CIC Magazine 1/2021 French

Page 1

CIC – Conservation through the sustainable use of wildlife

CIC 2021/1 MAGAZINE 2020/2 1

Conseil International de la Chasse et de la Conservation du Gibier Internationaler Rat zur Erhaltung des Wildes und der Jagd International Council for Game and Wildlife Conservation


Publisher: CIC Headquarters H-2092 Budakeszi P.O. BOX 82, Hungary Phone: +36 23 453 830 Fax: +36 23 453 832 E-mail: office@cic-wildlife.org www.cic-wildlife.org

photo by Michiel Annert

Suivez nos activités sur les médias sociaux.


CONTENU

FOCUS

DIVISIONS ET GROUPES DE TRAVAIL

OBSERVATION DE LA FAUNE

ARTICLE DE FOND

CÉLÉBRATION

MÉDIAS ET PUBLICATIONS


EDITORIAL B

ien que six mois se soient écoulés depuis mon dernier éditorial, je peux dire que ce temps a passé assez vite. Je suis sûr que beaucoup d’entre vous ont profité du lent assouplissement des restrictions Covid, ce qui, je l’espère, est un signe que la fin de cette pandémie est proche. Pour le CIC, même si notre capacité à voyager reste encore limitée, nous avons continué à être très actifs au cours du premier semestre de cette année. Les questions de conservation n’ont malheureusement pas disparu comme le reste de nos activités sociales en cette période de pandémie. Les développements les plus significatifs que nous ayons vus récemment concernent les tirs de lions élevés en captivité. Ceux qui ont suivi notre travail auront constaté le soutien considérable que nous avons reçu pour notre déclaration sur la chasse au lion élevé en captivité (CBLS) que nous avons publiée conjointement avec le Dallas Safari Club (DSC) en novembre dernier. Nous sommes fiers d’annoncer que cette déclaration compte désormais douze cosignataires. En plus de cela, il y a bien sûr la décision prise en Afrique du Sud, dans laquelle le gouvernement a déclaré son intention de mettre fin à l’industrie du lion élevé en captivité. Le CIC a joué un rôle clé dans cette décision en contribuant au rapport du groupe de haut niveau qui a conduit à la nouvelle en question.

L’abolition de l’industrie du lion élevé en captivité peut être considérée comme une énorme victoire pour la conservation elle-même, et pas seulement pour les partisans de l’utilisation durable. À l’avenir, il est essentiel que nous continuions à apporter des éclaircissements sur des questions telles que le tir en captivité si nous voulons éduquer le public sur les activités et processus réels associés à la chasse. D’autres questions que nous continuons à traiter concernent les pays qui cherchent à introduire des interdictions sur l’importation de trophées de chasse. Une fois encore, le Royaume-Uni a annoncé son intention de mettre en œuvre une telle interdiction. Nous avons également assisté à un déferlement d’activités concernant le parti vert allemand et son programme d’interdiction de la “chasse aux trophées”. Il semble que cette tendance sera fréquente dans les années à venir. Il ne fait aucun doute qu’il sera difficile de répondre à ces préoccupations, mais l’avenir de la chasse, de l’utilisation durable et du bien-être humain étant menacé, il est essentiel que nous restions concentrés sur notre tâche. L’une des nouvelles initiatives que nous avons lancées cette année a été la série de webinaires que nous avons organisés entre mars et mai, au cours desquels nous avons abordé un large éventail de sujets pertinents pour le CIC. Ces webinaires étaient réservés aux membres du CIC et étaient animés par divers experts du réseau des membres du CIC.


Bien que ce soit la première fois que le CIC organise des webinaires de cette manière, nous avons été heureux de voir de nombreux participants au cours des sept huit webinaires que nous avons organisés. Compte tenu de ce succès, nous prévoyons d’étendre cette initiative à l’avenir. Je vous encourage donc à rester à l’écoute pour les annonces de nouveaux webinaires à venir. Même si l’année 2021 a déjà été riche en événements, il est juste de dire que la 67e Assemblée Générale à venir et l’exposition hongroise “One with Nature - World of Hunting and Nature” constitueront une fin passionnante pour les activités de cette année. En particulier, le thème de la ruralité que nous explorerons lors de l’Assemblée Générale est un thème qui, nous l’espérons, apportera un éclairage nouveau et intéressant aux membres, aux participants et au monde de la conservation. La faune, les habitats et les communautés rurales étant menacés dans de nombreux pays, ce thème sera d’une importance capitale pour notre avenir, et je vous invite à nous rendre visite à Budapest pour l’explorer avec nous. Je suis peut-être le plus impatient de participer à nos fonctions sociales, comme le dîner de gala, car cela nous donnera à tous l’occasion de nous retrouver après ce qui aura été plus de deux ans entre deux assemblées générales. Ceux d’entre vous qui se sont déjà inscrits à l’Assemblée Générale pourront également se réjouir d’un événement passionnant dans l’exposition One with Nature. Pour moi personnellement, One with Nature sera une occasion particulièrement spéciale. L’exposition est organisée pour commémorer le 50e anniversaire de l’exposition universelle de 1971 en Hongrie, un événement désormais célèbre auquel j’ai eu de la chance d’assister. Pouvoir y retourner et revisiter cet anniversaire en tant que président du CIC, qui est également mécène de l’exposition, sera quelque chose de très spécial. Plusieurs pays et leurs ministères responsables de la faune sauvage ont déjà confirmé leur participation, et d’innombrables exposants viendront des quatre coins du monde pour tenir leurs propres stands. Des expositions de trophées, des démonstrations de chasse à l’arc et de fauconnerie, l’utilisation de la réalité virtuelle et augmentée et de nombreux événements culturels dans tout Budapest ne sont que quelques-unes des activités passionnantes que vous pourrez voir dans le cadre de l’exposition. Comme je l’ai déjà mentionné, le fait de pouvoir assister à notre Assemblée Générale et de ne faire qu’un avec la nature en même temps sera vraiment une expérience unique. De nombreux pays autorisant désormais les voyages internationaux, ce sera l’occasion idéale pour nous de célébrer ensemble la chasse et l’utilisation durable. Nous avons beaucoup de choses en réserve en plus de ce que j’ai déjà mentionné, et j’espère que nous pourrons profiter de ces événements ensemble en septembre.

George Aman President of the CIC


Photo by Keyur Nandaniya

Focus

6


Qu’est-ce que le Focus?

Focus met l’accent sur les développements les plus importants pour le CIC, ainsi que sur le monde plus large de la chasse et de l’utilisation durable.

7


Focus État de la chasse internationale : Politique et opinion publique Il n’est pas surprenant d’entendre que le premier semestre de 2021 a été riche en événements en ce qui concerne les questions liées à la chasse internationale. Après tout, c’est l’un des sujets de discussion les plus brûlants de la gestion de la faune sauvage ces dernières années.

des changements législatifs.

Les pays qui cherchent à restreindre le commerce des trophées de chasse, l’absence d’examen des conséquences pour la faune sauvage et les communautés rurales, l’influence continue des groupes de défense des droits des animaux - ce sont là des activités que nous avons déjà vues.

Pire encore, les voix des communautés locales des nations les moins développées qui sont les plus menacées par de telles décisions ne disposent pas d’une plateforme suffisamment large pour atteindre le public et les décideurs des pays étrangers sans implication directe.

Le développement le plus récent et le plus significatif, en termes d’échelle et d’impact potentiel, a été l’annonce par le gouvernement du Royaume-Uni (RU) de son engagement à interdire l’importation de trophées de chasse en mai 2021.

Cela conduit à des activités comme celles que nous avons vues récemment en Allemagne, où des représentants des communautés rurales ont mené des campagnes en direction du parti vert allemand pour faire entendre leur voix.

Notamment, la décision a été prise sans aucune considération apparente pour la consultation britannique sur l’importation et l’exportation de trophées de chasse qui a permis aux parties prenantes de s’exprimer sur le sujet, dont les résultats n’ont pas encore été publiés.

En avril, le Community Leaders Network (CLN) et Resource Africa, qui représentent plus de 50 communautés ruralest africaines, dont neuf représentants de pays d’Afrique australe, ont envoyé des lettres distinctes au Parti vert (Alliance 90/Les Verts) pour exprimer leurs inquiétudes quant à leur projet d’interdire la “chasse au trophée”.

S’entretenir avec les parties prenantes est une étape importante et nécessaire pour comprendre pleinement le poids de toute politique en cours. Malheureusement, des exemples comme celui qui précède montrent que les gouvernements omettent Les développements que nous avons observés souvent de prendre en compte les parties prenantes, seront familiers à ceux qui ont suivi l’évolution de la mettant ainsi en danger la faune et les moyens de situation mondiale de la chasse internationale. subsistance.

