produire jusqu’à 1,5 T de sel par an. Mais avant le paludier récolte la précieuse fleur de sel qui cristalise fare en surface et qui est produite en quantité beaucoup plus faible. C’est un sel blanc, contrairement au gros sel qui peut être très gris. Par son fonctionnement, archaïque, le marais-salant est Le marais salant se découpe en bassins à vocations très sensible aux variations climatiques. différentes : Aujourd’hui les paludiers sont regroupés en coopérative, ce La vasière qui est réserve d’eau qui leur permet de gérer les marchés de leurs productions les fares qui sont bassins de chauffe sur des périodes de 3 ans. Ce système assure leurs revenus, les oeillets qui sont des bassins de 70 m2 dans lesquels le mais aussi la stabilité de leur activité et donc des paysages paludier récolte son sel. de marais salants.


les îles de la Brière

5

Parc Naturel Regional de la Briere : pour que les marais ne meurent pas, mais qu’ils ne deviennent pas musee

les toits de chaume, mais qu’est-ce qu’une chaumière ? attention de ne pas tomber dans le systématisme

Le Parc Naturel Régional de la Brière est un des premiers parcs de ce type à se créer en France. Crée en 1970, il est géré par un syndicat mixte et protège 20000 ha. La Brière est une région aux paysages particuliers de marais, sa topographie très basse est au même niveau que la mer. Se sont des territoires très anciens, avec des modes de vie et de gestion particuliers, en très étroite relation avec l’eau. L’homme a ici aussi façonné sont paysage, diversifiant ses activités pour vivre (chasse, pêche, extraction de la tourbe...), exploitant toutes les ressources misent à sa dispositon. Aujourd’hui le PNR a mis en place une Charte Paysagère pour aider les 21 communes du parc à maintenir ces richesses. Avec cette charte paysagère fonctionnent plusieurs autres protections et outils, comme Natura 2000, des sites inscrits, des documents d’urbanisme (PLU et SCOTT), mais aussi des conventions (comme les CTE). Encore une fois, le PNR n’a pas pour vocation de geler ce territoire, mais d’assurer son développement. Un des exemples de ce rôle peut notamment passer par la remise « au goût du jour » des toits de chaume. En effet, le chaume comme couverture met en oeuvre un savoir-faire local, mais assure surtout l’entretien des marais par la fauche des joncs. En relançant la filière chaume en amont, c’est aussi un moyen de maintenir une activité économique et une population sur le territoire de la Brière (récolte/transformation/vente/mise en place).


St Nazaire et l’ombre de son pont, frontière entre mer et fleuve evolution et développement de la ville de St Nazaire au fil du temps

la base sous marine réinvestie, sa peau devient plus douce

6

St Nazaire : une gueule cassee qui decouvre sa beaute

St Nazaire est une ville port. Mais son histoire l’a coupé de la mer. St Nazaire connaît un essor important lorsque Napoléon III décide d’en faire un nouveau port industriel. Avant cette époque, St Nazaire est une étape de transition des marchandise vers Nantes. Après la seconde guerre mondiale, la ville est bouleversée et en très grande partie détruite. Elle garde pendant longtemps de vives « cicatrices », qu’elle ne parvient pas à résorber, comme l’imposante basse sous-marine construite par les allemands. Elle se coupe de son port et de l’Atlantique. Mais enfin depuis quelques années, elle tisse de nouveaux liens vers l’océan et vers son port industriel. Une volonté et une politique forte tissent des liens entre les quartiers, la zone industrielle, donne un nouveau visage à la base sous-marine. Les action culturelles investissent les espaces et les lieux insolites, tel les jardins de Gilles Clément sur le toit de la base de béton.


Notre voyage en Basse Loire m’a permit de découvrir les enjeux de certains paysages, partagés entre eau et terre. Mais aussi partagé entre des enjeux d’ordre économiques et environnementaux. Le développement industriel et la croissance imposent des aménagements parfois dangereux pour les milieux. Cette région est aussi une histoire de l’homme et de la nature, entre lutte et collaboration. Modelages délicats ou balafres saisissantes, les impacts humains ont tous une forme et une influence sur le milieu.


Voyage d'étude en Basse Loire  

Retour photographique et documentaire sur 3 jours de voyage d'étude en Basse Loire

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you