La consultation a été organisée par le ministère britannique de l’Alimentation, de l’Environnement et des Affaires rurales entre fin 2019 et début 2020, dans le but de recueillir des preuves et des données auprès du public sur l’ampleur et les impacts plus larges des trophées de chasse sur, inter alia, la conservation de la faune, l’économie mondiale et les moyens de subsistance humains. Suite à la publication de cette nouvelle, le CIC a exhorté le gouvernement britannique à publier d’abord les résultats de la consultation du DEFRA avant de prendre toute autre mesure, tout en l’encourageant à consulter et à discuter avec les parties prenantes des pays qui seraient affectés par une telle interdiction avant de chercher à apporter

8

Leurs préoccupations portent sur la manière dont une telle interdiction compromettrait la capacité et les droits des communautés rurales à gérer leurs propres ressources fauniques afin de générer des bénéfices pour la faune et les moyens de subsistance. La lettre de Resource Africe ajoute que le manque de consultation avec les pays et les populations d’Afrique, ainsi que le mépris des preuves scientifiques qui sous-tendent leurs stratégies de gestion de la faune sauvage, constituent l’un des principaux problèmes des organisations de protection des animaux qui ont une influence significative dans les pays étrangers.


Focus

Une lettre similaire a également été envoyée aux Verts par la délégation allemande du CIC et du Deutscher Jagdverband, dans laquelle ils déclarent que la fin de la chasse réglementée ne ferait que nuire aux communautés rurales et à la protection des espèces sauvages. Si ce que nous avons vu au Royaume-Uni et en Allemagne n’a rien de nouveau, un facteur à ne pas négliger est l’influence que les organisations de protection des animaux exercent sur le paysage mondial de la gestion de la faune sauvage, y compris la chasse internationale et le commerce des trophées de chasse. Beaucoup d’entre nous sont peut-être déjà conscients du fort soutien dont bénéficient ces organisations auprès de certains segments de l’opinion publique et, par ricochet, auprès des décideurs politiques, mais les effets secondaires de leurs campagnes commencent maintenant à apparaître. Des scientifiques et des défenseurs de l’environnement ont commencé à s’exprimer sur les abus qu’ils ont subis pour avoir publiquement plaidé en faveur de l’interdiction du commerce des trophées de chasse. On peut affirmer que ces incidents, qui sont allés jusqu’à des menaces de mort, sont le fait d’organisations qui choisissent de populariser et d’argumenter contre la chasse internationale en se basant sur des émotions plutôt que sur la science de la faune.

attaques dissuadent les gens de signaler quand des informations trompeuses sont diffusées. Alors que les menaces de mort et les abus en ligne peuvent être le signe d’un mauvais tournant pour l’avenir des discussions raisonnables sur la chasse internationale, il semble y avoir une lueur d’espoir. Alex Morss, journaliste scientifique et écologiste de renom, a publié au début de l’année un article dans The Guardian sur les célébrités qui sapent les efforts mondiaux de conservation. L’article souligne le soutien que des groupes tels que la Campagne pour l’interdiction de la chasse au trophée et Naître libre ont reçu de la part de célébrités connues et de membres du Parlement britannique. En conjonction avec ces groupes, et grâce à l’utilisation d’une argumentation basée sur l’émotion, ces causes soutenues par des célébrités ont conduit à une perception biaisée de la chasse internationale, qui semble ignorer les réels succès de conservation associés à cette pratique.

Même si l’histoire en elle-même peut être décourageante, ce type de couverture médiatique a, jusqu’à récemment, rarement fait l’objet de publications internationales de premier plan. Cela montre que les efforts continus visant à sensibiliser les gens aux réalités de la chasse internationale, tels que la série “Démystifier les mythes” du CIC, semblent avoir un impact. Il semble probable que les tendances récentes Un exemple notable en est l’abus dont a été victime le concernant la chasse internationale continueront à Dr Amy Dickman, maître de recherche à l’Université se développer et à s’étendre à d’autres pays. d’Oxford et célèbre défenseur des lions. L’acteur et militant des droits des animaux, Peter Egan, a même Pour l’avenir, il est important que les organisations remis en question sa réputation de chercheuse en de conservation, les représentants des communautés déclarant qu’elle était “une scientifique très limitée”. et les autres parties prenantes travaillent ensemble pour éduquer les gens sur ce sujet. Cette tâche peut Il a été déclaré que ces incidents étaient alimentés s’avérer difficile, mais elle est absolument nécessaire, par “des mythes guidés par l’émotion et la moralité car la faune sauvage et des millions de moyens de qui ignorent les faits critiques”. Ce n’est pas tout, les subsistance sont menacés. scientifiques ont également déclaré que de telles

9


Photo by Francesko de Tommaso

Divisions et groupes de travail

10


Qu’est-ce que les divisions et les groupes de travail ?

Découvrez les dernières activités des Divisions du CIC (Sciences appliquées, Politique & Droit et Culture) et des Groupes de Travail (Artemis et Young Opinion).

11


Sciences appliquées

Surveillance des grands carnivores dans les Montagnes des Carpates: Rapport conjoint du CIC et de la Convention des Carpates Il est malheureusement vrai que la taille et la carnivores dans les Carpates, lors du cinquième connectivité des habitats des grands carnivores Forum Carpaticum le 15 octobre 2018 à Eger, en sont remises en cause par le développement des Hongrie. infrastructures dans la région des Carpates. Le CIC a pris la tête de ce projet, à l’initiative du La présence d’espèces de grands carnivores dans des Prof. Dr. Klaus Hackländer (Président de la Division paysages dominés par l’homme nous confronte à un des Sciences Appliquées), avec le Dr. Jacqueline Frair autre problème : le conflit homme-faune. Ce conflit (Présidente adjointe de la Division des Sciences est à l’origine d’une multitude de problèmes allant de Appliquées du CIC), et le Prof. Ovidiu Ionescu la mortalité causée par l’homme (et vice versa) à la (Expert du CIC et de l’Initiative pour les Grands perte et à la fragmentation de l’habitat. Carnivores en Europe (LCIE)). Il est donc clair que des stratégies de gestion appropriées sont nécessaires pour protéger et conserver les populations de grands carnivores dans la région des Carpates. Pour cela, il est nécessaire de disposer de données sur la taille, le statut et la distribution d’une espèce cible particulière.

Ce rapport, qui est le premier du genre, est un grand pas vers la mise en œuvre d’un véritable programme de surveillance transfrontalier dans la région des Carpates. Ce faisant, nous devrions être en mesure de mettre en œuvre des plans de gestion des grands carnivores plus coordonnés et plus efficaces à l’avenir.

Le problème jusqu’à présent était un manque de coordination entre les pays en ce qui concerne la surveillance des grands carnivores. Non seulement nous ne connaissions pas la méthodologie utilisée dans une zone allant de la République tchèque à l’Ukraine, mais les rapports nationaux de surveillance étaient souvent publiés dans les langues locales, s’ils sont publiés.

Bien qu’il reste encore beaucoup de travail pour atteindre cet objectif, le rapport suggère que la surveillance des grands carnivores à l’échelle des Carpates, basée sur des régions biogéographiques plutôt que sur des unités politiques, est à portée de main.

C’est pourquoi le CIC et la Convention des Carpates se sont associés pour publier un nouveau rapport, intitulé Suivi des grands carnivores dans les Montagnes des Carpates, qui compare les différentes méthodes de surveillance utilisées dans sept pays différents afin d’élaborer un programme de surveillance transfrontalier.

En tant que défenseur de la conservation par l’utilisation durable, le CIC continuera à soutenir la conservation des grands carnivores dans le monde entier. La communauté des chasseurs jouera un rôle clé à cet égard à l’avenir, car son objectif sera toujours de préserver la nature et les espèces sauvages pour les générations futures, tout en tenant compte des moyens de subsistance des communautés locales.

Le CIC tient à remercier tous ceux qui ont contribué L’idée d’établir un tel rapport a été lancée pour la à la réalisation de ce rapport et nous sommes première fois lors d’un atelier sur la standardisation impatients de voir où ses conclusions mèneront pour des procédures de suivi des populations de grands l’avenir de la gestion des grands carnivores.

12


Applied Science

ONE WITH NATURE

WORLD OF HUNTING AND NATURE EXHIBITION HUNGARY 2021

THE WORLD’S LARGEST NATURE EXHIBITION IN 2021

IEN

LY

DOG

D

FR

E

TICKET

ature2021.org www.onewithn

V

ENT

25 SEPTEMBER – 14 OCTOBER 2021 HUNGEXPO, BUDAPEST T H E CO U N T R I E S O F T H E WO RL D IN T RO D UC E T HE M S E LV E S WO R L D CH A M P I O N TRO P H I ES S PECI A L GAME SPECIES A T HO U SA ND Y E A R S O F H UN TI N G I N TH E CA R PATH I A N B A S I N D E M ON STRATI O NS B Y F A LCO N E R S, GREYH O UN D CO UR SE R S A N D A RC HE R S N ATUR E A N D G A M E M A N AG EM EN T O U R E N E M Y: T H E POAC HER T R E A S U R E S O F NATI O N A L PA R K S HU N G A RY’S LA RG E S T D I S PLAY AQ U A RI U M CO N F E R E N C E S, P R E SE NTAT I O NS A ND SC I E N TI F I C EV EN TS O N S US TA I N A B I L I TY G A M E G A S TRO NO MY AV E N U E D O G S H OW – I NT RO DU CING T HE D O G S O F TH E WO R L D V I RT U A L R E A L I TY G A M ES, F A LCO N S I M U LATO R E XHI BI T IO NS, CO NC E RT S, F I L M S, CULTURA L EV EN TS A N D EXCI TI N G AT TRACT I ONS FAIRS: FEH OVA+ A N D OM É K EQ UES TR I A N EV EN TS

13


Artemis Au nom du GT Artémis du CIC Le club hongrois des dames chasseuses Diana Club vous invite cordialement à la

VI. Conférence sur les femmes et la chasse durable 22-25 septembre 2021 Tata – Pannonhalma “Les nouveaux défis” La 6e conférence sur les femmes et la chasse durable (WaSH VI) se tiendra à Tata, en Hongrie, dans le cadre de la prochaine Assemblée Générale du CIC et de l’exposition hongroise One with Nature - World of Hunting and Nature. Le thème de la conférence sera “Les nouveaux défis”, ce qui permettra d’aborder certaines des questions dominantes dans le monde de la chasse et de l’utilisation durable. Le programme préliminaire et les orateurs principaux ci-dessous donnent un petit aperçu de ce qui nous attend. Les personnes qui participent à la 67e Assemblée générale ou à l’exposition One with Nature auront l’occasion d’assister à la conférence WaSH VI avant le début de ces deux événements. Au nom du comité d’organisation de la conférence, nous nous réjouissons de vous voir bientôt. Nous apprécions nos rencontres personnelles de longue date, et nous espérons que vous nous rejoindrez à la conférence WaSH ! Beatrix Bán Présidente du comité d’organisation de WaSH VI, présidente adjointe du GT Artemis Soňa Chovanová Supeková Présidente d’honneur de WaSH, Présidente du GT Artemis

Programme préliminaire (changes possible)

Conférenciers principaux

22 septembre 19:00

LA CONNAISSANCE DE LA FAUCONNERIE COMME OUTIL DE CONSERVATION. Tula Stapert

Bienvenue en Hongrie Enregistrement sur place Dîner de bienvenue à l’hôtel Gottwald**** (H-2980 Tata, Fekete út 1.)

23 septembre Conférence internationale WaSH VI 9:00 Cérémonie d’ouverture Président du CIC, George Aman Président du GT Artemis, Soňa Chovanová Supeková Orateurs principaux 19:00 Dîner de gala à l’hôtel Gottwald****

Pays-Bas

LE RÔLE DE LA CONSERVATION DE LA NATURE DANS LA VIE SAUVAGE DE LA FAUNE SAUVAGE. Miklos Lorant Hongrie, Parc national de Kiskunsag

GESTION DE LA FAUNE URBAINE Adrienn Csokas PhD

Hongrie, Université hongroise des sciences 24 septembre Excursion à l’Archabaye de Pannonhalma et de la vie (MATE) Visite de l’Abbaye et du jardin botanique avec déjeuner agricoles et dégustation de chocolat. LA CONSOMMATION DE VIANDE DE GIBIER COMME MOYEN D’ACCEPTATION DE 25 septembre Petit déjeuner LA CHASSE Soňa Chovanová Supeková

14

Slovaquie, Club des chasseurs de dames slovaques


Artemis D’autres conférenciers et une option en ligne sont en cours d’élaboration. Sujets possibles : a) Nouveaux défis dans la gestion de la faune sauvage (ASF, COVID, etc.) b) Le risque de communication pour les chasseurs à travers les médias et réseaux sociaux - résultats d’une enquête internationale c) La culture du trophée (systèmes de mesure, effet sur le patrimoine génétique de l’espèce chassée, rappel historique, développement potentiel)

Les frais de participation au WaSH VI sont de 430 EUR. Ce forfait comprend l’hébergement pour 3 nuits, tous les aliments et boissons sont inclus (y compris la bière et le vin) et l’excursion avec déjeuner et dégustation de chocolat. Veuillez noter que les frais de participation ne comprennent pas le transfert de l’aéroport ! D’autres options de participation sont actuellement à l’étude. Accomodation : L’Hotel Gottwald**** est situé à côté de l’autoroute M1 et propose un hébergement 4 étoiles avec un centre de spa à Tata. L’hôtel dispose d’un bar, d’un salon commun et d’un jardin. Proposant un restaurant, l’établissement possède également une piscine extérieure saisonnière, ainsi qu’une piscine intérieure et un centre de remise en forme. L’hébergement propose une réception ouverte 24h/24, des transferts aéroport, un service d’étage et une connexion WiFi gratuite dans toute la propriété. HOTEL GOTTWALD**** H-2890 Tata, Fekete u. 1., Hungary www.gottwald.hu Pannonhalma: L’archevêché, qui a une histoire de plus de mille ans, fait partie du patrimoine mondial depuis 1996 en regardant cette histoire, la richesse spirituelle et l’hospitalité traditionnelle offrent une atmosphère enchanteresse, qui transforme le temps passé ici en une expérience agréable. L’excursion comprend une visite guidée de l’abbaye et du fantastique jardin d’herbes aromatiques, avec déjeuner et dégustation de chocolat aux herbes bénédictines. Archabbey of Pannonhalma H-9090, Pannonhalma, Vár 1., Hungary www.pannonhalmifoapatsag.hu/en

15


Politique & Droit

Les échanger pour les sauver ? Écrit par: Shane Mahoney

Le sort du rhinocéros pourrait dépendre de la décision d’autoriser ou non le commerce de la corne de rhinocéros. Au début du XXe siècle, on estimait à un demi-million le nombre de rhinocéros sur Terre. En 1970, ils étaient environ 70 000 et, aujourd’hui, seuls 28 000 rhinocéros survivent à l’état sauvage. Trois espèces, le rhinocéros de Sumatra, le rhinocéros de Java et le rhinocéros noir, sont classées par l’UICN dans la catégorie “en danger critique d’extinction”. Le rhinocéros unicorne et le rhinocéros blanc sont classés respectivement dans les catégories “Vulnérable” et “Quasi menacé”. Après avoir parcouru la terre pendant quarante millions d’années, le sort de ces animaux est aujourd’hui inextricablement lié aux décisions du commerce mondial, ce qui montre une fois de plus à quel point leur monde, et celui de la conservation de la vie sauvage lui-même, ont changé. Les humains, pour des raisons médicinales et esthétiques, convoitent la corne de rhinocéros depuis des milliers d’années ; la convoitise pour la corne de rhinocéros n’est pas nouvelle. Dans la mythologie grecque, la corne de rhinocéros était censée faciliter la purification de l’eau. Au Ve siècle de notre ère, les Perses de l’Antiquité pensaient que la corne pouvait être utilisée pour détecter les boissons empoisonnées. Cette croyance a trouvé grâce dans les cours royales d’Europe et a perduré parmi l’élite européenne aux 18e et 19e siècles. En Chine, l’utilisation ornementale de la corne de rhinocéros remonte au 7e siècle. Au XVIe siècle, les pharmaciens chinois prescrivaient de la poudre de corne de rhinocéros dissoute contre les morsures de serpent, les hallucinations, la typhoïde, les maux de tête, les vomissements et la “possession par le diable”.

croissante des médias et la pression politique, la situation du braconnage des rhinocéros reste critique. Les cornes de rhinocéros sont composées de kératine, la même matière que celle que l’on trouve dans les cheveux et les ongles humains. Le centre est constitué de dépôts de calcium denses et de mélanine qui renforcent et protègent la corne contre l’exposition au soleil. Bien que des tests approfondis aient déterminé qu’aucune valeur médicinale n’est associée à sa consommation, la corne de rhinocéros reste un ingrédient courant et prisé de la médecine traditionnelle chinoise (MTC), désormais pratiquée dans 70 pays en dehors de la Chine et de l’Asie du Sud-Est. En 1993, le gouvernement chinois a interdit le commerce de la corne de rhinocéros dans le cadre d’un effort continu visant à mettre fin à l’utilisation d’espèces menacées dans la MTC. Taïwan et la Corée du Sud ont suivi le mouvement, en appliquant également des interdictions. Malgré cela, les utilisations traditionnelles se poursuivent.

Les pratiques culturelles ont la vie dure, n’est-ce pas ? Pourtant, même les textes médicaux chinois anciens suggèrent des substituts botaniques à la corne de rhinocéros dans la fabrication de remèdes traditionnels. Pour tirer parti de cette alternative culturelle, les partenariats entre les praticiens de la MTC et les communautés internationales de conservation se sont développés ces dernières années et de nombreux représentants travaillent désormais ensemble pour informer les praticiens et les consommateurs de l’existence de substituts acceptables à la corne de rhinocéros. Dans le même temps, ils s’efforcent d’informer les gens Actuellement, il est illégal de faire le commerce du des conséquences du braconnage et du trafic illégal rhinocéros, bien qu’il ait aujourd’hui plus de valeur à d’animaux menacés sur la conservation. l’once que l’or, les diamants ou la cocaïne. Si les chiffres du braconnage ont diminué depuis leur pic en 2015, Si cette stratégie permet d’espérer un déclin de l’utilisation trop de rhinocéros sont encore tués. En Afrique du Sud, de la corne de rhinocéros dans la médecine traditionnelle par exemple, un rhinocéros est tué pour sa corne toutes chinoise, deux nouveaux marchés sont récemment les 22 heures. Les derniers chiffres, datant de février apparus pour relancer la demande, et tous deux sont 2021, montrent que les populations de rhinocéros, concentrés au Vietnam. Il y a dix ans à peine, il n’y avait en particulier dans les bastions clés comme le parc aucune preuve de l’utilisation de cornes de rhinocéros national Kruger, ont chuté de façon spectaculaire. dans ce pays. Cependant, au cours de la dernière Malgré l’intensification des efforts d’application de décennie, le pays a connu une croissance économique la loi, les campagnes de sensibilisation du public, les rapide, une augmentation des revenus disponibles et une pétitions mondiales, la défense des célébrités, l’attention augmentation rapide des taux de cancer.

16


Politique & Droit

Pourquoi ? Parce que de nombreux groupes de conservation partagent l’avis que tout commerce légal stimulerait la demande, permettrait au commerce légal de la corne de servir de couverture au commerce illicite et compliquerait ainsi les efforts de répression. Ils soulignent en outre la corruption politique bien des espèces sauvages de l’UICN, TRAFFIC, qualifie connue dans un certain nombre de pays vendeurs et cette affirmation de “mythe urbain sensationnel”. acheteurs, et expriment de sérieux doutes quant à la possibilité même d’une réglementation légale. Face à une forte demande internationale qui alimente un marché noir florissant, nombreux sont ceux qui Les défenseurs du commerce légal, eux, ne sont pas se posent la question suivante : “Pourquoi ne pas de cet avis et insistent sur le fait que la corne de rendre le commerce de la corne de rhinocéros légal, rhinocéros est une ressource renouvelable. Ils estiment le réglementer et faire en sorte que les braconniers que la légalisation du commerce international et leur commerce illégal n’aient plus de raison d’être minerait entièrement le marché noir, établirait une ?” Après tout, il n’est pas nécessaire de tuer, ni même utilisation et un commerce légitimes, favoriserait la de blesser, un rhinocéros pour récolter sa corne. croissance économique et aurait un impact positif Il faut généralement moins de dix minutes pour sur les moyens de subsistance des populations dans écorner en toute sécurité un rhinocéros tranquillisé. certains des pays les plus pauvres du monde, et ce sans La corne repousse et peut ensuite être taillée ou conséquences négatives pour la conservation. Si la récoltée régulièrement. En outre, l’écornage est un vente de la corne était légale, l’élevage des rhinocéros moyen efficace de dissuader les braconniers. Ainsi, pourrait rapporter plus de bénéfices par hectare que le commerce légal de la corne et la conservation du toute autre forme d’agriculture, ce qui permettrait rhinocéros semblent être des partenaires parfaits. de préserver l’habitat de la faune sauvage, tout en Peut-être. incitant et en finançant les efforts de conservation. Les partisans du commerce citent également les Le commerce international de la corne de rhinocéros progrès de la technologie de l’ADN, qui permettent peut être un sujet controversé. Créée en 1975, La désormais de suivre une corne ou ses parties depuis le Convention sur le commerce international des espèces rhinocéros jusqu’au consommateur, augmentant ainsi de faune et de flore sauvages menacées d’extinction la probabilité d’un contrôle et d’une réglementation (CITES) représente un accord international efficaces du commerce. contraignant établi entre 175 pays dont l’objectif est de garantir que le commerce international des Les deux parties présentent des arguments animaux et des plantes sauvages reste durable et convaincants. Et si les deux parties s’accordent ne menace pas leur survie. La CITES a imposé également sur la nécessité de renforcer l’application sa première interdiction mondiale du commerce de la loi, il est généralement admis que l’application international de la corne de rhinocéros en 1977. seule ne suffit pas. Nous avons besoin de quelque chose de plus et ce quelque chose est une incitation à Par le passé, les membres de la CITES ont voté pour garder les rhinocéros vivants avec nous. Disons que rejeter les nouvelles propositions de vente de corne c’est à vous de décider. Devrions-nous échanger leur de rhinocéros, qu’elle soit saisie sur des braconniers, corne pour les sauver ? obtenue par mort naturelle, euthanasie d’animaux à problèmes ou prélèvement sur des animaux vivants.

Le Vietnam semble désormais être la principale destination de la corne de rhinocéros illégale, qui est présentée dans ce pays comme un remède contre le cancer. Le réseau de surveillance du commerce des espèces sauvages de l’UICN, TRAFFIC, qualifie cette affirmation de “mythe urbain sensationnel”. Le réseau de surveillance du commerce

17


Young Opinion

Les Flying Vets Mongolia La Mongolie est un pays connu pour la diversité de sa faune et la richesse de son patrimoine culturel. Les éleveurs nomades mongols font partie intégrante de ce patrimoine - en fait, ce sont les derniers nomades traditionnels du monde.

dons en nature et des équipements pour faciliter la réalisation de cette nouvelle entreprise passionnante. Dans le cadre de l’effort de sensibilisation et de collecte de fonds pour les Flying Vets Mongolia, nous avons demandé l’aide de Flurina Hammer, membre de longue date du CIC et de Young Opinion, qui Malheureusement, les moyens de subsistance de participera au Mongol Derby 2022 pour aider à ces éleveurs sont menacés. Sans intervention, il est donner le coup d’envoi de ce projet. possible que leur mode de vie et les éléments culturels qui leurs sont associés (comme la chasse à l’aigle), Le Mongol Derby est une course d’endurance disparaissent complètement. équestre qui se déroule annuellement en Mongolie et à laquelle de nombreuses personnes viennent du Les maladies des animaux sauvages, le climat monde entier pour y participer. imprévisible de la Mongolie et d’autres facteurs menacent également les espèces sauvages du pays, Chaque année, l’événement attire l’attention notamment celles qui sont déjà en danger. Conscient d’importants médias qui se concentrent sur la de ces menaces, le CIC a décidé qu’il était temps Mongolie pendant la course. Le Mongol Derby sera d’agir. donc l’occasion idéale de promouvoir les Flying Vets Mongolia auprès d’un public international plus large. C’est pourquoi nous sommes ravis d’annoncer un tout Entre-temps, nous tiendrons nos membres informés de nouveau projet du CIC : Les Flying Vets Mongolia ! l’évolution de ce projet. Gardez un œil sur les bulletins Dans un effort pour soutenir les traditions et les d’information du CIC, où nous vous donnerons des moyens de subsistance des nomades mongols, ainsi détails sur les nouveaux développements, ainsi que que la faune mongole, ce projet cherchera à mettre des informations sur la Mongolie, ses habitants et sa en place un service vétérinaire volant capable de faune. mobiliser et de soutenir les zones rurales et éloignées Si vous souhaitez également faire un don au projet de Mongolie. Flying Vets Mongolia dès maintenant, veuillez Il ne fait aucun doute que cette initiative sera une consulter le lien ici ou utiliser le code QR. entreprise de grande envergure, qui nous obligera à mettre en commun nos ressources et à tirer parti du Ce faisant, vous contribuerez directement à la conservation des espèces menacées et à la préservation vaste réseau du CIC. des traditions des éleveurs nomades mongols. Vous C’est pourquoi nous lancerons une campagne trouverez de plus amples informations sur la manière de collecte de fonds, au cours de laquelle nous de faire un don (nous accepterons les dons en espèces, recueillerons des contributions financières, des en nature et en matériel) sur notre site officiel.

18


Young Opinion

Le Mongol Derby Le Mongol Derby est une course de chevaux de 1 000 km à travers la Mongolie, également connue comme la course de chevaux la plus longue et la plus difficile du monde selon le Livre Guinness des records. Le parcours est basé sur un ancien système de messager utilisé par Gengis Khan, la distance de 1 000 km couvrant de vastes zones de la steppe mongole. Les chevaux de derby semi-sauvages sont fournis par les éleveurs nomades locaux, et les cavaliers changent de monture tous les 40 km dans des stations équestres. Il n’y a pas de parcours balisé et la course est limitée à 10 jours.

Pourquoi est-ce que je participe au Mongol Derby ? Le Mongol Derby est un défi extraordinaire et une expérience unique qui vous permet de découvrir la culture mongole à sa source. Cette course met l’accent sur l’équitation, la force physique et mentale, ainsi que sur la nécessité de sortir de sa zone de confort tout en traversant les paysages époustouflants de la Mongolie. Passionnée de chevaux et de plein air, je n’ai pas pu résister à l’envie de relever ce défi et de me lancer dans l’inconnu de la steppe mongole. En tant que membre de longue date du CIC et chasseresse qui se soucie profondément de la faune sauvage et de sa conservation, j’ai également vu là l’occasion idéale de collecter des fonds pour le projet Flying Vets Mongolia. Le Mongol Derby est un moyen magnifique de découvrir la culture du pays - malheureusement, cette culture est gravement menacée. Si nous n’agissons pas maintenant, nous risquons de perdre la faune et le patrimoine culturel qui font la grandeur de la Mongolie. J’espère que vous vous joindrez à moi pour faire un don à ce projet, afin que les générations futures puissent découvrir la Mongolie comme nous le faisons aujourd’hui. Flurina Hammer

19


Photo by Dominik Mecko

Observation de la faune

20


Qu’est-ce que l’observation de la faune ?

L’observation de la faune donne aux lecteurs un aperçu du monde de l’évaluation des trophées et du travail du Conseil d’évaluation des trophées

21


Observation de la faune

Notre réseau En raison des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19, nous n’avons pas été en mesure d’organiser de cours de formation TES depuis la dernière édition du magazine. Néanmoins, il y a beaucoup de cours et d’événements en préparation, donc une période chargée nous attend ! Avec plus de 750 mesureurs actifs dans le réseau, le nombre d’évaluations de trophées saisies dans la base de données d’évaluation des trophées (TED) a continué à augmenter malgré la pandémie. Un grand merci à tous ceux qui ont évalué des trophées et soumis leurs entrées dans la base de données pendant cette période difficile ! Enfin, merci à nos STJ Miloslav Vach (CZ), Josef Feuereisel (CZ), Dušan Krajniak (SK) et Roman Dziedzic (PL) qui ont organisé une évaluation internationale au château de Židlochovice, en République tchèque, le 19 juin. Deux trophées de niveau or, et très probablement des records, ont été évalués !

STJs Roman Dziedzic (PL), Josef Feuereisel (CZ), Dušan Krajniak (SK) and , Miloslav Vach (CZ) at the International Trophy Evaluation.

Vous pourrez trouver plus d’informations sur ces espèces et d’autres dans la liste des records du CIC qui sera publiée à l’occasion de l’exposition mondiale de la chasse “One with Nature” cet automne.

International Trophy Evaluation held in Czech Republic

22


Observation de la faune

Réunion du conseil d’évaluation des trophées Après avoir reporté la réunion au printemps 2021 en raison de la pandémie de l’année dernière, le comité d’évaluation des trophées du TES a finalement tenu sa réunion annuelle les 18 et 19 août en ligne. Organisée sur la plateforme Zoom, la réunion a été suivie par 24 participants représentant 15 pays. À cette occasion, le coprésident du TEB Tony Dalby-Welsh a remercié tout le monde pour sa réélection pour un nouveau mandat, qui s’est faite par voie circulaire l’année dernière. L’ordre du jour était riche en sujets, notamment la possibilité d’organiser des formations CIC en ligne, les mises à jour du Handbook, ainsi que les mises à jour des politiques relatives au renouvellement des cartes CIC. Finalement, les délibérations productives ont abouti à 11 décisions du TEB qui doivent encore être approuvées par le Comité exécutif du CIC. Une fois approuvées, toutes les décisions seront publiées dans la base de données d’évaluation des trophées. Chers évaluateurs, assurez-vous de les lire afin de rester à jour ! Le siège du CIC tient à remercier chaleureusement tous ceux qui ont participé à la réunion et contribué activement aux discussions !

Le TES en chiffres : CCMs/STJs actifs : 691+61 Pays dans le TES : 30 Mesures dans la TED : 22,410

Trophy Evaluation Board Zoom Meeting 2021

Le TEB encourage fortement tous les chasseurs à faire évaluer leurs trophées par un mesureur certifié CIC afin d’améliorer les possibilités de recherche et d’encourager une approche plus saine de l’évaluation, indépendamment du potentiel du trophée à atteindre une limite de médaille. Si vous avez des questions sur les informations ci-dessus, ou sur le TES du CIC en général, veuillez contacter Luna Milatović, responsable de la conservation au CIC, à l’adresse l.milatovic@cic-wildlife.org. Luna Milatović

23


Observation de la faune

In the Spotlight Knut Øyvind Marås Norvège 2021-STJ-001

Knut Øyvind Marås est le nouveau juge principal du trophée. Quel rôle joue l’évaluation des trophées dans la gestion de la faune sauvage en Norvège ? La chasse est très respectée par la population norvégienne. 10 % de la population norvégienne sont des chasseurs, dont 5 % de femmes ! Cela se reflète également dans les réponses aux enquêtes menées par les autorités tous les 3 ans sur l’opinion de la population sur la chasse. Par exemple, en 2020, 78% des personnes interrogées ont répondu que leur opinion sur la chasse est très positive ou positive. De même, 88 % ont répondu qu’ils ont très bonne ou bonne confiance dans le fait que la chasse en Norvège est pratiquée de manière humaine et responsable. Comment voyez-vous la mesure des trophées en Norvège ? Compte tenu du respect de la chasse mentionné ci-dessus, c’est un grand plaisir d’être à la fois un chasseur et un mesureur de trophées en Norvège. Notre climat est assez rude, et nous ne sommes pas autorisés à nourrir les animaux pendant l’hiver. Les animaux les plus forts survivent, et ce sont eux que nous devons gérer au mieux. Un bon trophée ne devrait pas être basé sur la chance, mais sur une bonne gestion des cervidés. À mon avis, les chasseurs voient de plus en plus l’intérêt d’avoir des animaux plus âgés dans la population. Il y a 20 ans, un bon mâle en Norvège était considéré comme un mâle lourd. Pour la plupart des chasseurs, les bois n’avaient aucune valeur. Traditionnellement, la raison de la chasse était de ramener de la viande à la maison. Aujourd’hui, nous chassons principalement à des fins récréatives, en mettant l’accent sur la viande, les trophées et la santé. L’année dernière, la chasse en Norvège a fourni un nombre incroyable de 22 millions de portions à dîner ! Le rôle des mesureurs de trophées en tant qu’influenceurs ne doit pas être sous-estimé. Nous consacrons beaucoup de temps à ce thème, soit directement aux chasseurs, soit dans des magazines et des articles. En tant que mesureur de trophées, la chasse est l’essence même de nos activités. Afin de maintenir son acceptation, nous devons inclure les jeunes générations dans la chasse. Nous devons réfléchir à la manière dont nous prenons les photos de trophées et montrer du respect pour la vie que nous venons de prendre. Nos activités doivent être transparentes, sans aspects cachés. Faire cela de manière honnête est la seule façon de poursuivre notre hobby et notre style de vie. Quel a été l’impact de la pandémie sur les activités de mesure des trophées et que prévoyez-vous pour la période post-pandémie (espérons-le !) ? Pendant la pandémie, les activités de mesure des trophées ont été naturellement réduites par rapport à une année normale en Norvège. Normalement, nous mesurons environ 800 trophées. Bien que je n’aie pas les chiffres exacts de la dernière saison, je suis sûr qu’ils sont inférieurs. Je suis persuadé que lorsque les choses reviendront à la normale, beaucoup de trophées se présenteront à nos expositions de chasse. Une chose est sûre, les chasseurs norvégiens ont été très actifs dans la forêt et dans la montagne pendant cette pandémie.

24


Observation de la faune

“La passion de Knut est la chasse au chevreuil. Il est allé plus de 50 fois en Écosse pour chasser le chevreuil.”

“La fille de Knut, Amanda, avait 7 mois quand elle est allée chasser avec ses parents pour la première fois.”

25


Photo by Luke Tanis

Article de fond

26


Qu’est-ce que l’article de fond?

Dans le Point fort de l’histoire, nous présentons notre point de vue sur les questions les plus importantes et les plus actuelles que nous nous efforçons actuellement d’aborder.

27


Article de fond

La décision de l’Afrique du Sud concernant les lions élevés en captivité est un triomphe pour la conservation. Le 2 mai 2021, l’Afrique du Sud a accepté la recommandation du groupe de haut niveau de mettre fin à l’industrie du lion élevé en captivité dans le pays, une décision qui a été largement saluée par tous les milieux, du grand public aux organisations de conservation. Alors que certains ont suggéré que cette décision n’est qu’une grande victoire pour les défenseurs des droits des animaux, il convient de reconnaître le rôle que les partisans de la chasse et de l’utilisation durable ont joué pour influencer cette décision. La raison en est simple. La chasse au lion élevé en captivité (CBLS), un élément clé de l’industrie du lion élevé en captivité, a été largement condamnée par les organisations de chasse et d’utilisation durable car cette pratique n’est pas représentative d’une chasse responsable, durable et équitable. La nature universelle de ce point de vue parmi les organisations d’utilisation durable a été mise en évidence par le soutien apporté à la déclaration commune du CIC et du Dallas Safari Club condamnant le CBLS, publiée en novembre 2020. En fait, dix organisations ont rejoint les cosignataires de cette déclaration après sa publication initiale, les organisations de soutien représentant les intérêts des chasseurs et des personnes aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Russie, en Allemagne, dans les régions nordiques et africaines, ainsi que dans d’autres régions du globe. Le CIC lui-même s’est fermement engagé à mettre fin à cette pratique depuis de nombreuses années. En 2018, deux associations de chasseurs sud-africaines ont été exclues du réseau des membres du CIC en raison de leurs associations avec l’industrie de la chasse aux lions élevés en captivité et de leur soutien à cette dernière. Ces organisations étaient l’Association des chasseurs professionnels d’Afrique du Sud (PHASA) et la Confédération des associations de chasseurs d’Afrique du Sud (CHASA). En outre, le CIC a joué un rôle de premier plan dans l’avancement des efforts qui ont conduit à la récente décision concernant l’industrie du lion élevé en captivité en Afrique du Sud. En juin et octobre 2020, le CIC a soumis des réponses écrites à la consultation du Groupe de haut niveau, en apportant sa contribution, inter alia, sur les questions liées au tir d’animaux élevés en captivité. Ces réponses ont été élaborées avec l’aide de la Division politique et juridique du CIC. Le directeur général adjoint de CIC, Mark Ryan, a également fait une présentation au Panel de haut niveau en octobre, exposant ces mêmes questions aux participants du panel. En outre, le Dr Ali Kaka (ancien ambassadeur du CIC pour l’Afrique) a donné son avis sur “l’élevage de lions en captivité pour la chasse” au nom du CIC lors d’un colloque parlementaire sud-africain en août 2020. Il y a suggéré que cette pratique rompt les bases et les limites morales et écologiques, tout en portant atteinte à la réputation de la chasse et de l’Afrique du Sud. En tant que partisans d’une chasse responsable, durable et équitable, nous reconnaissons que des activités telles que le CBLS nuisent à la réputation des programmes de chasse réglementés et aux avantages qu’ils procurent en matière de conservation et de bien-être humain.

28


Article de fond

Par conséquent, la décision de l’Afrique du Sud concernant l’industrie du lion élevé en captivité ne peut être considérée que comme un grand succès pour toutes les organisations de conservation, y compris le CIC et les autres partisans de l’utilisation durable. Bien que cette nouvelle soit un grand pas en avant pour la gestion de la faune sauvage en Afrique du Sud, il y a encore beaucoup à faire dans la mise en œuvre de la recommandation sur les lions élevés en captivité. Cet objectif peut être atteint en partie en adoptant des paramètres pour l’avenir de la chasse au lion en Afrique du Sud qui englobent les principes d’un parcours équitable et d’une chasse équitable. Le domaine équitable doit être défini comme une zone dans laquelle le processus de chasse d’un animal se déroule dans une zone sauvage de terrain public ou privé plus grande que le domaine vital naturel d’une espèce. Les conditions et technologies environnementales et/ou artificielles, quelles que soient les circonstances, doivent également donner à l’animal une chance réaliste d’échapper à un chasseur ou à un prédateur potentiel lors de la chasse, et faire en sorte que l’animal puisse échapper à la chasse et survivre dans cet habitat pendant toute sa durée de vie. Une gamme équitable devrait contenir des animaux qui : sont nés et ont été élevés à partir d’une population autonome ; n’ont pas été manipulés par une reproduction sélective ; se trouvent dans leur territoire naturel. Dans le contexte des enclos clôturés à l’épreuve des fuites, le CIC définit le fair chase comme la chasse d’un animal qui existe en tant qu’individu en interaction naturelle d’une population sauvage durable au sein d’un système écologiquement fonctionnel, où les exigences spatiales (territoire et domaine vital) et temporelles (nourriture, reproduction et besoins fondamentaux) de la population dont cet individu est membre sont satisfaites. Le CIC encourage l’Afrique du Sud à adopter ces définitions lors de la mise en œuvre de la recommandation sur les lions élevés en captivité, afin de garantir que toute activité de chasse restante soit menée de manière responsable et durable.

29


JOINT STATEMENT On

Captive Bred Lion Shooting

The undersigned organizations, each advocating for the conservation of nature through the sustainable use of wildlife: 1) RECOGNIZE that the practice of shooting lions bred in captivity has otherwise been referred to as “canned lion hunting”, “captive bred lion hunting”, or using combinations thereof; 2) AGREE that whatever the terminology used; and whether legal or illegal; the practice is not consistent with the definition of responsible, sustainable, fair chase hunting; 3) HIGHLIGHT that the practice is contrary to the International Union for Conservation of Nature (IUCN) Resolution WCC-2016-Res-013 on ‘Terminating the hunting of captive-bred lions (Panthera leo) and other predators and captive breeding for commercial, non-conservation purposes’; 4) EMPHASIZE that the shooting of lions bred in captivity damages the reputation of all hunters; 5) CALL ON any Governments that allow the legal shooting of lions bred in captivity, to consider the wider implications to responsible, sustainable, fair chase hunting; 6) COMMIT to discouraging members of signatory organizations from engaging in the practice of shooting lions that have been bred in captivity; The signatories agree that this statement may be amended, as further information becomes available, should the signatories jointly agree on and sign the revised text. encou Other organizations in agreement with this statement are encouraged to join as co-signatories. Organizations are invited to contact one of the existing signatories should they be interested in joining.

30


George Aman

Mark Little

President International Council for Game and Wildlife Conservation

President Dallas Safari Club

Ludo J. Wurfbain

Eduardo de Araoz

President Rowland Ward Ltd.

President International Professional Hunters' Association

Gray N. Thornton

Danene van der Westhuyzen

President & CEO Wild Sheep Foundation

Mike Angelides Vice-President African Professional Hunters Association

Dr. Volker Böhning

CEO African Operators' and Professional Hunters' Associations of Africa

Aramileva Tatiana President Russian Association of Hunters and Fishermen

James F. Arnold

President German Hunting Association

President Boone and Crockett Club

Ernst Weidenbusch

Christian Jensen

President Bayerischer Jagdverband e.V.

President Nordisk Safari Klub

31


67TH GENERAL ASSEMBLY ONE WITH NATURE RURAL VOICES, GLOBAL RESPONSIBILITIES 25-29 SEPTEMBER 2021 BUDAPEST, HUNGARY

FOR MORE INFORMATION VISIT OUR WEBSITE: https://www.events.cic-wildlife.org/general-assembly

32

REGISTRATION: https://membership.cic-wildlife.org/events/th-cic-general-assembly


INTERNATIONAL JOURNALISM SYMPOSIUM CONSERVATION AND SUSTAINABLE USE OF WILDLIFE RESOURCES

LOCATION

CALL FOR SUBMISSIONS

INTERNATIONALCONFERENCES

SEPTEMBER 25, 2021 HUNGEXPO CONFERENCE CENTRE BUDAPEST, HUNGARY

Please send us a short paper (500words) explaining why it ’s important to bridge the gap between rural and urban areas, and how it could contribute to better conservation, wildlife management and use of natural resources.

Symposium participants are cordially invited to attend the international conferences, as well as the One with Nature - World of Hunting and Nature Exhibition:

FIELD TRIP

SEPTEMBER 24, 2021 BÖRZSÖNY, KIRÁLYRÉT

Selected participants will be eligible for reimbursement of their travel expenses. Papers should be sent to Gabriella Kanyok g.kanyok@cic-wildlife.org

CIC - One with Nature Rural Voices, Global Responsibilities September 26 - 28, 2021 For more information, please visit:

https://www.events.cic-wildlife.org/general-assembly

Collaborative Partnership on Sustainable Wildlife Management (CPW) Wildlife Forum September 26 -27, 2021 For more information, please visit: https://www.cpwwildlifeforum.com/

DEADLINE: AUGUST 20TH

33


Photo by Saketh Upadhya

Célébration

34


Qu’est-ce que la Célébration ?

Rejoignez le CIC pour célébrer les derniers développements de la communauté de l’utilisation durable, ainsi que nos partenaires et collègues !

35


Célébration

La Journée mondiale des oiseaux migrateurs Le CIC s’est joint à la célébration de la Journée mondiale des oiseaux migrateurs (JMOM), 2021 ! Le thème de la JMOM de cette année est « Chantez, volez, envolez-vous – comme un oiseau« . La campagne encourage les gens à sortir dans la nature pour apprécier le chant et le vol des oiseaux. Le président du CIC, George Aman, a diffusé une vidéo pour commémorer l’occasion et promouvoir le travail en cours de l’AEWA (l’Accord sur les oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie) pour conserver les oiseaux migrateurs. Dans la vidéo, il a souligné la nécessité de cette initiative à l’heure actuelle, surtout si l’on considère la pandémie de COVID-19 et notre déconnexion générale de la nature, en particulier pour ceux qui vivent dans les villes. Dans une déclaration supplémentaire, M. Aman a souligné l’importance de notre relation avec le monde naturel pour l’avenir de sa conservation. « Si le simple fait d’apprécier la nature et les oiseaux peut sembler en soi un petit geste, nous ne devons pas sousSING, FLY, SOAR - LIKE A BIRD! estimer son importance pour les efforts WORLD MIGRATORY BIRD DAY 2021 de conservation en cours. C’est seulement en connaissant et en comprenant la nature qui nous entoure que les gens peuvent s’intéresser à sa conservation. En témoigne la passion des chasseurs pour la conservation des espèces sauvages et du gibier ; comme ils sont profondément en phase avec la nature, ils comprennent ce qui est en danger. » Illustration & Design: Sara Wolman

Le CIC continue de soutenir le travail de l’AEWA et sa Journée mondiale des oiseaux migrateurs, afin de sensibiliser à la conservation des oiseaux migrateurs dans le monde entier

36


Célébration

Journée mondiale de la vie sauvage des Nations unies 2021 Le CIC s’est joint à la célébration de la Journée mondiale de la vie sauvage 2021 des Nations unies, qui se tient sous le thème « Forêts et moyens de subsistance » : Soutenir les populations et la planète ».

La conservation par l’utilisation durable des ressources de la faune sauvage reste un outil de gestion efficace et éprouvé qui s’est avéré favorable aux forêts, aux espèces sauvages et au bien-être de l’homme.

L’objectif de l’événement de cette année etait de sensibiliser à la valeur des forêts et des espèces sauvages qui leur sont associées, ainsi qu’au lien entre celles-ci et les moyens de subsistance des populations autochtones et des communautés locales (IPLC).

Que ce soit par la gestion des populations d’animaux sauvages ou par le financement d’initiatives de lutte contre le braconnage, les programmes de chasse durable génèrent un nombre important de bénéfices pour les habitats et la faune.

George Aman, président du CIC, a fait l’éloge de la réflexion qui sous-tend le thème de cette année : « Mettre en lumière les forêts et les populations qui y vivent est un excellent thème pour la Journée mondiale de la vie sauvage. Chercher à conserver les zones forestières et soutenir les populations indigènes et les communautés locales sont deux questions qui vont de pair. Il est vital pour les organisations de conservation comme le CIC de soutenir des initiatives, telles que l’utilisation durable, qui peuvent générer des bénéfices pour les deux causes en même temps« .

D’innombrables personnes et IPLC dépendent également de la chasse et de l’utilisation durable comme partie essentielle de leurs moyens de subsistance et de leur identité – certains peuvent être employés dans le secteur de la chasse, d’autres peuvent chasser pour se nourrir ou simplement pour des raisons culturelles. Le plus important de tous est peut-être le rôle de l’utilisation durable dans la protection des zones forestières contre les changements d’utilisation des terres. La plus grande menace pour la biodiversité est la conversion des zones sauvages à des fins agricoles – cette destruction aurait à son tour un impact énorme sur les personnes vivant dans et autour des forêts dans le monde entier.

Ce sont souvent les IPLC qui jouent un rôle clé dans la conservation des zones forestières du monde entier, tout en utilisant de manière durable les espèces qui y résident. Par conséquent, le bien-être économique, social et culturel de ces communautés, en plus de la relation symbiotique Les processus de soutien tels que l’utilisation entre les humains et les forêts, est quelque chose durable et le commerce des espèces sauvages qui devrait être souligné et amélioré à l’avenir. continueront à permettre aux individus et aux organisations de soutenir, d’utiliser et de Avec environ 200 à 300 millions de personnes tirer profit des forêts. Si des forces extérieures vivant dans ou à proximité des forêts tout en empêchent ces formes d’utilisation des espèces dépendant des divers services écosystémiques sauvages, c’est alors que nous pouvons nous fournis par celles-ci, il ne fait aucun doute que attendre à la conversion des forêts et des zones ces questions sont d’une importance capitale. sauvages pour d’autres formes d’utilisation des Malheureusement, les crises mondiales telles que terres, comme l’agriculture. le changement climatique, la perte de biodiversité et les effets de COVID-19 font peser une grande Si notre objectif est de maintenir et d’améliorer menace sur les forêts et les IPLC. la santé des forêts et le bien-être de ceux qui Dans ce contexte, il est essentiel que nous vivent dans ces zones, nous devrions également continuions à soutenir les forêts en recourant chercher à soutenir des formes de gestion de la à un certain nombre d’initiatives nouvelles et faune et de la flore qui peuvent apporter un large existantes. éventail d’avantages en matière de conservation, d’économie, de société et de culture.

37


For more information click on the link: https://iugb35.hu/

For more information click on the link: https://www.cpwwildlifeforum.com/

38


AFL

NEW

ANTI FOG LENS

Z8i ULTIMATE PERFORMANCE. PERFECTLY DESIGNED. SEE THE UNSEEN

39


Photo by Mike Marrah

Médias et publications

40


Qu’est-ce que les Médias et les Publications ?

Une collection des meilleurs articles et publications du CIC au cours des six derniers mois, en plus d’autres histoires intéressantes que nous aimerions porter à votre attention

41


Médias et publications

COVID-19, Commerce de viande et d’animaux sauvages Après plus d’un an de COVID-19, de restrictions de voyage et de quarantaines, il semble enfin que nous progressions vers un retour à une certaine forme de normalité pré-pandémique.

leurs conclusions. Le rapport de l’atelier de l’IPBES sur la biodiversité et les pandémies, publié en avril de cette année, a révélé que les IPLC sont dépendants du commerce des espèces sauvages, et a déterminé que c’est le commerce illégal et la consommation Malheureusement, les questions de grande envergure non durable qui sont les principaux moteurs de qui sont apparues à la suite de l’affaire COVID-19 ont l’émergence des pandémies. créé des problèmes complexes qui nécessitent encore des recherches et des discussions supplémentaires Il a été noté que le commerce légal comporte pour être pleinement résolus. également un certain risque de pandémie. Pour lutter contre ce phénomène, ils ont suggéré de réduire L’une de ces questions concerne les origines de la ou d’éliminer du commerce des espèces sauvages pandémie. Nombreux sont ceux qui pensent que le certaines espèces identifiées par des experts comme virus est apparu sur un marché humide, c’est-à-dire présentant un risque élevé d’émergence de maladies, un marché où l’on vend de la viande et du poisson plutôt que d’introduire une interdiction totale de frais, entre autres denrées périssables. toutes les formes de commerce. Invoquant des inquiétudes quant à la relation supposée entre le COVID-19 et le commerce des espèces sauvages, nous avons vu de nombreuses personnes demander une interdiction générale du commerce des espèces sauvages afin de prévenir l’émergence de nouvelles zoonoses. De nombreuses organisations de protection de la nature et des particuliers ont rapidement rejeté ces suggestions en raison des risques socio-économiques et biologiques plus importants que comporte une telle stratégie. Parmi celles qui ont publié des réponses de cette nature figure le partenariat de collaboration sur la gestion durable de la faune sauvage (CPW), dont le CIC est membre. Le CPW a souligné que le maintien d’écosystèmes sains est le meilleur moyen de réduire les risques de propagation des zoonoses et de futures pandémies. Ils ont ajouté que la persécution, y compris l’abattage d’animaux sauvages soupçonnés de transmettre des maladies, ne permettra pas de s’attaquer aux causes de l’émergence ou de la propagation des zoonoses. De manière générale, ils ont également évoqué l’importance de l’utilisation de la faune sauvage pour de nombreuses communautés, notamment les peuples autochtones et les communautés locales (IPLC). Cette année, de nouvelles preuves sont venues étayer

42

En outre, le rapport fait valoir que de nouvelles mesures de santé et de sécurité (journées de nettoyage des marchés, augmentation de la capacité de la chaîne du froid, biosécurité et assainissement sur les marchés) et de surveillance des maladies devraient être mises en œuvre pour améliorer les opérations existantes de commerce des espèces sauvages. Les changements dans l’utilisation des sols, l’expansion agricole et l’urbanisation sont les autres principaux facteurs liés à l’émergence des pandémies. Le rapport a souligné la nécessité d’utiliser des mesures efficaces de conservation des habitats afin de réduire le risque de pandémie à cet égard. La conservation par l’utilisation durable des ressources de la faune et de la flore sauvages peut être l’un des outils de conservation des habitats sur lequel il convient de se concentrer à l’avenir, car il permet de sécuriser les zones naturelles en incitant et en générant des avantages pour les communautés locales qui y résident.


Médias et publications Si le rapport de l’IPBES fait bien la lumière sur ce que nous savions déjà sur le lien entre le commerce des espèces sauvages et l’émergence de pandémies, nous avons également vu cette année de nouvelles preuves sur les retombées potentielles qui se produiraient si une interdiction générale du commerce des espèces sauvages était introduite.

WWF affirme que la perte d’habitat est la principale menace pour 85 % de toutes les espèces figurant sur la liste rouge de l’UICN. En gardant cela à l’esprit, la destruction des habitats mentionnée ci-dessus et la menace d’extinction qui en découle ne semblent pas si irréalistes.

Les deux études mentionnées ici viennent renforcer Un article intitulé “Étude des risques liés au retrait les arguments qui ont été largement adoptés par de de la viande de gibier des systèmes alimentaires nombreuses organisations de conservation. mondiaux”, publié dans la revue Current Biology, a examiné un avenir possible où la viande sauvage serait Il devient évident qu’une interdiction générale du interdite et ensuite éliminée des systèmes alimentaires. commerce des espèces sauvages aurait de graves répercussions sur les IPLC et les communautés des Ils ont également déclaré que la disparition de la viande pays en développement, et que la solution appropriée sauvage entraînerait une insécurité alimentaire dans à notre problème de préparation aux pandémies un certain nombre de pays, les pays en développement réside dans des solutions ciblées dans le domaine de étant particulièrement menacés. la gestion des espèces sauvages. Ce qui est peut-être plus intéressant, c’est la perte En définitive, on peut affirmer que l’émergence du d’habitat et l’extinction d’espèces qui résulteraient du COVID-19 est le résultat de notre impact global sur retrait de la viande sauvage des systèmes alimentaires. la terre. Trop souvent, nous ne reconnaissons pas que nous, en tant qu’êtres humains, sommes à l’origine Il a été estimé que 123 980 km2 de nouvelles terres de nombreux problèmes auxquels nous sommes agricoles seront nécessaires pour compenser la perte actuellement confrontés, notamment l’émergence de de viande sauvage par des alternatives de bétail et de maladies zoonotiques. volaille domestiques. Pour donner un ordre d’idée, cela équivaut à peu près à la superficie totale du En fait, de nombreux problèmes qui se posent dans le Nicaragua ou de la Grèce. domaine de la gestion de la faune sauvage découlent d’activités humaines telles que la perte, la destruction Cet énorme changement d’affectation des sols et la et la fragmentation des habitats. destruction des habitats naturels ou semi-naturels et des espaces sauvages qui en découle auraient un En comprenant les origines et les causes profondes impact considérable sur la biodiversité. On estime de ces problèmes, nous pouvons commencer à que jusqu’à 267 espèces différentes pourraient être les traiter plus efficacement. Dans le même temps, amenées à disparaître à l’échelle mondiale à la suite de il peut être tout aussi problématique de chercher à cette conversion de l’utilisation des sols. mettre en place des politiques réactionnaires sans en comprendre l’impact et les répercussions à grande Si cette statistique peut paraître choquante, elle n’est échelle. pas surprenante compte tenu des circonstances. Le Nous avons vu de nombreux cas où les projecteurs ont été braqués sur des questions périphériques, telles que le commerce des espèces sauvages, alors que l’accent devrait être mis sur les questions plus larges liées aux écosystèmes, en vue de maintenir ou d’améliorer la biodiversité et le bien-être humain.

43


Médias et publications

Livre de cuisine du Monde du Gibier du CIC “L’amour se trouve dans l’estomac” est un dicton que l’on retrouve dans plusieurs langues. On peut donc affirmer que la meilleure façon de préserver la chasse et les intérêts des chasseurs est de se concentrer sur la viande de gibier. Selon les dernières tendances en matière de nutrition, le gibier sauvage est l’un des aliments de l’avenir. La viande de gibier sauvage est saine et riche en nutriments. Elle est également biologique et peut être obtenue sans cruauté. Populariser la viande de gibier, ainsi que les plats de gibier, est un bon moyen pour les chasseurs de gagner les faveurs du grand public. Dans cette optique, le groupe de travail Artemis du CIC proposera aux membres du CIC et à un public plus large une publication unique : Livre de cuisine du Monde du Gibier du CIC. Ce livre, dont l’auteur est la présidente d’Artemis, Soňa Chovanová Supeková, a commencé son voyage juste avant la fin de 2018. En collaboration avec le directeur général du CIC, nous avons demandé aux délégations nationales de nous envoyer des recettes typiques de leur pays. La condition principale était qu’au moins un ingrédient devait être de la viande de gibier sauvage. Aussi simple que cette idée ait pu paraître à son origine, sa mise en œuvre et le temps ont montré que ce n’était pas si facile. Il a fallu deux années entières pour collecter des recettes, les trier et, pour certains pays, même cuisiner et photographier les plats finis avec l’aide d’un professionnel, le chef slovaque Petr Slačka. La pandémie de COVID-19 a affecté notre travail, comme elle a affecté tous les domaines de notre vie quotidienne et de la vie des chasseurs. Néanmoins, je voudrais annoncer aux estimés membres du CIC que nous pouvons nous attendre à un livre vraiment exceptionnel. Livre de cuisine du Monde du Gibier du CIC contiendra 204 recettes originales provenant de 62 pays des cinq continents. Certaines des recettes ont été préparées par des membres du CIC, d’autres par des chefs professionnels. Nous tenons à les remercier tous pour leurs efforts et le travail qu’ils ont fourni pour obtenir les matériaux pour leur pays. La liste de ceux qui ont contribué au livre serait très longue, et en ce qui concerne le travail supplémentaire, qui s’est malheureusement déroulé exclusivement en ligne, il y a eu des centaines d’heures de travail et des milliers d’e-mails. Un grand merci également à tout le personnel du siège du CIC qui a contribué à rendre possible le lancement du livre lors de la 67e Assemblée Générale du CIC à Budapest et de l’exposition One with Nature World of Hunting and Nature. Soňa Chovanová Supeková, President of Artemis WG

44


Médias et publications

45


Media and publications

The Economist explique comment la chasse au trophée protège la vie sauvage en Afrique Une nouvelle vidéo publiée par The Economist explique les subtilités de la “chasse au trophée” et le rôle qu’elle joue dans la conservation de la faune sauvage et les moyens de subsistance des populations en Afrique. Si les questions abordées dans cette vidéo peuvent sembler familières à ceux qui travaillent dans ce domaine, The Economist fait un excellent travail pour expliquer les détails les plus fins de la chasse internationale à un public plus large. Ils donnent d’abord un aperçu de l’état actuel de la gestion de la faune et de la flore sauvages en Afrique, y compris la menace majeure et globale de la perte d’habitat (due à l’urbanisation et à la conversion des terres en terres agricoles) et le manque de fonds publics disponibles dans les pays africains pour la conservation. “La chasse au trophée”, ou chasse internationale, est mentionnée comme un outil de gestion de la faune sauvage qui consiste à prélever durablement des animaux individuels afin de générer des bénéfices pour la conservation de la faune, la lutte contre le braconnage, les moyens de subsistance de l’homme et plus encore. Le modèle de gestion des ressources naturelles basé sur la communauté a été particulièrement mis en avant, dans lequel les communautés sont en mesure de gérer et de tirer profit de la faune et de la flore sur leurs propres terres ; dans ce contexte, l’incitation a été soulignée comme un facteur clé pour amener les communautés à s’engager dans la conservation. La vidéo a également abordé l’importance de soutenir des programmes de chasse bien gérés, comme ceux de la Namibie, afin de recréer les succès que nous avons souvent constatés grâce à cette méthode d’utilisation de la faune.

46

En termes d’alternatives à la chasse internationale, le narrateur explique comment le photo-tourisme (couramment évoqué comme un remplacement possible des activités de chasse) n’est tout simplement pas viable dans toutes les régions. Dans de nombreux cas, la “chasse au trophée” reste le seul moyen pour les communautés rurales de subvenir à leurs besoins. En outre, The Economist aborde la tendance récente selon laquelle des pays (tels que les ÉtatsUnis et le Royaume-Uni) ont cherché à introduire des interdictions sur la “chasse aux trophées” et le commerce des trophées de chasse. En réponse à cela, ils soulignent que les interdictions générales ne sont pas la solution aux problèmes de conservation de la faune sauvage en Afrique. Ils concluent par la déclaration suivante, qui résume bien l’état de la chasse internationale aujourd’hui : “Bien que la chasse au trophée ne soit pas une solution miracle, le fait de retirer cet outil de conservation de la table, sans alternative viable, mettra en danger des millions d’acres d’habitat et les espèces qui en dépendent.” Le CIC félicite The Economist pour avoir produit une vidéo claire et concise qui dépeint avec précision les faits et la science liés à la “chasse au trophée”. Nous vous encourageons vivement à regarder la vidéo complète, qui approfondit les sujets mentionnés cidessus.

Cliquez sur le logo pour regarder la vidéo


PERFECT FIT WITH SILENCE RS

HIGH PERFORMANCE FROM SHORT BARRELS RWS SHORT RIFLE – LEAD-FREE ALSO AVAILABLE! Perfect for silencers. Available in 5 calibres and 3 bullet heads.

rws-ammunition.com RWS is a registered trademark of RUAG Ammotec, a RUAG Group Company. These products can only be purchased with a valid license.

47


Dedicated to Sustainable and Ethical Hunting

48